Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les notables de Palmyre

 | 
Jean-Baptiste Yon

Chapitre III : Les activités des notables

Texte intégral

  • 1 A. Bounni, 1990a. Le même article dresse aussi une liste des fonctions attestées dans les inscript (...)
  • 2 Quelques reliefs et représentations figurées (navires, chameaux, ou instruments pour les activités (...)
  • 3 M. Sartre, 1996a, p. 388. Sur cette situation qui différencie Palmyre du reste du monde grec, voir (...)
  • 4 J. Teixidor, 1984, p. 63-64.

1Les notables sont ceux à qui leur richesse laisse suffisamment de loisirs pour s’occuper des affaires publiques ; cela fait même partie de la définition du terme : on a pu voir au chapitre I que les Palmyréniens participaient en nombre à la vie civique, comme dans d’autres cités de l’Empire. Pourtant, en particulier à Palmyre, il arrivait aux notables d’exercer d’autres activités, qu’on peut tenter de décrire, autant que les sources le permettent. Une liste de métiers connus à Palmyre a déjà été faite1 ; elle s’appuie d’abord sur l’épigraphie — et principalement sur le fameux « Tarif » — mais, comme on l’a remarqué depuis longtemps, les textes ne sont pas extrêmement précis sur ce sujet2. On aurait d’ailleurs du mal à mettre beaucoup de ces métiers en relation avec des notables. Certes, les notables sont a priori les gens dont on connaît les noms par les inscriptions, mais celles-ci sont rarement précises sur leurs activités. Si l’on étudie des inscriptions funéraires, on peut lire des généalogies, on peut reconstruire des familles, mais l’on n’apprend que peu de chose sur les activités que les défunts ont exercées pendant leur vie. Comme le note M. Sartre3 en reprenant une remarque de J. Teixidor4 sur les fonctions de bouleutes, on ne fait pas étalage des titres et charges, même prestigieux (archontat, secrétariat, agoranomie, etc.), dans les inscriptions funéraires. C’est encore plus vrai pour les métiers qu’ils ont exercés. Or les Palmyréniens fondateurs des grands tombeaux qui entourent la ville ont sans doute pour une partie d’entre eux exercé des fonctions importantes au sein de la cité. Il en va de même pour les inscriptions honorifiques, quoique peut-être dans une moindre mesure.

  • 5 M. Sartre, 1996a, p. 389.
  • 6 J’entends traiter ici des activités publiques non politiques ou religieuses des notables (dans le (...)

2On a affaire aux résumés des décisions prises en faveur de tel ou tel, et non aux copies complètes des décisions telles qu’elles se trouvaient dans les archives officielles5. Ce sont donc ces formes raccourcies qui sont notre source principale. On a vu plus haut (chapitre I) ce qu’on pouvait dire d’après les textes sur ces carrières et les activités civiques. En fait, les renseignements précis sur les activités « professionnelles » quotidiennes sont très épars6. On peut seulement essayer de remplir quelques-uns des blancs de notre documentation.

  • 7 CIS 3945 où le terme est restitué avec assez de sûreté.
  • 8 H. Seyrig, 1963, p. 161. BS n° 52, et Inv XII, 37. Ce n’est que dans le premier de ces textes qu’i (...)
  • 9 CIS 3945. Il est curieux que ce terme qui est une transcription d’un mot grec (τάγμα) serve à trad (...)
  • 10 Mais pas toujours ; cf. plus bas à propos de M. Ulpius Iarhaî.

3Dans cette perspective, ce sont parfois les activités des dédicants, qui peuvent être eux-mêmes anonymes, qui sont le mieux connues. Ces gens peuvent appartenir à des groupes constitués. Il s’agit par exemple des corporations d’artisans citées dans plusieurs textes (συντεχνία7 ou συμπόσνον8 en grec, tgm’9 en araméen) ou de groupes de marchands. Pour les corporations, le problème de la présence de leurs membres dans les rangs des notables tels qu’on les a définis se pose. A priori, ce devraient être des non-notables qui remercient des gens de catégories sociales plus élevées. Mais on ne peut exclure l’existence parmi eux d’une « bourgeoisie » moyenne, stade inférieur de la notabilité. En tout état de cause, la maigreur de la documentation ne permet pas de définir, pour l’instant, les différenciations sociales à l’intérieur de ce groupe. Le fait que la situation de ces artisans a de grandes chances d’être similaire à celle des marchands, catégorie où justement ces différences existent, constitue néanmoins un indice. De plus, l’existence d’artisans n’implique pas une séparation totale des fonctions de marchands et de celles de revendeurs. Beaucoup d’artisans ont donc quelques probabilités de faire partie eux aussi de la catégorie des marchands. Le cas de ces derniers peut sembler plus clair ; en effet, on peut en considérer certains, à leur manière, comme des notables, certes d’un rang inférieur parfois10, mais faisant partie d’une aristocratie marchande.

  • 11 Cf. l’article de M. Gawlikowski, 1994, avec une liste des inscriptions caravanières p. 32-33 (auxq (...)
  • 12 CIS 3932 (=Inv III. 22).

4Quand les dédicants sont des particuliers, sauf pour les inscriptions caravanières11 (cf. plus bas), où les choses sont un peu plus claires, on retrouve les mêmes difficultés que pour les personnages honorés. C’est à partir du vocabulaire utilisé pour qualifier les relations mutuelles qu’il faut raisonner. Les mots « patron », « évergète », « ami » sont bien sûr révélateurs de rapports sociaux, mais renseignent peu sur l’activité quotidienne des gens concernés. Prenons le cas de ’Ιούλιος Αὐρήλιος Ζηνόβιος, honoré par le Conseil et le Peuple12 en 242-243. Il a été stratège, agoranome, et s’est distingué lors du passage d’Alexandre Sévère et des troupes commandées par Rutillius Crispinus. Bon citoyen (« καλῶς πολειτευσάμενον ») et n’ayant pas reculé devant la dépense, il reçoit les félicitations des autorités provinciales romaines.

  • 13 Pour le cas de Marcus Ulpius Iarhaî, voir infra et le chapitre iv.

5L’inscription est une des plus détaillées qu’on ait : on voit ce qu’on peut en apprendre sur le fonctionnement civique de Palmyre, sur les relations avec Rome ou l’évergétisme, mais on cherchera en vain à en savoir plus sur ce que le personnage a réellement fait pour sa cité. Il en est donc de même pour les dédicants et leurs activités, à la différence près qu’on n’a même pas l’assurance que ces gens qui remercient leurs évergètes ou patrons sont eux-mêmes des notables. On apprend ce qu’ils sont (clients d’un patron qu’ils remercient, bénéficiaires d’un évergète) seulement de manière indirecte, mais presque rien ne filtre sur leur statut social en sus de cette relation de dépendance. On a plus de renseignements quand les mêmes personnages sont dédicants de certaines inscriptions et dédicataires dans d’autres cas. Par recoupement, on peut arriver alors à mieux définir leur position dans la société13. De même la chronologie relative de ces textes n’est pas indifférente. Peut-être assiste-t-on à une évolution de la terminologie, lorsqu’il s’agit d’exprimer des relations entre individus. S’agissant des participants aux expéditions commerciales palmyréniennes, encore une fois le cas le plus clair, on verra comment se définissent les relations d’autorité et de subordination entre les différents personnages connus.

A. LES CARAVANES, LEUR ORGANISATION

  • 14 Voir surtout. E. Will. 1957 et 1992, p. 57-85. J. Teixidor, 1984, et M. Gawlikowski, 1994. Plus gé (...)
  • 15 Cf. A. Schmidt-Colinet et Kh. As’ad, 1995, p. 28-53, et J. Teixidor, 1984.
  • 16 On trouvera dans l’annexe XI, la liste des grands caravaniers classés chronologiquement.

6Même si le commerce caravanier est la première activité à laquelle on pense quand on s’intéresse à Palmyre, on en sait finalement peu de chose14. Même les marchandises transportées sont pour une grande part inconnues. On a bien sûr fait quelques suppositions très probables, mais sauf pour les textiles (soie15), seuls de rares documents viennent confirmer de manière expresse ces hypothèses. Les trajets sont connus de manière superficielle, puisqu’on connaît quelques étapes sur la route, mais les reconstitutions qui en ont été faites sont encore en grande partie hypothétiques. Elles permettent en tout cas, avec l’aide des inscriptions trouvées ça et là, d’établir une ébauche de géographie palmyrénienne à travers les implantations, les « postes » commerciaux. On verra, dans le point suivant, ce que cette géographie implique pour les « relations internationales » des notables de Palmyre. La documentation que l’on a, on l’a vu plus haut, est essentiellement épigraphique (et archéologique, dans une moindre mesure, comme pour les tissus). Or, et c’est l’objet de cette étude, ce sont les grands notables, caravaniers, qui sont souvent les sujets et parfois les commanditaires de certaines des inscriptions les plus détaillées qu’on a trouvées à Palmyre. Cette fois, c’est du point de vue des notables qu’il faut tenter d’étudier ce commerce caravanier, en prêtant attention aux relations, entregent, agents à l’étranger qui entrent en jeu, et surtout ce qui en apparaît dans la documentation16.

  • 17 E. Will, 1957, p. 268-269 : c’est-à-dire conduire les caravanes, organiser les préparatifs, réunir (...)
  • 18 E. Will, 1957, p. 269-271.
  • 19 Terme peut-être impropre si on considère leur absence probable de la plupart des voyages, mais que (...)
  • 20 Sur les générosités de ces personnages. CIS 3936. 3942 et Inv X. 44.

7Jadis, Ernest Will avait décrit et analysé les conditions du commerce en montrant bien la différence entre les patrons et les chefs de caravane (archemporoi ou synodiarques). Ces derniers étaient des professionnels chargés de mener les expéditions à bon port, tout en s’occupant aussi des tâches d’organisation17. Les premiers, quant à eux, étaient les commanditaires qui, par leur richesse et leur pouvoir dans les tribus nomades de la région (cf. chapitre II), permettaient l’existence même des caravanes18. Ils n’ont pas de titre particulier dans les textes, mais sont néanmoins remerciés comme des bienfaiteurs sans lesquels les caravanes n’auraient pu fonctionner. Le texte Inv X, 90 par exemple, par sa simplicité même (son obscurité ?), est révélateur. Daté de janvier 157, il s’agit de la dédicace d’une statue de Marcus Ulpius Iarhaî, par une caravane remontée de Spasinou Charax sous la direction de Iaddaî Zabdilah. Rien ne dit que Iarhaî ait participé lui-même à l’expédition, on ne donne aucune précision, pourtant c’est bien en son honneur (τειμῆς ἕνεκεν ou lyqrh en araméen) que la statue est érigée. Il faut lire entre les lignes : les raisons de ces remerciements étaient tellement évidentes pour les contemporains qu’il était inutile de donner des détails. Comme l’avait vu E. Will, c’est sans aucun doute comme des financiers, des entrepreneurs qu’il faut considérer ce Iarhaî et ses pairs. C’est le seul moyen d’expliquer leur place dans le commerce, alors qu’ils n’ont pas de fonctions officielles. D’autres textes permettent d’aller plus loin (je suis toujours les conclusions d’E. Will) : des formules comme βοηθήσαντα αὐτῇ παντὶ τρόπῳ (CIS 3928) ou des inscriptions plus détaillées (texte d’Allât ou BS n° 45 ou encore Inv X, 44) sont révélatrices d’une autre facette de l’activité de ces grands caravaniers19. Leur rôle n’est pas seulement financier20, le texte est clair sur ce point (« παντὶ τρόπῳ ») : il y a plus d’une manière de se rendre utile à une caravane, la moindre n’étant pas d’assurer sa protection contre les nomades du désert, par des moyens qu’on évoquera un peu plus loin. Les relations entretenues par ces personnages dans les fondouqs palmyréniens en Mésopotamie et ailleurs sont également fondamentales pour expliquer la manière dont se déroulaient les choses. C’est cette influence que les membres de la caravane reconnaissent implicitement quand ils remercient ces grands notables. Ils étaient en fait sous leur protection, et ce fait est tellement évident qu’on a à peine besoin de le préciser. L’annonce de cette protection pouvait parfois suffire et dispenser la caravane d’autres formes plus réelles de défense.

8À la base donc de l’activité de ces notables est cet état de caravanier, pour lequel leur pouvoir dans les tribus (voir chapitre II) joue un grand rôle. On verra plus loin que, si cette théorie est exacte (et, depuis l’article de E. Will en 1957, quelques données nouvelles sont venues encore la conforter), cela donne des renseignements sur la manière dont on pouvait rassembler assez de bêtes de somme et de personnel pour les caravanes.

  • 21 Ceux que E. Will, 1957, p. 269 appelle « protecteurs ».

9Les synodiarques sont en quelque sorte subordonnés à ces patrons. Ils dépendent d’eux pour le bon déroulement des caravanes. Ils ont un rôle surtout technique. Les connaissances nécessaires pour ce genre de tâche, et sans doute les relations qu’il fallait avoir, expliquent qu’on retrouve les mêmes individus à ce poste à plusieurs reprises. Mais on peut aller plus loin et reconnaître de véritables traditions familiales, comme le montre par exemple l’inscription Inv X, 107 (de 159 apr. J.-C), où cette fois le synodiarque de la caravane, qui honore notre M. Ulpius Iarhaî, est son fils Abgar. À première vue, on pourrait croire qu’il s’agit d’un passage de flambeau entre les générations, d’un apprentissage : pour devenir un grand caravanier21, il faut avoir conduit soi-même des caravanes. Il y a sans doute un peu de cela dans cette succession père-fils. Il faut néanmoins noter qu’il y a peu de différences chronologiques entre les textes qui mentionnent le père comme conducteur de caravane et ceux qui parlent du fils. Le texte Inv X, 111, déjà cité, date de 156, alors que celui du fils (Inv X, 107) lui est seulement de trois ans postérieur. L’état de grand caravanier du père (ou son âge) le force peut-être à confier à son fils la conduite active des caravanes, mais faute de détails dans les textes, on se voit forcer d’en rester à de simples suppositions. Un autre membre proche de la même famille, le frère de M. Ulpius Iarhaî, M. Ulpius Abgar (Inv X, 81) a été synodiarque avant même notre plus ancienne mention datée du membre le plus illustre de la famille (135 apr. J.-C). Avec lui, on a affaire à un autre membre de la même famille, qui exerce le même métier. Le métier de caravanier n’est pas l’apanage d’une branche de la famille, mais semble les concerner toutes successivement.

  • 22 Sur tous ces problèmes de définition des notables, voir plus généralement l’introduction.

10Mais cette distinction n’est qu’une première classification, on peut essayer d’aller plus loin. Il existe clairement d’autres strates, comme les petits marchands, ceux qu’on ne connaît qu’en groupes. Ils sont les dédicants des inscriptions aux grands marchands à qui ils disent tout devoir. Tout cela pose le problème de la définition du terme notable (large et englobante ou restrictive) qu’on utilisera. Si l’on hésite à appeler notables les petits marchands regroupés dans les caravanes et sur lesquels on ne sait rien, il n’en va pas de même pour les gens cités par leurs noms dans les textes. Ceux-là se distinguent nettement. Il est assez frappant de constater dans ces inscriptions caravanières la différence qui existe entre certains personnages dignes d’être individualisés et le commun des marchands, qui n’existent qu’en tant que membres d’un groupe. La faiblesse de la documentation empêche bien sûr de savoir si des passages peuvent se faire d’un groupe à l’autre. Si les informations sont limitées sur le second groupe, le premier apparaît plus clairement. Il peut s’agir des grands caravaniers comme M. Ulpius Iarhaî, Soados ou au siècle suivant Worod. Mais, dans cette catégorie sociale entrent aussi les synodiarques, dont le rôle et le poids social sont assez grands pour leur permettre d’apparaître dans les textes qui sont conservés (soit par le poids de leur famille, soit par leurs relations ou leur talent de caravanier). Certes tout n’est pas toujours aussi tranché, et une partie des notables n’apparaît que partiellement dans la documentation. Outre ceux que nos sources n’ont pas conservés, il y a le groupe de ceux qu’on peut définir comme marchands grâce, par exemple, à un monument funéraire représentant un chameau (fig. 26) ou un bateau, mais dont les noms n’apparaissent pas dans les inscriptions honorifiques. Or c’est généralement grâce à ces dernières qu’on peut mesurer le poids d’un individu. Certes, une tombe particulièrement riche peut faire supposer qu’on a affaire à un notable, mais on ne connaît pas le contexte archéologique de toutes les découvertes de ce genre. Une stèle funéraire décorée d’un chameau peut aussi bien provenir d’une riche tombe qu’appartenir à la sépulture d’un personnage modeste22.

  • 23 Par exemple Inv X, 81 où il s’agit de M. Ulpius Abgar fils de Haîran.

11À cela s’ajoute le fait qu’il y a des hésitations, des évolutions chez les individus et les familles. On peut prendre, une nouvelle fois, l’exemple de M. Ulpius Iarhaî et de sa famille : en Inv X, 89 (= CIS 3961) et 111, il a conduit des caravanes et il est honoré par les marchands qui sont venus avec lui, mais plus tard, c’est en tant que patron qu’il est honoré par les synodiarques. Il est possible qu’on ait là un cas où justement l’appartenance familiale ou clanique compte plus et fait plus la notabilité que la fonction à proprement parler. C’est peut-être plus comme membre d’une famille en vue que comme chef de caravane en tant que tel qu’il est honoré. Ce qui expliquerait que sur le petit nombre de chefs de caravane connus, il apparaisse deux fois. La mention, dans le nombre relativement limité d’inscriptions caravanières, de membres de la même famille me fait préférer cette interprétation (plutôt qu’un changement de statut social d’un caravanier parmi les autres). De plus des dédicaces lui sont faites, quelle que soit sa fonction23. Indubitablement cette famille avait une influence dans la vie publique, au moins économique, de Palmyre, et se placer sous son influence devait être considéré comme un gage de réussite au milieu du iie siècle.

  • 24 CIS 3948 (Inv III, 28) de 193 pour le père Taîmarsû (Θαιμαρσα Θαιμη τοῦ Μοκιμου τοῦ Γαρβα tymrṣw b (...)
  • 25 Voir chapitre iv. Nesâ bar Halâ (ns’ br ḥl’ br ns’ br ḥl’ br rp’l br ‘bsy Νεση Αλα τοῦ Νεση τοῦ Αλ (...)

12Outre la famille de Soados sur laquelle on reviendra plus loin, il existe à Palmyre des familles dont la spécialisation caravanière est claire. On a parlé au chapitre I des Benê Aabeî, mais on peut aussi citer le cas d’un père (Taîmarsû) et de son fils (Iaddaî) qui à quelques années d’intervalle conduisent des caravanes24. Cet aspect dynastique est renforcé par le fait que dans le premier texte, Iaddaî et Zabdibôl, les deux fils du caravanier, sont honorés en même temps que leur père. Dix-huit ans plus tard, le même Iaddaî est à son tour devenu caravanier, succédant sans doute à son père. L’appartenance de la famille aux notables de Palmyre est prouvée par les honneurs accordés par le Conseil et le Peuple à Ζεβειδα Θαιμη τοῦ Μοκιμου τοῦ Γαρβα, frère de Taîmarsû, en 158 (Inv III, 26 ; fïg. 27), parce qu’il a été « fondateur et patriote » (τòν κτίστην καὶ φιλόπατριν). Les inscriptions de cette famille sont situées dans la même zone (section C de la Grande Colonnade), à mi-chemin entre le tétrapyle et les tombes 86 et 173d. Or l’inscription Inv III, 26 fournit la date la plus ancienne pour la section C : cette fondation est peut-être tout simplement le début de la construction de cette partie de la colonnade. On manque néanmoins de preuves, et il peut tout aussi bien s’agir d’un autre bâtiment25.

  • 26 Voir H. Seyrig, 1963, p. 159-166, malgré les réserves de M. Tardieu, 1990, p. 71-102.
  • 27 M. Gawlikowski. 1983b et (surtout) 1988.

13Il est intéressant à ce propos de voir qu’un certain nombre de familles importantes de la cité se manifestent en particulier dans le domaine caravanier (voir annexe XI). Les personnages qui sortent du commun, on l’a vu, sont en général connus pour leurs rapports étroits avec le commerce caravanier, qui est le signe direct (ou peut-être la cause) de leur poids politique dans la cité. C’est vrai pour M. Ulpius Iarhaî, pour Soados, pour Worod ou quelques autres, mais ce n’est pas le cas pour la famille d’Odainat. Il faut tenter d’élucider ce problème. Quelques signes peuvent laisser penser que le domaine commercial n’a pas été entièrement négligé par cette famille. On a d’abord le cas des fabricants d’« asconautes » (ἀσκοναυτοποιῶν, « fabricants d’outres à bateaux ») qui ont choisi Haîran comme patron en 257-258. Comme l’a montré brillamment H. Seyrig, l’éditeur de ce texte, ces fabricants d’asconautes sont à mettre en rapport avec la navigation, par exemple sur l’Euphrate, où les outres au xixe siècle encore servaient à la construction de bateaux26. Or, on a pu prouver qu’une partie des trajets entre Palmyre et la Basse-Mésopotamie se faisaient par eau, sur l’Euphrate27. Le lien entre cette famille et le commerce existe donc, permettant d’entrevoir qu’à ce moment une évolution dans les modalités du transport des marchandises a lieu, avec par exemple un développement du commerce sur les cours d’eau.

  • 28 E. Will, 1992, p. 180.

14Il y a encore une remarque à faire sur ce commerce et Odainat. Le texte caravanier connu le plus récent est un décret du Conseil qui honore Septimius Worod (encore le même personnage) pour avoir ramené à ses frais une caravane (CIS 3942). Or ce Worod, on l’a vu, est un personnage bien connu, la moindre de ses gloires n’étant pas d’être considéré comme « un collaborateur direct d’Odénat »28. Même si Odainat n’est pas impliqué directement dans le commerce caravanier, ses proches le sont et il s’intéresse à des activités qui ne s’expliquent que par les nécessités des caravanes.

  • 29 CIS 3936 et 3942, datés respectivement de 257-258 et d’après 260. Le terme apparaît dans un troisi (...)
  • 30 Inv Χ. 127 (daté de 86 apr. J.-C.), peu différent des textes où ce sont les membres de la caravane (...)
  • 31 Cf. par exemple BS n° 45 ou le texte d’Allât (H. J. W. Drijvers, 1995a) où ce sont les caravaniers (...)
  • 32 À l’exception apparente de BS n° 45 : si, à la ligne 5 du grec, on remercie Soados d’avoir aidé, e (...)

15Avant de s’intéresser à la zone d’influence sur laquelle s’étendait le commerce de Palmyre, on peut faire quelques remarques sur des particularités de vocabulaire, dans les inscriptions caravanières. Si on prend les deux derniers textes caravaniers connus29, on remarque qu’apparaît un terme inconnu jusqu’alors, le verbe ἀνακομίζω (ramener). Il désigne de manière plus précise que le terme ἀναβαίνω (remonter), qu’il remplace, l’action de ces hommes qu’on remercie. On peut se demander à quoi correspond ce changement de vocabulaire, reflet peut-être d’une implication plus grande dans le retour de la caravane. Le mot ἀναβαίνω est toujours utilisé au iiie siècle jusqu’en 247 (CIS 3949 et 3933) ; donc, si ce changement de vocabulaire correspond à quelque chose de précis dans les faits, c’est du milieu du iiie siècle qu’il faut le dater. Il est bien sûr tentant de le mettre en rapport avec l’ascension d’Odainat dans la vie politique de Palmyre, mais aucun élément ne permet de le faire. Sur les trois textes en question, le premier est pour un archemporos (CIS 3936), le second (Inv IX. 30) pour un synodiarque, et le dernier est une dédicace au fameux Worod qu’on retrouve une nouvelle fois. Il s’agit dans tous les cas de décrets du Conseil et du Peuple, alors que cela était assez rare jusqu’à présent. En effet, on ne voit cela se produire qu’à quatre reprises avant le milieu du iiie siècle et, chaque fois ou presque, les raisons de l’intervention du Conseil sont claires, si on met à part le texte le plus ancien30. En Inv X, 114 (de 138), c’est pour son aide aux marchands à Charax et sans doute surtout pour son ambassade auprès du roi d’Élymaïde, Worod, que le Conseil honore Iarhibôlâ. Dans les deux derniers textes (DFD p. 12-14 d’Umm el-Amad et Inv X, 44), il s’agit de grands bienfaiteurs, honorés de plusieurs statues. Même si ce n’est pas la règle31, il n’est pas étonnant que le Conseil intervienne dans ces cas exceptionnels. Si l’on revient à nos textes tardifs, on peut être conduit à penser que là encore se voit l’influence de certains grands notables, cette fois institutionnalisée et reconnue par les autorités de la cité, dont ils sont proches, au moins dans le cas de Worod, procurator et argapet. La différence pour ce dernier est peut-être qu’il est honoré pour avoir ramené des caravanes, alors que dans tous les autres textes où il est question de caravanes, il s’agit d’une caravane en particulier32. C’est encore un signe de sa position prééminente !

  • 33 Dans le texte H. J. W. Drijvers, 1995a. I. 11-12 : « ἡ συνοδία παντῶν Παλμυρηνῶν ». Voir aussi Inv (...)
  • 34 Inv X. 81, de 135 apr. J.-C.
  • 35 Cf. aussi CIS 3960 ou 3933. Dans ce dernier cas, le palmyrénien semble moins systématique que le g (...)
  • 36 CIS 3928 pour les caravanes ; brbnwt mrzḥ’ (RTP 34) pour la symposiarchie et brbnwt ‘yn’ (Inv XII. (...)
  • 37 Il n’y a pas non plus d’attestation la même année de deux synodiarques différents, honorés par deu (...)

16Les caravanes ramenées par ces différents personnages ne sont pas, comme cela arrive parfois, des caravanes « de tous les Palmyréniens33 », mais pour ce point au moins, elles ressemblent à celles qui les ont précédées. Il est curieux aussi de constater que le terme lui-même de « caravane » n’apparaît pas avant le milieu du iie siècle34. Avant, et encore assez souvent après, il n’est fait mention que des marchands (ἔμποροι ou tgry’). La question se pose de savoir si cette différence de vocabulaire recouvre des différences dans l’organisation des expéditions. Certes, parfois, le terme « marchands » est utilisé pour décrire des gens qui sont sut-place dans les comptoirs palmyréniens (Inv IX, 6 de 19 apr. J.-C. Inv X, 114 de 138 ou CIS 3949 de 211). Mais il sert aussi à décrire des gens qui visiblement ont effectué le trajet depuis la Haute-Mésopotamie (Inv X, 7 ou 29). Le cas de l’inscription Inv X, 29 est peut-être significatif, puisque l’inscription, en indiquant que les marchands ont été conduits par Neshâ, fils de Bôlîadâ, utilise la forme de génitif absolu avec le participe « προηγουμένου » et non le terme qu’on attend régulièrement à cette place « συνοδιάρχης »35. Le mot « συνοδιάρχης » désigne sans doute une fonction officielle (au moins au sein d’une caravane) et, dans ce cas, ne peut pas être utilisé par n’importe quel accompagnateur de caravane. Les lignes 22-23 du texte BS n° 45 (et la fin du nouveau texte d’Allât) qui mentionne les deux synodiarques en poste à ce moment au génitif absolu (comme pour n’importe quelle magistrature) en sont une preuve. D’ailleurs, l’expression correspondante parfois utilisée en araméen (brbnwt šyrt’, « dans ses fonctions de chef de caravane ») est construite sur le même modèle que celle employée pour décrire les fonctions du symposiarque ou du chargé de la source Efqa36. La question se pose en fait de savoir pourquoi dans la plupart des textes, il ne s’agit que d’un seul synodiarque, alors qu’il devait normalement y en avoir deux, si on en croit les deux textes cités ci-dessus37. On peut sans doute l’expliquer par le rôle prédominant d’un d’entre eux. L’influence personnelle de certains notables serait donc plus importante que leur fonction officielle.

  • 38 Le texte CIS 3916 (= Inv IX. 14a) par exemple mentionne un synodiarque ayant accompagné des marcha (...)
  • 39 E. Will, 1957, p. 264 n. I. Les occurrences sont CIS 3936 et 3942.
  • 40 E. Will, 1957, p. 270.

17Le texte du sanctuaire de Baalshamîn, BS n° 45, prend soin de bien distinguer, parmi les bienfaits de Soados, ceux qu’il a accomplis en faveur des marchands et ceux qu’il a accomplis en faveur des caravanes. Il ajoute ensuite une troisième catégorie, « les (con)citoyens à Vologésias », prouvant par là que les marchands en question ne sont pas seulement les Palmyréniens résidents dans les fondouqs palmyréniens. Sans être systématiques38, ces différences peuvent recevoir diverses explications, comme par exemple la nature des rapports entre les divers participants au commerce. La fonction de synodiarque, une tâche de professionnel comme on l’a vu, ne devait pas pouvoir être tenue par n’importe qui. Ce terme a d’ailleurs un concurrent, le mot archemporos, qui, quoique plus rare, est bien attesté. Le terme synodiarque est attesté pour la dernière fois dans la première partie du iiie siècle (Inv IX, 30 postérieur à 214) et la dernière date précise qu’on peut donner est 199 apr. J.-C. (Inv X, 44). Il y a un espace d’incertitude d’une cinquantaine d’années avant que le mot archemporos ne prenne la relève. Comme l’avait déjà noté E. Will, le terme apparaît donc tardivement39. Or c’est justement dans deux des textes cités plus haut qu’on le trouve : l’un qui concerne Iulius Aurelius Shalamallat et l’autre Worod. Il vaut sans doute la peine d’y regarder d’un peu plus près, car les deux textes ont en commun une autre particularité. En effet, dans les deux, on remercie la personne honorée d’avoir ramené la (ou les) caravane(s) à ses frais (προῖκα ἐξ ἰδίων ou ἐξ ἰδίων : mgn mn kysh). De même Ogeîlû (Inv X, 44) a dépensé de grandes sommes sur sa fortune. Avec raison, sans nul doute, E. Will y voit des manifestations d’évergétisme plutôt que la misère du temps et l’insécurité invoquées par M. Rostovtzeff40. C’est sans doute cet évergétisme que le Conseil reconnaît et récompense. Mais on ne peut assimiler les faits relatés dans les deux inscriptions tardives et en particulier le rôle des archemporoi. Shalamallat est lui-même qualifié d’archemporos, et à ce titre, il a ramené une caravane. Le cas est tout différent pour Worod ; les archemporoi cités dans le texte sont ceux qui ont reconnu son rôle (« μαρτυρηθέντα ὐπό τῶν ἀρχεμπόρων ») et sa position. Ce fait est cité dans les listes des bienfaits qui justifient le décret du Conseil et du Peuple, il n’est pas central pour l’inscription. Worod est un personnage d’un statut social plus élevé que Shalamallat. Celui-ci ramenait les caravanes en tant que guide, organisateur : c’est sans doute surtout grâce à son influence personnelle que Worod les ramenait et on peut se demander si sa présence physique était vraiment nécessaire.

  • 41 Voir par exemple dans les dernières synthèses. J. Starcky et M. Gawlikowski. 1985, p. 74-81 : E. W (...)

18Ces inscriptions caravanières ont l’intérêt de renseigner sur les limites de l’extension du domaine commercial de Palmyre. On peut ainsi faire une géographie des commerçants connus41. Les grandes lignes en sont bien connues. Les villes de Vologésias et Spasinou Charax sont apparemment les lieux les plus fréquentés par les commerçants venus du désert syrien, et ce, tout au long de la période (voir pl. 1).

  • 42 Sur la position géographique de la ville. M.-L. Chaumont, 1974, p. 76-89 (la ville a été fondée ve (...)
  • 43 BS n° 45. Mais le texte CIS 3917 (daté de 108) mentionne déjà des relations avec cette ville.
  • 44 CIS 3933.
  • 45 Vide expliqué par G. W. Bowersock, 1989b, p. 167-168, par la reprise de l’offensive par Vologèse I (...)

19On a, entre le milieu du ier siècle et la fin du IIe, quinze mentions de Spasinou Charax et huit de Vologésias42 ; mais c’est seulement entre 13243 et 24744 qu’on trouve des mentions de cette dernière. À part dans les années 30 et 40 du iie siècle, les mentions de caravane venant ou allant vers cette ville sont rares, puisqu’on les trouve seulement en 211 (CIS 3949) et 247. Le commerce avec Charax est attesté, quant à lui, depuis la première moitié du ier siècle (Inv X, 7 et J. Cantineau, 1930b, n° 34), et s’achève à la fin du siècle suivant (CIS 3948 de 193 apr. J.-C.) après un vide de 32 ans45, et certains textes citent les noms des deux villes ; les statues de Soados, par exemple, d’après l’inscription d’Umm el-Amad, ont été érigées à Palmyre, au caravansérail de Gennae, à Charax et à Vologésias. Le texte Inv X, 112 est une dédicace faite par les membres d’une caravane qui est partie de Charax pour aller à Vologésias et Palmyre. Les deux villes ne sont donc pas tout à fait sur le même plan, et Vologésias, près de Babylone, semble plutôt être une ville-étape sur la route qui vient d’Asie Centrale, alors que Charax est l’endroit où arrivent, depuis la mer, les marchandises depuis l’Extrême-Orient (l’Inde du nord-ouest qui est la Scythie des textes Inv X. 96 ou DFD p. 32).

  • 46 G. W. Bowersock, 1989b, p. 159-168.

20On aimerait aussi avoir plus de détails sur la manière dont Palmyre contrôlait ou ne contrôlait pas le commerce et les trajets dans cette région. Il est clair que les relations privilégiées entretenues par Rome avec les rois de Mésène, et une possible place de ce royaume dans la sphère d’influence romaine dans les années qui suivirent le règne de Trajan46 jusqu’en 151, jouent pour beaucoup dans la fréquence des inscriptions caravanières à ce moment. Ces bonnes relations doivent aussi permettre aux Palmyréniens l’utilisation des ports de Mésène sur le golfe Arabo-Persique. De là, ils prennent la mer pour rejoindre la « Scythie » (Inde du nord-ouest).

  • 47 M. Gawlikowski, 1994, p. 28.
  • 48 Si c’est bien du sanctuaire de Bel de Palmyre qu’il s’agit, mais rien ne permet de penser le contr (...)

21Les premiers textes mentionnent des marchands palmyréniens de Séleucie (CIS 3924) et de Babylone (Inv IX, 11 où l’expression t[g]ry’ klhwn dy bmdynt bbl, « tous les marchands qui sont dans la ville de Babylone », désigne sans doute des Palmyréniens dans cette ville). On a identifié avec vraisemblance cette Séleucie avec celle du Tigre, mais cela n’est que probable, sans preuve formelle47. Les Grecs de Séleucie s’associent aussi aux marchands palmyréniens pour honorer un Palmyrénien qui les a aidés et qui est un bienfaiteur du temple de Bel (comme Malikû, fils de Neshâ, de l’inscription des Babyloniens). Il est intéressant d’abord de voir que des marchands non-palmyréniens (grecs) participent aux honneurs d’un bi enfaiteur du sanctuaire principal de Palmyre48. Certes ce n’est pas la raison principale invoquée, et c’est plus parce qu’« ils les (c’est-à-dire les marchands) ont favorisés de toute manière », que ces personnages sont honorés.

22Ces marchands de l’oasis, malgré leur éloignement et peut-être une installation permanente à l’étranger, conservent néanmoins assez de patriotisme pour participer à la construction du sanctuaire principal de la ville ou considérer cet événement comme assez important pour figurer dans une inscription honorifique. Ce fait est à rapprocher de ce qu’on a pu dire plus haut sur l’usage de la langue à Palmyre. Seule de toutes les populations recrutées dans l’armée romaine, la population palmyrénienne a conservé sa langue et l’a utilisée et écrite, jusqu’aux extrémités de l’Empire. C’est pour cette raison qu’on trouve des inscriptions en araméen en Angleterre, en Afrique ou en Dacie. De même les cultes de Palmyre ont été emportés par leurs fidèles, comme à Rome par exemple. Mais dès le début de notre ère, le sentiment palmyrénien est assez fort pour que la construction du temple semble concerner les gens originaires de l’oasis, où qu’ils se trouvent.

23La participation des marchands non palmyréniens a peut-être aussi des buts propres, par exemple un souci bien naturel de se concilier les nomades, que ces bienfaiteurs, Malikû Neshâ et ledîbel, fils d’Azîzû (Μαλιχος Νεσα τοῦ Βωλαα en Inv IX, 11 et ydy‘bl br ‘zyzwen CIS 3924), comme leurs successeurs grands caravaniers, ont pu contrôler. Comme toujours les termes employés (« favoriser ») sont assez obscurs, mais dans le cas du premier personnage, son importance n’est pas à sous-estimer puisqu’il semble bien avoir eu des responsabilités importantes dans cette ville de Séleucie : il a été à la tête des marchands grecs et palmyréniens, ce qui équivaut peut-être à une sorte de chef des marchands étrangers installés là. Le fait qu’un homme de cette origine ethnique ait exercé ces fonctions est révélateur du poids que Palmyre a pu avoir (?), dès ce moment-là (19 apr. J.-C), dans la région.

  • 49 M. A. R. Colledge, 1976b, p. 50-52. Mais la construction du temple n’a pas obligatoirement nécessi (...)

24On peut aussi mettre cela en relation avec la présence probable de Germanicus au même moment en Syrie et probablement à Palmyre. Si l’on croit, avec M. A. R. Colledge49, que les fonds nécessaires à la construction du temple de Bel ont été fournis par les autorités romaines, on peut alors chercher de ce côté là une autre explication à la participation des marchands de Séleucie et de Babylone. Au moment où Rome s’implique dans la vie de Palmyre et par conséquent dans le commerce entre la Méditerranée et la Mésopotamie, il a pu sembler utile à des marchands de ces régions de rappeler leur existence, en participant à un projet auquel les Romains attachaient une certaine importance.

  • 50 J. Cantineau, 1931, p. 139-141, n° 18.

25On retrouve tout au long de la période des notables palmyréniens à des postes importants et pas toujours liés au commerce dans les villes du Golfe et de la région. Un texte du début de notre ère apprend qu’un envoyé de Germanicus, un Palmyrénien du nom d’Alexandros, se rendit auprès du roi de Mésène50. Ce fait, ainsi que le texte CIS 3924, sont des signes de la présence et de l’influence palmyréniennes dans la région dès le début de l’ère chrétienne. Les témoignages épigraphiques confirment que cette influence peut se mettre au service de Rome, comme le montre le cas de Soados, dont on reparlera en détail.

  • 51 Inv X, 38.
  • 52 M. Gawlikowski, 1994, p. 29 ; voir aussi les remarques de G. W. Bowersock, 1989b, p. 160 et n. 7 a (...)

26Pourtant certains des notables connus par les textes se mettent aussi au service des souverains des royaumes du Golfe. C’est le cas de Iarhaî, fils de Nebûzabad (yrḥy br nbwzbd)51, qui, en 131, est remercié par les marchands de Spasinou Charax. Ce qui est plus intéressant encore, ce sont les titres que le texte donne à ce personnage. Il est appelé satrape de Thilouana, pour le compte du roi Méerédate de Spasinou Charax (σατρά[π]ην Θιλουανων Μεεραδατου βασιλέως Σπασινου Χαρακος). Thilouana est à identifier avec la moderne île de Bahreïn dans le Golfe52 et le roi est le dernier roi connu de Mésène, avant l’attaque de Vologèse III. Mais Iarhaî est néanmoins citoyen de Palmyre ([‛Aδίριανòν Παλμυρηνόν) et c’est là que la statue a été érigée par des marchands qui sont vraisemblablement ses concitoyens, mais qui résident à Charax.

  • 53 Inv X, 114 de 138. Il a en tout cas attiré l’attention des gouverneurs romains.
  • 54 L’identification éventuelle avec un fils de l’Alexandros cité plus haut ne repose que sur la proxi (...)

27Un autre personnage au nom palmyrénien, Iarhibôlâ, fils de Lishamsh, semble avoir effectué une mission officielle (pour le compte de qui ?) dans une ambassade de marchands mésèniens auprès d’un roi de l’Élymaïde voisine53. Un autre texte cité parfois à cette occasion est moins clair. En effet en Inv X, 112 qui date de 140, un anonyme, fils d’un Alexandros54, qui est peut-être magistrat (archonte ?) de la ville de Phorat, est honoré par une caravane de Charax. Son patronyme grec a fait soupçonner qu’il s’agissait d’un Romain (Inv X, p. 68), mais il peut aussi bien s’agir d’un Grec de Mésopotamie, comme il y en avait dans les cités grecques de la région.

  • 55 Texte de Umm el-Amad dans R. Mouterde et A. Poidebard, 1931, p. 101-115. M. Gawlikowski traduit ce (...)
  • 56 Outre le texte cité ci-dessus, voir BS n° 45 et H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 34-37 : en tout, au m (...)

28Le personnage le plus influent parmi les Palmyréniens ayant résidé dans la région semble bien être Soados, fils de Bôlîadâ. C’est pour les honneurs qu’il reçoit à Palmyre qu’on a le plus de détails, car c’est à cet endroit qu’on a découvert les inscriptions ; on y trouve aussi une documentation sur son influence en Mésopotamie et principalement à Vologésias. Il construisit un temple des empereurs dans cette ville et il y exerça sans doute une dynasteia sur laquelle on a peu de détails55. L’importance des honneurs qu’il reçut à plusieurs reprises56, montre bien que cet homme a dû avoir une place prépondérante dans les relations entre la Mésopotamie et Palmyre.

  • 57 L’inscription J. Cantineau, 1938, p. 75-76, n° 28c. à propos de M. Ulpius Iarhaî, apprend qu’il a (...)
  • 58 Pour être complet sur la présence des Palmyréniens dans le Golfe, il faut mentionner la découverte (...)

29Le plus étonnant est justement que ce notable palmyrénien réside à l’étranger d’où il aide et favorise ses compatriotes. On pourrait penser à l’existence de représentants « officiels » de la cité, en poste dans les différents fondouqs57. En fait ces représentants sont justement les notables en vue, et il faut sans doute plus les considérer comme des chefs nomades itinérants et faisant des séjours plus ou moins prolongés dans les différentes villes. Leur statut « officiel » fait pourtant problème et le rôle de « dynaste » de Soados est éventuellement un moyen de le résoudre et d’expliquer comment les marchands palmyréniens étaient défendus en pratique dans le Golfe et en Mésopotamie. On peut le considérer comme une sorte d’ethnarque, avec un rôle similaire à celui joué par Malikû, fils de Neshâ, de l’inscription Inv IX, 11 à Babylone, mais cette fois avec un titre (voir ci-dessus). Que ce titre de « dynaste » lui ait été conféré par le souverain de Mésène n’est pas non plus complètement improbable, si l’on considère l’importance que devaient avoir, pour le petit royaume de Mésène, les bonnes relations avec Rome et le commerce avec Palmyre (et donc l’Empire romain dans son entier). Il serait en tout cas hâtif de tirer des conclusions définitives sur ce problème, en espérant qu’une nouvelle découverte permettra de faire quelques nouvelles hypothèses58.

30Un point semble sûr pourtant : l’existence, parmi les Palmyréniens vivant hors de Palmyre, d’une stratification sociale importante qui rejoint celle qu’on a essayé de décrire pour la ville elle-même. On a. d’un côté, une classe supérieure de notables, qui ont une forte influence, et de l’autre, un ensemble de marchands et émigrés qui leur doivent beaucoup et qui sont sous leur protection. Mais les fonctions occupées par tel ou tel n’expliquent pas tout, un synodiarque par exemple peut avoir une position plus ou moins importante, selon la puissance de sa famille.

31De plus les différences sociales laissent sans doute la place à des statuts intermédiaires, et il est clair aussi que tous ceux qui sont au-dessous des grands notables n’apparaissent qu’en groupe dans les textes caravaniers. Il faut, je crois, bien faire attention à la manière dont les inscriptions sont rédigées, et en particulier à la question des dédicants. Comme on l’a vu, les possibilités sont nombreuses, il peut s’agir du Conseil, des marchands ou des caravanes et les deux derniers cités, par exemple, ne sont pas toujours équivalents.

32Un dernier point est à mettre en valeur : ces notables sont en général concernés par le commerce caravanier et on en fait souvent la raison de leur résidence hors de Palmyre. C’est très probable, mais cela ne doit pas faire oublier que certains ont des responsabilités plus larges. C’est justement ce qui fait le rôle de personnages comme Worod. Soados ou M. Ulpius Iarhaî, qui ont des intérêts commerciaux importants (le dernier nommé a même été chef de caravane) mais qui ont aussi un rôle et une influence politique à Palmyre. Iarhaî a des liens étroits avec Palmyre (d’où les nombreuses statues qui lui sont dédiées), mais aide des marchands à Charax (et pas seulement sur la route) : Worod, d’origine iranienne, joue un rôle majeur à Palmyre, mais s’occupe des caravanes et a peut-être fini sa carrière dans le royaume sassanide. Plus que les autres notables qu’on connaît, ils semblent posséder une stature internationale et faire le lien entre Palmyre et d’autres régions.

B. LES RELATIONS INTERNATIONALES

33Si les raisons de la présence de notables palmyréniens en Mésène au iie siècle ont reçu un éclairage récent avec la découverte de l’inscription de l’Héraclès de Séleucie-du-Tigre, un problème, celui de Doura-Europos, reste posé. Curieusement, c’est au moment où la Mésène sort de la sphère d’influence romaine que Doura-Europos y entre pour n’en sortir qu’au moment de la disparition de la ville en 256. Pourtant, si les Palmyréniens ont été présents dans la ville dès le ier siècle av. J.-C. la question de leur statut exact est difficile. Doura, à la différence des villes de Mésène, n’est pas un poste économique important, au point qu’on doute du passage du commerce palmyrénien par cette ville. On pourrait en caricaturant un peu opposer les deux villes, en faisant de l’une (Palmyre) une ville de notables, au décor urbain magnifique, mais n’ayant presque rien livré de ce qui faisait la vie quotidienne, alors que l’autre, moins riche (surtout à cette période) est notre principale source sur la manière dont les gens vivaient au bord de l’Euphrate aux premiers siècles de notre ère.

  • 59 Voir C. B. Welles et alii, 1959. Dernièrement, sur les relations de Doura-Europos et de Palmyre. E (...)
  • 60 Voir les textes civils dans C. B. Wlllls et alii, 1959, nos 18 à 44 et surtout les textes de l’Eup (...)
  • 61 R. Dr Mesnil du Buisson, 1939, n° 1 = Prel. Rep. VII/VIII, p. 318, n° 916, C’est dans ce volume qu (...)

34La ville est sans nul doute dans la sphère d’influence de Palmyre, en même temps qu’elle appartient jusqu’en 163 à l’Empire parthe. La question des rapports de Doura avec Palmyre après la conquête romaine se pose avec moins d’acuité, puisqu’à ce moment, il est moins étonnant que des soldats romains d’origine palmyrénienne y soient en garnison59. De plus, les documents le prouvent60, les centres avec lesquels la ville semble avoir des relations soutenues sont plutôt situés au nord, à Antioche surtout, le centre administratif et la capitale régionale ou bien, dans une moindre mesure, à Édesse, en Mésopotamie. C’est à Antioche, dont on utilise le numéraire, qu’on va déposer une supplique auprès du gouverneur, pendant la période romaine de la ville. Mais jusqu’à cette date, Doura-Europos appartient sans nul doute à l’Empire parthe (depuis la fin du iie siècle av. J.-C), alors que Palmyre est une ville de l’Empire romain depuis au moins le règne de Tibère. Pourtant les relations existent, et ce depuis au moins 32 av. J.-C, puisqu’une inscription palmyrénienne datant de ce moment a été retrouvée dans la nécropole de Doura61.

  • 62 R. Du Mesnil Du Buisson, 1939, p. 59 propose une lecture alternative : Baayasou (b’ysw) au lieu de (...)
  • 63 E. Will, 1992, p. 89. Voir aussi les remarques de E. Will, dans A. Bounni. 1994, p. 18.
  • 64 Voir annexe VIII. 1.

35Ce texte est la dédicace d’un temple de Bel et larhibôl, divinités bien connues à Palmyre. Les deux dédicants sont Zabdibôl, fils de Baaîahû (zbdbwl br b’yḥw), des Benê Gaddîbôl, et Malikû, fils de Remû (mlkw br rmw), des Benê Komarê. Ce texte pourrait tout aussi bien provenir de Palmyre. Le caractère palmyrénien (outre la langue et l’écriture) est flagrant. Les deux principales divinités de Palmyre sont ici citées. Les deux noms des dédicants sont attestés très souvent à Palmyre, seul le patronyme du premier est un hapax62. On pourrait certes considérer qu’à Doura, cette partie de la population n’était pas véritablement palmyrénienne, au sens géographique (c’est-à-dire originaire de l’oasis), mais en serait proche ethniquement et aurait donc une langue et une écriture similaires à celles de l’oasis63. C’est possible, certes, mais les deux personnages appartiennent à des tribus bien attestées à Palmyre, les Benê Komarê et les Benê Gaddîbôl64. De plus, la concomitance de l’apparition d’inscriptions en cette langue à Doura avec celle de textes équivalents à Palmyre, ville, qui, justement, commence à se développer, serait étonnante, s’il ne s’agissait de la même population.

  • 65 Appien, Guerres civiles V. 9 (voir supra l’introduction).
  • 66 P. Arnaud, 1986, p. 146.

36La situation de ce sanctuaire hors les murs est un argument allant dans ce sens. Cette position en effet semble impliquer que la présence palmyrénienne est un tant soit peu considérée comme étrangère, en tout cas pas tout à fait intégrée dans la cité de Doura-Europos. On peut ensuite émettre toutes sortes d’hypothèses sur cette présence palmyrénienne, la plus simple étant qu’elle correspond aux débuts du commerce de Palmyre et au développement de celle-ci. Le fameux texte d’Appien65, qui mentionne le raid manqué des cavaliers d’Antoine, apprend que les Palmyréniens se réfugièrent de l’autre côté de l’Euphrate. Le texte évoque aussi la richesse de la cité, tirée (déjà !) du commerce avec l’Orient. Le trajet vers l’Euphrate, nécessaire pour le commerce, même s’il évite Doura, pour rejoindre le fleuve plutôt vers Hit ou Ana, a toutes les chances de passer dans une zone plus ou moins contrôlée par Doura, qui à l’époque parthe semble jouer un rôle administratif important en Parapotamie66.

  • 67 E. Will, 1992, p. 90-91.
  • 68 Dans le temple de Bel, on trouve les noms de Iarhibôl (F. Cumont, 1926, texte n° 12) et Arsû, et o (...)
  • 69 R. Frye et alii, 1955, n° 5.
  • 70 Pour le temple de Bel, par exemple, F. Cumont, 1926, textes nos 1 ou 24.

37Certes les deux personnages qui fondèrent ce temple de la nécropole sont inconnus par ailleurs. Cela n’est pas très étonnant pour cette période où la documentation épigraphique est assez faible à Palmyre. Il s’agit, en tout cas, vraisemblablement de notables, qui avaient l’influence et la richesse suffisantes pour fonder ce temple. Un des points sur lequel achoppe l’étude des relations entre ces villes, est l’absence (ou presque) de personnages attestés dans les deux. Sur la cinquantaine d’inscriptions en palmyrénien de Doura, la plupart sont très courtes, souvent seulement quelques noms, et on n’y retrouve que peu d’inscriptions longues permettant de reconstituer des généalogies. Certes, un certain nombre de textes grecs citent des noms palmyréniens, mais là encore, beaucoup datent de l’époque de la présence romaine, et les liens entre les villes ne sont pas très bien attestés. Parmi les temples dits « palmyréniens » de Doura, deux sont écartés avec de bons arguments par E. Will67. En effet, bien que dans le temple de Bel (parfois appelé « temple des Dieux palmyréniens ») ou dans celui de Zeus Mégistos, on ait des preuves que des dieux connus à Palmyre sont vénérés68, rien ne montre que des Palmyréniens aient pu fréquenter ce lieu. Au contraire, l’onomastique des fidèles ressemble beaucoup à celle de l’ensemble de la ville69, et on y reconnaît des noms courants dans l’aristocratie douréenne (Séleukos, Lysias, Conon70), alors que les noms palmyréniens sont rares. Ces notables de Doura-Europos fréquentent des sanctuaires où l’influence palmyrénienne se fait sentir, mais rien ne vient donner l’impression qu’il y a des relations entre les notables des deux cités.

  • 71 Prel. Rep. VII/VIII, p. 218-283 ; E. Will, 1992, p. 91-92.
  • 72 Prel. Rep. VII/VIII, n° 901 (θεῷ Ιεραβλω).
  • 73 Prel. Rep. VII/VIII, nos 902 et 903 : Αιρανης Μαλιχου : nos 907 et 908 : ḥyrn br mlkw br nṣwr : ce (...)

38De même, on trouve des textes palmyréniens (ou en grec avec des noms palmyréniens) dans le reste de la ville, mais rien ne prouve que ces textes (en particulier à proximité de la porte principale de la ville) ne datent pas de l’époque romaine où des troupes de cette origine sont stationnées en ville (comme on le verra plus loin). Néanmoins, en plus du temple de la nécropole, un autre sanctuaire est, avec de bons arguments, qualifié de palmyrénien. Le sanctuaire des Gaddé71, en effet, a fourni non seulement des dédicaces à des dieux comme Iarhibôl72, mais aussi un certain nombre de noms de bonne facture palmyrénienne, comme Haîran, fils de Malikû73. Ce Haîran, fils de Malikû, a consacré deux reliefs en 159, soit à l’époque de la domination parthe. Le premier relief représente la fortune (tyché en grec ou gad en araméen, d’où le nom du sanctuaire) de Doura, et le second, la fortune de Palmyre, de l’autre côté d’une représentation du dieu Malakbel.

  • 74 M. Gawlikowski. 1969a, p. 107-109 et 1985, p. 260.
  • 75 CIS 4202 = Inv VIII, 55.

39Le rapprochement entre ce nom palmyrénien typique, la date relativement haute et la mise en parallèle des tychai des deux cités montre bien que les liens ne sont pas seulement culturels, mais que certains habitants manifestent un double attachement à l’une et l’autre ville. Le notable qu’était sans doute cet Haîran, puisqu’il a contribué au renouveau du sanctuaire, semble avoir eu des intérêts des deux côtés de la frontière. Il faut faire état sur ce point d’une théorie séduisante de M. Gawlikowski74, qui verrait dans cet Haîran, fils de Malikû, fils de Nasôr, un ancêtre des princes de Palmyre, d’Odainat et de sa famille. En effet, dans le texte du linteau du tombeau familial à Palmyre75, Septimius Odainat s’appelle Σεπτíμιος ’Oδαίναθος Αιρανου Ουαβαλλαθου τοῦ Νασωρου (en araméen ‘dynt br ḥyrn whblt nṣwr). On retrouve la même généalogie dans le texte publié en 1985 par M. Gawlikowski (M. Gawlikowski, 1985, n° 13). On voit qu’on retrouve deux des noms présents dans le texte de Doura-Europos. La généalogie abrégée à partir du grand-père donne le nom de l’ancêtre lointain, fondateur de la famille, Nasôr.

  • 76 E. Will, 1992, p. 92, qui conclut que « dans l’état actuel de nos connaissances, une preuve décisi (...)

40Cette hypothèse, invérifiable, mais assez probable, a l’avantage de laisser penser que des liens autres que purement linguistiques ou religieux ont existé entre les deux villes. Sans cela, l’onomastique prouve ces relations, mais ne montre pas si celles-ci étaient continues ou concernaient seulement l’émigration vers Doura de quelques citoyens de l’oasis du désert syrien. On a aussi fait du sanctuaire des Gaddé un fondouq palmyrénien76, où se serait regroupé une sorte de conseil de la communauté des Palmyréniens de Doura-Europos. On aimerait avoir des preuves plus positives de l’existence effective de cette communauté, ce qui n’est pas le cas pour Vologésias ou Charax. L’inexistence même de Doura dans les textes de Palmyre (plus de trois mille en tout) incite à une grande prudence quand on s’intéresse à leurs relations mutuelles.

  • 77 Prel. Rep. VII/VIII, n° 909 (= R. Du Mesnil Du Buisson, 1939, n° 33). Sur cette tribu. DFD, p. 62- (...)
  • 78 Prel. Rep. VII/VIII, n° 845 (= R. Du Mesnil Du Buisson, 1939. n° 19 et p. 41-42).
  • 79 Mais il n’est pas sûr que les archers du texte de 168 appartiennent aussi aux Benê Mîtâ.
  • 80 Par exemple, Inv X, 44. Cf. sur cette fonction. M. Sartre. 1996a, p. 391-392 (citant H. Ingholt, 1 (...)
  • 81 Sur cette unité. C. B. Welles et alii, 1959, p. 22-46 et les textes nos 54-150. Sur le nom de l’un (...)
  • 82 Prcl. Rep. VII/VIII, n° 846 (= DFD, p. 336-337) : ΖηνόβίΟς ὁ καὶ Ειαειβας Ιαριβωλεολς | στρατηγὸς (...)
  • 83 Celui du texte Prel. Rep. VII/VIII, n° 845 (= R. Du Mesnil du Buisson, 1939, n°19 et p. 41-42).
  • 84 C. B. Welles et alii, 1959, p. 28.
  • 85 Ibid., p. 29.
  • 86 Ibid., p. 30.

41En fait, c’est du point de vue militaire qu’on a, à Doura même, la documentation la plus importante, et donc la preuve d’une présence assez importante de notables palmyréniens d’un rang non négligeable. Un texte du temple des Gaddé, malheureusement non daté, mentionne les Benê Mîtâ, « les archers »77 qui offrent une statue à Iarhibôl. La présence d’archers, appartenant à une tribu bien connue à Palmyre, est intéressante : elle les montre, en tant que corps constitué, dédier une stèle à un dieu lui aussi typiquement palmyrénien. Cette présence d’un corps d’archers est confirmée par un texte du Mithraeum78 de 168 apr. J.-C, donc cette fois, à l’époque de la présence romaine, qui mentionne un stratège ayant autorité sur ces « archers qui (sont) dans Doura » (qšṭ’ dy bdwr’)79. Cette fonction de stratège, commandant ce qu’on appelle parfois des « troupes irrégulières », pose le même problème que les autres mentions du terme à Palmyre80 (voir § C). On a du mal à savoir si ces officiers palmyréniens font partie de l’armée romaine ou d’une milice proprement palmyrénienne. La théorie habituelle est que ces archers sont peut-être à l’origine de l’unité régulière de l’armée romaine, stationnée à Doura-Europos depuis au moins 208, la Cohors XX Palmyrenorum81. Avant cette transformation, on a une troisième mention de ces archers, avec, encore au Mithraeum, un certain Zénobios, appelé aussi Iahibâ, fils de Iarhibôlâ82, qui, en 170-171, est stratège des archers. Comme son prédécesseur Etpenî de 16883, il semble bien qu’on ait affaire, avec eux, à des officiers supérieurs palmyréniens chargés de contrôler pour le compte de Palmyre (et de Rome) la région, quel que soit leur statut exact. Le fait que la version grecque (abrégée) du texte soit rédigée en une langue hésitante : Ẹθφανει ἰσταρτήγα (sic), laisse penser qu’il n’appartient pas à l’aristocratie la plus haute de Palmyre (ni de Doura-Europos d’ailleurs). Si le second mot signifie bien qu’il s’agit d’un stratège (et on ne voit pas bien ce que cela pourrait être d’autre), il s’agit sûrement d’une rétroversion maladroite à partir de la transcription palmyrénienne du terme grec (‘strtg’ tiré de στρατηγός). Cette absence de culture grecque chez un personnage appelé à traiter avec des militaires romains relativement souvent peut sembler étonnante, mais n’est après tout qu’une faible preuve de l’éventuelle origine modeste du personnage. L’unité, avec des chefs portant de tels noms, semble donc entièrement palmyrénienne, ce qui ne sera pas tout à fait le cas de la Cohors XX Palmyrenorum. Cette dernière, sur laquelle on a une importante documentation (plus en fait que sur la plupart des autres unités de l’armée romaine), n’est plus commandée par des officiers d’origine palmyrénienne. La liste des tribuns, officiers commandant l’unité84 montre qu’ils portent tous des noms latins (ou parfois grecs). Il en va de même pour les centurions85 où les quelques Malchus ou Mocimus (ou même Heliodorus ou Marinus) sont noyés au milieu des noms latins. Certes un nom latin n’est pas une preuve de leur origine, mais il y a de fortes présomptions, si on compare ces noms avec l’onomastique contemporaine à Palmyre, que ces officiers n’en soient pas originaires. L’étude de la liste des décurions donnerait le même genre de résultats86.

  • 87 E. Will dans A. Bounni, 1994, p. 17.
  • 88 D. Schlumberger dans PNO. E. Will (note précédente) le rapproche du relief mithriaque de Zénobios, (...)

42Même si c’est plutôt l’inverse pour les hommes du rang, il n’en reste pas moins qu’alors qu’on avait peut-être des notables de Palmyre à la tête de l’unité militaire stationnée à Doura, on retrouve maintenant ce qui est la règle dans le reste de l’Empire. En effet, les Palmyréniens sont rares à des postes de commandement dans l’armée romaine. En tout état de cause, le problème des relations entre Doura-Europos et Palmyre reste posé, et il est à espérer que la découverte de documents nouveaux dans l’une ou l’autre des villes permettra d’éclaircir encore le problème. Mais comme le prouve le petit relief découvert en 1993 dans le « sanctuaire » de la rue principale de Doura (fig. 29), des découvertes sont encore possibles ; d’autre part le caractère étrange du monument permet de douter de son caractère strictement palmyrénien87. Son aspect rustique le rapproche sans doute plus des reliefs découverts en Palmyrène88. On peut se demander si, par certains côtés, Doura-Europos n’est pas une « province » de Palmyre, dont elle se différencie par un certain nombre de points, la présence massive grecque puis parthe n’étant pas les moindres.

  • 89 Prel. Rep. I, p. 19 et 62 sq. (=R. Dr Mesnil Du Buisson, 1939. n° 12). Et encore est-il bien proba (...)
  • 90 CIS 3928. Inv X. 77. 78. 87-88 (= CIS 3960), 89 (= CIS 3961), 90, 96, 107, 111, et J. Cantineau, 1 (...)

43Alors qu’on pouvait considérer que géographiquement Doura-Europos faisait partie de la zone d’influence directe de Palmyre, les villes dont on a parlé plus haut (Charax, Vologésias surtout) sont au dehors de celle-ci. Il est intéressant de montrer comment ces villes sont pourtant d’une certaine manière dans l’orbite de Palmyre. Pour cela, le contre-exemple de Doura, proche géographiquement mais dont les relations mutuelles avec Palmyre sont assez obscures, sera utile. Les notables dont on a parlé dans le point précédent, sont certes souvent résidents dans des villes étrangères, mais conservent leur influence à Palmyre, où les dédicaces, les statues, sont faites (au moins en partie). Or à Doura, à part le relief des Fortunes, il y a un seul texte où quelqu’un se dit palmyrénien, et encore en 228, donc à l’époque de la présence militaire romaine89. Bien sûr le mot lui-même existe, dans le nom de la principale unité militaire en garnison, mais c’est bien différent du cas d’un simple citoyen. Il faut donc essayer a contrario de comprendre comment s’exerçait l’influence des grands notables palmyréniens dans les zones où ils étaient particulièrement présents. On peut reprendre le cas du fameux Soados, qui justement réside au moins une partie du temps à l’étranger, mais dont l’influence à Palmyre semble incontestable, ou bien celui de M. Ulpius larhaî. C’est sur ce dernier personnage que le plus grand nombre de textes renseigne90.

44Dans cette tentative de caractériser plus précisément les notables dont les relations sont transfrontalières, un effort particulier doit porter sur la manière dont ces gens ont formé leurs réseaux de relations hors de Palmyre (ce qui est difficile faute de documentation). On s’intéressera aussi à la manière dont on fait état de ce pouvoir et de cette influence dans les textes qu’on a conservés. Dans ce but, une comparaison entre les textes consacrés aux deux personnages cités ci-dessus peut être un bon moyen.

  • 91 Textes détaillés : BS n° 45, R. Mouterde et A. Poidebard, 1931, p. 101-115 (et DFD p. 13 pour l’ar (...)
  • 92 D. Schlumberger, 1971 : M. Sartre, 1996a, p. 386-387.
  • 93 D. Schlumberger, 1971, p. 124 : texte J. Cantineau, 1936, p. 278, n° 20, qui précise bien αἱ δὲ τ[ (...)
  • 94 R. Mouterde et A. Poidebard, 1931. Le parallélisme entre Inv X. 44 provenant de l’agora et le text (...)
  • 95 BS n° 45 et H. J. W. DRIJVERS, 1995a, restitué d’après BS n° 45. Voir chapitre ii sur ces quatre s (...)
  • 96 D. Schlumberger, 1971, p. 126, n. 1.

45Le premier, Soados, exerce son activité entre 132 et 145-146 apr. J.-C. Il a sans doute résidé une partie de cette période en Mésopotamie, à Vologésias en particulier, où était sans doute sa « dynasteia ». On a sur lui moins de documents que sur M. Ulpius Iarhaî, mais certains d’entre eux ont l’intérêt d’être très détaillés91. C’est en partie grâce à eux que D. Schlumberger a pu établir le fonctionnement des quatre tribus de Palmyre qui regroupaient la totalité du corps civique92 et qu’on a pu identifier les quatre sanctuaires correspondant aux quatre tribus. Trois textes de Palmyre mentionnent explicitement ces quatre tribus93, qui honorent un notable chacune dans son sanctuaire (cette dernière précision est absente dans Inv X. 44). Aucun de ces textes, certes, ne parle de Soados, mais les trois longs textes qui lui sont dédiés mentionnent tous l’érection de quatre statues, soit dans le tétradéion de la cité94, soit dans quatre sanctuaires de la ville95. Or, bien que, selon toute apparence, ce soit au nom des tribus que les honneurs sont rendus, on ne connaît pas le nom de la tribu à laquelle appartenait Soados, ce qui correspond à la disparition progressive des mentions tribales au cours du temps96.

46On peut faire une comparaison avec les honneurs rendus à M. Ulpius Iarhaî. Pour celui-ci, on n’a aucune trace d’honneurs de cette nature. Certes les textes sont en moyenne de dix ou vingt ans postérieurs, mais les honneurs rendus par les quatre tribus sont attestés bien après le dernier texte qui le nomme. Ils n’ont donc pas disparu avec lui. C’est la cité dans son ensemble, représentée soit par le Conseil et le Peuple, soit par une caravane de tous les Palmyréniens qui décerne à Soados des honneurs exceptionnels, et c’est ce qui fait la différence majeure dans deux des textes. Comme on le voit, l’inscription du sanctuaire de Baalshamîn fait exception, car, on l’a rappelé plus haut, elle est le fait d’une caravane particulière et non des autorités de la cité. Cette différence est peut-être explicable par la date relativement haute (douze ans avant la suivante qui est de 144), avant le moment où l’influence de Soados est à son sommet.

  • 97 Par exemple. CIS 3914 ou 3930. Voir le chapitre i.

47Le fait que les membres d’une caravane puissent dédier des statues dans chacun des sanctuaires particuliers des quatre tribus constitutives de la cité peut être le signe que cette caravane est une sorte de représentation en miniature de la cité, avec, pourquoi pas, des membres de chacune des tribus. La caravane (une seule par an ?) représente l’ensemble de la cité, dont elle signale la richesse. À l’appui de cette interprétation, il faut noter le souci présent dans le texte de mettre en valeur le patriotisme du personnage. Certes des termes comme φιλόπατρις font partie du vocabulaire courant de ce genre de texte97. Mais ce thème est répété tout au long des premières lignes du texte ; l’énumération des gens qu’il a assistés avec noblesse et générosité est une liste de différentes catégories de citoyens de Palmyre : les marchands, les caravanes, tous sans aucun doute palmyréniens, comme le sont aussi ces gens qui résident à Vologésias. C’est encore pour les intérêts de la patrie, qui est la sienne, qu’il n’a pas ménagé sa personne et sa fortune.

  • 98 À l’exception bien sûr de la mention ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆμος.

48Le texte fait par les membres de la caravane se place d’emblée sur le plan de l’intérêt général de la cité : il existe de plus une forte ressemblance avec l’inscription de Umm el-Amad, de plusieurs années postérieure. Les cinq premières lignes de BS n° 45 ont d’ailleurs été restaurées d’après ce texte, dont le début est identique98. Des statues lui avaient déjà été faites par le Peuple (ἀνδριᾶσι δημοσίοις) en vertu de décisions et de décrets publics, et la décision de la caravane vient s’inscrire dans une sorte de tradition.

  • 99 CIS 3919 (= Inv IX, 19).
  • 100 J. Cantineau (ad loc. Inv IX. 19) trouvait l’écriture un peu récente pour cette date. Une regravur (...)
  • 101 DFD, p. 228-229.
  • 102 Inv X, 29.

49Le personnage lui-même suit déjà un modèle familial. Il n’est en effet pas tout à fait inconnu puisque sa famille est connue par au moins deux textes. Le premier est un texte araméen du temple de Bel, publié depuis longtemps99. Un symposiarque des prêtres de Bel est honoré par le Conseil et le dieu Iarhibôl lui rend témoignage. Le texte est daté d’avril 117100. Son nom est Zebîdâ, fils de Soados, fils de Taîmishamsh. On retrouve des noms familiers et son identification avec un oncle de notre Soados est tout à fait vraisemblable101. Il faut constater que la famille est bien ancrée dans la ville même, où elle remplit une des fonctions les plus prestigieuses, et ce, une vingtaine d’années avant son membre le plus connu. La famille a aussi d’autres liens avec les caravanes, puisque si Soados n’est pas synodiarque, un texte atteste ce métier en 161, pour son frère102, qui accompagne une caravane depuis Charax. Mais cette fois, la grande période de Soados est terminée. C’est peut-être un premier signe de déclin de la famille qui n’apparaît plus ensuite. Ce texte, où un citoyen d’Antioche est remercié, peut être le signe de liens avec cette ville, mais est, plus probablement, à mettre en rapport avec la fonction de publicain du personnage.

50L’impression d’ubiquité que donne Soados est frappante. Palmyrénien de premier plan, il est le seul de cette classe qu’on retrouve dans plusieurs des villes avec lesquelles sa ville commerce. Les autres personnages connus résident en Mésène ou à Doura-Europos (comme on l’a vu), ou à Palmyre et se déplacent avec leurs caravanes comme synodiarques. Dans le cas particulier de Soados, on parle de lui à plusieurs endroits (Palmyre, Gennae, Vologésias et Charax), comme s’il était en quelque sorte itinérant. La liste de ces lieux permet de dresser une géographie de son influence, et celle-ci semble recouvrir la zone couverte par l’activité commerciale palmyrénienne au milieu du iie siècle.

  • 103 Pour autant qu’un texte nouveau ne vienne pas modifier ce qu’on connaît de la biographie de ce per (...)
  • 104 J. Cantineau, 1938, p. 75 n° 28c.
  • 105 Inv X. 96 : DFD, p. 32 (si on accepte la restitution de J. T. Milik à partir de J. Cantineau, 1933 (...)

51Le tableau est différent quand on passe à M. Ulpius Iarhaî. Il ne reçoit qu’une statue à chaque fois, dédicacée soit par une caravane ou ses synodiarques, soit par des marchands. À la différence de Soados103, il a été lui-même chef de caravane (et son frère aussi). Certes, il réside peut-être à Charax, d’où il aiderait de si nombreux marchands, mais ce qu’on sait des trajets caravaniers et des manières dont un grand marchand peut aider une caravane n’implique pas fortement sa présence permanente à cet endroit. Seul un texte104 mentionne qu’il a aidé un certain Haddûdan, fils de Haddûdan Firmôn (ḥdwdn br ḥdwdn prmwn) à Charax. Il fallait donc bien qu’il y soit. Lui seul est remercié dans les deux seuls textes105 qui renseignent sur le commerce maritime de Palmyre avec la Scythie (Inde du nord-ouest). C’est une preuve supplémentaire de son influence dans le sud de la Mésopotamie, d’où vraisemblablement appareillaient les bateaux vers l’Orient. Pourtant il y a une différence d’échelle avec Soados, pour la variété des lieux géographiques ou pour le niveau des honneurs reçus. On peut d’ailleurs considérer que cette diversité géographique est une des explications des honneurs exceptionnels rendus à Soados.

  • 106 Inv X, 107 où la généalogie de son père (notre Iarhaî) s’établit ainsi : M. Ulpius Iarhaî, fils de (...)
  • 107 Six, si on prend en compte le texte restitué par J. T. Milik, DFD, p. 32. Notons quand même que le (...)

52On a vu qu’un certain nombre de textes mentionnaient des membres de la famille de Iarhaî et qu’il faisait partie d’une famille ancrée dans ce milieu commerçant. Son fils, Abgar, est attesté en 159106, soit en plein milieu de la période la plus florissante de la famille. Il porte le même nom que son oncle (frère de Marcus Ulpius Iarhaî ; Inv X, 81 de 135 apr. J.-C.) et que son arrière grand-père107. Enfin, le texte Inv X, 73, très fragmentaire et non daté, semble mentionner soit un petit-fils de Iarhaî, soit plutôt son père (Αιρανης Αβγαρου). De cette succession de noms, on peut tirer au moins deux conclusions. D’abord que Iarhaî, qui ne porte pas le nom de son grand-père, n’est sans doute pas l’aîné. C’est peut-être seulement après la disparition de son frère, attesté comme conducteur de caravane quelques années plus tôt et qui porte ce nom d’Abgar, qu’il a pu prendre la tête de la famille. Ensuite, son fils Abgar n’a pas lui non plus le nom de son grand-père, signe qu’il est possible que, lui non plus, ne soit pas l’aîné. Il est en effet honoré vingt-quatre ans après son oncle ; son âge permet aussi de supposer qu’il porte ce nom en signe d’hommage à un membre disparu de la famille.

  • 108 G. W. Bowersock. 1989b, p. 167. Voir les remarques de K. Dijkstra. 1995, p. 87-88, qui établit un (...)
  • 109 Le texte palmyrénien est légèrement différent.

53Le resserrement chronologique des inscriptions en l’honneur de Iarhaî est remarquable. Alors que les trois textes principaux de Soados sont séparés de plus de dix ans, c’est en quatre ans que se déroule la carrière de Iarhaî, telle, du moins, qu’on peut la reconstituer d’après les textes qui sont conservés. L’année 157 apr. J.-C. se distingue, puisque sur les onze ou douze textes connus, cinq (ou six108) sont datés de cette année. Comme le remarque G. W. Bowersock dans son article sur la Mésène antonine, « on a l’impression que Yarhai était un bienfaiteur exceptionnel dans une époque exceptionnelle, dangereuse même »109.

  • 110

54Les textes de l’année 157 ont l’intérêt de présenter un éventail assez large. Les deux premiers (Inv X, 77 et 78) sont des textes honorifiques simples, non caravaniers, où Iarhaî est appelé évergète et ami. Les trois suivants sont caravaniers mais concernent trois genres différents de commerce. Inv X, 87-88 est le fait de marchands qui remontent de Choumana (oἱ ἀναβάν[τε]ς [ἀπ]ò [Χ]ου[μα]νων ἔνποροι...), donc apparemment pas une caravane, mais des marchands indépendants de retour d’expédition110. Inv X, 90 est le plus classique, une dédicace faite par Iaddaî, fils de Zabdilah, pour le compte d’une caravane remontée de Spasinou Charax. Les raisons invoquées sont très courtes ici encore (τειμῆς χάριν et lyqrh), mais on peut imaginer que, comme pour les autres, cela signifie qu’« il les a aidés en toutes choses ». Enfin le dernier (Inv X, 96, mais c’est le même cas dans DFD, p. 32), on l’a vu un peu plus haut, est une dédicace de marchands de retour d’un voyage maritime depuis la Scythie. C’est aussi le texte le plus développé, non qu’il donne des détails sur la navigation, mais parce que, à la différence des deux textes précédents, les termes employés, quoique classiques ([πάσῃ προ]θυμίᾳ βοηθήσαντα αὐτοῖς κάὶ συνλαβόμενον « les ayant secourus et assistés avec beaucoup d’empressement »), semblent indiquer qu’il ne s’agit pas de simples remerciements de pure forme, mais que ces marchands ont réellement eu besoin de l’aide de Iarhaî. La carrière de Iarhaî est donc courte (tous les textes datés sont compris entre 155 et 159), et on ne peut la prolonger par celle de son fils, attesté seulement en 159, en même temps que son père.

  • 111 Même conclusion dans J. Teixidor, 1984, p. 16, où on trouvera quelques points de comparaisons plus (...)

55Incidemment, le fait que plusieurs textes sont datés de cette même année 157 pourrait laisser penser à l’existence de plusieurs expéditions par an. Pourtant une seule caravane est attestée pour cette année (Inv X, 90) ; les autres textes parlent de marchands ou de navires, non de caravanes (συνοδία ou šyrt’). Dans l’état actuel de la documentation, on peut émettre l’hypothèse qu’une seule caravane, pouvant utiliser officiellement ce nom, avait lieu chaque année111. Si cette interprétation est juste, cela ne peut que renforcer tout ce qu’on a dit sur le pouvoir des grands notables. Certes d’autres expéditions, moins importantes, ont lieu, parfois sous leur protection, mais ils sont surtout chargés de la défense et de la sauvegarde des intérêts de l’expédition commerciale principale, vitale pour la vie de la cité. Les quatorze textes comportant le mot συνοδία ne permettent pas de situer le moment précis de l’année (s’il y en avait un) où avait lieu cette caravane. Le mois de nîsan (avril) est certes le plus fréquent, mais il n’apparaît que trois fois, ce qui n’est pas suffisant pour en tirer une règle. Notre ignorance de la manière dont se faisaient ces remerciements empêche de toute façon de conclure de manière définitive. On voit que les dédicaces ne se faisaient pas apparemment à un moment précis de l’année, et rien ne renseigne sur les éventuels délais entre le retour heureux d’une caravane et le texte qui en résulte.

56Quels que soient leurs rapports avec les caravanes et le commerce caravanier, le fait est qu’on retrouve des Palmyréniens à des positions importantes dans une partie de l’Orient mésopotamien (de Doura-Europos au Golfe et au-delà). Pour la plupart, ils sont liés à des caravanes, comme le montrent les dédicaces qui renseignent sur eux. Il reste maintenant à étudier la zone comprise entre Palmyre et la Mésopotamie, le désert, qui est souvent associé à des idées de dangers pour ceux qui ont à le traverser, pour comprendre comment les grands caravaniers ont cherché à l’apprivoiser.

C. LA POLICE DU DÉSERT

  • 112 Les textes honorifiques de plus de vingt lignes sont rares à Palmyre ; or Soados a droit à au moin (...)
  • 113 Même si ce vocabulaire peut sembler parfaitement convenu quand on le compare avec celui des décret (...)

57Tous les notables connus par les inscriptions caravanières sont remerciés souvent de manière bien vague pour avoir été utiles aux marchands ou aux caravanes. Qu’ils soient grands caravaniers ou guides accompagnant réellement les marchands, le vocabulaire est assez peu original : les mêmes termes reviennent, comme τειμῆς καὶ εὐχαριστείας ἕνεκεν (« en témoignage d’honneur et de reconnaissance » ; CIS 3916). De rares textes entrent parfois dans les détails et renseignent sur ce que signifiait réellement « être utile » à une caravane. Plus rares encore sont les personnages qui comme Soados, fils de Bôlîadâ112, ont droit à des inscriptions très développées, où leurs mérites sont exposés avec précision. Détail révélateur, dans le texte BS n° 45, les mots mêmes de la formule avec χάριν ou ἕνεκεν (« en raison de ») sont moins convenus que d’habitude. On trouve en effet une formule plus variée : [ἀρετ]ῆς καὶ μεγαλοφροσύνης [καὶ εὐσεβεìας ἕνεκ]α (« en témoignage de sa valeur, de sa noblesse et de sa piété »). Par rapport aux textes habituels, le vocabulaire est plutôt varié et original113.

58Pourtant, à y regarder de près, on ne peut qu’être déçu par ce que le texte révèle. On apprend certes que la caravane a été sauvée d’un grand danger par notre homme (διασώσαντα τὴν συνοδίαν ἐκ τοῦ περιστάντος μεγάλου κινδύνου aux lignes 12-15). On aurait pourtant aimé savoir quel a été ce danger, sur lequel seules des conjectures sont possibles. Certes, les possibilités ne sont pas infinies, et l’aventure des marchands anglais qui sur la route de Palmyre en 1678 furent repoussés par les Bédouins n’est qu’un exemple parmi d’autres des dangers que peuvent faire courir ces habitants du désert. Car, dans les textes, il s’agit probablement de ce genre d’incidents, plutôt que de difficultés liées aux conditions climatiques parfois redoutables de la région, mais contre lesquelles on voit mal quel rôle Soados aurait pu jouer malgré toute sa bonne volonté.

  • 114 Le titre στρατηγὸς κατὰ τῶν νομάδων n’est pas attesté ailleurs. On connaît seulement des exemples (...)

59Jusqu’au xixe siècle au moins, le contrôle des Bédouins et donc des routes du désert a été un des enjeux principaux dans ces régions désertiques. À vrai dire, certains textes sont même assez explicites, comme Inv X, 44 qui, dans son éloge du personnage honoré, commence par dire qu’il a été plusieurs fois stratège contre les nomades, avant de le féliciter d’avoir toujours assuré la sécurité des marchands et des caravanes. La succession des deux phrases n’est sans doute pas fortuite, et on peut assurément introduire un lien de cause à effet entre les deux propositions. Mais ce lien n’est que suggéré, ces belles actions ne sont que des étapes dans l’énumération des qualités de cet ancien synodiarque. C’est, à ma connaissance, la seule occasion où cette fonction de « stratège » est mise en relation avec le commerce caravanier (et la seule attestation d’un « stratège contre les nomades »). L’intitulé même de la fonction est significatif (κατὰ τῶν νομάδων114), mais rend plus aiguë la question qui se pose alors. Pourquoi, alors que ce danger semble être officiellement pris en compte, est-il si rarement mentionné dans les textes ?

  • 115 H. J. W. Drijvers, 1995a.
  • 116 Ces textes sont certes des résumés de décrets développés (chapitre i), mais leur concision et le v (...)

60Un seul texte donne quelques détails sur la manière dont un grand notable sauve une caravane. C’est le texte du sanctuaire d’Allât115, qui rappelle l’attaque d’une caravane par un certain Abdallat Ahitaya, chef de brigands. Il date de 144 et trouve sa place entre les deux autres grands textes en l’honneur de Soados. La grande originalité du texte est de donner des noms tout en décrivant ce que Soados a fait contre ces bandits (προωρμήσεν παραλαβών μεθ’ἑαυτου πολλὴν δύναμιν « il avança en prenant avec lui une force importante »). Mais cette inscription est bien seule dans son genre, et peut-être ne peut-on extrapoler à partir de ce seul cas ; de plus, les situations devaient être différentes pour toutes les caravanes. En tenant compte de ces différences éventuelles, mais aussi des textes où des militaires (soldats romains ou stratèges palmyréniens) sont remerciés, on peut essayer de voir comment les notables de Palmyre assuraient (ou participaient à) la sécurité des marchands et des caravanes qui reliaient le sud de la Mésopotamie et leur ville. Il faut essayer de comprendre ce que le vocabulaire étonnamment peu varié des remerciements116 peut dissimuler comme jeux de relations, interventions armées. L’hypothèse de départ est que ces honneurs ne sont pas simplement de pure forme et que derrière eux se dessine une activité réelle des notables (avec des rivalités internes ?) pour le contrôle des routes commerciales du désert.

61Même si la question est loin d’être réglée précisément, on sait depuis longtemps que les Palmyréniens possédaient des troupes qui leur permettaient de surveiller et de contrôler le désert. Seule la sécurité du désert et la résolution des problèmes de logistique pouvaient faire préférer la route du désert, plus courte. Autrement, une autre route, suivant l’Euphrate de plus ou moins près, puis vers Antioche, à l’endroit où le cours du fleuve est le plus proche de la Méditerranée (Zeugma), constitue le trajet habituel. C’est d’ailleurs la route que Strabon décrit (Géographie XVI, 1, 27) pour la fin du ier siècle av. J.-C. et celle qui, avec des variantes (mais toujours avec le souci d’éviter une traversée trop longue du désert), a cours après la chute de Palmyre, à la fin du iiie siècle.

  • 117 Voir annexe XIV : D. Schumberger, 1939a, p. 43-73.
  • 118 H. Seyrig, 1932, p. 276 (AE 1933. 205) : milliaire d’Erek (Aracha dans l’Antiquité).

62Or on a un certain nombre de textes provenant du désert qui entoure Palmyre. Ils sont une source de renseignements sur la surveillance que des troupes palmyréniennes effectuaient dans le désert. Palmyre, après son intégration dans l’Empire romain, assure la police du désert sur une surface étendue. On a retrouvé les bornes de la Palmyrène vers l’ouest (à Khirbet Bilaas, voir pl. 2) ; ces inscriptions mentionnent la restauration sous Hadrien de bornes, qui datent de l’époque de Creticus Silanus, gouverneur de Syrie entre 11/12 et 16/17117. Un autre légat, M. Ulpius Trajan, le père de l’empereur Trajan, en 75, borne la route qui conduisait de Palmyre à l’Euphrate (Soura) vers le Nord118. Palmyre est donc dès cette époque au cœur du dispositif défensif romain. Ce dispositif est dirigé bien sûr contre les Parthes, l’ennemi presque héréditaire de l’Empire dans la région, mais, sauf à de rares périodes, ce danger parthe n’est pas très pressant, et on peut croire que le souci principal de Rome dans le contrôle de Palmyre était en fait la mainmise sur le commerce caravanier. Ce dernier d’ailleurs semble profiter de la présence romaine, puisque c’est bien à ce moment qu’il connaît son développement le plus important. L’abaissement définitif du commerce nabatéen y contribua aussi. La stabilisation de la situation dans la région au nord de Palmyre et la présence de soldats romains dans le désert a sans doute aussi permis de donner aux marchands des conditions favorables au commerce.

  • 119 Inv IX, 2.
  • 120 CIS 4235.
  • 121 Inv X. 128. Il ne reste qu’une partie de la transcription sémitique de son nom : « ṭbrys qlwdys py (...)

63Pourtant, si on est renseigné sur la présence de soldats romains à Palmyre au moins temporairement dès 19 apr. J.-C.119 et si la présence en 58 du publicain L. Spedius Chrysanthos120 peut difficilement se concevoir sans l’existence aussi d’au moins une petite garnison romaine sur le site, leur intervention active pour la défense des caravanes a laissé peu de traces dans nos sources. Seuls deux textes peuvent être interprétés dans ce sens : dans le texte Inv X, 81, le frère de M. Ulpius Iarhaî, Abgar et la caravane qu’il a accompagnée depuis Spasinou Charax, remercient (τειμῆς χάριν) un certain Iulius Maximus, centurion d’une légion indéterminée (celle stationnée à Palmyre selon toute vraisemblance). Le texte est daté de 135. Une vingtaine d’années plus tard (entre 155 et 159). Tiberius Claudius Phi(lippus ?) est remercié par son ami. M. Ulpius Iarhaî121. Cet officier est préfet de la première aile ulpienne de méharistes palmyréniens.

  • 122 Par exemple Inv X. 1 ou 125.

64Il est tentant de faire de cette unité, bien adaptée aux conditions locales, une unité spécialisée dans la protection des caravanes. On connaît de plus les rapports entretenus par la famille de Iarhaî avec le commerce. Avec ces textes, un lien particulier de la famille avec l’armée romaine semble se dessiner, et on peut aussi rappeler le texte Inv X, 99 où un certain M. Ulpius Abgar, commandant d’une unité d’archers palmyréniens se voit dresser une statue par ses fils. Rien ne prouve qu’il s’agisse d’un membre de la famille, mais le nom d’Abgar est celui d’au moins un frère et un fils de Iarhaî, et la date du texte (141) convient. Pourtant le texte Inv X. 128 ne fait aucune allusion au trafic caravanier, et s’il n’y avait le nom du dédicant. il ne différerait pas d’autres textes où des Palmyréniens remercient des militaires romains, sans préciser les raisons de leur geste122.

  • 123 E. Will, 1957, p. 267-268, cité par J. Teixidor, 1984, p. 30-31.
  • 124 Voir J. Teixidor, 1984, p. 30.

65Cette aile de méharistes palmyréniens n’est pourtant jamais citée dans un contexte de caravanes. Elle a certes son utilité propre et c’est à juste titre que E. Will y voit la démonstration d’« une exploitation méthodique par Rome des possibilités militaires locales et un contrôle du désert à l’aide de formations spécialisées telles que cavaliers et méharistes »123. Mais on ne peut en faire une unité chargée spécialement des caravanes124, et un seul texte sur les quelque quarante attestations plus ou moins précises du commerce établit l’existence d’un lien direct entre l’armée romaine et la protection de marchands. Ce texte (Inv X. 81), comme beaucoup d’autres, est désespérément imprécis, et les détails de l’intervention du centurion Iulius Maximus restent malheureusement inconnus. De plus son unité, qui n’apparaît pas dans le texte, ne semble pas être une aile de cavalerie ou de méharistes, la transcription sémitique de son grade est claire, il s’agit d’un centurion (« qṭryn’« ) et non d’un préfet ou d’un tribun. On ne peut même pas être sûr que son intervention a été liée à sa fonction militaire en Palmyrène, mais on peut tout aussi bien imaginer que M. Ulpius Abgar, citoyen romain, a pu faire jouer ses liens d’amitié avec un militaire romain pour un problème local.

  • 125 Voir dernièrement E. Will, 1992, p. 52-56 et M. Sartre, 1996a, p. 391-392 (avec des positions parf (...)
  • 126 La question est de savoir s’il s’agit de troupes régulières romaines ou de la « milice » de Palmyr (...)
  • 127 Comme Aelius Bôrrâ ou Ogeîlû (DFD p. 36).
  • 128 M. Sartre, 1996a, p. 394-395 : E. Will, 1992, p. 55-56 différencie les cas d’Ogeîlû et d’Aelius Bô (...)

66Tout cela ne veut bien sûr pas dire que l’armée romaine se désintéressait des événements susceptibles de se dérouler dans le désert. Il en était de même pour les Palmyréniens dont une milice était présente dans le désert, commandée par un stratège. Le statut de cette unité et de son commandant a été l’objet de nombreux commentaires125. On a vu pour Doura-Europos qu’il s’agissait d’un corps d’archers, dont au moins deux stratèges sont connus126. On a parlé plus haut d’Aclius Bôrra qui a été plusieurs fois stratège. Cette fonction est celle d’un responsable militaire, non permanente, puisqu’on peut l’exercer plusieurs fois127. Elle constitue donc une sorte de magistrature civique. On ne doit pas la confondre avec la stratégie, magistrature principale de la cité de Palmyre après sa transformation en colonie au début du iiie siècle128. Cette dernière magistrature, collégiale et éponyme, fait partie des institutions classiques d’une colonie en Italie. Le mot lui-même est la traduction en grec du terme duumviri employé en latin.

  • 129 Texte publié par J. Cantineau, 1933, p. 179, n° 4.
  • 130 En araméen : « ‘sṭrṭg ‘l’ wgml’« .
  • 131 Voir M. Gawlikowski. 1988, p. 165-166.
  • 132 Dédicace par des cavaliers stationnés à Ana et Gamla après 188 : pršy’ b’br[‘] dygml’ w‘n’ (« les (...)

67Mais l’apparition de ces stratèges de la colonie n’entraîne pas la disparition de la première acception qui subsiste. En fait foi un texte daté de 225 et provenant de Umm el-Salabikh (115 km à l’est de l’oasis)129. Il mentionne un stratège, anonyme à cause de l’état du texte, chargé de la défense de Ana et Gamla, localités de l’Euphrate au sud de Doura-Europos130. Au moins deux autres textes provenant de Palmyre (BS n° 51 et CIS 3973) font état d’une présence armée palmyrénienne à Ana131. On a une liste de sept stratèges (à fonction militaire), plus l’anonyme dont on vient de parler. Ils permettent aussi de dresser une carte de la présence palmyrénienne dans le désert s’étendant à l’est de l’oasis. On a vu que le cas de Doura-Europos n’est pas tout à fait assuré, il est clair néanmoins que la démarcation entre troupes romaines et milice de Palmyre ne pouvait être toujours très nette et que la seconde devait parfois accomplir certaines des tâches que les officiers des premières pouvaient lui confier ou lui laisser. Le terme même de milice n’apparaît pas dans les textes, on a affaire à des archers à Doura, à des cavaliers à Ana132.

68Les autres stratèges cités dans la documentation ont vraisemblablement avec eux des troupes, soit unités auxiliaires plus ou moins irrégulières de l’armée romaine, soit troupes de « gendarmes » proprement palmyréniens. Ces troupes sont manifestement marginales par rapport à l’armée régulière, et leurs membres ne portent pas de titres et de grades romains.

  • 133 J. Teixidor, 1984, p. 24 ; mais on hésite à faire de cet Obaîdû le commandant de la garnison de An (...)
  • 134 Et comme on l’a vu (chapitre i), le même texte utilise un terme sémitique pour donner le nom de l’ (...)
  • 135 Pour une discussion plus complète sur ce personnage et ses fonctions, voir le chapitre iv.

69Cela pose bien sûr le problème du statut précis de ces troupes. Ainsi la dédicace d’un cavalier nabatéen ayant servi au camp de Ana en 132 (CIS 3973) a fait supposer à J. Teixidor qu’il était en fait au service des Parthes133. Le terme employé pour décrire sa fonction est en effet curieux pour un militaire romain, puisqu’il est seulement appelé prš « cavalier ». C’est le terme utilisé également par le texte BS n° 51 cité plus haut pour les cavaliers en poste au même endroit134. On a pourtant au moins un exemple de soldat indubitablement romain qui donne sa fonction en utilisant un mot sémitique : en CIS 3944, le personnage se dit en grec στρατιώτης λεγ[εῶνος Κυρηνα]ικῆς (« soldat de la légion Cyrénaïque ») et en araméen plḥdblgywndy bṣr (« soldat de la légion qui est à Bosra »), ce qui signifie sans doute la même chose, mais n’a pas les mêmes implications135.

70Selon ce texte, une unité plus ou moins irrégulière dépendant de l’armée romaine pouvait peut-être employer (en araméen du moins) des noms de grades et de fonctions sémitiques, sans références directes à la hiérarchie militaire romaine.

  • 136 C’est J. T. Milik. DFD, p. 258, qui fait du Zebîdâ cité dans le texte un stratège. J. Teixidor, ap (...)
  • 137 J. Starcky, 1963, p. 48.
  • 138 J. Teixidor. 1984, p. 25, écrit que « Zebida était le stratège de la région en 98 ».
  • 139 H. Ingholt, 1932,p. 279 et DFD p. 36 pour le texte palmyrénien. On peut penser à une fonction du t (...)
  • 140 Je dois ce rapprochement à M. Sartre. Sur l’inscription, voir G. W. Bowersock. 1975, p. 512-522 et (...)

71Doura, nouvellement conquise, mais où des liens anciens existaient avec Palmyre, a pu être un lieu où la présence dans un premier temps de ce type de soldats pouvait être préférable. La présence palmyrénienne au sud de cette région est attestée, depuis au moins la fin du ier siècle, par un ensemble de textes en araméen et en safaïtique provenant du Wadi Hauran et publiés par F. Safar en 1962 et 1964 (pl. 1). Un de ces textes, daté de 98, mentionne un stratège anonyme136, et un autre stratège Iarhaî est encore attesté dans la même région par un autre texte au milieu du siècle suivant137. Cette fonction ne me semble pas être liée à une région précise138, mais plutôt à des opérations ponctuelles, archers à Doura, contre les nomades comme Ogeîlû, ou peut-être encore « préposé à la paix », comme Aelius Bôrrâ ([στρατηγὸς ὁ ἐπὶ τῆς] εἰρήνης), si on accepte la restitution proposée d’après le palmyrénien (« ‘sṭrṭg’ dy ‘bd šlm’« )139. Cette fonction peut d’ailleurs trouver plusieurs parallèles intéressants dans la région. À Palmyre même, l’inscription CIS 3915 (= Inv IX, 13), datée de 21 apr. J.-C, mentionne déjà un notable palmyrénien qui a permis la paix entre deux tribus (voir chapitre II). L’expression utilisée est la même (‘bd šlm’ bynyhwn. « il a fait la paix entre eux »), ce qui peut placer Aelius Bôrrâ dans une certaine continuité. D’autre part, à Ruwwafa, le texte sémitique de la fameuse bilingue gréco-nabatéenne porte à la fin wrmṣhm (« il a fait la paix entre eux » ; cette partie du texte grec a disparu)140. Le personnage en question est cette fois le gouverneur romain (dans les années 166-169). La désignation d’Aelius Bôrrâ par le gouverneur serait là encore un signe de l’évolution de la situation institutionnelle de Palmyre qui passe sous la dépendance de Rome de manière plus marquée au cours du iie siècle (CIS 3915 datant des premières années du ier siècle).

72La désignation à plusieurs stratégies contre les nomades, à la fin du iie siècle, semble indiquer qu’existait alors de ce côté un danger particulièrement pressant. C’est peut-être en tenant compte de cet aspect intermittent et ponctuel de la fonction qu’on peut le mieux rendre compte des aspects si variés qui apparaissent dans les inscriptions. Pour cette raison, cette charge de maintien de la paix a pu prendre une importance qu’elle n’avait pas forcément à l’origine. Il était naturel qu’à Palmyre cette fonction ait plus de prestige et de pouvoir que dans des cités d’Asie Mineure situées loin des frontières et au territoire moins étendu. Cela peut aussi expliquer l’utilisation du terme de στρατηγός, aux connotations militaires marquées, plutôt que celle d’un mot qui évoquait de simples opérations de police. On manque malheureusement un peu trop de détails pour arriver à discerner des évolutions de la fonction au cours des quelque 125 années où elle est connue.

73C’est parce qu’ils s’occupaient de la défense contre les nomades et de la surveillance du désert qu’on trouve les stratèges aux marges du territoire de Palmyre. Aelius Bôrrâ a fait la paix « btḥwmy mdyt’« , et cela peut signifier « dans le territoire », mais aussi « dans les frontières de la cité ». Il est normal que ce soit vers l’est et non vers le côté où les troupes régulières romaines avaient de grandes chances d’être très présentes qu’on retrouve les attestations les plus nombreuses de la milice de Palmyre. Un problème n’est pas résolu : celui de la présence de cette milice dans la partie sud-est de la région, où, en 98 du moins, la domination parthe était établie.

  • 141 Voir M. Gawlikowski, 1988, p. 165-166.
  • 142 Dans ce sens, M. Gawlikowski, 1988, p. 165.
  • 143 Cite par E. Will. 1992, p. 54.

74Il faut peut-être voir dans ces garnisons palmyréniennes installées dans des régions frontalières une conséquence de ce qu’aussi bien dans le désert que le long du fleuve, les conditions géographiques rendent impossible l’existence d’une frontière, selon le modèle actuel. En fait, le fleuve sert plus de route que de frontière141 et le désert qui l’entoure permet peut-être de comprendre comment un Nabatéen pouvait être au service de Palmyre en 132 aux confins du territoire parthe142. Peut-être peut-on aussi reprendre l’hypothèse formulée par R. Dussaud selon qui Palmyre possédait « un plein droit de police sur les tribus du désert aussi bien en accord avec Rome qu’avec les Parthes »143.

  • 144 Voir au chapitre ii la discussion sur le clan Haumal et sa généalogie difficile : comme le dit J. (...)
  • 145 E Safar, 1964, n° 8 : « tymrṣw wḥggw bny tym’ šwyr’ ».
  • 146 Où sa généalogie s’établit comme suit : Ογηλον Μακκαιου τοῦ Ογηλου τοῦ Αγεγου τοῦ Σεουιρα. Voir le (...)
  • 147 Et s’il s’agit bien d’un stratège, puisque la seule attestation du mot dans ces textes (F. Safar. (...)
  • 148 H. Ingholt, 1932, p. 279 et DFD p. 36.
  • 149 Dans la liste de citoyens romains établie par D. Schlumberger (D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 67- (...)

75Ces stratèges, honorés d’inscriptions longues et détaillées, faisaient visiblement partie des notables, mais on a jusqu’à présent peu de preuves formelles de ce fait. J. T. Milik, DFD, p. 258 fait du personnage principal de plusieurs inscriptions du Wadi Hauran, Zebîdâ, fils de Haumal, un stratège et propose de le retrouver dans le texte Inv X, 2, où il serait l’arrière-grand-père des dédicants (« militaires, vu leur rapport avec un officier de l’armée romaine », dit-il à propos des mêmes personnages pour Inv X, 1144). Toujours d’après le même auteur (DFD, p. 24), on retrouve, parmi les compagnons du stratège Zebîdâ, un certain Hagegû145, qui serait un ancêtre du stratège Ogeîlû, mentionné en Inv X, 44146. Si šwyr’ est bien le nom de l’ancêtre du clan147 et qu’il s’agit donc de la même famille, il est intéressant de voir qu’un siècle avant la stratégie d’Ogeîlû, un de ses ancêtres a déjà eu des fonctions semblables. Un autre de ces stratèges, Aelius Bôrrâ, est membre d’une famille de notables. Par le même texte148, on connaît son père, Titus Aelius Ogeîlû. Ce dernier (ou son père) s’est vu conférer la citoyenneté romaine par Antonin le Pieux. En 198, date du texte, l’appartenance de la famille aux notables de l’oasis est donc établie depuis au moins une quarantaine d’années. Il peut s’agir d’une famille de soldats, ce qui expliquerait les activités de notre stratège et cadrerait assez bien avec ce qu’on sait d’un certain nombre de Palmyréniens, citoyens romains à ce moment149.

76Pourtant quand on lit les textes où apparaissent les stratèges, la quasi-absence des caravanes est étonnante. Une seule fois, un stratège est remercié pour avoir favorisé le trafic commercial. Ogeîlû (Inv X. 44) a procuré la sécurité aux marchands et aux caravanes chaque fois qu’il a été synodiarque. Mais les fonctions sont séparées, il a été stratège contre les nomades, et il a été synodiarque : c’est en exerçant ce métier qu’il a protégé le commerce. Certes le savoir et les relations acquis pendant ses stratégies lui ont été utiles, il n’est pas étonnant qu’un spécialiste des choses du désert devienne synodiarque, mais le rapport entre synodiarchie et stratégie n’est que suggéré, pas fortement exprimé.

  • 150 E. Will, 1992, p. 60, par exemple.

77Si donc le commerce n’a que des rapports distants avec l’armée romaine et les troupes palmyréniennes, c’est qu’il devait y avoir d’autres moyens d’assurer le passage dans ces territoires où assurément des dangers existaient. De plus, cela a été noté depuis longtemps, les caravanes ne s’arrêtaient pas aux frontières de l’Empire romain, mais pénétraient profondément dans le territoire des Parthes. Il est improbable que ces derniers aient vu d’un bon œil des troupes venant du côté occidental de la frontière entrer en toute liberté avec leurs armes jusqu’au cœur de la Mésopotamie150. Certes on ne connaît pas très bien la situation territoriale réelle dans la région et la position excentrée de la Mésène a pu permettre d’utiliser un territoire « neutralisé » pour les relations commerciales. On sait aussi que les souverains de Mésène ont eu, au cours du iie siècle des relations privilégiées avec Rome et avec Palmyre (voir le point suivant).

  • 151 E. Will, 1992, p. 94-100.
  • 152 H. Seyrig, 1970, p. 77.
  • 153 H. Seyrig, 1970, p. 86 : « Sans doute les sculpteurs copiaient-ils simplement les officiers de la (...)

78On peut dire tout d’abord, en s’appuyant sur une iconographie assez constante, que le costume normal de nombreux Palmyréniens comporte des armes151. C’est sans doute encore plus vrai pour ceux qui parcourent le désert. Il est en effet assez logique de penser qu’il vaut mieux ne pas s’aventurer sans arme dans une région où les dangers abondent (ne serait-ce que les animaux). Les remarques d’H. Seyrig sur le costume des dieux des Arabes du désert (Arsû ou Allât par exemple), armés pour rassurer leurs fidèles avec des lances et des boucliers152, vont bien évidemment tout à fait dans ce sens. Les gens, dont D. Schlumberger a étudié les installations et les sanctuaires en Palmyrène du nord-ouest, fournissaient sans doute aux caravanes une partie de leurs animaux et pourquoi pas aussi de leur personnel. Ce costume militaire avait aussi parfois influencé celui des dieux ancestraux de Palmyre (Bel ou Baalshamîn), même quand ils n’étaient pas d’origine arabe. Pourtant le costume militaire des dieux n’est pas forcément celui qu’on attribue aux Arabes, mais on retrouve aussi des éléments gréco-romains (épées ou cuirasses)153.

  • 154 Voir J. Teixidor, 1984, p. 16, n. 24 : « d’après les sources arabes, les caravanes qorayshites pou (...)

79En tout cas, la défense des caravanes se faisait d’abord par leurs membres, si ce n’est par les marchands eux-mêmes, au moins par une partie des gens qui y participaient154. On suppose qu’une escorte réduite devait suffire à repousser l’attaque de quelques brigands et qu’une partie des habitants de l’oasis, qui aimaient à se faire représenter sous le costume militaire, devait avoir un certain entraînement militaire, suffisant pour les dangers habituels du désert (rôdeurs, animaux sauvages, etc.). Une caravane de plusieurs centaines de chameaux devait mobiliser un personnel nombreux, ne serait-ce que pour la surveillance et l’entretien des bêtes, et ces gens, appartenant sans nul doute aux tribus nomades, devaient être habitués aux diverses conditions de vie dans le désert. Les grands commerçants eux-mêmes, comme Soados ou Iarhaî, ou les synodiarques, n’étaient peut-être pas non plus très éloignés de ce genre de vie et devaient avoir une certaine expérience du combat contre les nomades.

80Ce n’est qu’en cas de dangers extraordinaires qu’on pouvait faire appel à des forces différentes, plus nombreuses, ou mieux armées et entraînées. Là encore l’exemple d’Ogeîlû renseigne peut-être sur un cas exceptionnel, où la lutte contre les nomades, entendons ceux qui empêchent le trafic commercial de Palmyre, est organisée de manière systématique, à un moment où, sans doute, ce danger se fait sentir de manière particulièrement aiguë.

81On a vu pourtant que le lien entre ces stratégies et la sécurité des caravanes n’est pas fermement établi. Il est certes probable, mais cette lutte d’Ogeîlû contre les nomades a pu prendre d’autres formes que l’accompagnement systématique des caravanes. Une lutte contre leurs camps, leurs troupeaux et leurs bases a pu elle aussi avoir pour effet ultime de procurer une certaine sécurité aux caravanes. La « pacification » de tribus jusqu’alors agitées a pu être l’occasion des stratégies citées dans le texte. Celui-ci présente un cas unique dans notre documentation et le gros des caravanes avait sans nul doute d’autres moyens d’effectuer un parcours sans trouble vers et depuis la Mésopotamie. On peut s’appuyer sur les théories de E. Will sur le sujet, telles qu’il les a exprimées, par exemple dans sa récente synthèse sur les Palmyréniens. Certes, le problème de la relative imprécision des textes demeure, et il faut interpréter au mieux, en s’appuyant sur toute la documentation disponible.

  • 155 E. Will, 1992, p. 61.
  • 156 E. Will, 1992, p. 62. Par exemple, le texte Inv X. 40. Néanmoins la tribu n’est citée que dans le (...)

82Or un texte publié récemment, celui du sanctuaire d’Allât (H. J. W. Drijvers, 1995a), apporte des précisions très importantes. On y apprend par exemple que Soados intervient lui-même, en force (πoΛλήν δύvαμιν), contre des brigands. Pour la première fois (et la seule jusqu’à présent), on a la preuve formelle du rôle « militaire » de ces grands notables. Mais ce rôle militaire n’était apparemment pas le principal moyen qu’avaient les notables d’agir en faveur des caravanes et de les aider en toutes choses. Les remerciements des marchands sont motivés par des interventions qui pouvaient être de tout ordre, et on ne peut que suivre E. Will, quand il fait de Soados un cheikh, un chef de tribu155. Son autorité, qui repose sur des liens tribaux, lui permet d’intervenir à toutes les étapes de l’organisation d’une caravane, non seulement pour les détails matériels et la fourniture des animaux, mais aussi pour la négociation avec les nomades, peut-être maîtres du désert mais aussi en relations avec ces grands caravaniers. Comme le note encore E. Will, « ce n’est sans doute pas un hasard si les inscriptions caravanières les plus anciennes, tout au long du ier siècle et jusqu’en 107 [?], mentionnent toujours le nom de la tribu dont le bénéficiaire de la dédicace est issu »156. Ce n’est pas par la force, mais par leur influence, que les grands caravaniers servaient les marchands, ce qui explique qu’on ait si peu de mentions de leurs interventions dans nos textes.

  • 157 M. Rowton, 1976a, p. 219-257. Voir ici le chapitre ii sur les problèmes posés par la structure tri (...)
  • 158 La principale difficulté à laquelle se heurte cette théorie très probable est qu’on n’a aucune att (...)

83Il est probable aussi qu’ils ont toujours gardé une partie de leurs activités dans le désert et que, comme l’a montré M. Rowton157, l’élite tribale se soit installée en milieu urbain, tandis que le reste de la tribu continuait à vivre dans son milieu traditionnel158. Ce partage des rôles permet de servir au mieux les intérêts tribaux au plus près des autorités sédentaires, tout en ne se coupant pas des avantages de la vie nomade dans le désert. Bien sûr ce contrôle du désert par une élite urbaine n’était pas complet et des troubles, des rivalités pouvaient survenir. C’est dans ce type de cas que l’intervention des grands caravaniers était nécessaire. L’absence de noms et de précisions dans les textes (sauf dans le cas du texte d’Allât) tire peut-être son explication de ce rôle de pacification des notables. Une fois la conciliation obtenue entre les nomades et les autorités de la caravane et le libre passage de cette dernière assuré, il devenait inutile de citer des noms et d’expliquer en détail ce qui s’était passé, en risquant de rouvrir le débat ; on préférait sans doute remercier le conciliateur sans risquer de se brouiller de nouveau avec les nomades ou une partie des habitants de l’oasis (dont la population est ethniquement assez mélangée).

84Une hypothèse moins optimiste pour expliquer ce flou entretenu autour des « bienfaits » des grands notables peut aussi être envisagée. C’est peut-être pour ne pas avoir causé d’ennuis à la caravane et aux marchands que certains grands personnages étaient remerciés. Leur bienveillance est louée, signe possible qu’elle n’était pas systématique.

  • 159 M. Gawlikowski, 1986, p. 87-99.

85Leur aide n’était sans doute pas gratuite, et ils en tiraient aussi des bénéfices sur lesquels les textes ne s’étendent pas non plus. Leur éventuelle participation financière (prêts par exemple) aux expéditions est de la même manière dissimulée par les textes conservés. Un seul texte159, selon l’interprétation de son éditeur, fournit des renseignements sur un homme d’affaire palmyrénien qui aurait prêté au taux de 30 % un total de 7 400 deniers à quatre personnes différentes. M. Gawlikowski compare ce taux à celui pratiqué dans le commerce maritime, et pense qu’on peut faire des quatre débiteurs des marchands caravaniers. En tout état de cause, cet homme d’affaire est le seul exemple connu de ce genre de pratiques. Pourtant il ne s’agit visiblement pas d’un grand caravanier.

  • 160 Chiffres tirés de M. Gawlikowski, 1988, p. 170.

86Certains d’entre eux sont remerciés pour avoir épargné aux caravanes des dépenses ou pour les avoir ramenées à leurs propres frais. On peut citer Inv III, 28 (= CIS 3948) où la caravane revenant de Spasinou Charax (en 193) honore son synodiarque pour lui avoir épargné une dépense de 300 deniers d’or poids ancien (χρυσᾶ παλαιὰ δηνάρι[α] τριακόσια), soit 7 500 deniers d’argent160. Deux autres grands personnages, Worod (Inv III, 7 = CIS 3942) ou Iulius Aurelius Shalamallat (Inv III, 13 = CIS 3936) ont ramené des caravanes à leurs propres frais. Ces deux textes tardifs (tous les deux postérieurs à 255), ainsi que le texte cité précédemment, sont les seuls où se manifeste de manière aussi explicite l’évergétisme de grands notables. Comme il arrive fréquemment dans le reste de l’Empire, on donne des chiffres ou on dit au moins clairement qu’il s’agit d’argent. Pour une fois, on peut dire avec précision en quoi consistent les bienfaits. L’insistance sur ces bienfaits peut indiquer leur caractère exceptionnel, car le financement n’était sans doute pas offert par les grands patrons caravaniers de manière courante.

87Ceux-ci offraient sans doute une aide différente, en raison de leur puissance, de leur influence diplomatique et de leur capacité à mobiliser les ressources en animaux et personnel. Ils étaient les seuls à pouvoir rendre ce type de services, alors que l’argent, sans doute nécessaire pour l’achat des marchandises orientales qu’on ramenait, pouvait provenir de différentes sources.

D. INTÉGRATION DES NOTABLES DANS LE CADRE DE L’EMPIRE

  • 161 Dans le chapitre i.
  • 162 Voir ce que dit M. Sartre, 1996a, p. 396, sur la présence à Palmyre du préposé, justifiée par « le (...)

88On a vu quelles étaient les activités civiques des notables dans leur cité161, mais il existe un cadre plus large où ces gens pouvaient (auraient pu ?) se distinguer. Se pose en fait la question du degré d’intégration des notables de Palmyre dans l’Empire romain au cours des trois premiers siècles de notre ère. Il convient de se demander pourquoi on ne retrouve pas ces notables dans d’autres régions, pour exercer principalement des fonctions provinciales ou dans un cadre plus large. Ce qui surprend, c’est justement cette relative indifférence des Palmyréniens au service impérial. Certes Palmyre suivait assez généralement le modèle des cités grecques dans son fonctionnement intérieur et ses institutions. Elle a de plus de nombreuses spécificités, dont les autorités romaines tiennent compte162. Ce qui reste du caractère tribal de la société, on l’a dit, rend difficile la totale assimilation de la ville et de sa population à ce qui se passe dans les zones les plus hellénisées de l’Asie Mineure.

89Mais dans le processus général d’intégration des provinces orientales dans l’Empire, on a, en Syrie même, de bons exemples de carrières effectuées par des notables des cités hellénisées de la région. L’inscription citée plus haut (CIS 3932), sur Iulius Aurelius Zénobios, apprend que le préfet, qui reconnaît ses mérites, est le fameux Iulius Priscus, à la carrière brillante. Sa famille, pourtant originaire d’un lieu beaucoup moins riche que Palmyre, a un destin hors du commun. Son frère, Philippe l’Arabe, est empereur un an après les événements relatés dans l’inscription et le développement civique et monumental de la région de Shahba, jusque-là obscure localité du sud de la Syrie, n’est possible que grâce à cela.

  • 163 H. Seyrig, 1959b, p. 184-192, mais voir les remarques de P.-L. Gatier, 1996, p. 431-436.
  • 164 Sur ce point, voir J. Teixidor, 1998, p. 717 et le chapitre iv, infra.

90Plus près même de Palmyre, dans une région proche à bien des égards, trente ans avant Philippe l’Arabe, une autre famille se distingue jusqu’à atteindre la pourpre impériale. À Émèse, en effet, étape possible sur la route des caravanes, et dont la prospérité à cette période a été mise en rapport avec le commerce de Palmyre163, la famille des grands prêtres du Soleil donne deux empereurs et plusieurs femmes et mères d’empereurs. Il est difficile d’affirmer qu’il s’agit de descendants de la famille des Samsigeramos, dynastes et prêtres d’Émèse sous les Julio-Claudiens, mais ce sont des notables provinciaux, d’origine plus ou moins ancienne, sans doute araméens164, qui se distinguent dans le cadre de l’Empire et qui aboutissent à des fonctions de premier plan. Il n’apparaît pas qu’à Palmyre une famille sacerdotale domine de cette manière la vie publique, et malgré l’existence de familles dominantes jusqu’à Odainat, la situation intérieure à Émèse semble différente. Néanmoins, on aurait tort de négliger les rapprochements entre les deux cités, vu leur appartenance au même domaine ethnique et culturel.

  • 165 Voir l’article de G. W. Bowersock, 1982, p. 651-668.
  • 166 Odainat et son fils Haîran sont appelés σuvκλητικός (snqlṭyq’) en CIS 4202 (Odainat) et CIS 3944 ( (...)

91Plus généralement, depuis longtemps, on connaît des sénateurs, originaires de Syrie et du Proche-Orient165 ; certains font carrière et parfois brillamment. Avant les exemples cités du iiie siècle, Avidius Cassius a eu des fonctions importantes jusqu’à sa tentative d’usurpation et sa fin brutale. Sans même parler d’Antioche ou de villes très anciennement hellénisées comme Apamée, on a des attestations de prises de responsabilité de notables orientaux dans les affaires impériales. Or à Palmyre, on a, jusqu’à la fin, peu d’exemples à citer166. Les Palmyréniens, dont les voyages dans l’Empire sont attestés, appartiennent à des catégories sociales différentes, on le verra.

  • 167 Annexe XIII : voir aussi J. Starcky et M. Gawlikowski, 1985, p. 45-49 (pour les soldats) et p. 80- (...)
  • 168 CIS 3903 avec le commentaire de G. W. Houston, 1990, p. 189-193.

92Le service impérial est parfois choisi, surtout par de simples soldats, et l’on a peu d’attestations d’officiers supérieurs originaires de Palmyre. On a pourtant de nombreux exemples de Palmyréniens hors de la cité, dans le reste de l’Empire167. Si on en reprend la liste, on s’aperçoit que ce sont essentiellement des militaires. Que ce soit en Dacie, en Afrique du Nord ou même à Rome168, les textes ne laissent pas de doute sur ce fait et apprennent de plus qu’il y est surtout question de postes subalternes et qu’il s’agit rarement d’officiers.

  • 169 Voir annexe XIII. 1.

93C’est en Dacie, qu’on a les plus nombreuses attestations de militaires palmyréniens169. Certains d’entre eux ont aussi des fonctions civiles dans les établissements locaux. Le plus important, connu par au moins trois textes, est un certain Publius Aelius Taimé, citoyen romain sous Hadrien, duumviralis de la colonie de Sarmizegetusa, où il a fait construire un temple (IDR III/2, 18), mais on peut aussi citer Aurelius Bassinus, magistrat et prêtre, auteur d’une dédicace à Iarhibôl-Soleil, à Alba-Iulia en Dacie (= Apulum ; CIL III. 1108). On retrouve des Palmyréniens aussi à Tibiscum : beaucoup appartiennent à l’armée romaine (voir annexe XIII. 1), mais on a au moins une attestation de famille installée sur place (IDR III/l, 161). Si l’origine militaire de la plupart d’entre eux est de toute façon assurée, leur installation semble parfois définitive, car certains (outre P. Aelius Taimé) exercent des fonctions importantes dans les colonies de la région. Plusieurs exemples de constructions de temples montrent qu’ils pouvaient atteindre à leur sortie de l’armée une aisance certaine.

  • 170 Voir annexe XIII. 4.

94D’autres Palmyréniens étaient stationnés dans la région du Danube ; ainsi un certain Marcus Acilius Alexander est à la tête d’une cohorte en Mésie Inférieure en 134 (CIL XVI, dipl. 78)170.

  • 171 On pourrait dire plutôt « de Palmyréniens devenus notables ».
  • 172 L’existence d’un décurion (AE 1933, 36) et d’un medicus (AE 1933. 44) peut constituer d’autres exc (...)

95Mais la seconde région dans laquelle les Palmyréniens sont utilisés en grand nombre par l’armée romaine est la Numidie (annexe XIII. 2). La raison en est sans doute la proximité des conditions naturelles. Néanmoins, il semble bien que l’intégration locale de ces Orientaux soit moins forte qu’en Europe centrale. On a moins d’exemples de notables palmyréniens171 installés dans les agglomérations de Numidie, à part un décurion attesté dans un texte du iiie siècle, M. Herennius Urbanus, fils de Nurbelus, qui est sans doute un Palmyrénien, d’après son onomastique (AE 1933, 36). Sous Commode, on retrouve aussi un centurion palmyrénien, Agrippa, fils de Taimé, en Numidie cette fois, à el-Kantara (AE 1900, 197 = ILS 9173)172. Comme en Dacie, l’origine militaire de la plupart d’entre eux est sûre, mais certains peuvent être des commerçants, ou même des enfants de militaires, installés définitivement sur place.

  • 173 Voir annexe XIII. 4. J. Schwartz, 1953, p. 64-65 : J. Bingen, 1984, p. 355-358.
  • 174 M. I. Rostovtzeff, 1932, p. 795. n. 2.
  • 175 Et pas seulement en tant que soldats, même si la présence sur place d’archers palmyréniens a pu fa (...)
  • 176 L’existence de Palmyréniens assez nombreux en Egypte et leur intégration dans le commerce local so (...)

96De même, les Palmyréniens qu’on retrouve à Coptos ou Denderah (en Egypte, dans les limites de l’Empire) sont des soldats (IGRR I, 1169) ou des particuliers, généralement des marchands173. Le texte de Denderah (CIS 3910) est une dédicace de marchands à leur synodiarque. Pour M. I. Rostovtzeff, il est fait référence dans l’inscription à un fondouq palmyrénien en Mésopotamie174. Mais l’existence d’un établissement de ce type en Egypte même n’est pas totalement impossible. La découverte à Coptos d’autres textes laisse penser que les Palmyréniens, au moins à partir du iie siècle, étaient assez présents en Egypte175. Les événements de l’époque de Zénobie renforcent cette interprétation176. Plus qu’à Rome, où le statut réel des personnages était sans doute assez modeste, il peut s’agir ici de marchands de rang élevé, de notables, qui comme ailleurs sont honorés pour leur aide aux caravanes. Selon le principe qu’on a vu plus haut. Soados reçoit des honneurs à Palmyre aussi bien que dans les centres commerciaux de Mésopotamie ; d’autres ont également pu recevoir ces honneurs en Egypte, où les conditions étaient un peu semblables.

  • 177 Voir annexe XIII. 4.

97Les Palmyréniens attestés à Cos ou en Angleterre sont aussi des marchands ou au moins des civils177, mais leur présence a sans doute plus à voir avec le hasard qu’avec l’existence dans ces endroits de colonies originaires de l’oasis syrienne. Le texte provenant de South Shields dans le sud de l’Angleterre (CIS 3901) est ainsi le fait d’un petit commerçant ou d’un artisan qui a dû suivre une unité de l’armée romaine.

  • 178 Voir annexe XIII. 3.
  • 179 Cf. DFD, p. 266-267 pour d’autres membres de la famille : un frère de Shoadû apparaît en Inv XI, 2 (...)
  • 180 On peut sans doute ajouter les deux militaires nommés Marcus Acilius (Alexander du CIL XVI, dipl. (...)

98On retrouve à Rome même une des plus importantes colonies de Palmyréniens178. Autant qu’on puisse le savoir, les militaires ne sont pas majoritaires parmi eux, mais on serait bien en peine de savoir ce qu’ils font à Rome, et les textes sont peu clairs sur les activités et statuts sociaux des dédicants. Sans doute, comme nombre d’Orientaux, exercent-ils des fonctions commerciales, mais les textes ne le précisent pas. Comme à Sarmizegetusa, la construction d’un temple semble prouver que le Héliodôros des textes CIL VI, 50-51 appartenait à une frange aisée de la population. On a d’ailleurs une autre preuve de notabilité pour certains des Palmyréniens de Rome : un certain Shoadû connu par le texte CIS 3904 est sans doute le même que le Shoadû qui honore son père, à Palmyre même, dans le texte CIS 3920179. Mais c’est pratiquement la seule fois où l’on peut mettre un émigré en relation avec une famille notable de Palmyre180.

  • 181 Un cas particulier est constitué par les Juifs de Palmyre enterrés à Beth Shearim en Galilée. Leur (...)

99Dans l’ensemble pourtant, la classe « moyenne » semble plus concernée que les notables à proprement parler par ces vagues d’émigration et le service militaire n’attire pas de façon privilégiée les plus illustres des Palmyréniens181.

  • 182 Il est possible que ce personnage soit syrien, car les Ti. Claudii sont nombreux dans la région (j (...)
  • 183 J. Starcky et M. Gawlikowski, 1985, p. 47, en font « sans doute » un Palmyrénien. Rien ne le prouv (...)
  • 184 Les exemples sont regroupés dans l’annexe XIII, 5.

100À Palmyre même, le préfet de l’aile de méharistes palmyréniens (Inv X, 128), Tiberius Claudius Phi(lippus ?), ami de Marcus Ulpius Iarhaî, n’est sans doute pas originaire de l’oasis, même s’il en possède la citoyenneté182. On peut aussi s’interroger sur l’origine de l’officier honoré en Inv X, 79 et dont le nom principal est perdu (il ne reste que Titus Aelius)183. Marcus Acilius Athènodôros, fils de Moqîmû (M. ’Aκείλιοv ’Aκείλíον Mοκιμου υἱον Σεργία ’Aθηνόδωροv), tribun de la Cohors la Petraeorum, honoré par le Conseil et le Peuple (Inv X, 109) est indubitablement palmyrénien. Il sert dans l’armée romaine, à la tête d’une unité recrutée en Nabatène, au peuplement proche de celui de sa cité : il est aussi honoré en Inv X, 108, par son ami Marcus Ulpius Malikû. Ce dernier a reçu l’honneur d’une statue dans le sanctuaire de Bel, « après avoir accompli avec distinction les trois milices équestres » (τὰ[ς] τρεῖς ἱππικὰς oστρατείας [ἐπισ]ήμως [στρατατευάμενς], Inv IX, 24). On a ainsi quelques exemples de Palmyréniens qui sont ou ont été au service de Rome et qui sont attestés à Palmyre même184.

  • 185 H. Ingholt, 1938, p. 104. Le mot latin ueteranus est transcrit wtrn’. On a aussi un exemple de ben (...)
  • 186 Une inscription de concession mentionne un decurio, transcrit en araméen dqrywn’ (H. Ingholt, 1935 (...)

101Comme le prouve le cas du Shoadû, fils de Taîmé, de CIS 3904 et 3920, l’installation éventuelle à l’étranger de membres de familles de notables ne signifiait pas que tous les liens étaient rompus. Il a d’ailleurs dû en être de même pour une partie des soldats qui, à la fin de leur service, ont pu s’installer sur place, mais aussi retourner dans leur patrie. Cela explique par exemple la mention d’un vétéran dans une inscription funéraire de Palmyre185. Le petit nombre de cas connus peut s’expliquer par la bonne intégration des anciens militaires dans leur région de garnison : le cas est patent pour la Dacie186. Il est en tout cas assez étonnant que le nombre relativement élevé de soldats d’origine palmyrénienne ne corresponde pas à Palmyre à une augmentation progressive du nombre de citoyens romains : or le vétéran cité plus haut se fait nommer simplement sbyn ‘ br tym’, sans préciser s’il est citoyen. Même après 212, le cas n’est pas très courant : on aurait au moins attendu Iulius Aurelius. Le fait qu’il s’appelle sans doute Sabinus incite à penser qu’il est vraiment vétéran de l’armée romaine, mais cela reste une hypothèse.

  • 187 Autant que la documentation permette de le dire.
  • 188 Les trouvailles monétaires de Doura-Europos, qui mettent bien en valeur le rôle d’Antioche, renfor (...)
  • 189 Peut-être les mêmes marchands continuaient-ils vers l’ouest, vers leurs clients potentiels.

102L’absence de notables palmyréniens du service impérial n’est donc pas complète, mais elle reste remarquable187. La prospérité même de la cité peut paradoxalement expliquer cela. Tout est sur place, honneurs, richesse et point n’est besoin comme c’est le cas pour un habitant de Shahba de quitter sa patrie pour faire fortune dans l’armée. Cela n’est pas aussi vrai pour les Palmyréniens qui n’appartiennent pas aux familles de notables. Ce sont eux qui servent dans l’armée en Dacie ou en Afrique. En effet, on ne peut arguer de l’éloignement de Palmyre ; certes la ville est à l’écart, mais les relations avec Antioche et la Méditerranée devaient être plus intenses que dans le sud de la Syrie188. Cette question des relations commerciales avec l’ouest ou plutôt de l’absence de relations est un problème qu’on a depuis longtemps tenté d’expliquer. Les inscriptions caravanières sont nombreuses pour les trajets Mésopotamie-Palmyre, mais absentes pour les trajets vers la Méditerranée, car, les peuples heureux n’ayant pas d’histoire, on n’a pas jugé utile de remercier des bienfaiteurs qui n’auraient rien eu à faire. Autre solution possible, le commerce, à partir de Palmyre, était pris en charge par les commerçants de la côte et sortait de la sphère d’influence des notables de l’oasis. Il faut noter aussi que les inscriptions caravanières mentionnent souvent le lieu de leur départ (Vologésias ou Charax), mais jamais le lieu de leur arrivée. On en conclut généralement que c’était Palmyre, mais rien ne le prouve189.

103On le voit tout au long de cette étude, les notables locaux sont souvent des marchands. Ils ont donc peu de relations avec les lieux où ils ne commercent pas, ce qui pourrait expliquer leur absence à l’ouest. Après tout, l’organisation et le contrôle du commerce entre Palmyre et l’Inde est déjà une tâche suffisante, et s’il y a un sujet d’étonnement, c’est plutôt la puissance des commerçants palmyréniens dans cette zone que leur absence ailleurs. On peut ajouter, et c’est peut-être le plus important, que, comme on l’a vu plus haut, la puissance de ces notables doit reposer en grande partie sur des liens tribaux, liens qu’il est difficile de faire jouer hors des territoires occupés par des populations arabes et nomades, à l’ouest d’Émèse. Certes ces liens jouent moins dans le Golfe et vers l’Inde, mais la concurrence a pu être moins rude, ou bien encore, il a pu être plus facile de remplacer les commerçants nabatéens (d’autres Arabes). À l’ouest, après la révolte de Mithridate, aucun événement tragique n’est venu contrecarrer l’influence des commerçants italiens.

  • 190 Voir les conclusions d’E. Will, 1992, p. 203-204, qui met l’accent sur l’opposition entre la latin (...)

104On ne peut non plus faire de cette faible intégration un argument pour dire que Palmyre, finalement, est peu hellénisée, et n’a pas sa place parmi les poleis de l’Empire romain. Ce serait, je crois, confondre deux choses ; un certain déficit d’esprit « romain » (au sens d’impérial) ne conduit pas à une absence d’esprit hellénique. De ce déficit, nous n’avons même pas de preuve positive, on le reconnaît seulement à des absences. Il faut rappeler à cet endroit toutes les difficultés d’interprétation qu’un sujet aussi souvent traité que la révolte de Zénobie a entraînées. S’agit-il, comme le pensent certains, d’une révolte par essence indépendantiste, preuve d’un désir séparatiste palmyrénien, qu’on peut retrouver dans toute l’histoire de la ville depuis ses débuts ? Ou bien au contraire, faut-il y voir, comme pour les empereurs gaulois à la même période, une prise de pouvoir dans un contexte local troublé, mais dans le cadre des institutions d’un Empire, qu’on remplace, faute de mieux190 ? Quelques faits mêmes, sur lesquels on n’a pas assez attiré l’attention dans ce contexte, permettent de penser à un enracinement d’au moins certains notables, ne serait-ce que pour des raisons d’opportunisme politique.

105Si on ne retrouve pas dans le reste de Γ Empire des preuves de la loyauté des habitants de l’oasis, il n’en est pas de même sur place. Commençons d’abord par la preuve la plus exotique, un sujet dont une découverte récente à Séleucie-du-Tigre permet de donner une interprétation assez convaincante. Le fameux Soados, dont on a parlé en détail plus haut, a passé du temps hors de l’Empire, à l’est. L’inscription d’Umm el-Amad dit qu’il a fondé à Vologésias un temple des empereurs (κτίσαντα [ἐ]ν Ολογα[σιαδι ναὸν τῶν Σε]βαστῶν κ[αὶ κ[α]θι[ερώ]σαν[τα....]). On s’est pendant longtemps étonné de cette fondation dans un territoire étranger, à plus forte raison chez l’ennemi héréditaire parthe, dont les relations avec Rome, même au milieu du iie siècle, n’étaient pas les meilleures.

  • 191 G. W. Bowersock. 1989b, p. 162-168. Le texte est SEG 37. 1403.

106Le texte bilingue gréco-parthe, découvert à Séleucie, gravé sur la cuisse d’une statue d’Héraclès, a permis à G. W. Bowersock de proposer une solution très probable191. Le roi de Mésène, Mérédatès (ou Mithridate), chassé de son trône par Vologèse III en 150-151, fut un souverain très favorable à Rome et il semble que Vologèse, pour ne pas rompre de façon définitive avec les Romains, ait d’une certaine manière maintenu de bonnes relations (de façade ?) avec ceux-ci après avoir chassé leur protégé. Quoi qu’il en soit, la fondation, par un notable palmyrénien parmi les plus illustres, d’un temple des Augustes est une preuve irréfutable d’attachement à la famille impériale. On peut trouver toutes les raisons possibles à cela, mais il est remarquable qu’un marchand dont les intérêts sont pour la plupart hors de l’Empire, juge utile de se placer sous la protection des empereurs jusque dans cet endroit reculé.

  • 192 Palmyre 1, n° 2 de l’époque d’Odainat, et J. Cantineau, 1936, p. 280, n° 20 (= BS n° 48) de 171 (r (...)
  • 193 Cf. S. R. F. Price, 1984 : M. Sartre. 1995, p. 191-192.

107À Palmyre, l’existence d’un temple des Augustes, dans lequel on dédie des statues honorifiques192, montre que la dévotion impériale, si présente en Asie Mineure193 par exemple, n’y est pas absente. Comme dans le reste de l’Empire, les empereurs ont droit à un culte.

  • 194 J. Cantineau, 1936, p. 278, n° 20.
  • 195 Voir le chapitre ii.

108On trouve ce sanctuaire placé, dans les textes, sur le même plan que ceux des grands dieux de la cité. L’inscription BS n° 48, qui date de novembre 171, mentionne l’érection d’une statue équestre (εφιππον) dans le Caesareum de la ville194. Elle a été découverte dans le sanctuaire de Baalshamîn, où une autre statue se dressait donc, et la version palmyrénienne mentionne aussi l’érection d’une statue dans le sanctuaire de Bel, dieu principal de la cité, au nom du Conseil et du Peuple ; la fin du texte sémitique apprend que chaque tribu doit lui dresser une statue dans le sanctuaire de son dieu, d’où sans doute la découverte du texte dans le sanctuaire de Baalshamîn, où une des tribus avait son centre cultuel195.

109On voit donc bien ce qui se passe : le Caesareum est un lieu de cérémonies civiques importantes, impliquant la cité dans son ensemble et à travers toutes ses composantes (tribus) : il est cité d’ailleurs en premier, avant le grand temple, qui est le cœur religieux de Palmyre. En 171 donc, moment de l’apogée du commerce caravanier à Palmyre (d’après les inscriptions), c’est d’abord à cet endroit qu’on honore un citoyen prééminent.

  • 196 Sur Avidius Cassius, voir annexe XII. 1.

110Le bénéficiaire reste malheureusement anonyme, mais on apprend par le même texte qu’Avidius Cassius, gouverneur de Syrie de 169 à 175, a reconnu ses mérites, signe très clair de liens directs entre la capitale provinciale et Palmyre196. Il s’agit de toute évidence d’un citoyen de Palmyre (τειμῆς. καὶ βελτίστου πολειτεύ[ματος χάριν]), mais, d’après la manière dont on l’honore (au Caesareum et surtout avec les félicitations du gouverneur), on peut sans doute conclure à un rôle important (au niveau provincial ?) du personnage en question, qui est peut-être d’ailleurs citoyen romain.

  • 197 H. Seyrig, 1941b, p. 245-248. Ces exemples avaient été rapprochés de celui d’Opramoas d’Oinoanda ( (...)
  • 198 Il s’agit en fait du dieu larhibôl, comme le montrent les textes Inv X. 85 et 115.CIS 3919 et 3932 (...)
  • 199 Cf. textes cités ci-dessus : CIS 3932 (Conseil et Peuple + Iarhibôl + Iulius Priscus) : Inv X, 115 (...)
  • 200 Inv X, 114 : R. Mouterde et A. Poidfbard, 1931 : H. Ingholt, 1932, p. 279 : Inv X. 55 : BS n° 48 ( (...)
  • 201 Pour l’influent Soados, un des citoyens palmyréniens les plus honorés : texte publié par R. Mouter (...)

111On sait que ces félicitations, cette reconnaissance par les autorités romaines de la valeur d’un citoyen, n’étaient pas spontanées, mais étaient le résultat d’une transmission au gouverneur des félicitations décernées par ses concitoyens. Jadis, H. Seyrig avait réuni le dossier des textes concernant les témoignages de satisfaction pour les citoyens de Palmyre197. Comme lui, on peut distinguer différents types de félicitations : celles décernées par des dieux198 : celles faites par le Conseil ou par le Conseil et le Peuple199 avec parfois envoi d’une copie au gouverneur (Inv X, 114 = με]μαρ[τύ]ρηκεν [κατ]ὰ καιροὺς δι ὰ ψηφισμάτων παρὰ [...] καὶ Βρουττίῳ Πραίσεντι καὶ ’Iουλί ῳ Μ[...ὑ1πατικοῖς « (le Conseil) a témoigné à plusieurs reprises par des décrets auprès de Bruttius Praesens et Iulius Maior, les gouverneurs » ; BS n° 48, à Avidius Cassius). Dans le cas des textes CIS 3932 et Inv X, 115, même si cela n’est pas précisé, il y eut sans doute démarche préliminaire de la ville avant les félicitations du légat. On retrouve le légat dans d’autres textes200, et dans un cas exceptionnel l’empereur201. D’autres Palmyréniens enfin se sont vus féliciter, ou bien par une autorité anonyme (CIS 3934), ou par les archemporoi dans le cas de Septimius Worod (CIS 3942).

112Pour être tout à fait complet, il faut ajouter un ou deux textes, où les félicitations n’ont pas de rapports directs avec Palmyre (Inv IX, 22, et peut-être Inv X, 102) : à l’occasion d’honneurs qu’un Palmyrénien rend à un militaire romain, l’inscription rappelle que celui-ci a été honoré par les empereurs.

  • 202 Voir en annexe XV, la liste de ces textes. On notera la place prise par l’unité de l’armée romaine (...)

113On ne peut que souscrire à la conclusion exprimée fortement par H. Seyrig, et rien, depuis la date où il écrivait, n’est venu contredire ses propos : « On voit, par les textes que nous avons cités, combien la brigue, la soif et le snobisme de l’approbation romaine ressemblaient chez les Palmyréniens à ce qu’ils étaient dans le reste de l’Empire ; et combien la vie publique y était liée à celle de la province de Syrie » (p. 248). On en a une autre preuve, si besoin était, dans l’existence des dédicaces impériales faites à Palmyre202. On a un certain nombre de ces dédicaces faites par des militaires ou des officiels romains. Celles qui nous intéressent ici sont celles des notables, palmyréniens d’origine. On s’intéressera plus loin à la place des fonctionnaires romains parmi les notables de Palmyre, mais il faut commencer par ces gens aux noms typiquement locaux.

  • 203 H. Seyrig, 1939, p. 321. n° 25.
  • 204 Inv IX, 26 ; cf. G. W. Bowersock. 1976, p. 352 sur le nom à restituer qui n’est pas forcément celu (...)
  • 205 CIS 3970.
  • 206 Cf. G. W. Bowersock, 1976, p. 350 (texte de 166 apr. J.-C.).
  • 207 Sur les liens entre la symposiarchie et le culte impérial, voir chapitre i.
  • 208 H. Seyrig, 19.37, p. 372 : αἰωνίου δ[ιαμονῆς τῶν κυρίω]ν αὐτοκρατόρων. Voir les remarques de M. Ga (...)
  • 209 G. W. Bowersock, 1976, p. 353.

114On ne connaît pas les dédicants de chacune des dix-huit dédicaces impériales en grec ou latin, mais parmi ceux qu’on connaît, trois sont de Palmyre. Le texte le plus ancien est une dédicace à Hadrien, évergète et maître du monde, par un certain Γαίος ’Iουλίος Μαλιχου υἱός..., citoyen romain (?) au patronyme typiquement arabe203. Au mois d’août 193, un prêtre et symposiarque de Bel, Malikû dit Mezabbanâ (mlkw dy mtqr’ mzbn’) fait une dédicace à un empereur dont le nom a disparu204. Ensuite vient une dédicace de l’époque des Sévères, de 203, par Σα[λμης Μα]λιχου τ[οῦ Βω]λιαδους ἀρχιερεὺς καὶ συ[μποσία]ρχος ἱερέων μεγίστου θεοῦ Διὸς Βη[λου]205. Comme le dédicant anonyme de l’inscription trouvée à Qasr el-Heir el-Sharqi206, celui-ci aussi est prêtre de Bel. Pour les trois personnages qu’on vient de citer, le lien qui existe entre la prêtrise de Bel et le culte impérial est remarquable, puisque Malikû dit Mezabbanâ est sans doute en plus prêtre de ce culte impérial à Palmyre, alors que Malikû honore un empereur et que Shalmê Malikû dédie des statues à Septime Sévère et cinq membres de sa famille207. Un autre texte fragmentaire208, peut-être en l’honneur de Marc Aurèle et Lucius Verus209, fait mention du culte impérial. Dans ce même texte sont aussi cités le Bois sacré, le sanctuaire de Bel et des dons faits en l’honneur de ces sanctuaires.

  • 210 Inv X, 67. Voir au chapitre iv pour les rapports entre Palmyre et les membres de la famille impéri (...)

115Les faits se précisent : à nouveau, on trouve évoqués des liens entre un des cultes principaux de la cité et l’attachement à l’Empire. Ce sont bien des notables qui se distinguent au service des souverains, et même si on ne les retrouve pas aux premières fonctions dans les provinces, sur place, les preuves de leur attachement existent. Mais ce dévouement aux empereurs et à leurs familles n’est pas seulement le fait de notables, c’est la cité dans son ensemble (ή πόλις) qui érige une statue à ’Ιουλία Μάῖσα, sœur d’impératrice (’Ιουλίας Σεβαστῆς ἀδελφή)210.

116Ce n’est peut-être pas un hasard si c’est à l’époque des Sévères, dynastie proche de la Syrie à bien des égards, que les liens semblent le plus forts et les preuves de dévouements le plus nombreuses. Plus prosaïquement, on peut également mettre cela en rapport avec la présence des empereurs dans la région au moment des guerres parthiques, fréquentes de l’époque d’Avidius Cassius jusqu’à la fin des Arsacides en 224. On ignore aussi la position de la cité lors de la prise de pouvoir par Pescennius Niger, mais on sait qu’une partie de la Syrie s’est ralliée (là encore pour des raisons de proximité) à ce dernier et que si Palmyre a fait de même, les autorités locales ont peut-être eu tendance à vouloir se rattraper et à faire du zèle pro-sévèrien. La situation est semblable à ce qui se passe en Asie Mineure, ou dans le reste de l’Empire, ce qui est une première chose à retenir. D’autre part, on retrouve le culte impérial dans les endroits où sont attestés des notables palmyréniens (donc a priori commerçants).

  • 211 Ceux-ci, même non notables à l’origine, le deviennent sans doute, une fois citoyens. Cf. la liste (...)
  • 212 D. Schlumberger, 1942-19436, p. 53 : « soldats qui. pour la plupart, n’ont jamais revu Palmyre ».
  • 213 Même si deux bénéficiaires sur cinq ont fait au moins une partie de leur carrière en Dacie. C’est (...)
  • 214 On notera cependant que Marcus Ulpius Iarhaî appartient à la tribu Sergia. celle d’Hadrien, pour u (...)
  • 215 Il s’agit des textes M. Rodinson, 1950, p. 137 et J. Cantineau, 1933, p. 175 (= Tadmorea n° 2b). S (...)

117Plus simplement, la citoyenneté romaine est un signe, avant 212, des bonnes relations entre certains citoyens palmyréniens et Rome. Elle n’est pas très répandue, mais elle a des chances de s’appliquer principalement à des notables (sauf peut-être dans le cas de vétérans des troupes auxiliaires)211. Avant 212, sur les vingt-cinq attestations de citoyens romains d’origine palmyrénienne rassemblées par D. Schlumberger, dix ne proviennent pas de Palmyre. On peut douter de leur retour éventuel à Palmyre212. Si on enlève aussi de la liste les simples soldats, le nombre total de citoyens est assez maigre, pour presque deux cents ans d’appartenance à l’Empire. Ceux-là sont des notables qui ont dû rendre service à l’Empire (D. Schlumberger. 1942-1943b, p. 53-54) ; on trouve parmi eux différents gentilices, qui renseignent sur les souverains sous lesquels cette citoyenneté leur a été accordée. C’est d’Hadrien que cinq familles tiennent ce droit de cité, c’est le chiffre le plus élevé, à mettre en rapport, bien sûr, avec le passage de cet empereur à Palmyre213. On peut ajouter à cette liste les quatre familles le tenant de cet empereur ou de son successeur Antonin le Pieux. Trois familles doivent ce privilège à Trajan (les Marci Ulpii). Poulie reste, on a à chaque fois seulement un ou deux exemples. Notons quand même qu’une des familles de Marci Ulpii est celle du fameux Iarhaî214. Il est dommage que l’inscription Inv X, 73 qui mentionne sans doute son père soit lacunaire, et ne puisse renseigner sur l’éventuelle citoyenneté romaine de ce personnage. Cette dernière est néanmoins possible, sinon probable, puisque c’est seulement une vingtaine d’années après la mort de Trajan qu’apparaissent des mentions de membres de la famille (Inv X. 81, daté de 135, pour le frère de M. Ulpius Iarhaî, Abgar). Les inscriptions trilingues, assez peu nombreuses, sont aussi un signe manifeste d’attachement à Rome. Un cas est particulièrement significatif, celui de Haîran, fils de Bônnê, qui, à moins de vingt ans de distance, se voit honoré de deux trilingues. On peut en faire sans doute un personnage en relations étroites avec les Romains au milieu du ier siècle215.

  • 216 Voir annexe XII.
  • 217 Si on excepte quelques cas particuliers (voir annexe XII. tableau des étrangers à Palmyre) comme l (...)
  • 218 Inv IX, 22 et X, 125. Cette unité reste en poste à Palmyre jusque vers 170.
  • 219 Inv X, 128.
  • 220 CIS 3913, II. 129-130 : τῷ ἐυ Παλμύροις τεταγμένῳ. Voir M. Sartre, 1996a, p. 396.
  • 221 Inv IX, 23 = AE 1933, 207. L’unité en question est simplement appelée « l’aile qui est stationnée (...)

118Le degré d’intégration des fonctionnaires et militaires romains dans la société palmyrénienne est une autre question de grand intérêt216. Les seuls étrangers (ou presque217) qui sont attestés dans les inscriptions trouvées en ville font partie de ces deux catégories. On a vu plus haut à propos des militaires que des citoyens palmyréniens remerciaient à plusieurs reprises des militaires romains comme leurs bienfaiteurs ou amis. Ces derniers, en particulier les officiers des unités stationnées à Palmyre, comme les préfets de l’Ala Thracum Herculianum218 ou Tiberius Claudius Phi(lippus ?), préfet de l’Ala I Ulpia des méharistes de Palmyre219 par exemple, ont des fonctions assez importantes pour être honorés. On peut se demander si le fameux « préposé à Palmyre »220 du Tarif n’est pas justement l’officier commandant l’unité en garnison sur place. Cela semble la solution la plus probable, même si on ne possède pas de preuve. Ainsi Tiberius Claudius Phi(lippus ?) est aussi un citoyen de la cité (πολείτη]ν τῆς Παλμυρη[v] ῶν πό[λ]εως). C’est aussi le cas de C. Vibius Celer, préfet d’aile221 qui est aussi synèdre (τòν πολείτην καὶ συνέδρον). C’est peut-être une fonction militaire, mais aussi administrative (« préposé » ?), qui les avait mis en relation avec les autorités de la cité et qui était la cause des honneurs accordés.

119D’autres aussi semblent bien insérés dans la société de Palmyre. Iulius Maximus, honoré par M. Ulpius Abgar en 135 (Inv X, 81), a été l’auteur d’une dédicace bilingue en 115 au θεώ έπηκόφ. preuve de son intégration aux cultes locaux (Inv XII. 33).

  • 222 Inv X. 29. On trouvera dans les annexes XII. 1-3 la liste de ces fonctionnaires, ainsi que celle d (...)
  • 223 Bien qu’on considère souvent que la route passant par Palmyre ait court-circuité celle d’Antioche (...)

120Si ce ne sont pas des militaires, ce sont des fonctionnaires romains, principalement financiers, comme par exemple Marcus Aemilius Marcianus Asklépiadès, collecteur d’impôt et bouleute d’Antioche222. Par ses fonctions et son statut social, il peut inspirer des sentiments de respect aux plus grandes familles de la ville. C’est un membre de la famille de Soados (son frère Neshâ, synodiarque), qui, avec sa caravane de retour de Spasinou Charax, lui dédie ce texte. Le statut de bouleute dans la capitale provinciale lui donne sans doute un prestige que vient renforcer son pouvoir de collecteur d’impôt. On peut se demander laquelle de ces fonctions lui vaut la reconnaissance des caravaniers. Il est probable qu’une caravane avait affaire de manière privilégiée aux douaniers et collecteurs romains à son retour d’expédition, et qu’une faveur d’un fonctionnaire romain n’était peut-être pas à négliger, mais les textes sont désespérément muets sur ces sujets. Le fameux Tarif lui-même n’a qu’une portée strictement locale. On peut aussi imaginer que le bouleute d’Antioche a pu profiter de ses relations dans la capitale syrienne pour faciliter les transactions des marchands de la caravane à l’ouest de Palmyre223 La maigreur de la documentation sur ces deux domaines empêche de conclure.

  • 224 Inv X, 113 (inscription trilingue).
  • 225 Voir F. Millar, 1993, p. 324 : il s’agit peut-être d’un publicain collecteur des impôts indirects (...)

121Treize ans plus tard, en 174, un autre fermier pour la taxe du quart est attesté. Petite différence, ce Lucius Antonius Kallistratos224 est remercié par un de ses agents au nom grec. Le fait pourtant que cette dédicace d’un étranger à un autre étranger soit trilingue (la langue officielle, celle des deux personnages concernés, celle du lieu), est la preuve d’un certain effort d’adaptation de la part des deux parties. Les fonctionnaires financiers sont bien attestés depuis le ier siècle à Palmyre ; dès 58, une trilingue est gravée pour un certain Lucius Spedius Chrysanthos, publicain qui consacre un tombeau pour lui et sa famille. Deux faits sont à considérer, d’abord la bonne intégration de cet étranger qui se fait faire un tombeau selon les mêmes modalités que les locaux, et une dédicace faite en partie dans la langue locale. Mais il faut bien voir aussi que c’est encore un étranger, un Grec, peut-être Syrien, qui représente le fisc impérial225. Ce dernier, donc, utilise de préférence des étrangers dans ses relations avec la ville.

  • 226 M. Sartre, 1996a, p. 396. Inv X, 34.
  • 227 Sa présence est d’ailleurs peut-être à mettre en rapport avec des désordres financiers dus aux nom (...)
  • 228 Tarif (CIS 3913) : 1. 93 du grec et 1. 62 de l’araméen. Voir J. Teixidor, 1984, p. 101, n. 255.
  • 229 IMP n° 113 (= M. Gawi.Ikowski, 1998, p. 145-151).
  • 230 CIS 3913. II. 102-105 en araméen, et III, 181-183 en grec.

122De même Fulvius Titianus, envoyé de l’empereur et logistès, n’appartient pas à l’administration municipale226. C’est un étranger, de haut rang, chargé par l’empereur de remettre de l’ordre dans les finances troublées d’une cité227. C’est justement cette puissance et ce pouvoir sur les finances de la cité qui sont la raison des remerciements du Conseil et du Peuple à ce bienfaiteur et sauveur de la cité, pour sa bienveillance. Il n’y a plus d’autonomie financière de la cité en cas de difficultés et cet envoyé de l’empereur n’accomplit pas une simple tâche de surveillance, mais il s’agit bien de remettre de l’ordre. C’est donc une fonction différente de celle des fermiers des impôts et publicains dont on a parlé plus haut. Mentionnons encore, parmi les fonctionnaires financiers, un affranchi de César, Kilix228, dont la place parmi les notabilités locales n’est pas assurée. Un nouveau texte trilingue, publié par M. Gawlikowski229, mentionne les publicains G. Virius Alcimus et T. Statilius Hermès, qui ont construit leur tombe en 56/57. Il faut noter le fait qu’une fois de plus il s’agit d’un texte trilingue dans le cas de ces publicains. Le Titus Statilius Hermès en question est peut-être bien celui à qui Germanicus a envoyé une lettre citée dans le Tarif230.

123La présence romaine à Palmyre, sans être extrêmement visible dans l’épigraphie (il n’en est pas de même dans l’architecture par exemple), est donc assez sensible dans les domaines administratif ou militaire. Ces fonctionnaires semblent dans de nombreux cas être bien intégrés dans la population de l’oasis et, au premier chef, parmi les notables. Dans le cas contraire, on voit mal quelles preuves de tensions entre ces gens pourraient subsister. Ce qui est conservé permet de dresser le tableau d’une cité dont les notables sont certes assez rares à aller chercher fortune dans le reste de l’Empire, mais manifestent pourtant un attachement certain aux institutions et aux personnes qui symbolisent l’Empire, en particulier les empereurs. Bien sûr tout cela n’est pas en contradiction avec le patriotisme local, que nous avons noté dans les deux premières parties et qui se comprend aussi bien au sein de la polis grecque que dans une principauté sémite (sans exclure l’existence des deux à la fois). Encore une fois, il faut bien voir que ces notables sont d’origine sémitique, dans une cité aux institutions grecques et dans le cadre de l’Empire romain. Essayer de supprimer une de ces composantes ne peut conduire qu’à des contresens sur la spécificité de Palmyre.

E. ACTIVITÉS NON COMMERCIALES

  • 231 La population a été estimée à 150 000 ou 200 000 à l’apogée de la cité (D. P. Crouch. 1972, p. 241 (...)
  • 232 Cf. J. F. Matthews. 1984, p. 170-173. qui. à juste titre, met l’accent sur l’importance de l’agric (...)

124Le territoire de la Palmyrène, assez vaste, fournissait une partie au moins de la subsistance quotidienne des habitants de la cité231. On ne sait quelle part était confiée aux importations, mais il est clair que celles-ci ne pouvaient subvenir à la majorité des besoins. Palmyre était certes une cité caravanière et commerçante, mais ses habitants ne pouvaient pas tous être des marchands232 et il y avait parmi eux un certain nombre d’agriculteurs, dont les champs étaient soit dans l’oasis même, soit dans les environs. Plus loin de la ville, on sait par un certain nombre de textes et de découvertes archéologiques qu’existaient aussi des exploitations agricoles ou d’élevage.

  • 233 Sur les fondements de la richesse des notables de l’Orient romain (et sur la faiblesse des sources (...)

125Le problème qui se pose pour Palmyre est le même que pour les autres cités de l’Antiquité. Les bases de la fortune des individus restent inconnues : à Palmyre, les inscriptions caravanières fournissent quelques éléments de réponses (ce qui est déjà une originalité de la cité), mais le commerce lui-même semble être en partie dépendant de la bonne exploitation des zones rurales de Palmyrène. Pourtant, comme on le verra, il n’y a pas de documents qui mettent explicitement en rapport le commerce caravanier et l’exploitation de la Palmyrène. D’autre part, les caravaniers ne sont pas tellement nombreux, surtout si l’on rapporte leur nombre à celui des notables connus. Or. à part les textes qui les concernent, les sources sont, comme en Asie Mineure, muettes sur l’origine des fortunes. On peut ainsi imaginer qu’il en était pour une bonne part des notables de la ville, comme pour ceux des villes d’Asie Mineure : une grande partie de leur richesse devait être fondée sur la propriété foncière. En tout cas, les sources sont pratiquement aussi silencieuses qu’ailleurs sur ce point233.

  • 234 Un cas particulier est peut-être celui de la localité de Qaryatein-Nazala au sud-ouest de Palmyre. (...)
  • 235 R. Mouterde et A. Poidebard. 1931, p. 105-115.
  • 236 Voir par exemple E. Will, 1992, p. 20-24. ou J. F. Matthews. 1984, p. 162-163 et 171-174. Dans la (...)

126La région dans son entier a été marquée par la présence d’une grande ville en son centre et de nombreux aménagements, qu’on met en rapport avec le développement et l’apogée de Palmyre aux premiers siècles de notre ère, ont été repérés. Certains de ces aménagements sont en rapport direct avec ce qui a fait la gloire de Palmyre, le commerce. On a vu plus haut qu’on pouvait suivre la géographie de la présence palmyrénienne hors de l’oasis dans les inscriptions caravanières où des noms comme Spasinou Charax et Vologésias reviennent assez souvent234. À l’intérieur des limites de la région, il en est de même avec, par exemple, le caravansérail de Gennae, qui est très certainement à identifier avec le site moderne de Umm el-Amad. où a été découverte l’inscription mentionnant ce nom. Situé à 22 km de la ville, c’est un site idéal pour une première étape sur la route vers l’est235. Il est donc en rapport direct avec les caravanes, mais ce n’est pas le cas de tous les sites qui sont connus en Palmyrène. Ce n’est pas le lieu ici de faire la liste de toutes les installations agricoles de la région, qu’on puisse ou non les mettre en relation avec les nécessités du commerce caravanier236 Ce qui importe plutôt, c’est d’essayer de déterminer la part d’influence des notables dans ces aménagements. Les textes sont ou inexistants ou peu explicites sur le sujet, mais on peut malgré tout tenter d’avancer quelques hypothèses étayées par la documentation existante. En allant plus loin, il faut voir si on a affaire à un développement plus ou moins concerté, et si toutes ces initiatives, qui sont en même temps causes et conséquences du succès de Palmyre. ont connu un essor similaire sur l’ensemble du territoire de la cité.

  • 237 R. Du Mesnil du Buisson, 1966, p. 181.
  • 238 H. Klengel, 1996, p. 159-163.

127Contrairement à ce qu’on croit parfois, la steppe qui entoure Palmyre ne constitue pas un environnement totalement hostile à l’homme. On a longtemps cru que, sauf à Palmyre. les vestiges antérieurs à l’époque romaine étaient rares. La rareté des fouilles ayant conduit à la découverte de vestiges antérieurs à l’époque hellénistique (ou même romaine) dans la ville est sans doute une raison de cet état de fait237. Pourtant le site est attesté dès le début du second millénaire et l’existence d’une route à travers le désert permet de penser qu’un aménagement minimal du désert (sources, haltes) devait avoir eu lieu. On peut même penser que la ville et ses habitants avaient une certaine importance sur les routes commerciales entre la Mésopotamie et la côte à l’époque du Bronze moyen (par l’intermédiaire de Qatna). La route a connu une importance particulière au moment de la rivalité entre le royaume de Haute-Mésopotamie et d’Assyrie et celui d’Alep238.

  • 239 Il est cité dans une lettre publiée par G. Dossin, Archives royales de Mari. XV. 1954, p. 135, n° (...)

128C’est à la fin de cette période, semble-t-il, que les Amorites sont remplacés par les Araméens. Ce sont ces derniers que le roi assyrien Tiglat-Pileser vient combattre au début du xie siècle avant notre ère, en empruntant une route qui traverse le désert depuis l’Euphrate, franchi à la hauteur du site de Deir ez-Zor. On sait aussi que le site de Nazala (Qaryatein aujourd’hui) est occupé239, l’occupation de la région ne se limite donc pas à Palmyre.

  • 240 J.-M. Le Tensorer, 1996, p. 43-61, et M. Molist. M.-C. Cauvin et alii, 1996, p. 75-84. Voir ici pl (...)
  • 241 T. Akazawa, 1996, p. 63-73.

129Bien plus, on sait depuis quelques années (fouilles à el-Kowm depuis 1965) que l’occupation de la région remonte au moins au Paléolithique. La localité d’el-Kown, située à égale distance de Palmyre, Deir ez-Zor et Raqqa, a donné son nom au bassin qui l’entoure (400 km2) et sur lequel près de 150 sites paléolithiques ont été découverts240. Il s’agit du site le plus riche découvert jusqu’alors, mais il en existe d’autres, comme, plus près de Palmyre. un site du Paléolithique moyen (grotte de Douara à une quinzaine de kilomètres de l’oasis)241.

  • 242 P. Sanlaville et M. Traboulsi, 1996, p. 32.

130Ces travaux ont également l’intérêt d’attirer l’attention sur le fait que la végétation de la région était beaucoup plus développée, en particulier dans les zones de montagnes qui caractérisent une grande partie du nord de la Palmyrène. On en a des preuves pour l’époque historique, avec l’existence d’un « assez grand nombre d’arbres, les pistachiers-térébinthes notamment »242. C’est l’activité humaine qui est en grande partie responsable de la désertification actuelle même si ont existé, « dans un passé plus ou moins reculé, des périodes plus humides ».

  • 243 P. Sanlaville et M. Traboulsi, 1996, p. 32-33.
  • 244 Remarques de J. F. Matthews, 1984, p. 171, sur la référence surprenante dans le texte du Tarif (CI (...)

131Il semble bien que l’époque romaine ait justement profité d’une de ces périodes, particulièrement favorable, caractérisée par « une avancée des cultures vers le sud, une densification de la couverture végétale et une meilleure alimentation des nappes »243. On a en tout cas des preuves textuelles de la plus grande densité végétale à l’époque romaine244. Tout cela explique que la Palmyrène ait connu à ce moment un développement exceptionnel, conséquence mais aussi cause de sa prospérité économique due au commerce. Ce dernier n’aurait sans doute pu avoir un tel essor sans l’existence sur place de conditions matérielles favorables.

  • 245 Voir pourtant le texte cité par D. P. Crouch, 1975, p. 155, n. 17.
  • 246 « Banlieue » est la traduction utilisée par J. Teixidor, 1984, par exemple p. 103, ligne 112. Le m (...)

132L’environnement de la ville se caractérise aussi par une grande diversité, et par conséquent, par des ressources variées : montagnes autrefois boisées au nord-ouest, steppe désertique (mais exploitable sous certaines conditions comme à el-Kowm) au sud et au sud-est, mais aussi les terres cultivables de la plaine de l’ouest. La présence à Palmyre même de la source Efqa, non potable245. mais condition sine qua non de l’existence de l’oasis et de ses cultures, a permis la création d’une agglomération au contact des différentes zones qu’on vient de définir. C’est cet ensemble (la ville et son territoire, mais les limites en sont imprécises) qui forme une unité dans le texte du Tarif, ce que le texte appelle aussi « la ville et sa banlieue »246. On a peu d’idées sur ce qu’étaient les relations mutuelles entre ces différentes parties du territoire et sur la manière dont les notables pouvaient avoir un ancrage local dans telle ou telle localité ou zone.

  • 247 PNO, p. 124-128 et 133-134. Voir, sur la question de l’origine ethnique des habitants de Palmyrène (...)

133De même, on sait que la Palmyrène du nord-ouest étudiée dans les années 1930 par D. Schlumberger avait un peuplement antique en grande partie semi-nomade, et en partie arabe. C’est ce qu’on conclut du moins au vu de l’onomastique locale et des noms de divinités vénérées dans les temples fouillés dans ce massif montagneux247. Mais on aimerait avoir quelques renseignements sur le peuplement d’autres zones, parfois plus proches de Palmyre, comme celle du barrage de Kharbaqa à 60 km à l’ouest (pl. 2).

  • 248 Voir le témoignage de D. Schlumberger (PNO, p. 131 ). sur la possibilité de cultures non irriguées (...)
  • 249 Voir dans le livre d’O. D’Hont ( 1994). le chapitre III sur l’agriculture pratiquée par les tribus (...)
  • 250 Sans compter que les soldats sont eux-mêmes des nomades et que les « agriculteurs » de même peuven (...)

134L’occupation de la région n’a pas que des raisons pastorales et militaires (voir chapitre II) : comme ailleurs, on a sans doute pratiqué aussi l’agriculture pendant les années où les précipitations le permettaient248. Or. ces pratiques sont toujours en cours à l’époque moderne249. Dans ce cas-là. le principal danger couru par les récoltes provient des troupeaux et des nomades, et il est clair qu’une présence permanente de troupes ne peut que favoriser les entreprises d’agriculteurs250.

  • 251 Voir PNO : ce sont soit des textes concernant des soldats en poste dans des fortins de la région, (...)
  • 252 Liste dans PNO, p. 134.

135Comme on l’avait déjà noté pour les stratèges commandant ces détachements, il faut malheureusement reconnaître qu’on n’arrive à établir aucun lien entre les noms connus par ces inscriptions et des familles de Palmyre. Alors qu’on présuppose des liens familiaux entre les grandes familles notables et les tribus établies en Palmyrène. peu de preuves concrètes viennent appuyer ces théories (voir supra le § C pour le cas de Zebîdâ et le clan Haumal). Le cas est flagrant pour les textes découverts par D. Schlumberger lors de son exploration de la Palmyrène du nord-ouest. Les statistiques sont révélatrices : on a quatre-vingt-six textes araméens. quelques textes latins et grecs251, mais une dizaine de textes safaïtiques252. Les seuls textes bilingues sont araméens-safaïtiques. c’est dire si on a là aussi affaire à un milieu sémitique peu touché par l’hellénisme. Les auteurs de ces textes ont de grandes chances d’être en majorité des pasteurs, éleveurs de chevaux, et de n’avoir que des rapports lointains avec les grandes familles notables de Palmyre.

  • 253 Par exemple D. Schlumberger. dans PNO, p. 132-134.

136Pourtant si. comme on le dit souvent, ces installations ont été rendues possibles grâce aux capitaux fournis par les grands marchands de l’oasis253, il est étonnant qu’on n’en retrouve aucune trace dans les textes qui sont conservés, soit parce qu’un membre de ces familles aurait été chargé de la surveillance de ces élevages, soit pour toute autre raison. Et de fait, on peut essayer d’établir certains de ces liens d’après quelques textes.

  • 254 PNO n° 77, p. 173-174 : ‘byn br hmry. L’interprétation de hmry comme une transcription du nom grec (...)
  • 255 H. Ingholt, 1935, p. 102, X.
  • 256 Ce rapprochement est fait par J. Starcky (in PNO, p. 173-174), mais J. K. Stark (1971, p. 63) dist (...)
  • 257 Les dates de ces textes, lorsqu’elles sont indiquées, sont comprises entre 147 et 270 apr. J.-C.

137Le premier est gravé sur un autel et mentionne un certain Obaîan. fils d’Hermès254. Or on connaît dans l’épigraphie de Palmyre un Malikû. fils d’Hermès Obaîhan255. Certes l’orthographe des noms diffère, on a ‘byn br hmry dans un cas et hrms ‘byhn dans l’autre, mais il est possible qu’il s’agisse des mêmes noms256. De même, ce rapprochement pose un problème de date puisque le texte de Palmyre porte une date précise (août 249), alors que celui de Palmyrène (malheureusement aussi sans provenance connue) n’en a pas. Néanmoins une date tardive n’est absolument pas à exclure257, ce qui fait qu’on peut au moins proposer de rattacher ces deux personnages à la même famille, sans pouvoir beaucoup plus préciser.

  • 258 PNO, p. 170-171 avec les explications des auteurs du recueil épigraphique ( H. Ingholt et J. Starc (...)
  • 259 J. Starcky in PNO, p. 172. avec corrections de H. Ingholt, p. 177.
  • 260 DFD, p. 261-266 avec tableau généalogique à la page 265.
  • 261 Même si le degré exact de parenté est moins sûr : voir les différentes propositions de J. T. Milik (...)
  • 262 Voir les reliefs sur les plaques de fermeture de loculi portant les textes CIS 4322-4326.

138Un autre rapprochement prosopographique a été fait, à partir d’un texte de Palmyrène sans provenance précise. On a pu avec vraisemblance l’utiliser pour compléter un texte plus anciennement connu à Palmyre même (PNO n° 73 et texte CIS 4022)258. À partir de ces textes et de quelques autres se rattachant à la même famille (H. Ingholt, 1926, p. 129 et les textes funéraires CIS 4322-4326), on a pu dresser un tableau généalogique de la famille259 que J. T. Milik a complété260. Or dans le texte publié par H. Ingholt (H. Ingholt, 1926, p. 129) apparaît un Iarhaî Agrippa (yrhy ‘grp’) symposiarque et honoré par cette inscription en 243, qui est un cousin éloigné des gens mentionnés dans l’inscription de Palmyrène. On est là incontestablement dans la même famille, car les rapprochements prosopographiques sont certains261, et qui plus est. dans une famille de la bonne notabilité, puisque, outre une tombe semble-t-il assez riche262, il y a dans la famille un symposiarque (le Iarhaî Agrippa déjà cité) et au moins un prêtre (son grand-père). La principale restriction à l’interprétation tentée plus haut est que l’origine en Palmyrène du nord-ouest du texte n° 73 n’est pas assurée et qu’on en est réduit à des conjectures sur la présence éventuelle de cette famille. Certes il ne provient apparemment pas de Palmyre même (à la différence de l’autel CIS 4022 ?), mais on ne peut guère aller au-delà. De toute façon, la relative imprécision du texte (accomplissement d’un vœu) ne permet pas de le mettre en relation avec les éventuelles activités spécifiques à la région des membres de la famille. C’est pourtant un des seuls rapprochements qu’on puisse faire.

  • 263 D. Schlumberger dans PNO, p. 130-134 : « (cet aménagement des citernes) se fit certainement, lui a (...)
  • 264 C’est grâce à cela qu’on explique l’existence de la cavalerie lourde qui, au iiie siècle, fait la (...)

139On voit par là que la situation est loin d’être claire. Pourtant D. Schlumberger conclut avec des arguments vraisemblables à l’influence des notables installés en ville dans le développement de la région263. L’absence en Palmyrène du nord-ouest de vestiges datant d’une période antérieure à l’époque romaine n’a pas été contredite par des découvertes récentes. Pourtant ce qu’on a vu des découvertes de vestiges paléolithiques en différents endroits de la Palmyrène montre qu’une occupation assez dense du pays a pu avoir lieu sans forcément faire rentrer enjeu une influence urbaine extérieure. La situation est peut-être différente dans la zone montagneuse, où la présence de nomades sédentarisés a été rendue possible par la construction en grand nombre de citernes, indispensables dans une région caractérisée par l’absence de points d’eau permanents. Devenue habitable de façon durable, la région est devenue le royaume de l’élevage264 et peut-être aussi de l’exploitation des bois. On est très mal renseigné sur l’existence, probable, d’une agriculture au moins de subsistance en certains endroits. Ces constructions de citernes furent suivies de l’établissement de villages. Une quinzaine ont été repérés par D. Schlumberger. À ceux-ci s’ajoutent quelques sites occupés par des fortins. C’est de ces derniers que proviennent les rares textes gréco-latins de la région. Ils ont moins à voir avec l’exploitation agricole de la Palmyrène qu’avec un désir bien compréhensible de surveillance de cette partie de la région par les autorités romaines. Ce n’est peut-être pas un hasard si une des rares mentions de soldats réguliers (hors de Palmyre) se trouve justement à l’ouest de la ville, dans une région jamais citée dans les inscriptions caravanières.

  • 265 PNO, p. 131. On peut établir un parallèle intéressant avec la situation du xxe siècle, où la moder (...)
  • 266 Sur ce barrage, voir Y. Calvet el B. Geyer. 1992, p. 79-87. et D. Schlumberger, 1986, p. 2-3.
  • 267 D. P. Crouch, 1975, p. 151-186.

140La construction de citernes n’était de toute façon pas susceptible de nécessiter des capitaux importants. Ce n’est pas le cas pour d’autres ouvrages d’irrigation repérés dans la steppe et autour de Palmyre. Là encore il faut citer ce qu’écrivait D. Schlumberger qui voulait savoir « d’où venait l’argent qui a permis la construction d’ouvrages d’art tels que le barrage de Kharbaqa ou l’aqueduc de Qasr el-Heir ech-Charqi » ; il conclut que « les capitaux qui se sont investis là sont ceux que concentrait à Palmyre le commerce international »265 Le barrage de Kharbaqa. construit à l’époque romaine, irriguait une région rurale située à 50 km au sud-ouest de la ville. Long de plus de 350 mètres, il pouvait contenir environ 5 millions de mètres cubes d’eau, qu’on emmagasinait pour l’utiliser pendant la saison sèche (fig. 30). C’est « un système complexe de réserve d’eau, destiné d’une part à l’usage domestique (bain, habitation, château), d’autre part à l’irrigation (jardin), enfin à la force motrice (moulin) »266. Il s’agit là de monuments d’une autre ampleur que les simples citernes des régions montagneuses. Ils n’ont d’équivalent que les installations complexes qui furent construites à Palmyre même pour l’approvisionnement en eau des habitants de l’oasis267.

  • 268 Sur ces termes, voir D. P. Crouch, 1975, p. 160-173. et J. F. Matthews, 1984, p. 171.
  • 269 Voir M. Baranski, 1997, p. 7-17. L’aqueduc amenait de l’eau depuis une colline située à 12 km à l’ (...)

141Un système d’aqueducs, de conduites souterraines (foggaras et qanats)268 avait été créé pour alimenter non seulement la population, mais aussi des fontaines publiques, comme les trois nymphées de la Grande Colonnade, ou encore des thermes (par exemple sur la Grande Colonnade, un peu après le sanctuaire de Nabû). Pourtant l’absence de toute fouille ou publication détaillées ne permet pas de donner des dates et des précisions sur l’origine de ces diverses canalisations. C’est seulement pour l’aqueduc occidental qu’on possède quelques renseignements complémentaires : daté de la deuxième moitié du iie siècle, il serait indépendant du système des qanats et foggaras269. Ce qui est sûr c’est qu’un apport d’eau ne se limitant pas à la source Efqa et aux quelques sources du site était nécessaire. Quant à savoir comment s’étaient décidées ces constructions, on ne peut qu’en rester à des conjectures.

  • 270 J. Cantineau, 1930b, n° 49. et H. Seyrig, 1931, p. 321-323.
  • 271 Par exemple CIS 3955 pour quelques colonnes de la Colonnade transversale.

142La place des notables dans ces aménagements reste donc un mystère. Comme on le verra quand on parlera d’évergétisme, il est difficile de donner beaucoup d’exemples à Palmyre de ce genre de bienfait de l’aristocratie marchande locale. On sait qu’à l’époque de Dioclétien. les thermes ont été rebâtis, mais ce n’est pas le fait d’un notable local270. Pour le reste, on peut procéder par analogie : la construction des colonnades a donné lieu à un certain nombre d’inscriptions dédicatoires de la part de généreux évergètes271. On peut supposer que les nymphées et les canalisations qui y conduisaient ont été aussi construits grâce à des dons de citoyens de l’oasis. Peut-être en a-t-il été de même pour les aqueducs divers qui parcourent la Palmyrène. D’un autre côté, comment ne pas considérer le fait que l’investissement devait être beaucoup plus important pour un édifice qui pouvait conduire de l’eau sur plusieurs kilomètres ? Dans ce cas. on ne comprend pas qu’on n’en ait aucune trace épigraphique, alors qu’un évergète, s’il y avait participé, aurait eu toutes les raisons de s’en glorifier.

  • 272 Sur cette activité, pratiquée dans la zone de l’Euphrate par des jeunes filles et des femmes qui e (...)
  • 273 J. Teixidor. 1984, p. 78-80.
  • 274 CIS 3913, II, 69-73 et 130-136 du texte araméen. et 116-120 du texte grec.
  • 275 J. Teixidor, 1984, p. 78.

143En fait, nous n’avons de précisions sur l’exploitation et la mise en valeur des ressources de la Palmyrène que pour le sel. grâce au Tarif. On sait qu’existent vers le sud-est de Palmyre. à une dizaine de kilomètres, de vastes salines, toujours exploitées aujourd’hui272. Elles sont une source importante de gain pour les habitants de l’oasis273 : dans le Tarif au moins une douzaine de lignes sont consacrées à la taxation du sel274. « La vente du sel à Palmyre est l’objet d’un monopole spécial : le fisc impérial devait exiger des Palmyréniens un gros impôt sur les salines de la ville et de la région et le fermier était chargé d’obtenir la somme prévue en prélevant un as par modius de sel »275 Mais l’exploitation elle-même dépendait des propriétaires du sol qui pouvaient vendre leur sel. On n’a pas dans l’épigraphie de Palmyre d’autres mentions de ce commerce : tout au plus peut-on supposer que les fermiers du sel étaient des publicains du même type que ceux dont on a parlé plus haut (le Lucius Spedius Chrysanthos de l’inscription CIS 4235 par exemple). Il est difficile de dire là encore que les notables jouaient un rôle quelconque. L’exemple des salines de l’Euphrate ne permet pas de préciser si la récolte était le fait de gens modestes ou aisés.

144Dans beaucoup de ces domaines, l’intervention des notables, si elle est probable, est difficilement prouvable. De manière peu surprenante, c’est pour le commerce caravanier que notre documentation est la plus riche. Dans son cas, on peut établir que l’intervention des notables est au fondement même du fonctionnement du système. Mais certaines comparaisons ethno-archéologiques (cf. les travaux d’O. D’Hont) ou d’époque préhistorique utilisées plus haut montrent comment les nomades, presque sans intervention des milieux urbains, ont leur part propre dans l’exploitation des ressources naturelles. Il faut donc conclure avec prudence sur l’extension de l’influence réelle des notables (ne serait-ce qu’à cause des limitations de notre documentation).

145D’autre part une question se pose après l’étude des principales activités « professionnelles » des notables. Il s’agit de savoir quelle part ces activités occupent réellement dans les relations entre le notable et la communauté qui l’entoure. N’existe-t-il pas des éléments plus fondamentaux qui définissent le statut de notable en tant que tel ? On a surtout vu la manière dont les notables agissaient vis-à-vis de l’extérieur (Rome, les nomades ou la Mésopotamie), mais toutes leurs actions ont aussi en toile de fond un effort pour acquérir ou conserver une position sociale. On peut donc essayer de pousser la recherche dans une autre direction et étudier la manière dont les textes rendent compte de l’influence des notables dans la société dans laquelle ils vivaient et quels sont les moyens qu’ils utilisaient pour rendre visible cette influence.

Notes

1 A. Bounni, 1990a. Le même article dresse aussi une liste des fonctions attestées dans les inscriptions. Ce point a été traité dans le chapitre i.

2 Quelques reliefs et représentations figurées (navires, chameaux, ou instruments pour les activités féminines) permettent de compléter notre documentation. Je renvoie au chapitre v pour les activités des femmes dans la maison et au dehors.

3 M. Sartre, 1996a, p. 388. Sur cette situation qui différencie Palmyre du reste du monde grec, voir le chapitre i et les annexes correspondantes.

4 J. Teixidor, 1984, p. 63-64.

5 M. Sartre, 1996a, p. 389.

6 J’entends traiter ici des activités publiques non politiques ou religieuses des notables (dans le cadre de la cité ou de la tribu). On traitera plus loin tout ce qui est du domaine privé et culturel.

7 CIS 3945 où le terme est restitué avec assez de sûreté.

8 H. Seyrig, 1963, p. 161. BS n° 52, et Inv XII, 37. Ce n’est que dans le premier de ces textes qu’il s’agit à coup sûr d’artisans. La signification de κονεται (BS n° 52) et ου(α)ννων (Inv XII, 37) reste mystérieuse. H. lngholt en donne une explication (H. Ingholt, 1976, p. 133-134, n. 170 et 171) qu’on aimerait croire (κονεται signifierait « artisans du stuc », et ου(α)ννων « vanneurs » en le faisant dériver du latin vannus), mais le problème n’est sans doute pas résolu. Les quatre inscriptions datant du même moment, on ne peut en tirer d’arguments sur une éventuelle évolution de la terminologie.

9 CIS 3945. Il est curieux que ce terme qui est une transcription d’un mot grec (τάγμα) serve à traduire un autre mot grec (συντεχνία).

10 Mais pas toujours ; cf. plus bas à propos de M. Ulpius Iarhaî.

11 Cf. l’article de M. Gawlikowski, 1994, avec une liste des inscriptions caravanières p. 32-33 (auxquelles on peut ajouter CIS 3928 et Inv X. 97).

12 CIS 3932 (=Inv III. 22).

13 Pour le cas de Marcus Ulpius Iarhaî, voir infra et le chapitre iv.

14 Voir surtout. E. Will. 1957 et 1992, p. 57-85. J. Teixidor, 1984, et M. Gawlikowski, 1994. Plus généralement tous les travaux sur Palmyre abordent plus ou moins en détail ce sujet.

15 Cf. A. Schmidt-Colinet et Kh. As’ad, 1995, p. 28-53, et J. Teixidor, 1984.

16 On trouvera dans l’annexe XI, la liste des grands caravaniers classés chronologiquement.

17 E. Will, 1957, p. 268-269 : c’est-à-dire conduire les caravanes, organiser les préparatifs, réunir les bêtes et le personnel...

18 E. Will, 1957, p. 269-271.

19 Terme peut-être impropre si on considère leur absence probable de la plupart des voyages, mais que je conserve faute de mieux, vu leur importance pour l’existence même de ce commerce.

20 Sur les générosités de ces personnages. CIS 3936. 3942 et Inv X. 44.

21 Ceux que E. Will, 1957, p. 269 appelle « protecteurs ».

22 Sur tous ces problèmes de définition des notables, voir plus généralement l’introduction.

23 Par exemple Inv X, 81 où il s’agit de M. Ulpius Abgar fils de Haîran.

24 CIS 3948 (Inv III, 28) de 193 pour le père Taîmarsû (Θαιμαρσα Θαιμη τοῦ Μοκιμου τοῦ Γαρβα tymrṣw brtym’ br mqymw grb’) et CIS 3949 (Inv III, 29) de 211 pour son fils Iaddaî (Ιαδδαιος ydy). Dans le cas de ce dernier, la restitution de la deuxième ligne [συνοδιάρχην] est discutable car l’expression συνοδιάρχην τῶν ἐμπορων « synodiarque des marchands » n’est pas attestée (restitution de J. Sterrett, 1888, n° 641. reprise par presque tous les éditeurs dont le CIS, mais pas dans inv III, 29 : voir fig. 28).

25 Voir chapitre iv. Nesâ bar Halâ (ns’ br ḥl’ br ns’ br ḥl’ br rp’l br ‘bsy Νεση Αλα τοῦ Νεση τοῦ Αλα τοῦ Ρεφαελου τοῦ Αβισσεου) connu par deux textes en 142 et 150 (CIS 3916 = Inv IX. 14a ; Inv X. 124) est un autre cas de caravanier dont on peut suivre la carrière sur plusieurs années. On connaît d’autres membres de sa famille, mais il est le seul d’entre eux à être attesté comme caravanier (voir M. Gawlikowski, 1975, p. 131-133 pour la fondation d’un tombeau par son oncle, les références à d’autres membres de la famille et un arbre généalogique : CIS 4015, 4059, 4210 et 3909 avec dans ce dernier cas une restitution [k]y[l]y au lieu de [t]y[m]y du CIS).

26 Voir H. Seyrig, 1963, p. 159-166, malgré les réserves de M. Tardieu, 1990, p. 71-102.

27 M. Gawlikowski. 1983b et (surtout) 1988.

28 E. Will, 1992, p. 180.

29 CIS 3936 et 3942, datés respectivement de 257-258 et d’après 260. Le terme apparaît dans un troisième texte (Inv IX. 30), qui n’est pas daté, mais est probablement de la même période, en tout cas du iiie siècle (cf. DFD p. 88). C’est sans doute pour cette communauté de vocabulaire que M. Gawlikowski le place entre les deux premiers dans sa liste des inscriptions caravanières (M. Gawlikowski, 1994, nos 32-34).

30 Inv Χ. 127 (daté de 86 apr. J.-C.), peu différent des textes où ce sont les membres de la caravane qui honorent quelqu’un.

31 Cf. par exemple BS n° 45 ou le texte d’Allât (H. J. W. Drijvers, 1995a) où ce sont les caravaniers qui font dresser les quatre statues.

32 À l’exception apparente de BS n° 45 : si, à la ligne 5 du grec, on remercie Soados d’avoir aidé, en général, les marchands et les caravanes, c’est une caravane particulière, à l’occasion d’un haut fait particulier, qui lui fait ce texte.

33 Dans le texte H. J. W. Drijvers, 1995a. I. 11-12 : « ἡ συνοδία παντῶν Παλμυρηνῶν ». Voir aussi Inv X. 7 : [....οἱ ἀνα]βάντες ἀπò Σπασινο[υ Χαρακ]ος, Παλμυρηνῶν ἔμ[πoρoι....] et [tgry]’ dy tdm[wr] (si les restitutions sont justes).

34 Inv X. 81, de 135 apr. J.-C.

35 Cf. aussi CIS 3960 ou 3933. Dans ce dernier cas, le palmyrénien semble moins systématique que le grec puisqu’il utilise les deux termes tgry’ et bny šyrt’.

36 CIS 3928 pour les caravanes ; brbnwt mrzḥ’ (RTP 34) pour la symposiarchie et brbnwt ‘yn’ (Inv XII. 44) pour la source.

37 Il n’y a pas non plus d’attestation la même année de deux synodiarques différents, honorés par deux textes différents, ce qui ne signifie pas que le cas ne se soit jamais présenté.

38 Le texte CIS 3916 (= Inv IX. 14a) par exemple mentionne un synodiarque ayant accompagné des marchands depuis Phorat et Vologésias. Voir aussi le texte CIS 3948 (Inv III. 28) où, à la ligne 4, la restitution ἔμποροι dans la lacune est possible quoiqu’un peu trop longue.

39 E. Will, 1957, p. 264 n. I. Les occurrences sont CIS 3936 et 3942.

40 E. Will, 1957, p. 270.

41 Voir par exemple dans les dernières synthèses. J. Starcky et M. Gawlikowski. 1985, p. 74-81 : E. Will. 1992, p. 64-81.

42 Sur la position géographique de la ville. M.-L. Chaumont, 1974, p. 76-89 (la ville a été fondée vers 70. et elle prit le nom de son fondateur, un roi parthe).

43 BS n° 45. Mais le texte CIS 3917 (daté de 108) mentionne déjà des relations avec cette ville.

44 CIS 3933.

45 Vide expliqué par G. W. Bowersock, 1989b, p. 167-168, par la reprise de l’offensive par Vologèse III à la mort de l’empereur Antonin.

46 G. W. Bowersock, 1989b, p. 159-168.

47 M. Gawlikowski, 1994, p. 28.

48 Si c’est bien du sanctuaire de Bel de Palmyre qu’il s’agit, mais rien ne permet de penser le contraire (en particulier le lieu de découverte des deux textes : le sanctuaire lui-même).

49 M. A. R. Colledge, 1976b, p. 50-52. Mais la construction du temple n’a pas obligatoirement nécessité l’intervention de Rome. La théorie récente de M. Pietrzykowski (1997) sur la construction en étapes du temple entre le début de notre ère et le iie siècle correspond à ce qu’on sait des procédés de construction et de financement des monuments publics à Palmyre (voir chapitre iv, p. 159-160).

50 J. Cantineau, 1931, p. 139-141, n° 18.

51 Inv X, 38.

52 M. Gawlikowski, 1994, p. 29 ; voir aussi les remarques de G. W. Bowersock, 1989b, p. 160 et n. 7 avec la bibliographie afférente.

53 Inv X, 114 de 138. Il a en tout cas attiré l’attention des gouverneurs romains.

54 L’identification éventuelle avec un fils de l’Alexandros cité plus haut ne repose que sur la proximité géographique et onomastique. Il est possible qu’il s’agisse d’un Palmyrénien, mais on peut difficilement être certain de ce fait (comme par exemple, G. W. Bowersock, 1989b, p. 160-161).

55 Texte de Umm el-Amad dans R. Mouterde et A. Poidebard, 1931, p. 101-115. M. Gawlikowski traduit ce terme par « special powers » (1994, p. 33). On peut s’interroger sur la nature de ce pouvoir, et en particulier, son origine. L’expression du texte grec [πάσαν ἐνχειρισθ έ να δυναστείαν semble impliquer un caractère officiel, mais le caractère lacunaire du passage incite à une grande prudence.

56 Outre le texte cité ci-dessus, voir BS n° 45 et H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 34-37 : en tout, au moins seize statues, plus des lettres impériales et des gouverneurs, entre 132 et 146.

57 L’inscription J. Cantineau, 1938, p. 75-76, n° 28c. à propos de M. Ulpius Iarhaî, apprend qu’il a aidé un certain Haddûdan à Charax, où, peut-être, il résidait.

58 Pour être complet sur la présence des Palmyréniens dans le Golfe, il faut mentionner la découverte sur l’île de Kharg d’une nécropole d’environ 85 tombes, parmi lesquelles deux ont été qualifiées de palmyréniennes (E. Haerinck, 1975, p. 134-167). Par leur plan et à cause de la présence de loculi, cette identification est possible, même si un certain nombre d’éléments sont visiblement empruntés à la tradition iranienne. Elle a été rejetée par E. Equni Schneider (1993, p. 101-102, n. 2), qui trouve que les parallèles les plus proches sont plutôt à trouver en Mésopotamie septentrionale (avec un renvoi à un de ses articles. « Su alcuni rilievi funerari della necropoli di Hilar, nella Mesopotamia Settentrionale ». RdA 16, 1992, p. 28-35). Néanmoins, il semble bien que la présence des loculi soit ce qui différencie Palmyre et l’île de Kharg des autres exemples qu’elle cite, ce qui inciterait à faire de ces tombes de Kharg la sépulture de Palmyréniens. M.-J. Steve (1999, p. 75-76) y voit au contraire des hypogées nabatéens.

59 Voir C. B. Welles et alii, 1959. Dernièrement, sur les relations de Doura-Europos et de Palmyre. E. Will, 1992, p. 88-93 et L. Dirven, 1996, p. 39-54 (je n’ai pu consulter du même auteur le récent livre The Palmyrenes of Dura-Europos, Leyde, 1999) : cet auteur conclut que Doura-Europos participait au commerce caravanier de Palmyre, en même temps qu’elle lui fournissait une partie de ses besoins alimentaires. Comme elle le note à plusieurs reprises, on manque totalement de preuves formelles, et il ne peut s’agir que de déductions ingénieuses (par exemple, p. 42 : « The major problem with the supposed caravan route from Palmyra towards Dura-Europos is that no traces of its existence have been found »).

60 Voir les textes civils dans C. B. Wlllls et alii, 1959, nos 18 à 44 et surtout les textes de l’Euphrate découverts récemment. D. Feissel et J. Gascou, 1989 et 1995. D. Feissel, J. Gascou et J. Teixidor. 1997 et J. Teixidor, 1990, textes syriaques, ou bien A. Bellinger, 1949 pour les témoignages numismatiques.

61 R. Dr Mesnil du Buisson, 1939, n° 1 = Prel. Rep. VII/VIII, p. 318, n° 916, C’est dans ce volume qu’on trouve aussi la publication des fouilles du sanctuaire ; le texte n° 917, p. 318-320 est un texte grec des environs de 100 apr. J.-C. avec une dédicace lacunaire à Bel.

62 R. Du Mesnil Du Buisson, 1939, p. 59 propose une lecture alternative : Baayasou (b’ysw) au lieu de Baayahou (b‘yhw).

63 E. Will, 1992, p. 89. Voir aussi les remarques de E. Will, dans A. Bounni. 1994, p. 18.

64 Voir annexe VIII. 1.

65 Appien, Guerres civiles V. 9 (voir supra l’introduction).

66 P. Arnaud, 1986, p. 146.

67 E. Will, 1992, p. 90-91.

68 Dans le temple de Bel, on trouve les noms de Iarhibôl (F. Cumont, 1926, texte n° 12) et Arsû, et on identifie sur une peinture la triade de Bel (Bel, Iarhibôl et Aglibôl), accompagnée d’Arsû et peut-être d’une déesse (F. Cumont, 1926, fresque XVII). Dans celui de Zeus Mégistos (peut-être Baalshamîn), on reconnaît encore Iarhibôl, Arsû (R. Frye et alii, 1955, n° 5 = R. Du Mesnil du Buisson, 1939, n° 47) et sans doute Azîzû. Cf. C. B. Welles, 1970, p. 62-63, sur les dieux palmyrénien à Doura-Europos.

69 R. Frye et alii, 1955, n° 5.

70 Pour le temple de Bel, par exemple, F. Cumont, 1926, textes nos 1 ou 24.

71 Prel. Rep. VII/VIII, p. 218-283 ; E. Will, 1992, p. 91-92.

72 Prel. Rep. VII/VIII, n° 901 (θεῷ Ιεραβλω).

73 Prel. Rep. VII/VIII, nos 902 et 903 : Αιρανης Μαλιχου : nos 907 et 908 : ḥyrn br mlkw br nṣwr : ces différents textes sont autour des reliefs dont il est question plus bas (= R. Du Mesnil Du Buisson, 1939, nos 28-32). Voir encore d’autres noms de même origine, Prel. Rep. VII/VIII, nos 910-913 (et R. Du Mesnil Du Buisson. 1939, nos 34. 38-46).

74 M. Gawlikowski. 1969a, p. 107-109 et 1985, p. 260.

75 CIS 4202 = Inv VIII, 55.

76 E. Will, 1992, p. 92, qui conclut que « dans l’état actuel de nos connaissances, une preuve décisive fait défaut », prudence qu’on ne peut que partager.

77 Prel. Rep. VII/VIII, n° 909 (= R. Du Mesnil Du Buisson, 1939, n° 33). Sur cette tribu. DFD, p. 62-63 et 72-75. K. Dijkstra, 1995, p. 95-98 sur le rôle des Benê Mîtâ dans le développement de Palmyre. Comme l’a vu F. Millar, 1993, p. 115, une attestation des archers n’implique pas forcément une présence militaire régulière avant la période d’occupation romaine.

78 Prel. Rep. VII/VIII, n° 845 (= R. Du Mesnil Du Buisson, 1939. n° 19 et p. 41-42).

79 Mais il n’est pas sûr que les archers du texte de 168 appartiennent aussi aux Benê Mîtâ.

80 Par exemple, Inv X, 44. Cf. sur cette fonction. M. Sartre. 1996a, p. 391-392 (citant H. Ingholt, 1976, p. 123-127).

81 Sur cette unité. C. B. Welles et alii, 1959, p. 22-46 et les textes nos 54-150. Sur le nom de l’unité, dernièrement. D. l., Kennedy, 1983, p. 214-216. Un élément parle en laveur de la continuité entre les deux unités. L’inscription de 168 (Prel. Rep. VII/VIII, n° 845) a été découverte dans le mithraeum, et se trouve sous un relief de Mithra taurochtone. On sait la popularité de ce culte dans l’armée romaine. On peut voir ce texte, de peu postérieur à l’annexion de Doura à l’Empire, comme une preuve de loyauté de la part des archers.

82 Prcl. Rep. VII/VIII, n° 846 (= DFD, p. 336-337) : ΖηνόβίΟς ὁ καὶ Ειαειβας Ιαριβωλεολς | στρατηγὸς τοξοτῶν.

83 Celui du texte Prel. Rep. VII/VIII, n° 845 (= R. Du Mesnil du Buisson, 1939, n°19 et p. 41-42).

84 C. B. Welles et alii, 1959, p. 28.

85 Ibid., p. 29.

86 Ibid., p. 30.

87 E. Will dans A. Bounni, 1994, p. 17.

88 D. Schlumberger dans PNO. E. Will (note précédente) le rapproche du relief mithriaque de Zénobios, cité plus haut (Prel. Rep. VII/VIII, p. 95, pl. VI).

89 Prel. Rep. I, p. 19 et 62 sq. (=R. Dr Mesnil Du Buisson, 1939. n° 12). Et encore est-il bien probable que ce ’IO ύλιος Aὐρήλος Mαλωχας Σουδσιου soit lui aussi un soldat.

90 CIS 3928. Inv X. 77. 78. 87-88 (= CIS 3960), 89 (= CIS 3961), 90, 96, 107, 111, et J. Cantineau, 1938, p. 75-76, n° 28c (J. T. Milik ajoute à la liste Inv X. 95 et 91 = DFD p. 32). Sur ce personnage et sa famille, voir entre autres, J.-B. Yon. 1998.

91 Textes détaillés : BS n° 45, R. Mouterde et A. Poidebard, 1931, p. 101-115 (et DFD p. 13 pour l’araméen) : H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 34-37 : autres mentions du personnage : M. Gawlikowski, 1970a, n° 1 et Inv X. 56.

92 D. Schlumberger, 1971 : M. Sartre, 1996a, p. 386-387.

93 D. Schlumberger, 1971, p. 124 : texte J. Cantineau, 1936, p. 278, n° 20, qui précise bien αἱ δὲ τ[ῆ]ς π[ό]λε[ω]ς τέσσαρες φυλαί (171 apr. J.-C.) ; DFD p. 36 (198 apr. J.-C.) : Inv X. 44 (199 apr. J.-C).

94 R. Mouterde et A. Poidebard, 1931. Le parallélisme entre Inv X. 44 provenant de l’agora et le texte de Umm el-Amad a conduit D. Schlumberger (1971, p. 125) à identifier l’agora au tétradéion.

95 BS n° 45 et H. J. W. DRIJVERS, 1995a, restitué d’après BS n° 45. Voir chapitre ii sur ces quatre sanctuaires.

96 D. Schlumberger, 1971, p. 126, n. 1.

97 Par exemple. CIS 3914 ou 3930. Voir le chapitre i.

98 À l’exception bien sûr de la mention ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆμος.

99 CIS 3919 (= Inv IX, 19).

100 J. Cantineau (ad loc. Inv IX. 19) trouvait l’écriture un peu récente pour cette date. Une regravure au moment ou après l’apogée de Soados est possible pour expliquer ce fait.

101 DFD, p. 228-229.

102 Inv X, 29.

103 Pour autant qu’un texte nouveau ne vienne pas modifier ce qu’on connaît de la biographie de ce personnage.

104 J. Cantineau, 1938, p. 75 n° 28c.

105 Inv X. 96 : DFD, p. 32 (si on accepte la restitution de J. T. Milik à partir de J. Cantineau, 1933, p. 187 n° 10 et Inv X, 91 et 95). J. T. Milik rattache les deux textes, et donc les deux bateaux, au même voyage (« sans aucun doute », DFD, p. 32). On voit mal sur quoi il se fonde pour affirmer que ce voyage de Scythie n’a pu avoir lieu qu’une fois. Il restitue donc la date de son texte d’après Inv X. 96. M. Gawlikowski (1994, p. 33. n° 24) accepte la restitution, mais met en doute et la date et le personnage honoré. 106 – Inv X, 107.

106 Inv X, 107 où la généalogie de son père (notre Iarhaî) s’établit ainsi : M. Ulpius Iarhaî, fils de Haîran, fils de Abgar.

107 Six, si on prend en compte le texte restitué par J. T. Milik, DFD, p. 32. Notons quand même que le texte Inv X. 78 est daté de 157 dans notre calendrier, mais de l’année séleucide 469. Les autres textes sont tous datés de l’année séleucide précédente.

108 G. W. Bowersock. 1989b, p. 167. Voir les remarques de K. Dijkstra. 1995, p. 87-88, qui établit un lien entre le grand nombre d’inscriptions à certaines périodes et des dangers accrus.

109 Le texte palmyrénien est légèrement différent.

110

111 Même conclusion dans J. Teixidor, 1984, p. 16, où on trouvera quelques points de comparaisons plus tardifs (viie et viiie siècles, avec références à H. Lammens, « La Mecque à la veille de l’Hégire ». MUSJ 9. 1924, p. 99-439).

112 Les textes honorifiques de plus de vingt lignes sont rares à Palmyre ; or Soados a droit à au moins trois textes de cette taille (BS n° 45, Umm el-Amad. et H. J. W. DRIJVERS, 1995a).

113 Même si ce vocabulaire peut sembler parfaitement convenu quand on le compare avec celui des décrets contemporains dans le reste de l’Empire.

114 Le titre στρατηγὸς κατὰ τῶν νομάδων n’est pas attesté ailleurs. On connaît seulement des exemples de στρατηγὸς νομάδων dans le Hawrân, en particulier le texte Waddington 2196 : voir M. Sartre, 1982b, p. 122-126 et M. Macdonald, 1993, p. 368-377 avec des vues sensiblement différentes. Pour M. Sartre, le terme désigne un « chef de troupes auxiliaires recrutées chez les nomades » et ce rôle est en fait rempli par les chefs de tribus ou de clans, appelés ethnarques (p. 124). M. Macdonald préfère voir dans le titre de « stratège des nomades » une fonction purement militaire qui n’a rien à voir avec les chefs de tribus, ethnarques ou autres (p. 375 en particulier). Quoi qu’il en soit, la fonction attestée à Palmyre est une stratégie « contre les nomades » ce qui signifie tout à fait autre chose.

115 H. J. W. Drijvers, 1995a.

116 Ces textes sont certes des résumés de décrets développés (chapitre i), mais leur concision et le vague qui les caractérisent peuvent parfois avoir d’autres raisons plus profondes. Il faut en tout cas essayer de comprendre pourquoi seuls les textes pour Soados ont été transmis sous cette forme longue. Celtes, peut-être ces raisons sont-elles prosaïques et tiennent-elles seulement à une volonté particulière du personnage honoré ou de celui chargé de l’érection des statues et des inscriptions. Il faudrait alors faire attention de ne pas trop tirer les textes. Mais le contraste est trop fort entre Soados et ceux qui sont presque ses contemporains M. Ulpius Iarhaî ou Neshâ, fils de Halâ (CIS 3916 et Inv X, 124) pour qu’on ne soit pas tenté de chercher par là des renseignements sur le rôle de ces notables dans la sécurité du commerce et plus généralement sur la manière dont s’exerçait leur influence.

117 Voir annexe XIV : D. Schumberger, 1939a, p. 43-73.

118 H. Seyrig, 1932, p. 276 (AE 1933. 205) : milliaire d’Erek (Aracha dans l’Antiquité).

119 Inv IX, 2.

120 CIS 4235.

121 Inv X. 128. Il ne reste qu’une partie de la transcription sémitique de son nom : « ṭbrys qlwdys py[...] ».

122 Par exemple Inv X. 1 ou 125.

123 E. Will, 1957, p. 267-268, cité par J. Teixidor, 1984, p. 30-31.

124 Voir J. Teixidor, 1984, p. 30.

125 Voir dernièrement E. Will, 1992, p. 52-56 et M. Sartre, 1996a, p. 391-392 (avec des positions parfois différentes).

126 La question est de savoir s’il s’agit de troupes régulières romaines ou de la « milice » de Palmyre. Les deux textes datant de 169 et de 170-171. et l’occupation romaine de 165, les deux solutions sont possibles (H. Ingholt. 1976, p. 126. cité par M. Sartre, 1996a, p. 402. n. 105. opte pour la seconde). Quoi qu’il en soit, ces troupes sont selon toute probabilité à l’origine de la fameuse Cohors XX Palmyrenorum, en garnison par la suite à Doura-Europos.

127 Comme Aelius Bôrrâ ou Ogeîlû (DFD p. 36).

128 M. Sartre, 1996a, p. 394-395 : E. Will, 1992, p. 55-56 différencie les cas d’Ogeîlû et d’Aelius Bôrrâ et considère ce dernier comme un stratège-premier magistrat de la ville, ce qui est douteux vu la date (198), c’est-à-dire avant la transformation de Palmyre en colonie. Il fait de ce mot un équivalent d’archonte, ce qui en effet arrive parfois (I. Levy. 1899, p. 268), mais serait à Palmyre la seule attestation du mot dans ce sens. Il est plus simple de faire de ce notable chargé apparemment de la pacification du territoire de Palmyre un des stratèges militaires. L’autre objection de E. Will contre celle hypothèse est que « leurs activités (i.e. d’Ogeîlû et Aelius Bôrrâ) se placent dans les mêmes années [...] et (qu’)il n’est guère probable qu’ils se soient occupés concurremment des mêmes problèmes ». Mais on en sait trop peu sur ces deux personnages (leur âge ou leurs activités précises sont inconnus) et sur cette fonction de stratège (annualité ou non. étendue du pouvoir) pour être sûr qu’ils n’ont pu être en concurrence ou agir à la même époque. De toute façon, ce qu’on sait sur les grands notables de Palmyre (M. Ulpius Iarhaî ou Soados) montre qu’ils n’ont pas toujours eu besoin de titres officiels pour exercer leur influence. La situation de ce point de vue n’est pas forcément très différente une cinquantaine d’années après eux.

129 Texte publié par J. Cantineau, 1933, p. 179, n° 4.

130 En araméen : « ‘sṭrṭg ‘l’ wgml’« .

131 Voir M. Gawlikowski. 1988, p. 165-166.

132 Dédicace par des cavaliers stationnés à Ana et Gamla après 188 : pršy’ b’br[‘] dygml’ w‘n’ (« les cavaliers de l’aile de Ala et Gamla ». BS n° 51). Comme le remarque C. Dunant (BS, p. 65), le terme utilisé pour « aile » est ‘br’ au lieu du mot transcrit du latin ala (‘l’) plus couramment utilisé (mais le terme sémitique a la même signification), Ce texte, comme CIS 3973. mentionne des cavaliers à Ana et cite les deux mêmes localités que le texte J. Cantineau, 1933, p. 179 cité plus haut. Ce faisceau de faits concordants montre la continuité de l’occupation palmyrénienne de cette région de 132 à 225.

133 J. Teixidor, 1984, p. 24 ; mais on hésite à faire de cet Obaîdû le commandant de la garnison de Ana, dont il n’est vraisemblablement qu’un simple cavalier.

134 Et comme on l’a vu (chapitre i), le même texte utilise un terme sémitique pour donner le nom de l’unité, mais ce terme n’est qu’une traduction littérale du mot latin communément employé. Le même mot (prš) a été lu dans l’inscription de an-Namâra pour désigner des soldats au service de Rome (avec l’expression pršw Irwm : « cavaliers pour Rome »). Mais cette lecture est à rejeter : voir l’édition de l’inscription par R Bordreuil. A. Desreumaux. Ch. Robin etJ. Teixidor dans Y. calvet et Ch. Robin. 1997, p. 265-269, n° 205 (avec le commentaire de ce passage, p. 268 : la nouvelle lecture. présentée avec réserve. donnerait la traduction suivante « [les troupes auxiliaires des Perses] et des Romains »). Le mol lu prsw à l’origine serait donc le nom propre « les Perses » et la copule w (« et »).

135 Pour une discussion plus complète sur ce personnage et ses fonctions, voir le chapitre iv.

136 C’est J. T. Milik. DFD, p. 258, qui fait du Zebîdâ cité dans le texte un stratège. J. Teixidor, après avoir refusé cette interprétation (BES 1967. 78. comme H. Ingholt. 1976, p. 126), semble l’accepter (J. Teixidor, 1984, p. 25).

137 J. Starcky, 1963, p. 48.

138 J. Teixidor. 1984, p. 25, écrit que « Zebida était le stratège de la région en 98 ».

139 H. Ingholt, 1932,p. 279 et DFD p. 36 pour le texte palmyrénien. On peut penser à une fonction du type de celle de l’irénarque, connu ailleurs dans le monde grec (indication dont je remercie M. Sartre). On remarquera que les irénarques peuvent être choisis par le gouverneur sur une liste de dix noms : Aelius Aristide L. 72, cité par M. Sartre (1995, p. 290. n. 210), ce qui semble aussi le cas d’Aelius Bôrrâ (κατασταθέντα ὑπό τε Μανειλίου Φούσκου καὶ Οὐενιδίου ‘Ρούφου ὑπατικῶν » a été installé par Manilius Fuscus et Venedius Rufus. les deux gouverneurs »). H. Ingholt, dans l’édition princeps, fait ce rapprochement, en citant le texte de Smyrne CIG 3151 où l’on retrouve la même formule, mais écarte l’équivalence irénarchie/stratégic chargée de la paix, car l’irénarchie est une « fonction municipale subordonnée » (p. 282).
Pour ces charges de maintien de l’ordre sur le territoire des cités, avec des noms variés (dans les campagnes : στρατηγὸς ἐπὶ τῆς χώρας ou bien, plus généralement, στρατηγὸς ἐπὶ τῆς εἰρήνης ou εἰρηνάρχης), voir I. Levy, 1899, p. 283-289 (avec les références) : voir aussi J. et L. Robert. 1954, p. 41-43.

140 Je dois ce rapprochement à M. Sartre. Sur l’inscription, voir G. W. Bowersock. 1975, p. 512-522 et M. Sartre. 1982b, p. 27-29 (et 130-131) qui reprennent de manière générale le texte republié par J. T. Milik, dans P.J. Parr, G. L. Harding et J. E. Dayton, « Preliminary Survey in North-western Arabia, 1968 », Bull. Inst.Arch. London 10, 1971, p. 23-60 (publication du texte par J. T. Milik aux pages 54-57). Voir aussi le BE 1976. 739.

141 Voir M. Gawlikowski, 1988, p. 165-166.

142 Dans ce sens, M. Gawlikowski, 1988, p. 165.

143 Cite par E. Will. 1992, p. 54.

144 Voir au chapitre ii la discussion sur le clan Haumal et sa généalogie difficile : comme le dit J. T. Milik (DFD, p. 260) « néanmoins leurs liens généalogiques ne se laissent guère deviner ».

145 E Safar, 1964, n° 8 : « tymrṣw wḥggw bny tym’ šwyr’ ».

146 Où sa généalogie s’établit comme suit : Ογηλον Μακκαιου τοῦ Ογηλου τοῦ Αγεγου τοῦ Σεουιρα. Voir le tableau dans DFD, p. 25.

147 Et s’il s’agit bien d’un stratège, puisque la seule attestation du mot dans ces textes (F. Safar. 1964, n° 1) est douteuse. Un autre texte de la même zone (J. Starcky, 1963, p. 48) comporte lui le mot en toutes lettres. Voir aussi Inv XII. 55 pour un autre šwyr’ en 153 apr. J.-C. dans la même région.

148 H. Ingholt, 1932, p. 279 et DFD p. 36.

149 Dans la liste de citoyens romains établie par D. Schlumberger (D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 67-68), parmi les numéros 11 à 19, Aelius Bôrrâ (= n° 14) est le seul qui ne serve peut-être pas dans l’armée régulière romaine. Il est néanmoins stratège de la milice de Palmyre et surtout a été installé par deux gouverneurs et par la cité (κατασταθέντα ὑπὸ τε Μανειλίου Φούσκου καὶ Οὐενιδίου ‛Ρούφου ὑπατικων καὶ ὑπὸ τῆς πατρίδος).

150 E. Will, 1992, p. 60, par exemple.

151 E. Will, 1992, p. 94-100.

152 H. Seyrig, 1970, p. 77.

153 H. Seyrig, 1970, p. 86 : « Sans doute les sculpteurs copiaient-ils simplement les officiers de la milice, ou même les grands marchands quand ils guidaient leurs convois dans les périls du désert », cité par J. Starcky et M. Gawlikowski, 1985, p. 102.

154 Voir J. Teixidor, 1984, p. 16, n. 24 : « d’après les sources arabes, les caravanes qorayshites pouvaient compter jusqu’à 2 500 chameaux et la compagnie variait de 100 à 300 hommes », et p. 18 sur les tarifs à payer pour avoir droit à une protection armée en 90 à Coptos ; les gens capables de se protéger eux-mêmes payent moins (d’après une inscription de Coptos : A. Bernand, 1984, n° 67 = OGIS 674 = IGRR I, 1183).

155 E. Will, 1992, p. 61.

156 E. Will, 1992, p. 62. Par exemple, le texte Inv X. 40. Néanmoins la tribu n’est citée que dans le texte araméen et omise dans la version grecque, plus courte. D’autre part, ce trait (mention des tribus dans les inscriptions les plus anciennes) n’est pas propre aux inscriptions caravanières, mais est commun à tous les types de textes : la remarque de E. Will est en fait valable pour l’ensemble de la société palmyrénienne et ne permet pas de tirer de conclusions particulières au commerce caravanier. Ensuite, avec la création des quatre tribus officielles, les mentions disparaissent. Les honneurs décernés par les tribus le sont alors sur décision du Conseil et du Peuple (voir M. Sartre, 1996a, p. 390).

157 M. Rowton, 1976a, p. 219-257. Voir ici le chapitre ii sur les problèmes posés par la structure tribale à Palmyre et l’intégration des nomades dans la cité.

158 La principale difficulté à laquelle se heurte cette théorie très probable est qu’on n’a aucune attestation directe, ou presque, de ce type de lien : voir chapitre ii.

159 M. Gawlikowski, 1986, p. 87-99.

160 Chiffres tirés de M. Gawlikowski, 1988, p. 170.

161 Dans le chapitre i.

162 Voir ce que dit M. Sartre, 1996a, p. 396, sur la présence à Palmyre du préposé, justifiée par « le caractère excentré de la ville par rapport au reste de la province ».

163 H. Seyrig, 1959b, p. 184-192, mais voir les remarques de P.-L. Gatier, 1996, p. 431-436.

164 Sur ce point, voir J. Teixidor, 1998, p. 717 et le chapitre iv, infra.

165 Voir l’article de G. W. Bowersock, 1982, p. 651-668.

166 Odainat et son fils Haîran sont appelés σuvκλητικός (snqlṭyq’) en CIS 4202 (Odainat) et CIS 3944 (son fils). Haddûdan, fils d’Ogeîlû (ḥdwdn br ‘gylw) est lui aussi snqlṭyq’en Inv IX. 28. Ce dernier texte date de 272, année de la chute de Palmyre devant Aurélien. Non attesté à Palmyre même, on a aussi L. Iulius Septimius Vaballathus Athenodorus, le fils d’Odainat et Zénobie (AE 1904. 60 ; P. Oxy. 1264 ; BGU III. 946).

167 Annexe XIII : voir aussi J. Starcky et M. Gawlikowski, 1985, p. 45-49 (pour les soldats) et p. 80-81 et E. Will, 1992, p. 48-51. Pour le cas particulier de Doura-Europos, cf. supra. Pour la Palmyrène, voir le chapitre ii.

168 CIS 3903 avec le commentaire de G. W. Houston, 1990, p. 189-193.

169 Voir annexe XIII. 1.

170 Voir annexe XIII. 4.

171 On pourrait dire plutôt « de Palmyréniens devenus notables ».

172 L’existence d’un décurion (AE 1933, 36) et d’un medicus (AE 1933. 44) peut constituer d’autres exceptions, mais il est difficile d’en faire des notables de cette province, faute d’autres informations.

173 Voir annexe XIII. 4. J. Schwartz, 1953, p. 64-65 : J. Bingen, 1984, p. 355-358.

174 M. I. Rostovtzeff, 1932, p. 795. n. 2.

175 Et pas seulement en tant que soldats, même si la présence sur place d’archers palmyréniens a pu faciliter l’implantation ultérieure de marchands, et pourquoi pas (?) d’un fondouq. Ce dernier a pu exister, même s’il ne s’agit pas de celui dont H. Seyrig (H. Seyrig. 1972) a récusé l’origine palmyrénienne. Liste des textes palmyréniens d’Égypte dans l’annexe XIII. 4.

176 L’existence de Palmyréniens assez nombreux en Egypte et leur intégration dans le commerce local sont sans doute une cause de la relative facilité avec laquelle l’Egypte a été soumise par les troupes de Zénobie. Les contacts avec l’Egypte sont aussi attestés par l’ethnique que porte une femme sur une plaque funéraire de Palmyre (CIS 4547) : elle est dite myṣrt (« Égyptienne ». voir annexe XII. 3). Son nom et son patronyme sont courants à Palmyre (šgl brt bwrp’. « Shegel, fils de Bôrefâ »), ce qui peut signifier qu’elle fait partie d’une famille de Palmyréniens installés en Egypte.

177 Voir annexe XIII. 4.

178 Voir annexe XIII. 3.

179 Cf. DFD, p. 266-267 pour d’autres membres de la famille : un frère de Shoadû apparaît en Inv XI, 2 où il dédie un autel au dieu anonyme. Un autre membre de la famille a été synèdre en 112 à Palmyre (Inv X. 69).

180 On peut sans doute ajouter les deux militaires nommés Marcus Acilius (Alexander du CIL XVI, dipl. 78 en Dacie et Athènodôros. fils de Moqîmû d’Inv X. 108 et 109 à Palmyre), sans doute parents.

181 Un cas particulier est constitué par les Juifs de Palmyre enterrés à Beth Shearim en Galilée. Leur présence à cet endroit s’explique sans doute par des raisons religieuses. On a peu de renseignements sur l’activité économique qu’ils ont pu avoir de leur vivant, malgré la présence d’un banquier (voir chapitre vi et annexe XIII. 4).

182 Il est possible que ce personnage soit syrien, car les Ti. Claudii sont nombreux dans la région (je remercie M. Sartre d’avoir attiré mon attention sur ce point). Voir aussi M. Sartre, 1996b, p. 243.

183 J. Starcky et M. Gawlikowski, 1985, p. 47, en font « sans doute » un Palmyrénien. Rien ne le prouve. Il se peut qu’il soit le père de Aelius Bôrrâ connu par l’inscription H. Ingholt, 1932, p. 278 (avec DFD p. 36-37), mais cette identification de J. Starcky (Inv X, p. 51) est seulement possible.

184 Les exemples sont regroupés dans l’annexe XIII, 5.

185 H. Ingholt, 1938, p. 104. Le mot latin ueteranus est transcrit wtrn’. On a aussi un exemple de beneficarius (bnpyqr’) en 189 (CIS 4292).

186 Une inscription de concession mentionne un decurio, transcrit en araméen dqrywn’ (H. Ingholt, 1935, p. 93 III, 1. 1 daté de 186) ; on est amené à se demander si ce personnage au nom araméen (b’iy br dywn mlkw) n’est pas un décurion revenu d’une ville de Dacie ou de Numidie pour finir ses jours à Palmyre : dans ce cas. on attendrait pourtant qu’il donne le nom de cette ville. Il s’agit peut-être plutôt du grade militaire, comme le supposait déjà H. Ingholt (H. Ingholt, 1935, p. 94 avec la note 214) : le mot est utilisé dans ce sens à Palmyre, mais dans le cas d’une inscription latine pour un soldat (decurio exerc[itator] n[umeri] : H. Seyrig, 1933a, p. 164, n° 8 = AE 1984, 900).

187 Autant que la documentation permette de le dire.

188 Les trouvailles monétaires de Doura-Europos, qui mettent bien en valeur le rôle d’Antioche, renforcent cette idée, quand on connaît les liens entre Palmyre et Doura.

189 Peut-être les mêmes marchands continuaient-ils vers l’ouest, vers leurs clients potentiels.

190 Voir les conclusions d’E. Will, 1992, p. 203-204, qui met l’accent sur l’opposition entre la latinité de l’Empire gaulois et l’hellénisme, caractéristique pour lui, de la révolte de Zénobie (voir aussi le chapitre iv).

191 G. W. Bowersock. 1989b, p. 162-168. Le texte est SEG 37. 1403.

192 Palmyre 1, n° 2 de l’époque d’Odainat, et J. Cantineau, 1936, p. 280, n° 20 (= BS n° 48) de 171 (repris et revu par DFD, p. 309-312). Ajouter peut-être J. Cantineau, 1933, p. 177 (Tadmorea n° 3) avec les corrections de DFD, p. 312-315 (« une mention certaine des “Césars”, mais difficilement de “la maison des Césars”. “Césaréuni” », p. 312). Cf. G. W. Bowersock. 1976, p. 353-354 pour une inscription, sans doute de Palmyre et sans doute d’un prêtre du culte impérial. Ce personnage a reçu une lettre de félicitations de l’empereur. Le texte H. Seyrig, 1937, p. 372, fait aussi une allusion au culte impérial. Mais voir M. Gawlikowski, 1973a, p. 49. qui paraît douter de cette interprétation (voir aussi p. 7) : un don fait pour « ...[lacune]... et pour la conservation perpétuelle des empereurs » ([παν]τὸς καὶ αἰωνίου δ[ιαμονῆς τῶν κυρίω]ν αὐτοκρατόρων) n’implique pas forcément un culte impérial. On place parfois le sanctuaire impérial à proximité de la section Β de la Grande Colonnade, au sud de l’endroit où se trouvent toutes les statues de Worod et de l’entourage d’Odainat. en particulier les colonnes qui portent les textes CIS 3946-3947.

193 Cf. S. R. F. Price, 1984 : M. Sartre. 1995, p. 191-192.

194 J. Cantineau, 1936, p. 278, n° 20.

195 Voir le chapitre ii.

196 Sur Avidius Cassius, voir annexe XII. 1.

197 H. Seyrig, 1941b, p. 245-248. Ces exemples avaient été rapprochés de celui d’Opramoas d’Oinoanda (ΤΑΜ II. 3. 905) par H. Seyrig : voir par exemple ΤΑΜ II 905. I F : ’Oπραμόα[ν ’Aπ]ολλωνίου δὶς τοῦ [Καλ]λιάδου μαρτυρο[ύμενο]ν ὑφ’ὑμων « Opramoas, fils et petit-fils d’Apollonios, fils de Kalliadès. ayant reçu un témoignage de vous (les habitants de Rhodiapolis) » : II A : τ[ειμηθέντων οὑ μ]όνο[ν ὑπ]ò τῶν πατ[ρίδων πλεονάκι]ς. ἀ [λλὰ] καὶ ὑπὸ Λυκ[ίων τοῦ κοινοῦ] « ayant été honoré non seulement par ses patries à plusieurs reprises, mais aussi par le koinon des Lyciens » ; II Β : μαρθυρηθέντος καὶ ὑπὸ τοῦ κρατίστου ἡγεμύνος ’Ιουλίου Φρούγι « qui a reçu un témoignage aussi de l’excellent gouverneur Iulius Frugi » : on pourrait multiplier les exemples (en particulier les lettres à Antonin du koinon des Lyciens. avec réponse de l’empereur), qui permettent de mettre en évidence les points communs avec Palmyre (sur le personnage, voir aussi le chapitre iv).

198 Il s’agit en fait du dieu larhibôl, comme le montrent les textes Inv X. 85 et 115.CIS 3919 et 3932.H. Ingholt. 1932, p. 279. On peut en rapprocher les onze textes cités par J. T. Milik dans son livre sur les « dédicaces faites par des dieux » (DFD : Inv XI. 68. 80. 83. 84 et 85 : Palmyre V. n°s 3 et 14 : CIS 3929 et 3966 : BS nos 40 et 41).

199 Cf. textes cités ci-dessus : CIS 3932 (Conseil et Peuple + Iarhibôl + Iulius Priscus) : Inv X, 115 (Conseil [et Peuple en araméen] + dieu πατρώος [= Iarhibôl] + gouverneur) ; H. Ingholt, 1932, p. 279 (Iarhibôl + patrie + gouverneurs).

200 Inv X, 114 : R. Mouterde et A. Poidfbard, 1931 : H. Ingholt, 1932, p. 279 : Inv X. 55 : BS n° 48 (= J. Cantineau, 1936, p. 278. n° 20) : BS n° 45.

201 Pour l’influent Soados, un des citoyens palmyréniens les plus honorés : texte publié par R. Mouterde et A. Poidfbard. 1931 (= SEG 7, 135 ; araméen dans DFD, p. 13) ; c’est pour ses actions entre 132, date de BS n° 45, où on ne mentionnait pas ce fait, et 144/145, qu’il s’est vu honoré de lettres impériales par Antonin et Hadrien.

202 Voir en annexe XV, la liste de ces textes. On notera la place prise par l’unité de l’armée romaine stationnée à Palmyre, la cohorte I Flauia Chalcidenorum.

203 H. Seyrig, 1939, p. 321. n° 25.

204 Inv IX, 26 ; cf. G. W. Bowersock. 1976, p. 352 sur le nom à restituer qui n’est pas forcément celui de Pescennius Niger.

205 CIS 3970.

206 Cf. G. W. Bowersock, 1976, p. 350 (texte de 166 apr. J.-C.).

207 Sur les liens entre la symposiarchie et le culte impérial, voir chapitre i.

208 H. Seyrig, 19.37, p. 372 : αἰωνίου δ[ιαμονῆς τῶν κυρίω]ν αὐτοκρατόρων. Voir les remarques de M. Gawlikowski, 1973a, p. 49.

209 G. W. Bowersock, 1976, p. 353.

210 Inv X, 67. Voir au chapitre iv pour les rapports entre Palmyre et les membres de la famille impériale originaires d’Émèse.

211 Ceux-ci, même non notables à l’origine, le deviennent sans doute, une fois citoyens. Cf. la liste des citoyens romains de Palmyre dressée par D. Schlumberger. 1942-19436. On peut ajouter à cette liste un texte de Rome. CIL VI, 3174 : un certain Publius Aelius Annius eques sing(ularis) Aug(usti), Palmyrenus. Depuis l’article de D. Schlumberger, la liste s’est allongée : avec la famille de Marcus Ulpius Elahbel. fils de Wahballat (A. Bounni. 1986, textes nos 3 et 18) : RSP n° 136 (Publius Aelius) ; peut-être un Titus Aelius en RSP n° 119 ; H. Seyrig, 1950, p. 242. n° 6 (Flavius Domitianus). Ce dernier, comme le Marcus Claudius (H. Seyrig, 1959a, p. 58 = SEG 18, 618 = BE 1960. 403 : cf. fïg. 5) de 30-31 apr. J.-C. n’est sans doute pas un Palmyrénien. mais plutôt un militaire de passage. Après 212. on a quelques Iulii Aurelii : le fils d’un Taîmarsû (Kh. As’ad et J. Teixidor. 1985a. n° 5) : Ateaqab (M. Gawlikowski, 1985. n° 13) ; un en Inv XII. 29 ; deux dans le texte M. Gawlikowski, 1970a, n° 5 : un en RSP n° 163 ; un en PAT 1657 ; deux en PAT 2729 (et trois Aurelii) ; enfin trois dans H. Ingholt, 1962, p. 106. Pour les militaires, voir l’annexe XIII.

212 D. Schlumberger, 1942-19436, p. 53 : « soldats qui. pour la plupart, n’ont jamais revu Palmyre ».

213 Même si deux bénéficiaires sur cinq ont fait au moins une partie de leur carrière en Dacie. C’est aussi à cet empereur qu’ont été faites trois dédicaces, un des ensembles les plus nombreux à Palmyre : H. Seyrig, 1939, p. 321, n° 25 (cité supra), Inv X, 103, et J. Euting, 1887, p. 418, n° 119 (d’où IGRR III, 1026 : Ch. Clermont-Ganneau, RAO VII, p. 164-167). Le texte H. Seyrig, 1939, p. 321, n° 26 est une dédicace à son successeur, Antonin le Pieux (mentionné aussi en Inv X. 102).

214 On notera cependant que Marcus Ulpius Iarhaî appartient à la tribu Sergia. celle d’Hadrien, pour une raison difficile à identifier (délai entre l’obtention de la citoyenneté et l’inscription dans la tribu ?). Il est intéressant que la seule inscription (Inv X. 128) qui mentionne la tribu soit justement une dédicace à un officier de l’armée romaine.

215 Il s’agit des textes M. Rodinson, 1950, p. 137 et J. Cantineau, 1933, p. 175 (= Tadmorea n° 2b). Sur le personnage et sa famille, voir le chapitre i et les remarques de K. Dijkstra, 1995, p. 97.

216 Voir annexe XII.

217 Si on excepte quelques cas particuliers (voir annexe XII. tableau des étrangers à Palmyre) comme le cavalier nabatéen de CIS 3973 (mais à une époque où la Nabatène fait partie de l’Empire) et le fameux Worod, peut-être d’origine iranienne (cf. dernièrement A. Schmidt-Colinet, 1992 et E. Will, 1996).

218 Inv IX, 22 et X, 125. Cette unité reste en poste à Palmyre jusque vers 170.

219 Inv X, 128.

220 CIS 3913, II. 129-130 : τῷ ἐυ Παλμύροις τεταγμένῳ. Voir M. Sartre, 1996a, p. 396.

221 Inv IX, 23 = AE 1933, 207. L’unité en question est simplement appelée « l’aile qui est stationnée ici » (τῆς ἐνθάδε εἴλης) : il s’agit probablement de l’ala I Ulpia singularium (cf. H.- G. Pflaum, 1960, I, n° 155).

222 Inv X. 29. On trouvera dans les annexes XII. 1-3 la liste de ces fonctionnaires, ainsi que celle des militaires attestés à Palmyre (ou au moins cités par les textes).

223 Bien qu’on considère souvent que la route passant par Palmyre ait court-circuité celle d’Antioche (M. Gawlikowski, 1988, p. 164). Mais on sait en définitive peu de chose sur les itinéraires empruntés par les marchandises à l’ouest de Palmyre.

224 Inv X, 113 (inscription trilingue).

225 Voir F. Millar, 1993, p. 324 : il s’agit peut-être d’un publicain collecteur des impôts indirects romains, ou tout aussi bien d’un fermier collecteur des taxes locales pour le compte de la cité. Dans ce cas-là. il remplirait le même genre de fonctions que Atenatan, fils de Kafatût et son fils, Iamlikû, à qui l’assemblée avait donné à ferme le péage pour l’entrée des chameaux dans la ville (M. Gawlikowski et Kh. As’ad, 1993, p. 163-172 : inscription de 10/11 apr. J.-C.).

226 M. Sartre, 1996a, p. 396. Inv X, 34.

227 Sa présence est d’ailleurs peut-être à mettre en rapport avec des désordres financiers dus aux nombreux travaux édilitaires qui caractérisent cette période à Palmyre (début iie siècle).

228 Tarif (CIS 3913) : 1. 93 du grec et 1. 62 de l’araméen. Voir J. Teixidor, 1984, p. 101, n. 255.

229 IMP n° 113 (= M. Gawi.Ikowski, 1998, p. 145-151).

230 CIS 3913. II. 102-105 en araméen, et III, 181-183 en grec.

231 La population a été estimée à 150 000 ou 200 000 à l’apogée de la cité (D. P. Crouch. 1972, p. 241-250). Mais ces chiffres ont été discutés. E. Will (E. Will. 1990b, p. 104) parle de 10 000 à 20 000 habitants. La population a pu augmenter de façon sensible au cours de la période pour atteindre un maximum à l’époque de Zénobie. Mais les chiffres de la population de Palmyre doivent tenir compte des ressources en eau de l’oasis, même en faisant entrer en jeu les aqueducs et les qanats (voir aussi A. Schmidt-Colinet, 1992, p. 14. n. 44). Les chiffres de D. P. Crouch semblent en tout cas élevés, quand on les compare avec ceux des grandes villes contemporaines, comme Antioche ou Apamée.

232 Cf. J. F. Matthews. 1984, p. 170-173. qui. à juste titre, met l’accent sur l’importance de l’agriculture dans la vie et l’économie de Palmyre. Il rappelle aussi que le fameux Tarif (CIS 3913) a peu de rapport avec le grand commerce caravanier, mais qu’il s’agit plutôt d’une loi d’intérêt local.

233 Sur les fondements de la richesse des notables de l’Orient romain (et sur la faiblesse des sources), voir M. Sartre. 1991, p. 169-174 : P. Veyne ( 1976, p. 105-106) souligne lui aussi la primauté de l’agriculture comme source de richesse, en citant W. Sombart : « le non-spécialiste ne se représente pas clairement que le flot de marchandises qui entre dans une ville et en sort ne nourrirait pas un seul moineau » (sur les ressemblances, en volume d’affaires au moins, entre les marchands médiévaux et antiques, voir H. W. Pleket. 1983, p. 131-144). L’Empire romain n’était certes pas nourri par le commerce caravanier (ni même Palmyre). ce qui ne signifie pas que les marchandises transportées par les caravanes n’avaient pas de valeur : on n’a malheureusement aucune idée réelle des profits dégagés par le commerce (voir chapitre iv). Si certaines villes d’Asie Mineure ont pu bâtir leur fortune sur les campagnes qui les entouraient, il est probable qu’il en a été de même pour Palmyre. avec en plus un apport certain du commerce : comme on le verra plus loin, la Palmyrène a été mise à contribution, et son exploitation devait suffire aux besoins d’une ville comme Palmyre (voir ci-dessus pour la population de Palmyre). Voir aussi J. F. Matthews. 1984, p. 170 (avec références), à propos du commerce et de la vie économique. Il établit une comparaison avec Ostie. un des seuls exemples où, à cause de la petite taille de la cité et de l’importance du port, les intérêts commerciaux permettaient d’acquérir une place dans l’élite civique. Il y a de fortes chances qu’à Palmyre plus qu’à Ostie la part de l’agriculture et de l’élevage soit importante.

234 Un cas particulier est peut-être celui de la localité de Qaryatein-Nazala au sud-ouest de Palmyre. sur une voie conduisant vers Damas (pl. 2). Cinq frères se disent « Palmyréniens »(CIS 3911 de juillet 146 : cf. DFD, p. 89 et chapitre D : la raison de leur installation à cet endroit reste inconnue. Elle prouve en tout cas que les Palmyréniens n’étaient pas seulement présents à l’est et au nord de Palmyre. mais occupaient l’ensemble de la région (voir plus loin pour le cas du barrage de Kharbaqa. à mi-chemin entre Palmyre et Nazala).

235 R. Mouterde et A. Poidebard. 1931, p. 105-115.

236 Voir par exemple E. Will, 1992, p. 20-24. ou J. F. Matthews. 1984, p. 162-163 et 171-174. Dans la même lignée, il faut tenir compte des travaux faits autour de la ville pour l’adduction d’eau (qanats ou foggaras).

237 R. Du Mesnil du Buisson, 1966, p. 181.

238 H. Klengel, 1996, p. 159-163.

239 Il est cité dans une lettre publiée par G. Dossin, Archives royales de Mari. XV. 1954, p. 135, n° 2 (xviie siècle).

240 J.-M. Le Tensorer, 1996, p. 43-61, et M. Molist. M.-C. Cauvin et alii, 1996, p. 75-84. Voir ici pl. 2.

241 T. Akazawa, 1996, p. 63-73.

242 P. Sanlaville et M. Traboulsi, 1996, p. 32.

243 P. Sanlaville et M. Traboulsi, 1996, p. 32-33.

244 Remarques de J. F. Matthews, 1984, p. 171, sur la référence surprenante dans le texte du Tarif (CIS 3913. II. 114 du texte araméen) à une taxe sur les pommes de pin (‘sṭrbyly’) et « tout ce qui leur est semblable ». Il ajoute plus loin que le Djebel Muntar qui surplombe Palmyre, était autrefois connu sous le nom de « Montagne des térébinthes », ce qui est une preuve de l’existence d’une couverture végétale plus dense qu’aujourd’hui.

245 Voir pourtant le texte cité par D. P. Crouch, 1975, p. 155, n. 17.

246 « Banlieue » est la traduction utilisée par J. Teixidor, 1984, par exemple p. 103, ligne 112. Le mot araméen « qry’«  est l’équivalent du grec « χωρίον » et signifie proprement ville ou village. C’est en tout cas un signe que dans les environs de Palmyre existaient un certain nombre de localités en relation de dépendance économique avec l’oasis.

247 PNO, p. 124-128 et 133-134. Voir, sur la question de l’origine ethnique des habitants de Palmyrène. le chapitre ii.

248 Voir le témoignage de D. Schlumberger (PNO, p. 131 ). sur la possibilité de cultures non irriguées en Palmyrène du nord-ouest. En ce qui concerne l’est de la région, il faut noter que la lecture ḥṣdy’ (« moissonneurs ») de la ligne 2 de l’inscription J. Teixidor, 1962, p. 63, n°1 (provenant de la dépression de Qa’ara en Iraq) a été contestée par l’éditeur lui-même. Il préfère maintenant lire ḥṣry’ (« magasiniers ») et met le terme en rapport avec le commerce caravanier ( J. Teixidor, 1984, p. 25 ). Dans ce cas, on ne peut pas tirer les mêmes conclusions que G. W. Bowersock sur les pratiques agricoles des Palmyréniens (G. W. Bowersock. 1989a, p. 68). Un texte funéraire de Ba/.uriyye à 24 km au sud de Palmyre (J. Cantineau 1930a, p. 548. n° 14 = M. Gawlikowski, 1970b, p. 206, n° 6) est utilisé par J. Teixidor ( 1984, p. 71 ) comme preuve de la prospérité due à l’agriculture dans les régions agricoles de la Palmyrène. La concession de sépulture mentionnée dans le texte se fait en effet pour une somme, importante, de 120 deniers. On peut certes parler de prospérité pour cette famille, le lien avec l’agriculture est plus ténu.

249 Voir dans le livre d’O. D’Hont ( 1994). le chapitre III sur l’agriculture pratiquée par les tribus semi-nomades du Moyen-Euphrate. Ce n’est qu’en cas de précipitations exceptionnelles (au moins 250 mm au lieu des 130 mm qui sont celles de la région en moyenne) qu’on pratique ces cultures d’hiver (ibid., p. 54).

250 Sans compter que les soldats sont eux-mêmes des nomades et que les « agriculteurs » de même peuvent provenir de leurs rangs.

251 Voir PNO : ce sont soit des textes concernant des soldats en poste dans des fortins de la région, soit un relief portant un seul mol grec ([Kά]στωρ) et visiblement importé (p. 56 et 133). Les textes militaires (p. 86-87) comportent des noms qu’on peut identifier comme thraces. indication de l’origine ethnique de certains des soldats en garnison dans la région (voir annexe XII. 2).

252 Liste dans PNO, p. 134.

253 Par exemple D. Schlumberger. dans PNO, p. 132-134.

254 PNO n° 77, p. 173-174 : ‘byn br hmry. L’interprétation de hmry comme une transcription du nom grec Hermès est acceptée par J. K. Stark (1971, p. 84).

255 H. Ingholt, 1935, p. 102, X.

256 Ce rapprochement est fait par J. Starcky (in PNO, p. 173-174), mais J. K. Stark (1971, p. 63) distingue les deux noms, sans mentionner la possibilité d’un rapprochement.

257 Les dates de ces textes, lorsqu’elles sont indiquées, sont comprises entre 147 et 270 apr. J.-C.

258 PNO, p. 170-171 avec les explications des auteurs du recueil épigraphique ( H. Ingholt et J. Starcky) : « les personnages sont les mêmes, et s’il y eut deux autels, leurs dédicaces furent sans doute semblables ».

259 J. Starcky in PNO, p. 172. avec corrections de H. Ingholt, p. 177.

260 DFD, p. 261-266 avec tableau généalogique à la page 265.

261 Même si le degré exact de parenté est moins sûr : voir les différentes propositions de J. T. Milik. H. Ingholt et J. Starcky.

262 Voir les reliefs sur les plaques de fermeture de loculi portant les textes CIS 4322-4326.

263 D. Schlumberger dans PNO, p. 130-134 : « (cet aménagement des citernes) se fit certainement, lui aussi, avec le concours des capitaux des grands marchands palmyréniens |...| : seule l’existence, au désert même, d’un centre urbain de première importance pouvait les rendre rentables » (p. 132). Que la présence de Palmyre et ses besoins en animaux de trait ou chevaux aient été une incitation à l’installation de nomades est peu discutable. Qu’on puisse en conclure à une influence directe de notables de Palmyre est autre chose. Voir pourtant les notations parallèles de J. Weulersse (J. Weulersse., 1946, p. 88) qui met en évidence la domination des villes sur les campagnes.

264 C’est grâce à cela qu’on explique l’existence de la cavalerie lourde qui, au iiie siècle, fait la force de l’armée de Palmyre.

265 PNO, p. 131. On peut établir un parallèle intéressant avec la situation du xxe siècle, où la modernisation de l’agriculture débute sur les beiges de l’Euphrate en 1934, « lorsque des investisseurs citadins étrangers au groupe agedat installent de lourdes pompes [...] pour étendre les surfaces cultivées » (O. D’hont. 1994, p. 46). Dans ce cas aussi le développement urbain dépend de la richesse urbaine. On regrette d’autant plus de ne pas avoir de documents explicites sur les constructeurs de ces barrages antiques (et sur leurs financiers...).

266 Sur ce barrage, voir Y. Calvet el B. Geyer. 1992, p. 79-87. et D. Schlumberger, 1986, p. 2-3.

267 D. P. Crouch, 1975, p. 151-186.

268 Sur ces termes, voir D. P. Crouch, 1975, p. 160-173. et J. F. Matthews, 1984, p. 171.

269 Voir M. Baranski, 1997, p. 7-17. L’aqueduc amenait de l’eau depuis une colline située à 12 km à l’ouest de la ville.

270 J. Cantineau, 1930b, n° 49. et H. Seyrig, 1931, p. 321-323.

271 Par exemple CIS 3955 pour quelques colonnes de la Colonnade transversale.

272 Sur cette activité, pratiquée dans la zone de l’Euphrate par des jeunes filles et des femmes qui en ont l’exclusivité, cf. O. D’hont, 1994, p. 37.

273 J. Teixidor. 1984, p. 78-80.

274 CIS 3913, II, 69-73 et 130-136 du texte araméen. et 116-120 du texte grec.

275 J. Teixidor, 1984, p. 78.

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540