Version classiqueVersion mobile

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Deuxième partie : Mutation de l'économie et de l'espace urbain a Homs et a Hama

Chapitre V. Mutation de l'espace urbain à Homs et à Hama

Texte intégral

  • 1 Suite du proverbe : « [...], mariez-vous avec une vierge même si elle est vieille fille et prenez l (...)

« Habitez les villes même si elles sont tyranniques »
Proverbe syrien1

  • 2 Voir les travaux du séminaire organisé par l'AWARD à Dakar, entre le 2 et le 5 novembre 1982, sur l (...)

1La ville est un lieu où l'on peut vivre. Elle est aussi un objet concret, lisible2 à travers son plan, le quadrillage de ses quartiers, la division du travail dans le tissu urbain (habitations, centre commercial, secteurs d'activités...), son expansion planifiée et non planifiée, voire son habitat précaire. Le tout produit une histoire souvent très longue, riche en mutations sociales, culturelles, économiques et politiques engendrées par des facteurs internes et parfois externes. Ainsi la ville n'est pas un conglomérat, dû au hasard, de différents quartiers. Elle cherche à s'organiser en fonction d'impératifs socio-économiques et culturels. Les récentes transformations urbaines peuvent s'analyser en soi, dans la mesure où « la ville ayant une capacité d'organisation et de transmission, est à la fois sujet et objet [...] ; si l'homme utilise et façonne la ville, la réciproque est également vraie » (J. Beaujeu Garnier, 1980. p. 16).

2Il y a longtemps, Ibn Khaldoun (1402, p. 249-250) évoquait déjà l'influence de la ville sur l'homme : « Les sédentaires sont habitués à la paresse et au bien-être. Ils sont plongés dans le confort et le luxe... Ils se sentent en sécurité derrière leurs remparts et leurs fortifications [...] parce que l'homme est l'enfant de ses habitudes et non le produit de sa nature et de son tempérament. »

3La ville ne se résoud pas en une simple accumulation de constructions humaines. On est amené, à son propos, à parler de citadinité, urbanité, culture urbaine, convivialité... Elle se définit de multiples façons en tant que point de rencontre, d'échange, de transmission et de transformation. Toute ville répercute les changements économiques, sociaux, démographiques du moment qui entraînent sa propre mutation, celle de l'espace urbain.

4Dans ce chapitre, nous tenterons d'approcher les deux phénomènes qui nous intéressent le plus dans notre sujet : démonter les phénomènes de la croissance urbaine à Homs comme à Hama et dégager les grands traits de leur morphologie propre. Nous avons évoqué précédemment les différents aspects des changements qui ont affecté la Syrie centrale et nos deux villes. La croissance démographique y est spectaculaire : entre 1970 et 1981, taux annuel de + 4,4 % pour Homs et +2,3 % pour Hama. Les deux villes ont également enregistré une mutation économique importante durant la courte période qui a commencé en 1958. Elles sont passées d'une économie basée sur la rente foncière et les activités commerciales et artisanales traditionnelles à une économie plus diversifiée grâce à l'industrialisation. Elles ont alors attiré les ruraux partout en surnombre dans les campagnes, même dans les zones agricoles réputées riches (plaine de Homs, de Hama, Ghab...).

5À tout cela s'ajoute la politique centraliste et planificatrice de l'État "socialiste" qui a entraîné un gonflement du secteur public, dont les multiples services exercent l'autorité, et du secteur parapublic avec diverses organisations représentant les groupes politiques et sociaux (partis, syndicats, organisation de masse, etc.). La majeure partie de ces échelons est située dans les chefs-lieux de mohafaza : c'est bien le cas de Hama et de Homs.

6Les développements démographiques, économiques et sociaux s'y manifestent claire ment à travers l'expansion urbaine commune aux deux villes, laquelle s'exprime dans une morphologie urbaine très diversifiée (habitat individuel ou collectif, habitat planifié ou illicite, zones d'activités centrales ou périphériques...). Dans l'un et l'autre cas, le cœur de la ville, édifié autour du souk ou du centre commercial n'a guère connu de perturbations.

1 – L'EXPANSION DE HOMS

7La croissance urbaine de nos deux villes n'a commencé à être régie (en principe) par des règles (P.U.D. plan d'urbanisme directeur) qu'à partir de 1960. Encore peut-on discuter la validité de ces P.U.D. dont la plupart « considèrent la ville comme une vaste arithmétique ou un vaste jeu de construction » (M. al-Dbiyat et J.-Y. Toussaint, 1986, p. 250), sans tenir aucun compte de la conjoncture socio-culturelle. D'autre part, les perspectives d'avenir sont difficiles à tracer, car elles dépendent de beaucoup de facteurs qui ne sont pas souvent soumis aux collectivités locales. En Syrie, c'est l'État qui décide en dernier lieu de l'implantation des grands établissements industriels, de la création des équipements majeurs comme l'université à Homs, ou de l'infrastructure indispensable à tout aménagement urbain comme le réseau routier ou le chemin de fer. Tout cela entre dans le champ des plans quinquennaux depuis 1961, et fait l'objet aussi d'une volonté politique (ex. : la création d'usines à Hama). Loin s'en faut que le programme des plans soit effectivement réalisé en raison des interruptions imprévisibles dans l'apport des capitaux nécessaires à l'investissement. Il en résulte que l'aménagement urbain se dilue en réalisations ponctuelles, difficiles à coordonner. C. Chaline (1990, p. 76), analysant les cas de plusieurs pays arabes, constate que « l'aménagement urbain fait rarement partie des stratégies urbaines nationales effectives..., par conséquent, les aménageurs sont parfaitement impuissants à contrôler ou à moduler les énormes taux de croissance urbaine ».

8Il n'est pas rationnel d'envisager un plan d'aménagement urbain pour telle ou telle ville, sans l'inclure dans le cadre d'un plan plus vaste, applicable à toute la région géographique environnante. Pourtant cette démarche n'a pas cours en Syrie, où l'on manque encore d'études valables orientées vers l'aménagement du territoire.

9Les toutes premières tentatives d'aménagement urbain à Homs et Hama ont été entamées par l'autorité mandataire qui prenait exemple sur les plans d'urbanisme adoptés en France. Il s'agissait d'interventions ponctuelles (ouverture de rues, dégagement des zones résidentielles) et non pas de plans intégrés. Ce fut le cas à Hama en 1940 et à Homs en 1946. En 1960, l'État chargea une société grecque (Doxiadis associés, ingénieurs conseil) de rédiger un plan urbain directeur (P.U.D.). La première étude a porté sur Hama (1960), la seconde sur Homs (1962). Les deux plans n'ont pas été appliqués jusqu'au bout, notamment celui de Homs qui a été remis en question dès 1963.

  • 3 Cette sécheresse fut si grave que la Syrie dut, pour la première fois, recevoir une aide alimentair (...)

10Reste à savoir ce qui a poussé, à cette époque, les autorités locales à s'inquiéter des problèmes d'urbanisme. La cause semble résider dans l'accélération de l'exode rural durant les années 1958-1960, suite à la sécheresse qu'a connue alors le pays3. C'était aussi l'époque où l'État préparait le premier plan quinquennal (1961-1965) dans lequel était prévu un volet concernant l'aménagement urbain et les infrastructures. En fait, la Syrie en matière de réflexion sur l'aménagement urbain n'a pas souffert d'un retard considérable par rapport aux autres pays. Le problème réside plus dans la non-application des plans.

1.1 – LE FILM DE LA CROISSANCE DE HOMS

11À Homs, la croissance démographique s'est emballée à partir de 1960. En vingt ans, la population a presque triplé, passant de 137 217 habitants en 1960 à 215 423 en 1970 et à 346 871 en 1981. Elle est actuellement estimée à 500 000 habitants (cf. tableau 9).

12L'espace urbain a dû essayer de répondre à de nouveaux et pressants besoins. Les principales étapes de la croissance de Homs reflètent celles de l'évolution politique et économique de la ville et du pays : nous les avons décrites précédemment et allons les analyser sous l'angle de l'expansion territoriale et de la différenciation zonale.

1.1.1 – Lenteur de la progression avant 1918

  • 4 Actuellement, c'est le village de Tal al-Nabi Mando.

13Le noyau de la ville ne se situe pas à proximité du fleuve comme c'est le cas pour plusieurs des localités antiques situées sur l'Oronte (Qadesh4 ou Hama). Le tell original est érigé à 2,5 km plus à l'est. Son diamètre atteint 275 mètres ; il s'élève à 32 m au-dessus d'un plateau de 500 m d'altitude. Selon les historiens, la fondation de la ville remonte à 2 500 av. J.-C : les Araméens, venus de la Mésopotamie, étaient des cultivateurs confirmés. Peut-être ont-ils craint d'éventuelles inondations, des brumes lacustres et la présence de marécages.

  • 5 Cela correspond aux plans des camps militaires romains caractérisés par la croisée de ces deux voie (...)

14On ne dispose guère d'informations sur le développement de la ville durant les époques araméenne, assyrienne et même hellénistique, sinon que les Grecs la connaissaient sous le nom d'Émèse (M.M. Moussly, 1984, p. 16). On estime que Homs est sortie de l'étroit site du tell à l'époque romaine, après 64 av. J.-C, et s'est développée jusqu'à la fin de la période byzantine (630). Elle obéissait au plan classique des villes hellénistico-romaines qui se caractérise par une forme rectangulaire et le croisement des deux rues principales, l'axe est ouest (le decumanus) et l'axe nord-sud (le cardo), le tell demeurant l'acropole5, (idem, p. 28).

15L'extension de la ville ne s'était pas faite uniformément tout autour du tell, mais plutôt vers le nord et vers l'est. La ville intra-muros était contenue dans un rectangle d'environ 850 x 1 400 m, soit une superficie d'environ 120 ha (fig. 38). Elle acquit sa forme définitive à l'époque islamique, pendant laquelle le rempart fut édifié, car la ville romaine comme ses remparts avaient disparu lors des successifs tremblements de terre, notamment ceux de 447, 458, 494, 526 et 528 (idem, p. 28). Les restes de la ville romaine ou byzantine sont peu nombreux et d'ailleurs peu étudiés car enfouis sous la ville actuelle. Donc la ville intra-muros était en fait une ville islamique fortifiée à l'époque omeyyade (vers l'an 750). Le tell fut converti en citadelle par la suite. À partir de 1104 (époque hamdanide), elle fut appelée "la citadelle d'Ossamah". L'extension au nord de la citadelle peut être expliquée de deux manières. La première suppose qu'en débordant le site original, la ville a été rejetée vers le nord à plusieurs reprises, d'où les trois portes qui s'ouvrent dans la muraille occidentale (Bab al-Turkman, Bab al-Masdoud et Bab Houd ; cf. fig. 38). L'autre hypothèse inverse le mouvement : l'établissement militaire des Romains aurait été choisi sur un site plat, au nord du tell, l'extension ultérieure comblant peu à peu le vide entre la ville et l'acropole juchée sur le tell. L'emplacement de la grande mosquée de Homs, édifiée sur un antique temple grec ou romain (M.M. Moussly. 1984, p. 68) donne un certain appui à cette hypothèse. Seules des fouilles archéologiques pourraient apporter une réponse définitive, mais elles sont difficiles à envisager, s'agissant de la médina.

Fig. 38 – Homs jusqu'en 1918
Source : Société générale syrienne d'études et consultations techniques.

  • 6 Les Croisés n'ont pas pu occuper la ville de Homs, c'est pourquoi ils l'ont appelée "la Chamelle ca (...)
  • 7 Ce chiffre n'est qu'une estimation maximale. D'autres sources n'accordent à la ville que 20 000 hab (...)

16La Homs médiévale est restée circonscrite par ses remparts pendant plusieurs siècles durant lesquels elle a subi de nombreuses destructions : guêtres intestines ou étrangères (elle a été brûlée par les Byzantins en 995 et par les Croisés en 11266), sans compter les conséquences désastreuses des tremblements de terre. L'instabilité politique et militaire ne cessa qu'avec l'arrivée des Ottomans en 1516. Durant cette longue phase d'urbanisation ralentie, Homs resta dans un espace limité à une centaine d'hectares et ne déborda pas. La population s'élevait à environ 50 000 habitants en 1915 (cf. tableau 34)7.

17Toutes les habitations étaient construites en pierres basaltiques provenant de la coulée basaltique qui existe à l'ouest de l'Oronte, à quelques kilomètres de la ville, raison pour laquelle Homs était souvent appelée "la ville aux pierres noires" (om al-hijar al-soud). Cela correspond aujourd'hui à la partie centrale de l'agglomération, le souk ancien, aux rues couvertes et au lacis environnant de ruelles ramifiées, ayant l'aspect d'une médina. Celle-ci est actuellement en voie de transformation, avec le percement de rues carrossables, ce qui ne va pas sans soulever des protestations.

1.1.2 – L'étape 1918-1945

18C'est la période du Mandat français où Homs connut un essor du commerce des produits agricoles grâce aux nouvelles terres irriguées depuis la mise en chantier du canal entre 1933 et 1936. Simultanément, l'artisanat traditionnel s'est dynamisé en raison de l'intensification des relations entre les nomades et la ville, conséquence de l'affermissement de la sécurité.

