Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Annexes

Jean Gaulmier

Texte intégral

1 – COURTE CHRONOLOGIE DE LA SYRIE

1Sources : N. Lewis (1987), CERMOC et CNRS (1980), M. Kord Ali (1969), P. Hatti et al. (1953)

28500-6900 av. J.-C. Établissement sédentaire à Mureybet, sur l'Euphrate.

33500-1600 Royaume d'Ebla (Tell Mardikh).

4xxixe-xviie siècle Royaume de Mari (Tell Harîrî).

5iie millénaire - v. 1 100 Royaume d'Ougarit (Ras Chamra).

6Fin du iiie - fin du iie millénaire Royaume de Emar (Meskené).

7547 av. J.-C. Conquête perse.

8333 La victoire d'Alexandre à Issos lui ouvre les portes de la Syrie.

9312 Seleucos, lieutenant d'Alexandre, fonde un État dont Antioche est la capitale. La Syrie est gouvernée par les Séleucides jusqu'à la conquête romaine.

1064 av. J.-C. A la suite des campagnes de Pompée, la Syrie devient province romaine.

110 Début de l'ère chrétienne.

12218-235 L'Empire romain est gouverné par la dynastie émésénienne, d'origine syrienne (Caracalla, Héliogabale).

13244-249 Philippe l'Arabe, originaire de Chahba, ville du Hauran, est empereur de Rome.

14257-273 Zénobie, veuve d'Odeinat, fonde, autour de Palmyre, un empire syrien auquel met fin l'intervention d'Aurélien.

15395 Partage du monde romain en un Empire d'Occident et un Empire d'Orient.

16395-634 La Syrie est une province byzantine.

17611 Les Sassanides occupent la Syrie et la transforment en satrapie persane.

18629 Reconquête de la Syrie par Héraclius, empereur de Byzance.

19632 Mort du Prophète Muḥammad.

2020 août 636 Victoire des Arabes sur les Byzantins sur le Yarmouk. Conquête définitive de la Syrie par les Arabes.

21660 Mu'âwiya fonde le califat omeyyade et installe sa capitale à Damas.

22660-750 Califat omeyyade.

23705 Construction de la grande mosquée de Damas par le calife al-Walid.

24750-1258 Califat abbasside. La Syrie devient une province de l'Empire.

25868-969 Les dynasties égyptiennes des Tûlûnides et des Ikhchidides contrôlent épisodiquement la Syrie.

26944 Saïf al-Dawla établit à Alep l'émirat hamdanide qui domine la Syrie du Nord de 944 à 1003.

27969 Les Fatimides, partis de Tunisie où ils avaient fondé un califat ismaélien, conquièrent l'Égypte, puis la Syrie qu'ils disputent aux Hamdanides.

28Août 1071 Victorieux des Byzantins à Manâzgird, les Turcs seldjoukides s'installent en Syrie.

291096 Première croisade.

3014 juillet 1099 Prise de Jérusalem et fondation du Royaume latin.

311146 Nûr al-Dîn, fils de Zengî, émir de Mossoul, lui succède à Alep.

321154 Nûr al-Dîn s'empare de Damas et réunifie la Syrie.

331174 Salâh al-Dîn (Saladin), déjà maître de l'Égypte, entre à Damas.

341174-1260 Les Ayyoubides gouvernent l'Égypte et la Syrie.

354 juillet 1187 Défaite des Francs à Hattîn. en Palestine. Prise de Jérusalem par Salâh al-Dîn.

361250 Les Mamelouks établissent leur autorité en Égypte.

371259 Invasion des Mongols en Syrie.

383 septembre 1260 Victoire du sultan mamelouk Qutûz sur les Mongols à Ain Djâlût, en Palestine.

391260-1516 La Syrie devient une province de l'empire mamelouk dont la capitale est Le Caire.

401401 Invasion de Tamerlan. Les Mongols mettent à sac Alep et Damas.

411453 Les Turcs ottomans s'emparent de Constantinople.

421516 Victorieux à Dâbiq, au nord d'Alep, le sultan Sélim 1er conquiert la Syrie puis l'Égypte.

431516-1918 La Syrie appartient à l'Empire ottoman.

441798-1801 Expédition de Bonaparte en Égypte.

451799 Offensive de Bonaparte en Palestine et échec devant Saint-Jean-d'Acre.

461832 Ibrâhîm Pacha conquiert la Syrie qui tombe sous la domination de

47Muḥammad Alî.

481841 Les Egyptiens doivent évacuer la Syrie.

491876-1909 Règne du sultan Abdul Hamid.

501900-1908 Construction de la voie ferrée de pèlerinage entre Damas et La Mecque.

518 mars 1920 Le Roi Faysal est proclamé roi de Syrie par le congrès national.

5228 avril 1920 Le traité de San Remo donne aux forces alliées le Mandat sur le Proche-Orient : la Palestine, la Jordanie et l'Iraq à la Grande-Bretagne ; la Syrie et le Liban à la France - sur la base de l'accord "Sykes-Picot" conclu entre la France et la Grande-Bretagne, le 16 mai 1916.

5324 juillet 1920 Les troupes françaises entrent à Damas après la défaite syrienne à Maysaloun. Mort de Yussef al-Azmeh, chef des troupes syriennes.

541920-1921 Opposition au Mandat français, notamment à Alep, dans le Massif alaouite et dans la région de l'Euphrate (Jézireh).

551925-1926 Les nationalistes syriens se rebellent contre la France, notamment dans le sud de la Syrie (région de Soueida).

56Juin 1941 Occupation de la Syrie par les forces britanniques et les forces de la France libre.

5728 septembre 1941 Proclamation de l'indépendance syrienne.

5817 avril 1946 Évacuation des troupes françaises de Syrie.

591949 Coup d'État militaire en Syrie.

601958 La Syrie et l'Égypte fondent la R.A.U. (République Arabe Unie) sous la présidence de Nasser.

611961 La Syrie sort de la R. A.U.

628 mars 1963 Le parti Ba'ath s'empare du pouvoir.

631967 Guerre des Six-Jours, Israël occupe le Golan (mohafaza de Quneitra).

641968 Construction du grand barrage de Tabqa sur l'Euphrate. 16 novembre 1970 Mouvement de redressement.

651971 Hafez al-Assad est président de la République.

661973 Guerre d'octobre : la ville de Quneitra est récupérée, mais détruite.

2 – TEXTES CHOISIS**

2.1 – YAQOUT AL-HAMWI

67Le géographe Yaqout al-Hamwi a évoqué les deux villes dans son ouvrage écrit aux alentours de 1200 (Dictionnaire des pays (Mu‘jam al-Buldān), volume II, p. 300).

  • 1 Oronte.

« Hama est une grande ville, débordante d'activités en tous genres ; les marchandises y sont bon marché. Elle s'étale sur un vaste espace riche en souks. De solides remparts entourent la vieille ville (zone intra-muros). La zone extra-muros est plus étendue. Elle regroupe de nombreux souks et une mosquée donnant sur une rivière connue sous le nom d'al-‘Assi1 (le rebelle) au bord de laquelle se trouvent des norias qui servent à irriguer les vergers ainsi qu'à alimenter le bassin de la mosquée. Cette zone est appelée al-Souk al-Asfal (le bas) car elle est située en contrebas de la ville intra-muros. Quant à la zone extra-muros, on lui a donné pour nom al-Souk al-A‘la (le haut) du fait de sa situation en hauteur.
Dans un coin de la ville, se dresse une magnifique tour de défense dont l'architecture est d'une remarquable finesse. Des douves, larges de plus de 100 brasses, l'entourent. Cet édifice a été construit par le roi al-Mansour Mohamed Ben Zaqi Eddine. Le poète Umro'o al-Qays l'a d'ailleurs évoqué dans son poème.
Auparavant dépendante de Homs, la ville n'avait pas la même importance qu'aujourd'hui. Ibn al-Tayyeb, évoquant la ville lors de son récit de voyage, en fait la description suivante : "Hama est un village entouré de clôtures en pierre ; ses constructions sont également en pierre. Quant à la rivière al-‘Assi, elle arrose les vergers et fait tourner les norias."
Cette citation date de 271 (de l'hégire, c'est-à-dire environ 880 après J.-C.) ce qui explique l'emploi du terme "village". »

68Quant à Homs, il ne lui a consacré que ces quelques lignes (Dictionnaire des pays, volume II, p. 302) :

« Homs est une ville antique très célèbre, entourée de remparts. Au sud de la ville se trouve une citadelle située sur un tell élevé et important. Homs se trouve à mi-chemin entre Damas et Alep. Elle a été fondée par un homme appelé Homs, fils de Mahr. »

2.2 – IBN JOBEIR

  • 2 Cité par W. Qombaz lors du colloque des ingénieurs de Hama en 1984.

69Ibn Jobeir, géographe explorateur, après sa visite à Hama (vers 1185), décrit ainsi la ville2 :

