Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les notables de Palmyre

 | 
Jean-Baptiste Yon

Chapitre premier : L’identité civique de Palmyre

Texte intégral

A. LE STYLE DES DÉCRETS DE PALMYRE

  • 1 La première attestation du terme se trouve dans le texte CIS 3923 (Inv IX. 8) daté de mars 51. Sur (...)
  • 2 En prenant la Syrie au sens large, c’est-à-dire en fait les textes édités dans les IGLS depuis 192 (...)

1Depuis le milieu du ier siècle après Jésus-Christ au moins, Palmyre fonctionne comme une cité grecque dont elle a les institutions. Les textes, en grec comme en araméen, sont formels et attestent de l’existence d’une πόλισ de Palmyre1. Ce qui sera étudié plus particulièrement ici est le rôle et la place des notables dans ce fonctionnement civique. À cet effet, on trouvera en annexe une liste des notables dont la documentation prouve la participation aux fonctions civiques traditionnelles des cités grecques, ainsi qu’à quelques autres. Il faut essayer de voir en quoi la situation à Palmyre est conforme à ou différente de ce qui se passe dans le reste du monde grec. La comparaison avec le reste de la Syrie romaine n’est pas aisée, car c’est de loin à Palmyre que nous avons la documentation la plus riche et la plus variée de toute la région. Mais il est possible de trouver des parallèles éclairants en Asie Mineure ; ils permettent de voir comment les notables palmyréniens se comportaient à l’égard des institutions de leur cité. Les textes syriens2, même s’ils sont moins nombreux, permettent eux aussi un certain nombre de conclusions.

  • 3 Texte édité dans le CIS au numéro 3913. La version grecque est aussi dans OGIS 629. IGRR III. 1056 (...)
  • 4 Voir M. Sartre. 1996a. p. 390 : « comme éponymes, ils étaient les premiers en honneur, sinon en im (...)

2Le texte le plus fameux de l’oasis, le très célèbre Tarif3, est à cet égard exemplaire, puisque son préambule (en fait le décret de promulgation de la loi fiscale : δόγμα βουλῆς) rappelle exactement quelles sont les institutions qui comptent au sein de la cité. Le préambule du Tarif commence par une date donnée selon l’ère séleucide (18 avril 137), mais l’ensemble du texte (c’est-à-dire des deux versions, grecque et araméenne) commence par quelques lignes de grec qui donnent la date d’après la titulature de l’empereur Hadrien et la date consulaire (L. Aelius Caesar pour la seconde fois et Publius Coelius Balbinus). Ce qui est original dans ce texte, et qu’on ne retrouve qu’une seule fois dans les inscriptions de Palmyre, c’est l’utilisation d’une quatrième manière de donner la date, d’après les archontes éponymes (avec la préposition έπί + le génitif). En 137, ceux-ci sont Μαλιχος Ολαιους (mlkw br ‘lyy br mqymw) et Ζεβειδα Νεσα (zbyd’ br nš’). Ces deux personnages ne sont malheureusement pas connus par ailleurs, mais l’importance de la charge occupée est un signe indubitable de leur appartenance aux classes les plus élevées de la société palmyrénienne4.

  • 5 M. Sartre. 1996a. p. 394-395.

3Seul le texte Inv III, 5 fournit un autre exemple d’éponymie, avec cependant une différence de taille. Il date en effet de 224-225, Palmyre est devenue colonie, et comme il est naturel dans ce cas, les magistrats éponymes ne sont plus les archontes, mais les stratèges (équivalents des duumviri des textes latins)5. Le texte utilise une formule classique avec le génitif absolu (στρατηγούντων ‘ουλ(ίων) Αύρη(λίων) Σειβα Αθηακαβου καὶ Τιτιανοῦ ‘Αθηνοδώρου ἔτους ςλϕ « pendant la stratégie de Iulius Aurelius Seiba, fils de Ateaqab et de Iulius Aurelius Titianus, fils d’Athènodôros, l’année 536 », soit 224-225).

  • 6 Liste des proèdres connus dans M. Sartre. 1996a. p. 400. n. 48, à laquelle il faut ajouter le pers (...)
  • 7 M. Rodinson, 1950. p. 137 : Inv IX. 20 : J. Cantinea, 1933. p. 175, n° 2b et p. 183-184 ( ?) ; Inv (...)
  • 8 Voir DFD, p. 226-227.

4Pour revenir au Tarif, les autres magistrats nommés sont le proèdre (président du Conseil)6 et le secrétaire du Conseil et du Peuple. Le proèdre est le seul personnage cité dans le préambule dont on puisse aisément reconstituer la généalogie. Il s’appelle en effet Bônnê, fils de Bônnê, fils de Haîran. Il appartient à une famille importante des années 50-150, famille sur laquelle on reviendra en détail un peu plus loin. Il est sans doute le petit-fils du fameux Haeranes Bonne Rabbeli f. connu par plusieurs textes7, et qui a été honoré à plusieurs reprises par le Conseil et le Peuple et par les prêtres de Bel. Son fils, père du proèdre de 137, a sans doute été symposiarque au témoignage de la tessère RTP 463 (bwn’ br ḥyrn)8. Tout cela fait de la famille de Bônnê une famille importante de Palmyre au cours des années qui suivent l’arrivée de Rome dans l’oasis.

  • 9 Le terme est γραμματεύς en grec et grmty en araméen. M. Sartre. 1996a. p. 390-391 (avec une liste (...)
  • 10 Ce qui donne en araméen :’Iksdrys br ‘Iksdrys br ‘plnys nbwzbd br tym’ ‘br’gdm.

5Le secrétaire du Conseil et du Peuple, dont le rôle est plus important, même s’il n’est nommé qu’en deuxième position, n’est pas connu par ailleurs9. Son onomastique, aussi bien en araméen qu’en grec, n’est en rien sémitique. Il s’appelle ‘Αλέξανδρος ‘Αλεξάνδρου τοῦ Φιλοπάτορος, nom qui est simplement transcrit en palmyrénien : ‘Iksdrs br ‘Iksdrs br plpṭr. Malgré le caractère très grec de ses noms, il n’est pas du tout impossible qu’il soit originaire de Palmyre ; cela est même tout à fait probable. Un texte un peu plus récent (avril 191) en est une preuve. Dans l’inscription de concession d’une partie d’un tombeau. Inv IV. 7b, le vendeur se nomme ‘Αλέξανδρος ‘Αλεξάνδρου τοῦ ‘Απολλωνίου. Mais le texte est plus développé et il donne des précisions sur la généalogie du personnage, comme c’est la coutume pour ce type de document. Or, à partir de l’arrière-grand-père, l’onomastique prend un aspect fort différent et révèle qu’il s’agit, sans nul doute, de quelqu’un dont l’origine est locale : ‘Αλέξάνδρος ‘Αλεξάνδρου τοῦ ‘Απολλωνίου τοῦ Νεβουζαβαδου τοῦ Θαιμαη τοῦ Αγγοδομου10. Le texte du Tarif, qui est un document officiel, n’entre pas dans les détails généalogiques, son but n’est pas là ; ce n’est évidemment pas le cas des textes funéraires dont l’objectif est de mettre en évidence une lignée et des liens familiaux.

  • 11 Voir l’annexe IX. 2. Il faut ajouter les personnages des textes CIS 3932 (l’empereur Sévère Alexan (...)

6Il est peu probable que ces deux Alexandre, fils d’Alexandre, aient un quelconque lien entre eux. Le nom est d’ailleurs relativement courant à Palmyre11, en particulier pour des Palmyréniens, et il n’indique pas nécessairement l’origine étrangère du personnage. Mais il est remarquable que ce soit un Palmyrénien visiblement influencé par la civilisation gréco-romaine qui occupe un poste de cette importance. Cela n’empêche pourtant pas des gens aux noms sémitiques d’occuper la fonction de secrétaire, comme Ζαβδιλας Σαμσιγεραμου Ιουσα, zbdlh br šmšgrm ‘yš’ (Inv X, 39 de 75-76). Les autres magistrats cités dans le préambule du Tarif portent des noms sémitiques sans aucune trace d’influence hellénique.

  • 12 J’ai suivi pour cette description le modèle donné dans le Choix d’inscriptions grecques de J. Poui (...)

7Pour en finir avec le Tarif, il faut souligner le caractère tout à fait classique du décret qui en constitue le début. On trouve d’abord l’intitulé : la date du document, le nom du corps délibérant, puis celui des personnages responsables (proèdre, secrétaire et archontes). Vient ensuite la formule de sanction : on a ici ὲψηφίσθη τὰ ύποτεταγμένα (« a été décrété ce qui suit » au lieu du ἔδοξε classique). Les considérants sont introduits par ἐπειδή (« attendu que »), ce qui n’est pas très surprenant ; ils sont suivis de la formule de résolution (δεδόχθαι... « plaise - sous-entendu “au Conseil et au Peuple” – que ») qui introduit les décisions du décret (à l’infinitif, dépendant de δεδόχθαι). La fin du décret précise le nom des magistrats chargés de faire appliquer les décisions, comme dans tout décret d’époque hellénistique12. Tous ces détails sont valables pour tous les décrets des cités du monde grec, et il n’est pas de meilleure preuve du caractère hellénisé des institutions de Palmyre. Cela ne signifie pas que l’ensemble de la population de la ville était profondément hellénisé, mais cela montre suffisamment le poids de cette influence sur la ville.

1. LES DÉCRETS HONORIFIQUES : DES RÉSUMÉS

  • 13 Voir M. Sartre, 1996a. p. 389 : « il manque l’intitulé faisant apparaître le magistrat éponyme, l’ (...)

8Les inscriptions honorifiques araméennes et grecques suivent en général le formulaire des inscriptions grecques de même type, dans l’ensemble de l’Orient romain. Ce sont souvent des documents officiels : décisions du Conseil et du Peuple, ou du Conseil seulement. Mais, le plus généralement, ces textes ne sont que les versions réduites, résumées des décrets pris par le Conseil13. Cela est normal pour des textes gravés sur des surfaces assez réduites. La surface était d’autant plus réduite, d’ailleurs, qu’il fallait laisser de la place pour une version araméenne du texte. On peut prendre comme exemple la version grecque du texte CIS 3921 (Inv IX, 31), daté de 120-121 apr. J.-C.

‘H βουλή καὶ ό δῆμος Μαλιχον
Ουαβαλλαθου τοῦ Μανναιου
τειμῆς χάριν

9« Le Conseil et le Peuple (honorent) Malikû, fils de Wahballat, fils de Manaî, en témoignage d’honneur. »

  • 14 On retrouve le terme dans sept autres inscriptions honorifiques de Palmyre : CIS 3924 (Inv IX. 6a) (...)

10Le bénéficiaire de ces honneurs fait partie de la famille d’Elahbel, il est l’un des quatre frères qui ont fait construire la fameuse tour (n° 13) de la vallée des Tombeaux en 103 (CIS 4134 = Inv IV, 27a ; voir fig. 1 et pl. 9). Le caractère très laconique de cette inscription est particulièrement frappant à la première lecture. La version araméenne également conservée ajoute la date (mois et année), et, pour des raisons qui tiennent aux traditions de la langue utilisée, précisent que l’objet de la dédicace est une statue (ṣlm’ en araméen). Comme il est d’usage en grec, le terme qui signifie statue n’apparaît pratiquement pas dans les textes grecs de Palmyre. L’inscription CIS 3914 (Inv IX, 25) qui mentionne τοὺς ἀνδριάντας (« les statues », traduit en araméen par ṣlmy’) est un des rares cas de textes honorifiques où l’objet de la dédicace est précisé en grec14.

  • 15 Voir à ce sujet les remarques préliminaires de P. J. Rhodes et D. M. Lewis. 1997. p. 5-7.

11Un seul texte, le Tarif, peut permettre d’imaginer à quoi ressemblaient les décisions prises par le Conseil de Palmyre. Cet unique exemple de décret (presque) complet permet de penser que ces mentions ont existé dans les versions originales des autres décrets. De toute façon, et Palmyre ne fait pas exception, l’absence d’une mention ne signifie pas qu’elle n’a pas existé, cela veut dire simplement qu’on n’a pas jugé utile de la graver sur la pierre15.

  • 16 Plus de quarante textes sur les quelque 440 qui contiennent du grec et/ ou du latin.
  • 17 P. J. Rhodes et D. M. Lewis. 1997 avec un catalogue qui couvre l’ensemble du monde grec, p. 65-472
  • 18 On trouve principalement le verbe άνέστησε (-σαν), « il(s) a (ont) dressé » : CIS 3924 (Inv IX, 6a (...)
  • 19 On peut citer un texte de J. A. Letronne qui, dès 1850, définissait le style elliptique des inscri (...)

12Les décrets honorifiques du Conseil (et du Peuple le plus souvent) représentent environ un dixième des textes grecs de Palmyre16, mais cela n’est en rien propre à l’oasis. Il suffit de prendre un recueil de textes de la période romaine, aussi bien en Asie Mineure qu’en Grèce propre, pour avoir affaire à un nombre important d’inscriptions du même type. Le recueil récent de P. J. Rhodes et D. M. Lewis17 permet d’effectuer facilement ces comparaisons. Le formulaire tel qu’il existe à Palmyre est représenté dans l’ensemble du monde grec. Il se caractérise par l’absence très régulière du verbe18 et, en règle générale, par un laconisme assez systématique19.

  • 20 Dans le cas de Priène, par exemple, les éditeurs des Inschriften von Priene séparent les deux type (...)

13À Palmyre, les textes conservés sont surtout des résumés sur les bases de statues, et ce sont presque uniquement ces bases qui ont survécu, contrairement à d’autres cités, en particulier dans l’ouest de l’Asie Mineure. On a sans doute très rarement jugé utile de faire graver en entier les décrets qui honoraient un bienfaiteur de la cité, comme cela arrivait par exemple à Pergame, à Xanthos ou à Priène20. Sauf dans quelques cas exceptionnels, les textes sont en fait simplement les légendes qui servent à donner un commentaire minimum aux statues qui ornaient les espaces publics de la ville. Le texte CIS 3921, cité plus haut, trouve des parallèles presque exacts dans d’autres villes de l’Orient romain : on peut comparer avec le texte IGLS VII, 4008, qui se caractérise aussi par un certain laconisme.

Ό δῆμος
Δέκμον Λαίλιον
Δέκμου υίόν,
ἕπαρχον στόλου
εὐνοιας ἕνεκεν

14« Le Peuple (honore) Decimus Laelius, fils de Decimus, préfet de la flotte, en raison de son dévouement. »

  • 21 M. Sartre (1996a, p. 389) souligne cette rareté pour les inscriptions funéraires. Mais les différe (...)

15Cette inscription, sur une base de statue, provient de l’île de Rouad, l’antique Arados, sur la côte syrienne. La différence la plus remarquable entre ce texte et celui de Palmyre est la mention des fonctions du personnage honoré. Cette précision est assez rare à Palmyre21, sans doute parce que la plupart des personnages honorés dans l’oasis le sont à cause de bienfaits accomplis en tant que personnes privées, et non dans l’exercice de fonctions officielles. Cette fréquence d’honneurs attribués par le Conseil et le Peuple à des bienfaiteurs qui ne semblent pas participer outre mesure à la vie civique de la ville constitue une des particularités les plus sensibles de la ville. En tout cas, ils ne mentionnent pas de manière systématique cette participation. Curieusement, on a au contraire, de manière systématique, des généalogies assez développées. Visiblement, lorsqu’on résume les décrets, on préfère faire inscrire de la généalogie plutôt que les fonctions civiques.

16Dans le monde grec, et même en Syrie, on a des exemples d’utilisation sur les bases de statues de formulaires plus proches du texte original des décrets. Mais ce genre de texte est absent de Palmyre. Le texte IGLS IV, 1349 commence par une invocation à la Bonne Fortune (‘Αγαθῇ Τύχḥ) avant de reproduire la formule classique ἔδοξε τῇ βουλῇ καὶ τῷ δήμῳ « il a plu au Conseil et au Peuple ». Le texte provient d’Apamée, une cité proche de Palmyre, mais on est apparemment dans un contexte culturel où l’utilisation du grec dans les inscriptions est plus naturelle et n’est pas seulement l’application plus ou moins automatique de formules.

  • 22 Pour ce type d’inscriptions à Hatra, à Palmyre et dans le reste du Proche-Orient, voir K. Dukstra, (...)
  • 23 Voir par exemple, l’inscription Hatra n 56 qui donne seulement la généalogie du personnage et son (...)
  • 24 Hatra nos 38. 112, 188, 193, 203, 224, 286.
  • 25 Sur ce point, voir K. Dukstra. 1995. p. 22-23.
  • 26 En araméen, ṣlm’ dy X, br... d’qym Ih Y. br... Le dédicant de la statue du n° 38 est une divinité (...)

17La coutume d’élever des statues honorifiques n’existe pas seulement à l’ouest de Palmyre. Il est tout à fait possible de comparer ce qui se passe là à des faits de même ordre dans les limites de ce qui était l’Empire parthe à la même période. De ce point de vue, le spectacle qu’offrait le centre monumental de Hatra ne devait pas être très différent de celui de Palmyre. Le formulaire honorifique est certes marqué par des influences orientales encore plus fortes qu’à Palmyre. Mais si on excepte les dédicaces de statues qu’un tel « fait pour sa vie et pour la vie de... »22, il existe aussi à Hatra des inscriptions honorifiques fort semblables à celles de Palmyre. On y trouve, en outre, un autre genre de textes : des bases de statues qui portent seulement le nom du personnage représenté. À Palmyre, on ne trouve ces textes que dans un contexte funéraire, ce n’est apparemment pas le cas à Hatra23. Les textes de dédicaces de statues dans cette dernière ville mentionnent parfois le dédicant : on en connaît un certain nombre d’exemples24. L’expression lyqr (« en l’honneur de... »), si caractéristique des textes honorifiques palmyréniens, manque à Hatra25, où tous les textes de ce type suivent le même schéma : « statue de X. fils de... qu’a faite pour lui Y. fils de... »26. Le nom des différents personnages est suivi d’un titre ou d’un nom de fonction, peut-être plus systématiquement qu’à Palmyre. Mais le nombre total de ces dédicaces est relativement faible, si on le compare au nombre total des textes araméens qu’a livrés Hatra.

  • 27 J’ai utilisé les recueils de J. C. L. Gibson, 1975 (araméen) et 1982 (phénicien), et de E. Sollber (...)

18De même, si la statuaire de Hatra n’a sans doute pas beaucoup de points communs avec celle qu’on trouve en Asie Mineure, on peut pourtant y trouver une manifestation des influences helléniques qui ont marqué les civilisations de l’Orient après les conquêtes d’Alexandre. Il est intéressant de trouver des parallèles à ces statues honorifiques et à ces inscriptions dans les civilisations qui ont marqué le Proche-Orient avant la conquête gréco-macédonienne. Il n’est bien sûr pas de mon ressort de faire cette enquête, mais il est possible à la lecture de textes disponibles en traduction de faire quelques remarques27.

  • 28 Textes IG4b (Mari) et IIIA3d (Suse) dans E. Sollberger et J.-R. Kupper. 1971. Voir aussi les texte (...)
  • 29 J. C. L. Gibson. 1975. n° 1 pour le texte de Bar Hadad, et 1982, n° 8 pour un parallèle phénicien.

19Il est clair à la lecture des inscriptions gravées sur leurs bases que les statues, même quand il s’agit de la représentation d’un être humain, sont généralement dédiées à une (ou plusieurs) divinité. On peut prendre quelques exemples, comme ce texte de Mari : « Pour la vie d’Iblul-II, roi de Mari [...] Wardašu, prévôt du palais a voué sa statue à Inana », ou encore une base de statue découverte à Suse : « Man-ištûšu, roi de Kiš : Ešpum, son serviteur a voué (cette statue) à Narundi »28. Ce sont des textes akkadiens, mais il existe des formulations proches dans des textes plus récents (début Ier millénaire), comme la dédicace araméenne d’une statue par Bar Hadad (Damas) : « Statue que Bar Hadad (...) a dressée pour son seigneur, Melcarth, à qui il avait fait un vœu ». Comme le remarque J. C. L. Gibson, il s’agit là de l’adaptation d’un formulaire connu aussi en phénicien29.

  • 30 F. Mazza, 1976, p. 129-136, et en particulier, p. 131 pour cette structure. Il donne un certain no (...)

20Dans cette langue, on a pu identifier une formule typique qui se retrouve dans un assez grand nombre de textes. Elle se caractérise par cinq éléments : 1° le nom de l’objet dédié, 2° un pronom relatif qui fait référence à l’objet, 3° un verbe, 4° le nom du dédicant, et enfin 5° le nom de la divinité ou de la personne destinataire de l’objet30. Comme on le voit, ces textes ne sont pas tout à fait comparables à ceux de Palmyre. En effet, dans les textes de l’oasis, tous ces éléments sont dans un ordre un peu différent, puisque le 5° est placé juste après le 1° et vient le qualifier. On peut d’ailleurs émettre l’hypothèse que la fonction de la formule lyqrh dans les textes palmyréniens est justement de prendre la place du nom du destinataire. Celui-ci a changé de position dans le texte, mais on reste marqué par les formules et les structures anciennes.

  • 31 Je renvoie aux études sur le sujet de K. Dukstra, 1995 et ici dans les chapitres II et IV.

21Je laisse pour l’instant de côté un type de textes qui comprend la formule « pour la vie de... », assez courante dans les dédicaces de statues à Hatra. Ces textes mettent généralement en scène trois personnages, le dédicant, la personne représentée et la personne pour la vie de laquelle la dédicace est faite31.

22Néanmoins, pour comparer ces textes avec les données de l’épigraphie grecque, il faut rappeler ce que dit P. Veyne de l’origine des inscriptions honorifiques grecques : « (elles) ont originellement la forme d’une consécration aux dieux de la statue d’un personnage à honorer ». On a donc exactement la même origine dans les deux cas. On peut se demander si les inscriptions araméennes de Palmyre sur les bases de statues sont seulement une marque d’influence grecque, ou bien, si le formulaire très ancien, qu’on retrouve dans les premiers textes araméens, a connu la même évolution à Palmyre qu’en Grèce. Il faut reconnaître qu’à l’origine, les inscriptions honorifiques ont comme but de consacrer un objet à une divinité en faveur d’un personnage qu’on veut honorer.

2. LE STYLE ÉPIGRAPHIQUE OFFICIEL

  • 32 Le texte araméen dit d’ailleurs : zbdl’ br mlkw brt mlkw. Voir F. Quass, 1993. p. 65 sur cette for (...)

23Quelques exemples montrent qu’il existe pourtant à Palmyre des textes détaillés, ainsi CIS 3932 (= Inv III, 22 ; fig. 2). Or tout dans ce texte prouve qu’on suit les traditions helléniques. Le nom du personnage honoré Iulius Aurelius Zénobios dit Zabdilah, n’est certes pas entièrement grec, mais son patronyme est précédé de δίς, ce qui signifie que son père portait le même nom que son grand-père, Μαλχος32. C’est une formulation tout à fait classique dans le monde des cités grecques à l’époque impériale. Ce personnage a exercé les plus hautes fonctions dans la colonie de Palmyre et le texte permet de reconstituer quelques étapes d’un véritable cursus honorum. Iulius Aurelius Zabdilah a été stratège de la colonie. C’est cette fonction qu’il exerce au moment de la visite de l’empereur Sévère Alexandre en 231. À cette occasion, il prête son aide aux troupes romaines qui passent dans la ville et à leur commandant Rutillius Crispinus. Il a été auparavant agoranome et a dépensé de grosses sommes pour la cité. Il s’est aussi conduit en bon citoyen (καλῶς πολειτευσάμενον) ce qui lui a valu de recevoir le témoignage du dieu Iarhibôl et du préfet du prétoire Iulius Priscus. Avec le nom même du personnage, cette mention du dieu Iarhibôl est le seul détail exotique du décret qui pour le reste est semblable à beaucoup de textes du monde grec.

24La construction syntaxique du décret ne pose aucun problème dans sa version grecque. Elle est tout à fait conforme à ce qu’on peut attendre. Il n’y a qu’une seule phrase, le verbe est sous-entendu. Le dédicant est au nominatif (ὴ βουλὴ καὶ ό δῆμος) et il est suivi d’une longue proposition à l’accusatif qui énumère les qualités de la personne honorée, après avoir donné son nom. La phrase se termine par le terme τὸν ϕιλόπατριν « patriote » qui vient indiquer le rapport du dédicant avec la personne honorée. L’expression τειμῆς χάριν (« en son honneur », « en marque d’honneur ») qui suit, vient résumer tout ce qui précède. La date du texte (242-243) clôt l’ensemble.

  • 33 Outre CIS 3932, on peut ajouter CIS 3914 (Inv IX. 25) : CIS 3923 (Inv IX. 8) ; CIS 3942 (Inv III, (...)

25Plusieurs textes honorifiques sont d’une longueur comparable. Ce ne sont pas seulement des décrets du Conseil et du Peuple, mais ils sont aussi le fait de caravaniers ou bien de simples particuliers33. Ils suivent généralement le schéma classique et présentent le grand intérêt de donner quelques détails plus ou moins précis sur la manière dont les notables de Palmyre menaient leurs carrières. On en sait ainsi un peu plus sur les raisons qui motivaient les honneurs reçus par ces gens. Mais le nombre de ces textes est néanmoins réduit, et la grande majorité des textes honorifiques ne donne qu’un minimum de renseignements sur les notables qui constituaient l’élite de la cité.

  • 34 Κ. Dukstra, 1995.
  • 35 En araméen. « byrḥ tšry šnt 200/ + 69’qym[w]kmry’ / dy bl šlm’ dnh Igrymy / br nbwzbd dy mn phd / (...)

26On trouve dans l’ouvrage de Klaas Dijkstra, Life and Loyalty, aux pages 335-343 (Appendix G)34, une liste chronologique complète des inscriptions honorifiques de Palmyre. Parmi elles, 118 comprennent les expressions lyqr (« en l’honneur de... ») ou ses équivalents grecs (comme τειμῆς χάριν, ou bien ἕνεκεν). Cinquante-trois autres n’emploient pas ces expressions, mais le contexte épigraphique et archéologique en assure le caractère honorifique : par exemple, Inv XI, 100, la plus ancienne inscription palmyrénienne datée (44 av. J.-C. ; fig. 3). Le bloc de pierre (base de statue ?) porte un court texte araméen qui. après la date, dit que « les prêtres de Bel ont dressé cette statue à grymy br nbwzbd (Goraîmî, fils de Nebûzabad) de la tribu des Benê Kohennabû (bny khnbw) »35. Même si le texte est laconique, il est tout à fait clair qu’il s’agit d’un texte honorifique qui commémore l’érection de la statue. Les textes honorifiques de Hatra emploient le même formulaire très simple. Comme à Palmyre, on est bien en peine de découvrir pour quelles raisons la statue a été dressée. De même, les relations entre les différents protagonistes restent mystérieuses. Mais d’autres textes, comme le suivant de la liste de K. Dijkstra (dans l’ordre chronologique : J. Cantineau, 1936, p. 268. n° 17), peuvent être plus explicites : dans ce cas, le don d’un autel et d’objets pour le culte permet d’expliquer qu’une statue ait été élevée par les prêtres de la déesse Hertâ.

  • 36 K. Dukstra, par ses remarques (1995. p. 335), reconnaît explicitement le caractère composite de ce (...)

27La distinction qu’établit K. Dijkstra entre les deux types de textes peut sembler en fait un peu arbitraire. Il place ainsi dans la catégorie des textes honorifiques qui ne comportent pas la fameuse formule, l’inscription Inv IX. 12. dans laquelle un certain Malikû, fils de Neshâ, est honoré par les trésoriers et le Peuple de Palmyre. Or le texte est fort clair, et explicite les raisons de l’érection de la statue, aussi bien en grec (εὐνοίας ἕνεκα, « en raison de son dévouement ») qu’en araméen (mn dy špr Ihwn, « parce qu’il leur a été agréable »). On peut d’ailleurs soupçonner que certains textes n’appartiennent à la seconde catégorie que parce qu’ils présentent des lacunes qui, ont fait disparaître la formule τειμῆς χάριν ou lyqrh. C’est le cas par exemple du texte Inv X, 62, très incomplet36.

  • 37 Voir dans l’index du vocabulaire honorifique en annexe II. On peut laisser de côté la formule μνήμ (...)

28De plus, une formule comme εὐνοίας ἕνεκα est très courante dans l’épigraphie honorifique grecque. À titre d’exemple, on la trouve dans les inscriptions IG XII, 9, nos 276-277 en Eubée (ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ εὐνοίας). La consultation de l’index des IG III2, 1 (inscriptions d’Athènes et de Γ Attique à l’époque romaine) est tout à fait révélatrice de cette extrême fréquence. C’est aussi l’expression utilisée à Arados, dans l’inscription IGLS VII. 4008, citée plus haut. On trouve concurremment à ces termes εὐχαριστείας ἕνεκεν (IG XII, 3. n° 273. ou à Palmyre CIS 3944 = Inv III, 16) ou d’autres formules encore37.

  • 38 La version araméenne du texte (un résumé) a été publiée plus récemment (DFD. p. 36).

29Ce serait une erreur d’en faire de simples équivalents. Chacune d’entre elles a sa propre signification et s’applique à des cas précis. Ainsi le texte publié par H. Ingholt. 1932. p. 279 (fig. 4), mentionne la valeur et le courage (ἀρετῆς καὶ ἀνδρείας ἕνεκεν) du personnage honoré (Aelius Bôrrâ, fils de Titus Aelius Ogeîlû)38. Ces qualificatifs s’appliquent tout à fait naturellement à un personnage qui a été stratège et a ramené la paix dans le territoire de la cité. On a également à deux reprises μεγαλοϕροσύνης ἕνεκεν (« en reconnaissance de sa noblesse », BS n°45 et M. Gawlikowski, 1973a. p. 100) et στοργὴς ἕνεκεν (« en marque d’affection ». M. Gawlikowski, 1985, p. 257, n° 13). Tous ces qualificatifs font partie du vocabulaire classique de l’éloge dans le monde grec et on n’aurait aucune difficulté à prouver que, de ce point de vue aussi. Palmyre fait partie d’une koinè culturelle qui comprend les cités grecques d’Asie Mineure.

  • 39 Autres exemples dans une autre région (Pamphylie orientale et Cilicie Trachée). G. E. Bean et T. B (...)

30Il faut néanmoins donner sa place à l’existence de modes locales. Sinon comment expliquer la fréquence de la formule τειμῆς χάριν à Palmyre, qui est seulement concurrencée par son équivalent τειμῆς ἕνεκεν, sans que la signification change (« en son honneur, en marque d’honneur »). Or cette expression n’est apparemment pas très courante dans le monde grec, les différents index des IG en font foi. Elle existe hors de Palmyre, mais il n’est pas inutile de rappeler que, dans le manuel d’épigraphie grecque de W. Larfeld (1914. p. 438-439), les huit exemples cités proviennent tous de Palmyre. On trouve pourtant la formule à Théra, par exemple, dans les textes IG XII, 3, nos 526, 527 et 52939. Là aussi, on peut remarquer que la formule est relativement rare dans ces îles, et qu’elle apparaît trois fois, au même endroit, sur des monuments apparentés.

31La formule apparaît aussi en Syrie, à Arados (IGLS VII, 4013), à Nicopolis, en Syrie du Nord (IGLS I, 167) ou à Doura (Prel. Rep. VII/VIII, n° 876). Mais il ne s’agit que de quelques exemples, face aux quelque soixante-dix attestations à Palmyre. On a certes un nombre réduit d’inscriptions honorifiques en Syrie, et la mode du mot τιμή peut être une caractéristique de Palmyre, à moins que ce ne soit, plus généralement, une expression assez courante dans l’ensemble de la Syrie romaine. On pourrait la considérer alors comme un trait sémitisant, avec tout ce que cela comporte d’incertitude. En tout cas, la présence si forte de ce type d’expression est à mettre en rapport avec le caractère résumé des inscriptions de Palmyre. En effet, une formule telle que celle-ci permet de réduire en deux mots tous les développements possibles sur les raisons pour lesquelles on a pu dresser la statue : simplement « en marque d’honneur ». La formule παντὶ τρόπῳ « en toute chose », qu’on retrouve à plusieurs reprises, a sans doute une fonction similaire.

  • 40 Ce sont, entre autres, les inscriptions CIS 4160. 4167. 4192, 4209, M. Gawlikowski, 1975. p. 130-1 (...)

32L’inscription Inv IX, 20, où manque la formule lyqr en araméen, est sans doute la trace d’un état primitif dans lequel les équivalences ne sont pas encore fixées. On peut à ce titre la rapprocher de Inv XI. 100. Qui, bien qu’antérieure d’un siècle, ne comporte pas non plus l’expression. Les textes CIS 3924 et 3925 ne l’ont pas non plus, ni dans une langue, ni dans l’autre. Ensuite, une fois le formulaire bien assimilé, il importait peu de savoir quelle était la langue première, on savait qu’il y aurait lyqr et en face τειμῆς χάριν, et on appliquait cette sorte de formule. Il est utile de faire quelques remarques linguistiques à ce sujet. Le terme araméen lyqr (« en l’honneur de », formé de la préposition l. « pour », et de yqr, « honneur », avec parfois le pronom personnel affixe : lyqrh « en son honneur ») reçoit en fait deux traductions différentes selon le contexte. En effet, dans les inscriptions funéraires, l’équivalent grec manque très souvent. Mais, on a plusieurs exemples40 où εἰς τειμὴν αὐτοῦ se trouve en face de lyqr, en fait une traduction littérale de l’expression. La traduction est τειμῆς χάριν dans le cas des inscriptions honorifiques : on a l’impression, cette fois, que le trajet est inverse, et que l’on a utilisé en araméen une formule courante, pour traduire l’expression grecque classique, présente dans l’ensemble du monde hellénisé. Pourtant l’apparente popularité à Palmyre du concept d’honneur a sans doute beaucoup fait pour le choix de ce mot, alors que des formules comme ἀρετῆς ou εὐνοίας ἕνεκα sont beaucoup plus courantes dans l’épigraphie grecque en général.

  • 41 Le formulaire est exactement le même que celui de la version araméenne de CIS 3928, de 155 de notr (...)

33On a pourtant un contre-exemple, avec l’inscription CIS 3948 (Inv III, 28). Ce texte, qui date de 193, fait l’équivalence entre lyqrh et εἰς τειμὴν αὐτοῦ, alors qu’il s’agit d’un texte honorifique. Cette dédicace de marchands venus de Spasinou Charax à leur synodiarque Taîmarsû, fils de Taîmê, est un texte dont la formulation est plutôt originale. Le texte araméen est en fait tout à fait conforme à ce qu’on peut attendre41, mais le texte grec s’éloigne de ce qu’on a l’habitude de trouver à Palmyre.

34Τòν ἀνδρ[ίαντα ἀ]νέστη[σαν Θαιμαρ]|σα Θαιμη τοῦ [Μο]κιμου τοῦ Γαρβα [συν]|οδιάρχḥ οί σὺν [αὐτῷ ἀ]ναβάντες [ἀπὸ]| Σπασίνου Χάρα[κος ἔμποροι ἀϕειδῆσαν|τι αὐτοῖς χρυσᾶ παλαιὰ δηνάρια| τριακόσια ἀναλωμάτων [καὶ ἀρέ]|σαντι αὐτοῖς εἰς τειμὴν αὐ[τοῦ]| καὶ Ιαδδαιου καὶ Ζαβδιβωλου υἱῶν| αὐτοῦ ἔτους δϕ Ξανδικοῦ

35« Les marchands qui sont montés avec lui depuis Spasinou Charax ont dressé cette statue à Taîmarsû, fils de Taîmê, fils de Moqîmû Garbâ, qui leur a épargné une dépense de trois cents deniers anciens et qui leur a été agréable, en son honneur et celui de Iaddaî et Zabdibôl, ses fils, l’année 504, en avril (avril 193). »

36Le mot qui signifie « statue » est au début du texte (comme dans la version araméenne), le verbe n’est pas sous-entendu, et surtout, le nom de la personne honorée est mis au datif, comme le prouve l’apposition [συν]οδιάρχη. On aurait pu attendre un génitif dépendant de τὸν ἀνδρίαντα, comme c’est le cas en araméen, et comme c’est le cas, en grec, dans le texte Inv X. 24.

  • 42 Même construction dans les textes CIS 3914 et 3924. Voir S. Reinach, 1885, p. 381 : « le datif du (...)
  • 43 W. Larfeld. 1914, p. 435, qui cite l’inscription OGIS 657, dédicace d’une statue à un empereur. Vo (...)
  • 44 Même si elle utilise le possessif dydh, un peu rare par ailleurs, mais bien attesté. L’article de (...)

37Si la construction avec le datif est bien attestée en grec42, elle n’est pourtant pas très courante pour les textes honorifiques. On peut bien sûr penser à une influence du latin : ce n’est sans doute pas un hasard si ce type de formulation apparaît en grec surtout à l’époque impériale43. Une inscription trilingue de Palmyre fournit d’ailleurs une bonne illustration de ce phénomène. La version latine du texte Inv X, 113 (août 174) porte le nom de la personne honorée au datif (L. Antonio Callistrato), comme il est normal dans cette langue et le nom du dédicant au nominatif (Galenus). Ce schéma est d’ailleurs repris trait pour trait en grec (Λ.’Aντωνίῳ Καλλίστράτῳ et Γαληνός). Il est remarquable aussi qu’apparemment les deux personnages ne sont pas de Palmyre, et que, pourtant, les deux textes sont accompagnés d’une version araméenne, d’ailleurs tout à fait correcte44.

  • 45 Même si la restitution de l’éditeur (J. Starcky) essaie de reproduire la rupture de construction d (...)

38Les autres exemples de dédicaces de statues, dans lesquelles le nom de l’honoré est au datif, sont sans doute le résultat d’une contamination des inscriptions honorifiques par le formulaire des inscriptions votives et funéraires. On a ainsi un cas curieux d’inscription qui mélange les cas grammaticaux. Dans Inv X, 115, le nom de la première personne honorée est à l’accusatif, après la mention du Conseil et du Peuple au nominatif. Mais la deuxième personne honorée, père de la première, voit son nom ajouté à la fin, au datif, alors que, grammaticalement, on attendrait que les deux soient au même cas, donc à l’accusatif. On ne sait s’il s’agit d’une erreur, ou d’un effet de style, pour mettre en relief l’ajout du deuxième personnage. Dans le texte araméen, la partie qui correspond à cette phrase a malheureusement disparu et rend toute comparaison impossible45.

  • 46 I. Prusias ad Hypium, n° 58 :’Αντωνίῳ | Θαλλῷ | Κλ. ‘Αρίστη | ἀνέστησεν.
  • 47 Cité par M. Guarducci, 1975, p. 96 : [Βα]σιλεῖ ‘Hρῶδει κυρίῳ Οβαισατος Σαοδου ἔθηκε τòν ἀνδριάντα (...)
  • 48 J. Marcadé, Recueil des signatures de sculpteurs grecs, I, 9 (= Choix d’inscriptions grecques. 196 (...)
  • 49 Un cas un peu particulier est fourni par le texte Inv IX. 22, dans lequel le nom du dédicant et ce (...)

39L’édition récente des inscriptions de Prusias ad Hypium46 donne deux exemples de cette indétermination entre les genres : dans les textes nos 58 et 59, classés parmi les textes honorifiques, le nom des personnes honorées est au datif. Or, comme le précise l’éditeur, les deux textes sont peut-être plutôt funéraires (c’est-à-dire qu’il les considère ainsi, sans doute justement à cause de ce datif). De même, on soupçonne que la dédicace au roi Hérode (OGIS 415), trouvée à Si’adans le Hawrân47, tient son datif de l’influence des inscriptions votives. Un texte célèbre, la dédicace de Gélon de Syracuse à l’Apollon delphique48, est un bon exemple de ce genre de textes, qui abondent dans le domaine religieux. D’ailleurs, c’est sur ce modèle qu’à Palmyre même, sont rédigées les nombreuses dédicaces au dieu anonyme (par exemple CIS 3994, 3998. 4003, 4031. etc.) ou encore la dédicace d’un sanctuaire aux dieux Bôl. Isis et Aphrodite, dieux ancestraux (DFD, p. 54). Il faudra revenir sur ces rapports ambigus à Palmyre entre les dédicaces religieuses et les inscriptions « simplement » honorifiques49.

  • 50 Ou bien parce que le formulaire de l’inscription suit ce qu’il y avait dans le décret, avec la men (...)
  • 51 Grand nombre d’exemples : à Selge. I. Selge, nos 15, 18 ; à Prusias, I. Prusias ad Hypium, n° 30 ; (...)

40Pourtant, il existe dans le monde grec des textes honorifiques qui précisent en toutes lettres que « le dédicant a érigé une statue en l’honneur d’un tel ». Ces textes n’utilisent pas le datif (pour qu’on ne les confonde pas avec des textes de caractère religieux ?50), mais contournent systématiquement la difficulté en séparant la formule en deux propositions indépendantes : « Le Conseil honore (avec le verbe souvent sous-entendu) un tel (accusatif). Il a érigé la statue (τòν ἀνδρίαντα ἀνέστησεν) »51. Si parfois un des terme est au datif, c’est plutôt le mot qui signifie statue. Dans les textes de Lycie, ΤΑΜ II, 15, 18-19, 289-290, le nom de la personne honorée est à l’accusatif, le verbe est ἐτείμησεν, et le mot statue est au datif.

41La présence de εις τειμὴν αὐτοῦ, à la fin du texte CIS 3948, est de la même manière assez explicable. Là encore, la raison est syntaxique. La statue est celle du père mais la fin du texte précise qu’il s’agit aussi d’un honneur rendu aux deux fils, Iaddaî et Zabdibôl. Il est facile en araméen de répéter lyqr pour exprimer cette notion une deuxième fois (lyqrh wlyqr ydy wzbdbwl, « en son honneur et en l’honneur de Iaddaî et Zabdibôl »), mais il n’est pas possible qu’une formule comme τειμῆς χάριν porte sur des personnages différents de celui qui est nommé au début du texte. Il a donc fallu remplacer la formule habituelle par une autre formule qui permettait une expression plus précise et plus conforme à ce qui était peut-être un original pensé en araméen.

3. LE VOCABULAIRE DE L’ÉLOGE

  • 52 CIS 3939 (Inv III, 10). On n’aurait pas de mal à trouver des parallèles, par exemple SEG 42, 1143 (...)
  • 53 Par exemple. CIS 3945 et 3946 (Inv III. 17 et 19).

42On peut aussi s’intéresser à l’expression des différents motifs qui justifient les honneurs reçus par les notables de Palmyre, la manière dont ces derniers sont qualifiés par les textes, et étudier le vocabulaire employé. On sait que le vocabulaire de l’éloge, sans être entièrement fixé, a des règles assez précises, à l’époque impériale. Le meilleur exemple en est la transformation, à partir du second siècle, de termes comme clarissime ou perfectissime en titres qui servaient à fixer le rang dans la société de leurs titulaires. De ce point de vue. Palmyre fonctionne comme le reste de l’Empire, et on retrouve ces titres dans les textes officiels. Ainsi, dans un texte daté de 262, on a l’expression « illustre colonie » (ὴ λαμπροτάτη κολωνεία) pour qualifier la cité52. De même, Odainat est appelé ò λαμπρότατος (« illustre »), terme qui est l’équivalent grec de « clarissinms » et s’applique aux personnages de rang sénatorial53.

  • 54 M. Sartre, 1996a, p. 396 : « Ce vocabulaire, tout entier emprunté aux traditions civiques grecques (...)

43Plus qu’une longue analyse, l’index du vocabulaire de l’éloge dans les inscriptions honorifiques de Palmyre montre que ce vocabulaire est très présent. Or ces textes vont du milieu du ier siècle jusqu’à la chute de Zénobie. Le vocabulaire utilisé est tout à fait conforme à ce qu’on peut attendre d’une cité grecque54. Un détail peut pourtant surprendre. On a à peu près cent cinquante inscriptions honorifiques grecques encore assez longues pour qu’on puisse en dire quelque chose. Mais le vocabulaire utilisé est étonnamment semblable, quelle que soit la période prise en compte. Certes, le genre ne se signale pas obligatoirement par une invention verbale débordante. Néanmoins, on remarque que les occurrences de certaines des formules sont particulièrement nombreuses.

  • 55 Mais l’adjectif ϕιλóτειµος signifie aussi « zélé », « généreux ». Il ne semble pas qu’à Palmyre, c (...)
  • 56 On peut citer cette remarque de L. Robert. HE 1968. 572. à propos de là notion d’εὐσεβεία : « tout (...)

44Le cas particulier de l’expression τειμῆς χάριν a été étudié plus haut. La formule est absente de l’index, car elle est trop fréquente. L’expression εὐσεβὴς καὶ ϕιλόπατρις καὶ ϕιλότειμος, elle aussi, est intéressante. Ces trois termes, tous ensemble ou combinés différemment, sont présents dans la plupart des inscriptions honorifiques plus ou moins développées. Il y a bien sûr des variations : on a par exemple ϕιλότειμος, ou bien le substantif abstrait ϕιλοτειμία, ou encore l’adverbe correspondant, ϕιλοτείμως. La signification de ces mots (« pieux », « qui aime sa patrie », « ami de la gloire »55) montre l’attachement des notables de Palmyre aux valeurs civiques courantes56. Mais il faut étudier aussi l’aspect résolument original de Palmyre, c’est-à-dire la présence, en parallèle, de versions araméennes, dont le sens est tout à fait semblable au grec.

  • 57 En Pamphylie, SEG 35. 1416 : εὐσεβῆ, ϕιλοπάτριδα.......... ϕιλοτείµως : à Sidé : G. E. Bean. 1965. (...)

45Toutes ces formules, sans être entièrement stéréotypées, donnent fortement l’impression d’être l’application de certains schémas types. Ce qui est, en fait, le plus curieux n’est pas l’utilisation de ces termes, mais leur présence dans les inscriptions de Palmyre à la quasi-exclusion de toutes les autres expressions. De plus, l’emploi de ces trois adjectifs dans la même inscription semble assez rare dans le reste du monde grec. À ma connaissance, c’est principalement dans le sud de l’Asie Mineure (Pamphylie, Pisidie) qu’on trouve quelques exemples de l’expression, ou bien des formules plus ou moins proches, mais avec une fréquence moindre qu’à Palmyre57.

46Le caractère stéréotypé du vocabulaire de la plupart des textes est sans doute une conséquence de leur aspect résumé. Si on étudie de plus près l’index (annexes II et III), et si on le compare par exemple à la liste des textes relativement développés (voir supra, en note), on remarque une forte corrélation entre les mots qui sortent de l’ordinaire et les textes que leurs auteurs ont pris la peine de faire inscrire de manière plus ou moins détaillée. Cela signifie que, si la plupart des textes sont assez courts et emploient un langage stéréotypé (avec toujours les mêmes termes), les Palmyréniens étaient capables de rédiger des décrets détaillés en employant un vocabulaire choisi. Il n’y a d’ailleurs rien d’étonnant à ce que les décrets longs soient plus précis.

47Peu de détails sont connus sur les conditions dans lesquelles la plupart des statues ont été dressées. Il est donc difficile d’en faire un commentaire. Il est clair pourtant que le choix de tel ou tel mot n’était pas arbitraire. Ainsi le texte CIS 3966 (= RSP n° 156) qualifie Shalamallat, fils de Iarhibôl, de εασεβής (« pieux ») : cela n’a rien d’étonnant pour une inscription dont les dédicants sont la déesse Allât et la tribu des Benê Mazîn. La version araméenne n’est pas exactement équivalente. On remarquera l’utilisation d’une proposition subordonnée, avec trois verbes (au moins), au lieu de l’emploi de substantifs par la langue grecque : bdyl dy qm’ wbn’ wqrb [...wšpr l]hn bkl gns klh « parce qu’il a entrepris, bâti et construit [...et les a favorisés] de toute manière » répond au grec εὐσεβῆ καὶ [ἀρέσ]αντα αὐτοῖς ἐν πολλοῖς πράγμασι, [ἔ]ν τε κτίμασιν καὶ ἀναθήμασιν, ἀναλώμασι τε οὐκ ὀλίγοις, « pieux et agréable à eux en beaucoup d’affaires, des constructions, des offrandes et des dépenses non négligeables ». La phrase utilise une tournure accumulative assez courante en grec et se sert de l’expression ούκ ὀλίγος, un euphémisme qui signifie évidemment « beaucoup, très nombreux ». On notera donc qu’il n’y a pas exacte équivalence et que chaque version respecte plus ou moins le génie de sa langue.

  • 58 Elle n’est pas dans les inscriptions publiées par Waddington, en dehors de Palmyre. Dans les diffé (...)
  • 59 À commencer par CIS 3923 daté de 51, mais aussi CIS 3930 ou 3933. Voir la liste des attestations d (...)

48Il est possible que la formule qui utilise le participe aoriste de ἀρέσκω ne soit pas tout à fait courante hors de Palmyre58. En ce lieu, elle répond généralement à l’araméen špr lh, comme on peut s’en rendre compte d’après les nombreux parallèles. Ils assurent la restitution de cette partie de la version araméenne59.

  • 60 Voir le tableau en annexe IV.

49Dans le texte CIS 3914 (Inv IX, 25), on retrouve les trois adjectifs dont on a parlé. Les deux premiers reçoivent une traduction périphrastique. Le premier (εὐσεβής) est traduit par dḥl ‘Ihy’ (« celui qui craint les dieux »), ce qui rend le concept d’εὐσεßεíα de manière peut-être un peu partielle. Φιλόπατρις a comme traduction rḥym mdyth (« celui qui aime sa ville »). C’est en fait la traduction canonique de ces termes en palmyrénien, qu’on retrouve dans les textes bilingues, du moins quand ils sont traduits60.

  • 61 PNO. p. 144, n° 2ter (édition du texte par J. Starcky et H. Ingholt).
  • 62 Sur ce sujet, voir le dossier d’inscriptions d’Aphrodisias réunies par J. Reynolds et R. Tannenbau (...)
  • 63 Il n’est pas traduit non plus quand il fait partie des titulatures impériales (CIS 3970 et Inv X. (...)

50La crainte des dieux est une notion qui n’est pas absente de la sensibilité religieuse de Palmyre. On peut citer un texte de la Palmyrène avec la phrase kl gbr dy ydḥl l’bgl (« tout homme qui craint Abgal »)61. L’expression elle-même est courante en syriaque, mais évidemment à une date plus tardive. On reconnaît aussi dans cette formule une des manières dont on nommait les païens attirés par le judaïsme au iiie siècle. Ils ne sont bien sûr pas εὐσεβείς, mais on les appelle θεοσεβείς, « craignant-Dieu »62. À Palmyre, on a des exemples du mot et de sa traduction depuis 74 (J. Cantineau, 1933, p. 175, n° 2b) et le texte CIS 3914 est la dernière attestation de l’équivalence. Ensuite, le mot n’est plus traduit (CIS 3952)63.

  • 64 On peut d’ailleurs faire la même remarque pour l’expression rḥym mdyth. Dans les textes unilingues (...)
  • 65 Ainsi en CIS 3930, par ἀρέσαντοκ τοῖς θεοῖς. Mais on a deux lignes plus haut l’équivalence dḥl ‘lh (...)

51Curieusement le terme dḥl ‘lhy’ est, à ma connaissance, absent des inscriptions unilingues. Les exemples comme Inv X, 62 sont discutables car la pierre qui porte le texte est fragmentaire et comportait sans doute aussi une partie en grec (de même sans doute pour Inv X, 76)64. Il est possible que cela tienne au hasard des découvertes épigraphiques. Au cas contraire, cela pourrait signifier que les inscriptions bilingues emploient une langue spéciale, qu’on pourrait appeler « le palmyrénien de version grecque ». En palmyrénien, dans les textes unilingues, on trouve en revanche la formule ...dy špr l’lhyhwn (« parce qu’il a plu à leurs dieux ») qui a sans doute la même signification (cf. CIS 3929 par exemple) et qui est traduite dans les bilingues par le verbe ἀρέσκω et le mot « dieux » au datif65. Il peut aussi sembler curieux que cette notion de piété n’apparaisse pas dans les nombreuses dédicaces à des divinités (voir par exemple CIS 3972-4108). Mais, il n’est sans doute pas de bon ton de se vanter de sa piété quand on s’adresse directement aux dieux. Le terme n’apparaît que dans des textes honorifiques. Les dédicants (et les rédacteurs) de ceux-ci sont en théorie différents des personnes honorées.

52La traduction de ϕιλόπατρις par rḥym mdyth est plus systématique ; on traduit ce terme en araméen dans pratiquement toutes ses occurrences dans les bilingues, sans doute à cause de son caractère de calque. Contrairement à dḥl ‘lh’, qui a peut-être une existence indépendante, il semble bien que rḥym mdyth soit uniquement un mot créé pour traduire, de la manière la plus exacte possible, un mot grec. Que la version première du texte soit en grec ou en araméen, l’on sait qu’on peut utiliser ce mot, qu’il le faut même dans certains cas, et l’on n’hésite pas. L’hésitation est plus compréhensible dans les cas d’utilisation de vocabulaire préexistant dans la langue. On a dans ces cas-là fréquemment plusieurs solutions qui se présentent à l’esprit, sans que l’une d’entre elles soit forcément la meilleure.

  • 66 Le dictionnaire abrégé de J. Payne-Smith, 1903, p. 263, donne le sens de « a little fortified town (...)
  • 67 J. Teixidor, 1983b, p. 309-311. Voir aussi, id., 1984. p. 59.

53Il subsiste aussi des traces d’une période où se met en place le système d’équivalence. Le texte Inv X, 39 exprime cette idée d’amour de la patrie, puisque la personne honorée, un secrétaire du Conseil, « a démontré tout son zèle pour les affaires de la cité » (πᾶσαν ϕιλοτει[μίαν] ἐνδειξάμ[εν]ον ἐν τοῖς τῆς πόλεος [sic !] [πρ]άγμασι). Le mot ϕιλόπατρις lui-même n’apparaît pas. Ce qui est curieux, c’est l’emploi dans le texte araméen d’une formule périphrastique différente, mais équivalente à celle utilisée habituellement : rḥym mḥwzh. On sait que le terme mḥwz signifie « cité »66 ou « port » ; J. Teixidor a élargi le sens de « port », « entrepôt », à celui de « centre douanier »67. Sous l’influence du mot latin équivalent portus qui signifie « entrepôt », il aurait été remplacé par le mot grec λιμήν, translittéré dans le Tarif (lmn’) et qui a la même signification.

  • 68 Par exemple G. W. Bowersock, 1987, p. 180-181. Voir F. Briquel-Chatonnet. 1995b. p. 124-126.

54Ce point de vue a été contesté et on préfère souvent en faire un simple équivalent de mdyth dans le sens de « ville »68. La proposition de J. Teixidor partait de l’analyse de ce texte (Inv X, 39), qui a la particularité de comporter aussi le mot mdyth, une ligne après mḥwz : Zabdilah, fils de Shamshigeram, « a été agréable à sa ville en toutes choses » (wbkl ṣ[b]w klh špr Imdyth). J. Starcky, dans sa traduction du texte (Inv X, p. 26), fait la différence entre « cité » (mḥwz) et « ville » (mdyth). Il est probable en effet que cette répétition a une signification précise, et que les deux termes ont chacun un sens spécialisé, mais on a peu d’indices.

  • 69 J. Cantineau. Inv IX. p. 21, traduit aussi par « cité ».
  • 70 Voir le tableau dans l’annexe IV.

55Le mot mḥwz apparaît dans un autre texte bilingue (Inv IX, 12), mais la version grecque est très résumée et ne donne pas d’équivalent69. C’est sans doute en pensant à l’opposition classique entre ἄστυ et πόλις que l’on a pu traduire les deux termes par « ville » et « cité ». Quant à savoir si cela correspond à l’idée des Palmyréniens qui ont eu à adapter des concepts gréco-romains, le problème reste posé. Le texte est daté de 75-76, mais l’on a une attestation plus ancienne de l’équivalence, qui devient courante ensuite, entre ϕιλόπατρις et rḥym mdyth (texte J. Cantineau, 1933, p. 175, n° 2b) ; il est plus ancien que Inv X, 39 d’un an, ce qui prouve que le système est à ce moment en cours de stabilisation. Plusieurs expressions se font concurrence, mais l’un des mots a fini par l’emporter et supplanter l’autre. C’est le terme le plus général qui est utilisé, et il faut noter que l’équivalence n’est pas complète puisque rḥym mdyth signifie proprement « qui aime sa ville » ; la notion de πατρίς, présente dans le composé grec, disparaît. Néanmoins cette création verbale permet de simplifier la tâche des rédacteurs d’inscriptions honorifiques, et l’on retrouve cette formule pendant presque deux siècles70.

56Le dernier exemple de la triple formule se trouve dans le texte CIS 3932, daté de 242-243. Pourtant, la construction de la fin de ce texte pose un léger problème de sens ; la signification générale est assez claire, tout comme la construction. Comme il arrive souvent à Palmyre, le texte grec commence par la mention des dédicants (Conseil et Peuple) avant d’énumérer à l’accusatif les qualités et les belles actions de la personne honorée. La liste s’achève par un mot qui résume sa personnalité et son rapport au dédicant (ici τὸν ϕιλόπατριν), suivi de la formule τειμῆς χάριν et de la date. Cela est fort normal, tout comme la version araméenne qui suit, elle aussi, un schéma classique (« statue de Zénobios Zabdilah » + liste de ses actions + proposition relative : « que lui ont fait le Conseil et le Peuple en son honneur + date »).

57On a en araméen à la fin de la liste de ses actions, mṭlkwt shd Ih yrḥbwl ‘lh’ w’p ywlys [prysqws rb’] dy sp’ wrḥym mdth (il a fait telle et telle chose « de telle sorte qu’il a reçu un témoignage du dieu Iarhibôl et aussi du préfet du prétoire Iulius Priscus et qui a aimé sa ville »), suivi de la proposition relative. Le sens ne fait pas difficulté, on remarquera seulement que rḥym mdth est un qualificatif qui peut dépendre du nom du personnage à la première ligne ou du verbe hw’ (« était », 3e personne du singulier accompli) à la ligne suivante, ce qui ne change pas le sens. C’est en grec que se trouve l’ambiguïté. Le texte est le suivant :

58ὼς διὰ ταῦτα μαρτυρηθῆναι ὑπὸ θεοῦ Ιαριβωλεου καὶ ὑπὸ ’Ιουλίου [Πρείσκου] τοῦ ἐξοχωτάτου ἐπάρχου τοῦ ἱεροῦ πραιτωρίου καὶ τῆς πατρίδος, τὸν ϕιλόπατριν

59« de telle sorte que, pour cela, il a reçu un témoignage du dieu Iarhibôl et de Iulius Priscus, très éminent préfet du prétoire sacré et de sa patrie (?), (lui qui est) patriote. »

  • 71 Pour autant qu’on puisse interpréter sa traduction « des deux textes combinés » ! La ponctuation d (...)

60On voit la difficulté qui s’élève, avec la présence d’un mot en plus qui est ἡ πατρίς. Si on suit la ponctuation du texte édité dans l’Inv III, 22, avec une virgule entre τῆς πατρίδος et τὸν ϕιλόπατριν, on peut comprendre, moyennant l’omission d’un troisième ὑπό par le lapicide, que Zénobios Zabdilah a aussi reçu un témoignage de sa patrie. C’est loin d’être impossible, il suffit de comparer avec le texte H. Ingholt, 1932, p. 278. On y remarque la même omission de ὑπό, puisqu’on a μαρτυρηθέντα ὑπό τε Ιαριβωλου τοῦ πατρίου θεοῦ καὶ τῶν ὴγησαμένων καὶ ὑπό τῆς πατρίδος « (dont les mérites) ont été reconnus par le dieu ancestral Iarhibôl et par les gouverneurs et par sa patrie ». La première préposition porte sur deux objets différents (le dieu et les gouverneurs), mais elle est répétée avant le troisième (la patrie). Pourtant J. Cantineau dans Inv III (p. 29) semble faire de πατρίς au génitif, le complément de nom de ϕιλόπατρις, c’est-à-dire une simple redondance et ne le traduit pas (« qui a aimé sa cité »). Il fait comme si le rédacteur n’avait pas vu que la formule périphrastique araméenne était un calque et avait éprouvé le besoin de répéter le mot, pour créer, en grec aussi, une formule en deux parties71. C’est aussi une possibilité, car on ne voit pas pourquoi le texte araméen n’aurait pas mentionné ce témoignage de la cité. Il n’est sans doute pas possible de trancher, bien que la première solution soit plus satisfaisante en grec et qu’une expression ò ϕιλόπατρις τῆς πατρίδος soit curieuse. Elle peut s’expliquer, me semble-t-il, par le désir de faire un calque grec de ce qui était déjà un calque en araméen ; on peut émettre l’hypothèse qu’on aurait essayé de « réveiller » une formule trop stéréotypée pour la rendre plus expressive.

  • 72 C’est d’ailleurs le mot utilisé par l’araméen pour traduire « clarissime » ou λαμπρότατος (voir CI (...)
  • 73 Pour autant que notre connaissance de l’araméen contemporain permette de le dire.

61Le dernier des trois adjectifs, ϕιλότειμος, est traduit par nhyr (« illustre, brillant ») dans CIS 391472. Mais dans ce cas, le texte grec aussi utilise une périphrase, ϕιλοτείμιοι ἐν πολλοῖς πράγμασι, ce qui est rendu par une traduction araméenne qui n’est pas tout à fait littérale, nhryn bmgdyhwn šgy’ [y’] : « illustres par de nombreux dons » (d’où sans doute « généreux »). Le texte araméen doit donner des explications, là où le grec utilise des expressions idiomatiques. Contrairement au texte CIS 3966 cité plus haut, l’araméen de CIS 3914 a recours à des calques, d’où peut-être le besoin d’expliquer des expressions ou des connotations un peu nouvelles73. Néanmoins, on remarque, en regardant les différentes traductions araméennes du mot et des termes de la même famille, qu’il existe plusieurs équivalents (voir plus bas sur l’adverbe ϕιλοτείμως). Il ne s’est apparemment jamais fixé de traduction qu’on aurait pu utiliser systématiquement. Cela peut être une conséquence de la polysémie du terme. Son emploi (la recherche des honneurs, mais aussi le zèle ou la générosité) est parfois de caractère assez général (« avec zèle »), et peut décrire non un comportement particulier, mais un état d’esprit. Ce sont d’ailleurs souvent les versions araméennes qui permettent de préciser dans quel sens le concept est utilisé.

  • 74 Le texte dit d’ailleurs : ἐν πολλοῖς πράγμασι, « en de nombreuses affaires ».

62On comprend que le Conseil et le Peuple dressent des statues de Iarhibôlâ, fils de Ogâ et de Awîdâ, fils d’Haddûdan, puisqu’ils ont fait construire les propylées du sanctuaire de Bel. Il s’agit du sanctuaire principal de la cité, et il est donc normal que ces deux bienfaiteurs soient qualifiés de εὐσεβείς καὶ ϕιλοπάτριδες, ce qui désigne bien une action ayant concouru à l’embellissement d’un sanctuaire civique. Le troisième terme (καὶ ϕιλοτείμιοι) est explicable dans ce contexte, car il s’agit visiblement de la motivation de leur action. Cette précision montre aussi le zèle des deux personnages envers la cité qui les remercie. Le qualificatif est d’ordre général74, alors que les deux premiers s’appliquaient particulièrement à l’action décrite dans les lignes 6-8 du texte.

  • 75 Mais contrairement à ce qu’écrit H. Seyrig, 1941b. p. 250, l’expression εὐσεβής καὶ ϕιλότειμος n’e (...)

63D’autre part, ces adjectifs apparaissent surtout dans des textes émanant du Conseil (et du Peuple). Cela n’a rien d’étonnant. En effet, le Conseil pouvait désigner qui était patriote ou qui ne l’était pas. De même la piété d’un notable envers les sanctuaires ou sa générosité pouvaient rejaillir sur la cité et motiver des remerciements de la part des autorités. Pourtant il y a quelques exceptions comme le texte Inv IX, 22 dans lequel un particulier, Aurelius Mareas, honore un militaire romain, en l’appelant « pieux et patriote » (εὐσεβὴς καὶ ϕιλόπατρις). Il n’apparaît pas que le dédicant soit un magistrat de la ville, on peut se demander alors à quel titre il honore ce Iulius Iulianus. Mais les exceptions sont plutôt rares et l’emploi des adjectifs de ce type est généralement réservé aux textes du Conseil75.

  • 76 Εὐσεβεῖς καὶ ϕιλοπάτριδας καὶ παντὶ τρόπῳ ϕιλοτείμως ἀρεσάντας τῇ πατρίδι καὶ τοῖς πατρίοις θεοῖς.

64Dans le texte CIS 3930 (Inν II, 2), la raison de l’honneur accordé à Aaîlamî, fils de Haîran et à son père, Haîran, fils de Moqîmû, reste inconnue. Le texte de l’inscription, quoique détaillé, reste vague76. Le mot qui décrit le zèle apparaît cette fois sous sa forme adverbiale (ϕιλοτείμως) et n’est donc pas sur le même plan que les deux autres qualificatifs habituels qui le précèdent. Là encore, on a l’impression que, des trois, c’est le plus général. Les deux personnages « ont été pieux et patriotes et agréables à la patrie et aux dieux ancestraux, avec zèle, de toutes les manières ». Ce qui est intéressant aussi, c’est l’impression de redondance donnée par le texte. Le mot « patrie » apparaît deux fois, dont une en composition. Comme cela se produit dans CIS 3932, il se peut que le composé ϕιλόπατρις et l’expression figée qui lui correspond en araméen aient perdu un peu de leur sens premier dans l’esprit des rédacteurs du décret. Ils seraient utilisés de manière pratiquement automatique, sans qu’on leur prête beaucoup de sens, simplement parce que ce sont des choses courantes dans les décrets honorifiques, surtout quand il y a aussi εὐσεβής et ϕιλοτείμως.

65Mais il est possible que deux choses différentes soient décrites par cette répétition. On constate d’ailleurs que ἀρέσαντας τῇ πατρίδι correspond en araméen à šprw Ihwn « ils les (c’est-à-dire le Conseil et le Peuple, sujet de la principale) ont favorisés ». Ils ont pu agir en faveur de leur patrie de manière générale, et, plus particulièrement, faire quelque chose qui leur a apporté les faveurs du Conseil. De toute façon, il est inutile de chercher à tout expliquer, car les décrets sont résumés ; les allusions, qui avaient un sens pour les contemporains, l’ont perdu de manière presque irrémédiable dix-neuf siècles plus tard.

  • 77 Traduction J. Cantineau, Inv II, p. 24. La « traduction des deux textes combinés » est ici plutôt (...)

66La piété est présente explicitement, par l’utilisation de l’adjectif lui-même (εὐσεβεῖς), mais aussi, parce qu’il s’agit bien de cela, quand on se rend agréable aux dieux. Les deux adjectifs sont traduits de la manière habituelle : rḥymy mdythwn et dḥly ‘Ihy’, mais l’adverbe ϕιλοτείμως disparaît à la traduction : « parce qu’ils les ont favorisés, eux et leurs dieux, en toute chose »77.

67La triple expression apparaît aussi dans les textes grecs de bilingues, sans être traduite en araméen. L’inscription de la Colonnade transversale CIS 3952 (Inv V, 3) est un troisième exemple de cette formule. Le texte date de mars 179, soit seulement quatre ans après CIS 3914, mais, cette fois, les trois adjectifs ne sont pas traduits en palmyrénien. Le texte sémitique est en fait beaucoup plus précis. L’impression qui se dégage est qu’on a utilisé des formules grecques courantes pour faciliter le travail du lapicide ou du scribe.

  • 78 Voir J. Cantineau, Inv V. p. 18-19.
  • 79 Le mot knwn’ est traduit par « brûle-parfum » dans J. Cantineau, Inv V. p. 8-9. Le texte araméen d (...)

68Les exemples cités précédemment indiquent que εὐσεβής n’est probablement pas là par hasard. Shoraîkô, fils de Haîran, a accompli certaines actions en rapport avec un sanctuaire. La Colonnade transversale est d’ailleurs souvent qualifiée de monument religieux78, ce qui correspond bien à l’adjectif εὐσεβής. On voit que l’explication est vraiment limitée. On aurait quelques difficultés à aller plus loin, si on n’avait pas le texte sémitique : celui-ci est beaucoup plus clair, puisqu’il précise que Shoraîkô a fait construire sept colonnes du portique et leur ornementation, ainsi qu’un pyrée79, objet sans doute cultuel. Par comparaison avec d’autres textes, les deux versions combinées ici permettent de mieux comprendre ce qui se dissimule derrière des éloges qui paraissent parfois bien obscurs.

69En fait, un terme comme ϕιλοτείμως avait pour les rédacteurs de textes honorifiques le même genre d’utilité que l’expression τειμῆς χάριν. Il permettait de résumer et d’englober un certain nombre de connotations qu’il aurait parfois été difficile d’exprimer de manière précise.

  • 80 Voir dans l’index, s.v., les textes de l’Inv X.

70Le texte CIS 3952 éclaire certaines inscriptions qui comportent le mot εὐσεβής, mais qui proviennent de l’agora, monument laïc, s’il en est80. Le domaine religieux et la vie civique ne sont pas séparés, comme dans le reste du monde antique, d’ailleurs. La cité, le Conseil peuvent honorer un bienfaiteur dont l’œuvre a principalement concerné les sanctuaires de la cité. Il est néanmoins sans doute illusoire de vouloir trouver à tout prix une signification précise à toutes les occurrences du terme. Il fait partie du vocabulaire de l’éloge, et une personne honorée se doit d’être pieuse.

71De la même manière, Zénobie est appelée ἡ λαμπρoτατη εὐσεβὴς βασίλισσα (« la reine très illustre et pieuse ») dans le texte CIS 3947 (Inv III, 20). La présence de ce terme n’a sans doute rien à voir avec un geste de la reine en faveur d’un sanctuaire de Palmyre, mais il s’agit bien évidemment d’une adaptation des qualificatifs présents dans certaines titulatures impériales : pius en latin qui devient εὐσεβής en grec. Il suffit de renvoyer aux dédicaces impériales de Palmyre, comme le texte CIS 3970. Sans être lié à un événement précis, l’adjectif est la manifestation d’un état d’esprit général qui serait celui de la reine.

  • 81 « Pour ces raisons, la patrie le remercia en lui votant les honneurs qui lui revenaient, une statu (...)

72À l’opposé de ces mots très courants, on trouve par exemple le mot ἀνδρεία qui signifie « courage ». Il n’apparaît que dans deux textes de Palmyre (Inv X, 44 et H. Ingholt, 1932, p. 278). Il sert à qualifier Ogeîlû, fils de Maqqaî, dans le premier texte, et, en particulier sa vaillance, lors de ses stratégies contre les nomades (δι ‘ἀρετὴν πᾶσαν καὶ ἀνδρείαν). Il est fait allusion à des événements du même type pour Aelius Bôrrâ, dans le second texte. Il est curieux que le terme y apparaisse à trois reprises, comme pour mieux souligner la valeur et le courage de la personne honorée : « ayant montré tout son courage et son activité » (πολλὴν ἀνδρείαν καὶ σπουδὴν ἐνδειξάμενον), « conservant ce courage et cette valeur » (τὴν αὐτὴν ἀνδρείαν καὶ ἀρετὴν σώσαντα), et enfin « en raison de sa valeur et de son courage » (ἀρετῆς καὶ ἀνδρείας ἕνεκεν). On ne peut qu’être surpris de la répétition de ce terme, au demeurant si rare dans les inscriptions de Palmyre. Curieusement, la version palmyrénienne (DFD, p. 37) ne donne pas l’équivalent de cette formule récurrente du grec. Le texte sémitique est beaucoup plus court et seule la formule l’’ḥ[y]s npšh (« il n’a pas épargné son âme », trad. J. T. Milik, ce qui équivaut à « il a payé de sa personne » ?) permet de penser que le rédacteur de la partie araméenne a tenté de rendre un peu des développements du grec. Ce dernier est remarquablement détaillé, même si le début manque sur ce fragment de colonne. La rédaction du texte est assez soignée et certains passages sont tout à fait dignes des cités grecques d’Asie Mineure. Il suffit pour s’en rendre compte de citer les lignes 10-12 : ...ἐϕ’οἷς ἀμειβομένη αὐτόν ἡ πατρίς τὰς πρέπουσας αὐτῷ τειμὰς ἐψηφίσατο ἔφιππον ἀνδριάντα...81.

  • 82 « pour la bienveillance et l’empressement qu’il a montré à l’égard des commerçants » (trad. J. Sta (...)
  • 83 Pour la correction ‘št<k>ḥ. voir aussi DFD. p. 311. D. Hillers (PAT. p. 366-367) propose de corrige (...)
  • 84 Remarquer seulement la traduction de (κατεσπο]ύδασεν εἰς τήν [κτίσιν τ]οῦ ναοῦ Βηλου par qm wšmš b (...)

73La même remarque est valable pour d’autres textes, qui ne sont pas forcément très longs : la formule εὐνοίας καὶ σπου[δῆς ἕνεκεν ἧς ἐ]νδέδεικται πρὸς [τοὺς ἐμπό]ρους du texte Inv Χ, 127 (septembre 86) est moins convenue qu’à l’habitude82. Elle correspond en araméen à une formule assez difficile que J. Starcky (Inv X. p. 79-80) transcrit et traduit ainsi Iḥšbn ḥpywt’ wḥš’ ṭb[‘] dy ‘št<k>ḥ lh lwt tgry’, « pour la protection et la bienveillance qui a été constatée en lui à l’égard des commerçants »83. La comparaison des deux versions semble indiquer que le grec a été calqué en araméen. Dans cette langue, la plupart des mots utilisés pour le texte sont des hapax84.

74La restitution des deux lignes précédentes est discutable (Ιαρ[αιον Ζαβδιλα ϕιλόπατριν καὶ ϕιλότειμ]ον). En effet, il est possible que le texte palmyrénien ne soit pas tout à fait identique au grec et ne répète pas la formule ; néanmoins, on attendrait plutôt à cet endroit du texte grec le nom du grand-père. La première ligne sur le listel était peut-être plus longue que la suite du texte, il est néanmoins fort probable qu’il n’y ait eu au maximum qu’un seul de ces deux adjectifs. Le ν qui permet à l’éditeur la restitution [ϕιλότειμ]ον est sûr, alors qu’on préférerait un υ pour l’éventuel génitif d’un patronyme, mais cela ne fait que restreindre le champ des possibilités sans le clore (surnom, titre honorifique, nom de fonction civique ?).

  • 85 Curieusement un type de textes qui a connu une grande popularité dans tout le monde grec est presq (...)
  • 86 On la trouve pourtant, en particulier pour les énumérations de statues : J. Cantineau, 1936, p. 27 (...)
  • 87 CIS 3923, 3932, 3942, .3959 et 3966 ; H. Ingholt, 1932, p. 278 ; Inv X, 115.

75Le reste des textes de Palmyre est souvent plus terne85. Un détail en particulier montre l’écart qui existe avec d’autres régions plus profondément hellénisées. Sans être jamais incorrect, le grec de Palmyre ne fait qu’un usage modéré des particules, spécialement dans les énumérations. Le texte CIS 3942, par exemple, se contente d’une énumération scandée par καί...καί, ce qui est, certes, classique. Les balancements μέν.,.δέ, si typiques du grec n’apparaissent qu’à une seule reprise dans l’épigraphie de Palmyre, aux lignes 18 et suivantes du texte BS n° 45. Même dans les énumérations, qui sont nombreuses, la simple utilisation de la particule δέ est assez rare86. On comprend son absence dans les textes très courts, elle est plus étonnante dans les inscriptions détaillées. De même, sa présence dans le texte publié par H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 34, est surprenante, car on se demande pourquoi δέ n’apparaît qu’une seule fois, alors que l’énumération comporte quatre éléments. Mais il ne s’agit que d’un point de détail. Au contraire, la formule courante, τε...καί est assez fréquente à Palmyre87.

76Ces remarques de vocabulaire peuvent s’achever par une remarque sur le faible nombre des adverbes. Certes, des mots comme άγνως, ἐπισήμως, ἐπιμηλώς, γνησίως, λαμπρῶς, ἐνδόξως, καλῶς ou encore ϕιλοτείμως sont présents, mais, semble-t-il, avec une fréquence moindre que dans les textes du monde grec plus traditionnel (Egée ou Asie Mineure), ou pour être plus précis, ils apparaissent seulement dans un nombre limité de textes.

  • 88 DFD. p. 314-315.

77On peut citer, à ce propos, une remarque stylistique de J. T. Milik, qui concerne ces adverbes et leurs traductions. Quand les adverbes vont par paire, il note une inversion systématique des termes grecs et de leurs correspondants sémitiques88. Il cite l’expression λαμπροῶς καὶ ἐνδόξως (« avec éclat et gloire ») de Inv X, 44, rendue par šbyḥyt wnhwryt « avec gloire et éclat ». Il ajoute ἁγνῶς καὶ ἐπισήμως d’Inv X, 55 et άγνῶς καὶ ἐπιμελῶς d’Inv Χ, 85 qu’il oppose à une expression composée d’un adverbe suivi de wbdkyw (« et avec pureté », donc l’équivalent de άγνῶς) qu’il veut restituer dans le texte J. Cantineau, 1933, p. 176-177, n° 3, 1. 5. Il croit reconnaître le même phénomène (DFD, p. 33) dans un texte qu’il reconstitue avec plusieurs fragments (Inv X, 91 et 95, J. Cantineau, 1933, p. 187-188, n° 10) : [πάση προθυμία] καὶ πάση σπουδῆ du grec correspondrait à [bkl ḥpyw] wšky. L’inconvénient de cette théorie, on le voit, est qu’elle ne repose que sur un seul exemple formel et que toutes les autres occurrences qu’il cite ne s’appuient que sur des restitutions, parfois un peu aventureuses.

  • 89 On peut noter en passant que le texte CIS 3930 fournit un exemple de cette inversion, mais dans le (...)

78L’utilisation des adverbes est classique en épigraphie grecque, il est donc probable que l’usage est passé de là en araméen épigraphique89. Mais il serait aventureux d’en tirer des conclusions dans le cas de chaque texte en particulier. On utilisait des adverbes en grec, la pratique en est passée en araméen ; cela ne signifie pas que chaque adverbe araméen correspond à la traduction d’un adverbe grec, mais plutôt qu’on savait qu’il fallait des adverbes pour rédiger un texte honorifique.

  • 90 H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 38.

79La traduction des adverbes n’est pas systématique et il arrive souvent que les lacunes des textes ne permettent pas de prolonger l’étude (voir le tableau des traductions à propos de ϕιλοτείμως). L’adverbe ἐπισήμως par exemple apparaît dans plusieurs textes unilingues (Inv IX, 24 ; Inv X, 55). Dans Inv X, 115, ἐπισήμως καὶ ϕιλοτείμως devient dy špr lhwn wḥsr lhwn « parce qu’il leur a été agréable et a fait des dépenses pour eux », ce qui éloigne du sens premier de l’adverbe ἐπισήμως. Dans le texte p. 34 de H. J. W. Drijvers 1995a, bydy’ w[t’] traduit le même adverbe. Le mot araméen signifie « avec science » et il est probable que H. J. W. Drijvers a raison de noter le caractère étrange de la formule npq bydy’ w[t’] « il sortit avec science » pour traduire le grec προώρμησεν ἐπισήμως90. Il s’agit clairement d’un calque du grec, mais l’inscription Inv X, 115 prouve que les inscriptions araméennes n’avaient pas que ce moyen de traduire les textes grecs, parfois au détriment de la précision. Le dernier exemple, καλώς traduit par škytyt, « calmement », dans le texte CIS 3932, prouve que l’araméen au contraire était peut-être plus précis. Le sens de l’adverbe araméen est si curieux que l’on a parfois voulu corriger le texte. Il semble bien que, dans ce cas-là, il s’agisse non d’une erreur, mais d’une difficulté d’adaptation d’un adverbe de sens très général comme καλῶς. Καλῶς πολειτευσάμενος devient dbr ‘mrh škytyt (« il a conduit sa vie avec calme »). L’adverbe araméen pourrait être en fait une glose du texte grec et décrire la manière dont le personnage a mené sa carrière (sans à-coup ?).

  • 91 Voir annexe XII.
  • 92 L. Robert, 1977. p. 1-39. Voir M. Sartre, 1995, p. 261-270 avec un bilan pour l’Asie Mineure et pl (...)

80La cité semble isolée au fond du désert syrien. À part un Nabatéen (CIS 3973), des soldats et fonctionnaires romains, et quelques autres91, la ville n’a pas livré beaucoup de traces d’étrangers. On trouve encore moins de preuves de rapports avec d’autres cités. Or ces relations entre cités, qu’elles soient d’amitié ou de rivalité, forment une partie de la substance de la vie civique en Anatolie. Il suffit de penser à la rivalité entre Nicomédie et Nicée étudiée par L. Robert dans un article devenu classique92. On connaît un homme originaire de Beyrouth, mais ce n’est justement pas une cité grecque, puisque la ville est colonie romaine. On connaît aussi les rapports anciens de Palmyre avec une Séleucie (du Tigre ?), dont le nom même est une preuve de l’hellénisation (CIS 3924 = Inv IX, 6a). Mais ce texte date des premières années de la cité de Palmyre, il lui est même sans doute antérieur. Il ne fait en tout cas aucune allusion à des rapports possibles entre cités.

81C’est seulement avec Antioche que se tissent peut-être des liens de ce genre, puisqu’en juillet 161, un bouleute d’Antioche, par ailleurs fonctionnaire du quart, Marcus Aemilius Marcianus Asklépiadès est honoré par une caravane. On ne sait pas à quel titre il est honoré, mais il est une des seules preuves de rapports entre Palmyre et Antioche pendant les trois siècles étudiés.

82Cet isolement de Palmyre est visible par l’absence de concours, mais aussi par l’absence de concurrents palmyréniens dans les concours organisés par les autres cités du monde grec. Le monde du spectacle et des concours ne reçoit pas beaucoup d’attestations à Palmyre. Certes, il y a un théâtre, mais il est difficile de penser qu’il n’ait pas été réservé à une élite. Il est en effet de taille trop réduite pour avoir pu contenir une grande partie de la population.

  • 93 Inv X, 38 (131 apr. J.-C), mais aussi dans des inscriptions découvertes ailleurs en Syrie (Wadding (...)

83De manière générale, il semble que le vocabulaire de la compétition soit absent des inscriptions de Palmyre, que ce soit pour un individu ou pour toute la communauté. Les qualificatifs élogieux qui accompagnent souvent les noms des cités grecques sont ici absents. Or les titres dont se vantent les cités d’Asie Mineure sont tous porteurs d’avantages concrets. Faut-il croire qu’on les passe sous silence à Palmyre ? Sans doute pas, mais il faut plutôt conclure que Palmyre n’a connu qu’un titre, celui de Métrokolônia. Néanmoins l’utilisation de l’ethnique ‘Αδριανὸς Παλμυρηνός93 prouve qu’on attachait quand même une certaine importance aux appellations honorifiques, au moins d’origine impériale. Mais comme le rappelle M. Sartre (1996a, p. 393), il serait fort étonnant que, si Palmyre était devenue au même moment une cité libre, elle n’ait pas fait état de cette qualité sur les documents officiels.

84C’est peut-être en raison du contexte particulier dans lequel se trouve la cité, qu’elle n’a jamais eu de relations suivies avec d’autres cités. C’est justement la proximité et le nombre élevé de cités de taille approximativement semblables qui fait la particularité de l’Asie Mineure. Cette concurrence proche a peut-être manqué à Palmyre pour pouvoir participer à la compétition et à l’agôn si caractéristiques du monde grec.

85On s’intéressera de plus près aux raisons pour lesquelles des honneurs sont décernés à des citoyens dans le chapitre sur l’évergétisme (chapitre IV). On peut se contenter, pour l’instant, de quelques remarques sur la forme que prennent ces honneurs. Il s’agit toujours de statues ou de récompenses honorifiques, telle la proèdrie, mais on ne retrouve pas les couronnes caractéristiques du monde grec. Seules les mentions d’un rapport favorable fait par un dieu, un gouverneur ou même l’empereur sortent de cette norme étroite. On peut penser que ces statues sont ce qui pouvaient le mieux correspondre à un goût local et à des traditions dans lesquelles l’offrande de statue était une pratique connue.

86Au total, on est partagé entre deux sentiments. D’un côté, on peut considérer qu’à cause du faible nombre des textes longs, Palmyre ne présente qu’un vernis superficiel d’hellénisme, et que le grec qui y était écrit n’utilise que des formules stéréotypées, vides de toute substance.

87D’un autre côté, cet aspect se justifie assez bien si on prend en compte le caractère fortement résumé de cette épigraphie. Il faut dire l’essentiel et l’on ne peut se perdre dans les détails, mais, en même temps, le texte ne doit pas donner moins de qualificatifs à la personne honorée qu’à celle honorée par la statue voisine. Il existe un formulaire, et il est suivi par ces gens dont le grec n’est pas la langue natale. Il reflète ce qui semblait important aux notables de Palmyre : piété, patriotisme, générosité... Ces qualificatifs rentrent tout à fait dans la liste de ce qui comptait pour les notables du monde gréco-romain. De plus, les exemples de textes développés prouvent que le grec écrit à Palmyre est tout à fait digne de ses contemporains des cités grecques situées plus à l’ouest.

B. LE BILINGUISME OFFICIEL

88L’aspect le plus original de Palmyre quand on l’observe du point de vue de l’historien de Rome est le bilinguisme officiel de la cité, jusqu’à la fin du iiie siècle. Il n’est pas la marque d’une éventuelle réaction anti-romaine, mais il est constitutif de l’identité de la cité. La langue et l’écriture araméennes sont utilisées avant l’arrivée de Rome, d’abord seules puis en concurrence avec le grec. Celui-ci prend certes beaucoup d’importance au iie siècle, mais sans jamais remplacer totalement l’araméen. Même à cette époque, on trouve toujours des inscriptions entièrement en araméen dans le domaine public. Certes, on distingue avec raison l’épigraphie privée principalement funéraire et religieuse (dédicaces au dieu anonyme en particulier), qui serait majoritairement araméenne, de l’épigraphie civique, surtout bilingue.

89Le schéma est sans aucun doute assez vrai dans l’ensemble. Mais comme tout schéma, il a l’inconvénient de dissimuler une foule de nuances. Il est intéressant justement d’essayer de comprendre comment fonctionnait ce bilinguisme et quelles étaient les nuances qui faisaient préférer, dans certains cas, l’emploi du grec, et dans d’autres, celui de l’araméen.

  • 94 J. Cantineau, 1935, p. 5. 11 faut toutefois souligner la prudence de J. Cantineau, qui rappelle la (...)
  • 95 H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 31 -42 ; par exemple, p. 38 : « The Aramaic is a litteral translation (...)

90J. Cantineau a exposé sa théorie dans sa Grammaire du palmyrénien épigraphique. Il y eut apparemment une évolution : le grec était plus rare au Ier siècle et était souvent un résumé du palmyrénien ; c’est ce dernier qui était le résumé du premier à partir du iie siècle94. Il faut pourtant bien souligner qu’à toutes les époques, on a des textes dont le contenu est le même dans les deux langues, et qu’il est souvent bien difficile de savoir quelle est la langue originale (par exemple CIS 3925 de 17, CIS 3931 de 139, ou CIS 3936 de 257). Dans un article récent, H. J. W. Drijvers est revenu sur ce thème et a étudié les techniques de traduction, en s’intéressant en particulier aux inscriptions honorifiques. Selon lui, il est clair que les versions palmyréniennes sont des essais de traduction littérale des textes grecs, qui essaieraient de rendre au mieux les différentes tournures idiomatiques. Cela aurait pour conséquence de forcer la syntaxe et le vocabulaire correct en araméen et aboutirait à des formulations parfois incorrectes95.

  • 96 On verra au chapitre II pour l’onomastique le même genre de phénomène : on connaît trop mal l’aram (...)

91Cette théorie est peut-être convaincante pour certains des exemples cités par l’auteur (voir plus haut), mais ne tient pas compte du fait qu’on connaît beaucoup mieux la syntaxe du grec que celle de l’araméen : certaines formules idiomatiques peuvent sembler bizarres ou grammaticalement incorrectes, simplement parce qu’elles ne sont pas attestées dans le corpus de l’araméen connu à l’heure actuelle96

  • 97 Brock, 1979, p. 69-87 : Ή βουλὴ καì ó δῆμος Μαλιχον Ουαβαλλαθαου τοῠ Μανναιου τειμῆς χάριν et ṣlm’ (...)

92D’autre part, les Palmyréniens qui ont rédigé les textes grecs savaient cette langue, mais cette connaissance avait parfois des limites. C’est ce qu’on a essayé de montrer plus haut en mettant l’accent sur le caractère très stéréotypé du vocabulaire employé dans la plupart des cas. De grands pans du vocabulaire honorifique grec n’apparaissent presque pas dans l’épigraphie de Palmyre. Le vocabulaire qui apparaît a été en grande partie intégré par divers procédés (calque, traduction...) au vocabulaire araméen. Mais cela ne signifie pas que les textes eux-mêmes soient des calques. On a très bien pu utiliser des mots pris au grec pour rédiger des décrets en araméen, avant de procéder à une sorte de rétroversion pour obtenir un texte grec. Sauf dans le cas d’exceptions flagrantes, c’est plus le contenu que la forme qui doit guider quand on veut tenter d’identifier la langue originale. De plus, la relative brièveté de la plupart des textes empêche souvent de savoir quelle dédicace est le résumé de l’autre. La position la plus mesurée est celle de S. Brock. Il montre la difficulté de reconnaître le texte original en prenant l’exemple du texte CIS 3921. Dans les deux versions, le contenu est identique (à l’exception de la date pourtant) mais la phraséologie est différente97

  • 98 Le terme « officiel » lui-même appellerait un commentaire, en particulier à cause du nombre de tex (...)
  • 99 F. Millar. 1990. p. 42 ; 1993. p. 327 et 1995, p. 409 et 414.

93Il est néanmoins difficile de donner un traitement entièrement cohérent du bilinguisme de Palmyre, même si on en reste aux documents officiels98. Comme l’a rappelé à plusieurs reprises F. Millar, Palmyre offre pratiquement la seule image d’une cité qui était à la fois sémitique, grecque et aussi romaine, au moins à l’époque de la colonie. Mais les langues d’expression de cette triple culture étaient seulement l’araméen et le grec, et les quelques textes latins connus sont tous antérieurs au changement de statut de la ville99. Les cas de figure sont très différents selon les contextes, les époques et sans doute les personnalités des dédicants et des gens honorés.

1. LE LATIN À PALMYRE

  • 100 Voir dernièrement sur ces textes, F. Millar, 1995, p. 409-414 ; il faut ajouter deux textes aux ci (...)
  • 101 Comme le texte publié par H. Seyrig, 1933a, p. 164, n° 8 : il commémore l’établissement d’un champ (...)

94La question du trilinguisme100 et de l’utilisation du latin est plus simple car l’épigraphie latine de Palmyre compte un peu moins de quarante textes, certains extrêmement fragmentaires (voir tableau en annexe VII). Le groupe le plus important est constitué par des textes qui sont à mettre en rapport avec la garnison de Palmyre : ce sont principalement les épitaphes de militaires et de gens qui en dépendaient. On les a retrouvées surtout dans la nécropole nord de la ville ; il faut ajouter à ce groupe les textes militaires proprement dits101 et les dédicaces impériales latines qui sont le fait de militaires romains. On regroupera aussi un certain nombre de dédicaces de construction, assez difficilement étudiables (les quatre derniers textes du tableau).

  • 102 Voir H. Seyrig, 1941b. p. 236-240.
  • 103 DFD, p. 245 ; sur celle famille et ce Saturninus, voir chapitre VI.
  • 104 Ce sont les textes Inv X. I. 81. 99. 108. 117. 125 et 128. Le texte Inv X. 79 est une dédicace à u (...)

95Il reste en fait un petit nombre d’inscriptions honorifiques en latin (les cinq premières du tableau), qui en général font intervenir des notables de Palmyre. Il est remarquable que quatre de ces textes aient été retrouvés dans l’agora. On reviendra plus loin sur le premier de la liste, après quelques remarques rapides. Le seul texte bilingue latin-araméen (CIS 3962 = Inv X, 17) est une dédicace honorifique à un centurion de l’armée romaine, qui se trouvait en garnison en Syrie, et qui avait dû avoir affaire aux Palmyréniens aux alentours de l’Euphrate102. Le même personnage a reçu une autre dédicace (Inv X, 22), en latin seulement. Les deux dédicants sont des Palmyréniens, un certain Saturninus-Elahbel dans le premier cas, et un certain Taimi... dans le deuxième. Saturninus appartient peut-être à la grande famille d’Elahbel103, et la lacune est trop importante pour qu’on puisse identifier le second personnage. D’après le lieu de découverte (agora) il est probable que la dédicace Inv X, 25 à un préfet de cohorte a été elle aussi faite par un Palmyrénien. Quelques textes grecs du même endroit présentent un cas de figure identique (dédicace à un militaire par un Palmyrénien)104.

  • 105 H. Seyrig, 1941b. p. 263-266.
  • 106 Kh. AS’AD et J. Teixidor, 1985a. p. 279, n° 9.
  • 107 Voir Kh. AS’AD et J. Teixidor, 1985a, p. 279-280 ; dernièrement une nouvelle attestation du terme (...)
  • 108 Les autres exemples sont le texte Inv XII, 39 (dédicace à Aglibôl et Malakbel) et le texte publié (...)

96Le seul texte de l’agora qui soit trilingue (Inv X, 113) est une dédicace à un publicain par son agent (πραγματευτής ou actor), en 174. Les deux personnages portent des noms gréco-latins (Lucius Antonius Kallistratos et Galenus). Le publicain est citoyen romain, originaire de la partie grecque de l’Empire et appartient sans doute au même milieu social que son collègue Marcus Aemilius Marcianus Asklépiadès, bouleute d’Antioche et publicain (Inv X, 29)105. Son agent, Galenus, est sans doute un affranchi. Un autre texte trilingue, quoique lacunaire, semble mentionner le même personnage, puisque le texte grec porte le prénom Λούκιoς et qu’on a le nom ‘nṭnys q[...]en araméen, qu’on peut aisément restituer q[lsṭrṭs]106 La date (176) est donnée par le texte grec, selon l’ère séleucide, mais aussi par le latin avec la date consulaire, une rareté à Palmyre. Il est curieux que ce personnage ait eu besoin de faire graver les textes qui le concernent en latin aussi, à un moment où cette langue était devenue rare. Il était vraisemblablement bien intégré dans la ville et participait à ses coutumes religieuses, ce que montrerait l’utilisation en latin du mot gub, qui est apparemment une translittération du mot araméen gby’ qui signifie « cratère »107. Ce serait l’objet d’un don fait à une divinité108. Comme le prouvent les autres textes religieux, il s’agit d’un domaine assez fortement marqué par les coutumes locales ; cela explique qu’on use du palmyrénien, mais non qu’on y joigne deux textes, dont un latin.

  • 109 Qu’il n’y ait qu’un seul exemple de ce type de texte prouve seulement que, même dans les rapports (...)

97Il s’agit en effet d’un des exemples les plus tardifs de l’usage de cette langue à Palmyre, dans un contexte non militaire. Or, si on comprend généralement l’usage du latin dans les textes qu’on vient de citer, en particulier à cause de la personnalité de l’honoré, il est curieux que L. Antonius Kallistratos soit tellement attaché au trilinguisme, alors qu’il est lui-même originaire de la partie grecque de l’Empire. Les bilingues grec-palmyrénien sont tout à fait habituelles. On comprend aussi qu’on honore un militaire romain par un texte latin, éventuellement araméen-latin si le dédicant est palmyrénien109. Ce qu’il faut expliquer dans ce cas, comme dans celui de la plupart des trilingues, est l’usage du latin, concurremment aux deux autres langues. En effet, il n’y a pas à Palmyre d’exemple de bilingues grec-latin, un type de texte qui existe pourtant dans le reste de l’Empire.

  • 110 Inv XI. 100 de 44 av. J.-C. J. T. Milik (DFD, p. 172-173) propose de remonter la date du texte Inv (...)
  • 111 H. Seyrig. 1939. p. 321-322, n° 27-28.

98Contrairement à ce qui se passe ailleurs, le latin ne vient pas s’ajouter à une épigraphie grecque déjà ancrée dans les mœurs, mais arrive seulement un peu après le grec qui venait concurrencer une première langue, l’araméen, dont les premiers témoignages écrits remontent au moins au milieu du ier siècle av. J.-C.110. Au moment de l’arrivée de Rome à Palmyre, il y avait déjà eu des inscriptions grecques111, mais on peut difficilement dire qu’il existait une tradition épigraphique grecque fortement implantée. Ce fait peut expliquer les premiers textes latins, mais la situation a beaucoup évolué quand ont été gravées les deux inscriptions qui mentionnent L. Antonius Kallistratos. Elles posent donc un problème difficile à résoudre.

2. LES PREMIERS TEXTES GRECS ET LE TRILINGUISME

  • 112 Outre les deux textes « hellénistiques » cités supra, le texte grec le plus ancien de Palmyre semb (...)

99Du point de vue épigraphique aussi, Palmyre semble avoir été un peu à l’écart du monde hellénisé, au moins en marge, même si la ville était en contact avec la Mésopotamie où existait un certain nombre de cités aux communautés grecques importantes. Le texte CIS 3924, dédié par des commerçants palmyréniens et grecs de Séleucie, prouve qu’au moment même de l’arrivée de Germanicus à Palmyre, il existait des rapports avec les Grecs de Mésopotamie. Mais les textes grecs ne sont pas nombreux avant cette date, et la tradition épigraphique grecque de Palmyre ne commence véritablement qu’avec ces quelques textes datés entre 17 et 25 apr. J.-C.112.

  • 113 Le texte grec, que la tradition lui accolait faussement depuis la copie de R. Wood, appartient en (...)
  • 114 De plus la remarque de H. Seyrig, citée plus bas, à propos des regravures, invite à la prudence.

100Il est d’ailleurs remarquable que des membres des mêmes familles soient attestés par des inscriptions araméennes, aussi bien que par des bilingues. C’est un phénomène qui marque toute l’histoire de Palmyre, et il débute avec les premières inscriptions de la ville. Ainsi Hashash, fils de Neshâ (ḥšš br nš’ br bwlḥ’ ḥšš) de la famille des Benê Hashash est remercié par deux tribus en 21, donc-après le passage de Germanicus. Le texte est seulement en araméen (CIS 3915 = Inv IX, 13)113. En même temps, son frère Malikû est honoré par deux textes bilingues qui sont justement les premières attestations du δῆμος des Palmyréniens (Inv IX, 11 et 12 de 24 et 25 apr. J.-C). Il n’y a sans doute rien que de très naturel à ce que le premier texte qui fasse allusion à une institution d’origine grecque (?) à Palmyre soit aussi dans cette langue. Il y a concomitance entre l’utilisation de la langue grecque et l’adoption d’institutions de la même origine, mais il n’est pas possible de dire dans quel sens le mouvement s’est fait. Le texte Inv IX, il est d’ailleurs fort probablement le résultat du rapprochement de deux textes séparés à l’origine114.

  • 115 Le texte BS n° 10 est une dédicace qui commémore la construction de colonnes et le n° 37 était « d (...)
  • 116 Inv IX. 7 et CIS 3922 (= Inv IX. 9) sont des dédicaces à un père par ses enfants.
  • 117 Le texte CIS 3925 est une dédicace bilingue au même personnage, par son fils, ce qui semble contre (...)

101Au même moment, un certain nombre de textes araméens sont dédiés à diverses personnes, en particulier dans les deux sanctuaires de Bel (Inv IX, 7 de 24 ; CIS 3922 de 28) et de Baalshamîn (BS n° 10 de 23 et n° 37 de 32). Là encore, il semble assez naturel que ces textes de nature religieuse115 ou privée116 aient été rédigés dans la langue locale, sans passer par le grec. Celui-ci est au contraire utilisé dans des textes de nature publique, qui concernent parfois des gens étrangers à Palmyre (CIS 3924)117.

  • 118 118 - J. Cantineau dans Inv IX. p. 17-29. Voir le tableau des inscriptions honorifiques bilingues (...)
  • 119 Cité par C. Dunant. BS. p. 12.

102Il est vrai qu’une autre hypothèse peut être avancée, en tenant compte du fait que les textes datés du Ier siècle dans le sanctuaire de Bel sont en fait des regravures d’inscriptions plus anciennes118. Comme H. Seyrig l’a remarqué, il est possible que le grec ait été ajouté au moment où l’on regravait les textes sur leur support actuel, pour satisfaire à la mode de cette langue119. Reste que la correspondance assez grande entre textes privés et utilisation de l’araméen mérite d’être soulignée, avec toutes les limites que cela suppose. Il est possible d’ailleurs que ce soit pour cette raison précisément qu’on n’ait pas jugé utile d’ajouter une version grecque pour ces textes, au moment où il a fallu les regraver, au iie siècle. En fait, si l’on tient compte des remarques de H. Seyrig, les trilingues seraient parmi les premiers textes grecs de Palmyre.

  • 120 H. Seyrig, 1959. p. 58 (AE 1960, 403 ; la pierre est aujourd’hui au musée de Damas n° inv. 7939), (...)

103Enfin, ce rapide bilan de l’épigraphie grecque de Palmyre avant le milieu du Ier siècle ne doit pas négliger deux dédicaces religieuses datées respectivement de 30-31 et de 39 apr. J.-C.120. Il existe, en ce qui concerne les textes honorifiques grecs, une lacune chronologique entre 25 et 51 (voir en annexe VI, une liste des textes honorifiques bilingues du Ier siècle), et il est intéressant de voir que pendant cette période on trouvait encore nécessaire d’utiliser cette langue. Il est curieux que ce soit dans le domaine de la religion qu’on la trouve attestée, mais le premier texte grec daté (6 av. J.-C.) était lui aussi une dédicace à une divinité. On pourra s’interroger sur ce qui a poussé à utiliser cette langue à ce moment, alors qu’on attendrait plutôt le palmyrénien dans un contexte religieux, comme les textes du sanctuaire de Baalshamîn l’attestent amplement. Un phénomène de mode, comme pour les textes honorifiques, a peut-être joué un certain rôle.

  • 121 Dont il est presque exactement contemporain. C’est le seul texte palmyrénien où l’iota du datif so (...)
  • 122 Voir Sculptures of Palmyra I, p. 22 avec l’illustration n 121.

104Le texte publié par H. Seyrig est une dédicace au Soleil (Hλίωι θεῷ μεγίστωι) en accomplissement d’un vœu (εύχήν). L’onomastique du dédicant est sans doute une indication, car il se nomme Μάρκος Κλαύδιος, sans doute d’origine étrangère. Comme le remarquait H. Seyrig, l’image ressemble à celle d’Aglibôl sur les poutres du temple de Bel121, mais il est dédié explicitement à Hélios (fig. 5). L’ensemble du monument d’ailleurs pose des problèmes iconographiques qui incitent à la prudence. De plus, la pierre proviendrait de Homs122, ce qui fait qu’on peut se demander s’il s’agit vraiment d’un relief de Palmyre, ou seulement « de style palmyrénien ». Il faut sans doute mettre en rapport le nom même d’Hélios avec la probable origine romaine (ou grecque) du dédicant. L’image est en revanche celle d’un dieu solaire local, que Marcus Claudius aurait appelé Hélios par une interpretatio graeca assez naturelle. Il aurait ainsi préféré ce nom qu’il connaissait aux éventuels Aglibôl, Iarhibôl ou Baalshamîn qui apparaissent dans les textes gravés sur des monuments semblables. Cette hypothèse, bien qu’invérifiable, permettrait aussi d’expliquer l’inscription gravée en grec uniquement sur ce monument étrange.

  • 123 J. Cantineau (1938. p. 78, n° 31) lisait ‘Iqwnd’ au lieu de ‘Iqwnr’. La lecture est corrigée par A (...)
  • 124 Il s’appelle mqymw br khylw br zbdbl [dy] mtqrh br zbydy (Moqîmû. fils de Kohaîlû. fils de Zabdibe (...)
  • 125 H. J. W. Drijvers, 1978. p. 340 : sur l’identification entre Allât et Artémis, dont c’est l’unique (...)

105La question est plus curieuse pour l’autel publié en 1938 par J. Cantineau. En effet, la version palmyrénienne de ce texte est beaucoup plus longue que le texte grec. Il s’agit d’une dédicace au dieu El-Qônerâ123 (« El créateur de la terre »), traduite simplement par la formule Ποσειδωνι θεω (« au dieu Poséidon »). On ne reviendra pas sur la question de l’assimilation des deux noms divins. Ce qui est étonnant, c’est que ce personnage au nom tout à fait araméen ait ressenti le besoin de traduire sa dédicace, même de manière très résumée124. Mais les contacts avec Rome sont déjà anciens en 39, même s’ils ne sont peut-être qu’épisodiques. La présence de Grecs de Syrie ou de Mésopotamie est aussi probable, elle peut expliquer ce texte, comme celui de 6 av. J.-C. qui assimile Artémis à la déesse d’origine arabe, Allât125. Il s’agit d’un autel, décoré avec des volutes ioniques et un bucrane, qui porte l’inscription Aλλαθη τ[ε καὶ ‘A]ρτέµιδ[ι] (« À Allât, qui est aussi Artémis »). On remarquera que la décoration semble clairement influencée par des modes occidentales, en particulier le bucrane, comme par exemple sur l’Ara Pacis, presque exactement contemporain (9 av. J.-C). Il ne semble pas que cette dédicace ait été bilingue, on aurait donc là un exemple très ancien, peut-être adressé spécialement à (ou par) des étrangers de passage à Palmyre.

  • 126 F. Millar, 1995. p. 413.
  • 127 Comme l’avait déjà noté J. Cantineau (19.33. p. 176).

106On reviendra dans le chapitre VI sur les cas de trilingues dans un contexte funéraire. Mais on voit dans le tableau (voir annexe VI) qu’il s’agit d’une mode extrêmement limitée dans le temps (années cinquante du ier siècle). L’autre texte trilingue de cette période date d’avril 74 et honore Haîran bar Bônnê. Il s’agit de la première mention de la Boulè de Palmyre. La version grecque semble primer puisque le terme est translittéré dans les deux autres versions. Mais comme l’a noté F. Millar126, la version latine translittère aussi le mot philopatris, alors que le palmyrénien utilise une périphrase pour le traduire (rhym mdynth, « qui aime sa ville »). Avant de revenir sur les questions de vocabulaire et de traduction, il faut ajouter une remarque à propos du texte. Ce n’est pas seulement la première mention du Conseil de la cité127, mais il s’agit aussi de l’unique attestation de l’usage du latin par cette même assemblée. Tous les autres textes latins retrouvés à Palmyre sont le fait de militaires ou de particuliers.

  • 128 F. Millar. 1995, p. 413, pense que le texte de 52 (M. Rodinson. 1950. p. 137) « might be taken as (...)

107L’arrivée de Rome à Palmyre et les bouleversements qui s’en sont suivis sont peut-être à l’origine de la position sociale de Haîran. De son point de vue particulier, on peut croire que l’utilisation du grec et du latin est une manifestation d’un rapport privilégié entretenu avec les autorités romaines. Cela n’est d’ailleurs pas contradictoire avec l’interprétation que E Millar donne du texte funéraire relatif au même personnage128. Ce qui était en effet exhibitionnisme envers ses concitoyens pouvait aussi servir à Haîran de manifestation de loyalisme vis-à-vis des Romains.

  • 129 Voir les textes Inv X, 113 et Kh. Asad et J. Teixidor, 1985a, p. 271, n° 9 cités ci-dessus à prop (...)
  • 130 CIS 4235 concerne un certain Lucius Spedius Chrysanthus qui n’est sans doute pas originaire de Pal (...)

108Le personnage manifeste un certain attachement à Rome, d’une manière qui semble généralement l’apanage des fonctionnaires romains qui veulent s’intégrer à la société de l’oasis, puisque deux des textes qui le concernent sont des inscriptions trilingues. Sur les cinq autres textes trilingues connus, trois concernent presque sûrement des fonctionnaires romains, sans doute liés au fisc impérial129, et un quatrième a de fortes chances de concerner un personnage du même genre130. On voit donc l’importance que peuvent avoir ces textes dans la définition des liens entre Palmyre et l’Empire.

  • 131 M. Sartre. 1995. p. 212.

109En fait, on peut même se demander s’il n’y a pas là l’ébauche d’une tradition qui a été interrompue. Palmyre aurait pu être une ville trilingue, ce qui était sans doute trop compliqué, et comme cela arriva même dans les colonies romaines d’Asie Mineure, le grec a fini par supplanter le latin131. Le texte émane d’ailleurs des autorités de la ville, pas de la personne honorée. On imagine pourtant que la personnalité de ce dernier a pu jouer dans le choix de la forme utilisée pour lui rendre hommage.

  • 132 Voir par exemple dans le texte CIS 3939.

110Ce qui est patent néanmoins à la lecture de cette trilingue est que la version latine n’est qu’un résumé des autres textes. Les concepts utilisés sont grecs, comme la Boulè. Le thème de l’amour de la patrie (φιλóπατρις), tout à fait classique dans l’épigraphie grecque, ne lui est bien sûr pas propre, mais il est exprimé dans cette langue, sans doute parce que c’est par cet intermédiaire qu’il est parvenu à Palmyre. Le seul ajout dans le latin est la précision de l’ethnique Palmyrenorum après le Conseil et la Cité, pour une raison qu’on ignore (peut-être la reprise d’une expression de textes officiels en latin). Il semble bien qu’ensuite, pour les textes bilingues qui émanent des organes institutionnels de la cité, le schéma soit grosso modo le même. Même quand la version araméenne est plus détaillée, le vocabulaire institutionnel et politique est inspiré du grec et même à l’époque de la colonie, le vocabulaire latin passe souvent par le filtre du grec avant d’arriver dans les inscriptions araméennes. C’est ainsi que le terme επίτροπος, traduction du procurator latin est simplement transcrit en araméen par ‘ptrp’132.

3. LE VOCABULAIRE OFFICIEL DES CITÉS SÉMITIQUES

  • 133 M. G. Bertinelli Angeli, 1970.
  • 134 F. Rosenthal. 1936, p. 91-92 et J. Cantineau, 19.35, p. 154-157 (où 26 des 46 mots cités se rappor (...)

111L’adaptation du vocabulaire institutionnel romain par les langues sémitiques et en particulier le palmyrénien a été étudiée par M. G. Bertinelli Angeli133. F. Rosenthal et J. Cantineau, en leur temps, avaient aussi donné des listes du vocabulaire adapté du grec134.

  • 135 M. Sartre. 1996a. p. 391-392 et 394-395 (voir ici le chapitre III où cette question est développée (...)
  • 136 M. G. Bertinelli Angeli. 1970. p. 66-67.

112En fait, plusieurs cas de figure se présentent, avec des variations souvent sans raison apparente. Le plus simple est bien sûr la simple translittération. Βουλή devient bwl’ en araméen, dès le ier siècle, mais au iiie siècle par exemple, le grec συγκλητικός (senatoren latin) est adapté en snqlṭyq’. Comme on vient de le dire, c’est généralement du vocabulaire grec que s’inspirent les Palmyréniens, même quand la fonction est romaine à l’origine. C’est le cas pour le mot στρατηγός translittéré ‘sṭrṭg. Comme l’a montré encore dernièrement M. Sartre, ce terme pouvait désigner à Palmyre soit des responsables militaires (magistrats ?), soit à partir de la transformation en colonie, l’équivalent des duumuiri des colonies de langue latine135. M. G. Bertinelli Angeli pousse sans doute trop loin l’analyse quand elle argue que l’utilisation du terme avant la colonie pour désigner des charges locales a préparé le terrain à l’emploi de στρατηγός pour désigner les premiers magistrats de la colonie136. Comme on le sait depuis longtemps, il s’agit en fait de la version normale du terme en grec.

  • 137 J. Cantineau, 1935, p. 157, et M. G. Bertinelli Angeli. 1970. p. 76-83 qui donne un certain nombre (...)

113Il existe cependant des mots latins utilisés par le palmyrénien en translittération137 ; en général, il s’agit de vocabulaire militaire, et dans une moindre mesure de vocabulaire administratif. Une remarque s’impose. Tous ces mots latins existent aussi en grec et on peut croire, avec

  • 138 M. G. Bertinelli Angeli. 1970. p. 79, à propos du mot lgywn, adapté du grec λεγιών.

114M. G. Bertinelli Angeli, que c’est par cet intermédiaire qu’ils sont arrivés ensuite en palmyrénien138. Néanmoins, la question mérite d’être posée, car les habitants de Palmyre étaient en contact direct avec des soldats romains, dont la langue était le latin. Les textes qui émanent de la garnison de la ville le prouvent. La transcription du terme latin ala est en grec εἲλη λou ἲη et ’l’ en araméen, l’origine de ce dernier peut-être aussi bien le grec que le latin et même plutôt celui-ci. Le terme est certes attesté dans le texte Inv X, 128, bilingue grec-palmyrénien. S’il était prouvé que la version originale du texte était le grec, cela pourrait éventuellement indiquer que le terme a été calqué sur la transcription grecque. Mais je ne sais pas si la question est susceptible d’être réglée.

  • 139 Pour la question du statut exact de l’unité ainsi désignée, voir le chapitre III.

115La deuxième voie pour adapter les termes gréco-latins était de leur trouver des équivalents en araméen. On a vu que cela avait été fait pour des qualificatifs comme φιλόπατρις ou εὐσεβής. Il en était de même pour le vocabulaire institutionnel. Il y avait en fait au moins deux possibilités différentes. La première était de créer un calque du terme à adapter, en utilisant un ou plusieurs mots araméens qui avaient la même signification au sens premier, mais ne possédaient pas le sens spécialisé acquis par le vocable. Le meilleur exemple qui vienne à l’esprit est l’utilisation du mot nhyr’, « brillant, lumineux » pour traduire le titre de clarissimus, devenu en grec, par le même procédé de calque λαμπρότατος. Un autre cas clair est fourni par l’inscription BS n° 51 : à la place de la transcription ’l’ du mot latin ala, on a le mot araméen ‘br qui signifie à l’origine « aile » (d’un oiseau) ; c’est ce sens premier qui est attesté en syriaque, par exemple139.C’est sans doute par un processus de ce genre qu’a été créé le mot rḥym mdyth qui sert à traduire φιλόπατρις. Le fait que ces mots ne soient pas normalement utilisés en araméen dans ce sens, ou que l’expression soit créée pour l’occasion, est ce qui distingue ce procédé du suivant.

  • 140 M. G. Bertinelli Angeli. 1970, p. 67-68. n. 4.

116Il existe en effet une autre manière d’adapter le vocabulaire étranger, il suffit de renommer des fonctions d’origine grecque ou latine avec des noms de fonctions qui existent déjà dans la langue locale. C’est ce qui se passe dans les cités d’Afrique du Nord où le mot duumuir devient špṭ (suffète), parce que les deux fonctions ont beaucoup de points communs. Il est clair que plus les mots sont courants, plus ce phénomène, qui est celui de la véritable traduction, est facile. Il est par exemple inutile de translittérer des mots comme deus ou θεός, ou bien dominus, qu’un simple mrn « notre maître » suffit à traduire. À Palmyre, on a par exemple rb šwq qui est l’équivalent d’άγορανóµος. Comme le note M. G. Bertinelli Angeli140, il est probable que cela corresponde à une charge proprement indigène qu’on a fait rentrer dans le cadre des fonctions civiques. Dans ce cas, on traduit le mot et on adapte la fonction.

117On trouvera dans l’ouvrage de M. G. Bertinelli Angeli de multiples exemples de ces différents phénomènes, ainsi que les équivalences et les traductions du vocabulaire institutionnel, ce qui explique qu’on ne s’y attarde pas ici. Néanmoins, il est utile de faire quelques remarques sur certains mots. On étudiera en même temps que le commerce de Palmyre le mot συνοδιάρχης et ses différentes traductions. Si sa construction est claire, le terme semble propre à Palmyre et il semble avoir été créé pour désigner ce que les textes araméens appellent parfois rb šyrt. On verra néanmoins que la question est plus difficile qu’il ne semble au premier abord et que le témoignage des textes est parfois contradictoire.

  • 141 Plutôt que par une éventuelle réaction indigène que l’utilisation courante de ces termes vient con (...)
  • 142 Mais le terme κράτιστος a pour équivalent un autre mot dans le texte du Tarif (CIS 3913.1. 121 de (...)

118Les variations chronologiques ne semblent pas jouer un grand rôle dans l’utilisation des différents procédés. On a, à la même époque, le dms de Palmyre qui correspond au δήμος et le rb mrzḥ’ en face du συμποσιάρχης. On translittère ce qui n’existe pas à Palmyre. On traduit les noms des fonctions existantes, quand il est inutile de créer des mots nouveaux qui feraient double emploi. Il est possible que ce ne soit qu’à partir du iiie siècle qu’on commence à traduire des termes comme λαμπρότατος, au lieu de les transcrire, comme on le ferait pour des mots qu’on ne comprend pas totalement. Peut-être maîtrise-t-on le grec un peu mieux et on peut alors jouer avec ses concepts141. Néanmoins, au même moment, on continue à transcrire une partie du vocabulaire ; la comparaison entre l’équivalence qrṭsṭs - κράτιστος (pour egregius qui désigne principalement les membres de l’ordre équestre), et l’équivalence nhyr’ - λαμπρότατος prouve qu’il n’y avait pas de règle absolue. Il devait sembler plus bizarre à un Palmyrénien d’entendre qu’on qualifiait quelqu’un de « fort » que de « brillant » dans ce sens honorifique. Le mot qrṭsṭs avait au moins l’avantage de l’exotisme, s’il n’était pas compréhensible immédiatement par tout le monde142.

119Les termes dont on a noté la récurrence dans les inscriptions palmyréniennes (φιλόπατρις et εὐσεβῆς en particulier) apparaissent dès les premiers textes bilingues. Des textes palmyréniens accompagnent presque systématiquement les inscriptions honorifiques grecques, avec les réserves qu’on a pu signaler sur les phénomènes de regravure. Ce sont apparemment les textes qui concernent Haîran, fils de Bônnê qui forment le premier groupe cohérent de textes sûrement datables de la seconde moitié du Ier siècle. Ce qui est remarquable, et du coup justifie amplement le mot φιλόπατρις qui apparaît précisément dans ces textes, c’est le souci des Palmyréniens de toujours utiliser leur propre langue, en parallèle avec le grec, langue de culture de l’Empire auquel ils appartiennent. Cette fierté de sa propre langue est un phénomène unique dans le monde romain par son ampleur et sa durée.

  • 143 AO 4827. Le texte a été publié à plusieurs reprises : on peut citer dernièrement J. Teixidor, 1980 (...)
  • 144 Cela a été bien remarqué par tous les commentateurs du texte (voir par exemple. J. Teixidor. 1980b (...)
  • 145 Voir M.-F. Baslez et F. Briquel-Chatonnet, 1991, p. 378.
  • 146 Ibid., p. 386. Les auteurs soulignent « l’importance fondamentale du banquet dans la vie de leur c (...)

120Néanmoins on peut trouver dès l’époque hellénistique des parallèles éclairants pour ce genre de phénomène. L’installation de Phéniciens dans le monde grec, et en particulier à Athènes, est un signe des relations commerciales prospères entre les deux mondes, qui ont eu aussi des conséquences culturelles. Un des exemples les plus parlants peut-être est une inscription bilingue découverte au Pirée, et conservée maintenant au Louvre143. La partie grecque est très courte (τό κοινòν τῶν Σιδωνίων Διοπείθην Σιδώνιον), alors que la version phénicienne est au contraire développée et précise. Jusque là, il n’y a rien de bien étonnant pour un texte qui émane d’une autorité phénicienne. Ce qui est remarquable, c’est que le phénicien suit le formulaire des inscriptions honorifiques grecques144. En même temps, on peut repérer dans ce texte certains détails qui permettent de conclure qu’il a été « pensé en phénicien »145, et qu’il porte l’empreinte de traditions propres aux Phéniciens146. Cet exemple a donc l’intérêt de rappeler que même dans les cas où un formulaire grec est copié et transposé dans une langue sémitique, cela ne signifie évidemment pas qu’on oublie ses propres coutumes.

  • 147 Voir par exemple les remarques de F. Millar. 1993. p. 407 sur le rapide abandon du nabatéen dans l (...)
  • 148 IGLS XXI, 4 (Pétra), n° 48 (et 24).
  • 149 Il suffit de comparer dans le recueil de M. G. Bertinelli Angeli. 1970 le petit nombre de termes i (...)

121Le bilinguisme de Palmyre et l’emploi du grec semblent fort différents de ce qui se passe dans les cités d’Arabie comme Pétra. Il faut noter la rareté des textes bilingues dans cette dernière ville, et l’utilisation rapide de termes institutionnels grecs (dans les inscriptions grecques), alors que les textes nabatéens deviennent beaucoup plus rares147. Néanmoins, à Pétra, comme à Palmyre, on trouve un terme inédit ailleurs, celui de µητροκολωνία148, sans que cela renseigne beaucoup sur la valeur et l’origine du titre. Mais la rareté des inscriptions du iie siècle trouvées à Pétra montre que la ville est sans doute moins bien intégrée que Palmyre et que la culture grecque semble moins bien ancrée, même si le grec est devenu la langue officielle de la πόλις149

  • 150 Voir D. Mattingly. 1995. en particulier le chapitre 3 ; les textes latins de Tripolitaine sont ras (...)
  • 151 Ainsi un des membres de la famille des ṭbḥpy s’appelle hnbl bn ḥmlkt ṭbhpy rwps bn ‘rm. Son nom e (...)
  • 152 M. G. Amadasi Guzzo. 1983. p. 377-385. Il faut noter que le nom lui-même n’est ni punique, ni roma (...)
  • 153 E. Birley. 1988. p. 1-19.

122On peut également indiquer d’utiles parallèles entre la situation palmyrénienne et celle qui prévaut dans certaines régions d’Afrique du Nord, en particulier au cours du ier siècle. L’exemple le plus frappant est celui de Leptis Magna, ville dans laquelle on trouve jusqu’à la fin du siècle une importante quantité d’inscriptions bilingues en latin et en néo-punique et même des monolingues néo-puniques150. Des familles de notables aux noms doubles151 se distinguent au premier rang de l’élite urbaine et jouent en particulier un rôle important dans le programme de construction qui remodèle complètement le centre urbain. Parmi eux, les Tapapi (ou Tafapi, ṭbḥpy en punique) se distinguent particulièrement152. On les connaît par une dizaine d’inscriptions dont la plus ancienne date de 8 av. J.-C. ; ils remplissent un certain nombre de fonctions civiques, sont par exemple suffètes, jouent un rôle important dans la promotion du culte impérial, et par leur évergétisme contribuent aux constructions de la cité. Il est curieux que ces familles qu’on avait réussi à suivre disparaissent de la documentation à cause du changement (de la latinisation) de leur onomastique. Celle-ci ne permet plus de faire la différence entre les immigrés de langue latine et les gens d’origine locale153.

  • 154 C. Lepelley. 1998. p. 84-85. Ce même personnage est aussi le grand-père de l’empereur Septime Sévè (...)

123La ville de Leptis Magna, qui a commencé comme installation commerciale phénicienne au viie siècle, est romaine depuis 46 av. J.-C. Elle devient municipe aux alentours de 77, et colonie en 109. La cité est également célèbre comme lieu d’origine de l’empereur Septime Sévère. Avant 77, la cité est gouvernée comme une cité punique, avec deux suffètes annuels (špṭ) et quatre maḥazim (mḥzm) qui leur sont subordonnés. Ces derniers sont appelés IIIIuiri aedilicia potestate dans les textes latins postérieurs à 77. Il est remarquable d’ailleurs que le terme est alors transcrit en punique sous la forme ‘ydls qw’ṭrbr, dans laquelle on reconnaît aisément les mots latins (voir IRT 305). Mais le mot « suffète » survit jusqu’au moment où Leptis devient colonie au début du iie siècle et jusque-là špṭ sert à traduire duumuir. Il est d’ailleurs caractéristique que ce soit le dernier suffète qui devienne le premier duumuir154. On peut fournir un dernier exemple avec une bilingue de 92 (IRT 318 et 347) qui atteste d’une équivalence entre le flamen perpetuus et le zbḥ lk[l ḥ’]t(« [prêtre] qui sacrifie à vie »).

  • 155 F. Millar. 1990. p. 42-46.
  • 156 M. Sartre. 1991. p. 126.
  • 157 P. Le Roux. 1998. p. 272-273 qui ajoute : « on commence à mettre en exergue l’attitude romaine d’a (...)

124La principale différence avec Palmyre est bien sûr que, dans le cas de la ville syrienne, l’intégration à l’Empire s’est faite d’abord par l’hellénisation, bien avant la transformation en colonie qui n’a pas modifié de manière considérable le caractère hellénique de la ville155. De plus, les coutumes et les langues indigènes de Palmyre se sont maintenues beaucoup plus longtemps, y compris dans la langue écrite, ce qui fait une grande différence, mais n’a pas empêché le fonctionnement d’une cité grecque. Là comme ailleurs, la civilisation grecque, et surtout son expression qui est la cité, sont une condition sine qua non de l’appartenance au monde civilisé156. Mais comme le rappelle à juste titre P. Le Roux, « en pays grec et hellénistique il ne fut pas question de modifier par la municipalisation et le droit latin le système poliade en vigueur. Celui-ci servit longtemps de creuset à une romanisation multiforme et plus ou moins profonde »157 Du point de vue romain, l’étape importante pour Palmyre était l’organisation en cité. La ville était en retard du point de vue civique, c’est ce retard sur les autres cités grecques qu’il fallait combler. Le passage à la colonie était en quelque sorte secondaire. Mais cela éclaire aussi ce qui se passa à Leptis Magna ; la tolérance romaine est visible aussi dans l’évolution institutionnelle de la cité, qui conserve des magistratures au nom punique, même après la transformation en municipe.

125De plus Palmyre n’a pas fourni de dynastie à l’Empire et la carrière d’Odainat et de sa famille se déroule dans un cadre géographique plus limité. En règle générale, Leptis Magna et la région qui l’entoure ont fourni de plus nombreux membres du Sénat et de l’aristocratie romaine que Palmyre. Mais il suffit de penser au cas de la ville d’Émèse, toute proche, pour voir qu’il était possible à des notables syriens, dès la fin du iie siècle, d’accéder à des rôles importants dans l’Empire. On assiste à Palmyre à la formation lente, mais continue, d’élites municipales qui aboutit au iiie siècle à l’envoi de notables palmyréniens au Sénat. Comme à Leptis, même si c’est de manière plus affirmée ici, le maintien des institutions et de la langue locale n’a pas empêché une bonne intégration dans l’Empire.

  • 158 C. Lepelley, 1998. p. 85 compare à juste titre ce phénomène au refus des cités grecques d’adopter (...)
  • 159 P. Le Roux, 1998. p. 359-361, souligne cet aspect.

126On peut s’interroger sur ce qui a fait la différence entre les deux cités : d’un côté, l’abandon du punique et la romanisation qui semble totale ; de l’autre, le maintien de la langue, de l’onomastique et d’un certain nombre de coutumes. Il ne faut certes pas sous-estimer la vigueur de l’implantation punique, encore au cours du ier siècle158. L’abandon du punique (au moins dans le domaine civique) dans les années qui suivent n’en est que plus étonnant. Il est possible que la présence de l’élément libyque (dont sont en partie issues certaines familles de notables) ait joué un rôle. Après tout, quelle que soit l’ancienneté de la présence punique, on avait déjà affaire à un milieu mixte quand les Romains sont arrivés. Pourtant la présence de nombreux éléments ethniques est aussi manifeste à Palmyre (araméen et arabe au moins), ce qui réduit cette différence. L’étude des religions de l’Afrique romaine a montré que la romanisation n’est pas complète, même si la situation est extrêmement complexe159

  • 160 Leptis Magna n’est pas loin du désert, mais sa position géographique la place au cœur de la provin (...)
  • 161 De plus, le nombre relativement élevé de noms d’origine iranienne semblerait prouver que l’immigra (...)

127C’est peut-être la position géographique marginale de Palmyre160 qui a joué le plus grand rôle, en même temps que l’absence d’une immigration importante161. Septime Sévère appartient à une famille africaine indigène par son père, mais le côté maternel comprend aussi des immigrés italiens. De plus, une branche de la famille paternelle, après l’acquisition de la cité romaine, s’était installée en Italie. C’est un type d’évolution familiale qu’on ne retrouve apparemment pas à Palmyre, même dans le cadre plus restreint de la province de Syrie. La ville reste à l’écart, même si du point de vue culturel et institutionnel, ainsi que par d’autres aspects, elle fait partie de la province et en partage les évolutions.

  • 162 Voir les remarques de M. Sartre, 1998, p. 555-562 sur la cohabitation des cultures et le fait que (...)

128Le patriotisme local de Palmyre est comparable sans doute à celui qui existe ailleurs. Mais faute de rivales proches, les luttes entre cités ne marquent pas l’histoire de Palmyre, comme elles ont marqué les cités d’Asie Mineure. Ce patriotisme s’est exprimé par la langue et le bilinguisme officiel permettait de bien marquer les différences avec les grandes villes de Syrie, comme Antioche, et avec les nomades de la steppe qui entourait Palmyre. De manière consciente ou inconsciente, la cité se sentait en marge de l’Empire auquel elle appartenait. Elle avait une culture propre et en faisait usage. Cela ne signifie pas nécessairement une volonté quelconque d’indépendance de la part des habitants. La fameuse phrase de Pline sur la position de Palmyre entre deux empires n’est pas entièrement hors de propos. La ville de Palmyre est en contact constant avec ces deux puissances. Il aurait été étonnant qu’elle ne fût pas touchée, du point de vue culturel au moins, par des mélanges de civilisations. Il est probable que l’araméen devait servir aux marchands lors de leurs échanges commerciaux dans les diverses villes de Basse-Mésopotamie qu’ils fréquentaient. Il avait même parfois le statut de langue officielle. Cela peut contribuer à expliquer son succès dans l’oasis. De plus, ce qui est marquant dans la culture palmyrénienne, telle qu’elle apparaît dans les textes, est l’importance des ancêtres et des lignées familiales. Ce respect des pères a dû s’étendre à leur culture et à leur langue. Les premiers textes araméens sont contemporains ou antérieurs aux textes grecs. L’habitude épigraphique s’est peut-être étendue à Palmyre sous l’influence du grec, mais d’abord ou en même temps en araméen162 Cela n’a pas cessé jusqu’au iiie siècle, sans doute par une sorte de fierté locale dont on ne trouve pas d’exemple comparable dans l’Empire romain.

4. LES DÉDICANTS : LES DÉCRETS DU CONSEIL ET DU PEUPLE

  • 163 Sur ce type d’inscriptions, voir J. T. Milik, DFD, passim.
  • 164 Inv X. 79 : dédicace par oί άπò του πρώτο[υ] αὐτοῦ ούηξί[λλ]ου « ceux de sa première vexillation »

129À la lecture des textes, une évidence s’impose. Une majorité de textes est le fait de dédicants qui sont des groupes et des collectivités, et au premier chef, le Conseil et le Peuple. Cela est vrai pour les deux groupes d’inscriptions que distingue K. Dijkstra. Mais, dans les deux groupes, on trouve aussi les marchands (ἒμποροι ou tgry) ou les caravanes (συνοδία ou bny šyrt’), les diverses tribus et les clans qui composent la population de Palmyre (parfois en association avec une divinité163), ou encore des militaires164.

  • 165 À l’inverse, pour les dédicaces entre particuliers, le nom de la personne honorée est généralement (...)
  • 166 J. Cantineau, 1933. p. 175, n° 2b (où dans les trois langues, le texte débute par le Conseil et le (...)
  • 167 Autres exemples. R. Mouterde et A. Poidebard. 1931. p. 101 ; CIS 3914 : CIS 3934.
  • 168 Les textes BS n° 45, et H. J. W. Drijvers, 1995a. p. 34-36, légèrement antérieurs, concernent d’au (...)

130Que le Conseil et le Peuple (parfois seuls) soient les corps les plus souvent représentés correspond sans doute à leur importance dans la cité de Palmyre. Cela n’a rien de bien étonnant car la situation est fort semblable dans le reste du monde grec. D’ailleurs, cette prééminence se marque dans la mise en forme des décrets sur les pierres. Très souvent, la mention du Conseil et du Peuple (au nominatif) précède le nom de la personne honorée, comme pour respecter l’ordre de préséance165. Il est remarquable que l’ordre de l’araméen ne change que rarement, quel que soit le type de texte. Au début de la période étudiée, il y a sans doute une étape intermédiaire, où l’araméen suit parfois l’ordre du grec, mais ce n’est pas systématique166. Ce n’est ensuite qu’à certains moments que l’araméen suit le modèle du grec. Ainsi autour des années 130, trois textes bilingues commencent par la mention du Conseil et du Peuple dans les deux versions (CIS 3930-3931, 3959), mais un texte contemporain (Inv X, 114) montre que cette coïncidence chronologique peut n’être que l’effet du hasard des découvertes167. Il est difficile de dire si le statut des personnes honorées entre en jeu dans ces différentes positions ; rien ne permet de conclure ni dans un sens ni dans l’autre. Soados, qui a sauvé des caravanes et a été honoré de plusieurs statues en différents lieux (R. Mouterde et A. Poidebard, 1931, p. 101)168, ne semble pas tellement inférieur en gloire à Iarhibôlâ, fils de Lishamsh, d’Inv X, 114, qui a été ambassadeur en Élymaïde et a aidé les commerçants palmyréniens. On peut aussi supposer que ce choix stylistique en araméen a comme raison principale l’imitation du grec, en rompant avec ce qui constitue une certaine norme dans les textes araméens. Dans ce cas, les variations dépendraient des personnes qui devaient rédiger les textes et qui peuvent être restées en poste pendant une période assez longue.

  • 169 Sur cette fonction, voir G. P. Burton, 1979, p. 465-487 ; sur le cas de Palmyre. M. Sartre, 1996a, (...)

131Il n’y a qu’un exemple dans lequel le grec place le nom du Conseil et du Peuple en deuxième position (Inv X, 34). Ce fait s’explique par le statut exceptionnel du personnage honoré : il s’agit d’un légat de l’empereur venu à Palmyre en tant que curateur de la ville (curator reipublicae)169. Ce personnage de rang sénatorial était chargé par l’empereur de remettre de l’ordre dans les finances de la cité, sans doute en mauvais état. Il était naturel, et prudent, que le Conseil honorât ce curateur d’une manière adaptée à son pouvoir et le remerciât d’avoir remis de l’ordre dans les affaires de la cité.

  • 170 Voir M. Sartre. 1996a. p. 387-388 : « Cet honneur institué par les quatre tribus n’est pas laissé (...)
  • 171 Voir en particulier. BS. p. 46 et les textes BS n°s I -2 qui concernent le père de Malê Agrippa.

132Les inscriptions qui émanent des tribus, par décret du Conseil et du Peuple, débutent dans les deux langues par le rappel de ce décret (par exemple Inv X, 44, προστάγματι βουλῆς καὶ δήμου et btwḥyt bwl’ wdms), pour se placer sous l’autorité de ces institutions. L’expression n’apparaît que dans ces cas précis et montre bien la manière dont fonctionnaient les institutions de Palmyre et la subordination des tribus au Conseil et au Peuple170. La raison de l’emploi d’une formule équivalente (mn twhyt bwl’ wdms) dans le texte CIS 3959 (= BS n° 44) n’est, au premier abord, pas très claire, car le grec se contente d’un simple ή βουλή και ό δήμος. Malê Agrippa a été deux fois secrétaire et a accueilli Hadrien et son armée en 129, ce qui en fait un personnage important. Le texte araméen apporte cette précision qui s’explique si on pense à l’endroit où est placé le texte : sur une colonne du temple que Malê a fait construire dans le sanctuaire de Baalshamîn (fig. 6). Le Conseil et le Peuple ont honoré ce personnage par un décret ; celui-ci raconte la carrière de Malê Agrippa. Le texte CIS 3959, un résumé de ce décret, a été placé à cet endroit sur la décision du Conseil et non sur celle des autorités du sanctuaire. Les deux autres textes du sanctuaire de Baalshamîn qui mentionnent le Conseil et le Peuple (BS n° 45 et J. Cantineau, 1936, p. 277, n° 20 = BS n° 48) sont des décisions prises par ces institutions et appliquées par les tribus. La tribu des Benê Mazîn avait justement comme sanctuaire tribal celui de Baalshamîn. C’est seulement par cet intermédiaire que le Conseil pouvait faire ériger des statues de bienfaiteurs dans les sanctuaires tribaux. Même si la tribu n’apparaît pas dans le texte CIS 3959, c’est après une décision de ce genre que la statue du bienfaiteur du sanctuaire a été dressée à cet endroit précis, et c’est sans doute à cause d’une imprécision du texte grec (par habitude de la formule ή βουλὴ καὶ ό δῆμος ?) que le mot décret apparaît uniquement en araméen. Peut-être aussi dans ce cas n’y avait-il qu’une statue (ce que semble montrer le texte), qu’on avait choisi de placer là en souvenir des liens très étroits qui unissaient la famille de Malê au sanctuaire171. Cela peut expliquer l’hésitation du formulaire dans une décision du Conseil et du Peuple dont la version lapidaire ne se trouve pas dans les endroits habituels à ce genre d’inscriptions.

  • 172 C’est-à-dire surtout les textes cités ci-dessus pour Baalshamîn et le texte H. Ingholt, 1932, p. 2 (...)
  • 173 Les textes d’Inv X proviennent de l’agora (on peut ajouter le premier texte de la liste qui a été (...)
  • 174 Les textes d’Inv IX viennent du sanctuaire de Bel. L’autel qui porte l’inscription CIS 3927 a été (...)

133Le texte a en effet le très grand intérêt d’attirer l’attention sur la localisation de ces statues honorifiques. Si on excepte les statues placées dans les sanctuaires tribaux172, il est très net que c’est surtout à l’agora (de la fin du ier siècle au début du iiie siècle) et ensuite dans la Grande Colonnade qu’on les retrouve173. L’agora (fig. 7) était toute proche du lieu de réunion du Conseil, ce qui explique sans mal qu’on ait placé les statues à proximité. La Colonnade (fig. 8) a pu devenir par la suite le nouveau centre de la vie urbaine, au fur et à mesure de son développement (c’est dans cette zone qu’on place parfois le « palais » des princes de Palmyre). Le dernier lieu privilégié pour ces statues est bien entendu le sanctuaire de Bel (fig. 9), et ce jusqu’au iiie siècle : Inv IX, 29 de 239 est en remploi et provient peut-être d’ailleurs174. On ne voit pas toujours la raison de cette localisation (Inv IX, 23 par exemple), mais il s’agit d’un sanctuaire de l’ensemble de la cité qui pouvait y honorer ses bienfaiteurs, même si ces derniers n’avaient pas contribué directement à l’embellissement du sanctuaire (comme c’est le cas avec CIS 3914).

134La signification de l’érection dans la Colonnade transversale du texte CIS 3952 est assez claire. Il se trouve sans doute à proximité du sanctuaire embelli par Shoraîkô, fils de Haîran. De même, les honneurs rendus à Soados dans un caravansérail (Umm el-Amad) où il a pu agir en faveur des commerçants ne sont pas très étonnants. Les deux derniers textes dont il faut rendre compte de ce point de vue sont les inscriptions sur les colonnes honorifiques dites B et C (CIS 3930 et 3931). On a signalé plus haut leurs particularités communes de rédaction. Il faut ajouter qu’elles portent la même date (avril 139). Elles sont cependant éloignées l’une de l’autre (à 500 mètres du sanctuaire de Bel, respectivement au nord et à l’ouest) et rien ne permet de savoir pour quelles raisons précises ces localisations avaient été choisies par le Conseil et le Peuple.

  • 175 Il porte les titres de ἒξα[ρχον Παλμυ]ρηνῶν et rš tdmwren araméen (« chef de Palmyre »).

135On retrouve ces deux institutions tout au long de la période considérée. La première mention du Peuple remonte à novembre 24 apr. J.-C. (Inv IX, 11) et le Conseil est attesté depuis avril 74 (J. Cantineau. 1933, p. 175 n° 2B ; Inv X, 39 date de l’année suivante). Le dernier décret honorifique du Conseil et du Peuple qui est conservé date de la seconde partie du iiie siècle, en l’honneur de Septimius Worod (CIS 3942 d’avril 266 = Inv III, 7 ; fig. 10). Cela prouve que ces institutions survivent, même au moment où Palmyre est sous la coupe d’Odainat et de sa famille. En effet, Haîran, fils d’Odainat est appelé exarque des Palmyréniens dès octobre 251 (CIS 3944)175. Il y a donc coexistence des deux systèmes et le règne des princes de Palmyre n’a pas supprimé la colonie de Palmyre et ses institutions civiques. On connaît d’ailleurs, en décembre 262, un stratège de la colonie (’Iούλιος Αὐρήλιος Νεβουζαβαδος Σοαδου τοῦ Αιρα de CIS 3939 = Inv III, 10). Or ce dernier dédie une statue à ce même Septimius Worod. Le fait qu’un magistrat de cette importance soit l’auteur d’une telle dédicace est sans doute révélateur d’un certain état de fait à Palmyre pendant cette période...

  • 176 L’expression n’est pas systématiquement utilisée dans les inscriptions, mais ce qui est étonnant e (...)
  • 177 Le témoignage de l’inscription CIS 3966 (= RSP n° 156) est plus douteux, malgré les restitutions d (...)
  • 178 Il faut noter que le sens de gbl est établi d’après les textes grecs parallèles. L’origine et le s (...)
  • 179 Ce sont les années où le dédicant. Marcus Ulpius larhaî, est bien attesté (cf. chapitre III). On p (...)
  • 180 Voir J. Cantineau. Inv III. p. 24.

136Les nombreuses attestations du Conseil et du Peuple (voir l’annexe III à βουλή et δῆμος) ont une particularité, si on les compare avec des mentions semblables dans le reste du monde grec. En effet, à ma connaissance, il n’existe aucune attestation de la formule ἠ βουλὴ τῶν Παλμυρηνῶν, dont les équivalents sont pourtant courants ailleurs176. En fait, c’est seulement la version latine d’un texte trilingue qui offre une formule proche, même si on peut à la rigueur considérer que l’ethnique ne porte que sur le dernier terme (J. Cantineau, 1933. p. 175, n° 2b : Bu[le et ciui]tas Palmyrenorum en 74 apr. J.-C). La version grecque et la version palmyrénienne se contentent d’un simple « Le Conseil et le Peuple » (ή βουλὴ καὶ ό δῆμος transcrit en araméen selon l’habitude bwl’ wdms). Cette absence d’une formule, somme toute, relativement courante, est d’autant plus surprenante que certaines des plus anciennes inscriptions de Palmyre mentionnent Παλμυρηνῶν ό δῆμος (Inv IX, 11-12 de 24 et 25 apr. J.-C.)177. L’équivalent palmyrénien semble être gbl tdmry’ (« la communauté des Palmyréniens »), formule qu’on retrouve dans une inscription de mars 51 (CIS 3923), qui rappelle qu’une statue a été érigée par[Παλμυpη]vῶv ἠ πόλ[ις], traduit en araméen gbl tdmry’ klhn (« l’ensemble de la communauté des Palmyréniens »)178. Cette disparition de l’ethnique, au moment où justement la πόλις de Palmyre s’établit, est pour le moins étonnante. Néanmoins si le Conseil et le Peuple n’ont pas ce qualificatif, l’expression ἠ Παλμυρηνων πόλις réapparaît vers 155-160, dans le texte Inv X, 128179Si le terme πόλις n’est pas très courant, il est attesté tout au long de l’histoire de Palmyre puisqu’il est vraisemblable que l’inscription Inv III, 18 date de l’époque de Zénobie180

  • 181 En laissant de côté le cas de Septimius Worod. « bouleute palmyrénien », en 258-259 (CIS 3937).

137Il se peut que l’absence de l’ethnique soit un des aspects de l’isolement de Palmyre décrit plus haut. Étant donné qu’il n’y a que peu de relations avec d’autres cités grecques, il n’est jamais besoin de préciser quand on parle du Conseil. De plus, la ville est éloignée géographiquement de ses plus proches voisins, ce qui limite d’autant plus les risques de confusion. Pour reprendre le cas du texte Inv X, 128, c’est sans nul doute parce que la personne honorée est un militaire romain qu’il est nécessaire (et flatteur pour les Palmyréniens) de préciser qu’il est aussi citoyen de la πόλις des Palmyréniens. De même, Iarhaî Nebûzabad (Inv X, 38), satrape pour le roi de Mésène, a besoin de préciser, en 131, qu’il est Palmyrénien, malgré sa brillante carrière hors de l’oasis. C’est d’ailleurs sans doute pour cette raison qu’il a pu aider ses compatriotes, commerçants à Spasinou Charax. Les autres textes dans lesquels l’ethnique (Παλμυρηνός ou tdmry’) est appliqué à une personne privée181 datent tous, au plus tard, des années quatre-vingt. Comme on le verra aussi, il est fort possible que les citations de l’ethnique se fassent plus nombreuses à cette période, parce que c’est justement le moment où la cité de Palmyre se met en place.

  • 182 D’inscriptions datées tout au moins...
  • 183 Voir M. Sartre. 1996a. p. 388.
  • 184 M. Gawlikowski et Kh. Asad. 1993. p. 164.

138On pourrait penser que les inscriptions antérieures aux années soixante-dix ne mentionnent pas le Conseil pour la raison simple que celui-ci n’existait pas encore. La première mention est de 74 (l’inscription trilingue de Haîran bar Bônnê), il est donc fort possible que cette institution ait été mise en place entre 51 et 74, sans doute plutôt vers 50 que vers 70, mais le vide épigraphique d’une vingtaine d’années ne permet pas de le préciser182. Il faut néanmoins souligner que l’existence, peut-être depuis mars 51 (le texte a été regravé), d’une πόλις de Palmyre implique sans nul doute l’existence d’institutions qui lui permettent de fonctionner183 Le problème qui se pose néanmoins est l’existence bien attestée depuis 10-11 apr. J.-C. d’une communauté (gbl traduit ensuite par δῆμος) des Palmyréniens, avec des institutions puisque l’un des trois textes en question (Inv IX, 12) est une dédicace commune de ce δῆμος et des trésoriers (oἱ άργυροτομίαι. en araméen ‘nwš ‘nwšt’, c’est-à-dire « les hommes du trésor ») et que le plus ancien est une réglementation de péage à l’entrée de la ville184.

  • 185 Voir M. Gawlikowski. 1973a. p. 56, n°s 1 et 2.
  • 186 Cela ne signifie pas qu’à l’origine, on ne connaissait pas les notions grecques et les mots δῆμος (...)
  • 187 De plus comme me l’a fait remarquer M. Sartre, le terme δῆµος lui-même ne prouve pas l’existence d (...)

139De toute façon, certains textes, dits hellénistiques185, du temple de Bel le prouvent, Palmyre n’était pas totalement hors des courants culturels du monde grec avant la venue de Germanicus, au plus tard vers 19. Les premiers textes grecs datés (Inv IX, 6a et b = CIS 3924-3925) font état de l’existence de gens qui s’appellent « Palmyréniens », sans qu’on sache bien sûr si cette appellation correspond à des institutions précises. Tout semble tourner autour du sanctuaire de Bel ; c’est de là que proviennent les inscriptions Inv IX, 6 et 11-12 ; ce sont les prêtres de ce dieu qui ont fait la plus ancienne inscription palmyrénienne datée (Inv XI, 100 de 44 av. J.-C). Il est tout à fait probable qu’existait à Palmyre, avant même la conquête romaine, plus qu’une ébauche d’organisation municipale. Il est impossible de savoir si elle est un héritage de la période séleucide ou une forme d’organisation propre aux Palmyréniens. Ce qui est sûr, d’après les textes du début de notre ère, c’est l’existence de la notion d’un gbl tdmry’, qu’on ne savait sans doute pas tout à fait traduire en grec186. Cette communauté s’est stabilisée au moment de l’arrivée de Germanicus et des Romains. C’est à partir de ce noyau que s’est développée l’organisation civique dans laquelle le Conseil tient une part si importante. Mais, on le voit bien, il n’est pas possible de donner plus de précisions sans s’aventurer dans des hypothèses peu fondées187.

  • 188 La plus grande partie des textes cités dans l’index du vocabulaire honorifique sont aussi ceux du (...)

140La liste des textes émanant du Conseil et du Peuple est assez longue. Les dates sont comprises entre 74 et le dernier quart du iiie siècle, soit les deux siècles où les inscriptions bilingues sont les plus nombreuses. C’est dans cette catégorie qu’on retrouve la plupart des textes longs et détaillés. Comme on l’a noté, ce sont les textes du Conseil qui utilisent de manière privilégiée le vocabulaire le plus précis, mais aussi le plus varié188. Ils représentent la catégorie de textes honorifiques la plus proche de ce qu’on trouve ailleurs dans le monde grec. Il y a sans doute derrière ce phénomène des raisons financières. La cité pouvait facilement financer les services d’un ou plusieurs rédacteurs pour ces textes ; il lui était plus facile qu’à un particulier d’honorer quelqu’un d’une statue et de faire graver en plus un texte long en deux langues.

  • 189 M. Sartre, 1996a, p. 388.

141À quelques exceptions près (voir tableau en annexe V), les textes du Conseil sont aussi présentés comme des décisions du Peuple. Comme le rappelle M. Sartre, il n’y a pas lieu de tirer de conclusions particulières des inscriptions dans lesquelles le Conseil est mentionné seul. Ces textes sont contemporains de ceux qui mentionnent côte à côte Conseil et Peuple, ils n’indiquent donc pas une évolution des institutions de Palmyre189. Néanmoins il est curieux que les textes qui mentionnent le Conseil seul soient parfois groupés chronologiquement. C’est en particulier le cas dans les années 110-120, pour une raison qu’on ignore. Mais il est fort possible qu’il ne s’agisse que d’une coïncidence. Il ne semble pas qu’il y ait des différences sensibles entre les personnes honorées selon les textes, avec parfois quelques exceptions. Les textes Inv X, 57 et 59, de la même période, honorent deux membres du clan des Aabeî (‘’by en araméen), avec les mêmes qualificatifs élogieux (dont εὐσεβής). Pourtant le premier est une décision du Conseil, alors que le second mentionne aussi le Peuple. J. Cantineau (cité par J. Starcky, Inv X, p. 41) remarque que, dans les textes qui honorent les synèdres, le Peuple ne s’associe pas au Conseil ; c’est le cas d’Inv X, 57 entre autres (voir aussi Inv X, 69). Cela lui fait préférer la restitution [πρό]εδρον pour Inv X. 59 (comparer Inv X. 55). Il s’agit d’une hypothèse très vraisemblable, qui peut expliquer certaines variations.

142L’étalement chronologique de ce type de textes est également remarquable. Il y a peu d’intervalles pendant lesquels aucune inscription ne soit attestée. Les périodes les plus remarquables sont situées autour de l’année 200. Pendant vingt ans avant 198, et à nouveau vingt ans après 199, le Conseil et le Peuple ne semblent pas avoir rendu d’honneurs. Il peut être tentant de mettre en relation ces lacunes avec les événements qui ont conduit à l’avènement de Septime Sévère et les luttes qu’il a menées contre ses rivaux. Cela est d’autant plus frappant que dans le texte H. Ingholt, 1932. p. 279 (DFD, p. 36), le dénommé Aelius Bôrrâ est félicité pour avoir rétabli la paix aux frontières (ou dans le territoire) de la ville. Cela peut faire allusion à des troubles internes, conséquences des différentes usurpations, mais il est néanmoins curieux que la lacune commence plus de dix ans avant la mort de Commode. Le texte d’Aelius Bôrrâ est trop imprécis pour permettre de savoir ce qu’il en est exactement (troubles entre nomades et sédentaires ; luttes de factions pro- et anti-sévèriennes). De plus, un certain nombre d’inscriptions mal datées peuvent très bien venir se placer dans ces lacunes. Elles rendent difficile toute explication simple.

143Les textes en différentes langues sont aussi répartis de manière assez régulière. Il y a en particulier des textes unilingues grecs à toutes les périodes. Il n’est pas toujours possible d’expliquer les raisons de l’absence d’une version araméenne. Le texte Inv X. 34 relate les honneurs accordés par le Conseil et le Peuple à un légat de l’empereur, curateur (πρεσβευτὴς Σεβαστοῦ καὶ λ[ογιστής]), nommé Fulvius Titianus. Son nom et sa fonction permettent d’être sûr qu’il s’agit d’un étranger à Palmyre, l’absence d’un texte araméen s’explique donc assez facilement. L’explication est la même pour C. Vibius Celer de Inv IX, 23 : il était normal d’honorer ce préfet d’aile de cavalerie dans une langue qu’il pratiquait couramment (autre cas d’étranger à Palmyre honoré seulement en grec avec Inv III, 5). Mais il n’y a pas non plus de texte araméen dans les inscriptions Inv X, 55, 59 ou Inv III, 26. Or les personnages honorés portent des noms tout à fait locaux, comme le Zebîdâ, fils de Taîmê, fils de Moqîmû (Ζεβειδα Θαιμη τοῦ Μοκιμου), d’Inv III, 26. Le problème est encore plus important pour Inv X, 109. Le texte est seulement en grec. À première vue, cela peut sembler normal puisque le personnage en question est un militaire, deux fois tribun (légion et cohorte). Ce qui complique tout est le nom qu’il porte, M. Acilius Alhènodôros, fils de Acilius Moqîmû. Le nom de son père, citoyen lui aussi, indique avec de fortes probabilités qu’il était lui-même d’origine palmyrénienne. On a alors plus de difficultés à expliquer l’utilisation exclusive du grec au détriment de l’araméen.

144Inversement il n’est pas toujours possible de trouver une explication de l’usage exclusif de l’araméen par certains textes, rares à vrai dire. Dans le texte CIS 3919, c’est à la rigueur explicable par la personnalité et les fonctions du personnage honoré, un symposiarque. Dans le domaine religieux, on s’attend plus facilement à ce que les particularismes locaux ressortent. Mais cette explication n’est pas valable pour les textes Inv IX, 29 et Inv X, 13. Le dernier d’entre eux honore un secrétaire, qui a de plus donné une somme de 500 deniers, peut-être comme summa honoraria. On pourrait s’attendre à l’usage du grec dans ce cas, puisque le personnage (Taîbbôl) semble participer à la vie civique de manière assez active. À la rigueur la mention de dons faits au profit d’un sanctuaire (celui de Bel) fait ressembler ce texte à CIS 3919 et permettrait le même genre d’explication. Mais on aimerait quelque chose de plus solide.

145Pour conclure sur ce point, il faut souligner la grande variété des situations, dont il est souvent difficile de rendre compte. Des étrangers sont honorés, aussi bien avec des textes grecs unilingues qu’avec des textes bilingues (Inv X, 29 pour un bouleute d’Antioche). Il en est de même pour les Palmyréniens, avec cette réserve qu’ils reçoivent aussi des textes dans lesquels le grec est absent.

  • 190 D’après les inscriptions honorifiques suffisamment complètes pour qu’on connaisse la fonction de l (...)

146L’absence fréquente de mentions des fonctions qui auraient été remplies par les personnages honorés n’éclaircit pas la situation. Cela est habituel à Palmyre, mais entrave souvent la compréhension des tenants et des aboutissants. Il est d’ailleurs remarquable que le Conseil honore tant de gens qui n’ont apparemment pas eu de fonctions officielles. Néanmoins cette catégorie de textes (les décrets du Conseil) possède une originalité dans le corpus palmyrénien : elle mentionne les fonctions beaucoup plus souvent que les autres textes, en particulier celles qui sont en rapport avec les autorités de la ville. Ainsi tous les synèdres, proèdres, secrétaires, agoranomes et stratèges qui sont honorés le sont par le Conseil (et souvent le Peuple)190.

  • 191 CIS 3932 : J. Cantineau, 1936. p. 277. n° 20 (= BS n° 48) : Inv X. 44 et 129 ; J. Cantineau, 193 (...)

147Cela correspond à une situation courante dans le monde grec, où les magistrats, à leur sortie de charge, sont félicités par les assemblées et conseils pour avoir mené leur tâche à la satisfaction de tous. Plus généralement, c’est le sens du mot πολείτης et des mots de la même famille (en particulier πολιτεύομαι) dans un certain nombre de textes191. Il ne s’agit pas seulement de décrire un statut personnel, mais aussi de résumer l’activité civique et politique d’un citoyen. Un ἀγαθὸς πολείτης est celui qui a mené une carrière civique digne d’être remarquée par ses concitoyens et c’est par l’intermédiaire du Conseil que ces derniers l’honorent.

  • 192 On a bdyl dy špyr Ihwn (« parce qu’il leur a été agréable ») en face de ἀγαθὸν πολείτην καὶ εὒνουν (...)

148Si on s’intéresse aux problèmes posés par la traduction de ces textes, il apparaît que dans ce domaine au moins le grec semble généralement prédominer. Mais il subsiste quelques réserves. Ainsi l’araméen prête plus d’attention à certains particularismes locaux. Le texte J. Cantineau, 1938, p. 76, n° 29 (fig. 11) est visiblement plus développé et contient des indications plus précises en grec192 Pourtant l’araméen seul donne le nom de la tribu d’Abgar, fils de Patroklos.

149De plus, tout cela n’est pas systématique ; si l’araméen d’Inv X. 129 est visiblement un résumé du grec, c’est peut-être le contraire pour CIS 3921. En fait, dans bon nombre de cas, les deux versions disent exactement la même chose, à quelques différences près. Il s’agit de résumés de décisions plus longues. Celles-ci étaient rédigées dans une langue qu’il est difficile d’identifier. Il y avait peut-être deux rédacteurs dont la coordination (et les talents littéraires ?) n’était pas obligatoirement bonne ; cela peut expliquer de petites différences, quelques erreurs de langue et des imprécisions.

  • 193 S. Brock (1979, p. 69-87) fait la supposition qu’il y avait sur place « un Romain » (expositor) qu (...)

150Mais il ne semble pas probable qu’on ait procédé de manière systématique à une traduction d’un texte original. On élaborait concurremment deux versions à partir d’un canevas prédéfini et le rédacteur utilisait ce qu’on lui avait fourni193.

C. LES CARRIÈRES CIVIQUES ET LES FAMILLES PRÉDOMINANTES

1. LE FAIBLE NOMBRE DE MAGISTRATS CONNUS

151On a pu repérer dans les inscriptions de Palmyre l’existence d’un certain nombre de magistrats, qui portent la plupart du temps des titres d’origine grecque. Par comparaison avec ce qu’on connaît ailleurs dans le monde gréco-romain, il est facile de voir que pratiquement tous ces titres, au moins jusqu’au milieu du iiie siècle, sont parfaitement ordinaires dans une cité.

  • 194 Qu’on appellera plus simplement famille de Bônnê.

152Ce qui est le plus frappant de ce point de vue à Palmyre est le nombre relativement réduit de magistrats. Cela rejoint ce qu’on a pu dire sur la structure de la documentation. On a beaucoup de textes, mais peu d’entre eux donnent des renseignements suivis sur une famille précise qu’on pourrait suivre au long des années. La famille du proèdre de 137194, Bωνναιος, fils de Bωνναιος, est un des rares cas où l’on peut suivre une véritable dynastie de notables sur plusieurs générations. Mais il est généralement difficile de le faire.

  • 195 Les généalogies sont parfois beaucoup plus développées, mais cela ne signifie pas qu’on sache autr (...)

153Il faut rappeler que la mention des charges honorifiques est assez rare dans le type d’inscriptions le plus fréquent, les inscriptions funéraires (voir sur ce point le chapitre VI). De plus, les familles palmyréniennes qu’on peut reconstituer de manière développée sont assez peu nombreuses. Malgré le nombre important d’arbres généalogiques reconstitués dans les différents recueils de textes (en particulier dans le CIS) et les études sur Palmyre (DFD surtout), la plupart d’entre eux sont très incomplets et souvent peu sûrs. La fréquence des homonymies et la coutume de donner à l’aîné le nom de son grand-père paternel expliquent ces difficultés, alors que beaucoup de textes ne sont pas datés. Il suffit de comparer les arbres généalogiques d’une même famille dressés par deux auteurs différents pour le comprendre. En outre, on ne connaît que rarement les noms de la mère et de l’épouse des personnages importants de Palmyre. Ce fait, ajouté aux difficultés de remonter au-delà d’une ou deux générations195, interdit toute étude de stratégie lignagière.

154Les alliances entre grandes familles sont certes probables, mais sauf pour de rares cas qu’on étudiera d’un peu plus près, on a peu d’exemples précis. D’autre part, la place des femmes dans la société de Palmyre n’est pas bien connue (voir chapitre V). Sans anticiper, il semble par exemple que l’état actuel de la documentation ne permet même pas d’avoir des renseignements clairs sur les coutumes matrimoniales des Palmyréniens. Cela permettrait pourtant un certain nombre de conclusions sur la société palmyrénienne, et pas seulement sur le statut de la femme.

155Un des premiers notables de Palmyre qui apparaisse (et dont on connaisse la famille) est Haîran, fils de Bônnê. Il a été honoré par les plus hautes autorités civiques et religieuses de Palmyre, il fait partie des plus hauts notables de la ville au moment même où se mettent en place toutes les réformes institutionnelles qui en font une πóλις. Cependant quelque chose manque : à aucun moment de sa carrière, on ne possède le moindre indice qui pourrait laisser penser que Haîran a lui-même été magistrat. Or ce n’est pas un cas isolé. Il arrive souvent que des notables soient honorés, sans qu’à aucun moment, on ne fasse état de charges publiques. On sait qu’il en est de même pour les inscriptions funéraires, et on peut citer à nouveau ce qu’écrit M. Sartre : « il est plus que probable que les riches Palmyréniens qui ont fait construire les plus grands et les plus coûteux tombeaux de la ville, ont exercé des charges municipales diverses, l’archontat, le secrétariat, l’agoranomie ou la gymnasiarchie, sans parler de la symposiarchie des prêtres de Bel. Or il est très rare qu’il en soit fait état » (M. Sartre, 1996a, p. 388).

  • 196 En comptant parmi les magistratures les différentes charges de stratège antérieures à la colonie ( (...)

156Cette réflexion appelle une remarque : s’il est vrai que les riches notables ont constitué le milieu où se recrutaient les magistrats principaux de la cité, il est néanmoins frappant de trouver dans les textes peu d’exemples de cursus développés. Un peu moins de quarante Palmyréniens peuvent être identifiés comme magistrats d’après les textes conservés196 Mais il est rare de savoir quelles étapes de la carrière civique ils ont effectivement franchies, à part un ou deux titres dans le meilleur des cas. En fait, comme on peut aisément le vérifier sur le tableau, il est très rare qu’on mentionne même plus d’un titre ou fonction dans les textes.

  • 197 Le texte, comme plusieurs autres, a été récrit dans la deuxième moitié du iie siècle (dans le deux (...)
  • 198 P. Le Roux. 1998. p. 294 : « Il était exceptionnel de mériter l’hommage de la cité dès l’édilité. (...)

157Le premier magistrat civique connu (en laissant de côté les symposiarques) est un secrétaire, Zabdilah, fils de Shamshigeram (Inv X, 39)197. C’est sans doute à l’occasion de son secrétariat qu’il est honoré par le Conseil. L’inscription est datée de 75-76, ce qui doit correspondre au moment où il a exercé ses fonctions (probablement sa sortie de charge). Cela explique qu’on ne parle pas d’éventuelles autres charges que le personnage aurait pu remplir. De plus, il est certain qu’on avait plus de chances de se distinguer quand on s’élevait dans la hiérarchie civique. Il faut avoir atteint un certain niveau social et économique pour être capable d’agir en faveur de la cité dans ses fonctions et mériter ainsi d’être honoré par elle198. Il est probable qu’on ne mentionnait pas les premières étapes de la vie municipale qui ne pouvaient beaucoup ajouter à la gloire de la personne honorée.

  • 199 Voir M. Sartre. 1996a. p. 391 et n. 102, avec les références. Sur la fonction de stratège, voir in (...)

158La première attestation de cumul des fonctions n’est pas directe, mais on peut essayer de la reconstruire en utilisant deux textes séparés par une quinzaine d’années. Le premier date de mars 98. Dans un groupe de textes palmyréniens trouvés dans le Wadi Hauran en Iraq, on a la mention d’un stratège, peut-être Zebîdâ, fils de Haumal199, sans doute chargé de la police du désert. Le texte n° 8 de ce groupe fait mention de quelques personnages, dont un certain Zebîdâ, fils de Taîmoamedu (zbycl’ br tym ‘mdmskw). Il est possible que cette liste contienne le nom d’auxiliaires du stratège. Quoi qu’il en soit, on retrouve le même Zebîdâ parmi les noms des dédicants d’un autel au dieu anonyme en 114 (CIS 3994). Le texte provient de Palmyrène (el-Kerasi), il s’agit d’une dédicace faite par la ville aux frais des quatre trésoriers (άργυροταµίαι ou en araméen b‘nwšt’ : « pendant leur charge de trésorier »). Un de ces quatre fonctionnaires est zbyd’ brtym‘md mškw, l’identification est certaine. Ce qui est moins sûr, on l’a vu, c’est le rôle d’auxiliaire de police qu’il aurait rempli dans les dernières années du ier siècle.

  • 200 La partie supérieure de la console avec le texte grec est perdue. Le mot araméen qui désigne la fo (...)
  • 201 Voir DFD, p. 235-237.

159On peut donner un autre exemple de reconstruction, mais, cette fois, beaucoup plus hypothétique, à partir d’une tessère et d’un texte araméen de l’agora. Ce dernier (Inv X, 106) est daté de mai 119, et le personnage qui est honoré (... br mlkw nšwm) par le Conseil a été proèdre ou synèdre200. Il est possible que la même personne soit mentionnée sur la tessère RTP 773 (Nashûm Malikû Nashûm nšwm mlkw nšwm) : si on accepte cette identification, et, si on admet avec J. T. Milik que le personnage désigné sur la tessère a bien été symposiarque 201, on aurait alors un synèdre qui a aussi exercé les plus hautes fonctions religieuses de la cité. On voit ce que tout cela a d’hypothétique !

  • 202 CIS 3959 = Inv 12 = BS n° 44.
  • 203 Voir C. Dunant dans BS, ad loc.

160En 131, Malê Agrippa qui a été deux fois secrétaire et a accueilli l’empereur Hadrien est honoré par le Conseil et le Peuple202. Mais il n’est pas fait état d’autres fonctions publiques. Certes les bienfaits accomplis sont sans aucun doute des conséquences de sa carrière municipale. C’est en tant que magistrat qu’il a fourni de l’huile lors de la venue d’Hadrien, mais ce n’est sûrement pas le cas pour la construction du temple de Baalshamîn. Il fait en effet partie d’une famille de bienfaiteurs du sanctuaire203.

161Il a exercé une fonction municipale, il a été évergète, mais une fois de plus, on ne peut aller plus loin dans son cursus. La longueur de la description des bienfaits accomplis par Malê différencie ce texte d’autres dédicaces honorifiques. Il est honoré en raison de son comportement au moment de la présence de l’empereur et des troupes qui l’accompagnaient, lorsqu’il était secrétaire pour la seconde fois. C’est probablement aussi à cette occasion qu’il a fait dédier le temple de Baalshamîn. Comme dans le texte Inv X, 39, déjà cité, la statue est une manière de l’honorer en une occasion précise, et on ne fait pas état de sa carrière dans son ensemble. C’est en tout cas une hypothèse, qui expliquerait l’absence de cursus complet dans la documentation.

162De plus, la fonction de secrétaire est la plus élevée dans la hiérarchie municipale. Il pouvait donc sembler inutile de mentionner d’autres fonctions, précédemment occupées et qui semblaient de moindre importance. Il est pourtant étonnant que le Tarif soit la seule occasion où les archontes soient nommés. Certes il s’agit d’une charge principalement honorifique, aux pouvoirs limités, mais étant donné qu’elle semble couronner une carrière municipale, on aurait pu l’attendre plus fréquemment.

  • 204 RSP nos 125 et 126.
  • 205 Temple funéraire 85b ; le texte de fondation est daté d’avril 149 (CIS 4168 [Inv IV, 9a]).
  • 206 J. Cantineau, 1930b, n° 14 : si on accepte la restitution de son nom dans le texte.

163Ce n’est que dans la deuxième moitié du iie siècle qu’on trouve vraiment des attestations de cumul des fonctions. Bôlanos, fils de Zénobios est épimélète de la source Efqa, choisi par le dieu larhibôl, en 162. Cette fonction est attestée par deux textes contemporains204. Le même personnage est sans nul doute le fils du Zénobios Zebîdâ, qui a fondé, avec son frère Aaîlamî, fils de Haîran, la tombe de famille, à l’entrée de la vallée des Tombeaux205. Or un des reliefs funéraires de la tombe représente justement Bôlanos, et l’inscription qui l’accompagne précise qu’il est symposiarque des prêtres de Bel (συνποσιάρχης ἱερέων [Δι]òς Βη[λου])206. C’est un des rares exemples où un texte funéraire mentionne une fonction publique. Celle-ci a visiblement été exercée par quelqu’un dont la place dans ce tombeau était réservée ; il est probable que le texte a été gravé pendant la symposiarchie de Bôlanos.

  • 207 En ce sens, M. Sartre, 1996a. p. 393 : « ... en ce domaine comme dans les autres. Palmyre se confo (...)

164Il est curieux que ce premier exemple tout à fait sûr de quelqu’un qui exerce plusieurs charges publiques différentes, ne concerne justement pas un magistrat municipal, mais des fonctions religieuses. Certes, il y a toutes les chances que les carrières municipales et religieuses soient fortement liées207. De plus, les fonctions de prêtres de Bel ont un prestige ancien, puisqu’on a vu plus haut que la première inscription honorifique de Palmyre (Inv XI, 100), qui est aussi le plus ancien texte daté de l’oasis, est justement une dédicace des prêtres de Bel à un certain grymy br nbwzbd (Goraîmî fils de Nebûzabad). Il est même probable que les institutions de Palmyre, depuis le début, ont eu des rapports étroits avec le sanctuaire de Bel, qui, dès son origine, a dû avoir un poids prépondérant dans la ville et qui se trouve être la première organisation structurée qui ait laissé des traces dans la documentation.

  • 208 Il n’y a que Marcus Ulpius Iarhaî, un siècle plus tôt, qui semble avoir été honoré par des inscrip (...)
  • 209 M. Gawlikowski, 1985, p. 254, n° 6 : il est à noter que J.-P. Rey-Coquais (dans M. Sartre. 1985. p (...)
  • 210 Avec les compléments de D. Schlumberqer, 1942-1943a, p. 35-50 et 1972. p. 339 et M. Gawlikowski, 1 (...)
  • 211 Sur tout cela, voir E. Will. 1996. p. 109-115, en particulier p. 112 pour le cursus.

165En fait, un seul notable de Palmyre a exercé des charges nombreuses et variées : il s’agit bien sûr du fameux Septimius Worod. C’est un des personnages sur lequel on a la documentation la plus fournie208, avec les textes CIS 3937-3943 (Inv III, 12 à 6), tous découverts dans la Grande Colonnade. S’y ajoutent une inscription dédicatoire, CIS 4105ter, très mutilée, le texte H. Seyrig, 1963, p. 161209, et surtout le texte Inv III, 3210, sur le triple arc qui marquait l’articulation entre les sections Β et C de la Grande Colonnade. Malgré cela, sa carrière municipale n’est pas extrêmement développée dans les textes ; on connaît un certain nombre de ses titres, en particulier son intégration à un rang élevé dans l’ordre des chevaliers et sa carrière dans l’administration de l’Empire211.

  • 212 CIS 53940 de 267 (ou 264 ?) : « ἀργαπετην et ‘rgbṭ’ : CIS 3941 de 265 : ἀ[ργαπ]ετην et [‘rg]bṭ’ : (...)
  • 213 Pour la proposition de Th. Mommsen, voir D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 61. n. 7, l’idee est admi (...)
  • 214 D. Schlumberger, 1942-1943B, P. 60. Dans un sens contraire. A. Sartre-Fauriat, 1997. P. 259.

166Comme le souligne E. Will, dans son article sur le personnage, à travers tous ces textes Worod apparaît « comme le représentant normal, pour ne pas dire banal du système administratif romain, tout comme Odénat [...] » (1996, p. 112). Mais on reviendra plus loin sur la carrière « extra-municipale » de ce personnage, en même temps que sur son contemporain Odainat. Pour l’instant, on se contentera de ses fonctions au sein des institutions de la colonie de Palmyre. Or celles-ci sont finalement peu nombreuses. Il a été agoranome et stratège de la colonie (CIS 3942), ce sont les fonctions les plus hautes de la métrocolonie. Elles sont connues par ailleurs dans les textes de Palmyre, ce qui n’est pas le cas pour les titres d’argapet et de dikaiodotès qui apparaissent dans des inscriptions datées de 265 à 267, et que ce personnage est le seul à porter212. Suivant en cela la proposition de Th. Mommsen, on peut éventuellement admettre l’équivalence de ces deux termes213. Le premier des deux termes est d’origine perse ; il signifie « gouverneur de la ville », ce qui correspondrait au « dikaiodotès de la métrocolonie » du texte CIS 3942. Pourtant dikaiodotès désigne plutôt une charge provinciale, ce qui pose problème. Il est possible aussi que, comme on l’avait fait pour l’« exarchat », on ait utilisé à Palmyre un terme existant (dikaiodotès), mais en lui donnant un sens différent de son usage administratif normal. De plus, le texte CIS 3942 n’est pas facilement datable et si, comme le croit D. Schlumberger, il est postérieur à 267, on ne peut rien conclure de l’alternance entre les deux titres214. E. Will pense pourtant que le premier des deux disparaît à un certain moment parce que son domaine d’attribution se trouve inclus dans celui de dikaiodotès.

  • 215 Sur la fonction et le titre, voir M. Sartre. 1996a. p. 391 (avant la colonie) et p. 395 (de la col (...)
  • 216 F. Millar, 1990, p. 42-46, et M. Sartre, 1996a. p. 394.
  • 217 Même si on peut douter d’une datation par l’agoranome éponyme. Néanmoins l’exemple des synodiarque (...)

167Comme Worod, la plupart des agoranomes connus à l’époque de la colonie de Palmyre ont été aussi stratèges. Le titre est l’équivalent d’aedilis des inscriptions latines, comme stratège équivaut à duunuiir. Mais il y avait à Palmyre des agoranomes avant la promotion au rang de colonie, c’est ce que prouve le texte Inv X, 85215. Ensuite, un seul agoranome n’a peut-être pas été aussi stratège de la colonie, au témoignage d’un texte assez mutilé, non daté (Inv XII, 29). Un personnage cité par le texte porte un nom qui commence par lulius Aurelius. Cela suffit pour placer l’inscription après 212 et la Constitutio Antoniniana. Or Palmyre est devenue colonie sous Septime Sévère ou Caracalla, donc sans doute avant le texte en question216. Le nom ’Ιούλιος Αὺρήλιος est au nominatif, le participe tiré du verbe ἀγορανομῶ (restitué avec beaucoup de probabilité par les éditeurs ἀγορανομήσ[αντα]) a perdu sa terminaison et donc sa désinence casuelle ; on ne peut donc savoir si le lulius Aurelius qui a construit un bâtiment quelconque et la personne qui a été agoranome sont un seul et même personnage (on aurait un nominatif ἀγορανομήσας). Il est possible aussi que le bâtiment ait été construit en l’honneur d’un agoranome (on pourrait alors avoir un datif) ou bien pendant les fonctions de l’agoranome (auquel cas il faudrait restituer un génitif217). Le texte ne peut donc en apprendre beaucoup plus sur la personnalité de ce magistrat anonyme.

168Pour le reste, les trois agoranomes connus après 212 ont été aussi stratèges. Outre Septimius Worod, il s’agit d’abord de lulius Aurelius Zabdilah Zénobios, stratège au moment de la visite de l’empereur Sévère Alexandre qu’il a accueilli (CIS 3932 = Inv III, 22). L’inscription est postérieure d’une dizaine d’années à la venue de l’empereur (elle date de 242-243) et relate tous les bienfaits accomplis par Zabdilah. Le Conseil et le Peuple l’honorent visiblement à la fin de sa carrière alors qu’il a accompli tout le cursus classique. Or, on a finalement peu de détails sur le déroulement de sa carrière. Il a donc été stratège et agoranome, il a dépensé de l’argent (ούκ ὀλίγον dit le texte) et exercé son métier de citoyen de belle manière (καλώς πολειτευσάμενον). Pour cela, il a reçu des témoignages du dieu Iarhibôl, du préfet du prétoire lulius Priscus et de sa patrie. Mais il n’y a aucune trace de fonctions antérieures, même moins importantes. Si, comme on l’a dit plus haut, on pouvait croire que certaines inscriptions honorifiques avaient pour cause un événement particulier et ne mentionnaient pas les étapes de la carrière qui n’avaient rien à voir avec les raisons précises du décret pris par le Conseil, le cas est différent ici. C’est sans doute pour l’ensemble de sa carrière que Zabdilah est honoré, et pourtant, on n’a pas tellement de détails sur celle-ci. Le laconisme des inscriptions de Palmyre, à toutes les époques, est donc assez général.

  • 218 Pour une datation d’après la paléographie du palmyrénien, voir Inv X, p. 73 : J. Cantineau proposa (...)
  • 219 En particulier les honneurs adresses au grand caravanier Soados : BS n°45, R. Mouterde et A. Poide (...)

169Dernier cas d’agoranome et stratège, celui de lulius Aurelius Malichos (Inv X, 115). Les deux titres sont sûrs, puisque l’un apparaît dans la version grecque et l’autre dans la version araméenne du texte. Les noms du personnage prouvent que l’inscription est postérieure à 212218 ; elle date de toute façon de l’époque de la colonie (ligne 1 du texte). Comme lulius Aurelius Zabdilah, il a reçu des témoignages du dieu ; le texte dit cette fois ύπό τε τοῦ πατρῷου θεοῦ : il s’agit peut-être encore de Iarhibôl, mais le texte araméen a seulement « le dieu » (’lh’). De même, il a reçu témoignages des autorités romaines (le gouverneur) et de celles de la cité (le Conseil). Autre point commun avec CIS 3932, il a effectué des dépenses, sans doute en faveur de la cité, pendant sa stratégie et son agoranomie : à φιλοτείμως du grec (« avec générosité »), répond ḥsr mn kysh (« il a fait des dépenses de sa bourse »). En fait, ce texte pose un certain nombre de problèmes. On a vu plus haut que le premier est d’ordre syntaxique : la deuxième personne honorée, le père de Malikû, est nommée au datif, au lieu de l’accusatif attendu. De plus, l’inscription araméenne mentionne explicitement l’érection de trois statues (ṣlmy’ ‘In tlt’, « ces trois statues »), alors qu’il n’y a que deux personnages nommés. D’après J. Starcky (Inv X, p. 73), qui propose éventuellement d’en attribuer une au père, il est probable que les trois statues représentent Malikû. Il cite comme parallèle le texte Inv X, 44, où en effet les quatre tribus dressent chacune une statue d’Ogeîlû, fils de Maqqaî. On a d’autres exemples de statues multiples dressées par les tribus, parfois associées à d’autres dédicants219.

170On voit pourtant ce que ce parallèle a de gênant. D’abord, il faudrait que la mention des tribus apparaisse dans le texte ; or celui-ci est formel, ces honneurs sont conférés par le Conseil et le Peuple, sans intermédiaire. De plus, il y a quatre tribus civiques à Palmyre, or le texte Inv X, 115 ne fait état que de trois statues. Il n’est pas difficile évidemment de trouver des combinaisons possibles pour les trois effigies (par exemple une de Malichos pour l’agoranomie. une autre pour la stratégie et une pour le père) mais on voit que le problème risque fort de rester entier.

  • 220 On a en effet brbn šqwth à la ligne 2 (« pendant son office d’agoranome »). La formule « pendant s (...)
  • 221 Dans lequel btr dy myt lyqrh, « après sa mort, en son honneur », répond à τειμῆς καì μνήμης χάριν.
  • 222 Avec l’expression btr mwthn [...] lyqrhyn, « après leur mort [...] en leur honneur » en face de τι (...)
  • 223 C’est aussi de cette manière que J. T. Milik (DFD. P. 286) traduit les mots araméens bkl ‘ḥydw klh (...)
  • 224 Voir M. Sartre. 1996a, p. 392 : « il peut aussi bien s’agir de fonctions religieuses très diverses (...)

171La version palmyrénienne donne une indication, puisqu’elle précise que c’est à l’occasion de l’agoranomie220 et de la stratégie que le Conseil et le Peuple ont dressé les statues. Cela ne signifie pas, bien sûr, que la troisième statue ne représentait pas le père. On a pu dresser une statue du père, sans doute défunt comme l’indiquerait la formule μνήμης χάριν, pour honorer le fils. Il est possible que le fils soit mort lui aussi, et que ce soit à cette occasion que le Conseil et le Peuple aient pris cette décision. Néanmoins l’absence d’une formule équivalente en araméen, comme c’est le cas par exemple dans les textes CIS 3927221 et Inv X, 119222 permet de douter du décès du fils. Le père a accompli toutes les liturgies (πᾶσας λειτουργείας)223, c’est cela qui lui a valu les honneurs que lui confère le Conseil, mais on ne sait pas s’il a droit à sa statue à cette occasion, ou bien si on se contente de rappeler qu’il a été honoré, pour augmenter l’honneur fait au fils. On ne peut qu’essayer de décrypter ce qui se cache derrière ce terme de liturgie224, sans pouvoir décider.

172Comme dans les autres cas, l’agoranomie et la stratégie sont les seules fonctions attestées. Si les deux vont souvent de pair, elles ne sont jamais accompagnées d’autres fonctions. Il y a peu de choses à ajouter de ce point de vue sur ce texte, comme sur la plupart de ceux du même genre. Les fonctions municipales accomplies par les notables palmyréniens, et citées par les inscriptions, semblent être seulement les plus importantes. De plus, il semble bien que les textes se contentent de l’essentiel, et qu’on ne fasse généralement pas état de toutes les fonctions, mais seulement de celles qui motivent l’honneur accordé.

2. LES RAPPORTS ENTRE LES MAGISTRATURES ET LA SYMPOSIARCHIE

  • 225 DFD. p. 255-256 et 286-287, à propos du texte RSP n° 127.
  • 226 L’importance de cette fonction (la symposiarchie) a été bien mise en valeur par J. T. Milik (DFD, (...)

173Le mot liturgie, on l’a vu, peut désigner aussi une fonction religieuse dans les différents sanctuaires de Palmyre. La racine araméenne utilisée pour traduire le mot liturge (‘ḥd) est par exemple appliquée aux curateurs de la source Efqa et à leurs employés225. Il n’est apparemment pas attesté que le terme s’applique aussi aux fonctions religieuses les plus importantes de Palmyre, celles de symposiarque226. Mais il faut noter que cette fonction ne semble pas accompagner d’autres magistratures civiques. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il ne semble pas que les carrières des notables palmyréniens aient de manière courante mélangé les deux types d’activité.

  • 227 M. Sartre, 1996a. p. 391-392.
  • 228 Sur les attributs des prêtres dans les représentations figurées, voir R. Stucky. 1973. p. 163-180.
  • 229 Voir M. A. R. Colledge, 1976a. p. 250 (entre 150 et 200). Le buste est actuellement au British Mus (...)
  • 230 DFD, p. 112-114 et 147.

174On a pourtant au moins un cas de magistrat qui a aussi été prêtre au cours du iiie siècle, c’est Septimius Worod, d’après le texte CIS 3942. Un autre cas possible est fondé sur une reconstruction plus hasardeuse. Le texte Inv X, 13 est daté d’avril 218. Un certain Taîbbôl, secrétaire (bgrmṭy’, « à l’occasion de son secrétariat »), est honoré par le Conseil et le Peuple. L’inscription est très lacunaire, on ne connaît donc pas les noms de ses ancêtres, ni à quelle occasion il aurait offert une somme de 500 deniers pour une construction. M. Sartre fait l’hypothèse que cette somme représentait peut-être la summa honoraria du magistrat, à son entrée en charge. Mais, il ajoute que l’inscription semble bien tardive pour une charge de secrétaire, « car la fonction de grammateus semble étrangère aux colonies ». Or Palmyre a reçu ce statut au plus tard en 217, donc au moins un an avant l’inscription. Il est donc vraisemblable que le texte fait allusion à une charge et à des événements distants d’un certain nombre d’années227. À partir de ce texte. J. T. Milik proposait une reconstruction assez intéressante : en effet, il identifiait Taîbbôl avec un certain tybwl br Išmš tybwl rb’ (CIS 4288 = PS 251 ; fig. 12), qui est représenté avec sur la tête le mortier caractéristique des prêtres228. Or, ce buste appartient au groupe IIDc défini par H. Ingholt, et date donc sans doute de la deuxième moitié du iie siècle229. Le rapprochement entre les deux inscriptions est donc possible chronologiquement, à la seule condition que le buste date plutôt de la fin du iie siècle et que la fonction de secrétaire ait été remplie de nombreuses années avant que Taîbbôl ne reçoive les honneurs rendus par le Conseil et le Peuple230.

  • 231 J. T. Milik. DFD, p. 113 traduit par le verbe « restaurer », mais D. Hillers et E. Cussini dans PA (...)

175Une difficulté se présente : le buste a été restauré (l’araméen emploie le verbe hdt231) par un certain Azîz, fils de Taîbbôl (‘zyz br tybwl dy mtqr’ ‘bd’), peut-être un fils du prêtre, ou bien plutôt un parent quelconque. Cela signifie donc qu’il y a de fortes chances que le buste ait été plus ancien, soit que la restauration ait été en fait la fourniture d’un nouveau buste, soit qu’on ait réparé le buste endommagé pour une raison ou une autre. Mais, ce qui est en fait le plus gênant est que, sur le buste funéraire, le nom de tybwl est suivi du mot ḥbl (« hélas ») qui indique généralement que la personne représentée est défunte. Si Taîbbôl était déjà mort à la fin du iie siècle, il ne peut avoir été honoré en 218. Or il est peu probable que le texte Inv X. 13 lui confère des honneurs à titre posthume. En effet, si le texte est lacunaire, une comparaison avec d’autres textes du même genre montre que la formule btr dy myt (« après sa mort ») ne semble pas pouvoir trouver sa place dans ce qui reste de l’inscription. Les deux solutions (identification ou non) sont donc au moins aussi probables. On ne peut affirmer que ce prêtre a aussi été un magistrat important dans les institutions civiques de la cité de Palmyre.

  • 232 D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 60. n. 7.

176Le seul cas vraiment explicite de mélange des fonctions civiques et religieuses est fourni évidemment par Septimius Worod, personnage sur lequel il faut revenir dès qu’il s’agit de la Palmyre des dernières années du iiie siècle. Des dix textes qui le concernent, CIS 3942 est le plus développé et le plus explicite sur les nombreuses fonctions qu’il a exercées. On a parlé de la carrière municipale du personnage (stratège et agoranome), mais il a aussi eu un rôle important dans la direction des caravanes. On apprend en outre aux lignes 14-16 du texte grec (seul conservé) qu’il a été symposiarque des prêtres du dieu Bel (νυνεì λαμπρως συμποσίαρχον τῶν το[ῦ θεοῦ] Διὸς Βηλου ἰερέων). Le texte est daté d’avril 267 par le CIS, ad loc, d’après sa place dans la Grande Colonnade entre des colonnes qui portent des textes des années 576 et 578 de l’ère séleucide. Cette date a été remise en question par D. Schlumberger232, car les colonnes ne suivent pas d’ordre chronologique strict. La date de la symposiarchie de Worod est donc comprise entre 267 et 271 ; il est probable d’ailleurs que, la fonction débutant en avril, le texte date du premier mois d’exercice de Worod, à moins qu’il ne l’ait exercée plusieurs années de suite.

  • 233 H. Seyrig, 1963. p. 171-172.
  • 234 En ce sens, apparemment. R. Stucky. 1973, p. 179, n. 6. (ou il faut lire « RTP. 66. n° 485. 69. n° (...)
  • 235 À ce sujet, on peut rappeler la remarque suivante : « la succession de deux ou plusieurs noms prop (...)
  • 236 M. Gawlikowski, 1985. p. 251-261 et en particulier, p. 257, n° 13.

177Il semble donc que Worod soit le seul notable de Palmyre à avoir participé à ces deux types de carrière, auxquelles s’ajoutent de plus des fonctions importantes dans l’Empire romain. Il est d’autre part étonnant que la famille d’Odainat semble attestée pour des fonctions religieuses seulement sur des tessères (RTP 485, 736, 746 et 787). Il semble pourtant que ce ne soit pas en tant que symposiarques, mais à leur entrée dans le corps sacerdotal, que les fils d’Odainat ont fait éditer ces tessères qui portent leur nom233. H. Seyrig pense que le nom d’Odainat est le patronyme commun aux deux donateurs de banquet, et non le nom du prêtre. Il est possible pourtant que la tessère 746b qui représente deux prêtres, avec les noms de Haîran et Odainat, soit l’indication d’une éventuelle prêtrise de ce dernier234. Le problème qui se pose est celui du statut des noms inscrits : soit patronyme, soit nom du personnage représenté235. Il est vrai que sur les 485a, 736a et b, le nom d’Odainat est inscrit dans le coin gauche, donc en position de patronyme dans le sens de la lecture (de droite à gauche), ce qui concorde avec l’interprétation de H. Seyrig. Le problème est plus difficile pour le 746b, où le nom d’Odainat est à droite, donc en première position dans le sens de la lecture. Or, Odainat est non seulement père d’un Haîran, mais lui-même fils d’un autre Haîran236.

Tessères de Palmyre représentant des membres de la famille d’Odainat (?).

  • 237 Il serait intéressant de voir si l’exemplaire de Berlin (n° 746ter), sur lequel les deux prêtres r (...)

178Certes, il est possible que la tessère ait été gravée à l’envers (voir RTP, p. 97, ad loc.) — puisque les deux prêtres reposent sur le coude droit, ce qui est contraire à l’habitude —, et qu’on ait gravé l’inscription en commençant par le patronyme. La reproduction (pl. XXXVI de RTP) est trop sombre pour permettre d’en juger237. Il faut aussi ajouter que sur l’autre face, on a deux figures de prêtres, avec deux noms. Il est tentant d’identifier le Wahballat (whblt) mentionné avec un membre de la même famille, mais en suivant la proposition de H. Seyrig (nom + patronyme), il s’agit plutôt d’un certain Belaî, fils de Wahballat (inconnu par ailleurs).

179Quoi qu’il en soit — et il me semble difficile de conclure définitivement —, il n’est pas possible d’exclure qu’Odainat lui-même ait eu des fonctions religieuses au sein des thiases les plus importants de la cité de Palmyre.

  • 238 E. Will, 1996. p. 109-115.
  • 239 Idée déjà exprimée par H. Seyrig. 1963. p. 167.
  • 240 Plutôt, bien sûr, que l’indication d’une origine non libre, comme c’est le cas pour un certain nom (...)
  • 241 Le fameux Worod, l’agoranome des Res Gestae Diui Saporis (ligne 67 du grec) ne porte pas, lui non (...)
  • 242 Par exemple les nos 60, 102, 123, 144, 189, 233, 261-263, 266-267.

180La personnalité de Worod pose un certain nombre de problèmes sur lesquels E. Will est revenu récemment238. Tout d’abord, il n’est jamais appelé autrement que Worod, sans qu’aucun patronyme n’apparaisse, contrairement à tous les notables de Palmyre qu’on a pu identifier jusqu’alors. C’est à mon sens un des meilleurs arguments pour affirmer l’identité de Οὐορώδης. bouleute de Palmyre (H. Seyrig, 1963. p. 161 = 1985. p. 277), avec Αὐρήλιος Οὐορώδης. chevalier et bouleute de Palmyre (CIS 3937), wrwd (CIS 4105 ter). ’Iούλιος Αὐρήλιος Σεπτίμιος Οὐορώδης (Inv III, 3 revu par D. Schlumberger, 1942-1943a. p. 35) et Σεπτίμιος Οὐορώδης spṭmyws wrwd (CIS 3938 à 3943)239. Qu’il s’agisse d’un seigneur parthe ou perse, réfugié à Palmyre lors des événements qui ont suivi l’arrivée au pouvoir des Sassanides, est une possibilité non négligeable. Mais les noms iraniens sont assez courants à Palmyre (voir ici le chapitre II), et rien ne prouve de manière définitive l’origine iranienne du personnage. Il se peut que l’absence de patronyme soit une indication de l’origine étrangère à Palmyre de Worod240. Dans les Res Gestae Diui Saporis, il est d’ailleurs fréquent que les noms ne soient pas suivis des patronymes, avec des variations notables pour des raisons qui m’échappent241. Mais le nom « Worod » est extrêmement courant en Mésopotamie, en particulier à Hatra242, ou bien encore en Élymaïde (Inv X, 114), pour prendre quelques exemples dans les marges de l’Empire parthe.

  • 243 Voir F. Quass, 1993. p. 150-151.

181Néanmoins pour l’étude des fonctions de Worod à Palmyre, telles qu’elles apparaissent dans le texte CIS 3942, le problème de son identité et de son origine se pose avec moins d’acuité. Le dénommé Worod qui apparaît dans ce texte est, vers 267 au plus tard, citoyen de Palmyre et magistrat. Il exerce de plus des charges impériales (procurateur ducénaire) dès 258 (CIS 3938), et la symposiarchie après 266. Même si on n’est guère renseigné sur le cas précis de Worod, cette dernière fonction est souvent en rapport plus ou moins étroit avec le culte impérial, et plus généralement avec les autorités romaines. Ce lien allait peut-être au-delà de simples coïncidences, et il pouvait être devenu traditionnel de faire correspondre la charge de symposiarque et les bonnes relations avec Rome. Ce n’est d’ailleurs pas une coutume propre à Palmyre : le culte impérial était une preuve de la loyauté des provinces vis-à-vis de l’autorité romaine et devait donc être confié à des gens qui pouvaient incarner cette loyauté, tout en étant représentatifs des élites locales243.

  • 244 G. W. Bowersock, 1976. p. 349-355. On sait seulement qu’un des ancêtres du symposiarque s’appelait (...)
  • 245 Inv IX. 26 ; le nom du symposiarque est très mutilé ; en grec, on a ...καì Mεζαββ[ανα...] τοῦ Mαλι (...)
  • 246 G. W. Bowersock, 1976. p. 352.

182Ainsi en 140-141, le symposiarque s’appelle Casperianus Zénobios (H. Seyrig, 1939, p. 320. n° 24a). À la tête des prêtres de Bel, il dédie une statue à un militaire romain de la IV Legio Scythica. Vingt-cinq ans plus tard, en 166, le symposiarque, anonyme, est aussi prêtre des empereurs et dédie des statues des empereurs Lucius Verus et Marc Aurèle244. En août 193, le grand prêtre et symposiarque. Malikû dit Mezabbanâ, dédie aussi une statue d’un empereur, qui est cette fois sans doute Pescennius Niger. Le nom de la personne honorée a en effet été martelé dans les deux versions du texte, ce qui a fait supposer, à cause de la date, qu’il s’agissait de Niger245. En avril 203, c’est un certain Σαλμης Μαλιχου τοῦ Βωλιαδους (šlm’ brmlkw br blyd’) qui remplit ces mêmes fonctions de grand prêtre et symposiarque (CIS 3970). Lui aussi fait dresser des statues impériales, pour six membres de la famille des Sévères. C’est d’ailleurs grâce à ces deux dernières inscriptions que G. W. Bowersock justifie, de manière tout à fait convaincante, la restitution du titre de symposiarque dans le texte de 166246.

  • 247 R. Mouterde et A. Poidebard. 1931. P. 101-115. I. 22-23.
  • 248 On sait qu’il existait, à Palmyre même, un temple pour ce culte : voir les textes BS nos 48 (= J. (...)

183Un cas un peu particulier est celui de Soados, fils de Bôlîadâ, dont un texte de 145 indique qu’il aurait fondé à Vologésias un temple des Augustes (« καì κτίσαντα [ἐ]ν Ολογα[σιαδι ναòν τῶν Σε[βαστῶν »)247. On reviendra au chapitre III sur le caractère surprenant de cette fondation, alors que Vologésias appartient, semble-t-il, à l’Empire parthe. Ce qui peut arrêter ici est le fait que Soados n’exerce aucune fonction publique et qu’il semble agir de sa propre autorité. Le lien entre cet événement et le culte officiel des empereurs à Palmyre est difficile à faire. La première attestation formelle du culte impérial à Palmyre date de 166, soit vingt ans après le texte de Soados248. Il est curieux que ce culte apparaisse dans la documentation d’abord hors de Palmyre (le texte a été de plus trouvé à Umm el-Amad, à une vingtaine de kilomètres au sud de l’oasis) et soit le fait d’un personnage, certes important, mais qui, semble-t-il, n’a pas de fonctions officielles. Il est probable que le culte impérial existait déjà à Palmyre avant 145, mais rien ne peut le confirmer.

  • 249 = 1GRR IV. 156 (cité par F. Quass. 1993, p. 218. n. 806).
  • 250 Salamine de Chypre XIII. P. 49-55, nos 106-122.

184Il y a sans doute des comparaisons à faire avec le reste de l’Empire, où les grands prêtres du culte impérial sont aussi des grands personnages, soit de la vie civique, soit encore des prêtres de grandes divinités locales. On peut prendre un exemple de ce dernier cas, à Assos. en Asie Mineure. Le prêtre d’Auguste à vie. Q. Lollius Philetairos est en même temps roi (fonction religieuse : πάτριος βασιλεύς), prêtre de Zeus Homonoios et gymnasiarque au témoignage du texte I. Assos, 15249. Même si les textes ne renseignent pas toujours sur d’autres fonctions religieuses des prêtres impériaux, ceux-ci sont la plupart du temps aussi magistrats ou liturges, et occupent des places élevées dans les hiérarchies locales. Ainsi à Salamine de Chypre250, dans la seconde moitié du ier siècle apr. J.-C., Servius Sulpicius Panclès Veranianus est honoré à plusieurs reprises, ainsi que différents membres de sa famille, pour les services qu’il a rendus à la cité ou au koinon de Chypre (κοινὸν Κυπρίων). Il a en effet été gymnasiarque, agonothète, a fait construire le théâtre, peut-être le gymnase et l’amphithéâtre. Enfin, il a été à trois reprises grand prêtre des Augustes pour l’île.

  • 251 S. R. F. Price, 1984, chap. iii.
  • 252 Comme l’écrit p. Le Roux, 1998. P. 280, à propos de la partie occidentale de l’Empire : « les prêt (...)
  • 253 Par la symposiarchie. Il a peut-être à prendre en charge le culte impérial, si celui-ci subsiste a (...)

185On sait qu’au cours de la seconde moitié du iiie siècle, le culte impérial a tendance à disparaître251 : cela rend moins étonnant son absence à Palmyre à la fin de la période et explique sans doute que de grands notables, comme en particulier Worod, n’y soient pas associés. Néanmoins, ce dernier apparaît à un moment où, semble-t-il, Palmyre rentre dans une certaine norme. Le principal magistrat de la cité devenue colonie est en même temps grand prêtre de la principale divinité. Bien qu’il n’y ait pas d’attestation de ce cumul avant les années 260-270, il faut sans doute ajouter que cela est tout à fait attendu dans le cadre d’une colonie252. De ce point de vue, comme E. Will l’avait parfaitement vu, Worod est un des exemples les plus classiques fournis par Palmyre, parmi les notables. C’est un haut magistrat de la colonie qui occupe tout à fait normalement de hautes fonctions religieuses. Il est en même temps intégré dans l’administration impériale253. Par comparaison avec les autres notables connus à Palmyre, son cas peut sembler atypique, mais il correspond par bien des aspects à un modèle courant dans le reste de l’Empire. Certes, on ne peut réduire totalement son originalité et une fonction comme celle d’argapet n’a pas d’équivalent clair ailleurs, quelle que soit l’interprétation du terme que l’on choisisse. D’ailleurs, les fonctions d’Odainat, au même moment, sortent aussi de ce cadre colonial, même s’il est difficile de les définir.

B. DES FAMILLES PRÉDOMINANTES

186On voit donc qu’il est plutôt difficile de décrire de manière détaillée la majorité des carrières de notables palmyréniens. Pour éluder la difficulté, il faut s’intéresser, cette fois, non plus à des individus isolés, mais à des familles, au sens strict comme au sens large. Pour la plupart des notables dont les noms apparaissent dans le tableau, il est possible de retrouver au moins une partie des familles auxquelles ils appartiennent. On pourrait ainsi arriver à définir un milieu de notables, dans lequel se recrutaient de manière privilégiée les magistrats, mais aussi les symposiarques et l’ensemble de l’élite de la ville qui apparaît dans la documentation. Même si tous les notables de Palmyre ne participent pas au même degré à la vie civique, et plus généralement aux activités publiques, il semble clair que les magistrats de Palmyre se recrutaient dans le même milieu que les fondateurs des grands tombeaux ou les évergètes connus par les textes.

a. Famille de Bônnê

  • 254 Le texte M. Rodinson, 1950, P. 137 est daté d’avril 52 ET CIS 3927 de juillet 140.

187Chronologiquement, un des premiers exemples de dynastie familiale est constitué par la famille de Bônnê. Elle est attestée par un certain nombre d’inscriptions entre le milieu du Ier siècle et le milieu du second254. L’ancêtre le plus ancien qui apparaisse dans les textes est un certain tymy, qui semble être l’arrière-arrière-grand-père du Bônnê dont le fils construit une tombe vers 52 de notre ère. En comptant 25 à 30 ans par génération (estimation moyenne), on peut remonter pour cet ancêtre à une date de naissance aux environs du début du ier siècle av. J.-C. Cette date est plus récente que celle à laquelle on peut remonter grâce à la généalogie du plus ancien texte du sanctuaire de Baalshamîn (BS n° 60).

188Du point de vue des générations, il existe un décalage entre les deux branches de la famille. Si on suit l’arbre généalogique de la famille, Ahophalî (‘ḥply) est plus jeune d’une génération que Bônnê, fils de Bônnê (bwn’ br bwn’). Or ce dernier est proèdre trois ans avant une inscription posthume de son cousin. On peut considérer que Haîran, fils de Bônnê avait environ 30 ans au moment de la construction de la tombe, et donc un peu plus de 50 ans en 74, quand il est honoré par le Conseil. Avec un intervalle de 25 à 30 ans entre les différentes générations, on arrive à un âge assez avancé (pour l’époque) pour le proèdre de 137, puisqu’il est probablement né vers 75 ou 80 de notre ère. Son cousin Ahophalî, décédé en 140 (ou peu avant), est donc né aux alentours de 100.

  • 255 Outre M. Rodinson, 1950, P. 137 ; Inv IX. 20 : J. Cantineau, 1933. P. 175 N° 2B deja cites, il est (...)

189Le personnage le plus important de la famille semble être Haîran dit Rabbel (ḥyrn dy mtqr’ rb’l) qui apparaît dans un grand nombre de textes255. Le plus intéressant dans sa carrière est la période pendant laquelle il s’illustre. En effet, les dates des inscriptions le concernant s’échelonnent d’avril 52, moment où il fait construire sa tombe, à juillet 74, quand il est honoré par le Conseil et le Peuple. Ce dernier texte présente la particularité d’être trilingue, mais surtout, d’être la première dédicace honorifique mentionnant le nom du Conseil (voir annexe V). À ce moment, le Conseil est sans doute de création relativement récente ; on voit donc l’intérêt qu’il y a à avoir ce texte, un des témoignages les plus anciens de la mise en place des institutions civiques de Palmyre.

  • 256 Cf. J.-C. Balty. 1991. P. 50-56 ET 591-593.
  • 257 Un grand nombre des inscriptions honorifiques qui proviennent du sanctuaire de bel sont datées du (...)
  • 258 E. Will. 1992. P. 123.

190Ce qui renforce encore son importance est le lieu de sa découverte, sur une colonne honorifique, à l’extrémité sud de l’avenue qui part du théâtre et près de l’agora de Palmyre (voir pl. 8). C’est à cet endroit d’ailleurs que le texte se trouve encore, là où s’ouvre dans l’enceinte la porte « du théâtre ». Or c’est dans cette zone, de l’autre côté de l’agora, dans son angle ouest, que se réunissait sans nul doute le Conseil au cours du iie siècle256. Il est d’ailleurs symbolique que l’évolution des honneurs reçus par ce personnage conduise du temple de Bel à cette zone de l’agora, alors que cette dernière devient peu après un centre de l’activité de Palmyre. Cela ne signifie pas qu’on abandonne le sanctuaire de Bel pour honorer les bienfaiteurs de la cité257, mais il est clair que la position de cette colonne, à cette date, n’est pas l’effet du hasard. Certes l’agora date sans doute du début du iie siècle258. Elle est donc postérieure à l’érection de la colonne. Mais cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas eu, à cet endroit, un lieu de réunion des notables de Palmyre, dès le milieu du ier siècle.

191Le premier texte qui honore Haîran, fils de Bônnê, est daté d’avril 56 (mais d’avril 60 d’après la version palmyrénienne ; Inv IX, 20). Il s’agit d’une inscription sur une console de colonne du sanctuaire de Bel. Il est possible que le texte ait été regravé à cet endroit lors de la construction du péristyle du sanctuaire, puisque cet édifice date du iie siècle. Ce n’est pas le seul cas de regravure, on en connaît d’autres exemples dans le sanctuaire de Bel lui-même ou encore dans l’agora. Il ne serait pas étonnant que l’inscription ait été reprise au moment de la construction du péristyle, vu l’importance du personnage et de la famille, d’autant plus que cette dernière comptait encore des membres influents au cours du iie siècle. Ce texte est une dédicace honorifique faite par les prêtres de Bel (ιερεῖς θεοῦ μεγίσ[του Διὸς Βηλου] et kmry’ dy bf) « en son honneur, pour sa bienveillance » (τειμῆς καί εύνοίας ἔνεκεν). L’absence de l’équivalent de cette formule, ne serait-ce que sous la forme lyqrh, est remarquable. Comme le note J. Cantineau, dans son édition du tome IX de l’Inventaire (p. 31), il s’agit sans doute d’une omission du lapicide. On voit mal sinon quelle serait la raison de cette absence. Néanmoins, outre cette erreur, il y a une discordance des dates entre les deux versions. La somme de bizarreries est assez importante. On aimerait pouvoir l’expliquer de manière simple…

  • 259 Comme d’ailleurs la version latine qui traduit εύσεβής par « pius » ce qui est normal, mais utilis (...)
  • 260 J. Starcky, dans Inv X. P. 16 et J. T. Milik. DFD, p. 226.
  • 261 Il faut faire état ici de la théorie intéressante de M. Pietrzykowski (1997. p. 119-133) : selon l (...)

192Le meilleur commentaire qu’on puisse faire de ce texte est de citer l’autre dédicace honorifique en l’honneur du même Haîran, inscription postérieure de dix-huit ans, mais qui a probablement des liens étroits avec le texte d’avril 56. C’est la première attestation de la formule courante εύσεβὴς καί φιλόπατρις dont on a parlé dans la première partie du chapitre. Là encore, la version grecque du texte259 est beaucoup moins précise que l’araméen et il faut se tourner vers celui-ci pour comprendre précisément de quoi il s’agit. En fait, le grec indique bien dans quel domaine Haîran s’est illustré, mais on en reste à des mots courants. Le texte palmyrénien est tout à fait clair : Haîran est félicité par le Conseil et le Peuple pour « avoir fait des décorations dans les édifices de leurs dieux ». Le texte grec, restitué grâce à l’araméen, utilise le mot κ[οσμητ]ήν. J. T. Milik. après J. Starcky, propose la correction éventuelle de : « les édifices de leurs dieux », par : « les édifices de Bel, le dieu »260. Cette correction est tentante, car elle correspond tout à fait au texte de 56, qui est le fait des prêtres de Bel. Néanmoins, si elle est aussi probable que l’autre, elle ne semble pas tout à fait assurée. De toute façon, il est clair que Haîran a contribué à l’embellissement et la décoration du temple de Bel261. Il a peut-être aussi agi en faveur d’autres bâtiments religieux mais il est impossible d’entrer dans les détails sur ce point.

  • 262 Selon l’interprétation assez convaincante de J. T. Milik, DFD. P. 226-227.
  • 263 G. Levidella Vida. 1939. P. 883-886 avec la lecture corrigée de R. Du Mesnil du Buisson, 1942-1943 (...)
  • 264 D’après M. Segre, dans G. Levi della Vida. 1939. p. 883, l’inscription est datable (d’après l’écri (...)

193Étant donné la place prééminente de Haîran dans la société palmyrénienne, ainsi que ses relations privilégiées avec le sanctuaire de Bel, il est tout à fait tentant d’identifier le dénommé bw[n]’ br ḥym de la tessère RTP 463 avec un membre de la même famille. Les éditeurs du recueil des tessères (RTP, p. 203) en font le père du proèdre mentionné par le Tarif, bwn’ br bwn’ br hyrn (Βωννεος Βωννεους τοῦ Αιρανου). Bônnê, fils de Haîran aurait donc été symposiarque aux alentours de la fin du Ier siècle262 et il pourrait être le chaînon manquant entre Haîran des années 50-70 et le proèdre de 137 (voir l’arbre généalogique en annexe XVII). L’onomastique correspond assez bien, tout comme les dates, car il est peu probable qu’il se soit écoulé plus d’une génération entre ces deux personnages. Un possible frère du symposiarque est un personnage connu par une inscription de Cos263. Il s’appelle en effet Ραββηλ Αιρανου (rb’l br ḥyrn), ce qui correspond bien à l’onomastique familiale264, mais l’inscription est difficilement datable.

  • 265 Parmi celles-ci, la plus importante est sans doute qu’il s’agit du plus long texte épigraphique co (...)

194Les différents membres de la famille illustrent presque tous les cas de figures mis en lumière. Le premier, Haîran dit Rabbel, est indubitablement un notable, il est lié aux grands bouleversements institutionnels et religieux qui touchent la ville de Palmyre, mais il ne semble pas participer directement aux activités civiques (au moins en tant que magistrat). Le second, Bônnê, fils de Haîran est apparemment symposiarque au tournant du siècle, et marque l’emprise de la famille sur le culte le plus important de Palmyre. Enfin, son fils est proèdre en 137, au moment où le Tarif renouvelle l’organisation douanière de la cité. Il ne faut certes pas exagérer l’importance de ce texte. Il l’est surtout pour la recherche moderne, pour des raisons qui n’auraient pas frappé les contemporains de Bônnê, fils de Bônnê265. Ce dernier, en tout cas, occupait une fonction importante dans les institutions de Palmyre, à la tête du Conseil qui regroupait probablement les notables de la cité. Néanmoins, cela ne signifie pas qu’il détenait par là un pouvoir énorme. On n’a jamais retrouvé de texte le concernant, mais son nom est cité dans une inscription, seulement parce qu’il se trouvait diriger la séance alors que le Conseil prenait une décision importante. Certes, un grand nombre d’inscriptions honorifiques qui concernent les notables de Palmyre ont disparu, et rien n’interdit que les recherches futures fassent connaître une inscription par laquelle le Conseil le remercie pour tel ou tel bienfait.

  • 266 M. Rodinson. 1950. P. 137. La mère de Haîran se nomme Bααλθηγα b’itg; on donne son patronyme (brt (...)

195La succession de ces trois membres de la famille est tout à fait caractéristique et sans doute significative du fonctionnement de la cité. C’est en effet le premier, apparemment sans fonctions officielles, qui semble être le personnage le plus important des trois. Les deux autres, symposiarque et proèdre, donc au sommet de la hiérarchie civique, ne semblent pas avoir eu le même rayonnement. On peut même soupçonner que leur position sociale est une conséquence de l’action de leur père et aïeul, véritable fondateur de la famille. La mère et le père de Haîran bar Bônnê sont connus par le texte de fondation du tombeau de famille (en 52 apr. J.-C.)266, mais rien ne permet d’affirmer que leur situation particulière dans la société de Palmyre a pu contribuer à la position de leur fils.

196Inversement, il n’est pas possible non plus de parler pour celui-ci d’ascension sociale ; on peut éventuellement penser que la construction par Haîran d’un tombeau pour ses parents est le signe d’une arrivée récente parmi les gens assez riches pour pouvoir payer la construction d’une tombe. Mais sa généalogie assez longue permet de penser qu’il appartient à une famille plutôt ancienne, même si on sait aussi que ces longues lignes de parenté ne sont pas forcément fiables.

  • 267 CIS 3927, daté de juillet 140. Le personnage s’appelle Αοϕαλεις Αιρανου τοῦ Σαβα τοῦ Αιρανου τοῦ Β (...)

197Le dernier membre connu de la famille s’appelle Ahophalî, fils d’Haîran. Il est honoré par le Conseil, pour avoir promis à celui-ci un don perpétuel (έπίδοσις αίωνία), ainsi qu’un sacrifice (θυσία)267. L’inscription rappelle l’ensemble des bienfaits accomplis pendant sa vie. L’aramé en comporte la formule classique btr dy myt (« après sa mort »), qui devient en grec, tout aussi habituellement, μνήμης χάριν. C’est au moment de sa mort qu’il a dû être honoré, et la liste des bienfaits qui lui valent cet honneur concorde bien avec l’âge relativement avancé qu’on peut lui accorder d’après des critères généalogiques. Il a promis ces dons, et cette promesse se trouve peut-être réalisée au moment de sa mort (par le biais de dispositions testamentaires à cet effet ?), ce qui entraîne de la part du Conseil le décret dont on a ici le résumé.

198On peut s’interroger sur les fonctions qu’il a pu avoir à Palmyre. Aucune n’est signalée dans le texte, mais il semble avoir eu des relations étroites avec le Conseil, puisque ce dernier le remercie d’un don fait en son honneur (αύτῆ désigne évidemment ή βουλή, qui est le dédicant de l’inscription). À quel titre Ahophalî a-t-il été bienfaiteur du Conseil ? La question mérite d’être posée. C’est une des seules attestations d’une telle générosité envers une institution de la cité de Palmyre. Une éventualité serait qu’il a fait partie de cette assemblée, peut-être même en tant que proèdre, et qu’il a fait cette promesse pendant l’exercice de ses fonctions.

  • 268 Voir F. Quass, 1993, p. 200-229 et les exemples qu’il a rassemblés aussi bien pour l’époque hellén (...)
  • 269 Voir I. Levy, 1895, p. 228-229. On trouvera de nombreux exemples de fondations en faveur du Consei (...)

199Ce qui est sûr, si on compare le vocabulaire utilisé avec celui de décrets contemporains du monde grec, c’est que l’expression employée est courante. C’est de cette manière qu’on décrit l’activité de notables qui font des dons volontaires à leur cité, parce que celle-ci n’a pas les moyens de subvenir à tel ou tel poste de dépense. C’est en particulier le cas pour la construction de bâtiments publics268. Il faut ajouter qu’il arrivait souvent que les notables n’étaient volontaires que nominalement et qu’ils étaient forcés de céder à la pression « amicale » de leurs concitoyens. Ce type de don perpétuel (fondation pour un sacrifice périodique), en faveur d’une assemblée est connu par plusieurs textes d’Asie Mineure269.

  • 270 H. Seyrig, 1939, p. 319-320. On a un autre exemple de don au Conseil avec le texte H. Seyrig, 1937 (...)

200On a aussi un exact parallèle de ce genre d’attitude dans un texte très lacunaire publié par H. Seyrig270. Il s’agit vraisemblablement d’un décret en l’honneur d’un personnage dont le nom est perdu. Il est remercié d’avoir instauré une fondation, avec des dons d’objets pour le culte (λαμπάς), un sacrifice et une έπίδοσις τῇ βουλῇ άίδιος (« un don au Conseil pour toujours »). Comme dans le texte CIS 3927, le décret émane vraisemblablement du Conseil. Le reste du texte donne une date qui est celle du sacrifice prescrit (le 26 janvier) et rappelle les autres preuves de générosité du personnage, déjà honoré par le passé (πρòς ταίς ἄλλαις [αύτ]οῦ φιλοτε[ιμίαις ά]νειλημμέν[ην ?]).

201Il se peut aussi qu’Ahophalî ait voulu remercier le Conseil pour une raison qui reste inconnue (peut-être d’autres honneurs antérieurs) et que ce soit la raison de ce don. Le fait qu’on précise qu’il s’agit d’un don (έπίδοσις) mais aussi d’un sacrifice peut être une indication. Il faut sans doute chercher la solution dans le domaine religieux, mais cela laisse un vaste champ de possibilités. Qu’il ait promis de faire un don au Conseil est certain, mais seul le texte araméen est explicite et met sur le même plan le don au Conseil et le sacrifice (mgd ḥr[m]’ l’lm’ w [m]qlwť), en les opposant nettement aux objets sacrés offerts à trois divinités (w’qm [m]ḥr[m]n). Sans cela, on aurait pu penser qu’il y avait, d’une part un don au Conseil, et de l’autre un sacrifice et des dons aux dieux. En fait, il est possible que les trois soient sur le même plan et que le sacrifice fait par les autorités du Conseil doive être perpétuel et en l’honneur des divinités pour lesquelles Ahophalî a fait ces dons.

  • 271 Inv VI, 13 (complété par H. Seyrig, 1933c, p. 277-279, et M. Gawlikowski, 1973a, p. 96-97 qui cite (...)

202Un texte découvert dans les ruines du camp de Dioclétien a été rapproché de celui-ci par différents commentateurs. Il s’agit d’une inscription grecque sur une stèle à édicule en bas-relief271. Un sacrifice holocauste ([όλό]κ[α]υστ[ο]ν θ[υσία)ν) est prescrit chaque année, le jour bon (κατ’ἔτος τῇ άγαθῇ ήμέρα), pour toujours. Le décret résumé en CIS 3927 rappelait un événement de ce type, et la seule chose qui puisse étonner est que la fondation ait été faite en faveur du Conseil et non d’un collège de prêtres ou d’un thiase.

  • 272 Il faut comprendre θαιμειοσ comme correspondant au nom courant taîmaî (tymy), et celte divinité es (...)

203La deuxième partie de l’action de Ahophalî est beaucoup plus courante à Palmyre : il a fait des offrandes aux dieux Malakbel. Gad Taîmaî (en grec Τύχη Θαιμειος272) et Atargatis, que le grec appelle « dieux ancestraux » (πατρῳοῖς θεοῖς). On remarquera, après J. T. Milik. DFD, p. 73, que l’ancêtre le plus éloigné de la famille porte le nom de tymy (voir l’arbre ci-dessus). La famille de Bônnê qui appartient au clan des bny š’t, de la tribu des bny myť, participe donc encore au iie siècle à ce culte ancestral, bien qu’aucun des deux descendants connus à cette période ne juge utile de rappeler le nom de la tribu. Le nom du clan particulier (bny š’t) fonctionne comme un éponyme et il n’apparaît que dans la version araméenne de CIS 3927, accolé au dernier nom cité dans la lignée d’Ahophalî.

  • 273 Voir J. T. Milik, DFD, p. 87 : il pense pouvoir répartir les « tribus palmyréniennes en fractions, (...)

204Par un phénomène courant, la généalogie de ce personnage remonte jusqu’à l’ancêtre qui semble le plus important, celui qui a donné son lustre à la famille. Il n’est pas étonnant que ce soit justement Haîran, fils de Bônnê. Les versions araméenne et grecque de la généalogie sont différentes ; dans la première, on peut noter l’omission fréquente du mot bar (br) qui signifie « fils de » : ainsi entre le nom du père et celui du grand-père et entre celui de Haîran et ceux de son père et de son grand-père. L’article est au contraire présent partout dans le grec, comme il est normal. Il faut sans doute, au moins en ce qui concerne l’onomastique, donner la préséance à la version sémitique. Il est probable que les Palmyréniens ont mieux su donner leur nom dans leur langue natale, ou du moins qu’ils savaient mieux exprimer ce qu’ils voulaient montrer de leurs généalogies, selon leurs propres catégories. À chaque fois, le nom simplement en apposition est à comprendre comme le nom de famille, celui qui permettait de reconnaître le personnage dans la foule des homonymes273. Haîran n’était pas un nom rare, et il fallait ajouter Shabâ (šb’) ou Bônnê (bwn’) pour permettre de savoir à qui on avait affaire. Il est tout à fait probable que Shabâ soit le père de Haîran et donc le grand-père de Ahophalî, de même que Bônnê est le père de l’autre Haîran, mais cela n’est pas entièrement certain. Ce qui est absolument exclu, en revanche, est que Haîran, fils de Bônnê soit le petit-fils du Shaat (š’t) dont le nom suit le sien dans la généalogie de CIS 3927. Comme on l’a vu, c’est un nom de famille qui est aussi bien celui de Haîran, fils de Bônnê, que celui de Ahophalî lui-même.

  • 274 Il s’agit aussi de la dernière trace qu’on ait d’un descendant des membres de la tribu des benê mî (...)
  • 275 À moins qu’elles n’aient pas encore été retrouvées. La seule exception est peut-être un certain Hé (...)

205Il semble bien que l’histoire de la famille s’achève ici, avec la mort d’Ahophalî vers l’année 140 de notre ère274. Les descendants qu’ils ont peut-être eus, ou bien n’ont pas laissé de traces épigraphiques275, ou bien n’ont pas jugé utile de rappeler l’existence de leurs glorieux ancêtres.

  • 276 Voir les deux premières lignes du tableau, en annexe I : Išmš br tybwl br škybl serait le symposia (...)

206On éprouve quelques difficultés à trouver d’autres exemples de familles qui occupent le devant de la scène politique à Palmyre pendant plusieurs générations. Certes, deux frères sont honorés dans les années 10 et 20, on l’a vu plus haut. Néanmoins, ils n’ont pas de fonction officielle dans les textes. On pourrait aussi prendre l’exemple de l’oncle et du neveu, tous deux symposiarques en 30-31 et dans une des années qui suivent276. Mais cette identification est seulement hypothétique, surtout dans le cas du neveu.

b. Famille de Nashûm (nšwm)

  • 277 J. K. Stark, 1971, p. 40
  • 278 DFD, p. 235-237. Sur la famille, voir aussi M. Gawlikowski, 1976, p. 200-201. On trouvera dans l’a (...)
  • 279 Il est possible aussi que le nšwm éponyme soit un ancêtre encore plus éloigne.

207Le cas le plus remarquable peut-être est celui de la famille de Nashûm (nšwm), qui est attestée entre 119 et 265, et qui fournit à la cité au moins deux symposiarques, un proèdre et un stratège-agoranome. C’est à cette famille qu’appartient le personnage honoré en Inv X, 106. C’est de lui qu’on a parlé un peu plus haut pour douter de son identification avec le symposiarque nšwm mlkw nšwm (RTP 773). Si on peut douter de l’identité des personnages cités par ces deux documents, il est en revanche indéniable qu’ils appartiennent à la même famille. Le nom nšwm est assez rare à Palmyre277, et J. T. Milik a montré qu’il était possible que toutes les attestations du nom se rapportent à la même famille, car l’alternance mlkw et nšwm est présente dans toutes les généalogies278. Le texte Inv X, 106, pour un proèdre (… br mlkw nšwm), est la première attestation datée. Si vraiment il ne manque qu’un mot au début de la première ligne d’Inv X, 106, l’inscription publiée par M. Gawlikowski, 1976, p. 200 a été faite en l’honneur de son père (Mαλιχος Nασσουμου) et de lui-même, ou d’un de ses frères (Nασσουμους). Son grand-père Nashûm a sans doute vécu au Ier siècle apr. J.-C. et il est le fils d’un certain Σαμψιγεραμος. Nashûm est apparemment devenu l’éponyme du clan, peut-être parce qu’il était un personnage important : le mot br, « fils de » n’est en tout cas pas dans le texte Inv X, 106 et c’est ensuite ce nom qui clôt toutes les généalogies de la famille, alors qu’il n’est plus fait de référence à Sampsigeram279.

  • 280 « Remarques linguistiques » clans RTP, p. 179. zbd’ et zbyd’ ne sont pas la même chose : le premie (...)

208En 119,… br mlkw nšwm est donc honoré d’une statue par le Conseil, sans doute à cause de son action en tant que proèdre. Il est fort possible que le personnage dont la tessère RTP 773 rappelle le nom soit un frère du proèdre, mais cela est incertain, car l’alternance des noms mlkwel nšwm rend toutes les combinaisons possibles. Il est de même possible que les tessères RTP 778 donne le nom d’un symposiarque (‘Ιούλιος Βάσσος. nšwm br zbd’ mlkw nšwm) qui serait le neveu de nšwm mlkw nšwm, en même temps qu’un citoyen romain. On peut en rapprocher également la tessère 837 qui donne le nom complet en araméen et les numéros 847 et 872 qui donnent simplement le nom Βάσσος en grec. La tessère 778 présente la particularité d’être une des rares à porter une inscription en grec, et un des deux seuls cas de tessère bilingue (‘Ιούλιος Βάσσος et sur l’autre face nšwm [brzbd]’ mlkw nšwm). L’autre exemple (RTP 669) porte sur une face le nom Ζηνόβιος et sur l’autre br’th zbd’. Comme le note A. Caquot280, à propos du nom de Ζηνόβιος, celui-ci « correspond souvent au palmyrénien zbyd’ ». Il est possible qu’il s’agisse dans les deux langues du nom du personnage. Cependant, le patronyme sur la face araméenne devient apparemment le nom sur la face grecque, ce qui est curieux. C’est pourtant la solution la plus simple et le nom zbyd’ fonctionnait peut-être comme une sorte de nom de famille, qui était utilisé couramment. Ce peut être une indication pour RTP 778, qui donnerait alors les deux noms du personnage.

  • 281 DFD, p. 235.
  • 282 DFD, p. 236-237 : Waddington 2572 (= AAES III, B, 353) ; Inv VIII, 204 ; Inv XI, 5 ; BS n° 47.
  • 283 H. Seyrig, 1941a, p. 174.
  • 284 Voir pourtant, H. Seyrig, 1933a, p. 161-162, qui ne semble pas exclure totalement l’origine locale

209La principale difficulté posée par le rejet de l’identification entre les personnages de Inv X, 106 et RTP 773 est d’ordre chronologique. Si le symposiarque de la tessère n’est pas le proèdre honoré en 119, on perd alors toute indication de date. Il est néanmoins possible d’en avoir une idée assez précise, grâce aux noms grecs du second symposiarque. ‘Ιούλιος Βάσσος n’était peut-être pas un vétéran, comme le pense J. T. Milik281 : il y avait d’autres moyens de devenir citoyen, et on ne peut assurer que le service militaire soit la seule voie d’accès des notables palmyréniens vers cet honneur. Ce savant a rassemblé les exemples de Iulii Bassi, assez fréquents à Palmyre282. Cette fréquence est sans doute à mettre en rapport avec la présence en Syrie, aux alentours de 116, du légat propréteur C. Iulius Quadratus Bassus283. Cette présence dans la province dont dépend Palmyre explique suffisamment que ce nom soit porté par des indigènes, sans qu’il soit besoin de faire intervenir des carrières militaires. Celles-ci ne sont évidemment pas exclues, comme le prouve le texte latin Inv VIII, 204, épitaphe latine d’un cavalier de l’Ala Ulpia singularium. Mais il y a de fortes chances qu’il ne s’agisse pas d’un Palmyrénien, mais d’un soldat venu d’une autre partie de l’Empire, mort à Palmyre à l’époque de Commode284.

  • 285 ‘rqṭws pour l’éditeur d’Inv XI ; J. K. Stark (1971, p. 73) l’interprète comme la transcription du (...)
  • 286 A. Caquot, « remarques linguistiques » dans RTP, p. 167 : « le terme arabe utilise comme nom propr (...)

210Le texte Waddington 2572, daté d’avril 178, donne une autre date (fig. 13). Comme il s’agit d’un affranchi d’un C. Iulius Bassus, on peut sans mal remonter dans le IIe siècle pour la date du patron. On retrouve le même cas de figure avec le texte Inv XI, 5. Une affranchie d’un certain Bassus (bss en araméen) fait une dédicace à « celui dont le nom est béni à jamais », en février 165. Ce Bassus semble être d’origine sémitique, puisqu’il est fils de Manû (m’nw), mais le nom du grand-père est occidental285. Comme on le voit, les dates correspondent assez bien et il est tentant de placer le symposiarque du même nom vers le milieu de ce siècle. Il faut d’autre part rappeler que le nom Bassus est fréquent dans les inscriptions grecques de Syrie ; il s’agit d’une conséquence de l’homophonie entre deux noms courants en latin et en sémitique. L’adaptation a dû être facile et explique la popularité du terme286.

  • 287 Sur ce point, voir la succession de Išmš br tybwl br škybl et de son neveu ‘bl’ly br mqymw br tybw (...)
  • 288 Il y aurait donc trois ou quatre frères a cette génération : le symposiarque nšwm mlkw nšwm, le pr (...)
  • 289 Cette hypothèse dépend de l’état actuel de la documentation ; il n’en reste pas moins que l’unique (...)

211Le dénommé nšwm br zbd’ mlkw nšwm (RTP 778) a donc vécu au milieu du iie siècle, et l’on a du mal à établir quelle est sa relation précise avec le proèdre d’Inv X, 106. D’après les dates, celui-ci peut être son oncle ou bien son père. Dans ce dernier cas, on aurait le même type d’alternance père-fils entre fonctions religieuses et fonctions civiques que dans la famille de Bônnê. Il est tentant aussi de faire du symposiarque nšwm mlkw nšwm l’oncle de nšwm br zbd’, en particulier à cause des relations bien connues entre oncle paternel et neveu287. Mais il faut répéter que cet oncle n’est pas nécessairement la même personne que le proèdre, car il est tout à fait possible qu’il y ait un autre frère288. On est de toute façon dans le domaine de l’hypothèse, mais celle-ci a pour but principal de montrer que la reconstruction proposée par J. T. Milik, sans être aucunement impossible, est loin d’être assurée. De plus, l’absence de cumul des fonctions religieuses et civiques, dans la documentation connue jusqu’à présent, renforce cette impression289.

212Ce qui est remarquable ensuite est l’apparente disparition de la famille. Il est probable que pendant un certain nombre de générations, aucun de ses membres ne s’est distingué, à moins qu’on ait perdu tous les textes les concernant. D’une manière étonnante, elle réapparaît au premier plan, un peu avant le milieu du iiie siècle, sans que rien ne l’ait annoncé, mais c’est un phénomène assez courant à Palmyre. Les familles de notables semblent avoir des parcours plus ou moins chaotiques et il est difficile de les suivre de manière continue. Il suffit peut-être d’une alliance matrimoniale heureuse, pour que la famille retrouve son lustre. Or c’est un type d’événement sur lequel on ne possède pratiquement aucun renseignement.

  • 290 CIS 3932 : ‘Iούλιος Aὐρήλιος Zηνόβιος ὁ καί Zαβδιλας δìσ μαλχου τοῦ Nασσουμου et ywlys ‘wrlys zbdl (...)

213En 242-243, le Conseil et le Peuple honorent Iulius Aurelius Zénobios, dit Zabdilah290 qui a effectué une carrière civique particulièrement brillante (stratégie de la colonie, agoranomie…). On compte parmi ses ancêtres plusieurs Malikû, dont son père et son grand-père et un Νασσουμος nšwm. Ce dernier nom est plutôt le nom du clan auquel il appartient, comme le prouve l’absence du mot br (« fils de ») dans sa généalogie. Il est donc inutile de le considérer comme un degré dans ses ascendants. Mais cette répétition des noms portés par les symposiarques et le proèdre du iie siècle prouve qu’il appartient indéniablement à cette famille.

  • 291 Selon l’âge auquel on arrivait à cette charge. On peut donc suivre J. T. Milik, qui fait de Zénobi (...)

214En 242-243, Iulius Aurelius Zénobios Zabdilah est à la fin d’une carrière pendant laquelle il a atteint le sommet de la hiérarchie civique et accueilli l’empereur Sévère Alexandre. C’est ce qui lui vaut les témoignages des plus hautes autorités. Son âge doit être assez avancé à ce moment, ce qui aide à le replacer dans la généalogie de la famille. Il est sans doute né à la fin du IIe siècle, on peut donc placer la date de naissance de son grand-père aux environs de 130 ou 140. Celui-ci pourrait donc appartenir à la génération des enfants du proèdre de 119, ou plus probablement à celle de ses petits-enfants291.

  • 292 CIS 3941 : ‘Iούλιος Aὐρήλιος Ʃεπτίμιος Mαλχος Mαλωχα Nασσουμου et ywlys ‘wrlys sptmyws mlkw br mlw (...)

215Un autre membre de la famille est Iulius Aurelius Septimius Malikû qui, vingt-deux ans plus tard, en avril 265, honore son ami et patron, Septimius Worod (φίλος και προστάτης)292. On retrouve les deux noms mlkw et nšwm qui prouvent l’appartenance à la famille. Une fois de plus, le nom nšwm semble fonctionner comme un patronyme et peut ne pas désigner un ancêtre précis. Son père s’appelait Malôkâ, il est possible que son grand-père se soit vraiment appelé Nashûm, mais on aurait du mal à l’assurer. Il est donc difficile de savoir à quelle branche de la famille il appartenait, et il peut descendre de n’importe lequel des quatre frères des années 120. On peut même le rattacher à une autre lignée éventuelle qui descendrait aussi du nšwm qui aurait vécu sans doute au ier siècle.

  • 293 Dans PIR2 I 194 (p. 151), il est considéré comme un chevalier : « egregius vir, Palmyrenus, honora (...)
  • 294 D. Schlumberger, 1942-1943B, p. 62.

216Comme son cousin Zénobios Zabdilah, il fait partie de l’élite des notables de Palmyre, mais le texte résume sa carrière à cette épithète de Kράτιστος qui désigne souvent, mais pas exclusivement les chevaliers293. Il s’appelle Iulius Aurelius, ce qui est classique à Palmyre, mais il a ajouté à son nom Septimius. Comme l’a montré D. Schlumberger294, il doit ce nouveau nom à Odainat et à sa famille ; c’est un privilège réservé par ce prince à un groupe restreint de collaborateurs proches et de clients.

217Il faut aussi souligner que, dès le début, la famille semble avoir intégré une culture hellénisée suffisante pour être l’une des rares à utiliser le grec sur des tessères. En même temps, elle a toujours conservé une onomastique sémitique, parfois avec des noms doubles. Même si elle disparaît pendant un certain temps, elle est au premier plan, à chaque fois qu’il en est question. Indubitablement la famille qui avait occupé le devant de la scène vers 120 fait à nouveau partie des toutes premières familles de l’oasis, alors que celle-ci atteint le faîte de sa puissance. C’est d’ailleurs un des rares cas de familles anciennes encore présentes au moment où les princes de Palmyre arrivent au pouvoir.

218On a parfois proposé de faire de la reine Zénobie une descendante de Iulius Aurelius Zénobios, ce qui pourrait expliquer cette permanence de la famille. On rapproche en effet les deux noms Zénobie et Zénobios (Zénobios est pourtant un des noms grecs les plus courants à Palmyre ; voir annexe IX. 2).

219Certes, les textes qui les concernent (CIS 3932 et 3947) sont situés en face l’un de l’autre dans la section B de la Grande Colonnade ; mais il s’agit du nouveau centre de la ville, là où sont honorés les membres de l’aristocratie locale. Ainsi le personnage honoré par la dernière inscription caravanière (CIS 3933 de 247), un certain Iulius Aurelius Zebîdâ Astôr appartient à une famille connue par ailleurs, qui n’a sans doute pas de lien avec celle de Nassoumos, ni avec celle de Zénobie. Pourtant son inscription est sur une colonne voisine de celle de Zénobios Zabdiluh. De plus, le texte CIS 3932 est antérieur d’une trentaine d’années à celui de Zénobie qui a été gravé en même temps qu’un texte pour Odainat (CIS 3946). On voit difficilement Zénobie associer son époux défunt à une célébration d’un de ses ancêtres.

  • 295 On retrouve apparemment la même généalogie sur le revers d’une tessère en plomb d’Antioche lue par (...)
  • 296 Voir au chapitre IV, pour quelques cas de personnages importants sans patronymes.
  • 297 Voir DFD, p. 258. D’autre part, le nom araméen de Zénobie est Batzabbaî (bizby), ce qui pourrait s (...)

220L’identification pose aussi un problème d’onomastique. Chronologiquement. Zénobie, qui est née sans doute vers, peut être la petite-fille de Iulius Aurelius Zénobios, mais il faut pour cela admettre que ce dernier a eu un fils appelé Antiochos (en CIS 3971. Zénobie est appelée bt ‘nṭywkws295) : ce serait le premier exemple de ce nom dans la famille. Si Zénobie appartient bien à cette famille prestigieuse et ancienne, on voit mal pourquoi elle ne s’en réclame pas : il est vrai que ce ne serait pas le seul cas à cette période296. De plus, si, comme le propose J. T. Milik avec vraisemblance, l’expression « bt + nom propre » peut signifier l’appartenance à un groupe ou un clan, on ne comprendrait pas l’apparition soudaine et tardive de ce nom dans une famille dont on connaît de nombreux représentants297. La question est donc loin d’être réglée, faute de documents assez précis pour permettre une conclusion.

221Ce qui est particulier dans le cas des nšwm, c’est de trouver plusieurs membres de la même famille tenir les premiers rôles à quelques années d’intervalle. Néanmoins, entre Malikû et Zénobios Zabdilah, il s’est écoulé une vingtaine d’années qui sont justement celles de l’arrivée au premier plan de la famille des princes de Palmyre. On ne sait quelles ont été les modifications et les bouleversements au sein des notables de la ville. Il faut remarquer que, si Zénobios était vraiment au premier rang dans la colonie. Malikû rend hommage à un personnage qui est son patron. Sa famille, une des plus anciennes de Palmyre, est apparemment dans un rapport de subordination avec un nouveau venu qui ne prend même pas la peine de mentionner ses ancêtres.

  • 298 M. Gawlikowski, 1970a, p. 74 (= RSP n° 167). Le fondateur s’appelle lyn’ br hyrn br ‘lyn’, ce qui (...)
  • 299 CIS 3940 (= Inv III, 9Ι. Son nom complet est ‘ιουλιοσ αυρηλιοσ σεπτιμιοσ ιαδησ σεπτιμιου αλεξανδρο (...)
  • 300 D. Schlumberger pense que ce nom est une preuve de fierté familiale, parce que le père aussi avait (...)

222La famille de Shoraîkô est un autre cas de famille qui reste au premier plan, mais elle semble moins ancienne. Elle est surtout attestée par quelques inscriptions honorifiques de la Colonnade transversale, datées de mars 179 (CIS 3950-3954), mais aussi par le texte de fondation du tombeau de famille en novembre 138298. Un de leurs descendants. Iulius Aurelius Septimius Iadê, entretient des rapports d’amitié et de patronage avec Worod299 ; les termes sont les mêmes que ceux employés par Iulius Aurelius Septimius Malikû dans l’inscription CIS 3941. Iadê, qui a été officier dans l’armée romaine (il est άπό στρατίω), est de plus fils d’un Septimius Alexandras300, ce qui montre sans doute son niveau social. Il est de rang équestre, ce qui apparaît sous la forme ίππικός, transcrit hpqws en araméen. Il est manifeste que ce personnage est de même rang social que les deux cousins de la famille nšwm, mais il existe une différence importante entre les deux familles. En effet, il n’apparaît à aucun moment qu’un membre de la famille de Shoraîkô exerce une quelconque charge civique. Il semble au contraire que certains d’entre eux se distinguent par des relations avec l’armée et l’administration romaine. Iadê est vétéran ; vers 194, son grand-père Hérode Haîran (Ηρώδης Σοραιχου) a honoré le fils du légat de Syrie-Phénicie. Pour le reste, c’est son activité religieuse qui a valu au père de Hérode Haîran de se voir ériger une statue par le Conseil.

c. Famille des Bene Aabeî (‘‘by)

  • 301 La liste de ces textes a été établie par J. Starcky, Inv X, p. 34-36, è compléter par DFD, p. 233- (...)

223La famille des Benê Aabeî (’‘by) a fourni à Palmyre un certain nombre de personnages qui se sont distingués et ont été honorés. Elle est connue par plus de quinze inscriptions et quelques tessères301. Deux des membres de la famille, au moins, ont eu des relations avec les caravanes auxquelles ils ont rendu des services (tymrṣw brlšms brmlkw ’‘byde CIS 3963 |= Inv X. 47] : yrḥbwl br Išmš de Inv X. 114, ambassadeur en Élymaïde). L’un de ces deux-là, à moins qu’il ne s’agisse d’un autre de leurs cousins, a été archonte en Mésène (D. Schlumberger, 1961, p. 256-260).

  • 302 Le même personnage est peut-être aussi représenté sur le buste funéraire d’un prêtre CIS 4458, mai (...)
  • 303 Voir J. T. Milik, DFD, p. 233-235. C’est possible, mais non prouve (contra, M. Gawlikowski, 1973a, (...)

224Un symposiarque est représenté sur deux tessères (šlmn yrhbwl’ mlkw ’‘by de RTP 31 et 34)302. Son grand-père Μαλιχος Λισαμσου τοῦ Ελαβηλου τοῦ Ααβει a été honoré par la tribu des Benê Agrûd (bny ‘grwd). selon le texte Inv X, 131. Le père du symposiarque est lui aussi associé à un membre de la même tribu dans la dédicace du temple de Belhammôn (Inv XII, 48) et à nouveau pour l’érection d’une colonne honorifique (J. Cantineau, 1930b, n° 36). Ce fait a permis à J. T. Milik de supposer que le clan des bny ’‘by appartenait à cette tribu303. Ce personnage, yrḥbwl’ br mlkw brlšmš br ḥnbl ‘‘by Ιαριβωλης Μαλιχου Αισαμσου τοῦ Ααβει apparaît dans deux autres textes : la tessère RTP 763 et surtout le texte honorifique Inv X, 59 qui le décrit comme proèdre (ou synèdre). Il date du début du IIe siècle, comme Inv X, 57 dans lequel le Conseil honore un synèdre, fils de Θαιμαρσος Μαλιχου τοῦ Λισαμσου. Celui-ci appartient peut-être à la famille, si l’on en croit la fréquence de ces noms dans le clan Aabeî.

  • 304 Voir les textes CIS 3988 (= RSP n° 128), 3990 et 4456-4457 ; H. Ingholt, 1930, p. 192 (= PAT 0001) (...)

225La manière dont ces personnages sont liés entre eux, ainsi qu’avec les autres membres du clan, n’est pas toujours claire304. La reconstruction de J. Starcky, illustrée par un arbre généalogique, est aussi sûre que le permettent l’abondance des homonymies et les lacunes des textes, très rarement datés. Il semble que certaines branches du clan sont fort éloignées de celle qui s’achève par le symposiarque.

  • 305 Mais il y avait peut-être d’autres prêtres dans la famille, comme le prouve le buste coiffé du mod (...)
  • 306 Voir M. Sartre, 1996a, p. 392.

226Il est néanmoins sûr que des membres de la famille occupent, à plusieurs générations d’écart, les principales fonctions qui caractérisent les notables de Palmyre. On observe à nouveau l’alternance entre fonctions civiques (proèdrie) et fonctions religieuses (symposiarchie305). Comme dans la famille de Bônnê bar Haîran, un notable honoré par des groupes de la population de Palmyre a comme descendance un symposiarque et un proèdre. Cela correspond à un mode d’ascension sociale somme toute normal : il fallait s’imposer dans son groupe restreint avant de pouvoir briguer des fonctions civiques. La famille s’est aussi distinguée dans le commerce caravanier, en particulier par l’intermédiaire de Iarhibôlâ, fils de Lishamsh, qui, entre autres bienfaits, a mené une ambassade en Élymaïde auprès du roi Worod, pour laquelle il s’est porté volontaire (αύθαιρέτως)306. Il s’agit peut-être du même personnage que celui qui, à une date comprise entre 88 et 188, a été satrape en Mésène pour le compte d’un roi local. Le rôle de la famille en Basse-Mésopotamie est en tout cas clair dans la première moitié du IIe siècle (Inv X, 114 date de 138).

227La principale différence entre ce clan et la famille de nšwm est évidemment la période relativement restreinte pendant laquelle on le rencontre au premier plan. Inv X, 131 date de 81 et Inv X. 114 de 138. Plusieurs textes ne sont pas datés et ne permettent pas plus de précisions. La symposiarchie de slmn yrḥbwl’ date sans doute de 120 et son père a pu être proèdre quelques années avant. Tout se passe donc dans ces années et la dernière mention du clan est la dalle funéraire du symposiarque (?) en 146-147. La prospérité de la famille dure à peu près un demi-siècle, un peu moins que celle de Haîran bar Bônnê, dont elle est plus ou moins contemporaine.

4. Les groupes tribaux

228Un groupe familial avait d’autres moyens d’asseoir sa prédominance politique. Les familles et les clans familiaux appartenaient à des structures plus larges, les tribus. Le système s’est transformé au moment de la transformation en πόλις, avec l’instauration de quatre tribus civiques, mais il y a eu coexistence des tribus civiques avec les structures familiales et sociales traditionnelles. De plus les tribus civiques ont été très certainement choisies dans l’ensemble des groupes tribaux préexistants.

  • 307 Le texte CIS 3959 (= BS n° 44) mentionne en araméen les bny ydy’bl qui sont sans doute une subdivi (...)
  • 308 Voir DFD, p. 222-225.

229Pourtant, à part peut-être pour les symposiarques de la deuxième partie du IIe siècle, il est difficile de classer les magistrats et symposiarques de Palmyre d’après des critères tribaux. De toute façon, les mentions de la tribu à laquelle appartiennent les différents personnages deviennent rapidement assez rares. Les premières inscriptions honorifiques du Conseil donnent rarement ces détails. Seul le texte J. Cantineau, 1938. p. 76, n° 29 (fig. 11) mentionne la tribu de la personne honorée, et, de surcroît, seulement en araméen307. Il est parfois possible de retrouver à quelle tribu appartient un personnage, soit parce que le texte le dit explicitement, soit par recoupement : le premier symposiarque connu. Lishamsh bar Taîbbôl (Inv IX, 1) appartient d’après le texte aux bny kmr’. Un de ses successeurs, Iamlikû appartient sans doute aux bny zmr’, parce que son grand-père en faisait partie (d’après Inv X, 145)308. Mais il ne s’agit sûrement pas d’une des tribus civiques. Le tableau qui regroupe les magistrats et symposiarques note à la suite des noms la tribu, quand on a pu la retrouver (entre parenthèses, précédé de bny, « les fils de… »). Seule sort du lot la fréquence des membres de bny mtbwl parmi les symposiarques dans la seconde partie du iie siècle (DFD, n° 25-27, p. 253-255). Mais on situe mal dans le temps les deux premiers (166 ou 136) ; ils appartiennent à la même tribu parce qu’ils sont oncle et neveu, selon une tradition dont on a vu d’autres exemples. Le troisième aurait été symposiarque en 170, selon la reconstruction de J. T. Milik (DFD, p. 254), mais il n’est attesté qu’en 193, dans un texte de concession. La coïncidence de date est moins flagrante dans ces conditions. Ce rapprochement est bien sûr intéressant, mais ne permet pas de tirer de conclusions.

  • 309 Même remarque chez J. T. Milik, DFD, p. 309, qui l’explique par le fait que le sanctuaire de Bel « (...)
  • 310 BS n° 45 de 132 ; R. Mouterde et A. Poidebard, 1931, p. 101-115 de 150 : J. Cantineau, 1936, p. 27 (...)

230Les tribus se partageaient apparemment les grandes fonctions et magistratures, y compris la symposiarchie de Bel309. Les variations chronologiques, les baisses de prestige, les disparitions même (celle des bny myt’ après 84) échappent en grande partie à la recherche. L’étude de ces tribus donne quelques pistes à propos de la mise en place des institutions de Palmyre. On ne peut qu’être intrigué par la manière dont le système tribal s’est transformé au cours du ier siècle pour aboutir à celui qu’on peut définir principalement grâce à des inscriptions datées entre 132 et 199310. Plus généralement, on s’intéressera à la manière dont se définissaient les différents personnages mentionnés par les inscriptions.

  • 311 Le terme équivalent à tdmry’ est absent du texte grec.
  • 312 La présence du mot tdmry’ (« Palmyréniens ») permet de penser que la restitution de la date par J. (...)
  • 313 Avec cette différence qu’il s’agit de textes regravés plus tardivement.
  • 314 CIS 3966 = Inv II. 1 et RSP n° 156.

231Certains détails des textes sont intéressants. Dans plusieurs textes du ier siècle de notre ère, on trouve, après le nom et la généalogie du personnage, le terme tdtnry’, « palmyrénien », mais aussi la mention de la tribu. Il s’agit d’abord de deux textes funéraires, le premier publié par M. Rodinson (1950, p. 137 de 52 apr. J.-C. : Haeranes Bonne Rabbelif. Palmirenus phyles Mithenon ; Αιρανης Βωννοαου τοῦ Ραββηλου Παλμυρηνὸς φυλὴς Μειθηνων ; ḥym br bwn’ br rb’l br bwn’ br ‘tntn br tymy tdmry’ dy mn pḥd bny myt’) : le second dans le CIS (au numéro 4119. daté de 57 apr. J.-C. : ‘gylw br ‘wšy br khylw tdmry’ dy mn phd bny myt’). On peut ajouter un texte bilingue (CIS 4123 de 83 apr. J.-C. : ymlkw br mqymw ‘qlyš br mlkw ‘bynt br bl’qb br myk’ br mt’ tdmry’311) où se trouve le terme « palmyrénien », mais sans la mention de la tribu, comme d’ailleurs dans CIS 4193 daté sans doute de 73312. À la même époque, on trouve l’expression complète (« Palmyrénien » + tribu) dans des textes honorifiques comme CIS 3924 et 3925 de 17 et 19 apr. J.-C.313 (non dans la version palmyrénienne, mais dans le texte grec, par exemple dans CIS 3925 : Αζειζον Ιεδειβηλου τοῦ Βαρχαιου Παλμυρηνὸν φυλῆς Mανθβωλειων) ; CIS 3966 de 64 apr. J.-C. (šlmlt br […] br ydy’bl tdmry’ dy mn [bny] m’zyn)314.

  • 315 D. Schlumberger, 1971, p. 126.

232Il faut remarquer cette double appartenance des personnages, à la cité de Palmyre et à leur tribu. À cela s’ajoute le souci de donner les deux appartenances en parallèle, sans préférer l’une à l’autre. Un autre texte, cité par D. Schlumberger315, montre que le phénomène pouvait parfois avoir des modalités un peu différentes. Dans le texte bilingue Inv X, 40 de l’agora, Zabdibôl, fils de Ogeîlû, est honoré par des marchands de Palmyre. Il est appelé Παλμυρηνός dans la partie grecque, mais on a dy mn bny m’zyn dans le texte araméen. Comme le dit D. Schlumberger, « dire qu’on était des BNY M’ZYN, ou dire qu’on était Palmyrénien étaient deux façons de dire la même chose ». En fait, non seulement cette inscription entre dans la même série que les textes cités plus haut — elle date d’ailleurs de 81 apr. J.-C. —, mais elle montre aussi comment les réformes institutionnelles de Palmyre sont entrées dans les mœurs. En effet, à moins qu’on ne considère simplement qu’il s’agit d’une erreur de lapicide, cette différence entre les deux versions tient peut-être à la diversité des publics visés. Le texte en grec, langue de la polis de Palmyre, met en valeur l’appartenance de Zabdibôl à cette cité ; l’autre, en langue locale, met en valeur son appartenance à une lignée, une tribu, en somme son enracinement local. En quelque sorte, on n’est citoyen palmyrénien que par rapport au monde extérieur à la cité, monde qui parle grec. Mais si au contraire on écrit en palmyrénien, on est sûr d’être compris par ses semblables, Palmyréniens ; on a donc moins besoin de le préciser, car ce qui les intéresse est justement ce qu’on trouve dans ce texte : l’appartenance tribale.

  • 316 Contrairement à d’autres dédicaces honorifiques du sanctuaire de bel. Ces deux textes sur une base (...)

233C’est de cette manière qu’on peut comprendre une différence du même ordre dans les textes CIS 3924 et 3925 (Inv IX, 6a et b), un peu plus anciens (17 et 19 apr. J.-C.)316. À ce moment qui marque les vrais débuts de l’influence gréco-romaine sur Palmyre, il n’est pas besoin, en palmyrénien, de dire qu’on est de cette ville. Ce n’est qu’en grec que cela est nécessaire, pour les étrangers, pour leur prouver l’appartenance à la ville de Palmyre. Mais, il s’agit d’une époque où selon toute vraisemblance la cité (πόλις) de Palmyre n’existe pas encore.

  • 317 Le terme apparaît pourtant dans deux textes mal dates, mais sans doute plus anciens (ier siècle av (...)
  • 318 Par exemple, gbl tdmry’ équivalent de παλμυρηνων η πολισ dans le texte CIS 3923 en 51 apr. J.-C. ( (...)
  • 319 Par exemple les marchands Palmyréniens (tgry’ tdmry’) de Inv X, 114 (voir aussi les textes Inv X, (...)

234Le problème est différent avec les textes cités plus haut pour au moins une raison : la présence, dans la version palmyrénienne cette fois, du terme qui signifie palmyrénien (« tdmry’ »). La concordance des dates est étonnante ; après les années 50-80, on ne trouve plus de textes qui mentionnent en langue locale l’ethnique des citoyens de Palmyre317. Les autres attestations du terme dans l’épigraphie araméenne de Palmyre servent soit à qualifier une institution de la ville de Palmyre318, soit à distinguer les Palmyréniens des étrangers à leur ville319.

  • 320 CIS 3911 de juillet 146 (cf. DFD, p. 89).
  • 321 Waddington 2440 (cf. DFD, p. 94) ; le texte provient d’Ahiré.

235On remarque aussi que ce terme est utilisé de manière assez récurrente lorsque les Palmyréniens sont en dehors de leur cité. Ce n’est évidemment pas surprenant. Le cas se produit à proximité immédiate de l’oasis, comme pour une inscription de dédicace de colonne à Qaryatein où cinq frères se disent « Palmyréniens »320. Mais ce terme est précisé par « qui sont à Nazala » (« [dy] bnzly »). Ils tiennent à se distinguer des gens originaires de Qaryatein-Nazala, alors qu’ils sont en train de faire une dédicace au grand dieu de Nazala (« ’lhrb’ dnzly »), mais aussi à montrer qu’ils sont partie prenante dans la communauté qui les accueille. En Syrie du Sud, un texte très lacunaire atteste la présence d’un Αδριανὸς Παλμυρηνός321.

  • 322 Sur les Palmyréniens de l’étranger, voir l’annexe XIII. 1-4.
  • 323 Sur cette unité, voir Y. Le Bohec, 1989, p. 120-140.

236L’ethnique « palmyrénien » se trouve, aussi et surtout, pour désigner les Palmyréniens dispersés dans l’Empire romain322. On peut exclure les attestations du terme Palmirenus en latin lorsqu’il est utilisé dans les noms d’unités militaires romaines, comme, à Doura-Europos, la XX Cohors Palmyrenorum, ou en Afrique, le Numerus Palmyrenorum Sagittariorum323.

237En palmyrénien, le terme apparaît hors de Palmyre seulement à deux occasions : un texte de Rome (CIS 3903) et un autre d’el-Kantara en Algérie (CIS 3908 et CIL VIII, 2515). Dans ce dernier texte, bilingue latin-araméen, le mot apparaît dans les deux langues. C’est l’épitaphe d’un soldat, mais le mot sert aussi d’ethnique (pal[mirenus] sag[ittarius]). Le terme apparaît aussi une fois en grec dans un texte de Rome (CIS 3902 = IGUR I, n° 119 : le personnage est ‘Αδριανὸς Παλμυρηνός dans cette dédicace de 236). Le texte est bilingue mais la précision n’apparaît pas en palmyrénien : qui d’autre qu’un Palmyrénien pourrait utiliser cette langue à Rome ?

  • 324 IGUR n° 117 (= CIL VI, 50 : ILS 4334) ; CIL VI, 19134 (= CIS 3905) ; CIL VI, 3174 (DFD, p. 229).
  • 325 CIS 3901 = RIB 1065.
  • 326 À Lambèse, CIL VIII, 3917 (= 18202 ; CIS 3909) ; à el-Kantara, ILS 9173 ; AE 1933, 44 et 104 (= J. (...)
  • 327 CIL III. 907 (= 7693) : IDR III/2. 348.

238C’est surtout en latin qu’on trouve le mot, à Rome324, à South Shields en Angleterre325 en Afrique326, et en Dacie327. Ces deux dernières régions correspondent évidemment aux zones où les Palmyréniens sont nombreux dans les troupes romaines, mais cela n’exclut pas la présence de civils. Ces inscriptions, en majorité des épitaphes, sont parfois celles de vétérans, qui sont morts là où ils s’étaient installés, mais en gardant une certaine fidélité à leur origine syrienne. Dans d’autres cas, il s’agit de civils (parfois des femmes) qui ont accompagné leurs compatriotes. À Rome, on peut soupçonner qu’il s’agit de marchands venus pour des raisons commerciales en Italie.

  • 328 Par exemple, la version Palmyrénienne du texte AE 1933, 104 (avec J.-B. Chabot, 1932, p. 266 pour (...)

239Il faut souligner la relative rareté des textes araméens. Certes les traditions palmyréniennes étaient parfois conservées dans des textes bilingues dont le formulaire est conforme aux épitaphes comparables de Palmyre328. Mais ce qui domine dans ces textes, c’est l’impression que, hormis la présence de l’ethnique (« Palmirenus » ou « Palmira »), ils pourraient provenir de gens originaires de n’importe quelle province de l’Empire. On trouve en effet des formules comme « Dis Manibus » qui n’ont rien de particulièrement palmyrénien, et qui prouvent au contraire que ces gens ont bien intégré au moins certains aspects superficiels de la culture romaine. On peut même soupçonner que dans un certain nombre de cas, l’illettrisme de ces gens d’origine sans doute modeste explique l’usage très répandu du latin. Il devait être plus facile de trouver un lapicide connaissant le latin dans ce milieu militaire, alors qu’il s’agissait de régions fort éloignées de la steppe syrienne.

240Ces exemples datent tous du iie siècle au plus tôt. Les soldats palmyréniens sont assez nombreux dans l’armée romaine, mais surtout à partir du milieu de ce siècle. C’est ce qui fait la différence avec les attestations de l’expression à Palmyre même au cours du ier siècle.

  • 329 Ce qui s’accorde avec la théorie de M. Gawlikowski, 1973a, p. 47-48.
  • 330 CIS 3923 = Inv IX, 8.
  • 331 J. Cantineau, 1933, p. 175, n° 2. Il faut noter que c’est le même ḥym br bwn’ qui est honoré dans (...)
  • 332 Inv IX, 20, de 56 (grec) et 60 (araméen) apr. J.-C. : sans doute pour avoir contribué à la décorat (...)

241L’utilisation du terme à Palmyre dans un autre contexte, dans cette période comprise entre 52 et 83 apr. J.-C, est sans doute un signe que c’est le moment où, du point de vue institutionnel, beaucoup d’événements se produisent329. C’est en 51 apr. J.-C. qu’apparaît pour la première fois la polis de Palmyre330, soit un an avant le texte qui concerne Haîran, fils de Bônnê (ḥyrn br bwn’), et en 74 apparaît pour la première fois la Boulè331. On a vraiment l’impression que, pendant cet intervalle d’une vingtaine d’années, les institutions de la cité telles qu’on les connaît plus tard sont mises en place et que la cité de Palmyre tend à devenir tout à fait gréco-romaine. Le rôle d’un personnage comme Haîran, fils de Bônnê est à mettre en valeur : il occupe des fonctions importantes dans la cité — il est honoré par les prêtres de Bel332 —, et deux des six textes trilingues conservés le concernent. Or ce personnage, au moins dans le texte de fondation de la tombe, juge nécessaire de préciser à quelle tribu il appartient, et ce, dans les trois langues qu’il utilise.

  • 333 Le premier mot de la troisième ligne du texte grec K[…]HN est restitué K[οσμητ]ην par J. Cantineau(...)

242La cité vient d’être instaurée, mais l’appartenance tribale conserve pourtant son pouvoir. Peut-être faut-il plutôt interpréter cela comme un désir de se nommer de façon complète : on se dit citoyen de Palmyre et on précise ensuite à quelle tribu civique on appartient. Cette explication rend aussi compte de l’ordre dans lequel les termes sont placés. De manière tout à fait naturelle, on commence par le général avant de passer au détail. Comme ailleurs, on précise sa tribu après sa citoyenneté. En effet, les deux tribus qui sont explicitement mentionnées dans ces textes correspondent sans doute aux tribus civiques. Ce sont les bny m’zyn et les bny myt’ qui ont de grandes chances d’être deux des quatre tribus principales. C’est sans doute le fait du hasard que les bny myt’ soient nommés deux fois dans les deux textes funéraires de ce type qui sont connus, mais cette tribu avait peut-être une raison particulière de mettre en valeur son appartenance à la cité de Palmyre. Haîran, fils de Bônnê, dont on a noté le loyalisme, était alors un personnage important à Palmyre, et on peut soupçonner qu’il fait partie de ceux qui ont mis en place le système, d’où une forte propension à l’appliquer jusqu’au moindre détail333.

  • 334 D. Schlumberger, 1971, p. 128-131.
  • 335 M. Pietrzykowski, 1997, p. 132.
  • 336 En ne tenant pas compte des textes regravés et peut-être réécrits.
  • 337 Voir au chapitre II, pour le problème de cette tribu au nom romain.

243Une proposition récente à propos de la chronologie du temple de Bel permet de faire coïncider une théorie déjà ancienne de D. Schlumberger avec celle qui placerait les débuts de la πόλις de Palmyre dans les années 50-70. Selon D. Schlumberger334, sur une même poutre (poutre B) sont représentés les quatre ancêtres des tribus (face a) ainsi que quatre groupes de prêtres (donc un par tribu) qui sacrifient sur quatre autels (fig. 14). On se sert parfois de cet argument pour prouver l’ancienneté du système tribal civique, qui remonterait au moins à 32 apr J.-C., comme le prouverait l’inscription de dédicace du temple (Inv IX, 1). Mais si, comme le croit M. Pietrzykowski335, les poutres ont été mises en place à une date qui est plus proche de 80, cela correspondrait assez bien à ce que révèlent les premiers textes qui font état d’institutions civiques à Palmyre336. Le seul argument qui va contre cette théorie est l’existence d’une φυλὴ Κλαυδιάς en 79-80 (CIS 4122 = Inv VII, 6). Or Claude ayant été au pouvoir entre 41 et 54, il est nécessaire que le nom de la tribu ait été donné à cette période337. Cela incite à faire remonter la date de la mise en place des institutions plus près de 50 que de 80, en tout cas pendant la période où Haîran bar Bônnê domine apparemment la vie politique de Palmyre.

5. La participation civique

  • 338 Par exemple la famille de Hagegû, synèdre en 112 (Inv X, 69) ; la famille est connue aussi par une (...)

244Un certain nombre de familles semblent avoir dominé la vie civique de Palmyre à différentes époques. Celles décrites dans ce chapitre ne sont pas les seules connues et on aurait pu facilement multiplier les exemples338. Certains personnages ont aussi été présents au premier plan sans nécessairement assumer de charges officielles (comme Haîran bar Bônnê). On verra dans les chapitres suivants qu’il y avait d’autres domaines dans lesquels se distinguaient les notables de Palmyre (commerce caravanier, constructions diverses) et par lesquels ils mettaient en valeur leur prééminence. Il semble bien, en ce qui concerne la vie civique de la ville, qu’un nombre limité de familles soit représenté dans la plupart des charges officielles. En raison du caractère lacunaire des sources épigraphiques, on n’a pu retrouver aucun parent de certains des magistrats connus.

245Néanmoins, pour les personnages les plus importants, il est bien rare qu’on ne connaisse pas au moins un membre de leur famille qui se serait distingué d’une manière ou d’un autre. Les Palmyréniens qui sont connus par plusieurs inscriptions font régulièrement partie de familles bien attestées. L’exception la plus marquante est Worod, dans la deuxième partie du IIIe siècle. Sa famille n’est connue que par la tombe familiale (tombeau-temple n° 36), mais cette attribution a été contestée récemment par E. Will, avec de bons arguments. Worod est représentatif d’une période de changement à Palmyre, puisqu’il est aussi le seul exemple sûr de cumul de la symposiarchie avec une fonction civique.

246Les informations sont très lacunaires sur la participation du reste de la population. On connaît les notables, et sans doute surtout la partie la plus aisée, mais on ne sait pas à quoi précisément correspondait le δῆμορ. Or, il accompagne souvent la βουλή des inscriptions honorifiques.

  • 339 J. Teixidor, 1984, p. 63.
  • 340 M. Sartre, 1996a, p. 388.
  • 341 M. Sartre, 1996a, p. 389.
  • 342 M. Sartre, 1991, p. 129.

247Le Conseil lui-même est une institution dont la composition reste difficile à saisir. En effet, comme le remarque J. Teixidor339, il y avait peut-être à Palmyre, une Boulè sans bouleutes, puisque ce terme apparaît seulement en 258-259 pour Worod. Sa suggestion sur la constitution du Conseil (président, secrétaire, archontes, décaprotes) a été rejetée par M. Sartre340 qui conclut que « l’explication de cette absence de bouleutes dans les textes funéraires nous échappe ». Ce qui est curieux justement est que cette absence ne se limite pas aux textes funéraires, mais concerne aussi les textes honorifiques. Aussi peut-on penser avec M. Sartre qu’il n’est pas impossible que « la boulè de Palmyre soit peuplée de synedroi, à moins que ceux-ci ne forment une commission spécialisée au sein de la boulè »341. Il est vraisemblable que, là comme ailleurs, ce Conseil était formé de membres nommés à vie342, mais rien ne permet de conclure sur ce point.

  • 343 Pour l’Asie Mineure, voir F. Quass, 1993, p. 382-394.
  • 344 M. Sartre, 1995, p. 252-257.
  • 345 Un anonyme, secrétaire au moins deux fois au ier siècle (J. Cantineau, 1933, p. 177. n° 3 ; date d (...)
  • 346 Celui-ci (voir note précédente) a fourni de l’huile aux Palmyréniens et aux étrangers, ce qui aura (...)

248En tout cas, une grande partie des membres attestés du Conseil (synèdres et proèdres) appartiennent à des familles importantes, même s’il y a des exceptions. Celles-ci empêchent de conclure à la formation de cercles fermés de notables qui monopoliseraient les fonctions au sein de la cité343. C’est probable, à l’exemple des cités d’Asie Mineure, mais l’étude des carrières municipales seules ne permet pas de savoir si ce monopole est réel. M. Sartre met en particulier l’accent sur le caractère familial, « quasi dynastique » de la notabilité dans le monde grec. Sur ce point au moins, l’exemple de Palmyre est en partie conforme à ce modèle. Néanmoins les exceptions (personnages dont on ne connaît pas la famille) sont suffisamment nombreuses pour qu’on s’abstienne de tout jugement définitif. Un autre trait caractéristique est l’accumulation des charges et des honneurs par des notables qui gèrent l’ensemble des magistratures civiques344. Or ce phénomène n’apparaît pas dans la documentation à Palmyre avant le iiie siècle. Quelques magistrats ont certes eu des fonctions à plusieurs reprises depuis le ier siècle345 et eu des carrières civiques bien remplies (en particulier Malê Agrippa, même s’il n’agit pas seulement en tant que magistrat346).

249D’autres personnages ont aussi eu une présence marquante à Palmyre, au milieu du iie siècle, mais n’ont pas eu de fonctions civiques officielles. Soados, fils de Bôlîadâ et Marcus Ulpius Iarhaî ont peut-être eu des fonctions officielles (la dynasteia du premier, ou l’éventuelle synodiarchie du second), mais semblent avoir été à l’écart des institutions proprement politiques, pour se consacrer surtout au commerce caravanier (voir chapitre III).

  • 347 Le seul exemple syrien a été retrouve à Apamée : inscription en l’honneur de L. Iulius agrippa, pu (...)

250Il faut en fait attendre le milieu du iiie siècle, après la transformation de Palmyre en colonie romaine, pour trouver des décrets qui décrivent des carrières civiques un peu développées. Ils concernent Zénobios Zabdilah de la famille de Nassoumos nšwm (CIS 3932 de 242-243), Septimius Worod (CIS 3937-3943, après 258) et enfin Iulius Aurelius Malikû (Inv X, 115) qui a mené sa carrière sans doute au milieu du iiie siècle. Sans atteindre la précision de certains textes d’Asie Mineure, on peut croire qu’à ce moment les inscriptions prennent pour modèles les décrets détaillés des régions proches d’Asie347. Les précédents concernent parfois des magistrats, mais en général ceux-ci ne voient mentionnées qu’une ou deux étapes de leur carrière.

  • 348 Mais l’inscription est aussi remarquable par son caractère unique. Si les notables Palmyréniens ét (...)

251Le processus semble en fait commencer à la fin du iie siècle, avec le texte H. Ingholt, 1932, p. 278. Le dénommé Aelius Bôrrâ est [στρατηγὸς έπί τῆς] είρήνης (restitution assurée par la version palmyrénienne, ‘sṭrṭg’ dy ‘bd slm’ « stratège qui a fait la paix ») et il a assumé cette charge de stratège plusieurs fois. L’année suivante, Ogeîlû, fils de Maqqaî est aussi remercié pour ses stratégies contre les nomades ; il a aussi été plusieurs fois synodiarque et a mené toute sa carrière politique avec éclat et gloire (Inv X, 44). Le texte CIS 3932 est le seul autre exemple dans lequel cette notion de carrière politique est précédée de titres de fonctions, qui en sont comme le couronnement. Si le texte Inv X, 115 entre dans la série, c’est en partie parce que la carrière du fils est complétée par celle du père. Le fils, Malikû, a été stratège et agoranome et son père a exercé toutes les liturgies. Les deux critères de la notabilité (l’exercice de plusieurs fonctions et l’aspect dynastique) sont présents dans le même texte, ce qui en fait un modèle348.

  • 349 Voir M. Sartre, 1995, p. 256-257 et la note 252 qui donne la bibliographie sur l’accession des not (...)

252Mais le texte le plus caractéristique de ces comportements (au moins au point de vue épigraphique) est CIS 3942 (= Inv III, 7) dans lequel la carrière de Septimius Worod est décrite avec un soin du détail inégalé à Palmyre. Au moment où Palmyre semble sortir du cadre civique traditionnel est gravé le texte peut-être le plus conforme aux usages des notables d’Asie depuis au moins le ier siècle (carrière civique complète en plus des fonctions dans le domaine religieux et dans l’administration impériale349). En effet, au moment où Worod est honoré de cette manière par le Conseil (sans doute vers 270), cela fait longtemps que Haîran, le fils d’Odainat, est appelé exarque des Palmyréniens (ἔξαρχος Παλμυρηνῶν, équivalent de l’araméen, rs tdmwr. « chef de Palmyre »), au témoignage de CIS 3944 (octobre 251).

  • 350 Sur cette institution qui s’est maintenue partout à l’époque romaine, même si elle a perdu de sa s (...)
  • 351 Voir F. Quass, 1993, p. 355 sur la question du nombre de présents aux assemblées. Il avance l’hypo (...)

253L’assemblée du Peuple est encore plus mystérieuse que le Conseil. Le mot εκκλησία lui-même ou ses dérivés n’apparaissent pas épigraphiquement350. Aucune information n’existe sur d’éventuelles réunions du Peuple, excepté les mentions de décisions du δῆμος dans les inscriptions. L’existence d’un secrétaire du Conseil et du Peuple (CIS 3913, Tarif, I, 3) implique aussi l’existence d’une assemblée du Peuple, que ce personnage dirigeait. On sait qu’en Asie Mineure, le δῆμος, l’ensemble des citoyens, ne correspondait pas nécessairement à la population libre de la cité, en particulier les ruraux351. On ignore totalement ce qu’il en était à Palmyre, mais c’est peut-être pour cette raison que certains tiennent à préciser dans les inscriptions qu’ils sont Palmyréniens (tdmry’), donc qu’ils appartiennent à la communauté civique, au gbl tdmry’, des premiers textes.

  • 352 Comme tous les arguments a silentio, il suffirait d’une seule découverte pour apporter une contrad (...)

254Quoi qu’il en soit, peu de textes renseignent sur les éventuelles différences de statut au sein de la population palmyrénienne. La présence d’affranchis (br ḥr’ en araméen, απελεύθερος en grec) est bien attestée et on en connaît un certain nombre. Les esclaves apparaissent dans le texte du Tarif (CIS 3913, II, 2, 4-6 par exemple) et dans certains textes, comme CIS 4115bis (Inv IV, 18b). Au sein de la population libre, il n’existe pas de différences attestées par l’épigraphie. En fait, ce qui semble probable, à la suite des études prosopographiques faites plus haut, est l’existence d’une véritable spécialisation des fonctions, au moins jusqu’à la fin du iiie siècle. Il existait peut-être deux types de carrières distincts pour les enfants des notables de Palmyre. Ceux qui étaient consacrés aux dieux devaient devenir prêtres, mais ne pouvaient sans doute pas entrer dans la carrière « civile » municipale. Si cette hypothèse se vérifiait, ce serait assurément une grande différence avec les carrières de notables dans le reste du monde hellénisé352.

  • 353 F. Quass, 1993, p. 395-416 : selon l’auteur, l’ekklesia est surtout un forum pour les débats entre (...)
  • 354 F. Quass. 1993, p. 412.

255Toute théorie sur le fonctionnement des assemblées ou sur la participation civique se heurte à l’absence de sources, ce qui n’est pas une preuve de leur inexistence, mais prévient toute discussion à ce sujet. Les décrets honorifiques sont l’essentiel de notre documentation ; la seule exception est le décret qui se trouve au début du Tarif. Or les inscriptions honorifiques ne formaient sans doute qu’une partie minoritaire des décisions prises par les assemblées. Comme dans les cités d’Asie Mineure, on peut penser que le rôle de l’assemblée était principalement formel, même si le Peuple pouvait s’exprimer, principalement par des manifestations de sa satisfaction ou de sa mauvaise humeur353. Il ne faut pas se laisser tromper par le caractère unique du texte, mais peut-être est-il nécessaire de souligner que le Tarif est promulgué par un décret du Conseil seul, sans que soit mentionné le Peuple. Il se pouvait que certains honneurs viennent de l’initiative d’un membre de l’έκκλησία354, mais il semble que les décisions importantes étaient prises par le Conseil, expression des notables de Palmyre.

Notes

1 La première attestation du terme se trouve dans le texte CIS 3923 (Inv IX. 8) daté de mars 51. Sur ces problèmes, l’article de M. Sartre, 1996a. p. 385-405, fait un bilan complet de la documentation. Ces éléments permettent de conclure que Palmyre est une cité grecque. Mais cette appellation concerne principalement le domaine institutionnel, politique : on peut dire que Palmyre possédait des institutions et émettait des décisions qui sont caractéristiques des cités grecques telles qu’on les connaît ailleurs. Comme on le verra au cours de ce travail, cela ne signifie évidemment pas qu’il faille considérer les Palmyréniens comme des Grecs. De plus, si Palmyre est une πóλις sur un modèle commun au monde grec, il faut souligner que ce monde n’est pas unifié et qu’il existe de grandes différences entre les cités. Enfin, on aura l’occasion de rappeler que si les formes politiques sont grecques, cela ne permet aucune conclusion sur les conceptions des Palmyréniens eux-mêmes, ni sur le pourcentage de la population qui participait réellement à la culture « grecque ».

2 En prenant la Syrie au sens large, c’est-à-dire en fait les textes édités dans les IGLS depuis 1929.

3 Texte édité dans le CIS au numéro 3913. La version grecque est aussi dans OGIS 629. IGRR III. 1056. On peut trouver des traductions dans le CIS (traduction en latin des deux versions) ; J. Teixidor, 1984, p. 99-104 (traduction française du palmyrénien) : J. F. Matthews, 1984. p. 174-180 (traduction anglaise du texte grec) ; K. Brodersen, 1987. p. 153-159 (traduction en allemand d’une version combinée des deux textes). Les principales études sur le Tarif sont celles de D. Schlumberger, 1937 : H. Seyrig, 1941a : A. Piganiol, 1945 : J. F. Matthews, 1984 ; J. Teixidor. 1983a et 1984 ; M. Zahrnt. 1986.

4 Voir M. Sartre. 1996a. p. 390 : « comme éponymes, ils étaient les premiers en honneur, sinon en importance réelle ».

5 M. Sartre. 1996a. p. 394-395.

6 Liste des proèdres connus dans M. Sartre. 1996a. p. 400. n. 48, à laquelle il faut ajouter le personnage mentionné dans le Tarif.

7 M. Rodinson, 1950. p. 137 : Inv IX. 20 : J. Cantinea, 1933. p. 175, n° 2b et p. 183-184 ( ?) ; Inv XII. 42 ( ?).

8 Voir DFD, p. 226-227.

9 Le terme est γραμματεύς en grec et grmty en araméen. M. Sartre. 1996a. p. 390-391 (avec une liste des titulaires de la fonction à Palmyre) fait l’hypothèse de l’équivalence entre secrétaire de la cité et secrétaire du Conseil et du Peuple (n. 78. p. 401 : voir aussi M. Sartre. 1995. p. 225. n. 133). 1. Lévy, 1899, p. 267. n. 9. écrit que « les deux fonctionnaires étaient certainement distincts dans les villes importantes comme Éphèse et Magnésie du Méandre. L’étaient-ils toujours ? Cela est douteux, mais l’emploi d’une formule comme γρ. βουλῆς δήμου ne prouve pas dans tous les cas la dualité, car il a pu y avoir réunion accidentelle des deux titres sur la même tête ». Il est en tout cas très vraisemblable qu’à Palmyre, l’office de secrétaire soit unique et que tous les personnages qui portent ce titre exercent la même magistrature.

10 Ce qui donne en araméen :’Iksdrys br ‘Iksdrys br ‘plnys nbwzbd br tym’ ‘br’gdm.

11 Voir l’annexe IX. 2. Il faut ajouter les personnages des textes CIS 3932 (l’empereur Sévère Alexandre) et Inv IX. 36 (architecte du temple de Bel) qui ne sont pas originaires de l’oasis.

12 J’ai suivi pour cette description le modèle donné dans le Choix d’inscriptions grecques de J. Pouilloux (Paris. 1960. p. 17-18) à propos des décrets athéniens du IIIe siècle avant J.-C.

13 Voir M. Sartre, 1996a. p. 389 : « il manque l’intitulé faisant apparaître le magistrat éponyme, l’auteur (Je la proposition et les divers magistrats éventuellement impliqués dans la prise de décision. Mais la forme raccourcie qu’on observe à Palmyre est banale partout ».

14 On retrouve le terme dans sept autres inscriptions honorifiques de Palmyre : CIS 3924 (Inv IX. 6a) : BS n°45 ; H. J. W. Drijvers, 1995a. p. 34-37 : J. Cantineau, 1936. p. 277, n° 20 : Inv X. 24 : CIS 3948 (Inv III. 28) ; H. Ingholt, 1932. p. 278. Le premier texte (et le plus ancien) date de 19 apr. J.-C. Le plus récent (celui édité par H. Ingholt) date de 198. Ce qui est remarquable, et explique dans la plupart des cas la présence du terme, est qu’il s’agit de l’érection de plusieurs statues, en plusieurs endroits. La raison de l’emploi du mot est alors d’ordre syntaxique, puisqu’il faut préciser qu’il n’y a pas qu’une seule statue. Ce qui n’empêche pas que le mot n’apparaisse pas dans le texte Inv Χ. 115, où il s’agit de trois statues, comme le dit explicitement le texte araméen : slmy’ ‘In tlt’ (« ces trois statues »).

15 Voir à ce sujet les remarques préliminaires de P. J. Rhodes et D. M. Lewis. 1997. p. 5-7.

16 Plus de quarante textes sur les quelque 440 qui contiennent du grec et/ ou du latin.

17 P. J. Rhodes et D. M. Lewis. 1997 avec un catalogue qui couvre l’ensemble du monde grec, p. 65-472.

18 On trouve principalement le verbe άνέστησε (-σαν), « il(s) a (ont) dressé » : CIS 3924 (Inv IX, 6a) ; CIS 3933 (Inv III, 21) ; CIS 3948 (Inv III, 28) ; CIS’ 3970 : Inv X. 24 ; BS n° 45 : H. J. W. Druvers. 1995a. p. 31-42 : on a aussi deux attestations de άνήγειρεν « il a érigé » (M. Gawlikowski, 1970a, p. 66. n’ I et J. Cantineau, 1936. p. 277. n° 20 = BS n° 48). Le seul autre verbe connu est έτείμησαν « ils ont honoré » (CIS 3960 = Inv X. 87-88) mais la restitution est douteuse et on peut aussi penser à une formule du genre τειμῆς χάριν.

19 On peut citer un texte de J. A. Letronne qui, dès 1850, définissait le style elliptique des inscriptions grecques : « Ainsi, quand sur la base d’une statue, on écrivait le nom d’une personne à l’accusatif suivi ou précédé du nom d’une ville ou d’un peuple, sans aucune indication de verbe, personne ne pouvait se tromper sur le sens qu’on avait voulu exprimer. Tels sont, entre autres exemples, les milliers d’inscriptions où se trouve un nom à l’accusatif précédé de ή πόλις ou de ό δῆμος sans être suivi d’aucun verbe. » (J. A. Letronne. 1850. p. 208) La formule classique comprend le nom du dédicant (nominatif), un verbe (souvent sous-entendu donc), le nom du personnage honoré (accusatif). Ces éléments peuvent se trouver dans des ordres divers et être accompagnés d’autres précisions, comme d’une motivation (ἀρετῆς ἕνεκεν « en raison de sa valeur ») ou d’une apposition au nom de l’honoré (participe ou substantif) qui illustre le mérite ou la relation entre l’honoré et le dédicant.

20 Dans le cas de Priène, par exemple, les éditeurs des Inschriften von Priene séparent les deux types de documents : d’une part les Staatsurkunden (« archives de l’État »), d’autre part les Ehrenstatuen (« statues honorifiques »). Les premiers sont les transcriptions sur pierre des textes (intégraux ?) des décrets : ceux-ci précisent parfois que la décision du Conseil comporte l’érection d’une statue (par ex., le n° 103.1.10-11 : καὶ στῆσαι τήν εἰκόνα αὐτοῦ ἐν τῇ αγορᾷ ἐν τῷ ἐπιϕανεστάτῳ τόπῳ « de placer sa statue dans l’agora en ‘endroit le plus visible »). Les seconds sont en général très courts. Ils ont pour principale fonction de servir de légende aux statues de bienfaiteurs dressées dans les lieux publics. C’est surtout ce type de texte qu’on rencontre à Palmyre. Une inscription d’Acraiphia en Béotie (IG VII, 2, 2712. lignes 103-105) explique de manière très claire comment s’élaboraient ces épigraphes. En effet, aux dernières lignes de ce décret honorifique très détaillé, on trouve cette phrase : τήν έπιγραϕὴν ποιουμὲνων τήνδε ‘O δῆμος κ[αὶ| ή βουλή τòν δεῖνα ἄριστα πολειτευσάμε|νον [ἀρετῆς ἕνεκα καὶ εὐνοίας] « en faisant cette inscription : le Conseil et le Peuple (honorent) un tel qui a été bon citoyen, en témoignage de valeur et de reconnaissance ». On a un autre exemple, IG VII, 190 (repris par Ad. Wilhelm, « Inschrift aus Pagai », Jahreshefte 10. 1907. p. 17 : cité par P. Veyne, 1962. p. 65, n. 1). Les décrets de Palmyre devaient comporter la même précision et ce sont ces « épigraphes » seules qui sont conservées.

21 M. Sartre (1996a, p. 389) souligne cette rareté pour les inscriptions funéraires. Mais les différents titres apparaissent néanmoins dans les inscriptions honorifiques, en particulier dans celles de l’agora : voir par exemple Inv X. 13 (secrétaire), 29 (bouleute d’Antioche). 34 (légal et curateur). 39 (secrétaire).

22 Pour ce type d’inscriptions à Hatra, à Palmyre et dans le reste du Proche-Orient, voir K. Dukstra, 1995.

23 Voir par exemple, l’inscription Hatra n 56 qui donne seulement la généalogie du personnage et son titre : rb smy’ (« chef de l’enseigne »), ou Hatra n° 105 au texte très simple : ṣlm’ dqp’ (« statue de qp’ ») sur une base de statue.

24 Hatra nos 38. 112, 188, 193, 203, 224, 286.

25 Sur ce point, voir K. Dukstra. 1995. p. 22-23.

26 En araméen, ṣlm’ dy X, br... d’qym Ih Y. br... Le dédicant de la statue du n° 38 est une divinité (voir DFD. p. 337).

27 J’ai utilisé les recueils de J. C. L. Gibson, 1975 (araméen) et 1982 (phénicien), et de E. Sollberger et J.-R. Kupper. 1971 (sumérien et akkadien).

28 Textes IG4b (Mari) et IIIA3d (Suse) dans E. Sollberger et J.-R. Kupper. 1971. Voir aussi les textes IIIA41 (Suse) et IIC7c (statuette d’une déesse trouvée à Gîrsu). Ce sont des textes qui datent de la deuxième moitié du IIIe millénaire.

29 J. C. L. Gibson. 1975. n° 1 pour le texte de Bar Hadad, et 1982, n° 8 pour un parallèle phénicien.

30 F. Mazza, 1976, p. 129-136, et en particulier, p. 131 pour cette structure. Il donne un certain nombre d’exemples, parmi lesquels on peut citer des textes chypriotes : CIS I, 1. nos 10-11. 13-14. 16. 41. 57-58, 60-62, etc.

31 Je renvoie aux études sur le sujet de K. Dukstra, 1995 et ici dans les chapitres II et IV.

32 Le texte araméen dit d’ailleurs : zbdl’ br mlkw brt mlkw. Voir F. Quass, 1993. p. 65 sur cette formule dans les textes grecs.

33 Outre CIS 3932, on peut ajouter CIS 3914 (Inv IX. 25) : CIS 3923 (Inv IX. 8) ; CIS 3942 (Inv III, 7) : CIS 3959 (Inv 12 ; BS n° 44) ; Inv X. 44 : Inv X. 114 et 115 : J. Cantineau, 1936. p. 277, n° 20 (BS n°48) ; H. Ingholt, 1932. p. 278 ; H. Seyrig, 1937, p. 372 ; BS n° 45 ; H. J. W. Drjvers. 1995a, p. 34-37 : G. W. Bowersock, 1976. p. 349-355 ; et, hors de Palmyre, le texte de Umm el-Amad. R. Mouterde et A. Poidebard, 1931. p. 106-107.

34 Κ. Dukstra, 1995.

35 En araméen. « byrḥ tšry šnt 200/ + 69’qym[w]kmry’ / dy bl šlm’ dnh Igrymy / br nbwzbd dy mn phd / bny khnbw ».

36 K. Dukstra, par ses remarques (1995. p. 335), reconnaît explicitement le caractère composite de cette seconde catégorie.

37 Voir dans l’index du vocabulaire honorifique en annexe II. On peut laisser de côté la formule μνήμης χάριν qui s’applique sans nul doute à des personnages décédés au moment où les honneurs sont décidés (par exemple C/5 3927) : on a d’ailleurs dans la version araméenne btr dy myt, « après (sa) mort ».

38 La version araméenne du texte (un résumé) a été publiée plus récemment (DFD. p. 36).

39 Autres exemples dans une autre région (Pamphylie orientale et Cilicie Trachée). G. E. Bean et T. B. Mitford. 1970. n°9-10. 97. 171-172. En Arabie (Gerasa). C. B. WELLES, 1938. n° 163 : τιμῆ[ς ἕνεκ]εν. Voir sur les formules de ce genre. E. Nachmanson. 1911, p. 180-196 (pour τειμῆς ἕνεκα. p. 192. avec des exemples à Rhodes, en plus de ceux de Théra). Cet article, que je n’ai pu voir, est cité par L. ROBERT. Hellenica 13. p. 39.

40 Ce sont, entre autres, les inscriptions CIS 4160. 4167. 4192, 4209, M. Gawlikowski, 1975. p. 130-131 et IMP n° 115. Sur le vocabulaire des inscriptions funéraires, voir plus généralement le chapitre VI.

41 Le formulaire est exactement le même que celui de la version araméenne de CIS 3928, de 155 de notre ère, une autre inscription caravanière.

42 Même construction dans les textes CIS 3914 et 3924. Voir S. Reinach, 1885, p. 381 : « le datif du nom de la personne représentée est rare ».

43 W. Larfeld. 1914, p. 435, qui cite l’inscription OGIS 657, dédicace d’une statue à un empereur. Voir dans I. Selge, n° 7, une dédicace à Hadrien, au datif. Sur ce sujet, l’étude classique reste celle de P. Veyne, 1962. p. 49-98, et en particulier p. 68-69 et 77-79 (voir aussi le BE 1966. p. 220). À Palmyre, voir le texte Inv III. 3. Les textes latins H. Slyrig. 1933a. n° 10. p. 166 ; Inv IX. 2 ; M. Gawlikowski, 1984. p. 125-126, n° 40 et 41 ; H. Herzig et A. Schmidt-Colinet, 1991, n° 2, sont également des dédicaces impériales (voir annexe XV) ; ils peuvent être des exemples du modèle qui a influencé certaines inscriptions grecques. Mais les dédicaces impériales en grec, avec le nom de l’honoré à l’accusatif, selon la construction normale, existent aussi : CIS 3970 : Inv X. 64. 67 et 103 : H. Seyrig, 1939. p. .321, n° 25 ; et G. W. Bowersock, 1976, p. 349-355.

44 Même si elle utilise le possessif dydh, un peu rare par ailleurs, mais bien attesté. L’article de P. Veyne. 1962, p. 49-98, cité plus haut, met justement l’accent sur la fréquence du datif dans les textes bilingues grecs-latins.

45 Même si la restitution de l’éditeur (J. Starcky) essaie de reproduire la rupture de construction du grec, avec la particule l (« pour ») qui introduit le nom du père. Il se peut aussi qu’il ne s’agisse pas d’une statue du père ou d’honneurs faits au père, mais qu’on rappelle que ce dernier, comme son fils, a reçu des témoignages de la part du dieu et du gouverneur. Cette interprétation est possible, mais ne supprime pas la rupture de construction. On retrouve d’autres exemples de rupture de construction dans les textes IGRR III. 147 et 1424 et ILS 8849 (cités par P. Veyne. 1962, p. 81, n. 1). Dans ce dernier texte (en Épire), la personne honorée est nommée au datif, puis, après le nom du dédicant, on a τὸν εὐεργέτην. C’est donc l’inverse de ce qui se passe dans le texte de Palmyre.

46 I. Prusias ad Hypium, n° 58 :’Αντωνίῳ | Θαλλῷ | Κλ. ‘Αρίστη | ἀνέστησεν.

47 Cité par M. Guarducci, 1975, p. 96 : [Βα]σιλεῖ ‘Hρῶδει κυρίῳ Οβαισατος Σαοδου ἔθηκε τòν ἀνδριάντα ταῖς ἐμαῖς δαπάναι[ς].

48 J. Marcadé, Recueil des signatures de sculpteurs grecs, I, 9 (= Choix d’inscriptions grecques. 1960. p. 155-156, n° 43) : Γέλον ò Δεινομέν[εος] | ἀνέθηκε τοπόλλονι...

49 Un cas un peu particulier est fourni par le texte Inv IX. 22, dans lequel le nom du dédicant et celui de la personne honorée sont tous les deux au nominatif. Comme le note H. Seyrig (1933a. p. 160), il s’agit peut-être d’une confusion avec une formule dédicatoire. Il s’agit d’un texte qui honore un militaire romain.

50 Ou bien parce que le formulaire de l’inscription suit ce qu’il y avait dans le décret, avec la mention de la statue seulement à la fin du texte.

51 Grand nombre d’exemples : à Selge. I. Selge, nos 15, 18 ; à Prusias, I. Prusias ad Hypium, n° 30 ; en Lycie. ΤΑΜ II, 145-146 ; à Athènes, le mot τόν ἀνδριάντα n’apparaît pas toujours, mais on a, de la même manière, deux propositions : IGIII2, 1. nos 635, 682 (τòν δ. + qualificatifs, ή βουλή καὶ ό δῆμος άνέστησαν εὐνοίας ἕνεκα). 708, 709, 745, 839. Voir aussi, à Palmyre même. CIS 3933 (Inv III. 21).

52 CIS 3939 (Inv III, 10). On n’aurait pas de mal à trouver des parallèles, par exemple SEG 42, 1143 (maison a surtout ὴ λαμπρoτάτη πόλις, comme le prouve l’index des IGRR III, passim). Voir aussi Inv Χ. 114 : ἐ]πὶ τῆς κρατίστης βουλή[ς. une autre formule fréquente en Asie Mineure.

53 Par exemple. CIS 3945 et 3946 (Inv III. 17 et 19).

54 M. Sartre, 1996a, p. 396 : « Ce vocabulaire, tout entier emprunté aux traditions civiques grecques, montre bien la diffusion du système des valeurs de la cité grecque à Palmyre. »

55 Mais l’adjectif ϕιλóτειµος signifie aussi « zélé », « généreux ». Il ne semble pas qu’à Palmyre, ce mot et ses variantes aient un sens technique particulier. Ce sens, en rapport avec les concours et les jeux du cirque, qui existe ailleurs, ne trouve à Palmyre aucun appui dans la documentation existante. Il n’y a apparemment pas de concours à Palmyre.

56 On peut citer cette remarque de L. Robert. HE 1968. 572. à propos de là notion d’εὐσεβεία : « tout magistrat ou tout citoyen peut en être loué. Les exemples en sont innombrables ».

57 En Pamphylie, SEG 35. 1416 : εὐσεβῆ, ϕιλοπάτριδα.......... ϕιλοτείµως : à Sidé : G. E. Bean. 1965. n° 194b : (1. 1-4) τòν δ......... δεκάπρωτον, ϕιλοπάτριν.. (1.7-9) ἀρχιερασάμενον τοῖ[ς Σε]|βαστοῖς εὐσεβῶς καὶ ϕιλ[ο]|τείμως. Voir aussi en Pisidie, à Termessos (sans ϕιλόπατρις), ΤΑΜ II, 55 : ἀρχιερώμενον εὐσε|βῶς καὶ ἐνδόξως | καὶ ϕιλοτείμως....

58 Elle n’est pas dans les inscriptions publiées par Waddington, en dehors de Palmyre. Dans les différents tomes de IGLS, il ne me semble pas non plus que le terme apparaisse.

59 À commencer par CIS 3923 daté de 51, mais aussi CIS 3930 ou 3933. Voir la liste des attestations de ἀρέσκω dans l’index. Cette traduction est systématique, pour toutes les occurrences de ρέσκω dans des bilingues complètes, entre 51 et 247. Cette stabilité est remarquable quand on compare les variations de traduction pour d’autres mots (voir ci-dessous).

60 Voir le tableau en annexe IV.

61 PNO. p. 144, n° 2ter (édition du texte par J. Starcky et H. Ingholt).

62 Sur ce sujet, voir le dossier d’inscriptions d’Aphrodisias réunies par J. Reynolds et R. Tannenbaum, 1987. Comme me l’a fait remarquer F. Villeneuve, le terme se retrouve, à propos du judaïsme, dès avant le iiie siècle.

63 Il n’est pas traduit non plus quand il fait partie des titulatures impériales (CIS 3970 et Inv X. 64 pour Septime Sévère) ; CIS 3947 utilise pour la reine Zénobie le mot zdqt’, qui signifie plutôt « juste », en face du ευσεβής du texte grec. Mais le texte est postérieur de près d’un siècle à la dernière attestation de l’équivalence dḥl ‘lhy’ - εὐσεβής.

64 On peut d’ailleurs faire la même remarque pour l’expression rḥym mdyth. Dans les textes unilingues Inv IX. 29 : X. 62 et 98, où elle apparaît, on ne peut assurer qu’il n’a jamais existé de version grecque.

65 Ainsi en CIS 3930, par ἀρέσαντοκ τοῖς θεοῖς. Mais on a deux lignes plus haut l’équivalence dḥl ‘lhy’ - εὐσεβεῖς.

66 Le dictionnaire abrégé de J. Payne-Smith, 1903, p. 263, donne le sens de « a little fortified town, smaller than a krk’ » (un krk’ étant une place fortifiée).

67 J. Teixidor, 1983b, p. 309-311. Voir aussi, id., 1984. p. 59.

68 Par exemple G. W. Bowersock, 1987, p. 180-181. Voir F. Briquel-Chatonnet. 1995b. p. 124-126.

69 J. Cantineau. Inv IX. p. 21, traduit aussi par « cité ».

70 Voir le tableau dans l’annexe IV.

71 Pour autant qu’on puisse interpréter sa traduction « des deux textes combinés » ! La ponctuation du CIS semble favoriser une interprétation du même type.

72 C’est d’ailleurs le mot utilisé par l’araméen pour traduire « clarissime » ou λαμπρότατος (voir CIS 3944 et 3945 par exemple).

73 Pour autant que notre connaissance de l’araméen contemporain permette de le dire.

74 Le texte dit d’ailleurs : ἐν πολλοῖς πράγμασι, « en de nombreuses affaires ».

75 Mais contrairement à ce qu’écrit H. Seyrig, 1941b. p. 250, l’expression εὐσεβής καὶ ϕιλότειμος n’est pas seulement l’élément commun aux dédicaces faites par le Conseil à des synèdres. Ce n’est le cas que pour Inv X. 57. 59 et 69. On verra en consultant l’index que l’expression est beaucoup plus courante. De même, ϕιλόπατρις n’est pas ajouté aux deux autres adjectifs seulement dans les dédicaces où le Peuple est joint au Conseil (voir CIS 3952 et Inv X, 114).

76 Εὐσεβεῖς καὶ ϕιλοπάτριδας καὶ παντὶ τρόπῳ ϕιλοτείμως ἀρεσάντας τῇ πατρίδι καὶ τοῖς πατρίοις θεοῖς.

77 Traduction J. Cantineau, Inv II, p. 24. La « traduction des deux textes combinés » est ici plutôt celle de l’araméen.

78 Voir J. Cantineau, Inv V. p. 18-19.

79 Le mot knwn’ est traduit par « brûle-parfum » dans J. Cantineau, Inv V. p. 8-9. Le texte araméen dit : ‘bd bslq’ dnh’mwdyn šb’ ‘wtšbythwn klh w’bd knwn’ dy nḥš’ (« il a fait dans ce portique sept colonnes et toute leur ornementation et il a fait un brûle-parfum de bronze »)

80 Voir dans l’index, s.v., les textes de l’Inv X.

81 « Pour ces raisons, la patrie le remercia en lui votant les honneurs qui lui revenaient, une statue équestre... »

82 « pour la bienveillance et l’empressement qu’il a montré à l’égard des commerçants » (trad. J. Starcky. Inv X. p. 79). La seconde restitution est assez sûre, contrairement à celle de la première ligne.

83 Pour la correction ‘št<k>ḥ. voir aussi DFD. p. 311. D. Hillers (PAT. p. 366-367) propose de corriger ḥpywt’ en ḥpytwt’, qui serait un meilleur équivalent du grec σπουδή, en particulier d’après des exemples connus en syriaque.

84 Remarquer seulement la traduction de (κατεσπο]ύδασεν εἰς τήν [κτίσιν τ]οῦ ναοῦ Βηλου par qm wšmš bmgd’ r[b’ Ibt bl](« parce qu’il s’est mis à les aider par un grand don pour le temple de Bel » avec qm au sens inchoatif. voir PAT. p. 405) en CIS 3924 (= Inv IX. 6a). La version araméenne de ce texte ancien est plus précise à propos de l’activité du donateur, alors que la version grecque s’intéresse surtout à son état d’esprit et résume son action. Il est difficile de dire que l’une d’entre elles est la version originale.

85 Curieusement un type de textes qui a connu une grande popularité dans tout le monde grec est presque totalement absent de Palmyre : les épigrammes. Pourtant l’épigraphie contemporaine de Syrie en donne des exemples assez nombreux (de Bosra à Zeugma). On croit savoir que des recueils de textes circulaient et il devait être possible à un Palmyrénien de composer un poème de ce genre en se servant de modèles. De manière caractéristique, le seul exemple connu est un texte gravé sur un pilastre de l’agora (Inv X. 28). Or. cette inscription métrique de quatre lignes honore un dénommé Manilius Fuscus. le fils d’un légat de Syrie-Phénicie, à l’époque de Commode, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un texte qui a pour sujet, non un Palmyrénien, mais un étranger à l’oasis.

86 On la trouve pourtant, en particulier pour les énumérations de statues : J. Cantineau, 1936, p. 277, n° 20 ; BS n° 45.

87 CIS 3923, 3932, 3942, .3959 et 3966 ; H. Ingholt, 1932, p. 278 ; Inv X, 115.

88 DFD. p. 314-315.

89 On peut noter en passant que le texte CIS 3930 fournit un exemple de cette inversion, mais dans le cas d’adjectifs : εὐσεβείς καὶ ϕιλόπατριδας devient rhymy mdythwn wḍhly ‘lhy’. Je ne crois pas que cela fournisse des arguments pour décider de la langue originale du texte.

90 H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 38.

91 Voir annexe XII.

92 L. Robert, 1977. p. 1-39. Voir M. Sartre, 1995, p. 261-270 avec un bilan pour l’Asie Mineure et plus généralement, M. Sartre, 1991, p. 190-198 sur les rivalités entre cités.

93 Inv X, 38 (131 apr. J.-C), mais aussi dans des inscriptions découvertes ailleurs en Syrie (Waddington 2440 à Ahiré en Trachonide), à Rome (CIS 3902), ou en Égypte : textes de Coptos : A. Bernand, 1984, n° 85 et 103 (voir respectivement AE 1984, 925 et SEG 34, 1585). En palmyrénien, la formule est transcrite à la première ligne du texte du Tarif (I, 1, au-dessus des colonnes 1-3) : hdryn’ tdmr.

94 J. Cantineau, 1935, p. 5. 11 faut toutefois souligner la prudence de J. Cantineau, qui rappelle la fréquence des inscriptions rédigées en palmyrénien seulement, à toutes les époques.

95 H. J. W. Drijvers, 1995a, p. 31 -42 ; par exemple, p. 38 : « The Aramaic is a litteral translation of the Greek, but the result of the verbum e verbo rendering is a grammatically incorrect sentence » (à propos des lignes 15 du grec et 8 de l’araméen du texte qu’il publie p. 34-36). Mais, comme me l’ont fait remarquer J. Teixidor et F. Briquel-Chatonnet, que je remercie pour cette indication, alors que H. J. W. Drijvers note que « One would expect at least the preposition 1 before the infinitive mht’«, cette préposition est bien lisible sur la photo qu’il publie (voir ici fig. 20) !

96 On verra au chapitre II pour l’onomastique le même genre de phénomène : on connaît trop mal l’araméen pour être sûr qu’un nom sémitique qui n’est pas attesté en araméen n’a pas existé.

97 Brock, 1979, p. 69-87 : Ή βουλὴ καì ó δῆμος Μαλιχον Ουαβαλλαθαου τοῠ Μανναιου τειμῆς χάριν et ṣlm’ dnh dy mlkw br whblt br m’ny dy ‘b[d]w Ih bwl’ wdms lyqrh qm ṣlm’ dnhb[yrḥ....] šnt [CC]CCXXXII(« Le Conseil et le Peuple [honorent] Malikû, fils de Wahballat, fils de Manaî, en témoignage d’honneur » et « Cette statue de Malikû, fils de Wahballat, fils de Manaî, qu’ont faite pour lui le Conseil et le Peuple, en son honneur. Cette statue a été érigée au mois de [....], l’année 432 »).

98 Le terme « officiel » lui-même appellerait un commentaire, en particulier à cause du nombre de textes honorifiques dont les dédicants sont des particuliers. On verra aussi au dernier chapitre qu’il est possible que les inscriptions de fondation et de concession des tombeaux de famille ne soient en fait que des extraits d’actes officiels conservés dans les archives publiques.

99 F. Millar. 1990. p. 42 ; 1993. p. 327 et 1995, p. 409 et 414.

100 Voir dernièrement sur ces textes, F. Millar, 1995, p. 409-414 ; il faut ajouter deux textes aux cinq qu’il cite : une découverte récente, publiée par M. Gawlikowski et Kh. As’ad dans IMP. n° 113, et un texte anciennement connu, mais récemment réédité et complété, même s’il reste mystérieux (Inv IX. 5 repris par Z. T. Fiema, 1986, p. 81-83) ; il s’agit d’un texte en rapport avec la construction du temple de Bel.

101 Comme le texte publié par H. Seyrig, 1933a, p. 164, n° 8 : il commémore l’établissement d’un champ de manœuvres du camp romain. On ajoutera à ce groupe les quelques dédicaces à des divinités faites par des militaires. Certaines sont assez lacunaires.

102 Voir H. Seyrig, 1941b. p. 236-240.

103 DFD, p. 245 ; sur celle famille et ce Saturninus, voir chapitre VI.

104 Ce sont les textes Inv X. I. 81. 99. 108. 117. 125 et 128. Le texte Inv X. 79 est une dédicace à un officier, peut-être palmyrénien, par les hommes de sa uexillatio. L’exception n’est qu’apparente, car ces soldats sont sans doute des Palmyréniens engagés dans l’armée romaine. Enfin, on peut ajouter à la liste Inv IX. 22. dont le dédicant est sûrement palmyrénien.

105 H. Seyrig, 1941b. p. 263-266.

106 Kh. AS’AD et J. Teixidor, 1985a. p. 279, n° 9.

107 Voir Kh. AS’AD et J. Teixidor, 1985a, p. 279-280 ; dernièrement une nouvelle attestation du terme a été publiée par F. Briquel-Chatonnet, 1995a. p. 155.

108 Les autres exemples sont le texte Inv XII, 39 (dédicace à Aglibôl et Malakbel) et le texte publié par F. Briquel-Chatonnet, une dédicace pour « les génies, dieux bons ».

109 Qu’il n’y ait qu’un seul exemple de ce type de texte prouve seulement que, même dans les rapports entre indigènes et autorités de l’Empire, le grec était la langue de communication de l’Empire en Orient.

110 Inv XI. 100 de 44 av. J.-C. J. T. Milik (DFD, p. 172-173) propose de remonter la date du texte Inv XI. 87 jusqu’à 82 av. J.-C, ce qui en ferait le texte le plus ancien connu. Mais cette date repose sur une restitution, qui est peut-être discutable.

111 H. Seyrig. 1939. p. 321-322, n° 27-28.

112 Outre les deux textes « hellénistiques » cités supra, le texte grec le plus ancien de Palmyre semble être une dédicace à Allât el Artémis, datée (?) de 6 av. J.-C. (306 de l’ère séleucide). On y reviendra plus bas. Ensuite, le premier texte (daté) dans une langue non sémitique est Inv IX, 2, une dédicace latine à Germanicus par un légat de légion (donc entre 14 et 19 apr. J.-C).

113 Le texte grec, que la tradition lui accolait faussement depuis la copie de R. Wood, appartient en fait au texte Inv IX. 11. comme l’a montré J. Cantineau. Inv IX. p. 20 et 23.

114 De plus la remarque de H. Seyrig, citée plus bas, à propos des regravures, invite à la prudence.

115 Le texte BS n° 10 est une dédicace qui commémore la construction de colonnes et le n° 37 était « destiné à récompenser un acte de piété envers le sanctuaire », selon le commentaire de C. Dunant (BS, p. 49).

116 Inv IX. 7 et CIS 3922 (= Inv IX. 9) sont des dédicaces à un père par ses enfants.

117 Le texte CIS 3925 est une dédicace bilingue au même personnage, par son fils, ce qui semble contredire cette théorie. Il faut remarquer néanmoins qu’à Palmyre, comme ailleurs souvent, il est impossible de trouver un système totalement cohérent qui pourrait expliquer toutes les variations par rapport à une règle qu’on voudrait stricte. Il est possible que le grec ait été employé dans ce cas pour des raisons de parallélisme avec le texte CIS 3924, ou en raison de liens de la famille avec le monde hellénophone. Il faut noter aussi la présence de l’ethnique Παλµυρηνóς dans le texte grec, après le nom du père. On reviendra plus loin sur ce fait, ainsi que sur d’autres textes du même genre.

118 118 - J. Cantineau dans Inv IX. p. 17-29. Voir le tableau des inscriptions honorifiques bilingues du Ier siècle en annexe VI.

119 Cité par C. Dunant. BS. p. 12.

120 H. Seyrig, 1959. p. 58 (AE 1960, 403 ; la pierre est aujourd’hui au musée de Damas n° inv. 7939), et J. Cantineau, 1938. p. 78, n° 31.

121 Dont il est presque exactement contemporain. C’est le seul texte palmyrénien où l’iota du datif soit adscrit (deux sur trois : Ἡλίωι θεῷ μεγίστωι).

122 Voir Sculptures of Palmyra I, p. 22 avec l’illustration n 121.

123 J. Cantineau (1938. p. 78, n° 31) lisait ‘Iqwnd’ au lieu de ‘Iqwnr’. La lecture est corrigée par A. Caquot, RTP. p. 181. Sur cette divinité, voir J. Teixidor. 1979. p. 25-28.

124 Il s’appelle mqymw br khylw br zbdbl [dy] mtqrh br zbydy (Moqîmû. fils de Kohaîlû. fils de Zabdibel. qui est surnommé Bar Zebîdaî) et dit appartenir à la tribu des Benê Gaddîbôl [dy mn phd bny [gd]ybwl).

125 H. J. W. Drijvers, 1978. p. 340 : sur l’identification entre Allât et Artémis, dont c’est l’unique témoignage, voir M. Gawlikowski, 1990a, p. 2640.

126 F. Millar, 1995. p. 413.

127 Comme l’avait déjà noté J. Cantineau (19.33. p. 176).

128 F. Millar. 1995, p. 413, pense que le texte de 52 (M. Rodinson. 1950. p. 137) « might be taken as a piece of exhibitionism by a prominent citizen in the early period of Roman domination ».

129 Voir les textes Inv X, 113 et Kh. Asad et J. Teixidor, 1985a, p. 271, n° 9 cités ci-dessus à propos de L. Antonius Kallistratos, fonctionnaire du quart ; IMP. n° 113 est l’inscription de fondation du tombeau de deux affranchis en rapport avec le fisc (voir chapitre VI).

130 CIS 4235 concerne un certain Lucius Spedius Chrysanthus qui n’est sans doute pas originaire de Palmyre et que le service de l’Empire aurait conduit dans cette ville, où il se fait enterrer. Mais F. Millar, 1993. p. 324, pense avec raison qu’il peut aussi bien être un publicain travaillant pour le fisc romain, qu’un fermier au service de la cité.

131 M. Sartre. 1995. p. 212.

132 Voir par exemple dans le texte CIS 3939.

133 M. G. Bertinelli Angeli, 1970.

134 F. Rosenthal. 1936, p. 91-92 et J. Cantineau, 19.35, p. 154-157 (où 26 des 46 mots cités se rapportent à l’organisation administrative, politique et sociale). Un débat récent a opposé les tenants d’une grande régularité dans la traduction des termes administratifs grecs et romains (S. Swain, 1993. p. 161. mais il fait. p. 159. une exception pour les termes militaires) à ceux qui pensent que, dans le domaine de l’administration impériale au moins, on trouve un certain nombre d’irrégularités (D. S. Potter. 1996. p. 273). Ce débat tourne en fait autour de l’interprétation correcte des termes mtqnn’ (pour Odainat. CIS 3946) et ‘pnrtt’ (pour Wahballat. CIS 3971). Il semble assez sûr que, pour les termes qui concernent l’administration de la ville, les traductions sont très régulières (cf. D. S. Potter, 1993. p. 273 : « with greater consistency in the case of institutions that are more familiar ») : pour les titres d’Odainat et de sa famille, dans une période de mutations, la situation est un peu plus compliquée (voir chapitre IV), même s’il est possible que les deux termes soient deux traductions d’un même titre. Savoir s’il s’agit bien d’une fonction confiée par un empereur est un autre problème.

135 M. Sartre. 1996a. p. 391-392 et 394-395 (voir ici le chapitre III où cette question est développée).

136 M. G. Bertinelli Angeli. 1970. p. 66-67.

137 J. Cantineau, 1935, p. 157, et M. G. Bertinelli Angeli. 1970. p. 76-83 qui donne un certain nombre d’exemples.

138 M. G. Bertinelli Angeli. 1970. p. 79, à propos du mot lgywn, adapté du grec λεγιών.

139 Pour la question du statut exact de l’unité ainsi désignée, voir le chapitre III.

140 M. G. Bertinelli Angeli. 1970, p. 67-68. n. 4.

141 Plutôt que par une éventuelle réaction indigène que l’utilisation courante de ces termes vient contredire. Pourquoi se vanter d’être « clarissime », si on veut renoncer à tout ce qui est romain ?

142 Mais le terme κράτιστος a pour équivalent un autre mot dans le texte du Tarif (CIS 3913.1. 121 de l’araméen) : kšyr’ (« excellent »), pour traduire ó κράτιστος (I. 196 du grec : le ternie s’applique à Corbulon : (qrblwn/Kουρβύλων). Pourtant à la même époque sans doute (« écriture semblable à celle du Tarif ». J. Starcky. Inv X, p. 62, ad loc.). le texte Inv X. 102 donne le mot [qr]ṭsṭs pour un gymnasiarque anonyme. Mais il est fort possible que la traduction attestée dans le Tarif remonte à une période plus ancienne (celle où Corbulon était gouverneur de Syrie ; voir annexe XII), avant que l’équivalence ne soit fixée (et même avant que le terme ne prenne en grec une valeur presque officielle ; voir S. Swain, 1993. p. 160, n. 12).

143 AO 4827. Le texte a été publié à plusieurs reprises : on peut citer dernièrement J. Teixidor, 1980b, p. 453-454 (repris par W. Amhling, 1990, p. 190) : J. C. L. Gibson. 1982, p. 148-150. n°41. Le texte grec (cité par les éditions précédentes) est dans les IG II2. 2946.

144 Cela a été bien remarqué par tous les commentateurs du texte (voir par exemple. J. Teixidor. 1980b. p. 454-457).

145 Voir M.-F. Baslez et F. Briquel-Chatonnet, 1991, p. 378.

146 Ibid., p. 386. Les auteurs soulignent « l’importance fondamentale du banquet dans la vie de leur communauté : dans le texte du Pirée, apparaît une des rares mentions du marzeaḥ en phénicien ». C’est aussi le terme qui est employé en palmyrénien pour les banquets (voir chapitre IV).

147 Voir par exemple les remarques de F. Millar. 1993. p. 407 sur le rapide abandon du nabatéen dans les archives de Babatha (« the quite abrupt shift away from Nabatean in the “archive of Babatha”, as soon as the provincial regime was imposed » : voir aussi p. 417-418). Comme le remarque M. Sartre (dans IGLS XXI.4. p. 90, à propos de la bilingue n° 54) : « cette inscription funéraire est le seul texte écrit en grec en Arabie qui soit sûrement antérieur à la conquête romaine ». De plus, comme me l’a fait observer F. Villeneuve les inscriptions (nabatéennes et grecques) sont rares à toutes les époques.

148 IGLS XXI, 4 (Pétra), n° 48 (et 24).

149 Il suffit de comparer dans le recueil de M. G. Bertinelli Angeli. 1970 le petit nombre de termes institutionnels gréco-latins utilisés en nabatéen (p. 57-64) au nombre beaucoup plus important des attestations en palmyrénien (p. 65-83).

150 Voir D. Mattingly. 1995. en particulier le chapitre 3 ; les textes latins de Tripolitaine sont rassemblés dans les Inscriptions of Roman Tripolitania (IRT), et les textes néo-puniques dans G. Levidella Vida et M. G. Amadasi Guzzo. 1987.

151 Ainsi un des membres de la famille des ṭbḥpy s’appelle hnbl bn ḥmlkt ṭbhpy rwps bn ‘rm. Son nom est typiquement indigène, mais rwps est une transcription du Rufus latin (IRT 319). Un autre s’appelle... ]arinis (f.) Tapafius Diodorus Nizaz (IRT 273).

152 M. G. Amadasi Guzzo. 1983. p. 377-385. Il faut noter que le nom lui-même n’est ni punique, ni romain bien sûr, mais d’origine inconnue, vraisemblablement libyque ou peut-être égyptienne.

153 E. Birley. 1988. p. 1-19.

154 C. Lepelley. 1998. p. 84-85. Ce même personnage est aussi le grand-père de l’empereur Septime Sévère.

155 F. Millar. 1990. p. 42-46.

156 M. Sartre. 1991. p. 126.

157 P. Le Roux. 1998. p. 272-273 qui ajoute : « on commence à mettre en exergue l’attitude romaine d’adaptation aux interlocuteurs, héritiers ici de civilisations méditerranéennes dont Rome prenait en quelque sorte le relais ». Voir les remarques similaires de M. Sartre, 1991, p. 124 : « On ne se trompera pas en affirmant que Rome n’a jamais cherché à imposer en Orient les modèles d’organisation municipale qui prévalaient alors en Occident. »

158 C. Lepelley, 1998. p. 85 compare à juste titre ce phénomène au refus des cités grecques d’adopter le statut de municipe plutôt que celui de cité libre. « On pourrait plutôt comparer l’attitude de beaucoup d’Africains à celle des Grecs, maintenant fièrement et jalousement durant tout le Haut Empire les traditions de la cité hellénique. »

159 P. Le Roux, 1998. p. 359-361, souligne cet aspect.

160 Leptis Magna n’est pas loin du désert, mais sa position géographique la place au cœur de la province romaine, sur les routes qui longent la côte. Palmyre est plus à l’écart des parties utiles de la province du point de vue de la civilisation urbaine grecque.

161 De plus, le nombre relativement élevé de noms d’origine iranienne semblerait prouver que l’immigration à Palmyre provient au moins en partie d’Orient (voir annexe X). Il est de plus difficile de tenir compte de l’installation possible de populations sémitiques pendant toute la période romaine (Arabes bien sûr. mais aussi Araméens ou Mésopotamiens en un sens plus large).

162 Voir les remarques de M. Sartre, 1998, p. 555-562 sur la cohabitation des cultures et le fait que le développement de l’utilisation épigraphique des langues locales semble souvent lié et au moins concomitant à l’usage du grec (les deux langues se renforcent, au lieu de s’affaiblir).

163 Sur ce type d’inscriptions, voir J. T. Milik, DFD, passim.

164 Inv X. 79 : dédicace par oί άπò του πρώτο[υ] αὐτοῦ ούηξί[λλ]ου « ceux de sa première vexillation ».

165 À l’inverse, pour les dédicaces entre particuliers, le nom de la personne honorée est généralement en première position. Celui du (ou des) obligé qui l’honore le suit (voir par exemple la liste des textes caravaniers : le nom du bienfaiteur précède celui des caravaniers qu’il a aidés).

166 J. Cantineau, 1933. p. 175, n° 2b (où dans les trois langues, le texte débute par le Conseil et le Peuple) et Inv X. 127 de 74 et 86 apr. J.-C. d’un côté, et de l’autre Inv X, 39 et J. Cantineau, 1938, p. 76, n° 29 où chaque langue suit sa tradition. L’original du premier de ces textes est sans doute la version grecque.

167 Autres exemples. R. Mouterde et A. Poidebard. 1931. p. 101 ; CIS 3914 : CIS 3934.

168 Les textes BS n° 45, et H. J. W. Drijvers, 1995a. p. 34-36, légèrement antérieurs, concernent d’autres honneurs rendus au même personnage.

169 Sur cette fonction, voir G. P. Burton, 1979, p. 465-487 ; sur le cas de Palmyre. M. Sartre, 1996a, p. 396.

170 Voir M. Sartre. 1996a. p. 387-388 : « Cet honneur institué par les quatre tribus n’est pas laissé à leur appréciation mais décidé par le conseil et le peuple ».

171 Voir en particulier. BS. p. 46 et les textes BS n°s I -2 qui concernent le père de Malê Agrippa.

172 C’est-à-dire surtout les textes cités ci-dessus pour Baalshamîn et le texte H. Ingholt, 1932, p. 279 (avec DFD, p. 36) qui provient de l’est du sanctuaire de Bel, zone où l’on pourrait chercher, selon une proposition intéressante de J. T. Milik (DFD. p. 15-16), le Bois sacré des dieux Aglibôl et Malakbel (voir aussi M. Gawlikowski. 1973a. p. 51).

173 Les textes d’Inv X proviennent de l’agora (on peut ajouter le premier texte de la liste qui a été gravé à proximité de cette zone. cf. supra), ceux d’Inv III, de la Grande Colonnade.

174 Les textes d’Inv IX viennent du sanctuaire de Bel. L’autel qui porte l’inscription CIS 3927 a été découvert en remploi dans ce sanctuaire, sans qu’on puisse rien assurer de son origine.

175 Il porte les titres de ἒξα[ρχον Παλμυ]ρηνῶν et rš tdmwren araméen (« chef de Palmyre »).

176 L’expression n’est pas systématiquement utilisée dans les inscriptions, mais ce qui est étonnant est son absence totale à Palmyre. À Arados, par exemple, on la trouve quelques fois, comme en IGLS VII. 4014 : ἠ βουλὴ καὶ ὀ δῆμος Άραδίων. Au même endroit, on a d’ailleurs en latin (IGLS VII, 4009), cintras et bule Arada. qui est un bon parallèle pour le texte de Palmyre de 74 cité ensuite : voir le commentaire de J.-P Rey-Coquais. IGLS VII, ad lac, sur l’utilisation du terme de bule en latin littéraire à partir de l’époque de Pline.

177 Le témoignage de l’inscription CIS 3966 (= RSP n° 156) est plus douteux, malgré les restitutions de J. T. Milik. DFD. p. 82-83, n° 7. Le texte, daté de 64 apr. J.-C. semble mentionner, d’après J. T. Milik. [συ]μπὰς δῆμο]ς Παλμυρηνῶν.

178 Il faut noter que le sens de gbl est établi d’après les textes grecs parallèles. L’origine et le sens exact du mot restent inconnus. II a peut-être été créé pour l’occasion, ce qui serait un exemple assez rare pour l’époque : le palmyrénien se contente ensuite de transcrire : dms ou bwl’. Un autre texte (de 11 de notre ère) publié récemment donne une nouvelle attestation de l’expression gbl tdmry’ (M. Gawlikowski et Kh. Asad. 1993. p. 164).

179 Ce sont les années où le dédicant. Marcus Ulpius larhaî, est bien attesté (cf. chapitre III). On peut se demander si cette formule n’est pas l’équivalent du ciuitas Palmyrenorum du texte de 74.

180 Voir J. Cantineau. Inv III. p. 24.

181 En laissant de côté le cas de Septimius Worod. « bouleute palmyrénien », en 258-259 (CIS 3937).

182 D’inscriptions datées tout au moins...

183 Voir M. Sartre. 1996a. p. 388.

184 M. Gawlikowski et Kh. Asad. 1993. p. 164.

185 Voir M. Gawlikowski. 1973a. p. 56, n°s 1 et 2.

186 Cela ne signifie pas qu’à l’origine, on ne connaissait pas les notions grecques et les mots δῆμος et πόλις sans pouvoir tout à fait les appliquer au cas de Palmyre, gbl pouvait être un calque du grec δῆμος qu’on traduisait selon le cas δῆμος et πόλις, parce qu’on savait que ces mots existaient, sans savoir précisément ce qu’ils recouvraient. D’autre part, gbl peut aussi être l’expression d’une réalité communautaire sémitique (comme me le propose F. Villeneuve). De plus, comme l’avait vu H. Seyrig (cf. supra, à propos des premiers textes grecs), il est fort possible que les textes grecs soient des versions apocryphes ajoutées au cours du IIe siècle, au moment de la regravure des textes. Ce doute interdit de conclure de manière définitive.

187 De plus comme me l’a fait remarquer M. Sartre, le terme δῆµος lui-même ne prouve pas l’existence d’une ville, puisqu’il est employé pour des villages, en particulier en Syrie du Sud (par exemple Waddington 2188 : voir M. Sartre. 1985. p. 78. n. 102).

188 La plus grande partie des textes cités dans l’index du vocabulaire honorifique sont aussi ceux du tableau des textes du Conseil et du Peuple. La plupart des exceptions, qui apparaissent dans l’index, niais non dans le tableau, appartiennent à des textes dont les lacunes ont fait disparaître le nom des dédicants. De plus, un texte comme H. J. W. Drijvers, 1995a. p. 41-43, qui émane d’une « caravane de tous les Palmyréniens » peut être à juste titre assimilé à une décision du Conseil, au moins en ce qui concerne sa forme et son style. Il en va de même pour les textes qui mentionnent les quatre tribus de Palmyre.

189 M. Sartre, 1996a, p. 388.

190 D’après les inscriptions honorifiques suffisamment complètes pour qu’on connaisse la fonction de la personne honorée et le nom du dédicant.

191 CIS 3932 : J. Cantineau, 1936. p. 277. n° 20 (= BS n° 48) : Inv X. 44 et 129 ; J. Cantineau, 1938. p. 76, n° 29. Dans les autres cas, on emploie ce mot pour distinguer les citoyens de Palmyre de ceux d’autres cités (voir index en annexe III).

192 On a bdyl dy špyr Ihwn (« parce qu’il leur a été agréable ») en face de ἀγαθὸν πολείτην καὶ εὒνουν πρὸς τὴν ἴδιαν πατρίδα, plus précis (« excellent citoyen, plein de bon vouloir pour sa propre patrie » trad. J. Cantineau, ad loc.).

193 S. Brock (1979, p. 69-87) fait la supposition qu’il y avait sur place « un Romain » (expositor) qui était là pour expliquer les difficultés, quand le texte à traduire était détaillé. On ne sait rien sur l’existence éventuelle à Palmyre de « dogmatographes », comme ceux qui existent en Phrygie (I. Lévy. 1895. p. 226, et S. Mitchell, 1993. p. 198-226). Comme leur nom l’indique, ils étaient chargés de la rédaction des décrets.

194 Qu’on appellera plus simplement famille de Bônnê.

195 Les généalogies sont parfois beaucoup plus développées, mais cela ne signifie pas qu’on sache autre chose que le nom de l’arrière-arrière-grand-père. Ce dernier a pu exercer des fonctions civiques, il est bien rare qu’on le sache.

196 En comptant parmi les magistratures les différentes charges de stratège antérieures à la colonie (cf. M. Sartre, 1996a. p. 391-392), aussi bien que les ambassades et les liturgies (gymnasiarchie). Le tableau (en annexe I) regroupe tous les Palmyréniens qui ont eu des charges publiques à Palmyre, c’est-à-dire aussi les symposiarques et les curateurs de la source Efqa. Vu le caractère ostentatoire de l’épigraphie palmyrénienne, on pourrait pourtant s’attendre à ce qu’il soit fait état des magistratures dans les inscriptions, ce qui signifie peut-être que beaucoup des personnages honorés d’une inscription n’ont effectivement pas rempli de fonctions officielles.

197 Le texte, comme plusieurs autres, a été récrit dans la deuxième moitié du iie siècle (dans le deuxième tiers, selon J. Starcky, Inv X. p. 27-28), sans doute lors d’une (re)construction de l’agora. Si ces statues honorifiques sont restées plus ou moins au même endroit, cela confirmerait que l’emplacement originel des activités civiques de Palmyre était proche de l’agora.

198 P. Le Roux. 1998. p. 294 : « Il était exceptionnel de mériter l’hommage de la cité dès l’édilité. Plus on s’était élevé dans la hiérarchie, plus on avait de chances d’obtenir les honneurs d’une statue... ». Ce qui était valable en Occident l’était aussi en Orient.

199 Voir M. Sartre. 1996a. p. 391 et n. 102, avec les références. Sur la fonction de stratège, voir infra, le chapitre III.

200 La partie supérieure de la console avec le texte grec est perdue. Le mot araméen qui désigne la fonction est : mwtb’. On le retrouve dans le texte Inv X, 63, dont la version grecque est lacunaire, ce qui ne permet pas de préciser la traduction.

201 Voir DFD, p. 235-237.

202 CIS 3959 = Inv 12 = BS n° 44.

203 Voir C. Dunant dans BS, ad loc.

204 RSP nos 125 et 126.

205 Temple funéraire 85b ; le texte de fondation est daté d’avril 149 (CIS 4168 [Inv IV, 9a]).

206 J. Cantineau, 1930b, n° 14 : si on accepte la restitution de son nom dans le texte.

207 En ce sens, M. Sartre, 1996a. p. 393 : « ... en ce domaine comme dans les autres. Palmyre se conforme exactement aux modèles civiques gréco-romains où il n’est pas de carrière municipale qui ne soit consacrée par quelques sacerdoces municipaux prestigieux ».

208 Il n’y a que Marcus Ulpius Iarhaî, un siècle plus tôt, qui semble avoir été honoré par des inscriptions plus nombreuses. Mais il n’est pas attesté qu’il ait été magistrat, à moins qu’on ne considère la synodiarchie (qu’il a peut être accomplie) comme une magistrature. Sur ce point, voir le chapitre III.

209 M. Gawlikowski, 1985, p. 254, n° 6 : il est à noter que J.-P. Rey-Coquais (dans M. Sartre. 1985. p. 80, n. 125) propose de restituer à la dernière ligne du texte βουλευ[τικός] plutôt que βουλευ[τῆς], ce qui correspondrait à sa qualité de pérégrin, puisque dans ce texte il n’est que Oύορώδης.

210 Avec les compléments de D. Schlumberqer, 1942-1943a, p. 35-50 et 1972. p. 339 et M. Gawlikowski, 1985. p. 255, n° 10.

211 Sur tout cela, voir E. Will. 1996. p. 109-115, en particulier p. 112 pour le cursus.

212 CIS 53940 de 267 (ou 264 ?) : « ἀργαπετην et ‘rgbṭ’ : CIS 3941 de 265 : ἀ[ργαπ]ετην et [‘rg]bṭ’ : CIS 3943 de 267 : ἀργαπετην et ‘rgbṭ’ ; worod est aussi argapet dans une dedicace non datee. CIS 4105 ter : /.../ wrwd ‘rgbṭ’. Le texte CIS 3942 lui donne le titre de δικεοδότην τῆς μητρ[οκολω]νείασ.

213 Pour la proposition de Th. Mommsen, voir D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 61. n. 7, l’idee est admise par F. Millar. 1990. p. 45 avec des reserves que partage m. sartre. 1996a. p. 395.

214 D. Schlumberger, 1942-1943B, P. 60. Dans un sens contraire. A. Sartre-Fauriat, 1997. P. 259.

215 Sur la fonction et le titre, voir M. Sartre. 1996a. p. 391 (avant la colonie) et p. 395 (de la colonie), comme l’a montré M. Sartre, ibid. p. 391-392, le personnage honoré par Inv x, 85 n’a pas été stratège de la colonie, puisque le texte date de 193, mais (si on accepte la restitution) seulement stratège, c’est-à-dire responsable militaire.

216 F. Millar, 1990, p. 42-46, et M. Sartre, 1996a. p. 394.

217 Même si on peut douter d’une datation par l’agoranome éponyme. Néanmoins l’exemple des synodiarques qui servent peut-être à dater certains textes caravaniers (texte H. J. w. Drijvers. 1995a. p. 34-37) pourrait prouver que dans les domaines d’attribution particuliers des magistrats, on datait les événements d’après le nom du magistrat en fonction.

218 Pour une datation d’après la paléographie du palmyrénien, voir Inv X, p. 73 : J. Cantineau proposait la seconde moitié du iiie siècle, et J. Starcky, qui cite cet avis, pense que la première moitié n’est pas non plus impossible.

219 En particulier les honneurs adresses au grand caravanier Soados : BS n°45, R. Mouterde et A. Poidebard. 1931. p. 101-105, et h. J. W. Drijvers. 1995a, p. 34-37.

220 On a en effet brbn šqwth à la ligne 2 (« pendant son office d’agoranome »). La formule « pendant sa stratégie de la colonie » est seulement restituée : [b’sṭrṭgwt’ dy] qlny’.

221 Dans lequel btr dy myt lyqrh, « après sa mort, en son honneur », répond à τειμῆς καì μνήμης χάριν.

222 Avec l’expression btr mwthn [...] lyqrhyn, « après leur mort [...] en leur honneur » en face de τιμῆς καì μνήμης χάριν, formule à laquelle s’ajoute quelques lignes plus bas μετὰ τήν τελευτήν.

223 C’est aussi de cette manière que J. T. Milik (DFD. P. 286) traduit les mots araméens bkl ‘ḥydw klh (« dans toutes les liturgies ») que J. Starcky, Inv x, ad loc., traduisait « en toute chose ».

224 Voir M. Sartre. 1996a, p. 392 : « il peut aussi bien s’agir de fonctions religieuses très diverses dans les sanctuaires palmyréniens que de liturgies de tradition civique grecque ».

225 DFD. p. 255-256 et 286-287, à propos du texte RSP n° 127.

226 L’importance de cette fonction (la symposiarchie) a été bien mise en valeur par J. T. Milik (DFD, p. 110). Il conclut que « la symposiarchie du grand prêtre de Bel s’étendait en principe à tous les thiases de la ville », ce qui est peut-être discutable, et en tout cas n’est pas prouvé, ne serait-ce que parce que les symposiarques sûrs (attestés par des inscriptions explicites) ne semblent pas en rapport avec d’autres cultes que ceux du sanctuaire de Bel. L’argument ne peut donc être qu’a silentio. Par bien des aspects, la symposiarchie fonctionne comme une magistrature : elle est en particulier annuelle. Son titulaire appartient d’autre part aux plus grandes familles de la cité, comme le prouve la liste de l’annexe I (on trouvera à cet endroit les critères utilisés pour reconnaître les symposiarques sur les tessères — voir DFD, p. 221-222). Voir aussi les références données par M. Gawlikowski, 1990a. p. 2652.

227 M. Sartre, 1996a. p. 391-392.

228 Sur les attributs des prêtres dans les représentations figurées, voir R. Stucky. 1973. p. 163-180.

229 Voir M. A. R. Colledge, 1976a. p. 250 (entre 150 et 200). Le buste est actuellement au British Museum.

230 DFD, p. 112-114 et 147.

231 J. T. Milik. DFD, p. 113 traduit par le verbe « restaurer », mais D. Hillers et E. Cussini dans PAT. P. 363, préfèrent une autre interprétation et traduisent ce texte : « that which PN (c’est-à-dire Azîz installed ».

232 D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 60. n. 7.

233 H. Seyrig, 1963. p. 171-172.

234 En ce sens, apparemment. R. Stucky. 1973, p. 179, n. 6. (ou il faut lire « RTP. 66. n° 485. 69. n° 736 »).

235 À ce sujet, on peut rappeler la remarque suivante : « la succession de deux ou plusieurs noms propres sur la même tessere peut exprimer, soit une patronymie, soit une suite de plusieurs personnages distincts » (RTP. p. v).

236 M. Gawlikowski, 1985. p. 251-261 et en particulier, p. 257, n° 13.

237 Il serait intéressant de voir si l’exemplaire de Berlin (n° 746ter), sur lequel les deux prêtres reposent sur le coude gauche, a la même inscription, ou si celle-ci est inversée.

238 E. Will, 1996. p. 109-115.

239 Idée déjà exprimée par H. Seyrig. 1963. p. 167.

240 Plutôt, bien sûr, que l’indication d’une origine non libre, comme c’est le cas pour un certain nombre de personnes a Palmyre, dont le nom simple (sans patronyme) indique qu’il s’agit d’affranchis.

241 Le fameux Worod, l’agoranome des Res Gestae Diui Saporis (ligne 67 du grec) ne porte pas, lui non plus, de patronyme, on ne peut ni affirmer, ni exclure qu’il s’agisse du même personnage, le problème de date, récemment souligne par E. Will (E. Will. 1996. p. 111-112), est en effet difficile à résoudre, il semble que Worod était présent à Palmyre au moins entre 258 et 267 (et même avant, si la tombe 36 est bien celle de sa famille, cf. chapitre VI) et on se demande comment il pouvait en même temps être dans l’entourage de Sapor vers 260, ce n’est pas totalement impossible, si on considère par exemple qu’il était chef d’un parti « pro-perse » à Palmyre, et donc, qu’il pouvait être stipendie par les perses à ce moment (voir A. Sartre-Fauriat. 1997. p. 259. n. 2).

242 Par exemple les nos 60, 102, 123, 144, 189, 233, 261-263, 266-267.

243 Voir F. Quass, 1993. p. 150-151.

244 G. W. Bowersock, 1976. p. 349-355. On sait seulement qu’un des ancêtres du symposiarque s’appelait Συμῶνος.

245 Inv IX. 26 ; le nom du symposiarque est très mutilé ; en grec, on a ...καì Mεζαββ[ανα...] τοῦ Mαλιχου τοῦ Zεβει... Et en arameen, mlk[w] ... mtqr’ mzbn’ br b...

246 G. W. Bowersock, 1976. p. 352.

247 R. Mouterde et A. Poidebard. 1931. P. 101-115. I. 22-23.

248 On sait qu’il existait, à Palmyre même, un temple pour ce culte : voir les textes BS nos 48 (= J. Cantineau, 1936, p. 277, n° 20. DFD, p. 309-310, et M. Gawlikowski, 1973a, p. 26, n° 1, date de 171), et M. Gawlikowski, 1973a, p. 100 (cf. DFD, p. 315-316 : le texte date de 272), le premier texte fait allusion à une statue équestre dressée dans le Caesareum (ἐν τῷ) kαισαρεìω), le deuxième parle d’un [..vα]ὸv τῶv Σεβαστῶν. Il y a de fortes chances pour qu’il s’agisse du même bâtiment dans les deux cas.

249 = 1GRR IV. 156 (cité par F. Quass. 1993, p. 218. n. 806).

250 Salamine de Chypre XIII. P. 49-55, nos 106-122.

251 S. R. F. Price, 1984, chap. iii.

252 Comme l’écrit p. Le Roux, 1998. P. 280, à propos de la partie occidentale de l’Empire : « les prêtrises faisaient pleinement partie d’une carrière municipale ». Voir aussi p. 294 sur le flaminat (ou parfois pontificat) du culte impérial comme étape la plus prestigieuse d’une carrière municipale. Mimais mutandis, ces remarques sont valables aussi pour la partie orientale.

253 Par la symposiarchie. Il a peut-être à prendre en charge le culte impérial, si celui-ci subsiste a Palmyre. Comme le prouverait de manière tout à fait hypothétique le texte de 272 qui ferait allusion à un ναὸςσ τῶν Σεβαστῶν (voir supra).

254 Le texte M. Rodinson, 1950, P. 137 est daté d’avril 52 ET CIS 3927 de juillet 140.

255 Outre M. Rodinson, 1950, P. 137 ; Inv IX. 20 : J. Cantineau, 1933. P. 175 N° 2B deja cites, il est probable qu’il apparaisse aussi dans les deux textes suivants : J. Cantineau. 1933. P. 183-184. N° 7a (?), et Inv XII. 42 (?).

256 Cf. J.-C. Balty. 1991. P. 50-56 ET 591-593.

257 Un grand nombre des inscriptions honorifiques qui proviennent du sanctuaire de bel sont datées du iie siècle, en particulier de la première moitié.

258 E. Will. 1992. P. 123.

259 Comme d’ailleurs la version latine qui traduit εύσεβής par « pius » ce qui est normal, mais utilise comme traduction de φιλόπατρισ une pure et simple transcription. « philopatris ». Ce mot est inconnu en latin (Voir F. Millar, 1995, P. 413. à propos de ce texte).

260 J. Starcky, dans Inv X. P. 16 et J. T. Milik. DFD, p. 226.

261 Il faut faire état ici de la théorie intéressante de M. Pietrzykowski (1997. p. 119-133) : selon lui. La construction du temple s’est faite en plusieurs étapes, et la dédicace de 32 (Inv IX. 1) n’est que celle de l’adyton nord. Haîran bar bonne se serait distingué dans la seconde phase de construction. Les travaux se seraient achevés (en particulier le toit) avant 108.

262 Selon l’interprétation assez convaincante de J. T. Milik, DFD. P. 226-227.

263 G. Levidella Vida. 1939. P. 883-886 avec la lecture corrigée de R. Du Mesnil du Buisson, 1942-1943. p. 133-134 qui fait ce rapprochement prosopographique.

264 D’après M. Segre, dans G. Levi della Vida. 1939. p. 883, l’inscription est datable (d’après l’écriture de la version grecque) des alentours de 100 de notre ère (lettres d’aspect ancien, mais la barre du Θ incite à penser à l’époque de Trajan). Il pourrait donc s’agir d’un deuxième fils de Haîran bar Bônnê, peut-être commerçant en Égée. Le critère de datation est néanmoins assez douteux. J. Starcky. 1952. p. 90. n. 11 donne seulement une traduction du texte palmyrénien. Mais penche pour le ier siècle av. J.-C. (à cause de l’aspect archaïque des lettres du palmyrénien). Ce serait dans ce cas un ancêtre de Haîran. Fils de bonne. Vu la fréquence de ces noms dans l’onomastique palmyrénienne. Son appartenance à la famille est seulement possible, mais n’est en rien assurée.

265 Parmi celles-ci, la plus importante est sans doute qu’il s’agit du plus long texte épigraphique connu en araméen d’époque romaine et qu’il permet de connaître de cette langue autre chose que des formules stéréotypees. Mais, comme on l’a vu. Il constitue aussi un témoignage de première main sur le caractère hellénise de Palmyre et sur ses institutions. Il renseigne de plus sur les produits qui étaient l’objet du commerce local.

266 M. Rodinson. 1950. P. 137. La mère de Haîran se nomme Bααλθηγα b’itg; on donne son patronyme (brt blswry, « fille de belshûrî ») uniquement en araméen et elle n’appartient pas à la même tribu que son mari. Ce dernier, comme ses enfants, appartient aux bny myt’ (« Benê Mîtâ »), alors qu’elle est dite dy mn phd bny gdybwl (« de la tribu des Benê Gaddîbôl »). Sur cela, voir infra, sur les tribus et chapitre V. sur la place de la femme.

267 CIS 3927, daté de juillet 140. Le personnage s’appelle Αοϕαλεις Αιρανου τοῦ Σαβα τοῦ Αιρανου τοῦ Βωννεους en grec, et ‘ḥply br ḥym šb’ br ḥym bwn’ š’t en araméen.

268 Voir F. Quass, 1993, p. 200-229 et les exemples qu’il a rassemblés aussi bien pour l’époque hellénistique que pour l’Empire. Pour la situation à Palmyre et l’évergétisme en général dans cette cité, voir le chapitre IV, ci-dessous.

269 Voir I. Levy, 1895, p. 228-229. On trouvera de nombreux exemples de fondations en faveur du Conseil dans le recueil de B. Laum (1914, I, p. 160-1611) : le vocabulaire de l’inscription de Palmyre entre tout à fait dans un cadre plus général. Pour tout ce qui concerne l’évergétisme civique et les constructions religieuses, voir le chapitre IV.

270 H. Seyrig, 1939, p. 319-320. On a un autre exemple de don au Conseil avec le texte H. Seyrig, 1937, p. 372 (voir chapitre IV).

271 Inv VI, 13 (complété par H. Seyrig, 1933c, p. 277-279, et M. Gawlikowski, 1973a, p. 96-97 qui cite la bibliographie).

272 Il faut comprendre θαιμειοσ comme correspondant au nom courant taîmaî (tymy), et celte divinité est donc la « Fortune de taîmaî », souvent associée à Malakbel sur des tessères (RTP 135, 273-277, 279).

273 Voir J. T. Milik, DFD, p. 87 : il pense pouvoir répartir les « tribus palmyréniennes en fractions, clans, grandes familles, en partant des “surnoms”, indiqués comme tels, formellement, par l’expression dy mtqr’, ou bien sous-entendus par l’omission de bar, “fils” ». Il faut noter néanmoins la prudente remarque qui suit ce développement : « soit dit en passant, la présence ou l’absence de ce terme de parente devient parfois d’interprétation assez délicate. Son absence est en particulier frappante sur les courtes épigraphes funéraires (légendes de buste, etc.) ». Voir chapitre II.

274 Il s’agit aussi de la dernière trace qu’on ait d’un descendant des membres de la tribu des benê mîtâ (bny myt’), tribu dont la dernière attestation datée est de 84 (J. Cantineau, 1938, p. 76-77. N° 29). Le texte de Doura-Europos, qui mentionne les benê mîtâ, archers, date peut-être du milieu du iie siècle. Mais il ne cite aucun nom de personne (R. Du Mesnil du Buisson, 1939, p. 18, n° 33 = Prel. Rep. VII/VIII, p. 279, n° 909).

275 À moins qu’elles n’aient pas encore été retrouvées. La seule exception est peut-être un certain Héliodôros Iarhibôlâ, fils de Haîran Bônnê (hlydwrs yrhbwl’ br ḥym bwn’) dont on connait un affranchi en 213 par le texte H. Ingholt, 1935, p. 99, n° VIII. On ne sait rien de plus sur ce personnage.

276 Voir les deux premières lignes du tableau, en annexe I : Išmš br tybwl br škybl serait le symposiarque de 30-31, année de la consécration du temple de Bel (Inv IX. 1) ; son neveu, ‘bl’ly br mqymw br tybwl, lui succéderait peu de temps après (RTP 93 et 638).

277 J. K. Stark, 1971, p. 40

278 DFD, p. 235-237. Sur la famille, voir aussi M. Gawlikowski, 1976, p. 200-201. On trouvera dans l’annexe xvii un essai de reconstitution de l’arbre généalogique de la famille.

279 Il est possible aussi que le nšwm éponyme soit un ancêtre encore plus éloigne.

280 « Remarques linguistiques » clans RTP, p. 179. zbd’ et zbyd’ ne sont pas la même chose : le premier est un hypocoristique d’un nom théophore. Et le second un participe passif (ibid., p. 172). Néanmoins Zηνόβιος pouvait être choisi comme équivalent en grec pour les deux noms, comme il l’était aussi parfois pour zbdl’ (voir par exemple CIS 3932 et plus généralement le chapitre II). Comme le fait remarquer F. Villeneuve, zbyd’ est peut-être en fait un diminutif de zbd’ (schème arabe fu’ayla).

281 DFD, p. 235.

282 DFD, p. 236-237 : Waddington 2572 (= AAES III, B, 353) ; Inv VIII, 204 ; Inv XI, 5 ; BS n° 47.

283 H. Seyrig, 1941a, p. 174.

284 Voir pourtant, H. Seyrig, 1933a, p. 161-162, qui ne semble pas exclure totalement l’origine locale.

285 ‘rqṭws pour l’éditeur d’Inv XI ; J. K. Stark (1971, p. 73) l’interprète comme la transcription du nom grec Arktos. J. T. Milik préfère la lecture ‘dmṭws, transcription du nom latin Admetus (‘dmṭws, DFD, p. 237 est une erreur typographique). Quelle que soit l’interprétation qu’on retienne, l’origine non sémitique du nom semble indéniable.

286 A. Caquot, « remarques linguistiques » dans RTP, p. 167 : « le terme arabe utilise comme nom propre a pu par contre être facilement hellénise grâce à une quasi-homonymie avec Bassus/Bάσσoς. »

287 Sur ce point, voir la succession de Išmš br tybwl br škybl et de son neveu ‘bl’ly br mqymw br tybwl. aux deux premières lignes du tableau en annexe i (voir aussi DFD, p. 222, n°s 1 et 2) ou bien encore zbyd’ br ‘lhš’ br ṣ’dy (RTP 775 et CIS 4187) et son neveu ‘lhš’ br tymš’ br ‘lhš’ (CIS 4187 et RTP 695 et 725), dans DFD, p. 253. N°s 25-26. Enfin, il faut rappeler le texte Inv X, 24 : Haddûdan, fils de Hagegû a consacré au dieu Bel, à ses frais, son neveu, Haddûdan, fils de Alaîshâ. Ce neveu, fils de son frère, est sans doute devenu prêtre à cette occasion (cf. H. Seyrig, 1941 b, p. 267-270). Voir chapitre V, infra.

288 Il y aurait donc trois ou quatre frères a cette génération : le symposiarque nšwm mlkw nšwm, le proèdre …br mlkw nšwm, le père de nšwm br zbd’ (peut-être le même que le proèdre) et enfin šmšgrm br mlkw br nšwm, père de tm’ de CIS 4508 (PS 376). Ce dernier appartient sans doute à la même génération, pour des raisons stylistiques. Le portrait de sa fille, aujourd’hui au British Museum, est daté de la première moitié du iie siècle, ce qui correspondrait assez bien avec les dates des autres membres de la famille.

289 Cette hypothèse dépend de l’état actuel de la documentation ; il n’en reste pas moins que l’unique exception est Septimius Worod, à l’extrême fin de la période.

290 CIS 3932 : ‘Iούλιος Aὐρήλιος Zηνόβιος ὁ καί Zαβδιλας δìσ μαλχου τοῦ Nασσουμου et ywlys ‘wrlys zbdlh br mlkw br mlkw nšwm.

291 Selon l’âge auquel on arrivait à cette charge. On peut donc suivre J. T. Milik, qui fait de Zénobios Zabdilah un arrière-petit-fils de nšwm br zbd’. La parenté des noms Zabdilah et Zabdâ peut éventuellement renforcer cette théorie. Dans ce cas, le nom nšwm serait en même temps le nom d’un ancêtre précis et le nom générique d’une partie du clan.

292 CIS 3941 : ‘Iούλιος Aὐρήλιος Ʃεπτίμιος Mαλχος Mαλωχα Nασσουμου et ywlys ‘wrlys sptmyws mlkw br mlwk’ nšwm. Voir PIR2 I 194.

293 Dans PIR2 I 194 (p. 151), il est considéré comme un chevalier : « egregius vir, Palmyrenus, honorat ut alii Palmyreni nobiles ordinis equestris […] Septimium Voroden », comme au moins deux autres dédicants d’inscriptions au même personnage : ‘Iοῦλιος Aὐρήλιος Ʃεπτίμιος Iαδης Aεπτιμίου ‘Aλεξάνδρου τοῦ ‘Hρώδου de CIS 3940 (cf. infra) et ‘Iούλιος Aὐρηλιος Ʃαλμης Kασσιανοῦ τοῦ Mαεναιου de CIS 3943. le premier est ἰππικός et le second ἱππεὺς ‘Pωμαίων.

294 D. Schlumberger, 1942-1943B, p. 62.

295 On retrouve apparemment la même généalogie sur le revers d’une tessère en plomb d’Antioche lue par J. T. Milik (DFD, p. 318) : [s(pṭymy’) b]tzby[bt] ‘ṭyks(« Septimia Batzabbai, fille d’Antiochos »). On a sur l’avers Ʃε[πτ(ιμία) Zη]νοβία η β(χσιλισ(σ)α « seplimia zenobia. La reine ».

296 Voir au chapitre IV, pour quelques cas de personnages importants sans patronymes.

297 Voir DFD, p. 258. D’autre part, le nom araméen de Zénobie est Batzabbaî (bizby), ce qui pourrait signifier que le clan (ou la famille) auquel elle appartient s’appelle Zabbaî en palmyrénien et Antiochos en grec. Or, on n’a aucune attestation de familles de ce nom a Palmyre, ni de traces de cette onomastique dans la famille de Nashûm : voir la discussion au chapitre V.

298 M. Gawlikowski, 1970a, p. 74 (= RSP n° 167). Le fondateur s’appelle lyn’ br hyrn br ‘lyn’, ce qui fait remonter au milieu du ier siècle. C’est le frère de Shoraîkô qui semble être une des principales personnalités de la famille (CIS 3952 = Inv V, 3 ; voir le chapitre II). Voir l’arbre généalogique en annexe XVII.

299 CIS 3940 (= Inv III, 9Ι. Son nom complet est ‘ιουλιοσ αυρηλιοσ σεπτιμιοσ ιαδησ σεπτιμιου αλεξανδρου του ‘ήρωδου et ywlys ‘wrlys spṭmyws yd’ br ‘lksndrws ḥyrn srykw. Ce dernier nom est une variante du srykw des inscriptions du iie siècle (voir J. Κ. Stark, 1971, p. 102 et 116).

300 D. Schlumberger pense que ce nom est une preuve de fierté familiale, parce que le père aussi avait le droit de s’appeler ainsi (D. Schlumberger, 1942-1943b, p. 59, n. 2). Ce gentilice est donne dans des textes postérieurs à 262 (ibid. p. 59) ; Septimius Alexandros le possède donc depuis très peu de temps puisque l’inscription qui honore son fils date de 267 (ou de 264, si on suit le palmyrénien). On ne répète pas Iulius Aurelius, que tout le monde possède depuis 212. Il est possible aussi, mais beaucoup moins probable que le nom Septimius remonte en fait, comme celui d’Odainat, à septime Sévère. Vue la différence chronologique, il faudrait alors qu’il s’agisse du grand-père de Iadê, le Hérode Haîran nommé dans la généalogie du personnage. Mais on ne comprendrait pas qu’il ne mentionne pas ce fait dans l’inscription CIS 3940. Hérode Haîran est la personne honorée en 179 par la tribu des Zabdibôl (CIS 3953), en même temps que son père est honoré par le Conseil (CIS 3952). Il devait être assez jeune à ce moment puisque son petit-fils est encore vivant et actif, même si c’est un vétéran, en 267.

301 La liste de ces textes a été établie par J. Starcky, Inv X, p. 34-36, è compléter par DFD, p. 233-235 qui ajoute le texte J. Cantineau, 1930b, n° 36. Voir aussi Inv XII, 48-49. Les tessères citées dans l’Inv X correspondent aux numéros 763, 770, 31 et 34 de RTF. Voir aussi K. Dijkstra, 1995, p. 106-107. L’arbre généalogique est dans l’annexe XVII.

302 Le même personnage est peut-être aussi représenté sur le buste funéraire d’un prêtre CIS 4458, mais le nom manque ; il ne reste que son patronyme et sa généalogie. Il peut aussi bien s’agir d’un frère ou d’un cousin qui serait prêtre lui aussi. Le buste fournit une date 146-147 qui correspondrait assez bien à une symposiarchie dans les années 120.

303 Voir J. T. Milik, DFD, p. 233-235. C’est possible, mais non prouve (contra, M. Gawlikowski, 1973a, p. 39).

304 Voir les textes CIS 3988 (= RSP n° 128), 3990 et 4456-4457 ; H. Ingholt, 1930, p. 192 (= PAT 0001) ; RTP 770.

305 Mais il y avait peut-être d’autres prêtres dans la famille, comme le prouve le buste coiffé du modiys correspondant au texte CIS 4458 (lacunaire : … mlkw br lsms br ḥnbl’‘by).

306 Voir M. Sartre, 1996a, p. 392.

307 Le texte CIS 3959 (= BS n° 44) mentionne en araméen les bny ydy’bl qui sont sans doute une subdivision de bny m’zyn ; le contexte est peu clair et ne permet pas de savoir quelle est la fonction de ce clan dans les honneurs rendus au personnage. Celui-ci appartient aux bny m’zyn, comme son père et la plupart des fidèles du sanctuaire de Baalshamîn.

308 Voir DFD, p. 222-225.

309 Même remarque chez J. T. Milik, DFD, p. 309, qui l’explique par le fait que le sanctuaire de Bel « constituait le temple essentiellement urbain et municipal et, à la rigueur, le temple fédéral des tribus ».

310 BS n° 45 de 132 ; R. Mouterde et A. Poidebard, 1931, p. 101-115 de 150 : J. Cantineau, 1936, p. 277, n° 20 (= BS n° 48) de 171 ; H. Ingholt, 1932, p. 278 (araméen dans DFD, p. 36-37) de 198 ; Inv X, 44 de 199. Ces textes sont commodément regroupes par M. Gawlikowski, 1973a, p. 26-31. Il faut leur ajouter maintenant le texte h. J. W. Drijvers, 1995a, p. 32-37. Qui donne de nouvelles indications sur les sanctuaires tribaux (voir chapitre II). Sur le système dans le cadre de la πόλις, de Palmyre, voir dernièrement M. Sartre, 1996a, p. 386-388.

311 Le terme équivalent à tdmry’ est absent du texte grec.

312 La présence du mot tdmry’ (« Palmyréniens ») permet de penser que la restitution de la date par J. Cantineau (sur des critères strictement paléographiques) est correcte. Le terme s’applique au mari, ‘gylw br ‘g’ br mqymw br hdwdn (Ogeîlû, fils de Ogâ, fils de Moqîmû, fils de Haddûdan) et a sa femme, ‘mth’ brt bwn’ (Amathê, fille de bonne). On peut se demander si cette dernière n’est pas une sœur du fameux Haîran bar Bônnê (?).

313 Avec cette différence qu’il s’agit de textes regravés plus tardivement.

314 CIS 3966 = Inv II. 1 et RSP n° 156.

315 D. Schlumberger, 1971, p. 126.

316 Contrairement à d’autres dédicaces honorifiques du sanctuaire de bel. Ces deux textes sur une base de statue n’ont sans doute pas été regravés à une date plus tardive. D’autres l’ont été parce qu’il fallait les mettre sur les consoles de colonnes des portiques du sanctuaire, ériges dans le courant du iie siècle.

317 Le terme apparaît pourtant dans deux textes mal dates, mais sans doute plus anciens (ier siècle av. J.-C. ?) : Inv XI, 97 et J. Cantineau, 1936, p. 350, n° 25 (ligne 9). Dans le second, le mot [t]dmry’ est isole et il y a trop de lacunes pour qu’on sache ce qu’il désigne : M. Gawlikowski pense qu’il s’agit de membres de plusieurs tribus, ce qui expliquerait l’emploi de l’ethnique (1973a, p. 57, n° 3 ; voir aussi J. T. Milik, DFD, p. 303-304). Ce serait un premier signe d’une conscience « civique », par opposition aux références tribales (voir plus haut sur le gbl tdmry’). Dans le premier texte, le terme vient terminer une liste de noms assez lacunaires. J. Teixidor (Inv XI, p. 58, ad loc.) Emet l’hypothèse probable qu’il s’agit de « Palmyréniens habitant hors de Palmyre », peut-être des commerçants, ce qui expliquerait la mention de l’ethnique, afin de les distinguer d’étrangers non Palmyréniens (voir infra). Les deux inscriptions, ainsi que J. Cantineau, 1936, p. 352, n° 26, sont peut-être en fait trois parties du même texte (voir M. Gawlikowski, 1973a. P. 58). P. Piersimoni (1995, p. 257) se demande si le terme n’est pas utilisé dans cette sorte de loi sacrée (J. Cantineau, 1936, n° 25) pour bien spécifier que ces fonctions religieuses sont réservées aux Palmyréniens de souche, mais elle conclut que rien n’est sûr sur ce point (« this possibility should not be excluded »).

318 Par exemple, gbl tdmry’ équivalent de παλμυρηνων η πολισ dans le texte CIS 3923 en 51 apr. J.-C. (ou de παλμυρηνων ο δημοσ dans le texte Inv IX, 12 de juin 25). Ou bien, beaucoup plus tard, en 259-260, dans le texte CIS 3937, Septimius Worod est appelé bylwt’ tdmry’ (en grec βουλευτησ παλμυρηνοσ).

319 Par exemple les marchands Palmyréniens (tgry’ tdmry’) de Inv X, 114 (voir aussi les textes Inv X, 7 et 38).

320 CIS 3911 de juillet 146 (cf. DFD, p. 89).

321 Waddington 2440 (cf. DFD, p. 94) ; le texte provient d’Ahiré.

322 Sur les Palmyréniens de l’étranger, voir l’annexe XIII. 1-4.

323 Sur cette unité, voir Y. Le Bohec, 1989, p. 120-140.

324 IGUR n° 117 (= CIL VI, 50 : ILS 4334) ; CIL VI, 19134 (= CIS 3905) ; CIL VI, 3174 (DFD, p. 229).

325 CIS 3901 = RIB 1065.

326 À Lambèse, CIL VIII, 3917 (= 18202 ; CIS 3909) ; à el-Kantara, ILS 9173 ; AE 1933, 44 et 104 (= J.-B. Chabot, 1932, p. 266) : CIL VIII, 2505 (= 18005) : à Timgad, AE 1936. 33.

327 CIL III. 907 (= 7693) : IDR III/2. 348.

328 Par exemple, la version Palmyrénienne du texte AE 1933, 104 (avec J.-B. Chabot, 1932, p. 266 pour le Palmyrénien).

329 Ce qui s’accorde avec la théorie de M. Gawlikowski, 1973a, p. 47-48.

330 CIS 3923 = Inv IX, 8.

331 J. Cantineau, 1933, p. 175, n° 2. Il faut noter que c’est le même ḥym br bwn’ qui est honoré dans ce texte.

332 Inv IX, 20, de 56 (grec) et 60 (araméen) apr. J.-C. : sans doute pour avoir contribué à la décoration du temple de Bel (en quelle fonction, artiste ou commanditaire ?) : voir infra et le texte J. Cantineau, 1933, p. 175, n° 2. Son fils est sans doute symposiarque au début du siècle suivant (RTP, p. 203, à propos du n° 463), et son petit-fils proèdre du conseil en 137 lors de la promulgation du tarif (CIS 3913). Sur ce point, voir supra et DFD. p. 72-73 et 226-227.

333 Le premier mot de la troisième ligne du texte grec K[…]HN est restitué K[οσμητ]ην par J. Cantineau, 1933, p. 175 et K[τiοστη)v par J. T. Milik, DFD, p. 226. Bien qu’il soit tentant de mettre en rapport la restitution de J. T. Milik avec la réforme des institutions de Palmyre, le texte palmyrénien prouve que c’est parce que Haîran, fils de bonne, a fait des décorations dans les édifices de dieux que le Conseil et le Peuple de Palmyre l’honorent.

334 D. Schlumberger, 1971, p. 128-131.

335 M. Pietrzykowski, 1997, p. 132.

336 En ne tenant pas compte des textes regravés et peut-être réécrits.

337 Voir au chapitre II, pour le problème de cette tribu au nom romain.

338 Par exemple la famille de Hagegû, synèdre en 112 (Inv X, 69) ; la famille est connue aussi par une série de bustes funéraires (CIS 4336, 4468, 4537), une dédicace au dieu anonyme (Inv XI. 2) et surtout par l’un de ses membres, un certain Shoadû bar Taîmê, connu pour avoir honoré son père à Palmyre en 127 (CIS 3920 = Inv IX, 32) et pour un autel dédié aux dieux ancestraux à Rome (CIS 3904). Il s’agit très certainement du fils d’un cousin germain du synèdre. Les témoignages sur cette famille ont été rassemblés par J. T. Milik, DFD, p. 266-268. Il les rattache à un clan Iedîbel auquel appartiendrait aussi le symposiarque Iarhaî agrippa de l’inscription H. Ingholt, 1926, p. 128-141 en 243 (DFD, p. 261-266, n° 31). Ce rapprochement à plus d’un siècle de distance est seulement possible. Le clan Iedîbel de Hagegû et Shoadû n’a sans doute rien à voir avec les bny ydy’bl des textes CIS 3959 (BS n°44) et BS s 23 et 34, fraction de la tribu des bny m’zyn, connus surtout au sanctuaire de Baalshamîn, mais attestes aussi dans le secteur du sanctuaire d’Allât (CIS 3966). Ce clan tiendrait son nom du Iedîbel du texte BS n° 60, né sans doute vers 170 av. J.-C. (voir M. Gawlikowski, 1990b, p. 101-108).

339 J. Teixidor, 1984, p. 63.

340 M. Sartre, 1996a, p. 388.

341 M. Sartre, 1996a, p. 389.

342 M. Sartre, 1991, p. 129.

343 Pour l’Asie Mineure, voir F. Quass, 1993, p. 382-394.

344 M. Sartre, 1995, p. 252-257.

345 Un anonyme, secrétaire au moins deux fois au ier siècle (J. Cantineau, 1933, p. 177. n° 3 ; date d’après M. Gawlikowski, 1973a, p. 72) ; Malê Agrippa, deux fois secrétaire (CIS 3959 = BS n° 44).

346 Celui-ci (voir note précédente) a fourni de l’huile aux Palmyréniens et aux étrangers, ce qui aurait pu faire penser éventuellement à la gymnasiarchie ou à l’agoranomie ; c’est en fait pendant son secrétariat qu’il agit comme évergète. La construction du temple de Baalshamîn est un autre de ses bienfaits, mais elle est détachée de toute fonction civique.

347 Le seul exemple syrien a été retrouve à Apamée : inscription en l’honneur de L. Iulius agrippa, publiée par J.-P. Rey-Coquais, 1973, p. 41-46, n° 2 (début du iie siècle).

348 Mais l’inscription est aussi remarquable par son caractère unique. Si les notables Palmyréniens étalent avec complaisance la liste de leurs ancêtres. Inv X, 115 est le seul cas dans lequel les fonctions d’un aïeul sont mentionnées. C’est une grande différence avec l’Asie Mineure (M. Sartre, 1995, p. 254).

349 Voir M. Sartre, 1995, p. 256-257 et la note 252 qui donne la bibliographie sur l’accession des notables provinciaux aux ordres sénatoriaux et équestres.

350 Sur cette institution qui s’est maintenue partout à l’époque romaine, même si elle a perdu de sa souveraineté, voir I. Lévy, 1895, p. 205-218 et F. Quass, 1993, p. 353-422 (surtout p. 394-418).

351 Voir F. Quass, 1993, p. 355 sur la question du nombre de présents aux assemblées. Il avance l’hypothèse que les ruraux participent peu aux délibérations, même si on a des exemples de la présence des « classes laborieuses ». Ce qu’il écrit est bien entendu valable surtout pour l’Asie Mineure. Les sources sont beaucoup moins nombreuses pour la Syrie.

352 Comme tous les arguments a silentio, il suffirait d’une seule découverte pour apporter une contradiction définitive. Néanmoins, ce qui augmente la probabilité de cette théorie est le fait que le seul contre-exemple d’un corpus assez important apparaisse à l’extrême fin de la période, à un moment ou le contexte civique a visiblement évolue.

353 F. Quass, 1993, p. 395-416 : selon l’auteur, l’ekklesia est surtout un forum pour les débats entre notables. Le peuple, lui, réagit. Le fait qu’il s’exprime seulement par ces démonstrations est une autre preuve de sa faiblesse et de sa dépendance. On n’a aucune preuve de manifestations de ce type en ce qui concerne Palmyre.

354 F. Quass. 1993, p. 412.

Table des illustrations

Légende Tessères de Palmyre représentant des membres de la famille d’Odainat (?).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540