Version classiqueVersion mobile

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Deuxième partie : Mutation de l'économie et de l'espace urbain a Homs et a Hama

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1Les deux villes de Syrie centrale ont grossi et continuent encore de le faire, mais les fondements économiques de cette croissance ne sont pas identiques. Longtemps, toutes deux vécurent de la rente agricole et pastorale, du commerce lointain et local, et de l'artisanat. Mais les revenus de la rente agro-pastorale ont été plus importants à Hama qu'à Homs, de sorte que cette dernière a dû s'intéresser, depuis longtemps, au commerce et à la petite industrie, en tirant avantage de sa situation géographique. La trouée de Homs appelait la route vers la côte, puis les pipe-lines et, plus récemment, le chemin de fer, réseaux qui passent par la ville ou à peu de distance d'elle. Cela a engendré un flux de marchandises qui ont suscité l'industrie : la raffinerie de pétrole a traité celui de l'Iraq (I.P.C.), puis le pétrole syrien (1968). En même temps que cette raffinerie se transformait en un complexe industriel, d'autres usines venaient s'installer (usine d'engrais, raffinerie de sucre, filature de coton...), liées à l'agriculture régionale. Ainsi Homs a-t-elle pris la tête de la compétition.

2Toutefois, la volonté de l'État a permis à Hama de bénéficier de la création d'usines, implantation réalisée dans un double but, économique et sociopolitique, car si la réforme agraire avait ébranlé le poids économique des grands propriétaires, elle n'avait pu amoindrir leurs influences politiques. L'industrialisation, espérait-on, devait faire naître une classe ouvrière capable de contrebalancer l'influence des notables, particulièrement à Hama.

3La marche forcée de l'industrialisation s'est ralentie à partir de 1980 à cause des difficultés économiques que le pays a alors connues. L'État a voulu passer la main au secteur privé. Mais celui-ci est resté méfiant et a préféré investir dans le commerce ou l'artisanat. Aussi, les centres-villes ont-ils fait montre d'une grande activité, surtout celui de Homs qui a tiré avantage de la proximité du Liban empêtré dans sa guerre civile ; la contrebande a alimenté des échanges fructueux et ouvert les horizons du travail informel aux nombreux néo-citadins réduits au chômage.

4Les progrès de l'économie urbaine et la poussée démographique continue ont donné lieu à une mutation importante du paysage urbain. Les pouvoirs locaux s'efforcent de maîtriser cette évolution grâce aux plans d'urbanisme. Ceux-ci n'ont guère réussi à proposer de solutions à des problèmes urbains qui ne sauraient être résolus dans des bureaux et sur des cartes. L'antagonisme est sensible entre les utilisateurs et les planificateurs ; on le voit clairement dans la prolifération de l'habitat ou des zones d'activités illicites, dans le divorce entre l'affirmation d'une centralité et d'une citadinité, et la naissance de quartiers périphériques qui s'efforcent d'avoir leurs propres centres, des néo-centres pour les néo-citadins.

5Au cœur de la ville, les vieux quartiers ou la médina souffrent d'une désagrégation progressive. Ils sont méprisés par les "citadins modernes" qui consentiraient tout juste à faire un effort pour conserver quelques monuments historiques, non pour leur valeur en soi, mais comme accessoires touristiques et donc source de bénéfices. Dans ces vieux quartiers, le réseau de la voirie, étroite et sinueuse, pose des difficultés d'accès à l'automobile. Ces deux problèmes (conservation du "patrimoine" et refonte du réseau des rues) sont inlassablement évoqués. Dans tous ces discours, on ne parle guère des habitants de ces quartiers vieillis et dégradés. La rivalité ou la concurrence entre les deux villes ne se limite pas uniquement à des questions économiques ou sociales : chacune cherche à être la ville la plus "moderne" (avenues larges, espaces verts, parc d'attraction, rue commerçante "moderne", hôtel international, etc.), à l'instar de Damas ou d'Alep. Les déclarations des responsables locaux ainsi que l'observation des plans de la rénovation en cours du centre-ville de Homs ou de Hama (rue Kouatli et rue de Hama à Homs et rues d'Alep et du 8 Mars à Hama) nous ont permis de faire ce constat.

6Maîtriser la croissance urbaine ou aménager la ville ne peut pas être limité à la ville même ; il faut revoir l'ensemble du réseau urbain et renforcer ses maillons trop lâches. Or, quelle est la situation de Homs et de Hama dans le réseau urbain syrien ? Maîtrisent-elles leurs propres réseaux ? La réponse à ces deux questions fera l'objet de la troisième partie.

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search