Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’époque des premiers bourgs fortifiés

 | 
Christophe Nicolle

Conclusion

Texte intégral

1Il reste encore beaucoup d’éléments à découvrir avant que l’on parvienne à bien décrire et à comprendre la période de 600 ans que constituent le Bronze ancien II et le Bronze ancien III au Levant sud. De plus, si l’on considère les changements de toute la période du Bronze ancien, c’est près de 1°600 ans d’évolutions qu’il faut étudier. Ce seul chiffre suffit à relativiser et à limiter les ambitions que l’on peut avoir quant à la compréhension de la période.

2Plusieurs caractéristiques culturelles, comme l’absence d’écriture et certaines productions céramiques, permettent d’affirmer une homogénéité de la région du Levant sud. Géographiquement, la région se caractérise par la multiplicité de ses terroirs, un nombre élevé qui tient à leurs faibles superficies. Cette particularité est une des raisons qui permet une différentiation importante avec le Levant nord où les terroirs, bien que similaires, sont de dimensions beaucoup plus vastes. Il est difficile d’imaginer que cela n’ait pas eu de répercussions sur les modes d’exploitation et de mise en valeur des terres agricoles.

3Cette caractéristique influt aussi sur la dimension des groupes humains et sur leur mode de vie. Les groupes qui vivent sur de tels terroirs ne peuvent pas croître au delà d’un certain nombre. Les individus en surnombre d’un groupe doivent partir s’installer dans un autre terroir et peut-être alors adopter un autre mode de vie, mieux adapté à leur nouvel environnement. De cette manière, la taille restreinte des terroirs joue un rôle important dans la fragmentation de l’organisation des groupes humains et la faible superficie de leurs installations.

4La variété et la proximité de différents terroirs engendrent la possibilité d’un large spectre d’économies de production au sein duquel un groupe peut facilement permuter selon les macro-variations climatiques ou les saisons. C’est d’ailleurs probablement par une diminution temporaire et régionale de la pluviosité qu’il convient d’expliquer l’abandon d’Arad et de sa région au Bronze ancien II.

5Certains des groupes habitant la région du Levant sud sont nomades, d’autres sont sédentaires. Mais il ne faut pas se limiter à une division dichotomique de la société sud levantine. Il est plus que probable qu’un grand nombre des groupes oscille entre ces deux pôles, les extrêmes d’une large gamme de modes de vie dont il faut encore définir toutes les variantes.

6Ces groupes différents peuvent avoir en commun plusieurs composantes culturelles. Nous en avons vu un exemple au Bronze ancien IA dans le nord de la Jordanie avec, sur l’aire de diffusion de la céramique grise (Grey Ware), le long du Wadi Zarqa, la coexistence de plusieurs sites de conception totalement différente. Ils correspondent à des groupes aux modes de production hétérogènes, mais qui se côtoient et se livrent à des échanges.

7On peut alors raisonnablement concevoir qu’à cette variété des sites correspondent des productions avec un va- et-vient constants entre différents modes de vies. La diversité des modes de vie et leur juxtaposition est une des spécificités du Levant sud. Nul indice archéologique ne permet d’affirmer que la situation change au Bronze ancien II et c’est dans ce contexte très varié et mal connu qu’il faut intégrer le phénomène des sites fortifiés. Ceux-ci ne peuvent plus être présentés comme le mode unique d’organisation de la société du Levant sud. La question mériterait d’ailleurs d’être posée pour la Mésopotamie et la prééminence supposée du rôle des villes. Ces sites fortifiés qui apparaissent au Bronze ancien II ne constituent donc pas des villes. Ils relèvent d’une forme d’organisation qui existe déjà au Bronze ancien I. À partir du Bronze ancien II, il s’agit plus de villages, mais ils ne sont pas encore des villes (et ils ne le deviendront pas).

8Les sites fortifiés ne peuvent pas être considérés comme des villes pour plusieurs raisons. La ville suppose l’existence d’une société hiérarchisée, d’un pouvoir centralisateur pratiquant une économie de centralisation et de redistribution et l’existence d’une population dégagée des contingences de sa production vivrière, en l’occurrence des artisans spécialisés.

9L’apparente certitude des argumentations qui valident l’hypothèse urbaine doit beaucoup aux emprunts massifs faits à l’évolutionnisme, à une vision prédéterminée du changement et à une notion de progrès. Les différents éléments considérés jusqu’à présent comme des preuves de l’existence de cités sont en fait équivoques. Dans le cadre du Levant sud, les cités (ou cités-États selon les archéologues) sont morphologiquement identifiées par des constructions comme les fortifications, les palais et des temples. Ce sont les principaux éléments qui permettent de prouver l’existence d’un pouvoir centralisé de nature urbaine.

10La présence de fortifications sur des catégories différentes de sites, telles les enceintes, est une première invalidation à l’argumentation traditionnelle. Un rempart n’est pas synonyme de ville, ni même de sédentarité. Les exemples de Jawa et de Khirbet el-Umbashi en sont le témoignage le plus évident. Il existe d’autres formes d’agglomération de populations plus ou moins nomades qui font appel, dès la fin de la période Chalcolithique, à l’édification de fortifications.

11Des quatre exemples de palais postulés au Levant sud, seul le plus tardif, celui de Tel Yarmouth, résiste à une relecture critique. Dans ces conditions, il est difficile de persister à affirmer que l’organisation palatiale est l’organisation de base des sites fortifiés du Bronze ancien.

12En ce qui concerne les temples, il est clair que leur étude est nettement influencée par des perspectives historiques orientées. Au delà des problèmes habituels posés par l’identification architecturale, l’analyse des temples nous amène à remettre en cause certaines attributions, que cela soit dans la catégorie des temples barlongs ou celle des temples oblongs. De nombreux bâtiments du groupe barlong, notamment ceux d’Arad, de Tel Yarmouth et de Bab edh- Dhra’, ne se différencient en rien d’autres constructions excepté par des dimensions parfois importantes. Les édifices, généralement plus tardifs, qui constituent le groupe oblong, présentent des caractéristiques plus spécifiques et rendent le groupe plus homogène. De même, il est difficile d’affirmer leurs fonctions de temple, d’autant plus que la structure à escalier du bâtiment 4°040 de Megiddo est plus vraisemblablement la base d’un grand grenier qu’un autel. L’identification problématique de ces bâtiments tient à ce que l’organisation socio-politique de la région est encore mal connue. La démarche habituelle des archéologues pour pallier cette méconnaissance consiste à faire appel à des concepts modernes de formes de pouvoir. Elles sont anachroniques au IIIe millénaire.

13Pour qualifier ces bâtiments aux fonctions encore indéterminées, mais aux dimensions supérieures à celles de l’habitat, on peut se référer à la notion de « bâtiment de prestige ». C’est un emprunt au domaine mésopotamien où l’on retrouve des problèmes similaires d’identification pour le IVe millénaire. Bien qu’imprécise, la notion de « bâtiment de prestige » répond mieux à cette forme de pouvoir qui apparaît comme plus diffuse au sein de la société du Bronze ancien II et peu différent du pouvoir tel qu’il pouvait exister au Bronze ancien I. L’aspect le plus perceptible de ce pouvoir est son rôle économique. Dans un cadre urbain, c’est un pouvoir centralisateur qui est supposé jouer le rôle de régulateur de la vie économique en développant, par le biais d’organisations palatiales, une économie de centralisation et de redistribution. C’est cette forme d’économie habituellement proposée pour le Levant sud, qui est considérée comme à l’origine de la croissance des « villes ». Plusieurs indices invitent à remettre en cause la nature de cette économie et son rôle dans le développement des bourgs.

14La principale caractéristique de l’économie du Levant sud est de ne pas utiliser un système écrit d’enregistrement et de gestion. La seconde caractéristique découle de la dimension restreinte des terroirs, limitant dès lors les capacités de production. Par ailleurs, il est peu probable qu’excepté pour quelques sites sur la côte, comme Byblos, le commerce à longue distance avec l’Égypte ou d’autres pays ait joué un rôle important dans le développement des bourgs. L’absence de textes dans toute la région rend difficile la reconstruction des activités d’échange de biens. C’est pour cela qu’une comparaison avec Ébla, dont l’organisation économique offre certains traits communs s’avère utile. Le plus intéressant d’entre eux est l’usage de jarres estampées avant cuisson. Dans le Levant nord, cette tradition relève d’un mode rural de production et de diffusion, relativement indépendant du palais. Dans le Levant sud, un système similaire existe dès le Bronze ancien I. Il témoigne de l’existence d’un réseau d’échanges complémentaires entre des populations engagées dans des monoproductions, comme le pastoralisme dans la région steppique de Jawa. Le passage à l’ère des bourgs fortifiés ne semble pas s’accompagner de changements dans l’organisation de ces systèmes d’échange. On y retrouve toujours des empreintes de sceau déroulées sur les jarres avant cuisson.

15A ce constat d’une continuité de l’organisation des échanges régionaux s’ajoute l’absence d’identification certaine d’entrepôts qui pourraient relever d’un pouvoir politico-économique centralisateur. Il existe plusieurs greniers de grandes dimensions comme ceux de Beth Yerah, celui de Khirbet Zeiraqun ou encore celui de Megiddo. Il y a aussi des entrepôts comme à Arad ou Tell es-Sa’idiyeh. Mais ces exemples ne sont pas suffisants et ne permettent pas d’établir une distinction entre des lieux de stockage communautaires et des entrepôts tels qu’ils existent dans le palais d’Ébla. Les pièces de stockage trouvées dans le complexe de Tel Yarmouth ne paraissent pas assez nombreuses pour pouvoir assurer les besoins de tous les habitants du bourg. Il n’y a donc pas d’indices suffisament significatifs pour nous persuader de la réalité de la pratique d’un stockage à grande échelle des biens consommables en vue de leur redistribution. De même, il n’y a pas de preuves satisfaisantes de l’existence d’un pouvoir centralisateur et de la pratique d’une économie centralisatrice. Il est difficile de trouver les traces d’un artisanat spécialisé, condition indipensable à la définition d’une population urbaine. Il apparaît qu’une confusion est souvent commise entre l’artisanat ou une production spécialisés et ce que nous appelions une production à dominante. Ce type de production à dominante existe au moins depuis la période néolithique. Il peut concerner le monde des nomades comme le monde des sédentaires. Une production à dominante est le fait de savoirs spécialisés qui sont diffusés dans l’ensemble du groupe humain. Elle n’entraîne pas l’existence de groupes ou de castes d’artisans particuliers.

16Ainsi, même si plusieurs points demandent à être approfondis ou vérifiés, l’image qui se dégage des reconstitutions que l’on peut faire de l’organisation des sociétés du Levant sud au Bronze ancien II et Bronze ancien III est assez différente de celle proposée habituellement dans le cadre d’une société urbaine. L’appellation de bourgs, bien qu’encore imprécise, permet de rendre compte de la particularité du phénomène.

17Tous les aspects de la question de la définition des bourgs sont loin d’être résolus. Cependant, il est d’ores et déjà possible de noter que les bourgs ont des éléments autant communs que très distincts. Les éléments communs relèvent plutôt du domaine de l’aménagement général (planification, aménagement du site et de ses abords, fortifications, etc.). Les aménagements globaux sont similaires sur différents bourgs mais aussi sur une autre catégorie de sites fortifiés que nous avons identifiée : les enceintes. C’est l’organisation de l’habitat qui présente le plus de variantes d’un bourg à l’autre. Les raisons en sont sans doute imputable à l’organisation de la cellule familiale au sein de laquelle les variations d’organisation sont les plus importantes, et à l’habitat domestique dont les traditions demeurent les plus fortes et les moins intégrées.

18Il est difficile de donner un nom au processus qui aboutit à l’apparition des bourgs fortifiés. Plusieurs faits peuvent cependant être établis. Les rythmes de ce processus de « bourgadisation » diffèrent de ceux proposés habituellement pour le « processus d’urbanisation ». Il trouve manifestement ses origines dès la fin de la période chalcolithique et se développe au Bronze ancien I. Par ailleurs, les dernières découvertes archéologiques indiquent que les premiers bourgs fortifiés apparaissent dans le courant du Bronze ancien IB. Par le rythme de ses phases, le mouvement n’offre pas un aspect monolithique. Si la majeure partie des bourgs apparaissent au Bronze ancien II, d’autres ne naissent qu’au Bronze ancien III alors que certains des premiers sont déjà abandonnés. Le processus de « bourgadisation » n’est pas le seul à ordonner les changements de la période. Il coexiste avec d’autres processus qui sont relativement indépendants. Le principal que nous ayons repéré se rattache à l’apparition des enceintes. Les différents processus identifiés et ceux, plus nombreux qui sont encore à identifier, présentent de nombreuses convergences. Pour autant, ils ne doivent pas être confondus.

19La disparition de la plupart des bourgs durant la période du Bronze ancien IV ne doit plus être expliquée comme étant le fait d’une catastrophe écologique ou sociale. Elle correspond simplement à la disparition des différents réseaux d’échanges qui permettaient aux groupes humains de vivre dans des bourgs. D’ailleurs, tous les réseaux ne disparaissent pas. Certains bourgs, comme Khirbet Iskander en Jordanie, subsistent durant cette période. D’autres sites, comme l’enceinte fortifiée de Khirbet el-Umbashi, et probablement aussi celle de Bab edh-Dra’ sont là pour témoigner de la continuité d’autres formes d’agglomération de populations plus ou moins nomades.

20Cependant, il est indéniable que l’essentiel des bourgs fortifiés disparaît au Bronze ancien IV. Ces disparitions ne sont pas le fait d’actes violents. Elles peuvent s’expliquer par une incapacité structurelle des groupes à s’accroître numériquement ou à une incapacité des pouvoirs à augmenter au delà d’un certain seuil le volume des échanges. De nouveau, il faut souligner le point important que représente l’absence d’un système de notation dans l’extension géographique et dans la croissance d’un réseau d’échanges.

21C’est vraisemblablement à l’illustration de ce phénomène à laquelle nous assistons dans certains cas à la fin du Bronze ancien III. Le bourg de Tel Yarmouth est à cet égard un exemple très significatif. Le site connaît une croissance constante de ses systèmes de fortifications durant le Bronze ancien II et le début du Bronze ancien III, accompagnée par plusieurs phases de reconstructions et de réaménagements de l’aire construite. Puis, dans la seconde moitié du Bronze ancien III, les fortifications disparaissent tandis qu’apparaît le premier ensemble que l’on peut considérer comme un palais. Ce palais sera finalement déserté à la fin de la phase du Bronze ancien III, sans aucune trace de violence. Le matériel de moindre valeur ou trop encombrant pour être importé est simplement laissé sur place. Outre la question de la durée de la période du Bronze ancien III que cela soulève, la découverte de Tel Yarmouth montre que c’est en plein apogée que le site est rapidement et pacifiquement abandonné.

22Il est tentant d’y voir la trace d’une désintégration due à des limites internes de fonctionnement que nous évoquions précédemment. C’est en partie à partir d’exemples provenant de l’ethnologie que nous pouvons proposer l’hypothèse d’une forme d’économie plus en rapport avec la nature de la société sud levantine telle que l’on peut la définir. Cette notion d’économie du don permet aussi de proposer de nouvelles hypothèses sur les modes de constitution des bourgs. Elle se caractérise par la triple obligation de donner, de recevoir et de rendre, et par le rôle important d’un leader qui est à l’origine du système d’échange. Les comparaisons ethnographiques montrent que l’homme qui est au centre d’un systèmes d’échange a un pouvoir politico-économique assez peu étendu. Cela correspond assez bien aux pouvoirs que l’on peut trouver alors en usage au Levant sud.

23Selon cette hypothèse, la constitution d’un bourg serait alors la réunion autour d’un leader, ou d’un groupe de leaders, de plusieurs populations villageoises. De l’accroissement constant du réseau d’échanges dépendrait la continuité du groupe et la richesse du bourg. Il est possible de considérer la création des grands villages du Bronze ancien I comme le village de Mutawwaq en Jordanie du nord ou ceux de Sidon Dakerman sur la côte libanaise comme les prémices de ces réunifications autour d’embryons de systèmes d’échange. Par ailleurs, les nombreuses périodes d’abandons et les vastes réaménagements que l’on peut identifier sur plusieurs sites semblent illustrer la fragilité de ce système socio-économique. Sur un même site, des groupes différents peuvent ainsi se succéder à des intervalles rapprochés.

24La reconstitution d’un tel système permet aussi de voir que les changements ne sont pas linéaires. La croissance et l’existence d’un bourg dépendent du bon fonctionnement de son système d’échange, mais aussi d’événements plus ponctuels comme des micro-variations du climat.

25Dans cette perspective, le bourg sud levantin du Bronze ancien II apparaît comme le développement ultime d’un mode de fonctionnement d’une société qui demeure liée par des liens de types primaires et sans processus élaboré de délégation des pouvoirs. Un changement s’opère dans le courant du Bronze ancien III. L’amplification des organisations politico-économiques conduit alors, et probablement seulement dans certains cas, au mouvement de l’apparition d’organisations palatiales. Cependant, le seul exemple attesté, celui de Tel Yarmouth, est d’une importance bien relative à celle de l’exemple du palais d’Ébla. Il y a très certainement un rapport entre le développement moindre de ces organisations politico-économiques et la dimension restreinte des terroirs.

26À ce stade de la recherche, il est impossible de préciser les formes du pouvoir que l’on peut trouver dans les bourgs. Plusieurs éléments indiquent que nous avons affaire à une organisation assez différente de la royauté d’Ébla. S’il s’agissait aussi de royautés, elles n’en avaient ni la complexité ni l’importance.

27Plusieurs éléments communs témoignent de similitudes entre les processus différents de changement qui affectent les régions de la Mésopotamie, de l’Égypte et du Levant. Il ne faut pas confondre ces similitudes avec des convergences. De même, si au début du Bronze ancien, il y a de très fortes ressemblances de rythmes et d’événements entre le nord et le sud du Levant, à partir du Bronze ancien III pour le Levant sud et du Bronze ancien IV pour le Levant nord, les divergences sont telles que l’on peut se demander si les deux régions ont une quelconque forme commune d’évolution.

28Enfin nous conclurons cette recherche en suggérant que les transformations qui touchent le Levant sud au IIIe millénaire doivent probablement être intégrées dans un mouvement plus vaste qui touche à tout le Proche-Orient, y compris la péninsule arabique. Le mouvement adopte des formes aussi diverses que variées selon les régions. À partir de 3500 av. J.-C., dans le Levant sud, des créations de bourgs et d’enceintes fortifiées permettent aux groupes humains de structurer, d’organiser et de hiérarchiser les territoires d’une manière jusqu’alors inédite. Les vivants, mais aussi les morts, servent à cette délimitation et à ces revendications territoriales. Effectivement, la fin du IVe millénaire est aussi la période des grandes nécropoles de dolmens et de tumuli. Il s’agit de structures funéraires qui déterminent des territoires en établissant le droit d’une population sur une région. Ce désir de territorialité touche les sociétés sédentaires comme les sociétés nomades.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter