Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les notables de Palmyre

 | 
Jean-Baptiste Yon

Chapitre II : L’identité ethnique de Palmyre

Texte intégral

1La civilisation de Palmyre est marquée par le mélange entre un modèle gréco-romain prégnant et des traditions locales fort vivaces. Si Palmyre est une cité grecque, elle est, aussi et surtout, une ville sémitique aux traditions profondément ancrées. Un des enseignements principaux du chapitre I est de montrer de quelle manière s’effectue le mélange au sein des institutions de la cité.

2Ainsi, le fait que les carrières « municipales » sont apparemment différentes, selon qu’il s’agit des magistratures civiques ou bien des fonctions religieuses, est un des points par lesquels Palmyre se différencie des cités d’Asie Mineure. Les fonctions de grand prêtre, sans même parler de l’asiarque ou du prêtre impérial, sont le sommet de la carrière de leurs magistrats ; ce n’est pas le cas à Palmyre. Certes, des prêtres du culte impérial sont attestés : il ne s’agit cependant pas de magistrats, mais de prêtres du culte qu’on pourrait qualifier de « poliade », celui de Bel.

3S’il y a un point commun avec le reste de l’Empire, c’est que là comme ailleurs, des familles dominent la vie publique et forment de véritables dynasties. Il semble important de mieux définir cette domination en posant en particulier la question des moyens dont disposent ces notables pour ancrer leur pouvoir.

  • 1 Sur l’institution de la πoλισ, cite composée de tribus, une caractéristique du monde grec, voir pa (...)

4Leur domination est souvent mise en rapport avec l’existence de tribus, bien attestée par les textes et des parallèles aussi bien historiques qu’ethnographiques. On a montré au premier chapitre que la création de tribus civiques est à mettre en rapport avec l’instauration d’une πόλις à Palmyre selon un modèle connu ailleurs dans le monde grec1. Mais il existe, en parallèle, des tribus qui sont a priori indépendantes des institutions de la cité et qui semblent être des survivances de la période antérieure. Elles représentent l’organisation qui prévalait à Palmyre avant la conquête romaine et ont sans doute des rapports étroits avec les tribus qui nomadisent en Palmyrène (et ailleurs) à la même période.

5Avant d’étudier les relations entre Palmyre et le monde proche qui l’environne, il importe surtout d’étudier le contexte dans lequel vivait la population de Palmyre. Outre les différences institutionnelles qu’on a pu noter, Palmyre avait une identité propre, en particulier à cause de l’origine ethnique de ses habitants, pour une partie sédentarisés depuis peu. L’importance qu’on accorde à cet aspect fait qu’on a souvent tenté de retrouver dans les sources des traces des structures tribales dans lesquelles se regroupait la population. Ainsi, les longues généalogies qui apparaissent dans les inscriptions funéraires et honorifiques sont souvent comparées à celles du monde arabe de l’époque islamique. Or justement, c’est sans doute par l’étude des noms que portaient les habitants qu’on peut essayer d’avoir la vue la plus juste possible du fonctionnement de ces structures. C’est en particulier dans les généalogies et les mentions d’appartenance tribale que peuvent se manifester les relations entre les différents groupes qui constituaient la population de Palmyre. Cet ensemble de données onomastiques et familiales permet de saisir de manière un peu plus précise le fonctionnement de la société palmyrénienne.

A. L’APPARTENANCE DES HABITANTS AU SYSTÈME « TRIBAL » À PALMYRE

1. LES GÉNÉALOGIES DES PALMYRÉNIENS

  • 2 Voir K. Dijkstra, 1995, p. 13 avec les références de sa note 14. Il explique que, dans une société (...)
  • 3 On trouvera dans P. Piersimoni, 1995, p. 254-255, un court expose systématique de la question.

6La documentation épigraphique offre de nombreux renseignements sur les liens tribaux ou claniques et les relations familiales à Palmyre. En effet les familles et les grandes traditions familiales sont une des bases de l’organisation sociale ; comment expliquer autrement l’importance des généalogies dans une grande partie du corpus épigraphique de l’oasis ? On peut donc partir de ces éléments et de l’onomastique des habitants pour essayer de reconstruire une partie du système de relations sociales et familiales dans lesquelles vivaient les Palmyréniens. En effet, leur nom ne se réduisait pas au nom personnel, mais comprenait aussi la liste des ancêtres. Cela replaçait le personnage dans une lignée qui permettait au lecteur contemporain du texte de déterminer la position dans la société de celui dont il avait l’inscription sous les yeux2. L’importance que les généalogies palmyréniennes semblent généralement prendre dans les textes mérite qu’on s’y attache un peu plus, en essayant de déterminer quelle est la confiance qu’on peut leur accorder3.

7Un Palmyrénien est généralement désigné par son nom suivi du nom de son père, mais il est très rare qu’on se contente du patronyme ; on remonte souvent jusqu’au grand-père et parfois plus loin. Les filiations sont généralement indiquées en araméen par la présence du mot br. De même les versions grecques emploient, d’une manière normale, l’article, sauf si le nom du personnage est aux cas directs (nominatif et accusatif), comme c’est la règle.

  • 4 La généalogie du fils de Shoadû s’achève aussi par ce nom (Kh. As’ad et M. Gawlikowski, 1986-1987, (...)

8Mais on peut citer d’assez nombreux textes qui semblent suivre une autre règle, sans qu’elle soit toujours compréhensible. Un texte (Kh. As’ad et M. Gawlikowski, 1986-1987, p. 165, n° 3) donne les noms suivants : Σοαδος Ελαβηλου Μαλιχου τοῦ Βαρθη. En araméen, on a š’dw br ‘Ihbl mlkw brt’ (« Shoadû, fils d’Elahbel Malikû Bartê »). En araméen, le mot br (« fils ») est absent au-delà de la deuxième génération. Il est remplacé par une simple apposition, tandis qu’en grec l’article se trouve seulement avant le nom de celui qu’on peut considérer comme l’ancêtre du clan, puisque son nom achève les généalogies de tous les membres connus de la famille4.

  • 5 Kh. As’ad et M. Gawlikowski, 1986-1987, p. 165, n° 2 (sans version palmyrénienne).
  • 6 Voir aussi les remarques de K. Dijkstra, 1995, p. 123 : « Leaving out the word br in a genealogica (...)

9Dans un autre texte proche de la Grande Colonnade, le même personnage est appelé Σοαδος Ελαβηλου Βαρθη5. Une génération, celle du grand-père. Μαλιχος, a disparu. L’article a lui aussi entièrement disparu, alors qu’on aurait pu l’attendre, puisque le texte est une dédicace pour la femme de Shoadû, et que le nom de ce dernier est en fait au génitif (on a dans le texte γυναῖκα Σοαδου Ελαβηλου Βαρθη). On peut se demander dans ce cas combien de générations séparent réellement Σοαδος et sa femme de l’ancêtre Βαρθη6, puisque le texte funéraire Inv IV. 12 (daté de 164) qui concerne le père de Shoadû ajoute un nom à la liste : le père s’appelle en effet ‘Ihbl br mlkw br zbdbwl brt’ (« Elahbel, fils de Malikû, fils de Zabdibôl Bartê »). Cette généalogie fait remonter au moins au milieu du Ier siècle.

10Les généalogies peuvent parfois être très longues, comme dans le texte CIS 4130 : mtny br nwrbl br mlkw br tymh ‘ br mtny br bwn ‘ br mtny dy mtqrh mhwy (« Matnaî, fils de Nûrbel, fils de Malikû, fils de Taîmhê, fils de Matnaî, fils de Bônnê, fils de Matnaî qui est surnommé MHWY »). Ce fondateur d’un tombeau de famille, en 95, juge utile de préciser le nom de son ancêtre à la septième génération, sans doute parce qu’il est fier de cette longue lignée, qui remonte au Ier siècle avant notre ère. Il semble que les généalogies extensives soient le cas le plus courant dans l’épigraphie palmyrénienne, même s’il est rare qu’on remonte au-delà de la cinquième génération. Mais à toutes les époques, jusqu’à la fin de la période, se trouvent cités des ancêtres aussi lointains que le Shîlâ, arrière-arrière-grand-père de Ogâ Séleukos de CIS 3934 (« Iulius Aurelius Ogâ qui est surnommé Séleukos fils d’Azîzû Azîzû Shîlâ ‘ywlys ‘wrlys ‘g’ dy mtqr’ slwqws br ‘zyzw ‘zyzw š’yl’).

  • 7 Voir K. Dijkstra, 1995, p. 142-143 qui les appellent « minor dedications » par opposition aux « ma (...)

11Pourtant, il existe au moins une série de textes qui remontent rarement au-delà de la deuxième ou de la troisième génération : ce sont les inscriptions gravées sur les autels au dieu anonyme7. Ces textes sont d’une nature plus privée, ce qui peut expliquer la taille réduite des généalogies. Leur date peut être un autre facteur, puisqu’ils sont généralement assez tardifs (iiie siècle le plus souvent), c’est-à-dire à un moment où les mentions de tribus et de groupes familiaux étendus sont devenues plus rares, et où on assiste à un certain recentrage sur des cercles familiaux réduits.

  • 8 On a dans le monde grec d’assez nombreux exemples de généalogies longues. On cite directement l’an (...)
  • 9 On peut comparer le cas des documents juridiques babyloniens (A. Ungnad, « Babylonischen Familienn (...)
  • 10 C’est souvent le cas pour les tessères, comme RTP 31 et 34 : šlmn yrhbwl’ mlkw’ ‘by (voir sur ce p (...)
  • 11 On peut comparer, par exemple, les textes CAS 4030 et 4050 : le même personnage est appelé ḥggw br (...)

12On a souvent tenté d’interpréter les variations qui existent dans l’expression des généalogies. Ainsi, il apparaît que les généalogies ne sont pas toujours complètes, et qu’il arrive souvent qu’elles soient plus ou moins abrégées, c’est-à-dire qu’on omet une ou plusieurs générations, ce qui peut être signalé par la suppression de br entre deux noms propres8. Par ce principe de télescopage des générations, il arrive souvent que, pour simplifier, on ait tendance à remonter directement à l’ancêtre important ou éponyme : ainsi, s’il arrive que br soit omis pour le dernier élément, on considère que c’est de l’ancêtre du clan qu’il s’agit : son nom est celui qui est utilisé pour désigner la famille dans son ensemble9. C’est un cas assez courant, mais br est parfois oublié dans une généalogie ou omis par manque de place10, bien qu’il s’agisse d’une succession père-fils, attestée par un autre texte, ou par la version grecque du même texte : ainsi ml’ br yrḥy lšmš r’y (« Malê, fils de larhaî Lishamsh Raaî », BS n° 44 = CIS 3959) a fait construire le temple de Baalshamîn. En grec, son nom est Μαλη ὁ καὶ ’Aγρίππα Ιαραιοῦ τοῦ Ρααιου : comme on peut le voir, le grec omet une génération et va directement au nom de l’ancêtre important. Plus intéressant encore est le nom du père de Malê Agrippa. Ce personnage est connu non seulement par la généalogie de son fils, mais aussi par le texte BS n° 1 dans lequel il est appelé yrḥy br lšmš br r’y. Le texte reprend les mêmes noms que pour le fils, mais cette fois précise les filiations par le mot br. On voit que son absence peut être interprétée de manières différentes11.

2. LES NOMS ÉTRANGERS

  • 12 Par exemple Alexandre, fils d’Alexandre, fils de Philopatôr du préambule du Tarif (CIS 3913), avec (...)

13La situation de Palmyre au carrefour de la culture araméenne et de la culture gréco-romaine a fait que certains habitants de l’oasis ont porté des noms doubles, comme pour exprimer cette double appartenance. Peut-être parce que cela paraissait plus « chic », ou pour sembler mieux intégrés dans l’Empire, les Palmyréniens ont adopté des noms gréco-romains, soit seuls12, soit en plus d’un deuxième nom, indigène celui-là.

  • 13 Annexe X. Dressé à titre de comparaison, ce tableau inclut tous les noms dont l’origine iranienne (...)
  • 14 Voir par exemple H. Ingholt, 1962, p. 104 (‘prhṭ br ‘gylw). On retrouve le père du même personnage (...)

14Dans le cas des noms d’origine perse, le procédé semble assez différent. Il s’agit dans ce cas toujours du nom principal, sans concurrence avec un nom sémitique (voir les exemples rassemblés dans le tableau13) et ils ne semblent pas être utilisés comme surnoms. Deuxième point à souligner, il n’y a pas à Palmyre de généalogie homogène d’origine iranienne : les personnages de nom iranien ont des ancêtres ou des descendants aux noms sémitiques. La principale exception est Septimius Worod, qui lui n’a ni ancêtre, ni descendant. Mais il suffit de prendre l’exemple de mlkw br ‘g’ br ’rtbn (« Malikû, fils de Ogâ, fils d’Artaban », SFP n° 27) ou de mzbn’ br yrḥbwl’ rpbwl bgdn (« Mezabbanâ, fils de Iarhibôlâ Refabôl Bagdan », PS n° 210) pour voir que les noms iraniens sont très rarement accompagnés d’autres noms de même origine, ce qui ne renforce pas la thèse de l’origine iranienne de ceux qui portent ces noms. En fait, il apparaît que ce type de noms est assez fréquemment en dernière position dans les généalogies, comme le prouvent les deux exemples cités ci-dessus (mais ce n’est pas exclusif14). Il semble ainsi fonctionner souvent comme un nom d’ancêtre qui sert à définir un clan.

  • 15 CIS 3914 = Inv IX, 25.
  • 16 H. Ingholt, 1936, p. 109-112, n° 11.
  • 17 Voir DFD, p. 31-35 avec un arbre généalogique et p. 237, n° 13 pour un possible symposiarque (RTP (...)

15Un des clans les plus importants de Palmyre a aussi un ancêtre éponyme au nom probablement iranien. Il s’agit du clan prmwn (Φιρμων en grec) qui compte parmi ses membres plusieurs bienfaiteurs de divers sanctuaires (portes du sanctuaire de Bel15 ; bain d’Aglibôl et Malakbel16), ainsi que d’autres personnes mentionnées par des inscriptions17. La famille semble avoir connu son apogée dans la seconde moitié du iie siècle. D’après l’arbre généalogique, tel qu’il est reconstitué par J. T. Milik, l’ancêtre Firmôn a dû vivre au ier siècle avant notre ère. Il est intéressant de constater que de l’époque de Firmôn à celle de Worod, l’influence iranienne semble se maintenir. Elle résulte peut-être plus d’une influence culturelle du monde iranien que d’origines familiales. Il n’est peu probable que tous les Worod soient vraiment iraniens et l’on n’est pas sûr non plus de l’origine du nom Firmôn.

  • 18 Il ne semble pas possible de définir une période particulière pendant laquelle ces noms auraient é (...)
  • 19 Les meilleures lectures sont celles de PAT nos 1015-1061. Voir les éditions originales dans SFP, p (...)

16Quelques familles palmyréniennes se rattachaient donc à un ancêtre au nom iranien, soit qu’il ait été un immigré à Palmyre, soit que les contacts commerciaux nombreux avec le monde iranien aient rendu populaire ce type d’onomastique18. Quoi qu’il en soit, ces familles ne semblent pas avoir eu de traditions iraniennes particulières, et hors certains cas de papponymie, comme dans la famille de Sasan, dont l’hypogée a été fouillé19, les noms de ce type ne se répètent généralement pas au cours des générations.

  • 20 Texte reconstitué à partir de divers fragments (Inv III. 2 et Inv XII. 19) : voir DFD, p. 241-242 (...)
  • 21 RTP 32, selon J. T. Milik. DFD, p. 238, n° 18 dont la lecture (hb’) est en effet possible d’après (...)
  • 22 La fille de ce personnage apparaît en CIS 4455, si on en croit la lecture de A. Caquot. RTP, p. 16 (...)

17L’exemple de Worod montre que cette partie de la population atteignait des positions parfois très en vue. L’anthroponyme bgšw est un autre cas de nom très vraisemblablement iranien porté par des membres des classes supérieures. Ce nom (sous la forme Bαγεσος en grec) est celui du père d’un notable honoré par les Benê Hashash dans le sanctuaire de Bel en 128 (Inv IX, 33, ḥb’ br bgšw br zbdbwl, « Habbê, fils de Bageshû, fils de Zabdibôl »), ainsi que celui de son fils honoré au même endroit, sans doute dans les mêmes années (Inv IX, 34, bgšw br ḥb[‘br] bgšw, « Bageshû, fils de Habbê, fils de Bageshû »). Ce dernier est également connu pour la construction d’une exèdre dans la Grande Colonnade (nymphée A)20 et parce qu’il a peut-être été symposiarque en 132-13321. Il s’agit donc d’une famille de premier plan dans ces années qui correspondent à la venue de l’empereur Hadrien. J. T. Milik rattache à la même famille rb’l brhyrn bgšw (« Rabbel, fils de Haîran Bageshû », dans DFD, p. 247 à propos de CAS 3968 = RSP n° 157), épimélète du sanctuaire de Malakbel et Aglibôl en 13422. Pourtant, si le nom est relativement peu courant (voir le tableau), il est fort probable qu’il n’est pas porté dans tous les cas par des cousins de ḥb’ br bgšw br zbdbwl ou de rb’l br ḥyrn bgsw. En effet, le reste de l’onomastique ne correspond pas, que ce soit entre la famille de rb’l et celle de ḥb’, ou bien entre ces deux familles et celles qui apparaissent en Inv VII, 14 et CIS 4395.

  • 23 H. Ingholt, 1935, p. 98, n° VII et 1962, p. 106. Il est intéressant aussi de voir l’importance de (...)

18Néanmoins si ces noms sont bien attestés dans les classes les plus élevées de la société de Palmyre, ils y sont plutôt rares. On les rencontre surtout dans les catégories modestes ou moyennes de la population, comme les affranchis ywlys ‘wrlys ‘gylw br ‘prhṭ’23 et prnk br hry lšmš br šmšgrm (CIS 3996). La plupart des textes où ils sont attestés ne sont pas de grandes dédicaces honorifiques ou des inscriptions de fondation, mais des documents plus modestes, comme des épitaphes ou des textes de concession de partie de tombeaux. On peut mettre en relation avec ce fait le faible nombre de textes grecs (bilingues ou autres) qui comportent des noms iraniens (les noms bgšw/Βαγεσος et prmwn/ Φιρμων étant justement des exceptions).

19Certes, les raisons peuvent en être diverses, ethniques (il s’agit là d’un milieu plus proche de ses origines iraniennes, donc plus oriental), mais aussi sociales. Il est possible en effet que la partie hellénisée de la population corresponde aux couches supérieures, auxquelles n’appartiennent pas la plupart des Palmyréniens aux noms iraniens. Il est probable que les deux facteurs ont joué, même s’il est impossible de conclure à cause de la faiblesse de l’échantillon connu.

  • 24 Néanmoins si un certain nombre de notables de Palmyre portent des noms grecs, cet usage est loin d (...)
  • 25 Voir F. Rosenthal, 1936, p. 92-94.
  • 26 L’équivalence Héliodôros Lishamsh est explicite dans le texte J. Cantineau, 1930a, n° 13b où le pe (...)
  • 27 En CIS 4201. Ζηνόβιος est zbyd’ : en CIS 3932, on a en grec Ζηνόβιος ὁ κάὶ Ζαβδιλας, mais seulemen (...)
  • 28 C’est un des éléments qui composent le nom d’Atargatis (‘tr’th). Voir J. Teixidor, 1979, p. 75-76.
  • 29 On trouve la même équivalence dans un texte qui concerne son petit-fils (CIS 3940) : ywlys’ wrlys (...)
  • 30 Histoire Auguste, Vita Gall., XIII, 1, et Tyr, trig., XV. 2 et XVI.
  • 31 CIS 3944 (= Inv III. 16) : deux textes dans H. Seyrig. 1963, p. 161. Voir aussi les tessères RTP 4 (...)
  • 32 J. T. Milik (DFD, p. 265) propose un autre cas de ressemblance phonétique possible, quoique un peu (...)

20Tout autre est la situation pour les noms grecs qui, semble-t-il, avaient été adoptés par les notables de Palmyre, souvent concurremment à un nom sémitique24. Plusieurs méthodes ont été suivies pour transformer les noms indigènes en noms gréco-romains qui gardaient souvent des traces de leur adaptation25. La fréquence des noms théophores dans l’onomastique sémitique et grecque a favorisé ce travail, car il suffisait de trouver l’équivalence entre les panthéons indigène et classique. Ainsi Wahballat est devenu Athènodôros ; les équivalences entre ‘Ηλιόδωρος, larhaî (yrḥy) et Lishamsh (lšmš) sont attestées plusieurs fois26. Parfois, c’est plus par une certaine ressemblance phonétique que par un rapprochement sémantique qu’un nom sémitique est devenu grec ; on peut ainsi citer l’équivalence bien attestée de Ζηνόβιος et de zbyd’ (ou des noms apparentés)27. C’est sans doute aussi la raison pour laquelle Ζηνόβιος sert à traduire d’autres noms formés sur la racine zbd, comme zbd‘th (RSP n° 35). Cette fois, le nom divin n’est plus celui d’un dieu, qu’on traduit habituellement par Zeus (Bel ou Bôl), mais celui d’une déesse (‘th)28. Un autre exemple de rapprochement phonétique est attesté dans le texte CIS 3953 avec l’équivalence Αιρανης ό καὶ ‘Ηρώδης. Le même personnage est appelé ḥyrn dans la version araméenne du même texte et ‘Ηρώδης Σοραιχου dans le texte Inv X, 2729. C’est en vertu d’une équivalence du même genre que le fils d’Odainat, appelé Hérôdès par les sources classiques30 et Hérodien par l’inscription Inv III, 3, pourrait en fait être un Haîran (ḥyrn), peut-être celui qui est amplement attesté par l’épigraphie31. C’est d’ailleurs le nom de son grand-père, ce qui correspond tout à fait aux traditions qu’on peut connaître à Palmyre32.

  • 33 CIS 3935 (de 259) = Inv III. 15.

21Parfois enfin la raison de la traduction échappe totalement et devait s’expliquer par une mode particulière ou les contacts des habitants de Palmyre avec des habitants des zones plus hellénisées de l’Empire. Ainsi en CIS 3934 (en 254), un certain ywlys ‘wrlys ‘g’ (« Iulius Aurelius Ogâ ») est aussi appelé (dy mtqr’) « Séleukos » (slwqws), ce qui donne en grec : [’I]ούλιον Αὐρή[λιον Ογγαν τòν κάὶ] Σέλευκον [δίς τοῦ Αζιζου] τοῦ Σεειλα. Il est difficile de trouver un lien entre les deux, si ce n’est que le nom grec devait être plus pratique à utiliser, ou mieux vu, dans les contacts entre les Palmyréniens et les « Grecs » de la région, cela d’autant plus que le personnage avait exercé de hautes charges à Palmyre (stratège de la colonie) et qu’il était sans doute chevalier romain. L’autre texte honorifique en faveur du même Iulius Aurelius Ogâ pose un problème épigraphique (fig. 16)33. Il a été restitué de manière différente, justement dans la partie qui concerne son nom. La solution de ce problème pourrait renseigner sur l’usage fait par les notables palmyréniens des noms romains.

  • 34 Voir aussi D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 82. n. 18 qui restitue ’Iούλι[ον Αὐρ(ήλιον) Ογγ]– | αν (...)

22Le débat porte sur les lignes 2-4 du grec et sur le début du palmyrénien34. J.-B. Chabot dans le CIS restitue ainsi : Σ[έ]λ{ευκον Ογηλον] | [δὶς Αζιζου τοῦ Σεειλα] | [........ἰππέα ‛Ρ]ωμαίων. Dans l’Inv III, 15, J. Cantineau préfère [’I]ούλ[ιον Ογγαν τοῦ] | Α[ζιζου Σεειλα] | [....ἰππέα ‛ΡΙωμαίων. Le palmyrénien n’est que de peu de secours, puisque les lettres visibles des deux côtés de la lacune de la première ligne (ṣlm[.......] ‘g’ br) permettent aussi bien de restituer slwqws (CIS) que dnh dy (démonstratif + particule introduisant le complément de nom dans Inv).

23Au vu des lacunes et de l’espace disponible, il semble que le texte ne puisse pas mentionner en même temps le nom de Σέλευκος (ni en araméen, ni en grec) et la mention de la citoyenneté (les prénoms Iulius Aurelius), qui est pourtant très rarement omise à cette époque, dans les textes officiels. Si les prénoms Iulius Aurelius étaient inscrits sur la pierre, peut-être sous une forme abrégée, alors cela pourrait signifier que la version grecque du nom du personnage n’apparaît pas dans ce texte. Dans ce cas, il apparaîtrait clairement que le nom grec n’est que secondaire pour ce Iulius Aurelius Ogâ. Resterait à expliquer pourquoi il n’apparaît pas dans ce texte, alors qu’il est présent dans le premier.

  • 35 Principalement dans le CIS. 3972-4108. Voir aussi RSP nos 106-151. En tout, sur environ cent cinqu (...)

24On peut noter aussi que bwln’ br ‘zyzw br ‘zyzw br šyl’ (« Bôlnâ, fils d’Azîzû, fils d’Azîzû, fils de Shîlâ ». CIS 3976) qui est peut-être son frère et a été deux fois épimélète de la source (’pmlwṭn) ne porte apparemment pas de nom grec. Là comme dans d’autres cas. il faut tenir compte de la disparition de nombreux textes : on n’est renseigné que par une petite partie du corpus, qui dissimule peut-être l’usage de noms grecs dans certains cas. Peut-être faut-il aussi considérer le genre du texte. Cette dédicace au Gad de la source (gd’ dy ‘yn’) est uniquement en araméen. Dans un domaine plus conservateur comme le domaine religieux, l’absence de noms grecs et de version grecque du texte n’étonne pas outre mesure. D’ailleurs, les textes dédicatoires sont assez rarement dans une langue autre que l’araméen35.

25Mais l’usage des noms étrangers, et en particulier gréco-romains, donne des renseignements très précieux sur la culture et la civilisation de Palmyre. Comme on le voit sur le tableau qui résume l’usage de ces noms, ce n’est qu’à partir du iie siècle qu’apparaissent en nombre réduit, mais néanmoins remarquable, des noms d’origine gréco-romaine. C’est même un sujet d’étonnement que, dans l’ensemble de la documentation, il n’y ait que deux inscriptions datées qui attestent de l’usage de noms gréco-romains avant les premières années du iie siècle. Et même dans la première moitié de ce siècle, les témoignages ne sont pas très nombreux.

26On trouve des noms gréco-romains dans tous les types de textes. Si ces derniers sont surtout honorifiques, on peut aussi noter un groupe particulier d’inscriptions funéraires (RSP n° 51 ou CIS 4168 par exemple), souvent bilingues (inscriptions de fondation et de concession, voir chapitre VI). Un dernier ensemble regroupe principalement des épitaphes funéraires, sur des bustes ou des sarcophages. La majorité des inscriptions de ce type (voir le tableau onomastique) sont seulement en araméen.

27Il faut pourtant souligner l’extrême rareté de ce type de noms dans les textes funéraires. Très rares aussi sont les noms qui apparaissent plus d’une fois. Pour chaque exemple, on est amené à soupçonner qu’il s’agit en fait de la même famille, et parfois du même personnage qui peut être à la fois le père, le grand-père, le mari des différents membres de la famille et apparaître à ce titre dans leurs généalogies respectives. Ainsi, la fréquence de dynys (Διονύσíος) ou de qrbwln/qrbl’ (Corbulo) est la conséquence de la conservation particulièrement bonne des reliefs d’une tombe. Tous les textes mentionnant dynys concernent en fait la même famille, dont un ou deux membres (grand-père et petit-fils) apparaissent dans une grande partie des généalogies. C’est exactement le même cas pour la famille de Corbulo. On peut rappeler que la relative fréquence des noms iraniens ‘rtbn et ssn (Artaban et Sasan) a exactement la même cause. Pour le reste, les noms iraniens sont encore plus rares que les noms gréco-romains, surtout si on limite la liste aux noms dont l’origine est totalement assurée.

  • 36 Voir l’annexe IX. 2 : une grande partie des Zénobios connus à Palmyre portent aussi un nom sémitiq (...)

28Seuls quelques noms non sémitiques sont plus courants. Le premier est Ζηνοβίος dont on a déjà parlé amplement. Mais à la différence des noms gréco-romains qui apparaissent dans les textes unilingues, ce n’est peut-être que la traduction d’un ou plusieurs noms très courants à Palmyre. Les Ζηνοβίος connus à Palmyre portaient peut-être aussi un nom sémitique36. Il semble au contraire que les gens appelés dynys, mrql’ ou typyls ne portaient que ce nom. On peut envisager pour eux une origine étrangère, et en faire des immigrants suffisamment bien intégrés dans la société locale pour en utiliser la langue à l’exclusion de leur langue d’origine. C’est en effet une possibilité, mais il en existe d’autres, comme on le verra au chapitre VI.

  • 37 Comme me l’a fait remarquer M. Sartre, la popularité de ce nom est à mettre en rapport avec celle (...)
  • 38 Voir J. K. Stark, 1971, p. 87.
  • 39 H. Solin, 1982, I, p. 342-353 pour Hermes : II, p. 796-806 pour le couple Eutuches-Eutuchus, tous (...)

29La relative fréquence de ‘wṭk’ (Εὐτύχης) et de hrms (‘Eρμῆς) est plus intrigante, car on voit mal quel équivalent peut se dissimuler derrière eux. Le second de ces noms est utilisé de manière privilégiée par les affranchis qui apparaissent dans l’épigraphie de Palmyre (voir chapitre V), ce peut être une raison de sa présence : il est possible que ce soit un nom traditionnel à Palmyre (comme ailleurs) pour les esclaves et les affranchis. Εὐτύχης est assez courant, mais ne semble pas réservé à des étrangers37 : ainsi dans le texte CIS 4211 (texte bilingue de concession daté de 237), ’Iουλίος Αὐρήλιος Εὐτύχης est fils de Αγγαιος. dans lequel on reconnaît le nom sémitique ḥgy38. Le personnage est apparemment d’origine locale, pourtant son nom est d’origine grecque (à moins qu’il ne s’agisse d’un affranchi ? Voir chapitre V). C’est le seul exemple daté, ce qui ne permet pas de savoir si ce nom s’est répandu à Palmyre à un moment précis, par l’effet d’une mode. Il faut noter pourtant que ces deux noms sont répandus dans l’ensemble du monde gréco-romain, et en particulier à Rome. Hermes y est d’ailleurs le nom grec le plus courant, et est utilisé en grande partie par des affranchis et des esclaves, tout comme Entuches et Eutuchus qui sont par leur fréquence en 8e et 9e positions dans la liste établie par H. Solin pour Rome39.

30Néanmoins, même dans les textes bilingues, l’onomastique d’origine orientale prédomine très largement. Même quand apparaissent des noms gréco-romains, c’est toujours au milieu de noms sémitiques caractéristiques. De plus, la fréquence de Ζηνόβιος ou d’autres noms facilement transposables indique clairement qu’il faut souvent lire derrière le nom grec un équivalent sémitique. Les textes bilingues sont à ce titre révélateurs et permettent de restituer ce qui était le nom d’usage courant.

  • 40 J. Cantineau 1930a, n° 13b. Cf.
  • 41 A. Boinni. 1976, p. 46-52 et M. Gawlikowski, 1990a, p. 2645.

31Ces noms pouvaient servir dans les deux langues. Ainsi, certains textes donnent les deux noms dans les deux versions : ydy’bl brhlydrws Išmš br ydy’bl devient en grec Ιεδειβηλος ‛Ηλιοδώρου τοῦ καὶ Λισαμσου τοῦ Ιεδειβηλου40. Seul le grec précise qu’il s’agit d’une équivalence et que les deux noms servent à désigner le père de Iedîbel. On trouve aussi un cas symétrique en Inv IV, 7b : ‘lksdrys br ‘Iksdrys br plnys nbwzbd br tym’’ br ‘gdm devient dans le texte grec ’Αλέξανδρος ’Αλεξάνδρου τοῦ ’Απολλώνιου τοῦ Νεβουζαβαδου τοῦ Θαιμαη τοῦ Αγγοδομου. Dans ce dernier, Apollônios semble être le fils de Nebûzabad. On peut en être intrigué, car l’équivalence Apollon/Nabû est bien connue41 et le texte palmyrénien prouve apparemment qu’il s’agit bien du même personnage, puisque le mot br n’apparaît pas entre les deux noms. Il apparaît donc dans les deux textes qu’on vient de citer que certains habitants de Palmyre utilisaient les deux noms, selon le contexte ou pour bien montrer leur double attachement. De toute façon, même quand le nom grec est utilisé, c’est très souvent en parallèle avec le nom araméen : cette relation est généralement précisée en grec par τοῦ καὶ (« et aussi »), alors que I’araméen utilise parfois la simple apposition ou l’expression dy mtqr’ (« qui est appelé »).

32Bien plus couramment l’araméen ne mentionne pas le nom grec et se contente de la version locale du nom. Le grec est de son côté plus fidèle à cette double appartenance : on peut prendre l’exemple des textes CIS 3953-3954. Dans le premier, ‛Ηρώδης ὁ καὶ Αἱρανης devient simplement ḥyrn. Dans le second, la mère d’Hérode Haîran, mrty est fille d’un Alexandre Iadê (’Αλέξανδρος ὁ καὶ Ιαδη), qui est appelé simplement yd’ en araméen. Le problème se complique encore quand on prend en compte les traductions des noms qui parfois sont assez différentes et plus ou moins longues selon la langue utilisée. II semble qu’assez régulièrement les généalogies en grec sont plus courtes que leurs contreparties araméennes. Ainsi dans Inv IV, 7a : Ιεδειβηλος Θαιμαη τοῦ Αγγοδομου devient en araméen ydy’bl br tymh’ br ydy’bl br ‘bd’th ‘gdm. Les générations intermédiaires entre le nom du père et celui de l’ancêtre du clan sont omises en grec. Le texte grec dans ce cas semble second et pour ainsi dire d’apparat. Le texte qui comporte un véritable contenu et qui est destiné aux compatriotes du personnage mentionné est le texte palmyrénien.

33Tout concorde donc à faire de Palmyre et de ses notables une ville où le vernis onomastique gréco-romain est somme toute assez faible. Même quand ils exercent des charges civiques typiques des cités grecques, les magistrats de Palmyre portent surtout des noms d’origine locale (voir tableau en annexe I). Et quand les Palmyréniens proclament le nom de leurs ancêtres dans leurs inscriptions, il en va de même ; ces noms sont la manifestation d’une fierté de leurs origines, qui devait être le propre de l’aristocratie marchande de la cité.

3. SURNOMS HT SUBDIVISIONS FAMILIALES

34L’expression dy mtqr’ (« qui est appelé ») ou son équivalent grec ὁ καὶ peuvent aussi indiquer un deuxième type de surnom à Palmyre. Leur raison d’être est un peu différente et tient au faible nombre des noms utilisés par les habitants de la cité. Tout lecteur d’inscriptions de Palmyre a pu aisément se rendre compte de la popularité de certains noms, comme mlkw ou mqymw. Cette fréquence a entraîné de nombreuses homonymies qui ont peut-être conduit les Palmyréniens à avoir recours à des surnoms pour distinguer les différentes personnes. De là vient la relative fréquence de dy mtqr’ qui sert à introduire le surnom, et pas seulement le deuxième nom d’origine grecque. De manière systématique, semble-t-il, le surnom utilisé est le nom d’un ancêtre plus ou moins éloigné. On a un bon exemple de l’usage de cette expression et de son équivalence avec l’omission de br dans deux textes bilingues qui concernent le même personnage, Malikû, fils de Neshâ. En Inv IX, 11, il est appelé mlkw br nš br bwlḥ’ dy mtqr’ ḥšš (« Malikû, fils de Neshâ, fils de Bôlhâ, qui est appelé Hashash »). Hashash est présenté explicitement comme un surnom. Dans le texte Inv IX, 12, daté de l’année suivante (25 de notre ère), le même personnage est appelé mlkw br nš’ br bwlḥ’ ḥss. L’expression est plus courte, on a omis de préciser que Hashash est un surnom, mais l’absence de br entre les deux derniers noms joue en quelque sorte le même rôle que l’expression dy mtqr’.

35Sans doute comme cela s’est passé dans d’autres langues, le surnom qui servait à distinguer les homonymes a aussi joué le rôle d’un véritable nom de famille et a pu servir pour l’ensemble des membres de la famille ou même du clan, c’est-à-dire en fait les descendants d’un même personnage, qui avait dû marquer les esprits ou occuper une place particulièrement importante dans la vie publique de la cité.

  • 42 CIS 4114 = Inv IV, 4. Voir M. Gawlikowski, 1971, p. 421-423 et 1973, p. 37.

36Il existe suffisamment d’exceptions pour qu’on puisse penser que de multiples considérations (place disponible, accent mis ou non sur la généalogie), ainsi qu’une certaine fantaisie sans doute, devaient jouer un certain rôle quand on notait les noms d’un personnage. Il serait inutile donc de chercher un système qui puisse expliquer l’ensemble des données onomastiques transmises par l’épigraphie palmyrénienne. Néanmoins certaines règles sont assez bien respectées comme la présence à la fin des généalogies d’un nom d’ancêtre qui permet parfois de définir un clan ou des subdivisions tribales. On a très peu d’éléments sur la manière dont les différents clans, et éventuellement même les tribus, étaient liés entre eux. Certains clans ou familles sont des subdivisions de tribus, on en a quelques exemples comme les Benê Baâ qui appartiennent aux bny knbt42. Mais il est vraisemblable aussi que certaines tribus ne soient en fait que des segments d’autres tribus dont elles se seraient séparées.

  • 43 DFD, p. 87.

37J. T. Milik a essayé de repérer ainsi un certain nombre de « fractions, clans, grandes familles » qui pouvaient servir pour la répartition des tribus palmyréniennes43. Il s’appuie sur l’inscription CIS 4124 (= Inv IV. 3 : fig. 17). Dans ce texte, les fondateurs de la tombe sont descendants à la cinquième génération de Γαδδαρσου τοῦ ἐπικαλουμένου Βαα (« Gaddarsos surnommé Baâ »). En araméen, ce sont les fondateurs eux-mêmes « qui sont surnommés Benê Baâ » (dymtqm bny b‘’). Le surnom de l’ancêtre est ainsi devenu le nom du clan tout entier, sans doute parce qu’il s’appliquait à une personnalité particulièrement marquante de la tribu des bny knbt. On n’aurait pas de mal à trouver d’autres exemples, car c’est en effet une coutume bien attestée à Palmyre d’utiliser le nom d’un ancêtre comme véritable nom de famille.

  • 44 Voir M. G Wlikowski, 1973a, p. 33, et DFD, p. 38-39.
  • 45 Il faut faire de ce personnage le frère de Malikû, maigré J. Cantineau, Inv IX, p. 20. Voir DFD, p (...)

38Le clan des bny ḥšš est connu par un certain nombre de textes. Il appartient visiblement à la tribu des bny kmr’ et se rattache à un certain Bôlhâ dit Hashash (bwlḥ’ dy mtqr’ ḥšš)44. Il est possible dans le cas de ce personnage que le surnom n’ait pas été porté à l’origine par lui, mais ait été celui d’un de ses ancêtres et qu’on le lui ait ensuite attribué par souci de simplicité en sautant une ou plusieurs générations. L’étude des textes concernant cette famille peut renseigner sur la manière dont les noms de clans se transmettaient. On a parlé plus haut de Malikû Neshâ, fils de Bôlhâ appelé Hashash (mlkw br nš’ br bwlḥ’ dy mtqr’ ḥšš) qui se voit honoré de deux statues en 24 et 25 (Inv IX, 11-12). Dans ces textes, et en particulier le premier, c’est Bôlhâ qui est appelé Hashash. La proposition introduite par le pronom relatif dy a pour antécédent Bôlhâ, comme semble l’indiquer le texte grec dans lequel on a Μαλιχος Νεσα τοῦ Βωλαα τοῦ ἐπικαλουμένου Ασασου. La proposition avec le participe ἐπικαλούμενος joue le rôle de la relative du palmyrénien. Elle est au génitif et complète Βωλαα. Grammaticalement, il n’y a aucune ambiguïté, c’est Βωλαα qui est appelé Ασασος. Le nom de clan porte donc directement sur le nom du grand-père. C’est aussi le cas pour le frère de Malikû, Hashash, qui avait été honoré en 21 pour avoir fait la paix entre deux tribus (dont la sienne, les bny kmr’)45.

  • 46 Voir PS n° 117 avec des parallèles entre 130 et 140.

39La question se complique si on passe aux générations suivantes. Il est fort probable que les deux personnages représentés sur les reliefs funéraires qui portent les textes CIS 4559-4560 soient de la même famille. En effet le premier s’appelle Bôlhâ, fils de Neshâ Hashash (blḥ’ br nš’ ḥšš) et l’autre Bôlhâ Hashash. L’onomastique concorde tout à fait et permet de les identifier comme des descendants d’un des deux frères des années 20, Malikû et Hashash. D’après le style, il semble bien qu’on puisse dater leurs deux portraits de la première moitié du iie siècle46. Au mieux, ils appartiendraient alors à la génération des petits-enfants. Nés vers 80, avec des parents nés vers 40 ou 50, ils peuvent avoir eu des grands-parents nés dans les premières années de notre ère. En adoptant une chronologie basse, on pourrait ainsi se raccrocher aux deux personnages connus dans les années 20. blḥ’ br nš’ ḥšš serait alors le petit-fils du Hashash honoré par les bny mtbwl et les bny kmr’ (CIS 3915). Il peut néanmoins paraître préférable d’ajouter une génération, ce qui les ferait appartenir à la génération des arrière-petits-enfants.

  • 47 Par exemple, zbyd’ br ḥwml, dans le texte F. Safar, 1964, p. 16, n° 5.

40On le voit, toutes ces reconstructions restent hypothétiques. Or, il est possible aussi, et sans doute préférable, de considérer le ḥšš du texte CIS 4559, non précédé du mot br (bar, « fils »), comme un véritable nom de famille, qui ne désignerait donc pas un ascendant précis, mais servirait à identifier le clan, ou le groupe, au sein de la tribu et de la population de Palmyre. De même, blḥ’ ḥšš de CAS 4560 appartiendrait au même clan. On voit tout de suite le problème que cela pose, car on pense que la suppression du mot br en fin de généalogie signifie généralement qu’on passe directement à l’ancêtre éponyme de la famille. Mais, il est très rare qu’on passe à cet ancêtre sans même donner le nom du père du personnage dont on parle. Une autre explication se présente donc à l’esprit : il s’agit là d’une sorte d’abréviation de la formule sur un relief dont la surface était réduite et il faut développer blḥ’ ḥšš en blḥ ‘ br ḥšš. Peut-être, comme dans d’autres cas47, ḥšš sert-il à la fois de patronyme et de nom de famille, pour éviter la répétition, parce qu’on savait qu’un ḥšš appartenait forcément au clan du même nom.

4. LES RELATIONS DES BENÊ MAZÎN ET DES BENÊ IEDÎBEL

  • 48 J. Teixidor (1980a, p. 279 ; voir aussi 1987, p. 52) conclut même fermement à ce sujet : « Il est (...)

41Pourtant, même dans les cas les mieux documentés, il est difficile de définir avec précision les relations existantes entre des tribus ou des clans proches et peut-être apparentés. L’exemple le mieux connu est celui des différents groupes qui fréquentent le sanctuaire de Baalshamîn (pl. 3 et 7). On sait que les textes qui en proviennent attestent de la coexistence en ce lieu des bny m‘zyn et des bny ydy’bl. Il n’y a pas d’éléments qui permettent de conclure définitivement que les seconds ne sont qu’un groupe des premiers, mais c’est une forte probabilité48. Pourtant on aimerait en avoir la confirmation par un texte explicite. Les bny ydy’bl sont connus par plusieurs textes du sanctuaire de Baalshamîn (BS nos 34 et 44) qui sont malheureusement fragmentaires.

  • 49 On trouvera la discussion sur la généalogie de la famille d’après BS n° 60 et RSP n° 143 dans M. G (...)
  • 50 R. Fellmann, 1976, p. 215.

42Il est tentant de les rapprocher du texte BS n° 60. Ce texte, découvert dans une tombe à l’emplacement du sanctuaire, commémore la fondation de la sépulture en 11 apr. J.-C., par les descendants d’un certain Iedîbel (ydy’bl)49. On en conclut généralement que la famille propriétaire du terrain a accueilli à cet endroit les bny m‘zyn, immigrés de fraîche date (ou encore que dès l’origine Iedîbel appartenait aux Benê Mazîn). Ceux-ci ont alors fondé le sanctuaire de Baalshamîn, une divinité qu’ils avaient importée avec eux. Cette reconstruction permet d’expliquer les relations de la tribu des Benê Mazîn avec la famille la plus anciennement attestée à Palmyre, puisque la généalogie permet de donner pour Iedîbel une date aux environs de la première moitié du iie siècle av. J.-C. Cette date correspond à celle fournie par le matériel archéologique de la fouille de la tombe50. Les Benê Mazîn ne sont attestés que plus récemment, puisque le premier texte daté remonte à 32 (BS n° 37).

  • 51 Avec une traduction corrigée dans M. Gawlikowski, 1990b, p. 103. Le nom br’ty (« Barataî ») qui ap (...)

43Un autre élément de lien entre les deux groupes est qu’on les retrouve aussi autour du sanctuaire d’Allât, situé à l’extrémité ouest de la ville (pl. 3). Une inscription datée de 115 (RSP n° 143)51 découverte dans ce sanctuaire peut très bien concerner la même famille que celle de BS n° 60, selon la démonstration convaincante de M. Gawlikowski. D’après le texte d’Allât, gdrṣw br yrḥy br gdrṣw br ‘ty qui dédie un autel à la Dame du Temple (Allât) est un descendant de mtny br qynw br ‘ty rb’. Or il est très tentant de reconnaître cette séquence dans le texte BS n° 60 où on a whblt br mtny br gdrṣw br mtny br qynw br ‘dty br ydy’bl. Le passage de ‘ty à ‘dty est en effet possible. Et on sait depuis assez longtemps que les bny m‘zyn sont présents autour du temple d’Allât, par le texte CIS 3966 (= RSP n° 156) notamment. Le personnage cité dans l’inscription appartient aux Benê Mazîn (dy mn [bny] m‘zyn), mais est aussi descendant d’un Iedîbel (ydy‘bl). On peut donc se demander s’il appartient à la même famille et descend du même Iedîbel. Dans ce cas, les Benê Iedîbel seraient une subdivision des Benê Mazîn, ou en tout cas, auraient des liens familiaux avec eux : on ne sait pas comment se transmettait l’appartenance à une tribu. Il est possible, mais malheureusement non prouvable, que ce texte daté de 64 atteste d’une situation créée par la réforme institutionnelle de ces mêmes années. On a vu au chapitre I la fréquence des mentions conjointes de l’ethnique (tdmry’l nΠαλμυρηνός) et de la tribu (bny m‘zyn ici) dans ces années. L’intégration des Benê Iedîbel dans le groupe des Benê Mazîn aurait pu se faire à cette occasion. L’autre explication possible est que la fréquentation du sanctuaire par les Benê Mazîn et l’importance locale de Iedîbel, fondateur éponyme d’une famille qui a marqué l’histoire du sanctuaire, a pu être une circonstance favorable à l’adoption par des membres des Benê Mazîn du nom Iedîbel pour certains de leurs enfants.

  • 52 Dans RSP, n° 143, p. 73. Voir aussi K. Dijkstra, 1995, p. 124.

44Un autre texte du sanctuaire de Baalshamîn (BS n° 37) peut permettre d’envisager l’appartenance des Benê Iedîbel aux Benê Mazîn, et cela, dès une époque sûrement antérieure à la mise en place des institutions civiques, puisque l’inscription date de 32 apr. J.-C. Un certain zbdlh br bryky br nwrbl qynw, qui appartient aux Benê Mazîn (dy mn bny m‘zyn), est honoré d’une statue par cette même tribu. C’est le plus ancien texte qui mentionne la tribu et il a l’intérêt de donner le nom de l’arrière-grand-père de Zabdilah, Qaînû. Or ce nom est très rare à Palmyre ; il est surtout connu en nabatéen et n’a, outre ce texte, qu’une seule attestation à Palmyre : le personnage mentionné par BS n° 60 et RSP n° 143, descendant de Iedîbel. Dès la publication du texte RSP n° 143, M. Gawlikowski avait fait ce rapprochement52, qui pourrait permettre d’affirmer que les Benê Iedîbel, dès le début du ier siècle, ne sont en fait qu’un sous-groupe des Benê Mazîn. Le texte BS n° 37 pourrait aussi témoigner d’un glissement dans les références généalogiques de cette partie de la famille. La fidélité au groupe tribal des Benê Mazîn s’est en quelque sorte substituée à la fidélité à l’ancêtre Iedîbel qui n’apparaît plus dans la liste des ancêtres de Zabdilah. Néanmoins, la difficulté est qu’une des attestations du clan, BS n° 44 (CIS 3959), est beaucoup plus tardive, de près d’un siècle (130-131). Une explication possible est que certaines branches du clan se sont fondues complètement dans les Benê Mazîn, alors que d’autres ont pu conserver leur fidélité aux ancêtres et continuer à former un groupe distinct, peut-être au sein de la tribu qui dominait le sanctuaire et qui formait selon toute vraisemblance une des quatre tribus civiques. Néanmoins tant qu’un texte ne prouvera (ou n’infirmera) pas d’une manière définitive la théorie très probable qui fait des Benê Iedîbel les descendants du Iedîbel de BS n° 60, il sera difficile de conclure sur les rapports exacts de ce(s) groupe(s) avec les Benê Mazîn.

45On voit là un exemple des difficultés qui se présentent quand on veut établir les relations éventuelles entre les différents groupes qui apparaissent dans la documentation. La présence parallèle des tribus civiques, qui reprennent apparemment le nom de certaines des tribus antérieures, ne contribue pas à clarifier la situation.

B. TRIBUS ET ORGANISATION DE LA CITÉ

1. TRIBUS CIVIQUES ET TRIBUS TRADITIONNELLES

  • 53 M. Gawlikowski (1973a, p. 34) en dresse la liste après avoir éliminé les groupes qui ne sont sans (...)
  • 54 Comparer par exemple CIS 3922 (le personnage est dy mn bny kmr’) ou encore Inv IX. 11-12 et Inv IV (...)
  • 55 Ce sont les bny zbdbwl, les bny zbwd et les bny ḥtry. Seuls ces trois groupes voient leur nom préc (...)

46L’existence de tribus à Palmyre est bien attestée, dès le début de la période, comme le montre la liste en annexe (annexe VIII). On a vu précédemment qu’il était fort probable qu’un certain nombre de textes du milieu du ier siècle soient le signe de la mise en place des institutions civiques, parmi lesquelles la division de la population en quatre tribus occupe une place importante. La répartition des citoyens en tribus est un phénomène connu dans les cités du monde gréco-romain. La coexistence d’un système civique fondé sur des tribus (au sens de subdivision politique de la cité) avec l’organisation sociale préexistante pose problème, car cette dernière a pour base des tribus (au sens ethnologique). L’ambiguïté du terme tribu (φυλὴ en grec et pḥd en araméen) fait qu’il est souvent impossible de distinguer les deux dans la documentation. La liste jointe en annexe se limite aux groupes dont le nom (bny X. « fils de... ») est précédé de l’un des termes qu’on peut traduire par « tribu », ou bien encore de l’expression dy mn (suivi du nom de la tribu, bny X) qu’on peut traduire dans ce cas par « ceux qui font partie des »53. Les deux types de formules sont d’ailleurs utilisés en araméen pour une même tribu54, le premier étant le plus rare. Trois groupes présents dans le tableau malgré l’absence du terme pḥd lui-même sont peut-être bien des tribus. Leur appartenance à cet ensemble est un peu douteuse, mais il pourrait s’agir d’une conséquence du petit nombre des textes qui les concernent55. Du point de vue de ce vocabulaire, il paraît difficile de trouver une manière cohérente de rendre compte de toutes les variations. Il est sans doute plus prudent de conclure à une relative indifférenciation des termes qui étaient utilisés (dy mn ou dy mn pḥd) quand on voulait parler des membres d’une tribu, sans qu’on puisse savoir si une intention particulière se dissimule derrière chaque usage.

  • 56 Au témoignage du papyrus P. Oxy. 3054. Voir M. Sartre, 1982a, p. 77-91.

47Le cas de Palmyre n’est pas isolé, et on connaît en Syrie et dans les régions proches d’autres cas où des cités indigènes transformées en πόλις voient leur population répartie en tribus. Ainsi, après la provincialisation de l’Arabie en 106, le δῆμος de Bos ra est divisé de cette manière56. L’origine des noms adoptés n’est pas ambiguë, puisque les tribus connues sont la φυλὴ ‛Ρωμανά et la φυλὴ Δίος. Il ne s’agit donc pas de groupes d’origine indigène, mais bien d’une création d’époque romaine.

  • 57 Voir D. Roussel, 1976 et M. Pierart. 1985, p. 169-190.
  • 58 Éd. Will, 1991, p. 68-71.

48Elle correspond aussi à ce que l’on sait de la naissance des tribus civiques dans le monde grec. Comme l’a prouvé D. Roussel à propos des cités ioniennes, les tribus des cités grecques ne sont pas issues de tribus primitives, mais existent seulement dans le cadre de la cité dont elles sont partie intégrante57. Il s’agit d’un modèle de répartition des citoyens, qui s’est répandu dans l’ensemble du monde grec, l’exemple le plus connu étant celui d’Athènes. Les réformes de Clisthène sont d’ailleurs un exemple de ce mode de répartition plus ou moins arbitraire, les tribus devant comprendre des districts qui appartenaient aux trois composantes fondamentales de l’Attique : la ville, la côte, l’intérieur58. On ne sait ce qu’il en était pour Palmyre, mais cela permet d’envisager plusieurs scénarios possibles, surtout si, comme cela a pu arriver, l’impulsion est venue d’en haut, c’est-à-dire des autorités romaines.

  • 59 Je reprends largement les conceptions de M. Pierart. 1985, p. 169-190.

49D’autre part, les tribus athéniennes avaient reçu le nom d’un ancêtre fictif ; on voit le rôle que joue cet éponyme et quelle est la conception sous-jacente. Le modèle de la famille, fictive dans ce cas, est ce qui sous-tend la construction de Clisthène. Appartenir à un groupe social, c’est se rattacher à un clan, une famille ou un lignage59. C’est le point commun entre les différentes conceptions de la tribu. Le but à Palmyre, comme ailleurs, était peut-être de créer de nouvelles solidarités, au besoin en rompant avec celles qui existaient auparavant. Néanmoins, on ne peut trop s’avancer dans cette direction, pour une raison au moins, le maintien des noms anciens des tribus. En effet, même si la liste des quatre tribus civiques n’est pas totalement sûre, la plupart des candidats possibles sont attestés avant les premières traces de la présence romaine, vers 19 apr. J.-C. Sans même tenir compte des textes de Doura-Europos, les bny myt’, les bny kmr’ ou les bny mtbwl sont présents dans l’épigraphie de Palmyre dès les dernières années du ier siècle av. J.-C. (voir le tableau en annexe VIII). À ce moment, il n’est bien entendu pas possible d’envisager l’existence d’une πόλις de Palmyre, même si l’agglomération pouvait avoir des institutions au moins embryonnaires, qui annonceraient le gbl tdmry des années 20 du ier siècle.

  • 60 M. Sartre, 1996a, p. 387.

50Le problème à Palmyre est qu’on ne voit pas bien comment s’est fait le passage entre des groupes préexistants (c’est-à-dire les groupes attestés avant l’arrivée de Rome), dont le nombre était supérieur à quatre et les quatre tribus civiques des textes du iie siècle. C’est sans aucun doute dans cette liste de tribus anciennes que les concepteurs du système ont choisi les tribus qui devaient former le δῆμος. Le nombre de quatre peut être la conséquence de traditions locales qu’on ignore, comme par exemple la prééminence de quatre tribus60.

  • 61 M. Sartre. 1996a, p. 399, n. 35.
  • 62 Par exemple CIS 3928 : ṣlm mrqs ‘lpy[s] yr[ḥy br ḥyrn br ‘] bgr dy ‘qymw Ih bny šyrt’ (« statue de (...)

51Il faut faire ici une place à une hypothèse proposée par M. Sartre à partir de l’inscription araméenne Inv X, 6161. Le texte n’est en fait qu’un fragment très abîmé (fig. 18). On reconnaît à la première ligne le mot ’qymw (« ils ont dressé ») ; généralement on retrouve le mot dans des formules du type, « la statue de Y que lui ont dressée les X »62. À la ligne suivante, on a [t]lt pḥzy’ (« les trois tribus »). La restitution du premier mot est assez sûre. En effet, on voit mal quel mot finissant en -lt pourrait précéder le pluriel du mot pḥz, à part le numéral « trois ». À la lecture de ce texte, non daté, M. Sartre se demande s’il ne peut pas s’agir des tribus civiques. Le texte ferait alors référence à une époque qui aurait précédé la division en quatre tribus. Dans cette hypothèse, il y aurait eu dans un premier temps seulement trois tribus civiques. Certes, il est tout à fait possible de contester cette reconstruction, ne serait-ce que du point de vue épigraphique, à cause de l’état très fragmentaire de la pierre. Le verbe est au pluriel, mais les parallèles qu’on peut citer font suivre immédiatement le verbe par le sujet. Ici, ce dernier est rejeté à la ligne suivante, et comme on ignore quelle était la dimension de la pierre, on peut tout aussi bien imaginer que la lacune est importante, laissant la place pour un certain nombre de compléments qu’on ne peut restituer.

  • 63 H. Ingholt, 1932, p. 279 avec DFD, p. 36.
  • 64 On aurait alors une expression du type tlt phzy’ ‘ḥrny’ (« les trois autres tribus »).
  • 65 L’examen des quelques lettres préservées permet de penser qu’une date dans la première moitié du i (...)

52On peut utiliser comme parallèle le seul texte qui donne le nom d’une tribu civique63. Le verbe au pluriel s’accorde avec bny kmr’, qui est un sujet pluriel et ensuite le texte cite le reste des tribus (š’wr pḥz’). Il peut donc être question dans le texte Inv X, 61 des membres d’une tribu qui ont dressé une statue (’qymw), et ensuite, dans une autre proposition, des trois autres tribus64 qui ont fait autre chose (ou la même chose de leur côté). On peut difficilement décider entre ces deux possibilités (trois tribus seulement ou une tribu plus trois autres). La datation du texte sur des critères paléographiques ne peut guère aider puisque tous les textes de l’agora ont été gravés ou regravés après la construction de cet ensemble, à l’époque d’Hadrien, donc à un moment où vraisemblablement les quatre tribus existaient65.

  • 66 D. Schlumberger. 1971, p. 129-131. On peut résumer ainsi l’argumentation de l’auteur : si la date (...)
  • 67 M. Pietrzykowski, 1997, p. 132.
  • 68 On a des exemples nombreux dans le monde grec de tribus surnuméraires venant modifier un système p (...)

53Comme le remarque aussi M. Sartre, le fait qu’il y ait peut-être eu à l’origine seulement trois tribus contredit la théorie de D. Schlumberger sur la poutre B du temple de Bel qui représenterait symboliquement les quatre tribus par quatre hommes et quatre femmes sur sa face a66. D’autre part, comme on l’a vu au chapitre I, il faut peut-être placer l’achèvement du temple aux environs de 80, selon la reconstitution assez probable de M. Pietrzykowski67. Le problème qui se pose est l’existence d’une φυλὴ Κλαυδιάς qui force à remonter l’instauration du système aux années 41 à 54, c’est-à-dire au règne de Claude. Le système a pu être mis en place dès cette période avec seulement trois tribus, dont la φυλὴ Κλαυδιάς, pour se voir modifier dans les années 80 avec l’ajout d’une quatrième tribu68, et acquérir ainsi sa forme définitive, telle qu’on la connaît au iie siècle. On le voit, il ne s’agit que d’une hypothèse, une de plus à propos de l’instauration d’un système qui conserve son mystère.

  • 69 Sur ce clan, voir DFD, p. 257-261 avec l’arbre généalogique. On ne voit pas sur quoi l’auteur se f (...)
  • 70 Par exemple CIS 4121 de 79, ou 4193 de 73.
  • 71 Voir par exemple dans le tableau en annexe le petit nombre de textes où le nom de la tribu est don (...)

54En fait, le texte CIS 4122 (= Inv VII. 6a) pose plusieurs problèmes : c’est en effet le seul qui nomme la φυλὴ Κλαυδιάς en 79-80 de notre ère (fig. 19). Le fondateur du tombeau Μαλιχος Μοκειμου τοῦ Βωλβααραχου appartient à la φυλὴ Κλαυδιάς, selon le texte grec. Il est curieux que la version araméenne ne donne pas le nom araméen de la tribu, ni même une transcription, mais précise que mlkw br mqymw br blbrk appartient à un clan assez bien connu à Palmyre, celui des ḥwml69. Le personnage est donc sans doute palmyrénien, puisqu’on connaît des membres de ce clan sur place et qu’il ne précise pas son ethnique éventuel, contrairement à ce que ferait un étranger. C’est précisément à cette époque (fin ier siècle) que les Palmyréniens cessent de donner systématiquement le nom de la tribu à laquelle ils appartiennent dans les textes araméens70. En même temps. CIS 4122 contraste avec la plupart des textes mentionnant les tribus, car c’est l’unique cas où la tribu n’est précisée qu’en grec dans un texte bilingue71. On peut comparer avec le texte Inv X, 40 dont on a parlé au chapitre précédent. On avait l’équivalence entre l’ethnique « Palmyrénien » en grec (Παλμυρηνός) et le nom de la tribu en araméen (bny m‘zyn). Pour D. Schlumberger, cela signifiait en fait la même chose, mais le public auquel on s’adressait était différent. Le texte CIS 4122 est à peu près de la même date (81 pour Inv X. 40), mais cette fois c’est le grec qui mentionne la tribu. Le nom Haumal (ḥwml) devait suffire pour les contemporains qui savaient sans doute à quelle tribu un clan appartenait.

55Il n’en est pas de même pour le lecteur moderne et on aimerait bien savoir quel était le nom local (s’il y en avait un) de la tribu à laquelle se rattachait le clan. L’existence du nom local est néanmoins probable parce que c’est la seule mention d’une tribu au nom latin pour quelqu’un qui n’est pas citoyen romain et que les tribus civiques sûres ou probables ont toutes des noms sémitiques. D’autre part, la φυλὴ Κλαυδιάς est de manière à peu près sûre une des tribus civiques, car on voit mal une tribu traditionnelle adopter un nom impérial et le conserver aussi longtemps après la mort du souverain.

56Dans le cas où Claudias aurait un équivalent sémitique, il faudrait aussi pouvoir savoir si les deux noms ont coexisté, ou s’il y a eu un pur et simple remplacement. Dans ce cas une tribu recevrait son nom latin dans les années 40 ou 50 puis reprendrait son nom indigène à une date quelconque après 79-80. De toute façon, même si les deux noms ont été utilisés simultanément, il semble probable que le nom indigène ait rapidement supplanté le nom latin et l’ait remplacé entièrement, ce qui expliquerait la rareté de Claudias dans l’épigraphie de Palmyre.

57Il est clair que si les deux appellations étaient utilisées indifféremment au même moment, tout au long de la période, à moins d’un texte bilingue ou de la réapparition d’un personnage connu pour son appartenance à une tribu, on n’a pratiquement aucun moyen de résoudre le problème.

  • 72 Voir H. Seyrig, 1941b, p. 242. Sur la légion III Gallica, voir E. Ritterling. 1924. col. 1517-1532 (...)

58Ce qui peut être une indication, c’est que les membres du clan Haumal ne mentionnent dans aucun autre texte la tribu à laquelle ils appartiennent. Certes, tous les textes qui les concernent sont plutôt tardifs, en général après la fin du ier siècle, moment pendant lequel les tribus disparaissent progressivement de l’épigraphie palmyrénienne : seuls sont peut-être antérieurs au iie siècle, les textes Inv X, 1-2 de l’agora. Inv X, 1, où apparaît le nom d’un officier de la IIIe Légion Gallica, peut dater de la période postérieure au règne de Vespasien, pendant lequel cette unité s’installa en Syrie pour y rester plusieurs siècles, mais peut aussi être plus ancien, puisque la légion est passée à plusieurs reprises par la région auparavant72. Le texte Inv X, 2 doit être sensiblement de la même époque, puisqu’il s’agit des mêmes personnages. Les deux textes ont pu être regravés au moment de la construction de l’agora au cours du iie siècle. De toute façon, étant unilingues, ils sont moins susceptibles de donner le nom de la tribu.

  • 73 F. Safar, 1964, p. 13-20, nos 1, 3 et 5. Mais ees remarques sont valables pour les sept autres tex (...)

59Des textes araméens (ou araméens-safaïtiques) découverts dans le Wadi Hauran donnent aussi le nom Haumal. Ils datent vraisemblablement tous de 9873. Si aucun ne donne la tribu des personnages, il faut remarquer néanmoins que Haumal ne semble pas un nom de clan, mais qu’il est le nom du père d’un certain Zebîdâ (zbyd’ br ḥwml). Il est bizarre que justement le mot br soit là, alors qu’on attendrait plutôt son omission, s’il s’agissait vraiment d’un nom de clan. Inversement dans le texte n° 1, où on a zbyd’ br ḥwml, on a aussi un personnage appelé b‘ly ml’ ’Ihw : le mot br a disparu. De plus, un des textes du même endroit (n° 8) donne systématiquement le nom de la famille ou du clan, apposé au patronyme. On a ainsi par exemple un zbyd’ br tym‘md šwyr’, qu’on peut comprendre comme Zebîdâ, fils de Taîmoamed, du clan Shewîrâ (ou descendant de Shewîrâ après un nombre indéterminé de générations), ce qui est un cas relativement classique, malgré les exceptions.

  • 74 Dans DFD, p. 258, mais il place Inv X. 1-2 au milieu du iie siècle, ce qui semble encore un peu tô (...)
  • 75 DFD, p. 260.
  • 76 Le palmyrénien semble pourtant être moins rebuté que le grec par les répétitions de noms. Ainsi da (...)

60Cela peut amener à dater les textes Inv X, 1-2 d’une période beaucoup plus tardive, si ce zbyd’ br ḥwml est le même que Ζεβειδα Αυμαλου du texte Inv X, 2. Cela signifierait que le personnage actif en 98 serait le grand-père du Θεόδωρος honoré par ses enfants à une date indéterminée, qui ne peut être que tard dans le iie siècle. La même hypothèse est faite par J. T. Milik74. Il est surprenant que cet auteur semble un peu plus loin identifier Θεόδωρος avec Zebîdâ, le stratège de 9875. Cette dernière hypothèse est possible, car on peut considérer zbyd’ comme un diminutif de zbdlh et ce dernier comme l’équivalent de Θεόδωρος : leur signification (« don de dieu ») est la même (voir J. Starcky, Inv X, 1, ad loc., p. 11). Dans ce cas Inv X, 1-2 daterait environ du début du ier siècle. Mais la possibilité qu’il s’agisse d’une autre branche de la famille ou même d’une autre famille non apparentée n’est pas totalement à exclure. Car si le père de zbyd’ br ḥwml a donné son nom au clan, cela n’explique pas le texte CIS 4122 d’une date antérieure, dans lequel Haumal est le nom d’un ancêtre de mlkw br mqymw br bwlbrk. Dans ce cas Haumal aurait vécu au premier siècle avant notre ère et ne pourrait donc être le père d’un stratège de la fin du premier siècle après. En fait, il y a de fortes présomptions pour que Haumal soit bien le nom du père de Zebîdâ ; mais c’est peut-être aussi le nom de l’ancêtre du clan, même s’il n’est pas répété, justement parce qu’il est possible que ce soit le même76.

  • 77 Le texte CIS 4236 semble le même que Inv VII. 6b à l’exception de la date (169).
  • 78 L’équivalence est faite dans le tableau généalogique de la page 261, sans explications. Elle s’app (...)
  • 79 Les textes RSP nos 42 et 127 présentent deux autres membres du clan, b‘’ brt ‘t’qb btḥwml du premi (...)

61Les autres textes sur les Haumal sont plus tardifs et permettent peut-être de préciser la datation d’Inv X, 1-2. Inv VII, 6b porte la date de 185 et provient de la même tombe que CIS 412277. Il s’agit sans doute d’un descendant de la famille Haumal ; son nom complet est yrḥy br mlkw br yrḥy ḥwml. J. T. Milik en fait un petit-fils d’Héliodôros d’Inv X, 1 -2 (‛Ηλιόδωρος), en s’appuyant sans doute sur l’équivalence sémantique de larhaî et de Héliodôros78. Dans ce cas, qu’on préfère la date de 185 ou celle de 169, cela signifie que Inv X, 1-2 datent du début du iie siècle, ce qui correspond à la proposition de J. T. Milik de faire l’équivalence entre Θεόδωρος et zbyd’, stratège en 98. Mais il s’agit seulement d’une probabilité, qui se heurte à la manière bizarre dont le nom de l’ancêtre du clan Haumal serait indiqué dans le texte du Wadi Hauran79.

62Quoi qu’il en soit, l’exemple de ce texte CIS 4122 montre qu’on peut proposer un certain nombre d’hypothèses fondées sur des probabilités : cela a pu se passer ainsi, sans être aucunement assuré. Un membre du clan Haumal faisait partie aussi de la φυλὴ Κλαυδιάς. Celle-ci, attestée par cet unique texte, peut difficilement être autre chose qu’une tribu civique de Palmyre. Son absence quasi totale dans les sources peut à la rigueur s’expliquer par l’existence parallèle d’un nom indigène qui a pu totalement remplacer le nom d’origine latine.

2. LES QUATRE TRIBUS

  • 80 Cela en supposant que la mise en place du système est antérieure à la mort de Claude en 54. cf. M. (...)
  • 81 Le seul cas sur lequel on peut attirer l’attention est celui des rapports entre Benê ledîbel et Be (...)

63Comme on ne sait pas comment s’est construit le système, on ne peut pas savoir si des gens ont changé de tribu ou si les gens qui mentionnent leur tribu mettent en valeur leur place dans la société de la cité de Palmyre ou celle qu’ils ont en parallèle dans le système tribal qui préexistait. Même si on écarte les mentions antérieures au milieu du ier siècle80, le nombre de tribus mentionnées dans les textes (cf. tableau en annexe VIII. 3) est toujours supérieur à quatre, ce qui est bien une preuve de la coexistence des deux systèmes. Mais il faut aussi prêter attention au fait qu’il n’y a jamais de conflit d’appartenance. Si on trouvait un texte du début du ie siècle qui signale qu’un tel est membre d’une tribu et si un autre texte, un siècle plus tard, désignait ses petits-enfants comme membres d’une autre tribu (si possible une des quatre), on pourrait alors tirer des conclusions81. Le fait qu’on n’ait jamais encore rencontré ce cas de figure invite à la prudence dans les commentaires qu’on fait sur l’appartenance tribale des Palmyréniens et le passage aux quatre tribus civiques. Ce peut être le fait du hasard, et alors il est possible qu’une découverte future vienne modifier nos conceptions. Même si les inscriptions, et donc les attestations de tribus, ne sont pas très nombreuses avant le milieu du ier siècle, il est curieux qu’on n’ait jamais découvert jusqu’à présent de cas de ce type.

  • 82 BS n° 48 (= J. Cantineau, 1936, p. 280. n° 20) et H. Ingholt, 1932, p. 278 (avec DFD, p. 36).
  • 83 Le sanctuaire de Baalshamîn était connu depuis longtemps grâce à des inscriptions (CIS 39.S9. conn (...)

64D’après la documentation qu’on a pu rassembler, il est possible d’avoir quelques idées sur l’identité des quatre tribus. Néanmoins, il est clair que cela correspond peut-être aussi au hasard de la transmission des textes. Les seuls éléments à peu près certains jusqu’à présent étaient le fait que les bny kmr’ (Benê Komarê) étaient une des quatre tribus (d’après l’inscription H. Ingholt, 1932, p. 278) et que les sanctuaires sont ceux de Baalshamîn, d’Arsû, d’Atargatis et le « Bois sacré », sanctuaire des dieux Aglibôl et Malakbel. Le texte BS n° 45 donne en effet la liste des quatre sanctuaires dans lesquels sont dressées les quatre statues de Soados, fils de Bôlîadâ. Ces quatre sanctuaires ont toutes les chances de correspondre aux sanctuaires de chacune des quatre tribus des textes82. La situation semblait relativement simple au moins de ce point de vue, même si on ne connaissait la localisation que d’un seul, puis de deux des sanctuaires en question83. Quelques découvertes récentes sont pourtant venues faire évoluer la vision qu’on a des choses. On peut reprendre le problème tel qu’il a été présenté généralement (voir en annexe VIII. 2 le tableau avec les différentes hypothèses).

  • 84 D. Schlumberger. 1971, p. 132 avec des doutes sur l’équivalence bny m‘zyn /Mαγερηνοι.
  • 85 DFD, p. 30 en rapprochant leur nom de celui de la déesse Atargatis (‘tr‘th en araméen).
  • 86 DFD, p. 29 : à cause de la fréquence parmi eux de noms théophores formés sur Arsû, dont le sanctua (...)
  • 87 DFD, p. 15-16.
  • 88 On a vu ce qu’il en était pour les seconds, et les premiers sont maîtres du sanctuaire de Baalsham (...)
  • 89 M. Gawlikowski. 1973a, p. 51 : « L’identité des deux autres tribus du quatuor, dont l’une était pe (...)

65Pour D. Schlumberger, qui pense que les tribus sont celles désignées par le mot φυλὴ en grec, les quatre tribus sont les bny kmr’/Χομαρηνοι/Χωνειτοι, les bny myt’l Μιθηνοι, les bny mtwl/Μαθθαβωλειοι et enfin les bny m‘zyn dont le nom grec est peut-être Μαγερηνοι84. J. T. Milik, quant à lui, pense plutôt que les quatre groupes sont les bny kmr’, les bny ‘tr85, les bny mtbwl86 et les bny m‘zyn87. Pour M. Gawlikowski, enfin, ce n’est que pour les bny kmr’ et les bny m‘zyn que la question est claire, d’après les textes88. Pour les deux autres tribus civiques, il propose avec des réserves la φυλὴ Κλαυδιάς, mais estime que le problème reste jusqu’à nouvel ordre insoluble89.

  • 90 Kh. As’ad et J. Teixidor, 1985b, p. 287-288.
  • 91 Kh. As’ad et M. Gawlikowski. 1986-1987, p. 164-171, nos 1-8. Voir pl. 7.
  • 92 Avant la découverte de ces inscriptions, le texte le plus tardif était H. Ingholt, 1932, p. 278 de (...)

66Depuis, quelques découvertes sont venues un tant soit peu modifier l’état des connaissances. La découverte du sanctuaire d’Arsû en soi n’apporte rien sur les tribus qui en dépendaient. Néanmoins on a trouvé sur place un autel qui a permis l’identification du temple, parce qu’il portait une dédicace à Arsû90. Cette divinité est honorée en même temps que « Qismaya et les filles du dieu » par un personnage qui appartient à la tribu des bny mtbwl, br‘’ brmqymw br twry br br‘’ (« Baraâ, fils de Moqîmû, fils de Tauraî, fils de Baraâ »). Mais de manière plus indiscutable, la présence des bny mtbwl parmi les quatre tribus et leur lien particulier avec le dieu Arsû ont été prouvés par la découverte dans la Grande Colonnade de huit textes mentionnant la tribu91. Ce sont surtout les textes nos 7-8 qui permettent ces conclusions : un personnage est honoré pour la reconstruction du toit du sanctuaire d’Arsû, « dieu ancestral », par la tribu des bny mtbwl. La date très tardive du deuxième de ces textes (279-280) est un sujet d’étonnement, car il s’agit de loin de la mention la plus récente d’une tribu à Palmyre92.

67Ce phénomène s’explique mieux d’ailleurs si les bny mtbwl forment une tribu civique. Tout indique que la cité de Palmyre a survécu, avec ses institutions classiques, après l’intermède constitué par la révolte de Zénobie et la prise de la ville par Aurélien. On a d’ailleurs vu au chapitre I que même au moment où Worod est au faîte de son pouvoir à la fin des années 270, les institutions semblent fonctionner comme auparavant. Il est donc normal que dans ce cadre la référence à chacune des quatre tribus civiques se fasse toujours. La fidélité aux tribus traditionnelles de la population semble au contraire s’être fortement affaiblie après la fin du ier siècle. C’est en ce sens qu’il faut interpréter la disparition progressive des mentions d’appartenance à une tribu dans les textes.

  • 93 A. de Boucheman, 1939.
  • 94 A. de Boucheman, 1939, p. 19.

68On peut faire une comparaison avec un cas plus contemporain, celui de la petite ville caravanière de Suhné, étudiée dans les années 1930 par A. de Boucheman93. Cet exemple montre que, même si dans un premier temps les anciens nomades sédentarisés conservent le souvenir des tribus auxquelles ils appartenaient, très vite ils ne savent plus à quelle fraction de la tribu ils se rattachent, ce qui est sans doute un premier pas vers l’oubli de l’appartenance tribale94. Il semble qu’à Palmyre comme ailleurs la sédentarisation s’est accompagnée de la création de nouvelles solidarités qui ont rendu inutile de rappeler la tribu à laquelle on appartenait (et donc de s’en souvenir).

  • 95 BS n° 1 (= Inv I. 5). 13 (Inv I. 4) et 49 (CIS 3958 = Inv I. 3). Même avec seulement neuf textes ( (...)
  • 96 Kh. As’ad et J. Teixidor, 1985b, p. 286.

69Comme on peut le voir par l’exemple de l’identification des Benê Mathabôl comme une tribu civique probable, dans le cadre de ces discussions sur les tribus, la recherche dépend forcément du hasard des découvertes. On a parfois tendance à poser l’équivalence entre les quatre tribus les plus fréquemment attestées et les quatre tribus civiques. Les bny kmr’, les bny myt’, les bny mtbwl et les bny m‘zyn sont en effet des candidats probables à ce titre, selon l’hypothèse de D. Schlumberger. Mais on peut noter que la tribu des bny m‘zyn ne serait pas aussi bien connue sans la fouille du sanctuaire de Baalshamîn d’où proviennent seize des vingt-trois témoignages qui la concernent. Seuls trois d’entre eux étaient connus avant le dégagement dans les années 195095. De même, la découverte des huit textes de la colonnade, puis de celui du sanctuaire d’Arsû, vient pratiquement doubler le nombre de textes sur les bny mtbwl. De plus, on y a découvert plusieurs centaines de tessères, qui sont restées inédites. Avant la découverte du sanctuaire, on connaissait seulement un très petit nombre de ces tessères96.

70C’est dire ce qu’une découverte archéologique peut encore apporter sur un site comme Palmyre, dont seulement une petite partie a vraiment été fouillée. Or deux sanctuaires tribaux n’ont pas encore été retrouvés et explorés (celui de Malakbel et Aglibôl. autrement dit le Bois sacré, et celui d’Atargatis). Leur découverte pourrait amener à de nouvelles perspectives sur la place des quatre tribus, mais mise à part la probabilité de l’identification du Bois sacré avec au moins une partie des jardins de l’oasis, rien n’est assuré. Si les rapports entre les bny kmr’ et le Bois sacré sont assez bien connus (ou au moins soupçonnés), il faut rappeler qu’on ne connaît même pas le nom de la tribu qui se rattachait au sanctuaire d’Atargatis.

  • 97 H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 34-37 (fig. 20 et 21).

71Un texte récemment publié au sujet du grand caravanier Soados vient confirmer l’identité de trois des quatre sanctuaires mais vient ajouter quelques questions à celles qu’on se posait déjà97. En effet, la version palmyrénienne (le grec a une lacune à cet endroit) ne mentionne pas le sanctuaire de Baalshamîn, mais donne comme quatrième sanctuaire le temple d’Allât : ’ḥd dnh bt ‘lt (en grec, [ἕνα] τοῦτον τòν ἐν [’Iερῷ ’Aθην]ᾶς), « une (statue) dans ce temple d’Allât », endroit où le texte a été découvert, ce qui est rendu explicite par le démonstratif dnh. Le texte mentionne aussi les autres sanctuaires, et malgré les lacunes, l’existence des deux versions, grecque et araméenne, permet de restituer tout à fait sûrement : [w’ḥd bgnt’ ’lym] w’ḥd bt ‘rṣw w’ḥd bt ‘tr‘th, et ἕνα τὸν ἐν ἱερῷ ἄλσει, ἕνα δὲ τὸν [ἐν ἱερῷ ῎Αρεοίς κάὶ ἕνα τὸν ἐν ἱερῷ ’Aταργάτειος (« une (statue) dans le jardin sacré, une dans le sanctuaire d’Arès/Arsû, une dans le sanctuaire d’Atargatis »).

72Tout cela modifie notre conception des sanctuaires tribaux. Il est possible néanmoins d’envisager une explication : la tribu des Benê Mazîn est attestée dans le secteur ouest de la ville, à proximité du sanctuaire d’Allât qu’elle a contribué à construire. Elle est aussi citée dans beaucoup d’inscriptions du sanctuaire de Baalshamîn. Elle lui est apparemment associée de manière étroite. Le sanctuaire d’Allât constituerait dans ce cas un deuxième centre (concurrent ?) du sanctuaire de Baalshamîn.

  • 98 H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 34-37, lignes 11-12 du grec. En araméen, l’expression est [šyrt’ dy] (...)
  • 99 On a en grec ἕν[α] μἐ[ν ἐ]νταῦθ[α ἐν ἱερῷ Διός] et en araméen ‘ḥd mn bt [b‘lšmn], « une ici dans l (...)

73La situation est en tout cas encore plus compliquée qu’elle ne l’apparaissait jusqu’à présent : la notion de sanctuaire tribal est ainsi à envisager avec prudence. On aimerait savoir s’il y a eu un changement de sanctuaire tribal, entre février 132 et juin 144, dates des deux textes donnant les noms des quatre sanctuaires ou bien si les deux sanctuaires étaient utilisés plus ou moins indifféremment par la tribu, selon les occasions. Il est vrai que ces deux textes n’émanent pas d’institutions politiques, mais de caravanes. Celles-ci ont peut-être été organisées par la cité, c’est ce que laisserait entendre l’expression ἡ συνοδία πάντων Παλμυρήνῶν98. Les statues doivent être dressées παρὰ τοῖς πρώτοις τέσσαρσι ἀνδριᾶσι τοῖς ἀνεγερθεῖσι ὑπὸ τῆς πρώτης συνοδίας (lwt’rb‘[t’ qdmy’ dy] ’qymw lh bny šyrt’ qdmyt’), c’est-à-dire « auprès des quatre premières statues dressées par la première caravane ». 11 est fort probable que la première caravane soit celle qui a honoré Soados en 132 (BS n° 45), puisque le texte concerne le même personnage et que c’est le seul autre cas connu d’honneurs rendus au moyen de quatre statues par une caravane. On voit tout de suite quel est le problème. Si l’inscription de 132 fait référence aux quatre statues des quatre sanctuaires, dont celui de Baalshamîn, comment la nouvelle statue de 144 dans le sanctuaire d’Allât pourrait-elle être à côté de la première ? Un doute peut subsister puisque le texte BS n° 45 est restitué à cet endroit99, mais on comprendrait mal que la console de colonne ait été déplacée aussi loin de son lieu d’origine, d’autant plus qu’à chaque fois le texte utilise ou bien le démonstratif ou bien un adverbe de lieu pour insister sur le fait que la statue est bien celle dont on parle. Certes, il n’est pas totalement impossible que Soados ait été honoré une autre fois de la même manière par les caravanes, mais cela semble un peu improbable à la lecture des deux inscriptions qui correspondent assez bien, avec en particulier la même référence à Vologésias comme lieu de départ de la caravane.

74Le texte découvert dans le sanctuaire d’Allât est en tout cas un argument de plus pour faire des bny m‘zyn une des tribus civiques, puisque, dans les deux sanctuaires où ils apparaissent et qu’ils dominent, sont attestés des honneurs rendus par les tribus civiques. Quel que soit leur sanctuaire principal, même s’ils en avaient deux, il semble désormais hors de doute que les Benê Mazîn sont une des quatre tribus civiques. Il est même logique que ce soit une tribu civique officielle qui domine, non un, mais deux des sanctuaires les plus importants de la cité, en manifestant ainsi son pouvoir sur différents quartiers de la cité (voir pl. 7).

  • 100 Sauf si le sanctuaire tribal n’appartient pas au quartier de la tribu correspondante.
  • 101 Sur ce point, voir M. Gawlikowski. 1995a, p. 105.

75La découverte de ce texte peut amener à considérer autrement la manière dont les tribus se répartissaient dans la cité. On a souvent essayé d’attribuer aux différentes tribus des zones urbaines dans lesquelles elles prédominaient100. Cette division de la cité en zones d’influence pourrait être visible dans la manière dont étaient distribuées les inscriptions mentionnant les tribus (voir un essai de représentation pl. 7). Deux ou trois quartiers sont susceptibles de fournir des informations de ce type. On a parlé longuement du sanctuaire de Baalshamîn. Le cas est un peu particulier, car il s’agit là d’un sanctuaire tribal, dans lequel devait se réunir la tribu. On a vu que les Benê Mazîn avaient aussi des liens très étroits avec le sanctuaire d’Allât et que les deux fonctionnaient apparemment en parallèle, selon des modalités encore peu claires. Il faut considérer le fait que cette tribu est représentée particulièrement dans les deux sanctuaires extra-urbains que sont les sanctuaires de Baalshamîn et Allât. En effet, les deux étaient situés dans un premier temps loin du centre de la cité, hors les murs, ce qui convient bien pour des groupes qui sont arrivés tardivement à Palmyre101. C’est un autre point commun entre les deux, et cela peut contribuer à expliquer l’étroitesse de leurs liens dans les textes épigraphiques.

  • 102 Pour reprendre une expression de C. Saliou, 1996, p. 324.

76Mais on a pu aussi établir des correspondances entre les colonnades qui bordent les rues de Palmyre et les tribus. Cela n’est pas forcément étonnant, si l’on considère que l’installation urbaine de Palmyre, oasis de la steppe syrienne, a pour origine la sédentarisation de nomades araméens et arabes. La ville a pu rester marquée par les divisions tribales des habitants. Or, les rues à colonnades constituent des éléments structurants de l’espace urbain, mais aussi des éléments de manifestation des structures urbaines102. Dans certaines zones, des clans et des tribus sont plus particulièrement représentés dans les inscriptions honorifiques.

3. LES BENÊ ZABDIBÔL, UN EXEMPLE DE LOCALISATION PRÉFÉRENTIELLE

  • 103 CIS 3950. 3951 et 3953 (= Inv V. 1 -2 et 4). Il faut rajouter à la liste un certain nombre de tess (...)
  • 104 La restitution est de Ch. Clermont-Ganneau, RAO VII, Paris, 1906, p. 13. Il a été suivi par la maj (...)
  • 105 Le relatif dy sans antécédent a le sens de « ceux qui », comme le oì grec. Hors de Palmyre, on con (...)
  • 106 « Ceux de la tribu des Chôneites ». Plus que le simple ἐν. la préposition από exprime la notion d’ (...)

77Trois des quatre textes qui concernent les Benê Zabdibôl (bny zbdbwl) ont été découverts le long de la Colonnade transversale103. Ce groupe a d’ailleurs la particularité de n’être attesté de manière indubitable qu’à cet endroit. En effet, l’autre texte qui comporte peut-être ce nom provient du portique est du sanctuaire de Bel, mais le mot est restitué en araméen (zb[dbwl]) et n’apparaît pas dans le grec (CIS 3923 = Inv IX, 8 ; fig. 22) 104. Si on utilise le critère constitué par l’expression dy mn bny X, il faut remarquer que les bny zbdbwl ne sont peut-être pas une tribu, alors que les bny zbwd, autre restitution possible, en seraient une. Certes, il y a trois attestations des bny zbdbwl et une seule des bny zbwd, mais il faut mettre l’accent sur le fait que ces trois textes concernent les membres de la même famille, au même endroit, sans doute à l’occasion d’honneurs conférés par les autorités civiques au chef d’une famille de notables (CIS 3952 = Inv V. 3). Ces textes de la Colonnade transversale, tous datés de mars 179, présentent la particularité d’utiliser l’expression οἱ ἐν γένους Ζαβδιβωλειων en face de bny zbdbwl klhwn en araméen (« ceux du genos des Zabdibôliens » et « tous les Benê Zabdibôl »). C’est la seule occurrence du terme γένος (« origine », « race », « famille », « clan » ou même « tribu ») dans l’épigraphie palmyrénienne. À y regarder de plus près, οἱ ἐν γένους Ζαβδιβωλειων ressemble à un décalque d’une formule sémitique d’un type assez courant, qui justement pourrait être dy mn bny X (« ceux qui font partie des fils de X »)105. Le terme normal en grec, φυλὴ, n’apparaît pas, alors qu’on pourrait l’attendre. À la même époque, il est toujours utilisé, par exemple en 182 pour la φυλὴ Χωνειτων (dans le texte H. Ingholt, 1936, p. 109, n° 11). On retrouve à cet endroit un calque de la même expression sémitique, plus proche encore, puisqu’il en rend tous les éléments, y compris le mn, par οἱ ἀπὸ φυλῆς Χωνειτων106. Le cas est un peu différent, puisqu’il est question d’une des tribus civiques, pour laquelle le vocabulaire pouvait être plus formel que pour une autre.

  • 107 D. Schlumberger, 1971, p. 132.
  • 108 M. Gawlikowski, 1973a, p. 37-38 ; J. T. Milik, dans DFD, p. 306.

78Néanmoins, il est probable que l’absence du terme φυλή a une signification particulière, peut-être parce qu’il était réservé à un nombre restreint de groupes. On retrouve là la théorie de D. Schlumberger qui pensait que l’utilisation du mot était le critère pour identifier les quatre tribus civiques à Palmyre107. Le principal obstacle qu’on peut y voir est que les bny m‘zyn, très liés à l’un des quatre sanctuaires civiques (voir plus haut) et à l’une des tribus les plus souvent représentées, ne sont jamais appelés φυλὴ, alors qu’une tribu pratiquement inconnue, la φυλή Μαγερηνων (CIS 4120) l’est. D. Schlumberger résolvait la difficulté en proposant de manière tout à fait hypothétique l’identification des deux groupes. Cette proposition, difficile du point de vue philologique, a été rejetée par M. Gawlikowski et J. T. Milik a préféré identifier la φυλὴ Μαγερηνων avec les bny mgrt (CIS 3978 et RTP 105)108.

  • 109 J. K. Stark, 1971, p. 16-17 avec plus de soixante attestations.

79Les Benê Zabdibôl n’étaient vraisemblablement pas une tribu civique. Comme d’autres groupes du même type, ils portent un nom de personne. C’est même un des plus courants à Palmyre109. Ils font probablement partie d’un groupe dont le fondement est l’origine commune de ses membres, qu’on peut appeler clan ou tribu, selon l’ampleur du groupe concerné. Dans ce cas, il est remarquable que les attestations sont assez peu nombreuses et surtout très concentrées dans le temps et l’espace.

80Les rapports entre la famille de Shoraîkô, honorée par ce groupe dans la Colonnade transversale, et les Benê Zabdibôl sont assez mystérieux. Une chose est sûre, aucune des généalogies conservées de la famille ne mentionne de

  • 110 Sur la famille, voir chapitre I (p. 50). Les textes qui la concernent sont CIS 3940. 3950-3955, 40 (...)

81Zabdibôl110, ce qui ne veut pas dire que la famille n’appartient pas à un groupe de ce nom. Certes, des honneurs accordés par un groupe à des individus ne signifient pas forcément qu’ils appartiennent au groupe, même si on a souvent tendance à le supposer. Selon toute apparence, les Benê Zabdibôl portaient un intérêt particulier à un ensemble monumental que les dons de la famille de Shoraîkô ont pu embellir. Peut-être s’agissait-il d’un sanctuaire dont ils étaient les responsables. Cependant il faut bien voir que le Conseil honore Shoraîkô (CIS 3952) pour avoir « fait dans cette basilique (= portique) sept colonnes, ainsi que toute leur ornementation » (w’bd bslq’ dnh ‘mwdyn sb" wtsbythwn klhwn). C’est donc une œuvre d’évergétisme civique qui est honorée, et non pas seulement la générosité envers un sanctuaire, qui pouvait dépendre des Benê Zabdibôl.

  • 111 M. Gawlikowski, 1973a, p. 85 traduit le mot knwn’ par « autel à encens », « objet dressé » (en cit (...)
  • 112 Voir A. Sadurska, 1977 et M. Gawlikowski, 1970a, p. 74.
  • 113 Selon M. Gawlikowski. 1970a, p. 75, il faut plutôt lire ‘bd qlsṭr’ mn ksp’ dy qrb šmš ’lh’ : « il (...)

82Cette œuvre évergétique peut aussi se lire dans le don par le même Shoraîkô d’un knwn’ de bronze (knwn’ dynhš’), sans doute une sorte de brûle-parfum111. Cet objet, quel qu’il soit, ne prenait pas forcément place dans un sanctuaire, mais pouvait se trouver dans la colonnade. Il a néanmoins une valeur religieuse assez claire. De même, le frère de Shoraîkô, Alaînê (‘lyn’ br hyrn br ‘lyn’ spr’), connu aussi pour avoir fondé son tombeau de famille à proximité112, est honoré par les Benê Zabdibôl (CIS 3951) pour un don au sanctuaire du dieu du soleil Shamash (sms). Il a ainsi offert des qlstr[‘ dy] ksp’ (« des portes – ou des corbeilles – d’argent ») au dieu113. Ce texte est à rapprocher de CIS 3955 (= Inv V, 8) dans lequel un bienfaiteur anonyme, ainsi que son frère Lishamsh, est remercié par tous les membres d’un groupe, lui aussi anonyme, pour avoir offert « dans ce portique, six colonnes, leur entablement et leur toiture en l’honneur de Shamash, Allât et Rahim » (b’sṭ[w’] dnh ‘mwdyn št’ wšrythwn wtṭlylhwn (...) lyqr šmš w’lt wrhm).

  • 114 Dans Inv V, p. 18-19. Voir M. Gawlikowski. 1973a, p. 87.
  • 115 DFD, p. 115-116 en restituant [bny zbdbwl] klhwn comme les auteurs de la dédicace au bienfaiteur a (...)
  • 116 M. Gawlikowski, 1973a, p. 87 et 101-102.
  • 117 On peut s’interroger de ce point de vue sur l’association de šmš avec le dieu Bel (bl) sur les mêm (...)

83Cet ensemble de textes a fait décrire à J. Cantineau la Colonnade transversale comme un édifice religieux114 ; il est probable que la zone même de la colonnade était en effet sacrée, comme celle, à proximité, où l’on a découvert le sanctuaire d’Allât. C’est en s’appuyant sur ce texte CIS 3955 que J. T. Milik fait des Benê Zabdibôl les prêtres du culte d’un sanctuaire situé au débouché de la Colonnade transversale, sans doute celui du Soleil (Shamash), associé à Allât et Rahim115. Les découvertes ultérieures (sanctuaire d’Allât) ainsi que le peu de probabilité de l’installation du tombeau 173d sur l’emplacement d’un temple plus ancien conduisent à rejeter en partie cette interprétation116. De plus, il ne semble pas que l’on ait trouvé d’autres mentions du clan des Benê Zabdibôl dans les fouilles du sanctuaire d’Allât, mais qu’au contraire les Benê Mazîn et les Benê Iedîbel (voir supra) ont eu la haute main sur ce culte. En revanche, la fréquence des mentions des Benê Zabdibôl en association avec Shamash sur les tessères (RTP 138 et 141) ne peut que renforcer la théorie qui en fait des desservants de ce culte117.

  • 118 M. Gawlikowski, 1990a, p. 2643. Néanmoins, un texte du sanctuaire de Baalshamîn associe Rahim avec (...)
  • 119 Comme le remarque K. Dukstra. 1995, p. 103-104, l’expression « de la maison de leurs pères » n’est (...)

84Les sanctuaires du Soleil et de Rahim devaient en fait se trouver au voisinage du sanctuaire d’Allât118, ce qui explique la dédicace conjointe, alors qu’il n’y a apparemment pas de traces d’un culte solaire dans le péribole d’Allât. J. T. Milik a fait un rapprochement prosopographique intéressant en proposant de faire du Lishamsh de CIS 3955 le même que celui qui est cité en CIS 3978 avec son frère Zebîdâ (lšmš wzbyd’ bny mlkw br ydy’bl br nš’ dy mtqr’ br ‘bdbl). Ces deux personnages ont en septembre 85 offert à Shamash, « dieu de la maison de leurs pères » (lšmš ’lh byt ’bwhn) un autel et un hamana (ḥmn’)119.

  • 120 C’est ce que propose J. Teixidor, 1979, p. 64.

85Ces deux personnages appartiennent à un groupe familial, les bny ‘bdbl, qui est décrit comme faisant partie de la tribu des bny mgrt’. On peut se demander alors si les Benê Zabdibôl, très liés eux aussi au culte de Shamash, ne font pas partie aussi des bny mgrt’120. Même si cela est possible, ce n’est qu’une hypothèse, car on manque de preuve directe ; il est possible aussi qu’il faille plutôt les rattacher aux Benê Mazîn du temple d’Allât tout proche. Le rapprochement fait par J. T. Milik s’appuie sur un seul nom, assez courant à Palmyre. D’autre part, une dédicace au dieu Shamash dans cette zone n’est pas étonnante. Celles dont on connaît l’auteur ne sont pas le fait d’une famille unique. Enfin l’argument des dates n’est pas aussi concluant que ce qu’écrivait J. T. Milik, puisqu’il ne s’est pas écoulé un quart de siècle entre les deux textes, mais près d’un demi-siècle (de 85 à 129. 44 ans). Les deux frères ont bien sûr pu offrir un autel et un hamana dans leur jeunesse et six colonnes à la fin de leur vie, la probabilité est simplement moins forte qu’il soit question des deux mêmes personnages après 44 ans. Il est de même possible que le Lishamsh de CIS 3955 appartienne à cette famille, mais ne soit qu’un neveu ou un cousin, qui aurait reçu un nom courant dans la famille.

  • 121 C’est ce qu’on peut conclure de la mention du grand dieu de la ville. Bel, sur les tessères mentio (...)

86La famille de Shoraîkô n’est connue qu’à partir d’une période où il est très rare qu’on mentionne l’appartenance tribale. À ce moment, l’attestation des Benê Zabdibôl, qui peuvent difficilement être une des tribus civiques, peut seulement signifier qu’il s’agit d’un groupe réduit au sein de la population palmyrénienne. Il s’agit peut-être d’une famille ou d’un clan de prêtres, chargés plus particulièrement du culte « civique » de Shamash121. La dernière inscription dans laquelle le nom des Benê Mazîn apparaît est datée de 103 (BS n° 43), ce qui fait qu’on ne peut exclure l’appartenance des Benê Zabdibôl à ce groupe. On ne peut de toute façon pas conclure sur leur attachement tribal. Il s’agit d’une famille de notables dont la richesse a permis l’embellissement de ce quartier ouest de Palmyre. Un des membres de la famille est un personnage relativement important de Palmyre au siècle suivant (CIS 3940) et le fils de Shoraîkô. Hérode Haîran, est en relation avec Manilius Fuscus, fils du légat de Syrie du même nom dans la deuxième moitié du iie siècle (Inv X, 27).

  • 122 Il s’appelle Αλοινης Αιρανου τοῦ Αλαινη Σεφφερα ‘lyn’ brhym br ‘lyn’ ṣpr’ (CIS 3951). L’aîné des e (...)
  • 123 Texte publié par M. Gawlikowski, 1970a, p. 74.
  • 124 Il est relativement rare que les tombeaux soient fondés par un personnage pour lui-même et ses frè (...)

87La forme des honneurs reçus par la famille en mars 179 est en elle-même remarquable. Shoraîkô, fils de Haîran est honoré par le Conseil parce qu’il a contribué à l’embellissement de la Colonnade transversale, ce qui incite à en faire le personnage principal de la famille, bien qu’il ne soit peut-être pas l’aîné. D’après l’onomastique, l’aîné est peut-être plutôt son frère, Alaînê, qui porte le même nom que son grand-père122. D’autre part. Alaînê a fondé un tombeau123 mais on n’a pas d’indices pour penser que son frère et ses enfants ont aussi été enterrés à cet endroit. Il est possible que cette autre branche de la famille ait son propre tombeau ailleurs124. Alaînê devait être assez âgé en 179, puisqu’il était déjà en âge de fonder son tombeau environ quarante ans auparavant (novembre 138). Le fait qu’il ait pu offrir des portes (?) d’argent à un sanctuaire est aussi un signe de la richesse qu’il pouvait posséder. Cette offrande n’est pas nécessairement contemporaine de l’érection de la statue : elle a pu se faire quelques années plus tôt et n’être commémorée de manière formelle qu’à l’occasion des honneurs rendus à son frère par la cité. De plus, le formulaire de ce texte est un peu différent de celui qui concerne les deux fils de Shoraîkô, Iadê et Haîran, les deux autres membres de la famille à avoir été honorés par les Benê Zabdibôl. Ces deux fils reçoivent une statue en l’honneur de leur père, ce qui renforce l’importance qu’on peut accorder à celui-ci. Alaînê est aussi honoré pour ses propres mérites, parce qu’il a plu aux Benê Zabdibôl (bdyl dy Spr lhwn). On a rajouté après la date la mention des qlstr’ d’argent, vraisemblablement ce par quoi il leur a plu.

  • 125 À moins qu’il ne faille restituer aux deux premières lignes, [ṣlm’ dnh dy X dy ‘qymw lh bwl’ wbny (...)
  • 126 Haîran porte le nom de son grand-père paternel. Iadê celui de son grand-père maternel : il est ten (...)

88La concomitance des honneurs rendus à toute la famille par différents dédicants est curieuse. On comprend que la construction d’une partie de portique dans une rue soit l’occasion d’honneurs rendus par le Conseil, et qu’un don à un sanctuaire n’entraîne d’honneurs que de la part d’un groupe lié à ce culte. Cela expliquerait la différence entre CIS 3951 (les Benê Zabdibôl honorent Alaînê) et CIS 3952 (le Conseil honore Shoraîkô). Néanmoins, cinquante ans plus tôt, la construction de six colonnes par Lishamsh et son frère ne leur a valu que des honneurs tribaux, pour autant qu’on puisse restituer le texte CIS 3955125 Les statues des deux fils de Shoraîkô font partie des honneurs rendus au père, mais peut-être aussi à l’oncle. Cela n’apparaît pas dans le texte, mais il faut tenir compte de la position de leurs deux inscriptions, qui dans la Colonnade transversale entourent les deux autres. La cinquième inscription (CIS 3954 = Inv V, 5), pour la femme de Shoraîkô, mrty/Mαρεις, mère de Iadê et Hérode Haîran126, est située un peu plus loin, et se différencie des autres parce qu’elle a été dédiée après la mort de mrty, par son mari, la faisant participer en quelque sorte aux honneurs qui lui étaient rendus.

  • 127 Parce que les Benê Zabdibôl appartenaient à la cité, peut-être en tant que groupe reconnu (prêtres (...)

89On a donc en fait trois groupes de textes différents, même si la date est la même. Le texte pour Shoraîkô semble être le plus important. Les Benê Zabdibôl ont dû simplement compléter ce premier texte par trois dédicaces à d’autres membres de la famille. Il était peut-être inutile d’ajouter une dédicace en leur nom à Shoraîkô déjà honoré par le Conseil127. Le seul moyen d’honorer ce bienfaiteur était peut-être d’honorer sa famille, ce qui prouve d’une part la puissance de la famille, d’autre part l’importance des liens du sang dans la vie civique de la ville.

  • 128 Avec btr dy mytt lyqrh (« après sa mort en son honneur ») traduit en grec par μνήμης ἕνεκεν (« en (...)
  • 129 Il semble naturel de considérer que l’inscription gravée sur le devant de la console occupe la pos (...)

90Le décret en faveur de Shoraîkô utilise un vocabulaire tout à l’ait courant dans les textes du même type à Palmyre (εὐσεβῆ καὶ φλόπατρι καὶ φιλότειμοv). On a vu aussi que le texte araméen était beaucoup plus précis et permettait seul de connaître les véritables raisons des honneurs accordés à ce notable palmyrénien. Il en est de même pour les autres textes de cet ensemble, à l’exception de CIS 3954, dont les deux versions ont sensiblement la même signification128. Mais seules les versions araméennes de CIS 3950 et 3953 permettent de savoir que les statues ont été dressées en l’honneur de leur père Shoraîkô (lyqr šrykw ‘bwhy). Les deux textes sont d’ailleurs exactement identiques, sauf pour le nom du personnage honoré. De même, en CIS 3951, seule la version araméenne comporte l’ajout qui mentionne l’offrande d’un objet en argent au dieu Shamash. Comme l’ont noté différents éditeurs de ces textes, le grec ne semble être qu’un résumé du palmyrénien, ce qu’on explique par le fait que ces textes concernent le domaine religieux, sans doute plus conservateur et attaché aux traditions locales. Pourtant, la place relative des deux versions est curieuse. En effet, le grec semble avoir la place d’honneur, puisqu’il est inscrit sur la face principale, et non sur le côté gauche (quand on regarde la console), comme le texte araméen129 : la disposition est la même pour les cinq textes bilingues, ce qui est normal puisqu’ils ont été gravés en même temps, sans doute selon un plan d’ensemble.

91Il semble que deux logiques s’affrontent. L’araméen, mieux compris par la majeure partie de la population de Palmyre, donne les renseignements véritablement signifiants qui permettaient aux passants de comprendre pour quelle raison Shoraîkô et sa famille avaient été honorés. Le caractère religieux de leur générosité ne prenait sa véritable signification que dans le contexte indigène de Palmyre, mais, en même temps, le grec était utilisé à la place d’honneur, non seulement pour expliquer aux étrangers de passage l’honneur fait à Shoraîkô et aux siens, mais aussi, vis-à-vis de la population de Palmyre, pour exprimer le rang social de cette famille qui, parce qu’elle faisait partie des premières familles de l’oasis, utilisait le grec. Le texte du Conseil était en grec, comme la très grande majorité des inscriptions honorifiques officielles, et la puissance de la famille ne pouvait mieux se proclamer qu’en utilisant la même langue pour tous les textes qui la concernaient.

4. LES BENÊ MATHABÔL

  • 130 La plupart de ces textes ont été publiés assez récemment par Kh. AS’AD et M. Gawlikowski, 1986-198 (...)
  • 131 Le texte n° 8 daté de 279-280 a perdu les premières lignes dans lesquelles se trouvait peut-être l (...)
  • 132 Dans l’ordre chronologique (voir le tableau en annexe VIII. I et 3). CIS 4113,4115 ; Inv VII, 3 ; (...)

92Les inscriptions qui concernent les Benê Mathabôl dans la partie ouest de la Grande Colonnade sont un autre cas dans lequel une famille et une tribu semblent avoir des liens très étroits130. La tribu des Benê Mathabôl (bny mtbwl) est presque sans aucun doute l’une des quatre tribus qui forment le corps civique de Palmyre. C’est aussi la tribu palmyrénienne attestée le plus tardivement, puisque le texte n° 6 date de 247131. Beaucoup des inscriptions qui la concernent sont funéraires132 et on ignore la provenance de la plupart des autres textes. En fait, hormis trois textes qui viennent du sanctuaire de Bel (CIS 3915 et 3925-3925) et un autre qui vient du sanctuaire d’Arsû (Kh. AS’AD et J. Teixidor, 1985b, p. 286), tous les textes « civils » (non religieux ou funéraires) qui concernent les bny mtbwl proviennent de cette section réduite de la Grande Colonnade. Comme dans l’exemple de la Colonnade transversale, la tribu honore les membres d’une seule famille, celle de Bartê (si on met à part le rhéteur T. Fl. Cerealius d’Inv III, 24). De plus, il n’est nullement assuré que cette famille appartenait elle-même à la tribu, même si, comme pour celle de Shoraîkô et Alaînê, c’est probable.

  • 133 Kh. As’ad et M. Gawlikowski, 1986-1987 n° 5. 3. 4 et 2.
  • 134 Kh. As’ad et M. Gawlikowski. 1986-1987 n° 8, auquel se rattache sans doute le n° 7.

93Toute reconstruction de l’arbre généalogique de la famille de Bartê se heurte à l’existence d’une coupure d’au moins deux générations entre un ensemble de textes qui datent des années 200133 et le texte daté de 279-280134. Le texte de 247 qui provient du même ensemble (n° 6) n’a pas conservé le nom de la personne honorée et permet seulement de savoir que la tribu continue à être active à cette époque.

  • 135 Voir les remarques à ce sujet de M. Gawlikowski (Kh. As’ad et M. Gawlikowski. 1986-1987, p. 165-16 (...)
  • 136 Le nom transcrit comme Bεθθεις en grec (accusatif) est sans doute en araméen bîy, connu par CIS 43 (...)

94Shoadû, fils d’Elahbel, est honoré en 201 par les Benê Mathabôl (texte n° 3). Le texte parle d’une statue « qui a été dressée pour lui par la tribu » (dy ‘qymt lh pḥzh dy bny mtbwl). Or ce texte présente une ambiguïté grammaticale, puisque le mot pḥz « tribu » se termine par le pronom affixe h (3e personne du singulier : « son ») qui peut être traduit de deux façons. Il peut s’agir de « sa tribu », mais il est tout aussi possible que le pronom ne soit là que pour anticiper le nom de la tribu, selon une formule courante en syriaque par exemple135. Les autres textes ne permettent pas de conclure sur l’appartenance tribale des membres de la famille. La femme de Shoadû, Bεθθεις (texte n° 2 de 208)136, leur fils (textes n° 4 de 203 et n° 1), sont aussi honorés par cette tribu. Son frère, Iarhibôl, l’avait été quelques années auparavant (texte n° 5 de 197).

  • 137 Si on suit J.-B. Chabot à propos de CIS 4238 (CIS. ad loc.), mrthwn brt lšmš br yrḥbwl škybl serai (...)

95On connaît par certains textes d’autres membres de la famille. Le père de Shoadû et de Iarhibôl, Elahbel, a construit le tombeau de la famille à l’extrémité est de la vallée des Tombeaux en 164 (Inv IV, 12). La famille de Βεθθεις est aussi assez bien connue. Il semble qu’elle soit Γ arrière-petite-fille d’un certain Ανανις Μαλχου (‘nny br mlkw ‘nny), trésorier en 114 d’après le texte CIS 3994137. Son frère (Μαλχος Μουκιανοῦ τοῦ Ανανιδου) est connu par la dédicace d’un autel au dieu anonyme dans les mêmes années (texte n° 5a). Le nom de leur père Μουκιανός (le nom latin Mucianus) est sans doute une adaptation du nom sémitique mqymw. Le procédé d’adaptation choisi a visiblement été la ressemblance phonétique. On retrouve peut-être la même chose dans le texte CIS 4212 (Inv VII, 13), assez lacunaire, et dans le texte n° 7 de cette partie de la Grande Colonnade, on a [Μου]κιανό[v] Μαλχου τοῦ Μοκι[μου...]. La partie araméenne de l’inscription est trop mutilée pour qu’on puisse assurer que cette alternance entre les deux noms (grand-père et petit-fils) présente simplement les deux versions (nom grec et nom sémitique) du même nom.

96Il est en tout cas difficile, à partir des textes nos 7 et 8, de comprendre à quelle partie de la famille on a affaire. Il est visiblement question d’un père Malikû (n° 8) et de son fils Mucianus (n° 7). Seule la date des honneurs rendus au père est conservée, mais il est probable que la statue du fils a été dédiée à la même période. Ils ont contribué à leurs frais (έξ ΙΔΙΩΝ) à la construction du toit de la basilique du dieu ancestral Arès/Arsû (στήγας [ὐπὲρ τὴν] μ[εγαλὴν] βασιλικ[ὴν ’Αρέως πα]τρώου θεο[ῦ] dans le texte n° 8) ; le texte n° 7 est pratiquement identique et assure les restitutions. L’onomastique de ces deux personnes incite à en faire des descendants du ‘nny/’nnw de l’inscription CIS 3994. De plus, comme l’ont remarqué les éditeurs de l’inscription n° 8, après le nom du personnage mlkw mqymw, et avant une lacune, apparaît un « ’«  qui pourrait être le début du nom ‘nny. Le nom complet du père serait donc à restituer mlkw mqymw ‘nny. C’est aussi le nom du frère de Βεθθεις tel qu’il apparaît en grec dans le texte n° 5a (en admettant l’équivalence Μουκιανός/MQYMW). Néanmoins, la généalogie de Βεθθεις est un peu différente de celle de son frère, puisqu’une génération est venue s’intercaler (Βεθθειν Μουκιανοῦ Μαλιχου τοῦ Ανανιδου). D’après les dates, il est extrêmement probable qu’il s’agit bien du frère et de la sœur ; il n’est pas non plus étonnant que les listes d’ancêtres ne correspondent pas tout à fait, qu’on supprime ou qu’on ajoute, selon les cas, une génération.

  • 138 Même si la date séleucide de 591 était confirmée, il serait intéressant de faire intervenir des cr (...)

97On peut se demander si la date du texte n° 8 (α Ϙ φ’, c’est-à-dire 591 de l’ère séleucide, soit 279-280 de notre ère), dont la lecture est indubitable d’après l’éditeur, n’est pas le fruit d’une erreur du lapicide. La lacune chronologique serait alors supprimée. Si Μαλχος Μοκιανοῦ τοῦ Ανανιδου du texte n° 5a est le même que le mlkw mqymw ‘nny du texte n° 8, son fils (Μουκιανός Μαλχου τοῦ Μοκιμου), dans le texte n° 7, serait le neveu de Shoadû et Betheî, ce qui placerait l’activité de la famille au plus tôt au milieu du [iie siècle. Néanmoins, en l’absence de photos publiées du texte, il est difficile de contester l’editio princeps sur ce point138.

98Tous les membres de la famille sont honorés par la tribu, ce qui est une première différence avec les textes de la Colonnade transversale dans lesquels trois dédicants différents apparaissaient. Autre différence, les dédicants appartiennent à deux familles liées par au moins un mariage. D’autre part, les raisons des honneurs restent très mystérieuses, sauf dans les deux derniers textes (nos 7 et 8). Comme dans le cas de la Colonnade transversale, il est probable que la générosité d’un membre de la famille envers le sanctuaire du dieu particulièrement vénéré par la tribu (dans ce cas, Arsû/Arès) a conduit cette dernière à étendre les honneurs aux autres membres de la famille. Il se peut aussi qu’une des raisons de l’alliance des deux familles soit justement une communauté de culte et que l’importance de ce groupe dans le sanctuaire d’Arsû soit reconnue d’une manière formelle par la tribu.

99On a un bon exemple de cette générosité familiale, avec les deux textes parallèles de Malikû et de son fils Mucianus. L’identité du formulaire a permis de restituer de manière assez sûre le nom de la tribu à la première ligne du texte n° 8, daté de 279-280. La nature des offrandes faites par ces personnages et l’endroit où a trouvé place leur activité de construction éclairent d’un jour particulier les textes de la Colonnade transversale. L’aménagement de cette partie de la Grande Colonnade, avec l’édification d’« un toit au-dessus de la grande basilique d’Arsû » (μεγαλὴ βασιλική et [b]slk’ en araméen) rappelle évidemment la construction par Shoraîkô, fils de Haîran, de sept colonnes et de leur ornementation dans une autre « basilique » (bslq’), la Colonnade transversale. De même, cette portion de la Colonnade transversale pouvait être dédiée à une divinité, sans doute Shamash, comme le prouverait le texte CIS 3955. D’un autre côté, ce n’est que par des preuves indirectes qu’on peut penser que la construction financée par Shoraîkô lui-même avait des rapports avec le culte solaire.

100Pour reprendre l’exemple de la Grande Colonnade, on ne peut manquer d’être frappé par le relatif éloignement du temple d’Arsû lui-même. La concomitance de la découverte du temple et des inscriptions de la Grande Colonnade ne doit pas dissimuler la distance entre les deux lieux. On peut pourtant penser que du point de vue urbain les deux monuments appartiennent au même quartier, qui pourrait être dominé par la tribu des bny mtbwl. On voit par cet exemple qu’il n’est pas nécessaire que le sanctuaire de Shamash soit à proximité immédiate de la Colonnade transversale. Un portique, ou seulement une partie, peut lui être dédié ailleurs qu’aux abords du lieu de culte.

  • 139 Dans la comparaison de ces deux dossiers épigraphiques, il faut sans doute éviter de faire comme s (...)

101Quoi qu’il en soit, malgré les différences (honneurs groupés ou échelonnés dans le temps), il est manifeste qu’on a affaire dans ces deux cas à un phénomène du même type : une famille, ou un groupe de familles, en relation étroite avec un sanctuaire, est honorée par le groupe tribal qui gravite autour de ce sanctuaire139. Le processus est assez semblable pour ces deux tribus qui n’ont apparemment pas le même statut au sein de la cité de Palmyre. Les Benê Zabdibôl, autant qu’on puisse en juger par le petit nombre de textes connus, sont un groupe relativement restreint, peut-être un groupe familial réunissant des prêtres du dieu Shamash. C’est d’ailleurs un autre sujet d’étonnement que ce nom proprement araméen pour le culte d’un dieu arabe, honoré en même temps que Allât et Rahim dont l’origine arabe est aussi assurée. Ce fait peut amener à reconsidérer les conclusions qu’on tire habituellement sur l’origine de la population d’après ses cultes.

  • 140 Publication du texte par Kh. As’ad et J. Teixidor, 1985b, p. 285-293 avec commentaire. Voir aussi (...)

102Les Benê Mathabôl au contraire sont une des tribus les mieux connues ; les textes de la Grande Colonnade fournissent la preuve de leurs liens étroits avec Arsû, et en font un exemple de tribu civique. Malgré leur nom, ils se regroupent autour du culte d’un dieu tout à fait arabe. L’autel découvert sur le site du sanctuaire ne peut que renforcer cet aspect ethnique, puisque, outre Arsû, y sont mentionnés « Qismaya et les filles du dieu », dont l’origine arabe est probable140.

  • 141 Surtout parce que leur sanctuaire ne fait pas partie des cinq sanctuaires mentionnés comme civique (...)

103On a donc au moins trois exemples de familles liées à un ou plusieurs sanctuaires, et comme déléguées par une tribu pour le culte. Que ce soit dans le cas des Benê Mazîn, dans celui des Benê Zabdibôl ou dans celui des Benê Mathabôl, il apparaît qu’une famille de notabilités de la cité est au premier plan. Le parallélisme entre les trois n’est évidemment pas total, ne serait-ce que par le fait que les Benê Zabdibôl ne sont pas une tribu civique141, mais ces exemples ont l’avantage de prouver la survivance de structures préciviques qui ont sans doute été reprises et rationalisées au moment de la transformation des institutions de la communauté. Ainsi les différentes composantes de la population ont pu s’installer au fur et à mesure de leur arrivée dans certaines zones en se regroupant par origine et éventuellement par tribu. Comme on l’a vu, cela ne signifie nullement que ces subdivisions aient été reprises lors des réformes du ier siècle.

  • 142 A. De Boucheman, 1939, p. 30 et 46. n. 1.
  • 143 A. De Boucheman, 1939, p. 17 (plan de la ville).

104On peut reprendre l’exemple de Suhné à ce propos. Comme le prouve le plan établi par A. de Boucheman, les habitants de cette petite cité se regroupent dans un premier temps selon leur origine tribale (voir pl. 5). Cette localisation préférentielle s’affaiblit normalement au fur et à mesure que la sédentarisation s’ancre dans les mœurs, mais ce qui semble original à Suhné est la permanence de ces groupements142. Néanmoins, on a vu aussi que les liens tribaux se relâchent avec l’installation en ville. On voit de quelle manière ces faits peuvent éclairer le cas de Palmyre, bien que la situation de Suhné ne soit qu’un exemple parmi d’autres de la manière dont une société traditionnelle se transforme en se sédentarisant. Un autre aspect mis en lumière par l’exemple de Suhné est le rôle dans ces changements de la présence, non tellement de sédentaires que de nouvelles techniques : l’installation de garages le long de la route a en particulier fait que le centre s’est progressivement déplacé dans cette direction143. On doit aussi tenir compte de ces aspects quand on s’intéresse à Palmyre, ce qui permet de penser peut-être qu’on est passé assez rapidement d’une installation groupée par tribu à un éclatement des structures claniques anciennes, en fonction peut-être de nouvelles solidarités.

105Chacune des quatre tribus devait se rassembler autour de son sanctuaire, ce qui pouvait avoir des conséquences urbanistiques, car il ne s’agissait vraisemblablement pas d’une simple participation à des cérémonies religieuses. Les exemples développés plus haut montrent que les grandes familles chargées ou maîtresses des sanctuaires affirmaient leur présence par des manifestations d’évergétisme. Ainsi, les colonnades ou même les temples qui viennent embellir et modifier le tissu urbain, sont non seulement une preuve de piété, mais aussi une manifestation de la richesse des notables de la cité.

106Pourtant, certains ensembles religieux paraissent être en dehors de ce système tribal et, dans certains cas, sont une autre occasion pour des grands notables d’exprimer leur richesse et sans doute leur prééminence dans la société palmyrénienne. De toute façon, à cause de notre ignorance de l’habitat à Palmyre, c’est surtout dans le domaine religieux qu’on dispose de documents. De même les inscriptions renseignent en majorité sur les activités des notables au sein des grands sanctuaires, à l’exception évidemment des activités édilitaires ou caravanières, aspects sur lesquels il faudra revenir en détail. Comme on a pu le voir, il existe des liens très forts entre la topographie urbaine de Palmyre et sa topographie religieuse, du moins quand on se place au niveau des tribus. Cette conclusion est évidemment plus difficile à établir pour des familles individuelles, ou même des classes sociales. On tentera d’éclairer ces problèmes aux chapitres IV et V.

107Mais si on connaît les liens de certains groupes tribaux avec des sanctuaires, il semble pourtant que ce ne soit qu’un des aspects de la question. Il est possible aussi d’étudier la manière dont se faisait la relation entre la population de Palmyre (soit dans son ensemble, soit pour des groupes de taille plus réduite) et les monuments religieux qui constituaient son cadre de vie.

C. LES DIFFÉRENTS NIVEAUX DE LA TOPOGRAPHIE RELIGIEUSE

  • 144 Le texte araméen est très clair : bn’ bykl’. « il a construit le temple » : le grec est lacunaire (...)

108L’articulation complexe entre le rôle purement tribal des sanctuaires et l’œuvre édilitaire des notables est visible dans le cas du sanctuaire de Baalshamîn, le mieux connu des sanctuaires tribaux. Situé dans la partie nord de la ville antique, il a connu un développement continu depuis le début du ier siècle. Beaucoup des inscriptions trouvées à cet endroit sont les dédicaces de construction des divers portiques. Comme on l’a vu, beaucoup des personnages qui font des offrandes au sanctuaire appartiennent à la tribu des Benê Mazîn. En tout cas, si le nom bny m‘zyn n’apparaît pas systématiquement, il est très courant dans les dédicaces de monuments importants, mais seulement jusqu’en 103. avec le dernier texte daté (BS n° 43). Pourtant ce moment ne marque pas l’achèvement des constructions, puisque le développement du sanctuaire est couronné vers 131 par la construction du petit temple corinthien qu’on peut voir encore sur le site. Comme nous le rappelle la dédicace honorifique que lui firent le Conseil et le Peuple de Palmyre pour commémorer cet événement (BS n° 44 = CIS 3959 de 131), Malê Agrippa, fils de larhaî (Μαλη καὶ ’Aγρίττπα Ιαραιου τοῦ Ρααιου ; ml’ br yrḥy lšmš r’y) s’est chargé de la construction du temple144. Elle est la suite logique de la construction de portiques ou de parties de portiques par divers personnages. Malê Agrippa est à l’évidence un grand notable puisqu’il a été deux fois secrétaire du Conseil, et qu’il a fourni de l’huile lors de la visite de l’empereur Hadrien. De plus, on connaît un peu sa famille. Son père, yrḥy br lšmš br r‘y, est le dédicant d’au moins un des portiques du sanctuaire. Il appartient aux Benê Mazîn, alors que, une cinquantaine d’années plus tard, son fils ne mentionne pas cette appartenance. Malgré cela, on peut supposer qu’il fait partie de la tribu de son père et il n’est pas étonnant qu’il participe à l’embellissement d’un sanctuaire auquel sa famille devait être particulièrement attachée.

  • 145 Ce peuvent être les prêtres ou encore une tribu (bny m‘zyn ou bny ydy‘bl ?).

109Toutefois le texte qui le concerne n’est pas une décision autonome de la tribu pour le remercier de ses bienfaits, mais comme on l’a déjà noté au chapitre I (p. 32), il s’agit d’une décision des autorités de la cité, appliquée sans doute par les autorités propres au sanctuaire145. Le début du texte palmyrénien est très clair : « par décision du Conseil et du Peuple » (mn twḥyt bwl’ wdmws). Ce n’est plus seulement en tant que bienfaiteur du dieu de sa propre tribu que Malê est remercié, mais aussi parce qu’il a accompli dans l’exercice de ses fonctions des actions dignes d’éloges civiques.

110Le système des regroupements tribaux constitutifs de la cité de Palmyre semble ici se doubler du rôle plus ou moins autonome d’évergètes. Cette caractéristique place plutôt le cas de Malê Agrippa dans une tradition gréco-romaine, ce qui expliquerait la disparition des constantes références aux tribus. Cela correspond aussi à la même époque à la disparition progressive des mentions de la tribu dans les inscriptions de Palmyre, même si les quatre tribus honorent ensemble des bienfaiteurs jusqu’en 199 (Inv X, 44). Parallèlement, il existe au moins un endroit où les différentes parties de la population de la cité se regroupent, et où sont attestées la plupart de ses composantes.

1. LE SANCTUAIRE DE BEL, CENTRE CIVIQUE ?

  • 146 Voir M. A. R. Colledge, 1976b, p. 50-52. Plus généralement sur le sanctuaire, voir R. Amy, H. Seyr (...)

111On situe le centre primitif de Palmyre sur le tell où se trouve le sanctuaire de Bel depuis au moins le début du ier siècle de notre ère. Ce sanctuaire construit en plusieurs années est une telle nouveauté pour le site de Palmyre que certains savants ont soutenu que le temple avait été construit grâce à des fonds fournis par Rome, comme pour marquer la puissance de l’Empire à Palmyre146. Néanmoins, si on accepte les changements proposés par M. Pietrzykowski à l’histoire de la construction du temple, on est amené à reconsidérer les événements. Si le temple n’est en fait pas terminé avant le début du iie siècle, la théorie de l’intervention impériale (la rapidité d’exécution) n’est plus valable. De plus, même si les ouvriers qui ont construit le temple venaient de l’Empire, ce qui est fort probable, le plan même du temple et tout ce qui fait son originalité sont plus compréhensibles, si on en fait une œuvre de conception locale.

  • 147 Inv IX. 11 : tgry’ klhwn dy bmdynt bbl, Le texte grec est une dédicace au même personnage par le δ (...)

112De plus, un certain nombre de textes sont la marque de l’intervention d’évergètes palmyréniens, en particulier pour les portes du sanctuaire (CIS 3914). Mais dès le premier quart du ier siècle des notables de la ville font des offrandes qui permettent la construction du temple. Ainsi en 24, un membre du clan Hashash (des bny kmr’), Malikû, est honoré par « tous les marchands qui sont à Babylone »147 pour avoir « aidé à la construction du temple de Bel, à ses frais, ce que personne n’avait fait » (‘[d]r bnyn’ dy h[y]kl’ dy bl wyhb mn kysh dy l’ ‘bdh’ nš). Même si on pouvait prouver l’intervention impériale, elle n’est pas incompatible avec la participation de l’élite de la ville aux travaux.

  • 148 D. Schlumberger, 1971, p. 129.

113Quoi qu’il en soit de l’histoire architecturale et artistique du monument qui ne nous retiendra pas ici, il semble bien que le grand temple était une sorte de centre religieux de Palmyre, où les différentes tribus pouvaient se trouver représentées. Ainsi on a pu voir au chapitre I (C 2) qu’il ne semblait pas que la symposiarchie de Bel (charge sans doute annuelle) ait été réservée à une tribu particulière. Cette fonction, couplée à la grande prêtrise du culte de Bel, constituait sans doute le sommet de la hiérarchie religieuse de Palmyre. D. Schlumberger voit dans le décor d’une poutre du temple de Bel la preuve de l’union en ce lieu des quatre tribus : on voit en effet sur cette poutre un quadruple sacrifice, ce qui correspondrait au nombre de tribus148. Cette conception acceptée par la majorité des historiens manque néanmoins de preuves formelles ; on a plutôt un faisceau d’indices et de déductions ingénieuses.

114Il est certain que la place centrale du sanctuaire au sein de l’urbanisme palmyrénien, à l’origine de la Grande Colonnade, ainsi que l’énormité du complexe qui abrite le temple ne peuvent que renforcer la théorie qui fait du sanctuaire le centre religieux de la ville (fïg. 23). De plus, les inscriptions honorifiques de notables palmyréniens qu’on trouve sur les colonnades qui entourent le temple, sont le signe qu’à cet endroit l’ensemble de la cité honorait ses bienfaiteurs. Il s’agit en outre, comme l’agora, d’un espace public, utilisé par les autorités de la cité.

  • 149 On devait hériter de cette appartenance tribale, au moins en ligne masculine. D’autre part, il sem (...)
  • 150 Voir J. Henninger, 1959, p. 83 sur la fonction du hakam (« juge ou plutôt arbitre auquel on s’adre (...)
  • 151 De plus, ces deux tribus sont amplement attestées dès la fin du ier siècle av. J.-C. à Palmyre (vo (...)

115Mais toutes les inscriptions ne sont pas le fait de la cité, c’est-à-dire du Conseil, parfois avec le Peuple. Lune d’elles qui mentionne la réconciliation de deux tribus grâce à l’intervention d’un notable, mérite d’être rappelée (CIS 3915 = Inv IX, 13), ḥšš br nš’ br bwlḥ’ ḥšš (« Hashash, fils de Neshâ, fils de Bôlhâ Hashash ») est honoré par les bny kmr’ (« Benê Komarê ») et les bny mtbwl (« Benê Mathabôl ») « parce qu’il s’est tenu à leur tête et a fait la paix entre eux » (mn [dy] qm bršhwn w‘bd šlm’ bynyhwn). On connaît le clan Hashash et on sait par les textes Inv IX, 11-12 qu’il appartenait aux bny kmr’. Selon toute vraisemblance, bien que le texte ne le dise pas, on peut faire de Hashash un membre de cette tribu, qui est celle de son frère149. Ce personnage était visiblement influent. Il était possible dans certains cas de faire une sorte d’union des tribus autour d’une personnalité particulièrement charismatique. L’absence de mention de la tribu du personnage lui-même est intéressante : soit parce que dans un texte de ce type, il était inutile de rappeler que l’arbitre était en même temps juge et partie, soit pour la simple raison qu’il était à la tête des deux tribus. Ce type de fonctions a des parallèles dans le monde arabe préislamique où l’existence d’arbitres chargés de régler les conflits, aussi bien entre tribus qu’au sein de celles-ci, est bien attestée150. Le rôle de Hashash entre deux tribus a aussi l’intérêt de montrer qu’il y avait des conflits internes à la population de Palmyre151. Cela n’est d’ailleurs pas surprenant, mais il faut souligner que c’est l’unique exemple de ce genre dans l’ensemble de la documentation palmyrénienne.

  • 152 M. Gawlikowski et Kh. As’ad, 1993, p. 163-172.

116Le texte renforce l’idée qu’on se fait du sanctuaire de Bel comme du centre religieux de la cité, unificateur des tribus : une sorte de sanctuaire national. Ce qui est intéressant du point de vue de l’évolution institutionnelle de la cité est sa date : 21 apr. J.-C. Il est donc très probablement antérieur à l’instauration de la πόλις de Palmyre. Parallèlement aux inscriptions presque contemporaines (mais légèrement postérieures) qui nomment le Peuple (ὁ δῆμος), les trésoriers (oἱ ἀργυροτομίαι ’nwš ‘nwšt’) ou le gbl (communauté ?) des Palmyréniens (Inv IX, 11-12 de 24 et 25), l’existence de tribus est attestée comme éléments quasi autonomes de la vie politique de la ville. Quand il s’agit de ramener la paix au cours d’un conflit entre deux éléments constitutifs de la population, c’est à un personnage influent qu’on fait appel, et non à des institutions. Même si le gbl de Palmyre existe déjà, comme le prouve un texte de 11 apr. J.-C.152, il ne semble pas intervenir dans les affaires des deux tribus.

117Les deux tribus qui apparaissent dans CIS 3915, ainsi que quelques autres, sont déjà connues depuis un certain temps à ce moment de l’histoire de Palmyre (voir le tableau en annexe VIII. 3). Par une curieuse coïncidence, alors que la tribu des bny mtbwl semble au premier plan dans le sanctuaire (CIS 3924-3925), dans un second temps, après l’intervention de Hashash, le personnage important semble être son frère, de la tribu des bny kmr’. D’autres textes montrent l’importance de cette dernière tribu dans le sanctuaire dans les années qui suivent. En 28, la dédicace CIS 3922 (= Inv IX, 9) est le fait de fils qui honorent leur père ‘gylw br tymy br zbdbwl. Ils appartiennent aussi aux bny kmr’. Surtout le texte Inv IX, 1 daté de 45, commémore la dédicace du temple de Bel en 32 par lšmš br tybwl br škybl, membre de la même tribu. Comme son nom l’indique (« les fils des prêtres »), il n’est pas surprenant outre mesure que la tribu soit bien représentée à cet endroit.

118Néanmoins, d’autres tribus participèrent à la construction du temple. Ainsi Μοκειμος Ογειλου τοῦ καὶ Οχχαισου (mqymw br ‘gylw br pṣy’l br tymy dy mtqrh ḥkyšw, « Moqîmû, fils de Ogeîlû, fils de Pasaîel, fils de Taîmaî, qui est surnommé Hokaîshû ») est honoré en 51 par la πόλις, gbl. pour ses dons envers le sanctuaire (CIS 3923). Il appartient aux bny zbf...]. Quelques années plus tard, le fameux Haîran bar Bônnê participe aussi à l’embellissement du temple. Il est honoré par les prêtres de Bel en 56 (Inv IX, 20) et un texte de 74 rappelle son activité dans la maison des dieux (J. Cantineau, 1933, p. 175, n° 2b). Ces deux textes suffisent à rattacher ce membre des bny myt’ (« Benê Mîtâ ») au sanctuaire de Bel.

119On voit qu’il y a une sorte de succession, qui correspond peut-être à la succession de l’influence des différentes tribus à la tête du sanctuaire. De même, avant que les bny hšš occupent le devant de la scène, un membre des bny mtbwl est remercié par des marchands pour avoir contribué à la construction du temple (εἰς τὴν [κτίσιν] τοῦ ναοῦ Βηλου, C1S 3924 de 19). La plus ancienne inscription palmyrénienne datée (Inv XI, 100 de 44 av. J.-C.) est une dédicace faite par les prêtres de Bel à un membre des bny khnbw (« Benê Kohennabû »). Enfin un certain nombre de textes archaïques du sanctuaire de Bel mentionnent des membres des bny m‘zyn (« Benê Mazîn », Inv XI, 88 et 92 ; J. Cantineau, 1936, p. 349, n° 24). D’autres tribus encore apparaissent aussi au cours des années qui suivent.

  • 153 Par exemple, CIS 3922 et 3925 ou Inv IX. 7 (voir chapitre v).
  • 154 Comme les bny m‘zyn dans le sanctuaire de Baalshamîn. Mais cela est vrai même en dehors des sanctu (...)
  • 155 Inv IX. 8 et 12. Voir M. Gawlikowski, 1973a, p. 63-64 et 71. De même, les portiques du sanctuaire (...)

120Tous ces textes indiquent donc bien que le sanctuaire de Bel, beaucoup plus que les autres lieux de culte, était fréquenté par les membres de nombreuses tribus. Le grand nombre d’inscriptions honorifiques faites par des fils à leur père153, ainsi que le nombre d’inscriptions caravanières, montre aussi que le sanctuaire était utilisé comme le lieu de manifestation publique de l’influence de certains notables de Palmyre. Néanmoins, il semble qu’il ait subi la concurrence d’autres lieux, surtout l’agora, à partir du iie siècle de notre ère, au moins pour les textes officiels (voir chapitre I). Il faut pourtant répéter qu’à la différence des autres sanctuaires, dans lesquels on a découvert des textes qui concernent seulement certains groupes de la population154, le sanctuaire de Bel se signale par la présence d’une grande variété de tribus. À l’agora, la situation est un peu différente, car la date plus tardive de la majorité des textes fait que les mentions de tribus sont plus rares. De plus, il s’agit là d’un lieu public, où il était naturel que soient honorés tous les personnages qui contribuaient au bien de la cité, quelle que soit leur origine. Le sanctuaire de Bel jouait donc sans doute le même rôle, car il était le lieu où se rassemblait la cité, peut-être à l’occasion de fêtes religieuses. De plus, si Bel était la divinité principale du sanctuaire, d’autres divinités étaient honorées en ce lieu. Ainsi aux témoignages de plusieurs textes, le temple de Bel était appelé « maison de leurs (= les Palmyréniens) dieux » (bt ’lhyhwn)155. Il se peut donc que cette pluralité de divinités ait été une raison de plus pour attirer dans le sanctuaire les fidèles de cultes divers.

  • 156 C’est peut-être déjà le cas pour les bny zbdbwl avec le sanctuaire du Soleil, mais on sait finalem (...)

121On a donc un système à deux niveaux, avec d’une part un sanctuaire « national », et d’autre part des sanctuaires tribaux, subdivisés eux aussi en deux groupes principaux. Les plus importants sont ceux des quatre grandes tribus civiques. Parallèlement existent sans doute aussi des sanctuaires qui peuvent être ceux des tribus antérieures aux réformes administratives du ier siècle. C’est le cas par exemple du sanctuaire de Shamash, autour duquel se rassemblent les bny zbdbwl. Pourtant ce système ne constitue pas l’ensemble de la vie religieuse de Palmyre, et en marge, il semble que certaines familles de notables sont en rapport particulier avec des sanctuaires156.

2. LE SANCTUAIRE DE NABÛ ET LES GRANDES FAMILLES

  • 157 Le sanctuaire de Nabû a été fouillé dans les années 1960 par le service des Antiquités de Syrie, c (...)
  • 158 Il s’agit des textes CIS 4134-4158 de la tour n° 13. On trouvera aussi de plus amples renseignemen (...)
  • 159 Les monuments funéraires de la famille sont les tours nos 21, 67 et 68 de la vallée des Tombeaux. (...)
  • 160 Sur les liens éventuels de bny knbt avec les Xενναβα[θηνοι] des textes IGLS 2698-2699 de Qaryatein (...)

122On sait depuis longtemps que le sanctuaire de Nabû157, dans le centre monumental de Palmyre, s’est développé entre 80 et 180 après J.-C. (fig. 24). Ce qui est très intéressant dans le cas de ce sanctuaire, c’est de voir que deux grandes familles semblent prédominer, celle de Belshûrî et celle d’Elahbel. Toutes deux sont connues depuis longtemps par des inscriptions découvertes ailleurs dans la ville. La famille d’Elahbel est propriétaire d’une des plus belles tours de la vallée des Tombeaux, dédiée en 103 par Elahbel et ses trois frères. Les inscriptions de ce tombeau donnent d’amples renseignements sur la famille (voir chapitre VI)158. La famille de Belshûrî est connue par plusieurs textes funéraires159. Son surnom (bny b‘’ « Benê Baâ »), présent dans ces textes, ainsi que dans le texte CIS 3929, n’est, curieusement, pas utilisé dans le sanctuaire de Nabû. Il faudra revenir sur cette particularité. On a vu aussi que la tribu appartient aux bny knbt (CIS 4114 = Inv IV, 4a), mais cette appartenance à une tribu attestée par un seul texte n’a pas non plus de confirmation dans le sanctuaire160.

  • 161 Certains éléments permettent de repérer des familles éventuellement liées à ce culte. CIS 4231 (= (...)
  • 162 Par exemple le texte A. Bounni, 1986, n° 10 (= DFD, p. 162) dans lequel le personnage est honoré p (...)
  • 163 = A. Bounni, 1986, n° 37 : voir aussi DFD p. 164.

123Les donateurs n’appartiennent pourtant pas tous à ces deux familles161, comme le prouvent un certain nombre d’inscriptions de type évergétique (« un tel ou un tel adonné une ou deux ou trois colonnes »)162. On retrouve un schéma semblable dans le sanctuaire de Baalshamîn, pour la construction de portiques par tronçons de quelques colonnes. À la différence de Baalshamîn pourtant, on ne connaît pas le nom de celui qui a fait construire le temple lui-même (l’équivalent du Malê Agrippa de Baalshamîn). Nul doute qu’il devait s’agird’un personnage important, car ce bâtiment (appelé longtemps « temple Corinthien ») est une construction importante. Il est possible néanmoins qu’il s’agisse d’un membre de la famille d’Elahbel, peut-être Elahbel lui-même, si on en croit un texte lacunaire publié par M. Sobernheim, 1905, p. 24, n° 19163. Il est possible que ce fragment provienne du fronton du temple. On y lit le mot ZΣεργ[ίᾳ], or c’est la tribu à laquelle appartenait Elahbel (voir A. Bounni, 1986, n°18 = DFD p. 163). D’autres Palmyréniens citoyens romains appartenaient aussi à cette tribu, mais Elahbel est le seul qui soit attesté dans le sanctuaire de Nabû. D’autre part il apparaît aussi qu’Elahbel est le seul des quatre frères à être citoyen. Caius Iulius Haîran, fils d’Elahbel, qui est peut-être un de ses cousins éloignés, appartient à une famille de citoyens : il est honoré par le Conseil et le Peuple en 108 (Inv X, 129). Mais il est inscrit dans la tribu Fabia.

124Pour essayer de comprendre les rapports de ces familles avec le sanctuaire de Nabû, on peut commencer par l’étude d’une inscription grecque et palmyrénienne trouvée à cet endroit (A. Bounni, 1986, n° 2) dans laquelle Shokayaî, un des frères d’Elahbel, est honoré par le Conseil. La console de colonne qui porte l’inscription a été découverte en remploi dans les propylées du sanctuaire, mais il est difficile d’identifier le lieu d’origine de la pierre. Il serait tout à fait hâtif de conclure que Shokayaî est honoré par le Conseil parce qu’il a fait construire le temple de Nabû. Néanmoins il est vraisemblable que seul un bienfait très important a pu valoir cet honneur. Il faut utiliser les parallèles donnés par les autres sanctuaires, en particulier celui de Baalshamîn, et aussi les textes de la Colonnade transversale.

  • 164 Sans compter que Malê Agrippa a accompli bien d’autres bienfaits qui peuvent tout aussi bien expli (...)

125Parmi les textes de Baalshamîn, BS n° 44 (CIS 3959) est le seul dans lequel un membre de la tribu présente dans ce sanctuaire (Benê Mazîn) est honoré directement par les autorités civiques. Leur intervention dans deux autres textes du sanctuaire (BS nos 45 et 48 = J. Cantineau, 1936, p. 278-280, n° 20) est explicable parce qu’il s’agit de statues dressées par les quatre tribus civiques. Il est donc naturel que les bny m‘zyn soient concernés, à ce titre. On a vu au chapitre I que le cas est un peu différent pour Malê. Ses liens anciens et particuliers avec le sanctuaire expliquent la présence de la statue à cet endroit, mais aussi la nature du don qu’il a fait au sanctuaire. L’inscription pour ce bienfaiteur est placée sur une colonne du temple qu’il a fait construire. Il faut peut-être comprendre aussi que pour un don de cette importance, qui contribuait à embellir la cité dans son ensemble, seules les autorités civiques avaient compétence pour un décret honorifique164.

  • 165 Sur le modèle de CIS 3953 : d[y]’qymwlh bny [zb]dbwl klhwn (« que lui ont dressé tous les Benê Zab (...)

126Ce même phénomène permet aussi d’expliquer CIS 3952 (honneurs pour Shoraîkô). L’importance du don (sept colonnes et leur entablement) a peut-être causé l’intervention du Conseil. Deux remarques s’imposent pourtant. D’abord, à la différence du texte de Baalshamîn, la partie de basilique construite par Shoraîkô est apparemment située hors du sanctuaire de Shainash. L’intervention des autorités de la cité est alors plus compréhensible, tout comme la place du texte (lui aussi hors du sanctuaire). Deuxièmement, l’autre cas de construction de colonnes dans la même zone (CIS 3955 de 129) n’entraîne pas d’honneurs publics, mais seulement des honneurs tribaux. Le texte est en effet lacunaire, mais à la troisième ligne, la présence du mot klhwn (« tous ») invite à restituer comme sujet du verbe (sans doute ’qymw « ont dressé ») un nom de tribu (bny X qui est un pluriel), et non le mot Conseil (bwl’)165. Comme pour Malê Agrippa, on peut penser que Shoraîkô n’est pas seulement honoré pour le bienfait décrit dans le texte, mais aussi en raison d’une certaine prééminence sociale. Cette dernière se traduit aussi par les honneurs conférés aux deux fils de Shoraîkô par les Benê Zabdibôl. Dans les deux cas (CIS 3950 et 3953), la formule utilisée par l’araméen est sans équivoque : lyqr šry[kw]’bwhy(« en l’honneur de Shoraîkô, son père »).

  • 166 DFD, p. 227-228, n° 5 à propos des tessères RTP 376 et 825 (voir RTP, p. 203). Voir le tableau des (...)
  • 167 A. Bounni, 1986, nos 3 et 18 (= DFD, p. 163).

127Tout cela peut conduire à émettre l’hypothèse que, comme Malê Agrippa ou Shoraîkô, Shokayaî est honoré non seulement pour d’éventuelles constructions dans le sanctuaire, mais aussi à cause de sa position sociale, de celle de sa famille. Il faut rappeler que, si on suit l’identification proposée par les éditeurs de RTP et reprise par J. T. Milik166, Shokayaî a été aussi symposiarque. Son frère Elahbel est citoyen romain et apparaît dans plusieurs inscriptions du sanctuaire167. Un autre frère Malikû a lui aussi été honoré par le Conseil (CIS 3921 du sanctuaire de Bel) vers 120-121. Shokayaî est donc bien dans la tradition de la famille : celle d’importants notables de Palmyre. Ce qu’il faut donc bien voir est que même si les textes sont très peu précis, quels que soient leurs mérites réels, les notables honorés par le Conseil hors des zones « publiques » le sont aussi pour leur appartenance à un milieu particulièrement en vue dans la cité, et que leur famille et leur clan sont en rapport étroit avec l’endroit où ils sont honorés.

  • 168 Les textes nos 3 et 18 (= DFD, p. 163), dans A. Bounni. 1986. sont des dédicaces par Elahbel pour (...)

128La famille d’Elahbel utilisait, semble-t-il, le sanctuaire comme une sorte de tribune pour exposer les mérites de ses membres. En effet, on retrouve dans le sanctuaire un certain nombre d’inscriptions honorifiques érigées pour des proches parents d’Elahbel. En fait, sur la quarantaine de textes du sanctuaire, une dizaine a rapport avec la famille. Certains sont mutilés, ce qui interdit de connaître les tenants et les aboutissants, mais plusieurs textes assez bien conservés permettent de reconnaître la prééminence de la famille d’Elahbel168. D’une certaine manière, les statues érigées par Elahbel à ses enfants morts (on a en grec μνήμης χάριν) font double emploi avec les portraits préparés dans la tour funéraire familiale de la vallée des Tombeaux. En fait CIS 4154 représente la fille d’Elahbel nommée Hadîrat (hdyrt et Αδειραθη), connue par le texte n° 18 (DFD, p. 163) et CIS 4138 était inscrit sur le relief de m‘ny-Mανναιος, connu par le texte n° 3. Le caractère privé des textes est frappant. Le parallèle le plus exact est le texte CIS 3954 de la Colonnade transversale, dans lequel Shoraîkô honore sa femme Martheî, là aussi après la mort de cette dernière. Pourtant les autres textes de ce dossier, dont ceux cités plus haut (CIS 3950 et 3953), sont le fait d’un groupe, alors que dans le sanctuaire de Nabû, c’est Elahbel lui-même qui agit le plus souvent, sans qu’il y ait d’intermédiaire, ce qui renforce le caractère « privée » de son action.

  • 169 A. Bounni, 1986, nos 1, 12, 14, 16, 20 et 43. On ne peut guère tirer de renseignement du n° 12 tro (...)
  • 170 Comme le montre le texte grec de CIS 4124, Gaddarsû est en même temps celui qui est surnommé Baâ ( (...)

129L’autre grande famille du sanctuaire de Nabû, celle de Belshûrî est moins souvent nommée : six textes seulement la concernent169. On retrouve dans ces textes les quatre frères fondateurs du tombeau de famille (nos 1 et 43) : šby wnbwzbd wt[ymy] wnbwlh bny blšwry b[r] hyrn br blšwry gdrṣw (« Shabî et Nebûzabad et Taîmaî et Nebûlah, fils de Belshûrî, fils de Haîran, fils de Belshûrî Gaddarsû »). La fin de leur généalogie est la suivante dans le texte CIS 4124 (Inv IV, 3) : ... br blšwry br gdrṣw dy mtqrn bny b‘’ (« ... fils de Belshûrî, fils de Gaddarsû qui sont surnommés Benê Baâ »). On voit bien par là qu’une même famille, selon les contextes, avait plusieurs solutions pour présenter sa généalogie. L’omission de br avant gdrṣw s’explique peut-être par l’absence du nom générique Benê Baâ, que le nom de l’ancêtre éponyme remplace170. On peut penser aussi qu’il était inutile à cet endroit de rappeler l’appartenance clanique et tribale de la famille de Belshûrî, parce qu’elle était connue de tous. Dans la vallée des Tombeaux où l’on trouve représenté l’ensemble de la population de Palmyre, il n’en était peut-être pas de même. D’autre part, dans un sanctuaire presque familial, les quatre dédicants du texte n° 1 agissent en quelque sorte en leur nom propre, alors que pour leur tombe ils agissaient au nom du clan.

  • 171 On a plusieurs parallèles dans le sanctuaire de Baalshamîn, avec en particulier les textes BS nos (...)
  • 172 DFD, p. 162 (= A. Boinni, 1986, nos 10 et 20).
  • 173 Celui publié par M. Sobernheim en 1905 ; voir DFD p. 164.

130La famille a visiblement des liens assez étroits avec le culte de Nabû. Les textes des quatre frères sont des dédicaces sur des tambours de colonnes du sanctuaire. Ce qui est frappant au premier abord est la fréquence parmi eux des noms théophores formés sur Nabû. Le deuxième frère et le quatrième s’appellent Nebûzabad (« Nabû a donné ») et Nebûlah (« Nabû est dieu »), ce qui permet aussi de conclure que les liens de la famille avec le culte de Nabû sont antérieurs à cette période. Les textes nos 14 et 20 dans lesquels apparaissent les petits-enfants de Nebûlah (hyr’ br blswry br nbwlh, « Haîrâ, fils de Belshûrî, fils de Nebûlah », en 130 et nbwlh br tymrṣw br nbwlh. « Nebûlah, fils de Taîmarsû, fils de Nebûlah ») confirment ce lien anthroponymique. De plus, ces deux cousins font deux dédicaces au dieu Nabû ; le premier restaure un pyrée de métal (ḥdt knwn dy przl’), ainsi que d’autres objets mal identifiés (texte lacunaire à cet endroit), alors que le second offre plusieurs autels (‘lwt’ ’ln). Enfin le dernier texte de la série concerne l’aîné des quatre frères, šby, qui est honoré par le dieu Nabû lui-même, sur une console de colonne171. On voit donc que le cas est différent selon les familles. Elles ne semblent pas accorder le même intérêt au culte de Nabû. Certes, il est probable que de nouveaux textes pourraient modifier notre manière de voir. Il est néanmoins clair que leur implication dans le sanctuaire et ses affaires était différente. Cette impression est encore renforcée par les autres textes qui proviennent du sanctuaire. Même en laissant de côté les textes inédits, il faut bien constater que les inscriptions publiées par J. T. Milik semblent prouver l’attachement des dédicants en général au culte du dieu172. De même on retrouve dans ces deux textes les mêmes théophores de Nabû (nbwlh et nbwzbd). Or, il n’y a pas d’indices d’offrandes à Nabû parmi les textes de la famille d’Elahbel (si l’on excepte le témoignage douteux du n° 37173), ni, non plus, de noms formés sur Nabû.

  • 174 Le texte est CIS 4402 (au musée du Louvre AO 4086). Pour ses liens avec la famille d’Elahbel. DFD, (...)
  • 175 Voir M. Gawlikowski, 1990a, p. 2645.

131Certes, un certain [’Aπ]ολλό[δωρος Eλαβηλου représenté sur un relief funéraire est aussi membre de la famille, même s’il s’agit d’une autre branche, apparemment non représentée dans le sanctuaire174, ce qui conviendrait assez bien du point de vue onomastique, puisqu’Apollon est l’interpretatio graeca de Nabû175. Or, de manière curieuse, dans la version araméenne, son nom est bgdn br ’lhbl br mlkw, bgdn signifiant « Don de dieu » en perse (DFD, p. 245). Le nom de Nabû n’apparaît pas non plus à cet endroit, alors qu’on aurait pu l’attendre.

132Au total, beaucoup d’éléments semblent opposer les deux familles principales du sanctuaire, qui restent étrangères l’une à l’autre. Il n’apparaît pas dans l’ensemble de la documentation qu’il y ait des mariages entre les deux familles : de toute façon, les mariages qu’on peut identifier d’après les textes de la tour d’Elahbel concernent surtout des cousins et des oncles et nièces (voir chapitre V). L’intégration à un sanctuaire (mais sous quelle forme ?) n’implique donc pas des liens entre les familles qui y sont bien représentées. Tout se passe comme si la famille de Belshûrî avait un intérêt cultuel dans ce sanctuaire, alors que celle d’Elahbel s’en sert comme lieu de représentation : peut-être possédait-elle le terrain sur lequel a été installé le culte ?

  • 176 Au moins dans le sanctuaire. À part le texte de fondation, les textes grecs sont absents du tombea (...)
  • 177 Mais malgré cette apparente romanisation, on notera qu’un membre possible de la famille, ’Aπολλόδω (...)

133Un autre fait peut servir aussi à définir l’opposition culturelle entre les deux familles. Alors que la très grande majorité des textes qui concernent la famille d’Elahbel sont bilingues ou grecs seulement176, le grec n’apparaît pas pour les textes de celle de Belshûrî. Le fait qu’Elahbel a été citoyen romain a pu jouer dans cet état de fait. Parmi les textes qui concernent Belshûrî et ses descendants, seule la dédicace de fondation du tombeau de famille est bilingue (CIS 4124 = Inv IV, 3), et cela à une date où la pratique n’est pas encore très courante (voir chapitre VI). On ne sait donc pas s’il faut faire de cette famille un tenant de la tradition, opposée à des familles montantes, qui apparaissent brusquement, avant de disparaître tout aussi soudainement. En tout cas les bonnes relations avec Rome marquées par l’obtention de la citoyenneté ont pu jouer dans la prospérité de la famille d’Elahbel dans les premières années du iie siècle177. La fortune des Benê Baâ était plus ancienne, et ils ont pu faire construire au moins trois tours funéraires dans le cours du ier siècle (entre 9 et 83). On reviendra au chapitre VI sur ces événements et sur ces deux familles, à propos de leurs monuments funéraires.

  • 178 E. Will. 1992, p. 140. C’est pour cela que le temple est appelé corinthien, faute de mieux, dans l (...)
  • 179 Voir le dessin dans E. Will, 1992, p. 141.

134Dans ce contexte, l’étude des formes architecturales elles-mêmes peut être de quelque secours. Ce qu’il faut retenir surtout est l’aspect assez classique du temple, « hexastyle corinthien banal » selon les termes mêmes de E. Will178. Néanmoins les restitutions faites par J. Seigne, avec le toit en terrasse, la bordure de nierions et les tours d’angles, montrent que l’influence locale (celle du temple de Bel) est forte179. De même à l’intérieur, l’existence d’un adyton est le signe de la permanence des coutumes locales. L’opposition entre les coutumes locales et la forte influence gréco-romaine devait donc être visible extérieurement, même s’il est probable que l’aspect prédominant devait être le caractère occidental du temple (à part le toit). On a le même phénomène avec le sanctuaire de Baalshamîn, dont l’épigraphie est très majoritairement araméenne, mais dans lequel le temple revêt un aspect tout à fait classique, malgré la présence de l’adyton.

  • 180 Voir sur cette question A. Bounni, 1990b, p. 157 et E. Will. 1992, p. 123.

135L’autre point d’intérêt dans l’étude du sanctuaire de Nabû est connu depuis longtemps lui aussi. En effet, le sanctuaire est situé à proximité de la troisième section de la Grande Colonnade, mais il lui est antérieur. Or, lorsqu’au début du iiie siècle on a installé la colonnade, ce fut aux dépens du sanctuaire qu’il fallut écorner, en démontant de plus le portique nord (voir pl. 4). On suppose que les fidèles de Nabû ont dû le ressentir comme une agression. Il est à noter qu’à ce moment on a perdu toute trace des familles connues au début du iie siècle180.

  • 181 Les bustes installés dans le rez-de-chaussée de la tombe, sans la mention ḥbl (« hélas »), sont pl (...)

136E. Will met en rapport ce recul du sanctuaire et la disparition de la famille d’Elahbel avec « les événements qui ont entouré l’arrivée au pouvoir de Septime Sévère ». Mais on perd toute trace de la famille plus tôt vers 150. Pour le reste, on ne connaît pratiquement personne de la famille après la génération des petits-enfants des fondateurs du tombeau : les deux petits-enfants qui sont nommés à cet endroit (CIS 4139 et 4140) le sont sans doute parce qu’ils étaient nés au moment de l’installation du tombeau, et qu’on avait donc prévu une place pour eux, mais rien ne prouve qu’ils aient survécu, ni même qu’ils aient été enterrés à cet endroit181. De plus, en 192, ils devaient être assez âgés, si leur naissance est à placer dans les premières années du iie siècle (la fondation du tombeau est de 103). Les textes les concernant ne dépassent donc pas le premier tiers de ce siècle. C’est d’ailleurs un cas courant à Palmyre où les familles qu’on peut suivre plus d’une soixantaine d’années sont très rares (voir chapitre I C 3).

  • 182 On tentera au chapitre iv d’étudier plus en détail la question de l’évergétisme des notables de Pa (...)
  • 183 J. T. Milik. DFD, p. 88 propose de voir en ’Ιούλιος Αὐρήλιος Νεβουμαιος Θαιμισαμσου τοῦ Βωννεους Σ (...)
  • 184 A. Bounni, 1990b, p. 160-161 (voir chapitre iv et pl. 8).

137Quoi qu’il en soit, on a peu de renseignements sur la mise en place de cette partie de la colonnade et en particulier sur les gens qui l’ont fait construire182. Cela aurait peut-être permis de mieux comprendre comment et pourquoi s’était faite l’expropriation partielle de Nabû. Il y a vraisemblablement eu conflit, et plusieurs événements, dont la disparition des familles d’Elahbel et de Belshûrî183, ont pu laisser le champ libre à ces opérations. Le sanctuaire de Nabû se trouva ainsi amputé au profit d’une grande opération d’urbanisme. Ce processus est peut-être la marque de tensions internes à la cité de Palmyre, mais aucun signe ne permet de dire qu’il s’agit d’une mesure de rétorsion contre un sanctuaire ou des familles dont l’influence avait décru à cause de circonstances politiques précises, ou du soutien à un candidat malheureux à l’Empire. Il est plus simple de penser que les promoteurs de l’urbanisme palmyrénien ont simplement profité de la baisse d’influence des familles liées au sanctuaire (quelles qu’en soient les raisons) pour installer une grande rue à portiques dans un quartier alors en plein développement. Comme le note d’ailleurs le fouilleur du sanctuaire, dès avant cette période, la partie du nord du sanctuaire avait reçu un premier aménagement qui permettait l’accès à cette zone. En effet, l’entrée principale du sanctuaire avec des propylées avait été aménagée vers le sud, conformément à l’orientation générale de la ville dite hellénistique (pl. 8)184.

  • 185 A. Bounni, 1986, n° 31. Les restitutions sont de E. Will. A. Bounni fait quelques allusions à ce t (...)

138Néanmoins, même après la disparition (au moins documentaire) des deux familles principales, toute activité n’est pas interrompue dans le sanctuaire. La meilleure preuve en est le déplacement du portique nord, reconstruit pour tenir compte de l’installation de la Grande Colonnade. Le dernier texte daté (en fait seule la date est conservée) est postérieur à 258. Par ailleurs, on sait que l’activité de construction s’était poursuivie au milieu du iie siècle, par la dédicace d’un certain Oναινος Aδδουδανου τοῦ Mαλιχου] qui a fait construire un bâtiment dont le nom a disparu185. Pourtant, le texte se trouve sur une architrave : il est fort probable qu’il s’agisse du portique nord du sanctuaire, qui a été détruit à la fin du siècle. Or ce personnage a de bonnes chances d’être le Oναινος Aδδουδανου, propriétaire d’un navire qui a fait le voyage de Scythie d’après un texte de 157 (Inv X, 96). Cela permet donc de dater assez précisément le portique, preuve de l’enrichissement de Honaînû (ḥnynw en araméen). Comme le sanctuaire de Bel, celui de Nabû est donc peut-être un lieu qui profite de l’argent gagné dans le commerce lointain.

  • 186 A. Bounni, 1986, n° 42. Le texte est antérieur à la transformation en colonie (vers 212).

139D’autres personnages influents ont continué à fréquenter le sanctuaire. On a ainsi un texte postérieur à l’an 500 des Séleucides (après 188-189) qui mentionne les honneurs civiques (par le Conseil et le Peuple) rendus à un personnage qui a été secrétaire du Conseil et du Peuple186. Même si l’on ne connaît pas la date de la destruction du portique nord (avant ou après 188-189), ce texte prouve que le sanctuaire continue à avoir une certaine importance, pour que le Conseil y place une dédicace officielle.

  • 187 Voir DFD, p. 157-163 pour différents groupes qui tournent autour du sanctuaire. À propos de RTP 30 (...)

140Le sanctuaire de Nabû peut donc être vu comme un lieu où se marquent l’influence, mais aussi l’opposition de plusieurs familles. De plus, il s’agit d’un endroit où s’affirme un nouveau mode d’expression des réalités sociales. L’absence totale de mentions des tribus est caractéristique de ce point de vue, tout comme le peu de références à des groupes plus réduits se réunissant autour du sanctuaire. Les textes du sanctuaire de Baalshamîn mentionnent à de nombreuses reprises la tribu des dédicants (bny m‘zyn) ; mais il s’agit de la deuxième moitié du ier siècle. Quelques années plus tard, au moment où se développe le sanctuaire de Nabû, cette référence a totalement disparu. Bien plus, il n’y a aucune mention de tribu ou même de clan dans l’ensemble des textes de Nabû, alors qu’on sait par ailleurs que la famille de Belshûrî est dite Benê Baâ. Pourtant, dans la deuxième partie du iie siècle, alors que cette famille a disparu, les Benê Zabdibôl interviennent dans un contexte qui peut sembler similaire. On peut voir à cela deux raisons principales. D’abord une raison contextuelle : comme on l’a dit, préciser sa tribu était peut-être inutile à l’intérieur du sanctuaire, alors qu’il fallait plus de précisions pour des textes placés dans la Colonnade transversale, c’est-à-dire un lieu public et ouvert. Deuxièmement, il n’existait peut-être pas dans le sanctuaire de Nabû de groupe équivalent aux Benê Zabdibôl, surtout si on les considère comme une tribu de prêtres187.

141On a l’impression que l’avènement de la famille d’Elahbel et la place prédominante qu’elle occupe sont le signe d’une relative autonomisation des notables de Palmyre par rapport à leur origine tribale. Il est possible qu’Elahbel soit le prototype de l’homme nouveau, arrivé au premier plan grâce aux liens avec Rome. Venant peut-être d’une tribu dévalorisée ou d’une fraction peu noble d’une tribu, il préférerait passer sous silence cette éventuelle origine. L’utilisation du sanctuaire comme une tribune, sur laquelle la famille met en scène sa propre gloire et la noblesse de ses membres, est beaucoup plus claire.

  • 188 K. Dijkstra, 1995, passim. La formule araméenne est ‘l ḥyy (« pour la vie de ») ; dans les rares b (...)
  • 189 K. Dijkstra, 1995, p. 148-149. Voir ici le chapitre iv.

142D’autre part, ce tournant qui met en valeur les notions de familles au sens étroit trouve une confirmation dans les travaux de K. Dijkstra, sur les dédicaces offertes pour la vie du dédicant et d’un certain nombre de ses proches188. Hormis une douzaine de textes, sur lesquels on aura l’occasion de revenir, il faut souligner que parmi les bénéficiaires de ces textes sont nommés en grande majorité les membres de la famille proche, soit principalement le dédicant, ses enfants, ses frères, parfois son père, ou sa femme ou d’autres parents proches189.

  • 190 On trouvera une liste de ces textes dans l’ouvrage de K. Dijkstra. 1995. Appendix F, p. 322-334.

143Comme le fait K. Dijkstra, il faut distinguer sans doute les grandes dédicaces (« major dedications » : à l’occasion de constructions d’importance) des petites (« minor dedications » : surtout les petits autels au dieu anonyme). Les secondes, qui appartiennent presque à un domaine privé, sont centrées sur la famille, d’où comme on l’a vu plus haut la relative brièveté des généalogies. On peut donner comme exemple de ce type de texte C/S 4008 daté de 191. Il est dit que le donateur (Wahbâ, fils de Malikû [fils de] Malê whb’ br mlkw ml’) a érigé cet autel à « celui dont le nom est béni pour toujours » (Ibryk šmh l‘lm’), « pour sa vie et celle de son frère » (‘l ḥywh wḥy’ ‘hwy)190.

  • 191 Les théories à ce sujet de K. Dijkstra. 1995, p. 151-152 semblent un peu difficiles à admettre dan (...)

144Dans les grandes dédicaces, comme dans les inscriptions honorifiques, les généalogies sont assez développées, comme pour replacer les personnages cités dans leur environnement tribal191. En effet, si on cite des ancêtres jusqu’à des générations éloignées, cela signifie qu’on a plus de chance d’avoir parmi les lecteurs du texte des descendants d’un de ces ancêtres au moins : remonter au père ne permet d’impliquer que les frères, alors qu’un degré de plus implique au moins implicitement les cousins germains, et ainsi de suite : de cette manière, des parents très éloignés sont impliqués, car ils peuvent reconnaître facilement leurs liens avec le donateur.

  • 192 Voir K. Dijkstra, 1995, p. 111, n. 35.

145Néanmoins, cet élément est difficilement vérifiable aujourd’hui, et, au-delà de ce qui est exprimé dans les inscriptions, il n’est pas vraiment possible de reconstituer ce que pensaient les Palmyréniens quand ils faisaient construire une portion de portique « pour leur vie et celle de leurs fils ». On peut prendre l’exemple d’un texte de Nabû d’avril 146 publié par J. T. Milik (DFD, p. 162 = A. Bounni, 1986, n° 10). Moqîmû, fils de Nebûzabad, fils de Barikaî Abshaî a été honoré d’une statue par ses fils, en son honneur (lyqrh), et le texte continue en expliquant que le même Moqîmû a construit une colonne au dieu Nabû pour sa vie et celle de ses fils (‘l ḥywhy wḥyy bnwhy). On peut d’ailleurs considérer la copule w (w‘bd mqymw dnh ‘mwd’ dnh, « et ce même Moqîmû a fait cette colonne ») qui introduit la deuxième proposition, comme un w explicatif, et traduire « parce qu’il a fait »192. Il apparaît là qu’il existe un rapport étroit entre la dédicace d’une construction « pour la vie d’un tel », et l’inscription honorifique qui vient commémorer cet acte. On remarquera que dans le cas présent, il s’agit du cercle familial étroit, alors même que le lieu de la dédicace est public ou parapublic.

  • 193 Dans la dernière phrase de ce texte BS n° 40, on trouve la mention explicite de la construction fa (...)

146Certes, on a des exemples du sanctuaire de Baalshamîn, où une construction dédiée pour la vie du donateur et celles de ses fils et de ses frères (BS n° 7) entraîne en retour une statue et une inscription honorifique érigées par les dieux Baalshamîn et Durahlûn et par les Benê Mazîn (BS n° 40)193. Le personnage (mlkw br ‘g’ br whby br blḥzy) tentait apparemment d’associer sa famille proche à sa dédicace. Implicitement, même si c’est lui qui est honoré, l’honneur devait aussi retomber sur ses fils et ses frères. La différence entre les deux textes tient peut-être seulement à ce qu’il n’y a pas d’attestation dans le sanctuaire de Nabû de groupe appelé Benê X qui puisse honorer quelqu’un pour un don. On a d’ailleurs vu que le dieu Nabû lui-même intervenait pour honorer l’aîné des quatre frères de la famille de Belshûrî. Shabî (A. Bounni. 1986. n° 16), ce qui est un point commun avec BS n° 40. Il faut d’autre part constater qu’aucun des textes honorifiques de Baalshamîn (BS nos 37-55) n’est le fait d’un des parents de la personne honorée, alors qu’on en a cité plusieurs exemples à Nabû. C’est peut-être un signe du caractère plus structuré et officiel du sanctuaire de Baalshamîn, où semble s’exercer de manière assez forte l’autorité de la tribu, au moins jusqu’au ier siècle, au détriment de celle de la famille.

  • 194 À l’exception de BS n° 48 où le texte est placé à cet endroit parce qu’il s’agit d’un des quatre s (...)

147Comme dans le sanctuaire de Baalshamîn, la période de prospérité du sanctuaire de Nabû attestée par l’épigraphie est relativement courte, et à partir de la deuxième moitié du iie siècle, les sources écrites disparaissent presque entièrement. Ce qui reste permet seulement de constater la disparition des anciennes familles, sans que se dégagent d’autres groupes prédominants. On a le même phénomène à Baalshamîn, avec seulement six textes datés postérieurs à 150 et deux ou trois seulement pour le iiie siècle. Parmi ces textes, aucun ne concerne des constructions dans le sanctuaire, mais il s’agit d’autels dédiés à une divinité (BS nos 27, 30-31) ou de simples dédicaces honorifiques pour lesquelles les liens avec le sanctuaire ne sont pas toujours clairs (BS nos 48. 51-52)194.

  • 195 Sur le panthéon de Palmyre, voir principalement J. Teixidor, 1979 et M. Gawlikowski, 1990a.

148On a donc vu que plusieurs familles de notables de Palmyre se regroupaient autour de sanctuaires qu’on pouvait qualifier de tribaux, mais qu’il existait aussi des sanctuaires propres à des clans ou à des familles en un sens plus étroit. Or les différents sanctuaires sont consacrés à des divinités d’origines diverses195. C’est d’ailleurs à partir de ces cultes, aussi bien qu’à partir des données onomastiques, qu’on a souvent tenté de retrouver l’origine ethnique des habitants de Palmyre. De ce point de vue, il peut être intéressant de voir si cette origine a une quelconque influence sur le monde des notables tel qu’on peut le saisir à Palmyre. Il est sans doute difficile de conclure qu’une ethnie domine la cité, et on a pu voir à propos des tribus que les membres des différentes tribus ont participé au pouvoir selon les époques. Il y a eu sans nul doute des évolutions, mais il est relativement difficile de les définir, surtout à partir du moment où l’instauration des tribus civiques est peut-être venue modifier l’ensemble du système.

D. ARABES ET ARAMÉENS À PALMYRE

  • 196 Il est entendu qu’on utilisera « arabe » en un sens linguistique plutôt qu’ethnique. Les populatio (...)
  • 197 H. Seyrig, 1970, p. 77-112 (la citation est à la page 87). L’auteur pense que l’araméen était plus (...)
  • 198 M. Gawlikowski, 1995a, p. 103-108 sur la présence arabe à Palmyre et aux alentours (p. 108 pour l’ (...)

149La place réelle des Arabes à Palmyre est un sujet de débat depuis longtemps196. H. Seyrig, dans un article qui a fait date, avait tenté de « saisir les réalités de Palmyre, masquées par la langue des inscriptions et par la mode des costumes »197. Ces réalités sont bien sûr l’importance de l’élément arabe. Or si celui-ci est très présent, on a plutôt tendance aujourd’hui à relativiser son influence, et à souligner les permanences araméennes dans la religion et l’onomastique. Ainsi un des articles récents sur le sujet émet l’hypothèse que certains des nomades des tribus de la steppe autour de Palmyre étaient sans doute araméens plutôt qu’arabes198.

  • 199 G. W. Bowersock, 1983, p. 129-137. Sur la définition de Palmyre comme « the dominant Arab force in (...)
  • 200 G. W. Bowersock, 1983, p. 131.
  • 201 Inscription PAES IVA, n° 41 d’Umm al-Jimal, qui mentionne un xτροφεύς (précepteur) de Gadhima, roi (...)
  • 202 Tabari, auteur d’Une histoire des prophètes et des rois (traduction partielle par Th. Nöldeke, 187 (...)
  • 203 G. W. Bowersock, 1983, p. 137 estime avec quelques probabilités que certaines tribus arabes (celle (...)

150Pourtant une hypothèse souvent avancée pour expliquer l’écrasante suprématie de quelques familles (en particulier celle d’Odainat) est l’existence de liens tribaux sous-jacents, même s’ils sont devenus presque invisibles dans la documentation après le iie siècle. À ce point de vue correspond la théorie qui fait de l’ascension politique d’Odainat et de Zénobie un simple événement dans la lutte entre tribus d’origine arabe, pour le contrôle du désert syrien199. Palmyre est vue comme une confédération de tribus200. Son expansionnisme, au moment de la crise de l’Empire romain au iiie siècle, est dirigé aussi bien contre Rome que contre ses voisins arabes, en particulier la confédération Tanukh qui dominait le nord de l’Arabie, à l’ouest de l’Euphrate. Son chef Gadhima (Γαδιμαθος en grec)201 aurait été le grand rival de Zénobie qu’elle aurait fini par abattre, selon les traditions rapportées par Tabari202. Le neveu de Gadhima, ‘Amr ibn ‘Adi, premier de la dynastie des Lakhmides, aurait alors vengé la mort de son oncle et conquis Palmyre203.

151On ne peut rejeter de manière catégorique l’ensemble de cette vision des événements et il est fort probable que l’émergence de Palmyre et le contrôle exercé sur le désert aient indisposé une partie des nomades qui fréquentaient la région. Or la prospérité de la ville dépendait en partie du contrôle des voies qui traversaient le désert, domaine des nomades, et permettaient à son commerce de s’effectuer de manière sûre.

  • 204 M. Sartre. CAH XIII (sous presse). Sur Umm al-Jimal, voir B. De Vries, 1998, p. 232.
  • 205 Voir aussi pour le passage des Palmyréniens à Bosra, IGLS XIII. 9107 et le commentaire.
  • 206 Sur l’ensemble du problème, la position assez tranchée de F. Millar semble jusqu’à nouvel ordre la (...)

152On a parfois pu penser que les fouilles archéologiques à Umm al-Jimal pourraient apporter un appui à cette théorie : le site voisin de al-Herri a été détruit, mais sans qu’on puisse donner de date précise (iiie-ive siècles) et c’est à proximité que l’inscription mentionnant Gadhima a été découverte204, accréditant l’idée que l’agglomération pouvait être le centre autour duquel la confédération de Tanukh était organisée. Ce centre aurait pu être détruit par les Palmyréniens, à l’occasion de leur expédition en direction du sud et de l’Arabie205. Néanmoins les incohérences du récit de Tabari, quand on le compare aux textes des historiens classiques, ou même aux textes de Palmyre, rendent difficile son utilisation comme source historique. Il est intéressant toutefois de voir que le souvenir de l’aventure palmyrénienne s’est maintenu dans la steppe et a donné naissance à des légendes qui, semble-t-il, perduraient plusieurs siècles après la chute de Palmyre devant Aurélien. Le fait même de l’existence de cette légende renseigne assez sur le poids réel de Palmyre dans la région. Elle présente aussi l’avantage de correspondre au poids de Palmyre d’après les sources classiques, même si les détails diffèrent206.

  • 207 Inv X, 44 : τὰς κατὰ τῶν νομάδων στρατηγίας (voir chapitre iii).

153Quoi qu’il en soit, il est un peu étonnant qu’il n’y ait pas plus de références dans les sources à une opposition arabe à Palmyre, si celle-ci a été importante. En l’absence d’éléments déterminants, il vaut mieux rester prudent sur la nature exacte des relations entre Palmyre et ses voisins nomades. Il est sûr que les relations n’étaient pas toujours pacifiques, l’existence de « stratégies contre les nomades » exercées par certains Palmyréniens le prouve amplement207. C’est un autre problème de savoir si ces nomades étaient forcément arabes ; il faudra y revenir. Pour la majorité d’entre eux, ce devait être le cas, mais il pouvait y avoir des exceptions. D’autre part, il est tout à fait probable qu’une partie des tribus aient été en bonnes relations avec Palmyre, et même plus, que la population de Palmyre, y compris ses notables, ait eu des relations étroites (de famille ?) avec certains groupes qui nomadisaient dans la région.

1. QUESTIONS D’ONOMASTIQUE

  • 208 Voir à ce sujet la position de J. K. Stark. 1971, p. 62 (« Whenever a name could be explained from (...)
  • 209 Sur ces noms, voir J. K. Stark, 1971, respectivement aux pages 86, 115 et 117.
  • 210 Certains faits incitent de toute façon à la prudence, comme la présence de noms formés d’un verbe (...)

154Un des points de départ de la recherche sur l’identité ethnique de Palmyre est bien sûr à trouver dans l’onomastique. Le constat qu’on peut faire est limité par l’étendue des lacunes de notre documentation. L’importante proportion de noms explicables par le recours à la langue arabe est claire pourtant. Il ne semble pas qu’on puisse faire de différence entre les classes sociales ou les époques. Deux remarques s’imposent à ce sujet. La première est d’ordre historiographique : un certain nombre de noms sont explicables par l’arabe, mais tout aussi bien par les autres langues sémitiques parlées dans la région. Ce n’est que par choix a priori qu’on peut se décider pour l’une ou l’autre solution208. La deuxième remarque est liée à la première : les liens qu’on peut établir entre l’onomastique d’un personnage et son origine ethnique supposée ne sont souvent qu’illusoires. Il arrive souvent qu’à Palmyre la généalogie d’une personne mêle de manière indifférenciée noms typiquement arabes et noms plutôt araméens. C’est le cas par exemple de la famille d’Odainat, mais les exemples sont nombreux. Ainsi, le symposiarque zbydbr šdw br tymšmš (« Zebîdâ, fils de Shoadû, fils de Taîmishamsh ». CIS 3919 = Inv IX. 19) en avril 119, oncle du grand caravanier Soados, porte un nom araméen, alors que son père et son grand-père ont des noms plutôt explicables par l’arabe209. Il existe en fait sans doute très peu de familles dans lesquelles l’onomastique soit homogène, et cela même dans un corpus qui ne documente que sur une petite partie de la population de l’oasis210.

  • 211 Voir les textes rassemblés dans PNO (voir infra et le chapitre v). Mais là aussi les noms araméens (...)

155La question de l’éventuelle correspondance de l’origine ethnique (au moins celle des noms) et de la situation sociale, trouve par là même une partie de sa réponse. Du point de vue social, les noms arabes sont très présents dans les couches les plus élevées de la population. La fréquence des noms comme ’bgr (« Abgar ») ou mqymw (« Moqîmû ») dans les inscriptions honorifiques est notable. De même Odainat et son fils Wahballat, au iiie siècle, portent des noms explicables par l’arabe, et non par l’araméen. Parallèlement, les noms arabes d’une partie des populations connues par les inscriptions de Palmyrène attestent de l’existence de gens modestes parmi eux211.

  • 212 Voir J. Teixidor, 1979, p. 18-25 et M. Gawlikowski. 1990a, p. 2625-2636.
  • 213 Voir J. Teixidor, 1979, p. 21 : « the god of the Rahle region had been accepted by the priests of (...)
  • 214 M. Gawlikowski, 1990a, p. 2631.
  • 215 Voir les remarques de J. Teixidor, 1980a, p. 280-281 sur les tribus araméennes et arabes adoratric (...)

156Au-delà des données onomastiques individuelles, il faut aussi souligner que parmi les noms tribaux, l’immense majorité est araméenne : il est intéressant d’ailleurs qu’une des seules exceptions (les bny m‘zyn) soit associée d’une part à une déesse arabe, Allât, et d’autre part à un dieu, Baalshamîn, qui fait partie depuis longtemps des panthéons ouest-sémitiques (cananéens et phéniciens)212. Le dieu avait sans doute été importé à Palmyre par cette tribu anciennement nomade, qui avait dû identifier Baalshamîn avec Durahlûn (« Celui de Rahlé » dans l’Hermon) son dieu propre213. Cela ne suffit évidemment pas pour faire de Baalshamîn un dieu arabisé. Il faut ici faire état d’une intéressante proposition de M. Gawlikowski, qui distingue deux types différents de Baalshamîn, « un type de Ba’alsamîn du type de Zeus olympien, adoré à Palmyre avec l’énigmatique Durahlûn » et « un type de Ba’alsamîn arabisé [...] vénéré dans la Palmyrène [...] en grand uniforme »214. On peut ainsi se demander comment le dieu était vraiment considéré à Palmyre, dans son sanctuaire, en tenant compte en outre de la présence à cet endroit de la famille des Benê Iedîbel, au nom tout à fait araméen. Une chose est sûre pourtant, c’est que le dieu d’une tribu au nom arabe (Benê Mazîn) n’est pas propre à une composante arabe de la population215. On peut d’ailleurs citer la plus ancienne mention de cette divinité dans son sanctuaire (BS n° 10 de novembre 23). Il est caractéristique que parmi les trois donatrices, l’une, Attâ (‘t’) soit la fille d’un certain Perdesh (prdš) dans lequel on reconnaît un nom persan (Firdusi).

  • 216 Kh. As’ad et J. Teixidor, 1985b, p. 288.
  • 217 Kh. As’ad et J. Teixidor, 1985b, p. 291. Le changement a d’ailleurs pu se faire à Palmyre même, co (...)
  • 218 On a encore un exemple de ce type de processus dans l’importance de la famille Nûrbel dans le sanc (...)

157Inversement si un dieu ouest-sémitique est le dieu tribal des Benê Mazîn, il est caractéristique que le dieu Arsû soit celui de la tribu des Benê Mathabôl au nom proprement local (cf. supra) : or Arsû est un dieu d’origine arabe216. J. Teixidor explique cela par un changement de nom de la tribu entre le moment où elle aurait quitté l’Arabie centrale et celui où elle arriva à Palmyre, à cause de contacts avec des populations sémites non-arabes217. Il se peut aussi que la tribu ait adopté le culte d’une divinité arabe sous l’influence des populations de cette origine, qui se seraient installées à Palmyre pendant l’époque hellénistique218.

  • 219 J. Cantineau, 1935, p. 149-152 el F. Rosenthal, 1936, p. 94-96.
  • 220 On trouve toujours cette acception du mot dans les dictionnaires d’arabe contemporains (par exempl (...)

158Ces considérations ne signifient en aucun cas qu’il faille sous-estimer ou négliger la part de population d’origine arabe dans le peuplement de Palmyre à l’époque considérée. Il est toutefois nécessaire de définir de manière plus précise ce qu’on peut entendre par proprement arabe et la manière dont cette présence peut être visible dans la société palmyrénienne. Le caractère mixte des généalogies, ainsi que les données religieuses, montre en fait surtout les processus de mélanges culturels qui ont cours à Palmyre. De même, dans le vocabulaire des inscriptions araméennes, ont pris place quelques mots arabes, mais si on fait le compte, on peut voir qu’ils sont en réalité peu nombreux219. Pour en revenir au problème des tribus, il est intéressant de constater que le mot employé dans les textes palmyréniens est emprunté à l’arabe : pḥd qui signifie « cuisse », « jambe » et donc désigne une subdivision d’un ensemble220. On se retrouve donc devant une situation paradoxale : dans ce milieu où la seule tribu d’origine sûrement arabe s’est installée à une date relativement récente, le mot qui sert à désigner ce concept est arabe. Cela tendrait à prouver que l’influence arabe n’est pas seulement religieuse, mais qu’elle est aussi institutionnelle. Ce fait avait déjà été noté par J. Cantineau (J. Cantineau, 1935, p. 151) qui remarquait que les emprunts à l’arabe se situaient surtout dans les domaines de la religion et de l’organisation politique et institutionnelle. La concurrence gréco-romaine a peut-être eu pour effet de la freiner ou de la dissimuler, mais il en reste quelques éléments dans la documentation.

2. NOMADES ET SÉDENTAIRES À HATRA

  • 221 Sur ce sujet, voir dernièrement la thèse italienne (Tesi di Dottorato) de R. Bertolino, 1997-1998. (...)
  • 222 R. Bertolino, 1997-1998, p. 93. Sur la probabilité de l’existence de noms akkadiens à Palmyre, voi (...)

159L’exemple parallèle de Hatra peut être révélateur de la manière dont pouvaient se passer les rapports entre sédentaires et nomades221. Certaines données statistiques montrent les points communs et les différences qui existent entre la situation de Palmyre et celle de la cité de Mésopotamie. D’après les inscriptions araméennes du site, on trouve à Hatra une centaine de noms araméens (cent huit), pratiquement autant de noms arabes (cent six), vingt-deux noms iraniens, neuf noms akkadiens et trois noms grecs. Enfin, quarante-quatre noms sont d’origine indéterminée222. La faiblesse du nombre de noms grecs n’est pas surprenante en ce lieu situé longtemps hors de la zone d’influence de Rome, d’autant plus que l’épigraphie grecque est pratiquement inexistante (à part quelques graffiti) et qu’on connaît seulement trois textes latins. De même, la forte présence parthe est bien connue, et il faut signaler que les noms iraniens comme Worod, Sanatrûq ou Vologèse sont ceux de certains des princes de Hatra. Le grand nombre de noms araméens est curieux, alors qu’on a souvent tendance à faire de Hatra une ville arabe. Comme à Palmyre, rien n’empêche des Arabes de porter des noms araméens (ou le contraire). De même, les princes de Hatra, malgré leurs noms iraniens, n’étaient pas forcément des nobles parthes installés à la tête de la cité ; leurs généalogies mêlent d’ailleurs des noms de différentes origines.

  • 223 Voir en particulier les articles de K. Dijkstra, 1990, p. 81-98 et de J. B. Segal, 1986, p. 57-80. (...)
  • 224 Voir la discussion dans K. Dijkstra, 1990, p. 94-97 : le terme semble désigner, soit le territoire (...)
  • 225 K. Dijkstra (1990, p. 83 et 94) traduit les mots wbnyhwn wnkyhwn de la ligne 8 par « and whoever b (...)
  • 226 K. Dijkstra, 1990, p. 93 : « the longer the group that is required, the longer the genealogy ».

160Quelques inscriptions hatréennes renseignent sur les relations entre les habitants de la ville et les populations des alentours223. C’est en particulier le cas de l’inscription Hatra n° 79, qui, d’après K. Dijkstra, relate une sorte de traité de non-agression entre les habitants de Hatra et les chefs (peut-être sédentarisés) de tribus nomades. Le texte pose un certain nombre de problèmes d’interprétation, en particulier pour la définition exacte du mot ‘rb (Arab) qui, semble-t-il, désigne les territoires qui entourent Hatra224. Néanmoins, l’opposition entre l’intérieur et l’extérieur (dlbr wlgw) est claire dans le texte, c’est-à-dire l’opposition entre la ville de Hatra et son territoire, qui devait être livré aux nomades. Le mot tribu n’apparaît pas dans le texte, ni même leur nom, mais les deux personnages (deux frères Yahbarmarên et Elkûd) dont le texte donne la généalogie sont sans nul doute membres (et mêmes chefs) d’un groupe ou un clan qui a eu maille à partir avec la famille du roi Sanatrûq. Yahbarmarên et Elkûd font remonter leur généalogie à la cinquième génération (yhbrmryn w’Ikwd bn’ šmšbrk br’Ikwd br šmšbrk br ‘Ikwd, « Yahbarmarên et Elkûd, fils de Shamshbarak, fils d’Elkûd, fils de Shamshbarak, fils d’Elkûd ») ; les règles de papponymie sont strictement appliquées. Le texte se distingue par la longueur inhabituelle de la généalogie : on se contente en général de remonter au grand-père. De plus, les descendants sont eux aussi intégrés dans les termes du traité, puisqu’il est fait référence à leurs fils (bnyhwn)225. Comme le note K. Dijkstra, l’allongement des généalogies a l’avantage d’augmenter la taille du groupe concerné226. Même s’il n’y a pas dans le texte de tribu au sens strict, on a néanmoins affaire à un groupe de type familial assez étendu.

  • 227 Plusieurs commentateurs, dont B. Aggoula (IIH. ad loc.), envisagent plutôt un traité de non-agress (...)
  • 228 Le texte n° 343 est légèrement différent et omet dans cette phrase la proposition « et tous ceux q (...)
  • 229 K. Dijkstra, 1995, p. 183-184 pour le sens de qšyš’ (peut-être les membres d’un collège équivalent (...)
  • 230 Un rbyt’ était apparemment chargé du maintien de l’ordre. Dans l’inscription n° 223, ce magistrat (...)

161Même si on ne suit pas entièrement l’interprétation de K. Dijkstra, l’opposition entre l’extérieur de la cité et l’intérieur est à noter227. Elle est confirmée par deux textes parallèles datés deux de 151-152, les inscriptions Hatra nos 336 et 343. Ces textes rappellent qu’une loi a été acceptée par un magistrat de Hatra « et les Hatréens vieux et jeunes et tous leurs Arabes (?) et tous ceux qui sortent et entrent à Hatra et tous ceux qui habitent à Hatra » (wḥṭry’ qšyš’ wdrdq’ w ‘rby’ klhwn wkl dy ‘l npwq lḥṭr’ wkl dy ‘mr bḥṭr’)228. Là encore le sens du texte est loin d’être entièrement clair, mais il semble désigner les différents groupes qui constituaient la population de la cité229. On voit donc qu’en plus des habitants de Hatra, on considérait comme partie prenante des affaires de la ville les Arabes (au sens de nomades sans doute), mais aussi les étrangers de passage. La dernière partie de la phrase semble reprendre l’ensemble de ce qui précède, à moins qu’il ne faille comprendre qu’il existait parmi les résidents de Hatra des groupes d’étrangers (Iraniens ?), ce qui est loin d’être exclu. Il faut souligner que le magistrat230 cité dans les deux textes se nomme ‘ṣṭ’ br šmšbrk ; son père porte donc le même nom que celui de ‘lkwd et yhbrmryn : la coïncidence est remarquable, mais l’absence de datation sûre pour le n° 79 interdit de conclure qu’il s’agit de leur frère. Si c’est bien le cas, les groupes nomades qui ont peut-être enlevé le fils du roi seraient en même temps le milieu d’origine d’un « ministre » du roi précédent. Non seulement on aurait donc un exemple dans lequel l’élite d’une tribu nomade est installée en ville, pendant qu’une autre partie de la tribu poursuit sa vie nomade, mais on aurait aussi peut-être un témoignage de l’existence de factions au sein de la population de Hatra.

162Quelques textes semblent également montrer que l’incorporation des Arabes dans le domaine des princes de Hatra ne s’est pas faite sans difficulté et qu’elle peut être le résultat de luttes entre ces princes et les nomades. C’est en tout cas la théorie de J. B. Segal (J. B. Segal, 1986, p. 63-64) qui interprète ainsi quelques textes de Hatra. On aurait alors dans le texte n° 79 un souvenir de ces luttes, qui n’étaient peut-être pas entièrement éteintes. Il faut enfin rappeler que ces Arabes sont appelés ainsi parce qu’ils sont nomades plutôt que pour les distinguer des habitants de la ville qui seraient des Araméens.

  • 231 1995, p. 181 (suivant une hypothèse de H. J. W. Drijvers) et 184.

163D’autre part, l’existence du titre de mry’ (« seigneur ») à Hatra peut être un autre signe de l’existence de tribus dans la ville. C’est en tout cas la théorie proposée par K. Dijkstra : il conclut de l’existence probable de plusieurs seigneurs en même temps qu’ils peuvent être considérés comme des chefs de tribus (« their function may have resembled that of an Arabian sheikh, a paramount tribal leader »)231.

  • 232 Si ces noms désignent des fonctions officielles plutôt que des chefs tribaux, alors leur absence e (...)
  • 233 B. Isaac, 1992, p. 120-128.

164La présence d’un groupe nommé Arabes à Hatra est sans parallèle à Palmyre. Le mot ‘rb lui-même n’apparaît pas dans l’épigraphie palmyrénienne, ce qui ne veut pas dire qu’une partie de la population de Palmyre ne soit pas « ethniquement » ou au moins « linguistiquement » d’origine arabe. Comme le note B. Isaac, on ne sait pas de quelle manière se désignaient les grands notables de Palmyre, y compris à l’époque de Zénobie : il ne semble pas y avoir d’équivalent aux mry’ ou aux rbyt’ de Hatra232. Les noms de « Cheikh » qu’on trouve parfois sont le fruit de théories modernes (peut-être exactes d’ailleurs), mais les sources anciennes, quand elles parlent des familles sur lesquelles on est le mieux renseigné (Odainat et sa famille), les désignent sous le nom de Palmyréniens, pas d’Arabes. De plus, Wahballat a reçu le titre d’Arabicus Maximus ; on voit mal comment il aurait pu l’accepter et l’utiliser, s’il s’était senti profondément appartenir à une population arabe233. Encore une fois, cela ne signifie pas qu’ethniquement il n’ait pas été au moins en partie arabe, mais il faut rappeler que dans bien des cas, et en particulier dans les cas de métissage, l’appartenance ethnique est au moins autant une affaire de choix que d’appartenance par le sang.

  • 234 H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 34-38.
  • 235 Voir la remarque de M. Gawlikowski, 1995, p. 108 sur le nom ‘ḥyty’ qui est exprimé sous une forme (...)

165La difficulté à Palmyre est qu’on ne sait pas vraiment comment les habitants se désignaient eux-mêmes (sans doute simplement « Palmyréniens »), et qu’on ne sait pas non plus comment ils appelaient les populations qui entouraient la ville. Quand un texte bilingue utilise en grec les mots τὰς κατὰ τῶν νομάδων στρατηγίας (« les stratégies contre les nomades »), l’équivalent dans la version palmyrénienne est simplement b’sṭrṭgwn šgy’n (« par des stratégies nombreuses », Inv X, 44). De même dans un autre texte qui relate l’attaque d’une troupe de brigands contre une caravane, on aurait pu attendre un mot générique qualifiant ces nomades du point de vue des citadins. On a vu que c’est une des interprétations possibles du mot ‘rb à Hatra, même si ce n’est pas toujours en mauvaise part. Or le texte s’abstient de préciser et se contente de désigner le groupe de pillards comme « Abdallat Ahitaya et de ceux qu’il avait réunis » ([Αβ]δαλλαθω Εειθηνω καὶ τοῖς ὑπ’αὑτοῦ συναχθεῖσι) et dans la version araméenne parallèle « Abdallat Aḥitaya et les voleurs qu’il a réunis » (‘bdlt ‘ḥyty’ wgyšy’ dy knš)234. Ces deux textes sont pratiquement les seules occasions où sont désignés par un nom certains des habitants de la steppe qui entoure Palmyre235. Dans le reste de la documentation, les textes qui proviennent de Palmyre même donnent tout au plus l’appartenance tribale des personnages cités.

3. LE PEUPLEMENT DE LA PALMYRÈNE

  • 236 Le texte de Qa’ara (J. Teixidor, 1963, p. 34) mentionne un certain Moqîmû Mazîn (mqymw m‘zyn) qui (...)
  • 237 Les exceptions possibles sont au nombre de trois. D’abord les bny tym’ du Wadi Hauran, mais il s’a (...)
  • 238 Voir les remarques de D. Schlumberger, dans PNO, par exemple p. 133 : « Il est clair que nous somm (...)
  • 239 Non comptés les cas où les bny X sont les fils, au sens naturel, d’un habitant de la Palmyrène. L’ (...)
  • 240 Sur ces villages et leurs productions agricoles, cf. chapitre iii.

166En ce qui concerne les textes trouvés hors de Palmyre, à part deux textes de Doura-Europos (R. Du Mesnil Du Buisson, 1939, n° 1 et 33) et peut-être un texte qui provient de la dépression de Qa’ara (en Iraq ; voir pl. 1)236, on n’a jamais de mentions sûres de tribus237, à ma connaissance du moins. On peut penser que cela tient au petit nombre de textes connus hors de Palmyre et à leur date assez tardive. Néanmoins ce fait est assez surprenant, puisqu’on considère généralement que c’est la vie urbaine qui a distendu les liens tribaux et fait disparaître les mentions de ces groupements. Or, les textes des zones montagneuses de la Palmyrène du nord-ouest (pl. 2), qui proviennent d’un milieu a priori plus proche des origines tribales et plus « arabe »238, ne font aucune allusion à d’éventuels groupements de ce type. Les deux seules formules qui comprennent l’expression bny X (« Fils de X »)239 sont des références à un genre différent de relations sociales : en PNO n° 2ter, on a les bny byth (« gens de sa maison »). Le pronom possessif -h se rapporte à un certain Abgal (‘bgl) à qui le dieu larhibôl a donné le pouvoir dans le lieu entier (yrhbwl dy yhb l’bgl šltn’ b’tr’ klh). Le terme ‘tr’ traduit par « localité » par l’éditeur du texte (H. Ingholt). désigne sans doute l’agglomération (village ; le nom moderne est Khirbet Semrine ; voir pl. 2) où a été découverte l’inscription. Un autre texte. PNO n° 78. mentionne les bny qyrt’, « gens du village ». Cette expression, ainsi que le mot qyrt’ qui apparaît seul dans trois autres textes (PNO nos 39, 42 et 51), prouvent sans doute que cette population est plus ou moins sédentarisée, en tout cas regroupée autour de villages240. Ici le pouvoir semble être aux mains de chefs de familles, mais l’absence d’allusion à des groupements tribaux, la référence à un pouvoir local (b’tr) montrent nettement qu’on a affaire à une structure intermédiaire entre les nomades et les populations urbaines. Cela n’exclut nullement l’existence de liens familiaux avec des nomades, alors que les chefs de clans sont peut-être sédentarisés, mais cette dimension n’apparaît pas clairement dans les textes.

  • 241 M. B. Rowton, 1976b, p. 17-31 : le meilleur moyen d’obtenir une certaine survie économique est cet (...)

167On a sans doute affaire à ce que M. B. Rowton appelle « enclosed nomadism »241, dans lequel les nomades vivent une partie de l’année dans des régions de peuplement sédentaire, et participent à l’exploitation de zones intermédiaires entre la montagne et la steppe, où la proximité est grande entre pâturages et terres agricoles.

  • 242 Parmi ces inscriptions, on trouve une safaïtique et deux bilingues en palmyrénien et safaïtique, s (...)
  • 243 Textes publiés dans la thèse de D. Schlumberger (PNO).

168Un autre argument des tenants de la forte arabisation de la région est la présence d’inscriptions safaïtiques dans ces montagnes, de même que dans le Wadi Hauran, à l’autre extrémité de la Palmyrène242. Ce dernier groupe d’inscriptions est un peu différent des textes de Palmyrène du nord-ouest par lesquels on peut commencer243.

  • 244 Voir PNO nos 60, 63bis. 63quater. 80-82.

169Comme dans un grand nombre de textes safaïtiques, les mentions d’appartenance tribale (nom de la tribu précédé de ’l), sans être systématiques, suivent souvent le nom des personnages cités244. C’est une grande différence avec les textes araméens. Les tribus (ou familles ?) citées sont généralement connues, en particulier la ’l’wd qui apparaît au moins deux fois. Mais il ne semble pas y avoir de rapports étroits entre les deux groupes de population et l’absence de vraies bilingues (c’est-à-dire le même texte dans les deux langues) renforce cette impression. On a d’un côté des villages habités par des (semi- ?) sédentaires à l’onomastique arabe et araméenne, et d’un autre des safaïtes pasteurs nomades sans doute (en admettant que tous ces documents sont contemporains). La présence de nombreux reliefs représentant des dieux arabes en costume guerrier, les dédicaces à ces mêmes dieux prouvent bien sûr que cette population, même si elle était de langue araméenne, était culturellement sous influence arabe. On peut reprendre les remarques d’H. Seyrig et de D. Schlumberger sur la civilisation qui avait cours en Palmyrène.

  • 245 H. Seyrig, 1970, p. 81 -83 : « (Les dieux armés) répondent au danger permanent qui a de tout temps (...)

170Il manque pourtant dans ces textes araméens de Palmyrène, non seulement les mentions tribales, mais aussi les longues généalogies. Or celles-ci sont justement un des arguments employés dans le sens de cette interprétation, en partie par comparaison avec celles qui ont eu cours à l’époque islamique. Elles existent en fait surtout dans les inscriptions de la ville de Palmyre, sur les tombeaux ou pour les inscriptions honorifiques. On est peut-être en face de deux aspects de cette influence « arabe ». En Palmyrène se refléterait la mentalité d’une classe rustique, selon l’expression d’H. Seyrig, laquelle, quelle que soit son origine (araméenne ou arabe), ressentait principalement le besoin de sécurité (d’où le recours aux dieux armés ; fig. 25)245. À Palmyre, au contraire, à cause de la concurrence entre notables, il était nécessaire de pouvoir se distinguer. Dans un milieu où les changements sociaux étaient sans doute accélérés par la prospérité économique, il fallait se rattacher à une lignée d’ancêtres.

171Plusieurs faits distinguent les textes du Wadi Hauran de ceux de Palmyrène du nord-ouest. On a d’abord l’impression qu’il s’agit dans la steppe de gens de passage, alors que les villages de montagne semblent plutôt avoir une population permanente. Cela explique peut-être qu’on retrouve dans quelques textes du Wadi Hauran des noms et des clans connus à Palmyre (voir supra sur le clan Haumal). On reviendra au chapitre III sur les raisons de la présence de ces Palmyréniens, sous la direction de Zebîdâ Haumal, à cet endroit.

  • 246 J. K. Stark, 1971, p. 56 préfère la lecture tymš’, nom attesté plusieurs fois à Palmyre. Le nom (d (...)
  • 247 F. Safar, 1964, p. 17, n. 1.
  • 248 Avec cette restriction, qu’à la différence des ‘l ‘wd, qui sont connus ailleurs qu’en Palmyrène du (...)

172Mais un autre aspect mérite de retenir l’attention. On a souligné la rareté des mentions de tribus dans ces textes, pourtant les deux bilingues araméennes-safaïtiques prouvent que certains des personnages cités appartiennent bien à des groupes de ce type, mais ne le mentionnent que dans la version safaïtique. Dans le texte n°3, on a en araméen tymḥ’ br tymš’[dw]246 et qwp’ br srykw yrḥy (« Taîmhê, fils de Taîmshadû et Qûpâ, fils de Shoraîkô Iarhaî »). Or le texte safaïtique correspondant porte tymḥ’ wqpn d’l n’mn (« Tayyimḥa et Qupan de la tribu (ou famille) de Ni’man »). Les deux textes se terminent ensuite de la même manière : snt zbyd’ hwmlen araméen (« l’année de Zebîdâ Haumal ») et snt bn ḥwml en safaïtique (« l’année de [Zebîdâ] fils de Haumal »). Le deuxième de ces personnages réapparaît dans une autre bilingue du même lieu (n° 6), avec une généalogie légèrement différente selon les versions : qwp’ br šrykw en araméen et qpn bn yrḥ en safaïtique, où on rajoute aussi qu’il appartient à la tribu de Ni’man (d’ln’mn), comme dans le n° 3. Le patronyme de qwp’ est différent dans les deux langues, peut-être comme le note F. Safar parce qu’il portait un nom double247. Mais le nom utilisé en safaïtique est peut-être plutôt le nom de clan, comme pour l’éponyme appelé simplement ḥwml. Il semble probable qu’on préfère désigner les gens par le nom du clan que par le patronyme. Il semble donc que les structures tribales, ou au moins familiales, sont plus importantes dans les traditions propres aux nomades que pour les milieux plus aramaïsés. En tout cas, aussi bien šrykw que yrḥy sont des noms fréquents à Palmyre et le second est sûrement araméen et même palmyrénien (hypocoristique du nom divin larhibôl). Il est donc assez étonnant que ce personnage appartienne à une tribu qu’on peut appeler safaïtique248.

173Il semble qu’il y ait du point de vue de l’appartenance tribale la même différence entre les textes araméens et les textes safaïtiques qu’entre les textes grecs et les textes araméens. La dimension tribale et clanique n’a pas la même importance selon les contextes et les publics visés. Elle a toujours été rare en grec, l’est devenue en palmyrénien, mais a conservé son importance en safaïtique. Cela ne signifie pas pourtant que la conscience qu’on en avait, quant à elle, ait disparu ; ces textes en sont une preuve. La conscience tribale pouvait être sous-jacente, et elle devait être prise en compte par les lecteurs contemporains. Cela donne peut-être une clé de lecture pour la généalogie de Zebîdâ Haumal (ou Zebîdâ bar Haumal selon les textes). Le fait qu’il soit appelé bn ḥwml dans la version safaïtique du texte n° 3 prouve peut-être que c’est cette partie de son nom qui compte vraiment, parce qu’elle le rattache à un clan connu dans la région (?).

  • 249 Tous les noms de ces textes sont assez courants à Palmyre (cf. J. K. Stark, 1971, ad loc.). Le plu (...)

174Le milieu mixte, à la langue double, qui peuple la steppe au sud-est de la Palmyrène, présente donc quelques particularités. L’onomastique des personnages cités dans le Wadi Hauran, ainsi que celle des autres textes de la même zone, est assez courante à Palmyre : ce sont ces noms qui sont utilisés en safaïtique par les membres des groupes familiaux ou tribaux (‘l)249. Quelles qu’aient été les circonstances exactes dans lesquelles ces textes ont été gravés, ils sont une nouvelle preuve de l’existence d’un bilinguisme dans cette région. La question qui se pose, et qui peut recevoir des réponses diverses, est de savoir s’il s’agit d’une preuve d’aramaïsation d’une population qui adopte une onomastique araméenne, tout en conservant en partie sa langue, ou au contraire, s’il s’agit d’une arabisation de la population araméenne des steppes.

  • 250 Voir les inscriptions nos 50 et 79 de Hatra : J. T. Milik. DFD, p. 358-359 (après J. Teixidor, 196 (...)

175Pour définir le contexte particulier de la région, il faut aussi signaler qu’on a, dans le texte n° 5, l’attestation d’un groupe tribal apparemment originaire de l’oasis de Teima, dans le nord de l’Arabie Saoudite actuelle, les bny mškn’. C’est la seule attestation palmyrénienne d’un groupe de ce nom250, mais elle prouve que des relations existent entre les différentes populations de la steppe, même si l’inscription ne permet guère d’interpréter la nature de leurs rapports (et en particulier de savoir s’ils sont les auteurs du texte araméen qui les nomme).

  • 251 C’est-à-dire principalement les textes publiés par J. Teixidor, 1963 : J. Starcky, 1963 et F. Safa (...)
  • 252 Voir M. Macdonald, 1993, p. 311 : le domaine de ces nomades est extérieur à la zone de peuplement (...)

176Au total, la distribution géographique des inscriptions safaïtiques montre sans doute que ces nomades sont des populations un peu en marge, qui entrent rarement en contact avec les sédentaires. Les contacts devaient être plus nombreux avec les composantes semi-nomades de la population de Palmyre, celles qui apparaissent dans les textes palmyréniens découverts dans l’Iraq actuel251. Ils donnaient donc lieu à la formation de populations mixtes. Pourtant, comme dans le Hawrân, ces nomades « safaïtiques » ne participent pas à proprement parler à une société dimorphe252 mais semblent exister à côté des établissements sédentaires ; c’est ce que semblent révéler les textes de Palmyrène du nord-ouest. En ce qui concerne ces nomades, la symbiose ne se fait peut-être qu’avec les populations des régions où l’agriculture est seulement d’occasion, c’est-à-dire dans les wadi du sud-est de la Palmyrène, seul cas possible de groupes appartenant réellement à une société dimorphe. Toutefois, à la différence des zones situées plus au sud-ouest, la présence safaïtique, ou même nomade, est fort réduite, d’après les données épigraphiques. Si des nomades en grand nombre fréquentaient la région, ils n’ont pas laissé autant de textes que les tribus connues dans les steppes et les déserts du sud.

177Curieusement, la rareté des mentions tribales n’est pas propre à la Palmyrène. En ce qui concerne le domaine nabatéen par exemple, il est assez rare que soit donné le nom de la tribu dans les inscriptions. On peut aussi appliquer la même remarque aux inscriptions de Hatra. Pourtant, pour des raisons de proximité géographique, on peut être tenté de trouver des liens entre les populations de Hatra et de Palmyre, justement dans les régions de l’est de la Palmyrène dont on vient de parler. Il apparaît d’ailleurs possible que ce soient justement des parties non arabes de la population qui soient concernées.

  • 253 R. Bertolino. 1997-1998, p. 91-92 donne une liste des inscriptions qui comportent l’expression « b (...)
  • 254 C’est ce que fait sans hésitation J. B. Segal, 1986, p. 57-80. Cette proposition avait déjà été fa (...)
  • 255 Comme par exemple K. Dijkstra, 1995, p. 186 et 190-191 : son argument principal est que les deux g (...)
  • 256 W. Al-Salihi, 1987, p. 53-61.
  • 257 Mais Hatra est aussi en relation avec Doura-Europos où le nom bl’qb est aussi attesté parmi les Pa (...)

178Parmi les quelques tribus mentionnées à Hatra (pas toujours avec l’expression bny X ?), il ne semble pas qu’on trouve de noms attestés à Palmyre253. Mais les textes du Wadi Hauran mentionnent des bny tym’ (F. Safar, 1964, p. 18, n° 8) qu’on peut être tenté de rapprocher des bny tymw des inscriptions hatréennes254. Néanmoins, il est plus simple de considérer que les deux personnages tymrṣw et ḥggw sont les fils d’un tym’. Le même genre d’interprétation est envisageable pour les textes de Hatra255. D’autre part, les noms tymrṣw et ḥggw sont très courants à Palmyre, alors qu’ils ne sont pas attestés à Hatra. De leur côté, les bny bl’qb de Hatra portent aussi un nom très courant à Palmyre, mais totalement absent à Hatra à l’exception des textes nos 214 et 293 : la chose est vraie aussi pour les bny tymw. Si on rajoute que des bas-reliefs inscrits en palmyrénien ont été découverts à Hatra256, cela permet d’affirmer que les relations entre les deux métropoles du désert n’étaient sans doute pas seulement épisodiques, mais que des liens artistiques, commerciaux, et peut-être aussi familiaux les unissaient257. Pourtant cela ne donne aucun renseignement sur d’éventuels liens entre les tribus qui habitaient les deux villes.

179En fait, si on peut affirmer, avec peu de chance de se tromper, qu’un certain nombre de tribus nomadisaient entre les deux villes, on est beaucoup plus embarrassé quand il s’agit de préciser l’importance de ces groupes. Il semble aussi que la présence des tribus safaïtiques soit, somme toute, assez réduite, hors de quelques zones où elles sont en contact avec des sédentaires ou des avant-postes palmyréniens. La situation semble la même que ce soit à Doura ou à Hatra.

  • 258 De l’avis même de J. K. Stark, yrḥy et ydy’bl sont des noms araméens (J. K. Stark. 1971, p. 90-91) (...)
  • 259 H. Seyrig, 1970, p. 88.
  • 260 On peut être tenté d’établir un lien entre l’habitude épigraphique et l’arabisation relative des p (...)

180Dans l’ensemble, ces populations nomades sont finalement remarquablement peu nombreuses dans les sources épigraphiques, également en ce qui concerne les groupes ethniquement et linguistiquement différents des habitants de Palmyre. On a pu établir avec quelque vraisemblance que ces derniers n’étaient pas majoritairement arabes, même si l’élément arabe occupait une place importante, jusque dans les classes les plus élevées. Néanmoins, le point à souligner avec le plus de fermeté est l’impossibilité de tirer des conclusions de l’onomastique du point de vue ethnique. Le nombre de noms du type ydy’bl br ‘zyzw (« ledîbel, fils de Azîzû », CIS 3924) ou bien encore yrḥy br ḥyrn ‘bgr (« Iarhaî, fils de Haîran Abgar ». Inv X, 107) interdit toute conclusion de ce genre258. Personne ne doute qu’il en soit de même pour les Palmyréniens qui portent des noms grecs comme Malê dit Agrippa (CIS 3959 = BS n° 44). Il faut faire état ici d’une remarque d’H. Seyrig qui notait que « (la) proportion (des noms arabes) n’est fondée que sur l’épigraphie, où n’apparaît qu’une couche privilégiée de la population : les petites gens vivaient et mourraient sans inscriptions »259. S’il est hors de doute que dans une bonne partie du corpus les noms doubles grecs et sémitiques correspondent aux classes les plus en vue, il paraît difficile de reconnaître une telle différence pour les noms araméens ou arabes. Il ne paraît pas du tout assuré non plus que les gens modestes aient été plutôt arabes qu’araméens. Il faut de plus ajouter qu’une grande partie des témoignages sur eux a disparu parce qu’ils étaient inscrits sur des matériaux périssables260.

181Il paraît clair que d’une manière ou d’une autre les élites de Palmyre exerçaient leur influence sur les sociétés qui peuplaient la steppe aux alentours. On verra au chapitre suivant, à propos du fonctionnement du commerce, qu’il fallait bien par un moyen ou un autre qu’il existât des relations relativement pacifiques entre les sédentaires et les nomades. Le problème du point de vue historiographique est qu’en raison de la maigreur de la documentation, on peut surtout procéder par analogie avec des situations semblables, à des époques différentes.

4. LA PALMYRÈNE ENTRE NOMADES ET SÉDENTAIRES

  • 261 Voir par exemple P. Briant, 1982, chapitre I. On a vu que le terme « nomade » des inscriptions pal (...)

182On a vu qu’à partir de la fin du ier siècle, il devient difficile de déterminer quelle est l’appartenance tribale des Palmyréniens. Il n’est donc pas possible de savoir s’il existe des relations d’ordre tribal entre les notables de Palmyre et les nomades de Palmyrène, même si on peut le supposer. Comme on l’a vu, l’identité des nomades est elle-même un sujet de doute. Les sources qui les concernent sont maigres et ne laissent apparaître que quelques éléments de l’ensemble. Vus sans doute principalement par les sédentaires, qui selon une tradition constante en ont une vision partiale261, les nomades apparaissent donc surtout comme des pillards, nuisibles au bon fonctionnement des caravanes.

  • 262 J. Henninger, 1959, p. 84-85. F. Villeneuve me signale le texte de Ibn Khaldoun sur le bédouinisme (...)

183Pourtant il est possible d’avoir un point de vue moins partial sur les nomades de la steppe, en essayant de définir leurs caractéristiques principales, autant que nos sources le permettent. Comme le notait déjà J. Henninger, il est probable qu’il n’y ait pas eu, à l’époque en question, de société de type « bédouin »262. Le même auteur donne une bonne définition de ce qu’est une société bédouine : « nous devons relever ce que la notion de Bédouin surajoute à celle de nomade pasteur en général. C’est surtout le caractère guerrier, intimement lié à l’élevage du chameau, et une certaine forme d’organisation tribale [...] » (p. 70-71). Cette forme d’organisation tribale se caractérise par une structure verticale assez prononcée, avec une forte hiérarchie sociale au sein de la tribu (« une échelle comportant d’innombrables degrés de noblesse ») et « un système généalogique infiniment ramifié qui relie chaque individu par famille, clan, fraction de tribu, tribu, confédération, et ainsi de suite » (p. 78-80).

  • 263 F. Quass, 1993, p. 62-68.
  • 264 Voir CIS 3932 ou 3934 qui remontent à la quatrième ou cinquième génération (milieu iiie siècle). I (...)

184On voit ce qui différencie la société ainsi décrite des Bédouins préislamiques de la société de Palmyre telle qu’on peut la saisir d’après les inscriptions. Même si les ancêtres de beaucoup des Palmyréniens étaient nomades, il est clair que ceux qu’on peut saisir dans les textes sont surtout des sédentaires. De même, leur caractère guerrier n’est pas très clair, malgré le costume militaire de certains reliefs. Mais l’absence de vocabulaire belliqueux est notable dans la plupart des textes, si on excepte une ou deux inscriptions caravanières (Inv X, 44 ou H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 34-37). D’une manière générale, la documentation conservée est trop lacunaire pour permettre d’étudier tous les phénomènes de hiérarchisation sociale au sein des tribus. On verra qu’il est possible d’émettre quelques hypothèses sur les différences sociales au sein de la société dans son ensemble, en particulier par l’étude des monuments funéraires (chapitre VI). Il est aussi possible de mettre en évidence des relations de clientèles entre les Palmyréniens, mais en ce qui concerne précisément les tribus, cela apparaît bien impossible. De même, les ramifications généalogiques existent, puisqu’on connaît un certain nombre de clans qui appartiennent à des tribus plus larges, mais l’image qu’on peut en avoir est seulement lacunaire. Les ramifications se limitent de toute façon à deux ou trois des niveaux définis par J. Henninger, sans qu’on puisse savoir duquel il s’agit dans la plupart des textes. De plus, il faut rappeler que les longues généalogies ne sont pas le propre des nomades. Les exemples qu’on connaît dans le monde grec prouvent que le phénomène est plus général263. À Palmyre, on retrouve de grandes listes d’ancêtres dans les inscriptions honorifiques, au moment même où, de l’avis général, les liens tribaux traditionnels se sont beaucoup affaiblis et ont disparu de la documentation264.

185Ainsi, soit que ce type d’imbrication des groupes généalogiques n’ait pas existé à Palmyre à cette époque, soit que la documentation conservée empêche de la reconnaître, les moyens d’analyse doivent être différents, si l’on veut tenter de définir pour Palmyre le type de rapports qui pouvaient s’établir entre les différents groupes, et en particulier, entre nomades et sédentaires.

  • 265 J. Henninger, 1959, p. 84(citant une théorie de W. Caskel). Voir aussi p. 85 : « les nomades guerr (...)
  • 266 Les Arabes scénites dont parle Strabon habitent au nord et à l’est de l’Euphrate (XVI. 1. 26). Pli (...)
  • 267 Quand Polybe parle du contingent que commandait Zabdibelos à la bataille de Raphia en 217 (V, 79), (...)
  • 268 Le terme « arabe » n’apparaît pour désigner les Palmyréniens qu’à partir de Malalas.

186En fait, il semble bien, selon une théorie admise par J. Henninger, que la bédouinisation n’a peut-être commencé (ou recommencé) qu’à partir des iie-iiie siècles de notre ère, « après la décadence des cités commerçantes dont les nomades avaient été dépendants au point de vue politique et culturel »265. Cette théorie concorde bien avec l’image qu’on peut se faire d’un monde où les nomades sont certes un élément à prendre en compte, mais où ils n’occupent pas une place prédominante. Les sources classiques qui parlent des nomades dans la région citent seulement des tribus dont le domaine semble être hors de la Palmyrène266. De même, quand Appien relate l’attaque sur Palmyre par les cavaliers d’Antoine (Guerres civiles V, 5), il en désigne les habitants par le terme « Palmyréniens », et non par un autre ethnique267. La population de la Palmyrène semble avoir été considérée comme un ensemble, groupé autour de la ville sédentaire (ou en cours de sédentarisation). De toute façon, les conditions climatiques étant ce qu’elles sont, il était impossible d’installer des établissements sédentaires en dehors des zones d’oasis ou de montagnes. L’occupation d’une partie importante du territoire de la Palmyrène ne pouvait être que temporaire : l’oasis qui en formait le centre lui donnait donc naturellement son nom268.

  • 269 J. Teixidor, 1987, p. 49 : « Une société dimorphe habitait donc la Palmyrène romaine où s’associai (...)
  • 270 On a parfois quelque mal à établir de manière non équivoque les liens existant entre les établisse (...)

187La faible importance politique des nomades en tant que groupe autonome n’empêche pas qu’ils aient joué un rôle dans les activités des Palmyréniens. Au contraire même, on imagine que les notables devaient se servir de leurs relations tribales avec certains nomades pour asseoir leur pouvoir, au sein même de la cité, mais aussi sans doute au-delà. C’est une hypothèse faite, avec toutes les apparences de la vraisemblance, par un certain nombre de travaux récents sur Palmyre269. La seule preuve directe qu’on ait de l’existence d’une société dimorphe est peut-être justement l’inscription du Wadi Hauran qui mentionne Zebîdâ Haumal270. Un membre d’un clan de notables bien connu à Palmyre a des activités dans la steppe qui le mettent en contact avec des nomades. Il semble occuper dans ce contexte, une position bien en vue, puisqu’il sert d’éponyme dans un texte.

  • 271 Par exemple. M. rowton, 1976a et 1976b.

188Cela correspond parfaitement à ce que M. Rowton a défini comme société dimorphe dans plusieurs articles271. Il faut noter néanmoins que son point de départ est ou bien plus ancien (textes de Mari), ou bien plus récent (nomades contemporains du Balouchistan, d’Iran et du Croissant fertile), ce qui n’exclut pas un certain nombre de rapprochements. Selon lui, l’intégration nomades/ sédentaires, la complémentarité entre les deux états qui est à la base du dimorphisme est conditionnée par l’environnement physique (ce qu’il appelle « topology »). La proximité géographique, et même l’imbrication des zones de pâturages et de celles où est pratiquée l’agriculture font que les nomades sont forcés de passer une partie de l’année à proximité immédiate des sédentaires. Il est tout à fait concevable dans le cas de la Palmyrène que ce soient différentes parties des mêmes tribus qui ont rempli les deux rôles. De plus, comme le note M. Rowton, l’élite tribale a souvent tendance à se sédentariser, en partie pour se rapprocher des centres de pouvoir, auxquels elle participe parfois ; mais cela ne signifie pas non plus que tous les liens soient nécessairement rompus avec les fractions tribales restées nomades.

189Au total, même s’il est impossible parfois d’identifier les liens exacts qui unissaient entre elles les familles et les tribus, on a pu voir néanmoins que se mettait apparemment en place un système dans lequel des groupes familiaux plus restreints prenaient le pas sur les tribus, anciennes subdivisions de la population de l’oasis. Il est possible d’interpréter ce phénomène comme une forme d’influence occidentale, mais un certain nombre de faits mettent également en évidence la force des coutumes locales à Palmyre, en particulier en ce qui concerne l’onomastique et la manière dont se présentaient les généalogies. Mais la notion de coutume indigène ne signifie pas non plus qu’il s’agissait d’une population homogène : se mêlaient en fait des groupes d’origines ethniques diverses, même si l’élément sémitique (araméen et arabe) était prédominant. Il est difficile de préciser les proportions de chacun des groupes, en particulier pour l’élément arabe, qui, même s’il est bien visible, n’était sans doute pas majoritaire, au moins parmi les habitants sédentaires de la région. La question est plus compliquée pour les éléments nomades, car malgré l’existence de quelques textes, on est forcé de recourir à des parallèles parfois proches et contemporains (Hatra), mais surtout plus éloignés. Ceux-ci sont parfois le fondement de théories qu’on peut tenter d’appliquer à Palmyre, malgré les lacunes de la documentation.

190En fait, on se trouve en face d’un certain nombre d’hypothèses probables, comme de modèles théoriques qui peuvent en partie s’appliquer au cas de Palmyre et de ses habitants. C’est pour cette raison qu’il faudra au cours du chapitre suivant tenter de déterminer sur quelles bases sont fondées la fortune et l’influence des notables. Le rôle de leur influence clanique semble clair, bien qu’il soit difficile d’apporter des preuves formelles. Mais elle s’exprime aussi par des éléments concrets dont on peut essayer de retrouver la trace : agriculture, élevage, maîtrise des routes, implication dans le fonctionnement des caravanes. Enfin, cette influence est, au premier chef, celle de grands notables, qui, comme Soados ou Marcus Ulpius Iarhaî, n’ont apparemment jamais exercé de fonctions officielles au sein de la cité (ou qui en tout cas n’en font pas état). Pour eux aussi l’existence de liens tribaux peut permettre d’avancer une explication à leur domination apparente sur la société palmyrénienne.

Notes

1 Sur l’institution de la πoλισ, cite composée de tribus, une caractéristique du monde grec, voir par exemple Éd. Will, 1991, p. 64 et suivantes. Voir aussi M. Pierart, 1985, p. 169-190, avec les références bibliographiques qui y sont citées.

2 Voir K. Dijkstra, 1995, p. 13 avec les références de sa note 14. Il explique que, dans une société segmentée (tribale), plus la généalogie d’un personnage est longue, plus ses possibilités d’associations sociales sont nombreuses. La longueur de la généalogie exprimée dépend en fait du but recherché par le rédacteur et le nombre de parents plus ou moins éloignes qu’il désire impliquer. Mais on ne peut négliger d’autres contraintes comme la place disponible sur la pierre, ou le désir de remonter à un ancêtre particulièrement important.

3 On trouvera dans P. Piersimoni, 1995, p. 254-255, un court expose systématique de la question.

4 La généalogie du fils de Shoadû s’achève aussi par ce nom (Kh. As’ad et M. Gawlikowski, 1986-1987, p. 165, n° 4, sans version grecque) : mlkw br š’dw br ‘ihbl brt’.

5 Kh. As’ad et M. Gawlikowski, 1986-1987, p. 165, n° 2 (sans version palmyrénienne).

6 Voir aussi les remarques de K. Dijkstra, 1995, p. 123 : « Leaving out the word br in a genealogical sequence very often coincides with the omission of a number of generations so that the last name acts as a clan-indication. » page 96. Il résume bien les difficultés qui rendent difficiles les reconstitutions de généalogies d’après les inscriptions de Palmyre : « … the fact that seemingly at random one or more names are dropped […]. It indicates that genealogies are highly unreliable as an instrument for identification purposes, especially as no clue is provided on the criteria for "telescoping ", apart from the suggestion that renowned ancestors retained their position more easily than less prominent ones. » la suite de l’ouvrage de K. Dijkstra prouve d’ailleurs que son constat est sans doute un peu pessimiste, et qu’il est possible dans un certain nombre de cas de reconstituer des généalogies avec de fortes probabilités de véracité.

7 Voir K. Dijkstra, 1995, p. 142-143 qui les appellent « minor dedications » par opposition aux « major dedications » gravées sur des temples, des autels de grande taille, ou d’autres objets de dimensions monumentales (voir ibid., p. 89).

8 On a dans le monde grec d’assez nombreux exemples de généalogies longues. On cite directement l’ancêtre digne d’être rappelé et on remonte souvent à un personnage célèbre de l’histoire générale ou de l’histoire locale, en omettant parfois les chaînons intermédiaires peut-être moins glorieux. Voir F. Quass, 1993, p. 62-67 sur les longues généalogies qui témoigne du « Selbstbewußtsein » des notables. Ce phénomène qui prend de l’ampleur à l’époque impériale, est repérable surtout en Asie Mineure méridionale à partir du IIe siècle avant notre ère (avec l’exemple de Palmyre, p. 67. n. 232).

9 On peut comparer le cas des documents juridiques babyloniens (A. Ungnad, « Babylonischen Familiennamen ». Festschrift A. Deimel, Analecta orientalia 12, 1935, p. 319-326, cité par A. Caquot. 1962, p. 234, n. 1) : dans la formule « X fils de Y fils de Z ». Z ne désigne pas l’aïeul, mais l’ancêtre et fonctionne comme un nom de famille.

10 C’est souvent le cas pour les tessères, comme RTP 31 et 34 : šlmn yrhbwl’ mlkw’ ‘by (voir sur ce personnage de la famille Aabeî, le chapitre i : DFD, p. 233-235. n° 13 et Inv X, p. 34-36). On a peut-être un cas particulier avec les affranchis pour lesquels l’expression br ḥry qui signifie « affranchi » semble parfois omise : voir DFD, p. 274 où est cité le cas de nrqys br ḥry ‘gylw (« Narcisse, affranchi d’Ogeîlû ». CIS 4174 dans la tombe des « Trois frères ») qui semble le même que le nrqys ‘gylw du texte CAS 4185 de la même tombe. Néanmoins, la juxtaposition de deux noms peut recevoir d’autres explications. Cela signifie rarement qu’il s’agit d’affranchis. Sur l’onomastique de ces derniers, voir le chapitre v.

11 On peut comparer, par exemple, les textes CAS 4030 et 4050 : le même personnage est appelé ḥggw br yhyb’ br yrḥy dk’ dans le premier et ḥggw br yhyb’ yrḥy dk’ dans le second, sans qu’il faille y voir de différence sans doute. Voir aussi le texte H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 34-36. Un des synodiarques qui remercient Soados, fils de Bôlîadâ, s’appelle Eννιβηλος Συμῶνου τοῦ Βαζεκη, mais en araméen le mot br a totalement disparu : ḥnbl šm‘wn bzq’. Parfois les liens de parenté sont assez difficiles à restituer précisément, comme dans le cas du texte H. Ingholt, 1926, p. 129 : yrḥy ‘grp’ yrḥy ydy’bl ‘g’ y‘t. Agrippa (‘grp’) est sans doute un autre nom de larhaî (yrḥy), fils de larhaî ; les noms suivants doivent désigner les générations précédentes. Mais on peut aussi considérer que l’omission du mot br signifie que des étapes sont omises, même s’il est peu probable que ce soit à chaque génération.