19Le tissu urbain a débordé les anciennes limites pour la première fois en suivant les voies de communication, surtout vers le nord et le sud (axe Damas-Hama), c'est-à-dire à partir de Bab al-Sba'a et de Bab al-Souk (cf. fig. 39). On assiste dès lors à une expansion en tache d'huile, assymétrique.

20Cette période voit aussi l'installation des premiers camps militaires, lesquels ont joué un rôle dans l'attraction des ruraux appelés à participer aux travaux de construction urbaine et à ceux relatifs à l'aménagement hydraulique, barrage de Qattiné et canaux d'irrigation subséquents. La superficie de la ville a presque triplé pour atteindre 430 ha en 1945, avec une population estimée à 100 000 habitants (soit une densité de 232 hab./ha). La densité dans le vieux Homs était maximale (416 hab./ha), compensée par une densité plus faible dans les quartiers nouveaux (environ 16 hab./ha). Les cadres de vie se sont modifiés par le desserrement de l'habitat, l'élargissement des rues afin de répondre aux exigences de la circulation automobile et la construction de nouveaux bâtiments publics (poste, gare, hôtel de ville [dar al-hokuma]).

  • 8 Pour la localisation des quartiers, cf. fig. 46 pour Homs et fig. 49 pour Hama.

21Les quartiers qui sont nés pendant cette période sont ceux de Khaldiyeh et de Hamidiyeh au nord de l'ancienne ville, à l'est de la rue de Hama. Ils se distinguent par leurs immeubles urbains et un plan en damier. Le quartier Hamidiyeh regroupe une grande partie des citadins chrétiens. Un autre quartier important s'est constitué au nord du vieux Homs : Joret al-Chiah. Il se trouve à l'ouest de la rue de Hama8 et il est séparé de l'ancienne ville par la nouvelle zone commerciale et de services (publics et privés), à cheval sur la rue Kouatli, laquelle relie la rue de Hama à celle de Damas.

22La progression de la ville vers l'ouest a été bloquée par la ligne de chemin de fer qui venait du nord et allait vers Tripoli et Baalbek (au Liban). Le mouvement vers l'ouest n'a d'ailleurs pas été encouragé par les autorités qui ont cherché à préserver les jardins de Homs (vergers). Au sud de la citadelle, on a assisté également à la création du quartier de Bab al Sba'a, au-delà de la porte qui porte ce nom. Les constructions sont plus denses et plus modestes que dans les nouveaux quartiers du nord. Les rues sont moins longues ou moins larges. Elles ne diffèrent guère de celles de la médina. Vers l'est, entre Bab Tadmor et Bab- al-Draib, l'extension a été plus restreinte. Séparé de la vieille ville par le fossé qui marque le tracé de l'ancien rempart disparu, c'est un quartier lui aussi peu luxueux.

23Ainsi se profile, durant la deuxième période de l'histoire de Homs, une tendance à la ségrégation avec un habitat relativement riche dans le nord et l'ouest et un habitat plus modeste dans l'est et le sud, au-delà des limites de l'ancienne ville.

1.1.3 – La période 1945-1965 : continuation de la croissance

  • 9 A. Rajab a été le maire de Homs à cette époque. Nous n'avons pas pu obtenir de détails sur ce plan, (...)

24Jusqu'en 1945, la ville s'est développée sans schéma préétabli et sans intervention préalable des autorités locales (viabilisation, etc.). En 1946 naissait le premier plan d'aménagement urbain. Il portait sur l'édification de quartiers résidentiels qui représentaient 73 % de l'ensemble de la superficie du plan : 890 ha au total, soit 460 ha de plus que ce qui existait en 1945. Il prévoyait également d'accroître la part réservée au réseau de voirie urbaine (20 %) ; 7 % demeuraient à répartir entre espaces verts et terrains de jeu (pour 4,6 %), les zones industrielles et équipement ne représentant seulement que 14 ha (1,6 % du total). Les 0,6 % qui restaient (5 ha) concernaient le centre-ville ou centre commercial (A. Rajab, 1969, p. 22)9. Bien qu'il ait été fort critiqué, notamment en raison de la faible place qu'il réservait à l'équipement, il a représenté à notre avis une tentative non négligeable d'aménagement urbain, et surtout a incité les autorités locales à s'intéresser à une situation qui commençait à s'aggraver et qui exigeait d'agir avant qu'il ne fût trop tard. Malgré les controverses, on lui doit au moins une prise de conscience du problème de l'avenir de Homs.

25Entre 1945 et 1965 l'extension de la ville s'est poursuivie dans les mêmes directions que durant la phase précédente, avec plus d'ampleur vers le sud (cf. fig. 39), toujours voué à un habitat de type populaire, et vers l'ouest pour des habitants plus aisés. C'est l'époque des premières créations d'industries (1946 : la teinturerie et la raffinerie de sucre, toutes deux au nord de la ville ; 1957 : la raffinerie de pétrole à l'ouest). Elles ont favorisé l'exode rural, par ailleurs encouragé par la sécheresse dont nous avons déjà fait état. C'est donc au sud que s'est développé le quartier populaire d'al-Khodr et à l'est le nouveau quartier Job al-Jandali.

26On vit naître aussi une zone d'habitat collectif entre la route de Massiaf et l'axe principal venant de Hama : c'est le lotissement al-Massabeh, destiné à une population disposant de revenus moyens. Mais le phénomène important fut l'extension de la ville au delà de l'Oronte, tout en préservant les jardins ; c'est dans la région d'al-Wa'ar que s'est amorcée cette croissance satellite, avec la création des écoles militaires qui ont entraîné un habitat.

  • 10 Il existe un quartier au nord de la ville, créé après 1965 et qui porte le même nom.

27L'expansion vers l'ouest le long de la route de Tripoli a donné le quartier d'al-Fardos, situé au sud de cette route et destiné lui-aussi aux ménages à revenus moyens. Les quartiers aisés ont continué leur progression vers l'ouest tels al-Mahata et al-Qossour10 ou encore al Ghota. Alors que l'extension vers l'ouest investissait tous les terrains existant à l'est du canal d'irrigation (cf. fig. 39), se mit en place un quartier destiné aux réfugiés palestiniens (1948). situé au sud de la ville et à l'ouest de la route de Damas. En 1960, on comptait environ 5 250 Palestiniens à Homs. En définitif, cette phase de la croissance de Homs a été importante par son extension spatiale (880 ha au total), par un début de réglementation et par le souci de prévoir l'avenir, d'où le contrat d'étude confié en 1962 à la société grecque Doxiadis.

Fig. 39 — La croissance urbaine de Homs jusqu'en 1989
M. al-Dbiyai Sources : S.G.E.C.T. et vérifications personnelles, 1989.

  • 11 Nous avons constaté le même phénomène lors de notre contribution de géographe à un bureau d'étude u (...)
  • 12 Nous n'avons pu trouver ce rapport nulle part, bien que la mairie de Homs possède un service de doc (...)

28Le plan proposé et accepté par la mairie en 1964 énonçait des perspectives jusqu'à l'an 2000, avec une population prévue de 590 000 habitants occupant 4 460 ha, après absorption des localités péri-urbaines dans l'est, le nord-est et le sud. Le P.U.D. de 1964 ayant été remis en question très vite, il est inutile de s'apesantir sur lui ; son rejet découle du fait qu'il n'a pas pris en compte la capacité de réalisation de la mairie et qu'il n'a pas conservé les souks les plus importants de la ville. D'autre part, comme il n'a pas bien estimé les moyens financiers des citoyens, la mairie a trouvé indispensable de faire une modification radicale du projet (A. Rajab, 1969, p. 19). Ainsi, comme il n'est hélas pas rare en matière d'aménagement urbain, l'application du projet a été refusée d'emblée sans même probablement la lecture des observations et conseils contenus dans le rapport11. Sa disparition des archives de la mairie montre bien le peu de considération que lui portait le service technique de Homs12. En 1965, la mairie prépara un autre P.U.D. avec la collaboration, cette fois, d'un expert polonais, J. Kojynski. Celui-ci fut mis en œuvre dès 1966 ; c'est lui qui a influencé la dernière phase du développement de Homs.

1.1.4 – Après 1965 : accélération de l'expansion urbaine

29À partir de 1960, la population de la cité s'est accrue très rapidement selon un taux annuel de 4,7 % entre 1960 et 1970, puis de 4,4 % entre 1970 et 1981 (taux national : 3,34 %). Après 1965, l'exode rural et la main d'œuvre ont été à nouveau sollicités par l'agrandissement de la raffinerie de pétrole (1969) et la création du complexe d'engrais chimiques (en 1967 puis en 1979). À eux seuls, ces deux établissements emploient environ 5 000 personnes. La superficie bâtie, en conséquence, connut un grand dynamisme, sous la surveillance des autorités chargées d'appliquer le plan de 1967.

30La première phase de la mise en œuvre, entre 1966 et 1975, prévoyait une population de 290 000 habitants et une superficie totale de 2 440 ha. Les espaces nouvellement bâtis (1 560 ha) devaient réserver beaucoup plus de place pour les équipements publics et les quartiers d'activités économiques.

TABLEAU 65. Occupation du sol urbain telle que prévue au terme du plan en 1975 ; comparaison avec l'état en 1946

TABLEAU 65. Occupation du sol urbain telle que prévue au terme du plan en 1975 ; comparaison avec l'état en 1946

Source : A. Rajab, 1969, p. 22.

31On attendait une densité de 119 hab./ha contre 232 hab./ha en 1945. D'autre part, le plan visait à donner un large champ d'action aux autorités, la mairie devant procéder par lotissements. En 1965, la mairie orienta l'extension de l'habitat vers le sud et le sud-est en aménageant 45,4 ha lotis et vendus (avec crédit sur 6 ans) : 1 200 lots de 150 à 200 m2. Les nouveaux citadins, à revenus limités, furent en majorité d'ex-ruraux. Ainsi naquit le quartier d'Akramah, le long de la route de Damas, en face du camp palestinien.

32D'autre part, ce plan officialisa le franchissement de l'Oronte, avec l'aménagement du secteur d'al-Wa'ar (86 ha) sur lequel la mairie construisit 9 immeubles (140 logements) vendus aux employés de l'industrie (A. Atassi, 1969, p. 27). Actuellement, la zone d'al Wa'ar couvre environ 200 ha dont une grande partie est en voie de construction et destinée à l'habitat collectif. On estime qu'al-Wa'ar pourra abriter 10 000 logements. Le plan de 1966 a également favorisé l'extension vers le nord-est, en direction de Deir Baalbeh, situé sur la route de Salamieh (cf. fig. 40) : la mairie s'y est approprié 226,1 ha (A. Rajab, 1969, p. 22), là où l'habitat illicite préexistait, notamment sous la forme d'entreprises artisanales, ce que nous avons appelé "zone artisanale officieuse". Actuellement, le front de l'urbanisation a dépassé Deir Baalbeh.

33Bien que le plan ait mis l'accent sur un habitat de type "populaire", ce qui représente 48 % des zones résidentielles, on trouve aussi des secteurs prévus pour des villas (32 ha) dans le prolongement des "beaux" quartiers de l'ouest de la ville. Cela a renforcé la ségrégation des habitats. Toutefois, le plan optait aussi pour l'habitat collectif : 142,5 ha, répartis entre la zone d'al-Wa'ar, le nouveau quartier d'al-Qossour au nord de la ville et Ibn al-Walid (10 000 logements à terme) au sud de la ville. Les immeubles étaient censés être construits par des établissements publics ou des coopératives immobilières.

34L'innovation de cette phase de l'aménagement urbain fut la création d'une zone artisanale au nord de la ville, à gauche de la route de Hama, première tentative du genre en Syrie. La zone occupa au début, en 1968, 41 ha. Actuellement, elle couvre environ 80 ha. Le plan en proposait d'ailleurs une seconde au sud de la ville (cf. fig. 40) ; elle ne fut pas réalisée mais remplacée par un ensemble spontané, à cheval sur la route de Salamieh.

35Bien que rapide, l'extension de Homs depuis 1965 n'a pas atteint tous les objectifs fixés par le plan. Ce décalage a engendré alors la multiplication des constructions spontanées sur tous les terrains prévus pour des lotissements légaux à bâtir d'ici à l'an 2000. Nous estimons que les constructions illicites couvrent environ 1 000 ha et concernent 5 000 logements ou maisons, de type néo-traditionnel en majorité. On y trouve un petit nombre d'immeubles de 2 à 3 niveaux. Le phénomène s'accélère depuis le début des années 80 : l'habitat illicite s'est propagé autour de la ville de Homs, notamment vers l'est, le sud et le nord-est. Mal connu, il pose des problèmes aux services de la mairie, notamment en ce qui concerne l'alimentation en eau potable et en électricité, et la mise en place d'équipements de première nécessité. Le réseau de voirie qui avait été programmé ne se réalise que lentement et difficilement en raison des constructions qui occupent le terrain.

  • 13 La population de ces deux localités péri-urbaines est en majorité chrétienne.
  • 14 Ces données sont basées sur une enquête personnelle auprès des services techniques de la mairie et (...)

36L'expansion de Homs se heurte à l'existence des localités rurales proches : Baba Amr (sud-ouest) et Deir Baalbeh (nord-est) sont déjà investies, et la jonction est proche en ce qui concerne celles qui se trouvent à l'est, Zaidal et Fayrouzeh13 (cf. fig. 39) ; le plan envisageait bien la création d'une zone artisanale à proximité de Fayrouzeh pour la période 1975-1985, mais le terrain est déjà occupé, sans autorisation bien sûr. En 198914, la ville de Homs (officielle et non officielle) couvrait une superficie d'environ 4 200 ha, contre 2 870 prévus par le plan de 1966 et 4 460 pour l'an 2000. Le plan est d'ores et déjà caduc.

Fig. 40 — Plan d'aménagement de la ville de Homs jusqu'à l'an 2000

37L'erreur fut de sous-estimer le rythme de la progression démographique : en se basant sur un taux de 3 % l'an, on estimait à 390 000 les habitants en 1985. Or le taux réel (1970 à 1981) est de 4,4 % (cf. tableau 9), c'est-à-dire que la population de Homs pourrait bien atteindre 780 000 habitants en l'an 2000 au lieu des 590 000 prévus ! De fait, la superficie de la ville a été multipliée par 5 depuis 1965. En conséquence, la municipalité a décidé d'abandonner le P.U.D. de 1966 et de charger un bureau d'études public de l'élaboration d'un nouveau plan (1988). Celui-ci est actuellement en cours d'achèvement. Il devrait répondre à l'expansion de Homs jusqu'en 2010, date à laquelle elle compterait un million d'habitants.

1.2 – L'ÉVOLUTION DE HAMA : UNE VILLE ÉCLATÉE

  • 15 Nous nous basons, dans cette analyse, sur l'excellent rapport de Doxiadis réalisé en 1960, le rappo (...)

38A Hama, la poussée démographique n'a pas été aussi impétueuse. De 97 390 habitants en 1960, elle est passée à 137 421 habitants en 1970 ; le taux d'accroissement était de 3,5 % l'an. Depuis, celui-ci a régressé à 2,33 % (1970-1981), d'où il résulte que la population n'atteint que 177 208 habitants en 1981, soit environ la moitié de celle de Homs. Comme le développement économique y fut aussi moins précoce et moins rapide, Hama n'a pas connu les mêmes problèmes de croissance urbaine. Il est vrai que le site n'était pas favorable à une extension continue : le centre de la ville est situé à une centaine de mètres seulement du fleuve et est entouré de tous côtés par des collines aux pentes parfois sensibles. En conséquence, la ville s'est longtemps tenue près de l'eau, occupant les zones que les norias pouvaient alimenter en eau potable. Nous évoquerons les phases majeures de l'histoire urbaine de Hama15.

1.2.1 – Hama jusqu'en 1920 : sa transformation en ville-pont

39Pour les historiens, Hama serait plus ancienne que Homs. Son tell, sur la rive gauche de l'Oronte, aurait été fortifié dès le troisième millénaire. En 2200 av. J.-C, la ville passa sous la domination des Amorites, et vers 1300 av. J.-C. sous celle des Araméens. Son histoire ne diffère guère de celle de Homs durant cette période, comme durant l'époque hellénistique où la primauté revenait d'ailleurs à Apamée et où Hama s'appelait Epiphania, du nom de l'empereur séleucide Épiphanios (A. Zaqzouq, 1988, p. 4-5). Ce sont les Romains (64 av. J.-C.) qui contribuèrent à l'extension de la ville autour de son tell, en instaurant un système d'irrigation par norias. Cela attira les habitants de la région car l'agriculture intensive nécessitait de la main-d'œuvre (Doxiadis, 1960, p. 43). Le tremble ment de terre du xiie siècle a détruit une partie de la ville. C'est alors que furent édifiés les quartiers de Bab al-Jisr et ai-Médina (idem, p. 43 ; cf. fig. 41 B).

  • 16 Ce qui fait une altitude relative de 50 m par rapport à l'altitude du cours d'eau.

40Ainsi, à partir du xiie siècle, la croissance de Hama s'est effectuée par la juxtaposition de quartiers disjoints, ainsi que l'imposait la topographie : en partant à l'assaut des versants de l'Oronte pour prendre pied sur le plateau (300 m d'altitude)16, chaque quartier s'est entouré de ses propres remparts, le souk étant installé dans le quartier d'al-Médina.

Fig. 41 – L'évolution de Hama jusqu'en 1250
Source : Doxiadis. 1960.

  • 17 Cheizar fut célèbre dans l'Antiquité et au Moyen Âge (sa citadelle est en ruine actuellement). Elle (...)

41Jusqu'à l'arrivée des Ottomans (1516), la ville s'étendait à l'ouest du fleuve. La route d'Alep franchissait l'Oronte sur le pont de Cheizar17, à 25 km au nord-ouest de Hama. Ce n'est qu'en 1517 que les Ottomans construisirent le pont de Hama au nord du tell (le pont al Hawa). Grâce à lui et à la nouvelle route d'Alep, l'expansion de Hama se fit à l'est du fleuve : le quartier d'al-Jisr enjamba l'Oronte. C'est alors que s'est développé le quartier d'al-Hader, en partie peuplé par des nomades sédentarisés, d'où le nom de hadari ( citadins). Ce quartier possédait son propre souk, spécialisé dans les produits ovins et dans l'artisanat destiné aux bédouins.

42C'est donc au xviie siècle, approximativement, que naquit la dualité des centres commerciaux de Hama. En réalité, à notre avis, al-Hader était plus un faubourg qu'un quartier urbain, avec une population et une fonction distinctes. Cette séparation socio-économique se doublait d'une séparation géographique assurée par le talweg de l'Oronte. Ces deux parties de la ville se développèrent simultanément, quoique plus vite dans l'ouest et le sud, là où se trouvaient le souk principal et la classe dominante (cf. fig. 42). Les ponts ont favorisé le développement du quartier d'al-Hader ; en 1920, il en existait trois : al-Hawa au nord du tell, Bait al-Cheikh au centre et al-Saraya plus au sud.

43Un nombre considérable de norias alimentaient la ville en eau potable et irriguaient les "jardins" de Hama. A cette date, la ville couvrait une superficie d'environ 200 ha. Elle abritait une population légèrement supérieure à celle de Homs (60 000 contre 50 000 habitants, cf. tableau 34). La densité est difficile à évaluer car le quartier oriental (al-Hader) se caractérisait par un habitat desserré, du fait qu'une partie des constructions était destinée aux troupeaux d'ovins. Ce type d'habitat occupait l'est d'al-Hader, tandis qu'à l'ouest et au sud s'en élevait un dense, similaire à celui des quartiers qui se trouvaient sur la rive gauche et qui ne différait en rien de celui que nous trouvons dans les médinas de Homs ou des autres villes syriennes.

44Dans le même temps, les relations entre Hama et sa région s'améliorèrent, notamment avec la partie orientale rendue accessible par deux routes principales : la route de Salamieh et la route d'al-Hamra (cf. fig. 42). Hama a bénéficié enfin du passage de la voie ferrée (à l'ouest de la ville), vers 1906, renforçant de ce fait son rôle d'étape principale sur l'axe Damas-Alep.

1.2.2 – 1920-1941 : une lente croissance

45La croissance de la ville de Hama pendant toute la période du Mandat français s'est opérée au ralenti. Le commerce, et surtout l'artisanat, ont souffert d'une certaine décadence (cf. chapitre IV, 2). La ville vivait essentiellement de la rente foncière grâce aux grandes propriétés détenues par des Hamaouis ("les féodaux de Hama"). S'y ajoutaient les bénéfices tirés du commerce avec le monde des pasteurs. La croissance démographique demeura modeste : en 1940, la ville n'atteignait que 64 000 habitants (Doxiadis, 1960, p. 214).

Fig. 42 – Hama en 1920
Source : Doxiadis. 1960.

46Les autorités mandataires n'ont pas cherché à renforcer le rôle de Hama. Elles n'y voyaient qu'un centre de collecte de matières premières agricoles, comme le coton. De leur côté, les grands propriétaires résidant à Hama n'aspiraient à rien d'autre, malgré cette croissance classique. Toutefois, on vit s'installer des administrations associées à la fonction de chef-lieu de mohafaza, d'où l'édification d'un centre ville moderne à l'ouest et à proximité du centre ancien. Les constructions qui datent de cette période se caractérisent par une architecture nouvelle, souvent à plusieurs niveaux, avec pour le centre-ville "moderne" l'affectation des rez-de-chaussée aux locaux commerciaux et de services.

47La progression spatiale de la ville se fit surtout vers l'ouest et le sud. Sur les 60 ha ainsi gagnés (1920-1941), 8 ha seulement étaient situés au nord-est, c'est-à-dire sur la rive droite : cela correspond au quartier de Chamaliyeh (cf. fig. 43). Il y eut également une extension des quartiers de la classe aisée (grands commerçants et propriétaires absentéistes) vers le sud - est. Ainsi naquirent les quartiers d'al-Aleliat et al-Charia'a dont l'architecture est de type européen. En 1940 fut établi le premier plan d'aménagement urbain. À l'instar de celui de Homs, l'accent y était mis sur les zones résidentielles :

  • deux au nord de la ville prévues pour des constructions moyennes ; elles devaient rééquilibrer une évolution qui, jusqu'en 1940, avait profité plus à la rive gauche qu'à la rive droite ;

  • une zone destinée à l'habitat aisé (villas) à l'est de la ville (et au sud du fleuve), amorce du futur quartier d'al-Charia'a ;

  • un prolongement de l'extension urbaine vers le sud-ouest, sous la forme d'une bande étroite au long de la route de Kafr Buhum (l'ancienne route de Homs).

  • 18 Nous n'avons pas pu trouver de traces de ce plan sauf dans une carte accrochée au mur de la mairie (...)

48Au total, une superficie d'environ 150 ha était concernée. L'extension de la ville entre 1940 et 1959 s'est relativement bien conformée au plan d'aménagement, au moins dans ses grandes lignes18, malgré une révision en 1949. En somme, pendant la période 1920-1940, on avait essayé de boucher les trous qui résultaient de la phase précédente afin d'aboutir à une continuité spatiale (cf. fig. 43). Seuls deux petits îlots (le prolongement de l'est et un autre au sud de la ville) faisaient exception à cette règle.

1.2.3 – 1941-1959 : une expansion tentaculaire

49Entre 1941 et 1959, le développement de Hama a obéi aux directives du plan de 1940 et aux rectificatifs apportés par la municipalité en 1949. Les constructions ont été réparties sur tout l'espace urbain réservé, ce qui a donné à la ville l'aspect d'une ville éclatée (cf. fig. 43). La plupart des nouvelles zones résidentielles se sont greffées sur les axes routiers principaux : routes d'Alep, du Ghab, de Kafr Buhum, d'al-Hamra et de Homs. Les plus importantes de ces constructions ont concerné les routes d'Alep et de Kafr Buhum.

50On a pu s'éloigner du cœur de la ville, et donc de l'Oronte, grâce à la mise en place d'un réseau de distribution d'eau potable en 1949 (cf. A. Moussa, 1985, p. 236). Ainsi observe-t on (fig. 43) l'extension importante du quartier d'al-Charia'a vers l'est, sur le plateau, encore que l'habitat y soit demeuré très dispersé jusqu'en 1960. La progression le long de l'actuelle route de Homs a été moins forte en raison de la pente assez raide et de la présence de cimetières. Il faut rappeler que la route de Homs empruntait jusqu'en 1930 celle actuelle de Kafr Buhum, qui menait aussi à Tripoli. C'est pour cette raison que les deux khans principaux de Hama se trouvaient, en 1920, sur le flanc sud-ouest à la jonction de la ville et de la route.

51L'accroissement de la surface urbanisée fut de l'ordre de 390 ha, portant le total à 650 ha en 1960, soit une densité de 150 hab./ha, sans grande différence par rapport à Homs en 1960. Hama a conservé la dualité du centre : le centre commercial rural (Souk al-Hader) et le centre principal commercial et administratif (le souk). Enfin, l'extension vers l'ouest a été freinée pendant cette phase par le tracé de la ligne du chemin de fer et l'installation de la gare (cf. fig. 43). Dans l'ensemble, jusqu'en 1959, le développement de Hama n'a pas suscité beaucoup de problèmes aux autorités locales. Certes, l'obstacle de la voie ferrée prêtait à contestation, mais il présentait l'avantage de préserver les riches terres agricoles de l'ouest de l'invasion urbaine.

Fig. 43 — Évolution de l'emprise urbaine de Hama jusqu'en 1989
Source : Doxiadis (1960), S.G.E.C.T. (1986), mairie de Hama et vérifications personnelles (1989).

52Toutefois, le mode tentaculaire adopté par la croissance de la ville a engendré des difficultés considérables en ce qui concerne le réseau de la voirie, la distribution de l'eau potable, les égoûts et autres services urbains (électricité, téléphone, transports intra urbains...) C'est ce qui incita, en 1959, la municipalité à faire appel à la société Doxiadis afin d'élaborer un plan d'aménagement. Hama a vu s'installer à ce moment-là aussi un camp pour les réfugiés palestiniens, au nord du tell, sur la rive droite. Ce camp abritait déjà environ 1 700 personnes en 1960. Ce n'est que vers la fin de cette période qu'apparut, au nord de la ville, un habitat illicite d'une très faible importance.

1.2.4 – Depuis 1959 : la ville se rassemble

53En 1960, Hama compte 137 400 habitants et la Syrie entame une phase d'industrialisation : Hama hérite, de ce fait, d'une fabrique de porcelaine (en 1959 ; cf. chapitre IV, 2). Ces divers facteurs, intervenant dans une ambiance de compétition incessante entre Hama et Homs, ont poussé les autorités locales à vouloir faire de leur ville une ville importante et bien organisée. Cette tâche fut confiée à la société Doxiadis qui élabora un plan d'aménagement urbain adopté en 1961. Ce P.U.D. se proposait d'organiser l'avenir de la ville jusqu'en 1984, avec 1 790 ha supplémentaires portant l'emprise totale à 2 440 ha, pour loger une population estimée à 200 000 habitants en 1984, soit une densité de 81 hab./ha densité sensiblement moins élevée que celle prévue pour Homs en 1966 (119 hab./ha ; cf. P.U.D. de Homs de 1966). Il est évident aujourd'hui que le pronostic démographique s'est révélé plus fiable pour Hama ( 177 200 hab. en 1981) que pour Homs.

54Le P.U.D. de 1960 concevait un schéma urbain sur un plan en damier, avec orientation de la croissance vers l'est et le sud, et déplacement de la voie ferrée plus à l'ouest, pour donner une forme géométrique au tissu urbain sur la rive gauche, sans toutefois empiéter trop sur les terres agricoles. Il proposait la construction d'une route de contournement à l'est de la ville pour remplacer l'axe Homs-Alep qui traverse la ville (cf. fig. 43). On constate que le plan insistait sur deux éléments principaux relatifs aux activités urbaines, le premier étant la continuité du développement de l'artisanat le long des rues principales : la rue d'Alep, le prolongement de la rue al-Marabet vers l'ouest, et la rue Ali Ibn Abi Taleb dans le quartier al-Hader (dans la partie nord-est de la ville).

55L'autre élément important, propre à Hama, concernait la zone d'activité ovine (élevage et commercialisation des produits). Le plan officialise donc ce phénomène préexistant et suggère la création d'une zone d'étables au nord-est de la ville (cf. fig. 44). Il met l'accent sur le rôle du centre-ville et son prolongement le long de la route de Homs. Mais les points faibles sont nombreux ; on trouve ainsi la réservation d'une zone pour "industries non nuisantes" à l'ouest de la ville : la définition d'une "industrie non nuisante" est imprécise, de sorte que les industries polluantes pourraient ne pas y être interdites. Inversement, les "industries nuisantes" sont cantonnées à l'est de la ville, mais en fait au contact même des zones d'habitation. Or on peut légitimement prévoir la poursuite de l'expansion urbaine au delà de 1984 ! Le plan de voirie urbaine, tracé à angles droits, n'a pas été apprécié par les autorités locales. Le projet initial ne parut pas réalisable tel quel ; il attendait d'être remanié ou remplacé par une autre. Pendant ce temps, la ville a continué à se développer d'une façon "semi-spontanée", les responsables municipaux se basant partiellement sur le P.U.D. de Doxiadis.

Fig. 44 — Plan d'aménagement de la ville de Hama jusqu'en 1984
Source : Doxiadis, 1960.

56Si l'on compare le plan à l'état actuel de la ville, on constate que celle-ci s'est étendue vers le sud et le nord-est, bouchant les vides qui existaient en 1959. Par contre, le projet de création d'un centre "civique" (c'est-à-dire d'un quartier réservé aux activités commerciales et de services), en face de la pépinière, sur la route de Homs (cf. fig. 44), a été remplacé par les usines de filature (1969) et celles de la Société générale de la laine. Toutefois, la zone d'habitat située à l'est de cette parcelle a bien été construite en habitats de type collectif.

  • 19 F. Mgharbel a été, en 1968, le directeur du service technique à la mairie de Hama.
  • 20 D'après les responsables techniques de la mairie de Hama.

57La mairie de Hama justifie la non-application du P.U.D. par le manque de moyens financiers (F. Mgharbel, 1969, p. 28). Mais cet auteur19 estimait essentiels les aménagements proposés. Ainsi a été réalisé l'élargissement de la route qui traverse la ville en direction d'Alep. Il a nécessité la démolition de 300 bâtiments, parmi lesquels des anciens khans, des maisons traditionnelles et des locaux artisanaux (idem, p. 30), alors que Doxiadis insistait sur le rôle artisanal de cet axe ! Quant à la zone destinée à l'activité ovine, le principe en a été gardé mais la zone a été construite plus loin, à l'est de la déviation actuelle, pour l'éloigner des quartiers résidentiels. C'était la volonté des citadins que de repousser loin de leur ville ce type d'activité liée à une population d'origine rurale ou bédouine. Le plan a été beaucoup critiqué par les aménageurs locaux car riche en lacunes ; il lui manque, par exemple, des terrains de sport, des terrains de jeux pour les enfants et des parkings20.

58Néanmoins, Hama se caractérise par un certain effort d'aménagement destiné à faire d'elle une grande ville attractive pour ceux qui y travaillent ou qui sont intéressés par ses activités commerciales, ainsi que pour les touristes, car elle détient l'avantage d'être traversée par l'Oronte : ses norias et ses jardins ont été préservés comme espaces verts et plusieurs installations touristiques ont été créées tels les restaurants ou la piscine. La progression vers le sud (sous forme d'habitats collectifs) et vers le nord est très importante : la banlieue d'Abou al-Fida'a est en pleine construction afin de proposer 5 000 logements. Vers le nord-est, il s'agit d'un habitat moins dense constitué d'immeubles à 3 ou 4 niveaux, et dont l'édification a été assurée par le secteur privé.

59Là où le plan de Doxiadis prévoyait d'installer les "industries non nuisantes", il existe un projet pour la construction d'une autre banlieue (la banlieue al-Ba'ath : 3 000 logements), facilité par le déplacement du chemin de fer vers l'ouest. Une extension importante a été effectuée dans l'est, avec la création d'une zone artisanale d'une superficie de 74 ha (extension prévue : 40 ha). La première tranche a été réalisée (cf. chapitre IV, 2-1). Le mouvement de construction a été très actif à Hama après la crise de 1982. La ville a bénéficié d'aides financières très importantes de la part de l'État. En conséquence, il n'y a pas de crise de logement contrairement aux autres villes syriennes. Actuellement la ville couvre une superficie d'environ 3 100 ha et rassemble 225 000 habitants, soit une densité de 70 hab./ha, ce qui est de beaucoup inférieur à celle prévue par Doxiadis (81 hab./ha).

  • 21 Il est intéressant de lire le commentaire qui a été fait, au colloque des ingénieurs de Hama (tenu (...)

60Il semble que les efforts des autorités locales n'ont pas réussi à mettre en œuvre « un urbanisme qui lui donne l'infrastructure, les routes, les équipements hôteliers et touristiques, les lieux publics et de loisirs qui correspondent à son rang. Elle doit devenir une métropole moderne et son centre historique, meurtri et mutilé, doit être aménagé en ce sens » (F. Métrai, 1989, p. 334)21

61Or, malgré la construction de vastes zones résidentielles, la création d'une rocade de contournement qui évite, pour aller à Alep ou à Homs, de passer par le centre-ville, et les efforts pour attirer les industries d'État et des établissements importants, comme les deux facultés rattachées à l'université de Homs (Faculté des sciences vétérinaires et Faculté d'odontologie), l'attractivité de la ville reste faible comparée à celle de Homs. C'est un des reproches faits au plan Doxiadis que de ne pas avoir suffisamment insisté sur le rôle régional de la ville.

  • 22 C'est la première Ibis qu'une organisation publique se lance dans ce domaine, et l'expérience manqu (...)

62Finalement, la municipalité de Hama a chargé, en 1984, la Société générale syrienne d'études et consultations techniques (S.G.E.C.T.)22 d'élaborer un nouveau plan d'aménagement urbain. Le premier rapport (1986) a procédé à l'analyse de l'ensemble de la région centrale, quoique d'une façon très incomplète. Ce plan, en cours de rédaction, a comme horizon l'an 2010. Actuellement, Hama n'apparaît pas comme une ville confrontée à la crise du logement, comme Damas, Alep et Homs. Mais autant que celles-ci, elle manque de perspectives d'emplois, d'autant que l'industrialisation pilotée par le secteur public y est gelée depuis 1980 et que le secteur privé à Hama ne possède pas le dynamisme de celui de Homs.

63La compétition devient difficile pour Hama. La modicité de l'habitat illicite, comparé à celui de Homs, est un indicateur. Les services de la mairie estiment le nombre des constructions illégales à 1 400 maisons qui occupent seulement 20 ha environ (Homs : 1 000 ha).

2 – LES TRANSFORMATIONS DE LA MORPHOLOGIE URBAINE

64L'explosion urbaine que les deux villes ont connue, notamment à partir des années 80, a étendu leur emprise spatiale, les poussant hors de leurs limites pour absorber des faubourgs et des villages suburbains. Se trouvent ainsi mélangés des habitats de types variés, de la ville basse aux grandes tours, en passant par des ensembles de villas et la néo médina.

65L'ancien centre commercial (souk) est concurrencé par des rues commerçantes aux vitrines illuminées, qui proposent des produits tant locaux qu'importés. On rencontre aussi bien la ruelle artisanale traditionnelle que la zone de regroupement artisanal, sans compter les grands terrains occupés par des usines dont les cheminées s'élèvent plus haut que les minarets, lesquels seuls, jadis, annonçaient la présence de la ville et rassuraient le voyageur sur le terme de son voyage ou sur l'étape que protégeait l'un des khans de la ville. Actuellement, la morphologie urbaine se présente comme un puzzle où se juxtaposent et interfèrent plusieurs styles et fonctions, selon la nature et les moyens des promoteurs. Ceux-ci sont soit privés, soit publics, et la disparité des moyens engendre une ségrégation spatiale qui matérialise une ségrégation sociale.

66Les divisions spatiales peuvent être tranchées, c'est le cas avec les quartiers des classes aisées et ceux des classes pauvres, plus discrètes lorsque l'on trouve plusieurs types d'habitat dans un même quartier. Les plans d'aménagement urbain, inégalement appliqués, ont favorisé le processus de ségrégation auquel conduit la spéculation foncière. Cette dernière a finalement engendré l'habitat illicite sur des terrains hors plan, d'autant plus facilement que les terrains en ville et aux alentours ("jardins") ont été régis depuis la conquête musulmane et considérés comme propriétés privées (terres "mulk").

  • 23 Depuis 1984, la S.G.E.C.T. prend en charge les études urbaines en Syrie. Par ailleurs, quand le coû (...)

67À partir de 1950, les plans directeurs se sont proposés de guider l'intervention de l'État dans nos deux villes. J. Hannoyer (1982, p. 332) a observé le même phénomène à propos de Deir ez-Zor : « Jusqu'à cette époque (1960), les villes constituaient des centres plus ou moins autonomes, plus ou moins rivaux aussi, qui détenaient en tant que tels l'essentiel de ce pouvoir que l'État leur dispute aujourd'hui. » Cette conquête du pouvoir de l'État sur les villes est presque totale dans la mesure où les P.U.D. sont élaborés par des bureaux d'études publics23.

68Les morphologies urbaines de Homs et de Hama ne sont guère différentes, sauf en ce qui concerne le développement de certaines fonctions. La centralité est plus affirmée à Homs qu'à Hama, caractérisée par une nette dualité des centres commerciaux. Toutefois, l'expansion urbaine plus poussée de Homs y a engendré une floraison de centres commerciaux secondaires. D'autre part, l'habitat illicite a pris à Homs une ampleur inconnue à Hama et témoigne parfaitement de son attractivité.

2.1 – HOMS, UNE CENTRALITÉ AFFIRMÉE AU CŒUR D'UNE MOSAÏQUE URBAINE

69La médina de Homs constitue à elle seule la ville jusqu'en 1920. Mais 70 ans plus tard, elle ne représente qu'une petite partie du vaste espace urbain de Homs.

2.1.1 – La médina, un centre intégré

70Elle possède une forme rectangulaire d'environ 850 m sur 1 400 m, soit à peu près 120 ha ce qui représente aujourd'hui 2,8 % de l'emprise urbaine. Son organisation spatiale est calquée sur celle de la médina arabo-musulmane classique (cf. fig. 45) : de nombreuses ruelles et impasses, étroites et sinueuses, confèrent au réseau de la voirie une forme arborescente dont quelques rues principales un peu plus larges aboutissent aux portes du rempart.

71C'est notamment le cas des rues Abou al-Houl et Abou al-Aouf qui relient le souk (bazar) aux portes ouvertes sur la route de Damas (Bab al-Draib et Bab al-Sba'a). L'habitat y présente des traits bien connus qui caractérisent la plupart des médinas dans le monde arabe. Il s'agit d'un habitat introverti qui s'ouvre sur une cour intérieure, cadre de la vie familiale et intime, avec un accès à la terrasse permettant une liaison directe entre maisons voisines.

72L'organisation de la vie économique y est toutefois différente du schéma classique de la ville arabe qui structure l'espace de manière radiocentrique à partir d'une grande mosquée située au centre, elle-même entourée par le centre commercial (bazar) : il y a imbrication entre la vie économique et la vie religieuse, d'où résulte « la trilogie des fonctions de la médina : religieuse, politique et économique » (C. Chaline, p. 140).

  • 24 On suppose que la grande mosquée a été édifiée sur les ruines d'un temple romain, lui-même transfor (...)
  • 25 L'époque ayyoubide : 1164 à 1262 ; l'époque mamelouke : 1262 à 1516.

73À Homs, la grande mosquée (mosquée al-Nouri)24 se trouve à proximité de Bab al Souk, au nord. Au sud de la grande mosquée s'étend le centre commercial et artisanal constitué de rues spécialisées : rue des tissus, rue des bijoutiers (sagha), rue des produits ruraux, ou rue des forgerons, rue du cuivre, rue des farawi (manteaux en peaux de mouton). La plupart sont couvertes en dôme. Au nord de la grande mosquée, se trouvent les principaux khans (trois), et plus au nord la mosquée Khaled Ibn al-Walid qui a hérité, en 1920, de la fonction de grande mosquée après avoir été reconstruite. Notons ici que la presque totalité des bâtiments de la médina de Homs remontent aux époques ayyoubide et mamelouke25. Les Ottomans n'ont ajouté que des éléments décoratifs, comme dans la plupart des villes arabes sous domination ottomane (A. Raymond, 1985, p. 311). La localisation du bazar à la lisière septentrionale de la médina a facilité sa survie et son intégration dans le centre commercial moderne de Homs.

Fig 45 — La médina de Homs

74L'organisation de l'espace est donc spécifique et différente de celle de Damas et Alep. Elle assurait une séparation claire entre les quartiers résidentiels et le secteur des activités économiques fréquenté aussi bien par les citadins que par les habitants des environs ou ceux qui faisaient étape dans les khans. Cela explique l'emplacement de la grande mosquée qui offrait ses services aux deux mondes, intérieur et extérieur. La médina renferme plusieurs lieux de culte destinés à sa propre population : des mosquées pour les musulmans, et des églises (4) pour les chrétiens dans le quartier nord-ouest où se rassemble la grande majorité des chrétiens de Homs (cf. fig. 45). S'il est facile de distinguer l'église de la mosquée, ce n'est pas le cas pour les habitations qui sont tout à fait identiques intérieurement comme extérieurement.

75La structure labyrinthique du réseau de la voirie des médinas donne une impression de désordre. Plusieurs explications ont été proposées :

  • le souci de la sécurité car cette structure complique l'entrée des ennemis dans la ville et les oblige à se diviser en petits groupes ;

  • la protection de l'intimité de la vie familiale ;

  • le climat car il convient de briser la force du vent et d'assurer un maximum d'ombre ; de ce fait, à Homs. les rues principales sont sur l'axe nord-sud, alors que le vent souille de l'ouest.

  • 26 Koufa, fondée en 638, ne fut d'abord qu'une simple agglomération de huttes en roseaux. Ce n'est qu' (...)

76Il est certain que l'étroitesse des rues resserre les relations entre les familles qui font partie d'une même communauté. L'uniformité des façades des maisons interdit de distinguer de l'extérieur celles des riches et celles des citadins plus modestes, ce qui correspond au vœu égalitaire de la société musulmane. Les riches évitaient ainsi de montrer leur fortune de façon ostentatoire, comme c'est le cas actuellement. C'était seulement à l'intérieur que le propriétaire se permettait d'étaler le luxe : mosaïques, fontaines, meubles précieux, etc. En cela par ailleurs la médina de Homs ne déroge pas aux "règles" de fondation et d'édification de la ville arabo-musulmane. Selon Ibn Khaldoun (1402), la question de l'espace architectural et urbain se pose d'abord en termes de rapports entre les individus : lorsqu'il faut rebâtir Koufa26 se pose le problème du type de construction à adopter ; l'ordre sera donné de construire des maisons qui ne distinguent pas les habitants les uns des autres : « Pour des raisons religieuses, également, ils [les habitants de Koufa] ne devaient pas élever des demeure fastueuses ou dépenser trop d'argent en immeubles sans motif. Quand ils demandèrent à 'Omar la permission de rebâtir en pierre la ville de Koufa, dont les murs en roseaux venaient d'être détruits par un incendie, il leur répondit : "Faites, mais attention aucune maison n'aura plus de trois pièces. Pas de compétition dans le bâtiment. Conformez-vous à la Sunna et vous garderez le pouvoir." Telles furent ses conditions. Il ajouta : "Ne bâtissez rien de démesuré (fawq al-qadr)." Interrogé sur la « mesure » (qadr), il la définit comme "ce qui vous empêche de tomber dans la prodigalité et de sortir du juste milieu." » (Ibn Khaldoun, 1402, p. 742)

  • 27 Ce matériau de construction est à l'origine du surnom de Homs, "la ville aux pierres noires (Om al- (...)

77A notre avis, la médina était une organisation préconçue et qui n'avait rien de spontané. On se souvient, en effet, qu'il existait dans la région, avant l'édification de la ville arabe, une ville romano-byzantine bâtie sur un réseau de voies rectangulaires autour de deux axes perpendiculaires et du temple. La question demeure de savoir pourquoi les vainqueurs n'ont pas perpétué ce mode d'organisation qui aurait évité le "désordre" de la ville arabe ? La médina de Homs est originale parce que ses bâtiments sont construits en mœllons basal tiques taillés, extraits de la coulée d'al-Wa'ar27. On a aussi réemployé les pierres du rempart dont il ne reste aujourd'hui aucune trace (côté Bab Tadmor).

  • 28 La quantification du logement est impossible à faire car la médina n'est pas considérée comme un qu (...)

78La médina regroupe 14.5 % de la population de Homs, soit environ 50 000 habitants en 1981. La densité atteint 416 hab./ha en raison d'une occupation de l'espace à 90 % : il n'y a pas d'espaces libres. Nous estimons que le taux d'occupation des logements avoisine 7 hab./logt.28 Actuellement, on assiste à un effort de rénovation spontanée : des immeubles remplacent les anciennes habitations et les hammams qui ne fonctionnent plus... Toutefois, beaucoup de maisons sont dans un état de dégradation importante, surtout celles qui ont été abandonnées aux néo-citadins leurs anciens occupants étant partis vers les quartiers "modernes".

79La municipalité a commencé à s'intéresser à l'aménagement de la médina. Elle a passé un contrat avec la S.G.E.C.T. L'étude est en cours. Nous avons relevé deux éléments intéressants dans le rapport préliminaire :

  • d'abord, l'étude couvre toute la partie centrale de la ville de Homs et pas seulement la médina, afin de l'intégrer plus intimement notamment par le remodelage du réseau de voirie ;

  • elle se penche aussi sur la conservation et la restauration des bâtiments historiques.

80Le rapport préliminaire dit : « il faut trouver des solutions pour le tissu urbain de la vieille ville, surtout après l'introduction de l'automobile et d'un système moderne de circulation, en conservant cet ancien tissu », S.G.E.C.T., 1989, p. 69.

81L'état du réseau de voirie est en effet un obstacle à la pénétration de la circulation automobile. Quant à la conservation du patrimoine architectural, elle est rendue relativement aisée par le fait que presque tous les bâtiments sont en pierres taillées, situation très différente de celle des médinas de Damas ou d'Alep où le pisé et le bois dominent.

  • 29 Dans son introduction au fascicule n° 10 d'URBAMA, 1982 (voir bibliographie).

82On peut s'interroger sur le but de ce réaménagement de la médina. Il semble que ce soit moins dans l'intérêt des habitants actuels, souvent démunis, que pour donner un coup de pouce à la fréquentation touristique. C'est d'ailleurs le cas dans la plupart des médinas arabes où l'on assiste à leur valorisation ou à leur récupération, comme le constate J.-F. Troin : « Cet espace urbain, refusé par des nationaux nantis et comme tel socialement marginalisé est aujourd'hui l'objet d'une récupération qui le fait reconnaître à l'étranger comme patrimoine à sauvegarder. »29

2.1.2 – Les nouveaux quartiers, ségrégation spatiale et ségrégation sociale

83Homs est maintenant très étendue (environ 4 200 ha). Sa diversité morphologique est fortement conditionnée par la question foncière et celle relative aux promoteurs. La terre urbaine est propriété privée (mulk). Plus on s'éloigne du centre et plus le prix des terrains baisse. Mais à la variable de l'éloignement se rajoute l'appréciation de la fertilité du sol : les terrains situés à l'ouest de la médina ont toujours valu plus cher que ceux de l'est, parce que suffisamment proches du fleuve pour bénéficier de l'irrigation. Il existe également une différence de prix entre les terres au nord de la ville et celles au sud. La spéculation a subtilement joué de ces variables, ce qui a entraîné la diversité des types d'habitat urbains nouvellement construits. Ainsi, à l'ouest, entre la ville et les "jardins" s'est implanté un habitat aisé ou de type européen caractéristique des villes syriennes à l'époque du Mandat et à partir des années 50 (cf. fig. 46).

84L'autre aspect de la question réside dans l'origine privée ou publique des promoteurs agents de la croissance urbaine. Il existe même des promoteurs semi-publics : des coopératives immobilières (CI.) que l'État contrôle par le biais du Ministère de l'Habitat et des différentes lois relatives au système coopératif. Ces coopératives ne concernent généralement que les fonctionnaires (coopérative immobilière des instituteurs, C I. des ingénieurs, C I. des fonctionnaires de tel ou tel ministère, etc.) ou certaines professions libérales. Cependant, ces coopératives ne sont pas très regardantes quant à leurs adhérents, de sorte qu'on y trouve souvent un mélange extraordinaire de toutes les catégories socio professionnelles. Elles sont une opportunité formidable pour la spéculation foncière, surtout dans les villes qui souffrent de la crise du logement : c'est le cas de Homs.

85Le secteur public participe au processus de l'urbanisation, mais d'une manière limitée depuis les années 80, en raison de la modicité de ses moyens. Dans les années 60, l'État expropriait les terrains urbanisables et, après viabilisation, les vendait par lots au public, à des prix relativement bon marché et à crédit (cf. V 1.1, "le film de la croissance de Homs"). Dans les années 70, on assista à la multiplication des constructions, décidées par le secteur public et réalisées par différents établissements militaires ou civils. Après la guerre d'octobre 1973 et grâce à une certaine prospérité économique, ce développement a atteint un maximum entre 1974 et 1982.

86Homs se définit par un habitat de type individuel, appelé dans les services techniques des mairies : "habitat populaire". On y distingue l'ancien et le récent. Pour établir la carte (fig. 46), nous avons adopté cette classification. On y observe bien la position de ces deux types d'habitat ; l'ancien, édifié entre 1918 et 1946, se trouve dans les premiers quartiers de la ville extra-muros. Outre la médina, ce sont Khaldiyeh, Hamidiyeh, Joret al-Chiah, Bab al Sba'a, al-Khodr, Karm al-Chami et Job al-Jandali. Les maisons y ont été construites les unes contre les autres, de part et d'autre des rues. Elles possèdent un rez-de-chaussée destiné au commerce, aux services ou à l'artisanat. C'est le cœur commercial de Homs, notamment avec les trois premiers quartiers cités (Khaldiyeh, Hamidiyeh et Joret al-Chiah). Les bâtiments sont petits mais, derrière la façade sur rue, il existe un fouillis de maisons en terre, ce qu'on peut baptiser "néo-médina" car cela ressemble beaucoup à l'habitat ancien de la médina, sauf que le plan est ici en damier.

87Dans le quartier de Bab al-Sba'a, au sud de la médina, « les rues courtes et étroites se greffent sur trois perpendiculaires et encadrent avec une triste monotonie des simples "pâtés" de béton ! » (D. Homsi, 1977, p. 41).

  • 30 Toutes les données relatives à la population dans ce paragraphe se basent sur le recensement de 198 (...)

88Mais, dans les quartiers de l'ouest et surtout ceux du nord (Joret al-Chiah), les constructions sont mieux agencées. On retrouve des maisons en mœllons de basalte, à un ou plusieurs étages, qui ouvrent directement sur la rue. Le nombre d'étages dépasse rarement trois. Dans la plupart des quartiers appartenant à cette classe d'habitat populaire ancien, le taux d'occupation par logement (T.O.L.) avoisine 7 habitants/logement30, sauf dans le quartier Hamidiyeh où cette densité descend à 5 et même à 4, ce qui s'explique par la présence de la communauté chrétienne, caratérisée par des familles moins nombreuses (5 personnes) que le module moyen homsiote (6,2 personnes par famille). Inversement, dans le quartier de Karm al-Chami, à l'ouest de la citadelle, la taille des familles est de 7,7 personnes, ce qui engendre un taux d'occupation de 7,6 hab./logt.

Fig. 46 — Utilisation de l'espace urbain à Homs en 1989

89Là où domine l'habitat populaire récent (cf. fig. 46), les bâtisses sont en général modestes et bâties en parpaings, surtout dans le sud (Akramah) ou le nord-est (Bayadah). Il n'y a qu'un seul niveau mais les piliers s'élèvent plus haut, phénomène qui retient l'attention. L'explication est simple : lors de la mise en chantier d'une maison, on s'efforce de tirer avantage de la disponibilité momentanée du fer à béton (poutres et terrasses) car celui-ci vient du Liban, en contrebande, et l'approvisionnement n'est pas assuré en permanence. La proximité du Liban (40 km) n'est pas un facteur à négliger dans la rapide croissance urbaine de Homs. Ces maisons sont très semblables les unes aux autres et souvent occupées par des néo-citadins qui ont tendance à se regrouper selon leur origine régionale, tribale ou communautaire : elles se distribuent dans les mailles d'une voirie "en échelle" et s'ouvrent directe ment sur la rue. On trouve ici et là quelques points de vente.

90Actuellement, l'est de ces quartiers ainsi que le quartier de Zahra, sont traversés par une rocade qu'il a été difficile de réaliser parce qu'elle passe dans un secteur d'habitats illicites. Il a donc fallu procéder à la destruction d'un certain nombre d'habitations. Simultanément, l'habitat populaire récent s'est implanté autour des localités suburbaines ou dans les faubourgs (Deir Baalbeh au nord-est, Baba Amr au sud-ouest) et même sur la rive gauche dans le secteur d'al-Wa'ar, autrement dit partout où les terrains sont bon marché. C'est le paysage type que l'on rencontre dans les zones construites illégalement : terrains hors-plan, ou mise en réserve foncière comme celles destinées aux espaces verts, marge de sécurité le long de la voie ferrée et la presque totalité des terrains de l'est de Homs réservée à l'urbanisation entre 1985 et 2000. L'habitat illicite à Homs est très important ; il occupe une superficie voisine de 1 000 ha (cf. fig. 46).

91Dans l'ensemble, l'habitat populaire récent se caractérise par un T.O.L. assez élevé : 7,1 dans le quartier de Bayadah, 7,2 à Zahra, 6,9 à Akramah, 7,7 à Baba Amr. Il atteint même 9,6 à Deir Baalbeh. Cela correspond aux dimensions des familles (7 personnes en moyenne).

92Par contre, à l'ouest de la ville, entre la médina et les "jardins" de Homs, et jusqu'au sud de la route de Tripoli, sont regroupés villas et immeubles de qualité, jardins et places. C'est là que sont installés les membres de la classe aisée (les commerçants riches, les cadres supérieurs et les industriels). Il n'y a plus de ségrégation à base communautaire et le T.O.L. s'abaisse à 5,3 à al-Mahata, 5,8 à al-Fardos, 6 à al-Ghota et 5,8 à Beghtassiyeh, conformément à la taille des familles.

93L'habitat collectif se développe quant à lui à la périphérie de la ville, notamment au sud : la banlieue d'Ibn al-Walid, en chantier actuellement, proposera 10 000 logements, comme la banlieue d'al-Wa'ar. Dans ce dernier cas, l'effort de construction a démarré en 1968 (cf. supra, 1.1.4) grâce à l'État, avec la cité qui se trouve dans le quartier de Zahra, à l'est de la ville ancienne (cf. fig. 46). Ce sont les coopératives immobilières qui doivent assurer la construction des bâtiments jusqu'à leur achèvement. Il existait à Homs environ 75 coopératives en 1988 qui regroupaient à peu près 27 500 adhérents. Les bâtiments ne dépassent pas quatre niveaux en application du règlement municipal qui a défini la hauteur limite des bâtiments résidentiels.

94Les implantations urbaines de la rive gauche ont été quelque peu boudées au début, vu l'éloignement du centre-ville (4 km). Avec l'aggravation de la pollution, le secteur d'al Wa'ar, au nord-est des usines de Qattiné, est devenu très recherché et les coopératives immobilières s'efforcent d'y acquérir des terrains. Cette zone est actuellement occupée en grande partie par un habitat collectif (encore en chantier majoritairement). Elle abrite aussi un îlot d'habitats illicites occupé par une population venue s'y installer après la création des écoles militaires au début des années 60. On y trouve également une parcelle occupée par des villas.

95L'analyse de la morphologie urbaine à Homs fait apparaître que les espaces verts sont peu nombreux. Ceux qui avaient été programmés dans les plans d'aménagement n'ont pas été réalisés ou même ont été envahis par des constructions résidentielles illicites. Toutefois, les "jardins" existent encore : ils permettent à une population qui éprouve le besoin d'échapper au smog de Homs de respirer et de se distraire.

96On ne peut évaluer la densité des habitations que d'une manière très approximative. Globalement, nous l'avons estimée à 30 logements par hectare en 1981. Cette densité varie d'un quartier à l'autre. En secteur d'habitat populaire récent, la norme imposée par la mairie est de 150 m2, sur deux niveaux. Cette superficie de l'îlot peut monter à 600 m2 dans les zones destinées aux villas (deux niveaux et une cave). L'habitat illicite ne respecte évidemment aucune norme, mais en général les bâtiments couvrent entre 100 et 150 m2 ; beaucoup s'élèvent sur deux niveaux. Aussi, la densité des logements peut être forte et atteindre 100 logements à l'hectare dans les quartiers populaires. Elle descend au-dessous de 30 dans les zones d'habitats aisés (espaces verts et rues comprises).

2.1.3 – Une zonalité fonctionnelle et centralisée

97L'activité économique de la médina était focalisée dans la partie nord autour de la grande mosquée : c'est le souk ou bazar. Les khans quant à eux se trouvaient extra-muros. Cette localisation du centre ancien d'activités (commerciales, artisanales, religieuses et d'accueil) a facilité son intégration dans celui de la ville moderne, né après 1920. Il s'est agi d'une extension du centre d'activités (cf. fig. 47) qui a maintenu une centralité urbaine commune, comme l'a constaté A. Raymond (1955, p. 179) : « Le trait essentiel qui ressort avec évidence de l'étude de toutes les grandes villes arabes est la vigueur de la centralité urbaine. »

98Il y a eu un phénomène de bourgeonnement continu des activités le long des rues principales qui relient la ville de Homs aux autres villes syriennes : rue de Hama vers le nord, rue de Palmyre vers l'est, rue de Tripoli vers l'ouest et rue de Damas vers le sud (cf. fig. 47).

99L'agrandissement du centre comercial n'a pas été identique dans tous les sens. Les deux ramifications qui suivent les rues de Hama et de Palmyre (à travers le quartier Hamidiyeh) sont occupées par le commerce et l'artisanat destinés à une clientèle rurale. A l'ouest au contraire, il s'agit des commerces de luxe et d'artisanat moderne (cf. rue de Damas). Il n'y a pas réellement de concurrence entre les deux centres ; il s'agit plutôt de complémentarité car l'ancien s'adonne à l'artisanat traditionnel qui n'existe pas ailleurs, mis à part le souk des bijoutiers. La concurrence se manifeste quelque peu dans le domaine de l'habillement, mais là encore les vêtements traditionnels sont du seul ressort du centre ancien.

100Du point de vue de la morphologie, on constate que les bâtiments existant dans le centre ancien sont destinés exclusivement aux locaux commerciaux et artisanaux alors que, dans les prolongements récents, seuls les rez-de-chaussée sont affectés à ces activités, les étages étant utilisés comme résidence ou accueillant des bureaux ou des cabinets médicaux. Le commerce y est très rare. Quant aux khans, ils ont été transformés au début en "garages" pour les autocars et automobiles arrivant de l'extérieur (conservation de la fonction avec substitution du véhicule motorisé au chameau). Actuellement, il n'en reste qu'un qui fonctionne ainsi, les autres ayant été démolis comme le Khan al-Harir (de la soie), ou transformés en lieux de stockage des marchandises.

Fig 47 – Schéma du développement du centre des activités économiques de Homs

101Dès l'époque du Mandat, le centre moderne a vu s'édifier des bâtiments ni commerciaux ni artisanaux tels que la poste, le cinéma, des hôtels (qui ont remplacé les khans dans la fonction d'accueil), des banques et aussi les sièges de l'administration locale (mohafaza) et autres services économiques ou politiques et para-politiques (parti, organisation de masse...). Tous sont au centre ville sur les rues Kouatli et Hachem al-Atassi (cf. fig. 34). Il existe également deux tours qui regroupent plusieurs services administratifs et économiques (mairie, Société syrienne de l'industrie du sucre, service du cadastre, etc.), à proximité de l'ancienne porte de Bab Houd. Ces éléments confèrent au centre de Homs une unité géographique qui donne lieu à une certaine saturation. On a tenté d'y remédier.

102Plusieurs secteurs ont été remodelés comme le segment nord du boulevard Kouatli et quelques lieux du centre ancien dont la rénovation est en cours : par exemple, à Bab Houd va naître un souk "moderne".

  • 31 Dans le quotidien syrien Tichrine du 11/07/1991, Homs est en effet appelée aussi "la ville d'Ibn al (...)

103Si l'on en croit le maire de Homs : « Nous assistons à la réalisation du plan d'urbanisme de Homs. Nous avons assez attendu et notre ville en a assez de l'arriération urbaine : il est temps que la ville d'Ibn al-Walid (Homs) rattrape la démarche de l'évolution urbaine que les autres villes syriennes ont connue. »31

  • 32 Tichrine du 11/07/1991.

104Cette déclaration est très significative, car elle justifie les autres interventions en centre urbain, notamment le refoulement de l'artisanat vers la zone artisanale au nord de la ville, ou la "ruralisation" de la médina abandonnée par les citadins aux immigrés ruraux. L'emploi du terme de "ruralisation" exprime bien une mentalité méprisante qui évoque l'aristocratie urbaine de l'époque médiévale. Ce terme est appliqué également à l'habitat illicite ou aux nouveaux quartiers désignés comme des "villages dans la ville". L'antagonisme entre citadins et néo-citadins est un fait que l'on constate à Homs, comme dans toutes les villes syriennes affectées par l'exode rural. Ainsi s'expliquent les conflits entre les anciens occupants de locaux détruits, qui veulent y revenir, et ceux qui considèrent que les locaux du nouveau souk doivent être vendus aux enchères : « Les anciens commerçants ont accumulé assez de richesses et il est temps que la ville (la mairie) bénéficie de ces valeurs. »32

  • 33 L'article 65 de la loi fondamentale du travail unifié, du 2 janvier 1985, permet aux fonctionnaires (...)
  • 34 La valeur d'un pas de porte pour un local au centre-ville peut atteindre entre 1 et 3 millions de L (...)

105On assiste actuellement à l'éclosion de centres commerciaux secondaires dans les quartiers périphériques comme à Akramah, Zahra, ou dans la rue artisanale de Deir Baalbeh (cf. supra, IV 2.1.3). Mais ils ne peuvent pas concurrencer le centre principal, ni par la qualité des services proposés, ni par celle des marchandises. Le centre commercial reste le pôle d'attraction majeur, aussi bien pour les habitants de Homs que pour ceux de la région. Plusieurs facteurs ont contribué à la prolifération des petits commerces dans les nouveaux quartiers : le chômage urbain, le phénomène du double emploi chez les fonctionnaires ou les travailleurs du secteur public33, et les insuffisances des transports en commun. À noter aussi que l'installation d'un nouveau commerce au centre-ville exige un capital très important34 qui n'est pas à la portée de ces ex-ruraux venus chercher du travail en ville, ou des citadins au chômage.

106La morphologie urbaine de Homs se caractérise par la concentration des activités du tertiaire dans le centre de la ville et une extension des zones résidentielles dans toutes les directions. Seul le nord échappe à cette règle parce que l'espace y est occupé par les nouvelles zones d'artisanat, le marché de gros de légumes et certains établissements publics (lieux de stockage, parkings pour les machines ou les moyens de transport appartenant au service p u b l i c. ) et, plus loin toujours vers le nord, par les établissements industriels (la raffinerie de sucre, les minoteries, les silos, la teinturerie et la filature).

107Entre l'espace résidentiel et l'espace industriel s'interpose la gare routière, dans un triangle situé entre deux branches de la rue de Hama, celle qui pénètre en ville et celle qui prend la rocade qui longeait, jusqu'en 1986, le chemin de fer. Ce dernier n'est plus utilisé depuis que les trains entrent en gare par l'ouest. La gare routière est déjà saturée et la question de son extension se pose actuellement. Quant à la gare de chemin de fer, elle est donc située à l'ouest, sur un terrain qui appartenait jadis à l'I.P.C. Cet emplacement ne pose pas de problèmes pour l'instant, d'autant plus que le mouvement d'urbanisation vers l'ouest est freiné afin de préserver les "jardins" de Homs. Mais la zone sud-ouest est déjà envahie par l'habitat illicite.

2.2 – HAMA, UN CENTRE DUEL

  • 35 C'est aussi à cause de ce problème que l'étude de la ville de Hama a été difficile à mener, soit po (...)

108Nous nous contenterons de souligner les convergences et les divergences qui existent entre la morphologie de Hama et celle, précédemment décrite, de Homs. La seconde ville de Syrie centrale s'est transformée, s'est développée après la crise de 1982 qui avait causé de gros dommages, notamment dans les vieux quartiers35. La ville a connu de profonds changements dus à la reconstruction et à la création d'espaces résidentiels nouveaux dont la charge a été assurée, en grande partie, par l'État.

2.2.1 – La vieille ville n'est pas une médina

109Contrairement à Homs, Hama ne ressemblait plus du tout, en 1920, à la cité découverte par les Ottomans en 1516. Délaissée aux époques ayyoubide et mamelouke, elle avait bénéficié des attentions du nouveau pouvoir impérial. Un ensemble de quartiers, appelé al Hader, fut édifié, après la construction du pont al-Hawa au nord de la citadelle, entre le xvie et le xviiie siècle.

110La carte (fig. 48) montre que la ville ancienne ne possédait pas les caractères qui fondent une médina. C'était plutôt un double chapelet de quartiers quasiment dissociés les uns des autres et sans centralité.

111Les vieux quartiers de Hama s'agençaient autour de deux centres d'échanges : al-Souk sur la rive gauche et al-Hader sur la rive droite. Le premier est destiné plus aux citadins qu'aux ruraux, le second à une double clientèle. Ainsi trouve-t-on dans al-Hader un quartier dont le nom trahit une origine bédouine : le quartier Sukhaneh qui abritait jadis des personnes originaires de l'oasis de Sukhneh, à l'est de Palmyre (cf. fig. 3).

  • 36 La grande mosquée, antérieure à la mosquée al-Nouri et construite dans le sud-ouest de la citadelle (...)

112Ce qui différencie Hama de Homs et des autres villes syriennes, c'est qu'il n'existe pas une grande mosquée autour de laquelle ait pu s'organiser la triple fonction des médinas. La grande mosquée de Hama, appelée al-Nouri, aurait été construite en 1163 par Nour al-Din al-Zanki (comme la grande mosquée de Homs)36 ; pourtant, à cette époque, il n'existait pas encore de pont sur l'Oronte et la ville venait d'être détruite par le tremblement de terre de 1157 (A. Moufti, 1969, p. 125). Le site de la grande mosquée, entre la citadelle et l'Oronte, pose un problème car la ville était alors fort éloignée de la citadelle et elle le demeura au moins jusqu'au xviie siècle. On sait, d'autre part, que les Zankites ont accordé plus d'attention à Homs, base de leurs attaques contre Damas, qu'à Hama, éloignée et détruite.

  • 37 Certains historiens croient que dans le même îlot de la grande mosquée il y avait un souk (souk al (...)

113Le souk s'est donc installé loin de cette grande mosquée, dans le sud de la ville ancienne, au croisement des routes de Tripoli et de Homs (cf. fig. 48). Il longeait les rues principales : la rue al-Marabet, située entre les deux khans du sud, et la rue al-Tawil, reliant celle de Homs à la citadelle. Cette dernière est d'ailleurs la seule rue commerçante du souk qui soit couverte, aujourd'hui encore, dans la partie ouest de Hama37. Les khans ont été mieux intégrés à la cité qu'à Homs, ce qui nous incline à penser qu'aux époques ayyoubide et mamelouke les caractères de citadinité étaient moins bien marqués.

114La morphologie des vieux quartiers relève de celle des villes arabes médiévales : les rues sont étroites et sous forme arborescente, les impasses sont nombreuses. L'habitat ancien à Hama était cependant plus dense, car la population cherchait à rester près de l'eau et la topographie était moins plane que celle de Homs. Ici, les constructions cherchaient les pentes les moins fortes et les ruelles suivaient les courbes de niveau. Il s'agissait majoritairement de bâtisses en terre, bien qu'on trouve quelques maisons construites en pierres calcaires et joliment décorées avec des pierres noires basaltiques, mais cela ne concernait que la classe aisée car il fallait aller chercher les pierres calcaires ou basaltiques loin de la ville.

Fig. 48 – Hama en 1920 : les vieux quartiers
Source : A. Moufti, 1969, p. 128.

2.2.2 – Les quartiers modernes ressemblent à ceux de Homs

115À Hama, les récentes extensions urbaines ne se différencient guère morphologiquement de ce que nous avons vu à Homs. La municipalité a adopté une classification en trois tranches, en fonction de la hauteur des immeubles (bas, moyen et haut), dont la définition demeure floue. Au centre-ville et aux alentours, les immeubles qui donnent sur la rue ont un rez-de-chaussée occupé par des commerces. Les professions libérales (avocats, médecins...) se partagent les étages.

116Le problème foncier et celui de l'origine des promoteurs sont identiques à ceux de Homs. Sur la rive droite, les terres coûtent moins cher que sur la rive gauche car la progression urbaine se fait en direction du sud. L'ouest, riche zone agricole, est relativement protégé. La voie ferrée a dû être déplacée ici aussi. Plus à l'ouest, c'est l'aérodrome militaire qui s'oppose également à l'extension. À l'est, la rocade de contournement s'impose déjà comme une contrainte, bien qu'il soit possible de bâtir au-delà. Toutefois, ce secteur est réservé à l'industrie. Le seul espace qui puisse accueillir de nouveaux quartiers se situe dans le sud et le sud-est. La spéculation foncière y va bon train. Ainsi a vu le jour un ensemble de villas dans le secteur d'al-Hader, jusqu'alors considéré comme une zone semi-citadine par les Hamaouis. Le quartier de Gharnatah ( Grenade) est actuellement en pleine construction, avec de belles villas et des immeubles non contigus édifiés en pierres de taille calcaires. Signalons que c'est là que se sont installés les bénéficiaires des indemnisations données à la suite de la destruction des maisons pendant la crise de 1982. Mais le secteur de villas le plus ancien est le quartier d'al-Charia'a, au sud de l'Oronte (cf. fig. 49) qui occupe un versant faiblement pentu, orienté au nord, au-dessus des jardins de l'Oronte.

117Du point de vue de sa morphologie, Hama se caractérise par la prééminence de l'habitat individuel. Celui de type populaire (soit récent, soit ancien) est encore plus présent qu'à Homs. Le taux moyen d'occupation par logement (T.O.L.) pour l'ensemble de la ville est de 7,7 hab./logt. Seul celui du quartier de Dabaghah (au centre-ville) descend à 6,3 hab./logt., minimum sensiblement plus élevé qu'à Homs (4 hab./logt.).

  • 38 Toutes les données sont celles de l'année 1981.
  • 39 La superficie totale de Hama couvrait 1875 ha en 1981, celle de Homs 2163 ha (mairies de Homs et de (...)

118La famille, à Hama, compte en moyenne 6,8 personnes38, voire plus selon les quartiers. Un seul descend au-dessous de 6 : le quartier de Dabagha (5,6). C'est peut-être que Hama ne possède pas, comme Homs, une minorité chrétienne importante ; elle est ici restreinte et confinée à al-Médina. Par contre, il existe une importante population d'origine bédouine, en majorité dans le secteur d'al-Hader. Il s'agit de bédouins sédentarisés à l'époque ottomane. Quant au nombre de logements par hectare, il ne s'élevait, en 1981, qu'à 17 logt./ha contre 30 à Homs, d'où une densité plus basse : 94 hab./ha contre 160 hab./ha39. C'est la conséquence de la relative dispersion de l'habitat, notamment au nord et au sud. L'habitat collectif est regroupé dans deux quartiers : au sud la banlieue d'Abou al-Fida'a, et à l'ouest la banlieue d'al-Ba'ath. La première, qui relève du secteur public, est déjà partiellement peuplée. On y prévoit un total de 5 000 logements dans des immeubles à 4 niveaux. La seconde est dévolue aux coopératives immobilières qui, au nombre de 70 en 1988, regroupaient environ 11 000 adhérents ; ce quartier est encore en construction.

119L'existence d'un d'habitat qui associe résidentiel et élevage ovin est caractéristique de Hama. Ce phénomène, d'abord spontané et localisé dans le secteur d'al-Hader, a été récupéré par le P.U.D. de 1960 : une zone spéciale fut prévue à l'est de la rocade de contournement, à proximité du marché quotidien aux moutons. Elle a été divisée en îlots de 1 000 à 1 500 m2 qu'occupent une construction et une cour (haouch) de surfaces sensiblement égales. Au total, 10 ha environ regroupent 80 îlots. Les anciens bâtiments de ce type existant à al-Hader ont été réaménagés en habitat purement résidentiel.

2.2.3 – Le dualisme de la centralité

  • 40 Actuellement, la nouvelle prison est, elle aussi, toujours à l'est. Elle s'impose juste à l'entrée (...)

120A Hama, il existe deux centres depuis le xvie siècle où fut créé celui d'al-Hader, sur la rive droite. L'apparition d'un centre au service des pasteurs et paysans ne fut pas spontanée. L'aristocratie citadine de Hama a cherché ainsi à se prémunir contre une promiscuité jugée indigne en localisant l'aire de contact avec les non-citadins sur l'autre rive de l'Oronte. Aussi n'a-t-il pas été nécessaire d'y édifier des khans ou des hammams. Aujourd'hui encore, il n'y existe aucun siège de service administratif, à l'exception de la police civile et de la prison à l'extrémité sud du secteur d'al-Hader40.

Fig. 49 — Utilisation de l'espace urbain à Hama (1989)

121Les deux souks le principal et celui d'al-Hader ont subi une évolution notable, moins importante cependant qu'à Homs. Les centres de Hama ne sont pas encore saturés et, à proximité, dans les principales rues commerçantes, il y a encore des bâtiments non affectés au commerce. Néanmoins, l'histoire récente a vu l'extension de l'aire urbaine réservée aux services le long des axes majeurs (cf. fig. 50).

Fig. 50 – Schéma du développement des centres commerciaux à Hama

122Dès l'époque du Mandat, on a procédé à la rénovation des bâtiments du centre occidental, le long des rues : les vieux quartiers sont invisibles derrière les façades des immeubles commerciaux (ex. : le quartier de Dabaghah). La même chose s'est répétée dans les années 80, avec l'ouverture de la rue du 8 Mars, qui est en fait une percée dans le tissu ancien. Les bâtiments commerciaux longent cette rue sur les deux côtés et abritent une grande partie du commerce de gros ou de demi-gros.

123Alors que les activités économiques sont bien regroupées dans les deux centres, les services publics sont dispersés un peu partout (cf. fig. 35), quoiqu'assez nombreux dans la rue G.A. Nasser qui rejoint la route de Homs. A la sortie sud, on trouve la Direction de l'agriculture et de la réforme agraire, qu'accompagnent de nombreux services annexes, au cœur d'une zone agricole importante. Bien que cette zone ait été vouée, dès le P.U.D. de 1960, aux activités artisanales, sa réalisation ne débute qu'en 1988. Cette zone ne connaît pas le même succès que celle de Homs ; cela montre bien que les centres commerciaux, d'artisanat et de services ne sont pas encore saturés ici. Si des ruraux fréquentent le souk de l'ouest, et plus volontiers celui d'al-Hader, ce ne sont que des passants. Il n'existe pas, à Hama, cette masse de néo-citadins, récemment immigrés en ville, que l'on connaît à Homs.

  • 41 Nous avons vu que ce jugement s'applique au cas de Homs.

124Il est clair que la politique des autorités ottomanes qui a favorisé systématiquement Hama jusque dans les débuts de notre siècle (mosquées, palais, khans...) lui a conféré un vif sentiment de citadinité qui perdure, étant à l'abri de l'exode rural. Il y a bien eu continuité de cette politique ottomane, jalonnée par la construction du khan Rostom Bacha en 1556, du khan Asa'ad Bacha en 1738, du palais Azem en 1740, etc. On ne peut acquiescer, dans le cas de Hama, au jugement de A. Raymond (1985, p. 311) selon lequel « les Ottomans n'ont apporté aux villes arabes que des éléments décoratifs »41.

125Il se peut que Hama ait été une exception à cause de la présence de puissantes familles de grands propriétaires d'origine turque (Azem) et kurde (Barazi). À l'heure actuelle, elle est l'objet des soins de l'État, animés par un double objectif :

  • d'une part, contribuer à la reconstruction des fragments du tissu urbain détruits lors des affrontements de 1982 ; cette reconstruction, financée par l'État, s'accompagne d'une délocalisation au profit de lotissements éloignés du centre ;

  • d'autre part, parallèlement aux investissements industriels, multiplier l'offre de logements, tant pour les ruraux appelés à travailler dans les industries, que pour les fonctionnaires et autres travailleurs du secteur public.

CONCLUSION

126Homs et Hama ont vécu une longue histoire, jamais interrompue, ce qui est remarquable pour des sites aussi proches de la lisière de la badia. Leur évolution a connu des hauts et des bas sous l'effet de facteurs tant naturels (tremblements de terre) qu'humains. Si les autorités ottomanes ont soutenu Hama aux dépens de Homs, ce fut plutôt l'inverse sous le Mandat.

127Depuis les années 60, les deux villes connaissent une croissance d'une grande envergure, animée par l'État planificateur. Bien que toutes deux soient chef-lieu de mohafaza, c'est Homs qui s'est plus vite développée grâce à un environnement propice (topographie plane, croisée des routes, fleuve et lac de retenue...). Elle s'étend en tache d'huile. Elle a absorbé les faubourgs et s'avance vers d'autres villages à l'est (Fayrouzeh et Zaidal). Hama n'a pas atteint ce stade. À l'intérieur du périmètre urbain, il existe encore des espaces libres et son habitat est plus dispersé. Par exemple, Cazo, un village à 5 km à l'ouest de Hama, est encore distinct du tissu urbain.

128En ce qui concerne l'invasion de l'espace péri-urbain, la limitation réside, dans les deux cas, dans le voisinage de terres cultivées sur lesquelles on s'efforce de ne pas empiéter : à l'ouest pour Homs, au sud et à l'ouest pour Hama. Au contraire, l'espace oriental pose quelques problèmes car Hama y a fait passer sa rocade de contournement, et à Homs on y a laissé s'édifier un considérable ensemble d'habitats illicites, réponse spontanée au puissant courant d'émigration rurale.

129Homs est devenue une grosse agglomération, mais a conservé sa centralité. Mieux, la vieille médina est soudée au centre "moderne". Une histoire et une topographie différentes ont causé à Hama un dédoublement du centre ancien. Il y a un dualisme de la centralité autour duquel s'organise la vie économique et sociale : les citadins restent séparés des ruraux (paysans et pasteurs), l'Oronte faisant office de frontière.

130Une certaine ressemblance caractérise les deux villes érigées à proximité de la badia : elles incluent des quartiers et des fonctions destinés plus aux ruraux qu'aux vrais citadins, comme le montre la figure 51.

Fig. 51 – Schéma partiel de l'organisation spatiale à Homs et à Hama

131Si l'on divise leur plan en quatre quarts, on constate que les quarts nord-est sont plutôt destinés aux ruraux, soit par leurs fonctions économiques, soit par la capacité d'accueil résidentielle. À Homs, ce sont les routes qui tracent la limite de démarcation (rue de Hama et rue de Palmyre), tandis qu'à Hama, c'est l'Oronte qui s'impose comme limite naturelle. Cette tendance a été renforcée par le zonage des plans d'urbanisme : au quartier des "maisons-étables", dans le nord-est de Hama – bien que s'y soient édifiées quelques villas en réponse à la crise – répond à Homs la zone, également située au nord-est, réservée au habitations populaires, pour faire face à l'afflux des néo-citadins.

132Ces plans d'urbanisme ont engendré une activité foncière spéculative, même s'ils n'ont jamais été réalisés intégralement. Les échecs ont conduit les municipalités à adopter de nouveaux plans où le nécessaire développement des espaces d'habitations s'est trouvé confronté aux implantations industrielles, génératrices de pollutions de toute nature. Il est toutefois remarquable que, malgré la pression de la croissance urbaine, les "jardins" de Hama et de Homs aient été préservés, ce dont il faut louer les autorités locales.

  • 42 Estimation réalisée par les services techniques de la mairie de Hama (1989).

133Les relations entre les villes syriennes et l'espace rural environnant ne se résument pas seulement au choix du tracé des limites urbaines, successivement repoussées. Il apparaît un mitage des terres agricoles par la construction de résidences secondaires ou de "maisons fermes" appartenant à des citadins nantis. Ce phénomène n'a pas été exactement mesuré, mais il est très important au sud de Hama (zone de Zahrat al-Mada'en) où l'on trouve environ 600 "maisons-fermes" d'une superficie moyenne de 3 000 m2, ce qui équivaut, au total, à un vrai village de 180 ha42.

134À Homs, le même phénomène affecte le nord de la ville. Jusqu'à 15 km en plaine, les "maisons-fermes" ont modifié le paysage. Le processus a tendance à se ralentir depuis la fin du "boom" économique enregistré par les commerçants des deux villes entre 1975 et 1985. Des listes de "maisons-fermes" à vendre circulent dans tous les milieux. En définitif, il est clair qu'actuellement Homs offre plus de caractères d'urbanité (cinémas, vitrines décorées et joliment illuminées, nouveaux magasins, restaurants "modernes", etc.). Il est difficile de dire si cette situation résulte d'une démarche volontariste (afin de l'emporter dans la compétition entre Homs et Hama) ou si elle se fait naturellement à partir d'un certain degré d'urbanisation.

Notes

1 Suite du proverbe : « [...], mariez-vous avec une vierge même si elle est vieille fille et prenez la route même si elle tourne. »

2 Voir les travaux du séminaire organisé par l'AWARD à Dakar, entre le 2 et le 5 novembre 1982, sur le thème : "Reading the Contemporary African City (lecture de la ville africaine contemporaine).

3 Cette sécheresse fut si grave que la Syrie dut, pour la première fois, recevoir une aide alimentaire internationale. En 1960, les précipitations s'étaient réduites à 190 mm à Homs et à 126 mm à Hama, contre des moyennes annuelles respectives de 450 mm et 350 mm.

4 Actuellement, c'est le village de Tal al-Nabi Mando.

5 Cela correspond aux plans des camps militaires romains caractérisés par la croisée de ces deux voies perpendiculaires (J. Beaujeu-Garnier. 1980. p. 84).

6 Les Croisés n'ont pas pu occuper la ville de Homs, c'est pourquoi ils l'ont appelée "la Chamelle car elle était imprenable (Encyclopédie de l'Islam. 1971. p. 411).

7 Ce chiffre n'est qu'une estimation maximale. D'autres sources n'accordent à la ville que 20 000 habitants seulement.

8 Pour la localisation des quartiers, cf. fig. 46 pour Homs et fig. 49 pour Hama.

9 A. Rajab a été le maire de Homs à cette époque. Nous n'avons pas pu obtenir de détails sur ce plan, ni cartes, ni rapports.

10 Il existe un quartier au nord de la ville, créé après 1965 et qui porte le même nom.

11 Nous avons constaté le même phénomène lors de notre contribution de géographe à un bureau d'étude urbain à Heman, en Algérie en 1980-81 (ex-CADAT, puis CNERU en 1981, puis URBAT en 1985). Les autorités locales n'accordaient pas beaucoup d'importance aux rapports écrits et même aux plans en couleur ! Ce qui intéressait le wali à l'époque c'était de savoir vers quoi évoluait la ville : il exigeait une maquette qu'il estimait suffisante.

12 Nous n'avons pu trouver ce rapport nulle part, bien que la mairie de Homs possède un service de documentation (plans, rapports...).

13 La population de ces deux localités péri-urbaines est en majorité chrétienne.

14 Ces données sont basées sur une enquête personnelle auprès des services techniques de la mairie et sur le terrain.

15 Nous nous basons, dans cette analyse, sur l'excellent rapport de Doxiadis réalisé en 1960, le rapport préliminaire de la Société générale syrienne d'études et consultations techniques – qui a été chargée depuis 1985 d'élaborer un nouveau P.U.D. – et sur nos enquêtes de terrain ou auprès des services de la mairie de Hama.

16 Ce qui fait une altitude relative de 50 m par rapport à l'altitude du cours d'eau.

17 Cheizar fut célèbre dans l'Antiquité et au Moyen Âge (sa citadelle est en ruine actuellement). Elle a perdu son importance à l'époque ottomane.

18 Nous n'avons pas pu trouver de traces de ce plan sauf dans une carte accrochée au mur de la mairie de Hama sur laquelle nous nous sommes basé pour rédiger ce bref commentaire.

19 F. Mgharbel a été, en 1968, le directeur du service technique à la mairie de Hama.

20 D'après les responsables techniques de la mairie de Hama.

21 Il est intéressant de lire le commentaire qui a été fait, au colloque des ingénieurs de Hama (tenu en 1984), par F. Métrai à propos de l'urbanisation de la ville : « Tabous et symboles autour de la reconstruction de Hama : pédagogie pour une nouvelle culture urbaine », États, villes et mouvements sociaux au Maghreb et au Moyen-Orient, L'Harmattan, Paris. 1989, p. 325-340.

22 C'est la première Ibis qu'une organisation publique se lance dans ce domaine, et l'expérience manquait à la Société.

23 Depuis 1984, la S.G.E.C.T. prend en charge les études urbaines en Syrie. Par ailleurs, quand le coût de l'étude dépasse une certaine somme, elle est obligatoirement effectuée par un bureau de l'État.

24 On suppose que la grande mosquée a été édifiée sur les ruines d'un temple romain, lui-même transformé en église à l'époque byzantine. Elle fut construite entre 1154 et 1181, à l'époque zankide.

25 L'époque ayyoubide : 1164 à 1262 ; l'époque mamelouke : 1262 à 1516.

26 Koufa, fondée en 638, ne fut d'abord qu'une simple agglomération de huttes en roseaux. Ce n'est qu'à partir de l'an 50 de l'hégire, sous Ziyad. que l'on se mit à bâtir de véritables maisons en briques cuites. Selon Louis Massignon (Explication du plan de Koufa Irak), la sédentarisation se fit grâce à l'élément sud-arabique, quasi citadin, des contingents militaires.

27 Ce matériau de construction est à l'origine du surnom de Homs, "la ville aux pierres noires (Om al-hijar al-soud).

28 La quantification du logement est impossible à faire car la médina n'est pas considérée comme un quartier unique.

29 Dans son introduction au fascicule n° 10 d'URBAMA, 1982 (voir bibliographie).

30 Toutes les données relatives à la population dans ce paragraphe se basent sur le recensement de 1981.

31 Dans le quotidien syrien Tichrine du 11/07/1991, Homs est en effet appelée aussi "la ville d'Ibn al Walid en hommage au leader militaire Khaled Ibn al-Walid qui a repris la ville de Homs aux Byzantins en 630. On croit que sa tombe est dans la grande mosquée qui porte son nom.

32 Tichrine du 11/07/1991.

33 L'article 65 de la loi fondamentale du travail unifié, du 2 janvier 1985, permet aux fonctionnaires de pratiquer un second emploi ou métier, à condition que cette activité n'affecte pas l'emploi principal. Le fonctionnaire doit obtenir une autorisation préalable de son ministère de tutelle.

34 La valeur d'un pas de porte pour un local au centre-ville peut atteindre entre 1 et 3 millions de L.S.

35 C'est aussi à cause de ce problème que l'étude de la ville de Hama a été difficile à mener, soit pour la documentation, soit pour l'enquête personnelle, directe ou indirecte.

36 La grande mosquée, antérieure à la mosquée al-Nouri et construite dans le sud-ouest de la citadelle, fut incendiée après l'assaut des Byzantins sur Hama, sous le commandement de Nicéphore Phocas, en 968 (Encyclopédie de l'Islam, 1971, p. 122).

37 Certains historiens croient que dans le même îlot de la grande mosquée il y avait un souk (souk al Madar), (A. Zaqzouq, 1988). Nous pensons qu'il s'agissait d'un souk local par rapport au souk principal comprenant les rues commerçantes al-Tawil et al-Marabet.

38 Toutes les données sont celles de l'année 1981.

39 La superficie totale de Hama couvrait 1875 ha en 1981, celle de Homs 2163 ha (mairies de Homs et de Hama, 1988).

40 Actuellement, la nouvelle prison est, elle aussi, toujours à l'est. Elle s'impose juste à l'entrée est de la ville, mais le commissariat de police a été transféré près de la gare routière (côté sud de la ville).

41 Nous avons vu que ce jugement s'applique au cas de Homs.

42 Estimation réalisée par les services techniques de la mairie de Hama (1989).

Table des illustrations

Légende Fig. 38 – Homs jusqu'en 1918Source : Société générale syrienne d'études et consultations techniques.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 39 — La croissance urbaine de Homs jusqu'en 1989M. al-Dbiyai Sources : S.G.E.C.T. et vérifications personnelles, 1989.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre TABLEAU 65. Occupation du sol urbain telle que prévue au terme du plan en 1975 ; comparaison avec l'état en 1946
Légende Source : A. Rajab, 1969, p. 22.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 40 — Plan d'aménagement de la ville de Homs jusqu'à l'an 2000
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 41 – L'évolution de Hama jusqu'en 1250Source : Doxiadis. 1960.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 42 – Hama en 1920Source : Doxiadis. 1960.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 43 — Évolution de l'emprise urbaine de Hama jusqu'en 1989Source : Doxiadis (1960), S.G.E.C.T. (1986), mairie de Hama et vérifications personnelles (1989).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 44 — Plan d'aménagement de la ville de Hama jusqu'en 1984Source : Doxiadis, 1960.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig 45 — La médina de Homs
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 46 — Utilisation de l'espace urbain à Homs en 1989
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig 47 – Schéma du développement du centre des activités économiques de Homs
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 48 – Hama en 1920 : les vieux quartiersSource : A. Moufti, 1969, p. 128.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 49 — Utilisation de l'espace urbain à Hama (1989)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 50 – Schéma du développement des centres commerciaux à Hama
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 51 – Schéma partiel de l'organisation spatiale à Homs et à Hama
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3660/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search