Version classiqueVersion mobile

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Conclusion générale

Texte intégral

1Nous avons constate des différences entre l'évolution de Homs et celle de Hama. Elles sont manifèstes dans tous les domaines abordes par cette étude, que ce soit l'évolution interne (démographique, urbaine,) ou les rôles régionaux et la place dans le système urbain national. Pourtant, les deux villes sont nées a la même époque et elles ont constitue un bipôle, plus ou moins teinte de rivalité, pendant très longtemps.

2Sans revenir sur ce que nous avons signale dans les conclusions des chapitres, il nous semble important de souligner les points cruciaux de cet essai sur les formes de développement d'un bipôle peu a peu transforme en doublet urbain, en raison d'un processus de croissance différentielle. On peut également poser le problème de la définition de la ville syrienne, lequel doit être précise si l'on veut comprendre le mécanisme de l'émergence des petites villes.

3Tout cela entre dans le cadre des transformations en cours des rapports ville-campagne auxquels nous ne manquons pas de faire allusion dans cette description de l'état actuel.

1 – HOMS ET HAMA : LES CONSEQUENCES D'UNE CROISSANCE DIFFERENTIELLE

4L'exemple de Homs et Hama représente un phénomène intéressant. Il s'agit du développement de deux villes qui ont longtemps constitue un bipôle, chaque ville contrôlant une région distincte.

5Actuellement, la région centrale est toujours commandée en "tandem", mais avec Homs en tête, qui tente de devenir capitale régionale. Nous avons constate que Homs s'affirme de plus en plus comme ville principale de la Syrie centrale et que Hama joue le second rôle. Elles constituent désormais un doublet urbain plutôt qu'un bipôle. Cette transformation n'a commence que vers les années 60. Elle s'est manifestée par le passage d'une économie urbaine traditionnelle basée sur la rente foncière et le commerce (qui draine les produits agro-pastoraux et dessert, avec l'artisanat et les services, un monde rural vaste et très dépendant de ces deux villes) a une économie moderne qui se caractérise par l'introduction de l'industrie dans les milieux urbains et la multiplication des services publics et prives dans un système socio-économique contrôle, depuis 1963, par un État centralisateur et base sur l'économie planifiée.

6Certes, dans le passe, l'une a pu prendre le pas sur l'autre comme pendant la période ottomane, mais c'était a la faveur d'un facteur extérieur : on accordait a une seule d'entre elles une promotion administrative.

7Dans les années cinquante, les deux villes dominaient complètement la Syrie centrale grâce au contrôle direct des terres appropriées par les grands propriétaires citadins et a l'absence d'un réseau urbain régional. Elles étaient les seules villes de la région à ne pas avoir de centre sous-régional qui aurait pu les concurrencer. Néanmoins, administrativement, il y avait une petite ville officielle par mohafaza : Tal Kalakh dans la mohafaza de Homs et Salamieh dans celle de Hama (cf. fig. 82, 1950). Vers 1960, les deux villes possédaient chacune une population estimée a 100 000 habitants environ (cf. tableau 34).

  • 1 Les dates que nous présentons sont simplement indicatives, basées sur celles des recensements offi (...)

8La transformation qui a affecte le support économique traditionnel de ces deux villes s'est opérée en même temps que le développement du réseau urbain régional et l'émergence des petites villes ou des relais sous-régionaux, et même des centres sous-régionaux (cf. fig. 82, 1970, 1981)1

9En conséquence, on constate une notable régression des zones d'influence "forte", même si Homs accroit sa population plus rapidement que Hama, grâce a l'exode rural. En outre, ce qui est important a signaler, c'est que la zone d'influence "forte" ou "immédiate" (notamment celle relative aux relations commerciales) de Hama a été plus touchée que celle de Homs, même si cette régression n'est que relative dans la mesure ou beaucoup de relations entre une ville et sa région s'effectuent de manière croissante, par le biais des centres ou relais sous-régionaux. Hama subit la concurrence des centres sous-régionaux qui grignotent sa zone d'influence : Mhardeh a l'ouest et Salamieh a l'est (cf. fig. 82, 1991). Par contre, Homs n'est soumise a aucune concurrence de ce genre ; le développement de la ville de Qosseir est exceptionnel : il n'est du qu'a la contrebande avec le Liban. En outre, l'influence de Homs pour certains types de relations (par exemple, le bassin de la main-d'œuvre industrielle) a pénètre assez loin dans l'espace auparavant contrôle par Hama.

10En définitive, la transformation du bipôle Homs-Hama en doublet urbain se caractérise par plusieurs points dont les plus importants sont les suivants :

  • une ville a pris son essor pendant que l'autre se repliait sur elle-même ;
  • c'est la région de la ville affaiblie qui, la première, a vu se développer des centres ou des relais sous-régionaux qui ont conquis une partie de la zone d'influence de la ville en déclin ou en crise ;
  • c'est aussi la qu'apparurent les premières petites villes2, puis le phénomène se généralisa dans un rayon de 40 km autour des deux villes ; la plupart sont des villes satellites ou dortoirs ;
  • cette évolution du bipôle s'accompagne de la constitution d'un réseau urbain régional.

11Ces quelques réflexions nous amènent a formuler, entre autres, deux hypotheses. Première ment, si le dynamisme de Homs persevere et si Hama continue a se recroqueviller, il est fort possible que la region centrale finisse par etre dominée par une seule capitale régionale, Homs. Ce rôle est bien recherche par Homs qui bénéficie plus ou moins d'un certain soutien de l'État. Quant a Hama, elle deviendra probablement un centre sous-régional dans le cadre d'un systeme urbain régional contrôle par Homs (cf. fig. 83-2). Ainsi, on sera passe de l'antagonisme a la concurrence, puis a la domination plutôt qu'a la complémentarité. Deuxièmêment, nous avons également vu que Hama essaie de restaurer sa position comme centre régional, ou se défend devant la menace de Homs et celle des centres sous-régionaux en pleine évolution dans sa mohafaza. Dans ces conditions, le doublet peut survivre avec le développement des agglomérations satellites autour de chaque ville, surtout sur l'axe routier Homs-Hama (cf. fig. 83-1). Ici, l'évolution sera renforcée par le trafic important sur cet axe et l'existence de la petite ville de Rastan, dont l'évolution est assez rapide (cf. fig. 82, 1991), mais toutes ces "agglomérations routières" ne peuvent pas avoir une autonomie réelle vu leur voisinage et leur situation entre deux grandes villes. Donc, a notre avis, les villes qui peuvent bénéficier d'une promotion en centre sous-régional, dans cette deuxième hypothèse, sont celles qui sont assez loin des deux grandes villes étudiées comme Massiaf, Tal Kalakh, Sqalbiyeh, Qosseir et Qaryatein (cf. fig. 82, 1991).

12Cette évolution du bipôle Homs-Hama en doublet urbain peut-elle être un phénomène gouverne par des lois qui permettraient, par la suite, de définir un modèle applicable dans d'autres cas, ou d'aboutir a la constitution d'un systeme qui "peut se définir comme un ensemble d'éléments en interaction" (P. Delattre, 1985) ?

13Ces interrogations sont justifiées, mais le seul cas que constitue notre région ne nous permet pas d'y répondre, surtout avec toutes les spécificités qu'elle possède et compte tenu du rôle fondamental joue par ces dernières dans cette transformation. Parmi ces spécificités déjà citées, rappelons les suivantes :

  • Hama a connu des problèmes sociaux qui ont même abouti a un affrontement avec les autorités (1964, 1982).
  • La mosaïque de population que connait la Syrie centrale a été, dans plusieurs cas, a l'origine de l'émergence des petites villes dont certaines sont devenues des centres sous-régionaux, comme Salamieh et Mhardeh.
  • L'État a joue un rôle important a travers l'industrialisation ou la diffusion des équipements, ou par son attitude face a la "société fermée" de Hama3. Homs a, en effet, bénéficie de plus d'avantages publics que Hama. En outre, Homs se caractérise par une société plus ouverte. Elle est un vrai lieu de brassage de populations, surtout grâce à l'exode rural. Son attractivité démographique dans le domaine des migrations permanentes a été relayée par des mouvements pendulaires ou par l'installation de nouveaux migrants dans les villes satellites, celles situées dans un rayon de 40 km (= une heure de trajet en microbus). S'agit-il ici d'un phénomène résultant des difficultés a s'installer en ville, ce qui impliquerait que la capacité d'accueil est saturée ? De son cote, Hama n'a jamais absorbe aucun véritable exode rural. De ces évolutions divergentes résulte le fait qu'en 30 ans la population de Homs est devenue le double de celle de Hama.
  • L'intensification des relations commerciales, formelles et informelles, avec le Liban a engendre une accumulation importante de capitaux a Homs, ce qui a soutenu le développement de son économie urbaine, accélère par le déclenchement de la crise libanaise.
  • La région a toujours fourni sa quote-part aux migrations vers l'étranger pour des raisons économiques qu'aggravait la pression démographique. J. Weulersse (1946) en concluait déjà, injustement, que le peuple syrien est peu attache a son territoire. Cette émigration, que M. Belfquih et al. (1984, p. 972) qualifient de "version moderne de la traite des esclaves", a rapporte beaucoup de capitaux qui ont renforce l'économie urbaine des deux villes, notamment celle de Homs.
  • Néanmoins, l'une et l'autre ville demeurent des chefs-lieux de mohafaza, ce qui a ralenti et, peut-être, empêchera la progression de Homs vers la domination de la Syrie centrale. La région continuera alors d'être conduite en tandem avec Homs en tète, dans un systeme urbain bicéphale (cf. fig. 83-1).

Fig. 82 — Évolution du poids régional direct de Homs et Hama : la dissymétrie des pôles urbains

Fig. 83 — Schéma simplifie de l'évolution du bipôle Homs (B) - Hama (A)

14Si nous insistons sur certaines des spécificités du cas étudie, c'est afin de rappeler que le type d'évolution qui affecte notre doublet urbain ne constitue pas un modèle généralisable. Seules les études comparatives, dans un cadre régional correctement défini, portant sur l'armature urbaine et son fonctionnement, pourraient apporter des éléments qui aideraient a la constitution d'un modèle plus objectif.

2 – QUELLE ÉVOLUTION POUR LES DOUBLETS URBAINS DANS LE MONDE ARABE ?

15Homs et Hama ne sont pas des cas isoles. Quelle comparaison pouvons nous effectuer avec des cas similaires de doublet ou bipôle dans le monde arabe et quels enseignements généraux pouvons-nous en tirer ?

16Le dépouillement de travaux portant sur le Machrek ne nous a pas fourni d'exemples intéressants, car chaque pays possède des spécificités ou des caractéristiques du phénomène urbain très différentes de celles de la Syrie.

17En Jordanie, l'essor urbain est comparable à celui de la Syrie. Mais il est ne en partie du drame palestinien et de l'afflux des refugies (A. Bourgey, 1978, p. 37) et, de plus, les villes sont très dépendantes des budgets de l'État dans le système économique actuel.

  • 4 Source de données : A.K. Amrouch, 1986. Le dernier recensement en Arabie Saoudite est celui de 197 (...)

18En Arabie Saoudite, les deux villes qui peuvent nous intéresser sont La Mecque et Médine. La population de la première (366 000 habitants en 1974) est proche de celle de Homs, et celle de Médine (198 000 habitants)4 équivaut à Hama. Ce sont deux villes de pèlerinage, avec la Ka'aba a La Mecque et le tombeau du Prophète a Médine. La première est plus attractive, vu son aura culturelle chez les musulmans du monde entier. Elle est mieux desservie par le réseau de circulation saoudien et peu distante du port de Jeddah, comme de la ville résidentielle de Taif. Médine est située a environ 120 km de La Mecque, ce qui est une distance importante en zone désertique. L'autre exemple intéressant en Arabie Saoudite est celui d'Abha (30 354 habitants, 1974) et de Khamis Mushayet (48 197 habitants). Ce ne sont que des villes moyennes, toutes deux englobées dans la même province administrative (Asir) dont le chef-lieu est Abha. Elles semblent pourtant se repartir strictement les fonctions urbaines. Ajoutons que les villes d'Arabie Saoudite bénéficient largement des fonds d'un État pétrolier riche, ce qui confère a leur évolution un caractère de dépendance (= villes assistées).

19Dans les Emirats Arabes Unis, les villes se côtoient et peuvent présenter d'autres exemples. On en trouve 4 sur une distance de 60 km (Umm al-Qaiwain, Ajman, Sharjah, Dubai). La encore, la manne pétrolière a bouleverse les données. En outre, chacune possède un statut d'Émirat, ce qui nous rappelle les "Cites-États" mesopotamiennes, basées a l'époque sur la richesse agricole. Enfin, presque toutes ces villes sont peuplées par une proportion d'immigres (étrangers) qui oscille entre 70 % et 85 % (M.E. Bonine, 1986, p. 627).

  • 5 Intervention lors des journées d'URBAMA tenues a Tours les 10, 13, 14 avril 1991.

20Il apparait normal, enfin, de se pencher sur le cas d'un pays voisin de la Syrie : le Liban. Ainsi Beyrouth s'est développée beaucoup plus vite que Tripoli à partir des années 20. En 1975 elle concentrait les 2/3 du potentiel économique du pays, 80 % des activités tertiaires et 45 % de la population, étant donne son rôle de capitale (A. Bourgey)5.

21Au Maghreb, les exemples étudies ne manquent pas grâce au grand nombre de travaux sur les villes ou les réseaux urbains. Ici, les bouleversements ne résultent pas seulement de l'enrichissement autochtone (cas de l'Algérie) mais de l'intervention de la colonisation qui a bouleverse les structures urbaines précoloniales, surtout en Algérie et en Tunisie. La politique urbaine coloniale s'est plus intéressée aux villes côtières, transformées en ports assurant la liaison avec la Métropole.

22En Tunisie, la macrocéphalie de la capitale (P. Signoles, 1985) résulte d'une progression historique tres longue. Elle pèse lourdement sur le fonctionnement de l'armature urbaine tunisienne. Si la deuxième ville, Sfax, a joue le rôle d'un doublet, c'est aujourd'hui termine du fait de la prééminence absolue de la capitale, de la distance qui les sépare (185 km) et de l'absence d'un réseau urbain bien organise autour de Sfax.

23En Algérie, la politique de l'État, indépendant en matière d'aménagement du territoire, règle tout ce qui concerne l'habitat, l'industrialisation et la création des villes. L'État est « l'agent exclusif de l'émergence des petites villes comme point d'ancrage économique et elles sont perçues par le pouvoir comme une opération purement technique » (A. Bendjelid, 1990, p. 316-334).

24C'est au Maroc que se trouvent les exemples les plus pertinents, car dans ce pays ou l'armature urbaine est un fait ancien, depuis les cites arabo-andalouses jusqu'aux villes coloniales, le phénomène du doublet urbain existe « a tous les niveaux de la hiérarchie urbaine et n'est pas l'apanage des seules petites villes ou villes moyennes » (J.-F. Troin, 1986 a, p. 75).

25Deux exemples intéressants peuvent être évoques ici :

26Celui de Tanger et Tetouan. Pour ce doublet, l'évolution a joue en faveur de Tanger, pole attractif en matière de migration. « En effet, passant par-dessus Tetouan, les flux de l'exode rural ont déferlé vers Tanger a partir de tout le Rif central et oriental. En vingt ans, la ville est passée de 145 000 habitants à 226 000 habitants (1963-1982) » (J.-F. Troin, 1986 b, p. 212). Tetouan n'atteignait en 1982 que 199 615 habitants (idem, p. 212). On constate ici le même phénomène relatif à l'émergence des petites villes dans l'espace de la ville la moins dynamique : autour de Tetouan se sont individualisées des petites villes, comme Fnidek et Mdiq. Il n'en existe pratiquement pas dans l'espace de Tanger. Le dynamisme de Tanger, qui possède une zone franche, a favorise son industrialisation. Il est donc impossible d'établir une comparaison terme a terme avec Homs et Hama, surtout que les bases géographiques ne sont pas similaires. Le doublet syrien est ne, originellement, des surplus d'une économie agricole.

  • 6 Intervention lors des journées d'URBAMA, op. cit.

27L'exemple le plus proche, relativement, pourrait être celui du doublet Fès-Meknès : deux villes intérieures supportées par l'économie agricole et qui conservent encore des liens profonds avec les campagnes environnantes (J.-F. Troin, 1982, p. 10) ; mais il y a disproportion quant a la taille des villes : Meknès ressemble a Homs (348 000 hab. en 1982), Fès a dépassé largement 500 000 hab. Elle possédait déjà au début du siècle une population supérieure a celle de nos deux villes, environ 300 000 hab. (M. Ameur)6, car elle fut capitale du Maroc avant que Rabat ne la remplace. Elle possède en outre une fonction religieuse. Toutefois, on relève quelques points communs avec le doublet Homs-Hama. Par exemple, l'émergence des petites villes : 7 autour de Fès et 8 autour de Meknès, dont on n'a pas mesure précisément les fonctions régionales. Donc, le doublet ou le binôme Fès- Meknès, comme l'appelle R. Escallier (1982, p. 36) présente diverses particularités qui le distinguent du notre.

28On peut en conclure qu'au Maroc une ville l'emporte sur sa voisine grâce a des atouts décisifs : le rôle politique pour Fès et l'économie portuaire pour Tanger.

29Résumons donc les éléments explicatifs de l'évolution des villes doublets dans le monde arabe. La distance intervient. Si elle est courte (± 10 km) l'évolution peut conduire a la fusion en une seule et même agglomération (Dahran -Damam-al-Khubar en Arabie Saoudite). Si elle est importante (± 100 km), le systeme bipolaire peut se perpétuer et si une ville prend le pas sur l'autre c'est souvent pour des raisons politiques (capitale) : Damas- Alep et Tunis-Sfax. Si les deux villes ne sont que relativement éloignées l'une de l'autre, comme Homs et Hama, il existe une chance que l'une devienne capitale régionale. Donc un écartement moyen de l'ordre de 50 km est le plus favorable, au terme d'une longue rivalité, a l'apparition d'une seule et vraie capitale régionale.

30Bien entendu, l'éloignement se compte moins en kilomètres qu'en temps nécessaire pour atteindre l'une ou l'autre ville, ce qui dépend entre autres de la qualité des communications et des moyens de transport, mais aussi du niveau des revenus de la population environnante qui oriente son choix et décide du nombre de ses déplacements vers la ville. L'ancienneté de l'armature urbaine, marquée par des rivalités, des limites ethniques ou confessionnelles fortes, est favorable a la naissance de doublets. Nous en avons montre assez d'éléments en Syrie pour ne pas y revenir. Les exemples marocains sont aussi tout a fait probants. Le poids du pouvoir politique est déterminant, car il opère une sélection. Le gigantisme urbain ne menace pas seulement les villes et l'environnement mais aussi les régimes établis, du fait que la grande ville est un lieu favorable a l'agitation sociale. Aussi, l'émergence des petites villes et le renforcement de certaines villes moyennes peuvent être suscites ou soutenus par l'État. Des lors, il ne s'agit plus d'une évolution "naturelle" ou "concurrentielle". C'est bien le cas pour les petites villes créées dans plusieurs pays, comme l'Algérie.

3 – QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LA PETITE VILLE EN SYRIE

31Nous avons pose la question fondamentale de la définition de la ville, notamment lors de l'analyse de la place de Homs et de Hama dans les réseaux urbains régional et national, ce qui nous a conduit a prendre en compte des agglomérations non officiellement dotées du label urbain. Le facteur quantitatif (plus de 5 000 hab.) sur lequel nous nous sommes base n'est pas pertinent car il faut y ajouter le mode de fonctionnement de la ville, surtout au niveau régional, c'est-a-dire mettre en évidence des éléments qualitatifs beaucoup plus importants que le volume démographique.

  • 7 Au cours de l'année 1989.

32L'émergence des villes en Syrie centrale nous a montre combien le phénomène est important pour toute recherche ou politique urbaine. La question se pose ainsi : a partir de quel moment s'effectue le passage du rural a l'urbain, du village a la ville, et comment ? En prenant Salamieh comme exemple de ville moyenne (plus de 50 000 hab. en 1991, selon les estimations officielles), nous nous sommes pose la question suivante7 : Salamieh est-elle une ville ?

  • Un intellectuel originaire de Salamieh et qui lui est attache répond : « Oui, bien sur ! »
  • Un intellectuel peu satisfait de la qualité des équipements et des services existants, répond : « Non, ce n'est qu'un gros bourg. »
  • Un pasteur venant des steppes répond : « Oui, c'est une grande ville. »
  • Un commerçant ordinaire répond : « Non, car en ville les fonctionnaires travaillent plus correctement et, a Salamieh, il n'y a pas de feux de signalisation. »

33Ce commerçant n'avait pas poursuivi ses études au-delà de l'école primaire et, sans avoir eu connaissance des écrits de L. Wirth (1938), il le paraphrasait pourtant : « L'horloge et le feu de circulation symbolisent la base de notre ordre social dans le monde urbain. » (L. Wirth 1938, p. 271)

34Cette réponse du commerçant nous amène a réfléchir car elle concorde avec beaucoup d'autres, comme la réponse d'un Damascène qui disait en souriant : « Non, c'est une daya'a (un village). »

  • 8 Voir notamment les deux publications d'URBAMA consacrées a ce thème : Petites villes et villes moy (...)
  • 9 Écrit en 1402 ; voir Discours sur l'histoire universelle. traduction de Vincent Monteil. Sindbad, (...)

35La question de la petite ville a été maintes fois abordée8, ainsi que la question de la citadinité, élément indispensable pour définir la ville, et ce des le xive siècle, dans le remarquable ouvrage d'Ibn Khaldoun (al-Muqaddima)9. Ce grand précurseur de la sociologie a explore l'opposition entre la vie bédouine et la vie sédentaire (hadari) ; il a même évoque la structure et les dispostifs matériels urbains ainsi que l'organisation de la vie citadine : « On construit des villes pour se loger et s'abriter. Par conséquent, il faut veiller a en éloigner tout ce qui peut être nuisible..., a y introduire toutes les commodités. » (traduction, p. 718)

36Nous ne prétendons pas ajouter ici des réflexions nouvelles aux acquis fondamentaux ; nous essayons simplement d'évoquer quelques spécificités susceptibles de concourir a la définition de la ville en Syrie, a partir de ce que nous avons constate au cours de nos recherches en Syrie centrale et selon les deux grands domaines économique et socioculturel.

37Dans le premier ordre d'idée, nous avons constate que le critère définissant les activités commerciales ne peut pas être base sur le nombre des locaux : un minimum de 100 établissements pour qu'une localité soit classée comme ville, comme le propose J.-F. Troin ( 1986 a, p. 70) dans le cas marocain. Il faut mesurer l'importance des points de vente, le secteur commercial étant devenu en Syrie un secteur refuge qui fait l'objet d'une activité secondaire exercée par des employés ou des fonctionnaires. Il s'ensuit que la composition statistique de la population active ne rend pas exactement compte de la réalité. La poly-activité entache la fiabilité des statistiques.

38Par ailleurs, l'évaluation des niveaux des revenus est aussi nécessaire car plus la région (ou la localité) s'enrichit, plus l'agglomération a de chances de se transformer en ville. C'est le cas de Mhardeh entre autres.

  • 10 M. Weber ( 1947, p. 55) parle, par exemple, de la « formation de la cite par fraternisation ».

39Le domaine socio-culturel recèle certains éléments des plus pertinents puisque le passage du rural a l'urbain est avant tout une transformation de la société et des psychologies individuelles. En effet, les rapports sociaux archaïques n'ont pas totalement disparu, surtout dans les petites villes : rapports de parente, communautaires ou tribaux10. Que les rapports sociaux évoluent peu ne permet pas d'exclure une localité du champ urbain. Leur persistance est un facteur a double effet : il sous-tend l'attachement sentimental au village et pousse aux améliorations et a l'acquisition des avantages urbains (cas de Mhardeh). ou a la résurrection d'une ancienne cite (cas de Salamieh ou Massial), car le passage du bourg a la ville dépend surtout de l'image de marque de l'agglomération (A. Abdel Nour, 1982, p. 39).

40C'est a partir du stade de ville moyenne ou après franchissement d'une étape décisive de développement économique que la nouvelle cite devient un « creuset de population variée d'ou émergerait une nouvelle culture urbaine » (F. et J. Métral, 1986, p. 452).

  • 11 On le voit bien avec la ville de Hama dont la société se veut fermée sur elle-même. La gestion de (...)

41En effet, la ville peut susciter une immigration. Salamieh a eu un taux de croissance démographique considérable (4.69 %) entre 1970 et 1981. Des lors, les habitants se connaissent de moins en moins. Le degré de convivialité est un critère important : plus la ville est grande, moins les citadins tissent de liens entre eux. Les rappports archaïques, tels que nous les avons explicites plus haut, se transforment alors en simples rapports d'intérêts. Le mode de fonctionnement de la vie politique locale peut accélérer ou retarder cette évolution11.

42Le sentiment d'appartenance a une même communauté citadine se manifeste sur deux autres plans :

  • Le premier concerne la promenade vespérale des jeunes gens. Elle est tres significative car ce comportement, surtout lorsqu'il affecte les deux sexes, est spécifique des petites villes, notamment celles appartenant a des communautés peu machistes. Dans le village, les gens se connaissent. En ville, les habitants se cotoient seulement. C'est alors que la rue devient l'espace public par excellence. Dans les grandes villes ou les villes moyennes, la rue la plus commerçante, celle ou se trouvent les magasins d'habillement, constitue cet espace de rencontre, puisque les cafés et autres lieux restent exclusivement du domaine de l'homme en milieu musulman. Dans les petites villes, le faible niveau d'implantation commerciale et l'absence de spécialisation des boutiques renvoient les promeneurs a l'unique rue ou aux rues les plus larges ou l'on circule le mieux. C'est la que s'effectue la promenade vespérale, de préférence a la sortie de la ville12. Cette coutume se pratique également dans les quartiers illicites de Homs, habites par les néo-citadins. Chaque quartier possède sa "rue des amoureux". Dans une certaine mesure, la présence de ce mode de comportement correspond à la transition village-ville ou a l'intégration des néo-citadins dans la ville.
  • En second lieu, il apparait que plus les liens interpersonnels se défont, moins les habitants ont de relations entre eux, et plus les autorités sont amenées a accroitre les mesures de sécurité publique, soit en étoffant les services de surveillance existants, soit en en créant de nouveaux (gendarmerie, service de la sûreté civile, etc.), soit en implantant des sections locales d'organisations de masse (syndicats, mouvements de jeunesse, etc.) et du parti dirigeant. On utilise généralement, afin de définir le problème urbain, d'autres indices, plus ou moins mesurables et quantifiables tels que le type d'habitat ou le degré d'équipement13.

43Nous pensons qu'il ne suffit pas de prendre en considération ce qui est concret et mesurable. Toute mutation de mode de vie prend racine dans les désirs des gens, dans l'évolution des rapports économiques et socio-culturels. C'est la condition préalable sans laquelle une petite ville ne réussit pas à allier une « rapide intégration a la vie économique moderne et une solidité des structures traditionnelles » (J.-F. Troin, 1986 a, p. 75).

44Tous ces facteurs, matériellement mesurables et psychologiques, doivent aider a l'établissement d'une classification opérationnelle des villes syriennes, fil conducteur de la recherche et guide de l'aménageur.

4 – QUE SONT DEVENUS LES RAPPORTS VILLE-CAMPAGNE ?

45Les responsables locaux et les techniciens des bureaux d'études publiques prévoient a long terme la connexion de Homs et de Hama en une seule agglomération. Nous ne pensons pas qu'il en sera ainsi, ni a long terme, ni même à très long terme. Une telle hypothèse reflète l'esprit bureaucratique et centraliste des charges d'étude qui accordent toujours aux chefs-lieux de mohafaza un rôle éminent, en oubliant aussi bien les mutations des autres centres urbains que le dynamisme propre de Homs. Nous avons souligne la signification de l'émergence des petites villes de la région de Hama, la lenteur du développement de ce chef-lieu et la constitution de centres sous-régionaux. Certains existent déjà (Salamieh, Mhardeh) et d'autres suivent (Massiaf, Tal Kalakh, Qosseir, etc.). La loi sur les collectivités locales (1971) soutiendra cette évolution sauf retard dans l'application de la dernière phase prévue, relative a la constitution des "unités rurales". A cette évolution font également obstacle l'obstination des chefs-lieux de mohafaza a conserver toute leur centralité et l'accord tacite d'un État centraliste. Dans l'immédiat, la décentralisation n'est guère qu'un "effet de mode" destine a satisfaire une opinion soucieuse de procédures plus démocratiques.

  • 14 X. de Planhol (1968), S. Amin (1973) et B. Khader (1978). Il est possible que toutes ces référence (...)

46Au mieux, c'est une étape de l'évolution des rapports ville-campagne en Syrie, et dans la région centrale en particulier. Ceux-ci se sont considérablement transformes. Nous sommes loin de la ville maitresse absolue des campagnes environnantes, telle une ile dans son bassin rural14, en rivalité avec les autres villes, proches ou lointaines. Il y a eu recul du « chauvinisme ombrageux et des contradictions réelles d'intérêts qui ont marque les relations entre les villes d'une même région : opposition et dédain entre Hama et Homs, jalousie et récriminations entre Damas et Alep », comme de la « vision traditionnelle des villes syriennes s'enfermant économiquement sur elles-mêmes et s'ignorant les unes les autres » (A. Abdel Nour, 1982, p. 266 et 321 ).

47Actuellement, les échanges et la complémentarité se sont intensifies entre les mondes rural et urbain, comme a l'intérieur de chacun de ces mondes, et nous pensons que la situation présente donne une réponse positive a la question posée par P. Signoles (1985, p. 317) : « la création de l'emploi dans les villes a provoque une ponction démographique importante dans les campagnes ; est-ce une intégration du monde rural a l'économie de marche ? »

48Par ailleurs, nous partageons le point de vue de Z. Khidir (1987, p. 65) pour lequel « les conceptions occidentales qui étudieraient la question des rapports ville-campagne dans les années 50 ne sont plus valables dans ces années 70 ou 80 ».

  • 15 Presque tous les charges d'étude et responsables de l'aménagement du territoire en Syrie sont des (...)

49En effet, tous les critères classiques (structures des activités, éducation, propriété foncière citadine et autres) qui cherchent a distinguer entre les sphères rurale et urbaine sont perturbes par la généralisation de l'économie de marche et l'amélioration des moyens de communication. Faut-il insister plus, de nos jours, sur le systeme socio-économique local, sur le rôle de l'État, sa politique générale et celle concernant l'aménagement du territoire en particulier ? Il ne s'agit pas pour autant de tomber dans le piège d'une démagogie qui se manifeste dans la plupart des pays du Tiers-Monde, ou le découpage régional n'est souvent qu'une vision purement administrative, sans justification géographique15.

  • 16 L'État n'impose ses plans agricoles que dans les secteurs ou a eu lieu la reforme agraire, comme d (...)
  • 17 Sans pour cela entrer dans un autre débat relatif a la "ruralisation des villes".

50Nous croyons que l'isolement de la campagne a définitivement disparu. Elle est intégrée dans les plans de l'État, dans le cadre de son économie planifiée et sa politique centraliste qui a, dans les années 60 et 70, favorise l'économie agricole et le monde rural (reforme agraire, équipements collectifs et services publics, réseau routier, etc.). La valorisation de l'activité et de la production agricoles pendant la dernière décennie a détruit l'économie de subsistance qui persistait encore. En outre, la généralisation actuelle de l'économie de marche a transforme les modes et la fréquence des relations ville-campagne. On assiste a l'essor des cultures les plus rentables, souvent sans liens avec la politique agricole de l'État16, mais qui correspondent effectivement aux besoins des villes (légumes, fruits, produits d'élevage...). Certes, cette évolution engendre une certaine forme de dépendance par rapport a la ville ou au marche urbain mais, en contrepartie, l'intensification des relations entre les mondes urbain et rural, favorisées par l'amélioration relative des revenus des ruraux, a introduit dans le monde rural des modes de vie importes de la ville. Donc les ruraux n'achètent pas seulement les marchandises de la ville, mais ils acquièrent aussi des habitudes nouvelles. Cette contagion urbaine contribue largement au rapprochement entre la ville et la campagne17.

  • 18 C'est un autre facteur qui renforce l'émergence des petites villes.

51La diffusion des équipements scolaires dans le monde rural a certainement améliore le contexte social. Mais la scolarisation a intensifie l'émigration vers les villes en créant une génération de diplômes qui ne trouvent pas d'emploi dans les zones rurales. Plus récemment, les difficultés à trouver un emploi se sont étendues aux villes : cela a aide a la transformation interne du monde rural par le développement de l'agriculture intensive, la ou les conditions naturelles le permettaient, ou a la création d'autres activités dans les agglomérations importantes18.

  • 19 Loi n° 10 de 1991, déjà citée.

52Certainement, la diffusion de l'urbanisation dans le monde rural à réduit l'écart entre la ville et la campagne (au moins pour la distance) et la multiplication des petites villes exprime bien l'évolution des besoins des ruraux en produits et en services. Le rôle de l'État est fondamental dans tous les phénomènes de l'évolution régionale et urbaine : l'aménagement de la zone du Ghab a joue un grand rôle dans le développement de la région (milieux urbains et ruraux) ; l'industrialisation effectuée par le secteur public a renforce les rapports ville-campagne, par l'incitation aux migrations journalières, l'encouragement donne au secteur prive pour qu'il investisse dans l'industrie19, surtout dans les villes petites et moyennes. Tout cela n'est pas négligeable.

53Pour autant. l'État est-il le seul promoteur de cette évolution ? C'est ce qu'affirme K. Vergopoulos (1983. p. 43-44) : « par de multiples imbrications, la société périphérique ne se développé que par l'État, réside dans l'État, fonctionne pour l'État,... l'ensemble social n'est pas un espace séparé de l'État, mais constitue simplement une autre dimension de ce même État. » Tandis que B. Kayser (1984. p. 228) s'interroge : « Sans examens des phénomènes de pouvoir et de jeux du pouvoir, l'analyse régionale n'est-elle pas vaine ? »

  • 20 Lors du colloque sur l'aménagement urbain tenu a Hama en 1984, op. cit.

54Nous pensons qu'il y a du vrai, surtout dans le cas de certains systèmes politiques comme celui de la Syrie ou l'État possède tous les moyens et prend toutes les décisions. Mais il ne faut pas négliger l'influence des groupements locaux ; nous avons constate cela après la crise de Hama, quand les responsables ont exprime leur volonté de restaurer la ville dans son statut de capitale régionale20. Il ne faut pas non plus minimiser l'importance des capitalistes ou entrepreneurs prives qui jouent actuellement un rôle considérable dans les économies urbaines et même rurales, et détiennent une grande partie du pouvoir économique réel.

  • 21 En hommage a Henri Lefebvre qui s'est éteint le 29 juin 1991, au cours de la rédaction de ce trava (...)

55Ainsi s'explique, au moins en partie, l'adoption par l'État d'une politique économique plus souple et la promulgation des lois encourageant le secteur prive pour qu'il investisse dans les secteurs productifs. Toutefois, l'ensemble des phénomènes que nous avons abordes au cours de ce travail et dans cette conclusion montrent l'intérêt de l'étude du phénomène urbain en Syrie centrale, ou en Syrie d'une manière générale. Par ailleurs, nous considérons que toutes les idées que nous avons lancées sont plutôt un début de réflexion sur l'évolution du réseau urbain en Syrie centrale qu'une recherche aboutie. En effet, une telle tache nécessite l'approfondissement de plusieurs analyses et l'unification des efforts de chercheurs de différentes disciplines, car les champs d'études sont multiples. Ils concernent l'environnement géographique et social, le domaine matériel, l'homme et même le temps ; « l'action humaine ne doit pas se limiter a la maitrise de l'espace et des choses, mais elle engage aussi la lutte contre le temps fige, contre l'accompli, contre ce qui parait irréversible et irrémédiable » (H. Lefebvre, 1962, p. 117).21

Notes

1 Les dates que nous présentons sont simplement indicatives, basées sur celles des recensements officiels (1960, 1970, 1981), mais il est a noter que l'évolution a été progressive et graduelle.

2 Nous désignons par petites villes, dans notre conclusion générale, aussi bien les villes "officielles" que "non officielles".

3 Le grand historien L. Massignon qui a travaille en Syrie dans les années 30 disait : « Hama est comme une noix, dure a casser mais délicieuse de l'intérieur », d'âpres J. Gaulmier, interview personnelle déjà citée.

4 Source de données : A.K. Amrouch, 1986. Le dernier recensement en Arabie Saoudite est celui de 1974.

5 Intervention lors des journées d'URBAMA tenues a Tours les 10, 13, 14 avril 1991.

6 Intervention lors des journées d'URBAMA, op. cit.

7 Au cours de l'année 1989.

8 Voir notamment les deux publications d'URBAMA consacrées a ce thème : Petites villes et villes moyennes dans le monde arabe, fasc. 16 et 17, 1986.

9 Écrit en 1402 ; voir Discours sur l'histoire universelle. traduction de Vincent Monteil. Sindbad, Beyrouth-Paris, 1967-1968,3 tomes, 1426 pages.

10 M. Weber ( 1947, p. 55) parle, par exemple, de la « formation de la cite par fraternisation ».

11 On le voit bien avec la ville de Hama dont la société se veut fermée sur elle-même. La gestion de cette ville est considérée comme la plus délicate parmi celles des chefs-lieux des mohafaza-s : la plupart des mohafez de Hama ont accedé ensuite a des fonctions politiques nationales comme A.H. Khaddam (vice-président actuel) ou M. Harba (actuel ministre de l'Intérieur).

12 Par exemple, le début de la route Sqalbiyeh-Mhardeh. en ce qui concerne Sqalbiyeh, et celui des routes de Homs et de Hama dans le cas de Salamieh ; la rue al-Hurriyeh a Mhardeh, la route de Hama pour les jeunes de Kafr Buhum. Toutes ces routes sont surnommées populairement "Tariq al-Ochaq" (rue des amoureux).

13 Il existait aussi des indices qui ont disparu en Syrie, comme le hammam, mais qui persistent au Maghreb.

14 X. de Planhol (1968), S. Amin (1973) et B. Khader (1978). Il est possible que toutes ces références s'inspirent de ce qu'avait avance J. Weulersse des 1946.

15 Presque tous les charges d'étude et responsables de l'aménagement du territoire en Syrie sont des architectes.

16 L'État n'impose ses plans agricoles que dans les secteurs ou a eu lieu la reforme agraire, comme dans le Ghab. Dans le secteur prive, il se contente d'encourager les producteurs (crédits, prix élevés pour certains produits agricoles...).

17 Sans pour cela entrer dans un autre débat relatif a la "ruralisation des villes".

18 C'est un autre facteur qui renforce l'émergence des petites villes.

19 Loi n° 10 de 1991, déjà citée.

20 Lors du colloque sur l'aménagement urbain tenu a Hama en 1984, op. cit.

21 En hommage a Henri Lefebvre qui s'est éteint le 29 juin 1991, au cours de la rédaction de ce travail.

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search