12 Par exemple Alexandre, fils d’Alexandre, fils de Philopatôr du préambule du Tarif (CIS 3913), avec les remarques du chapitre i sur la possibilité de son origine locale.

13 Annexe X. Dressé à titre de comparaison, ce tableau inclut tous les noms dont l’origine iranienne est au moins possible, même si dans beaucoup de cas elle est douteuse.

14 Voir par exemple H. Ingholt, 1962, p. 104 (‘prhṭ br ‘gylw). On retrouve le père du même personnage ywlys ‘wrlys ‘gylw br ‘prhṭ br ḥry zbdbwl dans plusieurs textes de la même tombe (H. Ingholt, 1935, p. 98, n° VII et 1962, p. 106).

15 CIS 3914 = Inv IX, 25.

16 H. Ingholt, 1936, p. 109-112, n° 11.

17 Voir DFD, p. 31-35 avec un arbre généalogique et p. 237, n° 13 pour un possible symposiarque (RTP 35 : yrḥbwT prmn). L’identification de ce personnage repose sur l’équivalence entre le nom de la famille prmwn et prmn inscrit sur la tessère, selon la lecture de J. T. Milik. Néanmoins, l’interprétation de RTP, ad loc. donne Irnm ; la photo de la tessère (RTP, pl. III) est trop sombre pour permettre de décider ; le dessin sur le frontispice (ici fig. 15) favorise la lecture de RTP (comparer le l du nom yrḥbwT).

18 Il ne semble pas possible de définir une période particulière pendant laquelle ces noms auraient été particulièrement en vogue : aucun exemple ne semble pourtant très ancien, signe peut-être que les échanges avec le monde iranien ont pris de l’ampleur seulement à partir du début de notre ère. Mais la faible part de l’onomastique iranienne dans le total et le petit nombre d’inscriptions anciennes en général sont d’autres points à prendre en compte dans ce raisonnement.

19 Les meilleures lectures sont celles de PAT nos 1015-1061. Voir les éditions originales dans SFP, p. 41-69, nos 44-94 (arbres généalogiques) et N. Saliby. 1992, p. 267-292 et certains textes (avec des lectures différentes) dans P. Piersimoni. 1994a, p. 298-316, nos 5. 7. 10-17. 30-34 et 42-45 (avec un arbre généalogique plus réduit).

20 Texte reconstitué à partir de divers fragments (Inv III. 2 et Inv XII. 19) : voir DFD, p. 241-242 et en dernier lieu. E. WILL, 1983, p. 69.

21 RTP 32, selon J. T. Milik. DFD, p. 238, n° 18 dont la lecture (hb’) est en effet possible d’après la planche III du RTP. Voir aussi M. Gawlikowski, 1973a, p. 33, n. 17.

22 La fille de ce personnage apparaît en CIS 4455, si on en croit la lecture de A. Caquot. RTP, p. 169, reprise par J. T. Milik. DFD, p. 247 : ‘ty brt rb’l bg[šw].

23 H. Ingholt, 1935, p. 98, n° VII et 1962, p. 106. Il est intéressant aussi de voir l’importance de l’onomastique grecque dans ce milieu d’affranchis (voir infra).

24 Néanmoins si un certain nombre de notables de Palmyre portent des noms grecs, cet usage est loin de leur être réservé. Ce qui est plus rare dans les classes supérieures est le port d’un nom gréco-romain simple, sans nom sémitique, ni en grec, ni en palmyrénien. Ce phénomène semble fréquent en revanche dans les franges les plus modestes de la population, qui emploient surtout l’araméen, langue dans laquelle ils transcrivent de manière assez systématique leurs noms, même quand ceux-ci sont grecs ou romains (voir des exemples au chapitre vi, à propos des hypogées). C’était de toute façon un privilège des notables d’avoir plusieurs noms et de pouvoir les faire connaître par des inscriptions visibles par tous.

25 Voir F. Rosenthal, 1936, p. 92-94.

26 L’équivalence Héliodôros Lishamsh est explicite dans le texte J. Cantineau, 1930a, n° 13b où le personnage s’appelle Ιεδειβηλος ‛Ηλιοδώρου τοῦ κάὶ Λισαμσου. On a en Inv X. 34 un personnage dont l’un des ancêtres porte les noms de ‛Ηλιοδώρ[ου] τοῦ κάὶ Ιαρα[ιου]. Ce procédé est pourtant assez rare en Syrie, à l’époque romaine, et l’exemple de Palmyre connaît peu de parallèles contemporains (voir M. Sartre, 1998, p. 559).

27 En CIS 4201. Ζηνόβιος est zbyd’ : en CIS 3932, on a en grec Ζηνόβιος ὁ κάὶ Ζαβδιλας, mais seulement zbdlh en araméen. Cette même équivalence est aussi celle qui fait d’une certaine btzby une Ζηνοβία. nom sous lequel on connaît la plus célèbre des habitantes de l’oasis, dans les sources littéraires classiques (et aussi dans l’épigraphie). Sur la signification de ces noms formés sur la racine sémitique zbd « donner », voir J. K. Stark, 1971, p. 85-86 et A. Caquot. 1962, p. 244 (voir pourtant supra, n. 280 du chapitre i : zbyd’ peut être éventuellement un diminutif de zbd’ : schème arabe fu‘ayla). L’explication philologique de toutes les formes (zbdl’, zbdy ou zbyd’ par exemple) n’est pas la même, bien qu’il s’agisse d’hypocoristiques, mais il est clair que la signification générale : « don de la divinité », « donné par la divinité » est proche dans tous les cas. Les formes proches zbdbwl « don de Bôl », zbdbl « don de Bel » sont aussi susceptibles de la même « traduction » en grec sous la forme Ζηνόβιος dans lequel l’élément « Zeus » était apparemment bien reconnu.

28 C’est un des éléments qui composent le nom d’Atargatis (‘tr’th). Voir J. Teixidor, 1979, p. 75-76.

29 On trouve la même équivalence dans un texte qui concerne son petit-fils (CIS 3940) : ywlys’ wrlys spṭmyws yd’ br ‘Iksndrws ḥyrn srykw et ’Ιούλιος Αὐρήλιος Σεπτίμιος Ιαδη Σεπτιμίου ’Αλεξάνδρου τοῦ ’Hρώδου. Iulius Aurelius Septimius Iadê, fils d’Alexandre, fils d’Hérode Haîran, J. T. Milik donne d’autres exemples (DFD, p. 246. 250 et 319), mais il faut noter qu’il s’agit dans tous les cas de restitutions ou de reconstructions de textes (respectivement Inv VIII. 124 + 186 : J. Cantineau, 1930b, n° 14) qui sont seulement probables : de plus, il fait entrer en compte (p. 246) l’exemple de Hérodien Haîran, qui justement est prouvé p. 319 par les exemples rassemblés à la p. 246 ! Même s’il se peut bien qu’il ait raison (voir note infra), son raisonnement est un peu circulaire.

30 Histoire Auguste, Vita Gall., XIII, 1, et Tyr, trig., XV. 2 et XVI.

31 CIS 3944 (= Inv III. 16) : deux textes dans H. Seyrig. 1963, p. 161. Voir aussi les tessères RTP 485 et 736, avec le commentaire et la bibliographie au chapitre i (C 2). Les textes (sans les tessères) sont rassemblés par M. Gawlikowski, 1985, p. 254 (nos 4. 5 et 6), qui propose la même identification (p. 261), malgré les objections de H. Seyrig, 1963, p. 171-172 (voir aussi DFD, p. 319). Ce (ou ces ?) personnage est un demi-frère de Wahballat, fils de Zénobie. La présence dans l’Histoire Auguste d’un Herennianus (Histoire Auguste, Vita Gall. XIII. 1 et Tyr, trig., XV. 2 : XVII : XXVII : XXX. 2). autre fils de Zénobie, vient compliquer le problème, puisque dans ce cas aussi la transcription du nom Haîran est assez lisible. On ne sait pas quel crédit on peut accorder à cette source, notoirement assez peu fiable.

L’identification est acceptée sans discussion par E. Will., 1992, p. 177-178, comme par E. Equini Schneider. 1993, p. 22-23. Un des arguments de D. S. Potter, 1990, p. 387 pour la rejeter est que ni Wahballat, ni Odainat n’ont jamais utilisé de noms grecs. Pourtant, si la proposition est vraie pour Odainat, tous les milliaires de Wahballat, aussi bien en latin qu’en grec ou même qu’en araméen, l’appellent Wahballat Athènodôros (whblt ’tndr[ws]en CIS 3971 ; Ουαβαλλα[θου] ’Αθηνοδώρου en OGIS 647 : Vaballatho Athenodoro en AE 1904. 60). Certes, la formule équivalente Haîran Hérodien n’apparaît jamais, mais Odainat, lui n’a jamais de nom grec. Si deux membres de la famille utilisent deux manières différentes de donner leur nom, on ne voit pas pour quelle raison Haîran n’en utiliserait pas une troisième.

32 J. T. Milik (DFD, p. 265) propose un autre cas de ressemblance phonétique possible, quoique un peu lointaine. Ogâ/Ogeîlû et Agrippa. Le personnage (un symposiarque) s’appelle yrḥy ‘grp’ (larhaî Agrippa dans le texte H. Inghkolt, 1926, p. 129) et un de ses ancêtres s’appelle ‘g’ : c’est sans doute ce qui autorise le rapprochement fait par J. T. Milik. On remarquera que dans le texte CIS 3934, un certain ‘g’ est appelé Σέλευκος (voir infra).

33 CIS 3935 (de 259) = Inv III. 15.

34 Voir aussi D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 82. n. 18 qui restitue ’Iούλι[ον Αὐρ(ήλιον) Ογγ]– | αν Α[ζιζου τοῦ] | Αζ{ιζου τοῦ Σεειλα ἱππέα ‘Ρ]ωμαίων. La césure non syllabique est rare à Palmyre, mais n’est pas impossible.

35 Principalement dans le CIS. 3972-4108. Voir aussi RSP nos 106-151. En tout, sur environ cent cinquante textes, moins d’une dizaine sont bilingues.

36 Voir l’annexe IX. 2 : une grande partie des Zénobios connus à Palmyre portent aussi un nom sémitique. On notera aussi qu’il n’existe pas de transcription sémitique du nom grec Zénobios, seulement des traductions. Il faut rappeler aussi que le nom, sans être rare, est relativement peu fréquent dans le monde grec (voir par exemple les volumes parus du LGPN).

37 Comme me l’a fait remarquer M. Sartre, la popularité de ce nom est à mettre en rapport avec celle des gad en milieu sémitique (voir M. Sartre, 1985, p. 201). Sur les gad à Palmyre, voir T. Kaizer, 1997, p. 147-166 (qui laisse entièrement de côté l’aspect onomastique, cf, p. 151. n. 17).

38 Voir J. K. Stark, 1971, p. 87.

39 H. Solin, 1982, I, p. 342-353 pour Hermes : II, p. 796-806 pour le couple Eutuches-Eutuchus, tous les deux susceptibles de la transcription ‘wṭk’. Ce n’est peut-être pas un hasard si Eros (I, p. 328-335) et Alexander, noms connus également à Palmyre, apparaissent en 2e et 3e position dans le classement par fréquence du volume III, p. 1348. Voir supra sur les rapports entre le nom d’origine non sémitique et l’éventuelle origine sociale et plus loin, au chapitre v. sur la place des affranchis dans la société palmyrénienne.

40 J. Cantineau 1930a, n° 13b. Cf.

41 A. Boinni. 1976, p. 46-52 et M. Gawlikowski, 1990a, p. 2645.

42 CIS 4114 = Inv IV, 4. Voir M. Gawlikowski, 1971, p. 421-423 et 1973, p. 37.

43 DFD, p. 87.

44 Voir M. G Wlikowski, 1973a, p. 33, et DFD, p. 38-39.

45 Il faut faire de ce personnage le frère de Malikû, maigré J. Cantineau, Inv IX, p. 20. Voir DFD, p. 38 et K. Dijkstra, 1995, p. 101-102 avec la note 23.

46 Voir PS n° 117 avec des parallèles entre 130 et 140.

47 Par exemple, zbyd’ br ḥwml, dans le texte F. Safar, 1964, p. 16, n° 5.

48 J. Teixidor (1980a, p. 279 ; voir aussi 1987, p. 52) conclut même fermement à ce sujet : « Il est très vraisemblable que, à l’origine, des membres de cette tribu [les Benê Mazîn] achetèrent la terre pour ensevelir leur ancêtre Yedi’ebêl ». J. T. Milik (DFD, p. 98-99) émettait l’hypothèse que Iedîbel était l’ancêtre d’une fraction des Benê Mazîn. M. Gawlikowski, 1990b, p. 104 préfère en faire un « clan allié mais distinct de la tribu des Benê Ma’zîn ».

49 On trouvera la discussion sur la généalogie de la famille d’après BS n° 60 et RSP n° 143 dans M. Gawlikowski, 1990b, p. 103-106.

50 R. Fellmann, 1976, p. 215.

51 Avec une traduction corrigée dans M. Gawlikowski, 1990b, p. 103. Le nom br’ty (« Barataî ») qui apparaît 1, 2 et 3 est en fait à lire br ‘ty (« fils de Altaï »). ce qui rajoute une génération à la généalogie.

52 Dans RSP, n° 143, p. 73. Voir aussi K. Dijkstra, 1995, p. 124.

53 M. Gawlikowski (1973a, p. 34) en dresse la liste après avoir éliminé les groupes qui ne sont sans doute pas des tribus, même en prenant le terme au sens large. Sur les critères de distinction entre les tribus et les groupes familiaux de niveau inférieur, voir aussi DFD, p. 16-17 (présence du mot pḥd). Plus récemment. P. Piersimoni (1995, p. 252-254) après une tentative de définir théoriquement tribu, clan et famille, choisit de ne pas distinguer entre clan et famille, à cause de l’impossibilité pratique de faire les différences.

54 Comparer par exemple CIS 3922 (le personnage est dy mn bny kmr’) ou encore Inv IX. 11-12 et Inv IV, 7a (dy mn phz bny kmr’).

55 Ce sont les bny zbdbwl, les bny zbwd et les bny ḥtry. Seuls ces trois groupes voient leur nom précédé de dymn, sans que le terme pḥd apparaisse jamais. Mais les deux derniers ne sont attestés qu’une fois chacun. Le premier est connu par quatre textes, mais trois de ces textes (CIS 3950-3951 et 3953) sont rigoureusement parallèles : les bny zbdbwl en tant que groupe sont le sujet de la phrase, il n’y est pas question d’un membre du groupe, ce qui ne permet pas de savoir si quelqu’un peut être dy mn pḥd bny zbdbwl. L’emploi du mot γενος, dans ces trois textes est un sujet sur lequel on reviendra en détail plus loin.

56 Au témoignage du papyrus P. Oxy. 3054. Voir M. Sartre, 1982a, p. 77-91.

57 Voir D. Roussel, 1976 et M. Pierart. 1985, p. 169-190.

58 Éd. Will, 1991, p. 68-71.

59 Je reprends largement les conceptions de M. Pierart. 1985, p. 169-190.

60 M. Sartre, 1996a, p. 387.

61 M. Sartre. 1996a, p. 399, n. 35.

62 Par exemple CIS 3928 : ṣlm mrqs ‘lpy[s] yr[ḥy br ḥyrn br ‘] bgr dy ‘qymw Ih bny šyrt’ (« statue de M. Ulpius Iarhaî que lui ont dressée les caravaniers »). Les exemples de la formule sont très nombreux (CIS 3923. 3950-3951. 3953, 3960. Inv IX, 11-12. Inv X. 40 et 131, etc.)

63 H. Ingholt, 1932, p. 279 avec DFD, p. 36.

64 On aurait alors une expression du type tlt phzy’ ‘ḥrny’ (« les trois autres tribus »).

65 L’examen des quelques lettres préservées permet de penser qu’une date dans la première moitié du iie siècle est possible. L’écriture brisée, assez évoluée, pour reprendre la terminologie de J. Cantineau (1935, p. 25-30), ne peut en tout cas remonter à une date plus ancienne.

66 D. Schlumberger. 1971, p. 129-131. On peut résumer ainsi l’argumentation de l’auteur : si la date de l’achèvement du temple est 32, et que les quatre tribus sont représentées symboliquement sur les poutres, cela signifie alors que le système était déjà en place à ce moment, et donc que l’instauration de la πόλις de Palmyre est antérieure à 32.

67 M. Pietrzykowski, 1997, p. 132.

68 On a des exemples nombreux dans le monde grec de tribus surnuméraires venant modifier un système préexistant. Ainsi des dix tribus athéniennes de la réforme clisthénienne, on se retrouve à l’époque d’Hadrien avec treize tribus.

69 Sur ce clan, voir DFD, p. 257-261 avec l’arbre généalogique. On ne voit pas sur quoi l’auteur se fonde pour écrire (p. 17) que « la φυλὴ Κλαυδιάς se rattache au pḥd bny ḥwml’« . En effet, il n’y a aucune attestation du mot pḥd pour ce clan. Il est même plus probable que le clan Haumal soit en fait une subdivision de la φυλὴ Κλαυδιάς. Parmi les textes que cite J. T. Milik, seules les inscriptions RSP nos 42 et 127. CIS 4236 (= Inv VII. 6b). F. Safar, 1964, p. 13-27, nos 1. 3 et 5, Inv X. 1-2 sont à prendre en compte. L’hypothèse de la transcription de Claudias par l’araméen ‘kldy ou kldy’ (DFD, p. 260 citant les textes H. Ingholt. 1934, p. 38-40, n° 4 ; CIS 4357-4359 et 4621 : J. Sabeh, 1953, p. 24-26) est en effet possible, mais n’est pas assurée : H. Ingholt proposait une autre signification pour le terme : kldy’ aurait signifié « Chaldéen » (H. Ingholt. 1934, p. 38-40. suivi par J. K. Stark, 1971, p. 67 qui est plus affirmatif pour la forme kldy’ que pour la forme ’kldy : voir annexe IX. 2. avec la discussion de cette théorie par R. Degen). De toute façon, dans les textes cités, le terme fonctionne non comme un nom de tribu, mais comme un nom « de famille », qui désigne un clan. Il est possible que tous les kldy’ ou ’kldy soient de la même famille, mais pas du clan Haumal (ḥwml). En effet les deux seuls noms communs aux deux familles sont mqymw et bwlḥ’, tous deux courants à Palmyre (voir J. K. Stark. 1971, p. 8 et 35-37). La reconstitution de l’histoire du clan Haumal, p. 260, n’est pas très convaincante, comme le notent M. Gawlikowski (1973a, p. 47) et M. Sartre (1996a, p. 387).

70 Par exemple CIS 4121 de 79, ou 4193 de 73.

71 Voir par exemple dans le tableau en annexe le petit nombre de textes où le nom de la tribu est donné en grec. On a une exception apparente avec le texte A. Bolnni. 1986. n° 18. dans lequel la tribu Sergia du grec n’a pas de correspondant en araméen (comparer avec n° 3 où elle est transcrite en araméen : s[rg]y’). La différence est évidemment qu’il s’agit ici d’une tribu de citoyens romains, statut que ne possède pas Malikû, fils de Moqîmû, fils de Bôlbarak, de la φυλὴ Κλαυδιάς.

72 Voir H. Seyrig, 1941b, p. 242. Sur la légion III Gallica, voir E. Ritterling. 1924. col. 1517-1532 (plus particulièrement col. 1519-1523 sur la présence en Syrie avant Vespasien).

73 F. Safar, 1964, p. 13-20, nos 1, 3 et 5. Mais ees remarques sont valables pour les sept autres textes découverts à cet endroit.

74 Dans DFD, p. 258, mais il place Inv X. 1-2 au milieu du iie siècle, ce qui semble encore un peu tôt.

75 DFD, p. 260.

76 Le palmyrénien semble pourtant être moins rebuté que le grec par les répétitions de noms. Ainsi dans le texte CIS 3934 (Inv III. 14) ’Iο]ύλιυν Αὐρή[λιυν Ογγαν τòν κάὶ] Σέλευκον [τοῦ Αζιζου δὶς] τού Σεειλα (avec des restitutions assez sûres) est équivalent de ywlys ’wrlys ‘g’ dy mtqr’ slwqws br ‘zyzw ‘zyzyw š’yl’. D’ailleurs CIS 3935 (Inv III, 15) donne pour le nom araméen du personnage la même répétition, ainsi que le texte CIS 3976 pour quelqu’un qui est peut-être son frère, bwln’ br‘zyzw br ‘zyzw br š’yl’. Voir aussi CIS 3932 (= Inv III. 22) où ybdlh br mlkw br mlkw nswm est en grec Ζαβδιλαν δὶς Μαλχου τοῦ Νασσουμου.

77 Le texte CIS 4236 semble le même que Inv VII. 6b à l’exception de la date (169).

78 L’équivalence est faite dans le tableau généalogique de la page 261, sans explications. Elle s’appuie sans doute sur la remarque faite par J. Starcky. Inv X. 1, p. 11, qui propose comme exemples d’équivalences pour ‛Hλιόωρος. Iarhaî (yrḥy) ou Lishamsh (Išmš). Voir plus haut à la note 26 dans ce même chapitre.

79 Les textes RSP nos 42 et 127 présentent deux autres membres du clan, b‘’ brt ‘t’qb btḥwml du premier texte est sans doute la tante de bwlḥ’ br hyrn br ‘t’qb ḥwml du second texte, qui est daté de 205. Il est difficile de les rattacher à l’arbre généalogique de la famille.

80 Cela en supposant que la mise en place du système est antérieure à la mort de Claude en 54. cf. M. Sartre, 1996a, p. 387. Sur la date d’instauration du système, les avis divergent : après Hadrien pour J. T. Milik. DFD, p. 12 et 30 : au moins au moment de la construction du temple de Bel d’après D. Schlumberger, 1971, p. 131 ; dans le courant des années soixante du ier siècle pour M. Gawlikowski. 1973a, p. 47-48.

81 Le seul cas sur lequel on peut attirer l’attention est celui des rapports entre Benê ledîbel et Benê Mazîn. Comme on l’a vu plus haut, il est possible d’interpréter certains textes comme le passage du premier groupe au sein du deuxième. Mais, comme le note K. Dijkstra (1993, p. 83-84) : « as the newly imposed structure roughly followed existing dividing lines, it did not seriously affect an individual’s personal status ».

82 BS n° 48 (= J. Cantineau, 1936, p. 280. n° 20) et H. Ingholt, 1932, p. 278 (avec DFD, p. 36).

83 Le sanctuaire de Baalshamîn était connu depuis longtemps grâce à des inscriptions (CIS 39.S9. connu depuis R. Wood) et celui d’Arsû a été identifié plus récemment (voir E. Will, 1983, p. 69-81 et Kh. As’AD et J. Teixidor, 1985b, p. 285-293). Voir pl. 7.

84 D. Schlumberger. 1971, p. 132 avec des doutes sur l’équivalence bny m‘zyn /Mαγερηνοι.

85 DFD, p. 30 en rapprochant leur nom de celui de la déesse Atargatis (‘tr‘th en araméen).

86 DFD, p. 29 : à cause de la fréquence parmi eux de noms théophores formés sur Arsû, dont le sanctuaire est un des quatre sanctuaires civiques, et d’une dédicace à ce dieu par des membres de la tribu (CIS 3975). Voir plus loin des confirmations de cette hypothèse par des découvertes des années 1980.

87 DFD, p. 15-16.

88 On a vu ce qu’il en était pour les seconds, et les premiers sont maîtres du sanctuaire de Baalshamîn qui est un des quatre sanctuaires civiques.

89 M. Gawlikowski. 1973a, p. 51 : « L’identité des deux autres tribus du quatuor, dont l’une était peut-être la Claudia, est inconnue ». Sur ces hypothèses, voir annexe VIII. 2.

90 Kh. As’ad et J. Teixidor, 1985b, p. 287-288.

91 Kh. As’ad et M. Gawlikowski. 1986-1987, p. 164-171, nos 1-8. Voir pl. 7.

92 Avant la découverte de ces inscriptions, le texte le plus tardif était H. Ingholt, 1932, p. 278 de 198. Le texte Inv X. 44, daté de l’année suivante, ne donnait pas de nom tribal, mais prouvait que le système existait toujours. Or cinq des textes récemment publiés sont datés du iiie siècle (nos 2-4. 6 et 8), et la même chose semble probable pour deux autres (nos 1 et 7), d’après les données prosopographiques. Le dernier (n° 5) est daté de 197.

93 A. de Boucheman, 1939.

94 A. de Boucheman, 1939, p. 19.

95 BS n° 1 (= Inv I. 5). 13 (Inv I. 4) et 49 (CIS 3958 = Inv I. 3). Même avec seulement neuf textes (connus avant la fouille), les bny m‘zyn sont la quatrième tribu par le nombre d’attestations !

96 Kh. As’ad et J. Teixidor, 1985b, p. 286.

97 H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 34-37 (fig. 20 et 21).

98 H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 34-37, lignes 11-12 du grec. En araméen, l’expression est [šyrt’ dy] idmr klh (« [caravane de] Palmyre tout entière »). Voir au chapitre III. quelques hypothèses sur le fonctionnement des caravanes.

99 On a en grec ἕν[α] μἐ[ν ἐ]νταῦθ[α ἐν ἱερῷ Διός] et en araméen ‘ḥd mn bt [b‘lšmn], « une ici dans le sanctuaire de Zeus/Baalshamîn ». La restitution est évidemment fondée sur le lieu de découverte du texte et la mention du « ici » lisible dans les deux textes : elle semble difficilement discutable.

100 Sauf si le sanctuaire tribal n’appartient pas au quartier de la tribu correspondante.

101 Sur ce point, voir M. Gawlikowski. 1995a, p. 105.

102 Pour reprendre une expression de C. Saliou, 1996, p. 324.

103 CIS 3950. 3951 et 3953 (= Inv V. 1 -2 et 4). Il faut rajouter à la liste un certain nombre de tessères.

104 La restitution est de Ch. Clermont-Ganneau, RAO VII, Paris, 1906, p. 13. Il a été suivi par la majorité des éditeurs postérieurs de l’inscription. La restitution était logique à l’époque, puisque la seule tribu dont le nom commençait par zb- était celle de bny zbdbwl : depuis, au moins un texte atteste de l’existence d’une autre tribu dont le nom commence de la même façon : les bny zbwd (Inv IX, 7). Voir les doutes de J. T. Milik. DFD, p. 116 et 154, qui préfère cette deuxième possibilité. Toutefois, comme me le signale F. Villeneuve, zbwd peut-être un diminutif (schème fa‘‘ûl) de zbdbwl.

105 Le relatif dy sans antécédent a le sens de « ceux qui », comme le oì grec. Hors de Palmyre, on connaît par exemple cet usage en syriaque : dbyt ’ysryl signifie « ceux (qui sont) de la maison d’Israël » (Exode III, 12).

106 « Ceux de la tribu des Chôneites ». Plus que le simple ἐν. la préposition από exprime la notion d’origine qui est rendue en araméen par mn. C’est peut-être d’ailleurs pour cette raison que les textes de la Colonnade transversale emploient le génitif (normal après ἀπό) au lieu du datif régulier après ἐν.

107 D. Schlumberger, 1971, p. 132.

108 M. Gawlikowski, 1973a, p. 37-38 ; J. T. Milik, dans DFD, p. 306.

109 J. K. Stark, 1971, p. 16-17 avec plus de soixante attestations.

110 Sur la famille, voir chapitre I (p. 50). Les textes qui la concernent sont CIS 3940. 3950-3955, 4028 et 4066 ; Inv X, 27 : M. Gawlikowski, 1970a, p. 76 et RSP n° 167.

111 M. Gawlikowski, 1973a, p. 85 traduit le mot knwn’ par « autel à encens », « objet dressé » (en citant CIS 3952 pour lequel il accepte la traduction « brûle-parfum »). Voir aussi les interrogations de J. T. Milik, DFD, p. 115.

112 Voir A. Sadurska, 1977 et M. Gawlikowski, 1970a, p. 74.

113 Selon M. Gawlikowski. 1970a, p. 75, il faut plutôt lire ‘bd qlsṭr’ mn ksp’ dy qrb šmš ’lh’ : « il a fait les claustra de l’argent qui a été offert par le dieu Shamash ». La traduction du mot qlstr’ est difficile. C’est M. Gawlikowski, 1970a, p. 76 qui propose le sens de vantail d’une porte. R. Mouterde avait proposé le sens de corbeille (dans Inv V, p. 7) ; J.-B. Chabot dans le CIS (ad loc.) préfère le sens de claustrum, « barre pour fermer une porte ».

114 Dans Inv V, p. 18-19. Voir M. Gawlikowski. 1973a, p. 87.

115 DFD, p. 115-116 en restituant [bny zbdbwl] klhwn comme les auteurs de la dédicace au bienfaiteur anonyme.

116 M. Gawlikowski, 1973a, p. 87 et 101-102.

117 On peut s’interroger de ce point de vue sur l’association de šmš avec le dieu Bel (bl) sur les mêmes tessères et quelques autres (RTP 138-142). Voir J. Teixidor, 1979, p. 64-65, sur l’opposition entre ces tessères, qui peuvent comporter aussi le nom bny zbdbwl., et celles qui ne portent que le nom šmš.

118 M. Gawlikowski, 1990a, p. 2643. Néanmoins, un texte du sanctuaire de Baalshamîn associe Rahim avec ce dieu, ainsi qu’avec Durahlûn et la Fortune de Iedîbel (gd dy ydy‘bl. BS n° 23).

119 Comme le remarque K. Dukstra. 1995, p. 103-104, l’expression « de la maison de leurs pères » n’est peut-être pas tant la manifestation d’un lien particulier entre ce clan et le dieu (même si ce lien existe) qu’une épithète du dieu (voir CIS 3979 dédié à ‘Hλίῳ πατρώῳ et le texte publié par M. Gawlikowski, 1973a, p. 100 : [τ] ὸν πάρινον ‘Hλíου πατρώου). Pour le sens de hamana, voir M. Gawlikowski, 1997b, p. 837-849, et H. J. W. Drijvers. 1988, p. 165-180.

120 C’est ce que propose J. Teixidor, 1979, p. 64.

121 C’est ce qu’on peut conclure de la mention du grand dieu de la ville. Bel, sur les tessères mentionnant les bny zbdbwl. Voir J. Teixidor, 1979, p. 64-65.

122 Il s’appelle Αλοινης Αιρανου τοῦ Αλαινη Σεφφερα ‘lyn’ brhym br ‘lyn’ ṣpr’ (CIS 3951). L’aîné des enfants porte régulièrement le nom de son grand-père, mais il devait souvent arriver qu’il meure en bas âge et que le même nom soit donné à un de ses frères puînés (voir chapitre vi pour le cas de la famille d’Elahbel).

123 Texte publié par M. Gawlikowski, 1970a, p. 74.

124 Il est relativement rare que les tombeaux soient fondés par un personnage pour lui-même et ses frères. Ce qui est plus courant est la fondation commune d’un tombeau par deux frères : c’est peut-être l’explication du pluriel du verbe « faire » (‘bdw, « ils ont fait ») dans le texte de fondation du tombeau d’Alaînê, alors que ce dernier est le seul fondateur mentionné. Une autre personne (pourquoi pas Shoraîkô ?) était prévue sur l’inscription, et pour une raison ou une autre son nom n’a pas été inscrit.

125 À moins qu’il ne faille restituer aux deux premières lignes, [ṣlm’ dnh dy X dy ‘qymw lh bwl’ wbny X] klhwn... (« [statue de X que lui ont dressée le Conseil et la tribu des Benê X| tout entière... »). Il est tout aussi possible que le dieu lui-même ait participé, ou bien encore la tribu seule.

126 Haîran porte le nom de son grand-père paternel. Iadê celui de son grand-père maternel : il est tentant de voir en eux l’aîné et son cadet. L’onomastique des descendants de Haîran (voir arbre généalogique en annexe XVII) prouve qu’il est sûrement fils de Martheî.

127 Parce que les Benê Zabdibôl appartenaient à la cité, peut-être en tant que groupe reconnu (prêtres du sanctuaire de Shamash ?), un décret du Conseil les engageait et rendait inutile une décision propre de leur part.

128 Avec btr dy mytt lyqrh (« après sa mort en son honneur ») traduit en grec par μνήμης ἕνεκεν (« en mémoire »). La même expression est aussi traduite littéralement par μετὰ τὴν τελευτὴν, τειμῆς χάριν (CIS 3920 = Inv IX, 32) ou surtout par τειμής καὶ μνήμης χάριν (CIS 3927 et Inv X, 119) ; voir les remarques sur cette formule au chapitre i (p. 14-15).

129 Il semble naturel de considérer que l’inscription gravée sur le devant de la console occupe la position « d’honneur ». La meilleure preuve en est que quand il n’y a qu’une face inscrite, c’est toujours celle-ci (par exemple sur les consoles de l’agora, comme Inv X. 1-2).

130 La plupart de ces textes ont été publiés assez récemment par Kh. AS’AD et M. Gawlikowski, 1986-1987, p. 164-171 (textes nos 1-8). On connaissait déjà un texte concernant la tribu à proximité de cette zone (Inv III, 24) : la Μαθθαβωλιων φυλή honore le rhéteur T. Fl. Cerealius (T. Φλ. Κερεάλιος).

131 Le texte n° 8 daté de 279-280 a perdu les premières lignes dans lesquelles se trouvait peut-être le nom de la tribu.

132 Dans l’ordre chronologique (voir le tableau en annexe VIII. I et 3). CIS 4113,4115 ; Inv VII, 3 ; J. Cantineau, 1930a, p. 545, n° 13 ; CIS 4187 ; Inv VII. 5.

133 Kh. As’ad et M. Gawlikowski, 1986-1987 n° 5. 3. 4 et 2.

134 Kh. As’ad et M. Gawlikowski. 1986-1987 n° 8, auquel se rattache sans doute le n° 7.

135 Voir les remarques à ce sujet de M. Gawlikowski (Kh. As’ad et M. Gawlikowski. 1986-1987, p. 165-166). Le fait que le pronom soit au singulier, alors que le nom qui se trouve après la particule dy est au pluriel (les bny mtbwl) invite à préférer la première solution, ce qui fait de Shoadû (et de ses descendants ?) un membre de la tribu des Benê Mathabôl. Je remercie M. J. Teixidor, d’avoir bien voulu me renseigner sur ce point.

136 Le nom transcrit comme Bεθθεις en grec (accusatif) est sans doute en araméen bîy, connu par CIS 4383 et 4384.

137 Si on suit J.-B. Chabot à propos de CIS 4238 (CIS. ad loc.), mrthwn brt lšmš br yrḥbwl škybl serait la mère de ce personnage. Cette proposition est rejetée par J. T. Milik, dans DFD, p. 114. Le nom de Avaviç apparaît une fois comme ‘nnw et deux fois comme ‘nny sur ces trois autels au texte identique pour le reste.

138 Même si la date séleucide de 591 était confirmée, il serait intéressant de faire intervenir des critères paléographiques, pour voir si les écritures utilisées pour les inscriptions nos 7 et 8 permettent une datation aussi tardive.

139 Dans la comparaison de ces deux dossiers épigraphiques, il faut sans doute éviter de faire comme s’ils étaient complets et qu’on possédait l’ensemble des textes concernant les deux familles. Les inscriptions de la Grande Colonnade sont le fait d’une tribu, et le Conseil n’apparaît pas, comme il le fait en CIS 3952 (Colonnade transversale). On peut être tenté d’en conclure que les honneurs rendus par une tribu civique (les bny mtbwl) rendent inutiles l’intervention du Conseil. D’un autre côté, il se peut très bien qu’un texte mentionnant une dédicace du Conseil apparaisse un jour. D’autre part, le siècle qui s’est écoulé entre les textes de la Colonnade transversale et les derniers de la Grande Colonnade peut être une explication possible de ce changement dans les manières de procéder.

140 Publication du texte par Kh. As’ad et J. Teixidor, 1985b, p. 285-293 avec commentaire. Voir aussi les remarques de M. Gawlikowski, 1990a, p. 2623.

141 Surtout parce que leur sanctuaire ne fait pas partie des cinq sanctuaires mentionnés comme civiques dans les textes de Palmyre.

142 A. De Boucheman, 1939, p. 30 et 46. n. 1.

143 A. De Boucheman, 1939, p. 17 (plan de la ville).

144 Le texte araméen est très clair : bn’ bykl’. « il a construit le temple » : le grec est lacunaire et a perdu le verbe dont le complément (τὸν vαὸν τὸν [τοῦ] Διός σ[ὺ]ν τῷ π[ρο]ναίῳ [καὶ σὺν τ]αῖς ἄλλα[ις ...I « le temple de Zeus avec son pronaos et avec les autres... ») donne de manière sûre le nom grec de Baalshamîn. Connu depuis longtemps, il a été découvert sur une console de colonne appartenant au pronaos du temple.

145 Ce peuvent être les prêtres ou encore une tribu (bny m‘zyn ou bny ydy‘bl ?).

146 Voir M. A. R. Colledge, 1976b, p. 50-52. Plus généralement sur le sanctuaire, voir R. Amy, H. Seyrig et E. Will, 1975 : M. Pietrzykowski, 1997 : R. Du Mesnil du Buisson. 1966 ; des fouilles récentes menées par A. Bounni et M. al-Maqdissi n’ont pas encore été publiées.

147 Inv IX. 11 : tgry’ klhwn dy bmdynt bbl, Le texte grec est une dédicace au même personnage par le δῆμος de Palmyre, mais sans aucun détail.

148 D. Schlumberger, 1971, p. 129.

149 On devait hériter de cette appartenance tribale, au moins en ligne masculine. D’autre part, il semble peu probable que deux frères de même père aient pu appartenir à deux tribus différentes.

150 Voir J. Henninger, 1959, p. 83 sur la fonction du hakam (« juge ou plutôt arbitre auquel on s’adresse pour le règlement des différends »).

151 De plus, ces deux tribus sont amplement attestées dès la fin du ier siècle av. J.-C. à Palmyre (voir tableau en annexe VIII. 3), ce qui prouve qu’il s’agit bien de deux groupes sans doute rivaux au sein de la population qui s’est installée dans la ville.

152 M. Gawlikowski et Kh. As’ad, 1993, p. 163-172.

153 Par exemple, CIS 3922 et 3925 ou Inv IX. 7 (voir chapitre v).

154 Comme les bny m‘zyn dans le sanctuaire de Baalshamîn. Mais cela est vrai même en dehors des sanctuaires, puisqu’on a vu que les bny zbdbwl sont surtout attestés dans une zone étroite, de même que les bny mtbwl.

155 Inv IX. 8 et 12. Voir M. Gawlikowski, 1973a, p. 63-64 et 71. De même, les portiques du sanctuaire étaient dédiés à diverses divinités.

156 C’est peut-être déjà le cas pour les bny zbdbwl avec le sanctuaire du Soleil, mais on sait finalement peu de chose sur ce clan, qui est peut-être un groupe sacerdotal, avant d’être familial. D’autre part, on connaît par d’autres textes les familles de Belshûrî et d’Elahbel qui sont représentées dans le sanctuaire de Nabû, ce qui permet de pousser l’analyse plus loin.

157 Le sanctuaire de Nabû a été fouillé dans les années 1960 par le service des Antiquités de Syrie, ce qui a permis son identification. Le rapport final (par A. Bounni et alii) n’a pas encore paru, mais on peut se référer utilement à la thèse inédite de A. Bounni (Paris I. 1986). Ont paru aussi quelques rapports préliminaires. A. Bounni et N. Saliby, 1965, p. 121-138 (sur le sanctuaire, p. 126-135) et plus récemment A. Bounni, 1990b, p. 157-167. Enfin quelques textes ont été publiés par J. T. Milik. DFD, p. 86 (n° 1 de A. Bounni, 1986) et p. 162-163 (nos 10, 18 et 20 de A. Bounni. 1986). Voir aussi E. Will, 1992, p. 123 et 140.

158 Il s’agit des textes CIS 4134-4158 de la tour n° 13. On trouvera aussi de plus amples renseignements sur les autres branches de la famille au chapitre vi.

159 Les monuments funéraires de la famille sont les tours nos 21, 67 et 68 de la vallée des Tombeaux. Voir le chapitre vi pour une analyse d’un certain nombre de ces textes (CIS 4114, 4124-4129. M. Gawlikowski. 1970a, p. 82 et Inv IV. 26). Voir aussi M. Gawlikowski, 1971, p. 423 (avec un arbre généalogique). Un autre membre de la famille, un prêtre, apparaît dans un texte récemment publié (J. Teixidor, 1997, p. 65-68). Daté de 138, c’est le dernier texte daté qui concerne la famille.

160 Sur les liens éventuels de bny knbt avec les Xενναβα[θηνοι] des textes IGLS 2698-2699 de Qaryatein, voir DFD, p. 89-90.

161 Certains éléments permettent de repérer des familles éventuellement liées à ce culte. CIS 4231 (= Inv VIII. 194) est gravé sur le relief d’un personnage coiffé du modius des prêtres. Son nom est Barateh, fils de Barnabû, fils de Barnabû (br‘th br bmbw br brnbw) : un de ses frères s’appelle Barnabû et un autre Nabûgaddaî. L’onomastique fortement influencée par ce dieu peut être le signe d’un attachement non seulement au culte, mais aussi au sanctuaire, comme le montrerait peut-être la présence d’un prêtre (mais c’est le seul dont le nom n’est pas un théophore de Nabû).

162 Par exemple le texte A. Bounni, 1986, n° 10 (= DFD, p. 162) dans lequel le personnage est honoré pour le don d’une seule colonne, avec son entablement et sa toiture.

163 = A. Bounni, 1986, n° 37 : voir aussi DFD p. 164.

164 Sans compter que Malê Agrippa a accompli bien d’autres bienfaits qui peuvent tout aussi bien expliquer des honneurs civiques.

165 Sur le modèle de CIS 3953 : d[y]’qymwlh bny [zb]dbwl klhwn (« que lui ont dressé tous les Benê Zabdibôl »).

166 DFD, p. 227-228, n° 5 à propos des tessères RTP 376 et 825 (voir RTP, p. 203). Voir le tableau des magistrats en annexe I, pour les premières années du iie siècle.

167 A. Bounni, 1986, nos 3 et 18 (= DFD, p. 163).

168 Les textes nos 3 et 18 (= DFD, p. 163), dans A. Bounni. 1986. sont des dédicaces par Elahbel pour deux de ses enfants. Dans les textes nos 13 et 36, il s’agit visiblement d’enfants du même. Le n° 2 est la dédicace du Conseil à son frère Shokayaî.

169 A. Bounni, 1986, nos 1, 12, 14, 16, 20 et 43. On ne peut guère tirer de renseignement du n° 12 trop lacunaire. Le texte n° 1 a été copié « rapidement » et publié par J. T. Milik (DFD, p. 86) qui a oublié le nom du troisième frère, qu’il convient de rajouter entre nbwzbd et nbwlh (wtymy, « et Taîmaî »).

170 Comme le montre le texte grec de CIS 4124, Gaddarsû est en même temps celui qui est surnommé Baâ (Γαδδαρ[σ]ου τοῦ ἐπικαλουμένου Βαα), même si le surnom s’applique à toute la famille.

171 On a plusieurs parallèles dans le sanctuaire de Baalshamîn, avec en particulier les textes BS nos 6. 7. 38, 40 et 43 qui concernent les membres d’une même famille, soit pour des constructions, soit parce que la tribu des Benê Mazîn (et les dieux) honore certains d’entre eux. Voir K. Dukstra, 1995, p. 114-115.

172 DFD, p. 162 (= A. Boinni, 1986, nos 10 et 20).

173 Celui publié par M. Sobernheim en 1905 ; voir DFD p. 164.

174 Le texte est CIS 4402 (au musée du Louvre AO 4086). Pour ses liens avec la famille d’Elahbel. DFD, p. 245 et arbre généalogique entre les p. 246 et 247 : il serait fils de Elabelus qui et Saturninus Malichi f. (CAS 3962 = InvX, 17).

175 Voir M. Gawlikowski, 1990a, p. 2645.

176 Au moins dans le sanctuaire. À part le texte de fondation, les textes grecs sont absents du tombeau de famille.

177 Mais malgré cette apparente romanisation, on notera qu’un membre possible de la famille, ’Aπολλόδωρος, fils d’Elahbel, s’appelle dans la version araméenne bgdn, un nom perse (CIS 4402 : voir supra).

178 E. Will. 1992, p. 140. C’est pour cela que le temple est appelé corinthien, faute de mieux, dans la publication allemande de Th. Wiegand (1932, p. 108-121). Le temple date de la fin du ier siècle.

179 Voir le dessin dans E. Will, 1992, p. 141.

180 Voir sur cette question A. Bounni, 1990b, p. 157 et E. Will. 1992, p. 123.

181 Les bustes installés dans le rez-de-chaussée de la tombe, sans la mention ḥbl (« hélas »), sont plutôt à comprendre comme une liste des membres de la famille admis à être enterrés là à leur décès, et non comme de véritables bustes funéraires (voir chapitre vi).

182 On tentera au chapitre iv d’étudier plus en détail la question de l’évergétisme des notables de Palmyre et des processus de construction des principaux monuments.

183 J. T. Milik. DFD, p. 88 propose de voir en ’Ιούλιος Αὐρήλιος Νεβουμαιος Θαιμισαμσου τοῦ Βωννεους Σαβει ywlys’wrlys nbwmy br tymšmš bwnšby, synodiarque après 214, un descendant de la famille (Inv IX. 30). Il porte en effet un nom théophore de Nabû (nbwmy) et un de ses ancêtres s’appelait sby, comme plusieurs des Benê Baâ et un autre bwn’, nom qui apparaît aussi dans l’arbre généalogique (CIS 4129). Il reste qu’on n’a plus de trace d’action de la famille dans le sanctuaire après 131 (n° 14).

184 A. Bounni, 1990b, p. 160-161 (voir chapitre iv et pl. 8).

185 A. Bounni, 1986, n° 31. Les restitutions sont de E. Will. A. Bounni fait quelques allusions à ce texte ailleurs (A. Bounni, 1990b, p. 162. n. 19). Voir ibid., p. 160-161, sur l’histoire monumentale du sanctuaire.

186 A. Bounni, 1986, n° 42. Le texte est antérieur à la transformation en colonie (vers 212).

187 Voir DFD, p. 157-163 pour différents groupes qui tournent autour du sanctuaire. À propos de RTP 306-308 (les tessères 287-310 concernent Nabû). J. T. Milik pense qu’il faut interpréter l’expression nbw qnyt’ comme « Nabû le citharède », au lieu de « Nabû, l’association » de RTP. Il reconnaît pourtant dans RTP 301 la formule bny mrzḥ’ dy nbw (lu bny mrzḥ’ ...bw dans RTP), c’est-à-dire « les thiasites de Nabû ». Mais, comme pour la tessère RTP 304 (nbw ybrk mšmšy pḥdy’. « Que Nabû bénisse les officiants des tribus »), il rattache plutôt ces groupes au sanctuaire de Bel : il ne s’agirait donc pas d’associations de fidèles de Nabû. Celles-ci restent donc pour l’instant assez mystérieuses.

188 K. Dijkstra, 1995, passim. La formule araméenne est ‘l ḥyy (« pour la vie de ») ; dans les rares bilingues, la formule est traduite en grec par ὑπὲρ σωτηρίας (par exemple CIS 3902 de Rome = IGUR I, n° 119).

189 K. Dijkstra, 1995, p. 148-149. Voir ici le chapitre iv.

190 On trouvera une liste de ces textes dans l’ouvrage de K. Dijkstra. 1995. Appendix F, p. 322-334.

191 Les théories à ce sujet de K. Dijkstra. 1995, p. 151-152 semblent un peu difficiles à admettre dans leur ensemble. Selon lui, même si dans les major dedications, les bénéficiaires sont principalement les fils et les frères (comme dans les minor dedications), ce qui est visé est la tribu (« the scope of ‘l ḥyy-inscriptions referring to major dedications is tribal », p. 151). Il pense aussi que ces différents bénéficiaires représentent chacun une unité économique et sociale distincte, ce qui est loin d’être prouvé. Et lors d’une dédicace d’un objet important, à travers eux c’est la tribu dans son ensemble qui est visée. Il s’agit peut-être plus d’une pétition de principe, car, comme il le remarque plus loin, « not one ‘l ḥyy-inscription lists the “Beni X” as beneficiaries ». Dans ses remarques de conclusion (p. 290-291), il résume ses conceptions à ce sujet : les généalogies de ceux qui font les major dedications sont longues, ce qui signifie qu’ils représentent des groupes tribaux étendus (ce qui est possible, mais pas prouvé). De plus, il juge possible que « the status of the dedicator was so exalted that he is allowed to describe some of his fellow-tribesmen as sons ». Or on n’a aucun élément qui puisse appuyer cette hypothèse, comme il le reconnaît d’ailleurs quelques lignes plus bas, ce qui rend sa théorie beaucoup moins crédible.

192 Voir K. Dijkstra, 1995, p. 111, n. 35.

193 Dans la dernière phrase de ce texte BS n° 40, on trouve la mention explicite de la construction faite par mlkw br ‘g’ : la statue a été érigée « en son honneur parce qu’il leur (les Benê Ma/în) a plu, ainsi qu’à leurs dieux (Baalshamîn. Durahlûn), et a fait ce portique central en entier » (lyqrh bdyl dy špr lhwn wl’lhyhn w‘bd mṭlt’ dh mṣ’yt’ klh). C’est sans doute la construction d’un portique qui est mentionnée dans le texte n° 7, mais il comporte une lacune à cet endroit. La restitution est pourtant assurée, non seulement par le nom du donateur, mais aussi par la date, qui est la même pour les deux textes (septembre 90).

194 À l’exception de BS n° 48 où le texte est placé à cet endroit parce qu’il s’agit d’un des quatre sanctuaires civiques. Le cas est différent pour le texte BS n° 51, dédicace faite par une aile de cavalerie de Ala et Gamla à zb’ br mqy’ br blḥzy (Zebâ. fils de Maqqaî. fils de Belhazaî) et pour le BS n° 52, dédicace à Sept. Odainat, clarissime consulaire, par le symposion des konetoi (τὸ συμπόσιον τῶν κονετων).

195 Sur le panthéon de Palmyre, voir principalement J. Teixidor, 1979 et M. Gawlikowski, 1990a.

196 Il est entendu qu’on utilisera « arabe » en un sens linguistique plutôt qu’ethnique. Les populations décrites comme arabes par les auteurs antiques le sont à cause de leur mode de vie (nomadisme, vie sous la tente, pastoralisme), sans qu’aucun critère ethnique n’entre forcément en ligne de compte. À ce sujet, voir B. Aggoula, 1995, p. 78-79 : à propos du mot ‘rby’ attesté dans les inscriptions de Hatra (voir infra). il conclut que le terme désigne un « bédouin » ou un « nomade » sans aucune référence ethnique. Voir aussi le chapitre III de P. Briant, 1982 ou F. Villeneuve, 1989, p. 124, n. 3 : les Arabes des sources classiques, au moins jusqu’à Pline l’Ancien, sont définis au sens descriptif (« = mode de vie nomade »). Le terme de « bédouin » est lui-même à exclure : voir M. MacDonald, 1993, p. 102-103, n. 2 et B. Isaac, 1993, p. 107.

197 H. Seyrig, 1970, p. 77-112 (la citation est à la page 87). L’auteur pense que l’araméen était plus la langue du commerce que celle de la population, alors que l’arabe devait être prépondérant, parce que le noyau originel de la population le pratiquait majoritairement. Partant de cette théorie, il justifie la rareté des faits linguistiques arabes par un effet de purisme et pense que le témoignage du panthéon de Palmyre est ambigu, car les nouveaux arrivants arabes ont adopté les cultes locaux en se sédentarisant (p. 87-88). Il est intéressant de noter, comme le fait J. Teixidor (1998, p. 717 et 725) que la confusion entre Arabes et Araméens a des précédents illustres, puisque Ciceron ignore la différence entre les deux au ier siècle avant notre ère.

198 M. Gawlikowski, 1995a, p. 103-108 sur la présence arabe à Palmyre et aux alentours (p. 108 pour l’existence de nomades araméens à l’époque de l’apogée de la ville).

199 G. W. Bowersock, 1983, p. 129-137. Sur la définition de Palmyre comme « the dominant Arab force in the area », voir la discussion infra. Voir aussi les remarques de E. Will, 1992, p. 199-201, en particulier à propos de la théorie exposée par G. W. Bowersock.

200 G. W. Bowersock, 1983, p. 131.

201 Inscription PAES IVA, n° 41 d’Umm al-Jimal, qui mentionne un xτροφεύς (précepteur) de Gadhima, roi de Tanukh. Sur ce Gadhima, voir M. Sartre, 1982b, p. 134-136.

202 Tabari, auteur d’Une histoire des prophètes et des rois (traduction partielle par Th. Nöldeke, 1879), a vécu entre 839 et 923. Une de ses sources principales sur la période est Hicham al-Kalbi, mort vers 819 (sur ce personnage et son œuvre, voir W. Caskel, 1966).

203 G. W. Bowersock, 1983, p. 137 estime avec quelques probabilités que certaines tribus arabes (celle de ‘Amr ibn ‘Adi) se seraient faites les auxiliaires d’Aurélien dans sa lutte contre Palmyre. Incidemment, il est possible que ‘Amr ibn ‘Adi soit le père de Imru’ al-Qays de la fameuse inscription de an-Namarâ (voir sur l’inscription la notice de P. Bordreuil, A. Desreumaux, Ch. Robin et J. Teixidor dans Y. Calvet et Ch. Robin, 1997, p. 265-269, n° 205).

204 M. Sartre. CAH XIII (sous presse). Sur Umm al-Jimal, voir B. De Vries, 1998, p. 232.

205 Voir aussi pour le passage des Palmyréniens à Bosra, IGLS XIII. 9107 et le commentaire.

206 Sur l’ensemble du problème, la position assez tranchée de F. Millar semble jusqu’à nouvel ordre la meilleure (F. Millar, 1993, p. 431-436) ; en particulier p. 435 : « It is better here to admit our ignorance ». Néanmoins, les sources manichéennes (M. Tardieu, 1992, p. 16-20) semblent confirmer l’historicité des liens entre Palmyre et al-Hira, à l’époque de Zénobie. Pour les relations entre Zénobie et les Arabes, voir aussi E. Equini Schneider, 1993, p. 45-52.

207 Inv X, 44 : τὰς κατὰ τῶν νομάδων στρατηγίας (voir chapitre iii).

208 Voir à ce sujet la position de J. K. Stark. 1971, p. 62 (« Whenever a name could be explained from either an Aramaic or an Arabic root, preference has in general been given to the latter »). A. Caquot (1962, p. 233-234) a, de son côté, une position plus mesurée : « Un répertoire complet révélerait que plus de la moitié des noms propres trouvent dans l’arabe leurs parallèles les plus sûrs et leur étymologie la plus vraisemblable. Si l’on tient compte des fréquences, la balance penche encore nettement en faveur de l’arabe : c’est lui qui a fourni les anthroponymes les plus souvent attestés, mlkw, mqymw, ḥyrn ». D’autre part, de nombreuses remarques du même article prouvent qu’il y a amalgame des onomastiques arabe et araméenne (p. 235. « les apports constitutifs de ce fonds mixte nous apparaissent bien amalgamés »). Je retrouve les mêmes critiques contre la position de J. K. Stark chez M. Gawlikowski, 1995, p. 105 et P. Pu Rsimoni. 1994b, p. 90 et 96. En effet, l’arabe est beaucoup mieux connu que l’araméen ; il est donc beaucoup plus probable de découvrir des parallèles onomastiques en arabe. Il est aussi fort possible que, si le nom était aussi araméen, toutes les occurrences aient aujourd’hui disparu. En ce sens, voir J. Cantineau, « Nabatéen et Arabe ». Annales de l’Institut d’études orientales I, 1934-1935, p. 77-97 : « nous ne connaissons pas assez l’onomastique araméenne pour être en mesure d’affirmer qu’un nom propre nabatéen, attesté en arabe, ne peut pas aussi avoir existé en araméen » (p. 83. cité par J. Teixidor, 1995, p. 13-14). Plus généralement sur l’onomastique arabe, voir F. Israel, 1995, p. 47-57.

209 Sur ces noms, voir J. K. Stark, 1971, respectivement aux pages 86, 115 et 117.

210 Certains faits incitent de toute façon à la prudence, comme la présence de noms formés d’un verbe considéré comme arabe et d’un nom de dieu local, comme tybwl (« Serviteur de Bôl ». J. K. Stark, 1971, p. 116). L’inverse est sans doute aussi possible. Voir P. Piersimoni, 1994b, p. 94-95 et n. 47.

211 Voir les textes rassemblés dans PNO (voir infra et le chapitre v). Mais là aussi les noms araméens existent (par exemple nbwzbd. n° 16).

212 Voir J. Teixidor, 1979, p. 18-25 et M. Gawlikowski. 1990a, p. 2625-2636.

213 Voir J. Teixidor, 1979, p. 21 : « the god of the Rahle region had been accepted by the priests of Baal Shamin because he was thought to be an avatar of the Lord of Heaven [= Baalshamîn] ». On peut aussi rappeler la remarque de H. Seyrig sur la fréquence des invocations à Baalshamîn dans les textes safaïliques (H. Seyrig, 1970, p. 90).

214 M. Gawlikowski, 1990a, p. 2631.

215 Voir les remarques de J. Teixidor, 1980a, p. 280-281 sur les tribus araméennes et arabes adoratrices de Baalshamîn avec lesquelles le dieu voyagea jusqu’à Palmyre : « l’onomastique des inscriptions nous montre qu’au ier siècle de notre ère les familles araméennes et arabes de la tribu s’étaient déjà mélangées et que leurs traditions respectives avaient formé un patrimoine commun... »

216 Kh. As’ad et J. Teixidor, 1985b, p. 288.

217 Kh. As’ad et J. Teixidor, 1985b, p. 291. Le changement a d’ailleurs pu se faire à Palmyre même, comme le prouverait la formation du nom avec l’élément -bôl, du nom de la divinité ancestrale de l’oasis, Bôl (M. Gawlikowski. 1990a, p. 2609).

218 On a encore un exemple de ce type de processus dans l’importance de la famille Nûrbel dans le sanctuaire d’Allât : d’après DFD (p. 81-82 à propos de RSP n° 159 et RTP 165), les Benê Nûrbel sont la famille sacerdotale qui dessert le temple. Cette vue est confirmée par les inscriptions publiées ou citées par H. J. W. Drijvers, 1995b, p. 111 et 115. Là encore une divinité arabe voit son culte dirigé par une famille au nom araméen.

219 J. Cantineau, 1935, p. 149-152 el F. Rosenthal, 1936, p. 94-96.

220 On trouve toujours cette acception du mot dans les dictionnaires d’arabe contemporains (par exemple. H. Wehr el J. M. Cowan, Arabic-English Dictionary of Modem Written Arabie. New York. 1960, s.v. « fḫḍ » : au féminin, « thigh : leg (of mutton, etc.) » ; au masculin, « subdivision of a tribe »). Au contraire le mot n’existe pas en ce sens dans les textes épigraphiques ouest-sémitiques ou dans les lexiques syriaques. La seule exception possible se trouve dans un texte araméen de Deir Alla daté des environs de 700 av. J.-C. (voir le DNWSI. s.v. avec les références) : le sens social du mot avait été préféré par le premier éditeur du texte ; ensuite A. Caquot et A. Lemaire (1977, p. 204) ont préféré un sens tout différent (autre racine) : « insolent » d’après le syriaque paḥzâ, avant que A. Lemaire (1985, p. 276) ne revienne à une signification plus proche du sens premier du mot, tel qu’il est connu en arabe : « hanches ». Il semble donc bien que le mot n’ait pas d’équivalent en araméen dans le sens social, d’autant que les textes de Deir Alla sont beaucoup plus anciens que les attestations palmyréniennes du mot.

221 Sur ce sujet, voir dernièrement la thèse italienne (Tesi di Dottorato) de R. Bertolino, 1997-1998. Les textes araméens de Hatra ont été numérotés dans l’ordre de découverte au fur et à mesure de leur publication. Ce sont ces numéros qui sont cités. La dernière publication d’ensemble est celle de B. Aggoula, Inventaire des inscriptions hatréennes (IIH), BAH CXXXIX. Paris, 1991.

222 R. Bertolino, 1997-1998, p. 93. Sur la probabilité de l’existence de noms akkadiens à Palmyre, voir J. Teixidor, 1991, p. 220-221.

223 Voir en particulier les articles de K. Dijkstra, 1990, p. 81-98 et de J. B. Segal, 1986, p. 57-80. Il est curieux que ce dernier article utilise les inscriptions du Wadi Hauran publiées par F. Safar, 1964, p. 9-27, mais en les considérant comme des textes hatréens. Un coup d’œil aux photos prouve néanmoins qu’il s’agit bien de textes palmyréniens (voir la restitution de M. Gawlikowski, in BES, 1967. n° 78 pour le texte n° 10 où il propose à la ligne 5 : [‘]lhy t[dmr] –  » les dieux de Palmyre » –, permettant de rattacher de manière plus assurée ce groupe de textes à la civilisation de Palmyre).

224 Voir la discussion dans K. Dijkstra, 1990, p. 94-97 : le terme semble désigner, soit le territoire qui entoure Hatra, soit, de manière plus générale toute région livrée aux nomades ; du point de vue urbain, chaque cité a son ‘rb, peuplé de nomades. Cela correspond assez bien à un usage dont on trouve des traces encore au xxe siècle : « Arabe » désigne les Bédouins nomades par opposition aux sédentaires (voir par exemple A. DE Boucheman, 1939, p. 15, n. 2).

225 K. Dijkstra (1990, p. 83 et 94) traduit les mots wbnyhwn wnkyhwn de la ligne 8 par « and whoever belongs to them with their possessions ». Le mot nkyhwn fait problème et plusieurs traductions ont été proposées, mais elles vont généralement dans le même sens « descendants » ou « parents », à part celle de A. Caquot qui propose de lire nk(s)yhwn : « leurs possessions » (voir les références. F. Vattioni, 1981, p. 50). B. Aggoula de son côté (IIH, ad loc., p. 56) propose « leurs femmes », mais cette signification semble improbable.

226 K. Dijkstra, 1990, p. 93 : « the longer the group that is required, the longer the genealogy ».

227 Plusieurs commentateurs, dont B. Aggoula (IIH. ad loc.), envisagent plutôt un traité de non-agression de la part des souverains de Hatra qui promettent de ne pas attaquer ‘Ikwd et yhbrmryn et leurs descendants.

228 Le texte n° 343 est légèrement différent et omet dans cette phrase la proposition « et tous ceux qui sortent et entrent à Hatra ».

229 K. Dijkstra, 1995, p. 183-184 pour le sens de qšyš’ (peut-être les membres d’un collège équivalent à la γερουσία des cités grecques ?). Néanmoins, l’aspect qui ressort le plus nettement des expressions utilisées est que l’ensemble de la population semble englobé. K. Dijkstra revient aussi sur la signification exacte de ‘rby’ klhwn (« tous leurs Arabes ») : le pronom affixe -hwn renvoie sans aucun doute aux noms qui précèdent (les Hatréens vieux et jeunes) et il semble penser que sont désignés par ces mots des collèges formés par les chefs de tribus (les mry’ « seigneurs ». voir infra) qui seraient les représentants de tous les ‘rby’.

230 Un rbyt’ était apparemment chargé du maintien de l’ordre. Dans l’inscription n° 223, ce magistrat est rbyt’ dy ‘rb. J’ignore s’il s’agit vraiment de la même fonction. Voir K. Dijkstra, 1990, p. 90 et 1995, p. 185, n. 37.

231 1995, p. 181 (suivant une hypothèse de H. J. W. Drijvers) et 184.

232 Si ces noms désignent des fonctions officielles plutôt que des chefs tribaux, alors leur absence est tout à fait compréhensible à Palmyre, où, au moins à partir du milieu du ier siècle, le fonctionnement institutionnel est celui d’une cité gréco-romaine (voir chapitre i).

233 B. Isaac, 1992, p. 120-128.

234 H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 34-38.

235 Voir la remarque de M. Gawlikowski, 1995, p. 108 sur le nom ‘ḥyty’ qui est exprimé sous une forme araméenne, alors qu’Abdallat a déjà la forme arabe. Malgré les hésitations de H. J. W. Drijvers dans le commentaire du texte, il semble qu’il s’agisse d’un nom tribal, plutôt que d’un nom d’origine géographique.

236 Le texte de Qa’ara (J. Teixidor, 1963, p. 34) mentionne un certain Moqîmû Mazîn (mqymw m‘zyn) qui est peut-être membre de la tribu des bny m‘zyn. Comme le note M. Gawlikowski (1973a, p. 38), il serait étonnant que ce mot soit un anthroponyme, puisqu’il a une forme de pluriel. Néanmoins, il faut noter que tous les autres personnages de l’inscription sont cités avec leur patronyme et le nom de leur grand-père. Il est possible que Moqîmû fasse exception à cause de sa fonction, puisqu’il est héraut (krwz’), ce qui peut expliquer aussi qu’on donne le nom de sa tribu.

237 Les exceptions possibles sont au nombre de trois. D’abord les bny tym’ du Wadi Hauran, mais il s’agit plutôt du nom du père des personnages Ensuite les bny mskn’ dans les mêmes textes (n° 5) : c’est apparemment une tribu qui vient de Teima au nord de l’Arabie (bny mškn’ dy tym’) et qui n’est pas attestée à Palmyre (sur ces deux cas. cf. infra). Enfin les bny knbt connus à Palmyre et que J. T. Milik (DFD, p. 88-90) croît reconnaître à Nazala-Qaryatein dans les Xενναβα[θηνοι] (IGLS V. 2698-2699). Il est notable que les textes de Doura-Europos mentionnent trois des tribus qu’on connaît par ailleurs à Palmyre (bny myt’. bny gdybwl et bny kmr’).

238 Voir les remarques de D. Schlumberger, dans PNO, par exemple p. 133 : « Il est clair que nous sommes, à la campagne, dans un milieu beaucoup moins occidentalisé qu’à la ville. Et il est clair aussi que nous sommes dans un milieu plus fortement arabisé » et il prend appui sur les divinités arabes qu’on retrouve dans le panthéon de ces régions et sur la présence de textes safaïtiques (10 sur les 93 inscriptions découvertes dans cette zone). H. Seyrig pensait que ces dix textes émanaient « probablement de l’époque où le pays était redevenu désert après la ruine de Palmyre » (H. Seyrig, 1970, p. 88. n. I). Il est pourtant tout à fait possible qu’ils datent plutôt de l’époque de l’apogée de Palmyre, mais je ne sais pas si ce débat est susceptible d’être tranché.

239 Non comptés les cas où les bny X sont les fils, au sens naturel, d’un habitant de la Palmyrène. L’expression peut aussi prendre un sens figuré et désigner « les gens de ».

240 Sur ces villages et leurs productions agricoles, cf. chapitre iii.

241 M. B. Rowton, 1976b, p. 17-31 : le meilleur moyen d’obtenir une certaine survie économique est cette symbiose étroite entre l’agriculture et le nomadisme pastoral.

242 Parmi ces inscriptions, on trouve une safaïtique et deux bilingues en palmyrénien et safaïtique, sur un total de quatorze textes. Le terme de « safaïtique » est employé ici, parce qu’il est le plus commode, sans préjuger d’une unité ethnique quelconque des populations qui ont laissé des inscriptions en une écriture qu’on a pris l’habitude d’appeler « safaïtique ». Sur les problèmes de définition, voir l’article de M. Macdonald, 1993, p. 303-413 (en particulier, p. 305-311). On notera qu’on a trouvé aussi quelques textes palmyréniens au sud-ouest de la Palmyrène (en Jordanie et Arabie Saoudite actuelle : voir annexe XIII. 4), mais ils sont assez, rares, et ne font que confirmer les contacts entre nomades et quelques parties de la population palmyrénienne. Parallèlement. Palmyre apparaît dans quelques inscriptions safaïtiques (tdmr : CIS V. 663 ou dans la formule sfr tdmr traduite « iter fecit Tadmoram » par l’éditeur du CIS V. G. Ryckmans pour les textes 1649, 1664-1665). Enfin, on notera aussi qu’un certain Halafû (ḥlpw brqdm) qui se dit originaire de Palmyre (mn tdmr) apparaît dans une inscription nabatéenne (R. Dussaud, 1935, p. 324 ; voir annexe XIII. 4). Mais J. Starcky (1978, n° 41 (donne une nouvelle lecture du texte et supprime toute référence à Palmyre.

243 Textes publiés dans la thèse de D. Schlumberger (PNO).

244 Voir PNO nos 60, 63bis. 63quater. 80-82.

245 H. Seyrig, 1970, p. 81 -83 : « (Les dieux armés) répondent au danger permanent qui a de tout temps obsédé l’habitant des steppes ».

246 J. K. Stark, 1971, p. 56 préfère la lecture tymš’, nom attesté plusieurs fois à Palmyre. Le nom (difficilement lisible) du premier personnage de l’inscription araméenne (n° 3) n’est pas pris en compte, car il n’apparaît pas dans ce qui est conservé du texte safaïtique.

247 F. Safar, 1964, p. 17, n. 1.

248 Avec cette restriction, qu’à la différence des ‘l ‘wd, qui sont connus ailleurs qu’en Palmyrène du nord-ouest (cf. M. Sartre, 1982a, p. 77-91), on ne connaît rien sur ce groupe. Or, comme le remarque M. Macdonald (1993, p. 345), le mot ’l peut désigner n’importe quel groupe, quelle que soit sa taille.

249 Tous les noms de ces textes sont assez courants à Palmyre (cf. J. K. Stark, 1971, ad loc.). Le plus rare est qwp’ qui n’apparaît qu’en CIS 4198. Il s’agit d’un nom araméen qui signifie « singe » (J. K. Stark, 1971, p. 110).

250 Voir les inscriptions nos 50 et 79 de Hatra : J. T. Milik. DFD, p. 358-359 (après J. Teixidor, 1964, p. 281) fait de mškn’ dans les textes de Hatra le nom d’une ville de Mésopotamie, au nord de Séleucie-du-Tigre (J. Teixidor la place au sud de la Mésopotamie : interprétation différente et bibliographie dans B. Aggoula, IIH, p. 40, ad n° 50), mais pour le texte du Wadi Hauran (F. Safar, 1964. n° 5), il traduit « camp bédouin », donc bny mškn’ dy tym’ signifie « gens du Camp de Taimé ».

251 C’est-à-dire principalement les textes publiés par J. Teixidor, 1963 : J. Starcky, 1963 et F. Safar, 1964. On reviendra au chapitre iii sur les références qui y sont faites à des activités pastorales et agricoles temporaires.

252 Voir M. Macdonald, 1993, p. 311 : le domaine de ces nomades est extérieur à la zone de peuplement urbain. Vision complémentaire de F. Villeneuve, à propos de la Provincia Arabia (1989, p. 134-138) : les pasteurs nomades sont « résiduels à l’intérieur de l’Arabie des sédentaires », « les inscriptions safaïtiques et thamoudéennes n’existent jamais dans les villages, ni même dans la zone des villages ».

253 R. Bertolino. 1997-1998, p. 91-92 donne une liste des inscriptions qui comportent l’expression « bny X » et donc peuvent être des tribus : bny tymw et bny bl’qb (textes n° 214 et 293) : bny rpšmš (n° 107 et R. Bertolino. 1996, p. 143-146) : bny tmny (texte inédit de 110-111). Voir les remarques de K. Dijkstra, 1995, p. 185-188 qui conclut que seuls les bny rpsms sont une vraie tribu. Parmi les candidats possibles, il ajoute les ‘syly’ (nos 242-244) dont le nom est peut-être formé sur celui d’une tribu : ceux qui sont désignés par l’expression « tous ceux de rmgw » (n° 408 : l’expression complète est w’l ḥy’ rmgw klh w’l ḥy’ bny ddh kwlhwn « pour la vie de rmgw tout entier et pour la vie de tous ceux qui lui appartiennent »). On a aussi dans le n° 406 le gd’ dy rmgw (« La Fortune de rmgw »). Cet ensemble de textes l’incite à faire de rmgw le nom d’une entité tribale, mais l’identité de ce groupe reste mystérieuse (voir aussi ibid., p. 207-208).

254 C’est ce que fait sans hésitation J. B. Segal, 1986, p. 57-80. Cette proposition avait déjà été faite par J. Teixidor. BES 1967, n° 78.

255 Comme par exemple K. Dijkstra, 1995, p. 186 et 190-191 : son argument principal est que les deux groupes sont unis pour la construction d’une tombe (n° 293), ce qui est plutôt la tâche d’un groupe familial, et non celle d’une tribu dans son ensemble.

256 W. Al-Salihi, 1987, p. 53-61.

257 Mais Hatra est aussi en relation avec Doura-Europos où le nom bl’qb est aussi attesté parmi les Palmyréniens en garnison à cet endroit (C. B. Welles et alii, 1959, n° 21 : Bηλακαβος : n° 100-102 : Belaacabus). Sur les relations entre Hatra et Doura, voir P. Leriche et R. Bertolino, 1997, p. 207-214. Le nom bl’qb est relativement courant (voir J. K. Stark. 1971, p. 10) : on le retrouve sous la forme Bηλακαβος, pour un cavalier palmyrénien à Coptos (Egypte) en 216 (A. Bernand, 1984. n° 85 : cf. SEG 34, 1585).

258 De l’avis même de J. K. Stark, yrḥy et ydy’bl sont des noms araméens (J. K. Stark. 1971, p. 90-91). Les autres sont assez sûrement arabes.

259 H. Seyrig, 1970, p. 88.

260 On peut être tenté d’établir un lien entre l’habitude épigraphique et l’arabisation relative des populations. On a ainsi l’impression que des Nabatéens aux Édesséens, en passant par les Safaïtes, les Palmyréniens et les Hatréens, le nombre d’inscriptions est plus important quand la présence culturelle arabe est la plus forte, et cela dans l’ensemble des couches de la population, y compris les plus modestes.

261 Voir par exemple P. Briant, 1982, chapitre I. On a vu que le terme « nomade » des inscriptions palmyréniennes (cf. supra) est principalement utilisé en mauvaise part, et désigne surtout ceux des habitants de la steppe qui menaçaient les intérêts caravaniers de Palmyre (en ce sens, J. Teixidor, 1987, p. 49).

262 J. Henninger, 1959, p. 84-85. F. Villeneuve me signale le texte de Ibn Khaldoun sur le bédouinisme et les Bédouins arabes (caractérisés notamment par l’élevage des chameaux) : Muqaddimah, livre I, chap. 2, § 2.

263 F. Quass, 1993, p. 62-68.

264 Voir CIS 3932 ou 3934 qui remontent à la quatrième ou cinquième génération (milieu iiie siècle). Il me semble qu’il n’a jamais été courant de remonter plus loin à Palmyre.

265 J. Henninger, 1959, p. 84(citant une théorie de W. Caskel). Voir aussi p. 85 : « les nomades guerriers, indépendants, furent peut-être dans une certaine mesure soumis ou refoulés pendant la période de prospérité des états commerçants, puis reconquirent et augmentèrent leur pouvoir après la décadence de ceux-ci ». C’est en reprenant en partie cette théorie que B. Isaac (1992, p. 68-77) place à cette époque le début réel de la menace nomade.

266 Les Arabes scénites dont parle Strabon habitent au nord et à l’est de l’Euphrate (XVI. 1. 26). Pline l’Ancien cite les Orroei (en Osrhoène donc) et les Praetavi dans la même zone (HN V, 21).

267 Quand Polybe parle du contingent que commandait Zabdibelos à la bataille de Raphia en 217 (V, 79), il les appelle « les Arabes et les soldats des contrées voisines ». Il est probable qu’il considère Zabdibelos, au nom si proche des noms palmyréniens, comme un Arabe, mais plus sur des critères ethnologiques qu’ethniques au sens propre.

268 Le terme « arabe » n’apparaît pour désigner les Palmyréniens qu’à partir de Malalas.

269 J. Teixidor, 1987, p. 49 : « Une société dimorphe habitait donc la Palmyrène romaine où s’associaient les traits de la vie urbaine et de la vie nomade » : E. Will, 1992, p. 31.

270 On a parfois quelque mal à établir de manière non équivoque les liens existant entre les établissements de Palmyrène du nord-ouest et les notables de Palmyre (cf. chapitre iii). De plus une société dimorphe doit avoir une population en partie nomade ; c’était très probable dans cette région, mais pas entièrement assuré, même si la sédentarisation est certainement récente. On verra au chapitre suivant ce que l’on peut déduire du fonctionnement du commerce caravanier tel qu’il apparaît dans les textes.

271 Par exemple. M. rowton, 1976a et 1976b.

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540