Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’époque des premiers bourgs fortifiés

 | 
Christophe Nicolle

Chapitre 3. Les caractéristiques des bourgs du Levant sud

Texte intégral

1Il existe une grande ambiguïté conceptuelle dans la définition de la « ville » sud levantine. Le plus souvent les archéologues utilisent indifféremment les termes de ville, cité et cité-État pour qualifier des sites fortifiés qu’ils considèrent comme identiques. Or, l’unité morphologique de ces sites n’est pas évidente.

2Nous avons constaté que dans les écrits archéologiques sur la région du Levant sud, le terme de ville se référait assez systématiquement à une notion d’urbanisation. Cela présuppose des corrélations entre des formes architecturales et des classes sociales et entre une hiérarchisation du bâti et une hiérarchisation sociale. La ville est définie par opposition au village, associé à une société égalitaire.

3Quelle était la structure de la société hiérarchisée de la période « urbaine » ?

  • 1 Amiran 1988, p. 16.

4Dans les théories sur l’urbanisation en usage, la description de l’organisation de la société reste très sommaire. On mentionne une organisation qui succéderait à une organisation clanique. Mais la forme de l’organisation étatique n’est jamais précisée. R. Amiran évoque indirectement le problème posé par ces imprécisions : « Cependant, même si nous donnons à cet ensemble le nom de palais, il faut avouer que nous ignorons tout de la forme de ce gouvernement. »1 Il est probable que dans l’esprit de beaucoup de chercheurs, l’organisation politique du Levant sud durant la période « urbaine » prenait la forme de petites royautés autonomes. De quelles formes de royautés s’agit-il et quelles différences existe-t-il avec l’organisation politique de la région à la période pré-urbaine ? Personne ne peut répondre à la question.

5Alors, par quoi reconnaît-on une ville ?

  • 2 Par exemple Braemer 1995, p. 92 ; Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 10-11.

6On doit poser la question du bien-fondé du procédé utilisé actuellement pour identifier archéologiquement une ville dont on ignore l’organisation politique. Certains chercheurs insistent sur le fait que la définition de la ville ne tient pas uniquement à des notions de dimensions ou d’équipements ni à une liste de traits morphologiques. Il faut définir la ville en fonction « d’une complexité sociale », de « la diversité économique et sociale de ses habitants »2. Nul ne peut nier le bien-fondé de la démarche. Cependant, comment sortir du raisonnement circulaire qu’entraîne la corrélation supposée entre une forme architecturale et une forme sociale ? Faut-il accepter de rester à un niveau d’imprécisions et de généralités ? C’est l’attitude qui semble prévaloir parmi beaucoup d’archéologues. Ainsi au Levant sud, une « ville » est-elle simplement identifiée par la présence de fortifications, de palais, de temples et d’un habitat hiérarchisé. Pour deux raisons, une telle démarche n’est pas satisfaisante.

7Premièrement, l’identification de certains de ces éléments morphologiques n’est pas évidente. Il en est ainsi pour la procédure d’identification des palais et des temples.

  • 3 Voir des exemples du problème posé par l’identification des premiers palais et des premiers temple (...)

8Le problème de l’identification d’un palais ou d’un temple n’existe pas seulement au Levant sud. Un problème similaire d’identification existe pour la Basse-Mésopotamie. Il fait d’ailleurs l’objet de nombreuses discussions. Les archéologues se posent en effet la question de savoir comment distinguer les premiers palais des premiers temples, et comment déterminer l’antériorité d’un pouvoir politique sur un pouvoir religieux dans les premières villes mésopotamiennes3.

9Deuxièmement, nous allons montrer que ces éléments morphologiques ne sont pas systématiquement associés à des sites de type urbain. Pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouve actuellement la recherche sur le IIIe millénaire du Levant, il faut arrêter de classer les sites selon une opposition dichotomique, avec d’un côté les sites non urbains (villages, hameaux) et de l’autre côté les sites urbains (villes, cités, cités-États). Parmi les sites fortifiés, il y en a de plusieurs sortes. Certains d’entre eux ne sont pas en rapport avec une population de sédentaires et plusieurs indices indiquent qu’ils n’ont pas la même organisation socio-économique.

10Il ne faut donc plus chercher à reconnaître l’appartenance d’un site à un groupe morphologiquement prédéfini et monolithique. Il faut définir différentes catégories de sites d’après des traits morphologiques communs.

11Quels sont les moyens dont on dispose pour appréhender l’ensemble des sites du Bronze ancien ? Nous connaissons les différents sites à travers deux démarches : les prospections et les fouilles. Les prospections permettent de reconstituer les rythmes du processus urbain et d’en saisir les variations. Dans une certaine mesure, elles autorisent une évaluation de la superficie d’un site. La fouille archéologique permet de connaître les caractéristiques morphologiques d’un site.

LA CONNAISSANCE DES SITES DU LEVANT SUD

L’APPORT DES PROSPECTIONS

  • 4 Noetling 1886, Schumacher 1914. Butler 1915, etc.
  • 5 Ces données sont présentées dans la base de données Décapolis dans laquelle on retrouve en partie (...)
  • 6 Broshi et Gophna 1984, p. 41, n. 2.
  • 7 Pour la version du 30 septembre 1994, voir Palumbo (éd.) 1994.
  • 8 Khouri 1996, p. 8.
  • 9 Principalement Braemer 1990, 1993a et Al-Maqdissi 1985.
  • 10 Outre la base J.A.D.I.S., voir la liste des sites et des prospections donnée dans Homès-Fredericq (...)

12Depuis les premières relations de voyages dans la région du Levant sud4 et les travaux de N. Glueck et ceux de R. T. Schaub, sans oublier ceux de R. Gophna, de nombreuses prospections ont permis, malgré leurs imperfections, de remplir dans le cadre d’une évolution régionale la carte archéologique laissée trop souvent vide par la fouille des sites. La Palestine est ainsi presque entièrement prospectée5. M. Broshi et R. Gophna admettent qu’il reste encore 20°% des installations à y découvrir. Il s’agit essentiellement des sites de moins de 5 ha6. Pour la Jordanie, G. Palumbo estime que les 8680 sites qui composent la base de données J.A.D.I.S.7 ne représentent qu’une faible partie de tous les sites potentiels. Il reste encore une grande partie de la Jordanie à prospecter8. La situation est identique dans le sud de la Syrie. Des prospections ont été réalisées dans le Jebel al-Arab, le Leja et la région de Bosra9. La région de Damas est encore quasiment inexplorée, tout comme une bonne partie du Liban. Il reste donc encore de nombreux sites à découvrir. Cependant, les sites découverts par les prospections, et parfois fouillés durant ces dix dernières années, apportent de nouvelles données. Elles permettent de renouveler considérablement notre perception du phénomène « urbain »10.

  • 11 Esse 1991, p. 129
  • 12 Zori 1977.
  • 13 Thompson 1979.
  • 14 Steele 1990, p. 13.

13La prospection est une méthode avec des marges d’erreurs qu’il ne faut pas négliger. Les erreurs possibles sont de deux ordres : une mauvaise évaluation soit de la période d’occupation, soit de la superficie du site à cause d’une déflation ou d’une destruction moderne. Par exemple, D. Esse11 mentionne les difficultés qu’il a rencontrées dans ses prospections. Sur les 35 sites prospectés par N. Zori12 ou T. L. Thompson13 et attribués à la période du Bronze ancien ou du Bronze ancien IV/Bronze moyen I, onze n’ont fourni aucun tesson. La collecte des données par des personnes et à des époques différentes introduit une limitation dont il faut bien tenir compte si l’on ne veut pas tomber dans une généralisation excessive. Souvent, du fait d’une céramique aux formes peu évolutives, la période du Bronze ancien II et celle du Bronze ancien III ne sont pas bien différenciées dans les prospections. Ainsi, la base de données J.A.D.I.S. possède-t-elle deux rubriques pour les tessons attribuables au Bronze ancien : le code 18 pour l’ensemble du Bronze ancien et le code 20 pour les périodes Bronze ancien II et Bronze ancien III. Du fait de ces imprécisions, il faut corréler le nombre des sites avec la durée de la période d’occupation. Par exemple, pour la région des plateaux jordaniens, si l’on note une augmentation de 71 % des sites entre le Bronze ancien I et la période du Bronze ancien II et III, il faut relativiser la variation du nombre des sites par le fait que la première période dure 200 ans et la seconde, 600 ans14. L’augmentation de 71 % du nombre des sites s’étale en fait sur plus d’un demi-millénaire.

  • 15 Broshi et Gophna 1984, p. 50.

14Les prospections permettent toutefois d’obtenir les indices significatifs d’une situation générale. Ainsi, dans l’analyse de M. Broshi et R. Gophna sur la Palestine15, il apparaît clairement que les régions les plus densément construites au Bronze ancien II et III sont les plaines et les vallées (voir tableau 13). Cela correspond fort logiquement aux capacités d’exploitation et de rendement des terroirs les plus aisés à mettre en œuvre. Plus précisément, on peut constater que la répartition des sites n’est pas homogène selon les différentes régions composant la Palestine (tableau 14).

15Si à l’exemple de M. Broshi et R. Gophna, on ne considère que les sites de plus de 5 ha, pour limiter les erreurs d’évaluation de leur nombre, nous pouvons présenter le tableau ci-après (tableau 15). Il montre la variation du nombre des sites de plus de 5 ha suivant les régions.

Tableau 13 – Les plus grands rapports des superficies construites par rapport aux tailles des zones de Palestine

Tableau 14 – Nombre de sites palestiniens par zone et par superficie

Tableau 15 – Pourcentage représenté par la superficie des sites de plus de 15 ha par rapport au total des surfaces construites

16Même si la distribution des sites n’est pas complètement connue, les variations constatées indiquent que l’organisation de la Palestine est loin d’être similaire à toutes les régions. Les données sur la Jordanie témoignent de variations régionales tout aussi importantes du nombre des grands sites.

LES ESTIMATIONS DE LA SUPERFICIE DES SITES

17L’estimation de la superficie des sites se fait par deux moyens. Le premier, que l’on vient d’évoquer, consiste à envisager l’aire de distribution de la céramique en surface. Le second est a priori plus satisfaisant. Il utilise le tracé des fortifications pour identifier la superficie des sites. Cela ne concerne donc que les sites fortifiés. Nous allons montrer avec quelques exemples le caractère partiel de la connaissance des remparts et donc de la superficie de cette catégorie de sites.

  • 16 Il s’agit des tranchées I, FI, DI, II, III, des carrés MI et A : Kenyon 1981.
  • 17 Garstang 1931, p. 186-196.
  • 18 Lapp 1969a et 1969b.
  • 19 Free 1958.
  • 20 Kochavi 1974, p. 85-87.
  • 21 Tadmor et Prausnitz 1959, p. 72-76.
  • 22 Yeivin 1961, p. 191.
  • 23 Brandl 1989.

18À Jéricho (fig. 1), le rempart n’est atteint que dans différents sondages : ceux partiels de K. Kenyon16, ceux de J. Garstang sur le côté est du tell17 et ceux dans les tranchées modernes effectuées lors de travaux d’adduction d’eau. Le tracé général de l’enceinte est très mal connu. K. Kenyon présume qu’il passait à l’est du carré H 6 (du carroyage général du site) et qu’il avait à cet endroit une direction sud- ouest - nord-est. À Tell Ta’annek (fig. 2), le rempart n’est atteint que dans une tranchée au sud du tell, sur une longueur de 35 m18. À l’intérieur du site, les niveaux du Bronze ancien ne sont connus que par deux sondages. La superficie de 3,5 ha annoncée pour la « ville » du Bronze ancien correspond en fait aux limites actuelles d’un tell qui fut occupé jusqu’à l’époque islamique. Il est impossible d’évaluer la dimension exacte du site au Bronze ancien. A Tel Dothan (fig. 3), le rempart du Bronze ancien II fut dégagé par les fouilles seulement dans les pentes ouest (chantier K) et sud du tell (chantier D)19. Là encore, la superficie de la « ville » du Bronze ancien est évaluée, selon la superficie du tell actuel, à environ 10 ha. Le chiffre peut être ramené à 6 ha si on se limite aux pentes du tell et, même, seulement à 4 ha pour le sommet. La situation est similaire à Tel Aphek et Tel Rosh ha-Niqra. À Tel Aphek (fig. 4), le rempart n’est attesté en fouille que sur 13 m dans le chantier B et à l’emplacement du creusement d’un réservoir moderne, soit sur une quarantaine de mètres. Pour le reste, son tracé est restitué selon l’hypothèse confortée par des photos aériennes qu’il suivait à peu près la courbe de niveau des 31 m dans la partie nord du tell20. Selon une telle hypothèse, la superficie du site serait de 10 ha. À Tel Rosh ha-Niqra, on ne connaît rien du tracé du rempart. Il est supposé qu’il suivait la courbe de niveau des 45 m21. La superficie du site reste largement indéterminée. Un point extrême d’incertitude dans l’évaluation des superficies des « villes » levantines est illustré par le site de Tel ‘Erani (fig. 5). Comme pour Tel Aphek, le tracé très incertain de son rempart est principalement reconstitué à partir d’une photo aérienne. L’hypothèse des fouilleurs est que le rempart englobe, dès le niveau VII, la terrasse haute et la partie sud de la terrasse basse du tell, ce qui représente une superficie de 24 ha22. Une réduction de la superficie du site à 16 ha est supposée pour le Bronze ancien III23. Pourtant, on peut constater que sur les chantiers F et C, aucun rempart ne fut trouvé. L’acropole n’aurait pas été fortifiée. Nous supposons que le tracé du rempart obliquait du chantier K vers le chantier G. Selon cette hypothèse, le rempart a un tracé triangulaire d’environ 220 m de côté. Il aurait enceint une superficie de seulement 3,4 ha. On est bien en-dessous du chiffre de 24 ha proposé par les fouilleurs. Il semble bien que la superficie de 18 ha ne fut jamais dépassée par une « ville » du Levant sud au Bronze ancien.

  • 24 Miroschedji 1988c.
  • 25 Ils furent réalisés par J. Garstang. Jamais publiés, ils sont résumés dans Cali.away 1965, p. 13. (...)
  • 26 Lapp 1966b, p. 560.
  • 27 Rast et Schaub 1980, p. 25.
  • 28 Schaub et Rast 1984, p. 47.

19Il y a peu de sites où le tracé du rempart est attesté sur de grandes longueurs. On ne peut guère mentionner qu’Arad, Tel Yarmouth, Ay et Bab edh-Dhra‘. À Arad (fig. 6), le rempart devait avoir une longueur totale de 1176 m. Il délimite une superficie de 10 ha. Il a été fouillé sur une longueur de 188,8 m. Cela a permis d’identifier onze tours, deux portes principales et deux portes secondaires. Les fouilles les plus importantes ont eu lieu dans le chantier H sur une longueur de 91,80 m et dans le chantier K sur une longueur de 60,50 m. En outre, 650 m du rempart ont été reconnus par simple décapage de surface. À Tel Yarmouth (fig. 7), le rempart est recouvert par un important talus de terre qui dépasse parfois 5 m de haut24. Actuellement, cela permet de suivre son tracé en surface sur une longueur de 1,8 km. Les fouilles ont atteint le système de fortification sur les chantiers A, D, E, F, soit une longueur de rempart de 220-230 m avec une porte dans le chantier E. La superficie enclose est estimée par le fouilleur à 16 ha. À Ay (fig. 8), la ligne du rempart est visible en surface sous la forme d’une ligne de pierres. Plusieurs sondages effectués en 192825 indiquèrent que cela correspondait bien au tracé du rempart, qui délimite une superficie de 11 ha. À Bab edh-Dhra’ (fig. 9), l’existence du rempart du Bronze ancien II reconnu par P. Lapp26 est remise en cause par W. E. Rast et S. T. Schaub27. Ils contestent l’existence d’une telle structure à cette époque, notamment parce que dans l’extrémité ouest du site (le chantier IV), le rempart plus tardif du milieu du Bronze ancien IV repose directement sur le sol vierge28. Pour W. E. Rast et S. T. Schaub, le site n’a pu être fortifié qu’à partir du Bronze ancien III.

20Le cas de Bab edh-Dhra‘ pose la question de la continuité des remparts. En effet, le site ne semble pas fortifié dans sa partie nord, celle qui borde et domine le wadi. Certes, les fouilleurs ont envisagé la possibilité que le rempart nord ait été emporté dans le wadi. Mais le fait qu’à cet endroit, le relief naturel offre une protection suffisante et notre constat sur le terrain d’une absence totale de vestiges sont des éléments qui sont en faveur d’un rempart non continu. La superficie du site est estimée à 4,2 ha au Bronze ancien III. Elle était donc partiellement enclose. D’autres sites comme celui-ci n’étaient pas complètement fortifiés s’ils pouvaient profiter d’éléments du paysage pour assurer leur protection.

  • 29 Esse 1991, p. 37.
  • 30 Vaux 1961 et 1962

21C’est le cas à Beth-Yerah (fig. 10). Le rempart du Bronze ancien II n’est connu que dans des tranchées sur les côtés ouest et sud du site. En revanche, aucun rempart ne fut retrouvé sur le côté est qui est une des berges du lac de Tibériade. Les fouilleurs supposent fort justement que le lac représentait une protection naturelle suffisante pour la « ville » et que les habitants n’éprouvèrent pas le besoin d’y édifier un rempart. D’après des études du paléo-environnement, il est probable que le site était séparé de la côte au nord et à l’ouest par un bras du Jourdain29. Une situation similaire de protection naturelle existe aussi à Tell el-Far’ah. R. de Vaux, le fouilleur du site, déclare qu’il n’y avait pas de rempart sur le côté sud du site car il était naturellement protégé par la falaise du Wadi edh-Dhleib30.

  • 31 Biran 1994, p. 33

22Ce point sur les connaissances actuelles des tracés des principales fortifications permet de constater qu’excepté quelques cas comme Arad ou Tel Yarmouth, le tracé des remparts est le plus souvent largement postulé. Il s’agit généralement d’une hypothèse fondée sur un éventuel tracé régulier, suivant une même courbe de niveau. Sur les sites où le tracé des remparts n’est pas connu, la superficie est parfois simplement estimée par la répartition de la céramique en surface. C’est le cas à Tel Dan avec une superficie ainsi estimée de 20 ha31. Nous avons évoqué, avec la description des prospections, les limites d’une telle démarche.

23Il faut donc considérer que l’estimation des superficies encloses par les fortifications demeure largement incertaine pour l’essentiel des sites du Levant sud. De telles incertitudes conduisent à relativiser les propositions de superficies exceptionnellement supérieures à 20 ha faites pour Beth Yerah, Tel Dan ou Khirbet el-Makhruq. Par conséquent, 10 ha doit être considéré comme un chiffre moyen pour les « villes » du Levant sud et 16 ha un chiffre exceptionnel.

LA CATÉGORISATION DES SITES DU LEVANT SUD

  • 32 Kempinski 1992a, p. 68.

24Le tableau ci-après (tableau 16) indique que malgré des estimations incertaines de superficies, il est possible de constater la variété de la taille des sites fortifiés. Alors, est-il possible de regrouper dans une même catégorie des installations comme Jéricho ou Tel Yarmouth ? La réponse proposée habituellement est oui. Les archéologues considèrent que les deux sites, et par extension tous les autres sites fortifiés, entrent dans la catégorie des « villes ». Le postulat utilisé est que « fortification » égale « urbanisation » ou encore que le concept de fortification est rattaché à celui d’installation permanente32.

FORTIFICATION ET URBANISATION

25Pourquoi et comment justifier l’association systématique entre site fortifié et site urbain ? Les deux exemples de Jawa et Khirbet el-Umbashi permettent de critiquer cette assertion.

  • 33 Le site fut étudié par S. Helms de 1972 à 1986. Pour les rapports définitifs voir Helms 1981 et Be (...)
  • 34 Helms 1981. p. 89.
  • 35 Une fouille de comparaison a été réalisée sur le village de Tell Um Hammad dans la vallée du Jourd (...)

26Jawa est implanté dans le désert basaltique du nord-est de la Jordanie (fig. 11)33. Le site fortifié est daté par sa céramique non stratifiée du Bronze ancien IA, avant le début de la période « urbaine » du Bronze ancien II. Il s’agit de l’enceinte fortifiée la plus ancienne connue. S. Helms, le fouilleur du site, postule que la totalité de la surface du site était entourée par un rempart, et que la superficie enclose, soit 10 ha durant la phase 2, était recouverte de constructions34. Outre sa fortification, le site possède un système de canaux et de réservoirs pour capter et stocker les eaux du wadi et de ruissellement. Grâce à ces aménagements, une population pouvait vivre dans un environnement hostile à tout mode de vie plus ou moins sédentaire. Le rempart et le système de canaux amenèrent S. Helms à voir dans Jawa l’exemple de la première « ville » du Levant sud. Une telle affirmation ne manqua pas de provoquer les critiques de nombreux archéologues dérangés par le caractère anachronique que constituait la période d’occupation du site. Plusieurs d’entre eux doutèrent de la datation du site. Actuellement, ce point ne peut plus être remis en cause. Comme les fouilles de Tell Um Hammad l’ont montré, Jawa est daté du Bronze ancien IA35. En revanche, nous remettons en cause la nature urbaine du site. Contrairement à ce que postule le fouilleur, une visite du site permet de comprendre qu’il était loin d’être densément construit. L’habitat, dont toutes les ruines sont visibles en surface, est assez dispersé. Il ne présente aucune caractéristique urbaine. Bien que le site soit entouré d’un rempart, il ne s’agit pas d’une ville. Une fouille plus récente, réalisée à Khirbet el-Umbashi valide ce constat.

  • 36 Le plan de l’enceinte n’est pas encore publié. Pour le dernier rapport préliminaire voir : Braemer (...)

27Khirbet el-Umbashi est implanté dans la frange semi- désertique de la région du Safaa (sud de la Syrie), une autre partie du désert basaltique36. Une enceinte y fut construite durant le Bronze ancien II (vers 3000-2900 av. J.-C. d’après des datations C14). Les fouilles permettent d’être formelles sur un point. L’aire de 4 ha entourée par la fortification était vide de toute construction. Le constat est d’ailleurs facile à établir car, comme à Jawa, le socle rocheux affleure dans la plus grande partie de la surface enclose.

28Malgré des différences de datation et de conception, Jawa et Khirbet el-Umbashi sont comparables en de nombreux points. Outre une implantation dans des écosystèmes similaires, comme Jawa, Khirbet el-Umbashi possède un vaste réseau de captage et de stockage des eaux. Quatre secteurs d’occupation datés du Bronze ancien ont été identifiés à proximité de l’enceinte fortifiée. Ils sont tous en dehors du rempart. Ils se composent d’habitats et d’enclos. Ils sont clairement la marque de populations de semi- nomades. L’enceinte fortifiée aurait servi de protection en cas de danger pour les populations de Khirbet el-Umbashi et de ses alentours. Une telle fortification a aussi une fonction plus symbolique. Elle peut servir à marquer la revendication territoriale d’un groupe humain sur une région. Avec les deux exemples de Jawa et de Khirbet el-Umbashi, on a la preuve que des populations de semi-nomades utilisèrent des enceintes fortifiées durant le Bronze ancien I et le Bronze ancien II. Les fortifications de Jawa et Khirbet el-Umbashi sont des fondations ex-nihilo, une forme d’implantation pour l’exploitation d’une région où l’on ne peut imaginer d’autre activité de production que l’élevage du fait du paléo-environnement.

29Deuxième constat, la fortification n’est pas une invention urbaine puisqu’elle existe avant l’apparition des premières « villes », dès le Bronze ancien IA. Elle est mise en œuvre par une population clairement non urbaine et non sédentaire. Pour ces deux raisons, la présence d’une fortification n’est pas un argument déterminant permettant d’identifier une ville ou une seule catégorie de sites. D’ailleurs, d’autres exemples de sites fortifiés témoignent de la variété des établissements fortifiés dans le Levant sud.

LES ENCEINTES FORTIFIEES

  • 37 Voir les premiers rapports dans Gutman 1972 et un rapport plus récent dans Kochavi 1989b, p. 1-9.
  • 38 Zertal 1993, p. 113-125.
  • 39 Gal 1988, p. 1-5.
  • 40 Pour un historique de ces découvertes, voir Zertal 1993, p. 113-114.
  • 41 Une telle définition est donnée par A. Zertal (Ibid, p. 119) et reprise notamment par Esse 1989, p (...)

30Depuis les prospections dans le Golan vers la fin des années soixante, on connaît l’existence de grandes enceintes fortifiées (en anglais : enclosure)37. Depuis, d’autres enceintes similaires ont été découvertes en Samarie38, en Basse-Galilée39, dans l’Ajlun40, et jusque dans la région de Bosra dans le sud de la Syrie (inédit). Ce type d’enceintes est diffusé principalement dans la zone nord du Levant sud. Le matériel céramique trouvé en surface à l’intérieur des enceintes permet de les dater du Bronze ancien I, II et III. Selon la définition en vigueur jusqu’à présent, une enceinte fortifiée était une aire peu ou pas construite, entourée par des fortifications41. Les enceintes sont essentiellement localisées dans des régions de collines au climat méditerranéen ou plus steppiques, parfois concentrées dans des zones bien précises. Par exemple en Samarie, les enceintes sont implantées dans un secteur de 11 km sur 10 km. Il y a deux types d’enceinte : les enceintes installées sur des extrémités d’éperons rocheux et celles construites sur des terrains plus plats. Comme pour certains des sites fortifiés décrits ci-dessus, les enceintes sur les éperons rocheux utilisent les escarpements naturels et limitent le recours aux fortifications pour protéger les zones les plus faciles d’accès.

Tableau 16- Estimation des superficies des principaux sites fortifiés aux Bronze ancien II et Bronze ancien III

Tableau 17- Quelques exemples de superficies d’enceintes

  • 42 Zertal 1993, p. 115.

31Les enceintes protègent des superficies légèrement plus réduites que celle de Khirbet el-Umbashi, mais parfois plus importantes que certaines « villes » comme Jéricho (tableau 17). Les remparts des enceintes peuvent être tout aussi imposants que ceux d’une « ville ». Par exemple, l’enceinte d’Es-Sunkur (fig. 12), datée du Bronze ancien I, est constituée par des murs d’une épaisseur moyenne de 2- 3 m. Certains de ses murs sont renforcés par des rampes de terre et des tours. Le côté sud, le plus accessible, est défendu par un mur de 60 m de long, d’une épaisseur de 6 m et conservé sur une hauteur de 4 m42.

  • 43 Kochavi 1993, p. 915-916.
  • 44 Gal 1988, p. 50.

32Un autre exemple de fortifications imposantes se trouve à Leviah, dans le sud du Golan (fig. 13). La fortification de l’enceinte se compose de trois murs transversaux. Ils isolent et protègent 750 m de la pointe d’un éperon. Le mur extérieur est large de 10 m à sa base avec une hauteur de conservation de 5 m. Une porte flanquée de deux tours permet de franchir l’enceinte. Par la suite, la porte fut bouchée par un mur. Le second rempart a une épaisseur de 4 m. Il possède une porte disposée dans l’axe de la première porte. Outre son mode de fortification classique, le site est particulièrement intéressant. Il révèle que les enceintes pouvaient être assez densément construites. En effet, une tranchée fut réalisée en travers de l’éperon derrière le deuxième mur. Elle permit de découvrir une dizaine d’habitations du Bronze ancien III réparties de part et d’autre d’une rue menant à la porte du rempart intérieur43. Le site est fortifié et densément bâti, du moins dans le secteur de la tranchée de fouilles. Si toute la superficie, protégée par le premier rempart, est construite, cela représente une agglomération d’environ 6 ha. Faut-il, comme M. Kochavi, considérer l’enceinte de Leviah comme un site urbain ? Z. Gal, lui, propose de voir dans ces enceintes des sites voués à l’élevage et dépendant pour les exemples du Golan de centres « urbains » comme Tel Dan44. Les exemples de Khirbet el-Umbashi et de Jawa semblent confirmer cette fonction. Mais aucun fait ne permet d’argumenter en faveur d’une dépendance entre ces sites et des sites urbains.

  • 45 Epstein 1993b, p. 531.

33Ces découvertes changent considérablement la vision que l’on peut avoir des sites fortifiés dans le Levant sud. Rien que dans le Golan, il n’y a pas moins de 27 sites et enceintes fortifiées identifiés45.

34Avec les enceintes de Jawa, de Khirbet el-Umbashi, celles du Golan, de Samarie et de Basse-Galilée, on a la preuve de l’existence d’une catégorie de sites fortifiés non urbains qu’il faut associer à des populations nomades. Ils ne doivent pas être les seuls exemples dans le Levant sud. Nous avons vu que pour bon nombre de sites, les fortifications du Bronze ancien n’étaient que très partiellement connues ou fouillées et que très souvent les niveaux d’occupation de la même période n’étaient pas atteints. Par conséquent, des sites considérés comme des villes parce qu’un rempart y a été découvert peuvent appartenir à la catégorie des enceintes fortifiées. C’est l’hypothèse que nous formulons pour Bab edh-Dhra’. Le site est effectivement partiellement enceint. L’aire protégée est peu construite et sa faible superficie (4,2 ha) rend Bab-edh-Dhra’ assez comparable à Khirbet el- Umbashi, Jawa ou Leviah. Comme Jawa et Khirbet el- Umbashi, Bab-edh Dhra’ doit être une installation de semi- nomades. L’historique de son développement va d’ailleurs dans ce sens. Rappelons que Bab edh-Dhra’ fut d’abord une nécropole de nomades. Puis un rempart fut construit avec quelques maisons à l’intérieur (dont le sanctuaire). Comme à Khirbet el-Umbashi, une agglomération fut construite tardivement (au Bronze ancien III) à l’extérieur et à l’extrémité ouest des remparts.

35À travers les différents exemples d’enceintes fortifiées, nous constatons qu’une fortification n’est pas le seul fait d’une population sédentaire. Des populations de semi- nomades protègent ainsi leurs installations, mais pas obligatoirement leurs habitations. Des populations rurales protègent aussi leur agglomération de la même manière. De plus, la nature et l’importance des fortifications ne varient pas de manière significative selon des catégories de sites, urbains ou non urbains. Dès lors, il est difficile de continuer à caractériser et d’identifier un site urbain par la présence d’un rempart.

LES EVALUATIONS DE LA POPULATION

36Les évaluations de la population sont sujettes à des incertitudes du même type que celles relatives à l’estimation des superficies des sites. Elles reprennent des données provenant des prospections et se heurtent à la difficulté du choix d’un taux de concentration de la population.

  • 46 Broshi et Gophna 1984 ; Gophna 1984 ; Gophna et Portugali 1988 ; Finkelstein et Gophna 1993 ; Port (...)
  • 47 Broshi et Gophna 1984, p. 45.

37Les travaux de M. Broshi, R. Gophna et J. Portugali sont les plus représentatifs de la tendance actuelle en archéologie (essentiellement pour la région de la Palestine)46. Dans leurs recherches, ils utilisent des taux de concentration de la population admis par la majeure partie des archéologues. Ils proposent le chiffre de 150 personnes par ha pour les sites non urbains de moins de 1 ha, 250 personnes par ha pour les sites de moins de 7 ha, 200 personnes par ha pour les sites urbains de 7 à 15 ha et 150 personnes par ha pour les sites urbains de plus de 15 ha. La variation du taux s’explique par un espace public jugé plus important dans les grandes « villes »47. Cela a pour conséquence de diminuer la concentration de la population. Les catégories ainsi définies peuvent varier d’un article à l’autre. Dans un autre article, R. Gophna répartit les sites selon quatre catégories de superficie : 8 ha et plus, entre 4 et 8 ha, entre 1 et 4 ha et moins de 1 ha. Dans la dernière catégorie de 4 à moins de 1 ha, les sites sont considérés comme des villages ou des hameaux. La classification de R. Gophna revient à classer le site de Jéricho (d’une superficie de 3,5 ha) dans la catégorie des villages. Pourtant il s’agit d’un site fortifié que les archéologues considèrent traditionnellement comme une « ville ».

  • 48 A titre d’exemple, lire C. Kramer qui mentionne des différences du simple au double pour des villa (...)

38On voit l’importance de la détermination de la nature urbaine d’un site pour le calcul de la population. Il est d’ailleurs intéressant de constater que dans le cas présent la nature urbaine ou rurale d’un site est déterminée par sa superficie. Le coefficient du taux de concentration de la population varie selon deux critères : la nature urbaine du site et une concentration supposée de population. De telles affirmations considèrent que les sites sont tous uniformément peuplés dans chacune des catégories. Les exemples d’enceintes comme Jawa ou Bab edh-Dhra témoignent du contraire. Il faut aussi rappeler qu’il est toujours difficile d’évaluer la taille d’une famille occupant une unité d’habitat48. Le taux d’occupation au m2 relève de notions d’espace personnel qui sont difficiles à cerner car culturellement fluctuantes. Pour ces différentes raisons, il est difficile d’établir un rapport entre la superficie d’un site, sa nature et sa population.

LES DEUX CATEGORIES DE SITES FORTIFIES

39Il s’avère très hasardeux de classer par catégories les sites selon leurs Superficies, la présence d’un rempart ou l’estimation d’une population. Il est néanmoins possible de proposer l’existence de deux grandes catégories de sites fortifiés au Levant sud : les bourgs et les enceintes. A priori, la différence entre les deux catégories peut s’établir selon une densité d’occupation plus ou moins élevée. Deux problèmes se posent toutefois. L’exemple de l’enceinte de Leviah montre que certaines enceintes pouvaient être, du moins par endroits, assez densément construites. Ensuite, comment est-il possible d’évaluer le seuil à partir duquel la concentration de l’habitat d’un site fortifié est suffisante pour qu’on le considère comme un bourg ? Il faut donc garder à l’esprit que notre catégorisation binaire est très schématique. Elle devra être précisée par la création de sous-catégories mieux définies. Cependant, il est intéressant d’étudier les caractéristiques communes aux deux catégories de site. Elles sont autant d’arguments en faveur d’un abandon de la notion de « ville ».

LES DIFFÉRENTES FORMES DE PLANIFICATION D’UN SITE FORTIFIÉ

40La planification d’un établissement est souvent évoquée comme la preuve de son caractère urbain. L’équivalence se fait par référence à la conception d’un pouvoir centralisateur capable d’imposer une vision synthétique de l’organisation de l’aire urbaine. Plusieurs exemples permettent de comprendre que la planification d’un site peut être le fait de groupes humains structurellement très différents. Une planification peut se manifester dès le premier niveau d’occupation, mais aussi lors de la reconstruction du site et de ses aménagements intra muros et alentour.

LES EXEMPLES D’AMENAGEMENT AUX ALENTOURS D’UN SITE

  • 49 Il est difficile de dater les installations hydrauliques. La datation de celles de Jawa peut s’éta (...)
  • 50 Braemer et Echallier 1995, p. 349.

41Jawa montre que, déjà au début du Bronze ancien IA49, il existait au Levant sud un savoir-faire en matière de captage et de stockage de l’eau, une connaissance primordiale dans des régions arides et semi-arides où il faut profiter de la moindre pluie et de chaque crue de wadi. Le principe développé à Jawa est simple mais il demande un aménagement important de la région alentour. Pour la récupération des eaux de ruissellement, des petits murs (canaux) sont construits en travers des pentes ou juste en dessous des lignes de crête pour amener l’eau dans des réservoirs. Des barrages de dérivation et des prises d’eau sur le cours des wadis complètent le dispositif. Ils permettent de récupérer une partie des eaux des crues. Des techniques similaires se retrouvent au Bronze ancien II à Khirbet el- Umbashi et à Hebariyeh50. Les deux sites sont implantés dans une zone du Safaa dénuée de nappes aquifères sous- basaltiques. Les seules ressources en eau sont, comme à Jawa, les eaux de ruissellement et les eaux du Wadi Umbashi. Le principe mis en œuvre est donc similaire à celui utilisé à Jawa : des canaux pour drainer les eaux de pluie vers le wadi et des barrages de dérivation pour amener l’eau du wadi vers des réservoirs. En plus d’un grand réservoir principal, il y a à Khirbet el-Umbashi un réservoir de plus petite dimension aménagé en bordure du wadi. Il a la particularité d’être inclus dans le tracé du rempart qui se poursuit de l’autre côté du wadi. Sur le site voisin de Hebariyeh, on retrouve un système de captage des eaux de ruissellement par l’intermédiaire de canaux de captage de pente. À Laboué (dans le Leja), il y a au centre du site du Bronze ancien II une grande citerne. Selon M. Al-Maqdissi, son inventeur, un système de canaux, dont certains souterrains, s’étendant sur plusieurs kilomètres, amenait ainsi l’eau au centre du site fortifié.

LES AMENAGEMENTS PONCTUELS

42Dans les « villes » du Levant sud on trouve d’autres dispositifs pour la récupération et le stockage des eaux de ruissellement. À Arad, R. Amiran envisage l’existence d’un réservoir sous le réservoir de l’âge du Fer que l’on voit actuellement sur le site. Elle pense que l’on récupérait, par simple gravité, les eaux de pluie qui tombaient dans la vaste cuvette autour de laquelle le site est implanté.

  • 51 Callaway 1978, p. 51.
  • 52 Prag et Barnes 1996, p. 58-59.

43Un dispositif similaire est mieux attesté à Ay. Au niveau VI (tableau 22), un réservoir, stratigraphiquement associé à la reconstruction du mur d’enceinte B, fut installé dans le chantier K (carré K IX), à environ 1 m de la porte. Construit sur trois côtés, il se compose d’une couche d’argile rouge recouverte de dalles plates. Il est délimité par une berme arrondie de la même composition. Le talus se retrouve 25 m plus loin dans le carré K II. Il a une longueur nord-sud de 25 m et une largeur restituée est-ouest de 20 m avec une profondeur variant entre 2-2,5 m. Cela donnerait à ce réservoir une capacité de 1°000 m3 que l’on peut porter à une capacité de 1°500 m3 quand ses bords étaient plus hauts qu’ils ne le sont actuellement. Selon J. Callaway51, le soin avec lequel les dalles du fond ont été jointes est la preuve que l’on voulait conserver l’eau et pas seulement la drainer. Plus au nord, sur le chantier J, au même niveau, une couche de la même argile rouge épaisse de 5 m fut posée du lit rocheux jusqu’au sommet du rempart B. De grosses pierres furent plaquées contre cette couche, bloquant la porte du Bronze ancien II. Ainsi créée contre la face interne du rempart avec une pente de 15 degrés, la digue devait permettre d’amener les eaux de ruissellement de pluie jusqu’au réservoir du chantier K. Comme pour Arad, la topographie du site a servi à la conception d’un système de récupération des eaux. Cela semble aussi se retrouver à Tel Barakat, où le rempart du Bronze ancien II-III coupe le lit du wadi pour récupérer l’eau grâce à un dispositif que les fouilleurs estiment similaire à celui d’Arad ou d’Ay52.

  • 53 Ibrahim et Mittman 1989, p. 645.

44Enfin, on peut citer une structure jusqu’à présent unique pour la période. Sur le site de Khirbet Zeiraqun, trois puits ont été découverts. L’un d’entre eux, profond de 100 m, est muni d’escaliers qui permettent d’atteindre la nappe phréatique53.

L’IMPLANTATION DES SITES

  • 54 Gophna et Cresson 1979, p. 460, fig. 9.

45Une réflexion précède l’implantation d’un site fortifié, afin notamment de pouvoir choisir un terrain apte à un aménagement de récupération des eaux de ruissellement ainsi que d’autres critères que l’on ne connaît pas. Cette réflexion et ce type de dispositif semblent avoir une influence sur la morphologie du site en décidant du tracé du rempart. Par exemple, Ay, Tel Yarmouth, Khirbet el-Makhruq et Tel Gat54 ont tous les quatre une enceinte de forme subtriangulaire avec une pointe du triangle localisée sur une hauteur naturelle et le reste du site établi en contrebas sur les pentes. Un tel type de disposition avait l’avantage de permettre de récupérer, comme à Ay, les eaux de ruissellement. Organisé autour d’une cuvette naturelle, Arad représente un second type d’implantation en vue d’une récupération des eaux de ruissellement. Le dispositif était vraisemblablement associé à un puits. Les trois exemples découverts à Khirbet Zeiraqun attestent que le principe était connu et utilisé.

  • 55 Gophna 1992, p. 268, fig. 2.

46Pour les sites installés sur des tells ou des éminences naturelles, la proximité d’une source suffisait à subvenir au besoin en eau. Elle ne demandait pas obligatoirement d’aménagements particuliers. C’est cette situation que l’on semble retrouver à Jéricho, Megiddo, Tell el-Far’ah, Tel Poran55, Tell Ta’annek, Tel Aphek et Tel Dothan.

LES AMENAGEMENTS DE L’AIRE ENCEINTE

  • 56 Lapp 1970, p. 113.

47À travers l’étude des modes d’aménagement d’une aire construite, on peut saisir la planification du site et la nature éventuellement hiérarchisée du bâti. Souvent, les sites urbains du Bronze ancien II sont d’anciens villages du Bronze ancien I qui s’entourent d’une fortification et remodèlent leur bâti. La reconstruction est l’occasion de réaliser des opérations de planification sur le site. On ne peut pas pour autant parler d’urbanisme. Comme le soulignait P. Lapp56, le passage des villages aux « villes » fortifiées est une évolution qui reste difficile à appréhender matériellement et culturellement. Parfois, un tel passage peut se constater en stratigraphie par la construction d’un rempart sur les maisons du niveau précédent. À Ay, par exemple, le rempart a été construit au début du Bronze ancien II sur les constructions du village de la fin du Bronze ancien I. À Tel Yarmouth, le niveau du Bronze ancien II est marqué par la construction du rempart A de la phase IA (tableau 33).

48Dans d’autres cas, le changement est moins évident comme dans celui de Tell el-Far’ah. Plusieurs des premiers bâtiments de la « ville » sont en connexion stratigraphique avec des constructions du village précédent. Le passage du niveau pré-urbain au niveau urbain est plus net à Arad (chantier L, niveau III) (tableau 21). Une opération de nivellement a eu lieu alors que le rempart venait d’être construit. L’opération a permis aux constructions du premier niveau « urbain » de s’installer en comblant les fosses du village du Bronze ancien I qui défonçaient la majeure partie du chantier. Les traces de l’opération se discernent dans les loci 1325, 1331, 1329 du chantier L et cela bien qu’aucune structure complète ne soit conservée. De même, au centre de Bab edh-Dhra’ (sur le chantier XIV), le début du Bronze ancien II (première période urbaine) est marqué par un nivellement constitué d’un apport artificiel de terre de 1,50 m d’épaisseur qui scelle les niveaux du Bronze ancien IB (tableau 24).

49À partir du Bronze ancien III, les planifications et les travaux d’aménagement des surfaces à bâtir prennent parfois une grande ampleur. On le constate sous des formes différentes sur les sites de Megiddo, Bab edh-Dhra’ et Tel Yarmouth.

  • 57 Sur le chantier D du niveau du Bronze ancien III (Herr 1993, p. 232, fig. 2).

50À Megiddo, il existe un dispositif d’aménagement des pentes du site, à l’échelle du quartier. Sur le chantier BB (niveau XVII, Bronze ancien III), la pente ouest-est fut aménagée en trois terrasses. La bordure de la première terrasse est marquée par un épais mur (mur 4144). Un dispositif similaire se retrouve à ‘Umeiri où trois terrasses, supportant des pâtés de maisons rectangulaires, ont été retrouvées57.

  • 58 Donahue 1985, p. 135.
  • 59 Voir la coupe ouest du chantier XVI.2 dans les niveaux du Bronze ancien III et IV, Schaub et Rast (...)
  • 60 Schaub et Rast 1984, p. 52.

51On connaît un exemple extrême d’aménagement à Bab edh-Dhra‘. Le site fut implanté sur un aplomb descendant en de nombreux endroits avec une pente de 36° dans la gorge du Wadi Kerak. Les endroits naturellement plats sont très rares. Les pentes du site furent aménagées en plusieurs endroits avec des murs de terrasse58. Ils délimitaient des petites surfaces, le plus souvent non construites. Ils furent probablement édifiés afin de lutter contre les glissements de terrain59 ou pour rendre la pente moins forte préalablement à la construction de bâtiments comme sur le chantier XIX (Bronze ancien III)60. Les enceintes comme les « villes » étaient l’objet d’aménagement.

52À Tel Yarmouth, au Bronze ancien II, les maisons étaient construites sur des terrasses naturelles (repérables sur les chantiers C, G, H). Au Bronze ancien III, des terrasses artificielles ont recouvert les petites terrasses naturelles. Trois rangées de terrasses artificielles, constituées par des séries de caissons rectangulaires remplis de petits blocs, sont visibles sur le chantier H. Recouverte par un enduit chaulé, chacune des terrasses supporte des constructions grâce à un épais mur de soutènement, conservé sur une hauteur de 1,70 m. On devait circuler d’une terrasse à l’autre par l’intermédiaire de rampes.

PLANIFICATION ET CENTRALISATION DES POUVOIRS

53Les exemples de Khirbet el-Umbashi et de Jawa sont la preuve qu’une organisation et une planification de grande envergure ne doivent pas être systématiquement mises en relation avec un pouvoir centralisateur de type urbain ni même sédentaire. Dans le domaine de l’aménagement des systèmes de captage et de stockage de l’eau, la société du Levant sud du Bronze ancien IA avait les mêmes capacités de planification et d’organisation que la société du Levant sud au Bronze ancien II. De ce point de vue, il n’y a pas de grands changements entre les deux périodes. Voila pourquoi les aménagements que l’on trouve dans les sites fortifiés ne peuvent pas être considérés comme étant spécifiquement le témoignage de l’existence d’un pouvoir centralisé de type urbain.

DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE DES BOURGS

  • 61 Pour une présentation des datations des niveaux des sites mentionnés dans le texte, voir les table (...)

54Dans la description morphologique des sites les mieux connus au Levant sud, nous faisons référence à des niveaux ou à des numéros de murs pour les remparts. Les tableaux ci-après indiquent la datation en vigueur pour les différents sites mentionnés. Généralement, il s’agit d’une datation proposée par les fouilleurs des sites. Il n’y a pas de corrélations bien établies entre les différents sites et même entre les dates auxquelles se réfèrent les archéologues pour les différentes périodes du Bronze ancien61.

L’EVOLUTION DES FORTIFICATIONS DU LEVANT SUD

  • 62 Schaub 1982, p. 74.

55Il n’est pas nécessaire de rechercher une origine étrangère (Egypte, Syrie du nord ou Mésopotamie) aux techniques de fortifications et d’imaginer l’arrivée vers la fin du Bronze ancien I/début du Bronze ancien II de groupes détenteurs d’une culture urbaine et d’un savoir-faire technologique en matière de fortifications. La remarque de R. T. Schaub sur la continuité de la B Tradition, céramique locale que l’on retrouve avant et après les premières fortifications du Bronze ancien, est à cet égard significative62. De plus, les fortifications de Jawa prouvent que le principe de protection d’un site par des remparts et des tours était connu et mis en œuvre dans la région dès le début du Bronze ancien I. Les bourgs ne font que reprendre une technique déjà mise en œuvre par des populations nomades de la période antérieure.

56Pour l’ensemble de la région du Levant sud le mode de construction des fortifications présente de grandes similitudes et des évolutions convergentes. Il est intéressant de mentionner quelques grandes étapes qui marquent l’évolution des systèmes de fortification.

  • 63 O’Connell et Rose 1984, p. 274.

57Ainsi, à la fin du Bronze ancien II, le premier changement d’importance est la disparition des tours saillantes semi-circulaires. Elles constituaient jusqu’alors le mode le plus commun de protection des remparts. À Arad cela se produit à l’occasion des destructions du rempart et du site qui ne connaîtra par la suite qu’une occupation sporadique. À Jéricho la seule tour connue de ce type fut détruite en même temps que le mur B et le restant du mur A. L’ensemble s’écroule vers l’ouest, à l’extérieur du site. Selon K. Kenyon, la cause en serait un tremblement de terre datant de la fin de la phase xxxix (voir tableau 28). La reconstruction du rempart avec le mur C ne révèle aucune tour dans la tranchée I. A Ay les tours des portes (sur les chantiers K et L) disparaissent lors de la destruction du site à la fin du niveau V (fin du Bronze ancien II). À la même période apparaissent les premiers exemples d’appareils cyclopéens utilisés dans les remparts. Les tours saillantes semi-circulaires sont souvent remplacées par des bastions rectangulaires. Certains d’entre eux apparaissent en fait dès le Bronze ancien II. C’est un élément de défense se trouvant soit en saillie, soit de part et d’autre du rempart. L’exemple le plus connu est celui de la citadelle d’Ay (chantier A). En fait, il s’agit d’un bastion construit sur le mur B du rempart. Il est long de 30 m pour une largeur de 8-9 m. On en trouve d’autres exemples sur plusieurs autres sites comme Tell el- Far’ah, Tel Yarmouth, Tell Ta’annek, Khirbet el-Umbashi, etc. Il y a même un exemple de bastion à casemates à Tel el- Hesi63

58La disparition des tours semi-circulaires peut s’expliquer par le développement de nouvelles techniques d’attaque comme celle du bélier ou celle qui consiste à saper la base des tours. En effet, les tours semi-circulaires possèdent toutes une pièce au rez-de-chaussée. Le fait de voir les tours (structures creuses) remplacées par des bastions pleins dénote un souci de protection contre des tentatives de sape des murailles. Mais la défense au niveau du sol au pied du rempart s’avère alors impossible. Il faut créer des protections avancées comme les plates-formes, les avant-murs et les glacis.

  • 64 Miroschedji 1976, p. 136.
  • 65 Yadin 1963, p. 146.

59Si rien ne permet d’affirmer l’existence de la technique du bélier dès cette époque, la technique de descellement de la base des remparts est en revanche plus probable. P. de Miroschedji64 a fait remarquer que l’on voit apparaître à la fin du Bronze ancien II dans certaines tombes des pointes de lance (d’environ 40 cm de long) sur divers sites palestiniens. Il s’agit sans doute d’armes d’apparat sans rapport avec une technique de descellement des pierres. En revanche, le relief de la tombe égyptienne d’Anta (vers 2400 av. J.-C.) montre des Égyptiens en train d’attaquer la base d’un rempart à l’aide de pics. Une scène du même type est représentée sur une peinture murale de la tombe de Kaemheset à Saqqarah65 (vers 2200 av. J.-C.). Cela laisse supposer que la technique, iconographiquement attestée dans un pays limitrophe, était aussi possible au Levant sud à la même période.

  • 66 Kempinski 1992a. p. 72.
  • 67 Joffe 1991. p. 261.

60Tout au long du Bronze ancien II et du Bronze ancien III, on constate une importance croissante des systèmes de fortifications, un changement qu’il faut mettre en relation avec une évolution de la poliorcétique. Toutefois, l’évolution ne semble pas obéir à des règles rationnelles. Comme le souligne A. Kempinski66, la disparition au Bronze ancien IIB des tours saillantes semi-circulaires qui offrent des caractéristiques militaires supérieures aux bastions est difficile à comprendre. D’ailleurs A. H. Joffe constate que les fortifications du Bronze ancien sud levantin sont loin d’atteindre l’efficacité que l’on pourrait en attendre67. C’est pourquoi il convient de faire entrer en ligne de compte dans cette évolution des facteurs comme la nature des pouvoirs de coercition et les forces de travail disponibles. La fortification d’un site n’apparaît pas au Bronze ancien comme une activité purement rationnelle liée à sa protection. S’il y a effectivement une évolution vers le gigantisme des fortifications de quelques sites du Bronze ancien III, pour l’essentiel, il n’y a pas de différences importantes entre les sites « urbains » et les enceintes fortifiées ou les sites comme Jawa ou Bab edh-Dhra’. La fortification relève d’une tradition largement diffusée et partagée par des groupes humains très différents par leur mode de vie et leur type d’habitat.

L’ORGANISATION DE L’HABITAT

  • 68 Ben-Tor 1992a, p. 62 et 64.

61Du fait de fouilles généralement restreintes, l’organisation de l’habitat n’est saisissable que sur les sites de Tell el-Far’ah, Tel Yarmouth, Arad et, dans une moindre mesure, Khirbet Zeiraqun, Tel Aphek et Tel Qashish. Pourtant, trois de ces sites sont suffisants pour constater la variété de l’habitat dit « urbain » et de ses formes d’organisation. En effet, chacun de ces trois sites se caractérise par un habitat différent. Ainsi distinguons-nous trois catégories d’habitat : un habitat centré sur cour à Arad, un habitat organisé en îlots à Tell el-Far’ah et un habitat agglutinant à Tel Yarmouth. Les trois types d’habitat structurent les « villes » de manière différente. Dans une étude récente, A. Ben-Tor68 ne distinguait que deux catégories d’habitat : d’une part des pièces oblongues uniques (single-room broadhouse) et d’autre part, un groupe de constructions avec cour (forecourt building). La catégorisation nous paraît peu significative. Si de tels exemples existent, ils correspondent uniquement à une taille plus ou moins importante d’une unité d’habitation. Ils sont issus du même modèle comme à Arad. Toutes les habitations y sont des variations d’un seul plan de base et suivent un mode identique de regroupement. Les variations constatées à Arad sont déterminées par les dimensions plus ou moins importantes de l’unité d’habitation.

L’habitat centré sur cour

  • 69 Voir Amiran 1988, p. 12.
  • 70 Les fouilles d’Arad sont publiées dans Amiran 1988 et Amiran et Ilan 1996.

62L’habitat d’Arad est sans nul doute le mieux connu pour toute la région sud levantine (fig. 14). Les habitations sont suffisamment homogènes pour qu’une définition puisse être facilement proposée69. Le bâti ordinaire s’organise en une unité d’habitation centrée sur cour (fig. 15). Une habitation est constituée d’un bâtiment monocellulaire barlong avec un sol en terre battue à une altitude inférieure à celle du sol de la cour. La pièce est bordée par une banquette en pierre. En son centre, une dalle servait de base au pilier qui supportait la toiture plate. Au bâtiment principal, qualifié de pièce d’habitation du fait de la présence des banquettes, un second bâtiment plus petit appelé cuisine-resserre est adjoint. La seconde pièce pouvait contenir un mortier, un grenier, un foyer, des meules et diverses céramiques. Le foyer (ou le four) se trouvait dans une cour fermée qui est le point central du schéma de circulation de l’ensemble architectural. Des pièces supplémentaires, sans fonction identifiable, peuvent être associées à cet ensemble de bâtiments. À partir de ce module de base, il y a des variations selon l’utilisation faite du bâtiment, de sa taille ou du statut social de la famille. Il existe quelques bâtiments isolés. Leur existence ne remet pas en cause la très grande homogénéité des plans et de l’organisation du bâti ordinaire à Arad70.

L’habitat en îlot

  • 71 - Les différents rapports préliminaires des fouilles de Tell el-Far’ah ont été publiés par R. de V (...)
  • 72 Kochavi 1976, p. 5.

63L’habitat de Tell el-Far‘ah représente un second type d’habitat bien distinct71. Celui trouvé sur le chantier A de Tel Aphek serait assez comparable selon les fouilleurs72. À Tell el-Far‘ah, dès le premier niveau urbain (Bronze ancien II sur le chantier I (fig. 17 et 18) et niveau IV1 sur les chantiers II et III), les habitations sont organisées en îlots aux limites définies par des rues. Les différents chantiers, bien que sans correspondance chronologique précise, révèlent une organisation et des constructions similaires. Le plan type des pièces de Tell el-Far‘ah est rectangulaire avec un sol en terre battue. Les murs se composent d’une assise de pierre sur laquelle repose un mur en briques. Il n’y a pratiquement jamais de banquette. Souvent dallés, les seuils des portes mènent à la pièce avec un sol en contrebas. Sur le sol, il y a deux types de bases de poteau : au centre de la pièce ou décalés par rapport à la porte et contre les murs. Dans ce deuxième cas, la dalle est souvent plus petite. La portée moyenne des poutres était d’environ 2 m. Souvent, des jarres sont enterrées dans le sol. Il y a aussi des petites structures en pierres : greniers ou coffres de stockage. Bien qu’ils soient nettement limités par les différentes rues, les îlots ont une organisation interne difficile à saisir.

64Il est souvent impossible de reconstituer les limites des pièces et les différentes cours fonctionnant ensemble et qui constituent une unité d’habitation. Il y a des difficultés à différencier les surfaces couvertes de celles qui ne le sont pas. Par exemple, au niveau IV3 du chantier II, le locus 265 est considéré par R. de Vaux comme une cour car il y a une base de grenier de 2 m de diamètre. Pourtant, au centre de cette « cour », se trouvent 4 pierres qui constituent une base de poteau et, contre l’un des murs, une autre base de poteau. Ces indices vont en faveur d’une couverture peut-être partielle de l’endroit.

65La majeure partie des pièces fonctionne avec une ou plusieurs cours. D’après l’emplacement des crapaudines disposées à l’intérieur à gauche en entrant et le postulat que 2 m représente une portée limite pour les poutres de couverture, il est possible de reconstituer certains ensembles au plan incomplet. Au niveau IV3, les loci 623, 624 du bloc n° 2, l’entrée pouvait se faire de la rue 614 au locus 623 puis locus 624 (voir fig. 18).

  • 73 Voir par exemple Ben-Tor 1992a, p. 63, fig. 6.

66Souvent, les archéologues écrivent que les maisons de Tell el-Far‘ah sont semblables à celles d’Arad et l’on donne en exemple une maison avec banquette qui ressemble effectivement à celles d’Arad73. En fait, ce type de maison est assez rare à Tell el-Far‘ah. Il y en a un exemple sur le chantier I (niveau Bronze ancien IIA). Il y en a d’autres dans le chantier II : le sanctuaire 671, la maison 664 (niveau IVI), les maisons 661, 655 (niveau IV2), la maison 609 (niveau IV3), la maison 260 (niveau IV4). Dans le chantier II, la maison 543 est souvent citée en exemple par les archéologues car c’est un des rares plans à avoir été publié par R. de Vaux. La maison 543 appartient au niveau IV6, un niveau où l’habitat est très clairsemé. Si les banquettes existent, elles ne sont pas un élément caractéristique des habitations de Tell el-Far‘ah.

L’habitat agglutinant

  • 74 Les plans de l’habitat de Tel Yarmouth ne sont pas encore publiés de manière définitive. Il faut c (...)
  • 75 Wagner 1972, p. 19, fig. 4.

67Tel Yarmouth recèle un troisième type d’habitat (fig. 18)74. Les fouilles sur le chantier G ont révélé une partie d’un îlot d’habitation, une agglutination qui selon le fouilleur, date de la fin du Bronze ancien IIIB (niveaux G-II). Ces habitations sont composées d’une grande pièce rectangulaire (par exemple la pièce 712, de 5,5 m sur 4 m) communiquant avec des pièces plus petites. Aucune pièce ne possède de banquette. Des dalles, bases de pilier, peuvent se trouver dans ces pièces, accolées aux murs, comme à Tell el-Far‘ah. Au niveau précédent (G-III/B-II), les habitations ont une orientation différente (nord-sud au lieu de nord-ouest - sud- est). Les plans sont identiques, composés d’une agglutination de cellules rectangulaires entre lesquelles la courbe d’une rue pavée de galets a été repérée. Pour chacun des deux niveaux stratigraphiques, les constructions sont orientées de la même manière. Le peu de l’habitat que l’on connaît d’Ay correspond au type de bâti de Tel Yarmouth75.

  • 76 Ben Tor, Portugali et Avissar 1981, p. 158, fig.14.
  • 77 Ibid.,p. 159, fig. 15.

68A Tel Qashish, les niveaux d’habitat du Bronze ancien III (chantier B, phase 3) montrent une série d’habitations réparties de part et d’autre d’une rue. Elles sont composées de deux pièces rectangulaires (entre 2,5-3 m de côté)76. La première pièce ouvre sur la rue et communique avec la seconde. Il y a des marches en pierre sur les seuils en cas de dénivellation entre les deux pièces ou vis-à-vis de la rue. L’habitat du niveau précédent (chantier B, niveaux 4-5) était construit avec des murs de pierres plus épais77. Bien que les plans soient moins distincts, il est possible de constater que les pièces étaient plus grandes. Deux d’entre elles, qui mesurent environ 6 m de long, sont d’ailleurs probablement des cours. Les angles de ces structures sont arrondis au contact de la rue.

LES MODES D’EVOLUTION DE L’HABITAT

  • 78 Amiran 1978 ; Amiran et Ilan 1996.

69A Arad, entre les niveaux III et II, on voit évoluer les parcelles initiales dont certains éléments architecturaux disparaissent ou s’ajoutent78. Le fait le plus frappant est la quasi disparition, au niveau II, des bases circulaires de grenier si nombreuses au niveau III, dans l’espace résiduel, entre les différentes constructions. La diminution du nombre des greniers ne correspond pas à une baisse des capacités de stockage. On voit apparaître des greniers plus petits. Seulement, ils sont localisés à l’intérieur des unités d’habitation, dans les angles des bâtiments ou, pour les greniers plus grands, dans la cour. La même tendance à l’intégration des éléments de la vie quotidienne dans les limites de l’unité d’habitation se retrouve pour les plates- formes rectangulaires. Il pourrait s’agir de plates-formes de cuisson. Au niveau III, elles ne sont plus construites dans l’espace résiduel. Comme les greniers elles sont reconstruites dans les cours des unités d’habitation.

70Les unités d’habitation évoluent par ajout, ou par subdivision. Le premier cas de subdivision connu est celui de la maison Kl 162. Au niveau III, elle présente la particularité d’avoir deux portes. Au niveau suivant, la porte dans le mur 606 est fermée et deux pans de murs intérieurs sont construits pour diviser la pièce en deux. La division se fait en même temps que l’ajout de la cellule 1168b. Une telle démarche dénote la volonté de renforcer l’intimité de la pièce 1163a, ou de faire de l’espace ouvert 1166 une cour avec une seule ouverture. Il y a un autre exemple de subdivision : le bâtiment 1876. Au niveau II, il se divise en trois avec la construction de murs de partition. Ils délimitent les cellules 1°844 et 1°884 qui ont des toitures séparées.

71La pratique de l’ajout est plus courante. Elle procède par aménagement d’un espace déjà acquis, le plus souvent une cour, ou par appropriation d’un nouvel espace. Il y a l’exemple de l’ensemble 2 du chantier K (fig. 19). Au niveau III, l’habitation 1°157b possède deux portes, une cuisine- resserre et une cour. Ses limites sont les murs 541, 659, 515 et le rempart. Au niveau suivant, les limites de l’ensemble sont repoussées pour permettre la construction des bâtiments 1173 et 1195. Sur le côté nord, il y a appropriation d’un nouvel espace par la construction des pièces 1°178a et 1°216. L’empiétement respecte le tracé de la rue.

72Il y a de nombreux autres exemples d’ajouts au niveau II. On peut les distinguer par une déformation du plan de base des maisons d’Arad. Dans le prétendu palais, l’ensemble 2 (S1-S4) offre la vision d’une organisation identique à celle de l’ensemble 2 du chantier K. De ce fait, une évolution similaire est envisageable. L’ensemble 1 du palais présente un curieux plan d’ensemble. En arrière de la pièce PI, la pièce P5 est accessible par un couloir à angle droit. L’agglomération de la pièce P2 se fait en suivant le même processus. Pour ce faire, elle utilise un couloir. La volonté de concentrer les différentes portes d’accès sur la partie sud est sans doute à l’origine de cette déformation. Cela permet de conclure qu’au moins les pièces P5 et P2 furent ajoutées à la première partie de l’ensemble PI, P4. Les différents exemples cités indiquent que du niveau III au niveau II l’évolution de l’habitat d’Arad devint plus complexe du fait d’une densification des constructions. On peut résumer l’évolution de l’habitat du site en trois étapes. La première étape d’installation avec une trame assez lâche est caractérisée par de nombreux greniers et plates-formes. L’habitation avec une cour enclose est l’unité d’habitation de base. La deuxième étape correspond à une nouvelle vague de constructions. Chaque ensemble d’habitation se clôture plus strictement autour d’une cour, créant un parcellaire aux limites plus tranchées. La dernière étape est caractérisée par une série d’agrandissements gênée par la densité du bâti.

73À Tell el-Far‘ah, l’évolution du bâti se déroule au sein d’une trame viaire qui ne change guère. Sur le chantier I, en dehors d’une réorganisation au début Bronze ancien II, les limites de l’îlot restent les mêmes jusqu’à l’abandon du site. Sur le chantier II, les différents îlots sont définis dès le niveau IA. Ils ne changeront pas jusqu’au niveau IV5. Le fait marquant sur les chantiers I et II, c’est la construction du rempart plus au sud, au niveau du Bronze ancien IIb pour le chantier I et au niveau IV4 pour le chantier II. Dans le premier cas, seul l’angle de l’îlot fut réaménagé pour permettre une circulation le long du nouveau rempart. Pour le second cas, sa construction est anticipée dès le niveau IV3. Les limites nord de l’îlot 3 sont déplacées d’au moins 7 m vers le sud, libérant un espace où s’élève le rempart au niveau IV4. Dans les techniques de construction, on constate une évolution entre le niveau IV1 et le niveau IV2. Sur le deuxième niveau, les murs sont plus épais, moins irréguliers et mieux appareillés. Le blocage entre les pierres de parement n’est plus fait avec des petits blocs récupérés dans les niveaux chalcolithiques. Il est réalisé avec des cailloux ou des éclats de taille plus importante. La mauvaise conservation des vestiges, qui s’ajoute au problème de la définition des unités d’habitat, empêche de saisir de façon précise l’évolution du bâti ordinaire. Toutefois, il est possible de constater que les modifications dans les parcelles se font par subdivision ou par regroupement.

Tableau 18 – Les superficies moyennes des habitants sur le chantier II de Tell el-Far‘ah

74Comme l’indique le tableau ci-dessus (tableau 18), pour les formes complètes, les superficies moyennes des habitations demeurent relativement stables. La légère augmentation au niveau IV4 correspond à une disparition de certains murs de partition. Ici, la hiérarchisation du bâti se fait selon le principe du nombre de pièces et de cours. Si certains ensembles possèdent une ou plusieurs cours, d’autres ne sont que des pièces isolées. Il n’y a pas de rapport entre la taille du bâtiment et sa forme. Rien ne permet de déterminer un quelconque changement dans la superficie des différentes unités d’habitation. Les seules évolutions perceptibles interviennent sur le chantier II à partir du niveau IV4 et se confirment au niveau IV5. Les surfaces construites sont de plus en plus réduites et les cours de plus en plus importantes. Le phénomène peut être mis en relation avec le recul de la limite nord de la « ville » au niveau IV4, l’aménagement des pentes du tell en terrasses et la fermeture de la porte de la « ville ». Ces éléments dénotent une diminution de la superficie habitée du site.

75À Tel Yarmouth, l’évolution de l’habitat se fait par agglutination et subdivision. La subdivision se manifeste par des bouchages de portes et des partitions de pièces. Du fait de la limite des fouilles, le principe d’agglutination est difficile à montrer. Si à Arad l’agglutination de l’habitat consiste en ajouts de cellules au sein d’une unité d’habitation, à Tel Yarmouth, elle se fait par la juxtaposition de plusieurs unités d’habitation.

LA HIERARCHIE DE L’HABITAT DES BOURGS

76La hiérarchie des habitations est une des différences postulées entre le village et la ville. Bien sûr dans le cas du village, il ne faut pas envisager un habitat strictement égalitaire. Des différences existent toujours même au sein de la population d’un village, entre les familles plus ou moins riches et plus ou moins nombreuses. Ces différences se répercutent sur la taille et le nombre de bâtiments composant une unité d’habitation. On ne peut guère saisir la hiérarchie de l’habitat des sites dits « urbains » qu’a Arad et Tell el- Far‘ah.

L’habitat hiérarchisé d Arad

  • 79 Marfoe 1980.

77L. Marfoe a étudié le site d’Arad, notamment dans l’intention de chiffrer sa population79. Il postule que la population du site était organisée en familles mononucléaires. Composées de trois à cinq individus, elles devaient occuper une surface couverte de 20 à 30 m2. Suivant ce procédé, il aboutit au chiffre de 300/400 personnes par hectare. Un chiffre qu’il ramène à 250 pour prendre en compte le fait que dans les quartiers où les bâtiments publics sont prédominants, la densité d’occupation doit être moins forte. Ce coefficient de densité de la population urbaine est utilisé par la majorité des archéologues. Il varie entre 170-250 personnes à l’hectare. Au niveau II, le chiffre de 1°700-2°500 habitants est raisonnable pour estimer la population d’Arad. Cela correspond à une moyenne de 559 familles pour toute la « ville ». L. Marfoe détermine une hiérarchie entre les trois chantiers T, H et K. Les différences entre les types et la taille des bâtiments s’expliquent, selon lui, par une hiérarchisation sociale. Il met en stricte relation les termes de quartier et de classe sociale. La hiérarchisation sociale du bâti se fait selon un zonage dans le site fortifié. Le chantier T serait le quartier de l’élite comme le confirme la présence des bâtiments publics (ou du moins de grands bâtiments), de la céramique égyptienne (la poterie d’Abydos), des cachets, des outils en cuivre et des végétaux étrangers à la région. Les habitations du chantier K viendraient en seconde position. Ici aussi, les maisons contenaient des plantes étrangères à la région d’Arad. Mais le matériel est moins riche. Le chantier K appartiendrait à un quartier abritant des familles plus nombreuses ou socialement plus importantes que dans le secteur du chantier H. Dans ce dernier chantier, les maisons sont un peu plus petites.

78Cette intéressante démarche de L. Marfoe doit faire l’objet de réserves. En effet, on constate que les catégories d’habitat qu’il a définies ne sont pas définitives. Elles évoluent en fonction de la progression des fouilles archéologiques. Il y a un exemple d’une variation de ce type avec le bâtiment 2318a du chantier K, niveau II. Selon l’état des fouilles en 1978, il pouvait être considéré comme un bâtiment unique, alors que des fouilles postérieures indiquèrent qu’il s’agissait d’un ensemble de plusieurs bâtiments avec cour. De plus, L. Marfoe se fonde sur le modèle d’une famille mononucléaire, avec une moyenne de trois individus. Dans le cas d’unité avec deux bâtiments d’habitation, il est parfaitement envisageable d’y associer une famille avec deux femmes et plusieurs enfants ou deux familles. De même, on peut envisager le même type de famille dans des unités composées d’un seul bâtiment d’habitation d’une superficie plus étendue. Le rapport habitant/superficie de l’habitat demeure un rapport subjectif très difficile à saisir faute de données.

79Ces réserves ne remettent pas en cause la possibilité d’une hiérarchie entre les différents secteurs d’Arad, puisque comme l’indique le tableau 19, il y a bien au niveau II des différences dans la moyenne des superficies des habitations.

80Il est difficile de donner avec certitude une explication à ces variations. Il peut s’agir de la manifestation d’une hiérarchisation des quartiers ou des différentes formes d’occupation des sols. La haute densité du quartier du chantier H par rapport à celle du chantier K est la raison de la diminution de la taille des parcelles et de celle des bâtiments. Il n’est pas possible d’évaluer la taille des parcelles parce que rares sont les exemples connus de manière complète. De ce fait, le rapport entre habitants et surface construite demeure incertain. Il ne semble d’ailleurs pas exister de relation entre la superficie d’un bâtiment et son plan. De même, la taille des bâtiments annexes, comme les cuisines-resserres, n’évolue pas parallèlement à celle du bâtiment principal. Par exemple, la cuisine-resserre H1°503 du niveau II qui fonctionne avec la maison H1°081 (superficie 30,98 m2) a une superficie de 12,96 m2, alors qu’une autre cuisine-resserre (K1235) a une superficie plus petite étendues, c’est-à-dire composées d’une ou de plusieurs femmes, ou de plusieurs enfants d’une même famille, mariés et vivant au sein de la même unité d’habitation.

Tableau 19 - Superficie moyenne des habitations à Arad.

Tableau 20 – Les superficies des maisons de Tell el-Far‘ah

L habitat hiérarchisé à Tell el-Far‘ah

  • 80 Pour le plan des maisons du chantier I, voir Vaux et Steve 1948, pl. IX-XIII ; pour les exemples d (...)

81À Tell el-Far‘ah, il y a une différence dans la taille des bâtiments des chantiers II et III et ceux du chantier I80.

LA DÉFINITION D’UN BOURG

82Les différents sites fortifiés que l’on peut trouver au Levant sud ne constituent pas une catégorie homogène définissable comme « ville ». Les différents éléments (7,57 m2), malgré son appartenance à une maison de taille plus importante (Kl234 = 36,44 m2).

83Il y a deux paramètres qui différencient le bâti à Arad : la superficie de l’habitat et le nombre des bâtiments qui composent une unité. La variation de la superficie se fait sans entraîner de changement dans le type de plan de l’habitat et le nombre des unités annexes. On peut associer ce type de variation au statut social (rang ou richesse) du propriétaire. La croissance du nombre de cellules au sein d’une unité se fait aux dépens de l’espace non construit (la cour ou l’espace public). Les bâtiments ont donc tendance à diminuer de superficie du fait des subdivisions ou du peu d’espace disponible. Le mode de variation correspond aux familles morphologiques qui les composent indiquent clairement qu’il existe plusieurs catégories de sites fortifiés. Deux grandes catégories ont déjà été reconnues : les bourgs et les enceintes. Les bourgs sont le fait d’une population sédentaire et les enceintes, celui d’une population plutôt nomadisante, comme l’indique le choix de son économie de production. Cette distinction binaire est sommaire. Elle demande à être précisée. Pourtant, reconnaître ces deux grandes catégories de sites fortifiés doit permettre de mettre en évidence la coexistence de plusieurs formes d’organisations socio- économiques. Ces organisations ont apparement en commun un même souci de matérialiser leur emprise sur un territoire, quelle que soit la manière dont il est exploité. Mais elles ne peuvent pas être distinguées par une centralisation plus ou moins accrue des pouvoirs.

  • 81 Finkelstein 1990, p. 42-43.

84La description des bourgs les mieux fouillés permet de constater la variété des formes adoptées par les habitants du Levant sud, que cela soit dans le mode d’implantation et de planification du site ou la nature et l’organisation du bâti. Il n’y a pas un type mais plusieurs types de bourgs, au moins trois si l’on se fonde sur l’étude des différentes formes de l’habitat. Dans tous les cas, on retrouve la même constante : la hiérarchisation du bâti se fait uniquement sur la dimension des bâtiments. De ce fait, il est difficile de distinguer entre une variation des dimensions d’un bâtiment due au nombre de personnes constituant la cellule familiale et celle due à une position sociale plus ou moins importante du propriétaire. Arad est à cet égard un exemple significatif. Par l’organisation de son habitat centré sur cour, le site apparaît souvent aux yeux des archéologues comme un exemple atypique de « ville ». Certains ont même évoqué une ville de nomades81. Au contraire, nous trouvons que le site caractérise bien la notion de bourg que nous préférons utiliser pour décrire des sites qui ne sont plus des villages mais ne sont pas encore des villes.

85Le bourg du Levant sud se définit donc comme une installation fortifiée de sédentaires organisés en un groupe socialement différencié. L’analyse des différents bâtiments supposés liés aux groupes dirigeant les bourgs va permettre de préciser la nature des pouvoirs. Nous les postulons peu hiérarchisés à l’inverse du pouvoir urbain habituellement défini dans le cadre du Proche-Orient.

Tableau 21 - La datation des périodes à Arad (selon Amiran et llan 1996).

Tableau 22 - Les différentes périodes à Ay (selon Callaway 1980).

Tableau 23 – Le contenu des phases d’Ay (selon l’appellation de Callaway 1980)

Tableau 24 – La datation des différents modes d’occupation de Bab edh-Dhra‘ (selon Rast et Schaub 1980)

Tableau 25 – La datation des niveaux de Beth Yerah (selon Maisler, Steklis et Avi-Yonah 1952b)

Il y a une date C14 pour le niveau C qui indique 3352 à 3090 av.J.C. ce qui correspondrait plutôt au Bronze ancien IB
Tableau 26 - Datation du chantier D de Tel ‘Erani (selon Kempinski et Gilead 1991).

Tableau 27 – La périodisation des niveaux des différents chantiers de tell el-Far’ah (selon Vaux 1993)

Tableau 28 – Les niveaux du Bronze ancien de Jéricho (selon Kenyon 1981)

Tableau 29 – Les datations C14 de Jéricho (d’après Burleigh 1983)

Tableau 30 – Les rapports niveau/période sur le chantier BB de Megiddo (d’après Aharoni 1993)

Tableau 31 – Les équivalences entre les différentes datations proposées pour le chantier BB de Megiddo

Tableau 32 – La datation des périodes du Bronze ancien à Tel Yarmouth (selon Miroschedji 1988c, 1993b)

Tableau 33 - La datation des niveaux d’occupation dans les différents chantiers de Tel Yarmouth (selon Miroschedji 1988c, 1993b).

86N. B. : Le sondage de I. Dunayevski et A. Kempinski remet en.XIVb, XV, XVI doivent être rattachés au Bronze ancien III et que la fin de cette période est marquée par la destruction des temples cause la datation proposée par G. Loud. Il indique que les niveaux 5269 et 5192 au niveau XIIIb

Notes

1 Amiran 1988, p. 16.

2 Par exemple Braemer 1995, p. 92 ; Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 10-11.

3 Voir des exemples du problème posé par l’identification des premiers palais et des premiers temples dans Margueron 1987, p. 10-15 ; Aurenche 1982, p. 237-239, 255-257.

4 Noetling 1886, Schumacher 1914. Butler 1915, etc.

5 Ces données sont présentées dans la base de données Décapolis dans laquelle on retrouve en partie la base de données jordanienne J.A.D.I.S. Consulter Palumbo 1990 et Joffe 1993 pour une présentation des données de Décapolis.

6 Broshi et Gophna 1984, p. 41, n. 2.

7 Pour la version du 30 septembre 1994, voir Palumbo (éd.) 1994.

8 Khouri 1996, p. 8.

9 Principalement Braemer 1990, 1993a et Al-Maqdissi 1985.

10 Outre la base J.A.D.I.S., voir la liste des sites et des prospections donnée dans Homès-Fredericq et Hennessy 1989, p. 13-97.

11 Esse 1991, p. 129

12 Zori 1977.

13 Thompson 1979.

14 Steele 1990, p. 13.

15 Broshi et Gophna 1984, p. 50.

16 Il s’agit des tranchées I, FI, DI, II, III, des carrés MI et A : Kenyon 1981.

17 Garstang 1931, p. 186-196.

18 Lapp 1969a et 1969b.

19 Free 1958.

20 Kochavi 1974, p. 85-87.

21 Tadmor et Prausnitz 1959, p. 72-76.

22 Yeivin 1961, p. 191.

23 Brandl 1989.

24 Miroschedji 1988c.

25 Ils furent réalisés par J. Garstang. Jamais publiés, ils sont résumés dans Cali.away 1965, p. 13. Les fouilles de J. Marquet-Krause et de J.A. Callaway améliorèrent considérablement la connaissance de ce système de fortification : Marquet-Krause 1949 ; Callaway 1980.

26 Lapp 1966b, p. 560.

27 Rast et Schaub 1980, p. 25.

28 Schaub et Rast 1984, p. 47.

29 Esse 1991, p. 37.

30 Vaux 1961 et 1962

31 Biran 1994, p. 33

32 Kempinski 1992a, p. 68.

33 Le site fut étudié par S. Helms de 1972 à 1986. Pour les rapports définitifs voir Helms 1981 et Betts 1991 ; un troisième volume sur l’architecture et les structures liées à l’approvisionnement en eau est à paraître.

34 Helms 1981. p. 89.

35 Une fouille de comparaison a été réalisée sur le village de Tell Um Hammad dans la vallée du Jourdain afin de pouvoir établir une comparaison chrono-stratigraphique : Helms 1986.

36 Le plan de l’enceinte n’est pas encore publié. Pour le dernier rapport préliminaire voir : Braemer, Echallier et Taraqji 1996.

37 Voir les premiers rapports dans Gutman 1972 et un rapport plus récent dans Kochavi 1989b, p. 1-9.

38 Zertal 1993, p. 113-125.

39 Gal 1988, p. 1-5.

40 Pour un historique de ces découvertes, voir Zertal 1993, p. 113-114.

41 Une telle définition est donnée par A. Zertal (Ibid, p. 119) et reprise notamment par Esse 1989, p. 86.

42 Zertal 1993, p. 115.

43 Kochavi 1993, p. 915-916.

44 Gal 1988, p. 50.

45 Epstein 1993b, p. 531.

46 Broshi et Gophna 1984 ; Gophna 1984 ; Gophna et Portugali 1988 ; Finkelstein et Gophna 1993 ; Portugali et Gophna 1993.

47 Broshi et Gophna 1984, p. 45.

48 A titre d’exemple, lire C. Kramer qui mentionne des différences du simple au double pour des villages contemporains du Zagros : Kramer 1979.

49 Il est difficile de dater les installations hydrauliques. La datation de celles de Jawa peut s’établir à partir de la date de développement du site qui ne pouvait exister dans cette région qu’avec un système de récupération et de stockage des eaux de ruissellement.

50 Braemer et Echallier 1995, p. 349.

51 Callaway 1978, p. 51.

52 Prag et Barnes 1996, p. 58-59.

53 Ibrahim et Mittman 1989, p. 645.

54 Gophna et Cresson 1979, p. 460, fig. 9.

55 Gophna 1992, p. 268, fig. 2.

56 Lapp 1970, p. 113.

57 Sur le chantier D du niveau du Bronze ancien III (Herr 1993, p. 232, fig. 2).

58 Donahue 1985, p. 135.

59 Voir la coupe ouest du chantier XVI.2 dans les niveaux du Bronze ancien III et IV, Schaub et Rast 1984, p. 56, fig. 12.

60 Schaub et Rast 1984, p. 52.

61 Pour une présentation des datations des niveaux des sites mentionnés dans le texte, voir les tableaux 21 à 33 en fin de chapitre.

62 Schaub 1982, p. 74.

63 O’Connell et Rose 1984, p. 274.

64 Miroschedji 1976, p. 136.

65 Yadin 1963, p. 146.

66 Kempinski 1992a. p. 72.

67 Joffe 1991. p. 261.

68 Ben-Tor 1992a, p. 62 et 64.

69 Voir Amiran 1988, p. 12.

70 Les fouilles d’Arad sont publiées dans Amiran 1988 et Amiran et Ilan 1996.

71 - Les différents rapports préliminaires des fouilles de Tell el-Far’ah ont été publiés par R. de Vaux dans la Revue Biblique. Pour les descriptions de l’habitat voir Vaux 1951, 1952, 1955, 1961, 1962 ; Vaux et Steve 1948. Des plans complets du chantier II sont en annexe dans la thèse dactylographiée de Miroschedji 1976.

72 Kochavi 1976, p. 5.

73 Voir par exemple Ben-Tor 1992a, p. 63, fig. 6.

74 Les plans de l’habitat de Tel Yarmouth ne sont pas encore publiés de manière définitive. Il faut consulter la maîtrise de L. Naggiar pour avoir une première version de ces plans : Naggiar 1987.

75 Wagner 1972, p. 19, fig. 4.

76 Ben Tor, Portugali et Avissar 1981, p. 158, fig.14.

77 Ibid.,p. 159, fig. 15.

78 Amiran 1978 ; Amiran et Ilan 1996.

79 Marfoe 1980.

80 Pour le plan des maisons du chantier I, voir Vaux et Steve 1948, pl. IX-XIII ; pour les exemples du chantier II, fig. 17 et 18.

81 Finkelstein 1990, p. 42-43.

Table des illustrations

Légende Tableau 13 – Les plus grands rapports des superficies construites par rapport aux tailles des zones de Palestine
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Tableau 14 – Nombre de sites palestiniens par zone et par superficie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Tableau 15 – Pourcentage représenté par la superficie des sites de plus de 15 ha par rapport au total des surfaces construites
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Légende Tableau 16- Estimation des superficies des principaux sites fortifiés aux Bronze ancien II et Bronze ancien III
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende Tableau 17- Quelques exemples de superficies d’enceintes
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Tableau 18 – Les superficies moyennes des habitants sur le chantier II de Tell el-Far‘ah
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Tableau 19 - Superficie moyenne des habitations à Arad.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Tableau 20 – Les superficies des maisons de Tell el-Far‘ah
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Tableau 21 - La datation des périodes à Arad (selon Amiran et llan 1996).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Tableau 22 - Les différentes périodes à Ay (selon Callaway 1980).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Tableau 23 – Le contenu des phases d’Ay (selon l’appellation de Callaway 1980)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Légende Tableau 24 – La datation des différents modes d’occupation de Bab edh-Dhra‘ (selon Rast et Schaub 1980)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Tableau 25 – La datation des niveaux de Beth Yerah (selon Maisler, Steklis et Avi-Yonah 1952b)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Il y a une date C14 pour le niveau C qui indique 3352 à 3090 av.J.C. ce qui correspondrait plutôt au Bronze ancien IBTableau 26 - Datation du chantier D de Tel ‘Erani (selon Kempinski et Gilead 1991).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Tableau 27 – La périodisation des niveaux des différents chantiers de tell el-Far’ah (selon Vaux 1993)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Tableau 28 – Les niveaux du Bronze ancien de Jéricho (selon Kenyon 1981)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Tableau 29 – Les datations C14 de Jéricho (d’après Burleigh 1983)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Tableau 30 – Les rapports niveau/période sur le chantier BB de Megiddo (d’après Aharoni 1993)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Tableau 31 – Les équivalences entre les différentes datations proposées pour le chantier BB de Megiddo
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Tableau 32 – La datation des périodes du Bronze ancien à Tel Yarmouth (selon Miroschedji 1988c, 1993b)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Tableau 33 - La datation des niveaux d’occupation dans les différents chantiers de Tel Yarmouth (selon Miroschedji 1988c, 1993b).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3752/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter