Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les notables de Palmyre

 | 
Jean-Baptiste Yon

Annexes

Texte intégral

I. PALMYRÉNIENS AYANT EXERCÉ DES FONCTIONS PUBLIQUES (sauf mention autre, les dates sont après J.-C.)

  • 1 La tessère est pourtant datée de l’époque d’Hadrien par H. Seyrig (dans D. al-Hassani et J. Starcky(...)

Note 11

1Remarques sur le tableau :

  • les dates sont celles données précisément par les textes cités, ou, à défaut, des approximations calculées d’après des données prosopographiques ou onomastiques ;

  • certains personnages, comme C. Vibius Celer (Inv IX, 23, vers 150), sont compris dans cette liste, bien que leur présence parmi les notables de Palmyre soient seulement une conséquence de leurs fonctions militaires en ce lieu ;

  • la liste des symposiarques est celle que donne J. T. Milik, DFD, p. 221-277, à quelques exceptions près : les n°s 6, 8 et 20, anonymes, n’ont pas été mis dans la liste. On a exclu aussi les symposiarques non datés. Enfin, les symposiarques des inscriptions G. W. Bowersock, 1976 (de 166 apr. J.-C.) et PAT 1128 (mi-iiie siècle) ont été ajoutés. Cette liste est loin d’être sûre, mais elle donne une bonne idée des personnages importants dans les thiases de Palmyre (voir les remarques sur les différents éléments de la liste de J. T. Milik dans le texte, principalement au chapitre I). Les numéros de M. Gawlikowski correspondent à la liste établie par ce savant (M. Gawlikowski, 1973a, p. 74-77). Elle est beaucoup plus courte que celle de J. T. Milik. Elle comporte dix symposiarques (pour onze textes), dont au moins un anonyme (n° 7) et un absent de la liste de DFD (le n° 9, d’après une nouvelle lecture du texte Inv XI, 78). Mais on n’a qu’une partie de la généalogie de ce dernier. La principale différence entre les deux listes est que M. Gawlikowski n’utilise pas le témoignage, à dire vrai, peut-être douteux, des tessères pour établir la sienne. On peut rappeler que J. T. Milik pense pouvoir reconnaître les symposiarques selon plusieurs critères (DFD, p. 221-222) : mention nominale dans une inscription, mais aussi plus généralement les « prêtres qui figurent sur les tessères de Palmyre » et qui sont, « selon toute vraisemblance, les “chefs du thiase” des prêtres de Bêl, sans que cela soit dit explicitement, en particulier les personnages dont les noms apparaissent sur les tessères des “prêtres de Bêl”, RTP 10 à 29, ou ceux dont les tessères comportent l’empreinte d’un ou deux cachets ». Le premier critère est en effet fort probable, car il semble naturel que ce soit le chef des prêtres de Bêl qui apparaisse sur leurs tessères. L’argument du « cachet » est peut-être plus discutable. S’il semble probable que les noms inscrits sur les tessères soient ceux des personnages qui organisaient des banquets semi-publics ou des distribution, cela ne signifie pas obligatoirement qu’ils étaient symposiarques, ni même prêtres d’un culte quelconque.

2J’ai néanmoins intégré dans le tableau les symposiarques que J. T. Milik a tenté de reconnaître, pour donner une idée des personnalités qui se distinguaient dans le domaine religieux, et qui avaient les moyens financiers, mais aussi l’influence sociale nécessaire pour organiser des banquets. Il faut noter d’ailleurs que la théorie que j’essaie de développer (sur une séparation assez générale des domaines religieux et politique, au moins jusqu’aux dernières années de Palmyre) est valable quelle que soit la liste qu’on utilise.

II. VOCABULAIRE DE L’ÉLOGE (INDEX)

3On trouvera en gras le vocabulaire qui a trait au moins en partie aux autorités impériales extérieures à la cité.

III. FONCTIONS ET TITRES PUBLICS DANS LES INSCRIPTIONS DE PALMYRE (INDEX)

1 - Le nominatif est la plupart du temps συμποσίαρχος, avec une variante principale : J. Cantineau, 1930b, n° 14 (συνποσιάρχης).

IV. TRADUCTIONS DE TERMES GRECS COURANTS

a. εὺσεβής

b. ϕιλοτειμία

4Pour l’expression araméenne rym mwzh (Inv X, 39) et ses équivalents en grec, voir le commentaire dans le cours du texte, chapitre I.

c. MOTS DE LA EAMILLE DE ϕιλότειμος

– ϕιλότειμος

– ϕιλότειμος

– ϕιλοτειμία

– ϕιλοτειμία

– ϕιλοτείμως

– ϕιλοτείμως
  • 2 DFD, p. 14.

5On remarquera que l’adverbe nhwryt est de même racine que le mot nhr utilisé en CIS 3914 pour traduire φιλότειμος dans une expression. Il est néanmoins la traduction de λαμπρῶς en Inv X, 44. J. T. Milik se sert de ce parallèle pour restituer la notion de λαμπρῶς dans le texte R. Mouterde et A. Poidebard, 19312. Il semble plutôt que, comme en CIS 3914, il s’agisse d’un équivalent de ϕιλοτείμως.

V. DÉCRETS DU CONSEIL ET DU PEUPLE

VI. TEXTES HONORIFIQUES BILINGUES DU Ier SIÈCLE

VII. ÉPIGRAPHIE LATINE DE PALMYRE

6

7Les textes Inv X, 21, 51-52 et 100, Palmyre I, n° 4, et M. Gawlikowski, 1984, p. 124, n° 33, trop lacunaires, n’ont pas été placés dans le tableau. On n’est d’ailleurs pas toujours sûr qu’il s’agisse bien de latin. Le classement est chronologique à l’intérieur des grandes catégories (honorifiques, honorifiques impériales, fondation de tombeau, épitaphes funéraires, dédicaces divines et de construction).

VIII. LES TRIBUS DE PALMYRE : LISTE DES TEXTES

1. LISTE DES TRIBUS

8

9Les textes sont rangés dans l’ordre chronologique ; les textes non datés (n.d.) sont à la fin.

10Les dates sont toutes situées après le début de notre ère, sauf mention spéciale (av.).

11Quand la formule est la plus courante (dy mn bny X), elle n’est pas indiquée, sauf pour les textes bilingues. Toutes les variations par rapport à cette norme sont citées : texte en grec, nom de la tribu avec simplement bny X (généralement quand le nom n’est pas là pour désigner un personnage, mais parce que la tribu en tant qu’entité a fait telle ou telle chose) ou bien sûr l’expression dy mn pd bny X.

2. PROPOSITIONS POUR LES QUATRE TRIBUS CIVIQUES DE PALMYRE

  • 3 D. Schlumberger, 1971, p. 132.

Note 23

  • 4 DFD. p. 15-30.

Note 34

  • 5 M. Gawlikowski, 1973a, p. 48-52, modifié pour ce qui est des bny mtbwl par la découverte des textes (...)

Note 45

3. CLASSEMENT PAR DATE DES TEXTES MENTIONNANT LES TRIBUS

Seuls ont été pris en compte les textes datés. Les autres textes se trouvent dans le tableau par tribu.

IX. LES NOMS GRECS ET LATINS

1. DANS LES INSCRIPTIONS DATÉES DE PALMYRE1

  • 1 Ce tableau, comme le suivant, a pour base les listes dressées par J. K. STARK. 1971, p. 131-132 (Ap (...)
  • 6 Il ne s’agit pas forcément d’un Palmyrénien.
  • 7 Pour la date, voir annexe XII, à propos de Celesticus.
  • 8 Κούριος (Inv) est corrigé en Βουρρος par J. T. Milik. DFD, p. 238.

Note 56
Note 67
Note 78

  • 9 Il y a une forte probabilité que ce nom (prmwn Φιρμων) ne soit soit pas d’origine latine : voir au (...)

