Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’époque des premiers bourgs fortifiés

 | 
Christophe Nicolle

Chapitre 1. L’analyse de l’émergence des premières villes au Proche-Orient

Texte intégral

1Pour évoquer l’urbanisation du Proche-Orient on mentionne souvent les deux foyers d’émergence que sont l’Égypte et la Mésopotamie. Il s’agit des deux grandes plaines fluviales du Proche-Orient : la vallée du Nil pour l’Egypte et la vallée délimitée par les cours du Tigre et de l’Euphrate pour la Mésopotamie. À l’instar d’autres cas dans le monde (comme la vallée de l’Indus au Pakistan, la vallée de Mexico au Mexique et la vallée du Fleuve Jaune en Chine), la Mésopotamie et l’Égypte sont considérées comme des lieux d’émergence d’État primaire. La qualité d’« État primaire » est fondée sur une antériorité des dates d’apparition du phénomène urbain, vers 3400 av. J.-C. en Mésopotamie et en Égypte, par rapport à d’autres régions du Proche-Orient. Dans ces deux pays, le processus évolutif n’est pas le même. En Mésopotamie, il correspond au passage d’une société organisée en communautés rurales agricoles à une société dont la structure d’organisation de base est une ville politiquement autonome : la cité-État. En revanche en Égypte, il s’agit essentiellement d’un processus d’étatisation avec l’organisation de tout le pays sous le contrôle d’un État centralisé. La ville égyptienne, qui apparaît à la même période, est essentiellement définie par des fonctions administratives.

LES PRÉMICES DE LA MISE EN PLACE DU SYSTÈME URBAIN EN MÉSOPOTAMIE

2Les villes de Mésopotamie sont le résultat de lentes évolutions que l’on relève sur plus de 1°000 ans. Le long processus a transformé une société rurale, largement égalitaire, en une société urbaine et hiérarchisée. Entre 5000- 4000 av. J.-C., la culture d’Obeid, essentiellement identifiée par sa céramique originaire de la Basse-Mésopotamie, supplante, sur les flancs du Zagros et en Syrie du Nord, la culture de Halaf. La céramique de la culture d’Obeid provient de deux foyers : la Mésopotamie méridionale et la Mésopotamie septentrionale. Elle est diffusée sur des aires d’une étendue jusqu’alors inédite pour une famille céramique. Beaucoup d’archéologues y voient le premier témoignage d’une intégration culturelle d’une ampleur inaccoutumée, englobant de vastes régions.

  • 1 Pour une présentation de ce type de bâtiments retrouvés à Tepe Gawra, Eridu, etc., voir Aurenche 1 (...)
  • 2 Ibid., p. 253.

3Dans l’architecture de la même période d’Obeid des changements notables apparaissent. Une architecture monumentale se développe au sein des villages qui sont encore le mode de regroupement de la population (notamment à Eridu aux niveaux de l’Obeid 3 et 4). Les bâtiments sont nettement plus grands que ceux de l’habitat domestique. Ils ont un plan tripartite et une décoration soignée1. Leur construction témoigne de la mise en œuvre d’une notion jusqu’alors inconnue au Proche-Orient : celle d’un principe architectural et d’une planification préalable à la construction. Le principe architectural a été décliné avec des variantes sur de nombreux sites de l’époque d’Obeid. Il représente la première manifestation d’une intention de matérialiser une hiérarchisation ou une fonction sociales. Alors que les caractéristiques de l’architecture monumentale restent les mêmes d’une extrémité à l’autre de la Mésopotamie, les formes de l’architecture domestique évoluent localement. La fonction exacte des bâtiments tripartites est inconnue. Les uns y voient les premiers exemples de temples, les autres les premiers palais, d’autres, enfin, des salles de réunion. Cependant, rien dans le matériel archéologique ne permet de préciser leur fonction. D’ailleurs, il s’agit d’un souci classificateur bien moderne qui n’existait probablement pas à ces périodes. Dans des sociétés encore villageoises de tels bâtiments pouvaient avoir des fonctions multiples, encore indifférenciées. O. Aurenche propose une « dénomination d’attente ». Pour le moment, elle est la plus satisfaisante. Pour laisser la place à plusieurs hypothèses, il choisit une appellation ouverte pour qualifier la nouvelle forme d’architecture celle de « bâtiment de prestige »2. Qu’il s’agisse des bâtiments d’une élite ou, au contraire, de ceux de toute une communauté villageoise, il est intéressant d’insister sur l’utilisation d’un même modèle architectural dans toute la zone de diffusion de la céramique d’Obeid. Ce sont les premières traces d’une intégration culturelle englobant les populations de plusieurs régions.

  • 3 Forest 1996, p. 63-64.

4À partir d’une pratique d’inhumation d’enfants dans une des maisons les plus importantes du village d’Abada (région du Hamrin), J. D. Forest a proposé l’hypothèse selon laquelle la cohésion des groupes villageois de l’époque reposait sur une parenté de type patrilinéaire3 La proposition est assez vraisemblable, mais encore faut-il par extension supposer que c’était toute la société qui était de type lignager. En tout cas, la majeure partie des archéologues considère que l’organisation sociale de la période prenait la forme de chefferies avec, autour d’un chef, une réunion des aînés ou des membres les plus importants des différentes familles constituant le groupe villageois. Toujours est-il que la période d’Obeid se caractérise par l’unification culturelle d’un groupe humain d’une taille jusqu’alors jamais atteinte. Les évolutions de la période suivante sont dans la suite logique des mutations structurelles de la société de la période d’Obeid.

5Le grand changement suivant, que constatent les archéologues est un abandon à la fin de la période d’Obeid de la céramique façonnée à la main et peinte. Traditionnellement, la production d’une céramique faite à la main et peinte est rattachée à une fabrication d’ordre familial, réalisée par une main d’œuvre féminine. La femme est la créatrice des motifs peints par lesquels elle exprime les valeurs de son groupe. C’est du moins ce que l’on constate dans beaucoup de sociétés traditionnelles.

  • 4 Voir cette hypothèse développée par J. D. Forest, ibid., p. 110.

6La céramique d’Obeid est donc progressivement remplacée vers 3700 av. J.-C. par la céramique d’Uruk, plus grossière, fabriquée en grande série et souvent au tour de potier avec des décors très stéréotypés. Il est courant de faire correspondre le changement de la céramique avec une modification du mode de production artisanale. Si le décor peint perd son utilité et sa fonction, cela peut signifier que la production de la céramique ne se fait plus au sein de l’unité familiale et qu’elle devient une production plus spécialisée. C’est en tout cas l’hypothèse habituellement retenue par les archéologues. Ici, la notion de spécialisation se réfère à une production d’artisans se consacrant de plus en plus spécifiquement à la production de la céramique. Il est possible de considérer une seconde hypothèse : la disparition des décors peints peut correspondre à la désuétude croissante des valeurs qu’ils véhiculent. Habituellement, il s’agit des valeurs d’identification du groupe producteur. Durant la période d’Obeid, le processus est lent. Il se marque par un appauvrissement croissant des motifs peints. Un peu comme si les groupes producteurs étaient numériquement de plus en plus importants et intégrés. Du fait de l’accroissement des groupes, le mariage endogamique remplace le mariage exogamique et les différences culturelles s’estompent4. La tendance à l’intégration croissante des communautés, dont on décèle les premières traces à la période d’Obeid, se confirme. Elle s’accentue même dès le début de la période d’Uruk.

  • 5 Selon Adams et Nissen 1972.
  • 6 Gibson 1972.
  • 7 Adams 1972.
  • 8 Adams 1969.
  • 9 H.T. Wright 1969.
  • 10 Adams 1965.

7La seconde étape importante dans la marche vers la ville se situe entre 3100 et 2900 av. J.-C. La phase est précédée par une période de création de villages (entre 1 et 2 ha de superficie) dans toute la Basse-Mésopotamie. Cette phase d’extension des installations sédentaires est peut-être en rapport avec le développement des techniques d’irrigation5. De telles techniques permettent l’exploitation de zones arides où l’agriculture est impossible sans un apport artificiel d’eau. Des prospections de surface indiquent une disparition, vers 3100 av. J.-C., d’un certain nombre de sites ruraux de petite taille au profit d’agglomérations d’une superficie moyenne (entre 6 à 10 ha) et du site plus important d’Uruk. Le phénomène peut s’expliquer par un regroupement de la population. Pour les régions de Kish6, de Nippur7 et d’Akkad8, les schémas d’évolution de l’occupation sont identiques à ceux de la région d’Uruk. En revanche, dans la région d’Ur9, il n’y a pas eu de disparition des installations de dimension moyenne au profit d’un grand site. Il y a seulement une diminution de leur nombre. Plus au nord, dans la vallée de la Diyala, on ne note aucune diminution du nombre des sites, seulement une augmentation de leur superficie10. Les processus varient selon les régions, mais ils ont un point commun : des populations rurales de dimensions croissantes s’agglomèrent dans des sites de plus grande superficie.

8À travers l’architecture de la période d’Uruk, il est possible de proposer une hypothèse pour expliquer les raisons du regroupement des populations mésopotamiennes. Architecturalement, la période d’Uruk ne fut longtemps attestée en Basse-Mésopotamie que sur son site éponyme. On ne sait rien de l’aspect général du site à ses origines. D’après les relevés topographiques, les archéologues ont postulé que le site pouvait atteindre, durant la période de l’Uruk ancien, une superficie oscillant entre 30 et 50 ha avant d’atteindre, au cours de la période Dynastique archaïque I (2900-2700 av. J.-C.), une superficie d’environ 400 ha délimitée par la construction d’un gigantesque rempart en briques piano-convexes. La population y est estimée à environ 50°000 habitants, soit un taux de 125 habitants à l’hectare.

Tableau 1 - La périodisation stratigraphique des premiers niveaux d’Uruk.

  • 11 Mallowan 1956

9Uruk est surtout connu par des sondages effectués dans les niveaux IV-I du secteur de la ziggurat d’Anu et du complexe de l’Eanna sur une superficie d’environ 9 ha. Les fouilles ont permis de découvrir, à partir du niveau V, des bâtiments monumentaux aux plans réguliers et stéréotypés, avec des saillants et des rentrants sur les façades et des décorations de clous d’argile de différentes couleurs. Citons les exemples du « temple calcaire » (du niveau V avec un plan tripartite et un espace central de 11,30 mètres sur 62 mètres, avec des portées de 12 mètres), du « temple blanc » (du niveau IVb, moins impressionnant, avec un plan tripartite mesurant néanmoins 17,50 sur 22,30 mètres) ou du « temple D » (niveau IVa, toujours avec le même plan tripartite et des dimensions d’environ 55 mètres sur 80 mètres). M. E. L. Mallowan estimait qu’il avait fallu mobiliser la capacité de travail de 7500 hommes pendant un an pour pouvoir élever de tels édifices11.

  • 12 Aurenche 1982, p. 253.

10L’architecture de ces bâtiments découle directement d’une tradition née durant la période d’Obeid. Le changement principal entre les deux périodes est une augmentation de la dimension des bâtiments et une tendance à la monumentalisation. Souvent les bâtiments ont été considérés comme des temples, selon l’argument d’une continuité topographique entre les bâtiments de la période d’Uruk et des temples plus tardifs, attestés, eux, par des textes. Comme le souligne O. Aurenche dans son article sur l’origine des palais et des temples en Mésopotamie, certains « autels » ou « podiums » sont vraisemblablement de banales installations domestiques comme des foyers12.

  • 13 Jacobsen 1957.
  • 14 Forest 1996, p. 118-130.

11De tels éléments se trouvent dans toutes les maisons et ne permettent pas de définir une fonction particulière. C’est pourquoi, voir dans ces constructions, en droite ligne de la période d’Obeid, des bâtiments de prestige est une hypothèse plus intéressante. Toutefois, une telle appellation ne permet pas de résoudre la question de la fonction de ces vastes bâtiments. Il peut s’agir du lieu de réunion d’une population villageoise discutant des affaires de la communauté. C’est une référence à la « démocratie primitive » postulée par certains chercheurs, dont T. Jacobsen13, où le pouvoir est détenu par une assemblée des citoyens. Nous préférons une seconde hypothèse qui associe l’architecture monumentale à une élite, un groupe leader qui s’entoure d’un décorum. La proposition de J.-D. Forest d’associer les nombreuses « écuelles grossières » de la période à des distributions de denrées lors de banquets collectifs organisés par les membres de l’élite est, à cet égard, particulièrement séduisante14. Les « bâtiments de prestige » seraient des « proto-palais », un prélude, car le principe palatial n’est véritablement attesté qu’à partir de la période Dynastique archaïque I (vers 2900 av. J.-C).

  • 15 Strommenger 1980.

12Outre Uruk, l’existence d’autres sites importants par leur superficie comme Nippur, Abu Salabikh, Kish, Eridu est attestée à la même période. Leurs plans sont toutefois moins bien connus. La diffusion de la culture d’Uruk ne se limite pas à la Basse-Mésopotamie. Elle se retrouve le long de l’Euphrate à travers les sites de Habuba Kebira en Syrie, de Hassek Höyük et de Samsat, en Turquie. Habuba Kebira est le site le mieux connu de l’époque de l’Uruk récent (3150- 2900 av. J.-C.). Il s’agit d’une fondation ex nihilo qui a existé seulement une centaine d’années, avec trois phases d’extension de sa surface construite15.

13Le fait que le site urukéen de Syrie euphratique ne soit pas réoccupé après son abandon, à la fin de la période d’Uruk, explique que pour une fois, les ruines de l’époque n’aient pas été profondément enfouies. Elles sont recouvertes par une trentaine de centimètres de terre seulement. Les fouilleurs ont pu reconnaître facilement le tracé du rempart et dégager près de 5 ha d’un habitat urbain relativement dense avec sa voirie hiérarchisée et son bâti monumental. Bien qu’à plus de 900 kilomètres d’Uruk, Habuba Kebira appartient à la même culture matérielle. La « colonie » urukéenne, d’une superficie de 26 ha dans sa phase finale, témoigne de la diffusion vers le nord d’un modèle d’organisation socio-économique d’origine sud- mésopotamienne.

  • 16 Kramer 1959.

14Conjointement à l’émergence des premières villes, les premières tablettes pictographiques apparaissent vers 3200 av. J.-C. Le système de notation se répand à la fin de la période d’Uruk. Les premières tablettes sont essentiellement des comptes, des listes de rations, de productions ou de donateurs. Il y a aussi des tablettes consacrées aux affaires administratives. Selon S. Kramer, 90°% d’entre elles sont consacrées aux affaires du pouvoir politico-économique16. L’écriture, d’abord pictographique puis cunéiforme, resta toujours l’instrument d’une élite.

15Les tablettes sont la preuve de la constitution, au Dynastique archaïque I, d’une administration gérant les ressources agricoles et les échanges économiques au sein des temples et des palais. Les sceaux-cylindres, apparus un peu avant les premières tablettes pictographiques, sont utilisés pour le scellement de divers contenants. Ils viennent doubler le système de notation comme outil de contrôle. L’apparition et le développement de ces deux formes de gestion dénotent la mise en place d’une administration organisée qui gère, le plus souvent au sein d’une organisation palatiale, la circulation des biens.

LA RECONNAISSANCE DE L’URBANISATION EN MÉSOPOTAMIE

16Il est relativement difficile de saisir et donc de comprendre les débuts de l’urbanisation en Mésopotamie. On remarque que depuis l’époque d’Obeid, plusieurs éléments de la culture matérielle indiquent une intégration croissante des communautés villageoises. Comme si la population des agglomérations était de moins en moins hétérogène. Le phénomène s’accompagne d’une hiérarchisation progressive de groupes humains qui semble se poursuivre et s’amplifier à la période d’Uruk.

17Toutefois, on ne dispose que de peu de moyens pour identifier une urbanisation de la société mésopotamienne. Beaucoup d’archéologues utilisent la liste des dix critères selon lesquels G. Childe caractérise une société urbaine.

  • 17 Childe (1950) 1979.

18Les dix critères déterminés par G. Childe17 :

  • Une augmentation de la taille des sites et de leur densité.
  • La présence de bâtiments publics (temple, palais, entrepôts).
  • Un commerce à longue distance, avec une classe de marchands spécialisés.
  • La présence d’un art monumental standardisé.
  • L’utilisation de l’écriture.
  • L’existence de sciences exactes.
  • La présence d’un artisanat spécialisé à temps complet.
  • La concentration de surplus agricoles et artisanaux.
  • Une hiérarchisation de la société (religieuse et politique).
  • L’organisation du pays sous la forme d’un État.

19En fait, les quatre éléments principaux dont dispose l’archéologue sont : la production céramique « industrielle », l’augmentation de la taille des sites, le développement de l’architecture monumentale et l’adoption d un système de notation. Il est difficile de disposer d’autres éléments, ils sont le plus souvent inaccessibles du fait de l’enfouissement important des niveaux archéologiques de cette période.

20De la superficie et de la densité des sites de la période d’Uruk, on ne sait que peu de choses. Les quelques bâtiments de l’époque de l’Uruk récent découverts à Uruk sont loin d’être suffisants pour avoir une idée de la morphologie et de la taille de la ville. Il est d’ailleurs difficile de comprendre comment des archéologues ont pu déterminer, seulement avec les relevés topographiques des ruines en surface, la superficie d’Uruk et de proposer le chiffre de 400 ha, alors que les cités de la seconde moitié du IIIe millénaire ne dépassent que rarement les 100 ha.

21La première ville que l’on identifie avec certitude est Habuba Kebira. Toutefois, cet exemple tardif (de la période de l’Uruk récent entre 3150 et 2900 av. J.-C.) doit être considéré comme une exception. Il s’agit d’une implantation urukienne en terre étrangère. Même si son développement a été relativement lent et progressif, il s’agit d’une fondation ex nihilo. Cela lui confère un statut particulier.

22Dans un tel cas de « ville neuve », la concentration des habitats derrière les remparts résulte d’un souci de protection et témoigne d’une organisation particulière du finage de la ville et de ses rapports avec les installations autochtones des alentours. Elle n’est pas le fruit d’un lent processus de regroupement de communautés villageoises.

23La situation pour le développement des cités en Basse- Mésopotamie est différente. Les villes qui y émergent sont le résultat d’un lent processus de regroupement de communautés culturellement homogènes. Dans ce cas, la concentration de la population n’introduit pas de rupture dans les liens traditionnels qui unissent un groupe.

  • 18 Lire la présentation de D. Valbelie dans Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 262-264.

24Ces « villes naturelles » ne sont pas la conséquence d’un acte de fondation. En conséquence, leurs morphologies sont différentes de celle de Habuba Kebira. Dans le cas des « villes naturelles », il faut imaginer que l’agglomération, groupée autour de quelques bâtiments monumentaux, pouvait occuper une vaste superficie et être composée de plusieurs petites agglomérations proches les unes des autres mais distinctes. Leur croissance finissait par les réunir au sein d’une même agglomération morphologiquement différente d’une création planifiée. Une comparaison peut être faite entre une telle forme de regroupement et l’agglomération protohistorique de Hiérakonpolis en Égypte au ive millénaire18.

25Pour la Mésopotamie, excepté Habuba Kebira, on est bien en peine d’évaluer la superficie des premières cités ainsi que la densité de leur construction. Si quelques grands bâtiments d’Uruk, et d’autres sites, attestent d’une hiérarchisation de la société, une architecture monumentale n’est pas un élément suffisant pour affirmer l’existence d’une élite urbaine avec un fort pouvoir de coercition.

26D’ailleurs, on ne sait pas grand chose de la nature du pouvoir. Un personnage barbu, qui apparaît alors dans l’iconographie mésopotamienne, est souvent évoqué comme un « roi-prêtre ». Le terme témoigne d’une non différentiation supposée entre les pouvoirs profane et sacré. Il reste ambigu quant au rôle du personnage dont on ignore tout de la fonction.

27L’urbanisation mésopotamienne est le résultat d’un lent processus de transformations convergentes de l’organisation de la société. La transformation passe par l’intégration de groupes humains de plus en plus importants. Ce que l’on sait du processus urbain se résume en un fait : le regroupement de communautés autour d’un pouvoir centralisateur. La simplicité de la définition illustre bien les nombreuses incertitudes qui subsistent.

28Rien ne permet de déterminer le moment auquel la ville mésopotamienne apparaît. Habuba Kebira date de l’Uruk récent (3150-2900 av. J.-C.) et on ne connait pas de plan de ville pour les périodes de l’Uruk ancien et moyen. De même, il est difficile de saisir une différence des pouvoirs entre la période d’Obeid et le début de la période d’Uruk et entre le début et la fin de cette même période d’Uruk.

  • 19 Tobler 1950.

29Est-il nécessaire d’envisager un changement dans l’organisation des pouvoirs pour expliquer les évolutions de l’architecture des bâtiments de prestige entre les deux périodes d’Obeid et d’Uruk ? Il convient plus probablement d’envisager l’hypothèse selon laquelle les organisations sociales des premières villes ne sont pas foncièrement différentes de l’organisation sociale des agglomérations de l’époque d’Obeid. La situation est à l’image de ce que reflètent les agglomérations de la première moitié du ive millénaire. Les niveaux XII-XI de Tepe Gawra (entre 4100- 3700 av. J.-C.)19 indiquent qu’il ne s’agit plus d’un simple village, mais d’une agglomération hiérarchisée dont il faut encore définir le nom : un stade intermédiaire entre le village et la ville. Entre la société urbaine et la société villageoise, il y a une forme de société intermédiaire. Elle ne porte pas de nom, elle n’est pas bien délimitée dans le temps. Si cette forme dé société est encore largement inconnue, son étude est sans conteste une étape indispensable à une meilleure interprétation et définition de l’urbain en Mésopotamie.

LE PROCESSUS D’ÉTATISATION DE L’ÉGYPTE

LES PREMICES DU PHENOMENE

  • 20 Grimal 1988. p. 37.

30Les premières modifications que l’on peut intégrer dans le processus d’étatisation de l’Egypte se déroulent vers 3800 av. J.-C. À cette période, le pays a deux pôles de développement culturel, l’un au nord et l’autre au sud. D’après la céramique essentiellement, on constate que le sud de la vallée du Nil était tourné vers la Nubie et les populations africaines, alors que le nord du fleuve et son delta étaient plus ouverts vers la Lybie, le Levant et la Mésopotamie. Durant la première moitié du IVe millénaire, on assiste à une concentration progressive des installations sédentaires dans les collines qui entourent la vallée fluviale. Le fait est peut-être en relation avec une dégradation du paléo-environnement et une avancée des marges arides. La concentration des hommes dans un milieu aux caractéristiques homogènes et la mise en place d’une économie de production de vallée fluviale par un réseau de villages aidèrent sans doute à l’unification culturelle dont témoigne, à partir de la seconde moitié du ive millénaire, la production des artefacts. Datées de la même époque, des maquettes funéraires représentant des maisons et des enceintes de brique furent retrouvées dans les niveaux de la période du pré-Dynastique ancien (environ 3500 av. J.-C.). Il pourrait s’agir de représentations schématiques des premières villes20. On ne sait que peu de choses de l’organisation politique du pays à cette époque, exception faite des mentions d’un « maître de chasse », un personnage mystérieux qui semble important. Ici, une unification culturelle a précédé une unification politique.

31Vers 3300 av. J.-C., le processus d’urbanisation s’effectue avec la poursuite de la concentration de groupes humains dans la vallée fluviale. Le regroupement de la population s’accompagne de l’apparition archéologiquement attestée d’enceintes fortifiées et d’une architecture monumentale que l’on trouve aussi représentées sur des palettes à fard en schiste. Grâce aux textes hiéroglyphiques qui apparaissent alors, les égyptologues savent qu’à la période pré-thinite (entre 3300 et 3150 av. J.-C.), le pays commence son unification politique avec une monarchie patrilinéaire. L’agglomération principale de la Haute-Egypte est Hiérakonpolis et, en Basse-Égypte, Bouto. Narmer (peut- être le légendaire roi Mènes) est le premier pharaon attesté. Il est présenté iconographiquement dans un rôle d’unificateur de la Haute et de la Basse-Égypte. Peut-être pour marquer l’unification de l’Égypte, il fonde Memphis à la jonction de la Haute et de la Basse-Égypte.

L’INSTAURATION DE L’ETAT EGYPTIEN

32Sous le règne de Djer (Ire Dynastie, 3100-3055 av. J.-C.), la structure pharaonique est déjà bien en place. La fondation du palais pharaonique de Memphis et le développement de l’organisation administrative et religieuse en témoignent. Les structures politico-économiques prennent leur forme définitive sous le règne de Khâsekhem (vers 2700 av. J.-C.). Le pays unifié appartient aux dieux et le pharaon en est le détenteur temporaire. De nature théocratique, le pouvoir du pharaon se transmet par filiation directe. Par le biais de son administration, il exerce son contrôle sur le pays organisé en nomes. Sous la direction d’un tjaty (sorte de vizir), l’administration collecte les produits agricoles et les biens et procède à leur redistribution à travers le pays. Le lien de l’organisation étatique centralisée est physiquement distinct de la résidence du roi, le palais, qui possède pour son fonctionnement et ses activités économiques sa propre administration.

33Vers 2600 av. J.-C., l’administration transforme l’écriture hiéroglyphique en une écriture « hiératique » plus adaptée à un usage bureaucratique de gestion. Avec les règnes de Snéfrou et Chéops (IVe Dynastie, entre 2625 et 2510 av. J.-C.), la période de l’Ancien Empire est un moment privilégié dans le développement de l’Égypte. La construction de la grande pyramide doit être considérée comme le moment où le pouvoir coercitif du pharaon est à son apogée.

  • 21 Il s’agit là d’estimations : Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 268.

34Les superficies des villes de cette époque sont toujours mal connues : elles sont souvent recouvertes par des niveaux postérieurs. Durant l’Ancien Empire, Hiérakonpolis devait s’étendre sur 7 ha. Le rempart d’El-Kab enserre une superficie de 10 ha et celui d’Edfrou, une superficie de 3,75 ha21. Les superficies sont peu considérables. Certains de ces sites étaient des forteresses. C’est le cas d’Éléphantine, site fortifié de 2 ha. Il est mentionné comme forteresse dès la iiie Dynastie.

  • 22 Grimal 1988, p. 173.

35À partir de la Ve Dynastie (2510-2460 av. J.-C.), sous le règne de Menkaouhor, la montée en puissance de certains fonctionnaires des nomes commence à miner le pouvoir centralisateur du pharaon. L’émergence de l’autonomie des pouvoirs locaux se poursuit durant la VIe Dynastie (2460- 2200 av. J.-C.) et aboutit à la crise de la Ire période intermédiaire qui clôt la VIe Dynastie. La Ire période intermédiaire dure un siècle et demi. Elle n’est pas la période de chaos et de rupture que l’on se représente souvent à tort. L’ordre social du Moyen Empire est dans la prolongation de celui de l’Ancien Empire. Plus qu’une remise en cause de l’organisation de la société, la période intermédiaire est une crise dynastique qu’il faut même peut-être faire remonter à Pépi Ier (première moitié de la VIe Dynastie)22.

36Comme l’archéologie n’a découvert que peu de villes du IIIe millénaire, il est difficile de préciser le rôle de l’urbanisation dans le processus de transformation de l’Égypte en un État unifié à la fin du IVe millénaire. À cette époque, les principaux sites urbains sont Hiérakonpolis (Nekhen), puis vers 3000 av. J.-C., This et Memphis. Bien que peu nombreux, les centres urbains émergents concentrent les nouveaux pouvoirs. Même si sa superficie ne semble jamais avoir été très importante, la ville (niout), définie comme l’implantation de base, regroupe la catégorie nouvelle des fonctionnaires, les artisans et quelques paysans.

LA MISE EN PLACE DE NOUVEAUX ORDRES SOCIAUX AU PROCHE-ORIENT

37Les deux procès de mise en place des nouveaux ordres sociaux ont en commun de se dérouler dans des grandes vallées fluviales propices à un mode de production fondé sur une agriculture céréalière irriguée à haut rendement. Ces modes de production accompagnent l’instauration des nouveaux pouvoirs. Les cadres territoriaux sont différents : toute la vallée du Nil pour le royaume égyptien ou la cité- État pour la Mésopotamie. Dans les deux cas, les capacités d’enrichissement offertes par les modes de production ont joué un rôle important dans le développement du pouvoir et de son administration. La fonction d’enrichissement opère grâce à une économie de centralisation et de redistribution.

38Les processus de transformation ont pour deuxième point commun d’être précédés par une unification culturelle. Il paraît bien y avoir aussi un lien entre la taille des communautés et les capacités d’enrichissement. Indépendamment de la forme que revêt la légitimation du pouvoir, son principal mode d’enrichissement et d’accroissement est sa capacité à acquérir, redistribuer et échanger les biens. En revanche, il n’y a pas de corrélation entre la dimension de la ville, le degré d’intégration de la population et la concentration du pouvoir. On peut se demander si la ville a un rôle important dans les processus de changement entre 3100 et 2900 av. J.-C. Si en Egypte, le processus d’étatisation est plus important que le processus d’urbanisation, qu’en est-il en Mésopotamie ? Rappelons que l’on ne connaît pas l’importance de la population urbaine mésopotamienne par rapport à la population totale.

39Alors, malgré ces incertitudes, pourquoi la ville mésopotamienne est-elle considérée par nombre d’archéologues travaillant sur le Proche-Orient comme l’élément moteur des changements et le principal centre des innovations marquant la seconde moitié du ive millénaire ? La réponse à cette certitude provient d’une conception de la civilisation couramment utilisée dans nos sociétés occidentales.

LA CONCEPTUALISATION DE L’URBAIN DANS LES SCIENCES HUMAINES

LE MOUVEMENT EVOLUTIONNISTE EN ANTHROPOLOGIE

  • 23 Morgan 1877.
  • 24 Par la suite des gens comme Boas, White, Stewards, Spengler. Toynbee utilisèrent ces théories, mai (...)
  • 25 Par exemple Stewards 1949.
  • 26 Par exemple White 1949.

40Dès la seconde moitié du xixe siècle, une nouvelle forme d’étude des sociétés humaines se développe, principalement dans le cadre de l’anthropologie culturelle américaine. L. H. Morgan23 illustre bien ce nouveau courant évolutionniste et culturel. Tout en prônant un parallélisme rigoureux dans le devenir de toutes les sociétés, il propose une division en sept points de leur évolution : trois stades de sauvagerie (découverte du feu, invention de l’arc, création de la poterie), trois stades de barbarie (domestication des animaux, emploi du fer, invention de l’alphabet) et un stade de civilisation lettrée (caractérisé par le rôle important des villes) où l’innovation technologique est mise en corrélation directe avec le développement social. À partir de cette période, les différents stades d’évolution d’une société seront très souvent formulés selon cette catégorisation. Dès la fin du xixe siècle, les anthropologues se rendent compte de la multiplicité des types et de la particularité de chaque culture. Alors, le mouvement se nuance24. Le processus évolutif des sociétés est expliqué selon deux grands principes : soit par un effet de causalité qui génère les différentes institutions et qui peut opérer comme un facteur de changement25, soit par une augmentation quantitative de l’énergie rendue utilisable26. Dans ce cas, la notion de maximalisation est très importante. Elle explique le changement que l’on constate, par exemple en économie, et lui donne un sens. La création d’une économie de marché est expliquée par le fait qu’elle répond à un besoin de biens et de matériaux et qu’elle permet à une élite d’assurer sa position par le biais des mécanismes de redistribution. On utilise des notions de rationalité et de performance.

  • 27 Spengler 1926-28.

41Dans la perspective évolutionniste, diverses philosophies historiques vont apparaître, fondées sur le parallélisme postulé entre toutes les sociétés. O. Spengler27 introduit une conception cyclique pour les huit grandes civilisations qu’il distingue (babylonienne, égyptienne, indienne, chinoise, mexicaine, antique classique, arabe, occidentale). Selon lui, la culture caractérise les périodes d’ascension et de zénith et, la civilisation, celle du déclin. L’étape de la civilisation est caractérisée par l’importance du fait urbain. La ville est la source d’un déséquilibre social qui se manifeste par la disparition de tout lien de solidarité. La société doit alors s’autodétruire dans la guerre. Pour cela, la culture urbaine est liée à la dernière phase du cycle des civilisations. La société urbaine (forme associative) est pensée en opposition à la société rurale (forme communautaire). La première favorise les relations sociales secondaires à travers des associations spécifiques. La seconde favorise les relations de type primaire : contacts personnels directs fondés sur des affinités affectives. La production d’une culture se fait par la création d’un système spécifique de relations sociales dans un cadre donné.

  • 28 Toynbee 1934.

42Pour le mouvement évolutionniste, la modernisation va de pair avec l’urbanisation. A. Toynbee28 reprend les thèses de O. Spengler pour élaborer la classification de ses trente- huit civilisations qui sont conçues comme autant d’organismes collectifs qui vivent et passent par les phases de naissance, de maturité, de déclin et de disparition. Dans sa classification, la civilisation suméro-akkadienne apparaît comme l’une des sept civilisations indépendantes, c’est-à- dire premières.

  • 29 Service 1962.
  • 30 Fried 1960.

43Au début des années soixante, les États-Unis connaissent un renouveau du mouvement évolutionniste en anthropologie. Les deux auteurs les plus représentatifs de ce renouveau sont E. R. Service29 et M. H. Fried30. Leurs modèles bien connus sont fondés sur les différentes formes de relation qui existent entre les membres de la société. Leur idée du progrès est établie sur le fait que les relations ne sont plus fondées sur des relations naturelles (famille, clan, etc.), mais sur une fonction ou la capacité d’un individu à remplir une fonction. Dans la classification, après l’organisation en bande, en tribu puis en chefferie, l’État apparaît comme le stade ultime d’organisation de la société. Avec l’État commencent l’urbanisation, la civilisation et accessoirement la société de classes.

44Les différentes modélisations évolutionnistes se fondent sur le devenir de l’homme et sur son rapport à la Nature. Selon ces modèles, l’évolution de la société humaine s’effectue selon des progrès qui visent à l’affranchir de toute dépendance vis-à-vis de la Nature, le différenciant de l’état d’animalité. Une telle progression passe par une exploitation maximum des ressources et l’établissement d’un réseau de relations plus rationnelles jugées plus efficaces. Nous ne sommes pas loin de la notion d’une économie de marché. On constate combien l’interprétation contemporaine des changements de la société diffère peu de celle faite au xviiie siècle.

L’ARCHEOLOGIE DU PROCHE-ORIENT ET L’ETUDE DU CHANGEMENT

  • 31 Voir à ce sujet l’article de référence de Childe 1936.
  • 32 Adams 1966.

45Lors de sa constitution en tant que science de la société, confrontée aux évolutions relevées dans les vestiges matériels qu’elle découvrait, l’archéologie se mit à les interpréter dans le cadre d’une conception évolutionniste du changement. Après avoir bâti un ordre chronologique fondé sur un schéma technologique, à l’exemple de C. J. Thomsen qui détermine trois âges (Pierre, Bronze, Fer), ou de J. Lubbock avec les phases paléolithique et néolithique, l’archéologie fit appel à des modèles de structures sociales contemporains ou historiquement connus. Elle les associa à une production matérielle et une technologie particulières, les délimitant dans l’espace et le temps. Les vestiges matériels des premières sociétés urbaines et les facteurs de changement que l’on considère comme provoquant ou permettant l’urbanisation ont été intégrés dans les mêmes modèles explicatifs. Sans chercher à faire un historique complet des nombreuses théories sur l’urbanisation, il est nécessaire de rappeler que pour le Proche-Orient, elles furent élaborées dans le cadre plus général des différentes grandes vallées fluviales31. Le modèle le plus répandu est que, dans ces régions, les habitants poussés par le besoin d’acquérir des matériaux rares développèrent une organisation sociale leur permettant par la suite de procéder à l’irrigation des vallées. Cela entraîna une centralisation accrue des pouvoirs et le début d’une hiérarchisation sociale. Largement inspiré par le marxisme, le modèle apparaît de nos jours un peu trop catégorique et doit être relativisé. Il fut cependant repris par divers archéologues qui s’en inspirèrent pour construire d’autres modèles, moins statiques, fondés sur des déterminismes s’exprimant par la dualité stimulus/réponses. Ils devaient mettre en évidence l’évolution qui correspond à un changement social et en expliquer les raisons. Le modèle dynamique de R. McC. Adams32 est une bonne illustration de ce type de démarche. Il distingue trois étapes successives dans l’évolution de la société mésopotamienne vers le stade de l’étatisation.

46Le premier niveau est lié au développement maximal de la production de la nourriture. Les échanges et la redistribution se font par l’intermédiaire des personnels des temples, ce qui entraîne une augmentation de la centralisation et la création d’une élite sociale. On assiste à une spécialisation des tâches : pendant que certains cultivent, d’autres élèvent des animaux ou pratiquent la chasse et la pêche.

47À un deuxième niveau, la combinaison des ressources indépendantes permet la création d’un fonds de nourriture stable et l’accroissement de la population. On retrouve le personnel des temples pour la gestion et la redistribution de ce fonds. Contraindre les éleveurs et les agriculteurs à produire plus nécessite la création d’un pouvoir armé. De même, le fait que les propriétaires de terrain près des cours d’eau aient de meilleurs rendements entraîne une différenciation sociale. Le schéma de gestion et de redistribution du surplus agricole est un facteur qui permet à certaines familles de devenir riches et puissantes. Une nouvelle structure sociale émerge alors. L’élite la plus haute et la plus puissante est l’élite religieuse.

48La troisième étape est le transfert de ce pouvoir du temple à l’État à cause de l’augmentation des conflits, notamment du fait de l’accroissement de la population sur un territoire restreint, qui provoque des dissensions sociales. Une force armée, que va diriger et entretenir l’Etat, va permettre de contrôler les querelles.

  • 33 Falkenstein (1954) 1974.
  • 34 Wittfogel 1957.

49Une telle description s’inspire à la fois des réflexions de A. Falkenstein33 et de G. Childe. Nous proposons de la schématiser par le tableau ci-après (tableau 2). Dans d’autres modèles, il peut arriver qu’un seul de ces facteurs soit considéré comme fondamental dans le processus envisagé. Tel est le cas de l’agriculture irriguée dans le modèle créé par K. Wittfogel34 où le pouvoir émergeant est qualifié de despotisme oriental (tableau 3).

  • 35 Sanders 1968.

50L’utilisation de l’irrigation peut aussi être intégrée dans un schéma évolutionniste plus vaste comme le montre le tableau 4. De la même façon, il est possible de mettre l’accent sur le facteur économique dans le changement, comme le fit W. T. Sanders (tableau 5)35. Il est tout aussi possible de concevoir comme facteur premier de transformation, l’accroissement de la population et les conflits engendrés par la limitation des potentialités de la production agricole (tableau 6). Des conceptions marxistes et évolutionnistes du changement peuvent se retrouver associées dans des modèles qui mettent l’accent sur le facteur de la hiérarchisation sociale (tableau 7). En conclusion de ce bref descriptif des différentes tendances de l’analyse de l’urbanisation de la société, nous proposons un schéma qui résume les principaux facteurs utilisés dans la majeure partie des écrits archéologiques actuels (tableau 8).

LE RAPPORT ENTRE URBANISATION ET ETATISATION

  • 36 Voir l’historique de la notion dans Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 47-58.

51La plupart des modèles que nous venons de décrire proposent une notion de cité-État que l’on sait maintenant être inappropriée. À l’origine, la notion de cité-État provient du modèle élaboré par A. Deimel. Repris ensuite, notamment par A. Falkenstein, il fut largement utilisé. Le modèle considérait que la Mésopotamie était organisée en cités-États (ou plus exactement en cités-temples) avec un pouvoir centralisé de nature théocratique. Le modèle était fondé sur un exemple documenté par les archives du temple de la déesse Bau à Telloh datées du milieu du iiie millénaire. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’un exemple particulier, tardif et mal compris, qui ne s’appliquait pas aux autres villes du début du IIIe millénaire36. Actuellement, les archéologues n’utilisent plus ce modèle. Pourtant, la notion de cité-État est toujours largement usitée. C’est la cité-État qui est supposée être l’organisation de base de la société mésopotamienne.

52Depuis les définitions proposées par A. Deimel et A. Filkenstein, aucune autre définition explicite de la cité- État mésopotamienne n’a été proposée. La définition implicite, celle qui découle de la plupart des écrits sur le sujet, conçoit la cité-État comme un petit État indépendant ayant pour centre de fonctionnement une ville, lieu de résidence du pouvoir. Cette simple définition suppose une concomitance des processus d’urbanisation et d’étatisation.

Tableau 2 - Schéma du processus d’étatisation d’une société du Proche-Orient ancien.

Tableau 3 - Schéma de mise en place du despotisme oriental (d après Wittfogel 1957).

  • 37 Voir les difficultés rencontrées pour identifier les premiers palais 1982, p. 537-540. mésopotamie (...)
  • 38 Par exemple Huot 1982, p. 99-100.

53La définition de l’État apparaît, elle aussi, assez floue, principalement parce que l’organisation politique de la Mésopotamie au début du iiie millénaire est encore inconnue. Les premières attestations d’une royauté proviennent d’inscriptions datées de la période du Dynastique archaïque II (entre 2700 et 2600 av. J.-C.). Il est difficile, de ce fait, d’associer les bâtiments monumentaux de la période de l’Uruk récent à une forme définie de pouvoir. S’agit-il de palais37 de temples ou de bâtiments communautaires ? La question reste ouverte. De telles incertitudes montrent combien la liaison entre ville et État est hasardeuse. D’ailleurs, nombre d’archéologues s’interrogent sur la validité d’un tel rapport38.

Tableau 4 - Schéma du processus évolutionniste appliqué à l’urbanisation.

Tableau 5 - Schéma d’une évolution par le facteur économique (d’après Sanders 1968).

Tableau 6 - Schéma d’une évolution par le facteur du conflit social.

Tableau 7 - Schéma d’une évolution par la hiérarchisation sociale.

Tableau 8 - Schéma général de l ‘urbanisation et de l’étatisation.

  • 39 Sur cette question, voir Huot 1970, p. 1091-1101.

54Il est possible d’envisager l’existence d’une société urbaine sans étatisation ; plusieurs exemples sont connus. Cependant, dans le cadre du Proche-Orient ancien, il est difficile pour l’archéologie, visant à décrire les débuts d’une société urbaine, d’éviter de se référer à une société hiérarchisée de nature étatique. La ville est toujours perçue comme un des éléments d’une société étatique. La discussion sur la nature des villes néolithiques illustre bien la difficulté à dissocier les deux processus et à concevoir une autre notion de la ville. En effet, dans ce cas, les statuts urbains de Jéricho ou de Çatal Hüyük39 se déterminent uniquement selon qu’on avalise ou non les critères de G. Childe.

  • 40 Voir Redman 1978, p. 280.

55Les critères de G. Childe sont utilisés par la plupart des archéologues. Ils fonctionnent à un très haut niveau de généralité, ce qui explique sans doute leurs succès. Dans le modèle de G. Childe, comme dans les autres modèles, les organisations politico-économiques urbaines sont souvent décrites en référence à une notion d’État moderne dont elles reprennent certaines caractéristiques40. Les caractéristiques de la notion d’État, telle qu’elle apparaît dans les textes archéologiques, peuvent être résumé en quatre points :

  • Une concentration du pouvoir économique et politique.
  • Une organisation selon des limites territoriales et politiques.
  • Un accès différentiel et hiérarchique aux matières premières.
  • Une monopolisation des forces armées.

56Il serait possible de citer une multitude de modèles expliquant l’émergence de la société urbaine en Mésopotamie. Chaque fois, nous y retrouverions une référence à cette forme d’organisation politico-économique et une association entre ville et organisation étatique.

57Que cela soit l’État en Égypte ou la cité-État en Mésopotamie, les deux organisations sont caractérisées de manière quasiment identique par les archéologues, par une structure bureaucratique gérant et contrôlant le secteur de la production et de l’échange par le biais d’une économie de centralisation et de redistribution. L’économie apparaît comme le moyen d’exprimer, d’atteindre et de réaliser de nouveaux rapports sociaux avec de nouvelles classes sociales.

LES CADRES DE L’ÉTUDE DE L’URBAIN AU PROCHE- ORIENT ANCIEN

58D’après ce que nous venons d’exposer, il est clair que le processus normatif qui tend à définir ce qu’est l’urbain et sa manifestation physique, la ville, s’est élaboré en archéologie orientale comme dans d’autres sciences humaines à partir d’une conception bien particulière du devenir humain, du changement et du progrès. Dans les différentes modélisations sur l’urbanisation ou sur l’étatisation, la notion de progrès a un rôle moteur dans l’évolution des processus et dénote une vision prédéterminée du changement.

59Les différents facteurs mobilisés dans les théories sur l’urbanisation fonctionnent selon les quatre principes d’action suivants :

  • L’augmentation de la population.
  • La maximisation des ressources naturelles.
  • La maximisation des rapports sociaux.
  • L’innovation technologique.

60L’importance de la vision évolutionniste dans les modélisations de l’urbanisation et de l’étatisation du Proche- Orient explique pourquoi, malgré des différences flagrantes, les premières phases urbaines d’Égypte et de Mésopotamie sont décrites et analysées selon des processus évolutifs similaires. La tendance générale de ces modèles est d’aller de la forme simple à la forme complexe, de la société égalitaire à la société hiérarchisée. Par opposition à une société villageoise, la ville est perçue comme l’unité de référence de toutes les nouvelles organisations socio- politiques. De ce fait, la plupart des innovations de la seconde moitié du ive millénaire sont souvent perçues comme convergentes et sont arbitrairement rattachées au processus d’urbanisation.

61On comprend ainsi pourquoi et comment la ville est le sujet de la plupart des recherches sur l’évolution de la société au Proche-Orient au ive millénaire et au iiie millénaire. Du fait de son importance supposée, les archéologues tendent à sous-estimer et même parfois à nier l’existence d’autres formes d’organisation de la société mésopotamienne, notamment, l’importance de la population nomade. Alors, l’explication des évolutions se fait par une simplification excessive des faits, au détriment de la multiplicité et de la variété des situations dans lesquelles les différentes villes proches-orientales et d’autres formes d’implantation sont apparues. Un tel constat vaut aussi pour la région du Levant sud.

Notes

1 Pour une présentation de ce type de bâtiments retrouvés à Tepe Gawra, Eridu, etc., voir Aurenche 1982, p. 238-253.

2 Ibid., p. 253.

3 Forest 1996, p. 63-64.

4 Voir cette hypothèse développée par J. D. Forest, ibid., p. 110.

5 Selon Adams et Nissen 1972.

6 Gibson 1972.

7 Adams 1972.

8 Adams 1969.

9 H.T. Wright 1969.

10 Adams 1965.

11 Mallowan 1956

12 Aurenche 1982, p. 253.

13 Jacobsen 1957.

14 Forest 1996, p. 118-130.

15 Strommenger 1980.

16 Kramer 1959.

17 Childe (1950) 1979.

18 Lire la présentation de D. Valbelie dans Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 262-264.

19 Tobler 1950.

20 Grimal 1988. p. 37.

21 Il s’agit là d’estimations : Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 268.

22 Grimal 1988, p. 173.

23 Morgan 1877.

24 Par la suite des gens comme Boas, White, Stewards, Spengler. Toynbee utilisèrent ces théories, mais dans une perspective plus nuancée et moins déterministe.

25 Par exemple Stewards 1949.

26 Par exemple White 1949.

27 Spengler 1926-28.

28 Toynbee 1934.

29 Service 1962.

30 Fried 1960.

31 Voir à ce sujet l’article de référence de Childe 1936.

32 Adams 1966.

33 Falkenstein (1954) 1974.

34 Wittfogel 1957.

35 Sanders 1968.

36 Voir l’historique de la notion dans Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 47-58.

37 Voir les difficultés rencontrées pour identifier les premiers palais 1982, p. 537-540. mésopotamiens de l’époque de Jemdet Nasr et du Dynastique archaïque dans l’étude de J. Margueron sur les palais mésopotamiens : Margueron 1982, p. 537-540

38 Par exemple Huot 1982, p. 99-100.

39 Sur cette question, voir Huot 1970, p. 1091-1101.

40 Voir Redman 1978, p. 280.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 - La périodisation stratigraphique des premiers niveaux d’Uruk.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Tableau 2 - Schéma du processus d’étatisation d’une société du Proche-Orient ancien.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Tableau 3 - Schéma de mise en place du despotisme oriental (d après Wittfogel 1957).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Tableau 4 - Schéma du processus évolutionniste appliqué à l’urbanisation.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3750/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Tableau 5 - Schéma d’une évolution par le facteur économique (d’après Sanders 1968).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3750/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Tableau 6 - Schéma d’une évolution par le facteur du conflit social.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3750/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Tableau 7 - Schéma d’une évolution par la hiérarchisation sociale.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3750/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Tableau 8 - Schéma général de l ‘urbanisation et de l’étatisation.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3750/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter