Version classiqueVersion mobile

Topographie historique de la Syrie antique et médiévale

 | 
René Dussaud

Préface

Texte intégral

1. — Aperçu sur la cartographie de la Syrie.

  • 1 Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 389.

1« Si la topographie palestinienne antique et moderne, remarquait Max van Berchem en 1902, a fait d’immenses progrès, grâce à l’intérêt tout particulier qu’elle éveille, celle de la Syrie du Nord est loin d’être aussi avancée. Quiconque a voyagé au nord de Damas sait à quel point les cartes et les relations sont incomplètes, souvent contradictoires1. » Cette ignorance est fort ancienne ; elle a sa source dans la régression scientifique qui a accompagné l’abandon progressif de la culture grecque.

  • 2 Peutingeriana tabula itineraria in bibliotheca Palatina Vin-dobonensis asservata nunc primum arte (...)
  • 3 Fr. Cumont, Fragment de bouclier portant une liste d’étapes, dans Syria, 1925, p. 1, a eu la bonne (...)
  • 4 Sur les cartes militaires antiques, voir Fr. Cumont, ibid., p. 14. Fortia D’Urban, Recueil des iti (...)

2Un bel effort scientifique avait abouti à l’élaboration du Stadiasme de la Méditerranée, à l’établissement, par l’initiative d’Auguste, de la carte gravée sur le mur du portique d’Agrippa à Rome, et, mieux encore, à la Géographie de Ptolémée. Les siècles qui suivirent ne marquent plus aucun progrès. L’œuvre du cosmographe Castorius (ive siècle), connue sous le nom de Table de Peutinger2 nous représente les cartes qu’on mettait à la disposition des troupes romaines en campagne3 et qui n’étaient, en somme, que des itinéraires illustrés d’une manière fort conventionnelle4. La carte de Madeba, si curieuse par son plan de Jérusalem et les notices qu’elle fournit sur diverses localités, n’est d’aucune utilité pour la Syrie proprement dite.

  • 5 Sur cette question, voir Charles de la Roncière, La Découverte de l’Afrique au moyen âge, tome Ier(...)
  • 6 Carra de Vaux, Les Penseurs de l’Islam, t. II, p. 27.
  • 7 Voir sous ce nom à la Bibliographie.
  • 8 Voir Seybold, Enc. de l’Islam, s. Idrisi. La traduction de Jaubert est complète, mais défectueuse.

3On doit aux Arabes la reprise des traditions géographiques antiques, d’une part celle de Strabon et de Pline, de l’autre celle de Ptolémée ; mais, en dépit de la vogue que connut alors la science astronomique, les géographes arabes ne dépassèrent guère leurs maîtres5. Si, par exemple, ils se sont essayés à la mesure d’un arc du méridien, c’était pour vérifier l’évaluation de Ptolémée6. Malgré ses défauts, et parfois ses erreurs, une œuvre comme celle de Yaqout7 constitue un monument d’une valeur inestimable et sans rien qui lui corresponde dans le moyen âge occidental. L’ouvrage géographique d’Idrisi, qui est considérable, n’est pas encore complètement ou suffisamment éditée8.

  • 9 Ch. de la Roncière, op. cit., p. 39 et suiv. La carte pisane est reproduite dans GAbriel Marcel, C (...)
  • 10 Ch. de la Roncière, op. cit., p. 42.
  • 11 Ibid., p. 43.

4Les progrès décisifs furent l’œuvre des Italiens et, tout spécialement des Génois, au jugement de M. Ch. de la Roncière. Le distingué historien estime, en effet, que la fameuse carte pisane de la Bibliothèque nationale a été, en réalité, établie à Gênes « métropole de la cartographie9 ». « Le véritable savant qui fixa sur la carte les progrès des connaissances génoises fut Pietro Vesconte »10. On lui doit un grand nombre de portulans, notamment ceux datés entre 1311 et 1327, et le vénitien Marino Sanudo lui confia « le soin d’orner de mappemondes le Liber secretorum fidelium crucis »11.

  • 12 Jomard, Les Monuments de la Géographie, Paris, 1847, pl. IX.
  • 13 Jomard, ibid., pl. X ; Ch. de la Roncière, op. cit., pl. VIII.
  • 14 Buchon et Tastu, Notices et extraits, XIV, 2, pl. IV, Paris, 1839 ; de la Roncière, op. cit., pl. (...)
  • 15 Reproduction dans Ch. de la Roncière, op. cit., pl. XXXVI.
  • 16 Santarem, Essai de la cosmographie et de la cartographie, Paris, 1852, 3 vol. et atlas ; Lelewel, (...)
  • 17 Rey, Archives de l’Orient latin, II, p. 329.

5A la suite de Pietro Vesconte12, la carte dressée, vers 1367, par les frères Pizigani13 de Venise et utilisant Marino Sanudo, la carte catalane14 (1375), celle de Fra Mauro15 (vers 1459), offrent quelques mentions intéressantes ; mais la documentation s’attache tout particulièrement aux côtes. On notera notamment le portulan inséré par Uzzano dans sa Pratica della mercatura (1442). Lelewel a donné une étude assez confuse de ces documents16, mais, en ce qui concerne les côtes de Syrie, Rey a fourni un commentaire judicieux17.

  • 18 Voir à la Bibliographie. Voyage après 1165.
  • 19 Pour ce voyage et le suivant, voir la Bibliographie.
  • 20 Carte au 1 : 5.000.000e dans son Recueil de cartes de la géographie ancienne. Sur l’école cartogra (...)

6On est surpris que d’aussi habiles cartographes n’aient pas eu l’attention attirée vers l’intérieur du pays que les croisades avaient rendu familier et que plusieurs voyageurs avaient exactement décrit. Benjamin de Tudèle avait poussé jusqu’à Salkhad dans le Hauran et Palmyre dans le désert18. Les relations du dominicain Brochardt de Mont-Sion (1280) et de Breitenbach (1482) rencontrèrent la plus grande faveur. Le roi d’Angleterre, Henri V, le roi de France, Charles VI, mais surtout le duc de Bourgogne, Philippe le Bon, chargent Ghillebert de Lannoy (1422) de reconnaître, en vue d’établir leurs ressources militaires, les côtes d’Égypte et de Syrie ainsi que les Dardanelles19. Dix ans après, Philippe le Bon confiera une nouvelle mission à Bertrandon de la Broquière (1432-1433). Cependant, la carte catalane de 1375 ne mentionne que Damas dans l’intérieur de la Syrie, Fra Mauro marque un progrès en inscrivant : Damas, Hama, Sermin, Antioche et Alep. Lorsque les géographes occidentaux s’attacheront à représenter, généralement en liaison avec la Palestine, l’intérieur de la Syrie, ce sera surtout pour y placer les sièges épiscopaux. Tel est le cas de la carte du patriarchat d’Antioche dressée par Nicolas Sanson, en 164020.

7Il faut mentionner la carte Sorie et Diarbeck, que N. Sanson (d’Abbeville) a dressée en 1653, et qui constitue une innovation. Cependant, malgré un louable effort pour utiliser les auteurs arabes et notamment Ibn Ḥauqal qui seul a pu lui fournir sur le Khabour — que notre géographe confond malheureusement avec le Balich, — les localités d’Aaraban (sic), de Talban (erreur des mss. d’Ibn Ḥauqal pour Ṭaban), Obaidia, Maquesin, Soaid (erreur de lecture pour Ṣouwar) et Socna Alabbas (1. Soukeir al-‛Abbas), Sanson ne présente qu’une carte confuse.

  • 21 L’itinéraire de Wansleben est donné par deux de ses lettres publiées par H. Omont, Missions arch., (...)
  • 22 Carte particulière de la Syrie comprise entre les villes d’Antioche, d’Alep, Seyde ou Sidon et Dam (...)

8L’ère des grandes explorations était cependant ouverte avec Ludovico di Varthema qui accompagne à la Mecque le pèlerinage de 1503, avec Pierre Belon du Mans (1537). qui ne porte plus uniquement son attention sur les monuments religieux et Pietro della Valle (1614). Les noms du chevalier d’Arvieux (visite la Syrie dès 1653 et meurt à Alep en 1702), de Thevenot (1655), de Wansleb ou Wansleben21 (1671-1672) et de Maundrell (1697) témoignent que la Syrie est dès lors connue et, encore qu’il ne s’agisse pas de reconnaissance suivie, on n’est pas surpris que des renseignements précis apparaissent sur la carte de Guillaume de l’Isle22. Le cours des fleuves y reste fautif, notamment le Qouweiq entre Alep et Qinnesrin (noté : Quenasrin) ; mais les grandes routes sont indiquées avec les principales étapes et certains détails, comme cette mention : « Salamia, où il y a beaucoup d’eau », attestent que les informateurs ont visité le pays. On remarquera que le Liban avait été bien exploré puisqu’on en délimite les districts.

  • 23 Atlas d’Anvillianus antiquus major, Paris, 1762 ; nouvelle édit. en 1769.
  • 24 Mémoires de l’Académie des Inscriptions, t. XVII, p. 127.
  • 25 Bibliothèque Nationale. Cartes, Ge D 10.537.
  • 26 La graphie Serahbeh s’explique par Serrakeb que donne Wans-leben (voir ci-dessus) et Serakab de la (...)
  • 27 Ainsi le Dépôt des cartes de la Marine — nous en devons communication à l’amabilité du commandant (...)

9Les cartes de d’Anville prêtent aux mêmes observations23. Celle qu’il a dressée en décembre 1750 pour accompagner la dissertation de M. Falconet sur les Assassins24 porte des indications précieuses comme « Barin et Rafiné » (pour Rafniyé), ou encore el-Her, à l’est de Taïbé (ṭ ayibé) au nord-est de Palmyre. Une carte manuscrite, à la Bibliothèque nationale25, montre que d’Anville connaissait les itinéraires suivants : 1° Hama, Han Sheikhoun, Mearra (Ma‛arrat en-No‛man), HanMeraï (Mardib ?), Han Serahbeh (Seraikin)26, Zakbel (Zirbé ?), Toman (Touman), Haleb ; — 2° Haleb, Ande-rin, Esria (Isriyé), Salamia, Hems ; — 3° Hems, Salamia, Kastal (Qasṭal), Maraga (Miradj esh-Sham ?), Resafa ; — 4° Hems, Chemsin, Assia (Hasya), el-Bouraidge, Cara, Nebk, Cteifa, Damas. Ces renseignements lui sont certainement parvenus d’Alep qui fut, au xviiie siècle, le centre des explorations en Syrie27. On doit encore à d’Anville nombre d’identifications de sites antiques.

  • 28 Reinaud, Géogr. d’Aboulféda, I, p. cclxxv.

10La carte de Syrie bénéficia aussi, aux xviie et xviiie siècles des progrès de la cartographie en général, que Reinaud résume en ces mots : « Nicolas et Guillaume Sanson, les plus grands géographes du xviie siècle, se trompaient de quinze degrés sur la distance du méridien des Canaries au cap Comorin. Guillaume Delisle... (devancé par le P. Riccioli) resserra la Méditerranée de 300 lieues en longitude. Un peu plus tard l’immortel d’Anville acheva l’édifice commencé par son maître »28.

11Pour clore cette période, il reste, en dehors des voyageurs qui atteignirent et décrivirent Palmyre et dont il sera question à propos de cette ville, à signaler les voyages de Shaw (1720), de R. Pococke (1737), de Volney (1783-1785) qui présenta, en 1787, un travail de synthèse qui ne fut plus égalé.

  • 29 Colonel Berthaut, Les Ingénieurs-Géographes militaires 1624-1831, (1902), I, p. 282.
  • 30 Charles Paultre, Carte physique et politique de la Syrie, pour servir à l’histoire des conquêtes d (...)
  • 31 Jacotin, Carte topographique de l’Égypte et de plusieurs parties des pays limitrophes, levée penda (...)
  • 32 Röhricht, Bibl., p. 632, n° 349, signale une carte du Hauran et environs, plus une carte de ses vo (...)
  • 33 Voir sous ces noms, ci-après à la Bibliographie. Citons à ce sujet : C.-P. Hallström, Karte von Sy (...)
  • 34 Ainsi Tardieu, Carte de la Syrie, appelée en arabe barr ech-cham, au 1 : 800.000e. Encore en 1847 (...)

12Avec le xixe siècle nous abordons des relevés plus précis fondés sur des observations astronomiques exactes et des triangulations. A ce point de vue, l’expédition de Bonaparte en Égypte, avec sa pointe sur Saint-Jean-d’Acre, marque un grand progrès. Le premier Consul était passionné de cartographie ; il avait constitué à Paris, à Saint-Cloud et à la Malmaison trois collections topographiques qui réunissaient, chacune, de 20.000 à 25.000 feuilles de cartes et s’accrurent encore sous l’Empire. Il emmena en Égypte de nombreux ingénieurs géographes militaires29. Charles Paultre30, aide de camp de Kléber, mais surtout Jacotin31, colonel attaché à l’état-major de Bonaparte, donnèrent des relevés rapides, mais établis d’après des données recueillies sur place. Longtemps ces renseignements, que viendront compléter des explorateurs comme Burckhardt32, Irby et Mangles, Niebuhr33, serviront de base aux cartes de Syrie34.

  • 35 Voir bibliographie ci-après, Rousseau, Paschaliks. Nous n’avons pu consulter la carte de 1834 cité (...)
  • 36 Voir ci-après s. Robinson, Pal.
  • 37 Une carte des routes dans le désert est annexé à ce travail mais elle est à peu près inutilisable (...)
  • 38 Voir Bibliogr., ci-après Moritz, Palmyrene.

13J.-B.-L.-J. Rousseau, consul de France à Alep, de 1811 à 1818, aurait donné sur la Syrie du Nord une carte fort documentée, s’il n’avait manqué de sens géographique au point de conserver les formules cartographiques depuis longtemps périmées, et s’il se fut attaché à des reports plus exacts d’itinéraires. Du moins ses listes de toponymes pouvaient servir de modèle35. Eli Smith en a dressé de semblables pour l’ouvrage d’Ed. Robinson. Les listes d’Eli Smith, plus complètes, mais sans le vilayet d’Alep36 ont été largement utilisées par Martin Hartmann dans ses Beiträge zur Kenntniss der Syrischen Steppe37, où est également mis à contribution le mémoire de B. Moritz sur la topographie de la Palmyrène38.

***

  • 39 Carte de la Syrie méridionale et de la Palestine, dressée, en 1835 d’après les ordres du Lieut.-Gé (...)

14La cartographie syrienne entre dans la voie des réalisations modernes avec les reconnaissances du capitaine C. Callier qui releva de nombreux itinéraires et établit une carte au 1 : 500.000e39.

15Nous résumons, d’après le colonel Berthaut, l’admirable effort fourni par Callier et son compagnon de route Stamaty. Ces deux lieutenants ingénieurs-géographes devaient, en 1830, accompagner Michaud, l’auteur de l’Histoire des Croisades, qui se rendait en Orient. Leur mission consistait à recueillir des renseignements sur la géographie et la topographie de l’Asie Mineure, de la Syrie et de l’Arabie Pétrée. Il s’agissait surtout de lever des itinéraires, de dessiner des détails ; on leur recommandait l’échelle du 1 : 100.000e. Ils avaient à leur disposition les cartes suivantes :

  • 40 Ne serait-ce pas plutôt la carte de Walker de 1821 ?
  • 41 Berthaut, op. cit., II, p. 476 et suiv.

L’Asie mineure de d’Anville (1764) ; les États du Grand Seigneur en Asie, par Robert de Vaugondy (1778) ; une carte de Chypre de 1573 ; les cartes des pays voisins de la Caspienne, par Delisle (1723) et par Lapie (1810), toutes deux au 1 : 3.200.000e ; la carte de la Turquie d’Asie de 1771, par les Homann ; la carte de la Palestine, de Dufour (1825) ; la carte de la Syrie, de Walk (1573)40 et celle récente de Lapie41. »

  • 42 Ibidem, p. 478.

16Dès leur arrivée à Smyrne, Stamaty et Callier se séparèrent de Michaud, qui renonçait à s’enfoncer dans les terres, et, dès les premières étapes, ils constatèrent que les cartes mises à leur disposition ne se composaient que de taches blanches où quelques points hypothétiques étaient placés, « destinés, écrit Stamaty, plutôt à lier les récits de l’histoire qu’à remplir les lacunes de la géographie42. »

  • 43 Berthaut, op. cit., II, p. 478.

17Après avoir cheminé en Asie mineure, les deux ingénieurs-géographes atteignirent la ligne de partage des eaux du Tigre et de l’Éuphrate, mais au moment d’aborder le Taurus, leurs gens les abandonnèrent prétextant que la peste infestait le pays. Restés presque seuls et sans interprète, « ils n’en continuèrent pas moins leurs travaux, étudiant le Taurus et les sources du Tigre, et ils parvinrent à Diarbékir. Les cartes d’alors, toutes fausses, ne leur étaient d’aucune utilité. En sortant de Diarbékir, ils reconnurent le passage de l’Euphrate à travers la chaine Taurique, descendirent le fleuve, passèrent à Samosate et poursuivirent presque jusqu’à Biredjik. C’était à peu près un voyage de découverte. La révolte de Biredjik et celle d’Ourfa, en guerre contre la Turquie, les forcèrent à appuyer vers les sources du Sadjour, après avoir été attaqués plusieurs fois, puis, en se rapprochant du mont Amanus, à gagner Alep43 ». Stamaty, épuisé par ces fatigues, meurt en septembre 1831 à Alep. Les deux explorateurs avaient, chemin faisant, découvert le lac de Van.

18Resté seul, Callier poursuivit sa tâche. Empêché de gagner le sud à cause des troubles de Damas, il se rendit dans la plaine d’Antioche, franchit l’Anti-Taurus et descendit à Césarée de Cappadoce d’où il revint à Alep, en mars 1832, par un autre itinéraire. D’Alexandrette il gagne Beyrouth par mer et ne pouvant, décidément, pénétrer dans le pays, il va étudier Chypre, Il y trouve encore la peste dont meurt son interprête.

19De retour à Beyrouth en septembre, il pousse une pointe dans le Liban et l’Antiliban. Ce n’est qu’en 1833 qu’il peut réellement reprendre ses courses dans le Liban et se rendre à Jérusalem, Hébron, Aqaba, au Sinaï, à Suez et au Caire où il tombe malade. A peine rétabli, il s’embarque pour Jaffa d’où, par le cours du Jourdain, il gagne Damas et Beyrouth. Rentré à Beyrouth en janvier 1834, il était à ce point épuisé qu’il dut y attendre son rappel en France qui s’effectua en juillet 1834. Nous devions de rappeler les conditions dans lesquelles ce pionnier de la cartographie syrienne a effectué ses remarquables travaux.

  • 44 R. Rochfort Scott, F. H. Robe, R. Wilbraham, J. F. A. Symonds, Map of Syria, d’après les relevés d (...)
  • 45 Röhricht, Bibl. Geogr., p. 652 en donne la liste.

20Les événements de 1840 ne prirent pas au dépourvu l’amirauté anglaise, puisqu’elle avait publié, dès 1839, des levés de la côte (Admiralty Chart) dont la Marine française établit une édition française. Lorsque l’autorité du sultan de Constantinople fut rétablie dans le pays, divers officiers anglais entreprirent une carte de la Syrie au 1 : 500.000e44. Les cartes marines anglaises furent reprises sous la direction de A. L. Mansell, qui publia les nouvelles éditions de 1858 à 186245. On en trouve une édition française au Dépôt de la Marine. Ces cartes à grande échelle ne laissent pas d’être défectueuses. Par exemple, au sud de Tripoli, Enfé est placé à quatre kilomètres au sud de Qalamoun, au lieu de six. Une mission hydrographique française avait récemment repris ce travail qui vient d’être interrompu.

  • 46 Carte du Liban d’après les reconnaissances de la brigade topographique du Corps expéditionnaire de (...)
  • 47 Voir Annales de Géographie, XXIIIe et XXIVe bibliogr. géogr., 1913-1914, n° 1105.

21L’expédition française de 1860, en Syrie, constitua une brigade topographique qui opéra, en 1860-61, sous les ordres du commandant Gélis et des capitaines Nau de Champlouis et Beguin. Dès 1862, elle publia la carte du Liban et d’une partie de l’Anti-Liban46. En 1919, cette carte a été agrandie au 1 : 100.000e et surchargée de quelques additions, par le Service géographique de l’armée47.

  • 48 Rey, Notice sur la carte de Syrie, p. 9-10.
  • 49 Levés en Galilée, faisant suite à la carte du Liban de l’E.-M. français, exécutés en 1870 par MM. (...)

22Pour répondre à un vœu émis par l’Académie des Inscriptions, le gouvernement français décida, en 1869, de prolonger la carte du Liban vers le sud pour y englober la Palestine. Sur ce beau travail qui marquait un nouveau progrès sur tous les levés antérieurs, voici les renseignements qui ont été conservés par Rey : « Dans les premiers mois de l’année 1870, les commandants Mieulet (aujourd’hui colonel) et Derrien, du corps d’état-major, reprirent la triangulation de la Galilée. Une base fut mesurée dans la plaine d’Acre, au nord-est de cette ville. Cette base de 2.660 mètres a servi à déterminer la distance du signal de Tantourah au château de Saint-Jean-d’Acre : 7.000 mètres. Au moyen du côté Tantourah-Château d’Acre, on a déterminé le côté Carmel-Château d’Acre, qui a été trouvé de 14.400 mètres et a servi de départ à la triangulation. Il a été fait vingt et une stations au théodolite ; tous les points remarquables du terrain ont été recoupés, et cette triangulation, rapportée graphiquement à l’échelle du 1 : 100.000e, a servi de canevas aux levés topographiques. Il a été levé, du mois d’avril au mois d’août, 1.500 kilomètres carrés. Les travaux furent interrompus, à cette époque, par les événements qui nécessitèrent le rappel en France des officiers »48. Une feuille au 1 : 100.000e a été publiée, avec courbes de niveau, qui constitue ce qu’on a donné de plus exact et de plus étudié sur la Galilée49. Cette carte étant généralement ignorée, nous montrerons plus loin, par quelques exemples, le parti qu’on en peut tirer.

  • 50 Voir ci-après à la bibliographie.
  • 51 E. G. Rey, Notice sur la carte de Syrie, Paris, Hachette, 1885. La seule étude sur l’activité de R (...)

23E. G. Rey, qui avait accompli une mission dans le nord de la Syrie50 et avait donné, en 1873, une Carte de la montagne des Ansariés et du Pachalik d’Alep au 1 : 500.000e, fut chargé en 1881, par la maison Hachette, d’établir, à la même échelle avec L. Thuillier, une Carte du nord de la Syrie51, qui est encore utile à consulter.

24Une Karte von Nordsyrien a été donnée par Blankenhorn dans la seule intention de noter son itinéraire et celui de quelques-uns de ses prédécesseurs.

  • 52 Carte de la Syrie méridionale comprenant les montagnes du Liban et de l’Anti-Liban et les territoi (...)
  • 53 Voir ci-après la Bibliographie. On avait déjà sur cette région : J. L. Burckhardt, Charte von Haur (...)
  • 54 Voir la Bibliographie.
  • 55 Voir R. Kiepert, dans von Oppenheim, Vom Mittelmeer, II, p. 404.
  • 56 G. Schumacher, Karte des Dscholan, dans ZDPV, t. IX, pl. 5 ; Karte des Ostjordanlandes II. Nördlic (...)

25Heinrich Kiepert qui publiait, en 1842, une grande carte de Palestine, s’attacha assez tard à des travaux de compilation sur la carte de Syrie. Si, dès 1844, il utilisait pour sa Karte von Kleinasien, les levés établis par de Moltke dans le nord de la Syrie, et si, en 1856, dans sa carte de Palestine au 1 : 600.000e, il mettait à profit, pour les régions limitrophes de la Syrie, les itinéraires d’Eli Smith et de Ed. Robinson, ce ne sont que les événements de 1860 qui l’incitèrent à établir sa première carte de Syrie ; elle parut à l’échelle du 1 : 300.000e avec titre en français52. Le premier, toutefois, Kiepert donnait (1860), grâce aux relevés de Wetzstein, une bonne carte de la région du Hauran53, sur laquelle la carte Fischer-Stiibel54 (1882), au dire de R. Kiepert, ne serait pas toujours en progrès55. Sur une partie de cette contrée, il faudra attendre les travaux de Schumacher pour posséder des renseignements précis56.

  • 57 Map of the Holy Land, Gotha, 1858.
  • 58 The Lebanon. Karte von Syrien aus Van de Velde, Map of the Holy Land, Gotha, 1860, au 1 : 315.000e(...)
  • 59 Van de Velde, Memoir to accompany the map of the Holy Land. Gotha, 1858.

26La carte dressée par Van de Velde au 1 : 315.000e et publiée par J. Perthes en 185857, puis en nouvelle édition en 1860, et sans changement, sous le titre The Lebanon58, était fondée sur des relevés personnels au cours de voyages en 1851 et 1852, sur la carte anglaise, relevée en 1840-41, dont il a été question plus haut, également sur la carte de Callier (1833) et celle de Kiepert (1842). Van de Velde avait été attaché au Service hydrographique à Batavia (1839-41) en qualité d’officier de la marine hollandaise. Il put ainsi accompagner sa carte de Palestine et Liban d’un important Mémoire donnant les indications techniques les plus précises pour l’époque59.

  • 60 Diener, Libanon, p. 9.
  • 61 Van de Velde, Notes on the map of the Holy Land, 2e éd., Gotha, 1865 ; cf. Peterman’s Geogr. Mitth (...)

27Entre temps, le relevé de la côte sous la direction de Mansell, la triangulation française du Liban et la détermination exacte de Damas en 1862, grâce au télégraphe qu’on venait d’y installer60, permirent à Van de Velde, après son nouveau voyage de 1861-62, de donner une nouvelle édition fort améliorée de sa carte dont l’usage était devenu classique61.

  • 62 Haussknecht’s, Routen im Orient, redigirt von Heinrich Kiepert, Berlin, 1882.
  • 63 H. Kiepert, Ueber die Ergebnisse der im Jahre 1882 von den Herren Dr. Puchstein und Sester ausgef. (...)
  • 64 Voir à la Bibliographie, Sachau, Reise.
  • 65 Voir à la Bibliographie, B. Moritz, Palmyrene.
  • 66 Karte des nordlichsten Teiles von Syrien (au 1 : 300.000e), dans C. Humann et O. Puchstein, Reisen (...)
  • 67 Richard Kiepert, Syrien und Mesopotamien zur Darstellung der Reise des Dr Max Freiherrn von Oppenh (...)
  • 68 Revue archéologique, 1897, I, p. 305-357 (voyage de 1896) ; voir aussi ibid., 1896, I, p. 299-336.

28En ce qui concerne la Syrie, l’activité de H. Kiepert reprit avec l’établissement de divers itinéraires, qui ont tous marqué un progrès dans nos connaissances géographiques. Citons ceux de Haussknecht62 en 1882, de Puchstein63 la même année, de Sachau64 en 1883, de B. Moritz65 en 1889, de Humann et Puchstein66 en 1890. Les matériaux ainsi accumulés seront mis en œuvre par son fils, Richard Kiepert qui. à l’occasion du voyage du baron von Oppenheim, dressera, au 1 : 850.000e, une carte très étudiée de la Syrie67. Cette synthèse, fondée principalement sur des levés d’itinéraires, souffre des imperfections du système, dont la plus grave est de collectionner les erreurs. C’est ainsi qu’on trouve, formant double emploi, deux sites Terib et Tereb (Athareb) ; de même pour Qal‛at Mirzé (en réalité Berzey) ; l’itinéraire de Thomson dans le Djebel ‛Ala et le Djebel Barisha est complètement brouillé. On nous permettra d’ajouter que R. Kiepert laisse en blanc comme terra incognita une région des Monts Nosaïris qui aurait pu être en partie comblée par l’utilisation de notre itinéraire68. Mais, ces réserves étant formulées, il est juste de reconnaître que cette carte d’ensemble de la Syrie est particulièrement utile.

  • 69 The River Euphrates with the Cilician Taurus and Northern Syria, Londres, 1850.
  • 70 Itinéraire de Tripoli à Homs, Hamah et Palmyre, 1865, dans Duc de Luynes, Voyage d’exploration à l (...)
  • 71 Publié par A. von Schweizer-Lerchenfeld, dans les Mittheilungen de Petermann, Ergänzungshefte, 44- (...)
  • 72 Voir ci-après, à la bibliographie.
  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid.
  • 75 Ibid.
  • 76 Notes syriennes.
  • 77 Voir à la bibliographie.

29On trouvera encore des renseignements dans les levés d’itinéraires de Chesney69, de Vignes70, de Czernik71, du capitaine Marmier72, de Max van Berchem73, de Victor Chapot74, du P. Lammens75, de Franz Cumont76, de l’expédition Sarre-Herzfeld77.

  • 78 Das Liwa el-Ladḳīje, nach den Reisewegen Martin Hartmann’s im Jahre 1881. Von ihm selbst gezeichne (...)
  • 79 Karte des Liwa Haleb und eines Theiles des Liwa Dschebel Bereket, nach den Reisenwegen Martin Hart (...)

30Il faut mettre à part les itinéraires de Martin Hartmann qui lui ont permis d’établir deux cartes, celle de la région de Lataquié78 et celle de la région entre Alep et Alexandrette79, qui valent par la sûreté des transcriptions.

  • 80 Voir la Bibliographie sous Princ. Exped.

31Signalons enfin que la mission américaine de Princeton doit publier un travail géographique sur les régions qu’elle a explorées, le Hauran et la Syrie du nord entre le Djebel Sem‛an et Ma‛arrat en-No‛man80.

***

  • 81 Lieut.-Col. Perrier, Bulletin de l’Asie française, 1921, p. 132 et suiv.

32En résumé, les meilleurs de ces travaux ne recouvrent qu’une portion très réduite du pays, les autres sont de simples itinéraires ou des compilations fondées sur des données absolument insuffisantes. Il restait à établir une carte de Syrie sur un système de triangulations régulières. Cette tâche a été entreprise et menée à bien, jusqu’à la carte de reconnaissance inclusivement, par le général turc Mehmed Chevki, ancien stagiaire au Service géographique de l’Armée française. En 1909, alors colonel, il obtint la constitution d’un Service géographique turc qui devait s’attacher à dresser, pour l’Asie turque, une carte de reconnaissance au 1 : 200.000e, fondée sur une triangulation expédiée81. Les hostilités, loin d’interrompre ces travaux, leur imprimèrent une grande activité.

33Après l’armistice, le général Chevki donna au gouvernement français toute facilité pour reproduire la carte de Syrie au 1 : 200.000e. Une édition française parut en 1920, celle que nous désignons en abrégé « carte de l’Е.-М. ».

  • 82 Base de 12.500 mètres sur une piste rectiligne entre Rayaq et Barr Elias.
  • 83 Base dite de Bab, à 40 km. à l’est d’Alep.
  • 84 Rapport sur 1922-1923, p. 71.

34Si utile que soit cette dernière publication, elle est encore bien imparfaite ; aussi, dès 1920, le Service géographique de l’armée a entrepris, d’après les procédés les plus précis, la carte régulière de la Syrie placée sous mandat français. Les travaux géodésiques ont été poussés activement, et avant toute mise en train de levés topographiques, sur la demande du Haut Commissaire de la République Française en Syrie, préoccupé de fournir un appui aux travaux d’immatriculation de la propriété foncière que menaient très rapidement les Services fonciers. Le Rapport sur les travaux exécutés en 1922 et 1923, publié en 1926 par le Service Géographique de l’Armée, résume ainsi le résultat de quatre campagnes : « Les deux premières missions géodésiques en Syrie avaient permis de mesurer une base fondamentale dans la Beqa‛82, d’effectuer les observations astronomiques en un point de départ et d’amorcer une chaîne méridienne à cheval sur la dépression de la Béqa‛. Les deux campagnes suivantes ont amené la méridienne vers le Nord jusqu’à Ḥomṣ et ont eu aussi pour résultat d’amorcer un autre tronçon de la méridienne situé plus au Nord, à hauteur d’Alep, avec base83 et station astronomique fondamentale. Le réseau de détail a été établi dans les régions de Beyrouth-Zaḥlé, Tripoli-Tortose et Ḥoms84 ». De plus, on annonce comme devant sortir incessamment la feuille de Beyrouth au 50.000e qui inaugure la publication de la carte régulière, complètement indépendante de tous les travaux antérieurs.

  • 85 Le Chef d’escadron d’artillerie coloniale Carbonnier a dressé le Catalogue des cartes du Bureau to (...)

35Un Bureau topographique, installé à Beyrouth en annexe du Service géographique de l’Armée, a dans ses attributions de fournir l’Armée du Levant des cartes qui lui sont nécessaires et, à cet effet, d’exécuter des levés d’itinéraires ou expédiés, d’établir des cartes ou croquis provisoires85.

2. — De l’utilisation de la carte.

36L’étude de topographie historique que nous présentons au lecteur a grandement profité de la carte au 1 : 200.000e que nous désignerons pour abréger « carte d’E.-M. 1920 ». Elle offre, en effet, un double avantage, celui de combler les vides entre les itinéraires des voyageurs modernes et, en même temps, celui d’en être indépendante. Donc, malgré les erreurs trop fréquentes dans la transcription des noms de lieux, nous y avons trouvé des éléments précieux pour l’identification des sites antiques.

37Pour indiquer à ceux qui ne sont pas familiers avec ces études, le parti à tirer de la carte, nous prendrons deux ou trois exemples sur la carte de Mieulet et Derrien, qui, ayant été complètement négligée, peut fournir encore des renseignement, inédits.

  • 86 Ce ne peut être, en effet, ni le Djitt à l’ouest de Naplouse, ni le village de ce nom au sud-est d (...)
  • 87 C’est la Gaba où Hérode installe une colonie de cavaliers. Josèphe, Bell, jud., III, 3, 1, la sign (...)
  • 88 Josué, XIX, 21.
  • 89 Josué, XIX, 20.

38Lisons la description que donne Pline. H. N., V, 19 : Juxta Getta, Geba, rivus Pacida sive Belus, vitri fertiles harenas parvo litori miscens ; ipse e palude Cendebia a radicibus Car-meli profluit. Si nous nous reportons à la carte en question nous voyons que Getta est probablement l’actuel Kafr Etta, à l’est de Ḥaifa86, à moins qu’il ne faille y reconnaître Djeida, près de Samouniyé. Geba est, au sud-est, le village de Dje-bata, la Gabatha de l’Onomasticon87. Quant au nom de Pacida porté aussi par le Belus, la carte de Mieulet et Derrien nous apprend qu’il reste toujours attaché à la source du Nahr Na‛man sous la forme de Bas el-Basset. On peut même se demander si le tell voisin, Tell Kerdané, ne représente pas l’emplacement de Bet-Paṣṣeṣ88. Dans ce cas, il n’y aurait aucun doute que Qishiyon89 serait à placer à Tell Qeisan et, probablement, ‛En Ḥadda à Kafr Etta.

  • 90 C’est la solution adoptée par P. Thomsen, Loca Sancta, s. v.
  • 91 Josèphe, Vita, 45.

39On sait l’incertitude dans laquelle on est pour placer sur le terrain l’ancienne Asochis. Robinson la fixait à Kafr Menda, à l’extrémité ouest du Sahel el-Baṭṭof ; Guérin préférait Tell Bedeiwiyé90. Ce ne peut être ni l’une ni l’autre de ces positions parce que Asochis — qui donna son nom au Sahel el-Baṭṭof, — se trouve sur l’itinéraire des messagers que les autorités envoient à l’historien Josèphe, alors gouverneur de la Galilée : Chsaloth (Iksal), Iapha (Yafa de Galilée), Sepphoris, Asochi, Gabara (‛Arrabet el-Baṭṭof)91. La carte de Mieulet et Derrien permet de suivre cet itinéraire et de placer Asochis à Khirbet Meselkhit, qui peut en conserver le nom déformé.

  • 92 Thomsen, L. S., s. Bersoubai,
  • 93 La carte note 244 mètres d’altitude au sud de Sha’ab et 348 m. au nord.

40En Basse Galilée, telle que la définit Josèphe, on place le point le plus septentrional, Bersabé, à Abou esh-Sheba‛, entre Kafr ‛Anan et Safed92. La carte de Mieulet et Derrien montre, par son relief, que le point ainsi choisi est en pleine Haute Galilée. Il faut donc renoncer à cette identification, si séduisante qu’elle soit, et lui préférer celle avec Sha‛ab ou Sha‛ib, au nord-est de Damoun. En effet, au nord du Wadi Sha‛ab, les altitudes se relèvent d’environ cent mètres93.

  • 94 Thomsen, L, S., S. v.

41On nous dit que la position limite pour la Haute-Galilée, le point le plus septentrional, Baka, où elle touche les terres syriennes, n’est pas déterminé94. La carte de Mieulet et Derrien note le village moderne de Bekea, ou mieux Boqei‛a le Bokehel des Croisés. Le Wadi Boqei‛a mène, en effet, vers le nord-ouest, en territoire syrien.

42Si de tels rapprochements peuvent s’établir entre vocables antiques ou médiévaux et. toponymes modernes, c’est qu’en dépit des civilisations qui se sont succédé en Syrie, les noms de lieux survivent aux millénaires. Le nom de Gebal-Byblos-Djebeil est attesté dès le début du troisième millénaire avant notre ère ; il n’a pas varié depuis près de cinq mille ans. Mais ce ne sont pas seulement les grands centres : Tyr, Sidon, Beyrouth, Damas, dont les noms remontent à l’antiquité la plus reculée que nous puissions atteindre, ce sont souvent de très modestes installations, La forme toute moderne de certaines appellations ne doit pas nous tromper ; ainsi le Nahr el-Barid, près de Tripoli, se rattache à un nom antique puisque l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem (333 ap. J.-C.) mentionne au bord de ce cours d’eau la mutatio Bruttus.

43A la lisière du désert, à l’est d’Apamée, le bourg de Tarou-tin et-Toudjdjar, « Taroutin des marchands », est déjà mentionné dans une inscription grecque sous la forme Tαρoυτία ’Eμπόρων, où l’on remarquera que le premier terme est très exactement conservé par l’arabe actuel, même avec la forme pluriel, tandis que le second a été traduit. Évidemment, l’équivalence s’est établie entre le grec et le syriaque à une époque où ces deux langues coexistaient ; l’arabe s’est modelé sur le syriaque. Rien n’atteste mieux le bilinguisme gréco-araméen de ces populations syriennes, même les plus éloignées de la côte.

  • 95 Les inscriptions grecques se raréfient au vie siècle pour disparaître au cours du viie siècle. Le (...)

44Si nous jetons un coup d’œil plus au sud, nous voyons que les Arabes du Ṣafa, dès qu’ils pénètrent en territoire sédentaire et s’y installent, abandonnent l’écriture safaïtique non pour l’écriture araméenne, mais pour la grecque. On peut dire que, dans les premiers siècles de notre ère, les Syriens sédentaires parlaient araméen, mais écrivaient en grec. Cela nous explique que les Évangiles aient été rédigés en grec. L’abandon du grec n’est pas dû seulement au recul de la domination byzantine en Syrie95 ; il a été précipité par le développement de la littérature syriaque sous l’influence du schisme monophysite.

45Le scepticisme qu’on a parfois professé au sujet des identifications entre termes antiques et noms modernes, ne peut résister devant le nombre des résultats obtenus, non pas au simple hasard des consonnances, mais par séries localisées dans une région déterminée. Pour éliminer les chances d’erreur et quand les documents le permettront, nous procéderons par groupe de localités comme celles que fournissent un itinéraire, un traité ou un chapitre de la Notitia dignitatum, même au risque d’une digression ou d’une redite. Les index, index des noms de lieux, index des cartes, devront être constamment consultés, car nous les avons dressés en vue d’ordonner nos recherches, qui sont avant tout d’ordre critique. Quinze cartes ont été dressées, plus une carte d’assemblage qui donne en même temps les limites du mandat français en Syrie.

46Nous ne saurions trop insister auprès des voyageurs et des fonctionnaires sur la nécessité de relever avec exactitude le nom des localités qu’ils traversent. C’est à leur intention que ce travail a été rédigé. Mais il ne suffit pas d’essayer de transcrire, tels qu’on les entend, les sons perçus, il faut obtenir d’un informateur sérieux une graphie du nom en arabe.

  • 96 L’esprit rude ‛ désigne le ‛ain, alors que gh représente le ghain. Les combinaisons th, dj, h, kh, (...)

47Notre transcription des vocables sémitiques est celle qui a cours dans les milieux scientifiques depuis un siècle et plus ; outre qu’elle nous paraît plus pratique que d’autres récemment proposées, elle a l’avantage inappréciable de ne pas rompre avec une tradition déjà ancienne96.

  • 97 Une liste détaillée a été donnée par A. SOCIN, Liste arabischer Ortsappellaliva dans ZDPV, XXII (1 (...)

48Voici quelques indications sur la signification des termes géographiques les plus courants97 :

49Auberge, caravansérail, khan.

50Baie, golfe, djoun, djouni.

51Bain chaud, source chaude, ḥammam, ḥammé.

52Blanc, abyaḍ, fém. beiḍ a (turc : ak ou beyad).

53Bleu, azraq, fém. zerqa.

54Bon, ṭayib, fém. tayibé ou ṭeiyibé.

55Cap, ras (tête) (turc : bouroun, nez).

56Caverne, kahf, meghara (araméen pluriel : ma‛arrata).

57Château d’eau, qasṭal.

58Château-fort, qal‛a, dim. : qoulei‛a ; qaṣr, dim. : qouṣeir ; ḥisn, dim. : hoṣein (turc : kalé, hissar).

59Chemin, route, derb, ṭariq.

60Chêne, sindiyan, sindiyané.

61Chien, kelb.

62Col, montée, ‛aqaba.

63Colline isolée, piton, tell, pl. : touloul.

64Colonne, ‛amad, pl. : ‛amoud et ‛awamid (turc : direk).

65Coupole, qoubbé.

66Couvent, deir, dim. : douweir (turc : tekké).

67Crête, ḍahr.

68Défilé (turc : boghaz ; persan : derbend).

69Désert, badiyé, saḥra.

70Digue, sedd (turc : bend).

71District, koura.

72Eau, moyé (turc : sou).

73Église, kenisé.

74Étang, birké.

75Étoile, kaukab (turc : yildiz).

76Ferme, mezra‛ (turc : tshiftlik).

77Fille, bint (turc : qyz).

78Fils, ibn, ben (turc : oghl, zadé).

79Fleuve, rivière, nahr (turc : tshaï, irmak).

80Forteresse, voir Château-fort.

81Grand, kebir (turc : beuyuk).

82Grenades, roumman. Ile, djeziré.

83Inférieur, asfal, taḥtani.

84Jardin, bistan, bostan (turc : baghtshé).

85Jaune, aṣfar (turc : sari).

86Lac, birké, bouḥeira (turc : gueul).

87Long, tawil.

88Lune, qamar.

89Maison, beit. L’araméen abrège en ba ou b.

90Marais, sabkha.

91Mer, lac, baḥr (turc : deniz).

92Mère, oumm.

93Métairie, mezra‛a, ḥaush ou ḥosh.

94Mine, ma‛aden.

95Montagne, djebel (araméen : ṭour ; turc : dagh).

96Noir, aswad, fém. sawda, diminutif : souweida (turc : qara).

97Nouveau, djedid (turc : yéni).

98Noyer, noix, djoz.

99Olivier, zeitoun.

100Père, ab.

101Petit, ṣeghir (turc : kutchuk).

102Pigeons, ḥamam.

103Plaine, sahel, saḥra (turc : ova).

104Pont, djisr, qanṭara, plur. : qanaṭir, dim. : qouneiṭira (turc : keupru).

105Porte, bab.

106Prairie, merdj ; dim : moureidj.

107Prophète, nebi.

108Puits, bir, djoubb (turc : kouyou).

109Rivière, voir fleuve et vallée.

110Rouge, ahmar (turc : qyzil).

111Ruine, khirbé.

112Saint, wéli (araméen : mar).

113Soleil, shems.

114Source, ‛ain, plur. : ‛ouyoun prononcé aussi ‛iyoun et ‛ayoun ; neba‛, fawwara (turc : bounar ; persan : tcheschmé).

115Supérieur, ‛ala, foqani.

116Terre, pays, ard.

117Tertre, kom, tell, plur. : touloul (turc : tépé).

118Tête, ras (turc : bash).

119Tombeau, qabr.

120Tombeau de saint, wéli.

121Tour, bourdj (araméen : medjdel).

122Vallée, wadi, amq ou ‛oumq, biq‛a, dim. : bouqei‛a (turc : deré).

123Vert, akhḍar.

124Vieillard, sheikh (aussi titre honorifique).

125Vieux, qadim, ‛atiq (turc : eski).

126Village, beled, qarié (araméen : kafr ; turc : keui).

127Ville, mediné (turc : shehir).

Bibliographie

3. — Bibliographie.

La bibliographie qui suit a été dressée dans l’intention de signaler les travaux utiles pour la documentation topographique. Telle édition de textes médiévaux (ainsi Hagen-meyer), tel recueil épigraphique (ainsi Waddington), tel catalogue de monnaies (Babelon, Wroth, Hill) y figurent parce que les auteurs y discutent les identifications de localités. En principe, nous ne renvoyons qu’exceptionnellement aux Encyclopédies et Dictionnaires : Real-Encyclopaedie de Pauly-Wissowa, Realencyclopaedie für Protest. Theologie und Kirche, Dictionary of the Bible de Hastings, Encyclopédie de l’Islam, Thomsen, Honigmann, etc. Quand il y a lieu, nous indiquons la forme abrégée adoptée pour les références.

Abel, voir Savignac.

Aboulféda, Géographie, texte arabe publié d’après les mss. de Leyde et de Paris, par Reinaud et Mac Guckin de Slane, Paris, 1837-41. Traduction par Reinaud et Stanislas Guyard, Paris, 1848-1883 ; cf. Quatremère, Journal des Savants, 1848, p. 600 et 1849, p. 102.

Amm. Marc. = Ammien Marcelin, Rerum gestarum libri XXXI, éd. V. Gardthausen, Leipzig, 1874.

Anonyme de Bordeaux = Itinerarium a Burdigala Hierusalem usque, éd. P. Geyer ; voir ci-après Itin. Hier. ; cf. Clermont-Ganneau, Observations sur quelques points des côtes de la Phénicie et de la Palestine, d’après..., dans Bull., de la Soc. de Géogr. de Paris, 1875, p. 43.

Anton. Plac. = Antonini Placentini Itinerarium, éd. P. Geyer ; voir Itin. Hier.

Aramon, Voy. = Le voyage de Monsieur d’Aramon. ambassadeur pour le roi au Levant, escript par noble homme Jean Chesneau, éd. Charles Schefer, Paris, 1887. (Voyage en 1549.)

Arch. Or. lat. = Archives de l’Orient latin, 2 vol., Paris, 1881 et 1884.

Arvieux, Mém. = Mémoires du chevalier d’Arvieux, contenant ses voyages à Constantinople, dans l’Asie, la Syrie, la Palestine, etc. par (le R. P.) J.-B. Labat, 6 vol., Paris, 1735. Röhricht, Bibl. Geogr., p. 268, signale, suscitées par ces mémoires, des Lettres critiques de Louis-Marie Petis de la Croix. Voir L. Bouvat, Le chevalier d’Arvieux (1635-1702) d’après ses Mémoires, dans Revue du Monde musulman, mars 1914, p. 1.

Babelon, Achém. = Ernest Babelon, Les Perses Achéménides, les satrapes et les dynastes tributaires de leur empire, Cypre et Phénicie (Catal. des monnaies grecques de la Bibl. nat.), Paris, 1893.

— Rois de Syrie = Les rois de Syrie, d’Arménie et de Commagène (Cat. des monnaies gr. de la Bibl. Nat.), Paris, 1890.

— Traité = Traité des monnaies grecques et romaines, 2e partie, t. II : Monnaies de l'empire des Perses Achéménides, de l’Orient sémitique et de l’Asie Mineure aux ve et ive siècles av. J.-C, Paris, 1901.

Baedeker, Syrie = Karl Baedeker, Palestine et Syrie, nombreuses éd. en allemand, anglais et français depuis 1875, date de la rédaction d’A. Socin ; à partir de 1891, revision de I. Benziger.

Al-Вakri = Das geographische Wörterbuch des El-Bekri († en 1094 ар. J.-C), éd. F. Wüstenfeld, 2 vol., Göttingen, 1876-1877.

Barthélemy, Relation sommaire d’une excursion de quinze jours au nord d’Alep, dans Recueil de Travaux, XIX (1897), p. 32.

Al-Battani, voir Nallino.

В. C. H. = Bulletin de Correspondance hellénique.

Bell (Gertrude Lowthian), The Desert and the Sown, Londres, 1907 ; trad. allem., Berlin, 1908. Amurath to Amurath, Londres, 1910.

Pierre Belon = Pierre Belon (du Mans), Les observations de plusieurs singularitez et choses memorables trouvées en Grèce, Asie, Judée, Egypte, Arabie, etc., Paris, 1553 (Voyage en 1547) ; cf. Conder, Note on Pierre Belon’s travels, PEF, Q. St., 1897, p. 208.

Benjamin de Tudèle, Massaot. (Voyage de 1165 à 1173.) Nombreuses éditions et traductions, celle d’Asher (1840-41), celle de L. Grünhut et M. N. Adler (1903-04), sur laquelle on consultera Clermont-Ganneau, Journal des Savants, 1905, p. 500 et Rec. arch. or., VII, p. 114 ; mais surtout M. N. Adler, The Itinerary of Benjamin of Tudela, Londres, 1907 (paru aussi dans Jewish Quarterly Review, t. XVI-XVIII) sur lequel on consultera Julien Weil, Revue des Études juives, 1906, p. 154. Voir aussi R. Dussaud, Le sanctuaire phénicien de Byblos d’après Benjamin de Tudèle, dans Syria, 1926, p. 247.

Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, 2 vol., Paris, 1902-1903. Une seconde édition est en préparation, pour paraître en 1927.

Max Van Berchem, Recherches = Recherches archéol. en Syrie, dans Journal asiat., 1895, II, p. 485.

— Épigraphie des Assassins de Syrie, dans Journ. asiat., 1897, I, p. 453.

— Voy. = Max Van Berchem et Edm. Fatio, Voyage en Syrie, 3 vol. (Mémoires Institut fr. d’arch. orient.). Le Caire, 1913-1915 (Voyage en 1895) ; cf. Syria, 1920, p. 74.

— Notes sur les croisades, dans Journ. asiat., 1902, I, p. 385 (à propos de Röhricht, Kön. Jer.).

Max Van Berchem C. I. A. = Matériaux pour un Corpus inscriptions arabicarum (Mém. Inst. fr. d’arch. or.), Le Caire, 1894 et suiv. Nous intéresse ici particulièrement le t. XXV des Mém., consacré à la Syrie du nord et dont a paru le fascicule : Moritz Sobernheim, ‛Akkar, Hisn el-Akrad, Tripoli.

J. Berggren, Guide français-arabe vulgaire des vogageurs en Syrie et en Egypte, Upsal, 1844.

Raphael Bernpville, Dix jours en Palmgrène, Paris, 1868.

Jules De Bertou, Essai sur la topographie de Tyr, Paris, 1843.

— Sur les ruines antiques de Deir el-Kalah, dans Rev. archéol., 1846, II, p. 617.

— Lettre à M. de Saulcy sur les monuments égyptiens du Nahr el-Kelb, dans Rev. arch., 1854, II, p. 1.

— La topographie de Tyr d’après les derniers explorateurs, extr. de Mém. de l’Acad. des Inscr., Savants étr., IX, 2, p. 275.

Bertrandon de la Broquière, Le Vogage d’Outremer, éd. Ch. Schefer, Paris, 1892.

Bianchi, Itinéraire de Constantinople à la Mecque, extr. du Kitab Menassik el-hadj, extr. de Recueil de Voyages et Mém. de la Soc. de Géogr. de Paris, II (1825), p. 81.

E. Blochet, Histoire d’Alep de Kamal ad Din, trad, dans ROL, t. III-VI.

— Histoire d’Egypte de Makrizi, trad. fr. (suite à celle de Quatremère), dans ROL, t. VI-XI.

— Relation du vogage en Orient de Cartier de Pinon (1579), dans ROL, XII, p. 112.

— Moufazzal Ibn Abil-Fazaïl, Histoire des sultans Mamlouks, Patr. Or., XII et XIV.

F. M. T. Böhl, Kanaanäer und Hebräer, Leipzig, 1911.

Botta, Observations sur le Liban et l’Antiliban, dans Mém. de la Soc. géol. de France, 1833, p. 135.

Al. Bourquenoud, Mémoire sur les ruines de Séleucie de Piérie ou Séleucie de Syrie, Paris, 1860 ; cf. Journal des Savants, 1861, p. 120.

— Mémoire sur les monuments du culte d’Adonis dans le territoire de Palaebijblos, Paris, 1861 ; cf. Journal des Savants, 1861, p. 190.

J. H. Breasted, The battle of Kadesh, a study in the earliest known military strategy, Chicago, 1903 ; voir A. Moret, Des clans aux Empires, p. 362 et A. H. Burne, Some Notes on the Battle of Kadesh, dans Journal of Egypt. Arch., VII, p. 191.

Louis Bréhier, voir Gesta Francorum.

Léonce Brossé, La digue du lac de Horns, dans Syria, 1923, p. 234.

— Les peintures de Marina, près Tripoli, dans Syria, 1926, p. 30.

— de la Bassetière et Ed. Pottier, La nécropole de Cheikh Zenad, dans Syria, 1926, p. 193.

— Voir Paul Monceaux.

W. G. Browne, Nouveau voyage dans la haute et basse Égypte, la Syrie, le Bar-Four, 1792-98, trad, par J. Castéra ; 2 vol., Paris, 1800.

Brünnow et Domaszewski, Prov. Ar. —- E. Brünnow et A. von Domaszewski, Die Provincia Arabia, 3 vol., Strasbourg, 1904, 1905, 1909. Comptes rendus sur le t. I : Clermont-Ganneau, Journal des Savants, 1904, p. 668 ; A. Musil, WZKM, 1904, p. 379 ; sur le tome 11 : II. Vincent, Rev. bibl., 1905, p. 104 ; Clermont-Ganneau, Ree. arch, or., VI, p. 318 et VII, p. 202 ; sur le tome III : H. Vincent, Rev. bibl., 1909, p. 629 ; Jalabert, Rev. arch., 1909, II, p. 311.

Buckingham, I = Travels in Palestine, Londres, 1821. (Voyage en 1816.)

— II = Travels among the Arab Tribes, Londres, 1825.

Buhl, Geogr. = F. Buhl, Geographie des alten Palaestina, Fribourg en Br. et Leipzig, 1896.

Burchardus de Monte-Sion, Descriptio Terrae Sanctae, dans Laurent, Peregrinatores medii aevi quatuor, 2e éd., Leipzig, 1873.

Burckhardt, Reisen = J. L. Burckhardt, Reisen in Syrien, Palaestina und der Gegend des Berges Sinai, mit Anmerkungen von Gesenius, Weimar, 1823, trad, allem, de Travels in Sgria and the Holy Land, Londres, 1822, éd. posthume par Leake (Voyage en 1810-12). Cf. Letronne, Journal des Savants, 1822, p. 610 et 684.

Burton et Drake, Unexpl. Syria = Unexplored Syria, 2 vol., Londres, 1872.

Camille Callier, Voyage en Asie Mineure, en Syrie, en Palestine et en Arabie Pétrée, dans Bull. Soc. de Géogr. de Paris, 1835, p. 5 et 239 ; cf. ibid. 1837, p. 288 et 1838, p. 40.

Caraman (A. de), Voyage de Homs à Palmyre et retour, dans Bull, de la Soc. Géogr. de Paris, 1840, p. 321.

Cart. gén. = J. Delaville Le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (1100-1310), 4 vol., Paris, 1894-1906.

Cassas, Voyage pittoresque de la Syrie, de la Phénicie et de la Basse-Égypte, Paris, 1799. (Voyage vers 1772 ; cf. Magasin pittoresque, t. IV-IX.)

F. Chabas, Voyage d’un Égyptien en Syrie, en Phénicie, au xive siècle avant notre ère, Paris, 1866. Voir Gardiner.

J.-B. Chabot, Notice sur une mappemonde syrienne du xiiie siècle, dans Bullet, de Géogr. Hist., et descriptive du Comité des trav. hist, 1897.

— Chronique de Michel le Syrien, patriarche jacobite d’Antioche (1166-1199), Paris, 1899-1910.

— Les Évêques jacobites du viiie au xiiie siècles, d’après la chronique de Michel le Syrien, dans Rev. or. chrét., 1899, p. 444 et 495 ; 1900, p. 605 ; 1901, p. 189.

— Notes d’épigraphie et d’archéologie orient., dans Journal asiat., 1897, II, p. 308 ; 1898, II, p. 68 ; 1900, II, p. 249 et 1901, II, p. 430.

— Choix d’inscriptions de Palmgre, Paris, 1922.

Joseph Chamonard, A propos du Service des antiquités de Syrie, dans Syria, 1920, p. 81.

E. Chantre, De Beyrouth à Tiflis ù travers la Syrie, dans le Tour du Monde, 1889, t. LVIII, p. 209.

Chapot, Front. Euphr. = Victor Chapot, La Frontière de l’Euphrate de Pompée à la conquête arabe, Paris, 1907 ; cf. Jalabert, Met. fac. or. de Beyrouth, III, p. 36.

— D’Alexandrie au coude de l’Euphrate, dans Tour du Monde, 1905, t. LXXXIX, p. 133.

— Séleucie de Piérie, dans Mém. Soc. des Ant. de France, t. LXVI (1906), p. 149.

Ad. Chauvet et E. Isambert, Syrie et Palestine (t. III de l’Itinéraire de l’Orient par le Ier E. Isamberl), Paris, 1882 (réimpression en 1895).

L. Cheikho, voir Ibn Esh-Shihna et Ibn Yahya.

Chesney, Exp. — The Expedition for the survey of the rivers Euphrates und Tigris, Londres, 1850.

H. Clauss, Die Staedte der El-Amarnabriefe und die Bibel, dans ZDPV, t. XXX (1907), p. 1.

Clermont-Ganneau, Ét. arch. or. = Études d’archéologie orientale, 2 vol., Paris, 1895-97.

— Rec. arch. or. = Recueil d’archéologie orientale, 8 vol., Paris, 1888-1924. Index général à la fin de tome III et du tome VIII. Sur l’œuvre de ce maître, voir Syria, 1923, p. 140.

Conder, C. R., Heth and Moab. Explorations in Syria in 1881 and 1882, Londres, 1883.

G. Contenau, Mission archéologique à Sidon (1914), Paris, 1921 (extr. de Syria, 1920 et 1921).

— Deuxième mission archéologique à Sidon (1920), Paris, 1924 (extr. de Syria, 1923 et 1924).

— La Glyptique syro-hittile (Bibl. arch, et hist, du Service des ant. de Syrie, t. II), Paris, 1922.

— Éléments de Bibliographie hittite, Paris, 1922.

— La Civilisation phénicienne, Paris, 1926.

De Corancez, Lin. = Itinéraire d’une partie peu connue de l’Asie Mineure, contenant la description des régions septentrionales de la Syrie, etc., Paris, 1816. (Voyage en 1802.)

C. R. Acad. = Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

K. A. C. Creswell, Two Khans at Khan Tuman, dans Syria, 1923, p. 134.

Vital Cuinet, Syrie, Liban et Palestine, géographie administrative, descriptive et raisonnée, Paris, 1896 (utilise des documents parfois médiocres).

Cumont, Ét. syr. = Franz Cumont, Études syriennes, Paris, 1917 (résultats archéologiques et géographiques du voyage de l’auteur en 1907 dans la Syrie du Nord) ; cf. Revue de l’Hist. des Religions, 1918, I, p. 138.

— Bouclier d’un archer palmyrénien avec une liste d’étapes, dans Syria, 1925, p. 1.

— Les Fouilles de Doura-Europos (1922-1923), (Bibl. arch, et hist, du Service des ant. de Syrie, t. IX). Paris, 1927.

Dandini, Voy. = Voyage du Mont Liban, trad, de l’italien du R. P. Jérôme Dandini, nonce en ce pays la... par R. S. P. (le P. Richard Simon), Paris, 1675 (Voyage en 1596).

J. David, voir Yanoski.

Henri Dehérain, Correspondance de Sylvestre de Sacy et du consul J -R. Louis Jacques Rousseau, dans Journal des Savants, 1914, p. 367.

— Lettres de William Henry Waddinglon sur son voyage archéologique en Sqrie, en 1861 et 1862, dans Journal des Savants, 1914, p. 269.

— Le voyage du consul Joseph Rousseau à Bagdad, en 1807, clans Syria, 1925, p. 174.

Congrès des Sociétés savantes à Paris, 1925, Discours (sur l’apport des voyageurs français des xviie et xviiie siècles à la connaissance géographique des pays du Levant), Paris, 1925 ; cf. Syria, 1925, p. 290.

Delaville Le Roulx, Les Hospitaliers en Terre-Sainte et à Chypre (1100-1310), Paris, 1904 ; cf. Ch. Kohler, HOL, X, p. 472.

Voir Cart. gén.

Delitzsch, Paradies = Wo lag das Paradies?, Leipzig, 1881.

Derenbourg, Ousama = Hartwig Derenbourg, Ousama ibn Mounkidh. Un émir syrien au ier siècle des Croisades (1095-1188). Paris, 1889.

— Aulob. D’Ousama = Autobiographie d’Ousama, texte arabe formant la deuxième partie de l’ouvrage précédent, Paris, 1886. La traduction en a été donnée sous le titre : Ousama Ibn Mounkidh (1005-1188). Souvenirs historiques et récits de chasse. Autobiographie d’Ousama, Paris, 1895 (extr. de ROL).

— Les Croisades d’après le dictionnaire géographique de Yaqoul (École nat. des Langues orient, viv., éd. du Centenaire, p. 71).

Dhorme, el-Amarna = Paul Dhorme, Les Pags bibliques au temps d’el-Amarna, d’après la nouvelle publication des lettres, dans Rev. bibl., 1908, p. 205 et 500 ; 1909, p. 50 et 368 ; voir encore Rev. Bibl., 1924, p. 5.

— Assyrie = Les Pays bibliques et l’Assyrie, Paris, 1911 (extr. de Rev. bibl., 1910-1911).

— Palmyre dans les textes assyriens, dans Revue Bibl., 1924, p. 106.

Charles Diehl, Justinien et la Civilisation byzantine au vie siècle, Paris, 1901.

— Manuel d’art byzantin, 2e édit., 2 vol., Paris, 1925-1926.

— L’École artistique d’Antioche et les Trésors d’argenterie syrienne, dans Sgria, 1921, p. 81.

— Un nouveau trésor d’argenterie syrienne, dans Syria, 1926, p. 105.

Carl Diener, Libanon. Grundlinien der physischen Geographie und Geologie von Mittel-Syrien, Vienne, 1886.

Dimashqi, Kitab noukhbat al-dahr, éd. Praehn, Sainl-Petersbourg, 1866. Trad. fr. de Mehren sous le titre : Manuel de la cosmographie du moyen àge, Copenhague, 1874.

Joseph Dobias, Histoire de la Province romaine de Syrie (en tchèque), I, Prague, 1924 ; cf. Cumont, Syria, 1925, p. 282. Une traduction française est sous presse.

— Séleucie sur l’Euphrale, dans Syria, 1925, p. 253.

A. Von domaszewski, Die Namen römische Castelle am Limes Arabicus, dans Beiträge zur alten Geschichte und Geographie. Festschrift für H. Kiepert, Berlin, 1898, p. 65 ; cf. H. Brinkmann. Bonner Jahrbuch, 1896, p. 252 et S. Vailhe, Échos d’Orient, 1899, p. 89.

Voir Brünnow.

Maurice Dunand, Mission dans le Diebel Druze, dans Syria, 1925, p. 294 et Syria, 1926, p. 326.

— Sondages archéologiques effectués à Boslan ech-Cheikh, près Saida, dans Syria, 1926, p. 1.

B. Dussaud, Rev. arch., 1896 = Rene Dussaud, Voyage en Syrie. Oct.-Nov. ISJÜ. Notes archéologiques, dans Rev. arch., 1896, I, p. 299.

— Rev. arch., 1897 — Voyage en Syrie (2e). Oct.-Nov. 1896. Notes archéologiques, dans Rev. arch., 1897, I, p. 305.

— Triparadissos, dans Rev. arch., 1898, II, p. 113.

— Histoire el religion des Nosaïris (Bibl. de l’École des Hautes-Études, fasc 129), Paris, 1900.

— Voy. Safa = R. Dussaud et FR. Macler, Voyage archéologique au Saja et dans le Djebel cd-Druz, Paris, 1901. Mission = R. Dussaud, avec la collab. de Fr. Macler, Mission scientifique dans les régions désertiques de la Syrie moyenne, Paris, 1903 (extr. de Nouvelles Archives des missions scient., X. p. 411).

— Les Arabes en Sgrie avant l’Islam, Paris, 1907.

— Le royaume de Hamat et de Lou’oush au viiie siècle avant notre ère, dans Rev. arch., 1908, I, p. 222 ; cf. Syria, 1922, p. 175.

— Le rôle des Phéniciens dans la Méditerranée primitive, dans Scienlia, 1913, p. 81.

— Simyra et l’importance de ta côte nord (de Syrie) dans l’antiquité, dans Congrès français de la Syrie, fasc. II.

— Byblos et la mention des Giblites dans l’Ancien Testament, dans Sgria, 1923, p. 300.

— La Digue du lac de Homs et le « mur égyptien » de Strabon, dans Monuments et Mémoires Plot, t. XXV, p. 133.

— Le peintre Montfort en Syrie (1837-1838), dans Syria, 1920, p. 58 et 155 ; 1921, p. 63.

— Le sanctuaire phénicien de Byblos d’après Benjamin de Tudèle, dans Sgria, 1926, p. 247.

— L’art syrien du deuxième millénaire avant notre ère, dans .Syria, 1926, p. 336.

Dutau et Bourquenoud, Voyage dans le Liban et l’Antiliban, dans Études Religieuses, 1864, II, p. 129 et 285 ; 1866, I, p. 64, 370 et 495 ; II, p. 509.

Fr. C. Eiselen, Sidon. A Study in Oriental History, New-York, 1907.

Camille Enlart, Les Monuments des Croisés dans le royaume de Jérusalem. Architecture religieuse et civile (Bibl. arch, et hist, du Service des ant. de Syrie, t. VII et VIII), Paris, 1926-27.

Eusèbe, voir Onom.

Exp. tolius mundi = Expositio totius mundi et gentium, dans Riese, Gcographi Lalini minores, Heilbron, 1878.

W. Ewing, A Journey in the Ilauran, dans PEE, Q. St., 1895, p. 60, 161, 281 et 355.

W. B. Fleming, The history of Tyre, New-York, 1915.

F. Forbes, A visit to the Sindjar Hills in 183S, dans Journal of the Royal Geographical Society, t. IX (1839), p. 409.

Forbin (comte de), Voyage dans le Levant en 1817 et 1818. Texte et atlas, Paris, 1819.

Förster, Antiochia am Oronles, dans Jahrb. des archaeol. Inst., 1897, p. 103.

Charles Fossey, Inscriptions de Syrie, dans BCH, 1895, p. 303 ; 1897, p. 39.

— Fouilles allemandes à Boghaz-Keui (les Hittites et la Syrie), dans Journal des Savants, 1909, p. 310.

Voir Perdrizet.

Foucher de Chartres, éd. Hagenmeyer = Fuleheri Carnolensis historia hierosol. (1095-1127), éd. Hagenmeyer, Heidelberg, 1913.

Fraas, Drei Monate am Libanon, Stuttgart, 1876.

Albert Gabriel, Recherches archéologiques à Palmyre, dans Syria, 1926, p. 71.

Gardiner, Sinuhit = Alan H. Gardiner, Die Erzählung des Sinuhe und die Hirtengeschichte (Hierat. Papyrus aus den Kgl. Museen zu Berlin, t. V) ; cf. Maspero, Rev. crit., 1909, II, p. 161 et Al. Moret, Journal asiat., 1909, II, p. 381 ; Gressmann, Altor. Texte, p. 210. Consulter encore Kurt Sethe, Eine aegyptische Expedition nach dem Libanon im 15. Jahrhundert v. Chr., dans Sitzungsber. Berl. Akad., 1906, p. 356 ; G. Maspero, Les Mémoires de Sinouhit, Le Caire, 1908 ; Raymond Weill, Sinouhit et Byblos, dans Sphinx, 1908, p. 201.

— Egyptian Hieratic texts. Series I. Part 1 ; The Papyrus Anas-tasi I and the Papyrus Koller. Leipzig, 1911. (Reprise du récit utilisé par Chabas ; voir ci-dessus).

John Garstang, Excavations at Sakfe-Geuzi in North Syria, dans Annals of Liverpool, 1908, p. 97 et 1912, p. 63 ; voir Pottier, dans Syria, 1924, p. 1.

— The Land of the Hittites, Londre’s, 1910.

Voir L. A. Mayer.

Gaudefroy-Demombynes, Syrie = La Syrie à l’époque des Mamelouks, d’après les auteurs arabes. Description géogr., économique et administrative, précédée d’une introduction sur l’organisation gouvernementale. Paris, 1923 (Bibl. archéol. et hist, du Service des Antiquités de Syrie, t. III).

Gauthier, Diet, géogr. — Henri Gauthier, Dictionnaire des noms géographiques contenus dans les textes hiéroglyphiques, 6 vol., Le Caire, 1925 et suiv. ; cf. Syria, 1925, p. 373 et 1926, p. 277.

Gauthier le chancelier = Galleri Cancellarti Bella Antiochena, éd. H. Hagenmayer, Innsbruck, 1896.

Gelzer, voir Georg. Cypr. et Patrum Nicaenorum. Georg. Cypr. = Georgius Cyprius, Descriptio orbis Romani, éd. Gelzer, Leipzig, 1890.

Germer-Durand, Rapport sur l’exploration archéologique en 1903 de la voie romaine entre Amman et Bostra (Arabie), dans Bullet, archéol. du Comité des trav. hist., 1904, p. 2 ; voir Thomsen.

Gesenius, Handw. = W. Gesenius’ hebr. und aram Handwörterbuch... bearbeitet von Dr Frants Buhl, 15e éd., Leipzig, 1910. La seizième éd. est une simple reproduction.

Gesta Franc. = Anongmi Gesta Francorum et aliorum Hicroso-tgmitanorum, éd. H. Hagenmayer, Heidelberg, 1890. Nouvelle édition avec traduction par Louis Bréhier, Paris, 1924 ; cf. Sgria, 1925, p. 285.

P. Geyer, voir Hin. Hierosol.

Ghillebert de Lannoy = Œuvres de Ghillebert de Lannoy, voyageur, diplomate et moraliste, éd. Potvin, Louvain, 1878.

Goeje, Mém. Sgrie = J. de Goeje, Mémoire sur la conquête de la Sgrie, 2e éd., Leyde, 1900.

Bibliothcca geogr. arabicorum, Leyde, 1870-94 ; voir al-Istakhri, Ibn Hauqal, al-Mouqaddasi, Ibn al-Faqih al-Hamadhani, Ibn Khordadbeh, Qodama, Ibn Rosteh, al-Yaqoubi et al-Masoudi.

Golénischeff, Papgrus hiératique de la collection W. Goléniseheff (Wenamon), dans Recueil de travaux, XXI, p. 22 ; Maspero, Contes populaires, p. 186 ; A. Erman, Eine Reise nach Phönizien im XI. Jahrh. v. Chr., dans Zeitschr. für Aeggpt. Sprache, t. XXXVIII, p. 1 ; Gressmann, Attor. Texte, p. 225.

Cyril Graham, Explorations in the Desert East of the Hauran and in the Ancient Land of Bastian, dans Journal of Royal Geogr. Soc., 1858, p. 226. (Le premier explorateur du Safa.)

H. Gressmann, Altor. Texte = Altorientalische Texte und Bilder zum Alten Testament, in Verbindung mit Dr. Arthur Ungnad u. Dr. Hermann Ranke hrsgg. von Lic. Dr. Hugo Gressmann, I, Texte ; II, Bilder ; Tübingen, 1909. Une seconde édition est annoncée.

V. Guérin, Galilée = Victor Guérin, Description de la Palestine, Galilée, 2 vol., Paris, 1880.

— Description et statistique des populations du Liban, Maronites, Melkites, Grecs, Druzes, Matoualis, dans Comptes rendus Acad. des Inscript., 1883, p. 286.

Hagenmeyer, Cliron. = Hagenmeyer, Chronologie de la première croisade (1094-1100) dans ROL, VI, p. 214 et 490 ; VII, p. 275 et 420 ; VIII, p. 318 et tirage à part, Paris, 1902, Chronologie du royaume de Jérusalem, dans ROL, IX, p. 384 ; X, p. 372 ; XI, p. 145 et 435 ; XII, p. 68 et 283.

Voir Fougher de Chartres, Gauthier le chancelier et. Gesla Francorum.

William Halifax, A relation of a vogage from Aleppo to Palmyre in Sgria, dans Philosophical transactions, Londres, 1695-97, p. 84 et 138, d’après Röhricht, ZDPV, XVI, p. 282.

J. E. Hanauer, Notes from Damascus and the Anti-Libanus, dans PEF, Q. St., 1909, p. 119 et 205.

Martin Hartmann, Das Liwa el-Ladkife, dans ZDPV, XIV.

— Das Liwa Halcb, dans Zeitschr. der Gesellsch. für Erdkunde zu Berlin, 1894.

— Beiträge zur Kenntniss der Syrischen Steppe, dans ZDPV, XXII (1899), p. 127 et 153 ; XXIII (1900), p. 1 el 97.

Richard Hartmann, Politische Geographie des Mamlukenreichs, dans ZDMG, 1916, p. 1 et 477.

Bernard Haussoullier et Harald Ingholt, Inscriptions grecques de Syrie, dans Syria, 1924, p. 316.

A. Heber-Percy, A Visit to Bashan and Argob, Londres, 1895.

W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au mögen âge, éd. fr. refondue et considérablement augmentée par l’auteur, publiée par Furcy Raynaud, 2 vol., Leipzig, 1885-86.

Hiéroclès = Hiéroclès, Sijnccdemos, éd. Burckhardt, Leipzig, 1893.

Hildesheimer, Bcilr. = H. Hildesheimer, Beiträge zur Geographic Palaestinas, Berlin, 1886.

G. F. Hill, British Museum Catalogue of the Greek coins of Phoenicia, Londres, 1910.

— Brit. Mus. Cat. of the Greek Coins of Arabia, Mesopotamia and Persia, Londres, 1922.

Hist. occ. ou Hist. or. = Historiens occidentaux (ou orientaux) des croisades, publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Hitzig, Drei Staedte in Sgrien, Mabug, Damascus, Tadmor, dans ZDMG, 1854 (t. VIII), p. 209.

D. G. Hogarth, Carchemish and ils neighbourhood, dans Annals of Liverpool, 1909, p. 165.

— Carchemish. Report on the excavation at Djerabis on behalf of the British Museum, conducted by C. L. YVoolley and T. E. Lawrence, Part I, Introductory, Londres, 1914.

Cf. Woolley :

— Kings of the Hittites (Schweich Lectures, 1924), Londres, 1926.

Honigmann = Ernst Honigmann, Historisehe Topographie von Nordsijrien im Altertum, extr. de ZDPV, 1923. p. 149 et 1924, p. 1, Leipzig, 1923.

Henri Hubert, De quelques objets de bronze trouves à Bgblos, dans Syria, 1925, p. 16.

C. Humann et 0. Puchstein, Reisen in Kleinasien und Nord-Syrien, Berlin, 1890.

Ibn Batouta = Voyages d’Ibn Batouta (Touhfat al-nouzzar), texte et trad, par C. Defrémery et B. R. Sanguinetti, 4 vol., Paris, 1853-58. (Ce voyageur a visité la Syrie en 1326 et 1348 ; cf. I, p. M Pet IV, p. 215).

Ibn Djoubeir = The Travels of Ibn Jubayr (Rihla), éd. W. Wright, Leyde, 1852 ; 2e éd. revue par de Goeje (Gibh Memorial, V), Leyde, 1907. Trad, italienne par Schiaparelli, Rome, 1906. Voir Hist, or., Ill, p. 445 et Le Strange, passim.

Ibn el-Faqih = Compendium libri Kitab el-boldan, auctore Ibn al-Fakih al-Hamadhani, dans J. de Goeje, Bibl. geogr. arab., V, Leyde, 1885.

Ibn ḤauqalViae et régna. Descriptio... auctore Abul-Kasim Ibn Haukal, dans J. de Goeje, Bibl.geogr. arab., II, Leyde, 1873.

Ibn Khordadbé = Kitab al-masalik wal-mamalik auctore Abu ‛l-Kasim Obaidallah Ibn Abdallah Ibn Khordadbeh, dans .J. de Goeje, Bibl. geogr. arab., VI, Leyde, 1889.

Ibn Rosteh = Kitab al-a’lak ... auctore ... Ibn Rosteh, dans J. de Goeje, Bibl. geogr. arab., VII, Leyde, 1892.

Ibn Esh-Shihna = al-Dourr al-moutakhab fi tarikh llalab, éd. Cheikho, Beyrouth, 1909. Voir Kremer, Beiträge, et Wiener Sitzungsbcr., 1850, p. 215.

Ibn Yahya = Histoire de Beyrouth, par Salih Ibn Yahya, publiée et annotée par le P. L. Cheikho, Beyrouth, 1902.

Idrisi = Nouzhat al-moushtaq. Les passages sur la Syrie et la Palestine ont été édités par Gildemeister, Bonn, 1885 et traduits par lui dans ZDPV, 1885, p. 117. On les trouvera également dans Le Strange, passim. La traduction de Jaubert, 2 vol., est peu fidèle. Idrisi rédigea sa géographie en 1154 à la requête de Roger II, roi normand de Sicile.

Irby et Mangles, Travels in Egypt and Nubia, Syria and Asia Minor, during the years 1817 et 1818, Londres, 1823. Autres éditions remaniées.

Isambert, voir Chauvet.

Isidore de Charax, Mansiones Parlhieae, dans C. Muller, Geographi Graeci minores, t. I, Paris, 1855.

Istakhri = Viae regnorum. Descriptio... auctore Abu Ishak al-Farisi al-Istakhri, dans J. de Goeje, Bibl. geogr. arab., I, Leyde, 1870.

Itin. Ant. Aug. = Itinerarium Antonini Augusti et Hierosol., éd. Parthey et Pinder, Berlin, 1848.

Itin. Hier. = Itinera Hierosolgmitana saeculi IIII-VIII, éd. P. Geyer, Vienne, 1898 ; cf. Ch. Kohler, ROL, IV, p. 563. Tobler et Molinier avaient donné ces textes sous le titre Itinera hierosolgmitana et descriptiones Terrae sanctae conscripta, Paris, 1880. Voir Anonyme de Bordeaux ; Anton. Plac.

L. Jalabert, Deux missions archéol. américaines en Syrie, dans Mél. fac. or. de Beyrouth, III, p. 713.

— et R. Mouterde, Inscriptions grecques et latines de la Syrie. Sous presse : fascicule 1er (n°s 1-259), Commagène, Cyrrhestique.

Janke, Auf Alexanders des Grossen Pfaden, Berlin, 1904.

Fr. Jeremias, Tgrus bis zur Zeit Nebukadnezzars, Berlin, 1891.

Samuel Jessup, Husn Sulagman, dans Palestine Explor. Society, n° 2, sept. 1874, p. 26.

Johns, Assyrian Doomsday Book or Liberal Census of the district round Harran, 1901.

Josèphe = Flavius Josephus, Opera, éd. В. Niese, Berlin, 1887 et suiv.

Jullien, Sinaï et Syrie, Lille, 1893.

T. G. J. Juynboll, Lexicon geographicum cui tilulus est : Merasid al-Ittilâ, 2 vol., Leyde, 1852-53.

Van Kasteren, La Frontière septentrionale de la Terre Promise, dans Rev. Bibl., 1895, p. 23.

— Liftafa, dans ZDPV, XVI (1893), p, 180.

KAT, voir wlnckler ou zlmmern.

KB = Keilinschriftliche Bibliothek, hrsgg. von E. Schräder.

Khalil Edh-Dhahiri, Zubdat kashf al-mamalik, éd. Ravaisse, Paris, 1894. Trad, allem, par Rich. Hartmann, dissert., Tübingen, 1907.

E. Klostermann, voir Onom.

Knudtzon, el-Amarna = J. A. Knudtzon, Die El-Amarna-Tafein. Remarques par Otto Weber ; index par E. Ebeling (Vorderasiat. Bibl.), 2 vol., Leipzig, 1907-1915 ; cf. Thureau-Dangin, et Dhorme.

N. P. Kondakow, Voyage archéologique en Sgrie et en Palestine (en russe), Saint-Pétersbourg, 1904 ; cf. G. Millet, Rcv, arch., 1905, I, p. 421.

Emil G. H. Kraeling, Aram and Israel, or the Aramaeans in Syria and Mesopotamia (Columbia Univ. orient, studies, XIII), New-York, 1918.

Kremer, Beiträge = A. von Kremer, Beiträge zur Geographie des nördlichen Syriens, extr. de Denkschriften der K. Akad. der Wissensch, de Vienne, phil.-hist. Classe, III, Vienne, 1852.

— Mittels. = Millelsyrien und Damascus, Vienne, 1853.

— Damascus = Topographie von Damascus, extr. de Denkschr., V et VI, Vienne, 1854 et 1855.

Laborde (Léon, comte de), Voyage en Orient (Asie Mineure, Syrie, Palestine), par Alex, de Laborde, Becker, Hall et Léon de Laborde (1828-29), 2 vol., Paris, 1837-38.

Henri Lammens, Frère Gryphon et le Liban au xve siècle, dans Revue de l’Orient chrétien, 1899, p. 68.

— Au pays des Nosaïris, Rev. Or. chrét., 1899, p. 572 ; 1900, p. 99, 303 et 423.

— Les Nosaïris dans le Liban, ibid., 1902, p. 452.

— Anciens couvents de l’Auranilide, ibid., 1903, p. 478.

— Notes de géogr. ecclés. syrienne, ibid., p. 312.

— Dennaba, ibid., 1904, p. 276.

— Notes épigraphiques et topographiques sur l’Emésène, extr. du Musée Belge, Louvain, 1902.

— Le Liban, Notes archéol., hist., ethn. et géogr., 2 parties (extr. d’al-Mashriq), en arabe, Beyrouth, 1902 et 1906.

— Notes de géographie sgrienne, dans Mél. fac. or. de Beyrouth, I (1906), p. 239 ; voir ibid., II, p. 366.

— Topographie franque du Liban, ibid., I, p. 250.

— La Syrie, 2 vol., Beyrouth, 1921.

Lanzone, Kail Bey = Viaggio in Palestina e Soria di Kaid Ba (texte arabe), Turin, 1878. Trad, allem, de Gildemeister, et trad. fr. de Mme Devonshire (Bull. Inst. fr. d’arch. or., t. XX) ; cf. Clermont-Ganneau, Ree. arch, or., III, p. 248 et R. Dussaud, Syria, 1921, p. 261.

Laorty-Hadji, voir Taylor.

La Roque, Voy. = de la Roque, Voyage de Sgrie et du Mont Liban, contenant la Description de tout le pays compris sous le nom de Liban et d’Antiliban, Kesroan, etc… des ruines d’Heliopolis aujourd’huy Baalbek, etc..., Paris, 1717. Nous citons d’après l’éd. d’Amsterdam, 1723.

— Voyage fait par ordre du roi Louis XIV, dans la Palestine, vers le grand émir, chef des princes du désert..., Paris, 1722.

Denyse le Lasseur, Mission archéologique à Tyr (1921), dans Syria, 1922, p. 1 et 116.

Laurent, Peregr. = Peregrinatores medii aevi quatuor (Burchardus de Monte Sion ; Ricoldus de Monte Crucis ; Odoricus de Fore Julii ; Wilbrandus de Oldenborg). Editio secunda accessit Mag. Thielmari Peregrinatio, Leipzig, 1873.

Lelewel, Géographie du mögen âge, Bruxelles, 1852-57, avec atlas.

Le Quien, III = Le Quien, Orlens Christianus in quatuor patriar-chalus digestus, Paris, 1740, tome III : Ecclesia maronitaea, patriarchatus Hierosolymitanus et quotquot fuerunt ritus Ialini tam palriarchae quam inferiores praesules.

Le Str. = Guy Le Strange, Palestine under the Moslems, Londres, 1890.

Letronne, Aqueduc de Beyrouth, dans Rev. arch., 1846, II, p. 82 et p. 489 ; cf. Sgria, 1921, p. 71.

Mark Lidzrarski, Reisefrüchte aus dem Orient, dans Ephemeris fur semitische Epigraphik, III, p. 93.

Littmann, Topogr. = Enno Littmann, Zur Topographie der Antiochene und Apamene, dans Zeitschrift für Semilislik und verwandle Gebiete, I (1922), p. 163.

— Voir Princ. Exped.

Lortet, La Syrie d’aujourd’hui. Voyages dans la Phénicie, le Liban et la Judée, 1875-80, Paris, 1884 (extr. du Tour du Monde, 1880-83.)

Paul Lucas, Vogage... fait en 1714... par ordre de Louis XIV, 3 vol., Rouen, 1716. Sur Paul Lucas et ses missions ; cf. H. Omont, Missions archc.d., p. 317.

Ludovico di Varthema, Vog. = Les Voyages de Ludovico di Varthema ou le Viateur, traduits par J. Balarin de Raconis, éd. Ch. Schefer, Paris, 1888. (Voyage en 1503.)

Luynes (d’Albert, duc de), Voyage d’exploration à la Mer Morte, à Petra et sur la rive gauche du Jourdain. Ouvrage posthume publié par ses pelits-fils, sous la direction de M. le comte de Vogué, 3 vol. avec un atlas, Paris, 1871-76.

Th. Macridi bev, Le Temple d’Echmoun à Sidon, dans Revue Biblique 1902, p. 489 ; 1903, p. 69 ; 1904, p. 390.

— A travers les nécropoles sidoniennes, ibid., 1904, p. 547.

K. Mannert, Geographie der Griechen und Römer, 10 vol., Nuremberg, 1788-1825. La sixième partie traite de la Syrie et de la Palestine.

Maqrizi, voir Quatremère et Blochet.

Marino Sanuto, Liber secretorum fidelium Crucis, dans Rongars, Gesta Dei per Francas, II, p. 1. Les renseignements donnés dans la Descriptio Riperiae marinae soldano subjectae, ont été utilisés par BEY, Périples.

G. F. Mariti, Voyages dans l’lsle de Chypre, la Syrie et la Palestine, 2 vol., Paris, 1791 (Voyage en 1760-68).

G. Marmier, Les Routes de VAmanus, dans Gaz. arch., 1884, p. 43.

— Recherches géographiques sur la Syrie antique, dans Bulletin Soc. géogr. de Paris, 1891, p. 481.

Mas‛oudi, Prairies d’or = Les Prairies d’or, texte et trad, par Barbier de Maynard et Pavet de Courteille, 9 vol., Paris, 1861-77.

— Tanbih = Kiiab at-tanbih... auctore al-Masudi, dans J. de Goeje, Bibl. geogr. arab., VIII, Leyde, 1894.

Gaston Maspero, Sur les noms géographiques de la liste de Thoutmos III qu’on peut rapporter à la Galilée et à la Judée, 2 broch. avec cartes, Londres, 1886-88.

— Hist. anc. = Histoire ancienne des peuples de l’Orient classique, 3 vol., Paris, 1895-1908.

Voir Gardiner.

Paul Masson, Histoire du commerce français dans le Levant au xviie siècle, Paris, 1896.

— Hist. du commerce fr. dans le Levant au xviiie siècle, Paris, 1911.

— Éléments d’une bibliographie française de la Syrie, Paris et Marseille, 1919.

Maundrell, Vog. = Vogage d’Alep à Jérusalem à Pâques en l’année 1697, trad, fr., Utrecht, 1705.

W. Max Müller, Asien = Asien und Europa nach allaegyptischen Denkmaclern, Leipzig, 1893.

— Egypt. Res. = Egyptological Researches, I, Results of a journey in 1901 ; II, Results of a journey in 1906 ; Washington, 1906 et 1910.

L. A. Mayer et J. Garstang, Index of Hittites names (Brit. School of Arch, in Jerusalem, A, Part I), Londres, 1923.

— Kizzuwadna and other Hittite States, dans Journal of Egypt. Archaeoi, 1925, p. 23 ; cf. Syria, 1925, p. 290.

Selah Merril, East of the Jordan, Londres, 1881.

Mesnil du Buisson (Comtè du), Les Anciennes défenses de Beyrouth, dans Syria, 1921, p. 235 et 317.

— Les ruines d’el-Mishrifé, au nord-est de Horns, dans Syria, 1926, fase. 4 et 1927, fase. 1.

Michaud et Poujoulat, Correspondance d’Orient (1830-1831), 7 vol., Paris, 1835.

Etienne Michon, Sarcophage d’Anavarza, dans Syria, 1921, p. 295.

Gaston Migeon, Hama de Sgrie, dans Syria, 1921, p. 1.

P. Monceaux et L. Brosse, Chalcis ad Belum, dans Syria, 1925, p. 339.

Pierre Montet, Les Égyptiens à Byblos, dans Mémoires et Monuments Piot, t. XXV, p. 237 ; cf. t. XXVII, p. 1.

— Byblos et l’Egypte, dans Syria, 1921, p. 263.

— Le Pays de Negaou près de Byblos et son dieu, dans Syria, 1923, p. 181.

(Met sous presse le rapport définitif sur les quatre campagnes de fouilles qu’il a menées à Byblos).

J. Mordtmann, Neue Beiträge zur Kunde Palmgras, dans Miin-ehener Sitzungsber., 1875, II, p. 88.

— Beiträge zur Inschriftenkunde Syriens, dans ZDPV, 1884, p. 119 ; 1885, p. 67.

— Zur Topographie des nördl. Syriens aus griech. Inschriften, dans ZDMG, 1887, I, p. 302.

Alexandre Moret, Des clans aux Empires, Paris, 1923.

Moritz, Palmgrene = B. Moritz, Zur antiken Topographie der Palrnyrene, extr. des Abhandlungen der Berl. Akademie, 1889.

Moufazzal, VOir Blochet.

Mouqaddasi = Descriptio imperii Moslemiei auctore al-Moqadasi, dans J. de Goeje, Bibl. geogr. arab., III, Leyde, 1876.

E. C. Movers, Die Phoenizier, 3 vol., Bonn, 1841-56 ; voir les articles de Quatremère, Journal des savants, 1846, p. 497 ; 1850, p. 667 ; 1851, p. 299 ; 1857, p. 117, 219 et 451.

Nallino, Le Tabelle Geografiche d’al-Batlani, dans Cosmos, II, 12, p. 161.

Nasiri Khosrau = Safer Nameh, Relation du voyage de Nassiri Khosrau en Syrie, en Palestine, etc..., traduit et annoté par Charles Schefer, Paris, 1881 ; cf. Renan, Journ. des savants, 1882, p. 633 et Clermont-Ganneau, Ree. arch. or., I, p. 303.

Neubauer, Géogr. = A. Neubauer, La géographie du Talmud, Paris, 1868 ; voir A. Franck, Journ. des savants, 1869, p. 103.

Niebuhr, Reisen = Carsten Niebuhr, Reisen durch Syrien u. Padaestina (t. III de Reisebeschreibung), Hambourg, 1837.

Noeldeke, ZDMG, XXIX = Zur Geschichte der Araber im I. Jahrhundert d. Heg. aus syr. Quellen, dans ZDMG, t. XXIX, p. 76 ; et Zur Topographie und Geschichte der Damascenischcn Gebiete und der Haurangegend, ibid., p. 419.

Not. Dign. - Notilia dignitatum utriusque imperii, éd. 0. Seek, Berlin, 1876.

J. Oestrup, Oversiglkort til historik-topografiske Bidrag til Kends-kabet til den Syriske Oerken dans D. Kgl. Danske Vidensk. Selsk. Skr., 6. Boekke, hist. og fil. Afd. IV. 2.

G. A. Olivier, Voyage dans l’empire Othoman, l’Égypte et la Perse, 6 vol., Paris, 1801-07. Le voyage dale de 1792-98 et le Lome IV traite de la Syrie.

Henry Omont, Missions archéologiques en Orient aux dix-septième et dix-huitième siècles, (Doc. inéd. sur l’Hist. de France), 2 vol., Paris, 1902.

Onom. = Eusebe, Péri tôn topikôn onomalôn (avec la trad, de saint Jérôme), éd. E. Klostermann, Das Onomastikon der biblischen Ortsnamen, Leipzig, 1904 ; cf. P. Lejay, Revue crit., t. LVII, p. 47.

Oppenheim, Vom Mittelmeer = Max Freiherr von Oppenheim, Vom Mittelmeer zum Persischen Golf durch den Hauran, die syrische Wüste und Mesopotamien, 2 vol., Berlin, 1899-1900, avec carte de Kiepert dont il a été question plus haut.

— Tell Halaf und die verschleierte Göttin (Alte Orient), Berlin, 1908 ; voir Myres, Annals of Arch, de Liverpool, 1909, p. 139.

— Zeitschr. der Gesellsch. für Erdk. zu Berlin, XXXVI, 1901, p. 69 et Bgz. Zeitschrift, 1905, p. 1.

Pal. Jahrb. = Palaeslinajahrbuch des Deutschen evang. Instituts für Altertumswiss. zu Jerusalem, Berlin, depuis 1905.

L. B. Paton, Early History of Syria and Palestine, New-York, 1901.

Patrum Nicaenorum = Patrum Nicaenorum Nomina latine, graece, coptice, syriace, arabice, armenicae. Sociata opera edide-runt H. Geizer, H. Hilgenfeld, O. Cuntz (Scriptores sacri et profani, fasc. II), Leipzig, 1898. Voir encore H. Gelzer, Geogr. Bemerkungen zu dem Verzeichniss der Väter von Nikaea, dans Festschr. für H. Kiepert, p. 47.

PEF, Q. St. = Palestine Exploration Fund, Quarterly Statements, Londres.

Pèlerin de Bordeaux, voir Anonyme.

Paul Perdrizet, Mélanges épigraphiques, dans BCH, 1900, p. 285.

— Syriaca, dans Rev. arch., 1898, I, p. 34 ; 1899, II, p. 34 ; 1903, I, p. 392 ; 1904, I, p. 234.

— Lettre au R. P. Séjourné, dans Rev. Bibl, 1900, p. 429.

— Les dossiers de P.-J. Mariette sur Ba‛albek et Palmyre, dans Rev. des Et. anc, 1901, p. 225.

et Ch. Fossey, Voyage dans la Syrie du nord, dans BCH, 1897, p. 66 ; cf. p. 165.

— Tell Ahmar et Arslan Tash, dans Syria, 1925, p. 299.

Perrot et Chipiez, Hist, de l’art = Histoire de l’art dans l’antiquité, III, Paris, 1885 ; IV, Paris, 1887.

Petermann, Reisen in Orient., 2 vol., Leipzig, 1860-61 ; 2e éd., 1865.

Mgr Petit, La ville de Tulupa au temps des Croisés, dans Comptes rendus Acad., 1922, p. 189 ; cf. Syria, 1923, p. 78.

Maurice Pézard, Mission archéologique à Tell Nebi Mend (1921), Rapport sommaire, dans Syria, 1922, p. 89. Une publication complète et posthume est en préparation sous le titre Fouilles de Kadesh (Tell Nebi Mend) (1921-1922) (Bibl. arch, et hist, du Service des Antiquités de Syrie, t. XIII).

A.Pietschmann, Geschichle der Phonizier, Berlin, 1889.

Pline, H. N. = C. Plinius Segundus major, Naturalis historia, éd. C. Mayhofî, Leipzig, 1906.

Plutarque, De Iside et Osiride, dans Moralia, éd. Bernardakis, t. II, p. 471, Leipzig, 1889. Trad. fr. de Mario Meunier, Isis et Osiris, Paris, 1924.

Richard Pococke, Description of the East, 2 vol., Londres, 1743-45. (Voyage en 1738.)

H. Pognon, Rapport sur une mission dans le Liban en 1884. Archives des missions scientifiques et litt, 3e série, tome XIV (1888).

— Les Inscriptions babyloniennes du Wadi Brissa (Bibl. École Hautes-Études, fasc. 71), Paris, 1887.

— Inscriptions sémitiques de ta Syrie, de la Mésopotamie et de la région de Mossoul. 2 vol., Paris, 1907-08.

Porter, Damascus = Porter, Five years in Damascus... with travels and researches in Palmyra, Lebanon and the Hauran, 2 vol., Londres, 1855.

— The Giant Cities of Bashan and Syria’s Holy Places, diverses éd., notamment Londres, 1881.

Edmond Pottier, L’art hittite, 1er fasc, Paris, 1926 (extr. de Syria, 1920-1924), p. 14 : Karkemich ; p. 37 : Zendjirli ; p. 93 : Sakjé Geuzi.

— Note sur la statue de Metellé, dans .Syria, 1921, p. 203.

— Observations sur quelques objets trouvés dans le sarcophage de Byblos, dans Syria, 1922, p. 298.

Poulain de Bossay, Observations sur la topographie de Tyr, dans Bull. Soc. de Géogr. de Paris, 1838, p. 47 et 1862, p. 5.

— Recherches sur Tyr et Palaetyr, dans Recueil des Voyages, VII, B, 1864, p. 453.

— Essai de restitution et d’interprétation d’un passage de Scylax, ibid., p. 596.

Princ. Exped. = Publications of the Princeton University archaeological Expeditions to Sgria in 1904-1905 and 1909, Leyde, 1907 et suiv. Comprend :

I. Geography and Itinerary (non encore paru). — A. Southern Syria. — B. Northern Syria.

II. Ancient Architecture by Howard Crosby Butler. — A. Southern Syria . 1. Amnionitis ; 2. The Southern Hauran ; 3. Unim Idj-Djimal ; 1. Bosra ; 5. Hauran Plain and Djebel Hauran ; 6. Si‛ (Seeia) ; 7. The Ledja.

B. Northern Syria : 1. The ‛Ala and Kasr Ibn Wardan ; 2. Il-Anderin — Kerratin — Ma‛rata ; 3. The Djebel Riha and the Djebel Wastaneh ; 4. The Djebel Barisha ; 5. The Djebel Ilalakah ; 6. Djebel Sim‛an.

III. Greek and Latin Inscriptions by Enno Littmann, David Magie Jr. and Duank Reed Stuart. Mêmes divisions que pour la section précédente.

IV. Nabalaean Inscriptions from the Southern Hauran by E. Littmann.

Procope de Césaréc, de aedijiciis, éd. Niebuhr, Bonn, 1838. Une trad. angl. par Aubrey Stewart, sous le titre Of the Buildings oj Justinian bg Procopius (circa 560 A. D.), dans la collection Palestine Pilgrims’ Text Society, Londres, 1896.

Hans Prutz, AUS Piwcnizien. Geogr. Skizzen und Inst. Studien, Leipzig, 1876.

Ptolémée = Claudius Ptolemaeus, Geographia, éd. C. Müller (et Fischer), Paris, 1880-1901.

O. Puchstein, Bericht über eine Reise in Kurdistan, dans Silzungsber. Berl. Akad., 1883, p. 30.

Voir Humann.

Qodama = Excepta e Kitab al-Kharadj auetore Kodama ibn Djafar, dans J. de Goejc, Bibl. geogr. arab., VI, Leyde, 1889.

Rav. = Bavennatis Anonymi Cosmographia, éd. Pinder et Par-they, Berlin, 1860.

K. Begling, Zur historischen Geographie des mesopolamischen Parallelogramms, dans Klio, I, (1902), p. 443.

Th. Reinach et Hamdy Bey, Une nécropole royale à Sidon, Paris, 1892.

Th. Reinach, Un passage incompris de Josephe ou la vie chère à Tgr au temps de Sennachérib, dans Rev. des Études grecques, 1924, p. 257 ; cf. Syria, 1925, p. 382.

Ernest Renan, Mission de Phénicie, vol. et atlas, Paris, 1864-74 ; cf. E. Lockroy, Mission de M. E. Renan en Phénicie, 1860, dans Tour du Monde, 1863, I, p. 33. Concernant cette Mission, il existe tout un lot de lettres inédites de Renan à son collaborateur le DR Gaillardot et un journal inédit d’Henriette Renan.

Rev. arch. = Revue archéologique.

Em. Guillaume Rey, Vogage dans le Hauran et aux bords de, la mer Morte exécuté pendant les années 1857 et 1858, Paris, 1860, avec carte et atlas.

Em. Guillaume Rey, Rapport sur une mission dans le nord de la Syrie, dans Aren, des Miss, scient, et litt., III (1866), p. 329.

— Reconnaissance de la Montagne des Ansariés, Paris. 1866, extr. de Bull, de la Soc. de Géogr. de Paris, 1866, p. 433.

— Arch. mil. = Étude sur les monuments de l’architecture militaire des Croisés en Sgrie et dans l’île de Chypre, Paris, 1871.

— Col. fr. = Les Colonies franques en Syrie aux xiie ei xiiie siècles, Paris, 1883.

— Périples = Les Périples des côtes de Syrie et de la petite Arménie, dans Archives de l’Orient latin, II, p. 329 (1884).

Girard de Rialle, L’Anti-Liban, Paris, 1868.

G. Rindfleisch, Die Landschaft Ilauran in römischer Zeit und in der Gegenwart, dans ZDPV, 1898, p. 1. Voir Clermont-Ganneau, Ree. arch. or., II, p. 90.

Ritter, Erdkunde = Carl Ritter, Die Erdkunde oder allgemeine vergleichende Geographie, t. XVII (Syrie) en deux tomes, Berlin, 1854 et 1855.

Robinson, Pal. = Edward Robinson, Biblical Researches in Palestine, Mount Sinai and Arabia Petraea in 1838, 3 vol., Londres et Boston, 1841, en collaboration avec Eli Smith, dont le nom apparaît sur le titre de la 2e éd. de 1856. Nous citons d’après la trad. allem. :Palaestina und die südl. angrenz. Länder, 3 vol., Halle, 1841.

— Bibl. Forsch. = Neuere bibl. Forschungen in Palaestina, Berlin, 1857.

Röhricht, Bibl. = R. Röhricht, Bibliotheca geographica Palaestinae (von 333 bis 1878), Berlin, 1890. Additions dans ZDPV, XIV, p. 113 ; XVI, p. 209 et 269 ; XVII, p. 206, 129 et 209.

— Reg., et Reg., add. , = Regesla Regni Ilierosolytnitani (MXCVII-MCCXCI), Œniponli, 1893 et additamentum, Œniponti, 1904.

— ZDPV, X = Studien zur mittelalterlichen Geographie und Topographie Sgriens.

— Erst. Kreuzz. = Geschichte des ersten Kreuzzuges, Innsbruck, 1901 ; voir Ch. Kohler, Revue historique, t. LXXX11I (1903), p. 150.

— Kön. der. — Geschichte des Königreichs Jerusalem (1100-1291), Innsbruck, 1897 ; voir Van Berchem.

ROL = Revue de l’Orient latin.

Séb. Ronzevalle, Notes et Études d’archéologie orientale, I, Beyrouth, 1909 (extr. de Mél. Fac. orient, III) ; II, 1910 (Mél. Fac. or., IV) ; III, 1912 (Mél. Fac. or., V) ; IV, 1914 (Mél. Fac. or., VII).

Rousseau, Paschaliks = Barbie du Bocage, Notice sur la carte générale des Paschaliks de Baghdad, Orfa et Hhaleb, et sur le plan d’Hhaleb de M. Rousseau, extr. de Recueil de Voyages et de Mémoires publié par la Soc. de Géogr. de Paris, II, p. 194 (1825).

— Voy, à Mossoul = Extrait d’un itinéraire de Hhalep à Moussel, dans Journal des Voyages ou Archives géogr. du xixe siècle, déc. 1822 ; cf. Henri Deherain, Le Vogage du Consul Joseph Rousseau à Bagdad en 1807, dans Syria, 1925, p. 170.

— Voy. à Alep = Voyage de Bagdad à Alep (1808), par J.43. Louis-Jacques Rousseau, publié par Louis Poinssot, Paris, 1899.

Sachau, Reise = Eduard Sachau, Reise in Syrien und Mesopotamien, Leipzig, 1883.

— Nordsyrien = Zur historischen Geographie von Nordsyrien, dans Sitzungsber. der Berl. Akad., philos.-hist. Classe, 1892, p. 313.

— Am Euphrat und Tigris, Leipzig, 1900.

Salih, voir Ibn Yahya.

Sarre et Herzfeld, Archaeologische Reise im Euphrat und Tigris-Gebiet, 3 vol. en 4 tomes, Berlin, 1911.

Henri Sauvaire, Description de Damas d’Abd el-Baset, trad. dans Journal asiat., 1894, I, p. 250 et 385 ; II, p. 242 et 460 ; 1895, I, p. 269 et 377 ; II, p. 221 et 409 ; 1896, I, p. 185 et 369.

Savignac et Abel, Inscriptions grecques et latines (du Hauran), Rev. Bibl., 1905, p. 596 ; voir ibid., p. 93.

— Une visite à l’île de Rouad, dans Rev. bibl., 1916, p. 565.

Sayce, Notes on an unexplored district of Northern Syria, dans Procedings of Soc. bibl. arch., 1911, p. 171.

V. Scheil, Annales de TukulUNinip II, roi d’Assyrie, 889-884 (Bibl. de l’École des Hautes-Études, fasc. 178), Paris, 1909.

— Le Prisme d’Assaraddon, roi d’Assyrie, 681-668 (Bibl. de l’École des Hautes-Études, fasc. 208), Paris, 1914.

S. Schiffer, Die Aramäer, Geogr.-hist. Untersuchungen, Berlin, 1911.

Gustave Schlumberger, L’épopée byzantine, 3 vol., Paris, 1896-1905.

G. Schumacher, Across the Jordan, Londres, 1886.

— Der Dscholan, dans ZDPV, 1886, p. 165, et trad. angl. The Jaulan, Londres, 1888.

— Ergebnisse meiner Reise durch Hauran, Adschlun und Belka, ZDPV, 1893, p. 72 et 153.

— Das südliche Basan, ZDPV, 1897, p. 65 ; cf. Clermont-Ganneau, Rev. arch., 1898, II, p. 446.

G. Schumacher, Der Adschlun nach den Aufzeich ungen von Dr. G. Schumacher beschrieben von U. Carl Steuernagel, 4 livraisons, Leipzig, 1925-1926.

Schürer, Gesch. = Emil Schürer, Geschichte des jüdischen Volkes im Zeitalter .Jesu Christi, 3e el Ie éd., 3 vol., Leipzig, 1901-1909.

Scylax, Périple = Scylacis Caryandensis Periplus, dans C. Müller, Geographi Graeci minores, t. I, Paris, 1855.

Seetzen, Reisen = U. J. Seetzen, Reisen durch Syrien, Palästina, Phoenicien, etc., éd.Fr. Kruse, vol., Berlin, 1854-59. (Voyage en 1806-1807.)

Séjourné, A travers le Hauran, dans Rev. Bibl., 1898, p. 275 et 596.

K. Sethe, Eine aeggpt. Expedition nach dem Libanon im 15. Jahrh. v. Chr., dans Sitzungsb. d. Berk Akad., 1906.

— Zur ältesten Geschichte des ägypt. Seeverkehrs mil Bgblos, dans Zeitschr. für aegypt. Seeverkehrs mit Bgblos, dans Zeitschr. für aegypt. Sprache und Altertumskunde, 1908, p. 7.

Shaw, Voy. = Thomas Shaw, Travels, Oxford, 17,38 ; cité d’après Voyage de Möns. Shaw, La Haye, 1743. (Voyage en 1722.)

Sinouhit, voir Gardiner.

Eli Smith, voir E. Robinson. Son voyage inédit de 1848 a été utilisé par Ritter, Erdkunde.

Smith, Geogr. = G. A. Smith, The hislorical Geographg of the Holy Land, Londres, 1894 et 1897.

— Notes of a Journeg through Hauran, dans PEF, Q. St., 1901, p. 340.

M. Sobernheim, Meine Reise von Palmyra nach Sclemijc, dans ZDPV, 1899, p. 189.

Voir Van Berchem, CIA, et Wiegand.

Stad. m. m. = Sladiasmus maris magni, dans C. Müller, Geographi Graeci minores, t. I, Paris, 1855.

St. Byz. = Stephani Bgzantini elhnicorum quac supersunt, éd. A. Meineke, Berlin, 1849.

J. R. S. Sterett, The Wolfe expédition to Asia Minor, Boston, 1888.

Strabon = Strabon, Geographica, éd. A. Meineke, 3 vol., Leipzig, 1852. Trad. fr. de A. Tardieu, 4 vol., Paris, 1909.

A. Stübel = Dr. A. Stübel’s Reise nach der Diret et-Tulul und Hauran 1882, dans ZDPV, 1889, p. 225 avec carte.

— Das nordsyrische Vulkangebiet, Diret et-Tulul, Hauran, Dschebel Moni und Dscholan, Leipzig, 1903 avec carte ; cf. W. P., Carle de la région volcanique principalement tertiaire du Nord île la Sgrie, d’après les levés de Stübel et Fischer, dans Bullet. Soc. belge de géol., paléonlol. et hydroi, 1900, p. 89 avec carte.

Taylor (Baron), La Syrie, la Palestine et la Judée, Paris, 1855 (publié déjà en 1853 sous le nom de P. Laorty-Hadji).

Jean de Thévenot, Relation d’un voyage fait au Levant, plusieurs édit. en 2, 3 ou 5 vol., depuis 1664. (Voyage de 1655 à 1659.)

Thomsen, L. S. = Peter Thomsen, Loca Sancla. Verzeichnis der im 1. bis 6. Jahrh. n. Chr. erw. Ortschaften Palaestinas. Tome I, Halle, 1907. Cf. S. Klein, ZDPV, 1910, p. 26 ; P. Thomsen, ibid., p. 41 ; L. Koehler, ibid., p. 225.

— Die Palaestina-Literatur. eine internationale Bibliographie, t. I (1895-1904), Leipzig, 1908 ; 1. II (1905-1909), 1911 ; t. III (1910-1914), 1916. (Excellent guide bibliographique. La suite à paraître en 1927.)

— Meilensteine = Die römischen Meilensteinen der Provinzen Syria, Arabia und Palaestina (extr. de ZDPV, XI, p. 1), Leipzig, 1917. Ajouter : Cagnat, Deux bornes milliaires de Syrie, dans C. R. Acad., 1922, p. 31 ; cf. Sgria, 1922, p. 169.

Fr. Thureau-Dangin, Nouvelles lettres d’EÌ Amarna, dans Rev. d’Assyriologie, 1921, p. 91 ; cf. Dhorme, Rev. Bibl., 1924, p. 5, et Syria, 1923, p. 177.

et Dhorme, Cinq jours de fouilles à Acharah, dans Syria, 1924, p. 265.

W. M. Thomson, The Land and the Book, 3 vol., Londres, 1881-85. La Phénicie dans le tome II ; le Liban et Damas, dans le t. III. Le voyage de 1845 dans la Syrie du Nord où l’auteur fit d’importantes identifications est résumé dans Ritter, Erdkunde.

Pietro Della Valle, Voyages dans la Turquie, l’Egypte, la Palestine, la Perse, les Indes orientales, trad, fr., 4 vol., Paris, 1661-63. Nous citons d’après l’édition Paris, 1745. (Voyage en 1616. Goethe a déclaré que cette lecture lui avait révélé l’Orient.)

Varthema, voir Ludovico Di Varthema.

Van De Velde, Voy. = C. W. M. Van De Velde, Narrative of a Journeg through Syria and Palestine in 1851 and 1852, 2 vol., Londres, 1854. (L’auteur note, t. I, p. 5, qu’il emporte en voyage Ritter, c’est-à-dire YErdkunde, XVII, Robinson (voir ci-dessus) et deux auteurs moins connus, Kitto, probablement Pictorial hist, of Palestine, 2 vol., Londres, 1844, et Keith, Land of Israël, Edinburgh, 1844.)

Vidua, Inscriptiones antiquae, Paris, 1826.

Villamont = Les Voyages du seigneur de Villamont, Paris et Arras, 1596, et nombreuses éditions. (Voyage en 1588.)

Charles Virolleaud, Découverte à Bgblos d’un hgpogée de la XIIe dgnastic éggptienne, dans Sgria, 1922, p. 273.

Charles Virolleaud, Les travaux archéologiques en Syrie en 1922-23, dans Syria, 1924, p. 44 et 113.

Vogüe, Syr. centr. = M. de Vogüe, Syrie centrale, Architecture civile et religieuse du ier au viie siècle, 2 vol., Paris, 1865-77.

— Inscriptions sémitiques de la Syrie centrale et en Palmgrène, Paris, 1868-77.

Volney, Voy. = Constantin-François Chassebœuf, comte De Volney, Voyage en Syrie et en Egypte pendant les années 1783, 1784 et 1785. Avec deux cartes géogr. et deux planches gravées représentant les ruines du temple du Soleil à Balbek, et celles de la ville de Palmyre, dans le désert de Syrie ; 2 vol., Paris, 1787. Cf. Michaelis, Neue orient, u. exeg. Bibl., 1787, p. 134 et 175 ; Michel Breal, Journal des Savants, 1899, p. 98 et 261. Nous citons d’après Œuvres complètes (Panthéon littéraire), Paris, 1839 où A. Bossange déclare : « Jamais livre n’obtint un succès plus rapide, plus brillant et moins contesté. »

Wadd. = W. H. Waddingtox, Inscriptions grecques et latines de la Syrie (forme le t. III du Recueil de Le Bas), Paris, 1870. Index établi par J.-B. Chabot, Paris, 1897 (tir. à part de Revue arch., 1896, I et II). Consulter Wetzstein, Ueber die Reisen des französischen Archaeologen Herrn W. H. Waddington in Syrien, während der Jahre 186l und 1862, dans Zeitschrift für allgem. Erdkunde, 1862, p. 209, et Henri Deherain, Journal des Savants, 1911, p. 269. Ce recueil sera prochainement remplacé par la publication Jalabert et Mouterde.

— Les deux Trachonites, El-Ledja, El-Safa, dans Comptes rendus Acad. des Inscr., 1865, p. 82.

— Sur la Batanée et sur l’Auranile, ibid., p. 115. (Conclusion à rectifier.)

F. Walpoole, The Ansagrii and the Assassins, 3 vol., Londres, 1851. Charles Warren, A summer in the Libanon 1869 dans PEF, Q. St., 1870, p. 215 ; The temples of Coele-Syria, ibid., p. 183 ; The summit of Hermon, ibid., p. 210.

Carl Watzinger et Karl Wulzinger, Damaskus, die antike Stadl, Berlin, 1921.

Wen-Amon, voir Golénistcheff.

Wetzstein, Reiseber. = J. G. Wetzstein, Reisebericht über Hauran und die Trachonen, Berlin, 1860. (Pour la carte voir plus haut.)

— Inschr. = Ausgew. griech. und tat. Inschriften gesammelt auf Reisen in den Trachonen und um d. Haurangebirge, dans Abhandl. d. kgl. Akad. d. Wissensch, zu Berlin, 1863.

— Das Hiobklosler im Hauran, dans Delitzsch, Commentar zum Hiob, Leipzig, 1876, II, p. 551 ; cf. Le Globe, 1877, XVI, p. 61.

Theodor Wiegand, Baalbek. Ergebnisse der Ausgrabungen und Untersuchungen in den Jahren 1898 bis 1905, 3 vol., Berlin et Leipzig, 1921-1925.

Gaston Wiet, Les Inscriptions arabes de Damas (avec bibl. de l’épigraphie arabe de Damas), dans Syria, 1922, p. 153.

— Les Inscriptions de Saladin, dans Syria, 1922, p. 307.

— Notes d’épigraphie syro-musulmane, dans Syria, 1924, p. 216 ; 1925, p. 150 (Ba‛albeck) ; 1926, p. 46 et 152 (Damas).

Winckler, Allor. Forsch. = Hugo Winckler, Allorientalische Forschungen, 3 vol., Leipzig, 1894-1905.

Winckler Ou Zimmern, КАТ = Die Keilinschriften und das Alte Testament von Eberhard Schräder. Dritte Ausgabe von Dr H. Zimmern und Dr H. Winckler, Berlin, 1903.

Robert Wood, Les Ruines de Palmyre, Londres, 1753.

— Les Ruines de Balbec, autrement dit Heliopolis, Londres, 1757 ; cf. Journal des Sçavans, 1760, p. 303.

C. Leonard woolley, A north Syrian cemetery of the Persian period, dans Annals de Liverpool, 1916, p. 115.

— La Phénicie et les Peuples égéens, dans Syria, 1921, p. 1.

— Carchemish, Part II, The Town Defences, Londres, 1921 : cf. hogarth. Voir Pottier, Syria, 1922, p. 264.

W. Wroth, British Museum Catalogue of the Greek coins of Galatia, Cappadocia and Syria, Londres, 1899.

Joanne Yanoski et Jules David, Syrie ancienne et moderne.

Histoire et descriptions. Paris, 1848. (Bonne publication pour l’époque.)

Yaqoubi = Kitab al-boldan auctore... al-Jakubi, dans J. de Goeje, Bibl. geogr. arab., VII, Leyde, 1892.

ZDMG = Zeitschrift der deutsehen morgenländische Gesellschaft.

ZDPV = Zeitschrift des deutschen Palästina-Vereins.

G. Zumoffen, L’âge de la pierre en Phénicie, dans L’Anthropologie, 1897, p. 272 et 426.

— La Phénicie avant les Phéniciens, vol. et album, Beyrouth, 1900.

Viennent de paraître, ou sont annoncés :

René Cagnat, Inscription romaine du Sindjar au nom de Trajan, dans Syria, 1927, p. 53.

B. Carrière et A. Barrois, Fouilles de l’École archéologique française de Jérusalem, effectuées à Neirab du 24 septembre au 5 novembre 1926, dans Syria, 1927, fasc. 2.

Ed. Cuq, La condition juridique de la Codé-Syrie au temps de Plolémée Êpiphane, dans Syria, 1927, fasc. 2.

Paul Dhorme, La plus ancienne histoire d’Alep, dans Suria, 1927, p. 34,

Maurice Dunand, La cinquième campagne de fouilles de Bgblos (1926), dans Syria, 1927, faso. 2. Voir ibidem, Maurice Pillet, Le temple de Byblos, rapport de Mission et Rene Dussaud, Note additionnelle aux rapports de MM. Dunand et Pillet.

René Dussaud, Nouveaux renseignements sur la Palestine et la Syria, vers 2000 av. J.-C, à paraître dans Syria, 1927, fasc. 3.

L. Haefeli, Syrien und sein Libanon. Ein Reisebericht. Lucerne et Leipzig, 1926.

Ulrich kahrstedt, Syrische Territorien in hellenistischer Zeit (Abhandl. Gesellsch. der Wissench. zu Göltingen, phil.-hist. Kl., N. F., t. XIX, 2), Berlin, 1926.

E. Passemard, La station chellcenne de Khillale, près Lattakié, dans Syria, 1927, fasc. 2.

— Le Chalosien en France, en Égypte et en Syrie, à paraître dans Syria, 1927, fasc. 3.

Poidebard, Les routes anciennes en Haute Djezireh, dans Syria, 1927, p. 55.

Kurt Sethe, Die Aechtung feindlicher Fürsten, Völker und Dinge auf altaegyptischen Tongefaesscherben des Mittleren Reiches (Abhandl. Bert. Akad., 1926, phil.-hist. Klasse, n° 5), Berlin, 1926.

Louis Speleers, Les Tépés hittites en Syrie du nord, dans Syria, 1927, p. 42

Notes

1 Van Berchem, Journ. asiat., 1902, I, p. 389.

2 Peutingeriana tabula itineraria in bibliotheca Palatina Vin-dobonensis asservata nunc primum arte photographica expressa, Vin-dobonae ex officina C. Angerer et Göschl, 1888 ; Konrad Miller, Weltkarte des Castorius, genannt die Peutinger’sche Tafel, Ravensburg, 1888.

3 Fr. Cumont, Fragment de bouclier portant une liste d’étapes, dans Syria, 1925, p. 1, a eu la bonne fortune de découvrir un tel document dans ses fouilles de Doura-Europos.

4 Sur les cartes militaires antiques, voir Fr. Cumont, ibid., p. 14. Fortia D’Urban, Recueil des itinéraires anciens, Paris, 1845, n’a conservé de la Table de Peutinger que le texte-itinéraire ; de même Parthey et Pinder, Itin. Ant. Aug. et Hieros., Berlin, 1848.

5 Sur cette question, voir Charles de la Roncière, La Découverte de l’Afrique au moyen âge, tome Ier, p. 12 : Révolution de la cartographie. L’astronomie arabe. Dans sa traduction de la Géographie d’Aboulféda, t. I, (1848), Reinaud a donné d’utiles renseignements sous le titre : Introduction générale à la géographie des Orientaux.

6 Carra de Vaux, Les Penseurs de l’Islam, t. II, p. 27.

7 Voir sous ce nom à la Bibliographie.

8 Voir Seybold, Enc. de l’Islam, s. Idrisi. La traduction de Jaubert est complète, mais défectueuse.

9 Ch. de la Roncière, op. cit., p. 39 et suiv. La carte pisane est reproduite dans GAbriel Marcel, Choix de cartes et de mappemondes des xive et xve siècles, Paris, 1896.

10 Ch. de la Roncière, op. cit., p. 42.

11 Ibid., p. 43.

12 Jomard, Les Monuments de la Géographie, Paris, 1847, pl. IX.

13 Jomard, ibid., pl. X ; Ch. de la Roncière, op. cit., pl. VIII.

14 Buchon et Tastu, Notices et extraits, XIV, 2, pl. IV, Paris, 1839 ; de la Roncière, op. cit., pl. XXXIV.

15 Reproduction dans Ch. de la Roncière, op. cit., pl. XXXVI.

16 Santarem, Essai de la cosmographie et de la cartographie, Paris, 1852, 3 vol. et atlas ; Lelewel, Géographie du Moyen âge, avec atlas, Bruxelles, 1852-57.

17 Rey, Archives de l’Orient latin, II, p. 329.

18 Voir à la Bibliographie. Voyage après 1165.

19 Pour ce voyage et le suivant, voir la Bibliographie.

20 Carte au 1 : 5.000.000e dans son Recueil de cartes de la géographie ancienne. Sur l’école cartographique de Sanson, voir Lelewel, op. cit., II, p. 202.

21 L’itinéraire de Wansleben est donné par deux de ses lettres publiées par H. Omont, Missions arch., p. 81 et 85 : Tripoli, Tortose (fausse identification avec Orthosia), Gabala (Giblie), puis il pénètre dans le « pays du tabac », Bahlouliyé (Beilulie), Shoghr (una città detta Schogr, qui ne peut être que Djisr esh-Shoghr), Riha (Rieha, célèbre par le bone aque et i mercati di cotton filato), Sermin, Alep. Puis de là vers le sud : Khan Touman (can Toman), Seraikin (Serrakeb, placé à tort après Ma‛arret en-No‛man), Ma‛arrat en-No‛man (Moarra), Khan Sheikhoun (Siheihun), Hama (la più grande et la più popolata di tutta la Siria dopo Damasco et Aleppo), le pont d’er-Restan (Gisr il rasta), Hems, Hassie, Qara (Kara), Qouteifé (Teiffe) et Damas.

22 Carte particulière de la Syrie comprise entre les villes d’Antioche, d’Alep, Seyde ou Sidon et Damas..., ouvrage posthume de G. de l’Isle, 1726, publié par J.-N. de l’Isle (Paris), 1764. Voir l’opuscule de Jos.-Nicol, de L’Isle, Mémoire sur trois cartes de la Syrie et de la Palestine, publiées de feu Guillaume de l’Isle, Paris, 1764. Le titre de la carte de G. de l’Isle dit qu’elle est « tirée des cartes mss. qui se conservent au Dépôt des Plans, Cartes et Journaux de la Marine » ; mais l’auteur a éliminé un grand nombre de détails concernant la côte.

23 Atlas d’Anvillianus antiquus major, Paris, 1762 ; nouvelle édit. en 1769.

24 Mémoires de l’Académie des Inscriptions, t. XVII, p. 127.

25 Bibliothèque Nationale. Cartes, Ge D 10.537.

26 La graphie Serahbeh s’explique par Serrakeb que donne Wans-leben (voir ci-dessus) et Serakab de la carte E.-M. Est-ce une autre prononciation de Serakim (ainsi Joanne) devenu Serakin ou Seraikin ? Si l’on en juge par les lectures Saradeb ou Sawaqeb, proposées par Sauvaire, Descr. de Damas, II, p. 90, note 30, il faut adopter Saraqib

27 Ainsi le Dépôt des cartes de la Marine — nous en devons communication à l’amabilité du commandant Vivielle, qui en fixe l’arrivée en France avant la Révolution — possède la copie d’une carte anglaise (Recueil factice n° 4.029 B. des cartes Turquie d’Asie) établie sur des indications fournies par des personnes d’Alep, car elle donne les principales routes qui, en territoire sédentaire, rayonnent de cette ville (A map of part of Syria from an actual survey, sans autre indication). 1° Alep à Biredjik, par Serbes, Bab, Menbidj et Djerabis (Jerabolus). De Biredjik à ‛Aintab par Nizib et Ouroum. 2° D’Alep à ‛Aintab par Beleramoun, Kafr Basin, Banastour, Qal‛at Sem‛an, Ghazzawiyé, Basout, ‛Arsha, Qaṭma (en laissant ‛Azaz, écrit Agass, à l’est), Cyrrhus (en laissant Killiz à l’est), Djenkein, Rowenda (Rowant Castle, Rawendan), Kouroum, Harsik, Bourdj (Poargee), Zekour (Zuschur). 3° Route directe d’Alep à Antioche, par ‛Andjara, Bab el-Hawa (Demin kapou), Yenishehir (Sheron), moulin d’Angouli (un crochet sur Harim, transcrit Hiram), Djisr el-Ḥadid (Pontoferra), Antioche. 4° Une seconde route d’Alep à Antioche passe par Ourim el-Koubra, Djiné (Liginee), Salqin (Salchein), passe l’Oronte à Hamziyé (Hamsca), Clacandia (Alakand ?), Antioche. D’Antioche sont notées la route vers Séleucie en descendant l’Oronte et la route d’Alexandrette par Alakhan, Batraken (Buidirga), Qaramourṭ (Caramoor) et Beylan. 5° Route d’Alep à Riḥa par Khan Touman, Zeitan et Chalcis d’où, par un chemin mal connu des modernes, passant au nord de Afis (Aytiss) puis entre Sermin (Sturmin) et Danit (Danil), au sud de Banish et de Stouma (Usrameek qui confirme l’ancienne prononciation Stoumak et même Astoumak), on atteint Riḥa. De là deux chemins mènent au groupe de ruines de Bara (Il Caffar Barah), l’une par Aḥsin, l’autre par Ourim el-Djoz (Tramilgiouse) et Ramé. De Riḥa part encore une route qui pousse vers le nord à Idlib, Ma‛arrat Mesrin (Martmishrhia), Martaḥawan, Keftin (Heftein), Kulli (Chillie), Tell ‛Aqbarin, Teleda, Dart Aza, Qaṭoura (Khatoura) et Qal‛at Sem‛an.

28 Reinaud, Géogr. d’Aboulféda, I, p. cclxxv.

29 Colonel Berthaut, Les Ingénieurs-Géographes militaires 1624-1831, (1902), I, p. 282.

30 Charles Paultre, Carte physique et politique de la Syrie, pour servir à l’histoire des conquêtes du général Bonaparte en Syrie, faite au Caire en l’an VIII, Paris, 1800. Seconde édition en 1803 accompagnée de Notes géographiques pour servir d’index, Paris, an XI.

31 Jacotin, Carte topographique de l’Égypte et de plusieurs parties des pays limitrophes, levée pendant l’expédition de l’armée française par les ingénieurs géographes..., construite par Jacotin, Paris, 1810 ; 34 feuilles au 1 : 100.000e. Mémoire correspondant, dans la Description de l’Égypte, t. XVII.

32 Röhricht, Bibl., p. 632, n° 349, signale une carte du Hauran et environs, plus une carte de ses voyages en Syrie et Palestine établies d’après Burckhardt par l’Institut géographique de Weimar, en 1822.

33 Voir sous ces noms, ci-après à la Bibliographie. Citons à ce sujet : C.-P. Hallström, Karte von Syrien berichtigt nach den Angaben von Volney, Paultre, Burckhardt, Irby and Mangles, Darmstadt, 1833, au 1 : 2.100.000e, et H. Berghaus, Karte von Syrien (dans H. B., Atlas von Asia, n° 5), Gotha, 1835, au 1 : 450.000e.

34 Ainsi Tardieu, Carte de la Syrie, appelée en arabe barr ech-cham, au 1 : 800.000e. Encore en 1847 paraît à Bruxelles : Jean van de Cotte, Carte topogr. de la Palestine, d’après la carte topogr. levée par le savant Jacotin et autres géographes de l’armée d’Orient pendant l’expédition syrienne par les généraux Bonaparte, Murat et Kléber, l’an 1799, beaucoup augmentée. Nous n’avons pas vu : Map of Syria constructed from various documents and founded on the astronomical observations made in that country in the year 1818 by Capt. Armar L. Corry... by A. Arrowsmith, Londres, 1823.

35 Voir bibliographie ci-après, Rousseau, Paschaliks. Nous n’avons pu consulter la carte de 1834 citée par Röhricht, Bibl., p. 635 : Vincent Germain, Map of the Paschalik of Haleb or Aleppo.

36 Voir ci-après s. Robinson, Pal.

37 Une carte des routes dans le désert est annexé à ce travail mais elle est à peu près inutilisable tant elle contient de grosses inexactitudes, comme les identifications de Nezala, d’Occaraba, etc. On trouvera mention ci-après d’autres travaux cartographiques mieux établis par le savant arabisant.

38 Voir Bibliogr., ci-après Moritz, Palmyrene.

39 Carte de la Syrie méridionale et de la Palestine, dressée, en 1835 d’après les ordres du Lieut.-Gén. Pelet, par Camille Callier, chef d’escadron d’État-major, d’après ses observations et ses reconnaissances faites en 1832 et 33, au 1 : 500.000e, 1840. Voir ci-après à la Bibliographie, sous Callier.

40 Ne serait-ce pas plutôt la carte de Walker de 1821 ?

41 Berthaut, op. cit., II, p. 476 et suiv.

42 Ibidem, p. 478.

43 Berthaut, op. cit., II, p. 478.

44 R. Rochfort Scott, F. H. Robe, R. Wilbraham, J. F. A. Symonds, Map of Syria, d’après les relevés de 1840-41. N’a pas été mise dans le commerce, voir K. Ritter, Erdkunde, t. XV, p. 82 et 89. Cependant le Colonel Churchill, Mount Lebanon, l’a reproduite en partie et Van de Velde, Memoir, p. 5, l’a grandement utilisée.

45 Röhricht, Bibl. Geogr., p. 652 en donne la liste.

46 Carte du Liban d’après les reconnaissances de la brigade topographique du Corps expéditionnaire de Syrie en 1860-61, dressée au Dépôt de la Guerre par le capitaine d’état-major Gélis sous le ministère de S. E. le maréchal comte Randon, 1862. Échelle au 1 : 200.000e. C’est le n° 627 de Röhricht, Bibl. Geogr., qu’il attribue au général Blondel, chef du Service géographique. La Mission de Phénicie de Renan (1864) contient une carte des pays explorés, dressée au dépôt de la Guerre, réduction au 1 : 500.000e de la carte du Liban de 1862 sur laquelle on a reporté en rouge les itinéraires de la mission. On doit à Gaillardot le plan des environs de Saïda, celui de cette ville et celui de Tyr.

47 Voir Annales de Géographie, XXIIIe et XXIVe bibliogr. géogr., 1913-1914, n° 1105.

48 Rey, Notice sur la carte de Syrie, p. 9-10.

49 Levés en Galilée, faisant suite à la carte du Liban de l’E.-M. français, exécutés en 1870 par MM. Mieulet et Derrien, au 1 : 100.000e ; voir Bull. de la Soc. de géogr. de Paris, 1872, III, p. 84.

50 Voir ci-après à la bibliographie.

51 E. G. Rey, Notice sur la carte de Syrie, Paris, Hachette, 1885. La seule étude sur l’activité de Rey a été donnée par Henry Bordeaux, Voyageurs d’Orient, I, p. 77. — Pendant la dernière guerre l’État-Major allemand a fait un nouveau tirage de cette carte.

52 Carte de la Syrie méridionale comprenant les montagnes du Liban et de l’Anti-Liban et les territoires des Drouzes et des Maronites jusqu’à l’est de Damas, Berlin, au 1 : 300.000e, 1860.

53 Voir ci-après la Bibliographie. On avait déjà sur cette région : J. L. Burckhardt, Charte von Hauran u. d. angrenz. Districten, Weimar, Geogr. Institut, 1822, et Ch. Gaillardot, Carte approximative du Ledja et des contrées environnantes, dressée pendant la campagne d’Ibrahim Pascha contre les Druzes, 1838, dans Berliner Monastber. d. geogr. Gesellsch., 1846, III, p. 249.

54 Voir la Bibliographie.

55 Voir R. Kiepert, dans von Oppenheim, Vom Mittelmeer, II, p. 404.

56 G. Schumacher, Karte des Dscholan, dans ZDPV, t. IX, pl. 5 ; Karte des Ostjordanlandes II. Nördliche ‛Adschlun und westlicher Hauran (au 1 : 152.000e), ibid., t. XX, pl. 1.

57 Map of the Holy Land, Gotha, 1858.

58 The Lebanon. Karte von Syrien aus Van de Velde, Map of the Holy Land, Gotha, 1860, au 1 : 315.000e.

59 Van de Velde, Memoir to accompany the map of the Holy Land. Gotha, 1858.

60 Diener, Libanon, p. 9.

61 Van de Velde, Notes on the map of the Holy Land, 2e éd., Gotha, 1865 ; cf. Peterman’s Geogr. Mittheil., 1865, p. 188, 215 et 296.

62 Haussknecht’s, Routen im Orient, redigirt von Heinrich Kiepert, Berlin, 1882.

63 H. Kiepert, Ueber die Ergebnisse der im Jahre 1882 von den Herren Dr. Puchstein und Sester ausgef. Forschungsreise durch Nordsyrien, dans Sitzungsber. der Berliner Acad. der Wiss., 1882, p. 472 et suiv.

64 Voir à la Bibliographie, Sachau, Reise.

65 Voir à la Bibliographie, B. Moritz, Palmyrene.

66 Karte des nordlichsten Teiles von Syrien (au 1 : 300.000e), dans C. Humann et O. Puchstein, Reisen in Kleinasien und Nordsyrien, Berlin, 1890.

67 Richard Kiepert, Syrien und Mesopotamien zur Darstellung der Reise des Dr Max Freiherrn von Oppenheim, vom Mittelmeer zum Persischen Golf, 1893. Cette date est celle du voyage, la carte a paru en 1900. Voir au tome II, p. 393, de l’ouvrage de Fr. von Oppenheim, une importante notice sur cette carte.

68 Revue archéologique, 1897, I, p. 305-357 (voyage de 1896) ; voir aussi ibid., 1896, I, p. 299-336.

69 The River Euphrates with the Cilician Taurus and Northern Syria, Londres, 1850.

70 Itinéraire de Tripoli à Homs, Hamah et Palmyre, 1865, dans Duc de Luynes, Voyage d’exploration à la Mer Morte. Important travail ayant fixé certaines positions.

71 Publié par A. von Schweizer-Lerchenfeld, dans les Mittheilungen de Petermann, Ergänzungshefte, 44-45, 1875-76. Voir l’opinion de R. Kiepert, dans Von Oppenheim, Vom Mittelmeer, II, p. 392, note. Czernik, inexact dans ses descriptions, a, du moins, révélé la possibilité de relier, par un chemin de fer, la Méditerranée au Golfe Persique.

72 Voir ci-après, à la bibliographie.

73 Ibid.

74 Ibid.

75 Ibid.

76 Notes syriennes.

77 Voir à la bibliographie.

78 Das Liwa el-Ladḳīje, nach den Reisewegen Martin Hartmann’s im Jahre 1881. Von ihm selbst gezeichnet im Jahre 1891. (Zeitschr. d. d. Palästina-Vereins, t. XIV.) Échelle : 1 : 225.000e.

79 Karte des Liwa Haleb und eines Theiles des Liwa Dschebel Bereket, nach den Reisenwegen Martin Hartmann’s in den Jahren 1882-1883 und 1884. (Zeitschr. der Gesellsch. für Erdkunde zu Berlin, t. XXIX, 1894.) Échelle : 1 : 220.000e.

80 Voir la Bibliographie sous Princ. Exped.

81 Lieut.-Col. Perrier, Bulletin de l’Asie française, 1921, p. 132 et suiv.

82 Base de 12.500 mètres sur une piste rectiligne entre Rayaq et Barr Elias.

83 Base dite de Bab, à 40 km. à l’est d’Alep.

84 Rapport sur 1922-1923, p. 71.

85 Le Chef d’escadron d’artillerie coloniale Carbonnier a dressé le Catalogue des cartes du Bureau topographique (Armée française du Levant), à la date du 1er août 1923, précédé d’une Note sur les projections adoptées et d’une Notice sur l’origine et la valeur des cartes en stock. En dehors de la carte au 1 : 200.000e qui constitue « une excellente base provisoire de documentation dont il faudra se contenter longtemps », il signale les cartes au 1 : 100.000° provenant d’agrandissements photographiques du 1 : 200.000e ; même des agrandissements au 1 : 50.000e pour Alep et ses environs ; quelques plans de villes au 1 :5.000e (certaines réductions au 1 : 10.000e) ; une belle reconnaissance de l’Euphrate en trois couleurs au 1 : 20.000e. L’activité du bureau topographique s’est encore manifestée par la publication de cartes-croquis, par l’édition de trois feuilles (Alep, Hama, Damas) au 1 : 500.000e complétées bientôt par trois autres (Ras el-‛Ain, Deir ez-Zor, Bir el-Melosa) compilation de documents divers, format commode pour les études d’ensemble. Ces six cartes doivent être refondues dans le système de projection Lambert.
D’autre part, la section topographique du Service foncier de Syrie poursuit un relevé cadastral constitué en majeure partie, notamment pour les plans de ville, par des adaptations de photos d’avion.

86 Ce ne peut être, en effet, ni le Djitt à l’ouest de Naplouse, ni le village de ce nom au sud-est de Césarée, trop éloignés l’un et l’autre du Carmel.

87 C’est la Gaba où Hérode installe une colonie de cavaliers. Josèphe, Bell, jud., III, 3, 1, la signale aussi près du Carmel, et ailleurs, Ant. jud., XV, 8, 5 dans la grande plaine. Guérin, Galilée, I, p. 396, la place sans raison à Khirbet Sheikh Abreik.

88 Josué, XIX, 21.

89 Josué, XIX, 20.

90 C’est la solution adoptée par P. Thomsen, Loca Sancta, s. v.

91 Josèphe, Vita, 45.

92 Thomsen, L. S., s. Bersoubai,

93 La carte note 244 mètres d’altitude au sud de Sha’ab et 348 m. au nord.

94 Thomsen, L, S., S. v.

95 Les inscriptions grecques se raréfient au vie siècle pour disparaître au cours du viie siècle. Le rôle des invasions persanes a été mis en évidence par Van Berchem, Journal asiatique, 1895, II, p. 501 ; contre la théorie qu’il en tire au sujet des populations, voir R. Dussaud, Revue archéol., 1896, I, p. 335, et H. Lammens, Mél. fac. orient, de Beyrouth, II, p. 369. L’action de l’invasion arabe a été notée par Vogüe, Syrie cent., p. 10.

96 L’esprit rude ‛ désigne le ‛ain, alors que gh représente le ghain. Les combinaisons th, dj, h, kh, dh, sh, ṣ, ḍ, ṭ et ṭh représentent tha, djim, ḥa, kha, dha, shin, ṣad, ḍad, ṭa, ṭha. Les nécessités d’économie typographique nous ont fait supprimer la notation des voyelles longues ; le renvoi aux sources permettra de trouver ce renseignement, s’il en est besoin. — Nous supprimons régulièrement l’article devant les noms modernes, ce qui n’est pas non plus sans inconvénient. Il n’y a pas lieu cependant de s’attacher à l’article avec la superstition de certains arabisants, car s’il a parfois son intérêt — et nous sommes dans ce cas amené à en tenir compte, — le plus souvent il est en voie de disparition par le fait que l’épithète tend à devenir un nom propre ; nous ne faisons donc que devancer l’évolution en cours. — Enfin, visant à ne pas dérouter le lecteur, nous avons conservé pour les villes les plus connues la graphie courante adoptée par les Européens. Ces graphies ne sont d’ailleurs pas toujours mauvaises, et elles ont leur valeur historique : Beyrouth, Tripoli, Tortose, Lataquié, Alep, Antioche.

97 Une liste détaillée a été donnée par A. SOCIN, Liste arabischer Ortsappellaliva dans ZDPV, XXII (1899), p. 18 ; cf, ibid., t. IV, p. 1 et XXIV (L. Bauer), p. 39.

© Presses de l’Ifpo, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search