Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Topographie historique de la Syrie antique et médiévale

 | 
René Dussaud

Chapitre VII. La haute Syrie

Texte intégral

1. — De Laodicée à l’embouchure de l’Oronte.

  • 1 G. Rey, Les Périples des côtes de Syrie et de Petite Arménie, dans Archives de l’Orient latin, II, (...)

1Entre Lataquié et Alexandrette, la côte, dominée par les massifs du Casius et de l’Amanus, est riche en havres qui étaient utilisés par les anciennes marines. Rey s’est attaché à identifier les ports de l’époque des croisades1 ; mais il ne s’est pas occupé des sites antiques et ceux-ci étaient encore plus nombreux. Les indications que nous donnons ici sont fondées, notamment, sur une visite des lieux exécutée en l897 et dont les résultats sont restés inédits ; elles n’ont pas d’autre objet que d’inciter à une exploration minutieuse qui, seule, permettra de lever les difficultés que présentent les textes.

  • 2 Steph. de Byz., S. V. Laodikeia. Au sujet de la légende qui cherche à expliquer ce vocable, voir Pa (...)
  • 3 Malalas, éd. de Bonn, p. 203.
  • 4 Voir Honigmann, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. v.
  • 5 W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, pl. LXVII.
  • 6 Notamment l’arc de triomphe qu’on attribue à l’époque de Septime Sévère et qui est décrit dans Vogu (...)
  • 7 Strabon, XVI, 2, 9. Voir la curieuse borne du « jardin d’Adonis » publiée par Haussoullier et Ingho (...)

2Laodicée aurait porté jadis le nom de Leukè Aktè et plus anciennement celui de Ramitha2, d’allure sémitique, aussi celui de Mazabdan3, de forme araméenne ou perse. L’importance de Laodicea ad mare4 à l’époque grecque et romaine est attestée par ses monnaies5, par les vestiges antiques qu’elle conserve6, et par la description de Strabon : « ville très bien construite sur le bord de la mer, avec un bon port et un territoire fertile, particulièrement riche en vin. Elle fournit à la population d’Alexandrie la plus grande partie du vin qu’elle consomme. La montagne qui domine la ville est couverte de vignes presque jusqu’au sommet qui est, d’ailleurs, très éloigné de Laodicée. La montagne s’élève, en effet, peu à peu tandis qu’elle surplombe à pic la ville d’Apamée7. »

  • 8 Sur Laodicée à l’époque des Croisades, voir Rey, Col. fr., p. 343 et suiv. ; Heyd-raynaud, Hist. du (...)
  • 9 Raoul DE Caen, Gesta Tancr., Hist., occ., III, p. 706.

3Encore à l’époque des croisades8, Laodicée conservait le souvenir de son glorieux passé, comme l’atteste Raoul de Caen : Urbs ea sicut hodie ex minis ipsius deprehendere est, quondam nobilis, ecclesias, populum, opes, turres, palatia, theatra et hujusmodi quae habent aliae, inter alias cuncta habuit praeclara. Excipio Antiochiam : nulla per circuitum urbs tanta priscae nobilitatis reservat insigna. Columnarum ordo multiplex, aquae per abrupta ductus, turrium ad astra eductio, effigies per compita excubantes, omnia, pretiosae ars et materia, de praeterito praesenti, de integro dirutae, de populosa desertae testimonium perhibent, utpote post tot soles, post tot grandinês, opus adhuc insigne. Hujus longitudinem terminant ad ortum tumulus, ad occasum mare ; latitudinem hinc inde planities ; per circuitum aut murus aut ruina9. »

  • 10 Hist., or., IV, p. 361.
  • 11 Peut-être était-ce Deir el-Farous.

4On pourrait supposer que cette description n’est qu’un morceau de style ; il n’en est rien, car ‛Imad ed-din, à la suite de la conquête de Saladin et des dégâts qu’y commit son armée, remarque : « Je l’avais vue jadis : c’était une ville vaste, riche en édifices bien bâtis et de belles proportions ; il ne s’y trouvait pas de maison sans jardin, ni d’emplacement sans construction ; partout des demeures en pierres de taille, des portiques de marbre aux arcades solides, des habitations construites d’après les règles de l’art, aux toitures élevées ; des arbres fruitiers à portée de la main ; des marchés étendus ; une lumière brillante, de larges horizons et un climat salubre. Mais notre armée a ruiné cette prospérité et fait disparaître cette splendeur ; nos émirs s’emparant de ces beaux marbres, les ont fait transporter dans leurs maisons en Syrie ; ils ont altéré la beauté des édifices et terni leur éclat10. » Il y avait notamment une ancienne et grande église sise hors de Laodicée11, en porphyre et en marbres de diverses couleurs, qui fut mise au pillage, mais fut rendue au culte chrétien.

  • 12 Ibn Baṭouṭa, Voyages, éd. Defrémery et Sanguinetti, I, p. 183. Lire Farous, au lieu de Favous, dans (...)

5Au dire d’Ibn Baṭouṭa, un grand couvent s’élevait dans le voisinage de la ville, le Deir el-Farous. Il était visité par les chrétiens de tous les pays et les musulmans y recevaient l’hospitalité. Aussi les moines, qui se nourrissaient de pain, de fromage, d’olives, de vinaigre et de câpres, passèrent sans encombre à travers les événements qui accablèrent la malheureuse cité12. Ce couvent est à chercher sur le tell Farous, entre Lataquié et Bisnada.

  • 13 Voir son commentaire à Stadiasme m. m., 138, dans l’éd. Didot. Beer, dans Pauly-Wissowa, Realenc., (...)
  • 14 Stad. m. m., 142 : Ἀπò ‛Hραxλείας ἐπì Ποσείδιον τòν έπίτομον, στά-διοι ρ’.

6A s’en rapporter au Stadiasme, il semblerait que la première ville qu’on dût rencontrer après Laodicée fut Héraclée. C. Müller a bien vu que c’était impossible. D’abord les 20 stades qui auraient séparé les deux villes ne peuvent en aucun cas être valables, étant trop faibles. Un peu plus loin, le Stadiasme mentionne à nouveau Héraclée dans des conditions qui témoignent que cette ville était plus éloignée de Laodicée. D’ailleurs, Pline cite, entre Laodicée et Héraclée, la ville de Diospolis et, bien qu’on ignore la position de cette dernière, ce fait tend à écarter Héraclée de Laodicée. La correction de C. Müller portant la distance entre ces deux villes, en ligne droite, à 120 stades, est peut-être un peu forte13 ; elle s’accorde, en gros, avec les données de Ptolémée qui situent Héraclée environ à mi-route entre Laodicée et Posidium ; elle s’accorde également avec la distance de 100 stades qui, d’après le Stadiasme, sépare en ligne droite Posidium d’Héraclée14.

  • 15 Non Nahr Wadi Qandil comme note M. Hartmann sur sa carte. Ce cours d’eau assez important à son embo (...)
  • 16 M. Hartmann, ZDPV, XIV, p. 195. Une église voisine porte le nom de Keniset el-Kamlak.
  • 17 La carte E.-M. 1920 note en ce point : « Port de Kavchid ». Nous ne voulons pas faire état de l’ass (...)

7Dans ces conditions, Héraclée doit être cherchée au sud du Wadi Qandil15, en un site voisin de celui que nous attribuons ci-après à Pasieria. Il n’y a guère de disponible que Kara Keuy de la carte E.-M. 1920, plus exactement Qaraqol d’après M. Hartmann16 ou encore, comme nous l’avons noté sur les lieux, Qaragöl, c’est-à-dire le « lac noir ». Mais il n’y a aucun lac en ce point et ce vocable turc pourrait bien être à l’origine Qaraqol, appellation fréquemment donnée aux postes de douaniers sur la côte. Le port était constitué par l’anse abritée, au pied de Qaraqol17.

  • 18 Steph. Byz., S. v. Il existait encore une Héraclée de Phénicie et une autre de Syrie.

8A partir de ce point on entre dans la région montagneuse qui, jusqu’au-delà du Ras el-Khanzir, reçut à l’époque hellénistique le nom de Piérie et précisément Stéphane de Ryzance cite notre Héraclée sous le nom d’Héraclée de Piérie18.

  • 19 Pline, H. Ν., V, 17.

9La première ville antique après Laodicée était donc Diospolis, d’après le" texte de Pline19. Or, au sommet du Ras Ibn Hani, nous avons reconnu l’emplacement d’un temple, enfoui sous deux mètres de décombres et, non loin de là, les restes d’un ancien amphithéâtre qui signalent les approches d’une ville ancienne, très probablement Diospolis.

  • 20 Rey, Col. fr., p. 341 et Les Périples, dans Archives de l’Orient latin, II, 1, p. 334 ; Röhricht, Z (...)
  • 21 Cart, gén., I, p. 267 (acte de 1168) ; voir ci-après le récit de Wildbrand d’Oldenburg à l’occasion (...)

10Après avoir conṬourné le Ras Ibn Hani, on trouve une baie ouverte au nord, appelée el-Qebban, près de laquelle se voient des constructions chrétiennes. Immédiatement à l’est et séparé de cette baie par une pointe rocheuse, s’ouvre un port que Rey a identifié avec celui de Glorieta des portulans20. L’endroit est bien arrosé, ce qui répond à cette indication relevée dans une charte du moyen âge : « Glorieta... et cum fonte qui adaquat gardinos21 ». La carte de M. Hartmann désigne ce cours d’eau sous le nom de « Sakiyet ras en-neba’ » ; on nous a indiqué celui de « Sakiyet Mousé ».

  • 22 Stad. m. m. , 139 : Κάμψαντι δὲ τò ἀxρωτήριον λιμήν ἐστι xαλούμενος Λευxός στάδιοι λ’. Ce chiffre e (...)

11A moins de 2 kilomètres plus au Nord, s’ouvre un autre port, appelé aujourd’hui « Mina el-beiḍa », le « port blanc ». Nous proposons de l’identifier au « Leukos Limen » du Sta-diasme22.

  • 23 Ibid., 140 : ’Aπò Λευxου Λιμένο ἐπι xώμην xαλουμένην Πασιερίαν στάδιοι λ’. Chiffre trop faible ; pe (...)
  • 24 Rey, Les Périples, Arch. Or. lat, II, p. 335.
  • 25 Ritter, Erdkunde, XVII, p. 1 108.
  • 26 Anne Comnène, Hist., gr., I, 2e part., p. 181 ; Honigmann, n° 277, rapprochant ce vocable de Pherep (...)

12Plus au Nord, à vingt minutes N.-O. de Bourdj eṣ-Ṣleyib, au S.-O. d’eṣ-Ṣleyib, sur le versant nord du promontoire qui s’avance dans la Méditerranée et a nom Ras el-Fasri, s’ouvre le port dit Mina el-Fasri, qu’il est surprenant qu’on n’ait pas encore identifié avec la Pasieria du Stadiasme23. On y distingue nettement le port antique, abrité au Nord par une petite île toute en longueur. Peut-être était-il fermé à l’Est, l’entrée étant à l’Ouest. Dans le voisinage immédiat nous avons relevé trois puits anciens de bonne eau. Une route antique réunit Rourdj Ṣleyib à Mina el-Fasri. Comme Rey l’a reconnu, ce dernier est le Fexere ou Fexero des anciens portulans24. Pococke a signalé ce site sous le nom de « Minet el-Bourdj » avec les restes d’une ville antique25. Peut-être faut-il reconnaître la même ville, avec métathèse dans la Φερέσιx ou Φέρσια, citée par Anne Comnène à la suite de la montagne admirable et immédiatement avant la forteresse de Saint-Élie que nous avons identifiée avec la Ṭour de ce nom à Laodicée26.

  • 27 Cart. gén., I, p. 490 ; Rey, Col. fr., p. 339 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263. L’identification de Rey (...)
  • 28 Röhricht, ZDPV, XII, p. 34, propose Ferzala dans le sud d’Antioche ou Ferferi.

13C’est aussi à Pasieria-Fasri que nous placerons le casal Fassia, en nous fondant notamment sur ce qu’il devait être situé au bord de la mer : « Concedo etiam eis in principatu Antiochie casale Fassia cum guastinis et divisis et pertinentiis suis in terra et in mari27 ». On peut se demander encore s’il ne faut pas également en rapprocher Faxias28.

  • 29 Nous lisons Stad. m. m., 141 : ’Aπò τῆς xώµης (i. e. Pasieria) ἐπ’ ἄxραν Ποσείδιον (ms. Πολιάν) xαλ (...)

14Après Pasieria, le Stadiasme cite un promontoire appelé Polia où nous soupçonnons une erreur de copiste. Le texte est ici tout à fait en l’air et le plus simple est de corriger Polia en Posidium. La distance, obtenue par cette correction, de 120 stades séparant Pasieria du cap Posidium est exacte29.

  • 30 Ritter, Erdkunde, xvii, p. 1 109.
  • 31 Instructions nautiques, Côte de Syrie, p. 624.

15On a depuis longtemps identifié le Ras el-Basiṭ avec le cap Posidium30. A l’est du cap existe un excellent mouillage jusqu’à l’île, appelée sur nos cartes marines île Pigeon31. Le port antique est à l’est de l’île Pigeon : il subsiste les restes d’un vieux môle.

  • 32 Ibid., p. 624.
  • 33 Th. Reinach, Journal des savants, 1905, p. 556.

16Quand on venait de Chypre et qu’on reconnaissait la côte de la Syrie du Nord, on cherchait naturellement la pointe de Posidium que les marins définissent comme terminant « au sud, la baie d’Antioche »32. D’autre part, le mouillage est excellent puisque la flotte d’Ibrahim Pacha y prit ses quartiers d’hiver en 1839 ; aussi a-t-il offert à deux reprises, dans l’antiquité, une base pour l’attaque de Séleucie. L’expression de « Calais ptolémaïque », que M. Th. Reinach a pittoresquement appliquée à Séleucie de Piérie, conviendrait mieux encore à Posidium qui est le port de Syrie le plus rapproché de Chypre33.

  • 34 Diodore de Sicile, XIX, 79 : ἐxπλεύσας ἐπ Συρίας τῆς ἄνω xαλου-µένης.
  • 35 Ainsi Droysen, Hist., de l’hellénisme, trad. Bouché-Leclercq, II, p. 337 ; cf. Bouché-Leclercq, His (...)
  • 36 Strabon, XVI, 2, 8 : ἐxπλεĩτο δ’ ἡ Σελεύxεια πρóτερον Ὕδατος Ποταοµί.
  • 37 Chapot, Séleucie de Piérie (extr. des Mémoires de la Soc. nat. des Antiquaires de France, t. LXVI), (...)
  • 38 On pouvait en douter avant d’en retrouver mention dans Diodore ; cf. Chapot, ibid., p. 5 qui, citan (...)
  • 39 Chapot, ibid., p. 64, n. 3 remarque : « La topographie de Séleucie est à ce point accidentée que le (...)

17En 313 av. J.-C, Ptolémée, venant de Chypre et se dirigeant vers la Syrie du Nord34, prend d’assaut et pille Ποσίδειον xαι Ποταμοὺς Καρῶν. Quand les historiens modernes relatent cette expédition, ils se contentent d’identifier le premier vocable avec Posidium35 ; mais le second, resté indéterminé, est d’un non moindre intérêt si, comme nous le conjecturons, le texte de Diodore de Sicile doit être corrigé et lu : Ποταμοὺς [Ὑδ]ά[τ]ων car, dans ce cas, nous retrouverions le nom ancien de Séleucie de Piérie36. Et cela est assez naturel, puisque le nom de Séleucie n’a été donné à cette ville qu’en 301 /30037. Il en résulte que le site même était habité et offrait, dès avant la colonisation grecque, une certaine importance38. Ce nom, assez inattendu pour une ville, lui vient des trois torrents, dont deux enserrent la ville et le troisième la traverse39.

  • 40 La localisation en Syrie de ces villes, citées par le papyrus de Gourob, est due à M. Holleaux, Bul (...)

18La même manœuvre est opérée par la flotte égyptienne sous Ptolémée III Evergète lorsque, après s’être emparée de Posidium, elle se rend de là à Séleucie40. La première de ces places était fortifiée, car le papyrus de Gourob la qualifie de φρούριον, ce qui correspond aux Posidi turres de Priscien dans le passage que nous citons ci-après.

  • 41 Hérodote, III, 91 : Ἀπò δὲ Ποσειδηιου πόλιος, τὴν Ἀμφίλογος ὁ Ἀμφιάρεω οἴxισε ἐπ’ οὔροισι τοĩσι Κιλ (...)
  • 42 Voir les rapports d’Amphiloque avec Mallus.
  • 43 Strabon, XIV, 5, 17.

19Il faut éviter de confondre le Posidium situé entre la Cilicie et la Carie avec le nôtre, que les anciens désignent comme placé sur les confins de la Cilicie et de la Syrie, parce qu’ils font souvent descendre la Cilicie jusqu’au Ras el-Khanzir. C’est bien au Posidium de la côte syrienne qu’il faut rapporter le renseignement d’Hérodote, qui en attribue la fondation à Amphiloque, fils ’Ampniaraos41, ce qu’on doit interpréter en disant que cette ville était un poste fortifié installé par des marins de la côte d’Asie42. Le renseignement d’Hérodote est confirmé par Strabon, quand il signale que, d’après certains auteurs, Amphiloque, après son différend avec Mopsus, se serait réfugié en Syrie et même y serait mort43.

  • 44 Strabon, XVI, 2. 8 et 12 ; Pline, H. Ν., V, 18 ; Ptolémée, V, 13, 13.

20Posidium de Syrie n’est pas seulement mentionnée par les grands géographes44, mais également par les petits géographes qui la citent avec Tripoli, Orthosia, Marathus et Laodicée :

  • 45 Priscien, Perteg., v. 856.

Et pinguem Tripolim, necnon Orthosia sacram
Laodicen pariter positam prope littus amoenum,
Et Posidi turres, et Daphnes optima tempe45...

  • 46 Van Berchem, Voyage, I, p. 250; Röhricht, ZDPV, p. 262, note 11.

21Les ruines actuelles, notamment les murailles doivent, en partie, dater de l’époque arabe. Van Rerchem a cité un passage d’Ibn Ἁbd er-Raḥim qui mentionne « le port de Basiṭ » et la localité voisine de Malouniyé46 ; celle-ci reste à identifier.

  • 47 La correction de C. Müller, enregistrée dans la note suivante, est indiquée dans son édit. des Geog (...)

22Faut-il, à la suite de Posidium, faire place à une ville maritime du nom de Sidonia ? Nous ne le pensons pas et nous croyons que C. Müller a très judicieusement corrigé le texte du Stadiasme en substituant à Sidonia le terme Poseidonia qui, ici, est spécialement affecté à la ville tandis que Posidium désignerait le sanctuaire du dieu et le cap47.

  • 48 Stad. m. m., 143 : Ἀπò δὲ τῆς ἄxρας τῆς (ms. τοῦ) ἐπì Ποσειδίoυ εἰς πόλιν Ποσειδωνίαν (ms. Σιδῶνα) (...)

23Entre autres conséquences, il en résulte que la montagne, appelée Thronos par le Stadiasme, est celle d’où part le cap Posidium, c’est-à-dire celle qui s’élève au sud du Casius, celle que Strabon appelle l’Anti-Casius48 et que la carte E.-M. 1920 dénomme la montagne de Kara Douran.

  • 49 Cité par E. Miller, Périple de Marcien d’Hécatée, etc., Paris.

24La même correction doit être apportée à un passage de Nicéphore Blemmyde49, d’après lequel le golfe d’Issus se serait aussi appelé golfe de Posidonia : Ὁ πόντος πρòς βοῤῥᾶν. Ποσειδωνιάτης (ms. Σιδονία) xαλεῖται, xαì Ἰσσικòς xόλπος. Ainsi, il n’y a pas à chercher dans ces parages une ville de Sidonia ou Sidon.

  • 50 Stad. m. m., 144 : Ἀπò Ποσειδωνίας (ms. Σιδωνίας) πόλεως εἰς τόπον ὁρίζοντα τò Κάσιον, xαλούμενον δ (...)
  • 51 Pline,H. N., V, 17 donne l’énumération suivante : Tripoli, Orthosia, l’Eleuthère, Zimyra, Marathus, (...)
  • 52 Rey, Les Périples, p. 333.

25Le premier mouillage qui se présente, en remontant vers le Nord, est celui de la baie de Kesab, bien abritée entre le Casius et l’Anti-Casius. Au fond de la baie, on remarque des ruines et quelques habitations qu’on nomme Qara Douran. Nous proposons d’identifier ce site avec Chaladros, Ghaladro-polis ou Charadrus, que le Stadiasme place au pied du Casius50. Cette identification donne raison au Stadiasme contre Pline qui reporte Charadrus entre Héraclée et Posidium51. Avec beaucoup de vraisemblance, Rey place dans la baie de Kesab le Portus Vallis du moyen âge52.

  • 53 Rey, Col. franques, p. 348. On ne voit pas pourquoi Hagen-Meyer, Galt. Bella Antioch., p. 256 et su (...)
  • 54 Cart., gén., I, p. 271 ; Rey, Col. fr., p. 330 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 262 et Reg., add., n° 428 où (...)
  • 55 Pourrait être Karsanbol de la carte E.-M. 1920, à une vingtaine de kilomètres au sud d’Antioche.
  • 56 Röhricht, ZDPV, X, p. 236, suppose que Colcas est la déformation de Colocassia. Nous préférons adme (...)
  • 57 Ces trois localités et la suivante sont citées dans Cart., gén., I, p. 491-496 ; Rey, Col. fr., p. (...)
  • 58 Röhricht, Reg., add., n° 649 propose d’identifier Meunserac avec Mishraqiyé, près Souweidiyé (Séleu (...)
  • 59 Rey, Col. fr., p. 349, croit le trouver dans H’skrou près de Safkoun, dans la vallée du Nahr el-Keb (...)

26Cette région du Casius, le mont Parlier des Francs53, renferme quelques localités mentionnées dans les textes du moyen âge. Parmi ceux qui restent à identifier, signalons Avotha54, non loin de Lataquié, Casnapor55, Colcas56 et Corconai57, peut-être Meunserac58. On ne sait où placer Psichro59.

  • 60 Gautier le chancelier, Bella Antioch., II, 9 ; cf. l’éd. Ha-genmeyer, p. 259, notes 8 et 17 ; Guill (...)
  • 61 Röhricht, Kön. Jer., p. 137.
  • 62 L’identification se trouve déjà dans Hist., occ., I, p. xxxvii ; Rey, Col. fr., p. 335.

27Quand on venait de Tripoli par la côte, on pouvait de Laodicée gagner Antioche par Lator et Casambelle60 : c’est la route que suivit le roi Baudouin lorsqu’en 1119 il accourut au secours d’Antioche. Röhricht a ingénieusement supposé que « la Tor » était la traduction d’el-Bourdj, village à la hauteur du Ras el-Fasri61 ; l’hypothèse est peut-être trop ingénieuse. Il est vraisemblable que le vocable – en réalité, Bourdj eṣ-Ṣleyib – est récent et que la localité portait encore le nom de Pasieria ou Fasri au moyen âge. Mais il y a une autre route menant de Laodicée à Kesab : elle emprunte d’abord la route d’esh-Shoghr, s’en détache pour traverser Bahlouliyé et remonter la vallée du Nahr Zegharo, affluent de droite du Nahr el-Kebir. Or, cette route, si nous en jugeons par la transcription française de la carte de l’E.-M. 1920, passe par le village de Torosse, site important puisqu’il donne son nom à tout un district. Si la transcription est exacte, on peut en rapprocher Lator. Quant à Casambella, on y a depuis longtemps reconnu Kesab au pied du Casius62.

  • 63 Röhricht, Reg., add., n° 151b; Cart. gén., I, p. 89.
  • 64 Steph. Byz. s. v. dont la mention n’est peut-être pas sans rapport avec le Casius, si l’on peut adm (...)
  • 65 Cart., gén., I, p. 131 ; Röhricht, Reg., add., n° 234a.
  • 66 Röhricht, ZDPV, X, p. 262 note 11 ; cf. plus haut.

28On a proposé de rapprocher le casal Acre du Djebel el-Aqra’ ou Casius63. Stéphane de Byzance mentionne, près d’Antioche, une ville du nom d’Akra64. Peut-être faut-il chercher entre Laodicée et Antioche une « abbatia in colle Rivira sita »65 et le casal Melida66, probablement Melend.

  • 67 Idrisi, p. 23 ; Le Strange, p. 448. Dans Qodama, éd. de Goeje, p. 255 du texte et p. 195 de la trad (...)
  • 68 Blochet, ROL, IX, p. 38, note 4, lit Hiṣn Herbah : il s’agit bien de la même localité puisqu’elle e (...)

29Dans la région du Casius s’élevait la ville et forteresse de Ḥiṣn el- Ḥiryadha ou el- Ḥiryada, ou ercore el-Hiryadha67, qui n’a pas été identifiée. La distance donnée par Idrisi de quinze milles, qui sépare cette ville de Souweidiyé, et celle de dix-huit milles, qui la sépare de Laodicée, répondent approximativement à la position du gros bourg moderne d’el-Ourdou, dans le voisinage et au sud-est de Kesab. Nous proposons d’identifier les deux vocables en considérant que la forme intermédiaire est peut-être fournie par Ḥadji Khalifa sous la graphie : Ḥiṣn Herdah68.

  • 69 Röhricht, Reg., add., n° 576 ; cf. Rey, Col. fr., p. 333.
  • 70 Röhricht, Reg., add., n° 576, propose Boustan er-Ras, au S.-O. d’Antioche, pour Bussudan, ce qui n’ (...)
  • 71 Röhricht, ibid., propose d’identifier avec el-Fillit des environs d’Antioche, vers le lac.
  • 72 Röhricht, ibid., hésite à proposer Kukaya, à l’est de Marqab, pour Cuccava. De fait, on attend plut (...)
  • 73 Röhricht, ZDPV, X, p. 224 propose un des nombreux mezra’a, « ferme », alors qu’il est évident que c (...)
  • 74 Rol, VII, p. 152 ; Röhricht, Reg., add., n° 605a.

30Bexa est vraisemblablement l’actuelle Bezga69, sur les pentes N.-E. du Casius ; cette localité figure dans un acte de 1178 avec les casaux Bussudan70, Felix71 et Cuccava72, Miserach73. Nous citerons encore Sossim, à rechercher probablement entre Laodicée et Antioche74.

  • 75 Laurent, Perigr., p. 171.

31La limite linguistique, qui part de Bas Ibn Hani pour se diriger vers Antioche, était sensiblement la même en 1211, lors du passage de Wilbrand d’Oldenburg : « Inde (de Laodicée) transivimus quoddam casale bonum Gloriet appellatur, et quosdam fines ad montana (le Casius) a Turcis inhabitata. Isti sunt homines silvestres, habitu et moribus Boideuinis quos nos vocamus, Arabibus similes, non habitantes sub tectis, fundas tantum pro armis habentes75 ».

  • 76 Strabon, XVI, 2, 8 : εἶτα (après l’embouchure de l’Oronte) τò Nυµφαῖον, σπήλxιóν τι ἱερóν. Stad. m. (...)
  • 77 M. Hartmann, Das Liwa Haleb, dans Zeitschrift des GeseUsch. für Erdkunde zu Berlin, 1894, p. 160 : (...)
  • 78 Ritter, Erdkunde, XVII, p. 1 111.
  • 79 Chapot, Séleucie de Piérie, p. 1 note, du tir. à part, d’après Malalas, éd. de Bonn, p. 270.
  • 80 Cafaro, Hist., occ., V, p. 65 ; Hagenmeyer, Chron., n° 575.

32Au delà du Casius, à une petite distance au sud de l’embouchure de l’Oronte, Strabon place un lieu appelé Nymphaeon où l’on montrait une caverne sacrée76. Nous pensons qu’elle s’identifie avec la caverne, appelée el-Ḥammam77, qu’on peut atteindre soit par la petite anse de Qarabdjaq, au nord du Casiusetoù l’on peut jeter l’ancre quand la barre de l’Oronte est trop difficile à franchir78, soit par la route de Séleucie au Casius. Le caractère sacré de ce lieu s’est longtemps maintenu puisqu’on y trouve les ruines d’une église. L’anse de Qarabdjaq forme un petit port qui pourrait être le Bytyllion qu’on signale près de Séleucie79. C’est elle encore que paraît viser Cafaro : « juxta Sulinum in plagia Sancti Parlerii »80.

2. — Les environs d’Antioche.

  • 81 Winckler, Altor. Forschungen, I, p. 9 ; Dhorme, Les pays bibliques et l’Assyrie, p. 26.

33La plaine d’Antioche est aujourd’hui, en partie, envahie par les eaux. A l’époque assyrienne, elle constituait le centre du royaume d’Unqi, souvent cité81, et dont le nom est encore affecté sous la forme el-Ἁmq, à la région de Ḥarim.

  • 82 Les textes réunis par Benzinger dans Pauly-Wissowa, Realencyci, s. Amyke ; voir Streck, Encycl. de (...)

34Quand les Grecs y arrivèrent avec Alexandre, cette plaine était le domaine des Kurdes nomades, qu’on s’ingénia à rattacher au rameau grec en faisant de Gordys le fils de Triptolème82. Ces Kurdes s’étaient probablement introduits dans cette région à la suite des armées assyriennes et après la destruction des états qui florissaient dans la contrée. Ils y vivaient, comme les Turcomans de nos jours, d’élevage, de chasse, de récoltes hâtives et de bonnes aubaines. Séleucus maîtrisa ces nomades et les rendit sédentaires : ce fut le principal titre de ce roi à la vénération des habitants d’Antioche et l’origine, pour la ville, d’une prospérité remarquable qui eut pour conséquence le développement de Séleucie.

35Les légendes identiques, qui cherchent à expliquer le choix par Seleucus Nicator des emplacements de Séleucie de Piérie, d’Antioche et d’Apamée, se sont développées auṬour des cérémonies sacrificielles dont s’accompagnait toute fondation de cité ou même tout changement de nom. Elles ne doivent pas nous masquer l’idée politique du premier roi séleucide, qui était de constituer des centres urbains puissants afin de stabiliser les nomades de la région et de les plier à un gouvernement régulier.

  • 83 Il est tout à fait improbable qu’Antigonie, comme le propose Droysen, Hist., de l’Hellén., trad. Bo (...)

36Antigone eut le premier l’idée de cette œuvre, dont les conséquences devaient être si importantes, par la fondation, en 307 av. J.-c., d’Antigonie83, au sud-ouest du lac d’Antioche, et l’agrandissement d’une forteresse sur l’Oronte à laquelle fut donné le nom de Pella en souvenir de la ville macédonienne. Quatorze ans de luttes incertaines contre Antigone semblent avoir disposé Seleucus à effacer jusqu’au souvenir de celui qui l’avait chassé de Babylone. L’emplacement de Pella ne pouvait être changé sans désavantage, du moins Seleucus lui imposa le nom de sa femme Apamée. Quant à Antigonie, les habitants furent transplantés à Antioche et la ville perdit si bien toute importance qu’on n’en a pas encore retrouvé les ruines.

  • 84 Cela résulte des observations d’Ibn el-Athir, Hist., or., II, p. 224.

37La fortune d’Antioche devait survivre à la dynastie séleucide. Cette capitale deviendra la grande métropole chrétienne de la Syrie et, par suite, l’objectif de toutes les grandes luttes entre Byzantins et Perses, puis Byzantins et Arabes. Les Croisés s’en rendent maîtres le 2 juin 1098 et elle devient la capitale d’une principauté importante. Il est remarquable qu’après la perte successive de la ligne avancée des postes frontières représentés d’abord par Athareb (pris en 1130), puis par Ḥarim (août 1164), Antioche n’ait pas succombé plus tôt sous l’attaque des Musulmans. Si Nour Eddin et Saladin, qui en avaient le moyen, n’ont pas poussé leurs avantages jusqu’à s’emparer de la célèbre cité, c’est que la fiction s’imposait à eux de reconnaître l’empereur des Grecs comme le maître d’Antioche et que la chute de cette métropole chrétienne devait entraîner son intervention84.

  • 85 Pour la période antique, le travail fondamental est toujours K. O. Müller, Antiquitates Antiochenae (...)
  • 86 Actuellement Bet el-Ma ; cf. Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. v. ; Honigmann, n° 153. Su (...)
  • 87 Lammens, Promenades dans l’Amanus, p. 61.

38Le sultan Beibars s’en empare en 1268, incendie la ville, tue ou déporte sa population. Depuis, Antioche n’est plus qu’une modeste bourgade85 et Daphné une ruine86. L’importance religieuse de la métropole survit dans les titres de six patriarches au titre d’Antioche, mais aucun n’habite plus cette ville87.

  • 88 Steph. Byz., S. V.
  • 89 Ces localités sont, sauf indication contraire, citées par REY, Col. fr., s. v., ou par Röhricht, ZD (...)
  • 90 Ce pourrait être Beira, près de Qal‛at ez-Zau (Qoṣeir), village actuellement peuplé de Noṣairis. Su (...)
  • 91 Cavea de Memboa, dans un acte de mars 1181, non loin de l’Oronte : Cart. gén., I, p. 406-407 ; Röhr (...)
  • 92 L’identification de Röhricht, ZDPV, X, p. 220, avec Audjil, à l’ouest d’Alep, a contre elle l’éloig (...)
  • 93 Röhricht, Reg., add., n° 1317a.
  • 94 Rol, VII, p. 152 ; Röhricht, Reg., add., n° 605a.
  • 95 Röhricht, ZDPV, X, p. 224.
  • 96 Land, Anecdota syriaca, I, p. 15 ; A. Carriere, Annuaire de l’École des Hautes Études (sect., philo (...)

39Dans les environs immédiats d’Antioche, on n’a pas encore identifié la Thrakôn komè, qui remonte probablement aux Séleucides88, ni les localités suivantes de l’époque franque89 : Burio90, Figénie, Lebebie, Memboa91, Merdic., Oschi92, Saint-Paul, la Pie93, le casal Phargaala « in plano Antiochiæ »94. On a voulu retrouver le village de Amis à Djamous95 à l’ouest de Ḥarim ; c’est bien plutôt Amous mentionné dans un texte syriaque comme un village voisin d’Antioche qui fut brûlé, en 573, par Chosroès avec l’église de Saint-Julien96.

  • 97 Rey, Col. fr., p. 330 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 265.
  • 98 Hagenmeyer, Gal. Bella Antioch., p. 319.
  • 99 Röhricht, ZDPV, X, p. 229. Carcasia pourrait être la même localité que Colcas, que nous avons placé (...)
  • 100 Anne Comnene, Hist., grecs, I, 2e part., p. 181. Un manuscrit syriaque donne la forme Douqsa ; cf. (...)
  • 101 Raoul de Caen, Hist., occ., III, p. 650 ; cf. ibid., p. 641 : « Jam proxima fluvio, qui Balenae opp (...)

40Appartenaient au diocèse d’Antioche sans qu’on puisse préciser davantage : Assis97 qui, avec Ursan et Melessin, est désigné comme situé dans la montagne d’Antioche98, Baldadia, Carcasia, Norsinge99. Dans l’énumération des lieux concédés par l’empereur de Byzance à Boémond, on trouve entre Séleucie et la montagne Kaukas, donc vraisemblablement la plaine fertile de Souweidiyé, sous la forme τò Δούξ100. Nous trouvons dans Raoul de Caen la confirmation de cette hypothèse : « Duci Sedium (Séleucie, Souweidiyé) contigerat copiosa, populosa civitas et vinosa. Vallem propin-quam tenebat Flandriae comes, in qua Balena, Bathemolin, Corsehel, Barsoldan oppida erant, praeter haec complura : inde est quod adhuc illa dicitur Vallis Comitis, sicut etiam Sedium, Ducis civitas »101.

  • 102 Déjà dans Hist., occ., I, p. xxxii, sans préciser la position, non plus dans Rey, Col. fr., p. 337.
  • 103 Van Berchem, Voyage, I, p. 241 et suiv., avec une monographie très complète, qui rectifie notamment (...)

41Au sud d’Antioche, l’importante forteresse de Cursat, construite par les Francs et où, depuis longtemps, on avait reconnu le Qoṣeir des chroniques arabes102 a été définitivement identifiée à Qal‛at ez-Zau103.

  • 104 Röhricht, ZDPV, X, p. 273, note 14 et Rey, Col. fr., sous les divers vocables.
  • 105 Rey, Col. fr., p. 331 ; Cart, gén., I, p. 491 et suiv.
  • 106 Relevé dans l’itinéraire ci-dessus, p. 160 ; cf. M. Hartmann, Z. Gesellsch. für Erdk., XXIX, p. 495 (...)
  • 107 Rey, Col. fr., p. 340 et 343.
  • 108 Röhricht, ZDPV, p. 263 ; M. Hartmann, Z. Gesellsch. für Erdk., XXIX, p. 496, n° 54.

42Dans un acte de 1178 le prince Boémond d’Antioche concède à Joscellin d’Edesse une série de localités : l’abbaye de la Granacherie, Livonia, Baqfala, Gaigum, Sefferie, Bequoqua, Vaquer, Cofra, dont l’identification n’a pu être établie104. Baqfala est évidemment le même lieu que Bachtela105 concédé en 1167 à l’Hôpital ; nous proposons de le placer à Bekfala, un peu au nord d’esh-Shoghr106. Gaigum se retrouve dans le même acte de 1167 sous la forme Kaynon107 ; c’est Qaiqoun, à deux heures au nord de Djisr esh-Shoghr108. Il serait plus aventuré de rapprocher Vaquer de Bakas, la forteresse voisine de Shoghr, cependant on obtient ainsi un bon groupement de localités.

  • 109 Rey, Col. fr., p. 336.
  • 110 Hagenmeyer, Galt. canc. Bella Antiochena, p. 262, note 38.
  • 111 Yaqout, II, p. 244 ; Le Strange, p. 449.
  • 112 Biladhori, p. 147.
  • 113 Socrate, Hist. eccl, VII, 16, 1.
  • 114 Yaqout, I, p. 277 ; Le Strange, p. 548.

43Corbana ou Corbara est cherché par Rey entre Antioche et le port Saint-Siméon109, tandis qu’Hagenmeyer le situe entre Antioche et le Pont-de-Fer110. Harmaliya est un village dépendant d’Antioche111. Mahrouba était à deux lieues d’Antioche en direction d’Alep112. Non loin de la ville étaient encore Inmester113 et el-Oushtoun114.

  • 115 Ibn esh-Shina, p. 212.
  • 116 Dhorme, Les Pays bibliques et l’Assyrie, p. 34. Mais c’est nous écarter beaucoup de l’itinéraire de (...)
  • 117 Nous avons à ce sujet le témoignage d’Ibn Sheddad, Hist., or., IV, p. 377. Sur ce saint musulman, d (...)

44Pour terminer ces indications, signalons que Qaishaqil est le nom d’une montagne près d’Antioche115. Le Silpius qui domine la ville et qu’on a rapproché de la montagne Sarpua ou Sarbua des textes assyriens116, a pris le nom de Ḥabib en-Nadjdjar. Lors de l’expédition de Saladin contre les Francs en 1188 et pendant le siège de Baghras, les musulmans se rendaient à l’envi aux avant-postes placés pour surveiller la ville, afin de visiter le tombeau de Ḥabib en-Nadjdjar117.

45La prospérité d’Antioche et de sa région amena le développement de Séleucie. Nous avons mentionné les nombreux ports échelonnés, dans l’antiquité, entre Laodicée et l’embouchure de l’Oronte. Leur existence témoigne de l’activité du cabotage à cette époque, suscitée par l’exploitation des forêts qui couvraient les pentes du Casius. Nous avons vu que Wilbrand d’Oldenburg qualifie les habitants de cette région d’homines silvestres. Leur déplacement, au gré des coupes de bois, les lui fait comparer aux Bédouins. L’utilité de ces ports était toute locale ; l’absence de voie de pénétration commode empêchait ces havres de prendre une grande importance. Il en allait tout autrement de Séleucie.

  • 118 On trouvera tous les renseignements nécessaires et la bibliographie dans V. Chapot, Séleucie de Pié (...)

46Situé sur la côte au débouché de la vallée de l’Oronte, accroché, dans un site réputé inexpugnable, sur les collines de la rive droite du fleuve, le bourg qui précéda Séleucie de Piérie est de fondation ancienne, ce que les auteurs grecs reconnaissent quand ils l’attribuent à Syrus, fils d’Agénor. Nous avons vu que ce bourg se nommait Hydatôn Potamoi. Sous les Séleucides, mais surtout à l’époque, romaine, de grands travaux, qui frappent encore d’admiration le voyageur, furent entrepris dans le port de Séleucie118.

  • 119 Intéressante explication de ce nom dans Ibn Esh-Shina, p. 221.
  • 120 ‛Guill. de Tyr, XV, 14 ; XVII, 10. Rey, Col. fr., p. 353 identifie complètement le Soudin et Port S (...)
  • 121 Cafaro, Hist., occ., V, p. 50.

47A l’époque des croisades, le port antique de Séleucie devait être déjà comblé, car on n’utilise plus que l’embouchure même de l’Oronte ; c’était le Soudin, vocable dérivé de l’arabe es-Souweidiyé119. On disait encore le port Saint-Siméon, d’après la montagne voisine dite de Saint-Siméon, vocable qu’il ne faut pas confondre avec le Qal’at Sim’an120. On en vint même à donner le nom du Soudin au fleuve Oronte et à réserver pour le port le nom de Saint-Siméon : flumen Solini (le Soudin) venerunt et intraverunt qui vocatur Portus Sancti Symeonis, longe ab Antiochia per spatium decern millium121.

  • 122 Guill. de Tyr, XVI, 26.
  • 123 H. Lammens, Promenades dans l’Amanus, p. 53 et suiv.
  • 124 Rey, Col. fr., p. 352 place sans raison valable la Scala Boamundi entre le Casius et Basit.
  • 125 Guill. de Tyr, Hist., occ., I, p. 166 et suiv.

48Le port Saint-Siméon, où aborda Louis VII122, était ainsi placé au point dit Eskelé, où se trouve de nos jours le « bureau de port » et qui constitue le port de Souweidiyé123. Au début des croisades, ce fut encore la Scala Boamundi124, à proximité d’une source jaillissant au pied du Casius125 et qu’on peut identifier avec la source notée Ḥaft el- Ḥawuz sur la carte de M. Hartmann. Dans ce cas, on voit que le nom actuel d’Eskelé remonte au moyen âge.

  • 126 Ritter, Erdkunde, XVII, p. 1150 ; Honigmann, n° 457. La relation du terme moderne avec le vocable a (...)

49La montagne de Saint-Siméon qui domine le port du même nom s’appelait aussi le Mont Admirable. Elle est limitée à l’Est par la vallée du Qarasou, le fleuve Noir, terme ancien, puisqu’il est la traduction de Melanes, Melantos126.

  • 127 Strabon, XVI, 2, 16 : τòν δὲ Λύxον (1. Ἄξιον) xα τòν Ἰορδάνην, (1. Eὐφράτην) ἀναπλέουσι φορτίοις Ἀ (...)
  • 128 Les Assyriens utilisaient déjà les services des Phéniciens sur l’Euphrate, et Alexandre les imite l (...)

50Avant l’arrivée d’Alexandre, la grande voie de commerce de la Syrie du Nord partait de la côte en face d’Aradus et, soit par la route qui menait à Mariamin, Raphanée et Ḥama, soit par celle qui passait par Gabala, Sigon (Sahyoun), traversait l’Oronte à Djisr esh-Shoghr pour gagner Qinnesrin (Chalcis), Alep (Beroea) et l’Euphrate. On voit immédiatement la bévue commise par Strabon quand il fait naviguer les Aradiens sur le Jourdain127. Les seuls fleuves sur lesquels la navigation a pu être organisée par les Aradiens sont l’Oronte et l’Euphrate. La correction s’impose : à la place de Lycos, il faut lire Axios (Oronte) et, au lieu du Jourdain, l’Euphrate128.

  • 129 Heyd-Raynaud, Hist., du commerce, I, p. 168 et suiv.
  • 130 Pour le régime des routes romaines rayonnant autour d’Antioche, voir Chapot, La Front., de l’Euphra (...)
  • 131 Qodama, éd. de Goeje, p. 171, également Ibn Khordadbeh.
  • 132 Sur ce point, voir plus haut.
  • 133 Voir ci-dessus, chap. III, 5.

51La fondation des grandes villes séleucides détermina de nouveaux courants qui, avec le temps, finirent par l’emporter sur la voie de commerce aradienne. Jusqu’à la fin du moyen âge, la grande route du Khorasan, de la Perse et de l’Iraq, atteindra Alep et Qinnesrin129. De là, la bifurcation la plus importante gagnera Antioche130, pour se diviser encore afin d’atteindre soit Alexandrette et la Cilicie131, soit Séleucie de Piérie ou Port Saint-Siméon. Au lieu de passer par le Djisr el- Ḥadid et Antioche, on pouvait de Qinnesrin aborder l’Oronte au pont de Kashfahan, autrement dit Djisr esh-Shoghr132 pour, de là, gagner Laodicée par la vallée du Nahr el-Kebir ou bien encore Gabala par Ṣahyoun et Balaṭonos133.

52Nous terminerons ce paragraphe par quelques mots sur les sites au nord d’Antioche et les abords de son lac.

  • 134 C’est ce qu’explique bien Strabon, XVI, 2, 8.
  • 135 Le Strange, p. 407-408 ; R. Hartmann, Encycl. de l’Islam, s. v. ; Blochet, ROL, IX, p. 39.
  • 136 Voir Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 434 ; Röhricht, Reg., add., n° 1 358 ; les références (...)
  • 137 Raoul de Caen, Gesta Tancr., Hist., occ., III, p. 639 : «... montes qui medii Alexandriolam Guaston (...)
  • 138 Guill. de Tyr, XV, 19.

53La position de Pagrae lui donnait une importance unique pour commander la route franchissant le col de Beylan134, puis, après la fondation d’Antioche, comme défense avancée de cette métropole. Aussi en est-il souvent question dans les auteurs arabes sous la forme Baghras135, encore conservée sur le terrain. Les Francs l’appelèrent Guastati, Gaston ou Gastin136, à ne pas confondre avec Qastoun dans le Roudj. Les textes qui appuient le mieux cette identification sont celui de Raoul de Caen et celui de Wilbrand d’Oldenburg137. Il n’est pas impossible que le nom de Gaston n’ait rien à démêler avec le vocable de Baghras ; ce serait même la solution la plus simple. Cependant, il faut tenir compte que le vocable Guast138 pourrait être la forme primitive de Guaston et rendrait la seconde partie du nom de Baghras.

  • 139 Ptolémée, V, 14, 9.
  • 140 Sur ce vocable et le détail de la route, voir ci-après.

54Ptolémée139 range Pagras dans la Piérie qu’il distingue de la Séleucide, réduite par lui aux environs immédiats de Séleucie sur l’Oronte. La Piérie de Ptolémée, limitée à la montagne qui sépare Alexandrette d’Antioche, ne compte en effet que trois villes : 1° Pagras ; 2° les « Portes syriennes » qui figurent ici le village de Beylan, que l’Itinéraire du pèlerin de Bordeaux désigne sous le nom de « mutatio Platanus »140 ; 3° Pinara. Ce dernier vocable ne se retrouve pas mentionné ailleurs ; il doit être localisé dans la montagne.

55Pour résoudre les problèmes topographiques relatifs aux abords du lac d’Antioche, dans sa partie septentrionale, il faut se rendre compte du système routier de cette région.

56Dans l’antiquité et au moyen âge, c’est-à-dire au temps de la prospérité d’Antioche, les caravanes qui descendaient du col de Beylan, passaient par Baghras, Antioche, Djisr el- Ḥadid, pour gagner Qinnesrin (Chalcis) et Alep. Ce chemin se recommandait comme le plus commode ; il avait l’avantage de traverser les centres les plus importants.

  • 141 Table de Peutinger : Antiochia, Gephyra (Djisr el-Ḥadid), Gendarum, Cyrrho, Channunia, Doliché. Dep (...)

57Une autre route, après la descente du col de Beylan, obliquait, non plus vers le sud, mais vers le nord du lac d’Antioche. Arrivée dans la vallée de l’‛Afrin, à Djindaris, un embranchement remontait cette vallée vers Doliché141. La première partie de cette route est actuellement suivie par la route carrossable d’Alexandrette à Alep qui peut ainsi desservir ‛Azaz par un simple embranchement.

  • 142 R. Hartmann, ZDMG, 1916, p. 498.
  • 143 Nous aurions dû noter plus haut que Kraeling, Aram u. Isr., p. 110, note 2, proposait d’identifier (...)
  • 144 C’est la route suivie par Sachau, Reise, p. 459. L’ancienne voie romaine la suit en partie, mais s’ (...)

58Le chemin antique qui menait à Alep était plus direct que le moderne. El-‛Omari le mentionne au xive siècle : Bayas, Baghras, Yaghra, Tizin, Arhab et Alep142 ; c’est aujourd’hui le chemin des muletiers qui se détache de la route carrossable à el- Ḥammam, avant Djindaris, pour traverser le massif montagneux par Ḥazré143, Ṭourmanin, Arḥab, Tokat et atteindre Alep144.

***

  • 145 Le texte publié par Lanzone, Viaggio in Palestina e Soria di Kaid Ba, Turin, 1878, a été traduit pa (...)
  • 146 Clermont-Ganneau, loc. cit., p. 255.
  • 147 Lanzone, Viaggio, p. 13 ; Devonshire, l. c., p. 13.
  • 148 Moufazzal, éd. Blochet, Patr. orient., XIII, 389.

59Cela dit, nous pourrons suivre le récit de voyage de Qait-bey lorsqu’il se rend d’Antioche à Biredjik sur l’Euphrate145. Les bagages furent expédiés d’Antioche directement sur Alep, c’est-à-dire par Djisr el-Ḥadid. Quant au sultan, sa première étape est marquée par Baghras, de là, d’après la conjecture de M. Clermont-Ganneau, il se rend à Darb-Sak146 : « Le sultan inspecta les lieux consistant en un château-fort, se dressant sur une colline, dont le gouverneur est nommé par celui d’Alep, et un petit village sans aucun commerce »147. Darb-Sak commandait donc le passage du col de Beylan pour les caravanes venant d’Alep ou de la vallée de l’‛Afrin. Le défilé au-dessus de Darb-Sak148 que prend Beibars dans sa campagne contre Sis est bien le col de Beylan, puisque le sultan passe à Bab Iskanderoun ou La Portelle. Nous verrons dans un instant que cette localité s’identifie au Sochoi antique.

  • 149 La position approximative de Darb-Sak était indiquée par les géographes arabes ; mais aucun voyageu (...)
  • 150 Aboulfeda, p. 261 ; Le Strange, p. 436-437.
  • 151 Lanzone, Viaggio, p. 14 ; Clermont-Ganneau, loc. cit., p. 256 ; Devonshire, Relation, p. 14 en corr (...)

60Il faut rapprocher de cet itinéraire ce qu’Aboulféda dit de Darb-Sak dont la position exacte est notée pour la première fois par la carte d’E.-M. 1920 sous la forme Terbezek149, dominant la rive droite du Nahr el-Aswad ou Qara-Sou. « C’est une forteresse élevée, au milieu d’une contrée fertile avec des sources et des jardins. A l’Est, s’étendent des prairies traversées par le Nahr el-Aswad. Darb-Sak est au N.-N.-E. de Baghras et à une distance de d x milles. A l’est de Darb-Sak, se trouve Yaghra, distant environ d’une marche ; c’est un bourg peuplé de chrétiens s’occupant presque exclusivement de pêche. La route qui conduit hors de Syrie, par Baghras et Darb-Sak, passe par Yaghra150. » Ce dernier trait nous explique l’itinéraire de Qait-bey, car le sultan se proposait d’inspecter la frontière. De Darb-Sak il chevauche jusqu’au voisinage de Yaghra, à la limite de l’Ἁmq où il franchit le pont es-Soultani, laissant Yaghra à droite151.

61Ces indications sont fort précieuses ; elles vont nous permettre de déterminer le pont dont il est ici question et de fixer approximativement la position de Yaghra. Le pont es-Soulṭani ne peut être que celui dont on fait honneur à Mourad-Pasha, long actuellement de dix-sept arches qui permettent de franchir le cours d’eau marécageux qui sort du Göl-Bash et se jette dans le lac d’Antioche en se mêlant aux eaux du Qara-Sou ou Nahr el-Aswad.

  • 152 Le texte, ibid., p. 14, dit que le sultan et sa suite se rendaient à Yaghra pour examiner ce qui co (...)

62L’auteur du récit de voyage nous apprend que le pont qui existait de son temps avait été construit par El-Malik el-Ashraf Inal, mais qu’il tombait en ruines, ce qui causait de graves ennuis aux caravanes venant du pays de Roum, c’est-à-dire qui avaient suivi la vallée de l’Ἁfrin et se rendaient à Antioche. Le sultan ordonna de le réparer. Qait-bey et sa suite campaient à Yaghra que l’on doit placer à droite, c’est-à-dire un peu au sud du pont ; peut-être au point encore dénommé el-Khan152. La description de l’auteur du récit s’applique bien à cette localité : « c’était, dit-il, un vaste lieu, entre des montagnes, sur une rivière, mais marécageux et insalubre. »

  • 153 Ni Röhricht, ZDPV, X, p. 220, ni Hagenmeyer, Galt. Bella Antioch., p. 313 et note 16, n’ont reconnu (...)
  • 154 Beladhori, p. 148; Yaqout, III, p. 762 ; LE STR., p. 386. M. Hartmann, Z. Gesellsch. Erdk., XXIX, p (...)
  • 155 Ni Rey, Col. fr., p. 352, ni Röhricht, ZDPV, X, p. 264, n’ont identifié Saloria, Sellorie ou Cellor (...)

63Il est à noter que les habitants de Yaghra se consacraient à la pêche, ce qui conduit à proposer l’identification de ce site avec la piscaria ou pêcherie Agrest mentionnée dans un acte de Roger, prince d’Antioche153. M. Hartmann pense qu’en un point du lac Gölbash, peut-être dans l’île, devait se trouver ‛Ain Sallour154, c’est-à-dire « la source du (poisson) sallour ». Nous proposons d’y reconnaître le casal Sellorie155.

  • 156 Ed. Sachau, Zur hist. Geographie von Nordsyrien, III, dans Sitzungsber. Berlin. Akad., XXI (1892), (...)
  • 157 KB, I, p. 159 ; Kraeling, l. c., p. 69.
  • 158 Yaqout, I, p. 516 ; Le Str., p. 72.

64Cela ne préjuge en rien l’identification de l’antique Saluara, où l’on a coutume de voir le Qara-Sou156. Il est curieux cependant de relever qu’il est question encore d’une source du fleuve Saluara dans une campagne de Salmanasar. Ce monarque fit ériger une stèle qui le représentait et portait mention de ses hauts faits157. Ce n’est évidemment pas à la source du Qara-Sou, dans des défilés inabordables, que Salmanasar éleva cette stèle de victoire. Notons encore que le lac d’Antioche lui-même s’est aussi appelé le lac du Sallour158.

  • 159 Aboulféda, p. 49 ; Le Strange, p. 60. Hadji khalfa, dans Blochet, ROL, IX, p. 37, note 2, copie Abo (...)
  • 160 Yaqout, I, p. 516 ; Le strange, p. 72. Quoi qu’en dise ce dernier, il ne peut être question que du (...)
  • 161 Ibn el-Athir, Hist., or., II, p. 471 ; Kemal ed-din, ibid., III, p. 314 ; Röhricht, Kön. Jer., p. 2 (...)

65Aboulféda nous fournit une autre indication qui confirme cette position de Yaghra. Le célèbre géographe et historien l’indique non loin du Nahr Yaghra, qui se jetait dans le Nahr el-Aswad159 ou Qara-Sou. Or, précisément, la rivière qui sort du Göl-Bash va rejoindre, dans les marais, le cours inférieur du Qara-Sou. Ce nom de Yaghra a encore été appliqué au lac d’Antioche, qualifié de lac de Yaghra160. La célébrité de ce nom fut encore accrue par la victoire que Nour ed-din y remporta sur les Francs en 1149161. Nous avons vu, d’après le voyage de Qait-bey, que Yaghra était enṬourée d’une vaste plaine. Il y a lieu de remarquer que, par suite du mauvais entretien de l’exutoire du lac d’Antioche, les eaux se sont, dans les temps modernes, sensiblement élevées et la zone des marécages s’est étendue vers le Nord.

  • 162 Tab. Peut., ; Ravenn. ; Mileagrum,
  • 163 Strabon, XVI, 2, 8.

66Nous proposons de retrouver mention de ce site remarquable dans les auteurs anciens. En effet, la table de Peutinger fournit pour les premières étapes de la route d’Antioche à Samosate d’abord Pagris, qui est Baghras, puis Meleagrum162. Ce que nous avons noté ci-dessus d’après le voyage de Qait-bey et les indications d’Aboulféda, nous autorise à localiser Meleagrum à Yaghra et par suite à identifier les deux vocables. Or, dans cette même région Strabon place le « fossé de Méléagre » charax Meleagrou163, terme qui désigne la rivière marécageuse dite Nahr Yaghra.

  • 164 Malalas, éd. de Bonn, p. 199 : ἀπò γὰρ τῆς λίµvης ἐξερχοµένυ ἄλλον ποταµοῦ Ἀρχευθᾶ τοῦ xα Ἰάφθα. C (...)

67En dehors de ce « fossé de Méléagre », Strabon mentionne l’Arkeuthos par lequel le lac se déverse dans l’Oronte. Ce dernier renseignement est fourni par Malalas qui nous donne encore le nom indigène de ce cours d’eau : Iaphthas, de la racine phatah qui a le sens d’ouvrir, ici « exutoire »164. Les deux principaux fleuves qui se déversent dans le lac d’Antioche sont cités par Strabon : l’Oenoparas, l’ancien Aprié, actuellement Nahr Ἁfrin, enfin le Labotas qui ne peut être que le Qara-Sou.

  • 165 Strabon, XVI, 2, 8. Mommsen, Hist., romaine, trad. Gagnat et Toutain, X, p. 181 dit : près de Ginda (...)
  • 166 Fr.Cumont, Et. syriennes, p. 30 et 33.

68Après avoir enregistré le charax Meleagrou, Strabon nous apprend que la vallée de l’Oenoparas a été le théâtre de la bataille où Ptolémée Philométor vainquit Alexandre Bala, probablement un peu au nord de Ḥarim. Dans cette hypothèse, la colline de Trapezon, qui domine le paysage, serait le Djebel Sim‛an ou Djebel Sheikh Bereket. Ce dernier, vu de l’Ouest, apparaît en effet comme un plateau. Le géographe ajoute qu’au pied de cette colline eut lieu la rencontre de Ventidius avec le général parthe Phranicatès165. M. Cumont a montré que cette même montagne avait, à l’époque byzantine, pris le nom de Koryphé (sommet). Théodoret, qui était évêque de Cyrrhus, en donne une description très précise, comparant sa cime – sur laquelle se trouvait un temple des démons, tenu en grande vénération par les gens du voisinage – à un cône (plus exactement c’est un tronc de cône) avec., au midi, une plaine formant une sorte de golfe166.

3. — De Séleucie aux Pylæ Syriæ.

69En ce qui concerne la côte syrienne, il nous reste à examiner les localités qui s’étendent entre Séleucie et les Pylœ Syriæ, ainsi que les routes qui, venant de la région d’Antioche, y donnent accès.

  • 167 Stad. m. m., 149 : Ἀπò Σελευxείxς έπ τὰ Гεώργια στάδιοι ρ’ (ms. ρµϐ’).

70Au nord de Séleucie, sur la face méridionale du Ras el-Khanzir ou cap du Sanglier, ouvrait le petit port de Georgia. La distance de 142 stades fixée par le Stadiasme entre Séleucie et Georgia est probablement trop forte ; mais celle de 40 stades lue par C. Muller paraît trop faible. Nous suggérons environ 100 stades pour atteindre Khyrlavuq ou pour Qaran-djiq167.

  • 168 Celui que nous avions proposé, Hist., et Rel. des Nosairis, p. 133, avec Maqam el-Khiḍr, ne peut pa (...)
  • 169 Références dans Rey, Col. fr., p. 347; röhricht, Reg., add., n° 649 ; Léonce M. Alishan, Sissouan, (...)
  • 170 Le Strange, p. 81-82. Les géographes arabes se sont toujours fait une idée très imprécise des massi (...)
  • 171 Ibn esh-Shina, p. 221.
  • 172 Cela résulte d’une heureuse correction de Meineke, dans son édit. de Steph. Byz., p. 518 à Aristot. (...)
  • 173 Stad. m. m., 150 : Ἀπò τῶν Γεωργίων ἐπ τòν ‛Pωσικòν σxόπελον (ms. ‛Pωσαῖον xόλπον) στάδιοι π’ (80) (...)
  • 174 Jean Phocas, Hist. gr. des croisades, I, 3e part., p. 529 : τό ὄρος ἔχει τòν Σxόπελον, xα τòν λεγό (...)

71Sans qu’on puisse avancer un rapprochement168, on doit noter que les chartes du moyen âge mentionnent une « abbatia S. Georgii in Montanis nigris » ou un « cœnobium S. Georgii de Montana nigra »169. La Montagne Noire, d’un caractère sacré très particulier, est l’Amanus jusqu’à l’Oronte, ce que les géographes arabes appellent le Djebel Loukkam170. Ibn esh-Shiḥna fournit ce renseignement curieux que la Montagne noire, d’où es-Souweidiyé tirerait son nom, s’est appelée dans la suite la Montagne Rouge171. Or, ce dernier vocable, Djebel el-Aḥmar, est spécialement attribué aujourd’hui à la portion méridionale de l’Amanus qui forme le Ras el-Khanzir, concurremment d’ailleurs à Djebel Arsous qui représente aussi une ancienne appellation172. Le Ras el-Khanzir est l’ancien Rhosikos Scopelos173. Encore au moyen âge, ce vocable se maintient : Jean Phocas nous dit que la montagne qui sépare Antioche de Rhosus constitue le Scopelos et le Kaukas174. Ce renseignement éclaire un passage d’Anne Comnène qui a résisté jusqu’ici aux identifications.

  • 175 Anne Comnène, Hist, gr., I, 2e part., p. 181 : σὺν τῷ τοῦ Καυxᾶ, τό τε τοῦ Λουλοῦ λεγόμενον xα τοῦ (...)
  • 176 Le Str., p. 492.

72Au moyen âge comme dans l’antiquité, les géographes ont éprouvé de grandes difficultés à se rendre compte du système orographique de la Syrie, surtout dans la Syrie du Nord, et cela n’a pas peu contribué à embrouiller une toponymie forcément complexe. Dans l’énumération des lieux concédés par l’empereur byzantin à Boémond et qui concernent la Syrie du Nord, les régions montagneuses sont réparties en trois groupes175 : 1° le Kaukas que, grâce au passage de Jean Phocas, cité plus haut, nous pouvons placer au nord d’Antioche, s’étendant jusque vers le col de Beylan ; 2° le Loulos ou Loulon, qui nous paraît correspondre au district de Lailoul ou Lailoun entre Antioche et Alep176 ; 3° la Montagne Admirable dont nous avons vu la détermination assez imprécise et qui, ici, semble viser les environs du Casius et le Djebel Mar Sim‛an sur la rive droite de l’Oronte, en aval d’Antioche.

  • 177 Steph. Byz., sous Antioche de Piérie signale qu’elle s’appelait aussi Aradus, ἥν Ἅραδον οί Συροι хα (...)
  • 178 De Situ Orbis, I, 12.
  • 179 Droysen, Hist., de l’hellénisme, trad. Bouche-leclercq, I, p. 527 et suiv. Cette Stratonice est vis (...)

73Si nous revenons à la région côtière, nous remarquerons que Stéphane de Byzance est seul à mentionner une ville du nom d’Aradus177 et nous supposerons une confusion entre Rhosus et Aradus, comme on la trouve dans Pomponius Mela178. Mais, dans ce cas, il faut retenir le renseignement que Rhosus aurait pris le nom d’Antioche de Piérie. On peut conjecturer que ce nom fut attribué à la ville lors de l’entrevue entre Seleucus et Demetrius, en 300 av. J.-C. On sait que l’alliance des deux personnages fut cimentée par le mariage de Seleucus avec Stratonice, la fille de Demetrius et que le nouveau couple partit de Rhosus pour faire une entrée triomphale à Antioche179.

  • 180 Athénée, XIII, 586.
  • 181 Fragm. Hist. Gr., IV, p. 469.
  • 182 Eusèbe, Hist., eccl., VI, 22, 2-6.

74Cette ville est encore mentionnée à l’occasion des statues de bronze qu’y fit ériger Harpale180 et de la Tyché d’Antigonie qu’on y transporta181. A l’époque chrétienne, son église versa dans le docétisme182.

  • 183 Rey, Col. fr., p. 349 et Les Périples, l. c., p. 332-333 ; Instructions nautiques, p. 622, peut-êtr (...)
  • 184 G. Raynaud, Les Gestes des Chyprois, p. 191. Même texte dans Continuateur de Guill. de Tyr, Hist., (...)
  • 185 ROL, VII, p. 152. Ibid., p. 166 : vallée de Russol.
  • 186 Léonce Alishan, Sissouan, p. 486.

75Rey a cru retrouver, un peu au sud d’Arsous-Rhosus, le Port Bonnel du moyen âge dans un site du nom de Bourounli183 ; mais ce toponyme n’est pas relevé dans les cartes récentes. D’autre part, si l’on se reporte aux distances fournies par Marino Sanuto, il semble que Port Bonnel soit un autre nom de Rhosus. Il serait étrange, en effet, que le mouillage signalé par les Instructions nautiques, à quatre kilomètres au sud d’Arsous et qui, sans village proprement dit, n’a d’autre raison d’être que de permettre les chargements de bois, ait donné son nom à toute la contrée. Après la prise d’Antioche (1268), les chroniqueurs signalent que les Templiers abandonnèrent deux « chastiaux quy sont là de près, Gaston et Roche de Roissel et la terre de Porbonel à l’entrée d’Ermenie184 ». Nous supposons que Porbonel est le port d’Arsous, la Roche de Roissel étant le château-fort défendant cette ville. Le casal Erhac est mentionné dans le territoire de Roissol185 : faut-il en rapprocher le couvent arménien Arek ou Ariki, signalé au xiie siècle dans la Montagne Noire186 ?

  • 187 Herodote, IV, 38 ; Scylax, 102 : Mυριανδòς Фοινίxων.
  • 188 Stad. m. m., 151 : Ἀπò Ῥωσoῦ Πιερίας (ms. Tερδνίας) εἰς πóλιν Mυρίανδρον στάδιοι ρ’ (90). – 152 : Ἀ (...)
  • 189 Xénophon, Anab., I, 4, 6 : Mυρίανδρον, πóλιν oἰxουµένη ὑπò Фοινίxων ἐπ τῆ θαλάττη ἐµπóριον õ ἧν τo (...)
  • 190 Ptolémée, V, 14, 2. Cela écarte, en partie, les objections que R. Kiepert, Orb. Terr., tab. V, p. 2 (...)
  • 191 C’est la route que prend Cyrus, Xénophon, ibid., et que suivra Alexandre, Arrien, Anab., II, 6, 2 ; (...)

