Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les notables de Palmyre

 | 
Jean-Baptiste Yon

Conclusion

Texte intégral

Il n’est pas que vous n’ayez, ouy parler d’une contrée, petite à la vérité, mais si fameuse pour les grands hommes qu’elle a produits, et pour l’estime qu’en ont toujours fait les Romains et les Parthes, ou les Perses, c’est-à-dire les seuls maîtres du monde, que l’on peut tirer vanité d’en être. Cette Province faict en quelque sorte partie de la Syrie : mais elle est tellement à soi, et par les déserts, et par les montagnes dont elle est naturellement fortifiée, que son gouvernement, ni ses peuples ne dépendent d’Estat, ni de Prince qui vive. La ville capitale s’appelle Palmyre, et le pays Palmirenie, comme si par une conformité du nom avec l’humeur des habitans une sagesse plus clair voyante que celle des hommes, eust voulu que ce mot qui ne signifie autre chose que force et victoire, fut un avertissement aux Palmireniens d’être toujours vainqueurs.
Histoire de Parisatis et Zenobias
(cinquième partie de l’Astrée)
par Marin le Roy de Gomberville,
Paris, 1625, p. 311-312

1La société de Palmyre, pendant les quatre siècles au cours desquels elle nous est mieux connue, se caractérise par un mélange unique d’influences venues des mondes « oriental » et « classique ». Comme on a pu le noter au cours de cette étude, la diversité des influences ne permet pas de donner une image unique de la culture des habitants de la ville. Il faut donc mettre l’accent sur la variété et la complexité des courants culturels et artistiques. Ils mêlent les influences arabes, araméennes, iraniennes, babyloniennes, et d’autres encore. Faute de pouvoir toutes les différencier, on est amené à parler de manière plus ou moins générale, mais il est nécessaire d’être conscient de ces différences et d’en tenir compte, autant que possible. On peut par exemple se demander comment les Palmyréniens considéraient le monde iranien. Était-il pour eux un monde étranger ou au contraire une partie de leur monde ? Les noms iraniens étaient-ils parfaitement intégrés dans l’onomastique des Palmyréniens, ou ces derniers les considéraient-ils comme le signe d’une origine étrangère à l’oasis ? La même question, quoiqu’à des degrés divers, se pose aussi pour certains noms sémitiques rares à Palmyre, ou même pour les autres noms indo-européens (grecs et latins).

  • 1 Le terme d’helle’nisation désigne seulement l’influence grecque en général. Il ne doit pas être pr (...)

2Il en est de même pour les influences qu’on pourrait appeler « occidentales » ou « classiques ». Il faudrait là aussi pouvoir distinguer de manière plus nette si c’était possible entre ce qui est proprement romain et ce qui est hellénique. Il serait également intéressant d’arriver à saisir le degré d’hellénisation de Palmyre avant l’arrivée de Germanicus1 ; on a malheureusement peu de documents qui le permettent, même si quelques inscriptions datent visiblement de cette période. Dans le sanctuaire de Bel, la découverte récente d’un temple qui a précédé le grand temple du premier siècle de notre ère est un signe de l’étendue de notre ignorance au sujet de cette période.

3À l’autre extrémité de la période, on peut noter la présence de traits plus proprement romains que révèle l’existence du clientélisme, en même temps que le développement de courants helléniques, en particulier autour de la cour de Zénobie. On a vu que c’était une des interprétations possibles du rôle de Longin dans l’entourage des princes de Palmyre.

4Malgré ces influences occidentales, si l’on considère de manière plus large la société de Palmyre, on ne peut manquer d’être frappé par la permanence de la culture locale, visible aussi bien dans l’usage de l’araméen, que dans l’onomastique ou la religion. C’est sans doute le trait le plus significatif, celui qui fait toute l’originalité de la ville au cours des premiers siècles de la présence romaine en Syrie. Avec environ quatre cent trente inscriptions, Palmyre est pourtant une des villes du Proche-Orient romain qui a livré le plus de textes grecs, mais ceux-ci sont moins nombreux que les inscriptions araméennes.

5Certes, du point de vue artistique ou politique, la ville partage beaucoup de traits avec le reste de la province romaine. Elle a les institutions et les magistratures d’une cité grecque, ses notables recherchent l’approbation et les honneurs conférés par les autorités impériales. Néanmoins, il est difficile de considérer que Palmyre est une cité comme les autres. Sans doute à cause de sa position excentrée, peut-être aussi en raison de ses contacts constants avec des zones peu ou moins hellénisées du monde antique, elle conserve un caractère particulier. Cela peut expliquer que, malgré les bons rapports qu’entretient la cité avec les autorités provinciales, malgré le passage de Germanicus, ou celui d’Hadrien, les citoyens romains sont fort peu nombreux et les premiers sénateurs originaires de l’oasis ne sont attestés que tardivement. De même, un phénomène qui fait l’originalité de la période hellénistico-romaine, l’évergétisme, connaît à Palmyre des modalités particulières, qui sont à mettre en relation avec la permanence de coutumes religieuses spécifiques.

6Il est difficile également d’estimer quelle était la part de la population de Palmyre qui était vraiment touchée par ces phénomènes de romanisation ; il semble bien que l’utilisation de la langue grecque, la plupart du temps, était surtout le fait des élites de la ville, et dans certaines circonstances seulement. De plus, comme pour tous les phénomènes historiques, la progression n’est pas régulière et un type de culture ne disparaît pas totalement pour laisser la place à un autre. Même si Palmyre a acquis au cours du temps des caractères helléniques et romains indéniables et sans doute bien ancrés dans les mœurs, cela ne signifie nullement qu’elle ne soit pas en même temps restée profondément orientale. Cette culture orientale elle-même a évolué, non seulement sous l’influence occidentale, mais aussi par des contacts avec le monde iranien, le monde arabe et le judaïsme. Du point de vue social, l’élite de la ville a sans doute en partie perdu son caractère tribal, mais elle est restée largement « orientale » tout au long de la période : les nombreux parallèles qu’on peut faire avec Hatra en sont une preuve.

7Ce qui apparaît clairement, c’est l’existence de grands notables qui dominent la société palmyrénienne. Des personnalités comme Haîran, fils de Bônnê. Soados ou à la fin de la période Worod semblent d’un tout autre niveau social que bien de leurs contemporains. Il existe de plus un milieu assez fourni de notables qui exercent un certain nombre de fonctions, mais qui souvent sont en relation de dépendance envers les grands notables. Ce sont eux par exemple qui érigent des statues de Marcus Ulpius Iarhaî ou de ses semblables. La société palmyrénienne apparaît ainsi fortement hiérarchisée, d’autant plus qu’on peut aussi définir des catégories « moyennes », qui apparaissent en groupe face aux grands notables (par exemple « les marchands », tgry’ ou ἔμποροι). On peut penser que les mêmes catégories moyennes apparaissent nommément dans les opérations de concessions de tombeaux, ou pour les dédicaces de petits autels. On constate d’ailleurs que les monuments funéraires permettent aussi de définir dans la société palmyrénienne des lignes de partage entre différentes catégories de la population, mais aussi entre différentes traditions culturelles. Ils donnent également une image de l’évolution artistique et économique de Palmyre, car le développement des nécropoles est à comprendre aussi comme une conséquence de la prospérité de la cité.

8On a parfois du mal à comprendre comment s’exerçait la domination des grands notables et sur quelles ressources elle était fondée, mais le fait est, à en croire les sources épigraphiques, qu’ils occupent une position prééminente dans la cité. On suppose qu’un des fondements de leur pouvoir est l’existence de liens tribaux sous-jacents, qui sont le fondement même de l’organisation de la société palmyrénienne. On imagine aussi, en particulier pour le commerce caravanier, qu’il existe des relations étroites entre les grands notables et les nomades qui occupent la Palmyrène. Pourtant, comme on l’a vu, cette situation, qui fait qu’on peut définir la société de Palmyre comme une société dimorphe, n’est que peu attestée dans les textes, même si c’est le meilleur moyen d’expliquer le fonctionnement du commerce et le développement de la cité.

9Ces notables de Palmyre appartiennent souvent à des familles dont on connaît d’autres membres, mais il est parfois difficile d’en retrouver les généalogies sur plus d’une ou deux générations. On a tenté au cours de ce travail de signaler les plus importantes. L’image qu’on peut en tirer est celle d’une société dans laquelle les familles partagent les rôles en leur sein. Ainsi, dans la famille d’Elahbel, on trouve des militaires et des hauts fonctionnaires religieux. Curieusement il ne semble pas y avoir dans cette famille de magistrats, même si plusieurs des frères d’Elahbel sont honorés par le Conseil.

10On a peut-être là une des grandes différences de Palmyre avec les autres cités de l’Orient romain, au moins pendant le début de la période. En effet, les personnages les plus influents qu’on peut citer au cours du ie siècle et encore largement au iie siècle n’exercent pas de fonctions civiques. Aussi bien Haîran, fils de Bônnê, que Soados ou Marcus Ulpius Iarhaî reçoivent un nombre inégalé d’inscriptions, mais aucun texte ne signale de magistratures à Palmyre. Cela ne signifie pas que les magistrats contemporains ne sont pas influents, mais les sources sont moins abondantes à leur propos, ce qui peut être un signe de leur moindre importance. De même, les magistratures religieuses les plus importantes, comme la symposiarchie des prêtres de Bel, n’accompagnent pas les hautes fonctions civiques.

11On a donc à Palmyre plusieurs catégories parmi les grands notables : les caravaniers, qui parfois, comme M. Ulpius Iarhaî, n’ont aucun contact apparent avec les autorités civiques de Palmyre ; les magistrats ; les prêtres. À ces trois groupes s’ajoutent d’autres personnages qui, comme M. Ulpius Elahbel, n’ont pas de lien avec le commerce, n’ont pas été magistrat, ni prêtre, mais pourtant semblent occuper une position de premier plan dans la société de Palmyre.

12La situation évolue, semble-t-il, au cours du iie siècle, et on connaît des magistrats qui ont un rôle en vue dans les activités de la cité, c’est le cas de Malê Agrippa en particulier. À la fin du siècle un personnage comme Ogeîlû, fils de Maqqaî est honoré par les quatre tribus sur décision du Conseil et du Peuple : il est félicité pour avoir exercé plusieurs stratégies contre les nomades, mais il a aussi été synodiarque de manière profitable aux caravanes, et il a accompli une belle carrière civique. Cette évolution voit son point culminant à la fin de la période, avec Worod en particulier, qui seul de tous les Palmyréniens exerce les premières fonctions civiques et religieuses, tout en jouant le rôle de protecteur des caravanes.

13En même temps, il est frappant de constater que le plus haut personnage de l’époque, celui qui se fait appeler dans les inscriptions « chef de Palmyre » est lui tout à fait en dehors du système civique, comme l’étaient aussi Haîran, fils de Bônnê ou M. Ulpius Iarhaî. Odainat ajoute une autre légitimité puisque sa prééminence à Palmyre est reconnue par les autorités impériales (gentilice Septimius, titre de sénateur). Le pouvoir d’Odainat est donc quelque chose d’inédit à Palmyre, par son ampleur et par ses conséquences ; il est nécessaire néanmoins de le replacer dans la lignée de grands notables qui exerçaient une souveraineté, au moins de facto, si ce n’est de iure, sur la société palmyrénienne.

14À cause de la nature même de la documentation, bien souvent on entend parler des notables seulement à leur apogée. Il est bien rare qu’on puisse retracer l’évolution d’une famille et sa montée vers le pouvoir et les honneurs. Le cas est patent pour la famille d’Odainat, qui apparaît brusquement dans toute sa grandeur au milieu du iiie siècle. Par définition, en effet, les sources épigraphiques donnent surtout le nom des personnages puissants au moment de leur gravure, mais ont peu d’égards pour les familles montantes ou les anciennes gloires. De plus, le vocabulaire officiel et public, assez stéréotypé, permet bien rarement de discerner les motifs réels des honneurs, même si la nature des relations sociales et des rapports de force peut être déduite.

15C’est seulement à l’époque d’Odainat et Zénobie que quelques sources littéraires renseignent sur l’histoire de la ville. Malgré la personnalité hors du commun de la reine de Palmyre, qui est une des seules Palmyréniennes à apparaître dans les sources de manière un peu indépendante, on a peu d’indication sur elle. Il est d’ailleurs difficile de faire de sa famille une famille de « notables » au sens strict, tellement le destin qu’elle s’est choisi semble en partie indépendant de Palmyre.

16Les activités, les relations, les rivalités des notables de Palmyre nous les montrent passant au cours des siècles d’une société à base tribale à une civilisation qu’influence de plus en plus l’Empire romain. Les Palmyréniens ont néanmoins su conserver leur culture et leur langue, tout en faisant de leur cité une éphémère rivale de Rome. Le destin de la cité, entre le règne d’Odainat et la défaite infligée par Aurélien, à la fin du iiie siècle, et le silence des sources documentaires qui retomba sur les notables, rendent impossible tout jugement sur la société palmyrénienne au ive siècle. Il est frappant néanmoins de constater que c’est au moment où chute Palmyre, et avec elle, la langue palmyrénienne que réapparaissent dans le reste du Proche-Orient sémitique les cultures, les langues et les écritures locales, avec des modalités différentes de celles qui avaient été utilisées par les Palmyréniens, et en particulier l’abandon du modèle civique grec. Mais cette évolution est en partie parallèle à celle du reste du monde hellénisé, elle ne signifie pas que l’influence grecque ait disparu dans cette partie du monde : la littérature syriaque en est un bon exemple.

Notes

1 Le terme d’helle’nisation désigne seulement l’influence grecque en général. Il ne doit pas être pris dans un sens trop strict.

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540