Version classiqueVersion mobile

L’époque des premiers bourgs fortifiés

 | 
Christophe Nicolle

Chapitre 4. Organisation des pouvoirs et architecture

Texte intégral

1La reconnaissance de l’urbain tel qu’il est défini habituellement au Levant sud n’est pas chose aisé : d’une part, la présence d’une fortification n’est pas un élément d’identification déterminant ; d’autre part, la variété des habitats et de leurs modes d’organisation témoigne de la multiplicité des formes que revêt le phénomène urbain. Des difficultés du même ordre surgissent quant on essaie de définir la nature des pouvoirs censés accompagner l’urbanisation d’une société.

2L’archéologie ne permet pas d’être très affirmatif quant à la nature exacte des organisations des pouvoirs qui structurent et organisent les « villes » du Levant sud. Deux formes de pouvoir sont habituellement supposées jouer un rôle dans les cités-États du Levant sud : le pouvoir politique et le pouvoir religieux. Le pouvoir politique s’exprime principalement par l’intermédiaire d’une organisation palatiale. Le pouvoir religieux, constitué en groupe social, peut être reconnu au moyen des temples. L’analyse de plusieurs bâtiments amène à remettre en cause l’interprétation faite sur la fonction de plusieurs d’entre eux. Il s’agit de bâtiments identifiés comme des temples et des palais. Ils sont utilisés dans l’argumentation des identifications traditionnelles faites sur le caractère supposé urbain de la société levantine.

LES ORGANISATIONS PALATIALES DANS LES BOURGS

  • 1 J. Margueron évoquait déjà ces problèmes de définition dans l’introduction de son étude sur les pa (...)
  • 2 Margueron 1987, p. 14.

3Comme dans le reste du Proche-Orient, les archéologues caractérisent l’organisation politico-économique des « villes » du Levant comme de nature palatiale. Au Levant sud, elle est supposée apparaître en même temps que les premières fortifications, au début du Bronze ancien II. L’organisation palatiale est assimilée à un pouvoir centralisateur d’essence urbaine. En l’absence de sources écrites, la nature exacte du pouvoir ne peut pas être bien définie. Il est seulement possible d’appréhender son existence à travers le palais. Cependant, même dans le cadre restreint d’une définition architecturale, ce type de bâtiment n’est pas toujours facile à cerner1. Un palais n’est pas obligatoirement l’endroit où se concentrent tous les éléments constitutifs d’une économie palatiale. Il est le lieu de résidence d’un roi et aussi celui de personnages socialement importants2. Par conséquent, il n’est pas possible de définir systématiquement ce type de bâtiment par une corrélation plan/fonction. La difficulté est accentuée par le fait que le cadre politique du Levant sud nous est inconnu. Si la royauté est l’organisation politique envisagée pour les « villes », l’absence d’archives écrites rend difficile la validation d’une telle affirmation. Par l’exemple d’Ébla nous savons que le modèle levantin du nord est sensiblement différent du modèle mésopotamien. De plus, d’importantes évolutions pouvaient intervenir dans un court laps de temps. Ainsi, la royauté d’Ébla ne devient patrilinéaire qu’avec les deux derniers rois connus par les textes retrouvés dans le palais G.

4Dans le Levant sud, l’absence d’écriture, tout en soulignant l’originalité de l’organisation politique, concourt à notre méconnaissance de l’organisation politique et accentue notre difficulté à reconnaître des palais. Pour identifier un palais, l’archéologue n’a souvent à sa disposition que des critères simples comme la taille et la recherche d’une certaine monumentalité dans l’architecture. Pour le Levant sud, au Bronze ancien, il y a peu d’exemples de palais connus ou considérés comme tels. On ne trouve guère la mention que de trois palais : un premier à Arad (du Bronze ancien II), un second à Tel Yarmouth (fin du Bronze ancien III) et un troisième à Megiddo (du Bronze ancien III).

LE PRÉTENDU PALAIS D’ARAD

  • 3 Amiran 1988, p. 16 ; Amiran et Ilan 1996, p. 27-45.
  • 4 Amiran 1984, p. 201.
  • 5 Amiran 1972a, p. 86.
  • 6 Amiran 1988, p. 16.

5Selon l’archéologue chargée de la fouille d’Arad3, le prétendu palais est un ensemble presque entièrement fermé sur lui-même qui ne pouvait pas être un quartier d’habitation (fig. 19). L’ensemble se compose d’un noyau central entouré d’ailes et de cours. L’ouverture principale se trouve au nord, donnant sur la rue qui descend vers la porte de la « ville ». On peut distinguer au moins quatre groupes de bâtiments. Le noyau central est composé d’une salle, d’un vestibule et d’une cour (PI à P5). Un second ensemble se compose de trois pièces successives (S1 à S3) et de quelques unités isolées (U1 à U6). R. Amiran note que les bâtiments découverts à cet endroit sont principalement du niveau III4, et qu’ils sont encore utilisés au niveau II. Dans une des pièces (PI) du matériel a été trouvé : deux grandes dalles plates sur le sol, une stèle, des objets en cuivre, de la céramique de tout type et des fragments de coquilles d’œufs d’autruche. La stèle (de 24 sur 28 cm) était décorée par la représentation en incision de deux individus entrecroisés5. Comme dans d’autres maisons d’Arad, on retrouve une cuisine (P4) dans laquelle se trouve un bassin de pierre peu profond6. Les pièces P2 et S1 contiennent des structures de stockage pour le grain. La description suffit pour se rendre compte que le « palais » est en fait la réunion de plusieurs unités d’habitation. La pièce U1 est un bâtiment indépendant pourvu d’une banquette sur ses quatre côtés, tout à fait comparable aux autres habitations d’Arad.

  • 7 Ibid.

6Pour R. Amiran7 la localisation entre la porte occidentale et le quartier des temples est le premier argument indiquant que l’ensemble de constructions est un palais. Le second argument est qu’il s’agit d’un ensemble presque entièrement fermé sur lui-même. Elle déclare par conséquent qu’il ne pouvait pas s’agir d’un quartier d’habitation. En fait, son analyse tient plus de l’idéalisation que d’une description réelle des bâtiments. L’unité de l’ensemble est loin d’être évidente et chacun des quatre groupes de bâtiments identifiés appartient à une catégorie bien reconnue d’habitat dont les pièces ne diffèrent ni par le plan ni par la taille (avec une superficie moyenne de 22,5 m2).

7Les dernières fouilles réalisées dans le secteur montrent que le mur d’enceinte n’est pas continu et que d’autres bâtiments viennent s’appuyer contre lui. Il s’agit de différents murs de clôture qui délimitent des ensembles distincts de constructions. Enfin, comme nous le verrons plus loin, l’identification faite par R. Amiran de certains bâtiments comme des temples est, elle aussi, sujette à caution. La relecture du plan de l’ensemble ne permet pas de valider un des arguments de R. Amiran. Le bâtiment central est sans doute la résidence d’un personnage riche comme en témoigne le matériel qui y fut retrouvé. Mais hormis la richesse du matériel, rien ne permet de distinguer le bâtiment du reste des habitations.

LE PALAIS DE TEL YARMOUTH

8En 1989, des fouilles françaises ont été entreprises pour déterminer la datation d’un grand mur localisé dans le chantier B de Tel Yarmouth. Depuis les recherches de A. Ben-Tor, le mur était daté de la période byzantine. Mais il était problématique pour P. de Miroschedji, le fouilleur du site, d’avoir, d’un côté de la rue qui passe en cet endroit, des bâtiments du niveau II et, de l’autre côté, un mur byzantin respectant les alignements de ces bâtiments. Il était plus vraisemblable de dater le mur de la même période que l’îlot d’habitation.