76On ne sait encore où placer exactement Myriandus187 ou Myriandrus, fondation phénicienne entre Alexandrette et Rhosus188. Une exploration minutieuse de la côte, avec sondages, pourrait décider s’il existe ou s’il a existé en cette région un mouillage pouvant convenir à un grand nombre de navires anciens189. Jusqu’ici rien d’acceptable n’a été signalé et nous inclinons à admettre que le mouillage de Myriandus n’était autre que celui d’Alexandrette – les deux villes étant toutefois distinctes190. Myriandus était plus près du pied de la route qui montait par le col de Beylan191 ; Alexandrette fut installée tout à proximité du mouillage. On conçoit que la fondation de cette dernière ait amené la disparition de Myriandus.

77La route d’Alexandrette à Antioche est ainsi notée par l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem : de mansio Baiae a mansio Alexandria Scabiosa, mil XVI ; mutatio Pictanus (var. Platanus), mil VIIII (Fines Ciliciae et Syriae) ; mansio Pangrios (var. Pagrius), mil VIII ; civitas Antiochia, mil XVI.

78Le manuscrit qui fournit la variante Pagrius préférable à Pangrios, pour rendre Pagras, pourrait bien nous conserver dans Platanus la bonne leçon au lieu de Pictanus.

  • 192 G. Marmier, Les routes de l’Amanus, dans Gazette archéol., 1884, p. 43-50.
  • 193 Ciceron, Ep. ad Farn., XV, 4.

79Le capitaine (depuis colonel) G. Marmier, qui a reconnu une voie romaine plus méridionale allant de Rhosus à Antioche, a développé à ce sujet d’intéressantes considérations192 auxquelles nous regrettons de ne pouvoir nous rallier. S’appuyant sur le témoignage de Cicéron : duo sunt aditus in Ciliciam ex Syria193, il pose qu’une des trois routes, à savoir : 1° celle qu’il avait découverte, 2° celle à travers l’Amanus que prit Darius avant et après la bataille d’Issus, enfin 3° la route du col de Beylan, n’existait pas au temps de Cicéron. Sans en donner de raisons suffisantes, il pense que la route le plus tardivement organisée est celle du col de Beylan.

80Ce raisonnement est fondé sur une fausse interprétation du texte de Cicéron. Celui-ci ne dit pas qu’il n’y a que deux voies menant de Cilicie en Syrie, mais de Syrie en Cilicie ; c’est-à-dire qu’il considère les choses vues de Cilicie. Pour qui se place à Issus, par exemple, il y a la route de Darius, venant du Nord-Est, et la route venant du Sud le long du golfe d’Alexandrette. D’autre part, les avantages du col de Beylan sont tels qu’on peut être assuré que cette voie a existé de tout temps.

  • 194 Arrien, II, 5, 8-9.
  • 195 Quinte-Curce, IV, 1, 3.
  • 196 Voir plus haut, ce que nous disons au sujet du « défilé au dessus de Darb-Sak ».

81Puisque nous avons été amené à mentionner la route que suivit Darius, nous devons la définir en deux mots. Arrien nous apprend qu’avant de marcher sur Issus, Darius campait avec tout son bagage à Sochoi194. D’autre part, Quinte-Curce signale qu’après sa défaite, Darius passa à Onchae195 et, de là, gagna Thapsaque. On n’hésite pas à identifier les deux vocables et à placer, à l’aller comme au reṬour, le camp de Darius dans la plaine de ‛Amq. Il n’y a cependant aucune raison pour confondre deux termes aussi distincts que Sochoi et Onchae. Le premier s’identifie parfaitement, aussi bien au point de vue onomastique que topographique, avec Sak, auquel les Arabes ont joint le vocable darb « chemin, route » pour en faire Darb-Sak ; nous avons précisé plus haut sa position sur le Qara Sou. Si Darius s’était installé en ce point, c’est qu’il comptait s’avancer par le col de Beylan196. Quand il apprit la marche d’Alexandre, il décida de quitter son campement de Sochoi (Darb-Sak) pour gagner le défilé au nord de l’Amanus, l’Arslan-Boghaz, et tomber sur les derrières de l’armée grecque. Sans le génie d’Alexandre, il réussissait la manœuvre. Au reṬour, le roi des Perses revenant par le même col ne devait pas passer par Sochoi ; il vint camper à Onchae, qui conserve évidemment le nom de l’’Amq, sous la forme assyrienne Unqi. Si l’on compare les itinéraires des sultans mamlouks, dont il a été question plus haut, on se convaincra que, dans sa retraite, l’armée perse campa à Yaghra ou entre ce point et Ḥarim.

  • 197 J. Garstang, Annals of arch. and Anthr. Liverpool, 1908, p. 97 et 1912, p. 63 ; cf. Pottier, Syria, (...)
  • 198 O. Puchstein, Bericht über eine Reise in Kurdistan, Sitzungsber. Berl. Akad., 1883, p. 30 et suiv.

82Il faut éviter, car elle ne se trouve pas sur la même route, de confondre Sochoi avec une station que l’Itinéraire Antonin signale sur la route d’Edesse à Germanicia (Mar‛ash), entre Doliche et Germanicia, Sico ou mieux Sicos Basilissès, dont nous proposons de retrouver le premier terme dans le nom actuel Saktshé-Geuzu. Les ruines hittites de ce village fouillées par M. Garstang197, sont posées sur une grande terrasse peu élevée du Kurddagh198, collines qui séparent la vallée de l’‛Afrin de celle du Qara Sou. De Saktshé-Geuzu on rattrape la route qui descend en Cilicie par l’Arslan-Boghaz.

  • 199 Streck, Encycl. de l’Islam, s. Beilan. Ptolémée, V, 14, 9 désigne le col de Beylan comme Pylae Syri (...)

83Pour en revenir aux routes de l’Amanus, nous concluons qu’il n’y a pas lieu de modifier l’emplacement des Pylae Syriae. Celles-ci sont, suivant les auteurs tantôt placées au col de Beylan199, tantôt, et c’est le cas des auteurs les plus anciens, à Ṣaqaltoutan, sur la côte.

  • 200 Xénophon, Anab., I, 44.
  • 201 Strabon, XIV, 5. 3.
  • 202 Arrien, Anab., II, 6, 2.
  • 203 Aboulféda, p. 255 ; Le Strange, p. 458-459.
  • 204 Quatremère, Sultans mamlouks, II, 1, p. 63 et note 63.
  • 205 Wilbrand d’Oldenburg, éd. Laurent, p. 175 ; Marino Sanuto : passus Portellae ; Heyd-Raynaud, I, p. (...)

84Xénophon assure que les Pylae Syriae et les Pylae Ciliciae constituaient deux murailles, à trois stades l’une de l’autre, qui gardaient le défilé de la côte200. Arrien qui, comme Strabon201, emploie simplement le terme de Pylae, nous apprend qu’Alexandre les franchit avant d’atteindre Myriandus202. Il faut tenir compte, enfin, de la persistance du vocable dans l’onomastique locale Bab Sikandarouna203 ou Bab Iskandria204 des auteurs arabes, la Portelle205 des croisades.

  • 206 D’après Hérodien, III, 4, la ville se dressait sur une colline ; cf. Droysen, Hist., de l’hellénism (...)

85Nous croyons que le site antique d’Alexandrette est à rechercher au voisinage du cimetière actuel des Noṣairis. Au pied de la hauteur qui le domine206, nous avons reconnu des vestiges anciens : fûts de colonne, murs antiques et, au-dessus, des tombes d’époque romaine constituées par trois tuiles plates de 0m. 56 de large, avec petite tuile faîtière concave.

86Pour terminer, nous récapitulerons les distances fournies par le Stadiasme, avec les rectifications proposées par C. Müller et celles qui résultent de notre discussion.

4. — Les villes arrosées par le Moyen Euphrate.

87Reprenons l’itinéraire de Qait-bey à Yaghra, point où nous l’avons laissé. De là le sultan gagne la vallée de l’‛Afrin qu’il remonte pour atteindre Qastal, à 6 kilomètres au N.-O.

88d’Ἁzaz ; il atteint, par Mardj Dabiq et Ἁintab, les bords de l’Euphrate à Biredjik, pour redescendre ensuite vers Alep.

  • 207 S. Silviae, Peregrinatio, éd. Geyer, p. 61 : « flumen magnum Eufraten, et ingens, et quasi terribil (...)
  • 208 Chapot, Front, Euphr., p. 8 et suiv.

89Qait-bey inspectait ainsi le point le plus vulnérable de son royaume, la frontière de l’Euphrate. Malgré son impétuosité et sa largeur207, ce fleuve n’a jamais arrêté les conquérants venus de Mésopotamie. La large courbe qu’il décrit vers l’Ouest, de Samosate à Thapsaque et Raqqa, les nombreux points où l’on peut passer le fleuve, rendent précaire la défense de ses abords quand on n’occupe pas les deux rives. Ainsi la frontière qu’Ḥaḍrien avait ramenée à l’Euphrate dut être reportée plus à l’Est208.

  • 209 Rien ne l’indique mieux que cette remarque de V. Chapot, Front : Euphr., p. 275, note 2, à propos d (...)

90La contrée du moyen Euphrate, c’est-à-dire depuis Samosate jusqu’à Ἁna, était d’une remarquable fertilité dans l’antiquité : un grand nombre de villes se dressaient sur les deux rives du fleuve qui, par un système fort développé de canaux, fécondait une large bande de territoire. La position de beaucoup de ces villes reste encore indécise209 ; nous nous proposons de fixer quelques emplacements nouveaux. Comme presque toutes ces villes marquaient un passage de l’Euphrate, nous utiliserons cette détermination, dans le paragraphe suivant, pour le tracé des grandes routes du pays.

  • 210 R. Kiepert, dans H. Kiepert, Formae Orbis Antiqui, tab. V, p. 5 (col. 2) constatant l’incertitude o (...)
  • 211 Sur Samosate on consultera la notice de Weissbach,dans Pauly-Wissowa, Realencycl., s. v. Il faut aj (...)
  • 212 Ptol., V, 14, 10.

91a) Les villes de la rive droite. – Nous suivrons le fleuve d’amont en aval, comme fait Ptolémée qui est ici, nous le verrons, un bien meilleur guide qu’on ne l’a dit210. Tout d’abord, examinons les villes de la rive droite qui font suite à Samosate211 et que Ptolémée rattache à la Cyrrhestique212. Il cite dans l’ordre suivant : Ourima, Arulis, Zeugma, Europos, Caeciliana, Bethammaria, Serre, Arimara, Eragiza. Occupons-nous d’abord de ce premier groupe.

  • 213 FR. Cumont, Études syriennes, p. 120 et suiv. Sur les hypothèses antérieures, voir Chapot, Front. E (...)
  • 214 Sur la distinction de ce Zeugma-Séleucie d’avec Zeugma en face de Samosate, voir R. Kiepert, dans H (...)

92M. Fr. Cumont nous paraît avoir démontré que Zeugma n’est pas à placer à Biredjik, comme on l’admet généralement, mais au village de Balkis, un peu en amont de Biredjik, tandis que ce dernier, situé sur la rive gauche, correspond au Birtha de l’époque romaine, qualifié de Macédonopolis213. Zeugma signifie « jonction » et, de part et d’autre de cette jonction ou pont, unissant la Commagène à la Mésopotamie, Seleucus Nicator fonda une ville, qu’il dénomma Séleucie — et qui plus tard fut connue sous le nom de Zeugma214 — sur le site de Balkis, tandis que l’autre tête de pont reçut le nom de sa femme Apamée.

  • 215 W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. LI et p. 124 et suiv., accepte l’interprétation, à notre avis (...)

93Zeugma-Séleucie possédait un sanctuaire que représentent ses monnaies : un édicule perché sur une éminence rocheuse auquel on accédait par des degrés entaillés, de part et d’autre, dans le roc215. La nouvelle identification trouverait une heureuse confirmation si ce sanctuaire était retrouvé.

  • 216 Fr. Cumont, op. cit., p. 161 et 166 et suiv. ; cf. Kiepert, Formae Orbis ant, tab. V, p. 1.
  • 217 Cumont, loc. cit. ; c’était déjà l’opinion de Moritz et Marmier ; cf. Kiepert, Loc. cit., qui propo (...)
  • 218 Chapot, La frontière de l’Euphrate, p. 273 etsuiv. ; 280 et suiv. ; Cumont, Études syriennes, p. 13 (...)

94Si Zeugma n’est autre que Balkis, Arulis doit être placée à Enesh216 et Ourima probablement à Roum-Kalé217. Quant aux villes situées au sud de Biredjik, on s’accorde à reconnaître Europos (l’antique Karkémish) près de l’actuelle Djera-bis218.

  • 219 Regling, Beiträge z. alte Gesch., I, p. 472 ; Chapot, op. cit., p. 281 ; Streck, dans Pauly-Wissowa(...)
  • 220 Sur cette route, que prirent notamment l’empereur Julien et sainte Silvie (Ethérie), voir Fr. Cumon (...)
  • 221 Ptolémée, I, p. 970. De même Kiepert, Formae Orbis ant., tab. V.

95Nous ne comprenons pas pourquoi on veut placer Caeciliana à Qal’at Nadjm219. La condition à laquelle doit répondre cette place est de constituer un passage de l’Euphrate situé immédiatement en aval d’Europos : c’est indiquer suffisamment que Caeciliana se dressait non loin de l’embouchure du Sadjour, près du passage qui menait directement de Hiérapolis à Edesse220. C’est la solution proposée par les éditeurs de Ptolémée221 et il y a lieu de s’y tenir.

96Bien qu’il n’en soit pas fait mention, Caeciliana était située sur la grande voie romaine que l’Itinéraire Antonin trace de Calecome à Edesse par Bathnae (Tell Batnan), Hiérapolis (Menbidj), Thilaticomum, Bathnae (celle de Mésopotamie, c’est-à-dire Seroudj), enfin Edesse.

  • 222 Syria, 1925, p. 300.
  • 223 Georges De Chypre, éd. Gelzer, p. 154-155.

97Calecome est un des faubourgs d’Alep, car de là part également la route menant à Chalcis (Qinnesrin) et Apamée. Quant à Thilaticomum., sa position est indéterminée ; nous avons envisagé de la placer à Arslan-Tash222. Il ne faut pas la confondre avec Therimachon de Georges de Chypre que Gelzer identifie à Tell Maḥre, sur le Balikh223.

98Signalons ici une erreur de la Table de Peutinger dans la route d’Antioche à Zeugrna. Il faut lire Emma (‛Imm) — Calcis (Qinnesrin) — Beroea (Alep) — Bathnae (ms. Bannis) — Hierapoli (Menbidj) — Zeugina (Balkis), en supprimant Thiltauri et Bathna qui sont empruntés à la route de Zeugma à Edesse (Thiltauri pour Thiar ou Daiara et Bathna pour Bathnae-Seroudj).

  • 224 ptolémée, V, 14, 10, donne Gerrhe ; la Table de Peutinger, Serre. Il faudrait lire Gerrhe si, comme (...)
  • 225 Ces identifications sont déclarées « suspectes » par Chapot, op. cit., p. 282, note 2. La première (...)

99Caeciliana étant placée vers l’embouchure du Sadjour. on identifiera, à la suite de C. Müller-Fisher, Bethammaria avec Qal’at Nadjm et Serre224 avec Qara-Menbidj ou une ruine voisine225.

  • 226 Important article de Streck, s. Kal‛at Nadjm dans Encyclop. de l’Islam. Sandja est un autre nom de (...)
  • 227 Voir ci-après.

100L’importance de Qal‛at Nadjm date de l’époque musulmane, lors de la construction d’un pont en ce point. Les historiens et géographes arabes le connaissent sous le nom de Djisr Menbidj ou Bjisr Sandja226. Venant de Menbidj et traversant l’Euphrate sur ce pont, on pouvait gagner directement Ḥarran ou bien, en tirant vers le Sud, Qal‛at Dja’bar, appelé aussi Qal‛at Dausar227.

101Au sud de Qara Menbidj, site probable de Serre, et toujours sur la rive droite de l’Euphrate, on peut localiser le bourg antique d’Arimara à Khirbet es-Soudé.

  • 228 Sachau, Reise, p. 133 et suiv. ; Chapot, toc. cit., p. 282 ; Sarre et Herzfeld, Arch. Reise, I, p. (...)
  • 229 Procope, de aedif.. II, 9.
  • 230 Georges De Chypre, éd. Gelzer, n° 882 et p. 151.
  • 231 Avec chute du gamma, qui ne se prononçait plus à basse époque.
  • 232 Delitzsch, WO lag das Paradies, p. 270. L’identification est contestée à tort par Maspero, II, p. 6 (...)
  • 233 KB, I, p. 39 et p. 125. A l’époque arabe, H. Derenbourg, Autobiographie d’Ousama, p. 215 ; cf. p. 9 (...)
  • 234 Gauthier, Dict, géogr., I, p. 100.

102Sachau a proposé, et son identification a été acceptée, de reconnaître Eragiza dans les ruines importantes d’Abou Ḥanaya228 ; mais on ne peut dire que cette ville soit sur l’Euphrate. Abou Ḥanaya représente plutôt Néocésarée qui était située entre Barbalissus et Gaboula229, probablement la Césarée de Georges de Chypre230. Le site d’Aroudé convient mieux, d’autant que ce vocable, s’il est confirmé, pourrait conserver le nom antique231. Schrader a identifié Eragiza avec l’Araziqi des textes assyriens232. Ces bords de l’Euphrate sont particulièrement giboyeux et les monarques assyriens y relatent leurs prouesses cynégétiques près d’Ara-ziqi « qui est à l’entrée du pays des Hittites233 ». Il semble bien que les textes égyptiens enregistrent ce site sous la forme Artakna234.

  • 235 Ed. Gelzer, n° 885 et p. 152, où l’éditeur note simplement « incognitum ».

103L’édition de Ptolémée, parue sous le nom de C. Müllier, propose de corriger, dans les listes d’Hiéroclès Σαλγενοματίζενoν en σαλτον Ἐραλιζηνῶν. On peut se demander si la correction ne doit pas être plus radicale et si le premier terme n’est pas un autre nom de ville : Attas (Table de Peutinger) ou Anthis, Athis (Ptolémée). Dans Georges de Chypre, la mention d’Eragiza a disparu et il n’est plus resté que Σάντων235.

  • 236 Chapot, loc. cit., p. 283, note 1. Toutefois, Honigmann, n°301, repousse cette identification pour (...)
  • 237 Istakhri, p. 62 ; Ibn auqal, p. 119 ; Le Str., p. 417 ; Herzfeld, Arch. Reise, I, p. 127 ; Encycl. (...)

104Pour trouver la suite des villes baignées par l’Euphrate, il faut passer de la Cyrrhestique de Ptolémée à sa Chaly-bonitide ; ce sont Barbalissus et Athis. On a depuis longtemps reconnu la première dans l’actuelle Balis ou Eski Meskene. M. Chapot nous paraît avoir heureusement retrouvé ce double vocable dans Obbanès et Maschane236. Il y a lieu de remarquer, pour éviter les flottements qui se sont produits dans la position du site, qu’il y avait une ville de Barbalissus qui a compté des évêques et un castrum dont les ruines sont à Qal‛at Balis. La position de Balis est particulièrement favorable à l’établissement d’un port où l’on pouvait s’embarquer pour descendre l’Euphrate. Aussi les anciens géographes arabes signalent Balis comme un port des Syriens sur l’Euphrate237.

  • 238 Nous lisons Strabon, XVI, 1, 27: μὲν οὗν διάϐασις τοῦ Eὐφράτου xατά τὴν Ἄνθιν (ms. Ἀνθεμουσίαν) ἐ (...)
  • 239 Herzfeld, Arch. Reise, I, p. 130.

105Athis, dans Ptolémée, se retrouve sous la forme Attas, dans la Table de Peu Linger, et Ati, Anthis, chez le Géographe de Bavenne ; la forme Anthis est attestée également par un manuscrit de Ptolémée ; nous la retrouvons dans Strabon, au prix d’une correction qui s’impose, et nous apprenons par là que c’était un passage important de l’Euphrate238. Avec M. Herzfeld, il est indiqué de placer Anthis vers l’actuelle Dibse239 qu’il faut, nous l’avons dif, évirer d’idéntifier avec Thapsacus.

  • 240 Honigmann, n° 23.
  • 241 Ibid., n° 438.
  • 242 Ibid., n° 31, confondu, à tort, avec Ammatha.
  • 243 Honigmann, n° 438. D’après Littmann, Amer. Exped., IV, p. 181, il faut éviter de confondre cette vi (...)

106En descendant toujours le fleuve, sur la rive droite nous trouvons Alalis240, Soura241 et Alamatha242 que Ptolémée rattache à la Palmyrène. La seconde de ces trois villes est seule fixée en toute certitude sur le terrain ; c’est la moderne Souriya, la Shura des textes araméens243.

  • 244 Herzfeld, loc. cit., p. 135.
  • 245 Aboulféda, p. 269 ; Le Strange, p. 417. Dans la description du cours de l’Euphrate de Dimashqi (tra (...)

107Mais, entre Dibse et Suriya, il n’y a que deux installations antiques possibles. La première, à Ṣiffin, dont la plaine est célèbre par la bataille que s’y livrèrent les partisans d’‛Ali et ceux de Mou‛awiya. M. Herzfeld n’a plus retrouvé le nom de Ṣiffin attaché à ce point244, mais ce n’est pas une raison pour mettre en doute le témoignage de Chesney, que confirme Aborulféda ; ce dernier place le lieu de la bataille sur la rive droite, en face de Qal‛at Dja‛bar245.

  • 246 Rav., p. 54 et 88.

108Ṣiffin et Abou Houreira ne sont qu’un seul et même site. Le premier vocable est conservé par le Géographe de Ravenne sous la forme de Sepe et Sephe246, le second nous paraît dérivé du vocable Alalis conservé par Ptolémée. La forme ancienne réelle était peut-être. *IIararis ; les Arabes en ont fait Abou Ḥoureira. Herzfeld note que les tombes auxquelles s’attache le nom de « Banat Abou Ḥoureira », les filles d’Abou Ḥoureira, sont antérieures à l’Islam. La tradition musulmane qui les concerne est donc toute artificielle.

  • 247 Herzfeld, loc. cit., p. 143 et suiv. ; R. Kiepert, F. Orb. ant., tab. V, p. 3, qui adopte cette opi (...)

109Cependant, plus près de Souriya, M. Herzfeld a reconnu à Tedeyen un site antique où il localise Thapsaque, sans toutefois fournir d’argument probant247. Déjà, le seul examen de la carte montre combien le site de Tedeyen est mal choisi pour traverser l’Euphrate quand, venant de l’Occident, on cherche à gagner Raqqa, comme ce fut le cas d’Alexandre le Grand. Mais une objection décisive est que Ptolémée place nettement Thapsaque en aval et non en amont de Soura.

110Le problème consiste en ceci : placer entre Souriya et Raqqa, et sur la rive droite de l’Euphrate, deux sites antiques : Alamatha et Thapsaque. Sur la carte de Kiepert de 1893 au 850.000e (voyage von Oppenheim), il est signalé, immédiatement à l’est de Souriya, une ruine sans nom qui pourrait être Alamatha. Dans cette hypothèse, Thapsaque se placerait bien à Funsa, devant laquelle on a signalé les restes d’un pont. C’est la solution à laquelle Chesney, qui avait des lieux une connaissance précise, s’était arrêté, et nous pensons que c’est la bonne. Que ce pont soit antique ou non, ces restes attestent un passage du fleuve fréquenté et qui, d’ailleurs, explique sur la rive gauche les ruines de Haraqla (voir ci-après).

  • 248 La forme sémitique Tiphsaḥ est donnée par I Rois, V, 4.
  • 249 Pline, H. N., V, 89. Chapot, op. cit., p. 288, note 1, propose d’identifier Philiscum à Nicephorium (...)
  • 250 At in Syria oppida Europum, thapsacum quondam, nunc Amphipolis.
  • 251 Même confusion dans Scylax, 102 et 101 : thapsakos potamos. En réalité il faut comprendre le passag (...)
  • 252 Ainsi R. Kiepert, Form. Orb. ant., tab. V, p. 3.

111Thapsaque est un nom sémitique « passage, gué »248 auquel on a pu, à l’époque grecque, adjoindre un nom occidental. Précisément le vocable actuel de Funsa pourrait n’être que la déformation de Philiscum, ville que Pline place non loin de Soura249. Dans Pline, V, 24, il faut renoncer à considérer Thapsaque comme un nom propre de localité250. La source à laquelle a puisé Pline indiquait qu’il y avait un passage à Europos (tiphsa)251 et que de l’autre côté du fleuve on trouvait Amphipolis. Il n’y a donc pas lieu, comme on l’accepte généralement252, de supposer un désaccord entre Pline et Stéphane de Byzance au sujet de l’emplacement d’Amphipolis.

  • 253 Ptolémée, V, 18.
  • 254 Fr. Cumont, Comptes rendus de l’Acad. des Inscr., 1923, p. 37.

112Ptolémée attribue à l’Arabie déserte la suite des villes que voici sur la rive droite de l’Euphrate : Thapsaque, Birtha, Gadirtha, Auzara, Audattha, Addara, Balagea, Pharga, Colarina et Belgynaea253. Les éditeurs de Ptolémée ont complètement erré dans l’identification de ces villes, et il ne pouvait guère en être autrement. Nous possédons une précieuse indication depuis que M. Fr. Cumont a identifié le site de Ṣaliḥiyé, au sud de Meyadin, avec Doura-Europos254. Dès lors, il devient possible de mieux répartir ces localités.

  • 255 Il est impossible de décider si Addara est une forme arabisée, c’est-à-dire munie de l’article arab (...)
  • 256 Sur Deir ez-Zor, cf. Saciiau, Reise, p. 262 ; Von Oppenheim, Vom Mittelmeer, I, p. 329, relève les (...)

113Une ville de l’importance de Doura ne peut manquer à la liste de Ptolémée ; elle se retrouve, en effet, sous la forme Addara255, dont la position donnée par le géographe grec répond à celle de Ṣaliḥiyé. De là, on est immédiatement conduit, en remontant le cours du fleuve, à identifier Auzara avec Deir ez-Zôr256. Dans ce dernier toponyme la partie ancienne est ez-Zôr, plus exactement az-Zaur, qui recouvre exactement Auzara, si l’on admet que cette dernière est une déformation, par métathèse, de *Azaura.

114Ces deux identifications étant établies, le champ des conjectures pour les autres villes est étroitement limité. Entre Thapsaque et Deir ez-Zor nous devons trouver Birtha et Gadirtha. Les sites qui s’offrent à nous sont trop nombreux pour qu’on puisse faire une hypothèse utile. On remarquera seulement que le site baigné par l’Euphrate, auquel Zénobie donna son nom, Zenobia, est certainement une localité antique qui tirait son importance de sa liaison directe avec Palmyre : Birtha ou Gadirtha est vraisemblablement le nom auquel on a substitué celui de Zenobia, dans la seconde moitié du iiie siècle.

115Entre Auzara (Deir ez-Zor) et Addara (Doura), Ptolémée place la ville d’Audattha, qui répond à l’actuelle Meyadin. La première station après Doura, du nom de Balagaia ou Balagala, qu’on ne sait où placer, doit être en aval d’Abou-Kemal.

116L’importance de cette rive droite a été méconnue parce qu’on a pensé que les itinéraires se tenaient constamment sur la rive gauche. Mais Isidore de Charax prend soin de nous dire que son itinéraire franchit l’Euphrate au confluent du Khabour et du grand fleuve : ἐxεῖθεν διαϐαίνει τὰ στραρόπδα εἰς τὴν xατά Ῥωμαίους πέραν. C’est pourquoi il cite Doura. On peut donc se dispenser de supposer que Doura possédait sur la rive gauche une dépendance du même nom, car ce serait une explication contre laquelle s’élèvent tous les exemples fournis par les villes de l’Euphrate. D’ailleurs, les autres vocables qu’on peut identifier dans l’itinéraire en question, à partir du Khabour, appartiennent à la rive droite.

  • 257 Scheil, Annales de Tukulti-Ninip II, p. 21, où il est spée fié que Sirqu se trouvait sur la rive dr (...)
  • 258 Thureau-Dangin et Dhorme, Cinq jours de fouilles à ‛Asharah, dans Syria, 1924, p. 265.
  • 259 Le R. P. Scheil, op. cit., p. 46, corrige en Gerban, pour y retrouver la ville assyrienne d’Aqarban (...)

117Au-delà du Chaboras (Khabour), l’auteur des Mansiones Parthicae cite Asicha, où nous proposons de retrouver la ville assyrienne de Sirqu ou Tirqa qui se dressait sur la rive droite, actuellement Ἁshara257, dont des fouilles récentes ont permis d’établir l’antiquité présargonique258. Puis la route passait par Doura où Isidore de Charax nous dit que le général grec Nicanor avait fondé une colonie macédonienne sous le nom d’Europos, témoignage que les découvertes de M. Cumont ont brillamment confirmé. A notre avis, on doit chercher sur la rive droite la station suivante : Merrhan259.

  • 260 Scheil, op. cit., p. 43-44.

118Puis vient Giddan, dont le P. Scheil a retrouvé la forme assyrienne Ḥindani dans les Annales de Tukulti-Ninip II où il est dit, de façon expresse, que cette ville était située sur la rive droite260. Les indications fournies par les Annales et par Isidore de Charax concordent pour placer cette localité à l’actuel Abou-Kemal. Peut-être en relève-t-on une autre mention fort curieuse dans Stéphane de Byzance : Ἔδδανα πόλις πòρς πῷ Eὐφάτη, xατοια Φοινων, ἀπὀ Ἐδδανοῦ ἠγεµόυς. Ce dernier trait a la valeur de tous ceux du même genre, mais nous avons eu l’occasion de signaler l’activité des Phéniciens sur l’Euphrate. La navigation sur ce fleuve leur permettait d’avoir leur ligne de commerce propre et indépendante du système de caravanes, vraisemblablement très onéreux.

  • 261 Scheil, ibid., p. 43 et p. 56.

119Isidore de Charax ne cite plus jusqu’à Anatho (‛Ana) qu’une station, Belesi-Biblada, à chercher selon nous sur la rive droite, et une île sans nom. Dans les mêmes parages, entre Ḥindanu et ‛Ana, les itinéraires assyriens placent la ville de Ḥarada261.

  • 262 Voir infra.
  • 263 Ptol., V, 17, 5.

120b) Les villes de la rive gauche. — Les modernes sont parfois embarrassés par l’abondance des noms fournis par les listes de Ptolémée, dans ces régions où tant de villes prospères ont disparu, et cependant ces listes sont incomplètes. Ainsi, en ce qui concerne la rive gauche du moyen Euphrate, Ptolémée ne cite ni Apamée, en face de Zeugma, ni Ṭourmeda-Amphipolis-Nikatoris en face d’Europos, ni Dausara262 actuellement Qal‛at Dja‛bar. Ptolémée fournit la liste suivante : Porsica, ou mieux Persica, Aniana, Baisampse, Sarnouca, Bersiba, Maubai, Nicephorion, Magouda, Chabora, Thelda, Apphadana,Banake, Zeitha et Bethauna263, où nous arrêtons notre, description.

  • 264 Steph. Byz., Πέρσα, πόλις θηλυxῶς, παρὰ τῷ Εὐφράτῃ xα Σαμοσάτοις.
  • 265 Ed. de Georges de Chypre, p. 150.

121Le problème que soulève la position de Persica a été inutilement compliqué d’une série de rapprochements peu justifiés. Un seul doit être retenu : il est très probable que Persica est identique à la Persa de Stéphane de Byzance. Mais, d’après ce dernier auteur, Persa s’élevant auprès de l’Euphrate264 ne peut s’identifier, comme le propose Gelzer, avec Perrhe265. Si Persa est Persica, la ville est à situer sur la rive gauche de l’Euphrate et, d’après Stéphane de Byzance, tout à proximité de Samosate. Il ne nous paraît pas y avoir d’autre, solution possible que de placer Persica en face de Samosate, au point appelé aujourd’hui el-Qantara.

  • 266 Fischer, dans Ptolémée (éd. Millier), p. 968 (note) ; R. Kiepert, dans H. Kiepert, Formac orbis ant (...)

122Une autre confusion est faite couramment, celle de Persica avec Capersana266. Le rapprochement onomastique est vraiment trop défectueux; aussi proposerons-nous un autre rapprochement.

  • 267 Voir sur ce point Streck, dans Pauly-Wissowa, Realenc, Suppl., s. v., et Honigmann, n° 233.
  • 268 CIL, III, 11701.
  • 269 Steph, de Byz., S. V.

123Si l’indication que Capersana était à l’ouest de l’Euphrate n’est pas d’un caractère absolu267, on peut en rapprocher Aniana. Il est surprenant que parmi toutes les conjectures formulées sui l’emplacement d’Aniana, aucune n’ait envisagé l’identification avec le village actuel d’‛Aini, à l’est de Sarylar et sur la rive gauche. C’est Hennia d’une inscription latine de Norique : Surus ex regione Zeugma vico Hennia268. Peut-être aussi Ainos que Stéphane de Byzance place près de Thapsaque et de l’Euphrate, indication qu’on peut croire inexacte dans sa première partie269.

124On conçoit, d’autre, part, que le vocable ‛ain « source » puisse être précédé du terme kaphr « village », et on doit se demander si la même localité ne serait pas Caphrena, déformée en Capersana.

  • 270 Ammien Marc, XVIII, 8, 1.

125Du bourg d’‛Aini, une route conduit directement à Edesse, ce qui implique l’existence d’un ancien pont que mentionne Ammien Marcellin. On se proposait d’attendre l’ennemi à Samosate et, pour ne pas être Ṭourné vers le Sud, on coupe les ponts de Zeugma et de Capersana : Nos disposuimus properare Samosata, ut seperato exinde flumine, pontiumque apud Zeugma et Capersana juncturisabscissis, hostiles impelus refelleremus270.

  • 271 Pline, H. N., VI, 119.
  • 272 Il n’y a pas lieu, avec Fischer, dans l’éd. de Ptolémée, p. 968, note, de remplacer Apamée par Séle (...)

126C’est bien dans la même région qu’il faut chercher le Caphrena de Pline271 : Dicta est et in Zeugmate Apamea272, ex qua orientem petentes excipit oppidum Caphrena munilum, quondam stadiorum LXX amplitudine et satraparum regia appellatum, quo tributa conferebantur, nunc in arcem redactum.

  • 273 Chapot, Front. Euphr., p. 274, qui repousse justement l’identification de Capersana avec Apamée pro (...)
  • 274 Ibidem. Que l’endroit soit presque inaccessible aujourd’hui, comme le signale Fr. Cumont, Études sy (...)
  • 275 Chapot, Mémoires de la Soc. des antiq. de France, 1901, p. 116 et pl. VI ; Cumont, Études syr., p. (...)
  • 276 Von Oppenheim, Byz. Zeitschr., 1905, p. 7; Cumont, Ét. syr., p. 250 ; Clermont-Ganneau, Rec. arch. (...)

127Précisément à peu de distance de ‛Aini et sur la rive droite on a relevé une inscription prouvant que « deux vexillationes, dont l’une empruntée à la leg. III Gallica, avaient séjourné là, au moins sous Vespasien, et établi une cochlis pour puiser de l’eau273 ». Que pouvait faire un poste romain en ce point désert que ne signale aucune ruine de village, sinon de surveiller et d’entretenir un pont de bateau? Sans y être entraîné par le rapprochement onomastique que nous proposons plus haut, M. V. Chapot l’a déduit du simple examen des lieux en concluant : « Il serait donc bien tentant de prononcer ici le nom de Capersana274 ». On peut trouver confirmation du rôle attribué au poste militaire romain dans la découverte que M. Chapot a faite d’un bas-relief figurant le dieu Euphrate275. Une telle figure, comme celle de Mas’oudiyé276, en face Qal‛at Nadjm, marque moins un lieu de pèlerinage qu’un point de passage du fleuve.

  • 277 Ptolémée, éd. C. Müller, p. 1003. Propositions enregistrées dans H. Kiepert, Formae Orbis ani., tab (...)

128Ce point acquis, il s’agit de distribuer, sur la rive gauche de l’Euphrate, entre les deux positions connues d’Aniana et de Nicephorium, les quatre villes suivantes : Baisampse, Sarnouca, Bersiba et Maubai. L’identification de ces villes n’a fait aucun progrès depuis la discussion de Fischer277 dont les conjectures ne sont pas heureuses.

  • 278 Ce même nom est relevé sur le golfe arabique par Steph. Byz., qui nous en donne l’étymologie : « ma (...)
  • 279 Cumont, Études syriennes, p. 144 et suiv.
  • 280 Voir injra.

129Descendant la rive gauche, à partir d’Aniana, la première ville que nous rencontrons est Biredjik, où nous sommes ainsi amené à retrouver Baisampse278. Le nom de Birtha porté également par Biredjik279, aurait d’abord été celui de la forteresse. Ce nom de « maison » ou « temple du soleil » indique un culte solaire particulièrement intense et il ne serait pas impossible que le nom de Hieracome lui ait été attribué par les Grecs. Une route directe, coupant au plus court la boucle de l’Euphrate, unit Biredjik à Samosate et on ne peut manquer d’être frappé que Hieracome apparaisse dans la Table de Peutinger sur la route directe d’Antioche à Samosate280. Cette identification ferait disparaître l’anomalie de ne pas trouver mention d’une route passant par Biredjik, dès lors qu’à la suite de M. Cumont, on place Zeugma à Balkis.

  • 281 La graphie de ce vocable est incertaine ; l’identification est de Fischer, Ptolémée (éd. Müller), p (...)
  • 282 Steph. Byz., S. Nikatoris.

130Nous ne pouvons pas préciser la position de Sarnouca ; elle doit être cherchée entre Biredjik et le confluent du Sadjour. Ce n’est certainement pas la ville d’Amphipolis, en face d’Europos, car on connaît son nom indigène Ṭourmeda, probablement conservé dans l’actuel Zouima ou Sourma-gha281. Cette ville reçut un moment, sous Seleucus Nicator le nom de Nikatoris282.

  • 283 Ritter, Erdkunde, t. X, p. 1001. De même Fischer, Ptolémée, éd. Müller.
  • 284 Sayce, Proceedings Soc. Bibl. Arch., 1913, p. 174, cherchant un vocable correspondant dans les list (...)
  • 285 Mabbog-Menbidj.
  • 286 On place cette ville sur la rive gauche de l’Euphrate, à Ledja ou Ilidjak.
  • 287 Non identifiée.
  • 288 Voir ci-après.
  • 289 Ne peut s’identifier à Meskené trop au Sud et sur la rive droite.
  • 290 Keilinschr. Bibl., I, p. 163 et suiv. ; Kraeling, Aram and lsraël, p. 61. Nous nevoyons pas pourquo (...)

131On place généralement avec Ritter283, Bersiba à Tell Mourabyat un peu au nord de Balis. Nous proposerons d’identifier Bersiba avec Til-Barsip284 des documents assyriens. Après s’être emparé, en 857, de cette ville qui faisait figure de capitale du Bit-Adini, Salmanasar lui imposa son nom : « Je donnai à Til-Barsip le nom de Kar-Shulman-asharid, à Nippigi285 celui de Lita-Ashur, à Aligu286 celui d’Aṣbat-la-kunu, à Rugulitu287... Ensuite je réduisis Ana-Ashur-utir-Aṣbat, que les Hittites appellent Pitru288 et qui est placé sur le Sangura, de l’autre côté de l’Euphrate, et Mut-kinu289, de ce côté-ci de l’Euphrate, que Tiglat-Piléser avait conquise...290 ».

  • 291 Thompson, Proceedings Soc. Bibl. Arch., 1912, p. 66 et suiv.
  • 292 Itinéraire de Salmanasar en 857 (K. B., I, p. 171) : Til-Barsip, Pitru, Alep.
  • 293 К. В., I, p. 179.

132Kar-Shulman-asharid a été identifiée en toute certitude avec Tell Aḥmart291, sur la rive gauche de l’Euphrate, sur le passage de la grande voie menant d’Alep et Menbidj à Seroudj et Edesse292. Ce sera pendant quelque temps la ville frontière de l’Assyrie vers l’Ouest, la place qui tiendra en respect les Hittites, notamment le royaume de Karké-mish : « Le territoire du pays d’Ashur, dira Shamshi-Ramman, s’étend de la ville de Paddira dans le pays de Nairi jusqu’à Kar-Shulman-asharid, en face de Karkémish293. »

  • 294 Keilinschr. Bibl, I, p. 150 ; Gressmann, Altor. Texte, p. 109.
  • 295 Ces objections ont été particulièrement bien présentées par Holzinger, Numeri, p. 105 et suiv.

133Quand on traversait l’Euphrate en ce point, on parvenait presqu’immédiatement à la ville de Pitru qui s’élevait auprès du fleuve Sadjour294. L’emplacement exact de Pitru est à déterminer d’après ces indications. Un intérêt particulier s’y attache parce que cette localité est mentionnée dans l’Ancien Testament comme étant la patrie de Balaam. D’assez graves objections ayant été présentées contre cette identification295, nous devons nous y arrêter.

134Les récits concernant Balaam estropient quelque peu les noms de lieux ; aussi la graphie pethôr, pour rendre l’assyrien pi-it-ru, ne peut être invoquée contre l’identification.

  • 296 Nombres, XXIII, 7, dit encore que Balaam vint d’Aram.
  • 297 Ainsi KB, I, p. 132-133 ; cf. le texte ibid., p. 103 : mahazani sa apal A-di-ni, d’après lequel on (...)

135On a profité du mauvais état du texte pour proposer une correction radicale : aram devrait être changé en edom et, au lieu de benè-‛ammo, on devrait comprendre benè-‛ammon. Mais ces violences faites au texte conduisent à cette absurdité qu’Edom serait placé dans le territoire des Ammonites. A faire une correction, il ne faut pas qu’elle soit un simple jeu paléographique, mais qu’elle réponde à des conditions déterminées. Or, les textes bibliques situent, de la façon la plus formelle, la ville de Pethor sur l’Euphrate. Nombres, XXII, 5 : « Pethor qui est sur le Fleuve (i. e. l’Euphrate) », est confirmé par Deutéronome, XXIII, 5, qui place Pethor dans l’Aram Naharaïm, c’est-à-dire dans les territoires de part et d’autre de l’Euphrate296. A l’époque des conquêtes assyriennes ce territoire était spécialement appelé le Bit-Adini, et nous en concluerons que les benè-‛ammo de Nombres, XXII, 5, doivent se lire benè-‛eden. Les benè-‛eden, dans le sens de benè-beth-eden (Bit-Adini), se retrouvent dans II Rois, XIX, 12= Isaïe, XXXVII, 12. Il est à remarquer que l’expression hébraïque dérive du protocole assyrien qui qualifie le roi du Bit-Adini d’apal-Adini, c’est-à-dire ben-Adin297.

  • 298 Les trois derniers noms du verset 13 : Sepharvayim, Hena et Ivva, sont une glose ; il y a donc lieu (...)
  • 299 Schrader, Die Keilinschr. u. das A. T., lre éd., p. 203. Dans la nouvelle édition de cet ouvrage, W (...)
  • 300 K. B., II, p. 129; Delitzsch, WO lag das Paradies, p. 265; Kraeling, op. cit., p. 63.

136De même, il faut comprendre II Rois, XIX, 12 : «Ben-Eden qui demeure à Telassar », le roi de Ben-Eden (Bit-Adini) dont la capitale est Telassar298. La position de cette dernière est inconnue, mais Schrader l’a identifiée avec Til-ashouri299 qu’un texte assyrien met en rapport avec le pays de Bar-naka300. Il nous semble que ce dernier vocable se conserve dans la Banake de Ptolémée que nous retrouverons plus bas sur la rive gauche de l’Euphrate.

  • 301 K. B., I, p. 103.
  • 302 K. B., I, p. 133.
  • 303 Kraeling, toc. cit., p. 60 et 20.

137Sont également indéterminées les villes de Kar-Ashurna-ṣiraplu, sur la rive gauche, de Nibarti-Ashur sur la rive droite301, de Shitamgi, piton dominant l’Euphrate302. Kraeling croit pouvoir placer Burmaruna à el-Burat, au nord de Djerabis. Quant à Mutkinu, on ne peut la confondre avec Meskene, car elle se trouvait sur la rive gauche, non loin de Pitru, semble-t-il303.

  • 304 Nous avons dit que la figure du dieu Euphrate, qualifié ici de roi, sur une mosaïque de Mas‛oudiyé, (...)
  • 305 Procope, de aed., II, 6 ; steph. Byz., S. V. ; le passage de Procope est cité par Gelzer dans son é (...)

138Pour en revenir à la liste de Ptolémée, il reste à situer Maubai, sur la rive gauche de l’Euphrate, entre Tell Aḥmart et Nicephorium ; la marge est trop grande pour que l’on puisse émettre une conjecture, cependant les installations sont rares dans cette région, sur la rive gauche, car la contrée entre l’Euphrate et le cours inférieur du Balikh est depuis longtemps absolument désertique. On ne trouve guère à signaler comme installation ancienne que des vestiges en face de Qal‛at Nadjm, à Mas‛oudiyé304. Plus bas se dresse Qal‛at Dja‛bar qui ne saurait convenir à Maubai puisque nous en connaissons le nom ancien : Dausara305, que conservent encore les géographes arabes. Le site d’Héraqla ne remonte pas à l’antiquité, mais à Haroun er-Rashid, qui lui donna ce nom en souvenir de la conquête de l’Heraklia du Taurus (Eregli).

139De Nicephorium jusqu’au Khabour, l’itinéraire d’Isidore de Charax suit la rive gauche de l’Euphrate et il est surprenant qu’on n’y ait pas reconnu certaines localités mentionnées par Ptolémée sur cette même rive. Pour les faire apparaître, il suffît de mettre les deux listes en présence.

140Ptolémée ,V, 17, 5.

141Nicephorium.

142Magouda.

143Chabora.

144Thelda.

145Apphadana.

146Banake.

147Isidore de Ch., 1.

148Nicephorium.

149Galabatha, 4 sch.

150Choumbana, 1 sch.

151Thillada Mirrhada, 4 sch.

152Sanctuaire d'Artemis, 7 sch.

153Allan, 4 sch.

154Beona, sanct. d'Artémis, 4 sch.

155Phaliga, 6 sch.

156Nabagath.

157Khabour fl. où l'itinéraire traverse l'Euphrate.

  • 306 R. Kiepert, op. cit., p. 5.

158On voit que si l’on corrige la Chabora de Ptolémée en Choumbana, la concordance apparaît. On comprend que les copistes aient substitué un nom connu, celui du Khabour, à Choumbana qui est à chercher vers Djedeidé, dans une des ruines qui précèdent ce poste, peut-être Khirbet ed-Dou-khiyé. Dans ces conditions, Thelda ou Thillada Mirrhada peut s’identifier avec Zelebiyé. Faute d’avoir reconnu l’erreur graphique qui s’est glissée avec Chabora, dans le texte de Ptolémée, R. Kiepert a déclaré impossible de placer entre le Khabour et Zeitha tous les noms donnés par Ptolémée306.

  • 307 Isid. de Ch., l. C, Βασίλεια, Ἀρτέμιδος ἰερόν, Δαρείου, xτίσμα xωμόπολις.
  • 308 On confond cette localité avec une homonyme, à quelque distance de l’Euphrate, sur le Khabour ; c’e (...)

159Puis vient Apphadana, nom perse où nous reconnaissons le sanctuaire d’Artémis qualifié de place royale — ce qu’indique aussi le vocable d’Appadana ou palais royal — fondé par Darius307. La position en est incertaine308 ; on pourrait la chercher vers Ḥouseiniyé, en face de Deir ez-Zor.

  • 309 Scheil, l. c., p. 48.

160Allan, d’Isidore, n’est pas mentionnée dans Ptolémée. Banake de Ptolémée peut correspondre à Beona ou à Phaliga d’Isidore. Les deux stations de Phaliga et de Nabagath sont peut-être à placer de part et d’autre du Khabour et vers son embouchure. Le P. Scheil a reconnu dans Phaliga le terme assyrien palgu « canal ». A l’époque assyrienne, la ville qui s’élevait au con Huent du Khabour, précédant Circesîum, avait nom Rummunidu309.

  • 310 Ammien Marc, XXIII, 5, 7.
  • 311 Zosimus, III, 14.
  • 312 G. Fr. Hill, Brit. Mus. Cat., Arabia, Mesopotamia and Persia, p. cxiii.

161Zeitha, d’où Ammien Marcellin voyait la tombe de Gordien III310, probablement élevée dans la citadelle de Doura311, se placerait bien dans la région fertile de Boustan, de Tell Hidjanik et de Tell Afriya. On a attribué à tort des monnaies romaines à cette ville312.

162Bethauna a été depuis longtemps identifiée avec ‛Ana, l’Anatho d’Isidore de Charax. Nous sommes ici fort éloigné de nos frontières.

5. – Villes et routes de la Cyrrhestique.

163La région que nous envisagerons ici, sans trop nous attarder aux dénominations géographiques ni à la frontière actuelle arrêtée à la ligne du chemin de fer de Baghdad, mérite le nom de Haute Syrie que lui donnaient les anciens. Elle s’étend de l’Amanus à l’Euphrate et comprend une série de vallées descendant du Taurus et affectant la direction générale nord-sud.

164Le Qara Sou et l’‛Afrin alimentent le lac d’Antioche (el-Baḥra). Avant que l’Oronte n’ait trouvé un débouché vers la mer, il contribuait avec les deux fleuves précédents à couvrir de ses eaux une étendue considérable de terrain, en partie dégagée aujourd’hui et constituant la plaine de ‛Amq.

165Le Qouweiq, qui prend ses sources au sud d’‛Aintab, conserve le régime ancien : après avoir arrosé Alep, il se perd dans les marais (el-Matkh), près de Qinnesrin. Le Nahr ed-Dahab, sortant de terre près de Bab, coule aussi du Nord au Sud et se perd dans la lagune (es-Sabkha) de Djabboul. Le Sadjour, qui naît près d’‛Aintab, aurait eu le même sort, celui de se perdre dans les terres, si sa proximité de l’Euphrate ne lui avait facilité un débouché dans le grand fleuve.

166Les premiers renseignements circonstanciés que nous possédons sur cette région sont fournis par les textes assyriens qui nous montrent ces vallées et les vallées latérales hérissées de places fortes qui retrouveront un lustre nouveau à l’époque des croisades. Le rapprochement n’est pas fortuit ; il signale une situation analogue. Dans l’un et l’autre cas, ce sont des étrangers au pays, Hittites ou Croisés, qui sont obligés de se cantonner dans des places fortes, aussi bien pour dominer les indigènes que pour se prémunir contre les attaques venues de l’extérieur.

  • 313 On ne peut guère songer à la Serre de Ptolémée dont il a été question ci-dessus. Ces villes sont à (...)

167Nous rappellerons rapidement, et sans tenir compte des empiétements consécutifs aux revers de fortune, les états qui se divisaient le nord de la Syrie au temps des conquêtes assyriennes. Au nord du grand royaume de Ḥama et en partant de l’est, on rencontrait tout d’abord le Bit Adini avec sa capitale Til-Barsip et quelques villes sur l’Euphrate dont nous avons essayé plus haut de préciser la position. Dans l’ouest, le Bit Adini possédait Surunu313, Paripa, Til Bashiri, le Tell Basher ou Turbessel des croisades, Dabigu (Dabiq). Il est à présumer que Nappigu, c’est-à-dire Mabbog (Menbidj), comptait dans le Bit Adini.

  • 314 L’identification avec Menbidj proposée par Maspero, De Carchemis oppidi situ, a été rectifiée par G (...)
  • 315 KB, I, p. 161 ; Kraeling, l. c, p. 60.
  • 316 Hogarth, Carchemish, I, p. 25, explique que le nom de Djerabis représente l’ancien nom Europus que (...)

168Immédiatement au Nord s’étendait le royaume de Karkémish dont les fouilles récentes menées par le British Museum ont montré l’importance314. Ce royaume comptait notamment Shazabe, ou, en syriaque, Shadabe315. Il a pu prendre, à certain moment, une assez grande extension. La position, très forte, est connue à l’époque grecque et romaine sous le nom d’Europos, actuellement Djerabis316.

  • 317 Ce pourrait être l’actuelle Erin, au sud-ouest d’Arpad.
  • 318 Amos, VI, 2 ; Isaïe, X, 9.
  • 319 Dhorme, op. cit., p. 33. Cette ville est prise par les Assyriens en 738.
  • 320 Kraeling, op. cit., p. 70, propose d’identifier Nulia avec la moderne Niyara, au sud de Killiz, la (...)

169Puis venaient, à l’Ouest, le royaume de Khalman (Alep), celui de Yakhan avec Arpad (Tell Arfad) pour capitale et Arne317 comme ville principale ; peut-être aussi Kalne318, en assyrien Kullani319, actuellement Kullan-Keuï. Le roi de Arpad porte souvent dans les textes assyriens le titre de Apil-Gusi qui, nous l’avons vu, correspond au Bar-Goush de la stèle de Zakir. Le Khattina paraît avoir empiété sur ses voisins ; on y place tout particulièrement Khazazu (‛Azaz), Taia à l’ouest de cette dernière, Nulia et Butamu à l’est320, peut-être Shitamrat. Le royaume d’Unqi, constitué par la vallée de l’‛Afrin et les abords orientaux du lac d’Antioche, avait pour capitale Kunalua dont nous avons, plus haut, cherché à fixer la position.

  • 321 Les fouilles de Zendjirli ont été publiées dans la collect, du Musée de Berlin intitulée Mittheil, (...)

170Plus au Nord, le royaume de Samal avait pour capitale la ville dont les ruines ont été mises au jour sur le site de Zendjirli321, tandis que le royaume voisin – ils s’englobent parfois l’un l’autre – de Yaudi avait pour capitale l’actuel Tell Gertshin. Plus loin encore, on comptait le Gourgoum avec Marqasi (Mar‛ash) pour capitale.

  • 322 Il résulte d’une inscription de Sargon (KB, II, p. 129), que Qoué représente la plaine cilicienne ( (...)
  • 323 L’éditeur de Ptolémée propose d’identifier Ariseria à l’Ad Serta de la Table de Peutinger ; égaleme (...)
  • 324 Certainement Regia de la Table de Peutinger, et vraisemblablement Metridatis Regnum de l’Itin. Ant, (...)
  • 325 Lecture incertaine. Honigmann, n° 400 et 467 incline à lire Bouba et à identifier avec Thurae de la (...)
  • 326 Honigmann, n° 210, incline à en rapprocher Tell Hiraq de Yaqout, I, p. 872, forteresse à l’ouest d’ (...)
  • 327 Actuellement Niyara, au sud de Killiz et à l’est de ‛Azaz ; Honigmann, n° 325. Nous avons vu qu’on (...)
  • 328 Avec hésitation nous songeons à Tell ‛Ifar, au sud-ouest de Hierapolis. Peut-être, avec métathèse, (...)

171Limitée à l’Ouest par les royaumes de Qoué et de Khilakki322, au Nord par le Kammanu (capitale Comana), le Milid (Mili-tène), le Kummukh (Commagène), à l’Est par l’Euphrate, la région que nous envisageons correspond à la Cyrrhestique de Ptolémée avec Beroea (Alep), Hiérapolis (Menbidj),Bathnae (Tell Baṭnan, près Bab) et Cyrrhus, comme villes principales, puis Ariseria323, Bhegia324, Rouba325, Heraclea326, Niara327, Paphara328. Nous avons discuté plus haut ce qui concerne les villes de Cyrrhestique baignées par l’Euphrate.

172Nous dirons quelques mots des grands centres de l’époque romaine dans l’ordre suivant : Cyrrhus, Doliche-Aintab, Alep-Beroea, Hiérapolis-Menbidj, Bathnae, Chalcis-Qinnesrin. Pour terminer, en nous appuyant, d’une part, sur ces points dont la position ne prête pas à discussion et, de l’autre, sur les passages de l’Euphrate, que nous avons cherché à fixer dans le paragraphe précédent, nous pourrons étudier, avec la moindre chance d’erreur, les anciens itinéraires de la région.

  • 329 Sur cette légion, voir Chapot, Front. Euphr., p. 72 et 76 ; Mouterde, Mél. Fac. or., VII, p. 97 ; C (...)

173Si toute une région syrienne s’est vu donner le nom de Cyrrhestique, c’est que Cyrrhus est devenue de bonne heure le principal centre de la Xe légion Fretensis329. Pour les mêmes raisons militaires, les Arabes des premiers siècles de l’hégire engloberont sous le nom de djound Qinnesrin une région fort étendue.

  • 330 Babelon, Les rois de Syrie, p. cxxix et p. 115. Une monographie de la ville a été donnée par Honigm (...)
  • 331 W. Wroth, Brit, Mus. Cai., p. li-lii et p. 133 ; Cumont, Études syriennes, p. 222 et suiv.
  • 332 Gelzer, éd. de Georges de Chypre, p. 148. Voir ci-après, à propos de Doliche.
  • 333 Yaqout, IV, p. 199 ; Le Str., p. 489 ; Ibn esh-Shina, p. 224. L’état actuel du site a été décrit e (...)

174Cyrrhus a frappé monnaie dès le deuxième siècle avant notre ère330. A l’époque romaine, ses monnaies représentent le dieu local Zeus Kataibates, synonyme de Keraunos331. A l’époque chrétienne, on y vénérait les reliques des saints Côme et Damien, ce qui valut à la ville le nom d’Hagiopolis332. Yaqout signale que le site est riche en vestiges antiques333. Le culte de Urie le hittite, assez inattendu en ce point, paraît dû à une simple confusion onomastique, le qof de Qourous ne se prononçant plus.

  • 334 Cumont, Ét. syriennes, p. 226, note 6 ; Honigmann, n° 216.
  • 335 Cumont, ibid.
  • 336 Cumont, ibid. ; Honigmann, n° 470.
  • 337 Cumont, ibid. ; Honigmann, n° 78.
  • 338 Cumont, ibid.
  • 339 Ibid.
  • 340 Ibid.
  • 341 La distance de huit milles donnée par un passage que cite Honigmann, n° 359, εἰς τὸ ὄρος, est exact (...)
  • 342 Ibn esh-Shina, p. 225.

175Près de Cyrrhus, il est fait mention du village d’Omeros, qui aurait encore porté le nom de Nètis334 ; peut-être est-ce la même localité que la possessio Obariae du Liber Pontificalis335. On trouve immédiatement au sud de Cyrrhus un lieu appelé Omar Simro dont le nom d’apparence moderne pourrait s’inspirer du nom ancien. Tillima336 est à rechercher non loin de Cyrrhus. Asikhas337, nous paraît être une autre forme de Sicos que nous avons identifié avec Saktshé Geuzu. Nous ne trouvons rien à rapprocher d’Armamazon338, tandis que Kaproïmanda339 nous paraît s’identifier avec Kafer Miz entre ‛Azaz et Kersen. Parthen ou Parthes340 a laissé son nom attaché au Parsa Dagh, au sud-est de Cyrrhus341. Peut-être faut-il chercher Sarqatana clans les mêmes environs342.

  • 343 Etudes syriennes, p. 173 et Groupe de marbre du Zeus Dolichènos dans Syria, 1920, p. 183. Pour les (...)
  • 344 Honigmann, n° 160.
  • 345 CIL, III, 3490 ; Cumont, Ét. syr., p. 165, note 3 et p. 166, note 3 ; Honigmann, n° 66.
  • 346 Ibn esh-Shina, p. 170.
  • 347 Ibn esh-Shina, III, p. 759 ; Le Str., p. 386-387.

176Pour Dolichè et son dieu Zeus Dolichènos, quifuttransporté dans tout l’empire par les troupes romaines, il suffira de renvoyer à la monographie si complète de M. Fr. Cumont343. Quand cette cité tomba en ruine, le bourg de ‛Aintab se développa au point de constituer une grande ville. Honig-mann identifie ce site avec le Diba de Ptolémée, la Tyba de Cicéron344, mais on peut proposer, pour ces derniers termes, un autre rapprochement dont il sera question ci-après. Nous conjecturons plutôt que le nom ancien d’‛Aintab nous est conservé par l’épitaphe d’un syrien ex regione Dolica, vico Arfuaris345. Ce dernier vocable dérive, en effet, de fawarat, qui a, comme ‛ain, le sens de source. Les auteurs arabes qui la décrivent comme une forteresse dominant le cours du Sadjour, savent qu’anciennement elle dépendait de Doulouk346. Yaqout prétend même, ce qui est une erreur, qu’’Aintab s’appelait anciennement Doulouk347.

  • 348 Ibn esh-Shina, p. 136.

177Un peu au sud d’‛Aintab, le village d’Arqiq est signalé comme situé près des sources du Qouweiq348 ; c’est évidemment le site que les cartes notent Arkik, à l’est de la route qui joint ‛Aintab à Killiz.

  • 349 Delitzsch, Wo lag das Paradiest p. 275.

178Le nom arabe d’Alep, Halab, est identique à la forme assyrienne Khallaba. On trouve aussi la forme Khalman349.

  • 350 W. Max Muller, Asien u. Europa, p. 259.
  • 351 Benzinger, dans Pauly-Wissowa, S. V. ; Cumont, Él. syr., p. 13 et suiv. ; Honigmann, n° 107.
  • 352 Voir plus haut, p. 285.
  • 353 Yaqout, I, p. 465 ; Le Str., p. 365. L’identification de Beroea avec Bersera de la Table de Peuting (...)

179Les textes égyptiens attestent Khalabu dès le deuxième millénaire avant notre ère350. Lors de la conquête macédonienne elle reçut le nom de Beroea351. Toutefois, le nom antique resta en usage puisqu’il réapparaît à l’époque byzantine sous la forme Χαλέπ. C’est à tort qu’on donne encore à Alep le nom de Χαλυϐών qu’elle n’a jamais porté352. L’identité de Beroea avec Alep n’était pas connue seulement des auteurs byzantins, mais aussi de Yaqout353.

  • 354 Les anciens géographes arabes ; cf. Le Str., p. 360-367 et 39 ; G. Schlumherger, Nicéphore Phocas ( (...)

180Au xe siècle sous les Hamdanides, Alep devint la capitale d’un vaste État embrassant tout le nord de la Syrie, de Ḥama à Mar‛ash et d’Antioche à Samosate354. La diminution d’Antioche et la destruction de Qinnesrin contribuèrent à donner de plus en plus d’importance à Alep.

  • 355 yaqout, I, p. 667 ; Le Str., p. 424 ; Ibn esh-Shina, p. 18 et 59.
  • 356 yaqout, I, p. 537 ; Le Str., p. 425 ; Ibn esh-Shina, p. 92.
  • 357 Ibn esh-Shina, p. 225.
  • 358 yaqout, II, p. 382 ; Le Str., p. 446 ; Ibn esh-Shina, p. 140, 142 et 256.

181Dans les environs immédiats d’Alep, on cite Biṭyas, entre Neirab et Babilla, déjà en ruines au temps de Yaqout355. Bouraq, où se pratiquaient des guérisons miraculeuses356. Djibrin357, à l’est d’Alep. Ḥeilan, au nord d’Alep, sur le Qouweiq, est signalée comme le point de départ de la canalisation alimentant Alep358.

  • 359 Cumont, Ét. syr., p. 187 ; Honigmann, n° 137.
  • 360 Ibn esh-Shina, p. 257.
  • 361 Ibn esh-Shina, p. 135.
  • 362 Ibn esh-Shina, p. 134.
  • 363 Yaqout, II, p. 513 ; Le Str., p. 426 ; Mas‛Oudi, Prairies d’or, V, p. 397 ; Ibn esh-Shina, p. 134  (...)
  • 364 Sachau, Zeitschr. f. Assyr., XII, p. 48 ; Kraeling, Aram u. Israël, p. 60 et 71 ; Olmstead, Journ. (...)
  • 365 Ptolémée, V, 14, 8 ; Cicéron, ad fam., XV, 1, 2. On a vu ci-dessus une autre proposition faite par (...)
  • 366 Honigmann, n° 151.

182Si, à partir de Ḥeilan, nous remontons le cours du Qouweiq (ancien Chalos)359, nous trouvons le bourg de Moslimiyé360, puis Malid, site antique361, Ḥoseiniyé362, Dabiq, important par le campement qui l’avoisine, Merdj Dabiq363, où fut enterré le khalife Soleiman, fils d’‛Abd el-Malik. Les textes assyriens font déjà mention du site de Dabigu364 et nous proposons d’y reconnaître la Deba ou Diba de Ptolémée, le Tyba de Cicéron365 Les Byzantins ont bien connu Dabekon366.

  • 367 Ibn esh-Shina, p. 40. Gaudefroy-Demombynes, La Syrie, p. 104, note 3, relève un itinéraire : Alep, (...)
  • 368 On trouvera tout ce qui concerne ce site et la découverte dans Clermont-Ganneau, Etudes arch. or., (...)
  • 369 Yaqout, III, p. 34 ; Le Str., p. 523 ; G. Schlumberger, Nicéphore Phocas, nouvelle éd., p. 186 et 4 (...)
  • 370 Cumont, Ét. syr., p. 16, 19, 277 et 319.

183Citons encore aux environs immédiats d’Alep, Na‛oura367 vers l’Est. Neirab, déjà citée dans les textes égyptiens et assyriens, où deux importantes stèles araméennes, aujourd’hui au Louvre, ont été découvertes368. Sab‛in, au nord d’Alep, célèbre par la victoire de Seif ed-Daula en 966 de notre ère369. Enfin à l’Est, Sheikh Nadjdjar où l’on a relevé une borne milliaire de Septime Sévère370.

  • 371 Voir Pauly-Wissowa, Realenc, s, Hierapolis, dans le supplément du tome IV. Sur les diverses formes (...)
  • 372 On consultera surtout le de dea syra de Lucien. Voir lès exposés de Fr. Cumont dans ses Religions o (...)
  • 373 Six, Numismatic Chronicle, 1878, p. 103 et suiv. ; Babelon, Les Perses Achéménides, p. li et 45 ; W (...)

184Hiérapolis ou Bambyce, l’ancienne Nappigu des Assyriens, dont Salmanasar changea vainement le nom en celui de Lita-Ashour, la Mabbog des textes syriaques, actuellement Menbidj, a joué un rôle commercial et religieux des plus importants aux époques hellénistique et romaine371. Le culte des dieux syriens Hadad et Atargatis y prit, dès au moins l’époque perse, un éclat particulier372. Peu avant Alexandre le Grand, la ville était aux mains d’un dynaste ‛Abdhadad qui frappait monnaie et paraît avoir tenu l’emploi de grand-prêtre du temple local373.

  • 374 Cumont, Ét. syr., p. 21 et suiv.
  • 375 Ibn esh-Shina, p. 174. Le village s’appela même Botnan Habib, voir aussi Yaqout, I, p. 664 ; Le St (...)
  • 376 Les textes arabes dans Le Str., p. 406-407 ; Honigmann, n° 109 : Beselathon.
  • 377 Ibn esh-Shina, p. 232.
  • 378 Un peu à l’est du précédent, Ibn esh-Shina, p. 174.
  • 379 A corriger probablement ainsi Ibn esh-Shina, p. 171.
  • 380 Honigmann, n° 182.

185La région de Batnae n’offre plus qu’un reflet de la prospérité antique374. L’ancienne Batnae est représentée par l’éminence déserte appelée Tell Boṭnan.En dernier lieu, il fut occupé par un couvent du nom de Deir Ḥabib. Le pied de la colline fournissait une excellente terre avec laquelle les potiers du village voisin de Bab fabriquaient des cruches réputées375. Le nom de la localité se conserve aussi dans le nom du WadiBoṭnanqui, après avoir réuni les eaux des sources de Bab et de Biza‛a376, de Koubbesin377 et de Ilfin378, arrose, sous le nom de Nahr edh-Dhahab, une suite de villages, dont Tatif379 et Abou Taltal, puis va se perdre dans la lagune (saba) de Djabboul, l’ancienne Gabboula380.

  • 381 Xénophon, Anab., I, 4, 10 ; Herzfeld, Arch. Reise, I, p. 120 et 124 ; Honigmann, n° 154.

186Le Nahr edh-Dhahab a été identifié depuis longtemps avec le Dardas de Xénophon. Herzfeld préfère le rapprochement avec le Nahr Ṭarṭar381. Il est certain que la transcription grecque (var. Daradax) s’explique bien ainsi. Mais cela ne suffit pas à écarter l’identification avec le Nahr edh-Dhahab, car cette dernière appellation « le fleuve de l’or » est purement arabe et récente.

  • 382 Ibn esh-Shina, p. 174.
  • 383 Scheil, Annales de Tukulti Ninip II, p. 34, à propos du nar arara qui prend sa source dans les mo (...)

187En effet, Ibn esh-Shiḥna nous apprend que le village appelé déjà de son temps Abou Taltal se nommait anciennement Abou Ṭarṭar ou simplement Ṭarṭar382. On peut conjecturer qu’il conservait-le nom ancien du Nahr edh-Dhahab, qui l’arrose, les termes comme abou servant à marquer une relation. Ainsi le nom du Dardas, tout en étant la transcription de Ṭarṭar, pourrait représenter le Nahr edh-Dhahab. On constatera de plus que le vocable Ṭarṭar, qui apparaît comme un nom propre, pouvait primitivement avoir signifié « fleuve », ce qui appuierait le rapprochement qui a été fait avec le fleuve des enfers, le Ṭarṭare383.

  • 384 Benzinger, dans Pauly-Wissowa, S. Chalcis n° 14 ; Chapot, Front. Euphr., p. 312 ; Honigmann, n° 136 (...)
  • 385 Ainsi saint Jérome, Vita Malchi, 3 : Perveni tandem ad heremum Chalcidos, quae inter Immas et Beroe (...)
  • 386 Clermont-Ganneau, Rec. arch. or., VIII, p. 81 et suiv. ; voir VII, p. 228-230.
  • 387 Le Str., p. 25-26 et 36. Dès le xe siècle, le chef-lieu est Alep (voir G. Schlumberger, Nicephore P (...)
  • 388 G. Schlumberger, Nicéphore Phocas, nouvelle édition, p. 323.
  • 389 Nassiri Khosrau, éd. Schefer, p. 34.
  • 390 Ibn Djoubeir, p. 255. Pour les autres auteurs et voyageurs arabes, voir Le Str., p. 486 et suiv.

188Chalcis, vers l’extrémité du cours du Qouweiq, a été dite Chalcis ad Belum384 pour la distinguer de son homonyme de la Béqa‛. Son nom local est Qinnesrin, vocable araméen, « le nid des aigles ». Son importance est marquée par le fait que, jusqu’au xiiie siècle, les caravanes qui partaient d’Alep soit vers le Sud, soit vers Antioche, s’y arrêtaient385. Les territoires sédentaires, la région peuplée, s’étendaient alors plus à l’Est que de nos jours : la forteresse de Chalcis les protégeait contre les nomades. Clermont-Ganneau a établi la date de 550-551 de notre ère pour la reconstruction de l’enceinte de la ville par Justinien386. Ainsi les Arabes devenus maîtres de la Syrie, ne firent que profiter de l’expérience des Byzantins lorsqu’ils y installèrent un commandement militaire et créèrent la province frontière dite djound Qinnesrin387. Seif ed-Daula, en 963, transporte dans Alep, à moitié ruiné par les armées grecques, la population de Qinnesrin388 et, dès lors, cette place ne fut plus qu’un pauvre village, comme le constate Nassiri Khosrau en 1047389. Un siècle et demi plus tard, Ibn Ujoubeir trouve la ville en ruines et abandonnée390.

***

  • 391 Honigmann, n° 444.
  • 392 Cumont, Ét. syr., p. 206 et 211. Ce vocable d’Alif n’a-t-il pas été imposé par le rapprochement ave (...)
  • 393 Cumont, ibid., p. 242, note 2 ; Honigmann, n° 124 et dans Pauly-Wissowa, s. Singa et Singas.

189Nous aborderons maintenant l’examen des grandes routes qui traversaient la Syrie du nord. Nous avons déjà signalé la route qui de Samosate descendait le long de la rive droite de l’Euphrate. Les deux premières étapes, Tarsa, actuellement Trush391, puis Sugga qu’on place à Alif392 étaient communes à la route qui gagnait l’Ouest. M. Cumont incline à identifier le fleuve Singa avec l’‛Araban-Tshai et le Cappadox avec le Gök-Sou393.

  • 394 La tentative nouvelle due à Honigmann, nos 192 et 193 d’instituer deux Germanicia, peu éloignées en (...)
  • 395 Honigmann, n° 132. Cumont, Ét. syr., p. 243, pense à placer Nisus à Altyntash-Qalè sur l’’Araban-So (...)

190De Tarsa, une route remontait la vallée du Gok-Sou pour gagner Germanicia (Mar‛ash)394 par Nisus et In CaṬabana, si l’on en croit l’Itinéraire Antonin. La route la plus directe passe actuellement par Keisoun et Boughdin. On admet généralement que Nisus n’est autre que Cesum de la Table de Peutinger (Bavenate : Nisson), c’est-à-dire Keisoun395. Il en résulterait que CaṬabana, la Catamana de Ptolémée, serait à placer à Boughdin.

  • 396 Cumont, Ét. syr., p. 241.

191De Sugga, une voie romaine gagnait Doliche, en coupant la vallée du Marziman. La Table de Peutinger fixe comme station intermédiaire un point innommé, où il y avait des thermes. M. Cumont a songé à Djindjifa396, qu’il a visitée en allant d’Alif à Doliche ; mais, si l’on en juge par la carte d’E. M. au 200.000e, son itinéraire n’était pas direct et peut-être faut-il penser à Yarimdja.

  • 397 Itin. Ant., XLI. Variante à partir de Zeugma (ibid., XLIV) : Zeugma, Cannaba, In medio, Edesse.
  • 398 Ptolémée : Chaonia.
  • 399 Actuellement Minnigh, au sud de ‛Azaz. Yaqout, IV, p. 667 (Le Str., p. 502) vocalise Mannagh, ce qu (...)
  • 400 Pour ces deux derniers sites, voir plus haut chap. V, §. 1.

192Doliche constituait un remarquable croisement de routes. D’abord route de Germanicia (Mar‛ash) à Edesse par Sicos Basilisses (Saktshé Geuzu), Doliche, Zeugma sur l’Euphrate, Benmaris, Edesse397. Une autre route partait de Doliche pour pénétrer dans le désert de Syrie jusqu’à Scriane (Isriyé) en passant par Channunia398 (station à rechercher vers le village actuel d’Omeroghlou), Cyrrhus, Minnica399, Beroea, Chalcis, Androna et Seriane400.

  • 401 Cette route est donnée par l’Itinéraire Antonin et la Table de Peutinger, si l’on identifie Regia à (...)

193Le système orographique de la Syrie du nord imposait un système de routes de direction générale nord-sud : route le long de l’Euphrate de Samosate à Baqqa, route Zeugma-Hiérapolis-Eragiza, route Cyrrhus-Alep-Chalcis. Mais les grandes routes stratégiques romaines partaient d’Antioche : Antioche-Nicopolis-Gerinanicia, Antioche-Cyrrhus-Doliche, Antioche-Djindarus-Zeugma401, Antioche-Hiérapolis. Celles de ces routes qui passaient l’Euphrate en des points fort éloignés l’un de l’autre : Samosate, Zeugma, Caeciliana, convergeaient finalement sur Edesse. Antioche et Edesse étaient les deux pôles du système stratégique romain.

  • 402 Table de Peutinger : Zeugma, Thiar, Bathnis, Charris, etc.

194C’est probablement parce qu’elle, se trouvait sur la route la plus directe entre Antioche et Edesse que Zeugma tirait son importance, attestée par le recoupement de nombreuses routes en ce point. Une des plus remarquables est celle qui, par Bathnae et Ḥarran, menait à Ctésiphon402. A Ḥarran, cette route se dédoublait : une voie pointait droit vers le Sud sur Nicephorium-Baqqa.

  • 403 Baikis, comme l’a montré Fr. Cumont ; voir ci-dessus.
  • 404 C. Müller dans son édition des Mansiones Parthicae, Geogr. Graeci minores, I, p. 245. La publicatio (...)

195Cette dernière route nous intéresse particulièrement parce qu’elle se rattache au système syrien qui menait à Palmyre et à Damas. Isidore de Charax en indique minutieusement les étapes : la traversée de l’Euphrate se fait à Zeugma403 et l’on passe de l’autre côté du fleuve à Apamée. De là, en 3 schènes, on atteint Daiara, la Thiar de la Table de Peutinger. Ce nom ne paraît plus être conservé sur le terrain ; on a proposé de placer cette station à Khan Tepe404, parce qu’on pensait que le compte des schènes partait de Biredjik. La traversée du fleuve ayant eu lieu à Balkis, Khan Tepe est peut-être trop à l’Est. La route est à reconnaître.

  • 405 Müller, ibid., p. 245 et suiv.

196Au bout de 5 schènes, on atteint Charax Sidae que les Grecs appellent Anthemusias. C. Müller405 l’identifie à l’ancienne Batna de Mésopotamie, actuellement Saroudj. A 3 schènes de ce dernier point, Koraia ne doit pas être confondue avec Carrhae-Ḥarran, ce qu’a bien noté C. Müller. Ici encore, la route n’est pas suffisamment reconnue pour que l’on tente une identification.

197Il est invraisemblable que cette route, qui recouvre celle de la Table de Pcutinger citée plus haut, évite Ḥarran. On est donc tenu d’identifier cette dernière, ou tout au moins un de ses faubourgs, avec Mannouorra Auureth, à cinq schènes de la station précédente.

  • 406 C’est après la mention de Mannouorra Auureth qu’il faut transporter l’indication ἐν δεξιοῖς ταύτης (...)
  • 407 C. Müller, L. c., I, p. 245 et suiv., à la suite de Lapie, propose Khnez ; cf. Chapot, Front. Euphr (...)
  • 408 Ibn Khordadbé ; éd. de Goeje, p. 69 et 164.

198A partir de Ḥarran, la route que nous suivons Ṭourne brusquement à droite406 pour se diriger vers le Sud ; elle atteint en 4 schènes le fleuve Balikh et le bourg de Kommisimbela. Ce dernier nom pourrait se conserver dans celui de Senebir, marqué sur la carte d’E.-M. au 200.000e à l’est de Resm ‛Igla. Deux étapes de 3 schènes chacune marquent la distance de Alagma, puis de Ichnae407 sur le Balikh. Une dernière étape de 5 schènes permet d’atteindre Nicephorium-Baqqa. A l’époque arabe, les stations intermédiaires entre Ḥarran et Raqqa étaient toujours au nombre de trois : le Balikh, Tell Maḥré et Badjarwan qui ne devaient pas s’écarter beaucoup des mansiones Parlhicae citées plus haut. Le voyageur ne les affrontait pas sans redouter l’aridité des lieux : « Que Dieu arrose le Balikh,Tell Maḥré et Badjarwan qui se trouvent sur la grande route408 ».

6. – Le bassin du Khabour.

  • 409 Le nom antique Bezabdé et le nom actuel Djézint ibn ‛Omar se relient par le nom syriaque Gozarte de (...)
  • 410 La source du Balikh se nommait ‛Ain adh-Dhahbaniya ; cf. Le Strange, The Lands of the Eastern Calip (...)

199La portion de Mésopotamie placée sous mandat français pousse une pointe jusque sur le Tigre, à Djéziret Ibn ‛Omar exclusivement, l’ancienne Bezabdé409, et se présente, à l’est de Ḥarran, comme une vaste steppe à caractère désertique. Son aspect serait très analogue à la steppe entre l’Euphrate et Damas si trois cours d’eau principaux ne la traversaient : le Balikh, le Khabour et le Tharthar. Le Balikh prend sa source près du village de Dabana, qui n’a pas encore été retrouvé410, et se jette dans l’Euphrate près de Raqqa (Nicephorium). Le Tharthar prend sa source dans le Djebel Sindjar, arrose l’ancienne Hatra et se perd dans le désert, semble-t-il, bien que les géographes arabes le considèrent comme un affluent du Tigre.

  • 411 Sarre et Herzfeld, Arch. Reise, I, p. 175. Chapot, op. cit., p. 294 note 5, relève toutes les forme (...)
  • 412 En assyrien, Kharmish ; cf. Delitzsch, Paradies, p. 183.

200Par la nature de son cours et celle du terrain qu’il traverse, on a justement défini le Khabour comme un Euphrate en miniature411, mais au cours plus régulier et aux belles eaux claires. Il prend sa source à Ras él-‛Ain et son principal affluent, le Djaghdjagh, ancien Hirmas412, lui apporte une bonne partie des eaux du Ṭour ‛Abdin, qui vont ainsi se déverser dans l’Euphrate, près de Circesium.

  • 413 Balad a été identifié par d’Anville avec Eski Mossoul.
  • 414 Nau, dans Patrol. orient., III, p. 23.
  • 415 Ibid., p. 53. Marouta dédie une croix d’or dans l’église de Sergiopolis (Reṣafa), ce qui appuie l’o (...)

201Les relations entre les régions qui s’étendent de part et d’autre du moyen Euphrate ont toujours été très actives. Quand les centres de culte qu’étaient Hiérapolis et Palmyre eurent disparu, la faveur des populations de la Djéziré, et tout spécialement des nomades et semi-nomades, se porta sur saint Serge. Le sanctuaire de Reṣafa attirait non seulement les Arabes de Syrie, mais aussi ceux de Mésopotamie. L’Histoire d’Aoudemmeh nous apprend que ce religieux construisit dans le Beit ‛Arbayé, près de Balad413 sa ville natale, un sanctuaire de saint Serge qu’il s’attacha à rendre aussi semblable qu’il put à celui de Reṣafa, pour détacher de ce dernier les Arabes des régions du Tigre414. Marouta, autre évêque métropolitain de Tagrit, construisit un autre sanctuaire de saint Serge plus au sud, en plein désert415.

202Dans la vaste plaine de la haute Mésopotamie ou haute Djéziré, l’étoile à trois rayons que constituent : 1° le haut Khabour ; 2° le Djaghdjagh ; 3° le bas Khahour, commande le système des grandes routes de pénétration : Nisibis-Cir-cesium et Ḥarran-Sindjar. Le point de croisement vers Haṣeke (Haṣetshé) constitue le nœud de routes le plus important de toute la contrée.

203Henry Layard a, le premier, exploré cette région et a même entrepris, en 1850, quelques fouilles, notamment à ‛Araban. Sachau, Chapot, von Oppenheim – ce dernier avec des fouilles fructueuses à Tell Ḥalaf, en partie encore inédites, – mais surtout le voyage archéologique de Sarre et Herzfeld, en 1907, ont apporté de précieux renseignements. Le P. Poidebard, après une première reconnaissance en 1925, vient de partir – septembre 1926 – accompagné de M. Maurice Dunand pour une exploration méthodique de la région de Haṣetshé. Nous ne pouvons ici, en attendant le résultat de ces nouvelles recherches, que présenter un résumé des questions à résoudre. On se référera pour tout ce qui suit à notre carte XV.

  • 416 Depuis la publication de Scheil, Annales de Tukulti-Ninip II, p. 49, il est impossible de placer, a (...)

204Nous avons refusé de transporter l’Aphphadana de Ptolémée V, 17, 5, des bords de l’Euphrate aux rives du Khabour, car nous tenons pour différente l’Apphadana (sic) de Ptolémée, V, 17, 7. C’est l’Apatna d’Osrhoène de la Notitia dign. or., XXXV, 25, l’actuel Fedein, première étape des itinéraires arabes qui remontent le Khabour. On peut imaginer que la forme persane du nom représente l’adaptation d’un vocable *Happada tiré de l’assyrien Ḥadippa, ville du bas Khabour où campa Assournaṣirpal416.

  • 417 von Oppenheim, Vom Mittelmeer, II, p. 12.
  • 418 Ibid., p. 15.
  • 419 Arch. Reise, I, p. 183.
  • 420 Layard, Nineveh and Babylone, p. 272.

205L’exploration de von Oppenheim, puis celle de Sarre et Herzfeld ont signalé les sites antiques importants. Ce sont, après Fedein, en remontant le Khabour : 1° Ṣouwar sur une ligne directe Alep, Deir ez-Zor, Mossoul, qui a remplacé la route Marqada-Mossoul ; celle-ci n’est praticable que s’il existe un pont à Marqada ; les seuls gués du bas Khabour sont à Beseira (Circesium), à Ṣouwar et à Sheddadé417 ; 2° Marqada que von Oppenheim a identifié avec le Makisin des géographes arabes418 ; on y reconnaît les restes du pont dont nous verrons que parle Istakhri ; 3° Sheddadé, une des plus importantes collines de ruines dans cette région ; Sarre et Herzfeld l’identifient avec Soukeir el-‛Abbas des itinéraires arabes 419 ; 4° ‛Araban, dit aussi Tell ‛Adjadjé, de beaucoup l’installation antique la plus importante où Layard a mis au jour des scarabées de la XVIIIe dynastie et les vestiges du « Palais de Mushash-Ninib, le prêtre », probablement du début du premier millénaire avant notre ère420.

  • 421 Scheil, op. cit., p. 49.
  • 422 Ce site et le précédent sont intervertis dans le texte. Quelques distances dans Aboulfeda, p. 273.
  • 423 Le texte, éd. de Goeje, p. 96, porte ‛Ainal-Djibal ; nous le corrigeons d’après ce qui est dit ci-a (...)

206La route la plus usitée de Deir ez-Zor à Mossoul passe le Khabour à Sheddadé puis traverse Ghoné (Scheil : Gonakh), Qeṣeiba, Wurdi ou Wardia, puis Sindjar421. Au xe siècle, Ibn Khordadbé, note cette route : Qarqisiya, Fedein, Makisin422, Soukeir el-‛Abbas sur le Khabour, ‛Ain el-Ḥiyal423, Sindjar, Tell A‛far, Balad, Mossoul.

207Le P. Poidebard signale que les tells artificiels se multiplient sur la rive gauche à partir de Sheddadé. Le nom de Soukeir el-‛Abbas, donné à ce site, indique un aménagement de la rivière qui a dû favoriser les installations agricoles sur les deux rives.

  • 424 Istakhri, éd. de Goeje, p. 74 note h : « Haec in A, B et Vers. Pers. non leguntur, neque Ibn Haucal (...)
  • 425 Voir Layard, Nineveh and Babylon, p. 312.
  • 426 De Goeje corrige à tort, en Djibal, l’excellente leçon : Ḥiyal. C’est l’Alaina de la Table de Penti (...)

208Un passage d’Istakhri, qui ne figure que dans l’un des manuscrits, est d’une telle importance que nous le résumerons ainsi qu’il suit424. Madjdal425 est placée sur le Khabour en aval de Bas el-‛Ain et à une étape de cette dernière. Toute la vallée est semée de villages. On compte une étape entre Madjdal et ‛Araban, petite ville également sur le Khabour. De nombreuses localités habitées s’étendent le long de la rivière : Ṭaban, Maṭariyé, Souḥeimiyé, Touneinir qui produisent beaucoup de coton que l’on transporte à Khelaṭ et à Mossoul. D’‛Araban à Makisin, on compte une journée ; il y a là un pont. C’est à Makisin, à ‛Araban et à Madjdal qu’on charge le coton qui est transporté à Khelaṭ et à Mossoul. Entre ‛Araban et Makisin. il n’y a pas d’autre localité que le village de Soukeir (autrement dit Soukeir el-‛Abbas), environ a mi-route. Entre Makisin et Sindjar on compte trois journées sans autre lieu habité qu’el-Ḥiyal426, qui dépend du district de Sindjar. Le désert de Sindjar s’étend jusqu’à l’Euphrate.

209Ce texte est le seul à mentionner les installations de Maṭariyé et de Souḥeimiyé dont les noms sont conservés sur le terrain, le premier au sud de Tell Ṭaban, le second au nord avant de parvenir à Tell Touneinir. Mais l’importance du passage tient à ce qu’il nous renseigne sur l’activité agricole de la région du Khabour, spécialement Ṭournée vers la culture du coton, et qu’il nous explique ainsi le grand nombre de localités qu’on y relève : les tells allignés le long des cours d’eau marquent l’emplacement d’installations agricoles probablement millénaires dont quelques-unes sont devenues des centres importants.

  • 427 D’après Pegolotti, dans Heyd, Hist. du commerce, II, p. 612.

210Au moyen âge, la Syrie était le plus grand producteur de coton, en quantité et en qualité, et il n’est pas surprenant que nous ayons emprunté à l’arabe le mot coton. L’Egypte ne comptait pas alors, du moins pour l’exportation. La première qualité provenait des environs de Ḥama et d’Alep, probablement jusqu’à Sermin, tout couverts de cotonniers. La seconde qualité était représentée par les produits de la Cilicie et par le coton d’autres régions de Syrie, comme les environs de Damas. Les cotons d’Acre, de Chypre et de Laodicée de Syrie constituaient une troisième qualité. Une grande partie de ces produits était exportée en Occident427.

  • 428 Aboulféda, p. 394.

211Quant à la production, certainement très importante, de la vallée du Khabour, elle était toute exportée. Istakhri nous dit en propres termes que les commerçants de Mossoul et ceux de Khelaṭ venaient l’acheter sur place. La fabrication des étoffes de coton à Mossoul est trop’célèbre (mousseline) pour qu’il y ait lieu d’insister. La mention de Khelaṭ ou Akhlaṭ428, petite ville vers la source de l’Euphrate, prouve que les industriels arméniens venaient également s’approvisionner de coton dans la vallée du Khabour.

212On notera encore la mention d’un pont à Makisin. Cette place étant l’actuelle Marqada, on voit que ce pont permettait aux chargements de Makisin de gagner Sindjar en trois jours, puis Mossoul. Actuellement on ne peut plus utiliser que le gué de Sheddadé.

***

213Cette prospérité agricole de la vallée du Khabour remonte à une haute époque. Pour fixer les noms assyriens des principaux tells, nous utiliserons l’itinéraire de Tukulti Ninip II, magistralement publié par le P. Scheil, en le comparant à l’itinéraire de Saladin, car les itinéraires des armées se recouvrent fatalement.

  • 429 Hist. or., I, p. 51.
  • 430 Ibn auqal, p. 139.
  • 431 Procope, de aed., II, 6 ; Streck, dans Pauly-Wissowa, Realenc., Suppl., s. Annukas.

214En 1182, Saladin traverse l’Euphrate à Bira (Biredjik), assiège Edesse, descend de là sur Raqqa, le long du Balikh, et reprend la vallée de l’Euphrate jusqu’à Qarqisiya (Circe-sium) dont il s’empare429. Cette route atteste que la tradition des mansiones particae n’était pas perdue. Ibn Ḥauqal note qu’entre Raqqa et Qarqisiya, il y a quatre étapes ou quatre journées et que Khanouqa se trouve au milieu de cette route430. Dans ce nom, on reconnaît le poste militaire Annou-cas mentionné par Procope et que Streck, suivi par Kiepert, identifie avec Zalebiyé431. En réalité, Khanouqa existe encore, mais en amont, et le site antique marqué probablement par Tell Khanouqa est à douze ou treize kilomètres de Zalebiyé.

  • 432 J.-B. Chabot, Chron. de Denys de Tell Maré, p. 60 et 90.
  • 433 Yaqout, Mo‛djam, II, p. 383.
  • 434 Ci-dessus, p. 465-466.
  • 435 Le rapprochement a été proposé, avec réserve, par Fischer dans l’édition de Ptolémée ; mais il a ét (...)

215Ibn Ḥauqal ajoute que quatre étapes séparent Khanouqa d’‛Araban. On en compte donc deux de Qarqisiya à ‛Araban et cela correspond à l’itinéraire de Saladin qui remonte le Khabour par Makisin, ‛Araban et Khabour. Cette dernière mention prouve qu’il y avait une ville de ce nom, probablement vers le coude que forme la rivière après avoir reçu le Djaghdjagh. C’est la Ḥaboura des textes syriaques qu’on a placée trop au sud432 et que Yaqout connaît sous la forme Khaboura433. Ainsi est nettement confirmé ce que nous avons dit plus haut434 au sujet de la Chabora de Ptolémée V, 17, 5, qu’on a voulu identifier avec Circesium435.

216L’importance du coude du Khabour, notamment comme carrefour de routes, avait conduit à y multiplier les installations : Tell Touneinir, Tell el-Bint, Tell Abou Bekr où fut trouvé un relief assyrien, Haṣeké (prononcé Haṣetshé) dont nous reparlerons, Tell Radjaman que cite Yaqout.

217Nous résumons ces indications dans le tableau suivant :

  • 436 Mentionné aussi clans un texte de Tiglatpiléser I ; cf. Budge et King, Annals of the Kings of Assyr (...)

218L’identification de Rummunidu avec Circesium et celle de Suri (de Ḥadippe) avec Ṣouwar sont dues au P. Scheil. Nous en déduisons la position d’Usala, de Dur Katlimme436 et de Qatni. Latiḥi est de localisation incertaine. Shunaia doit être également dans la vallée du Khabour (Shamsaniya ?).

219Assournaṣirpal ne s’est pas arrêté à Latiḥi, mais à Shadikanni, qui ne doit pas en être éloigné, et, sur une suggestion de M. Thureau-Dangin, nous plaçons Shadikanni à Ḥaseke. Il se peut que le Sakane de Ptolémée, V, 17, 7, représente le même site et fournisse une forme intermédiaire entre l’appellation assyrienne et le vocable moderne.

  • 437 Yaqout, II, p. 272.

220Toutefois, le rapprochement entre Shadikanni et Ḥaseke resterait assez précaire si l’adaptation, qui s’est produite, ne nous était expliquée par Yaqout. D’après lui, le nom se prononce el-Ḥashshak, terme qu’il tire de la racine ashaka et qui signifie que les eaux affluent en ce point de toute part. Pénétré de son explication, Yaqout suppose qu’il s’agit d’un wadi ou d’une rivière437, ce en quoi il se trompe. Le poète Akhṭal visait une localité quand il s’écriait :

  • 438 Ibn Khordadbé, éd. de Goeje, p. 74 (texte) et p. 54 (trad.).

Son corps gît près d’el-Ḥashshak,
Sa tête en est séparée par le Khabour et eṣ-Ṣouwwar438.

221Ainsi donc, Shadikanni, devenu Sakane à l’époque romaine, a été adapté par les Arabes, dès les premiers temps de leur domination,et ce dernier vocable est devenu Ḥaseké, prononcé à la bédouine Ḥasetshé.

222Reprenons notre itinéraire. Arrivé au confluent du Khabour et du Djaghdjagh, trois routes s’offraient au voyageur qui arrivait du sud.

223– 1° Il pouvait Ṭourner vers l’est par Tell Touneinir (anc. Thannourin) vers le lac Khatouniyé (anc. lac Beberaci), Sindjar et Mossoul. C’est la route de la Table de Peutinger que nous étudierons ci-après sous B : Edesse, Charra (Ḥarran), Fons Chaborae, Birrali, Thallaba, Thubida, Lacus Beberaci, Alaina.

  • 439 Arch. Reise, I, p. 191.
  • 440 Not. dign. or., XXXVI, 28.
  • 441 Ibid., XXXV, 31.

224Sarre et Herzfeld placent Thallaba au pont de Ṣoufeiya ou Ṣoufeiyan et Thubida à Sheikh Manṣour439. Mais il ne paraît pas utile de faire franchir ce pont à la route directe d’ouest en est, qui passe plutôt à Thannourin. C’est parce que cette route traversait Thannourin que ce dernier dépendait du dux Mesopotamiae440, tandis que la région inter Thannourin et Horobam (‛Araban) ressortissait au dux Osrhoenae441.

225Il faut donc placer soit Thallaba, soit Thubida, vers le coude du Khabour, dans la région de Thannourin et plutôt Thubida que Thallaba car, entre Thannourin et le lac Beberaci, il ne peut y avoir qu’une étape.

  • 442 Ibn auqal, p. 150. La carte de Layard, Nineveh and Babylon, note sur la rive gauche un peu au sud (...)

226Ibn Ḥauqal fournit un renseignement à considérer. Après les deux villes les plus importantes de la vallée du Khabour ‛Araban et Soukeir el-’Abbas, il cite Ṭaban (ms. Ṭalaban), Djaḥshiya (var. Djashishiya), Touneinir et ‛Oubeidiya442. Djaḥshiya est marqué sur la carte d’E.-M. en amont de Tamar sous la forme Tell Jehach (Djeḥash). Il serait intéressant de retrouver ‛Oubeidiya, car Tell ‛Oubeidiya paraît se retrouver, légèrement contracté, dans Thubida de la Table de Peutinger.

  • 443 Dimashqi, trad. Mehren, p. 157.
  • 444 Ibn auqal, p. 139, place à tort ce lac entre Makisin et l’Euphrate ; il veut dire le Tigre. Dimash (...)

227Ibn Ḥauqal ajoute que, de Makisin au lac Mounkhariq, ou Moutakharriq d’après Dimashqi443, il y a une étape444. Ce lac ne peut être que l’ancien Beberaci.

  • 445 Procope, de aed., II, 6 ; Sarre et Herzfeld, op. cit., I, p. 189 ; Aboulféda, p. 274-275 ; cf. Laya (...)
  • 446 Sarre et Herzfeld, ibid.
  • 447 Procope, de aed., II, 6.

228– 2° Vers l’ouest, on remontait la haute vallée du Khabour par Madjdal, la Magdaloth de Procope445. Sur la rive opposée, Dibs semble conserver le nom de la Dabausa de Ptolémée446. On pourrait aussi en rapprocher Bidamas de Procope447, pour *Bit-Damas. Le Themeres du même auteur se place, un peu plus à l’ouest, à Tumr ou Tamar. Entre les deux sites, Bidjtel pourrait conserver le nom de l’Orthaga de Ptolémée, V, 17, 7.

  • 448 Les anciens géographes arabes écrivent Ras ‛Ain, trancrivant la forme araméenne qui est bien rendue (...)
  • 449 Chapot, Front. Euph., p. 301.
  • 450 Sur le groupement dans II Rois, XIX, 12 de Gozan, Ḥarran et Reṣapha, voir ci-dessus, p. 464.

229On atteint ainsi la ville la plus importante de la région Bas ‛Ain, la Besaina antique448, devenue un instant Theodosiopolis449. Cette région du haut Khabour est la Gauzanitide, comme l’atteste notamment II Rois, XVII, 6 et XVIII, 11 : « Khabour, fleuve de Gozan450. »

  • 451 Delitzsch, Paradies, p. 184.
  • 452 von Oppenheim, Tell alaf, Leipzig, 1908.

230Toutefois, avant d’être un nom de pays, Gauzan désignait une ville, la Gouzana des textes assyriens451. Où peut-on la mieux placer qu’à Bas el-‛Ain ? Plus exactement Gouzana devait s’élever sur le Tell Ḥalaf qui a fourni à M. von Oppenheim une collection de bas-reliefs de style assez rude, ornant le « Palais de Kapara, fils de Hadiani », où l’influence assyrienne se mêle à l’influence hittite452.

  • 453 Le P. Poidebard a reconnu cette route par Tell Ḥamidi.
  • 454 Makrisi dans un texte de Tiglatpiléser 1 ; cf. Budge et King, op. cit., p. 136 ; et Makrisu dans le (...)

231– 3° Vers Nisibis, en remontant la vallée du Djaghdjagh453 ou un de ses affluents. La route des armées, comme l’indiquent les itinéraires de Tukulti Ninip II et d’Assournaṣirpal, passait par Magarisi454 que nous proposons de placer à Tell Gharase, près d’un pont antique.

232En réalité, deux routes venant du sud convergent vers ce pont, celle du Khabour, qui nous occupe en ce moment, et celle qui, de Hatra et Sindjar, se dirige vers Nisibis. Nous étudierons cette dernière sous D (suite).

  • 455 Route par Tell A‛far menant à Eski Mossoul (Balad).
  • 456 Hist. or., II, 2, p. 276 et 174.

233Quand Nour ed-din, préoccupé d’étendre son pouvoir sur Mossoul, vint en ces régions, il utilisa les deux routes dont nous parlons. Traversant l’Euphrate à Qal‛at Dja‛bar, il atteignit Raqqa, descendit l’Euphrate jusqu’au Khabour qu’il remonta et gagna Naṣibin pour y rassembler des troupes. De là, il mena son armée à Sindjar pour s’emparer du trésor de guerre qui y était caché, se rendit à Balad455 d’où, après avoir traversé le Tigre au gué voisin, il gagna Mossoul456.

234Si nous reprenons l’itinéraire de Tukulti Ninip II, nous constatons que le site de Duggaete, qui précède l’étape de Magarisi, doit être placé au voisinage du pont de Soufeiyan où il fallait passer le Djaghdjagh. Après Magarisi, Guriete doit se placer à Souḥeilé.

  • 457 Kraeling, op. cit., p. 55, place Tabite à Tell Hamis parce qu’il n’a pas reconnu que Magarisi devai (...)
  • 458 Not. dign. or., XXXVI, 27. Le rapprochement est déjà fait par Sachau, Zeitschr. fur Assyr., XII, p. (...)
  • 459 Thilbisme est Tell Bisme, à l’ouest de Mardin, bien connu des auteurs syriaques ; cf. J.-B. Chabot, (...)
  • 460 Peut-être faut-il réunir ces deux vocables et y reconnaître Minnocerta ou Macharta dont il sera que (...)

235La station suivante, Tabite, peut être représentée par Ṭaraṭib457. Elle figure aussi dans l’itinéraire d’Assournaṣirpal et dans la Table de Peutinger sous la forme Thebeta. Cette région a fourni, à l’époque romaine, un corps de troupe, les Thibithenses458, qui occupèrent le poste militaire de Thilbisme459 sous le dux Mesopotamiae, de même que la population d’‛Araban, les Arabanenses, occupait Mefana et Cartha460. Deux centres aussi importants ne peuvent manquer aux listes de Ptolémée. Aussi acceptons-nous le rapprochement établi entre ‛Araban et l’Akraba de Ptolémée, et proposons-nous de corriger Tirittha de Ptolémée, V, 17, 7, en Tibittha, d’où l’ethnique Tibithenses, exactement conservé par la Notitia dignitatum.

236Nous donnons ci-après la fin de l’itinéraire de Tukulti Ninip II, comme suite au tableau précédent.

  • 461 Dimashqi, trad. Mehren, p. 259.

237On ne saurait trop insister sur l’importance du nœud de routes Ḥasetshé-Ṣoufeiyan. Sarre et Herzfeld relevant la station de Samagha ou Shagha, après Touneinir, dans l’itinéraire d’Ibn Khordadbé, proposent de la placer à Ḥaseke ; ce n’est pas nécessaire. Dimashqi cite ainsi les villes de la vallée du Khabour : Ṣouwar, Makisin, Shemsaniya, ‛Araban, Ṭaban, Madjdal et Sa’a, ajoutant « la capitale était Qarqisiya, maintenant détruite461 ». Remontant la vallée du Khabour, jusqu’au coude de la rivière, Dimashqi indique par Madjdal la route qui oblique vers l’ouest, tandis qu’avec Sa‛a il doit désigner la route du nord, vers Nisibe. En réalité, Sa‛a comme Shagha ou même Samagha sont des leçons fautives pour SḤamagha, qu’on retrouve sur les cartes récentes sous la forme Khirbet Kara Shammuk, à moins de trois kilomètres au nord du pont de Ṣoufeiyan.

***

238Nous avons déjà vu le rôle d’Edesse comme centre routier dans les relations avec l’Occident. Au cœur de l’Osrhoène, elle occupe une position unique. Trois itinéraires en partaient vers l’est dont nous allons essayer de fixer quelques étapes. Nous prendrons pour base le réseau de la Table de Peutinger.

239Α. — tab. Peut.

240Edessa

  • 462 La bonne leçon est peut-être celle que Porcheron a tirée du Ravennate, 79, 10-11 : Barabeta. On peu (...)

241Barbare462

242Minnocerta

243Chanmaudi (1. Amudis)

244Tilapsum

245Sizinnus (Rav. : Sichinus)

246Singara

247Noms Modernes

248Orfa

249Magharat ou Constantina

250Tell Ermen

251‛Amouda

252sur le Nahr ‛Awidj

253Ḥaseke

254Sindjar

  • 463 Sachau, Reise, p. 403.
  • 464 Dimashqi, trad. Mehren, p. 259.
  • 465 Procope, de aed., II, 6.
  • 466 Ravenate 79, 13 : Manacarta ; Georges de Chypre, 903 : Makarta ; cf. éd. Gelzer, p. 155.

255La solution que nous proposons pour cet itinéraire repose sur l’identification de Minnocerta avec Tell Ermen. Ce dernier site est un nœud de routes important sur la route Ras el-‛Ain à Mardin463. Il a porté aussi le nom de Deneisar, correspondant au Doneisar que Dimashqi place « sur la pente de Mardin464 ». Nous proposons d’y retrouver le Dausaron de Procope465. Nous retrouverons cette place de Minnocerta déformée en Macharta466, dans l’itinéraire de Zeugma à Nisibis. On remarquera que les deux itinéraires se coupent bien à Tell Ermen et c’est là une vérification précieuse.

  • 467 Rav., 80, 9.

256Nous sommes plus hésitant en ce qui concerne les autres stations. Le rapprochement proposé plus haut entre Haṣeke (Shadikanni), si on l’appuie par Sakane de Ptolémée, permet le rapprochement avec Sizinnus, en préférant la graphie Sichinus du Ravennate467. On a, cependant, proposé l’identification avec Skeniyé, plus près de Sindjar ; mais il ne semble pas que les routes les plus fréquentées passent en ce point.

  • 468 Dans son édition d’Ibn Khordadbé, p. 96, de Goeje nous paraît corriger à tort l’Amid des mss. en Ar (...)
  • 469 Dimashqi, trad. Mehren, p. 260.

257Les routiers arabes notent une voie reliant directement Edesse (Orfa) à Amid468 (Diarbékir). La première station, à partir d’Edesse, est Djollab qu’on trouve sur la carte d’E.-M. près de la source de l’affluent du Balikh, appelé Djellabi469. Nous identifions Djollab avec le poste militaire Gallaba (var. Ganaba) de Notiíia dign. or., XXXV, 15.

258Nous croyons que les deux routes, В et C, partant d’Edesse, empruntent la vallée du haut Khabour. La première se tient sur la rive gauche.

259B. — Tab. Peut.

260Edessa

  • 470 Rav., 80, 6 : Fons Cavorae.

261Fons Chaborae470 (ms. Scabore)

262Birrali

263Thallaba

264Thubida

  • 471 Entre cette station et la suivante on insère généralement Haste et Amostae. En réalité, ces deux no (...)

265Lacus Beberaci471

266Alaina

267Noms Modernes

268Orfa

269Ras el-‛Ain

270 ?

271 ?

272(Tell ‛Obeidiya ?)

273lac Khatouniye

274Tell Ḥayal

275Nous avons discuté plus haut la position de Thubida à placer sur l’un des nombreux tells aux environs d’Ḥasetshé (voir le carton de la carte XV).

276La route du sud ne passe certainement pas comme l’indique R. Kiepert, au sud du Djebel ‛Abd el-‛Aziz, mais dans la vallée même du haut Khabour. Le P. Poidebard a signalé que les deux rives étaient bordées de tells. Voici l’itinéraire longeant la rive droite :

277C. — Tab. Peut.

278Edessa

279Hostra

280Tharrana

281Roschirea

282Tigubis

283Hadia

284Themessata

285Magrus

286Batitas

287Alaina

288Sirgora (1. Singara)

289Noms Modernes

290Orfa

291Tell Khaḍr

292 ?

293 ?

294Tell Eshral ( ?)

295Tell ‛Eid ?

296Mitras

297‛Ain el-Bat

298Tell Ḥayal

299Sindjar

  • 472 Une autre route joint Edesse à Tharrana en faisant un grand détour qu’on ne sait comment expliquer  (...)
  • 473 Rav., 81, 7.

300Au lieu de supposer une correction brutale de Hostra en Charra, nous identifions Hostra avec Tell Khaḍr qui est à proximité de Ḥarran. La suite est plus difficile à déterminer : Tharrana472 et Roschiera sont à rechercher. Si nous mettons Tigubis, la Thengubis de Ptolémée, V, 17, 7, à Tell Eshral, c’est pure conjecture, car ce dernier correspondrait mieux à la variante Vesceria473 que donne le Ravennate, pour Roschiera. Un chemin secondaire reliait Tigubis à Resaina auquel la Table de Peutinger attribue 16 milles.

  • 474 Ibn Khordadbé, p. 69.
  • 475 On peut songer à y placer la Gorbatha de Ptolémée, V, 17, 7.
  • 476 Aboulféda, p. 275.

301La vallée du haut Khabour était encore reliée à celle du Balikh par une voie qui relie directement Naṣibin à Raqqa et qu’indiquent les routiers arabes : Naṣibin, Dara, Kafar-toutha, Ras ‛Ain, Djaroud, Ḥiṣn Maslama, Badjarwan, Raqqa474. Badjarwan est pour Bet-Djarwan et nous proposons de le placera Tell Djerwé475. Ḥiṣn Maslama était près du Balikh476, mais reste à localiser, de même que Djaroud qui ne doit pas être éloigné de l’ancienne Tharrana.

302Un point, qui nous paraît assuré, est la localisation que nous proposons de Hadia à Tell ‛Eid. Il en résulte que The-messata doit être placée aux environs de Ḥasetshé. Magrus pourrait représenter Mitras de nos cartes.

  • 477 Chapot, Front. Euphr., p. 326. Quant au Bara du RAV., 79, 10, nous avons vu qu’il fallait lire Bara (...)

303Quant à Batitas, c’est vraisemblablement ‛Ain el-Bat. Cette hypothèse est fortement appuyée par les notations du Bavennate qui combine volontiers deux itinéraires parallèles et qui donne Bara immédiatement après Ibatitas. Or, Bara est un poste voisin de la route de Sindjar, précisément croyons-nous le Baras de Procope que l’on ne sait où placer477.

304Voici comment, d’accord d’ailleurs avec les indications de la Table de Peutinger, nous restituons les deux itinéraires relevés par le Ravennate :

  • 478 Hill, Br. Mus. Cat., Arabia, Mesopotamia, p. CXII ; Chapot, Front. Euphr., p. 300.
  • 479 Harnack, Die Mission u. Ausbr. des Christentums, 4e éd., 11, p. 690.
  • 480 Ibn Batouta, II, p. 141.

305Sindjar est arrosé par le Tharthar, que les monnaies romaines de la ville représentent comme un nageur aux pieds de la Tyché478. Elle semble avoir organisé une communauté chrétienne avant Nisibis479. Ibn Baṭouṭa la trouve habitée par des Kurdes industrieux et elle lui rappela Damas par le grand nombre de ses canaux et de ses jardins480. De là, une route partait vers le Sud et aboutissait à Hatra.

306C, (suite) Tab. Peut.

307Sirgora (l. Singara)

308Zogorra

309Dicat

310Ad Herculem

311Hatris

312Noms Modernes

313Sindjar

314Tell Uzga

315 ?

316 ?

317Hatra (el-Ḥaḍr)

  • 481 Le Rav., 81, 16-18 supprime les stations intermédiaires et note simplement Dagala (Tab. Zogorra) et (...)

318Zogorra est évidemment identique au Zagurae de la route D, aussi le plaçons-nous à Tell Uzga. Il faudrait reconnaître la route directe allant de ce point à Hatra481.

  • 482 Nous utilisons Qodama parce qu’il est ici plus complet.

319Dans la haute Mésopotamie ou haute Djéziré, Nisibis était un grand centre de routes. La route D, qui mène de Zeugma surl’Euphrate à Nisibis et, de là, à Ctésiphon, recouvrait probablement en partie la route C. Elle recouvre en partie aussi la route Raqqa-Naṣibin des géographes arabes482.

  • 483 La correction est appuyée par le RAV., 79, 14 : Reche.

320Note (3)483

  • 484 Le Rav., 79, 13 paraît conserver la bonne leçon, non contractée : Manacarta.

321Note (4)484

  • 485 Aboulféda, p. 284.

322Pour Thiar nous renvoyons à ce qui en est dit plus haut, à propos des mansiones parthicae. Les identifications que nous suggérons pour Rene et Macharta sont nouvelles ; elles se confirment l’une l’autre. Entre Ras el-‛Ain et Tell Ermen, il. n’y a que deux stations possibles, ‛Aradé et Kefrtout. Les géographes arabes, qui conservent encore la forme araméenne Kafartoutha, nous la signalent comme une localité plus grande que Dara485.

323De Nisibis cette même route gagne Sindjar et le Tigre, comme on le Voit ci-après.

324Nous avons eu l’occasion de signaler Thebeta à propos des itinéraires de Tukulti Ninip II et d’Assournaṣirpal. Généralement on trace cette route suivant une ligne droite et on place la station de Baba vers le milieu ; c’est la solution de R. Kiepert. Le Ravennate nous rend ici le rare service de corriger utilement la Table de Peutinger où, comme nous l’avons signalé plus haut, il faut lire Bara. Nous voyons ainsi à quel itinéraire le Ravennate a emprunté ce vocable dont il a conservé la bonne leçon. C’est la route que prit Haussknecht en 1867.

  • 486 La métathèse est si naturelle qu’elle se retrouve sur la carte d’E.-M. qui note Wadi Abda.

325De Sindjar au Tigre deux routes se présentent, l’une par Tell A‛far, qui menait à Balad (Eski Mossoul) » l’autre directement sur Mossoul, c’est celle que note la Table de Peutinger. Nous avons déjà identifié Zagurae avec Tell Uzga. On peut proposer Abou Gubba pour Ad Pontem et une station dans le Wadi ‛Adhba pour Abdeae486.

  • 487 Route : Tigranocerta Peloriarcam.
  • 488 Marco Polo, éd. Pauthier, p. 45.

326Il nous reste à examiner la route que nous dénommons E, qui menait d’Arménie à Nisibis et gagnait Samarra487. C’était non seulement la route des armées, mais aussi celle du commerce, notamment, au moyen âge, celle de la soie et du coton. L’industrie de ces régions surprit les premiers voyageurs modernes qui admiraient fort les « mosolins », ou draps « à or et à soie », qu’on ne fabriquait pas seulement à Mossoul, mais dans toute la région488. Nous n’envisageons de cette route que la portion qui rentre dans nos limites.

  • 489 Ainsi R. Kiepert, Form. orbis ant., tab. V, p. 6 ; STRECK dans Pauly-Wissowa, Realem., Suppl. s. Be (...)

327L’identification de Sapha, à lire ainsi d’après le Ravennate, la Sapphe de Ptolémée est admise sans hésitation avec Bezabde ou Betzabde489 qu’on a vu plus haut être remplacée aujourd’hui par Djéziret Ibn ‛Omar.

328La route de Nisibe vers le bas Tigre ne passait pas par Bezabde ; elle piquait, comme l’attestent les routiers arabes, sur Eski Mossoul (Balad), et Sapha répond à l’Esfaya moderne de cette route. La vérification est apportée par l’étape précédente : Sarbane correspondait à un *Dharban ou Dharman que les géographes arabes connaissent sous la forme Adhrama, dont on a fait aujourd’hui Tell Rouman ou Roumman. Il se peut que ce soit la Daremma de Ptolémée V, 17, 7.

  • 490 Une indication du même genre dont il semble qu’il n’y ait pas lieu de tenir compte vise Hemerium. S (...)

329On objectera que Ptolémée V, 17, 6, place Sapphe sur les bords du Tigre ; mais il commet la même erreur pour Sind-jar490. Il a confondu les stations qui mènent au fleuve avec les sites qu’il arrose. Cette remarque permet de reconnaître dans Dorbeta et Sapphe de la liste de Ptolémée la Sarbane (*Darban) et la Sapha de la route E, tandis que Singara et Deba de Ptolémée seraient Singara et Abdeae (en réalité, ‛Adhba) de la route D.

  • 491 Voir Qodama, trad. de Goeje, p. 164 ; Aboulféda, p. 274.
  • 492 Dans Von Oppenheim, Vom Mittelmeer, II, p. 167, de Goeje a proposé d’identifier Ba’ainatha avec Abo (...)

330Les distances données par Ibn Khordadbé ne permettent pas d’identifier Sapha et Barqa’id. Cette dernière ville qui ne fut pas sans importance, mais qui avait la plus fâcheuse réputation auprès des voyageurs491, se place plutôt à Tell Roumeilan, comme l’a reconnu de Goeje492.

331Quant à Ba‛ainatha, forme araméenne pour Bet-‛Ainath, nous proposons de la retrouver à ‛Ouweinat, qui est le diminutif de ‛Ainath.

332Le Ravennate donne comme nom de localité Tygrinopolis qui pourrait s’appliquer à Balad ; mais on n’a pas confirmation de ce vocable.

333Bien que nous n’ayons aucun renseignement positif sur la route que prit Alexandre le Grand pour conduire son armée de Raqqa (Nicephorium) à Gaugamèle, on admet, depuis Droysen, qu’il passa le Tigre à Bezabdé, autrement dit à Djeziret Ibn ‛Omar. Arrien dit expressément qu’il ne prit pas la route qui, descendant l’Euphrate, l’eût conduit à Babylone. Il pouvait choisir entre la vallée du Balikh et celle du Khabour. Comme la marche s’effectuait au cœur de l’été de 331, il est probable, mais nullement certain, qu’il prit comme Noureddin et Saladin la voie du Khabour pour remonter jusqu’à Nisibe. Il faut, en effet, observer que, dans l’antiquité, la vallée du Balikh était certainement mieux aménagée que de nos jours.

  • 493 Hist. de l’Hellénisme, trad. Bouché-Leclercq, II, p. 328.
  • 494 L’inquiétude fut très vive dans la nuit qui suivit le passage du Tigre ; cf. ibid.
  • 495 Sur ce gué Yaqout, IV, p. 288 et G. Hoffmann, Auszüge aus syr. Akten persich. Märtyrer, p. 218.

334De Nisibe, Barbié du Bocage pensait qu’Alexandre avait gagné Mossoul. Mais Droysen, remarquant que l’armée macédonienne avait mis quatre jours pour atteindre Gauga-mèle, la faisait remonter jusqu’à Bezabdé493. C’est possible, mais ce n’est pas nécessaire. Les Grecs avancèrent certainement avec d’autant plus de prudence qu’ils étaient fort inquiets494. Alexandre dut prendre la voie ordinaire et s’il traversa le Tigre à Balad (Eski Mossoul) où il y a un gué, et voulait éviter le passage habituel, il pouvait utiliser le gué de Zammar495, un peu plus au nord.

Notes

1 G. Rey, Les Périples des côtes de Syrie et de Petite Arménie, dans Archives de l’Orient latin, II, 1, p. 329-353.

2 Steph. de Byz., S. V. Laodikeia. Au sujet de la légende qui cherche à expliquer ce vocable, voir Pauly-Wissowa. S. Hadad.

3 Malalas, éd. de Bonn, p. 203.

4 Voir Honigmann, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. v.

5 W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, pl. LXVII.

6 Notamment l’arc de triomphe qu’on attribue à l’époque de Septime Sévère et qui est décrit dans Vogue, Syrie centrale, pl. 29 ; cf. Renan, Mission de Phénicie, p. 111, 112 et 852.

7 Strabon, XVI, 2, 9. Voir la curieuse borne du « jardin d’Adonis » publiée par Haussoullier et Ingholt, dans Syria, 1924, p. 333.

8 Sur Laodicée à l’époque des Croisades, voir Rey, Col. fr., p. 343 et suiv. ; Heyd-raynaud, Hist. du commerce dans le Levant, I, p. 145, 335, etc. ; Hagenmeyer, Galt. Bella Antioch., p. 256 et suiv.

9 Raoul DE Caen, Gesta Tancr., Hist., occ., III, p. 706.

10 Hist., or., IV, p. 361.

11 Peut-être était-ce Deir el-Farous.

12 Ibn Baṭouṭa, Voyages, éd. Defrémery et Sanguinetti, I, p. 183. Lire Farous, au lieu de Favous, dans Revue Or. lat., IX, p. 38, note 4.

13 Voir son commentaire à Stadiasme m. m., 138, dans l’éd. Didot. Beer, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. v. n° 20, se contente de placer Héraclée entre Posidium et Laodicée.

14 Stad. m. m., 142 : Ἀπò ‛Hραxλείας ἐπì Ποσείδιον τòν έπίτομον, στά-διοι ρ’.

15 Non Nahr Wadi Qandil comme note M. Hartmann sur sa carte. Ce cours d’eau assez important à son embouchure est cité par Hadji Khalifa, dans Blochet, ROL, IX, p. 38, note 4.

16 M. Hartmann, ZDPV, XIV, p. 195. Une église voisine porte le nom de Keniset el-Kamlak.

17 La carte E.-M. 1920 note en ce point : « Port de Kavchid ». Nous ne voulons pas faire état de l’assonance Qaraqol, Héraclée, cependant possible. Nous ne voyons pas le point el-Muqaṭ’a que propose Honigmann, n° 209.

18 Steph. Byz., S. v. Il existait encore une Héraclée de Phénicie et une autre de Syrie.

19 Pline, H. Ν., V, 17.

20 Rey, Col. fr., p. 341 et Les Périples, dans Archives de l’Orient latin, II, 1, p. 334 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263. Un levé sommaire dans Rey, Étude sur l’architecture milit. des croisades, p. 177.

21 Cart, gén., I, p. 267 (acte de 1168) ; voir ci-après le récit de Wildbrand d’Oldenburg à l’occasion de son passage.

22 Stad. m. m. , 139 : Κάμψαντι δὲ τò ἀxρωτήριον λιμήν ἐστι xαλούμενος Λευxός στάδιοι λ’. Ce chiffre est trop faible, il faut lire π’ (80).

23 Ibid., 140 : ’Aπò Λευxου Λιμένο ἐπι xώμην xαλουμένην Πασιερίαν στάδιοι λ’. Chiffre trop faible ; peut être ν’ (50).

24 Rey, Les Périples, Arch. Or. lat, II, p. 335.

25 Ritter, Erdkunde, XVII, p. 1 108.

26 Anne Comnène, Hist., gr., I, 2e part., p. 181 ; Honigmann, n° 277, rapprochant ce vocable de Pherep, l’identifie à Atharib.

27 Cart. gén., I, p. 490 ; Rey, Col. fr., p. 339 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263. L’identification de Rey avec Khirbet Kassia, près Marqab, peut d’autant moins être retenue qu’il faut rectifier en Khirbet Kassih. Röhricht, Reg. add., n° 428, propose Feziye.

28 Röhricht, ZDPV, XII, p. 34, propose Ferzala dans le sud d’Antioche ou Ferferi.

29 Nous lisons Stad. m. m., 141 : ’Aπò τῆς xώµης (i. e. Pasieria) ἐπ’ ἄxραν Ποσείδιον (ms. Πολιάν) xαλουένην στάδιοι ρx’. Stad. m. m., 142 : ’Aπò Hραxλείας ἐπι [τὴν αxραν την ἐπι] Ποσειδίου (ms. Ποσείδιον) τò ἐπίτοµον στάδιοι ρ’.

30 Ritter, Erdkunde, xvii, p. 1 109.

31 Instructions nautiques, Côte de Syrie, p. 624.

32 Ibid., p. 624.

33 Th. Reinach, Journal des savants, 1905, p. 556.

34 Diodore de Sicile, XIX, 79 : ἐxπλεύσας ἐπ Συρίας τῆς ἄνω xαλου-µένης.

35 Ainsi Droysen, Hist., de l’hellénisme, trad. Bouché-Leclercq, II, p. 337 ; cf. Bouché-Leclercq, Hist., des Lagides, I, p. 48-49.

36 Strabon, XVI, 2, 8 : ἐxπλεĩτο δ’ ἡ Σελεύxεια πρóτερον Ὕδατος Ποταοµί.

37 Chapot, Séleucie de Piérie (extr. des Mémoires de la Soc. nat. des Antiquaires de France, t. LXVI), p. 2.

38 On pouvait en douter avant d’en retrouver mention dans Diodore ; cf. Chapot, ibid., p. 5 qui, citant le passage de Strabon sur Hydatos Potamoi, ajoute : « Cette dernière expression, traduction grecque, sans doute, d’un nom sémitique, n’indique point forcément un lieu habité ».

39 Chapot, ibid., p. 64, n. 3 remarque : « La topographie de Séleucie est à ce point accidentée que les eaux y circulent partout en abondance » et le Père H. Lammens, Promenades dans l’Amanus, p. 57, expliquant le comblement du port romain par les apports du torrent descendant de la montagne, ajoute : « Pour se représenter l’impétuosité de son courant, il faut connaître la violence et la durée des pluies hivernales dans l’Antiochène, considérer l’inclinaison des pentes du Coryphé, fonctionnant ici comme un collecteur formidable. »

40 La localisation en Syrie de ces villes, citées par le papyrus de Gourob, est due à M. Holleaux, Bull. de Corresp. hellen., 1906, p. 330-348. On trouvera l’essentiel résumé dans la note de Bouché-Leclercq, Hist, des Séleucides, II, p. 555 et suiv.

41 Hérodote, III, 91 : Ἀπò δὲ Ποσειδηιου πόλιος, τὴν Ἀμφίλογος ὁ Ἀμφιάρεω οἴxισε ἐπ’ οὔροισι τοĩσι Κιλίxων τε xαι Σύρων. Comparer Steph. Byz. : Ποσείδειον πόλις μεταξὺ Κιλιxίας xαι Συρία:, τò ἐθνιxòν Ποσειδειεύς.

42 Voir les rapports d’Amphiloque avec Mallus.

43 Strabon, XIV, 5, 17.

44 Strabon, XVI, 2. 8 et 12 ; Pline, H. Ν., V, 18 ; Ptolémée, V, 13, 13.

45 Priscien, Perteg., v. 856.

46 Van Berchem, Voyage, I, p. 250; Röhricht, ZDPV, p. 262, note 11.

47 La correction de C. Müller, enregistrée dans la note suivante, est indiquée dans son édit. des Geogr. gr. minores, II, p. 161.

48 Stad. m. m., 143 : Ἀπò δὲ τῆς ἄxρας τῆς (ms. τοῦ) ἐπì Ποσειδίoυ εἰς πόλιν Ποσειδωνίαν (ms. Σιδῶνα) στάδιο: τ’ (plutôt : x’) ὑτέρ ἧς ἐστιν ὄρος ὑψηλòν, xαλούμενον Θρόνος. Strabon, XVI, 2, 8, cite, du Nord au Sud, Séleucie, le Casius et l’Anti-Casius. Sur la position de ce dernier d’après Pococke et d’après Ainsworth, voir Ritter, Erdkunde, XVII, p. 1 110, 1 113 et 1 133; Honigmann, n° 466.

49 Cité par E. Miller, Périple de Marcien d’Hécatée, etc., Paris.

50 Stad. m. m., 144 : Ἀπò Ποσειδωνίας (ms. Σιδωνίας) πόλεως εἰς τόπον ὁρίζοντα τò Κάσιον, xαλούμενον δὲ Χαλαδρόπολιν στάοιοι ζ’ (plutôt : π’).

51 Pline,H. N., V, 17 donne l’énumération suivante : Tripoli, Orthosia, l’Eleuthère, Zimyra, Marathus, et Aradus en face, Carne, Balanea, Paltus, Gabala, Laodicée, Diospolis, Héraclée, Charadrus, Posidium.

52 Rey, Les Périples, p. 333.

53 Rey, Col. franques, p. 348. On ne voit pas pourquoi Hagen-Meyer, Galt. Bella Antioch., p. 256 et suiv., place le mont Parlier au nord de l’Oronte et le mons Hingro (Nigro) au Casius.

54 Cart., gén., I, p. 271 ; Rey, Col. fr., p. 330 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 262 et Reg., add., n° 428 où il propose Blata au N.-E. de Laodicée. Si l’on pouvait supposer ce casal dans la région de Bara, ce pourrait être Kefr ‛Awit.

55 Pourrait être Karsanbol de la carte E.-M. 1920, à une vingtaine de kilomètres au sud d’Antioche.

56 Röhricht, ZDPV, X, p. 236, suppose que Colcas est la déformation de Colocassia. Nous préférons admettre un rapprochement avec un toponyme tef que Qaraqousé, au sud-est de l’embouchure de l’Oronte.

57 Ces trois localités et la suivante sont citées dans Cart., gén., I, p. 491-496 ; Rey, Col. fr., p. 336 et 264. On pourrait retrouver Corconai dans Keurkené ou Qeurqené, à 2 km, au sud de Kesab.

58 Röhricht, Reg., add., n° 649 propose d’identifier Meunserac avec Mishraqiyé, près Souweidiyé (Séleucie). Tout auprès, Keniset es-Saiyidé représenterait l’abbatia S. Mariae du même texte. Il est beaucoup moins probable qu’Ardesin, cité dans le même acte, soit el-Djereriyé, site voisin des précédents.

59 Rey, Col. fr., p. 349, croit le trouver dans H’skrou près de Safkoun, dans la vallée du Nahr el-Kebir ; mais cette indication est douteuse. On peut songer à Bsikha, à l’est de Lataquié ; ci. Van Berchem, Voyage. I, p. 92.

60 Gautier le chancelier, Bella Antioch., II, 9 ; cf. l’éd. Ha-genmeyer, p. 259, notes 8 et 17 ; Guill. de Tyr, XII, 11 ; Rey, Col. fr. p. 343. On a Lator ou Laitor, ce dernier a donné fautivement Lac-toire dans P. Paris, Guill. de Tyr et ses continuateurs, I, p. 449.

61 Röhricht, Kön. Jer., p. 137.

62 L’identification se trouve déjà dans Hist., occ., I, p. xxxvii ; Rey, Col. fr., p. 335.

63 Röhricht, Reg., add., n° 151b; Cart. gén., I, p. 89.

64 Steph. Byz. s. v. dont la mention n’est peut-être pas sans rapport avec le Casius, si l’on peut admettre que le vocable d’el-Aqra’ est antérieur aux Arabes. En effet, cette ville d’Akra est dite ὑπὲρ Ἀντιóχειαν.

65 Cart., gén., I, p. 131 ; Röhricht, Reg., add., n° 234a.

66 Röhricht, ZDPV, X, p. 262 note 11 ; cf. plus haut.

67 Idrisi, p. 23 ; Le Strange, p. 448. Dans Qodama, éd. de Goeje, p. 255 du texte et p. 195 de la traduction, il faut rectifier l’ordre géographique qui doit être le suivant : Antartous, Balnyas, Djabala, al-Ladhiqiya, al-Hiryadha. Ce dernier nom avec initial, non a.

68 Blochet, ROL, IX, p. 38, note 4, lit Hiṣn Herbah : il s’agit bien de la même localité puisqu’elle est à dix-huit milles de Laodicée. La concordance pour le initial, laisse supposer que le a de l’édition d’Idrisi est fautif.

69 Röhricht, Reg., add., n° 576 ; cf. Rey, Col. fr., p. 333.

70 Röhricht, Reg., add., n° 576, propose Boustan er-Ras, au S.-O. d’Antioche, pour Bussudan, ce qui n’est vraiment pas satisfaisant. Nous pensons que Bussudan est une autre forme de Barsoldan cité par Raoul de Caen comme nous le verrons ci-après.

71 Röhricht, ibid., propose d’identifier avec el-Fillit des environs d’Antioche, vers le lac.

72 Röhricht, ibid., hésite à proposer Kukaya, à l’est de Marqab, pour Cuccava. De fait, on attend plutôt Kaukab.

73 Röhricht, ZDPV, X, p. 224 propose un des nombreux mezra’a, « ferme », alors qu’il est évident que ce casal est identique à Meunserac et mieux encore que ce dernier (voir ci-dessus) s’identifie à Mishra-qiyé. Hagenmeyer, Galt. Bella Antioch., p. 322, note 15, placerait un casal Muserac dans la région de Kafarṭab.

74 Rol, VII, p. 152 ; Röhricht, Reg., add., n° 605a.

75 Laurent, Perigr., p. 171.

76 Strabon, XVI, 2, 8 : εἶτα (après l’embouchure de l’Oronte) τò Nυµφαῖον, σπήλxιóν τι ἱερóν. Stad. m. m., 147, compte 15 stades du Nymphaeon à l’Oronte ; c’est 25 qu’il laut lire.

77 M. Hartmann, Das Liwa Haleb, dans Zeitschrift des GeseUsch. für Erdkunde zu Berlin, 1894, p. 160 : « eine Höhle, el-hammâm genannt ; links Ruinen einer Kirche, doch unbedeutend ». Un peu au sud d’el-Miyadoun.

78 Ritter, Erdkunde, XVII, p. 1 111.

79 Chapot, Séleucie de Piérie, p. 1 note, du tir. à part, d’après Malalas, éd. de Bonn, p. 270.

80 Cafaro, Hist., occ., V, p. 65 ; Hagenmeyer, Chron., n° 575.

81 Winckler, Altor. Forschungen, I, p. 9 ; Dhorme, Les pays bibliques et l’Assyrie, p. 26.

82 Les textes réunis par Benzinger dans Pauly-Wissowa, Realencyci, s. Amyke ; voir Streck, Encycl. de l’Islam, s. ‛Amḳ.

83 Il est tout à fait improbable qu’Antigonie, comme le propose Droysen, Hist., de l’Hellén., trad. Bouché-Leclercq, II, p. 729, ait été située en aval d’Antioche. On a proposé de la placer près du confluent de l’Oronte et de l’exutoire du lac d’Antioche, sur le tell qui porte le ziyaret esh-Sheikh Hasan ; cf. Honigmann, n° 42. Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. v., remarque qu’Antigonie survécut à la transplantation de ses habitants à Antioche puisque Dion Cassius, XL, 29, en fait mention après la défaite de Crassus à Carrae.

84 Cela résulte des observations d’Ibn el-Athir, Hist., or., II, p. 224.

85 Pour la période antique, le travail fondamental est toujours K. O. Müller, Antiquitates Antiochenae, Göttingen, 1839 ; voir encore Ritter, Erdkunde, XVII, p. 1147 et suiv. ; R. Förster, Antiochia am Orontes, dans Jahrb. des deutschen arch. Instituts., XII (1897), p. 103 et suiv. ; Perdrizet et Fossey, Bull. corr. hell., 1897, p. 79 et suiv. ; Krauss, Revue des ét. juives, 1902, p. 27 et suiv. ; Benzinger, dans Pauly-wissowa, Realenc., s. Antiochia et Supplem., erst. Heft, col. 91 ; H. Leclercq, Dict. d’archéol. chrét. et de liturgie, s. Antioche, col. 2359-2427 ; W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. LVIII et suiv. ; Karalevskij, dans Dict. d’hist. et de géogr. ecclésiast., II, col. 563 et suiv. ; Honigmann, n° 45. Pour les époques byzantine, musulmane et franque, à la bibliographie donnée par Streck, Encycl. de l’Islam, s. Antakiya, ajouter Rey, Étude arch. mil., p. 183 et suiv. ; Schlumberger, Épopée byz., I, p. 221 et suiv. ; Fossey et Perdrizet, BCH, 1897, p. 79 et 90 ; Lammens, Promenades dans l’Amanus, p. 27 et suiv. ; Van berchem, Voyage, I, p. 240 et suiv. Pour la mention d’Antioche dans les sources chinoises, voir P. Pel-liot, Journ. asiat., 1921, I, p. 142 et suiv.

86 Actuellement Bet el-Ma ; cf. Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. v. ; Honigmann, n° 153. Sur l’orthographe du nom arabe voir Lammens, Promenades dans l’Amanus, p. 47, avec correctif à la p. 49.

87 Lammens, Promenades dans l’Amanus, p. 61.

88 Steph. Byz., S. V.

89 Ces localités sont, sauf indication contraire, citées par REY, Col. fr., s. v., ou par Röhricht, ZDPV, X, p. 220.

90 Ce pourrait être Beira, près de Qal‛at ez-Zau (Qoṣeir), village actuellement peuplé de Noṣairis. Sur la carte de son voyage, Van Ber-chem note Barya.

91 Cavea de Memboa, dans un acte de mars 1181, non loin de l’Oronte : Cart. gén., I, p. 406-407 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 258.

92 L’identification de Röhricht, ZDPV, X, p. 220, avec Audjil, à l’ouest d’Alep, a contre elle l’éloignement de ce site.

93 Röhricht, Reg., add., n° 1317a.

94 Rol, VII, p. 152 ; Röhricht, Reg., add., n° 605a.

95 Röhricht, ZDPV, X, p. 224.

96 Land, Anecdota syriaca, I, p. 15 ; A. Carriere, Annuaire de l’École des Hautes Études (sect., philol. et hist.), 1898, p. 14 ; cf. Payne-Smith, Thesaurus syriacus, s. v. Il en résulte qu’on peut identifier Amous ou Amis avec Saint-Julien d’Hist. arm., I, p. 634.

97 Rey, Col. fr., p. 330 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 265.

98 Hagenmeyer, Gal. Bella Antioch., p. 319.

99 Röhricht, ZDPV, X, p. 229. Carcasia pourrait être la même localité que Colcas, que nous avons placée à Qaraqousé, au sud de l’embouchure de l’Oronte ; cf. ci-dessus, p. 422, note 6. Quant à Norsinge, on peut songer à Narindja, dans la montagne au sud d’Antioche ; cf. M. Hartmann, Z. Gesellsch. für Erdk., XXIX, p. 505, n° 13.

100 Anne Comnene, Hist., grecs, I, 2e part., p. 181. Un manuscrit syriaque donne la forme Douqsa ; cf. Honigmann, n° 165.

101 Raoul de Caen, Hist., occ., III, p. 650 ; cf. ibid., p. 641 : « Jam proxima fluvio, qui Balenae oppidi jugera irrigat ».

102 Déjà dans Hist., occ., I, p. xxxii, sans préciser la position, non plus dans Rey, Col. fr., p. 337.

103 Van Berchem, Voyage, I, p. 241 et suiv., avec une monographie très complète, qui rectifie notamment la note de Quatremere, Sultans mamlouks, I, 2, p. 266 et suiv. Cette forteresse fut reprise par Beibars en 1275.

104 Röhricht, ZDPV, X, p. 273, note 14 et Rey, Col. fr., sous les divers vocables.

105 Rey, Col. fr., p. 331 ; Cart, gén., I, p. 491 et suiv.

106 Relevé dans l’itinéraire ci-dessus, p. 160 ; cf. M. Hartmann, Z. Gesellsch. für Erdk., XXIX, p. 495, n° 3.

107 Rey, Col. fr., p. 340 et 343.

108 Röhricht, ZDPV, p. 263 ; M. Hartmann, Z. Gesellsch. für Erdk., XXIX, p. 496, n° 54.

109 Rey, Col. fr., p. 336.

110 Hagenmeyer, Galt. canc. Bella Antiochena, p. 262, note 38.

111 Yaqout, II, p. 244 ; Le Strange, p. 449.

112 Biladhori, p. 147.

113 Socrate, Hist. eccl, VII, 16, 1.

114 Yaqout, I, p. 277 ; Le Strange, p. 548.

115 Ibn esh-Shina, p. 212.

116 Dhorme, Les Pays bibliques et l’Assyrie, p. 34. Mais c’est nous écarter beaucoup de l’itinéraire de Tiglatpiléser. Nous préférons en rapprocher la montagne que nos cartes dénomment Sheikh Sabou, au nord d’Apamée.

117 Nous avons à ce sujet le témoignage d’Ibn Sheddad, Hist., or., IV, p. 377. Sur ce saint musulman, d’origine chrétienne, voir Le Strange, p. 175 et Encycl. de l’Islam, s. v.

118 On trouvera tous les renseignements nécessaires et la bibliographie dans V. Chapot, Séleucie de Piérie, dans Mémoires Soc. des antiq. de France, t. LXVI (1907). Les monnaies dans W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. lxxi et p. 269.

119 Intéressante explication de ce nom dans Ibn Esh-Shina, p. 221.

120 ‛Guill. de Tyr, XV, 14 ; XVII, 10. Rey, Col. fr., p. 353 identifie complètement le Soudin et Port Saint-Siméon. Chapot, loc. cit., p. 78 place Port Saint-Siméon à l’embouchure de l’Oronte.

121 Cafaro, Hist., occ., V, p. 50.

122 Guill. de Tyr, XVI, 26.

123 H. Lammens, Promenades dans l’Amanus, p. 53 et suiv.

124 Rey, Col. fr., p. 352 place sans raison valable la Scala Boamundi entre le Casius et Basit.

125 Guill. de Tyr, Hist., occ., I, p. 166 et suiv.

126 Ritter, Erdkunde, XVII, p. 1150 ; Honigmann, n° 457. La relation du terme moderne avec le vocable ancien est bien connue d’Ibn esh-Shina.

127 Strabon, XVI, 2, 16 : τòν δὲ Λύxον (1. Ἄξιον) xα τòν Ἰορδάνην, (1. Eὐφράτην) ἀναπλέουσι φορτίοις Ἀράδιοι δὲ µάλιστα.

128 Les Assyriens utilisaient déjà les services des Phéniciens sur l’Euphrate, et Alexandre les imite lorsqu’il fait amener par terre des vaisseaux phéniciens jusqu’à Thapsaque et de là, par l’Euphrate, jusqu’à Babylone ; cf. Arrien, VII, 19, 5; Strabon, XVI, 1, 11. Sur la navigation de l’Euphrate à l’époque romaine, voir V. Chapot, Front. Euphr., p. 145 et suiv.

129 Heyd-Raynaud, Hist., du commerce, I, p. 168 et suiv.

130 Pour le régime des routes romaines rayonnant autour d’Antioche, voir Chapot, La Front., de l’Euphrate, p. 340-346 et notre carte XIV.

131 Qodama, éd. de Goeje, p. 171, également Ibn Khordadbeh.

132 Sur ce point, voir plus haut.

133 Voir ci-dessus, chap. III, 5.

134 C’est ce qu’explique bien Strabon, XVI, 2, 8.

135 Le Strange, p. 407-408 ; R. Hartmann, Encycl. de l’Islam, s. v. ; Blochet, ROL, IX, p. 39.

136 Voir Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 434 ; Röhricht, Reg., add., n° 1 358 ; les références aux chroniqueurs des croisades dans Heyd-Reynaud, I, p. 370 et Hagenmeyer, Gesta Franc., p. 225, note 68 ; cf. Röhricht, Gesch. des erst. Kreuzz., p. 99, note 4.

137 Raoul de Caen, Gesta Tancr., Hist., occ., III, p. 639 : «... montes qui medii Alexandriolam Guastonemque oppidulum dirimunt... viam difficilem, sed cunctarum ad Syros directissimam » ; Wilbrand d’Old., éd. Laurent, p. 174.

138 Guill. de Tyr, XV, 19.

139 Ptolémée, V, 14, 9.

140 Sur ce vocable et le détail de la route, voir ci-après.

141 Table de Peutinger : Antiochia, Gephyra (Djisr el-Ḥadid), Gendarum, Cyrrho, Channunia, Doliché. Depuis longtemps on a rapproché Channunia (Hannunea de l’Itin. Ant.) de la Xαονία de Ptolémée, V, 14, 8, mais il est moins facile de placer cette localité sur le terrain ; voir Benzinger, Pauly-Wissowa, Realenc., s. v. Cumont, Études syriennes, p. 238 et suiv. a proposé le site de Kehriz près duquel il a relevé des traces d’une voie romaine qui mène d’‛Aintab à Kehriz. La station pouvait être en ce point ou vers Omeroglou.

142 R. Hartmann, ZDMG, 1916, p. 498.

143 Nous aurions dû noter plus haut que Kraeling, Aram u. Isr., p. 110, note 2, proposait d’identifier cette ville avec Khuzarra des textes assyriens.

144 C’est la route suivie par Sachau, Reise, p. 459. L’ancienne voie romaine la suit en partie, mais s’infléchit un peu plus au sud par Athareb.

145 Le texte publié par Lanzone, Viaggio in Palestina e Soria di Kaid Ba, Turin, 1878, a été traduit par Gildemeister, et par Mme devonshire, Bull., de l’Institut français d’archéol. orient., t. XX. Nous renvoyons surtout à la discussion du texte faite par Clermont-Ganneau, Recueil d’arch. orient., III, p. 248 ; voir aussi quelques observations dans Syria, 1921, p. 82.

146 Clermont-Ganneau, loc. cit., p. 255.

147 Lanzone, Viaggio, p. 13 ; Devonshire, l. c., p. 13.

148 Moufazzal, éd. Blochet, Patr. orient., XIII, 389.

149 La position approximative de Darb-Sak était indiquée par les géographes arabes ; mais aucun voyageur ne l’avait encore établie et aucune carte ne le portait ; voir Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 434. Darb-Sak (Trapesac des Francs) défendait au Nord l’accès du col de Beylan, tandis que Baghras défendait cet accès par le Sud. En plus de la forme Darb-Sak donnée par Aboulfeda, p. 261 (Le Strange, p. 436, identifie à tort avec le Tourbessel des croisades qui est Tell Basher), on a Deir Bessak donné par Yaqout, II, p. 647 ; LE STRANGE, p. 428. Gaudefroy-Demombynes, La Syrie, p. 88, note que cette forteresse du djound de Qinnesrin est sur le Qara Sou, mais que sa position n’est pas fixée.

150 Aboulfeda, p. 261 ; Le Strange, p. 436-437.

151 Lanzone, Viaggio, p. 14 ; Clermont-Ganneau, loc. cit., p. 256 ; Devonshire, Relation, p. 14 en corrigeant les noms de lieux.

152 Le texte, ibid., p. 14, dit que le sultan et sa suite se rendaient à Yaghra pour examiner ce qui concernait le khan et le pont. Les soldats qui arrivent au campement sont, à notre avis, ceux d’une escorte qui accompagnera dorénavant le sultan. Jusqu’ici il avait voyagé dans un pays qui lui était dévoué ; il s’engageait maintenant dans une région difficile, parcourue par des Turcomans plus ou moins nomades.

153 Ni Röhricht, ZDPV, X, p. 220, ni Hagenmeyer, Galt. Bella Antioch., p. 313 et note 16, n’ont reconnu le vocable local.

154 Beladhori, p. 148; Yaqout, III, p. 762 ; LE STR., p. 386. M. Hartmann, Z. Gesellsch. Erdk., XXIX, p. 501, explique que le sallour recherche en hiver les eaux du Gölbasch, à cause des sources chaudes qui s’y déversent.

155 Ni Rey, Col. fr., p. 352, ni Röhricht, ZDPV, X, p. 264, n’ont identifié Saloria, Sellorie ou Cellorie. L’arabe montre que la forme correcte est Sellorie.

156 Ed. Sachau, Zur hist. Geographie von Nordsyrien, III, dans Sitzungsber. Berlin. Akad., XXI (1892), p. 329-336 ; cf. Maspero, Hist., anc., II, p. 7.

157 KB, I, p. 159 ; Kraeling, l. c., p. 69.

158 Yaqout, I, p. 516 ; Le Str., p. 72.

159 Aboulféda, p. 49 ; Le Strange, p. 60. Hadji khalfa, dans Blochet, ROL, IX, p. 37, note 2, copie Aboulféda : « la troisième rivière, située entre les deux précédentes (l’’Afrin et le Qara-Sou), se nomme Yaghra (1. ainsi au lieu de Baghra) comme un petit village auprès duquel elle passe et dont la population se compose de Chrétiens ». Voir Sachau, Sitzungsber. Berlin. Akad., 1892, p. 331-333.

160 Yaqout, I, p. 516 ; Le strange, p. 72. Quoi qu’en dise ce dernier, il ne peut être question que du lac d’Antioche, puisque tous les fleuves s’y déversent.

161 Ibn el-Athir, Hist., or., II, p. 471 ; Kemal ed-din, ibid., III, p. 314 ; Röhricht, Kön. Jer., p. 259.

162 Tab. Peut., ; Ravenn. ; Mileagrum,

163 Strabon, XVI, 2, 8.

164 Malalas, éd. de Bonn, p. 199 : ἀπò γὰρ τῆς λίµvης ἐξερχοµένυ ἄλλον ποταµοῦ Ἀρχευθᾶ τοῦ xα Ἰάφθα. Comparer, en Palestine, le nom de lieu Yiphtah, Josué, XV, 43, rendu Ἰέφθα par les LXX.

165 Strabon, XVI, 2, 8. Mommsen, Hist., romaine, trad. Gagnat et Toutain, X, p. 181 dit : près de Gindaros.

166 Fr.Cumont, Et. syriennes, p. 30 et 33.

167 Stad. m. m., 149 : Ἀπò Σελευxείxς έπ τὰ Гεώργια στάδιοι ρ’ (ms. ρµϐ’).

168 Celui que nous avions proposé, Hist., et Rel. des Nosairis, p. 133, avec Maqam el-Khiḍr, ne peut pas être maintenu, parce que ce dernier sanctuaire est au sud de Séleucie.

169 Références dans Rey, Col. fr., p. 347; röhricht, Reg., add., n° 649 ; Léonce M. Alishan, Sissouan, p. 485 et suiv. D’après ce dernier auteur le vocable de « Montagne Noire » aurait été étendu vers le sud jusqu’au delà de l’Oronte. Martin, Journal asiatique, 1888, XII, p. 471 et suiv., XIII, p. 33 et suiv., a publié un récit de Michel de Mar’ash, du cloître de Mar Georgios dans la Montagne Noire, près d’Antioche.

170 Le Strange, p. 81-82. Les géographes arabes se sont toujours fait une idée très imprécise des massifs montagneux. Istakhri et Ibn Ḥauqal (l. c.) font descendre, au sud, l’appellation de Djebel Loukkam jusqu’à Lataquié. Cela correspond à la définition de la Montagne Noire chez les auteurs arméniens.

171 Ibn esh-Shina, p. 221.

172 Cela résulte d’une heureuse correction de Meineke, dans son édit. de Steph. Byz., p. 518 à Aristot., De vent., p. 973, 17 : ἀπò τῶν Συρίων πυλῶν, ἃς διέσταxεν (ms. διέστηxεν) ὃ τε Ταῦρος xα τὰ ‛Pώσια ὄρη (ms. Ταυρόσια ὄρη), ce que répète Pline, H. Ν., V, 18, 79.

173 Stad. m. m., 150 : Ἀπò τῶν Γεωργίων ἐπ τòν ‛Pωσικòν σxόπελον (ms. ‛Pωσαῖον xόλπον) στάδιοι π’ (80) (ms. τ’) ἀπò δέ τοῦ Ποσειδίου ἀxρωτηρίου ἐπ τòν σxόπελον (ms. xόλπον) οὐριώτατα στάδιοι σο’ (270 ; m. ο’). C. Müller complète ce paragraphe : « A scopulo ad Rhosum urbem stadia 80. » Ptolémée, V, 14, 2 : Σxόπελος ὁ ‛Pωσιxός

174 Jean Phocas, Hist. gr. des croisades, I, 3e part., p. 529 : τό ὄρος ἔχει τòν Σxόπελον, xα τòν λεγόμενον Καύxασον.

175 Anne Comnène, Hist, gr., I, 2e part., p. 181 : σὺν τῷ τοῦ Καυxᾶ, τό τε τοῦ Λουλοῦ λεγόμενον xα τοῦ θαυμαστοῦ ὄρους. Nous ne pensons pas qu’on puisse songer, dans cette partie de l’émunération, à Loulon, au N.-O. de P’odandos, comme le propose Röhricht, Kön. Jer., p. 66.

176 Le Str., p. 492.

177 Steph. Byz., sous Antioche de Piérie signale qu’elle s’appelait aussi Aradus, ἥν Ἅραδον οί Συροι хαλοῦσιν. La confusion d’Aradus et de Rhosus peut avoir été entraînée par une prononciation locale Arsos actuellement ‛Arzouz ; cf. l’arabe er-Rousous dans el-‛Omari, R. Hartmann, ZDMG, 1916, p. 33 et note 10 ; Gaudefroy-Demombynes, La Syrie, p. 88.

178 De Situ Orbis, I, 12.

179 Droysen, Hist., de l’hellénisme, trad. Bouche-leclercq, I, p. 527 et suiv. Cette Stratonice est visée dans l’histoire de Combabus, rapportée dans le de dea syra de Lucien. Sur Rhosus, consulter encore Heberdey et Wilhelm, Reisen in Kilikien, p. 20 et suiv. ; Ramsay, Hist. Geogr., p. 386 ; Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 440 et Choix, pl. VII, 223 ; W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. LXX et p. 268 ; Honigmann, n° 399.

180 Athénée, XIII, 586.

181 Fragm. Hist. Gr., IV, p. 469.

182 Eusèbe, Hist., eccl., VI, 22, 2-6.

183 Rey, Col. fr., p. 349 et Les Périples, l. c., p. 332-333 ; Instructions nautiques, p. 622, peut-être sur les indications de Rey.

184 G. Raynaud, Les Gestes des Chyprois, p. 191. Même texte dans Continuateur de Guill. de Tyr, Hist., occ., II, p. 457. Aussi FL. Bustron, p. 113 et Chronique d’Amadi, p. 210.

185 ROL, VII, p. 152. Ibid., p. 166 : vallée de Russol.

186 Léonce Alishan, Sissouan, p. 486.

187 Herodote, IV, 38 ; Scylax, 102 : Mυριανδòς Фοινίxων.

188 Stad. m. m., 151 : Ἀπò Ῥωσoῦ Πιερίας (ms. Tερδνίας) εἰς πóλιν Mυρίανδρον στάδιοι ρ’ (90). – 152 : Ἀπò τοῦ Mυριάνδρου εἰς Ἀλεξανδρείαν xατ’ Ἰσσòν στάδιοι λ’ (30 ; ms. ρx’).

189 Xénophon, Anab., I, 4, 6 : Mυρίανδρον, πóλιν oἰxουµένη ὑπò Фοινίxων ἐπ τῆ θαλάττη ἐµπóριον õ ἧν τo χωρίον xαί ὥρµουν αὐτóθι ὁλxάóες πoλλαί.

190 Ptolémée, V, 14, 2. Cela écarte, en partie, les objections que R. Kiepert, Orb. Terr., tab. V, p. 2, oppose à Pietschmann, Gesch. der Phönizier, p. 35, qui plaçait les deux villes à peu près au même endroit. Les données du Stadiasme sont erronées ; mais on ne peut pas ne pas en tenir compte en une certaine mesure.

191 C’est la route que prend Cyrus, Xénophon, ibid., et que suivra Alexandre, Arrien, Anab., II, 6, 2 ; Janke, Auf Alexander der Grossen Pfaden.

192 G. Marmier, Les routes de l’Amanus, dans Gazette archéol., 1884, p. 43-50.

193 Ciceron, Ep. ad Farn., XV, 4.

194 Arrien, II, 5, 8-9.

195 Quinte-Curce, IV, 1, 3.

196 Voir plus haut, ce que nous disons au sujet du « défilé au dessus de Darb-Sak ».

197 J. Garstang, Annals of arch. and Anthr. Liverpool, 1908, p. 97 et 1912, p. 63 ; cf. Pottier, Syria, 1924, p. f.

198 O. Puchstein, Bericht über eine Reise in Kurdistan, Sitzungsber. Berl. Akad., 1883, p. 30 et suiv.

199 Streck, Encycl. de l’Islam, s. Beilan. Ptolémée, V, 14, 9 désigne le col de Beylan comme Pylae Syriae, tandis qu’il dénomme Pylae Amanicae (V, 7, 1) ou Pylae Ciliciae (V, 14, 1) le passage de Saqaltoutan.

200 Xénophon, Anab., I, 44.

201 Strabon, XIV, 5. 3.

202 Arrien, Anab., II, 6, 2.

203 Aboulféda, p. 255 ; Le Strange, p. 458-459.

204 Quatremère, Sultans mamlouks, II, 1, p. 63 et note 63.

205 Wilbrand d’Oldenburg, éd. Laurent, p. 175 ; Marino Sanuto : passus Portellae ; Heyd-Raynaud, I, p. 367 ; REY, Les Périples, l. c.

206 D’après Hérodien, III, 4, la ville se dressait sur une colline ; cf. Droysen, Hist., de l’hellénisme, trad. Bouche-Leclercq, II, p. 663, qui discute les diverses appellations de la ville. Sur la ville moderne, voir Guérin, Galilée, I, p. 17, et Lortet, La Syrie d’aujourd’hui, p. 32.

207 S. Silviae, Peregrinatio, éd. Geyer, p. 61 : « flumen magnum Eufraten, et ingens, et quasi terribilis est ; ita enim decurrit habens impetum, sicut habet fluvius Rodanus, nisi quod adhuc major est Eufrates ».

208 Chapot, Front, Euphr., p. 8 et suiv.

209 Rien ne l’indique mieux que cette remarque de V. Chapot, Front : Euphr., p. 275, note 2, à propos de propositions de Fischer (Ptolémée, p. 1 003) : « aucun commentaire ne me vient à l’esprit pour tant d’hypothèses ».

210 R. Kiepert, dans H. Kiepert, Formae Orbis Antiqui, tab. V, p. 5 (col. 2) constatant l’incertitude où l’on se trouve en présence des listes de villes fournies par Ptolémée et baignées par l’Euphrate ajoute : « Ein Beweis, wie wenig uns oft die Namensreihen der Ptole-maïschen Listen zur Rekonstruktion der antiken Karte nutzen. »

211 Sur Samosate on consultera la notice de Weissbach,dans Pauly-Wissowa, Realencycl., s. v. Il faut ajouter à la bibliographie : Babelon, Les Rois de Syrie, p. ccviii et suiv., p. 217 ; Th. Reinach, Revue des Études grecques, 1890, p. 373 querésume Lehmann-Haupt,dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. Samos ; V. Chapot, Front. Euphr., p. 269 et suiv., p. 318 et suiv. ; W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Galatia, Cappa-docia and Syria, p. xliii, p. xlix-l, p. 116 et suiv. Les auteurs arabes dans Le Strange, p. 535. Samosate n’a pas été fondée par le roi de Commagène, Samos, puisque le nom de la ville apparaît déjà dans les textes assyriens.

212 Ptol., V, 14, 10.

213 FR. Cumont, Études syriennes, p. 120 et suiv. Sur les hypothèses antérieures, voir Chapot, Front. Euphr., p. 275 et suiv.

214 Sur la distinction de ce Zeugma-Séleucie d’avec Zeugma en face de Samosate, voir R. Kiepert, dans H. Kiepert, Formae Orbis antiqui, pl. V, p. 1, col. 2. La question a été reprise dans le détail par Joseph Dobias, Séleucie sur l’Euphrate, dans Syria, 1925, p. 253, qui a montré, notamment, que Zeugma de Cappadoce est bien Zeugma-Séleucie.

215 W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. LI et p. 124 et suiv., accepte l’interprétation, à notre avis erronée, de Donaldson, Archi tectura Numismatica, n° 36, d’après laquelle les monnaies figureraient l’enceinte d’un bois sacré. Nous adoptons l’explication de Chapot, Front. Euphr., p. 277.

216 Fr. Cumont, op. cit., p. 161 et 166 et suiv. ; cf. Kiepert, Formae Orbis ant, tab. V, p. 1.

217 Cumont, loc. cit. ; c’était déjà l’opinion de Moritz et Marmier ; cf. Kiepert, Loc. cit., qui propose Urum, au nord-ouest de Biredjik.

218 Chapot, La frontière de l’Euphrate, p. 273 etsuiv. ; 280 et suiv. ; Cumont, Études syriennes, p. 132, 145 et 287 ; Honigmann, n° 177.

219 Regling, Beiträge z. alte Gesch., I, p. 472 ; Chapot, op. cit., p. 281 ; Streck, dans Pauly-Wissowa, S. V. et supplém., I, 266, aussi son article Kal’at Nadjm dans Encycl. de l’Islam.

220 Sur cette route, que prirent notamment l’empereur Julien et sainte Silvie (Ethérie), voir Fr. Cumont, op. cit., p. 28 : « les caravanes ou arabas partant d’Alep à destination d’Ourfa (Edesse) et de Mossoul se dirigent encore par Membidj vers le même passage, où des bacs les transportent à Tell-Ahmar sur la rive droite de l’Euphrate.

221 Ptolémée, I, p. 970. De même Kiepert, Formae Orbis ant., tab. V.

222 Syria, 1925, p. 300.

223 Georges De Chypre, éd. Gelzer, p. 154-155.

224 ptolémée, V, 14, 10, donne Gerrhe ; la Table de Peutinger, Serre. Il faudrait lire Gerrhe si, comme le propose Chapot, loc. cit., p. 282, note 1, on devait y reconnaître Perrhe de Hiéroclès, 713, 6. Gelzer (Georg. Chypr.,P. 149 et suiv.)place avec plus de vraisemblance Perrhe ou Peren près de Samosate.

225 Ces identifications sont déclarées « suspectes » par Chapot, op. cit., p. 282, note 2. La première est acceptée par Benzinger, dans Pauly-Wissowa, s. v.

226 Important article de Streck, s. Kal‛at Nadjm dans Encyclop. de l’Islam. Sandja est un autre nom de Qal’at Nadjm; cf. Yaqout, IV, p. 165 ; Istakhri, p. 62 ; Aboulféda, p. 233 ; Idrisi, p. 27 ; Le Strange, p. 501-502 et 531.

227 Voir ci-après.

228 Sachau, Reise, p. 133 et suiv. ; Chapot, toc. cit., p. 282 ; Sarre et Herzfeld, Arch. Reise, I, p. 122 et suiv.

229 Procope, de aedif.. II, 9.

230 Georges De Chypre, éd. Gelzer, n° 882 et p. 151.

231 Avec chute du gamma, qui ne se prononçait plus à basse époque.

232 Delitzsch, WO lag das Paradies, p. 270. L’identification est contestée à tort par Maspero, II, p. 661, note 3 ; elle est acceptée par Kraeling, loc. cit., p. 24.

233 KB, I, p. 39 et p. 125. A l’époque arabe, H. Derenbourg, Autobiographie d’Ousama, p. 215 ; cf. p. 90.

234 Gauthier, Dict, géogr., I, p. 100.

235 Ed. Gelzer, n° 885 et p. 152, où l’éditeur note simplement « incognitum ».

236 Chapot, loc. cit., p. 283, note 1. Toutefois, Honigmann, n°301, repousse cette identification pour adopter le rapprochement avec Σχηναί de Strabon, XVI, 1, 27.

237 Istakhri, p. 62 ; Ibn auqal, p. 119 ; Le Str., p. 417 ; Herzfeld, Arch. Reise, I, p. 127 ; Encycl. de l’Islam, s. v. ; Honigmann, n° 95.

238 Nous lisons Strabon, XVI, 1, 27: μὲν οὗν διάϐασις τοῦ Eὐφράτου xατά τὴν Ἄνθιν (ms. Ἀνθεμουσίαν) ἐστιν αὐτοῖς. Il est absolument impossible de faire passer l’Euphrate à Anthemousia. La bévue est due à ce que Anthemousia est citée quelques lignes plus haut.

239 Herzfeld, Arch. Reise, I, p. 130.

240 Honigmann, n° 23.

241 Ibid., n° 438.

242 Ibid., n° 31, confondu, à tort, avec Ammatha.

243 Honigmann, n° 438. D’après Littmann, Amer. Exped., IV, p. 181, il faut éviter de confondre cette ville avec Isriyé.

244 Herzfeld, loc. cit., p. 135.

245 Aboulféda, p. 269 ; Le Strange, p. 417. Dans la description du cours de l’Euphrate de Dimashqi (trad. Mehren, p. 113), il faut lire : puis il tourne vers le Sud, poursuivant son cours près des villes de Samosate et de Djisr Menbidj, arrosant les villes de Balis, de Ṣiffin (au lieu de Niṣibin), Raqqa, Raḥba, ‛Ana, etc. »

246 Rav., p. 54 et 88.

247 Herzfeld, loc. cit., p. 143 et suiv. ; R. Kiepert, F. Orb. ant., tab. V, p. 3, qui adopte cette opinion, est obligé de donnera sa route un trajet peu acceptable en ce qu’elle fait d’abord un crochet sensible et, d’autre part, qu’elle traverse un pays désertique sur la rive gauche.

248 La forme sémitique Tiphsaḥ est donnée par I Rois, V, 4.

249 Pline, H. N., V, 89. Chapot, op. cit., p. 288, note 1, propose d’identifier Philiscum à Nicephorium (Raqqa).

250 At in Syria oppida Europum, thapsacum quondam, nunc Amphipolis.

251 Même confusion dans Scylax, 102 et 101 : thapsakos potamos. En réalité il faut comprendre le passage ad Orontem ; cf. Honig-Mann, nos 456 et 345.

252 Ainsi R. Kiepert, Form. Orb. ant., tab. V, p. 3.

253 Ptolémée, V, 18.

254 Fr. Cumont, Comptes rendus de l’Acad. des Inscr., 1923, p. 37.

255 Il est impossible de décider si Addara est une forme arabisée, c’est-à-dire munie de l’article arabe, ou si le texte de Ptolémée doit être amendé. Les manuscrits n’ouvrent guère la voie à cette seconde solution car ils n’oscillent qu’entre Addara et Uadara.

256 Sur Deir ez-Zor, cf. Saciiau, Reise, p. 262 ; Von Oppenheim, Vom Mittelmeer, I, p. 329, relève les anciennes mentions du site ; Herzfeld, Arch. Reise, I, p. 170 et suiv., qui, à la suite de Fischer, Ptolémée (éd. Millier), penche pour y reconnaître la Gadirtha de Ptolémée, tandis que Birtha serait Halabiyé-Zenobia. Par contre H. Kiepert (voir R. Kiepert, Form. Orb. ant., tab. V, p. 5) identifie Deir ez-Zor avec Birtha. Rousseau, Voyage de Bagdad à Alep, éd. Poinssot, p. 136, distingue le village ed-Deir (voir aussi p. 139) et la région du moyen Euphrate dite el-Zour : « c’est la demeure, dit-il, d’une foule de tribus agricoles ». Le saule, le genévrier, le tamarin et le chêne n’y seraient pas rares, et le gibier y abonde.

257 Scheil, Annales de Tukulti-Ninip II, p. 21, où il est spée fié que Sirqu se trouvait sur la rive droite.

258 Thureau-Dangin et Dhorme, Cinq jours de fouilles à ‛Asharah, dans Syria, 1924, p. 265.

259 Le R. P. Scheil, op. cit., p. 46, corrige en Gerban, pour y retrouver la ville assyrienne d’Aqarbani ou Naqarabani qui, en effet, est à situer dans ces parages, mais sur la rive gauche.

260 Scheil, op. cit., p. 43-44.

261 Scheil, ibid., p. 43 et p. 56.

262 Voir infra.

263 Ptol., V, 17, 5.

264 Steph. Byz., Πέρσα, πόλις θηλυxῶς, παρὰ τῷ Εὐφράτῃ xα Σαμοσάτοις.

265 Ed. de Georges de Chypre, p. 150.

266 Fischer, dans Ptolémée (éd. Millier), p. 968 (note) ; R. Kiepert, dans H. Kiepert, Formac orbis ant., tab. V, p. 5 (col. 1).

267 Voir sur ce point Streck, dans Pauly-Wissowa, Realenc, Suppl., s. v., et Honigmann, n° 233.

268 CIL, III, 11701.

269 Steph, de Byz., S. V.

270 Ammien Marc, XVIII, 8, 1.

271 Pline, H. N., VI, 119.

272 Il n’y a pas lieu, avec Fischer, dans l’éd. de Ptolémée, p. 968, note, de remplacer Apamée par Séleucie.

273 Chapot, Front. Euphr., p. 274, qui repousse justement l’identification de Capersana avec Apamée proposée par Streok, dans Pauly-Wissowa, supplément, s. Capersane et Caphrena.

274 Ibidem. Que l’endroit soit presque inaccessible aujourd’hui, comme le signale Fr. Cumont, Études syriennes, p. 255, note 3, ce n’est pas une objection suffisante. L’existence d’une route ‛Aini à Edesse devait inciter à passer l’Euphrate en ce point et le resserrement du fleuve était favorable à l’installation d’un pont de bateau.

275 Chapot, Mémoires de la Soc. des antiq. de France, 1901, p. 116 et pl. VI ; Cumont, Études syr., p. 247 et suiv.

276 Von Oppenheim, Byz. Zeitschr., 1905, p. 7; Cumont, Ét. syr., p. 250 ; Clermont-Ganneau, Rec. arch. or., VII, p. 231, 232 et 398.

277 Ptolémée, éd. C. Müller, p. 1003. Propositions enregistrées dans H. Kiepert, Formae Orbis ani., tab. V.

278 Ce même nom est relevé sur le golfe arabique par Steph. Byz., qui nous en donne l’étymologie : « maison du soleil », donc Bet-Semes.

279 Cumont, Études syriennes, p. 144 et suiv.

280 Voir injra.

281 La graphie de ce vocable est incertaine ; l’identification est de Fischer, Ptolémée (éd. Müller), p. 976 qui rectifie Pline, H. N., V, 81 d’après steph. Byz., S. V. Oropos et Amphipolis ; cf. R. Kiepert, dans Formae Orbis ant., tab. V, p. 3 ; Herzfeld, Arch. Reise, I, p. 345.

282 Steph. Byz., S. Nikatoris.

283 Ritter, Erdkunde, t. X, p. 1001. De même Fischer, Ptolémée, éd. Müller.

284 Sayce, Proceedings Soc. Bibl. Arch., 1913, p. 174, cherchant un vocable correspondant dans les listes de Ptolémée, choisit, à tort à notre avis, Baisampse, qui ne peut être aussi bas.

285 Mabbog-Menbidj.

286 On place cette ville sur la rive gauche de l’Euphrate, à Ledja ou Ilidjak.

287 Non identifiée.

288 Voir ci-après.

289 Ne peut s’identifier à Meskené trop au Sud et sur la rive droite.

290 Keilinschr. Bibl., I, p. 163 et suiv. ; Kraeling, Aram and lsraël, p. 61. Nous nevoyons pas pourquoi Kraeling, l. c.,p. 54 et 61 et carte, place Tell Barsip sur la rive droite de l’Euphrate. Soit qu’il se rende à Dabigu (Dabiq), soit qu’il attraque Pitru, Salmanasar mentionne la traversée de l’Euphrate après avoir atteint Til-Barsip (K. B., I, p. 133). Voir encore Olmstead, Journal Amer. Orient. Soc, 1921, p. 353 et suiv.

291 Thompson, Proceedings Soc. Bibl. Arch., 1912, p. 66 et suiv.

292 Itinéraire de Salmanasar en 857 (K. B., I, p. 171) : Til-Barsip, Pitru, Alep.

293 К. В., I, p. 179.

294 Keilinschr. Bibl, I, p. 150 ; Gressmann, Altor. Texte, p. 109.

295 Ces objections ont été particulièrement bien présentées par Holzinger, Numeri, p. 105 et suiv.

296 Nombres, XXIII, 7, dit encore que Balaam vint d’Aram.

297 Ainsi KB, I, p. 132-133 ; cf. le texte ibid., p. 103 : mahazani sa apal A-di-ni, d’après lequel on peut songer à lire dans Nombres, XXII, 5 : eres ben-‛eden.

298 Les trois derniers noms du verset 13 : Sepharvayim, Hena et Ivva, sont une glose ; il y a donc lieu de les supprimer. Mais le verset 13 est alors trop court ; il faut lui restituer la fin du verset 12, puisque nous savons maintenant qu’il y est question d’un roi. On obtient ainsi :
12. « Les dieux des nations ont-ils sauvé les peuples que mes ancêtres ont anéantis, Gozan et Ḥarran et Resapha ?
13. « Où est le roi de Ḥamat, le roi d’Arpad, le roi de Lou’oush et (le roi de) Ben-‛Eden qui demeure à Telassar ? »

299 Schrader, Die Keilinschr. u. das A. T., lre éd., p. 203. Dans la nouvelle édition de cet ouvrage, Winckler paraît avoir corrigé à tort le Telassar biblique en Tel-Bashar. Si Telasaura (Sachau, Silzber. Berl. Akad., 1892, p. 318) n’est autre que Mar’ash, il n’y a pas à tenter de rapprochement comme y incline Keaeling, op. cit., p. 64. Quant à Thiltauri de la Table de Peutinger, voir ce que nous en disons plus haut.

300 K. B., II, p. 129; Delitzsch, WO lag das Paradies, p. 265; Kraeling, op. cit., p. 63.

301 K. B., I, p. 103.

302 K. B., I, p. 133.

303 Kraeling, toc. cit., p. 60 et 20.

304 Nous avons dit que la figure du dieu Euphrate, qualifié ici de roi, sur une mosaïque de Mas‛oudiyé, marquait un des passages du fleuve.

305 Procope, de aed., II, 6 ; steph. Byz., S. V. ; le passage de Procope est cité par Gelzer dans son édition de Georges de Chypre, p. 155 ; Fraenkel, dans Pauly-Wissowa, Realenc, s. Dausara.

306 R. Kiepert, op. cit., p. 5.

307 Isid. de Ch., l. C, Βασίλεια, Ἀρτέμιδος ἰερόν, Δαρείου, xτίσμα xωμόπολις.

308 On confond cette localité avec une homonyme, à quelque distance de l’Euphrate, sur le Khabour ; c’est à tort.

309 Scheil, l. c., p. 48.

310 Ammien Marc, XXIII, 5, 7.

311 Zosimus, III, 14.

312 G. Fr. Hill, Brit. Mus. Cat., Arabia, Mesopotamia and Persia, p. cxiii.

313 On ne peut guère songer à la Serre de Ptolémée dont il a été question ci-dessus. Ces villes sont à chercher sur l’itinéraire de Salmanasar (KB, I, p. 161) qui traverse l’Euphrate à Tell Barsip pour gagner deux villes aux noms incomplets : ...ga et Tagin. .., puis Surunu, Paripa, Til Bashiri et Dabigu, comptées au Bit Adini ; cf. Kraeling, Aram und Israël, p. 60.

314 L’identification avec Menbidj proposée par Maspero, De Carchemis oppidi situ, a été rectifiée par George Smith, Delitzsch, Paradies, p. 266 et J. Menant, Kar-Kemish,’ dans Mém. de l’Acad. des Inscript., XXXII, 2, p. 201. Deux volumes ont été publiés sur les fouilles du British Museum ; voir à la bibliographie s. Hogarth et Woolley ; voir aussi s. Pottier, et, pour la bibliographie complète du site, Contenau, Éléments de bibliogr. hittite.

315 KB, I, p. 161 ; Kraeling, l. c, p. 60.

316 Hogarth, Carchemish, I, p. 25, explique que le nom de Djerabis représente l’ancien nom Europus que les textes syriaques conservent sous la forme Aghropos. Il n’écarte pas cependant que Djerabis ne soit un souvenir de Gar(ga)mish. Quant à l’appellation de Djerablus, qu’on trouve également, y a-t-il vraiment lieu de chercher à la rattacher à Hiérapolis. Nous y verrions une déformation secondaire de Djerabis. Quant à ce dernier, c’est bien le nom de Gargamish qu’il conserve, déformé par l’assonance avec Europos.

317 Ce pourrait être l’actuelle Erin, au sud-ouest d’Arpad.

318 Amos, VI, 2 ; Isaïe, X, 9.

319 Dhorme, op. cit., p. 33. Cette ville est prise par les Assyriens en 738.

320 Kraeling, op. cit., p. 70, propose d’identifier Nulia avec la moderne Niyara, au sud de Killiz, la Niara de Ptolémée, V, 14, 10 ; cf. M. Hartmann, Zeitschr. für Assyr., XIV, p. 10. Butama correspond probablement au Badama (district d’‛Azaz) de Yaqout, I, p. 459 (Le Str., p. 407), comme le pense Olmstead, Journ. amer. or. Soc, 1921, p. 353, note 20. Le même village paraît être cité Bedamas et avoir pour original Bet Dama de Michel le Syrien, II, p. 312 ; cf. Honigmann, n° 103. Quant à Ṭaia, on n’a pu encore l’identifier. Kraeling, op. cit., p. 110, note 2, le distingue de Tae qui serait Kafr-ai, à l’ouest d’Alep. Nous proposerons l’identification avec aṭya au sud de Killiz et un peu au nord de Niyara.

321 Les fouilles de Zendjirli ont été publiées dans la collect, du Musée de Berlin intitulée Mittheil, aus den orient. Sammlungen, sous le titre Ausgrabungen in Sendjirli, I (1893), par F. von Luschan, Sachau et Schräder ; II (1898), par von Luschan, Humann et Koldewey ; III (1898), par F. von Luschan ; IV (1911), par F. von Luschan et Jacoby ; voir Pottier, Syria, 1921, p. 6 et 96 ; pour la bibliographie complète, Contenau, Eléments de Bibl. hittite.

322 Il résulte d’une inscription de Sargon (KB, II, p. 129), que Qoué représente la plaine cilicienne (cf. Pognon, Inscript, sémit., p. 162) et Khilakki la partie montagneuse de la Cilicie. Le même texte associe au Khilakki le territoire de Du’ua. Au-delà, s’étendait le pays de Tabal.

323 L’éditeur de Ptolémée propose d’identifier Ariseria à l’Ad Serta de la Table de Peutinger ; également H. Kiepert, Formae Orbis Ant., tab. V.

324 Certainement Regia de la Table de Peutinger, et vraisemblablement Metridatis Regnum de l’Itin. Ant, à propos duquel nous reprendrons la question.

325 Lecture incertaine. Honigmann, n° 400 et 467 incline à lire Bouba et à identifier avec Thurae de la Table de Peutinger.

326 Honigmann, n° 210, incline à en rapprocher Tell Hiraq de Yaqout, I, p. 872, forteresse à l’ouest d’Alep.

327 Actuellement Niyara, au sud de Killiz et à l’est de ‛Azaz ; Honigmann, n° 325. Nous avons vu qu’on l’identifiait à la Nulia des textes assyriens.

328 Avec hésitation nous songeons à Tell ‛Ifar, au sud-ouest de Hierapolis. Peut-être, avec métathèse, est-ce la Paripa des textes assyriens cités plus haut. Honigmann, n° 50, corrige le texte de Ptolémée en *Apamara, en s’appuyant sur la Table de Peutinger qui porte Apamari.

329 Sur cette légion, voir Chapot, Front. Euphr., p. 72 et 76 ; Mouterde, Mél. Fac. or., VII, p. 97 ; Clermont-Ganneau, Rec. arch. or., IV, p. 119.

330 Babelon, Les rois de Syrie, p. cxxix et p. 115. Une monographie de la ville a été donnée par Honigmann, dans Pauly-Wissowa, s. v.

331 W. Wroth, Brit, Mus. Cai., p. li-lii et p. 133 ; Cumont, Études syriennes, p. 222 et suiv.

332 Gelzer, éd. de Georges de Chypre, p. 148. Voir ci-après, à propos de Doliche.

333 Yaqout, IV, p. 199 ; Le Str., p. 489 ; Ibn esh-Shina, p. 224. L’état actuel du site a été décrit en premier par Chapot, l. c., p. 340 et suiv. Depuis, Fr. Cumont a consacré une importante monographie à cette ville dans Études syriennes, p. 221 et suiv.

334 Cumont, Ét. syriennes, p. 226, note 6 ; Honigmann, n° 216.

335 Cumont, ibid.

336 Cumont, ibid. ; Honigmann, n° 470.

337 Cumont, ibid. ; Honigmann, n° 78.

338 Cumont, ibid.

339 Ibid.

340 Ibid.

341 La distance de huit milles donnée par un passage que cite Honigmann, n° 359, εἰς τὸ ὄρος, est exacte.

342 Ibn esh-Shina, p. 225.

343 Etudes syriennes, p. 173 et Groupe de marbre du Zeus Dolichènos dans Syria, 1920, p. 183. Pour les monnaies, W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Commagene, p. xlix et 114. Honigmann, n° 164. Sur le nom de Tulupe donné au site à l’époque des croisades, voir Syria, 1923, p. 78.

344 Honigmann, n° 160.

345 CIL, III, 3490 ; Cumont, Ét. syr., p. 165, note 3 et p. 166, note 3 ; Honigmann, n° 66.

346 Ibn esh-Shina, p. 170.

347 Ibn esh-Shina, III, p. 759 ; Le Str., p. 386-387.

348 Ibn esh-Shina, p. 136.

349 Delitzsch, Wo lag das Paradiest p. 275.

350 W. Max Muller, Asien u. Europa, p. 259.

351 Benzinger, dans Pauly-Wissowa, S. V. ; Cumont, Él. syr., p. 13 et suiv. ; Honigmann, n° 107.

352 Voir plus haut, p. 285.

353 Yaqout, I, p. 465 ; Le Str., p. 365. L’identification de Beroea avec Bersera de la Table de Peutinger a été mise en doute ; voir Honigmann, n° 108.

354 Les anciens géographes arabes ; cf. Le Str., p. 360-367 et 39 ; G. Schlumherger, Nicéphore Phocas (chapitre des luttes contre Alep) ; Encycl. de l’Islam, s. Alep et Hamdanides.

355 yaqout, I, p. 667 ; Le Str., p. 424 ; Ibn esh-Shina, p. 18 et 59.

356 yaqout, I, p. 537 ; Le Str., p. 425 ; Ibn esh-Shina, p. 92.

357 Ibn esh-Shina, p. 225.

358 yaqout, II, p. 382 ; Le Str., p. 446 ; Ibn esh-Shina, p. 140, 142 et 256.

359 Cumont, Ét. syr., p. 187 ; Honigmann, n° 137.

360 Ibn esh-Shina, p. 257.

361 Ibn esh-Shina, p. 135.

362 Ibn esh-Shina, p. 134.

363 Yaqout, II, p. 513 ; Le Str., p. 426 ; Mas‛Oudi, Prairies d’or, V, p. 397 ; Ibn esh-Shina, p. 134 ; Encycl. de l’Islam, s. v.

364 Sachau, Zeitschr. f. Assyr., XII, p. 48 ; Kraeling, Aram u. Israël, p. 60 et 71 ; Olmstead, Journ. amer, orient. Soc, 1921, p. 354, note 23.

365 Ptolémée, V, 14, 8 ; Cicéron, ad fam., XV, 1, 2. On a vu ci-dessus une autre proposition faite par Honigmann, n° 160. Diba explique mal Tab, tandis qu’elle répond à Dabiq par métathèse et chute de la consonne finale. La métathèse complète se trouve dans la variante de Ptolémée : Bida.

366 Honigmann, n° 151.

367 Ibn esh-Shina, p. 40. Gaudefroy-Demombynes, La Syrie, p. 104, note 3, relève un itinéraire : Alep, Na’oura, Khosaf, Ṣiffin.

368 On trouvera tout ce qui concerne ce site et la découverte dans Clermont-Ganneau, Etudes arch. or., II, p. 182 et Rec. arch. or., III, p. 106 ; sur ce vocable dans les textes égyptiens, voir Gauthier, Dict. géogr., III, p. 73 ; Honigmann, n° 323.

369 Yaqout, III, p. 34 ; Le Str., p. 523 ; G. Schlumberger, Nicéphore Phocas, nouvelle éd., p. 186 et 428.

370 Cumont, Ét. syr., p. 16, 19, 277 et 319.

371 Voir Pauly-Wissowa, Realenc, s, Hierapolis, dans le supplément du tome IV. Sur les diverses formes du nom de Menbidj, voir Clermont-Ganneau, Rec. arch. or., IV, p. 102 et suiv. On a supposé, en dernier lieu Weissbach, dans Pauly-Wissowa, S. Sardanapal, que la ville s’était encore appelée Ninos.

372 On consultera surtout le de dea syra de Lucien. Voir lès exposés de Fr. Cumont dans ses Religions orientales sous l’empire romain et ses Éludes syriennes, de Lagrange, Études sur les religions sémitiques, 2e éd., p. 132. Nous avons étudié les types divins dans nos Notes de myth. syrienne et avons donné un résumé de la question sous l’article Hadad de la Realenc. de Pauly-Wissowa, avec note complémentaire dans le Journal asiatique, 1910, II, p. 645.

373 Six, Numismatic Chronicle, 1878, p. 103 et suiv. ; Babelon, Les Perses Achéménides, p. li et 45 ; W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. lii.

374 Cumont, Ét. syr., p. 21 et suiv.

375 Ibn esh-Shina, p. 174. Le village s’appela même Botnan Habib, voir aussi Yaqout, I, p. 664 ; Le Str., p. 426.

376 Les textes arabes dans Le Str., p. 406-407 ; Honigmann, n° 109 : Beselathon.

377 Ibn esh-Shina, p. 232.

378 Un peu à l’est du précédent, Ibn esh-Shina, p. 174.

379 A corriger probablement ainsi Ibn esh-Shina, p. 171.

380 Honigmann, n° 182.

381 Xénophon, Anab., I, 4, 10 ; Herzfeld, Arch. Reise, I, p. 120 et 124 ; Honigmann, n° 154.

382 Ibn esh-Shina, p. 174.

383 Scheil, Annales de Tukulti Ninip II, p. 34, à propos du nar arara qui prend sa source dans les monts Sindjar : « Il n’est pas ridicule de penser que cette région inhospitalière, au fleuve mystérieux dont l’embouchure semble être sous terre, a fourni le nom du Tarlare à la mythologie classique ». En réalité, il semble que le terme soit générique, ce qui d’ailleurs appuie le remarquable rapprochement de l’éminent assyriologue.

384 Benzinger, dans Pauly-Wissowa, S. Chalcis n° 14 ; Chapot, Front. Euphr., p. 312 ; Honigmann, n° 136 ; P. Monceaux et L. Brossé, Chalcis ad Belum, dans Syria, 1925, p. 339. Le monnayage de cette Chalcis est encore incertain ; voir W, Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. liv.

385 Ainsi saint Jérome, Vita Malchi, 3 : Perveni tandem ad heremum Chalcidos, quae inter Immas et Beroeum magis ad austrum sita est.

386 Clermont-Ganneau, Rec. arch. or., VIII, p. 81 et suiv. ; voir VII, p. 228-230.

387 Le Str., p. 25-26 et 36. Dès le xe siècle, le chef-lieu est Alep (voir G. Schlumberger, Nicephore Phocas), mais le nom de Qinnesrin reste attaché à la province ; cf. Le Str., p. 39 ; Gaudefroy-Demombynes, Syrie, p. 29 et suiv.

388 G. Schlumberger, Nicéphore Phocas, nouvelle édition, p. 323.

389 Nassiri Khosrau, éd. Schefer, p. 34.

390 Ibn Djoubeir, p. 255. Pour les autres auteurs et voyageurs arabes, voir Le Str., p. 486 et suiv.

391 Honigmann, n° 444.

392 Cumont, Ét. syr., p. 206 et 211. Ce vocable d’Alif n’a-t-il pas été imposé par le rapprochement avec Ellekafila,révélé par une borne délimitant le territoire de ce village avec celui d’Ardoula, actuellement Ardil ; voir Chapot, bull. corr. hell., 1902, p. 208 ; Clermont-Ganneau, Rec. arch. or., V, p. 386 ; Cumont, Ét. syr., p. 244. Le vocable d’Ellekafila, il est vrai, est l’objet de corrections de la part de Clermont-Ganneau et d’Honigmann, n° 192, mais, semble-t-il, trop violentes.

393 Cumont, ibid., p. 242, note 2 ; Honigmann, n° 124 et dans Pauly-Wissowa, s. Singa et Singas.

394 La tentative nouvelle due à Honigmann, nos 192 et 193 d’instituer deux Germanicia, peu éloignées en somme l’une de l’autre, ne nous paraît pas heureuse. L’identification de Germanicia avec Mar’ash, reconnue tout d’abord par Victor Langlois, Voyage de la Cilicie, p. 409, (mise en doute par Chapot, Front. Euphr., p. 346), est assurée par les textes du moyen âge. Voir W. Wroth, Brit. Mus. Cal., Commagene, p. xlix et 115 ; Cumont, Ét. syr., p. 169. Les textes arabes dans Le Strange, p. 37-39 ; 502-503. Dans les textes assyriens, Marqasi est l’ancienne forme araméenne ; cf. Kraeling, op. cit., p. 65 et 138.

395 Honigmann, n° 132. Cumont, Ét. syr., p. 243, pense à placer Nisus à Altyntash-Qalè sur l’’Araban-Sou, que M. Schlumberger a depuis longtemps (Nicéphore Phocas, 1890, p. 218) identifié avec le château-franc de Raban. C’est en ce point qu’Honigmann, n° 192, place une de ses Germanicia.

396 Cumont, Ét. syr., p. 241.

397 Itin. Ant., XLI. Variante à partir de Zeugma (ibid., XLIV) : Zeugma, Cannaba, In medio, Edesse.

398 Ptolémée : Chaonia.

399 Actuellement Minnigh, au sud de ‛Azaz. Yaqout, IV, p. 667 (Le Str., p. 502) vocalise Mannagh, ce que contredit la transcription ancienne. Le rapprochement proposé par Martin Hartmann, Beiträge zur Kennlniss der syr. Steppe, p. 133, l’avait déjà été dans l’édition de Ptolémée, I, p. 969, par Fischer. N’y a-t-il pas lieu de placer au même point la Menigga d’Honigmann, n° 309 ?

400 Pour ces deux derniers sites, voir plus haut chap. V, §. 1.

401 Cette route est donnée par l’Itinéraire Antonin et la Table de Peutinger, si l’on identifie Regia à Mitridatis Regnum.

402 Table de Peutinger : Zeugma, Thiar, Bathnis, Charris, etc.

403 Baikis, comme l’a montré Fr. Cumont ; voir ci-dessus.

404 C. Müller dans son édition des Mansiones Parthicae, Geogr. Graeci minores, I, p. 245. La publication de W, H. Schoff, Parthian Stations by Isidore of Charax, Philadelphie, Commercial Museum, 1914, n’apporte rien de nouveau en ce qui concerne les identifications.

405 Müller, ibid., p. 245 et suiv.

406 C’est après la mention de Mannouorra Auureth qu’il faut transporter l’indication ἐν δεξιοῖς ταύτης d’Isidore de Charax.

407 C. Müller, L. c., I, p. 245 et suiv., à la suite de Lapie, propose Khnez ; cf. Chapot, Front. Euphr., p. 306 et Weissbach, Pauly-Wissowa, s. Ichnai, 2.

408 Ibn Khordadbé ; éd. de Goeje, p. 69 et 164.

409 Le nom antique Bezabdé et le nom actuel Djézint ibn ‛Omar se relient par le nom syriaque Gozarte de Bet Zabdai ; cf. J.-B. Chabot, Hist. de Mar Jabalaha II, p. 32. Mais ce dernier « île de Bet Zabdai » veut précisément dire que la ville de Djéziré n’est pas sur le même emplacement que Bezabdé, d’autant plus que cette dernière est parfois dite Tell Zabdé. L’objection de Chapot, Front. Euphrate, p. 319, est donc fondée ; mais il y a lieu d’écarter un site aussi éloigné que Phœ-nice (Finik) malgré le dire d’Ammien Marcellin. La solution est fournie par le géographe persan Moutawfi d’après lequel Bezabdé se dressait sur la rive occidentale du Tigre, en face l’île. D’autre part, nous verrons qu’il n’y a pas lieu d’identifier Sapphe et Bezabdé.

410 La source du Balikh se nommait ‛Ain adh-Dhahbaniya ; cf. Le Strange, The Lands of the Eastern Caliphate, p. 103. Le bourg de ce nom est évidemment, comme on l’a vu, la Dabana de Not. dign. or., XXXV, 17. Regling, Klio, I, p. 443, identifie cette source avec Ras el-‛Ain el-Khalil, au S.-S.-O. de Ḥarran. Sur le site, voir von Oppenheim, Tell alaf, p. 7.

411 Sarre et Herzfeld, Arch. Reise, I, p. 175. Chapot, op. cit., p. 294 note 5, relève toutes les formes sous lesquelles le Khabour est cité chez les auteurs classiques.

412 En assyrien, Kharmish ; cf. Delitzsch, Paradies, p. 183.

413 Balad a été identifié par d’Anville avec Eski Mossoul.

414 Nau, dans Patrol. orient., III, p. 23.

415 Ibid., p. 53. Marouta dédie une croix d’or dans l’église de Sergiopolis (Reṣafa), ce qui appuie l’opinion exprimée ci-dessus que nombre de pièces de la collection Aboucassem ont été dédiées dans cette même église.

416 Depuis la publication de Scheil, Annales de Tukulti-Ninip II, p. 49, il est impossible de placer, avec von Oppenheim, Tell alaf, p. 35, Ḥadippe à Ras el-‛Ain.

417 von Oppenheim, Vom Mittelmeer, II, p. 12.

418 Ibid., p. 15.

419 Arch. Reise, I, p. 183.

420 Layard, Nineveh and Babylone, p. 272.

421 Scheil, op. cit., p. 49.

422 Ce site et le précédent sont intervertis dans le texte. Quelques distances dans Aboulfeda, p. 273.

423 Le texte, éd. de Goeje, p. 96, porte ‛Ainal-Djibal ; nous le corrigeons d’après ce qui est dit ci-après.

424 Istakhri, éd. de Goeje, p. 74 note h : « Haec in A, B et Vers. Pers. non leguntur, neque Ibn Haucal, Jacut et Abulfeda in suis Codd. habuerunt. »

425 Voir Layard, Nineveh and Babylon, p. 312.

426 De Goeje corrige à tort, en Djibal, l’excellente leçon : Ḥiyal. C’est l’Alaina de la Table de Pentinger, comme nous le verrons ci-après. Corriger ibid., p. 73, ligne 13, djebel en Ḥiyal ; aussi Aboulféda, p. 279.

427 D’après Pegolotti, dans Heyd, Hist. du commerce, II, p. 612.

428 Aboulféda, p. 394.

429 Hist. or., I, p. 51.

430 Ibn auqal, p. 139.

431 Procope, de aed., II, 6 ; Streck, dans Pauly-Wissowa, Realenc., Suppl., s. Annukas.

432 J.-B. Chabot, Chron. de Denys de Tell Maré, p. 60 et 90.

433 Yaqout, Mo‛djam, II, p. 383.

434 Ci-dessus, p. 465-466.

435 Le rapprochement a été proposé, avec réserve, par Fischer dans l’édition de Ptolémée ; mais il a été définitivement adopté par Kiepert, par Chapot, Front. Euphr., p. 294 note 4, et a entraîné l’identification de Ḥaboura des textes syriaques.

436 Mentionné aussi clans un texte de Tiglatpiléser I ; cf. Budge et King, Annals of the Kings of Assyria, p. 136.

437 Yaqout, II, p. 272.

438 Ibn Khordadbé, éd. de Goeje, p. 74 (texte) et p. 54 (trad.).

439 Arch. Reise, I, p. 191.

440 Not. dign. or., XXXVI, 28.

441 Ibid., XXXV, 31.

442 Ibn auqal, p. 150. La carte de Layard, Nineveh and Babylon, note sur la rive gauche un peu au sud de Touneinir : El Abderi dont la graphie est à vérifier.

443 Dimashqi, trad. Mehren, p. 157.

444 Ibn auqal, p. 139, place à tort ce lac entre Makisin et l’Euphrate ; il veut dire le Tigre. Dimashqi, l. c, le rapproche de la ville de Barqa’id ; mais ce n’est qu’une indication très large.

445 Procope, de aed., II, 6 ; Sarre et Herzfeld, op. cit., I, p. 189 ; Aboulféda, p. 274-275 ; cf. Layard, Nineveh and Babylon, p. 312.

446 Sarre et Herzfeld, ibid.

447 Procope, de aed., II, 6.

448 Les anciens géographes arabes écrivent Ras ‛Ain, trancrivant la forme araméenne qui est bien rendue sur les monnaies par ‛Pήσαινα ; cf. Hill, Br. Mus. Cat., Arabia, Mesopotamia, p. cx. Ras el-’Ain est la forme arabe moderne : « tète de l’eau ».

449 Chapot, Front. Euph., p. 301.

450 Sur le groupement dans II Rois, XIX, 12 de Gozan, Ḥarran et Reṣapha, voir ci-dessus, p. 464.

451 Delitzsch, Paradies, p. 184.

452 von Oppenheim, Tell alaf, Leipzig, 1908.

453 Le P. Poidebard a reconnu cette route par Tell Ḥamidi.

454 Makrisi dans un texte de Tiglatpiléser 1 ; cf. Budge et King, op. cit., p. 136 ; et Makrisu dans le Census de Ḥarran ; cf. Kraeling, Aram u. Israel, p. 55.

455 Route par Tell A‛far menant à Eski Mossoul (Balad).

456 Hist. or., II, 2, p. 276 et 174.

457 Kraeling, op. cit., p. 55, place Tabite à Tell Hamis parce qu’il n’a pas reconnu que Magarisi devait se placer à Tell Gharase, dans le voisinage immédiat de Tell Hamis.

458 Not. dign. or., XXXVI, 27. Le rapprochement est déjà fait par Sachau, Zeitschr. fur Assyr., XII, p. 43.

459 Thilbisme est Tell Bisme, à l’ouest de Mardin, bien connu des auteurs syriaques ; cf. J.-B. Chabot, Chron. de Denys de Tell Maré, p. 58. Nous inclinons à reconnaître la même localité dans le Bismedeon de Procope, de aed., II, 6.

460 Peut-être faut-il réunir ces deux vocables et y reconnaître Minnocerta ou Macharta dont il sera question ci-après.

461 Dimashqi, trad. Mehren, p. 259.

462 La bonne leçon est peut-être celle que Porcheron a tirée du Ravennate, 79, 10-11 : Barabeta. On peut songer à Tela-Constantina, dite aussi Bat de Tela.

463 Sachau, Reise, p. 403.

464 Dimashqi, trad. Mehren, p. 259.

465 Procope, de aed., II, 6.

466 Ravenate 79, 13 : Manacarta ; Georges de Chypre, 903 : Makarta ; cf. éd. Gelzer, p. 155.

467 Rav., 80, 9.

468 Dans son édition d’Ibn Khordadbé, p. 96, de Goeje nous paraît corriger à tort l’Amid des mss. en Arzan.

469 Dimashqi, trad. Mehren, p. 260.

470 Rav., 80, 6 : Fons Cavorae.

471 Entre cette station et la suivante on insère généralement Haste et Amostae. En réalité, ces deux noms sont en surcharge sur la carte.

472 Une autre route joint Edesse à Tharrana en faisant un grand détour qu’on ne sait comment expliquer : Edessa-Thalama-Halia-Sathena-Simtita-Vicus-Thelbon-Banata-Aladin-Tharrana. Cependant, le Ravennate a utilisé le début de cet itinéraire qu’il rend ainsi, 80, 2-4 : Bicum (Vicus) - Barna (Sathena)-Thatama (Thalama). Cela autorise à corriger Sathena en Bathena, c’est-à-dire Saroudj. On voit que l’itinéraire pousse dans l’ouest du Balikh, puis doit obliquer vers l’est pour rejoindre Tharrana.

473 Rav., 81, 7.

474 Ibn Khordadbé, p. 69.

475 On peut songer à y placer la Gorbatha de Ptolémée, V, 17, 7.

476 Aboulféda, p. 275.

477 Chapot, Front. Euphr., p. 326. Quant au Bara du RAV., 79, 10, nous avons vu qu’il fallait lire Barabeta.

478 Hill, Br. Mus. Cat., Arabia, Mesopotamia, p. CXII ; Chapot, Front. Euphr., p. 300.

479 Harnack, Die Mission u. Ausbr. des Christentums, 4e éd., 11, p. 690.

480 Ibn Batouta, II, p. 141.

481 Le Rav., 81, 16-18 supprime les stations intermédiaires et note simplement Dagala (Tab. Zogorra) et Aris (1. Hatris).

482 Nous utilisons Qodama parce qu’il est ici plus complet.

483 La correction est appuyée par le RAV., 79, 14 : Reche.

484 Le Rav., 79, 13 paraît conserver la bonne leçon, non contractée : Manacarta.

485 Aboulféda, p. 284.

486 La métathèse est si naturelle qu’elle se retrouve sur la carte d’E.-M. qui note Wadi Abda.

487 Route : Tigranocerta Peloriarcam.

488 Marco Polo, éd. Pauthier, p. 45.

489 Ainsi R. Kiepert, Form. orbis ant., tab. V, p. 6 ; STRECK dans Pauly-Wissowa, Realem., Suppl. s. Bezabde ; Chapot, Front. Euphr., p. 320. Il faut éviter de confondre avec Cefa, qui se prononçait Kefa et correspond à Ḥiṣn Kifa ou Riskipha.

490 Une indication du même genre dont il semble qu’il n’y ait pas lieu de tenir compte vise Hemerium. Si cette place était sur l’Euphrate, on ne pourrait nous dire qu’elle manquait d’eau et on n’aurait pas été obligé, du temps de Justinien, d’installer des réservoirs pour recueillir l’eau de pluie ; Procope, de aed., II, 9. Cette place est tantôt attribuée à la Mésopotamie, tantôt à l’Osrhoène, ce qui prouve qu’elle était près de la limite commune de ces provinces ; Cf. Gelzer, éd. de Georges de Chypre, p. 155 ; Chapot, Front. Euphr., p. 284. Dans ces conditions, nous nous demandons si cette place n’est pas à placer au sud de Mardin, au point où la carte d’E.-M. note : « Ruines d’Imare ». Cette position permettrait d’y reconnaître l’Iberia de Strabon, XI, 14, 5, et, avec plus de doute, l’Olibera de Ptolémée, V, 17, 7.

491 Voir Qodama, trad. de Goeje, p. 164 ; Aboulféda, p. 274.

492 Dans Von Oppenheim, Vom Mittelmeer, II, p. 167, de Goeje a proposé d’identifier Ba’ainatha avec Abou Wadjne, qui est trop près de Balad. Il place Barqa’id à Tell Roumeilan et Adhrama à Leilan ; mais ce dernier point paraît hors de la route.

493 Hist. de l’Hellénisme, trad. Bouché-Leclercq, II, p. 328.

494 L’inquiétude fut très vive dans la nuit qui suivit le passage du Tigre ; cf. ibid.

495 Sur ce gué Yaqout, IV, p. 288 et G. Hoffmann, Auszüge aus syr. Akten persich. Märtyrer, p. 218.

© Presses de l’Ifpo, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.