Version classiqueVersion mobile

L’époque des premiers bourgs fortifiés

 | 
Christophe Nicolle

Introduction

Texte intégral

  • 1 Les principaux modèles sont exposés dans Richard 1987, Amiran et Gophna 1989, Miroschedji 1989b, 1 (...)

1La période du Bronze ancien au Levant sud, et plus particulièrement en Palestine, est marquée par l’apparition de sites fortifiés. Ces sites sont habituellement assimilés à des villes. Toute la période du Bronze ancien est associée au phénomène de l’urbanisation, la première que connaisse la région. Les archéologues proposent et utilisent plusieurs modèles pour interpréter ce changement et les différentes innovations qui y sont rattachées1. La société sud levantine est décrite comme un ensemble « monolithique » en cours d’urbanisation.

2L’ouvrage propose de réexaminer les changements qui marquent la fin du ive millénaire et le début du iiie millénaire au Levant sud. Il ne s’agit pas de faire une synthèse sur l’urbanisation du Levant sud au Bronze ancien. L’ampleur d’une telle tâche dépasse de loin le cadre de cette recherche. Il s’agit d’une interrogation, comme le titre du livre l’indique, sur la réalité de l’existence d’un processus d’urbanisation au Levant sud.

3En fait, l’urbanisation du Levant sud a toujours été étudiée dans un cadre géographique restreint : la Palestine. Des raisons politiques et historiques expliquent que la Palestine ait servi et serve encore aujourd’hui de cadre géographique à l’étude de l’urbanisation de la région. Il est clair que les frontières, issues d’événements politiques modernes, ne peuvent pas correspondre strictement à une région culturelle du Bronze ancien. C’est d’ailleurs ce que montrent les découvertes de ces dernières années en Jordanie et dans le sud de la Syrie.

  • 2 Kühne 1976 et pour les mises en garde contre ce type de démarche néanmoins fort utile : Mazzoni 19 (...)

4Dans les ouvrages et les articles traitant d’archéologie, le Levant sud est souvent une appellation générique et floue. Ici, le terme de « Levant sud » désigne l’Etat d’Israël, les Territoires autonomes palestiniens, la Jordanie, le sud de la Syrie et le sud du Liban. Les limites ainsi définies correspondent alors à une aire géographique présentant les mêmes caractéristiques culturelles. Il s’agit là d’une définition qui s’apparente à celle proposée par H. Kühne dans son étude sur la diffusion des familles céramiques dans la région de Tell Chuera au nord de la Syrie2. Le principal trait commun de la région sud levantine est l’absence de l’usage de l’écriture et de scellements par les sociétés du Bronze ancien.

  • 3 Braemer, Echallier et Taraqji 1996.

5La céramique de cette région pourrait être un second point commun, mais cela peut être sujet à caution dans la mesure où les connaissances archéologiques actuelles sont encore très restreintes. Toutefois, à partir de la fouille de Khirbet el-Umbashi en Syrie du Sud (Bronze ancien II, III et IV)3, on peut constater, par la diffusion de plusieurs formes céramiques, l’existence de connexions entre le sud de la Syrie, le nord de la Jordanie et le nord d’Israël. À ces caractères communs, viennent s’ajouter d’autres éléments, comme certaines traditions architecturales.

6Géographiquement, le Levant sud est une mosaïque de petites zones aux écosystèmes différents. Ce constat simple est un premier élément dans la critique de la présentation traditionnelle de l’urbanisation de la région comme un ensemble « monolithique ». Des traits culturels communs ne doivent pas mener à sous-estimer les particularismes culturels dus à des adaptations aux paléo-environnements locaux.

7Qu’est-ce qu’une ville ? La question est loin d’être résolue car beaucoup de notions sont encore imprécises, comme la hiérarchisation sociale, le pouvoir centralisé, l’artisanat spécialisé, etc. Un tel flou conceptuel, que l’on retrouve dans les écrits archéologiques sur les différentes zones du Proche-Orient, s’explique en partie par la mauvaise qualité des données archéologiques. Effectivement, les vestiges des premières villes sont souvent recouverts par des niveaux archéologiques plus tardifs. Ils se résument à quelques plans de quartiers résultant des grandes fouilles d’avant-guerre, des trouvailles fortuites lors de travaux d’aménagement du territoire. Les fouilles actuelles sont plus précises mais plus restreintes dans leurs superficies du fait de l’augmentation de leurs coûts. Cette vision morcelée nous empêche de bien connaître les premières villes du Proche- Orient.

8Au Levant sud, les recherches sur l’urbanisation sont rendues plus difficiles car c’est une région dont les populations n’ont pas adopté l’écriture pendant tout le IIIe millénaire. Cette absence d’écriture a eu des répercussions sur le développement et sur l’organisation des sociétés. En outre, elle nous prive de toute une documentation nécessaire à la connaissance de la structure et de l’organisation de la société sud levantine.

9En fait, la situation est assez similaire dans tout le Proche-Orient. Par exemple, en Mésopotamie, les textes de la période d’urbanisation de l’Uruk récent sont encore trop rares et pas assez bien compris pour que l’on puisse en tirer des renseignements sur les premières époques urbaines.

10L’absence ou la faiblesse d’une documentation écrite et une médiocre qualité des données archéologiques ne suffisent pas à expliquer les nombreuses imprécisions des termes relatifs à la ville et à l’urbanisation. À la différence d’autres sciences humaines et sociales, l’archéologie déduit les changements de la société à partir de vestiges de la culture matérielle (comme la céramique, les maisons, les tombes, etc.). Pour cela, elle fait appel à des modèles de structures sociales historiquement connus ou contemporains. Les lois issues des analyses sociologiques, historiques ou ethnologiques sont les seules dont elle dispose pour classifier et expliquer les artefacts des anciennes sociétés.

11Il est possible, comme dans tout problème de définition, de contourner la difficulté en opposant un objet à un autre. Ainsi, la définition de la ville peut se faire par opposition à la notion de village, souvent considéré comme appartenant à un stade d’organisation sociale antérieur. C’est pourquoi, le principal outil de l’archéologue pour saisir les villes du IIIe millénaire au Levant sud passe par l’analyse de la transformation morphologique des sites sédentaires entre la période pré-urbaine et la période urbaine. Un travail de comparaisons et d’analogies avec d’autres régions fait le reste. On notera le défaut de la méthode : pour reconnaître une ville, il est d’abord nécessaire d’identifier une période urbaine.

  • 4 Roncayolo 1978, p. 1.

12Quoiqu’il en soit, dans le cas présent, on retrouve toujours une définition de la ville par opposition au village. Il est, en effet, habituel de considérer que c’est à partir d’une société villageoise que des modifications de l’économie et de l’organisation sociale aboutissent à une société urbaine, celle où la ville est l’organisation territoriale de base. Le village est classiquement défini comme un groupement d’habitations dont les occupants sont en majorité engagés dans le secteur agricole. La ville, elle, est une agglomération relativement importante où une partie de la population a une activité non agricole. L’apparition d’une nouvelle catégorie sociale marque donc le passage du village à la ville. Pour bon nombre d’archéologues ou de chercheurs en sciences sociales, ce changement social est d’une importance primordiale. Il établit une filiation directe entre les premières villes orientales et nos villes modernes. Les modifications du IIIe millénaire auraient encore des répercussions sur nos sociétés modernes. Qu’un géographe comme M. Roncayolo4 affirme que le premier exemple de ville remonte à Jéricho au IIIe millénaire paraît cependant audacieux.

  • 5 Lenski 1976.
  • 6 Sahlins et Service 1962.

13La formulation des lois relatives au changement social qui amène au stade urbain peut varier selon que l’on se place dans une perspective évolutionniste5, évolutionniste multilinéaire6 ou que l’on refuse l’intelligibilité de la notion.

14Une description concise de la conceptualisation de l’urbain dans les sciences humaines permet de mettre en évidence que les différents modèles expliquant l’urbanisation mésopotamienne utilisent les mêmes éléments, toujours selon une perspective évolutionniste. La variation entre les modèles se situe au niveau de l’importance accordée à l’un ou l’autre de ces indices. Mais quelle qu’en soit la formulation, la ville est considérée comme un des éléments d’une société étatique, la marque d’un progrès dans l’organisation des ressources et des rapports de la société.

15L’une des caractéristiques de l’évolutionnisme est d’envisager que toutes les sociétés humaines évoluent selon une même orientation globale et prédéfinie, en suivant des directions parallèles. Or, pour l’essentiel, l’archéologie du Proche-Orient se situe dans cette perspective évolutionniste.

  • 7 Notons que les archéologues anglo-saxons font parfois une différence entre town (ville) et city (c (...)

16Le Proche-Orient connaît deux grands foyers d’urbanisation : la Mésopotamie et l’Égypte. On y constate que dans des environnements naturels similaires, les sociétés s’organisent différemment et que les villes ont des rôles plus ou moins importants. Curieusement, la ville mésopotamienne, qui constitue souvent un modèle de référence pour toutes les réflexions sur l’urbanisation de la majeure partie du Proche-Orient, dont le Levant sud, est encore mal connue. D’ailleurs, de même que pour les villes égyptiennes, il est difficile d’établir le rôle et l’importance des villes dans les changements qui caractérisent la période de la fin du IVe millénaire et du début du IIIe millénaire en Mésopotamie. Ainsi, la « ville », nommée indifféremment cité ou cité-État7, est encore présentée trop souvent comme une forme supérieure d’organisation par rapport aux structures villageoises et nomades.

  • 8 Kempinski 1983, p. 235.
  • 9 Il s’agit de la liste en dix points qui permet à l’archéologue de reconnaître une ville : Childe 1 (...)

17Au Levant sud, l’urbanisation est donc étudiée avec les modèles mésopotamiens. Cela explique qu’un archéologue comme A. Kempinski8 puisse déclarer que les processus d’urbanisation du Levant sud et de l’Anatolie peuvent être étudiés avec le modèle défini par G. Childe pour la Mésopotamie9. Un tel emprunt n’est pas un exemple isolé et de nombreux autres archéologues procèdent de façon identique pour étudier l’urbanisation du Levant sud. Les différents concepts ainsi utilisés partagent un même défaut : comme ils cherchent à établir des lois transculturelles, ils tendent à gommer les particularismes des processus régionaux. C’est ainsi que l’objet étudié, la ville, n’est plus doté de formes ou de qualités concrètes. Il est seulement un état virtuel, une probabilité d’existence. L’objet « ville » s’efface devant le processus d’urbanisation.

  • 10 En introduction aux Actes du colloque d’Emmaüs : Miroschedji 1989c, p. 2.

18De tels emprunts permettent de comprendre pourquoi, malgré les variations régionales attestées de la morphologie des « villes », leurs définitions et la description de leurs processus d’apparition proposées sont similaires dans tout le Proche-Orient. Alors, les archéologues ne cherchent plus à décrire les structures économiques, sociales ou politiques. Ils se contentent d’attester l’existence de la société urbaine ou du processus d’urbanisation : « Mais comment expliquer sinon par un embarras général ou par le souci de parvenir à un consensus tacite qu’aucun participant n’ait tenté de définir ce qu’il fallait entendre par urbanisation ? Et que l’on ne se soit pas attaché non plus à préciser la nature de l’organisation sociale et politique en Palestine au Bronze ancien ? »10. Depuis que P. de Miroschedji a dressé ce constat dans un colloque sur l’urbanisation de la Palestine, la situation n’a pas évolué. Ainsi, sans définir avec précision ce que signifie le processus d’urbanisation au Levant sud, les archéologues en fixent toutefois les débuts vers 3100 av. J.-C. et en établissent la durée à huit cents ans.

  • 11 Pour un résumé de ces hypothèses : Portugali et Gophna 1993, p. 175- 177.

19Mais à la différence de la Mésopotamie, de la Syrie du Nord ou de l’Égypte, la « phase urbaine » du Levant sud s’interrompt vers 2300 av. J.-C. Pendant près de quatre cents ans, elle est remplacée par une phase rurale et nomade. L’explication le plus souvent avancée pour interpréter la disparition des « villes » est d’ordre catastrophique. Selon les hypothèses, des invasions de nomades, des catastrophes écologiques ou des crises sociales auraient interrompu l’évolution linéaire de la société sud Levantine vers le progrès11

  • 12 Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 326.

20Le processus d’urbanisation peut-il être un phénomène réversible ? Comment la population du Levant sud a-t-elle pu changer aussi durablement et aussi radicalement son mode de vie ? En conclusion de son ouvrage sur les cités, J.-L. Huot énonce que « le phénomène urbain est réversible »12. De fait, il existe quelques exemples de villes qui peuvent disparaître à cause de l’éclatement, de la modification d’un réseau d’échanges ou de communications ou à cause d’une destruction brutale. Mais le phénomène ne peut pas être généralisé à toute une région. La réversibilité du phénomène urbain supposerait un retour en arrière de groupes sociaux structurellement transformés par l’urbanisation. En effet, il est communément admis que la ville se caractérise socialement par des contacts secondaires plutôt que primaires. L’augmentation des habitants d’une communauté, au-delà de quelques centaines de membres, affecte de manière irrémédiable le caractère des relations sociales. Les citadins se rencontrent dans des rôles fortement segmentaires. Ils sont plus dépendants que les ruraux pour satisfaire leurs besoins vitaux. Le caractère segmentaire des relations sociales entraîne une spécialisation fonctionnelle de l’activité et la division du travail. Du fait des relations secondaires, il devient nécessaire pour le citadin d’exprimer ses intérêts personnels dans un processus de délégation. La vie urbaine affaiblit donc les liens traditionnels de l’association humaine. Il y a un relâchement des liens communautaires remplacés par des mécanismes de contrôle formel. Dans ces conditions, il paraît difficilement possible que des populations du iiie millénaire, dont les rapports sociaux ont subi de telles transformations, puissent revenir à un stade antérieur d’organisation.

  • 13 Miroschedji 1995, p. 97.

21En conséquence, il est plus satisfaisant de considérer que les transformations sociales que provoque ou qui accompagnent l’urbanisation sont irréversibles. Par conséquent, seuls, des événements brutaux se déroulant à un niveau régional, pourraient expliquer la disparition d’un phénomène urbain. Or, dans l’état actuel de nos connaissances, aucune preuve ne semble confirmer les hypothèses formulées par différents archéologues, selon lesquelles le Levant sud aurait subi une catastrophe économique ou écologique à la fin du Bronze ancien III. Dès le Bronze ancien II, les différentes « villes » du Levant sud disparaissent ou apparaissent à des rythmes différents selon les régions et les périodes. Leurs disparitions ne sont généralement marquées par aucune trace d’abandon progressif. Elles disparaissent parfois même en pleine apogée comme Tel Yarmouth à la fin du Bronze ancien IIIB13 Ainsi la réversibilité du « processus urbain » au Levant sud constitue le premier indice permettant de remettre en cause sa nature.

  • 14 Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 325.

22Un second indice déjà évoqué précédemment vient renforcer ce doute : il s’agit de l’absence d’écriture qui caractérise toute la région du Levant sud. À ce propos, J.-L. Huot fait fort justement remarquer que « L’urbanisation et la naissance de l’écriture n’ont pas partie liée »14.

  • 15 Woolley 1963, p. 467.
  • 16 Voir l’utilisation d’une telle appellation dans Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 325.

23Certes, on ne peut plus affirmer, comme le faisait L. Woolley, que l’écriture est une invention du temple mésopotamien15. Il est vrai qu’à l’origine, l’urbanisation et la naissance de l’écriture ne sont pas deux phénomènes liés. Cependant, nous sommes convaincus qu’au Proche-Orient il n’y a pas de développement possible des villes sans écriture : Jawa et Arad ne sont pas des villes « illettrées »16. Elles ne sont simplement pas des villes.

  • 17 Goody 1986, p. 72 et sq.

24Si l’apparition de l’écriture est dissociable de l’urbanisation d’une société, elle nous parait indissociable, dans le cadre des groupes sociaux du Proche-Orient ancien, du développement et de la croissance des groupes sociaux qui constituent la ville. Les raisons sont surtout d’ordre pratique. L’anthropologue J. Goody montre bien les limites qu’entraîne l’absence d’écriture dans le développement des pouvoirs d’une organisation palatiale17. L’écriture est le moyen de stockage des informations autorisant des échanges beaucoup plus complexes et étendus que ne le permettent une économie orale ou une royauté sans scribe. Or, nous pensons que les villes du Proche-Orient doivent principalement leur développement à une augmentation de leur capacité d’enrichissement, par le biais de dons, d’échanges, de commerce de produits et de biens. Contrairement à ce qui est souvent affirmé, la ville du IIIe millénaire au Proche-Orient ne se définit pas par des services ou une capacité à résoudre des problèmes insolubles à un échelon individuel ou familial. Les premières villes orientales doivent être caractérisées essentiellement par l’aptitude de certains de leurs membres à accumuler les biens et à les redistribuer. Une telle capacité se manifeste par un « enrichissement » d’une élite autour de laquelle se regroupent les communautés. Il y a là un vrai lien social pouvant en partie expliquer, pour la période de la fin du IVe millénaire, l’agglutination de certaines populations. L’absence d’écriture apparaît donc très vite comme une limite aux capacités d’enrichissement et au développement d’une agglomération urbaine. Cette absence se révèle par conséquent constituer un caractère discriminant entre les sociétés du IIIe millénaire au Proche-Orient.

25Pour ces deux raisons essentielles, la réversibilité du processus et l’absence d’écriture, il est difficile de continuer à considérer la société du Levant sud au Bronze ancien II et au Bronze ancien III comme une société urbaine. Les changements qui touchent la région durant le IIIe millénaire ne relèvent pas d’un processus d’urbanisation. De ce fait, la disparition de la plupart des « villes » à la fin du Bronze ancien III doit être considérée comme la suite logique des transformations de la période antérieure. D’ailleurs, plusieurs autres indices amènent à penser qu’il y a, durant le iiie millénaire, une coexistence de plusieurs processus évolutifs au Levant sud. Ils sont tout aussi importants que le « processus d’urbanisation ». De ces différents constats, on peut déduire que l’évolution de la société n’est pas linéaire et que l’unicité de l’orientation des changements n’est pas un principe qui s’applique à la société sud levantine.

  • 18 Pour des facilités d’écriture et pour une meilleure compréhension de nos références, nous continue (...)

26Pour les différentes raisons que nous allons développer, il nous paraît plus justifié de qualifier les établissements fortifiés du iiie millénaire de « bourgs ». Bien qu’encore imprécis, le terme est plus adéquat pour évoquer les sites fortifiés du Levant sud qui ne sont plus des villages, mais pas encore des villes18.

Notes

1 Les principaux modèles sont exposés dans Richard 1987, Amiran et Gophna 1989, Miroschedji 1989b, 1995.

2 Kühne 1976 et pour les mises en garde contre ce type de démarche néanmoins fort utile : Mazzoni 1985, p. 561

3 Braemer, Echallier et Taraqji 1996.

4 Roncayolo 1978, p. 1.

5 Lenski 1976.

6 Sahlins et Service 1962.

7 Notons que les archéologues anglo-saxons font parfois une différence entre town (ville) et city (cité). Selon eux, la eity a les attributs de l’Etat. Les archéologues français utilisent, sans établir de distinction, les termes de « ville » et de « cité »

8 Kempinski 1983, p. 235.

9 Il s’agit de la liste en dix points qui permet à l’archéologue de reconnaître une ville : Childe 1950.

10 En introduction aux Actes du colloque d’Emmaüs : Miroschedji 1989c, p. 2.

11 Pour un résumé de ces hypothèses : Portugali et Gophna 1993, p. 175- 177.

12 Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 326.

13 Miroschedji 1995, p. 97.

14 Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 325.

15 Woolley 1963, p. 467.

16 Voir l’utilisation d’une telle appellation dans Huot, Thalmann et Valbelle 1990, p. 325.

17 Goody 1986, p. 72 et sq.

18 Pour des facilités d’écriture et pour une meilleure compréhension de nos références, nous continuerons parfois à faire usage des mots « villes » et « processus d’urbanisation » dans la suite du texte. L’usage des guillemets servira à marquer notre doute sur l’adéquation de ces termes à la situation envisagée.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search