Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les notables de Palmyre

 | 
Jean-Baptiste Yon

Chapitre IV : L’influence sociale des notables

Texte intégral

1Après ce détour par la Palmyrène et les différentes régions que les Palmyréniens ont fréquentées, il faut maintenant revenir à la ville de Palmyre. En effet, même si une partie des activités de certains notables n’avait pas lieu dans la ville, c’était là sans doute qu’ils s’étaient installés. La construction de tombeaux monumentaux, tout comme le nombre des inscriptions honorifiques, prouve l’importance de la ville comme centre des activités des Palmyréniens. La vie de ces notables, quelles que soient leurs éventuelles origines nomades, se déroulait dans un cadre urbain qui par bien des aspects n’avait rien à envier aux grandes cités d’Asie Mineure. Or, l’urbanisme grandiose qui marque beaucoup des grandes villes d’Orient est une conséquence de leur prospérité et particulièrement de celle des classes sociales les plus élevées. Celles-ci ont fait rejaillir leurs richesses sur leurs cités et, par des constructions et des dons nombreux, elles ont permis un développement urbanistique sans précédent.

2Le vocabulaire dont on a noté le caractère concis et peu varié permet rarement d’étudier en détail les motivations des notables qui ont fait construire les monuments de Palmyre. Hormis quelques groupes de textes, comme les dédicaces des Benê Mathabôl. dans la Grande Colonnade, qui permettent des rapprochements, on a souvent affaire à un ensemble d’inscriptions qui donnent seulement un aperçu en pointillé de la vie et de l’activité édilitaire réelle des notables.

3En outre, les dossiers les plus étendus (comme celui des Benê Mathabôl) concernent en fait un aspect particulier de cette activité, dans ce cas le domaine religieux. Mais les choix des bienfaiteurs pour telle ou telle construction et les remerciements qu’ils recevaient en retour doivent pouvoir donner des renseignements sur la manière dont les différents habitants, et les différents groupes (sociaux, ethniques...) étaient en rapport entre eux.

4L’ensemble des données sur les relations sociales et la manière dont les notables se transformaient parfois en bienfaiteurs sont à mettre en rapport avec la documentation, épigraphique, mais aussi avec les représentations figurées, pour proposer une définition d’un mode de vie notable. Ce mode de vie a d’ailleurs à Palmyre des caractères propres, qu’il s’agira de définir si possible, par opposition à la situation qui prévaut dans le reste de l’Empire, mais peut-être aussi à l’extérieur de celui-ci. On peut aussi essayer de définir les relations entre les différents groupes, et en particulier les relations de clientèles, ce qui permettrait éventuellement de définir des groupes sociaux et donc de trouver des critères de définition de la notabilité, peut-être au-delà du cercle restreint des grands notables (magistrats principaux ou caravaniers). Dans un second temps, on s’intéressera aux données qui concernent les formes de l’évergétisme particulières à Palmyre, en comparaison avec la documentation très riche dont on dispose pour l’ensemble du monde grec (en Asie Mineure particulièrement).

A - MODES DE VIE

5Comme on l’a remarqué depuis longtemps, la culture des Palmyréniens n’est pas facilement saisissable, et on sait finalement très peu de chose sur la manière dont vivaient les habitants de l’oasis. Même si les notables sont connus au moins de nom. leur mode de vie peut surtout être source de conjecture. L’absence de tout texte narratif et la rareté des sources extérieures obligent à se contenter des monuments figurés et de quelques détails qu’on peut glaner dans les inscriptions. Celles-ci se distinguent en effet par leur style concis et la rareté de certaines notations qui existent pourtant parfois ailleurs, comme l’âge, l’occupation, ou le détail des carrières. Cela est très rare à Palmyre, et les seuls exemples vraiment détaillés apparaissent seulement dans les dernières années de la grande période de la ville (voir en particulier le chapitre I).

  • 1 Pour un bilan sur le costume des Palmyréniens. E. Will, 1992, p. 95-102 et 106-111. Voir aussi M. (...)

6Comme dans le reste de l’Empire pourtant, les notables devaient se distinguer par un mode de vie particulier ou des activités spécifiques, en plus des activités politiques et publiques (commerce caravanier en particulier). En dehors des quelques conclusions qu’on a pu tirer des rares maisons connues à ce jour, l’aspect le plus évident semble être la manière dont ces personnages sont représentés sur les documents figurés, et en particulier leur costume1.

1. LE COSTUME COMME SIGNE D’APPARTENANCE SOCIALE : LES PRÊTRES

7Les nécropoles ont en effet livré un des ensembles artistiques les plus importants fournis par la Syrie et même l’Empire dans son ensemble. La vogue de la sculpture palmyrénienne depuis sa redécouverte au xviie siècle a permis aux musées du monde entier d’exposer des bustes et des reliefs provenant de Palmyre. Cet art permet aussi de toucher du doigt certains aspects de la civilisation de la Syrie romaine. Les vêtements ornés que portent les personnages sculptés, combinés aux plus rares découvertes de vestiges de textiles dans les tombeaux de Palmyre et de Doura-Europos renseignent sur le luxe de certains costumes.

8Comme l’ont montré toutes les études sur ces sculptures. Palmyre est un exemple tout à fait représentatif d’un monde mixte où se mêlent les influences grecques et latines, sémitiques mais aussi iraniennes, comme par exemple l’usage du pantalon associé à la tunique à manches (fig. 31). Ce costume d’origine iranienne semble caractériser les notables de Palmyre qui le portent concurremment à la tunique grecque à manches courtes qui s’arrête aux genoux ou bien à la toge (fig. 32). On peut porter par-dessus l’himation, manteau couvrant tout le corps. Un costume plus proprement local est souvent représenté dans les sculptures montrant des hommes et des dieux en armes, à Palmyre et aux alentours (fig. 25). La tunique à manches longues est portée au-dessus d’une grande pièce d’étoffe roulée autour de la taille et qui tombe sur les jambes, mais est ouverte sur le devant. Ce dernier détail permet de monter à cheval. Le costume féminin est plus simple, d’origine locale sans doute. Les cheveux, souvent retenus par un diadème, sont couverts par un morceau de tissu, c’est l’élément le plus caractéristique. Il devait sans doute être possible de s’en servir pour cacher le visage, mais on ignore ce qu’il en était dans la vie quotidienne (fig. 33 ; voir chapitre v).

  • 2 H. Ingholt, 1976, p. 115-119 et 136 (pl.cIII, 1-4) à propos d’une tête de Copenhague et d’une d’Is (...)

9On peut évidemment tenter de mettre en rapport les différents types de costume avec des pratiques culturelles, voir politiques, différentes. Il semble pourtant difficile de tirer des conclusions, en particulier parce qu’il est très rare qu’on possède les portraits et les statues des personnages de premier plan dans la cité. Ainsi, on ne connaît pas d’images d’Odainat, ni de Septimius Worod, ni de Marcus Ulpius Iarhaî, et la liste pourrait être bien plus longue. H. Ingholt a certes proposé de reconnaître Odainat dans une tête barbue connue en au moins deux exemplaires (fig. 34), mais, en l’absence de preuves, il ne peut s’agir que d’une hypothèse2.

  • 3 A. Schmidt-Colinet et Kh. As’AD, 1995, p. 40-42. Le sarcophage provient du temple funéraire n° 176 (...)
  • 4 A. Schmidt-Colinet et Kh. As’ad, 1995, p. 41 y voient un caravanier (« einheimischer Karawanenherr(...)
  • 5 C’est l’interprétation la plus probable de cette coiffure particulière. Voir les remarques de R. S (...)
  • 6 R. Stucky, 1973,p. 170-171. Pour l’iconographie des prêtres, J.-C. Balty (J.-C. Balty, 1996, p. 44 (...)
  • 7 En ce sens, A. Schmidt-Colinet et Kh. As’ad, 1995, p. 42.

10Comme l’a proposé récemment A. Schmidt-Colinet3. un même personnage est peut-être représenté sur le couvercle d’un sarcophage des années 225-250. couché en habit perse, et sur la face antérieure, habillé en toge (fig. 35). Mais aucun détail ne permet de déterminer les fonctions précises du personnage du couvercle4. Celui du grand côté est explicitement désigné comme un prêtre par le modius sculpté à côté de lui5. Si on accepte l’identification des deux personnages, cela implique en tout cas que les différents costumes peuvent être portés selon les circonstances. De plus, comme l’a montré R. Stucky6, les prêtres de Palmyre peuvent être représentés vêtus de costumes syrien, iranien, grec ou romain. Il est intéressant de constater que, selon la théorie de A. Schmidt-Colinet, les prêtres peuvent ne pas porter les insignes sacerdotaux dans certaines circonstances. Or cette interprétation est tout à fait vraisemblable, à la réserve près que l’on ne sait pas vraiment quels étaient les thèmes des représentations sur les sarcophages, et s’il n’y avait pas. par exemple, des figures imposées, limitant l’autonomie des décorateurs. Quoi qu’il en soit, on peut se demander quelles sont les conditions dans lesquelles un prêtre n’était pas présenté en tant que tel sur un relief, principalement un relief funéraire. Ce qui fait peut-être la différence dans le cas de ce sarcophage est que la structure particulière de ce monument en fait un objet sur lequel on peut représenter sous plusieurs aspects le même personnage. Cela permet bien sûr d’augmenter le nombre de manières dont les notables palmyréniens pouvaient mettre en valeur leur propre image. De plus, la combinaison des modes romaine et parthe permet de proclamer cette double appartenance, dont aucun des deux aspects n’est véritablement privilégié par rapport à l’autre7.

  • 8 On remarquera que les attestations épigraphiques et iconographiques ne semblent concerner que des (...)
  • 9 La seule exception concerne non un prêtre, mais un symposiarque, Bôlanos Bôlaî (Βωλανος Zηνοβιου b (...)
  • 10 En feuilletant les planches du CIS, par exemple les numéros 4118, 4231, 4243, 4250, 4285, 4288, 42 (...)
  • 11 Par exemple, RTP 177-178. On trouvera dans les tables alphabétiques de RTP, la liste des tessères (...)
  • 12 RTP 10-29. Comme on peut le vérifier aux planches I et II de RTP, cette formule est accompagnée de (...)
  • 13 Le mot araméen apparaît sur les tessères RTP 27 et 30-35. En traduction grecque, l’expression comp (...)

11La place des prêtres dans la société palmyrénienne pose d’ailleurs un problème assez intéressant8. C’est le seul cas à peu près sûr où la fonction du personnage peut se déduire de son costume, ou au moins d’une partie du costume. Le mot qui signifie « prêtre » (kmr) est entièrement absent dans les épitaphes des nécropoles9. On est donc forcé de se tourner presque uniquement vers les plaques funéraires pour en identifier un certain nombre grâce à leur coiffure particulière (fig. 37)10. C’est seulement sur certaines tessères qu’on peut pousser l’enquête un peu plus loin. Quelques-unes peuvent donner le même type d’indication que les plaques funéraires puisqu’on peut y reconnaître des prêtres à leur coiffure, sans que leur fonction soit indiquée épigraphiquement11. Seul un petit nombre d’entre elles comporte l’expression kmry’ dy bl (ou kmry bl) qui signifie « prêtres de Bel », avec, en général, un nom sur l’autre face (fig. 36)12. On peut en déduire sans trop de risque d’erreur qu’il s’agit du nom d’un des prêtres, sans doute le premier d’entre eux. D’ailleurs d’autres tessères précisent que le personnage dont le nom est inscrit est le rb mrzḥ’, le « chef du thiase », ce qui se traduit en grec par symposiarque13.

  • 14 Son nom a disparu, mais sa généalogie est conservée (à partir du père ou du grand-père) : [...] ml (...)

12En s’intéressant aux prêtres de rang plus modeste plutôt qu’aux symposiarques, on peut être amené à un certain nombre de constatations sur leur statut. Comme on l’a vu au premier chapitre, il ne semble pas y avoir de prêtre qui ait aussi eu des fonctions et des magistratures civiles. Dans l’ensemble des textes qui vont avec des reliefs de prêtres, on peut reconnaître un certain nombre de membres de grandes familles : en CIS 4458, le personnage appartient aux Benê Aabeî14. En CIS 4402, il s’agit d’un cousin de Marcus Ulpius Elahbel, bien connu par la tour funéraire familiale, comme par sa contribution aux constructions du sanctuaire de Nabû (fig. 38).

13Comme on le voit, les prêtres appartiennent donc assez souvent aux bonnes familles de notables de Palmyre. En fait, on peut se demander si les prêtres qui apparaissent sur les reliefs funéraires ne le font pas pour les mêmes raisons que les autres habitants de la ville, justement parce que c’est un signe d’appartenance à l’élite de la cité. En effet, il n’y a aucun moyen de savoir s’il n’existait pas des prêtres pauvres, sans moyens de s’offrir des tombeaux avec reliefs funéraires. À ce sujet, on pourrait considérer que les prêtres font partie de l’élite de la cité, en tout cas du monde des notables, justement en raison de leurs fonctions. Mais une théorie très différente peut être proposée, qui verrait dans la hiérarchie des prêtres un calque de la hiérarchie sociale de la cité en général. Dans cette dernière hypothèse, ce ne serait pas à cause de leurs fonctions, mais parce qu’ils appartiennent à telle ou telle famille que les prêtres trouvent une place d’honneur dans les nécropoles de Palmyre. Les prêtres pauvres seraient inconnus comme le sont en général les catégories les moins élevées de la population.

  • 15 Voir le cas des familles étudiées au chapitre i.
  • 16 Voir par exemple DFD, p. 107 : « ces modestes documents [les tessères]. qui témoignent de façon él (...)

14Sans permettre de trancher entre les deux solutions, une remarque s’impose. Le nombre de bustes qui représentent des prêtres est relativement important, comme peuvent le montrer les exemples cités en note, sans souci d’être exhaustif. Cela permet au moins de mieux mesurer l’importance sociale de ces fonctions (mais difficilement le rang dans l’échelle sociale). D’autre part, les familles de premier plan de la ville ont pratiquement toutes des représentants qui exercent des fonctions sacerdotales ; ce qui distingue les couches les plus élevées est que leurs représentants sont symposiarques, plutôt que simples prêtres15. Il est bien sûr difficile de tirer un bilan global d’une documentation somme toute lacunaire, mais on ne peut s’empêcher de penser que les prêtres sont sur-représentés dans l’échantillon connu, peut-être parce que ces fonctions permettaient d’acquérir ou de maintenir sa place dans l’élite de manière relativement aisée. Il faut pourtant rapprocher cette forte présence des prêtres dans la documentation des faits mis en évidence à propos de l’évergétisme de Palmyre. Les Palmyréniens n’étaient peut-être pas les plus religieux des hommes, ils n’en consacraient pas moins une grande part de leurs occupations aux activités religieuses16.

  • 17 R. Stucky, 1973, p. 178.
  • 18 Pour un certain nombre de ces rapprochements prosopographiques, voir RTP, p. 203 ; J. T. Milik dan (...)

15Il est dommage qu’on ne puisse mettre en rapport de manière précise les différents costumes et les signes distinctifs qui apparaissent dans l’iconographie avec les divers cultes connus à Palmyre. Comme l’avait remarqué R. Stucky, il est tout à fait probable que la nature variable des feuillages qui constituent les couronnes des prêtres correspondait à des cultes différents17. De même les empreintes des tessères donnent des renseignements sur les liens entre certaines familles de Palmyre et les nombreux sanctuaires de la cité18. Mais le caractère extrêmement concis des textes des tessères rend cette recherche assez difficile dans l’ensemble.

2. PALMYRE ET LA HAUTE-MÉSOPOTAMIE : ORIGINALITÉ ET RESSEMBLANCE

16Même si le décor monumental de Palmyre se rapproche de manière croissante au fil du temps de celui des villes de l’Orient romain, il faut encore une fois souligner la permanence des caractères indigènes. Comme l’usage de la langue, ces phénomènes ont été mis en rapport avec la fierté des notables de Palmyre, qui se glorifiaient sans doute autant de leur culture impériale commune (monuments, inscriptions grecques) que de leur prestige local et de la vigueur de la culture palmyrénienne. De fait, l’art typiquement palmyrénien, tel qu’il apparaît en particulier sur les stèles funéraires, possède des caractéristiques propres, qui empêchent toute confusion, même avec des œuvres d’art de régions proches. À Doura-Europos, certes, un certain nombre de monuments peuvent prêter à confusion, mais ils se rattachent peut-être plus aux courants qu’on retrouve en Palmyrène qu’à ceux de Palmyre même.

  • 19 Sur Zeugma. voir principalement J. Wagner, 1976. D. Kennedy. 1998 et sur les fouilles actuellement (...)

17Il existe en fait, dans l’ensemble de la Syrie romaine, au moins une zone dans laquelle les reliefs funéraires ont une parenté assez forte avec ceux de Palmyre. Il s’agit bien sûr du groupe qui provient des environs de la vallée de l’Euphrate, dans la région de Zeugma et Hiérapolis19. La confusion est facilitée non seulement par le style en effet très proche, mais aussi par l’utilisation d’un calcaire dont l’aspect et la couleur sont très semblables à celui qui était utilisé à Palmyre (fig. 39). Néanmoins, les ressemblances n’empêchent pas de fortes distinctions que ce soit dans le style, dans l’usage d’une symbolique absente à Palmyre (aigles et corbeilles), ou d’un formulaire épigraphique différent (voir chapitre vi). De même, la forme générale des sépulcres est distincte. On a en fait l’impression à Zeugma d’être en présence d’une société beaucoup moins hiérarchisée, beaucoup moins fière de ses généalogies (très courtes et souvent absentes).

  • 20 Pour les bijoux qui recouvrent certaines Palmyréniennes. voir entre autres D. Mackay, 1949, p. 160 (...)

18L’impression de richesse qu’on peut ressentir devant les monuments funéraires de Palmyre est bien moins accentuée dans les nécropoles qui entourent la ville double de Séleucie et Apamée. Les grands tombeaux monumentaux, tels les tours ou les temples funéraires, n’existent qu’en petit nombre, dans la région de Zeugma, et sauf quelques exceptions, les tombes souterraines sont plutôt plus petites. Seules quelques tombes, surtout celles situées au pied de l’acropole de Séleucie-de-l’Euphrate, présentent des dimensions comparables à celles des hypogées de Palmyre (avec des plans forts différents), mais comme on le verra ceux-ci n’appartiennent pas forcément aux classes les plus élevées de la population. On a pu retrouver pour ces quelques tombes de Zeugma des traces de peinture, qui prouvent qu’elles pouvaient avoir des décors assez somptueux. Mais les restes de reliefs, à l’entrée de ces tombeaux, sont du type le plus courant. D’une manière générale, les personnages figurés sur les stèles elles-mêmes semblent être plus modestes : on n’a jamais le même déploiement de richesse que dans certains portraits de femmes de Palmyre, en particulier au iiie siècle20.

  • 21 Voir M. Sartre, 1997, p. 153-174. Une inscription découverte en octobre 1998 permet peut-être de l (...)

19Même si le contexte est moins riche et moins impressionnant qu’à Palmyre, il faut souligner l’utilisation de la langue locale dans une région très proche de l’Empire romain : en effet, Zeugma (sur la rive droite) est, depuis au moins le ier siècle av. J.-C, sur la frontière, mais du côté romain. Il s’agit très nettement d’une cité grecque, puisqu’on connaît des habitants de la ville dans des inscriptions de Magnésie-du-Méandre. Néanmoins, on ne connaît pratiquement rien des institutions et les textes funéraires sont muets sur ce point21. On n’y a pour l’instant trouvé que des inscriptions grecques, même si l’onomastique est très fortement marquée par les composantes sémitiques de la population de la ville.

  • 22 Sur les inscriptions syriaques anciennes en général. H. J. W. Drijvers et J. F. Healey, 1999. Les (...)
  • 23 Le texte est le suivant ἔτους ηπυ ' (ou τ ') μη[ν]ὸς γορπιαίου Ζαβ[ε?]δίβωλος « L’année 488 (ou 38 (...)

20Il est pourtant tout à fait significatif qu’ait pu se développer à proximité (de l’autre côté du fleuve) une culture araméenne propre, puisqu’on a trouvé des inscriptions araméennes dans la nécropole d’Apamée, la ville jumelle située en face de Zeugma, du côté mésopotamien. Il s’agit d’une forme ancienne de syriaque, comme celle employée à Édesse et dans sa région (nord de la Mésopotamie) à la même époque22. On peut même penser que cette forme d’écriture a des traits communs avec la cursive palmyrénienne, ce qui serait un signe de l’influence de l’oasis jusque dans cette région. L’existence d’un dénommé Zabdibôl dans une inscription grecque d’Édesse pourrait aussi signaler la présence à cet endroit de gens originaires de Palmyre, même si le monument lui-même n’a rien de palmyrénien23.

21On retrouve de toute façon des points communs avec Palmyre, mais si l’on considère l’art palmyrénien comme une manifestation d’indépendance, on est amené à se demander ce qui fait la différence avec Zeugma, ou encore le Hawrân, deux zones assez fortement individualisées de ce point de vue, mais dans lesquelles, du fait des circonstances politiques, on n’a pas souvent parlé de tentatives autonomistes. Ce qui frappe avant tout à Palmyre, c’est l’unité de style, surtout pour une période qui s’étend sur presque trois siècles. L’ampleur de la documentation, ainsi que la constance des caractéristiques propres à la sculpture funéraire palmyrénienne, ne peut que confirmer l’impression d’un style qui exprime le désir de représentation des notables de Palmyre, peut-être aux dépens de l’originalité. On pourrait faire le même type de remarques pour les inscriptions dont le formulaire est souvent assez répétitif. C’est sans doute aussi le signe que la société palmyrénienne se reconnaissait dans un certain nombre de valeurs qu’elle maintenait autant qu’elle le pouvait.

  • 24 Cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas eu d’évolution des formes, mais il semble bien que les comp (...)
  • 25 A. Schmidt-Colinet et Kh. AS’AD, 1995, p. 43-44 (voir ici fig. 40 et chapitre vi).

22Il faut attendre la fin de la période pour qu’avec l’apparition de la famille d’Odainat, la situation change. À ce moment, les formes culturelles et politiques gréco-romaines semblent atteindre leur apogée à Palmyre, mais c’est un mouvement constant depuis le début de notre ère, au moins dans l’élite sociale. En même temps, cela n’a pas fait disparaître tous les éléments locaux de la culture des notables, ce qui explique aussi la grande constance de certaines formes d’expression, comme la sculpture funéraire24, ou le maintien de traditions indigènes même pour des bâtiments très influencés par l’architecture occidentale : on peut prendre l’exemple du temple funéraire n° 36, dans lequel la présence de loculi typiques des tombes palmyréniennes plus anciennes est combinée avec un plan qui comporte une cour à péristyle25. Il est clair que c’est ce genre de phénomène qu’on peut retrouver dans la culture des notables, autant qu’on puisse le dire d’après la documentation existante.

3. LA CULTURE DES NOTABLES ET LE CERCLE DE ZÉNOBIE

  • 26 Voir dans JRS (84, 1994, p. 244-245), les remarques de M. Gawlikowski dans son compte rendu de F. (...)

23Les phénomènes culturels étant inconnus dans leur ensemble, on ne peut que faire des suppositions sur l’éducation des Palmyréniens et son contenu26. Il semble clair que les parties les plus cultivées de la population et sans doute l’élite en général devaient savoir parler le grec, mais on ignore ce qu’il en était dans la vie quotidienne. Peut-être parlait-on grec avec ses pairs et araméen avec ses domestiques, mais il ne peut s’agir que de suppositions, et l’usage de l’araméen, excepté avec les étrangers, semble, somme toute, plus normal. On a vu par différents exemples que le grec peut apparaître comme la langue des gens qui veulent faire preuve de leur culture et montrer qu’ils ont intégré la civilisation hellénique. Pourtant, à aucun moment cela ne signifie qu’ils ont pour cela abandonné leur langue propre, bien au contraire.

  • 27 On peut citer par exemple l’opinion de F. Millar ( 1993, p. 329) : « It is essential to stress tha (...)
  • 28 À ce sujet, l’édition de quelques fragments de parchemins (en quelle langue ?) exposés dans les sa (...)
  • 29 Par exemple, pour les dernières années de la ville, les deux textes araméens sur le thiase de Bel (...)

24Comme on peut le regretter, on ne possède aucun témoignage sur ce qui se faisait au théâtre de Palmyre, ni sur l’éventualité d’une culture littéraire (en araméen ou en grec)27. On sait que de grands écrivains et intellectuels de culture grecque sont sortis de villes proches comme Emèse, Apamée ou même Damas. L’émergence quasi contemporaine de la littérature syriaque aurait pu avoir des parallèles à Palmyre, ou à tout le moins on peut supposer que les parchemins syriaques de l’Euphrate ont eu des équivalents dans l’oasis : il est tout à fait possible que des actes juridiques ou des contrats aient été rédigés en araméen28. On en a une preuve indirecte par certains textes de caractère légal qui concernent principalement le domaine religieux. Il n’est bien sûr pas étonnant que ce type de règlement soit rédigé en araméen, et on a vu qu’une partie considérable des inscriptions religieuses sont dans cette langue, ce qui est normal dans un domaine assez conservateur29. Le droit des tombeaux donne une impression plus contrastée, puisque les formules employées en araméen et en grec pour empêcher les aliénations et fixer le montant des amendes correspondent assez bien aux formulaires connus par des parallèles dans les deux langues (voir chapitre vi).

  • 30 Dans le recueil de H. J. W. Drijvers et J. E. Healey. 1999. N° Asl, p. 45-48. Le texte date vraise (...)

25Néanmoins, les parchemins de la vallée de l’Euphrate proviennent d’une région (en particulier Edesse) dans laquelle la langue officielle n’est le grec que de manière récente. Au contraire, Palmyre appartient à l’Empire depuis le début du ier siècle de notre ère, ce qui peut être une cause de différences dans les usages administratifs. Les textes officiels qu’on connaît à Edesse, ou du moins ceux qui sont en rapport avec la famille royale, comme celui de la reine Shalmat30, sont en syriaque (fig. 41), alors qu’à Palmyre l’usage du grec (au moins en bilingue) est constant, et en particulier pour les inscriptions qui concernent la famille d’Odainat.

  • 31 J. Teixidor, 1998, p. 728-731. Sur le personnage, le traitement le plus complet est celui d’E. Equ (...)
  • 32 Voir cependant E. WILL, 1996, p. 114-115, qui exprime ses doutes sur le caractère « parthe » de la (...)
  • 33 J. Teixidor ( 1998, p. 725) cite l’opinion de Ch. Clermont-Ganneau (1920, p. 2-3) qui voit dans ce (...)

26C’est de toute façon à propos de cette famille qu’on a les seules sources extérieures sur ce que pouvait être la culture des notables de Palmyre. Récemment J. Teixidor a soumis la personnalité de Zénobie. et en particulier son rôle culturel, à une réévaluation convaincante31. Dans la seconde partie du iiie siècle, ce milieu est marqué par des influences d’origines diverses. L’influence perse, quoique la plus faible, est néanmoins bien visible32, non seulement dans la personnalité de Worod, ne serait-ce qu’à cause de son nom et de sa fonction d’argapet, mais aussi dans l’adoption par Odainat du titre de « roi des rois », typique des grands rois iraniens. Il faut pourtant noter que l’appellation n’est pas forcément caractéristique des seuls souverains de Ctésiphon et qu’elle peut être l’écho d’influences indirectes33.

  • 34 Dernièrement E. Will, 1992, p. 152-165. La bibliographie sur l’art parthe est immense. On retiendr (...)

27Les signes de l’influence iranienne sont en fait assez limités à ce moment. L’art « parthe », c’est-à-dire l’art de l’Empire parthe ou de style gréco-oriental pose un autre type de problème. Il est prédominant dans la sculpture, on le voit très bien pour les œuvres découvertes dans le sanctuaire de Bel34. L’importance du costume dit « parthe » prouve aussi que l’influence iranienne touchait la population jusque dans son mode de vie. De même, les données de l’onomastique permettent de penser qu’une partie de la population de Palmyre pouvait être en relations étroites avec le monde iranien. Mais, comme on l’a vu, il est impossible de prouver qu’un habitant de Palmyre est vraiment d’origine iranienne, ethniquement.

28Il y a pourtant un problème, qui empêche de passer du domaine artistique et culturel au domaine socio-politique (au sens d’une influence iranienne qui tendrait à détacher les Palmyréniens de l’Empire romain, pour les rapprocher des Empires arsacide puis sassanide). Parmi les influences « orientales » (au sens géographique) qui arrivent à Palmyre. il est quasiment impossible de faire la différence entre ce qui est proprement iranien, et ce qui est plutôt sémitique : pourtant Babylone devait être différente de Ctésiphon et de Séleucie-du-Tigre. Faute d’une connaissance suffisante de ce(s) milieu(x), on peut pointer des directions, établir des comparaisons (avec Hatra en particulier), mais il est souvent difficile d’être vraiment précis. Or on n’a sans doute pas assez prêté attention jusqu’à présent à la diversité des cultures orientales, aussi bien dans les régions qui sont à l’intérieur des frontières de l’Empire romain qu’en dehors. Tout comme l’hellénisation et la romanisation n’avaient pas le même visage et pouvaient connaître elles-mêmes diverses modalités, les phénomènes d’orientalisation (ou de réorientalisation !) doivent prendre en compte cette possible variété d’origines.

  • 35 J. Teixidor, 1998, p. 728-729, avec en particulier des références à M. Tardieu, 1992, p. 15-24 et (...)
  • 36 Sur le caractère non iranien, mais sémitique du manichéisme, voir 1. Gardner et S. Lieu, 1996, p. (...)

29Un autre point souligné par J. Teixidor est la probable présence de Manichéens à Palmyre et le bon accueil que Zénobie réserva à des missionnaires lors de leur passage dans la ville35. Il ne s’agit certes pas d’un courant iranien, ni par l’origine de son fondateur, ni par ses liens avec des doctrines judéo-chrétiennes36, mais par l’origine géographique, il se rattache au monde perse. Les missionnaires qui passèrent à Palmyre devaient ainsi venir de l’Empire sassanide, à un moment où les liens entre l’oasis et cet empire restent mystérieux. La période où Zénobie est au pouvoir est marquée par une atténuation de la tension est-ouest, ce qui explique aussi que les Palmyréniens aient pu se tourner vers l’Égypte, l’Asie Mineure et la Syrie, sans risque du côté oriental. Cela peut expliquer l’arrivée facile de Manichéens à Palmyre, sans compter qu’à ce moment, il se peut que le mouvement se soit déjà répandu depuis quelques années dans le territoire de l’Empire romain.

30Les documents manichéens qui mentionnent Zénobie proviennent aussi bien d’Égypte que d’Asie Centrale, ce qui prouve la large influence de la secte et la popularité gagnée par la reine. D’un autre côté, plus encore que pour les témoignages sur le « cercle de Zénobie », les sources sont toutes extérieures à Palmyre et ne mentionnent la ville qu’au sujet de la propagation de la foi manichéenne. Sur le site lui-même, les preuves de cette influence sont inexistantes. Le cas du manichéisme permet d’attirer l’attention sur cette caractéristique essentielle de la culture de Palmyre. On met souvent l’accent sur l’arrivée progressive dans l’oasis de courants gréco-romains qui viennent se greffer sur un substrat sémitique local. Le caractère sémite de la ville n’est bien entendu plus à prouver et l’usage du palmyrénien est à placer en haut de la liste des preuves de ce caractère. Mais ce « sémitisme » ne signifie pas obligatoirement qu’il s’agit de maintien strict des coutumes ancestrales, et on assiste au contraire à de profondes évolutions tout au long de la période : le cas du manichéisme est un cas où un courant nouveau arrive à Palmyre, mais justement pas en provenance du monde gréco-romain.

31D’autre part, comme on l’a signalé déjà à plusieurs reprises, le monde sémitique n’est pas unifié. Même si elles font partie du monde sémitique et partagent un certain nombre de coutumes communes, les populations arabes et araméennes de l’oasis sont ethniquement différentes, au moins à l’origine. S’y ajoutent des populations d’origine moins précise (Amorites, Phéniciens, Babyloniens ?) qui se sont installées dans l’oasis à des dates indéterminées. Les mariages communs, ou au moins les échanges culturels entre les diverses tribus qui ont peuplé Palmyre, ont fait qu’il est devenu difficile à l’époque envisagée de déterminer qui était arabe et qui était araméen. De plus, les différentes coutumes ont certainement connu des évolutions, sous l’influence gréco-romaine ou iranienne, mais aussi à cause des relations nouvelles entre tribus, et des contacts entre Arabes et Araméens. L’aspect des divers panthéons et le nombre des sanctuaires, preuves des mélanges religieux, démontrent ce caractère hétérogène de la culture palmyrénienne, même si on ne tient pas compte des éléments gréco-romains.

  • 37 F. Millar, 1971, p. 12 et J. Teixidor, 1992, p. 52-56 et 1998, p. 730-731. Athanase, Historia Aria (...)
  • 38 Cité par Protius (Bib. 265, éd. Bekker, p. 492a : éd. R. Henry. CUF, 1977, t. VIII, p. 60) : καὶ τ (...)
  • 39 Voir au chapitre vi pour le cas de la seule famille dont l’onomastique est presque certainement ju (...)
  • 40 Voir F. Millar, 1971, p. 12. Le texte égyptien souvent cité (OGIS 129 = ILS 574 = CIJ 1449) est à (...)
  • 41 L. Equni Schneider, 1993, p. 14-15 et 38-44.

32De plus, d’autres cultures sémitiques ont pu toucher l’oasis, même si on en a moins de preuves. Des témoignages chrétiens tardifs comme celui d’Athanase d’Alexandrie37, ainsi que le témoignage contemporain de Longin, s’il est authentique38, mentionnent d’hypothétiques tendances judaïsantes de Zénobie. Pourtant, aucun élément à Palmyre même ne peut venir renforcer cette idée. Même si l’existence d’une communauté juive est attestée, on ne sait pratiquement rien de son importance et de la profondeur de son implantation dans la ville39. De plus, il semble que les relations de Palmyre avec les communautés juives de Mésopotamie aient été plutôt mauvaises à ce moment40. Les expéditions des princes de Palmyre contre les Sassanides ont pu ruiner certaines places commerciales de la région, et parmi elles des villes où l’implantation juive était forte. Il est probable aussi que des raisons économiques ont pu depuis longtemps opposer les marchands juifs de Mésopotamie à leurs concurrents venus de l’Empire, et particulièrement les Palmyréniens41. Dans ce cas, les armées palmyréniennes ont pu en profiter pour régler quelques vieux conflits.

  • 42 Voir D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 58, n. 2 : le seul exemple connu à Émèse est fourni par les m (...)

33À partir de ces données, on peut être amené à se poser un certain nombre de questions sur les éléments qui constituaient vraiment le « cercle de Zénobie ». De toute façon, il semble difficile de faire de ses membres des Palmyréniens au sens strict : il est fort probable que, pendant une partie du règne de Wahballat et Zénobie, la cour se soit trouvée à Antioche plutôt qu’à Palmyre et que Longin n’ait pas eu d’influence « philosophique » sur d’autres Palmyréniens que le cercle étroit qui entourait la reine. Sa présence est sans doute un élément à mettre en rapport avec l’émergence assez ancienne en Syrie d’une classe relativement cultivée qui exerce des responsabilités au sein de l’Empire. Ce n’est pas un hasard, si c’est au moment où les impératrices puis les empereurs sont d’origine syrienne qu’on voit les premiers Palmyréniens entrer dans l’ordre sénatorial. Le gentilice Septimius porté par la famille d’Odainat est assurément un signe de relations privilégiées avec la famille impériale. Après 212, l’adoption par la quasi-totalité des Palmyréniens des noms Iulius Aurelius est à comprendre comme une forme d’hommages aux impératrices syriennes de la famille sévèrienne. C’est d’ailleurs un point commun avec les habitants d’Émèse, qui pour des raisons semblables ont peut-être adopté les mêmes noms42.

  • 43 CIS 3970 : Inv X, 64 et 67 (cf. H. Seyrig, 1941b, p. 266-267, n° 26) : les textes AE 1969-1970, 61 (...)

34Cette fidélité à la dynastie des Sévères apparaît aussi plus directement dans l’épigraphie de Palmyre, par le fait qu’au moins trois textes sont des dédicaces à un ou plusieurs membres de la famille impériale43. Les deux premiers sont des dédicaces d’un type courant qui associent à l’empereur sa femme et ses enfants. Il s’agit après tout d’un type de texte courant dans l’ensemble de l’Empire. Plus intéressante peut-être est la troisième dédicace. C’est un texte officiel, puisqu’il est fait par la cité (ἡ πόλις), mais il est dédié à Julia Maesa, non comme impératrice, mais en tant que sœur de l’impératrice (Julia Domna) : ‘Ιουλία Μαῖσα ‘Ιουλίας Σεβαστῆς ἀδελφή. La statue correspondante devait faire partie du même groupe que celles présentées par le texte Inv X, 64, mais elle en était distincte. Elle prouve une dévotion particulière envers cette famille d’Émèse qui a dû avoir un rôle important dans l’élévation de Palmyre et de certains Palmyréniens dans les structures impériales.

  • 44 H. Seyrig, 1959b, p. 190-191. Voir aussi F. Millar, 1993, p. 300-309.
  • 45 H. Seyrig, 1959b, p. 191 et E. Will. 1992, p. 108-109 citant Herodien V, 3, 12.
  • 46 Sur le cercle de Julia Domna. J. Sirinelli, 1993, p. 364-365. Sur celui de Zénobie. en particulier (...)
  • 47 Voir J. Sirinelli. 1993, p. 430.

35Pourtant, comme on l’a remarqué souvent, à la suite de H. Seyrig, on a très peu d’indices des relations entre Palmyre et Émèse44. Beaucoup de choses semblent indiquer que la prospérité d’Émèse a correspondu à celle de Palmyre, parce que le commerce caravanier en provenance de l’oasis passait par cette route avant d’atteindre la Méditerranée. On aimerait en avoir plus de preuves. C’est en fait surtout à partir du iiie siècle qu’on peut citer quelques faits caractéristiques : ainsi les descriptions contemporaines du costume de Élagabale, qui choqua les Romains, correspondent assez bien à ce qu’on connaît de certains costumes palmyréniens45. La présence de Longin dans l’entourage de Zénobie s’explique d’ailleurs en partie parce qu’il était peut-être originaire d’Émèse. Il est en effet le neveu du rhéteur Fronton d’Émèse. Il existait de toute façon une tradition intellectuelle dans cette ville, et c’est à l’exemple du « cercle de Julia Domna », qu’on a pu parler du « cercle de Zénobie »46. Ce n’est pas le lieu de s’attarder sur la personnalité de Longin, ni même sur celle de Callinicos de Pétra, membre possible du même groupe47, parce qu’il est très difficile d’en faire des « notables de Palmyre ». On peut quand même faire quelques remarques, en utilisant en particulier des témoignages archéologiques contemporains. Même si les mosaïques de Palmyre (celles de Cassiopée et d’Achille : fig. 42) ne sont pas la preuve de la présence de Longin et ne valent pas titre de propriété, il n’en reste pas moins que les courants intellectuels qu’il représente ont incontestablement eu une influence à Palmyre, au moins pour ces mosaïques. On ne connaît pas les commanditaires de ces œuvres, mais il serait étonnant qu’ils aient seulement payé sans se préoccuper du contenu hautement symbolique, qui devait correspondre à un programme précis, iconographique aussi bien que philosophique.

  • 48 J. Balty, 1996, p. 410. Le même atelier pourrait aussi être à l’origine des mosaïques de Shahba-Ph (...)
  • 49 E. Equini Schneider. 1993, p. 104 et n. 10 (voir plus loin à propos de la place des maisons dans l (...)

36Ce qui ajoute encore à l’intérêt des mosaïques, c’est l’origine probable de l’atelier, que J. Balty propose de placer à Émèse, plutôt qu’à Antioche48. Comme on le voit, on se trouve avec un ensemble assez consistant de faits cohérents qui pointent dans la même direction, Émèse. Même si Longin ne s’est jamais installé à Palmyre. même si le cercle de Zénobie n’a fonctionné qu’en dehors de l’oasis, il est clair que, par quelques aspects, une partie des notables participaient à la même culture que leurs contemporains à Émèse ou ailleurs. La différence réside peut-être dans la profondeur réelle de cette culture à Palmyre, et comme le prouve l’exemple des maisons, la situation devait être profondément contrastée. On a à la fois des maisons de plans à péristyle tout à fait classiques (pl. 10) et des maisons parfois plus modestes qui présentent le même type de plan que beaucoup des exemples connus dans des zones moins hellénisées (Doura, Assour, Coche)49.

  • 50 Voir par exemple J.-C. Balty. 1996, p. 437-441 : « Mon propos est ici volontairement limité à Palm (...)
  • 51 En ce sens par exemple, J. Sirinelli. 1993, p. 429-430.

37Du point de vue culturel donc, les rares documents qui subsistent sur la culture des Palmyréniens donnent des renseignements contrastés. On peut certes considérer une grande partie de l’art palmyrénien comme une manifestation d’indépendance des habitants. Mais comme toujours en ce domaine, même si les faits sont assez bien établis, et prouvent une coexistence tout au long de la période entre art local et influences extérieures50 (avec une prédominance croissante de l’art gréco-romain), les conséquences qu’on peut en tirer sont moins claires. D’autre part, il est aussi possible de voir dans l’histoire de Palmyre dans la deuxième moitié du iiie siècle une étape d’un affrontement entre l’hellénisme défendu par Zénobie (et Longin) contre Rome aux mains des empereurs pannoniens51.

B. CLIENTÉLISME ET RELATIONS SOCIALES

1. LES DONATEURS « POUR LA VIE DE » LEUR ENTOURAGE

  • 52 Même s’il semble difficile de le suivre, quand il propose de voir dans les termes bny (« fils ») d (...)

38Comme le montre le travail récent de K. Dijkstra (K. Dijkstra, 1995), un certain nombre de données sur les relations sociales à Palmyre peuvent être dégagées des dédicaces de constructions faites « pour la vie » (‘l hyy) du donateur et celles de membres de sa famille. Certes, on ne peut sans doute le suivre dans toutes les conclusions qu’il tire de l’étude de ces textes, mais son étude sur les inscriptions sémitiques du Proche-Orient à l’époque romaine (principalement nabatéennes, hatréennes et palmyréniennes) a l’intérêt de bien mettre en évidence le rôle capital joué par les relations familiales dans l’épigraphie de Palmyre52.

  • 53 Au sens de ceux pour la vie de qui la dédicace est faite. K. Dijkstra parle plutôt de recipient po (...)
  • 54 K. Dijkstra, 1995, p. 243-244.

39En effet, les inscriptions de cette ville se distinguent un peu de l’ensemble du corpus qui emploie cette formule. Les bénéficiaires53 paraissent appartenir généralement à la famille, au sens réduit, du donateur (principalement ses fils et ses frères). Au contraire dans les textes nabatéens, les bénéficiaires semblent appartenir surtout à la famille royale, alors qu’à Hatra, il s’agit d’un ensemble moins bien défini de personnes en relation de famille ou de clientèle avec le donateur54.

  • 55 K. Dijkstra. 1995, p. 259-281. Les remarques de l’auteur sur les textes latins avec l’expression p (...)

40À Doura-Europos, les textes de ce type existent surtout en grec55. Ils emploient les formules ύπέρ ύγείας ou σωτηρίας, qui sont les équivalents de l’expression ‘l ḥyy (« pour la vie ») en grec. Mais le plus intéressant est qu’ils utilisent généralement le même schéma qu’à Palmyre, c’est-à-dire que les bénéficiaires, outre le donateur lui-même, sont des membres de sa famille proche (fils et frères). On verra là une preuve de plus de liens assez étroits entre les deux villes (cf. chapitre III).

  • 56 Le mot σωτηρίας, comme on le voit, est entièrement restitué à cet endroit. Or la lacune est en fai (...)

41Seuls deux textes s’écartent de cette norme : dans le premier (Prel. Rep. II, p. 92, H4), le seul bénéficiaire est le stratège et épistate de la ville, Séleukos, fils de Lysias (ύπὲ[ρ] τῆς Σέλεύκου τοῦ Λ[υ]σίου τοῦ Σέλεύκου στ[ρα]τηγοῦ κ[αιὲπιστ]άτου τῆς πόλεως [σωτηρίας]), mais le donateur n’appartient visiblement pas à sa famille56. Le même Séleukos, fils de Lysias, est mentionné dans le texte Prel. Rep. V, p. 113-114, n°418, mais il n’est que le premier bénéficiaire, en même temps que les donateurs (d’un temple pour le dieu Aphlad) et leurs enfants.

  • 57 Il est étonnant que K. Dijkstra n’ait pas reconnu que ce texte était inscrit sur une borne milliai (...)
  • 58 « Et pour le salut de Septimia Zenobia. la très illustre reine, mère du roi ». Ce texte a été auss (...)

42Quelles que soient les raisons de ces exceptions, il n’y a aucun exemple de ce type de variation par rapport à la norme à Palmyre. Même pendant la deuxième moitié du iiie siècle, c’est-à-dire lors de la montée en puissance de la famille d’Odainat, il n’apparaît pas que les personnages institutionnellement à la tête de la cité aient été honorés avec ce formulaire. La seule exception possible citée par K. Dijkstra est le texte CIS 3971, sur une borne milliaire57. L’inscription a été faite « pour la vie et la victoire de Septimius Wahballat Athènodôros […] et pour la vie de Septimia Batzabbai (Zénobie) » (‘l ḥ[ywh] wz[kwth dy] spṭymyws whblt ‘tndr[ws] […] w’l ḥyh dy spṭymy’ btzby). La restitution zfkwth] est assurée par des parallèles latins (pro sainte et victoriis) ou grecs (ύπὲρ σωτηρίας και νίκης). Le texte grec est malheureusement très abîmé, mais on peut lire les dernières lignes : […κ]α[ι ύπὲρ σω[τηρίας Σεπτιμίας Ζηνοβίας τῆς λαμπροτάτης βασιλίσσης μητρὸς τοῦ βασιλέως58.

43Le texte araméen montre le poids de l’influence gréco-romaine sur le vocabulaire officiel de Palmyre, même pendant cette époque d’autonomie de la ville. On reconnaît pour Wahballat un formulaire courant pour les empereurs, même si sa présence sur un milliaire est un peu curieuse. Les titres honorifiques sont ainsi adaptés en araméen et le mot nhyr’ (nhyrt’ au féminin, « lumineux ») qui qualifie Wahballat et Zénobie est bien évidemment la traduction pure et simple du mot clarissimus en latin (λαμπρότατος en grec ; voir chapitre I).

  • 59 Il semble pourtant que ce soit le seul cas et que les militaires de Wahballat (et de Zénobie) déco (...)
  • 60 Le texte le plus récent à comporter l’expression dans sa formulation la plus courante est le texte (...)

44Néanmoins, le fait même que ce texte ait compris une version sémitique est révélateur de la force des traditions locales59 ; de même, le texte est sans doute une preuve de syncrétisme entre une formule d’origine latine et la formule sémitique ‘l ḥyy, qui est employée seule pour Zénobie. En tout cas, l’existence d’une formule sémitique bien attestée dans l’épigraphie de Palmyre a pu favoriser l’emploi de la formule dans ses équivalents grecs ou latins par les souverains de Palmyre. Mais l’absence de tout donateur ou de mention de divinité, si elle s’accorde bien avec la fonction de milliaire de la pierre, est un élément totalement inédit dans le corpus des inscriptions « pour la vie de X ou Y ». Or, le texte palmyrénien semble bien complet. De plus, ce texte est une des mentions les plus tardives de la formule60. Il est donc probable qu’on soit dans un cas où une expression courante en sémitique, mais dans un contexte différent, sert à traduire une formule normale en grec et en latin.

  • 61 Pour la différence entre minor et major dedications, voir K. Dijkstra, 1995, p. 88-89 : les premiè (...)

45En fait, une des conclusions les plus révélatrices de l’étude de K. Dijkstra concerne les rapports entre les « grandes dédicaces » (major dedications)61 et les inscriptions honorifiques d’un type beaucoup plus courant dans le monde gréco-romain. On laissera de côté, pour l’instant, les dédicaces au dieu anonyme qui semblent de nature plus privée et qui ne renseignent pas sur les activités évergétiques éventuelles des donateurs. Comme le note K. Dijkstra, « in spite of their public display, the minor dedications to the “Anonymous God” are not distinguished by the prestige which they may have imparted to the dedicators » (p. 154). Ce n’est pas le cas des grandes dédicaces et des inscriptions honorifiques, qui, selon cet auteur, mettent en évidence des relations de patronage entre les donateurs de construction et leur entourage. Mais les deux types de texte sont pourtant différents, car « in short : ‘l ḥyy [« pour la vie de »] is by the patron ; lyqr [« en l’honneur de »] is for the patron » (p. 167).

  • 62 Phénomène rapproché par K. Dijkstra (K. Dijkstra, 1995, p. 167) du petit nombre de grandes dédicac (...)

46De plus, le groupe des « grandes dédicaces » est en moyenne plus ancien que celui des dédicaces au dieu anonyme, ce qui pourrait être un signe de progression des coutumes du monde classique à Palmyre62 aux dépens d’une tradition (une formule) qui se maintient, mais reste confinée au domaine de la religion, dans une de ses expressions les plus privées et personnelles.

47Quand on veut repérer la structure sociale de la société palmyrénienne, ce qui apparaît le plus clairement, dès l’abord, c’est l’existence d’un nombre réduit de personnages qui semblent dominer la vie publique, à chaque période. Que ce soit dans le domaine institutionnel (chapitre I) ou le domaine commercial (chapitre m), on a vu qu’existaient de grands notables qui parfois exerçaient des fonctions publiques importantes et étaient honorés pour cette raison (Septimius Worod par exemple), mais parfois aussi recevaient des honneurs nombreux sans qu’on puisse définir quelles fonctions officielles ils avaient pu remplir (Haîran, fils de Bônnê), ni même s’ils avaient effectivement occupé ce type de charge. Les chapitres II et III ont montré que les structures tribales anciennes de la population pouvaient expliquer en partie certains de ces faits. Il faut souligner aussi le caractère un peu aléatoire de la documentation : l’ensemble des textes d’une période donnerait une image peut-être moins déséquilibrée, et permettrait de voir si la domination de Haîran, fils de Bônnê, au milieu du ier siècle, était tellement écrasante. D’autre part, le hasard des fouilles a fourni une assez bonne documentation sur certains notables, sans que cela soit en rapport avec leur importance réelle dans la cité. On peut s’interroger par exemple sur l’importance de la famille de Bartê, bien connue par les inscriptions de la Grande Colonnade et bienfaitrice du sanctuaire d’Arsû.

48Toutefois quelques cas, comme celui d’Agrippa Malê, prouvent qu’il y a des rapports entre les bienfaiteurs des différents sanctuaires et ceux de la cité : il s’agit visiblement là d’une tradition familiale, dans laquelle les bienfaits, d’abord limités au sanctuaire de Baalshamîn, sont étendus à la génération suivante (celle de Malê) à toute la cité (BS n° 44= CIS 3959). Ainsi, s’il est clair que tous les notables de premier plan n’apparaissent pas dans la documentation, il semble assuré qu’on peut en repérer quelques-uns qui sont connus par un certain nombre d’inscriptions et qui appartiennent vraisemblablement aux couches les plus élevées de la population. C’est à partir de ces données qu’on peut essayer de repérer leurs cercles d’influence, pour tâcher de définir la manière dont ils exerçaient leur « autorité » sur la cité et ses habitants.

  • 63 K. Dijkstra, 1995, p. 1 15.

49Les données ne sont pas très nombreuses, car il est rare qu’on ait beaucoup de renseignements sur la personnalité des dédicants, lorsqu’il ne s’agit pas du Conseil et du Peuple. L’étude de K. Dijkstra évitera de refaire ici la liste des inscriptions qui concernent ces dédicaces pour la vie du donateur et des membres de sa famille. Pour un certain nombre de ces dons, on connaît à la fois l’inscription du donateur et un texte de remerciement63 : en DFD, p. 162 (A. Bounni, 1986, n° 10), le don et le remerciement sont sur la même pierre. Moqîmû, fils de Nebûzabad, fils de Barîkaî Abshaî (mqymw br nbwzbd br bryky ‘bšy) a fait une colonne et le toit du portique pour Nabû, pour sa vie et celle de ses fils (‘l ḥywhy wḥyy bnwhy). Pour cette raison, ces derniers lui ont élevé une statue (ṣlm’ dnh […]dy ‘qymw lh bnwhy).

50Le cas est différent pour les deux textes BS nos 7 et 40, qui pourtant se répondent visiblement, d’autant plus sûrement qu’ils portent la même date (septembre 90). Dans le premier, mlkw br ‘g’ br whby br blḥzy (Malikû fils de Ogâ, fils de Wahbaî, fils de Belhazaî) offre un portique à Baalshamîn et Durahlûn pour sa vie et celle de ses fils et de ses frères. Or ce sont les deux dieux et la tribu des Benê Mazîn (à laquelle Malikû appartient) qui offrent en retour une statue « en son honneur, parce qu’il leur a été agréable » (BS n° 40).

  • 64 Il peut être de la même famille que bryky br nbwzbd br bryky (RSP n° 38). peut-être son frère : à (...)
  • 65 Voir l’arbre généalogique dans BS, p. 55.
  • 66 Ce que C. Dunant appelle « rappel sur colonne » (BS, p. 20).
  • 67 Son nom complet est Zebâ. fils de Taîmnâ. fils de Wahbaî, fils de Belhazaî (zb’ br tymn’ br whby b (...)

51La différence entre ces deux cas permet sans doute de confirmer la différence entre le sanctuaire de Baalshamîn aux mains d’une tribu influente et celui de Nabû dominé par des familles de notables (chapitre II). Mais, en tenant compte de ce fait, il semble difficile de conclure des inscriptions en question que le poids social des deux personnages était très différent. C’est plutôt par l’étude des dons respectifs qu’on peut arriver à une conclusion de ce genre : l’un a offert une seule colonne, l’autre un portique. De plus, Moqîmû, fils de Nebûzabad, ne semble pas avoir de parents connus par ailleurs à Palmyre64. Malikû, au contraire, appartient à une famille bien connue dans le sanctuaire pour ses nombreuses constructions65. Ses deux frères Belhazaî (BS n° 43 en 103) et Wahbaî (BS n° 6) ont offert chacun un portique. Les deux textes ne comportent pas l’expression « pour la vie de ». Dans le premier cas, il s’agit du texte honorifique gravé en remerciement, parce que « lui et ses fils ont fait ce portique… » et dans le deuxième, le texte est une version abrégée de l’inscription de dédicace66. On peut penser, comme K. Dijkstra, qu’il est possible de restituer des dédicaces originelles avec une formule du même type que « pour la vie de » : c’est un texte de ce genre auquel répondrait le texte honorifique BS n° 43 et que le texte BS n° 6 résumerait. On peut reconstituer un schéma du même type pour le cousin des trois frères, Zebâ, fils de Taîmnâ (zb’ br tymn’) qui avait été honoré par les prêtres de Baalshamîn un demi-siècle plus tôt (BS n° 38 en 49)67. Ainsi les trois membres de la famille attestés dans le sanctuaire se sont distingués par des dons importants. Ils sont sans doute parmi les plus grands bienfaiteurs de Baalshamîn, ce qui explique que les inscriptions honorifiques soient faites par les prêtres du dieu, les dieux Baalshamîn et Durahlûn et la tribu des Benê Mazîn.

52Comme on le voit, il ne s’agit donc pas de véritables réponses et les dédicaces pour la vie du donateur et de membres de sa famille proche ne semblent pas vraiment engager ces derniers. Ce qui compte apparemment davantage est le récipiendaire divin du don, puisque c’est lui-même ou ses agents qui répondent, en laissant de côté les aspects familiaux.

53Du point de vue du formulaire, il est probable que des textes de dédicaces aient existé avec la même formule, mais rien ne l’assure vraiment. Si toutes les inscriptions honorifiques sont des réponses à des dons de ce genre, on peut s’étonner du nombre relativement réduit des textes de dédicaces, surtout si on le compare aux inscriptions honorifiques, beaucoup plus nombreuses. Le rapport numérique entre les deux types de textes est trop disproportionné pour qu’on puisse croire qu’il y a là une simple coïncidence, même si les dédicaces ne concernent que le domaine religieux, alors que les inscriptions honorifiques sont la conséquence d’activités dans tous les domaines (constructions religieuses et civiles, caravanes…).

54En fait, ce qui apparaît avec le plus d’évidence, c’est que les fameuses dédicaces « pour la vie de » donnent peu de renseignements sur les notables de Palmyre ; elles peuvent simplement servir d’indices de notabilité, car seuls les Palmyréniens les plus aisés avaient les moyens de faire des dons de cette importance. Il semble difficile de les utiliser pour définir avec précision les cercles ou les clientèles qui entourent certains personnages importants de la cité. Elles indiquent seulement l’importance du cercle constitué par la famille réduite autour d’eux.

2. LE VOCABULAIRE DES RELATIONS SOCIALES

55Si on s’intéresse aux clientèles des grands notables, il faut donc surtout se concentrer sur les inscriptions honorifiques et en particulier sur la personnalité des dédicants. On a pu voir au chapitre iii l’exemple des marchands qui par nécessité étaient dans une relation de dépendance envers les grands caravaniers : dans les sources conservées, leur existence est seulement collective. Il est impossible de savoir précisément qui étaient les marchands, une fois qu’on a fait la liste des grands caravaniers cités nommément dans les inscriptions. Ce n’est qu’un exemple, mais on n’en sait pas plus sur les autres métiers, puisque les inscriptions funéraires ne renseignent pas sur les activités des défunts. Seuls apparaissent les quelques corps de métiers dont on a parlé au début du chapitre iii.

56L’existence même de cette différenciation nette entre collectivités et notables dignes d’être appelés par leur nom est sans doute un signe de la nature des relations sociales à Palmyre. On peut tenter de retracer une évolution chronologique des pratiques qui reflètent les rapports sociaux. Si on prend par exemple la liste des textes caravaniers, on constate que tout au long de la période apparaissent ces marchands, qui collectivement remercient leur synodiarque ou un autre grand notable. Hormis l’apparition du terme « caravane » lui-même, au cours du IIe siècle, le vocabulaire ne semble pas évoluer de manière importante au cours de la période, mais, à certains moments, des personnages à l’influence prépondérante apparaissent. Elle ne leur permet pourtant pas d’occuper toute la place disponible et de faire disparaître toute concurrence.

57Si on reprend la liste des textes datés, on voit bien qu’entre les textes faits pour Soados (entre 132 et 145), s’intercalent des textes honorifiques pour d’autres grands caravaniers. Ainsi, Νεση Αλα τοῦ Νεση (ns’ br ḥl’ br ns’) est remercié en 142 (CIS 3916) pour avoir été synodiarque. Or, ce même personnage, qui apparaît pendant une éclipse de Soados, réapparaît quelques années plus tard, en 150 (Inv X, 124), pour les mêmes raisons (synodiarque remercié par une caravane). On peut se demander si l’éclipsé de Soados est réelle, c’est-à-dire si son influence a réellement baissé, ou si, plus simplement, aucune inscription n’a été faite pour lui à ce moment, parce qu’il n’a pas eu à se rendre particulièrement utile (ou encore si aucune inscription n’a été retrouvée). Il est après tout possible que les notables influents dans tous les domaines de la vie publique palmyrénienne n’aient pas exercé d’hégémonie, et que le pouvoir ait été partagé entre les différentes familles. On peut d’ailleurs tout aussi bien imaginer que certains de ces notables aient été alliés ou associés. Il ne s’agit là que d’hypothèses, mais il faut surtout retenir qu’il n’y a apparemment pas d’hégémonie sans partage d’une famille ou d’un groupe de notables, avant la fin de la période.

  • 68 Liste des textes dans Inv X, p. 49-50 et G. W. Bowersock, 1989b, p. 167. Voir infra, index des Pal (...)

58L’étude comparée des trajets des familles de Soados et de Marcus Ulpius Iarhaî est révélatrice à cet égard, car il s’agit des deux caravaniers les plus influents de la période, comme le prouvent aussi bien le nombre de textes que l’importance des honneurs qui leur sont accordés. Le cas du deuxième est à mettre un peu à part, car les textes datés s’étalent sur une période très courte, ce qui expliquerait qu’il soit le seul à apparaître pendant ces quelques années du milieu du iie siècle68. Mais son frère, M. Ulpius Abgar, est attesté dès 135 (Inv X. 81). au milieu des années qui sont marquées par la prééminence de Soados. La famille de ce dernier fait partie des premières de la ville dès le début du IIe siècle, puisque son oncle paternel est symposiarque en 117 (CIS 3919 = Inv IX. 19). Et inversement, au moment où s’achève la série des inscriptions de M. Ulpius Iarhaî (entre 157 et 159 pour les textes datés), apparaît Neshâ, fils de Bolîadâ (Nεση, Bωλιαδoυς et nš’ br blyd’ en 161 : Inv X, 29), frère de Soados. Les deux familles sont donc plus ou moins contemporaines et ne sont pas du tout attestées hors de cette courte période (entre 117 et 161). On envisagerait bien des relations de rivalité entre les deux, mais aucun élément de la documentation (à part la coïncidence des dates) ne permet d’aller dans ce sens. Elles ne semblent pas avoir eu de lien, alors qu’elles étaient concernées par le même domaine d’activité.

59On peut d’ailleurs considérer comme un trait caractéristique des notables de Palmyre l’absence apparente de liens entre les groupes familiaux qu’on peut repérer. Il est assez rare que soient cités dans la même inscription les membres de familles différentes. Les textes funéraires de concession font bien sûr exception, ainsi que quelques dédicaces au dieu anonyme : les relations qui apparaissent dans les textes sont la plupart du temps des relations d’inégalité. Cela explique que les groupes constitués de membres anonymes soient si nombreux dans les inscriptions honorifiques : face au grand notable n’existe souvent qu’une masse anonyme.

60On a d’autres exemples de familles importantes de la ville qui exercent une influence de ce genre et se posent en protecteurs d’une catégorie ou d’une autre. Les corporations sont elles aussi, comme les caravanes (bny šyrt’ ou šyrt’), susceptibles de remercier leur patron ou leur maître. Elles reconnaissent par là la prééminence d’un individu et implicitement la protection que celui-ci exerce.

61On peut commencer par l’étude de ces textes concernant les groupes constitués, avant de passer aux textes dans lesquels interviennent des individus de statut différent. Pour l’étude des relations de clientèles à Palmyre, le plus facile est sans doute de débuter par la fin de la période, à un moment où ce type de fonctionnement de la société apparaît avec le plus de netteté dans les sources.

a. Autour d’Odainat

  • 69 CIS 3945. Pour tous ces mots, voir l’index du vocabulaire en annexe et les remarques du chapitre I
  • 70 Pour l’application du terme « δεσπότης » à la famille impériale, voir à Palmyre CIS 3970. L’équiva (...)
  • 71 Cf. par exemple E. Will., 1992, p. 174. La position de M. Christol. 1997, p. 148 est plus tranchée (...)

62En effet, une famille se détache particulièrement, celle d’Odainat, ce qui n’est pas surprenant. Les membres de cette famille, ainsi que certains personnages considérés souvent comme leurs alliés reçoivent un certain nombre de titres d’honneurs inconnus jusque-là à Palmyre. Parmi les termes qui s’appliquent à eux, un des plus révélateurs est « δεσπότης »69. On sait qu’il est utilisé en particulier pour l’empereur ou les membres de la haute administration provinciale, comme par exemple le gouverneur70. Sa traduction sémitique en CIS 3945, « mm » (« notre maître »), ne laisse pas de doute sur la nature des relations envisagées. Ce vocabulaire correspond en tout cas à la position d’Odainat, appelé dans les mêmes textes ύπατικός, ce qui ne signifie pas forcément qu’il était gouverneur, mais que sa prééminence avait été reconnue par Valérien et honorée d’un titre officiel71.

  • 72 Sans compter que dans un contexte non institutionnel et officiel, le terme a le sens courant de ma (...)
  • 73 Pour l’équivalence entre le latin dominus et le grec κύριος ou δεσπότης, voir D. Magie, 1905, p. 6 (...)

63Le mot araméen formé sur la racine mr’ n’est bien sûr pas réservé à la traduction du mot δεσπότης, mais sert aussi à rendre des mots équivalents, comme κύριος72. C’est le cas par exemple en CIS 3938 (= Inv III, 11), où l’expression araméenne ‘pṭrp’ dwqnr’ dy qsr mrn (« procurateur ducénaire de notre seigneur César ») doit être l’équivalent d’une formule grec du type ὲπίτροπον [Σεβ]αστο[ῦ τοῦ κυρίου ήμῶν] δου[κηνάριον]73. De même dans le texte BS n° 45, Poblicius Marcellus le gouverneur de Syrie ([τοῦ διασ]ημοτάτου κυρίοῦ υπατικ[οῦ) est appelé en araméen hgmwn’ mm (« le gouverneur notre maître »).

  • 74 CIS 3947 (avec dans le texte araméen parallèle la traduction mrthwn, « leur maîtresse ») de 271 (f (...)

64La forme féminine du même mot, « δέσποινα », est aussi connue dans deux textes, où elle qualifie Zénobie74. Dans les deux cas, le terme s’applique à Zénobie en tant que reine, il n’y a pas d’ambiguïté et il est clair qu’au moment du second texte (en 271), Zénobie a revêtu une titulature impériale classique. Le terme mrhwn (« leur maître ») est d’ailleurs employé, à titre posthume, pour Odainat dans le texte CIS 3946, parallèle et contemporain à CIS 3947. La version grecque a disparu, mais elle devait comporter le mot δεσπότης.

  • 75 CIS 3944 (Inv III, 16), BS n° 52, Inv XII, 37 et H. Seyrig, 1963, p. 161.
  • 76 Comme dans le texte H. Seyrig, 1963, p. 161.
  • 77 Si le grec semble plus précis pour les termes institutionnels et honorifiques, seul le palmyrénien (...)

65Un autre terme utilisé pour décrire ces relations (« πάτρων ») est sans ambiguïté75. Il faut noter que le mot est assez rare à Palmyre, mais que c’est justement aux membres de la famille d’Odainat qu’il s’applique76 : deux fois à Odainat lui-même (BS n° 52 et Inv XII, 37), les deux autres à son fils Haîran. Un seul de ces textes est bilingue (CIS 3944 : fig. 44) : la version palmyrénienne est moins développée et ne donne pas d’équivalent au πάτρων du grec, de même d’ailleurs que la formule τειμῆς καί εύχαριστείας ένεκεν est seulement rendue par lyqrh (« en son honneur »)77.

  • 78 Προστάτης est d’ailleurs une traduction possible et même courante du patronus latin.

66Dans les autres textes, surtout ceux faits pour Worod (CIS 3940-3941 et 3943), le même concept est plutôt exprimé par le mot προστάτης, traduit en palmyrénien par qywm78. Worod, grâce à sa puissance et à son influence, est entouré d’un cercle de clients, comme c’est le cas pour Odainat. La différence dans les mots utilisés est sans doute de peu d’importance, mais on verra plus loin quels éléments on peut tirer de la comparaison entre les cercles de Worod et d’Odainat. Le terme n’apparaît dans le corpus, avant la chute de la ville, que dans le cas de Worod, ce qui renforce le caractère exceptionnel de ce dernier.

67En fait, un seul autre personnage reçoit ce titre de προστάτης. Septimius Apsaios (Inv III, 18 : fig. 45), qui est peut-être à identifier avec le Αψαιος cité par Zosime (I, 10). Apsaios est l’instigateur de la seconde révolte de Palmyre, au moment où Zénobie vaincue est emmenée par Aurélien qui rentre à Rome. L’inscription en l’honneur de ce personnage, ennemi du pouvoir romain vainqueur, se trouve sur un fût de colonne dans la section Β de la Grande Colonnade. Mais sa conservation n’est pas plus étonnante que celle des textes qui concernent Zénobie et Odainat, à proximité.

  • 79 On retrouve certains de ces personnages dans le texte Inv IX, 28 (avec les lectures de M. Gawlikow (...)

68Septimius Apsaios, quelle que soit son identité, est le seul cas de ce type de relations entre la cité de Palmyre et un patron. Certes, Worod a eu des fonctions très honorifiques et a été honoré au moins deux fois par le Conseil et le Peuple (CIS 3938 et 3943), mais le terme προστάτης (ou un équivalent) apparaît seulement dans des textes de caractère privé, et non dans des décrets officiels. Septimius Apsaios, peut-être faute de concurrent, est ainsi devenu le patron de la cité (ή πόλις) de Palmyre, dont il est aussi le citoyen (πολείτης). Il ne semble pourtant pas avoir exercé de fonctions officielles. Il est possible que l’influence romaine ait joué dans l’octroi de ce titre, surtout à un moment où la ville, après le passage de l’armée d’Aurélien, avait besoin plus que jamais d’un protecteur. Il faut donc mettre cette situation sur le compte de l’abaissement de Palmyre après la chute de Zénobie. De toute façon, la vie de la cité ne s’est pas arrêtée au pillage de l’armée d’Aurélien, même si on n’a que peu de détails sur les institutions après cette date (sans compter les textes du ive siècle). Il y a visiblement une continuité institutionnelle dont la meilleure preuve est le texte M. Gawlikowski, 1971, p. 420, daté de mars 273. Un certain Septimius Haddûdan (spṭmyws ḥdwdn br spṭymyws ‘gylw mqy). symposiarque. a apporté son aide à Aurélien César (qsr)79.

  • 80 Sur les associations professionnelles en Asie Mineure, voir par exemple M. Sartre, 1995, p. 258-25 (...)

69Un point commun entre trois des textes avec le mot πάτρων et CIS 3945 qui emploie le mot δεσπότης est d’avoir pour auteur des corps de métier de la cité. De plus, ces quatre textes dédiés par des συντέχνία et συμπόσιον portent exactement la même date, l’année 569 de l’ère séleucide (soit 257-258). Le mois est précisé seulement en CIS 3945, Ξανδικός/nysn 569 (soit avril 258). Or. ce sont les seuls textes connus à Palmyre qui parlent de corps de métier de ce type. Le métier qui apparaît principalement dans la documentation est celui de marchands. Pour le reste, on a seulement affaire à des fonctions administratives, religieuses ou militaires. Même le texte du Tarif (CIS 3913) donne peu de précisions dans ce domaine. Il est probable pourtant que des associations de métiers existaient a Palmyre, avant le milieu du iiie siècle, sur le modèle de ce qui existait dans d’autres villes de l’Empire80. En effet, on a ailleurs des exemples de relations du même genre entre un bienfaiteur et des associations professionnelles. Ce type de texte peut éclairer le cas de Palmyre, où les témoignages sont, comme à l’habitude, concis, voire obscurs. La réciprocité dans les relations entre patrons et clients apparaît certaine, elle entre dans la définition même du patronage.

  • 81 P. Garnsey et R. Saller. 1994, p. 235-251.
  • 82 M. Gawlikowski, 1985, p. 251-261 et K Millar. 1995, p. 414-419.

70L’existence de relations de patronage à Palmyre est bien évidemment un signe d’influence romaine81. La coexistence des mots « patron » et « maître » dans le même contexte rend assez évidente la puissance de la famille d’Odainat dans le courant du iiie siècle et ne permet pas d’hésiter sur le sens à donner à ces relations de patronage. Comme l’ont proposé M. Gawlikowski et F. Millar récemment, cette prédominance ne veut pas dire qu’ils exercent déjà un pouvoir de type royal, comme par la suite82. Bien plutôt, il apparaît qu’à Palmyre, comme dans d’autres régions de l’Empire, les coutumes et les méthodes romaines d’exercice du pouvoir semblent s’installer, et cela est visible dans le vocabulaire employé. Pour la première fois, dans la cité, il est possible d’identifier des phénomènes de clientélisme au sens propre du terme, hors des relations tribales. Le rang sénatorial d’Odainat et Haîran leur permettait d’avoir une influence qui pouvait dépasser les limites de la province.

71Ces textes posent pourtant un double problème : pourquoi cette famille est-elle la seule à être en rapport avec des corporations, et pourquoi seulement pendant l’année 569 de l’ère séleucide ? En effet, dans les quelque trois siècles sur lesquels porte la documentation épigraphique, il faut attendre les derniers moments de la période pour qu’au cours d’une seule année quatre textes fassent mention des corporations et de ces relations de patronage. Les causes de cette éclosion de textes pendant les années 257-258, en même temps que se bâtissait la fortune d’Odainat, restent mystérieuses. En fait, Odainat et sa famille apparaissent au milieu du iiie siècle, déjà puissants, sans que rien n’ait laissé supposer cette montée.

  • 83 Cf. par exemple J. Cantineau, 1930a, p. 546-547, n° 13 (= M. Gawlikowski, 1970b. n° 26, p. 211).
  • 84 J. K. Stark donne pour les noms plyn’ et plynws la même explication : équivalence avec le grec Φιλ (...)
  • 85 En tout état de cause, il est le fils d’un r’y, nom sémitique, attesté par ailleurs à Palmyre (cf. (...)
  • 86 Voir le commentaire de J. Starcky et H. Ingholt, dans PNO, p. 174, à propos du même nom qui appara (...)

72Une inscription un peu plus ancienne que les textes des corporations est en fait la première mention datée de la famille (CIS 3944 ; fig. 44). Ce texte bilingue de la Grande Colonnade est une dédicace faite par un soldat de la Légion cyrénaïque en octobre 251 à Haîran, fils d’Odainat, son patron (τòν πάτρωνα, sans équivalent araméen). Le soldai s’appelle dans le texte grec, Αύρήλι[ος Φιλεῖνο]ς [Αύ]ρ(ηλίου) ‘Hλιοδώρο[υ τοῦ Ρααιου]. Héliodôros pourrait être l’équivalent d’un nom sémitique, par exemple Lishamsh83, nom très commun à Palmyre (voir chapitre ii). Ce qui est curieux, c’est que, dans la version en araméen, ce soldat est ‘wrlys plynws br mry’ plyn’ r’y (« Aurelius Phileinos, fils de Mariâ Phileinos (?) Raaî »)84 ; l’onomastique est plutôt sémitique, si l’on excepte plynws/plyn’, ce qui semble indiquer une origine locale85. Le nom de son père, ‘Hλιóδωρος, n’est pas l’équivalent de hldrs, mais de mry’. Ce nom n’est sans doute pas une forme du nom latin Marais, ni un nom féminin, comme le pense J. Cantineau (Inv III. p. 22), mais plutôt un dérivé de la racine mr’, « maître »86.

  • 87 On a en grec στρατιώτης λεγ[εῶνος Κυρηνα]ίκῆς (« soldat de la Légion cyrénaïque ») et plḥ’ dblgywn (...)
  • 88 Le terme sémitique correspondant semble avoir les mêmes connotations que le terme grec στρατιώτης.
  • 89 H. Ingholt, 1976, p. 133 citant les textes d’Adraha (Der’a) publiés par H.-G. Pflaum, 1952, p. 307 (...)

73D’autre part, ce soldat de la légion III Cyrenaïca87 donne, dans la version sémitique, uniquement le nom araméen de sa fonction, plḥ’, mot qui est utilisé par exemple en syriaque. Pourtant, il n’y a aucun doute qu’il appartient à une unité de l’armée régulière romaine, même si c’est peut-être un corps auxiliaire. Il est tout à fait étonnant que ce στρατιώτης soit en rapport avec un des fils d’Odainat88. On aurait plutôt attendu un officier, plus capable d’avoir les moyens de faire dresser une statue sur la Grande Colonnade. Une solution avait été envisagée par H. Ingholt. Ce dernier proposait de voir dans ce personnage le beneficiarius Flauianus chargé de surveiller la construction des murailles d’Adraha en Arabie vers 26089. Aussi tentante que soit cette théorie, la correspondance entre Φιλβινóς et plynws tenue pour établie par ce savant, n’est pas assurée. C’est pourtant sans doute dans ce sens qu’il faut chercher, car il est probable que, malgré son grade apparemment modeste, Aύρήλιoς[oς Φιλεῖνo]ς ‘Hλιοδώρο[υ] devait faire partie d’une manière ou d’une autre de l’élite de la cité.

74La famille d’Odainat entretient donc des rapports privilégiés avec un certain nombre de corporations, et avec au moins une certaine partie de la population de la cité. On ne peut, je crois, dire, comme le fait l’éditrice du texte venant du sanctuaire de Baalshamîn, qu’ « Odainath était alors gouverneur de Syrie […] (et que) l’importance qu’il avait ainsi revêtue, et qui avait rejailli sur sa famille, avait peut-être incité les diverses associations professionnelles ou, éventuellement, ethniques de Palmyre à solliciter massivement son patronage ou celui de son fils » (p. 67, commentaire du texte BS n° 52).

  • 90 Voir par exemple, P. A. Brunt, 1976, p. 161-173.

75C’est, à mon sens, le contraire qui s’est produit ; c’est parce que cette famille avait une position de prééminence à Palmyre qu’elle a été choisie par l’empereur, comme elle avait été choisie comme protectrice par une partie des habitants. On a là un modèle qui renseigne assez bien sur la manière dont fonctionnait l’Empire. À Palmyre, comme ailleurs, le pouvoir romain s’appuie de manière privilégiée sur les gens en place, les notables90. Les premiers citoyens romains originaires de l’oasis l’ont sans doute été en raison d’une carrière brillante dans l’armée ou l’administration romaine, mais aussi parce que leur position familiale leur permettait de rendre service ou de se faire remarquer par les autorités romaines.

b. Le vocabulaire de l’amitié

  • 91 Le formulaire des inscriptions honorifiques, classique dans l’épigraphie grecque, est relativement (...)
  • 92 Voir l’index du vocabulaire honorifique pour les mots grecs et leur traduction éventuelle en aramé (...)
  • 93 Un quatrième texte (Inv X. 117) semble être une dédicace à un militaire romain de l’ala Thracum He (...)

76L’étude d’autres textes peut donner un certain éclairage sur l’utilisation de ce vocabulaire91, en particulier une formulation assez courante à Palmyre, où le personnage honoré est dans un rapport d’amitié (τòν φίλον) avec le (ou les) dédicant(s)92. Sur une douzaine de textes de ce genre, trois sont dédiés à des militaires romains (Inv X, 1, 108 et 128) ; Inv X, 108 est d’ailleurs une dédicace d’un Palmyrénien à un autre Palmyrénien qui a fait carrière dans l’armée impériale93.

  • 94 D’où les mentions de la « reconnaissance » dans les autres textes, ou des mots de ce genre avant χ (...)
  • 95 Cette hypothèse a l’inconvénient (entre autres) de négliger la part de hasard dans les découvertes

77Si l’on met de côté les trois textes qui impliquent des militaires et où plus qu’ailleurs peut jouer l’influence romaine, on remarque que les autres sont dédiés, pour cinq d’entre eux à Worod (CIS 3937, 3939-3941 et 3943), un à Odainat (M. Gawlikowski, 1985, n° 13), un à M. Ulpius larhaî (Inv X, 78) et un à Soados (M. Gawlikowski, 1970a, p. 66, n° 1). Ce n’est sans doute pas le fait d’une simple coïncidence qu’on ait là mention des personnages parmi les plus importants et les plus influents ayant marqué la vie publique à Palmyre depuis le milieu du iie siècle. Les notables y sont remerciés pour ce qu’ils sont plus que pour ce qu’ils ont fait94. Peut-être un mouvement s’amorce-t-il vers l’émergence à Palmyre de « super-notables » dominant de très haut le reste de la société. Ce processus atteindrait son point culminant avec Odainat (et Worod), ce qui expliquerait la brusque multiplication des textes à propos des relations d’amitié et de patronage95. Il est tout à fait remarquable que cette montée des notables de Palmyre se fasse par l’affirmation de relation entre des patrons et leurs obligés, donc selon un modèle romain.

  • 96 Mais on a pu voir par ailleurs que les traductions ne se signalent pas toujours par leur fidélité (...)

78On ne voit pas bien la raison pour laquelle le terme qui indique la relation d’amitié n’est pas traduit systématiquement, alors qu’on l’attendrait. Ainsi, dans la série des textes pour Worod, le premier (CIS 3937), dédié à Aurelius Worod (et non Septimius Worod comme les textes suivants), ne donne pas d’équivalent araméen. Il s’agit du texte le plus ancien de la série, ce qui est une explication assez maigre96. Il arrive aussi dans certains cas qu’une des deux versions soit trop endommagée pour qu’on en tire des conclusions.

  • 97 Le texte araméen est publié dans Inv X, 87 et le grec Inv X, 88.
  • 98 La généalogie du second s’achève par bny ‘nwbt. J. Cantineau (J. Cantineau, 1930b, p. 35, n° 9 sui (...)
  • 99 Voir par exemple la liste d’exemples donnés par R. Saller, 1982, p. 195-199 pour l’Afrique du Nord (...)

79On aurait pourtant bien aimé savoir quel était l’équivalent grec de la formule rḥmwhy (« ses amis ») du texte araméen de CIS 396097. Ces deux amis de Marcus Ulpius Iarhaî sont Haîran, fils de Iarhaî, fils de Taîmê et Habîbî, fils de Iarhaî, fils de Haîran (ḥbyby br yrḥy br ḥyrn et ḥyrn br yrḥy br tym’)98. Ces deux personnages ont donc dressé une statue de Iarhaî, avec les marchands qui sont remontés en leur compagnie (wtgry’ dy slq ‘mhwn). Mais, alors qu’on attendrait que Iarhaî soit qualifié d’ami (τòν φίλον ou rḥmh), le terme s’applique aux deux cousins. Il y a donc en quelque sorte inversion du formulaire habituel aux inscriptions honorifiques. Dans le cas courant, le mot s’applique à la personne honorée, qui est « l’ami » du dédicant, c’est-à-dire qui lui est supérieur. Il est possible que cette relation n’ait pas été comprise de la même manière en araméen, ce qui expliquerait le cas de CIS 3960. On voit mal en effet comment ces deux personnages, qui honorent Iarhaî, ne seraient pas en quelque sorte des débiteurs de celui-ci. Il serait aussi sans exemple que le supérieur dresse une statue en l’honneur d’un de ses clients99.

  • 100 Kh. As’ad et M. Gawlikowski, 1986-1987, p. 170. On peut remarquer qu’en hatréen, on retrouve la mê (...)
  • 101 Il s’agit des textes M. Gawlikowski, 1985, n° 13 ; M. Gawlikowski, 1970a, p. 66. n° 1 ; Inv X, 78 (...)

80En réalité, il faut tenir compte d’une ambiguïté présente dans les textes araméens. En grec, l’usage des cas (accusatif pour la personne honorée et nominatif pour le dédicant) rend les choses très claires, mais il n’en est pas de même en araméen, dans lequel les cas grammaticaux n’existent pas. Certes, le mot φίλος reçoit dans les textes bilingues une traduction littérale : rḥm’ (« ami ») ou rḥmh (« son ami ») et il est possible que les occurrences du terme rassemblées dans l’index doivent toutes être traduites en tenant compte de l’existence de la formule grecque, c’est-à-dire que l’ami devrait en fait être la personne honorée. Néanmoins, il faut bien voir que ce n’est pas le sens le plus conforme à la grammaire araméenne qui rattacherait plutôt rḥmh (« son ami ») au dédicant dont le nom précède : dans le texte publié par M. Gawlikowski (M. Gawlikowski, 1985, p. 257, n° 13), comme le fait remarquer l’éditeur, selon la grammaire, rḥmh désigne le dédicant (‘t’qb br ‘gylw br zbdbwl Ateaqab, fils de Ogeîlû, fils de Zabdibôl), alors que le φίλον du texte grec est Odainat100. La présence du mot lyqrh (« en son honneur ») juste après, dans quatre des cinq cas attestés101, peut appuyer cette interprétation, puisqu’il semble inutilement compliqué de rapporter le possessif affixé -h, dans le premier cas au dédicant (« son ami »), puis dans le second à la personne honorée (« en son honneur »).

  • 102 Voir chapitre i pour cette question.

81Un autre argument va dans le même sens, c’est l’emploi dans le texte grec de l’inscription M. Gawlikowski, 1970a, p. 66, n° 1 du nominatif ό φίλος : on a peut-être dans ce cas un exemple d’une adaptation araméenne d’une formule grecque retranscrite en grec. L’ami qui est habituellement en grec la personne honorée est devenu en araméen le dédicant et donc, en grec (qui dépend apparemment du texte palmyrénien), il est mis au nominatif. On voit que, comme toujours, la question du bilinguisme joue sur plusieurs degrés. Visiblement pour ce texte, l’original est plutôt araméen, d’où l’emploi du nominatif, et peut-être aussi du verbe conjugué102. Mais l’araméen dépend très fortement de modes grecques et d’un formulaire particulier à cette langue (même s’il est d’origine latine).

  • 103 CIS 3940-3941 et 3943 (= Inv III. 9. 8 et 6) datés entre 264 et 267.

82L’ambiguïté vient visiblement à l’origine d’une copie trop fidèle des modèles grecs, jusque dans l’ordre des mots. Cela a certes pour effet de rendre l’araméen difficilement compréhensible sans l’aide du texte grec, mais le sens serait en réalité plus ou moins le même qu’en grec. Une chose est sûre, c’est qu’à la fin de la période, on emploie une autre formule, dans laquelle lyqr précède le mot rḥmh. On trouve cette expression attestée dans les trois textes les plus récents qui font état de cette notion d’amitié : tous trois concernent Septimius Worod103. La formule est donc sans ambiguïté, le texte est fait par le dédicant « en l’honneur de son ami » (lyqr rḥmh). Toutefois, une remarque s’impose : à chaque fois, le texte précise et ajoute un qualificatif pour désigner la personne honorée (Worod) ; il est non seulement « son ami » mais il est aussi « son patron » (προστάτης ou qywmh). Le texte est donc fait en l’honneur de l’ami et du patron. On comprend alors qu’il était nécessaire de préciser et que toute ambiguïté devait être levée : Worod est le patron et l’ami et on ne pouvait laisser penser que l’ami pouvait être le dédicant.

  • 104 Il est notable que J. Starcky. dans Inv X, semble hésiter, puisqu’il fait du texte araméen d’Inv X (...)

83D’après cet exemple, on peut penser que la formule habituellement (dans les autres cas) a bien le même sens qu’en grec, mais qu’on était conscient de l’ambiguïté, et qu’on précisait quand elle pouvait être gênante. Plus probablement, on employait couramment une formule qui disait le contraire de ce que disait l’original grec. On ne jugea utile de rectifier qu’à la fin de la période, dans un cas très particulier où la formule araméenne habituelle aurait conduit à un non-sens complet sur l’état des relations sociales à Palmyre à ce moment. Néanmoins, la première interprétation (« l’araméen quoique d’une formulation ambiguë a le même sens que le grec ») est possible et ne peut être écartée absolument104.

84Toutefois, le contresens vraisemblable de l’araméen sur la nature des relations d’amitié, et surtout sur leur expression épigraphique, n’empêchait pas les Palmyréniens d’être pleinement conscients de la signification sociale de ces relations.

  • 105 Le cas est différent pour Septimius Haîran, patron d’un soldat de la IIIe légion, mais, comme on v (...)

85En effet, les relations d’amitié (dans l’épigraphie grecque et latine) ne sont pas des relations entre amis de même niveau social, mais bien plutôt des relations dissymétriques ; il suffit pour s’en convaincre de voir la liste des bénéficiaires des textes. L’ami qui est honoré est en fait à considérer comme un patron. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que les amis honorés dans les inscriptions de Palmyre soient des personnalités connues, ou encore des militaires romains. Parmi ces derniers, on compte un centurion (Inv X, 1) et deux commandants d’unité (tribun de cohorte et préfet d’aile). Il est d’ailleurs tout à fait remarquable que le dédicant du texte Inv X, 128 en l’honneur de Ti. Claudius Phi[…] soit le même Marcus Ulpius Iarhaî qui est lui-même honoré comme ami en Inv X, 78. Les deux textes proviennent d’ailleurs du même endroit, l’agora. Inv X, 128 prouve en tout cas le poids représenté à Palmyre par la garnison, puisque parmi les gens qui font office de patron, on trouve seulement les notables les plus importants et les officiers, et qu’il arrive même que les premiers soient les clients des seconds105.

  • 106 On connaît dans le texte J. Cantineau, 1930b, n° 79 le nom féminin tyks’. J. K. Stark pense qu’il (...)

86Il est regrettable que le dédicant de Inv X, 78, Belshûr (Bηλσουρος Iαραριου blšwrbryrḥy) soit inconnu par ailleurs, ce qui aurait peut-être permis d’éclairer ses relations avec Iarhaî. J. Cantineau (J. Cantineau, 1930b, p. 34, n° 8) propose d’en faire le frère du Haîran (ḥyrn br yrḥy br tym’) connu par CIS 3960 (Inv X, 87-88). Malheureusement la lecture ΘΙΞΗ pour le nom du grand-père de Bηλσουρος semble assurée (fig. 47), et il est difficile d’en faire un équivalent (ou une erreur du lapicide) pour le nom sémitique tym’106. De plus, l’équivalent grec de tym’ serait plutôt un nom du type Θαιµη, avec un alpha (voir par exemple CIS 3920). Cette correction nécessite donc au moins le changement de deux lettres : une telle erreur de gravure semble difficile à concevoir.

87Ce texte ne montre donc pas Iarhaî seulement comme un caravanier, mais aussi comme un notable pourvu d’un cercle de clients peut-être plus large. Certes, les motifs de l’érection de la statue ne sont pas précisés et il se peut qu’il s’agisse encore d’une affaire de trafic caravanier. De même, les honneurs rendus par Iarhaî à un officier romain stationné à Palmyre peuvent aussi avoir des rapports avec l’activité marchande et le trajet des caravanes en Palmyrêne. Pourtant, il est probable que le pouvoir détenu par les grands caravaniers devait s’exercer en d’autres domaines.

  • 107 G. W. Bowersock, 1982. nos 19-24.

88Cette émergence de grands notables peut permettre de faire un bilan provisoire sur la place qu’on peut accorder à Odainat et à son fils Haîran dans la cité de Palmyre après 250-251. On a vu plus haut qu’il faut sans doute éviter de surestimer l’influence de cette famille à ce moment : néanmoins, elle est en position prédominante. À la différence des grands notables du siècle précédent, ses membres sont affublés de titres locaux dont la définition fait difficulté (exarque en particulier). De plus, ils font partie de l’ordre sénatorial, ce qui est inédit à Palmyre107. Néanmoins, la nouveauté de cette agrégation dans le premier des ordres de l’Empire ne doit pas dissimuler que cet accroissement des honneurs est également une conséquence de l’évolution générale de la société romaine provinciale. En effet, par comparaison avec le reste de la population de Palmyre, il devait être presque aussi honorifique pour Marcus Ulpius Iarhaî d’être citoyen au milieu de iie siècle que pour Odainat d’être sénateur un siècle plus tard. Parce que tous les Palmyréniens étaient devenus citoyens en 212, ce qui était un privilège réservé à une élite locale avait perdu une partie de sa valeur. D’autre part, le rang de sénateur permettait en même temps aux grands notables de Palmyre d’élargir leur influence au moins au niveau provincial, ce qui pouvait avoir des conséquences à Palmyre même, éventuellement pour la prospérité des corps de métiers qui existaient à cet endroit.

c. Worod et la famille d’Odainat

  • 108 Ou bien son fils, s’il s’avérait que Haîran et Hérodien sont la même personne (voir infra et chapi (...)
  • 109 À condition qu’on accepte à la suite d’E. Will (1996, p. 109-115), et de quelques autres, qu’il s’ (...)

89Ce type de texte peut permettre de mieux comprendre un des rares cas où sont attestées précisément des relations entre grands notables. La comparaison entre les clients de Worod et ceux d’Odainat et de sa famille contribue sans doute à éclairer les relations entre les deux personnages. Seuls deux textes les mettent en relation indirecte, et à chaque fois, il est clair que Worod est en situation de dépendance vis-à-vis de la famille des princes de Palmyre ; cependant, il ne semble pas entrer en relation directement avec Odainat, mais toujours avec ses fils108. L’intérêt de ces deux textes est aussi de se situer aux deux extrémités de la carrière de Worod109.

  • 110 H. Seyrig, 1963, p. 161 (= M. Gawlikowski, 1985. n° 6).
  • 111 H. Seyrig, 1963, p. 161 (= M. Gawlikowski, 1985. n° 5).
  • 112 BS n° 52 : Inv XII. 37 et sans doute CIS 3945 (= M. Gawlikowski, 1985, nos 7, 8 et 9).

90Dans le premier texte, celui qui n’est encore que Ούορώδης le bouleute (βουλευ[τῆς]) dresse la statue du clarissime Septimius Haîran, fils du clarissime consulaire Septimius Odainat (‘Oδαινάθου τοῦ λαμπρoτατου ύπατικοῦ)110. La fin du texte n’est pas conservée : on a ainsi perdu les motifs de l’honneur et surtout les termes de relations (ami ou patron ?) qui peut-être figuraient à cet endroit. Le texte n’est pas daté, mais CIS 3937 (Inv III, 13) montre qu’en 258-259, il porte le nom d’Aurelius Worod (Αύρήλιος Ούορώδης). Haîran et son père portent les mêmes titres dans un autre texte de la Grande Colonnade qui porte la date de 257-258111. Les autres attestations du terme ύπατικός pour Odainat sont de la même année112. Cela peut donner une idée de la date du texte, sans doute très proche de 257 de toute façon. Elle indique en tout cas qu’assez tôt dans l’ascension d’Odainat, Worod fait partie de son entourage. Mais, Odainat n’apparaît que parce qu’il est le père de Haîran.

  • 113 Inv III, 3 (la lecture la plus complète est celle de D. Schlumberger, 1942-1943a, p. 35-50 : cf. M (...)
  • 114 Cf. M. Gawlikowski, 1985, P. 255-256.
  • 115 Voir aussi. CIS 3971. sans date, mais qui accorde le titre de roi des rois à Wahballat. « fils de (...)

91L’autre texte, qui présente beaucoup de lacunes, est une dédicace des deux stratèges éponymes de la colonie (άμφότεροι στρα[τηγοί τῆς λαμ]προτάτης |[κ]ολω[ν]εί[ας]) à Hérodien, fils d’Odainat et Zénobie113. Le nom du second des deux dédicants a presque entièrement disparu, mais le premier est ‘Ιούλιος Αύρήλιος [Σεπτί]μιος θ[ύ]ο[ρ]ώδης, donc, avec beaucoup de probabilités, le même Worod que le bouleute. Les titres d’Hérodien dans ce texte sont intéressants, car il se fait appeler roi des rois ([Β]ασιλεῖ βασιλέων), titre qu’il a apparemment revêtu près de l’Oronte, après une victoire contre les Perses. Selon toute vraisemblance, le texte est à dater entre 260 et 262114. L’appellation roi des rois n’est attestée pour Odainat lui-même qu’après sa mort, dans une inscription posthume de la Grande Colonnade (en 271, CIS 3946 : mlk mlk’, « roi des rois »115). Il ne fait pas de doute pourtant que le père a dû recevoir la même titulature, au moins au même moment que le fils. Quoi qu’il en soit, Worod est à nouveau dans l’entourage d’un fils d’Odainat.

  • 116 La dernière inscription de Worod dont la date est sûre est CIS 3943 d’avril 267. Pour Odainat et s (...)

92On peut se demander quel est le motif de ces liens entre les deux personnages, mais il est possible que Haîran et Worod aient appartenu à la même génération, alors que Odainat serait né vers 220. Il apparaît clairement que, quelle qu’ait été sa puissance, Septimius Worod a eu un destin étroitement lié à celui d’Odainat et sa famille. Il n’est sans doute pas indifférent que Worod disparaisse de nos sources vers 267-268, c’est-à-dire approximativement à la date à laquelle meurent Odainat et son fils Hérodien116. Il semble pourtant au faîte de sa puissance à ce moment, comme le prouve l’étalage de titres dans les textes (en particulier CIS 3942). Il apparaît donc probable que la chute d’Odainat a entraîné celle d’un de ses plus anciens fidèles.

  • 117 J. Cantineau. 1931, p. 138. n° 17 (= M. Gawlikowski, 1985, P. 253, n° 1).

93Mais il est possible aussi que l’allégeance de Worod ait été au fils plutôt qu’au père, bien qu’il semble que les deux personnages aient des titres relativement semblables dès le début de la période. Ainsi, Haîran a été associé à son père depuis au moins 251 (CIS 3944), date à laquelle il est sénateur et exerce une souveraineté mal définie sur Palmyre : il est τòν λαμπρότατον συνκλητικòν ἔξα[ρχον Παλμυ]ρηνῶν. Le titre est à l’accusatif et porte donc sur son nom, et non sur celui de son père (on a en araméen snqlṭyq’ nhyr’ wrš tdmwr, « sénateur clarissime et chef de Palmyre »). Le terme d’exarque n’apparaît que dans cette inscription (il est restitué en partie) et peut-être dans le texte daté de 252 (on a [ἔξαρχον Παλμυ]ρηνῶν), publié récemment par M. Gawlikowski (M. Gawlikowski, 1985, p. 257, n° 13 = SEG 35,1497). Dans ce dernier cas, le mot est entièrement restitué par comparaison avec le texte araméen. La forme araméenne du terme (rš tdmwr ou rš’ dy tdmwr) qui signifie « chef de Palmyre » apparaît dans ces deux textes, et aussi dans un texte non daté (seulement en araméen)117. Le titre désigne Haîran en 251 et Odainat dans les deux autres cas, ce qui prouve sans doute une association du père et du fils, car il est difficile d’imaginer que le père ait pu succéder au fils dans cette charge.

  • 118 F. Millar, 1993, p. 157-158 et 165-173 et 1995, p. 417-418.
  • 119 Le texte grec est SEG 26, 1668 : pour l’araméen, voir Y. Yadin, 1972, p. 235-236 et A. Fitzmyer et (...)

94Si la restitution de la version araméenne est tout à fait probable dans le texte publié par J. Cantineau (J. Cantineau, 1931, n° 17), où l’on a [rš]’ dy tdmwr et dans celui de 252 (rš[‘]dy[tdmw]r), l’équivalent en grec a été récemment mis en doute par F. Millar118. Il remarque que l’expression araméenne peut correspondre à une expression grecque du type πρωτοπολείτης, c’est-à-dire qu’il en fait plus un titre d’honneur qu’une fonction au sein de la cité. Il se sert pour cela du parallèle fourni par un texte funéraire gréco-araméen d’Idumée, dans lequel πρωτοπολείτης est traduit par rš ‘mrym (« chef (ou premier) des citoyens »)119.

  • 120 Aucun des deux mots n’a un usage technique courant, même si, comme le note F Millar. Plutarque uti (...)
  • 121 M. Gawlikowski, 1985, p. 261.
  • 122 Il est fort possible que les litres portés par Odainat (mtqnn ‘dy mdnḥ ‘ klh en CIS 3946) et Wahba (...)

95De plus, la restitution ἔξαρχος. bien que possible, lui semble un peu trop courte en CIS 3944, si on n’ajoute pas la particule τε dans la lacune. Il pense qu’une autre restitution est possible, par exemple avec εξαίρετος. On voit mal pourtant comment reconstituer la formule avec les lettres lisibles sur la pierre (έξα[ίρετον Παλμυ]ρηνῶν ?) et quelle serait sa signification. Comme il le reconnaît, la restitution habituelle est au moins aussi probable120. De toute façon, comme l’ont rappelé plusieurs savants, le titre est sans doute une invention des Palmyréniens eux-mêmes (M. Gawlikowski parle d’un « “exarchat” de fantaisie »121) et ne posséderait donc aucune valeur officielle dans l’Empire. Il reflète une domination de fait d’une des familles de la cité, la première d’entre elles sans doute. Mais, il est abandonné assez rapidement, lorsque Odainat reçut des titres officiels dans le cadre de l’Empire122.

  • 123 C’est d’ailleurs un des arguments pour identifier les différents Worod qui apparaissent avec diver (...)
  • 124 Les deux premiers apparaissent dans CIS 3946 et 3947 (Inv III. 20). respectivement en l’honneur d’ (...)
  • 125 CIS 3946 et CIS 3945 (Inv III. 17) ; Inv XII. 37 ; BS n° 52 et sans doute dans M. Gawlikowski, 197 (...)

96Quels que soient les rapports exacts de Worod avec les princes de Palmyre, son originalité est peut-être moins grande qu’on a pu le dire. On a souvent fait remarquer qu’il présentait la particularité de ne jamais donner le nom de ses ancêtres123 : or, à bien regarder la documentation, c’est un cas de figure qui se présente un certain nombre de fois dans les dernières années du iiie siècle. En effet, dans les années qui précèdent ou suivent 272, trois personnages, Septimius Zabdas, Septimius Zabbaios ou Septimius Apsaios, ne donnent pas non plus de patronymes124. De même. Odainat dans quelques textes se contente de faire précéder son nom de Septimius, sans mentionner de parenté125. C’est une grande différence avec son fils qui n’omet jamais de rappeler qu’il est le fils d’Odainat (voir CIS 3944 et M. Gawlikowski, 1985, n° 5 et 6), ce qui montre bien lequel des deux est le personnage important.

  • 126 Ch. Clermont-Ganneau, 1920, p. 391 -399, à propos du texte public ensuite comme CIS 3971. À la fin (...)
  • 127 Voir les textes rassemblés par Th. Bauzou, 1986, p. 2-6 ainsi que CIL III, 209a (= 6728).
  • 128 Voir par exemple, pour rester dans la même zone géographique, les milliaires de Caracalla édités p (...)

97La reine Zénobie elle-même semble entrer dans cette tradition, puisque le texte CIS 3947 ne donne que Septimia Zenobia. En fait, seuls quelques textes de Palmyrène semblent mentionner la filiation de la reine (fille d’un Antiochos), si on en croit la restitution de Ch. Clermont-Ganneau126, mais les autres sont muets à ce sujet (voir OGIS 647). C’est la même chose pour Wahballat, qui mentionne son nom grec Athènodôros, mais jamais sa filiation127. Dans ce dernier cas, il s’agit peut-être pourtant plus du formulaire habituel des inscriptions des milliaires, dans lesquels le père du souverain n’est pas systématiquement mentionné128.

98Pour les autres textes, la différence avec l’épigraphie honorifique habituelle de Palmyre est grande. Visiblement, une évolution a eu lieu ; on peut tenter de l’expliquer en tenant compte du statut particulier des personnages en question : tous occupent une position de premier plan dans la société palmyrénienne du iiie siècle. Sans qu’on puisse être sûr qu’il s’agisse d’« hommes nouveaux », il apparaît que c’est plus par leur rôle personnel et contemporain que par le poids de leur famille qu’ils se distinguent. D’ailleurs Odainat, lorsqu’il dédie son tombeau (CIS 4202 = Inv VIII. 55) prend la peine de préciser sa généalogie. Le texte publié récemment par M. Gawlikowski (M. Gawlikowski. 1985. n° 13) est plus curieux, puisqu’il fait aussi état des ancêtres d’Odainat, ce qui va à l’encontre de la pratique observée. Sa date relativement ancienne peut constituer un facteur d’explication.

99Les autres personnages en rapport avec ces très hautes personnalités suivent l’usage habituel et donnent au moins leur patronyme, voire plus quand il s’agit de membres de familles anciennes, comme par exemple Iulius Aurelius Septimius Iadê, fils de Septimius Alexandre, fils de Hérode Shoraîkô (‘Ιούλιος Αύρήλιος Σεπτίμιος Ιαδης Σεπτιμίου Άλε[ζά]νδρου τοῦ ‘Hρώδου et ywlys ‘wrlys s[p]ṭmyws yd’ br ‘lks[nd]rws ḥyrn srykw) qui honore Septimius Worod (CIS 3940). La différence est sensible et mérite donc une explication. Outre leur puissance et leur renommée dans le contexte palmyrénien, il faut aussi souligner la proximité géographique de la majeure partie de ces textes. À l’exception de BS n° 52, tous proviennent de la Grande Colonnade et qui plus est des environs du tétrapyle. Il conviendra de revenir sur ce fait. On peut déjà dire qu’il y a manifestement là un phénomène d’appropriation de l’espace par un groupe qui semble plus se définir par ses relations mutuelles et son influence sur la cité, que par son inscription dans des traditions familiales.

100Pour la première fois à Palmyre, les titres et fonctions des différents personnages sont cités systématiquement (pour Worod, avec un certain luxe de détails, pour Odainat. mais aussi pour les généraux Zabdas et Zabbai). Il faut sans doute y voir l’ancrage dans les mœurs des pratiques administratives impériales. De plus, ces fonctions comptent apparemment plus dans la position sociale que la lignée et la généalogie. Il y a certes plusieurs exemples antérieurs de textes qui donnent la ou les fonctions des personnages mentionnés, y compris les Palmyréniens. mais ce qui frappe maintenant, c’est l’aspect systématique de ces mentions. La principale exception est Septimius Apsaios (Inv III. 18) : on ignore la date exacte du texte et le déroulement de sa carrière ; on ne peut donc en tirer de conclusions, car si sa primauté de fait semble assurée entre les deux passages de l’armée d’Aurélien, on ignore totalement quelles en furent les modalités.

101Plus qu’aucun autre moment dans l’histoire de Palmyre, le troisième quart du iiie siècle met en valeur la puissance d’un groupe assez réduit de la population, qui semble s’être assuré une mainmise assez complète sur la cité. Vraisemblablement d’origine locale (ou au moins orientale pour Worod), cette nouvelle aristocratie entretient des relations assez étroites avec les autorités impériales, ce que prouveraient les titres officiels portés par certains de ses membres. En même temps, elle fait preuve d’une certaine autonomie dans la manière dont elle exprime sa domination sur Palmyre, surtout à partir des années 260, pendant lesquelles le pouvoir romain en Orient est parfois vacillant.

102Il est impossible de se tromper sur la nature des relations sociales que les textes étudiés mettent en scène. On a d’un côté des notables qui dominent et de l’autre le reste de la population. Cette hiérarchie existe bien sûr entre les notables, mais également, au sein même des familles, comme le prouvent les inscriptions « pour la vie de… ». Celles-ci, comme les autres, sont une preuve de l’existence de familles puissantes et riches, mais ne sont pas en elles-mêmes une illustration de liens de clientélisme. Elles montrent plutôt l’importance des familles patriarcales au sens réduit. Même si ces textes disparaissent au IIe siècle, l’exemple des relations entre Odainat et Hérodien peut montrer que des relations hiérarchiques subsistent au sein des familles.

103On assiste au cours de la période à l’émergence de relations sociales dont on trouve des parallèles exacts dans le monde romain, en particulier avec l’accent mis sur l’amitié ou les liens patrons-clients. On peut sans doute retrouver ce type de rupture dans les traditions propres à l’oasis, lorsque l’on se tourne vers un domaine particulier de l’activité des notables, aussi bien en Orient que dans le reste de l’Empire, l’évergétisme.

C. L’ÉVERGÉTISME ET LES MONUMENTS DE PALMYRE

  • 129 On trouvera dans M. Sartre, 1996a, p. 397 une liste assez complète des exemples d’évergétisme à Pa (...)

104S’il apparaît clair que la cité de Palmyre a connu des cas d’évergétisme, cette tradition ne s’est peut-être pas implantée à Palmyre avec la même vigueur que dans le reste de l’Empire romain d’Orient129. Certes, il semble bien que l’évergétisme bâtisseur et urbanistique a existé en tant que tel à Palmyre, mais selon des modalités particulières qui en font un exemple à part. On peut même douter de la validité du terme d’évergétisme dans un certain nombre de cas.

105Pour simplifier le propos, il faut séparer, au moins dans un premier temps, l’évergétisme bâtisseur des autres formes d’évergétisme. La raison en est simple, on a beaucoup d’exemples de bâtiments construits, mais très peu de dons d’autre nature. L’exemple le plus clair est celui de Malê Agrippa qui fournit de l’huile aux Palmyréniens, aux soldats romains et aux étrangers lors de la visite de l’empereur Hadrien (CIS 3959 = BS n° 44). Il s’agit malheureusement d’un exemple assez isolé à Palmyre. Pour l’essentiel, on a surtout affaire à des cas où les notables de la ville offrent des édifices ou des parties d’édifice.

1. LES CONSTRUCTIONS RELIGIEUSES

  • 130 Sur ces problèmes, voir J.-B. Yon, 2001, p. 173-1 SI.

106Mais si l’on s’intéresse à leurs activités édilitaires, on constate que de manière frappante, elles concernent surtout des sanctuaires, et ce dans toutes les zones pour lesquelles nous avons des documents. Tous les sanctuaires fouillés ont fourni des preuves de cet engagement des notables130.

  • 131 Voir M. Pietrzykowski, 1997, p. 132-133.
  • 132 E. Will, 1992, p. 141-145.
  • 133 Les principaux textes du sanctuaire ont été publiés dans Inv IX et XI. On notera en particulier In (...)

107Que ce soit par sa taille ou par le nombre de textes consacrés, le monument le plus important est évidemment le sanctuaire de Bel (fig. 48). Quelle que soit la date qu’on lui attribue maintenant131. il apparaît clairement que tout au long de sa construction, des habitants de Palmyre, par leurs dons, ont contribué à l’embellissement du temple et des bâtiments adjacents. Comme pour la plupart des monuments de la ville, il ne faut pas imaginer une construction se faisant en une seule fois, mais bien plutôt une succession de chantiers, pour chaque portion, selon un plan d’ensemble, mais parfois avec des reprises (par exemple pour les installations annexes de la cour132) ou des arrêts plus ou moins longs dans le cours de la construction. La documentation épigraphique ne permet d’en reconstituer que quelques étapes133. La dernière mention de travaux pour le sanctuaire date de 175 : deux cousins sont honorés par le Conseil et le Peuple pour avoir fourni les portes de bronze doré du sanctuaire (CIS 3914).

108Ailleurs dans la ville, on a vu l’exemple du sanctuaire de Nabû. Les dédicaces de colonnes, parfois même d’une seule colonne, sont le fait de grandes familles de la ville, mais aussi de personnages moins connus. Dans les deux cas, on n’a pas de traces d’autres procédures pour la construction des monuments religieux : ce sont toujours des Palmyréniens, sans doute assez aisés, mais pas forcément toujours très riches (d’où les dédicaces d’une colonne seulement). D’autre part, les constructions se font la plupart du temps par petites sections, mais sans doute selon un plan d’ensemble, encore que la question puisse être posée, par exemple pour les différentes cours du sanctuaire de Baalshamîn.

  • 134 Sur le personnage et sa famille, voir le chapitre I (C 3c).

109Il y a parmi les bienfaiteurs assez peu de gens qui ont exercé des fonctions officielles dans la cité. Certes Lishamsh, fils de Taîbbôl a sans doute été symposiarque (Inv IX, 1), mais les magistratures « civiles » sont extrêmement rares. Malê Agrippa est un des seuls exemples (CIS 3959 = BS n° 44) ; on peut aussi penser à un membre de la famille Aabeî, connu par un certain nombre de textes : Iarhibôlâ, fils de Malikû (yrḥbwl’ br mlkw br lšmš br ḥnbl "by ; Ιαριβωλης Μαλιχου Λισαμσου τοῦ Ααβει)134. Ce personnage a été synèdre (ou proèdre) du Conseil et a été honoré par le Conseil et le Peuple (Inv X. 59). Mais en même temps, il a contribué à la construction du temple de Belhammôn qui domine Palmyre (Inv XII, 48) et sans doute aussi à l’érection de plusieurs statues honorifiques (J. Cantineau, 1930b, n° 36). Antérieur de quelques années à celui de Malê, cet exemple prouve que la séparation entre domaine religieux et fonctions publiques n’est pas totale.

  • 135 J. Cantineau, 1933, p. 177. n° 3 : le personnage a été secrétaire au moins deux fois : il est hono (...)

110De même, un secrétaire anonyme de la fin du Ier siècle a, semble-t-il, contribué d’une manière ou d’une autre à des constructions dans le sanctuaire de Bel135. Si on excepte le cas peu clair du secrétaire Taîbbôl, au début du iiie siècle, c’est à peu près tout pour les constructions auxquelles participent des magistrats. Par ailleurs, certaines dédicaces de construction sont probablement le fait de notables qui ont exercé des fonctions publiques, mais on n’a aucun moyen de le savoir dans l’état actuel de la documentation. Étant donné qu’ils ne sont pas mentionnés de manière systématique, une grande partie des « cursus honorum » palmyréniens échappent à la recherche.

  • 136 Cette ambiguïté est notée par M. Sartre (M. Sartre. 1996a, p. 397) quand il rappelle qu’existent d (...)

111Dans l’étude des dédicaces de construction de bâtiments religieux, il faut peut-être tenir compte de la position spécifique dans la cité d’un certain nombre de sanctuaires. Ainsi, le sanctuaire de Bel est le sanctuaire principal de Palmyre. À cet endroit se retrouvait toute la communauté, ce qui permet d’interpréter aussi de manière différente les dons en sa faveur ; on pouvait peut-être faire coup double quand on contribuait à la construction d’un portique : on faisait certes œuvre de piété, mais on agissait aussi en faveur de la cité136. On trouverait évidemment des parallèles dans d’autres cités de l’Empire. De manière assez, naturelle, certains des bienfaiteurs du sanctuaire de Bel reçoivent des dédicaces du Conseil et du Peuple, comme CIS 3914 (= Inv IX, 25), qui établit un rapport direct entre la construction des portes et l’honneur fait aux deux bienfaiteurs.

112Le sanctuaire de Baalshamîn. quant à lui, dépend étroitement d’une des quatre tribus civiques de la cité. L’inscription qui honore Malê Agrippa, datée de 131, permet d’étudier un cas limite (CIS 3959 = BS n° 44 : fig. 49) : d’une part, ce personnage a été secrétaire du Conseil et a fourni de l’huile lors de la visite d’Hadrien sur le site, d’autre part, il a fait construire le temple de Baalshamîn. celui qui se dresse encore sur le site à l’heure actuelle. L’inscription commémorant ces deux événements a justement été retrouvée sur une colonne de ce temple. Comme on l’a vu plus haut (p. 32). c’est une décision du Conseil et du Peuple, appliquée par une des quatre tribus civiques (les Benê Mazîn), qui est à l’origine des honneurs qu’il reçoit à cet endroit. De manière assez significative, un des rares cas d’évergétisme classique (la fourniture d’huile) n’est connu que parce que le même personnage a contribué à la construction d’un temple, raison pour laquelle l’inscription se trouve à cet endroit. Cela ne signifie pas que ce bienfait soit le seul de son espèce, mais il faut souligner qu’il est lié épigraphiquement à des constructions religieuses, et qu’il est le seul exemple connu jusqu’à présent.

  • 137 K. Dijkstra. 1995.

113Le cas de Malê Agrippa est d’ailleurs intéressant. Il prouve que l’activité des notables est attestée dans l’ensemble des quartiers de la ville, même dans des zones qu’on peut définir comme extra-urbaines. Le cas du sanctuaire de Baalshamîn, au nord de la zone occupée au début de l’époque romaine, est caractéristique de ce fait, comme l’est celui de Belhammôn, sur une colline qui domine la ville. Or la plupart des textes découverts dans les deux endroits sont des dédicaces religieuses en araméen. Elles utilisent un formulaire particulier, que K. Dijkstra a analysé137, mais qui n’a rien à voir avec le vocabulaire grec de l’évergétisme.

114Certes, on ne peut dire que l’évergétisme au sens classique soit inconnu à Palmyre, l’exemple de Malê Agrippa le prouve suffisamment. De fait, l’activité des notables dans les constructions religieuses n’est évidemment pas étonnante en soi, mais ce qui différencie Palmyre du reste du monde romain, c’est la rareté des constructions civiles dont on peut dire à coup sûr qu’il s’agit du don d’un grand personnage de Palmyre. Cela ne signifie nullement qu’il n’y en ait pas eu. mais il s’agit plutôt d’une question de mise en valeur : même si des notables ont par leurs dons contribué à la construction du théâtre de Palmyre ou bien encore de l’agora, il est frappant qu’on n’ait pas jugé utile de le commémorer. On peut prendre l’exemple de Iulius Aurelius Zénobios qui se charge de l’accueil des militaires romains lors du passage de Sévère Alexandre. Il a aussi rempli l’ensemble de la carrière publique de la cité. « sans ménager sa bourse » (CIS 3932 = Inv III. 22 ; ούκ όλίγων άφειδήσαντα χρημάτων). Le caractère évergétique de son action ne peut être mis en doute, on peut supposer qu’il y a eu dans l’ensemble de son œuvre des constructions, mais le texte ne le dit pas.

  • 138 CIS 3942 pour Worod (= Inv III. 7) et 3936 pour Iulius Aurelius Shalamallat (= Inv III. 13). On a (...)

115Il est remarquable d’ailleurs que les autres cas non ambigus d’évergétisme concernent ou bien le commerce caravanier (CIS 3948), ou bien restent très vagues (CIS 3942 : πλεῖστα οἴκοθεν άναλώσαντα « qui a beaucoup dépensé de sa propre fortune »). Dans CIS 3948 (= Inv III. 28), il est probable que la somme de 300 deniers d’or (« ancien poids » : χρυσᾶ παλαιά δηνάρι[α] τριακόσια) corresponde à un don fait par le synodiarque Taîmarsû, fils de Taîmê. Comme on l’a vu (chapitre III), l’argent est rarement fourni par les grands caravaniers eux-mêmes. Et dans les rares cas où ils font revenir les caravanes à leurs frais138, le fait est souligné pour en montrer le caractère exceptionnel. L’originalité de ces textes est donc de donner des précisions d’ordre financier sur les bienfaits accomplis par les notables.

  • 139 H. Ingholt, 1936, p. 109, n° 11 (cf. DFD p. 31-32): φειλοτειμησαμένην δηνάρια δισχεῖλια πεντακόσια (...)
  • 140 Sur la famille, voir DFD, p. 32-35 et K. Dijkstra. 1995, p. 127-129.

116Quelques cas de construction de bâtiments civils permettent d’illustrer plus amplement les traditions particulières à Palmyre. Ainsi, quand une certaine Thomallachis, fille de Haddûdan (Θομαλλαχις Αδδουδανου τοῦ ΙαριβωλεουΙς] τοῦ Αδδουδανου τοῦ Φιρμωνος) donne une somme pour la construction des bains en 182, il s’agit en fait de bains appartenant au sanctuaire des dieux Malakbel et Aglibôl (fig. 50)139. Or la donatrice appartient à la famille Firmôn. Cette dernière est un clan de la tribu des Benê Komarê dont les liens avec ce culte sont bien attestés140, ce qui permet de penser que là encore sa piété a dû jouer un rôle majeur dans cette construction. On se retrouve dans le même cas que pour Malê et sa famille. Un des quatre sanctuaires « civiques » de Palmyre est embelli par des membres de familles liées au culte. Le rapport privilégié entre des familles et certains cultes a donc des conséquences sur le plan civique, c’est un phénomène connu.

117On peut aussi s’interroger sur la manière dont ce genre de don pouvait être considéré par les contemporains : évergétisme civique « classique » ou œuvre pieuse, mais on a peu d’éléments de réponse. Quoi qu’il en soit, il faut surtout souligner ici qu’un des moyens d’expression privilégiés des rapports entre les notables et la cité est justement de construire des bâtiments religieux.

  • 141 Le texte est le suivant [w]m[g]d Ibnyn’ dy b[…..]. J. Starcky (Inv X, p. 16) propose de restituer (...)
  • 142 M. Sartre. 1996a, p. 392. Un autre texte (CIS 3934 = Inv III. 14) au moins atteste peut-être d’un (...)
  • 143 Voir M. Sartre. 1991, p. 140-141 et les exemples rassemblés par L. Robert. 1936, p. 196-197 (= OMS (...)
  • 144 Voir M. Sartre. 1991, p. 140-141 (auquel j’emprunte ces références). Si la somme payée par les bou (...)

118Autre exemple, le Conseil honore un secrétaire, Taîbbôl, qui a donc exercé une fonction importante. Le décret rappelle entre autres que ce personnage a fait don d’une somme importante pour la construction d’un bâtiment. Selon une restitution convaincante (Inv X, 13), il s’agirait d’un bâtiment dédié au dieu Bel141. Ce serait donc un autre exemple de magistrat participant à la construction d’un bâtiment religieux. M. Sartre voit dans ce texte une attestation d’une summa honoraria de 500 deniers, somme versée lors de son entrée en fonction par le secrétaire142. Ce serait tout à fait conforme aux traditions gréco-romaines143. Il est possible aussi que le texte ne mentionne cette somme que comme autre motif de l’honneur fait à cet ancien secrétaire, plusieurs années après sa sortie de fonctions. Aucun élément du texte ne permet de faire un lien entre les fonctions du personnage et le don (ce qui est normal pour une summa honoraria), mais, surtout, la somme paraît bien faible pour un poste de cette importance au début du iiie siècle144. Comme beaucoup d’autres Palmyréniens, Taîbbôl est honoré « parce qu’il leur (au Conseil et au Peuple) a plu » (b[d]yl dy [š]pr Ihn). Le texte présente l’avantage de donner des explications et de montrer en quoi il leur a plu. Mais, si la statue a été érigée en partie à cause de sa charge de secrétaire (bgrmṭy’ dydh), il n’est pas sûr que les belles actions de Taîbbôl, celles qui lui ont valu cet honneur, datent toutes de la même période. En tout cas, il y a de grandes chances que cette construction soit un bâtiment dédié à une divinité, même si les lacunes du texte sont trop importantes pour permettre d’en décider définitivement.

  • 145 Inv X, 102.

119S’il y a des parallèles à trouver, c’est plutôt du côté de cités comme Hatra qu’on pourra les reconnaître. Dans la cité mésopotamienne aussi, la plupart des inscriptions sont des dédicaces de construction de monuments religieux : mais il est fort possible que Hatra ait été en fait un centre de pèlerinage, ce que Palmyre n’est pas. Il apparaît néanmoins que les deux cités appartiennent à des degrés divers à un même monde, dans lequel les bâtiments comme les gymnases ou les thermes ont moins d’importance que les temples. La principale différence est qu’il existe à Palmyre des thermes, un gymnase (puisqu’il y a un gymnasiarque145) et d’autres monuments, comme le théâtre, dont les équivalents manquent à Hatra.

120De manière frappante, ces pratiques particulières ne sont pas limitées aux périodes les plus anciennes, mais concernent également la dernière période de la ville. De plus, il s’agit non seulement de constructions dans les sanctuaires, mais aussi dans l’ensemble de la ville.

121Ainsi, la construction de plusieurs secteurs de la Colonnade transversale est explicitement mise en rapport avec le culte de dieux d’origine arabe. Le dieu Shamash est mentionné par les textes CIS 3951 et 3955 ; dans le second, il est associé à Rahim et à Allât. Le fait s’explique bien sûr par la proximité des sanctuaires (voir chapitre ii). C’est pour cette raison d’ailleurs qu’on a fait depuis longtemps de cette colonnade un monument plus religieux que civil.

  • 146 Voir dernièrement C. Saliou, 1996, p. 319-330, qui montre le lien qui existe entre les portiques d (...)

122L’exemple des installations liées au culte du dieu Arsû dans la Grande Colonnade prouve sans nul doute que les liens entre les colonnades et les cultes ne se limitent pas au seul cas de la Colonnade transversale. Le vocabulaire employé pour les portiques, quelle que soit leur localisation, est le même. C’est d’abord dans les sanctuaires que la fonction de représentation de ces portiques avait joué, avant de se développer aussi dans les grandes avenues si typiques des villes de la Syrie hellénisée146.

  • 147 Voir le texte palmyrénien de CIS 3952 (= Inv V. 3) pour la Colonnade transversale. Le terme est au (...)
  • 148 Les textes sont publiés par Kh. As’ad et M. Gawlikowski. 1986-1987. n° 7 et 8 (SEG 38. 1578-1579).
  • 149 τὴν πᾶσαν στέγην μητρῶν η’ τῆσδε τῆς στοᾶς έκ παλεῶν χρόνων φθαρῖσαν σύν παντί κόσμῳ έπισκευάσας κ (...)
  • 150 Ce texte pose un problème particulier, car il mentionne un λογιστής, c’est-à-dire un curutor rei p (...)

123Les textes découverts relativement récemment renseignent sur l’aménagement de ce secteur de la Grande Colonnade (section C, portique sud), avec l’édification d’« un toit au-dessus de la grande basilique d’Arsû » (μεγάλὴ βασιλική et [b]slk’ en araméen). Comme dans le cas déjà cité de la Colonnade transversale, le mot basilique désigne en fait la colonnade elle-même147. Ces constructions sont financées par deux généreux bienfaiteurs, Malikû et son fils Mucianus148. Surtout, un des deux textes qui éclairent sur ces constructions comporte une date : 279-280, ce qui prouverait que, même après la chute de Palmyre, les traditions propres à la cité se poursuivaient. Mais en même temps, on assiste à une sorte de transfert : la tradition des constructions religieuses se maintient, mais cette fois hors des sanctuaires. Certes, il ne s’agit sans doute que d’un phénomène de survivance, puisque cinquante ans plus tard, en 328, un certain Φλ(άβιος) Διογένης Ούρανίου, logistès, fait restaurer le toit de quelques colonnes149, à proximité de la basilique d’Arsû : il ne fait aucune allusion à un quelconque sanctuaire (Inv III, 27)150.

  • 151 Le texte porte τὴν στοάν ῆν ό δῆμος άνατίθησιν τῶι ‘Απόλλωνι καί βασιλεῖ Πτολεμαίωι « le portique (...)
  • 152 Pour en donner quelques exemples : à Assos, I. Assos n° 15 (stoa à Auguste et au Peuple dédiée par (...)

124D’autre part, des portiques sont dédiés à une divinité ailleurs qu’à Palmyre ; ainsi, en Asie Mineure, on peut citer plusieurs cas. À Halicarnasse, un portique est consacré à Apollon et au roi Ptolémée, entre 279-8 et 221 av. J.-C. (selon qu’il s’agit de Ptolémée Philadelphe ou Évergète)151. On connaît aussi plusieurs cas à Ilion (I. Ilion n° 90 : stoa pour la famille de Claude, le Sénat, Athéna Ilias et le Peuple : I. Ilion n° 152 : dédicace d’une stoa à Dionysos par un de ses prêtres). On pourrait en fait multiplier les exemples de ce genre de pratique qui tendraient à prouver que le cas de Palmyre n’est pas totalement original152.

  • 153 Dans un texte publié par H. Seyrig, 1937, p. 372. À cela s’oppose une tradition repérée par exempl (...)
  • 154 Même remarque dans M. Gawlikowski, 1973a, p. 49.
  • 155 Voir H. Seyrig. 1937, p. 373 et DFD, p. 7 : on peut restituer à la ligne 3 [… ίερὸν ἄλσος].
  • 156 J. Euting, 1887, p. 418, n° 119 (= IGRR III, 1026) : cf. DFD, p. 9.
  • 157 D’où sans doute le titre d’« évergète de la ville » (εύεργέτης τῆς πόλεως) que porte Hadrien dans (...)

125Néanmoins les cas palmyréniens présentent l’intérêt de s’insérer dans une série très claire d’évergétisme religieux. D’autre part, la différence principale est qu’il y a peu de cas possibles de dédicaces de construction à des membres de la famille impériale à Palmyre. Le premier exemple est une dédicace faite entre autres pour la conservation perpétuelle des empereurs153 Comme l’a vu J. T. Milik (DFD, p. 7), la particule δέ à la fin de la ligne 2 (oubliée par H. Seyrig) est le signe que la dédicace de deux colonnes de marbre avec leur entablement et leur couverture (κείονας παρίνους δύω σὺν έπιστυλίοις καί στέγῃ) n’a peut-être pas de lien avec l’empereur (fig. 51)154. L’objet de la dédicace pour le souverain devait être dans la partie supérieure du texte. Or, celle-ci a disparu : on n’a donc aucune idée de la nature de cet objet. Les colonnes sont certainement en rapport avec le Bois sacré de Malakbel et Aglibôl, comme l’avait reconnu l’éditeur du texte155. Un autre texte en rapport avec ces deux divinités est une dédicace faite pour la victoire de l’empereur Hadrien (ύπέρ νείκης) qui a fait un don en argent156.On voit donc que ces deux cas ne sont pas très clairs, et que dans le deuxième cas, il s’agit plus d’un texte de remerciement à l’empereur, qui a contribué au financement d’une construction157.

126Il n’y a pas non plus d’exemple de monuments dédiés à des institutions, comme le Conseil ou le Peuple, mais on a principalement des dédicaces à des divinités. En effet, à la lecture des textes d’Asie Mineure, qui accumulent souvent les bénéficiaires, on ne peut manquer d’être frappé par le fait que les textes de Palmyre ne citent que quelques dieux. On peut avoir d’un côté (en Asie Mineure) une sorte de déclaration de fidélité à la cité et à ses divinités protectrices, et, de l’autre, une manifestation plus simple de piété. La colonnade de Palmyre est d’ailleurs appelée « la grande basilique du dieu ancestral Arès » (τὴν μεγίαλὴν] βασιλικὴν ‘Αρέως πατρώου [θεοῦ]). Un monument public dans une rue semble donc appartenir à une divinité, alors que dans les cas cités pour Ilion, il s’agit de dédicaces en faveur d’une divinité. qui n’est d’ailleurs pas toujours seule concernée. Il ne faut peut-être pas exagérer les différences, car le texte CIS 3955 de Palmyre est par son formulaire assez semblable aux textes d’Asie Mineure : la formule utilisée « un tel et un tel ont fait ces colonnes » lyqr šmš w’It wrḥm ‘lhy’ ṭby’ (« en l’honneur de Shamash et Allât et Rahim, dieux bons ») paraît finalement assez proche de l’usage du datif dans les textes grecs (θεοῖς).

127On veut peut-être souligner l’aspect honorifique dans les rapports avec les divinités. Deux solutions sont possibles : on peut penser d’une part que le vocabulaire utilisé à Palmyre est moins formel ; on peut penser aussi que, bien qu’il s’agisse des mêmes formules qu’ailleurs, on ressentait le besoin de les expliciter à Palmyre, ce qui n’était pas le cas ailleurs.

  • 158 C. B. Welles, 1938, p. 402-403 (= OGIS 625 et IGRR III. 1353).
  • 159 Curieusement les textes de Gerasa publiés par C. B. Welles ne sont pas pris en compte par K. Dijks (...)

128En fait, les exemples les plus ressemblants peuvent sans doute être trouvés dans les régions proches, comme par exemple à Gerasa en Arabie. L’inscription n° 60 du recueil édité par C. B. Welles158 est une dédicace pour le salut (ύπὲρ σωτηρίας) de l’empereur Antonin le Pieux (le texte est daté de 150) et celui de la famille impériale, et pour son pouvoir (και κράτους αύτοῦ), ainsi que celui du Sénat et du Peuple romain, par la cité (ή πόλις). Les objets dédiés sont les propylées du sanctuaire d’Artémis avec le portique attenant. On retrouve donc la fameuse formule qui sert parfois à traduire ‘l ḥyy (« pour la vie de… ») ; on a peut-être ici un type de dédicace typique du monde sémitique, selon la théorie de K. Dijkstra (1995). Comme le prouve amplement la liste dressée par cet auteur (Appendix 1, p. 345-349), ce genre de dédicace à l’empereur est assez courant dans le Croissant fertile (Gerasa, Baalbek, Doura-Europos en particulier)159. Pourtant, dans le reste de la partie grecque de l’Empire, ce type de textes est connu, même s’il s’agit rarement de dédicaces de construction importante.

129On peut tirer d’autres enseignements des textes d’Arsû. On a déjà noté l’éloignement du temple d’Arsû, qui a été retrouvé au sud de l’agora (fig. 52). Comme on le voit sur le plan, il y a plusieurs centaines de mètres entre les deux zones. De plus. Malikû et Mucianus appartiennent à une famille dont certains membres ont été honorés dans ce secteur depuis la fin du iie siècle, c’est-à-dire le moment où on a commencé la Grande Colonnade. Les deux textes mentionnant Arsû doivent aussi être compris dans la tradition familiale de présence dans ce secteur, qui remonte au moins au iiie siècle. Même si le dieu Arsû n’est mentionné qu’à une date tardive, ses fidèles (la tribu des Benê Mathabôl et ses membres) fréquentaient régulièrement cette zone (pl. 7).

  • 160 Voir M. Gawlikowski, 1973a, p. 83.

130Avant de revenir sur la signification de l’installation du culte d’Arsû loin de ses bases, il faut s’arrêter un moment sur la fonction et l’utilisation des rues à portique, le problème posé étant évidemment de savoir dans quelle mesure on peut considérer les colonnades comme des monuments religieux. Si la Colonnade transversale, à l’ouest de la ville, a été définie ainsi, c’est parce qu’elle était bordée de sanctuaires et parce qu’un certain nombre de colonnes étaient dédiées directement à des divinités (cf. supra). De même, on a pu considérer la Grande Colonnade comme jouant un rôle dans la vie religieuse de Palmyre, puisqu’on pense que s’y déroulaient les processions lors de grandes fêtes (fig. 53). On estime même parfois que la Grande Colonnade a été créée à cause de l’encombrement de l’ancienne artère principale qui longeait le wadi au sud, pour permettre le passage des grandes processions160 .Les textes de la basilique d’Arsû sont un argument de plus dans le sens d’une interprétation religieuse du rôle de la colonnade.

  • 161 Inv XII. 29. découvert dans le portique sud de la section B. Le texte mentionne un Iulius Aurelius (...)

131D’autre part, il est tout à fait probable que la colonnade d’Arsû et les boutiques qui s’y trouvaient étaient louées pour le plus grand profit de la caisse du temple. On sait en tout cas que la Grande Colonnade était bordée de boutiques, et un texte du iiie siècle semble commémorer la construction d’ateliers dans ce secteur161. La croissance des boutiques, ainsi que l’oubli des règlements d’urbanisme a d’ailleurs conduit à l’envahissement de la chaussée par des boutiques, puis à la création d’une sorte de souq oriental à cet endroit (fig. 54). Des fouilles récentes ont permis de reconnaître que cet état a dû être celui de Palmyre jusqu’à une date tardive dans l’époque islamique.

2. LES CHANGEMENTS URBANISTIQUES ET LA PRÉSENCE DES NOTABLES

  • 162 E. Will, 1983, p. 69-81 et 1992, p. 120-130.

132En fait, il existe manifestement un lien entre les nouvelles formes prises par les monuments religieux (utilisation des colonnades de rues) et les changements urbanistiques de Palmyre, deux phénomènes contemporains. Comme on le sait en particulier depuis les travaux de E. Will162, la ville de Palmyre à l’époque hellénistique et au début de l’époque romaine se trouvait principalement dans la zone située au sud du wadi (voir pl. 8). L’orientation principale des monuments est d’ailleurs claire, que ce soit l’entrée de l’agora ou celle du sanctuaire de Nabû dont les propylées font face au sud. De même, l’entrée principale du sanctuaire de Bel, à l’est de l’agglomération, ouvre vers cette zone, donc entièrement en décalage avec celle où se trouvent actuellement les ruines de la ville. La ville hellénistique (selon l’appellation devenue traditionnelle) était bâtie principalement en brique crue et a entièrement disparu en surface. La découverte au début des années 1980 du sanctuaire d’Arsû est venue pourtant confirmer l’importance ancienne de ce secteur. À la même époque ancienne, les sanctuaires de Baalshamîn ou d’Allât étaient donc situés dans des zones extérieures et marginales de la cité. Mais les modifications ultérieures de l’urbanisme de Palmyre les ont intégrés dans l’urbanisme de la cité à partir du IIe siècle (construction de la Colonnade transversale).

  • 163 Le texte le plus ancien date de 110 : CIS 3984 = Inv V. 9.

133En effet, un des grands changements qui touchent Palmyre à partir de ce moment concerne la trame urbaine de la ville. On assiste progressivement, surtout au iiie siècle, à un mouvement général vers le nord, au moins du point de vue monumental, car l’habitat est moins bien connu. Ce mouvement s’accompagne de la construction par étapes des différents portiques des grandes rues, depuis l’ouest (Colonnade transversale163), vers l’est. Chronologiquement, la section C de la grande Colonnade vient ensuite, avec une première attestation en 158 (Inv III, 26 ; fig. 27). Ce décret du Conseil et du Peuple honore un certain Ζεβειδα Θαιμη τοῦ Μοκιμου τοῦ Εαρβα qui est appelé κτίστης. Cette partie de la colonnade est donc antérieure à 158. mais cela ne signifie pas que le terme « constructeur » ou « fondateur » soit la conséquence d’une construction dans la colonnade elle-même. On peut penser que Zebîdâ Taîmê a seulement contribué à un bâtiment quelconque à proximité. Ce peut être la colonnade, mais tout aussi bien autre chose. Quoi qu’il en soit, on sait que les travaux se sont poursuivis au moins jusqu’en 328, même s’il ne s’agit que de restaurations. Comme ailleurs, les constructions se faisaient par courtes sections, sans doute selon un plan directeur. Il faut souligner aussi qu’une partie de cette section C n’a jamais été achevée (vers l’est).

  • 164 Le texte a été reconstitué par E. Will (E. WILL, 1983, p. 71) à partir de plusieurs textes déjà pu (...)
  • 165 C’est un texte republié par E. Will (E. WILL. 1983, p. 69 = SEG 35. 1499). Il a déjà été publié pl (...)

134Les sections Β et C semblent avoir débuté plus tardivement, puisque les textes les plus anciens sont du début du iiie siècle. Pour la section A, on a au moins un texte daté d’août 219164. Il y a quelques textes plus anciens dans la même zone : en particulier un certain Bageshû, fils de Habbê, fils de Bageshû (Βαγεσος Αββεους τοῦ Βαγεσου)165, d’une famille bien connue à Palmyre (cf. chapitre II, A 2), fait construire une exèdre dans cette zone. Autant qu’on puisse en juger, à cause de son caractère lacunaire, il ne s’agit pas d’une dédicace de construction religieuse. On serait donc-en présence d’un des rares cas de constructions civiles. Le cas est d’autant plus intéressant que la date est relativement haute, car le père de Bageshû a été honoré en 128 d’après une inscription découverte dans le sanctuaire de Bel (Inv IX, 33), ce qui placerait la construction de l’exèdre aux alentours du milieu du iie siècle. Néanmoins on ne sait pas vraiment à quelle construction appartenaient les aménagements en question, et ils ont pu appartenir à n’importe quel type de monument, y compris religieux. Comme on peut le voir (fig. 55), le texte est lacunaire à droite et à gauche et il peut en manquer une bonne partie. L’interprétation complète du texte est donc difficile. En particulier, on ignore totalement quelles explications accompagnaient la dédicace. Le nom du personnage est au nominatif (Βαγεσος), il a donc toutes les chances d’être le sujet du verbe έποίησεν à la ligne suivante.

  • 166 A. Bounni, 1986. n°31.
  • 167 On retrouve une mention de la patrie dans le texte malheureusement assez mutilé qui rappelle la co (...)

135À Palmyre, le seul parallèle complet, en grec, pour ce texte de dédicace de construction a un caractère religieux marqué, puisqu’il s’agit d’un bâtiment dédié à Bôl. Isis et Aphrodite (DFD, p. 54-55). On connaît aussi un texte lacunaire, la dédicace du portique nord du péribole de Nabû166. Outre la mention probable d’une divinité, comme dans le texte de Bôl, Isis et Aphrodite, on retrouve la formule ύπέρ σωτηρίας (« pour le salut ») du donateur et de ses proches, qui est l’équivalent de la formule araméenne courante ‘l ḥyy (« pour la vie de »). Or rien ne permet de restituer cette formule dans le texte de Bageshû, fils de Habbê, ni d’ailleurs dans le texte de 219 reconstitué par E. Will. Dans ce dernier, si l’on a sans doute bien le mot ύπέρ, il est fortement restitué ([ύ]πὲ[ρ]) et ne précède pas un mot comme σωτηρίας. Ε. Will propose de lire [ύ]πὲ[ρ] α[ύτοῦ….καί τῇ πατρί]δι, la restitution étant assurée par la formule mgd’ Imdyth du texte araméen correspondant (publié d’abord comme Inv XII, 23)167 : « il a fait un don à sa ville ». Ce don fait à la cité est un cas assez unique à Palmyre, mais le sens général du texte est sûr. De plus, il est fort probable que le don fait par le grand-père Neshâ, fils de Nebûzabad soit bien antérieur à celui du petit-fils, Iulius Aurelius… (le reste a disparu), qui date de 219, ce qui permettrait de faire remonter de quelques années la construction de cette portion de la colonnade.

136Même si le bâtiment dédié par Bageshû, ainsi que celui de Neshâ, est purement civil, ils seraient des exemples relativement isolés, qui fourniraient au moins une preuve de la montée en puissance de modèles plus classiques dans la ville de Palmyre, concurremment à la floraison des constructions religieuses qui marquent la même période (sanctuaires de Bel, de Baalshamîn et de Nabû entre autres).

  • 168 Le texte Inv XII, 35 date de 51 de notre ère. Cette inscription est la preuve que la zone était sa (...)
  • 169 Voir DFD, p. 244-246.

137La date de la section centrale Β doit être sensiblement la même que celle de la section A, avec un grand nombre de textes du troisième quart du iiie siècle dans la partie qui va du tétrapyle au théâtre (en particulier CIS 3932-3947)168. Le point commun entre les deux sections, au moins dans les zones qui entourent l’arc monumental, est le caractère fractionné de l’opération qui s’est déroulée en plusieurs étapes, selon un plan d’ensemble. Il faut aussi prendre garde aux particularités de certains des textes, qui dans plusieurs cas appartiennent en fait au sanctuaire de Nabû : par exemple Inv XII, 21, comme le prouve l’onomastique des donateurs169.

138Il est clair que, dès sa construction, le nouvel axe urbain a été réintégré dans les traditions locales anciennes, aussi bien comme lieu religieux que comme zone commerciale (ce qu’était déjà la Colonnade transversale, selon toute vraisemblance). Dans le nouveau « schéma directeur » de l’urbanisme palmyrénien, on peut donc comprendre la construction de la basilique d’Arsû comme une sorte de compromis entre les nouveautés introduites par l’adoption des formes architecturales gréco-romaines et les traditions locales. Les promoteurs de ces constructions utilisent les nouvelles possibilités fournies par l’évolution des monuments de Palmyre.

139On assiste donc dans les premières décennies du iiie siècle (peut-être dès le iie siècle) à une évolution, un passage à une autre stratégie de la part des notables : les constructions se poursuivent, les buts religieux de certaines d’entre elles n’ont pas changé, mais, au lieu d’être limitées par les enceintes des sanctuaires, on peut leur reconnaître une tendance à envahir l’espace civique, en profitant des nouvelles formes monumentales. Sans modifier la localisation du sanctuaire lui-même, la création de cette sorte d’annexe permet aux fidèles du dieu Arsû de tenir compte du nouvel aspect de la topographie urbaine. Comme toujours à Palmyre, on réutilise des modèles classiques, en les transformant et en les utilisant avec une autre syntaxe.

140Néanmoins le contexte général est celui d’une évolution du décor et de certaines formes institutionnelles vers des formes courantes dans le reste de l’Empire, évolution peut-être plus accentuée qu’auparavant. Le passage à d’autres stratégies de la part des notables va de pair avec une transformation des mentalités. On a peut-être à ce moment des exemples de constructions d’un type évergétique plus classique : certains des textes de la Grande Colonnade sont peut-être à comprendre ainsi, comme on l’a vu plus haut, même si les éléments classiques sont parfois réinterprétés d’une manière tout à fait particulière.

141Certains exemples montrent en tout cas que le rôle prédominant des sanctuaires et des constructions religieuses connaissait des limites au iiie siècle. On se souvient du destin très particulier du sanctuaire de Nabû dans ces mêmes années. Il est tentant de mettre en relation cette amputation d’une partie du téménos avec l’apparition et l’installation à Palmyre d’un évergétisme civique classique. Le quartier en plein développement a profité du recul de l’influence des fidèles de Nabû et une grande rue à portiques s’est installée à sa place, ce qui permettait de respecter plus ou moins une sorte de plan général d’urbanisme. D’autre part, ce secteur devient central dans la ville de Palmyre telle qu’elle apparaît au iiie siècle, sous Odainat puis Zénobie.

142De toute façon, il est difficile de mettre en rapport la destruction du portique nord de Nabû avec une quelconque baisse d’influence des notables face à des autorités municipales puissantes. Si tel était le cas, ce serait sans doute seulement parce que des familles puissantes tenaient le pouvoir, mais non par l’influence per se des institutions de la cité. L’exemple de quelques tombes situées aux limites de l’espace urbain peut en donner une bonne illustration (voir chapitre VI) et montrer que les notables employèrent d’autres moyens que ceux du domaine purement religieux pour affirmer leur présence, selon des méthodes dont on peut trouver des parallèles dans différentes cités de l’Empire. D’autre part, les notables et l’élite de la cité connaissent une sorte d’apogée au cours du iiie siècle (au moins avant 272 !).

143La famille d’Odainat, ceux qu’on a appelés les princes de Palmyre, est, par certains aspects, caractéristique du nouveau visage de Palmyre. Son intégration assez forte aux structures de l’Empire est sensible, il s’agit en effet de la première famille sénatoriale de l’oasis. À Palmyre, elle est honorée par un nombre jusque-là inégalé d’inscriptions, qu’on a retrouvées dans l’ensemble de la cité, mais surtout dans les quartiers du centre ville qui se développent à la même époque. Alors qu’auparavant, on trouvait les inscriptions honorant les membres des grandes familles surtout dans les temples et à l’agora, de manière impressionnante les princes de Palmyre et leurs proches (Septimius Worod, Septimius Zabdas) sont honorés dans la même zone de la Grande Colonnade, à proximité immédiate du tétrapyle (pl. 4).

  • 170 H. Seyrig, 1931, p. 321-323 (SEG 7. 152). La localisation du palais des princes de Palmyre à cet e (...)
  • 171 Des parallèles intéressants ont été étudiés par G. Alföldy en Italie et en Espagne, même s’il a pe (...)

144Incontestablement ce « clan », apparu récemment dans l’épigraphie, s’est installé au nouveau centre de la ville, et l’arrivée de ce personnel dirigeant a accompagné les modifications de l’espace urbain. On peut rappeler aussi qu’une théorie très séduisante place le palais d’Odainat et Zénobie justement dans cette zone, à l’emplacement des thermes de Dioclétien, connus par une inscription de 284170. D’une certaine manière, cette zone a été désacralisée, mais a acquis une importance politique. On ne peut que penser aux centres des villes romaines, dans lesquels les positions centrales étaient réservées aux élites de la cité, avec des règles plus ou moins formelles171. La situation est donc assez caractéristique de ce qui se passe ailleurs dans l’Empire romain. En même temps, la cité n’a bien sûr pas perdu ses fortes traditions locales : les inscriptions de la basilique d’Arsû, ainsi que l’usage maintenu de l’araméen en sont de bonnes preuves.

  • 172 J. Teixidor, 1998. p. 68-71.
  • 173 M. Gawlikowski, 1973a. p. 100 (avec restitution) : voir DFD. p. 315-316 et BE 1964. 496. Mais le m (...)
  • 174 Il est à noter que M. Gawlikowski. 1985. p. 251-261, ne cite pas cette inscription dans la liste d (...)

145D’autre part, les princes de Palmyre ne semblent avoir participé à aucune construction religieuse. Il est plus curieux en fait qu’on ne retrouve leur nom pour aucune construction, sauf de manière indirecte, puisqu’un texte publié tout récemment mentionne une construction faite par un affranchi d’Odainat, pour le dieu Abgal172. Comme le note l’éditeur, tout laisse à penser que cette dédicace de 263 provient plutôt des zones rurales de Palmyrène que de la ville même, ce serait donc un cas un peu particulier. Le seul autre exemple n’est pas très clair. Dans un texte où le nom d’Odainat est restitué ([Σεπτίμιου Όδαινά]θου βασιλέως βασιλέων), il est fait mention d’un temple du Soleil et aussi d’un temple du culte impérial173 : [άναθήσαντα τ]ὸν πάρινον ‘Ηλίου πατρώου [θεοῦ…να]όν τῶν σεβαστῶν και καθιερω[σάντα….]ννου και Αύτοκράτορος. Le nom d’Odainat est au génitif, il peut donc s’agir d’un de ses fils, ou de sa femme, à moins que comme dans le texte de Palmyrène, ce ne soit un affranchi ou un proche174. D’autre part, il est difficile de dire s’il s’agit bien d’une construction nouvelle, ou bien d’une simple restauration ou adjonction.

  • 175 R. Fellmann. 1987. p. 131-136.
  • 176 Sur les mosaïques, cf. H. Stern. 1977. Dernièrement. J. Balty (1996. p. 407-416) a proposé une nou (...)
  • 177 Voir E. Equini Schneider, 1993 et F. Millar, 1971. p. 1-17.

146Il est évidemment tout à fait dommage que le bâtiment que R. Fellmann a identifié comme le palais de Zénobie n’ait pas été fouillé et publié de manière complète175. En effet, du point de vue de la topographie urbaine de Palmyre, les seules maisons luxueuses assez bien connues du site sont situées à l’est du sanctuaire de Bel, en marge, pourrait-on dire, du centre monumental : or le décor des mosaïques qui y ont été découvertes a été rapproché avec de bons arguments des spéculations néoplatoniciennes caractéristiques du « cercle de Zénobie » (avec en particulier Longin)176. Il ne s’agit certes pas de dire que c’est la maison de Longin. Pourtant, les maisons d’Achille et de Cassiopée (fig. 42) sont assurément représentatives de courants de pensée, sans doute proches de ce qu’on connaît du « cercle de Zénobie », même s’il est malaisé de les mettre en rapport direct avec cet entourage de la reine de Palmyre, tel qu’il apparaît dans les sources littéraires177. Cette découverte montre en tout cas qu’on est encore loin de bien saisir le fonctionnement de l’urbanisme civil de Palmyre. et la place des quartiers d’habitation : on ne sait pas en l’état actuel des recherches où se trouvaient les habitations des notables de Palmyre. Seules quelques grandes maisons, dont justement celles d’Achille et de Cassiopée, ont été repérées. Elles ne permettent pas de tirer un bilan, mais il peut paraître curieux qu’elles soient situées ainsi à l’écart du centre, peut-être du palais de Zénobie, et en tout cas à l’ombre du sanctuaire de Bel qui les domine de sa masse.

  • 178 Voir le cas d’Apamée-de-Syrie ou de Zeugma.

147Pourtant si on compare avec d’autres exemples contemporains, il n’y aurait rien d’étonnant à ce que les riches villas des notables de Palmyre se trouvent dans une zone périphérique de la ville178. Si on prend le plan de Palmyre, on retrouve justement un certain nombre de maisons dans les zones qui se trouvent à proximité du tracé (postérieur) de la muraille de Dioclétien. La présence de la nécropole prouve que les maisons situées à l’ouest et au nord de l’agglomération sont en limite des installations urbaines à l’époque de leur construction (pl. 3).

  • 179 Voir en particulier DFD. p. 15-16.
  • 180 E. Frezouls, 1976. p. 31.

148La question est différente pour les maisons aux mosaïques, car on ignore totalement le plan de la ville de ce côté. La distance à laquelle se trouve la nécropole sud-est est un signe que l’agglomération s’étendait peut-être assez loin dans cette direction. On a aussi proposé de placer le sanctuaire de Malakbel et Aglibôl (« le Bois sacré ») dans les jardins qui sont à l’est de l’oasis. Les inscriptions qui mentionnent ce sanctuaire ont en effet été trouvées dans la partie du mur de Dioclétien qui passe à cet endroit179. Il est donc difficile de dire si ces maisons étaient situées hors de l’agglomération. E. Frézouls propose d’en faire la terminaison du quartier d’habitation installé peut-être à l’est du sanctuaire de Baalshamîn180. La présence dans cette zone d’un portique avec une colonne honorifique peut en effet être un argument en ce sens.

  • 181 Il y a peu d’inscriptions du IIIe siècle à cet endroit. Néanmoins. Septimius Worod a été symposiar (...)

149La proximité du sanctuaire de Bel, même si son importance peut paraître moins grande à ce moment181, est un autre signe du caractère central de la zone. De t’ait, la construction de la section A de la Grande Colonnade devait lier de manière au moins théorique le nouveau centre de la ville au tell historique, origine de l’agglomération de Palmyre. L’existence toujours attestée des fonctions de symposiarque pour des personnages de premier plan peut signifier aussi que le sanctuaire conservait sa primauté religieuse. Il restait sans doute le point central de la vie religieuse de Palmyre, surtout si on considère qu’il demeurait un point d’aboutissement des processions. Or on a vu que c’était peut-être pour faciliter le passage des processions qu’avaient été construites les sections de la grande rue à colonnades. La date des maisons d’Achille et de Cassiopée (vers la fin du iie siècle selon E. Frezouls, 1976, P. 50) correspondrait d’ailleurs bien aux dates connues pour la colonnade à l’ouest du sanctuaire.

  • 182 En particulier la découverte de stucs, dont des têtes : voir E. Will., 1992. p. 114. K. Parlasca, (...)
  • 183 E. Will., 1992. p. 121. Je retrouve des conclusions similaires aux miennes dans l’article de E. Fr (...)

150Au total, ces maisons, comme celles situées à l’autre extrémité de la ville, à l’autre bout de la Grande Colonnade, ne sont peut-être pas tellement éloignées des zones centrales du fonctionnement urbain, en tout cas moins qu’on pourrait le croire. Il n’est pas très étonnant que les notables aient voulu s’installer dans des zones où leurs nouvelles constructions pouvaient avoir de la place d’une manière assez facile : c’est un phénomène connu ailleurs et à d’autres époques, il suffit de penser aux faubourgs de Paris, qui ne sont pas tous des quartiers d’artisans. D’autre part, certaines découvertes faites à proximité de la source Efqa, lors de la construction de l’hôtel Méridien, prouvent qu’à cet endroit aussi devaient se trouver une ou plusieurs maisons assez, luxueuses182. Or il semble fort probable que la source ait été située en dehors de la zone urbanisée et construite de Palmyre183.

  • 184 E. Will., 1992. p. 114 qui remarque avec raison que c’est sans doute à Doura-Europos qu’on peut av (...)

151À propos de ces maisons, on peut souligner le caractère tout à fait hellénique de leur décor, que ce soient les mosaïques ou les stucs qui ornaient les murs. Il en va de même pour le plan adopté, avec péristyle, donc d’un type grec (pl. 10). Comme le souligne E. Will, de ce point de vue, les notables de Palmyre ne sont probablement pas différents de ceux d’Antioche ou d’Apamée184.

  • 185 Voir M. Gawlikowski. 1997a. p. 161-166 et en particulier p. 164.
  • 186 M. Gawlikowski. 1997a. p. 164 (comme pour ce qui suit). La taille de la maison est pourtant d’au m (...)

152Les maisons plus anciennes sont en général mal connues, il est donc difficile de dire s’il y a eu une évolution dans le décor ou des modifications dans le plan général des maisons. Néanmoins, l’exemple d’une maison fouillée dans les années 1990 par la mission polonaise peut donner un certain nombre d’indications185. Selon les fouilleurs, cette maison, située non loin de la section C de la Grande Colonnade, date de la deuxième moitié du iie siècle dans son état premier. Cela correspond donc assez bien à la date fixée pour le début des travaux dans cette zone pour la colonnade. D’autre part, la famille qui possède la maison devait être « certes aisée, mais pas très riche »186. Un autre élément intéressant est le caractère plus oriental de cette demeure caractéristique d’un « mode de vie qui ne doit pas nécessairement beaucoup à l’hellénisme », avec une forte séparation entre la zone de résidence familiale et la zone de réception (pl. 10. 3). On peut difficilement savoir s’il en était de même dans les grandes maisons riches qui sont situées en périphérie de la ville. Néanmoins, on pourrait peut-être opposer ces maisons de la périphérie, plus riches et plus « occidentalisées » des maisons plus proches du centre où l’urbanisme était plus « dirigé ».

3. LES NOTABLES DE PALMYRE ET L’ÉVERGÉTISME

153On voit qu’une bonne partie des notables de Palmyre au cours du iiie siècle apparaissent relativement proches de leurs contemporains des autres cités de la région, et même de l’Orient romain. Les exemples d’évergétisme existent, même s’ils ne sont pas particulièrement nombreux et concernent surtout le domaine religieux. On peut pousser plus loin la comparaison avec le reste du monde romain, en partant des remarques d’E. Will sur l’évergétisme de Palmyre, et en particulier son jugement sur la faiblesse des moyens des notables de la ville. Bien que les textes qui fournissent des données chiffrées ne soient pas nombreux, on tentera pourtant d’en tirer un bilan.

  • 187 Flavius Josephe. BJ I. 425 (cf. M. Sartrh. 1991, p. 137 et 345).
  • 188 Outre les exemples rassemblés par C. Saliou 1996, voir L. Robert. 1936, p. 194 (= OMS II, p. 901).

154On peut partir de données plus générales. Un sujet d’étonnement à Palmyre est le fait que les bâtiments que financent les notables sont construits par fragments. Ainsi, Thomallachis donne seulement une contribution pour les bains d’Aglibôl et Malakbel (φειλοτειμησαμένην δηνάρια δισχείλια πεντακόσια εις οίκοδομήν βαλανείου). Les dons qui consistent seulement en une ou quelques colonnes d’un portique sont très nombreux ; on en a déjà signalé un certain nombre, en particulier à propos du sanctuaire de Nabû. Comme l’a montré C. Saliou, la construction des portiques de Palmyre s’est faite par tronçons, suivant un plan d’ensemble. Mais cela n’a en fait rien d’extraordinaire et ne signale pas non plus une absence de moyens étonnante. Si l’on prend les cas connus de constructions de rues à portiques dans le reste du monde gréco-oriental, on s’aperçoit aisément qu’on procède plus souvent par tronçons qu’autrement. Une des principales exceptions, le portique de la grande rue d’Antioche. s’explique par la personnalité du donateur, le roi Hérode le Grand187. Pour le reste, il s’agit beaucoup plus régulièrement de dons moyens, de contributions à un ensemble, et non de portique complet. Les exemples de construction par petits tronçons sont nombreux, aussi bien en Asie Mineure qu’en Syrie, comme le prouvent un certain nombre de textes188.

  • 189 À titre de comparaison, les amendes prévues en cas d’usurpation du droit d’enterrer dans un tombea (...)

155À partir des rares données chiffrées fournies par l’épigraphie de Palmyre, on peut tenter de tirer quelques conclusions189.

L’évergétisme à Palmyre.

  • 190 Qui selon Philostrate, Vie des Sophistes. II, 1 a dépensé 4 millions de drachmes pour un aqueduc à (...)
  • 191 La liste de ses bienfaits, tels qu’ils étaient connus en 1938 a été dressée par T. R. S. Broughton(...)
  • 192 A. Balland. 1981, p. 185-186, n° 67 qui conclut (p. 186-187) qu’il s’agit d’Opramoas. Cette identi (...)
  • 193 On trouvera dans M. Sartre, 1991, p. 154-155 plusieurs autres exemples de donations supérieures à (...)

156Il apparaît clairement qu’il n’existe pas à Palmyre d’évergètes du type d’Hérode Atticus190. d’Opramoas de Rhodiapolis191 ou de l’évergète anonyme de Xanthos192. Les sommes dépensées par ces personnages n’ont pas d’équivalents. Alors qu’on compte en millions ou en centaines de milliers de deniers dans plusieurs cités d’Asie Mineure, il ne s’agit au maximum que de dizaines de milliers de deniers à Palmyre193. Il est bien sûr dommage qu’on ne connaisse pas les chiffres qui correspondent aux bienfaits des notables les plus en vue, comme Soados, Marcus Ulpius Iarhaî ou Septimius Worod. De même, on n’a pas idée des sommes dépensées par Malê Agrippa pour une distribution d’huile, ni pour la construction du temple de Baalshamîn.

  • 194 Ces comparaisons ne sont évidemment qu’indicatives, et il faut tenir compte des ordres de grandeur (...)
  • 195 I. Iasos II, n° 248 (= Th. Reinach. REG, 6. 1893, p. 157-166, n 3). Selon le calcul de M. Sartre ( (...)

157On peut néanmoins prendre certains points de comparaison dans les textes contemporains d’Asie Mineure194. Ainsi. Opramoas a payé 12 000 deniers pour de l’huile donnée à la cité de Myra en Lycie. Les limites de cette comparaison sont évidentes, bien que les deux personnages soient contemporains : on peut penser que la population de Palmyre était plus importante que celle de Myra, et que donc la quantité d’huile devait être plus grande. On ne connaît rien non plus des différences de prix pour l’huile à Palmyre et à Myra. La fourniture d’huile à Apamée Kélainai de Phrygie pouvait monter jusqu’à 34 000 deniers certaines années (IGRR IV. 788). À Iasos, la somme atteint 450 deniers par mois pour un gymnase195.

  • 196 Ainsi la somme de 10 000 deniers donnés à Oinoanda pour la construction d’un bain (ou encore 1 025 (...)

158Le prix du temple a dû aussi entamer la fortune de Malê. mais il est difficile d’en chiffrer le coût : d’après la liste des bienfaits d’Opramoas, on s’aperçoit que les sommes fournies pour les constructions connaissent de très grandes variations qui dépendent de la taille du bâtiment, de son type ou de la décoration envisagée. De plus, il est fort probable que certains chiffres de ces listes correspondent en fait à une participation plutôt qu’à une construction complète196. Le temple de Baalshamîn à Palmyre n’est pas très grand, mais, aussi bien par la forme que par la réalisation, il est très soigné (fig. 6 et 56). Il a de plus été construit en une seule fois, sans doute par le seul Malê Agrippa : il est en tout cas difficile de ne pas le mettre en rapport avec une famille riche, car ce n’est pas la première donation par laquelle sa famille a contribué aux constructions du sanctuaire : on connaît en particulier un portique donné par le père de Malê (BS nos la et b et 2). Il faut donc mettre en valeur une tradition familiale de bienfaits, qui n’est envisageable que dans le cas d’une famille de premier plan, au moins par la richesse.

  • 197 A. Schmidt-Colinet, 1992 et E. Will, 1996, p. 109-115. De toute façon, la tombe a été construite a (...)
  • 198 On ne connaît pas le prix de ce monument dont on trouvera la dédicace dans l. Ephesos VII, 5101. N (...)

159Si on n’a pas à Palmyre de cas de « multimillionnaires », on connaît donc néanmoins des gens riches, voire sans doute très riches. La construction des grands tombeaux qui ornent encore aujourd’hui les nécropoles autour de la cité en est une preuve suffisante. On peut prendre l’exemple du tombeau-temple n° 36 (fig. 40 et 57), publié récemment par A. Schmidt-Colinet. Ce dernier donne comme argument de l’identification du Worod propriétaire de la tombe avec le très fameux Septimius Worod de l’entourage d’Odainat la richesse du monument. E. Will, dans son article récent sur Septimius Worod, pense au contraire que le désir de paraître n’assure pas à coup sûr l’éminence du propriétaire197. Quoi qu’il en soit de l’identité du propriétaire, il est certain que la tombe n’a pu être construite que par les membres d’une famille riche qui seule était capable de financer un bâtiment dont le volume est égal à celui de la bibliothèque de Celse à Èphèse198. Or la décoration, inspirée entre autres de celle des palais parthes à Assour, était certainement moins luxueuse que celle du monument d’Éphèse, mais avait dû être une cause de dépense importante.

  • 199 Sur les monuments funéraires et leur rôle dans l’auto-affirmation des notables, voir le chapitre v (...)

160De même la tombe n° 86199, aussi bien par son emplacement que par son architecture signale que son propriétaire devait appartenir aux classes les plus aisées de la cité (pl. 6 et fig. 58). Le fait qu’une grande partie de l’argent de ces familles devait être dépensée dans les plus beaux tombeaux des nécropoles peut aussi expliquer pourquoi l’évergétisme civique revêtait moins d’importance à Palmyre qu’ailleurs. Néanmoins, on peut citer le cas de la famille d’Elahbel, dont la tour funéraire n° 13 est une des plus belles de la vallée des Tombeaux. Or la famille a pu aussi être au premier rang pour la construction du sanctuaire de Nabû : comme pour Baalshamîn, la décoration d’inspiration gréco-romaine a sans doute occasionné des dépenses qui n’étaient pas à la portée de toutes les bourses.

  • 200 Cité par M. Sartre, 1995, p. 255, tout comme le suivant.
  • 201 TAM II. 910.
  • 202 Pour la κατασκευὴ τῆς στoᾶς, c’est-à-dire soit une construction totale, soit une restauration d’am (...)

161De même que les constructions par petits tronçons sont un cas très courant, beaucoup des textes qui comportent des données chiffrées dans le reste de l’Empire font mention de sommes relativement limitées. Si les sommets ne sont pas atteints à Palmyre, il est clair qu’on y retrouve des chiffres courants et communs ailleurs. Par exemple dans le texte OGIS 485 de Magnésie-du-Méandre200, un personnage qui a accompli un certain nombre des plus hautes fonctions civiques (stratège, gymnasiarque, secrétaire, grand prêtre, agoranome…) est honoré pour sa générosité, et en particulier parce qu’il a dépensé 5 000 deniers, pendant sa charge de sitônès (magistrat chargé de l’approvisionnement en blé). Un poète et médecin est honoré à Rhodiapolis de Lycie pour de multiples raisons, en particulier parce qu’il « a fait don à sa patrie, pour des distributions et des concours, de 15 000 deniers »201. Ces sommes ne sont pas les seules qu’ils ont dû dépenser pour les cités qui les honorent, mais il est probable que ces bienfaits se soient étendus sur plusieurs années. À Stratonicée, un notable donne 6 000 deniers pour un portique (I. Stratonikeia II, 651)202. Dans la même cité, une somme de 1 000 deniers est fournie pour la reconstruction d’un bain (I. Stratonikeia II, 701 : έπισκευὴ και κατασκευὴ τοῦ βαλανείου).

  • 203 Voir M. Sartre. 1995, p. 253, avec bibliographie.
  • 204 Avec une lecture et des restitutions de L. Robert (dans H. Seyrig, 1937, p. 372). Le vocabulaire e (...)

162Toutes ces données prouvent que, de ce point de vue, Palmyre est à situer dans une continuité. En effet, les dons énumérés dans le texte H. Seyrig, 1937, p. 372 n’ont pas dû non plus être faits dans une courte période. Ce cas d’enfants associés par leur père à un don trouve d’exacts parallèles en Asie Mineure : par exemple, dans IGRR III. 800-802 (à Sillyon-de-Pamphilie), Ménodôra, fille de Mégaclès fait des contributions volontaires à la patrie au nom de son fils Mégaclès203. L’anonyme du texte de Palmyre, quant à lui, a fait un don aux prêtres de Bel au nom de ses enfants Iarhibôlâ et Shalamallat et ceux-ci, après la mort de leur père, ont de même conduit plus loin toutes ces générosités (ἄς πάσ[ας] φιλοτειμίας μετά τὴν τελευτὴν [α]ύτοῦ οί υίοί ὲπι πέρας [ῆγαγον]204), en faisant don au nom de leur père de 4 000 deniers.

  • 205 On trouvera dans le recueil ancien de B. Laum, 1914, un bon nombre d’exemples de fondation.
  • 206 Lecture améliorée par H. Seyrig, 1933C, p. 277.

163On est donc bien ici dans la même tradition. Les bienfaiteurs par des fondations, ou par d’autres moyens, cherchent à pérenniser leur influence familiale. Cette pérennisation se manifeste aussi par l’existence de fondation perpétuelle, sur un modèle parfaitement courant en Asie Mineure, même s’il ne s’agit jamais de concours à Palmyre (voir infra.)205. On a déjà cité quelques exemples de fondations (voir chapitre I) : CIS 3927 où un don perpétuel et un sacrifice ont été offerts pour le Conseil, en même temps que des offrandes sont faites à des divinités (fig. 59) ; Inv VI, 13206 qui prévoit un holocauste au « jour bon » ; l’inscription H. Seyrig, 1939, p. 319-320, n° 23 est aussi assez lacunaire, mais on peut comprendre qu’une largesse perpétuelle doit être versée au Conseil à une date fixe. Enfin Inv X, 54 de mars 122 doit concerner le même type d’offrande.

  • 207 H. Seyrig, 1937, p. 372.
  • 208 Sur cette divinité, voir DFD, p. 48 et J. Teixidor. 1979, p. 7. Autre hypothèse sur l’étymologie d (...)
  • 209 Cf. H. Seyrig, 1937, p. 376.
  • 210 Les deux textes assez complets qui donnent des détails sur ce genre de fondation ont comme autre p (...)

164Un dernier texte de ce type est le plus complet et donne un grand nombre de renseignements sur lesquels il est intéressant d’attirer l’attention207. Comme on le voit dans le tableau, les sommes versées par le personnage en question sont relativement importantes. Les dons (ceux dont la mention est conservée sur la pierre) montrent l’importance des bienfaits de type religieux pour les évergètes connus à Palmyre. En effet, ce bienfaiteur a fait construire des colonnes pour le Bois sacré et « recouvert d’argent entièrement le pavillon du brancard du dieu Bôrroaônos »208 (trad. H. Seyrig : περιαργυρώσαντα τὴν πᾶσαν ᾶποψιν φορεἰου Βωρροαωνου θεοῦ). Il a contribué à une construction pour le dieu Bel (φιλοτειμησάμενον είς τὸ κτίζμα τοῦ ίεροῦ μεγίστου θεοῦ Βηλου άργύριον ἔτι πάλαι), et ensuite donné 6 000 deniers aux prêtres de Bel au nom de ses fils, pour des distributions perpétuelles en des jours fixés (εἰς διανομὴν ἀείδιον τοῖς ιερεῦσι τοῦ Βηλου έξ όν[ό]ματος Ιαριβωλεους καἰ Σαλαμαλαθου υἰῶν αύτοῦ δηνάρια έξακισξειλἰα ήμέραις [τ]ακταῖς) et la même somme en son nom pour une distribution le 16 août (είς ςι’ Αώου). Enfin était instituée une fondation (avec un capital de 400 deniers) dont les revenus (ὤστε άπό τοῦ τόκου γεινέσθε [τ]ὴν κρεονομἰαν) devaient servir à une distribution de viande pour ceux qui étaient reçus au banquet devant le dieu Mannos (πάντων τῶν έστιωμένων τῇ αύτῇ ήμερα έμπροσθεν Μαννου θεοῦ), le même jour (le 16 août)209. Viennent ensuite les bienfaits des fils, déjà mentionnés210.

  • 211 Cf. M. Sartre, 1991, p. 152 à propos d’un texte d’Acraiphia en Béotie, IG VII. 2712 (texte traduit (...)
  • 212 P. Schmitt-Pantel. 1992, P. 380-381.
  • 213 P. Schmitt-Pantel, 1992, p. 385 : « Les banquets réguliers des magistrats entre eux, comme les ban (...)
  • 214 E. Will, 1992, P. 877-878.
  • 215 Le Conseil en CIS 3927, les prêtres de Bel dans le texte H. Ingholt, 1926, p. 129, ou les invités (...)

165Ce texte appelle plusieurs commentaires : d’abord, l’existence de nombreux parallèles à ce type de pratique en Asie Mineure et dans le monde égéen211, même s’il faut souligner le caractère apparemment fermé du banquet, réservé aux seules personnes invitées et non ouvert à l’ensemble de la population. Mais on a ailleurs aussi des exemples de banquets ou de distributions à des corps réduits (conseil, corporations…). Comme l’a montré P. Schmitt-Pantel, on peut dresser un « tableau diversifié et nuancé des bénéficiaires » des banquets offerts par des bienfaiteurs212. Elle différencie de manière nette les banquets publics des banquets réservés à quelques individus213. Les cas connus à Palmyre semblent plutôt entrer dans la catégorie des banquets réservés à un groupe strictement défini, même si on ne sait comment définir les έστιωμένων du texte H. Seyrig, 1937, p. 372. Peut-être l’invitation concernait-elle seulement une partie des citoyens, ceux qui étaient concernés par ce culte particulier ? Comme l’a montré E. Will, à propos des salles de banquet de Palmyre, celles-ci ne pouvaient contenir plus d’une centaine de personnes, ce qui impliquait que le reste de la population s’installait ailleurs, peut-être sous les portiques de la cour214. L’existence même des tessères (jetons d’entrée) implique d’ailleurs que l’admission à ces banquets était l’objet de restriction. On peut aussi se demander si la population pouvait réellement participer, car les seuls textes faisant allusion à des fondations et des distributions précisent, comme on l’a dit, qu’elles étaient destinées à des groupes restreints215.

  • 216 Voir M. Gawlikowski, 1 990a, p. 26.50-26.51. Sur ce phénomène dans l’ensemble du monde sémitique e (...)
  • 217 Sur les fonctions de symposiarque, voir le chapitre i et les références citées à cet endroit. Les (...)

166Les distributions de nourriture et les banquets publics ou semi-publics font aussi partie des traditions religieuses sémitiques, on en a de très nombreux exemples dans l’ensemble du Proche-Orient216. Le rôle prédominant du symposiarque qui est aussi grand prêtre du dieu Bel peut illustrer cette importance des banquets et des distributions de nourriture et de boissons à Palmyre même. Il suffit de citer un texte de 242-243 (H. [NGHOLT, 1926, p. 129), à propos d’un symposiarque félicité parce qu’il a « servi du vin vieux aux prêtres pendant une année entière » (w’sq ḥmr’ ‘tyq’ Ikmry’ št’ klh)217. Or les symposiarques semblent être à l’écart des activités civiles. S’ils sont responsables de la plupart des distributions, cela peut signifier qu’il existe de ce point de vue une grande différence avec les autres cités grecques. Dans celles-ci, ce sont plutôt les magistrats qui offrent à la population des banquets, du vin, de la viande ou même du numéraire. Ainsi, un certain Épaminondas, à l’occasion de la fête des Ptoia (à Acraiphia en Béotie), fait des distributions et offre des banquets (dans le texte IG VII, 2712 cité plus haut). Or, comme le précise le texte, il a revêtu la magistrature suprême. Il s’agit d’une fête religieuse qui accompagne des concours, mais c’est un magistrat qui s’en occupe, ce qui est naturel dans le monde grec, mais non à Palmyre, où, autant que les lacunes des textes permettent de le dire, on ne trouve pas de cas de magistrats qui pratiquent ce genre de distribution.

167Certes, les données sur les bienfaiteurs sont moins nombreuses qu’en maintes cités d’Asie Mineure : mais on a vu que le même phénomène se produisait pour d’autres types de textes sans qu’on puisse conclure à l’inexistence de la vie civique. On peut aussi tirer un certain nombre de conclusions des bâtiments eux-mêmes : pour définir le niveau de richesse des notables, il faut se servir en particulier du témoignage des monuments funéraires.

  • 218 Voir pourtant les formules de E. Will, 1992, p. 130 : « Avec le sanctuaire de Bêl la Venise des sa (...)
  • 219 Pour les exemples dans les textes grecs et bilingues, voir l’index du vocabulaire en annexe II.

168Si les bienfaiteurs « multimillionnaires » sont absents à Palmyre, les quelques exemples explicites prouvent au moins que les bienfaiteurs palmyréniens étaient les équivalents de beaucoup des bienfaiteurs connus par les textes d’Asie Mineure. Il est fort probable d’autre part que les Palmyréniens ont pétrifié leur richesse, comme les notables du reste de l’Empire, mais qu’ils ont plus contribué à des constructions religieuses qu’à des bâtiments civiques. Enfin, la place des monuments funéraires ne doit pas être mésestimée. Leur nombre, leur taille et bien souvent leur qualité peuvent faire penser qu’une bonne partie de la richesse des Palmyréniens, quelle qu’en soit l’origine, se retrouve dans les nécropoles qui entourent la ville218. Le même vocabulaire se retrouve dans l’épigraphie funéraire et dans les inscriptions qui mentionnent des dons, en particulier avec l’usage de ἐξ ἰδίων (ou έκ τῶν ἰδίων)219. On retrouve la même fierté de personnages proclamant qu’ils ont les moyens financiers suffisants pour faire partie de l’élite de la cité. D’autre part, ce type de formule est tout à fait courant dans le reste du monde grec et prouve, s’il en était besoin, l’appartenance à une même koiné culturelle.

  • 220 Je reprends la formule employée par E. Will (E. Will, 1992, p. 129).
  • 221 P. Gros. 1996, p. 92.

169Les caractéristiques et le nombre des monuments funéraires rachètent en partie « la médiocrité relative » des monuments de la ville220. Ce jugement dépréciatif n’est pas partagé par tous d’ailleurs, comme le prouvent par exemple les remarques de P. Gros à propos de l’arc de Palmyre « le sommet de la série est atteint avec l’arc sévèrien de Palmyre », et plus loin « tout cela définit cette création des années 215-216 apr. J.-C. comme l’objet urbain le plus sophistiqué que nous aient transmis les provinces orientales »221.

170D’autre part, une partie des revenus de la ville devait provenir des terres agricoles de Palmyre et de Palmyrène, mais la part de ces revenus fournie par le commerce caravanier ne devait pas être négligeable. Dans ces conditions, il est possible que l’organisation des caravanes et l’entretien des animaux, même pendant les périodes où ces animaux étaient inemployés, aient pu immobiliser une partie des capitaux de certains notables palmyréniens. Dans ce cas, ceux-ci ne pouvaient donc utiliser une grande partie de leur fortune, qu’ils auraient pu employer par exemple pour des constructions dans la ville.

  • 222 Voir par exemple la comparaison faite par E. Will entre la Colonnade transversale de Palmyre et la (...)

171Palmyre apparaît donc comme une grande ville, sans être une très grande ville comme Éphèse ou Antioche. La médiocrité de la cité est toute relative, et aussi bien les sanctuaires que les monuments comme l’agora ou les différentes colonnades soutiennent bien la comparaison avec les édifices connus ailleurs222. E. Will souligne avec raison le risque d’illusion rétrospective qu’on court à Palmyre, puisque c’est un des seuls sites sur lequel on connaisse autant de monuments, ce qui permet difficilement de faire des comparaisons. Mais il serait peut-être aussi dangereux de surévaluer les autres sites, justement à cause de leur disparition.

  • 223 Sur les thermes de Dioclétien fouillés de 1959 à 1962 puis en 1970 et 1977, voir A. Bounni. 1995, (...)
  • 224 Sur le théâtre de Palmyre, la seule publication est à peu près J.-P. Fourdrin. 1989, p. 171-174.

172Certes, l’urbanisme de Palmyre est marqué par l’absence d’un certain nombre d’édifices : il n’y a ni stade, ni hippodrome. Ces monuments ont pu exister et ne pas être attestés. Pourtant, malgré le grand nombre de textes, l’absence totale de mentions est curieuse. D’autres activités typiques des cités grecques sont présentes, même si la documentation est parcellaire. On a vu qu’il y avait au moins un exemple de gymnasiarque, mais qu’on ne savait rien de l’existence d’un gymnase. Les bains de Malakbel et d’Aglibôl sont les seuls connus épigraphiquement, mais une installation de ce type devait se trouver à l’emplacement des thermes de Dioclétien223. Le théâtre de Palmyre, qui n’a, semble-t-il, jamais été achevé, a sans doute été commencé au début du iiie siècle224. On ne sait pas quel genre de spectacles s’y déroulaient (pantomimes, récitals musicaux, cérémonies civiques ou religieuses ?), mais il existe et il devait être utilisé d’une manière ou d’une autre (fig. 61).

  • 225 Voir dernièrement M. Sartre, 1996a, p. 385-386 (et p. 397) avec la citation fameuse du discours de (...)
  • 226 Il suffit de renvoyer aux exemples réunis par M. Sartre, 1991, p. 151-152 : on pense en particulie (...)

173Pourtant Palmyre se distingue par l’absence de concours athlétiques, musicaux et poétiques225. C’est en effet un type d’évergétisme qui manque totalement à Palmyre, alors que c’est une catégorie tout à fait courante dans l’ensemble des cités grecques, même dans ce qu’on pourrait parfois qualifier de villages226. Sauf si l’on découvrait dans une ville quelconque d’Asie Mineure une inscription qui relate les exploits agonistiques d’un citoyen de l’oasis, il faut conclure sur ce point à la spécificité du comportement des Palmyréniens.

  • 227 CIS 3959 (= BS n° 44) : on a en grec ξένοις τε καί πολείτα[ις] et en araméen Ibny md[ynt’ wl]’str[ (...)
  • 228 Par exemple sur les tessères RTP 160 ou 709.

174Pourtant, les activités gymniques (au sens d’« activités du gymnase ») sont peut-être à déduire d’au moins deux textes. Le premier est la mention d’un gymnasiarque, dans un texte malheureusement mutilé (Inv X. 102). Si on en croit les parallèles d’Asie Mineure, la fourniture d’huile par Malê Agrippa avait aussi à voir avec les activités du gymnase, d’autant plus que ce don n’était pas destiné aux seuls Palmyréniens, mais aussi aux étrangers et aux soldats présents dans la ville à l’occasion de la visite d’Hadrien227. Elle devait donc correspondre à des traditions connues par les étrangers, plus hellénisés que les Palmyréniens. On peut d’ailleurs se demander si ce bienfait, seul exemple de son espèce à Palmyre, à l’occasion de la venue de l’empereur, n’était pas destiné à rester isolé : c’est peut-être seulement l’événement constitué par la visite d’Hadrien qui l’a motivé, alors qu’il ne correspondait pas aux coutumes locales. Dans cette hypothèse, le bienfait de Malê Agrippa est effectivement à comprendre sur le modèle des exemples connus ailleurs, mais aussi comme quelque chose d’exceptionnel, sans précédent, ni parallèle à Palmyre. On peut néanmoins le comparer aux distributions d’huile qui sont attestées dans le cadre des thiases (donc un cadre plus réduit) à de nombreuses reprises228, mais c’est encore une fois dans un contexte qui a plus à voir avec des traditions locales qu’avec l’évergétisme gréco-romain.

175Il est difficile de conclure à l’absence d’hellénisation à Palmyre, au moins pour les formes institutionnelles et pour certaines pratiques. Mais on comprend bien que l’existence de monuments construits selon des normes gréco-romaines et la présence d’une boulè ne signifient pas nécessairement que dans la vie quotidienne les notables de Palmyre avaient un comportement identique à celui des notables des villes très hellénisées d’Asie Mineure, ou même à celui de certains de leurs pairs d’Antioche ou d’Apamée. Même si les bâtiments de Palmyre ont été construits selon des procédés identiques (don des notables), il faut souligner que l’accent est mis sur les édifices religieux. La culture de Palmyre, qui a beaucoup emprunté au monde gréco-romain, a conservé jusqu’à la fin des traits propres qui sont bien mis en lumière par l’étude des relations sociales et de l’évergétisme, tels qu’ils apparaissent dans la documentation.

Notes

1 Pour un bilan sur le costume des Palmyréniens. E. Will, 1992, p. 95-102 et 106-111. Voir aussi M. A. R. Colledge, 1976a, p. 139-152.

2 H. Ingholt, 1976, p. 115-119 et 136 (pl.cIII, 1-4) à propos d’une tête de Copenhague et d’une d’Istanbul. Voir la discussion à ce sujet de E. Will, 1992, p. 183-185 avec photos de la tête de Copenhague. E. Equini Schneider (1993, p. 131. légendes des fig. 3.3-34) les date de la fin du iie siècle. Récemment, semble-t-il, d’autres têtes du même type ont été découvertes à Palmyre (communication personnelle de M. Gawlikowski), sans qu’on puisse assurer qu’il s’agit bien d’Odainat. Voir aussi E. Equini Schneider, 1993, p. 137, fig. 37-38, pour ce qui est peut-être un autre portrait d’Odainat.

3 A. Schmidt-Colinet et Kh. As’AD, 1995, p. 40-42. Le sarcophage provient du temple funéraire n° 176 et est exposé à présent dans la cour, devant l’entrée du Musée de Palmyre.

4 A. Schmidt-Colinet et Kh. As’ad, 1995, p. 41 y voient un caravanier (« einheimischer Karawanenherr »). Néanmoins, la présence du costume iranien et du cheval ne suffit pas à appuyer cette déduction.

5 C’est l’interprétation la plus probable de cette coiffure particulière. Voir les remarques de R. Stucky (R. Stucky, 1973) : « Comme le mortier n’apparaît jamais dans les scènes profanes et comme les bustes coiffés du mortier portent souvent la boîte à encens et le balsamaire, qui sont d’incontestables instruments de sacrifice, il est permis de reconnaître dans ces images celles de membres du clergé palmyrénien. La statue du personnage vêtu à la romaine, rend probable que les personnages tête nue. dont le mortier est posé sur un coussin ou un pilier, sont aussi à considérer comme des prêtres. Il se peut que la différence tienne à la provenance ethnique du prêtre : le Romain couvrait lors du sacrifice sa tête d’un pan de sa toge : l’Arabe, lui. sacrifiait tête nue. » (p. 175).

6 R. Stucky, 1973,p. 170-171. Pour l’iconographie des prêtres, J.-C. Balty (J.-C. Balty, 1996, p. 441, n. 37) ajoute aux signes caractéristiques énumérés par R. Stucky « la présence du lourd manteau agrafé par une fibule sur l’épaule droite et celle d’une large ceinture portée très haut sur la tunique, qui paraissent exclusivement caractériser les prêtres ».

7 En ce sens, A. Schmidt-Colinet et Kh. As’ad, 1995, p. 42.

8 On remarquera que les attestations épigraphiques et iconographiques ne semblent concerner que des prêtres, mais qu’il n’est jamais question de prêtresses. Il s’agit bien sûr d’une différence majeure avec le monde gréco-romain, dans lequel des femmes jouent un rôle religieux de premier plan. On reviendra sur cet aspect dans le chapitre suivant. Il semble pourtant que certains cultes sémitiques aient eu des desservants de sexe féminin, mais ces dernières ne sont pas attestées à Palmyre. Les seules femmes de l’iconographie religieuse (les femmes voilées de la poutre du temple de Bel) assistent seulement à la cérémonie, dissimulées derrière leur voile.

9 La seule exception concerne non un prêtre, mais un symposiarque, Bôlanos Bôlaî (Βωλανος Zηνοβιου bwly brzbyd’), de la famille d’Aaîlamî et Zebîdâ, dans le texte J. Cantineau, 1930b, n° 14.

10 En feuilletant les planches du CIS, par exemple les numéros 4118, 4231, 4243, 4250, 4285, 4288, 4298, 4322-4324, 4364, 4395, 4402, 4458, 4465, 4497, 4504, 4561 -4562, 4576, 4589, 4607. Mais on pourrait en trouver de nombreux autres exemples.

11 Par exemple, RTP 177-178. On trouvera dans les tables alphabétiques de RTP, la liste des tessères en rapport avec le « Personnel sacré » (p. 198).

12 RTP 10-29. Comme on peut le vérifier aux planches I et II de RTP, cette formule est accompagnée de la représentation de personnages coiffés du modius.

13 Le mot araméen apparaît sur les tessères RTP 27 et 30-35. En traduction grecque, l’expression complète, qui n’existe pas sur les tessères, est συμποσίαρχος τῶν τοῦ θεοῦ Διὸς Βηλου ἱερέων (« symposiarque des prêtres du dieu Bel »). par exemple en CIS 3942. Le même personnage est aussi άρχιερεύς du grand dieu Bel (voir un autre cumul de fonctions dans G. W. Bowersock, 1976, p. 349-355 = AE 1976. 687). Sur ces fonctions et les divers titulaires de la fonction, autant que les sources permettent de le savoir, voir chapitre I.

14 Son nom a disparu, mais sa généalogie est conservée (à partir du père ou du grand-père) : [...] mlkw br lšmš br hnbl’ ‘by (« Malikû. fils de Lishamsh, fils de Hennibel Aabeî »). Comme on l’a vu au chapitre i, il peut s’agirdu même personnage que le proèdre de Inv X, 59, mais rien ne l’assure.

15 Voir le cas des familles étudiées au chapitre i.

16 Voir par exemple DFD, p. 107 : « ces modestes documents [les tessères]. qui témoignent de façon éloquente de l’intense activité des thiases et des collèges religieux, professionnels, familiaux, de la ville caravanière ».

17 R. Stucky, 1973, p. 178.

18 Pour un certain nombre de ces rapprochements prosopographiques, voir RTP, p. 203 ; J. T. Milik dans DFD (passim) s’est aussi beaucoup servi des tessères pour reconstituer un certain nombre de familles palmyréniennes (voir à l’index épigraphique de DFD, p. 465-469).

19 Sur Zeugma. voir principalement J. Wagner, 1976. D. Kennedy. 1998 et sur les fouilles actuellement en cours, la « Chronique des fouilles » dans Anatolia Antiqua. Plus particulièrement sur la sculpture funéraire, outre l’ouvrage de J. Wagner et celui de K. Parlasca (1982), on peut citer I. Skipinska-Løvset, 1985, p. 120-129. Cette parenté et la popularité de la sculpture palmyrénienne ont fait que très souvent les catalogues de vente présentent comme palmyréniens des bustes funéraires qui proviennent manifestement des villes proches de la vallée de l’Euphrate (voir K. Parlasca, 1982, p. 9). C’est le cas de quelques reliefs inscrits (inscriptions dans SEG 39, 1590 et 40, 1420-1421) proposés à la vente en 1989-1990 par la firme Sotheby.

20 Pour les bijoux qui recouvrent certaines Palmyréniennes. voir entre autres D. Mackay, 1949, p. 160-187 et M. A. R. Colledge, 1976a, p. 96-98 et 150-152.

21 Voir M. Sartre, 1997, p. 153-174. Une inscription découverte en octobre 1998 permet peut-être de lire le mot βουλή, ce qui en ferait le premier témoignage d’institutions civiques découvert sur place.

22 Sur les inscriptions syriaques anciennes en général. H. J. W. Drijvers et J. F. Healey, 1999. Les inscriptions syriaques d’Apamée-de-l’Euphrate sont en cours de publication par A. Desreumaux.

23 Le texte est le suivant ἔτους ηπυ ' (ou τ ') μη[ν]ὸς γορπιαίου Ζαβ[ε?]δίβωλος « L’année 488 (ou 388). mois de Gorpiaios. Zabdibelos ». 11 a été publié par J. B. SEGAL, 1970, p. 30, n. 5 et pl. 14b (cf. H. J. W. Drijvers, 1980, p. 24, n. 18 et pl. 8 d’où notre texte : K. Parlasca, 1982,p. 15 et n. 151-152). La date correspond à 76-77 ou 176-177 (solution préférée par J. B. Segal).

24 Cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas eu d’évolution des formes, mais il semble bien que les composantes et leurs proportions restent en grande partie les mêmes.

25 A. Schmidt-Colinet et Kh. AS’AD, 1995, p. 43-44 (voir ici fig. 40 et chapitre vi).

26 Voir dans JRS (84, 1994, p. 244-245), les remarques de M. Gawlikowski dans son compte rendu de F. Millar, 1993 : « The formal education dispensed in Syria was entirely Hellenic, and standard. Willi the obvious exception of the Jewish community, there is no reason to suppose the existence of schools maintaining native literary traditions (if any). Even in Palmyra, where the “epigraphic habit” exceptionally produced texts in Aramaic, the existence of the practice does not necessarily imply any training above elementary level. After all, the tribesmen who left thousands of Safaitic inscriptions in the Syrian desert surely never went to school. » On ne peut néanmoins exclure le fait qu’il a pu exister à Édesse et ailleurs des écoles où l’on apprenait aussi la langue locale, mais peut-être aussi un peu plus, et pas seulement en grec. Après tout, c’est pendant ces années que se mettent en place les structures qui permirent les grands courants de traduction du grec en syriaque : voir J. Teixidor, 1992, p. 119-126. L’existence d’un écrivain comme Bardesane (ier au iie siècle) pourrait le prouver, car il est l’auteur d’une des premières œuvres syriaques connues, même s’il savait le grec. L’influence hellénique sur lui est forte, mais il a pu créer une œuvre syriaque (F. Millar, 1993, p. 474-475). D’autre part, il est vrai qu’on aimerait bien savoir quelle place avait vraiment à Palmyre « l’éducation formelle » dont parle M. Gawlikowski. Même sur la culture hellénique, il n’existe pas de sources à Palmyre. à la différence de nombreuses autres villes de Syrie.

27 On peut citer par exemple l’opinion de F. Millar ( 1993, p. 329) : « It is essential to stress that in this sense we have no comprehension at all of the culture of Palmyra, or even of whether there was a Palmyrene culture in which an educated Palmyrene would have been brought up. »

28 À ce sujet, l’édition de quelques fragments de parchemins (en quelle langue ?) exposés dans les salles du musée de Palmyre serait intéressante. Un des parchemins de Doura (PDura n° 152 dans C. B. Welles et alii. 1959 = PAT 1656) est aussi écrit en palmyrénien (voir C. B. Welles et alii. 1959, p. 414). Il s’agirait peut-être d’un contrat de vente. E. Cussini (éditrice de PAT) prépare une nouvelle édition de ce parchemin conservé à l’université de Yale (New Haven) ; voir PAT, p. 237.

29 Par exemple, pour les dernières années de la ville, les deux textes araméens sur le thiase de Bel et les custodes : Inv IX, 28 (de 272) corrigé par M. Gawlikowski (M. Gawlikowski. 1971, p. 413-415) qui publie également une autre inscription de l’année suivante (p. 420). Sur ce type de documents et le personnel religieux, cf. DFD, p. 284-303 et M. Gawlikowski, 1973a, p. 57-58 et 1973b, p. 113-124. L’introduction d’éléments nettement grecs dans l’iconographie religieuse (statue d’Athéna Parthénos) est signes d’influence extérieure, mais on n’a aucun moyen de savoir si cela s’accompagnait d’une connaissance même superficielle de la signification réelle de cette iconographie et de la mythologie afférente. Même si les Palmyréniens les plus cultivés avaient eu quelques lueurs sur cette dernière, le moins qu’on puisse dire est qu’ils n’en ont pas fait état dans les textes épigraphiques. On peut se demander si dans ces cas la valeur décorative ne prime pas sur l’éventuelle signification religieuse. C’est à la même conclusion qu’arrive E. Equini Schneider ( 1993, p. 121 ) à propos de la réutilisation à Palmyre de motifs iconographiques qui. pris isolément, perdent leur valeur symbolique et religieuse pour devenir de simples motifs ornementaux.

30 Dans le recueil de H. J. W. Drijvers et J. E. Healey. 1999. N° Asl, p. 45-48. Le texte date vraisemblablement de la première moitié du iiie siècle.

31 J. Teixidor, 1998, p. 728-731. Sur le personnage, le traitement le plus complet est celui d’E. Equini Schneider. 1993. Pour son origine, voir p. 25-34 : E. Equini Schneider conclut à l’obscurité de l’origine de Zénobie. le seul élément de certitude étant le nom de son père Antiochos (CIS 3971 revu par Ch. Clermont-Ganneau, 1920.p. 413 : voir le tableau des milliaires en annexe). Voir aussi le chapitre i, supra.

32 Voir cependant E. WILL, 1996, p. 114-115, qui exprime ses doutes sur le caractère « parthe » de la culture et de l’art de Palmyre.

33 J. Teixidor ( 1998, p. 725) cite l’opinion de Ch. Clermont-Ganneau (1920, p. 2-3) qui voit dans ce titre un emprunt au protocole royal arsacide et perse afin de protester contre l’usurpation sassanide. Il émettait l’hypothèse, parfois reprise à propos de Septimius Worod, qu’il existait à la cour d’Odainat un groupe de partisans des Arsacides, réfugiés à Palmyre. Voir aussi E. Equini Schneider (E. Equini Schneider, 1993, p. 16) qui cite le cas des rois d’Arménie et du Bosphore Cimmérien. Le titre peut en effet être le reflet d’une politique anti-perse (M. Gawlikowski, 1973a, p. 100 pour le texte).

34 Dernièrement E. Will, 1992, p. 152-165. La bibliographie sur l’art parthe est immense. On retiendra à propos de la place de Palmyre dans ce cadre. D. Schlumberger. 1970 et M. A. R. Colledge. 1976a.

35 J. Teixidor, 1998, p. 728-729, avec en particulier des références à M. Tardieu, 1992, p. 15-24 et à 1. Gardner et S. Lieu. 1996, p. 146-169.

36 Sur le caractère non iranien, mais sémitique du manichéisme, voir 1. Gardner et S. Lieu, 1996, p. 146 et 168.

37 F. Millar, 1971, p. 12 et J. Teixidor, 1992, p. 52-56 et 1998, p. 730-731. Athanase, Historia Arianorum 71, 1.

38 Cité par Protius (Bib. 265, éd. Bekker, p. 492a : éd. R. Henry. CUF, 1977, t. VIII, p. 60) : καὶ τὰ πολλὰ συνηγωνίζετο (i. e. Λογγῖνος) Ζηνυβία τῇ τῶν ‘Oσροηνῶν βασιλίδι, τὴν ἀρχὴν κατεχούσῃ ‘Oδενάθου τοῦ ἀνδρὸς αὐτῆς τελευτηκότος,. ἣν καὶ μεταβαλεῖν εἰς τὰ ‘Ιουδαίων ἔθη ἀπὸ τῆς ‛Ελληνικής δεισιδαιμονίας παλαιός ἀναγράφει λόγος « et il (Longin) plaida souvent pour Zénobie. reine d’Osroène, qui régnait depuis la mort de son mari Odénathos : une vieille tradition rapporte qu’elle aurait adopté les coutumes juives et abandonné la superstition païenne ». Que Zénobie soit considérée comme une reine d’Osrhoène amène évidemment à quelques réserves sur la crédibilité du témoignage.

39 Voir au chapitre vi pour le cas de la seule famille dont l’onomastique est presque certainement juive au iiie siècle (CIS 4201). On ne possède pas d’exemples antérieurs. Les deux textes hébraïques antiques découverts sur le site sont datés par J. Starcky de l’époque byzantine, sur des critères paléographiques (J. Starcky, 1960, col. 1099).

40 Voir F. Millar, 1971, p. 12. Le texte égyptien souvent cité (OGIS 129 = ILS 574 = CIJ 1449) est à exclure du débat, car il concerne sans doute plutôt Cléopâtre et Césarion (voir J. Teixidor, 1998 ; p. 728-729).

41 L. Equni Schneider, 1993, p. 14-15 et 38-44.

42 Voir D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 58, n. 2 : le seul exemple connu à Émèse est fourni par les monnaies d’Uranius Antoninus. Cet usurpateur s’appelle en effet Lucius Iulius Aurelius Sulpicius Uranius Antoninus (voir H. Seyrig, 1958, p. 55-56 et dernièrement H. R. Baldus, 1996, p. 373). Mais le double gentilice n’apparaît pas dans le tome V des IGLS, consacré à la région d’Émèse. On connaît par ailleurs un L. Iulius Aurelius Hermogenes (H.-G. Pflaum, 1960, I, p. 759-762, n° 293) qui honore un anonyme qui a été préfet du prétoire à l’époque d’Élagabale. Il faisait sans nul doute partie de l’entourage de cet empereur, de Iulia Maesa et de Iulia Soaemias.

43 CIS 3970 : Inv X, 64 et 67 (cf. H. Seyrig, 1941b, p. 266-267, n° 26) : les textes AE 1969-1970, 610-611 (= M. Gawlikowski, 1984, nos 40-41) et AE 1991. 1573 (H. E. Herzig et A. Schmidt-Colinet, 1991, n° 1 ) sont des dédicaces aux Sévères, mais par la garnison de Palmyre, non par des habitants de la ville. Seul Hadrien, qui a donné son nom à la ville et ses habitants (‛Aδριανòς пαλμρηνός) semble avoir reçu plus de dédicaces.

44 H. Seyrig, 1959b, p. 190-191. Voir aussi F. Millar, 1993, p. 300-309.

45 H. Seyrig, 1959b, p. 191 et E. Will. 1992, p. 108-109 citant Herodien V, 3, 12.

46 Sur le cercle de Julia Domna. J. Sirinelli, 1993, p. 364-365. Sur celui de Zénobie. en particulier sur la figure de Longin, J. Sirinelli. 1993, p. 427-430.

47 Voir J. Sirinelli. 1993, p. 430.

48 J. Balty, 1996, p. 410. Le même atelier pourrait aussi être à l’origine des mosaïques de Shahba-Philippopolis, au milieu du iiie siècle.

49 E. Equini Schneider. 1993, p. 104 et n. 10 (voir plus loin à propos de la place des maisons dans le développement urbain en général et la place des notables dans ce cadre).

50 Voir par exemple J.-C. Balty. 1996, p. 437-441 : « Mon propos est ici volontairement limité à Palmyre. dont le caractère de culture mixte a certes toujours été noté, les éléments orientaux étant peut-être plus souvent mis en évidence que les cléments grecs et romains, au-delà de cette hellénisation de surface qui a été relevée à maintes reprises. » (p. 437)

51 En ce sens par exemple, J. Sirinelli. 1993, p. 429-430.

52 Même s’il semble difficile de le suivre, quand il propose de voir dans les termes bny (« fils ») de ce type de texte, un terme « classificatoire » (classificatory). c’est-à-dire pouvant désigner a priori n’importe quel membre de la tribu en relation de clientèle avec le donateur, et non pas seulement ses fils au sens naturel. Comme on l’a vu au chapitre II, il renonce d’ailleurs assez vite à cette théorie (voir K. Dijkstra. 1995, p. 291).

53 Au sens de ceux pour la vie de qui la dédicace est faite. K. Dijkstra parle plutôt de recipient pour désigner la divinité (ou parfois la personne) à qui la dédicace est faite.

54 K. Dijkstra, 1995, p. 243-244.

55 K. Dijkstra. 1995, p. 259-281. Les remarques de l’auteur sur les textes latins avec l’expression pro salute (p. 276-281) semblent négliger ce que l’expression a de courant dans l’épigraphie latine. Leur rapprochement avec le cas de l’épigraphie nabatéenne relève plutôt de la coïncidence que d’autre chose. Deux des trois textes qu’il cite (Prel. Rep. V, p. 227, n°561 = AE 1934. 280 et VII/VIII, p. 85, n° 847 = AE 1940, 220) sont des dédicaces impériales. « pour le salut de l’empereur », par des corps militaires romains, selon un modèle tout à fait courant dans l’ensemble de l’Empire (le troisième. Prel. Rep. IX. 3, p. 107. n° 970 = AE 1954. 264, est une dédicace à un officier par son affranchi). Au contraire, les textes grecs sont tous le fait d’habitants de la ville, pour d’autres habitants, et non pour des militaires ou des souverains de Rome.

56 Le mot σωτηρίας, comme on le voit, est entièrement restitué à cet endroit. Or la lacune est en fait plus longue, et on peut se demander si, comme dans le second texte, il n’est pas éventuellement possible d’ajouter une formule du type καί έαυτοῦ καί τέκνων (ou équivalent) à la ligne suivante. Cela rapprocherait le formulaire de ce texte de celui qui est assez courant à Doura. et en tout cas du deuxième texte qui mentionne Séleukos parmi les bénéficiaires.

57 Il est étonnant que K. Dijkstra n’ait pas reconnu que ce texte était inscrit sur une borne milliaire (K. Dijkstra, 1995, p. 168, n. 102 :« the designation “m 14” (l. 7) is rather perplexing » !) à quatorze milles de Palmyre, au lieu-dit el-Kerasi. Sa référence à la page 293 de DFD ne s’applique pas à ce texte, mais à CIS 3994. qui provient du même endroit, mais date de 114.

58 « Et pour le salut de Septimia Zenobia. la très illustre reine, mère du roi ». Ce texte a été aussi édité par Ch. Clermont-Ganneau, 1920, p. 391-399 qui propose après βασιλέως, θυγ(ατρὸς) τοῦ ‘Aντιόχου « fille d’Antiochos ». ce qui répond au bt ‘nṭywkws du texte araméen.

59 Il semble pourtant que ce soit le seul cas et que les militaires de Wahballat (et de Zénobie) découverts ailleurs en Syrie comportent un formulaire beaucoup plus classique (voir tableau des bornes milliaires en annexe XIV). La présence de Γ araméen s’explique peut-être par la proximité de la ville de Palmyre. Il faut réserver le cas de certains textes grecs que Ch. Clermont-Ganneau (1920, p. 414) propose de restituer de la même manière que CIS 3971 (= OGIS 649 : il s’agit des textes A. Musil et E. Kalinka, 1900. n° 11-12 = OGIS 650-651). Au cas où la proposition serait justifiée, il faudrait alors vérifier si les bornes ne comportaient pas en plus un texte araméen.

60 Le texte le plus récent à comporter l’expression dans sa formulation la plus courante est le texte CIS 4050 de 261. Il s’agit d’une dédicace au dieu anonyme, comme la plupart des textes de ce type à une époque tardive, pour la vie du donateur Hagegû (ḥggw bryhyb’ yrḥy), celle de son père, son frère et ses enfants. On retrouve le même dédicant dans le texte CIS 4030, de 232, avec les mêmes bénéficiaires, sauf les enfants, sans doute parce qu’il n’en avait pas encore. La dédicace la plus récente au dieu anonyme, avec la même formule (Inv XI. 20 de 263) présente la particularité de ne pas avoir été faite pour la vie du donateur, mais seulement pour celle de son père et de « tous les gens de sa maison » (bny byth klhwn).

61 Pour la différence entre minor et major dedications, voir K. Dijkstra, 1995, p. 88-89 : les premières se trouvent principalement sur des pyrées de dimensions modestes souvent dédiés au dieu anonyme. Les autres se rapportent à des offrandes plus importantes, comme des temples, des portiques ou encore des autels de grande dimension. Mais elles datent surtout des deux premiers siècles de notre ère, alors que les dédicaces au dieu anonyme ont été faites en majorité au IIIe siècle (K. Dijkstra, 1995, p. 143).

62 Phénomène rapproché par K. Dijkstra (K. Dijkstra, 1995, p. 167) du petit nombre de grandes dédicaces bilingues, alors que les inscriptions honorifiques le sont majoritairement : « this trend towards bilingualism, indeed, may illustrate the waxing Roman influence in Palmyra ».

63 K. Dijkstra, 1995, p. 1 15.

64 Il peut être de la même famille que bryky br nbwzbd br bryky (RSP n° 38). peut-être son frère : à la même famille appartiennent encore les gens qui apparaissent en RSP nos 37 et 39. dans l’hypogée de Shalamallat (voir K. Dijkstra. 1995, p. 112). Mais ils donnent peu de renseignements sur le statut et l’histoire de la famille.

65 Voir l’arbre généalogique dans BS, p. 55.

66 Ce que C. Dunant appelle « rappel sur colonne » (BS, p. 20).

67 Son nom complet est Zebâ. fils de Taîmnâ. fils de Wahbaî, fils de Belhazaî (zb’ br tymn’ br whby br blḥzy).

68 Liste des textes dans Inv X, p. 49-50 et G. W. Bowersock, 1989b, p. 167. Voir infra, index des Palmyréniens, s.v. « Iarhaî »

69 CIS 3945. Pour tous ces mots, voir l’index du vocabulaire en annexe et les remarques du chapitre I.

70 Pour l’application du terme « δεσπότης » à la famille impériale, voir à Palmyre CIS 3970. L’équivalent sémitique est mrn « notre maître » voir par exemple pour Aurélien. la restitution [m]r[n] très probable de M. Gawlikowski (M. Gawlikowski, 1971, p. 420). Le ternie est aussi attesté dans un texte publié parle même savant (1970a, p. 68-69) : […] Αμεικος τòν δεσπότην. L’identité de la personne qui porte le titre de « δεσπότης » reste, dans ce cas, mystérieuse.

71 Cf. par exemple E. Will., 1992, p. 174. La position de M. Christol. 1997, p. 148 est plus tranchée : «Ce titre (consularis) ne peut signifier qu’il ait été gouverneur de province, comme on l’a parfois affirmé : on peut hésiter entre l’admission parmi les anciens consuls, par adlectio, et l’octroi des ornements consulaires ». Voir aussi F. Millar qui remarque que l’utilisation des mots δεσπότης/mrn dans CIS 3945 n’est pas forcément une allusion au rôle dynastique d’Odainat (F. Millar, 1995, p. 418-419).

72 Sans compter que dans un contexte non institutionnel et officiel, le terme a le sens courant de maître, comme dans le texte Inv XI. 13 où il s’agit visiblement du maître d’un serviteur. Le terme est surtout utilisé dans les textes religieux et désigne en particulier le dieu Baalshamîn (mr’ ‘lm’, « maître du monde ». CIS 3912 ou 3986) et le dieu anonyme (mr’ kl, « maître de tout ». CIS 3998 = RSP n° 130).

73 Pour l’équivalence entre le latin dominus et le grec κύριος ou δεσπότης, voir D. Magie, 1905, p. 66-67.

74 CIS 3947 (avec dans le texte araméen parallèle la traduction mrthwn, « leur maîtresse ») de 271 (fig. 43) et Inv III, 3 ([δε]σ(π)οίνης. sans version araméenne) antérieur à 267-268. Le titre peut être porté à ce moment par Zénobie. comme le font aussi les mères des empereurs.

75 CIS 3944 (Inv III, 16), BS n° 52, Inv XII, 37 et H. Seyrig, 1963, p. 161.

76 Comme dans le texte H. Seyrig, 1963, p. 161.

77 Si le grec semble plus précis pour les termes institutionnels et honorifiques, seul le palmyrénien précise le mois (nysn 563, soit avril 251).

78 Προστάτης est d’ailleurs une traduction possible et même courante du patronus latin.

79 On retrouve certains de ces personnages dans le texte Inv IX, 28 (avec les lectures de M. Gawlikowski, 1971, p. 413-421 ; voir ici la fig. 46) antérieur à la chute de Palmyre.

80 Sur les associations professionnelles en Asie Mineure, voir par exemple M. Sartre, 1995, p. 258-259 avec les références antérieures. L’ouvrage de O. M. Van Nijf. 1997 fait un bilan sur le sujet dans l’Orient romain, en particulier du point de vue des relations avec les cités.

81 P. Garnsey et R. Saller. 1994, p. 235-251.

82 M. Gawlikowski, 1985, p. 251-261 et K Millar. 1995, p. 414-419.

83 Cf. par exemple J. Cantineau, 1930a, p. 546-547, n° 13 (= M. Gawlikowski, 1970b. n° 26, p. 211).

84 J. K. Stark donne pour les noms plyn’ et plynws la même explication : équivalence avec le grec Φιλεινoς (cf. J. K. Stark. 1971, p. 108). La forme [Φλαβιανό]ς de DFD, p. 232 (reprise par H. Ingholt, 1976, p. 130) est moins probable : le nom latin, Flauianus (Φλαβιανός en grec) est transcrit plwynws en araméen en Inv X, 130. Si plyn’ et plynws sont vraiment deux transcriptions différentes du même nom, on peut se demander s’il n’y a pas là un des rares cas où la transcription tiendrait compte du cas utilisé en grec (nominatif Φιλεῖνος. puis génitif Φιλείνου), mais cela est peu probable. Ce qui est curieux aussi est que l’équivalent grec du nom plyn’ n’apparaisse pas dans le texte dans cette langue. Il est en fait possible que le nom de l’ancêtre r’y ne figure pas dans la version grecque et qu’il faille plutôt restituer Φιλείνου dans la lacune, à la place de Ρααιου. Cela expliquerait aussi les deux formes du nom en araméen, qui auraient été simplement copiées sur la version grecque (ce qui ne signifie pas que celle-ci soit l’original de l’ensemble du texte !).

85 En tout état de cause, il est le fils d’un r’y, nom sémitique, attesté par ailleurs à Palmyre (cf. J. K. Stark. 1971, p. 50 auquel on peut ajouter le texte BS n° 2).

86 Voir le commentaire de J. Starcky et H. Ingholt, dans PNO, p. 174, à propos du même nom qui apparaît dans le texte n° 79 de leur recueil. On aurait donc un autre cas où il n’y a pas totale correspondance entre les noms sémitiques et grecs, alors même qu’on aurait pu l’attendre. Cela incite une nouvelle fois à la prudence, quand on essaie de trouver des équivalences à des noms grecs portés par des Palmyréniens.

87 On a en grec στρατιώτης λεγ[εῶνος Κυρηνα]ίκῆς (« soldat de la Légion cyrénaïque ») et plḥ’ dblgywn’ dy bṣr(« soldat dans la légion qui est à Bostra »). Si comme l’écrit J. Cantineau. Inv III, p. 23, le mot « légion » doit être en abrégé, parce qu’il n’y a de la place que pour six ou sept lettres dans la lacune (contre onze dans sa restitution), on peut restituer éventuellement λεγ[ γ’ Κυρηνα]ικῆς comme en Inv Χ, I ou 108-109 par exemple.

88 Le terme sémitique correspondant semble avoir les mêmes connotations que le terme grec στρατιώτης.

89 H. Ingholt, 1976, p. 133 citant les textes d’Adraha (Der’a) publiés par H.-G. Pflaum, 1952, p. 307-330.

90 Voir par exemple, P. A. Brunt, 1976, p. 161-173.

91 Le formulaire des inscriptions honorifiques, classique dans l’épigraphie grecque, est relativement constant : voir le chapitre I.

92 Voir l’index du vocabulaire honorifique pour les mots grecs et leur traduction éventuelle en araméen.

93 Un quatrième texte (Inv X. 117) semble être une dédicace à un militaire romain de l’ala Thracum Herculianae par un membre du clan Haumal. autant qu’on puisse en conclure des restes d’une inscription très abîmée.

94 D’où les mentions de la « reconnaissance » dans les autres textes, ou des mots de ce genre avant χάριν ou ἔνεκεν.

95 Cette hypothèse a l’inconvénient (entre autres) de négliger la part de hasard dans les découvertes.

96 Mais on a pu voir par ailleurs que les traductions ne se signalent pas toujours par leur fidélité et leur précision, et dans le cas de CIS 3937. c’est sans doute une explication de ce type qui est la meilleure.

97 Le texte araméen est publié dans Inv X, 87 et le grec Inv X, 88.

98 La généalogie du second s’achève par bny ‘nwbt. J. Cantineau (J. Cantineau, 1930b, p. 35, n° 9 suivi par J. Starcky, Inv X, ad loc.) propose de restituer le mot mn entre le nom du grand-père et bny ‘nwbt ; il comprend donc que le (ou les) dédicant(s) appartiennent à la tribu jusque-là inconnue des bny ‘nwbt. Il est plus simple pourtant de faire de ‘nwbt l’arrière-grand-père commun aux deux dédicants (voir M. Gawlikowski, 1973a, p. 32).

99 Voir par exemple la liste d’exemples donnés par R. Saller, 1982, p. 195-199 pour l’Afrique du Nord (inscriptions latines avec principalement les mots patronus et amicus). Même si les relations d’amitié peuvent fonctionner dans les deux sens, et si le terme peut être employé par le patron pour ne pas froisser son client par un terme dépréciatif (voir R. Saller, 1982, p. 11-15), l’apparition des termes dans l’épigraphie semble toujours aller dans le même sens (remarque similaire de R. Saller, 1982, p. 10-11 sur l’usage différent de patronus dans les sources littéraires et épigraphiques : patronus est présent surtout dans ces dernières, car elles sont le fait de clients, alors que les sources littéraires produites par des patrons ne mentionnent pas le terme, par politesse envers leurs protégés).

100 Kh. As’ad et M. Gawlikowski, 1986-1987, p. 170. On peut remarquer qu’en hatréen, on retrouve la même formule avec rḥmh (Hatra n° 36) qui désigne le dédicant. et non la personne honorée. Il s’agit peut-être d’une influence du formulaire grec comme à Palmyre. ou alors d’un formulaire araméen propre sur lequel on n’a aucune information. On peut penser aussi à l’institution hellénistique des « amis royaux », les philoi. Dans ce cas, les amis sont en relation de dépendance avec le souverain. On peut imaginer que ce type de pratiques s’est développé à Hatra sous l’influence de la cour arsacide (sur les philoi des rois parthes, voir I. Savalli-Lestrade. 1998, p. 205-212). D’ailleurs le texte Hatra n° 36 concerne Dûshparî (dwspry), fille du roi Sanatrûq, signe qu’il s’agit peut-être bien de l’écho de pratiques de cour. Le contexte palmyrénien semble fort différent, et plus proche de ce qu’on connaît à la même période dans l’Empire romain.

101 Il s’agit des textes M. Gawlikowski, 1985, n° 13 ; M. Gawlikowski, 1970a, p. 66. n° 1 ; Inv X, 78 et 128 dans lesquels on retrouve diverses variantes de la formule rḥmh lyqrh (« son ami, en son honneur »). en face du τòν φίλον grec (sauf dans le cas de M. Gawlikowski, 1970a, p. 66, n° 1 où l’on a ό φίλος). Le texte CIS 3939 (Inv III, 10) présente un cas semblable ; Iulius Aurelius Nebûzabad, fils de Shoadû est stratège de la colonie : on a en grec [στρατ]ηγός [τῆς] λαμπρότατης κολωνείοκ, [τ]ὸν έαυτοῦ φίλον avec l’opposition nette marquée par les cas grammaticaux, et en araméen. où cette opposition n’existe pas, ‘sṭr–g’ dy qlny’ rḥmh (« stratège de la colonie, son ami »). L’ambiguïté est grande, mais on doit pouvoir proposer les deux interprétations.

102 Voir chapitre i pour cette question.

103 CIS 3940-3941 et 3943 (= Inv III. 9. 8 et 6) datés entre 264 et 267.

104 Il est notable que J. Starcky. dans Inv X, semble hésiter, puisqu’il fait du texte araméen d’Inv X. 78 une « traduction exacte » du grec (p. 51), alors qu’il traduit différemment les deux versions d’Inv X, 128 (le dédicant « à son ami » pour le grec ; le dédicant est lui-même l’ami en araméen).

105 Le cas est différent pour Septimius Haîran, patron d’un soldat de la IIIe légion, mais, comme on vient de le voir, le grade de celui-ci n’est pas très élevé (CIS 3944).

106 On connaît dans le texte J. Cantineau, 1930b, n° 79 le nom féminin tyks’. J. K. Stark pense qu’il s’agit d’une erreur du lapicide pour le nom tyms’O. K. Stark, 1971, p. 117).

107 G. W. Bowersock, 1982. nos 19-24.

108 Ou bien son fils, s’il s’avérait que Haîran et Hérodien sont la même personne (voir infra et chapitre ii pour ce débat).

109 À condition qu’on accepte à la suite d’E. Will (1996, p. 109-115), et de quelques autres, qu’il s’agit bien toujours du même personnage.

110 H. Seyrig, 1963, p. 161 (= M. Gawlikowski, 1985. n° 6).

111 H. Seyrig, 1963, p. 161 (= M. Gawlikowski, 1985. n° 5).

112 BS n° 52 : Inv XII. 37 et sans doute CIS 3945 (= M. Gawlikowski, 1985, nos 7, 8 et 9).

113 Inv III, 3 (la lecture la plus complète est celle de D. Schlumberger, 1942-1943a, p. 35-50 : cf. M. Gawlikowski, 1985, p. 255. n° 10). Cet Hérodien est peut-être le même que Haîran de l’inscription citée précédemment (voir chapitre ii).

114 Cf. M. Gawlikowski, 1985, P. 255-256.

115 Voir aussi. CIS 3971. sans date, mais qui accorde le titre de roi des rois à Wahballat. « fils de Septimius Odainat. roi des rois » (br spṭ[ymy]ws [‘dynt mlk] mlk’). Comme on le voit, le nom d’Odainat est seulement restauré, mais il est assuré qu’il était le père de Wahballat.

116 La dernière inscription de Worod dont la date est sûre est CIS 3943 d’avril 267. Pour Odainat et son fils, voir M. Gawlikowski, 1985, P. 261.

117 J. Cantineau. 1931, p. 138. n° 17 (= M. Gawlikowski, 1985, P. 253, n° 1).

118 F. Millar, 1993, p. 157-158 et 165-173 et 1995, p. 417-418.

119 Le texte grec est SEG 26, 1668 : pour l’araméen, voir Y. Yadin, 1972, p. 235-236 et A. Fitzmyer et D. J. Harrington, 1978, n° A 53. Il est à noter qu’une expression tout à fait semblable à l’usage palmyrénien apparaît dans un texte nabatéen, daté de 356-357 de notre ère, peut-être originaire de Hégra (R. STIEHL, 1970, p. 87 ; voir BES 1971. 125) : deux personnages sont respectivement ryš ḥgr’ et ryš tym’ (« chef de Hégra » et « chef de Teima »). Mais la signification exacte de ce titre est difficile à préciser.

120 Aucun des deux mots n’a un usage technique courant, même si, comme le note F Millar. Plutarque utilise l’expression ἔξαρχος τῶν ιερέων pour traduire Pontifex Maximus (Vie de Numa. 10. cité par F. Millar. 1995, p. 418). Inversement, le même Plutarque utilise στρατηγία έξαίρετοι pour praetura extraordinaria (Vie de Coton. 39).

121 M. Gawlikowski, 1985, p. 261.

122 Il est fort possible que les litres portés par Odainat (mtqnn ‘dy mdnḥ ‘ klh en CIS 3946) et Wahballat (pnrtṭ ‘ dy mdnḥ’ klh en CIS 3971) ne soient pas des titres officiels, mais plutôt des allusions à leur position prééminente dans la région après leurs victoires : en ce sens. F. Millar. 1993, p. 170-171 (« how this [mtqnn’ dy mdnḥ’ klh] would have been expressed in Latin or Greek is uncertain ; nor is it necessarily a reference to an established position rather than a laudatory allusion to his [i.e. Odainat] victories in the early 260s » et plus loin « the term [‘pnrtṭ dy mdnḥ ‘ klh] should be the equivalent of the Latin corrector, but this word itself had no precisely defined application »). Contra, voir D. S. Potter. 1996, p. 272 : Odainat s’est vu confier un imperium maius sur la région, mais ce qui en apparaît dans sa titulature est aussi le reflet des aspects orientaux de son pouvoir (ce qui est indéniable).

123 C’est d’ailleurs un des arguments pour identifier les différents Worod qui apparaissent avec divers prénoms (aucun, Aurelius, Septimius ou Iulius Aurelius Septimius) dans la documentation.

124 Les deux premiers apparaissent dans CIS 3946 et 3947 (Inv III. 20). respectivement en l’honneur d’Odainat (posthume) et de Zénobie. On a parlé plus haut du troisième (Inv III. 18).

125 CIS 3946 et CIS 3945 (Inv III. 17) ; Inv XII. 37 ; BS n° 52 et sans doute dans M. Gawlikowski, 1973a, p. 100.

126 Ch. Clermont-Ganneau, 1920, p. 391 -399, à propos du texte public ensuite comme CIS 3971. À la fin de la dernière ligne, le texte porterait θυγ(ατρὸς) τοῦ ‘ Αντιόχου, alors que le CIS plus prudent se contente de […]υ[…]. Ch. Clermont-Ganneau propose la même restitution (Ch. Clermont-Ganneau, 1920, p. 410-414) pour un texte déjà publié par Waddington (Waddington 2629). Voir l’annexe XIV pour la liste des milliaires connus de Zénobie et Wahballat. Comme le note S. Swain, cette restitution séduisante présente l’inconvénient d’empêcher de faire de Zénobie la « mère du roi des rois », formule présente dans la version palmyrénienne (S. Swain. 1993, p. 161. n. 23). Il semble en effet difficile de restituer en grec le patronyme de Zénobie et son titre de mère du roi des rois, mais les deux sont présents dans le palmyrénien, ce qui ne change rien au fond de l’affaire.

127 Voir les textes rassemblés par Th. Bauzou, 1986, p. 2-6 ainsi que CIL III, 209a (= 6728).

128 Voir par exemple, pour rester dans la même zone géographique, les milliaires de Caracalla édités par D. Schlumberger, 1939b, p. 547-548, n° I et p. 551-552, n° 4.

129 On trouvera dans M. Sartre, 1996a, p. 397 une liste assez complète des exemples d’évergétisme à Palmyre. Sur ce sujet, il faut rappeler les doutes exprimés par E. Will (1992, p. 129) sur la réalité et l’ampleur de l’évergétisme dans cette cité : « mais ce qui frappe, c’est la médiocrité relative de la majorité des édifices publics ou privés et l’absence de certains autres » et plus loin « la munificence de certains particuliers, bien attestée dans d’autres villes, se manifeste avec moins d’ampleur à Palmyre ». Sa conclusion est que les revenus des caravanes n’étaient peut-être pas aussi importants qu’on l’a cru. On reviendra plus loin sur ces conclusions. Pour l’évergétisme en général. M. Sartre, 1991, p. 147-166, avec commentaire de la bibliographie antérieure (en particulier Ph. Gauthier. 1985 et P. Veyne. 19761.

130 Sur ces problèmes, voir J.-B. Yon, 2001, p. 173-1 SI.

131 Voir M. Pietrzykowski, 1997, p. 132-133.

132 E. Will, 1992, p. 141-145.

133 Les principaux textes du sanctuaire ont été publiés dans Inv IX et XI. On notera en particulier Inv IX. I (dédicace de la cella en 32). 6a (= CIS 3924 : aide à la construction du temple en 19). X (= CIS 3923 ; don d’objets de culte en 51), 11 (aide à la construction du temple en 24). 15 (= CIS 3917 : construction de la porte et du toit de la cella en 108, au moins d’après M. Pietrzykowski, 1997, p. 133). 25 (= CIS 3914 : portes des propylées en 175). Pour d’autres constructions de portiques dédiés à diverses divinités dans la cour du sanctuaire, voir les textes réunis par M. Gawlikowski, 1973a, p. 61-64 (J. Cantineau, 1933, p. 177. n° 3 ; 1936, p. 268, n° 17 et p. 274. n° 19 ; 1931, p. 130-132. n° 11).

134 Sur le personnage et sa famille, voir le chapitre I (C 3c).

135 J. Cantineau, 1933, p. 177. n° 3 : le personnage a été secrétaire au moins deux fois : il est honoré d’une statue. Le texte rappelle aussi qu’il a l’ait des dépenses en faveur du sanctuaire et des prêtres de Bel et qu’il s’est sans doute rendu en Mésopotamie (voir M. Gawlikowski, 1973a, p. 72).

136 Cette ambiguïté est notée par M. Sartre (M. Sartre. 1996a, p. 397) quand il rappelle qu’existent de « nombreux donateurs en faveur du sanctuaire de Bel et d’autres sanctuaires de la ville, mais, (qu’)en ce domaine, on ne sait comment départager ce qui découle de la piété et ce qui relève de l’évergétisme municipal ». En fait cette ambiguïté existe pour l’immense majorité des dédicaces de construction de Palmyre.

137 K. Dijkstra. 1995.

138 CIS 3942 pour Worod (= Inv III. 7) et 3936 pour Iulius Aurelius Shalamallat (= Inv III. 13). On a dans le premier texte άνακομίσαν[τα τ]άς συνοδίας έξ ίδιων « ayant fait revenir les caravanes à ses frais » et dans le second : άνακομίσαίντα τὴν] συνοδίαν προῖκα έξ ιδίων ; ‘sq šyrt’ mgn mn kysh « ayant fait revenir la caravane gratuitement à ses frais ». La principale différence entre les deux est que Worod l’a fait pour plusieurs caravanes, alors que c’est un événement unique dans la carrière de Shalamallat.

139 H. Ingholt, 1936, p. 109, n° 11 (cf. DFD p. 31-32): φειλοτειμησαμένην δηνάρια δισχεῖλια πεντακόσια είς οίκοδομὴν βαλανείου Αγλιβωλου κάι Μαλαχιβηλου θεῶν « s’étant montrée généreuse (par une dépense de) 2 500 deniers pour la construction du bain des dieux Aglibôl et Malakbel ».

140 Sur la famille, voir DFD, p. 32-35 et K. Dijkstra. 1995, p. 127-129.

141 Le texte est le suivant [w]m[g]d Ibnyn’ dy b[…..]. J. Starcky (Inv X, p. 16) propose de restituer b[l], « car les expressions BNYN’ DY HYKL’ DY BL et BNYN’ DY BL se lisent sur deux consoles du temple de Bel » (Inv IX. 11 et J. Cantineau, 1933, p. 176. n° 3). Il semble bien que le terme bnyn’ (bâtiment) se rapporte surtout à des constructions religieuses dans les inscriptions de Palmyre. on en a un autre exemple avec le texte RSP n° 127 qui mentionne une construction pour la source Ffqa (bnyn’ dnh dy ‘yn), mais peut-être parce que, comme on l’a vu, il s’agit surtout de bâtiments de ce type dans les textes connus. Le mot a pu avoir un sens plus large, et on peut se demander si le b- qui finit la ligne 5 du texte Inv X. 13 désigne forcément Bel (bwl’ la Boulé ?).

142 M. Sartre. 1996a, p. 392. Un autre texte (CIS 3934 = Inv III. 14) au moins atteste peut-être d’un don au Conseil dans des circonstances qui pourraient faire penser aussi à une summa honoraria. Iulius Aurelius Ogâ Séleukos est honoré par le Conseil et le Peuple, en particulier pour avoir offert dix mille drachmes au Conseil (φιλ]οτειµησάµεν[ον τῇ κρα]τίστη βουλῇ ά[ττικάς] µυρίας ; mgd lbwl’ zwzynr bw). D’autres dons au Conseil sont attestes dans trois textes CIS 3927. H. Seyrig, 1937, p. 372 et 1939, p. 319-320, n° 23 (voir chapitre I et infra).

143 Voir M. Sartre. 1991, p. 140-141 et les exemples rassemblés par L. Robert. 1936, p. 196-197 (= OMS II, p. 903-904).

144 Voir M. Sartre. 1991, p. 140-141 (auquel j’emprunte ces références). Si la somme payée par les bouleutes est souvent peu élevée, les magistrats doivent donner une somme beaucoup plus importante : il cite le cas de l’inscription 1. Prusias ad Hypium, n° 60 où la somme versée lors de l’exercice d’une fonction de prêtre civique est de 50 000 drachmes. Comme le remarque pourtant l’éditeur (W. Ameling, ad loc, p. 85-86), il s’agit d’une somme inhabituellement élevée. À propos du même texte, l’éditeur cite une inscription de Titeiphyta dans le territoire de Hypaipa (l. Ephesos VII. 2. n° 3854 : texte cité par L. Robert, 1966, p. 75, n. 2). Ce texte, qui provient d’un village, atteste de l’existence d’une summa honoraria de 1 000 drachmes pour la fonction de kômarque, somme qui servit à la restauration de bains. On voit que la somme de 500 drachmes à Palmyre pour le secrétariat peut sembler singulièrement faible ; néanmoins, le texte de Titeiphyta date sans doute des environs de 272-273 (cf. n° 3856), moment où l’inflation avait pu changer un certain nombre de choses : quelques inscriptions montrent l’évolution des prix au cours du iiie siècle. On passe de 250 deniers en 213-214 (I. Ephesos VII. 2. n° 3855) à 500 en 224-225 (n° 3858), puis 1 000 en 272-273 (n° 3856 ; voir P. Veyne, 1976, p. 360-361. n. 280). Pour les sommes payés par les bouleutes, on peut citer le cas d’une cité de Macédoine (Parthicopolis ?) fondée par Antonin le Pieux. Le souverain fixe le nombre des bouleutes (80) et la somme qu’ils doivent verser : celle-ci s’élève à 500 drachmes attiques, ce qui donne un ordre de grandeur pour le milieu du iie siècle (IGBulg. IV. 2263.l.9-12: cf. BE 1956, 159).

145 Inv X, 102.

146 Voir dernièrement C. Saliou, 1996, p. 319-330, qui montre le lien qui existe entre les portiques de rues et ceux des sanctuaires (voir C. Dunant, BS, p. 13).

147 Voir le texte palmyrénien de CIS 3952 (= Inv V. 3) pour la Colonnade transversale. Le terme est aussi employé’ dans le sanctuaire de Bel (CIS 3914 = Inv IX. 25 : έν τῇ μεγάλῃ βασιλικῇ τοῦ Βηλου et bbslq’ rbt’ dy ht bl). Le texte dit plus précisément que les trois portes (celles des propylées du sanctuaire) se trouvent dans la grande basilique. Comme dans les colonnades, le terme désigne en t’ait l’ensemble formé par le mur de péribole (ou des boutiques dans les rues) et les colonnes du portique ouest du sanctuaire.

148 Les textes sont publiés par Kh. As’ad et M. Gawlikowski. 1986-1987. n° 7 et 8 (SEG 38. 1578-1579).

149 τὴν πᾶσαν στέγην μητρῶν η’ τῆσδε τῆς στοᾶς έκ παλεῶν χρόνων φθαρῖσαν σύν παντί κόσμῳ έπισκευάσας κατέστησεν « il a remis en état en la restaurant avec toute son ornementation toute la toiture de 8 entrecolonnements de ce portique, détruite depuis longtemps ».

150 Ce texte pose un problème particulier, car il mentionne un λογιστής, c’est-à-dire un curutor rei publicae. Mais alors que ce type de fonction échoit pendant longtemps à des fonctionnaires impériaux chargés de remettre de l’ordre dans les finances d’une cité (voir M. Sartre. 1996a, p. 396), après les réformes de Dioclétien et Constantin, ces personnages sont recrutés dans les élites locales. Malheureusement la date précise de ce changement reste controversée : on peut difficilement préciser les choses pour ce Fl. Diogénès (F. Millar. 1993, p. 336, pense qu’il s’agit d’un membre de l’élite locale). Il aurait pourtant été intéressant de pouvoir prouver qu’il subsistait encore à Palmyre en 328 une élite locale (à l’onomastique purement gréco-romaine) capable de financer la restauration d’une partie d’un portique de colonnade.

151 Le texte porte τὴν στοάν ῆν ό δῆμος άνατίθησιν τῶι ‘Απόλλωνι καί βασιλεῖ Πτολεμαίωι « le portique que le Peuple a dédié à Apollon et au roi Ptolémée ». Le texte a été publié dernièrement par L. Migeotte, 1984, p. 322-323. n° 103.

152 Pour en donner quelques exemples : à Assos, I. Assos n° 15 (stoa à Auguste et au Peuple dédiée par un prêtre d’Auguste). Le n° 16 est une dédicace d’un bain à Aphrodite Iulia (sans doute la fille de Marcus Agrippa) el au Peuple. À Pergame. un texte publié par H. Von Prott et W. Kolbe (« Die Arbeiten zu Pergamon 1900-1901 : Inschriften ») dans les MDAI (A) 27. 1902, p. 93. n° 83 (cf. L. Robert. 1936, p. 194 = OMS II, p. 901) mentionne la dédicace d’une partie de portique τοῖς θεοῖς καί τῆι πατρίδι par un prytane.

153 Dans un texte publié par H. Seyrig, 1937, p. 372. À cela s’oppose une tradition repérée par exemple par P. Veyne (1962, p. 81-82) : « bains, portiques, exèdres, portes de villes, théâtres, temples […], rien n’échappe à cette obligation morale d’inscrire partout le nom impérial ».

154 Même remarque dans M. Gawlikowski, 1973a, p. 49.

155 Voir H. Seyrig. 1937, p. 373 et DFD, p. 7 : on peut restituer à la ligne 3 [… ίερὸν ἄλσος].

156 J. Euting, 1887, p. 418, n° 119 (= IGRR III, 1026) : cf. DFD, p. 9.

157 D’où sans doute le titre d’« évergète de la ville » (εύεργέτης τῆς πόλεως) que porte Hadrien dans le texte H. Seyrig. 1939, p. 321, n° 25.

158 C. B. Welles, 1938, p. 402-403 (= OGIS 625 et IGRR III. 1353).

159 Curieusement les textes de Gerasa publiés par C. B. Welles ne sont pas pris en compte par K. Dijkstra. qui citent seulement des textes publiés plus récemment.

160 Voir M. Gawlikowski, 1973a, p. 83.

161 Inv XII. 29. découvert dans le portique sud de la section B. Le texte mentionne un Iulius Aurelius, on est donc après 212. La première ligne est lacunaire, mais on peut y lire …εἵκοσι σύν έργαστηρ[ίοις], ce qui prouverait peut-être la présence d’ateliers à cet endroit.

162 E. Will, 1983, p. 69-81 et 1992, p. 120-130.

163 Le texte le plus ancien date de 110 : CIS 3984 = Inv V. 9.

164 Le texte a été reconstitué par E. Will (E. WILL, 1983, p. 71) à partir de plusieurs textes déjà publiés et d’autres fragments (Inv III, 1 : Inv XII, 18 et Inv XII. 23).

165 C’est un texte republié par E. Will (E. WILL. 1983, p. 69 = SEG 35. 1499). Il a déjà été publié plusieurs fois (Inv III. 2 = Inv XII. 19 : voir DFD. p. 240 et M. Gawlikowski, 1973a, p. 80-81). Le personnage est connu aussi par Inv IX. 34.

166 A. Bounni, 1986. n°31.

167 On retrouve une mention de la patrie dans le texte malheureusement assez mutilé qui rappelle la construction d’ateliers dans la section B de la colonnade (Inv XII. 29).

168 Le texte Inv XII, 35 date de 51 de notre ère. Cette inscription est la preuve que la zone était sans doute déjà partiellement occupée, ce qui ne signifie pas qu’une colonnade se trouvait à cet endroit. De même Inv XII, 33 date de 115, mais il s’agit d’un cippe de pierre qui n’est peut-être pas en place. Les premiers témoignages sûrs d’aménagement de la zone sont d’abord le texte très fragmentaire publié par E. Will (E. Will., 1983, P. 74-75, n. 10) qui porte la date de 206 et surtout le texte Inv III. 5 de 224-225, retrouvé approximativement à mi-chemin de l’arc et du tétrapyle.

169 Voir DFD, p. 244-246.

170 H. Seyrig, 1931, p. 321-323 (SEG 7. 152). La localisation du palais des princes de Palmyre à cet endroit a été proposée par R. Fellmann, 1987, p. 131 -136. Le palais a pu inclure les bains dont le premier état date du iie s. (voir n. 223).

171 Des parallèles intéressants ont été étudiés par G. Alföldy en Italie et en Espagne, même s’il a peut-être exagéré le côté formel des choses (G. Alfoldy. 1984). Voir à ce sujet les critiques d’O. Van Nijf. 1997). Le cas de Priène a été étudié par W. Raeck qui a mis en valeur l’existence de localisations préférentielles pour les inscriptions et les statues (W. Raeck. 1995. p. 231-240). À ce sujet, on peut rappeler l’existence assez courante dans les décrets de formules qui fixent la position des inscriptions dans un lieu bien en vue (voir chapitre I), par exemple à Priène : και στῆσαι τήν είκόνα αυτού έν τῇ άγορᾷ έν τῷ έπιφανέστάτῳ τóπῳ (lnschriften von Priene n° 103. I. 10-11).

172 J. Teixidor, 1998. p. 68-71.

173 M. Gawlikowski, 1973a. p. 100 (avec restitution) : voir DFD. p. 315-316 et BE 1964. 496. Mais le mot πάρινος pourrait aussi désigner une statue.

174 Il est à noter que M. Gawlikowski. 1985. p. 251-261, ne cite pas cette inscription dans la liste des textes qui concernent Odainat et sa famille.

175 R. Fellmann. 1987. p. 131-136.

176 Sur les mosaïques, cf. H. Stern. 1977. Dernièrement. J. Balty (1996. p. 407-416) a proposé une nouvelle interprétation (que je suis ici). Voir supra sur le « cercle de Zénobie » et la culture des riches Palmyréniens.

177 Voir E. Equini Schneider, 1993 et F. Millar, 1971. p. 1-17.

178 Voir le cas d’Apamée-de-Syrie ou de Zeugma.

179 Voir en particulier DFD. p. 15-16.

180 E. Frezouls, 1976. p. 31.

181 Il y a peu d’inscriptions du IIIe siècle à cet endroit. Néanmoins. Septimius Worod a été symposiarque des prêtres de Bel (CIS 3942), tout comme Septimius Haddûdan connu par le texte Inv IX. 28 de 272 (voir DFD, p. 270 et M. Gawlikowski. 1971. p. 413-414) et par celui publié par M. Gawlikowski. 1971. p. 420 (en 273). Ces textes prouvent que les grands prêtres et symposiarques de Bel ont encore une importance certaine. De plus. Septimius Haddûdan est honoré dans les propylées du sanctuaire lui-même (Inv IX. 28). Un autre texte découvert au même endroit date de 239 (Inv IX. 29), mais il était remployé, et on ne peut assurer de son origine réelle.

182 En particulier la découverte de stucs, dont des têtes : voir E. Will., 1992. p. 114. K. Parlasca, 1985a. p. 201-206 et 1996. p. 291-296.

183 E. Will., 1992. p. 121. Je retrouve des conclusions similaires aux miennes dans l’article de E. Frézouls (1976. p. 51) : « de sorte que c’est peut-être finalement sur la différence de contexte urbanistique et de destination qu’il faut surtout mettre l’accent : d’un côté des demeures cossues, mais construites à l’intérieur d’une trame urbaine, selon un principe de lotissement, nullement étriqué mais néanmoins contraignant ; de l’autre, de véritables petits palais, utilisant l’espace en toute liberté pour constituer de vastes ensembles autonomes, et qui ne pouvaient guère être habités que par les plus riches familles de l’aristocratie marchande de Palmyre ». Les travaux récents de la mission polonaise dans une zone finalement assez centrale et contenue dans la nouvelle trame urbanistique de la ville confirmeraient plutôt ce point de vue (voir infra), à la seule restriction que l’aristocratie de Palmyre, au iiie siècle au moins, n’est pas forcément marchande.

184 E. Will., 1992. p. 114 qui remarque avec raison que c’est sans doute à Doura-Europos qu’on peut avoir la meilleure idée des formes adoptées par les maisons locales, alors que les maisons connues pour l’instant à Palmyre suivent un modèle premier qui « est la maison hellénistique avec cour à péristyle ». Voir aussi la remarque de K. Parlasca à propos des stucs qu’il qualifie de « rein römische » (K. Parlasca, 1996, p. 292).

185 Voir M. Gawlikowski. 1997a. p. 161-166 et en particulier p. 164.

186 M. Gawlikowski. 1997a. p. 164 (comme pour ce qui suit). La taille de la maison est pourtant d’au moins 900 m² (p. 161), ce qui tendrait à prouver la richesse de la famille, mais l’absence d’un certain nombre d’éléments (cuisine, salle de bain, latrines) contribue à faire admettre la théorie des fouilleurs.

187 Flavius Josephe. BJ I. 425 (cf. M. Sartrh. 1991, p. 137 et 345).

188 Outre les exemples rassemblés par C. Saliou 1996, voir L. Robert. 1936, p. 194 (= OMS II, p. 901).

189 À titre de comparaison, les amendes prévues en cas d’usurpation du droit d’enterrer dans un tombeau de famille sont comprises entre 1 000 (au moins, chiffre mutilé) et 5 000 deniers (J. Cantineau. 1933, p. 184 et CIS 4215). Selon le texte publié par M. Gawlikowski (M. Gawlikowski, 1986, p. 89), des marchands ont emprunté à un homme d’affaires une somme de 7 400 deniers (vers 240 de notre ère). Il semble que les sommes de 10 000 deniers environ sont équivalentes à des fortunes assez élevées, mais nullement à celles des plus riches palmyréniens.

190 Qui selon Philostrate, Vie des Sophistes. II, 1 a dépensé 4 millions de drachmes pour un aqueduc à Alexandrie-de-Troade.

191 La liste de ses bienfaits, tels qu’ils étaient connus en 1938 a été dressée par T. R. S. Broughton, 1938, p. 780 (d’après TAM II. 905). Elle est à compléter par le texte publié par A. Balland, 1981, p. 173-174. n° 66. Ces documents sont rassemblés et traduits par M. Sartre, 1995, p. 251-252.

192 A. Balland. 1981, p. 185-186, n° 67 qui conclut (p. 186-187) qu’il s’agit d’Opramoas. Cette identification a été contestée par J. J. Coulton. 1987, p. 171-178.

193 On trouvera dans M. Sartre, 1991, p. 154-155 plusieurs autres exemples de donations supérieures à 100 000 deniers.

194 Ces comparaisons ne sont évidemment qu’indicatives, et il faut tenir compte des ordres de grandeur plutôt que des chiffres précis tels qu’ils apparaissent dans les textes. T. R. S. Broughton (1938, p. 746-794) dresse une liste des constructions dans les villes d’Asie Mineure, en citant les données chiffrées quand elles existent. La liste n’a cessé de se rallonger depuis. De plus, il faut évidemment tenir compte de l’inflation, surtout au iiie siècle.

195 I. Iasos II, n° 248 (= Th. Reinach. REG, 6. 1893, p. 157-166, n 3). Selon le calcul de M. Sartre (M. Sartre. 1991, p. 132 où ce texte et IGRR IV. 788 sont cités), cela fait 21 000 deniers en tout pour les quatre gymnases de la ville pendant un an. Voir aussi M. Sartre, 1991, p. 136 où ces deux cas sont comparés avec celui de Myra.

196 Ainsi la somme de 10 000 deniers donnés à Oinoanda pour la construction d’un bain (ou encore 1 025 deniers à Iotapé pour la restauration de bain. cf. L. Robert, 1966, p. 74-77 à propos de IGRR IV. 833a). Comme dans le cas de Thomallachis à Palmyre, on peut penser qu’il s’agit seulement d’une participation. Il en est de même pour les 20 000 deniers donnés poulie théâtre de Limyra ou les 10 000 deniers pour un odéon « semblable à un théâtre » (είς τὸ κτίσμα τοῦ θεατροειδοῦς ώδείου) dépensés par Marcus Ulpius Lysias à Canatha (IGRR III. 1235). On peut comparer avec certains chiffres donnés par Pline pour l’Asie Mineure (même s’il semble s’agir de maxima) : une dépense de dix millions de sesterces pour un théâtre inachevé à Nicée (Pline, Lettres. X. 39) ; des centaines de milliers pour un bain public à Claudiopolis (ibid.). Les bâtiments peuvent être très différents, mais ces chiffres prouvent que les sommes dépensées à Palmyre sont relativement faibles, soit que le bâtiment concerné soit seulement médiocre, soit qu’il s’agisse de contributions très modestes à l’ensemble.

197 A. Schmidt-Colinet, 1992 et E. Will, 1996, p. 109-115. De toute façon, la tombe a été construite avant l’apogée du pouvoir de Septimius Worod.

198 On ne connaît pas le prix de ce monument dont on trouvera la dédicace dans l. Ephesos VII, 5101. Néanmoins, le texte l. Ephesos VII, 5113 donne le montant de la somme laissée pour une fondation destinée à l’entretien et à l’achat de livres : 25 000 deniers (dont 2 000 pour finir la construction), ce qui peut au moins donner un ordre de grandeur.

199 Sur les monuments funéraires et leur rôle dans l’auto-affirmation des notables, voir le chapitre vi.

200 Cité par M. Sartre, 1995, p. 255, tout comme le suivant.

201 TAM II. 910.

202 Pour la κατασκευὴ τῆς στoᾶς, c’est-à-dire soit une construction totale, soit une restauration d’ampleur.

203 Voir M. Sartre. 1995, p. 253, avec bibliographie.

204 Avec une lecture et des restitutions de L. Robert (dans H. Seyrig, 1937, p. 372). Le vocabulaire est tout à fait classique. La disparition du début et de la fin du texte rend impossible de savoir s’il y avait en outre une version araméenne de cette inscription honorifique, ce qui est probable.

205 On trouvera dans le recueil ancien de B. Laum, 1914, un bon nombre d’exemples de fondation.

206 Lecture améliorée par H. Seyrig, 1933C, p. 277.

207 H. Seyrig, 1937, p. 372.

208 Sur cette divinité, voir DFD, p. 48 et J. Teixidor. 1979, p. 7. Autre hypothèse sur l’étymologie dans M. Gawlikowski, 1973a, p. 49-50.

209 Cf. H. Seyrig, 1937, p. 376.

210 Les deux textes assez complets qui donnent des détails sur ce genre de fondation ont comme autre point commun de préciser qu’ils ont été gravés après la mort du bienfaiteur (btr dy myt « après la mort » en CIS 3927 et μετά τὴν τελευτήν dans le texte du père de Iarhibôlâ et Shalamallat).

211 Cf. M. Sartre, 1991, p. 152 à propos d’un texte d’Acraiphia en Béotie, IG VII. 2712 (texte traduit dans P. Veyne 1976, p. 285-286). La thèse de P. Schmitt-Pantel (1992) permet de faire le point sur les différentes pratiques des banquets publics dans le monde grec (en particulier, pour les époques hellénistique et romaine, la troisième partie « Demothoinia et évergélisme », p. 255-420), mais le cas de Palmyre est évidemment marginal dans son étude (il semble d’ailleurs que les textes de Palmyre cités dans l’annexe 3 (= index épigraphique), p. 543. n’apparaissent pas dans les notes du texte). La principale curiosité fournie par le texte de Palmyre du point de vue du vocabulaire est le mot κρεονοµἰα qui est un hapax dans le Liddell-Scott (Supplement), mais le concept est clair, et correspond à des pratiques courantes (voir L. Robert, 1945, p. 48-50).

212 P. Schmitt-Pantel. 1992, P. 380-381.

213 P. Schmitt-Pantel, 1992, p. 385 : « Les banquets réguliers des magistrats entre eux, comme les banquets au prytanée, qui ne sont jamais ouverts à l’ensemble du corps social, mais au mieux à quelques individus que l’on veut honorer, ne sont pas des banquets publics. Les repas où les notables représentent en fait toute la population, qui pour des raisons diverses, fortune des évergètes en particulier, n’est pas reçue, sont des banquets publics ».

214 E. Will, 1992, P. 877-878.

215 Le Conseil en CIS 3927, les prêtres de Bel dans le texte H. Ingholt, 1926, p. 129, ou les invités dans l’inscription H. Seyrig, 1937, p. 372.

216 Voir M. Gawlikowski, 1 990a, p. 26.50-26.51. Sur ce phénomène dans l’ensemble du monde sémitique et en particulier à Palmyre, il faut bien sûr aussi renvoyer à J. T. Milik. DFD, p. 108-110 et surtout p. 141-217. Le même mot pour « banquet » (marzeaḥ) est utilisé en phénicien et on a pu voir (chapitre i. à propos du bilinguisme officiel) que la présence de ce mot dans un texte phénicien, qui copiait pour le reste le formulaire grec des décrets, est un signe de la permanence des coutumes sémitiques pour une communauté pourtant bien insérée dans le monde grec (voir en particulier M.-F. Baslez et F. Briquel-Chatonnet, 1991, p. 386, à propos du texte phénicien du Pirée : J. C. L. Giuson. 1982. n° 41). À Palmyre, on assiste mutatis mutandis au même type de phénomène.

217 Sur les fonctions de symposiarque, voir le chapitre i et les références citées à cet endroit. Les tessères font aussi mention à de nombreuses reprises de distributions de vin : par exemple RTP 160. 694-701. 703-704. 706-708 (sur les distributions d’huile, voir infra).

218 Voir pourtant les formules de E. Will, 1992, p. 130 : « Avec le sanctuaire de Bêl la Venise des sables s’était dotée de sa cathédrale de Saint Marc : elle n’offrait pas l’équivalent des riches palais bordant les canaux ». On peut se demander pourtant si ce rôle n’était pas joué par les monuments funéraires. On peut renvoyer sur ce point à l’article de J.-C. Balty à propos des rapports entre architecture et société à Pétra et à Hégra. Il montre que la ville et ses rues sont le lieu privilégié de la compétition entre les différentes familles de l’aristocratie. Les nécropoles permettent la transposition dans le domaine des morts de cette compétition, et reflètent les aspirations sociales de ceux qui les ont érigées (J.-C. Balty. 1983, p. 303-324 : voir plus généralement sur les monuments funéraires le chapitre vi, infra).

219 Pour les exemples dans les textes grecs et bilingues, voir l’index du vocabulaire en annexe II.

220 Je reprends la formule employée par E. Will (E. Will, 1992, p. 129).

221 P. Gros. 1996, p. 92.

222 Voir par exemple la comparaison faite par E. Will entre la Colonnade transversale de Palmyre et la colonnade qui conduit, à Éphèse, du port à l’agora-marché. La fonction (entrepôts et magasins) et la forme se répondent assez bien dans les deux cas (E. Will, 1992, p. 127).

223 Sur les thermes de Dioclétien fouillés de 1959 à 1962 puis en 1970 et 1977, voir A. Bounni. 1995, p. 18. La construction date pour la plus grande partie de la fin du iie siècle, comme la section correspondante (B) de la Grande Colonnade. Il est possible qu’un texte araméen du milieu du IIe siècle (RSP n° 162) mentionne un responsable du chauffage des bains (mḥm my’ « chauffeur d’eau » qui serait équivalent à ύποκαύστης). Dans cette éventualité, ce serait la preuve de l’existence de bains, justement dans le sanctuaire de Malakbel et Aglibôl, avant ceux construits (ou reconstruits ?) par Thomallachis. Le texte est en fait une dédicace à ce personnage (Iarhibôlâ, fils de Awîdâ) par les Benê Komarê, pour un don fait aux deux divinités (un jardin gnt’).

224 Sur le théâtre de Palmyre, la seule publication est à peu près J.-P. Fourdrin. 1989, p. 171-174.

225 Voir dernièrement M. Sartre, 1996a, p. 385-386 (et p. 397) avec la citation fameuse du discours de L. Robert au Congrès international d’épigraphie d’Athènes (L. Robert, 1984, p. 40) : « Les limites de l’hellénisme sont marquées par l’absence assurée d’un tel concours : à Palmyre, on lit des centaines d’inscriptions grecques ; la ville n’est pas hellénisée : il n’y a pas de grand concours stéphanite où inviter les cités grecques ». On avait déjà noté ce relatif isolement de la cité dans le chapitre I : c’est sans doute une des raisons principales du développement spécifique de la cité, même alors qu’elle fait partie de l’Empire.

226 Il suffit de renvoyer aux exemples réunis par M. Sartre, 1991, p. 151-152 : on pense en particulier au cas des Démosthéneia à Oinoanda-de-Lycic (voir M. Wörrle, Stadt und Fest in kaiserzeitlichen Kleinasien, Munich. 1988 et M. Sartre, 1995, p. 234-239 avec bibliographie).

227 CIS 3959 (= BS n° 44) : on a en grec ξένοις τε καί πολείτα[ις] et en araméen Ibny md[ynt’ wl]’str[twm’] wl’ksnydy ‘t’ ‘mh(« aux citoyens et à l’armée et aux étrangers qui sont venus avec lui [Hadrien] »). On notera la translittération des mots grecs στράτευμα et ξένος. Sur les distributions d’huile, outre les exemples cités plus haut, voir J. et L. Robert. 1954, p. 320 et L. Robert. Hellenica VI, p. 127.

228 Par exemple sur les tessères RTP 160 ou 709.

Table des illustrations

Légende L’évergétisme à Palmyre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540