  • 8 La découverte de pièces dans les carrés S-U 31 -33 indique qu’il y aurait un niveau intermédiaire (...)

9Effectivement, la fouille révéla qu’il s’agissait d’un complexe architectural appartenant au niveau B-I. Il est construit sur les niveaux d’habitats ruinés B-II/G-III8, à l’occasion d’un réaménagement global de la « ville » à la phase A-7 (fin du Bronze ancien IIIB) (fig. 20, tableau 33).

  • 9 A titre indicatif, on peut mentionner l’existence d’un dispositif similaire à Byblos, à la période (...)

10L’ensemble architectural s’étage en une série de paliers en pente vers le nord-est et le nord-ouest. Il se compose de plusieurs pièces et d’au moins deux grandes cours. Le tout est enclos par un mur à redans qui délimite une zone de 70 m sur 85 m. Cela représente une superficie d’un peu moins de 6°000 m2. Le mur d’enceinte est épais de 1,90 m. Il a de profondes tranchées de fondation (près de 3 m de profondeur). La localisation de l’angle est en demeure incertaine. Il est probable que l’enceinte se poursuivait plus au sud-est. Les redans disposés contre la face interne du mur sont maçonnés. De plan carré, ils mesurent 1,90 m de côté et sont disposés tous les 2 m sauf aux endroits où il y a des constructions accolées9.

11Les deux grandes cours sont respectivement disposées au sud-ouest et au nord-est de l’ensemble palatial. La plus grande des cours, n’est encore que partiellement fouillée. Elle est reconnue par la présence de redans et par le fait que plusieurs sondages réalisés dans cet espace (en L 27, L 31, K 31) n’ont révélé aucun vestige. Dans l’angle sud de la cour, un grand grenier sur une base de grosses dalles d’un diamètre d’environ 3,80 m a été découvert. L’inclinaison du parement extérieur du mur indique une élévation de forme conique en brique. L’existence de la seconde cour, de plus petites dimensions, est attestée par la présence de redans contre le mur d’enceinte.

  • 10 Miroschedji 1994a. p. 145-146

12Les bâtiments du palais sont constitués de pièces rectangulaires avec, pour les plus grandes, une ou deux bases de pilier en pierre disposées dans l’axe longitudinal pour supporter la toiture. Les murs des constructions font en moyenne 1,10 m d’épaisseur avec des cloisons de 0,50 m. Ils ont des soubassements de pierre, des superstructures en brique et sont recouverts d’un enduit de plâtre d’une épaisseur qui peut atteindre 10 cm. Les portes ont une largeur moyenne de 1-1,10 m et leurs seuils sont constitués de dalles ou de galets. Les sols sont plâtrés. Il y a un exemple de sol (il s’agit d’une cour d’un type différent des deux premières) constitué d’un pavage de galets (pièce 1637). On peut remarquer le couloir 83 le long du mur d’enceinte. D’une largeur de 1,90 m pour une longueur d’environ 27 m. il débouche sur l’espace 80. Ce dispositif, qui pouvait faire office de puits de lumière, ressemble à ceux que l’on trouve dans certains palais mésopotamiens. Au moins une porte ouvre sur la grande cour sud-ouest et donne sur la pièce 1636 qui donne elle-même accès à une autre petite cour 1637 commandant d’autres circulations. Dans la petite pièce 1644, il y a une cuve aux parois chaulées et en R-S 34, dans un petit enclos rectangulaire, se trouvent deux bassins de 0,90 m de diamètre. Actuellement, environ 23 pièces sont reconnues. Dans ces différentes pièces, le fouilleur distingue, d’après le matériel ou les installations, des occupations de trois types10 : les pièces contenant des jarres sont des magasins ; les pièces avec des bassins serviraient de lieux de fabrication ; enfin les pièces vides de matériel correspondraient aux lieux d’habitation.

  • 11 Miroschedji 1993a, p. 16.

13L’attribution de la fonction palatiale à cet ensemble résulte de la réunification en un seul lieu de fonctions résidentielles, de production et de stockage et tient compte des grandes dimensions et du soin apporté à la construction des bâtiments11. Bien que le fouilleur estime trouver des points communs avec le bâtiment 3°177 de Megiddo, le palais de Tel Yarmouth demeure pour le moment une exception autant par son plan que par sa taille.

14Dans le domaine levantin, le seul autre exemple qui peut servir de comparaison est le palais G d’Ébla (de la même période, vers 2350 av. J.-C.). La première différence avec l’exemple syrien réside dans l’absence d’écriture ou de scellement avec des déroulements de sceaux qui sont les outils habituels des corps administratifs gérant la circulation des biens dans le palais. La différence entre les deux ensembles s’accentue quand on constate qu’il n’y a aucune salle de réception attestée à Tel Yarmouth. Le plan et la morphologie du palais de Tel Yarmouth témoignent d’une tradition palatiale jusqu’alors inédite, vraisemblablement locale, bien que des parallèles puissent être fait, en particulier avec Byblos et ses murs à redans, et que le fouilleur mentionne l’utilisation de la coudée royale égyptienne comme unité de mesure.

LE BÂTIMENT 3177 DE MEGIDDO

15Aux niveaux XVII et XVI (fig. 21, 22 et tableau 31), la seconde des trois terrasses du chantier BB est occupée par le bâtiment 3°177. Au niveau XVII, la partie sud de l’ensemble devait se poursuivre plus au sud et recouvrir le sommet de 4°045A. L’îlot est limité sur son côté ouest par la rue nord-sud (N 13) et sur son côté est par la rue qui court le long du mur 4°045B. Cela représente une longueur de 43,5 m environ. Sa largeur est d’au moins 25,5 m. Cela fait une superficie d’au moins 1°100 m2. Les limites des unités qui composent l’îlot sont difficiles à déterminer. Elles sont mieux conservées au niveau suivant où le pavage des cours est conservé. Les murs sont construits sur une fondation en pierre avec une superstructure en brique, recouverte par un enduit chaulé.

16L’ensemble reçoit quelques modifications au niveau XVI. Du fait de la fermeture de la porte qui ouvrait sur le passage 2, la partie est du bâtiment ne forme plus qu’un seul ensemble. Dans la pièce 8, il y avait une porte qui ouvrait en haut de la volée de marches descendant dans la rue est. La transformation résulte du nouveau tracé de la rue au sud. Elle suit le mur 4°045A et elle coupe trois pièces qui sont réduites à de petits triangles. L’ensemble sud, ainsi morcelé, ne pouvait plus être utilisé que par l’ensemble nord.

  • 12 Loud 1948.

17Les photos disponibles dans la publication de G. Loud12 suggèrent que l’espace à ciel ouvert communiquait avec la grande pièce avoisinante. Pour le niveau XVI, 1 insula 3177 peut être divisée en quatre ensembles, chacun possédant des ouvertures différentes. C’est pourquoi notre conclusion sur cet ensemble correspondra à celle que G. Loud donnait en 1948°: malgré son importance, sa taille et sa situation privilégiée, le bâtiment 3°177 n’est pas un palais. Certes, il existe une différence dans l’épaisseur des murs et la taille des pièces avec le reste du chantier BB. Mais elle ne suffit pas à démontrer l’existence d’un palais. Comme pour le soi-disant palais d’Arad, rien ne permet d’affirmer l’unité de l’ensemble.

LES ORGANISATIONS RELIGIEUSES DES BOURGS LES TEMPLES ET LE CLERGÉ

18Par référence au modèle de la cité-État, l’organisation religieuse de la société urbaine est supposée se faire avec une classe sacerdotale organisée en un groupe social. Une architecture monumentale de type religieux est alors un autre critère important témoignant qu’un stade urbain est atteint. De fait, en dehors de l’organisation palatiale, les temples semblent représenter l’autre principale forme d’organisation de l’économie et du pouvoir dans les « villes ».

  • 13 Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 58.

19Par exemple, en Basse-Mésopotamie, A. Falkenstein évoque des « cités-temples », au sein desquelles il postule une relation entre le développement de la cité et celui des temples. Ce modèle d’une organisation théocratique est assez similaire à celui que l’on utilise pour l’Égypte à la même période. L’hypothèse se fondait sur une extrapolation à partir d’un seul cas mal interprété13. Au delà de ce rôle économique, en Palestine, la reconnaissance d’une tradition architecturale religieuse a longtemps eu des connotations fortement symboliques.

  • 14 Dussaud 1935, p. 346.
  • 15 Il s’agit du sanctuaire contre la citadelle. Ici, le terme sanctuaire n’indique qu’un bâtiment d’u (...)
  • 16 Une idée reprise récemment dans Kempinski 1992b, p. 59.
  • 17 Voir l’article sur les temples de Miroschedji 1993d
  • 18 Par exemple Callaway 1978 ou Milson 1988.

20Pour illustrer notre propos, nous mentionnerons l’étude de R. Dussaud14qui retrouvait dans le sanctuaire d’Ay15 la division tripartite qui sera celle du temple de Salomon à Jérusalem : une pièce d’entrée (l’Ulam), une seconde salle (l’Hekkal) et une troisième salle où le prêtre consultait la divinité (le Debir)16. Malgré l’ancienneté de cette étude, il est encore possible de constater actuellement l’importance des références à une archéologie biblique17. Bien qu’il existe quelques études sur les temples sud levantins, qui abordent les techniques de construction18, la majeure partie d’entre elles sont d’ordre typologique. Elles ont pour but de proposer une classification des formes architecturales afin d’établir l’existence de traditions architecturales.

  • 19 Seton Williams 1949, p. 79.

21Certaines de ces études sont aujourd’hui dépassées et n’ont plus cours. Toutefois, elles sont intéressantes car elles montrent que l’étude des temples s’est toujours faite par référence à un cadre théorique de l’évolution de la région (à l’origine limitée à la Palestine). Ainsi M. V. Seton Williams19 distinguait un type de temples, avec une seule pièce, comme à Jéricho (niveau VII), à Megiddo (niveau XIX) ou à Ay (le palais). Il établissait des comparaisons avec certains temples akkadiens (Tell Agrab, Mari, etc.).

22C’était en rapport avec l’idée que l’on se faisait alors de l’origine mésopotamienne de l’urbanisation du Levant sud.

  • 20 G.R. H. Wright 1971.

23Dans le même ordre d’idées, G. R. H. Wright20 a établi des relations entre des temples du nord de la Syrie et de la Mésopotamie sur deux types de plans. Reprenant des catégories établies par les archéologues allemands, il a défini un premier groupe, le plus ancien, par l’exemple de Jéricho (niveau VII). Dans ce groupe, appelé Herdhaus ou Knickachse, les bâtiments sont de plan barlong avec une entrée à l’une des extrémités d’un des grands murs et un autel contre le petit mur. Le second groupe (Langraum/ Langbau/Longroom) rassemble les bâtiments de plan oblong, avec une entrée au milieu d’un des petits côtés et un porche ouvert qui marque la façade. G. R. H. Wright y classe les temples de Megiddo (niveau XIX), les sanctuaires de Tell el-Far’ah et d’Ay. Mais il ne prend pas en compte le bâtiment de l’acropole d’Ay car pour lui, il s’agit bien d’un palais et non pas d’un temple.

  • 21 Kempinski 1972, p. 12.

24A peu près à la même période, A. Kempinski21 reconnaît un autre groupe de temples. Ce sont des bâtiments rectangulaires associés à un bâtiment secondaire, dans une cour enclose par un mur d’enceinte. Dans la cour, à laquelle on accède par une entrée fortifiée, il y a parfois un bassin sacré. A. Kempinski détermine cette catégorie d’après le « sanctuaire » chalcolithique d’En-Gedi et établit des parallèles avec le temple mésopotamien de Sîn à Khafaje (niveau VII, Dynastique archaïque I), les temples de Megiddo (fin du Bronze ancien I) et de Byblos (Bronze ancien II).

  • 22 Kempinski 1992b, p. 56-58.

25Dans son classement et ses comparaisons, il est clair que A. Kempinski suppose une origine mésopotamienne à ces temples en se fondant sur le cas du temple de Khafaje. Il explique leur apparition en Palestine par la migration d’une population akkadienne jusqu’au Levant sud. Dans un article récent22, il reprend dans des catégories similaires les mêmes exemples, en ajoutant dans la catégorie des temples barlongs le bâtiment blanc de Tel Yarmouth et celui, moins probant selon lui, de Bab edh-Dhra’ avec des influences identiques et une origine anatolienne pour les temples in antis.

  • 23 Ottoson 1980.
  • 24 R. Amiran dit la même chose dans Amiran 1972b, p. 10-11 et Amiran 1981, p. 47.
  • 25 Serangeli 1980, p. 165.

26Comme la majorité des archéologues, M. Ottoson a repris la classification de A. Kempinski dans son analyse des temples palestiniens. Il utilise les mêmes exemples en ajoutant ceux de Teleilat Ghassul et d’Arad23. Selon lui, ce groupe de temples qu’il qualifie de Shallow Broadroom-Type, témoigne d’une continuité entre le Chalcolithique et le début du Bronze ancien24. Il distingue un second groupe de temples plus tardifs succédant au premier et qui perdure au Bronze moyen. Le second groupe (Broadroom-Temple with portico) comprend notamment les temples de Megiddo (niveaux XVII à XV). M. Ottoson y décèle les mêmes influences que dans le premier groupe. Un autre archéologue, F. Serangeli25 ajoute l’exemple de Tell el-Far’ah au second groupe des Broadroom-Temple with portico.

  • 26 Voir par exemple Miroschedji 1993d, p. 210.
  • 27 On trouve ce principe par exemple avec G. R. H. Wright 1985 et avec l’école d’architecture alleman (...)

27L’architecture religieuse du Bronze ancien est considérée comme relevant d’une tradition architecturale homogène à travers la Palestine remontant à la période chalcolithique26. Dans les procédures de qualification que nous venons d’évoquer, l’argumentation se fonde sur des caractéristiques jugées inhérentes à un temple, ou sur la ressemblance d’un bâtiment à un type architectural déjà identifié comme étant celui d’un temple. Identifier la nature d’un bâtiment par le plan est un fait fréquent27. Pour prouver l’équivalence et déterminer un plan type, il faut que la procédure d’identification s’effectue toujours suivant le même processus. Pour affirmer la validité de l’équation entre le plan et la fonction religieuse, les bâtiments doivent posséder de réelles spécificités par rapport aux autres formes de bâti. Une relecture des argumentations et une description des temples, que nous regroupons en un groupe de temples barlongs et un groupe de temples oblongs, nous amènent à critiquer la validité de la procédure d’identification.

LES TEMPLES BARLONGS

  • 28 Vincent 1937, p. 236.
  • 29 Marquet-Krause 1935, p. 325.
  • 30 Marquet-Krause 1949, p. 14.
  • 31 G. R. H. Wright 1971, p. 25.
  • 32 Yeivin 1973, p. 28.
  • 33 Albright 1944, p. 65-77.
  • 34 E. G. Wright 1944, p. 71
  • 35 Seton-Williams 1949, p. 81.

28La catégorie des temples barlongs reprend la définition donnée par G. R. H. Wright, et comprend aussi ceux qui n’ont pas d’autel bien localisé et ceux qui n’en possèdent pas. Pour le Bronze ancien I, il y a les temples 4°050 et 4°047 de Megiddo (non retenus dans le cadre de cette étude) ; pour le Bronze ancien II, les temples d’Arad (les bâtiments 1894, 1831 et les deux petits temples jumeaux) et le » palais »d’Ay Enfin pour le Bronze ancien III, on trouve le sanctuaire d’Ay, le temple de Bab edh-Dhra’ et le bâtiment blanc de Tel Yarmouth. Ce n’est pas un hasard si le bâtiment de l’acropole d’Ay fut d’abord considéré comme un palais (fig. 23)28. Dans les rapports préliminaires29, le seul temple mentionné est celui qui se trouve contre la citadelle. Même dans son rapport final, J. Marquet-Krause30 considère encore le bâtiment de l’acropole comme un palais. L’interprétation sera reprise par G. R. H. Wright31 et par S. Yeivin32 qui ne trouvait aucune équivalence avec d’autres sanctuaires palestiniens connus. L’idée qu’il s’agit d’un temple fut développée dès 1944 par W. F. Albright33. Pour lui, on ne pouvait pas parler de palais, car le site était trop petit pour pouvoir être une cité-État. Par conséquent, le bâtiment ne pouvait être qu’un temple. E.G. Wright34 reprit cette interprétation en établissant une ressemblance avec les temples pré-urbains de Megiddo (niveau XIX) et de Jéricho (niveau VII), appellation aussi utilisée par M. V. Seton Williams35.

  • 36 Callaway 1980, p. 81.

29J. A. Callaway36 ne tranche pas. Il préfère évoquer un temple-palais, ce qui illustre bien les incertitudes dans l’attribution d’une fonction particulière au bâtiment. Néanmoins, comme il remarque une ressemblance de techniques de construction entre le palais et l’autel J du sanctuaire A, il pense que le sanctuaire remplace le « palais » après sa destruction. Cela sous-entend qu’il envisagerait plutôt une fonction religieuse pour le « palais ».

  • 37 Amiran 1978, p. 38.

30R. Amiran attribue aux bâtiments 1894 et 1831 d’Arad (chantier T, niveau II, Bronze ancien II) une fonction religieuse (fig. 24). Elle se fonde sur une ressemblance architecturale et une orientation identique avec les temples jumeaux de Megiddo (niveau XIX), le temple de Jéricho (niveau VII), le « palais » d’Ay et le « sanctuaire » d’En- Gedi de la période chalcolithique. Selon elle, il y a par rapport aux autres constructions du site des différences qui établissent clairement la distinction entre les bâtiments religieux et le bâti ordinaire37. Il y a d’abord les dimensions des temples, beaucoup plus grandes que celles des maisons et un arrière- mur épais commun aux deux structures. Il les entoure et les sépare des autres constructions. Ce zonage est renforcé par le tracé de la rue qui court le long de ce mur, disposant de façon particulière les constructions par rapport aux autres quartiers. Ensuite, elle relève l’orientation des entrées à l’est, l’absence de pièces subsidiaires comme on en trouve habituellement dans les habitations et la présence d’éléments architecturaux qui ont un rôle religieux (autel, puits, stèle, bamah, etc.). Dans des fouilles postérieures à la publication de 1978, deux petits sanctuaires jumeaux (6a et 6b) sont identifiés du fait de leur similitude de plan avec les premiers temples, une localisation et une orientation identiques. Une salle des cérémonies (7) et un bâtiment des services (8) se trouvent dans leur cour commune.

  • 38 Rast et Schaub 1980, p. 30-31.
  • 39 Ibid., p. 31.

31Le temple du Bronze ancien III localisé sur le chantier XII est la structure la plus importante découverte à Bab edh-Dhra’ (fig. 25)38. Peu d’arguments sont avancés pour justifier la qualification de temple. Les fouilleurs assimilent le bâtiment à un temple car, devant la façade ouest du bâtiment, une cour pavée contenait une base circulaire en pierre. Avec son diamètre d’au moins 3 m, la base ressemble à certains exemples de Meggido et d’Arad. Les fouilleurs l’interprètent comme un autel religieux, du fait de la découverte à proximité, de cinq racloirs et de l’impression d’un sceau-cylindre représentant une scène jugée cultuelle. L’interprétation a été renforcée par la présence, des deux côtés du bâtiment, de deux coupes (loci 59 et 35) de 0,21 et 0,14 m de diamètre, enterrées dans le sol et emplies de cendres. Paradoxalement, les auteurs soulignent que certains éléments ne se retrouvent pas dans les autres temples témoignant ainsi de leur incertitudes : « Several of these features are unique and do not characterize Early Bronze buildings interpreted as sanctuaries at other sites »39.

  • 40 Miroschedji 1988c, p. 40.
  • 41 Une attribution confirmée récemment dans Miroschedji 1993d, p. 209.
  • 42 Miroschedji 1985, p. 72.

32Dans son rapport sur les trois premières campagnes de fouilles de Tel Yarmouth, P. de Miroschedji40 tient pour vraisemblable que le bâtiment blanc (niveaux IV et V, Bronze ancien IIIA) soit un temple du fait de sa ressemblance avec les temples d’En-Gedi, Megiddo (niveaux XIX et XVII-XV), Arad, Ay et Bab edh-Dhra’41. Il appartient effectivement au type de plan barlong avec une entrée au milieu du mur de façade et une rangée de poteaux disposée en ligne axiale (fig. 26). De plus, il est de grandes dimensions et soigneusement construit. La découverte au niveau IV des restes de plusieurs grandes constructions amène le fouilleur à envisager un rôle particulier pour cette partie de la « ville » occupée principalement par des bâtiments publics42.

Les caractéristiques morphologiques

33À partir des exemples que nous venons de décrire, l’image type des temples de type barlong qui se dégage est celle d’un bâtiment de grande taille de plan rectangulaire avec un autel et dont la porte ouvre à l’est sur un des longs côtés. Il possède un mur d’enceinte qui délimite une cour. Certaines de ces cours contiennent un second bâtiment et un bassin sacré avec parfois un drain qui passe sous le mur d’enceinte. L’accès à l’intérieur de la cour peut se faire par une porte monumentale. Nous résumerons ces caractéristiques par : la monumentalité, la présence d’un autel, l’orientation des temples, le mur de clôture.

34Le tableau des superficies (tableau 34) indique que le groupe des temples barlongs présente peu de cohésion. Il y a deux extrêmes représentés par les petits temples jumeaux d’Arad et celui d’Ay. La superficie moyenne des temples est de 43,34 m2 et, sans ces deux extrêmes, de 45,9 m2. Seuls les exemples de Tel Yarmouth et d’Ay peuvent être considérés monumentaux par leurs dimensions.

35L’autel est considéré comme un élément caractéristique du temple. Or, il se retrouve rarement dans les temples sud levantins. Il n’y en a pas à Ay. À Arad, le bâtiment 1°831 possède à l’extérieur une plate-forme en pierre (locus 1818) (fig. 24), de 2,90 m sur 3,40 m pour une hauteur de 50 cm.

Tableau 34 – Les superficies intérieurs des bâtiments de type barlong

36Sa surface porte encore la trace d’un enduit brûlé. La fonction d’autel attribuée à la plate-forme par R. Amiran n’est pas très convaincante : des structures similaires se retrouvent dans tout le site. Par des comparaisons ethnographiques, il est possible de constater que de telles structures pouvaient servir de plates-formes de cuisson. La qualification des autels des petits « temples » est aussi peu convaincante. À Bab edh- Dhra’, nous avons vu que les fouilleurs décrivent aussi un autel extérieur. Il s’apparente plus à une base de grenier comme on en trouve beaucoup dans les différents secteurs d’Arad. Enfin, la superstructure de ce qui peut être l’autel du bâtiment blanc de Tel Yarmouth a disparu. Elle ne se remarque que par l’interruption de l’enduit de chaux qui recouvrait le sol et qui s’interrompt sur un carré d’environ 1 m2 où il est remplacé par un mélange de chaux et de cailloutis. Du fait de sa position en face de la porte et de sa dimension, P. de Miroschedji y voit la trace d’arrachage d’un autel. Il pourrait tout aussi bien s’agir de la trace d’un foyer.

37L’orientation à l’est de l’ouverture de la porte est un critère souvent utilisé dans la détermination d’un temple. Le tableau ci-après (tableau 35) montre que la similarité des orientations ne vaut que pour les exemples appartenant à un même site. Excepté le cas de Bab edh-Dhra’, les bâtiments ouvrent entre l’est et le sud. Par conséquent, il est difficile de retenir l’orientation des temples comme un élément commun.

38L’impression de similitude est encore tempérée à la vue des croquis suivants (croquis 1). Ils illustrent la variété de la localisation des portes et de la disposition des autels. Les entrées se trouvent dans les trois positions possibles : à gauche, à droite et au centre. La même diversité est constatée dans la circulation intérieure : soit l’autel se trouve dans l’axe d’ouverture de la porte, soit les aménagements de la pièce indiquent que des activités s’y déroulaient au fond.

Tableau 35 - Les orientations des « temples » de type barlong.

  • 43 Loud 1948.
  • 44 Epstein 1973.

39L’usage comme critère déterminant de la présence du mur de clôture et du bassin trouve son origine dans l’organisation du sanctuaire chalcolithique d’En-Gedi. Plusieurs archéologues cherchèrent à retrouver des plans similaires à Megiddo et à Arad. À Megiddo, un pan de mur pourrait appartenir au mur de clôture. Le bassin (locus 4°034) qui appartient selon les fouilleurs43 au niveau XVIII peut, selon d’autres, être du niveau XIX44. À Arad, R. Amiran chercha de la même façon à retrouver un mur de clôture et un bassin sacré pour ses temples. Elle trouva effectivement les vestiges d’un mur et, dans un bâtiment annexe au temple 1831, un bassin qu’elle qualifia de sacré. En fait, il s’agit d’un mur de cour et d’un petit bassin comme on en trouve beaucoup dans le reste de l’habitat. Quant aux petits temples jumeaux, ils sont dans une petite cour avec deux bâtiments secondaires, semblables, eux, à de nombreuses autres maisons fouillées sur le site.

Tableau 36 - Les points communs des grands bâtiments barlongs.

Tableau 37 - Les dimensions des temples de Megiddo

La cohésion du groupe des bâtiments barlongs

40De fait, l’analyse de l’argumentation développée pour affirmer l’existence d’une classe de temples barlongs relevant d’une tradition architecturale qui remonterait à l’époque chalcolithique ne résiste pas à l’analyse. Pour plusieurs des bâtiments mentionnés, rien ne permet d’y voir des bâtiments à fonction religieuse. Hormis la taille, ils ne se différencient guère des autres constructions comme on peut en juger à Arad. Pourtant, si l’on doit réfuter la réalité d’une tradition architecturale religieuse, il faut souligner plusieurs faits communs à quelques-uns des exemples suivants (tableau 36).

41Le seul caractère d’homogénéité du groupe se trouve dans deux caractéristiques. Les cinq bâtiments ont en commun une implantation à proximité du système de fortification dans une zone particulière par sa typologie ou la nature des bâtiments alentour. De plus, ils ont tous été l’objet de réfections, excepté pour le bâtiment 1894 d’Arad. Mais celui-ci est trop mal conservé pour que l’on puisse déceler plusieurs états. Toutefois, ces deux caractéristiques ne sont pas suffisantes pour que l’on puisse considérer les bâtiments comme des temples.

LES TEMPLES OBLONGS

  • 45 Ottoson 1980.

42Notre second type de plan sud levantin s’inspire du type Longroom with megaron de G. R. H. Wright et du type Broadroom-Temple with portico de M. Ottoson. Le groupe ne comporte que les trois temples de Megiddo, celui de Beth Yerah, ceux de Khirbet Zeiraqun auxquels vient s’ajouter le sanctuaire de Tell el-Far’ah, bien que celui-ci soit plus ancien et de plus petite dimension. Les caractéristiques communes du groupe sont : la présence d’une ce lia rectangulaire, d’antes, d’un porche avec colonnes, une orientation identique et un autel. Si pour M. Ottoson45, cette catégorie de temples apparaît au Bronze ancien II, l’étude de la stratigraphie de Megiddo réalisée par I. Dunayevski indique une apparition plus tardive, au Bronze ancien Mb. Selon lui, la réévaluation de la datation des niveaux de Megiddo par l’étude de la céramique indique que les niveaux XV et XIV sont plus vraisemblablement du Bronze ancien IIIB (voir tableau 31). Ce groupe de temples correspond à la dernière phase de la période « urbaine » durant laquelle on constate sur plusieurs sites des réaménagements sur toute la surface ou un accroissement de l’épaisseur de leurs fortifications.

La description des temples

  • 46 Dunayevski et Kempinski 1966, p. 142.
  • 47 L’analyse plus récente de D. Milson réaffirme l’antériorité du temple 4°040 : Milson 1988.
  • 48 Kempinski 1989. p. 10.

43Le temple 4°040 de Megiddo est du type in antis avec une orientation de la porte vers le nord (fig. 27). Sa datation a été l’objet de discussions. Les fouilleurs plaçaient sa construction au niveau XV avec les deux autres temples. L’estimation fut remise en cause quand, en 1965. I. Dunayevski et A. Kempinski46 firent un sondage qui montra que ce temple était plus ancien que les temples 5°269 et 5°192. Il devait être mis en relation avec le niveau XVI47 que les dernières estimations datent du Bronze ancien IIIB48.

44Au niveau XVI, le temple est en connexion avec l’autel 4°017 extérieur qui curieusement paraît avoir été construit au niveau précédent. Le temple possède un autel intérieur de forme carrée. Au niveau XIV, le temple est reconstruit sur le même emplacement en utilisant les murs du niveau XV sans les antes. L’autel est aussi réutilisé ; toutefois la pièce qui le contient est plus petite du fait d’un remplissage de blocaille entre les murs externes du niveau XV et les nouveaux murs internes du niveau XIV. Au milieu de la pièce gisait une stèle (1,75 m sur 1,25 m). En son centre, une cupule de 0,12 m de diamètre est creusée. Selon les fouilleurs, la surface de la dalle devait se trouver au-dessus de la surface du sol et servir de table d’offrande. Au niveau XV (Bronze ancien IIIB), les temples 5°192 et 5°269 sont construits avec le même plan in antis que le temple 4°040, sensiblement dans les mêmes proportions, avec une orientation différente qui rompt l’alignement créé par la rue du niveau précédent (fig. 28). Le temple 5192 possède aussi un autel.

  • 49 Pas de publication définitive disponible
  • 50 Kempinski 1992b, p. 58, n. 17.

45Le temple de Beth Yerah49 est de plan presque carré (dim. inter. : 5,40 m sur 4,90 m). Il possède une large entrée au nord flanquée par deux bases de pilier qui font pendant à deux autres bases circulaires, localisées au milieu de la pièce (fig. 29). Ayant trouvé de la céramique de Khirbet Kerak dans la pièce, les fouilleurs datent le bâtiment du début du Bronze ancien IIIA50.

  • 51 Ibrahim et Mittmann 1987, p. 5.

46Sur les deux chantiers ouverts sur le site de Khirbet Zeiraqun, les fouilleurs signalent la découverte de temples. Celui du chantier sud contient notamment une plate-forme et plusieurs objets comme une table en argile avec des figurines dessus51. Pour le moment, il est impossible d’évaluer le plan du bâtiment. Dans le chantier nord, contre les remparts, les fouilleurs ont déterminé l’existence d’un complexe religieux comprenant un autel circulaire similaire à celui de Megiddo.

  • 52 Ibrahim et Mittmann 1989, p. 645.

47Trois bâtiments barlongs rattachés par différents murs à la structure ont des ouvertures qui convergent sur une cour (fig. 30). Le bâtiment sud (B05) de plan in antis est considéré comme un temple. Il y a au moins deux bâtiments que l’on peut considérer comme des temples. Les fouilleurs les datent du Bronze ancien II et, comme des tessons de la céramique de Khirbet Kerak furent trouvés dans les niveaux de destruction de ces temples, ils envisagent une destruction au début du Bronze ancien III52. Pour les deux autres bâtiments (B01 et B04), rien dans leur plan ne permet pour le moment d’envisager une appartenance au groupe des temples in antis.

  • 53 Vaux 1961. p. 577.
  • 54 Vaux 1961, p. 579.

48Dans l’îlot 2 (chantier II, niveau IVA du Bronze ancien II) de Tell el-Far’ah se trouve la pièce 671 que R. de Vaux53 juge être un sanctuaire (fig. 17). Il considère la grande pièce entièrement ouverte à l’est comme la salle de culte. En son milieu, il y a un massif de chaux et de terre qui serait le reste d’un support ou d’une table d’offrande. La pièce fut rasée à la fin du niveau IVA (fin de la période 1). La pièce 638 et la pièce 639 (chantier II, niveau IVB du Bronze ancien II) constituent la suite du locus 671 (fig. 18). Pour R. de Vaux « son emplacement et sa disposition invitent à l’expliquer aussi comme un lieu de culte »54. La salle est à peu près carrée. Une niche est aménagée dans le mur sud et son fond fait saillie à l’extérieur du bâtiment. Dans une pièce voisine, on a trouvé une petite tête de bovidé en pierre verte polie dont R. de Vaux pense qu’elle provient du sanctuaire. Au niveau IVC, l’îlot est divisible en trois ensembles : la pièce 629, sans doute couverte, les pièces 623, 624 et les loci 638, 639, 637 qui correspondent à une réfection du sanctuaire du niveau VIA.

  • 55 Vaux 1961, p. 577.

49Malgré la disparition de la banquette et de l’autel, R. de Vaux pense toujours que la pièce est un sanctuaire. Au niveau IVD, une cour vint s’ajouter aux deux pièces de l’ancien sanctuaire (loci 639/638). R. de Vaux n’explique pas pourquoi il considère que les bâtiments 671 et 638 sont des sanctuaires. Il écrit simplement : « C’est le locus 671 qui a toutes les apparences d un sanctuaire »55. Pour le sanctuaire 638, il note que sa destruction radicale explique que l’on n’ait retrouvé aucun objet cultuel.

Les caractéristiques du groupe oblong

50Le tableau des dimensions des temples oblongs (tableau 38) montre l’importance des exemples de Megiddo par rapport aux autres cas connus. Les antes constituent la limite externe de la cella. Elles ont dans le cas des trois temples de Megiddo la même épaisseur que les murs. Le porche est délimité par les antes, par les deux colonnes et, dans le cas de Tell el-Far’ah 671, par un massif de pierres et une ligne de briques au sol. Pour Tell el-Far’ah 638, la limite est le mur de séparation avec la pièce 655 (pour le niveau B) et 639 (pour le niveau C). Le porche du temple 5°269 est restitué par symétrie. Excepté le cas de Tell el-Far’ah, les temples de Megiddo, ceux de Khirbet Zeiraqun et de Beth Yerah relèvent d’une même tradition.

51Les caractéristiques communes au groupe sont : l’autel extérieur circulaire avec un escalier à l’est (sauf à Beth Yerah), un bâtiment de plan rectangulaire dont l’ouverture est orientée au nord. La toiture est supportée par deux piliers disposés dans l’axe longitudinal de la pièce et deux autres piliers dans les antes, sauf pour le temple de Khirbet Zeiraqun où ils sont remplacés par les antes. Les formes et les dimensions sont variables. La réutilisation du temple 4°040 de Megiddo au niveau XIV est parfois présentée comme la preuve d’une même fonction de bâtiment religieux. Mais rien ne prouve qu’il n’y a précisemment pas eu un changement de fonction à l’occasion de cette réutilisation. Certains ont vu dans le bâtiment 671 de Tell el-Far’ah une sorte de chapelle de quartier. La description faite par R. de Vaux ne donne aucune raison, d’un point de vue architectural ou du fait du matériel, de voir dans ce bâtiment et ses états successifs un édifice avec une fonction cultuelle.

Tableau 38 – Les dimensions des temples de type oblong

Tableau 39 - Les dimensions des porches du groupe oblong.

Tableau 40 - L orientation des temples du groupe oblong.

Tableau 41 - La description des autels du groupe oblong.

  • 56 Sur ce site de la Djézireh syrienne, il y a un temple à antes du Dynastique archaïque III (vers 24 (...)
  • 57 Parrot 1954, p. 151-171 : le temple du massif rouge à antes et orienté au nord.
  • 58 Mazar 1992, p. 162.

52Malgré des variations conséquentes, les cinq exemples du nord du Levant sud témoignent de l’existence d’une tradition architecturale. La tradition du bâtiment in antis apparaît au Bronze ancien II avec le bâtiment B01 de Khirbet Zeiraqun et son plan encore barlong avec des antes, puis il se standardise au Bronze ancien III en adoptant un plan plus carré avec deux colonnes en façade. La tradition n’est connue que dans la partie nord du Levant sud. Rechercher des parallèles en Syrie, en Anatolie ou en Mésopotamie est possible. Il suffit de considérer les exemples de Tell Beydar56 ou de Mari57. Cependant, la distance entre les deux régions est trop importante et le type de plan trop répandu pour que l’on puisse en déterminer avec certitude l’origine. Il ne reste pas moins intéressant de constater que le groupe des bâtiments in antis, qui se retrouve des deux côtés de la vallée du Jourdain, pourrait indiquer une liaison vers le nord-est par le Hauran. Cette catégorie de bâtiment in antis perdure peut-être jusqu’au Bronze moyen IIA si l’on y rattache l’exemple de Nahariya58.

LA DESCRIPTION DES CULTES AU LEVANT SUD

  • 59 Amiran 1989.
  • 60 Amiran 1981. 1972b.

53Récemment, R. Amiran59 a essayé de définir un cadre culturel plus précis en s’intéressant au culte qui pouvait se dérouler dans les « temples », du moins dans les bâtiments d’En-Gedi, Ay, Gilat, Safadi, Naqada, Bâb edh-Dhra’, pour une période allant du Chalcolithique au Bronze ancien III. Selon elle, la détermination du culte peut se faire d’après une figurine en terre cuite qui porte sur la tête un récipient (,goatskin-like vessel) trouvée à Gilat, un animal en terre cuite portant le même type de récipient provenant d’En-Gedi et la même baratte en albâtre appartenant à l’ensemble de vaisselle en albâtre trouvé à Ay. À partir de plusieurs comparaisons provenant d’Égypte et de Crète, R. Amiran y voit la représentation d’une déesse de l’eau et l’indication d’un culte de l’eau. Son article est le dernier d’une série60 qui vise à prouver la continuité des plans des temples (En-Gedi, Arad, Ay, etc.) ainsi que celle des objets de culte du Chalcolithique au Bronze ancien II. Même sans tenir compte de la faiblesse de l’argumentation développée, il est clair qu’il est impossible d’inférer une unité du culte d’après une symbolique aussi vague qu’universellement répandue dans des sociétés qui pratiquent l’élevage et l’agriculture.

  • 61 Miroschedji 1982, p. 192.
  • 62 Ben-Tor 1992b.

54Pour les représentations de temples, on ne dispose d’aucun élément certain. P. de Miroschedji mentionne la trouvaille à Tel Yarmouth de ce qui pourrait être un fragment de maquette architecturale. Mais l’objet est trop fragmentaire pour en avoir la certitude61. Il en est de même pour l’analyse que A. Ben-Tor a réalisée sur une catégorie d’empreintes de sceaux62. Ils représentent un être humain debout devant un autre être humain cornu et assis. Les deux individus sont représentés entre deux rectangles verticaux remplis de petits carrés. Le motif, encore bien énigmatique, a de nombreuses variantes à travers le Proche-Orient. Bien que cela soit souvent supposé, il n’est pas possible d’affirmer qu’il s’agit de la représentation d’un temple ou simplement de la représentation du lieu où réside le dieu. D’ailleurs, même si cela était, il ne nous est pas possible d’affirmer qu’il trouvait sa correspondance dans l’architecture des hommes.

EXISTENCE D’UNE CLASSE SACERDOTALE ?

55Les résultats de l’analyse critique des argumentations et de la description comparative des « temples » auxquelles nous venons de procéder paraissent être suffisants pour pouvoir remettre en cause l’existence d’une tradition architecturale des temples avant le Bronze ancien III dans le Levant sud. Faut-il en conclure qu’il n’existe pas de temples ?

56Plusieurs éléments indiquent que la frontière entre le profane et le sacré n’était pas aussi nette que le suppose traditionnellement l’archéologie. À Arad, nous avons montré que les bâtiments identifiés par R. Amiran comme des temples n’étaient que des maisons. Le fait de trouver des éléments comme les stèles, qui se rattachent à la tradition sémitique de la pierre dressée, dans plusieurs autres maisons, témoigne de l’interpénétration du religieux et du profane. Une telle interpénétration se retrouve à Bab edh-Dhra’, où le pseudo sanctuaire reprend exactement le même plan que les tombes construites de la nécropole voisine. La maison des morts est identique à la maison des vivants.

57Plusieurs des bâtiments qui viennent d’être décrits ne sont certainement pas des temples. Qu’ils soient du groupe barlong ou du groupe oblong, leurs seules véritables particularités sont leurs grandes dimensions et leur localisation particulière dans le bourg. Il est difficile de continuer à les considérer comme des temples. Mais il est tout aussi difficile de leur attribuer une fonction plus adéquate.

LA NOTION DE BÂTIMENT DE PRESTIGE

  • 63 Par exemple Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 33-35 ou Aurenche 1982, p. 253-256.

58On retrouve là une situation similaire au constat fait par certains archéologues étudiant la civilisation mésopotamienne à la période de transition de l’époque d’Obeid et de l’époque d’Uruk. Dans le premier chapitre, nous avons évoqué cette période marquée, entre autres, par l’émergence d’une architecture monumentale. Elle est constituée de grands bâtiments considérés parfois comme les premiers temples mésopotamiens. Dans de récentes analyses, des archéologues ont émis, avec justesse, de sérieux doutes sur ces identifications établies par référence à nos mentalités modernes63.

  • 64 Tunca 1990, p. 263.
  • 65 Aurenche 1981. p. 224-225.
  • 66 C’est d’ailleurs un doute plusieurs fois énoncé par des archéologues comme par exemple Mazar 1991. (...)

59D’intéressantes comparaisons ont été faites entre cette forme d’architecture et des exemples contemporains : les mudhife.n roseaux des marais du sud de l’Iraq64 et en briques crues de la Djézireh65. Ces édifices modernes sont des bâtiments communautaires qui mêlent fonction de prestige et fonctions sociales. Ils servent de salle de réunion pour les hommes du village et de salle de réception pour les hôtes de passage. En Basse-Mésopotamie, ces constructions de roseau ne se distinguent de l’habitat que par leur taille. La comparaison faite par O. Aurenche avec les grands bâtiments obéidiens de Tepe Gawra, Eridu ou Uruk, où les autels ne sont que des foyers surélevés66 peut se faire avec plusieurs des « temples sud levantins ». Un grand bâtiment avec un podium n’est pas obligatoirement un temple. Cela simplement parce que le temple n’est pas l’unique forme d’expression de la religiosité d’une société. Les podiums peuvent être la base du siège d’un personnage (comme le chef de la madhafe). D’ailleurs cela peut expliquer la présence de l’escalier de l’autel intérieur du bâtiment 40°404 de Megiddo.

60La comparaison avec la Mésopotamie de l’époque d’Obeid ou le Levant sud du IIIe millénaire est osée. Elle a le mérite d’élargir notre vision sur les significations de l’architecture monumentale qui peut être une manifestation de prestige d’une communauté ou du rang social de son propriétaire. Au Levant sud, comme pour la Basse- Mésopotamie, elle est le développement extrême d’un plan traditionnel de l’habitat que l’on retrouve avec le « palais » d’Ay, les « temples jumeaux » d’Arad et le bâtiment blanc de Tel Yarmouth.

  • 67 Mazar et Miroschedji 1996.

61Les premières traces de cette catégorie de bâtiments se trouvent dès le Bronze ancien I, avant la période « urbaine ». Par exemple, il y a dans le centre du village ouvert de Hartuv (dans le Sephelah)67 un ensemble architectural composé d’au moins trois bâtiments de grandes dimensions disposés géométriquement en U. Il est peu probable qu’il s’agisse d’un bâtiment du même type que les bâtiments retrouvés dans certains bourgs du Levant sud.

62Le bâtiment de prestige se définit comme la maison d’un personnage socialement plus important que les autres. Il matérialise sa différence par les grandes dimensions de sa maison. Cette forme de différenciation dans le statut social apparaît avant le début du Bronze ancien II. Elle marque une hiérarchisation de la société qui est probablement assez similaire à celle que connaît la Basse-Mésopotamie au cours du IVe millénaire.

LA NATURE DES POUVOIRS DANS LES SOCIÉTÉS SÉDENTAIRES DU LEVANT SUD

63La découverte relativement récente du palais de Tel Yarmouth montre combien nous sommes dépendants, dans les reconstitutions de l’organisation des pouvoirs de la société, d’un état des fouilles. De nouvelles découvertes peuvent changer très rapidement notre vision sur la période.

64Pour le moment, les vestiges architecturaux qu’il est possible d’associer à une organisation ou un pouvoir social bien identifiés, comme une royauté ou un corps religieux, sont peu nombreux. Seuls le complexe de Tel Yarmouth, et sur d’autres sites, le groupe des bâtiments in antis témoignent de l’existence d’une organisation sociale exprimant son particularisme dans une architecture spécifique. Tous ces témoignages datent du Bronze ancien III (peut-être de la fin du Bronze ancien II pour Khirbet Zeiraqun). Le palais de Tel Yarmouth date de la fin du Bronze ancien IIIB. Ainsi dans l’état actuel des découvertes, rien ne permet d’affirmer qu’il existait au Bronze ancien II des organisations palatiales dans le Levant sud.

65Une identification plus précise des bâtiments que l’on vient de décrire est malaisée principalement car le contexte social est encore mal défini. Cela explique l’utilisation souvent abusive de concepts modernes séparant trop nettement les différentes sphères d’activités politique, économique ou religieuse. De ce que l’on vient de voir sur l’organisation territoriale des bourgs ou sur les formes des pouvoirs civils ou religieux, il est logique de conclure que les pouvoirs qui structurent les populations des bourgs ne paraissent pas fortement hiérarchisés, au moins jusqu’au Bronze ancien MB. La catégorie des bâtiments de prestige s’accorde d’ailleurs bien avec une forme de pouvoir encore assez diffuse et qui ne connaît pas de modifications structurelles importantes entre le Bronze ancien I et le Bronze ancien II. L’apparition des bourgs fortifiés marque donc le dernier stade de développement d’organisations socio- économiques qu’il parait difficile de qualifier d’urbaines.

Notes

1 J. Margueron évoquait déjà ces problèmes de définition dans l’introduction de son étude sur les palais mésopotamiens : Margueron 1982, p. 3-9.

2 Margueron 1987, p. 14.

3 Amiran 1988, p. 16 ; Amiran et Ilan 1996, p. 27-45.

4 Amiran 1984, p. 201.

5 Amiran 1972a, p. 86.

6 Amiran 1988, p. 16.

7 Ibid.

8 La découverte de pièces dans les carrés S-U 31 -33 indique qu’il y aurait un niveau intermédiaire entre le niveau B-I et le niveau B-II (Miroschedji 1994b, p. 486).

9 A titre indicatif, on peut mentionner l’existence d’un dispositif similaire à Byblos, à la période de l’Énéolithique récent (datation de M. Dunand : 3800-3200 av. J.-C.) où l’on trouve, près de la source, une enceinte dite sacrée qui comporte le même dispositif de redans disposés à intervalles réguliers contre la face interne du mur d’enceinte (Dunand 1975. p. 235, fig. 143), une technique que l’on retrouve aussi utilisée sur ce même site pour le rempart nord de la seconde moitié du iiie millénaire.

10 Miroschedji 1994a. p. 145-146

11 Miroschedji 1993a, p. 16.

12 Loud 1948.

13 Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 58.

14 Dussaud 1935, p. 346.

15 Il s’agit du sanctuaire contre la citadelle. Ici, le terme sanctuaire n’indique qu’un bâtiment d’une superficie inférieure à celle d’un temple.

16 Une idée reprise récemment dans Kempinski 1992b, p. 59.

17 Voir l’article sur les temples de Miroschedji 1993d

18 Par exemple Callaway 1978 ou Milson 1988.

19 Seton Williams 1949, p. 79.

20 G.R. H. Wright 1971.

21 Kempinski 1972, p. 12.

22 Kempinski 1992b, p. 56-58.

23 Ottoson 1980.

24 R. Amiran dit la même chose dans Amiran 1972b, p. 10-11 et Amiran 1981, p. 47.

25 Serangeli 1980, p. 165.

26 Voir par exemple Miroschedji 1993d, p. 210.

27 On trouve ce principe par exemple avec G. R. H. Wright 1985 et avec l’école d’architecture allemande comme l’expose Margueron 1991, p. 1113.

28 Vincent 1937, p. 236.

29 Marquet-Krause 1935, p. 325.

30 Marquet-Krause 1949, p. 14.

31 G. R. H. Wright 1971, p. 25.

32 Yeivin 1973, p. 28.

33 Albright 1944, p. 65-77.

34 E. G. Wright 1944, p. 71

35 Seton-Williams 1949, p. 81.

36 Callaway 1980, p. 81.

37 Amiran 1978, p. 38.

38 Rast et Schaub 1980, p. 30-31.

39 Ibid., p. 31.

40 Miroschedji 1988c, p. 40.

41 Une attribution confirmée récemment dans Miroschedji 1993d, p. 209.

42 Miroschedji 1985, p. 72.

43 Loud 1948.

44 Epstein 1973.

45 Ottoson 1980.

46 Dunayevski et Kempinski 1966, p. 142.

47 L’analyse plus récente de D. Milson réaffirme l’antériorité du temple 4°040 : Milson 1988.

48 Kempinski 1989. p. 10.

49 Pas de publication définitive disponible

50 Kempinski 1992b, p. 58, n. 17.

51 Ibrahim et Mittmann 1987, p. 5.

52 Ibrahim et Mittmann 1989, p. 645.

53 Vaux 1961. p. 577.

54 Vaux 1961, p. 579.

55 Vaux 1961, p. 577.

56 Sur ce site de la Djézireh syrienne, il y a un temple à antes du Dynastique archaïque III (vers 2450 av. J.-C.) : Bretschneider, Dietrich et Jans 1993, p. 41 et plan p. 46

57 Parrot 1954, p. 151-171 : le temple du massif rouge à antes et orienté au nord.

58 Mazar 1992, p. 162.

59 Amiran 1989.

60 Amiran 1981. 1972b.

61 Miroschedji 1982, p. 192.

62 Ben-Tor 1992b.

63 Par exemple Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 33-35 ou Aurenche 1982, p. 253-256.

64 Tunca 1990, p. 263.

65 Aurenche 1981. p. 224-225.

66 C’est d’ailleurs un doute plusieurs fois énoncé par des archéologues comme par exemple Mazar 1991. p. 1°264.

67 Mazar et Miroschedji 1996.

Table des illustrations

Légende Tableau 34 – Les superficies intérieurs des bâtiments de type barlong
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Tableau 35 - Les orientations des « temples » de type barlong.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3753/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Tableau 36 - Les points communs des grands bâtiments barlongs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3753/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Tableau 37 - Les dimensions des temples de Megiddo
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3753/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Tableau 38 – Les dimensions des temples de type oblong
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3753/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Tableau 39 - Les dimensions des porches du groupe oblong.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3753/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Tableau 40 - L orientation des temples du groupe oblong.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3753/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Tableau 41 - La description des autels du groupe oblong.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3753/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search