Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les notables de Palmyre

 | 
Jean-Baptiste Yon

Chapitre VI : Des monuments pour l’éternité

Texte intégral

1Quand on fait le bilan de ce qui reste aujourd’hui des grandes familles palmyréniennes, un élément se détache particulièrement, les grands tombeaux de famille. C’est une des stratégies par lesquelles les notables cherchaient à se rendre présents sur le plan urbanistique. On a vu en effet que la société palmyrénienne était une société socialement différenciée, et cela de manière assez forte, et le domaine funéraire est un des domaines où ces différences s’affirment. Or pour le visiteur de Palmyre, encore aujourd’hui, un des éléments les plus caractéristiques de l’oasis est justement la présence de ces nécropoles, dans lesquelles se trouvent un certain nombre de tombeaux monumentaux. Ceux-ci entrent dans trois catégories principales : hypogées, tombeaux-tours et temples funéraires. Cette documentation est complétée par les nombreuses de sculptures funéraires que des inscriptions accompagnent souvent, mais qui sont parfois anépigraphes. Cet ensemble donne un témoignage significatif sur la population de Palmyre, et en particulier sur les couches les plus élevées qui seules avaient les moyens de se faire construire de tels monuments.

2Pourtant l’intérêt des monuments funéraires n’est pas seulement lié à l’existence des grandes familles : ils permettent de connaître des pans entiers de la population car on connaît par leur nom un grand nombre d’habitants de l’oasis, ceux dont on a retrouvé les épitaphes. Dans de nombreux cas, pourtant, les textes sont assez courts ; il peut s’agir de stèles avec la seule mention du nom et du patronyme, accompagnée d’une formule funéraire. Dans d’autres cas, les inscriptions sont placées sur le côté des bustes ou des sculptures funéraires. Ces plaques proviennent de sépultures collectives et servaient à fermer les loculi dans lesquels on mettait les défunts. Généralement, les membres d’une même famille étaient installés à proximité les uns des autres, mais les inscriptions sur les plaques sont souvent laconiques (nom et patronyme), plus rarement un peu plus développées (on remonte à une ou deux générations supplémentaires ou on donne le nom de l’ancêtre du clan).

3Sur plus de sept cents textes rassemblés dans le Corpus Inscriptionum Semiticarum (nos 3901 à 4624), cinq cents environ sont funéraires (nos 4109 à 4624). La majeure partie de ces inscriptions funéraires sont justement gravées sur les plaques de fermeture de loculi. On peut en effet estimer que la plupart des textes du Corpus compris entre les numéros 4241 et 4624, soit un peu moins de quatre cents, proviennent de ces plaques ; on peut ajouter les inscriptions sur des sarcophages et sur des lits funéraires, moins nombreuses, ou encore des inscriptions comme celles du tombeau d’Elahbel qui donnent le nom des personnes admises à être inhumées dans la tour. Il faut bien sûr ajouter aussi tous les textes publiés et connus depuis la parution du Corpus en 1926 (le second volume est paru en 1947 mais le texte des deux volumes était pratiquement achevé en 1925) : on en trouve par exemple environ deux cent cinquante dans le recueil publié par M. Gawlikowski (RSP, 1974) et dans l’ouvrage de A. Sadurska et A. Bounni (Les sculptures funéraires de Palmyre, 1994 = SFP).

4Dans l’ensemble, même sans tenir compte des publications postérieures, ces proportions donnent une bonne indication sur l’état de la documentation et l’utilisation qu’on peut en faire. Quand les pierres sont découvertes en place, ou lorsque les généalogies sont assez développées, on peut reconstituer avec assez de certitude des branches des familles palmyréniennes. Mais ce n’est pas toujours le cas, car beaucoup de ces bustes se trouvent maintenant dispersés dans les collections du monde entier. Très souvent les tombes n’ont même pas fait l’objet de fouilles et ont été pillées, parfois à des dates relativement anciennes. Beaucoup de bustes visibles dans les musées (et cela même à Palmyre) sont ainsi privés de contexte archéologique et généalogique. Pour toutes ces raisons, on ne peut pas toujours reconstituer le milieu et les conditions sociales de la production de ces œuvres. On connaît donc beaucoup de Palmyréniens (et de Palmyréniennes) par leur nom, mais dans un fort pourcentage des cas, on ne peut donner plus de précision, sinon la date approximative de la sculpture.

  • 1 On peut évidemment penser aux cimetières modernes où existent des phénomènes similaires.

5L’étude des monuments funéraires de Palmyre peut donner une image globale de la société, selon le principe que la ville des morts est un reflet de la ville des vivants1. Le but est de voir de quelle manière les notables de la ville se servent de ces constructions, mais aussi des inscriptions qui s’y rattachent pour manifester leur pouvoir et leur influence. On peut partir de l’étude des hypogées, dans lesquels les catégories sociales sont plus mélangées, avant de passer ensuite à celle de formes plus exclusives : dans l’ordre chronologique, les tombeaux-tours et les temples funéraires. Mais l’étude doit aussi être topographique, et il faut essayer de comprendre la manière dont sont organisées les quatre nécropoles qui entourent la ville, en particulier si on y retrouve les structures tribales, caractéristiques de certaines étapes de la société de Palmyre. Plus largement, Palmyre appartient à l’Empire romain et celui-ci exerce son influence sur certaines parties de la population. Les notables cherchent à marquer leur influence sur la société par différents moyens qu’il faut tenter d’identifier. L’usage du grec ou de l’araméen, ou une combinaison des deux, tout comme l’utilisation d’un formulaire funéraire et d’une architecture inspirés par le monde grec peuvent sans doute s’expliquer par des raisons culturelles (volonté de s’intégrer à la culture dominante, plus valorisante), mais aussi politiques (volonté de former une élite). Au total, il importe de bien mettre en valeur les moyens employés par les couches sociales les plus élevées de la ville pour différencier leurs monuments funéraires de ceux du reste de la population, à un moment où la prospérité économique de Palmyre entraîne un enrichissement généralisé de l’ensemble des habitants de l’oasis.

A. LA DIFFÉRENCIATION SOCIALE DANS LES HYPOGÉES

  • 2 Voir surtout M. Gawlikowski, 1970b, chapitres ii à v, dont les conclusions sont toujours valables. (...)

6Les monuments funéraires sont bien connus et étudiés2. On y retrouve évidemment les différences sociales caractéristiques de la société qui s’expriment dans ce domaine comme elles s’expriment dans la vie publique de la ville de Palmyre.

  • 3 Sur cette tombe, voir la publication de R. Fellmann, 1970 (avec des compléments, id., 1976, p. 213 (...)

7On sait par un exemple, dont on ignore malheureusement la date exacte, qu’il existait à Palmyre depuis longtemps des tombeaux construits, appartenant sans doute aux familles et aux clans prédominants dans la « ville » et sa région. Le tombeau découvert dans le sanctuaire de Baalshamîn est situé dans un quartier un peu à l’écart de la ville telle qu’on la connaît aux premiers siècles de notre ère. Bien qu’il ne fasse pas partie des grandes nécropoles de Palmyre, il sert à mettre en perspective l’évolution de ces dernières. Il a existé, bien avant l’apparition des tombeaux des nécropoles, un type de monument funéraire construit qui est en quelque sorte leur ancêtre. La tradition d’ériger un tombeau pour sa famille est donc très ancienne et on ne saisit à Palmyre que la fin d’une longue évolution. Le texte du sanctuaire de Baalshamîn qui renseigne sur cette tombe est daté de 11 apr. J.-C. (BS n° 60)3. Si on remonte la longue généalogie, on peut arriver assez haut dans l’époque hellénistique ; cet hypogée du sanctuaire de Baalshamîn remonte donc au tournant du iie et du ier siècle av. J.-C, alors que le premier monument daté dans les différentes nécropoles est une tour, celle d’Atenatan (tour n° 7), à l’extrémité ouest de la vallée des Tombeaux (fig. 65). Le premier hypogée dont on ait l’inscription de fondation date des années 81-82 de notre ère (CIS 4197 = Inv VII, 15). Dans l’inscription BS n° 60, la généalogie remonte jusqu’à la septième génération, ce qui prouve sans nul doute la ferme volonté de souligner l’ancienneté de la famille. Cette tombe est d’un type unique, sans parallèle connu à Palmyre, mais elle prouve l’existence en ce lieu de tombeaux réservés à des familles depuis une époque assez ancienne. On verra plus loin des exemples à des périodes plus classiques pour Palmyre. Pourtant un certain nombre de cas montrent que ce principe d’exclusivité n’était pas la règle absolue, et qu’il existe des exceptions. Les textes de concession attestent ces partages ; ils sont en particulier relativement nombreux pour les hypogées.

1. LES SÉPULTURES DES CLASSES MOYENNES

  • 4 M. Gawlikowski, 1970b, p. 3.3-40. Sur ce type de monument, voir aussi M. Gawlikowski, 1972, p. 8-9 (...)
  • 5 M. Gawlikowski, 1970b, p. 164, n. 41 à propos du texte édité par J. Cantineau, 1930a, p. 529.

8Cet exemple prouve donc qu’il a existé, dès les périodes les plus anciennement connues de l’histoire de la ville, au moins un et sans doute plusieurs monuments funéraires importants, probablement déjà caractéristiques de différences sociales dans la société de Palmyre. Mais on sait aussi qu’existent à la même période des tombes beaucoup moins prestigieuses : les tombes à fosse. Selon M. Gawlikowski, les stèles funéraires simples qui marquent ces tombes individuelles à fosse4 sont les monuments des catégories modestes de la population (p. 35 : « les classes les plus pauvres de la population »), celles qui, par définition, n’ont pas accès aux tombes riches des notables que sont les tombeaux-tours. On peut déjà parler de différenciation sociale pour ces stèles, selon le prix relatif des différentes catégories en usage simultanément. Ce sont les stèles les plus simples, sans relief, avec seulement une inscription (1er groupe de Inv VIII, 1-28), qui sont les plus nombreuses, sans doute parce qu’elles étaient les moins coûteuses, tout comme les stèles ornées de la représentation d’un voile accroché à un clou. Les stèles avec une décoration un peu plus élaborée, comme l’image du défunt, sont les plus rares (fig. 66). Ces stèles avaient pour fonction principale de marquer l’emplacement de la tombe. Elles étaient plantées en terre et c’est à cela que servait le bas de la stèle taillé grossièrement en pointe. Le corps était généralement placé dans un sarcophage de terre cuite ou de plâtre avec quelques objets. C’est surtout lors de l’installation du nouveau village de Palmyre (dans les années 1930), au nord de la ville antique, que ces inhumations furent découvertes. M. Gawlikowski a supposé que d’autres nécropoles de Palmyre, en particulier la vallée des Tombeaux, ont connu ce genre de stèles5.

  • 6 On a quelques cas de stèles de ce genre découvertes dans des tombeaux familiaux. Comme l’expliquen (...)

9Mais cette catégorie de monuments relativement simples se limite chronologiquement aux deux premiers siècles de notre ère, avec un dernier exemple daté de 141 apr. J.-C. (Inv VIII, 2). Toujours d’après M. Gawlikowski, si ce type de stèles disparaît, c’est que se développe un type concurrent d’ensevelissement, en sépulture collective, en particulier dans les hypogées qui « moins exclusifs, accueillirent la population pauvre » (p. 39). Les stèles sont donc remplacées par les plaques rectangulaires qui servent à fermer les loculi (fig. 67)6. Il explique ensuite que seuls les riches, propriétaires d’une partie des tombeaux construits, avaient des dalles de fermeture de loculi avec représentation figurée. Les plus pauvres se contentaient de graffiti sur l’enduit des murs (voir un certain nombre de ces graffiti dans l’hypogée des « Trois frères », CIS 4176-4186).

10On manque néanmoins de sources épigraphiques sur ce phénomène. Plusieurs autres types d’explication sont possibles pour rendre compte de la disparition des stèles individuelles au milieu du iie siècle. On pourrait par exemple considérer que c’est seulement une certaine classe « moyenne » de la population qui pouvait s’offrir des stèles et que le gros de la population n’y avait pas accès. Cela n’expliquerait peut-être pas leur disparition, mais aiderait à comprendre le nombre relativement peu élevé de ce genre de monument dans l’ensemble de la documentation. On a en tout cas peu d’indices de la réalité de l’ouverture des hypogées aux classes les plus pauvres. Les gens modestes (esclaves ou affranchis parfois) présents dans ces hypogées sont rares. Des loculi étaient en vente publique pour le bénéfice du propriétaire, mais on peut douter que les gens réellement modestes aient eu accès à ces concessions.

  • 7 M. Gawlikowski, 1970b, p. 77, n. 41, dit d’ailleurs qu’ils n’ont aucun rapport avec les fonctions (...)

11L’argument e silentio qui voudrait que les preuves de la présence de gens extérieurs à la famille aient disparu parce qu’elles se trouvaient soit peintes, soit gravées sur du plâtre, est assez convaincant, mais les rares graffiti connus, comme ceux de la tour n° 127, n’apportent pas de preuves, car ils peuvent très bien être postérieurs à la disparition de la famille des fondateurs et donc n’avoir aucun rapport avec elle.

  • 8 H. Takayasu et I. Takura (éd.), 1994 pour la tombe C de la nécropole sud-est.
  • 9 W. Eck, 1987, p. 67.

12On est loin de tout savoir sur les hypogées et la manière dont on installait les défunts dans les loculi8. L’exemple d’un hypogée fouillé récemment par une mission japonaise le prouve. Le nombre extrêmement important de restes humains qu’on y a découverts, alors que les inscriptions nomment seulement sept personnes de la même famille, prouve qu’on a peu de données sur ces coutumes funéraires. On n’a aucun moyen pour l’instant de savoir qui étaient ces cinquante personnes : ce sont peut-être des membres de la famille, des esclaves, des affranchis, des clients. Mais il peut aussi s’agir d’étrangers à la famille. On connaît ailleurs des phénomènes de ce genre : à Rome, la tombe H de la nécropole située sous Saint-Pierre renferme plus de cent soixante corps pour seulement seize inscriptions9.

  • 10 Voir M. Gawlikowski qui cite les textes des tours funéraires nos 21, 67 et 68 (M. Gawlikowski, 197 (...)

13Quoi qu’il en soit, la multiplication des hypogées est contemporaine du développement économique et monumental de Palmyre. La prospérité de la ville à l’époque des Antonins favorisa sans doute l’émergence d’une classe moyenne, enrichie comme l’ensemble des Palmyréniens par le commerce caravanier (cf. le grand nombre d’inscriptions caravanières entre 130 et 161). Cette classe moyenne a peut-être renoncé aux sépultures individuelles à fosse, pour se rabattre sur les grands tombeaux collectifs, caractéristiques des familles importantes de l’oasis. Faute de moyens financiers et à cause du coût élevé des hypogées, ils durent pourtant se contenter de quelques parties seulement de ces tombes, concédées par les familles des fondateurs, soit en raison de difficultés financières, soit par spéculation, soit pour d’autres raisons (comme par exemple la disparition de la famille ou la construction d’un nouveau tombeau plus riche à proximité)10.

  • 11 M. Gawlikowski, 1970b, p. 110.

14La distinction introduite par M. Gawlikowski entre hypogées turriformes et hypogées indépendants est révélatrice de ce point de vue. Les premiers sont en liaison forte avec les tours funéraires et sont le monument particulier d’une grande famille. Les seconds sont « souvent conçus comme une entreprise profitable »11 et sont donc susceptibles d’être vendus ou partagés. De plus, ces hypogées indépendants constituent un système beaucoup plus souple que les autres types de tombeaux collectifs.

  • 12 K. Makowski. 1985, p. 77 : « changer les plans de l’hypoge’e au fur et à mesure que les besoins ou (...)

15Comme on peut le voir par un certain nombre d’exemples, les hypogées connaissent des histoires discontinues où les partages et les constructions de nouvelles galeries se succèdent12. K. Makowski émet l’hypothèse que la plupart des exèdres découvertes dans les hypogées explorés ont en fait été creusées postérieurement à la mise en service des tombes. L’aménagement entrepris par les fondateurs ne concerne qu’une partie limitée du tombeau, celle qui va être utilisée par ces fondateurs et leur famille immédiate. Les dates de concession sont les dates auxquelles des travaux sont effectués, souvent en prévision directe d’une vente. Dans le type primitif des hypogées, on trouvait une simple galerie avec une seule exèdre et des travées latérales.

  • 13 K. Makowski. 1985, p. 88 : « La liste des hypogées fouillés et datés [...] nous apprend aussi qu’i (...)
  • 14 H. Ingholt, 1938, p. 93-103 : voir K. Makowski, 1985, p. 82-83.
  • 15 H. Ingholt, 1974, p. 38.

16Ce n’est que dans un second temps que sont ajoutées des galeries et des annexes. Dans les années 130-140, on constate une rupture13 avec l’arrêt de la construction de nouveaux hypogées à galerie simple. Le dernier exemple daté est l’hypogée de Iarhaî, Atenûrî et Zabdibôl fondé en 133-13414. C’est au même moment que sont construites les dernières tours funéraires : la plus tardive est celle de Moqîmû, fils de Zebîdâ, dans la vallée des Tombeaux (Inv IV, 19 de 128 apr. J.-C). Par une curieuse coïncidence, c’est de cette période que datent les premiers textes de concession (en 95 pour un hypogée de la nécropole sud-ouest fouillé par H. Ingholt15 ; hypogée de Zabdateh, en 131, RSP n° 51), mais la grande masse des textes est plus tardive. On trouve encore après les années 130-140 des textes de fondation d’hypogées, mais ces derniers sont d’un type nouveau, en forme de T.

17La troisième période architecturale des hypogées (selon K. Makowski, 1985, p. 100) commence en même temps que les grandes séries de concession de parties d’hypogées (vers 175-180). Elle est marquée par le développement d’un nouveau type d’aménagement : les niches avec triclinium et l’emploi du sarcophage. Mais ces triclinia restent exceptionnels, ils sont en fait de véritables petits tombeaux familiaux, à l’intérieur des hypogées communs à plusieurs familles. Ces divisions à l’intérieur des tombes qui se généralisent à cette période sont intégrées dans l’art et la mentalité des Palmyréniens des classes qu’on pourrait appeler « moyennes ». Le lieu de la différenciation sociale n’est plus tellement, dans ce cas, la tombe elle-même, mais l’aménagement particulier à la famille, avec une décoration et des sculptures qui dépendent souvent de la forme préexistante du tombeau. On peut prendre l’exemple du sarcophage. C’est une invention occidentale, adaptée par les Palmyréniens, mais on peut prouver sans mal que ce sont des artistes locaux qui sculptent et décorent ceux qu’on a retrouvés dans les hypogées de Palmyre. Cela confirme l’enracinement local de cette forme et le rôle nouveau qu’elle joue dans ces tombeaux comme élément de luxe et donc de statut social.

18Le nombre relativement important des textes de concession (52 textes dans le recueil de M. Gawlikowski) est sans doute à mettre en rapport avec l’enrichissement accru de cette catégorie de la population de la ville, car la plupart d’entre eux sont postérieurs à 170 ; on en connaît maintenant un nombre trop important pour penser que leur répartition chronologique tient seulement au hasard des découvertes. Il faut donc essayer de rendre compte de ce changement dans les coutumes funéraires des Palmyréniens et d’en trouver une explication. L’étude de quelques exemples d’hypogées où ont eu lieu des concessions peut conduire à une image plus claire des types de différenciations sociales dans les nécropoles de Palmyre. Ces exemples sont choisis en particulier en raison du nombre important de textes trouvés dans ces tombes. La documentation conservée est néanmoins presque toujours parcellaire.

  • 16 H. Takayasu et I. Takura (éd.), 1994, p. 139.

19On ne connaît qu’un exemple de tombe qui a sans doute conservé l’ensemble de sa documentation épigraphique et figurée. Elle permet d’avoir une image assez complète des différents événements qui ont marqué son histoire. La principale difficulté est que la tombe en question, la tombe C de la nécropole sud-est, n’a été utilisée apparemment que pendant deux générations16 et ce, par une seule famille. Elle a dû très vite être abandonnée en raison de risques d’inondations. Elle avait déjà été endommagée avant une première restauration : on y a trouvé seulement sept sculptures funéraires, alors que les restes humains découverts permettent de reconnaître qu’au moins soixante et une personnes ont été inhumées dans l’hypogée. Comme le remarque l’éditeur, c’est une grande différence avec d’autres hypogées, comme celui de larhaî (reconstitué au musée de Damas), dont les parois sont recouvertes de reliefs (fig. 68). On ne sait pas si, dans le cas de la tombe C, on doit imputer cette rareté des sculptures à des difficultés économiques ou à une autre cause.

20Le fondateur et ses deux fils reçoivent une position prééminente dans la tombe, au fond de la galerie principale, avec leurs bustes funéraires sculptés sur les plaques de fermeture de leur loculus. Il est étrange que l’un de ces deux fils, Shalmê (šlm’) soit représenté sur la plaque en compagnie d’un petit personnage debout au-dessus de son épaule, sans aucun doute un enfant. Or le texte gravé donne d’abord son nom et son patronyme (šlm’ br yrḥy ḥtl’), suivis de l’expression habituelle ḥbl : il ajoute ensuite une formule qui se rapporte à sa mère, mais au lieu de donner le nom de celle-ci, il donne seulement son patronyme (brt ml’) et ‘m’ qui signifie « sa mère ». L’enfant qui est représenté n’a pas de nom et la mère qui est nommée n’est pas représentée. Ce qui est encore plus étonnant et va contre un certain nombre d’idées reçues, c’est qu’à l’intérieur de ce loculus, derrière la plaque, on a découvert les restes de quatre défunts. Il s’agissait de deux hommes adultes (dont un placé là après crémation), d’une femme et d’un enfant, ce qui, sauf pour l’un des hommes, correspond assez bien avec ce qui était annoncé sur la plaque de fermeture. Il faut noter que ce n’est pas le seul loculus de la tombe où plusieurs corps étaient placés, mais que la plupart d’entre eux n’étaient pas annoncés par une inscription. Ainsi les reconstitutions de l’histoire des hypogées restent souvent hypothétiques, surtout quand la tombe a été pillée et n’est pas parvenue intacte jusqu’à l’époque contemporaine.

2. LES SUBDIVISIONS DES HYPOGÉES

  • 17 On ne voit pas sur quoi se fonde P. Piersimoni, 1994a, p. 313, pour l’affirmer. Sa proposition de (...)
  • 18 H. Ingholt, 1935, p. 75-89 avec les remarques de M. Gawlikowski, 1970b, p. 113-114 (et les textes (...)
  • 19 H. Ingholt, 1935, p. 82. V corrigé par J.K. Stark. 1971, p. 120 (voir PAT 0039). La traduction en (...)

21Pour l’étude des relations entre les acheteurs des différentes subdivisions dans les hypogées, on peut partir du cas d’un hypogée de la nécropole sud-ouest, celui de Iulius Aurelius Malê. Rien ne permet d’affirmer que celui-ci appartienne à la famille des fondateurs17. L’inscription de fondation est de toute façon très lacunaire, seule la date (109 apr. J.-C.) est conservée. Les différentes parties du tombeau sont concédées par leurs propriétaires à au moins neuf familles entre 193 et 23718. Si l’on suit le commentaire de l’éditeur, H. Ingholt, le propriétaire principal à l’époque des textes conservés est Iulius Aurelius Malê, fils de Haîran (ywlys ’wrlys ml’ br ḥyrn). Il faut en fait sans doute distinguer deux Malê, fils de Haîran, qui seraient le grand-père et le petit-fils (voir l’arbre généalogique de la famille en annexe XVII). Le premier cède les trois premières concessions (textes II-IV entre 193 et 223). Il porte dans les trois textes le même nom (Malê, fils de Haîran, fils de Sasan). On notera seulement que dès 215, selon une habitude bien connue, il ajoute Iulius Aurelius devant son nom (textes III-IV en 215 et 223). Le cinquième texte de la série (V, p. 82), suite à une faute d’impression dans l’édition originale, a été mal compris19. En effet, le texte ne mentionne pas la cession de trois niches par Iulius Aurelius Haîran, comme le dit le texte imprimé (ywlys ’wrlys ḥyrn), mais par Iulius Aurelius Malê, fils de Haîran (ywlys ’wrlys ml’ br ḥyrn). Ce Iulius Aurelius Malê s’appelle dans ce texte, ainsi que dans le suivant (VI, p. 84) Iulius Aurelius Malê, fils de Haîran, fils de Malê Haîran Sasan (ywlys ’wrlys ml’ br ḥyrn br ml’ hyrn ssn).

22Il faut sans doute comprendre que Malê est le petit-fils du Malê qui cédait les concessions entre 193 et 223, et non le même personnage. Cela expliquerait les différences dans l’écriture de la généalogie et l’apparition d’un Malê et d’un Haîran avant le nom Sasan qui est celui de l’ancêtre de la famille. Il apparaît naturel que le fils du premier Malê porte le nom de son grand-père (Haîran), tout comme c’est le cas pour le second Malê : de cette manière, on a donc deux Malê, fils de Haîran, à quelques années de distance. Le Haîran, père du second Malê, a dû mourir dans les mêmes années que son père, cela explique que son fils possède le tombeau de famille dans les années qui suivent.

23Il semble aussi raisonnable de penser que le Iulius Aurelius Malê des textes V-VII (p. 82-85) datés de 234-235 est un unique personnage, même si le dernier texte abrège la généalogie et ne l’appelle que Iulius Aurelius Malê, fils de Haîran Malê (ywlys ’wrlys ml’ br ḥyrn ml’).

  • 20 H. Ingholt. 1935, p. 82 et 85, textes V et VII d’une part, et p. 84. VI d’autre part.

24Le premier Malê porte les noms de Iulius Aurelius dès 215, ce qui est normal. Il est plus surprenant que, dans les généalogies, son fils soit appelé Haîran, fils de Malê Haîran Sasan en 234 et simplement Haîran Malê en 235, mais qu’un autre texte de 235 l’appelle Aurelius Haîran, fils de Sasan20.

  • 21 Voir aussi sur la répétition (ou non) de Iulius Aurelius dans les inscriptions. D. Schlumberger, 1 (...)

25Cet exemple peut surtout servir à attirer l’attention sur l’imprécision des textes palmyréniens (en particulier les inscriptions funéraires) : ce n’est pas parce qu’un personnage n’est pas appelé Iulius Aurelius qu’il n’est pas citoyen romain21.

  • 22 H. Ingholt. 1935, p. 86 et 88, VIII et IX.

26Le cas est un peu semblable pour Iulius Aurelius Maqqaî (ywlys ’wrlys mqy), père des acquéreurs de l’exèdre gauche. Il est appelé Iulius Aurelius en 215, alors qu’il vient de devenir citoyen. Mais dans les deux derniers textes de la tombe22 (mai et décembre 237), il est redevenu simplement Maqqaî, peut-être parce qu’il est mort ou pour toute autre raison (par manque de place ?). Dans le second des textes, son fils a perdu le Iulius pour ne plus être qu’Aurelius Haîran, pour une raison ignorée, mais qui a sans doute plus à voir avec un oubli du lapicide ou un manque de place qu’avec une décision réfléchie.

  • 23 Mais le terme peut désigner plus simplement un proche.

27L’étude des textes de cet hypogée renseigne aussi sur la manière dont s’effectuaient ces concessions. C’est à un parent23 (qryb), Taîbbôl (tybwl br ‘bd’ br tybwl), que la première partie de l’hypogée est cédée (exèdre à droite). Celle de gauche est donnée, une vingtaine d’années plus tard, à d’autres parents, deux frères, Iulius Aurelius Haîran et Iulius Aurelius Abbâ, fils de Iulius Aurelius Maqqaî, fils de larhaî (ywlys ’wrlys ḥyrn wywlys ’wrlys ‘b’ bny ywlys ’wrlys mqy br yrḥy). Ce sont les deux plus importantes cessions (H. Ingholt, 1935, p. 76-77, textes II-III). Dans ces deux premiers cas, ni la terminologie, ni la généalogie ne permettent d’identifier exactement les liens de parenté entre les diverses personnes mentionnées comme parentes (ou proches) de Malê.

  • 24 H. Ingholt, 1935, p. 78, IV ; voir aussi M. Gawlikowski, 1970b, p. 112.
  • 25 H. Ingholt, 1935, p. 79-82, textes a-i.

28C’est ensuite à des étrangers à la famille que se font les concessions. Il ne s’agit plus d’exèdres complètes, mais seulement d’un certain nombre de travées. Un des acheteurs, Iulius Aurelius Abisaî (ywlys ’wrlys ‘bsy br hnyn’ br ḥnyn br ‘g’ yrq) s’est vu céder une partie de la paroi droite de la galerie où il a fait creuser une niche, sans doute après 22324. C’est la seule salle de l’ensemble de la tombe qui ait été explorée. On y a retrouvé trois sarcophages disposés en triclinium, avec des inscriptions araméennes qui permettent d’identifier une partie de la famille de Iulius Aurelius Abisaî25.

  • 26 H. Ingholt, 19.35, p. 88. IX.
  • 27 H. Ingholt, 1935, p. 84-86. VI-VIII.

29Iulius Aurelius Haîran est le bénéficiaire avec son frère Abbâ du second transfert de propriété attesté ; à son tour, il cède des parties de son exèdre de gauche, soit des parois entières, soit parfois même deux travées seulement, à des gens qu’on peut identifier comme plus modestes : une femme, Aurelia Sammaî, fille de Lishamsh (’wrly’ šmy brt lšmš), acquiert deux travées26. Halaftâ, fils de Moqîmû Zabdâ (ywlys ’wrlys ḥlpt’ br mqymw zbd’), acquiert du même Haîran une partie de l’exèdre. Il est intéressant de voir que, deux ans auparavant, Halaftâ avait déjà acquis de Iulius Aurelius Malê trois travées sur la paroi gauche de la tombe27. D’après les textes, il semble que ces acquisitions permettent à Halaftâ de posséder plusieurs travées d’un seul tenant dans cette tombe. Ce personnage prend donc petit à petit une place plus grande dans l’hypogée. On peut s’interroger sur ce qui pousse Malê et Haîran à vendre progressivement une grande partie de leurs propriétés dans cet hypogée.

  • 28 Voir M. Gawlikowski, 1970b, p. 173 : « [... ] plus souvent les acquéreurs restent étrangers à la f (...)

30Ces études de ce qu’on pourrait appeler une microtopographie d’un hypogée de Palmyre permettent d’établir un certain nombre de données sur le niveau social des possesseurs de cette tombe : sans que ce soit le cas de manière systématique dans les nécropoles palmyréniennes28, il faut remarquer le rôle prépondérant dévolu à la famille (au sens très large) qui est la première et la mieux servie dans ces concessions. Ce sont des proches qui prennent possession des exèdres droite et gauche, celle du fond étant sans doute conservée par la famille de Iulius Aurelius Malê. Les autres acquéreurs doivent se contenter de parties plus réduites et on peut sans mal distinguer des niveaux de richesse.

31La famille de Abisaî est sans doute assez aisée puisqu’elle peut se permettre de faire creuser une nouvelle exèdre et de la décorer avec un certain luxe, alors que les familles de Aurelia Sammaî et Iulius Aurelius Zabdibôl sont sans doute beaucoup plus modestes puisqu’elles se contentent d’un petit nombre de travées. Le cas de Halaftâ est révélateur aussi d’une certaine forme d’ascension sociale, puisqu’après des débuts modestes (trois travées), il agrandit ses possessions dans la tombe. Le reste de l’histoire est malheureusement perdu. On ne peut que regretter l’impossibilité de l’exploration complète de l’hypogée et donc l’absence de tout plan d’ensemble qui aurait rendu plus clair le détail des transactions.

  • 29 SFP, p. 122-136.
  • 30 CIS 4159 et RSP n° 51.

32Les exemples étudiés dans l’ouvrage Les Sculptures funéraires de Palmyre (= SFP) par A. Sadurska et A. Bounni sont aussi révélateurs de faits de ce genre. L’hypogée de Zabdateh et Moqîmû29 comporte une exèdre principale dans l’axe de l’entrée et deux exèdres latérales au nord et au sud (fig. 69). Le texte de fondation et un texte de concession pour l’exèdre nord (dy m‘lk ‘l ymynk, « qui est à ta droite quand tu entres ») sont conservés30. Mais en combinant ces textes et les épitaphes, on remarque que cette exèdre nord est en fait partagée entre deux familles, celle de Marcus et celle de Sîônâ ; le fils du premier est mentionné dans le texte de concession comme l’acquéreur de l’exèdre nord.

33Même s’il n’est pas possible de trouver un lien prosopographique entre elles, il faut noter que l’occupation par les deux familles semble plus ou moins contemporaine. La vente à Barateh, fils de Marcus, s’est faite en octobre 131 (RSP n° 51), alors que le buste de Malikû, fils de Sîônâ, est daté par A. Sadurska et A. Bounni du milieu du IIe siècle (RSP n° 69 = SFP n° 179). Les raisons de la revente d’une partie de l’exèdre par la famille de Marcus restent inconnues. Cette dernière conserva pourtant la place d’honneur au fond de l’exèdre où se trouvait le lit funéraire. L’autre famille occupait une place plus modeste dans l’hypogée, sans doute quelques travées seulement. Une quatrième famille possédait au moins en partie l’exèdre sud, celle de Corbulon.

  • 31 Ou deux si on suit l’arbre généalogique de K. Makowski. 1985, p. 120 (= n° 2 de SFP, p. 123) qui s (...)
  • 32 RSP nos 51, 63 et 72.
  • 33 RSP nos 63 et 72. Le nom est absent du recueil de J. K. Stark. 1971. La transcription Iulius (M. G (...)

34L’onomastique de deux de ces familles est particulièrement intéressante par la présence de noms d’origine latine. Le père de Barateh s’appelle Marcus (br‘th br mrqs, RSP n° 51) ainsi qu’un de ses petits-enfants31 (mrqs ou mrqws en transcription araméenne)32. Un autre petit-fils porte le nom de wls (transcrit Walis par l’éditeur du texte), ce qui correspond à une transcription du nom Valens33. Enfin le texte RSP n° 67 mentionne une certaine ‘ṭny’, sans aucun doute la transcription du nom latin féminin Antonia. Il s’agit peut-être de la femme du Marcus figuré sur le lit funéraire avec Walis (= Valens). Ce dernier serait leur fils, à moins qu’Antonio ne soit en fait une sœur de Marcus et Valens. Quoi qu’il en soit, le premier Marcus peut être un étranger à Palmyre, venu d’Occident. Ce n’est apparemment pas un citoyen.

  • 34 RSP n°55, 58-62. Cf. CIS 3913 (Tarif), II. 121. Il n’y a qu’un seul Corbulon d’après la reconstruc (...)
  • 35 Voir le chapitre n (supra) et E. Will, 1996, p. 109-115 sur l’exemple du ou des Worod. Liste d’occ (...)

35On peut faire le même genre de remarques pour la famille de Corbulon qui occupe l’exèdre sud. Le nom Corbulon (transcrit qrblwn dans les textes)34 est celui d’au moins deux membres de la famille, le grand-père et son petit-fils. Indubitablement, le nom n’est pas d’origine palmyrénienne, il a peut-être été popularisé dans la région par le général de Néron dans la seconde moitié du ier siècle. Avant d’en faire des « Romains » installés à Palmyre, il faut noter qu’il n’est pas impossible qu’un nom latin soit adopté par une famille locale par un phénomène de mode, à l’exemple des nombreux noms d’origine iranienne présents dans les textes de Palmyre (Worod ou Artaban)35.

  • 36 RSP n° 63, p. 131 et fig. 42 ; K. Pareasca. 1987, p. 280, et M. Gawlikowski, 1987, p. 301, fig. 21

36L’existence de trois noms latins dans la famille de Marcus peut éventuellement être un argument pour une origine étrangère, voire occidentale. Ces noms sont ceux de plusieurs membres de la famille (trois Marcus et deux Valens). D’autre part, dans l’ensemble des deux familles, Antonia (’ṭny’) est la seule femme qui ne porte pas un nom local. Cela peut signifier qu’elle est étrangère (on ne connaît pas le nom de son père), car il est plus rare que des Palmyréniennes portent des noms non sémitiques. Mais les traces de romanité s’arrêtent à l’onomastique de certains membres de la famille, si on excepte le buste de Valens, fils de Marcus36, qui serait vêtu à la romaine.

  • 37 H. Takayasu et I. Takura (éd.), 1994, p. 140, où des restes de crémation sont mélangés à des inhum (...)
  • 38 Voir F. De Visscher, 1963, chapitre III « Inhumation et crémation », p. 17-42. J. M. C. Toynbee, 1 (...)

37La présence dans la tombe d’un vase en terre cuite rempli de cendres et d’ossements humains est une découverte peu fréquente à Palmyre où la crémation est rare. On en trouve pourtant d’autres exemples, dans la tour de Kîtôt ou bien dans la tombe C de la nécropole sud-est37. A. Sadurska et A. Bounni en font un signe d’influence romaine, sans doute parce que la crémation est une pratique courante à Rome aux premiers siècles de notre ère, même si elle ne reste prédominante que jusqu’au milieu du iie siècle. Elle est de toute façon assez rare en Syrie, bien qu’on en ait des exemples aussi bien dans le Hawrân qu’à Doura-Europos38.

  • 39 Pour un autre exemple d’homme avec un nom romain (Mucianus) et une descendance portant des noms ar (...)

38Néanmoins, de quelque manière qu’on reconstruise les arbres généalogiques, au bout d’un certain temps l’élément romain disparaît, effacé par les noms d’origine sémitique. Les membres des dernières générations connues portent des noms comme Abdastôr, Beeshegâ, Haîran ou Martâ39. Il est d’ailleurs curieux que tous les textes de cet hypogée soient uniquement inscrits en araméen. On aurait pu attendre du latin ou au moins du grec. L’absence de ces langues incite à préférer une origine locale des familles. On pourrait aussi en conclure que les membres de cette famille appartenaient à des classes moyennes de la société, susceptibles de posséder une petite partie d’un tombeau, mais étrangers en grande partie à la culture gréco-latine. Même si Marcus, ancêtre de la famille, est d’origine occidentale, il n’était apparemment pas citoyen romain, en tout cas ses enfants à Palmyre ne l’étaient pas (ou ne s’en vantent pas) et tous les éléments concordent pour conclure qu’il était bien intégré à Palmyre, dans un milieu tout à fait sémitique.

  • 40 Il s’agit des textes publiés par IMP, n° 113 (57/58), par le CIS 4235 (58), et pour le iie siècle, (...)

39Certains exemples de fonctionnaires romains (publicains), à partir du milieu du Ie siècle, montrent qu’on est en présence dans plusieurs cas d’un véritable effort d’intégration40, puisqu’il s’agit de textes honorifiques ou funéraires trilingues. Pour ces Romains, l’utilisation de l’araméen, en particulier dans un contexte funéraire (comme c’est le cas pour CIS 4235 et IMP, n° 113) marque nettement leur volonté d’appartenance à la communauté dans laquelle ils ont choisi de s’installer définitivement. Néanmoins à la différence des familles de Marcus et de Corbulon, le latin résiste peut-être à cause du rapport étroit entre les auteurs des textes et l’administration impériale. Ce qui est différent dans le cas des familles de Marcus et Corbulon, c’est que les textes sont unilingues araméens ; les inscriptions trilingues marquaient un effort d’adaptation par l’utilisation de la langue locale, mais conservaient néanmoins le grec et le latin, signe de leur attachement au reste de l’Empire. Ici, ces deux langues ont disparu.

  • 41 SFP, p. 124, et K. Makowski, 1985, p. 120-122.
  • 42 RSP n° 69 (= SFP n° 179, p. 133-134, fig. 78).

40Toutes les sculptures représentant la famille de Marcus semblent appartenir à la période qui suit immédiatement la concession de l’exèdre41. On peut supposer que tous ou une partie de ces gens sont morts assez rapidement aux alentours de 131. Si on suit la reconstruction généalogique de K. Makowski, on voit que la famille est limitée à trois générations, et la dernière, celle d’Abdastôr et de Beeshegâ, n’est constituée que d’enfants, morts en bas âge, avant leurs parents. La famille n’a peut-être pas occupé l’hypogée plus d’une trentaine d’années, et semble avoir disparu ensuite. L’autre famille, celle de Sîônâ, qui occupait une partie plus réduite du tombeau, s’est sans doute installée à peu près à la fin de cette période. Bien que la famille de Marcus ait apparemment disparu, l’installation d’une autre famille au même endroit ne signifie pas que la première perde sa place prééminente dans l’exèdre. La chronologie de la sculpture permet en effet de placer l’arrivée de la famille de Sîônâ vers les années 160-170. Le seul buste un peu plus ancien, celui de Malikû, fils de Sîônâ42 est en effet datable des années 130-140, mais le portrait lui-même est postérieur au buste. Il s’agit en fait d’une réfection effectuée vers 160-170, d’un buste qui avait peut-être attendu quelques années dans l’officine avant d’être retraité pour être placé dans la tombe comme représentation de Malikû.

41Seule une partie minoritaire de ces quatre familles est connue et la majorité des occupants des travées de l’hypogée n’a pas laissé de traces. Le tombeau a sans doute été violé dès l’Antiquité et les quarante-trois travées n’ont fourni que vingt et une sculptures. Cela limite la validité des conclusions qu’on peut tirer des vingt-cinq inscriptions conservées, étant donné qu’on ne connaît évidemment même pas la proportion des textes qui ont disparu. De plus, à part la date de fondation (114 de CIS 4159) et celle de la concession à Barateh (131 de RSP n° 51), toutes les dates sont fondées sur des critères stylistiques. Certes, ceux-ci sont assez bien établis, mais ils ne donnent pas de date aussi précise qu’une inscription. De plus, les dates données par l’analyse stylistique ne permettent que rarement de donner un âge approximatif pour les personnages représentés. Même s’il s’agit de portraits, ils ne permettent pas de savoir combien de temps après (ou même avant) le personnage représenté est réellement mort (et à quel âge). De plus l’exemple du portrait de Malikû prouve que les bustes attendaient parfois un certain temps avant d’être employés, ce qui réduit d’autant la précision des critères chronologiques pour les généalogies.

B. LES TOURS FUNÉRAIRES

42Un des points qui semble le plus assuré dans l’étude des nécropoles de Palmyre est que les tours funéraires étaient en général réservées à des familles qui se glorifiaient de leurs ancêtres nobles et mettaient un point d’honneur à rappeler leur lignée. C’est peut-être là que les solidarités claniques, d’origine nomade, se conservent le mieux, et on peut opposer ce phénomène au monde plus mélangé des hypogées indépendants où les relations sociales sont plus proches de ce qu’elles sont ailleurs dans l’Empire. Les textes de fondation des tombeaux rappellent qu’un tel a fait cette tombe pour lui et pour ses enfants, « à jamais ». On a pu aussi établir à l’intérieur des tombes quels étaient les ordres de préséance.

1. LA TOUR DE LA FAMILLE D’ELAHBEL

  • 43 Différents arbres généalogiques existent pour cette famille. Voir dans le CIS p. 269 ; DFD entre l (...)

43La tour d’Elahbel fournit un bon exemple de tombeau de famille (fig. 1 et 70). Il a été possible de reconstituer la généalogie de la famille et d’en dresser un arbre, qui regroupe les membres enterrés dans cette tour n° 13, car l’inscription de fondation (CIS 4134 en 103) et vingt-quatre textes funéraires (CIS 4135 à 4158) sont conservés43. C’est sans doute pour cette famille qu’on a le plus de renseignements de cet ordre. On a vu par ailleurs (chapitre II) qu’elle avait participé à la construction et au fonctionnement du sanctuaire de Nabû.

  • 44 On trouve dans le CIS, p. 269, un résumé des règles de transmission des noms, établi, entre autres (...)
  • 45 P. Garnsey et R. Saller, 1994, p. 221-222 : l’espérance de vie moyenne chez les Romains, comme dan (...)

44Le principal membre semble bien être l’aîné des quatre frères, Elahbel. Il est citoyen romain (Marcus Ulpius) ; il ne le mentionne pas en 103 lors de la fondation du tombeau, mais il a, de toute façon, reçu la citoyenneté avant 117, comme le prouve son nom. Dans le CIS, J.-B. Chabot explique qu’Elahbel n’est pas l’aîné ; il ne porte pas le nom de son grand-père paternel et il est cité en premier dans le texte de fondation en raison de son rôle dirigeant dans l’édification de la tombe. Pourtant il est possible d’expliquer assez facilement pourquoi l’aîné des quatre fondateurs de la tombe porte le nom de son arrière-grand-père paternel et non celui de son grand-père44. On peut tout d’abord rappeler que la mortalité infantile était sans doute assez importante à Palmyre comme elle l’était dans le reste de l’Empire45. Le premier fils de Wahballat, fils de Manaî Elahbel a dû effectivement s’appeler Manaî comme son grand-père paternel ; le fils suivant a pris le nom de Shokayaî comme son grand-père maternel. Ensuite c’est le nom de l’arrière-grand-père paternel, Elahbel, qui a servi pour nommer celui qui est devenu en 103 le fondateur de la tombe. Si ensuite les deux premiers nés sont morts en bas âge, Elahbel est devenu l’aîné des enfants survivants et il n’est pas étonnant que les noms de Manaî et Shokayaî aient été réutilisés pour des enfants nés ensuite, c’est-à-dire deux des fondateurs de la tombe. Cette reconstitution est certes hypothétique mais au moins aussi probable que celle que propose J.-B. Chabot.

  • 46 Voir M. Gawlikowski, 1970a, p. 175. Le mot apparaît sous la forme abstraite (‘pmltw = « curatelle  (...)

45La prééminence d’Elahbel semble aussi marquée par le fait qu’un de ses fils, Belaqab, est nommé dans une des inscriptions ‘pmlṭ’ du monument funéraire (Inv IV, 27b = CIS 4157). Ce terme qui n’apparaît pas ailleurs dans les nécropoles de Palmyre est une transcription du grec ὲπιμελητής (« curateur », « chargé de... »)46. Il s’agit sans doute d’une fonction pratiquement officielle. Le cas de Belaqab est malheureusement le seul exemple qu’on ait de cette fonction, mais on voit assez bien à quoi elle correspondait. Il fallait veiller à l’entretien de la tour et à son bon état et sans doute aussi vérifier que les gens qu’on plaçait dans la tombe correspondaient bien aux critères d’admission (appartenance à la famille en particulier) établis par les fondateurs. On ne sait pas si Belaqab eut des successeurs dans cette fonction ni s’il s’agissait d’une charge courante dans les nécropoles de Palmyre.

46Pour le reste, on ne connaît pratiquement rien de la carrière d’Elahbel, à part son élévation à la citoyenneté dans les premières années du iie siècle. J. T. Milik (DFD p. 228) explique qu’Elahbel paraît avoir accompli vingt-cinq ans de service militaire avant de se marier et d’avoir des enfants. C’est possible, mais aucun indice ne permet de le confirmer ; un certain nombre de parallèles familiaux apportent pourtant quelques éléments.

  • 47 Inv X. 129. Ce personnage porte d’ailleurs le numéro I dans la liste de D. Schlumberger, 1942-1943 (...)
  • 48 Même conclusion dans DFD, p. 244-245 : l’identification faite par J. T. Milik entre ce grand-père (...)
  • 49 D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 53-54.
  • 50 Pour la date de ce texte, voir annexe XII, à propos de Celesticus.

47En avril 108, un certain Caius Iulius Haîran, fils d’Elahbel, de la tribu Fabia, très certainement un cousin des quatre frères, est honoré par la Conseil et le Peuple. Il fait partie de la première famille à avoir reçu la citoyenneté romaine à Palmyre47. Même s’il s’agit sans doute d’une citoyenneté qui remonte à l’empereur Caligula et non à Auguste, cela prouve quand même que la famille fait partie de la notabilité de Palmyre depuis longtemps (depuis la première moitié du ier siècle). C’est sans doute le grand-père de Caius Iulius Haîran qui a obtenu ce privilège48. Là aussi, la raison de cet honneur reste inconnue, et on ne peut que suivre D. Schlumberger lorsqu’il écrit que « nous sommes en présence soit de soldats qui, pour la plupart, n’ont jamais revu Palmyre, soit de notables de la ville, qui ont dû rendre, eux ou leurs pères, des services à l’Empire »49. Ce rôle militaire de la famille est peut-être prouvé par l’inscription Inv X, 17 (= CIS 3962) où un certain Elahbel appelé aussi Saturninus, fils de Malichus (Elabelus qui et Saturninus Malichi f[ilius]), effectue une dédicace pour un centurion romain. Le nom latin Saturninus et la dédicace en latin à un militaire romain sont des indices convergents pour donner une fonction en liaison avec l’armée impériale à un certain nombre de membres de la famille (où les noms Elahbel et Malikû sont courants)50.

  • 51 Voir aussi le texte Inv X. 128 où Marcus Ulpius larhaî dédie une statue à un préfet d’aile, ou enc (...)

48Pourtant il faut rester prudent et noter que les trois légions dans lesquelles a servi Celesticus, le centurion honoré, étaient stationnées en Syrie et aux abords de l’Euphrate. Il a donc pu avoir des rapports avec des habitants de l’oasis qui n’étaient pas nécessairement des militaires. On peut par exemple comparer les textes Inv IX, 22 et X, 125. Dans le premier, le dénommé Aurelius Mareas (Αὐρήλιος Μαρεας) qui honore un officier romain est lui-même citoyen et peut-être aussi militaire. Dans le second, Zabdibôl, fils de Zabdibôl (Ζαβδιβωλος Ζαβδιβωλου τοῦ Ζαβδααθους τοῦ Ακκαβελου), n’est certainement pas citoyen, et rien n’indique non plus qu’il soit militaire. Pourtant, il honore un préfet d’une aile de cavalerie stationnée à Palmyre. On le voit, différents cas de figure peuvent se présenter et les militaires ne sont pas les seuls à honorer des officiers romains51.

  • 52 RTP p. 203 et DFD, p. 227-228.
  • 53 A. Bounni, 1986, n° 2.

49Deux des frères d’Elahbel occupent également des positions prééminentes dans la cité. Le dernier, Malikû est honoré par le Conseil et le Peuple de Palmyre dans le sanctuaire de Bel (CIS 3921) en 120-121. Comme souvent, on ne connaît pas les raisons de ces honneurs, mais ce texte fait partie d’une série de dédicaces placées dans le sanctuaire de Bel, centre religieux de la cité, ce qui ne pouvait que renforcer les honneurs ainsi conférés. Un autre des frères, Shokayaî était d’ailleurs sans doute le symposiarque Shokayaî fils de Wahballat des tessères RTP 376 et 82552. Ce même personnage est honoré par le Conseil dans un texte encore inédit du sanctuaire de Nabû53 en 113-114.

50Malheureusement bien peu des textes concernant la famille sont datés, et on ne la connaît en fait de manière précise que pendant une cinquantaine d’années. Le tombeau est fondé par quatre frères en 103. Ils sont, à ce moment-là, âgés sans doute d’une quarantaine d’années. On suit ensuite la famille jusqu’à la fin du premier tiers du iie siècle. Ensuite elle disparaît des documents. C’est le lot courant des grandes familles de Palmyre de disparaître sans laisser de traces. C’est le sort qui a touché aussi bien celle de Marcus Ulpius Iarhaî que celle de Soados quelques décennies après celle d’Elahbel. Pour cette dernière, on aurait cependant pu espérer continuer à suivre les descendants des quatre frères. L’arbre généalogique tel qu’il peut être reconstitué est en effet particulièrement bien fourni ; on connaît au moins quatorze enfants des quatre frères et encore trois ou quatre représentants de la génération suivante.

51Inversement, on peut identifier un certain nombre des ancêtres d’Elahbel et de ses frères, au moins pour des branches collatérales qui apparaissent aussi ailleurs à Palmyre (voir plus haut pour la branche de Caius Iulius Elahbel). On a vu aussi au chapitre précédent que la mère d’Elahbel appartenait à une famille connue depuis la première moitié du ier siècle.

52Dans l’ensemble, on a du mal à avoir des renseignements précis sur les activités et le statut social de la famille d’Elahbel avant les dernières années du ier siècle. Ensuite, la famille est bien intégrée parmi les notables de Palmyre. Il est intéressant pourtant de noter que les années dans lesquelles la famille se distingue du point de vue civique sont postérieures à la construction de la tombe.

2. LES CONCESSIONS DANS LES TOURS

  • 54 Texte de fondation. Inv VII, la (CIS 4162) et texte de concession Inv VII. 1 b (il faut tenir comp (...)

53On a vu l’importance des phénomènes de concession et de revente dans les nécropoles de Palmyre pour les hypogées, mais la question se posait aussi pour les tours funéraires ; on peut prendre l’exemple de la tour n° 164, fondée en avril 11854. La tour est située dans la nécropole nord, au pied et à l’est du Djebel el-Husayniyet. Le texte de concession n’est malheureusement pas daté, mais il est postérieur d’au moins un siècle à la fondation de la tour puisque les différentes personnes dont les noms sont conservés s’appellent Iulii Aurelii. La concession de ces quelques loculi est donc postérieure à 212. La tour reste ainsi une possession de la famille pendant toute cette période. La tour, très abîmée à l’heure actuelle, était l’une des plus somptueuses de Palmyre. C’est l’avant-dernière tour datée (la dernière est la tour n° 34 de 128 dans la vallée des Tombeaux). Le fait qu’elle soit grande et riche s’accorde bien avec le statut de citoyen romain du fondateur. Celui-ci, Publius Aelius Obaîhan, fait partie des plus anciens citoyens romains de Palmyre.

  • 55 Inv VII. 1 b, ligne 2 : pplws ’lys ‘bhyn br šm‘ wn, c’est-à-dire « Publius Aelius Obaîhan, fils de (...)

54Deux des plus belles tours funéraires de Palmyre, construites entre 83 (pour celle d’Elahbel, n° 13) et 118 (pour celle d’Obaîhan, n° 164) sont aussi l’œuvre de citoyens romains. La richesse, la notabilité s’expriment par ce biais, et parallèlement elles sont reconnues par le pouvoir provincial. On a vu que la famille d’Elahbel est connue par ailleurs ; ce n’est pas le cas pour celle de Publius Aelius Obaîhan, mais il n’est pas étonnant qu’il y ait des rapports étroits entre les gens honorés de la citoyenneté et les grands monuments funéraires. Même si, sans doute par le hasard de la documentation, Obaîhan n’est pas connu, le fait qu’il soit citoyen romain le place parmi les notables de l’oasis au moment où il fonde la tour n° 164 et son souvenir reste vivant parmi ses descendants. En effet ceux-ci rappellent que leur aïeul (sans doute leur grand-père ou leur arrière-grand-père) était déjà citoyen un siècle auparavant puisqu’ ils mentionnent ses tria nomina dans le texte araméen de concession55. Il y a sans nul doute une certaine fierté de la part de ces Palmyréniens à rappeler que leur ancêtre était déjà citoyen romain, alors que cette citoyenneté a touché la majorité des habitants de l’Empire à partir de 212, ce qui la rend alors beaucoup moins exceptionnelle. Il suffit de rappeler le faible nombre de citoyens connus à Palmyre pour les années qui précèdent le iiie siècle. Cet honneur devait donc représenter quelque chose d’important dans la société palmyrénienne, et même si on ne connaît personne de la famille d’Obaîhan qui se soit distingué particulièrement entre 118 et 212, la famille a dû garder de ce fait un certain prestige, y compris dans les années qui suivirent immédiatement la décision de Caracalla en 212.

  • 56 Sur ce phénomène et ses explications, voir entre autres D. Schlumberger, 1942-1943a et b.

55Après cette date, les descendants d’Obaîhan abandonnèrent apparemment les tria nomina de leur ancêtre pour adopter comme tous les citoyens palmyréniens connus à l’heure actuelle les noms de Iulius Aurelius56. Mais ce souci de rappeler la gloire de leur ancêtre peut laisser penser que le texte de concession Inv VII, lb est sans doute de peu postérieur à 212. En effet, la famille, pour sa gloire personnelle, rappelle qu’elle est de noblesse ancienne face aux « parvenus de la citoyenneté » qui l’entourent. C’est un phénomène connu. Face à Iulius Aurelius Taîmarsû qui ne peut se porter acquéreur que d’un ou deux loculi, la famille a besoin de se remettre sous le patronage de son ancêtre célèbre. Le nom et la citoyenneté de ce dernier sont d’ailleurs affichés dans l’inscription bilingue qui est sur la même pierre, juste au-dessus.

56On a affaire ici à une manifestation claire d’un certain snobisme des notables de Palmyre quand il s’agit des signes extérieurs de la notabilité. On se vante non seulement d’avoir eu un ancêtre portant un nom célèbre mais aussi, ce qui est peut-être au moins aussi important dans le cas de la tour n° 164, on se vante du fait que cet ancêtre est le fondateur de la tour ; celle-ci a donc toujours appartenu à la famille. Quelles que soient sans doute les difficultés de la famille (qui conduisent d’ailleurs à cette vente), ce fait est à rappeler dans l’inscription, sans doute pour montrer la différence de statut entre l’acheteur et le vendeur. Quand ils veulent désigner Publius Aelius Obaîhan, ses descendants l’appellent juste de son nom suivi de « fils de Shimôn ».

  • 57 Le grec donne Πόπλιος Αἴλιος Οβαιανης Συμῶνου τοῦ Οβαιανου τοῦ Νουρβηλου, et l’araméen ’byhn br šm (...)

57On peut comparer avec la généalogie plus longue du texte de fondation, où ce même personnage rappelle ses ancêtres jusqu’à son arrière-grand-père Nûrbel, donc la quatrième génération (si aucune génération n’a été omise comme cela arrive parfois)57. Le principe consiste généralement à remonter jusqu’à un ancêtre célèbre, une figure importante qui a marqué les esprits et qu’on donne comme figure fondatrice du clan. On peut se demander si justement dans le cas de cette famille, il n’y a pas eu une sorte de transmission de cette fonction entre les générations. La figure prééminente qu’était P. Aelius Obaîhan a remplacé l’ancêtre Nûrbel, et on n’éprouve plus le besoin de remonter plus haut. De plus le texte de fondation de la tombe avec la liste des ancêtres plus anciens est tout proche, juste au-dessus. On se contente de donner le nom du père d’Obaîhan pour lever toute ambiguïté mais ce dernier devient en quelque sorte l’ancêtre tutélaire de toute la famille.

58On voit ce que cela peut apprendre sur les phénomènes d’attribution du nom dans les familles de Palmyre. Le nom du clan peut changer facilement selon les mérites respectifs des ancêtres et aussi selon l’éloignement plus ou moins grand et l’oubli qui en découle parfois. Le nom Nûrbel n’évoquait sans doute plus rien sept ou huit générations plus tard, quels qu’aient été ses mérites à l’origine. Obaîhan, lui, était beaucoup moins éloigné, et possédait le double avantage d’avoir été le premier citoyen romain de la famille et d’avoir fondé la tour funéraire qui justement était en question dans la transaction. C’est donc tout naturellement qu’il devenait l’ancêtre important de la famille. Il faut ajouter que le premier personnage nommé lors de la transaction, Iulius Aurelius Obaîhan tirait justement son nom de cet ancêtre ; il était peut-être l’aîné des petits-fils, et il était facile pour quelqu’un portant ces noms de se mettre sous le patronage symbolique d’un tel ancêtre.

3. ORIGINES SOCIALES ET FAMILIALES

  • 58 On peut rappeler à ce sujet les remarques de K. Makowski (1985, p. 73) sur la double fonction du b (...)

59L’appartenance sociale des différentes personnes qui ont trouvé leur dernier séjour dans les tombes est révélatrice. On connaît des cas où des affranchis et des esclaves accompagnent leurs maîtres. En 40 de notre ère, la tour de Kîtôt (n° 44) est construite et, sur la façade, son fondateur installe une niche à relief avec les images (sans doute ṣlmy’ en araméen, mais le texte CIS 4115b = Inv IV, 19b est lacunaire) de son fils, de sa femme et la sienne propre. Il ajoute celle de son serviteur (ou esclave : ‘lym)58. Il s’agit peut-être d’ancêtres de la mère d’Elahbel (voir l’arbre généalogique en annexe XVII), mais ce qui peut arrêter au premier chef ici, c’est cette mention d’un serviteur ou esclave. Le mot ‘lym se trouve aussi dans le Tarif municipal (CIS 3913, II, 2, 4, 6 et 86).

  • 59 Voir M. Gawlikowski, 1970b, p. 91, qui donne le chiffre d’environ 300 pour la tour d’Elahbel.

60Dans le texte de la tour n° 44, la mention de l’esclave se trouve sur le relief dans une niche extérieure, mais pas dans l’inscription de fondation proprement dite. Il y a donc une différence entre la théorie (la destination officielle de la tour) et la pratique, c’est-à-dire la présence parmi les défunts placés dans les tombeaux de membres du cercle familial un peu élargi. Ce texte apporte un argument supplémentaire à la théorie qui voit dans ces tombeaux des tombes destinées en fait à la famille au sens large, avec non seulement les descendants directs du fondateur, mais aussi tous les gens qui dépendaient de lui, esclaves, affranchis et même peut-être clients. On peut rappeler à ce sujet que dans les grands tombeaux, les tours en particulier, plus de 200 défunts pouvaient trouver place59. Certains voudraient même tirer argument de ces chiffres pour calculer la population de Palmyre.

  • 60 Textes dans M. Gawlikowski, 1970b, p. 207-211, n° 12 (H. Ingholt, 1935, p. 91. II), 17 (H. Ingholt(...)
  • 61 Pour la situation dans le Hawrân, voir A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 177-180. Là aussi, les (...)

61Pourtant l’examen des textes présents dans les tombes ne permet que rarement de telles conclusions sur le nombre d’habitants de la ville. En dehors du texte cité plus haut et qui parle d’un serviteur, les mentions de dépendants des familles de fondateurs sont extrêmement rares. On trouve quelques affranchis dans les textes funéraires (voir le chapitre précédent), en particulier parmi les gens qui prennent des concessions dans le fameux hypogée de Malikû fouillé par H. Inghoit dans les années 1924-192560. Mais comme on l’a vu, ces affranchis qui achètent à un propriétaire une ou des places dans la tombe pour eux et pour leurs enfants, ne sont jamais d’anciens esclaves du propriétaire de la tombe. On voit ce que cela peut apprendre sur le statut des affranchis, c’est-à-dire leur autonomie assez grande par rapport à leur maître, puisqu’ils n’ont pas à dépendre de lui dans sa dernière demeure (ou au contraire n’ont pas le droit de partager la même sépulture que lui !) et qu’il existe des limitations. Tous les affranchis ne sont donc pas susceptibles d’être ensevelis dans la tombe de leur ancien maître61.

