Version classiqueVersion mobile

L’époque des premiers bourgs fortifiés

 | 
Christophe Nicolle

Chapitre 2. L’identification de l’urbanisation dans la région Levantine au Bronze ancien

Texte intégral

  • 1 Kempinski 1978, 1983 ; Marfoe 1980 ; Richard 1987 ; Miroschedji 1988d ; etc.
  • 2 Il fallut attendre 1968 pour que le site soit identifié par la découverte d’une inscription sur un (...)
  • 3 Ibid., p. 106.

1Le début du Bronze ancien II palestinien, c’est-à-dire 2900 av. J.-C., est la date admise pour l’apparition des premières « villes » du Levant sud1. Pour la Syrie intérieure et côtière, on ne dispose guère que des quelques fouilles de R. du Mesnil du Buisson dans la région de Homs, dont Tell Mishrifé (Qatna), pour notre connaissance de la culture urbaine de la région au IIIe millénaire. Il fallut attendre 1964 pour que commencent les premières fouilles de Tell Mardikh (Ébla)2. Mais la cité révélée est tardive. Elle n’est pas antérieure à 2400 av. J.-C. Les niveaux plus anciens sont encore peu fouillés. Comme dans les deux vallées fluviales de la Mésopotamie et de l’Egypte, les prémices du processus d’urbanisation apparaissent antérieurement, probablement dès 3100 av. J.-C., au début de la période du Bronze ancien I et même durant la période chalcolithique. Jusqu’à présent, l’urbanisation du Levant n’a jamais été étudiée comme un ensemble. Une distinction est toujours faite entre le nord et le sud, entre la grande cité d’Ébla et les petites cités de Palestine. Selon P. Matthiae, les rapports entre la cité d’Ébla et d’autres villes du Levant et de Palestine sont peu probables3. Pourtant, nous allons constater qu’il existe, du moins au début du IIIe millénaire, des similitudes dans les processus de transformation qui marquent alors les différentes régions du Levant.

LE PROCESSUS ÉVOLUTIF EN SYRIE CÔTIÈRE ET INTÉRIEURE AU BRONZE ANCIEN

  • 4 Matthiae 1982.

2L’état des connaissances entre le Nord et le Sud du Levant est fort différent. En Syrie intérieure et en Syrie côtière, l’archéologue dispose, pour la connaissance et la datation de la céramique, des fouilles stratifiées de Tell Mardikh (Ébla), Ras Shamra (Ougarit), Tell Achtana (Alalakh), Hama, Tell Nebi Mend (Qadesh), Tell Mishrifé (Qatna), Tell Arqa et, sur la côte libanaise, Byblos (voir carte 1). En dehors des deux pôles que représentent Ébla et Ougarit, la culture urbaine est encore assez mal connue. Il y a quelques années, la Syrie était souvent décrite comme une région satellite de la Mésopotamie dont elle n’aurait adopté que tardivement la culture urbaine. Depuis, les fouilles d’Ébla ont révélé le caractère endogène de la culture urbaine du Levant nord4.

  • 5 Matthiae 1993a, p. 524-525.
  • 6 Mazzoni et Cecchini 1995.

3Le phénomène urbain apparaît probablement dès la fin de la période chalcolithique, c’est en effet le début d’une très forte augmentation du nombre des installations sédentaires. Le nombre des sites va croissant jusqu’au Bronze ancien III (2700-2300 av. J.-C.)5. En outre, les fouilles de Tell Afis pourraient témoigner de l’existence de remparts dès la fin de la période chalcolithique6.

4La région de la Syrie côtière et intérieure se compose de trois zones, trois domaines différents dépendant étroitement des précipitations naturelles. La steppe est la zone la plus importante en superficie. Elle a la forme d’un vaste croissant allant du Jebel al-Arab jusqu’aux rives du Tigre. Elle est encadrée par les deux isohyètes de 250 et 500 mm/an de précipitations. Elle est apte à la céréaliculture sèche (blé et orge pour les mauvaises terres). Mais elle se caractérise par une grande irrégularité des précipitations et des températures. De ce fait, les récoltes sont aléatoires. Dans cette zone, la limite théorique entre le monde des sédentaires et celui des nomades suit l’isohyète de 250 mm/an. La deuxième zone est la zone méditerranéenne, typique par son climat et sa végétation. Elle correspond à une plaine littorale étroite ne s’élargissant qu’au nord dans la plaine de Jablé, au sud dans celle de l’Akkar. Le désert forme la troisième zone. C’est un domaine subdésertique ou désertique recevant moins de 250 mm/an de pluie.

5Comme en Mésopotamie, on trouve dans la production céramique de la région les indices de transformations de l’organisation sociale qui mènent à une urbanisation. Au Bronze ancien II, l’un de ces indices est l’adoption du tour rapide de potier. Son usage permet une relative augmentation de la production. Il entraîne la sélection de formes plus simples et de pâtes céramiques mieux adaptées à la nouvelle technique et au nouveau mode de production. La Simple Ware, la Metallic Ware et les formes simples remplacent graduellement les formes céramiques du Bronze ancien I.

  • 7 Mazzoni 1987, p. 145-158 ; Bounni et Al-Maqdissi 1994, p. 19-29.
  • 8 Thuesen 1988, p. 113 et Fugmann 1958. p. 37. 40. 43.
  • 9 Contenson 1989, p. 320-327.
  • 10 Burney 1989, p. 338.
  • 11 Braidwood et Braidwood 1960, p. 292.
  • 12 Braidwood et Braidwood 1960, p. 358-368.

6Dans tout le nord-ouest de la Syrie, les innovations de la production céramique du Bronze ancien II se confirment et s’amplifient au Bronze ancien III. Cela se marque notamment par une standardisation accrue et une homogénéisation de la céramique, et s’accompagne d’une augmentation de la production. La Simple Ware apparaît en beaucoup plus grand nombre dans les assemblages locaux avec notamment des formes de jarres plus standardisées. Même s’il ne s’agit pas encore d’une production de masse, il y a une plus grande diffusion du produit fabriqué de manière « industrielle ». La Pattern Combed Ware est une famille de jarres du groupe de la Metallic Ware qui servaient au stockage et au transport de l’huile7. Dans la famille de Metallic Ware, il y a aussi la Red-Black Burnished Ware (l’équivalent de la Khirbet Kerak Ware plus au sud). Elle est majoritairement distribuée le long des collines de la basse vallée de l’Oronte, dans les régions favorables à la culture de l’olivier et de la vigne. Cette céramique de type « métallique » se trouve notamment à Hama (niveaux K7- J)8 et à Homs. Plus à l’est et sur la côte, comme à Ras Shamra (niveau IIIA1-3) et à Tell Sukas, elle apparaît déjà beaucoup moins usitée9. Plus au nord, dans la région de l’Amuq, on la trouve sur une quarantaine de sites10 pendant les phases de l’AmuqG à J11, avec un maximum durant la phase H12. Par ses formes, ses techniques de fabrication et sa décoration, la céramique n’a pas de parallèles dans les assemblages céramiques locaux. Elle n’est pas endogène et la question de son origine est compliquée du fait de sa diffusion très dispersée. Nous verrons qu’elle joue un rôle important au Levant sud comme marqueur de la période du Bronze ancien III.

7Dans un autre domaine de la culture matérielle du Levant nord, la construction du palais G d’Ébla et l’apparition des tablettes cunéiformes sont les premiers témoignages dont on dispose de l’amplification du phénomène d’urbanisation à la transition Bronze ancien III/Bronze ancien IV. À Qatna, Hama ou Alep, les fouilles restreintes ne permettent pas de constater le même phénomène. Ce n’est donc qu’à Ébla qu’il est possible d’évaluer les rythmes du développement de la culture urbaine. Durant la période de Mardikh IIA (2900- 2400 av. J.-C.), la superficie du site est estimée à 3-4 ha. Il s’agissait encore d’un village. Le premier niveau urbain date de Mardikh IIB1 (2400-2250 av. J.-C., Bronze ancien IVA). Il est surtout connu par la fouille du palais G. La superficie de la cité est alors estimée à 50 ha.

  • 13 Contenson 1992. p. 197.

8À Ougarit, les niveaux contemporains d’Ébla ne sont atteints qu’à la base de l’acropole. Selon des propositions d’équivalences chrono-stratigraphiques fondées sur des similitudes du matériel céramique, la période d’urbanisation d’Ébla (Mardikh IIB1) peut être mise en correspondance avec le niveau III A2 de Ras Shamra. Dans la phase finale du niveau IIIA, un gros mur de soutènement est construit. Il aurait pu avoir, selon H. de Contenson, une fonction défensive. L’architecture domestique ou palatiale reste mal connue et la superficie du site impossible à évaluer. Toutefois, l’habitat ne semble pas très dense. Ougarit au Bronze ancien ne serait qu’une petite agglomération dont la nature urbaine reste à préciser13

  • 14 Bounni et Al-Maqdissi 1992.
  • 15 Courtois 1973.
  • 16 Al-Maqdissi 1995, p. 196-198.

9Dans la même région, à Tell Sianu14, la superficie et la nature du site sont indéterminées. On ne connaît des niveaux du Bronze ancien III qu’un secteur résidentiel. Dans la vallée de l’Oronte, des prospections sur les nombreux tells qui jalonnent la vallée indiquent une importante occupation au Bronze ancien sans permettre de préciser la nature de ces occupations15. Dans la Syrie intérieure, à Qatna, R. du Mesnil du Buisson trouva peut-être un palais du Bronze ancien et il découvrit Tell Sh’airat, (Bronze ancien IV) au sud de Homs. Le site est enclos par un rempart circulaire de pierre de 580 m de diamètre, soit une superficie de 35 ha16.

10On comprend pourquoi il subsiste encore de grandes zones d’ombre dans notre connaissance des rythmes du processus évolutif du Bronze ancien et de la naissance de l’urbanisation en Syrie du Nord et en Syrie côtière. Faut-il faire débuter l’urbanisation vers 3100 av. J.-C. du fait de la présence d’un possible rempart à Tell Afis ? La question reste posée. D’une part, la période du Bronze ancien I correspond à une phase d’augmentation du nombre des sites, d’autre part, la standardisation des formes céramiques s’accroît durant le Bronze ancien II. Il est raisonnable de placer le début de la phase urbaine du Levant nord durant le Bronze ancien II, entre 3100 et 2700 av. J.-C. Le Bronze ancien III, avec sa production céramique homogène en augmentation et bien adaptée à une production agricole « spécialisée » comme l’horticulture, correspondrait à un développement de la production agricole. Il est possible de le mettre en concordance avec le développement des premiers systèmes palatiaux dont on a un exemple déjà abouti dans le palais G d’Ébla au Bronze ancien IV. Avec un tel postulat, nous retrouvons l’idée abordée dans le premier chapitre, d’une maximalisation des forces de production par les organisations urbaines dont il faut préciser la nature.

Tableau 9 - Les différentes phases du processus d’urbanisation au Levant nord.

11Nous décomposons les différentes étapes du processus d’urbanisation du Levant nord (tableau 9), tout en sachant que les vestiges archéologiques s’y rattachant sont encore largement inconnus.

L’ÉTAT DES CONNAISSANCES EN SYRIE DU SUD ET AU LIBAN

  • 17 Van Liere 1963, p. 116-117.
  • 18 Will 1994, p. 3, note 8.
  • 19 Will 1994, p. 4.

12Plus au sud, dans la région de Damas, le processus de changement de la période du Bronze ancien, qui correspond à la phase d’urbanisation, nous est encore quasiment inconnu. Pour Damas, on ne connaît même pas la date de la première occupation de la ville. Selon W. J. Van Liere17, le développement de la ville peut avoir eu lieu dans la seconde moitié du deuxième millénaire avec l’arrivée d’une population araméenne maîtrisant la technique de l’irrigation. Nous nous interrogeons sur la valeur de l’argument. Effectivement, nous savons maintenant que des techniques efficaces de récupération et de stockage de l’eau sont connues dès le début du Bronze ancien II dans la zone basaltique voisine du Safaa et du Léja (avec les exemples de Khirbet el-Umbashi et de Laboué) et même un peu plus au sud, dès 3600 av. J.-C. à Jawa. Il vaut mieux convenir comme le fait E. Will18 qu’il s’agit surtout d’une situation résultant d’une absence quasi totale de fouilles sur Damas et ses alentours. Néanmoins, il demeure difficile de localiser la présence d’un tell antique sous l’actuelle vieille ville. E. Will considère même que les tells déterminés par les archéologues allemands ne sont que de simples buttes abritant les vestiges de quelques bâtiments de périodes indéterminées19. Il faut attendre le Bronze moyen pour trouver plusieurs mentions de la cité dans différentes archives notamment avec la liste des villes conquises par le pharaon Touthmosis III.

  • 20 Dossin 1983, p. 37-38 et pour la localisation du pays d’Apum voir Charpin 1992, p. 4, n. 22.
  • 21 Pitard 1987, p. 33. Et pour la mention dans la lettre A.2760 des archives de Mari, Bonechi 1992, p (...)
  • 22 Il est connu par un sondage de 40 m de long : Osten 1956, p. 36-40.
  • 23 Nasrallah 1963, p. 52.
  • 24 Al-Maqdissi 1990, p. 463 et 1991, p. 6-7.

13Par contre, on ne trouve aucune mention de Damas dans les archives de Mari, alors qu’il y a quelques mentions de Quadesh et de Qatna. La localisation que G. Dossin proposait pour le pays d’Amurru au sud de Qatna n’est qu’une hypothèse. Il pourrait tout aussi bien s’agir du pays d’Apum (ou d’Upe)20. Par ailleurs, les quatre royaumes auxquels W. T. Pitard fait référence ne sont attestés que par la mention imprécise dans une lettre (A.2760) à quatre rois amorrites21. En fait, les organisations politique et territoriale de la région entre Qatna et Hazor sont mal connues au Bronze moyen. Pour la période du Bronze ancien, la situation est encore plus obscure. Cependant, plusieurs sites prospectés ou sondés attestent d’une occupation importante de la plaine et des environs de Damas à cette époque. Nous citerons Tell es- Salhiyyeh, un tell de 250 m sur 300 m avec une destruction possible à la fin du Bronze ancien III22 et Tell Dulab qui s’étend sur plusieurs hectares23. Une prospection en 1988 permit notamment d’y ramasser de la céramique du Bronze ancien II/III24. Tuleilat Shawaqa, un tell de 150 m sur 200 m, est connu par une tranchée qui a permis de déterminer une occupation du Bronze moyen I et II et du Bronze ancien II et III.

  • 25 Nasrallah 1963, p. 40.

14À la limite de la plaine fertile du Marje et à l’orée du désert, il y a la grande nécropole de Tell Dulab, Hijaneh. Elle se compose de plusieurs types de structures funéraires mégalithiques, toutes pillées, datables selon J. Nasrallah de la fin du Bronze ancien I au Bronze ancien III25. Ainsi au Bronze ancien, la région de Damas était parsemée de petits sites, certains à vocation agricole. Toutefois, il nous est difficile de déterminer le statut urbain de ces différentes implantations.

  • 26 Al-Maqdissi 1984.
  • 27 Pour la localisation et la description de ces sites, voir Braemer 1993a, p. 154 et fig. 39.
  • 28 Seeden 1986

15Plus au sud, plusieurs prospections et fouilles apportent des renseignements sur l’occupation de la région allant du versant est du Jebel Arab aux plateaux du Golan. Dans le Leja, il faut mentionner Laboué, daté du Bronze ancien II et III. Le site de 4 ha regroupe derrière son rempart environ 150 maisons26. Le rempart est conservé jusqu’à 4,50 m de haut. Il possède des portes et des tours et un réseau d’aménagement hydraulique important pour la récupération et le stockage de l’eau. Le long du Wadi Yarmouk, il existe d’autres sites importants comme Zeizun, Tell Sehab ou Tell Tayyibeh27. Ils ne sont reconnus que par des prospections. Dans la région, la seule fouille stratifiée est celle réalisée dans un sondage à Bosra par H. Seeden28. Elle permit d’obtenir une des rares séquences chrono-stratigraphiques pour la céramique de la région au Bronze ancien.

  • 29 Badre 1996, p. 91.

16Au Liban, les dernières fouilles réalisées à Beyrouth ont permis d’évaluer la superficie du tell de la période du Bronze ancien à 2 ha29. À Byblos, les murs de la cité enferment une aire de 5 ha. À Arqa, des fouilles ont atteint les niveaux du Bronze ancien III et du Bronze ancien IV d’un tell de 5 ha. Le principal niveau d’occupation est daté du Bronze ancien IVA. Le site n’est pas fortifié ; des maisons avec des murs aveugles vers l’extérieur en assurent la protection et une rue circulaire fait le tour du tell. Aucun autre site urbain n’a pour le moment été fouillé dans le pays.

LES CHANGEMENTS DU BRONZE ANCIEN AU LEVANT SUD

  • 30 Briend 1989, p. 14

17Du fait des nombreuses réoccupations qu’ont connues les sites sud-levantins, il est souvent difficile d’atteindre les niveaux du Bronze ancien. La fouille systématique du tell entamée à Megiddo par Fisher et Guy30 s’avéra très vite irréalisable et les niveaux du Bronze ancien ne furent atteints que dans le chantier BB.

  • 31 Miroschedji 1988c, 1993b, 1993c, 1994a.
  • 32 Amiran 1978 ; Amiran et Ilan 1996.
  • 33 Vaux 1951, 1952, 1955, 1961, 1962.
  • 34 Rast et Schaub 1980
  • 35 Ussiskhin 1968.
  • 36 Free 1953, 1954, 1958, 1959, 1960.
  • 37 Yeivin 1961 et pour les fouilles de 1985, 1987, 1988 : Kempinski et Gilead 1991.
  • 38 - Seger 1977, 1978 ; Seger et Borowski 1989.
  • 39 Fargo et O’Connell 1978 ; Seger 1989.
  • 40 Lapp 1964, 1967, 1969a, 1969b.
  • 41 Kenyon 1952, 1953, 1954, 1955, 1956, 1957, 1960a, 1981 ; Kenyon et Holland 1983.

18C’est pourquoi, quand ils sont atteints, ces niveaux ne sont connus que très partiellement. Il y a cependant quelques cas comme Tel Yarmouth31, Arad32 et Tell el-Far’ah33 où les occupations postérieures sont suffisamment restreintes pour permettre des fouilles sur la majeure partie, ou une bonne partie, des sites. Le plus souvent, nous ne connaissons les sites de ces périodes qu’à travers quelques éléments urbains comme une porte de ville, un rempart, un temple, etc. Citons les cas de Bab edh-Dhra34, Beth Yerah35, Tel Dothan36, Tel ‘Erani37, Tel Halif38, Tell el-Hesi39, Tell Ta’annek40, Jéricho41.

  • 42 Tadmor et Prausnitz 1959, p. 72-88.
  • 43 Ibrahim et Mittmann 1989, p. 641-646.
  • 44 Braemer 1993b, p. 415-430.
  • 45 Esse 1990b. p. 222-223.
  • 46 Herr 1993, p. 231-235.
  • 47 Ben-Tor, Portugali et Avissar 1981, p. 137-164.
  • 48 Gophna 1977, p. 87-90.
  • 49 Damati 1993, p. 929-930.
  • 50 Al-Maqdissi 1984, p. 7-18.
  • 51 Gal 1988, p. 1-5.

19D’autre sites ne sont, pour l’instant, connus que par des rapports préliminaires. C’est le cas de Tel Rosh ha-Niqra42, Khirbet Zeiraqun43qui avec ses dimensions de 400 sur 300 m est un des sites jordaniens les plus importants pour la période du Bronze ancien, Khirbet el-Umbashi44 dans le Kraa qui est un site de première importance pour comprendre l’occupation des franges semi-désertiques, ou des sites fouillés très partiellement comme le site rural de Tell Yaqush45, ‘Umeiri46, Tel Qashish47, Tell Furan48, Khirbet el-Makhruq49 qui avec sa superficie estimée à 25 ha et son rempart semblable à celui de Tell el-Far’ah est sans doute un des sites principaux de la vallée du Jourdain. D’autres encore ne sont connus que par des prospections comme Laboué50 (Leja), al-Qesr dans la vallée de la Baq’ah, à 15 km au nord-ouest d’Amman, fortifié par un rempart de pierre avec une superficie estimée à 30 ha, les enceintes comme H. Shahal Tahtit51 ou d’autres. Bien que souvent succincts, les renseignements apportés par ces différents sites permettent de faire évoluer considérablement les recherches sur la période urbaine du Bronze ancien.

20L’ancienneté de certaines fouilles explique aussi les problèmes de datation parfois rencontrés. Excepté la plaine côtière, l’échantillon présenté est suffisamment bien réparti dans les différentes régions pour qu’il puisse raisonnablement être jugé représentatif de la situation générale.

21En Israël et dans les Territoires autonomes palestiniens, les nombreuses fouilles et prospections ont permis de reconstituer les rythmes de plusieurs changements qui ont été mis en correspondance avec des phases de production céramique et que l’on explique en fonction de l’urbanisation de la région au Bronze ancien II.

  • 52 Par exemple Richard 1987, p. 27.
  • 53 Richard 1987, p. 26.
  • 54 Mazar et Miroschedji 1996.

22La période du Bronze ancien I est considérée comme une phase de sédentarisation par l’ensemble des archéologues. Elle est décrite comme une époque de chefferies52 avec un début de production artisanale spécialisée, des populations qui se groupent parfois autour d’un sanctuaire et qui commencent à se hiérarchiser, comme à Megiddo (niveau XIX)53 Au delà de cette présentation traditionnelle, il faut constater que peu de villages de cette période sont connus. En tout cas, le processus de regroupement de la population semble moins schématique et les formes d’évolution des sites plus complexes. Ces dix dernières années, certaines fouilles ont considérablement enrichi notre connaissance de la période. Er-Rujm (Hartouv), site de 3 ha du Bronze ancien IA du Sephelah, révèle la présence d’un grand ensemble architectural, composé d’au moins trois bâtiments disposés en U. Il marque le centre du village54.

  • 55 Nicolle 1998.

23Toujours au Bronze ancien IA, en Jordanie du Nord, un village enceint de 18 ha fut découvert sur le Jebel Mutawwaq55. Ainsi, dès le début du Bronze ancien I, il existe une architecture monumentale et des sites déjà aussi vastes que les plus grandes « villes » du Bronze ancien III.

  • 56 Miroschedji 1971, p. 10.

24La période du Bronze ancien I fut d’abord partagée en un Bronze ancien IA, IB, IC, avec une datation fixée entre 3200 et 2900 av. J.-C. Elle s’est appelée Proto-urbain A. B. C ou époque pré-urbaine56. La division tripartite se fondait sur une variation des formes céramiques constatée à partir de la fin de la période chalcolithique et au cours du Bronze ancien I. Les trois groupes céramiques qui marquaient cette évolution sont :

25Groupe A : une céramique rouge lustrée : période du B A IA ou PU. A. (pré-urbain A). Groupe B : une céramique rouge peinte : période du BA IB ou P.U.B. (pré-urbain B).

26Groupe C : une céramique grise lustrée : période du BA IC ou P.U.C. (pré-urbain C).

  • 57 Pour un exposé de ces différentes thèses consulter Miroschedji 1986, p. 14-15 et Richard 1987, p. (...)

27Ces différentes catégories de céramique furent d’abord associées par les archéologues à des groupes ethniques. On pensait alors que la culture urbaine du Levant sud provenait de la Mésopotamie et de l’Egypte, des régions où l’urbanisation est attestée à une époque antérieure. De ce fait, l’arrivée de groupes étrangers et porteurs de ces céramiques expliquait l’apparition du phénomène urbain au Levant sud57.

28L’immigration d’une population étrangère pouvait prendre la forme d’une intrusion massive ou d’une infiltration de petits groupes, comme celle d’une élite détentrice d’une culture urbaine qu’elle pouvait imposer grâce à sa situation sociale prédominante. Plus tard, les groupes céramiques B et C ont été considérés comme chronologiquement plus proches et dès 1974, K. Kenyon fait mention de trois groupes contemporains :

29Groupe A : groupe sud.

30Groupes B, C : groupe nord.

31Groupe D : groupe de Bethel.

  • 58 Amiran 1978.
  • 59 Schaub 1982.

32Depuis, les progrès de l’étude de la céramique ont permis de mettre en défaut la vision diffusionniste de « l’urbanisation » du Levant sud. On s’est aperçu qu’il y a une certaine continuité dans les formes céramiques entre la période chalcolithique et la période du Bronze ancien I. A Arad, R. Amiran constate une continuité semblable entre les premiers niveaux du Bronze ancien I et les derniers niveaux du village non fortifié de la période chalcolithique. Toutefois, elle note diverses influences en provenance de la Mésopotamie et de la Syrie58. D’autres sites, comme Bab edh-Dhra‘ et Tell el-Far‘ah révèlent une semblable persistance des traditions céramiques59. En outre, la catégorisation en trois groupes de la céramique ne se retrouve pas dans les autres productions matérielles, comme l’architecture, les industries lithique et métallurgique. Faire correspondre un nouveau groupe céramique à l’arrivée d’un nouveau groupe humain est une proposition non fondée. L’hypothèse ne prend pas en compte les variations ou les continuités constatées dans d’autres catégories d’artefacts. Il est plus justifié de mettre simplement en relation les variations de la production céramique avec des groupes exprimant leurs différences culturelles dans la production d’une céramique spécifique. La parcellisation de la production céramique est à l’image de la division du territoire en différentes chefferies.

  • 60 Kenyon 1960b, p. 65-83.

33La division de K. Kenyon60 a été remplacée par un Bronze ancien IA (3600-3100 av. J.-C.) et un Bronze ancien IB (3100-2950 av. J.-C.). Actuellement, cette chronologie est reprise encore par la majeure partie des archéologues. Elle se fonde sur une différence du matériel céramique qui ne se constate, pour le moment, que dans quelques sites du Nord de la Palestine, de la vallée du Jourdain et autour de la mer Morte. On regroupe la céramique en quatre grands assemblages : la céramique grise lustrée, diffusée essentiellement dans le nord et le long de la vallée du Jourdain ; la céramique rouge lustrée que l’on trouve à la fois au nord et au sud ; la céramique à bandes parallèles peintes qui est diffusée surtout dans les régions des collines et le sud ; et la céramique Impressed Slashed Ware en Transjordanie, dans le centre et le Sud de la Palestine.

  • 61 Le site serait entouré par un rempart de brique au Bronze ancien IA : Eisenberg 1986, p. 96-97.
  • 62 Par exemple Esse 1990a, p. 92.

34Le début de la phase « urbaine » est marqué par l’apparition de fortifications. Si elles sont déjà connues au Bronze ancien IA à Jawa ou à Tel Shalem61, elles ne se diffusent largement qu’à partir de la transition du Bronze ancien IB et du Bronze ancien II. D’une superficie qui varie entre 3 à 20 ha, les sites fortifiés sont soit de nouveaux sites, soit des reconstructions à l’emplacement de villages du Bronze ancien I. L’émergence de cette nouvelle catégorie de sites s’accompagne d’une diminution du nombre des sites ruraux. Ces derniers continuent, malgré tout, à constituer la majeure partie des installations sédentaires. Parallèlement, la standardisation croissante de la production céramique durant le Bronze ancien II-III est corrélée avec un niveau d’intégration économique et politique plus élevé, par opposition à la période du Bronze ancien I caractérisée par une absence de standardisation de la céramique62.

  • 63 Pour une description classique du processus voir Kempinski 1983, p. 237.

35Les descriptions des sites d’Arad, d’Ay, de Tell el- Far‘ah, de Tel Yarmouth, etc., sont présentées comme autant de preuves de l’existence au sein d’une société hiérarchisée d’un pouvoir centralisé de nature urbaine. Il est décrit entouré d’une élite religieuse et politique. Il est supposé pratiquer et développer, selon un principe de centralisation/redistribution, ce qu’il faut bien appeler une économie de marché avec toute une production standardisée d’outils, de céramiques, de vaisselle de métal et d’armes et, pour la première fois, une culture intensive de la vigne et de l’olivier63.

  • 64 Herzog 1994.
  • 65 Ofer 1984, p. 98-99.

36Dans certaines régions du Levant sud, le « mouvement urbain » s’interrompt dès la fin du Bronze ancien II. Cela peut prendre la forme d’un abandon quasi total d’une région. Ainsi, après la chute de la ville d’Arad, la vallée de Beer- Sheba est désertée pendant plus de 850 ans64. Dans d’autres régions, comme la zone est des collines de Judée65, on constate seulement une baisse dans le nombre des implantations rurales.

  • 66 E. G. Wright 1937.
  • 67 Voir les constatations faites sur plusieurs sites dans Miroschedji 1989b, p. 64-65. A Ay où Callaw (...)
  • 68 Esse 1991. p. 64.
  • 69 Callaway 1982, p. 76

37D’abord élaborée selon les travaux de E. G. Wright66, la périodisation du Bronze ancien II (2950-2700 av. J.-C.) fut ensuite fondée sur la disparition de formes céramiques du Bronze ancien I. Elles sont remplacées par les nouvelles formes d’une céramique rouge polie, principalement de grandes assiettes et des fonds en bouton. La transition n’est toutefois pas très bien marquée. Des niveaux du Bronze ancien II ont souvent été faussement datés de la fin de la période du Bronze ancien I67. La division que l’on trouve parfois entre un Bronze ancien IIA et un Bronze ancien IIB se fait à partir de la stratigraphie de certains sites comme Jéricho ou Ay68. Elle peut s’appliquer à tout le Levant sud. Par exemple à Ay, elle est marquée par l’apparition de bols carénés aux lèvres éversées et des cruches avec un haut col et des anses de panier. J. A. Callaway établit une équivalence avec l’ancien Bronze ancien IC de Tell el- Far‘ah (milieu du Bronze ancien II) et le niveau II d’Arad avec, pense-t-il, des imitations locales des bols69. La solution transitoire est, pour le moment, de considérer le Bronze ancien II comme un ensemble homogène. La standardisation des formes céramiques à laquelle on assiste à cette période abonde d’ailleurs dans ce sens.

38Durant la période du Bronze ancien III, le « mouvement urbain » s’accroît et se poursuit. Un certain nombre de sites développent de nouveaux éléments urbains qui atteignent parfois de grandes proportions comme certaines fortifications (à l’exemple de celles de Tel Yarmouth et d’Ay). Dans la production céramique, il y a une continuité et une homogénéité entre la céramique du Bronze ancien II et celle du Bronze ancien III. Cela explique que souvent dans les prospections, les deux périodes soient envisagées comme un tout.

  • 70 Ben Tor 1992c, p. 109-112.
  • 71 Ibid., p. 111.
  • 72 Amiran 1969, p. 68-75.

39Cependant, dans le nord, la distinction entre le Bronze ancien II et le Bronze ancien III peut se faire aisément grâce à l’apparition de la céramique bien typique de Khirbet Kerak dont certaines formes se retrouvent dès la fin du Bronze ancien II70. Même s’il y a eu des foyers locaux de production71, il s’agit d’une production d’origine étrangère72 qui se juxtapose aux autres productions locales. Sa diffusion se fait essentiellement dans le nord d’Israël (dans les vallées de Jezreel et de Beth Shan) et en Jordanie du Nord.

40La distinction entre un Bronze ancien IIIA (2700-2550 av. J.-C.) et un Bronze ancien IIIB (2550-2350 av. J.-C.) est reprise et utilisée par la majeure partie des archéologues. La fin du Bronze ancien III correspond à la disparition du « mouvement d’urbanisation » marqué par l’abandon, sans trace de destruction violente, des grands sites fortifiés.

  • 73 Selon les estimations de Palumbo 1990, p. 45 et figures 8 à 12.

41La période du Bronze ancien IV paraît être une période de rupture par rapport au mode d’installation qui prévalait au Bronze ancien II et III. Environ 45 % des sites du Bronze ancien III sont abandonnés73. Les grands sites localisés dans les zones les plus abondantes en eau sont désertés.

  • 74 Albright 1962, p. 36-42.
  • 75 Amiran 1960, 1969.

42La perception de la période du Bronze ancien IV a souvent changé au cours des trente dernières années. Les différentes hypothèses, qui ont été proposées pour expliquer la disparition de la culture urbaine, se fondaient sur des études typologiques de groupes céramiques de différentes régions que l’on replaçait dans des séquences chronologiques. W. F. Albright décrivit la période comme une phase posturbaine marquée par l’arrivée d’une nouvelle population. Selon lui, cette population aurait été à l’origine de la nouvelle culture urbaine du IIe millénaire. Aussi, appela-t-il la période Bronze moyen I74. K. Kenyon adopta une hypothèse similaire de l’arrivée d’une nouvelle population en Palestine. Pour elle, il s’agissait des Amorites. Ce peuple est très souvent jugé responsable d’une disparition de cultures dans d’autres régions du Proche-Orient. K. Kenyon proposa l’appellation de transition Bronze ancien/Bronze moyen. La production céramique fut partagée par R. Amiran75 en trois groupes : A (au sud), B, C (au nord) et D (au centre). Elle jugeait les groupes plus ou moins contemporains. Unanimement adoptée par les autres archéologues, la division est en fait criticable car elle se fonde sur du matériel céramique trouvé dans des tombes. Par conséquent, il reflète un répertoire d’un usage particulier. Par la suite, W. G. Dever proposa de reconnaître sept familles céramiques plus nuancées, ce qui semblait mieux correspondre à la complexité de la situation.

43Groupe N : la vallée d’Huleh et la Galilée du Nord.

44Groupe NC : la vallée de Jezreel et les alentours (basse Galilée, la partie nord de la région des collines), la vallée de Beth Shan et la région d’Irbid.

45Groupe J : la région de Jéricho et la vallée du Jourdain, la région au sud de Jérusalem et le plateau jordanien

46Groupe S : la région d’Hébron au sud de la région côtière, le Néguev et le Sinai.

47Groupe CH : dans la région de Jérusalem et dans la partie nord de la région des collines. Il correspond à la famille D de R. Amiran.

48Groupe C : la plaine côtière.

49Groupe TR : la Transjordanie.

  • 76 Dever 1973, p. 58-59.
  • 77 E.G. Wright 1937.

50Ces groupes sont définis plus culturellement que régionalement. Leurs répartitions ne se limitent pas strictement aux limites d’une région. Certaines familles présentent des affinités entre elles (par exemple la famille C et la famille CN). Pour la chronologie, W. G. Dever envisage un Bronze ancien IV A, B, C. Parfois, certaines indications sont données sur la datation ou la synchronie d’une famille par rapport à l’autre. Ainsi la famille NC est-elle datée de la dernière phase du Bronze ancien IV (2100-2000 av. J.-C.) et la famille TR est-elle plus ancienne que la famille J (vers 2300-2200 av. J.-C.)76. W. G. Dever, reprenant l’idée d’une certaine continuité de la production céramique développée par G. E. Wright77, imagina une population venant de la Syrie. Elle se serait mélangée à la population autochtone du Bronze ancien III. Le terme de Bronze ancien IV pour cette période sembla plus adéquat.

Tableau 10 – Chronologie du Levant et des pays voisins à l’âge du Bronze ancien

  • 78 Prag 1974, p. 69-116 ; Richard 1980, p. 5-34.
  • 79 Par exemple : Dever 1985, p. 113-135.
  • 80 Communément les inhumations secondaires sont attribuées à des populations nomades laissant tempora (...)
  • 81 Finkelstein 1991, p. 44.
  • 82 Cohen 1992.

51Longtemps, la théorie d’un retour plus ou moins brutal à une société de pasteurs nomades fut adoptée par l’ensemble des archéologues, dont K. Prag ou S. Richard78. Les archéologues se fondaient sur des modes d’occupation tels qu’ils sont illustrés à Be’er Resisim dans le Néguev et par de nombreux autres petits sites de cette région et du Sinai79 et sur le retour à un mode d’inhumation désarticulée comme dans les tombes à puits de Jebel Qa’aqir dans les collines autour d’Hébron80 ou des inhumations sous tumuli81. C’est à partir de données de ce type que R. Cohen proposa une autre hypothèse originale selon laquelle une population nomade venant du Néguev serait remontée plus au nord, créant différents sites du Bronze ancien IV82.

  • 83 Richard et Boraas 1988.
  • 84 Richard 1987, p. 242.
  • 85 Dever 1992, p. 86.

52Plusieurs découvertes récentes ont amené à modifier l’hypothèse d’un pays dominé par une population de pasteurs semi-nomades pratiquant des migrations saisonnières entre les régions désertiques, en hiver, et les collines de Judée, en été. Il y a d’une part la découverte en Jordanie du site fortifié de Khirbet Iskander, daté du Bronze ancien IV83. D’autre part, les prospections réalisées ces dernières années ont révélé l’existence de nombreux villages sédentaires de la même période, comme Tell Iktanu84. Les mêmes découvertes ont été faites sur l’autre rive du Jourdain avec de nombreuses nécropoles de tombes à puits, comme dans les collines de Judée, et avec des villages, dans les collines de Samarie et dans la vallée de Beth-Shean85.

  • 86 Richard 1987, p. 39.
  • 87 Palumbo 1990, p. 40.

53Pour ces raisons, il faut reconsidérer l’hypothèse habituelle d’une société essentiellement nomade86. Il est plus correct de proposer l’existence d’une société qui abandonne les sites fortifiés et les zones à dominantes méditerranéennes propices à l’horticulture au profit de zones plus aptes à l’agriculture et à l’élevage. Il est plus que probable qu’au Bronze ancien IV la société rurale sédentaire du Levant sud était au moins aussi importante que la société de pasteurs nomades. Rien dans les restes d’animaux ou de plantes trouvés lors de fouilles archéologiques ne permet d’affirmer la prédominance du pastoralisme87.

  • 88 À l’instar de Rosen 1987 et de Cohen 1986 pour le Sinai et le Néguev.
  • 89 Finkelstein 1992, p. 135.

54La variation du nombre et de l’emplacement des sites de sédentaires ou de semi-nomades durant la période du Bronze ancien IV ne doit être pas interprétée comme une variation du taux de population88. Elle est la matérialisation de changements socio-économiques89 à travers un nouveau choix des zones d’implantation et des modes de production. Logiquement, le changement du mode d’implantation est supposé s’accompagner de la disparition de l’économie de redistribution et du commerce avec les pays voisins qui caractérisaient l’organisation de la « période urbaine ». L’extinction d’un contrôle politique centralisé serait un facteur décisif dans la disparition d’une telle économie à dominante pastorale.

  • 90 Ainsi que le postule S. Richard dans Richard 1987, p. 35.
  • 91 Esse 1989, p. 90.

55Quelle que soit l’organisation sociale envisagée, la période du Bronze ancien IV est perçue par la majeure partie des archéologues comme une phase de régression dans l’évolution de la société. Le « processus d’urbanisation » est supposé être remplacé par une régression graduelle, avec une réadaptation à un niveau d’organisation socio-politique inférieur comme la chefferie90. Pour certains archéologues la régression va même en-deçà du stade de la chefferie. La société du Levant sud serait redevenue une société égalitaire91.

UN PROBLÈME DE CONCORDANCE CHRONOLOGIQUE

56L’absence de séquences céramiques stratifiées dans le sud syrien représente une difficulté pour établir une concordance chronologique entre le Nord et le Sud du Levant. Les différentes phases du Bronze ancien y sont datées différemment. De fait, le Bronze ancien IV syrien (selon la chronologie de la mission archéologique italienne de Tell Mardikh) débute avant le Bronze ancien IV du Levant sud. Malgré ces difficultés, nous proposons des équivalences chronologiques dans le tableau ci-avant (tableau 10).

LA SPÉCIFICITÉ DES SOCIÉTÉS DU LEVANT SUD

57Le tableau 10 permet de comparer les rythmes d’évolution du Levant nord et du Levant sud. Malgré la différence de l’état des connaissances, nous constatons qu’entre 3100-2400 av. J.-C., il n’y a pas de variations importantes dans les descriptions que l’on peut faire des cultures du Levant. Ce n’est que vers 2400 av. J.-C. qu’apparaît une innovation qui va séparer en deux aires culturelles distinctes, nord et sud du Levant. À partir de cette date on trouve les premières attestations d’une utilisation de l’écriture à Ébla. Cette innovation va être l’élément principal d’une évolution divergente entre les deux régions. Jusqu’alors l’ensemble de la région semblait partager une même caractéristique : l’absence de système d’écriture.

58Ainsi, au début de la période de croissance urbaine dans le nord du Levant, illustrée par les constructions du niveau IIB1 à Ébla, correspondrait dans le sud une période de croissance marquée par la construction de remparts d’une dimension jusqu’alors jamais atteinte (exemples d’Ay et de Tel Yarmouth) et la construction de l’ensemble palatial de Tel Yarmouth : une phase ultime de développement, juste avant l’effondrement quasi général du système des bourgs fortifiés dans le sud au Bronze ancien IV.

L’ABSENCE DE SYSTEME DE NOTATION ET DE SCELLEMENT AU LEVANT SUD

  • 92 Matthiae 1997, p. 1-3.
  • 93 Matthiae 1982, p. 81-82 et p. 87-88.

59La spécificité du Levant sud se révèle donc à partir de 2400 av. J.-C. environ. Dans tout le nord de la Syrie, il y a une amplification du mouvement de concentration de la population urbaine et de sa hiérarchisation, marquée à Ébla par l’apparition d’une organisation palatiale de grande envergure. Cette organisation utilise un système de notation et pratique le scellement de divers contenants (jarres ou ballots) et de pièces avec des empreintes de sceaux. D’importantes archives (17°000 tablettes dont environ 70 % sont des archives économiques92) et des scellements furent trouvés dans le palais (Palais G). Elles indiquent que les élites urbaines d’Ébla adoptèrent93, en le modifiant, un système de notation et un mode de scellement en provenance de la Mésopotamie où il était en usage dès la fin du IVe millénaire. L’étude des archives permet de comprendre que l’organisation palatiale était le fruit d’un développement local et non d’une importation mésopotamienne. Les fouilles montrent d’ailleurs l’ancienneté d’une telle organisation à Ébla. Sous le palais G, il existe un niveau pré-palatial peu important. Cependant, il y a déjà des structures de stockage. La rupture qui s’opère entre le nord et le sud vers 2400 av. J.-C. est sans doute le résultat d’un processus se mettant en place dès 2700 av. J.-C. au Levant nord.

  • 94 Des empreintes ont été retrouvées en majorité dans le niveau III d’un bâtiment en briques sans dou (...)
  • 95 Sur le chantier D, niveau C daté de la première Dynastie égyptienne (Kempinski 1993, p. 420).
  • 96 Levy et al. 1997.
  • 97 Schulman 1976, p. 24.
  • 98 Schulman 1980, p. 33.
  • 99 Stager 1992, p. 31-33.
  • 100 Ben-Tor 1991, p. 5.
  • 101 Ben-Tor 1978, p. 83-87.
  • 102 Schulman 1980, p. 33.

60Il n’y a dans le reste du Levant, au sud de Qatna, aucune trace d’écriture. Les seules traces de scellement connues se trouvent sur trois sites du sud d’Israël : à ‘En Besor94, à Tel ‘Erani95 et sur le long du Wadi Tillah96 où des empreintes de sceaux de la fin du Bronze ancien I ont été retrouvées. Ces empreintes, d’origine égyptienne, furent effectuées sur place sur des morceaux d’argile crue dont les analyses pétrographiques indiquent l’origine locale. Il s’agit de scellements de sacs plutôt que de scellements de jarres97. Les opinions divergent un peu pour la datation de ces empreintes. Elles sont attribuées soit au début ou au courant de la Ire Dynastie98, ou encore à la Dynastie 099. Les comparaisons avec la céramique égyptienne du niveau III de ‘En Besor témoignent en faveur de la datation un peu plus haute avec une occupation à situer durant les règnes de Den et de son prédécesseur Djed (fin du Bronze ancien I)100. Tout en se rattachant à une production égyptienne bien attestée, les sceaux sont d’une facture et d’un style que l’on ne retrouve pas en Egypte. Il s’agit d’une production locale liée à un stockage et une redistribution régionale101. L’iconographie très variée des sceaux indique qu’ils appartenaient à différentes personnes. Une seule de ces empreintes paraît être de nature royale. Les autres proviennent vraisemblablement d’administrateurs égyptiens. Ils devaient résider à ‘En Besor et à Tel ‘Erani et être responsables de la distribution de denrées en provenance d’Égypte pour les membres de ces colonies égyptiennes102.

  • 103 Yadin 1955.
  • 104 Esse 1991, p. 54. ; Gophna 1995.
  • 105 Une partie de la céramique trouvée à Tel ‘Erani a été fabriquée avec une argile locale mais par de (...)
  • 106 Ben-Tor 1991, p. 8.

61Les avis divergent quant à la nature de la présence égyptienne dans le sud palestinien. Certains archéologues ont proposé d’y voir une conquête militaire de courte durée103, d’autres les traces d’un commerce international104. L’analyse des productions céramiques et lithiques indique avec plus de vraisemblance une implantation pacifique d’Égyptiens qui utilisaient des techniques administratives provenant de leur pays105. Cette population a vécu, mêlée à des éléments autochtones, durant 150 à 200 années106 avant de disparaître, pour des raisons encore inconnues, au début du Bronze ancien II.

62À l’évidence, des populations du Levant sud furent en contact par l’intermédiaire de colonies égyptiennes ou, plus au nord, par le biais de villes de la Syrie intérieure, avec une forme de contrôle et de gestion qu’elles n’adoptèrent pas, en dépit du développement de leur organisation supposée « urbaine ». Ce n’est qu’à la période du Bronze moyen que les organisations politico-économiques du Levant sud adoptent un tel mode de contrôle associé à l’écriture et au scellement. Il y a plusieurs explications possibles à l’absence d’utilisation de l’écriture et du scellement durant le Bronze ancien : soit les élites politico-économiques du Levant sud n’étaient pas aptes à adopter et reproduire un tel système de gestion ; soit toute l’organisation de la société différait de celle du Levant nord et par conséquent un tel système n’était pas nécessaire à son économie.

  • 107 Goody 1986, p. 59-75.

63Plus qu’un simple trait culturel, l’absence d’utilisation de l’écriture a des répercussions très importantes dans le développement des sociétés. En effet, l’émergence d’un pouvoir autonome est gêné s’il ne s’accompagne pas du moyen de communication, d’enregistrement et de gestion qu’est l’écriture. En l’absence d’un tel moyen, il est malaisé d’effectuer des prélèvements sous forme d’impôts ou de redevances. La distance (avec l’infidélité des relais du pouvoir) et la superficie du territoire contrôlé deviennent vite un obstacle à la croissance de l’organisation détenant le pouvoir107. Outre la différence d’organisation de la société qu’elle est susceptible de révéler, l’absence d’écriture et de scellement au Levant sud a eu d’importantes répercussions dans l’évolution des « villes » de la région au IIIe millénaire.

LA DELIMITATION DE LA REGION DU LEVANT SUD

64La région du Levant sud correspond à l’aire de non utilisation de l’écriture et du scellement. Jusqu’à présent la région du Levant sud n’a jamais été clairement définie. Implicitement et pour des raisons politiques ou idéologiques, beaucoup d’archéologues considèrent que la région correspond aux frontières de l’État actuel d’Israël avec les Territoires autonomes palestiniens. Ces dernières années, la découverte de plusieurs sites fortifiés ou ruraux en Jordanie et dans le sud de la Syrie indique que les différents phénomènes, regroupés dans la notion d’urbanisation, intègrent une zone plus vaste que l’État d’Israël. Il faut ajouter la Jordanie, les Territoires autonomes palestiniens, le sud de la Syrie et une bonne partie du Liban.

  • 108 Herbert 1993, p. 61.
  • 109 Al-Maqdissi 1996, p. 132-133.

65Au nord de la Palestine, la diffusion des villes du Bronze ancien se prolonge clairement au delà du lac de Huleh avec des sites comme Tel Dan ou Tel Anafa108. Bien qu’encore mal connus pour les niveaux du Bronze ancien, ils sont importants du fait de leur implantation sur les voies de passage vers les régions septentrionales. Dans le Hauran et le Leja, des sites comme Khirbet el-Umbashi et Laboué ont des fortifications semblables aux fortifications des « villes » palestiniennes. Ces remparts témoignent d’une appartenance à une même aire de tradition d’architecture militaire. Malgré le peu de choses que nous connaissons des sites de la région de Damas, il nous est possible de constater qu’ils ne sont pas très différents, dans leurs aspects et par la céramique, des sites du nord d’Israël et de la Jordanie. De plus, Tell Sh’airat109, à quelques kilomètres au sud de Homs, est un site fortifié qui appartient déjà par sa morphologie et sa datation du Bronze ancien IV syrien à l’aire du Levant nord. En fait, l’avancée vers l’est de la chaîne de l’anti-Liban avec le Jebel Qalamoun représente, même de nos jours malgré le tracé d’une route moderne, un obstacle naturel important. C’est une césure entre les zones cultivables septentrionales qui s’étendent jusqu’au sud de Tell Nebi Mend et de Qatna (Mishrifé) et celles de l’oasis de Damas. C’est pourquoi, en nous fondant sur la morphologie de certains éléments architecturaux et sur la diffusion des familles céramiques, nous concluons que le sud de la Syrie comprenant la plaine de Damas, les franges semi-désertiques à l’est, le Leja et le Hauran, appartient à l’aire culturelle du Levant sud durant le Bronze ancien.

66Au Liban, la situation est plus incertaine. Comme nous l’avons exposé, les données disponibles sont encore moins nombreuses. Il y a deux régions principales pour les installations sédentaires : la plaine de la Beqa’a et la plaine côtière. La plaine de la Beqa’a est un axe de circulation important entre le nord et le sud. Nous ne savons rien de la plaine elle-même au Bronze ancien. Cependant, Tell Nebi Mend se trouve à son débouché dans la trouée de Homs. Or, il appartient déjà par sa céramique à la zone d’influence de Hama et d’Ébla donc à la région du Levant nord. Par conséquent, nous choisissons le col de Baalbeck, qui est la ligne de séparation des eaux de l’Oronte et du Litani et un obstacle naturel dans les communications, comme la ligne frontière entre le nord et le sud du Levant. C’est une solution satisfaisante. Pour la côte libanaise, nous pouvons remonter jusqu’à Byblos. Le site se présente comme un point de jonction entre le nord et le sud du Levant, que cela soit par son architecture ou par sa céramique.

67La limite entre le Levant nord et le Levant sud correspond, au IIIe millénaire, à une zone peu apte à la vie sédentaire et difficile à traverser. Les autres limites du Levant sud sont moins difficiles à établir. Au sud, les régions désertiques du Néguev et du Sinaï constituent une frontière naturelle vis-à-vis du monde égyptien. Arad est le bourg le plus méridional du Levant sud. De même, à l’est, le désert syro-jordanien représente une autre frontière naturelle avec Jawa comme implantation la plus orientale. À l’ouest, la côte méditerranéenne est une autre limite naturelle évidente.

LES DIFFÉRENTES ZONES GÉOGRAPHIQUES DU LEVANT SUD

68Ainsi culturellement défini, le Levant sud se caractérise par la diversité de ses régions (carte 3). De la plaine côtière aux plateaux désertiques jordaniens, elles composent une mosaïque d’écosystèmes déterminés par un rapport entre le relief, le climat, la lithologie et la couverture végétale. Au nombre d’une dizaine, elles s’alignent selon l’axe nord-sud de la dépression de la vallée du Jourdain et de la mer Morte.

69La plaine côtière est composée d’une frange de dunes et de plaines sableuses qui butent au nord contre le promontoire du mont Carmel et au sud sur le désert du Néguev.

70La zone des collines (ou Shephelah) constitue la limite est de cette plaine côtière. Les collines calcaires, souvent sableuses, introduisent la seconde partie de la région composée d’une ceinture continue de collines fertiles. La zone se poursuit en s’élevant vers l’est en une ligne de montagnes culminant entre 900 et 1°000 m. Elle arrête les pluies venant de l’ouest. C’est pourquoi les flancs est de cette région sont désertiques avec une pluviosité trop irrégulière pour permettre une agriculture permanente.

71La Haute-Galilée a actuellement une pluviosité plus importante (800 mm/an). Mais les reliefs de la région constituent un obstacle à la circulation. D’ailleurs, la région a souvent été une frontière culturelle entre le nord et le sud. La partie nord de la Haute-Galilée se rattache plutôt au monde côtier libano-syrien. Avec une pluviosité moindre (environ 600 mm/an), la Basse-Galilée a un climat plus chaud. Elle était couverte par une forêt méditerranéenne classique. On peut la décomposer en trois zones avec la Basse-Galilée sud, la Basse-Galilée nord et la Basse-Galilée orientale. La Basse-Galilée sud est une région de collines calcaires peu élevées. Les collines sont coupées à l’ouest par les vallées des wadis.

72La vallée de Jezreel est parfois découpée en vallée de Megiddo pour la partie ouest et plaine de Jezreel pour la partie est. La vallée de Jezreel est large et elle sépare la Samarie de la Basse-Galilée, en interrompant la région des collines. Elle constitue un axe de circulation entre la côte et la vallée du Jourdain peu encaissée à cet endroit. Région parfois marécageuse mais fertile, elle est un lieu privilégié pour l’implantation humaine. La vallée du Jourdain est surtout fertile dans sa région la plus accessible, la partie nord. Au sud de la vallée, la salinité est trop importante pour permettre une couverture végétale florissante.

73Plus à l’est, une ceinture de montagnes surplombe la vallée du Jourdain et les rives de la mer Morte. Cette chaîne est entrecoupée par de profonds wadis orientés est-ouest. Ils proviennent du plateau jordanien. La limite septentrionale de la vallée du Jourdain est le Wadi Yarmouk. C’est un obstacle important aux passages vers le nord. Il oblige à passer plus à l’est vers l’actuelle Bosra, le long du versant occidental du Jebel al-Arab pour atteindre la plaine de Damas.

74Les wadis sont autant de voies de pénétration à partir de la vallée vers les plateaux à l’est. La région des plateaux est en dehors de l’isohyète de 300 mm/an. La zone est pratiquement déserte, excepté dans quelques oasis comme celle d’Azraq. Le Néguev, autre zone désertique, marque l’extrémité sud du domaine palestinien. Il est cependant possible d’y faire par endroits de l’élevage et de pratiquer une agriculture sporadique.

75Ces différentes régions se décomposent en terroirs (ou sous-régions) qui correspondent à des variations locales des conditions lithologiques ou climatiques.

LE PALÉO-ENVIRONNEMENT DU LEVANT SUD

  • 110 Crown 1972, p. 329
  • 111 Par exemple A.M. Rosen 1989. Elle indique, principalement à partir des analyses des diagrammes pol (...)
  • 112 Arad en est un bon exemple. Du fait de sa localisation, selon les années les ressources hydrologiq (...)
  • 113 Shehadeh 1985, p. 30, fig. 5.

76Les études sur les variations du climat au IIIe millénaire concluent qu’il était globalement le même qu’aujourd’hui mais avec des variations qui, même mineures, ont dû avoir une influence sur le mode d’implantation des installations humaines. Selon les différents types d’analyse, il semble que vers 3500 av. J.-C., la pluviosité était plus importante qu’à la période précédente. La phase plus pluvieuse s’achève vers 2300 av. J.-C. La date marque le début d’une nouvelle phase sèche110 Bien qu’elle ne soit pas totalement vérifiée, la reconstitution est adoptée par la plupart des chercheurs111. Quoi qu’il en soit, la majeure partie du territoire sud levantin est comprise dans la ligne de précipitation des 300 mm/an. Il ne devait pas y avoir de problèmes insurmontables pour l’approvisionnement en eau, sauf pour les quelques sites implantés aux marges de la région comme Arad. Mais il faut tenir compte des micro-variations. Dans des régions comme la Jordanie du Nord ou le Sud de la Palestine, elles ont pu avoir des répercussions non négligeables du fait de l’étroitesse de certaine bandes bioclimatiques112. Des analyses contemporaines témoignent des déplacements possibles d’une ligne d’isohyète et des changements que cela provoque sur l’écosystème d’une zone restreinte113.

  • 114 Koucky et Smith 1986, p. 33-35.
  • 115 A. M. Rosen 1989, p. 252.

77Plusieurs études géomorphologiques indiquent que le réseau hydrographique de la région du Levant sud au Bronze ancien était sensiblement différent de celui de nos jours. Il était sans doute plus abondant. Dans la vallée du Jourdain, à l’emplacement de l’ancien lac Beisan asséché à la période chalcolithique, le fleuve n’avait pas encore eu le temps de creuser son lit. Il subsistait une étroite bande de terre inondable114. Des ressources en eau un peu plus importantes créent une nappe phréatique plus haute, des sources pérennes plus nombreuses. Les wadis moins encaissés sont plus accessibles pour une forme simple d’irrigation115. Ces conditions hydrologiques sensiblement différentes doivent être associées à une couverture végétale plus importante que de nos jours. Il y avait une meilleure protection des sols. En relation directe avec l’importance de la pluviosité, la végétation était soit de type steppique, soit de type méditerranéen.

  • 116 Voir notamment Epstein 1993a pour la région du Golan ou encore Loud 1948, p. 60, fig 132-133 pour (...)
  • 117 Stager 1985, p. 173-177.

78Dans les zones méditerranéennes, l’abondante couverture végétale était constituée, pour l’essentiel, de forêts de chênes et de pins dans lesquelles se trouvaient des oliviers sauvages. Bien que le rapport ne soit pas encore bien connu, il est certain que le type de couverture végétale a joué un rôle dans l’implantation des sites, notamment pour le défrichage et le mode d’exploitation du terroir. Pour la mise en valeur agricole des différents terroirs, on sait que dès la période chalcolithique, il y avait une exploitation de l’olivier116 et de la vigne. Il est difficile de déterminer s’il s’agissait d’une exploitation d’espèces sauvages ou déjà domestiquées117. Le plus souvent, la distinction entre espèces sauvages et domestiquées se fait selon la taille plus ou moins importante des graines. Une telle variation peut être provoquée par une abondance plus ou moins marquée des ressources en eau.

  • 118 McCreery 1980, p. 52-53.
  • 119 Nicolle 1998, p. 12.

79Les conditions naturelles légèrement plus favorables au Bronze ancien permettent d’envisager la mise en œuvre d’une irrigation simple, par gravitation. On en retrouve, par ailleurs, les traces indirectes à Bab edh-Dhra‘ pour des céréales et des légumineuses118. Les découvertes récentes sur le village du Bronze ancien IA de Jebel Mutawwaq indiquent que les populations pratiquaient déjà une agriculture en terrasses119.

  • 120 Palumbo 1990, p. 44.
  • 121 Liphschitz, Gophna et Levy-Yadun 1989.

80L’implantation de sites dans les régions de collines témoigne d’une spécialisation locale dans la vigne et l’olivier au Bronze ancien II120. On verra qu’elle existait dès le Bronze ancien I. Quels que soient les modes de subsistance et de production adoptés, on s’accorde à convenir que les différentes mises en culture n’avaient pas encore affecté irrémédiablement ou de façon importante la couverture végétale originelle à la fin du IIIe millénaire121.

81Le paléo-environnement du Levant sud est à l’image de la variété de ses terroirs. Sa reconstitution est une entreprise ardue. Elle ne peut se faire qu’à un niveau d’analyse régionale. Cependant, il est assuré qu’il n’y a pas eu de variations écologiques majeures que l’on puisse invoquer comme argument explicatif dans le processus de développement ou de régression de l’ensemble de la « culture urbaine ». Une simple lecture des paysages suffit pour comprendre qu’il faut associer à la multiplicité des niches écologiques un large éventail des stratégies de subsistance qui privilégient soit les activités pastorales, soit les activités agricoles, avec de nombreuses variantes possibles entre ces deux grands pôles de production pouvoir centraliser

ORGANISATION TERRITORIALE ET NATURE DU POUVOIR AU LEVANT SUD

82Il existe quatre familles d’hypothèses pour qualifier et décrire l’organisation socio-politique du Levant sud (et de la Palestine) durant la période urbaine du IIIe millénaire.

  • 122 Lapp 1970, p. 112.

83Pour P. Lapp122, la Palestine avait atteint durant cette période un stade hégémonique. Selon sa théorie, les sites palestiniens ne sont pas assez grands (en comparaison avec les sites mésopotamiens et égyptiens) pour être considérés comme des villes et des unités autonomes. Comme il voit dans la tour de Jéricho de l’époque néolithique la preuve de l’existence de cités-États, il propose de considérer la Palestine du Bronze ancien II et III comme un royaume unifié.

  • 123 G.R.H. Wright 1985, p. 33.

84Au contraire, G. R. H. Wright123 proposa que le stade des cités-États ne soit atteint qu’au Bronze moyen et au Bronze récent et le stade de nation que durant l’âge du Fer. Le Bronze ancien est une période où se mettrait en place le système urbain, sans que celui-ci atteigne un niveau d’organisation très élevé. Il envisage l’existence de cités qui n’auraient pas eu de pouvoir les unes sur les autres, mais seulement sur des villages alentours. Il n’explique pas sur quoi il fonde la différence d’organisation territoriale qu’il établit entre le Bronze ancien et le Bronze moyen. Il semble que dans son esprit il s’agisse plus d’une différence d’organisation sociale que d’organisation territoriale.

Tableau 11 - Le « processus d urbanisation » au Levant sud.

  • 124 Kenyon 1960b, p. 101-135.
  • 125 Richard 1987, p. 27-28.

85L’hypothèse de loin la plus répandue fut proposée par K. Kenyon dès 1960124. Elle restitue pour la Palestine un mode d’organisation en cités-États, un stade d’organisation qui ne sera pas dépassé avant l’an 1000 av. J.-C., lors de la l’unification opérée par le roi David. L’image qu’elle propose est celle d’un territoire qui se diviserait entre différentes cités-États administrant un territoire agricole, avec des villages dépendants. Il n’y aurait pas de pouvoir centralisé car ces sites ne développent pas d’écriture, les surplus agricoles ne sont pas assez importants et nulle mention n’est faite dans les textes égyptiens de l’époque d’un tel pouvoir pour la région. L’hypothèse fut largement reprise, par exemple par S. Richard pour qui un système de cités-États émerge, peu après 3100 av. J.-C.125. Elle propose une hiérarchisation des sites en trois niveaux selon leur superficie : les hameaux, les villages et les villes (ou cités) avec une administration organisant la liaison entre les sites ruraux producteurs et les centres urbains de redistribution. À l’idée d’un État unique, S. Richard substitue l’idée d’une multitude de petits États indépendants, avec un pouvoir centralisateur résidant dans une cité. Au centre du réseau d’exploitation d’un territoire restreint, la cité pratique une économie de centralisation/redistribution et se livre au commerce à longue distance. La matérialisation la plus évidente de cette forme d’organisation politico-économique est le palais.

  • 126 Portugali et Gophna 1993, p. 166.
  • 127 Ils reprennent une idée développée par Rindos (Rindos 1984).

86Une version sensiblement différente a été proposée récemment par J. Portugali et R. Gophna126. Ils postulent que toute la Palestine appartenait à un système urbain qui fonctionnait comme un ensemble homogène. Cela permettait, en associant les productions complémentaires de différentes régions, d’assurer une stabilité sociale. L’interconnexion du réseau urbain aurait permis une globalisation de la production agricole et de combattre une instabilité des ressources agricoles engendrées par la domestication des plantes et des animaux127. L’hypothèse d’une recherche de stabilité sociale est une conception anachronique pour une société humaine du IIIe millénaire. Le fait intéressant à retenir de cette dernière théorie est qu’implicitement elle postule l’existence d’un groupe de cités-États qui, sans être un État, se serait organisé sous la forme d’un proto-État.

87Avec ces différentes théories, nous constatons que la cité-État est l’organisation la plus généralement postulée pour la période. Le terme fait référence à des notions assez floues. Il est difficile de comprendre quelles sont, dans l’esprit des archéologues, les différences entre un État et une cité-État. D’après les définitions plus ou moins clairement énoncées, la différence réside seulement dans une variation de la dimension des groupes humains concernés. Un État est constitué par l’unification de plusieurs cités-États ayant perdu leur autonomie. L’organisation politico-économique d’un État et celle d’une cité-État sont supposées identiques. Une telle équivalence est possible du fait de la simplicité de la définition de ces organisations dans l’esprit de bon nombre d’archéologues. Dans les deux cas, la définition se résume en effet à l’existence d’un pouvoir centralisateur qui gère et exploite un territoire avec une économie d’accumulation/ redistribution.

  • 128 Huot, Thalmann et Valbelle 1990. p. 88.

88De même, la notion de territorialité des cités-États n’est jamais clairement définie. Il est cependant possible de le faire par défaut. Les territoires des cités sont des régions indépendantes les unes par rapport aux autres. Elles se composent du finage, la zone agricole que la cité exploite et dont elle tire ses ressources. L’exploitation de ce territoire se fait par l’intermédiaire des villages et des hameaux. Nulle part on ne trouve des évaluations de la taille de ces territoires urbains. Généralement, dans l’esprit des chercheurs, ce territoire correspond aux alentours immédiats de la cité, un terroir de petite taille avec quelques villages128.

L’ANALYSE DU PHÉNOMÈNE URBAIN AU LEVANT SUD

89Les cultures urbaines du Proche-Orient qui se mettent en place dans le courant du IIIe millénaire ne sont ni synchrones, ni comparables malgré quelques similitudes dues, dans le cas de la Mésopotamie et de l’Égypte, à l’adoption d’une économie de plaine fluviale. La fin du Bronze ancien III au Levant sud ne correspond pas à un âge noir comme cela est si souvent supposé. Ce sont en Syrie, l’époque du développement du palais G d’Ébla, en Mésopotamie, le développement de l’empire d’Akkad et en Égypte, la période de la VIe dynastie. Il est clair que les cultures urbaines des régions du Proche-Orient ont des rythmes d’évolution différents, ce qui les rend difficilement comparables. Pourtant, malgré des différences évidentes, l’analyse de « l’urbanisation » du Levant sud est réalisée de manière similaire à celle de la Mésopotamie. On utilise les mêmes modèles et on fait référence aux mêmes concepts. La raison d’une telle attitude se trouve dans l’importance de la pensée évolutionniste chez les archéologues qui travaillent sur la région du Levant sud.

L’INTERPRETATION DES RYTHMES DU « PROCESSUS URBAIN »

  • 129 Lapp 1970. p. 111 ; Kenyon 1979, p. 82.
  • 130 Miroschedji 1971 ; Amiran 1978.
  • 131 Kempinski 1983, p. 236.

90Pour expliquer l’émergence du « processus urbain » au Levant sud, les archéologues sont passés d’un discours de type diffusionniste à une théorie en faveur d’un développement local. Selon la vision diffusioniste, la culture urbaine était arrivée dans la région du Levant sud avec des groupes de migrants en provenance de l’Anatolie, du nord de la Mésopotamie ou de la Syrie. L’étude de la céramique semblait conforter cette hypothèse129. L’idée d’un développement local est en fait plus ou moins contemporaine de certaines de ces hypothèses diffusionnistes. Dès le début des année 70, naissait l’idée d’un développement local de la « culture urbaine »130 Ce nouveau type de discours a été marqué par l’adoption et l’utilisation de modèles conçus dans le domaine mésopotamien. Par exemple, A. Kempinski131 affirme que le modèle de G. Childe s’applique aussi bien aux régions alluviales qu’aux régions comme l’Anatolie et la Syrie-Palestine.

91À partir des différents modèles actuellement en usage pour décrire le « processus d’urbanisation » du Levant sud, nous proposons le schéma ci-après qui en décompose les différents facteurs. Le schéma (tableau 11), élaboré à partir d’un résumé des différentes explications avancées pour expliquer « l’urbanisation » du Levant sud durant le Bronze ancien II et III, est similaire aux schémas que nous avons décrits pour la Mésopotamie. Nous y retrouvons le même principe d’évolution linéaire allant du simple au complexe, toujours avec une mobilisation des notions de progrès et de maximalisation des rapports sociaux, des ressources naturelles et des modes de production.

  • 132 Richard 1987, p. 39.

92Nous avons vu qu’après ce que l’on considère comme la disparition de la culture urbaine (et de son réseau rural) à la fin du Bronze ancien III, la société sud Levantine est évoquée comme dotée d’une économie moins spécialisée que précédemment, associée à une absence de contrôle politique centralisé132.

  • 133 Kenyon 1965 ; Lapp 1966a.
  • 134 Liverani 1973. Il a montré que l’hypothèse d’invasion amorite n’est pas crédible car le matériel t (...)
  • 135 Dever 1980.

93Longtemps, la raison avancée pour expliquer la régression de la culture urbaine a été, comme pour la Mésopotamie, celle d’invasions de nomades amorites qui auraient détruit les différentes cités du Levant sud et leur culture urbaine133. Parfois l’idée d’invasions destructrices a été remplacée parcelle, moins systématique, d’infiltrations de groupes d’Amorites éleveurs-nomades qui remplacèrent les sociétés urbanisées. Depuis, les critiques de M. Liverani134 sur la réalité de la présence amorite en Palestine et le constat de l’absence de niveaux de destruction sur la majeure partie des sites constituent des objections qui ont été adoptées et reprises par la majeure partie des archéologues dont W. G. Dever135.

  • 136 Weiss, Courty et Wetterstrom 1993.
  • 137 Par exemple Harlan 1985, p. 125-129.
  • 138 Dever 1989, p. 233.

94Une seconde tendance d’explications sur la régression « urbaine » regroupe les phénomènes de type naturel. L’effondrement urbain y serait le fait d’une détérioration du climat (affaiblissement des précipitations, hausse des températures, etc.), que l’on retrouverait en Anatolie et en Egypte. L’hypothèse a été remise récemment au goût du jour à partir de données provenant de la Djézireh syrienne136. Le phénomène pourrait s’accompagner d’une dégradation du tapis végétal et des sols due à l’activité humaine137, ce qui aurait provoqué des famines. Le pouvoir et son administration n’auraient pas été à même de résoudre cette situation de crise. W. G. Dever138 souligne fort justement un aspect paradoxal de ces explications. Les principaux sites abandonnés sont ceux qui se trouvent dans les zones les plus abondantes en eau. Ils sont désertés au profit de petits sites localisés dans les zones semi-arides.

  • 139 Rast et Schaub 1980, p. 52 et sq.
  • 140 Gophna, Liphschitz et Lev-Yadun 1986-1987.
  • 141 Liphschitz, Gophna et Lev-Yadun 1989, p. 263.
  • 142 Dever 1989, p. 236.
  • 143 Richard 1980.

95En fait, on manque de preuves pour vérifier les hypothèses d’un changement climatique aussi brutal. Selon d’autres chercheurs, il est assez logique de penser, vu le chiffre peu élevé envisagé pour la population, que les activités humaines ont peu touché la couverture végétale à l’époque139. Il semble d’ailleurs qu’à la fin du Bronze ancien, la déforestation n’avait pas encore atteint un seuil critique. Une étude du centre de la plaine côtière menée par R. Gophna140 a abouti à la conclusion que l’implantation humaine n’avait pas encore eu d’impact important. Vingt- cinq pour cent de la zone au maximum avait pu être touché. Par la suite, N. Liphschitz141 est arrivé à la même conclusion pour toute la Palestine. Pour la même raison, il faut abandonner l’hypothèse d’une trop forte pression démographique142. Une telle pression aurait entraîné une surpopulation dans les cités, avec de moins en moins de personnes pour pratiquer l’agriculture et supporter les besoins des villes provoquant des conflits sociaux, du fait des mécontentements des citadins vis-à-vis des autorités urbaines. Pour d’autres, l’arrêt du commerce international, notamment avec l’Égypte, est la raison de la chute de la civilisation « urbaine »143.

  • 144 Pour un rappel des ces différents types d’explications voir Dever 1989. p. 232-234, Dever 1992, p. (...)
  • 145 Dever 1980, p. 58 note 1.

96L’explication la plus en vogue actuellement parmi les archéologues est celle qui retient une origine interne aux modifications aboutissant à la « crise urbaine ». Il s’agit d’un modèle multi-causal où l’on retrouve les différents facteurs déjà évoqués (poussée démographique, crise écologique, stress social, inefficacité du pouvoir, disparition temporaire des civilisations motrices voisines144). Comme dans les modélisations sur l’origine de l’urbanisation, ils peuvent être jugés plus ou moins importants. Dans ce type de modèle, les nomades ne sont pas responsables de la chute de la culture urbaine, ils en sont une des conséquences145.

LES LIMITES D’UNE VISION ÉVOLUTIONNISTE POUR LA COMPRÉHENSION DU PHÉNOMÈNE URBAIN

97Les différents concepts relatifs à la nature de la « société urbaine » du Levant sud s’inspirent largement de l’évolutionnisme. Ils font référence à des formes d’organisation de la société telles que E. R. Service et M. H. Fried les avaient définies et d’après lesquelles nous décomposons les rythmes culturels selon le schéma ci- après (tableau 12).

  • 146 Portugali 1994. p. 208-209.
  • 147 Une étrange comparaison est faite par J. Portugali et R. Gophna entre le virus du Sida, l’agricult (...)

98Ces rythmes culturels constituent une interprétation très orientée des séquences culturelles. Comme nous l’avons mis en évidence pour la Mésopotamie, on retrouve ici un schéma d’évolution qui prévaut pour d’autres périodes. Au Levant sud, la période du Bronze ancien est perçue comme une suite de phases de croissance et de décroissance, d’urbanisation et de nomadisation. Les phases s’intègrent dans une vision cyclique de l’histoire qui est appliquée pour une période allant du Bronze ancien I à l’âge du Fer II146. Les cycles correspondent à des états plus ou moins avancés de la civilisation où alternent les phases de prospérité (périodes urbaines) et les phases de crise (périodes à dominante rurale ou pastorale). L’urbanisation apparaît comme un niveau supérieur d’organisation par opposition aux périodes de nomadisme. Cette échelle de valeurs s’appuie sur des capacités supposées d’une organisation urbaine à résoudre des problèmes147. Le phénomène de pastoralisation ou de nomadisation est considéré comme un pis-aller pour l’organisation des sociétés du Levant sud au IIIe millénaire.

DES CORRELATIONS INCERTAINES ENTRE LES MODES DE PRODUCTION ET L’ORGANISATION SOCIALE

99Les différentes phases sont élaborées à partir de corrélations établies entre un mode de production d’artefacts et une forme d’organisation sociale. Ainsi, une production céramique homogène est mise en relation avec un mode de production d’artisans spécialisés. L’existence d’un artisanat spécialisé est, lui, mis en relation avec un pouvoir centralisateur et une société urbaine. Cela sous-entend qu’une société urbaine se caractérise par le fait que certains des membres sont dégagés de la production agricole et peuvent se consacrer à d’autres formes de production. Une telle notion de spécialisation est-elle vraiment bien adéquate pour la période du IIIe millénaire ? L’archéologie dispose-t-elle des moyens nécessaires pour en établir l’importance par rapport à l’ensemble des modes de production de l’époque ?

  • 148 Un bon exemple de ce type de vision est donné dans Portugali et Gophna 1993.

100L’importance accordée à une corrélation entre un mode de production et une forme d’organisation sociale a le défaut de segmenter chronologiquement la période de la fin du IVe millénaire et du IIIe millénaire selon les organisations socio- économiques jugées prédominantes durant la période concernée. La segmentation organisationnelle aboutit, dans le cas du Levant sud, à une opposition excessivement schématique entre une société urbaine, une société rurale et une société nomade. Une telle reconstruction outrancière puise sa justification dans la vision orientée du changement que nous venons de décrire et qui est encore largement utilisée par l’archéologie proche-orientale. Nous trouvons, dans de nombreux écrits, la preuve de la vitalité de ce type de vision quand l’urbain est montré comme un niveau supérieur d’organisation par opposition aux périodes de nomadisme148. Paradoxalement, une telle interprétation des événements est en contradiction avec les différentes explications avancées pour expliquer la chute de la « société urbaine ». En effet, la « société urbaine » sud levantine ne serait pas arrivée à résoudre les crises. Curieusement, la capacité à résoudre des problèmes insolubles pour une organisation simple est justement l’explication souvent avancée pour expliquer l’adoption d’une organisation urbaine.

Tableau 12 - Les rythmes culturels des changements du Levant sud au Bronze ancien.

  • 149 Dornemann 1983. p. 4.
  • 150 Marfoe 1979.

101Comme le note R. H. Dornemann149, des oppositions aussi schématiques d’organisations socio-économiques, notamment entre nomades et sédentaires, sont bien pratiques pour dissimuler notre manque de connaissances sur une période, surtout lorsque l’on connaît la rapidité avec laquelle un groupe humain peut changer de stratégies de subsistance et de mode de vie. Les analyses de L. Marfoe150 réalisées sur la plaine de la Beqa’a libanaise montrent bien la promptitude avec laquelle des groupes humains peuvent se sédentariser ou retourner au semi-nomadisme en l’espace d’une génération et comment ils usaient en alternance de plusieurs modes de subsistance.

POUR UNE DESACRALISATION DE L’URBAIN

102Il est clair que la compréhension du fonctionnement de la société du Levant sud au Bronze ancien II et III est loin d’être parfaite. Elle peut difficilement espérer l’être un jour sans un changement notable de notre conception des phénomènes que recouvrent les termes de « phénomène urbain » et de « processus urbain ». Nous avons constaté combien il est difficile, dans une interprétation linéaire et orientée du changement, d’expliquer autrement que comme un fait inéluctable la naissance de l’urbanisation et comme un accident ou une crise la régression de l’urbain. L’une des causes principales de ces nombreuses déficiences de nos connaissances est due à l’absence de documentation écrite. Une autre cause, plus importante selon nous, découle directement de l’utilisation des modèles évolutionnistes. Effectivement, certainement plus que pour tout autre phénomène, l’analyse de l’urbanisation est encore très fortement sous l’emprise d’une modélisation évolutionniste.

103Les nombreux défauts que nous évoquons doivent beaucoup à l’attitude des archéologues. Ils associent le stade urbain à une forme d’organisation sociale prédéterminée par un niveau de civilisation qui se réfère implicitement à une conception très occidentale de l’évolution des sociétés.

104Comme nous l’avons exposé, les modèles évolutionnistes tendent à confondre urbain, urbanisation et étatisation. Ils opèrent au moyen de segmentations chrono- organisationnelles trop schématiques et monolithiques. C’est pourquoi, malgré les nombreuses théories utilisées pour expliquer ou décrire l’urbain, il y a encore beaucoup d’inconnues.

105Hormis la traditionnelle description que G. Childe fait d’une société urbaine, dans aucun écrit archéologique, on ne peut trouver une définition précise pour les termes employés comme cité, cité-État, État, société urbaine. Une telle carence vaut aussi pour les définitions des principales organisations supposées caractériser l’ère urbaine. Il en est ainsi du fameux pouvoir centralisateur que l’on mentionne si souvent dans les textes archéologiques.

106La première étape pour un renouvellement des études sur la période du Bronze ancien passe par une sorte de désacralisation du sujet d’étude et l’affirmation de quelques principes simples. Il faut considérer que l’urbain n’est pas un but inéluctable vers lequel tend toute société humaine en évolution. L’urbain n’est pas une forme supérieure d’organisation. Par conséquent, les « villes » ou, plus correctement, les bourgs ne doivent pas être considérés comme le cadre d’organisation unique ou principal des groupes humains au Levant sud durant le IIIe millénaire.

107Il convient aussi de rejeter les modélisations évolutionnistes. Cela permet d’évacuer des notions pernicieuses comme les notions de maximalisation et de progrès qui sont rattachées habituellement à l’urbanisation. La période des premiers bourgs fortifiés doit être considérée sans catastrophisme, de sa naissance à sa disparition, comme une suite logique d’événements liés aux évolutions antérieures.

108Tous les changements constatés au Bronze ancien ne doivent pas obligatoirement être expliqués par rapport au « processus urbain ». Le bourg n’est certainement pas le seul cadre d’organisation des groupes humains. La disparition des bourgs au Bronze ancien IV montre que les types de groupes humains s’y rattachant n’étaient pas prédominants. Leurs importance doit être relativisée par rapport à d’autres formes d’organisation ou d’autres modes de vies ruraux ou pastoraux

Notes

1 Kempinski 1978, 1983 ; Marfoe 1980 ; Richard 1987 ; Miroschedji 1988d ; etc.

2 Il fallut attendre 1968 pour que le site soit identifié par la découverte d’une inscription sur un buste (Matthiae 1993b, p. 102).

3 Ibid., p. 106.

4 Matthiae 1982.

5 Matthiae 1993a, p. 524-525.

6 Mazzoni et Cecchini 1995.

7 Mazzoni 1987, p. 145-158 ; Bounni et Al-Maqdissi 1994, p. 19-29.

8 Thuesen 1988, p. 113 et Fugmann 1958. p. 37. 40. 43.

9 Contenson 1989, p. 320-327.

10 Burney 1989, p. 338.

11 Braidwood et Braidwood 1960, p. 292.

12 Braidwood et Braidwood 1960, p. 358-368.

13 Contenson 1992. p. 197.

14 Bounni et Al-Maqdissi 1992.

15 Courtois 1973.

16 Al-Maqdissi 1995, p. 196-198.

17 Van Liere 1963, p. 116-117.

18 Will 1994, p. 3, note 8.

19 Will 1994, p. 4.

20 Dossin 1983, p. 37-38 et pour la localisation du pays d’Apum voir Charpin 1992, p. 4, n. 22.

21 Pitard 1987, p. 33. Et pour la mention dans la lettre A.2760 des archives de Mari, Bonechi 1992, p. 10.

22 Il est connu par un sondage de 40 m de long : Osten 1956, p. 36-40.

23 Nasrallah 1963, p. 52.

24 Al-Maqdissi 1990, p. 463 et 1991, p. 6-7.

25 Nasrallah 1963, p. 40.

26 Al-Maqdissi 1984.

27 Pour la localisation et la description de ces sites, voir Braemer 1993a, p. 154 et fig. 39.

28 Seeden 1986

29 Badre 1996, p. 91.

30 Briend 1989, p. 14

31 Miroschedji 1988c, 1993b, 1993c, 1994a.

32 Amiran 1978 ; Amiran et Ilan 1996.

33 Vaux 1951, 1952, 1955, 1961, 1962.

34 Rast et Schaub 1980

35 Ussiskhin 1968.

36 Free 1953, 1954, 1958, 1959, 1960.

37 Yeivin 1961 et pour les fouilles de 1985, 1987, 1988 : Kempinski et Gilead 1991.

38 - Seger 1977, 1978 ; Seger et Borowski 1989.

39 Fargo et O’Connell 1978 ; Seger 1989.

40 Lapp 1964, 1967, 1969a, 1969b.

41 Kenyon 1952, 1953, 1954, 1955, 1956, 1957, 1960a, 1981 ; Kenyon et Holland 1983.

42 Tadmor et Prausnitz 1959, p. 72-88.

43 Ibrahim et Mittmann 1989, p. 641-646.

44 Braemer 1993b, p. 415-430.

45 Esse 1990b. p. 222-223.

46 Herr 1993, p. 231-235.

47 Ben-Tor, Portugali et Avissar 1981, p. 137-164.

48 Gophna 1977, p. 87-90.

49 Damati 1993, p. 929-930.

50 Al-Maqdissi 1984, p. 7-18.

51 Gal 1988, p. 1-5.

52 Par exemple Richard 1987, p. 27.

53 Richard 1987, p. 26.

54 Mazar et Miroschedji 1996.

55 Nicolle 1998.

56 Miroschedji 1971, p. 10.

57 Pour un exposé de ces différentes thèses consulter Miroschedji 1986, p. 14-15 et Richard 1987, p. 22-43.

58 Amiran 1978.

59 Schaub 1982.

60 Kenyon 1960b, p. 65-83.

61 Le site serait entouré par un rempart de brique au Bronze ancien IA : Eisenberg 1986, p. 96-97.

62 Par exemple Esse 1990a, p. 92.

63 Pour une description classique du processus voir Kempinski 1983, p. 237.

64 Herzog 1994.

65 Ofer 1984, p. 98-99.

66 E. G. Wright 1937.

67 Voir les constatations faites sur plusieurs sites dans Miroschedji 1989b, p. 64-65. A Ay où Callaway attribuait des phases au Bronze ancien IB et IC alors qu’elles recèleraient une céramique du Bronze ancien II ; idem à Jéricho ou à Tell el-Far’ah où le niveau IVA, bien que différent du niveau IV B, serait aussi du Bronze ancien II.

68 Esse 1991. p. 64.

69 Callaway 1982, p. 76

70 Ben Tor 1992c, p. 109-112.

71 Ibid., p. 111.

72 Amiran 1969, p. 68-75.

73 Selon les estimations de Palumbo 1990, p. 45 et figures 8 à 12.

74 Albright 1962, p. 36-42.

75 Amiran 1960, 1969.

76 Dever 1973, p. 58-59.

77 E.G. Wright 1937.

78 Prag 1974, p. 69-116 ; Richard 1980, p. 5-34.

79 Par exemple : Dever 1985, p. 113-135.

80 Communément les inhumations secondaires sont attribuées à des populations nomades laissant temporairement leurs morts durant leur nomadisation pour les enterrer plus tard de retour sur un de leurs lieux de résidence, comme une zone de pâture.

81 Finkelstein 1991, p. 44.

82 Cohen 1992.

83 Richard et Boraas 1988.

84 Richard 1987, p. 242.

85 Dever 1992, p. 86.

86 Richard 1987, p. 39.

87 Palumbo 1990, p. 40.

88 À l’instar de Rosen 1987 et de Cohen 1986 pour le Sinai et le Néguev.

89 Finkelstein 1992, p. 135.

90 Ainsi que le postule S. Richard dans Richard 1987, p. 35.

91 Esse 1989, p. 90.

92 Matthiae 1997, p. 1-3.

93 Matthiae 1982, p. 81-82 et p. 87-88.

94 Des empreintes ont été retrouvées en majorité dans le niveau III d’un bâtiment en briques sans doute de construction égyptienne (Schulman 1976, p. 16- 23).

95 Sur le chantier D, niveau C daté de la première Dynastie égyptienne (Kempinski 1993, p. 420).

96 Levy et al. 1997.

97 Schulman 1976, p. 24.

98 Schulman 1980, p. 33.

99 Stager 1992, p. 31-33.

100 Ben-Tor 1991, p. 5.

101 Ben-Tor 1978, p. 83-87.

102 Schulman 1980, p. 33.

103 Yadin 1955.

104 Esse 1991, p. 54. ; Gophna 1995.

105 Une partie de la céramique trouvée à Tel ‘Erani a été fabriquée avec une argile locale mais par des potiers égyptiens. Elle était mélangée à une production importée et une production cananéenne. Ce mélange se retrouve dans la production de l’industrie lithique (D. G. Rosen 1989).

106 Ben-Tor 1991, p. 8.

107 Goody 1986, p. 59-75.

108 Herbert 1993, p. 61.

109 Al-Maqdissi 1996, p. 132-133.

110 Crown 1972, p. 329

111 Par exemple A.M. Rosen 1989. Elle indique, principalement à partir des analyses des diagrammes polléniques réalisés sur le lac de Huleh, un pic humide vers 3010 av. J.-C. et un dessèchement assez brutal après 2028 av. J.-C. (±483).

112 Arad en est un bon exemple. Du fait de sa localisation, selon les années les ressources hydrologiques du site et de ses alentours peuvent varier de manière importante. Voir Yair et Garti 1996, p. 130-131 et p. 138, fig. 7.

113 Shehadeh 1985, p. 30, fig. 5.

114 Koucky et Smith 1986, p. 33-35.

115 A. M. Rosen 1989, p. 252.

116 Voir notamment Epstein 1993a pour la région du Golan ou encore Loud 1948, p. 60, fig 132-133 pour Megiddo

117 Stager 1985, p. 173-177.

118 McCreery 1980, p. 52-53.

119 Nicolle 1998, p. 12.

120 Palumbo 1990, p. 44.

121 Liphschitz, Gophna et Levy-Yadun 1989.

122 Lapp 1970, p. 112.

123 G.R.H. Wright 1985, p. 33.

124 Kenyon 1960b, p. 101-135.

125 Richard 1987, p. 27-28.

126 Portugali et Gophna 1993, p. 166.

127 Ils reprennent une idée développée par Rindos (Rindos 1984).

128 Huot, Thalmann et Valbelle 1990. p. 88.

129 Lapp 1970. p. 111 ; Kenyon 1979, p. 82.

130 Miroschedji 1971 ; Amiran 1978.

131 Kempinski 1983, p. 236.

132 Richard 1987, p. 39.

133 Kenyon 1965 ; Lapp 1966a.

134 Liverani 1973. Il a montré que l’hypothèse d’invasion amorite n’est pas crédible car le matériel trouvé ne permet pas de définir une culture par l’ethnicité ou la linguistique. Il en conclut que si le terme d’Amorite est adéquat en Mésopotamie où les Mésopotamiens l’utilisent pour décrire des groupes nomadiques venus de l’ouest, cela n’est pas justifié pour la Syrie ou pour la Palestine.

135 Dever 1980.

136 Weiss, Courty et Wetterstrom 1993.

137 Par exemple Harlan 1985, p. 125-129.

138 Dever 1989, p. 233.

139 Rast et Schaub 1980, p. 52 et sq.

140 Gophna, Liphschitz et Lev-Yadun 1986-1987.

141 Liphschitz, Gophna et Lev-Yadun 1989, p. 263.

142 Dever 1989, p. 236.

143 Richard 1980.

144 Pour un rappel des ces différents types d’explications voir Dever 1989. p. 232-234, Dever 1992, p. 83-85 et Finkelstein 1989. p. 129-130

145 Dever 1980, p. 58 note 1.

146 Portugali 1994. p. 208-209.

147 Une étrange comparaison est faite par J. Portugali et R. Gophna entre le virus du Sida, l’agriculture et la ville qui serait le système immunitaire de la société (Portugali et Gophna 1993, p. 182).

148 Un bon exemple de ce type de vision est donné dans Portugali et Gophna 1993.

149 Dornemann 1983. p. 4.

150 Marfoe 1979.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search