Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les notables de Palmyre

 | 
Jean-Baptiste Yon

Introduction

Texte intégral

  • 1 « Antoine envoya ses cavaliers à Palmyre, ville située non loin de l’Euphrate, avec ordre de la pi (...)

1‘O ’Αντώνιος ἔπεμπε τους ιππέας Πάλμυρα πόλιν, οὐ μακράν οὖσαν ἀπὸ Εὐϕράτου διαρπάσαι, μικρὰ μὲν ἐπικαλῶν αὐτοῖς, ὅτι ‘Ρωμαίων καὶ Παρθυαίων ὄντες ἐϕόριοι ἐς ἑκατέρους ἐπιδεξίως εἶχον (ἔμποροι γὰρ ὄντες κομίζουσι μὲν ἐκ Περσῶν τὰ ’Ινδικὰ ἤ ’Aράβια, διατίθενται δ’ἐν τῆ ‘Ρωμαίων), ἔργω δ’ἐπινοῶν τοὺς ἱππέας περιουσιάσαι. Παλμυρηνῶν δὲ προμαθόντων καὶ τὰ ὰναγκαῖα ἐς τὸ πέραν τοῦ ποταμοῦ μετενεγκάντων τε καὶ ἐπὶ τῆς ὄχθης, εἴ τις ἐπιχεροίη σκευασαμένων τόξοις, πρὸς ἅ πεφύκασιν ἐξαιρέτως. οἱ ἱππέες. την πόλιν κενὴν καταλάβοντες ὑπέστρεψαν, οὔτε ἐς χεῖρας ἐλθόντες οὔτε τι λαβόντες.1

  • 2 « Palmyre est une ville remarquable par sa situation, la richesse de son sol et l’agrément de ses (...)

2Palmyra urbs nobilis situ diuitiis soli et aquis amoenis, uasto undique ambitu harenis includit agros, ac uelut terris exempta a rerum natura, priuata sorte inter duo imperia summa Romanorum Parthorumque, et prima in discordia semper utrimque cura.2

3Le texte d’Appien, souvent cité, rapporte la vaine tentative du pillage de Palmyre en 41 avant notre ère par les soldats d’Antoine, devant lesquels les habitants de l’oasis se réfugièrent de l’autre côté de l’Euphrate en emportant leurs biens. Il fait référence au moment qui marque l’entrée de Palmyre dans le monde gréco-romain, alors que la Syrie, depuis peu province romaine, est en pleine mutation. La ville située dans les frontières de l’Empire, mais loin de toutes les grandes agglomérations, semble une sorte d’isolat (pl. 1). Cette dimension apparaît aussi dans le fameux passage où Pline fait de Palmyre une cité pratiquement indépendante des Parthes et des Romains, ce qui a dû être sa situation avant l’annexion de la ville en 19 de notre ère.

4Même si la ville a eu une longue existence avant l’attaque des cavaliers d’Antoine au ier siècle avant notre ère, c’est à ce moment qu’elle apparaît vraiment dans les sources historiques et ce texte a l’avantage de mettre en évidence la situation de Palmyre, à l’écart du monde romain, et même syrien, et le rôle commercial de la cité, si ce n’est à l’époque d’Antoine, au moins à celle d’Appien (vers 160).

5C’est la prospérité liée au commerce qui a d’ailleurs permis à cette ville située aux confins du désert et d’une chaîne de montagnes (pl. 2) de connaître un tel développement urbanistique, lors des premiers siècles de notre ère. Cette position, ainsi que la présence d’une source (source Efqa), explique aussi qu’une installation ait pu se maintenir jusqu’à l’époque contemporaine. Comme le notait déjà Pline, l’environnement était plutôt favorable, assez en tout cas pour que l’agglomération puisse nourrir de manière aisée une population encore réduite. La ville, située à mi-chemin d’un raccourci transdésertique qui conduit de Homs à l’Euphrate, a mis à profit cette situation pour contrôler le commerce entre l’Orient et l’Empire de Rome et en tirer assez de richesse pour son développement monumental. La vocation commerciale de Palmyre est donc le fondement de sa richesse, mais aussi de sa réputation dans l’Antiquité.

  • 3 Pour les témoignages littéraires plus nombreux qui concernent la période d’Odainat et Zénobie, voi (...)

6Un des points communs entre les témoignages d’Appien et de Pline est le caractère général et abstrait de la mention de la ville : elle est considérée dans son ensemble, sans aucune précision, sans que ses habitants apparaissent autrement que comme une collectivité. De fait, avant Odainat et Zénobie, le seul Palmyrénien connu dans les sources gréco-latines est peut-être un certain Zabdibelos, chef d’un contingent « d’Arabes et de soldats des contrées voisines » au service des Séleucides, à la bataille de Raphia en 217 av. J.-C. (Polybe, Histoires II, 79). Tous les autres, jusqu’à la fin du iiie siècle, apparaissent exclusivement dans les inscriptions, découvertes sur le site lui-même ou dans le reste de l’Empire. Faute de textes littéraires, et donc d’un point de vue extérieur sur la société palmyrénienne, il faut se contenter des documents que les habitants de l’oasis ont eux-mêmes fournis3. Ces témoignages sont d’ailleurs très nombreux, et, comme le notait E. Will, il est peu de cités antiques dont on connaisse autant d’habitants par leur nom, même si souvent on ne peut guère en dire plus.

HISTOIRE DE PALMYRE

7À cause de l’absence de sources extérieures et du caractère propre aux sources épigraphiques, l’histoire événementielle de Palmyre elle-même est fort difficile à reconstituer. Les limites chronologiques sont imposées par les sources disponibles : les premiers témoignages épigraphiques, tout comme les premières données archéologiques clairement interprétables (avant les travaux en cours de publication de l’équipe dirigée par A. Schmidt-Colinet), remontent vraisemblablement au premier siècle avant notre ère, ce qui coïncide avec le récit d’Appien. À l’autre extrémité de l’histoire de Palmyre, les données postérieures à la chute de Zénobie, en 272, sont assez fragmentaires et surtout, pour ce qui nous concernera ici, l’étude des notables de l’oasis redevient très difficile, voire impossible.

8Dans l’intervalle (entre le ier siècle avant notre ère et la fin du iiie siècle), de grands personnages apparaissent, sont cités par quelques inscriptions, puis disparaissent, ainsi que leur famille, pour être remplacés par d’autres sans qu’on en connaisse les raisons. On possède au total peu d’éléments avant Odainat et Zénobie : ensuite les sources littéraires existent, mais renseignent plutôt sur les événements qui ont lieu loin de l’oasis. On ne peut de toute façon plus considérer les princes de Palmyre comme de simples notables, à partir du moment où leur statut change et en fait des rivaux, potentiels puis déclarés, des empereurs.

9On possède aussi quelques jalons et les grandes étapes de l’histoire de Palmyre sont claires ; même si on ignore le statut de Palmyre avant l’intervention de Germanicus, à une date comprise entre 17 et 19, on sait que la ville est une πόλις au moins à partir du milieu du ier siècle, et la βουλή apparaît dans la seconde partie du siècle. À partir de ce moment, la cité de Palmyre connaît un régime d’un type relativement classique, commun aux cités grecques de l’Empire. Les grandes constructions, à commencer par le sanctuaire de Bel, reçoivent l’empreinte très nette de l’art et de l’architecture de la Syrie romaine. C’est aussi dans les premières années du siècle que le commerce caravanier apparaît dans les sources épigraphiques, pour connaître son apogée sous Hadrien et ses successeurs immédiats. Le passage de cet empereur est souvent considéré comme le moment où Palmyre entre définitivement dans la civilisation de l’Empire. La présence d’une garnison romaine, et inversement, l’enrôlement de soldats palmyréniens dans l’armée romaine (en Dacie, en Afrique) renforcent cette évolution, qui se manifeste aussi dans l’art, l’architecture et la vie publique en général (temples funéraires, culte impérial).

10L’arrivée au pouvoir à Rome d’une dynastie en partie d’origine syrienne (les Sévères), ainsi que la présence accrue des empereurs en Orient (avec le passage à Palmyre d’Alexandre Sévère vers 230 ?), est contemporaine du changement de statut de la ville, qui devient colonie dans les premières années du IIIe siècle, comme un certain nombre d’autres villes de la région. Le commerce continue, même s’il semble en déclin, ce qui n’empêche pas une transformation en profondeur du centre monumental de Palmyre, en particulier les colonnades, ou le développement des quartiers du nord de la ville qui prend alors la forme qui est conservée aujourd’hui. À partir de ce moment apparaît la famille d’Odainat qui fait passer la ville du rang de ville importante à celui de capitale d’un empire éphémère, capable de défier le pouvoir de Rome. La question des fondements de sa puissance n’est toujours pas réglée et on ne sait pas précisément sur quelles forces Odainat s’est appuyé pour vaincre les Perses, avant que son épouse Zénobie qui lui succéda, puisse conquérir la partie orientale de l’Empire romain. C’est à l’occasion de ces événements que Palmyre prend une place importante dans les récits des historiens classiques, récits malheureusement souvent confus et difficiles à interpréter. Cette partie de l’histoire est la mieux connue. Ensuite, la ville sombre dans l’oubli, malgré la présence d’une garnison, d’un évêché et les travaux d’époque justinienne sur les remparts. Il faudra attendre le xviie siècle pour que Palmyre fasse sa réapparition dans les travaux historiques.

L’HISTORIOGRAPHIE DE PALMYRE

11La documentation fournie par le site est vaste, mais si les fouilles ont été menées de manière relativement poussée depuis le début du xxe siècle, on s’est concentré essentiellement sur un certain nombre de bâtiments : quelques temples et les monuments du centre ville ont ainsi été privilégiés par la recherche, parce qu’ils étaient assez bien conservés, donc plus attirants pour les chercheurs et spectaculaires pour les touristes. Une partie encore plus importante de la surface reste à explorer, en particulier les quartiers d’habitation. Les nécropoles qui entourent la ville sont aussi assez bien connues, même si les tombes fouillées de manière complète ne sont finalement pas très nombreuses.

12Ce sont les découvertes faites dans les tombeaux (bustes funéraires) qui ont donné la documentation la plus importante et la mieux connue sur l’art et la civilisation palmyréniens, avant que la fouille des temples ne permette de repérer de manière plus fine les influences qui se faisaient jour. Mais ce qu’on connaît de l’art funéraire n’est pas seulement le résultat de fouilles, et la majeure partie des œuvres connues est la preuve d’un pillage commencé sans doute dès l’Antiquité, mais dont l’apogée remonte à la seconde partie du xixe siècle. C’est dire qu’elles sont trop souvent privées de leur contexte architectural et épigraphique qui seul permettrait de tirer des conclusions sûres. Or ces documents sont souvent accompagnés de textes : les épitaphes qui étaient gravées à côté de la représentation des défunts. Grâce à ces noms, aux généalogies qui les accompagnent, avec les textes nombreux qui proviennent de la ville elle-même et rappellent les honneurs rendus aux différents bienfaiteurs, ou commémorent les constructions, on peut ainsi reconstituer des familles, mais beaucoup d’éléments restent toujours obscurs.

13À partir de son intégration dans la province, la ville montra de plus en plus de signes d’une forte influence gréco-romaine, aussi bien institutionnelle qu’artistique, même si un certain nombre de caractéristiques sont particulières à Palmyre ; c’est ainsi un des rares cas de ville indigène qui conserve tout au long de la période sa propre langue et qui l’emploie, en concurrence avec le grec, tant dans les actes officiels que dans l’épigraphie privée. Ce particularisme est bien visible dans des domaines aussi divers que les coutumes funéraires ou l’onomastique. En même temps, ce n’est qu’un élément d’une civilisation mixte : selon les cas, on a tenté de cerner sa personnalité, en insistant sur les composantes gréco-romaines de plus en plus affirmées, ou bien plutôt sur son appartenance à une culture proprement sémitique, recouverte ça et là d’un vernis d’hellénisation. Ce n’est pas le lieu ici de rouvrir le débat, mais, comme on pourra le voir, il est difficile d’apporter une réponse.

14Il est donc assez malaisé de cerner avec précision la civilisation palmyrénienne, faute de textes narratifs. La source principale reste l’étude de l’art et de l’architecture. Si on veut étudier les notables, c’est-à-dire en fait les habitants de l’oasis qu’on peut le plus aisément saisir, les sources sont principalement de deux ordres : d’abord les monuments funéraires, les grands bâtiments et plus généralement tout ce qui reflétait la présence et l’influence des notables dans le paysage urbain ; ensuite l’épigraphie qui permet de mettre les noms des bienfaiteurs sur les constructions, de relier entre eux les différents monuments construits par telle famille, ou de suivre l’évolution d’une autre famille à travers les décennies.

  • 4 Corpus Inscriptionum Graecarum, Orientis Grarcis Inscriptiones Selectae, Inscriptiones Graecae ad (...)

15Heureusement le site de Palmyre s’est montré particulièrement fertile en données de ce type, et cela dès sa redécouverte au xviie siècle. On connaît depuis ce moment des inscriptions grecques et latines de Palmyre, ce qui fait qu’on retrouve certains textes dans les grandes collections d’inscriptions du xixe et du début du xxe siècle4. En même temps, les textes araméens sont aussi l’objet d’études nombreuses, en particulier à partir de la seconde partie du xixe siècle.

  • 5 Le Sanctuaire de Baalshamîn à Palmyre III. Les inscriptions (= BS) par С. Dunant. 1971 : Recueil d (...)

16À partir de cette date, les découvertes n’ont cessé de se multiplier. Les publications les plus significatives sur l’épigraphie de Palmyre ne sont pas consacrées de manière spécifique à l’épigraphie classique. L’œuvre majeure est le Corpus Inscriptionum Semiticarum (II, 3 par J.-B. Chabot) publié entre 1926 et 1947, mais il se fonde seulement sur des données connues avant 1920. Il comprend évidemment l’ensemble des textes araméens connus à cette date, mais donne aussi les textes grecs et latins des bilingues et trilingues. L’Inventaire des inscriptions de Palmyre (12 fascicules de 1930 à 1975) a complété le dossier, en recueillant assez systématiquement tous les types de texte. Depuis, les fouilles faites sur le site ont donné lieu à d’importantes publications d’inscriptions découvertes lors de ces travaux5. À chaque fois, comme dans les publications ultérieures, de nombreux textes grecs et latins ont été publiés, mais il manque pour ce type d’inscriptions une publication d’ensemble, que cette étude sur les notables contribue à préparer.

  • 6 Par D. Hillers et E. Cussini, Palinyrene Aramaic Texts (= PAT),>Baltimore. 1996.

17Dernièrement, la compilation de tous les textes écrits dans le dialecte araméen de Palmyre reprend les versions grecques et latines des bilingues et trilingues6. Mais il s’agit seulement d’un recueil qui utilise toutes les publications antérieures, sans commentaire ni traduction et, sauf en un petit nombre de cas, les textes n’ont pas été revus par les éditeurs. De plus, un certain nombre de fautes d’impression doivent inciter l’utilisateur à la prudence.

18Cet ensemble de textes présente donc la particularité d’être partagé entre au moins deux langues principales, le grec et l’araméen, et accessoirement le latin. L’étude qui va suivre, même si elle a pour objectif de départ la préparation du Corpus des inscriptions grecques et latines, a bien entendu élargi son propos à l’ensemble de la documentation fournie par le site, pour essayer d’obtenir la vision la plus complète possible des notables de Palmyre. Il serait en effet absurde de se priver de l’énorme documentation en langue araméenne, d’autant plus que l’existence d’inscriptions bilingues et l’apparition des mêmes personnages dans des textes en diverses langues permettent d’effectuer des recoupements et des comparaisons. Les inscriptions en différentes langues ne représentent pas plusieurs mondes, mais les différentes faces du même monde. Les textes utilisés dans cette étude sont ceux que l’on connaît par les publications, mais on a aussi pris en compte ceux qu’a publiés A. Bounni dans sa thèse, en cours de publication, mais consultable sur les microfiches éditées par l’Atelier national des thèses de l’université de Lille.

19Une des voies les plus généralement retenues pour étudier les habitants de l’oasis a été de reconstituer autant que possible les différentes familles et les clans ou tribus représentés dans la population. La plupart des éditeurs d’inscriptions palmyréniennes ont ainsi tenté de compléter au moins partiellement la prosopographie des Palmyréniens connus par les inscriptions. C’est sans doute dans l’ouvrage de J. T. Milik (Dédicaces faites par des dieux (= DFD),>Paris, 1972) qu’on trouvera la tentative la plus ample. Mais les données prosopographiques ne sont qu’un aspect de ce livre, très brillant, fondé sur une connaissance immense de l’épigraphie palmyrénienne et sémitique en général. Malgré quelques conclusions qu’on sera parfois tenté de discuter, l’ouvrage est extrêmement stimulant, et on verra tout ce que les pages qui suivent lui doivent.

  • 7 J. K. Stark. 1971.

20La recherche prosopographique a été simplifiée depuis le début des années 1970 par la parution du livre de J. K. Stark qui reprend les données de toutes les inscriptions araméennes publiées à cette date7. L’ouvrage présente un inconvénient : il tient insuffisamment compte des inscriptions non sémitiques, ce qui réduit un peu son utilité, au moins quand il s’agit de reconstituer des familles. Les publications de textes parues après cette date ont généralement utilisé ces résultats pour reconstituer les généalogies des personnages cités par les nouvelles inscriptions.

21Enfin, dernièrement, P. Piersimoni a consacré sa thèse de l’University College (The Palmyrene Prosopography, Londres. 1995) à une prosopographie générale des Palmyréniens. L’existence de ce travail explique qu’on ne trouvera pas ici de liste générale des Palmyréniens et de leur famille, mais seulement des listes thématiques, en particulier celles des personnages mentionnés directement dans le corps du texte. Il m’a été impossible, malgré de nombreux efforts, de consulter la thèse de P. Piersimoni, mais on peut se faire une idée de ses principales conclusions (ainsi qu’une liste de grandes familles) dans deux articles parus il y a peu (P. Piersimoni, 1994b et 1995).

22Plus généralement, l’histoire de Palmyre a été le sujet de deux synthèses principales, celle de J. Starcky et M. Gawlikowski (1985) et celle plus récente d’E. Will (1992). Ces deux ouvrages sont à compléter pour certains aspects par l’ouvrage de J. Teixidor (1984) et un article de M. Gawlikowski (1994) sur le commerce, et par l’article de M. Sartre sur les institutions de la πóλις de Palmyre (1996b). Enfin, les synthèses régionales récentes de M. Sartre (1991) et surtout de F. Millar (1993) accordent bien sûr une large place à la ville et à ses relations avec le reste de l’Empire. À cela s’ajoute un grand nombre d’études partielles, qu’on trouvera citées à leur place dans les notes de ce travail ; on mentionnera en particulier les différents articles qui composent les Antiquités syriennes d’Henri Seyrig, et qui sont un des fondements de la connaissance de l’histoire et de l’art de la région. On peut rappeler enfin l’œuvre de H. Ingholt, dont le classement chronologique et stylistique de la sculpture palmyrénienne est celui qui prévaut encore aujourd’hui (H. Ingholt, Studier over Palmyrensk Skulptur [= PS],>Copenhague, 1928).

23Mais si plusieurs études ont tenté de reconstituer des familles palmyréniennes, il semble qu’il manquait une étude d’ensemble sur les Palmyréniens eux-mêmes, sur leur identité, sur les moyens qu’ils utilisaient pour influencer leurs contemporains et proclamer leur position sociale. De grands personnages sont connus par les sources ; il a paru intéressant de rassembler de manière systématique les données qui les concernaient, ce qui permet d’effectuer des comparaisons.

24Les notables de Palmyre n’apparaissent que dans les sources épigraphiques du site, et on se trouve d’ailleurs confronté à une sorte de paradoxe quand on veut étudier la population, sa vie quotidienne, ses activités, sa culture. En effet, ce sont des notables qui ont fait graver les inscriptions, et qui ont eu les moyens de faire construire les monuments qui sont les seules sources sur la ville et qui permettent d’en parler. Et si l’on considère que seules les catégories les plus aisées de la population avaient la possibilité de bâtir des tombeaux et de s’y faire enterrer, qu’eux seuls pouvaient recevoir les statues honorifiques qui ornaient la cité, alors il est clair qu’on trouvera d’abord dans les inscriptions le reflet de ce que les notables de la ville voulaient montrer. On pourra ensuite essayer d’en déduire ce qu’ils pouvaient réellement penser. Car, et c’est le sujet principal de cette étude, c’est sans doute seulement à travers les divers moyens d’expression des notables de Palmyre qu’on peut essayer d’avoir prise sur la société palmyrénienne des premiers siècles de notre ère.

25Une définition relativement large du terme (« personne à laquelle sa situation sociale confère une certaine autorité dans les affaires publiques » selon Le Robert) autorise à faire de la plupart des Palmyréniens qu’on connaît par les textes des « notables ». Cela signifie donc que les parties de la population les plus importantes numériquement échapperont dans une large mesure à la recherche : il faudra en tenir compte dans les conclusions qu’on pourra tirer de la documentation existante. Cet état de fait n’est bien sûr pas le propre de Palmyre, et on a souvent remarqué à propos de la littérature gréco-romaine qu’il s’agissait généralement de notables écrivant pour d’autres notables, et que l’on ne pouvait donc y trouver qu’un témoignage partial et partiel sur la société antique. Seule l’archéologie, qui prête plus d’attention à la vie matérielle et aux données de la vie quotidienne, peut contribuer à modifier cette image, mais, on y reviendra, cet aspect de la recherche a sans doute été encore trop négligé pour permettre de dresser un tableau cohérent de la vie de ceux qui n’appartenaient pas au monde des notables.

26En fait, les recherches sur Palmyre ont porté principalement sur la splendeur architecturale et artistique de la ville, splendeur qui a survécu à des siècles d’oubli. Palmyre est d’abord une des villes pour lesquelles a été créée la notion d’art parthe, et cette ville caravanière a aussi été une ville étape pour l’art et l’architecture entre Orient et Occident. On a donc eu des études très importantes sur ces domaines, sur le commerce des caravanes entre l’Empire romain et le golfe Arabo-persique, et au delà l’Inde et la Chine, mais on possède finalement très peu de travaux approfondis sur les habitants eux-mêmes, ou même sur la partie de la population la plus présente dans les inscriptions, ceux qu’on peut appeler les notables.

27La documentation épigraphique est très riche, mais, à de rares exceptions, ce n’est pas dans cette direction qu’elle a été exploitée. Les chercheurs ont préféré s’intéresser soit à une petite partie de ces notables (par exemple ceux qui font partie de la famille de Zénobie et Odainat, ou qui lui sont liés), soit à un aspect particulier, très bien représenté dans l’épigraphie palmyrénienne et dans l’iconographie : la religion de Palmyre.

28Deuxième point, et non le moindre, les études palmyréniennes ont privilégié le cadre de vie des Palmyréniens, leurs croyances : elles laissaient ainsi de côté certains caractères de la vie publique de la cité, oubliant, au profit des traits originaux et spectaculaires qui font la spécificité de Palmyre, ce qui faisait de la ville une cité parmi d’autres de l’Empire romain. L’originalité du destin de Palmyre, sa grandeur à la fin du iiie siècle font oublier que, plus d’un siècle auparavant, dans les cadres de l’Empire, la ville connaissait déjà une prospérité exceptionnelle. En parallèle, il importe de bien montrer que ces notables appartiennent à une civilisation où se mêlent divers courants, orientaux et occidentaux. Se posent en particulier les problèmes de l’origine ethnique de la population, et de l’identité des habitants, telle qu’elle apparaît dans les textes et les manifestations artistiques.

29Il faut donc montrer de quelle manière Palmyre appartient à l’Empire romain, et insister en même temps sur l’importance de la vie municipale en mettant justement en relation avec le développement urbain de la ville cette classe de notables qui apparaît dans les inscriptions. Ce qui en fait des notables — et qui s’apparente en ce sens à ce qu’on peut voir ailleurs dans le monde gréco-romain —, c’est cet ancrage dans une ville et la manifestation de cette classe à travers les monuments et les inscriptions. Encore faut-il bien le mettre en valeur !

30Une étude des notables permet ainsi d’effectuer dans l’histoire de Palmyre une sorte de coupe transversale en regroupant de nombreux aspects qu’on trouve souvent de manière éparse et non synthétique.

RECHERCHES RÉCENTES SUR LES NOTABLES

  • 8 Voir aussi F. Quass, 1993, p. 11 (qui cite M. Weber. Wirtschaft und Gesellschaft, Grundriβ der ver (...)
  • 9 P. Veyne. 1976. p. 110 avec une référence à M. Weber à la note 132, pour la suite du paragraphe. V (...)

31Or la place des notables dans les cités de la partie orientale de l’Empire romain est justement un aspect qui a été mis en valeur depuis un certain nombre d’années. Dès l’époque hellénistique se met en place dans les cités grecques une société dans laquelle une oligarchie domine la vie politique et économique. Leur supériorité est fondée sur un poids économique qui leur permet de détenir les rênes du pouvoir et de remplir les charges et fonctions publiques principales. L’ouvrage de P. Veyne sur l’évergétisme contient ainsi une définition des notables qui paraphrase un texte célèbre de M. Weber8 : « Politiquement, les notables sont des personnes qui, par leur situation économique, sont en mesure, en guise d’activité secondaire, de diriger une collectivité quelconque sans recevoir de salaire ou contre un salaire purement symbolique ; la direction du groupe leur est confiée parce qu’ils jouissent de l’estime générale, à quelque titre que ce soit. Un notable vit pour la politique et non de la politique ; il faut donc qu’il ait des revenus par ailleurs, qu’il soit propriétaire de terres ou d’esclaves ou qu’il exerce une profession libérale, c’est-à-dire une activité socialement estimée. »9 Cette définition est valable en particulier pour la période pendant laquelle les cités grecques sont sous la domination de l’Empire romain. Ce qui caractérise aussi les notables, c’est le fait qu’ils monopolisent les fonctions publiques, et qu’ils ont une tendance toujours plus forte à transmettre de génération en génération leur statut, au point de devenir une classe héréditaire.

32Or ces notables se définissent surtout, du point de vue des sources, comme les gens qui apparaissent dans les inscriptions, en particulier parce que les textes honorifiques semblent attester d’un ensemble assez homogène de comportements : ils touchent des personnages qui accumulent fonctions et honneurs et ont une tendance accrue à se placer dans des traditions familiales.

33Cet aspect a bien été mis en lumière par F. Quaβ, dont l’ouvrage sur cette classe de notables (die Honoratiorenschicht) dresse un bilan méthodique des titres et fonctions attribués par les cités grecques des époques hellénistique et romaine à ceux qui les dirigeaient. À la lumière des recherches de ce type sur la manière dont les cités étaient gouvernées et sur le personnel qui les administrait se dégage une image relativement homogène de la société qui peuplait les cités de l’Orient romain.

  • 10 P. Veyne, 1976. p. 202.

34Il n’est pas question ici de négliger les fortes différences entre les lieux et les époques ; l’exemple même de Palmyre prouve à l’envi qu’il existait tout un spectre de situations, selon des variables multiples. Néanmoins, les recherches récentes sur ces notables montrent certains traits communs, qu’il convient de rechercher aussi à Palmyre, malgré des différences. À ce propos, on peut partir d’une remarque de P. Veyne qui revient sur la définition des notables au sujet de la situation en Grèce, au ve et au ive siècle : « Le régime des notables est l’aboutissement normal d’une démocratie directe, en l’absence d’une tyrannie ou d’une caste aristocratique qui exercerait une autorité traditionnelle. »10 Cette dimension est évidemment à prendre en compte à Palmyre où la société semble assez traditionnelle, au moins au début de la période. Comme on le verra, au fur et à mesure que le temps passe, un monde fondé sur des références tribales paraît laisser la place à une société plus proche de ce qu’on connaît ailleurs dans l’Empire romain. Il faudra d’ailleurs s’interroger sur la manière dont la société palmyrénienne se transforme, peut-être sous l’influence de ce qui se passait plus à l’ouest. Mais si on prend le terme de notable selon la définition la plus simple, les grands caravaniers, les magistrats, les grands dignitaires religieux de la ville, et plus généralement tous les personnages dont l’importance sociale apparaît dans les inscriptions, ont en tant que groupe droit à cette qualification. Il est clair que Palmyre est une cité où se mêlent des caractéristiques sémitiques et orientales, en même temps qu’une influence gréco-romaine très forte. Ce qui fait l’intérêt d’une étude des grands personnages de la ville est justement de voir avec précision de quelle manière se fait ce mélange, quelles formes il prend, et quelle en est l’évolution chronologique.

35C’est donc à partir de l’important corpus des inscriptions de Palmyre qu’il convient d’étudier les notables. J’ai utilisé pour cela l’ensemble des textes connus du site, ainsi que les témoignages sur les Palmyréniens qui proviennent d’autres parties du monde antique. J’ai pour cela élaboré un fichier (logiciel FileMakerPro) qui regroupe l’ensemble des textes grecs et latins de Palmyre (en ajoutant les textes araméens des bilingues), ainsi qu’un fichier des textes connus hors des limites de la Palmyrène. Plusieurs raisons expliquent que l’on n’en ait pas fait de même pour les textes araméens : d’abord leur nombre beaucoup plus important, ainsi que leur regroupement récent et exhaustif dans le recueil Palmyrene Aramaic Texts de D. Hillers et E. Cussini. Mais les différents tableaux et indices, qu’on trouvera en annexe, comportent aussi bien les données fournies par l’araméen que celles du grec et du latin. Il en est ainsi pour les listes de noms étrangers à Palmyre ou celles des principaux personnages connus par les inscriptions.

36Un certain nombre des textes encore présents à Palmyre ont été revus (sur le site et au musée) et photographiés. Ce travail n’est pourtant qu’une étude préliminaire au corpus, on n’y trouvera pas d’édition des textes à proprement parler, même si parfois des corrections aux textes édités ont été introduites.

  • 11 Qu’il me suit permis de remercier ici M. Jean-Marie Dentzer, Mme Catherine Saliou et Mme Laïla Neh (...)

37Enfin, le matériel qui permet d’étudier les Palmyréniens est aussi archéologique : je m’appuie donc sur les travaux nombreux qui ont été menés sur place depuis la redécouverte du site. Même si plusieurs séjours à Palmyre ont permis de mieux connaître les monuments ou l’organisation de la cité, je n’ai pas entrepris de recherches archéologiques à proprement parler et j’ai surtout utilisé les recherches inestimables de mes prédécesseurs à Palmyre (liste dans les notes). Ce matériel archéologique et monumental a été mis en rapport avec le fichier épigraphique de la manière la plus complète possible11. On en trouvera quelques reflets au cours de ce travail.

38Les notables apparaissent principalement en tant que tels dans un type particulier d’inscriptions, celles qu’il est convenu d’appeler honorifiques : le Conseil et le Peuple de Palmyre, ou un groupe de citoyens, y expliquent qu’en raison de ses bienfaits ou de son action exemplaire tel ou tel citoyen s’est vu dresser une statue, généralement dans un lieu public, dans un centre géographique de la vie civique. De nombreux exemples de cités de l’Empire romain où on retrouve ce type de texte fournissent un très bon point de comparaison. Ils permettent de montrer ce qu’il y a de commun (et de différent) dans le vocabulaire et les thèmes abordés avec le reste de l’Empire, en particulier avec l’Asie Mineure, riche en sites qui ont fourni des inscriptions grecques de ce genre. D’autre part, les carrières des citoyens de Palmyre permettent de mettre en valeur des familles qui monopolisent la scène publique (chapitre I).

39Mais l’identité civique des notables n’est qu’un aspect de leur personnalité, et il s’accompagne de caractères tout à fait originaux, à commencer par l’onomastique et les divisions tribales qui apparaissent encore au début de la période. Ces traits sont sans doute à mettre en rapport avec l’origine ethnique très mélangée de la population, question à étudier de près (chapitre II).

40L’image de Palmyre est intimement liée au commerce caravanier contrôlé par certains grands personnages. Comme on le verra, l’organisation du trafic caravanier nécessitait tout un ensemble de pratiques, qui permettaient de contrôler une région qui connut aussi une exploitation agricole relativement intense. Plus généralement l’influence de certains Palmyréniens ne s’arrêtait pas à la banlieue de leur cité, et on retrouve au Moyen-Orient et dans tout l’Empire romain des gens originaires de l’oasis, même s’il ne s’agit pas toujours de notables (chapitre III).

41Les activités au sein de la cité même leur permettaient de bien signifier au reste de la population leur position sociale privilégiée. Dans les sources, celle-ci apparaît aussi bien par le costume que par ce qu’on sait de la culture des Palmyréniens. Au premier chef pourtant, c’est le vocabulaire des inscriptions et les raisons invoquées pour l’érection des statues honorifiques qui permettent de donner une image un peu plus complète des milieux dirigeants de Palmyre, et d’en discerner les caractères originaux, particulièrement en ce qui concerne leurs activités de bienfaiteurs et de constructeurs (chapitre IV).

  • 12 Voir l’ouvrage de R. Van Bremen. 1996.

42Enfin, les notables de Palmyre sont entourés de ceux qui participent d’une certaine manière à leur mode de vie, mais en sont aussi assez éloignés, pour des raisons diverses. En se servant comme point de comparaison d’autres cités du même type, on peut tenter de comprendre quelle est la place réelle des femmes, ou celle des affranchis, dans la société palmyrénienne. On sait ainsi que les femmes avaient parfois un rôle important dans la vie publique des cités grecques12. De même, le personnage le plus connu de l’oasis est sans conteste Zénobie. Pourtant les femmes sont rares dans les inscriptions non funéraires, tout comme les affranchis. Il faudra essayer de rendre compte de la place réelle de ces catégories un peu marginales d’après les témoignages épigraphiques, mais qui ont joué un rôle dans la société de Palmyre (chapitre V).

43Situer les notables dans leur cité, au milieu de leurs pairs, en relation avec les autorités romaines, ne doit pas faire oublier une autre dimension très importante, qui apparaît de manière privilégiée dans un autre type d’inscriptions, les inscriptions funéraires. Grâce à elles, on saisit assez bien de quelle manière les notables, par delà leur propre vie, mettaient en scène la puissance de leur famille, par des constructions de tombeaux. Ces monuments sont aussi le signe d’une pénétration peut-être de plus en plus forte de coutumes qui ont leur origine dans l’Empire romain, sans que disparaissent en aucune manière certaines traditions originales, en premier lieu l’usage de l’araméen (chapitre VI).

44En définitive, on peut considérer cette étude comme une contribution à l’histoire sociale et politique du Proche-Orient syrien à l’époque romaine, combinant les données de l’épigraphie gréco-latine (dont elle fournira par la suite un corpus exhaustif) avec celles de l’épigraphie sémitique palmyrénienne et les informations archéologiques fournies par le site, pour mettre en relief les caractères originaux de Palmyre, ville très marquée par l’origine sémitique de ses habitants et les influences extérieures, occidentales comme orientales.

Notes

1 « Antoine envoya ses cavaliers à Palmyre, ville située non loin de l’Euphrate, avec ordre de la piller. Il n’avait pas d’autres reproches à adresser aux Palmyréniens, placés entre Romains et Parthes, que leur adroite politique. C’étaient des marchands qui cherchaient en Perse les produits de l’Inde et de l’Arabie pour les revendre chez, les Romains. En fait. Antoine voulait procurer un profit à ses cavaliers. Mais les Palmyréniens eurent vent de l’affaire : ils traversèrent l’Euphrate avec leurs biens et, par mesure de sécurité placèrent des archers le long de la rive. C’étaient de très habiles tireurs. Les cavaliers tombèrent sur une ville abandonnée : ils s’en retournèrent les mains vides et sans coup férir. » (Appien, Guerres civiles V. 9)

2 « Palmyre est une ville remarquable par sa situation, la richesse de son sol et l’agrément de ses eaux : ses terres sont encerclées par les sables sur un vaste pourtour et, comme séparée du reste du monde par la nature, elle est placée par son destin particulier entre les deux grands empires, celui des Romains et celui des Parthes, en cas de conflit le premier sujet de préoccupation pour l’un et pour l’autre. » (Pline l’ancien. Histoire Naturelle V. 88)

3 Pour les témoignages littéraires plus nombreux qui concernent la période d’Odainat et Zénobie, voir l’utile compilation de M. H. Dodgeon et S.N. Lieu, 1991 (§ 4 « The rise and fall of Palmyra »).

4 Corpus Inscriptionum Graecarum, Orientis Grarcis Inscriptiones Selectae, Inscriptiones Graecae ad Res Romanas Pertinentes.

5 Le Sanctuaire de Baalshamîn à Palmyre III. Les inscriptions (= BS) par С. Dunant. 1971 : Recueil d’inscriptions palmyréniennes (= RSP) par M. Gawlikowski, 1974.

6 Par D. Hillers et E. Cussini, Palinyrene Aramaic Texts (= PAT),>Baltimore. 1996.

7 J. K. Stark. 1971.

8 Voir aussi F. Quass, 1993, p. 11 (qui cite M. Weber. Wirtschaft und Gesellschaft, Grundriβ der verstehenden Soziologie, 5e édition revue par J. Winckelmann, Tubingen, 1972. p. 170).

9 P. Veyne. 1976. p. 110 avec une référence à M. Weber à la note 132, pour la suite du paragraphe. Voir aussi un peu plus haut, dans la même page de P. Veyne, cette définition : « aux élites des cités autonomes convient le nom de notables ». Voir aussi M. Sartre. 1991, p. 176 : « Dès la fin du IIe siècle, les notables, c’est-à-dire tous ceux qui sont plus riches que les autres, constituent à la fois une classe sociale, définie par sa richesse, et un ordre, lié par des obligations de nature juridique. »

10 P. Veyne, 1976. p. 202.

11 Qu’il me suit permis de remercier ici M. Jean-Marie Dentzer, Mme Catherine Saliou et Mme Laïla Nehme, qui ont attiré mon attention sur ce type de méthode et m’ont initié à certains outils informatiques qui ont permis cette partie de l’étude.

12 Voir l’ouvrage de R. Van Bremen. 1996.

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540