  • 62 Voir CIL XIV. 4759 et suivants.
  • 63 J. Kubinska, 1968, p. 162-163.
  • 64 Par exemple TAM II. 938. 939. 941. 949-950 pour la Lycie ; ou encore MAMA VIII, n° 534 à Aphrodisi (...)
  • 65 TAM II. 951-953.

62C’est une différence assez grande avec d’autres parties du monde romain, en particulier l’Italie. On peut citer l’exemple d’Ostie où une grande majorité des inscriptions de fondation de tombeaux de « famille » se distingue par la formule « sibi et suis et libertis libertabus posterisque ». La fréquence de la formule semble bien indiquer qu’il s’agit quand même d’une famille assez élargie dont les affranchis font partie62. En Asie Mineure, la situation décrite par J. Kubinska semble aussi sensiblement différente de celle de Palmyre : « On s’aperçoit que la majorité des tombeaux sont des tombeaux de famille, et cela dans le sens le plus large du mot : les enfants recueillis, les affranchis et les esclaves en font partie [...]. Les affranchis et les enfants recueillis occupent beaucoup de place dans les inscriptions funéraires ; les esclaves sont mentionnés d’une manière relativement rare. »63 Néanmoins beaucoup des textes cités par l’auteur limitent l’usage du tombeau au fondateur, à sa femme et à leurs enfants et petits-enfants64. Certains même nomment précisément quelques personnes qui n’appartiennent pas directement à ce cercle relativement étroit, mais qui peuvent pourtant « profiter » du droit à la sépulture65.

  • 66 M. Gawlikowski, 1970b, p. 169-171, sur la formule et ses variantes. Parmi les sept textes cités pa (...)
  • 67 Voir par exemple les n° 33, 49, 57, 62. 67, 69 et 79 dans M. Gawlikowski, 1970b, p. 192-204 (texte (...)

63Les textes de fondation, tout comme les textes de concession sont clairs. Les tombes sont construites par une ou plusieurs personnes apparentées, pour elles-mêmes, leurs enfants et les enfants de leurs enfants (lhwn wlbnyhwn wlbn’ bnyhwn), formule classique dont on trouve parfois l’équivalent grec (ἐαυτῶ καὶ υίοῖς καὶ υίωνοῖς καὶ ἐγγόνοις)66. La formule est donc sans doute à prendre dans un sens assez strict, et il faut surtout expliquer l’ampleur extraordinaire des tombeaux par le souci de faire de la place à cette descendance pour les générations à venir. Il ne s’agit pas tant de la famille au sens large, contemporaine du fondateur, que de l’ensemble des descendants, « pour toujours » (εἰς τò παντελές ou I‘lm’). Certes, le texte de fondation est parfois un peu plus précis et restreint le cercle familial aux seuls descendants mâles67 ou bien l’élargit à certaines personnes comme la mère ou les frères (Inv IV, 7) ou encore l’oncle (J. Cantineau, 1930a, p. 536, n° 6).

  • 68 IMP n° 113.

64Une des exceptions les plus marquantes, dans le texte trilingue CIS 4235 (= Inv VIII, 57), est le fait d’un étranger à Palmyre (fig. 71). Ce texte précise quels sont les bénéficiaires du tombeau, en latin et en grec : « pour lui-même (c’est-à-dire le fondateur Lucius Spedius Cḥrysanthos) et les siens » (sibi et suis, et έαυτῷ καὶ τοῖς ιδίοις), mais le texte araméen modifie la formulation traditionnelle : « pour lui et ses enfants et les enfants de sa maison » (lh wlbnwhy wlbny byth). On peut sans doute expliquer l’originalité de ce texte par l’origine étrangère de Cḥrysanthos et la formule araméenne qui signifie en fait « sa famille » comme une traduction plus ou moins fidèle du suis latin. Les mêmes termes sibi et suis et ἐαυτοῖς καὶ τοῖς ιδίοις sont d’ailleurs utilisés dans un texte presque exactement contemporain68 qui, lui aussi, est le fait d’étrangers à Palmyre, plus précisément de deux affranchis, sans doute présents à cet endroit pour le service impérial. L’un d’entre eux, C. Virius Alcimus est sans aucun doute un des collecteurs d’impôt mentionnés dans le Tarif (CIS 3913, 1. 78 de l’araméen).

65Les exemples d’hypogées cités plus haut montrent aussi que la spéculation avait peut-être sa place lors de la conception de certains tombeaux souterrains. Pourtant, que la famille réduite soit la première visée renseigne en outre sur l’idéologie des grandes familles palmyréniennes. On a vu l’importance très grande pour elles des ascendants, le souci continu de se rattacher à des ancêtres célèbres, à un clan. En parallèle, il semble donc bien que le souci de la descendance qui vient perpétuer la famille se manifeste de cette manière et que l’un des buts de ces fondateurs de tombeaux, en même temps fondateurs, ou refondateurs, de famille, soit d’avoir une descendance la plus nombreuse possible. On pense bien sûr au fameux passage de la Genèse où Yahvé promet à Abraham que ses descendants seront aussi nombreux que les grains de sable (Gen. 22, 17), mais ce trait n’est évidemment pas propre aux sociétés sémitiques anciennes.

  • 69 Voir par exemple D. Schlumberger, 1971, p. 126, n. 1.
  • 70 Dans M. Gawlikowski, 1970b, p. 184-204, parmi les 12 premiers textes de fondation (avant 70 de not (...)

66Au fur et à mesure que le temps s’avance, les mentions de la tribu se font plus rares69 ; cela est vrai aussi pour les textes funéraires. Mais on peut, je crois, aller plus loin et noter que même les textes de fondation les plus anciens ne mentionnent la tribu du fondateur que de façon épisodique70. Ce qui est mentionné le plus souvent, c’est le nom de l’ancêtre, membre le plus éloigné de généalogies parfois assez développées. On assiste, dans le domaine funéraire comme ailleurs, à une sorte de recentrage sur la famille étroite. C’est un lieu privilégié pour observer comment les vieilles solidarités tribales, claniques avant d’être familiales, disparaissent pour laisser la place à une conception de la famille plus proche de celle qu’on connaît à Rome (voir plus loin).

67Tout ce qui précède ne veut pas dire que seuls les membres de la famille étroite trouvaient réellement place dans les tombeaux des grandes familles palmyréniennes. Rien n’empêche que des esclaves ou des serviteurs aient pu reposer dans la tour d’Elahbel ou de tel ou tel notable de l’oasis. Pourtant, seules quelques rares inscriptions mentionnent explicitement leur présence ou même, ce qui est plus important, la possibilité de leur présence. Seuls les membres importants de la famille sont dignes d’être nommés dans les textes de fondation (il en est de même dans les textes de concession).

68L’exemple de la tombe C prouve qu’au moins dans certains tombeaux, une grande partie des défunts étaient placés dans les loculi de manière anonyme. Il s’agit dans ce cas-là d’un hypogée, mais il semble hautement probable qu’il en ait été de même dans certaines tours. Pourtant, seuls les membres de la famille au sens étroit sont nommés et représentés par les bustes et les inscriptions funéraires : c’est à eux qu’on accordait de l’importance, et non aux autres.

  • 71 C’est une idée proposée par R. Pfister, 1937, p. 7-10.

69Il se peut aussi qu’il y ait eu une différenciation au sein des familles et que certains des cousins moins fortunés aient trouvé place à l’étage, alors que la pièce d’entrée la plus décorée était réservée aux fondateurs et à leurs descendants directs71. La disposition hiérarchique des membres de la famille est la plus probable, et le luxe de la décoration de certains étages des tours appuie cette interprétation.

  • 72 M. Gawlikowski, 1970b, p. 96.

70Cette disposition pouvait se retrouver à tous les étages. L’existence dans plusieurs des tours les plus luxueuses de chambres réservées à des sarcophages aux différents étages en est une preuve. Cette pratique est attestée pour la tour de Kîtôt (n° 44), mais seulement pour les deux derniers étages conservés ; elle semble systématique ensuite comme dans les tours de Jamblique (n°51) et d’Elahbel (n° 13)72. Les membres de la famille les plus en vue prenaient probablement place dans les sarcophages installés dans ces chambres. Il est bien sûr impossible de savoir si ces pièces d’honneur étaient toutes utilisées par les membres d’une seule génération ou si certaines étaient réservées aux gens des générations postérieures.

71Un seul texte peut mettre sur la piste d’une solution. L’inscription CIS 4158 (Inv IV, 27y) est l’épitaphe d’un des quatre fondateurs de la tour n° 13 (d’Elahbel), mort en 121. Elle se trouve au premier étage, sur le linteau de l’entrée d’une des chambres mentionnées ci-dessus. Elle prouve que cet étage au moins avait été utilisé rapidement, moins de vingt ans après la fondation. Il a pu en être de même des trois autres étages au fur et à mesure que les frères mouraient. Il est seulement étonnant dans ce cas que les linteaux des autres pièces n’aient pas été inscrits de la même façon.

  • 73 R. Pfister. 1937, p. 8.

72Inversement les hypogées sous les tours pouvaient recevoir les membres les moins importants du clan ou de la famille. Tout cela reste du domaine de l’hypothèse, mais comme le nombre de textes funéraires conservés est considérable, il faut conclure que ces éventuels cousins n’avaient sans doute même pas droit à la mention de leur nom dans les inscriptions du tombeau. Il faut noter qu’apparemment la crypte située sous la tour de Jamblique n’a jamais été utilisée73.

  • 74 M. Gawlikowski, 1970b, p. 91, n. 82.

73Les quelques textes de malédiction et d’interdiction qu’on a conservés prouvent qu’on tentait parfois de mettre des étrangers dans ces tombes. Cela devait arriver relativement souvent quand la famille du fondateur avait disparu, mais, là encore, on n’a pas de textes qui pourraient permettre d’éclaircir l’histoire des tombeaux à ce moment-là. L’histoire de la famille d’Elahbel — on l’a vu précédemment — n’est connue que de 103 à 12174, soit en raison de l’état actuel de la documentation, soit parce qu’on n’a pas pu ou su reconnaître d’autres branches de la famille, ou encore parce que certains des descendants des quatre frères ne mentionnent plus tous leurs ancêtres.

  • 75 R. Pfister, 1937, p. 7-10, seule publication des fouilles effectuées dans les années 1934-1937 par (...)
  • 76 Le seul exemple probable est celui de la tombe du sanctuaire de Baalshamîn : le loculus n° 2 aurai (...)
  • 77 Sur les ossuaires mentionnés dans des inscriptions du Hawrân, voir A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. I (...)

74En tout état de cause, les fouilles pratiquées dans la tombe75 ont prouvé d’abord que la tour n’a jamais été utilisée de manière complète (en particulier l’étage souterrain), mais aussi que certains des tissus retrouvés sont peut-être plus récents que la première moitié du iie siècle. Rien n’exclut a priori que la famille ait survécu au-delà des dates limites connues par les inscriptions, et qu’elle ait donc continué à placer ses morts dans la tombe de leurs ancêtres, sans qu’il y ait d’ailleurs de remplacements des vieux corps par de plus récents. En effet, on n’a pas d’attestations d’ossuaires où les anciennes momies auraient pu être déposées, ni dans les tours, ni dans les temples funéraires76. Il serait étonnant que les restes décomposés des ancêtres aient été dispersés en plein vent. Cet argument renforce la théorie de l’utilisation assez courte de certains monuments funéraires, même si la faible conservation de la plupart d’entre eux interdit des conclusions fermes sur ce sujet77. Néanmoins, les exemples d’utilisation d’un seul loculus pour plusieurs corps (probablement de personnes décédées à intervalle réduit) montrent là encore que toute statistique trop précise sur ce sujet risque d’être dangereuse.

  • 78 M. Gawlikowski, 1970b, p. 91, n. 82.

75Il faut de plus ajouter que le tombeau d’Elahbel comme beaucoup d’autres a été très tôt l’objet de pillage et qu’on n’en a conservé aucun buste ou relief funéraire78. Il est donc très difficile de faire l’histoire de la famille, alors qu’on n’en connaît pratiquement que les membres qui étaient en vie à l’époque de la construction du tombeau en 103.

76Il subsiste bien évidemment une autre possibilité, non exclusive de la première d’ailleurs, qui est la réutilisation de la tour par des gens n’ayant rien à voir avec la famille. Ces différentes possibilités sont aussi valables pour la plupart des tombes des nécropoles de Palmyre, avec des réutilisations possibles et attestées jusqu’à l’époque islamique.

4. RECONSTRUCTIONS ET PRESTIGE FAMILIAL

77En 1937, dans le deuxième volume de sa publication des textiles de Palmyre, R. Pfister expliquait qu’on pouvait conclure du nombre important de tombeaux dans les nécropoles de Palmyre que leur temps d’utilisation avait dû être assez court. L’argument est sans doute valable, mais il a aussi des conséquences pour la conception qu’on peut se faire des grands tombeaux de famille et de l’idéologie qui présidait à leur construction. La tour n° 70 par exemple, fondée vers la fin du ier siècle, est un tombeau de dimension moyenne. Le texte de fondation a disparu, mais on connaît deux textes de concession (Inv IV. 1 = CIS 4206) datés des années 30 du iiie siècle.

  • 79 M. Gawlikowski, 1970b, p. 99.

78Comme le signale M. Gawlikowski79, « trois quarts de ce tombeau [...] restaient libres et pouvaient être cédés ». Le cas n’est pas unique, et on peut se demander pour quelles raisons ce tombeau a été peu utilisé. La famille a pu s’éteindre, mais une autre explication est possible. Elle s’appuie sur certains textes qui montrent que des familles ont abandonné le tombeau traditionnel et ancien pour en refonder un autre, plus riche et plus digne de ce que la famille estimait être son rang. Le désir de paraître, de fonder un sépulcre familial a sans doute été plus d’une fois la cause de l’abandon et de l’arrêt de l’utilisation d’une tombe. Il peut s’expliquer de diverses manières.

  • 80 Gawlikowski, 1969C, p. 59-69 et 1970b, p. 69-71 et 81-83.
  • 81 Textes publiés par M. Gawlikowski, 1970a, p. 82.
  • 82 M. Gawlikowski, 1970b, p. 94.

79Il est clair d’après la généalogie des fondateurs que la tour n° 68 a été fondée en avril 83 (CIS 4124 = Inv IV 3), pour remplacer la tour n° 67 fondée seulement 50 ans auparavant par le grand-père des fondateurs, Haîran, membre des Benê Baâ (Inv IV, 4a = CIS 4114)80. Bien que certains des petits-fils aient peut-être eu leur effigie dans la tour n° 6781, ils ont néanmoins fondé une nouvelle tombe, qui, paradoxalement, est bâtie d’après les procédés traditionnels, car il s’agit du dernier exemple du type ancien82. Haîran lui-même avait déjà abandonné le tombeau de sa famille (tour n° 21, antérieure à 8-9 de notre ère) pour faire construire sa tombe. Celle-ci, qui pouvait contenir au moins 150 sépultures, n’a donc été utilisée que par deux générations, celle de Haîran et celle de son fils Belshûrî qui est d’ailleurs mentionné dans le texte de fondation. On peut se demander si ce Belshûrî est bien le père des quatre fondateurs de la tour n° 68, ou bien si c’est un frère aîné mort jeune. Le Belshûrî de l’inscription de fondation de la tour n° 67 était sans doute mort en 33. Il avait peut-être eu auparavant des enfants qui, cinquante années plus tard, auraient fondé la tour n° 68 à un âge donc avancé pour l’époque (plus de cinquante ans).

  • 83 C’est l’opinion de M. Gawlikowski, 1970b, p. 81 à propos du texte Inv IV. 4b.
  • 84 M. Gawlikowski, 1971, p. 422-426.

80On ignore en général quel sort était réservé aux tombes ainsi abandonnées. On sait seulement qu’un(e) certain(e) Zeqâ (zq’) fut enseveli(e) en 129-130 dans la tour de Haîran (tour n° 67), soit une cinquantaine d’années après la construction du nouveau tombeau de famille ; il s’agit vraisemblablement d’un(e) esclave, puisqu’il (elle) est dépourvu(e) de patronyme, et ce serait donc le signe que la tour était désormais consacrée aux dépendants de la famille (et peut-être aussi aux branches mineures)83. Ce zq’ est identifié par M. Gawlikowski avec une certaine zqtrty, nourrice des enfants d’un des quatre fondateurs de la tombe n° 68, tywy (Taîmaî)84. La nourrice apparaît sur un relief aux côtés de deux fils de Taîmaî. Alaîshâ et Belshûrî (’lyš’ et blšwry) et de leur mère Attaî ‘ty). On peut supposer qu’il ne s’agit pas du relief funéraire de la nourrice, mais seulement de celui des enfants, ce qui expliquerait qu’elle soit enterrée ailleurs, dans ce cas précis dans une tombe plus ou moins abandonnée par les membres principaux de la famille (voir chapitre V).

81Les familles devaient ainsi garder une sorte de droit de regard sur le tombeau de leurs ancêtres. Dans le cas de la famille des Benê Baâ, tant que le nom de l’ancêtre (Baâ) a été préservé, le tombeau sur lequel son nom est inscrit a dû être l’objet des soins des descendants. Le nom apparaît sur les deux tours n° 67 et 68 qui sont voisines (fig. 72 et pl. 6). Cela a pu faciliter le souvenir de l’appartenance à la famille de la plus ancienne des deux tours. Il est en tout cas sûr que, étant donné la disparition rapide des familles de notables, les tombeaux devaient devenir libres.

  • 85 Inv IV. 26.
  • 86 CIS 3929. Le personnage s’appelle Belshûrî blšwry br hggw br blšwry b’ ce qui rend son identificat (...)

82On peut aussi s’engager dans une autre direction et rappeler qu’on est réduit surtout à des suppositions, en ce qui concerne la famille de Haîran, les Benê Baâ (voir l’arbre généalogique en annexe). On sait seulement qu’un frère de Haîran, ḥggw (Hagegû), était sans doute le père des dénommés mqymw (Moqîmû) et blšwry (Belshûrî) dont on a retrouvé les noms sur des graffiti de la tour n° 21 (datés de 24 apr. J.-C.)85 et que le deuxième des deux frères était sans doute le même que le personnage à qui une statue est offerte au début du ier siècle86. Il est naturel selon les règles normales de transmission du nom que deux des cousins, sans doute les aînés, se soient appelés Belshûrî. Il est plus remarquable qu’apparemment on ne retrouve pas dans les noms de Haîran et Hagegû le nom d’un ancêtre connu ; on a donc peu de moyens de savoir lequel d’entre eux est l’aîné, ou si même l’aîné n’est pas un autre frère qui est resté inconnu dans la documentation.

  • 87 Voir néanmoins plus haut les incertitudes liées au droit d’aînesse d’Elahbel.

83En partant de ces conclusions, on peut facilement franchir un pas de plus et se demander si la tour n 21 n’était pas aux mains d’une branche aînée de la famille pendant qu’Haîran, appartenant à une branche cadette, fondait le tombeau de sa propre famille, la tour n° 67. De même entre Haîran et ses quatre petit-fils, fondateurs de la tour n° 68, il manque une génération. Belshûrî, père des quatre frères est sans doute l’aîné puisqu’il porte le nom du père de son père ; il devrait donc s’agir de la branche aînée des descendants d’Haîran87. Cela n’empêche pas que la tour n° 67 ait pu rester aux mains d’une branche mineure de la famille, les enfants d’un autre fils de Haîran, plus jeune que Belshûrî, ou bien servir uniquement aux esclaves et aux serviteurs de la famille. Mais on notera qu’il n’y a pas de mélanges. La tombe ne semble utilisée par les dépendants qu’à un moment où la famille proprement dite l’a abandonnée.

84On ne peut donc pas conclure que les anciens tombeaux de famille servaient aux branches les moins nobles des grandes familles palmyréniennes. Il semble en tout cas que le souci de certains membres de branches cadettes de fonder leur propre lignée puisse être un motif de la fondation de nouveaux tombeaux.

  • 88 Le sens du terme araméen wršt‘ (CIS 4176b et c et 4184) est difficile à préciser. Il semble signif (...)

85De plus, on ne sait pas réellement comment se transmettaient les héritages à Palmyre88 et il n’est pas entièrement impossible que certaines branches lointaines de familles en voie d’extinction se soient vues en possession de plusieurs tombes, d’autant plus que les femmes pouvaient parfaitement être propriétaires d’un tombeau. Le dénommé Iulius Aurelius Bôlmâ, propriétaire de la tour n° 70 qui vend à deux de ses cousins la moitié de la tour et de l’hypogée en janvier 229 (CIS 4206 = Inv IV, 1), possède peut-être encore, par héritage, un autre tombeau où il compte se faire enterrer ainsi que ses enfants. Il n’est pas très utile de multiplier les hypothèses, mais cet exemple prouve bien qu’en l’état actuel de la documentation les tombeaux de familles conservent une partie de leur mystère.

C. LES TEMPLES FUNÉRAIRES

  • 89 Sur ce type de monument, M. Gawlikowski, 1970b, p. 129-146 (avec les remarques critiques de M. Eis (...)

86Si on peut décrire les tours funéraires comme des monuments qui mettent en valeur de manière exceptionnelle le désir de représentation des notables de Palmyre, cette description est encore plus valable pour les temples funéraires89. L’avènement de ce type de monument, qui semble remplacer au milieu du IIe siècle les tours funéraires, marque aussi une présence massive de l’influence romaine, puisque ces tombeaux connaissent de nombreux parallèles contemporains et plus anciens dans le reste de l’Empire. La principale difficulté que l’on rencontre dans une recherche sur ces temples funéraires est leur mauvaise conservation. Ils sont pour la plupart réduits à l’état de ruine parce que leur structure, à la différence des tours, était beaucoup moins massive et solide. De plus, la richesse des matériaux utilisés, le décor et la relative fragilité de la construction ont favorisé leur démantèlement par des gens désireux de remployer ces matériaux.

1. UN NOUVEAU TYPE DE MONUMENT

  • 90 A. Schmidt-Colinet, 1992.
  • 91 Ibid., 1992, p. 41, n. 114.
  • 92 Voir F. WILL. 1996, p. 109-115.

87Les recherches récentes menées par A. Schmidt-Colinet à propos du tombeau n° 36 (vallée des Tombeaux)90 ont montré quelles étaient les différentes influences qui apparaissaient dans la construction et le décor de ces tombeaux. L’identification proposée de la famille des fondateurs de ce temple funéraire avec celle de Septimius Worod, un des plus grands notables de l’entourage d’Odainat, est séduisante. La comparaison entre le décor somptueux de la tombe et la richesse et l’influence du personnage est tentante. Plusieurs inscriptions donnent des renseignements sur sa carrière et prouvent son pouvoir dans la société palmyrénienne (CIS 3937-3943). Pourtant cette identification qui repose sur une restitution du texte de fondation de la tombe (CIS 4217 = Inv IV, 21) proposée par J. Starcky91 est certes probable quant au nom restitué, mais rien n’assure que le Worod, fondateur de la tombe, soit bien celui-là même qui se distingua dans la dernière grande période de Palmyre92.

88Quelle que soit l’identité du propriétaire et des fondateurs de la tombe, cela n’entame en rien les conclusions qu’on peut tirer de l’étude de la décoration de la tombe. L’influence occidentale est très présente, les principes architecturaux sont clairement gréco-romains, même s’ils servent à exécuter un programme qui, par certains côtés, est très marqué par les coutumes locales. En effet, malgré la présence d’un péristyle par exemple, l’introduction des loculi, si typiques de Palmyre, montre bien qu’on a affaire à une forme architecturale plus ou moins mixte qu’il faut analyser dans cette perspective.

  • 93 A. Schmidt-Colinet, 1992, p. 40-41.
  • 94 D. Schlumberger, 1972, p. 339.

89A. Schmidt-Colinet reconnaît dans la tombe n° 36 cette combinaison de formes funéraires locales avec une forte influence de l’architecture sacrée et palatiale occidentale. Le « vocabulaire » architectural romain est utilisé par l’architecte dans une syntaxe orientale (fig. 57)93. Qui plus est, pour ce qui est des fondations, les seuls parallèles qu’il cite dans son ouvrage sont les palais d’époque parthe de Hatra et surtout d’Assour. Tout ce qui précède concorde évidemment assez bien avec la théorie qui voit en Worod, le fondateur de la tombe, un notable d’origine perse, cité dans les Res Gestae Diui Sapons94.

  • 95 E. Will, 1996, p. 115.
  • 96 A. Schmidt-Colinet. 1992, p. 103. L’ornementation des sarcophages, quant à elle, provient d’Occide (...)

90Au contraire, E. Will ne voit rien d’iranien dans la décoration du tombeau, mais le considère seulement comme un représentant de l’art impérial dans sa version syro-anatolienne95. Ces parallèles anatoliens ont d’ailleurs été bien reconnus par A. Schmidt-Colinet. Il cite en particulier des éléments décoratifs architecturaux pamphyliens de l’époque des Antonins et des Sévères96. Le plus frappant et le plus indubitable, au-delà du débat sur les proportions de chaque composante, est qu’on retrouve un schéma déjà bien connu à Palmyre. Cette tombe, construite vers 210-220, n’est pas le dernier monument connu à Palmyre, mais elle fait néanmoins partie de la dernière phase de ces constructions. Or elle a un point commun avec un bâtiment qui est en même temps un des plus anciens et un des mieux étudiés du site, le temple de Bel ; dans les deux cas, une structure générale d’origine gréco-romaine est utilisée dans un cadre nettement oriental. Celui-ci se voit aussi bien dans ce qui n’est que de l’ordre du détail (par exemple, les merlons du toit) que dans des constituantes plus essentielles du monument (orientation et présence de deux adytons).

91Le tableau qui suit est une autre preuve de la forte composante gréco-romaine présente dans les temples funéraires.

Textes de fondation de temples funéraires à Palmyre.

  • 97 Il s’agit de deux textes de concession : H. Ingholt, 1935, p. 112 et Inv VII, 15.

92La part d’influence gréco-romaine est sans doute plus importante que dans le cas des hypogées ou des tours funéraires. Ce qui est visible dans la décoration l’est aussi du point de vue épigraphique. Un seul des textes de fondation ne comporte pas de version grecque. Ces textes, dont on connaît assez souvent la date, donnent deux limites chronologiques pour la construction des temples funéraires. Le dernier texte daté est de 253 ; on peut rappeler que les derniers textes funéraires remontent à 26597. Le premier temple funéraire remonte, lui, à 143, soit quelques années après la dernière tour funéraire datée. Il s’agit donc du dernier siècle de la période de prospérité de la ville.

2. LES TEMPLES FUNÉRAIRES ET LES NOTABLES

93Répartis dans toutes les nécropoles, ces temples funéraires sont, comme les tours funéraires, placés de manière à être bien en vue. Le désir d’autoreprésentation des notables a trouvé là le domaine par excellence de son expression. Un des exemples les plus extraordinaires est la localisation d’un groupe de quelques tombeaux à l’extrémité de la Grande Colonnade : c’est en particulier le cas du tombeau n° 86 qui, à cet endroit, en ferme la perspective. C’est aussi à proximité de ce lieu (pl. 6) qu’arrivait la Colonnade transversale qui, à l’endroit précis où elle rejoignait la Grande Colonnade, aboutissait aussi sur ce tombeau.

  • 98 C. Watzinger dans Th. Wiegand, 1932, p. 71-76 et pl. 38-44. Voir aussi M. Gawlikowski, 1970b, p. 1 (...)
  • 99 Cet étage inférieur est aussi attesté pour un autre temple funéraire, le n° 150 dans la nécropole (...)

94Ce dernier a été pendant longtemps le mieux connu de ce type de monument, grâce à la publication de C. Watzinger98 ; il a été fortement restauré depuis. Son apparence extérieure en fait un exemple classique de ce que peut être un temple funéraire (fig. 58). Un simple coup d’œil donne d’ailleurs la raison de cette appellation. Précédé par les six colonnes de son pronaos, il mesure en tout 18, 50 sur 15, 50 mètres (14 × 14 mètres pour la cella). Il est placé sur un socle, qui servait à mettre en valeur son élévation, et en particulier l’étage. En dessous, existait une crypte où sont installées des travées de loculi99. Dix-neuf travées de cinq loculi étaient installées à l’étage principal. Au fond de la cella, un emplacement était réservé pour un banquet funéraire. L’aménagement du premier étage est moins clair, mais il est évident que son décor devait être aussi complexe et raffiné que celui du rez-de-chaussée.

  • 100 À titre de comparaison, le temple de Baalshamîn mesure environ 8,50 × 15 m. Le temple funéraire n° (...)
  • 101 E. Will, 1992, p. 123.

95L’impression d’ensemble est celle d’un monument très riche, dont la décoration d’inspiration nettement occidentale devait faire une impression puissante à ce croisement de deux des axes principaux de la ville. Des critères stylistiques permettent de le dater du tournant des iie et iiie siècles, c’est-à-dire sans doute quelques années avant le tombeau n° 36. Il est malheureux que ce tombeau qui fait partie des plus grands100 n’ait pas livré d’inscription de fondation. Il aurait été intéressant de savoir quel notable de la cité avait les moyens de marquer autant de son empreinte ce quartier de la ville. Si on considère, comme on le fait généralement, que la Colonnade transversale s’est mise en place vers le début du iie siècle101, et que la section correspondante de la Grande Colonnade lui est juste postérieure, cela signifie que la tombe n° 86 est postérieure à l’organisation du quartier. Sa position a donc été choisie en parfaite connaissance de cause. Il a fallu tenir compte des programmes de construction, qui sont d’ailleurs plutôt la juxtaposition d’éléments séparés qu’un véritable plan d’ensemble.

  • 102 M. Gawlikowski, 1983a, p. 61.

96Les plans de Palmyre qu’on connaît aujourd’hui sont trompeurs : ils font tous figurer à ce point d’articulation des deux nécropoles le camp de Dioclétien, avec ses bâtiments dont certains datent d’une époque assez tardive de l’histoire de la ville. Cette zone située à l’ouest de la Colonnade transversale était occupée, au moins en partie, depuis une époque assez ancienne. Les différents états du temple d’Allât en sont une preuve puisqu’il semble bien que le sanctuaire se soit installé dans la deuxième moitié du ier siècle av. J.-C, sur ce qui n’était alors qu’un terrain vague102. L’existence de plusieurs hypogées, dont celui de la famille d’Alaînê, en bordure du camp de Dioclétien, prouve que la limite extérieure de la ville était déjà très proche du sanctuaire d’Allât.

97Très vite cependant, ce qui n’était qu’une zone extraurbaine est devenu un quartier important : c’est en effet là qu’on place le quartier des entrepôts, c’est par là que passaient sans doute les caravaniers. Ce n’était pourtant pas un lieu prédisposé à recevoir des monuments d’apparat, mais plutôt un quartier de commerçants et de magasins. Il faut souligner que les premières constructions funéraires sont postérieures à la construction des deux colonnades. C’est à cause du changement de fonction du quartier que les temples funéraires se sont installés à cet endroit. Certes, la zone a été perturbée aussi bien par la construction des monuments que par l’érection du rempart à l’époque tardive, ce qui a pu faire disparaître des tombes. Mais l’hypogée d’Alaînê ou les tombeaux nos 83 et 84 sont situés nettement à l’extérieur de ce secteur. Au contraire, les temples funéraires nos 86, 173a-d ont été construits dans une zone qui était vide de tombes, et après la construction des monuments publics.

98Il n’y a pas meilleure preuve de cette volonté de localisation en plein cœur de l’organisation urbanistique de Palmyre que le tombeau n° 173d dont on a conservé partiellement l’inscription de fondation. On n’en connaît pas non plus le nom du fondateur, car seule la fin du texte est conservée sur les fragments du linteau qu’on peut encore voir sur le site (CIS 4214). Encore plus que ses voisins, il est placé au cœur du système urbanistique, en bordure du carrefour des deux colonnades.

99La situation de ces monuments est révélatrice sans doute de relations de concurrence au sein de la société palmyrénienne. Elle permet de penser qu’en parallèle au « schéma d’urbanisme » (dont les promoteurs sont inconnus), de riches personnages ont lutté entre eux pour placer de la manière la plus voyante possible leurs tombes. Ils ont déployé dans l’architecture et la décoration de celles-ci toutes les possibilités offertes par les traditions occidentales mais aussi orientales. Il n’est pas indifférent néanmoins que l’art gréco-romain domine nettement dans la structure et la décoration de ces monuments. C’est en effet à ce moment, en particulier dans les colonnades, que la ville se couvre d’édifices qui sont précisément très influencés par ce monde occidental. Les notables de Palmyre qui ont fait construire ces tombeaux appartiennent comme leurs contemporains d’Antioche ou d’Apamée à une élite dont la culture et les références architecturales et artistiques sont communes.

100Mais la présence de leurs tombeaux à cet endroit appelle aussi une autre remarque. Leur position est en quelque sorte en conflit avec toute l’organisation urbanistique de la ville, dont ils auraient dû être bannis. Leur existence même prouve que, dans l’opposition qui existe entre les grands notables et les institutions civiques, ce sont vraisemblablement les premiers qui l’emportent, au moins à ce moment. Certes, on n’en sait pas plus, mais ce qu’on a vu par exemple pour le commerce caravanier, montre qu’à certains moments des notables acquièrent une position absolument prépondérante sur la scène politique et civique locale. On a visiblement affaire à quelque chose de ce genre avec cet exemple.

101En ce qui concerne ce quartier de la nécropole (aux confins de la nécropole nord avec la vallée des Tombeaux), on doit pourtant se contenter de ces remarques assez générales : l’absence de textes empêche toutes les recherches précises sur le statut et la richesse sans doute importante des notables qui ont fait construire dans cette zone. On peut supposer, comme on l’a fait, qu’ils étaient entre eux en relation de concurrence, mais rien n’empêche qu’ils aient au contraire appartenu au même clan ou à des familles apparentées.

  • 103 CIS 4209 qui contient aussi le texte de concession.

102Néanmoins, il ne faut pas exagérer les différences entre les temples funéraires et les monuments qui les ont précédés dans leur fonction (tours funéraires). Si le changement est très important du point de vue architectural, leur rôle social est tout à fait semblable. Comme pour les hypogées, et comme pour quelques tours funéraires, on connaît au moins un exemple d’opérations de concession dans un temple funéraire. Il s’agit de la tombe n° 150, bâtie d’après le texte de fondation en mars 236103. Son fondateur portait le nom de Ἰούλιος Αὺρήλιος Μαρωνα Μαλη τοῦ καὶ Μεζαββανα τοῦ Ἀδριανοῦ (et en araméen ywlys ’wrlys mrwn’ br ml’ dy mtqr’ mzbn’ br ’drynws). On peut noter le nom porté par un de ses ancêtres : le nom Hadrianos doit sans doute remonter aux années du iie siècle pendant lesquelles l’empereur a rendu visite à Palmyre. Le tombeau lui-même est assez bien conservé même si des réutilisations ont complètement fait disparaître l’aménagement intérieur qui reste inconnu (fig. 73). Les textes de fondation et de concession prouvent qu’il y avait un hypogée sous le temple funéraire. On en connaît un peu plus sur les propriétaires du tombeau par le texte de concession. Le propriétaire qui vend l’ensemble du tombeau (hypogée compris) n’est pas le fondateur. Pourtant, en raison de la date relativement tardive de la fondation, la concession qui a dû se faire avant 272, selon toute vraisemblance, n’est pas de beaucoup postérieure à la mise en service du tombeau.

103C’est un certain Ἰούλιος Αὐρήλιος Ζηνόβιος Ασθωρου τοῦ Ζεβειδου ([ywlys ’wrlys zbyd’] br ‘štwrz byd’) qui cède le monument à quelqu’un dont le nom est tout à fait grec Ἰούλιος Θεoδῶρος Ἀγρίπου τοῦ Μαρκέλλου. Son onomastique et l’absence des noms Iulius Aurelius, remplacés par un simple Iulius permettent de penser que ce personnage est un étranger à Palmyre. Pour s’ancrer définitivement dans la région, il achète un tombeau. La mention de son grand-père dans son nom complet est peut-être la seule particularité : comme l’utilisation de l’araméen, c’est sans doute une influence des mœurs palmyréniennes. Cela était probablement nécessaire pour annoncer publiquement le changement de propriétaire.

  • 104 CIS 3933 = Inv III. 21.

104Le texte n’est pas daté, on ne sait donc pas au bout de combien de temps le fondateur a cédé son tombeau a Iulius Aurelius Zénobios avant que celui-ci le cède à son tour à Iulius Théodôros. Il a même pu exister un propriétaire intermédiaire avant Zénobios. La généalogie du fondateur Iulius Aurelius Marônâ prouve en tout cas qu’il n’était pas un proche parent de Zénobios. Celui-ci appartenait à la même famille qu’un Iulius Aurelius Zebîdâ, connu pour avoir accompagné des marchands à Vologésias. Il est remercié pour cela en 247 et on lui érige une statue sur une console de la Grande Colonnade104. Dans ce texte sa généalogie s’établit ainsi : br mqymw br zbyd’ ‘štwr byd’. On note que la répétition des noms Zebîdâ et Astôr ne laisse pas de doute sur leur parenté. Si on prenait au pied de la lettre les indications généalogiques qui précèdent, on pourrait faire du Zénobios de la tombe n° 150 le grand-père du caravanier. Mais le texte porte une date qui permet de penser plutôt que les deux personnages n’ont que quelques années d’écart ou bien même appartiennent à la même génération. Comme dans d’autres cas, il est tout à fait possible que les deux textes ne donnent pas toutes les étapes de la généalogie ; il est donc préférable de s’abstenir de conclure sur leurs relations de parenté.

  • 105 Il devait en être de même pour les tours funéraires, d’où le nombre relativement réduit de concess (...)

105Un autre point mérite d’être souligné. Comme on l’a dit, le texte CIS 4209 est le seul exemple de concession pour un temple funéraire. Cela tient peut-être à la structure de la documentation et au nombre extrêmement réduit d’inscriptions concernant ce type de monument. Cependant il est curieux que le texte mentionne, non un partage ou la vente d’une partie de la tombe, mais la cession de l’ensemble du monument avec l’ensemble des droits. Il n’est peut-être pas anormal que ce type de construction ait été vendu en entier, sans partage. Les temples funéraires étaient vraisemblablement destinés à des groupes plus réduits et plus exclusifs que les vastes hypogées. Certes, leur taille était parfois très importante, mais leur structure ne devait pas faciliter les partitions105. De plus, s’ils représentent, comme on le croit, la manifestation du pouvoir et de la richesse d’une famille, il était peut-être plus facile de les vendre que de les diviser. On ne pouvait songer à en faire un objet de spéculation. C’est sans doute aussi ce qui a eu lieu pour les tombeaux-tours, qui n’ont changé de statut que longtemps après qu’on eut cessé d’en construire.

  • 106 J. Cantineau, 1929, p. 3-15. Le tombeau a aussi été étudié par C. Watzinger dans Th. Wiegand. 1932 (...)

106On peut prendre un dernier exemple, celui du tombeau d’Aaîlamî et Zebîdâ (n° 85b), situé à l’entrée de la vallée des Tombeaux, non loin de la porte dite de Damas et de l’extrémité sud de la Colonnade transversale (fig. 74). Il a été le premier monument de ce type à être fouillé et publié106. Il occupe une localisation privilégiée, sur le chemin des voyageurs qui sortaient de Palmyre pour se diriger soit vers le sud, soit vers l’ouest. Le tombeau était précédé d’un portique sur terrasse, ouvert vers le nord, dans la direction de la route, ce qui confirme ce qu’on a dit de son emplacement. Il s’agit du temple funéraire de deux frères. Aaîlamî et Zebîdâ (Zénobios en grec), fils de Haîran, fondé en 149 (Inv IV, 9 = CIS 4168).

  • 107 Voir DFD, p. 249-252 et K. Makowski. 1983, p. 182 avec des arbres généalogiques presque semblables (...)

107Cette famille est bien connue à Palmyre puisque le premier des deux frères et leur père sont honorés en 139 par le Conseil et le Peuple qui leur dressent une colonne honorifique (CIS 3930 = Inv II, 2). Un des fils de Zebîdâ a été symposiarque et curateur de la source Efqa107. La famille est donc très en vue à Palmyre dans les années où elle fait construire son tombeau. Cette concomitance de dates est intéressante. Dans ce cas, il semble bien que c’est au moment où les membres de la famille sont bien intégrés dans les institutions de Palmyre, qu’ils font construire un tombeau luxueux et sans doute très coûteux. C’est aussi un des plus anciens exemples datés de monument de ce genre ; le plus ancien est le tombeau n° 188, daté de 143, soit six ans auparavant (CIS 4167).

  • 108 K. Makowski, 1983, p. 185.

108Comme le rappelle K. Makowski, la période qui suit la visite d’Hadrien à Palmyre constitue une importante césure dans l’histoire de l’art et de l’architecture dans la ville108. C’est en fait un changement culturel qui se produit et ces temples funéraires en sont une preuve indubitable. Cela correspond probablement aussi à des changements sociaux. Les élites de la cité, dont les monuments typiques étaient les tours funéraires, ont sans doute connu à cette époque une concurrence de la part de classes sociales montantes. La prospérité croissante de la ville en serait la cause. Il leur a donc fallu découvrir un nouveau moyen de se différencier de ces gens qui commençaient à se faire construire eux aussi des monuments funéraires coûteux. C’est au moins de cette manière qu’on peut expliquer l’apparition des temples funéraires à Palmyre. Le modèle choisi, qui était sans doute particulièrement prestigieux, est un modèle d’inspiration occidentale. Cette période pendant laquelle Palmyre s’ouvre au monde occidental est aussi celle où la langue grecque s’installe définitivement dans l’épigraphie funéraire. La culture gréco-romaine a manifestement été utilisée par les élites pour se différencier de ceux qui n’en faisaient pas partie. L’effet était double. Non seulement le monument par sa taille et sa localisation était offert à la vue de tous ; cela était déjà vrai des tours funéraires. Mais la décoration d’inspiration grecque devait aussi se présenter comme une manifestation de culture et d’intégration de la culture dominante par les notables de Palmyre.

D. LES SUBDIVISIONS DES NÉCROPOLES

1. LES NÉCROPOLES ET LES DIFFÉRENCES SOCIALES

109Toutes les nécropoles se trouvaient sur les pistes s’éloignant de Palmyre suivant les grands axes routiers utilisés dans l’Antiquité. On distingue traditionnellement quatre nécropoles principales (pl. 9). Mais les dénominations que les historiens utilisent (nécropole nord, vallée des Tombeaux [ou nécropole ouest], nécropoles sud-est et sud-ouest) sont modernes. Ce n’est que par commodité que les historiens parlent de la nécropole ouest. Mais il est possible qu’on ait alors distingué plusieurs nécropoles, autour d’un certain nombre de centres (une nécropole sur Umm Belqis, une autre près des tours d’Atenatan et d’Elahbel), et que le passage de certaines familles de l’une à l’autre ait vraiment été un changement de nécropole. L’inverse est d’ailleurs aussi vrai comme on l’a vu à propos de la zone où se dresse aujourd’hui le camp de Dioclétien. La division entre nécropole nord et vallée des Tombeaux n’était peut-être pas aussi tranchée avant l’installation de monuments importants dans ce quartier. La prudence est donc de mise dans ces considérations, ce qui n’empêche pas bien sûr d’utiliser les dénominations conventionnelles qu’on retrouve dans l’ensemble des publications qui concernent Palmyre.

  • 109 Après de Vogué, on distingue aussi parfois une nécropole nord-ouest. La majorité des travaux sur P (...)

110La plus vaste des nécropoles s’étend à l’ouest de la ville : c’est la fameuse vallée des Tombeaux, qui borde des deux côtés la route se dirigeant vers Homs (Émèse). On connaît les liens de cette dernière avec Palmyre au moment du plus grand développement du commerce caravanier. La nécropole sud-ouest, au sud de la source Efqa, longe une route se dirigeant vers Damas, route qui devient à partir de la Tétrarchie la fameuse Strata Diocletiana. Toujours au sud, mais cette fois plus à l’est, la troisième nécropole (sud-est) est sans doute la plus récente ; on peut suivre ici le tracé de la route partant vers Hit et dont une branche va peut-être à Doura-Europos. C’est sur cette route qu’a été découverte la célèbre inscription d’Umm el-Amed au sujet du grand caravanier Soados. Enfin la dernière, la nécropole nord109 comprend comme les autres des tombeaux monumentaux (tours, hypogées et temples) mais aussi, en particulier dans sa partie est, un certain nombre de sépultures individuelles.

  • 110 Voir Inv VII, p. 4 et Inv VIII, p. 4-5.
  • 111 Par exemple H. Seyrig, 1933a, p. 166, n° 10 (=AE 1933, 216), et les deux textes publiés par H. Her (...)
  • 112 Quelques textes dans Inv VIII (203, 208 et 209), et dernièrement H. Heinen dans K. Parlasca, 1982, (...)

111C’est là, à l’emplacement de la ville moderne de Palmyre (Tadmor), qu’on a découvert les sarcophages de plâtre et les inscriptions sur stèle qui sont la trace de l’ensevelissement de membres de classes moins huppées110. Dans cette direction, la route qui quittait Palmyre se dirigeait vers le nord et l’Euphrate à la hauteur de Sura. Il est possible que, comme le fait la route actuelle, un embranchement ait conduit vers l’Euphrate et le confluent du Khabour (Circesium et Deir ez-Zor actuel). On peut ajouter que dans la ville actuelle, là où s’élève aujourd’hui le jardin du musée, les fouilles menées par Kh. As’ad ont mis au jour des tombes d’époque byzantine, preuve d’une certaine continuité dans l’occupation. C’est aussi dans cette zone nord qu’était situé le camp militaire romain. De là proviennent des textes latins honorifiques et en liaison avec le camp111, mais aussi des textes funéraires112, qui concernent des civils et des militaires.

  • 113 H. Seyrig. 1933a, p. 152-168.
  • 114 À ce sujet, voir J.-M. Dentzer, 1994, et J.-M. Dentzer et R. Saupin, 1996.

112La garnison était donc assez développée, comme on le savait depuis les travaux d’H. Seyrig113, et elle avait sa propre nécropole ou, en tout cas, ses morts étaient regroupés dans une partie de la nécropole. On peut regretter que les vestiges visibles sur les photos aériennes des années 1930 n’aient pas été mieux exploités lors des fouilles et explorations menées pendant la construction du nouveau village par les autorités françaises114. Cette nécropole nord est moins riche que sa voisine de l’ouest. Son principal intérêt réside justement dans cette juxtaposition d’au moins trois éléments qui se succèdent d’est en ouest, la nécropole de gens modestes, celle des gens liés d’une manière ou d’une autre au camp militaire romain (avec probablement un recouvrement partiel avec la nécropole précédente), enfin la nécropole des notables avec les mêmes caractéristiques que les trois autres nécropoles de Palmyre.

  • 115 Liste dans J. K. Stark, 1971, p. 53 avec l’explication, p. 115 : « Jewish name ».
  • 116 Sur la tendance à considérer comme seulement juifs des noms aussi courants à Palmyre que šm‘wn (Si (...)

113En ce qui concerne cette nécropole, on peut aussi noter l’existence d’une inscription qui mentionne une famille sans doute juive (CIS 4201). Le temple funéraire en question (n° 175) a été englobé dans le rempart dit de Justinien. Il s’agit de la famille de Zebîdâ (Zénobios en grec) et Samuel, fils de Levi, fils de Jacob (Ζηνόβιος καὶ Σαμουὺλος Ληουὶ τοῦ Ἰακούβου et zbyd’ wšmw’ I bny lwy br y‘qwb br šmw’l). Le texte de l’inscription est pour le reste tout à fait semblable à celui des textes de fondation faits par les Palmyréniens dont l’onomastique est purement araméenne ou arabe. Il s’agit en fait de la seule inscription dans laquelle on puisse reconnaître une famille qui semble juive. On trouve à Palmyre des noms comme Shimôn (šm‘ wn en araméen) à de nombreuses reprises115 mais souvent mêlés à des noms arabes ou araméens. On peut ici parler d’une famille juive grâce à la généalogie homogène du point de vue onomastique116. On peut se demander si la présence de cette tombe juive dans ce qui semble la nécropole la moins homogène de Palmyre est un pur hasard.

  • 117 Voir ΜΑΜΑ III, 1931 où les éditeurs (J. Keil et A. Wilhelm), remarquent à propos des inscriptions (...)

114En fait, pour peu qu’on admette que la pierre vient bien de la tour où elle a été trouvée et qu’elle n’a pas été apportée pour les fortifications, il faut bien avouer que la tombe et l’inscription sont en tout point semblables aux autres monuments de la nécropole nord117. Le camp romain et la nécropole des gens modestes se trouvaient plus au nord et à l’est. Le temple funéraire de cette famille juive est situé en plein cœur de la partie occidentale de cette nécropole, là où celle-ci ne se différencie pas des autres nécropoles. La richesse du monument montre bien que la famille devait appartenir aux notables de Palmyre, même si l’état ruiné du bâtiment empêche de savoir s’il s’agissait de notables de premier plan ou plus simplement de gens enrichis par leurs activités à Palmyre.

  • 118 Rien, c’est-à-dire une inhumation directement dans une fosse, sans objets pour l’accompagner et av (...)

115Les différenciations sociales sont donc aussi géographiques, et on a bien l’impression que seules certaines catégories sociales peuvent être ensevelies dans les grandes nécropoles. Mais on ne voit pas clairement comment ce système se perpétuait, et de quelle manière on empêchait le reste de la population de se mélanger aux notables. Dans le cas de la nécropole nord, il faut tenir compte de la disparition des vestiges funéraires de la majorité de la population de Palmyre. Deux hypothèses sont possibles. Il se peut qu’il n’y ait rien eu la plupart du temps118 : dans ce cas, seules sont connues les tombes des classes les plus aisées (c’est-à-dire de ceux qu’on peut appeler classes moyennes), qui placèrent des stèles sur leur tombe pendant une partie de la période.

116Une autre hypothèse est possible : ces gens ont pu profiter de certains des grands tombeaux construits par (et pour) les familles importantes de la ville et les classes moyennes ont seules pu profiter des concessions dans les hypogées. Seuls les gens modestes qui appartenaient à l’entourage des grandes familles (esclaves, serviteurs...) ont pu trouver place dans les grands tombeaux, au cas où ces familles ont ouvert les tombeaux à leurs dépendants. On a vu précédemment que cela n’est pas assuré. Ils ont peut-être aussi pu, plus généralement, profiter des tombeaux abandonnés par des familles qui avaient oublié leurs liens avec leurs ancêtres ou qui avaient disparu.

  • 119 N. Purcell, 1987, p. 32-3.1.

117Il faut rappeler qu’aux endroits où indubitablement les gens modestes sont repérables dans un contexte funéraire, il y a juxtaposition et non pas mélange des différentes classes sociales des habitants de Palmyre. La situation évolue peut-être à partir du iie siècle où les classes moyennes enrichies trouvent place dans les grands hypogées concédés en partie par leurs propriétaires. Il faut noter pourtant que le nouveau type de tombeau qui emporte à partir de cette période les suffrages des notables de Palmyre, le tombeau-temple, est beaucoup plus exclusif encore que les tours funéraires. Dans ce genre de monument, seuls les membres de la famille avaient leur place (peut-être avec certains serviteurs ?). Les gens modestes ont dû se tourner vers d’autres formes de tombeaux pour trouver le lieu de leur dernier repos. Ce problème de la dernière demeure des gens les plus pauvres se pose aussi ailleurs, par exemple à Rome. Dans ce cas, il semble bien qu’à l’époque républicaine, la plupart des habitants de Rome ont été enterrés ou brûlés de manière anonyme. Seuls sont connus les gens, même modestes, qui avaient quelques prétentions à un statut social : les autres ont entièrement disparu119.

  • 120 Cf. A. Machatschek, 1967, p. 27-28. L’auteur parle p. 28 de « Nobel-und Elendsviertel » (« quartie (...)
  • 121 Cf. ibid., p. 23.
  • 122 Ibid., p. 12-14.

118On a ailleurs dans le monde gréco-romain des exemples clairs de cette différenciation sociale au sein des nécropoles. A Elaioussa-Sebasté, en Cilicie Trachée, une des nécropoles les plus importantes qui entourent la ville date des premiers siècles de l’ère chrétienne120. Or il semble bien que cette nécropole (N 6) ait été divisée en deux groupes principaux le long de la route. Les monuments funéraires qu’on y trouve sont surtout des tombeaux-temples et des tombeaux-maisons (Grabtempel et Grabhäuser). On retrouve les deux types dans les deux parties de la nécropole, mais la différence réside dans une séparation forte entre la nécropole des riches et celles des pauvres du point de vue de la complexité des monuments. Dans la partie sud de la nécropole, les tombes de formes simples sont absentes et les tombeaux-temples et maisons sont construits de manière assez riche. Au contraire, au nord, on retrouve certes les mêmes formes, mais les tombes sont moins riches et plus petites. La différenciation sociologique se voit dans la dimension et la qualité variées des tombeaux. Les inscriptions de cette nécropole sont rares, sans doute comme le soupçonnait A. Wilhelm parce qu’elles étaient peintes et qu’elles ont disparu121. On n’a donc pas de preuves épigraphiques de ces différences sociales, mais on sait par ailleurs que la cité d’Elaioussa-Sebasté a connu une période de grande prospérité qui a duré environ du règne du roi Archelaos, à la fin du ier siècle av. J.-C, jusqu’aux Antonins122. La résidence d’Archelaos et de son fils dans la ville et l’arrivée de nombreux étrangers à la faveur de la paix romaine sont autant de facteurs qui ont sans doute permis le développement de cette cité.

  • 123 Sur les datations, cf. ibid., p. 56-61 et 100-110.

119Une partie de la population s’est enrichie et l’exemple de cette nécropole prouve l’existence d’une classe de notables, possesseurs de ces tombes riches, mais aussi celle d’une classe qu’on pourrait qualifier de moyenne. C’est cette catégorie de la population qui cherche à marquer son ascension sociale par la construction de tombeaux qui prennent pour modèle ce que font les gens riches de la cité. Les différences de localisation sont un point intéressant dans ce cas, comme dans celui de Palmyre. Apparemment, les classes sociales différentes ne pouvaient pas se mélanger à Elaioussa-Sebasté. A Palmyre, on l’a vu, hormis dans le cas de la nécropole nord (au début de la période), le mélange s’est fait de manière beaucoup plus accentuée, à la faveur des concessions faites par les propriétaires dans leurs tombeaux de famille. Mais l’absence de textes dans la ville cilicienne dissimule peut-être des phénomènes de ce genre, que seule l’épigraphie peut révéler. Les dates données pour les nécropoles dépendent en grande partie de critères stylistiques établis pour les différents types de monuments, elles ne sont donc pas tout à fait assurées123. De plus, on ignore tout ou presque des phénomènes de réutilisation de tombes dans ces différentes nécropoles, même si on soupçonne que de nombreux tombeaux ont été réemployés à l’époque tardive.

  • 124 Ce n’est sans doute pas un hasard si à Palmyre dans les mêmes conditions, c’est le même type de to (...)

120Incidemment, on peut faire quelques remarques sur ces nécropoles qui peuvent éclairer le cas de Palmyre. Il semble bien qu’à Elaioussa-Sebasté, au moment de la grande prospérité économique (iie et iiie siècles), les tombes rupestres, qui étaient jusqu’alors la norme, ne suffisent plus aux élites enrichies. C’est ce qui explique qu’on soit passé aux tombeaux à la structure architecturale élaborée comme les tombeaux-temples124, forme qui a des antécédents dans d’autres parties de l’Asie Mineure.

121Comme à Palmyre sans doute, et comme ailleurs, c’est dans un contexte de prospérité générale que se développe le souci de se mettre en valeur et surtout de souligner les différences sociales. C’est aussi dans un tel contexte que les membres des « classes moyennes » éprouvent le besoin d’imiter les gens plus riches qu’eux et de se lancer dans la construction de monuments importants, même si, malgré tout, leur fortune moins grande ne leur permet pas d’avoir des tombes aussi riches. À Palmyre, ce phénomène conduit ces mêmes gens à se faire enterrer dans des monuments semblables à ceux des grands notables, mais en les partageant à plusieurs, ce qui permet de participer de façon plus économique aux modes de vie (et de mort) de l’élite.

  • 125 Voir J. Borchardt et alii, 1975.

122Il peut exister une véritable rivalité et une concurrence entre les membres de l’aristocratie locale qui, chacun à leur tour, essayent d’avoir la meilleure position pour dominer leurs voisins et les écraser de leur luxe. Ce désir de rivaliser est visible dans la manière dont les tombeaux sont installés au sein des nécropoles. La situation des différentes tombes placées au sommet de la butte Umm Belqis, à l’entrée de la vallée des Tombeaux, en est un bon exemple (fig. 72 et 75). En effet, sur cette éminence qui domine la route conduisant vers l’ouest, on trouve un certain nombre de tombes. Leur localisation dans cette position privilégiée a sans doute les mêmes causes que celle des tombes qu’on peut trouver dans les nécropoles lyciennes comme, par exemple, à Myra125.

  • 126 C’est l’explication proposée par A. Machatschek, 1967, p. 23.

123On a aussi des exemples du même genre à Elaioussa- Sebasté en Cilicie. La localisation des tombes obéit à un certain nombre de critères qu’on peut essayer de déterminer. L’orientation des tombes se fait en grande partie en fonction de la route que longe la nécropole. Mais dans certains cas, se fait jour aussi ce qu’on pourrait qualifier de souci personnel. Des positions plus ou moins aberrantes par rapport à la route, mais bien en vue, s’expliquent peut-être par la présence d’un paysage ou d’une vue particulièrement aimée. Et, en effet, la position de la nécropole, non loin de la mer et en surplomb, peut facilement accréditer cette théorie126. Mais on peut aussi penser au désir de rivaliser avec ses semblables et d’être dans la position la plus en vue possible.

  • 127 I. Baldassare, 1987, p. 131.

124Ainsi, la nécropole de l’Isola Sacra, près d’Ostie, est située le long d’une route qui est la condition déterminante de la naissance de la nécropole. Dans cette dernière, le principe de la plus grande visibilité possible pour le passant conditionne l’organisation de l’espace. Il n’y a pas d’isolement de la cité des morts dans un espace cultuel défini, mais ce qui est privilégié, c’est le rapport avec le monde des vivants127. Il faut être vu, et pour l’être, la tendance naturelle est de se placer soit en position dominante (sur Umm Belqis à Palmyre), soit à proximité du passage obligé de la route (tours d’Atenatan et d’Elahbel).

2. NÉCROPOLES ET CONSCIENCE TRIBALE

  • 128 Les tombeaux nos 21, 67 et 68, tous trois situés dans la vallée des Tombeaux.
  • 129 Les localisations par clans des défunts sont attestées par exemple à Suhné. L’étude menée par A. d (...)

125L’existence des trois tombeaux attestés successivement pour la même famille128 dans la vallée des Tombeaux peut amener aussi à s’intéresser de manière plus précise à la répartition des différentes tombes des grandes familles palmyréniennes. En particulier, il est intéressant de voir de quelle manière les différentes tribus palmyréniennes qu’on connaît par les textes sont réparties dans les différentes nécropoles qui entourent la ville. De même qu’il existait des localisations privilégiées de certaines de ces tribus au sein de la ville même de Palmyre, on peut se demander si ces localisations n’ont pas des correspondances aux alentours de la ville129. Si on pouvait prouver que les membres de telle tribu sont tous regroupés dans telle nécropole, cela pourrait apporter un certain nombre d’enseignements sur ces divisions tribales qui restent en grande partie mystérieuses. La question est sans doute difficile à résoudre en raison de l’état actuel de la documentation, mais le tableau suivant donne pourtant déjà quelques éléments de réponse.

Liste des textes funéraires mentionnant des tribus (d’après M. Gawlikowski, 1973a, p. 34-41 et DFD).

  • 130 Leur lien était sans doute beaucoup plus visible avant la construction du camp de Dioclétien et l’ (...)

126On peut tirer certains enseignements de ce tableau à propos de la répartition topographique des tribus dans les nécropoles de Palmyre. Il faut commencer par quelques remarques préliminaires qui ont trait d’abord à la structure de la documentation. Le fait qu’on trouve des tribus réparties entre nécropole nord et vallée des Tombeaux n’a pas forcément une valeur absolue, si l’on considère, comme on l’a rappelé plus haut, que les deux nécropoles se touchent et qu’il est après tout possible que les Palmyréniens les aient considérées comme ne formant qu’une seule entité130.

  • 131 Soit les textes CIS 4109 ; 4112 ; 4113 ; Palmyre V, n° 2 (= DFD, p. 268), mais le nom de la tribu (...)
  • 132 AO 2203 ; dans le catalogue de J. Dentzer-Feydy et J. Teixidor, 1993, p. 187, n° 188.

127Le tableau ne comporte que vingt lignes, ce qui signifie que seule une très faible partie des textes funéraires mentionne les tribus. Cela n’est pas étonnant ; si on prend le corpus des textes de fondation tel qu’il a été établi en 1970 par M. Gawlikowski, on peut remarquer que seul un petit nombre de textes comporte le nom de la tribu. Ce sont les numéros 1 à 9, 11-12, 15-16, 20, 27, 53, 55 et 81131, soit dix-huit textes sur les quatre-vingt-un que contient la liste. Aucun texte ne contient cette mention dans la liste des cinquante-deux textes de concession, tous postérieurs à 160 apr. J.-C. La documentation sur ce sujet apparaît très réduite, ce qui restreint d’emblée la portée des conclusions qu’on pourrait en tirer. De plus, certains de ces textes ont été trouvés après leur remploi soit dans les environs de l’agora, soit encore dans des constructions d’époque islamique. Dans le premier cas, on peut soupçonner que la présence de ces pierres à cet endroit est à mettre en rapport avec la construction du rempart qui s’appuie sur l’agora dans cette section de son parcours. On peut même penser que la pierre n’a pas dû être apportée de bien loin, et que la vallée des Tombeaux est un candidat tout désigné pour la localisation du tombeau et de l’inscription qui s’y rattache. La question est plus complexe pour les monuments découverts dans le sanctuaire de Bel, puisque les nécropoles en sont assez éloignées et que la longue présence du village arabe a favorisé le rassemblement en ce lieu de pièces d’origines diverses. Certains textes, enfin, sont aujourd’hui perdus (CIS 4116) ou bien sont conservés dans des musées (CIS 4119 au Louvre)132 sans qu’on en connaisse l’origine précise.

128Il faut, je crois, s’en tenir aux faits bien établis dans le commentaire de ce tableau. On remarque d’abord la prédominance très grande de la vallée des Tombeaux, d’où proviennent environ la moitié des textes. On trouve ensuite la nécropole nord, avec trois textes ; on peut sans nul doute ajouter le texte CIS 4197 qui provient de la zone du nouveau village où il était remployé, donc à proximité immédiate, ou peut-être même, dans la nécropole. Les deux autres nécropoles de Palmyre (sud-est et sud-ouest) ne sont pas représentées. Ces deux nécropoles sont d’ailleurs moins bien connues, et la nécropole sud-ouest au moins est considérée comme plus récente. Cela s’accorde bien avec l’absence de mention de tribus dans les textes qui en proviennent.

  • 133 Voir sur cette liste, le chapitre n (p. 69-72).
  • 134 CIS 4197 : J. T. Milik propose aussi les bny ‘tr comme candidat (DFD, 30). Cette tribu est aussi p (...)

129Si on prend le tableau en commençant par la colonne « tribu », il est frappant que seules trois tribus soient mentionnées plusieurs fois dans un contexte funéraire. Il s’agit des Benê Mathabôl (six fois), des Benê Mîtâ (quatre fois) et enfin des Benê Komarê (deux fois). Elles font d’ailleurs parties des tribus les plus représentées à Palmyre et il n’est pas étonnant qu’il s’agisse de trois des quatre candidats proposés pour les quatre tribus civiques de Palmyre133. Le quatrième candidat souvent retenu par les historiens, les Benê Mazîn n’apparaît qu’une fois dans le tableau134. Les deux attestations des Benê Komarê proviennent de la vallée des Tombeaux. On ne peut pas dire grand-chose des Benê Mîtâ car, à l’exception d’un des quatre textes, retrouvé dans la vallée des Tombeaux, l’origine des inscriptions est malheureusement inconnue.

  • 135 On parle généralement du Djebel Antar pour l’origine de ce texte. Elle provient en fait de 8 km pl (...)

130C’est seulement dans le cas des Benê Mathabôl qu’on peut aller plus loin. On se trouve en effet en présence de textes dont on connaît l’origine et en assez grand nombre pour pouvoir juger qu’il ne s’agit pas seulement de simples coïncidences. Or il faut bien conclure à une grande variété d’origine. Si on peut laisser de côté le texte qui a été découvert dans une maison islamique, les membres de la tribu ont trouvé leur dernier séjour dans trois lieux différents au moins : la vallée des Tombeaux, la nécropole nord, et, plus surprenant, le Djebel Antar, à une vingtaine de kilomètres au nord de Palmyre 135135.

  • 136 J. Cantineau. 1930a, p. 545-547, n° 13.
  • 137 Ibid., p. 543-545, n° 12. Republié dans IMP, n° 108.
  • 138 J. Cantineau, 1930a, p. 548-549, n° 14.
  • 139 Sur ce mot (gnsṭs en araméen, transcription du grec γνώστης, « garant »), voir F. Rosenthal, 1936, (...)

131Ce n’est pas le seul cas où un texte provient non de Palmyre même, mais des environs immédiats. Outre celle citée dans le tableau136, deux autres inscriptions sont publiées par J. Cantineau dans le même article (avec quelques autres textes funéraires palmyréniens). La première provient aussi de la zone du Djebel Antar137. C’est un texte grec très mutilé qui contient la concession d’une tombe par un propriétaire à des parents. Il porte la date d’octobre 249. Une autre inscription provient de Bazuriyye, à environ vingt-cinq kilomètres au sud de Palmyre138. Il s’agit aussi d’un texte de concession, daté de mai 171. Le texte est très détaillé et on apprend ainsi que la vendeuse ne possédait qu’une partie de l’hypogée, qu’elle en cède une moitié pour 120 deniers, qu’elle agit à la place de son mari, et qu’enfin, Iaddaî, fils de Kîlaî (ydy br kyly), était témoin139.

  • 140 Voir dans le CIS, ad loc. C’est aussi le cas de CIS 4194 qui provient sans aucun doute de l’hypoge (...)
  • 141 Voir dans le CIS, ad loc, où il est rapproché du texte CIS 4402, aujourd’hui au Louvre (AO 4086), (...)
  • 142 Voir chapitre ii ; le texte 3911 est une dédicace de colonne au grand dieu de Nazala (’lh’ rb’ d (...)

132Enfin, quelques pierres proviennent de Qaryatein-Nazala, à environ 120 km au sud-ouest de Palmyre, sur la route de Damas. C’est le cas d’un linteau d’hypogée (CIS 4199), sur lequel une inscription de fondation est datée de mars 193, et du texte CIS 4130 daté d’août 95. Ce dernier fait partie d’un groupe avec les inscriptions CIS 4131-4133, dispersées dans diverses collections, en particulier au Danemark et en Turquie. Mais ces monuments (CIS 4199 et 4130) proviennent à l’origine de Palmyre et ils ont été transportés ensuite pour être réutilisés à Qaryatein (nom moderne de l’antique Nazala)140. C’est sans doute le même phénomène pour le texte bilingue CIS 4403141, signalé pour la première fois aussi à Qaryatein. Cette plaque de fermeture de loculus est en tout cas séparée du tombeau auquel elle appartenait et qui, selon toute vraisemblance, se trouvait dans une des nécropoles de Palmyre. Il semble au contraire que le texte CIS 4358, sur un relief funéraire avec les portraits d’un homme et d’une femme, provienne bien de Qaryatein. Or, on a vu qu’il existait à Qaryatein une communauté originaire de Palmyre142.

  • 143 G. W. Bowersock, 1976, p. 349-355. On peut citer une de ses conclusions qui s’applique aussi bien (...)
  • 144 Voir J. Cantineau, 1930a, p.543 : « On voit là les mines, rasées au niveau du sol, d’un grand tomb (...)

133Cette question de l’origine peut se poser pour d’autres textes cités. Le cas d’une inscription publiée par G. W. Bowersock est assez semblable. Ce texte, réutilisé à Qasr el-Heir el-Sharqi, provient en fait de Palmyre143. On peut considérer que certains des textes funéraires découverts en Palmyrène, en particulier à Qaryatein, ont en fait été apportés de Palmyre un certain temps après la désaffection des tombeaux auxquels ils appartenaient. Dans certains cas, pourtant, les tombeaux étaient installés et construits dans cette zone à l’écart de Palmyre. C’est dans les ruines d’un tombeau de la région du Djebel Antar, qu’a été découvert le texte de concession en grec cité plus haut144. Mais dans la description du lieu de découverte des autres textes, rien ne laisse penser que des tombeaux se trouvent à proximité. Un seul exemple pour l’instant montre qu’il a pu en exister, mais on n’en a aucune autre preuve.

134Le texte qui mentionne les Benê Mathabôl vient peut-être du Djebel Antar : rien ne s’y oppose formellement : cela prouverait simplement qu’il n’y a pas de préférence tribale pour telle ou telle nécropole, mais au contraire une grande variété de localisations. Inversement, les nécropoles (au moins les deux qui sont représentées dans le tableau) ne sont pas réservées à telle ou telle tribu, mais on peut y trouver des membres des Benê Mathabôl aussi bien que des membres de Benê Komarê.

  • 145 Voir M. Sartre, 1996a, p. 387.

135On peut proposer quelques explications (non exclusives) pour ce phénomène. D’abord, seul un faible nombre d’exemples est attesté, ce qui empêche de généraliser ces conclusions. D’autre part, les tribus les plus représentées sont les tribus civiques. Or on sait que l’instauration de celles-ci s’est faite par un choix de quatre groupes privilégiés. Le choix n’a sans doute pas été entièrement arbitraire, et peut-être même a-t-il été fait par les Palmyréniens eux-mêmes145. Le système est bien entré dans les mœurs, on en a une bonne preuve dans la mention de ces tribus dans les textes. Mais on peut aussi penser que les tribus qui sont mentionnées dans les inscriptions funéraires le sont parce qu’elles sont les tribus traditionnelles des personnages en question, et non pas parce qu’elles sont les quatre tribus civiques.

  • 146 Seul le chiffre des centaines est conservé, il s’agit de 500 : la date est donc postérieure à l’an (...)

136On trouve dans ces textes un exemple assez intéressant de la manière dont ont disparu les mentions d’appartenance à la tribu. Le texte CIS 4197 (= Inv VII. 15) est une inscription de fondation, faite par un anonyme, fils de Haîran et petit-fils de Malikû, membre de la tribu des Benê Mazîn (... br ḥyrn br mlkw mn bny m‘zyn). Le texte est daté de l’année séleucide 393, soit 81-82 de notre ère, époque où il est encore tout à fait naturel et courant de trouver le nom de la tribu du personnage après sa généalogie (voir par exemple Inv VII, 3 de 89 après J.-C). Or la porte de cette tombe a été restaurée après 188 de notre ère146 par deux parents, Malê, fils de Ogâ (ml’ br ‘g’), et Ogâ, fils de Shalmê (’g’ br šlm’), tous deux descendants d’un certain Aîtîbel (’ytybl). Ils n’ont apparemment aucun lien de parenté avec les fondateurs de la tombe, mais ils ne mentionnent pas leur tribu et cette partie de l’inscription est complète. Les critères et la mentalité ont complètement changé en l’espace d’un siècle.

  • 147 Voir aussi BS n° 34 : il s’agit de Haîran, fils de Ogeîlû, le père du donateur anonyme de BS n° 23
  • 148 Il s’agit peut-être de Malikû, fils de Haîran, fils de Ogeîlû Aîtîbel du texte RSP n° 161 (mlkw br (...)
  • 149 Rapprochement déjà fait par C. Dunant. BS, p. 36, ad loc.

137On peut pourtant faire un rapprochement prosopographique. En effet, le donateur d’un autel dans le sanctuaire de Baalshamîn en 62 apr. J.-C. (BS n° 23)147 est peut-être un ancêtre de ces personnages. On ne connaît pas son nom, mais on a conservé la fin de sa généalogie ([br ḥyr]n br ‘gylw’ ‘ytybl)148. Or la généalogie de Malê d’Inv VII, 15 en fait un petit-fils de Malê, fils de Ogeîlû Aîtîbel (br ml’ br ‘gylw ’ytybl). À condition de considérer que, là comme ailleurs, la généalogie est télescopée et qu’on a sauté des générations en ne mentionnant que le nom de l’ancêtre du clan, on peut, je crois, accepter ce rapprochement. On peut effectuer un autre rapprochement149 entre l’anonyme de BS n° 23 et le personnage nommé ‘ytybl br tym’ br ’ytybl br ‘gylw du texte Inv VIII, 4. Le nom ‘gylw est aussi celui d’un des ancêtres de Malê. Il s’agit sans doute d’une simple coïncidence, mais on peut remarquer qu’on est toujours dans la nécropole nord. La date du texte de Baalshamîn et celle du texte funéraire Inv VIII, 4 concordent assez bien. En effet les dernières stèles du même type sont datées au plus tard de 140.

138Cette inscription du sanctuaire de Baalshamîn, comme pratiquement toutes les autres, est celle d’un membre de la tribu des Benê Mazîn (dy mn bny m‘zyn). Si le rapprochement est valable, il faut souligner que la tombe ne reste peut-être pas dans la même famille, mais qu’apparemment des membres de cette même tribu en restent les propriétaires.

  • 150 Voir le dessin dans Inv VIII, p. 8.

139Le texte de Baalshamîn et la stèle peuvent appuyer la théorie qui fait des stèles funéraires une expression des classes moyennes ou même relativement aisées au sein de la société palmyrénienne. Cette inscription funéraire a été considérée « sans intérêt » par J. Cantineau (Inv VIII, p. 8) : elle est sans aucune décoration150. Il s’agit pourtant du monument funéraire d’un membre d’une famille importante, au moins au sein du sanctuaire de Baalshamîn. En effet, Haîran, fils de Ogeîlû, fils de Aîtîbel, a peut-être été choisi par la tribu des Benê Mazîn pour être archonte. C’est du moins l’interprétation du texte BS ri 34 que propose son éditeur (p. 47). Certes, on ne connaît pas les relations précises entre tous ces personnages, et Aîtîbel, fils de Taîmê de la stèle funéraire (Inv VIII, 4), est peut-être un membre tout à fait mineur de la famille. Néanmoins, il est intéressant de voir par ce rapprochement que certaines personnes appartenant à des familles importantes ont sans doute été inhumées avec pour seul monument funéraire une simple stèle. Les monuments imposants qui caractérisent les grandes familles de Palmyre auraient donc laissé à l’écart les membres les moins importants des clans. C’est au moins une interprétation qu’on peut proposer de ces textes.

  • 151 À moins qu’il ne parle pas de sa tribu civique, parce que sa tribu ancestrale (bny zmr’) n’a pas é (...)
  • 152 Voir aussi le texte CIS 4123bis (= Inv IV. 6a) : le texte grec est identique, le texte araméen un (...)

140La situation évolue rapidement au tournant des ier et iie siècles. Lorsque, en 83, Jamblique fonde son tombeau, il a seulement besoin de dire qu’il est palmyrénien : la mention de la tribu commence peut-être à devenir inutile (CIS 4123)151. Mais il y a dans ce texte presqu’une tonalité de revendication, en tout cas une certaine fierté de ce statut au sein de la communauté de Palmyre. En effet, l’ethnique n’apparaît qu’en araméen et non dans la version grecque du texte152, ce qui indique peut-être que, cette fois, cette précision s’adresse aux Palmyréniens eux-mêmes.

  • 153 Voir J.-B. Yon. 1999.

141On peut d’ailleurs tenter d’expliquer ce texte et la position topographique de la tombe de Jamblique par un phénomène de rivalité entre notables. On a la chance d’avoir, pour cette zone de la vallée des Tombeaux, un certain nombre de textes datés qui permettent de retracer l’évolution de l’installation à cet endroit153. De plus, grâce au nombre relativement important de textes et à quelques rapprochements prosopographiques, on connaît les tribus d’un certain nombre de familles dont les tombes sont sur la colline. On a vu un peu plus haut que les trois tombes de Benê Baâ sont situées dans la vallée des Tombeaux. La plus ancienne est la plus éloignée du centre monumental de Palmyre, à proximité de l’extrémité ouest de la vallée (tour n°21). Les deux autres (nos 67 et 68), plus proches chronologiquement, sont voisines et précisément sur la butte Umm Belqis. Or on sait par les textes que les membres de cette famille étaient appelés Benê Baâ, mais aussi qu’ils faisaient partie de la tribu des bny knbt (CIS 4114 = Inv IV, 4) en 33 après J.-C. On peut supposer que les petits-enfants qui sont surnommés Benê Baâ cinquante plus tard, lors de la fondation du tombeau-tour n° 68 (CIS 4124 = Inv IV, 3), appartiennent toujours à la même tribu. C’est à ce moment que les mentions de la tribu disparaissent progressivement, il n’y a donc pas à s’étonner de leur absence dans ce texte.

  • 154 Inv X. 145, repris par J. Starcky, 1949, p. 44-46 et arbre généalogique p. 48.
  • 155 M. Gawlikowski, 1973a, p. 35.
  • 156 J. T. Milik. DFD, p. 55-56 et 222-225.
  • 157 RTP, p. 203 : voir J. T. Milik. DFD, p. 222.

142Au même moment, la même année et le même mois (avril 83), une autre tombe est fondée à proximité immédiate de celle des Benê Baâ. C’est une des tombes les mieux connues de Palmyre, celle de Jamblique (n° 51) ; là non plus, on l’a vu, la tribu à laquelle il appartenait n’apparaît pas dans le texte (Inv IV, 6 = CIS 4123), il est appelé Jamblique fils de Moqîmû, qui est appelé Aqqalîs, fils de Malikû, fils de Belaqab, fils de Mîkâ, fils de Matâ, Palmyrénien (ymlkw br mqymw dy mtqrh ’qlys br mlkw br bl‘qb br myk’ brmt’ tdmry’). Or Malikû, fils de Belaqab, fils de Mîkâ (mlkw br bl‘qb br myk’) est connu par ailleurs pour avoir offert un hammanâ aux dieux Shadrafa et Duanat vers l’an 30 de notre ère154. Il est dit mn pḥd bny zmr’, c’est-à-dire qu’il appartient à la tribu des bny zmr’. C’est la seule attestation de cette tribu à Palmyre. Néanmoins, on peut avec M. Gawlikowski155 et J. T. Milik156 en faire une tribu avec assez, de sûreté, quelle que soit la signification de son nom. Jamblique a sans doute été symposiarque, comme le proposent les éditeurs de RTP157 ; c’est une preuve de plus que les notables de Palmyre faisaient bien partie de ceux qui se faisaient construire des tombes dans les nécropoles qui entourent la ville.

  • 158 Ou que l’une soit une subdivision de l’autre, comme les Benê Baâ le sont par rapport aux bny ’nbt.

143Quoi qu’il en soit, on a ici au moins deux tribus représentées dans une proximité très grande, les bny knbt et les bny zmr’. Il est toujours possible qu’elles n’aient été que des subdivisions d’une autre tribu158, mais il faut pour l’instant en rester à des hypothèses et constater que la butte Umm Belqis est partagée entre plusieurs tribus.

  • 159 Voir M. Gawlikowski, 1970b, p. 69-71 et plan 111, p. 49.
  • 160 M. Gawlikowski, 1970b, p. 99-102.

144Les deux tombeaux des Benê Baâ sont pratiquement l’un contre l’autre (pl. 6). Cela peut s’ajouter à ce qu’on a dit sur la concurrence et la lutte pour obtenir la meilleure place. Il est possible que la propriété de ce clan n’ait pas consisté seulement dans la tour, mais se soit étendue quelques mètres autour et c’est là que la seconde tour a été construite, sans doute pour pouvoir rester sur le terrain de la famille. Comme le montre l’aspect très différent des deux tombes, c’est sans doute parce qu’ils n’étaient pas satisfaits de la tombe de leur grand-père (= n° 67) que les petits-enfants de Haîran ont construit la tombe n° 68. La tour n° 67159 a été la première à s’installer sur ce versant de la colline Umm Belqis. Mais dans les dernières décennies du ier siècle, plusieurs tours furent construites dans cette zone. On pense à la tour n° 51 de Jamblique bien sûr, mais on sait aussi que la tour n° 63 lui est antérieure de quelques années (79 apr. J.-C, d’après le texte CIS 4121 = Inv IV. 5) : les tours nos 62, 69, 70, 71 appartiennent elles aussi aux dernières années du ier siècle160. On peut soupçonner que, devant cette concurrence, les propriétaires de la tour n° 67 ont décidé de construire une autre tour qui permette à leur famille de faire meilleure figure.

145Ces raisons de prestige familial expliquent dans bien des cas les décisions de construction de nouveaux sépulcres par les familles de Palmyre. On a ici la chance d’avoir un exemple où certains détails sont connus, ce qui permet de reconstruire les faits de manière hypothétique, certes, mais assez vraisemblable. En tout cas, l’exacte concordance des dates pourrait être la conséquence d’un souci de concurrence des familles de Jamblique et de celle de Benê Baâ, pour avoir la priorité sur cette colline. Un coup d’œil sur le plan montre assez la position privilégiée qu’elle occupe, dans le prolongement exact de la Colonnade transversale. Elle se trouve non seulement en surplomb de la route qui va vers l’ouest, mais à proximité immédiate de la route vers le sud, avant que celle-ci n’atteigne la nécropole sud-ouest. Selon toute vraisemblance, la ville de Palmyre était située au sud de la zone occupée actuellement par le site archéologique et ses monuments, donc au sud du rempart de Dioclétien. L’agora et le sanctuaire de Nabû ouvrent d’ailleurs de ce côté. Or depuis cette partie du site, on a une très belle vue sur la colline, et en particulier sur ces quelques tours funéraires, comme celle de Jamblique ou les numéros 67 et 68 (fig. 72).

  • 161 Voir H. von Hesberg et P. Zanker, 1987b, p. 17.

146Du point de vue chronologique, on notera la concomitance entre, d’une part, la date de ces constructions et, d’autre part, la prospérité économique, mais aussi le dynamisme de ce qui n’était, un siècle plus tôt, qu’une modeste oasis du désert syrien. Le développement de la nécropole de Palmyre suit un schéma classique qu’on retrouve ailleurs dans le monde gréco-romain. La formation de ces véritables rues à tombes (Gräberstraβen) est toujours liée à la vitalité d’un lieu donné161. Leur éclosion nécessite la présence d’une classe dynamique dont les membres rivalisent entre eux pour s’affirmer. Les monuments funéraires ne sont qu’une modalité de cet affrontement (qui, dans le cas de Rome au moins, n’a pas toujours été seulement symbolique). C’est vrai dans la Rome républicaine, c’est vrai à Elaioussa-Sebasté, ça l’est aussi à Palmyre. Mais l’évolution que connaissent les nécropoles de Rome est différente de celle qui a lieu à Palmyre.

  • 162 H. von Hesberg et P. Zanker, 1987b, p. 14.

147À Rome, la fin de la République et l’avènement de l’Empire modifient profondément les conditions. Au début de l’ère impériale, le souci de la concurrence et de la recherche des honneurs fait place à un souci d’ordre et d’appartenance au groupe. Ce caractère égalitaire du groupe « bourgeois » est manifeste dans l’apparence monotone des façades. Les tombes prennent des aspects de plus en plus uniformes. On peut noter d’ailleurs l’opposition entre les extérieurs sobres et les intérieurs richement décorés162. La situation est bien différente à Palmyre, où l’absence du pouvoir central, trop proche et trop puissant à Rome, a permis le développement des monuments funéraires dont la richesse et le luxe sont visibles aussi à l’extérieur. Cette concurrence entre notables qui s’était plus ou moins tue à Rome après les guerres civiles de la fin de l’époque républicaine, a, au contraire, été un fait prédominant à Palmyre pendant les trois siècles qui ont suivi Actium.

E. LANGUE ET FORMULAIRE DES INSCRIPTIONS FUNÉRAIRES

1. LANGUE

148L’ensemble de la documentation épigraphique sur les nécropoles de Palmyre est formé de deux types principaux de textes. Une première catégorie comprend les textes individuels dans lesquels le nom du défunt est mentionné ; il peut s’agir de stèles pour les inhumations individuelles, aussi bien que de plaques de fermeture de loculi à l’intérieur des caveaux de famille. La seconde catégorie est constituée de textes qui équivalent plus ou moins à des titres de propriété. Ce sont soit des rappels de la fondation par une famille, soit des attestations de la concession d’une partie de la tombe à une autre famille.

  • 163 M. Gawlikowski, 1970b, p. 184-219.

149Les textes de la première catégorie sont de loin les plus nombreux, puisque chacun des défunts qui trouvaient place dans les tombeaux pouvait avoir le sien, alors qu’il n’y avait qu’un texte de fondation par sépulture collective. On a pourtant pu recueillir un certain nombre de ces textes de fondation et de concession. Le bilan fait par M. Gawlikowski en 1970 en dénombrait 81 du premier type et 52 du deuxième163. Depuis cette date, quelques autres textes ont été publiés (voir tableau ci-contre), mais sans changer de manière radicale l’image qu’on pouvait en avoir il y a trente ans.

Textes de fondation et de concession absents du recueil de M. Gawlikowski, 1970b.

150Le principal enseignement qu’on peut tirer de ce tableau est que les textes de concession sont plus anciens qu’on ne le croyait jusque-là. En effet, le texte publié par H. Ingholt permet d’avancer d’une soixantaine d’années la date du premier texte de concession attesté puisqu’il remonte à 95 apr. J.-C. (H. Ingholt, 1974, p. 38). En fait, cette inscription est fort différente des textes de concession habituels, et il faut sans doute la mettre un peu à part, même si, par commodité, on peut la désigner aussi comme une inscription de concession (voir chapitre V).

  • 164 M. Gawlikowski, 1970b, p. 40.

151La période la plus active pour ce genre de transaction est bien celle qu’a définie M. Gawlikowski, soit, en gros, la fin du iiie siècle et le iiie siècle jusqu’à la catastrophe de 272. Certains des textes compris dans le tableau sont connus depuis longtemps, mais ils n’étaient pas inclus dans la liste dressée par M. Gawlikowski, sans doute à cause de leur état très fragmentaire. C’est le cas des textes Inv IV, 9b et 16 et du texte J. Cantineau, 1930b, n° 56. Les nombreuses lacunes permettent seulement de dire que ce sont des textes de fondation, mais toute autre conclusion est impossible, en l’absence de renseignements comme le nom du fondateur ou la date de la fondation. Le cas de l’inscription Inv VIII, 64 est plus compliqué : il s’agit visiblement de la dédicace d’un monument funéraire, mais sa nature reste mystérieuse. Selon toute probabilité, cette dalle de pierre qui provient d’une tombe (Inv, ad. loc, p. 46) n’est pas une stèle comme celles qui marquaient l’emplacement des tombes individuelles. Il faut pourtant noter qu’elle provient du même endroit, c’est-à-dire de la nécropole nord. Totalement aniconique, elle diffère des stèles de cette nécropole par l’inscription bilingue qui y est gravée et par sa forme (plaque de pierre). Comme la pierre inscrite (CIS 4210), il n’est pas possible de décider si le mot npš’ sert à désigner la pierre elle-même ou le monument auquel elle devait appartenir (sur les désignations du tombeau, voir infra)164.

152Ces textes sont pourtant assez longs pour qu’on puisse les mettre en série avec les autres textes du même type. Ils ont en fait le grand intérêt d’utiliser le grec comme beaucoup de textes de fondation. Le recueil de M. Gawlikowski et le tableau ci-dessus qui le complète permettent de faire une statistique rapide des langues utilisées dans les textes de fondation et de concession dans les nécropoles de Palmyre.

  • 165 Dans le recueil de M. Gawlikowski, 1970b, p. 203, n° 71.
  • 166 M. Gawlikowski, 1984, p. 124, n° 34 (= M. Gawlikowski, 1970b, p. 203, n° 72).

153Du point de vue de la langue, la grande différence entre les deux types de textes est frappante. Il y a beaucoup plus d’inscriptions de fondation que de concession, mais les premières comportent une partie en grec, beaucoup plus souvent que les autres. Certes, parmi les textes qui sont utilisés dans ces statistiques, un certain nombre est très mutilé, et on ne peut exclure que, pour une proportion non négligeable d’entre eux, un des deux textes ait disparu. Ainsi par exemple, le texte araméen Inv VIII, 67165 est décrit par J. Cantineau, son premier éditeur, comme un fragment de plaque de pierre. Rien n’interdit de penser qu’une autre partie de la plaque portait une inscription grecque. L’inverse est vrai pour un texte grec du camp de Dioclétien166 : ce fragment de plaque de quelques centimètres de côté a pu comporter aussi un texte araméen. Mais il y a de grandes chances que, pour un nombre de textes qui atteint approximativement 150, la proportion de textes grecs disparus soit sensiblement égale à celle des textes araméens perdus.

154Or la moitié environ des textes de fondation comprend au moins du grec (surtout en combinaison avec l’araméen, mais aussi parfois avec du latin, ou seul). Mais cette proportion tombe à un sixième en ce qui concerne les textes de concession. Ces chiffres sont éloquents en eux-mêmes, mais il peut être utile de les comparer avec ceux de l’ensemble des textes funéraires qui comportent du grec et/ ou du latin dans l’épigraphie de Palmyre. Environ 115 textes de ce type ont été publiés, plus quelques inédits.

  • 167 Plus les textes récemment publiés par S. P. Kowalski, 1997, p. 39-62.
  • 168 Inv VIII. 203-205. 207-209 : H. SEYRIG. 1933a, p. 161, n° 3 (AE 1933, 209) : H. Heinen, dans K. Pa (...)

155De ce nombre, il faut soustraire dix textes byzantins167, et une quinzaine de textes dont le caractère funéraire est seulement probable. Il faut aussi compter les huit épitaphes latines provenant de Palmyre même : elles ne sont pas le fait de Palmyréniens à proprement parler, et ce sont des stèles funéraires n’appartenant pas à une sépulture collective168.

  • 169 Mais le texte est en l’honneur du fils d’un légat de Syrie.
  • 170 Les textes SEG 40, 1420 et 43. 1037, parfois présentées comme palmyréniens, en particulier dans de (...)

156Les textes funéraires proprement dits en grec (ou bilingues) se limitent donc à une cinquantaine de textes de fondation et une dizaine de textes de concession, auxquels s’ajoutent une inscription métrique (Inv X, 28)169 et un peu plus d’une vingtaine d’inscriptions sur des reliefs funéraires ou des plaques de fermeture de loculi170.On a cité plus haut le nombre de ces plaques recueillies dans le Corpus Inscriptionum Semiticarum (plus de quatre cents dont seulement trois bilingues).

  • 171 Environ 2 000 textes palmyréniens proviennent de la ville de Palmyre même (tessères non comprises) (...)
  • 172 Par exemple. M. A. R. Colledge, 1976a, p. 68.

157Pourtant, les textes grecs (et latins) représentent environ un quart du nombre total de textes sémitiques171. D’après ces chiffres, le domaine funéraire est du point de vue linguistique un domaine tout à fait particulier. La grande prédominance de la langue locale dans l’épigraphie funéraire est un phénomène qu’on a remarqué depuis déjà longtemps172. Les Palmyréniens parlaient l’araméen chez eux et entre eux ; ils réservaient le grec pour les occasions officielles et s’en servaient aussi comme langue de communication avec les autres habitants de l’Empire. Il est assez naturel que dans un domaine aussi privé que les coutumes funéraires, et qui plus est à l’intérieur de leurs dernières demeures, ils aient utilisé leur langue de tous les jours. C’est donc tout naturellement qu’on se servait de l’araméen pour inscrire son nom sur la plaque funéraire qui servait à fermer le loculus dans lequel on devait reposer.

  • 173 G. di Vita-Évrard, 1993, p. 293-314.

158Des parallèles à ce genre d’attitude sont attestés dans d’autres régions de l’Empire où les langues locales ont gardé leur importance. Ainsi à Leptis Magna, on connaît un certain nombre de textes soit bilingues (latin et punique) soit unilingues (néo-punique). De même l’onomastique d’origine sémitique reste longtemps en vigueur, seule ou en composition avec des noms latins. Or il est intéressant de voir qu’au cours du iie siècle principalement, il existe en fait deux strates d’inscriptions. Les noms locaux sont absents des monuments publics, mais ils réapparaissent sur les monuments privés, c’est-à-dire en particulier les tombeaux. Même si la situation est différente de celle de Palmyre, parce que les survivances sémitiques sont moins fortes et qu’elles sont limitées en partie aux couches moins huppées de la population, ce qu’on voit à Leptis Magna montre bien la différence de statut linguistique du domaine funéraire (privé) et du domaine public. L’onomastique des grands personnages est, quant à elle, entièrement latine173.

  • 174 Aujourd’hui au musée du Louvre (AO 1556) ; dans le catalogue J. Dentzer-Feydy et J. Teixidor, 1993 (...)
  • 175 Même si selon l’usage habituel à Palmyre, les textes araméens ne reçoivent que rarement des cadres (...)
  • 176 Le portrait néanmoins ne trouve pas de parallèle proche dans les autres bustes funéraires connus à (...)

159À Palmyre, la situation est un peu différente, et la langue locale prédomine plus nettement. Ce sont plutôt les quelques reliefs qui portent des inscriptions grecques ou bilingues qu’il faut expliquer. Un seul d’entre eux trouve une explication très simple, c’est le relief funéraire qui porte l’inscription CIS 4401174, puisque ce personnage (inconnu par ailleurs), Marcus Iulius Maximus Aristeides, était colon à Beyrouth (fig. 76). Son nom n’est pas palmyrénien, mais correspond bien à celui d’un Grec (ou d’un Oriental) originaire d’une colonie latine du Proche-Orient. De même, le nom de sa fille (Lucillia) et celui de son gendre (Pertinax) ne sont pas le moins du monde inattendus pour des gens originaires d’une cité dont le latin était la langue officielle. Pour cette raison, l’absence du latin pour la double épitaphe est relativement étonnante. Les deux versions (grec et araméen) disent exactement la même chose, même si le texte grec semble avoir la priorité. En effet, il est inscrit dans un cadre qui semble prévu à cet effet au-dessus de l’épaule gauche du personnage. Le texte palmyrénien est inscrit de manière plus cursive de l’autre côté, dans le champ resté libre175. Ces deux textes marquent sûrement une volonté d’intégration du personnage qui a fait appel sans aucun doute à des artisans locaux pour réaliser ce buste176. Il est bien évidemment dommage qu’on ne sache pas à quel monument cette plaque appartenait, il aurait été intéressant de savoir si ce personnage avait un tombeau personnel ou si, plus probablement, il avait profité de la concession d’une partie d’une tombe construite par une famille locale.

  • 177 Qui fait dériver le nom de l’arabe bijâd, « vêtement » (J. K. Stark, 1971, p. 74) en arguant de l’ (...)
  • 178 Voir J. T. Milik. DFD, P. 245. On retrouve ce nom dans une des inscriptions de concession du tombe (...)

160Les autres inscriptions grecques du même genre sont différentes. En effet, les gens qui y sont représentés portent généralement des noms arabes ou araméens : selon toute vraisemblance, ils sont palmyréniens dans un grand nombre de cas. On a par exemple, dans le texte RSP n° 33, un certain Iαραιoς Ζαβδαθους τοῦ Ανιβηλου, ce qui correspond dans la version araméenne à yrḥy br zbd‘th ḥnbl. Le cas du texte CIS 4402 est plus compliqué puisqu’on y voit un Ἀπολλόδωρος Ελαβηλου être appelé en araméen bgdn br ’lhbl. Malgré l’avis contraire de J. K. Stark177, il est tentant de considérer Ἀπολλόδωρος comme une traduction du nom d’origine perse, Bagdan, qui signifie justement « don de dieu »178. De « don d’Apollon » à « don de dieu », le chemin à franchir n’est pas très long. La présence courante de noms perses à Palmyre et le nom du père purement palmyrénien assurent de toute façon l’origine locale du personnage (voir chap. II).

  • 179 Par exemple. Inv VIII. 120, 164 et 202 : S. Ronzevalle, 1910, p. 179, n 33 : H. Ingholt. 1936, p. (...)
  • 180 Il faut noter la gravure relativement grossière de ce qui est presque un graffiti sur une plaque d (...)

161Le phénomène le plus étonnant est l’existence de plaques inscrites, où l’araméen est absent, alors que l’onomastique des personnages est purement palmyrénienne. À vrai dire, ces textes sont rares179, mais l’explication en est difficile. On peut toujours penser à un certain snobisme de la part de quelques-uns d’entre eux qui, malgré leurs noms peu grecs (Ελαβηλος Αιρανου τοῦ Ελαβηλου τοῦ Mαvvoυ dans le texte Palmyre II, n° 1), préféraient utiliser cette langue plutôt que l’araméen de Palmyre. Le problème reste insoluble dans la plupart des cas. Certes, le Samsigeramos de l’inscription Inv VIII. 202 (Σεμσιγεραμος) est peut-être un étranger à Palmyre, même s’il est d’origine sémitique (on pense bien sûr à la cité voisine d’Émèse), mais il s’agit seulement d’une hypothèse180.

  • 181 Ce sont les textes CIS 4402 (Louvre) : CIS 4403 (collection privée) ; S. Ronzevalle, 1910, p. 179, (...)
  • 182 Mais pas partout avec la même fréquence, voir A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 173 pour le Haw (...)
  • 183 J. Wagner. 1976 : exemples trop nombreux pour qu’on en fasse ici la liste, entre les pages 175 et (...)
  • 184 IGLS IV, 1363. 1365. 1368-1370.
  • 185 IGLS V. 2301 sq.
  • 186 Voir dans le tome III des IGLS, l’index des tomes I-III, s.v., p. XIII, qui donne une longue liste (...)
  • 187 Par exemple. IGLS VII, 4022-4023 (Tartous) ou à Beyrouth (Waddington 1850a. 1851 et 1853), mais on (...)
  • 188 Par exemple IG XII. 1, 967 près de Rhodes : IG XII. 3. 850 à Théra. Il est curieux que cette expre (...)

162Parmi ces textes grecs, un petit groupe appelle quelques remarques particulières. Il s’agit des textes où le nom et le patronyme du défunt sont suivis de la formule ἄλυπε χαῖρε181. On sait que cette formule est assez courante en Syrie182. Les inscriptions funéraires de Zeugma183, d’Apamée184 d’Émèse185 ou encore d’Antioche186 attestent amplement de la faveur de la formule en Syrie du Nord ainsi que sur la côte phénicienne187. Elle est aussi attestée ailleurs dans le monde grec, par exemple dans l’Egée, mais elle y est assez rare188. Il est intéressant de voir que Palmyre est incluse dans cette sphère culturelle de la Syrie-Phénicie, même si c’est de manière marginale.

  • 189 Ce détail pousse à écarter l’origine palmyrénienne pour le texte SEG 40, 1420, épitaphe de Ἰούλιε (...)

163Certains détails pourtant prouvent que cette intégration culturelle à la Syrie romaine n’est pas sans limite. La moitié de ces textes sont ainsi doublés d’une version palmyrénienne (la formule est traduite, si l’on peut dire, par ḥbl « hélas »), tout à fait conforme aux usages locaux. Comme on l’a vu aussi (chapitre V), le nom du défunt est toujours accompagné d’au moins un patronyme ; or, l’usage est tout différent dans le reste de la Syrie, où, aussi bien à Zeugma qu’à Antioche, le nom du défunt est inscrit seul189. Le texte Palmyre II, n° 1 où la généalogie du défunt remonte jusqu’à l’arrière-grandpère est caractéristique de ces inscriptions palmyréniennes dans lesquelles le plus important est bien de se replacer dans une famille et une lignée, en mentionnant les noms de ses ancêtres : c’est en fait le sujet fondamental de ces textes et les Palmyréniens, même quand ils utilisaient un formulaire gréco-romain, n’avaient garde de l’oublier. On traduisait les textes palmyréniens en prenant comme modèle ce qui se faisait chez les plus proches voisins, mais sans se couper totalement des traditions locales.

  • 190 CIS 4403. Cette théorie est développée dans K. Parlasca. 1985b, p. 351-353.
  • 191 S. Ronzevalle, 1910, p. 179, n° 33.
  • 192 Z. Ben-Hayyim, 1947, p. 142.
  • 193 H. Ingholt, 1935, p. 109.

164On a d’ailleurs peut-être fait appel à des artisans non palmyréniens pour certains des reliefs qui portent cette formule. C’est la théorie de K. Parlasca qui pense que trois de ces défunts appartiennent à la même famille. En effet. Nασραλλαθoς est fils de Mαλχoς (il est appelé en araméen nsr’ br mlkw br nṣr’)190, Aθθαια est fille de Mαλχoς191, et Moκιμoς est aussi fils d’un Mαλχoς192. Les ressemblances stylistiques, l’utilisation du grec et la présence du nom Malchos rendent probable leur identification comme deux fils et une fille de ce Malchos, nṣr’ du texte CIS 4403 serait de plus le fondateur de la tombe de Nasrallât dans la nécropole sud-ouest, comme l’avait déjà vu H. Ingholt193. Une tradition familiale et l’origine étrangère des artistes expliqueraient la répétition de la formule et l’usage assez constant du grec dans ces textes, mais aussi dans le texte de fondation.

  • 194 Voir par exemple les remarques de J. Cantineau à propos du texte de la tour d’Elahbel. Inv IV, p. (...)
  • 195 Voir CIS 4123 et 4123bis (Inv IV. 6a et b : textes de la tour de Jamblique). Dans ce cas les deux (...)
  • 196 Voir les remarques de J. Cantineau dans Inv IV, p. 5 et 8.

165Si l’usage du grec dans les textes funéraires n’est pas majoritaire, il est donc très répandu dans les inscriptions de fondation de sépulcre. On peut se demander si la raison n’en est pas simplement que ces textes sortent justement du domaine privé. Il faut souligner que les textes de fondation proviennent des parties extérieures des monuments, inscrits par exemple sur une plaque encastrée dans la façade (CIS 4134 = Inv IV, 27a pour la tour d’Elahbel). Mais ce genre de texte est souvent difficilement lisible194. Cela explique qu’il en ait quelques fois existé une autre version, parfois légèrement différente, sur les linteaux de porte195. On a relativement peu de plaques portant l’inscription de fondation, mais beaucoup d’entre elles ont disparu, et il ne reste plus maintenant que leur emplacement sur les façades196.

  • 197 Même si M. Gawlikowski, 1970b, p. 196, en parle comme d’un linteau. C’est en fait le texte de conc (...)
  • 198 H. Ingholt, 1935, p. 60.
  • 199 Le seul exemple avec texte araméen seul est aussi sur un linteau : CIS 4170 (= Inv IV. 23) pour le (...)

166Dans le cas de nombreux tombeaux, il y avait peut-être un seul texte, celui du linteau. C’est la série la plus nombreuse qui ait été conservée. De toute façon, les plaques de façades sont un phénomène bien compréhensible dans le cas des tours funéraires. Pour les hypogées dont la seule partie qui apparaissait à l’extérieur était la porte et le massif qui la contenait, le problème était différent. C’était généralement sur les linteaux qu’étaient gravées les inscriptions de fondation, mais on connaît des exceptions, tel le texte RSP n° 25, plaque de fondation de l’hypogée de Shalamallat197. On a un autre exemple avec le texte publié par H. Ingholt (1935, p. 59). La plaque de fondation se trouvait dans le mur au-dessus de la corniche qui surplombait la porte. Un autre texte, qui concerne seulement une exèdre de la tombe, se trouve pourtant sur le linteau de la porte198. Les deux plaques de fondation qu’on vient de citer sont toutes les deux bilingues. Le cas est semblable pour les temples funéraires. On connaît en effet onze exemples d’inscriptions de fondation bilingues pour ce type de monument ; toutes sont sur des linteaux de porte199.

2. FORMULAIRE ET VOCABULAIRE

167De la part des propriétaires-fondateurs des tombeaux, ces textes sont des manifestations de fierté, et aussi, d’une certaine manière, des manifestations de culture. Non seulement ces familles étaient capables de réunir les fonds considérables nécessaires à la construction de tels monuments, mais en plus elles pouvaient en inscrire les dédicaces en grec. De plus, cette fonction de publicité des textes funéraires était renforcée par la position de ces tombeaux, en particulier les tours et les temples funéraires de la vallée des Tombeaux, sur la route qui conduisait vers la côte syrienne. C’est sur cette route que passaient les marchands étrangers qui venaient commercer à Palmyre. Ces inscriptions grecques étaient placées à des endroits où les gens qui pouvaient comprendre le grec avaient aussi la possibilité de les lire.

  • 200 Par exemple le grec du texte CIS 4123 (Inv IV. 6) comporte une version abrégée de la généalogie de (...)
  • 201 Version complète de CIS 4163 = Inv VIII. 61.

168On peut comparer la fonction de ces textes à celle des textes honorifiques qui ornent les rues et les espaces publics de la ville de Palmyre. La présence répétée du terme araméen qui signifie « en son (leur) honneur » (lyqrh) à la fin des textes de fondation montre bien quelle est la fonction de ces monuments : célébrer la famille du fondateur. La formule reçoit parfois — mais c’est loin d’être systématique — une traduction littérale grecque sous la forme εἰς τειμὴν αύτoῦ. Ce n’est pas une expression très courante dans l’épigraphie funéraire grecque et il s’agit vraisemblablement d’une adaptation directe des coutumes locales dans la langue d’apparat des notables. Les raisons de l’usage du grec sont les mêmes dans le cadre funéraire que dans le cadre civique : elles marquent une volonté d’intégration dans les cadres de l’Empire romain, dont la langue en Orient est le grec. Il est probable que, parfois, les inscriptions de fondation de tombeaux, en grec, ne sont que de simples traductions ou des résumés d’un original en araméen200. Pourtant on connaît un certain nombre de contre-exemples dans lesquels le grec est plus précis que l’araméen. Le texte J. Cantineau, 1938, p. 160201 utilise en palmyrénien le mot bt qbwr’ qui signifie simplement « tombeau », alors que le grec emploie les mots σπήλοαον ταφεῶνος (« l’hypogée du tombeau »), ce qui est beaucoup plus précis et renseigne sur la nature du monument.

  • 202 À titre d’exemple, ΤΑΜ II. 52-57 et passim (Lycie) : ΤΑΜ V. 1056, 1113 et passim (Lydie) : ΤΑΜ IV. (...)
  • 203 Voir J. Kurinska. 1968, p. 18-23 et A. Sartre-Fauriat. 2001, vol. II, p. 21 (le mot est attesté 13 (...)
  • 204 Les mots τάϕος et ταϕή sont beaucoup plus courants (cf. J. Kubinska, 1968, p. 23-25) ; la forme τα (...)
  • 205 Par exemple CIS 4202.
  • 206 H. Ingholt. 1935, p. 109.
  • 207 Voir sur ce terme. M. Gawlikowski, 1970b, p. 23.
  • 208 C’est le mot le plus courant à Palmyre avec ses variantes mqbrt’ et bt mqbrt’ (E. Will, 1991, p. 4 (...)

169Il existe d’autre part des parallèles en grec dans les textes funéraires des provinces d’Asie Mineure. Ainsi, le texte Inv VIII. 58 trouve un parallèle presque exact dans un texte de Telmessos en Lycie (ΤAΜ II, 55), mais la formule, à l’identique ou presque, est de toute façon usitée de manière répétée202. Le terme utilisé (τò μνημεῖον) est un des plus courants pour désigner tout type de monument funéraire203. L’autre terme très courant est ταϕέων204 (surtout sous la forme τò μνημεῖον τοῦ ταϕεῶνος205 ou τò σπήλοαον τοῦ ταϕεῶνος206). Le tableau ci-dessous détaille les différentes équivalences imaginées par les Palmyréniens entre les expressions sémitiques et leurs versions grecques. On remarque qu’il n’y a pas vraiment de traduction automatique. Le mot μνημεῖoν qui souligne la fonction de mémoire de la tombe traduit certes parfois dkrn(« mémorial ») ou npš’ (qui, du sens de « âme », « personne », est passé au même sens de « mémorial » de cette personne207). Mais il arrive aussi qu’il soit équivalent du simple qbr’ (« tombe »), qui s’applique à n’importe quel type de tombeau208.

  • 209 Comme, par exemple, le texte CIL I2,1221 qui qualifie une femme de « casta, pudens, fida uiro ».
  • 210 Avec des exceptions, e.g. le texte IGLS III. 844.

170À la différence des inscriptions d’Asie Mineure, les textes de Palmyre sont finalement assez peu précis. Comme on l’a déjà remarqué à plusieurs reprises, il n’y a jamais de précisions sur la carrière des personnages ou leurs éventuelles fonctions honorifiques ou civiques. De même les qualificatifs moraux sont absents des épitaphes funéraires209. Seule la formule ἄλυπε χαῖρε apparaît, mais elle joue simplement le rôle d’un équivalent de l’exclamation ḥbl en araméen. Elle fonctionne apparemment comme une formule standardisée sans qu’on prête attention à son sens littéral. Je ne sais comment interpréter cette tradition, mais elle diffère assez fortement de ce qui se passe dans d’autres régions du monde romain. Elle a pourtant des parallèles dans le reste de la Syrie. La plupart des inscriptions funéraires d’Antioche, pour ne prendre que cet exemple, sont laconiques210.

Les désignations du « tombeau » dans les textes bilingues de Palmyre.

  • 211 A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 21 et 37.
  • 212 Le terme ὀρυγή (désigne une cavité creusée) présent dans les textes J. Cantineau. 1938, p. 155-156 (...)

171Il serait difficile de reconstruire les tombeaux de ces nécropoles, si l’on n’avait que ces textes pour le faire. L’oasis partage d’ailleurs cette particularité avec d’autres régions syriennes. Le caractère laconique des textes funéraires a déjà été remarqué dans le Hawrân211. Les seuls termes spécifiques à Palmyre sont les mots qui désignent les grottes et les hypogées. Le mot hypogée lui-même n’apparaît qu’une fois (CIS 4209) pour désigner vraisemblablement la crypte du temple funéraire n° 150 (τò μνημεῖον τοῦτο σὺν ύπογείῳ). Le mot courant pour désigner ces sépultures enterrées est surtout σπήλαιον (la grotte)212. Il correspond généralement à l’araméen m‘ rt’ qui signifie « grotte » et par extension désigne donc les hypogées. Mais le tableau prouve que ce type de tombe est parfois désigné par des termes beaucoup plus généraux comme bt ‘Im’ ou bt qbwr’. Il n’y a, semble-t-il, pas d’évolution du vocabulaire pendant la période d’un siècle et demi au cours de laquelle la documentation est utilisable ; tous ces mots (à part les termes spécifiques qui désignent les tombeaux enterrés) sont utilisés indifféremment pour tous les types de tombeaux : tours et temples funéraires aussi bien qu’hypogées. Le texte RSP n° 25 par exemple, texte de fondation de l’hypogée de Shalamallat, utilise dans les deux langues des termes généraux et ne précise pas la nature de la tombe.

172Il est au total difficile de savoir si la version originale est vraiment le texte araméen. C’est vraisemblable, car les parallèles nabatéens attestent de fortes traditions locales. Il est possible que les deux versions aient été généralement conçues en même temps. Quoi qu’il en soit, les rapprochements qu’on peut faire aussi bien avec des textes grecs d’Asie Mineure qu’avec ceux du domaine nabatéen (en particulier Hégra) montrent que les deux influences se font sentir, avec quelques particularités locales. Ces textes restent marqués par la culture sémitique locale dont ils suivent d’assez près les coutumes et les habitudes. D’autre part, les versions grecques assez, nombreuses ne sont pas très différentes d’inscriptions contemporaines de Lycie ou d’ailleurs en Asie Mineure, mêmes si elles sont plus imprécises à Palmyre. On peut supposer que le prototype palmyrénien était en araméen, mais que les versions grecques ont été à l’origine conçues par des gens qui avaient une certaine familiarité avec les textes grecs équivalents, tout en essayant de tenir compte des habitudes locales.

  • 213 Dans l’épigraphie de langue grecque, celte habitude est assez courante en Syrie (par exemple pour (...)
  • 214 Voir M. Gawlikowski, 1970b, p. 169, n. 19 et 20 : et surtout E. Will, 1996, p. 433-440. L’expressi (...)
  • 215 CIS 4201 ; J. Cantineau, 1938 p. 160, n° 39 ; IMP, n° 115.
  • 216 CIS 4120 : Inv VII. 5.
  • 217 CIS 4192. 4202. 4209, 4212, 4215 : Inv IV. 12 : Inv VIII. 58 : J. Cantineau, 1938, p. 155, n° 36c  (...)
  • 218 CIS 4203 : Inv IV. 7b ; M. Gawlikowski, 1970a, p. 71, n° 5.
  • 219 Ainsi dans le texte Inv VII. 5, la formule εἰς τòν αὶῶνα à la fin du texte complète μνημεῖον ταϕεῶ (...)

173Il faut souligner l’omniprésence des mentions de dates dans les textes de fondation, comme à Hégra213. Il s’agit sans doute de donner plus de poids à cette déclaration de propriété pour l’éternité. Et ce thème de l’éternité des monuments, qui apparaît bien dans un des termes sémitiques qui désignent le tombeau, trouve sa traduction en grec. La formule bt ‘Im’ (« maison d’éternité ») est en effet fréquente dans les textes palmyréniens, tout comme des formules équivalentes (bt ‘Im’ ou bien dy ‘Im’, c’est-à-dire « pour l’éternité »)214. Or on a souvent cherché à rendre cette notion en grec, soit par la formule εὶς τòν ἄπαντα χρόνον215 εἰς τòν αἰῶνα216, εἰς τò παντελές (la plus courante)217 ou encore εἰς τò παράπαν218, ou bien par un équivalent de bt ‘Im’ comme μνημεῖον αὶώνιον. Là, comme ailleurs, on constate pourtant que les équivalences ne sont pas faites de manière systématique, même s’il faut noter cet effort pour rendre une notion particulièrement importante dans les textes araméens219.

  • 220 On en a néanmoins des exemples en Syrie où l’adjectif αἰώνιος est ajouté pour qualifier la tombe : (...)
  • 221 E. Will. 1990a, p. 439.
  • 222 Voir les exemples cités par E. Will. 1990a, p. 439-440.
  • 223 M. A. R. Colledge, 1976a, p. 84-87.

174Or, à ma connaissance, cette notion d’éternité n’est pas extrêmement courante dans l’épigraphie funéraire du monde gréco-romain avant l’époque chrétienne220. Comme l’avait remarqué E. Will221, les notions d’héroïsation des morts sont totalement absentes à Palmyre, comme le prouve l’absence du terme ήρωον si courant en Asie Mineure. Les croyances traditionnelles n’avaient sans doute pas été supplantées par les influences gréco-romaines, comme la croyance en l’immortalité de l’âme. Cela est vrai au moins pour une grande majorité de la population de Palmyre ; à vrai dire, seules quelques tombes, par leur décor, prouvent que ces croyances ont fait leur chemin chez certains des habitants de l’oasis222. Un des exemples les plus célèbres (et les plus riches) de décor qui peut être mis en rapport avec la croyance en l’immortalité de l’âme est celui de la tombe « des Trois frères » (fig. 77). Or, il s’agit justement d’une des tombes dans lesquelles aucun texte grec n’apparaît. M. A. R. Colledge se demande si les fondateurs de la tombe n’avaient pas fait ce décor justement pour attirer le client223. Ce serait un signe de la popularité à Palmyre de ce genre de croyance, et ce, dans les classes moyennes, clientèle privilégiée de ces hypogées partagés par leurs propriétaires et leurs fondateurs. Pourtant le caractère pratiquement unique de ce type de décoration rend cette hypothèse difficilement vérifiable.

  • 224 M. Gawlikowski, 19706, p. 169 et 219 : H. Ingholt. 1938, p. 133 ; Inv VIII, 86 ; CIS 4218.
  • 225 J. Cantineau, 1933, p. 184, n° 7b ; CIS 4215 et 4217 (voir A. Schmidt-Colinet, 1992, p. 41-42) ; R (...)

175Mais ce qui fait la plus grande originalité des textes de Palmyre par rapport aux textes d’Asie Mineure ou à ceux de Nabatène, c’est l’absence presque totale de formules d’interdiction (dont M. Gawlikowski avait fait la liste) ou de malédiction. Elles ne se retrouvent que dans trois inscriptions, dont une est très lacunaire224. On sait que les tombeaux n’étaient pas ouverts à tous, les textes de concession en sont une preuve suffisante, puisqu’ils accordent une partie précise d’un tombeau à des gens qu’on prend soin de nommer et d’énumérer. Généralement, seuls les membres proches de la famille recevaient cet honneur. Pourtant trois ou quatre textes seulement225 interdisent explicitement d’aliéner les tombeaux, et menacent les contrevenants d’une amende à payer au trésor public.

  • 226 J. Cantineau, 1933, p. 183, n° 7a, mais le texte très mutilé ne permet pas d’en dire plus. La rest (...)
  • 227 Un certain nombre de textes de Carie publiés par J. et L. Robert (1954, p. 192-198, nos 101, 103, (...)

176Le premier point à noter est la mention des archives (bt ‘rk’, c’est-à-dire « la maison des archives ») dans le texte publié par J. Cantineau. La formule trouve un unique parallèle à Palmyre226, mais, dans les deux cas, les textes sont assez difficiles à interpréter. Certes, on peut penser que les archives publiques conservaient des preuves de propriété aussi bien pour les habitations que pour les tombes, mais rien ne le prouve vraiment227. Les textes fixent même le montant des amendes pour certains d’entre eux.

  • 228 Voir l’index du BE, s.v. « Interdiction funéraire » ; par exemple, BE 1959, 237 : « C’est par cent (...)
  • 229 Voir par exemple pour Hégra. CIS II. 197-224, avec amendes et malédictions ; M. Gawlikowski, 1970b (...)
  • 230 M. Gawlikowski, 1970b, p. 172.

177Or ces interdictions funéraires et ces malédictions sont un phénomène très courant dans l’épigraphie d’Asie Mineure228 et du monde sémitique229. C’est une différence avec Palmyre. M. Gawlikowski l’explique en différenciant deux types de textes. Les textes de fondation courants permettaient les aliénations, tandis que quelques textes seulement les interdisaient explicitement. Les aliénations existaient indubitablement à Palmyre, les quelque soixante textes de concession conservés en sont une preuve suffisante230.

178D’autre part, l’interdiction d’introduire dans le tombeau le corps d’un étranger à la famille allait de soi. Elle était la conséquence directe des précisions des textes funéraires : « pour lui-même, ses enfants et leurs enfants ». Or cette formule est commune aux textes de fondation et aux textes de concession. Cela prouve que cette restriction est différente des défenses d’aliéner proprement dites. Elle fonctionne plutôt comme un rappel du droit de propriété de la famille qui est mentionnée dans le texte.

  • 231 Voir F. de Visscher, 1963, p. 118 ; M. Sartre, dans IGLS XIII, p. 41 à propos de Bosra : « Il semb (...)

179Il est possible que les textes de fondation soient des sortes de textes honorifiques. Comme ces derniers, ils sont peut-être seulement des abrégés de textes plus longs conservés dans les archives. Le nom du propriétaire et celui de ses ancêtres apparaissent sur les façades et les linteaux des tombeaux, car c’est cela qui était vraiment intéressant pour les notables. Que les interdictions aient été exprimées ou non dans les textes archivés n’a finalement que peu d’importance, parce que les monuments funéraires des Palmyréniens étaient en principe réservés à la famille. Cela représente peut-être une grande confiance dans les institutions de Palmyre et dans l’autorité reconnue aux grandes familles qui aurait protégé les tombeaux. Peut-être faut-il y voir le contraire de ce qui se passe ailleurs dans le monde romain, où la multiplication des textes et des amendes est sans doute la preuve d’un certain affaiblissement des liens familiaux et de la piété populaire231. Ce ne serait pas le cas à Palmyre, où il était sans doute important d’être placé après la mort avec les membres de sa famille.

180La différence principale entre les textes honorifiques et les textes funéraires est pourtant que les premiers sont généralement officiels alors que les seconds ne le sont pas vraiment. Certes, ils sont le reflet d’actes de propriété qui devaient être reconnus par la loi et dont une version existait sans aucun doute dans les archives de la cité (voir supra),mais ils ne sont pas l’expression de la cité, ni même d’une « classe dominante » de notables. Ils sont seulement le fait des propriétaires et des fondateurs de tombes, et l’expression de leur fierté.

  • 232 Voir clans l’article de H. Ingholt. 1935, les planches XXX VI-XXXVIII pour les neuf inscriptions d (...)
  • 233 On connaît ailleurs dans l’épigraphie grecque des partages et des concessions de monuments funérai (...)

181Les textes de concession sont un peu différents, puisqu’on a vu que l’écrasante majorité d’entre eux était composée de textes araméens. Du point de vue formel, ils sont pourtant très semblables aux textes de fondation puisque, comme eux, ils jouent le rôle de publicité d’un acte de propriété. De même, ils sont placés de manière très visible, dans les parties extérieures des tombeaux, celles qui apparaissaient à tous les passants. Quand les actes de concession se multipliaient, tout l’espace disponible sur les linteaux (et y compris sur les montants de porte) était utilisé232. Ces exemples démontrent le désir de rendre ces textes visibles à tous. On peut alors se demander pourquoi, à la différence des textes de fondation, cette exigence ne passe pas par la composition de versions grecques de ces textes233.

  • 234 J. Cantineau 1930a, p. 546-547, n° 13.

182Une première remarque s’impose : un seul texte bilingue de concession correspond à une inscription de fondation uniquement en araméen234. On a certes un total relativement faible d’inscriptions bilingues de concession, mais cela signifie que, presque à chaque fois, ces dernières correspondent à des textes de fondation bilingues eux aussi. Il est possible qu’il y ait donc eu dans des familles certaines traditions linguistiques qui pouvaient être conservées au fil des générations.

  • 235 Texte de fondation : J. Cantineau 1936, p. 355, n° 27 : textes de concession : CIS 4171-4175. Les (...)
  • 236 Textes de concession : CIS 4194-4195 : H. Ingholt, 1938, p. 106(I). 109 (II) et 110(III).
  • 237 H. Ingholt, 1935, p. 90 pour le texte de fondation (mieux que Inv VIII. 60) : pour les nombreux te (...)
  • 238 H. Ingholt. 1935, p. 76-88 (II à IX).
  • 239 H. Ingholt. 1935, p. 108 : Βαρλαας ἔγραψες. Il s’agit sans doute de la signature d’un passant. À m (...)

183Mais on peut pousser plus loin l’analyse et proposer d’établir une corrélation entre les différences sociales et ces différences linguistiques. Les tombes pour lesquelles on connaît le plus de textes sont a priori des tombes divisées de nombreuses fois, donc en subdivisions assez petites, qui convenaient bien pour des gens modestes. Ces hypogées, celui « des Trois frères »235, celui de Lishamsh236, celui de Malikû237, celui de Iulius Aurelius Malê enfin238 ont été divisés un nombre considérable de fois et les concessions se font souvent au profit de gens des classes qu’on pourrait appeler « moyennes » au sein de la population de Palmyre. Or les textes découverts dans ces tombes sont pratiquement tous en araméen. La seule exception est un graffito grec sur un montant de la porte de la tombe de Malikû ; mais il s’agit de la signature d’un personnage qui n’a apparemment pas de rapports avec les gens inhumés à cet endroit239. Pour des textes écrits très majoritairement dans la langue locale, ce sont donc des gens modestes qui sont en cause.

184On comprendrait mieux dans ces conditions les différences entre les textes de concession et ceux de fondation. Sans que cette opposition soit bien sûr systématique, on peut considérer que les textes grecs et bilingues sont le fait d’une partie de la population plus hellénisée, qui correspond largement aux notables de la cité. Les textes de concession, quant à eux, sont plutôt attribuables à une autre partie de la population, qui a certes tendance à vouloir imiter le mode de vie des couches sociales plus élevées, mais n’en possède pas entièrement la culture gréco-romaine. L’existence de textes grecs prouve néanmoins que la séparation n’est pas complète entre ces catégories ; il est clair que des gens des classes moyennes pouvaient tenir à avoir une inscription en grec, de même que tous les notables n’étaient pas forcément intéressés par ce genre de chose.

185À cela peuvent s’ajouter des circonstances plus contingentes : il devait être moins cher de faire écrire à un seul lapicide un seul texte araméen que d’en engager un second pour le grec (ou de faire graver au premier deux textes). Enfin une autre explication peut rendre compte de certains cas : c’est sans doute aussi par manque de place qu’on a dû parfois renoncer à inscrire une version grecque. Les textes de concession pouvaient être très nombreux et s’accumuler sur les linteaux et les montants des portes des tombeaux ; il fallait de plus garder de la place pour de futurs textes toujours possibles.

  • 240 J. Cantineau, 1930a, p. 548-549, n° 14. Traduction légèrement différente dans M. Gawlikowski, 1970 (...)
  • 241 Voir A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 191-192. Il s’agit d’un texte de Qanawat (IGLS XVI/1, 23 (...)
  • 242 En Lycie. TAM II, passim ou à Éphèse, I. Ephesos, VI, nos 2211, 2212 et 2222 (de 1 000 à 2 500), o (...)

186Une étude du prix des tombeaux et des moyens financiers nécessaires pour leur construction n’est malheureusement pas possible. Elle permettrait pourtant de situer au moins approximativement le niveau social des fondateurs. En fait, un seul texte précise le prix payé lors de l’achat d’une partie d’un tombeau240. La somme est relativement modeste puisqu’il s’agit de 120 deniers payés à une femme pour la vente d’une partie de tombeau. Les seules autres sommes d’argent qui apparaissent dans ce contexte sont les amendes. Celles-ci, à payer, si l’on aliénait la tombe ou si l’on y faisait entrer un défunt étranger, ont un montant compris entre 1 000 et 5 000 deniers. À titre de comparaison, on peut citer des cas semblables aussi bien en Syrie qu’en Asie Mineure. Par exemple dans le Hawrân, quatre textes sans doute antérieurs au ive siècle fixent le montant des amendes à des sommes qui vont de 600 à 2 500 deniers241. Les textes d’Asie Mineure portent des chiffres semblables, entre 500 et 3 000 deniers ge’néralement242. Les chiffres semblent donc comparables, même si l’absence de date dans l’ensemble de ces textes empêche de poursuivre l’analyse économique de manière plus précise.

187Les amendes montent jusqu’à pratiquement cinquante fois le prix d’une partie relativement importante d’une tombe, puisque la seule transaction attestée porte sur la moitié de la part de la vendeuse. Or celle-ci possède apparemment « une part parmi les trois parties de l’hypogée » (traduction M. Gawlikowski). Mais le texte est trop peu sûr pour qu’on puisse faire de ce qu’elle possède l’équivalent d’un sixième du tombeau. On peut seulement dire que 120 deniers valent à peu près une partie modeste mais substantielle d’une tombe.

  • 243 Voir A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 183, avec référence à L. Robert. Hellenica XIII, p. 164- (...)

188Pourtant de nombreux Palmyréniens tiennent à préciser dans les deux langues qu’ils ont financé de leurs propres deniers (mn kysh et ἐξ ὶδίων) la construction de leur tombeau. Une première remarque s’impose : il n’y a pas d’attestation à Palmyre de tombeaux érigés par la cité pour un citoyen particulièrement méritant. C’est pourtant une pratique qui existe ailleurs dans le monde grec, en particulier en Asie Mineure243. Ce fait prouve sans doute que le domaine funéraire appartient à Palmyre à la sphère du privé ; en tout cas, ce moyen d’expression est plus utilisé par les notables pour affirmer leur position sociale dans la communauté que par la cité dans ses relations avec les citoyens : elle se sert plutôt des textes honorifiques au sein même de la ville et de ses monuments.

  • 244 Chiffres et références dans M. Gawlikowski, 1970b, p. 171-172.
  • 245 CIS 4159 et J. Cantineau, 1930a, p. 538, n° 8. Voir M. Gawlikowski, 1970b, p. 172.

189D’autre part, on peut penser que, quel que soit le prix des monuments funéraires, ils sont l’œuvre de Palmyréniens assez riches, car ceux qui font construire les tombeaux sont dans la majorité des cas propriétaires uniques244. La famille d’Elahbel, qui se distingue déjà par ses dons au sanctuaire de Nabû, en est un bon exemple, mais il faut noter que c’est un des cas où ce sont des frères qui s’associent pour une fondation. En général, ces associations sont familiales, mais au moins deux textes funéraires mentionnent des associations de gens qui n’ont apparemment pas de liens familiaux245. Les deux textes sont datés de 114 et de 138. On peut faire de cette pratique une variante plus coûteuse des concessions. Celles-ci avaient en effet comme avantage que des gens d’une richesse moyenne pouvaient accéder à la propriété et ainsi participer au mode de vie des notables de Palmyre. Les associations, qu’elles soient ou non le fait de parents, ont la même conséquence, mais elles occasionnaient sans doute plus de dépenses, ce qui peut expliquer leur rareté. Elles étaient évidemment moins difficiles à mettre en place entre proches parents, qui avaient le même intérêt à la gloire familiale et à la pérennité du nom des ancêtres.

190En tout cas, l’importance des dépenses occasionnées par les monuments funéraires peut être une explication à la relative faiblesse de l’évergétisme des notables au sein de la ville de Palmyre (voir chapitre IV). La richesse des familles, aussi importante qu’elle ait pu être, a souvent dû être largement entamée par ces dépenses. Cette pétrification des richesses, apportées entre autres par le commerce, a pu aussi contribuer à la prospérité économique de Palmyre, au moins par les emplois créés dans les entreprises de construction.

  • 246 RSP n° 167 ; A. Sadurska, 1977, p. 31-35.

191On ne sait presque rien du temps que prenait l’édification des monuments funéraires. Il semble bien pourtant qu’il y ait dans un certain nombre de cas des constructions en plusieurs étapes. On l’a vu pour les hypogées : le cas le plus clair est celui de l’hypogée de la famille d’Alaînê (ou famille de Shoraîkô), derrière le camp de Dioclétien ; le texte funéraire est inachevé et dans la dédicace de fondation, on a laissé de la place pour qu’un éventuel successeur du fondateur puisse faire inscrire son nom246. C’est sans doute aussi vrai pour certaines tours funéraires, même si, en général, elles doivent appartenir à des gens plus riches qui avaient les moyens de tout construire en une seule fois. Si la décoration pouvait attendre, il n’était pas possible d’agrandir la tour quelques années plus tard, alors qu’on pouvait le faire pour un hypogée.

  • 247 G. Di Vita-Évrard, 1993, p. 293-314.

192Les monuments funéraires importants de Palmyre appartenaient indubitablement aux familles riches de l’oasis, mais certains d’entre eux ont été construits par des familles dont la richesse n’était pas tout à fait suffisante pour leur permettre de tout achever en une seule fois. D’ailleurs, si ces monuments prouvent le souci de ces familles d’affirmer leur statut social, ils ne prouvent pas qu’elles appartenaient toutes aux plus hautes couches de la société palmyrénienne. Le cas de Leptis Magna éclaire sur certaines familles qui n’appartenaient pas aux couches les plus élevées de la population, et dont l’onomastique était composite (punico-latine et parfois même libyque), mais qui jouissaient d’une aisance suffisante pour se faire construire des tombeaux monumentaux247.

193Cette concurrence effrénée entre les familles pour posséder un monument funéraire digne de l’image qu’on voulait affirmer de soi et de ses ancêtres fait qu’il y eut d’ailleurs sans doute des cas où des familles se ruinèrent pour cette marque de statut social. L’utilisation relativement courte de certaines tours, les partages et les reventes en sont peut-être une preuve.

194Il manque beaucoup d’éléments qui permettraient de connaître plus précisément la position sociale de tous les gens qui apparaissent dans les inscriptions funéraires. On peut mesurer les différences en étudiant la diversité des types de tombeau ou la manière dont ceux-ci sont décorés, mais l’image qu’on peut en tirer est parfois impressionniste. On peut mesurer néanmoins des différences relatives comme on a tenté de le faire pour les divers acquéreurs de subdivisions du tombeau de Iulius Aurelius Malê. Les correspondances qu’on a notées entre les niveaux de richesse et d’influence et la présence de textes grecs sont vraies d’une manière générale, mais il peut exister des contre-exemples.

195Le mouvement général est clair : les premiers textes de fondation sont tous en araméen, mais, à partir de la deuxième partie du ier siècle, le grec est présent dans une proportion importante des textes. Il faut souligner qu’à partir de cette période, il occupe une place importante, sans pourtant remplacer le palmyrénien. C’est seulement dans la deuxième partie du iie siècle qu’il semble prendre définitivement sa place auprès de l’araméen, mais on a à partir de ce moment-là trop peu de textes pour que le tableau suivant permette de tirer des conclusions assurées.

Date et langue des textes de fondation.

196L’opposition entre les deux moitiés du iie siècle est marquée par une inversion totale des proportions. Il semble qu’à partir de ce moment, les influences occidentales s’ancrent définitivement dans les mœurs de l’élite sociale de Palmyre. C’est à ce moment aussi que commence la série des temples funéraires. On a vu plus haut que ce type de monument est fortement influencé par des modes occidentales et que les textes conservés (peu nombreux mais presque tous datés) sont dans leur immense majorité en araméen et en grec. Il en est de même pour les hypogées ; l’hellénisation apparente des mœurs, visible dans l’utilisation épigraphique du grec, est accompagnée d’une permanence de l’araméen jusqu’aux derniers textes datés (Inv VII, 11).

197Ce mouvement « d’occidentalisation » va de pair avec les effets de la sédentarisation auxquels il est d’ailleurs lié. Les vieilles structures tribales disparaissent, tandis que croît l’importance de la famille au sens réduit qui rassemble des enfants autour d’un père. Les premiers auront le droit de reposer après leur mort dans la tombe fondée par leur père. Mais il ne faut pas négliger l’importance des influences locales qui sont tout à fait explicables dans un domaine tel que celui des coutumes funéraires. Le mouvement de sédentarisation qui a conduit au développement de l’oasis de Palmyre ne signifie pas un abandon des coutumes anciennes par les populations qui s’y installent. La permanence de l’araméen et celle d’un formulaire qui se maintient tout au long de la période n’en sont que quelques preuves parmi d’autres.

198On ne peut pas assimiler de manière systématique les familles de fondateurs de tombeaux avec l’élite de Palmyre. Cela n’est même pas vrai pour les plus grands et les plus luxueux monuments qu’on connaisse. Mais le lien entre les notables et les grands tombeaux est absolument sûr, à l’exception de certains hypogées, à partir du milieu du iie siècle. Les éléments manquent pour permettre de différencier plus nettement les niveaux sociaux parmi les notables de Palmyre.

199Les lacunes de la documentation jouent en fait de deux manières complémentaires. On serait bien en peine de faire une liste suivie des notables qui ont eu des fonctions importantes dans l’administration de la cité de Palmyre. De même, on ne connaît qu’une partie réduite des propriétaires des tombeaux des nécropoles. Il est bien sûr encore plus difficile de faire correspondre ces deux listes. On peut noter par exemple qu’on n’a aucune indication sur les tombeaux de gens comme Soados, fils de Bôlîadâ, ou Marcus Ulpius Iarhaî, qui s’illustrent dans le commerce caravanier et font partie des grands notables du iie siècle. Certes, on a le linteau de la tombe de famille d’Odainat (CIS 4202 = Inv VIII, 55) : il a été découvert par hasard, remployé dans les fortifications médiévales du sanctuaire de Bel, et rien ne le distingue d’ailleurs des autres textes.

200La construction de ces « monuments d’éternité » permet de délimiter une élite sociale à Palmyre. Faute de textes de nature différente (textes honorifiques ou bien même tessères), il n’est guère possible d’établir de manière précise le statut exact d’une famille, si on ne connaît que le monument funéraire qui lui a appartenu. Ces monuments témoignent parfois de phénomènes communs à l’ensemble ou à une grande partie de la société palmyrénienne plutôt que de pratiques propres aux notables de Palmyre au sens strict. Certes, ces notables sont imités par les classes nouvellement enrichies, mais la documentation n’est souvent pas suffisante pour qu’on puisse dire qui est original et qui n’est qu’un vulgaire « suiveur » parmi les constructeurs de tombes à Palmyre. Le vocabulaire est de plus trop standardisé et imprécis pour permettre de le faire. Faire construire un tombeau exige des moyens qui ne peuvent être que ceux de la partie la plus riche de la population. Celle-ci regroupe les membres de familles anciennes aussi bien que les « nouveaux riches ».

201Il est possible d’interpréter l’histoire de Palmyre au cours des trois siècles qui suivent le début de notre ère comme une conséquence de la lutte de différents notables pour gagner ou maintenir leur influence et leur prépondérance sur la société palmyrénienne. Dans ce cas-là, les phénomènes qui se font jour dans les nécropoles et les monuments funéraires, tels le choix du grec ou de l’araméen, les localisations, la construction d’un hypogée ou d’un temple funéraire, sont à expliquer dans ce contexte de rivalité plus ou moins pacifique entre les notables.

Notes

1 On peut évidemment penser aux cimetières modernes où existent des phénomènes similaires.

2 Voir surtout M. Gawlikowski, 1970b, chapitres ii à v, dont les conclusions sont toujours valables. Pour la sculpture funéraire et sa chronologie, l’étude fondatrice et toujours utilisable est celle de H. Ingholt (= PS). Elle a été affinée et précisée sur certains points, en particulier par M. A. R. Colledge, 1976a. K. Parlasca, 1976, p. 33-43 et 1982, p. 21-22, et A. Sadurska (1977 et SFP). Voir aussi G. Ploug. 1995.

3 Sur cette tombe, voir la publication de R. Fellmann, 1970 (avec des compléments, id., 1976, p. 213-231).

4 M. Gawlikowski, 1970b, p. 3.3-40. Sur ce type de monument, voir aussi M. Gawlikowski, 1972, p. 8-9 et K. Parlasca, 1976, p. 33-43 et 1982, p. 21-22. On trouve les textes principalement dans Inv VIII, 1-54 et 175 : voir aussi CIS 4486 et 4487 ; H. Ingholt, 1938, p. 116-117 : RSP n° 2, 6, 173, 179, 184, 187, 191, 195 et 196. Études des stèles par H. Seyrig, 1936, p. 137 et M. Morehart, 1956-1957, p. 68.

5 M. Gawlikowski, 1970b, p. 164, n. 41 à propos du texte édité par J. Cantineau, 1930a, p. 529.

6 On a quelques cas de stèles de ce genre découvertes dans des tombeaux familiaux. Comme l’expliquent M. Gawlikowski (1972, p. 8-9, n. 28) el K. Parlasca (1982, p. 21), il s’agit sans doute de membres de la famille morts avant la construction de la tombe et dont on a ensuite déplacé le monument funéraire (exemple des textes RSP n° 2 et 6).

7 M. Gawlikowski, 1970b, p. 77, n. 41, dit d’ailleurs qu’ils n’ont aucun rapport avec les fonctions sépulcrales de la tour, ce qui n’est pas sûr pour l’ensemble d’entre eux.

8 H. Takayasu et I. Takura (éd.), 1994 pour la tombe C de la nécropole sud-est.

9 W. Eck, 1987, p. 67.

10 Voir M. Gawlikowski qui cite les textes des tours funéraires nos 21, 67 et 68 (M. Gawlikowski, 1970b, p. 175). Sur ces problèmes, voir infra et aussi l’article de K. Makowski, 1985, p. 69-117.

11 M. Gawlikowski, 1970b, p. 110.

12 K. Makowski. 1985, p. 77 : « changer les plans de l’hypoge’e au fur et à mesure que les besoins ou la mode l’exigeaient ». On trouve p. 78-82 du même article une liste des hypogées où des aménagements et des travaux ont été effectués après la construction.

13 K. Makowski. 1985, p. 88 : « La liste des hypogées fouillés et datés [...] nous apprend aussi qu’il n’y a aucune galerie latérale ou exèdre dont le style des sculptures ou l’inscription justifierait une datation antérieure à l’an 130. »

14 H. Ingholt, 1938, p. 93-103 : voir K. Makowski, 1985, p. 82-83.

15 H. Ingholt, 1974, p. 38.

16 H. Takayasu et I. Takura (éd.), 1994, p. 139.

17 On ne voit pas sur quoi se fonde P. Piersimoni, 1994a, p. 313, pour l’affirmer. Sa proposition de voir en Sasan, l’ancêtre de Iulius Aurelius Malê, un membre de la même famille que le Sasan connu pour avoir fondé un hypogée dans la nécropole sud-est est un peu plus séduisante (sur cette tombe. N. Saliby, 1992, p. 267-292 ; SFP, p. 41-69, n° 45-49 = PAT 1015-1061 : voir aussi P. Piersimoni, 1994a avec un arbre généalogique [p. 315] légèrement différent de celui de K. Makowski dans SFP, p. 42). Ce sont en effet les deux seules occasions où ce nom d’origine perse. Sasan, est attesté. Néanmoins on ne peut dépasser le stade de l’hypothèse à cause de la grande fréquence d’un nom comme Malê. Il s’agit peut-être du même « clan », descendant du même ancêtre, mais les deux familles ne sont sans doute pas très proches. Malê Haîran Shoqanâ, époux de Abinâ, fille de Tiridat, fils de Iarhaî (ml’ ḥyrn šqn’ et ‘bn’ brt tyrdt br yrḥy : J. Starcky et B. Delavault, 1974, p. 70, n° 3) peut aussi appartenir à la même famille : c’est le seul cas connu d’association des noms Malê et Haîran.

18 H. Ingholt, 1935, p. 75-89 avec les remarques de M. Gawlikowski, 1970b, p. 113-114 (et les textes avec leur traduction, p. 212-213, nos 28-35). Le tombeau s’est écroulé, ce qui a rendu son exploration impossible. Seule une chambre a pu être atteinte et étudiée par les archéologues. Toutes les inscriptions de concession se trouvent sur le linteau de la porte et dans l’entrée de la tombe.

19 H. Ingholt, 1935, p. 82. V corrigé par J.K. Stark. 1971, p. 120 (voir PAT 0039). La traduction en anglais de H. Inghoit donnait déjà le sens correct.

20 H. Ingholt. 1935, p. 82 et 85, textes V et VII d’une part, et p. 84. VI d’autre part.

21 Voir aussi sur la répétition (ou non) de Iulius Aurelius dans les inscriptions. D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 59, n. 2.

22 H. Ingholt. 1935, p. 86 et 88, VIII et IX.

23 Mais le terme peut désigner plus simplement un proche.

24 H. Ingholt, 1935, p. 78, IV ; voir aussi M. Gawlikowski, 1970b, p. 112.

25 H. Ingholt, 1935, p. 79-82, textes a-i.

26 H. Ingholt, 19.35, p. 88. IX.

27 H. Ingholt, 1935, p. 84-86. VI-VIII.

28 Voir M. Gawlikowski, 1970b, p. 173 : « [... ] plus souvent les acquéreurs restent étrangers à la famille du propriétaire ».

29 SFP, p. 122-136.

30 CIS 4159 et RSP n° 51.

31 Ou deux si on suit l’arbre généalogique de K. Makowski. 1985, p. 120 (= n° 2 de SFP, p. 123) qui se fonde sur des raisons de chronologie stylistique. La reconstruction de M. Gawlikowski dans RSP, p. 36 est différente. Il fait du deuxième Marcus enterré dans la tombe (= RSP n° 72) un arrière-arrière-petit-fils du père du fondateur.

32 RSP nos 51, 63 et 72.

33 RSP nos 63 et 72. Le nom est absent du recueil de J. K. Stark. 1971. La transcription Iulius (M. Gawlikowski, 1987, p. 301, n° 21) est moins probable. Voir M. Sartre, 1985, p. 225-227 sur le nom Valens et sa proximité phonétique avec des noms sémitiques (w’l ou w’l : voir ici, annexe IX). Dans ce même hypogée, une femme s’appelle d’ailleurs w’l’, même s’il semble qu’elle n’ait aucun lien avec les autres familles (RSP n° 56).

34 RSP n°55, 58-62. Cf. CIS 3913 (Tarif), II. 121. Il n’y a qu’un seul Corbulon d’après la reconstruction de SFP, p. 123, n° 4. Les deux Atetan, fils tous deux de Corbulon, peuvent être soit grand-père et petit-fils, soit encore deux frères. Si le premier frère est mort avant la naissance du second, celui-ci peut naturellement porter le même nom. C’est l’hypothèse de A. Sadurska et A. Bounni, dans SFP, p. 124. Mais cela supposerait que le premier ait trouvé la mort très jeune, ce que ne prouve pas absolument le portrait funéraire (ibid., fig. 108), d’autant plus qu’un autre frère Haîran (RSP n° 60) vient ensuite. Les datations proposées pour les deux bustes (le premier entre 150 et 170 et le second aux alentours de 200) ne permettent pas de trancher dans un sens ou dans l’autre, on peut seulement dire que le premier Atetan est mort jeune, mais cela n’empêche pas qu’il ait été le père d’un Corbulon avant de mourir (voir ici en annexe XVII deux possibilités de reconstitution).

35 Voir le chapitre n (supra) et E. Will, 1996, p. 109-115 sur l’exemple du ou des Worod. Liste d’occurrences dans l’annexe X.

36 RSP n° 63, p. 131 et fig. 42 ; K. Pareasca. 1987, p. 280, et M. Gawlikowski, 1987, p. 301, fig. 21.

37 H. Takayasu et I. Takura (éd.), 1994, p. 140, où des restes de crémation sont mélangés à des inhumations simples dans les mêmes loculi.

38 Voir F. De Visscher, 1963, chapitre III « Inhumation et crémation », p. 17-42. J. M. C. Toynbee, 1971, p. 39-42. Pour le Hawrân, A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 227. Pour Doura-Europos, Prel. Rep. IX, 2 (tour D).

39 Pour un autre exemple d’homme avec un nom romain (Mucianus) et une descendance portant des noms araméens (Aμαθαης), voir le texte Inv IV, 9c, sans doute à la même période que celle où a vécu Barateh, fils de Marcus.

40 Il s’agit des textes publiés par IMP, n° 113 (57/58), par le CIS 4235 (58), et pour le iie siècle, Inv X,>113 (174).

41 SFP, p. 124, et K. Makowski, 1985, p. 120-122.

42 RSP n° 69 (= SFP n° 179, p. 133-134, fig. 78).

43 Différents arbres généalogiques existent pour cette famille. Voir dans le CIS p. 269 ; DFD entre les pages 246 et 247 ; M. Gawlikowski, 1969b, p. 54 avec à chaque fois un certain nombre de variantes tenant aux incertitudes liées à la fréquence de certains noms dans les familles de Palmyre et aux mariages entre proches parents.

44 On trouve dans le CIS, p. 269, un résumé des règles de transmission des noms, établi, entre autres, d’après l’exemple de la famille d’Elahbel. Le premier né porte le nom de son grand-père paternel. Le suivant prend le nom de son grand-père maternel. Le troisième, enfin, porte le nom de son arrière grand-père paternel.

45 P. Garnsey et R. Saller, 1994, p. 221-222 : l’espérance de vie moyenne chez les Romains, comme dans les sociétés préindustrielles, était d’environ 25 ans. « La mortalité infantile devait être très courante, avec un quart des nouveau-nés ne dépassant pas l’âge d’un an, et peut-être encore une moitié ne dépassant pas dix ans. »

46 Voir M. Gawlikowski, 1970a, p. 175. Le mot apparaît sous la forme abstraite (‘pmltw = « curatelle ») dans les textes CIS 3968 (Inv VI. 6) et 3976 pour désigner des charges apparemment religieuses.

47 Inv X. 129. Ce personnage porte d’ailleurs le numéro I dans la liste de D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 66. La famille tient sa citoyenneté soit d’Auguste, soit de Caligula.

48 Même conclusion dans DFD, p. 244-245 : l’identification faite par J. T. Milik entre ce grand-père et le père du Elahbel Haîran du texte Palmyre II, n° 1, p. 237-238 (fig. 288 et M. Gawlikowski, 1987, p. 306 n° 27) est tentante. Les premiers éditeurs du texte du camp de Dioclétien donnent comme date (d’après l’écriture), le iiie siècle, ce qui exclurait l’identification de J. T. Milik, mais leur conclusion est fondée uniquement sur des critères paléographiques.

49 D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 53-54.

50 Pour la date de ce texte, voir annexe XII, à propos de Celesticus.

51 Voir aussi le texte Inv X. 128 où Marcus Ulpius larhaî dédie une statue à un préfet d’aile, ou encore, le texte Inv X. 81 où c’est son frère. Abgar, qui fait la même chose pour un centurion.

52 RTP p. 203 et DFD, p. 227-228.

53 A. Bounni, 1986, n° 2.

54 Texte de fondation. Inv VII, la (CIS 4162) et texte de concession Inv VII. 1 b (il faut tenir compte de la correction apportée par M. Gawlikowski, 1970b, p. 93, n. 87 : l’araméen ywly‘ ’wrly’ [des lignes 1 et 2] est un pluriel, il s’agit donc de deux descendants du fondateur, Iulius Aurelius Obaîhan et Iulius Aurelius Malikû, qui vendent une partie de la tombe à Iulius Aurelius Taîmarsû et à un Iulius Aurelius dont le nom a disparu).

55 Inv VII. 1 b, ligne 2 : pplws ’lys ‘bhyn br šm‘ wn, c’est-à-dire « Publius Aelius Obaîhan, fils de Shimon ».

56 Sur ce phénomène et ses explications, voir entre autres D. Schlumberger, 1942-1943a et b.

57 Le grec donne Πόπλιος Αἴλιος Οβαιανης Συμῶνου τοῦ Οβαιανου τοῦ Νουρβηλου, et l’araméen ’byhn br šm‘wn br ’byhn br nwrbi.

58 On peut rappeler à ce sujet les remarques de K. Makowski (1985, p. 73) sur la double fonction du banquet sculpté de Kîtôt (à l’extérieur, à 10 m de haut) : décorative et commémorative (« glorifier la mémoire du fondateur, sa richesse et générosité »).

59 Voir M. Gawlikowski, 1970b, p. 91, qui donne le chiffre d’environ 300 pour la tour d’Elahbel.

60 Textes dans M. Gawlikowski, 1970b, p. 207-211, n° 12 (H. Ingholt, 1935, p. 91. II), 17 (H. Ingholt, 1935, p. 98, VII), 18 (H. Inghoit, 1962, p. 106), 19 (H. Ingholt, 1935, p. 99, VIII).

61 Pour la situation dans le Hawrân, voir A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 177-180. Là aussi, les sépultures sont exclusivement familiales, mais contrairement à Palmyre, elles ne mentionnent pas les générations après les petits-enfants.

62 Voir CIL XIV. 4759 et suivants.

63 J. Kubinska, 1968, p. 162-163.

64 Par exemple TAM II. 938. 939. 941. 949-950 pour la Lycie ; ou encore MAMA VIII, n° 534 à Aphrodisias.

65 TAM II. 951-953.

66 M. Gawlikowski, 1970b, p. 169-171, sur la formule et ses variantes. Parmi les sept textes cités par l’auteur qui ne mentionnent pas la descendance, trois font partie des plus anciens témoignages sur ces fondations (nos 1, 3 et 5, p. 184-185), avant peut-être que la formule ne soit fixée et entièrement entrée dans les mœurs. Une formule à peu près équivalente existe dans les inscriptions nabatéennes, par exemple à Hégra. CIS II, 202 : Inpšh wbnwhy pbnth wyldhm (« pour lui-même et ses enfants et ses filles et leurs descendants »).

67 Voir par exemple les n° 33, 49, 57, 62. 67, 69 et 79 dans M. Gawlikowski, 1970b, p. 192-204 (textes de fondation). On retrouve des exemples du même type pour les textes de concessions.

68 IMP n° 113.

69 Voir par exemple D. Schlumberger, 1971, p. 126, n. 1.

70 Dans M. Gawlikowski, 1970b, p. 184-204, parmi les 12 premiers textes de fondation (avant 70 de notre ère), un seul (pour un publicain affranchi) ne mentionne pas la tribu. Ensuite la tribu n’est mentionnée que rarement. Le texte n° 15 (Inv VII 6 = CIS 4122) donne en grec Φυλῆς Kλαυδιάδoς mais ne donne pas d’équivalent en palmyrénien. Les textes n° 20, 27, 53 (Inv VII, 5 de 159) sont les seuls par la suite à indiquer la tribu. Celle-ci ne figure jamais dans les textes de concession.

71 C’est une idée proposée par R. Pfister, 1937, p. 7-10.

72 M. Gawlikowski, 1970b, p. 96.

73 R. Pfister. 1937, p. 8.

74 M. Gawlikowski, 1970b, p. 91, n. 82.

75 R. Pfister, 1937, p. 7-10, seule publication des fouilles effectuées dans les années 1934-1937 par R. Amy et H. Seyrig (voir M. Gawlikowski, 1970b, p. 91, n. 82).

76 Le seul exemple probable est celui de la tombe du sanctuaire de Baalshamîn : le loculus n° 2 aurait été vidé et remanié au moment de l’avant-dernière inhumation (R. Fellmann, 1976, p. 230). Voir néanmoins les remarques extrêmement prudentes de R. Fellmann, ibid., à propos du texte BS n° 60 et de l’interprétation qu’en a faite M. Gawlikowski, 1973a, p. 17-19.

77 Sur les ossuaires mentionnés dans des inscriptions du Hawrân, voir A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 92 et 94.

78 M. Gawlikowski, 1970b, p. 91, n. 82.

79 M. Gawlikowski, 1970b, p. 99.

80 Gawlikowski, 1969C, p. 59-69 et 1970b, p. 69-71 et 81-83.

81 Textes publiés par M. Gawlikowski, 1970a, p. 82.

82 M. Gawlikowski, 1970b, p. 94.

83 C’est l’opinion de M. Gawlikowski, 1970b, p. 81 à propos du texte Inv IV. 4b.

84 M. Gawlikowski, 1971, p. 422-426.

85 Inv IV. 26.

86 CIS 3929. Le personnage s’appelle Belshûrî blšwry br hggw br blšwry b’ ce qui rend son identification avec un neveu de Haîran certaine. Il est moins sûr qu’il s’agisse du même que Belshûrî blšwry br ḥggw du texte Inv IV. 26 car les deux noms sont assez courants. Les dates correspondent, mais on s’explique mal que ce soit seulement sur des graffiti muraux qu’on retrouve l’épitaphe de ce personnage important (à qui une statue a été offerte) et, qui plus est, dans ce qui devrait être la tour familiale. On peut néanmoins expliquer ce fait par la date relativement haute de l’inscription.

87 Voir néanmoins plus haut les incertitudes liées au droit d’aînesse d’Elahbel.

88 Le sens du terme araméen wršt‘ (CIS 4176b et c et 4184) est difficile à préciser. Il semble signifier « héritière » (J. Cantineau, 1935, p. 150 et M. Gawlikowski, 1970b, p. 176). Cette interprétation est contestée par F. Rosenthal, 1936, p. 24, suivant en cela Lidzbarski, Ephemeris II p. 275 qui voit plutôt un terme signifiant « maîtresse », « propriétaire ».

89 Sur ce type de monument, M. Gawlikowski, 1970b, p. 129-146 (avec les remarques critiques de M. Eisner pour son compte-rendu dans Gnomon 36, 1974, p. 800-805) : K. Makowski, 1983, p. 175-187 (tombeau d’Aaîlamî et Zebîdâ) : A. Schmidt-Colinet, 1992 (tombe n° 36).

90 A. Schmidt-Colinet, 1992.

91 Ibid., 1992, p. 41, n. 114.

92 Voir F. WILL. 1996, p. 109-115.

93 A. Schmidt-Colinet, 1992, p. 40-41.

94 D. Schlumberger, 1972, p. 339.

95 E. Will, 1996, p. 115.

96 A. Schmidt-Colinet. 1992, p. 103. L’ornementation des sarcophages, quant à elle, provient d’Occident sans doute par l’intermédiaire de la côte phénicienne (p. 104).

97 Il s’agit de deux textes de concession : H. Ingholt, 1935, p. 112 et Inv VII, 15.

98 C. Watzinger dans Th. Wiegand, 1932, p. 71-76 et pl. 38-44. Voir aussi M. Gawlikowski, 1970b, p. 140-144. Sur le problème de l’emplacement du tombeau, voir J.-B. Yon, 1999.

99 Cet étage inférieur est aussi attesté pour un autre temple funéraire, le n° 150 dans la nécropole nord. Il n’a pas été fouillé, mais le texte de fondation (CIS 4209) indique son existence : c’est d’ailleurs l’unique attestation à Palmyre de ce mot en grec (τò μνημεῖον τοῦτο σύν ὐπογείῳ).

100 À titre de comparaison, le temple de Baalshamîn mesure environ 8,50 × 15 m. Le temple funéraire n° 173, tout proche, mesure 10 m de côté. Le temple funéraire n° 36 a des dimensions proches, ainsi sans doute que le tombeau dit « de l’aviation ».

101 E. Will, 1992, p. 123.

102 M. Gawlikowski, 1983a, p. 61.

103 CIS 4209 qui contient aussi le texte de concession.

104 CIS 3933 = Inv III. 21.

105 Il devait en être de même pour les tours funéraires, d’où le nombre relativement réduit de concessions les concernant : CIS 4206 (=Inv IV, la) pour la tour n° 70 : Inv VII, 13 pour le n° 118 : Inv VII. Ib pour la tour n° 164. Il est à noter que les deux premiers textes sont datés (229 et 252) et que les lulii Aurelii du troisième permettent de placer le texte après 212. C’est donc à un moment où on ne construisait plus de tours mais des temples funéraires qu’on a cédé et subdivisé ces tours. Elles n’étaient alors sans doute que des monuments anciens, qui avaient dû perdre une grande partie du prestige que les familles leur avaient attaché.

106 J. Cantineau, 1929, p. 3-15. Le tombeau a aussi été étudié par C. Watzinger dans Th. Wiegand. 1932, p. 59 : par M. Gawlikowski. 1970b, p. 135-136 : par K. Makowski, 1983, p. 175-187.

107 Voir DFD, p. 249-252 et K. Makowski. 1983, p. 182 avec des arbres généalogiques presque semblables. Le second d’entre eux propose des dates plus ou moins vraisemblables pour chaque génération.

108 K. Makowski, 1983, p. 185.

109 Après de Vogué, on distingue aussi parfois une nécropole nord-ouest. La majorité des travaux sur Palmyre parlent pourtant d’une seule nécropole au nord de la ville (voir J. Cantineau dans Inv VII, p. 1). Sur cette nécropole et son histoire, voir M. Gawlikowski, 1970b, p. 162-165.

110 Voir Inv VII, p. 4 et Inv VIII, p. 4-5.

111 Par exemple H. Seyrig, 1933a, p. 166, n° 10 (=AE 1933, 216), et les deux textes publiés par H. Herzig et A. Schmidt-Colinet, 1991, nos 1 et 2.

112 Quelques textes dans Inv VIII (203, 208 et 209), et dernièrement H. Heinen dans K. Parlasca, 1982, p. 35.

113 H. Seyrig. 1933a, p. 152-168.

114 À ce sujet, voir J.-M. Dentzer, 1994, et J.-M. Dentzer et R. Saupin, 1996.

115 Liste dans J. K. Stark, 1971, p. 53 avec l’explication, p. 115 : « Jewish name ».

116 Sur la tendance à considérer comme seulement juifs des noms aussi courants à Palmyre que šm‘wn (Simon) ou zbyd’ (Zebîdâ), on trouvera une mise en garde utile de J.-B. Frey. CIJ II, (Asie-Afrique), p. 67. Ces noms pour être juifs d’origine, n’en sont pas moins populaires à Palmyre parmi le reste de la population. Le texte CIS 4201 (CIJ II, n° 820) est le seul exemple cité par lui d’inscription juive. Postérieurement à la publication de son recueil, on peut noter le texte H. Ingholt, 1974, p. 50 (PAT 2729) : dans ce texte de concession, les trois frères s’appellent Aurelii Shimôn. Mezabbanâ et Ishaq, fils de Iaqûb (‘wrly’ šm‘wn wmzbn’ w’sḥq bny y‘qwb). Trois inscriptions hébraïques anciennes, trois citations bibliques (Deutéronome 6, 4-9 et 7, 14 et 15) ont été découvertes à Palmyre sur des linteaux et montants de portes (CIJ II nos 821-823). Elles sont datées du IIIE s, d’après CIJ II, p. 70, mais sont, en fait, sans doute byzantines : voir J. Starcky, 1960, col. 1099.

À Beth Shearim, en Galilée, dans une nécropole où viennent se faire enterrer les Juifs de la Diaspora, on possède un certain nombre d’inscriptions en araméen de Palmyre (voir M. Sartre. 1991, p. 390 ; les textes sont dans B. Mazar, 1973, p. 198-207 : voir PAT 0132-0141 et annexe XIII. 4). On y trouve aussi des textes grecs pour des Juifs de Palmyre, en particulier un banquier. Léontios (M. Schwabe et B. Liftshitz. 1974, p. 72, n° 92 = CIJ II. 1010). On a aussi un Γερμανòς Ἰσακίου Παλμυρηνοῦ (M. Schwabe et B. Liftshitz, 1974, p. 80, n° 100 = CIJ II. 1011). Enfin des noms comme Mokimos, Zenobia. Ogâ sont courants, comme ils le sont aussi à Palmyre, et ils alternent parfois dans les généalogies avec des noms plus typiquement juifs comme Isaac (par exemple M. Schwabe et B. Liftshitz, 1974, p. 15, n° 18 et 19 = CIJ II. 994 et 995 avec un Isaac, fils de Mokimos). Tout cela est la preuve de l’existence d’une communauté juive importante à Palmyre. Mais une partie d’entre eux se faisaient enterrer dans leur terre d’origine ; ce n’est pas le cas de Zebîdâ Zénobios et Samuel qui font construire leur tombeau à Palmyre suivant les coutumes locales et sans aucune référence (autant qu’on puisse le dire aujourd’hui) à leur éventuelle judaïté. De même, si l’onomastique de deux frères et du père du texte H. Ingholt, 1974, p. 50 est indubitablement juive, ces personnages observent les mêmes coutumes funéraires que les Palmyréniens. Sur les Juifs palmyréniens enterrés à Beth Shearim, voir annexe XIII. 4.

117 Voir ΜΑΜΑ III, 1931 où les éditeurs (J. Keil et A. Wilhelm), remarquent à propos des inscriptions de Korykos (p. 131) qu’il n’y a pas de séparation entre les tombes chrétiennes et les tombes juives, sans doute parce que, même avant l’ère chrétienne, les tombes n’étaient pas séparées les unes des autres. Mais à la différence de la tombe de Zebîdâ Zénobios et de Samuel, fils de Levi, les sarcophages des Juifs de Korykos portent des signes distinctifs comme des chandeliers à sept branches.

118 Rien, c’est-à-dire une inhumation directement dans une fosse, sans objets pour l’accompagner et avec, au plus, un tas de pierres pour signaler la tombe.

119 N. Purcell, 1987, p. 32-3.1.

120 Cf. A. Machatschek, 1967, p. 27-28. L’auteur parle p. 28 de « Nobel-und Elendsviertel » (« quartiers nobles et miséreux »), ce qui est sans doute un peu exagéré pour le deuxième de ces qualificatifs.

121 Cf. ibid., p. 23.

122 Ibid., p. 12-14.

123 Sur les datations, cf. ibid., p. 56-61 et 100-110.

124 Ce n’est sans doute pas un hasard si à Palmyre dans les mêmes conditions, c’est le même type de tombeaux qui devient typique des couches les plus élevées de la population.

125 Voir J. Borchardt et alii, 1975.

126 C’est l’explication proposée par A. Machatschek, 1967, p. 23.

127 I. Baldassare, 1987, p. 131.

128 Les tombeaux nos 21, 67 et 68, tous trois situés dans la vallée des Tombeaux.

129 Les localisations par clans des défunts sont attestées par exemple à Suhné. L’étude menée par A. de Boucheman (1939, p. 33, fig. 7) a montré qu’il existait des groupements par clan des défunts. De plus sur le monticule qui domine la nécropole et la ville, donc à la meilleure place, on trouve les sépultures anciennes des Bédouins. Ce dernier phénomène trouve des échos pour les nécropoles antiques de Palmyre avec l’installation de tombes sur la colline Umm Belqis.

130 Leur lien était sans doute beaucoup plus visible avant la construction du camp de Dioclétien et l’érection du rempart qui séparent nettement les deux zones dans le paysage. Les deux monuments recouvrent d’ailleurs en plusieurs endroits des tombeaux. Voir des notations parallèles par E. Will, 1949, p. 88.

131 Soit les textes CIS 4109 ; 4112 ; 4113 ; Palmyre V, n° 2 (= DFD, p. 268), mais le nom de la tribu a disparu : CIS 4114 ; 4115 ; M. Rodinson, 1950, p. 137 : CIS 4116 ; 4119 : 4120 ; Inv IV. 7a ; CIS 4122 ; 4197 ; Inv VII. 3 ; J. Cantineau, 1930a, n° 13 : Inv VII, 5a ; IV. 14 ; et VIII, 71. Le texte le plus récent est le texte Inv IV, 14, daté d’avril 179. On peut rappeler qu’à la même date, les bny zbdbwl dédient des statues à Shoraîkô, fils de Haîran et aux membres de sa famille (CIS 3950-3951 et 3953). On trouvera à la fin de l’index épigraphique une table de concordance pour M. Gawlikowski, 1970b.

132 AO 2203 ; dans le catalogue de J. Dentzer-Feydy et J. Teixidor, 1993, p. 187, n° 188.

133 Voir sur cette liste, le chapitre n (p. 69-72).

134 CIS 4197 : J. T. Milik propose aussi les bny ‘tr comme candidat (DFD, 30). Cette tribu est aussi présente une seule fois dans le tableau (Inv IV. 14).

135 On parle généralement du Djebel Antar pour l’origine de ce texte. Elle provient en fait de 8 km plus au nord, d’un lieu appelé Gawâ’ed (J. Cantineau, 1930a, p. 545).

136 J. Cantineau. 1930a, p. 545-547, n° 13.

137 Ibid., p. 543-545, n° 12. Republié dans IMP, n° 108.

138 J. Cantineau, 1930a, p. 548-549, n° 14.

139 Sur ce mot (gnsṭs en araméen, transcription du grec γνώστης, « garant »), voir F. Rosenthal, 1936, p. 20-21 (d’après Ε. Littman dans Th. Wiegand, 1932, p. 11) et la traduction de M. Gawlikowski, 1970b, p. 206, n° 6. Sur cette fonction, voir supra, chapitre v. Ce texte fournit aussi l’unique mention d’une somme d’argent pour une concession.

140 Voir dans le CIS, ad loc. C’est aussi le cas de CIS 4194 qui provient sans aucun doute de l’hypoge’e de Lishamsh touillé par H. Ingholt, dans la nécropole sud-ouest. Le texte cite d’ailleurs ce personnage : voir H. Ingholt, 1938, p. 109.

141 Voir dans le CIS, ad loc, où il est rapproché du texte CIS 4402, aujourd’hui au Louvre (AO 4086), mais qui provient, quant à lui, de Palmyre même.

142 Voir chapitre ii ; le texte 3911 est une dédicace de colonne au grand dieu de Nazala (’lh’ rb’ dnzly) faite par cinq frères qui se disent « Palmyréniens de Nazala » (tdmry’ [dy] bnzly).

143 G. W. Bowersock, 1976, p. 349-355. On peut citer une de ses conclusions qui s’applique aussi bien au cas des textes funéraires : « Il should noy be a source of wonder thatthe vastruins of a city like Palmyra proved an irresistible quarry to later builders in the desert. » (p. 355).

144 Voir J. Cantineau, 1930a, p.543 : « On voit là les mines, rasées au niveau du sol, d’un grand tombeau palmyrénien. »

145 Voir M. Sartre, 1996a, p. 387.

146 Seul le chiffre des centaines est conservé, il s’agit de 500 : la date est donc postérieure à l’année 188-189 de notre ère.

147 Voir aussi BS n° 34 : il s’agit de Haîran, fils de Ogeîlû, le père du donateur anonyme de BS n° 23.

148 Il s’agit peut-être de Malikû, fils de Haîran, fils de Ogeîlû Aîtîbel du texte RSP n° 161 (mlkw br hyrn br ‘gylw ‘ytybl) dont on a parlé au chapitre précédent, ou bien d’un cousin.

149 Rapprochement déjà fait par C. Dunant. BS, p. 36, ad loc.

150 Voir le dessin dans Inv VIII, p. 8.

151 À moins qu’il ne parle pas de sa tribu civique, parce que sa tribu ancestrale (bny zmr’) n’a pas été l’une des quatre choisies au moment de l’instauration du système.

152 Voir aussi le texte CIS 4123bis (= Inv IV. 6a) : le texte grec est identique, le texte araméen un peu différent, mais le terme tdmry’ suit toujours la généalogie de Jamblique.

153 Voir J.-B. Yon. 1999.

154 Inv X. 145, repris par J. Starcky, 1949, p. 44-46 et arbre généalogique p. 48.

155 M. Gawlikowski, 1973a, p. 35.

156 J. T. Milik. DFD, p. 55-56 et 222-225.

157 RTP, p. 203 : voir J. T. Milik. DFD, p. 222.

158 Ou que l’une soit une subdivision de l’autre, comme les Benê Baâ le sont par rapport aux bny ’nbt.

159 Voir M. Gawlikowski, 1970b, p. 69-71 et plan 111, p. 49.

160 M. Gawlikowski, 1970b, p. 99-102.

161 Voir H. von Hesberg et P. Zanker, 1987b, p. 17.

162 H. von Hesberg et P. Zanker, 1987b, p. 14.

163 M. Gawlikowski, 1970b, p. 184-219.

164 M. Gawlikowski, 1970b, p. 40.

165 Dans le recueil de M. Gawlikowski, 1970b, p. 203, n° 71.

166 M. Gawlikowski, 1984, p. 124, n° 34 (= M. Gawlikowski, 1970b, p. 203, n° 72).

167 Plus les textes récemment publiés par S. P. Kowalski, 1997, p. 39-62.

168 Inv VIII. 203-205. 207-209 : H. SEYRIG. 1933a, p. 161, n° 3 (AE 1933, 209) : H. Heinen, dans K. Parlasca. 1982, p. 35.

169 Mais le texte est en l’honneur du fils d’un légat de Syrie.

170 Les textes SEG 40, 1420 et 43. 1037, parfois présentées comme palmyréniens, en particulier dans des catalogues de vente, sont en fait plus probablement originaires de la région de l’Euphrate (Hiérapolis ou Zcugnia). Il est à la rigueur possible que le texte SEG 39. 1590 vienne de Palmyre, mais rien ne l’assure (voir chapitre iv et infra).

171 Environ 2 000 textes palmyréniens proviennent de la ville de Palmyre même (tessères non comprises) : environ 450 textes comprennent du grec et/ou du latin. Au total. 210 textes sont bilingues grec-araméen (ou dans un seul cas, latin-araméen : CIS 3962 = Inv X. 17) ou trilingues (7 cas).

172 Par exemple. M. A. R. Colledge, 1976a, p. 68.

173 G. di Vita-Évrard, 1993, p. 293-314.

174 Aujourd’hui au musée du Louvre (AO 1556) ; dans le catalogue J. Dentzer-Feydy et J. Teixidor, 1993, p. 162, n° 166.

175 Même si selon l’usage habituel à Palmyre, les textes araméens ne reçoivent que rarement des cadres. Dans ce cas, on peut se demander si chaque inscription n’est pas gravée selon les coutumes propres à sa langue.

176 Le portrait néanmoins ne trouve pas de parallèle proche dans les autres bustes funéraires connus à Palmyre. Peut-être cela vient-il du souci de l’artiste d’individualiser le personnage.

177 Qui fait dériver le nom de l’arabe bijâd, « vêtement » (J. K. Stark, 1971, p. 74) en arguant de l’extrême rareté des noms perses à Palmyre. On trouve pourtant suffisamment de Worod. Artaban ou Sasan, pour pouvoir penser autrement (voir annexe X).

178 Voir J. T. Milik. DFD, P. 245. On retrouve ce nom dans une des inscriptions de concession du tombeau F de la nécropole sud-est (H. Takayasu et I. Takura [éd.]. 1994, n° 8).

179 Par exemple. Inv VIII. 120, 164 et 202 : S. Ronzevalle, 1910, p. 179, n 33 : H. Ingholt. 1936, p. 106, n° 10 ; Palmyre II, n° I et II, n° 1. Certains cas sont douteux car les pierres sont parfois fragmentaires.

180 Il faut noter la gravure relativement grossière de ce qui est presque un graffiti sur une plaque de calcaire (voir dessin. Inv VIII, p. 122) et remarquer l’absence de patronyme, ce qui est relativement rare à Palmyre (esclave ou étranger ?).

181 Ce sont les textes CIS 4402 (Louvre) : CIS 4403 (collection privée) ; S. Ronzevalle, 1910, p. 179, n° 33 (Boston) ; Z. Ben-Hayyim, 1947, p. 142 (collection privée) ; Inv VIII, 164. Palmyre II, n° 1 et Kh. As’ad, 1993, p. 294-295 (Palmyre). À ces sept textes s’ajoutent quelques inédits conservés au musée de Palmyre (sur ce sujet, voir un article en préparation, dans les actes de lajournée d’études IGLS. Lyon, novembre 2000). Pour la traduction d’ἄλυπε, voir IGLS VI, p. 152, n. I et M. N. Tod 1951, p. 187.

182 Mais pas partout avec la même fréquence, voir A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 173 pour le Hawrân.

183 J. Wagner. 1976 : exemples trop nombreux pour qu’on en fasse ici la liste, entre les pages 175 et 265.

184 IGLS IV, 1363. 1365. 1368-1370.

185 IGLS V. 2301 sq.

186 Voir dans le tome III des IGLS, l’index des tomes I-III, s.v., p. XIII, qui donne une longue liste des attestations du terme (pour Antioche et Daphné, 76 exemples).

187 Par exemple. IGLS VII, 4022-4023 (Tartous) ou à Beyrouth (Waddington 1850a. 1851 et 1853), mais on a surtout de nombreux exemples à Sidon (par exemple dans G. Conteneau, 1921, n° 5, 7, 9-11, 15, 17). D’après un calcul que je dois à C. Apicella, environ 45 % des inscriptions de Sidon comportent cette formule.

188 Par exemple IG XII. 1, 967 près de Rhodes : IG XII. 3. 850 à Théra. Il est curieux que cette expression relativement rare dans la région soit attestée 7 fois pour la seule petite île d’Anaphé au nord-ouest de Rhodes (IG XII. 3, 311-317). On mesure là encore le poids de traditions très locales.

189 Ce détail pousse à écarter l’origine palmyrénienne pour le texte SEG 40, 1420, épitaphe de Ἰούλιε Ζήνον. De plus la formule n’est pas ἄλυπε χαῖρε mais αὅρε χαῖρε qui est connue en Syrie (par exemple à Zeugma : J. Wagner. 1976, n° 22b, 34, 38, 143, 163) mais n’est jamais attestée à Palmyre. D’après A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 140-142, le nom seul est assez rare en Orient, et il est à mettre en rapport avec des familles moins traditionnelles.

190 CIS 4403. Cette théorie est développée dans K. Parlasca. 1985b, p. 351-353.

191 S. Ronzevalle, 1910, p. 179, n° 33.

192 Z. Ben-Hayyim, 1947, p. 142.

193 H. Ingholt, 1935, p. 109.

194 Voir par exemple les remarques de J. Cantineau à propos du texte de la tour d’Elahbel. Inv IV, p. 33. Mais les lettres étaient peintes en rouge dans l’Antiquité ce qui avait pour effet de les rendre beaucoup plus lisibles.

195 Voir CIS 4123 et 4123bis (Inv IV. 6a et b : textes de la tour de Jamblique). Dans ce cas les deux textes grecs sont identiques mais les textes araméens présentent des variantes, et J. Cantineau (Inv IV, p. 13) propose de voir dans le texte b (sur le linteau) un simple résumé de l’autre texte.

196 Voir les remarques de J. Cantineau dans Inv IV, p. 5 et 8.

197 Même si M. Gawlikowski, 1970b, p. 196, en parle comme d’un linteau. C’est en fait le texte de concession (RSP n° 24) qui se trouvait sur le linteau.

198 H. Ingholt, 1935, p. 60.

199 Le seul exemple avec texte araméen seul est aussi sur un linteau : CIS 4170 (= Inv IV. 23) pour le temple funéraire n° 38a.

200 Par exemple le grec du texte CIS 4123 (Inv IV. 6) comporte une version abrégée de la généalogie de Jamblique, complète en araméen. Il n’en est évidemment pas de même des textes honorifiques pour lesquels on peut soupçonner que le contraire se produit. Sur le vocabulaire des tombes en araméen, voir M. Gawlikowski, 1972, p. 5-15.

201 Version complète de CIS 4163 = Inv VIII. 61.

202 À titre d’exemple, ΤΑΜ II. 52-57 et passim (Lycie) : ΤΑΜ V. 1056, 1113 et passim (Lydie) : ΤΑΜ IV. 117 (Bithynie) : ou encore W. H. Buckler et M. Robinson. 1932, n° 153.

203 Voir J. Kurinska. 1968, p. 18-23 et A. Sartre-Fauriat. 2001, vol. II, p. 21 (le mot est attesté 131 fois dans le vocabulaire funéraire (en grec et en araméen) à Palmyre, voir E. Will. 1990a, p. 433-440. Voir aussi pour la situation dans le sud de la Syrie (Hawrân), A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 21-35.

204 Les mots τάϕος et ταϕή sont beaucoup plus courants (cf. J. Kubinska, 1968, p. 23-25) ; la forme ταϕέων n’est apparemment attestée qu’à Palmyre (voir Liddell-Scolt, s.v.). E. Will, 1990a, p. 437 et n. 21 pense que la terminaison en -ων avait un sens collectif, ce qui en fait un équivalent exact de bt qbwr’ (« maison de sépulture »).

205 Par exemple CIS 4202.

206 H. Ingholt. 1935, p. 109.

207 Voir sur ce terme. M. Gawlikowski, 1970b, p. 23.

208 C’est le mot le plus courant à Palmyre avec ses variantes mqbrt’ et bt mqbrt’ (E. Will, 1991, p. 436-437).

209 Comme, par exemple, le texte CIL I2,1221 qui qualifie une femme de « casta, pudens, fida uiro ».

210 Avec des exceptions, e.g. le texte IGLS III. 844.

211 A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 21 et 37.

212 Le terme ὀρυγή (désigne une cavité creusée) présent dans les textes J. Cantineau. 1938, p. 155-156, n° 36c, et Kh. As’ad et J. Teixidor, 1985a, n° 5, désigne plutôt une partie seulement de la tombe (l’emplacement d’une exèdre).

213 Dans l’épigraphie de langue grecque, celte habitude est assez courante en Syrie (par exemple pour les épitaphes d’Émèse, voir IGLS V. 2301-2427 avec seulement quelques exceptions : elle reste courante à l’époque chrétienne). En Égypte, c’est surtout l’âge du défunt qu’on retrouve de manière assez systématique.

214 Voir M. Gawlikowski, 1970b, p. 169, n. 19 et 20 : et surtout E. Will, 1996, p. 433-440. L’expression est connue ailleurs dans le monde sémitique. CIJ 1418 (Édesse-Urfa), ou CIS I, 24 (Malte). Voir DNWSI, s.v.

215 CIS 4201 ; J. Cantineau, 1938 p. 160, n° 39 ; IMP, n° 115.

216 CIS 4120 : Inv VII. 5.

217 CIS 4192. 4202. 4209, 4212, 4215 : Inv IV. 12 : Inv VIII. 58 : J. Cantineau, 1938, p. 155, n° 36c : H. Ingholt, 1935, p. 110 et p. 115 ; Kh. As’ad et J. Teixidor. 1985a, n° 5.

218 CIS 4203 : Inv IV. 7b ; M. Gawlikowski, 1970a, p. 71, n° 5.

219 Ainsi dans le texte Inv VII. 5, la formule εἰς τòν αὶῶνα à la fin du texte complète μνημεῖον ταϕεῶνα, qui, il est vrai, n’est pas équivalente au qbr’ dh bt ‘Im’ de l’araméen. De même dans le texte IMP, n° 115, τò σπηλαίον τòν ταϕεῶνα complète εἰς τòν ἄπαντα χρόνον en face du m’rth dh bt ‘lm’ araméen. Comme l’écrit E. Will, « la variété des formules ne saurait cacher la permanence des conceptions fondamentales » (E. Will. 1990a, p. 438).

220 On en a néanmoins des exemples en Syrie où l’adjectif αἰώνιος est ajouté pour qualifier la tombe : par exemple IGLS XIII. 9209. 9403 (une mention d’oἶκος αἰώνιος à Bosra) : voir A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, de fondation à Palmyre.

221 E. Will. 1990a, p. 439.

222 Voir les exemples cités par E. Will. 1990a, p. 439-440.

223 M. A. R. Colledge, 1976a, p. 84-87.

224 M. Gawlikowski, 19706, p. 169 et 219 : H. Ingholt. 1938, p. 133 ; Inv VIII, 86 ; CIS 4218.

225 J. Cantineau, 1933, p. 184, n° 7b ; CIS 4215 et 4217 (voir A. Schmidt-Colinet, 1992, p. 41-42) ; RSP n° 105. L’intérêt de ce dernier texte (interdiction simple sans malédiction) est qu’il provient de la nécropole nord et qu’il recouvrait une tombe à inhumation simple (RSP p. 50). C’est un texte très archaïque, qui prouve l’existence de ce genre de textes hors des sépultures collectives.

226 J. Cantineau, 1933, p. 183, n° 7a, mais le texte très mutilé ne permet pas d’en dire plus. La restitution du texte J. Cantineau, 1936, p. 350-352, n° 25 est contestée et ne semble reposer sur rien de précis : voir M. Gawlikowski, 1973a, p. 56-57, et J. T. Milik. DFD, p. 303-304.

227 Un certain nombre de textes de Carie publiés par J. et L. Robert (1954, p. 192-198, nos 101, 103, 107, 110, 112, 114-115, 119) précisent que des copies des actes d’interdiction funéraire sont déposées dans les archives publiques.

228 Voir l’index du BE, s.v. « Interdiction funéraire » ; par exemple, BE 1959, 237 : « C’est par centaines ou par milliers peut-être que l’on compte les inscriptions funéraires de l’époque impériale avec des clauses d’interdiction sous peine d’amende ». Pour les textes de malédiction, voir maintenant le recueil de J. Strubbe, 1997, qui concerne l’Asie Mineure.

229 Voir par exemple pour Hégra. CIS II. 197-224, avec amendes et malédictions ; M. Gawlikowski, 1970b, p. 169, qui note la rareté de ces textes en Syrie. On en a un seul exemple dans le Hawrân, voir A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 216-217.

230 M. Gawlikowski, 1970b, p. 172.

231 Voir F. de Visscher, 1963, p. 118 ; M. Sartre, dans IGLS XIII, p. 41 à propos de Bosra : « Il semble que l’on ait eu généralement assez confiance en la piété générale à l’égard des morts pour se passer de cette protection » ; A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 190-192.

232 Voir clans l’article de H. Ingholt. 1935, les planches XXX VI-XXXVIII pour les neuf inscriptions de concession sur le linteau et les montants de la porte de la tombe de Iulius Aurelius Malê.

233 On connaît ailleurs dans l’épigraphie grecque des partages et des concessions de monuments funéraires. En Lycie, par exemple, à Telmessos, le texte TAM II, 46 : μετοχὴν τοὶς [έκγ]όνο[ι]ς του [Ἑρμαί?]ου εἰς τ[ò συν]γενικ[òν ?] μν[ημ]ε[ιο]ν. On voit que, dans le cas de ces textes, le formulaire est fort différent de ce qu’il est à Palmyre. Or celui des textes de fondation, on l’a vu, est tout proche. Cette différence est peut-être explicable par une plus grande force des traditions locales dans ces opérations de concession (cf. infra).

234 J. Cantineau 1930a, p. 546-547, n° 13.

235 Texte de fondation : J. Cantineau 1936, p. 355, n° 27 : textes de concession : CIS 4171-4175. Les autres textes (CIS 4176-4186 : sur les plaques des loculi) sont aussi en araméen.

236 Textes de concession : CIS 4194-4195 : H. Ingholt, 1938, p. 106(I). 109 (II) et 110(III).

237 H. Ingholt, 1935, p. 90 pour le texte de fondation (mieux que Inv VIII. 60) : pour les nombreux textes de concession : ibid., p. 91-107 (II-XIII) ; H. Ingholt, 1962, p. 106.

238 H. Ingholt. 1935, p. 76-88 (II à IX).

239 H. Ingholt. 1935, p. 108 : Βαρλαας ἔγραψες. Il s’agit sans doute de la signature d’un passant. À moins qu’on ne considère qu’il s’agisse de la signature de celui qui a dessiné les plans : voir A. Sartre-Fauriat. 2001, vol. II p. 87. à propos d’un texte du Hawrân (Waddington 2465 = IGLS XV. 268). Cela semble pourtant peu probable pour cet hypogée de Palmyre. Le nom Βαρλαας formé sur br et’Ih n’est pas attesté ailleurs à Palmyre. On trouvera des références pour la Syrie dans H. Withnow, 1930, p. 34 et H. Ingholt. 1935, p. 108, n. 329 (auxquelles on peut ajouter J. Wagner. 1976, p. 189, n 27. à Zeugma).

240 J. Cantineau, 1930a, p. 548-549, n° 14. Traduction légèrement différente dans M. Gawlikowski, 1970b, p. 206, n° 6. Ces mentions de prix sont attestées ailleurs comme dans le Hawrân, mais dans ce cas-là surtout après le iiie siècle : huit cas entre 323 et 390 (A. Sartre-Fauriat. 2001, vol. II p. 193-197).

241 Voir A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 191-192. Il s’agit d’un texte de Qanawat (IGLS XVI/1, 234), du texte PAES III A. 785 (IGLS XV. 267) (tous deux avec 2 500 deniers) : du texte de Bosra IGLS XIII. 9397 (1 000 deniers) : et enfin d’un texte de Hit (P. Séjourné. RB 7. 1898, p. 104, n° 2, avec 600 deniers = IGLS XVI/2. 607).

242 En Lycie. TAM II, passim ou à Éphèse, I. Ephesos, VI, nos 2211, 2212 et 2222 (de 1 000 à 2 500), ou bien encore à Sardes. W. H. Buckler et M. Robinson, 1932, n° 153 (1 500).

243 Voir A. Sartre-Fauriat, 2001, vol. II, p. 183, avec référence à L. Robert. Hellenica XIII, p. 164-165 pour le cas d’Aphrodisias.

244 Chiffres et références dans M. Gawlikowski, 1970b, p. 171-172.

245 CIS 4159 et J. Cantineau, 1930a, p. 538, n° 8. Voir M. Gawlikowski, 1970b, p. 172.

246 RSP n° 167 ; A. Sadurska, 1977, p. 31-35.

247 G. Di Vita-Évrard, 1993, p. 293-314.

Table des illustrations

Légende Textes de fondation de temples funéraires à Palmyre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3774/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Liste des textes funéraires mentionnant des tribus (d’après M. Gawlikowski, 1973a, p. 34-41 et DFD).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3774/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Légende Textes de fondation et de concession absents du recueil de M. Gawlikowski, 1970b.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3774/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 893k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3774/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende Les désignations du « tombeau » dans les textes bilingues de Palmyre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3774/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 939k
Légende Date et langue des textes de fondation.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3774/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540