Version classiqueVersion mobile

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Troisième partie : La place de Homs et de Hama dans l'espace régional et national

Chapitre VI. Le poids de Homs en Syrie centrale

Texte intégral

1Le réseau urbain de la Syrie centrale s'ancre autour des deux villes principales. Mais Homs l'emporte d'abord démographiquement, et aussi parce que sa zone d'influence directe déborde les limites de sa région administrative. Elle le doit à l'attraction qu'elle exerce sur les populations rurales, comme nous l'avons vu, à l'organisation des voies de circulation et à sa vitalité économique, notamment industrielle.

2Mais la puissance régionale de ces deux villes subit une certaine érosion dont souffre particulièrement Hama en raison de l'émergence d'autres villes, petites et moyennes ; il en résulte que le réseau urbain de la région s'étoffe.

1 – HOMS ET LE RÉSEAU URBAIN RÉGIONAL

  • 1 Cf. 1ère partie, chapitre II, 1.3.
  • 2 C'est-à-dire les agglomérations conformes à la définition de la ville selon son statut administrati (...)

3Nous avons déjà noté que la Syrie centrale connaissait un taux d'urbanisation élevé1 bien qu'elle demeurât une des plus riches régions agricoles de Syrie. Ce taux est passé de 37 % en 1960 à 40,38 % en 1970 et à 42,3 % en 1981, selon les données officielles des recensements : en 1981, il n'existait aucune agglomération classée comme ville hormis les deux chefs-lieux de mohafaza et de mantiqa2. Ce taux d'urbanisation était modéré par rapport au taux national : 36,9 % en 1960, 43,4 % en 1971 et 46,9 % en 1981. Et ce qui caractérise le phénomène urbain dans notre région (comme d'ailleurs dans les autres mohafaza-s), c'est la place considérable occupée par les chefs-lieux : ils rassemblaient, en 1981, environ 80 % de la population urbaine de Syrie centrale. A cet état de fait correspond un réseau urbain peu dense.

  • 3 Suivant en cela la démarche de F. et J. Métrai (1986).
  • 4 C'est aussi le constat de J. Métrai (1986, p. 27).

4Afin de mieux appréhender cette situation, nous nous baserons sur une définition empirique selon laquelle est ville toute agglomération supérieure à 5 000 habitants (en 1981)3. C'est un critère un peu simpliste car il existe, de par le monde, des villages regroupant plus de 5 000 habitants. La notion de ville repose, on le sait, sur des critères économiques et socio-culturels. Les recensements manquent de précision et la détermination des sentiments de citadinité suppose des enquêtes ardues réalisées par des équipes pluridisciplinaires4. Il est vrai que dans les localités que nous avons retenues, l'activité économique relève principalement de l'agriculture et de l'élevage, et les actifs qui travaillent dans le secteur tertiaire ou secondaire le font souvent dans d'autres villes, notamment à Hama ou à Homs.

5Nous croyons cependant pouvoir justifier notre choix par le fait que réduire le phénomène urbain, comme le font les recensements, aboutit à appauvrir singulièrement la représentation du réseau urbain. De plus ces gros villages sont dotés de taux d'accroissement démographique supérieurs à ceux des moyennes régionale ou nationale, et même à ceux de Homs et Hama. comme le montre le tableau 66 :

  • 5 Les différences qui existent entre ce tableau et ceux qui suivent concernant le réseau urbain en Sy (...)

TABLEAU 66. Les éléments du réseau urbain de Syrie centrale5

TABLEAU 66. Les éléments du réseau urbain de Syrie centrale5

Sources : R.G.P. 1970 et 1981.

6La simple lecture du tableau précédent montre la rapide croissance démographique des "gros villages" que nous avons considérés comme des petites villes. Ce phénomène se manifeste dans les deux mohafaza-s, mais avec plus de netteté dans celle de Hama et s'explique par la richesse agricole d'une part et le faible rôle attractif de Hama en matière d'exode rural d'autre part. Entre 1970 et 1981, le taux annuel d'accroissement de la population urbaine des villes officielles dans la mohafaza de Homs a été de 4,41 % et celui des villes non officielles de 4,15 %. Le décalage est plus important dans la mohafaza de Hama : 2,69 % contre 5,27 %. Or nous pensons qu'il est aberrant de ne pas prendre ces villes non officielles pour l'analyse du réseau urbain. Peut-on considérer Soran (11 573 hab. en 1981) ou Tal Bisseh (13 105 hab. en 1981) comme de simples villages, selon la définition officielle des villes ?

Fig. 52 — Le réseau urbain en Syrie centrale

7Quant à la répartition des villes en Syrie centrale, on constate que la presque totalité d'entre elles se localisent soit le long de l'Oronte, soit à l'ouest de l'axe Homs-Hama : 6 villes seulement sur 30 se trouvent à l'est de cet axe (cf. fig. 52). C'est bien sûr une anomalie spatiale dans le réseau urbain, qui s'ajoute à une anomalie quantitative relative à la hiérarchie urbaine.

1.1 - UN RÉSEAU URBAIN BICÉPHALE ET ASSYMÉTR1QUE

8Parmi les principaux caractères du réseau urbain en Syrie centrale, on note la domination de deux villes, une répartition spatiale irrégulière des autres villes et la concentration des activités secondaires et tertiaires dans les deux chefs-lieux de mohafaza.

1.1.1 - La primauté duelle du réseau urbain régional

9Bicéphale ou primauté duelle ou double, selon l'expression de H. Sethom (1986, p. 163) à propos de Damas et Alep, tous ces termes désignent un seul phénomène : c'est la codomination d'un réseau urbain par deux villes principales. Cette situation est évidente en Syrie centrale où Homs occupe la première place, au moins depuis le recensement de 1960, Hama venant en deuxième position. La place de Homs est plus significative si on l'envisage dans le cadre de sa propre mohafaza : elle y regroupait 76,9 % de la population urbaine en 1960. Ce taux n'a pas connu beaucoup de variations aux deux derniers recensements (1970 et 1981) ; il est passé à 78,6 % en 1970, puis a connu une certaine baisse : 72,9 % en 1981 (cf. tableau 67). Simultanément, Hama a connu une régression plus importante quant à la population urbaine de sa mohafaza : 73,8 % en 1960, 66,4 % en 1970 et 54,6 % seulement en 1981. Cela s'explique par le développement des autres villes de cette mohafaza, plus rapide que dans le cas de Homs.

10On s'aperçoit à la lecture du tableau 67 que les villes moyennes sont pratiquement absentes, même en utilisant une définition large (entre 20 000 hab. et 100 000 hab.). En 1960, il n'y en avait qu'une en Syrie centrale : Hama. En 1970, elle est passée au rang de grande ville et c'est Salamieh qui lui succède au titre de ville moyenne. En 1981, c'est toujours Salamieh qui représente cette catégorie, avec une population de 35 909 habitants qui ne correspond qu'à 4,5 % de la population urbaine de Syrie centrale. Par contre, le groupe des petites villes a connu une évolution importante : de 24,4 % de la population urbaine régionale en 1960 à 22,3 % en 1970 puis 30,2 % en 1981 (cf. fig. 53). La grande majorité des petites villes possèdent moins de 10 000 habitants : on en compte 20 sur les 27 de la région.

11Donc, le réseau urbain se caractérise par la prédominance numérique des petites villes :

TABLEAU 67. Nombre et taille des villes officielles et adoptées en Syrie centrale

TABLEAU 67. Nombre et taille des villes officielles et adoptées en Syrie centrale

12Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981

Fig. 53 — Évolution de la population urbaine selon les catégories des villes en Syrie centrale (1960, 1970 et 1981)

  • 6 La loi rang-taille formulée par Zipf (en 1941 et en 1949) se base sur une relation mathématique ent (...)

13Bien qu'elle ne regroupent que 30,2 % de la population urbaine les petites villes arrivent pourtant au nombre de 27 sur les 30 villes de la région. La domination des grandes villes se manifeste clairement au travers de la hiérarchie urbaine régionale. La figure 54 souligne la place de Homs, avec une population de 346 871 habitants (en 1981), et celle de Hama (177 208 habitants), ce qui est normal si l'on suit la loi de Zipf6. En application de celle-ci, Hama devait avoir 50 % de la population de Homs puisqu'elle est la deuxième ville, soit 173 436 habitants. Donc, la situation de Hama est normale dans le cadre d'une région qui serait polarisée sur Homs seule. Or théoriquement et administrativement, en tant que chefs-lieux de mohafaza, elles devraient avoir le même poids ou approximativement la même population, ce qui était d'ailleurs le cas au début du siècle.

  • 7 C'est le rapport entre les populations de deux villes rangées selon l'ordre de la hiérarchie urbain (...)

14Si Homs pèse lourd dans la démographie de la région (43,4 % de la population urbaine et 22,3 % de la population totale, en 1981), son indice de primauté7 reste faible : 1,95. Toutefois, il progresse de 1.4 en 1960 à 1,56 en 1970 ; il continuera sa progression puisque la croissance démographique de (4,44 % l'an, entre 1970 et 1981) l'emporte sur celle de Hama (2,33 % pour la même période). La figure 54 met aussi en évidence le décalage dont souffre la 3e ville. Selon la loi de Zipf, Salamieh devait compter 115 624 habitants ; en fait, 35 909 habitants y ont été recensés en 1981. D'où nous pouvons parler d'une primauté duelle du réseau urbain, mais en faveur de Homs. La figure 54 montre également la rapide évolution des 7 villes comptant entre 10 000 et 20 000 habitants en 1981. En 1960, il n'en existait encore qu'une seule et seulement 2 en 1970. Ainsi s'amorce un développement des villes relais ou intermédiaires en Syrie centrale.

15Enfin, Homs et Hama ont largement distancé la deuxième ville de leur mohafaza. Entre Homs et Palmyre, le rapport de population atteint 19,1. Il est nettement moins élevé dans le cas de Hama et Salamieh (4,9). La domination des chefs-lieux demeure incontestable, encore qu'elle tende à s'amoindrir : en 1970, Homs et Hama regroupaient 73,2 % de la population urbaine de Syrie centrale et seulement 65,3 % en 1981. Y a-t-il eu blocage ou développement des villes relais ou intermédiaires avant les années 80 ? L'analyse du poids des villes dans l'économie régionale tentera de répondre à cette question.

1.1.2 - Un réseau urbain dissymétrique

16Aux disparités numériques (quantitatives) correspond une anomalie de la spatialisation de la cité. Jusqu'aux années 60, la région centrale se résumait aux deux villes entourées par la campagne : elles regroupaient 34 % de la population totale et 87,3 % de la population urbaine (officielle). Hors d'elles, il n'existait que de gros villages occupés à des activités rurales. Même en prenant en compte les "villes non officielles", le pourcentage des deux chefs-lieux réunis ne descendait qu'à 75,6 % (cf. tableau 67).

17En 1981, le nombre des villes a été multiplié par 2,5 : la région en possédait 30 dont deux grandes et une seule moyenne (Salamieh), les autres demeurant au-dessous de 20 000 habitants. La part de Homs et Hama n'est alors descendue qu'à 80 % de la population urbaine "officielle", à 65,3 % de la population urbaine non officielle. Les gros villages ont diversifié leurs activités économiques et vu naître quelques éléments de la vie citadine. Cependant, généralement, le taux d'urbanisation non officiel ne dépasse guère le taux officiel (cf. tableau 67) : 51,6 % contre 42,3 %, en 1981, en raison de la rapide croissance démographique du monde rural (cf. 1ere partie).

18La répartition spatiale des villes présente une certaine irrégularité qui s'est même aggravée entre 1960 et 1981 (cf. fig. 55), surtout dans la mohafaza de Hama, où s'est formée une constellation de petites villes au nord-ouest de Hama. Cette émergence résulte du développement de l'agriculture, du voisinage de la ville de Hama et de la généralisation croissante de l'économie de marché. La fertilité des sols, jointe à une nappe phréatique accessible, et la construction du barrage de Mhardeh (en 1958) ont permis la pratique d'une agriculture intensive. Ce phénomène a soutenu la croissance des agglomérations de la région, notamment celle de Mhardeh qui s'est vue consacrée ville officielle en 1975 (chef-lieu de mantiqa).

Fig. 54 — Courbe rang-taille des villes de la Syrie centrale (1960, 1970 et 1981)

19La presque totalité des villes sont situées le long de l'Oronte, ce qui confère au réseau urbain un aspect dissymétrique par rapport à l'axe Homs-Hama. Sur cet axe et à l'ouest, se sont développées 23 des 30 villes régionales : les conditions naturelles y sont plus favorables (précipitations, fleuve, nappe phréatique et sols). A l'est de cet axe, on ne trouve que 7 villes, tant à cause du potentiel naturel que de la nature de la population longtemps nomade ou dominée par les pasteurs : au début du xixe siècle, on ne comptait encore que très peu de vrais villages comme le montre la figure 56.

20Il n'y avait guère alors que le village de Mecherfeh, fondé sur les ruines de Katna, jadis ville célèbre (cf. 1ere partie, chapitre I). Les villes qui sont apparues par la suite dépendirent soit de la réoccupation des villes abandonnées depuis le xiie siècle, comme la ville de Salamieh (restaurée en 1840) repeuplée par la communauté Ismaélienne, soit de la possibilité de développer localement une véritable agriculture (cas de Mahin et de Qaryatein), soit de la croissance d'agglomérations traditionnellement liées à l'activité pastorale (Palmyre et Sukhneh), soit, enfin, d'une promotion administrative (Mokharam Foukani).

21De manière générale, la géographie naturelle a joué un rôle déterminant dans le peuplement de la région. Indirectement, c'est elle aussi qui a permis la mutation de certains villages en villes, là où la densité humaine y conviait (cf. fig. 57), notamment pour les villages les mieux placés par rapport au réseau routier (Rastan, Tal Bisseh, Soran, Murek, Mhardeh, Tal Daw) ou en raison de la proximité des villes principales (les villes satellites au nord de Homs ou de Hama). D'autres facteurs ont pu intervenir dans cette transformation ; c'est le cas de certaines agglomérations chrétiennes (Mhardeh, Kafr Buhum et Sqalbiyeh) ou de Salamieh (foyer des ismaéliens) ou des "villes tribales" (Palmyre et Sukhneh). Seul l'État accorde le label urbain officiel. Mais presque toutes les villes reconnues officiellement avaient déjà une population importante au moment de leur promotion (chefs-lieux de mantiqa). Mokharam Foukani fit exception lorsqu'elle fut promue en 1970 avec seulement 2 170 habitants.

22L'absence de villes dans le Ghab, jusqu'en 1970, s'explique par l'aménagement tardif de cette plaine, terminé seulement en 1968. On y trouve actuellement, sur ses bordures sud et est (cf. fig. 52 et 55), trois petites villes : Sqalbiyeh, Tal Salhab et Qala'at al-Madiq.

1.2 - LES PROGRÈS DU RÉSEAU URBAIN

23Le réseau urbain de la Syrie centrale est une réalité. Avant les années 80, l'émigration rurale ne touchait pas seulement les gens sans travail, mais aussi des gens désireux de vivre en ville. Aujourd'hui, compte tenu des difficultés de la vie citadine (logement, chômage, difficulté d'intégration - notamment dans le cas de Hama -, etc.), apparaît une attraction vers les villages. Cela n'est possible que si les conditions économiques sont favorables, car l'attachement au village ne peut pas être seulement d'ordre social, même si c'est un facteur influent.

24Jusqu'en 1960, la vie urbaine était limitée à Homs et à Hama qui conservaient encore une certaine ruralité en raison des rapports étroits qu'elles entretenaient avec la campagne : appropriation des terres cultivées, relations constantes avec les pasteurs bédouins, nomades ou semi-nomades. Depuis, les deux villes se sont industrialisées et n'ont conservé que quelques quartiers à caractère rural. En particulier, Homs a su attirer les surplus démographiques du monde agricole ; il en résulte un taux d'accroissement élevé de sa population (4,6 % entre 1960 et 1970 et 4,4 % entre 1970 et 1981) et, plus généralement, un taux élevé d'urbanisation dans sa mohafaza (cf. tableau 67).

Fig. 55 — Évolution du réseau urbain en Syrie centrale (1960, 1970 et 1981)

Fig. 56 - Le district de Homs et Hama dans le premier tiers du xixe siècle

25Si ces taux sont élevés, pour une région réputée agricole, il ne faut pas croire que l'activité rurale n'a aucune place dans les villes. La majorité d'entre elles sont des petites villes (27 sur 30). Malheureusement, seul le recensement de 1970 a pris en compte les nahia-s. Nous manquons de points de comparaison pour les années suivantes. Nous donnerons pour exemple la ville de Salamieh (21 677 habitants en 1970). La population active de l'ensemble de sa nahia s'élevait à 52 388 personnes. Or le pourcentage de la population active engagée dans le secteur primaire était de 68,7 % à Salamieh, contre 76,5 % pour Mhardeh et 31,5 % pour Hama. Donc, si on ne distingue pas la population du chef-lieu de nahia, ces données ne sont pas crédibles.

Fig. 57 — Répartition de la population agglomérée et réseau urbain en Syrie centrale en 1981

26L'activité agricole est dominante dans les petites villes de Syrie centrale parce que l'industrie y est quasiment absente et que le commerce, l'artisanat et les services sont réservés aux grandes villes. En conséquence, les actifs employés dans le tertiaire ou le secondaire travaillent dans la ville la plus proche (Homs ou Hama). C'est pour cette raison que les localités suburbaines progressent plus rapidement que les autres.

27Par ailleurs, le réseau urbain est organisé exclusivement autour de Homs et Hama ; aucune ville importante n'est suffisamment proche de notre région qui reste centrée sur elle-même. Mieux, au lieu qu'Idlib, au nord, exerce un certain attrait sur les populations du nord de la mohafaza de Hama, c'est cette dernière qui, en 1968, avec la création de la mantiqa du Ghab (chef-lieu : Sqalbiyeh), a annexé une partie de la mohafaza d'Idlib. La ville voisine la plus notable est Ma'aret al-No'aman (cf. fig. 52) dont la population atteint 25 579 habitants (1981), mais Khan Cheikhoun (15 179 habitants en 1981), qui lui est pourtant attachée administrativement, fait partie de la zone d'influence de Hama.

28L'évolution du système urbain de la Syrie centrale est relativement rapide (cf. fig. 55) ; le nombre des villes officielles et non officielles est passé de 12 en 1960 à 18 en 1970 puis à 30 en 1981. Le problème reste de savoir quels sont les facteurs principaux de cette évolution. Sont-ils d'ordre purement démographique ou s'agit-il de facteurs socio-économiques ou bien d'une conjonction de deux séries de facteurs ? La nomenclature des villes considérées comme telles par l'État correspond aux chefs-lieux administratifs. En 1967, 4 agglomérations bénéficièrent de cette promotion : Sqalbiyeh (6 952 habitants en 1970) dans la mohafaza de Hama, et 3 villes dans celle de Homs, à savoir Rastan (7 509 habitants en 1970), Qosseir (9240 habitants en 1970) et Mokharam Foukani (2 170 habitants en 1970). Depuis 1970, une seule ville a tiré avantage de ce mode de désignation : Mhardeh, qui devient chef-lieu de mantiqa en 1975, et dont la population urbaine était de 10 416 habitants en 1970. En conséquence, le nombre des villes officielles est passé de 6 en 1960 à 10 en 1970 et 11 en 1981.

29Toutefois, certains gros villages actuellement pourraient entrer dans la catégorie des petites villes, non seulement en raison de leur population, mais parce qu'y émergent des activités autres que celles liées à l'agriculture (commerce, artisanat, petite industrie, services...).

1.2.1 - Le dynamisme démographique des petites villes et ses conséquences

30Le nombre d'habitants ne peut pas seul justifier le passage du stade du village à celui de la ville ; mais c'est un facteur non négligeable.

31Un des critères d'attribution du label urbain réside dans l'appréciation du taux d'accroissement démographique annuel : les néo-villes connaissent des taux très élevés qui dépassent, dans la majorité des cas, ceux des grandes villes ainsi que le taux moyen de la population urbaine nationale. Sur les 27 petites villes de Syrie centrale, 18 possèdent un taux d'accroissement annuel qui dépasse le taux national (4,07 %) enregistré entre 1970 et 1981 (cf. fig. 58).

32La grande majorité de ces agglomérations à croissance démographique accélérée sont peu éloignées des deux villes principales, soit dans un rayon de 30 km par rapport à Homs ou à Hama (cf. fig. 59). Et les plus forts taux de croissance, supérieurs à 5,5 %, sont situés dans l'orbite de Hama : c'est le résultat des déplacements pendulaires des populations de ces villes et de l'absence d'une migration permanente vers Hama, dont le taux de croissance est faible (2,33 %).

Fig. 58 - Répartition des villes de Syrie centrale selon la taille de la population (1981) et le taux d'accroissement annuel (1970-1981)

33Le réseau routier facilite de tels déplacements. Sur la route d'Alep on trouve les villes de Soran et Murek ou, à l'ouest, Taibet al-Imam. Entre Homs et Hama, deux villes se placent sur la route principale : Rastan et Tal Bisseh. Le phénomène est plus clair encore sur la route Homs-Massiaf, le long de laquelle s'égrènent trois villes : Tal Daw, Kafr Laha et Tal Zahab (cf. fig. 59).

34L'émergence des petites villes est étroitement liée à la densité du peuplement, comme nous l'avons déjà vu. Là où les localités sont nombreuses, les petites villes apparaissent. L'actualisation du phénomène urbain pour 1991 exprime clairement ce constat. Pour cela, nous nous sommes basés sur le taux d'accroissement enregistré pour la population totale au niveau national (3,34 % entre 1970 et 1981) bien que la plupart des villages supérieurs à 5 000 habitants (1991) aient connu des taux d'accroissement supérieurs au taux national, comme nous le voyons sur le tableau 68.

35Ainsi, le taux d'accroissement annuel est particulièrement élevé pour les gros villages de la mohafaza de Hama. Parmi ceux de la mohafaza de Homs, seuls 2 sur 6 retenus dépassent le taux national (3.34 %). Les taux les plus bas correspondent à des villages de la mohafaza de Hama habités par des habitants chrétiens : Sadad, Zaidal et Qattiné (phénomène également observé avec Mhardeh (1,9 %) et Sqalbiyeh (2,75 %), à majorité chrétienne). Il ne s'agit pas d'un solde migratoire négatif mais d'un comportement socio-culturel, car la communauté chrétienne opte pour la famille restreinte : 5,6 personnes par famille à Mhardeh (1981) contre 7,7 à Hilfaya située dans le voisinage, la moyenne de la Syrie centrale s'élevant à 6,6 personnes par famille.

TABLEAU 68. Villages que l'on estime être devenus petites villes en 1991

TABLEAU 68. Villages que l'on estime être devenus petites villes en 1991
  • 1 La population a été estimée pour l'année 1991 sur la base du taux national (3,34 %) enregistré entr (...)

Source .R.G.P. 1981.
Note *1

36L'urbanisation profite aux gros villages situés en couronne autour de Homs et Hama, et même de Salamieh avec l'émergence de deux petites villes : Tal al-Dara et Sabourah. Il se produit donc une ramification urbaine qui comble certains trous du réseau : par exemple, dans la zone située entre Hama et Massiaf, ou entre Hama et Salamieh (cf. fig. 60). Ainsi, tous les axes routiers reliant nos deux villes à leur région profitent de l'émergence des petites villes, et non seulement le plus important, Homs-Hama, où, théoriquement, devrait exister un couloir urbain conséquent. L'absence d'un tel phénomène est due certainement au fait que les deux villes se tournent le dos depuis toujours. En conséquence le nombre de villes apparues sur cet axe n'a rien d'exceptionnel par rapport à d'autres, à part la croissance considérable de Rastan (6,55 % entre 1970 et 1981), ville satellite, centre agricole important (barrage de Rastan et plaines irriguées) et chef-lieu de mantiqa.

  • 8 Pour plus de détails, voir entre autres M.-A. Prost (1965, p. 58).

37L'évolution du réseau urbain (en utilisant le critère démographique) montre que les villes non officielles, dénombrées en 1981, sont à peu près aussi nombreuses dans les deux mohafaza-s : 9 dans celle de Homs et 10 dans celle de Hama (cf. tableau 66). Pour les villes nouvellement proposées en 1991, le phénomène se répète : 6 pour Homs et 7 pour Hama. On peut évoquer, à ce propos, la théorie des places centrales de W. Christaller, formulée en 19338, selon laquelle les villes s'organisent selon le principe de l'hexagone, chacune possédant 6 villes dans son orbite. Nous ne cherchons pas à appliquer cette théorie qui suppose l'existence d'un espace homogène, ce qui n'est pas le cas. Mais il existe bien déjà une certaine relation entre l'évolution du réseau urbain et le nombre de villes situées autour de Homs et Hama, dans un rayon de 30 km : villes dortoirs ou villes satellites.

Fig. 59 — Répartition des villes de Syrie centrale selon la taille et le taux d'accroissement démographique annuel entre 1970 et 1981

38Soulignons enfin que la croissance démographique considérable de la plupart des petites villes est due avant tout à une croissance interne, déjà observée par F. et J. Métrai (1986, p. 452) : « Pour la plupart, bourgs et villages s'urbanisent sans apport de population "étrangère", parce qu'ils ont su capter leur jeune génération scolarisée, drainer et réinvestir sur place les ressources de leurs membres. »

39Peut-être que ce choix des jeunes générations résulte aussi de la médiocre ou chimérique attraction des grandes villes où les perspectives d'intégration et d'avenir sont plutôt sombres actuellement. Toutefois, certaines villes - petites et moyennes - de la région absorbent une part de l'exode rural, soit par sédentarisation de bédouins semi-nomades, soit par migration des ruraux en provenance de la région. Ce fut sûrement le cas à l'est de l'Oronte, région exposée aux graves sécheresses. Ainsi, à Soran, où le taux de croissance urbaine annuel est passé de 1,7 % entre 1960 et 1970 à 6,2 % entre 1970 et 1981, ou encore à Murek (de 2,97 % à 4,4 %) ou à Salamieh (de 3,55 % à 4,69 %) et Rastan (1,4 % à 6,55 %) dont nous avons déjà parlé (cf. 1ére partie) : la population des petits villages et fermes, autour de Rastan, a diminué. Le même phénomène a eu lieu à Tal Bisseh (de 2,13 % à 4,54 %). Sommes-nous en présence d'une réorientation du mouvement migratoire qui profiterait dorénavant aux petites villes ? Les données statistiques font défaut mais ce taux d'accroissement de la population très élevé (> 5 %) ne peut pas être un phénomène dû au hasard. Certes, ces villes n'attirent pas une population lointaine, comme Homs, mais il est certain qu'elles jouent ce rôle en ce qui concerne les territoires avoisinants.

1.2.2 - Les raisons socio-économiques de l'émergence des petites villes

40L'émergence des petites villes ne s'est pas accompagnée d'une intégration économique. Il est vrai que, à l'exception de Homs, aucune ville de cette région ne s'est dégagée de son héritage rural. C'est pourquoi la presque totalité des petites villes résulte d'une simple accumulation de population, sans que l'activité économique se soit simultanément diversifiée.

41Aussi nous préférons les considérer, toutes, comme des villes rurales. Sans doute quelques-unes montrent-elles des signes d'un début d'intégration économique dans le réseau urbain de la Syrie centrale, comme l'unique ville moyenne (Salamieh) ou les petites villes suivantes : Mhardeh, Massiaf, Rastan, Palmyre, Qosseir et Tal Kalakh. Elles demeurent toutefois étroitement conditionnées par les activités agricoles et répondent avant tout aux besoins de la population rurale environnante (commerces, services, artisanat utilitaire, etc.). Néanmoins leur rôle est considérable quant à la diffusion des valeurs et mœurs urbaines dans la région, ainsi que le remarque P. Signoles (1986, p. 819) : « C'est grâce aux petites villes que le fait urbain s'installe dans des régions où, jusqu'alors, il était ou absent ou faible. »

42Dans leur étude sur Mhardeh, F. et J. Métrai (1986, p. 452) constatent que « ... dans un tel contexte, on aurait pu imaginer que l'urbanisation du monde rural s'effectue selon une structure hiérarchisée, autour de quelques pôles - bourgs anciens ou villages dynamiques -devenant des centres carrefours, creusets de populations variées d'où émergerait une nouvelle culture urbaine. Or les mutations qui s'opèrent tracent, en réalité, un scénario bien différent : une urbanisation diffuse, qui se distribue de manière étale en de multiples localités de 5 000 à 20 000 habitants. Celles-ci, dans le bassin de l'Oronte, ne sont jamais distantes de plus de 20 km. Chaque groupe, chaque communauté semble en effet susciter ses propres centres. »

Fig. 60 — Les agglomérations considérées comme petites villes en 1991

  • 9 Dans une intervention antérieure, J. Métrai précise que « il faut étudier les réseaux d'agglomérati (...)

43Il faut nuancer ce constat, car on ne peut pas se baser sur la seule valeur de la population, surtout quand ce critère est arbitrairement fixé à l'avance à un minimum de 5 000 habitants. Certes, par ce procédé, on accroît considérablement le nombre des villes : 30 villes au lieu de 11 officiellement (1981). Nous ne refusons pas ce moyen d'appréhender la réalité et nous l'avons, par ailleurs, appliqué. Mais le passage du village à la ville suppose d'autres critères. Cette complexité a d'ailleurs été relevée par J. Métrai lui-même9.

  • 10 Enquête personnelle, 1990.
  • 11 Proposé comme petite ville en 1991.

44Pourtant plusieurs des "petites villes", adoptées comme telles par F. et J. Métrai, ne sont encore pour nous que des agglomérations rurales. Latamneh est un exemple révélateur, avec 6 901 habitants en 1981 en raison d'un fort taux de croissance (8 % pour 1960-1970 et 7,2 % pour 1970-1981). Cependant, Latamneh ne possédait en 199010 qu'un médecin, un dentiste et un pharmacien, tous allogènes (2 Hamaouis et un Mhardaoui), une dizaine de points de vente répartis un peu partout dans l'agglomération et 3 artisans. Bien que relativement éloignée de Mhardeh (15 km), elle est tout à fait dans l'orbite de cette dernière. Pourtant, la région est très riche du point de vue agricole. Par contre, dans le village de Tal al-Dara11, situé à 12 km à l'ouest de Salamieh, on trouve 3 médecins et 2 pharmaciens (1990) allogènes, une rue commerçante qui regroupe une centaine de points de vente, des artisans et des services, et même un café. Or ce village ne possédait que 4 086 habitants en 1981.

45Les différences s'expliquent par le niveau culturel et les types d'activités. A Tal al-Dara, qui est situé dans une zone pauvre, une bonne partie de la population active travaille soit à Salamieh, soit à Hama. Ces fonctionnaires ou employés rentrent chez eux l'après-midi et créent une certaine ambiance urbaine, ce qui n'est pas le cas des agriculteurs, même riches, de Latamneh. Cet exemple n'est pas une exception. La situation de Tal al-Dara se retrouve à Kafr Buhum, à Mecherfeh, tandis qu'on on retrouve le modèle de Latamneh à Soran (11 573 habitants), à Murek et à Tal Bisseh. Nous pensons que la diversification des activités joue un rôle primordial, même lorsque les gens ne travaillent pas sur place (cas de certaines villes voisines de Homs et Hama).

46Quant à la question de la diffusion de l'urbanisation en Syrie centrale, l'analyse élémentaire du réseau urbain ne plaide pas en faveur d'une "urbanisation étale", même en l'actualisant à 1991 (cf. fig. 60). Au contraire, l'urbanisation s'effectue autour des pôles existants et des villages dynamiques : c'est évident pour les petites villes entourant Homs. Inversement, la région occidentale ne bénéficie pas de l'émergence de petites villes, même dans le secteur à majorité chrétienne qui se trouve à l'extrême ouest de la mohafaza de Homs (nahia d'al-Nasserah).

47Cette observation soulève la question des prédispositions d'ordre culturel ou confessionnel dans l'accession à la citadinité. Certes, elles jouent un rôle quant à l'accélération du phénomène urbain : par exemple, la communauté chrétienne est considérée plus ouverte que celle des sunnites. La comparaison entre Sqalbiyeh et Mhardeh conduit à nuancer la réponse. Ces deux villes sont considérées comme "chrétiennes" ; cependant, Mhardeh possède un caractère plus urbain que Sqalbiyeh (cf. F. et J. Métrai, 1986) qui, pourtant, est devenue une ville officielle (1967) avant Mhardeh (1975). Est-ce l'effet d'une volonté plus affirmée à Mhardeh ? Certes, cette volonté de transformer Mhardeh en ville existe, mais cela suffit-il ? La région de Mhardeh est riche du point de vue agricole et il a longtemps existé une ville à proximité, Cheizar, ville antique dont il ne reste que les ruines de sa citadelle (à 2 km de Mhardeh) et qui fut une place stratégique indispensable à toute domination de la Syrie.

48La grande propriété foncière existait aussi à Mhardeh et les terres expropriées ont représenté 0,8 % de celles expropriées dans la mohafaza de Hama (cf. tableau 53), ce qui n'est pas négligeable. Par ailleurs, Mhardeh a bénéficié de la construction d'un barrage (1957-1963) qui a offert aux habitants de la ville emploi et apprentissage et, par la suite, de l'installation d'une station hydro-électrique.

49Il convient enfin de replacer Mhardeh dans son contexte régional. Elle est entourée de gros villages, dont la plupart sont maintenant considérés comme petites villes (Hilfaya, Latamneh, Kernaz, Kafr Zeita, etc.) et qui entretiennent des rapports étroits avec Mhardeh, ville la plus proche et chef-lieu de mantiqa depuis 1975 (chef-lieu de nahia avant cette date). Sqalbiyeh, au contraire, est passée directement du stade de simple village à celui de chef-lieu de mantiqa, en 1967, sans transition.

  • 12 Les 15 moissonneuses-batteuses de Latamneh sont propriétés communes entre les gens de Mhardeh et ce (...)

50L'émigration, après la première guerre mondiale, a été considérable, surtout à Mhardeh. Les émigrés qui sont rentrés ont apporté capitaux et techniques (motopompes, activités artisanales et de services). Cela a aidé au développement de l'agriculture dans la région et a permis de profiter, comme à Salamieh (cf. al-Dbiyat, 1980), du "boom du coton" dans les années 50. Les capitaux accumulés ont été utilement réinvestis dans la modernisation de l'agriculture12. Plus tard, Mhardeh a tiré avantage de la crise qui a frappé Hama pour assurer le drainage des produits agricoles de la région au moment où se rétablissait une certaine économie de marché.

51Pour Sqalbiyeh, il n'y a pas eu de développement agricole avant la mise en valeur définitive du Ghab (1968). Sa région, petite, est moins peuplée que celle de Mhardeh. Donc la communauté chrétienne n'a pu y créer une ville que tardivement et administrativement. Elle s'accroît rapidement aujourd'hui.

52A travers ce développement, nous avons voulu montrer l'effet des changements économiques dans le passage du village à la ville, pour deux villes appartenant à une même communauté. Les exemples de ce genre sont multiples dans la région, surtout pour les villes situées dans des zones agricoles riches, notamment les périmètres irrigués comme Rastan, Tal Bisseh et Mecherfeh. Elles bénéficient aussi du voisinage de Homs où une partie de leur population active travaille en effectuant quotidiennement les trajets.

  • 13 Mairie de Qosseir, enquête personnelle, 1990.

53Qosseir reste un cas particulier. Située à proximité de la frontière syro-libanaise, elle a profité du flux des produits introduits par la contrebande, générateur d'un important mouvement commercial entre elle et les autres villes, notamment Homs. On y trouve aussi des artisans et des entreprises qui, par leur ampleur ou leur nombre, débordent les besoins propres de l'agglomération (14 801 habitants en 1981) : par exemple, la vingtaine de menuiseries qui tirent avantage du bas prix du bois pour le transformer en meubles ou autres (portes, fenêtres, etc.). Ce qui surprend aussi, c'est le nombre des garagistes spécialisés dans les pneus (une trentaine) car les pneus sont aussi bon marché. Ainsi ces activités et d'autres encore ont favorisé le développement de la ville. Son taux d'accroissement annuel est passé de 3,3 % (1960-1970) à 4,37 % (1970-1981). Signalons également que le prix d'un pas de porte pour un local commercial moyen (20 m2) ne diffère guère de celui d'un local situé à Homs ou à Hama (proche du centre-ville). Il s'élève à 400 000 L.S.13

54L'émigration (vers l'Amérique latine au début du siècle et les pays pétroliers actuellement) a joué un rôle important dans le développement du réseau urbain et l'évolution des villes grâce aux capitaux ramenés qui ont été investis surtout dans le commerce, l'artisanat, les services et l'immobilier. C'est vrai pour Mhardeh (déjà citée) ou Salamieh (cf. al-Dbiyat, 1991) et pour plusieurs villes de la région de Hama : Soran, Taibet al-Imam, Murek, etc.

  • 14 Notons ici que, pour une petite ville, la moindre arrivée de migrants ou le moindre départ de sa po (...)

55Lorsque manque l'impulsion économique, les villages ou petites villes évoluent peu. C'est le cas dans les zones pauvres (la partie orientale de la région ou le sud) et même dans celle située à l'extrême ouest où pourtant les précipitations sont abondantes mais où un relief accidenté limite les possibilités. Il n'y a de petites villes que celles administrativement reconnues comme telles : Tal Kalakh et Massiaf. L'éclosion de Tal Salhab (6 740 habitants en 1981), au sud du Ghab, est visiblement le résultat du développement agricole de la région et de l'installation d'une raffinerie de sucre en 1978. Celle-ci employait 437 ouvriers en 1982, ce qui explique que le taux d'accroissement annuel de la population soit passé de 2,5 % (1960-1970) à 6,2 % (1970-1981)14.

56Si les facteurs économiques interviennent fortement dans la fixation de la population et l'accélération de la croissance démographique, ils ne suffisent pas à transformer un village en ville. Il faut aussi qu'y naisse un mode de vie urbain. L'augmentation de la population y contribue, comme l'a constaté depuis longtemps L. Wirth (1938, p. 266) : « Plus nombreux sont les individus entrant dans un processus d'interaction, plus grande est la différenciation potentielle entre eux. On peut donc s'attendre à ce que les caractéristiques personnelles, les métiers, la vie culturelle et les idées des membres d'une communauté urbaine se distribuent entre des pôles plus largement séparés que ceux des ruraux. »

57La densité renforce aussi la diversification des activités et la concentration croissante des moyens de consommation collectifs (école, hôpital, grande mosquée ou église, etc.). Par ailleurs, la répartition fonctionnelle de l'espace est aussi l'une des caractéristiques de l'espace urbain, surtout la séparation entre lieu de travail et lieu de résidence.

58Ajoutons à tout cela la transformation de l'organisation sociale et la disparition ou l'affaiblissement des liens traditionnels qui caractérisent les sociétés rurales : les liens du sang, de parenté, ou les relations communautaires ou confessionnelles propres à certaines localités de notre région. Ainsi s'effacent les bases traditionnelles de la solidarité sociale ou disparaissent certains phénomènes comme la reconnaissance mutuelle entre les individus confinés dans un milieu restreint ; en ville, les gens se côtoient sans se connaître. En fin de compte, la ville, surtout la grande ville, devient le creuset des cultures véhiculées par des gens venus de toutes parts. Elle devient ainsi « un terrain des plus favorables pour la production de nouveaux croisements biologiques et culturels » (idem, p. 265). C'est un fait réel dans le cas de Homs, mais encore embryonnaire pour les autres villes de la région, y compris Hama.

59Définir la ville est une tâche difficile en Syrie centrale, de même que le passage du village à la ville, car il faut bien admettre que l'activité rurale reste dominante dans toutes les villes de la région, à l'exception de Homs et Hama, et à moindre degré de Salamieh. Elle a empêché tout véritable brassage de population. La diversification des activités évolue lentement. C'est le commerce qui se développe le plus et qui, le plus souvent, absorbe le chômage local dû à la très forte croissance démographique. Il est aussi un indicateur des besoins accrus de la population rurale en produits et marchandises de la ville.

60Par ailleurs, il faut reconnaître que dans les petites villes où dominent d'autres communautés que la communauté sunnite (chrétiens, alaouites, ismaéliens...), l'évolution vers un mode de vie urbain ou vers la citadinité y est plus rapide. Cela s'explique, d'une part, par les mentalités, plus ouvertes sur l'extérieur, des sociétés minoritaires et, d'autre part, par les forts taux de scolarisation.

61Ces caractères exigeraient des recherches plus minutieuses, difficiles à mener tant cette question constitue un point sensible en Syrie. Un simple constat montre que le passage à la citadinité est plus aisé dans les villes "chrétiennes" (Mhardeh, Sqalbiyeh, Kafr Buhum), "ismaéliennes" (Salamieh, Massiaf) ou "alaouites" (Tal Salhab, Sabourah).

62La définition de l'urbanité ou de la citadinité pose une problématique délicate. Souvent, on se réfère à la ville européenne pour établir les critères urbains (cinéma, cafétéria, type d'habitat, etc.). Dans le cas de Mhardeh, « tout le monde s'accorde en effet à reconnaître en Mhardeh une ville et en ses habitants des citadins [...] les Hamaouites qualifiaient déjà Mhardeh de "petit Paris" en raison de la variété de ses boutiques, de l'élégance de ses jeunes filles » (F. et J. Métrai, 1986, p. 454). Mais les liens traditionnels s'affirment très vite sous la surface quand un Mhardaoui répond, à propos de la participation de l'État au développement urbain : « Nous sommes prêts à accueillir tout le monde, mais nous ne céderons ni nos terres, ni nos filles ! » (idem, p. 465).

63Actuellement, la médina de Homs est considérée comme un quartier démodé. Pourtant, jusqu'en 1920, elle était la ville de Homs. Donc la citadinité ou les modes de vie urbains sont des notions relatives. Toute définition doit prendre en considération la situation antérieure, la dimension spatiale et temporelle. Dans le cas des petites villes de Syrie centrale, puisque l'activité rurale dominait et domine encore, la citadinité doit être définie par rapport à la ruralité. En cela, nous partageons l'avis de P. Signoles (1986, p. 829) : « La citadinité ne peut se concevoir autrement que par opposition à la ruralité. » D'autant que ces petites villes ne bénéficient pas d'apport d'origine citadine, sauf par le retour des émigrés, toujours en nombre très limité. L'évolution résulte bien d'une motivation interne. D'ailleurs, peu nombreuses sont les villes qui connaissent un certain brassage de population comme à Salamieh ; la majorité écrasante des migrants sont des ruraux ou des semi-nomades.

  • 15 Jusqu'en 1968, plus de 17 000 familles ont bénéficié des distributions de terres dans les nouvelles (...)

64L'émergence des petites villes dans notre région et la conquête de la citadinité ont été facilitées par la valorisation de la production agricole et le développement de l'économie de marché, dans un monde rural dominé depuis les années 60 par la petite propriété foncière15et depuis le milieu des années 80 par l'électrification intégrale des campagnes. Cette dernière a permis l'invasion du monde rural par de nouveaux modes de consommation (télévision, radio, réfrigérateur, machine à laver, etc.) accessibles grâce à une amélioration du niveau de vie. Se sont alors développées les activités annexes (commerce, artisanat de service), dans les gros villages comme les petites villes. Par ailleurs, l'influence qu'exerçaient Homs et Hama sur le monde rural, jusqu'aux années 70, n'est plus aussi stérilisante. On s'en aperçoit avec la poussée démographique qui a donné naissance aux petites villes voisines de Homs ou de Hama, créant une véritable auréole urbaine. Cela contredit le constat de P. Fargues (1986, p. 45) : « Il apparaît que la plupart des villes, petites ou moyennes, à forte croissance se trouvent dans les zones les moins urbanisées, à l'écart des grandes villes. Tout se passe comme si les villes petites et moyennes profitaient de cet éloignement des métropoles pour devenir des pôles régionaux d'attraction. »

  • 16 Mais ces zones artisanales sont toujours en projet. C'est par ailleurs un indicateur important du d (...)
  • 17 A part Homs et Hama, il n'y a que Salamieh et Palmyre qui disposent d'un hôpital public, mais on tr (...)

65Enfin, il ne faut pas oublier le désir de la population de ces villes naissantes, nouvelles ou ayant hérité d'un long passé (Salamieh, Massiaf), d'accéder à une citadinité. Il se manifeste à travers l'habitat, le développement des rues commerçantes avec des boutiques "modernes", l'établissement des plans directeurs d'urbanisme. Toutes les villes ont bénéficié de ces plans qui se limitent pour l'instant à l'établissement d'un zonage, à la réglementation de l'habitat ou au développement des zones artisanales extra-muros à l'instar des grandes villes (Salamieh, Massiaf, Mhardeh, Qosseir, etc.)16, ou à des projets d'équipements collectifs comme un hôpital public17. Pour tout le monde, la ville reste un modèle de référence.

66Cette évolution accélère la mutation de l'armature urbaine et entraîne la création de sous-systèmes de polarisation régionale dans un espace dominé jusqu'à maintenant par les deux seules grandes villes, Homs et Hama. Seules Salamieh et Mhardeh ont pu se délimiter une région d'influence propre, mais au détriment de celle de Hama.

2 - LA PRÉÉMINENCE DE HOMS DANS LE SYSTÈME DES RELATIONS

67La région centrale est partagée administrativement entre deux mohafaza-s. Cela implique la duplication des services administratifs, équipements publics, encadrements des industries locales, moyens de transport, agences de commercialisation étatiques, etc. Pourtant on assiste à la naissance d'une commune entité régionale et géographique : la Syrie centrale. Elle apparaît dans la mise en place d'équipements spécialisés, soit à Homs, soit à Hama, qui ont une vocation régionale - telle l'Université, dont la plupart des facultés et le siège central sont situés à Homs. Il est courant d'entendre évoquer une région centrale dans le langage officiel. Même les rapports préliminaires concernant l'aménagement urbain de Homs ou de Hama, en cours de réalisation par un bureau public (S.G.E.C.T.), replacent chaque ville dans l'ensemble régional.

68L'Oronte est un facteur d'unification, mais il est aussi à l'origine de cette rivalité économique qui existe depuis toujours entre les deux villes. Le partage de l'espace a été précédé, bien auparavant, par le partage des eaux. Le problème s'est posé avec acuité lors de la construction des canaux d'irrigation du secteur de Homs (1934).

69Nous avons déjà constaté qu'il y a adéquation entre les limites des propriétés foncières et les frontières administratives. Par conséquent, le partage des terres fertiles entre les propriétaires homsiotes et hamaouis est un fait acquis. Il oriente les relations obligatoires entre paysans et métayers d'une part, et la ville qui possède la terre d'autre part. Jusqu'à la réforme agraire, il était donc facile de cerner les zones d'influence de l'une et l'autre ville dans le cadre d'une économie foncièrement rurale. Le commerce et l'artisanat étaient, en outre, un monopole urbain. J. Weulersse (1946) avait constaté que ces villes étaient des "corps étrangers" dans un bassin rural. Vingt-cinq ans plus tard, E. Wirth (1971) leur concède encore une fonction d'animation au sein de leur région.

70Les choses ont vite changé après l'indépendance (1946) et surtout après la mise en œuvre de la réforme agraire qui a débuté en 1958 et a été accélérée à partir de 1963. Certes, les limites administratives imposent toujours beaucoup de relations entre la ville et sa mohafaza. Mais plusieurs phénomènes échappent à cet enfermement, comme le déplacement des hommes dont nous avons constaté l'ampleur en faveur de Homs (cf. lere partie, III.2 : "les mouvements migratoires"). Ainsi, Homs a-t-elle pu prendre le dessus. De même, son rayon d'influence en ce qui concerne le commerce, l'activité industrielle, l'artisanat et les services ne s'arrête pas aux frontières de sa mohafaza, sauf pour certains secteurs publics. Le bouleversement des relations ville-région, depuis 1960, a joué plus en faveur de Homs que de Hama, grâce à une industrialisation plus précoce, au dynamisme du secteur commercial et artisanal. L'atout majeur de Hama, qui réside dans la solidité des liens tissés avec le monde agro-pastoral, est lui-même grignoté par d'autres villes, notamment Salamieh qui cherche à établir ses propres relations avec le monde pastoral, ou Mhardeh et Sqalbiyeh qui s'efforcent de jouer un rôle d'intermédiaire entre le monde rural et les grandes villes. Cela se passe effectivement au détriment de Hama, dont les crises internes ont certainement accéléré le processus de constitution des sous-régions autour d'autres villes, ou renforcé le rôle régional de Homs.

2.1 – HOMS, POINT DE CONVERGENCE DES ROUTES ET DES FLUX

71Depuis toujours, le Proche-Orient est une zone de passage, au grand bénéfice de ses villes. L'axe qui traverse la Syrie du sud vers le nord passe obligatoirement par nos deux villes. Il en va de même pour la route ouest-est qui assure la liaison entre la côte et l'Orient profond, jusqu'en Mésopotamie et au-delà.

72Géographiquement, Homs jouit d'une situation plus privilégiée parce qu'elle est située à l'orée de la "trouée" et au débouché de la plaine de la Béqa'a libanaise. Cela lui a permis de jouer un rôle plus important que Hama dans la canalisation des flux matériels et humains et d'attirer à elle les voies de communication (routes, oléoduc et chemin de fer).

2.1.1 – Le réseau routier : une évolution remarquable

  • 18 Les seules traces de ce type de routes qui soient restées en Syrie sont celles de la route qui reli (...)

73Dès l'Antiquité, la Syrie s'est trouvée sur le passage des routes terrestres reliant l'Occident à l'Extrême-Orient via la Mésopotamie, celle-ci à l'Arabie occidentale, et l'Egypte à l'Anatolie via la Palestine. Ces liaisons n'ont jamais cessé. Au contraire, elles ont été constamment renforcées : par les Grecs, les Romains, les Byzantins, les Perses, les Arabes, les Ottomans, puis par les autorités mandataires. Matériellement, les aménagements ont varié : les Romains construisirent un réseau de routes pavées et bornées18, car ils utilisaient les charrettes. Les Arabes caravaniers n'avaient pas les mêmes exigences, sauf en ce qui concerne les gîtes d'étape : les khans se sont multipliés à l'époque mamelouke puis ottomane.

Fig. 61 — Réseau routier antique en Syrie

74La densité du réseau routier syrien fut remarquable, comme le montre la figure 61, réalisée en 1943 par le Père A. Poidebard (A. Hajar, 1982, p. 47). Homs (Émèse) était alors un point nodal du réseau routier de la Syrie centrale à côté d'Apamée, tandis que Hama ne représentait qu'une simple étape. Par ailleurs, on remarquera l'importance de la localité d'Esseryé (Seriane) située sur le limes romain, ou de Palmyre qui fut un point stratégique dans l'ancien réseau routier.

75La situation de Homs et Hama, dans ce domaine, n'a jamais été affectée par les déplacements des capitales politiques entraînés par la succession des puissances dominant le Proche-Orient : Antioche aux époques grecque, romaine et byzantine, Damas, Baghdad et Le Caire aux époques omeyyade, abbasside, fatimide et mamelouke, Constantinople à l'époque ottomane et actuellement Damas. A l'époque mamelouke, les routes pastorales se sont énormément développées mais suivaient toujours les tracés anciens ; on le voit sur la figure 62 reprise par J. Gaulmier (1950, p. 200).

Fig. 62 Développement des roules postales dans l'Empire mamelouk au XIVe siècle

76Pourtant, jusqu'à la fin de la première guerre mondiale, les routes correctement aménagées demeuraient fort rares dans la région, comme en témoigne Essair (1934, p. 83) : « En 1919, il n'y avait pas une seule véritable route dans tout le Proche-Orient et le commerce était encore exclusivement caravanier. » En 1943, le pays ne possédait que 1440km de routes goudronnées. Depuis, l'évolution a été rapide : en 1989, le réseau routier goudronné atteignait 23 168 km, ce qui représente 0,12 km par km : du territoire syrien.

77La Syrie centrale a été concernée à partir des années 30 où le réseau routier a connu un développement considérable. Actuellement, les routes goudronnées sillonnent toute la région, reliant les principales localités entre elles, avec Homs et Hama, et en plus avec les autres villes syriennes ou libanaises, comme l'atteste la figure 63.

78L'épine dorsale du réseau routier syrien passe par les deux villes principales de notre région. Cet axe est à double voie jusqu'à Hama (en venant de Damas) et à une seule large voie (16 m) entre Hama et Alep. Les autres routes possèdent une largeur moyenne de 8 m. Homs et Hama sont dotées chacune d'une voie de contournement (Hama depuis 1984 et Homs depuis 1987), qui est une déviation obligatoire pour les poids lourds.

79La densité routière autour de Homs est remarquable. Cette ville contrôle des voies qui vont dans toutes les directions : vers Hama, vers Palmyre et Deir ez-Zor, vers Baghdad, vers Damas et surtout vers le Liban et la côte. Hama a bénéficié récemment de l'amélioration de la route qui relie sa mohafaza à Lattaqié, mais celle-ci, malgré sa modernisation, reste difficile à cause de la pente imposée par la traversée du Massif alaouite. D'autre part, le développement des ports syriens ces dernières années, et notamment au cours de la crise libanaise, a renforcé le trafic sur la route Homs-Tartous-Lattaqié, et même sur celle de Homs à Tripoli.

80On remarque aussi (cf. fig. 63) la faible densité routière dans la partie orientale de notre région, ce qui correspond à son faible peuplement. Toutefois, le sud est quand même assez bien pourvu en routes et voies ferrées afin de drainer la production des mines de phosphates situées à Khnaifis et al-Souaneh, ouvertes en 1973. Il y passe aussi la route Homs-Baghdad.

81La longueur totale des routes goudronnées en Syrie centrale s'est accrue dans la dernière décennie : clic est passée de 2981 km en 1980 (20 % du réseau routier national) à 4919 km en 1989 (21,2 %). Tout naturellement, ces constructions ont plus favorisé la mohafaza de Homs que celle de Hama, ce que nous vérifions avec le tableau suivant (69) :

TABLEAU 69. Évolution du réseau routier goudronné en Syrie centrale entre 1980 et 1989

TABLEAU 69. Évolution du réseau routier goudronné en Syrie centrale entre 1980 et 1989

Sources : Annuaires statistiques, 1081 et 1990.

82Cette progression plus rapide pour Homs résulte surtout du doublement de la route qui relie Homs à la côte et de celle qui dessert la zone minière sud-orientale. Le développement du réseau routier constitue un facteur décisif quant à l'intensification des relations entre les deux villes et la région, et cela a facilité les déplacements pendulaires des travailleurs et fonctionnaires ruraux ou ceux des petites villes.

  • 19 Une voie ferrée a relié aussi Damas à La Mecque vers 1900. C'était la voie ferrée du pèlerinage.

83Quant au réseau des voies ferrées, la Syrie a connu le chemin de 1er, pour la première fois, à la fin du règne ottoman. En 1895 fut installée une liaison ferroviaire enre Damas et Beyrouth19. Dix ans plus tard, d'autres furent créées en Syrie centrale dont Homs-Ryak (Liban), Homs-Tripoli et Homs-Alep. Toutefois, le réseau n'a guère évolué pendant l'époque du Mandat. C'est seulement à partir de 1960 que la construction des voies ferrées a repris, mais avec retard par rapport au réseau routier. En 1989, il n'existait dans toute la Syrie que 2 179 km de voies ferrées normales (à une seule voie), la plus importante reliant Lattaqié à l'extrême nord-est du pays (Qamechly) : 763 km. Viennent ensuite celle de Alep à Damas, passant par Hama et Homs (457 km) et celle de Homs à Lattaqié, passant par Tartous (190 km).

84Dans notre secteur, on trouve trois lignes proprement régionales : Homs-Qosseir (40 km), Hama-Mhardeh (19 km) et Homs - mines de phosphates (111 km), qu'on projette de prolonger jusqu'à Palmyre (cf. fig. 63). Ces voies locales sont destinées exclusivement aux marchandises et ne s'adressent pas aux voyageurs mais une orientation nouvelle est toutefois perceptible.

85La route demeure sans concurrence vu le développement lent du chemin de fer et la qualité des voies ferrées (étroites et à une seule voie) qui rendent les déplacements trop longs. D'ailleurs, la compagnie de chemins de fer syrienne ne propose que 21 560 places (280 wagons) sur l'ensemble de ses lignes. Le peu d'importance du transport ferroviaire ne nous a pas incité à l'intégrer dans l'analyse suivante qui portera seulement sur les flux de voyageurs et les modes de transports routiers en Syrie centrale.

2.1.2 – Homs : convergence routière et redistribution des flux

  • 20 Le micro-bus est apparu dans le pays, comme mode de transport en commun, vers 1976.

86L'évolution extraordinaire des modes et voies de transport a rapproché les villes les unes des autres et a aidé à l'extension de leurs zones d'influence. Nos deux villes disposent d'un potentiel considérable de moyens de transport, tant pour les hommes que pour les marchandises. Les transports en commun tiennent une place primordiale. L'automobile reste en effet un objet de luxe dont le prix est inabordable pour la majorité écrasante de la population. C'est le bus ou le micro-bus qui assure la presque totalité des liaisons régionales ou nationales. Le micro-bus est le plus fréquemment utilisé dans les liaisons intra-régionales20.

87Avant la création des gares routières dans les deux villes, c'étaient les khans qui accueillaient les bus et les taxis. Actuellement, chacune possède une gare routière, bien placée à l'extérieur du centre-ville, à partir de laquelle s'organisent les voyages. Le tableau suivant (70) donne l'importance du parc des moyens de transport dans les deux mohafaza-s :

TABLEAU 70. Évolution du parc des voitures individuelles et des transports en commun entre 1980, 1985 et 1989 dans les mohafaza-s de Homs et de Hama

TABLEAU 70. Évolution du parc des voitures individuelles et des transports en commun entre 1980, 1985 et 1989 dans les mohafaza-s de Homs et de Hama

Sources : Directions du transport des mohafaza-s de Homs et Hama (1990).

Fig. 6 3 — Le réseau routier en Syrie centrale

88La rapide augmentation du parc automobile de bus et micro-bus révèle une influence régionale croissante. En outre, bien que les populations des deux mohafaza-s soient peu différentes, Homs possède beaucoup plus de véhicules individuels. Cela correspond à un niveau de vie plus élevé, car la voiture, en Syrie, exige des revenus qui ne sont pas à la portée des fonctionnaires et simples travailleurs, comme dans les pays riches. Ce sont les commerçants, les industriels ou les professions libérales (médecins, avocats, ingénieurs...) qui peuvent acquérir ce genre de véhicule. Donc, le volume des moyens de transport est lié, à notre avis, à un rôle régional qui s'accentue. Son évolution a été considérable entre 1980 et 1985 (cf. fig. 64), favorisée par le développement du réseau routier.

  • 21 C'est le puissant secteur artisanal d'Alep qui avait le monopole de ces montages, bien que l'État p (...)
  • 22 Elle fait partie de la gare routière principale de Homs.
  • 23 Qui se trouve au centre-ville.

89Cette croissance des moyens de transport en commun s'explique théoriquement par les autorisations d'importation accordées par l'État, soit pour des véhicules, soit pour des pièces détachées (moteur, châssis) destinées à être montées dans le pays21. En fait, c'est une demande pressante, pour répondre aux besoins, encore plus urgents à Homs qu'à Hama, qui a rendu nécessaires ces importations. La grande majorité de ces bus et micro-bus appartiennent à des propriétaires originaires des chefs-lieux des mohafaza-s qui assurent eux-mêmes l'essentiel du service. Par ailleurs, les micro-bus ou les bus qui assurent la liaison régionale à partir de Homs ou de Hama appartiennent exclusivement au secteur privé, tandis que le secteur public, qui contrôle le transport en général, n'y participe qu'à travers une société mixte (société Karnak) qui possède des cars, une gare routière à Homs22 et un relais à Hama23. Ces cars n'assurent que la liaison avec les autres villes syriennes, c'est-à-dire qu'ils sont à vocation nationale. Il existe 9 départs de Homs, 4 de Hama et 9 répartis entre les autres villes de la région, ce qui montre déjà l'importance des relations directes entre certaines villes de la région (Salamieh, Mhardeh, Massiaf et Palmyre) et d'autres villes syriennes (Damas et Alep).

  • 24 Étant donné que nous n'avons pas pu obtenir de renseignements sur le transport des marchandises, ce (...)

90La rareté des voitures particulières, notamment dans le monde rural, accentue la dépendance des habitants de la région vis-à-vis des itinéraires routiers officiels et des moyens de transport en commun. Les prendre en compte et les répertorier fournit bien des indications valables quant au poids de chaque ville en Syrie centrale. Homs et Hama monopolisent la presque totalité des flux intrarégionaux de voyageurs et de marchandises24. Cela correspond naturellement à leurs fonctions administratives et économiques.

91Comme la multiplication des bus et micro-bus a éliminé presque complètement les taxis (on en trouve encore quelques-uns surtout entre Homs et Hama), nous nous basons seulement sur les moyens de transport en commun. Dans les campagnes, il y a aussi des camionnettes qui transportent des gens, mais elles sont limitées aux zones de rayonnement des petites villes, dans la région orientale et le Ghab en particulier.

92La figure 65 met en évidence le grand nombre de micro-bus qui assurent les principales liaisons à l'intérieur de la Syrie centrale. Il est manifeste que les routes qui conduisent à Homs sont plus fréquentées que celles qui mènent vers Hama. Nous n'avons pris en considération que les micro-bus car les bus sont plutôt consacrés aux déplacements de longue distance, par exemple entre nos deux villes et les villes hors région. Ceux qui assurent des liaisons internes, soit une vingtaine dans toute la région, ont été comptés comme équivalant à deux micro-bus (50 places contre 25 places).

Fig. 64 - Évolution des moyens de transport dans les mohafaza-s de Homs et Hama (1980, 1985 et 1989)
Sources : Directions du transport de Homs et Hama, dépouillement personnel, 1989.

93L'intensité du trafic sur les lignes qui mènent vers Homs s'explique par plusieurs facteurs, à savoir :

  • Homs est plus attractive que Hama pour les commerces, les produits de l'artisanat et les services.

  • Elle assure la réorientation des voyageurs vers les autres villes syriennes, notamment vers la côte : en 1989, un seul micro-bus reliait directement Hama et le port de Tartous, tandis qu'à la même date 131 micro-bus reliaient Homs à Tartous et 38 à Lattaqié. En outre, Homs fait la liaison avec le Liban, principalement par taxis.

  • Homs communique aussi avec la zone steppique dont la capitale est Palmyre.

94Si Hama organise la liaison directe avec Damas, la capitale, ainsi qu'avec Alep, seconde capitale, c'est avec des moyens très nettement inférieurs à ceux mis en œuvre par Homs. Sur Damas, Hama affecte 3 micro-bus et 26 bus (1989) contre 77 micro-bus et 101 bus, à la même date, à Homs. Les chiffres concernant la liaison avec Alep s'élevaient respectivement à 3 micro-bus et 19 bus pour l'une, et 63 bus pour l'autre.

95De plus, la position de Hama tend à s'effriter en raison des velléités d'émancipation des petites villes de sa mohafaza. Il y a, par exemple, à part les cars de la société Karnak déjà cités, 14 micro-bus et 3 bus qui vont directement à Alep, sans passer par le chef-lieu : 3 micro-bus de Mhardeh, 6 micro-bus de Sqalbiyeh, 1 bus et 4 micro-bus de Massiaf et 2 bus et 1 micro-bus de Salamieh. Rien de tel n'existe dans la mohafaza de Homs. De même, Damas est accessible directement à partir de Salamieh (7 bus), de Massiaf (4 bus et 12 micro-bus) et de Sqalbiyeh (2 micro-bus). Dans la mohafaza de Homs, on ne dénombre que 7 bus et 5 micro-bus qui assurent un trafic similaire, en majorité à partir de Tal Kalakh (4 bus et 3 micro-bus).

96Autre facteur qui favorise les déplacements intrarégionaux au bénéfice de Homs : les visites familiales aux néo-citadins arrivés en ville dans le flux permanent de l'exode rural. Dans le même ordre d'idées, l'Université et l'Académie militaire entretiennent des déplacements continuels.

97Enfin, les établissements industriels et de services font appel à une main-d'œuvre habitant les petites et moyennes villes de la région (villes-dortoirs). On assiste donc à des déplacements pendulaires très nombreux d'autant que seules certaines usines de Hama assurent le transport de leurs employés.

  • 25 L'évaluation du nombre de voyageurs, notamment ceux concernés par les déplacements pendulaires, est (...)

98Le secteur public favorise le recrutement de la main-d'oeuvre rurale pour des raisons socio-économiques (résorption du chômage rural croissant), mais aussi pour des raisons politiques (briser le poids politique des citadins au sein des syndicats). Ce type de flux est naturellement plus volumineux vers Homs que vers Hama. Le simple constat de la circulation vers Homs en témoigne25.

99Certaines lignes connaissent un trafic qui n'est pas seulement lié aux mouvements des voyageurs. Les micro-bus peuvent également transporter des marchandises, d'une haute valeur pour un poids et un volume limités, tels que les produits de contrebande qui viennent du Liban. Anisi s'explique l'intensité du trafic sur Homs-Qosseir ou Homs - Tal Kalakh (cf. fig. 65) : elle n'est pas en rapport avec la densité de la population locale, surtout dans la région frontalière de Qosseir. Sans doute nos comptages ne portent-ils que sur le nombre des véhicules affectés à chaque ligne, et non sur celui des trajets réellement effectués chaque jour ; ainsi, le nombre des allers et retours se multiplie dans un rayon de 50 km autour des deux chefs-lieux de mohafaza. En général, les micro-bus effectuent deux allers-retours par jour entre ces derniers et les chefs-lieux de leurs mantiqa-s : Salamieh, Mhardeh, Massiaf et Sqalbiyeh dans le cas de Hama, et Qosseir, Tal Kalakh et Rastan dans celui de Homs.

100Il est intéressant de signaler que Salamieh et Massiaf, rattachées administrativement à Hama, ont plus de véhicules affectés à leur liaison avec Homs qu'avec leur chef-lieu de mohafaza. On dénombre 16 micro-bus pour Massiaf-Hama mais 19 micro-bus pour Massiaf-Homs (1989). Même chose dans le cas de Salamieh : 38 micro-bus pour Salamieh-Hama et 43 pour Salamieh-Homs. Cela prouve clairement que Homs tend à déborder sur le territoire administrativement dévolu à Hama. Plus généralement, on constate qu'il existe bien une relation directe entre la densité du peuplement et l'usage plus ou moins intensif du réseau routier. La dissymétrie est, sur ce point, flagrante entre les zones orientale et occidentale, de part et d'autre de l'axe Homs-Hama. Celui-ci détient le record de circulation pour la région centrale : 164 micro-bus assurent la liaison inter-villes, parmi lesquels 102 sont affrétés par Homs et desservent également Rastan et Tal Bisseh. En outre, cet axe est aussi emprunté par les véhicules pour Damas vers le sud et Alep vers le nord. Ils accroissent l'affluence aux sorties nord et sud des deux villes.

101Selon l'estimation effectuée en 1976 par le bureau d'étude chargé de réaliser la voie de contournement de Hama, 8 635 véhicules par jour venant d'Alep ou s'y rendant passaient à Hama-nord, et 9 898 à Hama-sud à destination ou en provenance de Homs : la grande majorité traversaient la ville, d'où l'utilité de la voie de contournement qui fut réalisée en 1984. Le même besoin fut à l'origine de la voie de contournement de Homs ouverte en 1987.

  • 26 Gares de Homs et de Hama, enquête personnelle, été 1990.
  • 27 Le bus ou le micro-bus quitte la gare routière dans les règles, c'est-à-dire chargé selon le nombre (...)

102L'afflux de voyageurs obligés de transiter par Homs ou Hama y favorise une fonction de "dispatching" vers d'autres directions. D'après les estimations du service de contrôle routier26, le nombre total de voyageurs par jour s'élèverait à environ 25 000 dans la gare routière de Homs et autour de 15 000 dans celle de Hama. Nous pensons que ces données sont sous-estimées vu le nombre considérable des véhicules qui circulent tant sur les lignes principales qui desservent la région que sur celles qui relient les deux villes aux autres villes syriennes. Doubler ces chiffres ne paraît pas exagéré27, d'autant que le contrôle du transport des personnes est très difficile puisque les billets ne sont exigés que sur les grandes lignes (Damas, Alep, Lattaqié, Palmyre). Par conséquent, tabler sur le nombre de micro-bus ou bus par ligne reste la meilleure approche du problème de la vie de relation : le bus ou le micro-bus ne peut pas changer d'itinéraire sans un accord préalable de la Direction du transport concernée de chaque ville.

103A partir de ce qui vient d'être dit, on constate que Homs n'est plus un simple relais sur l'axe principal qui traverse la Syrie du nord au sud. Elle est devenue point nodal de voies de circulation surtout depuis le récent essor économique de la région côtière. En revanche, Hama, malgré le développement des liaisons routières avec la côte, garde toujours sa fonction de relais. L'évolution des commerces, de l'artisanat et des services à Homs est liée, en partie, à sa capacité à retenir les flux engendrés par le développement des moyens de communication (chemin de fer, route). La densification des locaux de travail le long des axes menant du centre-ville à la gare routière témoigne du renforcement de cette fonction de centre d'échange (cf. fig. 34).

2.2 – LE RAYONNEMENT SPATIAL DES DEUX VILLES : COMMERCES ET SERVICES

104La grande majorité des établissements commerciaux, techniques, artisanaux et de services, ainsi que les services publics auxquels la vie urbaine donne naissance, ne peuvent se développer et prospérer que dans les villes où la demande est suffisante. C'est bien la raison pour laquelle ces fonctions urbaines sont monopolisées par les deux vraies villes de Syrie centrale.

105En Syrie, l'activité commerciale est connue depuis bien longtemps, surtout pour le commerce lointain. Bien que Damas et Alep aient toujours dominé ce secteur, Homs et Hama n'ont jamais été marginalisées. Nous ne nous intéresserons qu'aux échanges interrégionaux. Les deux villes possèdent chacune un équipement commercial considérable, ce qui leur confère un très fort pouvoir de tutelle ; il n'est pas très contesté en la matière car le monde rural et même les petites villes sont sous-équipés, à l'exception de quelques chefs-lieux de mantiqa, comme Salamieh, Massiaf, Mhardeh et Palmyre.

106Homs et Hama regroupent la quasi-totalité des commerces de gros ; ailleurs, on ne trouve au mieux que des demi-grossistes. La fonction commerciale a longtemps été assurée par les gros propriétaires fonciers et "moutonniers" résidant en ville. De la sorte, ils tenaient l'aval et l'amont des activités économiques principales dans la région. Ils contrôlaient le processus de la production aussi bien que celui de la vente. Là résidaient la puissance économique des commerçants des villes et leur poids social. La réforme agraire, la mainmise de l'État sur les circuits commerciaux et l'industrialisation ont été les outils employés par le gouvernement pour briser la structure traditionnelle des sociétés urbaine et rurale. Les mesures étatiques, qui entraient dans le cadre de la "socialisation" du pays, ont à peu près réussi en ce qui concerne la terre et l'industrie, mais le commerce reste le domaine privilégié du secteur privé qui tire actuellement le plus de profits de la libéralisation économique du pays.

107L'évolution du commerce, des services privés et de l'artisanat, tant en nombre d'établissements qu'en qualité de services rendus, n'a pas modifié la place de Homs et de Hama dans le réseau d'échanges. Certes, le commerce apparaît dans les villes naissantes de la région, mais il faut prendre en compte la qualité des commerces ou des services, encore très loin de celle qu'offrent les établissements de Homs ou de Hama. Déjà, un local commercial situé au centre-ville possède une valeur (achat ou pas de porte) qui est au moins dix fois supérieure à celle d'un local situé dans le centre-ville d'une des petites villes, même les plus dynamiques comme Mhardeh ou la ville moyenne de Salamieh. Par conséquent, l'espace organisé par le commerce, l'artisanat ou les services libéraux reste en général sous la domination de Homs ou de Hama, comme auparavant.

2.2.1 – Hama draine toujours les produits agro-pastoraux

108Les activités agricoles et pastorales n'ont pas régressé dans la région. Au contraire, elles progressent et se transforment sans cesse, par exemple avec l'introduction de nouvelles productions comme l'aviculture ou les cultures sous serre (cf. chapitre IV). Ce dynamisme a renforcé les circuits commerciaux et le rôle des villes en tant que pôles de drainage des produits agro-pastoraux soit pour la consommation in situ d'une population urbaine croissante, soit pour celle des autres villes syriennes et notamment Damas.

109Les spécialistes de Homs ou de Hama ne commercialisent pas seulement les produits de leur région, mais aussi ceux de la région côtière.

110Hama a toujours été le centre principal de la région, et même de Syrie, pour la commercialisation des produits pastoraux. Elle est contrôlée soit par les commerçants spécialisés, installés en ville (en majorité dans le souk al-Hader), soit par les courtiers qui fréquentent le marché quotidien au bétail, situé à la périphérie de la ville. C'est là que s'effectue la vente des moutons, venant en majorité de la partie orientale de la région, et des bovins élevés dans la partie occidentale, plus humide. Sur le même marché s'effectue la commercialisation de la paille, des céréales (orge, blé), des lentilles, surtout pendant l'été lorsqu'à la suite de la moisson arrivent des camions de toute la Syrie, notamment de la Jézireh (grand domaine céréalier).

111Il convient de chercher à comprendre les raisons de cette concentration et du rayonnement commercial de la ville en ce qui concerne les productions agro-pastorales :

  • Les commerçants entretiennent des rapports étroits avec les producteurs soit par le système de financement de la production, soit par des contrats d'association. S'y ajoute une certaine clientèle basée sur les relations tribales car, surtout à propos des produits pastoraux, beaucoup de commerçants sont d'origine bédouine.

  • Les producteurs ne possèdent aucun moyen de stockage, à l'inverse des commerçants.

    • 28 C'est d'ailleurs un nouveau facteur de la désertification croissante dans le pays, qui s'ajoute au (...)

    La pénétration des régions de cultures ou de pâturages (steppes) par la route goudronnée ou les pistes aménagées a permis l'extension du réseau urbain commercial. Les pistes aménagées sont passées de 78 km en 1980 à 878 km en 1989 (87 % dans la mohafaza de Hama, bien que sa superficie soit beaucoup moins importante que celle de la mohafaza de Homs). S'y ajoutent les pistes sauvages qui quadrillent toute la région28.

  • La création des routes a accompagné le développement rapide de la motorisation des agriculteurs ou éleveurs. La camionnette est présente à la campagne comme dans les steppes. Cette "révolution des camionnettes", selon l'expression de P. Signoles (1985, p. 351) a surtout facilité les déplacements des pasteurs de l'extrême est vers les villes où ils lient des relations commerciales ou autres.

Fig. 65 — Nombre de micro-bus par ligne de transport en Syrie centrale en 1989

112Le parc privé des camionnettes ou "pick-up" (moins de 3 500 kg de charge utile) s'est multiplié entre 1970 et 1989, comme le montre le tableau 71.

TABLEAU 71. Évolution du parc privé des poids lourds et camionnettes en Syrie centrale (1970, 1980 et 1989)

TABLEAU 71. Évolution du parc privé des poids lourds et camionnettes en Syrie centrale (1970, 1980 et 1989)
  • * en 1972

Note **
Sources : Annuaires statistiques, 1980, 1990 ; Directions du transport de Homs et de Hama.

113L'évolution entre 1970 et 1980 a été plus rapide dans la mohafaza de Hama que dans celle de Homs. Elle s'explique par le développement de l'agriculture dans le Ghab et par celui du monde pastoral. On trouve fréquemment une camionnette, un poids lourd moyen ou un tracteur garés devant la tente des éleveurs moutonniers pendant la période de transhumance. L'acquisition de moyens de transport par les éleveurs leur a permis d'aller plus loin dans les steppes et de rester proches, cependant, des villes où ils effectuent la commercialisation de leur production (viande, laine, yaourt, fromage...) et font leurs courses. En conséquence, la zone d'influence des villes, surtout de Hama, s'est dilatée comme nous le voyons sur la figure 66.

114Cette zone déborde les limites des mohafaza-s de Homs, d'Alep et d'Idlib. On constate aussi le chevauchement entre l'aire de ramassage de produits agro-pastoraux de Homs et celle de Hama. Ici interviennent les relations traditionnelles d'une part, et d'autre part le fait .que les commerçants de Hama jouent le rôle d'intermédiaires en prenant une commission sur les ventes, selon un système soumis aux fluctuations du marché. En revanche ceux de Homs pratiquent le système d'achat direct aux producteurs. Le premier système maintient une clientèle relativement stable, alors que le deuxième donne le libre choix aux producteurs.

  • 29 C'était le moteur d'une motocyclette, avec entraînement par chaîne.

115Le tableau 71 indique que Homs a rattrapé et même dépassé Hama en 1989 pour le nombre de camionnettes. Cela résulte du développement de ses relations commerciales avec la zone côtière de plus en plus convertie aux cultures de légumes (sous serre) et de ses relations avec la zone frontalière, surtout celle de Qosseir. Outre les camionnettes et les poids lourds, il existe un moyen de transport très utilisé, surtout pour les courtes distances (moins de 20 km) ; il s'agit de la "camionnette tricycle" fabriquée localement et appelée "tertayra". Elle se modernise actuellement avec une augmentation de la puissance du moteur29 de sorte que les moto-tricycles commencent à circuler sur de plus grandes distances, bien qu'ils n'y soient pas encore légalement autorisés. Leur rôle n'en reste pas moins considérable parce qu'ils resserrent le lien entre la ville et sa région surtout que, depuis 1979, l'importation de camionnettes est stoppée. Cette circonstance explique, d'ailleurs, la stabilisation de leur nombre à Hama. L'augmentation qu'a connue Homs est d'origine interne, par l'acquisition de camionnettes dans une autre mohafaza.

116La commercialisation des produits pastoraux est bien une spécialité de Hama, même si Homs s'intéresse beaucoup à la laine (cf. tableau 72).

TABLEAU 72. Production ovine en Syrie centrale en 1984

TABLEAU 72. Production ovine en Syrie centrale en 1984

Source : Annuaire statistique agricole, 1984 (tableau 90, p. 252).

117En réalité, on ne peut superposer aire de production et lieu de commercialisation. Ces chiffres sont souvent estimés à partir du nombre de têtes par mohafaza. Or, l'appartenance déclarée peut différer de la localisation du vrai propriétaire ; c'est pourquoi la production de fromage n'est pas proportionnelle aux dimensions du cheptel ovin : avec un troupeau inférieur à celui de Homs, la mohafaza de Hama produit plus de fromage (4 531 tonnes contre 2 734 tonnes). En ce qui concerne l'élevage ovin, si on peut contrôler le bédouin nomade, la réalité de l'économie pastorale reste toujours insaisissable. Les circuits commerciaux des produits agricoles dits "stratégiques" (comme les céréales ou les produits destinés à l'industrie tels le tabac, le coton ou la betterave à sucre) sont monopoles de l'État depuis la nationalisation des industries privées, surtout celles de l'agro-alimentaire (1965). Pour les céréales, c'est un office qui achète la production aux cultivateurs. Bien que ceux-ci soient dans l'obligation absolue de lui vendre leurs récoltes, on trouve des quantités importantes de grains sur le marché parallèle. Dans la mohafaza de Homs, il n'existe qu'un seul centre permanent de collecte, situé en ville. Mais pendant la moisson, six centres provisoires s'installent dans la mohafaza : deux dans la partie orientale et les autres aux alentours de Homs et dans la zone occidentale. Par contre, dans la mohafaza de Hama, il existe huit centres de collecte permanents, auxquels s'ajoutent deux centres provisoires dans la zone orientale à faible productivité. L'importance de la production céréalière rend nécessaire ce nombre : en 1984, la production du blé y a atteint 197 428 tonnes, tandis que dans la mohafaza de Homs elle se limitait à seulement 49 303 tonnes (cf. tableau 48).

118L'intervention de l'État a plus affecté l'activité des commerçants-courtiers ou inter-médiaires de Hama que de Homs. Ce fut un coup dur qui s'associait à la réforme agraire pour affaiblir le poids socio-économique des commerçants et des propriétaires fonciers hamaouis. L'agriculture reste, dans la région de Hama, encadrée par le plan agricole de l'État, parce que la majeure partie des terres irriguées ou cultivables est dans les mains des bénéficiaires de la réforme agraire, lesquels sont contraints de suivre le plan, surtout dans la région du Ghab. A Homs, les cultivateurs possèdent plus de liberté, de sorte que la production maraîchère y est plus développée (cf. tableau 73).

TABLEAU 73. Comparaison de la production de certains fruits et légumes dans les mohafaza-s de Homs et Hama, en 1984

TABLEAU 73. Comparaison de la production de certains fruits et légumes dans les mohafaza-s de Homs et Hama, en 1984

Source : Annuaire statistique agricole, 1984 (tableau 90, p. 252).

  • 30 Mairie de Homs et enquête personnelle, 1989-1990.
  • 31 Service de patentes à Hama et enquête personnelle, 1989-1990.

119Cela a conforté, naturellement, le rôle de la ville dans le drainage et la redistribution des produits maraîchers (fruits et légumes) : le marché de gros de Homs réunit au moins 140 intermédiaires (simsar) ou commerçants déclarés30, contre 90 à Hama, dont la plupart sont des intermédiaires31.

120Homs assure presque tout l'approvisionnement de la Syrie centrale en légumes et en fruits, surtout ceux d'hiver ou les légumes précoces qui viennent de la zone côtière. En hiver, on trouve sur son marché de gros des camionnettes venant de toutes les villes et villages de la Syrie centrale (cf. fig. 66). Mais, en été, la production locale suffit aux besoins ou, du moins, la région est moins dépendante de Homs. Les commerçants se tournent alors vers la capitale et même vers les pays voisins (Arabie).

121Ces dernières années, le poids commercial de Homs a été accru par le développement de l'aviculture (cf. chapitre IV, 2.1). Ses producteurs de poulets ou de poules pondeuses fournissent presque tous les aviculteurs de Syrie centrale en poussins. Cette activité a naturellement induit d'autres activités annexes : points de vente d'alimentation pour volailles, centres de vente de produits pharmaceutiques, intermédiaires entre producteurs et commerçants en volailles, etc. Elle a connu une grande prospérité. En 1979, la production de poussins dans la mohafaza de Homs (près de Qosseir et dans les environs de Homs) a atteint 6,35 millions de poussins, soit presque les trois quarts de la production nationale. La mohafaza a produit aussi, à la même date, 95 % de la production nationale en œufs. Homs était devenu alors le premier fournisseur de volailles, profitant fortement de la crise libanaise.

122Cette percée de Homs dans la commercialisation de certains produits ne doit pas cacher le fait que, globalement, Hama conserve solidement sa place, notamment dans le secteur de la production ovine.

2.2.2 - Homs commande les autres circuits commerciaux

123A l'échelon national, le commerce de gros est le monopole des deux capitales, Damas et Alep, surtout pour les produits importés : équipements domestiques, électro-ménager, etc., car la majorité des agences d'import-export privées y sont basées.

124A Homs et à Hama, les grossistes sont en réalité des demi-grossistes ou des grossistes moyens qui assurent la liaison entre les vrais grossistes de Damas ou d'Alep et les détaillants de notre région. Il est vrai que les grossistes essaient d'être classés demi-grossistes pour faire diminuer leurs impôts locaux ; c'est pourquoi ils pratiquent simultanément la vente au détail. De toute façon, la hiérarchie dans le réseau de distribution ou l'attraction commerciale des villes est calquée sur le réseau urbain. C'est Homs qui est en tête, Hama n'est pas très loin derrière, puis vient Salamieh, etc.

Fig. 66 — Zones de drainage des produits d'élevage et rayonnement des marchés de gros de fruits et légumes de Homs et Hama

  • 32 Citée par M.-F. Ciceri et al. (1977, p. 75). Cette formule est fondée sur une analogie avec l'énonc (...)

125Nous allons tenter d'appliquer une formule bien connue, relative à l'attractivité commerciale des villes : il s'agit de la formule de Reilly (1931)32. Celle-ci fait intervenir la population des villes et établit un partage de l'espace entre la population des villes principales dans une région donnée. La figure 67 donne les résultats de son application dans le cas de Homs et Hama. En nous basant sur la formule de Reilly, en prenant en considération le réseau routier et de transports en commun interrégional, plus nos constats et enquêtes personnelles, nous arrivons à des résultats relativement proches de la réalité, notamment pour la zone de forte attractivité commerciale : les axes Homs-Hama ou Homs-Salamieh et Hama-Salamieh. Par contre, à l'est de Homs où le peuplement est faible, les limites de la zone de forte attraction sont inexactes.

  • 33 Voir pour le cas de Mhardeh F. et J. Métrai (1986), et pour celui de Salamieh M. al-Dbiyat (1980 et (...)

126Nous estimons de ce fait que cette formule est plus applicable au niveau national ou dans le cadre d'un système urbain assez développé, comprenant plusieurs villes grandes ou moyennes. Toutefois, l'importance des appareils commerciaux à Homs et à Hama et la modicité de ceux de la majorité des petites villes de la région ont permis à chacune d'avoir une large zone de forte attractivité ; elle se caractérise par la fréquentation presque quotidienne des centres commerciaux par une population parfois assez éloignée (jusqu'à 40 km), ce qui exige un déplacement d'au moins une heure de route. On constate que pour Hama cette zone ne s'étend guère à l'est et au nord-ouest où elle rencontre le dynamisme commercial de Salamieh (à l'est) et celui de Mhardeh (au nord-ouest)33.

127La zone d'attractivité moyenne correspondant à une fréquentation moins régulière des centres commerciaux de Homs ou de Hama relève de la vente de biens d'équipements domestiques ou électro-ménagers ou d'habillement. Cette aire est assez vaste, surtout celle de Homs qui franchit les limites de la mohafaza de Hama pour atteindre les villes de Salamieh et Massiaf. De leur côté, les habitants de Mhardeh vont plus à Alep qu'à Homs pour ce genre d'achats.

128Quant à la zone de faible attraction, elle indique des déplacements peu fréquents, toujours pour des produits qu'on ne trouve pas sur place : équipements, électro-ménager, produits de contrebande... Hama est en difficulté dans cette aire de 3e type, les Hamaouis allant à Homs soit pour acquérir des produits de luxe (prêt-à-porter), soit pour se pourvoir en pièces de rechange, soit pour les marchandises introduites en fraude, en provenance du Liban. Ce trafic a renforcé l'attrait commercial de Homs. À part pour les produits alimentaires ou l'habillement, Homs n'a pas souffert, dans les années 80, de la pénurie qu'ont connue les autres villes de Syrie, notamment en matières premières pour l'artisanat (bois, fer, etc.). Les artisans de Homs ont profité de leur avantage frontalier pour accroître leur production, en particulier celle des meubles, de sorte que le rayonnement du commerce des équipements domestiques couvre toute la Syrie centrale et atteint presque toutes les villes syriennes.

Fig. 67 — Zones d'influence commerciale de Homs et Hama, en 1990

129La zone d'attraction commerciale des grandes villes dépend aussi de la capacité d'achat des populations rurales ou des petites villes. On s'aperçoit que l'aire de forte attractivité est égale à l'est et à l'ouest, de part et d'autre de l'axe Homs-Hama, alors que l'aire du 3e type est fortement dissymétrique : celle-ci témoigne à la fois de l'absence de véritables centres commerciaux dans l'est et des revenus limités des populations de la steppe qui brident leurs possibilités d'achat. Toutefois, cette capacité monétaire est étroitement dépendante de la pluviosité : une année humide voit se dilater les aires de type 1 et 2. On comprend qu'outre les éleveurs et les cultivateurs de la steppe, les commerçants des villes sont très attentifs aux caprices de la météorologie.

130L'aire de forte attractivité de Hama dépasse elle aussi les limites de sa mohafaza, le long de l'axe Hama-Alep, pour toucher la petite ville de Khan Cheikhour (15 147 habitants en 1981, mohafaza d'Idlib). Par contre, dans le nord du Ghab, l'influence de Hama est faible, surtout dans le secteur d'al-Ziyara, qui faisait partie des mohafaza-s d'Idlib ou de Lattaqié jusqu'en 1967, date de son rattachement à la mohafaza de Hama. Les relations entre le nord du Ghab et la ville de Jisr al-Choghour (mohafaza d'Idlib) demeurent plus fortes qu'avec Hama ; pratiquement, les seules relations qui existent avec cette dernière sont d'ordre administratif.

  • 34 C'est une réalité reconnue par tout le monde et, même, on fait référence à la religion dans certain (...)

131Hama perd aussi du terrain du fait de l'émergence de certaines petites villes : Mhardeh s'émancipe (commercialisation de produits agricoles) et Salamieh aussi (produits pastoraux). Cette crise est bien ressentie dans les discours des responsables locaux qui s'efforcent de restaurer le rôle régional de la ville. Nous avons constaté un phénomène intéressant : beaucoup de produits sont moins chers à Hama qu'à Homs34, surtout les produits alimentaires et même certaines productions artisanales de Homs importées par les commerçants de Hama. Cela montre l'intérêt porté à l'attractivité de la ville par les commerçants, et quand nous avons interrogé l'un d'entre eux à ce propos, la réponse a été la suivante : « Parce que les commerçants hamaouis sont plus honnêtes et moins avides que les commerçants de Homs ! »

2.3 - LES DÉPLACEMENTS PENDULAIRES DES SALARIÉS DE L'INDUSTRIE ET DES FONCTIONNAIRES

132L'implantation de l'industrie à Homs a accéléré l'exode rural vers la ville, dès les années 60. L'industrialisation de Hama, dans les années 70, n'a pas eu les mêmes effets, bien qu'en général une bonne partie de sa main-d'œuvre soit d'origine rurale ou réside dans les petites villes de sa mohafaza. De toute façon, et, de plus, traditionnellement, Hama a toujours été une ville fermée aux ruraux, bien que la région possède un potentiel agricole élevé, accru par l'aménagement du Ghab.

133Ces deux facteurs, social et économique, ont donné naissance à d'intenses déplacements pendulaires effectués principalement par ceux qui travaillent dans l'industrie, l'administration ou les services publics. Le tertiaire public a connu un gonflement considérable, suite à la mainmise de l'État sur les secteurs productifs et à la création de plusieurs services publics et parapublics (parti, organisations de masse) qui ont accompagné la "socialisation" du pays après 1963. A ces phénomènes normaux qui accompagnent toute politique centraliste, s'est ajoutée la volonté des pouvoirs publics de recruter la main-d'œuvre hors de Homs ou de Hama, pour affaiblir le poids de la bourgeoisie citadine, hostile à l'intervention de l'État "socialiste". Ce défi a surtout frappé Hama, comme nous l'avons déjà dit. Le problème a été moins aigu à Homs car les ruraux (néo-citadins) y étaient déjà nombreux en raison de migrations antérieures. Le recrutement systématique dans les zones rurales ou les petites villes a abouti, pour la population active engagée dans l'industrie ou les services publics, à un taux de ruraux plus important dans la mohafaza de Hama que dans celle de Homs (cf. tableau 74).

TABLEAU 74. Répartition de la population active dans l'industrie et les services publics, entre population urbaine et population rurale (mohafaza-s de Homs et Hama, 1981)

TABLEAU 74. Répartition de la population active dans l'industrie et les services publics, entre population urbaine et population rurale (mohafaza-s de Homs et Hama, 1981)

Source : R.G.P. 1981.

134Avec ces données, on s'aperçoit que la population rurale employée dans la mohafaza de Hama dépasse d'environ 10 % celle employée dans la mohafaza de Homs pour chaque secteur cité. De plus, la participation des habitants des villes autres que le chef-lieu de mohafaza l'emporte également à Hama : 28,6 % de la population urbaine totale contre 15 % dans le cas de Homs (1981) (cf. tableau 74), et cela malgré un taux d'urbanisation plus important dans la mohafaza de Homs (50 % contre 33,7 %, 1981). La prise en compte des petites villes et du taux d'urbanisation est d'autant moins nécessaire qu'en tout état de cause il n'y a nulle part de difficultés à recruter de la main-d'œuvre, car le chômage existe en milieu urbain comme en milieu rural. Par ailleurs, l'extension géographique des aires de drainage des employés dans le secteur étatique, productif ou tertiaire, tient avant tout à l'implantation d'établissements industriels dans Homs et Hama, cette implantation étant pratiquement nulle ailleurs.

135En effet, les autres villes ne possèdent pas les capitaux nécessaires à un tel investissement, ce qui fait que la plupart industries existant, hors de Hama et Homs, appartiennent au secteur public et ne sont pas de dimensions considérables : la raffinerie de sucre à Tal Salhab (1981, 437 employés), l'usine de chaussures à Massiaf (1980, 371 employés), l'usine de déshydratation des oignons à Salamieh (1970, 137 employés permanents et 570 pendant 4 mois de l'année) ; le personnel des usines de Massiaf et Salamieh est inclu dans le milieu urbain. L'éloignement relatif de quelques unités industrielles par rapport à Homs a permis à certains ruraux de rester sur place ; ainsi la cimenterie proche de Rastan (290 employés) et l'usine de couvertures proche de Mecherfeh (1 200 employés). Ce qui différencie Hama de Homs, c'est que les établissements d'État à Hama procèdent eux-mêmes au ramassage de leur main-d'œuvre jusque sur leur lieu de résidence ; ils possèdent des bus et micro-bus circulant sur plusieurs lignes : Hama-Salamieh, Hama-Khan Cheikhoun, Hama-Massiaf, Hama-Mhardeh.

  • 35 Enquête personnelle, 1989.

136Nous avons enquêté dans les trois principales unités industrielles de Hama : la société de filature, le complexe métallurgique et l'usine de pneus35, qui regroupaient 4 678 employés en 1989, soit 63 % du total des employés du secteur public industriel (cf. tableau 62). Nous avons constaté que 1 685 employés, soit 36 %, bénéficiaient du système de ramassage (cf. fig. 68). A Homs, seule la fabrique de couvertures pratique ce système et prend en charge le déplacement d'environ 300 ouvriers (sur 1 200) habitant hors de Homs (cf. fig. 68). Toujours à Homs, il existe un ramassage de toute la main-d'œuvre industrielle mais seulement du centre-ville au lieu de travail.

137Selon la figure 68, le ramassage des employés de l'industrie est considérable au nord et à l'est de Hama. Au nord, l'aire de ramassage franchit les limites de la mohafaza pour atteindre Khan Cheikhoun d'où 228 employés viennent quotidiennement travailler dans les unités industrielles enquêtées. Cette petite ville entretient de nombreuses relations avec Hama parce qu'elle est située sur un axe routier à grande circulation (Damas-Alep) et qu'elle est plus près de Hama (37 km) que d'Idlib (52 km). Pour Soran, la proximité de la route est également déterminante. A l'est, Salamieh et sa région fournissent environ 700 employés aux établissements d'État ; cela est dû, d'abord, à la nombreuse population de Salamieh et de ses environs (110 742 habitants en 1981), et ensuite au fait que cette région est moins riche du point de vue agricole que la zone occidentale, alors que le taux de scolarisation y est élevé, ainsi que le nombre des diplômés.

138Ajoutons enfin que le recrutement direct hors de la ville touche davantage la main-d'œuvre féminine issue de milieux sociaux plus souples et plus ouverts que ceux de Hama (Mhardeh, Massiaf, Salamieh...). D'ailleurs, la filature emploie beaucoup de main-d'œuvre féminine (18,4 %).

139Le développement du ramassage de la main-d'oeuvre industrielle de Hama ne signifie pas du tout que les déplacements pendulaires y soient plus importants que ceux vers Homs. Au contraire, c'est le bassin de main-d'œuvre de Homs qui est le plus étendu (cf. fig. 68) ; il mord sur la mohafaza de Hama et inclut les villes de Salamieh et Massiaf. La ville de Rastan fait exception ; située à mi-chemin entre les deux villes principales, c'est à Hama qu'elle délègue une partie de sa population active par le canal de la grande route.

140Les déplacements pendulaires ne concernent pas seulement les travailleurs industriels, mais aussi ceux qui travaillent dans l'administration ou les services publics, hypertrophiés par l'application d'une politique centraliste pour lutter contre le chômage. Habituellement, on admet que les déplacements quotidiens sont limités à la distance couverte en une heure. Toutefois, on constate dans notre région qu'une bonne partie des fonctionnaires mettent une heure trente, voire deux heures, pour arriver à la ville où ils travaillent. Certains d'entre eux empruntent successivement deux moyens de transport : par exemple, ceux qui viennent de Sabourah ou Bari Charqi changent de micro-bus à Salamieh pour aller à Homs ou à Hama. Le peu de débouchés dans le monde rural et les difficultés de l'installation près des lieux de travail les forcent à accepter ces temps de transport, malgré des salaires peu élevés. Cela explique une partie de l'immigration vers Salamieh ou les localités suburbaines autour de Homs et de Hama, qui deviennent des villes dortoirs, au moins pour cette tranche de migrants.

Fig. 68 — Bassins de main-d'œuvre de l'industrie et de la fonction publique de Homs et Hama, en 1989

141En conséquence, les aires de drainage de la main-d'oeuvre ou des fonctionnaires s'étendent très loin des deux villes, notamment de Homs dont l'aire s'allonge vers le sud-est en suivant la route principale grâce à la ligne de transport en commun Homs-Sadad-Mahin-Qaryatein (80 km). À côté du ramassage organisé par les unités industrielles déjà citées, on assiste à une certaine organisation entre usagers et propriétaires de micros-bus sous la forme de contrats mensuels : sur la ligne Salamieh-Homs nous en avons compté 5 cas. Ainsi, les fonctionnaires ne risquent pas de pâtir des heures de pointe.

142Les mouvements quotidiens sont avantageux pour les commerçants des deux villes. Tous ceux qui viennent y travailler y font aussi leurs courses. Cela a un impact considérable sur l'économie urbaine, depuis le vendeur de rue jusqu'au grand commerçant, en passant par les services et l'artisanat.

143Enfin, l'importance économique de Homs, par rapport à Hama, engendre naturellement des mouvements quotidiens plus intensifs qui apportent à ses commerçants plus d'avantages qu'à ceux de Hama. Ainsi nous trouvons un autre élément qui explique la puissance et la diversité de l'appareil commercial à Homs.

2.4 – LES PETITES VILLES RÉDUISENT L'INFLUENCE RÉGIONALE DES GRANDES VILLES

144Homs et Hama ont cessé progressivement d'être en situation de monopole absolu dans leur région. Elles doivent se défendre face à l'émergence des autres villes de Syrie centrale qui s'intégrent dans l'armature urbaine régionale et dont les fonctions s'épanouissent. Pour le moment, les aires d'influence de Homs et de Hama ne sont pas encore trop morcelées par le développement de celles propres aux autres villes, petites et moyennes. Par exemple, il n'y a pas d'espaces neutres pour les migrations quotidiennes. Au niveau des petites villes (chefs-lieux des mantiqa-s), le recrutement en ce qui concerne l'administration est limité à la population citadine, au moins dans sa majorité. Par contre, il y a des déplacements dès lors qu'il existe des établissements industriels ; c'est déjà le cas de Salamieh, Mhardeh, Tal Salhab et Massiaf.

145Quant au commerce, les villes secondaires jouent le rôle d'intermédiaire entre les chefs-lieux de mohafaza et leur sous-région ; des marchés en gros de fruits et légumes s'approvisionnent auprès des grands marchés de Homs ou de Hama. Donc, les petites villes exercent une fonction de relais local ou sous-régional et ne jouent pas seulement le rôle de villes dortoirs. Ce dernier phénomène a favorisé leur développement, car une bonne partie des salariés dépensent leurs revenus dans les lieux de leur résidence. S'il est vrai que « la ville n'est plus le "pivot" des campagnes qui l'entourent, elle devient un simple rouage de la vie économique et sociale. La ville est pratique, elle n'est plus fondamentale » (J. Beaujeu-Garnier, 1980, p. 314).

146Toutefois, dans notre région, cette analyse s'applique plus aux grandes qu'aux petites et moyennes villes qui sont encore très proches du monde rural et dont l'activité demeure sous la domination de Homs ou de Hama. Mais cela n'empêche pas qu'elles se développent. Plusieurs d'entre elles ont déjà bien évolué, donnant naissance à des sous-régions dynamiques (Salamieh).

147La réforme agraire a eu de grandes répercussions dans le développement des petites villes, surtout dans les périmètres irrigués, comme la région de Mhardeh (cf. fig. 28), où plusieurs agglomérations semi-urbaines présentent une croissance démographique soutenue (cf. fig. 59). En effet, s'est mis en place un système agricole basé sur la petite exploitation (2,5 ha dans la région du Ghab). Antérieurement, les métayers des grandes propriétés n'avaient pas le choix : leurs relations ne s'effectuaient qu'avec la ville où résidait leur grand propriétaire. Mais une fois devenus indépendants, ils se sont tournés vers la petite ville qui leur est plus proche et sert donc d'intermédiaire entre le monde paysan et la grande ville pour la commercialisation des productions. De plus, le développement des cultures vivrières et la mécanisation de l'agriculture ont renforcé la dépendance du paysan vis-à-vis de la ville en général (financements, machines agricoles, réparations, semences, engrais, etc.). Les petites villes en ont aussi profité. Ajoutons une sorte de "rejet" psychologique chez les agriculteurs trop longtemps exploités par les commerçants propriétaires citadins, surtout ceux de Hama. Il est certain que les progrès des campagnes et la valorisation des productions agricoles ont constitué un facteur déterminant quant au développement des petites villes, sur les plans démographique et socio-économique. Consécutivement, ont émergé des sous-régions polarisées, constituées ou en cours de constitution. Ainsi Salamieh draine une partie considérable des produits agro-pastoraux, Mhardeh assure la commercialisation d'une partie notable des produits agricoles. Ce sont des domaines qui étaient naguère complètement contrôlés par Hama. C'est également vrai pour certaines villes de la mohafaza de Homs : Palmyre, Tal Kalakh et Qosseir.

148Le développement des petites villes a indirectement profité aux grandes dans la mesure où elles ont contribué à la diffusion du mode de vie urbain jusqu'au cœur du monde rural, notamment par la consommation des produits citadins. Mais les petites villes ne sont pas complètement dépendantes de Homs ou Hama. Elles tissent aussi leurs propres relations avec les autres villes syriennes, surtout avec Alep et Damas. Ces relations se sont beaucoup développées grâce à l'amélioration du réseau routier et des moyens de transport.

149De tout cela, l'État n'est pas à l'écart. Bien qu'il s'intéresse plus aux chefs-lieux de mohafaza, dont le rôle correspond au système du centralisme étatique, il a accordé une certaine attention aux petites villes soit par la mise en place d'équipements ou de services publics, soit par le développement des infrastructures (routières et autres). Toutefois, il n'existe pas de véritable politique de décentralisation, qui viserait à un équilibre de l'armature urbaine au niveau régional. La politique de l'État, en matière d'aménagement régional, concerne avant tout l'armature urbaine nationale à travers ses maillons principaux. Or, les petites villes qui bénéficient de l'interférence des transformations sociales, économiques et même politiques, cherchent à détenir une place dans l'armature urbaine régionale sinon nationale. Cela ne manque pas d'affecter le poids ou le rôle régional de Homs et Hama, du moins quant à leur influence directe. Actuellement, elles doivent accepter le rôle d'intermédiaire des autres villes à l'intérieur des mohafaza-s ou le développement du phénomène de déconnexion pour l'instauration de rapports villes-région plus "démocratiques". L'émergence des zones d'influence sous-régionales, au détriment des espaces antérieurement réservés aux deux grandes villes, n'est pas identique pour l'une et l'autre : Hama est la plus touchée.

2.4.1 – Hama est la plus affectée par la concurrence des petites villes

150L'acquisition d'une certaine autonomie par les petites villes est liée principalement à l'enrichissement du monde rural. Hama ne regroupait en 1981 que 54,6 % de la population urbaine "non officielle" de sa mohafaza contre 73 % à Homs (cf. tableau 46). Le nombre des localités semi-urbaines est le même dans les deux mohafaza-s (14). Cela correspond au volume supérieur de la population de Homs pour une part, et au fait que les petites villes de Hama sont plus peuplées que celles de Homs : au total 147 432 habitants (1981) contre 129 195 habitants (même année). Les données de la mohafaza de Hama sont à pondérer par le poids démographique de Salamieh (35 909 habitants en 1981) qui n'a pas d'équivalent dans la mohafaza de Homs dont la deuxième ville, Palmyre, a seulement 18 122 habitants (1981). Ce n'est pas le volume de la population qui contrôle le rôle des villes, ni même leur émergence. Ce contrôle « doit beaucoup aux fonctions assurées, aux types de société ainsi créés, au mode de fonctionnement de la cité, au niveau de desserte par les équipements publics et privés existant dans ces petits centres » (J.-F. Troin, 1986, p. 71).

  • 36 Pour les données de 1976, voir F. et J. Métrai (1986, p. 455).
  • 37 Malheureusement, nous n'avons pu obtenir ce genre de données ni pour Homs ni pour les autres villes (...)

151Les petites villes de la mohafaza de Hama ont connu une évolution rapide, ces dernières années, grâce aux activités du secteur privé. À Salamieh, le nombre des établissements commerciaux, artisanaux et de services a cru de 7,47 % par an entre 1978 et 1989 (M. al-Dbiyat, 1991, p. 44), contre 1,7 % (1978-1987) à Hama (cf. tableau 59). Il en va de même pour Mhardeh : 7,2 % par an entre 197636 et 1987. La progression est encore plus spectaculaire à Sqalbiyeh (13 % pour 1978-1986) ou Massiaf (12 %, idem). Par ailleurs, le taux moyen annuel des impôts locaux (commerçants, artisans, médecins, etc.) à Mhardeh s'élevait à 853 L.S. en 1986 contre seulement 648 L.S. à Hama (cf. tableau 75)37.

  • 38 Car au niveau de la ville, cela exige une enquête directe et un dépouillement minutieux comme nous (...)
  • 39 Mairie de Mhardeh, enquête personnelle, 1990.

152Bien que ces évolutions soient établies au niveau de la mantiqa38, elles sont révélatrices puisque l'essentiel des établissements (70 à 80 %) est situé au chef-lieu de la mantiqa. La moyenne annuelle des impôts dans la mantiqa de Mhardeh est supérieure à toutes les autres, même à celle de Hama. Cela vient de l'importance des établissements dans la ville de Mhardeh, reconnue comme la plus riche de la mohafaza, des productions agricoles, du dynamisme du secteur privé. A Sqalbiyeh, la moyenne est au contraire la plus basse, bien que le nombre des patentes y soit supérieur à celui de la mantiqa de Mhardeh. Les services y sont moins développés : par exemple, à Mhardeh (mantiqa) on dénombre 61 mécaniciens, tandis qu'à Sqalbiyeh il n'y en a que 41. Le nombre n'est pas aussi significatif que le chiffre d'affaires, plus objectif mais malheureusement impossible à obtenir. Néanmoins, nous pouvons l'apprécier à travers l'état des établissements, mieux équipés à Mhardeh, et des maisons de type villa des commerçants ou artisans de Mhardeh (24 % des îlots possèdent une superficie moyenne de 800 m :)39.

TABLEAU 75. Évolution du nombre des patentes et de la moyenne annuelle des impôts locaux entre 1978 et 1986

TABLEAU 75. Évolution du nombre des patentes et de la moyenne annuelle des impôts locaux entre 1978 et 1986

Sources : Registres des patentes de la mohafaza de Hama.

153Il convient de signaler que dans certaines villes petites ou moyennes, existent des activités à rayonnement sous-régional, sinon régional, tel le marché quotidien aux moutons de Salamieh (1 000 têtes vendues par jour) et les marchés de gros de fruits et légumes de Salamieh, Mhardeh, Sqalbiyeh et Massiaf qui concurrencent sérieusement celui de Hama. Ainsi, la zone d'influence de Hama se trouve grignotée par Salamieh, qui tire une partie de son influence de la commercialisation des produits agro-pastoraux, par Mhardeh et Sqalbiyeh qui, elles, se consacrent à la commercialisation des produits agricoles. Par ailleurs, les chefs-lieux des mantiqa-s, bénéficient de la diffusion des équipements et services publics dont la plupart possèdent des succursales à Salamieh, Mhardeh, Sqalbiyeh et Massiaf. Tel est le cas de la Société pour la commercialisation de matériaux de construction.

154D'autre part, ces villes se sont dotées de zones artisanales à l'instar des grandes villes. Salamieh par exemple a élaboré un projet de zone artisanale (15,3 ha) qui devrait abriter 453 locaux artisanaux. Les lots ont été vendus aux particuliers en 1990. Les autres petites villes de Syrie centrale, en ce domaine, n'en sont qu'au stade des propositions. Quoi qu'il en soit, cela montre la volonté de l'État de favoriser les petites villes dont certaines bénéficient déjà de petites unités industrielles. Ce n'est pas seulement l'État et le statut administratif qui sont à l'origine de cette évolution. C'est aussi le résultat d'une volonté de la population, facteur décisif dans le cas de Mhardeh : sa population a su profiter de l'enrichissement de la région pour transformer le village en ville, une transformation que F. et J. Métrai (1986) qualifient ajuste titre de "conquête". A Salamieh existe la même volonté, mais les capitaux font défaut. Ce n'est que grâce aux émigrés, de retour des pays pétroliers, que la ville a connu une relance de son économie, ces dernières années : développement du commerce, de l'artisanat et surtout de l'aviculture. Salamieh aujourd'hui exporte vers les autres villes syriennes des produits de l'aviculture.

155Toutefois, la volonté des habitants des petites villes d'accéder à une certaine autonomie urbaine est un fait général que renforcent la crise de l'emploi et celle du logement, sans oublier le problème de l'intégration dans les grandes villes.

2.4.2 - Homs maintient sa prééminence

156Homs n'est pas exposée aux mêmes problèmes que Hama, du moins actuellement. Elle continue d'attirer les migrants ruraux, moins, il est vrai, que dans les années 60 ou 70. Les petites villes de sa mohafaza ne possèdent pas l'autonomie relative que celles de la mohafaza de Hama ont acquise. En effet l'environnement rural est moins riche. La zone la plus fertile se trouve à proximité du chef-lieu (secteur irrigué de Tal Bisseh et Rastan). Ces petites villes, situées sur l'axe Homs-Hama, proches de Homs, subissant la concurrence de Hama au nord, ne peuvent se mesurer à Homs et posséder une autonomie de sous-région.

157La seule petite ville un peu indépendante est Palmyre. Elle bénéficie de l'éloignement de Homs (153 km) et de sa localisation au cœur de la badia, domaine de l'activité pastorale, à laquelle s'ajoute une activité touristique basée sur la ville antique dont les ruines magnifiques en sont les témoins. Palmyre pâtit du petit nombre de ses habitants sédentaires : ses ressources sont dépendantes des saisons, à cause de la transhumance ; l'activité touristique est, quant à elle, plus rentable. Depuis 1973, la ville a connu une certaine relance du fait de l'exploitation des mines de phosphate se trouvant à environ 70 km au sud-ouest et qui font appel à une main-d'œuvre soit résidant à Palmyre et effectuant des déplacements quotidiens, soit installée sur place, dans les cités minières comme Kneifiss (1 133 habitants en 1981) ou al-Souaneh (2 194 habitants en 1981). Les relations avec Palmyre demeurent étroites dans tous les cas. Mais cette petite ville ne peut concurrencer Homs, car elle en est trop éloignée. En tout cas, elle profite de son rôle de relais, centre de surveillance militaire au cœur de la Syrie, et de son souk fréquenté par les travailleurs des stations de pompage installées sur le pipe-line (ex I.P.C.) et par les voyageurs allant vers la Jézireh, en provenance soit de Damas, soit de Homs.

158En définitive, le poids démographique des petites villes dans la mohafaza de Homs est moins considérable que dans la mohafaza de Hama ; comme nous l'avons déjà souligné, 27,1 % de la population urbaine totale "non officielle" sont répartis entre 14 petites villes, dont la plus importante est Palmyre et la plus modeste (la seule au-dessous de 5 000 habitants) Mokharam Foukani (3 655 habitants en 1981). On doit mettre à part Palmyre, mais aussi Sukhneh (5 965 habitants en 1981) encore plus éloignée vers l'est (210 km de Homs) et qui est plus en relation avec Deir ez-Zor (120 km), et même Damas, qu'avec Homs (F. et J. Métrai, 1989). Dans ces conditions, la part des petites villes descend à 22 %.

  • 40 Mairie et souk de Tal Kalakh : enquête personnelle, 1990.

159Celles qui sont proches de Homs (rayon de 50 km) ne sont pas économiquement actives ; toutes sont intégrées dans l'orbite de Homs, y compris Rastan, Tal Kalakh, Qosseir et Mokharam Foukani (toutes sont des chefs-lieux de mantiqa). Celles qui possèdent une autonomie toute relative sont Tal Kalakh et Qosseir : elles ont bénéficié d'une situation exceptionnelle due à la crise libananise. Leurs activités reposent sur le commerce (légal et illégal) et l'artisanat qui dépend des produits à bon marché. Située à mi-chemin entre Homs et Tartous (50 km de part et d'autre) Tal Kalakh a profité aussi du développement récent du port de Tartous qui fait appel à une partie de sa main-d'œuvre. Bien qu'atteignant 9 441 habitants, elle n'est pas dotée d'un centre commercial dynamique à l'instar des petites villes de la mohafaza de Hama. On y trouve 600 établissements commerciaux (en 1990)40, dont plus du tiers se consacre à l'alimentation. Le principal rôle de la ville, outre sa fonction administrative, est l'organisation des déplacements des voyageurs venant d'une région densément peuplée au nord de la ville sur le flanc sud-est du Massif alaouite. Quant à Qosseir (14 801 habitants en 1981), elle ne possède pas plus d'établissements commerciaux, artisanaux et de services que Tal Kalakh, malgré le voisinage d'un périmètre irrigué par l'Oronte (cf. fig. 28). En fait, Homs n'est pas tenue à l'écart de l'activité frontalière : c'est elle qui la contrôle indirectement et qui draine les marchandises vers la Syrie centrale ou le reste du pays. Rastan de son côté, fort peuplée (15 091 habitants en 1981), à mi-chemin entre Homs et Hama et desservie par un axe routier à grande circulation, n'installe que lentement une économie urbaine. C'est encore avant tout un centre rural au cœur de la plaine irriguée de Homs. Précisons aussi que le facteur communautaire ne joue pas, dans le cas de Homs, un rôle important. C'est une ville ouverte aux ruraux de toute appartenance et un creuset de populations. Cela contribue à amoindrir le sentiment d'attachement à la communauté d'origine (rurale, village ou petite ville) qui est au contraire très vif dans les petites villes de la région de Hama.

160Ainsi, les petites villes ne constituent pas jusqu'à maintenant une réelle menace pour la zone d'influence de Homs. Elles continuent à croître démographiquement (4,4 % entre 1970 et 1981), à s'étendre spatialement et à se développer économiquement. Homs n'est pas une ville stagnante comme Hama. Elle est bien placée dans l'armature urbaine nationale. Le grignotage de l'influence territoriale de Hama, suite à l'émergence des petites villes, ressemble à ce qui a été constaté au Maroc par J.-F. Troin (1986, p. 69) : « Les grandes villes (50 000 à 250 000 habitants) sont en situation stagnante à cause des difficultés économiques, comme si elles avaient du mal à s'insérer dans une armature urbaine nationale bien dotée en métropoles régionales. Les petites et moyennes villes (2 000 à 50 000 habitants) croissent en nombre, en taille et en espace. »

3 - LES FONCTIONS ADMINISTRATIVES PROTÈGENT L'INFLUENCE DE HOMS ET DE HAMA

  • 41 Il n'existe aucune étude sérieuse sur la structure administrative de la Syrie actuelle.

161La structure administrative d'un État est toujours intéressante à étudier surtout dans un pays de traditions anciennes comme la Syrie41. Nous avons été souvent contraint de faire référence à la mohafaza qui est la base actuelle de la division administrative. Elle est devenue, par la force des choses, une quasi-région à laquelle doit s'adapter tout effort d'aménagement, car les limites actuelles sont presque séculaires étant donné qu'on a peu modifié la carte héritée de la période ottomane.

162La diffusion des équipements ou des services publics est en rapport étroit avec la division administrative. Il en va de même pour les investissements du secteur public (industries ou autres). Ainsi une promotion administrative signifie la naissance d'une "vraie ville" (ou ville officielle) d'autant que la Syrie demeure fort dirigiste. C'est à travers les équipements publics ou les services administratifs que l'État impose son pouvoir sur l'ensemble du pays. Donc, ce sont les chefs-lieux qui assurent le rôle d'intermédiaire imposé et ils n'émergent pas au terme d'une rivalité concurrentielle, comme c'est le cas des espaces commerciaux ou migratoires.

163La politique centraliste de l'État a essaimé en un centralisme au niveau des mohafaza-s,. Leurs chefs-lieux regroupent l'essentiel des équipements ou des services publics et des établissements productifs. Nous l'avons déjà constaté dans les chapitres précédents. Quel rôle a joué la structure administrative sur l'évolution du poids de Homs et la régression de celui de Hama ? Et dans quelle mesure la diffusion des équipements et des services publics ou administratifs influence-t-elle l'armature urbaine régionale ? Nous allons essayer de répondre à ces questions.

3.1 – LES MODIFICATIONS DU DÉCOUPAGE ADMINISTRATIF

164Bien que la mise en place d'une organisation administrative remonte très loin dans le temps, celle-ci n'a pas connu beaucoup de modifications en Syrie - du moins dans la région de notre étude. Elle a été marquée surtout par l'organisation ottomane. Nous allons passer rapidement en revue les deux phases principales de cette évolution du découpage administratif : avant 1960, date du premier recensement sérieux, et après cette année-là.

3.1.1 – Jusqu'en 1960 : l'héritage ottoman

  • 42 Cf. p. 23.

165Nous avons signalé que la Syrie a expérimenté pour la première fois l'organisation administrative à l'époque séleucide42 où nos deux villes faisaient déjà partie de districts différents. Cette organisation n'a guère changé à l'époque romaine. Mais à partir de la conquête arabe, on a constaté une certaine rivalité, quant au contrôle de la Syrie centrale, entre Homs et Hama. A cette époque (636), Hama fut rattachée à Homs. chef-lieu d'un djound (province) dont les limites atteignaient le nord de la Syrie. Les Ottomans donnèrent l'avantage à Hama qui fut chef-lieu de liwa (département), Homs lui étant rattachée. En 1864 fut promulguée la loi ottomane des wilaya-s (H. Yahia, 1986, p. 81). La base de l'organisation administrative « fut l'Eyalet, qui fut connue plus tard sous le nom de Vilayet ou Wilayet (province) », (idem, p. 81).

  • 43 Ou encore "étendard".
  • 44 D'après Young, Corps de droit ottoman, vol. 1, Oxford, 1905, p. 29-69, cité par H. Yahia (1986, p. (...)

166Au-dessous de la wilaya, existait le liwa ou sandjak43 (= la mohafaza actuellement) qui était subdivisé à son tour en plusieurs caza-s (= mantiqa actuellement). Le caza était composé de plusieurs nahia-s qui ont conservé ce nom. La wilaya était gouvernée par un wali, le liwa par un mutasarref (préfet), le caza par un ka'immakam et la nahia par un moudir. Les principes fondamentaux de cette division administrative avaient été empruntés aux Mamelouks, mais nombre de règlements s'inspiraient fortement de la législation française, surtout après la réforme administrative de 1871, quand Midhat Pacha amenda le système précédent « de telle manière que la division administrative ottomane ressemblait à la division administrative française »44.

  • 45 Elle fut connue au début de la période ottomane sous le nom de "pachalik".

167Depuis lors, Hama fut séparée de Homs et devint chef-lieu d'un liwa appartenant, avec celui de Homs, à la wilaya45 de Damas, après avoir été détaché de la wilaya de Tripoli.

  • 46 En 1926, la France accorda au Liban le statut d'une république dotée d'une constitution et d'un gou (...)
  • 47 Cette division correspond, à peu près, à la division régionale adoptée par B. Mohamed (cf. p. 16 et (...)

168Après le démembrement de l'Empire ottoman par les Alliés, en 1920, les autorités mandataires françaises n'ont pas modifié la structure administrative existante (Lt -colonel Anfré, 1929, p. 43), peut-être en raison des similitudes existant avec l'organisation administrative française, ou pour ne pas apporter de bouleversements, comme le déclara le sénateur E. Flandin (1915, p. 16), 5 ans avant la mainmise sur la Syrie : « La seconde condition sera de nous garder d'imposer à la France du Levant les lois, l'administration, le fonctionnarisme de la France d'Occident. En extirpant les abus, il conviendra de maintenir les cadres dans lesquels les populations sont accoutumées à vivre. » L'essentiel reste que les modifications ne furent pas considérables, sauf le partage du pays en 5 États, en 1920, comme le montre la figure 69. Cette division respectait, en gros, les limites des wilaya-s mais elle créait des entités communautaires : l'État alaouite dans la région côtière (massif et côte) et l'État druze dans le sud du pays et du Liban46. Cet État est, en fait, le seul qui ait vu réellement le jour, les autres ayant été refusés par le peuple syrien. Homs et Hama furent donc incluses dans l'État de Damas, leurs limites demeurant celles des wilaya-s ottomanes (cf. fig. 70). Cette organisation était d'ailleurs plus raisonnable que l'actuelle car elle attribuait la région de Palmyre à la zone est47.

169Certaines appellations furent conservées comme la nahia ou le caza ; quant au liwa, il fut appelé mohafaza, en raison de la fonction du mohafez de l'époque ottomane qui signifie « l'administrateur d'une citadelle ou d'une ville fortifiée ; il représentait le Wali dans toutes ses attributions » (H. Yahia, 1986, p. 191).

170Le nom de mohafez remplaça donc celui de mutasarref, à la tête de la mohafaza ; il a été conservé jusqu'à maintenant. Celui de ka'immakam a été remplacé, après l'indépendance, par moudir mantiqa et l'administrateur de la nahia a conservé le titre de moudir.

Fig. 69 - La division de la Syrie en États en 1920

171Dans les années 50, il n'y avait qu'un seul caza par mohafaza dans notre région : le caza de Salamieh dans la mohafaza de Hama et le caza de Tal Kalakh dans celle de Homs. Mais à la fin des années 50, deux autres furent créés : Palmyre et Massiaf (cf. fig. 71).

172Les périodes ottomane et mandataire ont été marquées par une politique centraliste qui privilégiait le rôle des chefs-lieux des liwa-s ou mohafaza-s. Les chefs-lieux des caza-s n'étaient que des centres de surveillance policière dotés de services administratifs de première nécessité qui servaient aux autorités ottomanes seulement pour le recrutement des jeunes gens dans le cadre du service militaire. A l'époque du Mandat, l'amélioration n'a touché que l'équipement scolaire. Donc les chefs-lieux des mohafaza-s sont restés les seuls centres urbains, comme du temps des "Cités-États" de l'époque antique. Il y a eu peu de changements entre la proclamation de l'indépendance et 1960 car le poids des notables dans les villes (grands propriétaires fonciers et grands commerçants) était tel qu'ils contrôlaient même l'État (jusqu'en 1958, date de l'unification de la Syrie avec l'Egypte, R.A.U.). Ceux-ci n'avaient pas intérêt à développer le monde rural car cela aurait exigé une remise en question de la structure administrative. Deux lois furent promulguées dans le cadre de l'organisation administrative : loi n° 215 de 1956, loi n° 496 de 1957.

173BARR—EL—CHAM 1888 division administratives

Fig. 70 - Les divisions administratives ottomanes de la Syrie en 1888
D'après M.L. Samman, 1978, p. 109.

174Ces lois se limitèrent à la définition des statuts de chaque centre administratif. Il a fallu attendre le décret sur les collectivités locales (n° 15 de 1971) pour entamer une réelle organisation. Notons enfin que le tracé des limites administratives a suivi celui des propriétés foncières ou des fermages des villages détenus par les grands propriétaires de Homs ou de Hama (cf. 2e partie, chapitre IV, 1.2).

3.1.2 - Vers la multiplication des entités territoriales

  • 48 Rappelons que la mohafaza est l'équivalent d'un département, la mantiqa d'un arrondissement et la n (...)

175Les limites des mohafaza-s48 n'ont guère changé, sauf avec la création des mohafaza-s de Tartous et Quneitra (1967) : à la première a été attribuée la partie sud de la mohafaza de Lattaqié, et à la deuxième, devenue la mohafaza du Golan, la partie sud-ouest de la mohafaza de Damas et l'ouest de celle de Dara'a (cf. fig. 71).

176Dans notre région, à cette date, il y a eu création de trois nahia-s qui n'appartenaient pas à la mohafaza de Hama : celle de Shatha, enlevée à la mohafaza de Lattaqié et celles d'al-Ziyara et Qala'at al-Madiq, enlevées à la mohafaza d'Idlib. Cette modification a correspondu à l'encadrement de la plaine du Ghab dans une seule entité administrative, suite aux travaux d'aménagement et à la création de l'office de la plaine du Ghab (cf. fig. 71).

  • 49 Quneitra a été le chef-lieu de la mohafaza du Golan, occupée en totalité par Israël en 1967 ; la vi (...)

177Le décret n° 1360 de 1961 est à la base de toute création d'unité administrative au niveau de la mantiqa comme de la nahia. La constitution d'une mantiqa suppose un minimum démographique de 60 000 habitants. Pour la nahia, le seuil descend à 25 000 habitants. Le comptage est basé sur les registres de l'état civil et non pas sur le recensement, ce qui constitue un avantage pour l'agglomération candidate à une promotion administrative. D'autres circulaires ont apporté des accommodations en ce qui concerne la condition démographique, comme la possibilité de la création d'une mantiqa ou nahia dans les zones pastorales ou dotées d'un potentiel touristique : c'est le cas de Sukhneh. Or, on constate que de 1960 jusqu'à maintenant, il n'y a pas eu beaucoup de changements de limites ou de création de mohafaza-s, à part Tartous et Quneitra49.

  • 50 Nous sommes, quant à nous, favorable à ce que Palmyre devienne le chef-lieu d'une mohafaza indépend (...)

178Quant aux modifications des limites administratives entre mohafaza-s existantes, elles ont concerné le centre du pays, aux frontières entre les mohafaza-s de Hama, d'Idlib, d'Alep et de Raqqa, modifications mineures dues à la dévolution des terres domaniales entre les mohafaza-s concernées. Certains proposent, à Salamieh et Palmyre, la création d'une mohafaza de la badia mais ce n'est pas à l'ordre du jour. Il est clair que l'une et l'autre ambitionnent le statut de chef-lieu de mohafaza, qui leur apporterait de nouvelles dotations de la part de l'État et conduirait à un quasi-monopole dans les relations économiques entre la ville ainsi promue et sa région50.

179La longue stabilisation de la carte administrative finit par transformer les mohafaza-s en régions géographiques. La planification étatique imposée, généralement, à ces unités régionales semi-artificielles en a rendu la réalité incontournable.

  • 51 Nous allons voir l'impact de ces créations à travers l'évolution du réseau urbain national entre 19 (...)

180Pour les subdivisions à l'intérieur de chaque mohafaza, il y a eu beaucoup de dédoublements, avec la création de plusieurs mantiqa-s51 et nahia-s, en application de la loi de 1961 et en rapport avec la forte croissance démographique. Ces créations se sont multipliées, surtout dans les années 70, comme on le voit sur la figure 72 et le tableau suivant (76) :

181D'après M.L. Samman, 1978, p. 109.

TABLEAU 76. Évolution du nombre des mantiqa-s et nahia-s en Syrie centrale depuis 1960

TABLEAU 76. Évolution du nombre des mantiqa-s et nahia-s en Syrie centrale depuis 1960

Source : Bureau central des statistiques.

Fig. 71. Évolution de la carte administrative de la Syrie (1960, 1970 et 1981) : les mohafaza-s

Fig. 72 — Évolution de raffinement administratif en Syrie centrale (1960, 1970 et 1981)

  • 52 Comme dans le cas du rejet d'une proposition relative à la promotion de la localité de Kafr Buhum e (...)

182Depuis 1981, les chiffres sont stables, car le volume de population exigé pour une promotion administrative reste une contrainte. Par exemple, la promotion d'une nahia en mantiqa implique l'enlèvement de villages à une autre nahia qui, à son tour, ambitionne d'être une mantiqa. Par ailleurs, nous avons déjà vu l'évolution de certaines localités à propos de la constitution du réseau urbain. Il a fallu surmonter l'opposition de Homs ou de Hama à la création d'un chef-lieu de mantiqa, ressentie comme affaiblissant le chef-lieu de mohafaza52. Dès lors, ce genre de promotion administrative peut être considérée comme une vraie conquête de la décentralisation. C'est la base de la revendication de Salamieh et Palmyre, dont les zones d'influence couvrent une partie importante des régions orientales de chaque mohafaza, à quoi s'ajoute la question de l'éloignement de leurs chefs-lieux par rapport à ces zones pastorales. Pour Salamieh, la proximité de Homs ou de Hama est une contrainte. Palmyre est mieux placée du point de vue spatial, mais son poids démographique paraît insuffisant. Par ailleurs, on constate que le redécoupage de la carte administrative a été plus effectif dans la partie occidentale de la Syrie centrale que dans la partie orientale, ce qui est conforme aux disparités de la densité de population.

  • 53 Il a été modifié par la loi n° 12 du 20 juin 1971 et sa réalisation a suivi le décret n° 2 297 du 2 (...)

183La nouveauté est venue de la promulgation du décret n° 15 du 11 mai 197153 relatif à la réorganisation administrative et à l'instauration de collectivités locales à part entière. Ce décret insiste sur la décentralisation afin de rendre les chefs-lieux des mohafaza-s et des autres unités territoriales responsables « de l'économie, de la culture, des équipements et toutes les affaires qui intéressent les citoyens directement dans ces unités administratives, dans le cadre de la planification nationale et des lois en vigueur » (loi sur les collectivités locales, 1971, p. 6).

184Cela implique d'accorder plus d'autorité et plus d'autonomie aux collectivités locales sauf en ce qui concerne « les grands projets d'intérêt national » (idem, p. 6). Le système se base sur la création de conseils locaux au niveau de la mohafaza, de la mantiqa, de la nahia, des villages de plus de 5 000 habitants, et la création, dans une phase postérieure, d'unités rurales qui regrouperont plusieurs villages et qui pourront être considérées comme l'équivalent de la commune en France. Cette dernière phase n'est pas encore entrée en application. Elle a été prévue pour 1991, puis repoussée jusqu'en 1995, date des prochaines élections municipales.

  • 54 D'après le responsable des collectivités locales, mohafaza de Hama, 1990.

185On a donc assisté, depuis 1971, à la création de "petites mairies" dans les gros villages. Ces "mairies" ne s'occupent que des problèmes d'aménagement urbain (équipement, infrastructure) et n'apportent aucune promotion administrative car elles peuvent être transférées dans un autre village54, comme tout service public. Elles sont en réalité une antenne de la mairie du chef-lieu de nahia. Sur les 499 villages de la mohafaza de Hama, en 1970, 75 disposaient de ces antennes ; donc à peu près autant que dans la mohafaza de Homs (76) qui possédait 431 villages (même date). On peut les considérer comme préparatoires à la réalisation du système des unités rurales.

  • 55 Nous avons pu discuter de ces questions au niveau local (mohafaza, mantiqa, nahia) et même au Minis (...)

186En fait, cette loi n'a pas diminué la centralité dont bénéficie le chef-lieu de mohafaza ; elle l'a, au contraire, renforcée à cause des lenteurs de l'application des différentes phases et du système bureaucratique bien implanté. A notre avis, cette loi, bien qu'elle soit plus théorique qu'effective, possède un avantage considérable, que nous avons constaté au travers de nos rencontres55 ou de la presse locale. Elle a ouvert une réflexion croissante sur la régionalisation en Syrie, la répartition des équipements et unités industrielles, et notamment sur l'instauration d'une élection municipale bien qu'elle soit encore formelle. Une étude sur l'aménagement du territoire a débuté en 1989 dans la région côtière. D'autres suivront.

187En l'état, la structure administrative du territoire syrien demeure l'enjeu de luttes politiques car « la structuration administrative du territoire ne doit rien au hasard. Elle révèle l'enjeu politique et stratégique que représentent, pour le pouvoir, ces nœuds de rencontres et d'échanges, ces pôles de la modernisation, lieux de l'intégration des communautés rurales régionales à la société civile » (R. Escallier, 1986, p. 3).

3.2 - LA RÉPARTITION DES ÉQUIPEMENTS PUBLICS

188Jusqu'à l'indépendance, et un peu après encore, la grande majorité des équipements a été limitée aux chefs-lieux de mohafaza : les lycées eux-mêmes n'existaient, jusqu'aux années cinquante, qu'à Hama et Homs. Depuis 1960 et surtout 1963, date de mise en application d'une politique planificatrice de l'économie et de certains domaines (notamment le domaine socio-culturel), l'État a attribué une réelle priorité à la multiplication des équipements publics et des services administratifs, c'est-à-dire aux « structures d'encadrement », selon l'expression de P. Signoles (1985, p. 409).

189Il est vrai que celles-ci sont indispensables pour diffuser l'idéologie du pouvoir et assurer un contrôle étroit sur tout le territoire national. Il est vrai également que toutes ces créations (écoles, lycées, hôpitaux, postes, centres culturels, tribunaux, etc.) répondent à la demande des populations et, par ailleurs, contribuent à l'organisation de l'espace. En général, tous ces équipements publics sont répartis selon la carte administrative. Leur analyse n'apporte pas beaucoup d'éléments nouveaux quant à la mesure des poids relatifs de Homs et de Hama en Syrie centrale.

  • 56 Selon le plan scolaire de 1989-1995 : Ministère de l'Éducation.

190Seuls, les équipements scolaires (écoles, collèges et lycées) se singularisent par rapport à la carte administrative. Les lycées sont implantés partout où le volume de la population l'exige, c'est-à-dire selon le nombre d'élèves potentiels. Actuellement, le ministre de l'Éducation exige les minima suivants56 :

  • pour une école primaire, 10 élèves qui peuvent être regroupés en une seule classe ;

  • pour une école secondaire (collège), 72 élèves dans les localités rurales, 250 élèves dans les localités urbaines ;

  • pour un lycée, 150 élèves dans les localités rurales. 300 élèves dans les localités urbaines.

  • 57 Si une localité a bénéficié d'un statut urbain (plus de 20 000 hab.) sans être dotée encore des éch (...)

191Il n'y a que dans les écoles techniques, situées dans les chefs-lieux des mohafaza-s et mantiqa-s57, que peuvent s'ouvrir 9 classes au minimum, soit environ 360 élèves.

  • 58 Sources : rectorats de Homs et Hama, dépouillement personnel et carte scolaire, 1989.

192La région est bien équipée sur le plan scolaire. Le nombre total des lycées et collèges dans la mohafaza de Hama est passé de 19 en 1961 (dont 11 au chef-lieu) à 358 en 1988 (dont 39 au chef-lieu). Dans la mohafaza de Homs, on trouve 333 lycées et collèges en 1989 (41 en ville) contre 71 établissements en 197458. Ainsi, l'attractivité de Homs (ou de Hama) en matière scolaire a disparu dans l'enseignement général. Le seul domaine où ces villes restent avantagées est celui de l'enseignement technique et post-baccalauréat : écoles supérieures, universités ou instituts spécialisés (bac +2). Mais la répartition entre Homs et Hama est équitable. Dans chacune, il existe 5 établissements de ce genre.

  • 59 L'université de Homs est la quatrième en Syrie. Elle vient après celles de Damas (72 122 étudiants, (...)

193Au niveau universitaire, il n'y avait, jusqu'en 1979, que deux facultés en Syrie centrale : un institut supérieur de pétrochimie à Homs, rattaché à l'université de Damas, et à Hama une faculté des sciences vétérinaires, rattachée à l'université d'Alep - elle correspond à la réputation de Hama dans le domaine de l'élevage, surtout ovin. En 1979, Homs devint le siège d'une université destinée à desservir l'ensemble de la Syrie centrale (l'université du Ba'ath). Furent alors créées : la faculté des lettres (langues), celle des sciences et celle de génie civil et architecture. À Hama, on a créé une faculté de médecine dentaire. Le nombre d'étudiants de l'université de Homs s'est élevé à 9 81859 pendant l'année scolaire 1988-1989. La grande majorité d'entre eux résident en Syrie centrale (8178 étudiants). Les facultés de Homs, et en particulier la faculté des lettres, accueillent la majorité des étudiants de Syrie centrale, et en ce raison de leur diversité. Pourtant, Hama possède un rayonnement national équivalent à celui de Homs car sa faculté des sciences vétérinaires est la seule en Syrie (cf. tableau 77), comme l'institut de pétrochimie de Homs.

194En fait, 88 % des étudiants de Syrie centrale inscrits à l'université du Ba'ath font leurs études dans les facultés de Homs. Encore devrait-on y ajouter les effectifs des écoles militaires. Au total, la position de Homs est nettement confortée.

TABLEAU 77. Origine géographique des étudiants de l'université du Ba'ath (1988-1989)

TABLEAU 77. Origine géographique des étudiants de l'université du Ba'ath (1988-1989)

Source : université du Ba'ath, 1990.

  • 60 Recensement de 1981.

195Le développement et la diffusion considérable des équipements scolaires engendrent un taux de scolarisation assez élevé dans la région : 59 % dans les tranches d'âge entre 5 et 24 ans dans la mohafaza de Homs en 1981 et 57 % dans celle de Hama (même date). Néanmoins le taux d'analphabètes reste important : en 1981, il était de 32 % dans la mohafaza de Homs et de 36 % dans celle de Hama (population de plus de 10 ans)60. Ces taux sont encore plus élevés pour le sexe féminin : 49 % dans la mohafaza de Homs et 54 % dans celle de Hama, ce qui en partie explique les taux très forts de fécondité en Syrie centrale, surtout dans la mohafaza de Hama (cf. tableau 28).

  • 61 Il n'y en a que trois de ce genre en Syrie. Les deux autres se trouvent à Damas et à Alep.
  • 62 Annuaire statistique, 1990.

196Dans les autres domaines de l'équipement public, Homs et Hama sont à parité. Par exemple, tout chef-lieu de mohafaza est le siège de tribunaux de première importance tels que les cours d'appel. Les chefs-lieux de mantiqa-s ne détiennent que des tribunaux de deuxième degré. Toutefois, il y a à Homs deux juridictions qui n'existent pas à Hama : un tribunal de la sécurité économique61 et un autre destiné à juger les infractions douanières, Homs étant en effet considérée comme une ville frontalière. Homs est donc judiciairement mieux pourvue que Hama, inégalité qui se répercute sur le nombre d'avocats résidents : Homs comptait environ 150 avocats en 1989 contre 50 à Hama, sans tenir compte des avocats stagiaires. 3 611 crimes et infractions furent jugés dans la mohafaza de Homs en 1988, contre 1824 dans celle de Hama62. À Homs, en effet, les affaires de contrebande sont nombreuses.

197Pour les équipements sanitaires, il n'existe dans l'ensemble de la Syrie centrale que 6 hôpitaux publics dont la plupart se trouvent dans les chefs-lieux des mohafaza-s. C'est le cas de Homs qui possède 3 hôpitaux à elle seule (cf. tableau 78).

TABLEAU 78. Répartition des hôpitaux publics en Syrie centrale (en 1990)

TABLEAU 78. Répartition des hôpitaux publics en Syrie centrale (en 1990)

Sources : enquête 1990, hôpitaux de Homs et Hama.

  • 63 Il n'a pas été possible de quantifier l'origine géographique des entrées (quotidiennes ou mensuelle (...)

198Ceci lui confère un rôle régional qui dépasse les limites de sa mohafaza pour couvrir aussi l'ensemble de la Syrie centrale, mais cette aire d'influence élargie est due aussi au bon équipement de l'hôpital public ancien de Homs (335 lits). Ainsi certains cas de maladies graves peuvent être transférés de Hama à Homs. Les hôpitaux de Salamieh et de Palmyre ne sont pas négligeables au regard de la sous-région qu'elles commandent, mais ils sont sous-équipés et sont souvent amenés à envoyer certains malades à Homs ou à Hama pour l'hôpital de Salamieh, et à Homs pour celui de Palmyre. On remarquera que le nombre de malades hospitalisés à Hama durant le mois de juin 1990, par exemple, a dépassé le nombre de ceux hospitalisés à Homs : 44,7 % contre 37,4 % (cf. tableau 78). En effet, 20 % déjà viennent de la mohafaza d'Idlib63 et les villes de Khan Cheikhoun et Ma'aret al-No'aman préfèrent aussi faire soigner leur malades à Hama. Par ailleurs, un hôpital militaire donne du poids à Homs par rapport à Hama où l'hôpital public est seulement partagé entre une aile civile et une aile militaire.

199Bien que les cliniques privées n'entrent pas dans le cadre des équipements publics, elles jouent un rôle indirect car un bon nombre de médecins travaillent dans les deux secteurs, public et privé, et leur réputation peut attirer des malades tributaires de la médecine gratuite (les hôpitaux publics), d'autant que la grande majorité de la population n'a pas les moyens de se faire soigner dans le secteur privé. Homs regroupe un nombre considérable de cliniques : 23 en 1990 contenant 280 lits. Hama n'en possède que 16 équipées de 175 lits. Toutefois, les villes de la mohafaza de Hama sont mieux équipées que celles de la mohafaza de Homs : dans la première, on dénombre 7 cliniques (2 à Salamieh = 20 lits ; 4 à Mhardeh = 66 lits ; 1 à Sqalbiyeh = 10 lits) ; dans la seconde, on en trouve seulement 3 (2 à Rastan = 25 lits ; 1 à al-Hosn = 46 lits). Ainsi, sur les 1 487 médecins installés dans la mohafaza de Homs, seulement 55 excercent hors du chef-lieu, alors que sur les 407 médecins de la mohafaza de Hama, 50 sont installés en dehors de la ville.

200Si nous avons insisté sur la question sanitaire, c'est pour montrer une fois de plus que les villes de la mohafaza de Hama amoindrissent de diverses manières le poids régional du chef-lieu dans le domaine sanitaire comme dans les autres domaines déjà cités (migration, commerce, artisanat, etc.). Les fonctions d'encadrement administratif évitent aux chefs-lieux une déperdition trop grave de leur influence, et c'est le seul moyen pour Hama de conserver sa domination ou sa centralité. Pourtant la décentralisation joue en faveur des chefs-lieux de mohafaza. Ceux-ci veillent jalousement à ce qu'échouent toutes les tentatives des chefs-lieux de mantiqa pour obtenir soit de nouveaux équipements soit des tribunaux d'instance plus élevée.

  • 64 Les équipements téléphoniques pourraient être un indicateur aussi important que les équipements san (...)

201Nous en tirons la conclusion que le facteur administratif est essentiel au développement d'une ville dans un pays soumis à une politique planifiée64. En effet, l'intervention de l'État, toujours recherchée, n'est pas absolument indispensable. Ainsi Mhardeh, chef-lieu de mantiqa dépourvu d'hôpital public, a néanmoins réussi à se tailler une "petite région", seulement par le rayon d'attraction de ses cliniques privées.

202Mais dans l'ensemble, le système administratif hiérarchisé appuie le pouvoir des chefs-lieux de mohafaza. Si une petite ville prend de la consistance, c'est grâce à l'initiative privée, d'autant qu'actuellement la diffusion des établissements économiques ou des équipements publics notables s'est beaucoup ralentie sinon arrêtée.

203La rivalité ou la concurrence entre Homs et Hama se prolonge également sur l'implantation des grands équipements publics. L'État est le seul décideur en la matière, bien que Homs et Hama possèdent le même statut administratif, et de ce point de vue, devraient être traitées de la même manière. Or la première a bénéficié d'un nombre plus important d'équipements (université, hôpital militaire, etc.). De plus ce traitement de faveur se manifeste aussi sur le plan qualitatif (meilleure capacité d'accueil des établissements comme c'est le cas pour l'hôpital de Homs). Mais cette rivalité se généralise, mettant toute les villes de la région en compétition face à l'État, le bailleur de fond. Les chefs-lieux de mantiqa, cherchent aussi à attirer l'attention sur leurs défauts d'équipement, jouant ainsi la carte de l'extension de leur influence naissante. En effet, ces équipements favorisent le développement du secteur privé par lequel ces collectivités locales espèrent s'insérer dans la hiérarchie urbaine en place (développement des échanges, production, etc.).

CONCLUSION

204L'évolution du poids relatif de Homs et de Hama ne peut pas être appréhendée sans être replacée dans le réseau urbain régional. De la sorte on peut détecter les évolutions en cours, soit restructuration d'un réseau urbain mieux équilibré, soit au contraire rôle stérilisant des grandes villes.

205La domination d'une ville sur sa région implique-t-elle l'inhibition du développement des autres villes, petites ou moyennes ? C'est vrai pour Homs mais non pas pour Hama où dans sa mohafaza émergent des petites villes, qu'elles soient officiellement reconnues ou non, et que nous qualifions alors de "villes privées". Quels sont les facteurs qui sont derrière ce phénomène ? En Syrie, le rôle de l'État est décisif pour tout équipement industriel ou public. Mais le secteur privé n'est pas sans dynamisme, et on le voit avec le renforcement du rôle de Homs, avec l'émergence de certaines villes comme Tal Kalakh, Qosseir et Salamieh ou, cas le plus spectaculaire, Mhardeh.

206Homs n'a pas seulement gêné l'évolution des autres villes de sa région, soit profitant de sa place dans la hiérarchie administrative, soit indirectement en attirant les surplus démographiques du monde rural. Elle a également affecté la région de Hama, sans doute au nom d'une rivalité séculaire, mais surtout par simple et légitime propension à la croissance. Hama a été placée entre l'enclume et le marteau : les villes de sa région, d'une part, et Homs, d'autre part. Dans ces circonstances, l'État n'est pas resté simple spectateur. Son action a été efficace : développement du monde rural, incorporation des ruraux dans le monde du travail citadin (administration, équipements publics, industries, structures para-publiques, etc.) avec l'espoir de forcer leur entrée dans le corps social d'une ville qui jusqu'à maintenant a résisté à toute tentative de bouleversement de sa structure traditionnelle.

207L'amélioration du réseau routier et des moyens de transport a facilité et intensifié les relations entre les deux villes et l'ensemble de la Syrie centrale. C'est Homs qui en a tiré le plus grand profit, de par sa proximité avec une région côtière elle-même en pleine mutation économique (ports, industries, agriculture moderne, zone d'estivage, etc.). Si ce développement a permis aux deux villes d'étendre leurs zones d'influence, Homs reste largement en tête, sauf en ce qui concerne une activité traditionnelle et séculaire que Hama conserve encore : le drainage des produits agricoles et surtout pastoraux.

208Cette même évolution du réseau routier et des moyens de transport en commun a permis aux autres villes de bénéficier de nouveaux revenus : ceux des migrants pendulaires qui demeurent étroitement attachés à leurs lieux d'origine, soit à cause des problèmes matériels que pose une transplantation, soit par fidélité socio-culturelle (esprit communautaire, tribal, de groupe, etc.). C'est ainsi qu'on assiste à la transformation des villes ou villages en agglomérations dortoirs (Salamieh ou Rastan par exemple).

209Enfin, les deux grandes villes s'efforcent, en maintenant une structure administrative figée, de préserver leur position devant les menaces internes (villes de la mohafaza) ou externes (Homs pour Hama et vice-versa). En conséquence, l'évolution de la carte est très lente : une promotion administrative est une vraie victoire pour une localité. On a trop attendu de la nouvelle loi sur les collectivités locales, mais il y a loin entre le dire et le faire. Le seul acquis, résultant de la première phase, est celui relatif au renforcement du rôle des chefs-lieux de mohafaza dans le cadre de la décentralisation. Les phases suivantes, qui devaient concerner les chefs-lieux des mantiqa-s, des nahia-s et les unités rurales, n'ont pas encore vraiment vu le jour.

210Donc, les chefs-lieux des mohafaza-s restent les pôles qui accaparent les grands équipements, surtout dans les domaines socio-culturel et sanitaire, ce qui renforce leur poids régional. Homs y a gagné de distancer encore un peu plus sa rivale grâce, entre autres, à l'implantation d'une université régionale (1979). Ceci et ce qui précède sont déjà des indices du rôle de Homs comme capitale de la Syrie centrale.

Notes

1 Cf. 1ère partie, chapitre II, 1.3.

2 C'est-à-dire les agglomérations conformes à la définition de la ville selon son statut administratif. Mais depuis 1981, deux autres agglomérations ont été considérées comme villes : Tal Bisseh et Qaryatein. Toutes deux sont dans la mohafaza de Homs.

3 Suivant en cela la démarche de F. et J. Métrai (1986).

4 C'est aussi le constat de J. Métrai (1986, p. 27).

5 Les différences qui existent entre ce tableau et ceux qui suivent concernant le réseau urbain en Syrie centrale, et ceux dressés par F. et J. Métrai (1986. p. 452 et 454). sont dues soit à des erreurs d'impression (ex. : dans le tableau 1, p. 452, le taux officiel de l'urbanisation pour la Syrie centrale est de 37 % en 1960 au lieu de 23 %, car les seules villes de Homs et Hama ont 32,1 %), soit aux problèmes relatifs aux données : pour le tableau 2 (p. 454), nous n'avons pas pris Deir Baalbeh (6 148 habitants) car elle était déjà incluse dans la ville de Homs en 1981, pas plus que Kafr Nbudé (5 021 habitants) dont la population comprend celle des fermes (hameaux) mais que nous avons prise en compte pour 1991.

6 La loi rang-taille formulée par Zipf (en 1941 et en 1949) se base sur une relation mathématique entre la population des villes classées hiérarchiquement.
Soit PN = P1 / RN OÙ :
PN est la population de la ville du Nième rang
Pl " " " " " de 1er rang
RN est le rang de la ville.
Pour plus de détails sur cette loi et d'autres lois qui concernent les phénomènes urbains, voir D. Pumain (1982). Cette loi convient mieux à l'étude des réseaux urbains au niveau national ; nous ne l'avons utilisée ici qu'à titre indicatif.

7 C'est le rapport entre les populations de deux villes rangées selon l'ordre de la hiérarchie urbaine.

8 Pour plus de détails, voir entre autres M.-A. Prost (1965, p. 58).

9 Dans une intervention antérieure, J. Métrai précise que « il faut étudier les réseaux d'agglomérations ; l'anthropologue doit ici renoncer à la morphologie simple pour conduire une analyse quantitative et qualificative des flux à l'intérieur d'un réseau dont la configuration peut être complexe » (1986, p. 279).

10 Enquête personnelle, 1990.

11 Proposé comme petite ville en 1991.

12 Les 15 moissonneuses-batteuses de Latamneh sont propriétés communes entre les gens de Mhardeh et ceux de Latamneh (enquête 1990).

13 Mairie de Qosseir, enquête personnelle, 1990.

14 Notons ici que, pour une petite ville, la moindre arrivée de migrants ou le moindre départ de sa population affecte sensiblement le taux d'accroissement.

15 Jusqu'en 1968, plus de 17 000 familles ont bénéficié des distributions de terres dans les nouvelles zones aménagées (Ghab et Acharneh).

16 Mais ces zones artisanales sont toujours en projet. C'est par ailleurs un indicateur important du désir des autorités locales de donner un aspect urbain à leurs villes. C'est la première recommandation des maires.

17 A part Homs et Hama, il n'y a que Salamieh et Palmyre qui disposent d'un hôpital public, mais on trouve des petites cliniques privées à Mhardeh (3), Rastan (2), Sqalbiyeh (1), Salamieh (2) et al-Hosn (1).

18 Les seules traces de ce type de routes qui soient restées en Syrie sont celles de la route qui relie Antioche à Qinmesrin (Chalcis), située au sud d'Alep. 1 200 mètres de cette voie importante sont encore visibles (A. Hajar, 1982, p. 46).

19 Une voie ferrée a relié aussi Damas à La Mecque vers 1900. C'était la voie ferrée du pèlerinage.

20 Le micro-bus est apparu dans le pays, comme mode de transport en commun, vers 1976.

21 C'est le puissant secteur artisanal d'Alep qui avait le monopole de ces montages, bien que l'État possède un établissement spécialisé dans cette activité ; une branche se trouve à Homs. Mais ce secteur est en rupture de production actuellement.

22 Elle fait partie de la gare routière principale de Homs.

23 Qui se trouve au centre-ville.

24 Étant donné que nous n'avons pas pu obtenir de renseignements sur le transport des marchandises, ce paragraphe se limitera au transport des voyageurs.

25 L'évaluation du nombre de voyageurs, notamment ceux concernés par les déplacements pendulaires, est pratiquement impossible. Nous l'avons tentée en procédant de diverses manières, par enquêtes directes et indirectes. Finalement, nous avons retenu la quantification des moyens de transport.

26 Gares de Homs et de Hama, enquête personnelle, été 1990.

27 Le bus ou le micro-bus quitte la gare routière dans les règles, c'est-à-dire chargé selon le nombre légal de places assises, mais il sort de la ville (Homs ou Hama) surchargé, avec des voyageurs debout.

28 C'est d'ailleurs un nouveau facteur de la désertification croissante dans le pays, qui s'ajoute au surpâturage et à l'emblavage de la badia.

29 C'était le moteur d'une motocyclette, avec entraînement par chaîne.

30 Mairie de Homs et enquête personnelle, 1989-1990.

31 Service de patentes à Hama et enquête personnelle, 1989-1990.

32 Citée par M.-F. Ciceri et al. (1977, p. 75). Cette formule est fondée sur une analogie avec l'énoncé de Newton. Elle établit une relation entre la distance (K) entre deux villes (A et B) et leur population (PA et PB) pour délimiter le point séparant l'influence des deux villes : DB = Κ / (1 + VPA /PB). ainsi obtient-on le point d'égale influence de la ville B (DB).

33 Voir pour le cas de Mhardeh F. et J. Métrai (1986), et pour celui de Salamieh M. al-Dbiyat (1980 et 1991).

34 C'est une réalité reconnue par tout le monde et, même, on fait référence à la religion dans certaines explications.

35 Enquête personnelle, 1989.

36 Pour les données de 1976, voir F. et J. Métrai (1986, p. 455).

37 Malheureusement, nous n'avons pu obtenir ce genre de données ni pour Homs ni pour les autres villes de sa mohafaza, notre demande d'autorisation ayant été refusée.

38 Car au niveau de la ville, cela exige une enquête directe et un dépouillement minutieux comme nous l'avons fait pour Salamieh (M. al-Dbiyat, 1980 et 1991), mais aussi un travail énorme, vu le nombre considérable des petites villes dans la région (27) ; or ce n'est pas le but principal de notre ouvrage.

39 Mairie de Mhardeh, enquête personnelle, 1990.

40 Mairie et souk de Tal Kalakh : enquête personnelle, 1990.

41 Il n'existe aucune étude sérieuse sur la structure administrative de la Syrie actuelle.

42 Cf. p. 23.

43 Ou encore "étendard".

44 D'après Young, Corps de droit ottoman, vol. 1, Oxford, 1905, p. 29-69, cité par H. Yahia (1986, p. 82).

45 Elle fut connue au début de la période ottomane sous le nom de "pachalik".

46 En 1926, la France accorda au Liban le statut d'une république dotée d'une constitution et d'un gouvernement national, dans le cadre du Mandat (M. al-Hamadi, 1976, p. 5).

47 Cette division correspond, à peu près, à la division régionale adoptée par B. Mohamed (cf. p. 16 et fig. 1 D).

48 Rappelons que la mohafaza est l'équivalent d'un département, la mantiqa d'un arrondissement et la nahia d'un canton. Le village est l'unité de base mais il ne peut pas être l'équivalent exact d'une commune, sauf pour certains qui sont assez importants. En réalité c'est l'organisation administrative au niveau de la nahia qui ressemble plus à celle de la commune en France.

49 Quneitra a été le chef-lieu de la mohafaza du Golan, occupée en totalité par Israël en 1967 ; la ville fut rendue à la Syrie en 1974 (après la guerre d'octobre 1973), mais après avoir été complètement détruite. La Syrie a décidé de la laisser en l'état comme exemple de la sauvagerie israélienne.

50 Nous sommes, quant à nous, favorable à ce que Palmyre devienne le chef-lieu d'une mohafaza indépendante, vu sa situation centrale par rapport à l'ensemble de cette zone pastorale (ce qui n'est pas le cas de Salamieh). Palmyre pourrait ainsi être un pôle important de développement des steppes syriennes.

51 Nous allons voir l'impact de ces créations à travers l'évolution du réseau urbain national entre 1960 et 1981, car un chef-lieu de mantiqa est officiellement considéré comme une ville.

52 Comme dans le cas du rejet d'une proposition relative à la promotion de la localité de Kafr Buhum en chef-lieu de nahia (1991).

53 Il a été modifié par la loi n° 12 du 20 juin 1971 et sa réalisation a suivi le décret n° 2 297 du 28 septembre 1971. Ce système est, par ailleurs, emprunté aux ex-pays de l'Est, notamment à la R.D.A. où plusieurs cadres supérieurs ont été formés ou ont effectué des stages.

54 D'après le responsable des collectivités locales, mohafaza de Hama, 1990.

55 Nous avons pu discuter de ces questions au niveau local (mohafaza, mantiqa, nahia) et même au Ministère des Collectivités locales créé à la suite de la promulgation de la loi susdite.

56 Selon le plan scolaire de 1989-1995 : Ministère de l'Éducation.

57 Si une localité a bénéficié d'un statut urbain (plus de 20 000 hab.) sans être dotée encore des échelons administratifs correspondants, elle peut prétendre à une école technique.

58 Sources : rectorats de Homs et Hama, dépouillement personnel et carte scolaire, 1989.

59 L'université de Homs est la quatrième en Syrie. Elle vient après celles de Damas (72 122 étudiants, 1988-1989), d'Alep (40 936 étudiants) et de Lattaqié (16 821 étudiants).

60 Recensement de 1981.

61 Il n'y en a que trois de ce genre en Syrie. Les deux autres se trouvent à Damas et à Alep.

62 Annuaire statistique, 1990.

63 Il n'a pas été possible de quantifier l'origine géographique des entrées (quotidiennes ou mensuelles) plus précisément : c'est une estimation grossière obtenue du bureau des entrées de l'hôpital de Hama (juin 1990).

64 Les équipements téléphoniques pourraient être un indicateur aussi important que les équipements sanitaires ou judiciaires. Malheureusement, nous n'avons pas pu obtenir les données, notre demande ayant été refusée. Toutefois, il n'y a que Homs et Hama qui possèdent un réseau téléphonique automatique ; toutes les autres villes ou localités importantes ne possèdent que des réseaux manuels (il faut passer par un standard central). D'autre part, Homs et Hama possèdent le même nombre de lignes téléphoniques : 20 000 chacune. Mais leur utilisation est plus importante à Homs qu'à Hama. En 1989, le nombre d'appels, vers l'intérieur du pays, a été de 2 056 000 pour la mohafaza de Homs et de 1 486 000 pour celle de Hama (Annuaire statistique, 1990, p. 248).

Notes de fin

* en 1972

1 La population a été estimée pour l'année 1991 sur la base du taux national (3,34 %) enregistré entre 1970 et 1981 ou sur le taux réel du village quand celui-ci est inférieur au taux national.

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search