Version classiqueVersion mobile

Topographie historique de la Syrie antique et médiévale

 | 
René Dussaud

Additions et corrections

Texte intégral

1P. xlviii, ajouter : Sethe, Tongef. = Kurt Sethe, Die. Aechtung feindlicher Fürsten, Völker und Dinge auf Altaegyp-tischen Tongefaessscherben des Mittleren Reiches, nach den Originalen im Berliner Museum hrsgg. und erklaert, dans Abhandlungen der preussischen Akademie der Wissensch., 1926, philos.-hist. Klasse Nr. 5. Berlin, 1926.

2P. 1. — Ce que nous disons au sujet des divisions politiques en Syrie, est finement exprimé dans l’aphorisme arabe : « L’intelligence dit : Je vais habiter la Syrie, et l’esprit de discorde s’empressa d’ajouter : J’irai avec toi. » B. Michel, Le Folklore dans le Nihagat al Arab de Nowayri, dans Compte rendu du Congrès intern, de Géographie (Le Caire, 1925), t. IV, p. 245.

3P. 4. — Le Journal officiel du 27 août 1926 a publié la « Convention d’amitié et de bon voisinage entre la République française, agissant en sa qualité de puissance mandataire pour la Syrie et le Liban, et la République turque, d’autre part, signée à Angora, le 30 mai 1926 », qui fixe minutieusement la frontière nord des pays syriens. Celle-ci part d’un point sur la mer situé à un kilomètre au sud de l’embouchure de la rivière de Payas. De là, elle gagne, la rivière de Payas au sud des villages de Qurtul et de Qozdéré, passe à Ouf-Dédé-Quédigui, remonte au Migberé Tépessi (2.267 mètres), gagne le Boz Tépé, le Buyuk Darmik (1.250 mètres), passe entre Pertekli (turc) et Bali-Keuy (syrien), emprunte en partie la vallée du Saboun Souyou, en direction sud-est, pour laisser Killiz à la Turquie. La ligne frontière gagne ainsi la route ‛Azaz-Killiz au point situé à 800 mètres au sud de Tibil (turc), puis remonte le long de cette route vers le nord (la route restant turque) jusqu’à un kilomètre au nord d’Armoudja. De là, la frontière oblique à l’est, passe au sud des villages de Seivé et Hamili, à trois cents mètres au sud de Tshildiraba, jusqu’à la station de Tshoban Bey. De là et jusqu’à Naṣibin , la limite est constituée par la voie ferrée de Baghdad, la plateforme restant en territoire turc. De Naṣibin à Djéziret ibn ‘Omar la frontière suit la vieille route qui mène au Tigre, les deux localités extrêmes restant turques.

4P. 5-6. — Nous tenons d’un des négociateurs, dont les publications visant plusieurs pays orientaux, ont démontré la compétence historique, que les négociateurs anglais avaient reçu comme mot d’ordre d’assurer les limites de la Palestine selon la formule biblique : de Dan (Tell el-Qaḍi, qui est en mandat anglais) à Beerséba.

5P. 7, note 1. — Nous écartons d’autant plus l’identification d’Akshaph avec Tell ou Kafr Yasif, que nous croyons retrouver ce dernier dans la transcription égyptienne ’Iy-s’ipy qu’on relève dans les ostraca du Moyen Empire publiés par K. Sethe, Tongef., p. 54 et 58.

6P. 9, note 3. — Ḥamot (mieux Ḥammot) est Ammathous, près Tibériade, qui semble apparaître dans Sethe, Tongef., pp. 54 et 58 (f 19) avec la transcription ‛-m(w)t.

7P. 10. — Qana figure dans une tablette d’el-Arnarna ; cf. Weber, dans Knudtzon, op. cit., p. 1295, où l’on trouvera d’autres références.

  • 1 Fragm. II, 8 ; cf. Lagrange, Études sur les Religions sémitiques, 2e éd., pp. 414 et suiv., et nos (...)

8P. 11-12. — Sethe, Tongef., p. 56, a retrouvé Ousou sous la graphie ʾiwȝṯʾ(var. ʾIwȝṯ, puis au Nouvel Empire : Iwṯw’) dans les ostraca en hiératique qui remontent à 2.000 avant notre ère. Cette ville occupe le second rang dans la liste des peuples, immédiatement après Byblos ; c’est dire son importance, à cette haute époque. Une vive lumière en jaillit sur un passage de Philon de Byblos1 où l’on voit deux frères, faisant figure de héros, l’un Hypsouranios s’installer dans le Tyr insulaire, l’autre Ousôos chasseur de grosses bêtes dont il utilise les peaux, tandis qu’Hypsouranios, ou en phénicien Samemroumos, n’a à sa disposition que des joncs, des roseaux et du papyrus. L’opposition entre la ville maritime et la ville continentale s’exprime dans cette circonstance que les deux frères se prennent de querelle ; n’y a-t-il pas aussi une allusion au trafic que Tyr entretenait avec l’Égypte, à l’intimité des relations avec ce pays qui entraîna peut-être les Égyptiens à donner à Tyr un nom égyptien (ci-après, à propos de Tyr). De plus en plus, on doit écarter tout rapport entre Ousôos et Esaü. Si Agreus et Halieus visent la ville de Sidon, comme on l’admet généralement, la légende rapportée par Philon de Byblos placerait la fondation de cette ville après celle de Tyr. De fait, Sidon n’avait pas encore acquis une grande importance en 2.000 av. J.-C, si l’on en juge par son absence dans la liste étudiée par Sethe.

9P. 13. — Nous retrouvons la mention des Amorrhéens dans les documents publiés par Sethe, Tongef., p. 47 et p. 56 et qu’il rapporte à 2.000 avant notre ère. Ces textes égyptiens donnent ’Iy-mw-‛r, qui transcrit l’Amurra des tablettes d’el-Amarna (a-mur-ri, a-mu-ur-ra, a-mur-ra) ; cf. Knudtzon, op. cit., pp. 1132 et suiv. Il n’est pas surprenant que la transcription égyptienne du temps des Ramenides soit un peu différente ; cf. W. Max Muller, Asien, p. 218 et 229. Sur l’importance de ce peuple et l’art du deuxième millénaire qu’on peut lui attribuer, voir Sgria, 1926, pp. 336 et suiv.

10P. 17.— Sur le lac de Houle, voir Buhl, Enc. de l’Islam, s. Ḥula.

11P. 19. — Nous avons vu plus haut que les légendes phéniciennes connaissaient deux héros éponymes, frères ennemis, l’un pour la Tyr continentale, l’autre pour la Tyr insulaire. M. Victor Berard, Les Phéniciens et l’Odyssée (on consultera la 2e édit. qui doit paraître en 1927), a montré les avantages que présentait l’îlot de Tyr comme installation maritime étrangère. On peut conjecturer que les Égyptiens y eurent de bonne heure une escale et, comme précisément, dans les ostraca du Moyen Empire publiés par Sethe, Tongef., p. 57, figure Dmi. tyw, mot égyptien signifiant « port, havre », il nous paraît très vraisemblable que les Égyptiens aient désigné ainsi la Tyr insulaire.

12P. 21. — Sur Qal’at Shema’, voir Lortet, La Syrie d’aujour-d’hui, pp. 145-147.

13P. 21. — Khazi (Weber, dans Knudtzon, loc. cit., p. 1277) peut être une autre transcription de ‛Ezziyé pu une autre localité comme ‛Azze (proposé par Clauss) dans la région de Hasbeiya. Les tablettes d’el-Amarna (voir Weber, ibid., pp. 1282 et suiv.) groupent les localités suivantes : Tushulti (T-sh-r-t des listes de Thoutmès III), Khashabu (Weber, p. 1286, Kh-sh-b des mêmes listes), Khazi (peut-être kh-t-y), Makhzibti, Ushte, Pakhmi, Giluni et Magdali. A la suite de Clauss, qui retrouve Khashabu dans l’actuelle Ḥaṣbeiya, on cherche toutes ces localités dans le sud de la Béqa’. Il faut peut-être se moins limiter et, sous toute réserve, on peut songer à identifier Tushulti à Tesil, au nord de Gaulon ou Golan de la Batanée, actuellement Sahem el-Djaulan qui serait notre Giluni, tandis que Khashabu se localiserait dans le voisinage, à Khisfin, et Pakhmi à Fahl (Pella de la Décapôle). Vers l’ouest, Makhzibti pourrait être l’actuelle Zifta (voir pp. 43 et 57), non loin de Khazi (‛Ezziyé), tandis que Ushte, la talmudique ‘Oulshata se placerait au centre du système. Pour Magdali, on n’a que l’embarras du choix entre Madjadil et les nombreux Medjdel.

14P. 23. — M. le professeur Garstang veut bien nous cornmuniquer qu’il a découvert, en décembre 1926, à l’ouest du lac de Ḥoulé, l’emplacement de l’antique Ḥaṣor. Grande enceinte rectangulaire de mille mètres sur six cents mètres, du type de Mishrifé.

15P. 25. — Sur Hounin, voir Lortet, La Syrie d’aujourd’hui, pp. 537-539.

16P. 26, note 1, lire : Iṣtabl, au lieu de : Iṣtab.

17P. 37, note 2. — Au sujet des sarcophages royaux de Sidon, voir Syria, 1926, pp. 276-277.

18P. 39. — Shehim est probablement la Shashkhimi d’une tablette d’el-Amarna, gouvernée alors par un Abdimilki ; cf. Webep, dans Knudtzon, op. cit., p. 1295. Tout rapprochement avec la Shaḥaṣim de Josue, XIX, 22, doit être écarté.

19P. 49. — ‛Ain Traz est connu par son ancien séminaire grec-melchite ; voir Jullien, La nouvelle Mission, I, pp. 3 et suiv.

20P. 49. — Beit ed-din est célèbre par son palais qui remonte à l’émir Beshir (1789-1840). Jadis, le gouverneur du Liban y séjournait en été, tandis qu’il passait l’hiver à Ba‛abda.

21P. 49. — Mokhtara est depuis le xviie siècle la résidence de la célèbre famille druze des Djoumblat, précédemment fixée à Killiz ; cf, Enc. de l’Islam, s. Djambulat.

22P. 58. — Beyrouth dans les textes égyptiens, voir Gauthier, Dict. géogr., II, p. 25 : b r t i.

23P. 58. — Sur l’aqueduc de Beyrouth, appelé Qanṭarat Zeinab, voir Streck, Enc. de l’Islam, s. Ḳanṭara, 5.

24P. 60. — Dans le Voyage de M. d’Aramon, éd. Schefer, p. 140, les étapes sont : Damas, Meziddlec (Schefer : Medjdel ‛Andjarr. Ce pourrait être aussi Meitheloun), Osan (Ḥoṣein) et Baruth.

25P. 64, note 1, ligne 2, lire : mais on a proposé…

26P. 66. — Au printemps 1926, une cinquième campagne de fouilles a été conduite par M. Maurice Dunand, inspecteur du Service des Antiquités, qui a permis à M. Maurice Pillet, architecte diplômé par le Gouvernement, de dresser le plan du sanctuaire aux colosses sur lequel des renseignements paraîtront dans Syria, 1927, fasc. 2.

27P. 66. — Au sujet de la prééminence de Byblos aux hautes époques, qu’ont révélée les fouilles récentes, on notera une remarquable confirmation dans le fait que cette ville est citée en tête de la liste des ‛Amou, ou Asiatiques, dans les ostraca hiératiques de 2.000 av. J.-C. (Sethe, Tongef., p. 55). Le nom est transcrit Kpny, comme c’est la coutume à partir du Moyen Empire. Byblos ne figure pas dans la liste des princes des ostraca, ce qui nous prive d’un renseignement précieux. Sethe se demande si ce n’est pas là l’indice que l’Égypte n’avait pas à craindre l’hostilité du prince de Byblos.

28P. 69, ligne 9, lire : la date des Adonies.

29P. 69-70. — Sur le Nahr el-Fedar, voir Lortet, La Syrie d’aujourd’hui, p. 634.

30P. 70. — Nous proposons de placer à Shihan, la ville de Shekhlal mentionnée dans les tablettes d’el-Amarna : voir Weber, dans Knudtzon, op. cit., p. 1142.

31P. 71. — La manière la plus simple d’interpréter le renseignement de Ménandre est d’admettre que le roi de Tyr Itoba‛al prit possession de Batroun. Cette opération devait être en rapport avec la nécessité de s’assurer le passage, à travers le massif du Théouprosopon, que réclamait le commerce syrien. Voir pp. 81-82, un fait comparable avec le vicus Sidoniorum.

32P. 72. — Ma‛rab, dans le Kesrouan, entre Delebta et Sahel Aima, a fourni un autel et une tête de statue antiques ; cf. Brosse, C. R. Acad., 1922, p. 82, aussi un diplôme militaire ; cf. Mouterde, Met. Univ. Saint-Joseph., VIII, 3, p. 75.

33P. 85. — Aux environs de ‛Arqa et Ardat, il y a lieu de rechercher Arashni des tablettes d’el-Amarna, Knudtzon, op. cit., p. 1163, non encore identifiée. De même on ignore la position de Inamta ; cf. ibid., p. 1172.

34P. 86. — Sur les antiquités médiévales de la région montagneuse au sud de Tripoli, voir encore Virolleaud, Syria, 1924, p. 117.

35P. 94. — A quatre kilomètres au sud de l’embouchure du Nahr el-Kebir (Éleuthère), le capitaine de la Bassetière a fouillé une nécropole qui remonte jusqu’au ve siècle avant notre ère et atteste en ce point une installation de quelque importance. Voir Brosse, de la Bassetiere et Ed. Pottier, La nécropole de Cheikh Zenad, dans Syria, 1926, pp. 193 et suiv.

36P. 97. — Sur l’importance de Mariamin pour l’histoire de la Phénicie du Nord, voir encore Syria, 1926, p. 273.

37P. 98. — Immédiatement au sud de Raphanée, Nisab est peut-être la Nishapa des textes égyptiens ; cf. Gauthier, Dict, géogr., III, p. 73.

38P. 104, ligne 4, lire : Khalid, au lieu de : Khalip.

39P. 106. — Qadas apparaît (à lire ainsi au lieu de Faris) dans une attribution de fiefs dans Moufazzal, éd. Blochet, Patrol. orient., XII, p. 536. Clermont-Ganneau (communication verbale dans la dernière année de sa vie) a trouvé la bonne leçon qui conserve la graphie du manuscrit et intervertit simplement deux termes : « et Ḥimṣ l’ancienne, qui est Qadas, revint entièrement au Sultan ». Toutefois, il n’y a rien là, contrairement à ce que pensait le savant maître, qui mette en question l’identification, que nous avons précisée, de Qadas avec Tell Nebi Mend. De même, Bosra ruinée reçut le nom d’ « ancienne Damas », Eski-Sham.

40P. 108. — Récemment (voir Syria, 1926, p. 283), M. Clay a proposé la même identification pour Qaṭna.

41P. 109. — La publication des fouilles du comte du Mesnil du Buisson a commencé dans Syria, 1926, fasc. 4. Nous avons eu l’occasion, également dans le même fascicule, sous le titre L’art syrien du deuxième millénaire avant notre ère, de préciser notre point de vue qui consiste à reconnaître dans l’installation de Mishrifé l’œuvre des Amorrhéens, dès le début du deuxième millénaire, avec des remaniements hittites dans les derniers siècles du même millénaire.

42P. 109-110. — La plus récente description d’er-Restan est celle de Lidzbarski, Ephemeris, III, p. 176.

43P. 110. — Au voisinage de Restan a été trouvée une stèle, actuellement au Louvre, portant des hiéroglyphes hittites du type des pierres de Ḥama. La publication en a été faite par le P. Ronzevalle, Stèle hittite des environs de Restan, dans Notes, p. 42.

44P. 110. — Kafr Naya a été identifié par Maspero avec Nii des tablettes d’el-Amarna et des textes égyptiens ; voir Gauthier, Dict. géogr., III, p. 72. Pour d’autres localisations de la vieille cité, voir Werer, dans Knudtzon, op. cit., p. 1115.

45P. 111. —-Ajouter : Ghasoula avec un khan sur la route des caravanes entre Ḥomṣ et Qara, à un jour au sud de Ḥomṣ ; cf. Yaqout, III, p. 802 ; Derenbourg, Vie d’Ousama, p. 397 ; Quatremere, Sult, mam., II, 1, p. 84 ; Gaudrefroy-Demombynes, La Syrie, pp. 245-247,

46P. 111. — Lidzbarski, Ephemeris, III, p. 165, a visite Tell Bisé ; p. 166, Oumm Shershouh où il a relevé un curieux relief d’époque assyrienne ; p. 169, Ghadjar ; p. 170, Tisnin (voir les objections présentées par le P. Bonzevalle, Notes cl Études, p. 147, sur les soi-disants dolmens de cette localité) ; p. 180, Beseirin non loin d’er-Bestan ; p. 181, Ayo, à une heure et demie au sud de Ḥama.

47P. 117. — Clauss, Die Staedte, n° 92, a proposé d’identifier Shigata avec Zegharta, ce qui nous paraît moins probable. Nous rapprocherions plutôt, onomastiquement seulement, car il faudrait supposer un déplacement de la localité, Zegharta de Gigarta ; voir p. 81.

48P. 117. — D’après Weber, dans Knudtzon, op. cit., p. 1201, Wakhlia se serait plutôt prononcé Yakhlia et serait un point de la côte entre Byblos et Simyra.

49P. 119. — Une ville ou pays de Iarimuta apparaît dans les tablettes d’el-Amarna (Weber, dans Knudtzon, op. cit., pp. 1153 et 1159) de localisation très incertaine. L’identification proposée avec un point du Delta, peut-être le pays de Gosen, vers laquelle incline encore Weber, doit être écartée depuis que Poebel, Historic Texts, p. 177 et Dhorme, Rev. Bibl., 1926, pp. 542 et suiv., l’ont retrouvé dans des textes relatifs à Sharroukin (seconde moitié du xxviiie siècle). Nous ne pensons pas, toutefois, que le pays de Iarimuta soit à placer, avec ces auteurs, vers l’embouchure de l’Oronte, car c’était un pays à blé. Les routes venant de l’intérieur ne débouchaient pas, d’ailleurs, dans la haute antiquité vers le bas Oronte, mais dans la région aradienne (voir ci-dessus, p. 432). Ce pourrait tout simplement être le pays autour de Simyra (Sumur) et, dans ce cas, le nom se conserverait dans ‛Arimé ou ‛Areimé.

50P. 121. — Aradus dans les textes égyptiens ; voir Gauthier, Dict. géogr., I, pp. 47 et 99.

51P. 121. — Une inscription cunéiforme au nom d’Asourbanipal a été trouvée dans la région de Tortose ; cf. Sayce, Proced. Soc. Bibl. Arch., t. VII, p. 141.

52P. 139. — On n’a jamais pu identifier la forteresse qui passait pour la plus forte du Vieux de la Montagne, située près de Tortose et « qu’on claime le Rast » (Hist. occ, II, p. 210). ROHRICHT, Kôn. Jer., p. 662, écarte justement Restan (Aréthuse) et penche pour Qadmous. Il nous semble très clair que le Rast, étant la résidence du Vieux de la Montagne (il y reçoit Henri, comte de Champagne), ne peut être que le Kahf. Dès lors, il n’est pas douteux que « le Rast » est une mauvaise graphie pour « le Kaft » et précisément c’est la prononciation que nous avons encore notée sur place.

53P. 146. — Sur la tribu arabe de Bahra, voir Encycl. de l’Islam, s. v.

54P. 152, note 6, ligne 2, le lamda initial est tombé au tirage.

55P. 197. — Les recherches récentes, en vue d’assainir les régions vouées au paludisme, ont montré que l’anophèle a une préférence marquée pour le bétail et que la présence en nombre de ce dernier suffit à immuniser l’homme. Cette condition était remplie autour d’Apamée, au temps des Séleucides, et l’on s’explique la prospérité des agglomérations humaines là où la vie est devenue intenable même aux indigènes.

56P. 207. — Sur la prononciation locale Kefar-Bô pour Kafr Behoum ; cf. Lidzbarski, Ephemeris, III, p. 165.

57P. 215. — Il faut encore citer, dans le district de Djazr, le village de Kaferya, où l’on place des textes égyptiens ; voir Gauthier, Dict. géogr., I, p. 39.

58P. 223. — J. Garstang, Land of the Hittites, p. 9 et pl. XXXV, note Rowanduz pour Rawandan.

59P. 235. — Sur la dérivation de Djaradjima, tiré de Gourgoum, voir Enc. de l’Islam, s. v. On trouve Djordjouma comme centre des Mardaïtes ; cf. Lammens, Syrie, I, p. 81.

60P. 236. — Le P. Dhorme, Rev. Bibl, 1908, p. 503, préfère identifier Lou’oush avec Noukhashshe de la région d’Alep, peut-être Chalcis-Qinnesrin, Cela ne va pas sans plusieurs difficultés que cherche à lever avec ingéniosité Albright, Journal of the Palest. Or. Soc., 1926, p. 86, note 26. Malgré tout, cette hypothèse ne nous paraît pas plus vraisemblable qu’à Weber, dans Knudtzon, op. cit., 1106. Le texte de Baghaz-Keuï dont ce savant fait état (voir aussi ibid., p. 1113) donne comme suite d’itinéraire de Shoubbilouliouma : Noukhashshe, Abina, Kinza. Si, comme on l’admet généralement, cette dernière est Qadesh, au sud du lac de Ḥomṣ, le pays d’Abina est la vallée moyenne de l’Oronte et Noukhashshe, le pays d’Alep.

61P. 237, note 1. — Au lieu de : « voir ci-après chap. IV, 3 », lire : « voir ci-après, p. 464. »

62P. 237. — Venant de Hama, par Sheikhoun et Ma‛arrat es-No‛man, Pietro Della VALLE, II, p. 136, passe par Afis pour gagner Khan Touman et Alep.

63P. 243. — Il faut reconnaître Barqoum dans le Bargun du Voyage de M. d’Aramon écrit par Jean Chesneau, éd. Schefer, pp. 109 et suiv., entre Alep et Aman (Ḥama).

64P. 244. — Sur les textes grecs de Ḥama, voir Lidzbarski » Ephemeris, III, p. 182. Pour Ḥama à l’époque musulmane, voir Sobernheim, Enc. de l’Islam, s. v.

65P. 249. — Pour ce qui concerne le système de canalisation souterraine, fort répandu notamment en Perse (qanat, arez, kahriz), voir Streck, Enc. de l’Islam, s. Kanat.

66P. 252. — H. Lammens, Le chantre des Omiades, p. 140 et Enc. de l’Islam, s. Bishr, identifie le Djebel Bishri avec la montagne Bishr, célèbre par une bataille entre la tribu de Qais et celle de Taghlib.

67P. 255. — La bonne lecture pour Bouḥarra doit être Bakhra d’après Lammens, Enc. de l’Islam, s. v. Le khalife Walid II y trouva la mort.

68P. 255. — Beibars dégarnit Reṣafa en répartissant ses habitants entre Salamiya et Ḥama ; cf. Ibn Esh-Shina, p. 161.

69P. 256, ligne 11. — Au lieu de : « à Occaraba », lire : « et Occaraba ».

70P. 259. — La copie de Rousseau porte « l’an dix », mais comme Clermont-Ganneau l’a observé, il faut rectifier « l’an cent dix », ce qui donne 728-729 de notre ère.

71P. 260-261. — Pietro della Valle (éd. fr. 1745, t. II, p. 176 et suiv.) suit à peu près la même route que Rousseau, mais en sens inverse : Alep, Gibrin (Djibrin), Melluka (Mellouḥa près Sefiré), Achla (1. Hiqla), Siria ou Séria (Isriyé) avec les « vestiges d’une ville ancienne, qui apparemment doit avoir été grande… marbres, des restes de colonnes, de bases et de chapiteaux » (p. 186), Taiba (Ṭayibé), el-Her (Qaṣr el-Ḥeir), Rachba (Raḥeba). Il note, ce qui se retrouve sur les bas-reliefs assyriens, que les indigènes traversent l’Euphrate à la nage « par le moïen de quelques outres enflées de vent, qu’ils s’ajustaient sous la poitrine ».

72P. 264, ligne 16. — Au lieu de : « un peu à l’Ouest de la source », lire : « à l’Est ».

73P. 272, ligne 41. — On pourrait identifier Oneuatha à la localité Awaniyé (Awaniyat) que nous citons p. 279, ligne 4.

74P. 272-273. — Une notice sur Salamiya est donnée par Kramers, Enc. de l’Islam, s. v.

75P. 280. — Sur le soi-disant Qaṣr Yazid à Ḥauwarin, voir Lammens, Enc. de l’Islam, s. Ḥuwwarin.

76P. 289, ligne 9. — Lire : à la trouée du Wadi el-Qarn.

77P. 295-296. — A propos de Berzé, voir lady Burton, Inner life of Syria, chap. X.

78P. 321. — H. Lammens, Enc. de l’Islam, s. v. a repris la question de l’identification de Djilliq et se prononce pour Djillin, à l’ouest de Tell el-Ash‛ari, au nord-ouest de Mouzeirib, probablement par suite du rapprochement phonétique qui n’est rien moins que convaincant, car pour tout le reste Djillin ne convient pas. Ce bourg perdu n’est notamment pas sur la route de Damas vers l’Égypte.

79P. 331. — Voir R. Hartmann, Enc. de l’Islam, s. Djisr Banat Ya‛qoub.

80P. 332-333. — Voir sur Djabiya, résidence principale des émirs djafnides de Ghassan, dite « Djabiya des rois », la notice de H. Lammens, Enc. de l’Islam, s. v. Le savant orientaliste avait déjà remarqué (La Badia et la ira sous les Omaiyades, Mél. Fac. or., IV, p. 91 et suiv.) que c’était le type de l’ancienne irtha = ira bédouine. Il constate ici que les expéditions contre Constantinople entraînèrent le transport à Dabiq du grand camp militaire de Djabiya.

81P. 333. — A deux stades au sud de Gasymeos (Djasim) se tenait un stylite ; cf. G. BARDY, dans Patrol. Orient., XV, p. 191, note 2.

82P. 343. — De Dilli, à Ras el-Ma, part un aqueduc dit Qanatir Fir’aun ; voir Streck, Enc. de l’Islam, s. Ḳanṭara, 6.

83P. 353. — M. Maurice Dunand, Syria, 1926, p. 329, paraît avoir démontré que Djouneiné s’appelait anciennement Orela. Il s’ensuit qu’il ne faut pas restituer Γεν]ήεν[α dans WADD., 2187, mais Оρήελα.

84P. 367. — De la même inscription relevée à Djouneiné, M. Maurice Dunand, Syria, 1926, p. 329, conclut que Shaqqa est la Maximianopolis d’Arabie depuis si longtemps cherchée. Nous avions eu déjà l’occasion de réfuter l’identification proposée avec Souweida ; cf. notre Mission, p. 247, n° 23 et Syria, 1923, p. 170, note 2.

85P. 369. — M. Wollgraff, Syria, 1926, p. 283-284, relève dans un texte grec la mention nouvelle d’un site antique Soudaia.

86P. 373. — Le village de Bousr a reçu l’épithète d’el-Ḥariri en vénération du sheikh ‘Ali el-Ḥariri qui y naquit. Il s’adonna à la musique, au chant, aux jeux de hasard et méprisait la loi divine. Beaucoup de jeunes gens à Damas suivirent sa doctrine et adoptèrent le costume de ses sectateurs. Il mourut dans sa ville natale en 1248, âgé de 90 ans ; cf. Sauvaire, Description de Damas, II, p. 57.

87P. 375. — La forme ancienne Zour‛ ou Zourra permet de placer à Ezra‛ la ville Ziribashani, c’est-à-dire Ziri de Basan qu’on ne savait où localiser. Elle est mentionnée par une lettre d’el-Amarna, qui la signale comme gouvernée par un nommé Artamanya au nom hittito-mitannien (Weber, dans Knudtzon, op. cit., p. 1294). Elle répond à l’égyptien Drbsn ; cf. Burchardt, Die altkan. Fremdworte und Eigen-namen im Aegypt., n° 1232.

88P. 376. — Si l’on remarque que Boṣra apparaît dans les tablettes d’el-Amarna (Weber, dans Knudtzon, loc. cit., p. 1292) sous la forme Buṣruna, il ne sera pas aventuré de supposer que le Khaluni (ibid.) des tablettes représente l’actuelle Khalkhalé à l’est du Ledja‛, citée par ailleurs dans un texte assyrien.

89P. 387. — Le nom de Samakh n’est pas attesté seulement par le talmudique Kefar Ṣemaḥ, mais par la mention de Shamkhouna dans une lettre d’el-Amarna, Knudtzon, n° 225. Sur d’autres rapprochements, voir Weber, ibid., p. 1299.

90P. 408. — Au lieu de Kumiti, lire Kumidi. Les auteurs arabes donnent Kamid comme le chef-lieu de la contrée.

91P. 411. — Temple de Sera‛in ; voir Virolleaud, Syria, 1924, p. 113.

92P. 414. — On trouve confirmation du texte de Strabon dans le Périple de la mer Erythrée, 49, où l’on voit que le vin de Laodicée était exporté jusqu’en ces régions et par la voie d’Alexandrie.

93P. 427, note 2. — Sur Antioche, voir encore le chapitre VI de Ch. Diehl, Justinien.

94P. 431-432. — Sur le Mont Admirable et son nom tiré de saint Siméon le jeune ; voir Diehl, Justinien, p. 575 et suiv.

95P. 442. — Langdon, The (Cambridge Ancient History, 2e edit., I, p. 405, identifie Urshu qui apparaît dans des textes relatifs à Sargon I, avec Arsous (Rhosus), tandis que Dhorme, Rev. Bibl., 1926, p. 543 range Urshu et sa montagne Ibla en Cappadoce.

96P. 442. — Sur le plan d’Alexandrette du xviiie siècle, dans la Collection de croquis de côtes, n° 60 (802) du Dépôt de la Marine, qui m’a été obligeamment communiqué par le commandant Vivielle, Port Bonet (sic) marque manifestement le mouillage d’Arsous.

97P. 445. — Voir encore sur Saktshé-Geuzu, J. Garstang, The Land of t he Hittites, p. 298.

98P. 445-446. — L’Arslan Boghaz est dit aussi le défilé de Bagtshé. La voie ferrée y passe aujourd’hui. Bonne description dans J. Garstang, op. cit., p. 14.

99P. 449. — A propos de Balkis ou mieux Balqis ; voir Moutarde, Nouveaux emblemata provenant de Balqis, dans Mél. Univ. Saint-Joseph, t. XI, p. 185.

100P. 454-455. — A propos de Souriya, Soura ou Sura, signalons que le paragraphe 47 de l’Itinéraire d’Antonin de Plaisance (éd. Geyer) n’est pas en ordre. L’itinéraire passe obligatoirement par Antioche, Chalcis, Ḥarran, Sura, Barba-lissus. Dès lors, il faut lire : et descendentes (de Ḥarran, il descend le cours du Balikh) nos inde venimus in civitate | Suras, per qua civitate media descendit fluvius Eufrata, qui in ipso loco per ponte (le pont de Thapsaque) transitur. | Deinde venimus in civitate | Barbarisso, ubi requiescit sanctus Bacchus, frater sancti Sergii. In ipsa passi sunt sanctus Sergius et sanctus Bacchus, et ad duodecim milia intus in heremo inter Saracenos resquiescit sanctus Sergius in civitate Tetrapyrgio (que nous avons identifiée à Reṣafa). C’est, en effet, à Barbalissus et non à Sura que les deux frères furent martyrisés ; cf. Theodosius, 32, éd. Geyer.

101P. 458. — ‛Ana semble apparaître sous la forme Anat dans un texte égyptien ; cf. Gauthier, Diet, géogr., I, p. 151.

102P. 461. — Sur Biredjik voir Streck, Enc. de l’Islam, s. v., avec la réserve qu’il ne faut envisager qu’une ville de Zeugma et ne la placer ni près de Samosate, ni à Biredjik. Streck explique le nom par « petite forteresse », l’arabe bira, emprunté à l’araméen birta, avec terminaison diminutive turque.

103P. 462. —Mabbog, dans les textes égyptiens, voir Gauthier Did. géogr., II, p. 36 : paboukh.

104P. 462. — Entre la mention d’Aligu par les textes assyriens et le vocable actuel de Ledja ou Ilidjak. il faut placer ’Eλέγεια de Steph. Byz., S. V.

105P. 462 et suiv. — Le Pitru des Assyriens, transcrit pour en égyptien ; cf. Gauthier, Diet, géogr., II, p. 47.

106P. 465. — Sur Qal’at Dja‛bar, voir la notice de R. Hartmann, Enc. de l’Islam, s. Dja‛bar.

107P. 469. — Sur cette région et ses monuments hittites, voir particulièrement J. Garstang, The Land of the Hittites.

108P. 470. — Paripa se retrouve probablement dans les textes égyptiens sous la forme farioua ; cf. Gauthier, Dict, géogr., II, p. 160.

109P. 472. — R. Hartmann, Enc. de l’Islam, s. Duluk.

110P. 474. — Neirab a été l’objet, en automne 1926, d’une fouille très intéressante conduite par les RR. PP. Carrière et Barrois, dominicains de Jérusalem, assistés de MM. André Parrot et Darrous. Le site a principalement été occupé à l’époque néobabylonienne et on y a trouvé de cette époque vingt-cinq tablettes en écriture cunéiforme qui seront publiées prochainement par le R. P. Dhorme.

111P. 475. — Sur Djabboul, voir R. Hartmann, Enc. de l’ Islam, s. v. L’importance de cette région à l’époque amor-rhéenne est attestée par la découverte d’une statue d’un type original, dont on ne connaît encore que la tête ; voir notre article L’art syrien du IIe millénaire avant notre ère, dans Syria, 1926, p. 336.

112P. 480. — Notice sur Saroudj avec bibliographie par Plessner, Enc. de l’Islam, s. Sarudj.

113P. 480. — Il est difficile de localiser les bourgades mentionnées dans le Census de Ḥarran qu’a publié C. H. W. Johns, Assyrian Doomsday Book, 1901. Nous groupons ici les indications à ce sujet d’après Kraeling, Aram and Israël, p. 25 et suiv. Les villes les plus importantes, après Ḥarran, paraissent être Dur-Nabu que Kraeling identifie à Dur au nord de Ḥarran sur le site de l’actuel Anaz (voir Pognon, Inscript, sémitiques, p. 242), Tinuni, Tilabni que Kraeling (p. 64), repoussant l’identification de Maspero avec Orfa, rapproche soit de Tela (Wiranshehir) soit de Tell Anabi tout près de là. Khaurina, peut-être Horrin, au sud de Mardin, d’après Kraeling.

114Dépendent de Ḥarran : Atnu, Badani, Ianata, Saidi, Khansuri, Arrizu, Kapparu. A Balikhi (voir la note suivante) se rattachent Aanata, Bir-nari, Khanuṣaen (actuellement Khenez, l’ancienne Ichnae). Khasame, que Krading, p. 59, identifie à Hossiwe (ouest du Djebel ‛Abd el-‛Aziz), possède Gaduata. Sarugi possède Khanana et Lakheili. Pidna possède Akaru. Sont encore mentionnées : Gadise, Dim-meti, Khadatti, Khaluli, Khalṣu, Khamede, que Kraeling, p. 25, note 1, identifie avec Amida qui est trop éloigné, c’est plutôt Amudis. Puis Khunu, Immirina, Nampigi (Hierapolis), Dikhnunna, Bimusi, Tasume, Tillini, Til Nakhiri. On a rapproché ce dernier de Naḥor de la famille d’Abraham ; ne pourrait-on songer aussi à Tell Maḥré? Sinnaca où périt Crassus (Strabon, XVI, 1, 23) n’a pas encore été identifiée sur le terrain.

115Il faut encore noter dans les environs immédiats de Ḥarran, le bourg de Salamsin que Yaqout, III, p. 122, explique exactement comme signifiant « idole de la Lune », et celui de Tar‛a ‛Ouz « porte de Vénus ». L’un et l’autre étaient un témoignage du culte des Sabiens étudié par Chwolson, Die Ssabier und der Ssabismus, 2 vol., Saint-Pétersbourg, 1856.

116Pour Ḥarran à l’époque musulmane, voir Weir, Enc. de l’Islam, s. v.

117P. 480. — A propos de Tell Maḥré, noter que Yaqout, I, 864 et 869 donne la variante Tell Baḥré. On dénommait également cette localité Tell Balikh et ceci est important parce qu’on peut ainsi identifier Tell Maḥré à Balikhi du Census de Ḥarran. Yaqout en fixe la position entre Ḥiṣn Maslama (ibn ‛Abd el-Malik) et Raqqa. Cette région est mal relevée ; il y aurait lieu d’examiner si un de ces points, notamment Ḥiṣn Maslama ne serait pas à placer à Tell Hishé (Telliche de la carte d’E.-M.).

118P. 481. — Yaqout, I, p. 921, orthographie Tharthar, tandis qu’il écrit Ṭarṭar (III, p. 529) pour le Nahr edh-Dhahab.

119P. 481. — A propos de Dhahabaniya et de Dabana, voir Chowlson, Die Ssabier, I, p. 481, qui reprend la question après Ritter, Erdkunde, X, p. 1124, et XI, p. 252.

120P. 482. — Yaqout, IV, p. 962, notice sur la rivière Hirmas ou rivière de Naṣibin.

121P. 484. — Ch. Fossey, Manuel d’Assyriologie, I, p. 34, lit l’inscription d’‛Araban : « palais de Mushezin-Nusku ».

122P. 484. — La route qui menait de Khelat ou Akhlat — où l’on parlait arabe, persan et arménien, — en Djéziré a été suivie par Nassiri Khorau, éd. Schefer, pp. 21 et suiv., par Arzan, Meyafariqin et Amid. Le voyageur indique deux routes menant d’Amid à Ḥarran, l’une directe par une contrée inculte, l’autre plus longue, « au milieu d’un pays bien cultivé, couvert de nombreux villages dont les habitants professent pour la plupart la religion chrétienne ». Cette seconde route faisait vraisemblablement le crochet par Mardin et Ras el-‛Ain.

123P. 486. — Près de Raqqa, en Mésopotamie, il faut rechercher Tell Zadhan, signalé par Yaqout, I, p. 867.

124P. 490. — Sur les sculptures de Tell Ḥalaf, voir Virolleaud, Syria, 1924, p. 116, à qui nous empruntons la lecture.

125P. 490. — Autant qu’on peut le reconstituer l’itinéraire de Benjamin de Tudèle (éd. Adler, Jewish Quarterly Review, XVII, p. 301-302) est : Alep, Balis, Qal‛at Dja‛bar, Baqqa, Ḥarran, de là en deux jours à Bas el-‛Ain sur le Khabour, puis en deux jours à Nisibis, ensuite à Djeziret ibn‛Omar et en deux jours à Mossoul.

126P. 491. — Cette campagne de Nour ed-din date de 1170. Il l’avait préparée dès 1168 en s’emparant par ruse de Qal‛at Dja‛bar, place réputée imprenable sur l’Euphrate et il donna en échange la ville de Saroudj, la saline de la province d’Alep (Djabboul), la ville dite Bab Biza’a et vingt mille dinars ; cf. Hist, or., II, p. 244.

127P. 491. — Tell Bisme est probablement mentionné dans Yaqout, I, p. 864, sous la forme Tell Basma.

128P. 493. — Voir Streck, Enc. de l’Islam, s. Dunaisir.

129P. 495. — Entre Ḥiṣn Maslama et Baqqa, Yaqout, I, p. 864, signale une localité du nom de Tell A‛far.

130P. 495. — Il ne faut pas confondre Badjarwan (Yaqout, Mo‛djam, I, p. 454, avec Badjadda (ibid., p. 453) également entre Bas el-’Ain et Baqqa. Streck, Enc. de l’Islam, s. Badjadda remarque que c’est là une forme araméenne Bet-Gadda, la « maison du bonheur ».

131P. 496. — Notice sur Sindjar dans Yaqout, III, p. 158. Le même auteur signale (I, p. 465) près de Sindjar le village de Barindjan avec un khan et une source, puis (III, p. 71) le bourg de Sourraq ou Zourraq. Il place (IV, p. 428) Mahlabiya entre Mossoul et Sindjar, dans le district de Tell A‛far ; ces précisions empêchent de penser à un site du même nom au sud de Tell Teneinir (Thannourin). Yaqout, IV, p. 480, cite encore dans les mêmes parages le gros bourg de Marawiza.

132P. 497. — Sur Hatra, voir Enc. de l’Islam, s. Ḥaḍr.

133P. 497. — Steph. Byz., p. 99, 12 et s. Nisibis, donne déjà la prononciation conservée par les auteurs arabes Nasibis, à côté de Nisibis (par assimilation) et de l’intermédiaire Nesibis. Le nom d’Antiocheia Mygdonia n’a pas survécu.

134P. 498. — Yaqout, I, p. 863, donne les deux prononciations Tell A‛far et Tell Ya‛far. Forteresse et gîte d’étape (raba) entre Sindjar et Mossoul, avec de l’eau et une palmeraie.

135P. 499. — Sur Adhrama, voir Yaqout, I, p. 178.

136P. 499. — B. Hartmann, Enc. de l’Islam, s. Djazirat B. ‛Omar, écarte l’identification traditionnelle de Bezabdé avec Sapphé « comme absolument incertaine ». On peut dire « comme erronée ».

137P. 500. — Voir la notice de Stregk, sur Barqa’id, dans Enc. de l’Islam, s. v. La ville fut abandonnée par les caravanes pour Bashazza, un peu plus à l’Ouest. On a prétendu que les ruines de Barqa‛id existaient encore sous ce nom.

Notes

1 Fragm. II, 8 ; cf. Lagrange, Études sur les Religions sémitiques, 2e éd., pp. 414 et suiv., et nos Notes de Mythologie syrienne, pp. 134 et suiv. que nous rectifions en ce qui concerne le héros éponyme d’Ousou. Il n’y a pas lieu d’être surpris que Samemroumos soit une épithète de Tyr ou de son éponyme, puisque, dans les textes du temple d’Eshmoun, Sidon reçoit la même épithète.

© Presses de l’Ifpo, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search