Note 89

2. LISTE GÉNÉRALE2

  • 2 Le classement suit l’ordre théorique de la transcription en français. On trouvera après la liste de (...)
  • 10 Lecture ‘gtps (au lieu de ‘gtpl de H. Ingholt) d’après J. K. Stark. 1971, p. 120.
  • 11 On peut douter de l’origine grecque de ce nom (voir R. Degen, compte rendu de J. K. Stark, 1971, da (...)
  • 12 Au lieu de tm’ de SFP n° 74 et N. Saliby, 1992, n° 31. La lecture de PAT semble confirmée par la fi (...)
  • 13 Cf. H. Ingholt, 1962, p. 108-109.

Note 910
Note 1011
Note 1112
Note 1213

  • 14 J. T. Milik. DFD, p. 237 lit plutôt dmtws (Admetus).
  • 15 Voir A. Caquot dans RTP, p. 167.
  • 16 SFP n° 80 et 84 et N. Saliby, 1992, nos 37 et 41 (nom lu brnym). L’interprétation correcte du nom e (...)
  • 17 L’origine de ce nom a été discuté : voir les discussions sur la tribu Claudias dans le chapitre ii (...)
  • 18 Ces textes de RSP établissent l’équivalence entre dynys et Διονύσιος. A. Caquot dans RTP (p. 171) p (...)
  • 19 J. K. Stark (1971, p. 83) explique ce nom par l’accadien dayânû « juge ». Il est sans doute préféra (...)

Note 1314
Note 1415
Note 1516
Note 1617
Note 1718
Note 1819

  • 20 Voir le commentaire de J. Starcky, RTP, p.183 (Addenda).

Note 1920

  • 21 Ou bien Mηνóδωρος (RTP, p. 167).
  • 22 Pour ce nom, voir la discussion au chapitre iv.
  • 23 Voir l’annexe suivante : le nom est peut-être d’origine iranienne. C’est O. Puchstein (dans M. Sobe (...)
  • 24 Et sans doute aussi ’rhdwn (RTP 682) : voir R. Degen (compte rendu de J. K. Stark. 1971, dans BiOr (...)
  • 25 Voir RTP, p. 167.
  • 26 Sur la popularité de ce nom en milieu sémitique, voir M. Sartre. 1985, p. 234.
  • 27 Comme le note J. Starcky (ad loc.), il peut aussi s’agir d’un nom sémitique.

Note 2021
Note 2122
Note 2223
Note 2324
Note 2425
Note 2526
Note 2627

  • 28 CIS 4408 (p. 404) en suivant Ch. Clermont-Ganneau, propose aussi Ταμίας ou Τίμιος.
  • 29 Sur ce nom et sa proximité avec des noms sémitiques qui ont favorisé sa popularité en Syrie, voir M (...)

Note 2728
Note 2829

12Ce tableau, comme le précédent, n’inclut pas les noms inhérents à la condition de citoyens romains (voir cette liste dans D. Schlumberger, 1942-1943b, complétée ici au chapitre m, n. 211). Les Palmyréniens citoyens romains n’apparaissent donc qu’autant que leur nom soit grec ou latin. D’autre part, la liste n’inclut que les Palmyréniens sûrs ou probables ; les étrangers à l’oasis (soldats, fonctionnaires romains) sont regroupés dans un des tableaux suivants.

13Le classement alphabétique essaie de suivre l’ordre des noms en transcription française, seule manière d’uniformiser les données de textes écrits dans trois alphabets différents.

14À titre de comparaison, on peut donner la liste des noms les plus courants dans les inscriptions grecques de Syrie ; ces huit noms représentent environ 10 % des Syriens qui écrivent le grec : Alexandros, Philippos, Antiochos, Séleukos, Bassos, Eutychès, Dionysos, Diogénès (voir M. Sartre, 1998, p. 559). À part Philippos, tous ces noms sont présents dans la liste qui précède, mais sont parfois peu fréquents (Diogénès). De plus, des noms comme Hermès (ou les noms latins) sont aussi ou plus fréquents que certains d’entre eux.

X. NOMS IRANIENS DANS LES INSCRIPTIONS DE PALMYRE

  • 30 Le point de départ du tableau est la liste de J. K. Stark. 1971, p. 132. Le nom est ici suivi de la (...)
  • 31 D’après J. K. Stark. 1971. Pour simplifier, on a tenté de donner le nombre total de personnes diffé (...)
  • 32 Écarté par J. K, Stark, 1971, p. 74 parce que « Persian Names at Palmyra are rare », voir pourtant (...)
  • 33 Il faut peut-être corriger ainsi le bgrn de la transcription de J. Cantineau, Le seul autre exemple (...)
  • 34 L’origine iranienne du nom est établi par A. Caquot, dans RTP, p. 169 (en particulier à propos de C (...)
  • 35 Dans le texte bilingue Inv X. 114 (de 138), le wrwd qui apparaît est le roi d’Élymaïde, donc pas un (...)
  • 36 Le nom est aussi attesté en grec (Inv X. 38) : il ne s’agit pas d’un Palmyrénien, mais du roi de Ch (...)
  • 37 Sur ce nom, voir P. Piersimoni, 1994a, p. 302. On a aussi la variante sšn (SFP n° 87 = N. Saliby, 1 (...)
  • 38 L’origine occidentale de ce nom étant au moins possible, on retrouve les mêmes références dans le t (...)
  • 39 Voir aussi le composé btprmwn (H. Ingholt, 1936, p. 88 : cf. J. K. Stark. 1971, p. 81 et DFD, p. 35 (...)

Note 2930
Note 3031
Note 3132
Note 3233
Note 3334
Note 3435
Note 3536
Note 3637
Note 3738
Note 3839

15Ce tableau a surtout pour but d’être un point de comparaison en donnant une idée générale de la fréquence des noms iraniens, malgré le nombre des cas douteux. Il faut écarter prštn‘ (J. K. Stark, 1971, p. 109) : cf. RSP n° 24 et 29 (mêmes textes) où est proposée une explication par le latin Pristina, malgré la présence de -š (RSP, p. 15). Voir aussi kšndr’ (PAT 1654) pour Ἀλέξανδρος.

XI. TEXTES CARAVANIERS HONORIFIQUES

  • 40 La partie grecque d’Inv IX, Il n’a pas de rapport avec le commerce caravanier. Il s’agit sans doute (...)
  • 41 D. Schlumberger, 1961, p. 256 (BE 1963, 290).

Note3940
Note 40
41

  • 42 R. Mouterde et A. Poidebard, 1931, p. 101-115 (SEG 7, 135). Le texte palmyrénien a été publié par J (...)

Note 4142

XII. FONCTIONNAIRES ET SOLDATS ROMAINS À PALMYRE3

1. TEXTES DATABLES

  • 43 C’est-à-dire date du texte de Palmyre qui nomme le personnage en question. Il peut arriver que cett (...)
  • 44 PIR2. C 64. Comme pour tous les gouverneurs de Syrie jusqu’à Septime Sévère, voir maintenant E. Dab (...)
  • 45 Voir PIR2, M 625.
  • 46 Cf. J. F. Matthews. 1984, p. 179, n. 35 qui pense qu’il s’agit peut-être autrement du fonctionnaire (...)
  • 47 Le même personnage apparaît peut-être sur un relief funéraire aujourd’hui au British Museum (BM 125 (...)
  • 48 Vers fin de l’époque claudienne, d’après A. Piganiol, 1945, p. 17.
  • 49 E. Dabrowa. 1998, p. 53-56.
  • 50 Le nom est restitué par H. Seyrig. 1941a, p. 166-167 à la ligne 74 de l’araméen. Voir E. Dabrowa. 1 (...)
  • 51 Un autre personnage est nommé à la ligne 65 du palmyrénien, mryns (Marinus). Comme aucun gouverneur (...)
  • 52 E. Dabrowa. 1998, p. 64-68.

Note 4243
Note 4344
Note 4445
Note 4546
Note 4647
Note 4748
Note 4849
Note 4950
Note 5051
Note 5152

  • 53 On trouvera dans l’article de M. A. Speidel.1998, p. 185, n° 31, une étude de la carrière du person (...)
  • 54 C. Antius Aulus Iulius A. f. Vol. Quadratus. Cf. E. Dabrowa. 1998, p. 79-81.
  • 55 PIR2. P 883.
  • 56 E. Dabrowa, 1998, p. 83-85.
  • 57 Son nom complet est C. Quinctius C. f. Vel. Certus Poblicius Marcellus (voir J.-P. Rey-Coquais, 197 (...)
  • 58 C. Bruttius Praesens L. Fuluius Rusticus (PIR2. B 161 + B 164).
  • 59 Voir J.-P. Rey-Coquais, 1978, p. 65 et E. Dabrowa. 1998, p. 214.
  • 60 Voir E. Dabrowa, 1998, p. 97-100.
  • 61 M. Pontius M. f. Pup. Laelianus Larcius Sabinus. Cf. E. Dabrowa, 1998, p. 104-106.
  • 62 H.-G. Pflaum, 1960. I, n° 155.

Note 5253
Note 5354
Note 5455
Note 5556
Note 5657
Note 5758
Note 5859
Note 5960
Note 6061
Note 61
62

  • 63 Identifié avec L. Vehilius Gratus Iulianus. PIR2 I 615 : H.-G. Pflaum. 1960. I, n° 180 (voir p. 458 (...)
  • 64 J.-P. Rey-Coquais, 1978, p. 65 (avec référence à PIR2 D 144) et E. Dabrowa, 1998, p. 112-117.
  • 65 E. Dabrowa, 1998, p. 122-123.
  • 66 PIR2 M 137.
  • 67 J.-P. Rey-Coquais, 1978, p. 66 et B. E. Thomasson, LP I, n° 98.
  • 68 B. E. Thomasson. LP I, n° 99 (et PIR V 254).
  • 69 PIR2 A 435. à compléter par RE Suppl. XIV, 13 et surtout. B. E. Thomasson. LP I, n° 100.
  • 70 PIR2 L 146 et B. E. Thomasson, LP I, n° 101.
  • 71 B. E. Thomasson. LP I, n° 106.
  • 72 H.-G. Pflaum, I960. II, n° 324a.

Note 6263
Note 6364
Note 6465
Note 6566
Note 6667
Note 6768
Note 6869
Note 6970
Note 7071
Note 7172

2. TEXTES NON DATÉS

  • 73 Voir R. Fellmann, 1995, p. 239-240.

Note 7273

16À ces textes, on peut ajouter quelques textes provenant de Palmyrène (pour les milliaires, voir le tableau infra).

  • 74 Pour ce texte, comme le précédent. D. Schlumberger, ad loc., propose de restituer pour le nom de l’ (...)
  • 75 Les deux noms sont apparemment d’origine thrace (D. Schlumberger, ad loc).

Note 7374
Note 7475

3. ÉTRANGERS À PALMYRE SANS FONCTIONS OFFICIELLES CONNUES

  • 76 La partie palmyrénienne de ce texte porte les mots : dkyryn zbd’ wzbwd wš’dlt w[..b]ny pyd/r (« Qu (...)
  • 77 On peut supposer que cette Shegel, qui porte un nom relativement courant à Palmyre, faisait partie (...)

Note 7576
Note 7677

17Parmi les étrangers à Palmyre, il faut ajouter Obaidû, fils de Animû (‘bydw br ‘nmw br š’dlt), Nabatéen (nby’), ancien cavalier dans la forteresse de Ana (sur l’Euphrate). La dédicace (CIS 3973) date de 132 et on voit mal quel est le statut exact de ce cavalier (prš) d’une garnison située en territoire parthe. Il s’agit en tout cas d’un étranger à Palmyre, même s’il n’appartient sans doute pas à l’armée romaine (voir pourtant CIS 3944, Aurelius Philinos, soldat de la Légion III Cyrenaïca est στρατιώτης en grec, mais plen araméen).

XIII. PALMYRÉNIENS À L’ÉTRANGER4

1. DACIE5

  • 5 Voir L. Bianchi, 1987, p. 87-95, qui donne les références antérieures ainsi qu’un certain nombre de (...)
  • 78 Le texte RMD n° 28 concerne un autre ancien de cette unité, mais son nom est malheureusement illisi (...)
  • 79 Ce texte est le même que celui donné par G. Daicovici(u), Dacia I, 1924, p. 251 (cité dans J. Starc (...)

Note 7778
Note 7879

2. NUMIDIE6

  • 6 Voir principalement Y. Le Bohec, 1989 (p. 120-140 sur le numerus Palmyrenorum sagittariorum, avec d (...)
  • 80 Voir Y. Le Bohec, 1989.
  • 81 Voir les remarques de E. Will. 1992, p. 50.
  • 82 D’après Y. Le Bohec (1989), il s’agit peut-être du centurion de la centuria Maximi (CIL VIII. 2505, (...)

Note 7980
Note 8081
Note 8182

  • 83 Voir Y. Le Bohec. 1989, p. 132 pour cette lecture.

Note 8283

3. ROME84

  • 84 Voir E. Equini-Schneider, 1987, p. 69-85.
  • 85 Shoadû, fils de Taîmê, est aussi connu à Palmyre même par le texte CIS 3920, daté de 127.

Note 8385

4. DIVERS7

  • 7 Sur la présence palmyrénienne en Egypte. J. Schwartz, 1953, p. 63-81, H. Seyrig, 1972, p. 120-125 e (...)
  • 86 L’expression utilisée dans le premier de ces textes (whnpš whnpš d l’tn) montre qu’il est peu vrai (...)
  • 87 On peut ajouter à cette liste de Palmyréniens de Beth Shearim les personnages suivants dont l’onoma (...)
  • 88 C’est le seul texte trouvé à Qaryatein dont l’origine locale soit assurée. Voir J. Starcky et B. De (...)
  • 89 Inscription nabatéenne. La lecture de J. Starcky supprime toute référence à Palmyre (1978, n° 41).
  • 90 Dans le compte rendu de W. G. Oxtoby, Some Inscriptions of the Safaitic Bedouin (American Oriental (...)
  • 91 Le texte est repris dans M. Segre, Iscrizioni di Cos I. Testo, p. 243. Ev 260 et II, Tavole, pl. 13 (...)

Note 8486
Note 8587
Note 8688
Note 8789
Note 8890
Note 8991

5. SOLDATS PALMYRÉNIENS DE L’ARMÉE ROMAINE ATTESTÉS À PALMYRE

18On ne sait où placer Septimius Zabdas et Septimius Zabbaios, généraux d’Odainat et de Zénobie (CIS 3946 et 3947). Zabdas est appelé ὁ μέγας στρατηλάτης et rb yl’ rb’ (« le grand chef d’armée ») et Zabbaios, ὀ ἐνθἀδε στρατηλάτης et rb yl’ dy tdmwr (« chef de l’armée de Palmyre »), mais ils ont peut-être été aussi au service de l’armée romaine, avant la sécession palmyrénienne. Ils sont mentionnés aussi par les sources classiques : le premier est sûrement le Zabdas envoyé en Egypte par Zénobie et présent à Antioche avant la défaite contre Aurélien (Zosime, I, 44, 1 et 51, 1 : Ζάβδας ὀ Ζηνοβίας στρατηγός) et donc sans doute le Saba de l’Histoire Auguste (Vita Clau., XI, 1), présent en Egypte. Le second est sans doute le Zaba, allié de Zénobie (Zenobiam et Zabam eius socium) et vaincu près d’Émèse par Aurélien (Histoire Auguste, Vita Aurel., XXV, 2-3). Néanmoins la proximité phonétique entre les noms Zaba et Saba est remarquable et il est possible qu’ils désignent le même personnage.

XIV. MILLIAIRES ET BORNES-FRONTIÈRES

19

  • 92 Voir les nos 11-12 de A. Musil et E. Kalinka. 1900 (= OGIS 650-651) à restituer de la même manière (...)

Note 9092

XV. INSCRIPTIONS HONORIFIQUES IMPÉRIALES

XVI. AFFRANCHIS DANS LES TEXTES DE PALMYRE8

  • 8 Pour les affranchis attestés dans le Tarif (CIS 3913), voir la liste des fonctionnaires romains.
  • 93 Voir aussi RSP n° 104 où l’on trouve la formule Ibny ryh[wn](« pour leurs affranchis »), sans que (...)

Note 9193

XVII. ARBRES GENEALOGIQUES

20

21

Famille de Bônnê

Famille de Bônnê
  • 94 M. Rodinson, 1950, p. 137.
  • 95 M. Rodinson, 1950, p. 137.
  • 96 M. Rodinson, 1950, p. 137 : Inv IX, 20 ; J. Cantineau, 1933, p. 175, n° 2b et p. 183-184, n° 7 (?)  (...)
  • 97 RTP 463.
  • 98 Tarif (CIS) 3913.
  • 99 CIS 3927.

D’après DFD, p. 72-73
Note 9294
Note 9395
Note 9496
Note 9597
Note 9698
Note 9799

Famille de Naum

Famille de Naum

D’après DFD, p. 236 et M. Gawlikowski, 1976, p. 201 (modifié).

  • 100 M. Gawlikowski, 1976, p. 200 (= SEG 26. 1643)
  • 101 Inv X, 106 de 119. Peut-être le même que Zabdâ. J. T. Milik (DFD, p. 236) pense qu’il s’agit du mêm (...)
  • 102 RTP 773 et M. Gawlikowski, 1976, p. 200.
  • 103 RTP 778.
  • 104 CIS 4508 (tm’ brt šmšgrm br mlkw br nšwm).
  • 105 CIS 3932.
  • 106 CIS 3941.

Note 98100
Note 99101
Note 100102
Note 101103
Note 102104
Note 103105
Note 104106

Famille de Shoraîko et Alaîné

Famille de Shoraîko et Alaîné
  • 107 CIS 3951 et M. Gawlikowski, 1970a, p. 74, n° 6.
  • 108 CIS 3950. 3952-3954.
  • 109 CIS 3954.
  • 110 CIS 3953 : Inv X, 27.
  • 111 CIS 3950.
  • 112 CIS 3940.

Note 105107
Note 106108
Note 107109
Note 108110
Note 109111
Note 110112

Benê Aabeî

Benê Aabeî

D’après Inv X, p. 35 (avec compléments). Il est difficile de tenir compte dans ce tableau des décalages chronologiques entre les lignées.

  • 113 CIS 3963 (= Inv X, 47), première moitié du iie siècle.
  • 114 CIS 3990.
  • 115 CIS 3988 (= Inv VI. 3 = RSP n° 128), après 89 de notre ère.
  • 116 CIS 4456-8, première moitié du iie siècle.
  • 117 CIS 4456-8, première moitié du iie siècle.
  • 118 CIS 4456-8, première moitié du iie siècle.
  • 119 PAT 0001, 65-66 de notre ère.
  • 120 D. Schlumberger, 1961, p. 256-260.
  • 121 Inv X, 57, 59, 114 (avril 138) et 131 (août 81).
  • 122 Inv X, 57, 59, 114 (avril 138) et 131 (août 81).
  • 123 Inv X, 57, 59, 114 (avril 138) et 131 (août 81).
  • 124 Inv X, 57, 59, 114 (avril 138) et 131 (août 81).
  • 125 RTP 763.
  • 126 RTP 770.
  • 127 RTP 31 et 34.
  • 128 RTP 31 et 34.
  • 129 Inv XII, 48-49.
  • 130 J. Cantineau, 1930b, n° 36 (avec DFD, p. 233).

Note 111113
Note 112114
Note 113115
Note 114116
Note 115117
Note 116118
Note 117119
Note 118120
Note 119121
Note 120122
Note 121123
Note 122124
Note 123125
Note 124126
Note 125127
Note 126128
Note 127129
Note 128130

Bene Baâ (famille de Belshûri)

Bene Baâ (famille de Belshûri)

D’après M. Gawlikowski, 1971, p. 423

  • 131 CIS 4114 (Inv IV. 4), tour n° 67, dite de Haîran, en 33.
  • 132 Inv IV, 26a, tour n° 21 en 8-9 de notre ère.
  • 133 Inv IV, 26b, tour n° 21 en 24-25.
  • 134 M. Gawlikowski, 1970a, p. 82, tour n° 67.
  • 135 CIS 4126 (Inv VIII, 161a) et M. Gawlikowski, 1970a, p. 82, tour n°67.
  • 136 CIS 4124 (Inv IV, 3), tour n° 68, fondée en 83 par les quatre frères Shabî, Nebûzabad. Taîmaî et Ne (...)
  • 137 M. Gawlikowski, 1971, p. 422.
  • 138 CIS 4128 ? J. T. Milik, DFD, p. 88 en fait une seconde fille de Shabî.
  • 139 CIS 4125 (Inv VIII, 160).
  • 140 CIS 4129.

Note 129131
Note 130132
Note 131133
Note 132134
Note 133135
Note 134136
Note 135137
Note 136138
Note 137139
Note 138140

22M. Gawlikowski hésite pour l’origine du relief inscrit CIS 4126-4127 (Inv VIII, 161) entre les tours nos 67 et 68 (M. Gawlikowski, 1970a, p. 83 et note 56).

23Il faut ajouter à cette généalogie le prêtre Belshûrî, fils de Haîran, fils de Nebûlâ, fils de Hairan, fils de Belshûri, mort en 139 (J. Teixidor, 1997, p. 66 : blšwry br yw br nbwl’ br yrn br blšwry). Il descend sans doute du Haîran, mort avant la fondation de la tour n° 68 en 83, par ses quatre frères plus jeunes. Cela expliquerait le décalage chronologique avec Alaîshâ et Baaltegâ, morts enfants en 114, alors que le prêtre Belshûrî semble assez âgé.

24Alternativement, on peut penser qu’il descend du dernier des quatre frères Nebûlah (lecture nbwlh d’après A. Bounni, 1986, n° 1), car l’alernance nbwlh/nbwl’ n’est pas très gênante, et on peut supposer que l’on a sauté une génération entre Haîran et Nebûlah (celle de Belshûrî, père des quatre fondateurs de la tombe). La première solution semble pourtant plus satisfaisante.

25J. T. Milik (DFD, p. 88) ajoute à l’arbre généalogique de la famille lulius Aurelius Nebûmaî (Inv IX, 30, [ywlys] ’wrlys [nbwmy br tymšm]š bwn’ [šby] Ἰούλιος Αὐρήλιος [Ν]ε[β]ουμαιος Θαι[μισα]σο[υτ]ου Βωννεο[υ]ς [Σ]αβει) qu’il pense être un descendant du survivant des trois frères nommés Shabî.

Famille d’Elahbel

Famille d’Elahbel

D’après DFD, face à la p. 246.

Famille de Iulius Aurelius MalÉ

Famille de Iulius Aurelius MalÉ
  • 141 H. Ingholt, 1935, p. 76-78, nos II-IV.
  • 142 H. Ingholt, 1935, p. 82-85, nos V-VII.

Note 139141
Note 140142

Famille de Iulius Aurelius Malé

261re possibilité : Atetan (1) fils de Corbulon (1) meurt vers 150 à 25 ans (RSP n° 55). Son fils Corbulon (2), né vers 150 est père de Atetan (2) (RSP n° 58) vers 175. Celui-ci a 30-35 ans vers 200-210 et peut donc être représenté barbu et adulte à cette date sur le buste retrouvé dans la tombe (voir SFP, fig. 112). Cette théorie correspond au schéma suivant :

272epossibilité : Corbulon (1) et (2) ne sont qu’un seul et même personnage ; le premier fils Atetan (1) du nom de son grand-père était né vers 130. Il meurt vers 150, son frère né après cette date (Atetan [2]) reprend le nom de son aîné disparu. Il est représenté déjà assez âgé au début du troisième siècle, en même temps que son frère Haîran et que ses deux sœurs Abinâ et Martâ (c’est la solution proposée dans l’arbre généalogique de SFP, p. 123).

28La différence d’âge entre les deux Atetan peut faire pencher vers la 1re solution, mais la ressemblance d’âge et de style des portraits de Haîran et de Atetan (2) pousse plutôt vers la seconde. En tout état de cause, le problème est sans doute insoluble mais n’est qu’un exemple de plus de l’incertitude des généalogies palmyréniennes la plupart du temps. Le fait qu’on ne connaisse pas l’âge moyen au mariage, ainsi que la possibilité de remariages ajoutent encore à l’obscurité de la question.

Notes

1 La tessère est pourtant datée de l’époque d’Hadrien par H. Seyrig (dans D. al-Hassani et J. Starcky, 1957, p. 111, n. 2).

2 DFD, p. 14.

3 D. Schlumberger, 1971, p. 132.

4 DFD. p. 15-30.

5 M. Gawlikowski, 1973a, p. 48-52, modifié pour ce qui est des bny mtbwl par la découverte des textes de la Grande Colonnade (voir Kh. As’ad et M. Gawlikowski, 1986-1987, p. 164). En 1973, il proposait (p. 52) comme l’une des deux tribus encore inconnues à ce moment la φυλή Κλαυδιάς. Rien n'est venu depuis confirmer ou infirmer cette proposition faite avec beaucoup de réserves.

6 Il ne s’agit pas forcément d’un Palmyrénien.

7 Pour la date, voir annexe XII, à propos de Celesticus.

8 Κούριος (Inv) est corrigé en Βουρρος par J. T. Milik. DFD, p. 238.

9 Il y a une forte probabilité que ce nom (prmwn Φιρμων) ne soit soit pas d’origine latine : voir au tableau suivant, et à celui des noms iraniens.

10 Lecture ‘gtps (au lieu de ‘gtpl de H. Ingholt) d’après J. K. Stark. 1971, p. 120.

11 On peut douter de l’origine grecque de ce nom (voir R. Degen, compte rendu de J. K. Stark, 1971, dans BiOr 29. 1972, P. 213). Dans le cas contraire, ce serait le nom grec le plus courant à Palmyre. J. K. Stark (1971, p. 72) fait référence à W. Pape, 1870, p. 46 où le nom est cité d’après plusieurs textes de Flavius Josèphe (BJ I. 632 sq), à propos d’une esclave juive de Livie, originaire de Judée (PIR2 A92). Le nom n’apparaît pas dans les trois volumes parus du Lexicon of Greek Personal Names, ni même dans les inscriptions du reste de la Syrie (je remercie M. Sartre, pour m’avoir laissé consulter ses fichiers). À Rome. H. Solin (1982, p. 1193-1194) en cite 29 exemples, dont l’esclave de Livie (sous les formes Acme ou Acume) : 17 sont esclaves et affranchis (donc d’origine sémitique possible). 2 sans doute affranchis et 10 incerti. On se rapproche de ce qui se passe pour les noms grecs les plus courants à Palmyre et à Rome. Hernies ou Alexander. Le sens sémitique du nom n’est pas très clair. D’autre part, comme me l’a fait remarquer M. Macdonald, il n’est pas du tout assuré que le nom de l’esclave de Livie représente le même nom sémitique que le nom de la même forme à Palmyre, en particulier si, comme on le fait généralement, on donne une étymologie arabe à l’anthroponyme connu à Palmyre. R. Degen (compte rendu de J. K. STARK, 1971, dans BiOr 29, 1972, p. 213), en fait apparemment une forme de 3e personne masculin singulier de qâma IV (en arabe) : M. Macdonald me signale que le « ’ » final est presque certainement l’abréviation du nom divin. Le nom signifierait donc « II [nom divin] a élevé ». Le même verbe est à l’origine d’un nom très courant à Palmyre comme Moqîmû, mais surtout du nom féminin ’qmt (Aκαμαθη en grec. H. Ingholt, 1936, p. 99, n° 7) dont l’étymologie reste obscure à J. K. Stark (1971, p. 72). On peut supposer que, quelle que soit l’origine du nom, il n’a connu cette vogue que parce qu’on pouvait le rapprocher d’un nom grec (je remercie F. Briquel-Chatonnet et M. MacDonald de leur aide pour cette recherche). D’autre part. H. Ingholt propose d’y voir une forme assimilée de ‘anqâma, infinitif absolu aphel de la racine nqm. signifiant « vengeance » (H. Ingholt, 1974, p. 52). Il rapproche d’autre part le nom Aκαμαθη/’qmt, cité plus haut, qui aurait la même signification. Même si cette hypothèse était avérée, ce qui est peut-être douteux, on peut penser que le rapprochement avec un mot grec a pu jouer de la même façon dans ce cas.

12 Au lieu de tm’ de SFP n° 74 et N. Saliby, 1992, n° 31. La lecture de PAT semble confirmée par la fig. 144 de SFP.

13 Cf. H. Ingholt, 1962, p. 108-109.

14 J. T. Milik. DFD, p. 237 lit plutôt dmtws (Admetus).

15 Voir A. Caquot dans RTP, p. 167.

16 SFP n° 80 et 84 et N. Saliby, 1992, nos 37 et 41 (nom lu brnym). L’interprétation correcte du nom est celle de D. Hillers et E. Cussini (PAT 1047, p. 166 : « Berenice »). On retrouve la même lecture dans P. Piersimoni, 1994a, p. 309 et 311 (nos 34 et 42), mais sans cette interprétation.

17 L’origine de ce nom a été discuté : voir les discussions sur la tribu Claudias dans le chapitre ii (p. 68). Voir aussi les références dans PAT, p. 372 (Glossary, s.v. kldy). R. Degen (compte rendu de J. K. Stark, 1971, dans BiOr 29. 1972, p. 212, avec la n. 5) y voit plutôt la forme araméenne (et non arabe) du mot « chaldéen », avec un alefprosthétique inexpliqué.

18 Ces textes de RSP établissent l’équivalence entre dynys et Διονύσιος. A. Caquot dans RTP (p. 171) proposait Δεῖνις, Δείνιος ou Δινίας. « ou même peut-être Διονύσιος ».

19 J. K. Stark (1971, p. 83) explique ce nom par l’accadien dayânû « juge ». Il est sans doute préférable d’en faire une transcription du nom grec Δίων, qui de plus existe à Palmyre. Le nom ddywn (H. Ingholt, 1935, p. 102, n° XI) est peut-être lié.

20 Voir le commentaire de J. Starcky, RTP, p.183 (Addenda).

21 Ou bien Mηνóδωρος (RTP, p. 167).

22 Pour ce nom, voir la discussion au chapitre iv.

23 Voir l’annexe suivante : le nom est peut-être d’origine iranienne. C’est O. Puchstein (dans M. Sobernheim, 1905, p. 10) qui en fait une transcription d’un nom latin Firmo (de « firmus ») : voir J. K. Stark, 1971, p. 109. Cette opinion est combattue par H. Ingholt (1936, p. 91) qui propose une étymologie sémitique (racine prm avec le suffixe -ôn). Pour J. K. Stark, 1971, p. 109 « a Persian origin is more likely ».

24 Et sans doute aussi ’rhdwn (RTP 682) : voir R. Degen (compte rendu de J. K. Stark. 1971, dans BiOr 29, 1972, p. 213). A. Caquot (RTP, p. 165) se contente d’un simple « ? ».

25 Voir RTP, p. 167.

26 Sur la popularité de ce nom en milieu sémitique, voir M. Sartre. 1985, p. 234.

27 Comme le note J. Starcky (ad loc.), il peut aussi s’agir d’un nom sémitique.

28 CIS 4408 (p. 404) en suivant Ch. Clermont-Ganneau, propose aussi Ταμίας ou Τίμιος.

29 Sur ce nom et sa proximité avec des noms sémitiques qui ont favorisé sa popularité en Syrie, voir M. Sartre, 1985, p. 225-227.

30 Le point de départ du tableau est la liste de J. K. Stark. 1971, p. 132. Le nom est ici suivi de la référence aux pages de J. K. Stark, où l’on trouvera les autres références et l’étymologie la plus probable. On a donné tous les noms dont l’origine est probablement iranienne, même quand le doute paraît s’imposer.

31 D’après J. K. Stark. 1971. Pour simplifier, on a tenté de donner le nombre total de personnes différentes qui ont porté ce nom. On a ajouté ensuite les références parues après le livre de J. K. Stark.

32 Écarté par J. K, Stark, 1971, p. 74 parce que « Persian Names at Palmyra are rare », voir pourtant DFD, p. 245 qui accepte l’interprétation iranienne avec de bons arguments. J. K. Stark écarte avec la même phrase le nom suivant, bgšw. On trouve aussi le nom bgd (PAT n° 2721) qui est peut-être bien le même.

33 Il faut peut-être corriger ainsi le bgrn de la transcription de J. Cantineau, Le seul autre exemple de bgrn cité par J. K. Stark. 1971, p. 8, est le texte Inv VIII. 78 où le nom est restitué d’après le texte grec où l’on a Boγρανης.

34 L’origine iranienne du nom est établi par A. Caquot, dans RTP, p. 169 (en particulier à propos de CIS 4455 qui n’est alors pas bg[dn]). Peut-être faut-il ajouter à la liste le nom lu bgwšy (SFP n° 125). P. Piersimoni (1995, p. 258) l’accepte comme perse, malgré les doutes de J. K. STARK. 1971, ad loc. (voir note précédente).

35 Dans le texte bilingue Inv X. 114 (de 138), le wrwd qui apparaît est le roi d’Élymaïde, donc pas un Palmyrénien. La restitution du texte grec (Ὀρώδην), qui est celle des auteurs grecs anciens, ne s’applique peut-être pas dans le cas de Palmyre, puisque l’équivalence wrwd/Οὺορώδηςy est attestée par de nombreux exemples. Ce texte est cité deux fois dans la liste de J. K. Stark, 1971, p. 16, une fois sous Inv X, 114, l’autre fois avec la référence à « La Susiane », titre d’un article de J. Cantineau dans les Mélanges syriens offerts à M. R. Dussaud. I (BAH XXX, Paris, 1939, p. 277-279) où il donnait un fragment de la partie palmyrénienne du même texte.

36 Le nom est aussi attesté en grec (Inv X. 38) : il ne s’agit pas d’un Palmyrénien, mais du roi de Characène (Μεεραδατου βασιλέως Σπασινου Χαρακος).

37 Sur ce nom, voir P. Piersimoni, 1994a, p. 302. On a aussi la variante sšn (SFP n° 87 = N. Saliby, 1992, n° 44).

38 L’origine occidentale de ce nom étant au moins possible, on retrouve les mêmes références dans le tableau des noms gréco-latins (voir le tableau précédent : CIS 3914 de 175 et H. Ingholt, 1936, p. 109, n° 11 de 182). Néanmoins, on peut conclure avec J. K. Stark (1971, p. 109) et P. Piersimoni (1995, p. 258) à l’origine iranienne du nom.

39 Voir aussi le composé btprmwn (H. Ingholt, 1936, p. 88 : cf. J. K. Stark. 1971, p. 81 et DFD, p. 35).

40 La partie grecque d’Inv IX, Il n’a pas de rapport avec le commerce caravanier. Il s’agit sans doute d’un autre texte.

41 D. Schlumberger, 1961, p. 256 (BE 1963, 290).

42 R. Mouterde et A. Poidebard, 1931, p. 101-115 (SEG 7, 135). Le texte palmyrénien a été publié par J. T. Milik. DFD, p. 13.

43 C’est-à-dire date du texte de Palmyre qui nomme le personnage en question. Il peut arriver que cette date soit postérieure à son passage réel à Palmyre.

44 PIR2. C 64. Comme pour tous les gouverneurs de Syrie jusqu’à Septime Sévère, voir maintenant E. Dabrowa, 1998 (p. 30-32 pour Q. Caecilius Q. f. M. n. Metellus Creticus Silanus). Pour la période postérieure, pendant laquelle Palmyre appartient à la Syrie-Phénicie, voir B. E. Thomasson LP I. 1984, col. 318-320 (col. 303-320 pour la liste complète des gouverneurs de Syrie).

45 Voir PIR2, M 625.

46 Cf. J. F. Matthews. 1984, p. 179, n. 35 qui pense qu’il s’agit peut-être autrement du fonctionnaire romain chargé de Palmyre ; il envisage les deux mêmes solutions pour Barbarus, à l’époque de Corbulon.

47 Le même personnage apparaît peut-être sur un relief funéraire aujourd’hui au British Museum (BM 125036) dont une photo a été publiée par M. A. R. Colledge (1976a, pl. 76 ; voir aussi K. Parlasca, 1988, p. 218). Le texte grec inscrit sous les bustes d’un homme et d’une femme les désigne respectivement comme Гαίς (sic) Oὐίριoς Ἀλκίμoς et Oὐίρια Φoίβη (lecture d’après la photo). Le style ressemble bien à celui des bustes funéraires palmyréniens, mais ni l’inscription, ni le monument ne sont d’un type courant sur le site. Les sujets représentés sont bien sûr étrangers à l’oasis. D’autre part, il semble curieux que ce relief, daté par M. A. R. Colledge du début ou du milieu du IIe siècle, se rapporte à un personnage qui est affranchi d’un procurateur de l’époque de Germanicus, et qui a fondé son tombeau au milieu du siècle précédent. Il peut évidemment s’agir d’un de ses enfants, mais l’onomastique des deux personnages prouvent qu’on reste pour le moins dans un milieu pas tout à fait intégré à la société palmyrénienne, malgré le style de leur monument funéraire. Je ne sais d’ailleurs pas si l’origine palmyrénienne de la pièce est assurée. Récemment est parue une étude de M. Gawlikowski (1998, p. 145-151) sur ce personnage et les inscriptions le concernant. Il l’identifie au publicain de Palmyre.

48 Vers fin de l’époque claudienne, d’après A. Piganiol, 1945, p. 17.

49 E. Dabrowa. 1998, p. 53-56.

50 Le nom est restitué par H. Seyrig. 1941a, p. 166-167 à la ligne 74 de l’araméen. Voir E. Dabrowa. 1998, p. 58-60.

51 Un autre personnage est nommé à la ligne 65 du palmyrénien, mryns (Marinus). Comme aucun gouverneur de ce nom n’est connu, on suppose qu’il s’agit du légat remplaçant un gouverneur absent pour une raison ou une autre (« the acting deputy of an absent governor », J. F. Matthews, 1984, p. 178, n. 23 avec le détail de la discussion). Voir maintenant E. Dabrowa. 1998, p. 213-214.

52 E. Dabrowa. 1998, p. 64-68.

53 On trouvera dans l’article de M. A. Speidel.1998, p. 185, n° 31, une étude de la carrière du personnage. L’auteur pense qu’il est d’origine syrienne, et même locale. 11 place de plus le texte à la fin du il siècle, mais avant Septime Sévère, alors que H. Seyrig penchait plutôt pour la fin du Ier siècle, date qui s’accorde assez bien avec la biographie supposée du dédicant Saturninus qui et Elabelus Malichif. (CIS 3962 : H. Seyrig, 1941b, p. 238-240) ; voir chapitre vi.

54 C. Antius Aulus Iulius A. f. Vol. Quadratus. Cf. E. Dabrowa. 1998, p. 79-81.

55 PIR2. P 883.

56 E. Dabrowa, 1998, p. 83-85.

57 Son nom complet est C. Quinctius C. f. Vel. Certus Poblicius Marcellus (voir J.-P. Rey-Coquais, 1978, p. 64 et E. Dabrowa. 1998, p. 92-94).

58 C. Bruttius Praesens L. Fuluius Rusticus (PIR2. B 161 + B 164).

59 Voir J.-P. Rey-Coquais, 1978, p. 65 et E. Dabrowa. 1998, p. 214.

60 Voir E. Dabrowa, 1998, p. 97-100.

61 M. Pontius M. f. Pup. Laelianus Larcius Sabinus. Cf. E. Dabrowa, 1998, p. 104-106.

62 H.-G. Pflaum, 1960. I, n° 155.

63 Identifié avec L. Vehilius Gratus Iulianus. PIR2 I 615 : H.-G. Pflaum. 1960. I, n° 180 (voir p. 458 : « les commandants des troupes romaines d’occupation étaient d’ordinaire non seulement gratifiés du droit de cité du municipe qu’ils protégaient, mais y remplissaient le plus souvent des honneurs municipaux ». La remarque est valable aussi pour C. Vibius Celer, vers 150).

64 J.-P. Rey-Coquais, 1978, p. 65 (avec référence à PIR2 D 144) et E. Dabrowa, 1998, p. 112-117.

65 E. Dabrowa, 1998, p. 122-123.

66 PIR2 M 137.

67 J.-P. Rey-Coquais, 1978, p. 66 et B. E. Thomasson, LP I, n° 98.

68 B. E. Thomasson. LP I, n° 99 (et PIR V 254).

69 PIR2 A 435. à compléter par RE Suppl. XIV, 13 et surtout. B. E. Thomasson. LP I, n° 100.

70 PIR2 L 146 et B. E. Thomasson, LP I, n° 101.

71 B. E. Thomasson. LP I, n° 106.

72 H.-G. Pflaum, I960. II, n° 324a.

73 Voir R. Fellmann, 1995, p. 239-240.

74 Pour ce texte, comme le précédent. D. Schlumberger, ad loc., propose de restituer pour le nom de l’unité (C)oh(ors) II E(mesenorum).

75 Les deux noms sont apparemment d’origine thrace (D. Schlumberger, ad loc).

76 La partie palmyrénienne de ce texte porte les mots : dkyryn zbd’ wzbwd wš’dlt w[..b]ny pyd/r (« Qu’on se souvienne de Zabdâ, Zabûd et Shadallat, fils de pyd/r »). Il semble, d’après Ζ. T. Fiema, qu’il ne s’agisse pas des gens mentionnés dans le grec et le latin. On notera néanmoins le possible rapprochement phonétique entre Zabûd et le mystérieux Ζαβου du grec.

77 On peut supposer que cette Shegel, qui porte un nom relativement courant à Palmyre, faisait partie d’une famille qui entretenait des relations avec l’Egypte, où sont attestés des commerçants et des militaires palmyréniens (voir tableau correspondant).

78 Le texte RMD n° 28 concerne un autre ancien de cette unité, mais son nom est malheureusement illisible.

79 Ce texte est le même que celui donné par G. Daicovici(u), Dacia I, 1924, p. 251 (cité dans J. Starcky et M. Gawlikowski, 1985, p. 47) avec une lecture totalement différente : [A]elius d[omo Pal]myr[a] ori[undus] praef(ectus) coh(ortis) Aug(ustae) I(turaeorum). Il est cité d’après cette lecture (corrigée par H. Devijver, dans PME I, p. 59, n° 30) dans AE 1979. 486. Une photo est publiée dans IDR III/2, paru en 1980.

80 Voir Y. Le Bohec, 1989.

81 Voir les remarques de E. Will. 1992, p. 50.

82 D’après Y. Le Bohec (1989), il s’agit peut-être du centurion de la centuria Maximi (CIL VIII. 2505, supra).

83 Voir Y. Le Bohec. 1989, p. 132 pour cette lecture.

84 Voir E. Equini-Schneider, 1987, p. 69-85.

85 Shoadû, fils de Taîmê, est aussi connu à Palmyre même par le texte CIS 3920, daté de 127.

86 L’expression utilisée dans le premier de ces textes (whnpš whnpš d l’tn) montre qu’il est peu vraisemblable qu’il s’agisse d’un texte palmyrénien (présence de l’article h- et d au lieu de dy plus normal en palmyrénien). Comme pour les quatre personnages qui précèdent, c’est la graphie des textes qui permettrait d’en faire des Palmyréniens, or le fac-similé montre que l’écriture est fort différente de celle de Palmyre (B. Mazar. 1973, p. 207, fig. 19 : ici fig. 78).

87 On peut ajouter à cette liste de Palmyréniens de Beth Shearim les personnages suivants dont l’onomastique révèle peut-être aussi une origine palmyrénienne : M. Schwabe et B. Liftshitz, 1974, p. 15, nos 18-19 (Eίσάκιος Mοκιμου = CIJ II. 995-996) ; p. 18, n° 24 ([Z]ηνoβία θυγάτηρ [Θε]οτίμας = CIJ II. 1035) ; p. 43, n° 67 (Moκιμoς Moκ[ιμoυ] = CIJ II. 1084) : p. 51, n° 80 (Ἰσὰκ Oγα Bενιαμίν = CIJ II. 1099) ; p. 157, n° 183 (Zηνoβία = SEG 16. 829). Beaucoup d’entre eux sont probablement d’origine palmyrénienne, mais c’est sans doute aussi vrai pour quelques-uns parmi les très nombreux Isaac ou Sara connus dans cette nécropole (voir l’index onomastique de la publication de M. Schwabe et B. Liftshitz, 1974, p. 227-228 pour les textes grecs).

88 C’est le seul texte trouvé à Qaryatein dont l’origine locale soit assurée. Voir J. Starcky et B. Delavault, 1974, p. 69-70, n. 4.

89 Inscription nabatéenne. La lecture de J. Starcky supprime toute référence à Palmyre (1978, n° 41).

90 Dans le compte rendu de W. G. Oxtoby, Some Inscriptions of the Safaitic Bedouin (American Oriental Series, vol. 50), New Haven, 1968 (on trouvera à la planche XIX de cet ouvrage un fac-similé du texte, mais pas de transcription).

91 Le texte est repris dans M. Segre, Iscrizioni di Cos I. Testo, p. 243. Ev 260 et II, Tavole, pl. 131 (Monografie della Scuola archeologica di Atene VI, Rome, 1993), mais la traduction du palmyrénien s’appuie sur une transcription fautive.

92 Voir les nos 11-12 de A. Musil et E. Kalinka. 1900 (= OGIS 650-651) à restituer de la même manière que ce texte grec selon Ch. Clermont-Ganneau, 1920, p. 414 ; cf. aussi Waddington 2629.

93 Voir aussi RSP n° 104 où l’on trouve la formule Ibny ryh[wn](« pour leurs affranchis »), sans que le nom de ceux-ci ne soit connu.

94 M. Rodinson, 1950, p. 137.

95 M. Rodinson, 1950, p. 137.

96 M. Rodinson, 1950, p. 137 : Inv IX, 20 ; J. Cantineau, 1933, p. 175, n° 2b et p. 183-184, n° 7 (?) ; Inv XII, 42 (?).

97 RTP 463.

98 Tarif (CIS) 3913.

99 CIS 3927.

100 M. Gawlikowski, 1976, p. 200 (= SEG 26. 1643)

101 Inv X, 106 de 119. Peut-être le même que Zabdâ. J. T. Milik (DFD, p. 236) pense qu’il s’agit du même que Nashûm, le symposiarque de RTP 773 (voir la discussion au chapitre I, à propos de la famille).

102 RTP 773 et M. Gawlikowski, 1976, p. 200.

103 RTP 778.

104 CIS 4508 (tm’ brt šmšgrm br mlkw br nšwm).

105 CIS 3932.

106 CIS 3941.

107 CIS 3951 et M. Gawlikowski, 1970a, p. 74, n° 6.

108 CIS 3950. 3952-3954.

109 CIS 3954.

110 CIS 3953 : Inv X, 27.

111 CIS 3950.

112 CIS 3940.

113 CIS 3963 (= Inv X, 47), première moitié du iie siècle.

114 CIS 3990.

115 CIS 3988 (= Inv VI. 3 = RSP n° 128), après 89 de notre ère.

116 CIS 4456-8, première moitié du iie siècle.

117 CIS 4456-8, première moitié du iie siècle.

118 CIS 4456-8, première moitié du iie siècle.

119 PAT 0001, 65-66 de notre ère.

120 D. Schlumberger, 1961, p. 256-260.

121 Inv X, 57, 59, 114 (avril 138) et 131 (août 81).

122 Inv X, 57, 59, 114 (avril 138) et 131 (août 81).

123 Inv X, 57, 59, 114 (avril 138) et 131 (août 81).

124 Inv X, 57, 59, 114 (avril 138) et 131 (août 81).

125 RTP 763.

126 RTP 770.

127 RTP 31 et 34.

128 RTP 31 et 34.

129 Inv XII, 48-49.

130 J. Cantineau, 1930b, n° 36 (avec DFD, p. 233).

131 CIS 4114 (Inv IV. 4), tour n° 67, dite de Haîran, en 33.

132 Inv IV, 26a, tour n° 21 en 8-9 de notre ère.

133 Inv IV, 26b, tour n° 21 en 24-25.

134 M. Gawlikowski, 1970a, p. 82, tour n° 67.

135 CIS 4126 (Inv VIII, 161a) et M. Gawlikowski, 1970a, p. 82, tour n°67.

136 CIS 4124 (Inv IV, 3), tour n° 68, fondée en 83 par les quatre frères Shabî, Nebûzabad. Taîmaî et Nebûlah. Voir aussi le texte du sanctuaire de Nabû, lu rapidement dans DFD, p. 86 avec seulement trois frères, auxquels il faut ajouter Taîmaî (cf. A. Bounni. 1986, n° 1).

137 M. Gawlikowski, 1971, p. 422.

138 CIS 4128 ? J. T. Milik, DFD, p. 88 en fait une seconde fille de Shabî.

139 CIS 4125 (Inv VIII, 160).

140 CIS 4129.

141 H. Ingholt, 1935, p. 76-78, nos II-IV.

142 H. Ingholt, 1935, p. 82-85, nos V-VII.

Notes de fin

1 Ce tableau, comme le suivant, a pour base les listes dressées par J. K. STARK. 1971, p. 131-132 (Appendix III. A et B), complétées par les textes grecs et latins et les inscriptions publiées depuis 1971. Ils ne donnent que les noms utilisés par et pour des Palmyréniens. Pour les étrangers à Palmyre, voir les tableaux correspondants.

2 Le classement suit l’ordre théorique de la transcription en français. On trouvera après la liste des attestations non datées, entre parenthèses les textes datés (avec la date pour permettre de les retrouver plus facilement dans le tableau précédent). Dans la dernière colonne, on trouvera l’équivalent grec ou latin le plus probable. Le point d’interrogation dans la 3e colonne indique que l’un des deux noms (soit le grec, soit l’araméen) est restitué.

3 Le tableau est à compléter avec ceux des soldats palmyréniens d’origine (à Palmyre el ailleurs). Dans certains cas, le doute est permis quant à l’origine locale des personnes en question. De plus sont aussi compris dans la liste les gouverneurs et fonctionnaires attestés en Palmyrène, en particulier sur les militaires, même si leur présence effective sur place n’est pas assurée.

4 Sont exclus de cette liste, les personnages des textes palmyréniens de Doura-Europos, ainsi que ceux de la Palmyrène (en particulier du nord-ouest). De même, les textes du Wadi Hauran (F. Sahar, 1964, p. 9-27 et BES 1967, 78) et ceux des environs (dépression de Qa’ara : J. Teixidor. 1963, p. 33-34 : entre l’Euphrate et le Wadi Hauran : J. Starcky. 1963, p. 47) appartiennent visiblement à une zone sous contrôle palmyrénien. Il n’en est pas de même pour des textes trouvés plus au sud et à l’ouest, en Jordanie et en Arabie séoudite actuelle (voir annexe XIII. 4 « Divers »).

5 Voir L. Bianchi, 1987, p. 87-95, qui donne les références antérieures ainsi qu’un certain nombre de textes. Les soldats des unités palmyréniennes ne sont pas nécessairement originaires de la ville : ainsi ceux mentionnés en IDR III/1, 153 ou 142 + 149 et 136.

6 Voir principalement Y. Le Bohec, 1989 (p. 120-140 sur le numerus Palmyrenorum sagittariorum, avec discussion de l’onomastique) et E. Equini-Schneider, 1988, p. 383-395.

7 Sur la présence palmyrénienne en Egypte. J. Schwartz, 1953, p. 63-81, H. Seyrig, 1972, p. 120-125 et J. Bingen, 1984, p. 355-358 (avec références et bibliographie).

8 Pour les affranchis attestés dans le Tarif (CIS 3913), voir la liste des fonctionnaires romains.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 1 - Le nominatif est la plupart du temps συμποσίαρχος, avec une variante principale : J. Cantineau, 1930b, n° 14 (συνποσιάρχης).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre – ϕιλότειμος
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre – ϕιλοτειμία
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre – ϕιλοτείμως
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Note 23
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Seuls ont été pris en compte les textes datés. Les autres textes se trouvent dans le tableau par tribu.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Note 56Note 67Note 78
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Note 89
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Légende Note 910Note 1011Note 1112Note 1213
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Légende Note 1314Note 1415Note 1516Note 1617Note 1718Note 1819
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Note 1920
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Légende Note 2021Note 2122Note 2223Note 2324Note 2425Note 2526Note 2627
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Note 2728Note 2829
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Note 2930Note 3031Note 3132Note 3233Note 3334Note 3435Note 3536Note 3637Note 3738Note 3839
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Note3940Note 4041
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Note 4142
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Note 4243Note 4344Note 4445Note 4546Note 4647Note 4748Note 4849Note 4950Note 5051Note 5152
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Légende Note 5253Note 5354Note 5455Note 5556Note 5657Note 5758Note 5859Note 5960Note 6061Note 6162
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Légende Note 6263Note 6364Note 6465Note 6566Note 6667Note 6768Note 6869Note 6970Note 7071Note 7172
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Légende Note 7273
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Note 7374Note 7475
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Note 7576Note 7677
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Note 7778Note 7879
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Note 7980Note 8081Note 8182
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Note 8283
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Note 8385
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Légende Note 8486Note 8587Note 8688Note 8789Note 8890Note 8991
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende Note 9092
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Légende Note 9193
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Famille de Bônnê
Légende D’après DFD, p. 72-73Note 9294Note 9395Note 9496Note 9597Note 9698Note 9799
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Famille de Naum
Légende D’après DFD, p. 236 et M. Gawlikowski, 1976, p. 201 (modifié).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Famille de Shoraîko et Alaîné
Légende Note 105107Note 106108Note 107109Note 108110Note 109111Note 110112
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Benê Aabeî
Légende D’après Inv X, p. 35 (avec compléments). Il est difficile de tenir compte dans ce tableau des décalages chronologiques entre les lignées.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Bene Baâ (famille de Belshûri)
Légende D’après M. Gawlikowski, 1971, p. 423
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Famille d’Elahbel
Légende D’après DFD, face à la p. 246.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Famille de Iulius Aurelius MalÉ
Légende Note 139141Note 140142
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3776/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540