Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Topographie historique de la Syrie antique et médiévale

 | 
René Dussaud

Chapitre II. De Tripoli à Carné. — L’Émésène

Texte intégral

1. — Tripoli et ses abords.

  • 1 Quatremère, Sultans mamlouks, II, 1, p. 103 et 104.

1La ville actuelle de Tarabolos a été édifiée, au voisinage du Nahr Qadisha, par les musulmans auxquels le sultan Qelaoun avait attribué des concessions territoriales, après la prise et la destruction de l’ancienne ville de Tripoli (1289) sise sur le rivage au lieu dit aujourd’hui el-Mina ou la Marine. Les murailles qui entouraient cette dernière étaient si larges que trois cavaliers pouvaient y passer de front avec leurs chevaux1. La ville actuelle, à une lieue du rivage, est donc postérieure aux croisades.

  • 2 Renan, Mission, p. 119 et suiv. ; Pietschmann, Gesch. der Phönizier, p. 41 et suiv. ; Babelon, Les (...)
  • 3 Wo lag das Paradies ? p. 282-283. De même Maspero, Hist. anc, II, p. 172.
  • 4 Il faut corriger avec Sanda et Winckler (Die Keilinschr. u. das A. T., p. 181 note 2), la mention d (...)

2Dans l’antiquité, Tripoli ne semble avoir pris de l’importance qu’en devenant le centre de la confédération phénicienne. Son nom grec lui vient de ce que les Sidoniens, les Tyriens et les Aradiens y occupaient trois quartiers différents2. On ignore son nom phénicien, mais, depuis Delitzsch3, on reconnaît les « trois villes » ou trois quartiers dans les noms de Makhallat, Maïz et Kaïz, cités dans les annales d‛Asṣurnasirpal. Il est plus vraisemblable qu’une seule de ces localités se dressait sur l’emplacement de Tripoli (Marine) ; les deux autres sont à placer entre Byblos et Simyra4, sans qu’on puisse préciser davantage.

  • 5 Babelon, loc. cit., pl. XXXIV, 22 ; Hill, loc. cit., pl. XXVIII, 1 et 5.

3Les vestiges antiques doivent être recherchés à Tripoli dans les environs immédiats du port actuel, la Marine (el-Mina) ; les monnaies attestent que des temples importants y avaient été édifiés. On reconnaît notamment un temple d’Astarté constitué, semble-t-il, par un péribole dont l’entrée principale est ornée d’Astarté tourrelée, et renfermant deux petits temples5. On peut supposer que, de ces deux temples, l’un était consacré à Astarté et l’autre aux Dioscures, dont le culte était en faveur particulière à Tripoli.

  • 6 Voir Byblos et la mention des Giblites dans l’Ancien Testament. dans Syria, 1923, p. 305-306.
  • 7 Babelon, loc. cit., XXXIV, 17 et 18 ; Hill, loc. cit., pl. XXVII, 14 ; XXVIII, 3 et 4, surtout pl. (...)

4Un autre sanctuaire était dédié à Zeus Hagios, une forme d’Adonis, représenté en buste, la tête radiée6, souvent accompagné du Soleil (ou Apollon) et de la Lune (ou Artémis) 7.

  • 8 Van Berchem et Fatio, Voyage en Syrie, I, p. 122 et suiv. ; c’était déjà l’opinion de Rey. La plus (...)
  • 9 Sur la prise de la ville, sa destruction et sa reconstruction vers le Nahr Qadisha, voir Maqrizi, d (...)
  • 10 Renan, Mission de Phénicie, p. 141. Voir ci-dessus Ampa et Knudtzon, p. 1156 (Ambi).
  • 11 Rey, Col. fr., p. 370 ; Heyd-Raynaud, I, p. 177, 322-323, 357. Les indications de Yaqout, I, p. 390 (...)
  • 12 Burchard De Mont Sion, p. 27.
  • 13 Fort construit sur une source, Nassiri Khosrau, Sefer Nameh, éd. Schefer, p. 42-43 ; cf. Thomson, B (...)
  • 14 Pline, H. N., V, 78 ; Polybe, V, 68 ; Honigmann, n° 229 a.
  • 15 Idrisi, p. 17 ; Le Strange, p. 360. Cette liste ne permet pas d’accepter l’identification de Hisn A (...)

5Actuellement, aucune ruine antique n’est visible, car les recherches attentives poursuivies par Max Van Berchem ont établi que les tours ruinées qui jalonnent le rivage au voisinage de la Marine de Tripoli, n’ont pas été construites avant l’époque des sultans mamlouks8. On conçoit que la défense de la ville du côté de la mer s’impose à partir de 1289, date de la prise de Tripoli par le sultan Qelaoun9. Nous pensons, cependant, qu’on doit faire une exception pour la septième tour, à l’est de l’embouchure du Nahr Qadisha, appelée actuellement Bourdj el-‛Ades ; nous croyons, en effet, qu’il faut l’identifier avec le Ḥiṣn Abou el-‛Adas cité par Idrisi. A vrai dire ce fortin appartenait à un autre système de défense, visant à protéger la ville contre des attaques terrestres et comprenant, au sud, un arrêt au défilé du Théou-prosopon, sur lequel nous reviendrons ci-après, puis Anaf el-Ḥadjar, Anafe10, Nephin11, qu’une profonde entaille coupe de la terre et permet de définir in mare fere totum12, Ḥiṣn Qalamoun13 l’ancienne Calamos14, Ḥiṣn Abou el-‛Adas 15 et Arṭousia.

  • 16 Le P. Lammens, ibid., a proposé cette ingénieuse correction ; mais il y a deux es-Sofeina (Eli Smit (...)
  • 17 Ez-Zuweitîny d’Eu Smith, loc. cit., p. 941 ; le Zoabtiné de la carte d’E.-M. 1920, au sud de l’Eleu (...)

6Idrisi, à qui nous devons ces renseignements, ajoute que, parmi les domaines appartenant à Tripoli, les plus célèbres étaient esh-Shafiqa — peut-être à lire eṣ-Ṣofeina16, — ez-Zeitouniya (peut-être ez-Zouweitina)17, er-Ra‛ibiya, non identifié, el-Ḥadath dans la haute montagne au sud-ouest d’Ehden et ‛Amyoun, gros village au sud de Tripoli.

7Le district compris entre Baṭroun et Tripoli se nomme le Koura et comprend ‛Amyoun, Bekeftin, Hamat, Kafr Hazir, Kafr Qahil, Keftoun.

  • 18 I Maccabées, xv, 37. Invention des reliques des saints Lucas, Phocas et Romanos : urne de plomb con (...)
  • 19 Renan, Mission de Phénicie, p. 116 ; Babelon, Les Perses achéménides, p. clxxvi et p. 214 ; J. Rouv (...)
  • 20 Lanzone, Viaggio... di Kaid Ba, p. 8, avec arrêt au Khan près du fleuve « d’eau excellente ».

8Le nom d’Orthosia ou Arṭousia se conserve dans le lieu-dit Ard Artousi. Ce fut une ville maritime18 d’importance secondaire puisqu’elle n’a battu monnaie qu’à partir du premier siècle avant notre ère19. On en distingue les ruines à l’embouchure et sur la rive gauche du Nahr el-Barid. De l’autre côté de la rivière, immédiatement après le pont qui portait encore au xve siècle le nom de pont d’Orthosia « djisr Arṭousiya »20, le khan ‛Abdé, où toutes les caravanes s’arrêtent encore, représente la « mutatio Bruttus » de l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem ; d’où il résulte que le nom actuel du fleuve remonte à l’antiquité.

  • 21 Hill, Brit. Mus. Cat., Phoenicia, pl. XVI, 3 et XLI, 18.
  • 22 Babelon, Les Perses Achéménides, pl. XXVIII, 21.
  • 23 Cela a été démontré par les découvertes de MM. Virolleaud et Montet à Byblos ; cf. Pottier, Syria, (...)
  • 24 Babelon, l. c., pl. XXVIII, 16 et 19 ; Hill, l. c., pl. XVI, 1 et XLI, 16 ; voir nos Notes de myth. (...)
  • 25 Ronzevalle, Notes, p. 179 ; R. Dussaud, Revue de l’Histoire des Religions, 1913, II, p. 62.

9Ainsi qu’il arrive souvent, Astarté était considérée comme la divinité poliade d’Orthosia. Dans le principal temple de la ville, représenté sur les monnaies21, elle apparaît debout, tenant la stylis et couronnée par la Victoire, tandis que le fleuve nage à ses pieds. Une variante très rare22 montre que la déesse était associée à deux autres divinités. Ce n’est pas Cybèle que nous reconnaissons dans celle de droite, mais le Ba‛al tenant la harpè — l’antique arme royale phénicienne23, assimilée ici à celle de Kronos, — et traîné par deux sortes de sphinx ou griffons24. La divinité de gauche est indistincte. Il y a lieu, semble-t-il, de considérer comme constituant non seulement une unité ethnique (pays de Nega, pays des Giblites), mais aussi une unité religieuse, tout ce massif du Liban septentrional, avec le dieu El (assimilé à Kronos) comme Ba‛al du lieu, avec Astarté, Ba‛alat locale (déesse poliade) et un dieu Eshmoun-Adonis (le Zeus hagios de Tripoli). Fi’a, au nord d’‛Amyoun, a fourni une curieuse représentation d’Astarté d’époque perse25.

  • 26 Voir O. Weber, dans Knudtzon, Die El-Amarna Tafeln, p. 1141 et suiv.
  • 27 Knudtzon, op. cit., n° 105, 23.
  • 28 Ibid., n° 105, 84.
  • 29 Gauthier, Dict., I, p. 47, signale les rapprochements avec Aradus, mais estime l’identification inc (...)
  • 30 Gauthier, Dict. Géogr., III, p. 51.

10Cette région était remarquablement peuplée et active au deuxième millénaire avant notre ère. Il faut y placer une ville du nom d’Ullaza dont font mention à plusieurs reprises les tablettes d’el-Armarna26. Nous apprenons ainsi l’attaque que les vaisseaux d’Arwad (Aradus) mènent contre Ullaza pour gagner ensuite Ṣumur (Simyra) 27, et la fuite des gens d’Ullaza vers Gubla (Byblos) 28. Donc Ullaza est au bord de la mer et de là on peut gagner aisément Byblos par terre. Le site d’Orthosia remplit bien ces conditions. D’autre part, on s’accorde à identifier Ullaza avec Anrata29 des listes égyptiennes. Dans ces conditions, il n’est pas aventureux de rapprocher Anrata et Orthosia. Ce dernier vocable a probablement été obtenu en déformant un ancien toponyme, d’autant plus qu’il ne se réfère ni à un nom géographique macédonien, ni à un nom dynastique. Ullaza s’élevait sur les bords du fleuve Merna30 ; c’est aussi le cas d’Orthosia et l’on peut supposer que Merna était le nom ancien du Nahr el-Barid.

  • 31 Sur l’Eleuthère, actuellement Nahr el-Kebir, voir ci-après.
  • 32 Sur Ḥalba, l’Albe des croisés, voir Rey, Col. fr., p. 367 ; Le Strange, Palestine, p. 352 ; Nassiri (...)

11De tout temps les armées d’invasion ont menacé Tripoli par la vallée de l’Eleuthère ou Nahr el-Kebir, qui, par son cours31 et celui de ses affluents, détermine une trouée entre le Liban et les monts des Noṣaïris. Aussi les postes fortifiés ont-ils été multipliés de ce côté. Il faut signaler tout particulièrement ‛Arqa et Ḥalba32 vers le nord-est, puis vers le nord un groupe de fortins que nous examinerons ensuite.

  • 33 Sur Sin, voir ci-après.

12‛Arqa a joué un rôle important dès une haute époque jusqu’à la fin des croisades. Nous avons vu que Genèse, X, 15-18, dégagé des additions dues aux rédacteurs successifs, signale le groupe central phénicien comme étant constitué par les Arqites et les Sinites33.

  • 34 Weber, dans Knudtzon, Die el-Amarna Tafeln, p. 1143 ; Clauss, ZDPV, XXX, p. 13.
  • 35 Delitzsch, Wo lag das Paradies, p. 282 ; W. Max Muller, Asien und Europa, p. 247 et suiv. ; Baudiss (...)

13Le nom d’‛Arqa apparaît dans les tablettes d’el-Amarna sous la forme Irqata34 qui se retrouve dans l’arabe ‛Irqa. Dans les textes assyriens, on a Arqa35.

  • 36 Lenormant, Gaz. archéol., 1875, p. 97 a montré l’inutilité de la correction de Selden en Venus Apha (...)
  • 37 Sat., I, 21, 5 ; Hill, Brit. Mus. Cat., Phoenicia, p. lxxii.

14A l’époque romaine, cette ville est le centre d’un culte important, celui de la Vénus Architidis36, dont M. Hill a identifié sur les monnaies le type décrit par Macrobe : « Simulacrum hujus deae in monte Libano fingitur capite obnupto, specie tristi, faciem manu laeva intra amictum sustinens ; lacrimae visione conspicientium manare creduntur »37.

15Un autre temple était dédié à l’Astarté poliade, tourelée, tenant la stylis et posant le pied sur un dieu-fleuve nageant, le Nahr ‛Arqa. Il est remarquable que cette déesse soit associée au même dieu entre les deux griffons que nous avons trouvé sur les monnaies d’Orthosia, ce qui atteste une union étroite entre ces deux villes.

  • 38 Steph. Byz. : ‛Iερòζ xόλπος πλησίον ράδoυ πόλεως.

16On a tendance à concentrer sur Byblos le caractère sacré de cette région ; mais les mêmes divinités giblites apparaissent à ‛Arqa et à Tripoli. L’épithète du Zeus Hagios vénéré à Tripoli semble se conserver dans le nom du fleuve voisin, le Nahr Qadisha, et ce caractère de sainteté paraît s’être étendu à toute la baie d’‛Arqa appelée Hieros kolpos38.

  • 39 Renan, Mission de Phénicie, p. 149 ; CIL, III, 183.
  • 40 Strabon, XVI, 2, 18.
  • 41 Pline, H. N., V, 19, 78.

17Au point de vue topographique, deux questions sont à signaler. La première est soulevée par une inscription latine découverte par Renan et fixant la limite du territoire d’‛Arqa, devenue Césarée du Liban, avec celui de Gigarta : « Fines positi inter Caesarenses ad Libanum et Gigartenos de vico Sidonior[um] jussu... » 39. Ce texte a été vu par Renan au village de ‛Abrin, mais il provenait du château de Mouseiliḥa. Renan en a déduit d’abord que Gigarta devait s’élever dans le voisinage du château de Mouseiliḥa, appuyé en cela par les auteurs anciens. Strabon oppose aux places d’armes Sinna et Borrama, construites sur les sommets du Liban, celles qui, comme Botrys (Baṭroun) et Gigarta, en défendent les parties basses40. D’autre part, Pline cite dans l’ordre suivant les villes de cette région : Botrys, Gigarta, Trieris, Calamos41.

  • 42 Voir Strabon, XVI, 2, 15.
  • 43 Rey, Col. fr.,p. 371 ; Lammens, Mél. fac. or., I, p. 268 et suiv.

18Cette indication de Pline prend une valeur particulière si l’on observe que le site de Trieris est à identifier avec Heri, immédiatement au nord du Théouprosopon42, qui paraît en conserver le nom. L’importance de cette localité apparaît encore au moyen âge puisqu’on s’accorde pour y placer le Puy du Connétable43.

  • 44 Généralement on identifie Triéris avec Enfé ; cf. Honigmann, n° 475 a, qui relève un autre nom pour (...)
  • 45 Renan, Mission de Phénicie, p. 148 ; Lammens, Mél. fac. orient., I, p. 268-270, observe qu’il n’en (...)
  • 46 Ed. Gelzer, 977 et p. 185 ; Honigmann, n° 196 a.
  • 47 Renan, loc. cit., p. 150, exagère les difficultés de la route du col que les caravaniers ont dû tou (...)
  • 48 Hist. aug. Alex. Sev., 5 : « Alexandri nomen accepit, quod in templo dicato apud Arcenam urbem Alex (...)
  • 49 Hill, l. c., p. lxxiii.
  • 50 Regling, Zeitsch. für Numismatik, XXIV, p. 133 et suiv. ; Emil Schurer, op. cit., II, 4e éd., p. 20 (...)
  • 51 Strabon, XVI, 2, 18. Voir Emil Schurer, op. cit., I, p. 707 et suiv. ; et nos Arabes en Syrie avant (...)
  • 52 Schürer, Gesch., I, 4e éd., p. 594, n. 36.

19Si Trieris n’est autre que Héri44, l’hypothèse de Renan que Gigarta devait s’élever dans le voisinage de Mouseiliḥa est singulièrement renforcée. Renan et Van Berchem s’accordent pour reconnaître que « le château si pittoresque de Mouseiliḥa ne renferme, dans son état actuel, aucune partie antérieure au moyen âge45 » ; mais cela n’empêche que le rocher à pic qui barre la route du col entre le Théouprosopon et le Liban a dû être utilisé dès l’antiquité et qu’il faut placer là le repaire de brigands dont parle Strabon. Toutefois, Pompée mit fin au brigandage et un bourg paisible y prospéra dont on retrouve mention dans Georges de Chypre sous le nom de komè Gigerta46. Le fortin lui-même pouvait constituer alors un quartier de la komè, peut-être le vicus Sidoniorum de l’inscription. Nous avons vu que les Sidoniens possédaient tout un quartier de Tripoli ; il n’est pas surprenant qu’ils aient occupé quelques points stratégiques des routes menant à Tripoli47. Reste à expliquer le fait que les gens demeurant autour du château de Mouseiliḥa aient pu posséder une limite commune avec les gens d’‛Arqa ou Césarée du Liban. Il est inutile, pensons-nous, de recourir avec Mommsen à l’hypothèse d’une enclave située hors du territoire des Césaréens, d’autant plus que la précision avec laquelle est rédigée le texte comporterait alors une indication destinée à éviter toute erreur. Mais, avant d’aborder ce point, nous devons discuter une autre question fort controversée. On sait qu’Alexandre Sévère naquit à ‛Arqa48. Or, une monnaie de cette ville porte : Col. Cesaria Itur.49, et l’on se demande comment ‛Arqa a pu être comptée dans l’Iturée. Devant cette difficulté, on a proposé, bien à tort, d’attribuer la monnaie à Césarée Panéas50. C’est qu’il ne faut pas confondre Iturée et Ituréens. A l’époque israélite, Yetour compte parmi les nomades du désert de Syrie. Au temps du livre des Chroniques, ces nomades sont installés en Transjordanie et de là débordent rapidement dans l’Antiliban, où ils fondent un royaume avec Chalcis (‛Andjarr) pour capitale. Au dire de Strabon51, ils dominaient le nord du Liban à l’arrivée de Pompée. La monnaie en question confirme ce témoignage en prouvant qu’à l’époque romaine les Ituréens étendaient leur pouvoir jusqu’à ‛Arqa. On trouve confirmation du rattachement de cette ville au Liban dans cette circonstance qu’elle appartenait au royaume d’Agrippa II lorsque Titus y passa52. Le texte cité plus haut, fixant la limite entre les habitants de Mouseiliḥa et les gens d’‛Arqa, s’explique alors aisément.

  • 53 Benedict. de Accoltis, Hist. occ., V, p. 597 et suiv. ; cf. Raoul de Caen, ibid., III, p. 680.
  • 54 Idrisi, p. 13 et Le Strange, Palestine, p. 398.
  • 55 Revue archéol., 1897, I, p. 305 et suiv. Ed. Robinson, Neuere Bibl. Forschungen, p. 758, n. 1, a ta (...)

20Lors de la marche en avant de la première croisade, les Francs trouvèrent là une ville forte au milieu d’une contrée prospère où l’eau abondait, avec des hauteurs couvertes de forêts, des coteaux plantés d’oliviers et une plaine divisée en champs cultivés et en prairies53. Au milieu du xiie siècle, Idrisi signale ‛Arqa comme une ville populeuse et riche, alimentée en eau par un aqueduc54. Cet aqueduc, que nous avons suivi en partie en allant de ‛Arqa à ‛Akkar, est tantôt creusé dans le roc, et sert alors de sentier comme près de Dibel, tantôt il constitue une œuvre d’art comme à Qanṭara où il traversait, probablement en plein cintre, un affluent du Nahr ‛Arqa55.

  • 56 Dimashqi, p. 208 ; Le Strange, op. cit., p. 352. Ni Djoun, ni Rodjaliya n’ont été retrouvées. Si l’ (...)
  • 57 La vocalisation ‛Irqa n’est pas fautive, comme l’a dit Van Berchem, Journal asiat., 1902, I, p. 393 (...)

21Dimashqi note l’importance de la vieille cité lorsqu’il cite « les forteresses d’‛Arqa et de Ḥalba avec de grands territoires divisés en districts et en arrondissements, auxquels appartiennent Djoun et Rodjaliya56, démantelées toutes deux aujourd’hui ». La prospérité d’‛Arqa fut gravement atteinte lorsque Beibars la reprit en 1266 ; mais le nom antique est resté jusqu’à nos jours attaché au site57.

  • 58 Cart. gén., I, p. 76 et suiv. ; acte du 8 février 1128.

22Les textes médiévaux citent un grand nombre de casaux autour d’‛Arqa et de Tripoli. Tout un groupe figure dans un acte de donation aux Hospitaliers58 : Misdelia certainement

  • 59 Proposé par Rey, Col. fr., p. 369 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 257.
  • 60 Le rapprochement est dû à H. lammens, Mél. Faculté Orient., I (1906), p. 254 et suiv. La transcript (...)
  • 61 A identifier avec une Sa’idé ou Bet-Sa’idé. Lammens, loc. cit., p. 254, pense que Bethsedion est un (...)
  • 62 Rey, Col. fr., p. 365 propose Self et-Tanié, graphie à vérifier. On peut penser aussi à rectifier e (...)
  • 63 Rey, Col. fr., p. 361. La carte E. M. 1920 porte Abou Henin.
  • 64 Röhricht, ZDPV, X, p. 257, propose Khurnubiyé dans l’’Akkar. H. LAMMENS, Mél. Faculté orient., I, p (...)
  • 65 Rey, Col. fr., p. 360 pense à Ahsia, tandis que Röhricht, ZDPV, X, p. 257 hésite pour ‛Aba.

23Medjdelya à l’est de Tripoli59, Ardacium pour lequel on peut hésiter entre les sites voisins de Ardi et Ardat, Alma qui conserve son nom dans le voisinage, Bethsama est Beṣarma60, au sud de Tripoli, Bethsedion61, Ceraphtenie62, Bahanni probablement Behannin près Orthosia63, Cornonium64, Coliath, c’est-à-dire Qoulei‛at dont il sera question plus bas, Aroath où, à défaut d’un toponyme à rapprocher, nous proposerons de voir une erreur pour Arcath, qui serait une variante de Arcas ou ‛Arqa, Cendiana certainement Sendyané dans l’‛Akkar. Apia ou Asia65, Villa Sicca et Durcarbe du même document sont mal déterminés.

  • 66 Pour ces trois vocables, voir Röhricht, loc. cit., p. 211.
  • 67 Lammens, Mél. fac. or., I, p. 253.
  • 68 L’identification de Röhricht, loc. cit., p. 259, note 16, avec Betram est moins satisfaisante que c (...)

24Ailleurs on relève Abdin (‛Abdin, à l’ouest de Ehden), Aer (voir ci-après Hayr), Ardin (Hardin ou Ḥaradin, sud-ouest de ‛Abdin)66, Beniaran ou Beniharan, Benehara (Beniharan, ouest de ‛Abdin)67, Bertrandimir qui ne paraît pas encore avoir été identifié68.

  • 69 Lammens, loc. cit., p. 256. Bocombre s’est déformé en Bocombe.
  • 70 Röhricht, loc. cit., p. 258 et Regeste, add., n°s 787 b et 789 b.
  • 71 Clermont-Ganneau, Rec. arch. or., III, p. 253 ; Röhricht, loc. cit., p. 258 : casai « en la cor de (...)
  • 72 Lammens, loc. cit., p. 257. Le Dalil Lobnan, p. 61 écrit : Betwaratish.
  • 73 On peut penser à « Mezra‛at Nahr Abou (sic) ‛Ali » citée par le Dalil Lobnan, p. 61, si cette local (...)
  • 74 Kafr Hazir proposé par Röhricht, est trop au sud.
  • 75 Röhricht, loc. cit., p. 258 ; Lammens, loc. cit., p. 262, qui a tort de confondre dans le passage c (...)
  • 76 Syria, 1923, p. 1.
  • 77 Les peintures de la grotte de Marina, près Tripoli, dans Syria, 1926, p. 30.
  • 78 Rey, Col. fr., p. 363 ; Röhricht, l. c, p. 210 propose Bekhoura dont Lammens, l. c., p. 257, rectif (...)
  • 79 Rey, Col. fr., p. 363.

25Bocombre et Remesque formaient un seul et même fief. Lammens identifie le premier avec Bekomra69, tandis que Röhricht a reconnu le second dans Ras Mesqa70, tous deux entre Qalamoun et Zegharta. Clermont-Ganneau a rectifié Boutoufarig et Botrafis en Boutouratig, qu’il retrouve dans Betouratidj71 ou Betouratish72. D’ailleurs, les limites de ce casai sont indiquées : à l’est Caphrahael (évidemment Kafr Qahil dont nous retrouverons plus bas d’autres graphies), à l’est et au nord Hab (à rechercher) 73, à l’ouest Hayr (le même que Aer cité plus haut, à rechercher)74, au sud Haabe (‛Aba)75. Quoique voisine de Tripoli, cette région, hors des routes, est mal connue. C’est ainsi que M. C. Enlart a pu, tout récemment, relever à Belment un couvent cistercien inédit76 et que M. L. Brossé a découvert de nouveaux restes de peinture médiévale77. Il reste à identifier Buiola et Buivra, écrit encore Bivora78. On a proposé de retrouver Buissera dans le bourg de Besharré79.

  • 80 Röhricht, ZDPV, XVIII, p. 86, mieux Reg., add., n° 657e.
  • 81 Rey, Col. fr., p. 364 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 211 et 257 ; Clermont-Ganneau, Rec. arch. or., III, p (...)
  • 82 L’identification avec Kafr Shillé proposée par Lammens, l. c., p. 258 nous paraît moins acceptable.
  • 83 Rey, Col. Fr., p. 364 ; Röhricht, l. c., p. 259.

26Calamon s’identifie immédiatement avec Qalamoun. Nous inclinons à ne voir qu’un seul site sous les diverses graphies : Cafaracel, Casaracel80 à rectifier Cafaracel, comme l’ont reconnu Clermont-Ganneau et Röhricht, Caphrahael rencontré plus haut et aussi Cafarsequel81, tous à identifier avec Kafr Qahil82, au sud de Tripoli, tandis que, plus au sud encore, Kafr ‛Aqa représente le casai Kafaraca83.

  • 84 Rey, Col. fr., p. 366 ; Röhricht, l. c., p. 211.
  • 85 Yaqout, II, p. 32 ; Le Strange, p. 466.
  • 86 Cart. gén., I, p. 479 et suiv. ; Rey, Col. fr., p. 366 ; Röhricht, l. c., p. 260 songe à es-Saude, (...)
  • 87 Rey, Col. fr., p. 361 ; Röhricht, l. c., p. 211.
  • 88 Rey, Col. fr., p. 367 ; Röhricht, l. c., p. 211.
  • 89 Röhricht, Reg., add., n° 193a.
  • 90 Röhricht, ZDPV, XI, p. 140.
  • 91 Röhricht, Reg., add., n° 608a. On peut songer à Qalhat, près Enfé, en tenant compte de la prononcia (...)
  • 92 Röhricht, ZDPV, X, p. 211.
  • 93 Rey, Col. fr., p. 347 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 220.
  • 94 Abou Ḥalqa d’après Lammens, L. c., p. 267.
  • 95 Cart, gén., I, p. 345 ; Röhricht, ZDPV, XVIII, p. 86.
  • 96 Cart, gén., I, p. 479 et suiv. ; Rey, Col. fr., p. 372 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 260 propose Suweisi (...)

27Rey nous paraît avoir raison contre Röhricht en identifiant le casai Derie avec Daraya au sud de Tripoli84. Djoubba est cité par Yaqout85. Fauda pourrait se lire Sauda86. Nous avons vu plus haut ce qui concerne Haabe et Hab. Habela est une graphie douteuse, à lire peut-être Babela, Bebula87. La position de Helmedel88 n’est pas déterminée, ni celle de la gastine Horari89, qui était située peut-être à Ḥarar, à l’est de Dibl, Hotai90, Lath91, la gastine Loisan92, Merdic93, Monscucul94 , Siroba95, Sumesa96.

  • 97 Cart. gén., I, p. 378 et suiv. ; Rey, Col. fr., p. 361 ; R. Dussaud, Revue archéol., 1897, I, p. 30 (...)

28Plus près d’‛Akkar, on peut citer le casai Banna que Rey identifie à Beino97. Quant à Medera, ce nom cache une des nombreuses Mezra’a.

  • 98 Renan, Mission, p. 130 et p. 852.
  • 99 Laborde, Voyage de la Syrie, pl. XXII et XXIII ; Renan, Mission, p. 134.
  • 100 Laborde, ibid., pl. XII ; Renan, Mission, p. 135 et suiv.
  • 101 Renan, Mission, p. 136 et suiv. ; cf. Virolleaud, Syria, 1924, p. 113.

29La région montagneuse du Ḍenniyé semble avoir connu une ère de prospérité dans l’antiquité romaine, probablement après l’action de Pompée relatée plus haut. Il faut citer particulièrement les ruines de Ḥoṣn eṣ-Ṣefiri98, de Beziza99, de Naous100, au-dessus de Kisbé, la sculpture de Tirza ou Betirza101.

  • 102 Rey, Col. fr., p. 367 ; Le Strange, Palestine, p. 80 et 390 ; nos notes dans Revue archéol., 1897, (...)
  • 103 L’historique de la place et la publication des textes épigraphiques arabes ont été faits par Sobern (...)

30Les géographes arabes donnent à la vaste baie qui s’infléchit au nord de Tripoli, le nom de Djoun ‛Arqa. De nos jours, la ville d’‛Arqa ayant disparu, on dit Djoun ‛Akkar. La région est, en effet, dominée par le bourg d’‛Akkar dont la forteresse prit une importance remarquable à l’époque des croisades102. Il ne serait pas impossible qu’une partie de cette forteresse, notamment la tour, nous conserve l’œuvre des Francs. Elle fut détruite en partie et restaurée par Beibars103.

  • 104 Gen., X, 17 ; cf. ci-dessus, p. 5 et 64.
  • 105 Delitzsch, Paradies, p. 282.
  • 106 B. von Breydenbach, Reise des Heiligen Landes, I, p. 115.
  • 107 Burchard De Mont-Sion, éd. Laurent, p. 29 : Syn. Il note encore d’après un nestorien : Synochim.

31Dans l’antiquité la place importante de cette région était Sin, dont l’ethnique se trouve dans la Genèse104 et que les textes assyriens mentionnent sous la forme Sianu105. On fait à tort honneur à B. von Breydenbach d’avoir découvert au xve siècle remplacement de Sin, à une demi-lieue à l’est d’‛Arqa106, car cet auteur emprunte le renseignement à Burchard de Mont-Sion, qui est venu à Tripoli juste deux siècles auparavant (1283). Celui-ci le tenait des indigènes107, et depuis toute trace en a été perdue. S’il n’y a pas une erreur de transcription, la nouvelle carte d’État-major au 200.000e permet d’identifier la vieille localité avec le bourg actuel de Shein, au sud-sud-est de Ḥalba.

  • 108 Strabon, XVI, 2, 18. Le rapprochement proposé par Maspero, Hist. anc. des peuples de l’Or, classiqu (...)

32D’après Strabon, nous l’avons vu, les Ituréens et les Arabes possédaient, à l’arrivée de Pompée, des places fortes sur les hauteurs du Liban, notamment Sinna et Borrama108, ce qui atteste, encore à cette époque, l’importance de la place qu’il serait intéressant de reconnaître.

  • 109 Idrisi, p. 28, et Le Strange, Palestine, p. 519. Il doit s’agir d’un contrefort dirigé vers le riva (...)

33Dans la baie d’‛Arqa, Idrisi signale une petite ville populeuse dont le nom Ras el-Ḥiṣn indique à la fois qu’elle se trouvait sur un contrefort montagneux109 et qu’elle possédait une forteresse. Ces conditions sont remplies par la croupe au pied de laquelle s’élevait, selon Idrisi, la forteresse d’Artousiya, ou encore par le contrefort plus retiré dans les terres qui porte le gros bourg appelé aujourd’hui Sheikh Mohammed, immédiatement au nord d’‛Arqa et de Ḥalba.

  • 110 Idrisi, p. 28 et, avec les variantes des mss., Le Strange, Palestine, p. 519. Sur d’autres conjectu (...)

34Idrisi cite encore dans cette baie trois fortins d’identification malaisée. Le plus voisin de Tripoli portait un nom que les manuscrits ont certainement déformé, car il se présente sous des formes diverses, peut-être Loutourous ou Loukourous110. Le suivant, el-Babiya, se dressait au bord d’un fleuve du même nom ; le troisième était le Ḥiṣn el-Hamam. Ces trois postes étaient reliés l’un à l’autre par un mur, ce qui témoigne qu’ils étaient peu distants.

  • 111 Van Berchem, Voyage, I, p. 41, note pour ce fleuve, mais avec doute, le nom de Nahr Ḥita.
  • 112 Prononciation vulgaire d’el-Qoulai‛āt, pluriel du diminutif de Qal‛a. Sur ce fortin, voir Van Berch (...)
  • 113 Ainsi « le Gouliat » dans Annales de Terre-Sainte, Archives de l’Orient latin, II, 2, p. 452. Cela (...)
  • 114 Wilbrand d’Oldenbourg, éd. Laurent, p. 169.

35Or, le nom de l’un d’eux se maintient encore au Tell el-Bibé, près du Nahr ‛Akkar. On peut en déduire immédiatement que ce fleuve s’appelait plus anciennement Nahr el-Babiya111. D’autre part, dans le voisinage de Tell el-Bibé on trouve un fortin bien connu Qoulei‛at ou Qlei‛at112 et une position Tell el-Kerré, qui a bien pu être organisée pour la défense. Cet ensemble fortifié expliquerait l’emploi du pluriel el-Qoulai‛at, « les fortins », conservé même dans les transcriptions franques du moyen âge113. Ce n’est qu’après la disparition des fortins de Tell el-Bibé et de Tell el-Kerré que le nom, au pluriel, a dû rester attaché au Qlei‛at actuel. Un des deux fortins adjoints à ce dernier a porté aussi le nom de Manacusine114.

  • 115 Gildemeister, ZDPV, VIII, p. 136 ; Honigmann, n° 167.
  • 116 Van Berchem, Voyage, p. 135.
  • 117 Ibid.

36Ce dernier, le plus rapproché de Tripoli, aurait, si l’on en croit Idrisi, porté le nom de Loutouros qui — si c’est bien ainsi qu’il faut lire — pourrait s’expliquer comme une déformation d’(e)leutheros115, nom ancien du Nahr el-Kebir. On aurait ainsi la preuve que ce poste fortifié existait déjà avant l’époque arabe. Le « plan carré et la disposition régulière de ses saillants »116 n’y contredisent pas. Cela reculerait quelque peu, dans le temps, l’existence de cette forteresse dont, dans l’excellent historique qu’il en a donné, Van Berchem ne trouvait pas mention avant la cession à l’Hôpital, au xiie siècle117.

  • 118 Quatremère, Hist. des sultans mamlouks, II, 1, p. 222 ; Röhricht, Regesta, n° 1447.
  • 119 Eli Smith dans Robinson, Palästina, III, p. 940 et itinéraire : Sheikh Mohammed, Halba, Sheikh aba (...)

37Il faut chercher aux environs d’‛Arqa le fortin de Ṭayibou, mentionné dans le traité de 1282 entre les Templiers de Tortose et le sultan d’Égypte. Les possessions du sultan sont énumérées dans l’ordre géographique : Ḥiṣn el-Akrad, Ṣafıtha, Mi‛ar, ‛Areimé, Ḥalba, ‛Arqa, Ṭayibou طيبو, Qoulai‛at118. Or, il existe une localité du nom de Sheikh Ṭaba119, à peu de distance à l’est de Ḥalba, qui doit être la transformation, en un sheikh imaginaire, du nom de Ṭayibou.

2. — La vallée de l’Eleuthère.

  • 120 A Description of the East, II, Part I, p. 204 et suiv. L’incertitude qui planait jusque-là tenait à (...)
  • 121 Strabon, XVI, 2, 17 ; cf. Maspero, Hist. anc., II, p. 189, η. 1. Le nom de cette vallée serait ment (...)
  • 122 Edit. Laurent, p. 29.

38L’Eleuthère a été identifié par Pococke120 avec le fleuve qui, sous le nom de Nahr el-Kebir, coule d’abord du Nord au Sud, comme la plupart des fleuves syriens, à travers la plaine el-Boqei’a, puis tourne franchement vers l’Ouest pour se jeter dans la mer vers le milieu de la baie d’‛Arqa. La large vallée ainsi constituée, appelée Macra ou Macropedion par Strabon121, est abondamment arrosée et d’une grande fertilité. Au moyen âge, les casaux s’y pressaient et il y avait place encore pour les tentes des nomades comme le rapporte Burchard de Mont-Sion : « Planifies ista multa habet casaba et pulchra nemora olivarum et ficuum et arborum aliarum diversi generis et multa ligna. Preterea habundat fluminibus et pascuis supra modicum. Unde Tur-comanni et Madianite et Bodwini ibidem habitant in taber-naculis cum uxoribus et filiis et pecoribus suis et camelis. Vidi ibidem gregem maximum camelorum et credo quod plura milia camelorum ibi erant »122.

  • 123 Cart. gén., I, p. 77 ; cf. ibid., pp. 450 et suiv., 501, 503. Nous n’osons pas faire état du nom Ka (...)
  • 124 Albert d’Aix, Hist. occ, IV, p. 451 ; cf. p. 665 : terram de Camolla. L’identification avec la Boqu (...)

39La Boqei‛a, la Boquée des croisés, formant annexe vers le nord-est de la grande plaine, devait être, comme de nos jours encore, un campement de choix pour les nomades et il faut probablement y chercher un château et fief du comte de Tripoli, appelé le Kamel123, « in vallem quae dicitur Camelorum » 124.

  • 125 « La Boquie dessous le Crac », Hist. occ., II, p. 404 et suiv. Les Francs s’y rassemblèrent souvent (...)
  • 126 La forteresse médiévale a été décrite par Rey, Arch. mil., p. 39 et suiv., à compléter par Van Berc (...)
  • 127 Van Berchem, Journal asiat., 1902, I, p. 446.
  • 128 Hist. or., II, p. 263.

40Dominant la Boquée125 et commandant l’entrée vers l’est de la large plaine qui s’étend jusqu’à la mer, se dresse le Krak des Chevaliers ou Ḥiṣn el-Akrad126, plus anciennement Ḥiṣn es-Ṣafḥ « château de la pente » 127, actuellement Qal‛at el-Ḥiṣn, vulgairement el-Ḥoṣn. Cette forteresse, si importante pour la défense des États francs, se trouve commander deux routes principales, l’une venant de l’Est et bifurquant sur Tripoli ou sur Tortose, l’autre venant de Ḥiama et Raphanée pour gagner également la côte. D’autre part, le Krak des Chevaliers constituait une position avancée, menaçant les communications en territoire musulman. Aussi le maître du Krak était-il comparé à « un os placé en travers du gosier des musulmans » 128.

  • 129 Josèphe, de bello jud., VII, 5 ; cf. Nassiri Khosrau, Sefer Nameh, trad. Schefer, p. 38 qui prit la (...)
  • 130 Découverte par Thomson ; cf. Ritter, Erdkunde, XVII, p. 846. Cette source, Fewwaret ed-Deir, est en (...)
  • 131 Blanche, Bulletin de l’Institut égyptien, 1874-75, p. 128.
  • 132 Contre les objections de Maspero, voir Revue archéol., 1897, I, p. 311 et suiv.

41La route de Tripoli à Qal‛at el-Ḥiṣn et à Raphanée fut suivie par Titus venant de Beyrouth et se dirigeant vers le Nord. Entre ‛Arqa et Raphanée, il visita la source Sabbatique, ainsi appelée, nous dit Josèphe, de ce qu’elle ne coulait que tous les sept jours129. Thomson a retrouvé ce vocable dans le Nahr es-Sabté dont la source est voisine de Qal‛at el-Ḥoṣn130. Blanche en a rapproché le nom de Shebtoun, Shab-touna, ville citée dans les textes égyptiens relatifs à la bataille de Qadesh131 dont nous reparlerons ci-après. Il est très vraisemblable que Shabtouna occupait l’emplacement du Krak des Chevaliers132.

42La Table de Peutinger indique cette route de Raphanée à Orthosia par Carion, Démétrias et l’Eleuthère. Le passage de ce dernier a toujours eu lieu non loin de Sheikh ‛Ayash. C’est donc entre ce point et Raphanée qu’il faut placer Démétrias ét Carion, peut-être à Tell Kalakh et à Qal‛at el-Ḥoṣn, mais ce n’est qu’une hypothèse.

  • 133 Voir ci-après, p. 99.
  • 134 Hagenmeyer, An. Gesta franc., p. 419 ; cf. du même, Chronol., nos 345-348, 350-351. L’identificatio (...)

43L’itinéraire de la première croisade suit le même chemi133. Hagenmeyer a proposé de reconnaître dans la vallée Desem des Gesta francorum et dans le château anonyme voisin, la vallée de la Boquée et le Krak134.

  • 135 Nous avons relevé sa position entre Qal‛at el-Hosn et Tell Kalakh, voir Rev. arch., 1897, I, pl. VI (...)
  • 136 G. E. Post, Palest. Expl. Fund, Quart. Statement, 1892, p. 328 et 1893, p. 36 et suiv. On trouvera (...)
  • 137 Cart. gén., I, p. 378 et 479 ; cf. Ritter, Erdkunde, XVII, p. 824 ; Rey, Col. fr., p. 364 ; Röhrich (...)
  • 138 Cart. gén., I, p. 479-480. Rey, Col. fr., propose Ailet, à l’est d’‛Arqa.

44Comme postes avancés vers la route Ḥomṣ-Tripoli, on peut citer Bourdj Zara135 et Tell Kalak136. Vers l’ouest la vallée du Nahr el-Khalifé, affluent de droite du Nahr el-Kebir, était célèbre au moyen âge pour sa fertilité sous le nom de terre de Galife ou Calife137 ; elle appartint aux Hospitaliers qui tenaient le Krak et Margat. Il faut peut-être y chercher le casai Aieslo138.

  • 139 Idrisi, p. 20 ; Le Strange, p. 536. On ne peut admettre la correction des éditeurs d’Abou Shama, Hi (...)
  • 140 Itiner. Hieros., après Antaradus, mentionne : mut. Spiclin XII ; mut. Basiliscum XII ; mansio Arcas (...)
  • 141 Marqué Tell Bsaissa sur la carte de Rey.

45Il faudrait encore rechercher dans la vallée de l’Eleuthère : Shandj139, entre ‛Arqa et Tortose, Spiclin et Basiliscum sur la route de Tortose à Tripoli140. Nous verrons plus loin que Spiclin pourrait se trouver à Manṭar. Comme conséquence Basiliscum doit être cherché non loin de l’Eleuthère puisque ‛Arqa est la station suivante. Or, précisément, on relève un Tell Bousisé dont la position, sur la route en question, un peu au nord de l’Eleuthère, convient parfaitement141. Ce nom peut représenter une déformation de Basiliscum. La nature marécageuse de la côte, en cette région, tend à incliner la route vers l’intérieur.

  • 142 CIA., IIe part., Syrie, 1re sect. (Sobernheim), p. 87 et suiv., 91.
  • 143 Ibid., p. 111-112.

46Les inscriptions arabes de Tripoli mentionnent Arzouniya, petite forteresse de l’époque des croisades au N.-E. de Tripoli142 et Rash‛in143, évidemment le site de ce nom immédiatement à l’est de Zegharta.

  • 144 Représente le casai « Cendina super flumen » ; cf. Rey, Col. fr., p. 365 ; Röhricht, ZDPV, X, 257.

47Un canton bien peuplé est celui qui descend des pentes du Djebel ‛Akkar jusqu’au Nahr el-Kebir, autour de Qoubei‛at, de Sendyané144 et de Mendjes.

  • 145 Revue archéol, 1897, I, p. 308.

48Entre Berdé et Mendjes, nous avons découvert les restes d’un temple d’époque romaine, d’un art un peu barbare, mais où se maintiennent les traditions locales des bons tailleurs de pierre145. On nous l’a désigné sous le nom de « maqam er-Rab ».

  • 146 Identification proposée dans Revue archéol., 1897, I, pp. 308-309 ; acceptée par Lammens, Revue de (...)
  • 147 Noté sur la carte d’E.-M. 1920 à l’ouest du Djebel Hermel. Röhricht, Gesch. erst. Kreuzz., p. 77 ra (...)
  • 148 Cart. gén., I, p. 117 ; Rey, Col. fr., p. 366 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 259.

49Un peu plus au Nord, nous avons reconnu dans le Qal‛at el-Felis, le Felicium des croisés146 et on nous a parlé, en même temps, d’un site Akoun147 qui pourrait représenter Lacum, vendu avec Felicium à Raymond, comte de Tripoli, pour la somme de mille besans, puis passé l’un et l’autre avec le Krak des Chevaliers aux mains des Hospitaliers, en 1142148.

  • 149 Ronzevalle, Rev. Bibl., 1903, p. 600 et Notes, p. 236.

50Entre Qoubei‛at et Akoun, ou plus exactement entre le Wadi Oudin et le Wadi Khalid, tous deux affluents de gauche du Nahr el-Kebir, se dresse le Djebel Akroum qui court du Sud au Nord. On y a signalé un bas-relief rupestre figurant une scène de chasse au lion que, par analogie avec les stèles voisines du Wadi Brissa, le P. Ronzevalle date de l’époque où Nachuchodonosor vint camper à Ribla149.

3. — La région de Mariamme et de Raphanée.

  • 150 F. Walpole, The Ansayrii and the Assassins, III (Londres, 1851), p. 319-328 ; Ritter, Erdkunde, XVI (...)

51Au nord de Qal‛at el-Ḥoṣn s’étend un canton fertile et bien cultivé, avec des sommets plus abrupts vers Ḥoṣn Soleiman. Ce dernier point représente l’ancienne Baetocécé, grand centre religieux antique, dont les ruines importantes, du iie siècle de notre ère, conservent la tradition des sanctuaires sémitiques150.

  • 151 Cart. gén., I, p. 400.
  • 152 Röhricht, ZDPV, X, p. 261, a proposé el-Ḥamra, à l’est de Ḥomṣ ; cf. Revue archéol., 1897, I, p. 31 (...)
  • 153 Röhricht, ibid., propose Tell Bisé, entre Ḥomṣ et er-Restan, ce qui n’est pas admissible. L’identif (...)

52Du côté de Raphanée, les collines s’abaissent. Un gros bourg, le Meshta, est actuellement le centre de cette région. Le chemin qui y mène, en partant de Qal‛at el-Ḥoṣn, passe par Marmarita et Habbnimra. Or, on trouve mention, dans une charte151, de trois casaux sis sur le territoire de la Chamelle (Emèse) : Marmoniza152, Erbnambra et Lebeizar153. Les deux premiers s’identifient avec nos deux villages voisins.

53Un peu plus au Nord, entre Habbnimra et le Meshta, nous avons relevé un Beit-Saidé qui correspondrait bien à Bethse-dion, s’il n’était préférable de le rechercher au voisinage de Tripoli.

  • 154 Voir Röhricht, ZDPV, X, p. 260.
  • 155 Identifié par Rey, Col. fr., p. 366 avec el-‛Ayoun, près du Meshta, au nord du Krak.
  • 156 Non identifié par Rey, Col. fr., p. 369, ni par Röhricht, ZDPV, X, p. 260. Nous avons proposé ‛Ain (...)
  • 157 Nous avons proposé Bteresh, à l’est de Safitha, dans Rev. archéol., ibid., mais pour la même raison (...)
  • 158 Très probablement Hazour (carte E.-M. 1920) au N. de Terez. Cette identification a été déjà proposé (...)
  • 159 Djenin, à l’est de Terez.
  • 160 Probablement une source : ras el-moye.
  • 161 Identifié à tort avec Bterié de la région de Safitha qui doit se prononcer Bteresh (Rev. archéol., (...)
  • 162 A rechercher dans la même région.

54Tout un groupe de localités nous sont fournies par le règlement d’un différend qui s’était élevé entre les Templiers de Chastel-Blanc (Safitha) et les Hospitaliers du Krak154 : ceux-ci reçoivent le château de Fonteines155, les casaux la Mesquie156 et le Teres157 ainsi que la gastine Asor158, tandis que les Templiers se voient attribuer la gastine de Genenn159, Reusemeia160 et le casal Betire161 dans le voisinage de la vallée Asir162.

  • 163 Revue archéol., 1897, I, p. 311 et 314-317 avec la bibliographie ; le renseignement d’Arrien est co (...)
  • 164 Voir notre Histoire et Religion des Nosaïris, p. 14 et 17.
  • 165 Pline, H. N., V, 23, 12.
  • 166 Ptolémée, V, 14, 12. Boecking a corrigé la Cohors tertia Marmantarum de Not. Dign., I, p. 394 en Ma (...)

55Dans l’est du Meshta, à environ cinq heures de marche, se placent les ruines de Mariamin où nous avons proposé de reconnaître les restes de l’ancienne Mariamme, dont l’antiquité serait attestée au deuxième millénaire avant notre ère, si on pouvait l’identifier avec Meriamon des textes égyptiens relatifs à la bataille de Qadesh. Ville frontière des Aradiens à l’époque phénicienne, c’était un excellent poste d’observation dominant la vallée de l’Oronte de Homs à Ḥama. Elle fut le siège d’un évêché à l’époque chrétienne163. Pline, qui est bien informé sur cette région, car il est le seul à nous nommer les Noṣaïris sous le nom de Nazerini164, cite les Mariam-mitani165. Pline place encore dans la région tetrarchiam quae Mammisea appcllatur, ce qu’on n’a pas manqué de rapprocher de la Mamouga citée par Ptolémée en même temps que Madame166, mais on n’en a pas encore fixé la situation.

56A moins de deux heures de Mariamin, on atteint Barin et Raphanée. Nous avons vu que cette dernière était sur la route directe joignant Tripoli à Ḥama par ‛Arqa et la source sabbatique. La table de Peutinger indique une route qui part de Raphanée et se dirige sur Antaradus (Tortose) par Jammura, c’est-à-dire Qal‛at Yahmour.

  • 167 Josèphe, B. J., VII, 5, 1.
  • 168 Revue archéol, 1897, I, p. 318.
  • 169 Nous y insistons à cause des doutes émis par V. Chapot, La frontière de l’Euphrate, p. 75.
  • 170 Aboulféda, p. 259 et Le Strange, Palestine, p. 420.
  • 171 W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, pp. lxx et 267 ; cf. nos Notes de Mythologie syrienne, p. 48 et 1 (...)

57De là l’importance stratégique de Raphanée et de Barin, citadelle ou camp retranché voisin. A l’époque romaine, la douzième légion y campe avant de gagner Mélitène167 ; la sixième légion y séjourne aussi comme l’atteste une épitaphe latine. Or, cette dernière portait le surnom de Ferrata et nous nous sommes demandé si le vocable de Mons Ferrandus attribué à Barin n’en dérivait pas168. Ce n’est qu’une hypothèse dont l’incertitude ne doit pas atteindre l’identification des localités. L’emplacement de Raphanée ne fait aucun doute, les ruines portant encore le nom de Rafniyé169. Aboulféda prononçait Rafaniya et savait que cette ville était ancienne et célèbre dans l’histoire170. Ses monnaies attestent, à l’époque gréco-romaine, l’importance qu’avaient pris les cultes syriens dans cette cité171, avant l’introduction du christianisme qui en fit un évêché.

  • 172 L’itinéraire impose cette identification que confirme Raoul De Caen, Hist. occ., III, c. 105 ; cf. (...)

58Les premiers croisés s’y arrêtent : « pervenimus, disent les Gesta Francorum, ad quandam civitatem pulcherrimam et omnibus bonis refertam, in quadam valle sitam nomine Rephaliam ». Hagenmeyer a noté que la bonne leçon — Raphalia, c’est-à-dire Raphanée, et non Kephalia — est fournie par un seul manuscrit172.

  • 173 Hist. occ, I, p. xxxv. Voir notamment, à propos des événement de 1137, Guill. DE Tyr, XIV, 25 : « i (...)

59La position de Barin n’est pas douteuse, puisqu’Aboulféda nous dit qu’elle est à proximité des ruines de Raphanée et, quant à l’identification de Barin avec Montferrand, les premiers éditeurs du Recueil des Historiens occidentaux des croisades ont depuis longtemps reconnu qu’elle s’imposait par la simple comparaison des sources latines et des sources arabes relatant les mêmes événements173.

  • 174 Maqrizi, trad. Blochet, ROL, X, p. 304 ; cf. p. 252 et 265 ; cf. Röhricht, Kön. Jer., p. 830, n. 3. (...)

60Aboulféda attribue la construction de Barin aux Francs et cela dès les premiers temps de leur occupation. D’après ce que nous avons dit plus haut, il ont dû utiliser un ancien camp romain. De là, ils inquiétaient la ville de Ḥama, si bien que Malik al-Moṭhaffar, prince de Ḥama, s’empara de Barin en 636 de l’hégire (1238-39) et ruina la citadelle qui, dès lors, ne fut plus relevée174.

  • 175 Rey, Col. fr., p. 368 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 259. On peut songer, un peu plus au nord, à Maradesh (...)

61Notons quelques sites aux environs. Mardabech appartenait probablement à la région de Raphanée ou de Qal‛at el-Ḥoṣn175.

  • 176 Röhricht, Kön Jer., p. 830 propose es-Semakiyat à l’ouest de Sheikh Mohammed. C’est bien plutôt le (...)

62La Somaquié est à chercher dans la région de Barin et non vers ‛Arqa comme le fait Röhricht176. Ce village apparaît à l’occasion du raid de 1233, mené pour punir le prince de Ḥama de son refus de payer tribut aux Hospitaliers, raid qui détermina une dure riposte cinq ans après. Les Francs, rassemblés dans la Boquée, marchent une nuit pour atteindre Montferrand (Barin). De là ils se rendent à Merjemin (Maria-min) qu’ils pillent pendant deux jours ; ils reviennent à Montferrand, de là à la Somaquié, puis rentrent à la Boquée. L’expédition ayant duré huit jours en tout, il en résulte que tous ces sites sont voisins les uns des autres.

  • 177 Yaqout, Modjam, II, p. 100 ; Le Str., p. 77.
  • 178 CIA, IIe partie, Syrie, 1re sect. (Sobernheim), p. 35.
  • 179 Zoubda, éd. Ravaisse, p. 48.

63Cette région montagneuse paraît correspondre au Djebel el-Djalil que Yaqoût place à l’ouest de Ḥomṣ et où il signale le village de Sahr ; il y situe la légende du déluge177. On trouve bien un village du nom de Sahara dans le voisinage de Ḥiṣn el-Akrad178, mais il ne peut être confondu avec Salir. Dans le même district doit se placer le Ḥiṣn Djalil, cité par Khalil edh-Dhahiri179.

  • 180 CIA, ibid., p. 3.

64Le Ḥiṣn el-Wadi180 est peut-être Wadi Khalid, site ruiné sur le fleuve du même nom et placé sur la route qui, venant de Tell Nebi Mend, se dirige vers l’Ouest.

  • 181 Blochet, ROL, X, p. 266, n. 3.
  • 182 Yaqout, III, p. 556 ; Le Str., p. 546 ; Hist. or., I, p. 212.
  • 183 Cart. gén., I, p. 397 et p. 406-407.
  • 184 Rey, Col. fr., p. 375 ; objections par Röhricht, ZDPV, X, p. 258. La carte de l’E.-M. 1920 note Tel (...)

65Afnoun est cité entre Barin et Ḥama181. Ṭouban182, la Tubania des Francs183, n’est probablement pas éloignée et la localisation notée par Rey sur sa carte, au sud-est de Mariamin, est vraisemblable malgré les objections de Röhricht184.

  • 185 Édition De Goeje, p. 76 et trad. p. 55.
  • 186 H. Gelzer, Georgii Cyprii descriptio orbis romani, p. xii. Sur les tâtonnements de l’organisation t (...)

66Il nous faut aborder maintenant l’étude difficile des renseignements fournis sur cette région par le plus ancien géographe arabe, Ibn Khordadbé, qui écrivait vers 864 de notre ère. Tout d’abord, si l’on compare les villes et districts qu’il rattache à Ḥimṣ (Emèse) 185 avec la liste de Georges de Chypre, qui remonte au début du viie siècle, on constate un changement d’organisation politique. Ḥimṣ devient le centre d’une province comprenant non seulement la région environnante ou Phénicie libanaise, amputée il est vrai de ce que lui enlève Damas, devenu chef-lieu de province, mais encore de la Phénicie maritime, de la province Theodorias, détachée en 528 de la province d’Antioche avec Laodicée, Paltos, Balanée et Gabala186, de la province d’Apamée, c’est-à-dire Aréthuse, Epiphanie (Ḥama), Larissa (Sheizar), Mariamme, Seleucobelus et Raphanée.

67Dans la liste d’Ibn Khordadbé, si les noms des villes maritimes n’ont pas changé, il semble que les noms — tout au moins les noms officiels que nous donne cet auteur, — des villes ou districts de l’intérieur ont été modifiés. Cela doit correspondre, non seulement à une organisation nouvelle, mais encore à l’installation, de populations étrangères introduites dans la région à la suite de la conquête arabe. Nous savons d’ailleurs, par el-Ya‛qoubi, que nombre de tribus arabes s’installèrent dans le pays. Toutefois beaucoup de ces vocables nouveaux ne se sont pas maintenus, ce qui explique les difficultés que nous avons à les fixer sur le terrain.

  • 187 Ibn Al-Faqih Al-Hamadhani, éd. de Goeje, p. 111 écrit : Kasira. Martin Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 10 (...)
  • 188 Al-Hamadhani, ibid., porte Habna.
  • 189 Cette seconde forme dans al-Hamadhani.
  • 190 D’autres formes dans Al-Hamadhani, loc. cit., et Hartmann, l. c., p. 164. On a proposé de lire Bari (...)
  • 191 M, Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 6, n° 44.
  • 192 Hartmann, l. c, p. 164 lit Qirata.

68Après avoir cité les villes de la côte rattachées à Hims, notre géographe signale : Qasira187, es-Saqy, Djarthaba188, el-Ḥoulé, ‛Adjlou ou ‛Amlou189, Zandal ou Zandak190, ou mieux Zeidal car ce serait alors le site du même nom à l’est de Ḥomṣ191, Qabrata192. Nous insisterons sur deux de ces noms.

  • 193 Yaqout, III, p. 105 ; Le Strange, Palestine, p. 528. Hartmann, l. c., p. 163 dit à tort qu’es-Saqy (...)

69En 1896, les gens de Mariamin nous ont affirmé qu’anciennement cette ville avait porté le nom de Mardin es-Saqi. Nous n’avions pas sur le moment ajouté grande importance à ce renseignement ; mais il est peut-être exact et entraînerait alors l’identification d’es-Saqy d’Ibn Khordadbé avec Mariamin. Es-Saqy est encore citée par Yaqout qui, visiblement, ne sait où la placer ; mais, la trouvant mentionnée dans l’histoire de Damas, il suppose qu’elle n’est pas très éloignée de cette ville193.

  • 194 Notamment Von Kremer, Mittelsyrien und Damascus, 1853, p. 227, qui cite comme appartenant au distri (...)
  • 195 Yaqout, II, p. 366. Le Strange, p. 455, ne rend pas le texte avec assez de précision. Par là on voi (...)

70Le second nom qu’on peut localiser, est celui d’el-Ḥoulé qui reste encore attaché, comme l’ont signalé les voyageurs194, à la région s’étendant immédiatement à l’est des monts Noṣaïris et au sud-ouest de Ḥama. Yaqout le confirme : Des deux Ḥoulé de Syrie, dit-il, « l’un fait partie des districts de Ḥomṣ, plus précisément des districts de Barin, entre Homs et Tripoli »195. Un village à quelques kilomètres au nord de Ṭallif porte le nom de Bous el-Ḥoulé.

4. — L’Emésène.

  • 196 Appien, de Bell. Syr., lvii.

71Il n’est pas fait mention de Ḥimṣ (Emèse), actuellement prononcé Ḥomṣ, avant l’époque romaine, tout au moins sous ce nom. Elle doit figurer parmi les villes fondées en Syrie par Seleucus Nicator ou auxquelles il attribue un nom grec : Séleucie, Laodicée, Apamée, Antioche, puis Berrhoea, Edesse, Périnthe, Maronée, Kallipolis, Achaia, Pella, Oropos, Amphipolis, Aréthuse, Astakos, Tégée, Chalcis, Larissa, Heraia, Apollonia196 ; mais, jusqu’ici, aucun indice ne permet de faire un choix.

  • 197 Dimashqi, p. 202 ; Le Str., p. 356 ; de même Ibn esh-Shihna, p. 270.
  • 198 Voir ci-après.

72Dimashqi, généralement bien informé des choses antiques, assure que le nom ancien était Souriya197. On n’en a pas confirmation et parmi les noms antiques laissés sans identification, nous proposerons, par simple conjecture et provisoirement, d’en rapprocher Khatarika, c’est-à-dire Ḥadrak198.

  • 199 Schürer, Gesch., I, p. 557 n. 2. Au xive siècle, Ibn Batouta, I, p. 141 (Le Str., p. 375) remarque (...)
  • 200 W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. lxiv. Dieudonne, Emèse, Rev. Num., 1906, p. 132 attribue à Emè (...)
  • 201 Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. Emesa ; Honigmann, n° 205 ; Lenormant, dans Dict. des A (...)

73Après avoir prospéré sous la dynastie arabe des Sampsigeram199, Emèse devint romaine sous Domitien, commença à frapper monnaie sous Antonin le Pieux200 et atteignit un rang remarquable lorsque Elagabale, le jeune grand-prêtre du temple du Soleil, fut appelé à l’empire (217 ap. J.-C.)201.

  • 202 Pour l’époque chrétienne, Leclercq, Dict. d’archéol. chrét. et de liturgie, s. Emésène ; pour l’épo (...)

74Emèse se rendit sans grande lutte au général arabe Khalip ibn al-Walid dont elle conserva la tombe. Ya‛qoubi, au ixe siècle, comme Mouqaddasi, au siècle suivant, la signalent comme une des plus grandes villes de la Syrie202.

  • 203 Guill. de Tyr, VII, 14 ; XXI, 6 : « Emissa quae vulgo Camela dicitur ». Le terme « vulgo » indique (...)
  • 204 Hagenmeyer, An. Gesta Franc, p. 422 note 43.

75La première croisade passa loin de la ville et jamais les Francs, qui lui donnèrent le nom de « la Chamelle » 203, ne s’en emparèrent204.

  • 205 C’est à tort, croyons-nous, qu’on retrouve notre Qadesh dans II Samuel, XXIV, 6 (J. Halevy, Mélange (...)
  • 206 Weber, dans Knudtzon, Die El-Amarna Tafeln, p. 1118 et suiv.

76Cependant si, depuis l’époque romaine, Emèse éclipsait toutes les cités environnantes, il n’en allait pas de même au deuxième millénaire avant notre ère. La région comptait alors plusieurs villes importantes dont la principale était Qadesh, que les Hittites occupent au temps de Ramsès II205, mais dont le nom bien sémitique remonte plus haut et doit probablement être attribué aux Amorrhéens. Le nom de Qadesh ligure sur les tablettes d’el-Amarna sous des formes diverses : Kidshi, Kidsha, Gizza, Kinza206.

  • 207 Récit circonstancié et bibliographie dans Maspero, Hist. anc., II, p. 320 et suiv.

77Dans le voisinage de cette ville se déroula la mémorable bataille entre les Hittites et Ramsès II, que rapportent les textes officiels du pharaon et même un poème dit de Pentaour207.

  • 208 Breasted, The Battle of Kadesh, a donné une étude très minutieuse qui est bien résumée par A. Moret(...)

78Les égyptologues ne doutent pas que le pharaon, avec son armée, descendit la haute vallée de l’Oronte et dépassa Qadesh sans prendre le soin de l’occuper ni de la faire reconnaître. Breasted, qui a pris l’avis d’un expert militaire anglais, explique cette situation invraisemblable en supposant que l’armée hittite était masquée par le tell sur lequel la ville s’élevait208. Il n’y a qu’un malheur à cette combinaison, c’est que les fouilles de Pézard ont démontré l’inexistence de cette hauteur à l’époque envisagée. Il nous semble qu’on prête bénévolement à Ramsès et à ses généraux une tactique enfantine. Tout s’expliquerait mieux si l’on pouvait admettre que le pharaon a pris le chemin de la côte : d’abord le lieu même du combat que le Pharaon atteint dans une reconnaissance hardie, certes, puisqu’il faillit tomber dans une embuscade, mais non dans une marche illogique. Car s’il visait à gagner le Nord, c’est à l’est du lac de Homs qu’il devait s’engager et non dans la région périlleuse et montueuse de l’Ouest, dans le fameux wa‛r impraticable pour une armée nombreuse.

  • 209 Voir ci-dessus, p. 93.
  • 210 Quatremère, Hist. des sultans mamlouks, II, 2, p. 92 (note) ; R. Hartmann, ZDMG, 1916, p. 495-196. (...)
  • 211 D’après R. Hartmann, l. c., un ms. porte, avant ‛Arqa, el-Djisr ; il s’agit du pont sur le Nahr el- (...)
  • 212 Comme l’a indiqué R. Hartmann, actuellement Sha’ra un peu au nord du pont sur le Nahr el-Kebir ; cf (...)
  • 213 Ce nom reste attaché au Djisr el-Qamar, qui en est probablement la déformation moderne. Van Berchem(...)
  • 214 Yaqout, IV, p. 39. Sur le lac, voir Yaqout, I, p. 516 et Aboul-Feda, p. 40 ; Le Strange, Palest., p (...)
  • 215 La Syrie, p. 20, note 4.

79Tandis que l’armée égyptienne, venue selon nous par le chemin de la côte, campait au sud de Shabtouna, c’est-à-dire de Qal‛at el-Ḥoṣn comme l’a bien reconnu Blanche209, Ramsès II, avec une avant-garde, s’avança pour reconnaître Qadesh. Le combat s’engagea au nord-ouest de la ville. Le Pharaon avait donc suivi la route que les itinéraires notent encore au temps des sultans mamlouks210 : Tripoli, ‛Arqa211, el-‛Ashra 212, Aqmar213, Qadas pour aller rejoindre à Shemsin la route longeant, du sud au nord, la vallée de l’Oronte. Cette route fixe la position de Qadesh au sud du lac de Ḥomṣ, longtemps appelé lac de Qadesh, en arabe Qadas, tradition qui atteste l’antique prééminence de cette cité. « Qadas, dit Yaqout, est un bourg de Syrie, voisin de Ḥimṣ, qui fut conquis par Shourahbil ibn Ḥasana. Près de là, s’étend le lac de Qadas qui en a pris le nom » 214. Gaudefroy-Uemombynes a relevé la confusion faite ici par Yaqout entre Qadas près de Ḥimṣ et la Qadas de Nephtali215.

  • 216 Cart. gén., I, p. 117 ; Rey, Col. fr., p. 371 (voir les errata) ; Röhricht, ZDPV, X, p. 259. Moufaz (...)

80La position de Qadesh au sud du lac est confirmée par l’acte d’après lequel Raimond II, comte de Tripoli, cède en 1142 le Krak aux Hospitaliers avec le droit de pèche « in piscaria Chamele (Emèse) a Chades usque ad Resclausam »216. Le lac est défini ainsi d’une extrémité à l’autre, car la Resclause n’est autre que le barrage au nord-est du lac.

  • 217 Quel peut être ce Nebi Mend ? Les voyageurs rapportent que Nebi Mend est pour Benjamin. C’est peu v (...)
  • 218 Thomson, Bibl. sacra, V (1848), p. 689 et suiv. ; cf. Ritter, Erdkunde, XVII, p. 1001 et suiv.
  • 219 W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. lxxviii.

81Quand, en 1846, Thomson visita la région et découvrit au sud du lac le tell artificiel, nommé Tell Nebi Mend217, couronné par un petit village et un sanctuaire d’où la vue s’étend au loin sur toute la contrée, il y plaça, avec une remarquable perspicacité, l’antique Qadesh218. De nombreuses colonnes et des murs d’époque romaine au pied du tell montraient que la ville fut longtemps florissante, probablement sous le nom de Laodicée du Liban219. Le site lui parut s’étendre entre deux bras de l’Oronte, reliés l’un à l’autre par un canal.

  • 220 Conder, Kadesh of the Hittites, Athenaeum, 21 mai 1881 et Special papers, 1881, p. 135-154 ; Cades (...)
  • 221 Tomkins, Kadesh on Orontes, Palest. Expl. Fund, Quart. Statem., 1882, p. 47-50.
  • 222 J.-E. Gautier, Comptes-rendus Acad. des Inscript., 1895, p. 464. Ces fouilles montrèrent cependant (...)

82Conder appuya le point de vue de Thomson220 ; mais Tomkins émit l’idée que Qadesh devait être cherchée sur l’île qui se dresse dans le lac221, et n’était qu’un tell à une époque où, le barrage n’existant pas, le niveau de l’eau était sensiblement plus bas. En 1894, J.-E. Gautier entreprit des fouilles dans cette île pour vérifier l’hypothèse et se convainquit que « la ville de Qadesh ne se trouvant pas dans l’île de Tell et-Tin, il y a lieu de conclure que c’est à Tell Nebi Mindau, sous les ruines de Laodicea ad Libanum qu’on en pourrait retrouver les vestiges »222.

  • 223 La première campagne de 1921 a été seule publiée dans Syria, 1922, p. 89 ; mais une publication rel (...)

83Les recherches qu’en deux campagnes223 le regretté Maurice Pézard, assisté de M. Brossé, a conduites sur le site de Tell Nebi Mend ou Mindau, ont montré combien était profonde la couche hittite. Au temps de Ramsès II, la ville était à peine plus haute que la plaine environnante.

84Dans cette région, immédiatement au sud du lac de Homs, deux villes semblent avoir dominé à tour de rôle. D’abord Qadesh, notamment quand, au temps de Ramsès II, elle constituait la place forte la plus méridionale des Hittites ; puis Ribla, en amont de Qadesh, au temps d’Ezéchiel, de Néchao et de Nabuchodonosor. Qadesh se relève à l’époque romaine sous le nom de Laodicée ad Libanum.

  • 224 Les identifications, que nous allons présenter, ont déjà été proposées par nous dans Monuments et M (...)

85Non loin d’Emèse et de Qadesh, car elles sont constamment associées à cette dernière, il faut placer les villes de Tunip, Qatna et Tounanat224.

  • 225 Weber, op. cit., p. 1107 et suiv.
  • 226 Nous avons noté ainsi la prononciation locale : Revue archéol. 1897, I, p. 353. On écrit souvent Qa (...)

86On lira dans les notes critiques, ajoutées par Otto Weber à l’édition des tablettes d’el-Amarna par Knudtzon, la suite des hypothèses qu’a suscitées l’identification de Qatna225. Aucune ne s’impose, parce qu’on a oublié le site qui convient le mieux, celui du bourg de Qatiné ou Qotiné226 sur la rive orientale du lac de Homs, à deux heures de marche de cette ville. En traversant ce village, en 1896, nous avons constaté qu’il s’élevait sur des constructions anciennes. Un tell voisin paraît artificiel et mériterait d’être exploré.

  • 227 Cité par Yaqout, I, p. 876 ; Le Strange, p. 546. Le rapprochement fait par Noeldeke, Zeitschrijt fü (...)
  • 228 Weber, op. cit., p. 1123 et suiv.
  • 229 H. Winckler, Mitt. Vorderasiat. Gesellschaft, 1896, p. 207.
  • 230 Van Berchem, Voyage, I, p. 166 et suiv. ; M. Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 122 ; Ronzevalle, Notes, p. (...)
  • 231 Il s’agit, notamment, d’une tête dont le caractère a été reconnu par M. Clermont-Ganneau, Recueil d (...)

87Or, Tounip et Qaṭna sont associées dans les textes à plusieurs reprises. De la première, on a rapproché Tinnab227, non loin d’Alep ; mais un texte précise que Tounip était à deux journées de Nukhashshe qui est à situer près d’Alep, peut-être vers Chalcis228. Cette condition a entraîné Winckler à placer Tounip à Ba‛albeck-Heliopolis229. La carte de l’E.-M. 1920 permet de proposer un site tout différent. Elle note, en effet, à l’est d’er-Restan (Aréthuse) et au sud de Salamiyé, un village, Dounipé, prononciation turque d’un Dounib ou Douneibé qui correspond bien à l’antique Tounip. A quelques kilomètres au S.-O. de ce point, Mishrifé230 a fourni des vestiges d’époque hittite231. Le vaste camp retranché dont le rempart, d’un kilomètre de côté, atteint quinze mètres de haut, n’est pas sans analogie avec le rempart de la ville intérieure de Karkémish.

88Les recherches de M. du Mesnil du Buisson l’ont mis en présence d’une civilisation du deuxième millénaire avant notre ère où l’influence hittite est certaine. La céramique qu’il a mise au jour reflète une double influence. Celle de l’Est (Mésopotamie) se marque notamment dans des vases non décorés et sans anse ; l’influence phénico-palestinienne, et indirectement chypriote, apparaît dans le décor peint.

  • 232 Weber, op. cit., p. 1117. Le nom de cette ville a d’abord été lu Kinanat.
  • 233 Yaqout, I, p. 881 ; Le Strange, p. 544.
  • 234 La position est fournie par la carte d’E. M, 1920 et la graphie est donnée par le Salnamé ; cf. M. (...)
  • 235 Knudtzon, op. cit., n° 53, 1. 41-43.

89Des trois villes envisagées, il reste à déterminer la position de Tounanat232 sur laquelle il n’a été fait aucune hypothèse. Nous la reconnaissons dans Tanouniya, village de la région de Ḥomṣ cité par Yaqout233. C’est évidemment Tennouné, à environ douze kilomètres à l’ouest de Ḥomṣ234. On remarquera qu’une tablette d’el-Amarna235 cite dans l’ordre géographique le roi de Nukhashshe, le roi de Nii, le roi de Zinzar (Sheizar) et le roi de Tounanat.

  • 236 Journal of Egyptian Archaeology, 1925, p. 23 et suiv. ; cf. Syria, 1925, p. 290.

90Dans la même région, il est fait mention d’une ville Abzu que M. Garstang a proposé d’identifier avec Ḥomṣ-Emèse236. Phonétiquement et historiquement le fait serait intéressant ; mais il nous semble plus probable que Abzu représente l’actuel Tell Bisé, au nord de Ḥomṣ, où l’on découvre beaucoup d’antiquités.

  • 237 Voir ci-dessus, p. 103.
  • 238 Appien, de rebus syr., LVII.
  • 239 Strabon, XVI, 2, 11.
  • 240 Ibid., et XVI, 2, 10 ; cf. Pauly-Wissowa, s. Samsigcramos. Pour Aréthuse, voir Benzinger, dans Paul (...)

91Deux sites importants de l’Emésène se dérobent aux hautes époques : Emèse, elle-même, où cependant on peut retrouver l’ancienne Ḥadrak237, et er-Restan qui conserve le nom grec d’Aréthuse imposé par Seleucus Nicator238. Strabon remarque que le territoire au sud de celui d’Apamée est peuplé surtout d’Arabes nomades qui, cependant, se civilisent à mesure qu’on se rapproche de la Syrie et prennent figure de gouvernement régulier239. Il mentionne à ce propos Sampsi-ceram qui possédait Emèse, mais demeurait de préférence à Arélhuse où il commandait le passage de l’Oronte240.

  • 241 Honigmann, n° 72.
  • 242 Ibid., n° 111.
  • 243 Ibid., n° 112. Peut se rapprocher de Deir Ma‛entre Ḥomṣ et Ḥama.

92On ne sait où placer dans les environs de Ḥomṣ les localités Afmenia241, Bethgaala242 avec un monastère, Bethmamalis243.

  • 244 Yaqout, I, p. 57 ; Le Strange, p. 381.
  • 245 Yaqout. IV, p. 287 ; Le Strange, p. 473. On ne peut songer à en rapprocher Takhsis au sud de Ḥama, (...)
  • 246 Yaqout, I, p. 700 ; Le Str., p. 415.
  • 247 Yaqout, III, p. 769 ; Le Str., p. 441. Peut-être Ghaniyé sur l’Oronte, à l’ouest de Tell Bisé.
  • 248 Yaqout, II, p. 365 ; Le Str., p. 451.
  • 249 Yaqout, II, p. 233 ; Le Str., p. 448. Il n’y a pas lieu de suivre M. Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 22, (...)
  • 250 Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 18.
  • 251 Au voisinage du lac de Ḥomṣ. Citée, avec el-Bouqei‛a, par Dimashqi, p. 208 ; Le Str., p. 352.
  • 252 Yaqout, III, p. 656 ; Le Str., p. 458.
  • 253 Yaqout, IV, p. 292 ; Le Str., p. 471.
  • 254 Ibn Djoubeir, p. 260 ; Le Str., p. 505.
  • 255 Moqaddasi, p. 190 ; Le Str., p. 535.
  • 256 CIA, IIe partie, Sobernheim, Syrie, lre sect., p. 28-30.
  • 257 Yaqout, I, p. 844 ; Le Str., p. 547

93De nombreux villages sont cités par les auteurs musulmans dans la région de Ḥomṣ, que l’on retrouve en partie dans la carte de l’E.-M. 1920, comme Abil que Yaqout place à deux milles au sud de la ville244. Dans la même région se placent Katar Ṭakis245, Baqṭaṭis246, Ghaniya247, Ḥaouṭ s’il n’est pas à compter au district de Gabala248, Ḥarbanafsa249 entre Deir el-Ferdis et Ṭallif au sud-ouest de Ḥama, Ḥasmak250 dans le voisinage de Na‛im251, ‛Irnas252, Kafr Naghd253, el-Mash‛ar à une demi-journée au sud de Homs, ruinée au xiie siècle254, est Shamsin255, marquée sur les cartes au point où la route, venant de la côte tripolitaine, coupe la route Ḥomṣ-Damas. Tarin, entre Qal‛at el-Ḥoṣn et Ḥomṣ, est mentionné dans deux inscriptions arabes de Tripoli256, Tourmousan257 peut-être à placer plus à l’Ouest, à Tell Tirmous au sud-est de Bourdj Ṣafitha.

  • 258 Revue archéol., 1898, II, p. 113 et suiv. Dimashqi, p. 100, cite Djousiyé « au-dessus de Karak Nouh (...)
  • 259 Au texte de Yaqout et à celui d’Ousama que nous citons Rev. archéol., 1898, II, p. 114-115, il faut (...)
  • 260 Martin Hartmann, ZDPV, 1900, p. 117-119.
  • 261 Strabon, XVI, 2, 19.
  • 262 Revue archéol., l. c.

94Nous pensons toujours que Paradisos ou Triparadisos n’est à placer ni à Ribla, ni à Djousiyé el-Khrab, mais à Djousiyé el-Djedid ou au bourg tout voisin de Zerra‛a258. Djousiyé el-Khrab n’est autre, nous l’avons montré, que Deir Ba‛antal, couvent célèbre259. Martin Hartmann, reprenant la question, a objecté que Strabon plaçant Paradisos près d’une source de l’Oronte, celle de Mar Maroun était tout indiquée et que, d’ailleurs, le monument dit Qamou‛at el-Hirmil, avec ses scènes de chasse, attestait bien que là était Paradisos260. Ce raisonnement est d’autant moins convaincant qu’il repose sur une méprise : les scènes de chasse figurent sur le Qamou‛at el-Hirmil en tant que monument funéraire, nullement pour marquer que l’endroit était un rendez-vous de chasse. D’autre part, la source de Mar Maroun doit être classée parmi les sources de l’Oronte πληίον τοῦ τε Λιϐάο261. Il y a lieu d’envisager aussi les sources qui jaillissent sur le territoire de Djousiyé et de Zerra‛a : elles sont signalées par Yaqout et elles ont servi jadis à l’alimentation de Ḥomṣ 262.

  • 263 Strabon, XVI, 2, 19.
  • 264 Cité par Quatremère, Hist. sultans mamlouks, I, 2, p. 264.

95Nous avons repris l’étude du problème des sources de l’Oronte dans Strabon et voici les conclusions auxquelles nous aboutissons. Strabon n’envisage pas trois sources, mais trois groupes d’eaux jaillissantes : d’abord celles qui sortent de la montagne αἳ πλησίον τoῦ τ ίϐάνoυ ; puis celles de la plaine αί (αἳ πλησίν) τῦ ραείσου ; enfin xαί τoῦ Αίγυτίου τείχους τερί τὴν ’Απαμέων γῆν263. Ce mur égyptien, resté une énigme, nous paraît devoir s’identifier avec la grande digue qui, par la retenue des eaux de l’Oronte, constitue le lac de Ḥomṣ. Ce barrage ne fonctionne pas en laissant déborder par dessus lui le trop plein du lac ; les eaux n’atteignent jamais la hauteur de la digue ; elles jaillissent en bouillonnant des parois mêmes du mur formant ainsi autant de sources. C’est ce qu’exprime clairement Ibn Wasil lorsqu’il dit : « Ce fleuve sort d’une digue placée près du lac de Qadas »264, confirmant ainsi Strabon, si l’on admet que le mur égyptien n’est autre que la digue.

  • 265 Yaqout, I, p. 223 et III, p. 588 ; Le Strange, p. 59.

96Cette conception du fleuve naissant de cette digue est si bien répandue chez les géographes arabes qu’elle les conduit à attribuer, à partir de ce point, un nom nouveau au fleuve et à désigner sous le nom d’el-Mimas ou el-Maimas l’Oronte à sa sortie du lac de Ḥomṣ 265.

  • 266 Cité par A. Fischer, ZDMG, 1906, p. 246 n. 1.
  • 267 Sur ces fêtes ; cf. Clermont-Ganneau, Recueil d’archéol. orient., IV, p. 339 et suiv. ; Drexler, da (...)

97A en juger par un passage du Kitab el-Aghani266, ce nom provient de celui de Maimas que portait un lieu de réjouissance fréquenté par la population de Ḥomṣ. On en concluera que, plus anciennement, les habitants d’Emèse devaient pratiquer en un point indéterminé des rives du fleuve, mais situé entre la ville et le lac, les cérémonies religieuses qui se passent toujours au bord de l’eau et que l’on connaît sous le nom de Maïoumas267.

  • 268 Nous avons développé ces indications, sous le titre de La digue du lac de om et le « mur égyptien (...)

98Ainsi donc, l’Oronte qui prenait sa source entre le Liban et l’Antiliban disparaissait pour réapparaître sous un autre nom. Cette conception que nous relevons chez les géographes arabes est ancienne ; elle est exprimée par Strabon sous la forme de la légende de Typhon, ancien nom de l’Oronte, qui disparaissait dans le sol pour ressortir plus loin268.

  • 269 Neubauer, Géogr. du Talmud, p. 24 et 29 ; Honigmann, n° 161.
  • 270 Le Strange, Palest., p. 170.
  • 271 Gautier, Comptes-rendus Acad., 1895, p. 446.

99Le fait même qu’elle ait donné lieu à des légendes répandues dès l’époque grecque, atteste que cette digue remonte à une haute antiquité. Le Talmud l’attribue à tort à Dioclétien269, tandis qu’Aboulféda croit qu’elle remonte à Alexandre le Grand270. Si on admet notre identification avec le mur égyptien de Strabon, sa construction est beaucoup plus ancienne. De l’examen de la digue, J.-E. Gautier avait déjà conclu qu’elle devait être très ancienne271 et il expliquait par des périodes de non-entretien, où les eaux du lac baissaient fortement, les strates d’occupation de l’île dite Tell et-Tin. En réalité, le lac peut remonter au deuxième millénaire, mais l’île a pu continuer à être occupée à cette époque, car il y a lieu de remarquer que le lac a trois mètres de profondeur, tandis que le mur circulaire, assez caractéristique des forteresses du type hittite, n’est qu’à un mètre au-dessous du niveau actuel.

  • 272 Perdrizet et Fossey, Bulletin de corresp. hellénique, 1897, p. 67 ; H. Lammens, Musée Belge, 1902, (...)
  • 273 Sur cette route, voir Revue archéol., 1908, I, p. 120.

100Plaçant Triparadisos autour du Qamou‛at el-Hirmil, Martin Hartmann déplace également Laodicée ad Libanum qu’il fixe à Djousiyé ; mais il ne dit pas sous quel nom il classe les ruines d’époque romaine de Tell Nebi Mend, ruines très importantes encore lorsque Thomson les vit, bien que le four à chaux ait été déjà en activité. La méprise du savant arabisant tient à ce qu’il n’a pas observé que deux routes mènent d’Emèse à Ba‛albeck. L’une dessert les villages de la rive orientale du lac de Homs et se dirige par Ardjoun vers Tell Nebi Mend, c’est-à-dire Laodicée ad Libanum, puis, prenant vers le Sud, traverse une seconde fois l’Oronte à Ribla. C’est la route des itinéraires romains comme le confirme le milliaire trouvé en place à Ardjoun272 ; cette route mène d’Emèse à Héliopolis en évitant Djousiyé-Tripara-disos. Quand Laodicée ad Libanum perdit toute importance, le crochet qu’on faisait ainsi vers le sud du lac n’avait plus d’objet et l’on prit la route directe par Qoṣeir et Djousiyé273.

  • 274 Van Kasteren, Liftaja, ZDPV, XVI, p. 171 et suiv. ; cf. Revue archéol., 1907, I, p. 355 et suiv.

101Signalons, pour mémoire, qu’on a encore proposé de placer Laodicée ad Libanum à Liftaya, bourgade à l’ouest du lac qui conserve des ruines d’époque chrétienne274.

Notes

1 Quatremère, Sultans mamlouks, II, 1, p. 103 et 104.

2 Renan, Mission, p. 119 et suiv. ; Pietschmann, Gesch. der Phönizier, p. 41 et suiv. ; Babelon, Les Perses Achéménides, p. Clxxxvii et suiv. ; Hill, Brit. Mus. Cat., Phoenicia, p. cxvi et suiv.

3 Wo lag das Paradies ? p. 282-283. De même Maspero, Hist. anc, II, p. 172.

4 Il faut corriger avec Sanda et Winckler (Die Keilinschr. u. das A. T., p. 181 note 2), la mention d’Amurru en celle de Simyra dans KB, I, p. 109.

5 Babelon, loc. cit., pl. XXXIV, 22 ; Hill, loc. cit., pl. XXVIII, 1 et 5.

6 Voir Byblos et la mention des Giblites dans l’Ancien Testament. dans Syria, 1923, p. 305-306.

7 Babelon, loc. cit., XXXIV, 17 et 18 ; Hill, loc. cit., pl. XXVII, 14 ; XXVIII, 3 et 4, surtout pl. XLIII, 12. M. Hill reconnaît un autel et non un temple, ce qui ne nous paraît pas possible. Il y a peut-être été incité par la représentation pl. XXVII, 17 et pl. XLIII, 11 qu’il interprète comme donnant la vue du temple et celle de l’autel, alors que nous croyons qu’il s’agit de la grande entrée du péribole et du temple même ou naos.

8 Van Berchem et Fatio, Voyage en Syrie, I, p. 122 et suiv. ; c’était déjà l’opinion de Rey. La plus remarquable de ces tours est dite tour des Lions.

9 Sur la prise de la ville, sa destruction et sa reconstruction vers le Nahr Qadisha, voir Maqrizi, dans Quatremère, Hist. des sultans mamlouks, II, 1, p. 102-104. Autres textes arabes clans Le Strange, p. 348 et suiv. Un résumé de l’histoire de Tripoli sous la domination arabe a été donné par Sobernheim dans Van Berchem, CIA, Syrie, p. 37 et suiv. Une nouvelle inscription arabe tort intéressante parce qu’antérieure aux croisades, a récemment été découverte et sera publiée par M. G. Wiet. Pour l’époque des croisades, où la ville fut la capitale du comté de Tripoli, il faut consulter les diverses histoires des croisades. Encore en 1283, Burchard De Mont Sion, p. 28, note Tripolis, nobilis valde et fere tota in corde maris sita, sicut Tyrus. Il estime à trois cent mille besants d’or le produit des jardins de Tripoli dans les bonnes années.

10 Renan, Mission de Phénicie, p. 141. Voir ci-dessus Ampa et Knudtzon, p. 1156 (Ambi).

11 Rey, Col. fr., p. 370 ; Heyd-Raynaud, I, p. 177, 322-323, 357. Les indications de Yaqout, I, p. 390 ; et Le Strange, p. 394, sont inexactes.

12 Burchard De Mont Sion, p. 27.

13 Fort construit sur une source, Nassiri Khosrau, Sefer Nameh, éd. Schefer, p. 42-43 ; cf. Thomson, Bibliotheca sacra, V (1848), p. 9-10 ; Rey, Col. fr., p. 364 ; Renan, Mission de Phénicie, p. 140 ; Le Strange, Palestine, p. 476 ; Van Berchem, Voyage, I, p. 38.

14 Pline, H. N., V, 78 ; Polybe, V, 68 ; Honigmann, n° 229 a.

15 Idrisi, p. 17 ; Le Strange, p. 360. Cette liste ne permet pas d’accepter l’identification de Hisn Abou el-‛Adas avec le village nosairi de Tell ‛Adas, comme le propose le P. Lammens, Mél. Faculté Orient. de Beyrouth, I (1906), p. 249, sans nous indiquer d’ailleurs sa position.

16 Le P. Lammens, ibid., a proposé cette ingénieuse correction ; mais il y a deux es-Sofeina (Eli Smith dans ses listes ajoutées à Robinson, Palästina, III, donne es-Sefîné). L’une à l’est de Sheikh Mohammed (Eli Smith, loc. cit., p. 941 ; carte E. M. 1920 : Sofini) qui semble visé par le P. Lammens puisqu’il parle du district nord de l’Akkar. L’autre, qui est plus vraisemblablement celle d’Idrisi, se place au S.-S.-O. de Sheikh Mohammed, à proximité du Nahr el-Berid (Eli Smith, loc. cit., p. 940 ; carte E. M., 1920 : El-Soufeiné).

17 Ez-Zuweitîny d’Eu Smith, loc. cit., p. 941 ; le Zoabtiné de la carte d’E.-M. 1920, au sud de l’Eleuthère. Cette carte est particulièrement fautive dans cette région ; ainsi en partant d’ez-Zou-weitiné et allant droit au sud, il faut lire Heitela (au lieu de Habilla), Ghouzeilé (non Alizeblé), Houmeis (non Himéyes), Kouneyisé (non Kinibsé), Souweisi (non Siyou).

18 I Maccabées, xv, 37. Invention des reliques des saints Lucas, Phocas et Romanos : urne de plomb contenant des ossements brûlés ; cf. J.-B. Chabot, Pierre l’Ibérien, ROL, III, p. 384 et suiv.

19 Renan, Mission de Phénicie, p. 116 ; Babelon, Les Perses achéménides, p. clxxvi et p. 214 ; J. Rouvier, Numismatique des villes de la Phénicie, p. 176 ; HILL, Brit. Mus. Cat., Phoenicia, p. lxxvi et p. 126.

20 Lanzone, Viaggio... di Kaid Ba, p. 8, avec arrêt au Khan près du fleuve « d’eau excellente ».

21 Hill, Brit. Mus. Cat., Phoenicia, pl. XVI, 3 et XLI, 18.

22 Babelon, Les Perses Achéménides, pl. XXVIII, 21.

23 Cela a été démontré par les découvertes de MM. Virolleaud et Montet à Byblos ; cf. Pottier, Syria, 1922, p. 298 et suiv.

24 Babelon, l. c., pl. XXVIII, 16 et 19 ; Hill, l. c., pl. XVI, 1 et XLI, 16 ; voir nos Notes de myth. syrienne, p. 70 et 148.

25 Ronzevalle, Notes, p. 179 ; R. Dussaud, Revue de l’Histoire des Religions, 1913, II, p. 62.

26 Voir O. Weber, dans Knudtzon, Die El-Amarna Tafeln, p. 1141 et suiv.

27 Knudtzon, op. cit., n° 105, 23.

28 Ibid., n° 105, 84.

29 Gauthier, Dict., I, p. 47, signale les rapprochements avec Aradus, mais estime l’identification incertaine.

30 Gauthier, Dict. Géogr., III, p. 51.

31 Sur l’Eleuthère, actuellement Nahr el-Kebir, voir ci-après.

32 Sur Ḥalba, l’Albe des croisés, voir Rey, Col. fr., p. 367 ; Le Strange, Palestine, p. 352 ; Nassiri Khosrau, trad. Schefer, p. 80 ; Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 442 et Voyage, p. 134. Les références historiques dans R. Röhricht, Kön. Jer., p. 929, note 5 ; cf. R. Dussaud, Revue arch., 1897, I, p. 306.

33 Sur Sin, voir ci-après.

34 Weber, dans Knudtzon, Die el-Amarna Tafeln, p. 1143 ; Clauss, ZDPV, XXX, p. 13.

35 Delitzsch, Wo lag das Paradies, p. 282 ; W. Max Muller, Asien und Europa, p. 247 et suiv. ; Baudissin, dans Herzog-Hauck, Realencycl.. s. Arkier. Bibliographie dans G. Wiet, Journal asiat., 1921, II, p. 112-113 et Olmstead, Journ. Amer. Or. Soc., 1921, p. 366 et note 45.

36 Lenormant, Gaz. archéol., 1875, p. 97 a montré l’inutilité de la correction de Selden en Venus Aphacitis. Pour la bibliographie de cette époque, voir E. Schürer, Gesch., I (3e et 4e éd.), p. 594, n. 36 ; Honigmann, n° 69 a.

37 Sat., I, 21, 5 ; Hill, Brit. Mus. Cat., Phoenicia, p. lxxii.

38 Steph. Byz. : ‛Iερòζ xόλπος πλησίον ράδoυ πόλεως.

39 Renan, Mission de Phénicie, p. 149 ; CIL, III, 183.

40 Strabon, XVI, 2, 18.

41 Pline, H. N., V, 19, 78.

42 Voir Strabon, XVI, 2, 15.

43 Rey, Col. fr.,p. 371 ; Lammens, Mél. fac. or., I, p. 268 et suiv.

44 Généralement on identifie Triéris avec Enfé ; cf. Honigmann, n° 475 a, qui relève un autre nom pour Triéris : Chamarra.

45 Renan, Mission de Phénicie, p. 148 ; Lammens, Mél. fac. orient., I, p. 268-270, observe qu’il n’en est pas fait mention avant le xvie siècle.

46 Ed. Gelzer, 977 et p. 185 ; Honigmann, n° 196 a.

47 Renan, loc. cit., p. 150, exagère les difficultés de la route du col que les caravaniers ont dû toujours préférer parce qu’elle était beaucoup plus courte et plus aisée que la route côtière.

48 Hist. aug. Alex. Sev., 5 : « Alexandri nomen accepit, quod in templo dicato apud Arcenam urbem Alexandro Magno, natus esset... » ; cf. ibid., 1 et 12, et Aurel. Victor Caes., 24 : « cui duplex, Caesarea et Arca, nomen est ».

49 Hill, l. c., p. lxxiii.

50 Regling, Zeitsch. für Numismatik, XXIV, p. 133 et suiv. ; Emil Schurer, op. cit., II, 4e éd., p. 207 n. 479 tient l’hypothèse pour peu vraisemblable.

51 Strabon, XVI, 2, 18. Voir Emil Schurer, op. cit., I, p. 707 et suiv. ; et nos Arabes en Syrie avant l’Islam, p. 10-13.

52 Schürer, Gesch., I, 4e éd., p. 594, n. 36.

53 Benedict. de Accoltis, Hist. occ., V, p. 597 et suiv. ; cf. Raoul de Caen, ibid., III, p. 680.

54 Idrisi, p. 13 et Le Strange, Palestine, p. 398.

55 Revue archéol., 1897, I, p. 305 et suiv. Ed. Robinson, Neuere Bibl. Forschungen, p. 758, n. 1, a taxé à tort d’imaginaire le rapport de SHAW, Travels, p. 270 qui signale cet aqueduc.

56 Dimashqi, p. 208 ; Le Strange, op. cit., p. 352. Ni Djoun, ni Rodjaliya n’ont été retrouvées. Si l’on admet, pour cette dernière, une erreur de point diacritique (djim pour ha), on peut songer à Rihaniyé au N.-E. de Sheikh Mohammed (Robinson, Palaestina, III, p. 941).

57 La vocalisation ‛Irqa n’est pas fautive, comme l’a dit Van Berchem, Journal asiat., 1902, I, p. 393-391, car les tablettes d’el-Amarna (Knudtzon, p. 1143) portent constamment irqata ; mais elle s’explique mal. L’égyptien (Gauthier, Dict., I, p. 153, transcrit ârqatou) ne vocalise pas la première lettre. Pour les géographes arabes non cités plus haut, nous renvoyons à Le Strange, p. 397-398.

58 Cart. gén., I, p. 76 et suiv. ; acte du 8 février 1128.

59 Proposé par Rey, Col. fr., p. 369 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 257.

60 Le rapprochement est dû à H. lammens, Mél. Faculté Orient., I (1906), p. 254 et suiv. La transcription franque prouve qu’à cette époque on prononçait encore bet (bait) et non be. Peut-être le Bethamum (Röhricht, ZDPV, X, p. 235) près Tripoli doit-il lui être identifié.

61 A identifier avec une Sa’idé ou Bet-Sa’idé. Lammens, loc. cit., p. 254, pense que Bethsedion est une simple variante graphique de Bethelion qu’il retrouve à Barhelioun ou Berahliyoun.

62 Rey, Col. fr., p. 365 propose Self et-Tanié, graphie à vérifier. On peut penser aussi à rectifier en Cephartenie.

63 Rey, Col. fr., p. 361. La carte E. M. 1920 porte Abou Henin.

64 Röhricht, ZDPV, X, p. 257, propose Khurnubiyé dans l’’Akkar. H. LAMMENS, Mél. Faculté orient., I, p. 258 préfère Kafr Noun dans l’’Akkar.

65 Rey, Col. fr., p. 360 pense à Ahsia, tandis que Röhricht, ZDPV, X, p. 257 hésite pour ‛Aba.

66 Pour ces trois vocables, voir Röhricht, loc. cit., p. 211.

67 Lammens, Mél. fac. or., I, p. 253.

68 L’identification de Röhricht, loc. cit., p. 259, note 16, avec Betram est moins satisfaisante que celle de Lammens, Mél. fac. or., I, p. 254, avec Batroumin qui est, cependant, assez éloignée du vocable médiéval.

69 Lammens, loc. cit., p. 256. Bocombre s’est déformé en Bocombe.

70 Röhricht, loc. cit., p. 258 et Regeste, add., n°s 787 b et 789 b.

71 Clermont-Ganneau, Rec. arch. or., III, p. 253 ; Röhricht, loc. cit., p. 258 : casai « en la cor de Triple », c’est-à-dire dans le Koura.

72 Lammens, loc. cit., p. 257. Le Dalil Lobnan, p. 61 écrit : Betwaratish.

73 On peut penser à « Mezra‛at Nahr Abou (sic) ‛Ali » citée par le Dalil Lobnan, p. 61, si cette localité est bien placée sur notre carte.

74 Kafr Hazir proposé par Röhricht, est trop au sud.

75 Röhricht, loc. cit., p. 258 ; Lammens, loc. cit., p. 262, qui a tort de confondre dans le passage cité Hab et Haabe, l’un étant au nord, l’autre au sud de Betouratidj.

76 Syria, 1923, p. 1.

77 Les peintures de la grotte de Marina, près Tripoli, dans Syria, 1926, p. 30.

78 Rey, Col. fr., p. 363 ; Röhricht, l. c, p. 210 propose Bekhoura dont Lammens, l. c., p. 257, rectifie la lecture en Bedjoura (sud-ouest de Zegharta).

79 Rey, Col. fr., p. 363.

80 Röhricht, ZDPV, XVIII, p. 86, mieux Reg., add., n° 657e.

81 Rey, Col. fr., p. 364 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 211 et 257 ; Clermont-Ganneau, Rec. arch. or., III, p. 253.

82 L’identification avec Kafr Shillé proposée par Lammens, l. c., p. 258 nous paraît moins acceptable.

83 Rey, Col. Fr., p. 364 ; Röhricht, l. c., p. 259.

84 Rey, Col. fr., p. 366 ; Röhricht, l. c., p. 211.

85 Yaqout, II, p. 32 ; Le Strange, p. 466.

86 Cart. gén., I, p. 479 et suiv. ; Rey, Col. fr., p. 366 ; Röhricht, l. c., p. 260 songe à es-Saude, à l’ouest de Sheikh Mohammed.

87 Rey, Col. fr., p. 361 ; Röhricht, l. c., p. 211.

88 Rey, Col. fr., p. 367 ; Röhricht, l. c., p. 211.

89 Röhricht, Reg., add., n° 193a.

90 Röhricht, ZDPV, XI, p. 140.

91 Röhricht, Reg., add., n° 608a. On peut songer à Qalhat, près Enfé, en tenant compte de la prononciation atténuée de la première lettre, ou simplement Eilat, près Halba.

92 Röhricht, ZDPV, X, p. 211.

93 Rey, Col. fr., p. 347 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 220.

94 Abou Ḥalqa d’après Lammens, L. c., p. 267.

95 Cart, gén., I, p. 345 ; Röhricht, ZDPV, XVIII, p. 86.

96 Cart, gén., I, p. 479 et suiv. ; Rey, Col. fr., p. 372 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 260 propose Suweisi à l’est de Sheikh Mohammed ; Lammens, Musée Belge, IV, p. 287 suggère Shoumeisé, sur la route de Hosn Soleiman (Baetocécé) à Masyaf. Cette hypothèse serait renforcée si le casai Fauda (voir ci-dessus) devait se lire Fanda et s’identifier avec Fandara, bourg voisin de Shoumaisé. Par contre, le rapprochement de Corcois, ibidem, avec ‛Oshq ‛Omar ne s’impose pas.

97 Cart. gén., I, p. 378 et suiv. ; Rey, Col. fr., p. 361 ; R. Dussaud, Revue archéol., 1897, I, p. 306 ; Lammens, Mél. fac. or., I (1906), p. 253.

98 Renan, Mission, p. 130 et p. 852.

99 Laborde, Voyage de la Syrie, pl. XXII et XXIII ; Renan, Mission, p. 134.

100 Laborde, ibid., pl. XII ; Renan, Mission, p. 135 et suiv.

101 Renan, Mission, p. 136 et suiv. ; cf. Virolleaud, Syria, 1924, p. 113.

102 Rey, Col. fr., p. 367 ; Le Strange, Palestine, p. 80 et 390 ; nos notes dans Revue archéol., 1897, I, pp. 306-308 avec vue de la forteresse ; Van Berchem, Journal asiat., I, p. 121 et 448.

103 L’historique de la place et la publication des textes épigraphiques arabes ont été faits par Sobernheim, dans Van Berchem, CIA, Syrie, 1re sect., p. 2 et suiv.

104 Gen., X, 17 ; cf. ci-dessus, p. 5 et 64.

105 Delitzsch, Paradies, p. 282.

106 B. von Breydenbach, Reise des Heiligen Landes, I, p. 115.

107 Burchard De Mont-Sion, éd. Laurent, p. 29 : Syn. Il note encore d’après un nestorien : Synochim.

108 Strabon, XVI, 2, 18. Le rapprochement proposé par Maspero, Hist. anc. des peuples de l’Or, classique, II, p. 172 n. 5 avec le Sannin, une des principales hauteurs du Liban, n’est pas à retenir car Sin s’écrit avec s, tandis que la montagne envisagée s’écrit Thannin ou Sannin. Pour Borrama on peut songer à Broummana, contraction de Beit-Roummana.

109 Idrisi, p. 28, et Le Strange, Palestine, p. 519. Il doit s’agir d’un contrefort dirigé vers le rivage. Pour la position et l’appellation comparer, au sud de Tripoli, Ras Mesqa, le Remesque des croisés dont nous avons traité plus haut.

110 Idrisi, p. 28 et, avec les variantes des mss., Le Strange, Palestine, p. 519. Sur d’autres conjectures que celle présentée ici ; cf. Ritter, Erdkunde, XVIII, p. 808.

111 Van Berchem, Voyage, I, p. 41, note pour ce fleuve, mais avec doute, le nom de Nahr Ḥita.

112 Prononciation vulgaire d’el-Qoulai‛āt, pluriel du diminutif de Qal‛a. Sur ce fortin, voir Van Berchem, Voyage, I, p. 131 et suiv.

113 Ainsi « le Gouliat » dans Annales de Terre-Sainte, Archives de l’Orient latin, II, 2, p. 452. Cela répond à la question que se posait M. Van Berchem, Voyage, I, p. 132, n. 3 : « Cette forme [grammaticale] trahit-elle l’existence, à l’origine, de plusieurs ouvrages séparés ? » — Cela change aussi les conditions du problème au sujet du vocable « villa Couliat » qu’il ne nous paraît pas possible d’identifier avec Koubaiyat ou Qoubai‛at au pied du Djebel ‛Akkar. Déjà Röhricht, ZDPV, X, p. 257, n. 10, a remarqué qu’une ruine ou khirbé, non loin de Qlei‛at, pouvait représenter le bourg médiéval de Coliath.

114 Wilbrand d’Oldenbourg, éd. Laurent, p. 169.

115 Gildemeister, ZDPV, VIII, p. 136 ; Honigmann, n° 167.

116 Van Berchem, Voyage, p. 135.

117 Ibid.

118 Quatremère, Hist. des sultans mamlouks, II, 1, p. 222 ; Röhricht, Regesta, n° 1447.

119 Eli Smith dans Robinson, Palästina, III, p. 940 et itinéraire : Sheikh Mohammed, Halba, Sheikh aba, ez-Zewarib, Minyara et Tell ‛Arqa dans Ritter, Erdkunde, XVII, p. 812.

120 A Description of the East, II, Part I, p. 204 et suiv. L’incertitude qui planait jusque-là tenait à ce qu’on distinguait deux fleuves du nom d’Eleuthère ; cf. Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Real-encycl., s. v. ; Honingmann, n° 167.

121 Strabon, XVI, 2, 17 ; cf. Maspero, Hist. anc., II, p. 189, η. 1. Le nom de cette vallée serait mentionné, d’après Chabas, dans les textes égyptiens ; cf. Gauthier, Dict. géogr., III, p. 10.

122 Edit. Laurent, p. 29.

123 Cart. gén., I, p. 77 ; cf. ibid., pp. 450 et suiv., 501, 503. Nous n’osons pas faire état du nom Kameri, un peu au sud de Qal‛at el-Hisn sur la carte d’État-major 1920.

124 Albert d’Aix, Hist. occ, IV, p. 451 ; cf. p. 665 : terram de Camolla. L’identification avec la Boquée est proposée par Rohricht, Gesch. des ersten Kreuzzuges, p. 167. Voir encore Van Berchem, Journal asiat., 1902, I, p. 419.

125 « La Boquie dessous le Crac », Hist. occ., II, p. 404 et suiv. Les Francs s’y rassemblèrent souvent pour tenter de là des incursions en territoire ennemi. Nour ed-din y essuie une grave défaite en 1163 ; cf. Guill. de Tyr, XIX, 8 ; REY, Col. fr., p. 363 ; Hagenmeyer, An. Gesta Franc, p. 499, note 34 ; Blochet, ROL, III, p. 534 et suiv. ; Röhricht, Kön. Jer., p. 291.

126 La forteresse médiévale a été décrite par Rey, Arch. mil., p. 39 et suiv., à compléter par Van Berchem, Voyage, p. 135 et suiv. ; Sobernhieim, dans Encyclop. de l’Islam, s. Ḥiṣn el-Akrad et dans Van Berchem, CIA, Syrie, 1re sect., p. 14 et suiv.

127 Van Berchem, Journal asiat., 1902, I, p. 446.

128 Hist. or., II, p. 263.

129 Josèphe, de bello jud., VII, 5 ; cf. Nassiri Khosrau, Sefer Nameh, trad. Schefer, p. 38 qui prit la même route.

130 Découverte par Thomson ; cf. Ritter, Erdkunde, XVII, p. 846. Cette source, Fewwaret ed-Deir, est encore un lieu de pèlerinage ; cf. Rev. arch., 1897, I, p. 310 et suiv. ; Honigmann, n° 401.

131 Blanche, Bulletin de l’Institut égyptien, 1874-75, p. 128.

132 Contre les objections de Maspero, voir Revue archéol., 1897, I, p. 311 et suiv.

133 Voir ci-après, p. 99.

134 Hagenmeyer, An. Gesta franc., p. 419 ; cf. du même, Chronol., nos 345-348, 350-351. L’identification est appuyée par Raoul de Caen, c. 105.

135 Nous avons relevé sa position entre Qal‛at el-Hosn et Tell Kalakh, voir Rev. arch., 1897, I, pl. VII bis. Cité par Renan, Mission de Phénicie, p. 126.

136 G. E. Post, Palest. Expl. Fund, Quart. Statement, 1892, p. 328 et 1893, p. 36 et suiv. On trouvera ibid., p. 40 une carte géologique de la région de l’‛Akkar, de Qal‛at el-Ḥoṣn et de Safitha.

137 Cart. gén., I, p. 378 et 479 ; cf. Ritter, Erdkunde, XVII, p. 824 ; Rey, Col. fr., p. 364 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 259 ; Clermont-Ganneau, Recueil d’arch. orient, II, p. 179.

138 Cart. gén., I, p. 479-480. Rey, Col. fr., propose Ailet, à l’est d’‛Arqa.

139 Idrisi, p. 20 ; Le Strange, p. 536. On ne peut admettre la correction des éditeurs d’Abou Shama, Hist. or., IV, p. 487, qui les amène à lire Shandj pour une localité où se retranche le prince d’Antioche dans un coup de main tenté en partant d’Antioche.

140 Itiner. Hieros., après Antaradus, mentionne : mut. Spiclin XII ; mut. Basiliscum XII ; mansio Arcas VIII. Il est difficile de s’arrêter à l’hypothèse de Honigmann, n° 101.

141 Marqué Tell Bsaissa sur la carte de Rey.

142 CIA., IIe part., Syrie, 1re sect. (Sobernheim), p. 87 et suiv., 91.

143 Ibid., p. 111-112.

144 Représente le casai « Cendina super flumen » ; cf. Rey, Col. fr., p. 365 ; Röhricht, ZDPV, X, 257.

145 Revue archéol, 1897, I, p. 308.

146 Identification proposée dans Revue archéol., 1897, I, pp. 308-309 ; acceptée par Lammens, Revue de l’Orient chrétien, 1899, p. 378 et par R. Röhricht, Reg., add., n° 118. Sur les découvertes en ce point, voir Lammens, Musée Belge, IV, p. 279.

147 Noté sur la carte d’E.-M. 1920 à l’ouest du Djebel Hermel. Röhricht, Gesch. erst. Kreuzz., p. 77 rapproche Lacum d’el-Akma que H. Derenbourg, Vie d’Ousama, p. 76, n. 3, corrige à tort, croyons-nous, en el-Alma, près Tripoli. Dans Muyassar, Annales d’Égypte, édit. Masse, on a Ḥiṣn el-Akma ; cf. Wiet, Journal asiat., 1921, II, p. 111 qui paraît accepter la correction de Derenbourg.

148 Cart. gén., I, p. 117 ; Rey, Col. fr., p. 366 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 259.

149 Ronzevalle, Rev. Bibl., 1903, p. 600 et Notes, p. 236.

150 F. Walpole, The Ansayrii and the Assassins, III (Londres, 1851), p. 319-328 ; Ritter, Erdkunde, XVII, p. 962-964 ; Thomson, Bibliotheca sacra, V, p. 246 ; Waddington, Inscript. gr. et lat. de Syrie, n° 2720 a ; CIL, III, 184 et 1225 ; S. Jessup, Palest. Expl. Fund., Quart. Stat., 1874, p. 197 ; Rey, Archiv. des missions scient. et litt,. nouvelle série, III, p. 336 et suiv. (cf. Bullet. de la Soc. de Géogr. de Paris, juin 1866 et avril 1873) et dans Joanne, Syrie, p. 684 et suiv. ; R. DUSSAUD, Revue archéol., 1897, I, p. 319 ; Fossey et Perdrizet, Bull. corr. hell., 1897, p. 580 ; Lucas, Byz. Zeitschrift, XIV, p. 21 ; Puchstein, Jahrbuch D. Arch. Instituts, 1902, p. 135 (grand autel daté de 122 ap. J.-C.) ; Honigmann, n° 90.

151 Cart. gén., I, p. 400.

152 Röhricht, ZDPV, X, p. 261, a proposé el-Ḥamra, à l’est de Ḥomṣ ; cf. Revue archéol., 1897, I, p. 313.

153 Röhricht, ibid., propose Tell Bisé, entre Ḥomṣ et er-Restan, ce qui n’est pas admissible. L’identification de Erbnambra avec Habbnimra a été proposée par H. Lammens, Revue de l’Orient chrétien, 1899, p. 5 du tir. à part.

154 Voir Röhricht, ZDPV, X, p. 260.

155 Identifié par Rey, Col. fr., p. 366 avec el-‛Ayoun, près du Meshta, au nord du Krak.

156 Non identifié par Rey, Col. fr., p. 369, ni par Röhricht, ZDPV, X, p. 260. Nous avons proposé ‛Ain el-Mesqa, à l’ouest de Safitha, Revue archéol., 1897, I, p. 26 ; mais il vaut mieux, puisque cela est possible, retrouver toutes ces localités dans la même région, objet du litige. Aussi proposons-nous maintenant Bismaqiyé (primitif Bet-Soumaqiyé) ou dans le voisinage Sémouqa (carte E.-M. 1920) deux vocables à vérifier. Nous retrouverons plus loin la Mesquie sous la forme plus correcte de la Somaqié.

157 Nous avons proposé Bteresh, à l’est de Safitha, dans Rev. archéol., ibid., mais pour la même raison nous adoptons Terez (carte E.-M, 1920) au N.-E. du Meshta.

158 Très probablement Hazour (carte E.-M. 1920) au N. de Terez. Cette identification a été déjà proposée par Lammens, Musée Belge, IV, p. 287 qui relève : Khirhet Hazzour. La carte d’E.-M. 1920 porte encore Hassour (à vérifier), au sud de Betaré : Blanckenhorn note : Hadhour.

159 Djenin, à l’est de Terez.

160 Probablement une source : ras el-moye.

161 Identifié à tort avec Bterié de la région de Safitha qui doit se prononcer Bteresh (Rev. archéol., ibid.). Betire se retrouve à Betaré (carte E.-M. 1920), au S.-E. de Terez.

162 A rechercher dans la même région.

163 Revue archéol., 1897, I, p. 311 et 314-317 avec la bibliographie ; le renseignement d’Arrien est confirmé par Steph. BYZ. : Μαριαμμίαι, πόλις Φοίνικων, οί πολίται Μαριαμμίται. En 298 de J.-C., Saint Gelase subit le martyre à Heliopolis-Ba‛albeck ; son corps est transporté à Maria-min, où on lui élève un oratoire ; cf. Chron. Paschale, éd. de Bonn, p. 513. Nous avions retrouvé ce site depuis quatre ans, lorsque Martin Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 27 (cf. ibid., p. 126) en recommandait la recherche à la mission allemande qui opérait alors à Ba‛al- beck. Voir encore Comptes rendus Acad. des Inscript., 1925, p. 246 où nous avons appuyé l’identification de la ville de Ramsès avec Mariamme sur les remarques de M. Kuentz et avons proposé de reconnaître la vallée de l’arbre ash dans celle de l’Eleuthère.

164 Voir notre Histoire et Religion des Nosaïris, p. 14 et 17.

165 Pline, H. N., V, 23, 12.

166 Ptolémée, V, 14, 12. Boecking a corrigé la Cohors tertia Marmantarum de Not. Dign., I, p. 394 en Mariammarum.

167 Josèphe, B. J., VII, 5, 1.

168 Revue archéol, 1897, I, p. 318.

169 Nous y insistons à cause des doutes émis par V. Chapot, La frontière de l’Euphrate, p. 75.

170 Aboulféda, p. 259 et Le Strange, Palestine, p. 420.

171 W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, pp. lxx et 267 ; cf. nos Notes de Mythologie syrienne, p. 48 et 116.

172 L’itinéraire impose cette identification que confirme Raoul De Caen, Hist. occ., III, c. 105 ; cf. Hagenmeyer, An. Gesta Franc., p. 418.

173 Hist. occ, I, p. xxxv. Voir notamment, à propos des événement de 1137, Guill. DE Tyr, XIV, 25 : « in finibus Tripolitanis supra civitatem Raphaniam, in monte situm praesidium, cui nomen Monsferrandus ». Sur Barin, qu’on prononçait aussi Ba’rin, voir Le Strange, Palestine, p. 420 ; M. Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 26 ; R. Dussaud, Revue archéol., 1897, I, p. 317 ; H. Lammens, Musée Belge, IV, p. 289 et suiv. ; R. Hartmann, ZDMG, 1916, p. 35 ; textes grecs dans Clermont-Ganneau, Rec. arch. or., I, p. 23. Dans Hist. or., IV, p. 461, au lieu de Bârizîn, inconnu par ailleurs, il faut lire Bârîn.

174 Maqrizi, trad. Blochet, ROL, X, p. 304 ; cf. p. 252 et 265 ; cf. Röhricht, Kön. Jer., p. 830, n. 3. Aboulféda, loc. cit., et plus tard encore Hadji Khalifa, trad. Blochet, ROL, X, p. 252, nous disent que, de leur temps, la citadelle de Barin, construite par les Francs, était détruite.

175 Rey, Col. fr., p. 368 ; Röhricht, ZDPV, X, p. 259. On peut songer, un peu plus au nord, à Maradesh sur le versant oriental des Monts Nosaïris.

176 Röhricht, Kön Jer., p. 830 propose es-Semakiyat à l’ouest de Sheikh Mohammed. C’est bien plutôt le point marqué Khirbet el-Bismakiyé sur la carte E.-M. 1920, à l’ouest du Meshta, dont il est question ci-dessus.

177 Yaqout, Modjam, II, p. 100 ; Le Str., p. 77.

178 CIA, IIe partie, Syrie, 1re sect. (Sobernheim), p. 35.

179 Zoubda, éd. Ravaisse, p. 48.

180 CIA, ibid., p. 3.

181 Blochet, ROL, X, p. 266, n. 3.

182 Yaqout, III, p. 556 ; Le Str., p. 546 ; Hist. or., I, p. 212.

183 Cart. gén., I, p. 397 et p. 406-407.

184 Rey, Col. fr., p. 375 ; objections par Röhricht, ZDPV, X, p. 258. La carte de l’E.-M. 1920 note Tell Toubav, probablement erreur graphique pour Touban. Kiepert : Toubad.

185 Édition De Goeje, p. 76 et trad. p. 55.

186 H. Gelzer, Georgii Cyprii descriptio orbis romani, p. xii. Sur les tâtonnements de l’organisation territoriale par les Arabes après la conquête de Syrie, voir H. Lammens, Le Califat de Yazid, I, p. 441 et suiv. (Mél. Faculté Orient., VI, p. 436 et suiv.).

187 Ibn Al-Faqih Al-Hamadhani, éd. de Goeje, p. 111 écrit : Kasira. Martin Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 10 relève dans le Salnamé, le village de Qaṣiriyé sans pouvoir en fixer l’emplacement. Nous avons reconnu Kesraya (confirmé par la carte de l’E.-M. 1920 : Kisraya) à l’ouest de Mariamin ; mais nous n’osons proposer le rapprochement.

188 Al-Hamadhani, ibid., porte Habna.

189 Cette seconde forme dans al-Hamadhani.

190 D’autres formes dans Al-Hamadhani, loc. cit., et Hartmann, l. c., p. 164. On a proposé de lire Barin.

191 M, Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 6, n° 44.

192 Hartmann, l. c, p. 164 lit Qirata.

193 Yaqout, III, p. 105 ; Le Strange, Palestine, p. 528. Hartmann, l. c., p. 163 dit à tort qu’es-Saqy n’est pas mentionnée en dehors d’Ibn Khordadbé.

194 Notamment Von Kremer, Mittelsyrien und Damascus, 1853, p. 227, qui cite comme appartenant au district el-Ḥoulé : Barin, Ṭalaf (plus exactement Ṭallif) et Tell Dau, ces deux derniers villages sur la route de Ḥama à Tripoli. Il n’est pas impossible que la contrée du Meshta, à l’ouest de Barin, doive son nom actuel d’el-Helou (être doux) à un calembour visant el-Ḥoulé (pays bas).

195 Yaqout, II, p. 366. Le Strange, p. 455, ne rend pas le texte avec assez de précision. Par là on voit que la conjecture de Hartmann, l. c, p. 164, qui songe à la région de Fourqlous ou Bet Proclis, n’est pas à retenir.

196 Appien, de Bell. Syr., lvii.

197 Dimashqi, p. 202 ; Le Str., p. 356 ; de même Ibn esh-Shihna, p. 270.

198 Voir ci-après.

199 Schürer, Gesch., I, p. 557 n. 2. Au xive siècle, Ibn Batouta, I, p. 141 (Le Str., p. 375) remarque encore que les habitants sont d’excellente race arabe.

200 W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. lxiv. Dieudonne, Emèse, Rev. Num., 1906, p. 132 attribue à Emèse des monnaies que l’on classait à Héliopolis ; voir aussi du même, L’aigle d’An-lioche et les ateliers de Tyr et d’Emèse, Rev. Num., 1909, p. 458.

201 Benzinger, dans Pauly-Wissowa, Realenc., s. Emesa ; Honigmann, n° 205 ; Lenormant, dans Dict. des Ant. de Saglio, s. Elagabalus ; Wadd., nos 2567-2570 ; Julien, Sinaï et Syrie, p. 186 et suiv. ; Saciiau, Reise in Syrien, p. 62 et suiv. ; R. Dussaud, Rev. arch., 1897, I, p. 351 ; Van Berchem, Voyage, I, p. 164 et suiv. ; Von Domaszewski, Die politische Bedeutung der Religion von Emesa, dans Archiv für Religionswissench., 1908, p. 223.

202 Pour l’époque chrétienne, Leclercq, Dict. d’archéol. chrét. et de liturgie, s. Emésène ; pour l’époque musulmane, Sobernheim, Encycl. de l’Islam, s. Ḥimṣ et Le Str., p. 353-357.

203 Guill. de Tyr, VII, 14 ; XXI, 6 : « Emissa quae vulgo Camela dicitur ». Le terme « vulgo » indique que Camela est tiré du vocable arabe Ḥimṣ. La transcription de la gutturale initiale par c est fréquente, ainsi Calep (Gautier le chancelier, etc.) pour Ḥaleb. La vocalisation et l’addition de l ont été entraînées pour retrouver un mot considéré comme typique pour la région. Pour l’addition de l, voir ci-dessus Cal‛arsequel, Cafaracel, pour Kafr ‛Aqa. Peut-être cet l ne se prononçait-il pas primitivement ou très faiblement, et cela expliquerait sa présence dans le mot amiral, transcription d’amir.

204 Hagenmeyer, An. Gesta Franc, p. 422 note 43.

205 C’est à tort, croyons-nous, qu’on retrouve notre Qadesh dans II Samuel, XXIV, 6 (J. Halevy, Mélanges de crit. et d’hist., p. 31-32 ; Maspero, Hist. anc, II, p. 731, note 2) en corrigeant le texte d’après les LXX. L’itinéraire suivi et qui, venant du sud, mène de Qadesh à Dan, montre qu’il ne peut être question que de la Qadesh de Nephtali.

206 Weber, dans Knudtzon, Die El-Amarna Tafeln, p. 1118 et suiv.

207 Récit circonstancié et bibliographie dans Maspero, Hist. anc., II, p. 320 et suiv.

208 Breasted, The Battle of Kadesh, a donné une étude très minutieuse qui est bien résumée par A. Moret, Des Clans aux Empires, p. 362 et qu’on retrouve résumée par Breasted lui-même dans Cambridge Ancient History, II (1924), p. 142. Les difficultés d’interprétation auxquelles on se heurte, seront probablement levées par l’édition critique des textes égyptiens concernant cette fameuse bataille, que prépare M. Kuentz.

209 Voir ci-dessus, p. 93.

210 Quatremère, Hist. des sultans mamlouks, II, 2, p. 92 (note) ; R. Hartmann, ZDMG, 1916, p. 495-196. Le même itinéraire fut suivi par l’émir Qaradja quand, au retour de son expédition contre Tripoli et regagnant Damas, il mourut « à Qadas, dépendance de Ḥomṣ » le 24 novembre 1207. Ces renseignements sont fournis par l’inscription gravée sur la turbé de cet émir à Damas, voir Sauvaire, Descript. de Damas, II, p. 157. Cette route est antique comme l’attestent les milliaires ; cf. R. Cagnat, C. R. Acad., 1922, p. 31.

211 D’après R. Hartmann, l. c., un ms. porte, avant ‛Arqa, el-Djisr ; il s’agit du pont sur le Nahr el-Barid, appelé djisr Artousia dans le voyage de Qait-Bey.

212 Comme l’a indiqué R. Hartmann, actuellement Sha’ra un peu au nord du pont sur le Nahr el-Kebir ; cf. Van Berchem, Voyage, I, p. 41 et II, p. 9.

213 Ce nom reste attaché au Djisr el-Qamar, qui en est probablement la déformation moderne. Van Berchem, Voyage, I, p. 46 a oublié d’en marquer la position sur sa carte. C’est le djisr el-Kamar, de la carte du Liban de 1860.

214 Yaqout, IV, p. 39. Sur le lac, voir Yaqout, I, p. 516 et Aboul-Feda, p. 40 ; Le Strange, Palest., pp. 69-70 ; Blochet, ROL, IX, p. 37. En réalité Qadas est à quelque distance du lac. ‛Imad ed-din, dans Abou Shama, Hist. or., IV, p. 351, a raison de situer cette localité sur les bords de l’Oronte et il n’y a pas lieu à rectification.

215 La Syrie, p. 20, note 4.

216 Cart. gén., I, p. 117 ; Rey, Col. fr., p. 371 (voir les errata) ; Röhricht, ZDPV, X, p. 259. Moufazzai, (trad. Blochet, Palrol. orient, XIV, p. 376 et suiv.) raconte qu’en 671 de l’hégire, Beibars prit dix barques de pêcheurs du lac de Qadas, pour les transporter sur l’Euphrate où ils jouèrent un rôle dans l’attaque de Birah.

217 Quel peut être ce Nebi Mend ? Les voyageurs rapportent que Nebi Mend est pour Benjamin. C’est peu vraisemblable. Mend ou Mand ne serait-il pas pour Mandah qu’on trouve dans Kefr Mandah (Yaqout, IV, p. 291 ; Le Strange, p. 470) et qui est tiré de Madian ?

218 Thomson, Bibl. sacra, V (1848), p. 689 et suiv. ; cf. Ritter, Erdkunde, XVII, p. 1001 et suiv.

219 W. Wroth, Brit. Mus. Cat., Syria, p. lxxviii.

220 Conder, Kadesh of the Hittites, Athenaeum, 21 mai 1881 et Special papers, 1881, p. 135-154 ; Cades on Orontes, Palest. Expl. Fund, Quart. Statem., 1883, p. 100-102.

221 Tomkins, Kadesh on Orontes, Palest. Expl. Fund, Quart. Statem., 1882, p. 47-50.

222 J.-E. Gautier, Comptes-rendus Acad. des Inscript., 1895, p. 464. Ces fouilles montrèrent cependant que l’île fut habitée, notamment à l’âge du bronze.

223 La première campagne de 1921 a été seule publiée dans Syria, 1922, p. 89 ; mais une publication relative à la seconde campagne ne tardera pas à paraître.

224 Les identifications, que nous allons présenter, ont déjà été proposées par nous dans Monuments et Mémoires Piot, t. XXV, p. 133 et suiv.

225 Weber, op. cit., p. 1107 et suiv.

226 Nous avons noté ainsi la prononciation locale : Revue archéol. 1897, I, p. 353. On écrit souvent Qaṭṭiné (Van Berchem, Voyage, I, p. 47, et cartes de Kiepert), mais M. Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 8 donne Qaṭine.

227 Cité par Yaqout, I, p. 876 ; Le Strange, p. 546. Le rapprochement fait par Noeldeke, Zeitschrijt für Assyr., 1876, p. 10 et suiv., a été accepté par Maspero, Hist. anc, II, p. 190.

228 Weber, op. cit., p. 1123 et suiv.

229 H. Winckler, Mitt. Vorderasiat. Gesellschaft, 1896, p. 207.

230 Van Berchem, Voyage, I, p. 166 et suiv. ; M. Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 122 ; Ronzevalle, Notes, p. 241 (importante monographie). M. du Mesnil du Buisson, au cours de ses recherches à Mishrifé, qui seront bientôt publiées, a précisé la situation de Tell Denibé, plus près de la route de Ḥomṣ à Salamiyé que ne l’indique la carte E.-M.

231 Il s’agit, notamment, d’une tête dont le caractère a été reconnu par M. Clermont-Ganneau, Recueil d’arch. or., II, p. 26 ; cf. Ronzevalle, l. c.

232 Weber, op. cit., p. 1117. Le nom de cette ville a d’abord été lu Kinanat.

233 Yaqout, I, p. 881 ; Le Strange, p. 544.

234 La position est fournie par la carte d’E. M, 1920 et la graphie est donnée par le Salnamé ; cf. M. Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 1.0.

235 Knudtzon, op. cit., n° 53, 1. 41-43.

236 Journal of Egyptian Archaeology, 1925, p. 23 et suiv. ; cf. Syria, 1925, p. 290.

237 Voir ci-dessus, p. 103.

238 Appien, de rebus syr., LVII.

239 Strabon, XVI, 2, 11.

240 Ibid., et XVI, 2, 10 ; cf. Pauly-Wissowa, s. Samsigcramos. Pour Aréthuse, voir Benzinger, dans Pauly-Wissowa, s. v., n° 10 ; Honlgmann, n° 65 ; Le Str., p. 519-520 ; Dimashqi, trad. Mehren, p. 107 ; Kemal Eddin, trad. Blochet, ROL, III, p. 563.

241 Honigmann, n° 72.

242 Ibid., n° 111.

243 Ibid., n° 112. Peut se rapprocher de Deir Ma‛entre Ḥomṣ et Ḥama.

244 Yaqout, I, p. 57 ; Le Strange, p. 381.

245 Yaqout. IV, p. 287 ; Le Strange, p. 473. On ne peut songer à en rapprocher Takhsis au sud de Ḥama, M. Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 124-125.

246 Yaqout, I, p. 700 ; Le Str., p. 415.

247 Yaqout, III, p. 769 ; Le Str., p. 441. Peut-être Ghaniyé sur l’Oronte, à l’ouest de Tell Bisé.

248 Yaqout, II, p. 365 ; Le Str., p. 451.

249 Yaqout, II, p. 233 ; Le Str., p. 448. Il n’y a pas lieu de suivre M. Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 22, lorsqu’il tire Harbanafsa de Harbanoush. Harbanafsa, desservi par la voie ferrée, est situé au sud-ouest de Ḥama.

250 Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 18.

251 Au voisinage du lac de Ḥomṣ. Citée, avec el-Bouqei‛a, par Dimashqi, p. 208 ; Le Str., p. 352.

252 Yaqout, III, p. 656 ; Le Str., p. 458.

253 Yaqout, IV, p. 292 ; Le Str., p. 471.

254 Ibn Djoubeir, p. 260 ; Le Str., p. 505.

255 Moqaddasi, p. 190 ; Le Str., p. 535.

256 CIA, IIe partie, Sobernheim, Syrie, lre sect., p. 28-30.

257 Yaqout, I, p. 844 ; Le Str., p. 547

258 Revue archéol., 1898, II, p. 113 et suiv. Dimashqi, p. 100, cite Djousiyé « au-dessus de Karak Nouh ». Honigmann, n° 186, retrouve Djousiya sur la forme Γαυσιθῶν et la ville se serait appelée encore Maurikoupolis ou Markoupolis ; cf. Honigmann, n° 356.

259 Au texte de Yaqout et à celui d’Ousama que nous citons Rev. archéol., 1898, II, p. 114-115, il faut ajouter le texte syriaque relevé dans notre Voyage au Safa, p. 28, n. 1 et p. 215. Voir aussi Honigmann, n° 88.

260 Martin Hartmann, ZDPV, 1900, p. 117-119.

261 Strabon, XVI, 2, 19.

262 Revue archéol., l. c.

263 Strabon, XVI, 2, 19.

264 Cité par Quatremère, Hist. sultans mamlouks, I, 2, p. 264.

265 Yaqout, I, p. 223 et III, p. 588 ; Le Strange, p. 59.

266 Cité par A. Fischer, ZDMG, 1906, p. 246 n. 1.

267 Sur ces fêtes ; cf. Clermont-Ganneau, Recueil d’archéol. orient., IV, p. 339 et suiv. ; Drexler, dans Roscher, Lexikon, s. v. ; Fr. Cumont, Les religions orientales, 2e édition, p. 163. L’éty-mologie de Wellhausen, ZDMG, 1906, p. 245, faisant intervenir le nom de la plaine de Massyas, n’est pas à retenir.

268 Nous avons développé ces indications, sous le titre de La digue du lac de om et le « mur égyptien » de Strabon, dans Monuments et Mémoires Piot, t., XXV, p. 133. L. Brosse, La digue du lac de om, dans Syria, 1923, p. 234 a donné une description détaillée de cet ouvrage.

269 Neubauer, Géogr. du Talmud, p. 24 et 29 ; Honigmann, n° 161.

270 Le Strange, Palest., p. 170.

271 Gautier, Comptes-rendus Acad., 1895, p. 446.

272 Perdrizet et Fossey, Bulletin de corresp. hellénique, 1897, p. 67 ; H. Lammens, Musée Belge, 1902, p. 32 ; P. Thomsen, Die röm. Meilensteine, p. 21 ; R. Cagnat, Comptes-rendus Acad. des Inscr. 1922, p. 31 ; cf. Syria, 1922, p. lé9. Sur l’écriture correcte de Ardjoun, et non’Ardjoun, voir M. Hartmann, ZDPV, XXIII, p. 9.

273 Sur cette route, voir Revue archéol., 1908, I, p. 120.

274 Van Kasteren, Liftaja, ZDPV, XVI, p. 171 et suiv. ; cf. Revue archéol., 1907, I, p. 355 et suiv.

© Presses de l’Ifpo, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter