Version classiqueVersion mobile

L’époque des premiers bourgs fortifiés

 | 
Christophe Nicolle

Chapitre 5. Les fonctions économiques des bourgs du levant sud

Texte intégral

LE RÔLE DE L’ÉCONOMIE DANS LE CHANGEMENT

  • 1 Polanyi et Arensberg 1957, p. 13-26.
  • 2 H. T. Wright 1972.

1La cité-État mésopotamienne est généralement identifiée à un lieu de centralisation et de redistribution. Tout aussi classiquement, deux organisations socio-économiques sont supposées jouer un rôle dans le processus de centralisation et de redistribution qui caractérise l’économie des « villes » du Levant sud. Nous avons vu qu’il s’agissait des organisations sociales rattachées aux catégories architecturales des palais et des temples. L’économie du Proche-Orient est souvent décrite en termes de réciprocité, de redistribution et d’échanges, du fait de la grande influence des travaux de K. Polanyi1. Les échanges sont envisagés comme un moteur de croissance et d’expansion2.

2Dans le premier chapitre de cet ouvrage, il a été montré qu’il était difficile de préciser la période d’apparition des premiers palais et des premiers temples en Mésopotamie. Pour la période entre 3200 et 2700 av. J.-C., il est tout aussi difficile de reconstituer l’organisation économique des premières villes mésopotamiennes que de décrire leur organisation politico-religieuse, d’identifier les groupes faisant le commerce et la manière dont les échanges et les redistributions s’effectuaient. Les premiers palais et les premiers rois mésopotamiens ne sont attestés, par l’architecture et les textes, qu’à partir de 2700 av. J.-C. On voit, alors, le roi jouer un rôle de gestionnaire de la vie économique. Dans les différentes théories sur l’urbanisation, l’accent est mis sur l’importance de la recherche de biens rares par la royauté comme « moteur » d’un commerce international. Pour construire ses palais, elle recherche du bois de poutraison, de la pierre, etc. Ces produits, il faut se les procurer à l’extérieur de la Basse-Mésopotamie.

  • 3 Voir un résumé des différentes théories utilisées pour expliquer l’expansion de la période Uruk dan (...)
  • 4 Boehmer 1984, p. 142-146.
  • 5 Redman 1978, p. 234.

3C’est ainsi que l’on explique souvent l’expansion urukéenne dans la Syrie du nord et la vallée de l’Euphrate. Les populations du sud s’étendent vers le nord pour rechercher les matériaux qui leur font défaut3. On sait maintenant qu’il faut réapprécier l’importance de cette recherche de matériaux rares. La façade levantine et ses forêts sont souvent mentionnées comme des sources importantes d’approvisionnement en bois de poutraison pour la Mésopotamie. En fait il existait d’autres régions où s’approvisionner, souvent moins lointaines, comme les piémonts du Zagros et l’Élam. De même, il fut longtemps admis que la pierre était absente de la Basse-Mésopotamie et que sa recherche pour la construction des palais était un vecteur important dans la création de réseaux commerciaux. Mais en plusieurs endroits de Basse-Mésopotamie, il existe des affleurements de roches calcaires, notamment près d’as- Samara, à une trentaine de kilomètres d’Uruk. Des analyses montrent que des blocs provenant de ce secteur ont été utilisés à Uruk et à Ur4. Il est difficile de continuer à invoquer la recherche de ces deux matériaux comme le point de départ de l’instauration des circuits d’échange du sud de la Mésopotamie. Certes, il existe des échanges entre la Basse- Mésopotamie et d’autres régions du Proche-Orient comme l’Iran, l’Anatolie et le Levant nord. Comme les premières traces réelles d’une production artisanale spécialisée n’apparaissent qu’au début du IIIe millénaire et que les archéologues ne peuvent que supposer que les premiers marchands étaient des fonctionnaires des temples5, il subsiste encore de grandes incertitudes sur la manière dont les échanges à longues distances étaient alors menés. La situation n’est pas très différente au Levant sud.

4Comme dans le reste du Proche-Orient, le développement et la croissance des « villes » du Levant sud sont expliqués par leur intégration dans un réseau d’échanges. Un pouvoir centralisateur de nature urbaine est supposé jouer un rôle d’organisateur de la vie économique. Du fait de l’absence de textes, il n’est pas possible de préciser la nature et le rôle de cette économie considérée comme étant du type centralisation/redistribution. De plus, à plusieurs reprises, nous avons fait état de l’absence de preuves de l’existence d’un pouvoir centralisateur au Bronze ancien II, de sa rareté et de sa spécificité au Bronze ancien III.

5Une comparaison peut cependant être faite avec l’organisation palatiale d’Ébla dans le Levant nord. Les fouilles du palais G d’Ébla et surtout la découverte d’archives écrites ont apporté de nombreux renseignements sur l’organisation économique de la ville et de son palais à partir de 2400 av. J.-C. La ville d’Ébla apparaît comme le centre d’un réseau économique de centralisation et de redistribution. L’organisation palatiale organise une partie de la production agricole qu’elle centralise et stocke dans ses entrepôts. Puis, elle effectue des redistributions aux personnes qui lui sont rattachées. Les épigraphistes de la mission d’Ébla se sont aperçus que le rôle du palais n’est pas aussi clair qu’il y paraît au premier abord. La nature et l’importance des rapports entre le palais et la ville d’Ébla doivent encore être précisées, notamment dans le domaine de l’organisation économique. Ainsi, même quand elle est attestée et bien documentée, l’économie palatiale reste difficile à saisir.

6Qu’elles concernent la Mésopotamie ou le Levant sud, on peut retenir un fait précis des différentes théories sur l’urbanisation : dans tous les cas, il y est considéré que l’apparition des villes correspond à des mutations importantes de l’économie. La nouvelle organisation socio- économique, quelles que soit sa forme et sa structure, gère les ressources agricoles et utilise un surplus pour subvenir aux besoins d’une population urbaine et se livrer au commerce.

7Dans notre deuxième chapitre, nous avons évoqué les corrélations incertaines entre les modes de production et l’organisation sociale. Maintenant, nous voudrions montrer pourquoi il convient de relativiser fortement le rôle de l’économie dans les mutations sociales et organisationnelles qui touchent le Levant sud au Bronze ancien II et III. La proposition sera abordée par les points suivants :

8Le Levant sud a-t-il un potentiel d’enrichissement par le biais d’un commerce ? Peut-on distinguer une différence dans l’organisation de l’économie entre la période « préurbaine » et la période « urbaine », c’est-à-dire entre le Bronze ancien I et le Bronze ancien II et III ?

LA NATURE ET LES POTENTIALITÉS DES ÉCHANGES DU LEVANT SUD

9En l’absence de textes susceptibles de nous renseigner sur ce que pouvaient échanger les différents bourgs du Levant sud, il est possible de dresser la liste des biens produits dans la région. Cela permet d’évaluer les potentialités d’échange. Au Bronze ancien, l’essentiel de la production du Levant sud est, comme dans le Levant nord, de nature agricole composée d’olives, de céréales, de légumineuses ce à quoi il faut ajouter les produits dérivés de l’élevage et de l’exploitation des produits naturels (minerais ou bois).

10C’est donc le besoin de matériaux rares ou précieux qui amènerait une région à établir un réseau d’échange avec une autre région. Souvent, on trouve utilisé le terme de « commerce international ». Très usité, le terme est cependant inadéquat et anachronique. Le mot « commerce » se réfère à l’achat et à la vente de marchandises alors qu’il est plus que probable que le don et le tribut sont des moyens plus utilisés à l’époque. De ce fait, l’emploi du terme « échange » nous paraît plus adéquat pour évoquer les modes de circulation des biens au IIIe millénaire. Le mot « international » fait référence à un commerce entre États. Une telle forme d’organisation est anachronique au IIIe millénaire. Par conséquent, il vaut mieux utiliser le terme d’»  échange à longue distance ». Outre la pratique d’échanges à longue distance, l’économie de la ville se développe par l’intermédiaire de réseaux d’échanges interrégionaux et intrarégionaux. Là, il ne s’agit plus d’échanges de biens rares ou de produits exotiques. Les produits échangés dans le cadre de ces deux types de réseaux sont le résultat d’une production agricole ou pastorale.

Les partenaires éventuels d’échange

11L’essentiel du commerce à longue distance des bourgs du Levant sud est supposé se faire avec l’empire égyptien. Certes, la découverte de tessons d’Uruk et l’utilisation de motifs mésopotamiens sur les sceaux sud-levantins indiquent l’existence de contacts directs ou indirects avec la Mésopotamie. En revanche, le Levant sud possède un potentiel de production agricole ou de produits naturels similaire à celui du Levant nord. Seule, la proximité faisait de cette dernière région la zone méditerranéenne de prédilection pour les échanges avec la Mésopotamie, alors que le Levant sud est plus proche de l’Égypte. Il n’y a pas de raisons pour envisager un haut volume d’échanges entre deux régions aux potentiels productifs similaires. Par conséquent, l’Égypte est potentiellement la seule à pouvoir être intéressée par des importations de produits sud levantins, bien que dans beaucoup de domaines, l’Égypte soit autosuffisante.

  • 6 Par exemple : Richard 1987, p. 30 ; Amiran et Gophna 1989, p. 113- 114.
  • 7 Dever 1989, p. 237 ; Esse 1991. p. 175-176.
  • 8 Amiran, Beit-Arieh et Glass 1973, p. 197 ; Ben-Tor 1986, p. 17.

12Effectivement, on trouve souvent évoqués les échanges à longue distance avec l’Égypte pour expliquer le développement des « villes » du Levant sud6. De même, l’arrêt des échanges est considéré comme un des facteurs les plus importants dans le déclin du « phénomène urbain » au Bronze ancien IV7. Les échanges régionaux peuvent aussi être pris en compte dans le processus de développement des « villes » du Levant sud. Le cas le plus connu et le plus mentionné est celui d’Arad. Le site est décrit comme le centre d’un réseau d’échanges et de transformation du cuivre ainsi que de contrôle des mines du Sinaï8. Cette position expliquerait son implantation dans une zone semi-aride. Pour d’autres sites de la région, l’accent est plutôt mis sur les échanges des produits agricoles dont le pouvoir urbain organise et gère la production et la distribution. Dans ces cas, la capacité d’enrichissement apparaît relativement limitée.

  • 9 Ben-Tor 1986, p. 10.
  • 10 Voir l’exemple de Stager 1985. p. 170-176.

13Pour l’archéologie, le problème est que beaucoup de produits échangés ne laissent pas de traces9. Les produits le plus souvent évoqués dans les échanges entre l’Egypte et le Levant sud sont l’huile d’olive et le bois pour la construction10. C’est en fait la découverte de nombreuses jarres et cruches levantines dans des tombes égyptiennes qui a attiré l’attention des chercheurs sur leurs provenances et la nature des produits qu’elles contenaient. Vraisemblablement, il s’agissait d’huile. Mais ces nombreuses découvertes ont peut-être faussé l’évaluation du volume des échanges que pouvait représenter un tel produit. Pour une meilleure appréhension de la nature exacte des échanges, il faut dresser une liste des produits susceptibles de faire l’objet d’un échange avec l’Egypte, seul partenaire potentiel pour des échanges à longue distance d’un volume conséquent.

Les échanges de produits naturels

  • 11 Nissenbaum, Serban. Amiran et Ilan 1984, p. 157-161.

14Les produits naturels disponibles au Levant sud sont le bitume de la mer Morte, dont l’extraction et la diffusion sont attestées à Arad et Tell Malhata dès le Bronze ancien I et au Bronze ancien II11, et le sel, dont nous ignorons les formes de commercialisation et d’utilisation par les différents groupes de pasteurs. Mais les produits naturels échangés essentiels sont le bois et le cuivre.

  • 12 Une illustration en est donnée par la palette égyptienne de Palerme. Elle illustre une expédition é (...)

15Le commerce du bois est un fait bien connu dans le monde du Proche-Orient. Des villes de Basse-Mésopotamie aux marchands de l’État égyptien12, tous venaient s’approvisionner dans les forêts du Levant pour obtenir les poutres nécessaires à la construction des palais et des temples. Il n’est pas certain que les bourgs à l’intérieur des terres aient été concernés par le commerce du bois au Bronze ancien. Cela pour une raison pratique : il est difficile de transporter des poutres par voie terrestre. Le transport par voie maritime est beaucoup plus facile et rentable. Il nous paraît probable d’envisager qu’au IIIe millénaire, le commerce du bois se limitait à la façade maritime du Levant. Le site de Byblos doit, sans aucun doute, sa prospérité au développement des échanges par voie maritime avec l’Égypte. Autrement, un échange de bois de chauffe ou de construction, mais à une échelle réduite, existait à un niveau régional à l’intérieur des terres.

16Au Levant sud, le Sinaï est la principale source d’approvisionnement possible en minerai de cuivre. Le développement de la métallurgie et le commerce du minerai sont souvent présentés comme des facteurs importants pour le développement des villes du Proche-Orient. C’est particulièrement le cas pour Arad. Nous avons exposé que pour de nombreux archéologues, le site doit son développement à un contrôle des mines productrices dans le Sinaï et à son rôle de redistribution vers l’Égypte et le reste du Levant. Il y a une disproportion entre la taille du site et son rôle supposé, il faut alors poser deux questions : pourquoi un pays puissant comme l’Égypte aurait-il laissé une petite « ville » comme Arad contrôler un commerce d’une telle importance ? Quelle est la preuve de la domination d’Arad sur les sites miniers du Sinaï ?

  • 13 Rothenberg et Glass 1992, p. 151 -152.
  • 14 Garenne-Marot 1984, p. 106 ; Tadmor et Kedem 1995.
  • 15 Hestrin et Tadmor 1963.
  • 16 Ilan et Sebbane 1989. p. 143-153.
  • 17 Shalev 1994, p. 636.

17Sur la base de comparaisons de céramique entre Arad et certains sites du sud Sinaï, des relations ont été supposées entre ces différents sites. Mais rien ne permet d’affirmer que ces relations aient quelque chose à voir avec un contrôle de l’extraction du minerai. Il peut y avoir des contacts sans pour autant y avoir domination et exploitation. C’est d’ailleurs ce que tendent à montrer les dernières recherches menées sur plusieurs sites du Sinaï. D’une part, les sites sinaïtiques qui contiennent de la céramique similaire à celle d’Arad ne sont pas en relation directe avec les mines de cuivre et le traitement du minerai13 ; d’autre part, il existe une culture autonome dans la région du Sinaï. Elle se compose d’une population de pasteurs nomades, et ne doit rien aux régions plus au nord. Si l’exploitation et la diffusion du minerai du cuivre peut être un facteur d’enrichissement, rien ne nous permet ici de l’associer à une forme de centralisation du pouvoir au sein d’un bourg. Des trouvailles comme celles des trésors d’objets de cuivre de Nahal Mismar14 (de la période chalcolithique) ou de Kafr Monash15 (de la période chalcolithique/Bronze ancien I) témoignent d’un savoir-faire de la transformation et de l’utilisation du minerai. De nombreuses autres découvertes indiquent la diffusion de cette connaissance technologique dans tout le Levant sud dès la période chalcolithique16. Ce n’est donc pas une invention de la « période urbaine ». Toutefois, il y a un changement dans le mode de production du cuivre au Bronze ancien II. À partir de cette époque, la transformation du cuivre ne se fait plus sur les lieux d’extraction comme c’était jusqu’alors le cas. De plus, un même minerai est utilisé pour réaliser une plus grande variété d’objets. Plusieurs archéologues voient dans de telles transformations les indices d’une « spécialisation » de la production du cuivre au Bronze ancien II et Bronze ancien III17.

  • 18 Garenne-Marot 1984, p. 98-99.
  • 19 Shaw 1994.

18On sait que les Égyptiens avaient coutume d’organiser eux-mêmes des expéditions pour aller chercher le minerai de cuivre mais surtout la turquoise18. De nombreuses inscriptions hiéroglyphiques découvertes dans la péninsule du Sinai l’attestent. Il s’agissait d’expéditions liées à une exploitation ponctuelle des mines, quand le besoin en minerai se faisait sentir. Le Sinai n’était d’ailleurs pas la seule source de minerai de cuivre disponible pour l’Égypte pharaonique. Il existait de nombreuses autres mines en Haute-Égypte, sur les bords de la mer Rouge ainsi qu’en Nubie19. Les autres sources du minerai sont : Feinan, Timnah (dans le Wadi Araba) et le Sinai. Pour l’Égypte, il est certain qu’une part importante du circuit de production et de diffusion du cuivre ne passait pas par la péninsule sinaïque.

  • 20 Hauptmann et Weisgerber 1992. p. 63.

19Il en est de même pour le Levant sud. La période du Bronze ancien II-III correspond à un pic dans la production d’objets en cuivre. Mais le minerai provient d’autres régions que le Sinai ou le Wadi Araba. Il provient aussi d’Anatolie, de Mésopotamie et d’Iran. Les analyses d’objets en cuivre retrouvés à Bab edh-Dhra’ indiquent qu’ils sont constitués d’un cuivre arsénié ne provenant pas des mines du Wadi Feinan pourtant proches de 80 km, alors que pour d’autres objets de Jéricho ou Numeira, il s’agit d’un cuivre d’origine sud levantine20. Il est probable que les bourgs proches les uns des autres avaient des circuits d’approvisionnement en cuivre très différents les uns des autres. Ces circuits n’étaient pas fondés sur des notions de proximité et de moindre coût

20Enfin, qu’un pays comme l’Égypte au fort potentiel militaire n’ait pas tenté de contrôler de façon permanente les mines du Sinaï rend encore moins probable l’hypothèse d’un contrôle constant des ressources minières du Sinaï par un petit site comme Arad.

Les échanges de produits agricoles

21Les produits agricoles, surtout le vin et l’huile, constituent le second secteur des produits d’échange disponibles au Levant sud. Le vin est aussi produit en Égypte dans le delta, en revanche, l’huile d’olive ne l’est pas. Sa diffusion dans le cadre d’échange à longue distance avec l’Égypte est souvent considérée comme un facteur important de développement pour les « villes » levantines qui contrôlaient sa production et sa diffusion.

22Il y a de nombreuses traces d’un échange de l’huile entre le Levant et l’Égypte. Il s’agit de jarres et de cruches retrouvées dans des tombes égyptiennes, comme dans la nécropole de Gizeh. Sur des peintures funéraires, on voit des représentations de jarres métalliques (Metallic Wares) typiquement levantines. L’appellation « métallique » est un terme générique. Il témoigne seulement d’un procédé de fabrication. Dans le cas présent, il s’agit d’une cuisson à haute température avec des dégraissants particuliers. Dans le deuxième chapitre, nous avons vu que la Metallic Ware était diffusée dans les zones levantines de production de l’huile d’olive. La technique particulière de fabrication lui permet de bien résister aux composants acides de l’huile. C’est pourquoi elle sert quasi exclusivement au stockage et au transport de ce produit.

  • 21 Greenberc et Porat 1996, p. 18-19.

23Une dénomination commune de « jarre métallique » ne doit pas dissimuler les particularismes d’une telle céramique. Ceux-ci peuvent en effet permettre de caractériser des productions locales. Cela a été en partie fait par une analyse pétrographique de la pâte de plusieurs céramiques de cette catégorie. L’analyse a permis de distinguer trois groupes distincts de production dans le Levant du Bronze ancien II et au début du Bronze ancien III. Un premier groupe de fabrication de jarres est localisé au sud de la vallée de Jezreel. Un deuxième groupe, très homogène, est fabriqué et diffusé autour du lac de Tibériade. Enfin, un troisième groupe a été identifié dans la plaine de l’Amuq. Par ailleurs, l’analyse pétrographique de la pâte de plusieurs jarres retrouvées en Égypte indique une origine prépondérante du sud de la Palestine durant la Ier Dynastie, remplacé ensuite par la région de Byblos et le nord de la Palestine durant l’Ancien Empire (2700-2190 av. J.-C.)21.

LA NATURE DES ÉCHANGES À « LONGUE DISTANCE »

  • 22 Ben-Tor 1986, p. 12.

24Outre les denrées exportées, il est possible de déceler la trace des échanges à longue distance dans la découverte d’objets égyptiens ayant servi de monnaie d’échange contre les principaux produits que l’on vient de décrire. Les traces les plus visibles sont les biens de prestige, comme la vaisselle d’albâtre trouvée dans le bâtiment de la citadelle à Ay, et quelques métaux précieux22.

25Le volume des échanges avec l’Egypte est généralement considéré comme important puisqu’il est jugé être la cause principale de l’enrichissement des « villes » du Levant sud. Plusieurs faits nous amènent à relativiser l’estimation de l’importance des échanges au Bronze ancien entre l’Egypte et le Levant sud.

26Des vestiges archéologiques et de la céramique retrouvés dans plusieurs sites du sud de la Palestine (Tel ‘Erani, Tel Halif, ‘En Besor) sont souvent évoqués comme preuves d’un important volume d’échanges entre l’Egypte et le Levant sud. Toutefois, il faut préciser que la céramique égyptienne trouvée à Tel ‘Erani est circonscrite aux niveaux du Bronze ancien 1. L’analyse de sa pâte indique d’ailleurs qu’elle est en partie fabriquée sur place. Sa présence est le fait d’une implantation égyptienne dans le sud de la Palestine au Bronze ancien I.

  • 23 Levy et al. 1997, p. 45.
  • 24 Gophna 1995.
  • 25 Brandl 1989.

27Dans la même région, les recherches sur le Wadi Tillah et la terrasse de Tel Halif ont permis la découverte de nombreux scellements et sceaux égyptiens, de serekh incisés au nom de Narmer. Sur plusieurs des scellements, des inscriptions égyptiennes mentionnent : « le pays montagneux ou étranger », « celui qui appartient au pays montagneux ou étranger », « le chef de la cité/forteresse du pays étranger »23. Ces vestiges sont mêlés aux tessons de nombreuses céramiques égyptiennes. Les découvertes de la terrasse de Tel Halif complètent les découvertes faites à ‘En Besor24 et à Tel ‘Erani25. Ces vestiges, ainsi que la présence de tombes égyptiennes et les nombreux tessons égyptiens, sont les preuves d’une colonisation égyptienne de la partie sud de la Palestine au Bronze ancien IA et IB.

  • 26 Ben-Tor 1982, p. 5-6.
  • 27 Ben-Tor 1991, p. 4.

28À partir du Bronze ancien II, les traces de la présence égyptienne dans le sud de la Palestine disparaissent. Il est assez évident que l’occupation égyptienne n’a pas eu de suites ni de répercussions durant le Bronze ancien II et III. Deux points déjà évoqués étayent notre affirmation. D’une part, l’usage du scellement et l’utilisation de l’écriture, introduits et utilisés par les colons égyptiens, ne furent pas repris par la population locale à la période suivante ; d’autre part, durant cette même période, les objets égyptiens sont relativement peu nombreux dans la région26. En Egypte, on note aussi une diminution importante du nombre des céramiques provenant du Levant sud, et retrouvées dans les tombes égyptiennes de la période du troisième roi de la Ire Dynastie (= Bronze ancien II du Levant sud)27. Enfin, entre 3100 et 2300 av. J.-C., le peu de céramiques provenant du Levant sud et trouvées en Egypte étaient du matériel funéraire. La spécificité des lieux de découverte peut de manière plausible être considérée comme un indicateur de la rareté du produit, en l’occurrence de l’huile, que les jarres contenaient.

  • 28 D. Esse explique ainsi le développement de Beth Yerah. Cf. son chapitre 4, p. 127-166 et sa conclus (...)

29Par conséquent, le développement de bourgs comme Arad (au sud) ou Beth Yerah (au nord) ne peut pas être expliqué en termes d’enrichissement commercial par le biais de l’Égypte28. Par contre, le site de Byblos apparaît comme un hapax. Sa position côtière est justement la raison de son développement et de sa richesse du fait de son rôle dans le commerce du bois avec l’Egypte. Le transport du bois se faisait par cabotage, un moyen de transport particulièrement adapté à ce type de marchandise. L’importance numérique des jarres retrouvées en Égypte et provenant de la région de Byblos, qu’attestent les analyses pétrographiques, indique que l’huile était aussi un des produits échangés parce circuit de cabotage. Si l’on ignore encore les raisons de la fin de la présence égyptienne dans le sud de la Palestine et de la forte baisse du volume des échanges entre les régions de l’Égypte et du Levant sud, il est néanmoins certain que l’hypothèse d’un développement des « villes » du Levant sud au Bronze ancien II grâce à un commerce avec l’Égypte est inadéquate. De même, aucune preuve ne vient étayer l’hypothèse d’une influence égyptienne dans l’émergence du « phénomène urbain » du Levant sud.

LES ÉCHANGES INTERRÉGIONAUX ET RÉGIONAUX

  • 29 Ici, le terme terroir fait référence à une terre considérée comme le lieu d’une production agricole (...)

30Dans le Levant sud, on trouve peu de traces d’échanges de ce type. Probablement parce que les différentes régions ont les mêmes capacités de production. Elles ont donc relativement peu de raisons d’échanger ces produits entre elles. Les échanges régionaux concernent principalement les produits agricoles issus des différents terroirs constituant le territoire d’une ville29.

  • 30 Karkemish ferait partie du royaume d’Ebla car aucun roi (EN) n’y est attesté : Archi 1988, p. I, n. (...)
  • 31 Archi 1990, p. 51-52.

31Les textes trouvés dans son palais indiquent qu’Ébla possédait dans le Levant nord un territoire allant de Karkemish30 au nord, à Homs au sud. Le palais exploitait un territoire qui répondait à une triple réalité géo-économique avec les plaines centrales, la région des collines à l’ouest, et la zone aride à l’est31. Chacune de ces zones est particulièrement favorable à une forme de production. Les plaines centrales sont propices aux cultures céréalières. La région des collines est un milieu méditerranéen où se développe l’horticulture avec la culture de l’olivier et de la vigne. La zone désertique est le territoire de pasteurs nomadisant avec leurs troupeaux d’ovins et de bovins.

  • 32 Esse 1991, p. 172.

32Au Levant sud, on retrouve les indices d’une telle tripartition géo-économique grâce à une analyse macro régionale de l’implantation des sites. Par exemple, autour de la vallée de Jezreel, la région se décompose en une zone de collines avec un climat idéal pour la culture de l’olivier, de la vigne et du blé ; des basses terres composées de sols alluviaux bien arrosés propices à la culture des céréales ; la vallée du Jourdain et les zones steppiques où il est possible d’avoir de bons pâturages pour les ovins32. Selon D. Esse, le mode d’implantation des différentes catégories de sites témoigne de l’existence de productions et d’échanges complémentaires avec une spécialisation de la production agricole selon la spécificité des terroirs. Selon cet archéologue, Beth Yerah serait au cœur du système de production. Il devait avoir un rôle de centre d’échange et de redistribution au niveau régional.

  • 33 Herzog 1994, p. 127.
  • 34 Dans le palais G, ce sont 17°000 tablettes ou fragments de tablettes qui ont été trouvés par les fo (...)

33Par ailleurs, il faut envisager des variations de la tripartition géo-économique selon les particularités régionales du paléo-environnement. Par exemple, dans la vallée de Beer Sheva, où est situé Arad, seules les cultures céréalières et le pastoralisme sont possibles33. Du fait de la faible superficie de la vallée, les échanges régionaux étaient probablement peu nombreux et moins complexes qu’ailleurs. Malgré ces variations, nous postulons que le principe de base des échanges était le même dans tout le Levant sud. En l’absence de texte il est assez difficile d’en savoir plus sur l’organisation de l’économie des bourgs du Levant sud. C’est pourquoi, il est nécessaire d’analyser le seul exemple d’organisation économique dont nous avons un témoignage écrit. Il s’agit de l’organisation palatiale d’Ébla, dans le Levant nord34.

L’exemple d’Ébla dans le Levant nord

34Il est difficile de comparer Ébla aux « villes » du Levant sud. D’abord parce qu’Ébla est un site beaucoup plus important. À l’époque du palais G, le fouilleur estime que la superficie de la ville devait osciller entre 40-50 ha et les 2°500 m2 fouillés du palais G ne représentent qu’une partie d’un ensemble beaucoup plus vaste. Avec une population totale estimée à environ 20 000 personnes par le fouilleur, on est bien au dessus des 4°000 habitants que l’on peut envisager pour un des bourgs les plus florissants du Bronze ancien III comme Tel Yarmouth. Toutefois, l’exemple d’Ébla permet de se représenter les modes d’organisation qui pourraient exister dans le Levant sud. Notamment, il est possible d’y discerner la coexistence de deux modes de production agricole : le premier de nature palatiale et le second de nature rurale.

  • 35 Il y a une ambiguïté du terme (SA.ZA) qui peut signifier le palais ou l’organisation palatiale.
  • 36 Archi 1982, p. 209-211.
  • 37 Archi 1990. p. 51-52.

35D’après les archives du palais d’Ébla, l’organisation palatiale (SA.ZA)35 est non religieuse, aux activités centralisatrices. Elle emploie environ 4°000 fonctionnaires sans compter les travailleurs. Pour sa consommation propre, elle possède des ateliers d’artisans spécialisés dans la production ou la transformation d’un produit dont ils prennent le nom comme « la maison des huiles » (é-ì-gis) ou « la maison des métaux » (é-am)36. On vient de voir l’étendue des influences et les activités du palais d’Ébla selon une tripartition géo-économique, les plaines centrales, la région des collines à l’ouest et la zone désertique à l’es37.

  • 38 Il s’agit du terme sumérien (é) qui habituellement signifie « maison » mais qui dans ce contexte év (...)
  • 39 Milano 1996, p. 139.
  • 40 Archi 1991, p. 219.

36La documentation écrite éblaïte porte surtout sur la redistribution interne au palais. On dispose de peu de renseignements sur les mécanismes de la production agricole des régions environnantes. Cependant, on sait qu’il existait des unités de production agricoles38 : des propriétés dotées d’un personnel et de biens patrimoniaux propres39. Elles appartenaient au palais ou étaient parfois attribuées à des officiels ou à des membres de la famille royale qui en percevaient les tributs. Les unités de production agricole pouvaient aussi être indépendantes. L’organisation des terres agricoles dépendant d’Ébla est mal connue, car le nom des champs et leurs limites ne sont jamais donnés. Seuls apparaissent les noms des villages ou des unités de production qui se trouvent sur les champs. Donc, le palais gère directement une partie de la production agricole et en acquiert une autre par l’intermédiaire de taxations, d’impôts et de dons. Les épigraphistes de la mission archéologique d’Ébla estiment que les prélèvements centralisés ne représentaient qu’un dixième de la production agricole totale40. Les produits prélevés étaient ensuite redistribués aux membres de la famille royale, les fonctionnaires du palais et le personnel des ateliers palatiaux.

  • 41 Milano 1996, p. 142.
  • 42 Archi 1991, p. 217.

37Toutes les unités de production agricole n’étaient pas sous le contrôle direct du palais. Il existait des unités de production indépendantes. Cela explique pourquoi parmi plus de 400 noms de villages que l’on connaît pour la région d’Ébla, il n’y a pas de noms de centres administratifs périphériques41. L’intervention du palais dans les différentes étapes de la production et de la distribution des produits agricoles apparaît relativement restreinte. Cette faible part peut expliquer l’indépendance d’un grand nombre d’unités de production. Il y a, par ailleurs, les attestations que certaines productions agricoles, comme celle de l’huile d’olive, provenaient en grande partie de villages et non des domaines royaux42. Outre un rôle d’unité de production, les villages servaient de centre de stockage et de tri pour les produits agricoles qu’ils pouvaient administrer en grandes quantités.

Les indices d’une production agricole indépendante sur le territoire d’ébla

38Il y a donc deux types de production relativement indépendants l’un par rapport à l’autre. Le premier type de production est placé sous le contrôle direct du palais. Le second type se déroule dans le cadre d’unités rurales de production. Il est de loin le plus important. Nous trouvons la preuve d’une telle coexistence dans les modes de production grâce à une technique de marquage bien particulière de la céramique : le déroulement de sceaux- cylindres sur des jarres avant leur cuisson.

  • 43 Pour une liste actuelle des lieux de découverte des empreintes voir : Mazzoni 1992, p. 100, 177 et (...)
  • 44 Ingholt 1940, p. 42 ; Ravn 1960, p. 198.
  • 45 Mazzoni 1992, p. 100 et carte LI.
  • 46 Mazzoni 1992, p. 11.
  • 47 Un petit groupe de ces empreintes a été trouvé en Mésopotamie ainsi que deux fragments à Umm an-Nar (...)

39Au Proche-Orient, le sceau est habituellement utilisé pour authentifier des scellements de contenants (comme des jarres, des pièces, des entrepôts, etc.) ou de documents. Le possesseur d’un sceau le déroule sur une motte d’argile crue qui enveloppe les cordes fermant les portes ou les jarres. L’utilisation est similaire à nos scellés modernes. Au Levant, de la seconde moitié du IVe millénaire jusqu’à la première moitié du IIe millénaire, le sceau-cylindre fut utilisé d’une manière différente. À partir du Bronze ancien II, de nombreuses empreintes sur des fragments de céramique attestent d’un usage courant, dans toute la région du Levant nord, de l’application d’un sceau sur les jarres, avant leur cuisson. Environ 130 exemples sont actuellement connus en Syrie et dans le sud Anatolien, 80 exemples seulement à Byblos43. Il en existe à Hama (niveaux J8-J344), à Tell Nebi Mend, Tell Masin, Qal’at el-Mudiq, Quweiq, Abu Danne, Tarse, dans la vallée de l’Amuq et la vallée de l’Oronte, à Ugarit, Alalakh45. À Ébla, l’essentiel des empreintes (30 sur un total de 44 empreintes connues) provient de fragments de jarres retrouvés dans les entrepôts du palais G46 Au Bronze moyen, l’usage de dérouler les sceaux sur les céramiques perdure pendant quelques temps, mais dans des proportions nettement moins importantes47.

  • 48 Mazzoni 1984, p. 34 et Matthiae 1993c, p. 625, n. 26.
  • 49 Matthiae 1982, p. 81.

40Les empreintes retrouvées sur les céramiques sont d’un style sommaire, avec une modification des images ou une adaptation des symboles mésopotamiens ou de Syrie du nord aux goûts locaux. Cette glyptique est une production stylistiquement différente de celle des sceaux utilisés classiquement sur les tablettes ou les scellements. D’après les traits des empreintes, il est possible d’établir que les sceaux devaient souvent être réalisés en bois ou en terre cuite. À Ébla, il ne fait pas de doute qu’il s’agissait d’une production de sceaux, extérieure aux ateliers du palais, provenant de centres ruraux. Les sceaux étaient appliqués sur des jarres fabriquées dans les régions au nord et au sud de la cité48. La production rurale faisait appel à une iconographie et à un style différents de la glyptique palatiale. La notion de glyptique palatiale (glyptique officielle) se réfère aux sceaux utilisés de manière traditionnelle. À Ébla, l’iconographie de la glyptique palatiale est un mélange de modèles mésopotamiens de l’époque du Dynastique archaïque IIIA et B (dont le style de Lugalanda) et de certains motifs issus de traditions iconographiques locales49.

  • 50 Mazzoni 1985, p. 564.

41Les empreintes sont appliquées préférentiellement sur certaines jarres. À Ébla, les jarres côtelées globulaires (une variante locale de la jarre à décor peigné) constituent avec les jarres tripodes les deux catégories qui reçoivent la majorité des empreintes. Le premier groupe est diffusé au sud d’Ébla et le second appartient à une tradition céramique de la région du Haut-Euphrate50, au nord d’Ébla. Les jarres tripodes sont en majorité ornées d’empreintes à motifs figuratifs comme des scènes de combat d’influence mésopotamienne, des scènes cultuelles d’influence locale ou des scènes pastorales ; alors que les jarres côtelées ont majoritairement des empreintes avec des motifs géométriques simples ou complexes et floraux.

  • 51 Voir la présentation dans cet ouvrage de la Metallic Ware, chapitre 2.
  • 52 Mazzoni 1992, p. 187.

42À Hama, les empreintes sont surtout appliquées sur des jarres côtelées et tripodes avec seulement quelques cas d’impression sur des jarres de moyennes dimensions d’une autre catégorie. À Byblos, les empreintes apparaissent majoritairement sur les céramiques polies, peignées et côtelées. Les différentes jarres marquées ont en commun d’appartenir à une catégorie particulière de céramique qui est associée à la production et à la diffusion de l’huile d’olive : la céramique métallique51. On constate, grâce à l’analyse typologique, que les jarres marquées et retrouvées dans les entrepôts du palais d’Ébla viennent de plusieurs régions extérieures à la ville. D’où l’hypothèse qu’Ébla est une zone de contact entre ces différentes régions. Ainsi est- il est possible d’établir que les jarres marquées trouvées dans les entrepôts du palais résultent bien d’un stockage des produits contenus dans les jarres. Elles ne sont pas le fait d’une production céramique palatiale52.

  • 53 Voir les données chiffrées proposées par les reconstitutions de Mazzoni 1994, p. 245 et sq.

43Les archives du palais d’Ébla ne nous renseignent pas sur la fonction du marquage des jarres. Les découvertes faites in situ indiquent seulement que le pourcentage de jarres marquées est faible : dans un des entrepôts du palais G (locus 2°617), sur 24 jarres globulaires et 3 jarres tripodes trouvées, seulement 3 portaient une empreinte de sceau. Dans un autre entrepôt (locus 3°466), on retrouve un rapport du même ordre avec seulement 2 jarres à empreinte. Un pourcentage aussi faible rend peu probable une fonction décorative pour les empreintes sur la céramique. De même, une marque de potier serait une explication peu satisfaisante. Les marques de potiers sont habituellement de simples incisions de motifs géométriques (croix, triangle) que l’on retrouve sur toutes les formes céramiques avant ou après cuisson. Nous venons de constater que dans le cas des empreintes, la préférence pour les formes de jarre est très nette. La qualité de la céramique ne peut pas non plus être un critère puisque des empreintes aux motifs identiques se retrouvent sur des jarres fabriquées en différents endroits du Levant. Il ne peut pas non plus s’agir d’une marque de mesure car des sceaux aux iconographies différentes furent appliqués sur des jarres aux volumes similaires. À Ébla, les jarres globulaires ont une capacité moyenne de 15 litres, comme les jarres métalliques, alors que les jarres à engobe ont des capacités variant entre 21 et 33 litres53. Ces capacités sont le résultat d’une production standardisée en relation, surtout dans le cas des jarres métalliques, à des impératifs liés au transport.

  • 54 Nous reprenons l’hypothèse développée dans Mazzoni 1992, p. 190- 195.
  • 55 Voir Mazzoni 1987, p. 145-158.

44Une telle standardisation des capacités rend superflue l’indication d’une capacité moyenne que l’empreinte ne peut, par ailleurs, pas garantir puisque la jarre n’est pas scellée. Pour ces différentes raisons, nous proposons pour les empreintes une fonction de qualification du contenant ou du contenu. Il peut s’agir d’une indication de la nature ou de la qualité du produit54. Les empreintes sur les jarres relèvent d’un usage économique. Les jarres, qu’elles proviennent de Hama ou d’Ébla ou d’ailleurs, appartiennent à la famille de la céramique métallique55 Rappelons que du fait des propriétés particulières de leur pâte, les jarres « métalliques » sont associées à la fabrication et au stockage de l’huile d’olive et aussi du vin. Selon les estimations chiffrées de la diffusion de ces jarres au Levant nord, les deux productions horticoles paraissent se développer à partir du Bronze ancien II syrien pour s’amplifier au Bronze ancien III syrien.

45Le marquage des jarres serait donc un moyen d’identification du lieu de fabrication de l’huile (ou parfois du vin). Du fait du style de la glyptique des sceaux utilisés pour le marquage des jarres, il est possible de rattacher ce type de marquage aux unités rurales de production qui ne dépendent pas du palais.

46Ainsi, en l’absence d’un contrôle palatial sur ces lieux de production, donc en l’absence de scribes de l’administration centrale, les producteurs indépendants utilisaient ce moyen simple, mais suffisant, pour identifier leur production. Il s’agit d’une production rurale totalement indépendante de l’organisation palatiale et probablement de la ville d’Ébla. Il se juxtapose au mode de production qui dépendait du palais. L’économie centralisée dont témoignent les archives écrites du palais se double d’une production rurale indépendante. Nous sommes en face de deux modes indépendants de production, de transformation et de diffusion d’un produit agricole.

Les echanges regionaux au Levant sud

47Dans toute la région du Levant sud, il n’y a aucun texte pouvant apporter des informations sur l’organisation de la production agricole des bourgs du Levant sud. Le seul palais attesté est celui Tel Yarmouth. Il date de l’extrême fin du Bronze ancien III. Mais ce palais ne recèle aucune archive écrite ni scellement. Seule, la présence de nombreuses jarres indique une fonction de stockage pour la plus grande partie des pièces et ainsi un certain rôle économique du palais.

  • 56 Les premières et les principales listes de ces empreintes ont été dressées par M. Prausnitz et A. B (...)
  • 57 Voir la présentation des différents exemples décrits par P. Beck dans Amiran 1978, p. 53-54 et dans (...)
  • 58 Ben-Tor 1985, p. 24.

48S’il n’y a pas de textes, par contre, on retrouve comme dans le Levant nord, l’usage particulier des sceaux. En 1995, plus de 230 empreintes de sceaux sur des céramiques étaient connues au Levant sud. Le chiffre est en croissance constante56. Il y a donc de nombreuses empreintes dans le Levant sud, depuis Arad, au sud, au Bronze ancien II57jusqu’à Khirbet Zeiraqun au nord pendant le Bronze ancien III. Le style iconographique des sceaux varie par rapport au style du Levant nord. Dans le Levant sud, les motifs sont moins nombreux et plus largement diffusés. La richesse plus grande du répertoire iconographique dans le Levant nord tient à un apport massif de la glyptique mésopotamienne dans le nord-est de la Syrie58.

49Le mode d’utilisation, lui, est toujours le même. Trois grandes familles céramiques du Levant sud marquent le Bronze ancien II et III : la céramique peinte sur fond clair (Light Faced Painted Ware), la céramique rouge polie et la céramique peignée.

  • 59 C’est-à-dire le type I de A. Ben-Tor : Ben-Tor 1978, p. 42.

50La céramique peignée devient-prédominante à partir de la fin du Bronze ancien II. Les sceaux sont déroulés de préférence sur les jarres de cette famille céramique. Il y a une association préférentielle entre ce type de jarres et les sceaux à motifs géométriques59. Les jarres peignées sont généralement hautes de 1 m. Elles sont faites à la main pour la panse et au tour pour le col. Les deux parties de la jarre sont ensuite assemblées avant la cuisson et l’on déroule un sceau sur la « soudure ».

51À la différence du Levant nord, il n’y a pas juxtaposition d’une glyptique palatiale et d’une glyptique rurale. Cela tient à l’absence de l’usage du scellement par sceaux dans toute la région du Levant sud. À Ébla, nous avons montré que la production des sceaux et des jarres marquées était le fait de communautés agricoles indépendantes par rapport à l’organisation palatiale.

  • 60 Pour lés sceaux d’Arad : Amiran et Ilan 1993, p. 82 ; Beck 1984, p. 108 et p. 111 ; pour le sceau d (...)
  • 61 Voir la description ci-après.

52La situation est sensiblement différente au Levant sud. En effet, la découverte de plusieurs sceaux inachevés à Arad ou à Bab edh-Dhra’ témoigne de la fabrication de sceaux dans le cadre des bourgs60. De plus, la présence, comme à Tell el-Far’ah, d’ateliers de potiers dans ces mêmes sites61laisse supposer que la production des jarres marquées pouvait avoir lieu dans-les bourgs.

53En cela, l’usage des impressions sur les jarres relève dans le cadre du Levant sud d’une situation assez différente de celle reconnue pour le Levant nord. Au Levant sud, il n’y a qu’un seul niveau de production et d’échange. Cette forme d’organisation de la production agricole apporte un nouvel argument pour réfuter l’existence d’importantes modifications entre la période « pré-urbaine » et la période « urbaine ».

  • 62 Epstein 1972, p. 216.

54Les empreintes de sceaux ont aussi été retrouvées au Bronze ancien II et III dans des sites non construits comme l’enceinte de Lawieh dans le Golan62. Mais surtout, le système de marquage existait déjà à la période du Bronze ancien I. Effectivement, au Levant sud, les premières attestations d’empreintes de sceaux sur des jarres datent du Bronze ancien IA. Il s’agit alors de sceaux-cachets. L’usage de sceaux-cylindres ne se diffuse qu’à partir du Bronze ancien II. L’analyse de quelques-uns des sceaux-cachets nous permet de constater l’existence, dès la période « préurbaine », d’un système d’échanges complémentaires à un niveau régional.

Les échanges complémentaires de la période pré- urbaine au Levant sud

  • 63 Betts 1991, p. 331-333, fig. 160-167.
  • 64 Betts 1992, p. 411-415, fig. 4 : 3, 5 : 1, 7, 8.
  • 65 Léonard 1992, p. 93, fig. 22 : B, C
  • 66 - Pour le moment, le seul cachet en pierre retrouvé provient de Tell Handaquq : Mabry 1989, p. 82, (...)
  • 67 Hanbury-Tenison 1984, p. 400, fig. 8 : 11.
  • 68 Non publiés.
  • 69 Joffe 1993, p. 39-40.

55Dans le nord de la Jordanie au Bronze ancien IA, de nombreuses empreintes de cachets ont été retrouvées à Jawa63 Tell Um Hammad64, Tell Mafluq65, Tell Handaquq66, Sbeiheh67, Jebel Mutawwaq, Kataret es- Samra68. Les empreintes sont de forme allongée avec un motif composé d’un trait long croisé par des traits courts et perpendiculaires. Elles peuvent aussi être de forme ronde avec des motifs de losanges ou de carrés. Elles ont été appliquées, toujours avant cuisson, sur et autour des anses de jarres. Les variations du nombre des impressions sur une jarre (de 1 à 6) ne sont pas expliquées. L’aire de répartition de ces impressions correspond à l’aire de distribution de la céramique grise du type de Jawa/Tell Um Hammad datant du Bronze ancien IA. La céramique est diffusée depuis la frange semi-désertique (à Jawa) à l’est, jusqu’à l’embouchure du Wadi Zarqa dans la vallée du Jourdain à l’ouest (Tell Um Hammad), en passant par la steppe arborée (autour du village de Mutawwaq)69.

  • 70 C’est le type R2 du corpus de Tell Um Hammad, voir Helms p. 103 in
  • 71 Helms p. 112 in Betts 1991.

56Les jarres marquées sont le plus souvent à fond plat et à tenons, avec ou sans col70. Elles sont non lissées donc peu imperméables et sont souvent munies de perforations pour une suspension. C’est plutôt l’indication d’un contenant pour matériau sec comme des grains71. À Jawa, les jarres estampillées contenaient des grains qui ne pouvaient pas provenir de la région de Jawa car celle-ci est inapte à toute forme d’agriculture céréalière. Pour cette raison, il faut considérer les jarres comme la trace des échanges de produits agricoles, ou du moins d’une partie, entre différents terroirs engagés dans des productions spécialisées. Il est facile d’imaginer qu’en échange de céréales, la population de Jawa pouvait fournir de la viande ou des produits laitiers dont il est difficile de retrouver des traces archéologiques.

  • 72 Epstein 1993a
  • 73 Braemer et Echallier 1995.

57Les trois terroirs sur lesquels est diffusée la céramique grise correspondent à trois formes d’installations humaines qui diffèrent par leurs architectures et leur mode de production. Les installations n’ont en commun qu’une production céramique dont les jarres sont marquées avec les mêmes motifs. Il faut considérer qu’un tel point commun est la matérialisation d’un échange régional complémentaire entre des terroirs proches les uns des autres, mais aux potentiels très différents. Nous savons que, dès la fin de la période chalcolithique, de telles spécificités étaient exploitées. Par exemple, dans le Golan, on trouve les traces des débuts de la culture de l’olivier72. Par ailleurs, l’implantation de Jawa, site fortifié dans une zone désertique, ne peut s’expliquer que dans le cadre d’une exploitation pastorale d’une région inapte à toute forme d’agriculture. Dans le sud de la Syrie, il existe d’autres sites tout aussi spécialisés dans l’élevage de bovins et d’ovins73.

58De telles implantations dans des zones extrêmes révèlent qu’au début du Bronze ancien I, les modes de production exploitent déjà , au moins depuis la période chalcolithique, au mieux les particularités des terroirs. De ce fait, ils forment un large éventail de cultures qui va de l’horticulture (vigne et olivier) dans les zones de type méditerranéen, à une céréaliculture dans les vallées ou sur les collines jusqu’au pastoralisme dans les franges semi-arides. Il s’agit de productions dominantes. De telles stratégies de productions spécialisées n’excluent pas des productions annexes pouvant permettre aux groupes humains une relative autosuffisance.

  • 74 Braun 1985, p. 84, fig. 32 : 2.
  • 75 Ben-Tor 1994, p. 23, fig. 17
  • 76 Braun 1985, p. 80, n. 61.
  • 77 Dunand 1950, pl. CXCVX : 11572, 11298, 14184, 12613.

59Au Bronze ancien I, il existe d’autres groupes d’empreintes. Un groupe est connu dans trois villages du Bronze ancien IB du nord de la Palestine à Megiddo (niveau V),’En Shadud74 et Tel Qashish (niveau IX)75. L’empreinte de ‘En Shadud est déroulée sur une jarre sans col. L’exemple fut retrouvé hors stratigraphie, mais par comparaison avec celles de Megiddo, elle est datée par le fouilleur de la seconde moitié du Bronze ancien I76. Le petit groupe d’empreintes, limité à la partie ouest de la vallée de Jezreel, présente des similitudes avec celles de Byblos77. Le groupe se caractérise à la fois par la grande similitude de ses motifs et une application sur un même type de céramique : une jarre à fond plat sans col (du type céramique grise). Il ne s’agit plus d’application de cachet sur les anses, mais pour la première fois, de déroulement de sceaux-cylindres sur le col des jarres.

60Dès la période du Bronze ancien I, on constate que le marquage des céramiques était un moyen d’identification de la production très usité au sein des communautés villageoises. Le passage de la période villageoise à la période « urbaine » ne paraît pas avoir profondément modifié la structure des échanges régionaux. Les pouvoirs supposés centralisateurs des « villes » reprennent le même mode d’identification de la production que celui des pouvoirs jugés plus diffus des communautés villageoises. Est-il pertinent de continuer à faire une distinction stricte entre les deux formes de pouvoir, celle de l’époque des villages et celle de l’époque des premiers bourgs ? Le mode d’identification que nous venons de décrire indique que non.

L’ORGANISATION DE L’ÉCONOMIE DANS LES BOURGS

61Il nous reste à déterminer comment il convient d’interpréter les vestiges archéologiques traditionnellemnt associés dans les bourgs à un pouvoir politico-économique centralisateur de type « urbain ». Il s’agit des unités de stockage et des unités de production artisanale.

Les vestiges des modes de stockage dans les bourgs

62II y a des indices archéologiques d’une pratique de stockage de grande capacité dans les bourgs de Beth Yerah, Megiddo, Khirbet Zeiraqun et Tel Yarmouth. Il s’agit de greniers et d’entrepôts. Par leurs dimensions, ils dépassent les besoins de stockage d’un groupe familial. Ils entrent dans les catégories des unités de stockage communautaires ou palatiales. La seconde de ces catégories fait référence à la pratique de centralisation d’un produit avant sa redistribution, telle que nous l’avons évoquée avec le palais d’Ebla vers 2400 av. J.-C.

  • 78 Maisler, Stekelis et Avi-Yonah 1952b, p. 228.
  • 79 C’est plus particulièrement l’hypothèse de R. Amiran. Du fait de la présence de cette poterie annul (...)
  • 80 Maisler, Stekelis et Avi-Yonah 1952b, p. 228, n. 12.
  • 81 Currid 1986, p. 23.

63Au Levant sud, le plus grand lieu de stockage collectif connu est celui de Beth Yerah (fig. 31). Il est daté du Bronze ancien III. Il s’agit d’un ensemble de 30 m sur 40 m, composé de huit greniers de plan circulaire groupés autour d’un petit bâtiment barlong. Les bases circulaires des greniers varient entre 7 à 9 m de diamètre et le petit bâtiment mesure 11,10 m sur 4,40 m. A l’origine, les fouilleurs ont hésité pour la fonction de l’ensemble architectural entre une forteresse, un palais, un grenier public ou un sanctuaire78. L’incertitude provient d’une réutilisation des greniers. Des fours furent retrouvés dans l’ensemble architectural, notamment l’un qui fut découvert dans le cercle du grenier VIL Selon les fouilleurs, les fours auraient pu servir à brûler de l’encens. Par ailleurs, la découverte d’une poterie annulaire a été encore récemment interprétée par certains comme la preuve d’une utilisation cultuelle du lieu79. En fait, l’existence de greniers circulaires similaires à Melos avait amené fort justement les fouilleurs à préférer l’hypothèse d’un grand grenier80. Depuis lors, des comparaisons ont été faites avec des greniers égyptiens81. Il s’agit de greniers un peu plus petits mais de plan similaire. Plusieurs maquettes funéraires ou fresques montrent que ces greniers avaient une élévation en coupole arrondie ou pointue. A. Ben Tor proposa une reconstitution similaire pour les greniers de Beth Yerah (fig. 32).

64Nous identifions les greniers de Megiddo et de Khirbet Zeiraqun comme des lieux de stockage collectifs, une hypothèse qui diffère des interprétations habituelles. En effet, jusqu’à présent, ils étaient décrits comme des autels surélevés et mis en relation avec des temples voisins. À Megiddo, nous avons mentionné le grenier circulaire (locus 4°017) habituellement considéré comme l’autel du « temple 4°040 » (fig. 28, 29). C’est une structure circulaire d’un diamètre d’environ 8 m. Elle adopte, en élévation, la forme d’un dôme arasé. Elle atteint une hauteur de 1,40 m. On accède à son sommet par une volée de marches localisées sur le côté est. La structure se trouve en arrière du temple 4°040. Un autel de ce type ne correspond à rien de connu au Levant sud. Par ailleurs, la détermination de la fonction religieuse se fonde sur la proximité du bâtiment 4°040. « L’autel » fut construit au niveau XVII, donc avant le temple 4°040 qui, lui, ne fut construit qu’au niveau XVI. Nous trouvons curieux d’envisager l’existence d’un autel sans temple. De plus, l’autel fut entouré au niveau XVI par un mur de clôture de 0,60-0,90 m d’épaisseur. En séparant l’autel de la rue, le mur rend son accès difficile et quasiment impossible tout rassemblement autour. Les faits sont incompatibles avec une fonction religieuse.

65À Khirbet Zeiraqun, une structure similaire à « l’autel » de Megiddo a été trouvée. Il s’agit en fait de la base surélevée d’un grenier circulaire. De plan circulaire, son diamètre est de 6,5 m avec une volée de 3 marches menant au sommet de sa base (fig. 30). Deux bâtiments, dont l’édifice B05, sont rattachés par plusieurs murs à la structure circulaire. La même caractéristique se retrouve dans les greniers d’Arad. Pour cela, nous préférons considérer les « autels » de Megiddo et Khirbet Zeiraqun comme les bases de deux grands greniers circulaires avec une superstructure en élévation similaire à celle du grenier de Beth-Yerah.

  • 82 Tubb, Dorrell et Cobbing 1997, fig. 3, p. 57-64.
  • 83 Amiran et Ilan 1996, p. 105-106.
  • 84 Voir Margueron 1991, p. 44-45 et Huot 1994. p. 128 pour une illustration de la construction du plan (...)

66Dans les bourgs du Levant sud, il y a une seconde catégorie d’unités de stockage : les entrepôts. Un édifice récemment découvert à Tell es-Sa’idiyeh82 et la Water Citadel d’Arad (fig. 33) sont pour le moment les seuls bâtiments du Bronze ancien II que l’on peut rattacher à cette forme de stockage. À Arad, l’entrepôt fut utilisé durant les niveaux II et III (Bronze ancien II). C’est un grand bâtiment rectangulaire de 9,50 m sur 18 m avec des murs externes de 1,50-1,70 m d’épaisseur. Il est divisé en 5 couloirs d’une dimension moyenne de 2 m sur 6,50 m. R. Amiran l’interprète comme une « water citadel », un lieu de stockage pour l’eau provenant du réservoir adjacent83. La fonction identifiée par R. Amiran est incertaine. Le bâtiment et l’ensemble du secteur furent rasés à la période du Bronze récent lors du creusement d’un puits. Par conséquent, il est impossible d’affirmer avec certitude qu’il existait un réservoir pour capter et stocker les eaux de ruissellement. Plus probablement, le plan du bâtiment est une variante des greniers de type grill-plan connu au Proche-Orient dès l’époque néolithique84.

  • 85 Miroschedji 1994b, p. 486 : « Most of the rooms excavated this season yielded EB III pithoi and bas (...)
  • 86 Ibrahim et Mittman 1987, p. 6. ; Ibrahim et Mittman 1989, p. 645.

67Au Bronze ancien III, il y a les exemples de Tel Yarmouth et de Khirbet Zeiraqun. À Tel Yarmouth, plusieurs salles du palais contiennent de nombreuses jarres, souvent de très grandes dimensions85. Le plan de ces salles ne diffère pas de celui des autres (fig. 20). Comme les entrepôts du palais sont assez limités en taille, leurs capacités de stockage correspondent assez probablement aux besoins internes du palais. Il n’est pas possible d’envisager une redistribution au niveau de la ville. À Khirbet Zeiraqun, les fouilles ont révélé que toutes les pièces des îlots autour des temples étaient pleines de jarres86. Là encore, le plan des entrepôts ne diffère pas des autres constructions.

68Les trois exemples de Beth Yerah, Megiddo et Khirbet Zeiraqun sont des greniers à grain. Leurs dimensions indiquent bien qu’ils ne sont pas des greniers familiaux mais des unités de stockage adaptées aux besoins de la consommation d’une collectivité ou à des, activités d’échange. Le problème est de déterminer la nature de l’organisation socio-économique à laquelle appartiennent les greniers. Si le grenier de Beth Yerah est une unité architecturalement individualisée, puisqu’il est entouré sur ses quatre côtés par des rues, les exemples de Megiddo et de Khirbet Zeiraqun sont rattachés à des bâtiments de plan in antis dont ils doivent logiquement être considérés comme des dépendances.

69Les entrepôts ont rarement un plan spécifique. Le plus souvent, il s’agit des pièces d’une habitation dans lesquelles sont placées de grandes jarres servant au stockage des céréales et des liquides comme du vin ou de l’huile. Pour les greniers ou les entrepôts, les capacités de stockage ne permettent pas, excepté le cas du grenier de Beth Yerah, d’évoquer une centralisation et une redistribution au niveau du site. Les capacités de stockage des greniers de Megiddo et de Khirbet Zeiraqun correspondent aux besoins de quelques familles, mais pas de toute une population. Les entrepôts du palais de Tel Yarmouth correspondent au stockage des denrées nécessaires à la consommation des habitants du palais. Le grenier de Beth Yerah est le seul à offrir des capacités de stockage réellement importantes. Mais à quelle organisation sociale le rattacher ? Si ce grenier est souvent donné en exemple d’une activité de centralisation- redistribution par un pouvoir central, archéologiquement, rien ne permet de confirmer une telle hypothèse. Le grenier de Beth Yerah peut très bien être un grenier communautaire. D’ailleurs, à Arad, nous trouvons une bonne illustration d’une « ville » dans laquelle aucun pouvoir centralisateur ne paraît jouer de rôle dans le stockage et la redistribution des biens.

Types de stockage et nature des pouvoirs économiques

  • 87 Dans un récent rapport préliminaire, il est fait mention de la base d’un grenier circulaire d’un di (...)
  • 88 Braun 1989, p. 96-98.

70Arad illustre donc une situation particulière. Certes, il existe un entrepôt pouvant témoigner d’un principe de centralisation-redistribution. Cependant, l’essentiel du stockage de la production agricole se fait dans des greniers de petites dimensions relevant d’un usage domestique, dans un cadre familial. Les capacités de stockage de la ville sont représentées par des greniers de base circulaire. Il s’agit de plates-formes circulaires de pierre, un type de grenier bien connu dans le Levant sud. On le retrouve notamment sur les sites de Tel Halif87 ou de Me’ona88. Il est similaire aux grands greniers de Megiddo et Khirbet Zeiraqun.

  • 89 Dans la publication de son rapport sur Arad, R. Amiran utilise le terme de « silo ». Ici, nous l’av (...)

71À Arad, on trouve un grand nombre de bases de grenier sur le chantier H au niveau III (tableau 42)89. Elles sont délimitées par un cercle de grosses pierres avec remplissage de cailloux souvent disposés de façon régulière. Sur les bases, nous restituons une élévation en forme de dôme ou de pain de sucre en terre, une forme similaire à celle du grand grenier de Beth Yerah. Les greniers sont parfois en connexion avec un mur (exemple locus 1068) ou avec une structure (exemple locus 1056c). Ils sont répartis de manière homogène à travers le site ; on retrouve des bases similaires sur le chantier K et sur le chantier M. Les bases de grenier sont toujours installées entre les bâtiments encore peu densément construits. L’espace résiduel fonctionne ici comme un espace communautaire.

Tableau 42 - Les dimensions des bases de greniers du niveau III d’Arad.

72Au niveau II, la densité de construction des bâtiments à Arad est plus nette. Le nombre des bases de grenier diminue considérablement sur les chantiers H et K. Sur le chantier H, il n’y a plus qu’une seule base visible (locus 1°078 = 4 m de diamètre et 0,32 m de haut). Sur le chantier K, il y a aussi deux plates-formes contre le rempart (loci 1°281, 1°276) et les vestiges de deux autres bases de grenier (loci 1°034, 1°515A). Les greniers sont remplacés par des structures plus petites ou par des coffres à grains. Au niveau II, à la différence du niveau III, les structures de stockage deviennent domestiques. Elles sont construites à l’intérieur des unités d’habitation, dans les angles des bâtiments ou dans la cour pour les structures les plus grandes. Nous interprétons ce changement du mode de stockage comme le passage d’une organisation communautaire où plusieurs familles se partagent un ou plusieurs greniers, à une organisation familiale où chaque famille stocke chez elle la provision de grains nécessaire à sa consommation personnelle. L’intégration du stockage dans les unités d’habitation correspond à la disparition de certains liens communautaires, probablement du fait d’une augmentation de la taille de la population et de la densité croissante des constructions.

73En tout cas, nous constatons qu’à Arad, le stockage dans les grands greniers n’est pas la pratique dominante. Aucun indice archéologique ne vient étayer sérieusement l’existence d’une pratique de centralisation-redistribution à Arad. Le constat vaut d’ailleurs pour les autres bourgs du Levant sud.

Les unités de production artisanale dans les bourgs du Levant sud

74Plusieurs découvertes archéologiques témoignent d’une production artisanale dans un cadre urbain au Levant sud. Il y a un atelier de potier à Tell el-Far’ah (Bronze ancien II), une huilerie à Beth Yerah (Bronze ancien III), un quartier vraisemblablement aussi consacré à l’artisanat, peut-être à la fabrication de l’huile, à Tel (Bronze ancien III).

  • 90 Vaux 1961 p. 568.
  • 91 Vaux 1961, p. 582.
  • 92 Le four est conservé jusqu’au niveau de sa sole, voir la description dans Vaux 1955, p. 557-563, fi (...)

75L’atelier de potier de Tell el-Far’ah est localisé dans le chantier II. Après une destruction à la fin du niveau IV2, les bâtiments du niveau IV3 sont reconstruits dans les mêmes limites d’îlot. On trouve alors deux fours de potier, le premier au sud de l’îlot 1, le second au nord de l’îlot 2. Le deuxième four est une structure circulaire de 3 m de diamètre (662) bloquant la rue 656 et traversée par un couloir dallé. Il s’agissait d’un four à feu ouvert (plan non disponible)90. À proximité du four, plusieurs petites structures circulaires, des bassins de décantation, furent découvertes dans la cour 637 (fig. 18). Une cour voisine (locus 636-640) et une petite pièce située au sud-ouest ont révélé des traces de production céramique. R. de Vaux décrit l’atelier de potier : « Il a eu son sol plusieurs fois relevé. Un de ces sols, au moins, était fait de gravier fin, résidu d’un criblage ou d ‘un lavage de l’argile ; sur les sols se trouvaient des amas de quartz, pilé et de sable rouge très fin destinés à être mêlés à l’argile comme dégraissants, et les dalles sur lesquelles le quartz avait été pilé. On a recueilli des pilons et aussi des lames de silex servant à parer la surface des pots, des polissoirs et des coquillages qui ont pu être utilisés pour le lustrage, des fragments d ‘ocre rouge et jaune pour la peinture »91. Au niveau suivant (IV4), un important four fermé de potier fut construit à la limite sud du chantier, dans l’espace libre entre le rempart et les bâtiments92. Enfin, durant la phase d’abandon du niveau IV5, on relève encore, dans l’îlot 3, des traces d’activités de potier. Dans l’îlot 2, l’ancienne cour 640 (cour 616) constitue toujours un atelier de potier.

  • 93 Esse 1991, p. 123-124 et p. 125, fig. 24.

76L’huilerie de Beth Yerah est un bâtiment de plan rectangulaire localisé dans la tranchée H-K des fouilles effectuées par l’Oriental Institute93. L’abondant matériel céramique trouvé in situ sur le sol témoigne d’une activité dans le domaine de la fabrication de l’huile d’olive. Il se compose de cratères (séparateurs par flottation de la pulpe des olives), et de jarres peignées (associées au stockage de l’huile). Un mortier en pierre vient compléter le matériel. On a ainsi rassemblé en un seul lieu les différentes étapes du processus de fabrication de l’huile d’olive : le broyage des olives avec le mortier, la séparation de l’huile et de la pulpe avec l’eau chaude dans les cratères et, pour terminer, le stockage du produit dans des jarres.

  • 94 Miroschedji 1988a, p. 87-88.
  • 95 Voir son illustration dans Miroschedji 1988c, p. 208, fig. 12.
  • 96 Esse 1991, p. 123.

77La zone de production de Tel Yarmouth correspond au chantier H (niveau du Bronze ancien III). Les fouilles du chantier H montrent que la pente naturelle du tell fut ici aménagée en une série de terrasses artificielles qui supportaient des constructions. Au niveau III, un bâtiment composé d’une enfilade de pièces fut découvert, ainsi que quatre fours effondrés94. Leurs dimensions considérables excluent un usage domestique. L’un d’entre eux mesure 4 m sur 4 m. Comme pour l’huilerie de Beth Yerah, on y retrouve un mortier, un bassin, des jattes et surtout un double pot95 dont on ignore la fonction exacte mais que l’on associe pourtant à la fabrication de l’huile. Selon D. Esse, les fours auraient alors pu servir à faire bouillir l’eau qui sert dans la phase de séparation de la pulpe des olives et de l’huile96. Avec ces exemples, nous constatons que les bourgs du Levant sud sont clairement intégrés dans les processus de fabrication et de stockage de la production agricole et artisanale. Mais rien dans les vestiges de production ou de stockage n’atteste de manière indéniable l’existence d’un pouvoir politico-économique centralisateur. Un grand grenier ne suffit pas à faire une ville si l’on ne peut pas définir l’organisation socio-économique dont il relève. De même, les unités de stockage décrites ne permettent pas de déduire une différence dans les rôles économiques joués par les villages du Bronze ancien I et les bourgs du Bronze ancien II. Le dernier point qui pourrait permettre de distinguer une modification entre le Bronze ancien I et le Bronze ancien II est la notion de spécialisation du travail artisanal.

LES PRODUCTIONS À DOMINANTE ET LES PRODUCTIONS SPÉCIALISÉES

78Dans les modèles habituellement utilisés par les archéologues travaillant au Levant sud, avec l’ère urbaine débute l’ère du travail spécialisé. C’est d’ailleurs l’existence d’artisans spécialisés et dégagés de la production agricole qui est considérée comme la preuve qu’un stade de développement urbain est atteint. Toutefois, la notion de spécialisation mérite d’être précisée. Une confusion est souvent faite entre une « production à dominante » et une « production spécialisée ».

79Une production à dominante correspond à la production d’un produit unique ou largement majoritaire parmi les productions possibles. Les raisons du choix d’un tel mode de production sont le plus souvent culturelles. Elles peuvent aussi correspondre à une exploitation optimale des spécificités d’un terroir. Les populations qui pratiquent une « production à dominante » sont auto-suffisantes. La notion « d’artisanat spécialisé » est liée à l’existence des villes. L’artisan spécialisé se livre lui aussi à une mono-production. S’il est dégagé des contingences de la production agricole et s’il peut se consacrer exclusivement à une production artisanale, par contre il dépend d’autres personnes pour la production de sa subsistance vivrière. Une production céramique de masse et homogène est souvent assimilée à une production « industrielle » dans le cadre d’un artisanat spécialisé. L’analyse de plusieurs formes d’organisation de la production agricole ou artisanale permet de démontrer qu’il n’y a pas au Levant sud, durant le IIIe millénaire, de preuves d’une spécialisation de la production telle qu’elle est définie dans les processus urbains.

L’exemple du pastoralime en zones arides au Bronze ancien

80À l’époque du Bronze ancien I, « époque pré-urbaine », des échanges complémentaires existaient déjà entre les différentes populations exploitant des terroirs selon un mode de production à dominante. Nous trouvons un bon exemple de cette forme de production à Jawa. Du fait de l’implantation du site dans une zone aride, inapte à l’agriculture, la population du site ne pouvait pratiquer que l’élevage de bovins et d’ovins.

  • 97 Helms 1984.

81Il peut être tentant d’interpréter la fondation de Jawa comme l’émanation d’une politique volontariste d’exploitation du territoire. Car enfin, il s’agit d’un site fortifié, implanté dans le désert, dont la population se livre à une production spécialisée. S. Helms a d’ailleurs proposé une hypothèse abondant dans ce sens97. Pour cela, il prend en compte les fortifications et le système de captage et de stockage de l’eau, mais aussi les empreintes de sceaux sur les jarres. Ces différents éléments l’amènent à voir dans la fondation de Jawa, l’action d’une autorité centralisatrice encore inconnue. Il s’agirait d’un royaume dont le siège serait localisé dans la région au sud de Damas. Jawa serait alors un point méridional extrême de l’extension territoriale de ce royaume.

  • 98 Braemer, Echallier et Taraqji 1996, p. 124-127.

82L’hypothèse d’un pouvoir centralisé au Levant sud durant le Bronze ancien IA est anachronique. En fait, comme d’autres archéologues, S. Helms fait une confusion entre deux usages différents des sceaux. Si l’acte du scellement est bien le fait d’une autorité centralisatrice, par contre, nous avons démontré que les empreintes de sceaux sur les jarres doivent être associées à un mode de production indépendant des organisations urbaines au Levant nord. Par conséquent, il n’y a aucune preuve pour étayer l’hypothèse d’un acte de fondation d’un souverain. Jawa est la création d’une population de pasteurs, nomadisant dans les franges désertiques et se livrant exclusivement au pastoralisme. Des recherches dans la zone désertique du Safaa (Sud de la Syrie) ont révélé l’existence d’autres implantations fortifiées comme Khirbet el-Umbashi, Hebariyeh ou encore des villages ouverts comme Khirbet ed-Dabab (village du Bronze ancien II)98.

  • 99 Ibid., p. 126-127.

83Les installations de Khirbet el-Umbashi sont similaires à celles de Jawa par bien des points. Elles sont constituées d’une enceinte fortifiée et d’un système de captage et de stockage des eaux de ruissellement et du wadi. Les différentes formes d’installations que l’on relève à Khirbet el-Umbashi99 témoignent d’au moins quatre phases d’habitats très différentes. Elles correspondent à une succession rapide, tout au long du IIIe millénaire, de plusieurs populations qui n’ont en commun que l’activité du pastoralisme. Les modalités de leurs activités de pasteurs (nature du cheptel, importance et type de regroupements des troupeaux) varient tout aussi rapidement que leurs habitats. Les dimensions des sites de Jawa et de Khirbet el-Umbashi montrent l’importance numérique que pouvaient atteindre des groupes de pasteurs. Cette importance numérique leur permettait d’aménager un territoire sur de grandes superficies, sans qu’il soit pour cela nécessaire de faire appel à une main d’œuvre extérieure ou à un pouvoir coercitif pour l’organisation du travail.

84Ces différents sites de marges arides témoignent d’une continuité de l’existence, durant la seconde moitié du IVe millénaire et durant le IIIe millénaire, de populations autonomes, engagées dans des stratégies de subsistance à dominante pastorale en zone de steppe aride.

Le développement de l’horticulture au Levant sud

  • 100 Epstein 1993a.
  • 101 Neef 1990, p. 303.
  • 102 Mabry et Palumbo 1992, p. 68-69.
  • 103 Baruch 1986, p. 45.
  • 104 L’économie méditerranéenne peut être décrite comme un ensemble de productions agricoles se composan (...)

85Outre le pastoralisme steppique, nous distinguons une autre forme de production à dominante : l’horticulture. Dès la période chalcolithique, les données archéobotaniques de Teleilat Ghassul, d’Abu Amid, de Tell esh-Shuna nord indiquent que la culture de l’olivier était pratiquée dans la vallée du Jourdain. Des prospections dans la région du Golan100 montrent que la culture de l’olivier se développe dès la seconde moitié de la période chalcolithique. Dans un diagramme d’analyses polliniques effectuées dans les environs de la mer de Galilée, on remarque au Bronze ancien I une forte augmentation de la courbe représentant l’olivier aux dépens de celle des chênes caduques101. Il s’agit, sans doute, des premières expériences réussies d’horticulture sèche dans les zones de collines de la région du Wadi Zarqa et de Jerash102. Au IIIe millénaire, l’importance de la culture de l’olivier augmente encore103 La présence de l’olivier est attestée sur de nombreux sites de Palestine mais aussi en Jordanie comme à Khirbet Zeiraqun, Khirbet Iskander et grâce à une horticulture irriguée, aussi à Bab edh-Dhra’ et Numeira. À ces preuves d’un développement constant et croissant de la culture de l’olivier s’ajoutent les indices d’un accroissement de la fabrication de l’huile d’olive. Cela se constate principalement par l’augmentation de la production de la céramique métallique. Avec l’horticulture, on est en présence de la composante d’une économie dite méditerranéenne souvent associée au processus urbain104.

  • 105 Finkelstein et Gophna 1993, p. 12-14.
  • 106 Boardman 1977, p. 189-191.

86Effectivement, c’est très souvent que l’horticulture est associée à l’émergence d’un pouvoir centralisé de nature urbaine. Par exemple I. Finkelstein et R. Gophna utilisent cette notion pour expliquer le développement, à partir du Bronze ancien IA, de la région des collines du centre de la Palestine105. Selon eux, l’horticulture demande l’existence d’un pouvoir centralisé car il faut une organisation politico- économique stable, capable d’investir à long terme dans la plantation des oliviers qui ne sont pas productifs avant une vingtaine d’années106.

  • 107 Dont Stager 1985, p. 81.

87Dans la région, le développement de l’horticulture interviendrait dès le Bronze ancien IA et prendrait de l’ampleur au Bronze ancien IB, du fait d’un commerce de l’huile d’olive avec l’Égypte. La reconstruction, reprise par nombre d’archéologues107, a plusieurs défauts. D’abord, elle fait référence à une notion anachronique du pouvoir. Nous venons de le constater avec l’exemple de Jawa. En fait, si l’on fait remonter les débuts de l’exploitation des oliviers sauvages à la période chalcolithique, cela donne un laps de temps largement nécessaire à la création d’oliveraies par des villageois sans que l’on ait besoin de faire appel à des notions d’investissements à risque à long terme.

88Dans le cas évoqué par I. Finkelstein et R. Gophna, la vague d’occupation de la région des collines s’explique simplement par l’établissement de groupes humains choisissant un mode de production à dominante. Il n’est pas pour autant nécessaire d’y voir la trace d’une hiérarchisation de la société ou d’un pouvoir pré-urbain. La seule question qu’il faut se poser est de savoir pourquoi ces groupes choisissent de s’engager dans une production à dominante.

Les productions à dominante et la nature des pouvoirs

  • 108 Rosen 1983, p. 79.
  • 109 Par exemple Levy et Holl 1988, p. 1174.
  • 110 C’est aussi l’opinion développée par Rosen 1993, p. 49.

89Le pastoralisme en zone aride et l’horticulture offrent deux exemples de groupes humains engagés dans des productions à dominantes différentes. Mais il est clair que cette « spécialisation » des formes de production n’est pas comparable à une spécialisation telle qu’elle peut exister dans un système urbain. Elle correspond à une différenciation marquée essentiellement par la géographie. Il s’agit de savoirs spécialisés existant dès l’époque néolithique. Par exemple, il y a au début du IVe millénaire une production spécialisée d’outils de silex. À partir de la région productrice du silex du Néguev, passant dans le secteur de taille du Wadi Ghazzeh jusqu’aux sites d’utilisation de Megiddo, Shiqmim et d’autres, il y a là tout un circuit de fabrication et de distribution de grattoirs tabulaires108. Certains de ces tailleurs de silex firent preuve d’une très grande maîtrise dans leur technique en créant des pièces en forme de disques et d’étoiles retrouvés dans beaucoup d’endroits du Levant sud. Beaucoup d’archéologues considèrent à tort ces tailleurs comme des artisans spécialisés109. Dans le cas déjà évoqué de l’extraction et de la transformation du cuivre, une confusion est aussi souvent faite entre la notion de spécialisation artisanale et la notion de sophistication technologique. Pourtant, la sophistication technologique ne doit pas être considérée comme une valeur absolue110 Les deux exemples de l’horticulture et du pastoralisme met bien en évidence le fait que les savoirs spécialisés de la période du Bronze ancien sont des savoirs répartis au sein des groupes humains. Ils n’entraînent pas la création de castes ou de groupes sociaux particuliers. Il n’y a pas nécessairement une corrélation entre la hiérarchisation d’un groupe humain et l’existence d’une forme de spécialisation.

90Pour ces raisons, il faut établir une distinction entre un savoir spécialisé et une spécialisation artisanale. Le savoir spécialisé permet à un groupe humain de s’engager dans une production à dominante. C’est le cas de l’horticulture et du pastoralisme au Levant sud durant la période du Bronze ancien.

91Rien ne permet d’affirmer que la production céramique relève d’une autre forme d’organisation de la production. Le Levant sud, avant et pendant la période des bourgs fortifiés, est habité par des groupes humains engagés dans des modes de production à dominante. Ils font appel à des savoirs répartis. L’absence de preuves de l’existence d’artisans spécialisés, qui ne peuvent exister que dans le cadre d’une économie centralisée de type urbain, est un nouvel argument en faveur de l’absence de villes dans la région à cette époque.

NATURE DES POUVOIRS ET ORGANISATION DE L’ÉCONOMIE

Les corrélations entre la nature du pouvoir et le mode de production

  • 111 C’est l’une des hypothèses proposées par Filkenstein 1996, p. 79-80.

92C’est à tort que beaucoup d’archéologues associent la production à dominante à une forme de spécialisation qu’ils jugent révélatrice de l’émergence d’un pouvoir centralisateur. On vient de constater que les implantations fortifiées comme celles de Jawa ou de Khirbet el-Umbashi ne doivent pas être considérées comme l’émanation d’une politique urbaine d’exploitation centralisatrice en zone désertique. Il en est de même pour Arad. Ce site ne doit plus être perçu comme le point de départ d’une expansion démographique et culturelle vers le sud, établissant des colonies dans les déserts du Sinai et du Néguev111.

93Les productions à dominante ne sont pas la preuve de l’existence d’un pouvoir centralisé. Par ailleurs, aucune des différentes structures de stockage retrouvées dans les bourgs n’atteste de la réalité d’une économie de centralisation et redistribution. La présence de quelques greniers n’est pas une preuve suffisante. D’autant plus que l’exemple mieux documenté du palais d’Ébla montre qu’il existait au moins deux types différents de production et que l’un des deux était indépendant de l’organisation palatiale. Les unités de stockage retrouvées dans le palais de Tel Yarmouth sont insuffisantes pour subvenir aux besoins de tout le bourg. Il s’agit, comme à Ébla, d’entrepôts nécessaires à la vie des habitants du palais.

94Comme elle ne semble apparaître qu’au Bronze ancien III, rien ne permet d’affirmer que l’organisation palatiale ait joué un rôle important dans l’organisation de l’économie et des modes de productions et l’émergence des bourgs. Les organisations politico-économiques qu’il convient d’associer au processus apparaissent beaucoup plus diffuses au sein des sociétés. À un bas niveau de spécialisation artisanale, il faut faire correspondre un bas niveau de coordination d’une économie dont la centralisation reste à prouver.

  • 112 Redman 1978, p. 232-236

95Il a été montré que le « processus d’urbanisation » du Levant sud provenait des modélisations proposées pour la Basse-Mésopotamie. Or, dans ces modèles, la notion de centralisation s’accompagne toujours de la notion d’enrichissement. C’est ainsi que le modèle de K. A. Wittfogel associe la croissance des richesses à l’émergence d’un pouvoir différencié, que la production de surplus est associée à la constitution d’une classe dirigeante, comme le propose W. T. Sanders. L’idée sous jacente, et en fait très marxiste, à tout cela est que la constitution d’une élite, d’une classe dirigeante se fonde sur une différenciation des richesses112.

L’économie du don au Levant sud

96Il nous semble clair qu’il n’y a pas de différences fondamentales dans l’économie du Bronze ancien I et celle du Bronze ancien II-III. De même, l’apparition des premiers bourgs fortifiés ne correspond pas à une concentration des pouvoirs. La nature des pouvoirs et de l’économie change, mais il s’agit d’un changement d’échelle et non pas de structures, du moins jusqu’au Bronze ancien III.

97Alors, par quoi différencier les villages du Bronze ancien des bourgs fortifiés du Bronze ancien II ?

  • 113 Mauss 1950, p. 151.

98Nous constatons que la différence notable est une augmentation de la capacité à concentrer des biens, sans qu’il y ait une concentration des pouvoirs socio-économiques. Dans ce cas, la modélisation marxiste du changement ne fonctionne pas. Il faut plutôt faire référence à une autre forme d’organisation socio-économique : l’économie du don. Son importance est souvent sous-estimée par les archéologues. Il est bon de préciser que le système du don ne doit pas être uniquement perçu comme un système économique mais avant tout comme un système social des relations entre personnes et groupes. Le système du don auquel nous faisons référence se caractérise par la triple obligation de donner, de recevoir et de rendre113.

  • 114 Archi 1988, p. 4-5. 115

99En l’absence de textes, il est évident qu’il n’est pas possible de déterminer l’organisation de ce système de don au Levant sud. Il est toutefois possible de réévaluer son importance. C’est d’ailleurs ce que fait l’épigraphiste de la mission d’Ébla, A. Archi114, dans le cadre du Levant nord. Son analyse des relations politico-économiques entre Ébla et la ville de Harran, l’amène à relativiser l’importance du commerce dans les échanges, au profit des tributs, des dons.

  • 115 Le système est décrit par Malinowski 1963

100Il n’entre pas dans notre propos de faire un descriptif des différentes formes de dons connues. Les formes du don sont nombreuses dans les sociétés archaïques. Les plus connues sont le potlatch, pratiqué par les Indiens de l’Amérique du Nord-Ouest et la kula dans les îles Trobriand de l’océan Pacifique115.

101Nous ne retiendrons que quelques notions qui vont permettre de proposer des explications sur le processus d’apparition des bourgs que l’on cherche à caractériser par la nature des rapports sociaux.

  • 116 Pour un exposé de différentes formes d’organisation de sociétés 117 - Ibid., p. 27-29. pratiquant l (...)

102Le système du don peut revêtir de multiples formes, mais un fait se retrouve très souvent : dans les sociétés utilisant le système du don, la puissance d’un individu dépend de sa capacité à recueillir et à redistribuer des dons. Des exemples de sociétés traditionnelles qui fonctionnent ainsi sont offerts par les sociétés à Big Man, « grand homme » ou Leader116. Nous retiendrons l’exemple du Big Man. Dans de nombreuses sociétés traditionnelles du Pacifique, ce type d’homme joue un rôle dominant dans les échanges.

  • 117 Ibid p. 27-29

103Le Big Man est un homme influent mais sans beaucoup d’autorité, son pouvoir politico-économique est assez peu étendu117. Le cœur du système du Big Man est un système d’échanges cérémoniels de richesses. Il s’agit de grands échanges compétitifs nécessitant une grande quantité de biens. Une partie des biens et des richesses qui entrent en jeu est pour partie produite par la propre unité de production du Big Man (il peut s’agir de sa famille). L’autre partie est drainée par l’intermédiaire d’un réseau de relations et d’entraides centré sur lui. Du volume de ces biens et du succès des échanges dépend le prestige du Big Man. Sa réussite est corrélée aux possibilités d’accumulation offertes par son réseau d’échanges et ses partenaires. Le moyen pour un Big Man de développer son réseau est de recruter de nouveaux membres de sa communauté ou de prêter à autrui. Pour cela, il doit beaucoup à son talent de persuasion. Il utilise aussi le travail des autres pour augmenter le volume des biens qu’il manipule. Mais le plus important pour un Big Man, c’est la quantité de biens qui passe entre ses mains et non pas tant les biens qu’il possède. L’une des caractéristiques de ce pouvoir politico-économique est de rester dispersée entre différents individus sans qu’aucun d’entre eux ne s’élève au dessus des autres et sans qu’ils transmettent automatiquement ce statut à leurs descendants.

LE PROCESSUS DE REGROUPEMENT DES POPULATIONS

104Nous avons exposé pourquoi le processus des évolutions de la période du Bronze ancien II et du Bronze ancien III n’entrait pas dans une logique de centralisation et de hiérarchisation et pourquoi il y avait lieu de nuancer et même d’abandonner un schéma interprétatif trop rigide.

105Trois faits caractérisent la période : il existe des bâtiments de prestige, le pouvoir est diffus, les réseaux d’échange augmentent en capacité (augmentation de la production).

106La société sud levantine du Bronze ancien peut avantageusement être décrite comme une société fonctionnant sur la base du don et des rapports de parenté. Elle s’oppose aux sociétés de classes organisées à des degrés divers autour de l’économie de marché. À partir de ce constat et en utilisant les notions d’économie du don, il est possible de proposer de nouvelles interprétations sur les processus qui amènent à l’émergence des bourgs fortifiés. L’un de ces processus conduit au rassemblement de populations villageoises au sein d’agglomérations fortifiées. Il peut être interprété comme le regroupement de populations déjà culturellement homogènes autour d’un leader. De l’habilité du leader, des capacités de production des terroirs, de la dimension du regroupement et de l’importance du réseau d’échange dépendraient l’importance et la dimension d’un bourg.

LA RÉGRESSION DES PROCESSUS DE CROISSANCE

107La croissance des réseaux d’échange n’est pas linéaire. Elle adopte des rythmes et des directions différentes. Les variantes dépendent des capacités productives du terroir sur lequel le groupe est implanté et de la structure sociale de ce groupe. Il faut imaginer que les différents bourgs du Levant sud appartiennent à des réseaux assez indépendants les uns des autres. Les variations constatées dans les rythmes de croissance selon les régions et les sites sont alors plus compréhensibles. Les explications sont de plusieurs ordres.

108Il peut y avoir des variations minimes du paléoclimat. C’est sans doute pour cette raison qu’Arad fut abandonné dans le courant du Bronze ancien II. En effet, le site est implanté dans une zone d’extrêmes climatiques. Par conséquent, une légère remontée de la ligne des isohyètes vers le nord a pu provoquer des modifications locales du paléo-environnement, rompant ainsi un équilibre du système d’échanges et provoquant l’abandon du site. Il faut aussi penser à des variations du mode de vie des groupes humains.

  • 118 Marfoe 1979.
  • 119 Goody 1986

109En outre, l’étude des habitations de Khirbet el-Umbashi montre que, du Bronze ancien II au Bronze ancien IV, des groupes différant par bien des points se succèdent à des rythmes assez rapides. L’étude réalisée par L. Marfoe sur la plaine de la Beqa’a libanaise présente un autre témoignage de la rapidité à laquelle des groupes humains pouvaient changer de mode de vie, redevenant nomades, ou se sédentarisant en l’espace d’une génération118. Enfin et surtout, c’est l’association du système du don et de l’absence d’écriture qui paraît offrir de prometteuses possibilités d’explications pour l’abandon de beaucoup des bourgs, comme Tel Yarmouth, en pleine phase de prospérité. Faisant référence aux travaux de J. Goody119, nous avons montré la limite que représente l’absence d’un système de notation dans l’extension du territoire contrôlé par une organisation politico-économique. La limite est similaire à celle qu’elle peut imposer à l’extension d’un réseau d’échanges et de partenariat dans un système de don. Par conséquent, il n’est pas nécessaire d’envisager des modifications structurelles entre le Bronze ancien I et le Bronze ancien II pour expliquer l’apparition des bourgs fortifiés au Bronze ancien II. La principale modification est un changement de la taille des groupes humains et une augmentation de la dimension des réseaux d’échange.

110De la construction de Jawa au début du Bronze ancien I à celle de Tell el-Far’ah ou d’Arad au Bronze ancien II, rien ne permet de discerner des différences fondamentales dans l’organisation politico-économique des différents groupes humains. Les sites sont différents car ils correspondent à des modes d’implantation et de vie différents, mais ils se ressemblent car leurs habitants ont des organisations socio- économiques similaires.

Notes

1 Polanyi et Arensberg 1957, p. 13-26.

2 H. T. Wright 1972.

3 Voir un résumé des différentes théories utilisées pour expliquer l’expansion de la période Uruk dans Butterlin 1998. p. 149-152.

4 Boehmer 1984, p. 142-146.

5 Redman 1978, p. 234.

6 Par exemple : Richard 1987, p. 30 ; Amiran et Gophna 1989, p. 113- 114.

7 Dever 1989, p. 237 ; Esse 1991. p. 175-176.

8 Amiran, Beit-Arieh et Glass 1973, p. 197 ; Ben-Tor 1986, p. 17.

9 Ben-Tor 1986, p. 10.

10 Voir l’exemple de Stager 1985. p. 170-176.

11 Nissenbaum, Serban. Amiran et Ilan 1984, p. 157-161.

12 Une illustration en est donnée par la palette égyptienne de Palerme. Elle illustre une expédition égyptienne allant chercher du bois de poutraison au Levant : Kantor 1992, p. 20.

13 Rothenberg et Glass 1992, p. 151 -152.

14 Garenne-Marot 1984, p. 106 ; Tadmor et Kedem 1995.

15 Hestrin et Tadmor 1963.

16 Ilan et Sebbane 1989. p. 143-153.

17 Shalev 1994, p. 636.

18 Garenne-Marot 1984, p. 98-99.

19 Shaw 1994.

20 Hauptmann et Weisgerber 1992. p. 63.

21 Greenberc et Porat 1996, p. 18-19.

22 Ben-Tor 1986, p. 12.

23 Levy et al. 1997, p. 45.

24 Gophna 1995.

25 Brandl 1989.

26 Ben-Tor 1982, p. 5-6.

27 Ben-Tor 1991, p. 4.

28 D. Esse explique ainsi le développement de Beth Yerah. Cf. son chapitre 4, p. 127-166 et sa conclusion p. 165 dans Esse 1991.

29 Ici, le terme terroir fait référence à une terre considérée comme le lieu d’une production agricole caractéristique du fait de ses propriétés naturelles (climat, végétation et nature des sols).

30 Karkemish ferait partie du royaume d’Ebla car aucun roi (EN) n’y est attesté : Archi 1988, p. I, n. 3.

31 Archi 1990, p. 51-52.

32 Esse 1991, p. 172.

33 Herzog 1994, p. 127.

34 Dans le palais G, ce sont 17°000 tablettes ou fragments de tablettes qui ont été trouvés par les fouilles de la mission italienne. 70 % de ces tablettes sont des archives économiques : Matthiae 1997. p. 1-3.

35 Il y a une ambiguïté du terme (SA.ZA) qui peut signifier le palais ou l’organisation palatiale.

36 Archi 1982, p. 209-211.

37 Archi 1990. p. 51-52.

38 Il s’agit du terme sumérien (é) qui habituellement signifie « maison » mais qui dans ce contexte évoque une propriété pour une unité de production : Archi 1990, p. 52.

39 Milano 1996, p. 139.

40 Archi 1991, p. 219.

41 Milano 1996, p. 142.

42 Archi 1991, p. 217.

43 Pour une liste actuelle des lieux de découverte des empreintes voir : Mazzoni 1992, p. 100, 177 et carte LI.

44 Ingholt 1940, p. 42 ; Ravn 1960, p. 198.

45 Mazzoni 1992, p. 100 et carte LI.

46 Mazzoni 1992, p. 11.

47 Un petit groupe de ces empreintes a été trouvé en Mésopotamie ainsi que deux fragments à Umm an-Nar et Suse, voir Mazzoni 1984, p. 18.

48 Mazzoni 1984, p. 34 et Matthiae 1993c, p. 625, n. 26.

49 Matthiae 1982, p. 81.

50 Mazzoni 1985, p. 564.

51 Voir la présentation dans cet ouvrage de la Metallic Ware, chapitre 2.

52 Mazzoni 1992, p. 187.

53 Voir les données chiffrées proposées par les reconstitutions de Mazzoni 1994, p. 245 et sq.

54 Nous reprenons l’hypothèse développée dans Mazzoni 1992, p. 190- 195.

55 Voir Mazzoni 1987, p. 145-158.

56 Les premières et les principales listes de ces empreintes ont été dressées par M. Prausnitz et A. Ben-Tor : Prausnitz 1955 et Ben-Tor 1978.

57 Voir la présentation des différents exemples décrits par P. Beck dans Amiran 1978, p. 53-54 et dans Beck 1984, p. 97-110.

58 Ben-Tor 1985, p. 24.

59 C’est-à-dire le type I de A. Ben-Tor : Ben-Tor 1978, p. 42.

60 Pour lés sceaux d’Arad : Amiran et Ilan 1993, p. 82 ; Beck 1984, p. 108 et p. 111 ; pour le sceau de Bab edh-Dhra’ : Lapp 1995, p. 44.

61 Voir la description ci-après.

62 Epstein 1972, p. 216.

63 Betts 1991, p. 331-333, fig. 160-167.

64 Betts 1992, p. 411-415, fig. 4 : 3, 5 : 1, 7, 8.

65 Léonard 1992, p. 93, fig. 22 : B, C

66 - Pour le moment, le seul cachet en pierre retrouvé provient de Tell Handaquq : Mabry 1989, p. 82, fig. 14 : 5. Pour les empreintes : fig. 15.

67 Hanbury-Tenison 1984, p. 400, fig. 8 : 11.

68 Non publiés.

69 Joffe 1993, p. 39-40.

70 C’est le type R2 du corpus de Tell Um Hammad, voir Helms p. 103 in

Betts 1992.

71 Helms p. 112 in Betts 1991.

72 Epstein 1993a

73 Braemer et Echallier 1995.

74 Braun 1985, p. 84, fig. 32 : 2.

75 Ben-Tor 1994, p. 23, fig. 17

76 Braun 1985, p. 80, n. 61.

77 Dunand 1950, pl. CXCVX : 11572, 11298, 14184, 12613.

78 Maisler, Stekelis et Avi-Yonah 1952b, p. 228.

79 C’est plus particulièrement l’hypothèse de R. Amiran. Du fait de la présence de cette poterie annulaire, elle rattache le bâtiment à une culture transcaucasienne et en fait un sanctuaire sans parallèle en Palestine : Amiran 1990, p. 32.

80 Maisler, Stekelis et Avi-Yonah 1952b, p. 228, n. 12.

81 Currid 1986, p. 23.

82 Tubb, Dorrell et Cobbing 1997, fig. 3, p. 57-64.

83 Amiran et Ilan 1996, p. 105-106.

84 Voir Margueron 1991, p. 44-45 et Huot 1994. p. 128 pour une illustration de la construction du plancher isolé des greniers de ce type.

85 Miroschedji 1994b, p. 486 : « Most of the rooms excavated this season yielded EB III pithoi and basins in situ. »

86 Ibrahim et Mittman 1987, p. 6. ; Ibrahim et Mittman 1989, p. 645.

87 Dans un récent rapport préliminaire, il est fait mention de la base d’un grenier circulaire d’un diamètre de 3,40 m daté du Bronze ancien IB : Levy et Alon 1997, p. 127.

88 Braun 1989, p. 96-98.

89 Dans la publication de son rapport sur Arad, R. Amiran utilise le terme de « silo ». Ici, nous l’avons remplacé par celui plus adéquat de « grenier ». Selon la définition de Petermuller 1983, un silo est une installation qui réalise une atmosphère anaérobique, fait impossible à réaliser avec une structure non enterrée.

90 Vaux 1961 p. 568.

91 Vaux 1961, p. 582.

92 Le four est conservé jusqu’au niveau de sa sole, voir la description dans Vaux 1955, p. 557-563, fig. 8, 9 et 10.

93 Esse 1991, p. 123-124 et p. 125, fig. 24.

94 Miroschedji 1988a, p. 87-88.

95 Voir son illustration dans Miroschedji 1988c, p. 208, fig. 12.

96 Esse 1991, p. 123.

97 Helms 1984.

98 Braemer, Echallier et Taraqji 1996, p. 124-127.

99 Ibid., p. 126-127.

100 Epstein 1993a.

101 Neef 1990, p. 303.

102 Mabry et Palumbo 1992, p. 68-69.

103 Baruch 1986, p. 45.

104 L’économie méditerranéenne peut être décrite comme un ensemble de productions agricoles se composant de l’agriculture (céréales et légumineuses), de l’horticulture (vigne, olivier) et de l’élevage : Miroschedji 198b, p. 69.

105 Finkelstein et Gophna 1993, p. 12-14.

106 Boardman 1977, p. 189-191.

107 Dont Stager 1985, p. 81.

108 Rosen 1983, p. 79.

109 Par exemple Levy et Holl 1988, p. 1174.

110 C’est aussi l’opinion développée par Rosen 1993, p. 49.

111 C’est l’une des hypothèses proposées par Filkenstein 1996, p. 79-80.

112 Redman 1978, p. 232-236

113 Mauss 1950, p. 151.

114 Archi 1988, p. 4-5. 115

115 Le système est décrit par Malinowski 1963

116 Pour un exposé de différentes formes d’organisation de sociétés 117 - Ibid., p. 27-29. pratiquant le don, voir Lemonnier 1990, p. 144-157.

117 Ibid p. 27-29

118 Marfoe 1979.

119 Goody 1986

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search