Version classiqueVersion mobile

La Syrie antique et médiévale illustrée

 | 
René Dussaud
, 
Paul Deschamp
, 
Henri Seyrig

Planches

Texte intégral

PLANCHE I. BYBLOS. — VUE GÉNÉRALE DES RUINES

1Dans une contrée bien arrosée de la côte de Syrie, un peu au nord de Beyrouth, au pied du Liban qui, jadis, fournissait la Mésopotamie et l'Égypte d'un excellent bois de construction, se dresse au bord d'une crique la fameuse Byblos, la Giblet des Croisés, l'actuelle Djebeil. La ville basse, la seule qui subsiste, dont le port alimentait l'activité dès au moins 3.000 ans avant notre ère, était dominée par une acropole fortifiée qui renfermait le temple où se déroulaient les Adonies, la nécropole royale et le palais du roi.

2Après la tentative de Renan, en 1860, qui aurait été plus fructueuse si le temps ne lui avait pas manqué, M. Pierre Montet, à la suite d'une prospection en 1919, a repris de 1921 à 1924 les recherches sur l'acropole de Byblos et M. Maurice Dunand lui a succédé. Neuf campagnes de fouilles ont été ainsi conduites qui ont amené des découvertes de premier ordre.

3Dans la vue générale des ruines que donne la planche 1, l'acropole de Byblos apparaît au premier plan avec les cônes de déjection des déblais et les restes d'une colonnade d'époque romaine qui fournit un point de repère. Sur la gauche, s'étend la région des tombes royales, grands caveaux où on accède par un puits ; sur la droite, la colonnade menait au grand temple de Byblos que M. Maurice Dunand a complètement déblayé. Au delà de la colonnade et un peu sur la gauche se voient les ruines de la forteresse des Croisés qui commande à la fois l'acropole et le port.

PLANCHE 2. BYBLOS. — DEPÔT DE FONDATION DU TEMPLE, VERS 2000 AVANT J.-C.

4Dans la haute antiquité Byblos ne fut pas seulement un important port de commerce, ce fut aussi un centre religieux dont la célébrité augmenta avec les siècles. De bonne heure ses cultes, qui ont popularisé les noms d'Astarté et d'Adonis, prirent un essor singulier. On pensait, il y a encore quelques années, que cette expansion, connue par les auteurs classiques, était limitée à une époque assez basse. Tout au contraire, les découvertes de MM. Pierre Montet et Maurice Dunand ont montré que les divinités de Byblos ont joui, spécialement en Égypte, en un temps reculé, d'une vogue remarquable.

5Dès l'Ancien Empire égyptien (IIIe-Xe dynasties) les Pharaons envoyaient des présents au temple de la grande déesse de Byblos. Une conséquence fut d'introduire chez les Phéniciens le goût des représentations figurées et la coutume de dédier des ex-votos représentant ceux qui désiraient se rappeler constamment à la faveur divine.

6La planche 2 montre une série de ces pièces votives, toutes en bronze, découvertes dans une petite jarre en terre cuite qui n'a pas dû être enfouie, à la base d'une des colonnes du temple, à une date postérieure à 2000 avant notre ère. Ce sont notamment des guerriers, aussi des animaux domestiques dont on demande la multiplication, ou encore des animaux féroces contre lesquels on s'assure la protection divine. On remarquera un vase de forme caractéristique à cette époque.

7(Phot. Maurice Dunand.)

PLANCHE 3. BYBLOS. — BALSAMAIRE ET COFFRET EN OBSIDIENNE

8Les relations, tout au moins au temps de la XIIe dynastie égyptienne, étaient si cordiales entre le roi de Byblos et le Pharaon, que celui-ci ne manquait pas, à la mort de son vassal et allié, d'envoyer les présents funéraires. Dans le tombeau I, qui contenait probablement la dépouille d'Abi-shemou, M. Virolleaud a trouvé un riche mobilier dans le sarcophage même, notamment, près de la tète du mort, un beau balsamaire en obsidienne, serti d'or, qu'on voit sur la planche 3. En deux points opposés de la monture en or se lit le nom d'Amenemhat III.

9Dans le tombeau II qui abritait la dépouille de Ypshemouabi, fils d'Abishemou, M. Montet a retrouvé des pièces comparables à celle du tombeau I, en particulier un très beau coffret rectangulaire reposant sur quatre pieds, serti d'or. Le couvercle est bombé en forme de sarcophage égyptien et porte une inscription hiéroglyphique parfaitement gravée qui fournit le nom d'intronisation d'Amenemhat IV. Avec ce coffret à encens d'une merveilleuse exécution, le musée de Beyrouth possède une pièce jusqu'ici unique.

10Le balsamaire et le coffret, d'un fini remarquable, l'un et l'autre en cette belle matière qu'est l'obsidienne, sont des produits de l'industrie égyptienne et répondent bien au grand éclat qu'a jeté l'art de la vallée du Nil au temps de la XIIe dynastie.

PLANCHE 4. BYBLOS. - PECTORAUX ROYAUX EN OR REPOUSSE

11Il semble que chacun des rois de Byblos, au moins au temps de la XIIe dynastie égyptienne, portait, dans les cérémonies, un pectoral ou plutôt un collier dont deux exemplaires sont représentés sur la planche 4. C'est une imitation du collier égyptien usekht ; mais tandis que celui-ci est constitué par un grand nombre de rangs de perles cylindriques enfilées, avec un feston de perles allongées, chaque extrémité étant retenue par une tète de faucon, ici le tout est constitué par une feuille d'or repoussée et ciselée. Le motif central est formé par un faucon aux ailes éployces.

12La pièce du haut provient du tombeau III, celle du bas, du tombeau II. Le tombeau I ne conservait plus que des fragments d'un collier semblable en or.

13D'après certains indices, qui témoignent que l'artiste copiait et interprétait des motifs égyptiens sans les bien comprendre, M. Montet pense que nous avons dans ces colliers des produits de l'industrie locale. Ce fait est important à retenir, car déjà l'art phénicien nous apparaît avec le caractère qu'il gardera pendant de longs siècles, à savoir une influence égyptienne dominante.

14Sur la même planche on voit, au-dessous de quatre perles en or, une amulette en or formant pendentif destinée, probablement, à un collier en perles d'améthyste trouvé dans le tombeau I.

PLANCHE 5. BYBLOS. — BIJOUX DU TOMBEAU II

15Dans le haut de la planche est représenté deux fois un pendentif en cloisonné au nom du roi Ypshemouabi, à droite tel qu'il fut photographié par M. Montet lors de la découverte, à gauche après qu'on eut remis en ordre les pierres tombées des alvéoles. On reconnaît de haut en bas: le scarabée entre les uraeus portant, celui de droite, la couronne blanche de la Haute Égypte, celui de gauche, la couronne rouge de la Basse Égypte. Puis un cartouche horizontal avec le nom du roi Ypshemouabi, enterré dans le tombeau II (voir planche 3), et son titre de « prince do Kapni (Byblos) ».

16Sous le cartouche, le faucon aux ailes éployées tient un anneau dans chaque serre. Au revers, une bélière. D'après certaines erreurs de détail et la déformation des attributs, M. Montet reconnaît dans cette pièce l'œuvre d'un artisan local.

17Sur cette planche sont encore représentés des bracelets en or provenant du même tombeau. L'un est orné d'un scarabée en améthyste, pierre particulièrement en faveur au temps de la XIIe dynastie égyptienne ; un autre est constitué par une lame d'or formant torsade.

18Les tombes royales de Byblos ont ainsi fourni nombre de pièces précieuses qui attestent la richesse des princes ensevelis et qui mettent en bonne place les artisans phéniciens. Toutefois, et sans atteindre à la maîtrise des Égyptiens, ils ne soutiennent la comparaison que lorsqu'ils en imitent les produits.

PLANCHE 6. BYBLOS. — HARPÈ DU TOMBEAU II

19Chacun des tombeaux I, II et III a livré l'insigne royal par excellence des rois de Byblos, une harpè. Dans le tombeau I la harpè était posée dans le sarcophage, le long du corps, à portée de la main droite.

20M. Edmond Pottier a démontré l'origine sumérienne de cette arme qu'on voit souvent en Mésopotamie aux mains des dieux et qui, à Byblos, est devenue l'emblème royal, une sorte de sceptre. Ainsi apparaît nettement que sous le décor égyptien, qui domine au temps de la XIIe dynastie égyptienne, le fond de la civilisation giblite était asiatique.

21La harpè que reproduit sur ses deux faces la planche 6 porte, tout le long de la lame, un serpent de bronze (uraeus) familier à l'Égypte et dont les écailles, la gorge et la tête sont niellées d'or. Vers le milieu de l'arme, M. Montet a déchiffré le nom du possesseur, « le prince de Kapni (Byblos) Ypshemouabi » et, sur l'autre face, le nom de son père « le prince Abishemou ». Ces noms sont sémitiques. L'instrument se termine par une pointe qui permettait de l'insérer solidement dans un manche en bois ; le tout était maintenu par une virole en or et quelques clous d'or.

22Ce bel exemplaire de l'industrie phénicienne à haute époque a été établi par un véritable artiste qui suit la tradition mésopotamienne, mais emprunte le décor égyptien.

PLANCHE 7. BYBLOS. — LE SARCOPHAGE D'AHIRAM

23Avec le tombeau V nous descendons à l'époque de Ramsès II (1292-1225). Il contenait le sarcophage d'Ahiram, nom de son possesseur, qui constitue une découverte, due à M. Montet, qu'on peut qualifier de capitale tant au point de vue de la connaissance de l'art phénicien dont l'influence se fera sentir jusque dans le nord de la Syrie, que pour l'histoire de l'alphabet. Ce sarcophage porte, en effet, une inscription phénicienne (milieu du xiiie siècle av. J.-C), de quatre siècles plus ancienne que la stèle de Mésa (vers 842), donc jusqu'ici le plus ancien témoin de l'écriture d'où dérive notre alphabet.

24La face représentée sur la planche 7 montre le roi Ahiram sur un trône, généralement réservé aux divinités, tenant une fleur de lotus et une coupe. Devant lui un guéridon chargé de mets, puis un serviteur, tenant une serviette dans la main gauche, est occupé à chasser les mouches. En arrière, deux autres serviteurs apportent des mets, quatre autres personnages rendent hommage au roi sous une forme généralement employée à l'égard des dieux. Ce détail, venant s'ajouter à celui du trône accosté du sphinx, donne à penser qu'Ahiram défunt était considéré comme divinisé.

25Le relief est surmonté d'une guirlande de fleurs et de boutons de lotus renversés. Le tout est supporté par une double, paire de robustes lions. Sur le bord du couvercle on distingue une ligne d'écriture phénicienne.

26Sur le couvercle sont représentés Ahiram et son fils Itobaal ; sur les petits côtés, des pleureuses.

PLANCHE 7. BYBLOS. — LE SARCOPHAGE D'AHIRAM

27Avec le tombeau V nous descendons à l'époque de Ramsès II (1292-1225). Il contenait le sarcophage d'Ahiram, nom de son possesseur, qui constitue une découverte, due à M. Montet, qu'on peut qualifier de capitale tant au point de vue de la connaissance de l'art phénicien dont l'influence se fera sentir jusque dans le nord de la Syrie, que pour l'histoire de l'alphabet. Ce sarcophage porte, en effet, une inscription phénicienne (milieu du xiiie siècle av. J.-C), de quatre siècles plus ancienne que la stèle de Mésa (vers 842), donc jusqu'ici le plus ancien témoin de l'écriture d'où dérive notre alphabet.

28La face représentée sur la planche 7 montre le roi Ahiram sur un trône, généralement réservé aux divinités, tenant une fleur de lotus et une coupe. Devant lui un guéridon chargé de mets, puis un serviteur, tenant une serviette dans la main gauche, est occupé à chasser les mouches. En arrière, deux autres serviteurs apportent des mets, quatre autres personnages rendent hommage au roi sous une forme généralement employée à l'égard des dieux. Ce détail, venant s'ajouter à celui du trône accosté du sphinx, donne à penser qu'Ahiram défunt était considéré comme divinisé.

29Le relief est surmonté d'une guirlande de fleurs et de boutons de lotus renversés. Le tout est supporté par une double, paire de robustes lions. Sur le bord du couvercle on distingue une ligne d'écriture phénicienne.

30Sur le couvercle sont représentés Ahiram et son fils Itobaal ; sur les petits côtés, des pleureuses.

PLANCHE 8. RAS SHAMRA ET SON PORT MINET EL-BEIDA

31A une douzaine de kilomètres au nord de Lataquié, une anse naturelle s'ouvre entre des falaises crayeuses où les barques viennent encore s'abriter, c'est Minet el-Beida (le port blanc), le Leukos Limen de l'antiquité. A quelques centaines de mètres du rivage se dresse un tell caractéristique des installations anciennes, Ras Shamra. Le site est dominé par le mont Casius, à quelque distance au nord.

32En 1928, la découverte fortuite d'une tombe en bel appareil appela l'attention de M. Virolleaud, alors directeur du Service des Antiquités, et, peu après, une mission fut confiée par l'Académie des Inscriptions à M. E.-A. Schacffer, conservateur du musée préhistorique de Strasbourg, pour poursuivre des fouilles en ce lieu. M. Schaeffer s'adjoignit M. G. Chenet, archéologue bien connu pour ses recherches en Argonne.

33Trois campagnes, menées par les habiles explorateurs (1929-31), ont abouti à des résultats inespérés. Car les fouilles n'ont pas seulement mis au jour de précieux objets du IIe millénaire avant notre ère, elles ont révélé des textes phéniciens du xiie siècle, rédigés en un alphabet cunéiforme dont nous parlerons ci-après.

34Ras Shamra, l'ancienne Sapouna, tirait son importance de sa position, au départ de la route qui conduisait directement de la mer à l'Oronte et permettait ensuite soit de gagner Alep et l'Assyrie, soit de remonter la vallée de l'Oronte.

35La planche 8 donne une vue des fouilles de Ras Shamra et on aperçoit, dans le fond, les falaises de craie de Minet el-Beida.

PLANCHE 9. MINET EL-BEIDA. — TOMBE EN COURS DE DÉBLAIEMENT

36Le port naturel de Minet el-Beida abrita d'abord des navires phéniciens, car Sapouna (Ras Shamra) apparaît, dès le second quart du deuxième millénaire, comme une colonie phénicienne. Ce n'est qu'à partir du xive siècle, que son port fut activement fréquenté par les navires égéens. Cela nous est démontré par la céramique des deux strates reconnus dans les premières campagnes de MM. Schaeffer et Chenet.

37Jusqu'ici la nécropole voisine du port est très homogène et répond à ce qu'on appelle l'époque mycénienne proprement dite ou Helladique récent, autrement dit elle représente la troisième époque du bronze ou encore le Minoen récent (xve-xiie siècles av. J.-C.), ce qui nous reporte, dans l'ensemble, au Nouvel Empire égyptien. On trouve soit dans les tombes, soit dans les dépôts qui les avoisinent, de la céramique mycénienne caractéristique, de la céramique chypriote et de la céramique cananéenne de la dernière époque du bronze.

38C'est précisément ce que l'on constate sur la planche 9. On remarquera qu'un squelette humain est disposé sur la terre de remplissage du dromos avec des vases divers de la basse époque mycénienne. Sur la gauche, se voit la pierre trouée qui ne manque jamais dans ces tombes, mais dont le sens n'est pas encore déterminé. La chambre funéraire proprement dite se trouve à l'arrière-plan.

PLANCHE 10. MINET EL-BEIDA. — UNE TOMBE SEMBLABLE DÉBLAYÉE

39Les rapports entre Ras Shamra et Chypre sont attestés par la céramique et aussi par la légende d'après laquelle Casius (éponyme du mont qui domine Ras Shamra) épousa Kitia (éponyme de la ville chypriote de Citium), fille du roi chypriote Salaminos (Salamine de Chypre). On ajoute qu'avec elle, il amena en Syrie des Chypriotes et des Crétois.

40Cette légende correspond à l'époque où les Egéens envahirent le pays et submergèrent les Phéniciens installés depuis longtemps à Sapouna. En effet, au-dessous du premier niveau des xve-xiie siècles, le plus voisin de la surface, MM. Schaeffer et Chenet ont dégagé un second niveau où la céramique est purement cananéenne et appartient aux xviie-xvie siècles.

41Nous avons dit que la nécropole de Minet el-Beida correspondait au premier niveau de Ras Shamra parce qu'on y trouve les céramiques correspondantes. L'influence chypriote se marque encore par les tombes du type égéen dont on a découvert les similaires à Chypre : escalier donnant accès à un court vestibule ou dromos, qui conduit à une chambre rectangulaire couverte au moyen de dalles posées en encorbellement. La planche 10 montre le détail de cette construction, les dalles supérieures de la voûte ayant été enlevées. On constatera le soin avec lequel est établi l'appareillage.

PLANCHE 11. MINET EL-BEIDA. — IVOIRE MYCÉNIEN A LA DÉESSE

42Parmi les Égéens qui fréquentaient Minet el-Beida, port de Ras Shamra, il n'y avait pas seulement des Chypriotes, il en venait aussi du continent grec qui apportaient les idoles mycéniennes peintes de simples traits, en forme de colonnette et les bras arqués en croissant, ainsi que des animaux en la même céramique. Le plus remarquable de ces apports est une boite en ivoire dont le décor, miraculeusement préservé, offre le plus beau travail que l'on connaisse de cette époque.

43Le motif de la déesse-mère, figurée sur la montagne, tenant des épis que des bouquetins, dressés de part et d'autre, cherchent à saisir, est d'origine orientale et spécialement sumérienne, mais ce motif a fait fortune en Asie Mineure et dans toute la mer Égée. On en a trouvé de semblables à Mycènes même ; donc avec cet ivoire, le sujet fait directement retour de Mycénie en Syrie.

44La déesse est, en effet, vêtue à la mode mycénienne, elle porte la coiffure en honneur à cette époque à Mycènes et à Tirynthe, enfin elle est assise sur un autel comme on en voit sur la porte aux lions de Mycènes. L'ivoire a quelque peu souffert sur les côtés, car ce couvercle devait être circulaire. Dans le haut la façon de rendre les nuages ou le ciel suffirait à indiquer à elle seule que l'artiste est mycénien.

PLANCHE 12. MINET EL-BEIDA. — DIVINITÉS PHÉNICIENNES

45Les textes de Ras Shamra font apparaître un grand nombre de divinités, mais il est parfois difficile d'en rapprocher les représentations divines mises au jour au cours des fouilles. M. Schaeffer a reconnu Reshef dans un bronze où le dieu est figuré dans l'attitude du combat et porte la haute couronne égyptienne. La planche 12 reproduit un bronze qui doit également nous conserver l'image d'un dieu phénicien, mais qu'il est impossible jusqu'ici de dénommer. Le dieu est assis, vêtu d'une robe qui tombe sur les chevilles ; il fait le geste de bénédiction avec la main droite. Les veux étaient incrustés.

46A côté se voit une feuille d'or disposée en pendentif où est figurée au repoussé la déesse nue, tenant des lotus dans chaque main et coiffée comme la déesse égyptienne Hathor. Il ne fait aucun doute que ce soit une représentation d'Astarté.

47Toutes ces images divines ainsi que les deux éperviers en bronze, qui figurent sur la planche suivante, une bague en or et un grand nombre de grains de cornaline provenant d'un collier, ont été trouvés à proximité les uns des autres dans la région des tombes de Minet el-Beida. Il semble qu'à côté des morts, mais non directement en contact avec eux, on déposait des objets divers, notamment des idoles protectrices.

PLANCHE 13. MINET EL-BEIDA. — BRONZES ET CÉRAMIQUE

48Au milieu de la rangée inférieure, cette planche montre un de ces dépôts funéraires comme MM. Schaeffer et Chenet en ont trouvé dans la nécropole de Minet el-Beida, environ quatre-vingt dès la première campagne. Ici le dépôt se complique de la construction d'un mur dont la base a été ménagée en forme de niches renfermant des dépôts céramiques dont quelques-uns sont accompagnés d'armes en bronze et de perles en cornaline. C'est là qu'on a mis au jour le gobelet en pâte vitreuse vert clair décoré de feuilles de lotus de couleur brune (en bas et à droite de la planche). Ce gobelet avait été brisé intentionnellement car les fragments ont été retrouvés dispersés dans plusieurs dépôts. Ceux-ci ont donc été organisés en même temps.

49Un peu plus loin près d'un autre mur, plus petit encore, fut dégagé à 1 mètre de profondeur l'épervier haut de 13 centimètres représenté au milieu de la planche 13. Au-dessous est apparu un second épervier, plus petit, précieusement incrusté d'or, dont la même planche fournit deux vues. L'uraeus a été trouvé entre les pattes de l'oiseau, tel qu'on le voit représenté ici.

50Le vase à étrier et en faïence peinte figuré sur la même planche, en bas et à gauche, a été trouvé dans la tombe représentée planche g et provient certainement de Chypre.

PLANCHE 14. QADESH SUR L'ORONTE (TELL NEBI MEND)

51La bataille entre l'armée égyptienne, conduite par Ramsès II en personne, et l'armée hittite concentrée autour de Qadesh, vers 1272 avant J.-C, est un des événements les plus célèbres de l'histoire de Syrie comme de celle d'Égypte. Elle eut pour conséquence un traité (1271) passé entre Ramsès II et le roi hittite Hattusil, qui conclut au partage de la Syrie et maintint la frontière entre les deux peuples conquérants un peu au sud de Qadesh.

52L'identification de ce site avec Tell Nebi Mend, à peu de distance au sud du lac de Homs, est due à l'Américain Thomson ; elle a été contestée à tort par Conder.

53En 1921 et 1922, Maurice Pézard a conduit deux campagnes de fouilles sur ce site. Il a ainsi démontré qu'au temps de Ramsès II, Qadesh ne dépassait que de très peu le niveau de la plaine, car la couche de l'âge du fer est fort épaisse. On peut précisément en juger sur la planche 14 où la vue inférieure montre, en partant du bas, l'épaisseur de la couche que Pézard appelait syro-phénicienne (environ de 1100 à 332 av. J.-C), puis la couche gréco-romaine, juste immédiatement au-dessous du village actuel de Tell Nebi Mend.

54Dans le haut de la planche, on voit de curieuses idoles bétyliques probablement de la fin de l'âge du bronze ou du début de l'âge du fer.

PLANCHE 15. IDOLES PHÉNICIENNES EN BRONZE

55L'Ancien Testament et particulièrement les Prophètes, sont remplis d'attaques contre les cultes de Syrie et de Phénicie et les idoles représentant des Baal et des Astarté.

56On a reconnu dans la planche 12 de telles divinités. Voici d'autres représentations reproduites sur la planche 15. On a voulu y voir des figures hittites, sans grand fondement, croyons-nous. L'art hittite a emprunté toutes ses représentations à la Mésopotamie et à la Syrie et s'il a donné à certains reliefs un accent particulier c'est en Cappadoce, aux xive-xiiie siècles. L'art syrophénicien de la seconde moitié du deuxième millénaire est directement influencé par l'art de Babylonie d'une part, et plus encore, au fur et à mesure qu'on descend vers le sud, par l'art égyptien.

57La figure de gauche est du type en lame, avec tenons venus de fonte pour la maintenir solidement sur son siège. Au milieu, le dieu coiffé du haut bonnet, vêtu de la robe syrienne, tenait le sceptre dans la gauche ; il fait de la droite le geste de bénédiction. Fréquemment, et c'est ici le cas, cette main dispensatrice de la faveur divine — les Arabes diraient de la baraka — est de dimension plus grande qu'il ne conviendrait. Le bronze de droite est du type précédent. Nous ne croyons pas, comme on l'a supposé, que ces figurines étaient destinées à figurer dans des chars par la raison qu'à cette époque on s'y tenait debout.

PLANCHE 16. QATNA (MISHRIFÉ). — VUE DES RUINES

58Le R. P. Ronzevalle a le premier reconnu la haute antiquité de l'installation délimitée par une enceinte carrée d'environ un kilomètre décote, située à 18 kilomètres au N.-E. de Homs.

59Le comte du Mesnil du Buisson y a conduit quatre campagnes de fouilles. Sur la butte, dite de l'Église, se dressaient le palais et les temples. Le plus important de ces derniers était consacré à la déesse sumérienne, Nin-Egal, originaire de Our en Chaldée comme Abraham. Des inventaires, en langue accadienne, y ont été trouvés qui fournissent la liste des objets constituant le trésor de la déesse Nin-Egal. Ils débutent par la mention d'une petite statuette en or de la déesse. Ces textes ont été publiés par M. Ch. Virolleaud.

60La ville, dont les chefs étaient des Mitanniens ou Khourri, resta fermement attachée à la suzeraineté égyptienne et crut, à l'abri de ses remparts, pouvoir résister aux armées hittites. Elle succomba et fut ruinée de fond en comble vers 1375, par le roi hittite Shubbiluliuma, qui se vante dans un texte hittite d'avoir emmené en Cappadoce la population et les richesses de Qatna. On a ainsi une date limite fort utile pour les objets abandonnés par les Hittites, lors de la destruction de la ville.

61La planche 16 donne un aperçu général des ruines dégagées par M. du Mesnil du Buisson, sur la butte de l'église. A gauche s'aperçoit lé village actuel de Mishrifé. A droite, la construction élevée pour protéger le saint des saints de la déesse Nin-Égal.

PLANCHE 17. QATNA (MISHRIFÉ). — OBJETS DU IIe MILLÉNAIRE

62Parmi les objets trouvés sur le sol du sanctuaire de la déesse sumérienne Nin-Egal, particulièrement vénérée à Qatna, il faut citer quelques pièces venues de l'étranger. D'abord un sphinx avec dédicace de la princesse Ita, fille du pharaon Amenemhat II (1938-1903) et deux vases mycéniens dont l'un est reproduit sur la planche 17. Voilà deux cratères qui sont certainement antérieurs à 1370, date approximative de la prise et de la destruction de Qatna par Shubbiluliuma. D'autre part, il a été reconnu par MM. Charbonneaux et Pottier que ces vases mycéniens avaient été fabriqués à Rhodes. On peut donc restituer l'itinéraire qu'ils ont suivi : Rhodes, Chypre, Ras Shamra, puis la vallée de l'Oronte jusqu'à Qatna où ils furent déposés dans le sanctuaire de la déesse Nin-Egal.

63Il est possible de grouper un nombre important de reliefs, de statuettes en bronze ou en pierre et de cylindres qui, directement influencés par l'art de la IIIe dynastie d'Our constituent l'art syrien du second millénaire. La tète de bouquetin représentée sur la planche 17 (à droite), avec son modelé précis et fin, est encore sous l'influence de l'art qui fleurit sous la IIIe dynastie d'Our et se perpétue avec la 1re dynastie babylonienne. Elle est en pierre schisteuse et faisait partie d'un grand revêtement que M. du Mesni-du Buisson a découvert dans la salle du trône de Qatna.

PLANCHE 18. DJABBOUL. — TÊTE DU IIe MILLÉNAIRE

64Les découvertes de ces dernières années ont révélé une série de monuments appartenant au deuxième millénaire avant notre ère où, sous une forte influence mésopotamienne, celle notamment de la IIIe dynastie d'Our, avec à l'occasion quelques traits égyptiens, d'autant plus sensibles que l'on descend vers le sud, on voit se constituer une sculpture aux caractères locaux. C'est à tort que cet art a été désigné comme hittite puisque ses affinités le rattachent non à l'Asie Mineure, mais à la Mésopotamie. Il est proprement syrien.

65Dans la Syrie du nord cet art, plus indépendant de l'Égypte, est caractérisé par un sens du mouvement et parfois une recherche de l'expression auxquels on n'est pas habitué. Le mouvement s'observe sur des cylindres et sur le curieux bas-relief récemment découvert dans la citadelle d'Alep par M. Ploix de Rotrou. L'expression se marque dans la tête de Djabboul que reproduit la planche 14.

66La coiffure est celle que portent les dieux en Mésopotamie et que caractérisent les cornes ; la physionomie a grand caractère dans sa rudesse ; les yeux, suivant une ancienne technique orientale, étaient incrustés.

67Cette tête de basalte doit être rapprochée d'un bronze, qui a été acquis comme provenant de Mishrifé, alors qu'on ignorait que ce village recouvrait les ruines de Qatna : même coiffure, le bonnet pointu orné de quatre paires de cornes ; même vêtement formé d'un ample manteau si l'on en juge par le bourrelet qui apparaît sur le cou de la statue de Djabboul. Nous ferons volontiers remonter l'une et l'autre pièces jusqu'aux xve et xvie siècles avant notre ère.

PLANCHE 19. SHEIKH SA‘D. — LION DU IIe MILLÉNAIRE

68Caractéristique de l'art syrien du IIe millénaire est le lion découvert à Sheikh Sa'd, en plein Hauran, actuellement conservé dans la cour du Palais Azem à Damas.

69M. Contenau, qui a finement analysé ce relief, a noté que le muffle puissant de ce lion différait de celui des lions de Zendjirli, de Karkémish, de Marash, de Saktshé Geuzu, et des lions assyriens. Il se rattache par son mufle court aux lions mésopotamiens. « L'originalité du lion de Sheikh Sa’d, ajoute le savant archéologue, est dans son allure de marche, en quêtant... Le sculpteur a observé d'une façon pénétrante l'allure naturelle de l'animal en liberté. » La conclusion qui en découle, c'est que nous n'avons pas devant nous une œuvre hittite, mais un produit de cet art syrien fortement inspiré par l'art de Mésopotamie, que la IIP dynastie d'Our, puis la première dynastie babylonienne, ont répandu en Syrie.

70Quant à la date, l'absence de toute influence assyrienne impose qu'on l'estime assez haute. M. Contenau a proposé le xiie siècle avant notre ère. Peut-être pourrait-on l'envisager d'un siècle ou deux plus ancienne. Nous aurions là un produit de ces Amorrhéens du pays de Basan (Hauran) dont l'Ancien Testament a conservé un nom royal, celui de Og, avec ses principales résidences à ‘Ashtarot, au voisinage de Sheikh Sa‘d et à Adraa (Der‘a).

PLANCHE 20. KHAN SHEIKHOUN. — VUE D'AVION

71La vallée de l'Oronte, dès qu'on s'écarte du fleuve, manque souvent d'eau et nécessite pour y vivre des aménagements particuliers. Cependant elle renferme un grand nombre de tells qui constituent soit des élévations entièrement artificielles, soit plus souvent d'anciennes cités superposées.

72Après avoir exploré Mishrife (Qatna), le comte du Mesnil du Buisson a transporté son chantier à Khan Sheikhoun dont le nom est une déformation d'Ashkhani, ville citée à l'époque assyrienne et certainement occupée aussi par les Égyptiens au temps de leur grande expansion en Syrie, sous la XVIIIe dynastie, car cette place commande la route de Hama à Alep.

73La planche 20 montre bien l'aspect actuel du site avec les principales tranchées de la campagne de 1930, qui ont permis de reconnaître les installations successives jusqu'au temps de Thoutmès III avec, à la base du tell, des vestiges plus anciens. La mission a également reconnu les ruines de l'antique Souran, près du village de ce nom et vidé des tombes anciennes, notamment à Tell ‘As. On a constaté l'existence, à l'âge du bronze, d'une civilisation très homogène, identique à celle de Qatna.

74La vue que reproduit la planche 20 a été prise par M. Fougerousse, architecte de la mission, officier aviateur de réserve.

PLANCHE 21. TELL AHMAR (TIL BARSIB). — LE DIEU TESHOUB

75MM. Fr. Thureau-Dangin et Maurice Dunand ont mené en 1929-1931 deux campagnes de fouilles sur le site de Tell Ahmar, l'ancienne Til Barsib. Les vestiges découverts appartiennent à deux périodes, une époque hittite des xive-xiie siècles et une époque assyrienne xie-viiie siècles.

76De l'époque hittite date la stèle que représente la planche 21. On y voit au-dessous du disque ailé, le dieu Teshoub qui, lorsque la stèle était entière, se dressait sur un taureau, son animal attribut. Le dieu tient le foudre dans la gauche et il brandit une hache dans la droite. La coiffure se compose d'un haut bonnet terminé par un élément sphérique ; nous avons là une déformation de la haute couronne égyptienne. La double paire de cornes est un emprunt à la symbolique mésopotamienne. Une longue tresse de cheveux descend derrière le bonnet et se termine par un enroulement à la hauteur de la poitrine. La barbe est du type frisé assyrien, ce qui fait penser que la stèle est du xiie siècle ou de peu antérieure. Le corps est couvert par une tunique courte maintenue par une large ceinture à laquelle s'accroche une épée. Le bas de la stèle manque.

77La face postérieure et les côtés de la pierre sont couverts de hiéroglyphes hittites. Cette écriture est attestée dès le xive siècle avant notre ère ; elle a été l'objet de nombreux et ingénieux essais de déchiffrement ; mais il manque encore, pour aboutir à des résultats définitifs, une base de comparaison assez large avec une autre écriture connue.

PLANCHE 22.TELL AHMAR (TIL-BARSIB). — PEINTURES ASSYRIENNES

78De l'époque assyrienne, Tell Ahmar a fourni les restes d'un palais, élevé par Téglatphalasar III (745-727), dont les murs intérieurs étaient décorés de peintures. C'est la première fois qu'on se trouve en présence d'un ensemble peint qui soutient la comparaison avec la suite de panneaux sculptés des capitales de l'Assyrie : Assour, Kalakh et Ninive.

79De l'étude que leur a consacrée le savant inventeur, M. Thureau-Dangin, il résulte que sur un fond blanc, posé sur le mur en pisé, les peintres assyriens traçaient en noir la silhouette de leurs figures, puis les coloraient de rouge ou de bleu, en plusieurs tons, très rarement de violet.

80La planche 22 montre une audience royale accordée à des tributaires, vraisemblablement à des Syriens. Le roi, qui occupe le centre de la composition, est assis sur un siège à dossier, portant la tiare et drapé dans un châle à franges. Un châle est plié sur le dossier du trône. A l'appel des grands dignitaires assyriens, le vassal se précipite aux pieds du roi, le front dans la poussière. Celui-ci l'accueille par le geste de bénédiction et en tenant son long sceptre. Derrière le roi deux eunuques prêts à le servir, puis les officiers portant les armes du roi et peut-être aussi celles du tartan ou grand-vizir, enfin la garde royale.

81Devant le roi, le grand vizir portant un bracelet analogue à celui du roi, aussi les fanons tombant de la chevelure, mais sans la tiare, fait le geste d'hommage, puis quatre autres dignitaires assyriens, enfin les tributaires, dont un seul est ici représenté, figurés à plus petite échelle.

PLANCHE 23.ARSLAN TASH. — LION EN BASALTE

82Avant d'attaquer le site de Tell Ahmar, M. Thureau-Dangin, assisté du R. P. Barrois, de MM. Dossin et Dunand, avait fouillé Arslan Tash, à l'est de Tell Ahmar, et y avait découvert, dans une installation assyrienne comprenant un palais, au plan bien conservé, et un temple, de nombreuses sculptures, notamment deux taureaux dédiés au temple d'Ishtar.

83Le site porte le nom d'Arslan Tash ou « Pierre au lion » parce qu'un superbe lion en basalte en signalait l'emplacement. Chose curieuse, ce relief fut doté d'une inscription grecque, au vie siècle avant J.-C, par un Grec qui la grava en se rendant probablement d'Alep à Edesse par Hiérapolis, Arslan Tash et Seroudj.

84La planche 23 représente un autre lion, découvert celui-là par la mission Thureau-Dangin. C'est un relief taillé dans un orthostate. Son style assyrien local paraît remonter aux ixe-viiie siècles avant J.-C. Les mèches de poil sont curieusement stylisées. Une étoile est gravée sur l'épaule.

85Au fond de la tranchée, sens dessus dessous, se voit un autre orthostate brisé. A l'arrière-plan, une maison moderne en pain de sucre dont le type très ancien est encore resté en usage.

PLANCHE 24. ARSLAN TASH. - IVOIRE DU ixe SIÈCLE AVANT J.-C.

86Les rois assyriens ne se contentaient pas d'embellir leur palais d'Arslan Tash avec le secours des artistes assyriens ; ils y déposaient parfois le produit de leurs razzias en Syrie. Ce fut le cas d'un lot de très beaux ivoires comme, seul, le site de Nimroud en avait fourni jusqu'ici. Ceux d'Arslan Tash sont généralement dans un meilleur état de conservation.

87L'intérêt historique de ces ivoires est d'avoir décoré un lit d'ivoire et une litière d'ivoire du roi syrien de Damas, Hazael (844-812), le contemporain du roi d'Israël Jéhu.

88On sait, par un texte assyrien, que pour délivrer Damas assiégée par Adad-Nirari III, le fils de Hazael, Ben-Hadad III, livra au roi assyrien un butin considérable dont un lit d'ivoire et une litière d'ivoire. Ce sont les plaquettes qui décoraient ces meubles que le P. Barrois et M. Thureau-Dangin ont retrouvées dans le palais assyrien d'Arslan Tash.

89Chacune des plaquettes porte en revers une ou plusieurs lettres qui répondent à l'alphabet en usage dans la seconde moitié du ixe siècle. On peut donc affirmer que nous avons là des produits de l'art syro-phénicien. Une forte influence égyptienne s'y fait sentir, non cependant sans que ces habiles artistes s'en soient parfois affranchis.

90L'ivoire que nous reproduisons, conservé au Musée d'Alep, est certainement le plus beau de la série par l'ampleur de la composition comme par la beauté de l'exécution. On y voit deux béliers ailés d'Ammon portant la double couronne égyptienne, affrontés de part et d'autre de la plante sacrée.

PLANCHE 25. NEIRAB. — STÈLES ARAMÉENNES

91En 1891, on a trouvé fortuitement à Neirab, à peu de distance au S.-E. d'Alep, deux stèles d'un beau style de la fin de l'époque assyrienne que publia Clermont-Ganneau et que reproduit la planche 25.

92L'une représente, d'après l'inscription araméenne en caractères du viie siècle, Sin-zir-ban, prêtre défunt du dieu Sahar — c'est-à-dire Sin, le dieu lunaire — en Neirab. Une formule de malédiction cherche à écarter le violateur. Le personnage debout est coiffé d'une sorte de cape et vêtu d'une longue robe en partie plissée à la mode assyrienne. La main droite est levée en signe d'adoration.

93L'autre est l'image d'Agbar, autre prêtre de Sahar en Neirab, représenté assis sur un siège sans dossier. Il est coiffé et vêtu comme le premier. Il porte une coupe à ses lèvres et, devant lui, une table est chargée de mets qu'un serviteur protège des mouches.

94L'importance de cette découverte fit décider de confier des fouilles sur ce site à l'École archéologique française de Jérusalem. Deux campagnes ont été conduites en 1926 et 1927 par les PP. Carrière et Barrois, puis par les PP. Abel et Barrois, assistés de MM. A. Parrot et Darrous.

95Au premier rang des découvertes il faut citer un lot de tablettes en écriture cunéiforme d'époque néobabylonienne. Aussi à cette époque ou à l'époque perse se rapportent la plupart des objets mis au jour dans ces deux campagnes, comme on le verra sur la planche 26.

96Cependant une inscription cunéiforme gravée sur une statuette découverte à Sefiré, un peu au sud de Neirab, atteste que le culte lunaire d'importation mésopotamienne, y fleurissait dès le milieu du deuxième millénaire.

PLANCHE 26. NEIRAB. — FIGURINES EN TERRE CUITE

97Les pièces de cette planche ont été trouvées dans les fouilles de l'École archéologique française de Jérusalem dont il a été parlé à propos de la planche 25.

98Par analogie avec une pièce mieux conservée, découverte dans la vallée de l'Oronte par M. du Mesnil du Buisson, la figurine a représente la déesse syrienne munie du tambourin dont on transporte l'image dans une sorte de palanquin porté par un cheval. Les Syriens apportèrent cette coutume en occident notamment en Grèce (LUCIEN, Lucius, 35 et suiv.) ; mais, dans ce dernier exemple, ne disposant pas d'un cheval, on les voit se contenter d'un âne pour transporter leur déesse.

99La môme déesse apparaît (b) assise sur un cheval dont la tête et les pattes de devant manquent. Parée de colliers, elle tient une colombe contre sa poitrine. C'est elle encore qui est figurée debout tenant un miroir (c) ou un tympanon contre la poitrine (e). L'image de la déesse nue n'est pas rare ; mais celle qui figure sous f est d'un type plus ancien que l'époque néo-babylonienne ; c'est, d'ailleurs, le seul exemplaire de ce modèle trouvé au cours des deux années de fouilles.

100Parmi les figurines masculines, celles représentant des cavaliers sont fort nombreuses, la coiffure les classe à l'époque perse comme les fragments g et h. En d apparaît un homme barbu, debout, coiffé d'une calotte plate.

PLANCHE 27. TYR. — VUE GÉNÉRALE

101Comme Aradus, Tyr était primitivement une île à proximité du rivage. De bonne heure elle rivalisa avec Sidon par son expansion maritime, commerciale et son développement industriel. Sa verrerie fut prisée à l'égal de celle de Sidon, mais plus encore sa pourpre qui était universellement réputée la meilleure. Le murex, qui la fournit, était recueilli à proximité de la ville. « Il faut convenir, dit Strabon, XVI, 2, 23, que si cette industrie enrichit la ville, le nombre toujours grossissant des teintureries en rend le séjour fort incommode. »

102Dès le deuxième quart du deuxième millénaire avant notre ère, Tyr installe des comptoirs à Chypre et à Ras Shamra (Sapouna). De ce dernier point ses marchandises gagnaient directement Alep et l'Assyrie. Plus tard, elle fonde d'importantes colonies sur la côte d'Afrique dont la plus célèbre, Carthage, devait mettre Rome en péril. Son commerce s'étendait jusqu'en Espagne.

103La position insulaire de Tyr lui permit de résister à toutes les attaques jusqu'au jour où Alexandre le Grand décida de l'atteindre en construisant un grande digue longue de 500 pas et large de 60. Depuis cette époque Tyr est rattachée au continent.

104La planche 27 est une vue prise d'avion qui rend compte de la disposition des lieux. Au sud (à gauche de la planche) le port égyptien, qui était ouvert, s'est ensablé ; le port du nord (à droite), qui était fermé, subsiste encore. Les fouilles entreprises dans l'ancienne île n'ont pas donné de grands résultats.

PLANCHE 28. NAHR EL-KELB. — STÈLES RUPESTRES

105La principale route des armées est celle qui longe la côte phénicienne au pied du Liban ; mais elle est fréquemment coupée de cours d'eau qui débouchent entre des promontoires abrupts et difficiles à franchir. Un des plus curieux est celui qui se dresse sur la rive gauche du Nahr el-Kelb ou Fleuve du Chien, l'ancien Lykos, à une douzaine de kilomètres au "nord de Beyrouth.

106Avec les facilités que les outils de fer et les moyens modernes ont apportées pour entamer le rocher, les routes ont de plus en plus tendu à suivre la courbe de niveau. Ainsi, on reconnaît au-dessus de la route actuelle une voie romaine construite sous Caracalla de 211 à 217 après J.-C. Plus anciennement, le promontoire était franchi par une route plus abrupte, le long de laquelle les conquérants égyptiens et assyriens ont gravé des stèles rupestres en souvenir de leur passage.

107La planche 28 montre à droite une belle stèle égyptienne où, sous le relief qui montre le roi Ramsès II offrant un sacrifice à Horus, est gravée une longue inscription hiéroglyphique. Au-dessus, se voit le disque ailé et le couronnement en gorge égyptienne. Sur la gauche, une stèle à sommet arrondi, représente un monarque assyrien.

PLANCHE 29. SIDON. — SARCOPHAGE D'ESHMOUNAZAR

108Dans la Phénicie du sud, Sidon fut certainement la ville la plus importante, puisque le terme de Sidoniens englobe tous les Phéniciens du sud jusqu'aux Tyriens. Aussi quand Strabon nous dit que les Sidoniens étaient un peuple industrieux, comptant des philosophes et des savants, cela ne doit pas s'entendre uniquement de Sidon.

109Les nécropoles de Sidon ont fourni de remarquables sarcophages à la mission Renan et Gaillardot. En 1887, dans deux tombes contiguës, Hamdi bey y fit la belle trouvaille qui reste la gloire du musée archéologique de Stamboul. Un des hypogées fournit une suite incomparable de sarcophages d'époque grecque, l'autre livra la dépouille de Tabnit, fils d'Eshmounazar et père de l'Eshmounazar, mort très jeune, dont la planche 29 reproduit le sarcophage.

110Tabnit s'était contenté d'un sarcophage égyptien remployé. Pour Eshmounazar, sa mère Amashtart, qui était régente et lui survécut, prit soin de faire venir d'Égypte un sarcophage neuf sur lequel elle lit graver une longue inscription. On y relate les constructions pieuses élevées en l'honneur des dieux de Sidon, on y note les faveurs accordées par le roi de Perse et on y voue le violateur, s'il s'en présente, aux pires malédictions.

PLANCHE 30. SIDON. — SARCOPHAGES ANTHROPOÏDES

111Le type de sarcophage égyptien, dont la planche 29 a fourni un bon exemple, a donné naissance aux sarcophages phéniciens dits anthropoïdes parce que le couvercle affecte la forme humaine. En réalité, ce n'est généralement qu'une sorte de boite à momie dont la tête seule est sculptée.

112Ce modèle s'est répandu dans nombre de colonies phéniciennes du bassin de la Méditerranée ; mais ce sont les nécropoles de Sidon qui en ont fourni le plus grand nombre. Les plus anciens remontent au ve siècle avant notre ère.

113Le musée de Beyrouth conserve quinze pièces de ce modèle trouvées dans la même tombe par le regretté Rév. Ford. Elles trahissent, de manière plus ou moins sensible, l'influence hellénistique et la série peut être attribuée au ive siècle avant J.-C. En haut et à gauche, la planche 30 représente un type local de femme très caractérisé. A sa droite, une fine tête de style grec. En bas, à gauche, une figure archaïsante et à sa droite une tète de type purement grec. On a supposé, à tort, que ces sarcophages en marbre grec étaient expédiés de Grèce complètement sculptés : la diversité des types représentés atteste que tout le travail fut établi sur place.

PLANCHE 31. SIDON. — VÉNUS ACCROUPIE. BRONZE

114En prenant l'aspect d'Aphrodite, à l'époque gréco-romaine, Astarté ne perdit rien de la faveur des Syriens. Il suffit de parcourir les collections publiques et les collections particulières pour constater le nombre prodigieux de Vénus syriennes, notamment en terre cuite ou en bronze, dont le monde ancien fut doté. Généralement le type grec l'a emporté ; mais souvent une note égyptienne se remarque qui atteste que le souvenir des liens d'amitié unissant Astarté à Isis ne s'était pas perdu.

115Le bronze de l'ancienne collection Joseph Durighello, que reproduit la planche 31, est une pièce remarquable. La déesse est représentée nue, accroupie, le poids du corps portant sur le pied droit, au moment où elle reçoit sur les épaules l'eau de son bain. Vue de trois quart à droite, elle ramène chastement ses bras autour de son corps. La chevelure est nouée avec art et tombe en deux mèches sur les épaules.

116M. Et. Michon, qui a publié ce beau morceau, signale que le modelé rend la souplesse du corps avec un grand naturalisme et que l'artiste a fait valoir la plénitude des formes de cette Aphrodite syrienne.

PLANCHE 30. SIDON. — PAPPOSILÉNE. IVOIRE

117La richesse du site archéologique de Sidon est incomparable, surtout si l'on songe que l'emplacement de la ville antique n'a pas encore été Touillé. Il faudra s'y décider même au prix de coûteuses expropriations ; cette entreprise pourrait être liée à une opération d'urbanisme dont la nécessité n'est pas douteuse. L'actuelle Saïda, héritière de Sidon, sera alors en état d'abriter une population nombreuse comme dans l'antiquité.

118Les fouilles entreprises par M. G. Contenait ont mis au jour, en 1920, un bel ivoire que reproduit la planche 32. La pièce, qui mesure actuellement près de 30 centimètres de haut, a été jetée, probablement lors du triomphe du christianisme, dans un égout où M. Contenau l'a retrouvée. L'ensemble est dominé par Papposilène debout, d'une singulière expression, chauve, barbu et aux formes plantureuses. Un jeune Silène lui tend une coupe de vin tandis qu'une Bacchante danse au son du tambourin qui achève de l'étourdir. Cette scène bacchique célèbre l'abondance des récoltes et les plaisirs de la vie, mais dans une intention religieuse car les mystères dionysiaques étaient en grande faveur en Syrie où ils s'étaient adaptés aux mythes proprement syriens relatifs aux récoltes, à la mort et à la renaissance de toute chose. Ce n'est pas sans raison que le poète Nonnus place en Syrie d'importants épisodes de ses Dionysiaques.

PLANCHE 33. SIDON. — SARCOPHAGE AU NAVIRE

119Les fouilles entreprises par M. G. Contenau et Macridi bey ont fourni un sarcophage d'époque romaine orné de guirlandes sur les longs côtés et, sur un des petits côtés, d'un bateau faisant voile, soit que l'on ait voulu rappeler la profession du défunt, qui aurait été alors un de ces armateurs dont l'activité avait fait la puissance de Sidon ; soit que ce vaisseau symbolise le voyage de l'âme après la mort, que les anciens ont souvent représenté comme une traversée. Dans l'eau se jouent des dauphins, dont l'un s'enroule autour du trident d'un dieu marin.

120Le sculpteur a rendu le navire avec une minutieuse exactitude notamment dans la voile, les cordages et la coque. Le gouvernail était constitué, de part et d'autre du vaisseau, par une rame. L'arrière, plus élevé que l'avant, porte le gaillard d'arrière et se termine en col de cygne.

121L'avant est particulièrement intéressant avec sa logette où se tenait la vigie et où l'on procédait aux sondages. On remarquera le petit mât incliné près de deux saillies rectangulaires, qui représentent les bossoirs de l'ancre. Avec la petite voile qui y est attachée, on faisait virer le navire quand il était à l'ancre. Mais on peut se demander, si en pleine marche, on ne s'en servait pas pour louvoyer. Dans ce cas, ce procédé de navigation serait plus ancien qu'on ne le supposait.

PLANCHE 34. OUMM EL-AWAMID. — STÈLES FUNÉRAIRES

122Oumni el-Awamid ou Oumm el-Amad est une acropole qui a été fouillée par Renan, puis par M. Eustache de Lorey. Les constructions actuelles sont du ive et du iiie siècles avant J.-C, érigées peut-être sur l'emplacement de l'ancienne Hammon. Cette localité s'est développée sous l'influence de Tyr et sa prospérité paraît dater de l'exode de familles tyriennes, après le sac de Tyr par Alexandre. Ainsi, en l'absence de monuments fournis par la métropole, c'est Oumm el-Awamid qui nous renseigne le mieux sur les Tyriens de l'époque hellénistique.

123Dans la nécropole de cette localité on a trouvé un certain nombre de stèles funéraires dont la planche 34 fournit deux exemplaires.

124Sur l'une, une femme, gracieusement enveloppée dans ses voiles traités à la grecque, surmonte deux nymphes accroupies qui arrosent avec des jarres la plante de vie. Bien que l'épiderme de la pierre soit rongé, on distingue encore la finesse d'exécution de ce relief.

125L'autre exemplaire montre un notable phénicien du nom de Baalyaton d'après l'inscription phénicienne. Il est vêtu de l'ample robe syrienne et coiffé de la calotte plate d'époque perse. De la droite, il fait le geste d'adoration, car au-dessus de lui devait être représenté le disque solaire ailé. Dans la gauche, il tient la longue cuiller à encens de style égyptien, constituée par un sphinx coiffé de la double couronne égyptienne et enserrant la cuiller proprement dite entre ses pattes de devant.

PLANCHE 35. AMRIT. — LES MEGHAZIL ; LE MAABED

126Amrit, le plus remarquable champ de ruines phéniciennes, est bien connu depuis les relevés précis de Renan en 1860. Le nom d'Amrit est la déformation de celui de Marathus, ville importante qui se dressait sur la côte phénicienne juste en face de l'île de Rouad, l'ancienne Aradus.

127Ces ruines isolées sont menacées d'être exploitées en carrière pour l'empierrage de la route voisine et on ne saurait trop attirer sur elles l'attention des autorités et du public.

128Le Ma‘abed ou sanctuaire, qui est représenté sur la planche 35 en bas, se compose d'une cour presque complètement entaillée dans le roc, avec, au centre, un petit naos de style égyptien, qui repose sur un soubassement réservé dans le roc.

129On a prétendu qu'il devait s'élever au milieu de la cour transformée en bassin. Ce n'est pas probable, car cela eût singulièrement compliqué le culte. Nous n'avons d'ailleurs aucun exemple sur lequel on pourrait fonder cette hypothèse, qui ne repose, probablement, que sur une confusion entre l'arche du temple de Jérusalem et l'arche de Noé.

130Les Meghazils ou « fuseaux » surmontent chacun une grande tombe. Le plus en avant se compose de trois tambours cylindriques, la base décorée de quatre lions. L'autre a une base quadrangulaire et un pyramidion terminal. C'est la plus ancienne représentation d'un type de monument dont le principe se retrouve dans le Bourdj el-Bezzaq ou Tour du Limaçon d'époque hellénistique, à Amrit également, et qui s'est maintenu, comme on le verra ci-après, jusque dans les premiers siècles du christianisme.

PLANCHE 36. DOURA-EUROPOS. — VUE DE LA CITADELLE.

131Entre Deir ez-Zor et Aboukemal se dresse sur la haute falaise qui domine de quarante mètres la vallée de l'Euphrate, le site de Salihiyéh que M. Fr. Cumont a identifié avec Doura. Sur l'emplacement de cette cité, le général grec Nicanor fonda, sous le nom d'Europos, une colonie de Macédoniens.

132A cette époque la ville fut entourée d'un mur continu renforcé de tours et complètement reconstruite sur un plan grec avec rues se coupant à angle droit.

133L'importance stratégique de cette place était telle, car elle commandait la route d'Alep à Séleucie ou Baghdad, qu'une importante forteresse fut élevée entre la ville et l'Euphrate. Les fouilles de M. Pillet et de ses collaborateurs américains ont permis de déterminer deux périodes dans la construction de cette citadelle, une période séleucide et une période romaine. Une partie s'est effondrée dans l'Euphrate avec la chute de la falaise ; mais la muraille du côté de la ville subsiste encore sur une grande hauteur. C'est ce que montre la planche 36 au moment où défile un groupe de méharistes. Nulle autre part en Syrie ne se rencontrent des restes aussi imposants de fortification remontant à l'époque grecque et il est désirable que l'Université américaine de Yale continue des fouilles qui ont, notamment, fourni le plus ancien parchemin grec connu jusqu'ici.

PLANCHE 37. DOURA-EUROPOS. — PEINTURES

134On doit au professeur Breasted, directeur de l’Oriental Institute de Chicago, d’avoir signalé lors d’un voyage d’exploration en Mésopotamie, au printemps de 1920, puis publié de curieuses fresques qui décoraient à Doura-Europos le temple des dieux palmyréniens. On y reconnaît notamment deux sacrifices, l’un indigène où devant un personnage du nom de Conon et en présence de toute la famille de ce dernier, notamment de sa femme assise et somptueusement vêtue à la palmyrénienne, en présence aussi de ses enfants, un prêtre, portant le haut bonnet conique, procède par des aspersions d’eau sainte à la purification des ustensiles du sacrifice. C’est la représentation la plus remarquable que nous ayons d’un sacrifice indigène. M. Cumont a établi que cette peinture date au plus tard de l’an 75 de notre ère. Une autre de même style et certainement de même époque porte une signature d’artiste, Ilasamsos, qui est un palmyrénien. Le fait est important pour l’histoire de l’art.

135Plus récentes, c’est-à-dire de l’époque des Sévères, sont un groupe de peintures dont la plus importante représente le tribun romain Julius Terentius offrant, à la tête d’une cohorte d’archers palmyréniens, un sacrifice aux dieux de Palmyre, à la Tyché de Palmyre, à la Tyché de Doura et au drapeau (vexillum) de la cohorte. Un prêtre palmyrénien, en costume militaire, véritable aumonier militaire. Thaimès, fils de Mokimos, officie.

PLANCHE 38. DOURA-EUROPOS. — BAS-RELIEF D’HADAD ET D’ATARGATIS

136Dès une haute époque le grand dieu syrien, dieu de l’orage et de la pluie, dieu qui féconde la terre et dieu qui la dévaste, était Hadad. A l’époque gréco-romaine sa parèdre portait le nom d’Atargatis et était plus particulièrement vénérée en occident sous le nom de Déesse syrienne. Un de ses plus grands sanctuaires, que Lucien nous décrit en détail, était celui de Hiérapolis, actuellement Menbidj. Cet auteur nous dit que les tributs y affluaient de toute part, notamment d’Arabie et de Babylonie. Il est d’autant moins surprenant qu’à Doura-Europos un temple ait été consacré à Hadad et à Atargatis, que le culte de ces dieux était en rapport étroit avec l’Euphrate qui baigne, au temps des crues, le pied de la falaise gypseuse sur laquelle se dresse la ville syro-macédonienne.

137La planche 38 nous montre les deux divinités assises côte à côte dans un naos comme sur certaines monnaies de Hiérapolis, accompagnées chacune de son animal attribut, le lion pour la déesse, le taureau pour Hadad.

138On constatera que la déesse occupe une place prééminente. De plus, le costume a tendance à se plier à la mode parthe. Enfin, le style atteste ce caractère de hiératisme oriental qui ne manquera pas d’influencer l’ancien art chrétien.

PLANCHE 39. PALMYRE. — SANCTUAIRE DE BÊL. VUE PRISE EN AVION

139Tadmor, l’ancien nom de Palmyre, est attesté par les textes assyriens dès le xiie siècle avant notre ère. La paix romaine permit à cette place de commerce de prendre un développement considérable. Un de ses princes, Odeinat, prit le titre de roi et après sa mort, en 267, sa femme Zénobie étendit sa domination sur la Syrie, la Mésopotamie et une partie de l’Égypte. Rome prit ombrage de cet empire d’Orient qui aspirait à l’indépendance et l’empereur Aurélien défit les Palmyréniens, ruina leur ville et fit prisonnière Zénobie (273).

140La population palmyrénienne parlait araméen, mais le grec avait aussi droit de cité. Le grand tarif des douanes de Palmyre portait une double rédaction palmyrénienne et grecque. Les cultes étaient en partie des cultes syriens, mais celui de Bel dominait, dont l’origine est babylonienne. Palmyre comptait une forte proportion de population arabe aramaïsée.

141Tout le monde connaît par des reproductions la colonnade de Palmyre qui traverse la ville sur une distance de 1.600 mètres. On s’est attaché ici à faire connaître l’aspect nouveau qui résulte des grands travaux entrepris par l’État de Syrie, sous la direction de M. Henri Seyrig, avec comme architecte M. Amy.

142Nous présentons d’abord une vue prise en avion en juin 1930 au cours des travaux de déblaiement dont le sanctuaire est l’objet : aujourd’hui l’aire sacrée est entièrement débarrassée des maisons qui l’encombraient. On notera que l’entrée de l’enceinte — dans le bas de la planche — est orientée à l’ouest.

PLANCHE 40. PALMYRE. — SANCTUAIRE DE BÊL. ANGLE S.-O.

143La planche précédente permet de se faire une idée très nette de l’aménagement d’un grand sanctuaire syrien. C’est ici un vaste quadrilatère dont les côtés, longs de 200 m. environ, sont bordés par une haute muraille. Le long de ces côtés règnent des colonnades, jadis porteuses d’un toit, qui formaient tout à l’entour une galerie ombreuse. Isolé au milieu de la cour se dresse le temple, dont la cella était entourée d’un péristyle de hautes colonnes : celles-ci ne sont conservées que sur le côté Est, où les ombres qu’elles portent sur le sol permettent de les distinguer aisément. Alors que le temple parait bien être contemporain d’Auguste, les travaux de construction de la cour ont dû s’étendre encore sur deux siècles.

144L’évacuation du village bédouin, qui était installé dans le sanctuaire, a permis de dégager les grandes colonnades qui entouraient à l’intérieur la cour. La colonnade qui régnait sur le côté Ouest, dans lequel était percée l’entrée, était plus haute que celle des trois autres côtés, et formait un immense portique couvert. Notre photographie montre le raccord (à droite et en bas de l’enceinte vue sur la planche 39) de ce portique avec le portique de moindre hauteur qui longeait les trois autres côtés. Le mur qui formait le fond de ces portiques a entièrement disparu de ce côté-ci.

PLANCHE 41. PALMYRE. — SANCTUAIRE DE BÊL. ANGLE N.-O.

145De ce côté, c’est le petit portique qui a disparu. En revanche, le mur de fond est conservé, et l’on distingue les principaux éléments de sa décoration, les grands pilastres corinthiens, les fenêtres qui donnaient jour sur l’extérieur (et qui, encore, sont obstruées par les restes des cases qui s’y appuyaient), enfin les consoles qui, à l’extrémité du grand portique, ont du recevoir jadis des statues. L’angle N.-O. du sanctuaire se trouve en bas et à gauche de l’enceinte figurée sur la planche 39.

146Il faut remarquer un autre détail : chaque colonne est pourvue au tiers de sa hauteur d’une console, qui portait, elle aussi, une statue ou un buste. Toutes les colonnes du sanctuaire étaient ornées de la sorte, et sur les consoles sont généralement gravés les noms et les titres du personnage qu’honorait la statue. Cette coutume, dont le goût nous paraît barbare, était fort répandue dans les sites de Syrie et de Cilicie à l’époque romaine.

147Au fond du paysage, on voit la grande colonnade, traversant la ville de bout en bout, et donnant à ces ruines en plein désert un caractère si particulier ; enfin, sur la hauteur, le château arabe, le Qal‘at Ibn Ma‘n.

PLANCHE 42. PALMYRE. — SANCTUAIRE DE BÊL. PORTIQUE SUD

148Cette vue, prise pendant les déblaiements, le 6 avril 1930, montre le double portique qui régnait sur trois des côtés de la grande cour. Ici encore, on remarquera les vestiges des consoles qui rompent le galbe des colonnes. Quant aux éléments en forme de champignon qui surmontent les chapiteaux corinthiens, ils étaient moins visibles au temps où un toit couvrait le portique. Ce toit formait une terrasse plane, et les éléments en forme de champignon sont destinés à rattraper, au-dessus de la colonnade intérieure du portique, la hauteur de l’architrave et de la frise qui surmontaient l’autre colonnade.

149Si l’on veut repérer cette vue sur le plan fourni par la planche 39, on la reconnaîtra dans la partie de l’enceinte à droite et vers le bas, jusqu’à l’angle S.-O.

PLANCHE 43. PALMYRE. — SANCTUAIRE DE BÊL. LE TEMPLE

150Voici le temple lui-même, tel qu’il était isolé au milieu de sa grande cour. Malheureusement, les colonnes du péristyle ont presque toutes disparu : il en reste huit sur la face Est du temple, la moins visible sur notre vue. Ces colonnes étaient de l’ordre corinthien, mais leurs chapiteaux étaient recouverts, d’un feuillage en bronze, et ce précieux métal en a été arraché. Le temple et son péristyle étaient portés sur un podium ou plateforme, assez élevé, mais que l’état des travaux ne permet pas encore de distinguer sur notre photographie. On remarquera aussi la disposition paradoxale de la porte, qui n’est pas percée dans un des petits côtés de la cella, comme c’est l’usage dans les temples grecs et romains, mais bien dans un des longs côtés. Nous avons là, certainement, la survivance d’un ancien usage venu de Mésopotamie, où les sanctuaires étaient plus larges que profonds. Nous ne devons pas en être surpris puisque le dieu lui-même avait la même origine.

PLANCHE 44. PALMYRE. LA VALLÉE DES TOMBEAUX

151Cette vue, prise du château arabe ruiné qui couronne une des hauteurs situées à l’Ouest de Palmyre, montre la vallée par laquelle la piste de Damas et de Homs, après avoir traversé une chaîne de collines, débouche brusquement sur l’immense étendue du désert, et découvre à la fois l’oasis et le champ de ruines de Palmyre.

152C’est cette vallée grandiose que les Palmyréniens ont choisie jadis pour y établir les tombeaux de leurs plus riches familles. Les plus remarquables de ces édifices sont des tours, alignées à flanc de côteau, et dont les étages peuvent contenir jusqu’à plusieurs centaines de corps. Les plus anciens, encore modestes dans leurs proportions, remontent jusqu’à l’an g avant J.-C, les plus luxueux vont de 50 à 150 après J.-C.

PLANCHE 45. PALMYRE. — LA VALLÉE DES TOMBEAUX

153Cette vue, prise dans l’autre sens, offre un autre aspect de la vallée des tombeaux, et montre, à droite, le commencement du champ des ruines. Au fond, le château arabe dit Qal‘at Ibn Ma‘n, qui date du bas moyen âge, d’où a été prise la vue précédente.

154Les tombes de Palmyre sont de trois types. Elles affectent parfois l’apparence d’un petit temple à colonnes et à fronton. Ou bien elles sont souterraines avec une entrée dissimulée. Enfin, le type le plus original est la tour funéraire dont l’entrée, au rez-de-chaussée, donne accès dans une pièce tout entourée de niches en forme de four dans lesquelles on déposait les cadavres. La niche était fermée par une dalle généralement sculptée et représentant le défunt en buste. Ce sont les fameux bustes palmyréniens dont tout musée possède des exemplaires et dont M. Ingholt prépare le corpus. A côté de l’entrée, un escalier mène aux étages supérieurs aménagés de même.

PLANCHE 46. AUTEL PALMYRÉNIEN DU CAPITOLE A ROME

155La vogue dont les cultes syriens ont joui en Occident, même les cultes palmyréniens, est illustrée par le célèbre et très bel autel qui, découvert à Rome, au xve siècle, orne aujourd’hui une des salles du musée du Capitole. Sous la dédicace Soli sanclissimo, il faut entendre comme l’indique l’inscription palmyrénienne, le dieu Malakbel.

156La planche 46 reproduit les deux plus belles faces de l’autel. Sur l’une Malakbel, couronné par une victoire, est emporté vers les hauteurs célestes par un char attelé de quatre griffons.

157Sur la seconde face, Malakbel est parvenu au haut de sa course solaire à l’heure de midi, les rayons scintillent autour de sa tête, vue de face. Le buste du dieu est supporté par l’aigle aux ailes éployées. Est-ce le symbole du ciel ou bien l’animal attribut du dieu solaire oriental ?

158Les deux autres faces représentent, l’une la naissance du dieu : il naît d’un cyprès et en surgit tenant un chevreau ou un bouc ; cela nous reporte au 25 décembre. La quatrième face, figure Kronos avec la harpè, qui, en Orient, est le symbole du soleil couchant et couché.

PLANCHE 47. DAMAS. — FRONTON

159Damas fut une des villes qui bénéficièrent le plus de la paix romaine et du développement commercial qu’elle détermina. Nous ne l’apprenons pas par les maigres renseignements des auteurs classiques, mais par les travaux considérables qui furent alors entrepris et qui se marquent notamment par l’érection, en plein cœur de la ville, d’un vaste sanctuaire consacré au dieu syrien Hadad, qualifié alors de Jupiter optimus maximus Damascenus. A l’époque de l’empereur Julien, on vante « la beauté de ses cérémonies et la grandeur de ses temples ».

160Le temple de Jupiter Damascénien consistait principalement en deux enceintes concentriques, auxquelles aboutissaient des colonnades traversant la ville d’est en ouest. L’enceinte intérieure est rectangulaire avec péristyle intérieur, c’est actuellement celle de la grande mosquée des Omeyyadcs, avec les deux entrées de Bab el-Berid et de Bab-Djairoun.

161La grande enceinte forme en plan un trapèze peu accusé, avec également un péristyle intérieur ; elle constituait le bazar antique. Il en reste peu de chose, mais l’ancien dispositif oblige encore les voitures à la contourner. Cette enceinte était ornée d’un propylée oriental et d’un propylée occidental.

162Il subsiste encore des éléments importants de ce dernier (pl. 47), qui fut qualifié d’arc de triomphe à une époque où on ignorait que c’était un élément de la grande enceinte. Deux piliers, renforcés par deux demi-colonnes engagées, et quatre colonnes portent un fronton allégé d’un arc en plein cintre dont les voussures posent sur les deux colonnes du milieu. Cette manière d’élargir l’entre colonnement central était devenue classique en Syrie à cette époque. La hauteur totale des colonnes, y compris la base et le chapiteau, est de 11 m. 90.

PLANCHE 48. BAÁLBECK. — VUE GÉNÉRALE

163Le charme de Baalbeck fut de tout temps sa source, le Ras el-Ain actuel et l’on conçoit que ce devait être un lieu prédestiné au culte de Hadad, le dieu syrien qui dispense la pluie. Quand la ville reçut le nom grec d’Héliopolis, Hadad devint le Jupiter Héliopolitain et sa parèdre Atargatis, la Vénus Héliopolitaine. Aux iie-iiie siècles furent érigés les temples dont les ruines, dégagées par une mission allemande de 1900 à 1904, comptent parmi les plus célèbres, celui de Jupiter Héliopolitain et de la Vénus Héliopolitaine, puis sur de moindres dimensions, le temple de Bacchus.

164La planche 48 reproduit une vue, prise des carrières antiques, qui montre l’ensemble des ruines tel qu’il se présente au voyageur qui vient du Sud, par dessus l’admirable verdure des jardins. A gauche, se détachent les six colonnes du temple de Jupiter Héliopolitain, à droite, la masse du temple de Bacchus.

165Le gouvernement de la République Libanaise a confié au Service des Antiquités la lourde tâche de consolider les parties de ces édifices qui menacent de s’écrouler. La situation est particulièrement grave pour l’architrave reposant sur les six hautes colonnes : une des extrémités se trouve depuis peu en porte-à-faux. M. l’architecte Anus est occupé à résoudre ce problème difficile, qui ne va pas sans risque.

PLANCHE 49. BAALBECK. — LE TRILITHON

166Dans le mur que représente notre planche, le soubassement est seul antique ; le reste constitue une réfection en appareil de fortune dû aux Arabes qui, au moyen âge, ont transformé en forteresse l’acropole de Baalbeck.

167Les trois plus grands blocs qui répondent à ce terme de trilithon mesurent respectivement 19 m. 52, 19 m. 45 et 19 m. 21 de long sur 4 m. de hauteur. Leur assise inférieure est à 7 mètres au-dessus du sol. On conçoit que les architectes anciens, lorsqu’ils atteignirent ce niveau aient adopté un autre appareil. On a môme supposé que le plan primitif comportait quatorze colonnes sur la façade au lieu des dix colonnes qui furent dressées. Un bloc comparable a été laissé dans la carrière et constitue une des curiosités que ne manquent pas de visiter les touristes.

168Ces trois grandes pierres firent donner au temple, dont elles constituent le soubassement, le nom de trilithon. Ainsi on lit dans la Chronique pascale, 303, que Théodose le Grand (375-395), détruisit le sanctuaire d’Héliopolis (Baalbeck), le grand et superbe sanctuaire du Balanion (idole de Jupiter Héliopolitain) qu’on appelait le Trililhon. Théodose fit édifier une église, dont les vestiges masquent la vue, au milieu de la grande cour du temple, par dessus l’ancien autel qui a été ainsi conservé.

PLANCHE 50. BAALBECK. — VUE DES DEUX TEMPLES

169Notre planche 50 figure au second plan, à gauche, les six colonnes, seuls vestiges en place, du temple de Jupiter Héliopolitain.

170Elles se composent de trois tambours dont la hauteur totale atteint environ 19 mètres. Les chapiteaux sont corinthiens et l’architrave qui couronne le tout mesure 5 m. 30 de haut. Ces colonnes sont ce qui reste d’un vaste péristyle qui comptait 19 colonnes sur chaque long côté et 10 sur chaque petit côté. Elles appellent une consolidation immédiate et l’architrave doit aussi être renforcé. Le projet a été étudié et doit être exécuté par M. l’architecte Anus, du Service des Antiquités.

171A droite, le temple plus petit consacré à Bacchus. Celui-ci a conservé toute sa cella et une bonne partie de son péristyle. Le côté sud, que l’on voit ici, est le plus endommagé. On en aura une autre vue dans la planche 52.

PLANCHE 51. BAALBECK. — UN EXÈDRE DANS LA GRANDE COUR

172On accédait aux propylées du grand temple de Jupiter Héliopolitain par un large escalier, on entrait ensuite dans une avant-cour de forme hexagonale. Un triple portail, en partie conservé, donnait accès dans la grande cour rectangulaire (135 m. sur 113) de l’autel, qui lui faisait suite, devant le temple même. Dans les murs de cette cour s’ouvrait une série alternée d’exèdres carrées et semi-circulaires.

173Ces dernières étaient voûtées en coupole, et leurs niches servaient d’encadrement à des statues. Ces niches répondent au même principe décoratif que l’intérieur du temple de Bacchus ; à l’étage inférieur elles sont en plein cintre, à l’étage supérieur elles sont couronnées par un fronton.

174Devant les exèdres un rang de colonnes formait encore un portique couvert, qui permettait aux fidèles et aux oisifs d’y passer les heures chaudes de la journée. Au premier plan est l’angle d’un bassin à ablutions, orné de petits bas-reliefs figurant des Tritons et des Néréides, acolytes de Vénus, la parèdre de Jupiter à Baalbeck.

PLANCHE 52. BAALBECK. — LE TEMPLE DE BACCHUS

175M. Seyrig a montré que cet édifice n’était nullement, comme on l’a proposé, le temple consacré à Atargatis. Cette déesse, qui est la Vénus héliopolitaine, était vénérée avec son parèdre dans le grand temple. En effet, le petit temple est tout à fait distinct du grand temple, sans communication avec lui. M. Seyrig pense que cet édifice, qui, par toute sa décoration, paraît bien consacré à Bacchus, comme l’avait déjà constaté Puchstein, servait à la célébration des mystères.

176Ce sanctuaire a conservé sa cella presque intacte et c’est le plus beau monument de cette époque qui subsiste en Orient. Le péristyle a plus souffert, surtout sur la face sud, que représente notre platlche 52 (voir aussi planche 50). Une colonne qui, à la suite d’un tremblement de terre, s’est inclinée sur la cella, y est restée appuyée par un curieux jeu d’équilibre, qui témoigne aussi de la solidité du goujon qui assemble ses deux tronçons. A droite, l’angle du temple est chargé d’un reste de fortification arabe recouvrant en partie l’escalier à trois paliers qui menait directement à cet édifice et lui donnait toute sa valeur.

PLANCHE 53. BAALBECK. — LA PORTE DU TEMPLE DE BACCHUS

177On se fait une idée, par cette planche, du remarquable état dans lequel se trouve encore la décoration du temple de Bacchus. La porte dont le claveau s’était dangereusement affaissé par suite du fléchissement des murs de la cella, a été rétablie au début de ce siècle par la mission allemande qui procédait aux fouilles. Le linteau est constitué par trois blocs ; sur le soffite est représenté un aigle tenant le caducée dans ses serres et, dans le bec, les extrémités d’une guirlande que soutiennent deux Eros.

178Deux petites portes sont ménagées à droite et à gauche de cette monumentale entrée. Au-dessus de la porte de droite est sculptée une scène de sacrifice. Par la grande baie on aperçoit la riche décoration de l’intérieur du sanctuaire et l’escalier qui mène à un adyton surélevé. Ici aussi des bas-reliefs figurant Bacchus et ses acolytes décorent les parois de l’escalier et ne laissent guère de doute sur la destination du sanctuaire.

PLANCHE 54. BAALBPECK. — SCULPTURES DU TEMPLE DE BACCHUS

179Cette planche montre le détail des sculptures du pied-droit de gauche sur la grande porte représentée planche 53. La richesse et la finesse de ce décor sont incomparables.

180Les mystères dionysiaques qu’on devait célébrer dans le sanctuaire n’étaient pas indépendants du culte de Jupiter héliopolitain : les épis que ce dernier tenait en main se retrouvent ici. Dans le grand rinceau de pampres sont figurés tous les personnages de la suite de Bacchus, bacchantes, satyres, génies occupés aux vendanges. On y trouve même le dieu enfant allaité par une nymphe.

PLANCHE 55. BAALBECK. — AUTRE VUE DE LA PORTE DU TEMPLE DE BACCHUS

181Cette planche montre la même porte du temple de Bacchus, vue de l’intérieur de l’édifice. On aperçoit dans le fond les vestiges des constructions arabes qui, au moyen âge, ont transformé les sanctuaires en forteresse.

182De part et d’autre de la baie sont des piliers massifs qui renferment des escaliers tournants permettant d’accéder sur le toit du temple. La dégradation du pilier de droite permet d’en reconnaître la disposition intérieure.

183La cella a 27 mètres de long sur 22 m. 50 de large. Elle est en partie encombrée de blocs tombés du toit. La décoration des longs côtés est d’une richesse impressionnante. Entre les colonnes corinthiennes le mur est orné de niches superposées qui, dans le rang du bas, sont couronnées en arc de cercle et, dans la rangée du haut, se terminent en fronton triangulaire. Ce dispositif est analogue à celui adopté dans la grande cour du temple de Jupiter héliopolitain (pl. 51).

PLANCHE 56. BAALBECK. — SCULPTURES DU TEMPLE DE BACCHUS

184Comme la planche 54, celle-ci donne une bonne idée de la décoration très fouillée du temple de Bacchus, qui remonte probablement à la première moitié du iie siècle après J.-C. On peut ainsi juger du détail de cette riche ornementation dont la planche 55 fournit une vue d’ensemble.

PLANCHE 57. JUPITER HÉLIOPOLITAIN

185Comme à Damas, et généralement dans toute la Syrie, le grand dieu était Hadad, dieu de la foudre, de la tempête et des eaux bienfaisantes ou dévastatrices. On l’implorait pour avoir la pluie dont dépendent les récoltes. Il brandissait le foudre ou une arme, symbole équivalent, et d’autre part, il tenait des épis, réunissant ainsi la cause et l’effet. Son animal attribut est le taureau.

186A une époque difficile à déterminer, ce dieu Hadad s’est, localement tout au moins, identifié avec le Soleil. Aussi voyons-nous la ville d’Héliopolis (Baalbeck) vénérer avant tout le dieu Hadad sous le nom de Jupiter Héliopolitain.

187Ce dieu est bien représenté par un bronze qui appartenait à un collectionneur éclairé, épris des antiquités de son pays, Charles Sursok de Beyrouth. Primitivement l’idole tenait le fouet d’Hélios dans la droite, des épis et le foudre réunis dans la gauche. Le vêtement est comme enserré par des bandelettes, le haut du corps couvert d’une cuirasse. La longue robe tombe jusque sur les pieds. Sur le devant du corps sont représentés avec le disque ailé, les dieux des sept planètes. Un imposant calathos, symbole de bonne récolte et de richesse, le coiffe largement.

188La statuette se dresse sur une base cubique ornée de la Fortune (Tychée) et accostée de deux taureaux, attributs de la divinité. Le tout posé sur une seconde base percée d’un large trou circulaire, sur le devant, qui servait probablement à recevoir les offrandes ou les messages demandant un oracle. Parmi les symboles qui ornent le dos du bronze il faut signaler encore le disque ailé et une représentation de l’aigle, autre animal attribut. Cette pièce doit remonter au iie siècle de notre ère.

PLANCHE 58. DJEBEL DRUZE. — SOUWEIDA

189Le Hauran, au sens large, embrasse la plaine du Hauran ou Nouqra, l’ancienne Batanée (Basan) et la montagne du Hauran, dite Djebel Hauran ou, depuis la migration des Druzes consécutive aux événemeuts de 1860, le Djebel ed-Druz. Ce dernier territoire a été érigé en un gouvernement indépendant dont Souweida est la capitale.

190Le Djebel Druze est remarquable par les ruines d’époque romaine qu’il conserve. Sous l’emprunt des éléments architectoniques ou des motifs décoratifs, on retrouve des habitudes locales et des cultes particuliers. C’est ainsi que le manque de bois a imposé l’usage de longues dalles de basalte jouant le rôle de poutres jointives supportées par de grands arcs de pierre.

191Souweida est l’ancienne Dionysias, mais Dionysos cache ici le dieu nabatéen Dusarès. La population à l’époque romaine était, en effet, en majeure partie composée de Nabatéens, c’est-à-dire d’Arabes ayant adopté la langue araméenne des Syriens.

192Divers bâtiments anciens se visitent à Souweida, en particulier une grande basilique des ive-ve siècles. La planche 58 montre un temple romain de basse époque. En bas, la colonnade dont les chapiteaux corinthiens sont assez déformés et sur l’architrave un décor inaccoutumé. La vue supérieure donne le détail d’une des portes latérales qu’on aperçoit dans la vue du bas. On sent nettement, dans tout ce décor, l’évolution qui conduira aux formules musulmanes primitives, telles qu’on les saisit par exemple à Qasr el-Heir (pl. 84 et 85).

PLANCHE 59. DJEBEL DRUZE. — MOSAÏQUES DE SHOHBA

193Shohba, l’ancienne Philippopolis, était la patrie de l’empereur Philippe, dit Philippe l’Arabe (244-249), qu’on soupçonne d’avoir aidé à la disparition de Gordien III au cours de l’expédition menée par ce dernier contre les Perses. L’assassinat de l’empereur par des soldats révoltés eut lieu près de Doura-Europos où Philippe lui érigea un cénotaphe. Shohba a bénéficié des faveurs impériales et ses ruines comptent parmi les plus imposantes de la région. Au cours de sa mission dans le Djebel Druze, M. Maurice Dunand y a poursuivi les déblaiements commencés par le capitaine Carbillet dans le théâtre, dans l’édifice connu sous le nom de grand temple, au voisinage du tétrapyle, le long des chaussées romaines parfaitement conservées, enfin aux portes de la ville. On a fouillé les thermes et dégagé dans une villa romaine trois mosaïques fort intéressantes.

194La planche 59 reproduit, en haut, un groupe allégorique de trois femmes qualifiées Eutekneia, Philosophia, Dikaiosyné. En bas, un panneau de 1 m. 20 de haut sur 3 mètres de large figure les noces de Pélée et de Thétis. Nérée est derrière Thétis assise et Zeus derrière Pélée debout.

PLANCHE 60. DJEBEL DRUZE. — SCULPTURES

195La planche 60 offre divers spécimens de la décoration et de la sculpture qui florissait dans les villes du Djebel Druze à l’époque romaine. Ces pièces ont été recueillies par M. Maurice Dunand au cours de sa mission dans cette région.

  • Dieu, peut-être Dusarès, barbu avec une corne d’abondance où parmi les fruits apparaissent des grappes de raisin. Or, on sait que Dusarès était identifié à Dionysos ;
  • Fragment décoratif du temple de Si ou Sia. Dans ce temple, dédié à Baal Samin, le dieu des cieux, on a relevé des dédicaces d’Hérode le Grand et d’Hérode Agrippa ;
  • Autre divinité avec la corne d’abondance ;
  • Autel avec le décor de la vigne, si répandu dans la contrée, que domine un buste divin tout comme dans la célèbre frise de Meshatta, en Transjordanie, qu’on veut à tort placer à l’époque musulmane. L’inscription consiste en une dédicace d’un beneficiarius de la Xe légion Fretensis ;
  • Relief en basalte figurant un naos. Dans le fronton un aigle qui doit représenter Baal Samin, le dieu des cieux, est figuré entre le soleil et la lune ;
  • Personnage énigmatique, peut-être un guerrier.

PLANCHE 61. VOIE ROMAINE D’ANTIOCHE A CHALCIS

196Les Romains n’ont pas seulement assuré la paix au pays ; ils l’ont doté d’un réseau routier que le régime moderne de l’automobile amène à reconstituer. Antioche était le grand centre d’où des voies rayonnaient en tous sens. L’une d’elles menait assez directement vers le sud-est et aboutissait à Chalcis, l’actuelle Qinnesrin. Au delà c’était le désert, autrement dit la simple piste. Aussi, à l’époque chrétienne, les anachorètes qui tenaient à rester en liaison avec Antioche où se déroulaient tant de luttes théologiques, avaient-ils adopté le désert de Chalcis. Saint Jérôme y vint aussi ; il y trouva l’avantage de recevoir sans trop de difficulté les lettres qu’on lui adressait d’Aquilée, aussi de profiter de l’abondance des écrits théologiques pour compléter sa bibliothèque, riche surtout en œuvres classiques, il y apprit même l’hébreu ; mais il n’y put rester à cause de la violence des disputes religieuses.

197Cette route importante sur laquelle ont passé les armées romaines se dirigeant vers l’Euphrate et le Tigre, traînant après elles les machines de guerre et tous les impedimenta, est encore conservée en partie et a été étudiée par le R. P. Poidebard, qui y a pratiqué des sondages. La planche 61 en montre divers aspects.

  • Chaussée arrivant à Tell Sha‘ir ; à gauche apparaît le blocage de 30 centimètres sur lequel posait le dallage ;
  • Dallage en bordure de la route ;
  • Vue du dallage ;
  • Vue du dallage et de la bordure fournissant un exemple d’encastrement des dalles de bordure dans le dallage.

PLANCHE 62. VOIE ROMAINE D’ANTIOCHE A CHALCIS OU A ALEP. BAB EL-HAWA

198L’importance de cette route nous oblige à y insister. Parmi les personnages qui l’ont suivie, il faut citer l’empereur Julien, qui y passa en mars 363 et qui nous en a laissé la curieuse relation que M. Fr. Cumont (Études syriennes, p. 5), a analysée après avoir refait le même itinéraire. « La route était rude tout entière, écrit Julien, en partie un bourbier (c’était encore la saison des pluies), en partie une montagne. » Il est vrai que l’empereur partant pour la campagne contre les Perses où il devait trouver la mort, prit la direction d’Alep, ce qui à partir de Terib (Athareh) le fit obliquer sur le N.-E. Au delà de Qasr el-Benat on entre dans la plaine de Dana qui, en souvenir de furieux combats, reçut au moyen âge le nom d’Ager sanguinis.

199Au sortir du défilé se dresse au milieu de ruines chrétiennes Bab el-Hawa, ou « porte du vent » que représente la planche 62.

200Le défilé près de Qasr el-Benat (Castrum Puellarum) est parfois si étroit que les voitures y doivent passer à la file.

PLANCHE 63. HOSN SOLEIMAN. - TEMPLE DE JUPITER BÉTOCÉCIEN

201A 800 m. d’altitude, dans les monts des Nosairis ou Alaouites, se dresse le sanctuaire de Jupiter Bétocécien, jadis un haut-lieu de l’importante ville phénicienne d’Aradus. C’est un sanctuaire sémitique typique, où l’enceinte délimitant le terrain sacré est l’élément essentiel. On lui comparera l’organisation du temple de Bêl à Palmyre. Le temple, un petit temple ionique, s’élève au milieu de la grande cour qui forme un trapèze d’environ 144 m. sur 90 m. et dont les quatre côtés sont percés, en leur milieu, d’une entrée monumentale. Les linteaux sont constitués par d’énormes monolithes. A côté de la façade principale est gravé un texte latin par lequel les empereurs Valérien et Gallien confirment les privilèges accordés anciennement par les rois de Syrie. Au-dessous du texte latin sont gravés, en grec, une lettre du roi de Syrie, Antiochus, et une partie du décret de la ville, non nommée, dont dépendait Bétocécé. Ce décret avait été adressé à Auguste. Les décisions sont prises à Bétocécé par les katochoi de Zeus Ouranios ; ce sont eux qui ont fait construire la grande enceinte.

PLANCHE 64. SÉLEUCIE DE PIÉRIE. — VUE SUR LE CASIUS

202La baie de Séleucie, où se déverse l’Oronte, est prise entre deux hautes montagnes : le mont Casius, que l’on voit ici, et sur lequel s’élevait jadis un sanctuaire de Zeus vénéré des marins, et le mont Coryphée, dont les contre forts apparaissent au premier plan, et qui portait la ville de Séleucie. Celle-ci, qui tient son nom de Séleucus Nicator et qu’on appelait spécialement Séleucie de Piérie, servait de port à Antioche. Grande et forte, elle était considérée comme imprenable ; c’est là que vint s’embarquer S. Paul pour se rendre à Chypre lors de son premier voyage. On voit à droite les restes d’un ancien môle du port.

203Au moyen âge, l’ancien bassin de Séleucie était déjà comblé et le port d’Antioche, dit port de Saint-Siméon, était à l’embouchure même de l’Oronte, actuellement Souweidiyé (le Soudin des Croisés).

PLANCHE 65. SÉLEUCIE. — TUNNEL DE VESPASIEN

204La ville de Séleucie, appelée anciennement Hydatopotami, était traversée par un torrent, qui aboutissait dans le bassin du port, et qui menaça sans doute, vers l’époque romaine, de l’ensabler. Séleucie était alors un hâvre très important, aussi bien pour le débarquement des troupes que pour celui des fonctionnaires, des passagers, et des marchandises qui remontaient vers Antioche, si bien que Vespasien se résolut à remédier au mal par un travail qui est l’un des plus surprenants que nous aient laissés les ingénieurs romains. Le cours du torrent lut fermé par un barrage, et la montagne qui en formait le flanc fut percée pour fournir aux eaux un nouvel exutoire vers la mer. Pour hâter la besogne, les travaux ne furent pas seulement ouverts des deux côtés de la montagne: on commença encore à entamer celle-ci par le haut, de façon que le canal se composât de deux galeries reliées par une tranchée à ciel ouvert dont les parois, remarquablement dressées, ont par endroits 50 mètres de hauteur. La longueur de ce canal, appelé dehliz, est d’environ 1.080 mètres.

PLANCHE 66. ANTIOCHE. - VUE GÉNÉRALE

205Fondée par Seleucus Nicator, en l’honneur de son père Antiochus, la ville d’Antioche, au bord de l’Oronte, devint rapidement prospère. Souvent bouleversée par les tremblements de terre, elle fut chaque fois plus luxueusement reconstruite.

206Antioche devint le second berceau du christianisme : c’est là que fut donné le nom de chrétiens aux membres de la nouvelle église. Tous les anciens monuments ont disparu sous les éboulements du Silpius ; mais on ne doit pas désespérer de les retrouver à une bonne profondeur.

207La ville actuelle, d’un rare pittoresque et d’un séjour agréable, apparaît sur la planche 66, en haut, telle que la ville ancienne apparaissait au voyageur venant de la région d’Apamée, sitôt qu’il avait pénétré dans l’enceinte par la Porte de Fer (Bab el-Hadid). Au fond, les contreforts de l’Amanus et les collines à travers lesquelles l’Oronte se fraie un passage vers la mer.

208La même planche fournit une vue plus proche de la ville, prise du cimetière musulman. Baignée par l’Oronte, elle s’étage sur les premières pentes du Silpius (actuellement Habib en-Nedjdjar) qui la domine de sa masse. Nous avons signalé plus haut (pl. 61) l’importance d’Antioche, dans l’antiquité, comme centre de routes.

PLANCHE 67. ANTIOCHE. — AQUEDUC DE DAPHNÉ

209Antioche, ne possédant pas de sources dans son voisinage immédiat, recevait l’eau nécessaire à son immense population par un aqueduc qui la prenait à Daphné. Cette dernière localité était peu importante comme centre de population, mais elle possédait un bois sacré célèbre et de grande étendue, rempli des plus beaux arbres et sillonné d’eaux qui tombaient en cascades. Au milieu du bois était un asile avec un temple d’Apollon et de Diane. C’est là que les Antiochéens célébraient leurs panégyries et c’est là aussi que la légende plaçait la transformation en laurier de Daphné poursuivie par Apollon.

210L’aqueduc, long de 6 km, environ, est assez bien conservé pour que plusieurs de ses tronçons aient pu être utilisés à nouveau dans de récents travaux d’adduction d’eau. Juste avant d’entrer à Antioche, il traverse un torrent sur un pont, qui a subsisté jusqu’à nos jours, alourdi par les dépôts calcaires qu’a produits le ruissellement. La planche 67 en donne une vue.

PLANCHE 68. ANTIOCHE. — MUR BYZANTIN

211De la ville d’Antioche des premiers siècles du christianisme, la somptueuse métropole de l’Orient qu’on surnommait « la Grande » ou « la Belle », où les empereurs du ive siècle résidaient aussi fréquemment qu’à Constantinople, de sa grande basilique octogonale construite en 331 par Constantin, « un édifice unique par sa grandeur et sa beauté », nous dit Eusèbe, de ses églises nombreuses enrichies de métaux précieux, de ses palais où tous les arts venaient s’harmoniser, de cette opulente cité, foyer de la civilisation la plus brillante, rien n’est parvenu jusqu’à nous. Mais on trouve entre Antioche et Alep et dans le Hauran, au sud-est de Damas, d’immenses champs de ruines où se dressent encore d’importants éléments de basiliques, de monastères, de villas, de maisons privées. Ces monuments constituent un style particulier où aux qualités créatrices des architectes chrétiens de Syrie, épris d’art hellénistique, sont venues s’ajouter des influences de la Perse.

212Il y a moins d’un siècle on pouvait encore admirer l’enceinte formidable d’Antioche, avec ses hautes murailles gravissant les pentes de la montagne, avec ses puissantes tours carrées et son énorme donjon pentagonal: Depuis lors, tout a été presque entièrement détruit.

213A titre de souvenir, nous donnons la photographie d’un mur de l’époque byzantine, au nord de la ville, si caractéristique avec ses chaînages de briques plates alternant avec des lits de pierre de petit appareil.

PLANCHE 69. TELL BRAK (HAUTE-DJÉZIREH). - VUE D’AVION

214La Haute Mésopotamie ou Haute Djézireh commence à se repeupler et à reprendre vie comme dans l’antiquité. Cette région retournée depuis quelques siècles à l’état de steppe, a vu niveler la plupart de ses ruines, au point que le voyageur les traverse fréquemment sans se douter qu’il foule un sol anciennement habité et construit.

215C’est ici qu’est intervenue une méthode nouvelle de prospection archéologique inspirée des enseignements de la guerre, qui utilise l’Aviation en liaison avec le Service Géographique. C’est grâce à la coordination des travaux de ces deux corps militaires que le R. P. Poidebard a pu obtenir des résultats archéologiques absolument inespérés.

216La photographie prise d’avion, par les contrastes de ses teintes, permet de déceler des vestiges antiques absolument invisibles à terre. Il faut ensuite recourir au Service géographique pour repérer sur le terrain les indications de l’épreuve photographique. Une équipe de fouilleurs peut alors pratiquer les sondages aux points repérés. On a pu ainsi, en quatre semaines, repérer le castellum de Tell Brak et fixer sur le terrain les caractéristiques de ce fortin. Une nouvelle photographie prise d’avion, celle précisément que reproduit la planche 69, fournit le plan du poste fortifié. Les tours d’angle pentagonales signalent l’époque byzantine.

PLANCHE 70. QAL’AT SIM’AN. — VUE GÉNÉRALE

217Pendant les ive, ve, vie siècles, l’art religieux se manifesta de façon magnifique en Syrie par la construction d’un nombre considérable d’églises dans ses opulentes cités qui étaient alors extrêmement peuplées. Les invasions perse et arabe au viie siècle mirent fin à cette merveilleuse floraison, mais des vestiges importants des monuments, qui furent alors abandonnés, subsistent dans des régions à peu près désertes aujourd’hui.

218Qal’at Sim’an, le couvent de saint Siméon stylite, fut construit entre 480 et 490 autour de la colonne où le fameux ascète, mort en 459, avait vécu pendant vingt-sept ans. La basilique est l’une des plus belles créations de l’art chrétien primitif. La colonne de saint Siméon placée au centre d’un immense édifice se dressait au milieu d’une cour octogonale à ciel ouvert à laquelle attenaient quatre basiliques à trois nefs formant les quatre branches d’une croix, la basilique de l’est constituant l’église, les autres des promenoirs pour les nombreux pèlerins. Au sud-est de la basilique s’élevaient le monastère et ses vastes dépendances.

219La photographie montre de gauche à droite l’entrée principale de la basilique ouvrant sur la branche méridionale, un grand arc donnant sur l’abside de l’église (branche orientale) et les ruines du monastère avec un grand portique qui était peut-être la maison du supérieur. Dans le voisinage se trouvaient des hôtelleries pour les pèlerins et des bazars.

PLANCHE 71. QAL’AT SIM’AN. — DÉTAILS

220La première photographie montre l’entrée principale de la basilique ouvrant sur la branche méridionale.

221Cette entrée consiste en trois baies, en arc plein cintre, celle du milieu étant plus importante. Les arcs retombent sur des colonnes ou des pilastres et des frontons triangulaires les surmontent. Ces baies donnent accès à un porche qui précède la façade de l’église. Deux portes rectangulaires surmontées d’arcs plein cintre ouvrent sur la nef tandis que, de chaque côté, une porte rectangulaire plus petite donne accès à chaque bas-côté.

222Au-dessus de l’entrée de la nef se dresse un étage supérieur percé de quatre fenêtres en plein cintre ; un pignon triangulaire aujourd’hui disparu les dominait.

223La seconde photographie montre le chevet de l’église (branche orientale) avec sa grande abside à deux étages et ses absidioles. Si l’on compare cette photographie à celle de Van Berchem (1895) (Voyage de Syrie, pl. LI) on constatera qu’à cette date sept colonnes existaient encore tandis qu’une seule subsiste aujourd’hui privée de son chapiteau.

PLANCHE 72. QAL‘AT SIM‘AN. — DÉTAIL DU GRAND OCTOGONE

224La cour octogonale au centre de la basilique présente une magnifique ordonnance avec ses huit grands arcs en plein cintre reposant sur de hautes colonnes.

225On voit ici des détails de la décoration sculpturale de la basilique présentant le style très caractéristique de l’art syrien, qui s’est séparé de l’art gréco-romain, remplaçant notamment l’acanthe classique par l’acanthe épineuse aux feuilles dentelées. Parfois ces feuilles d’acanthe s’enroulent pour former d’élégantes frises où figurent des rosettes, des étoiles à six raies, des entrelacs, des paons affrontés aux côtés d’un vase ou d’une croix, souvenir du motif du hom persan, arbre sacré qu’on voyait entre deux lions sur les monuments antiques de la Perse. On voit aussi dans ces monuments syriens, sur des linteaux, des rinceaux de pampresissant d’un grand vase servant de motif central.

226Cette décoration exercera son influence sur l’art d’Occident et l’on retrouvera sur les sarcophages du Languedoc des premiers siècles du moyen âge, puis dans l’art carolingien et jusque dans l’art roman, la trace de ce style ornemental inauguré dans les basiliques syriennes.

227Sur la planche 72 on aperçoit, au fond, l’abside principale de la basilique de l’est.

PLANCHE 73. QALBLOZÉ. — BASILIQUE

228La basilique de Qalblozé, construite au vie siècle est, comme l’a écrit M. Diehl, la merveille de l’art chrétien primitif en Syrie et représente l’apogée de cette architecture.

229Ces églises syriennes sont pour la plupart des basiliques à trois nefs, rarement voûtées, mais couvertes de charpentes. La nef centrale est bordée de lourds piliers quadrangulaires, qui soutiennent, non pas l’architrave antique, mais des arcades en plein cintre au-dessus desquelles s’élève un mur percé de fenêtres rectangulaires. L’atrium de la basilique hellénistique est remplacé par un porche largement ouvert surmonté d’une terrasse et encadré par deux tours.

230C’est le cas de la basilique de Qalblozé et l’on peut voir là le prototype lointain des façades de nos églises d’Occident aux époques romane et gothique.

231L’intérieur de cette basilique a l’ordonnance que nous venons d’indiquer ; entre les fenêtres nombreuses qui éclairent adondamment sa nef principale sont disposées des colonnes placées en encorbellement destinées à soutenir les consoles qui recevaient la charpente. Le chevet a la même ordonnance que celui de la basilique de Qal‘at Sim‘an : deux rangées de colonnes superposées avec, à l’étage inférieur, quatre fenêtres en plein cintre.

232La planche 73 donne, en haut, une vue de la façade dont le portail est écroulé, en bas, une vue du chevet.

PLANCHE 74. ALEP. — SAINTE-HÉLÈNE

233Il est d’usage qu’un lieu de culte se maintienne même lorsque change la religion. Ainsi nombre d’églises syriennes devinrent des mosquées lors de la conquête musulmane ou peu après. C’est le cas de la Djami el-Hallawiyé, ancienne église attribuée à sainte Hélène. Il est certain que la décoration de ce monument atteste plus qu’aucun autre en Syrie une forte influence byzantine, au point qu’on peut le dire décoré par des artistes byzantins si, même, les éléments n’en ont pas été expédiés de Byzance.

234En tout cas, les fûts de colonne en marbre cipolin sont importés. Les chapiteaux offrent la double allure du chapiteau théodosien. Les uns portent deux rangs de feuilles d’acanthe droite ; les autres deux rangs de feuilles d’acanthe torses, chaque rang incliné en sens inverse de l’autre. Les chapiteaux sont munis de l’imposte. Les pilastres sont décorés de chapiteaux de même style.

235Cette église ne peut être antérieure au ve siècle ; M. Guyer la place même à la fin du vie siècle. L’attribution à sainte Hélène n’est donc pas justifiée. D’ailleurs, la même attribution est avancée pour la grande mosquée, Djami Zakariya, qui s’élève dans le voisinage (planche 97).

PLANCHE. RESAFA. — VUE GÉNÉRALE

236Cette ville du désert de Syrie, à 42 km, au Sud de l’Euphrate, fut un centre assez important dès l’antiquité ; il en est question dans les textes assyriens et dans l’Ancien Testament. Mais elle dut surtout sa célébrité au pèlerinage qui se fit auprès du tombeau de saint Serge, martyrisé non loin de là, vers l’année 3o5. Elle porta le nom de Sergiopolis. Elle fut aussi appelée Anastasiupolis, du nom de l’empereur Anastase (491-518) qui y construisit très probablement la grande basilique de Saint-Serge ainsi que de vastes citernes et les remparts flanqués de saillants, les uns rectangulaires, les autres pentagonaux, et, aux angles, des tours rondes. L’enceinte forme un quadrilatère de 563 m. et 527 m. sur 432 m. et 35o m.

237La ville dévastée en 616 par Chosroës II fut restaurée par le calife Hishâm (724-743). Elle fut abandonnée au temps du sultan Beibars (1260-1277).

238On voit au premier plan la face Nord de l’enceinte. Les multiples trous qui apparaissent sur cette vue ont été pratiqués par les indigènes à la recherche de la céramique musulmane dite de Raqqa.

RESAFA. – BASILIQUE SAINT-SERGE

239Cette vue montre l’angle sud-est de l’enceinte de Resafa et les ruines de la basilique Saint-Serge.

240L’édifice se compose d’une nef entre deux collatéraux. L’abside en cul de four est flanquée, comme la plupart des églises orientales de cette époque, de deux sacristies carrées. L’étage supérieur de la nef, soutenu par de larges arcades, était éclairé de chaque côté par 18 fenêtres en plein cintre dont quelques-unes subsistent encore. Ces fenêtres étaient séparées par des colonnes destinées à soutenir les consoles où venait s’appuyer la charpente qui recouvrait l’édifice.

241Cette basilique entreprise par l’empereur Anastase (491-518) fut considérablement remaniée selon Guyer dans la première moitié du ixe siècle (H. Spanner et Guyer, Rusafa, p. 54-55).

242Les ruines d’autres monuments religieux un peu postérieurs à la Basilique Saint-Serge se voient encore à Resafa.

PLANCHE 77. RESAFA. — PORTE DE L’ENCEINTE AU NORD

243Au milieu de chaque face de l’enceinte est percée une entrée. Celle du nord est particulièrement bien conservée. Elle s’ouvre entre deux saillants rectangulaires. Elle se compose d’une grande porte centrale à linteau droit flanquée de deux plus petites portes. Six colonnes surmontées de beaux chapiteaux encadrent ces portes et soutiennent une arcature très élégamment sculptée. On a ici un magnifique témoin de cet art ornemental des artistes byzantins avec ses chapiteaux aux acanthes très découpées, ses rinceaux où alternent des grappes de raisin et des feuilles aiguës, le tout très refouillé et se détachant pour ainsi dire de la pierre ; cette technique est celle que M. Bréhier a si heureusement appelée la « sculpture à jour » (Études sur l’histoire de la sculpture byzantine, dans Nouvelles Archives des Missions scientifiques ; nouvelle série, fasc. 3. Paris, 1911, p. 66). Elle se retrouve dans l’art syrien et byzantin. On en voit de beaux exemples à Meshatta et à Sainte-Sophie de Constantinople.

PLANCHE 78. DANA ET EL-BARA. — MAUSOLÉES

244A Dana, à el-Bara (el-Kefr), à Hass, etc., dans le Djebel Riha, on trouve des mausolées du ve et vie siècles couverts d’une pyramide et parfois précédés d’un petit portique.

245On constate que chaque pierre de la pyramide a une saillie en forme de cul-de-lampe et Vogué (Syrie centrale. Architecture civile et religieuse du ier au viie siècle, p. 105) a supposé que ces appendices supportaient en des circonstances solennelles des lampes allumées. « On sait que l’illumination des tombeaux à certains jours faisait et fait encore partie du rite oriental. » La première photographie montre un de ces tombeaux encore intact conservé à Dana.

246La seconde photographie est celle d’un mausolée identique à el-Bara ; sa pyramide a disparu. Il est orné de très belles sculptures. La décoration qu’on voit au-dessus de la porte se retrouve dans les deux corniches très saillantes qui font tout le tour de l’édifice.

247Elle consiste en frises d’acanthes épineuses disposées en hélice. Ce décor végétal très stylisé et ainsi disposé en hélice pénétrera en France à l’époque romane et se retrouvera dans de belles frises telles que celles de Saint-Gilles du Gard, de Saint-Trophime d’Arles et de Bourges.

PLANCHE 79. EL-BARA

248Tout autour du village actuel d’el-Bara se trouve un immense champ de ruines de l’époque byzantine connues sous le nom d’el-Kefr comprenant les monuments de Btirsa, Midjdeleya, Deir Sobat, el-Bara où l’on voit des restes d’églises, de mausolées, de villas particulières et de fortifications. Un peu plus à l’Est se trouvent les ruines de la même époque de Serdjilla, de Khirbet Hass et de Hass, puis au Nord de Maarrat el-Numan, les importants monuments religieux et civils du ive siècle au vie siècle de Rouweiha, dont la basilique serait l’une des plus anciennes de ces monuments chrétiens de la Syrie, de Dana et de Qasr el-Benat, etc.

249On voit ici un aspect des ruines d’el-Bara.

250La seconde photographie représente une de ces nombreuses maisons particulières que cette haute époque nous a conservées.

PLANCHE 80. ROUWEIHA. — KSEDJBEH : PORTAIL DE LA BASILIQUE

251On possède, grâce à des inscriptions datées, relevées dans quatre églises du Nord de la Syrie, dans le Djebel Barisha, un élément précieux pour suivre l’évolution de l’art byzantin en Syrie. Ces quatre églises appartiennent au premier quart du ve siècle.

252Leur architecture est semblable et elles possèdent les mêmes ornements.

253Le portail de Ksedjbeh (pl. 80, en bas), daté de 414, est au nom de l’architecte Kyrillas ; les sculptures qui l’encadrent et en particulier un entrelacs de rubans perlés se retrouvent tout à fait identiques dans les églises voisines de Babiska (401), de Dar Kita (418) et de Qasr-el-Benat (env. 420) signées de Kyris, Kyros, Kyrios, qui doit être le même architecte que Kyrillas de Ksedjbeh.

254Un ornement assez semblable au précédent se trouve sur la porte en plein cintre qui forme l’entrée d’une villa à Rouweiha (pl. 80, en haut). On remarquera aussi l’encadrement de l’arc formé d’une série de demi-cercles ouverts vers l’extérieur, ornement qui se retrouve sur plusieurs portails d’églises contemporaines de la Syrie du Nord.

255Dans les ruines de Rouweiha, on trouve plusieurs basiliques dont une (ive siècle) est l’un des plus anciens monuments de cet art qui fleurit en Syrie jusqu’aux dévastations des Perses et des Arabes.

256La décoration y est beaucoup plus sobre qu’aux basiliques de Qal‘at Sim‘an et de Qalblozé.

PLANCHE 81. MAGHARA. — TOMBE DU ve SIÈCLE APRÈS J.-G.

257Dans la même région, au nord d’Apamée, dans le Djebel Riha ou Djebel Zawiyé, se perpétuaient d’autres types de tombes, tel celui que représente la planche 81, située à Maghara, à 9 kilomètres au sud de Riha. La partie supérieure a disparu ; la façade conserve le plein cintre d’usage courant en Syrie à l’époque romaine pour l’entrecolonnement central.

258Le site de Maghara est encore curieux par des installations souterraines qui paraissent avoir servi non aux morts, mais aux vivants.

PLANCHE 82. CALICE D’ANTIOCHE. ARGENT DORÉ

259Le calice de la collection Kouchakji, à New-York, découvert en 1910, dans le voisinage de Hama, est la plus célèbre des œuvres créées par les ateliers d’orfèvres d’Antioche. C’est aussi l’un des plus anciens monuments d’argenterie syrienne qui soient parvenus jusqu’à nous. On discute beaucoup la date de ce calice ; le plus vraisemblable est qu’il appartient au ive siècle.

260On y voit parmi les rinceaux de pampres, où jouent des oiseaux et des quadrupèdes, dix apôtres assis de profil sur deux rangs ; au milieu d’eux est représenté deux fois le Christ de face assis sur un trône. On peut interpréter l’une de ces figures comme représentant le Christ sur terre donnant la loi, l’autre au ciel.

261Les trésors d’églises et les musées de France et d’Europe possèdent un certain nombre de ces pièces d’argenterie, calices, encensoirs, missoria, etc., dont beaucoup doivent provenir de Syrie. On sait qu’alors les commerçants syriens avaient de nombreux représentants en Occident et les produits de leur industrie y étaient fort appréciés. A l’époque mérovingienne, ils formaient à Marseille, à Narbonne, à Bordeaux, à Orléans, de puissantes corporations.

262Parmi les objets d’orfèvrerie donnés par l’évêque saint Didier (viie siècle), à l’église d’Auxerre, on voit par leur description détaillée, qui figure dans son testament, que plusieurs d’entre eux provenaient de Syrie.

263Ces œuvres d’argenterie syrienne très nombreuses alors dans les trésors liturgiques de notre pays jouèrent un rôle important dans la formation de notre art français du Moyen Age.

264Cependant tous les objets d’orfèvrerie de cette époque qu’on admire aujourd’hui dans les musées et certaines collections n’ont pas une origine exclusivement syrienne : des ateliers d’orfèvres importants existaient à Constantinople et très probablement aussi à Alexandrie.

PLANCHE 83. VASE D’ÉMÈSE. ARGENT

265Il n’est pas surprenant, étant donnée la richesse des églises chrétiennes de Syrie avant l’Islam, qu’elles aient possédé en nombre de la vaisselle et des ustensiles d’argent. De savants byzantinistes, notamment MM. Diehl, Dalton et L. Bréhier, se sont attachés à grouper ces objets et à en fixer les caractères.

266Le vase d’argent trouvé près de Homs, et aujourd’hui au musée du Louvre, est une œuvre d’orfèvrerie syrienne plus récente que le calice d’Antioche et datant du milieu du vie siècle. On y voit, exécutées au repoussé, les figures en buste du Christ, de la Vierge, d’anges et de saints, dans des médaillons.

267Cette œuvre remarquable des ateliers d’Antioche est à rapprocher de pièces d’argenterie syrienne trouvées à Kérynia (Chypre) et spécialement de l’encensoir conservé au musée britannique.

PLANCHE 84. QASR EL-HEIR (EST DE PALMYRE). — ENTRÉE DU PETIT CHATEAU

268Quelques voyageurs, notamment le consul français Rousseau, en 1809, ont signalé ces ruines importantes situées en Palmyrène, à 15 kilomètres à l’est de Tayibé ; mais on doit à M. Albert Gabriel d’en avoir établi des relevés précis et souligné l’importance.

269Cette importance est double. D’abord, comme essai remarquable de mise en valeur d’une région absolument désertique, de création d’oasis par des travaux considérables. Ensuite, d’introduire dans l’histoire de l’art de ces régions, un peu avant et un peu après le triomphe de l’Islam, une datation précieuse dont il ne semble pas que les byzantinistes se soient encore avisés. C’est pourquoi nous y insisterons.

270M. Gabriel a relevé une vaste retenue d’eau ayant anciennement déterminé un énorme réservoir, qui explique d’ailleurs bien le nom de cette localité. Qasr el-Heir doit avoir, en effet, le sens de « château du réservoir ». Les murs en sont renforcés par des contreforts demi-circulaires espacés tous les 12 mètres. Une série de vannes permettaient de régler le niveau de l’eau et au besoin de vider le réservoir.

271Ces murs sont constitués avec les mêmes matériaux, calcaire et brique, que le petit château dont la planche 84 montre l’entrée et que nous décrirons à propos de la planche suivante.

PLANCHE 85. QASR EL-HEIR. — DÉTAILS DU PETIT CHATEAU

272A proximité du grand réservoir, dont nous avons parlé à l’occasion de la planche précédente, s’élèvent les ruines de deux châteaux forts constitués l’un et l’autre par une enceinte à peu près carrée, flanquée de tours cylindriques. Une distance de 43 m. les sépare.

273L’enceinte du petit château mesure en moyenne 70 m. dans œuvre. La courtine a 2 m. 40 de largeur ; les tours ont 4 m. 40 de diamètre La porte d’entrée (pl. 84) est rectangulaire avec un arc de décharge en plein cintre. Des niches à la coquille sont creusées de part et d’autre de l’archivolte. Si on veut, pour un instant, faire abstraction de la partie supérieure, cette entrée est manifestement des ve-vie siècles de notre ère. C’est la même date qu’il faut attribuer au réservoir décrit plus haut.

274Le grand château dont nous parlerons à propos de la planche suivante est exactement daté, par une inscription du khalife omeyyade Hisham, de 728-729. On sait que ce prince aimait séjourner au désert et qu’il mourut même à Resafa (743), un peu au nord de Qasr el-Heir. C’est lui qui fit construire le grand château de Qasr el-Heir et il ne nous paraît pas douteux qu’il restaura en même temps le petit château qui avait déjà deux siècles d’existence. Cette restauration affecta notamment l’entrée (pl. 84) où fut installée une bretèche en pierre — et ce détail fixe l’origine musulmane de ce genre de défense. De plus, certaines tours, dont celles flanquant l’entrée furent surélevées d’un étage. Le décor, si curieux, dont le détail est donné par la planche 85 est ainsi exactement daté de 728-729. M. Gabriel n’a pas manqué de reconnaître dans ces petites niches en plein cintre, séparées par des colonnettes engagées, une influence mésopotamienne déjà constatée au château de Amman, en Transjordanie. Ce dernier serait donc aussi du viiie siècle de notre ère.

PLANCHE 86. QASR EL-HEIR. — FAÇADE OCCIDENTALE DU PETIT CHÂTEAU ET INTÉRIEUR DU GRAND CHATEAU

275En résumé, au vie siècle (au plus tôt au ve siècle) de notre ère, on a organisé le grand réservoir relevé par M. A. Gabriel et construit, pour défendre la colonie agricole installée en ce point, un petit château. En 728-729, le kalife omeyyade Hisham (celui dont les troupes furent défaites à la bataille de Poitiers en 732) éleva le grand château qui servit probablement aux habitants ; en môme temps, il restaura le petit château en surélevant certaines tours où apparaît le décor arabe. Ce sont, notamment, les tours de la façade occidentale qu’on voit sur la planche 86.

276Le grand château a une enceinte de 170 m. dans œuvre. La courtine a 2 m. 05 d’épaisseur et les tours, espacées de 28 m. d’axe en axe, sauf dans la travée médiane, ont 4 m. 05 de diamètre. L’enceinte est percée d’une porte au milieu de chaque face. Au centre, on croit reconnaître une citerne. Dans l’angle sud-est, on aperçoit des piliers de maçonnerie réunis par des arcs brisés qui sont représentés sur la planche 86. C’était peut-être une mosquée.

277Ce château utilise les mêmes matériaux, calcaire et brique, que le petit château, mais M. Gabriel a constaté que la pierre y est mise en œuvre avec une technique beaucoup moins soignée. Les quatre portes d’entrée identiques sont constituées par un linteau appareillé en claveaux à crossettes et soulagé par un arc brisé très voisin du plein cintre. M. Gabriel pense que le tympan était décoré d’un revêtement céramique. Une bretèche surmonte l’arc.

PLANCHE 87. DAMAS. — VUE GÉNÉRALE

278Après avoir longé les gorges pittoresques du Liban et traversé les terres fertiles de la Béqa, puis abordé le plateau de l’Anti-Liban, on entre dans une région désertique. Aussi, de quelque côté qu’on l’approche, de l’est ou de l’ouest, Damas apparaît réellement comme une oasis, la plus plantureuse des oasis parce que la plus gorgée d’eau. Les auteurs arabes classaient l’oasis de Damas parmi les quatre plus belles contrées de la terre, en lui donnant même la préférence car, note Dimashqi, « elle ressemble à un paradis terrestre ».

279La ville, arrosée par le fleuve Barada et les canaux qui en dérivent, est entourée de riches jardins qui constituent ce qu’on appelle la Ghouta. Au delà s’étend une zone de prairies, appelée el-Merdj. Puis, c’est la steppe et le désert. La planche 87 permet de reconnaître ces divers districts. Elle est prise des hauteurs de Saléhiyé, faubourg de la ville qui s’accroche aux flancs du Qasyoun et qui apparaît au premier plan. Dans la ville, on distingue vers la droite la citadelle et vers la gauche la grande mosquée des Omeyyades.

280Le nom de Damas (Dimishq) apparaît déjà dans les tablettes d’el-Amarna (xve-xive siècles av. J.-C) ; actuellement les Arabes disent esh-Sham.

PLANCHE 88. DAMAS. — LA GRANDE MOSQUÉE DES OMEYYADES

281Probablement sous l’empereur Arcadius (395-408), l’ancien temple de Jupiter Damascénien (voir pl. 47) avait été transformé en une église consacrée à saint Jean et on prétendait y conserver le chef du précurseur. A leur tour, les Musulmans la convertirent en mosquée, en partie dès la conquête, plus complètement sous les Omeyyades, d’où son nom de Djami el-Oumawi.

282Enserrée dans l’enceinte intérieure du temple antique, la mosquée se compose de l’ancienne basilique à trois nefs de 131 m. de long sur 38 m. de large, divisée en deux parties égales par un transept central. Elle ouvre sur une cour de même longueur bordée d’arcades. Au fond de la cour s’aperçoit sur la planche 88, la Qoubbet el-Khazné ou coupole du Trésor qui a livré, il y a trente ans, quelques fragments d’anciens manuscrits et dont le parement extérieur conserve des restes de mosaïque. Elle fut élevée vers 787 de notre ère.

283En avant se dresse la Qoubbet en-Naoufara, au-dessous de laquelle se font les ablutions rituelles. Le bassin est antérieur à 1210 ; mais le dôme qui le surmonte doit dater, dans sa forme actuelle, du xviiie siècle. Une troisième coupole, qu’on n’aperçoit pas sur la planche 88, porte le nom de Qoubbet es-sa‘a ou coupole de l’Heure.

284Le plan de cette mosquée est le plus ancien qu’ait connu l’Islam. Elle ne comportait primitivement que deux minarets, adaptation des anciennes tours du temple. Le troisième fut édifié dans la suite.

PLANCHE 89. DAMAS. — MOSAÏQUES DE LA MOSQUÉE DES OMEYYADES

285Si quelques érudits soupçonnaient la présence d’anciennes mosaïques sous la couche de chaux, dont depuis des siècles on badigeonne les murs entourant la cour de la mosquée des Omeyyades à Damas, c’est à M. Eustache de Lorey qu’on doit d’avoir obtenu des administrateurs des waqfs l’autorisation nécessaire et d’avoir entrepris les travaux qui ont conduit à la plus grande découverte qui ait été faite, ces dernières années, dans le domaine de l’art musulman, celle de grands panneaux décoratifs remontant à Walid Ier (705-715). A vrai dire, cet art musulman est si imprégné d’influences byzantines qu’on doit y reconnaître la main d’ouvriers syriens chrétiens, les successeurs de ceux qui, moins d’une génération auparavant, — c’est-à-dire en 691-692 après J.-C., — ont décoré la Qoubbet es-Sakhra, dite mosquée d’Omar à Jérusalem.

286Dans son étude sur les mosaïques de la grande mosquée de Damas, — et la planche 89 en fournit un bon exemple — M. Eustache de Lorey (Monuments Piot, XXX, p. III et s. ; voir aussi l’intéressante notice de Mlle Marguerite van Berchem, ibid., p. 12.3 et s.), a noté que les artistes travaillaient, en ce qui concerne les architectures, sur des poncifs byzantins ; mais que, toutefois, ils les ont combinés pour localiser le paysage. Le fleuve torrentueux qu’ils représentent est, à n’en pas douter, le Barada et la végétation rend bien celle de l’oasis de Damas par la réunion caractéristique de cyprès, noyers, figuiers, poiriers, pommiers et amandiers.

PLANCHE 90. DAMAS. — CITADELLE

287La citadelle de Damas mérite une visite attentive. L’étude de MM. Watzinger et Wulzinger en a tout d’abord montré l’intérêt. Le dégagement auquel ont procédé les troupes françaises, sous l’impulsion du colonel Marquet, a pu être ensuite utilisé par M. Jean Sauvaget qui, dans un excellent travail (Syria, XL p. 59 et 216) a abouti à d’importantes précisions.

288Cette forteresse, la mieux conservée de l’époque ayyoubite, a succédé à un ouvrage antique sur le plan ordinaire du castrum romain, ce qui explique, comme on en peut juger planche 87, qu’elle soit édifiée de plain-pied avec la ville, au lieu de se dresser sur une éminence comme les citadelles d’Alep, de Sheizar, de Hama et de Homs. Plusieurs remaniements avaient été entrepris lorsque el-Malik el-Adil (mort en 1218), le frère de Saladin, entreprit sa reconstruction. Les remaniements de l’époque mamlouke et ceux du xve siècle sont, sauf sur le front ouest, de peu d’importance. M. Sauvaget a reconnu nombre de particularités révélant les méthodes de construction en usage au xiiie siècle dans la Syrie du Nord, ce qui lui a permis de conclure que « des techniciens et des ouvriers venus d’Alep ont collaboré d’une façon très active à l’édification de la citadelle de Damas ».

PLANCHE 91. DAMAS. — PORTAIL DE LA MÉDRÉSÉ ATABAKIYÉ ET PORTE DE LA CITADELLE

289Le décor en alvéoles du xiiie siècle est bien représenté sur la planche 91 (à gauche) par le portail de la médrésé Atabakiyé à Damas, porte modeste précédée de deux bancs de pierre, constituée par des voussoirs exactement et curieusement taillés. Cette construction est antérieure à 640 de l’hégire (1242-124.3).

290Semblable, mais d’un style plus riche et aux alvéoles décorés se voit, à droite, le portail oriental de la citadelle de Damas, qui est de la même époque. Ici la porte n’est pas constituée par un arc brisé, mais par deux linteaux droits superposés décorés d’une longue inscription. Le linteau supérieur est légèrement évidé pour soulager le linteau inférieur qu’orne un zigzag brisé en relief.

PLANCHE 92. DAMAS. — HOPITAL EL-QAIMARI ET MAUSOLÉE ANONYME

291Le faubourg de Damas appelé es-Saléhiyé, au pied du Qasyoun, était jadis plein de zawiyé (oratoires), de turbé (mausolées), de medresé (écoles coraniques) et de monuments de piété. Seif ed-din Aboul-Hasan el-Qaimari en érigea un, en 12q3-1257, sous la forme d’un hôpital. Il constitua au profit de cet établissement un waqf (legs pieux) important dont une longue inscription arabe (Sauvaire, Description de Damas, 2e partie, p. 158 et p. 314) fournit le détail. Ce fut une des bonnes œuvres les plus méritoires de ce grand émir kurde dont Ibn Qatir disait que « les plus grands émirs des Qaimaris se tenaient debout devant lui, comme c’est l’usage en présence des rois ». Ce guerrier, réputé pour ses connaissances hippiques, mourut en 654 de l’hégire (1256) et fut enterré comme il convenait au pied du Qasyoun vis-à-vis de son hôpital, vérifiant le dire de Yaqout : « Au pied de cette montagne sainte qui, au jour du jugement dernier, sera seule épargnée dans le bouleversement général, reposent les musulmans les plus pieux, les émirs les plus considérés. » A gauche de la planche 92 on aperçoit la cour de cet hôpital, aujourd’hui bien délabré.

292La même planche fournit (à droite) un bon exemple de l’architecture du xve siècle, avec les stalactites qui s’attachent aux alvéoles et la décoration alternante blanche et noire.

PLANCHE 93. DAMAS. — BOIS ET FAÏENCE

293L’art musulman a utilisé toutes les surfaces pour donner libre cours à son goût de l’ornementation ; il a couvert de ses arabesques, de ses fleurons et de ses entrelacs toutes les matières : pierre, métal, bois, stuc, céramique, verre, cuir. Cette profusion du décor minutieux marque une réaction des Orientaux contre la sobriété classique. Déjà l’art sassanide et le fameux décor de la façade de Meshatta (Transjordanie) y avaient préparé.

294Le bois se prête à la division en panneaux et au dessin géométrique. L’exemple que fournit la planche 93 réunit le décor floral stylisé au motif géométrique de l’entre lac. C’est un détail de la chaire (minbar) de la grande mosquée de Gueukbouri.

295Le revêtement des murs en briques émaillées est un usage ancien en Mésopotamie. Longtemps la Perse, à l’époque musulmane, aura le privilège des revêtements en faïence. En Syrie, la mosaïque sera abandonnée pour adopter cette mode nouvelle, celle du qashani.

296Le panneau de faïence que reproduit la planche 93 (à droite) est daté de 1574 ; il est emprunté à la mosquée construite par Derwish Pasha, gouverneur de Damas en 1571. On remarquera la survivance de la tradition syrienne des rinceaux de pampres.

PLANCHE 94. ALEP. — VUE GÉNÉRALE

297Favorablement placée sur les bords du Qouweiq (ancien Chalus) au centre d’un pays de culture et au croisement de routes importantes. Alep, prospère dès une haute époque, est devenue la ville la plus peuplée de la Syrie du nord, surtout depuis le déclin d’Antioche et la destruction de Qinnesrin (Chalcis). Son nom de Khalabu apparaît dans les textes égyptiens du deuxième millénaire et dans les textes assyriens. Elle fut la capitale d’un des deux États — l’autre était Karkémish — fondés par le grand roi hittite Shubbiluliuma, dans la première moitié du xive siècle avant notre ère, après sa conquête sur les Mitanniens de la Syrie du nord.

298A l’époque grecque, Séleucus Nicator lui donne le nom de Beroea qui ne prévalut pas. Au xe siècle de notre ère, Alep redevint la capitale d’un État embrassant tout le nord de la Syrie et, depuis, elle n’a cessé de tenir le rôle de métropole dans cette région.

299La planche 94 donne une vue générale de cette ville. Au centre s’élève le minaret de la grande mosquée d’Alep (voir planche 97) et, dans le fond, se dresse la citadelle ruinée, mais de fière allure. La ville si riche en monuments du moyen âge possède aujourd’hui un musée d’antiquités hittites et assyriennes fort important.

PLANCHE 95. ALEP. — CITADELLE. MOSQUEE EL-UTRUSH

300Moins bien conservée que celle de Damas, la citadelle d’Alep doit à sa position élevée cette allure féerique qui fixe l’attention bien avant de pénétrer dans la ville. Alep a le mieux gardé, au moyen âge, la tradition syrienne de la taille soignée de la pierre.

301Comme l’a observé M. Sauvaget, primitivement la citadelle se dressait au bord du fossé comme c’est le cas à Jérusalem et à Damas. L’extension de la ville, à l’époque musulmane, l’a placée vers le centre de la cité.

302A l’intérieur de l’enceinte, ce ne sont que monuments ruinés des xiiie et xive siècles. M. Ploix de Rotrou, du Service des Antiquités, avec le concours de la Municipalité, s’emploie à dégager ces bâtisses effondrées. Récemment, il a découvert, remployé dans un bâtiment du xiiie siècle de notre ère, un relief d’époque assyrienne où survit l’influence hittite et où se manifeste un goût très particulier du mouvement. Déjà, deux lions en basalte avaient été signalés. Le tertre de la citadelle recèle donc des vestiges d’une antiquité assez haute.

303Dans la même planche on aperçoit un coin de la mosquée el-Utrush, voisine de la citadelle. La planche 95, à droite, en donne une vue plus complète.

PLANCHE 96. ALEP. — ENTRÉE DE LA CITADELLE

304L’entrée de la citadelle constitue le reste le plus impressionnant et le mieux conservé de cette forteresse.

305Un premier pont donne accès à une première tour construite par Ghouri en 1507, lors de la réfection destinée à parer à l’attaque des Turcs. De là, on passe sur un pont en rampe qui mène à la véritable entrée, très solidement défendue. La porte est constituée par deux fortes tours accolées.

306Posé hardiment sur le glacis de la forteresse, avec son pont aux nombreuses arches, ses machicoulis mystérieux, la hauteur et la richesse de la baie centrale qui tranche sur le mur nu, cet ensemble architectural peut être classé comme le chef-d’œuvre de l’art militaire musulman.

307A la vérité, l’état actuel est le produit de travaux successifs. Nour eddin paraît avoir commencé à bâtir après le tremblement de terre de 1170. Le fils de Saladin, Malik edh-Dhahir, en 1209, y fit de grands travaux, auxquels se sont superposées les additions signalées ci-dessus.

PLANCHE 97. ALEP. — LA GRANDE MOSQUEE

308La grande mosquée d’Alep porte le nom soit de Djami el-Oumawi, parce qu’elle passe pour avoir été construite par les Omeyyades, soit encore et plus communément Djami Zakariya parce qu’on y montre un cénotaphe qu’on dit être le tombeau de Zacharie, le père de saint Jean-Baptiste.

309L’aspect lourd et sévère de cette mosquée tient à ce qu’elle a été plusieurs fois reconstruite. Ruinée par les Byzantins en 961, incendiée par les Ismaéliens en 1169, éprouvée par le terrible tremblement de terre de 1170, elle fut rétablie par Nùur-eddin. Les Mongols la saccagèrent en 1260, ce qui nécessita une nouvelle réfection. On le fit sans éclat.

310Si la cour ne manque pas de pittoresque, la mosquée à trois nefs aux lourds piliers, qui en occupe la partie sud, est sans grand caractère. Par contre, le minaret haut de 54 m., à l’angle N.-O. de la cour, offre un grand intérêt ; c’est la partie la plus ancienne et la mieux conservée de l’édifice ; il est daté par une inscription de 483 de l’hégire (1090-1091). Et, en effet, la forme carrée et la division en étages sont des signes certains d’ancienneté. Sans la galerie du muezzin, on compte cinq étages séparés par des corniches. L’inférieur est un simple soubassement : mais, au-dessus, le dispositif en arcades accompagne l’élancement du minaret.

PLANCHE 98. ALEP. — KHAN WEZIR

311L’essor d’Alep comme place commerciale date de la dynastie des Hamdanites, instaurée par Seif ed-Daula au xe siècle, qui n’hésita pas à détruire Qinnasrin, l’ancienne Chalcis, où probablement les Byzantins conservaient des intelligences.

312En 1047, Nassiri Khosrau passant à Alep signale la prospérité de la ville et indique qu’« on y acquitte les droits sur les marchandises apportées de la Syrie, du pays de Roum (Asie mineure), du Diarbekr, de l’Égypte et de l’Iraq. Alep, ajoute-t-il, est fréquenté par les négociants et les marchands de ces différentes contrées (trad. Ch. Schefer, p. 32) ». L’importance d’Alep ne fit que croître jusqu’à l’apparition des Portugais dans l’Inde ; mais la décadence sonne vraiment au percement de l’isthme de Suez.

313Pendant plusieurs siècles, Alep fut à la jonction de la route des Indes par Bagdad et des routes de Chine et de Perse par Mossoul ou Diarbekr. C’était par suite le grand marché des épices, de la soie, du coton, qu’on cultivait tout autour de la ville, de l’alun, dont l’Occident consommait d’énormes quantités, enfin des pierres précieuses. Ce commerce se déversait sur le port d’Antioche situé à l’embouchure de l’Oronte et sur le port de Laodicée (Lataquié). La planche g8 montre un des caravansérails, le Khan Wezir, de l’époque mamlouk : large cour pour charger et décharger les animaux de bât, avec puits au centre. Tout autour, des bâtiments à plusieurs étages qui abritaient les comptoirs des commerçants.

PLANCHE 99. ALEP. — KHAN WEZIR. DÉTAIL

314La richesse des marchands d’Alep éclate dans le luxe de leurs installations commerciales. Nous avons signalé à propos de la planche 98 la disposition générale du Khan Wezir et déjà sur cette vue on a pu juger de la beauté de la porte d’entrée décorée sur ses deux faces.

315La planche 99 permettra de se rendre compte en détail de la décoration qui fut en vogue à l’époque mamlouk. L’usage de pierres blanches et noires alternées est d’un emploi très limité ici. Le grand parti pris architectural consistera à pallier le désavantage décoratif des petites ouvertures, que le climat impose, par l’établissement de fausses grandes baies. Pour cela on englobera dans un même ensemble les baies superposées de deux étages en les enfonçant dans la muraille. L’architecte pourra encadrer ces vastes baies d’élégantes colonnettes dans le bas et de stalactites dans le haut. Sur le côté, des baies étroites symétriques sont entourées d’un minutieux entrelacs. Ce grand panneau décoratif, qui se détache franchement sur un mur nu, mais bien appareillé, est encadré d’une fine bordure de feuillage.

PLANCHE 100. ALEP. — KHAN SABOUN

316Au Khan Saboun, également construit à l’époque mamlouk, on reconnaîtra un dispositif analogue avec de petits changements. Comme il n’existe pas ici deux séries de fenêtres superposées, on se contente de sculpter, à la place de la fenêtre supérieure, qui manque, un carréau décor géométrique.

317Deux colonnettes très fines et tressées accompagnent la fenêtre grillée, et la fausse baie est surmontée des stalactites obligées. La baie est encadrée d’un large bandeau d’entrelacs compliqués.

318Voilà des marchands qui ont donné au monde du commerce une leçon d’élégance et de goût.

319Les Vénitiens possédèrent aussi de bonne heure un entrepôt, c’est ce qu’on appelait un fondouq (fondacho). Il existe encore, mais ses constructeurs, tenus à plus de discrétion dans un pays où ils étaient simplement tolérés et soumis au régime des avanies, ont moins visé à le décorer qu’à le défendre.

PLANCHE 101. ALEP. — MIHRAB DE LA MOSQUÉE HALLAWI

320L’organisation des anciennes mosquées est fort simple comme on l’a vu précédemment : une cour entourée de portiques sur trois côtés sur laquelle ouvre une salle hypostyle rectangulaire. Cependant, il semble que la nécessité de prier dans une direction déterminée qui fut, définitivement, la direction (qibla) de la Mecque, aussi le fait qu’un grand nombre de mosquées ne sont que des églises transformées, ont incité les musulmans à marquer cette direction par une niche. Du moins, était-ce l’avis de Max van Berchem qui définissait cette niche ou mihrab une « abside atrophiée ».

321La planche 101 en donne un exemple précieusement décoré. Une grande inscription constitue le cadre général. L’élément principal est formé d’entrelacs géométriques combinant des octogones, des carrés, des pentagones et des polygones étoilés. Le panneau géométrique est finement encadré d’un rinceau floral stylisé. Ce décor, daté de 1246, se distingue, d’après M. J. Sauvaget, par une répugnance marquée pour le fleuron symétrique et une persistance du feston géométrique mêlé à l’entrelacs floral, qui est inconnu à Damas.

PLANCHE 102. ALEP. — MESHHED ED-DIKKA

322Le Meshhed ed-Dikka, dit encore sanctuaire de Sheikh Mouhassin, a été fondé par le célèbre Seif ed-Daula, mais, au rapport de M. J. Sauvaget, rien ne subsiste de la construction primitive. En dehors des réfections modernes, l’édifice date des xiie - xiiie siècles de notre ère.

323Le plan de ce sanctuaire est semblable à celui du Meshhed el-Housein construit dans le voisinage. Un portail donne accès dans une cour dont la face nord est ornée d’un portique surélevé, la face sud renferme la salle de prière et, sur le côté, la salle funéraire.

324Le portail passe du plan carré au plan octogonal, puis au polygone à 16 côtés par deux rangées d’alvéoles simples. Au-dessus se dresse la voûte.

325Dans le mausolée repose le cénotaphe en bois sculpté, caisse de 2 m. 16 sur 0 m. 89 et 0 m. 89 de haut. Le décor floral des grands côtés est bien conservé, comme on en peut juger sur la planche 102. Des panneaux de bois montrant des chandeliers et des lampes, dont la multiplication marque le caractère particulièrement saint du personnage, sont entourés d’une inscription et encadrés dans un décor floral en entrelacs. M. Sauvaget attribue ce cénotaphe, d’une exécution assez gauche, à l’époque de Beibars où on procéda à une réfection du sanctuaire.

PLANCHE 103. ALEP. — LE MESHHED EL-HOUSEIN

326A 1 km. 500 au Sud-Ouest d’Alep étaient groupés une série de sanctuaires en relation avec les traditions alides, très en faveur jadis dans la métropole de la Syrie du Nord. Le Meshhed el-Housein était l’un des plus importants et remontait à la seconde moitié du xiie siècle.

327De l’étude attentive qu’en a poursuivie M. J. Sauvaget, nous retiendrons les deux partis pris pour asseoir deux voûtes. L’un, figuré en bas de la planche 103, est une application musulmane de l’ancien procédé de la coupole assise sur des niches en cul-de-four. Les colonnettes des niches sont copiées sur des colonnettes chrétiennes et aussi la coquille qui décore certaines niches. La coupole est constituée par de grandes briques plates reposant sur une assise de pierre.

328Au contraire, la coupole représentée dans le haut de la même planche, est établie d’après la formule musulmane. La coupole en grandes briques plates repose sur deux rangées de stalactites qui dissimulent les trompes. « La beauté de ces stalactites, remarque M. Sauvaget, réside dans la clarté de l’épure et la simplicité de leurs lignes : c’est le grand mérite des constructeurs syriens des vie et viie siècles de l’hégire (xiie-xiiie siècles) d’avoir su se garder de la confusion et des détails mièvres auxquels vont se complaire les architectes à partir du viiie et surtout du ixe siècle. »

PLANCHE 104. SHEIZAR (LARISSA). — LA FORTERESSE ARABE

329L’ancienne Sizara est déjà mentionnée dans les inscriptions de Thoutmès III et les tablettes d’el-Amarna. Son importance tient à ce qu’elle commande un des passages de l’Oronte. Séleucus Nicator lui attribua le nom de Larissa qu’elle n’a pas conservé. Le vocable Seidjar est une déformation moderne qui n’est pas attestée avant le milieu du xve siècle.

330Les ruines de Sheizar sont des plus pittoresques. Il ne subsiste plus guère que des vestiges de la forteresse musulmane dont le dispositif, dans un style plus sobre, rappelle celui de la citadelle d’Alep. On peut donc penser que l’essentiel de la construction date du xiie siècle, mais elle fut démantelée par les Mongols et restaurée par Beibars.

331Sheizar évoque le souvenir d’Ousama (1095-1188) de la famille des Mounqidhites, seigneurs de cette ville, l’auteur d’une autobiographie, document unique sur l’époque.

332La planche 104 montre au premier plan les ruines du pont qui, traversant l’Oronte (Nahr el-‘Asi), reliait la citadelle à la ville basse. Passé sur l’autre rive, on escaladait une pente assez raide jusqu’à un pont incliné, à plusieurs arches, qui aboutissait à la tour formant l’entrée de la citadelle. Celle-ci s’étendait sur une crête rocheuse, qui lui valut le nom de « la crête de coq ».

PLANCHE 105. QAL’AT EL-MOUDIQ (APAMÉE). — LE TELL

333Le site de Parhake, appelé ensuite Pella, reçut de Seleucus Nicator le nom d’Apamée. La vallée marécageuse du Ghab que domine cette place est particulièrement favorable, avec ses grasses prairies, à l’élevage des chevaux. On dit que les Séleucides entretenaient ici 30.000 juments et 300 étalons, même des éléphants et qu’ils y conservaient aussi leur trésor de guerre.

334L’ancienne cité s’étend, au nord de la forteresse dite Qal‘at el-Moudiq. sur un plateau élevé de 100 mètres au-dessus de l’Oronte. En 1929, une mission belge, composée de MM. Mayence et Lacoste, a entrepris des fouilles qui ont donné d’intéressants résultats architecturaux.

335La planche 105 montre au premier plan les marécages du Ghab, puis, le tertre qui de tout temps constitua la citadelle et dont nous parlerons à propos de la planche suivante.

PLANCHE 106. QAL AT EL-MOUDIQ. — VUE DAVION

336Apamée, devenue un évèché, dépérit rapidement à l’époque musulmane et elle fut bientôt réduite sous le nom d’Afamiya ou de Famia à ne plus guère comprendre que la citadelle dont la planche 106 donne une vue par avion.

337Tancrède, prince d’Antioche, s’en empara en 1106. Les Francs, qui appelaient Apamée « Fémie », en firent le siège d’un archevêché. Nour ed-din leur enleva cette place le 26 juillet 1149. Pendant la durée de leur occupation les Francs se trouvèrent en lutte constante avec les émirs de Sheizar.

338On distingue nettement sur la planche ci-jointe l’escarpe soigneusement arrêtée et couronnée d’un mur continu flanqué de tours. Cette muraille ne parait pas antérieure au moyen âge.

339Les cercles qu’on voit à droite et en bas de la planche sont des aires à battre le blé et l’orge.

PLANCHE 107. BALIS (ESKI MESKENÉ). — LES EOUILLES

340L’ancienne Bâlis devait son importance à son heureuse situation géographique. Établie sur la rive droite de l’Euphrate à l’endroit où le fleuve fait un coude et quitte la direction du sud pour s’en aller vers l’est, elle était du côté de la Syrie le poste le plus avancé de la route naturelle qui, par les vallées mésopotamiennes, relie le pays côtier aux régions de l’intérieur, et fait communiquer les rivages méditerranéens avec ceux du golfe Persique. Aussi ne fut-elle pas seulement une place forte et une station pour les caravanes ; elle fut durant tout le moyen âge un grand port, le port de la Syrie sur l’Euphrate. Les marchandises qui, pour la plupart, avaient passé par Alep, étaient embarquées à Bâlis pour s’acheminer par Raqqa vers Baghdad et de là gagner la Basse Mésopotamie, l’Inde et la Perse.

341Poste frontière la ville fut disputée entre les Byzantins et les Perses. Justinien lui donna des défenses dont il reste des vestiges. Prise par les Arabes au début de la période islamique, la ville perdit son importance au xiiie siècle, le cours de l’Euphrate s’étant déplacé.

342Des fouilles, subventionnées par le baron Edmond de Rothschild, ont été conduites à Eski Meskené, l’ancienne Bâlis, en 1929, par MM. Eustache de Lorey et Georges Salles qui nous ont obligeamment documentés. La planche 107 montre, en haut, le dégagement opéré au pied du beau minaret qui signale le site ; en bas, la maison dite aux stucs.

PLANCHE 108. BALIS (ESKI MESKENÉ). — DÉCOR EN STUC

343Lorsqu’en 1929, MM. Eustache de Lorey et Georges Salles ont entrepris la fouille de ce site, on ne pouvait y apercevoir que de rares indices de son riche passé : seuls émergeaient du sol les ruines byzantines et un minaret octogonal restauré au xiie siècle. Les archéologues ont réussi à mettre au jour, sur une surface de près d’un demi-hectare, un quartier de la ville musulmane dont la superficie est environ de 6 hectares. Une mosquée et des maisons ont été exhumées. La mosquée est de plan basilical semblable aux premières que connut l’Islam, notamment celles de Damas et de Kairouan.

344Elle fut à plusieurs reprises détruite et restaurée, ainsi que l’attestent la diversité des fragments qui y étaient enfouis, et l’irrégularité du plan actuel.

345L’époque séleucide, Byzance et l’Islam y sont représentés ; ils se trouvent parfois même unis dans un même ensemble, tel qu’une colonne dont le chapiteau, le fût et le piédestal appartiennent chacun à l’un de ces styles.

346Une des maisons, celle qu’on aperçoit dans le bas de la planche 108, a conservé intact le décor de stuc qui ornait ses parois : c’est un large bandeau où s’inscrivent, taillés à même le stuc, des formes géométriques, des rinceaux et des oiseaux.

PLANCHE 109. QAL‘AT EN-NADJM

347Les ruines de, cette forteresse se dressent sur la rive droite de l’Euphrate, sur la route, venant d’Alep et de Manbidj (Hiérapolis) vers Harran. Elle commandait le pont qui portait le nom de Djisr Manbidj et elle, avait été tout d’abord nommée Hisn Manbidj. Cette construction parait remonter à l’Ayyoubite el-Malik ez-Zahir (1208-1215).

348Qal‘at en-Nadjm a été visité en dernier lieu par MM. Eustache de Lorey et Georges Salles à qui nous en devons la description et les photographies reproduites planche 109. Le château domine le fleuve à pic, il conserve ses murailles de pierre sur deux étages. L’intérieur n’est que partiellement détruit. Il subsiste de vastes salles dont plusieurs sont soutenues par des colonnes et ornées de motifs sculptés". La taille de la pierre est particulièrement soignée. « Le travail de l’artisan, note M. G. Salles, y égale celui de l’architecte. »

349La planche 109 donne, en haut, une vue générale de la forteresse et, en bas, un aspect de l’intérieur avec une superbe échappée sur l’Euphrate.

PLANCHE 110. QAL‘AT DJA‘BAR

350Cette forteresse en ruines couronne une éminence de la rive gauche de l’Euphrate, à l’ouest de Raqqa, en face de la plaine dans laquelle se livra la fameuse bataille de Siffin (657) ou Mou‘awiya l’emporta sur ‘Ali, le gendre du Prophète.

351Dawsar fut le nom de cette place jusqu’à ce que Sabik ed-din Dja‘bar s’en fut emparé. Le puissant système de défense qu’on y admire est l’œuvre de Nour ed-din (1169). Toutes les constructions sont en brique cuite. Elles sont remarquables par leur solidité et par la variété de leur décor obtenu par la seule disposition des briques.

352On pénètre dans le château par un long couloir souterrain dont l’entrée est masquée par un imposant ensemble de fortifications. Sur le rempart se dressent des tours rondes ou à pans coupés de différents modèles. Il faut signaler les restes de la mosquée et ceux de la demeure seigneuriale. Le minaret rond porte une inscription au nom de Nour ed-din ; il est semblable à celui que ce prince fit élever à Raqqa et qu’on voit sur la planche suivante.

353Au pied du rocher de Dja‘bar, au bord du fleuve, se voit le tombeau de Souleiman, l’ancêtre de la dynastie des Ottomans, qui se serait noyé à cette place en 1231. Un article du traité de Versailles donne au gouvernement turc le droit d’entretenir ici une garde d’honneur.

354MM. Eustache de Lorey et Georges Salles, à qui nous devons ces indications, ont pratiqué sur ce site des sondages, qui leur ont permis de reconnaître la présence de fragments céramiques du type de Raqqa.

PLANCHE 111. QAL‘AT DJA‘BAR ET RAQQA

355La planche 107 montre les restes d’une belle tour de Qal‘at Dja‘bar, toute en brique avec, pour seul décor, une disposition particulière des briques.

356A gauche se voit le minaret de Raqqa élevé par Nour ed-din et semblable à celui de Qal‘at Dja‘bar.

357La ville actuelle de Raqqa a succédé à l’ancienne Callinicum, une des places où les Romains achetaient la soie aux Perses. Elle fut solidement fortifiée par Justinien ; mais les ruines actuelles proviennent surtout des réfections arabes. Elle continua, en effet, à prospérer à l’époque abbasside car il ne s’y arrêtait pas seulement les caravanes venant de Bagdad en remontant l’Euphrate ; Raqqa était encore le point d’aboutissement des caravanes venant de Mossoul par Nisibin. Elle était aussi en communication avec Amida (Diarbekr) par Harran, Edesse et Samosate.

358Tout le sol de la ville a été défoncé pour y trouver les fragments de céramique musulmane appréciée par les amateurs sous le nom de céramique de Raqqa.

PLANCHE 112. TRIPOLI. — VUE D’AVION

359La ville ancienne jusqu’à la fin des croisades était située près de la mer, sur l’emplacement de l’actuelle el-Mina (le port). Il ne semble pas que ce port ait joué un rôle important avant l’époque perse. La forteresse dont la planche 112 reproduit une belle photo d’avion, marque l’emplacement qu’occupa l’armée des Croisés sous les ordres de Raymond de Saint-Gilles lorsque celui-ci commença le siège de Tripoli en 1099. Cette forteresse sera décrite à propos de la planche suivante.

360Après le départ des Francs et pour éviter leurs attaques par mer, la ville se transporta sur le Mont Pèlerin ou Sandjil (St-Gilles), où déjà des constructions s’étaient élevées autour de la demeure du comte de Tripoli.

361Toute la plaine entre la ville actuelle et son faubourg el-Mina est couverte de jardins d’orangers et de citronniers. Au milieu du xie siècle, Nassiri Khosrau signale « d’immenses plantations de canne à sucre et une grande quantité d’orangers à fruits doux et amers, de bananiers, de citronniers et de dattiers ». Et il ajoute : « Tripoli est un entrepôt commercial fréquenté par les navires qui viennent de la Grèce, du pays des Francs, de l’Espagne et du Maghreb. »

PLANCHE 113. TRIPOLI. — LE CHATEAU

362La ville groupée autour du port de Tripoli fut, pendant l’occupation des Croisés, extrêmement florissante. Elle était entourée, comme aujourd’hui, de jardins remplis d’orangers et aussi de grandes cultures de canne à sucre. C’était un centre d’études musulmanes et des médecins chrétiens indigènes y acquirent une renommée considérable. Le commerce des étoffes y était très développé : au xiiie siècle on y comptait 4.000 métiers à tisser la soie et le camelot (de khamla, sorte de peluche ou de tapis à haute laine qui n’est pas forcément en poil de chameau).

363L’un des chefs de la première Croisade, Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse, assiégea en 1099 la grande ville musulmane puissamment défendue. Pour s’en emparer il construisit sur une colline, le Mont Pèlerin, qui dominait la ville, un château que les Arabes appellent encore aujourd’hui Hosn Sandjil, souvenir du nom de Saint-Gilles. La ville ne fut prise qu’en 1109, quatre ans après la mort de Raymond.

364Tripoli, que les Francs appelaient Triple, fut prise en 1289 par Qalaoun qui incendia le château dont le décor intérieur était somptueux.

365Le château de Tripoli a été maintes fois remanié et une partie de ses constructions sont modernes. Cependant sa façade orientale qui domine le Nahr Qadisha, date du xiie siècle. A l’intérieur, du même côté, subsistent quelques vestiges de la chapelle romane du château.

366Dans la ville actuelle de Tripoli les vestiges de l’époque des Croisades sont peu nombreux. De la cathédrale il reste deux portails qui se trouvent dans les bâtiments de la mosquée et le minaret de cette mosquée est l’ancien clocher ; mais cette belle tour, œuvre de style lombard de la fin du xiie siècle ou du xiiie siècle est malheureusement couverte d’un épais badigeon, ce qui transforme complètement son caractère occidental.

PLANCHE 114. BEYROUTH. — CATHÉDRALE SAINT-JEAN

367Cette église romane, du xiie siècle, dut être construite en grande partie sous l’épiscopat de Baudoin (1112-1147), originaire de Boulogne-sur-Mer. C’est un édifice très simple composé d’une nef de cinq travées, flanquée de collatéraux. Il se termine vers l’est par trois absides dégagées, demi-circulaires. Du côté occidental la nef est précédée d’un porche couvert d’une terrasse. La voûte de la nef est en berceau brisé avec de petites fenêtres en pénétration ; sous la voûte sont lancés des doubleaux non moulurés retombant sur des piliers rectangulaires flanqués de quatre colonnes engagées. Les collatéraux sont voûtés d’arêtes. Les grandes arcades sont en tiers-point à double voussure. Les chapiteaux qu’on voit dans cette église paraissent être des chapiteaux byzantins remployés. Leurs sculptures sont malheureusement empâtées sous un épais badigeon.

368Les trois absides à l’extérieur sont ornées de demi-colonnes formant des contreforts décoratifs et soutenant une corniche ornée de modillons sculptés. Ces modillons tous différents sont décorés de figurines humaines et animales, de têtes caricaturales. A l’abside du nord on voit entre les modillons des métopes à ornements végétaux. Ces corniches à modillons et à métopes se voient si fréquemment aux absides des églises romanes du Languedoc, de l’Angoumois et de la Saintonge que l’on se croit véritablement en présence d’une église de France en contemplant les absides de Saint-Jean de Beyrouth. L’église des Croisés sert de mosquée depuis la prise de Beyrouth en 1291. (Cf. C. Enlart, les Monuments des croisés dans l’ancien royaume de Jérusalem, t. II, p. 68-78, album, pl. 5, 69-75.)

PLANCHE 115. GIBLET (BYBLOS). — CHATEAU DES CROISÉS

369L’antique Byblos des Grecs, aujourd’hui Djebeil, que les Croisés appelaient Giblet, fut prise en 1104 par Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse, fondateur du comté de Tripoli. En reconnaissance de l’aide que lui avait apportée la flotte génoise, il donna une partie de la ville à la cité de Gênes, qui en céda la seigneurie héréditaire à un Croisé génois, Guillaume Embriac, dont les descendants prirent le nom de sires de Giblet.

370Saladin s’empara de Giblet en 1188 et donna ordre, en 1190, de détruire ses fortifications, ce qui ne fut exécuté qu’en partie car, selon Wilbrand d’Oldenbourg, qui visita Giblet en 1211, les ouvriers musulmans, après de vains efforts, renoncèrent à abattre le donjon puissamment construit.

371Les Francs reprirent Giblet en 1198 et la reperdirent en 1291 ; alors les seigneurs de Giblet émigrèrent en Chypre. Cette ville maritime avait une enceinte flanquée de saillants barlongs. A l’entrée de son port se trouvent deux langues de terre avançant dans la mer aux extrémités desquelles s’élevaient des tours qui gardaient la passe. De ces défenses du port et de l’enceinte de la ville il reste quelques vestiges.

372Le château se dresse à l’angle sud-est de la ville. Il se compose d’une enceinte rectangulaire, de 50 m. sur 45 m., défendue par un fossé et flanquée de 4 tours carrées ou rectangulaires aux angles et d’un saillant barlong sur son front nord. Au centre du terre-plein de cette enceinte se dresse un donjon rectangulaire, qui la domine de très haut et dont la planche 115 offre deux vues. C’est là un type de plan qui se rencontre souvent dans les châteaux byzantins. L’appareil est de grande dimension et taillé à bossages. Ce donjon doit dater des premiers temps de l’occupation franque.

PLANCHE 116. GIBLET (BYBLOS). — BAPTISTÈRE

373Accolé au flanc nord de la cathédrale Saint-Jean de Giblet, construite au xiie siècle, se dresse un élégant édicule, le baptistère, d’un style encore entièrement roman bien qu’il soit d’une époque sensiblement postérieure à celle de la cathédrale et ne soit pas beaucoup antérieur à 1200. Ce baptistère de plan carré est couvert d’une coupole sur pendentifs. Ses trois arches en tiers-point reposent sur des piles massives. Leurs voussures sont richement ornées de zigzags, de rosaces (arcade de l’est) et de coussinets (arcade du nord). Si les zigzags ornent de nombreux monuments orientaux, on les rencontre plus anciennement encore en France et particulièrement en Normandie, notamment aux églises de Saint-Étienne et de la Trinité de Caen.

374Quant aux coussinets ou godrons qu’on voit à l’arcade du nord ils se retrouvent dans plusieurs monuments des Croisés en Palestine (Saint-Sépulcre et Sainte-Anne de Jérusalem, Tripoli, etc.). On en trouve aussi des exemples à l’époque romane en France et dans plusieurs monuments du xiie siècle de Païenne.

375Mais avant les Croisades, les Arabes employaient les voussures godronnées et l’on en trouve un exemple bien daté sur les tours de flanquement de la porte dite Bab el-Foutouh au Caire construite entre 1087 et 1091.

376C’est donc aux Arabes que les Croisés installés en Terre Sainte aussi bien que les architectes de Sicile et de France, empruntèrent ce motif décoratir. L’édicule est couronné par une corniche ornée de modillons et de métopes à rosaces. M. Enlart rapproche la sculpture de ces modillons de monuments italiens, et il pense que cette décoration est d’influence italienne, « ce qui n’étonnerait guère dans une ville qui fut domaine génois ».

PLANCHE 117. TORTOSE (TARTOUS). — CATHÉDRALE NOTRE-DAME FAÇADE OCCIDENTALE

377La cathédrale Notre-Dame de Tortose est le plus beau et le mieux conservé des édifices religieux élevés par les Croisés en Syrie. Elle date du xiie et du xiiie siècles et remplaça un édifice chrétien très ancien.

378Tortose fut pendant tout le moyen âge un lieu de pèlerinage très fréquenté aussi célèbre que Saint-jacques-de-Compostelle. On y vénérait deux reliques précieuses : un portrait de la Vierge qu’on croyait peint par saint Luc et le plus ancien autel chrétien sur lequel saint Pierre aurait célébré la première messe. Joinville séjournant en Palestine avec saint Louis s’y rendit en pèlerinage.

379La basilique était fortifiée. Quatre tours barlongues la flanquaient, deux à la façade occidentale et deux aux angles du chevet. Ces dispositions se retrouvent à Saint-Victor de Marseille. Enlart suppose que l’édifice était crénelé. Le chroniqueur arabe du xiie siècle, Idrisi, décrit d’ailleurs cette église comme une forteresse munie de portes de fer. Selon Enlart qui lui a consacré une étude approfondie, Notre-Dame de Tortose fut commencée vers 1130. Saladin n’ayant pu, en 1188, s’emparer du puissant donjon de Tortose défendu par les Templiers, mutila la cathédrale dont la construction fut reprise au xiiie siècle.

380On admirera l’ordonnance sobre et harmonieuse de la façade qu’on a malheureusement défigurée par l’addition d’un minaret planté à l’angle nord-ouest. L’artiste excellent qui procéda à sa décoration fit parfois preuve d’une fantaisie charmante. Ainsi, il sculpta contre un chapiteau d’une fenêtre un petit chacal qui semble descendre contre sa paroi. Les chacals foisonnent d’ailleurs encore aujourd’hui dans la région de Tartous.

PLANCHE 118. TORTOSE. — CATHÉDRALE. INTÉRIEUR

381Cette église de style roman, essentiellement français, se compose d’une nef voûtée en berceau brisé avec doubleaux à double voussure, flanquée de collatéraux voûtés d’arêtes, comme les cathédrales de Beyrouth et de Giblet. Les piliers sont cruciformes avec 4 colonnes engagées. L’abside demi-circulaire enfermée dans une muraille rectangulaire est flanquée de deux absidioles demi-circulaires également et prises dans un mur formant à l’extérieur un chevet plat. Deux tours barlongues flanquent les angles du chevet et renferment chacune une salle rectangulaire pouvant servir à la défense. Elles devaient servir aussi de sacristies et c’est là le souvenir d’une tradition très ancienne. Les absides des églises de Syrie des ve et vie siècles sont ainsi accostées de sacristies carrées.

382Au revers de la façade occidentale, une étroite galerie de circulation, passant à la hauteur des terrasses qui couvrent les collatéraux relie les tours de l’ouest. Ce système se retrouve à l’église d’Appoigny (Yonne).

383Certains détails de décoration rappellent l’art de la Provence et celui de la Bourgogne ; les astragales font corps avec les fûts, système antique qui s’est perpétué à l’époque romane dans la vallée du Rhône.

384L’architecte qui, après les destructions de Saladin, reprit au xiiie siècle la construction de l’édifice, à une époque où le style gothique remplaçait le style roman, conserva l’ordonnance et la structure romanes, mais le style des chapiteaux et des clefs de voûte est bien dans le goût du xiiie siècle. Ceci s’observe dans les deux premières travées de la nef, ici, le sculpteur gothique a exécuté des chapiteaux d’une rare élégance et les crochets habituels sont remplacés par des roses simples. Cette décoration rappelle celle des portails de la cathédrale de Reims.

385A l’endroit où se fait le raccord entre les deux campagnes de construction, on voit dans la nef, au nord, un pilier massif dans lequel est percée une porte. On retrouve le même système de pilier avec porte, à la même époque, à Saint-Maurice de Vienne (Isère) et à Merlande (Dordogne).

PLANCHE 119. CHATEAU DE SAONE (SAHYOUN). — VUE D’AVION

386Le château de Saone dans la principauté d’Antioche, à peu près intact aujourd’hui, est le monument le plus caractéristique de l’architecture militaire des Croisés au début de leur occupation. Il se dresse sur un éperon, dans la montagne à l’est de Lataquié, défendant l’accès d’Antioche vers le sud et commandant en même temps la route de l’Oronte. Son immense enceinte, occupant une superficie de plus de 5 hectares, suit les bords de l’éminence sur laquelle elle se dresse. Son plan a la forme d’un triangle très allongé dont les deux longs côtés sont bordés par de profonds ravins qui se réunissent à son sommet. Au fond de l’un d’eux, celui du nord, court un torrent rapide. A la base de ce triangle, le plateau continuait et les défenses naturelles faisaient défaut de ce côté. Aussi les Croisés firent-ils pour s’isoler un travail gigantesque : ils creusèrent dans le roc un fossé de 130 m. de long, de 20 m. de large et de 28 m. de profondeur. On aperçoit sur la photographie quatre tours carrées ou rectangulaires dont la plus grande, le donjon, commande la face de l’enceinte dominant le fossé.

PLANCHE 120. CHATEAU DE SAONE. — VUE DU SUD-EST

387L’enceinte franque de Saone présente un magnifique appareil avec de grandes pierres taillées à bossage. Les défenses sont encore rudimentaires car il semble bien que la position fut occupée un peu avant la prise de Laodicée (1106 ou 1108) par les Croisés et que le château fut construit dès les premières années du xiie siècle Mais déjà les ingénieurs militaires francs profitant des enseignements qu’ils avaient pris dans les forteresses byzantines occupées en Asie Mineure au cours de la première croisade réalisaient ici des progrès sur l’architecture militaire d’Occident. Les tours carrées, puissantes, voisinent avec les tours rondes de plus petites dimensions. Cette simple observation, formulée pour la première fois par M. Dussaud, vient anéantir la théorie, prétendant que les Francs eurent en Orient deux systèmes de construction militaire, celui des tours carrées, pratiqué par les Templiers, et celui des tours rondes, employé par les Hospitaliers. Il faut plutôt constater que les architectes se sont adaptés aux nécessités du terrain et ont établi leurs constructions suivant une ingénieuse compréhension de la défense.

PLANCHE 121. CHATEAU DE SAONE. — ANGLE SUD-EST

388L’angle sud-est est particulièrement défendu parce qu’il commande l’une des extrémités du fossé et parce que, sur cette partie du front sud, un assez large espace plan sépare l’enceinte du ravin. On aperçoit à droite le donjon, puissant ouvrage de 25 mètres de côté avec des murs ayant jusqu’à 5 m. 40 d’épaisseur, puis les tours rondes plus favorables au flanquement et permettant de prendre le fossé d’enfilade, les courtines dont les archères permettent le tir sur le plateau au delà du fossé ; enfin sur le front sud, trois grands ouvrages carrés identiques au donjon quoique de proportions moins gigantesques. Entre deux de ces ouvrages carrés on aperçoit le minaret d’une petite mosquée du xiiie siècle et tout à fait à gauche, sur une éminence dominant toute la place, les ruines d’un château byzantin du xe siècle.

PLANCHE 122. CHATEAU DE SAONE. — L’AIGUILLE

389Nous avons dit plus haut que les Croisés, voulant isoler leur forteresse du plateau avoisinant, creusèrent à l’est un profond fossé. Ce fossé présentant une trop grande largeur (18 m.) pour y lancer un pont sans appui, ils ménagèrent en creusant le roc une aiguille haute de 28 mètres destinée à servir de pile au pont réunissant le plateau à la poterne ouvrant au-dessus du fossé.

390Le sommet de l’aiguille est terminé par un élément de maçonnerie. Une aiguille semblable destinée à soutenir un pont se voit aux châteaux francs d’Edesse (Ourfa) et de Gargar en Cilicie.

391Quand on arrive au pied de l’aiguille de Saone qui se trouve à l’une des extrémités du fossé, on aperçoit ce grand couloir rempli d’ombre entre deux hautes parois de roc lisse, verticales et parallèles. Du côté de l’ouest se dressent, imposantes, les fortifications franques qui semblent se prolonger indéfiniment vers le ciel.

392Plantés à l’aplomb du rocher auquel, au premier abord, ils paraissent appartenir, on devine la poterne en face de l’aiguille, puis à gauche une longue courtine et ensuite le donjon, édifice formidable dont les créneaux se dressent à 51 mètres au-dessus du sol du fossé.

PLANCHE 123. CHATEAU DE SAONE. — INTÉRIEUR

393L’intérieur de la place est envahi de décombres et de végétation. On y trouve les vestiges de trois civilisations qui s’y sont succédé en moins de trois siècles.

394D’abord celle des Byzantins établis là vers 976 ; ensuite celle des Francs qui occupèrent Saone de 1105 environ jusqu’à 1188, puis celle des Musulmans qui firent dans le château des restaurations peu importantes et construisirent une mosquée.

395La planche 123 montre trois des ouvrages carrés des Croisés avec leur grand appareil à bossages, puis une petite tour carrée, élancée, qui est le minaret de la mosquée construite à la fin du xiiie siècle ; à sa droite la porte d’une jolie salle arabe de la même époque. Enfin, dominant celle-ci, les ruines du château byzantin.

396La forteresse s’étend sur une longueur d’environ 700 mètres. En allant vers l’ouest, on trouve au delà du château byzantin une basse-cour séparée de la place par un fossé et dans laquelle se voit entre deux tours banques une petite chapelle byzantine. En circulant dans les broussailles on aperçoit d’énormes boulets de pierre dont certains atteignent 300 kgr, et qui sont vraisemblablement des témoins du siège de 1188.

PLANCHE 124. CHATEAU DE SAONE. — RUINES BYZANTINES

397Situé sur une éminence dominant de très haut tout le voisinage, le château byzantin se dresse au milieu de l’enceinte franque. Il fut sans doute édifié vers 976 après la vigoureuse campagne en Syrie et en Palestine de Jean Tzimiscès, au cours de laquelle l’empereur grec enleva cette position aux Hamdanides d’Alep. Ce château n’est plus qu’une ruine informe. On trouve encore, à l’intérieur de l’enceinte franque, quelques restes de murailles des enceintes byzantines dont le petit appareil contraste avec l’appareil de grande taille des ouvrages des Francs.

398La seconde photographie montre, sur un mur d’enceinte, une tour pentagonale d’un type que les architectes francs d’Orient n’ont jamais adopté. Il est probable que les Grecs possédaient encore Sahyoun quand les premiers Croisés arrivèrent dans la région et ceux-ci durent les chasser de cette importante position pour leur enlever la grande cité de Laodicée dont Tancrède s’empara en 1106 ou 1108.

PLANCHE 125. CHATEAU DE SAONE. — SALLE HAUTE DU DONJON. ÉCURIE

399Le donjon, qui se trouve au milieu de la face de l’enceinte dominant le fossé, est un puissant ouvrage carré de 25 mètres de côté avec un grand appareil à bossages dont certaines pierres mesurent 4 mètres de long. Il se compose de deux salles superposées dont les voûtes d’arêtes bien appareillées reposent sur un haut pilier central. La salle basse est fort obscure. La salle haute domine le plateau au delà du fossé et était défendue sur cette face par des archères. De larges fenêtres rectangulaires éclairent abondamment cette salle vers l’intérieur de la place.

400De la terrasse dominant la salle haute et à laquelle on accède par un escalier percé dans l’épaisseur de la muraille, on domine de 51 mètres le sol du fossé.

401Sur le flanc sud du donjon on voit une immense salle de 32 mètres de long divisée en cinq nefs par quatre rangées de lourds piliers. Des abreuvoirs qui se trouvent encore dans cette salle font penser qu’elle servait d’écurie.

PLANCHE126. CHATEAU DE SAONE. — CITERNE ET PORTE

402Les Francs, en construisant dans leurs états d’Orient de nombreux châteaux qu’ils élevaient sur toutes les positions stratégiques utiles à leur sécurité, prirent de nombreuses précautions pour assurer la subsistance de leurs garnisons et pour supporter au besoin de longs sièges. Ils s’assurèrent, en particulier, d’importantes réserves d’eau. A Saone, notamment, on voit deux vastes citernes voûtées en berceau brisé. L’une d’elles a 36 m. de longueur et 16 m. de haut. Ces châteaux possédaient aussi des fours qui subsistent encore au Crac des Chevaliers, à Margat et à Kerak de Moab, et des moulins à l’intérieur de la forteresse ; on voit dans les ruines de Saone plusieurs meules de moulin.

403La seconde photographie montre une porte avec un grand linteau monolithe que surmonte un arc de décharge aux grandes pierres taillées à bossage. Le même type de porte se retrouve au château de Giblet qui fut occupé par les Francs dès 1104, c’est-à-dire à peu près en même temps que Saone et au château de Beaufort dont les Francs s’emparèrent en 1130.

PLANCHE 127. MAQUETTE DU CHATEAU DE SAONE

404Cette maquette a été exécutée à l’échelle de 2 cm. par mètre sur les plans de M. François Anus, architecte du Service des Antiquités de Syrie, dans l’atelier de M. Camille Garnier sculpteur, par M. Prévost, sous la direction de M. Albert Chauvel, architecte en chef des Monuments historiques.

405Elle doit figurer à l’Exposition coloniale au Palais des États du Levant sous mandat français : elle entrera ensuite au Musée de sculpture comparée du Trocadéro.

406La photographie montre l’entrée du fossé vers le nord, avec la grande aiguille rocheuse ménagée en creusant le fossé et servant de pile au pont qui aboutissait à la poterne d’entrée, défendue par deux tourelles arrondies. Au-dessus de la poterne se trouvait une petite bretèche de pierre reposant sur deux corbeaux qui subsistent encore. C’est une des plus anciennes bretèches de pierre qu’aient construites les architectes francs.

407Une seconde maquette à plus petite échelle, destinée elle aussi au Palais des États du Levant à l’Exposition coloniale, donne l’ensemble du château de Saone, le plus vaste des châteaux des Croisés.

PLANCHE 1287. MASYATH. — CHATEAU

408Une secte shiite, les Ismaélis, du nom du septième imam, qui mourut en 145 de l’hégire (762-763), engendra la secte des Qarmates et la dynastie des Fatimides. En Perse, les Ismaélis, s’étant emparés, à la fin du xie siècle, du château d’Alamout, se livraient à l’usage du hashish, d’où le nom de hashishin ou Assassins qu’ils reçurent.

409Dès les dernières années du xie siècle, les Ismaélis apparaissent à Alep où ils convertissent à leur doctrine le prince seldjoucide Ridwan. Partout ils étaient redoutés par la facilité avec laquelle ils poignardaient leurs ennemis. Pourchassés, ils s’emparèrent de la forteresse de Banyas, qu’ils livrèrent bientôt aux Croisés, et s’établirent à Qadmous dans la montagne des Nosaïris (Alaouites) où leur secte est encore représentée. Ils s’emparèrent par ruse du château de Masyath, à l’ouest de Hama. Depuis 1169, les Ismaélis de Syrie avaient pour chef Rashid ed-din Sinan, connu des chroniqueurs occidentaux sous le nom de Vieux de la Montagne et ceux-ci le conservèrent à ses successeurs. On sait que Joinville parle d’une ambassade envoyée par le Vieux de la Montagne à saint Louis, quand il était à Saint-Jean-d’Acre, et des présents qui lui furent offerts, entre autres un olifant de cristal. Les Ismaélis qui vivent encore à Masyath et dans la région sont aujourd’hui de paisibles cultivateurs.

410La forteresse de Masyath est la plus importante de toutes celles qu’ont occupées les Ismaélis ou Assassins. Ils n’ont probablement que remis en état, et généralement avec de moins bons matériaux, une construction byzantine d’importance secondaire. La planche 128 donne deux vues de ce château.

PLANCHE 129. CHATEAU DE BOKEBEIS (ABOU-QOBEIS)

411Ce château était situé dans le territoire des Assassins (Ismaélis), qui formait une enclave dans les états latins. Il se dresse sur le versant oriental de la montagne des Nosaïris (Alaouites) dominant l’Oronte. Occupé par l’empereur byzantin Basile II en 999, lors de sa seconde campagne en Syrie, il appartenait, en 1133, à l’émir Ibn ‘Amroun dont Ousama vante la force extraordinaire. A cette époque les Ismaélis s’installèrent dans les monts Nosaïris et Ibn ‘Amroun dut leur vendre Abou-Qobeis en même temps que Qadmous et el-Kahf. Les châteaux où s’installèrent les Ismaélis étaient selon Guillaume de Tyr au nombre de dix. Tancrède, en 1111, avait occupé plusieurs d’entre eux, mais les Francs, toujours pauvres en contingents de guerre, ne jugèrent sans doute pas indispensable de se maintenir dans cette région, particulièrement accidentée et sauvage. Ils se contentèrent de tenir sous leur vassalité ces Musulmans schismatiques, qui s’y étaient établis, en leur faisant payer un tribut qui, pour le canton d’Abou-Qobeis, s’élevait à 800 pièces d’or.

412Les châteaux des Ismaélis dont il reste des vestiges, Aleiqa, Maniqa, Qadmous, el-kahf, etc., et surtout Masyath, ont été rebâtis pour la plupart à l’aide de ruines byzantines ou arabes et montrent une architecture très pauvre qui contraste avec le bel appareil des constructions franques contemporaines. Bokebeis était un véritable nid d’aigle.

PLANCHE 130. CRAC DES CHEVALIERS (QAL‘AT EL-HOSN)

413Le Crac des Chevaliers est situé à une quarantaine de kilomètres de la mer. Il se dresse 750 mètres d’altitude sur un sommet, à l’extrémité méridionale des monts Nosaïris, commandant la large plaine de la Bocquée, qu’on appelle encore la trouée de Homs, et qui sépare la chaîne du Liban des monts Nosaïris (Alaouites). La planche 130 situe bien cette forteresse. Les Francs occupèrent vers 1110 cette importante position stratégique qui défendait la frontière du comté de Tripoli. La garde en fut confiée en 1142 aux Hospitaliers, qui en tirent leur principale place forte et la conservèrent jusqu’en 1271. Le Crac est le modèle le plus complet des grandes forteresses élevées par les Croisés en Terre-Sainte. C’est peut-être aussi le monument qui présente le plus d’intérêt pour l’étude de l’architecture militaire française du xiie et du xiiie siècles, car il a gardé son aspect de l’époque des Croisades, tandis qu’en France l’évolution de la guerre de siège et l’invention de l’artillerie à feu ont fait transformer nos vieilles forteresses.

414On a proposé de reconnaître dans cette position l’ancienne Shabtouna, dont le nom se serait conservé dans celui de la Source sabbatique (couvent de Saint-Georges). En tout cas, une forteresse existait en ce lieu lors de la venue des Francs, gardée par des Kurdes, installés là par le prince d’Alep (première moitié du xie siècle), d’où son nom de Hisn el-Akrad, devenu le Crat, puis le Crac. Plus anciennement, on le désignait sous le nom de Hisn el-Safh « château de la pente » qu’il mérite bien.

PLANCHE 131. MAQUETTE DU CRAC DES CHEVALIERS

415Cette maquette a été exécutée à l’échelle de 1 cm. par mètre sur les plans de M. François Anus, architecte du Service des Antiquités de Syrie, dans l’atelier de M. Camille Garnier, sculpteur, par M. Prévost sous la direction de M. Albert Chauvel, architecte en chef des monuments historiques. Elle doit figurer à l’Exposition coloniale à la Section Rétrospective, où elle constituera le plus ancien souvenir de l’expansion coloniale de la France.

416La maquette du Crac des Chevaliers entrera, après l’Exposition coloniale, au Musée de sculpture comparée du Trocadéro.

417On a jugé utile, pour montrer la situation du Crac, de figurer le terrain avoisinant. La photographie présente au premier plan la face sud. A l’est, à l’ouest et au nord, le château était bordé par des pentes rapides et dominait de 300 mètres les vallées. Au sud au contraire, l’éminence continuait à s’élever quelque peu. Aussi est-ce de ce côté que les Hospitaliers ont élevé les défenses les plus importantes.

PLANCHE 132. CRAC DES CHEVALIERS. — FACE OUEST

418Le plus bel aspect du château est celui du front ouest. Il possède deux enceintes concentriques dont la seconde commande tous les ouvrages de la première. On aperçoit à droite un aqueduc recueillant les eaux de l’éminence avoisinant le Crac au sud. Les tours rondes et les courtines de ce front de la première enceinte ont un caractère très homogène et ont dû être construites rapidement, en une seule campagne de construction. L’une de ces tours, la première à gauche, était au temps des Croisés surmontée d’un moulin à vent. Le couronnement a été détruit il y a seulement quelques années et existait encore, à peu près intact, lors du passage de Guillaume Rey en 185g. On voyait alors une rangée de 39 bretèches placées en encorbellement en haut des murailles et des tours, et dont 6 seulement subsistent aujourd’hui. En arrière de la première enceinte, on aperçoit les hautes tours de la seconde enceinte, qui viennent s’appuyer sur des talus en pierres d’appareil hauts de plus de 20 mètres.

PLANCHE 133. CRAC DES CHEVALIERS. — FACE SUD

419On aperçoit au premier plan, en avant des fortifications, un éperon triangulaire bordé de fossés, où Rey a supposé qu’existait un ouvrage de défense avancé. La première enceinte possède un énorme saillant carré construit par le sultan Qalaoun en 1205. Les deux tours qui l’encadrent ont été restaurées par Beibars lorsqu’il eut enlevé le château aux Hospitaliers, le 8 avril 1271. Avant la victoire de Beibars, les chevaliers de l’Hôpital avaient soutenu victorieusement de nombreux sièges entrepris par les émirs musulmans, notamment par Nour eddin et Saladin.

420Le couronnement des tours, du saillant et des courtines intermédiaires, qui consistait en galeries de mâchicoulis, surmontées d’un chemin de ronde crénelé, a été rasé depuis peu jusqu’aux corbeaux portant les mâchicoulis et sur toute cette face de l’enceinte se sont élevées des maisons construites par certains des habitants du village, installé dans la forteresse, qui compte aujourd’hui 530 habitants. On aperçoit, au-dessus de la première enceinte, les puissantes tours rondes du front sud de la seconde enceinte.

PLANCHE 134. CRAC DES CHEVALIERS. — ILLAGE EL-HOSN

421La photographie montre au pied du Crac, à l’est, le paysage environnant et le village el-Hosn à proximité duquel se trouvent quelques ruines du Moyen Age et des souvenirs du siège de 1271 : les tombeaux de deux émirs de Beibars tués au cours des assauts et d’un palefrenier du sultan nommé Sheikh-Osman qui fut tué à côté de lui dans une attaque. Beibars parvint à s’emparer de la première enceinte et à pénétrer dans la cour du château, mais renonçant à enlever de vive force les grandes tours situées au sud de la seconde enceinte où les Hospitaliers se défendaient, il employa la ruse. Il fit passer au gouverneur une lettre du comte de Tripoli qui lui ordonnait de se rendre. Cette lettre était son œuvre. Le gouverneur s’y trompa et la garnison ayant obtenu une capitulation honorable évacua la place.

422Des plus hautes tours du château on aperçoit, à l’ouest, la mer et le Chastel Blanc des Templiers (Safita), au sud-ouest le lac de Homs et plus loin les vastes steppes du désert de Palmyre, au sud les sommets neigeux du Djebel Akkar qui forme l’extrémité septentrionale de la chaîne du Liban.

PLANCHE 135. CRAC DES CHEVALIERS. — CHEVET DE LA CHAPELLE ET COURTINE

423On voit ici à la seconde enceinte un témoin des plus anciennes constructions franques du Crac des Chevaliers. C’est le chevet de la chapelle et l’une des courtines qui la flanquent. On y voit l’appareil à bossages qu’on retrouve dans les fortifications franques de Terre-Sainte de la première moitié du xiie siècle. Cette enceinte primitive à bossages dont on voit ici à ciel ouvert un élément s’est conservée presque intacte, contrairement à ce qu’on a cru jusqu’ici, mais elle est masquée par les grands talus appliqués plus tard aux fronts ouest et sud de la seconde enceinte. La chapelle romane très simple a une simple nef voûtée en berceau brisé et une abside demi-circulaire. Elle sert aujourd’hui de mosquée aux habitants du village. C’est là que fut enterré, probablement en 12o3, Geoffroy V de Joinville, l’un des héros de la troisième et de la quatrième croisade, dont ses compagnons d’armes admiraient le magnifique esprit chevaleresque.

424Son neveu Jean de Joinville, le sénéchal de saint Louis, vint cinquante ans après sa mort chercher dans cette chapelle son écu écartelé aux armes de Joinville et d’Angleterre, insigne honneur que lui avait fait Richard Cœur de Lion en récompense de sa bravoure.

PLANCHE 136. CRAC DES CHEVALIERS. — LES DEUX ENCEINTES A L’OUEST

425Sur cette photographie on aperçoit les tours rondes de la première enceinte avec les corbeaux de base des bretèches, malheureusement détruites depuis peu, le terre-plein entre les deux enceintes rempli de petites maisons construites par les indigènes qui habitent le château, la seconde enceinte avec la grande tour ronde du front ouest, plus loin un grand ouvrage carré et le grand talus haut de plus de 20 mètres, qui est un des éléments les plus caractéristiques des fortifications du Crac. Contrairement à ce qu’on a cru jusqu’ici, ce talus appareillé, qui borde tout le front ouest et tout le front sud de la seconde enceinte, n’est pas destiné à habiller le roc qu’on supposait exister derrière. Ce talus est creux et renferme un long couloir voûté, percé d’archères, destinées à défendre le terre-plein de l’ouest et le grand fossé du sud.

426Il est couvert d’une végétation abondante qui ne permet de reconnaître que difficilement, de l’extérieur, les archères. On voit tout le long de la base du talus une ligne plus grise que la végétation, c’est une collection de galettes de bouses de vache que les indigènes font sécher au soleil pour les utiliser ensuite comme combustible.

PLANCHE 137. CRAC DES CHEVALIERS. — FRONT SUD DE LA SECONDE ENCEINTE

427Ces photographies, qui se raccordent, sont prises d’une terrasse intérieure de la première enceinte et montrent une partie de la première enceinte, à l’ouest (en haut, à gauche), tout le front sud de la seconde enceinte avec ses trois puissantes tours rondes et son grand talus dominant le fossé rempli d’eau qui sépare les deux enceintes au sud. La tour du milieu est doublée d’une chemise dont le mur défensif a disparu. La haute archère percée au milieu de la tour ouvre dans une muraille ayant 6 mètres 50 d’épaisseur.

428La tour de gauche, dans laquelle s’ouvre une grande fenêtre en arc brisé, possède une belle salle ronde voûtée d’ogives qui retombent sur des colonnettes surmontées d’élégants chapiteaux à crochets de style français des environs de 1230. Cette salle était « le logis du maître », c’est-à-dire du gouverneur du Crac. La plupart des gouverneurs dont le souvenir nous a été conservé portaient des noms français, Pierre de Mirmande, Geoffroy le Rat, Raymond de Pignans, Arnaut de Montbrun, Hugues Revel, Aymar de la Roche, Nicolas Lorgne, etc.

PLANCHE 138. CRAC DES CHEVALIERS. — LA SECONDE ENCEINTE LE FOSSÉ DU SUD

429La première photographie montre l’aspect grandiose de la seconde enceinte sur les fronts ouest et sud. Derrière les grands talus, où viennent pour ainsi dire s’enchâsser les tours rondes, circule, nous l’avons dit, un couloir voûté où l’on trouve la muraille à bossages de l’enceinte primitive du xiie siècle. Les Hospitaliers ont dû construire ces tours rondes et ces talus à la fin du xiie et au début du xiiie siècle. Il semble que les talus, outre qu’ils renfermaient un passage de circulation bien abrité, ont pu être conçus pour constituer un contrefort continu permettant de réagir contre les secousses sismiques qui avaient amené à plusieurs reprises de grands dégâts dans les châteaux des Croisés.

430La seconde photographie donne une vue du grand fossé du sud séparant les deux enceintes. Ce fossé maçonné est constamment rempli d’eau qui lui est apportée par l’aqueduc, situé au sud à l’extérieur, et par les terrasses des grands ouvrages avoisinants, l’eau de pluie étant amenée par des canalisations de poteries dont certaines subsistent encore.

431Les Francs soucieux d’avoir une abondante provision d’eau pour se baigner et abreuver leurs animaux avaient, en général, à l’extérieur de leurs forteresses, pour ne pas trop étendre leur enceinte, un vaste réservoir soit au pied des ouvrages (Akkar, Beaufort, Kérak de Moab), soit à proximité (Margat, Soubeibe). Ici ils ont ménagé leur réservoir entre les deux enceintes.

432Le Crac avait, à l’intérieur, d’abondantes réserves d’eau constituées par un puits que M. Anus a retrouvé en 1927 et par sept citernes.

PLANCHE 139. CRAC DES CHEVALIERS. - RAMPE D’ACCÈS. GALERIE

433L’entrée principale du château est à l’est et l’on suit, après l’avoir franchie, une grande rampe voûtée munie de marches larges et basses permettant un accès facile aux cavaliers. La première photographie montre le départ de la rampe avec un emplacement qui était voûté d’ogives. Cette rampe est en chicane, on trouve sur son parcours des défenses nombreuses, portes munies de herses, chambres de guet, assommoirs ; elle passe sous la seconde enceinte pour déboucher à l’intérieur de la place.

434La seconde photographie montre l’intérieur d’une galerie bordant la Grand’Salle. Semblable à une galerie de cloître, elle est abritée du soleil avant midi et les chevaliers pouvaient s’y reposer pendant les heures les plus chaudes de la journée.

435Ses voûtes aux élégantes ogives, ses baies et ses consoles, décorées d’ornements de feuillages, qui rappellent celles de l’a cathédrale d’Auxerre et de l’église Notre-Dame de Clamecy, sont du style gothique rayonnant, qui fleurit en France à partir du milieu du xiiie siècle et dont l’un des témoins les plus anciens est la Sainte-Chapelle de Paris, construite en 1245. M. Schœffler, Gouverneur de l’État de Lataquié a fait récemment dégager cette galerie et la Grand’Salle voisine, des amas de fumier qui s’y accumulaient depuis de longues années, et a ainsi permis aux touristes d’admirer un des plus beaux témoins de l’art des Croisades.

PLANCHE 140. CRAC DES CHEVALIERS. — TYMPAN DE LA GALERIE EXTÉRIEUR DE LA GALERIE

436Le tympan en arc brisé que représente la première photographie se trouve au-dessus d’une porte donnant accès de la galerie dans la Grand’ Salle. Il se compose de deux petits arcs brisés encadrant un décor trilobé, surmontés d’un oculus ajouré à six lobes. Les voussures retombent sur quatre chapiteaux à crochets. La voussure d’encadrement se termine à chaque extrémité par un enroulement, une « contrecourbe », dont on trouve le prototype dans l’art syrien des ve et vie siècles. A droite et à gauche se voient deux belles consoles décorées de crochets et d’ornements de feuillage. Des moulages en sont conservés au musée de sculpture comparée du Trocadéro.

437L’extérieur de la galerie ouvre sur la cour par deux portes et cinq baies. Ces baies étaient divisées par une colonnette quadrilobée soutenant un tympan percé d’un oculus à cinq lobes et orné d’un réseau aveugle de style rayonnant. Une seule de ces baies a conservé sa disposition primitive ; encore a-t-il fallu soutenir son tympan à l’aide d’un petit mur, les autres baies sont mutilées. L’ensemble de ces baies, lorsqu’elles étaient intactes, devait présenter le charmant aspect de nos galeries de cloîtres gothiques avec leurs meneaux élancés et leurs réseaux finement découpés.

PLANCHE 141. CRAC DES CHEVALIERS. — COUR INTÉRIEURE VERS LE SUD

438Cette photographie, prise du porche précédant la chapelle au sud, porche rajouté au xiiie siècle, montre, à gauche, un escalier passant au-dessus de la porte où débouche la rampe d’accès et conduisant à une cour supérieure, ou esplanade, au fond de laquelle se dressent les grands ouvrages du sud de la seconde enceinte dont on voit ici la face intérieure. On aperçoit la grande tour du milieu, appelée communément le donjon, avec, à son étage supérieur, deux grandes fenêtres divisées par un meneau et ayant un tympan orné de deux élégants fleurons, faisant penser aux fleurons qui décorent le clocher de La Charité-sur-Loire. Un moulage pris sur place et des mesures fournies par M. François Anus ont permis de reconstituer une de ces fenêtres au Musée de sculpture comparée du Trocadéro. Enfin, à droite, on voit une partie de la galerie avec ses baies mutilées que séparent les piles de ses travées épaulées par de petits contreforts.

439Sous l’esplanade se trouvent de vastes magasins communiquant avec une immense salle voûtée en berceau, longue de 120 mètres, large de 8 mètres, haute de 10 mètres, qui est située en arrière du couloir traversant les grands talus des fronts ouest et sud.

440La mission envoyée au Crac des Chevaliers en 1927-28 a trouvé tout cet étage inférieur de la seconde enceinte comblé de fumier jusqu’au sommet des voûtes. Des salles de la première enceinte étaient également remplies d’ordures et inaccessibles. M. Fr. Anus a entrepris le travail considérable que représentait le déblaiement de ces immondices dont l’amoncellement pouvait représenter cinquante mille tonnes. La collaboration de la main-d’œuvre militaire pendant plusieurs mois chaque année depuis 1928 et l’envoi de Beyrouth d’un chemin de fer Decauville ont permis d’évacuer hors du château une quantité considérable d’humus.

441Ainsi les visiteurs de plus en plus nombreux peuvent aujourd’hui se rendre compte de l’aspect que présentait l’intérieur d’une grande forteresse du moyen âge.

PLANCHE 142. CRAC DES CHEVALIERS. — COUR INTÉRIEURE VERS LE NORD

442On voit sur cette image les deux dernières travées de la galerie, un escalier construit par les Hospitaliers, au xiiie siècle, pour mener aux ouvrages du nord. Cet escalier a condamné le portail occidental de la chapelle dont on devine, derrière les hommes debout sur les marches, le sommet de l’arc, au-dessus duquel se trouve une grande fenêtre éclairant la chapelle. Sous l’escalier, en avant du portail, la mission de 1927-1928 a trouvé alignés six squelettes, les bras croisés sur la poitrine, les pieds contre le seuil du portail. Ce sont vraisemblablement les corps d’Hospitaliers tués dans un combat. A droite de la photographie, on voit un porche avec deux grandes baies en arc brisé. Ce porche a été construit au xiiie siècle, en avant de l’entrée percée au sud de la chapelle pour remplacer celle de l’ouest. Il est construit en belles pierres lisses qui distinguent les ouvrages construits au Crac, au xiiie siècle, d’ouvrages datant du commencement de l’occupation franque et qui sont munis d’un appareil à bossages.

PLANCHE 143. CRAC DES CHEVALIERS OUVRAGE AU NORD-OUEST DE LA DEUXIÈME ENCEINTE

443Cet ouvrage carré est une des plus anciennes constructions du Crac ; mais il a subi des remaniements. On y pénètre par une haute poterne masquée à la vue de l’ennemi par un épais contrefort. La face principale de l’ouvrage est munie d’un curieux appareil défensif : des piliers partant du talus de pied supportent trois arcs sur lesquels repose un mur séparé du mur de fond par un large espace. A travers cet espace tombaient les projectiles jetés de la salle haute de la tour et ricochant sur le talus.

444Ce système de mâchicoulis sur grandes arcades se retrouve au xiie siècle en France, au château de Niort et au Château-Gaillard, construit en 1196, par Richard Cœur de Lion, au retour de la troisième Croisade. Il est très possible que les architectes de France aient emprunté ce système défensif à leurs compatriotes d’Orient qui constamment obligés de résister aux assauts des armées musulmanes avaient fait des progrès rapides dans l’art de la fortification.

PLANCHE 144. CRAC DES CHEVALIERS. — FENÊTRE DE LA GRAND’ SALLE

445Tous les grands châteaux des Croisés avaient leur Grand’Salle. On s’y réunissait pour les conseils de guerre, et pour la réception d’hôtes de marque. On trouve des vestiges d’une Grand’Salle à Tortose ; celle-ci, magnifique, avait 44 mètres de long sur 15 de large. On voit aussi les restes d’une Grand’Salle aux châteaux de Margat, de Soubeibe, de Chastel-Blanc (Safita) et en Palestine, à Chastel-Pèlerin (Athlit). La Grand’Salle du Crac est bien conservée. Elle se trouve au cœur de la place et ouvre sur la galerie dont on a parlé plus haut par deux baies et deux portes dont la principale est sommée d’un grand écusson de pierre malheureusement martelé. Elle mesure 27 mètres de long sur 7 m. 50 de large et se compose de trois travées voûtées d’ogives qui retombent sur d’élégantes consoles de feuillage. Elle date comme la galerie du milieu du xiiie siècle. Dans sa face nord, toute voisine de la chapelle, est percée une belle fenêtre géminée à tympans tréflés ornés de feuilles recourbées et de fleurons.

PLANCHE 145. CRAC DES CHEVALIERS. — CONSOLE ET INSCRIPTIONS MARGAT. — CHAPITEAUX

446Pour donner une idée du talent des sculpteurs francs, nous reproduisons une console de la galerie du Crac des Chevaliers de 1260 environ (en haut, à gauche) et deux chapiteaux de marbre d’un portail de la chapelle de Margat de la fin du xiie siècle.

447On a retrouvé en Syrie un certain nombre d’inscriptions latines et françaises de l’époque des croisades. Nous en reproduisons deux du Crac, l’une latine, l’autre française. La première est ainsi conçue :

448Sii tibi copia, sit sapiencia, formaque detur, inquinat omnia sola superbia si comi[tetur].

449Aie l’abondance, aie la sagesse, aie la beauté, mais garde-toi de l’orgueil qui ternit tout ce qu’il approche.

450La seconde inscription se lit :

451Au tens de frere Niciole Lorne fu fete ceste barbacane.

452Ce Nicolas Lorgne, qui dut être gouverneur du Crac, devint grand-maitre de l’Ordre de l’Hôpital, en 1278.

453Une barbacane est un ouvrage de défense protégeant une poterne.

PLANCHE 146. AKKAR. — CHATEAU

454Le petit château d’Akkar se trouve à 700 m. d’altitude sur un piton rocheux, situé parmi les collines septentrionales du Djebel Akkar, massif montagneux prolongeant au nord la chaîne du Liban. A une quarantaine de kilomètres à l’est de Tripoli, il défendait la vallée du Nahr el-Kebir et la vaste plaine verdoyante d’Akkar au bord de la mer, l’une des plaines les plus fertiles de la Syrie, comprenant 12.000 hectares de bonne terre arable.

455Ce château se dresse dans un site particulièrement sauvage. Vers le sud, à une très petite distance, l’horizon est fermé par l’immense muraille droite et infranchissable du Djebel Akkar dont les sommets sont constamment couverts de neige. De cette muraille tombent avec fracas deux cascades qui forment deux torrents rapides. Ceux-ci embrassent la base du rocher sur lequel se dresse le château et se réunissent à la pointe nord pour former le Nahr Akkar.

456L’étroit sommet sur lequel se dresse ce fortin n’a que 150 m. de long. L’enceinte flanquée de tours carrées est très ruinée. La tour principale, au sud, est seule bien conservée : dans sa face nord, à l’intérieur de la place, est percée la seule porte d’accès de cette tour, elle se trouve à plus de 3 m. du sol et on ne pouvait y atteindre que par une échelle que la garnison, composée seulement de quelques hommes, retirait pour être à l’abri d’une surprise.

457Dimashqi signale cette place comme imprenable et construite seulement depuis les jours de l’Islam.

PLANCHE 174. AKKAR. — TOUR DU CHATEAU

458Le château d’Akkar surveillait au sud la fameuse trouée de Homs, et servait de poste de liaison au Crac des Chevaliers. De la terrasse de sa tour principale on aperçoit la mer, le Crac et le Chastel-Blanc (Safita). Ainsi l’on pouvait communiquer à vue d’une forteresse aux autres par des feux qu’on allumait pour signaler l’approche de l’ennemi. Au pied de la tour principale, l’éperon sur lequel se dresse cette petite forteresse, se rattachait à la montagne voisine, mais on l’a isolée par une tranchée taillée dans le roc en laissant toutefois, au pied de la tour, un espace où l’on a établi une vaste piscine à ciel ouvert destinée à abreuver et à baigner les chevaux de la garnison. Cette piscine était alimentée par les eaux de pluie et l’on voit sur la photographie une rainure creusée dans le massif rocheux sur lequel la tour se dresse ; cette rainure devait contenir une canalisation de poterie recueillant les eaux de la terrasse.

459Comme le Crac, le château d’Akkar appartint longtemps aux Hospitaliers. Les Francs occupèrent dès 1109 cette position, fortifiée avant l’époque des Croisades. Ils perdirent ce château en 1271 en même temps que le Crac des Chevaliers.

460Il fut restauré par Beibars et l’on voit encore au sommet de la tour une frise représentant une série de guépards affrontés tenant entre eux un écusson. On sait que Beibars fit sculpter son emblème, un guépard, sur un grand nombre de forteresses des Croisés qu’il fit restaurer, telles que le Crac des Chevaliers et Kérak de Moab.

PLANCHE 148. CHASTEL-BLANC (SAFITA)

461Le puissant donjon rectangulaire de cette grande forteresse des Templiers est encore intact. Ce château situé sur une éminence, à 300 m. d’altitude, commandait deux vallées à mi-distance entre le Crac des Chevaliers et Tortose. Le donjon était en môme temps une église fortifiée, telle qu’on en rencontre dans le Midi de la France au xiie et au xiiie siècles. La salle basse est une église romane construite à la fin du xiie ou dans les premières années du xiiie siècle. Elle se compose de trois travées voûtées en berceau brisé avec doubleaux. Son abside demi-circulaire est enfermée entre deux petites sacristies rectangulaires dans un massif à angles droits. Elle sert encore aujourd’hui d’église aux Grecs orthodoxes qui habitent Salita. Dans la travée occidentale s’ouvre une citerne creusée dans le roc. Ainsi le donjon avait sa provision d’eau pour soutenir un siège. Dans cette même travée s’ouvre, dans l’épaisseur des murs de l’angle sud-ouest, un escalier à berceau rampant menant à la salle haute. Celle-ci est divisée par une épine de piliers en deux nefs de quatre travées voûtées d’arêtes.

462Elle est défendue par douze archères ouvrant dans des embrasures en berceau brisé. On trouve une disposition analogue, au xiiie siècle, dans le donjon de Limassol en Chypre et au xive siècle, dans le donjon de Vincennes.

463La terrasse du donjon a gardé son crénelage avec merlons percés d’archères.

464Chastel-Blanc se rendit à Beibars en janvier 1271 sur l’ordre du Maître du Temple de Tortose,

465Un passage de saint Bernard permet de se faire une idée de ces églises ou chapelles castrales des forteresses des Templiers et des Hospitaliers ; parlant de l’église des Templiers, à Jérusalem, il loue ces chevaliers d’en avoir exclu des ornements luxueux et de ne l’avoir parée que d’emblèmes militaires tels que des écus, des lances et des harnais de guerre.

PLANCHE 149. AREIMÉ. — CHATEAU

466Le château d’Areimé ou Aryma, dominant la vallée du Nahr el-Abrash, placé entre le Crac des Chevaliers et la mer, correspondait à vue avec Chastel-Blanc et le château d’Akkar.

467Le comte Bertrand de Tripoli, fils naturel d’Alphonse Jourdain, lui-même fils cadet de Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse, l’un des chefs de la Ire Croisade, fut pris par ruse à. Areimé, en 1149, avec sa sœur. Celle-ci, d’après la légende, serait devenue la femme de Nour eddin et lui aurait donné un fils. Plus tard, le château devint comme Chastel-Blanc, propriété des Templiers.

468Ses défenses sont très ruinées ; il conserve cependant une belle tour carrée à bossages munie d’un glacis. L’assiette du plateau où se dresse la forteresse a déterminé le plan très allongé de son enceinte. Le réduit, situé à la pointe orientale de la place, a le plan, si fréquent dans l’architecture militaire byzantine et qu’ont emprunté souvent les Croisés, d’une construction rectangulaire flanquée de saillants aux angles et d’un saillant au milieu de la face la plus exposée.

469La planche 149 donne en bas une vue par avion de l’ensemble du site et de ses abords, en haut une vue de la face sud du réduit.

PLANCHE 150. CHASTEL-ROUGE (QAL‘AT YAHMOUR) COLIAT (EL QLEI‘AT)

470Chastel-Rouge est un petit château situé sur une éminence entre Safita et la mer. Il appartenait à l’Ordre de l’Hôpital. Son enceinte très remaniée à l’époque arabe enferme un donjon rectangulaire qui la domine. Ce donjon est une construction franque. Il possède une haute salle dont les voûtes retombent sur un pilier central comme au donjon de Saone. Un escalier percé dans la muraille monte à la terrasse munie de deux étages de défenses de même aussi qu’à Saone. La planche 15o, en haut, donne une vue de l’état actuel.

471Coliat, situé dans la vaste plaine d’Arqa, au nord de Tripoli, à proximité de la mer, est le type des petits châteaux de plaine destinés surtout à servir de refuge aux pasteurs et d’étape à une troupe en campagne. Il a, comme plusieurs de ces petits châteaux construits par les Croisés au xiie siècle, une enceinte flanquée d’un saillant barlong au milieu de chaque face et de tours carrées aux angles dont une plus importante que les autres.

472Yahmour et Coliat sont deux types différents de petits châteaux isolés, c’est-à-dire indépendants d’une place forte. Ces deux plans, donjon enfermé au centre d’une enceinte qu’il domine, et simple rectangle de murailles flanquées de saillants et de tours d’angle dont une plus importante, étaient fréquents à l’époque byzantine et M. Diehl a retrouvé en Tunisie plusieurs de ces petits châteaux présentant des plans semblables.

473Coliat fut donné à l’Hôpital en 1127 par le comte de Tripoli. Le sultan Beibars s’en empara en 1266.

PLANCHE 151. CHATEAU DE MARGAT (MARQAB). — VUE D’AVION

474Margat et le Crac des Chevaliers étaient les deux principaux châteaux des chevaliers de l’Ordre de l’Hôpital. Wilbrand d’Oldenbourg, un voyageur allemand du début du xiiie siècle, nous apprend que les Hospitaliers entretenaient à Margat une garnison de 1.000 hommes. Chaque nuit quatre chevaliers et vingt-huit hommes d’armes montaient la garde. La place avait des réserves de vivres pour cinq ans.

475Le château de Margat (en arabe el-Marqab veut dire « La Vigie »), dresse au sommet d’un promontoire dominant la mer sa masse basaltique, qui contraste avec la blancheur éblouissante des roches environnantes. De là les Croisés commandaient la route longeant la mer, ils gardaient aussi les vallées qui pénétraient dans le territoire du « Vieux de la Montagne », le pays des Assassins. Enfin, Margat gardait la frontière des principautés d’Antioche et de Tripoli. Malgré ses puissants ouvrages et la noble ordonnance des tours rondes de son enceinte, malgré sa situation magnifique, Margat n’offre pas le bel aspect du Crac des Chevaliers dont l’appareil de construction est incomparable. Ici les Francs ne trouvant pas, dans le voisinage, de bonnes carrières de pierre, employèrent des blocs de basalte noyés dans un épais mortier.

PLANCHE 152. CHATEAU DE MARGAT. — VUE DU SUD

476Les Arabes construisirent un château sur cette position en 454 de l’hégire (1062) : Roger, prince d’Antioche, s’en empara vers 1117 et donna Margat en fief à la famille Mansoer. Bertrand Mansoer céda ce château aux Hospitaliers le Ier février 1186 avec l’autorisation de son suzerain Bohémond.

477Les Hospitaliers y firent d’importants travaux. En juillet 1188 Saladin passa sous ses murs sans oser l’attaquer.

478Ainsi la résistance des grandes forteresses des Hospitaliers et des Templiers, le Crac des Chevaliers, Margat, Tortose, sauva d’une ruine définitive les états chrétiens fortement ébranlés par les deux campagnes triomphales de Saladin en 1187 et 1188, au cours desquelles il prit un grand nombre de villes et de châteaux en Palestine et en Syrie. En 1192, Richard Cœur de Lion s’étant emparé de Chypre, fit prisonnier le souverain de cette île. Isaac Comnène, et le confia à la garde du châtelain de Margat. En 1270, Beibars s’attaqua vainement à Margat. Le sultan Qalaoun qui, l’ayant investie en 1281 avait été repoussé avec de lourdes pertes, s’empara de la forteresse en 1285 après un siège de quarante jours. Il y fit quelques restaurations, notamment à l’ouvrage placé en avant du donjon.

479On remarque en avant du château un grand espace rectangulaire profondément creusé. C’est un ancien réservoir d’eau qui servait à baigner et à abreuver les animaux de la garnison.

PLANCHE 153. CHATEAU DE MARGAT. — DONJON ET PARTIE DE L’ENCEINTE AU SUD-EST

480L’enceinte de Margat a la forme d’un triangle dont le sommet est dirigé vers le sud-est. Le donjon, tournant le dos à la mer, domine de sa masse colossale l’enceinte dont la pointe est munie, en avant du donjon, d’un important ouvrage demi-circulaire, reposant sur un glacis. Qalaoun, lors du siège de 1280, endommagea cet ouvrage et le restaura ensuite comme il a été dit ci-dessus (planche 152. Les sapeurs de son armée creusèrent une mine sous cet ouvrage que les chroniques franques appellent la tour de l’Éperon. Cette tour s’effondra, ce qui amena la capitulation de la place le 25 mai.

481Le donjon, fermé sur l’intérieur de la place par un mur plat, est rond à l’extérieur. Il a 22 mètres de diamètre. C’est l’une des plus puissantes tours rondes qui aient été construites au moyen âge. On voit, dans le château, de belles salles bien conservées, un logis avec une fenêtre ornée d’élégantes sculptures et la Grand’Salle malheureusement en partie effondrée ; les ogives de ses voûtes retombaient sur de gracieuses consoles dont trois subsistent encore.

PLANCHE 154. CHATEAU DE MARGAT. — PORTAIL DE LA CHAPELLE

482Margat avait, comme les principaux châteaux des Croisés (Tripoli, Crac des Chevaliers, Chastel-Blanc, etc.), sa chapelle et celle-ci est l’un des plus beaux types du style roman d’outre-mer.

483Elle se compose d’une nef très élevée ayant deux travées voûtées d’arêtes et d’une abside flanquée de deux petites sacristies, emboîtée dans un chevet rectangulaire. Construite par les Hospitaliers, à la fin du xiie siècle, elle est plus vaste et d’un style plus soigné que celle du Crac des Chevaliers. Ses, deux portails à l’ouest et au nord construits en belles pierres de taille sont décorés de beaux chapiteaux de marbre et celui du nord a conservé les colonnes qui soutenaient ses chapiteaux. Ceux-ci sont d’un type uniforme corinthien à feuilles pleines, ressemblant, selon Camille Enlart, à ceux qu’on voit à Tortose, à l’abside de Lydda, au portail de Gaza et dans maint autre monument des Croisés.

PLANCHE 155. SAIDA. — CHATEAU DE LA MER. LA VILLE ET LE CHÂTEAU DE TERRE

484Les Francs défendirent l’entrée de leurs ports (Saint-Jean-d’Acre, Tyr, Saïda, Giblet, etc.), par des ouvrages variés, soit qu’ils placèrent une tour à l’extrémité d’un môle, soit, qu’ils fortifièrent un îlot. A Saïda, qu’ils appelaient Sajette, ils construisirent en quelques mois, dans l’hiver 1227-1228, un petit château sur un îlot qu’ils relièrent au rivage par un pont de 70 mètres en partie conservé. Guillaume de Tyr nous le raconte : « Ils (les Croisés) vinrent à une ille devant le port en la mer, si connurent que là poeent il faire meilleur ovre et plus segure’et en po de tems. Lors mirent main à laborer et firent deux tors l’une grant et l’autre moienne et un pan de mur entre les deux tors. Ils commencèrent à la saint Martin et finirent vers la mi caresme. »

485Le « château de terre » appelé aussi « château de saint Louis » est très ruiné. Saint Louis durant les quatre années qu’il passa en Terre Sainte (1250-1204) à restaurer les fortifications des villes du littoral, fit un long séjour à Saïda dont il releva les remparts.

486Pendant ces travaux (1253), en l’absence du roi, les Sarrasins firent une incursion à Saïda où ils tuèrent deux mille chrétiens. Saint Louis revenu quelques jours après, enterra de ses mains, avec l’aide de ses chevaliers, les cadavres déjà décomposés. Saïda fut abandonnée par les Francs en 1291 à la suite de la prise de Saint-Jean-d’Acre.

PLANCHE 156. LE TORON (TIBNIN)

487Toron est un vieux mot français qui signifie éminence, colline. Le château du Toron défendait à l’est l’accès du port de Tyr. Ses vastes domaines constituaient une des principales seigneuries du royaume de Jérusalem. Les sires de Toron occupèrent constamment les principales charges du royaume.

488Pendant leur occupation de la Terre Sainte, certains barons francs se lièrent d’une amitié véritablement chevaleresque avec des princes musulmans dont ils avaient apprécié la valeur sur les champs de bataille. L’une des plus célèbres que nous rapporte Guillaume de Tyr est celle de Onfroy de Toron avec un des émirs de Nour eddin vers 1152.

489La clémence et l’esprit de droiture des seigneurs francs étaient réputés chez les Musulmans et le voyageur arabe Ibn Djobeir en donne ce témoignage :

490« Entre Tibnin (le Toron) et Tyr nous vîmes de nombreux villages tous habités par les musulmans qui vivent dans un grand bien-être sous les Francs. Les conditions qui leur sont faites sont l’abandon de la moitié de la récolte au moment de la moisson... Les Francs n’en demandent pas davantage, sauf un léger impôt sur le produit des arbres ; mais les musulmans sont maîtres de leurs habitations et s’administrent comme ils l’entendent ; c’est la condition dans tout le territoire occupé par les Francs sur le littoral de Syrie, c’est-à-dire de toutes les bourgades qui sont habitées par les Musulmans... Ceux-ci n’ont qu’à se louer de la conduite des Francs en la justice de qui on peut se fier... »

491Du château des sires de Toron il ne reste que peu de vestiges et les fortifications qu’on voit aujourd’hui sont d’époque récente.

PLANCHE 157. CHATEAU DE BEAUFORT (QAL‘AT ESH-SHEQIF)

492Ce château, véritable nid d’aigle à 670 mètres d’altitude, se dresse au sommet d’une crête rocheuse dominant une pente tombant à pic sur le Litani, là où ce grand fleuve qui descend à travers la Beqa en longeant le Liban, atteint l’aboutissement méridional de cette chaîne et, trouvant une faille entre ces montagnes et le massif de Galilée, fait un coude à l’ouest pour aller se jeter dans la mer.

493Ainsi ce château, placé à l’extrémité de la grande fosse syrienne, que constitue cette vallée de la Beqa, sorte de couloir verdoyant entre le Liban et l’Anti-Liban, gardait à la fois l’entrée de cette vallée, l’accès de la Syrie du sud et celui de la Palestine.

494Pris aux Musulmans par les Francs en 1139, il fut assiégé par Saladin en 1192. Celui-ci, ne pouvant l’emporter de vive force, attira hors de ses murs Renaud, seigneur de Sajette et de Beaufort, qui défendait la place. Il le fit torturer sous les yeux des défenseurs, mais Renaud au lieu de conseiller à ses guerriers de se rendre, comme l’espérait le sultan, leur criait de tenir bon. La place résista pendant près de deux ans et ne céda qu’à la famine, après avoir toutefois obtenu la mise en liberté de son seigneur. En 1240, Beaufort rentra en possession des Francs, qui gardèrent le château jusqu’en 1268. Il est aujourd’hui très ruiné, mais on y trouve les vestiges des deux époques de l’occupation des Francs, un grand ouvrage carré du xiie siècle avec appareil à bossages et muni d’une porte à grand linteau monolithe analogue aux portes de Saone (voir planche 126) et un puissant ouvrage rond avec un large glacis circulaire au bel appareil de pierres lisses, œuvre magnifique du xiiie siècle.

PLANCHE 158. CHATEAU DE SOUBEIBE, PRÈS BANIAS

495Ce château, l’un des plus vastes parmi ceux des Croisés (440 mètres de longueur), se dresse sur un des premiers contreforts de l’Hermon au-dessus de Banias, l’ancienne Césarée de Philippe, placée à un nœud de routes romaines et près d’une des sources du Jourdain.

496C’était un point stratégique fort important. Le château surveillait les routes allant de Damas vers Saint-Jean-d’Acre et Tyr et, du haut de ses tours, la vue s’étend sur un vaste horizon où l’on découvre la vaste plaine de Merdjayoun, la « Vallée des sources » et au sud la plaine du Houlé et les hauts plateaux de Galilée.

497Les Francs occupèrent cette position en 1129-1130, la reperdirent en 1132 et la reprirent en 1139. En 1157 l’émir Nour eddin l’assiégea, mais son seigneur Onfroy de Toron, connétable du royaume de Jérusalem, résista vigoureusement et fut secouru à temps par le roi Baudouin III. En 1164, les Francs perdirent définitivement Soubeibe.

498Ce château, qui garde encore d’importants vestiges de l’époque franque, fut cependant restauré au xiiie siècle par les Arabes. Il est à moitié enfoui. On remarquera son bel appareil à bossages, si caractéristique des constructions franques de la première moitié du xiie siècle.

499A la pointe nord-est de la vaste enceinte de la forteresse se trouve le réduit constitué par une construction rectangulaire, flanquée de six saillants carrés et enfermant le donjon dont la masse domine tous les ouvrages qui l’entourent. Ce réduit se dresse au-dessus d’une gorge profondément encaissée au fond de laquelle coule le Ouadi Khashabé.

500Joinville, commandant un contingent de l’armée de saint Louis, alla, en juillet 1253, enlever Banias aux musulmans et faillit être tué en les poursuivant jusque sous les murs de Soubeibe. Dans sa langue familière, il nous décrit le terrain avoisinant la forteresse, encombré de gros blocs de rochers et la photographie montre ce même paysage au milieu des oliviers.

PLANCHE 159. DAMAS. — PALAIS AZEM

501La plupart des maisons aisées de Damas sont établies sur le même plan. L’entrée est disposée pour qu’on n’ait pas vue de la rue dans la cour. Celle-ci est ornée en son centre d’un bassin où l’eau jaillit constamment et, bien qu’elle soit dallée, elle abrite des arbres fruitiers, de préférence des orangers aux fruits amers dont l’éclat est plus vif.

502Toutes les pièces donnent sur la cour dont les murs sont établis en assises de pierres aux tons alternants. Le fond de la cour est occupé par le liwan, salle de réception ouverte sur la cour et garnie de sofas tout autour. Les murs sont richement décorés (faïences, peintures ou stuc), les poutres du plafond sont apparentes.

503En dehors de ces demeures, il existait à Damas des installations plus somptueuses encore dont le palais Azem, acquis par le Gouvernement français pour y installer l’Institut français de Damas, est le dernier représentant ancien, bien qu’il ne date que du xviiie siècle. En réalité, il se compose de deux maisons distinctes, le selamlik, demeure des hommes et le haremlik où l’on a réuni tous les agréments d’une belle cour entourée de pièces luxueuses.

504La planche 150, en donne une vue. On y constate le mélange de construction arabe et turque dont l’exemple le plus réussi à Damas, sous l’influence de l’école turque du grand Sinan, est le beau khan As‘ad Pasha (1752).

PLANCHE 160. BEIT ED-DIN

505Au voisinage de Deir el-Qamar, dont le sérail est un ancien palais de Fakhreddin, le palais de Beit ed-din (Bteddin) en plein Liban évoque la figure de l’émir Béshir Shihab qui, mort en exil à Constantinople, en 1850, à l’âge de 87 ans, avait gouverné le Liban pendant 53 ans.

506Béshir assura la sécurité du pays et aménagea des routes dans la montagne. Sous lui, Beyrouth reprit quelque activité. Après 1840, la Porte consacra la primauté acquise par cette ville en y installant le centre administratif de la Syrie.

507Habile à remplir son trésor, l’émir Béshir vivait avec magnificence. Il commença, dès 1811, à faire construire à Beit ed-din le palais que représente la planche 160. C’est une construction comprenant plusieurs cours et corps de bâtiments. L’architecte s’est inspiré de la décoration arabe des siècles précédents et il a tiré bon parti du dispositif libanais consistant à placer à l’étage supérieur les pièces d’apparat et à les relier entre elles par des arcades qui les précèdent.

© Presses de l’Ifpo, 1931

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search