Version classiqueVersion mobile

Topographie historique de la Syrie antique et médiévale

 | 
René Dussaud

Chapitre III. La Phénicie du Nord

Texte intégral

1. – Du Nahr el-Abrash à Carné.

  • 1 Ces trois dernières villes restent à identifier. Ambi est soit Enfé (Anafa), soit ‛myoun, au sud de (...)
  • 2 Probablement Shaqqa, au sud d’Enfé, sur la route de Tripoli à Batroun.
  • 3 Voir ci-après.
  • 4 Ces deux dernières villes sont à identifier dans la même région. Nous ne pensons pas qu’on puisse a (...)

1A l’époque des tablettes d’el-Amarna, le pays d’Amourrou comprend les villes de Sumur (Simyra), Ullaza que nous avons proposé de placer à Orthosia, Ku(?)asbat, Magdalim, Ambi1, Gubla (Byblos), Shigata2, Batruna (Batroun), Irqata (‛Arqa), Tubikhi3, peut-être encore Wakhlia4.

  • 5 Knudtzon, op. cit., n° 131.

2Plus au Nord, et en lutte ouverte avec le pays d’Amourrou, sont les gens d’Arwada (Aradus) qui finiront par s’emparer de Simyra, après la chute d’Ullaza. Alors Rib-Addi, le roi de Byblos, réduit au territoire de sa ville, écrira au pharaon : « Envoie, ô maître, des troupes à Byblos ! Car maintenant Simyra est conquise et les guerriers de Byblos sont morts ! »5.

  • 6 O. Weber, dans Knudtzon, op. cit., p. 1138 et suiv.

3Les textes qui nous renseignent ainsi sur Simyra pendant un demi-siècle, attestent son importance au temps d’Amenophis III et de son successeur Amenophis IV. Elle possédait un palais du pharaon et était le siège d’un rabis ou haut-commissaire égyptien6.

  • 7 Inscription de Tiglatpiléser en 733 av. J.-C., dans Keilinschrift. Bibl., II, p. 30 et suiv. ; Gres (...)
  • 8 Maspero, Hist. anc, II, p. 172, n. 2.
  • 9 Renan, Mission de Phénicie, p. 115.
  • 10 Strabon, XVI, 2, 12 ; cf. Pline, H. N., V, 20, 17 ; P. Mela, I, 12, 3 : Simyra castellum ; Ptolémée(...)

4Deux emplacements ont été proposés pour Simyra. C’est qu’en effet le même texte mentionne Simirra et Zimarra7. Cette dernière très rarement citée, et, à ce qu’il semble, sans importance, est représentée par Zimrin ou Zimré entre Tortose et Banyas. Nous considérons ici Simyra qui, d’après les géographes, était au sud d’Antaradus (Tortose) et que les tablettes d’el-Amarna comptent parmi les villes du pays d’Amourrou. Il est question du même site dans les Annales de Thoutmès III lorsque ce roi, se rendant de Qadesh à Aradus, passe par Simyra8. L’identification, proposée par Thomson et adoptée par Renan9, avec le bourg actuel de Sumra, près de l’Eleuthère, est judicieuse. Toutefois, si ce village garde le nom de l’ancienne cité, il n’en recouvre pas l’emplacement puisque Simyra était un port : les tablettes d’el-Amarna mentionnent ses vaisseaux et Strabon la place sur la côte10. Or, depuis Orthosia jusqu’à Marathus, le rivage n’offre qu’un point où les petits voiliers abordent encore de nos jours, c’est Hamam à quelques minutes de Manṭar. Lors de notre passage, le 11 octobre 1896, nous avons nettement distingué à marée basse les restes d’un port antique.

  • 11 Hill, Brit. Mus. Cat, Phoenicia, p. xiv-xv.

5Il est probable que les Aradiens ont de tout temps dominé sur Simyra et que les épisodes, que nous retracent les tablettes d’el-Amarna, marquent une simple reprise de possession. La domination d’Aradus sur Simyra se maintient à basse époque où elle est mise en évidence par les monnaies, fort rares d’ailleurs, de la ville. Elles sont à tel point conformes aux types aradiens qu’on doit conjecturer qu’elles sont datées de l’ère d’Aradus11.

6Une monnaie de l’an 33 porte le nom de la ville en phénicien Z M R qui s’écarte de la forme biblique M R. Il n’y a, cependant, aucune difficulté à admettre l’adoucissement du ad en zain devant mem.

  • 12 Hagenmeyer, An. Gesta Francorum, p. 434 ; cf. Raimond d’Aguilers, Hist. occ., III, p. 276.

7Ce port paraît avoir été utilisé par les Francs, au temps de la première croisade, quand ils assiégeaient ‛Arqa et qu’ils étaient ravitaillés par mer. Du moins est-ce ainsi que nous proposons de comprendre les Gesta Francorum : « Naves quippe nostrae venerunt prope nos in quendam portum ». Hagenmeyer a pensé à Tortose12 qui est trop éloigné ; la position de Manṭar convient mieux et l’on comprend que le chroniqueur n’ait pas retenu le nom d’une si modeste localité.

  • 13 Rey, Col. fr., p. 363 et Archit. milit., p. 84-92, pl. 9 ; Clermont-Ganneau, Recueil d’arch. orient (...)

8Entre le Krak des Chevaliers et Tortose, la forteresse de Bourdj-Ṣafitha occupait une situation importante. C’est l’Argyrokastron des Byzantins, le Chastel-Blanc des croisés13. Pour juger avec quelle exactitude ces vocables se traduisent les uns les autres, il faut noter que le terme de Ṣafîtha s’applique à la région, tandis que la ville est dénommée Bourdj-Ṣafitha ou, d’une manière abrégée, el-Bourdj.

  • 14 Rey., Col. fr., p. 361 et Archit. mil., p. 69. Lire ‛Areimé ou ‛Arīmé dans Blochet, ROL, III, pp. 5 (...)
  • 15 Bourdj Mouḥash, d’après Lammens, Musée Belge, IV, p. 284, est un fortin d’origine franque ; Van Ber (...)
  • 16 Ces deux places citées par Renan, Mission, p. 126, sont notées par la carte E.-M. 1920.
  • 17 Rey, Archit. milit, p. 70 ; Van Berchem, Voyage, p. 34 et 104.
  • 18 Rey, Col. fr., p. 117 et 371. Ne serait-ce pas le castrum Rubrum de Cart. gén., I, p. 353 et suiv. (...)

9Des postes fortifiés secondaires assuraient la liaison entre Chastel-Blanc et Tortose qui, tous deux, étaient aux mains des Templiers ; c’était Qal‛at ‛Areimé14, Qal‛at Moḥash15, Bourdj ‛Arab16, Bourdj Mi‛ar17, Qal‛at Yaḥmour ou Chastel-Rouge18 – par confusion probable de yamour avec amar.

  • 19 Abou Shama, Hist. or., IV, p. 352 et suiv. Le dernier de ces vocables n’est pas mentionné ailleurs.

10Quand Saladin quitta son campement de Qadas, le 30 mai 1188, pour cette expédition qui faillit ruiner la domination franque dans la Syrie du nord, il ravagea les alentours de Ṣafitha sans s’attarder aux fortins secondaires : ‛Areima, Ḥiṣn Yaḥmour et Samat ed-Damour19.

  • 20 L. de Laborde, Voyage de la Syrie, pl. XII, 22 ; Renan, Mission de Phénicie, p. 105-106 (à rectifie (...)
  • 21 Revue archéol., 1897, I, p. 26 ; Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 424.

11Il est surprenant que, depuis le passage de L. de Laborde20 la forteresse de Yaḥmour n’ait été l’objet d’aucune étude. Ce sera notre excuse pour en présenter une description rapide qui en signalera l’intérêt21. L’enceinte du château a été fortement remaniée après les croisades. Au centre, se dresse une sorte de donjon carré de construction franque : un pilier central reçoit les retombées de quatre voûtes d’arête. Un escalier, en forme de descente droite ogivale, est ménagé dans l’épaisseur du mur et permet d’accéder à une terrasse munie de deux étages de défenses : meurtrières avec petites voûtes et créneaux au-dessus. La grande salle du rez-de-chaussée, convertie en écurie, est trop obscure pour qu’on y discerne des signes lapidaires. Extérieurement se voient des croix, sans qu’on puisse affirmer que les pierres qui les portent soient en place.

  • 22 Renan, Mission, p. 105 ; Honigmann, n° 220.

12Ce fortin s’élève auprès d’un site antique qui a fourni nombre d’antiquités. Le nom lui-même est ancien et se retrouve dans la table de Peutinger sous la forme Jammura22, peut-être aussi dans Imyra de Stéphane de Byzance, si on ne doit pas corriger en [S]imyra.

  • 23 Strabon, XVI, 2, 13 évalue la distance à 20 stades, soit plus de trois kilomètres et demi ; Pline, (...)
  • 24 Pietschmann, Gesch. der Phönizier, p. 36 et suiv. ; Maspero, Hist. anc, II, p. 169 et suiv.
  • 25 Voir notamment le passage des Annales de Thoutmès III donné par Maspero, Hist. anc, II, p. 264.

13Aradus et Antaradus. – L’importance stratégique de la petite île de Rouad, l’ancien Arwad ou Aradus, à 2.500 mètres environ de la terre23, se marque à toutes les époques critiques. Malgré son exiguité, elle constitue une base de domination ou de résistance par rapport à la région qui s’étend entre l’Eleuthère et Lataquié. De là les nombreuses campagnes menées par les pharaons d’abord, par les rois d’Assyrie ensuite, contre le royaume aradien24. Le pays était riche en blé, en huile, en vin et la razzia était d’un bon rapport25.

  • 26 Arrien, Anab., II, 13, 8 ; voir plus bas, p. 149. Les textes classiques cités dans Honigmann, n° 58

14Alexandre le Grand se rendit compte de la nécessité de soumettre la Phénicie avant de s’engager plus avant en Asie. Sans la réduction de cette ligne perse, il ne pouvait songer à poursuivre son ennemi. Au seul bruit qu’il se dirigeait vers le Sud, Straton, le fds de Gérostrate, roi d’Aradus, alla à sa rencontre pour lui offrir, avec une couronne d’or, la soumission du royaume aradien, qui comprenait non seulement la côte, mais aussi l’intérieur du pays jusqu’à Sigon et Mariamme26.

15Cette soumission rapide n’était pas dans les habitudes des Aradiens ; il est vrai qu’Alexandre n’éprouva pas le besoin de mettre le pied dans Aradus même. En général, l’île était la dernière place de résistance. Ventidius, revenant de combattre les Parthes et maître de toute la Syrie, dut réduire Aradus par un long siège (vers 38 av. J.-C.).

  • 27 Dimashqi, trad. Mehren, p. 186 ; Theophane, éd. de Boor, p. 344.

16De même, toute la Syrie était tombée aux mains des Arabes qu’Aradus continuait à servir de base navale à l’empire byzantin. Mou‛awiya dut entreprendre la conquête de Chypre avant de réussir, après deux tentatives, à enlever la petite île27.

  • 28 Aboulféda, Hist. or., I, p. 165 ; cf. Jorga, Philippe de Mézières, p. 35.
  • 29 Gestes des Chyprois, éd. Raynaud, p. 304 et suiv. L’île fut défendue par les Templiers, ibid., p. 3 (...)

17Après la prise de Saint-Jean-d’Acre (1291) par el-Malek el-Ashraf, le sultan Qelaoun s’empara de toute la côte, notamment de Tortose ; mais ce n’est qu’en août-septembre 1302 que les musulmans prirent possession d’Aradus28 et en détruisirent les murailles dont la ruine paraît remonter à cette époque. Jusque-là l’île avait servi aux Francs à mener des attaques contre le littoral voisin29.

  • 30 Strabon, XVI, 2, 13 signale que les maisons y ont un grand nombre d’étages parce que l’île était su (...)
  • 31 Renan, Mission de Phénicie, p. 19 et suiv. ; voir encore R. Dussaud, Revue arehéol., 1907, I, p. 33 (...)
  • 32 E. Babelon, Les Perses Achéménides, p. cliv et suiv., p. 123 et suiv. ; plus récemment (1910), Trai (...)
  • 33 Voir nos Notes de Myth. syr., p. 77 et suiv.

18La densité de la population de l’île, remarquable à toutes les époques30, laisse peu d’espoir de trouver encore beaucoup d’antiquités après la moisson de Renan31. L’abondance du monnayage aux époques perse et grecque atteste l’activité commerciale de ce port. Bien que le classement n’aille pas sans quelques incertitudes32, il semble que le type le plus ancien, figurant un génie ichthyomorphe, remonte au dernier quart du cinquième siècle. Ses analogies avec les types monétaires grecs attestent trop son caractère d’emprunt pour qu’il y ait lieu d’en tenir compte dans une étude de la religion aradienne. Mais, surtout, les numismates ont tort de donner à ce génie marin le nom de Dagon, perpétuant ainsi l’erreur des rabbins du moyen âge sur l’aspect de cette divinité33. Aucune de ces monnaies ne peut être attribuée à un dynaste, sauf peut-être une obole que le Dr Rouvier donne à Straton, fils de Gerostrate qui, après avoir livré le royaume aradien à Alexandre, régna de 332 à 323.

  • 34 Renan, Mission de Phénicie, p. 19 et 46 ; Pietschmann, Gesch. der Phönizier, p. 39 ; Benzinger, dan (...)
  • 35 Revue archéol., 1907, I, p. 333 et suiv. ; Répertoire d’épigraphie sémitique, nos 56 et 1594 ; cf. (...)

19Sur la côte, en face de l’île, une série de petites villes constituaient les annexes d’Aradus. Enhydra a été placée par Renan au Tell Ghamqé34 près duquel jaillissent de belles eaux et qui a fourni un texte phénicien35.

  • 36 Renan, op. cit., p. 59 et suiv. ; Van Berchem, Voyage, pl. lxxiv-lxxvi.
  • 37 Eustathe, ad Dionys. Perieg., v. 914 ; Babelon, Les Perses Achéménides, p. clxx.

20Marathus était située immédiatement au sud. Les ruines qui couvrent son territoire, appelé aujourd’hui Amrit, évoquent le mieux ce que fut une grande cité phénicienne36. Cet emplacement était sans valeur maritime, mais il était abondamment pourvu d’eau : le Nahr Amrit, l’ancien Mara-thias37, son affluent le Nahr Qoublé et, un peu plus au Sud, l’‛Ain el-Ḥayat, la Source des serpents, ont un débit suffisant pour une agglomération importante. Il est probable que du Nahr Amrit jusqu’à Carné, il n’y avait pour ainsi dire qu’une ville ; celle-ci finit par se concentrer vers son centre en une bourgade qui prit le nom d’Antaradus ou Tortose.

  • 38 Sur le monnayage de Marathus, consulter Babelon, Les Perses achéménides, p. cxxx ; J. Rouvier, L’èr (...)

21Le Dr Rouvier a démontré que les monnaies de Marathus étaient datées d’après l’ère d’Aradus38 et cela confirme la dépendance dans laquelle la côte était tenue par la petite île.

  • 39 Théophane, Chronogr., éd. de Boor, p. 38 ; cf. Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. v. ; Gel (...)
  • 40 Dimashqi, Cosmogr., trad. Mehren, p. 186 et 283. Aux renseignements fournis par Yaqout, IV, p. 501 (...)
  • 41 Anton. Plac. Itiner., dans P. Geyer, Itin. Hierosol., p. 159.
  • 42 Anne Comnène, Hist. gr., I, 2, p. 181 : xαὶ ἡ ’Avτάραδoς μετὰ τῆς ’Avταρτοῦς στρατηγίδες γὰρ καὶ ἀμ (...)

22Antaradus s’est développée à l’époque chrétienne. En 346, elle est embellie par Constance qui lui donne le nom de Constantia39. Les Arabes s’en emparent sous le khalifat d’‛Othman et Mou‛awiya, alors gouverneur de Syrie, l’embellit40. L’importance de cette cité l’emporte à ce point sur l’île même d’Aradus qu’on finit par appeler cette dernière « l’île Antaradus », insula Antharidus41. Parfois même, le vocable « île » tombe, amenant une curieuse confusion comme c’est le cas dans un document rapporté par Anne Comnène, où l’île est appelée Antaradus tandis que la véritable Antaradus prend le nom arabisé d’Antartous42, devenu dans la suite Tartous, d’où Tortose.

  • 43 Rey, Archit. mil., p. 69 et suiv., p. 211 et suiv., pl. VIII et XX ; R. Dussaud, Rev. arch., 1896, (...)

23Tortose conserve un groupe unique de monuments médiévaux avec ses restes encore imposants d’architecture militaire et son église d’un gothique encore imprégné de roman43.

  • 44 D’après C. Enlart, Les Monuments des Croisés dans le Royaume de Jérusalem, t. ii, la façade fut ref (...)
  • 45 C’est la forteresse dont parle ISTAKHRI, éd. de Goeje, p. 61, vers le milieu du xe siècle ; Le Stra (...)
  • 46 Yaqout, I, p. 388 et III, p. 529 ; Le Strange, p. 395 et 544. Istakhri, L. c., signale qu’Anṭartous (...)

24La ville fut prise par les Francs dès février 1102 et la construction de l’église pourrait remonter au milieu du xiie siècle avec important remaniement44 au xiiie. Quant à la forteresse franque elle a remplacé une forteresse byzantine45. Jusqu’à la conquête franque Tortose dépendait de Ḥomṣ ; elle fut rattachée dans la suite au gouvernement de Tripoli46.

  • 47 Renan, Mission de Phénicie, p. 97 ; les textes anciens dans Müller-Didot, Geographici gr. minores, (...)
  • 48 Stad. maris magni, 128 : [Ἀπ’ Ἀράδου] εἰς Kάρvας στάδιοι xõ σάλος ἐoτι xοιτῶνας δὲ ἔχει πλοίοις µιx (...)
  • 49 Instructions nautiques, p. 628.
  • 50 Lycophron, V. 1291 et dans Steph. Byz. S. Karne.

25A trois quarts d’heure au nord de l’actuelle Ṭarṭous ou Tortose, une anse porte le nom d’el-Mina et le pays conserve le nom de Carné47 sous la forme Qrenan (prononcé ’renan). Les navires antiques mouillaient devant cette ville ou même trouvaient un asile sûr dans le port ainsi que des cubicula quand ils étaient de dimensions réduites48. Aujourd’hui encore les petits caboteurs et les pêcheurs d’éponge viennent s’y abriter49. Les marins de Carné étaient réputés puisque Lycophron les cite en leur appliquant l’épithète énergique de « chiens »50.

  • 51 Hill, op. cit., p. xl, et les références numismatiques données ci-dessus à propos d’Aradus.

26On connaît un certain nombre de monnaies de Carné, datées probablement de l’ère d’Aradus, car toutes ces villes de la côte, de Carné à Marathus étaient dans la dépendance directe de l’île. Ce monnayage se répartit en trois périodes : 226/5 à 221/0 av. J.-C., puis 188/7 à 185/4, enfin 137/6 qui doivent correspondre à des périodes de grande activité pour Aradus51.

2. – De Carné à Paltos.

  • 52 Nous utilisons l’édition de C. Müller dans les Geographici Graeci minores de Didot.

27Pour étudier la côte, à partir de Carné, nous possédons un document très important, le Stadiasmus maris magni52 dont, malheureusement, le texte offre nombre d’incertitudes que nous discuterons.

  • 53 Dans Hist. occ., III, à l’index, on trouve Araclea et Eraclea, à côté de Maraclea (donné par les Ge (...)

28Ni le Stadiasme ni aucun géographe ancien ne mentionnent Maraclée, entre Carné et Banyas. Ce nom apparaît pour la première fois dans l’itinéraire de Bordeaux à Jérusalem sous la forme de Maraccas qui est exacte, car le vocable Maraclée a été construit par les Francs sur le type d’Héraclée ; on trouve d’ailleurs fréquemment Héraclée au lieu de Maraclée53.

  • 54 Rev. archéol., 1896, I, p. 22 et suiv. ; 1897, I, p. 340 ; Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. (...)
  • 55 G. Schlumberger, Comptes rendus Acad. des Inscr., 1905, p. 205-206.

29Nous avons reconnu l’emplacement de Maraclée au lieu dit Khrab Marqiyé, un peu au nord du Nahr Marqiyé et la confirmation de cette localisation nous a été fournie par la tour carrée, d’environ seize mètres de côté, que nous avons retrouvée et que Barthélemy, seigneur de Maraclée, avait fait élever en mer, sur un haut-fond situé à quelque distance du rivage54. M. G. Schlumberger a signalé que l’image de cette tour fameuse apparaissait sur un sceau de sa collection au nom de Meillor de Ravendel, sire de Maraclée55.

  • 56 Eracles (Guill. de Tyr), VII, 17.
  • 57 Guill. de Tyr, XIII, 2 ; XVI, 29 ; J. de Vitry, I, 31.

30Il est souvent difficile de se rendre compte des raisons qui ont amené les géographes à fixer des limites aux territoires qu’ils s’efforçaient de définir. Ainsi pour Pline, la Phénicie s’arrêtait avant Carné ; Hieroclès et Georges de Chypre y englobent Antaradus. Une tradition qui remonte à Ptolémée, et que l’on retrouve dans l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem, fixe la limite nord de la Phénicie immédiatement au sud de Banyas. De même Guillaume de Tyr cite Maraclée, promue au rang d’évêché, comme « la première des citez de la terre de Fenice quant l’on vient devers Bise »56. La rivière entre Valénie (Banyas) et Margat (Marqab) séparait la principauté d’Antioche du comté de Tripoli57. Toutefois ce n’était là pour la Phénicie qu’une frontière théorique, instituée par les géographes, car le royaume aradien s’étendait plus au Nord.

  • 58 L’étude de Rey, Archit. milit., p. 19 et suiv., est complétée par l’importante notice de Van Berche (...)
  • 59 Guill. de Tyr, Eracles, XXIV, 12.
  • 60 Stad. maris magni, 129 : Ἀπò Καρνῶν ἐπ’ ἀxρωτήριον xαλούμενον Βαλανέας στάδιοι σ' [Ἀπὸ ἀxρωτηρίου ἐ (...)

31Le contrefort montagneux qui porte l’imposant château de Marqab, le Margat des croisés58, domine la ville de Banyas, si bien que les auteurs médiévaux signalent : « Valénie sous le château de Margat ». Dans sa campagne de 1188, Saladin ne pouvant songer à s’attaquer à Margat, ne put non plus occuper Valénie : « si la prist et la gasta, car il ne la vost mie garnir por un chastel (de l’Ospitai), qui pres est d’ilec, en la montagne, qui a nom Margat »59. Le cap de Balanée, mentionné par le Stadiasme, doit être un des promontoires de cette montagne, peut-être celui qui porte le Bourdj eṣ-Ṣabi60.

  • 61 Favre et Mandrot, Revue archéol., 2e série, t. XXXVII, p. 223 et suiv., pl. VIII ; Perrot et Chipie (...)
  • 62 Dimashqi, trad. Mehren, p. 152.

32Dans le voisinage de Banyas, on a cru reconnaître une muraille cyclopéenne d’époque soit préhistorique, soit phénicienne61. En visitant le site, en octobre 1897, nous avons relevé le nom actuel de cette enceinte : Qal‛at el-Qouz, que nous rapprocherons d’un passage de Dimashqi où nous corrigerons القور de l’édition Mehren en القوز :« Près de Marqab... il y a une ville nommée Qouz avec un puits chaud, dont le fond contient une argile noire ; un vêtement qu’on y plonge, s’y teint en noir foncé qui ne s’en va ni par le lavage, ni par l’effet des années »62.

  • 63 Encore Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realencycl., s. Balanaia et fr. Buhl, Encycl. de l’Islam, s. (...)
  • 64 Dimashqi, trad. Mehren, p. 285. Cafaro, Hist. occ., V, p. 67 : « Erat enim balneum pulchrum in civi (...)
  • 65 Steph. Byz., S. Βαλανέοαι, πόλις Φοινίκης, ἡ νῦν Λευκάς.
  • 66 Renan, Mission de Phénicie, p. 106 et suiv. ; Rey, Col. fr., p. 355 ; Η. Gelzer, Georgii Cyprii des (...)

33Balanée, la Balanyas ou Boulniyas, puis Banyas des Arabes qu’on vocalise souvent à tort Boulounyas63, est signalée par Dimashqi comme « riche en cours d’eau qui sortent près de la ville et en jardins merveilleux le long de la côte ; les enceintes de ces jardins sont baignées par les vagues de la mer et sont en outre arrosées par de l’eau douce. Lorsqu’on contemple la mer et les jardins, on dirait une grande plaine bleue dont les bords verts et émaillés de fleurs, sont formés par les jardins64 ». Tout autour, le roc calcaire, d’une blancheur éblouissante, fait contraste avec le massif basaltique de Marqab. On conçoit que le nom de Leucas ait été appliqué à Balanée, comme l’atteste Stéphane de Byzance65 et comme le Dr Rouvier en a trouvé confirmation sur les monnaies66. Les Balanéens-Leucadiens s’appelèrent aussi Claudiens. Il en résulte que le Chrysorhoas des monnaies vise le cours d’eau qui arrose Balanée, « la rivière de Valénie » des Croisés.

  • 67 Röhricht, ZDPV, X, p. 262 et Reg., add., n° 568 ; Cart. gén., p. 491-496 ; on sait simplement que c (...)
  • 68 Var. Alosus, tandis qu’Aliis est une mauvaise graphie. Appartient à la principauté d’Antioche d’apr (...)
  • 69 Cart. gén., n° 201 : le casai Anedosin et le château Malavans sont échangés contre le casai Blanc e (...)
  • 70 Röhricht, ZDPV, X, p. 262 et Reg., add., n° 521.
  • 71 Rey, Col. fr., p. 330 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 261 et Reg., add., n° 649. Provisoirement on peut en (...)
  • 72 Cart. gén., I, p. 417-418 ; cf. Rey, Col. fr., p. 330 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 262 et Reg., add., (...)
  • 73 Cart. gén., I, p. 370-371 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 262. Peut-être Bradi (carte E.-M. 1920) à l’est d (...)
  • 74 Proposé par Röhricht, ZDPV, X, p. 261 et Reg., add., n° 521, d’après Hartmann. Sur la carte E.-M. 1 (...)
  • 75 Cart. gén., I, p. 497 ; Röhricht, Reg. add., n° 650a. Ce nom paraît estropié ; serait-ce une mauvai (...)
  • 76 Röhricht, Reg., add., n° 568 propose Bsinne.
  • 77 Röhricht, Reg., add., n° 650a.
  • 78 Cart. gén., I, p. 155 ; Röhricht, Reg., add., n° 270a. Peut-être traduction d’el-Beida au sud de Ma (...)
  • 79 Cart. gén., I, p. 495 ; Rey, Col. fr., p. 333 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 264 et Reg., add., n° 649 peu (...)
  • 80 Röhricht, Reg., add., n°347 propose Bet-faris dans la région de Laodicée. Nous préférons Balfounez (...)
  • 81 Rey, l. c., p. 334.
  • 82 Cart. gén., I, p. 491-496 ; Rey, Col. fr., p. 336 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263 et Reg., add., n° 649 (...)
  • 83 Röhricht, ZDPV, X, p. 262 a proposé Kourdiyé, ce que, confirme la carte E.-M. 1920 qui porte Gordi, (...)
  • 84 Röhricht, Reg., add., n° 521, hésite entre cette identification et celle avec Qal‛at el-Qour ; mais (...)
  • 85 Cart. gén., ibid. ; Röhricht, ibid., propose Djom ce qui, en Syrie, est peu vraisemblable. Peut-êtr (...)
  • 86 Röhricht, Reg., add., n° 617a. Peut se rapprocher de Qasaba, à l’est de Dahr Satra, ou mieux du dim (...)
  • 87 Röhricht, ZDPV, X, p. 262, propose el-Urdu, près du Casius, site qui paraît trop éloigné.
  • 88 Rey, Col. fr., p. 366.
  • 89 Röhricht, ZDPV, X. p. 261 et Reg., add., n° 649 avec diverses hypothèses peu acceptables.
  • 90 Cart. gén., I, p. 495 ; Rey, Col. fr., p. 341 ; Röhricht, Reg., add., n° 649.
  • 91 Röhricht, ZDPV, X, p. 236.
  • 92 Hartmann, dans Röhricht, ZDPV, X, p. 263, a proposé Kaikoun, au nord de Djisr esh-Shoghr. Ce serait (...)
  • 93 Rey, l. c, p. 345.
  • 94 Cart. gén., I, p. 155 ; Röhricht,, Reg., add., n° 270a : « locus ignotus (Malaicas ?) ». Voir ci-ap (...)
  • 95 Rey, Col. fr., p. 345.
  • 96 Cart. gén., I, p. 495 ; Rey, Col. fr., p. 347 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 264, propose Qal‛at el-Muskab (...)
  • 97 Röhricht, ZDPV, X, p. 262 et Reg., add., n° 568 pense à el-Marouniyé.
  • 98 Röhricht, ZDPV, X, p. 261. Cette localité non identifiée pourrait être Maoush, à l’est de Karkafté, (...)
  • 99 Röhricht, Reg., add., n° 651° propose Tanita au sud-est de Banyas, ce qui est peu acceptable. Dans (...)
  • 100 Röhricht, ZDPV, X, p. 258.
  • 101 Cart. gén., I, pp. 491-496 ; Rey, Col. fr., p. 349 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263.
  • 102 Rey, Col. fr., p. 349 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263.
  • 103 Revue archéol., 1897, I, p. 342. L’identification proposée par Röhricht, ZDPV, X, p. 262, avec Dyob (...)
  • 104 Signalons la porte de cet édifice qui paraît être de la fin du xiie siècle, avec la nef simple à de (...)
  • 105 Röhricht, Reg., add., n° 568, propose Tell Auweri.
  • 106 Cart. gén., I, pp. 313-314 ; Röhricht, Reg., add., n° 521.
  • 107 Röhricht, Reg., add., n° 644a.

34Les chartes témoignent que la région de Margat abondait en terres possédées par les Croisés. Albot67, Alus68 peut-être à chercher plus loin et à identifier avec Hallous, au nord de Qal‛at Bourzey, Andesin ou Anedosin69 dont nous rapprocherons Androussé que nous avons relevé au nord-est de Khawabi, Archamie70, Assene71 Astalorin ou Astanori72, Bearida73, Beluse peut-être Beloze74, Berbelearf75, Besenen76, Bilio est probablement Bilé ou Beili entre Khawabi et Tortose77, casale Blancum78, Bodolei79, Bolferis80, Brahin de position incertaine, peut-être un waqf de Sultan Ibrahim, Cademois (Qadmous), Cimas81, Coket82, Cordie (Kourdiyé près Blozé)83, Corveis, certainement Qorfas ou Qorfeis84, Cosme ou Chom85, Coselbie86, gastine Dominae87, Elteffaha a été identifié par Rey avec Teffaha à l’est de Tortose88, le pays de Gereneis89, Gorrosie identifié par Rey avec Djerisiyé90 au sud de Marqab, le casai Jobar91 est à rechercher dans la vallée du Nahr Djobar au nord et à l’est de Banyas, Kaynon92, Laicas (‛Olleiqa)93, Malavans94, Malaycas (Maniqa)95, Mastaba96, Matron97, gastine Meois98, Noortha99, Nubia100, castellum Popos101, Rochefort102, Soebe qui est vraisemblablement ‛Aseibé103, au sud-est de Marqab ; il y aurait lieu de relever en ce point le plan et les détails de la mosquée, ancienne église des Croisés104, Talaore105. Quant à Tyron106 et à Ubin107, nous les retrouvons sur la carte E.-M. 1920, immédiatement à l’est de Banyas, sous la forme Tiro et Oubein. On remarquera le nombre de ces casaux qui se rangent autour de Banyas et de Marqab.

  • 108 Rey, Col. fr., p. 338 ; cf. Cart. gén., I, n° 201 ; Röhricht, ZDPV, XVIII, p. 86 et n. 7 et Reg., a (...)

35Il faut corriger le Rey es-Sin de la carte de Reẏ en Houreiṣoun, près du fleuve du même nom et, grâce à cette rectification, on acceptera son identification avec le casai Ericium108. On nous a indiqué, et nous en trouvons la vérification sur la carte E.-M. 1920, qu’à l’est de Ḥoureiṣoun, dans le sud de la montagne de Qorfeis, il existait une localité répondant au nom de Serabiyoun et habitée par des Noṣairis.

3. – De Paltos à Laodicée.

  • 109 Dimashqi, trad. Mehren, p. 285 et Le Str., p. 57. Ibid., p. 144, Dimashqi signale que « le fleuve A (...)
  • 110 Strabon, XV, 3, 2, d’après Simonide : ταφῆναι δὲ λέγεται Μέμνων περὶ Πάλτον τῆς Συρίας παρὰ Βαδᾶν π (...)
  • 111 La conjecture de Müller, éd. Didot – vers laquelle incline Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realencyc (...)
  • 112 Mela, I, 12.
  • 113 Que le π grec de Paltos réponde à un b syrien, c’est ce qu’atteste la variante βάλδος de Steph. de (...)
  • 114 Voir ci-dessus, p. 123.

36Environ à mi-chemin entre Banyas et Djebelé (Gabala), à quelques kilomètres seulement de la côte et au pied des collines, jaillissent d’abondantes sources qui forment aussitôt un véritable fleuve, le Nahr es-Sinn, sur lequel Dimashqi nous donne des détails circonstanciés109. L’ancienne Paltos s’élevait à son embouchure et la légende, s’attachant à quelque ancienne construction, y plaçait le tombeau de Memnon110. D’après le passage de Strabon relatant ce fait, il semble que le fleuve ait porté le nom de Baldas111 ; on trouve d’ailleurs Baudus dans Pomponius Mela112, et ce vocable doit représenter la forme syrienne du nom de la localité113. De même le fleuve qui arrose Marathus portait le nom de Marathias114.

  • 115 Voir ci-dessus, p. 132, note 1.
  • 116 Keilinschr.-Bibl., I, p. 150 et suiv. ; Gressmann, Altorient. Texte, p. 109. Usnu est rattachée par (...)

37Nous croyons retrouver la mention du site de Paltos à l’époque assyrienne sous la forme Usana ou Usnu que conserve le nom du fleuve Nahr es-Sinn, et également la montagne voisine Sinn ed-Darb115. Usnu est, en effet, citée dans les textes assyriens avec Aradus et les villes de la côte. Ce bourg paisible semble être entré dans l’histoire pour avoir mis en ligne un petit contingent de troupes à la bataille de Qarqar, gagnée par Salmanasar II (854 av. J.-C.)116.

  • 117 La lecture de la variante dans Imhoof-Blumer, Zur griech. Münzkunde, p. 48, n° 5, et Wroth, Brit. M (...)

38Nous possédons une monnaie de Paltos que nous publions ici parce qu’elle offre une variante des types connus et permet de rectifier certaines lectures117.

Æ. 25 mm.
... ПTI... Buste lauré de Septime Sévère à dr.
R) [Iouλ]IA ΔOMNA AVΓOVC et au centre : ПAΛ-TH-NωN.
Buste de J. Domna à dr. en Tyché de la ville.

  • 118 Paul Lucas, Voyage, I, p. 260 (Paris, 1704) porte Micelly pour Beldy.

39Paltos s’étendait sur les deux rives du Nahr es-Sinn : un fortin se voit sur la rive sud tandis que, sur la rive nord, quelques colonnes paraissent en place, entre la route et la mer118.

  • 119 Stad. maris magni, 130 : Ἀτὸ ἀxρωτηρίου Bαλαvεῶv ἐπ’ ἀxρωτήριον Πἀλτov στάδιοι Ϟ' Sur ce promontoir (...)
  • 120 Stad. maris magni, 131 : Ἀπὸ ἀxρωτηρίου Πάλτου, xάμψαντος [τὸ] ἀxρωτήριον βραχ[έ]ων στάδιοι ι', ave (...)

40Le Stadiasme compte 90 stades de Balanée au promontoire de Paltos119, l’actuel Ras Beldé el-melek, au sud de l’embouchure du Nahr es-Sinn, puis il note qu’en contournant ce promontoire – en remontant le fleuve – on parcourt à peine dix stades120. L’embouchure du Nahr es-Sinn est, en effet, assez large, mais elle ne s’étend pas loin à l’intérieur des terres.

  • 121 Yaqout, I. p. 718 ; Le Strange, Palest., p. 416.
  • 122 Cart. gén., I, p. 370.
  • 123 Ibid., p. 267.
  • 124 D’après Dimashqi, Cosmogr., trad. Mehren, p. 285 et suiv. et Le Strange, Palest., p. 57, la fortere (...)
  • 125 Rey, Col. fr., p. 352 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 262.
  • 126 Noté par la carte de l’Е.-М. 1920.

41Évêché à l’époque byzantine, Paltos fut ruinée par la conquête arabe et Mou‛awiya en utilisa les pierres pour reconstruire Djebelé121. Au temps des croisades, on signale, dépendant de Margat, un casal Beaude, autre forme de Baldé, qui fut vendu le 20 août 1178 aux Hospitaliers122. Ceux-ci possédaient depuis dix ans le toron de Belda123 construit à l’embouchure du fleuve124. Dans le voisinage, une terre de S. Aegidii ou St-Gilles n’a pu être identifiée125. On peut se demander si le nom ne subsiste pas dans celui de Aidié126 entre Banyas et Djebelé, au voisinage de Soukas.

  • 127 Les souvenirs de Van Berchem l’ont trahi lorsqu’il a affirmé, Journ. asiat., 1902, I, p. 426, que l (...)
  • 128 Ras el-‛ain n’est pas ici un nom de localité, comme a compris le traducteur, Hist. or., IV, p. 357.
  • 129 Et non à l’orient, comme il est dit, ibid.

42Les historiens arabes nous ont conservé des détails topographiques curieux à l’occasion de la campagne de Saladin, en 1188. L’armée du sultan est arrêtée par le Nahr es-Sinn, fleuve large, profond et sans gué127. Comme un seul pont était jeté sur le fleuve, le sultan le réserve aux bagages et, à la tête des troupes légères, il prend à droite pour remonter le cours du fleuve jusqu’au dessus de la source128 et redescendre par la rive droite. C’est ainsi qu’on vit les soldats suivre les deux rives du fleuve en sens inverse. Si ’Imad ed-din rapporte que Saladin campa à Baldé avant l’arrivée des bagages, c’est pour montrer que, malgré le détour, le sultan arriva le premier. « Cette petite ville est située, ajoute ‛Imad ed-din, à l’ouest du fleuve129 (et) sur le bord de la mer. Ses deux autres côtés sont entourés de fossés dans lesquels se rencontrent les deux mers ». Nous comprenons que le fossé débouchait d’un côté dans la mer, de l’autre dans le fleuve. Précisément, dans le fleuve, on remarque le départ d’un canal.

  • 130 La carte de l’E.-M. 1920 porte Soufas, par suite d’une confusion entre les lettres arabes. M. Hartm (...)

43Peu après avoir quitté les ruines de Paltos, on atteint le tell Soukas (nous avons noté cette prononciation et non Soukat, comme portent généralement les cartes)130, auprès du fleuve du même nom dont l’embouchure forme une petite anse où les barques s’abritent et chargent du terreau pour les jardins de Tripoli.

  • 131 Stad. mar. magni, 134 : Ἀτό Παλτηνῶν (s.-е. χωρίου) ἐπὶ λιμένα xείμενον ἐπ’ αἰγιαλῷ, ἔχoντά xαθ’ αὑ (...)
  • 132 Ibid., 133 : Ἀτὸ Πάλτου ἐπὶ χωρίον Παλτηνῶν στάδιοι λ'. Ibid., 135 : Ἀπò Παλτηνῶν εἰς Γάϐαλα στάδιο (...)
  • 133 Van Berchem, Voyage, I, p. 94. La carte de l’E.-M. 1920 note bien les deux criques de part et d’aut (...)

44C’est en ce point que nous proposons de placer le port que mentionne le Stadiasme131 comme desservant la forteresse des gens de Paltos, χωρίου Παλτηνῶν, qui s’élevait à mi-chemin entre Paltos et Gabala132. Cette forteresse pourrait s’être élevée sur le tell Soukas où il subsiste des traces de fortification ; l’embouchure du Nahr Soukas est encombrée de ruines. A l’appui de cette identification, nous citerons la description que Van Berchem a donnée du tell Soukas : « Un petit tell au bord de la mer, entre deux criques, semble indiquer l’emplacement d’une ville ancienne ; la côte forme ici d’étroits mouillages, creusés entre des promontoires rocheux et pouvant abriter des barques133 ».

  • 134 Anne Comnène, Hist. gr., I, 2. p. 182 : τὸ στρατηγάτον Γαϐάλων ὃ xαὶ Ζέϐελ ὑποϐαρϐαρίζοντες λέγομεν
  • 135 Honigmann, η° 180.
  • 136 Yaqout, II, ρ. 25 ; Le Str., p. 459 et suiv.
  • 137 Ibn Batouta, I, p. 173 ; RENAN, Mission, p. 111 ; Rey, Arch. milit., p. 175 avec un plan du port ; (...)

45Djebelé134, l’antique Gabala135, conserve en partie une muraille faite de matériaux divers ; son port, protégé par des digues en gros blocs, comme son théâtre, encore bien conservés à l’époque de Renan, sont détruits. C’est certainement le théâtre, transformé en forteresse, que vise Yaqout lorsqu’il signale que Gabala, prise par les Arabes en 638 et démantelée, fut réparée par Mou‛awiya qui éleva une forteresse en dehors des murs de la ville136. A l’entrée de la ville se dresse la belle mosquée où est enterré un des grands saints de l’Islam, Sultan Ibrahim, prince de Balkh, qui renonça à la couronne pour se consacrer au culte de Dieu. Il mourut à Djebelé en 778 de notre ère et y fut enterré137.

  • 138 W. WROTH, Brit. Mus. Cat., Syria, p. lxvi et 243 ; et nos Notes de mythol. syrienne, p. 48 (la monn (...)
  • 139 Trad. Mehren, p. 285. Pour les auteurs arabes décrivant Djebelé, voir Le Strange, 459-460. L’import (...)

46Dans l’antiquité, la ville se signale, par un monnayage autonome, au second siècle av. J.-C, puis par un grand nombre de bronzes de l’époque impériale138. Son importance tient à ce qu’elle sert de débouché à l’intérieur. Dimashqi l’appelle « le port de Balaṭonous »139.

  • 140 Le village de Snobar, près l’embouchure du fleuve, représenterait bien Siroba, si ce dernier n’étai (...)
  • 141 Cart. gén., I, p. 289 et 324-325 ; Rey, Col. fr., p. 354 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 265. Si l’on obser (...)
  • 142 ROL, VII, p. 152.
  • 143 Ibidem.
  • 144 Rey, Col. fr., p. 336, a proposé par simple hypothèse Qal‛at Mouhelbé (Balatonos) ; on sait seuleme (...)

47Plus au nord, sur la côte, des postes fortifiés remontent au moins au moyen âge ; ainsi les ruines près de l’embouchure du Nahr Rous et Qal‛at em-Mouḍiq, non loin de celle du Nahr eṣ-Ṣnobar140. Peut-être faut-il chercher dans cette région Tricaria ou Tricheria qui, au temps des croisades, fit l’objet d’une contestation entre les Hospitaliers et l’évêque d’Apamée141. Notons encore le casai Busson « in montana Gabali142 » qu’on peut retrouver dans le bourg actuel de Bshuna (carte M. Hartmann) au S.-S.-E. de Kardaha, et le territoire Borchot (région de Gabala et de Laodicée) renfermant le casai Henadia143. Ce dernier se reconnaît dans le village actuel de Henadi (carte d’E.-M. 1920), un peu à l’est de l’embouchure du Nahr el-Kebir. Le castellum Vetulae n’a pas encore été identifié144.

48On admet, depuis la démonstration de C. Müller qu’entre Gabala et Laodicée, le Stadiasme signale un fleuve, prétendu navigable, dont le nom serait tombé du texte en deux endroits et qui ne serait autre que le Nahr el-Kebir qui se jette dans la mer au sud de Lataquié, à ne pas confondre avec son homonyme plus méridional, l’ancien Eleuthère. Toutefois, il est bien surprenant que ce cours d’eau, qui ne mène à aucune ville, soit qualifié de navigable et que son nom soit tombé, sans laisser de traces, des deux passages qui le mentionnaient.

  • 145 Trad. Mehren, p. 144. On comparera le nom de Leucas donné à Balanée et celui de Leukè Aktè que nous (...)
  • 146 Stad. mar. magni, 136 : Ἀπò Γαϐάλων εἰς ; ποταμὸν Λευκὸν (ms. πλωτὸν) xαλούμενοv, στάδιοι [ρ']. Ibi (...)

49Nous proposerons une solution toute différente. Nous observerons que Dimashqi désigne le même fleuve sous le nom de fleuve Blanc : « Le Nahr el-Abyad (fleuve Blanc) sortant de la montagne el-Aqra, traverse le district de Ṣahyoun et débouche, près de Laodicée, dans la Méditerranée145 ». Dès lors, il est tout indiqué de remplacer dans les passages incriminés πλωτόν et πλωτοῦ par λευκόν et λευκοῦ 146. En même temps, il faut faire subir quelques corrections aux chiffres du Stadiasme. De Gabala à l’embouchure du fleuve Blanc, il faut compter 100 stades au lieu de 40, tandis qu’entre ce fleuve et le promontoire qui porte Laodicée, 50 stades suffisent au lieu de 200. Ces 200 stades sont à porter au compte de la distance du fleuve Blanc à Balanée. Laodicée est sensiblement à la même distance de cette dernière.

4. – Le territoire du Vieux de la montagne.

  • 147 Pline, Η. Ν., V, 81 : Code habet Apameam Marsya amne divisam a Nazerinorum tetrarchia ; cf. R. DUSS (...)
  • 148 Pline, V, 78.

50A l’est de la côte que nous venons de reconnaître, s’élèvent les monts des Noṣaïris, vulgairement appelés monts des Anṣariyés. Moins élevés que le Liban et plus fertiles, ils ont été l’habitat d’une population qui, de tout temps, a plus ou moins maintenu son autonomie. Ce particularisme, qui s’est affirmé de nos jours au point d’entraîner la constitution d’un État, celui des Alaouites ou « partisans d’‛Ali », apparaît dès que les géographes font mention de cette contrée, c’est-à-dire depuis Pline. Celui-ci place, en effet, à l’ouest de l’Oronte et en face d’Apamée, la tétrarchie des Nazerini, transcription très exacte de Noṣaïri147. Pline est bien renseigné sur la région, puisqu’il fournit le nom ancien des monts nosaïris : mons Bargylus148. Au moyen âge, ce dernier se couvrit de nombreuses forteresses, dont plusieurs servirent de repaire au Vieux de la montagne et à ses partisans les Ismaéliens. Elles étaient fortes par leur position plus que par l’excellence de leur construction et, sauf Maṣyaf, qui n’est d’ailleurs pas de construction ismaéli, elles sont entièrement ruinées aujourd’hui.

  • 149 Yaqout, IV, p. 229 (Le Str., p. 468) écrit el-Kâf ; Dimashqi, p. 208 ; Ibn Batouta, I, p. 166 : el- (...)
  • 150 Dimashqi, trad. Mehren, p. 284.
  • 151 Quatremère, Hist. des sultans mamlouks, I, 2, p. 80 et 112. Elle appartenait aux Ismaélis depuis 11 (...)
  • 152 Stan. Guyard, op. cit., p. 32 et 71. La carte d’E.-M. 1920 l’inscrit sous Bosteriam et le place au (...)

51C’est notamment el-Kahf149 « avec une caverne, où se réfugia Rashid ed-din et où l’on prétend qu’il est inhumé. D’autres assurent qu’il s’y tient caché et qu’il en sortira un jour150 ». Ce nom de kahf, qui signifie « grotte, caverne » a dû être appliqué à cette forteresse à cause d’une disposition particulière donnée à l’entrée, qui la rendait inexpugnable et qui explique qu’elle fut la dernière à être prise par Beibars en 1273151. Dressée sur un piton qui tombe à pic de tous côtés, elle ne possède qu’un chemin d’accès qui mène à une porte creusée en tunnel dans le rocher : on a l’impression d’entrer dans une caverne. On cite un village de Basṭaryoun dans le voisinage d’el-Kahf152.

  • 153 Quatremère, Sultans mamlouks, I, 2, p. 79-80, p. 151 ; Le Strange, p. 36, 39, 81, 352 et 485 ; Rey, (...)
  • 154 Stan. Guyard, op. cit., p. 112.
  • 155 Moqaddasi, p. 54 et 154.

52Khawabi153, le Coïble des croisés, a étendu son nom au district environnant. Comme toutes les forteresses de ce groupe, elle a été reconstruite par Rashid ed-din Sinân154. Entre Khawabi et Raphanée, il faut rechercher Ladjdjoun155.

  • 156 Le Strange, p. 352 et 507 ; Benjamin de Tudele, éd. Asher, p. 59 ; Rey, Col. fr., p. 334 ; Van Berc (...)
  • 157 Hist. or., I, p. 21 et 406.
  • 158 Röhricht, Kön. Jerus., p. 187, n. 5.
  • 159 Ibn Esh-Shihna, p. 265 et suiv.
  • 160 Ci-dessus, p. 130 ; à moins qu’il n’y ait confusion avec Balatonos.
  • 161 Cart. gén., I, p. 491-496. Dans cet acte de cession aux Hospitaliers, daté de 1186, il est fait men (...)

53Qadmous156, un peu plus au Nord, est la première place, avec el-Kahf, où s’installèrent les Ismaélis dans la montagne des Noṣaïris. Cette forteresse fut acquise par eux en 1133-34 d’Ibn ‛Amroun qui possédait aussi el-Kahf et Abou Qobeis157. Boémond II s’en empara158 ; mais malgré ses vicissitudes, cette ville est restée jusqu’à nos jours le principal centre des Ismaélis. D’après Ibn esh-Shiḥna, Qadmous aurait porté en grec le nom de Falatavan ou Falanavan159. Ce renseignement n’est pas confirmé par ailleurs. Sous toutes réserves, on peut songer à Malavans cité plus haut160, en supposant une erreur dans la première lettre de l’une des deux graphies. Les documents occidentaux transcrivent généralement Cademois161.

  • 162 Le Strange, p. 352 et 507 ; Maqrizi, dans Quatremère, Hist. des sultans mamlouks, I, 2, p. 80 (cité (...)
  • 163 Defrémery, Journal asiat., 1848, II, p. 488 et suiv., 493 ; 1855, I, p. 32 ; Quatremère, Hist. sult (...)
  • 164 Contrairement aux conjectures de Mehren dans sa traduction de Dimasiiqi, Cosm., p. 284, n. 3 et de (...)

54‛Olleiqa162, dont les ruines sont peuplées d’Ismaélis, commande la vallée du Nahr Djobar, tandis que Maniqa163 commande celle du Nahr Houreisoun. La prononciation actuelle Maniqa, que nous avons relevée, règle la controverse touchant la graphie de ce nom164.

  • 165 Kemal Ed-Din, Hist. or., III, p. 599 ; Defremery, Mémoires d’hist. orient, I, p. 61 ; H. Derenbourg(...)
  • 166 Le Strange, p. 422 ; Rey, Col. fr., p. 342 ; Martin Hartmann, ZDPV, XIV, p. 183 ; H. Derenbourg, Vi (...)
  • 167 Le Str., p. 77, 390 et 452.
  • 168 Sozomène, VII, 15 (éd. Migne) : Пολλάκις Гαλιλαίων ἀνδρῶν, xαὶ τῶν περὶ Λίϐανον xωμῶν. Il n’est peu (...)

55Bikisraïl, conquis en 1111 par Tancrède qui, de là, faisait des incursions sur le territoire de Sheizar165, s’appelle aujourd’hui Beni-Yisraïl166. De ce vocable Hartwig Derenbourg avait conclu à la présence en ce point d’une colonie juive. Il est certain qu’à l’arrivée de Pompée en Syrie, plusieurs dynastes locaux avaient embrassé le judaïsme, si même ils n’étaient pas juifs d’origine. Le fait qui s’est produit à Lysias et à Tripoli de Syrie, a pu se présenter aussi dans la montagne des Noṣaïris. Si l’on admettait une émigration juive de Palestine vers les monts des Noṣaïris, on aurait l’explication du vocable de Djebel el-Djalil, affecté à cette montagne par quelques géographes arabes167 ; mais il n’y eut pas à proprement parler judaïsation ni christianisation de ces régions. Car nous voyons ces Galiléens réclamer contre l’évêque d’Apamée pour le maintien des idoles168.

  • 169 Ibn El-Athir, Hist. or., I, p. 719 ; Abou Shama, ibid., IV, p. 358.
  • 170 Voir Revue archéol., 1897, I, p. 349 ; Lammens, Musée Belge, IV, p. 287. Aboulféda, p. 271, signale (...)

56Après la prise de Djebelé (juillet 1188) par Saladin, les chefs de la montagne firent leur soumission au sultan et les musulmans en profitèrent pour établir la liaison entre Djebelé et Ḥama par Bikisraïl. A la vérité, le chemin n’était pas des plus aisés169. Quant aux deux forteresses de Qaher et de Roṣafa170, nous les avons repérées dans l’ouest de Maṣyaf.

  • 171 Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 443. Toutefois, il n’y a pas lieu de s’arrêter à l’opinion (...)
  • 172 Rey, Col. fr., p. 365 ; Defremery, Journ. asiat., 1855, t. V, p. 48.
  • 173 Cart. gén., I, p. 267. Röhricht, ZDPV, X, p. 263 propose el-Qubbe, au sud du Theouprosopon, pour La (...)
  • 174 R. Hartmann, ZDMG, 1916, p. 499.
  • 175 Dimashqi, trad. Mehren, p. 286 et CIA, IIe partie, Syrie, 1re section (Sobernheim), Tripoli, p. 66  (...)

57Il reste à retrouver el-Qolei‛a, la Colée des documents occidentaux, car Van Berchem171 a justement écarté l’identification proposée par Rey172. A notre passage dans la région de Maṣyaf, on nous a signalé que cette forteresse se trouvait entre Masyaf et Loqbé, l’ancien castellum de Lacoba, cédé aux Hospitaliers en 1168 par Boémond III, prince d’Antioche173. Cette position s’accorde avec l’indication d’el-‛Omari qu’el-Qolei‛a était le plus septentrional des châteaux-forts ismaéliens. Après avoir cité les forteresses des environs de Ṣahyoun et Balaṭonous en dernier lieu, el-‛Omari cite el-Qolei‛a comme le premier des châteaux-forts ismaéliens de la région de Tripoli174, car, à l’époque des sultans mamlouks, ce territoire dépendait de Tripoli175.

  • 176 Noté par Burckhardt, Travels in the Syria (1822), p. 150 et suiv. C’est la graphie d’Aboulféda et c (...)
  • 177 Van Berchem, Epigraphie des Assassins de Syrie (ext. de Journ. asiat., 1897, I), p. 7 et suiv.
  • 178 H. Derenbourg, Vie d’Ousama, p. 43.
  • 179 Van Berchem, Epigraphie des Assassins, p. 9, note 2. Comparer la transcription Φέρεπ que Nicetas, H (...)
  • 180 Yaqout, IV, p. 556.

58Le nom de Maṣyaf offre des variantes curieuses : on prononce souvent Maṣyad, mais on écrit Maṣyaf, tout particulièrement dans les documents administratifs176 et dans l’inscription arabe de la porte sud de la ville relatant, en 1249 J.-C., la construction du mur d’enceinte de cette bourgade177. A côté de ces deux prononciations qui se maintiennent encore et qui sont irréductibles l’une à l’autre, il faut citer la graphie très fréquente chez les historiens arabes des croisades : Maṣyath, aussi Maṣyat. Maṣyath est tenu pour la forme originale par de Slane dans son édition du tome III des Historiens orientaux des croisades et par Hartwig Derenbourg178. Van Berchem remarque que Maṣyat et Maṣyaf dérivent l’une et l’autre de Maṣyath par un procédé fréquent en arabe179. Les auteurs médiévaux écrivent généralement Messiat. Quant à Maṣyab, que donne seul Yaqout180, c’est évidemment une erreur purement graphique, comme en enregistre d’ailleurs trop souvent le célèbre auteur du Mo‛djam.

  • 181 Ibn el-Athir, Hist. or., I, p. 626 ; Kemal Ed-Din, trad. Blochet, ROL, IV, p. 145 ; Le Strange, Pal (...)

59La forteresse de Maṣyaf, encore en bon état de conservation, mériterait une étude architecturale approfondie. Elle a joué un rôle important sous les Ismaéliens qui s’en emparèrent en 1140-41181.

  • 182 St. Guyard, op, cit., p. 128. On n’ose penser à Kamouh de la carte d’E.-M. 1920, sur la côte, un pe (...)

60On ne connaît Qamough que par une prophétie attribuée à Rashid ed-din Sinan, le fameux grand-maître des Assassins : « Telle forteresse sera prise ; mais Maniqa, Kahf et Qadmous resteront entre vos mains. Quant à Qamough, elle vous sera enlevée182 ». Le nombre des forteresses aux mains des Assassins, ce qu’on appelait les Qila‛ ed-da‛wa, les châteaux de la secte, a varié suivant les temps et les auteurs. Guillaume de Tyr en compte dix, avec une population de 60.000 habitants.

  • 183 Maqrizi, dans Quatremère, Hist. des sultans mamlouks, I, 2, p. 32 ; cf. ibid., p. 40 et 42.

61Aucune forteresse, soit chez les Ismaëlis, soit chez les Musulmans, ne pouvait entrer en comparaison avec Qal‛at el-Ḥoṣn et Marqab ; aussi les Hospitaliers, qui occupaient ces places, tenaient-ils le pays dans leur dépendance. Le sultan Beibars, seul, put les contraindre à renoncer à la contribution que leur payait la principauté de Ḥama, s’élevant à quatre mille pièces d’or, au tribut du canton d’Abou Qobeis, montant à huit cents pièces d’or, aussi à celui prélevé sur le pays des Ismaéliens, à savoir douze cents pièces d’or et cent boisseaux de froment et d’orge183.

  • 184 Identification proposée par nous dans Revue archéol., 1908, II, p. 222 et suiv. ; voir ci-après, ch (...)

62Les contreforts des monts Nosaïris, vers la vallée de l’Oronte, étaient occupés tantôt par les Ismaéliens, tantôt par les Musulmans ou même par les Francs. Cette région paraît répondre au Loukhouti des textes assyriens, vocable qu’on retrouve sous la forme Lou‛oush dans une inscription araméenne ancienne184.

  • 185 Röhricht, ZDPV, X, p. 263. Ou dans la région d’Apamée ; l’acte de donation de janvier 1167 le cite (...)
  • 186 Rey, Col. fr., p. 345 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263 et Reg., add., n° 428 où on identifie avec el-Lau (...)
  • 187 Rey, Col. fr., p. 354 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263. Nous proposons de l’identifier avec Tamat (relev (...)
  • 188 Rey, Col. fr., p. 342 ne l’identifie pas ; mais Röhricht, ZDPV, X, p. 265, n. 14, y verrait Qal’at (...)

63Il faut vraisemblablement rechercher dans cette région le casal de Pailes185, bien que dépendant de Margat, également Logis186. Il y a des présomptions pour placer dans la même contrée Totomota187 et Homedinum188.

  • 189 Le Strange, Palestine, p. 352 ; Ritter, Erdkunde, XVII, p. 953 ; Rey, Col. fr., p. 333 ; Röhricht, (...)
  • 190 Nous relevons deux fois la mention de Ḥiṣn el-Khariba dans le texte arabe d’Ousama. D’abord éd. H. (...)

64Le site d’Abou Qobeis, le Bokebeis des croisades, est bien déterminé189 ; mais il n’en est pas de même du Ḥiṣn el-Khariba sur lequel Ousama ibn Mounqidh nous a conservé de curieux détails190.

  • 191 Ousama, Autobiographie, trad. H. Derenbourg, p. 48.
  • 192 Ibidem, p. 79.
  • 193 Ibidem.

65Ousama nous dit que ce château-fort servait aux Francs pour épier de loin la garnison arabe de Sheizar sur l’Oronte, lorsque celle-ci tentait un raid dans la direction d’Apamée191. Ce véritable observatoire se trouvait donc sur un des contreforts orientaux des monts Noṣairiyé, avec vue sur les routes qui sortaient de Sheizar dans la direction d’Apamée. Ousama qui a vu le fortin le décrit ainsi : « La forteresse était inaccessible, juchée sur un rocher élevé de tous les côtés. On n’y montait que par une échelle en bois, qui était enlevée après qu’elle avait servi, aucun chemin ne restant pour y parvenir192. » Ce nid d’aigle dut changer souvent de main. Ousama raconte comment un certain Ibn al-Mardji, qui venait de temps en temps à la forteresse pour affaires, s’aboucha avec les Ismaéliens pour la leur livrer contre de l’argent et un fief. Ayant été admis, il « monta, commença par le portier qu’il tua, continua par l’écuyer venu à sa rencontre qu’il tua, revint vers le fils du gouverneur qu’il tua, et remit la citadelle aux Ismaéliens qui tinrent envers lui leurs engagements193 ».

  • 194 Ce nom de Djebel Bahra doit avoir été donné à cette région par la tribu arabe Bahra. Nous savons (Y (...)
  • 195 M. Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 123.
  • 196 Rey, Col. fr., p. 371 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 225 et 260.
  • 197 H. Derenbourg, Vie d’Ousama, p. 171 ; Kemal Ed-Din, Hist. or., III, p. 678 et suiv.
  • 198 Meraid, I, p. 295.

66Ce fortin était bien connu des Francs puisque, au dire d’Ousama, ils l’occupèrent, et nous le retrouverons, en effet, dans les textes occidentaux, si nous remarquons qu’il portait encore un autre nom. M. Martin Hartmann a publié une courte notice d’où il résulte que Ḥiṣn el-Khariba, qui fut livré en 1105 aux Francs pour 2000 dinars, des chevaux et des vêtements, se trouvait dans le Djebel Bahra194, qui s’étend au nord de Raphanée. Nous apprenons en même temps que ce fortin était encore connu sous le nom de Ḥiṣn esh-Sherqi (la forteresse orientale)195. Il ne nous paraît pas douteux qu’il faut y reconnaître Eixserc ou Esserk des documents occidentaux, ou sans l’article Sarc196, forteresse que Guillaume de Maraclée cède à l’Hôpital en 1163. Le site est signalé dès 1138, quand Mou‛in ed-din Anar cède à l’atabek Zengi son apanage de Ḥomṣ contre les villes de Barin, el-Lakma et Ḥiṣn esh-Sherqi197. Enfin, il suffirait, pour retrouver notre Khariba, d’ajouter un point diacritique à la première lettre du vocable enregistré par le Meraid198, d’après el-Bekri qui en fait un lieu de Syrie. Ce site paraît noté dans la carte de l’E.-M. 1920, dans le voisinage immédiat d’Abou Qobeis, sous la forme Kharayb, vocalisation arbitraire d’une graphie Kharîb pour Khariba.

  • 199 Van Berchem, Voyage, 319-320.

67Dans la même région doit être cherchée une autre forteresse du nom de Hadid. Van Berchem a publié un extrait du Tashrif (Vie de Qelaoun), qui nous apprend qu’en 1118, les Francs de Banyas reçurent Marqab d’Ibn Mouḥriz, à condition que sa famille pût continuer à y résider. « Quelques jours après, ils l’en chassèrent et lui remirent en échange le château d’el-Maniqa ; puis ils garnirent Marqab de Francs et d’Arméniens. Après cela, ils prirent les châteaux d’el-Qolei‛a et de Ḥadid dans le Djebel Bahra ; le premier leur fut livré et ils s’emparèrent du second parce qu’il avait été abandonné par ses habitants199 ».

  • 200 Ci-dessus, p. 142.

68El-Qolei‛a n’est autre que la Colée, dont on a discuté ci-dessus200. Quant à la forteresse Ḥadid, il faut probablement l’identifier avec le site noté Hadadi, sur la carte de l’E.-M. 1920, un peu au nord et à mi-chemin de la route de Qadmous à Maṣyaf.

  • 201 Yaqout, Mo‛djam, IV, p. 365.
  • 202 H. Derenbourg, Vie d’Ousama, p. 171.
  • 203 Ibn El-Athir, Hist. or., I, p. 270 et 779-780.
  • 204 H. Derenbourg, op. cit., p. 76, n. 3.
  • 205 Cela paraît avoir été plus tard l’opinion de H. Derenbourg, op. cit., p. 171 n. 5.
  • 206 Ibn Muyassar, éd. MASSE, p. 68, porte el-Akama. Voir plus haut, p. 95.

69La position du bourg d’el-Lakma que nous avons cité plus haut n’est pas déterminée. D’après Yaqout, c’est une forteresse dans la région maritime, non loin d’‛Arqa201. S’appuyant sur ce témoignage, H. Derenbourg cherchait el-Lakma dans les environs de Tripoli202. Toutefois, le groupement avec Barin et Ḥiṣn esh-Sherqi (Khariba) que nous offre le texte de Kemal ed-din, permet de conjecturer soit que les trois sites sont assez voisins, soit qu’ils jalonnent une même route. Cette seconde hypothèse peut s’appuyer sur un épisode de la première croisade. Ṭogtaqin, l’atabek de Damas, voulant inquiéter les Francs occupés au siège de Tripoli, mit garnison dans plusieurs citadelles de la région, vraisemblablement pour couper les relations de l’armée franque avec la Syrie du nord. Parmi ces places Ibn el-Athir cite el-Akama203 qu’H. Derenbourg corrige en el-Alma204 ; et qu’il retrouve dans un bourg de la montagne à l’est de Tripoli. Cette situation, en dehors de toute route vers l’Est, ne convient pas puisque Togtaqin, à l’approche d’un détachement franc, s’enfuit vers Emèse. Il vaut mieux corriger le texte d’Ibn el-Athir en el-Lakma205, ou celui de Kemal ed-din en el-Akama206.

5. – La route de Laodicée à Antioche par esh-Sohghr.

  • 207 Ci-après chap. VII, § 1.

70Nous nous occuperons plus loin de la ville même de Laodicée207 ; pour l’instant nous ne l’envisagerons qu’en fonction de la route dont elle était le débouché et qui assurait sa prospérité.

  • 208 Hist. gr. des croisades, I, 2e part., p. 181. Ce saint Elie n’a pas été identifié.
  • 209 Raoul de Caen, Gesta Tancredi, Hist., occ., III, p. 712.
  • 210 Ibn el-Athir, Hist., or., I, p. 720.
  • 211 Aboulféda, Hist., or., I, p. 162.

71On ne peut mieux caractériser l’importance de Laodicée qu’en disant que cette ville était le port d’Apamée. Le lien entre les deux cités s’affirme dans les tractations dont elles sont l’objet ; ainsi, nous le verrons, dans les négociations menées par Tancrède lors du siège de Laodicée. A l’époque byzantine, le commandement de tout le système de protection de la route de pénétration se trouve à Laodicée. Du moins, nous le déduisons d’un passage d’Anne Comnène qui mentionne : ὁ ἅγιος Ἡλίας, ἡ στρατηγὶς μετὰ τῶν ύπ’ αὺτὴν πολιχνίων208. Il s’agit évidemment d’une place forte importante puisqu’elle est à la tête de plusieurs forteresses. Or, dans la région envisagée, on ne connaît sous ce nom que la forteresse de Laodicée : « stabat supra portus portam antiqua turris, de nomine sancti Heliae cognominata »209. C’est elle dont s’empare Saladin en 1188210 et Torontai un siècle après (1287-1288)211.

  • 212 Hist., gr., I, 2e partie, p. 182.

72Le passage cité d’Anne Comnène explique que ces forteresses étaient cédées à Boémond avec charge d’assurer la garde du territoire, mais que certaines villes, et tout spécialement Laodicée212, restaient sous la domination directe de l’empereur byzantin. On comprend, dès lors, pourquoi la forteresse de Laodicée apparaît ainsi détachée de la ville.

  • 213 A l’occasion de la prise de Şahyoun par Saladin, en 1188, Abou Shama, Hist., or., IV, p. 367, repro (...)
  • 214 Nous l’avons établi dans Revue archéol., 1897, I, p. 316, d’après Arrien, Anab., II, 13, 8. L’ident (...)
  • 215 Van Berchem, Voyage, I, p. 273.
  • 216 La description de Rey, Arch. mil., p. 105 et suiv., est complétée par la notice de Van Berchem, Voy (...)

73La place la plus importante qui commandait la route de Laodicée vers l’intérieur était celle de Şahyoıın213. Cette ville était de fondation ancienne. Elle portait en grec le nom de Sigon et les Phéniciens d’Aradus avaient été amenés, pour la sécurité de leur commerce, à s’en emparer : ils la possédaient lors de l’arrivée d’Alexandre en Syrie214. Les Byzantins l’occupaient, en même temps que Laodicée, au moment de la première croisade215. Les textes ne fixent pas la date à laquelle les Francs s’en emparèrent ; mais on doit admettre que ce fut avant la chute de Laodicée. On y entreprit des travaux considérables qui en firent une des forteresses franques les plus puissantes ; son importance se maintient longtemps encore sous la domination musulmane216.

  • 217 La dépendance de ces places par rapport à Sahyoun est attestée notamment par Ibn Shaddad dans Abou (...)
  • 218 M. Hartmann, ZDPV, XIV, p. 180 ; la démonstration a été développée par Van Berchem, Inscript, arabe (...)
  • 219 Dimashqi, trad. Mehren, p. 285.

74Une série de places moins importantes lui prêtaient appui217, notamment Balatonos, retrouvé par M. Hartmann dans l’actuel Qal‛at Mehelbé218. Cette forteresse surveillait l’embranchement de route qui se détachait de la route Oronte-Laodicée pour gagner Gabala. Dimashqi désigne cette dernière sous le nom de « port de Balatonos »219.

  • 220 Clermont-Ganneau, Études d’archéol. orient., II, p. 129 et suiv. ; Yaqout, III, p. 751 note ’Idho o (...)
  • 221 Yaqout, II, p. 214 ; Le Strange, p. 461 ; Hist. or., I, p. 59 et 729 ; III, p. 112 ; IV, p. 367 ; K (...)
  • 222 Van Berchem, Inscript. arabes de Syrie, p. 83 (avec les variantes des mss.) ; Röhricht, Kön. Jer., (...)
  • 223 M. Hartmann, Das angebliche Pseudo-Fiha. Eine Rettung, dans Mitt. u. Nachr. DPV, 1899, p. 6.

75M. Clermont-Ganneau a reconnu que Qal‛at el-‛Aidho220 était la ruine du même nom au nord-est de Sahyoun. Cette place est citée en même temps que Qal‛at Djemahiriyin et Fiḥa. On localise généralement Qal‛at Djemahiriyin ou Djemahariya221 à el-Djermatiyé dans l’est de Djebelé, à onze kilomètres environ de cette ville222 ; mais d’après la marche des opérations de Saladin, en 1188, notée par ‛Imad ed-din, il faut plutôt chercher cette place entre Qal‛at el-‛Aidho et Balatonos. Par contre, Beha ed-din, au lieu de Qal‛at el-Djemahiriyin, cite Fiha. M. Clermont-Ganneau a cru reconnaître dans cette mention une méprise des copistes ; mais M. Hartmann maintient l’existence du château de Fiha223.

  • 224 Prononciation vulgaire pour fellahin.

76Quoiqu’il en soit de cette graphie, il faut observer qu’avant d’atteindre Balatonos, l’armée de Saladin a dû passer par l’actuel Qal‛at Filleḥin224, appellation moderne qui pourrait représenter le site que Beha ed-din appelle Fiha et ‛Imad ed-din, Djemahiriyin.

  • 225 Röhricht, Reg. add., n° 657.
  • 226 Röhricht, Reg., add., n° 802A.

77Il faut probablement attribuer à la même région Herbin225 et Caphar Mamel « vulgo dictae de la Vacherie226 ».

  • 227 Quatremère, Hist. sultans mamlouks, II, 1, p. 205.
  • 228 La carte E.-M. 1920 inscrit une localité « Seit », au S.-E. de Qal’at el-Mehelbé.

78Dans le traité conclu en 1282 entre le roi Léon d’Arménie et le sultan d’Égypte, les possessions de ce dernier, au nord de Tripoli, sont citées en trois séries allant généralement du Sud au Nord : le château d’‛Akkar, Ḥiṣn el-Akrad, Marqab, Balanias, Baldé, Djebelé, Lataquié ; puis, plus à l’Est, la ville de Set, BalotOnos, Sahyoun ; enfin, dans la plaine, Sheizar, Hama, Alep227. Il suit de là que la ville de Set, qui n’a pas encore été identifiée, est située entre la côte et l’Oronte, non loin de Balaṭonos228.

  • 229 Cette vocalisation est celle de la carte de l’E.-M. Elle correspond à la prononciation populaire du (...)
  • 230 M. Hartmann, ZDPV, XIV, p. 174 et 212. La prononciation Mirzé est une déformation du b initial dont (...)
  • 231 Van Berchem, Inscript. arabes de Syrie, p. 82 et Journal asiat., 1902, I, p. 434 ; cf. R. Hartmann, (...)
  • 232 Histor. gr., I, 2e partie, p. 181. L’éditeur a confondu cette localité avec Piza = Biza’a à l’est d (...)
  • 233 Aboulféda, p. 229 et 261 ; Le Strange, p. 81 et 421.

79Sur le même versant qui incline vers l’Oronte, se dresse Qal‛at Berze229, retrouvé par Martin Hartmann qui transcrivait, suivant une prononciation locale défectueuse, Qal‛at Mirzé230. Van Berchem a identifié ce site avec Barzouya ou Bourzey, célèbre forteresse au temps des croisades 231. Cette dernière vocalisation que nous adopterons est confirmée par la mention dans Anne Comnène : ή στρατηγὶς τὸ Βορζέ, xαὶ τὰ ύπὸ ταύτην πολίχνια232, attestant l’importance de la forteresse à l’époque byzantine. La montagne environnante était appelée el-Kheit233.

  • 234 Aboulféda, p. 261 ; Dimashqi, p. 205 ; Le Strange, p. 421. Cette redevance était payée par les gens (...)
  • 235 Strabon, XVI, 2, 10 : εὐερκῆ χωρία ὧν ἐστι xαὶ ή Λυσιάς, ύπὲρ τῆς ίμνης xειμένη τῆς πρὸς Ἀπαμεία.
  • 236 Josèphe, Ant jud., XIV, 3, 2.

80Aboulféda et Dimashqi rapportent que Bourzey était séparée d’Apamée par un lac, constitué au moyen d’une digue. Les gens de l’endroit se livraient à la pêche qui rapportait à l’État, au temps de Dimashqi (vers 1300 J.-C), 30.000 dirhem234. La description que ces auteurs arabes donnent du site de Bourzey s’accorde en tous points avec celle de Strabon concernant la forteresse de Lysias235. Aussi doit-on identifier les deux localités. Lors de la venue de Pompée en Syrie, Lysias était aux mains d’un partisan juif du nom de Silas qu’on délogea de son poste d’observation236.

  • 237 G. Schlumberger, L’Epopée byzantine, I, p. 289 et 299 ; Van Berchem, Voyage, I, p. 273, n. 4.
  • 238 Abou Shama, Hist. or., IV. p. 371 et suiv. Voir ci-après, p. 162.

81Les Hamdanides d’Alep durent abandonner toutes les forteresses qui commandaient la route de Laodicée, notamment Bourzey et Ṣahyoun, lors de l’expédition de l’empereur Zimiscès en 975237. Les Francs s’emparèrent de Bourzey dès avant la chute de Laodicée pour maintenir leurs communications avec Apamée, mais la perdirent lors de l’expédition de Saladin, en août 1188238.

82Cette forteresse qui a joui d’une grande célébrité à l’époque des croisades, mériterait d’être étudiée. Plusieurs tours sont encore en assez bon état. La forteresse proprement dite est doublée d’une enceinte avancée vers le Sud où se trouve le chemin d’accès qui, pendant une demi-heure, monte très raide.

83Sauf une qui est polygonale, toutes les tours sont carrées. Nous n’avons pu découvrir de marques de tâcherons. Souvent la pierre porte des bossages, mais le parement est assez grossier. Bien que rien ne signale la taille des croisés, on doit leur attribuer les portes ogivales, les voûtes d’arêtes et la forme des meurtrières. La tour polygonale se retrouve notamment à Maṣyaf qui est de construction musulmane ; mais suivant la méthode byzantine.

  • 239 Clermont-Ganneau, Recueil d’arch. orient., III, p. 254, n. 4.
  • 240 Yaqout, IV, p. 57 ; Le Str., p. 489.
  • 241 Itin. Ant. Aug. : Antiochia Platanos XXV ; Cathela XXIV ; Laudicia XVI. Au total : LXV milles. Benz (...)
  • 242 Hier. Itin. : (Antiochia) ad palatium Dafne V ; mutatio Hysdata XI ; mansio Platanus VIII ; mutatio (...)
  • 243 La question de frontière que soulève Van Berchem, Voyage, I, p. 266, n. 3, est résolue par Ibn esh- (...)

84Cette région ayant été rarement parcourue, nous donnons notre itinéraire à partir de Khan el-Qourashiyé, la Crusia de Maundrell239, sur la route de Lataquié à Djisr esh-Shoghr. El-Qourashiyé est le nom de la localité dont Yaqout nous dit que les habitants s’appelaient Banou el-Qourashi et pouvaient être d’origine qoraishite240 ; c’est aussi le nom de l’affluent de l’Oronte qui la traverse. De tout temps ce dut être la première étape en venant de Laodicée ; c’est pourquoi nous proposons de l’identifier avec Cattelas ou Cathelae de l’Itinéraire Antonin241 et de l’Itinéraire du pèlerin de Bordeaux242. De plus ce point a marqué la frontière entre les provinces de Qinnesrinou d’Alep et le territoire de Laodicée ou de Tripoli243.

  • 244 Van Berchem, Voyage, I, p. 264 et suiv.
  • 245 Répond bien au casai Farangi de Cart. gén., I, p. 491 et suiv., comme l’a proposé Röhricht, ZDPV, X (...)
  • 246 Il fut occupé par les Francs jusqu’en 1267 ; cf. Rey, Col. fr., p. 343.

Nous supposons partir du Khan el-Qourashiyé à 0 heure. On chemine en laissant à gauche Qasab, à droite Mazin, plus loin, encore à droite Karoura.
2 heures, on passe le pont du Shouqq el-‛Adjouz et l’on voit, à peu de kilomètres à droite, Qal‛at el-‛Aido aux ruines informes.
2 h. 25, Khan ‛Asad Esso ; plus loin, à droite Beit el-Bostan, puis ‛Ain ez-Zerqa et Kinsebba ; toujours à droite, Arḍ el-Waṭa.
3 h. 15, Biyout ed-Daghlé. A ce village se trouve la source ‛Ain el-Haour ; à droite, au loin, Kneddé et Souweidiyé ; puis vient le col et on laisse Bedamma244 sur la gauche.
4 h. 25, nous quittons la route de Djisr esh-Shoghr pour prendre vers le sud-est par Kefrendjé245.
5 h. 20, Kefredin, village noṣaïri avec une nécropole dans le rocher sans inscriptions et quelques colonnes en calcaire. A partir d’ici le terrain est semblable à celui du Djebel A‛la. Près de là Qal‛at Kefredin n’est plus qu’un monceau de pierres246.
5 h. 35, commence une descente très raide.
6 heures, Hallous, village grec orthodoxe très accueillant.
6 h. 50, Ghané.
7 h. 5, on laisse à droite Sheikh Sindyané.
9 h. 5, la montée commence.
9 h. 35, Qal‛at Berzé. De là nous avons gagné Djisr esh-Shoghr en un peu moins de quatre heures par la vallée de l’Oronte.

  • 247 Notamment Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. Cat-telae.
  • 248 Ainsi vers le milieu du xe siècle, Istakhri, éd. de Goeje, p. 67 compte trois étapes, entre Antioch (...)
  • 249 Nous reviendrons plus loin sur cette question en discutant l’opinion de Van Berchem.
  • 250 L’Itinéraire de Constantinople à la Mecque, trad. Bianchi, p. 106 et suiv., mène d’Antioche à Khan (...)
  • 251 Lanzone, Viaggio... di Kaid Ba, p. 10-11 ; et trad. Devonshire, p. 11.

85Nous reviendrons plus loin, à propos de la marche de Saladin, sur le crochet qui nous a conduit à Qal‛at Berzé. Nous dirons auparavant quelques mots de la route Laodicée-esh-Shoghr-Antioche. On a pu constater plus haut, et c’est là une rencontre assez rare, la concordance entre l’Itinéraire Antonin et l’Itinéraire du pèlerin de Bordeaux dans le nombre de milles qu’ils assignent à la route Laodicée-Antioche. On s’est mépris en supposant que la route ainsi notée était la route directe par le massif montagneux du Casius247. Il existe une route, beaucoup plus commode et guère plus longue, qui remonte la vallée du Nahr el-Kebir jusqu’à l’Oronte et de là gagne Antioche. L’avantage de cette route était aussi la sécurité. Au nombre des étapes, on peut juger que les anciens routiers arabes conservent le même itinéraire248. Mais c’est surtout la marche de Qait-bey qui éclaire la question. Parti de Lataquié pour se rendre à Antioche, il prend la route des caravanes par Qourashiyé et Shoghr ou plus exactement Djisr esh-Shoghr249. Le narrateur observe que ce point est un nœud de routes, l’une menant vers Antioche, l’autre vers Alep, une troisième, dont il ne donne pas la direction, est certainement celle qui mène vers Kefr250. Qait-bey prend la route d’Antioche qui passe par Darkoush251. Si l’on admet l’identité avec les itinéraires antiques, on n’hésitera pas à identifier Darkoush à Platanus.

  • 252 Steph, Byz., S. v. et Hieroclès. Théophane, Chron., p. 533, éd. Bonn, la place également dans le te (...)
  • 253 Pline, H. N., V, 23, 13.
  • 254 Ptolémée, V, 15, 16.
  • 255 Ainsi il distingue probablement à tort Seleucos, de la région d’Apamée, et Séleucobelos. On peut se (...)
  • 256 Dans Steph. Byz., la restitution de Miller : Σελευχόϐηλος... πλησίον [Λαρίσσης] n’est pas acceptabl (...)

86Quant au nœud de routes qui doit être situé près du pont, donc à Djisr esh-Shoghr ou dans le voisinage, nous pensons que d’Anville a eu raison d’y placer la Séleucie dite Σελευκόϐηλος252 ou Séleucie ad Belum253 que Ptolémée range à un demi-degré de distance à l’ouest d’Apamée254. Le Belus en question ne peut guère être que l’Oronte. Stéphane de Byzance, puisant à diverses sources, a embrouillé la question255 et, de plus, son texte est en mauvais état256. Toutefois, comme la Niaccuba de l’Itinéraire Antonin ne peut se placer que vers Djisr esh-Shoghr et que nous verrons que Niaccuba ne doit être qu’une déformation de Seleucobelus, nous pensons que la position de cette dernière est assurée.

  • 257 Van Berchem, Voyage, I, p. 251 et suiv. Voir aussi p. 257 n. 8 sa correction à l’article Bakas de Y (...)
  • 258 Honigmann, n° 91. Dans Pauly-Wissowa, Realencycl., s. Bachaiae et s. Bakatailloi, Benzinger, suppos (...)

87La question se complique de l’existence d’un village d’esh-Shoghr (ou Shoghr el-Qadim) près duquel se dressent les ruines de la forteresse de Shoghr-Bakas, à laquelle Van Berchem a consacré une excellente monographie257 qui a vivement éclairé les récits de l’attaque de Saladin en 1188. Dans le bas des murs de la forteresse, nous avons relevé des pierres à bossages et une marque de tâcheron en forme d’S patté et inversé qui atteste le travail des croisés. Il se peut que le nœud de routes ait quelque peu varié suivant les époques ; mais nous hésitons à le reporter aussi loin de Djisr esh-Shoghr que Shoghr el-Qadim, comme y incline Van Berchem. Bachaiae de l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem est évidemment le même nom que Bakas258, mais le village ainsi dénommé n’était certainement pas sur le piton fortifié et inaccessible qui porte aujourd’hui ce nom.

  • 259 Lanzone, Viaggio, p. 11.
  • 260 Voyage, I, p. 262 et suiv.
  • 261 Lanzone, loc. Cit. : وبه الجسر علی مياه قيل انّهامن العاصى
  • 262 MmeDevonshire, Relation d’un voyage du sultan Qaitbay (ext. de Bull. Inst. fr. d’arch. orient., XX) (...)

88Le déplacement possible – toutefois dans un rayon très restreint – du nœud de routes en question explique peut-être le changement fréquent d’appellation : Seleucobelus, nom grec, à côté de Bachaiae nom local, puis, comme nous le verrons, Kashfahan, enfin Djisr esh-Shoghr. Il faut reconnaître que les textes relatifs à ce site sont singulièrement imprécis. Prenons, par exemple, le voyage de Qait-bey259. Le texte signale l’arrêt du voyageur à Shoghr et, d’après la toponymie actuelle, il faudrait comprendre Shoghr el-Qadim – c’est la solution qu’adopte Van Berchem260. Mais comme curiosité remarquable on cite un « pont sur des eaux qui appartiennent, dit-on, à l’Oronte »261. Van Berchem comprend « un pont sur un affluent de l’Oronte », ce qui ne nous paraît pas possible. L’expression n’est pas des plus nettes, mais le narrateur n’était probablement pas grand clerc en géographie et son embarras provient de ce qu’il aperçoit l’Oronte pour la première fois et qu’il est surpris d’être en présence d’une si grande masse d’eau262. Il a passé sur bien des ponts jusqu’ici et il n’eût pas noté un pont aussi insignifiant que celui qui franchit le Nahr el-Abyad à Shoghr el-Qadim. Mais, en admettant que la route d’Alep soit passée en ce dernier point, où pouvait-elle franchir l’Oronte ? Van Berchem propose Darkoush ; mais le récit du voyage de Qait-bey précise que le pont de Darkoush était en ruine et que le sultan le fit réparer.

89Nous en dirons autant de l’hypothèse qui consiste à placer Kashfahan à Shoghr el-Qadim et à supposer que le pont de Kashfahan est, non pas le remarquable pont de l’Oronte, mais le petit pont sur le Nahr el-Abyad que, d’ailleurs, on passe à gué le plus souvent. En somme, dans la démonstration de Van Berchem, il faut faire deux parts : l’une, tout à fait décisive, sur la position de la forteresse de Shoghr-Bakas, composée de deux châteaux jumelés, l’autre, que nous ne pouvons accepter, sur l’inexistence au moyen âge et à haute époque du pont appelé aujourd’hui Djisr esh-Shoghr.

  • 263 Van Berchem repousse la correction monte Ceffam (i. e. Kashfahan) en ponte Ceffam proposée par Heyd (...)
  • 264 Van Berchem, Journal asiat., 1902, I, p. 427 et suiv., et Voyage en Syrie, f, p. 261. Dans Zeitschr (...)

90« Chugr et Bakas, dit Van Berchem, ne sont pas sur l’Oronte, à Djisr ach-Chugr, mais sur un affluent de l’Oronte, à Vieux-Chugr, dans la montagne au nord-ouest de Djisr. Ces deux châteaux, aujourd’hui ruinés et presque inaccessibles, n’étaient séparés que par un pont-levis. Quant au pont et au mont de Kachfahan263, ils marquaient un point important, le carrefour des routes Antioche-Apamée et Alep-Lattakieh. Malgré les apparences, il semble qu’il faut les placer aussi à Vieux-Chugr et non à Djisr, bourgade à laquelle certains indices permettent d’attribuer une origine plus récente264 ».

  • 265 Van Berchem, Voyage, II, p. 10.
  • 266 M. Hartmann, Lima Haleb, p. 70, sous la forme Erzgan.
  • 267 Probablement Belmis.
  • 268 J. Berggren, Guide français-arabe vulgaire, Upsal, 1844, col. 454.

91La question de Kashfahan se pose dans des termes tels qu’une simple visite des localités permettra de l’éclaircir définitivement. R. Hartmann a, en effet, appelé l’attention sur un passage d’Ibn esh-Shihna d’après lequel, Ḥiṣn Tell Kashfahan se dressait près d’une rive de l’Oronte, tandis qu’en face, sur l’autre rive, s’élevait Ḥiṣn Arzeghan ou Arzeqan265. Ce dernier, comme l’a remarqué Van Berchem, figure dans les listes de M. Hartmann266, ce qui assure qu’on le retrouvera sur le terrain. Mais nous pouvons, dès maintenant, serrer la localisation de plus près, grâce à l’itinéraire de. Berggren qui, partant d’Alep, pénètre après Ma‛arrat Miṣrin dans la dépression appelée er-Roudj « qui ressemble à la Syrie creuse ». Une montée de trois heures sépare cette vallée de la vallée Djoubb Abou el-Miz267. « Plus loin cette vallée prend le nom d’un khan ruiné, appelé Arzeran », évidemment notre Arzeghan. Berggren ajoute ce détail : « Au voisinage du khan est le village de Mousch-mouschân. Une demi-heure de là est le village et le pont sur l’Oronte Djisr Schogher, qui sépare le paschalik d’Alep de celui de Tripoli268 ». D’autre part, la carte de Rey porte, auprès de Moushmoushan, le village de Arzeghan sous la forme Azeran. On peut soupçonner que ce site est noté sur la carte d’E.-M. 1920 sous la forme ‛Aini el-Izan. Cet ensemble de renseignements suffit pour montrer que le texte d’Ibn esh-Shiḥna se comprend très bien si l’on admet que Tell Kashfahan est sur la rive gauche de l’Oronte, dans le voisinage du pont actuel, le Djisr esh-Shoghr, qui existait certainement au temps de notre auteur.

  • 269 Aboulféda, Géogr., p. 261 ; Van Berchem, Voyage, I, p. 259. En faveur de Djisr esh-Shoghr, on remar (...)

92Quant à l’argument que Van Berchem tire de la description d’Aboulféda, il ne nous paraît pas plus convaincant que les précédents. Aboulféda dit que Tell Kashfahan est, par rapport à Shoghr-Bakas, à la distance d’une « course à cheval ». S’il ne s’agissait que de quelques centaines de mètres à franchir, emploierait-on cette expression ? Dès qu’on selle une monture, c’est pour franchir une distance plus importante et cela est le cas – environ une lieue – si nous plaçons Tell Kashfahan non loin du Djisr esh-Shoghr269.

  • 270 Bibliothèque Nat., nouvelles acquisitions françaises, n° 11552, f° 193.
  • 271 Ritter, Erdkunde, XVII, p. 1104.

93Ajoutons qu’il serait surprenant que le pont actuel sur l’Oronte, d’une étendue remarquable, ne remontât pas à l’antiquité. Le peintre Montfort, en 1838, le traversant et passant sur la rive droite de l’Oronte, a aperçu, sur la rive gauche, une voie romaine qui descendait de la montagne270. Il n’y a aucun doute que c’est la route romaine d’Antioche à Apamée dont nous traiterons ci-après. En effet, dans son voyage de 1848, Eli Smith a relevé, entre Djisr esh-Shoghr et l’embouchure du Nahr el-Abyad, des traces de cette voie271.

  • 272 Rey, Col. fr., p. 330, et Röhricht, ZDPV, X, p. 263 et 293 déclarent la position inconnue. Dans Kön (...)

94Une étude des ruines d’Arzeghan offrira d’autant plus d’intérêt qu’il faut évidemment identifier ce site avec la forteresse appelée Arcican272 par les sources occidentales, qui la groupent généralement avec Rugia dont nous verrons dans le chapitre suivant qu’elle était, en effet, voisine.

  • 273 Hist. or., V, p. 91.
  • 274 Hist. arm., I, p. 199.

95Arcican et Ruge (Rugia) forment le domaine de Cécile, veuve de Tancrède. Nour ed-din mit le siège devant « le formidable château » d’Arzeghan, qui se rendit et qui fut alors démoli (1161-62)273. Il fut restauré, puisqu’en 1193, Saladin donne en apanage à Boémond, prince d’Antioche, el-‛Amq et Arzeghan274.

96Nous notons ci-après l’itinéraire que nous avons suivi en 1897, de Djisr esh-Shoghr à Antioche en passant par Darkoush, car il diffère de celui que Van Berchem a pris dans cette région et il nous permettra de mieux comprendre les étapes de Saladin, lors de ses conquêtes de 1188.

  • 275 Nous y retrouvons le casai Bachfela, voir plus loin.
  • 276 Actuellement au Louvre et publié par L. Delaporte, Catalogue, II, A. 1088.
  • 277 A l’ouest de Ya‛qoubiyé, à environ une lieue, la carte d’E.-M. 1920 place Melend, village que nous (...)
  • 278 Probablement le Khazibé (à rectifier) de la carte E.-M. 1920.

0 h., départ de Djisr esh-Shoghr.
1 h. 15, Vieux-Shoghr. Beaucoup d’arbres au bas du village.
1 h. 25, au pied de la forteresse. En octobre 1897, le Nahr el-Abyad ou Nahr esh-Shoghr ne méritait que le nom de ruisseau.
1 h. 45, nous laissons Bekfala275 à notre droite sans l’apercevoir.
2 h. 15, Djanoudiyé, village musulman assez peuplé, avec une campagne fertile. On nous signale entre Djanoudiyé et Djisr esh-Shoghr le site de Qaiqaboun, près de Tell Dahab. On nous apporte, comme provenant de ce dernier, un cachet très ancien qui signale ce point comme un site antique276.
3 h. 5, Ya‛qoubiyé, village arménien. Près de là, à Qenayé, on a découvert beaucoup de pierres, même une mosaïque. Une petite élévation, à l’est, était sans doute l’acropole ; on l’appelle encore el-Qal’a277.
4 h. 10, ‛Amoud ; à gauche on aperçoit Basherbé.
4 h. 33, Kheibé278.
5 h. 5, Darkoush.

  • 279 Hist. or., IV, p. 368-369.

97Cette route est, en partie, celle que suivit Saladin dans sa fameuse campagne de 1188. En effet, après la prise de Sahyoun, le sultan gagne el-Qourshiyé et, prenant la route d’esh-Shoghr, il installe son armée sur le Tell Kashfahan, près de l’Oronte279. Cela vient à l’appui de ce que nous disions plus haut, à savoir que Tell Kashfahan n’est pas à Shoghr el-Qadim, mais tout voisin de Djisr esh-Shoghr qui représente l’ancien pont de Kashfahan.

  • 280 Nous renvoyons pour le détail des opérations à Van Berchem, Voyage, I, p. 253.
  • 281 Hist. or., IV, p. 370. Citée par Yaqout, IV, p. 288 (Kafar Doubbin) et III, p. 310 (Shaqif Doubbin) (...)
  • 282 La position sur la rive gauche notée par Van Berchem, Voyage, I, p. 80 et 83, est confirmée par la (...)

98De Tell Kashfahan, Saladin n’emmène qu’une partie de ses troupes pour s’emparer de Shoghr-Bakas, qui capitule définitivement le 12 août 1188280. Pendant ce temps, un autre détachement opérait dans le voisinage sous le commandement de Ghars ed-din Kilidj et s’emparait de Kafr Doubbin, position très forte occupée par les Arméniens281. Kafr Doubbin domine la rive gauche de l’Oronte282, dans le voisinage de Ya‛qoubiyé et de Qenaye, précisément habités encore par des Arméniens. En récompense de ses services, Ghars ed-din Kilidj reçut Shoghr-Bakas des mains du sultan.

  • 283 Hist. or., IV, p. 368-369 et p. 370.
  • 284 Rey, Col. fr., p. 353 et l’éditeur des Hist. orientaux, t. IV.
  • 285 Hist. or., IV, p. 370.

99Ayant rejoint le gros de l’armée près de l’Oronte, le 16 août, Saladin envoie, dès le lendemain, son fils edh-Dhaher mettre le siège contre la forteresse de Sarmaniyé ou Sarminiyé283. On a compris qu’il s’agissait de Sermin284, à l’est d’Idlib, ce qui n’a pas de sens, car les Francs avaient complètement vidé cette région. La marche en avant de Saladin est extrêmement prudente : Antioche est son objectif, mais avant d’essayer ses forces contre cette ville, il s’empare de toutes les forteresses qui en gardaient les abords. Bientôt ’Imad ed-din pourra noter qu’il ne reste plus à la principauté que trois places fortes : Qoṣeir, Baghras et Darb-Sak285.

  • 286 Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 433 et suiv.
  • 287 Familles d’Outre-Mer, p. 652.

100Sarminiyé, dont edh-Dhaher s’empare le 23 août 1188, a été reconnu par Van Berchem286 dans la Sarminiyé située entre Djisr esh-Shoghr et Bourzey. La carte de l’E.-M. 1920 porte Serméni. C’est de cette Sarminiyé, et non de Sermin, que la famille des seigneurs de Sarménia tire son nom287.

  • 288 Hist or., IV, p. 373.
  • 289 Il suffit de comparer le texte arabe imprimé dans Hist. or., IV, p. 375, à l’édition d’’ Imad Ed-Di (...)

101Bourzey fut prise le même jour que Sarminiyé. La frontière entre possessions franques et états musufmans, passait alors entre Bourzey et Apamée. Ces deux positions étaient séparées par le lac très poissonneux d’Apamée288. S’étant ainsi emparé de tous les réduits de la contrée, Saladin se dirigea vers le Nord, le long de la rive gauche de l’Oronte, pour aller passer ce fleuve à Darkoush289.

  • 290 Noter l’expression d’Ibn esh-Shihna, p. 167 : « Darkoush est situé sur le bord de l’Oronte fi kahf (...)
  • 291 Darkoush est citée comme forteresse par Yaqout, II, p. 569 ; Le Strange, Palestine, p. 437 ; Kemal (...)

102Darkoush est un des bourgs les plus pittoresques de la région, dans un défilé que s’est frayé l’Oronte290. La profondeur à laquelle coule le fleuve par rapport aux berges nécessite, comme à Hama, l’emploi de grandes roues élévatoires pour l’irrigation des jardins. Il ne restait plus rien de l’ancienne forteresse quand nous y sommes passé291 ; les pierres avaient servi à reconstruire le village. Le pont qu’utilisent les caravanes est fortement restauré, mais il conserve des restes anciens qui se reconnaissent aux matériaux employés, plus grands et mieux joints.

  • 292 Strabon, VI, 2, 9.

103Il faut placer ici le gouffre auquel Strabon donne le nom de Charybde et qu’il situe entre Apamée et Antioche. Il en exagère, d’ailleurs, la particularité géographique en affirmant que, sur quarante stades, le fleuve coule à couvert292, mais il ne fait que suivre la tradition locale que nous venons de relever dans Ibn esh-Shiḥna.

  • 293 Van Berchem, Voyage, I, p. 81. Sur sa carte, M. Hartmann note Turin. Röhricht, ZDPV, XII, p. 34, id (...)

104On nous a signalé, à environ une heure de Darkoush, un château-fort ruiné du nom de Tourin. Le même renseignement a été recueilli par Van Berchem sous la forme Khirbet Tûrîn293.

  • 294 Van Berchem, Voyage, I, p. 81.

105Van Berchem a signalé à environ dix kilomètres à l’est-sud-est de son campement de Qenaye, à l’est de l’Oronte, des ruines appelées Bet Laya294, évidemment le site noté Batlaye, au sud de Mariamin, sur la carte d’E.-M. 1920.

  • 295 Quatremère, Sultans mamlouks, II, 1, p. 89.
  • 296 Bianchi, Itinéraire de Constantinople à la Mecque, ext. de Recueil de Voyages et Mémoires, Soc. de (...)

106Au nord de Darkoush, sur la rive droite de l’Oronte, la carte d’E.-M. 1920 inscrit le village de Zambaqiyé295, que Rey place sur la rive gauche. Les voyageurs allant, par la route que nous avons reconnue comme étant la plus fréquentée, d’Antioche à Darkoush, s’arrêtaient à un khan qu’on désignait du nom de Zembaqiyé296 et qu’il y a lieu de distinguer du village lui-même, peut-être situé sur l’autre rive.

107Nous reprenons notre itinéraire :

6 h. 5, Sa‛id el-Akri.
6 h. 55, Qabrous, noté sur les cartes Meqabrous.
7 h. 35, Babtroun.
7 h. 45, Deir.
8 h. 32, Djeneido, d’où l’on voit Souriyé à quelque distance, au Nord.
9 h. 18, Ez-Zau.
9 h. 30, Qal‛at ez-Zau, l’ancien et encore imposant château des croisades appelé Qoṣeir ou Cursat.
10 h., Fofolar.
12 h., arrivée à Antioche par Beit el-Mâ (Daphné).

Notes

1 Ces trois dernières villes restent à identifier. Ambi est soit Enfé (Anafa), soit ‛myoun, au sud de Tripoli, car on a les variantes amia et ammiia. Cf. O. Weber dans Knudtzon, Die El-Amarna Tafeln. p. 1156.

2 Probablement Shaqqa, au sud d’Enfé, sur la route de Tripoli à Batroun.

3 Voir ci-après.

4 Ces deux dernières villes sont à identifier dans la même région. Nous ne pensons pas qu’on puisse avec Maspero, Hist. anc, II, p. 189, placer Tubikhi au sud de Qadesh. Pour la détermination de cette région dominée à cette époque par les Amorréens, voir O. Weber, dans Knudtzon, Die El-Amarna Tafeln, p. 1133.

5 Knudtzon, op. cit., n° 131.

6 O. Weber, dans Knudtzon, op. cit., p. 1138 et suiv.

7 Inscription de Tiglatpiléser en 733 av. J.-C., dans Keilinschrift. Bibl., II, p. 30 et suiv. ; Gressmann, Altorient. Texte, p. 115 et suiv.

8 Maspero, Hist. anc, II, p. 172, n. 2.

9 Renan, Mission de Phénicie, p. 115.

10 Strabon, XVI, 2, 12 ; cf. Pline, H. N., V, 20, 17 ; P. Mela, I, 12, 3 : Simyra castellum ; Ptolémée, V, 15, 4 ; Steph. Byz., s. v. cite les deux formes Simyros et Simyra. Il faut peut être corriger la Σίvηρα du même auteur en Σίvηρα. Honigmann, n° 425 et Realencycl. de Pauly-Wissowa, s. v.

11 Hill, Brit. Mus. Cat, Phoenicia, p. xiv-xv.

12 Hagenmeyer, An. Gesta Francorum, p. 434 ; cf. Raimond d’Aguilers, Hist. occ., III, p. 276.

13 Rey, Col. fr., p. 363 et Archit. milit., p. 84-92, pl. 9 ; Clermont-Ganneau, Recueil d’arch. orient., II, p. 170. Dans Journal asiat, 1902, I, p. 440, Van Berchem signale une restauration de cette forteresse par saint Louis ; Röhricht, Kön. Jer., à l’index.

14 Rey., Col. fr., p. 361 et Archit. mil., p. 69. Lire ‛Areimé ou ‛Arīmé dans Blochet, ROL, III, pp. 517, 543, 553 et IV, p. 186 ; Röhricht, Kon. Jer. à l’index.

15 Bourdj Mouḥash, d’après Lammens, Musée Belge, IV, p. 284, est un fortin d’origine franque ; Van Berchem, Voyage, p. 97.

16 Ces deux places citées par Renan, Mission, p. 126, sont notées par la carte E.-M. 1920.

17 Rey, Archit. milit, p. 70 ; Van Berchem, Voyage, p. 34 et 104.

18 Rey, Col. fr., p. 117 et 371. Ne serait-ce pas le castrum Rubrum de Cart. gén., I, p. 353 et suiv. et p. 371, que Röhricht, ZDPV, X, p. 258, propose de placer un peu plus au Sud ?

19 Abou Shama, Hist. or., IV, p. 352 et suiv. Le dernier de ces vocables n’est pas mentionné ailleurs.

20 L. de Laborde, Voyage de la Syrie, pl. XII, 22 ; Renan, Mission de Phénicie, p. 105-106 (à rectifier d’après p. 852) a insisté sur l’intérêt de cette construction. L’inscription latine qu’il a signalée, existait encore lors de notre passage ; mais tout à fait fruste et certainement pas en place. Van Berchem, Voyage, p. 97 et 306.

21 Revue archéol., 1897, I, p. 26 ; Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 424.

22 Renan, Mission, p. 105 ; Honigmann, n° 220.

23 Strabon, XVI, 2, 13 évalue la distance à 20 stades, soit plus de trois kilomètres et demi ; Pline, V, 20 se restitue « [MM]CC passibus a continente distans », soit plus de trois kilomètres ; Recognitiones, Migne, Patr. gr., I, p. 1360 : « sex non amplius stadiis ». L’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem compte deux milles ou 2.957 mètres ; Burchard de Mont Sion (éd. Laurent, p. 29) : « a terra firma per dimidiam leucam distans » ; Marinus Sanutus, (éd. Bongars, II, p. 85) : « a terra firma per duo milliaria vere distat ». Ces grandes divergences s’expliquent par le passage des Gestes des Chyprois (éd. Raynaud, p. 305) : de Tortose « aler au port bien demy lieue, mais à aler de l’ihle droit à la terre, si a mains de chemin ».

24 Pietschmann, Gesch. der Phönizier, p. 36 et suiv. ; Maspero, Hist. anc, II, p. 169 et suiv.

25 Voir notamment le passage des Annales de Thoutmès III donné par Maspero, Hist. anc, II, p. 264.

26 Arrien, Anab., II, 13, 8 ; voir plus bas, p. 149. Les textes classiques cités dans Honigmann, n° 58.

27 Dimashqi, trad. Mehren, p. 186 ; Theophane, éd. de Boor, p. 344.

28 Aboulféda, Hist. or., I, p. 165 ; cf. Jorga, Philippe de Mézières, p. 35.

29 Gestes des Chyprois, éd. Raynaud, p. 304 et suiv. L’île fut défendue par les Templiers, ibid., p. 309-310 : Les musulmans firent trancher la tête « à tous les sergans syriens, pour ce qu’ils firent grant defense et grant damage as Sarazins, et les freres dou Temple furent menés à Babiloine hontouzement ». Voir un projet d’établissement des Vénitiens sur ce qu’on appelait alors le rocher de Tortose, dans N. JORGA, ROL, IV, p. 243.

30 Strabon, XVI, 2, 13 signale que les maisons y ont un grand nombre d’étages parce que l’île était surpeuplée.

31 Renan, Mission de Phénicie, p. 19 et suiv. ; voir encore R. Dussaud, Revue arehéol., 1907, I, p. 336 et suiv. ; Savignac, Une visite à l’île de Rouad, Revue Biblique, 1916, p. 565.

32 E. Babelon, Les Perses Achéménides, p. cliv et suiv., p. 123 et suiv. ; plus récemment (1910), Traité des monnaies grecques et romaines, 2e partie, II, p. 502 et suiv. ; J. Rouvier, Numismatique des villes de la Phénicie, p. 4 et suiv. ; G. F. Hill, Brit. Mus. Cat., Phoenicia, p. xii et suiv. ; p. 1 et suiv.

33 Voir nos Notes de Myth. syr., p. 77 et suiv.

34 Renan, Mission de Phénicie, p. 19 et 46 ; Pietschmann, Gesch. der Phönizier, p. 39 ; Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realencycl., s. v.

35 Revue archéol., 1907, I, p. 333 et suiv. ; Répertoire d’épigraphie sémitique, nos 56 et 1594 ; cf. Syria, 1925, p. 269, note 4. J. Rouvier, Num. des villes de la Phénicie, p. 160, attribue à Enhydra des monnaies que Babelon classe à Aradus.

36 Renan, op. cit., p. 59 et suiv. ; Van Berchem, Voyage, pl. lxxiv-lxxvi.

37 Eustathe, ad Dionys. Perieg., v. 914 ; Babelon, Les Perses Achéménides, p. clxx.

38 Sur le monnayage de Marathus, consulter Babelon, Les Perses achéménides, p. cxxx ; J. Rouvier, L’ère de Marathos, extr. du Journal asiat., 1899, et Numismatique des villes de la Phénicie, p. 161 ; G. F. Hill, Brit. Mus. Cat., Phoenicia, p. xl et suiv.

39 Théophane, Chronogr., éd. de Boor, p. 38 ; cf. Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. v. ; Gelzer, dans Georges de Chypre, p. 180 ; Honigmann, n° 41.

40 Dimashqi, Cosmogr., trad. Mehren, p. 186 et 283. Aux renseignements fournis par Yaqout, IV, p. 501 qui attestent l’intérêt porté aux villes de la côte par le khalife Mou‛awiya, il faut joindre une addition au texte d’Idrisi, inscrite sur le ms. d’Oxford et traduite par Le Strange, p. 400.

41 Anton. Plac. Itiner., dans P. Geyer, Itin. Hierosol., p. 159.

42 Anne Comnène, Hist. gr., I, 2, p. 181 : xαὶ ἡ ’Avτάραδoς μετὰ τῆς ’Avταρτοῦς στρατηγίδες γὰρ καὶ ἀμφότερα.

43 Rey, Archit. mil., p. 69 et suiv., p. 211 et suiv., pl. VIII et XX ; R. Dussaud, Rev. arch., 1896, I, p. 315 et suiv. ; 1897, I, p. 331 et suiv. ; Van Berchem et Fatio, Voyage en Syrie, I, p. 320 et suiv. (importante étude). Un relevé définitif de la fameuse église a été établi en 1921-1922 par M. C. Enlart, et M. R. Jusserand a relevé les restes fortifiés ; cf. Syria, 1922, p. 269-270.

44 D’après C. Enlart, Les Monuments des Croisés dans le Royaume de Jérusalem, t. ii, la façade fut refaite au xiiie siècle.

45 C’est la forteresse dont parle ISTAKHRI, éd. de Goeje, p. 61, vers le milieu du xe siècle ; Le Strange, p. 394 et suiv.

46 Yaqout, I, p. 388 et III, p. 529 ; Le Strange, p. 395 et 544. Istakhri, L. c., signale qu’Anṭartous (Tortose) formait la frontière du pays de Ḥomṣ, d’où Heyd-Raynaud, Hist. du commerce, I, p. 170 a conclu que Tortose servait de port à Ḥomṣ.

47 Renan, Mission de Phénicie, p. 97 ; les textes anciens dans Müller-Didot, Geographici gr. minores, I, p. 472.

48 Stad. maris magni, 128 : [Ἀπ’ Ἀράδου] εἰς Kάρvας στάδιοι xõ σάλος ἐoτι xοιτῶνας δὲ ἔχει πλοίοις µιxρĩς ἀσφαλῶς xατάγоυ. Confirmé par Srabon, XVI, 2, 12.

49 Instructions nautiques, p. 628.

50 Lycophron, V. 1291 et dans Steph. Byz. S. Karne.

51 Hill, op. cit., p. xl, et les références numismatiques données ci-dessus à propos d’Aradus.

52 Nous utilisons l’édition de C. Müller dans les Geographici Graeci minores de Didot.

53 Dans Hist. occ., III, à l’index, on trouve Araclea et Eraclea, à côté de Maraclea (donné par les Gesta Francorum, voir éd. Hagen-meyer, p. 428), mais aussi Marachea qui est la forme correcte.

54 Rev. archéol., 1896, I, p. 22 et suiv. ; 1897, I, p. 340 ; Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 425. Sur le personnage de Barthélemy, voir Röhricht, Arch. or. lat, II, p. 403.

55 G. Schlumberger, Comptes rendus Acad. des Inscr., 1905, p. 205-206.

56 Eracles (Guill. de Tyr), VII, 17.

57 Guill. de Tyr, XIII, 2 ; XVI, 29 ; J. de Vitry, I, 31.

58 L’étude de Rey, Archit. milit., p. 19 et suiv., est complétée par l’importante notice de Van Berchem, Voyage en Syrie, I, p. 292 et suiv.

59 Guill. de Tyr, Eracles, XXIV, 12.

60 Stad. maris magni, 129 : Ἀπò Καρνῶν ἐπ’ ἀxρωτήριον xαλούμενον Βαλανέας στάδιοι σ' [Ἀπὸ ἀxρωτηρίου ἐπὶ χωρίον Βαλανέας στάδιοι μ']. Cette Seconde phrase restituée par С. Müller. Sur le Bourdj eṣ-Ṣabi ; cf. Revue arch., 1896, I, p. 318 et suiv. ; 1897, I, p. 304 ; Van Berchem. Voyage, p. 94 et 308.

61 Favre et Mandrot, Revue archéol., 2e série, t. XXXVII, p. 223 et suiv., pl. VIII ; Perrot et Chipiez, Hist., de l’art, III, p. 327.

62 Dimashqi, trad. Mehren, p. 152.

63 Encore Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realencycl., s. Balanaia et fr. Buhl, Encycl. de l’Islam, s. Baniyas. Yaqout, Mo‛djam, I, p. 729 donne cette mauvaise vocalisation, entraîné par le rapprochement avec Apollonios le magicien. D’autres songent à une Apollonia qui n’a jamais existé en ce point, ainsi Le Strange, p. 504, qui vocalise contrairement aux indications d’Aboulféda, Géogr., p. 255. Landberg, dans Imad ed-din, Conquête, p. xvi et 135 adopte Boulniyas.

64 Dimashqi, trad. Mehren, p. 285. Cafaro, Hist. occ., V, p. 67 : « Erat enim balneum pulchrum in civitate, et extra civitatem pomeria pulchra et habilia inter gardinos erant juxta civitatem ».

65 Steph. Byz., S. Βαλανέοαι, πόλις Φοινίκης, ἡ νῦν Λευκάς.

66 Renan, Mission de Phénicie, p. 106 et suiv. ; Rey, Col. fr., p. 355 ; Η. Gelzer, Georgii Cyprii descr., p. 153 ; P. Kretschmer, Mittheil. arch. Inst, Athen. Abth., 1892, p. 87-88 (republie d’après des copies insuffisantes les textes mieux lus par Renan) ; R. Dussaud, Revue archéol., 1897, I, p. 340 et suiv. ; W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. lxiv ; J. Rouvier, Revue Bibl., 1904, p. 571 et suiv. ; Clermont-Ganneau, Recueil d’arch. orient., VI, p. 310 ; Benzinger, l. c. ; Fr. Buhl, l. с. ; Honigmann, n° 93.

67 Röhricht, ZDPV, X, p. 262 et Reg., add., n° 568 ; Cart. gén., p. 491-496 ; on sait simplement que ce casai appartient à la principauté d’Antioche.

68 Var. Alosus, tandis qu’Aliis est une mauvaise graphie. Appartient à la principauté d’Antioche d’après Cart. gén., I, p. 491-496. N’a pas été identifié par Rey, Col. fr., p. 329 tandis que Röhricht, Reg., add., n° 649 propose Halisa. Nous pensons plutôt à Hallous que Hartmann note Hallouz sur sa carte.

69 Cart. gén., n° 201 : le casai Anedosin et le château Malavans sont échangés contre le casai Blanc et le château Ericium. Rey, Col. fr., p. 329 ; Röhricht, ZDPV, XVIII, p. 86 et Reg., add., n° 270a.

70 Röhricht, ZDPV, X, p. 262 et Reg., add., n° 521.

71 Rey, Col. fr., p. 330 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 261 et Reg., add., n° 649. Provisoirement on peut en rapprocher le Nahr es-Sinn près Paltos.

72 Cart. gén., I, p. 417-418 ; cf. Rey, Col. fr., p. 330 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 262 et Reg., add., n° 609.

73 Cart. gén., I, p. 370-371 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 262. Peut-être Bradi (carte E.-M. 1920) à l’est de Banyas.

74 Proposé par Röhricht, ZDPV, X, p. 261 et Reg., add., n° 521, d’après Hartmann. Sur la carte E.-M. 1920, au S.-E. de Banyas : Blouzi.

75 Cart. gén., I, p. 497 ; Röhricht, Reg. add., n° 650a. Ce nom paraît estropié ; serait-ce une mauvaise graphie de Karkafté ?

76 Röhricht, Reg., add., n° 568 propose Bsinne.

77 Röhricht, Reg., add., n° 650a.

78 Cart. gén., I, p. 155 ; Röhricht, Reg., add., n° 270a. Peut-être traduction d’el-Beida au sud de Marqab.

79 Cart. gén., I, p. 495 ; Rey, Col. fr., p. 333 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 264 et Reg., add., n° 649 peut-être à lire Bedokya.

80 Röhricht, Reg., add., n°347 propose Bet-faris dans la région de Laodicée. Nous préférons Balfounez (carte E.-M. 1920, graphie à vérifier), au nord-est de Banyas.

81 Rey, l. c., p. 334.

82 Cart. gén., I, p. 491-496 ; Rey, Col. fr., p. 336 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263 et Reg., add., n° 649, où il propose Kimaya.

83 Röhricht, ZDPV, X, p. 262 a proposé Kourdiyé, ce que, confirme la carte E.-M. 1920 qui porte Gordi, rectifié en Kerdié, au sud de Blouzi.

84 Röhricht, Reg., add., n° 521, hésite entre cette identification et celle avec Qal‛at el-Qour ; mais nous avons vu ci-dessus que ce dernier est à lire el-Qouz. Qorfeis est mentionné par El-‛Aini, Hist. or., p. 238-239.

85 Cart. gén., ibid. ; Röhricht, ibid., propose Djom ce qui, en Syrie, est peu vraisemblable. Peut-être Kamouh, immédiatement à l’ouest de Houreisoun sur la carte E.-M. 1920.

86 Röhricht, Reg., add., n° 617a. Peut se rapprocher de Qasaba, à l’est de Dahr Satra, ou mieux du diminutif Qouseibé. On a un village de ce nom près de Drekish, à l’est de Tortose.

87 Röhricht, ZDPV, X, p. 262, propose el-Urdu, près du Casius, site qui paraît trop éloigné.

88 Rey, Col. fr., p. 366.

89 Röhricht, ZDPV, X. p. 261 et Reg., add., n° 649 avec diverses hypothèses peu acceptables.

90 Cart. gén., I, p. 495 ; Rey, Col. fr., p. 341 ; Röhricht, Reg., add., n° 649.

91 Röhricht, ZDPV, X, p. 236.

92 Hartmann, dans Röhricht, ZDPV, X, p. 263, a proposé Kaikoun, au nord de Djisr esh-Shoghr. Ce serait plutôt Alkeine, immédiatement à l’est de Marqab.

93 Rey, l. c, p. 345.

94 Cart. gén., I, p. 155 ; Röhricht,, Reg., add., n° 270a : « locus ignotus (Malaicas ?) ». Voir ci-après à propos de Qadmous.

95 Rey, Col. fr., p. 345.

96 Cart. gén., I, p. 495 ; Rey, Col. fr., p. 347 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 264, propose Qal‛at el-Muskab (toponyme à vérifier), près Valénie, tandis que dans Reg., add., n° 649, il propose Mastabe près de Harim.

97 Röhricht, ZDPV, X, p. 262 et Reg., add., n° 568 pense à el-Marouniyé.

98 Röhricht, ZDPV, X, p. 261. Cette localité non identifiée pourrait être Maoush, à l’est de Karkafté, au sud de Marqab.

99 Röhricht, Reg., add., n° 651° propose Tanita au sud-est de Banyas, ce qui est peu acceptable. Dans le même acte, il identifie Suyjac et Corrosie avec Zouaiyik et Kourouso de la région de Gabala.

100 Röhricht, ZDPV, X, p. 258.

101 Cart. gén., I, pp. 491-496 ; Rey, Col. fr., p. 349 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263.

102 Rey, Col. fr., p. 349 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263.

103 Revue archéol., 1897, I, p. 342. L’identification proposée par Röhricht, ZDPV, X, p. 262, avec Dyobeh ou Dyubin, au voisinage de Marqab, n’est pas à retenir.

104 Signalons la porte de cet édifice qui paraît être de la fin du xiie siècle, avec la nef simple à deux voûtes d’arête et une abside. On y remarque l’arc doubleau chanfreiné sans nervure et des marques de tâcherons.

105 Röhricht, Reg., add., n° 568, propose Tell Auweri.

106 Cart. gén., I, pp. 313-314 ; Röhricht, Reg., add., n° 521.

107 Röhricht, Reg., add., n° 644a.

108 Rey, Col. fr., p. 338 ; cf. Cart. gén., I, n° 201 ; Röhricht, ZDPV, XVIII, p. 86 et n. 7 et Reg., add., n° 270a, où il propose Zereriye, au S.-E. de Margat, ou Khirbet er-Rih au N.-E. de Khawabi : l’un et l’autre sont peu acceptables. Les ruines de Houraisoun sont décrites par Renan, Mission de Phénicie, p. 110-111. Pour construire cette forteresse, les Croisés ont dû utiliser les matériaux d’un temple antique.

109 Dimashqi, trad. Mehren, p. 285 et Le Str., p. 57. Ibid., p. 144, Dimashqi signale que « le fleuve Abtar (notre Nahr es-Sinn), abondant en eau, sort du pied de la montagne de Sinn ed-Darb, contrefort du massif d’el-Marqab ».

110 Strabon, XV, 3, 2, d’après Simonide : ταφῆναι δὲ λέγεται Μέμνων περὶ Πάλτον τῆς Συρίας παρὰ Βαδᾶν ποταμόν.

111 La conjecture de Müller, éd. Didot – vers laquelle incline Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realencycl., s. Badas, – sur la lecture βαδᾶν= Bαλῆν = melek est d’autant plus fantaisiste qu’elle ne tient pas compte que, dans le nom actuel, Beldé el-melek, le terme el-melek est tiré du nom de la tribu arabe (‛arab el-melek) qui, de nos jours, a pris possession des terres. Il faut chercher dans une autre voie : un ms. porte ΒΑΝΔΑΝ qu’on peut corriger en ΒΑΛΔΑΝ, correspondant à un nominatif Baldas. Honigmann, n° 87 est aussi d’avis qu’il faut lire Baldas dans Strabon ; cf. aussi n° 354.

112 Mela, I, 12.

113 Que le π grec de Paltos réponde à un b syrien, c’est ce qu’atteste la variante βάλδος de Steph. de Byzance avec l’ethnique βαλδαĩος qui suppose un toponyme local Balda. La diversité des sources auxquelles a puisé Steph. Byz. apparaît en ce que Paltos est dite une ville de Syrie (le renseignement est peut-être tiré de Strabon ; voir Steph. Byz., s. Gabala) tandis que Baldos est attribuée à la Phénicie (peut-être d’après Hécatée qui met Gabala en Phénicie). Dans les géographes et historiens arabes, on a Balda (lire ainsi Dimashqi, dans Le Strange, Palestine, p. 57). Actuellement Beldé. Au moyen âge, dans les sources franques, Balda devient Belda, Beauda, même Beona et Lena sur les périples ; une charte donne « flumen Belna » ; cf. Rey, Col. fr., p. 332-333 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 262-263.

114 Voir ci-dessus, p. 123.

115 Voir ci-dessus, p. 132, note 1.

116 Keilinschr.-Bibl., I, p. 150 et suiv. ; Gressmann, Altorient. Texte, p. 109. Usnu est rattachée par Tiglatpiléser, en 738, à l’empire assyrien (KB, II, p. 24 et suiv. ; Gressmann, l. c, p. 113). Citée encore en 733 (KB, II, p. 30 et suiv. ; Gressmann, l. c., p. 115) comme située sur la mer supérieure.

117 La lecture de la variante dans Imhoof-Blumer, Zur griech. Münzkunde, p. 48, n° 5, et Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. 266, n° 2, est certainement erronée.

118 Paul Lucas, Voyage, I, p. 260 (Paris, 1704) porte Micelly pour Beldy.

119 Stad. maris magni, 130 : Ἀτὸ ἀxρωτηρίου Bαλαvεῶv ἐπ’ ἀxρωτήριον Πἀλτov στάδιοι Ϟ' Sur ce promontoire, voir Van Berchem, Voyage, I, p. 94.

120 Stad. maris magni, 131 : Ἀπὸ ἀxρωτηρίου Πάλτου, xάμψαντος [τὸ] ἀxρωτήριον βραχ[έ]ων στάδιοι ι', avec les rectifications de С. Müller. Honigmann, n° 118.

121 Yaqout, I. p. 718 ; Le Strange, Palest., p. 416.

122 Cart. gén., I, p. 370.

123 Ibid., p. 267.

124 D’après Dimashqi, Cosmogr., trad. Mehren, p. 285 et suiv. et Le Strange, Palest., p. 57, la forteresse Balda constituait une des places les plus fortes et aurait été démantelée par sa propre garnison à la suite de discordes. Van Berchem, Journal asiat., 1902, I, p. 425 et suiv., a rectifié Röhricht, Gesch. ersten Kreuzz., p. 476, note 1, entraîné par une mauvaise lecture d’Abou Shama. Bonne leçon dans Hist. or., IV, p. 357 ; voir ci-après. Les identifications de Beaude et du toron de Belda ont été faites par Rey, Col. fr., p. 332, mais n’ont été acceptées par Röhricht, que dans Reg., add., nos 419a, 559b et 657c. Voir encore Van Berchem, Union syndicale des architectes français, Paris, 1897, p. 271.

125 Rey, Col. fr., p. 352 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 262.

126 Noté par la carte de l’Е.-М. 1920.

127 Les souvenirs de Van Berchem l’ont trahi lorsqu’il a affirmé, Journ. asiat., 1902, I, p. 426, que le Nahr es-Sinn ne pouvait avoir imposé cette manœuvre à Saladin. Nous avons franchi ce fleuve deux fois, à plusieurs années d’intervalle, et l’abondance des eaux nous a frappé à chaque fois.

128 Ras el-‛ain n’est pas ici un nom de localité, comme a compris le traducteur, Hist. or., IV, p. 357.

129 Et non à l’orient, comme il est dit, ibid.

130 La carte de l’E.-M. 1920 porte Soufas, par suite d’une confusion entre les lettres arabes. M. Hartmann, Das Liwa el-Ladkije (carte), note Schukas ou Sukat.

131 Stad. mar. magni, 134 : Ἀτό Παλτηνῶν (s.-е. χωρίου) ἐπὶ λιμένα xείμενον ἐπ’ αἰγιαλῷ, ἔχoντά xαθ’ αὑτὸν φάραγγα, στάδιοι x'.

132 Ibid., 133 : Ἀτὸ Πάλτου ἐπὶ χωρίον Παλτηνῶν στάδιοι λ'. Ibid., 135 : Ἀπò Παλτηνῶν εἰς Γάϐαλα στάδιοι λ'.

133 Van Berchem, Voyage, I, p. 94. La carte de l’E.-M. 1920 note bien les deux criques de part et d’autre de l’élévation dite Tell Soukas.

134 Anne Comnène, Hist. gr., I, 2. p. 182 : τὸ στρατηγάτον Γαϐάλων ὃ xαὶ Ζέϐελ ὑποϐαρϐαρίζοντες λέγομεν.

135 Honigmann, η° 180.

136 Yaqout, II, ρ. 25 ; Le Str., p. 459 et suiv.

137 Ibn Batouta, I, p. 173 ; RENAN, Mission, p. 111 ; Rey, Arch. milit., p. 175 avec un plan du port ; R. Dussaud, Rev. archéol., 1896, I, p. 325 ; Van Berchem, Voyage, p. 92 et 291 ; Heyd, Hist. du commerce, I, p. 133 et 150 ; Röhricht, Regesta, n° 35 ; HAGENMEYER, Chronol., n° 580a ; Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Rea-lencycl., s. Gabala ; BUHL, Encycl. de l’Islam, s. Djabala ; R. Hartmann, ZDMG, 1916, p. 37 ; Gaudefroy-Demombynes, La Syrie, p. 116.

138 W. WROTH, Brit. Mus. Cat., Syria, p. lxvi et 243 ; et nos Notes de mythol. syrienne, p. 48 (la monnaie discutée dans la note 5 est de Gaza d’après Imhoof-Blumer, Zur syr. Munzk., p. 7) et p. 103.

139 Trad. Mehren, p. 285. Pour les auteurs arabes décrivant Djebelé, voir Le Strange, 459-460. L’importance commerciale de la place au moyen âge est encore soulignée par le revenu annuel de 2.000 besans que le « Sochelbes » c’est-à-dire le marché aux toiles سوق البزّ, fournit à l’Hôpital à partir de 1220 ; cf. ROL, III, p. 80 et 84.

140 Le village de Snobar, près l’embouchure du fleuve, représenterait bien Siroba, si ce dernier n’était pas à lire Miruba ; cf. Röhricht, Reg., add., n° 535e. Ne pas confondre ce Qal’at em-Moudlq avec le site du même nom qui représente Apamée sur l’Oronte.

141 Cart. gén., I, p. 289 et 324-325 ; Rey, Col. fr., p. 354 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 265. Si l’on observe que la confirmation de cession à l’Hôpital, en février 1175, est faite en même temps que celle de deux serfs Bon Mossor (à lire plutôt Bou Massor pour Abou Mansour), habitant Gabala, et un juif du nom de Garinus, habitant Laodicée, on peut conjecturer que Tricaria était située entre ces deux villes ; nous ne voyons alors que Qatriyé qui puisse en être rapproché.

142 ROL, VII, p. 152.

143 Ibidem.

144 Rey, Col. fr., p. 336, a proposé par simple hypothèse Qal‛at Mouhelbé (Balatonos) ; on sait seulement que cette forteresse s’élevait non loin de Gabala ; cf. Röhricht, ZDPV, X, p. 262.

145 Trad. Mehren, p. 144. On comparera le nom de Leucas donné à Balanée et celui de Leukè Aktè que nous verrons avoir été donné à Laodicée.

146 Stad. mar. magni, 136 : Ἀπò Γαϐάλων εἰς ; ποταμὸν Λευκὸν (ms. πλωτὸν) xαλούμενοv, στάδιοι [ρ']. Ibid., 137 : Ἀπὸ Λευκοῦ (ms. πλωτοῦ) ποταμοῦ εἰς ; ἄxραν, ἐφ’ ἧς xεῖται πόλις Λαοδίxεια, στάδιοι [ν'] ἀπὸ δὲ τοῦ ποταμοῦ εἰς Βαλανέας στάδιοι [σ'] ἀπὸ Βαλανεῶν εἰς Λαοδίκειαν εὐουδρομοῦντι λευκονότῳ ἐπὶ τὰ πρὸς ἠῶ [μέρη] τῆς ἄρκτου, στἀδιοι σ'.

147 Pline, Η. Ν., V, 81 : Code habet Apameam Marsya amne divisam a Nazerinorum tetrarchia ; cf. R. DUSSAUD, Hist. et religion des Nosairis, p. 14 et 17.

148 Pline, V, 78.

149 Yaqout, IV, p. 229 (Le Str., p. 468) écrit el-Kâf ; Dimashqi, p. 208 ; Ibn Batouta, I, p. 166 : el-Kahf ; Van Berchem, Epigr., p. 39-46 ; M. Hartmann, ZDPV, XIV, p. 190 : el-Kaff ; R. Dussaud, Rev. arch., 1897, I, p. 343 et suiv., a entendu el-Kaft ; GAUDEFROY-DEMOMBYNES, La Syrie, p. 115.

150 Dimashqi, trad. Mehren, p. 284.

151 Quatremère, Hist. des sultans mamlouks, I, 2, p. 80 et 112. Elle appartenait aux Ismaélis depuis 1134 ; cf. Stan. Guyard, Un grand maître, p. 71.

152 Stan. Guyard, op. cit., p. 32 et 71. La carte d’E.-M. 1920 l’inscrit sous Bosteriam et le place au N.-E. de Kahf.

153 Quatremère, Sultans mamlouks, I, 2, p. 79-80, p. 151 ; Le Strange, p. 36, 39, 81, 352 et 485 ; Rey, Col. fr., p. 365 ; R. Dussaud, Revue archéol., 1897, I, p. 343 où la position est fixée pour la première fois ; R. Hartmann, ZDMG, 1906, p. 36 ; Masse, éd. d’Ibn Muyas-Sar, p. 68 ; cf. G. Wiet, Journal asial., 1921, II, p. 111 ; Gaudefroy-Demombynes, La Syrie, p. 115.

154 Stan. Guyard, op. cit., p. 112.

155 Moqaddasi, p. 54 et 154.

156 Le Strange, p. 352 et 507 ; Benjamin de Tudele, éd. Asher, p. 59 ; Rey, Col. fr., p. 334 ; Van Berchem, Epigr. des Assassins, p. 46 ; M. Hartmann, ZDPV, XIV, p. 189 et 241 ; R. DUSSAUD, Rev. Arch., 1897, I, p. 344 ; R. Hartmann, ZDMG, 1906, p. 36.

157 Hist. or., I, p. 21 et 406.

158 Röhricht, Kön. Jerus., p. 187, n. 5.

159 Ibn Esh-Shihna, p. 265 et suiv.

160 Ci-dessus, p. 130 ; à moins qu’il n’y ait confusion avec Balatonos.

161 Cart. gén., I, p. 491-496. Dans cet acte de cession aux Hospitaliers, daté de 1186, il est fait mention de Brahym (pour Ibrahim, position inconnue signalée plus haut ; cf. Röhricht, Reg., add., n° 568), de Cademois (Qadmous), Laicas (‛Olleiqa), Malaicas (Maniqa) et « quod habere debeo in Bokebeis » (Abou Qobeis).

162 Le Strange, p. 352 et 507 ; Maqrizi, dans Quatremère, Hist. des sultans mamlouks, I, 2, p. 80 (cité avec el-Kahf, Khawabi, Maniqa, Qadmous et Rosafa), p. 87 et 100 ; RITTER, Erdkunde, XVII, p. 917 ; Rey, Col. fr., p. 345 ; R. Dussaud, Rev. archéol., 1897, I, p. 341.

163 Defrémery, Journal asiat., 1848, II, p. 488 et suiv., 493 ; 1855, I, p. 32 ; Quatremère, Hist. sultans mamlouks, I, 2, p. 112, n. 134 (Nowairi) ; Rey, Col. fr., p. 345 et suiv. ; Clermont-Ganneau, Recueil d’arch. orient, II, p. 170 n. 1. La position a été fixée dans Revue archéol., 1897, I, p. 341 et suiv. ; voir aussi notre Histoire et Religion des Nosaïris, p. 23 et 27 ; Masse, éd. Ibn Muyassar, p. 68 ; Wiet, Journal asiat, 1921, II, p. 111. La vallée séparant Maniqa d’Olleiqa portait le nom de Khasa ; cf. ST. Guyard, Un grand maître des Assassins, p. 30. Comme Rey l’a vu c’est le Malaicas des documents occidentaux.

164 Contrairement aux conjectures de Mehren dans sa traduction de Dimasiiqi, Cosm., p. 284, n. 3 et de ST. Guyard, op. cit., p. 68, n. 2, et à la prononciation donnée par Ibn Batouta qu’adoptait DEFREMERY Journal asiat, 1855, I, p. 32 ; cf. Revue archéol, 1897, I, p. 341 ; Van Berchem, Journal asiat., 1902, I, p. 442 et suiv. ; R. Hartmann, ZDMG, 1906, p. 36 ; Gaudefroy-Demombynes, La Syrie, p. 116.

165 Kemal Ed-Din, Hist. or., III, p. 599 ; Defremery, Mémoires d’hist. orient, I, p. 61 ; H. Derenbourg, Vie d’Ousama, p. 91.

166 Le Strange, p. 422 ; Rey, Col. fr., p. 342 ; Martin Hartmann, ZDPV, XIV, p. 183 ; H. Derenbourg, Vie d’Ousama, p. 91.

167 Le Str., p. 77, 390 et 452.

168 Sozomène, VII, 15 (éd. Migne) : Пολλάκις Гαλιλαίων ἀνδρῶν, xαὶ τῶν περὶ Λίϐανον xωμῶν. Il n’est peut-être pas besoin de supposer, comme nous l’avons suggéré, Hist. et Rel. des Nosaïris, p. 17, que Sozomène a remplacé Nazarenôn par Galilaiôn ; mais c’est tout comme, et il est surprenant que le P. Lammens, Les Nosaïris furent-ils chrétiens, dans Revue de l’Orient chrét., 1901, et Les Nosaïris dans le Liban, ibid., 1902, p. 452, ait vu des chrétiens dans ces adorateurs des idoles.

169 Ibn El-Athir, Hist. or., I, p. 719 ; Abou Shama, ibid., IV, p. 358.

170 Voir Revue archéol., 1897, I, p. 349 ; Lammens, Musée Belge, IV, p. 287. Aboulféda, p. 271, signale qu’er-Rosafa des Ismaéliens est près de Masyaf. Nous proposons de lire الرصافة au lieu de الروافة dans Khalil Edh-Dhahiri, Zoubda, éd. Ravaisse, p. 48, lig. 20. Gaudefkoy-Demombynes, La Syrie, p. 115. La carte de l’E.-M. 1920 situe bien Rosafa sous la forme Rissafi, mais ignore Qaher.

171 Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 443. Toutefois, il n’y a pas lieu de s’arrêter à l’opinion du savant arabisant, présentée d’ailleurs comme simple hypothèse, d’après laquelle el-Qolei’a dériverait d’el-’Olleiqa par simple erreur de copiste.

172 Rey, Col. fr., p. 365 ; Defremery, Journ. asiat., 1855, t. V, p. 48.

173 Cart. gén., I, p. 267. Röhricht, ZDPV, X, p. 263 propose el-Qubbe, au sud du Theouprosopon, pour Lacoba, ce qui est en dehors de la région des autres donations.

174 R. Hartmann, ZDMG, 1916, p. 499.

175 Dimashqi, trad. Mehren, p. 286 et CIA, IIe partie, Syrie, 1re section (Sobernheim), Tripoli, p. 66 : inscription de 1442 J.-C. ; p. 69 : inscription de 1447 citant Qadmous, Kahf, Maniqa, ’Olleiqa et Khawabi ; p. 80 : inscription de 1485, abolissant la taxe sur les métiers de soie et les boucheries à Kahf et à Qadmous, d’autres taxes à Qadmous et à Khawabi. Qalqashandi, dans Gaudefeoy-Demombynes, La Syrie, p. 77 et 115 signale que, seule, Masyaf avait été rattachée à Damas.

176 Noté par Burckhardt, Travels in the Syria (1822), p. 150 et suiv. C’est la graphie d’Aboulféda et celle d’el-’Omari ; cf. R. Hartmann, ZDMG, 1906, p. 36.

177 Van Berchem, Epigraphie des Assassins de Syrie (ext. de Journ. asiat., 1897, I), p. 7 et suiv.

178 H. Derenbourg, Vie d’Ousama, p. 43.

179 Van Berchem, Epigraphie des Assassins, p. 9, note 2. Comparer la transcription Φέρεπ que Nicetas, Hist. gr., I, p. 217 et suiv., donne d’Athareb.

180 Yaqout, IV, p. 556.

181 Ibn el-Athir, Hist. or., I, p. 626 ; Kemal Ed-Din, trad. Blochet, ROL, IV, p. 145 ; Le Strange, Palestine, p. 352 et 507 ; Rey, Archives des missions scient. et litt., 2e série, III, p. 344 ; St. Guyard, Un grand maître des assassins, p. 71 ; H. Derenbourg, Ousama, p. 43 ; Van Berchem, Epigraphie des assassins de Syrie (extr. du Journal asiat., mai-juin 1897), p. 5-39 avec un résumé de l’histoire des Assassins ; R. Dussaud, Revue archéol., 1897, I, p. 349.

182 St. Guyard, op, cit., p. 128. On n’ose penser à Kamouh de la carte d’E.-M. 1920, sur la côte, un peu au nord de Banyas.

183 Maqrizi, dans Quatremère, Hist. des sultans mamlouks, I, 2, p. 32 ; cf. ibid., p. 40 et 42.

184 Identification proposée par nous dans Revue archéol., 1908, II, p. 222 et suiv. ; voir ci-après, chap. III, § 5. Maspero, Rec. de travaux, X, p. 209, plaçait, dans les monts Nosaïris, l’Alasia des tablettes d’el-Amarna par confusion avec aïrsa (cf. Gauthier, Dict. géogr., p. 39) ; il n’est pas douteux qu’Alasia désigne Chypre.

185 Röhricht, ZDPV, X, p. 263. Ou dans la région d’Apamée ; l’acte de donation de janvier 1167 le cite entre Farmith – où nous proposerons de reconnaître Kafar-Mit – et Lacoba, c’est-à-dire Loqbé.

186 Rey, Col. fr., p. 345 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263 et Reg., add., n° 428 où on identifie avec el-Laudjiyé près Séleucie ; mais est-ce bien dans cette région qu’il faut chercher le site ? L’acte (Cart. gén., I, p. 267) suit l’ordre géographique et Logis est cité entre Femie (Apamée) et Bochabes (Abou Qobeis). Le vocable arabe el-’ ‛Audje conviendrait ; peut-être est-ce la localité mentionnée par Hartmann, ZDPV, XXIII, 30, que nous ne savons où placer.

187 Rey, Col. fr., p. 354 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 263. Nous proposons de l’identifier avec Tamat (relevé par Burckhardt et inscrit sur la carte de Kiepert) au S.-E. de Djisr esh-Shoghr, sur la route d’el-Bara.

188 Rey, Col. fr., p. 342 ne l’identifie pas ; mais Röhricht, ZDPV, X, p. 265, n. 14, y verrait Qal’at el-Moudiq, sur la côte. C’est peu vraisemblable ; le nom arabe sous-jacent est probablement un diminutif.

189 Le Strange, Palestine, p. 352 ; Ritter, Erdkunde, XVII, p. 953 ; Rey, Col. fr., p. 333 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 261 et 263 ; H. Derenbourg, Autobiographie d’Ousama, p. 115-116 et Vie d’Ou-sama, p. 17, 156, 375 ; Röhricht, Kön. Jer., p. 215 et suiv. ; carte de l’E.-M. 1920 : Ebou Kabisse.

190 Nous relevons deux fois la mention de Ḥiṣn el-Khariba dans le texte arabe d’Ousama. D’abord éd. H. Derenbourg, p. 58 : الخربة ; puis ibid., p. 36, 1. 6, où le ms. porte حربه sans points diacritiques, ce qui paraît être un lapsus calami d’Ousama – si le ms. est de sa main. Entraîné par la vocalisation Khariba, il aurait noté Kharîba. Il ne faut donc pas lire Khoraiba, comme le propose H. Derenbourg, Vie d’Ousama, p. 130 (la note 3 de cette page n’est pas claire). Les passages correspondants de la traduction se trouvent p. 79 et 48. Quant au village cité p. 60,1. 19 du texte arabe et p. 81 de la traduction, il n’a rien de commun avec notre fortin puisqu’il se place en Palestine.

191 Ousama, Autobiographie, trad. H. Derenbourg, p. 48.

192 Ibidem, p. 79.

193 Ibidem.

194 Ce nom de Djebel Bahra doit avoir été donné à cette région par la tribu arabe Bahra. Nous savons (YaQoubi, éd. de Goeje, p. 324) que cette tribu s’établit avec celle de Tanoukh dans la région de Ḥomṣ, er-Restan et Hama jusqu’à Ma‛arat en-No‛man. Quand Saladin, au cours de son expédition de 1188, se fut emparé de la région de Ṣafitha, les chefs du Djebel Bahra vinrent lui rendre hommage ; cf. Hist. or., IV, p. 353. H. Lammens, Mél. Faculté Orient., I, p. 272, pense que l’établissement de cette tribu arabe en Syrie est antérieure à l’Islam. Il leur fait occuper le Bargylus, ce qui n’est pas tout à fait exact, le Djebel Bahra ne paraissant en être que la partie orientale.

195 M. Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 123.

196 Rey, Col. fr., p. 371 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 225 et 260.

197 H. Derenbourg, Vie d’Ousama, p. 171 ; Kemal Ed-Din, Hist. or., III, p. 678 et suiv.

198 Meraid, I, p. 295.

199 Van Berchem, Voyage, 319-320.

200 Ci-dessus, p. 142.

201 Yaqout, Mo‛djam, IV, p. 365.

202 H. Derenbourg, Vie d’Ousama, p. 171.

203 Ibn El-Athir, Hist. or., I, p. 270 et 779-780.

204 H. Derenbourg, op. cit., p. 76, n. 3.

205 Cela paraît avoir été plus tard l’opinion de H. Derenbourg, op. cit., p. 171 n. 5.

206 Ibn Muyassar, éd. MASSE, p. 68, porte el-Akama. Voir plus haut, p. 95.

207 Ci-après chap. VII, § 1.

208 Hist. gr. des croisades, I, 2e part., p. 181. Ce saint Elie n’a pas été identifié.

209 Raoul de Caen, Gesta Tancredi, Hist., occ., III, p. 712.

210 Ibn el-Athir, Hist., or., I, p. 720.

211 Aboulféda, Hist., or., I, p. 162.

212 Hist., gr., I, 2e partie, p. 182.

213 A l’occasion de la prise de Şahyoun par Saladin, en 1188, Abou Shama, Hist., or., IV, p. 367, reproduisant ‛Imad ed-din, observe : « La prise de Şahyoun assura la sécurité de Laodicée et fortifia l’espoir de prendre bientôt Antioche ».

214 Nous l’avons établi dans Revue archéol., 1897, I, p. 316, d’après Arrien, Anab., II, 13, 8. L’identification a été confirmée par Van Berchem, Voyage, I, p. 272 et suiv. ; cf. aussi Syria, 1920, p. 76.

215 Van Berchem, Voyage, I, p. 273.

216 La description de Rey, Arch. mil., p. 105 et suiv., est complétée par la notice de Van Berchem, Voyage, I, p. 267 et suiv. ; cf. encore Quatremère, Sultans mamlouks, II, 1, p. 87-88 ; Le Strange, Palestine, p. 526 ; R. Hartmann, ZDMG., 1916, p. 499 ; Gaudefroy-Demombynes, La Syrie, p. 113.

217 La dépendance de ces places par rapport à Sahyoun est attestée notamment par Ibn Shaddad dans Abou Shama, Hist. or., IV, p. 365.

218 M. Hartmann, ZDPV, XIV, p. 180 ; la démonstration a été développée par Van Berchem, Inscript, arabes de Syrie, p. 74 et suiv. et Voyage en Syrie, p. 283 et suiv. Sur la distinction à faire entre Balatonos et la mansio Platanus des Itinéraires (Antonin et Pélerin de Bordeaux), voir Clermont-Ganneau, Recueil arch. orient., VI, p. 71 n. 2. Voir encore Rey, Col. fr., p. 331 ; Quatremère, Hist. sultans mamlouks, I, 2, p. 69 et note p. 84 ; Blochet, ROL, IV, p. 187 ; R. Hartmann, Encycl. de l’Islam, s. v. et ZDMG, 1916, p. 36 et 499 ; Le Str. ,p. 416.

219 Dimashqi, trad. Mehren, p. 285.

220 Clermont-Ganneau, Études d’archéol. orient., II, p. 129 et suiv. ; Yaqout, III, p. 751 note ’Idho ou ‛Idhoun, ailleurs (Hist. or., IV, p. 365 et 367) simplement el-‛Aid. Voir ci-après pour la position.

221 Yaqout, II, p. 214 ; Le Strange, p. 461 ; Hist. or., I, p. 59 et 729 ; III, p. 112 ; IV, p. 367 ; Kemal Ed-Din, trad. Blochet, ROL, IV, p. 187 ; Rey, Col. fr., p. 337 et suiv. ; Clermont-Ganneau, Éludes arch. orient., II, p. 129 et suiv.

222 Van Berchem, Inscript. arabes de Syrie, p. 83 (avec les variantes des mss.) ; Röhricht, Kön. Jer., p. 478.

223 M. Hartmann, Das angebliche Pseudo-Fiha. Eine Rettung, dans Mitt. u. Nachr. DPV, 1899, p. 6.

224 Prononciation vulgaire pour fellahin.

225 Röhricht, Reg. add., n° 657.

226 Röhricht, Reg., add., n° 802A.

227 Quatremère, Hist. sultans mamlouks, II, 1, p. 205.

228 La carte E.-M. 1920 inscrit une localité « Seit », au S.-E. de Qal’at el-Mehelbé.

229 Cette vocalisation est celle de la carte de l’E.-M. Elle correspond à la prononciation populaire du xiie siècle donnée par Yaqout sous la forme Barzaya ; cf. Yaqout, I, p. 565 et Le Strange, p. 421.

230 M. Hartmann, ZDPV, XIV, p. 174 et 212. La prononciation Mirzé est une déformation du b initial dont on a d’autres exemples. Ainsi on entend parfois, chez le fellah, Ma’albeck pour Ba’albeck. Par contre, βαμϐυκή pour Mabbouq, Mabbog.

231 Van Berchem, Inscript. arabes de Syrie, p. 82 et Journal asiat., 1902, I, p. 434 ; cf. R. Hartmann, Ζ DM G, 1916, p. 36 et 499.

232 Histor. gr., I, 2e partie, p. 181. L’éditeur a confondu cette localité avec Piza = Biza’a à l’est d’Alep.

233 Aboulféda, p. 229 et 261 ; Le Strange, p. 81 et 421.

234 Aboulféda, p. 261 ; Dimashqi, p. 205 ; Le Strange, p. 421. Cette redevance était payée par les gens de Bourzey au seigneur d’Apamée, même lorsque la frontière séparait ces deux villes ; cf. ‛Imad Ed-Din, Hist., or., IV, p. 372. ‛Imad Ed-Din, ibid., p. 373, se félicite que la prise de Bourzey livre le lac aux musulmans d’Apamée.

235 Strabon, XVI, 2, 10 : εὐερκῆ χωρία ὧν ἐστι xαὶ ή Λυσιάς, ύπὲρ τῆς ίμνης xειμένη τῆς πρὸς Ἀπαμεία.

236 Josèphe, Ant jud., XIV, 3, 2.

237 G. Schlumberger, L’Epopée byzantine, I, p. 289 et 299 ; Van Berchem, Voyage, I, p. 273, n. 4.

238 Abou Shama, Hist. or., IV. p. 371 et suiv. Voir ci-après, p. 162.

239 Clermont-Ganneau, Recueil d’arch. orient., III, p. 254, n. 4.

240 Yaqout, IV, p. 57 ; Le Str., p. 489.

241 Itin. Ant. Aug. : Antiochia Platanos XXV ; Cathela XXIV ; Laudicia XVI. Au total : LXV milles. Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. v. repousse justement l’identification avec Bakataïlloi et ajoute : « nicht identificiert ».

242 Hier. Itin. : (Antiochia) ad palatium Dafne V ; mutatio Hysdata XI ; mansio Platanus VIII ; mutatio Bachaias (c’est-à-dire Bakas) VIII ; mansio Cattelas XVI ; civitas Ladica XVI. Au total : LXIV milles.

243 La question de frontière que soulève Van Berchem, Voyage, I, p. 266, n. 3, est résolue par Ibn esh-Shihna, éd. Beyrouth, p. 10 et 158. Cela résulte aussi du récit de voyage du sultan Qait bey ; cf. trad. Devonshire (extr. de Bull. Inst. fr. d’arch. orient, XX), p. 11.

244 Van Berchem, Voyage, I, p. 264 et suiv.

245 Répond bien au casai Farangi de Cart. gén., I, p. 491 et suiv., comme l’a proposé Röhricht, ZDPV, X, p. 263.

246 Il fut occupé par les Francs jusqu’en 1267 ; cf. Rey, Col. fr., p. 343.

247 Notamment Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. Cat-telae.

248 Ainsi vers le milieu du xe siècle, Istakhri, éd. de Goeje, p. 67 compte trois étapes, entre Antioche et Lataquié, comme les itinéraires latins, et Moqaddasi, éd. de Goeje, p. 190, montre qu’il faut comprendre trois jours.

249 Nous reviendrons plus loin sur cette question en discutant l’opinion de Van Berchem.

250 L’Itinéraire de Constantinople à la Mecque, trad. Bianchi, p. 106 et suiv., mène d’Antioche à Khan Zenbaqiyé (non loin de Darkoush), puis à Shoghr, en réalité Djisr esh-Shoghr puisque la ville est dite sur l’Oronte et, de là, à Qal‛at el-Mediq ou Apamée.

251 Lanzone, Viaggio... di Kaid Ba, p. 10-11 ; et trad. Devonshire, p. 11.

252 Steph, Byz., S. v. et Hieroclès. Théophane, Chron., p. 533, éd. Bonn, la place également dans le territoire d’Apamée.

253 Pline, H. N., V, 23, 13.

254 Ptolémée, V, 15, 16.

255 Ainsi il distingue probablement à tort Seleucos, de la région d’Apamée, et Séleucobelos. On peut se demander si la ville de Cybele, qu’il place en Phénicie, ne serait pas une déformation de Seleucobelos.

256 Dans Steph. Byz., la restitution de Miller : Σελευχόϐηλος... πλησίον [Λαρίσσης] n’est pas acceptable ; il faudrait plutôt [Ἀπάμειος] ; mais dans ce cas l’identité du site avec Seleukos n’aurait pu échapper à Steph. Byz. On doit plutôt conjecturer πλησίον [Ἀντιοχείας], d’autant que Steph. Byz. emprunte le renseignement à Pausanias de Damas qui le donne à propos d’Antioche.

257 Van Berchem, Voyage, I, p. 251 et suiv. Voir aussi p. 257 n. 8 sa correction à l’article Bakas de Yaqout.

258 Honigmann, n° 91. Dans Pauly-Wissowa, Realencycl., s. Bachaiae et s. Bakatailloi, Benzinger, supposant qu’il s’agit de la route directe Antioche-Laodicée par le Casius, fixe ces stations à Urde au pied du Casius, hypothèse déjà formulée par Pococke. On admettra plus volontiers que Bachaiae n’est autre que Bakas.

259 Lanzone, Viaggio, p. 11.

260 Voyage, I, p. 262 et suiv.

261 Lanzone, loc. Cit. : وبه الجسر علی مياه قيل انّهامن العاصى

262 Mme Devonshire, Relation d’un voyage du sultan Qaitbay (ext. de Bull. Inst. fr. d’arch. orient., XX), p. 11, comprend comme nous : « il s’y trouve un pont sur un cours d’eau qu’on nous dit être le Nahr el ‛Acy. »

263 Van Berchem repousse la correction monte Ceffam (i. e. Kashfahan) en ponte Ceffam proposée par Heyd (HEYD, Hist. du commerce, trad. Raynaud, I, p. 375) dans un diplôme de remise, en faveur des Vénitiens, du péage exigé en ce lieu par le prince d’Alep (1207-1208). Le mont et le pont existaient tous deux ; mais Heyd a eu raison de considérer qu’il s’agit du pont de Djisr esh-Shoghr.

264 Van Berchem, Journal asiat., 1902, I, p. 427 et suiv., et Voyage en Syrie, f, p. 261. Dans Zeitschrift der Gesellschaft für Erdk. z. B., XXIX, p. 162 et 495, M. Hartmann identifiait Tell Kashfahan avec Djisr esh-Shoghr.

265 Van Berchem, Voyage, II, p. 10.

266 M. Hartmann, Lima Haleb, p. 70, sous la forme Erzgan.

267 Probablement Belmis.

268 J. Berggren, Guide français-arabe vulgaire, Upsal, 1844, col. 454.

269 Aboulféda, Géogr., p. 261 ; Van Berchem, Voyage, I, p. 259. En faveur de Djisr esh-Shoghr, on remarquera qu’Aboulféda (c’est lui que reproduit Hadji Khalfa, dans BLOCHET, ROL, IX, p. 39, n. 1) place le pont de Kashfahan « sur lequel se tient un marché » un peu à l’est de Shoghr-Bakas, ce qui ne convient pas au pont sur le Nahr el-Abyad. Hadji Khalfa ajoute que le tremblement de terre de 806 H. (1403-04) ouvrit une crevasse de quatre lieues de long, du village de Kathva à celui de Shalfouham.

270 Bibliothèque Nat., nouvelles acquisitions françaises, n° 11552, f° 193.

271 Ritter, Erdkunde, XVII, p. 1104.

272 Rey, Col. fr., p. 330, et Röhricht, ZDPV, X, p. 263 et 293 déclarent la position inconnue. Dans Kön. Jer., p. 657, n. 1, Röhricht donne les références aux historiens des croisades et rapproche Arzeghan (qu’il lit Aghzeran) d’Arcican ; mais il cherche à tort ce site à Yaghra, près du lac d’Antioche. Il faut reconnaître la même localité dans Ardzkhan cité, ibidem, p. 305, comme pillé par Nour ed-din en 1160.

273 Hist. or., V, p. 91.

274 Hist. arm., I, p. 199.

275 Nous y retrouvons le casai Bachfela, voir plus loin.

276 Actuellement au Louvre et publié par L. Delaporte, Catalogue, II, A. 1088.

277 A l’ouest de Ya‛qoubiyé, à environ une lieue, la carte d’E.-M. 1920 place Melend, village que nous proposons plus loin d’identifier avec le casai Melida. Melend appartient au nahiyé de Djisr esh-Shoghr ; cf. M. Hartmann, Z. Gesellsch. Erdk. z. B., XXIX, p. 496.

278 Probablement le Khazibé (à rectifier) de la carte E.-M. 1920.

279 Hist. or., IV, p. 368-369.

280 Nous renvoyons pour le détail des opérations à Van Berchem, Voyage, I, p. 253.

281 Hist. or., IV, p. 370. Citée par Yaqout, IV, p. 288 (Kafar Doubbin) et III, p. 310 (Shaqif Doubbin) ; Le Str., p. 469 et 535 ; Ibn Esh-Shihna, p. 167. Il faut probablement lire Shaqif Kafr Doubbin (au lieu de Kafrdenin) dans Quatremère, Sultans mamlouks, I, 2, p. 194, comme cela ressort notamment de Moufazzal (trad. Blochet, Patr. Or., XIV, p. 440).

282 La position sur la rive gauche notée par Van Berchem, Voyage, I, p. 80 et 83, est confirmée par la carte de l’E.-M. 1920.

283 Hist. or., IV, p. 368-369 et p. 370.

284 Rey, Col. fr., p. 353 et l’éditeur des Hist. orientaux, t. IV.

285 Hist. or., IV, p. 370.

286 Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 433 et suiv.

287 Familles d’Outre-Mer, p. 652.

288 Hist or., IV, p. 373.

289 Il suffit de comparer le texte arabe imprimé dans Hist. or., IV, p. 375, à l’édition d’’ Imad Ed-Din par C. de Landberg, p. 154, pour renoncer à une ville du nom de Sharqiya et comprendre que le sultan passe, à Darkoush, sur la rive orientale de l’Oronte. D’autre part, la mention de l’Euphrate est inadmissible ; au lieu d’el-fourat, nous proposons de lire el-gharb et de comprendre que Darkoush, en 1188, protégeait la frontière occidentale des territoires musulmans.

290 Noter l’expression d’Ibn esh-Shihna, p. 167 : « Darkoush est situé sur le bord de l’Oronte fi kahf ». Ici kahf n’est pas une caverne, mais un défilé profond, un précipice ; cependant, on s’y est trompé déjà dans l’antiquité, comme nous le verrons ci-après pour Strabon.

291 Darkoush est citée comme forteresse par Yaqout, II, p. 569 ; Le Strange, Palestine, p. 437 ; Kemal Ed-Din, trad. Blochet, ROL, IV, p. 216. Cité dans le projet de croisade (xiiie-xive siècles) publié par KOHLER, ROL, X, p. 429 : « Les chasteaus qui sunt entor Antioche..., si comme Gaston et le Tarpesac et Harenc et Dargous et le Coursaut (Qoseir) ». De même Ibn esh-Shihna, p. 157, mentionne Darkoush entre Qoseir et Harim. Dans Rey, Col. fr., p. 337, ce vocable est transcrit à tort Deir Koush. Nous croyons que cette localité apparaît sous la forme Koush dans le texte assyrien, découvert à Asharné, que doit publier M. Virolleaud.

292 Strabon, VI, 2, 9.

293 Van Berchem, Voyage, I, p. 81. Sur sa carte, M. Hartmann note Turin. Röhricht, ZDPV, XII, p. 34, identifie avec ce site le casal de Valtorentum.

294 Van Berchem, Voyage, I, p. 81.

295 Quatremère, Sultans mamlouks, II, 1, p. 89.

296 Bianchi, Itinéraire de Constantinople à la Mecque, ext. de Recueil de Voyages et Mémoires, Soc. de Géogr. de Paris, 1825, p. 107 : « Zembakié, désigné également sous le nom de Namié, est à sept heures d’Antakié. Il n’y a dans ce lieu qu’un khan ; mais les environs offrent beaucoup de villages d’où l’on apporte des vivres que l’on vend aux pélerins. Le fleuve ‛Asi coule également dans cet endroit, qui abonde en olives et en figues excellentes. »

© Presses de l’Ifpo, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search