Version classiqueVersion mobile

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Troisième partie : La place de Homs et de Hama dans l'espace régional et national

Chapitre VII. Homs et Hama : différentiel d'évolution dans le système urbain national

Texte intégral

1Nous avons essayé, dans le chapitre précédent, de procéder à une brève approche de la genèse de nos deux villes. Ici, nous tenterons d'examiner leur situation dans le réseau urbain national, car leur poids régional découle aussi de la place de chacune dans ce réseau. Une ville bien placée dans la hiérarchie urbaine nationale est automatiquement bien placée dans une hiérarchie urbaine régionale. En se limitant aux mohafaza-s, le problème ne se pose pas, puisque les chefs-lieux y sont à la tête d'un réseau urbain "semi-régional". Mais en élargissant le cadre géographique à la Syrie centrale, le problème se pose, comme il se pose pour Lattaqié et Tartous, les deux principales villes de la région côtière. Donc, la région géographique fait ressortir les antagonismes ou les complémentarités, comme nous l'avons vu à travers les chapitres précédents. Allons plus loin : quelles sont les places de Homs et de Hama dans le système urbain national ? Celles-ci ont-elles un impact sur la rivalité intra-régionale de Homs et Hama ?

2Nous aborderons ce problème sous le seul angle du système urbain, puisque les aspects économiques ont déjà été traités partiellement par l'étude des poids économiques comparés, ou celle relative aux populations actives.

1 – LA SYRIE CENTRALE, UNE RÉGION FORTEMENT URBANISÉE

3Dans l'ensemble, la Syrie est un pays moyennement urbanisé si on la compare à ses voisins ou aux autres pays du monde arabe. Le taux d'urbanisation s'élevait à 46,9 % en 1981, du même ordre que celui du Maroc (43 % en 1982). En 1988, la Banque Mondiale (1990, p. 261) donne des taux différents : 51 % pour la Syrie, 47 % pour le Maroc et la Tunisie et 48 % pour l'Égypte. Mais dans les pays plus riches, et notamment les pays pétroliers, ces taux atteignaient 73 % pour l'Iraq, 76 % pour l'Arabie Saoudite et 78 % pour les Émirats Arabes Unis.

4L'évolution du taux d'urbanisation constatée en Syrie (de 36,9 % en 1960 à 43,5 % en 1970 puis à 46,9 % en 1981 et enfin à 51 % en 1988) est due aux taux élevés de l'accroissement démographique (3,34 % entre 1970 et 1981), à la promotion administrative des nouvelles localités en chefs-lieux de mantiqa et à l'annexion de localités suburbaines par les grandes villes. Leur poids reste écrasant dans la hiérarchie urbaine du pays. Damas et Alep possèdent à elles seules 49,3 % de la population urbaine syrienne. Si on y ajoute les populations des autres grandes villes (Homs, Lattaqié et Hama), ce pourcentage monte à 66,3 % (cf. tableau 79).

TABLEAU 79. Répartition de la population urbaine en Syrie selon la taille des villes (1960, 1970 et 1981)

TABLEAU 79. Répartition de la population urbaine en Syrie selon la taille des villes (1960, 1970 et 1981)

Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.

5Il y a donc eu baisse de l'importance des deux villes principales par rapport aux villes où l'on dénombre entre 100 000 et 400 000 habitants (leur part est passée de 8,1 % en 1960 à 17 % en 1981), en même temps que disparaissait la classe des villes ayant 100 000 à 150 000 habitants (cf. fig. 73).

Fig. 73 – Répartition de la population urbaine syrienne selon la taille des villes (1960, 1970 et 1981)
Sources : R.G.P. 1960. 1970, 1981.

6La catégorie des villes de 150 000 à 400 000 habitants n'est apparue qu'en 1970. On constate aussi l'évolution importante, depuis 1970, des villes entre 50 000 et 100 000 habitants (de 4,8 % en 1970 à 13,3 % en 1981). Ce sont des villes de classe intermédiaire. Tout se passe comme si les grandes villes et les villes intermédiaires se développaient au détriment des petites villes et des villes moyennes ayant moins de 50 000 habitants.

7Ce même phénomène a été constaté au Maroc et en Tunisie : « Le renforcement du maillage urbain et la densification de la trame des centres s'accompagnent de la diminution relative du poids des petites et moyennes villes dans le total [...] une telle évolution serait-elle le signe d'un réseau urbain stabilisé ? » (R. Escallier, 1986, p. 7)

8En Syrie intervient un facteur spécifique qui tient à la définition légale du fait urbain : est "ville" une agglomération élevée au rang de chef-lieu de mantiqa. Or il y a relativement peu de promotions administratives : 19 agglomérations en ont bénéficié entre 1960 et 1981. Cependant, les bourgades petites et moyennes n'ont pas cessé de glisser tout naturellement vers des niveaux hiérarchiques supérieurs.

9Une étude qui prendrait en compte les petites villes non reconnues par l'État pourrait apporter une réponse à la question que soulève R. Escallier. De toute façon, ce sont surtout les grandes villes qui bénéficient d'une évolution spectaculaire, vu qu'elles accaparent l'essentiel des investissements et équipements publics. En Syrie, le ratio des villes ayant entre 5 000 et 50 000 habitants s'élève à 1,09 pour 10 0000 ruraux. C'est un niveau inférieur à celui de la Tunisie (3,35) et même de l'Algérie (1,2). Il est plus proche de celui du Maroc (1,03) (R. Escallier, 1986, p. 6). L'urbanisation syrienne se caractérise par des disparités géographiques : les régions les mieux urbanisées sont les régions occidentales, notamment les mohafaza-s de Damas, Alep et Homs, comme le montrent les figures 74 et 75.

Fig. 74 – Taux d'urbanisation selon les mohafaza-s (1960, 1970, 1981)
Sources : R.G.P. 1960, 1970, 1981.

Fig. 75 — Évolution de l'urbanisation en Syrie selon les mohafaza-s (1960, 1970 et 1981)
Source : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.

10On constate, selon la figure 75, que seules ces trois mohafaza-s, ont dépassé le taux d'urbanisation national aux trois derniers recensements. De ce point de vue, et à l'inverse de la mohafaza de Hama, celle de Homs a enregistré une évolution importante : son taux est passé de 37,4 % en 1960 à 50 % en 1981, alors que pour Hama il y a eu une régression de 36,4 % à 33 %. Les causes en ont déjà été définies. Ici, ce qui nous intéresse, c'est la place de notre région dans l'ensemble syrien. Or, la mohafaza de Homs (comme son chef-lieu) a toujours été de celles qui possédaient les taux d'urbanisation les plus élevés en Syrie. Cela résulte à la fois de son dynamisme démographique et de son potentiel économique, surtout urbain.

2 – HOMS EST EN TÊTE DU CLASSEMENT DES VILLES À FORTE CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE

  • 1 Il se rapproche de celui du Maroc (4,4 % pour la même période) ou de celui de l'Iraq (4,8 %) (B.M., (...)

11La Syrie détient un taux d'accroissement de la population urbaine très élevé. Il a été de 4,07 % l'an entre 1970 et 1981 et 4,5 % (estimation) entre 1980 et 1988 (Banque Mondiale, 1990, p. 261)1. Bien entendu, ce taux n'est pas unique pour toutes les villes. Cependant, il n'existe aucune corrélation entre la taille d'une ville et son taux de croissance démographique. C'est ce qu'avait déjà constaté P. Fargues (1986, p. 44). Les deux plus grandes villes (Damas, Alep) enregistrent des taux inférieurs au taux moyen. C'est plus vrai encore pour Damas (2,63 %) que pour Alep (4,02 %) (cf. fig. 76).

12Cette lenteur de la croissance de la capitale est due au fait que les villes périphériques, petites et moyennes, absorbent les flux de migrants attirés par Damas. Elles possèdent des taux d'accroissement considérables : 4,72 % pour Douma et 3,93 % pour Daraya par exemple (cf. fig. 77). Par contre, Alep ne possède pas de localités péri-urbaines capables de recevoir les apports de l'exode rural.

13La mise en valeur des régions agricoles, consécutivement aux travaux d'aménagement, comme dans le Ghab ou la Jézireh, a stimulé la tendance à l'urbanisation de la Syrie centrale, notamment par l'émergence des petites villes. En ce qui concerne la Jézireh, province qui est encore la moins urbanisée de Syrie, ce sont les chefs-lieux de mohafaza qui ont grossi, grâce à des taux d'accroissement très élevés ; ils atteignent, entre 1970 et 1981, 8,09 % à Raqqa, 7,65 % à Hassakeh et 8,5 % à al-Thawra. L'apparition des villes y est très récente. Elle remonte à l'époque du Mandat (1920-1946), car à la fin de la période ottomane ces territoires ne possédaient que des postes administratifs peu peuplés. La population totale de la Jézireh est passée de 40 000 habitants à la veille de l'indépendance (A.A. Salam, 1990, p. 42) à 1 427 000 habitants en 1981 ce qui explique que cette région soit considérée comme le "Far West" syrien. Le mouvement d'urbanisation s'y est accéléré avec la création des villes comme Hassakeh, fondée en 1922 autour d'une ancienne garnison ottomane, ou Qamechly (1926) (C. Velud, 1986, p. 86). Ce sont ces villes "nouvelles" qui connaissent les taux les plus élevés par rapport aux villes plus "anciennes" comme Deir ez-Zor (3,06 %). La croissance de la population de Deir ez-Zor tend à se ralentir, après avoir polarisé un exode rural qui, entre 1960 et 1970, lui assurait un taux annuel de 4,64 %.

  • 2 Par ailleurs, c'est la seule véritable ville nouvelle en Syrie : une ville qui n'a aucune racine hi (...)

14La construction du barrage de Tabqa (achevé en 1976) a stimulé le développement des villes existantes et donné naissance à une ville neuve : al-Thawra2. L'ensemble du projet relatif à la Jézireh "tend" à constituer un nouvel axe économique est-ouest qui concurrence de plus en plus l'axe nord-sud (Alep-Damas). « Au commerce traditionnel, qui a fait la réputation de ces deux pôles de l'industrie et de l'artisanat syrien, se substitue petit à petit un troisième pôle agricole et énergétique dont dépend largement l'avenir du pays. » (D. Le Gac, 1991, p. 43)

Fig. 76 — Les villes syriennes classées selon leur taille (en 1970) et leur taux d'accroissement (1970-1981)
D'après P. Fargues, 1986, p. 44.

Fig. 77 — Répartition des villes syriennes selon la taille et le taux d'accroissement annuel (1970-1981)

15Ce vaste programme (irrigation de 650 000 ha) n'est pas achevé, soit suite à des difficultés matérielles (salinisation des sols, baisse des crues de l'Euphrate, etc.), soit pour des problèmes d'administration. Le projet hydro-agricole devait fixer tant les paysans de la région que ceux d'autres régions. Il n'en a rien été, et c'est au contraire l'exode rural vers les villes les plus proches (ou d'autres villes syriennes) qui s'est poursuivi dans les années 80. En effet, 15 % seulement des surfaces à aménager l'ont été jusqu'à maintenant. J. Hannoyer (1985, p. 41) constate que « le projet hydraulique pouvait apparaître comme le moyen pour l'État de garder le contrôle politique du développement, tout en augmentant la production. Il n'aura peut-être servi qu'à révéler la fragilité de l'un et de l'autre ».

16C'est bien la raison pour laquelle le réseau urbain de la Jézireh demeure limité généralement aux chefs-lieux de mohafaza. En conséquence, la primauté de la Syrie occidentale (l'axe Damas-Alep et la région côtière) demeure intacte, et c'est là seulement que se constitue un véritable réseau urbain grâce à l'émergence des petites villes. Relativement aux autres, les villes de Syrie centrale connaissent des taux d'accroissement démographique assez confortables. Toutes, à l'exception de Hama, Mhardeh, Sqalbiyeh et Palmyre, possèdent des taux d'accroissement annuel supérieurs soit au taux de croissance de la population totale au niveau national (3,34 %, 1970-1981), soit à celui de la population urbaine (4,07 %, idem) ; ainsi Homs (4,44 %) et Salamieh (4,71 %). Comme Damas et Alep, Homs accueille non seulement des migrants régionaux mais aussi de toute la Syrie.

3 – HOMS DEMEURE LA TROISIÈME VILLE DE SYRIE

17Originellement, le réseau urbain syrien faisait partie d'un ensemble plus vaste qui couvrait tout le Bilad al-Cham (le pays du Levant). Ce fait doit être pris en compte dans toute analyse contemporaine. Ainsi Damas, qui polarise le réseau urbain syrien, est mal centrée par rapport à la Syrie dans ses fonctions actuelles. Ce n'était pas le cas durant la période ottomane, ni même sous le Mandat français, bien que déjà la Jordanie et la Palestine eussent été séparées et placées sous Mandat anglais. A cette époque, le réseau urbain libanais ne faisait encore qu'un avec celui de la Syrie bien que le Liban fût théoriquement indépendant depuis 1926.

18Or donc, durant la période ottomane, et notamment vers le xvie siècle, Homs et Hama appartenaient à un réseau régional dont le pôle était Tripoli, chef-lieu de wilaya. A. Abdel Nour (1982, p. 306) constate que « les relations économiques, intellectuelles et politiques entre Homs, Hama et Tripoli sont suffisamment importantes pour que nous puissions parler d'un réseau ».

  • 3 Cf. supra, chapitre VI, 3.1.1.

19Mais ce triangle urbain, qui avait pour sommet Tripoli et pour base Homs et Hama, a été disloqué par le développement de Damas. C'est seulement vers le xviiie siècle, que l'influence de Damas s'étendra jusqu'à Homs et Hama, mais Alep restera toujours autonome. Cette évolution a été confirmée au xixe siècle quand les deux villes furent rattachées administrativement à la wilaya de Damas3. Dès lors, Damas a occupé la première place dans le réseau urbain syrien, bien qu'au début elle ait été fortement contestée par Alep. Mais Damas l'a définitivement emporté pendant la période du Mandat (1920-1946).

Fig. 78 — Courbe rang-taille des villes syriennes (1960, 1970 et 1981)

20Le réseau urbain national se caractérise par un phénomène similaire à celui que nous avons observé au niveau régional. C'est un réseau bicéphale, avec la coexistence de Damas et d'Alep (cf. fig. 78). Ces deux grandes villes rassemblaient, en 1960, 56,7 % de la population urbaine du pays. Ce taux élevé n'a que faiblement baissé pendant les 21 ans qui séparent le premier du dernier recensement. Il n'est descendu à 49,3 % qu'en 1981. Mais à cette date, les deux villes regroupaient toujours une portion importante de la population totale (23,1 %), d'où la difficulté pour les autres villes d'avoir une place normale dans le système urbain national.

21La prééminence nationale de Damas est faible si on la compare aux autres capitales arabes. Son indice de primauté n'atteignait que 1,13 en 1981, tandis qu'il dépassait 3 pour Tunis (3,6) et Alger (3,1) (P. Signoles, 1985, p. 37) ; cela résulte de la présence d'Alep. La deuxième ville avait une population de 985 413 habitants en 1981, à peine inférieure à celle de Damas : 1 112 214 habitants (1981). Mais ce nombre ne concerne que la ville elle-même. Il faudrait y ajouter ses villes satellites (petites ou moyennes) ou les banlieues dortoirs comme Jaramana (64 305 habitants en 1981), Douma (51 337 habitants), Daraya (34 048 habitants), etc. Ce sont de véritables banlieues et « des satellites participant à l'urbanisation de la capitale plutôt que des individualités urbaines autonomes » (J.-C. David, 1978, p. 41).

  • 4 Cet indice est calculé par rapport à la somme des chiffres de population des trois villes qui suive (...)
  • 5 J.-C. David (1986, p. 371) donne l'avantage à Alep ; d'après lui, Damas avait 216 000 habitants en (...)

22Si on additionne la population de ces agglomérations péri-urbaines à celle de Damas, on aboutit à un total de 1 317 212 habitants, ce qui remonte l'indice de primauté à 1,33. Quant à l'indice de Stewart4, il place le Grand Damas (0.86) très en deçà d'une ville comme Tunis (2,2 en 1975, d'après P. Signoles, 1985, p. 36). La position de Damas n'a pas enregistré beaucoup de variations au cours des trois recensements de 1960, 1970 et 1981. L'indice de primauté est resté autour de 1,3. Cela montre une certaine stabilité dans les rythmes de croissance des deux villes principales, après une longue période pendant laquelle Alep s'est trouvée parfois en tête, notamment lors des délocalisations de la capitale du Califat : Baghdad (Abbassides), Le Caire (Fatimides et Mamelouks) ou Constantinople (Ottomans). À la fin du xviiie siècle, Damas comptait 110 000 habitants contre 175 000 à Alep (I. Smilianiskaya, 1980, p. 166). Mais déjà au début dû xxe siècle, vers 1915, on évaluait la population de Damas à 250 000 habitants et celle d'Alep à seulement 200 000 habitants (W. Kawtharani. 1980, p. 390)5.

23Quoi qu'il en soit, le réseau urbain syrien a toujours été sous la domination de ces deux villes. En conséquence, la rivalité entre Homs et Hama n'a pas manqué d'être affectée par celle qui se déroulait entre Damas et Alep. Hama occupait la troisième place quand Alep était en tête, en raison de leur proximité et de leurs relations, à quoi s'ajoutèrent des raisons politiques et stratégiques pendant la période ottomane : l'arrière-pays d'Alep s'étendait alors jusque dans l'actuelle Turquie. Depuis la première guerre mondiale, Damas a pris le dessus et Homs a conquis la troisième place, bien incluse dans le réseau urbain national dominé (jusque dans les années 70) par l'axe Damas-Homs-Hama-Alep, comme le montre la figure 79, c'est-à-dire par l'association des villes de l'intérieur. On assiste maintenant au rapide développement des villes côtières, accéléré par la crise libanaise et le rôle dévolu aux ports : Lattaqié, Tartous et Banias. L'essor des activités portuaires et l'explosion de l'économie littorale (cultures modernes, industries, activités touristiques et d'estivage, etc.) ont donné un coup de fouet à la dynamique urbaine.

24Lattaqié est passée de la cinquième position (en 1960 et 1970) à la quatrième (1981). Avec 196 791 habitants en 1981, elle a détrôné Hama (177 208 habitants à cette date). Lattaqié est devenue la porte de sortie des produits de la Syrie du Nord et de la Jézireh (coton, céréales). Elle était déjà la principale porte d'entrée des importations. L'État est également intervenu et l'a dotée de la troisième université syrienne ; elle est aussi le principal centre des manifestations sportives internationales grâce à la cité des sports ouverte en 1987 pour accueillir les Jeux méditerranéens (1987).

25Homs a tiré avantage du développement des villes côtières en tant que nœud ferroviaire d'un réseau qu'on est en train de moderniser. Elle est également un nœud du réseau routier et un centre de redistribution des trafics routiers, surtout en ce qui concerne les voyageurs. Depuis 1960, l'évolution du réseau urbain de Syrie (cf. fig. 79) est patente. Le nombre des villes est passé de 43 (1960) à 54 (1970), puis à 62 (1981). Et il ne s'agit que des villes légalement reconnues.

26La figure 79 montre un phénomène que nous avons déjà souligné au niveau régional. C'est la partie occidentale de la Syrie qui regroupe le plus grand nombre de villes et constitue un réseau urbain. Les conditions, surtout climatiques, y sont plus favorables au peuplement et à l'activité humaine. C'est donc là qu'ont été construits la majeure partie des infrastructures et des moyens de production. Contrairement à la partie orientale, l'ouest de la Syrie a vu se multiplier les petites villes "officielles" (cf. fig. 79) ou "non officielles". Autour de Damas, on comptait 4 villes officielles en 1960 puis 10 en 1981, bien que la ville du "camp" du Yarmouk soit devenue un quartier de Damas en 1981. On constate, de même, le développement des petites villes dans l'arrière-pays de Tartous et dans toute la région côtière en général.

27La zone orientale se caractérise par l'absence de hiérarchie urbaine. Ici, les chefs-lieux de mohafaza regroupent l'essentiel de la population urbaine et il n'y a guère de villes entre 5 000 et 20 000 habitants (7 pour toute la Jézireh). Cela est dû principalement à la récente urbanisation de la région et à la prédominance de la grande culture céréalière. En dépit de cette inégalité entre l'est et l'ouest du pays, la zone orientale connaît, depuis les années 70, une urbanisation notable et un dynamisme démographique considérable. Elle a bénéficié de l'éloignement des centres urbains traditionnels et de la mise en valeur de la région par le barrage de Tabqa. La ville d'al-Thawra a été créée de toutes pièces pour la construction du barrage : sa population atteignait 44 782 habitants en 1981.

28Au total, Homs demeure la troisième ville de Syrie. Sa population s'approche du nombre prévu par la formule de Zipf : 346 871 habitants (1981) au lieu de 370 000. Par contre, Hama a déjà été dépassée par Lattaqié. La position de Homs dans le réseau urbain national est solide. Elle n'a pas facilité l'émergence rapide des petites villes dans sa mohafaza, à l'inverse de Hama. Mais c'est la ville la plus attractive en matière d'exode rural, que ce soit pour la Syrie centrale ou dans l'ensemble national.

4 – HOMS DEVIENT L'UN DES PÔLES DES MOUVEMENTS MIGRATOIRES INTERNES

29L'émigration vers les villes est un fait récent. Elle ne s'est vraiment déclenchée qu'après l'indépendance, suite à la croissance du secteur tertiaire et du secteur industriel urbain. Elle était demeurée limitée pendant la période ottomane. Le paysan restait alors attaché à la terre, soit du fait de la pression des grands propriétaires, soit en raison de son endettement envers ces derniers. De plus, les villes n'étaient pas suffisamment prospères pour attirer la population pauvre des zones rurales. Les mouvements migratoires, au début du siècle, s'effectuaient principalement vers l'extérieur, surtout vers les deux Amériques.

Fig. 79 — Évolution du réseau urbain syrien (1960, 1970 et 1981)

30Sous le Mandat français, en raison de leur industrialisation et donc de leur besoin en main-d'œuvre, Damas et Alep ont commencé à recevoir des ruraux. Ces mouvements touchaient plus les ouvriers agricoles que les paysans et les petits propriétaires. A partir de 1936 commencèrent à se faire sentir le poids et les séquelles de l'exode rural. Un bourgeois syrien déclarait que « la crise financière en Syrie est influencée par l'émigration des paysans et des villageois vers les villes » (Z. Khidir, 1987, p. 16).

31Pourtant l'artisanat syrien demeurait, à l'époque, exposé à la concurrence des produits manufacturés d'importation, ce qui n'encourageait pas l'exode rural. Beaucoup d'artisans faisaient faillite et rejoignaient les rangs des chômeurs urbains. Après l'indépendance, les villes ont pris un certain essor, soit grâce à la création des équipements publics, soit grâce au développement de l'industrie après 1965. Auparavant, les investissements assurés par le secteur privé étaient orientés vers les activités les plus rentables comme le commerce et la petite industrie. Déjà, cependant, les petites industries avaient encouragé les ruraux à venir en ville. Ceux-ci se contentaient de salaires fort bas, qui n'en demeuraient pas moins supérieurs aux revenus des terres soumis aux ponctions des grands propriétaires et aux aléas climatiques. L'exode rural n'inquiétait pas la bourgeoisie citadine car il alimentait continuellement le marché en main-d'œuvre peu exigeante. Simultanément, on assista, pendant la période allant de l'indépendance à l'application de la réforme agraire (1946-1958), à une lente amélioration du niveau de vie rural et à l'introduction de cultures ou de méthodes plus rentables. La mécanisation de l'agriculture, de la céréalicture en particulier, a libéré une partie des ouvriers agricoles, sans pour cela provoquer un développement créateur de nouveaux emplois. Mais cette période se caractérisait par une sorte d'alliance entre la bourgeoisie citadine et les grands propriétaires (les "féodaux"). Certains économistes évoquent même l'existence d'une classe demi-bourgeoise/demi-féodale (Z. Khidir, 1987, p. 32). Cette alliance a rendu impossible le passage du "féodalisme" au capitalisme, comme ce fut le cas historiquement en Europe. Aussi, l'exode rural n'était pas très ressenti pendant cette période. Jusqu'aux années 60, les deux principales villes captaient l'essentiel des investissements et, donc, de l'exode rural. En 1960, 67 % de la main-d'œuvre salariée en Syrie résidaient à Damas et Alep.

32L'application de la réforme agraire a certainement amélioré les conditions de vie des paysans. Mais cette amélioration a été affaiblie par la prééminence de la petite propriété (inférieure à 10 ha) dans un pays connu par la taille considérable de ses familles, et par le fait que seulement 100 000 familles de paysans sans terres (sur 350 000) ont bénéficié de la réforme agraire. Ainsi, bien que la grande propriété ait disparu et que des nouvelles lois soient faites pour protéger les paysans ou les ouvriers agricoles, l'agriculture demeure soumise aux caprices du climat tandis que le statut des paysans locataires ou métayers reste très désavantageux.

33L'aménagement des zones agricoles nouvelles n'a pas modifié beaucoup l'état des choses, vu la pression démographique en zone rurale et la prédominance de la petite propriété (2,5 ha par famille dans le Ghab), dans une région consacrée exclusivement à l'agriculture. Certains chercheurs refusent d'accorder un rôle déterminant à la démographie. P. Fargues (1979, p. 44) soutient que « c'est une pression des forces productives sur la population qui engendre l'exode rural ; l'accélération de la croissance démographique dans les campagnes aurait simplement pour effet d'accroître la population soumise à cette pression ».

34En tout cas, le déplacement de population des zones rurales vers les villes est un phénomène considérable, résultant d'une accumulation de pressions démographiques, économiques, voire psychologiques, notamment en ce qui concerne les jeunes attirés par la vie citadine. Une simple comparaison entre les taux de croissance de la population totale et de la population urbaine en montre clairement l'importance (cf. tableau 80).

TABLEAU 80. Évolution démographique en Syrie (1960, 1970 et 1981)

TABLEAU 80. Évolution démographique en Syrie (1960, 1970 et 1981)
  • 1 population en milliers

Note *1
Source : Annuaire statistique 1985. p. 54-55.

35Sans doute les promotions administratives et l'annexion des localités suburbaines par les grandes villes ont joué un rôle dans l'accroissement de la population urbaine. Mais nous savons que la grande majorité des villes syriennes possède des taux de croissance démographique supérieurs au taux national. Ce sont en général les chefs-lieux des mohafaza-s, qui captent l'essentiel de ces mouvements migratoires (cf. tableau 81).

TABLEAU 81. Population (1960, 1970 et 1981) et taux d'accroissement démographique des chefs-lieux de mohafaza (1960-1970 et 1970-1981)

TABLEAU 81. Population (1960, 1970 et 1981) et taux d'accroissement démographique des chefs-lieux de mohafaza (1960-1970 et 1970-1981)

Source : Annuaire statistique 1985, p. 56-57.

36Les taux de croisssance les plus élevés concernent surtout les villes de la Jézireh comme Raqqa (9,82 % entre 1960 et 1970). Par ailleurs, les chefs-lieux rassemblent encore la majorité des populations urbaines : 83,5 % en 1960, 80,7 % en 1970 et 76,8 % en 1981. Il y a certes une baisse qui correspond à l'émergence des petites villes, mais elle n'est ni rapide ni forte. Les chefs-lieux de mohafaza restent les principaux pôles d'attraction des mouvements migratoires (cf. tableau 82).

TABLEAU 82. Migrations internes en Syrie en 1970 et 1981 (en milliers)

TABLEAU 82. Migrations internes en Syrie en 1970 et 1981 (en milliers)

Sources : Bureau central des statistiques ; Mbayed et al., 1987. p. 5.

  • 6 Damas-ville + la mohafaza de Damas = le Grand Damas.
  • 7 Étant donné que nous n'avons pas pu obtenir de données détaillées au niveau des mohafaza-s pour 198 (...)

37Le total des mouvements migratoires s'est accru d'environ 20 % entre 1970 et 1981. Les chefs-lieux de mohafaza ont attiré 55,2 % des migrants recensés en 1970 et 60,5 % en 1981. Tous les chefs-lieux de mohafaza sont-ils également attractifs ? Quelle est la place de Homs et Hama dans ces changements ? Les recensements de 1960, 1970 et 1981 ont montré que les mohafaza-s les plus attractives ont été celles de Damas6 et de Raqqa (cf. fig. 80 et tableau 83)7

TABLEAU 83. Soldes migratoires entre mohafaza-s pour les recensements de 1960, 1970 et 1981

TABLEAU 83. Soldes migratoires entre mohafaza-s pour les recensements de 1960, 1970 et 1981

Sources : R.G.P. 1960 et 1970 ; M.L. Samman. 1978, p. 226 ; Bureau central des statistiques, 1981 ; Mbayed et al, 1987, p. 10. Il reste difficile d'obtenir des données chiffrées fiables pour l'année 1981.

Fig. 80 — Soldes migratoires par mohafaza (1960, 1970 et 1981)

38L'attractivité de la capitale et de sa région se comprend. Quant à celle de la mohafaza de Raqqa, notamment en 1960 c'est-à-dire avant la construction du barrage de Tabqa, elle s'explique par le développement des cultures industrielles dans la région, surtout celle du coton qui avait débuté dès l'époque du Mandat. Mais ensuite, aux recensement de 1970 et 1981, les mohafaza-s de l'Euphrate (Raqqa, Hassakeh) connaissent un fléchissement des taux.

39La Syrie centrale présentait des taux négatifs en 1960 et 1970. Dès 1981, Homs bénéficiait d'un solde positif (+1,8) contrairement à Hama (1981 : -2,7 ; 1970 : -3,1 ; 1960 :-8,1). Toutefois, ces données globales, établies au niveau des mohafaza-s, ne sont pas très révélatrices car les taux très négatifs des zones rurales modifient la tendance. Les centres urbains ont souvent des taux positifs, même lorsque leur mohafaza affiche un taux négatif, ce que montre le tableau 84.

40Ainsi, la ville de Homs possédait un solde migratoire positif en 1970 (+12,5 %) parmi les plus élevés de Syrie. Il est monté, en 1981, jusqu'à +15,1 %, tandis qu'en 1970 sa mohafaza s'inscrivait en négatif (-0,1 %) et en 1981 en faiblement positif (+1,8 %). Par contre, la ville de Hama a toujours été affectée d'un taux négatif : -6 % en 1970 et, petite amélioration, – 4 % en 1981. Homs reste donc dans le peloton des villes attractives, surtout pendant la période 1970-1981. Cela se passe au détriment des petites villes de sa mohafaza, qui ont enregistré un taux négatif en 1981 (-1,9 %), alors qu'il était encore positif en 1970 (+9,5).

41En général, les villes autres que les chefs-lieux de mohafaza attirent de plus en plus les migrants. On le constate pour celles situées dans la mohafaza de Damas (+21,3 % en 1970 et +19,4 % en 1981). Quant à celles de l'Euphrate, le taux s'est élevé à +74,4 % en 1970 pour les villes de la mohafaza de Raqqa avec la construction du barrage de Tabqa et la création d'al-Thawra. C'est donc un phénomène exceptionnel. Dans la mohafaza de Hassakeh existe une ville qui possède un poids démographique supérieur à celui du chef-lieu : Qamechly comptait 92 990 habitants en 1981 contre 73 426 habitants à Hassakeh. Pourtant Qamechly est trop proche de la frontière avec la Turquie pour devenir un jour chef-lieu de mohafaza. Assiste-t-on à un début de renversement des courants migratoires au profit des villes petites et moyennes ? Cette situation a été constatée partout dans le monde arabe (et a bien intéressé les géographes) en raison peut-être de la saturation des grandes villes qui oriente les autorités vers les villes petites et moyennes.

  • 8 Ajoutons à cela la distibution des terres domaniales aux paysans sans terres qui viennent des autre (...)
  • 9 En général, les caractéristiques des migrants (âge, structure familiale, sexe, etc.) sont les mêmes (...)

42En Syrie, les mouvements coexistent ; nous l'avons constaté pour la Syrie centrale, à travers l'étude des mouvements migratoires et du réseau urbain. Nous retrouvons ce processus à propos de l'ensemble de la Syrie. Le développement des petites villes ou des villes moyennes peut apporter un remède aux problèmes de croissance urbaine que les grandes villes connaissent partout. Quant aux champs d'attraction, c'est la capitale qui possède le plus étendu : il touche la totalité de l'espace national, urbain ou rural. Les autres villes attirent principalement la population rurale de leur région, exception faite des villes de l'Euphrate, en plein processus d'aménagement8, car les causes principales des migrations sont d'ordre économique : 76,7 % des migrants venus à Damas, dont 40 % intégrés dans la fonction publique (Bureau central des statistiques, 1989, p. 9), l'ont choisie pour des raisons économiques. C'est pourquoi la classe d'âge des 25 à 44 ans domine9. Plus de 54 % d'entre eux étaient chômeurs dans leur région d'origine (M. Abou al-Chamat, 1990, p. 17).

TABLEAU 84. Taux de départ et d'arrivée des migrants selon les centres urbains (1970 et 1981) (en %)

TABLEAU 84. Taux de départ et d'arrivée des migrants selon les centres urbains (1970 et 1981) (en %)
  • * En fait, la mohafaza de Damas-ville est limitée à la ville même et la mohafaza de Damas comprend se (...)

Note **
Sources : Bureau central des statistiques ; Mbayed et ai, 1987, p. 10-11.

4360,5 % des migrants (cf. tableau 82) se dirigent donc vers les villes, notamment les chefs-lieux de mohafaza, la plupart s'installant au chef-lieu de mohafaza de leur résidence originelle (54 % d'après M.L. Samman, 1978, p. 222). Sinon, ce sont les villes de la mohafaza la plus proche qui sont choisies, comme on l'a vu à propos de la Syrie centrale. En 1960, le nombre total des migrants vers la ville de Hama s'élevait à 6 349, dont 66,3 % venaient de la Syrie centrale. Quant aux migrants originaires d'autres mohafaza-s, ils venaient surtout de celle de Lattaqié (y compris Tartous en 1960) : 10,3 % du total des émigrants reçus par Homs (cf. tableau 85).

TABLEAU 85. Les immigrants dans les villes de Homs et Hama selon les mohafaza-s d'origine (1960)

TABLEAU 85. Les immigrants dans les villes de Homs et Hama selon les mohafaza-s d'origine (1960)

Source : R.G.P. 1960.

44Le grand nombre de migrants originaires de la mohafaza de Lattaqié s'explique par sa proximité et la pauvreté des paysans à cette époque (surtout ceux du Massif alaouite). La proximité joue également dans le cas des migrations vers Hama : la mohafaza d'Idlib a fourni un nombre relativement élevé de migrants (9,8 %). On peut s'étonner que des personnes originaires de Damas soient allées s'installer à Homs ou à Hama. C'est en fait une conséquence du développement du secteur administratif, après l'unité avec l'Égypte (1958), ainsi que d'un retour partiel d'émigrés vers leurs lieux d'origine. On ne peut pas pousser plus loin dans l'analyse car les recensements consignent le dernier lieu de résidence et non le lieu de naissance.

45En définitive, les mohafaza-s les plus proches fournissent la majorité des migrants pour telle ou telle ville ; pourtant la Syrie n'est pas un pays vaste. On retrouve cet aspect dans le recensement de 1970. Le total des apports a grossi : Homs a attiré 47 533 migrants (dont 61,3 % venus de Syrie centrale) ; Hama, toujours en deuxième position, avait accueilli 9 476 personnes dont 54,8 % en provenance de Syrie centrale. Parmi les apports issus des autres mohafaza-s, la région côtière reste en tête pour les migrants de Homs, sans beaucoup de changement pour Hama. Il faut se rappeler qu'en 1970 la région côtière a été divisée en deux. Dès lors, c'est Damas qui passe en tête comme l'illustre le tableau suivant :

TABLEAU 86. Origine des immigrants dans les villes de Homs et Hama selon les mohafaza-s d'origine (1970)

TABLEAU 86. Origine des immigrants dans les villes de Homs et Hama selon les mohafaza-s d'origine (1970)

Source : R.G.P. 1970.

  • 10 Dans ce paragraphe, nous n'avons pris en compte que les migrations relatives à Homs ou à Hama. Pour (...)

46Le flux en provenance de Damas s'est accru. Il y a bien une tendance des Hamaouis ou Homsiotes à revenir au bercail, cette fois grâce au développement du secteur public industriel et pas seulement de l'appareil administratif, surtout après 1965, date de l'application effective de la planification économique. Il est possible aussi qu'on ait affaire à des réfugiés du Golan (occupé en 1967) qui avaient fait étape à Damas. En tout cas, les mohafaza-s les plus proches restent fournisseuses de migrants allant vers les deux villes, et surtout vers Homs10 (cf. fig. 81).

  • 11 Nous ne prenons pas en compte l'émigration se produisant à l'intérieur de la mohafaza : elle a déjà (...)

47Le sud de la Syrie (Dara'a et Soueida) a participé à ce mouvement, en paticulier en 1960 : l'émigration avait été causée par de dures années de sécheresse dans la deuxième moitié des années cinquante. La perpétuation de cette émigration, en 1970, s'explique par l'occupation israélienne du plateau du Golan et par le jeu des influences familiales, Damas demeurant le principal pôle d'attraction pour la région du Sud11. Toutefois, et au même moment, des habitants de Homs et de Hama se sont installés dans les autres mohafaza-s. C'est encore la ville de Damas qui a capté la grande majorité d'entre eux : sur les 16 506 émigrants homsiotes (1970), 45,6 % sont allés vers Damas, 11,2 % vers Hama, 14,4 % vers la côte, 10,3 % vers Alep, et les 18,5 % restant se sont répartis dans les autres mohafaza-s. Pour Homs, le bilan restait positif en 1970 avec un solde migratoire de +31 027 immigrants.

Fig. 81 — Mouvements migratoires internes entre les mohafaza-s et les villes de Homs et Hama (1960, 1970)

  • 12 On reconnaît chez les Hamaouis un certain attachement à leur ville.

48Le solde de Hama était négatif en 1970 : 8 632 émigrants. La plupart des émigrants hamaouis (14981 en 1981) avaient choisi les trois principales mohafaza-s, syriennes : Damas-ville (45,8 %), Homs (19 %) et Alep (11,9 %)12 (cf. fig. 81). Homs possède à cet égard une meilleure image que Hama en raison du rôle qu'elle joue dans l'économie nationale et de sa position dans le réseau routier et ferroviaire, facteur de développement des activités tertiaires. A Homs, la proportion des migrants dans la population totale était comparable, en 1970, à celle de Damas et supérieure à celle d'Alep : 26,1 % à Homs, 26,8 % à Damas et 19,6 % à Alep (A.M. Findly, 1980, p. 59).

49Pourtant, ces migrations ne sont pas toujours définitives. On assite ainsi à des retours de Damas vers Hama : nostalgie, difficultés de vie à Damas pour un migrant, réaffectation de fonctionnaires dans leur ville natale, ou mise à la retraite. Bien que moins important que l'exode rural, ce reflux a incité les quotidiens syriens à parler d'un renversement des courants migratoires. À ces rétro-migrations internes s'ajoute le retour des émigrés (ceux des pays du Golfe et de Libye). Ils stimulent la croissance urbaine car la grande majorité de leurs investissements se font dans l'immobilier (habitats, locaux commerciaux). En profite le secteur de la construction, lequel stimule à son tour l'exode rural par besoin de main-d'œuvre peu qualifiée. Nos deux villes ont largement fourni l'émigration vers l'étranger, surtout dans les années 80, et plus précisément après 1982 pour Hama, suite au dur conflit avec le pouvoir central.

CONCLUSION

50La place de Homs dans le système urbain syrien est garantie par sa situation géostratégique et par son poids économique dans les domaines de l'énergie (raffineries de pétrole), de l'agro-industrie (filatures, raffineries de sucre) ou de l'industrie chimique (engrais). C'est pourquoi la population active engagée dans le secteur secondaire y est plus nombreuse que pour la moyenne nationale : 35,4 % à Homs contre 32,3 % pour l'ensemble de la Syrie (cf. tableau 22). Elle tire également avantage d'une situation frontalière, confirmée après le déclenchement de la crise libanaise lors de laquelle elle est devenue un centre important des échanges commerciaux, légaux ou illégaux, avec le Liban. Son appareil commercial en a été consolidé. Nous avons vu aussi l'importance du secteur des services et de l'artisanat.

51Dès lors, on comprend pourquoi Homs a pu maintenir sa place de troisième ville syrienne et attirer les migrants (ruraux ou citadins), alors même qu'elle perdait des citadins au profit des autres villes et de la capitale. En 1981, le taux net de migrations demeurait positif pour Homs et négatif pour Hama, qui a baissé pavillon devant Homs et a subi en outre la concurrence des villes, petites et moyennes, de sa propre mohafaza. Sa mise à l'écart par le pouvoir central est évidente, bien qu'elle ait bénéficié de la création d'unités industrielles importantes dans le secteur public. Lattaqié a pris la place de Hama. Elle est devenue la quatrième ville du pays. Le rôle du pouvoir a été déterminant dans cette évolution : valorisation du tourisme, développement des activités portuaires pour encourager l'exportation ou susciter une activité de transit, surtout après le gel des activités portuaires au Liban.

CONCLUSION DE LA TROISIÈME PARTIE

52Homs est solidement implantée en Syrie centrale et dans l'ensemble national. Ce n'est pas le cas de Hama. La première agit pour renforcer sa position et devenir la capitale régionale. La deuxième essaie de défendre la sienne et de récupérer sa place de quatrième ville syrienne.

53Certes, dans les circonstances actuelles, le pouvoir possède tous les moyens d'aider au développement d'une ville. Hama s'efforce de tirer le maximum d'avantages de sa fonction de chef-lieu de mohafaza. C'est un atout important et nous avons vu combien les deux villes en ont bénéficié, notamment dans l'implantation des industries publiques. Leur poids démographique les y autorisait, encore que celui des autres villes de la région centrale ne soit pas négligeable. Ces villes cherchent à se développer et à obtenir un rôle, au moins sous-régional, comme Salamieh, Mhardeh, Qosseir... L'émergence des petites villes, qui ne concerne que partiellement notre recherche, nous a permis de découvrir comment le poids écrasant de Homs a empêché le développement des petites villes de sa mohafaza. A l'inverse, celles de la mohafaza de Hama ont bénéficié de l'affaiblissement de leur chef-lieu, de ses problèmes. Elles seules conservaient un taux net de migration positif (+1,6 % en 1981) à l'opposé du taux négatif de Hama (-4 %).

  • 13 Cette politique émane de la mairie de Hama, avec l'accord du mohafez.

54Hama, consciente de ces faits, tente de renforcer ses rôles régional et national. Au niveau régional, elle s'efforce de développer certains secteurs d'activités : artisanat (création d'une zone artisanale), commerces et industries. Elle encourage les ruraux ou les citadins d'autres villes à s'établir dans ses murs : elle organise dans ce but des transports par bus urbains et des lignes interurbaines (Salamieh-Hama ou Mhardeh-Hama)13 et un système de ramassage de la main-d'œuvre industrielle à la charge des usines. Au niveau national, Hama tend à accroître sa production industrielle et à tisser des relations directes avec la région côtière, jusqu'à maintenant domaine réservé de Homs, mieux située. Une route principale a été construite en 1987, qui relie directement Hama à Lattaqié à travers le Massif alaouite. Grâce à cette route, Hama compte acquérir un rôle d'intermédiaire entre sa région et la région côtière. Mais ne va-t-elle pas servir encore plus le développement des villes naissantes du Ghab (Sqalbiyeh par exemple) ?

55Il y a de même une route en cours de réalisation destinée à relier Hama avec l'Euphrate via Salamieh et Esseryé (120 km à l'est de Hama), suivant le tracé d'une route antique (cf. fig. 61). Une autre route est à l'étude qui devrait rejoindre Palmyre directement, sans passer par Homs. Tels sont les efforts de Hama pour récupérer son rôle national et régional. Dans le même sens, la création de facultés à Hama (rattachées au début à l'université d'Alep, puis à celle de Homs depuis 1979) montre que cette ville veut occuper une place sur le plan universitaire, à l'instar des autres grandes villes.

  • 14 Lors du colloque du syndicat des ingénieurs et architectes de la mohafaza de Hama, sur le thème "pl (...)

56Le domaine du tourisme n'a pas été oublié par la "ville des norias" : un complexe hôtelier important fut inauguré en 1990 (hôtel Aphamia al-Cham), financé par le secteur mixte qui gère la chaîne hôtelière al-Cham. Les discours officiels proclament « la restauration de Hama dans son rôle de pôle, de capitale régionale ; il faut réorienter vers la ville, que l'on rendra plus attrayante et plus accueillante, les flux provenant des zones périphériques de la mohafaza, qui avaient tendance à être drainées par les grandes villes voisines, notamment depuis les années de tension et de troubles »14 (F. Métrai, 1986, p. 334).

57Homs et Hama désirent renouer avec la tradition du commerce lointain, qui fut florissant jusqu'à l'époque ottomane. On le voit à la multiplication des agences d'import-export. Ici encore, c'est Homs qui progresse le plus vite grâce à la proximité du port de Tartous et à sa situation frontalière. Néanmoins, Alep et Damas demeurent les principaux pôles nationaux dans le domaine des produits d'importation. Aussi, les autres villes de Syrie centrale ont-elles tendance à s'adresser directement à elles, ce que favorisent un remarquable réseau routier et la multiplication des moyens de transport en commun.

58Sans doute, ces deux supports ont-ils intensifié parallèlement les relations régionales de Homs et de Hama. Nous avons décrit la "révolution des camionnettes ou des micro-bus", accélérateurs des mouvements pendulaires avec, en contrepartie, l'introduction progressive des modes de vie urbains dans les petites villes. Ceci assure, entre autres, une solidification du réseau urbain de la Syrie centrale dont les deux villes principales ne sont plus un aimant pour les mouvements migratoires et notamment l'exode rural, comme l'est le nord pour l'aiguille de la boussole. Ce réseau est toujours hiérarchisé autour de Homs et Hama, même si la domination de Homs se manifeste progressivement. En conséquence, la fonction de capitale régionale qu'assume de fait cette ville, devient de plus en plus une réalité mais qui n'est pas encore reconnue par sa rivale permanente. Celle-ci défend toujours un équilibre disparu entre ces deux anciens pôles régionaux.

59Notons, enfin, que la marginalisation de Hama sur le plan migratoire et économique s'accompagne de sa mise à l'écart politique. Peut-elle alors continuer à rivaliser avec Homs ? Ne semble-t-elle pas réduite au rang de ville-annexe ?

Notes

1 Il se rapproche de celui du Maroc (4,4 % pour la même période) ou de celui de l'Iraq (4,8 %) (B.M., 1990, p. 260-261).

2 Par ailleurs, c'est la seule véritable ville nouvelle en Syrie : une ville qui n'a aucune racine historique.

3 Cf. supra, chapitre VI, 3.1.1.

4 Cet indice est calculé par rapport à la somme des chiffres de population des trois villes qui suivent immédiatement la ville principale (P. Signoles, 1985, p. 35).

5 J.-C. David (1986, p. 371) donne l'avantage à Alep ; d'après lui, Damas avait 216 000 habitants en 1932 et Alep 232 000 habitants.

6 Damas-ville + la mohafaza de Damas = le Grand Damas.

7 Étant donné que nous n'avons pas pu obtenir de données détaillées au niveau des mohafaza-s pour 1981. Seuls les taux des migrations nets sont disponibles. Notons ici que l'informatisation des données des recensements rend l'accès à l'information de plus en plus difficile pour les chercheurs individuels. Seuls les services de statistiques peuvent traiter les enregistrements informatisés et non publiés, ce qui était le cas pour les recensements de 1960 et 1970.

8 Ajoutons à cela la distibution des terres domaniales aux paysans sans terres qui viennent des autres mohafaza-s, notamment dans la zone frontalière appelée "ceinture verte" grâce à sa pluviosité. C'est la partie nord du "Croissant fertile".

9 En général, les caractéristiques des migrants (âge, structure familiale, sexe, etc.) sont les mêmes que celles constatées à propos de la Syrie centrale.

10 Dans ce paragraphe, nous n'avons pris en compte que les migrations relatives à Homs ou à Hama. Pour plus de détails sur les migrations internes en Syrie voir : Z. Khidir (1987) ; P. Fargues (1978) ; M.L. Samman (1978 article, 1978 ouvrage et 1983) ; T. Jarjour (1980) ; Bureau central des statistiques, études de M. Mbayed et al. (1987) et M. Abou al-Chamat et al. (1990).

11 Nous ne prenons pas en compte l'émigration se produisant à l'intérieur de la mohafaza : elle a déjà été traitée dans la première partie (cf. chapitre 3).

12 On reconnaît chez les Hamaouis un certain attachement à leur ville.

13 Cette politique émane de la mairie de Hama, avec l'accord du mohafez.

14 Lors du colloque du syndicat des ingénieurs et architectes de la mohafaza de Hama, sur le thème "planification et urbanisme", tenu les 7 et 8 novembre 1984 à Hama.

Notes de fin

* En fait, la mohafaza de Damas-ville est limitée à la ville même et la mohafaza de Damas comprend seulement les autres villes. Dans certains tableaux, nous avons additionné les deux pour faciliter la comparaison. Il y a des différences entre ce tableau et celui de M.L. Samman (tableau 83) ; cela résulte des spécificités des recensements syriens. Notons enfin qu’il faut faire attention quand il s’agit de données sur l’émigration interne. Les calculs ne prennent pas en compte les résidents étrangers ou les bédouins sédentarisés.

1 population en milliers

Table des illustrations

Titre TABLEAU 79. Répartition de la population urbaine en Syrie selon la taille des villes (1960, 1970 et 1981)
Légende Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 73 – Répartition de la population urbaine syrienne selon la taille des villes (1960, 1970 et 1981)Sources : R.G.P. 1960. 1970, 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 74 – Taux d'urbanisation selon les mohafaza-s (1960, 1970, 1981)Sources : R.G.P. 1960, 1970, 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 75 — Évolution de l'urbanisation en Syrie selon les mohafaza-s (1960, 1970 et 1981)Source : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Légende Fig. 76 — Les villes syriennes classées selon leur taille (en 1970) et leur taux d'accroissement (1970-1981)D'après P. Fargues, 1986, p. 44.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 77 — Répartition des villes syriennes selon la taille et le taux d'accroissement annuel (1970-1981)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Fig. 78 — Courbe rang-taille des villes syriennes (1960, 1970 et 1981)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 79 — Évolution du réseau urbain syrien (1960, 1970 et 1981)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre TABLEAU 80. Évolution démographique en Syrie (1960, 1970 et 1981)
Légende Note *1Source : Annuaire statistique 1985. p. 54-55.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU 81. Population (1960, 1970 et 1981) et taux d'accroissement démographique des chefs-lieux de mohafaza (1960-1970 et 1970-1981)
Légende Source : Annuaire statistique 1985, p. 56-57.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre TABLEAU 82. Migrations internes en Syrie en 1970 et 1981 (en milliers)
Légende Sources : Bureau central des statistiques ; Mbayed et al., 1987. p. 5.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre TABLEAU 83. Soldes migratoires entre mohafaza-s pour les recensements de 1960, 1970 et 1981
Légende Sources : R.G.P. 1960 et 1970 ; M.L. Samman. 1978, p. 226 ; Bureau central des statistiques, 1981 ; Mbayed et al, 1987, p. 10. Il reste difficile d'obtenir des données chiffrées fiables pour l'année 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 80 — Soldes migratoires par mohafaza (1960, 1970 et 1981)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre TABLEAU 84. Taux de départ et d'arrivée des migrants selon les centres urbains (1970 et 1981) (en %)
Légende Note **Sources : Bureau central des statistiques ; Mbayed et ai, 1987, p. 10-11.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre TABLEAU 85. Les immigrants dans les villes de Homs et Hama selon les mohafaza-s d'origine (1960)
Légende Source : R.G.P. 1960.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre TABLEAU 86. Origine des immigrants dans les villes de Homs et Hama selon les mohafaza-s d'origine (1970)
Légende Source : R.G.P. 1970.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 81 — Mouvements migratoires internes entre les mohafaza-s et les villes de Homs et Hama (1960, 1970)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3664/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 585k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search