« Hama est une ville célèbre, fidèle compagne du temps. Elle ne laisse pas insensible celui qui tourne ses regards vers elle ou qui jouit de son ombre.
A son orient coule une rivière au flot abondant dont les deux rives s'ornent de norias en regard. Des vergers s'inclinent, échevelés, le long de ses berges. Sur l'une de ses rives, les maisons s'ordonnent régulièrement en quartiers alimentés par l'eau purificatrice des norias.
Sur l'autre rive, accrochée à la ville basse se trouve une mosquée dont le mur tourné à l'est est percé de fenêtres qui réconfortent et attirent le regard. Jouxtant la rivière, une citadelle similaire à celle d'Alep dans sa situation tout en étant moins considérable, est alimentée par un filet d'eau. Cette citadelle ne craint ni les troubles, ni les prétentions des ennemis.
Cette ville est implantée dans une vallée spacieuse comparable à de larges douves. La ville haute s'agrippe au versant le plus escarpé tandis que la ville basse, au pied de la citadelle, vient mourir dans l'eau.
Les deux villes sont petites : les remparts de la ville haute l'entourent et arrivent jusqu'au sommet de la montagne tandis que l'enceinte de la ville basse n'assure sa protection que sur trois côtés, le fleuve servant de défense naturelle.
[...]
Les souks de la ville haute sont plus attrayants, ils regorgent de marchandises très variées. Ils regroupent l'ensemble de l'artisanat et la plus grande majorité des commerces en un tout, bien organisé et bien ordonné. La ville haute possède une mosquée plus importante que celle de la ville basse. On y trouve également quatre écoles et un marestan [hôpital] situé sur le bord de la rivière à proximité de la petite mosquée.
La ville est située dans une large plaine, attrayante pour le regard, riche en vignes et en champs. Les vergers se succèdent le long des deux rives. Cette rivière s'appelle al-'Assi (le rebelle) parce qu'elle coule de bas en haut, du sud au nord. »

  • 3 Cité par M.M. Moussly, p. 91.

70Voici la description qu'Ibn Jobeir fait de Homs : à l'inverse de l'engouement qu'il ressentit pour Hama, le tableau qu'il dresse de cette ville rend compte de sa déception3 :

« Homs est une grande ville, agréable au regard et remarquable pour sa propreté et sa beauté. Elle est située au cœur d'une vaste plaine où le vent ne rencontre aucun obstacle. À l'inverse des vastes steppes, cette plaine est irriguée par les eaux d'al-'Assi (autrefois appelé al-Arnad d'où vient le nom Oronte). Ses habitants sont réputés pour leur courage ainsi que pour leur goût pour la course à pied.
Au sud de la ville, se trouve une puissante citadelle, et à l'est, un cimetière qui abrite les tombeaux où reposent Khaled Ibn al-Walid, son fils Abdul al-Rahman et Aubayd Allah, fils de Omar.
Homs bénéficie d'une protection remarquable grâce aux épais remparts de pierres noires qui l'entourent. Ses portes sont en fer. Tout cela donne aux remparts un aspect magnifique et monumental.
Mais la ville intra-muros est comme la badia [steppe], austère et parsemée de façon anarchique de maisons fermées [introverties]. Cette ville est sans avenir. De même, ses souks ne sont pas achalandés.
Nous avons interrogé l'un des cheikhs de Homs sur l'existence d'un marestan [hôpital ou hôpital psychiatrique]. Il a démenti cela en déclarant que c'était toute la ville qui était un marestan. Il te suffit, pour être convaincu de cela, d'écouter le témoignage des habitants sur leur ville.
Homs possède une seule école. En regardant la ville de loin, elle nous rappelle Séville en Andalousie. »

2.3 – ÉDOUARD ZAKHA

  • 4 Cité par M.M. Moussly, p. 98.

71Voici une citation extraite d'une description de la ville de Homs faite par l'orientaliste Édouard Zakha, directeur du musée de Berlin. En 1879, celui-ci a effectué un voyage en Syrie pour en explorer la géographie et l'histoire4 :

  • 5 Koufi : adjectif relatif à Koufa, ville en Iraq. L'écriture koufie est une écriture géométrique do (...)

« Nous arrivâmes à Homs, le 24 octobre, vers 5h20 par la route du village de Baba Amr. Nous empruntâmes la route qui relie ledit village à Homs pendant environ 25 minutes. Les tours de Homs furent en vue dès que nous nous approchâmes du côté nord du lac (Qattiné).
A mesure que l'on s'approchait des remparts, la tour de défense se dessinait de plus en plus clairement et on arrivait même à distinguer les ruines des tours d'observation qu'elle masquait.
Du côté nord de l'édifice, il y avait une énorme arche. Enfin, à l'ouest de la ville, c'est-à-dire du côté avoisinant la route qui mène à Tripoli, des ruines datant de l'Antiquité et du Moyen-Âge jonchaient le sol. Parmi elles, le tombeau d'une personnalité mohamétane importante ainsi que celui de Barhi datant de l'époque byzantine.
Nous plantâmes nos tentes sur une place, à l'ouest de la ville, entre une caserne d'infanterie et les ruines d'une caserne construite par Ibrahim Pacha.
Homs (Emsea) avec ses édifices en pierre noire ou blanche, est une ville de moyenne importance. Les minarets de ses mosquées ont une forme carrée. Une grande partie des remparts est restée intacte. A l'ouest de la ville s'étendent des vergers verdoyants. D'autres longent la rivière al-'Assi.
Dans le bazar, on trouve, outre les produits alimentaires, l'artisanat ainsi que les outils dont se servent les agriculteurs et les nomades. La population de Homs, composée d'un pourcentage non négligeable de chrétiens, est estimée à environ trois à quatre mille habitants. L'essentiel de l'activité des chrétiens est consacrée à la fabrication du tissu. Le gouvernement turc est représenté par un maire et la communauté chrétienne est représentée par un prêtre.
D'autre part, j'ai vu à Homs, gravées sur des pierres, quelques inscriptions arabes et grecques, mais sans grande valeur. Et sur l'arche du côté sud (Bab al-Masdoud), j'ai également remarqué une écriture koufie5 que je ne pus déchiffrer car la pierre sur laquelle elle figurait était trop haute. »

2.4 – LÉON PAUL

72Le voyageur Léon Paul(1865) a décrit les villes de Homs et Hama lors de son voyage (vers 1864) dans la région.

73De Homs il a dit (p. 179) :

« La ville de Homs est bien la ville arabe par excellence ; on y compte 20 000 habitants, dont 17 000 sont chrétiens grecs. Les maisons construites en pierres noires, les rues étroites, les bazars obscurs n'attirent pas l'attention. Mais les bédouins qui viennent s'approvisionner avant de s'aventurer dans le désert, leurs costumes variés, leurs figures brûlées, donnent à la ville beaucoup d'animation et de variété. [...]
La ville a des jardins assez gracieux mais qui ne supportent pas la comparaison avec ceux de Damas. »

74Il décrira, lors d'une autre étape, la ville de Hama (p. 182-183) :

« Pour voir la ville de Hama il faut y entrer. Bâtie sur les pentes rapides de l'Oronte, elle est masquée par deux monticules en pain de sucre qui la dérobent entièrement au voyageur. Les livres de Bible nous la représentent comme une des villes frontières de la terre promise.
Elle enferme 50 000 habitants, dont quelques-uns sont nos coreligionnaires. Les maisons sont peu remarquables, mais le fleuve qui l'arrose et les jardins qui l'entourent lui donnent l'aspect le plus agréable qui se puisse imaginer. »

3 – NOTE SUR UN ÉPISODE POÉTIQUE DE LA RIVALITÉ SÉCULAIRE ENTRE HOMS ET HAMA**

  • * Reproduction d'un article de Jean Gaulmier (1932), Extrait du Bulletin d'Études orientales de l'In (...)
  • 6 C'est ainsi que les familles du bas-peuple ont parfois de la répugnance à marier leurs enfants ave (...)
  • 7 Nous indiquerons ailleurs la bibliographie, fort abondante, sur la matière. Pour qu'elle fût exhau (...)

75La rivalité qui existe entre Homs et Hama est un fait social digne de retenir l'attention de l'observateur, car elle s'exprime dans de nombreuses circonstances de la vie quotidienne6. Elle a donné lieu à toute une littérature populaire de contes et de bons mots ou de proverbes parfois savoureux7. Il ne s'agit pas là seulement d'une manifestation d'exclusivisme local, pareille à ces querelles qui séparent parfois violemment deux cités voisines et d'une importance sensiblement équivalente, querelles dont tous les pays peuvent offrir des exemples. Le fait semble avoir des causes profondes que nous étudierons ailleurs avec l'ampleur qu'elles méritent. Il n'est pas inutile toutefois d'énumérer ici les principales, pour donner toute sa valeur à l'épisode poétique que nous nous proposons de noter dans les pages qui vont suivre.

  • 8 Cf. L. Massignon, Éléments arabes et foyers d'islamisation, in Revue du monde musulman, 1924, t. L (...)

76Il serait intéressant tout d'abord de rechercher si Homs et Hama n'ont pas bénéficié, au moment de la conquête arabe, d'un apport étranger d'origine différente : Homs a été dès 637 occupée par une garnison yéménite et Hama, au contraire, paraît avoir été soumise à une influence qaysite, de la part du gund de même origine installé à Qinnasrîn en 6808.

77A cet antagonisme initial, s'ajoutèrent par la suite de nombreuses luttes pour la prépondérance entre ces villes voisines. Exposer ces luttes, ce serait refaire l'histoire des deux cités : nous nous bornons donc ici à les indiquer.

  • 9 La bibliographie de cette question est également très abondante. Voir entre autres Šams ad-dîn ad- (...)

78Une rivalité d'ordre religieux est également à noter. On connaît la réputation bien établie des habitants de Homs, dont de nombreux chroniqueurs ont raillé le peu de sagacité9. Cette réputation, dont l'origine est obscure, ne serait-elle pas due à l'hétérodoxie souvent manifestée des homsiotes en matière de religion ? Un texte de Yâqût apporte une confirmation à cette manière de voir qui, au surplus, s'accorde parfaitement avec la psychologie d'un peuple qui ne peut guère concevoir l'intelligence autrement que comme instrument essentiel de connaissance religieuse.

  • 10 Yâqût, Mu‛ǧam al-buldân (éd. du Caire 1906), p. 341-342.

79« Ce qui m'a étonné en observant Homs, dit-il, c'est l'impureté de son air et de ses terrains qui trouble la raison à un point tel que la sottise de ses habitants est devenue proverbiale. Les habitants de Homs étaient les ennemis de ‘Alî à Siffîn. Ce sont eux qui excitaient l'opinion contre ‘Alî et ils l'ont combattu avec acharnement. Ces guerres passées, le temps s'étant écoulé, ils sont devenus partisans acharnés de la Šî‛a, à un point tel que plusieurs d'entre eux ont adopté la religion des Ansariés Les habitants de Homs sont restés dans l'ignorance du commencement à la fin et on ne connaît pas une époque où ils furent dans la voie droite„10. Sans doute accusera-t-on Yâqût de partialité en sa qualité de ḥamawī : son témoignage au contraire n'en démontre que mieux ce qui devait si fortement choquer l'opinion strictement orthodoxe de Hama dans l'attitude des homsiotes.

  • 11 Sur la digue du lac de Homs, cf. R. Dussaud, Topographie de la Syrie antique et médiévale, p. 112 (...)
  • 12 Ta'rīḫ Ibn al-Wardî (éd. du Caire, 1285 H.) t. II, p. 165-166.

80Toutefois, et si importantes qu'elles semblent, les causes historiques que nous venons de résumer ne suffisent pas à expliquer le fait social, singulièrement vivant aujourd'hui encore, dont nous parlons. La situation des deux villes sur l'Oronte a joué dans le passé comme de nos jours un rôle important dans l'entretien de leur rivalité séculaire. L'alimentation en eau soulève fréquemment d'irritants problèmes : les jardins et les moulins de Hama sont tributaires de l'Oronte dont la ville de Homs désire détourner le cours à son profit. Sans remonter à la Bible, où, comme nous le verrons, les habitants de Hama vont chercher des arguments pour réclamer l'entière propriété de l'Oronte11, rappelons ici, à titre d'exemple, les faits suivants. En 635 H. (1287), le roi de Homs, Šîrkûh, pour se venger du prince de Hama al-Malik al-Muẓaflar, coupable de s'être allié avec le roi d'Égypte après la mort du roi al-Malik al-Ašraf “décida d'arrêter le fleuve de Hama. Alors, il endigua l'Oronte à sa sortie du lac de Homs. Les moulins et les norias de Hama s'arrêtèrent.1 L'eau du fleuve s'écoula dans les vallées voisines du lac. Puis le fleuve déborda, détruisit la levée et reprit son cours naturel12.

81La dernière en date des manifestations de rivalité entre Homs et Hama à propos de l'Oronte est toute récente (1930-1981). La municipalité de Homs ayant décidé de construire des égoûts qui iraient se déverser dans le fleuve, l'opinion publique s'émut à Hama. Les chefs des syndicats s'emparèrent de l'occasion pour accroître leur popularité et une délégation de membres de l'Union générale des syndicats ouvriers tint à se rendre à Homs pour suivre l'enquête ouverte par les services de l'Hygiène publique à ce sujet (novembre t g 31 ). Des notables, l'association religieuse “Le guide islamique„ du cheykh Abd el-Qâder el-Kīlânī appuyèrent les revendications des groupements ouvriers.

82L'épisode dont nous allons parler est, comme ceux que nous venons d'évoquer, une querelle relative à l'Oronte.

***

83En 1909, la municipalité de Homs résolut de faire creuser un canal unissant la ville à l'Oronte, afin d'y déverser les égoûts urbains. A cette occasion, un poète notoire à Homs, Abū l-’uḍâ’ al-Atâsī, écrivit les vers suivants :

  • 1 On dit que l'eau de Homs est devenue l'asile des microbes qui font du mal à toutes les bouches.
  • 2 Allons boire de l'eau limpide qui a été filtrée avant le jour de la vieille.
  • 13 Sur ces “jours de la vieille„, cf. H. Basset, Essai sur la littérature des Berbères, Alger, 1920, (...)
  • 3 L'eau arrive à tous les châteaux.
  • 14 Ici, une lacune. Je tiens ces renseignements de Šeyḫ Muḥammad ‛Adî, un des héros de cette histoire (...)
  • 4 Alors je leur ai dit : c'est une vision de rêve et si ce rêve était vrai, avec cette eau, je me la (...)

وقالوا ماء جص صاد ماءوى جرا لم نضر مكل بون 1
فهيا صل ماء ئرإحآ تصغا قبل اتام المحور 213
وتتصل الهاء بكل قصر314
فقلت لهم حيال ف شام واى صغ النام غسلت طيزى4

84Cette poésie fut naturellement colportée de bouche en bouche jusqu'à Hama, où elle souleva d'abord l'indignation puis les railleries des habitants. Ils la tournèrent en dérision, en firent de nombreuses parodies, par la méthode du taḫmîs. Cependant les homsiotes persistaient dans leur projet, sans se laisser désarmer par les railleries. Une commission fut alors choisie parmi les notables de Hama pour se rendre à Homs afin de protester officiellement. Celte délégation fut composée des personnages suivants : Muḥammad bey el-Asad, ‘Omar el-Kīlânī, Muḥammad Termānînī, Rašīd el-Bārûdī, Rašīd el- Ḥawrânī, Šeyḫ Muḥammad ‛Adî. Ce dernier, obligé de se rendre à Salamiyé pour une affaire personnelle, ne put se joindre à ses collègues qui gagnèrent Homs sans lui.

85Comme Šeyḫ Muḥammad 'Adi se trouvait depuis plusieurs jours à Salamiyé où il était l'hôte de Ḥuseyn el-‘Ali, cinq citoyens de Homs, de passage à Salamiyé, vinrent lui rendre visite. C'étaient Tūfîq et ‘Omar al-Atâsī, Muḥammad ‘Ağam-Oġlū, Ḫāled et Gāreb al-Hakme. Ils reprochèrent à Šeyḫ Muḥammad ‛Adî d'avoir tourné en dérision les vers d'Abū l-’uḍâ’ al-Atâsī et ils allèrent jusqu'à le menacer. Le cheykh fit valoir qu'on avait conféré un grand honneur au poète homsiote en colportant sa poésie. Les visiteurs s'adoucirent alors et parurent satisfaits. L'un d'entre eux, pour pousser l'avantage qu'ils croyaients avoir acquis, s'écria : —“Vous savez qu'une délégation de Hama est venue chez nous pour étudier le problème de l'eau ? Vous ignorez ce que notre poète national a écrit à ce sujet ? — Dites ! repartit le cheykh.

86Alors, il récita :

  • 5 Nous avons pris votre fleuve par la force el nous vous avons dominé dans le passé.
  • 15 Allusion aux faits historiques évoqués ci- l'ouest.
  • 6 Nous avons obligé votre ‘Āṣī à nous être soumis, nous n'avons pas trouvé en vous un ennemi à consi (...)
  • 16 Jeu de mots sur le nom arabe de l'Oronte, al‘Âṣî, “le rebelle„, ainsi appelé, dit-on, parce que co (...)
  • 7 Vous êtes venus demander un droit...

أخذا متم زفئا وس نلااه رتم مخدما 515
خصا ذكم قمنا يا لعاهمكم وزليغا 616
حئا تطلبوا أتيم 7

87Sur ces mots, le homsiote s'arrêta brusquement, ayant oublié la fin du poème. Šeyḫ Muḥammad cAdî improvisa alors immédiatement un second hémistiche :

فعدقم جقئ بكا
Vous êtes rentrés à l'état de cadavres.

88Devant la confusion qui s'empara des visiteurs à cette réplique, le cheykh reprit toute son assurance et improvisa une réponse. « Ces vers, dit-il, notre poète national de Hama les connaît et il leur a répondu en ces termes :

  • 8 Après le témoignage antique de la Bible et tout historien qui sait dans ce monde.
  • 9 Que ce fleuve est vraiment le fleuve de Hama el que les autres n'ont pas à boire dans ce fleuve.
  • 17 Allusion à Jos., VIII, 6.
  • 18 Peut-être allusion à Isaie, XXVI, 16.
  • 10 Est-ce que la canaille peut le prendre par force ? C'est un discours chimérique, ô mère de 'Omar.
  • 11 S'ils creusent le canal et l'arrangent, je le boucherai avec mon gland !

شهادة ابعد التوراة قدما وبله ر مويزدخوى إل لا 8
جاة نهر النهر إئ حئا بنوهلير ت سر ب كيرها 91718
م ألم إ خرافة حمديث رفثا الماس ر^،عا ^،ع ٠10
لتئ حغروا القناة ونظرها سددق قغاتهمف رأس أمى 11

  • 19 Allusion à la tradition populaire qui prétend que le séjour de Hama est impossible aux Juifs.

89L'un des cinq homsiotes présents, ‘Ağam-Oġlū, écrivit les vers que venait de réciter le cheykh et les envoya la nuit même à Homs, pour qu'ils fussent déposés dès le matin suivant sur le bureau de Ḫāled bey el-Atâsī, président de la municipalité de Homs. Celui-ci, les ayant lus, adressa de vifs reproches à la délégation de Hama. Les poètes de Homs résolurent alors de tirer une vengeance éclatante du poème injurieux en composant un ouvrage intitulé Qaṭf al-wurūd bi-ḏanbi ’ahli Ḥamāl al-yahûd (“la cueillette des roses et des péchés des juifs hamiotes„)19.

90Cependant, Šeyḫ Muḥammad ‛Adî était rentré à Hama. C'est là qu'il apprit le dessein que formaient les poètes de Homs. Il jugea préférable de prendre l'offensive et rédigea ces vers, qui parvinrent rapidement aux oreilles des homsiotes :

  • 12 Je ne me suis pas abaissé à railler les ignobles : relui qui critique les vilains n'arrive pas à s (...)
  • 13 Ils ont été étonnés de ce que mon gland peut bouclier un canal : n'ont-ils pas vu qu'un ver peut d (...)
  • 14 Leur faiblesse les a portés à médire de la religion ; je leur ai dit : n'avez vous pas apostasie p (...)
  • 20 Allusion au passage de YÂQÛT cité plus haut.

اق ترس ص زر اللئام ل ما اى الذى ذر بوئا لمم ينل غرضع12
تعجبوا كيف ثم عول يمن ؛ نا الم بروا اى سغغثا هدء انضم 13
هم قلمت الدس ق لعطبعهنموا اثا اعنننغم قذبما ممذهب الرفضا 1420

91Les poètes de Homs, devant cette manifestation, renoncèrent à leur projet.

  • 21 El-Faṣîḥ est un exemple fort curieux des poètes contemporains de Syrie. H est mort récemment, et a (...)

92L'affaire eut son épilogue quelques semaines plus tard. Comme le mufti de Hama, el-Harîrî, revenait de pèlerinage, une délégation alla l'attendre à Homs, suivant l'usage, pour le ramener à Hama en grande cérémonie. Šeyḫ Muḥammad 'Adî faisait partie, naturellement, de cette délégation. Quelques habitants de Homs, désireux d'honorer le mufti, se joignirent à ceux de Hama et pendant qu'on attendait l'arrivée de la caravane des pèlerins, les conversations des uns et des autres traitaient de la récente querelle. Un poète de Homs, el-Faṣîḥ21), ignorant que le cheykh ‛Adî était le propre auteur des fameux vers, lui dit, non sans quelque naïveté : — “ Ce cochon de poète de Hama veut boucher le canal avec son gland ! Gomment pourrait-il le faire ? Moi, je suis entré dans le canal tout entier, et je n'ai pas réussi à le boucher !„ — “C'est peut-être, repartit Šeyḫ Muḥammad ‛Adî, que le poète ne songeait pas seulement à sa verge, mais qu'il te voyait au bout ?„ Le homsiote gêné, voulut détourner la conversation : — et Tu ne me loues jamais dans tes vers, dit-il. — Comment ? repartit Šeyḫ Muḥammad ‛Adî, n'as-tu pas appris ceux que je t'ai consacrés ?„ Et il improvisa à l'instant :

  • 22 Allusion à la tradition populaire qui veut que le coq chante lorsqu'il aperçoit un renard ou un ch (...)

اقول الى ادإك ج ائغا اذا جانكم هذا الغصغ فصيعوآ
Je dis aux coqs de notre Hama : si ce Faṣîḥ vient chez vous, chantez22.

93Ce fut le mot de la fin : la victoire restait aux habitants de Hama.

***

  • 23 Cf. Lammens, Études sur le siècle des Om-meyades, Beyrouth, 1980, p. 229-280.

94On nous pardonnera d'avoir insisté sur les faits qui précèdent et qui peuvent paraître à première vue d'un médiocre intérêt : ils nous semblent comporter plus d'un enseignement à retenir. Non seulement en effet, cet épisode met en lumière la querelle permanente des deux villes les plus importantes de la Syrie centrale, mais encore il nous montre combien sont restées vivantes dans ces régions peu ouvertes à l'influence européenne les usages et les caractères traditionnels de la satire arabe. Dans les poésies que nous avons citées, on retrouve le côté ordurier de cette satire “qui s'est toujours distinguée par sa licence23„. Les vantardises des poètes de Homs, les répliques hautaines ou vulgaires du champion de Hama rappellent les polémiques célèbres de Ǧarîr avec Farazdaq. L'époque des naqâ’iḍ et du hiǧẩ’ n'est pas terminée en Syrie centrale. Et c'est bien là la conclusion par quoi se terminent invariablement, sur quelque point que ce soit, les recherches que nous avons entreprises sur la région de Hama, où demeurent pleines de vitalité des institutions et des coutumes que les contacts occidentaux ont abolies trop souvent dans d'autres parties de la Syrie.

95Bulletin d'études orientales, t. II.

Notes

1 Oronte.

2 Cité par W. Qombaz lors du colloque des ingénieurs de Hama en 1984.

3 Cité par M.M. Moussly, p. 91.

4 Cité par M.M. Moussly, p. 98.

5 Koufi : adjectif relatif à Koufa, ville en Iraq. L'écriture koufie est une écriture géométrique dont l'usage est très fréquent dans la décoration des mosquées.

6 C'est ainsi que les familles du bas-peuple ont parfois de la répugnance à marier leurs enfants avec des jeunes gens de l'autre ville.

7 Nous indiquerons ailleurs la bibliographie, fort abondante, sur la matière. Pour qu'elle fût exhaustive, il faudrait dépouiller la presse quotidienne et les périodiques syriens, où le homst est devenu unj.ype comique. Voir à titre d'exemple- al-ǧaḥšat al-bayḍâ, dans al-Muḍḥik ai-Mubkî de novembre 1931.

8 Cf. L. Massignon, Éléments arabes et foyers d'islamisation, in Revue du monde musulman, 1924, t. LVII, p. 25.

9 La bibliographie de cette question est également très abondante. Voir entre autres Šams ad-dîn ad-Dimašqî, Cosmographie (trad. Mehren, 1874) p. 274 — Wafaq ad-Dîn Ibn al- ‛Aǧamî : Kutub aḏ-ḏahab in Revue de l'Académie Arabe, Damas, avril 1932, III-IV. etc. La plupart des voyageurs européens qui ont visité Homs remarquèrent également la lourdeur des homsiotes – cf. entre autres Die heutigen Syrier, Stuttgart, 1845, p. 10, etc.

10 Yâqût, Mu‛ǧam al-buldân (éd. du Caire 1906), p. 341-342.

11 Sur la digue du lac de Homs, cf. R. Dussaud, Topographie de la Syrie antique et médiévale, p. 112 in fine. Sur Hama dans la Bible, cf. Lods, Israël, Paris 1980, p. 20, ai, 448.

12 Ta'rīḫ Ibn al-Wardî (éd. du Caire, 1285 H.) t. II, p. 165-166.

13 Sur ces “jours de la vieille„, cf. H. Basset, Essai sur la littérature des Berbères, Alger, 1920, p. 295.

14 Ici, une lacune. Je tiens ces renseignements de Šeyḫ Muḥammad ‛Adî, un des héros de cette histoire. La dernière fois que je le vis, c'était pendant le ramadan i35o : je le pressai de compléter ce qu'il m'avait déjà indiqué. Il se déclara fatigué par le jeûne et promit de me donner satisfaction après le ramadan. II mourut malheureusement le 29 ramadan. C'était un homme d'âge et d'expérience dont je ne veux pas manquer ici de saluer la mémoire.

15 Allusion aux faits historiques évoqués ci- l'ouest.

16 Jeu de mots sur le nom arabe de l'Oronte, al‘Âṣî, “le rebelle„, ainsi appelé, dit-on, parce que contrairement aux autres cours d'eau syriens, il coule du sud au nord et de l'est à l’ouest. C'est du moins l'étymologie que donnent dessus. les géographes arabes. Cf. sur ce point la géographie d’Abû l-FidÂ’.

17 Allusion à Jos., VIII, 6.

18 Peut-être allusion à Isaie, XXVI, 16.

19 Allusion à la tradition populaire qui prétend que le séjour de Hama est impossible aux Juifs.

20 Allusion au passage de YÂQÛT cité plus haut.

21 El-Faṣîḥ est un exemple fort curieux des poètes contemporains de Syrie. H est mort récemment, et a laissé tout un dīwân de poésies de circonstance, en langue vulgaire, encore inédit.

22 Allusion à la tradition populaire qui veut que le coq chante lorsqu'il aperçoit un renard ou un chacal.

23 Cf. Lammens, Études sur le siècle des Om-meyades, Beyrouth, 1980, p. 229-280.

Notes de fin

* Traduits par M. al-Dbiyat.

* Reproduction d'un article de Jean Gaulmier (1932), Extrait du Bulletin d'Études orientales de l'Institut français de Damas, tome II, p. 83-90

1 On dit que l'eau de Homs est devenue l'asile des microbes qui font du mal à toutes les bouches.

2 Allons boire de l'eau limpide qui a été filtrée avant le jour de la vieille.

3 L'eau arrive à tous les châteaux.

4 Alors je leur ai dit : c'est une vision de rêve et si ce rêve était vrai, avec cette eau, je me laverais le cul.

5 Nous avons pris votre fleuve par la force el nous vous avons dominé dans le passé.

6 Nous avons obligé votre ‘Āṣī à nous être soumis, nous n'avons pas trouvé en vous un ennemi à considérer.

7 Vous êtes venus demander un droit...

8 Après le témoignage antique de la Bible et tout historien qui sait dans ce monde.

9 Que ce fleuve est vraiment le fleuve de Hama el que les autres n'ont pas à boire dans ce fleuve.

10 Est-ce que la canaille peut le prendre par force ? C'est un discours chimérique, ô mère de 'Omar.

11 S'ils creusent le canal et l'arrangent, je le boucherai avec mon gland !

12 Je ne me suis pas abaissé à railler les ignobles : relui qui critique les vilains n'arrive pas à son but.

13 Ils ont été étonnés de ce que mon gland peut bouclier un canal : n'ont-ils pas vu qu'un ver peut démolir un toit ?

14 Leur faiblesse les a portés à médire de la religion ; je leur ai dit : n'avez vous pas apostasie pour le chiisme ?

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter