Version classiqueVersion mobile

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Deuxième partie : Mutation de l'économie et de l'espace urbain a Homs et a Hama

Chapitre IV. Les espaces économiques de Homs et Hama les dissemblances

Texte intégral

1Avant les années cinquante, Homs et Hama vivaient principalement du commerce et de l'agriculture. La rente foncière constituait une part très importante de leur économie en raison des grandes propriétés que possédaient les citadins. Il est certain que la réforme agraire a réduit le poids des villes dans l'économie agricole mais ne l'a pas supprimé ; les propriétaires citadins existent toujours, et le monde rural a toujours besoin de la ville pour le financement, la commercialisation de ses productions et la technologie.

2L'introduction de la grande industrie, après les années soixante, a renforcé le rôle régional des deux villes mais plus en faveur de Homs que de Hama. Le secteur tertiaire s'est alors rapidement développé, notamment à Homs, où il a pris de l'ampleur grâce à une croissance démographique plus rapide.

1 – IMPORTANCE DES ATTACHES AGRICOLES DE HAMA

3Le Proche-Orient est le berceau de la civilisation urbaine après avoir été celui de l'agriculture (X. de Planhol, 1968, p. 71). Cela résulte de ses potentialités naturelles : les civilisations mésopotamiennes successives ont bénéficié de la présence de l'Euphrate. Homs et Hama, quant à elles, tirèrent avantage de celle de l'Oronte ainsi que de la proximité de vastes zones pastorales, ce qui nous engage à évoquer une économie agro-pastorale, plutôt que strictement agricole. Jusqu'au xixe siècle, les grandes villes syriennes ne devaient leur prospérité qu'au commerce, surtout au commerce lointain. Quant aux villes moyennes comme Homs et Hama, elles se contentaient d'activités commerciales engendrées par la production agricole propre à la région qu'elles dominaient, surtout à partir de la deuxième moitié du xixe siècle qui voit l'émergence de la grande propriété privée en Syrie. Cette propension des citadins à acquérir des terres agricoles a été favorisée ici par l'étendue des plaines permettent la céréaliculture sèche, ainsi que par l'existence d'un fleuve au débit pérenne, l'Oronte, le second en importance après l'Euphrate, tous deux étant aptes à répondre aux besoins de l'irrigation.

4Nous avons déjà constaté que l'agriculture occupe environ 40 % de la population active dans la mohafaza de Hama et 21,5 % dans celle de Homs. Cette différence s'explique par l'importance du potentiel agricole de la région de Hama. Par son histoire, Hama peut être considérée comme la capitale des grands propriétaires terriens.

1.1 – LE POTENTIEL AGRICOLE DE LA SYRIE CENTRALE PROFITE À HAMA

  • 1 Appelée aussi "trouée du Akkar" ou "trouée de Tripoli".

5Plusieurs facteurs naturels sont à l'origine de l'importance de la Syrie centrale en matière d'agriculture. Cette région, ouverte à la mer Méditerranée par la trouée de Homs1 comme aux steppes orientales dont aucun relief ne la sépare, occupe un segment notable du bassin de l'Oronte (cf. fig. 3).

6L'Oronte (Nahr al-'Assi) signifie "le fleuve rebelle". D'aucuns disent qu'il a reçu cette appellation parce qu'au Proche-Orient, il est le seul fleuve à se diriger vers le nord. D'autres invoquent les difficultés d'utilisation de ses eaux dans la traversée des plateaux de Homs et de Hama. La vallée y est profonde et les « surfaces dénudées et consacrées à la céréaliculture sèche s'opposent au fond alluvial, occupé par des cultures irriguées et verdoyantes » (J. Besançon et P. Sanlaville, Les jardins de l'Oronte, 1991, p. 3). L'Oronte naît au Liban, où les trois quarts de son débit sont dus à l'Aïn al-Zargua, dans la Béqa'a du Nord. Il entre en Syrie avec un débit moyen annuel de 14,8 m3/s, et se jette sur la côte méditerranéenne dans le liwa (district) d'Iskenderun (annexé par la Turquie en 1939). Il parcourt environ 600 km dont plus de la moitié se trouvent en territoire syrien. Le fleuve draine un bassin d'environ 16000 km2 et dans tout son trajet, en Syrie, il est grossi par des sources qui jaillissent soit à proximité de son lit, soit dans celui-ci. « Ces sources lui apportent environ 15 m3/s » (M. Zaim et al., 1986, p. 108). Il reçoit aussi les crues de ses affluents, tel l'Oued Kafate qui vient du bassin de Salamieh ou l'al-Saroute qui vient du plateau de Massiaf. Au total, l'Oronte roule environ 470 millions de m3 d'eau par an en Syrie (AA. Salam, 1990, p. 141).

7D'autre part, la structure géologique interfère et guide le tracé de l'Oronte, comme le dit Weulersse (1940, p.11) : « l'Oronte est une création de la tectonique ; ici la vallée a créé le fleuve ; le cours de l'Oronte correspond en effet aux grands fossés d'effondrements nord-sud : la Béqa'a, entre le Mont Liban et l'Anti-Liban et le Ghab, entre le Massif alaouite et le Jabal Zaouiyé » (cf. fig. 3).

8Le fleuve, lorsqu'il entre en Syrie, possède une pente de 13 % « et la vallée principale s'incise notablement (jusqu'à 70 m), mais l'une et l'autre diminuent bien vite à l'approche du lac de Homs. Situé à 500 m d'altitude, le barrage actuel a été édifié, près de Qattiné, sur un ouvrage remontant probablement au IIe millénaire et le lac, installé au cœur d'un vaste affleurement néogène, est l'héritier d'une nappe d'eau, autrefois très étendue, formée derrière les coulées volcaniques du Shiné » (J. Besançon, 1991, p. 4). Ces coulées volcaniques sont, par ailleurs, à l'origine, à l'ouest de Homs, de terres difficiles à cultiver (cf. fig. 3).

9Le fleuve continue son parcours à travers le plateau de Homs et Hama pour en sortir à Cheizar, au nord de Mhardeh, où l'incision de la vallée atteint jusqu'à 80 m, après avoir diminué de 50 m dans la traversée de Hama. Après Cheizar, le fleuve entre dans la double dépression d'Acharneh et du Ghab : en aval des gorges, l'Oronte connaît un écoulement difficile en raison d'une pente très faible (0,10 %), sur une distance d'environ 80 km, pour sortir à Karkour où il quitte la Syrie centrale pour entrer dans la région d'Idlib. Le Ghab est la dépression la plus vaste : d'une longueur de 62 km et d'une largeur de 12 km, elle enfermait jadis une zone marécageuse. Sa mise en valeur date de 1962 : les travaux de drainage avaient débuté en 1953, après les opérations qui avaient éliminé le seuil basaltique à Karkour. Ces travaux ont permis l'exploitation d'environ 48 000 ha dans la plaine du Ghab et 24 000 ha dans celle d'Acharneh, plus au sud.

10Il s'avère que l'Oronte, depuis l'Antiquité, a suscité plusieurs interventions pour l'utilisation de ses eaux. Le plus ancien ouvrage reste le barrage de Qattiné. Après Rastan et jusqu'à Cheizar. ce furent les norias qui procédèrent à l'élévation de l'eau depuis le lit jusqu'au niveau du plateau. Les norias, qui servaient à l'irrigation et même à l'alimentation en eau potable de la ville de Hama, ont été créées après l'époque romaine. Mais certaines hypothèses font remonter leur naissance à l'époque hellénistique, voire au-delà. On dénombrait une centaine de norias dans la région (cf. fig. 27) ; actuellement on n'en retrouve qu'une dizaine, restaurées et entretenues pour favoriser le développement du tourisme, comme celles se trouvant à l'intérieur de la ville de Hama que l'on nomme aussi ville des norias : « C'est ici, à Hama, la cité des norias, que ce type de paysage syrien atteint sa perfection ; toute la basse vallée y apparaît noyée dans la verdure, coupoles blanches entre les peupliers, tandis que la plainte grinçante des grandes roues ruisselantes y forme la base continue du concert des bruits citadins » (J. Weulersse, 1940, p. 57).

Fig. 27 – Répartition des norias sur l'Oronte

  • 2 Cette superficie connaît beaucoup de fluctuations selon les années. Elle peut atteindre 10 000 ha q (...)

11Les aménagements hydrauliques sur l'Oronte commencent dès l'entrée du fleuve dans le territoire syrien, au village de Rableh où naît une série de canaux (5 au total, dont une partie est bétonnée), avec un débit total de 5,2 m3/s. Ces canaux permettent l'irrigation de 3 920 ha2. D'autres aménagements se situent en l'aval du lac de Qattiné. Ils ont été entamés en 1934 avec la construction d'un canal d'une longueur de 66,4 km dont 48 km dans la mohafaza de Homs, le reste dans celle de Hama. En 1944, le canal a été prolongé dans la section de Hama. Le réseau des canaux bétonnés est devenu opérationnel en 1951. Il permet l'irrigation de 20 000 ha dont 12 000 ha dans la mohafaza de Homs (M. Zaim et al., 1986, p. 40). Le canal principal est alimenté par le lac de Qattiné au rythme de 11 m3/s. Le lac possède une superficie de 60 km2 et une capacité de stockage de 180 millions de m3 grâce aux travaux successifs de surélévation du barrage (en 1934 et vers 1960). Cela a permis l'alimentation régulière des canaux d'irrigation.

12Mais l'aménagement hydro-agricole le plus important a été celui appelé "projet du Ghab". Il a englobé plusieurs types de travaux : barrages, assèchement de la plaine du Ghab, canaux de drainage, canaux d'irrigation, etc.

13Les barrages sont celui de Rastan, à 20 km au nord de Homs, d'une capacité de stockage de 250 millions de m3, et celui de Mhardeh, situé à proximité de la ville de Mhardeh, juste avant l'arrivée de l'Oronte dans la plaine d'Acharneh. Ce dernier est doté d'une plus faible capacité de stockage (67 millions de m3). Ces deux barrages possèdent en outre des usines hydro-électriques d'une capacité de 7 500 kWh pour le premier et de 2 500 kWh pour le second (M. Zaim et al., 1986, p. 86). Un troisième barrage existe à Acharneh : barrage de contrôle et distribution de l'eau pour les canaux du réseau d'irrigation de la plaine du Ghab.

14Le projet du Ghab fut mis en chantier en 1953 ; en 1968, la plaine fut complètement exploitée et 11 000 familles paysannes ont bénéficié de l'attribution de lots de terre à raison de 2,5 ha par famille. « Le Ghab a joué le rôle d'un creuset pour des populations rurales affamées de terres... Le Ghab est le premier projet de développement intégré en Syrie ; il a constitué une sorte de laboratoire : c'est là que l'État a expérimenté, testé, élaboré sa politique agricole. » (F. Métrai, 1985, p. 45 et 49)

  • 3 Pour une description complète du Ghab, avant son aménagement, voir le travail de R. Thoumin déjà ci (...)

15L'ensemble du projet du Ghab couvre 138 000 ha dont 84 000 sont cultivables. La plaine d'Acharneh (20 000 ha), qui forme la partie sud du projet (cf. fig. 28), est la mieux drainée actuellement tandis que le Ghab souffre de problèmes de salinisation dus à la détérioration des canaux de drainage3.

16Le Ghab connaît aussi un autre problème : celui du mitage des terres agricoles. Pour pallier à cet inconvénient, les autorités ont décidé de créer des "villages agricoles modèles" (pilotes) destinés à absorber l'excédent démographique. Au nombre de dix, ils seront répartis sur les bordures du Ghab, à proximité des villages existants (cf. fig. 28). La réalisation de ce projet a débuté en 1988 et, en 1990, l'État a commencé à distribuer les lots à construire aux bénéficiaires issus de la population locale.

17Mais nous avons vu que le problème de la société rurale ne réside pas seulement dans la question du logement. La surface limitée des lots de culture accordés, au départ, à chaque famille et les moyens limités des agriculteurs poussent la nouvelle génération à quitter la région pour des villes voisines, notamment Homs. Donc le Ghab constitue, à son tour, un foyer d'émigration qui s'ajoute aux zones pauvres de l'intérieur du pays.

18Sans doute le couloir de l'Oronte bénéficie-t-il d'un climat plus favorable aux cultures sèches que la partie orientale de la région ; c'est l'isohyète des 350 mm qui trace la limite des cultures pluviales, et surtout celle du blé. Cet isohyète passe à proximité de Hama (cf. fig. 28). Néanmoins, les précipitations sont faibles par rapport aux zones côtières qui reçoivent la majeure partie des pluies syriennes (jusqu'à 1 500 mm par an).

19La trouée de Homs favorise la pénétration de l'air marin et entraîne un décalage des isohyètes vers l'est (cf. fig. 3). Le climat de la Syrie centrale évolue rapidement d'ouest en est, du type subhumide au type plus aride, 150 km plus à l'est. Toutefois, le sud de notre région jouit du climat méditerranéen des plateaux de la Méditerranée orientale (A.A. Salam, 1990, p. 138), caractérisé par une saison sèche allant de mai à octobre. Malheureusement, il souffre d'une grande irrégularité, tant annuelle que mensuelle, des précipitations, ce que met en évidence le tableau suivant :

TABLEAU 45. Répartition des précipitations selon les principales stations météorologiques en Syrie centrale entre 1950 et 1988

TABLEAU 45. Répartition des précipitations selon les principales stations météorologiques en Syrie centrale entre 1950 et 1988

20Source : Service de météorologie syrien. 1990.

21Nous constatons que Homs bénéficie d'un peu plus de pluie que Hama : 450 mm/an contre 347 mm/an. Mais l'irrégularité interannuelle a de profondes incidences sur les activités agricoles et pastorales de la région et même sur les rapports ville-région.

22Enfin, dans divers secteurs, l'agriculture irriguée dépend beaucoup du pompage de la nappe phréatique, comme dans le voisinage de Mhardeh au nord, ainsi que dans le nord-ouest et la région de Salamieh (cf. fig. 28). La surexploitation de cette nappe a entraîné des catastrophes comme celle consécutive au "boom du coton" dans les années cinquante (guerre de Corée) où le coton atteignait alors des prix très élevés. La mécanisation de l'agriculture a renforcé le rôle des villes : financement, association et commercialisation. Mais la sécheresse et la baisse de la nappe phréatique ont souvent déterminé l'abandon de certaines activités agricoles et, parfois, le départ des paysans vers les villes. Pourtant, l'Oronte a toujours attiré les hommes. Comme le dit Weulersse (1940, p. 5) : « C'est en fonction de son cours que s'est organisée la vie urbaine : dans l'Antiquité, Émèse, Antioche et Apamée étaient toutes des villes de l'Oronte. » Nous avons vu son influence dans la répartition de la population agglomérée (cf. fig. 6). Dans la région, il représente la limite orientale des fortes densités de population sédentarisée.

23D'autre part, l'Oronte a attiré les industries, surtout celles qui sont de grandes consommatrices d'eau. Il est clair que la plupart des établissements de Homs ou de Hama sont installés à proximité de son cours. Cela ne va pas sans engendrer une pollution importante de ce fleuve qui connaît actuellement une situation très critique.

Fig. 28 – Plaines du Ghab et d'Acharneh (A), et occupation des sols en Syrie centrale (B)

24En définitive, suite aux différents travaux d'aménagement, l'exploitation des terres dans la région centrale est assez importante, surtout à l'ouest de l'isohyète des 300mm où les possibilités de culture sèche existent, à côté de celles des cultures irriguées. Les tableaux suivants montrent la répartition des terres dans les mohafaza-s de Homs et Hama selon leur utilisation, ainsi que les principales cultures.

TABLEAU 46. Utilisation du sol en Syrie centrale (1984)

TABLEAU 46. Utilisation du sol en Syrie centrale (1984)

Source : Annuaire des statistiques agricoles de Syrie, 1984.

TABLEAU 47. Utilisation des terres cultivables en Syrie centrale (1984)

TABLEAU 47. Utilisation des terres cultivables en Syrie centrale (1984)

Source : Annuaire des statistiques agricoles de Syrie, 1984, p. 28 et 30.

TABLEAU 48. Répartition des principales cultures et de l'arboriculture en Syrie centrale

TABLEAU 48. Répartition des principales cultures et de l'arboriculture en Syrie centrale

25Ainsi, malgré l'étendue de la mohafaza de Homs, celle de Hama possède une superficie agricole plus importante : 514 927 ha contre 378 600 ha. En terre irriguée, le même phénomène se répète grâce à la plaine du Ghab : 78 149 ha dans la mohafaza de Hama contre 44 040 ha dans celle de Homs. Dans les deux cas il faut noter l'ampleur des terres irriguées par pompage, à partir des puits : 42 % de l'ensemble des terres irriguées pour Hama et 42.8 % pour Homs. Cette prééminence de la mohafaza de Hama en ce qui concerne les terres cultivables, irriguées ou non, se traduit aussi, naturellement, dans les statistiques de production agricole surtout en ce qui concerne les cultures spéculatives (blé, coton) comme le montre le tableau 48. En 1984, la mohafaza de Hama a produit 91 721 tonnes de coton contre seulement 6 482 tonnes pour Homs.

26Il faut noter encore que la plupart des céréales sont obtenues en culture sèche : elles concernent 50 % des terres cultivables dans la mohafaza de Homs et 56 % dans celle de Hama. Ces cultures sèches sont souvent risquées, car dans les années de mauvaise hydraulicité les champs cultivés se convertissent en pâturages, spécialement dans les zones qui reçoivent normalement moins de 300 mm de précipitations annuelles.

27Enfin, nous avons déjà vu les effets de la richesse agricole de Hama sur la répartition de sa population mais nous allons les retrouver également dans les activités commerciales et artisanales.

28Ces terres cultivables sont-elles toutes la propriété des paysans ? La question se pose car en Syrie la terre n'a jamais été à l'abri de l'influence, directe ou indirecte, des citadins.

1.2 – STRUCTURE DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE

1.2.1 – Origine des grandes propriétés citadines

29La littérature consacrée à la structure de la propriété en Syrie est très abondante. Cette question a suscité l'intérêt des chercheurs, économistes, sociologues, historiens, géographes et autres, surtout dans les années 60, avec le succès de l'idéologie du "socialisme arabe". Le débat a été passionné. S'agit-il d'un système féodal ou d'un système féodal oriental, ou encore d'un type de production asiatique ou assimilable, etc. Le débat n'est pas clos, mais on s'accorde de plus en plus à y voir un système du type "féodal oriental".

30Le régime juridique de la terre a connu beaucoup de changements à travers l'histoire de la Syrie et de tout le Proche-Orient. L'iqta'a, qui a été pris comme synonyme de féodalisme, n'a pas connu les mêmes aspects que le féodalisme occidental. A l'époque mamelouke, au xiie siècle, l'iqta'a signifie une dotation foncière, accordée par le sultan à un émir, mais cette dotation « n'accorde ni la propriété, ni la possession, ni la jouissance du fond ; elle fait seulement participer le titulaire aux revenus du sol dont elle lui confère l'impôt. Le mogta'a est substitué au souverain pour la perception de celui-ci » (B. Khader, 1978, p. 113).

31Ce système n'a nullement imposé aux paysans le statut des serfs de l'Occident. Comme le dit B. Khader (idem, p. 113) : « À l'époque mamelouke, le régime féodal en Orient manque du premier élément du régime féodal, le fief. Il manque aussi du second, le lien de vassalité entre un émir de rang supérieur et un joundit (soldat) ; il n'y a normalement aucune union personnelle. Le sultan mamelouk est le maître de ses amis. »

32S. Amin parle de mode de "production tributaire" (1973). Cette ponction des impôts de la terre au bénéfice de l'État distingue aussi le système féodal oriental du système occidental, car en Occident les revenus demeuraient intégralement à la disposition du seigneur. Mais S. Amin considère que le mode de production tributaire non achevé a permis l'émergence du féodalisme en Occident : « Cependant, le mode de production tributaire évolué tend presque toujours à se féodaliser, c'est-à-dire que la classe dirigeante se substitue à la communauté dans la propriété éminente de la terre [...] Alors que dans le mode tributaire achevé des grandes civilisations, l'État protège sur ce plan les communautés villageoises » (idem, p. 10 et 26).

33En Syrie, comme dans tout le Proche-Orient, les féodaux jouaient un rôle d"'agent de liaison" entre le pouvoir central et la campagne. La jouissance pour les paysans d'une certaine partie de terre, à côté des grands propriétaires, justifie l'appellation de "propriété féodale" (I. Smilianiskaya. 1989, p. 20) et le rejet de toute assimilation au "mode de production asiatique". De plus, à la différence du système asiatique, l'artisanat n'était pas seulement le complément autarcique de la vie rurale. Il était spécifique à chaque région et débouchait sur une commercialisation. Pour toutes ces raisons, nous préférons utiliser le terme de "féodalisme oriental". « Ce système n'a guère été modifié durant toute la période ottomane. Les Ottomans reconnaissaient l'existence d'une propriété communautaire sur la terre. » (idem, p. 122)

34Mais la fiscalité pesait lourdement sur les paysans car les terres appartenaient à l'État – terres aminées -, et la véritable propriété privée, mulk, n'existait que pour les espaces bâtis et les jardins ou terrains autour des villes (périmètre urbain).

35D'autre part, les autorités ottomanes cherchaient toujours des alliés parmi les notables et les chefs de tribus en leur offrant la possibilité de mettre la main sur des grands domaines de l'État.

36C'est en 1858 que la première loi foncière (loi du 14 décembre 1858) fut promulguée. Elle représente un premier effort de classification des terres agricoles, en créant un service de l'enregistrement foncier (le defterkhan'e), chargé de distribuer à chaque possesseur de terre (mulk ou amiriée) un titre officiel de propriété, le sened tabou (acte foncier) et de réglementer l'exploitation, la location, les hypothèques, les legs, la vente, etc. (al-Dbiyat, 1980, p. 100).

37En fait, cette loi a inauguré l'émergence de la grande propriété, car les paysans, hostiles à toute autorité, ont été convaincus que la réforme foncière n'avait d'autre but qu'un alourdissement des impôts. Les notables et les chefs de tribus ont profité de cette situation et ont inscrit les terres à leur nom, avec l'accord des paysans et de l'autorité centrale. Il suffisait d'une simple déclaration pour obtenir un acte foncier, d'autant que l'autorité ottomane n'acceptait pas l'inscription des terres communautaires (moucha'a) au nom du village. Il fallait des acquéreurs nominatifs et un seul suffisait. À ce propos, A. Na'aman (1950, p. 54) dit : « Ce nouveau mode de conservation était précaire car il ne s'appuyait sur aucun travail technique du cadastre, il indiquait souvent des quote-parts nominales aux ayants droit sans aucune délimitation. »

38C'est ainsi que les notables de Hama et de Homs se sont appropriés une importante partie des terres agricoles de la Syrie centrale. Ils ont abusé de l'ignorance des paysans et ont utilisé tous les moyens pour parvenir à leur but : fraude, corruption et violences. Tout cela a été justifié par la raison du plus fort avec l'accord tacite des autorités ottomanes et au moment (début du xxe siècle) où l'agriculture commençait à se transformer, passant de la spéculation à l'exportation des matières premières agricoles (coton, tabac, soie...) vers les marchés occidentaux.

  • 4 Le timar signifie une propriété conditionnée par un service militaire en contrepartie.

39À. Hana (1989, p.339) a analysé cette évolution ainsi : « Les réformes ottomanes sont de nature bourgeoise libérale. Elles n'ont pas pu aboutir, au milieu du xixe siècle, au passage d'un type féodal oriental de production à un type capitaliste. La transformation a eu lieu, après la promulgation de la loi de 1858, du type des rapports féodaux ottomans et ses formes (timar4, malkané), à une nouvelle forme qui satisfait les pressions internationales à l'époque du passage du féodalisme au capitalisme. Cela exprime l'arriération des forces productives à l'intérieur du système ottoman. »

40Sous le Mandat français, de nouvelles lois furent promulguées, visant à l'application de nouvelles méthodes cadastrales :

  • loi n° 171, du 10 mars 1926, qui abolit les terres moucha'a et impose leur division entre ceux qui les occupent ;

  • décret n° 275, du 5 mai 1926 modifié en date du 15 mars 1927, qui concerne la vente et la gestion des terres domaniales ;

  • loi n° 3339, du 12 novembre 1930, relative au Code de la propriété immobilière ;

  • arrêté n° 37/DR, du 15 mars 1934, relatif au remembrement des parcelles.

41Mais l'application de toutes les lois mandataires n'a pas arrêté le mouvement de constitution de la grande propriété, qui ne respectait pas les limites imposées. Car « l'autorité mandataire a trouvé dans la survie des féodaux une caution à son autorité », comme l'explique clairement le général Catroux dans son livre Deux taches au Moyen-Orient (p. 10) : « Les paysans ont été contraints de suivre leurs maîtres féodaux qui se sont alliés à l'autorité mandataire, après une période d'hésitation. Ils ont été convaincus que leurs intérêts ne seraient pas touchés... En effet, Homs et Hama comprenaient un groupe de notables qui possédaient des vrais domaines et qui manifestaient un esprit national. Mais, en réalité, ils étaient plus attachés à leurs intérêts personnels, car ils avaient compris que le système du Mandat ne signifiait pas un système démocratique qui aboutirait à la redistribution des terres... Ces grands propriétaires ont participé à la politique mandataire et ont aidé au contrôle de l'opinion publique dans les campagnes. Donc Homs et Hama ne sont plus les forteresses du nationalisme. » (cité par A. Yassine, 1979, p. 18)

42Il faut ajouter que la politique mandataire visait aussi à la création d'une classe de propriétaires moyens, plus favorable à l'introduction de l'agriculture capitaliste que celle des grands propriétaires, qui exploitaient leurs domaines selon le système du métayage. « En Syrie, la part de la propriété moyenne, qui concernait 15 % des terres agricoles avant le Mandat, est passée à 33 % à l'époque du Mandat. » (Yassine, p. 20)

43L'indépendance (1946) n'apporte aucune modification car le pouvoir politique tombe dans les mains des grands propriétaires. Bien plus, la loi n° 84 de 1954 va encore plus loin en autorisant l'enregistrement de 500 ha, prélevés sur les terres domaniales, au profit du propriétaire. Il a fallu attendre l'année 1958 pour que soient décrétées, enfin, des lois de réforme agraire destinées à faire disparaître la grande propriété. Celle-ci occupait, à la veille de la réforme, 35 % des terres agricoles exploitées dans le pays, sous la main-mise de 0,6 % de la population totale (3 240 grands propriétaires), avec une moyenne de 700 ha par propriétaire. Dans le même temps, il y avait 70 % des paysans sans terres (Yassine, p. 37).

1.2.2 – Hama, foyer de grands propriétaires

44La Syrie centrale a été avec Hama la région des grands propriétaires. Il en était ainsi du temps où J. Weulersse appelait Hama « la forteresse de la grande propriété » (1946, p. 107). Elle fut le symbole de l'inégalité sociale qui faisait souffrir les paysans. Par suite, c'est à

  • 5 Le Parti socialiste s'est uni au Parti Ba'ath arabe, en 1953, pour créer le Parti Ba'ath arabe soci (...)

45Hama que le Parti socialiste fut fondé en 1947, dont l'un des principaux objectifs était l'abolition de la grande propriété5.

46C'est aussi à Hama que résidaient les familles des iqta'i-s (féodaux) les plus connues en Syrie ; certaines étaient d'origine étrangère et s'étaient implantées dans la région à l'époque ottomane. Parmi celles-ci, notons les Barazi d'origine kurde, les Azem d'origine turque, et les Kilani d'origine irakienne. Les notables de Hama (et de Homs) ont donc constitué leurs domaines pendant les périodes ottomane et mandataire. À la fin du xixe siècle, c'est-à-dire après la loi de 1858, les grands propriétaires détenaient, concurremment avec l'État, la plus grande partie des terres agricoles, comme le montre le tableau suivant présenté par A. Hana (1975, p. 107, cité par A. Yassine, 1979, p. 14).

TABLEAU 49. Structure de la propriété foncière de Syrie centrale, selon les villages en 1912

TABLEAU 49. Structure de la propriété foncière de Syrie centrale, selon les villages en 1912

47Il existait donc très peu de villages dont les terres appartenaient complètement aux paysans ou à ceux-ci et à l'État. D'autre part, il faut noter que dans la région de Salamieh, les villages – propriétés des grands propriétaires – étaient en fait détenus par des latifundiaires de Hama, ceux de Salamieh étant peu nombreux et ne possédant entièrement que trois villages (M. al-Dbiyat, 1980, p. 102 et fig. 19). M. Kurd Ali (1926, p. 204) a souligné cette importance de la grande propriété : « Dans les alentours de Hama, on trouve 124 villages dont 80 % appartiennent aux "Maîtres de prestiges" (les féodaux) dont le nombre ne dépasse pas celui des doigts de la main ; le reste appartient aux paysans et à la classe moyenne. Dans les alentours de Homs, on trouve 176 villages dont 80 % appartiennent aux notables et le reste est une propriété commune entre ces notables et les paysans. »

48Parfois, sans même recourir aux facilités offertes par la loi de 1858, les notables sont arrivés à acquérir des terres :

  • Certaines (mais ces cas furent rares) étaient données par le sultan à tel haut fonctionnaire dont il voulait récompenser les services (Asie française, 1933, p. 133) : des villages entiers faisaient l'objet de tels cadeaux.

  • Il était également possible d'acheter des villages à des tribus de nomades ; ceux-ci, n'étant pas très attachés à la terre, cédaient leur village pour une somme d'argent peu élevée ; de toute façon la décision appartenait au chef de tribu. Entre 1880 et 1915, on a recensé 20 villages vendus par les tribus Maouali et Beni-Khaled aux notables de Hama, principalement aux Barazi, Azem et Kilani (idem, p. 133 ; cf. fig. 29).

  • Outre ces méthodes dites "légales", différents procédés ont eu cours, allant de l'annexion brutale à la confiscation de la terre d'un paysan qui n'avait pas pu rembourser ses dettes. En effet, souvent, les paysans étaient contraints de chercher crédit auprès des notables ou des commerçants de la ville, surtout à la suite de sécheresses, malheureusement très fréquentes dans une région soumise à des précipitations irrégulières. « Il est un procédé encore plus fréquent qu'utilisent les notables pour dépouiller les paysans de leurs avoirs, c'est l'usure » (idem, 1933, p. 134). Pour ce faire les notables employaient alors les crédits qu'ils obtenaient de la banque agricole sous le prétexte d'investir pour améliorer la production agricole. On conçoit que les taux d'intérêts exigés par la banque et ceux exigés par les notables n'étaient pas les mêmes. Dans ce dernier cas, ils s'élevaient généralement au double ou au triple de la somme empruntée.

  • Enfin, les notables récupéraient des terres au titre des services rendus aux villageois, en profitant de leurs relations avec des autorités résidant en ville. Comme le dit Weulersse (1946, p. 96) : « l'anarchie du régime foncier mène inévitablement ainsi à l'arbitraire ; on en arrive à ce point qu'en fait le statut réel d'une terre rurale compte assez peu, c'est le statut de son propriétaire qui importe : la qualité du maître influe sur celle du bien et peut même la déterminer. »

  • 6 Pour plus de détails sur cette question, voir : M. al-Dbiyat, 1980, p. 118-125 ; Asie française, 19 (...)

49C'est dans ce contexte que la grande propriété s'est progressivement formée : les paysans sont passés du statut de petit propriétaire à celui de métayer sur leurs propres terres. En effet, le système courant de faire-valoir, à l'époque, était le métayage qui existait sous plusieurs formes en fonction de la participation du métayer au financement des moyens de production (semences, engrais, etc.), parfois réduit au seul apport de sa force de travail. La part du métayer pouvait varier entre 20 % et 50 % de la récolte6. Ainsi à la fin du Mandat français, la structure de la propriété foncière faisait la part belle à la grande propriété ; nous pouvons le constater avec le tableau 50 :

TABLEAU 50. Structure de la propriété foncière en Syrie centrale en 1945

TABLEAU 50. Structure de la propriété foncière en Syrie centrale en 1945

Source : A. Yassine, op. cit., p. 20.

  • 7 Cette politique mandataire a bien réussi dans le nord-est du pays, dans la région de la Jézireh. En (...)

50Simultanément, il y eut aussi un certain développement de la propriété moyenne, surtout dans la mohafaza de Hama. Cette catégorie a progressé durant le Mandat, plus particulièrement dans les zones irriguées. Elle correspondait aux vœux et aux objectifs de l'autorité mandataire qui visait à introduire l'agriculture capitaliste dans le pays, en encourageant l'exportation des matières premières agricoles, comme le coton7.

51Une fois l'indépendance acquise, la situation n'a d'abord guère évolué car le pouvoir était passé aux mains des grands propriétaires. En 1955, c'est-à-dire presque dix ans après la proclamation de l'indépendance, les grandes propriétés avaient encore augmenté à Hama et leur superficie, qui représentait 31 % sous le Mandat, était passée à 35 % ; toutefois, dans la mohafaza de Homs, elles avaient commencé à diminuer en faveur de la propriété moyenne, comme le montre le tableau suivant :

TABLEAU 51. Structure de la propriété foncière en Syrie centrale en 1955

TABLEAU 51. Structure de la propriété foncière en Syrie centrale en 1955

Source : A. Yassine. op. cil.. p. 35.

  • 8 Les limites administratives du caza (mantiqa) de Hama s'étendaient, à l'époque, sur la mantiqa de M (...)

Fig. 29 – Constitution des latifundia dans le caza de Hama depuis un demi-siècle8
Source : Asie française. 1933. p. 133.

  • 9 Le sultan Abdul Hamid II, I842-19I8, possédait à lui seul I 100 villages en Syrie, la plupart situé (...)

52La progression de la grande propriété, dans la mohafaza de Hama, résultait de la loi n° 84 de 1954 qui autorisa l'acquisition de 500 ha prélevés sur les terres domaniales au profit d'ayants droit qui les cultiveraient. En conséquence, l'étendue des terres domaniales a diminué entre 1945-1955 de 69 % à 60 % du total dans la mohafaza de Homs, et de 44 % à 37 % dans celle de Hama (voir les deux tableaux précédents). En fait, c'étaient d'anciennes possessions des sultans ottomans (appelées jeftlik à l'époque), des pâturages non cultivables dans les steppes orientales, des forêts, etc9.

53La constitution progressive des grandes propriétés, en Syrie centrale comme ailleurs, a été encouragée par le climat politique et social régnant dans une société où le pouvoir décisionnaire appartenait à quelques individus : chefs de tribus, chefs religieux, chefs des grandes familles. Ceux-ci savaient obtenir l'accord des tuteurs politiques locaux, souvent étrangers, profitaient de l'imprécision des lois coraniques concernant l'appropriation de la terre et aussi de l'absence soit de statut juridique de la terre soit d'enregistrement des biens immobiliers soit de cadastre.

54D'autre part, les conditions climatiques de la région ont joué un rôle non négligeable. Les vastes plaines à culture céréalière pluviale n'exigeaient pas beaucoup de travail et demeuraient soumises à un régime communautaire. Ce sont les chefs de village qui décidaient de la répartition des parcelles entre les fellahs ou, comme nous l'avons déjà vu, de leur vente. De plus, les inconvénients propres au climat, comme l'irrégularité des précipitations, rendaient les paysans dépendants des villes et de leurs commerçants, dont une grande partie étaient également des propriétaires terriens : la terre a toujours paru constituer un placement à la fois légal et sûr.

  • 10 Cité par B. Khader. 1978. p. 231.

55Le métayage était un système qui correspondait bien au climat social, ainsi que le dit R. Hilan : « Le métayage a permis la subordination d'une classe à une autre, favorisant l'extension du patronage et de la clientèle. »10

  • 11 Son travail très important et unique en son genre sur la vie paysanne dans l'ensemble du Proche-Ori (...)

56Or les villes demeuraient fermées aux paysans sans terre, car les activités qui y dominaient (l'artisanat et le commerce) étaient contrôlées par les citadins. D'ailleurs, il y eut des périodes où le paysan n'avait pas le droit de quitter la terre et s'il s'y risquait, les autorités ottomanes le faisaient revenir par la force (I. Smilianiskaya, 1989). Dans une telle situation, la vie des fellahs n'était donc pas facile. « La grande propriété se nourrit de la misère », disait J. Weulersse (1946. p. 120)11. D'où la nécessité de plus en plus ressentie d'une réforme agraire.

  • 12 Cette loi fut promulguée sept mois après l'acte d'union syro-égyptienne. Il s'agissait d'étendre à (...)

57C'est en 1958 que la première tentative de réforme agraire, en Syrie, eut lieu avec la promulgation de la loi n° 161 du 27 septembre 195812. Cette loi limitait l'étendue des terres possédées par un même propriétaire à 40 ha pour les terrains irrigués et complantés. et 300 ha en cas de cultures sèches. Chaque propriétaire était autorisé à céder à sa femme et à chacun de ses enfants 10 ha (1ère catégorie) ou 40 ha (2e catégorie), à condition que ces dotations ne dépassent pas au total 40 ha (en terre irriguée) ou 160 ha (en terre sèche). Quant à la redistribution des surfaces ainsi libérées, elle devait s'effectuer au profit des paysans sans terre et, en premier lieu, des anciens métayers ou fermiers à raison de 8 ha (en terre irriguée) ou 30 ha (en terre sèche).

58Les opérations d'expropriation, très lentes, se trouvèrent stoppées en 1961 lorsque se défit l'union avec l'Égypte. Aussi, la dilapidation des terres domaniales reprit entre 1961 et 1963 car le gouvernement était dominé par les grands propriétaires. En 1963, après l'arrivée du Parti Ba'ath socialiste au pouvoir, une nouvelle loi, plus radicale, fut promulguée. Le décret législatif n° 88, du 23 juin 1963, abaissa le plafond de la propriété entre 15 et 50 ha dans les terres irriguées et complantées (selon la région géographique et le mode d'irrigation), et entre 80 et 300 ha dans les terres non irriguées (inversement proportionnel aux moyennes pluviométriques). D'autre part, la loi imposa la création de coopératives agricoles auxquelles les bénéficiaires de la réforme agraire devaient obligatoirement adhérer. Cette fois, les opérations d'expropriation et de redistribution reprirent et furent menées presque jusqu'à leur terme.

TABLEAU 52. Taille des propriétés expropriées en Syrie centrale entre 1958 et 1963

TABLEAU 52. Taille des propriétés expropriées en Syrie centrale entre 1958 et 1963

Source : Dépouillement des données fournies par les services de la réforme agraire de Hama et de Homs, réalisé en 1990.

59Ces réformes successives ont été fortement critiquées, en particulier la première, celle de 1958. En autorisant, pour les grands propriétaires, la cession d'une superficie déterminée aux membres de leur famille, cette loi a permis de conserver, quasiment en l'état, le statut et la puissance de ceux-ci. Ce fut notamment le cas pour les terres non irriguées. La réforme agraire n'a pas diminué le nombre des grands propriétaires en Syrie. Elle a seulement diminué la superficie de leurs domaines (A. Yassine, 1979, p. 50). La même chose a été dite à propos de la loi de 1963 (nous reviendrons sur ces critiques). C'est à partir des opérations d'expropriation partielle que nous avons pu dresser des tableaux qui prouvent l'importance de la grande propriété en Syrie centrale, car, avant la réforme, les données n'étaient pas précises : « Il était courant de rencontrer de grands propriétaires qui non seulement étaient incapables de chiffrer la superficie exacte de leurs domaines, mais qui ignoraient jusqu'au nombre des villages qu'ils possédaient. » (J. Weulersse, 1946, p. 113)

60Jusqu'en 1984, date de l'application de la dernière loi relative à la propriété foncière en Syrie (la loi n° 31 du 14 mai 1980, qui modifie sensiblement la loi de 1963), l'État a exproprié environ 139 000 ha dans la mohafaza de Hama et 146 300 ha dans celle de Homs. La majeure partie des propriétés expropriées appartenait à la catégorie des plus de 500 ha, laquelle couvrait 77,8 % de la superficie totale de la mohafaza de Homs et 66 % de celle de Hama (cf. tableau 52).

61On possède ainsi une image très précise de la place occupée par la grande propriété dans la mohafaza de Homs, qui était jusqu'alors minimisée par les Homsiotes. Si l'on retient une étendue minimum de 100 hectares pour définir la grande propriété référence de statistiques agricoles syriennes (cf. tableaux 49 et 51) on remarque qu'elle concernait, dans la mohafaza de Homs, plus de 95,4 % des terres expropriées et environ 11,6 % du total des propriétés (cf. tableau 54, total = 1 199 000 ha), soit 139 738 ha. Donc l'expropriation a touché la presque totalité des terres appartenant aux grands propriétaires, dont la part est tombée à 13 % en 1955 (cf. tableau 51).

62Pour la mohafaza de Hama, l'analyse des données montre qu'une partie seulement des grandes propriétés a été touchée. En 1955, 35 % des terres appartenaient à de grands propriétaires (cf. tableau 51), c'est-à-dire environ 256 200 ha. Or, n'ont été expropriés que 139 146 ha dont 132 453 appartenaient à de grands propriétaires soit 18,1 % de la superficie totale de la mohafaza (cf. tableau 54, total = 732 000 ha). Ce phénomène s'explique par le fait que les grands propriétaires ont pu inscrire des terres aux noms de leurs femmes et leurs enfants. Ainsi, leur pouvoir est certes affaibli, mais il n'a pas disparu.

TABLEAU 53. Répartition des terres expropriées en Syrie centrale, selon les principales villes

TABLEAU 53. Répartition des terres expropriées en Syrie centrale, selon les principales villes

Source : Dépouillement personnel des données fournies par les services de la réforme agraire de Hama et de Homs, réalisé en 1990.

63Il existe aussi d'autres différences notables entre Hama et Homs. On s'aperçoit que la part des propriétaires relevant de la ville de Hama était de loin plus importante que celle des propriétaires originaires du reste de la mohafaza (91,1 % contre 8,9 %) et que celle des Homsiotes dans la mohafaza de Homs (44,1 %) (cf. tableau 53). De plus, les propriétaires terriens habitant Hama constituaient 84,1 % du total des propriétaires de la mohafaza contre 61,2 % pour Homs.

  • 13 D'une manière générale, les limites administratives ont respecté l'origine des propriétés du villag (...)

64Enfin, les limites territoriales des mohafaza-s se conforment généralement à celles des domaines citadins (cf. fig. 30). Seules 2,6 % des terres expropriées dans la mohafaza de Homs appartenaient à des Hamaouis, et 2,1 % dans la mohafaza de Hama à des Homsiotes ; encore s'agit-il souvent de villages situés sur la frontière qui sépare les deux départements. La seule exception est un domaine en copropriété localisé dans le sud de la mohafaza de Homs, comme le montre la figure 3013. Cette carte met en évidence l'extension des possessions des Hamaouis et l'homogénéité de cet espace qui s'étend jusqu'aux limites occidentales du département, au pied du Massif alaouite. La plupart des villages concernés appartenaient aux latifundiaires dans leur intégralité. Nous avons déjà vu qu'en 1912 les grands propriétaires de Hama régnaient sur environ 170 villages, et ceux de Homs sur 117. La plupart de ces villages se trouvaient à proximité de l'Oronte et dans les secteurs propices à la céréali-culture sèche. Les grands domaines des Homsiotes n'étaient pas, à l'origine, inférieurs à ceux de Hama, mais l'attachement de leurs propriétaires était moins farouche, peut-être parce que Hama avait été capitale régionale durant l'époque ottomane et que la terre conférait un poids politique face à l'autorité centrale.

  • 14 Certains estiment que cette différence de comportement résulte de l'origine non arabe des propriéta (...)

65On a assisté ainsi, à partir du début des années 50, à des cessions de terres plus considérables à Homs qu'à Hama : en effet les bourgeois homsiotes commencèrent à investir dans la petite industrie, tandis que ceux de Hama ne désiraient qu'étendre encore leur patrimoine foncier ou dilapider leurs revenus dans des dépenses somptuaires (grandes fêtes, châteaux, voyages au Liban). Ajoutons enfin que la réputation de Hama comme "ville de féodaux" vient de la prédation et de la tyrannie qu'exerçaient ces propriétaires contre leurs paysans14 alors que ceux de Homs « étaient gentils », comme nous l'a confié un ancien métayer.

66La réforme agraire a amoindri la puissance des propriétaires citadins sur les campagnes, où ils ne sont plus que des propriétaires moyens. Mais le poids de la ville continue indirectement à se faire sentir par le biais des financements (surtout à taux usuraire) et par son rôle dans la commercialisation des produits de la terre. On observe aussi la multiplication de contrats d'association : le citadin apporte le capital et le paysan offre sa terre et son travail. Nous avons déjà constaté que « la réforme agraire répondait plus à des objectifs politiques qu'à des objectifs socio-économiques » (M. al-Dbiyat, 1980, p. 107). D'autres auteurs évoquent un phénomène de "koulakisation" des campagnes syriennes (B. Khader, 1978, p. 535 et S. Amin, 1973, p. 27).

67L'un des objectifs de la réforme agraire était de freiner l'exode rural. Il n'a pas été atteint ; l'exode rural s'est poursuivi. S'agit-il de l'échec de la politique agraire (B. Khader, 1978) ou des effets d'une réforme imparfaite ? Quoi qu'il en soit, la croissance démographique intervient, pour beaucoup, dans cet exode, comme nous l'avons déjà mentionné (cf. 1ére partie). La faible dimension des lots distribués au titre de la réforme agraire ou à la suite de l'aménagement du Ghab et les rendements peu élevés dus au manque d'eau ne permettent pas d'assurer la survie d'une large famille (7 personnes en moyenne) dans les zones rurales de notre région ou d'ailleurs en Syrie.

68Les données sur la structure actuelle de la propriété sont fournies seulement au niveau de l'ensemble des mohafaza-s. Il est donc impossible de déterminer l'importance des propriétaires originaires de telle ou telle ville. Toutefois, ces données, issues du recensement agricole de 1981, soulignent l'accroissement de la part des petits propriétaires par rapport à la situation antérieure à la réforme agraire : elle représente 26,6 % des terres agricoles dans la mohafaza de Homs et 32,7 % dans celle de Hama, la différence s'expliquant par le fait que la plaine du Ghab ne connaît que la petite propriété. Inversement, la grande propriété a reculé de 5,8 % dans la mohafaza de Homs et de 10,6 % dans celle de Hama, comme le montre le tableau 54.

Fig. 30 – Les propriétés citadines ventilées par villages, lesquels appartenaient en totalité ou partiellement aux latifundiaires de Hama ou de Homs

  • 15 Recensement agricole de 1981, relatif à la mohafaza de Hama, tableau n° 5.

69Il est évident que c'est aujourd'hui la propriété moyenne qui domine : 67,6 % (Homs) et 56,7 % (Hama) ; et cela, parce que les grands propriétaires ont été ravalés au rang de propriétaires moyens. On constate aussi que la majorité des propriétaires, qui sont de petits propriétaires, ne détiennent que la plus petite part des terres agricoles : ils représentent 73,3 % du total des propriétaires dans la mohafaza de Homs, mais ne possèdent que 26,6 % des terres agricoles. La situation est la même dans la mohafaza de Hama : respectivement 79,5 % et 32,7 % (cf. aussi fig. 31). Tout cela permet d'affirmer qu'il y a bien eu un phéno-mène de "koulakisation" au bénéfice de la propriété moyenne, soit par achat, soit par location. D'autre part, l'existence d'une masse de petits propriétaires renforce l'influence de la ville dans le monde rural car ceux-ci ont toujours besoin de soutiens financiers ou matériels. Malheureusement, le recensement agricole n'a pas pu rendre compte de la contractualisation sous ses différentes formes, pour la simple raison que ces contrats ne sont pas déclarés. Par exemple, on comptait seulement six cas d'association financière pour l'ensemble de la mohafaza de Hama en 1981 (dont deux dans la ville15) et moins encore pour celle de Homs (trois cas), ce qui est très loin de la réalité.

TABLEAU 54. Structure de la propriété foncière dans les mohafaza-s de Homs et de Hama, en 1981

TABLEAU 54. Structure de la propriété foncière dans les mohafaza-s de Homs et de Hama, en 1981

Source : Recensement agricole de 1981.

70On peut à présent affirmer que le poids de Hama dans le domaine de l'agriculture est supérieur à celui de Homs. Cela est lié au potentiel naturel (les terres de Hama sont meilleures, la superficie cultivable plus importante ; cf. tableau 48) et aussi au mode d'appropriation de la terre. Les chapitres qui suivent feront souvent référence à l'agriculture et montreront ses effets dans différents domaines : artisanat, commerce, industrie, et même organisation du réseau urbain. Ces relations villes-campagnes sont encore plus étroites s'agissant de l'élevage ovin.

1.3 – LES VILLES ET LE PASTORALISME

  • 16 La transhumance d'été ou d'hiver est très pratiquée dans le pays et depuis longtemps.

71En général, les grandes villes consomment, commercialisent ou transforment les produits de l'élevage issus de leur région. Mais il est rare d'en trouver qui participent directement à cet élevage, surtout quand il est non sédentarisé. C'est pourtant le cas de l'élevage ovin en Syrie, lequel est pratiqué par des bédouins nomades ou semi-nomades qui parcourent les steppes pendant l'hiver et, après la récolte, les zones cultivées pendant l'été (plateaux de Homs et de Hama et vallée de l'Oronte, surtout dans le Ghab)16.

72Dans notre région, l'élevage ovin a toujours été important. Le milieu naturel est plus favorable à l'élevage qu'aux cultures partout où il tombe moins de 200 mm de pluie par an : c'est la badia qui représente 55 % de la superficie totale du pays, 56 % de celle de la Syrie centrale (cf. tableau 46) dont 96 % sont dans la mohafaza de Homs.

Fig. 31 – Structure de la propriété foncière en Syrie centrale, en 1981
Source : Recensement agricole, 1981.

73Ce vaste espace (28 600 km2) de l'intérieur de notre région (cf. fig. 3) est loin d'être un vrai désert : « Ce terme consacré par l'usage n'est pas tout à fait exact. La plus grande partie des plaines ne sont pas radicalement stériles. Lorsque les hivers ont été pluvieux, le sol se couvre au printemps d'une flore éphémère mais abondante. Il s'agit plutôt, en réalité, d'une immense steppe. » (R. Gombault, 1948, p. 148).

  • 17 La race de moutons dont il s'agit là, appelée localement "awas" et semblable à la race "karakuf, co (...)

74En outre, ces steppes disposent d'un réseau de puits et de petits barrages destinés à soutenir l'élevage ovin. Par ailleurs, le mouton est un animal adapté à la sécheresse et à une végétation aromatique. Il peut se contenter d'une herbe fine et rare17.

75Toute la production ovine est utilisée : laine, viande, graisse et lait. Ce dernier est largement consommé dans le pays sous forme de beurre (samné), fromages et yaourts. L'élevage ovin représente l'activité principale d'une bonne partie de la population, notamment des bédouins nomades et des bédouins semi-sédentaires qui occupent la partie orientale de la région, ainsi que des agriculteurs qui compensent les mauvaises récoltes des années sèches par la production ovine.

76Or, Homs et Hama qui contrôlaient déjà, à l'ouest, une région consacrée depuis l'Antiquité à une agriculture sédentaire, ne pouvaient demeurer indifférentes aux activités pastorales qui se déroulaient à l'est. De fait les liens entre ces villes et les bédouins existent depuis l'époque où le commerce à longue distance se mit à jouer un rôle important dans l'économie urbaine. Les bédouins servaient alors de guides aux caravanes commerciales qui traversaient les steppes en allant vers l'est. C'est une grave erreur de croire que le monde nomade a toujours été en guerre avec le monde sédentaire et que les seuls rapports furent d'hostilité. Ils ont, bien sûr, parfois existé (Ibn Khaldoun, 1967-1968) ; on a pu évoquer la haine innée du bédouin pour le travail de la terre et pour tout ce qui représente l'appropriation privée de l'espace, entrave à la liberté de circulation des troupeaux. Mais ces conflits se sont toujours développés en période d'insécurité, suite à une sécheresse catastrophique, car de tout temps les pasteurs ont eu besoin de la ville : « Le nomade ne peut vivre uniquement de laitages et, exceptionnellement, de viande ; il lui faut des grains et de la farine [...]. Il a même besoin des cités et de leurs artisans pour les piquets de fer de sa tente, pour ses harnachements, pour ses armes, et pour ce que l'on peut appeler le luxe de la vie du désert : café, thé et sucre. » (J. Weulersse, 1946, p. 62)

77Actuellement, ses besoins sont bien plus nombreux : pièces détachées et réparation pour le camion ou le tracteur, produits alimentaires pour le bétail, services vétérinaires, et même télévision et entretien du récepteur. L'existence de villes, comme Palmyre ou Sukhneh, en plein cœur de la steppe, en fournit la preuve. De nos jours, la presque totalité des pasteurs sont également des cultivateurs. C'est le cas des sédentaires de la partie orientale de la Syrie centrale qui pratiquent cette double activité. D'autres, par contre, ont totalement abandonné l'élevage : bédouins du nord et nord-ouest de Hama. On trouve aussi des bédouins qui sont devenus des "néo-citadins" en s'installant dans les faubourgs de Hama et de Homs.

1.3.1 – Les relations entre citadins et pasteurs

78L'effectif ovin, en Syrie centrale, est très important relativement au cheptel national : en 1984 il en représente 30 % (cf. tableau 55). On notera sa variabilité, tant au niveau national que régional. L'extension de la badia, incluse dans la Syrie centrale, et l'importance de la population d'origine bédouine qui s'y est sédentarisée sont à l'origine de cette situation. Et puis, il y a la proximité de centres urbains capables d'assurer la commercialisation de la production ovine : il existe en effet des marchés aux moutons quotidiens à Hama, Homs, Salamieh, hebdomadaires dans d'autres bourgades, comme à Khan Cheikhoun ou Ma'aret al-No'aman (mohafaza d'Idlib). Ces marchés, sont appelés localement "bazars".

  • 18 Nous avons eu recours à ce procédé lors de notre étude de la région de Salamieh. Les résultats avai (...)

79L'évaluation du nombre des éleveurs citadins comme de l'effectif de leurs troupeaux s'avère difficile. D'une part, les données du recensement agricole de 1981 sont basées sur les divisions administratives ; d'autre part, les troupeaux sont déclarés et enregistrés au nom du pasteur, propriétaire ou même seulement associé car cela autorise l'adhésion à une coopérative ovine qui n'est ouverte qu'à ceux qui pratiquent officiellement l'élevage (pasteurs ou paysans-pasteurs). Cette adhésion est intéressante pour l'éleveur car elle lui permet de bénéficier de produits alimentaires pour bétail, plus chers sur le marché libre ou le "marché noir", et d'obtenir des crédits. Nous avons essayé de chiffrer les "éleveurs citadins" ou les "associés-citadins" auprès des agents du fisc. Mais les résultats de l'enquête ne sont pas satisfaisants18.

TABLEAU 55. L'évolution de l'effectif ovin en Syrie centrale par rapport à l'effectif national entre 1955 et 1984

TABLEAU 55. L'évolution de l'effectif ovin en Syrie centrale par rapport à l'effectif national entre 1955 et 1984

Sources : Annuaires statistiques. 1955. 1960 et 1984.

  • 19 F.A.O. = Food and Agriculture Organization.
  • 20 Il faut signaler que les autorisations de culture dans les steppes se sont multipliées ces dernière (...)

80Toutefois, on estime que la moitié du cheptel ovin de Syrie centrale appartient de facto aux citadins. C'est ce qu'a révélé une étude effectuée par la F.A.O.19 consacrée au développement de l'élevage ovin en Syrie et aux cultures fourragères, afin d'évaluer une situation dégradée par le surpâturage et l'expansion des cultures céréalières dans les steppes (officiellement interdites, sauf autorisation spéciale) (O. Daraz, 1977)20. Ce rapport révèle l'influence des citadins dans le domaine de l'élevage. À propos de la création des coopératives ovines, le rapport note : « Le refus du projet par les tribus bédouines a été le résultat de l'influence des commerçants citadins qui détiennent la grande majorité des troupeaux. Ceux-ci ont cru que la fondation de la coopérative ovine allait limiter leurs revenus des ressources de la "badia", et menacer de créer des difficultés dans le domaine de l'appropriation des troupeaux, et il a fallu deux ans pour persuader les éleveurs de l'intérêt du projet. » (idem, p. 22)

  • 21 Enquête directe personnelle, en mars 1990, auprès des courtiers de chaque marché.

81En 1989, il y avait, dans la région centrale, 232 coopératives réparties entre : coopératives d'élevage (72), coopératives d'élevage et d'amélioration des pâturages (132) et coopératives d'embouche (38). La grande majorité se trouvent, naturellement, dans la mohafaza de Homs (84 %). Mais, bien que l'effectif ovin et le nombre des coopératives ovines y soient plus importants, c'est la ville de Hama qui détient la plus grande partie des troupeaux appartenant aux citadins de la Syrie centrale. On en voit la preuve dans la production animale : en 1984, la mohafaza de Hama a produit 4 214 tonnes de fromage de brebis contre 2 734 tonnes pour celle de Homs, alors que cette dernière avait déclaré un effectif ovin deux fois plus important que celui de Hama (cf. tableau 55). Toutefois, Homs dépasse Hama quant à la production de viande : 37 138 tonnes en 1984 contre 15 737 tonnes. Cela correspond à une spécialisation dans l'embouche intensive. Par contre, le beurre "hamaoui" (beurre de brebis vendu par les commerçants de Hama) est très réputé en Syrie. Ajoutons encore l'activité du marché de moutons de Hama. Ce "bazar" assure quotidiennement la vente de 4 000 à 6 000 têtes, tandis que celui de Homs ne dépasse pas les 5 000 têtes21.

82Un autre facteur joue en faveur de Hama : l'origine tribale des éleveurs. La majorité des pasteurs appartiennent à la tribu des Maoualis ; ils se répartissent certes entre les deux mohafaza-s, à l'est de Salamieh. Mais une partie d'entre eux s'est sédentarisée, depuis longtemps, dans les villages proches de Hama (comme Soran au nord de la ville), et par suite les rapports des Maoualis avec les Hamaouis sont devenus plus importants que ceux avec les Homsiotes. Contribue également à cela le système de commercialisation des produits animaux : les commerçants de Hama jouent le rôle de courtier ou d'intermédiaire tandis que ceux de Homs se contentent d'acheter ces produits. Aussi les éleveurs préfèrent-ils traiter avec les premiers pour profiter des fluctuations du marché.

1.3.2 – Influence indirecte des citadins sur les pasteurs

83Il existe deux types de relations qui permettent la pénétration du monde citadin dans celui de l'élevage ovin. Ce sont les rapports directs et les rapports indirects liés au type du contrat.

Contrat salarial :

84C'est le moins fréquent dans notre région, car peu apprécié par les bédouins. Le citadin propriétaire d'un troupeau le confie, pour une durée limitée dans le temps (souvent une année), à un berger. Celui-ci utilise le système de parcours ordinaire (transhumance d'été et transhumance d'hiver) en échange d'un salaire mensuel. Tous les frais sont à la charge du propriétaire, même lorsque le déplacement du troupeau s'effectue par camion.

85Le contrat commence à la fin du mois de septembre. Pendant la saison de production du lait, qui dure 3 mois et qui commence en février ou en mars selon le climat, le proprié-taire afferme la production à l'avance. Dans la plupart des cas, le berger est lui-même contractant (damman) pour cette opération secondaire. La production est estimée entre 2 et 3 kg de samné (beurre fondu) par brebis. Le croît numérique (agneaux) et la production de la laine restent l'acquis du propriétaire. Ce type de contrat impose une certaine assistance du propriétaire, surtout durant les années sèches : transport de l'eau, achat et transport de fourrage, etc., d'où la préférence donnée aux autres types d'associations.

86Les contrats salariaux concernent de plus en plus uniquement l'activité d'embouche, qui est surtout développée aux alentours des villes.

Autres modes contractuels :

87Ce sont donc ceux que préfèrent les bédouins nomades ou semi-nomades ; il en existe plusieurs. On constate tout de suite l'influence des villes dans les différentes appellations de ces associations : Hamouyeh, Homsieh, Salmounieh (relative à Salamieh), Tadmorieh (relative à Palmyre), Sukhnieh (relative à Sukhneh), Halabiyeh (relative à Alep)...

  • 22 Malheureusement, nous n'avons pas pu avoir de chiffres concernant les différents types d'associatio (...)

88Dans notre région, les plus fréquents sont ceux relatifs à Hama, à Salamieh et à Homs. Les deux premiers se ressemblent beaucoup, c'est pourquoi on les confond souvent, tandis que le dernier est très différent22.

Association "hamouyeh" :

89Elle est pratiquée, en général, par les commerçants de Hama et contient certaines restrictions.

90Le citadin achète un troupeau et le confie à un bédouin qui doit lui rembourser son capital ; le temps du remboursement détermine la durée du contrat. En effet le bédouin bénéficie des fruits du troupeau (la laine, les produits laitiers et les bêtes nouveau-nées, excepté les agneaux femelles) et c'est avec ces produits qu'il va rembourser l'associé citadin qui est, en général, le commerçant ou le courtier. Lorsque le capital initial est enfin amorti, on partage le cheptel à part égale entre les deux associés. Ce type d'association pratiqué souvent par les Hamaouis, rend le bédouin dépendant de son associé parce qu'il est endetté pendant une longue période.

Association "salmounieh" :

  • 23 Ce type d'association est appelé localement "cherkete azme".

91Elle est identique à la précédente, sauf que la durée du contrat est limitée à quatre ans, pendant lesquels le bédouin doit rembourser tout le capital sans aucune obligation concernant la nature de ce remboursement qui peut alors être effectué en argent. Il laisse aussi au bédouin le choix de la filière de commercialisation. Ce système devient de plus en plus fréquent dans la région23.

Association "homsieh" :

92Dans ce cas, le citadin achète le troupeau et le donne à un bédouin pour une durée d'une année renouvelable et commençant au 1er septembre. Le capital, sous forme de troupeau, est toujours propriété du citadin. Mais la production et les dépenses sont partagées par moitié entre les deux associés et chacun conserve la liberté de commercialiser sa part. Mais si ce système est très apprécié par les bédouins, il est moins attirant pour le citadin qui est à la merci de son associé ; de plus, les années sèches peuvent causer des hécatombes et c'est le citadin qui perd.

93Les associations "tadmorieh" et "sukhnieh" sont de même nature que la "homsieh".

94C'est l'association hamouyeh qui par sa nature aliène le plus les éleveurs aux propriétaires. Elle donne ainsi à Hama un poids considérable dans le contrôle de l'activité pastorale de la région. Notons aussi que la fabrication du fromage est également dominée par des artisans hamaouis qui suivent les troupeaux dans les pâturages et fabriquent alors le fromage sur place.

  • 24 La légalisation s'effectue chez le notaire. Ces actes ne signalent souvent qu'une certaine somme d' (...)

95Ces différents types d'associations, longtemps régies par la "parole donnée" et cautionnées par les chefs de tribu, évoluent, avec l'amoindrissement des biens tribaux, vers des actes écrits et le plus souvent légalisés24. Les commerçants n'ont plus l'exclusivité de ce mode d'enrichissement. Ils commencent à être concurrencés par d'autres investisseurs dont des fonctionnaires. Cela a encore accentué l'influence de la ville dans le domaine de l'élevage ovin.

96On assiste aussi à un antagonisme croissant entre ceux qui veulent cultiver les steppes pour augmenter la production céréalière et ceux qui veulent protéger les pâturages. A ces derniers viennent se joindre les défenseurs de l'environnement car la désertification menace sérieusement les steppes syriennes.

2 – MUTATION DES ÉCONOMIES URBAINES HOMS FAVORISÉE PAR LE DÉVELOPPEMENT DES ACTIVITÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES

« Les biens se trouvent où les pieds se bousculent »
(hadith)

97Homs et Hama, comme d'ailleurs les autres villes syriennes, connaissent depuis l'indépendance une mutation importante de leurs économies urbaines, qu'il s'agisse de la production ou des échanges. Cette mutation a été dépendante, au début, à la fois de l'État et de l'initiative privée ; elle entre dans le cadre de l'intégration des villes à l'économie de marché. Puis, à partir de 1963, le rôle de l'État a prédominé, avec la "socialisation" de l'économie. Mais nos deux villes ne vivaient pas de la seule accumulation des richesses prélevées sur les campagnes asservies même s'il est certain que, par rapport aux autres villes syriennes, cette source de revenus a contribué pour une part plus importante à l'accumulation des capitaux à Homs et Hama.

98Le commerce (surtout lointain) a longtemps été monopolisé par Damas et Alep qui concentraient en outre la majeure partie de la production artisanale, ce qui a permis une croissance de leur population : environ 100 000 habitants au début du xixe siècle, tandis que Homs et Hama ne dépassaient pas les 30 000 (cf. tableau 34). Dans toutes ces villes, la plupart des habitants était artisans ou commerçants. La décadence du commerce à longue distance après les Grandes Découvertes a entraîné la décadence des villes syriennes et même de l'État, comme le dit S. Amin (1973, p. 39) : « Il suffit que périclite le commerce pour que périssent les États, ainsi que les villes sur lesquelles ils sont fondés, et que la misère d'un monde de nomades pauvres et de petites communautés paysannes isolées et misérables donne l'image de la décadence. »

99Cette idée a été adoptée par plusieurs chercheurs s'intéressant à la situation socio-économique du Proche-Orient. Toutefois, I. Smilianiskaya (1989, p. 158 et 159) affirme que « les populations de Damas et d'Alep se sont multipliées trois fois, entre le xviie siècle et le xixe siècle, et que la destruction du commerce de transit au xviie siècle n'a pas empêché cette croissance démographique. Les chercheurs ont exagéré le rôle du commerce de transit dans l'évolution des villes syriennes. »

100Il n'est pas question de nier le rôle du commerce lointain sur l'évolution urbaine, notamment sur l'émergence des faubourgs, largement développés autour de Damas et Alep, le long des principaux axes routiers. Ces faubourgs ont été peuplés par une population dont une bonne partie travaillait au service des caravanes.

  • 25 Caravansérails.

101La multiplication des "khans"25 et leur répartition sur les routes commerciales comme dans les villes confirment aussi l'importance de ce commerce lointain ou intérieur.

102En ce qui les concerne, Homs et Hama ont toujours davantage misé sur le commerce intérieur. Elles constituaient des étapes importantes pour les caravanes qui suivaient l'itinéraire sud-nord, reliant Damas à Alep. Au début du xixe siècle, on comptait trois caravanes par mois, sur ce même axe, pour les seuls besoins du commerce intérieur (idem, p. 58). De plus, Homs, bénéficiant de sa position géographique, s'offrait aussi comme étape pour les caravanes qui venaient de Tripoli (Liban) ou qui s'y rendaient.

  • 26 Likhatchi, Souvenirs de voyages, Moscou. Cité par I. Smilianiskaya, 1989, p. 170.

103À côté du commerce, il existait aussi une activité artisanale. On sait que Damas a toujours été réputée pour sa production textile, le "damassien" ou le "damesco". Cet artisanat alimentait les échanges avec les marchandises de l'extérieur. Mais Homs et Hama avaient aussi une activité artisanale, destinée pour une grande part à l'exportation ; des voyageurs en ont mentionné l'importance, pour la soie en particulier. En 1617, Likhatchi (1965, p. 230) compara la production de la soie à Hama à celle de Damas : « De Hama, aussi, on exportait la soie, les différents tissus brodés en fils d'or, les draps, les mouchoirs, les ceintures et la soie brodée. Ses exportations sont aussi importantes que celles de Damas. »26

  • 27 Al-Boustani, Da'irat al-ma'aref (Encyclopédie), Beyrouth. Cité par S. Mehli, 1963, p. 32.

104Le rôle de Homs dans l'artisanat n'était pas négligeable non plus. Al-Boustani (1883) disait : « Homs vit de l'agriculture, de l'industrie et du commerce qui se base sur l'industrie (= l'artisanat) de cette ville. Elle exporte 24 000 robes en soie en Arabie et en Turquie, 18 000 ceintures en soie en Turquie et en Égypte, 250 000 robes en Turquie, en Égypte, à Damas et à Beyrouth et 6 000 burnous à Alep, en Turquie et en Égypte. 11 existe à Homs 4 330 métiers à tisser. »27

105En outre, cet artisanat bénéficiait de plusieurs débouchés : à côté de leurs marchés intra-urbains, Homs et Hama répondaient aux besoins manifestés par les paysans et les pasteurs. Il a tout de même connu une certaine décadence à partir du xixe siècle, à cause de la concurrence des produits venant des pays d'Europe et de la réduction des exportations de la Syrie vers ces pays ; comme le remarque A.K. Rafeq, « pendant la période de l'industrialisation, l'Europe n'importait que les produits qui servaient à l'alimentation de son industrie croissante » (1985, p. 182). Mais cela n'a pas eu d'influence décisive sur l'activité commerciale qui a continué à son rythme, malgré le changement d'origine des marchandises, davantage importées.

106On a donc pu constater la vitalité de l'agriculture, du commerce et de l'artisanat qui ont animé la vie économique de nos villes. « La ville arabe traditionnelle fondait son activité sur le négoce, l'artisanat et les revenus fonciers issus d'un contrôle des espaces agricoles environnants. » (C. Chaline, 1990, p. 56)

107Depuis l'indépendance, en 1946, Homs et Hama ont connu un développement rapide de toutes les branches de l'économie urbaine. Mais cette évolution a été plus rapide à Homs. La rente foncière, qui s'était constituée depuis la loi foncière de 1958 et sous le Mandat, a été investie dans l'économie urbaine, surtout dans l'artisanat et la petite industrie, d'autant plus facilement que les notables bénéficiaires de revenus fonciers pratiquaient déjà le commerce, notamment le commerce de gros et l'usure.

  • 28 I.P.C. : Irak Petroleum Company ; elle a été nationalisée en 1972 et est appelée depuis la "compagn (...)

108Homs a tiré avantage d'une situation géographique favorable. Cela a encouragé non seulement l'initiative privée, mais aussi l'État qui a fondé à Homs, en 1957, une raffinerie de pétrole alimentée par le pipe-line de l'I.P.C.28 (cf. fig. 32).

  • 29 La croissance démographique des villes européennes au xviiie siècle a beaucoup contribué à la réuss (...)

109La mutation économique a attiré une population rurale importante libérée du travail de la terre, soit par la crise que connaissait l'agriculture, soit par le développement de la mécanisation. Cette croissance démographique a aidé aussi au développement de l'industrie, en mettant à sa disposition une main-d'œuvre peu exigeante en matière de salaire. Donc, bien que cet exode rural ait engendré des problèmes sociaux, il a été bénéfique à l'industrie naissante29. Mais tous les investissements ne sont pas allés vers l'industrie, car celle-ci subissait durement la concurrence des pays industrialisés. Il s'ensuit que les industries qui se sont développées dans les années cinquante ont été surtout des agro-industries qui exploitaient les cultures industrielles de la vallée de l'Oronte (coton, tabac, betterave à sucre, etc.). C'est ainsi que le commerce et la spéculation immobilière, surtout à Hama, ont pu bénéficier d'importants investissements.

Fig. 32 – Homs, carrefour de communications

110Sources : F. et J. Métrai. 1989 ; Carte touristique de la Syrie.

111Depuis la "socialisation" de l'économie syrienne, décidée en 1963, le processus de l'industrialisation a été pris en charge par l'État qui a beaucoup investi à Homs et Hama. Mais dans les années 80, on a assisté à un retour de l'initiative privée, encouragée par une politique plus libérale de l'État. Ces conditions ont considérablement modifié les économies urbaines de Homs et de Hama, ce qui n'a pas influencé seulement leur situation interne mais aussi leur poids régional, puisque la plupart des investissements, étatiques compris, ont été concentrés sur les deux villes.

  • 30 Notre demande auprès du Ministre des Finances, pour l'obtention des données sur le secteur tertiair (...)

112Afin de mesurer les effets de cette mutation, nous avons essayé plusieurs voies d'approche : d'une part en utilisant les statistiques disponibles, d'autre part au moyen de l'enquête directe et indirecte. Malheureusement, en ce qui concerne l'artisanat et, surtout, le commerce, les données officielles n'étaient accessibles qu'au niveau de la mohafaza de Hama mais restent inaccessibles au niveau de la mohafaza de Homs30. C'est pour cette raison que nous avons dû avoir recours à des méthodes qui manquent parfois de précision.

2.1 – COMMERCE, ARTISANAT ET SERVICES : LA SUPRÉMATIE DE HOMS

  • 31 Bled est un mot utilisé généralement pour désigner le village, surtout au Maghreb. En Syrie, il dés (...)

113La ville est par excellence le lieu où se concentrent toutes les activités d'échanges et donc commerciales. Pour un rural, pasteur ou villageois, se rendre à la médina (ville) signifie aller faire des courses. Pour un citadin qui sort des quartiers résidentiels ("bleds"31), cela signfie aller au centre commercial (souk).

114La médina est donc bien le lieu où les établissements commerciaux et les services se concentrent. Les rues commerçantes sont soit spécialisées, soit polyvalentes. Plus on s'éloigne du centre-ville, moins les rues sont spécialisées. La place du commerce dans l'économie urbaine est fondamentale. Même au niveau national, la part du commerce dans le PNB est assez importante, relativement aux autres branches de l'économie, ce que montre le tableau 56.

TABLEAU 56. Structure du PNB selon les secteurs de production (cours en 1985)

TABLEAU 56. Structure du PNB selon les secteurs de production (cours en 1985)

Source : Annuaire statistique, 1990.

115L'activité commerciale dépasse actuellement celle de l'agriculture, bien que la Syrie soit encore un pays agricole et que la politique de l'État s'applique au développement de ce secteur. On retrouve cette prééminence de l'activité commerciale dans l'attribution des crédits par les différentes banques syriennes : elle a consommé 72,7 % de ceux-ci en 1989, taux plus fort que celui de 1985, car depuis 1975 la priorité était accordée à l'industrie. Mais le commerce est revenu à la première place en 1989. C'est la conséquence de la diminution des restrictions et le début d'une politique plus libérale. L'État syrien "socialiste" a imposé la réforme agraire et nationalisé l'industrie privée, mais le commerce lui échappe largement, en dépit de son monopole sur le commerce extérieur et sa mainmise sur la distribution de certains produits "stratégiques" comme les céréales, le coton, etc. Ce secteur constitue la forteresse traditionnelle du capital privé ; il est difficile à contrôler et surtout à concurrencer, d'où l'échec relatif des coopératives de consommation.

  • 32 Nous reviendrons sur ce point dans l'étude du réseau urbain : voir IIIe partie.

116Par ailleurs, cette marge de liberté, acquise ou conservée au sein d'une économie planifiée, en a fait un refuge pour la bourgeoisie citadine privée de sa domination financière ou industrielle. De fait une nouvelle bourgeoisie s'est développée grâce à des investissements relativement peu risqués. Homs et Hama regroupent l'essentiel des activités commerciales de la Syrie centrale. Elles en sont les seuls vrais centres commerciaux, même si d'autres villes (moyennes et petites) essaient de jouer un rôle dans ce domaine comme Salamieh, Mhardeh ou Massiaf32. La primauté de Homs et Hama a toujours existé ; elle s'est renforcée grâce aux bénéfices tirés des investissements dans les zones rurales périphériques.

TABLEAU 57. Répartition des crédits alloués par les banques spécialisées selon les branches d'activité économique en Syrie (1975, 1985 et 1989)

TABLEAU 57. Répartition des crédits alloués par les banques spécialisées selon les branches d'activité économique en Syrie (1975, 1985 et 1989)
  • 1 L. S. : Livre syrienne

Note *1
Source : Annuaire statistique, 1990.

117Nous avons déjà souligné la position des commerçants dans leurs rappports avec les paysans et les pasteurs. Par le biais des associations, appropriations (des terres ou des troupeaux) ou seulement par le financement des récoltes, le commerçant tire un double bénéfice des ressources de la campagne : en amont par l'investissement dans la production, en aval par la commercialisation des produits agricoles.

118Or, cette commercialisation joue en faveur de Homs et Hama du lait de la modicité des équipements commerciaux et artisanaux du monde rural. Beaucoup de villages ne possèdent que de minuscules épiceries qui n'assurent que la vente de quelques produits de première nécessité : équipement domestique, produits alimentaires, habillement et même pétrole. Il est rare de trouver des artisans, même dans les gros villages. En Syrie, il n'existe pas une floraison de "souks ruraux" comme dans les pays du Maghreb. En ville, les intermédiaires proposent les produits de la région dans divers conditionnements : en caisses, en paniers, parfois dans des sacs qui ne contiennent qu'une très petite quantité de légumes (1 kg) ou quelques œufs. Les colporteurs tendent à disparaître ; seuls subsistent ceux dont l'activité concerne les pasteurs isolés dans les pâturages éloignés pendant l'hiver. C'est dû en partie au faible pouvoir d'achat des ruraux, qui ne permet pas l'installation dans les villages d'établissements commerciaux quelque peu importants. Mais intervient aussi la dualité des rapports entre paysans et commerçants.

  • 33 Nous nous sommes contenté du recensement de 1970 car celui de 1981 n'a pas fait la distinction entr (...)

119En effet le mode de financement des activités rurales contraint paysans et pasteurs à se rendre souvent en ville ; ils en profitent pour faire leurs achats, souvent à crédit. Les commerçants du village n'ont pas les moyens d'assurer ce type de services. Ainsi l'importance du commerce dans l'économie urbaine et celle de la population active y travaillant s'en trouvent confortées. En 1970, Homs employait 46,7 % de la population active totale de la mohafaza et environ 77 % de celle engagée dans le commerce. À Hama, ces pourcentages s'élevaient respectivement à 32,5 % et 70 %33. Il faut noter aussi que cette comparaison globale cache une distinction importante entre la dimension des établissements commerciaux en ville, surtout au centre-ville, et celle des échoppes de villages.

2.1.1 – L'activité commerciale : une évolution rapide

  • 34 Enquête personnelle auprès de la Chambre de commerce de Homs, 1990. A noter que l'enregistrement es (...)

120L'étude de l'organisation commerciale dans les villes syriennes est une tâche difficile. Plusieurs obstacles existent dont le plus important est l'absence d'un enregistrement efficace, étant donné qu'il s'agit d'un type d'activité appartenant au secteur privé. En effet l'enregistrement auprès de la chambre de commerce n'est pas obligatoire ; il n'est indispensable que pour l'obtention de crédits bancaires, parce que les banques sont monopole d'État. C'est également le cas pour obtenir une licence d'importation ou d'exportation. En conséquence, en 1990 à Homs, sur 13 778 établissements commerciaux, artisanaux et de services, 2 815 seulement étaient enregistrés34.

121L'autre obstacle concerne la distinction entre commerçant détaillant et commerçant grossiste ou semi-grossiste. Un grossiste se déclare détaillant pour échapper aux modalités fiscales qui, souvent forfaitaires, imposent plus lourdement cette activité ; de fait on en trouve beaucoup qui pratiquent la vente de gros et la vente au détail, qu'il s'agisse de l'alimentation, de l'équipement ou de l'habillement. La seule branche où les grossistes sont mieux connus statistiquement est celle relative à la commercialisation des légumes et des fruits.

122Quant aux registres des patentes, à leur accès difficile s'ajoute le fait que leurs données ne sont pas très fiables et couvrent des entités administratives qui dépassent les limites de la ville. C'est, au mieux, dans le cadre de la nahia que sont rassemblées ces données. L'analyse de la structure et des flux commerciaux au niveau de la ville, à l'aide des registres des patentes, est donc difficile et présente des lacunes. Restent les services de la mairie ; or ceux-ci fournissent des données non détaillées et non classées. Le but est seulement de percevoir des taxes pour couvrir les dépenses de la collectivité locale, comme le fonctionnement des pompiers.

  • 35 Enquête par échantillon dans quelques rues commerçantes importantes.

123Ajoutons à tout cela l'inexistence d'études de ce type. Certes, on trouve des rapports sur l'aménagement urbain, exécutés par des bureaux d'études, mais leur problématique n'est nullement centrée sur le rôle du commerce dans la structure urbaine. Malgré tout, le croisement de toutes les données que nous avons pu rassembler, ainsi que les enquêtes directes que nous avons réalisées35, nous ont permis une approche de l'ensemble des établissements commerciaux, artisanaux et de services.

124Cette enquête s'intéresse aux aspects qualitatifs et quantitatifs à défaut d'aborder le chapitre des chiffres d'affaires des commerçants. Il serait utopique d'espérer disposer de données dans ce domaine en Syrie, comme généralement dans la plupart des pays du Tiers-Monde.

125Homs et Hama possèdent un nombre élevé de ces établissements. Cet ensemble d'activités, qui représente la colonne vertébrale de l'économie urbaine, connaît une croissance rapide, surtout à Homs, comme le montre le tableau 58.

TABLEAU 58. Répartition des activités commerciales, artisanales et de services à Homs et à Hama en 1978 et 1987

TABLEAU 58. Répartition des activités commerciales, artisanales et de services à Homs et à Hama en 1978 et 1987

Sources : Mairie de Hama, registre des patentes cl rapport justificatif de l'aménagement de Hama (mohafaza) ; Mairie de Homs. LA. Moussly, 19X1. p. 332. S. Mchli. 1963, cl Société générale syrienne d'études et consultations techniques, Organisation cl élude du centre-ville de Homs. 19X9. 70 p.

126Dressé selon la classification de J.-F. Troin, il indique que les établissements commerciaux sont plus nombreux à Homs qu'à Hama. Cela se comprend, puisque la population de Homs est deux fois plus importante. Mais, ce qui attire l'attention, c'est leur taux global d'accroissement annuel, entre 1978 et 1987 : à Hama, il représente 1,77 % et à Homs, 2,66 %. Il est en relation directe avec l'accroissement de la population urbaine, plus rapide à Homs qu'à Hama : rappelons que son taux annuel, entre 1970 et 1981, a atteint 4,42 % à Homs et seulement 2,33 % à Hama. La structure commerciale oppose assez nettement les deux villes. En 1987, le commerce de première nécessité est très important à Hama de même que celui des produits ruraux. Au contraire, l'habillement, l'artisanat et les services prouvent une fonction plus classiquement citadine à Homs. Parfois, l'évolution numérique des établissements n'est pas la même pour toutes les branches. Certaines se sont dévelopées plus lentement que d'autres. On connaît même un cas de régression : celui de l'artisanat traditionnel. Ainsi, les établissements voués à l'équipement et à l'artisanat, aux services et aux loisirs se multiplient rapidement et, à Hama, les premiers dépassent largement le taux de croissance globale dans cette ville : 4,06 % contre 1,77 % (cf. fig. 33 et tableau 59).

  • 36 Par exemple, pour acheter de bons vêtements pour une mariée, c'est à Homs que les gens font leurs a (...)
  • 37 Nous y reviendrons dans l'étude du rayonnement du commerce des deux villes.

127Nous pensons que cette croissance est due à l'amélioration du niveau de vie des ruraux dans l'ensemble de la région, en raison de l'augmentation des prix des produits agricoles à partir des années 80. On observe un fort développement de la consommation : les équipements domestiques (réfrigérateurs, téléviseurs, lits...) pénètrent de plus en plus dans les maisons. En effet l'électrification des campagnes a concerné presque toutes les localités de Syrie centrale. On remarque également une évolution considérable dans le secteur de l'habillement, notamment à Homs (+ 3 %), réputée pour l'habillement traditionnel et moderne36. Par ailleurs, le rôle des grossistes en habillement est plus important à Homs qu'à Hama : ils possèdent une clientèle sur l'ensemble de la Syrie centrale37.

TABLEAU 59. Évolution du nombre des établissements commerciaux, artisanaux et de services.

TABLEAU 59. Évolution du nombre des établissements commerciaux, artisanaux et de services.
  • 38 Nous avons déjà constaté ce phénomène dans le cadre de notre recherche sur Salamieh : voir M. al-Db (...)

128Quant aux établissements spécialisés dans la commercialisation des produits ruraux, on constate une plus faible augmentation de leur nombre dans les deux villes, notable à Hama (1,22 %) qui bénéficiait pourtant d'une solide réputation, mais encore plus à Homs (0.44 %). Si ces données sont fiables, nous pensons à une reconversion des locaux voués à ce commerce à une autre activité plus adaptée au centre-ville38. Cette reconversion a plus affecté le centre-ville de Homs que celui de Hama où ce type de commerce est installé dans le Souk al-Hader. loin du centre "moderne" de la ville.

  • 39 Décret n° 76 du 20/04/1965.

129Par ailleurs, certains courtiers en céréales ont abandonné leur activité lors de la nationalisation en 196539 des minoteries et des usines d'égrenage du coton. Céréales et coton sont alors devenus monopole d'état. Par contre, on assiste depuis une dizaine d'années à un essor considérable de la commercialisation des produits de l'aviculture (poulets, poussins, œufs, etc.) surtout autour de Homs qui devient un pôle notable dans ce domaine : en 1987. il y avait à Hama dix établissements spécialisés pour cette commercialisation tandis que Homs en possédait une cinquantaine. Ce nouveau type d'activité compense les pertes enregistrées dans la filière des céréales et soutient le secteur des produits ruraux. On remarque aussi une tendance à la spécialisation : Homs s'intéresse particulièrement à la commercialisation des produits de l'aviculture tandis que Hama s'occupe plutôt de celle des produits ovins.

  • 40 Enquête directe, printemps 1990.
  • 41 Le quatrième marché de moutons en Syrie centrale est celui de Palmyre, mais il ne fonctionne vraime (...)

130Certes, les deux villes possèdent chacune un marché quotidien pour les moutons (bazar), qui se localise à l'est du tissu urbain à Homs comme à Hama (cf. fig. 36). Mais le marché de Hama est nettement plus dynamique : on y trouve 150 courtiers (simsar) qui vendent chaque jour entre 5 000 et 6 000 moutons40 provenant aussi bien de la Syrie centrale que d'ailleurs. Celui de Homs ne regroupe que 120 courtiers et le mouvement des transactions serait de l'ordre de 3 000 à 4 000 moutons seulement. En tout cas, les deux ont une importance très supérieure à celle des petits marchés de la région : celui de Salamieh vient en troisième position avec 75 courtiers et un débit d'environ 1 000 moutons par jour41.

Fig. 33 – Évolution des activités commerciales, artisanales et de services par branche d'activité, entre 1978 et 1987, à Homs et à Hama
Sources : Mairies et registres des patentes de Homs et de Hama.

131À nouveau Homs domine dans la commercialisation des légumes et fruits. Le souk al-Hal (marché des légumes et fruits) rassemble environ 140 courtiers et grossistes qui assurent la commercialisation des produits venant de la Syrie centrale ou de la côte. Relativement facile d'accès, il se situe au nord de la ville, à proximité de la zone artisanale. Au carrefour des routes qui mènent à Massiaf et à Hama, il est ainsi bien relié à la région (cf. fig. 36).

132Quant au souk al-Hal de Hama, éloigné du centre-ville et situé à proximité de la gare routière (cf. fig. 36), il est fréquenté par une centaine de courtiers. Son moindre dynamisme est consécutif à deux facteurs : il n'est pas géographiquement aussi bien placé que son concurrent pour réaliser des échanges avec les autres villes syriennes, notamment celles de la côte, Damas (principal consommateur des produits agricoles) ou le Liban ; ensuite les courtiers de Hama ne sont en majorité que des intermédiaires, tandis que ceux de Homs sont de vrais grossistes qui achètent directement auprès des agriculteurs et assurent eux-mêmes la vente, d'où l'impact régional de Homs dans ce domaine (cf. IIIe partie). Au total, Hama n'a une forte position que sur le marché ovin, conformément à l'origine bédouine d'une partie de sa population (cf. quartier al-Hader, situé à l'est de la ville).

133En ce qui concerne les produits alimentaires, la part de marché n'a guère varié et les établissements qui s'y consacrent sont répartis dans tous les quartiers, car ils assurent quotidiennement les besoins de première nécessité. Aussi, au centre-ville, la part tombe à 20 % environ des commerces, contre 30 % pour la ville prise dans son ensemble. À Homs, comme à Hama, on observe la présence conjointe d'établissements commerciaux spatieux (jusqu'à 100 m2) et de petites échoppes qui ne couvrent que quelques mètres carrés dans de vieilles rues commerçantes. Ces échoppes peuvent être occupées par un artisan ou un commerçant, mais on peut aussi y rencontrer un grossiste, lequel possède des locaux de stockage hors du centre-ville, d'où la complexité du problème.

  • 42 J.-F. Troin considère qu'une ville est sous-équipée quand ce ratio est supérieur à 30. Entre 16 et (...)

134Pourtant, nos villes semblent sous-équipées, avec un établissement commercial pour 46 habitants à Homs et un pour trente-quatre à Hama42. La situation est en voie d'amélioration, surtout à Homs, avec le développement de nouvelles artères commerciales dans les quartiers périphériques, traversés par les axes routiers nationaux (notamment celui reliant Damas à Alep et qui traversait Homs et Hama avant la création récente des routes de contournement) ou régionaux comme celui empruntant la route de Salamieh (Homs-Salamieh, cf. fig. 34).

135Enfin, à côté de l'appareil commercial officiel, il existe un appareil officieux constitué par un nombre considérable de "vendeurs de trottoir" ou "vendeurs de rues" représentant le dernier maillon de la chaîne entre les importateurs industriels ou grossistes et le consommateur (Santos, 1975, p. 204). Ce phénomène est plus visible à Homs qu'à Hama à cause de la proximité de la frontière syro-libanaise par laquelle s'infiltrent des quantités considérables de marchandises, soit non importées directement par la Syrie (cigarettes étrangères, bananes, pour les produits les plus prisés), soit meilleur marché que les produits nationaux ou importés légalement.

  • 43 Ils sont souvent matraqués par la police et leurs marchandises couramment confisquées, mais ils ne (...)

136Les vendeurs de rues assurent la diffusion de marchandises, étrangères ou locales (produits invendus ou invendables), proposées par les commerçants ou artisans autochtones, notamment ceux qui ne possèdent pas de local commercial au centre-ville. Ils peuvent être indépendants ou employés par des patrons invisibles (commerçants, grossistes, artisans, trafiquants). À Homs, la majorité d'entre eux se tiennent en plein centre commercial, autour de la grande mosquée : c'est le souk al-Tahrib (= souk du trafic) où se côtoient une centaine de vendeurs43.

137Il existe en fait deux catégories de vendeurs de rues ; certains sont plus ou moins sédentaires, on les trouve toujours à la même place. D'autres circulent avec leurs marchandises dans les rues du centre-ville ou les rues commerçantes des quartiers périphériques. A Hama, le phénomène existe mais il est beaucoup moins développé, surtout pour les produits de contrebande. Mais on y trouve, comme à Homs, des vendeurs ruraux qui proposent des produits de la terre (légumes, œufs, fromage).

138Ces vendeurs animent ainsi les centres commerciaux, dans le folklore d'une foule colorée de paysans et pasteurs en costume traditionnel, de citadins de toutes origines qui circulent sur les trottoirs ou au milieu de la chaussée, avec les cris des marchands se mêlant aux bruits des moteurs et des klaxons. Le souk est un monde grouillant ; il témoigne de la vie publique et des rapports d'échange entre les gens, en contraste avec la vie intime qui ne se déroule qu'à l'intérieur clos du foyer. Tout cela se passe dans une ambiance commerciale typiquement orientale, caractérisée par la manière attrayante de présenter les marchandises, la façon dont le commerçant essaie d'attirer le client ou de le persuader d'acheter.

2.1.2 – Ségrégation fonctionnelle des centres commerciaux

  • 44 Comme il est de coutume de l'appeler localement au sein des services techniques des mairies.

139La majorité des centres commerciaux se trouvent bien sûr dans les centres-villes car c'est là que l'on peut espérer une rentabilité maximale avec une clientèle encore gênée dans ses déplacements par la faible motorisation individuelle et par la précarité des moyens collectifs de transport. Le centre-ville se confond avec le souk ou centre commercial ou "cœur commercial"44.

140Les centres commerciaux de nos deux villes concentrent plus de la moitié des établissements commerciaux et artisanaux. Quant aux services divers (médecins, avocats, etc.), c'est là aussi qu'ils sont en majorité établis. Ils se caractérisent par leur qualité : bien dotés en capital, ils offrent une gamme variée de services. Plus on s'éloigne du centre, plus les établissements deviennent modestes. Contrairement aux idées reçues, la spécialisation des rues commerçantes est un phénomène qui affecte peu de rues. Les activités qui se plient à cette vieille coutume relèvent de l'habillement, de l'artisanat traditionnel, et à un moindre degré de l'équipement domestique. Homs s'y conforme plus que Hama. Il y existe plusieurs rues spécialisées dans la vente des tissus et des vêtements "prêt-à-porter", comme dans le souk al-Mouqbi (= souk couvert) ; il est appelé aussi souk al-Tojar (= commerçants) et fait partie de l'ancien souk qui se trouve au nord de la médina (cf. fig. 34). Celui-ci évoque les qaissaria des villes orientales : l'ensemble du souk couvert est composé de rues commerçantes accessibles aux seuls piétons. L'autre partie du centre commercial, spécialisée dans l'habillement plus varié (tissus, vêtements, chaussures), est appelée souk al-Noria et accueille également des centres de services installés en étage au-dessus des rez-de-chaussée réservés au commerce.

Fig. 34 – Les fonctions du cœur commercial de Homs en 1990

Fig. 35 – Les fonctions des centres commerciaux de Hama en 1990

  • 45 Société générale syrienne d'études et consultations techniques, op.cit., p. 48.

141Toujours à Homs, 38 % des établissements du centre-ville sont spécialisés dans l'habillement dont 33,2 % dans le prêt-à-porter45. Ils pratiquent aussi bien le détail que le gros et le demi-gros. Les commerces alimentaires ne représentent que 19 % du total, la deuxième place étant occupée par les équipements (20,5 %). Ce secteur se caractérise en outre par la qualité de ses marchandises : c'est le secteur du commerce de luxe (cf. fig. 34).

142Hors ces deux pôles, la spécialisation ne concernera que quelques parties des rues commerçantes multifonctionnelles, comme celles consacrées à l'artisanat traditionnel dans la rue Hamidiyeh ou la rue Abou al-Aouf, ou encore la rue des bijoutiers (sagha), qui occupe une partie des souks couverts de l'ancien centre commercial.

143Le phénomène de spécialisation est moins évident à Hama car il y a peu de rues commerçantes, lesquelles ne regroupent qu'environ 500 locaux. La rue la plus connue est le souk al-Tawil (le grand souk), incluse dans le vieux tissu urbain. Elle est spécialisée dans l'habillement (moderne et traditionnel) : sur les 250 locaux, 90 % sont des boutiques de vêtements et de tissus destinés aux femmes. Cette rue est également piétonnière. On trouve, à proximité, la rue des bijoutiers (vente et fabrication) qui comprend environ 50 boutiques, mais avec une forte densité (35 boutiques/100 m). On trouve aussi une rue importante dans le centre commercial (la rue piétonnière Ibn Rouchd) exclusivement réservée à l'habillement moderne. Elle se situe au nord de la rue du souk al-Tawil (cf. fig. 35).

144D'une manière générale, les principales rues commerçantes dans les centres commerciaux des deux villes sont multifonctionnelles, bien que nous remarquions parfois la prédominance de telle ou telle branche d'activité, comme dans les rues qui vendent plutôt des marchandises d'équipement. Citons par exemple la rue de Hama ou Hachem al-Atassi, à Homs, ou certaines rues du centre-ville de Hama (cf. fig 34 et 35), ou encore les rues qui attirent surtout des artisans et qui sont dans le prolongement des axes routiers régionaux.

145Le fait que les rues spécialisées soient plus nombreuses à Homs qu'à Hama illustre encore une fois la supériorité de son appareil commercial. Si ces rues existent c'est qu'elles correspondent à une clientèle plus nombreuse. La caractéristique principale de la structure commerciale centrale des deux villes réside dans une dualité fonctionnelle. Une partie est réservée à la vente de produits destinés aux paysans ou aux pasteurs, une autre regroupe ceux destinés plutôt aux citadins. Cette dichotomie spatiale répond à celle des produits et des clientèles. Dans le secteur ouvert aux ruraux, on trouve des marchands de produits agricoles et de matériaux utiles aux agriculteurs, des courtiers en céréales ou produits ovins (laine, fromage, peaux, yoghourts, etc.) ; des courtiers en légumes et fruits sont regroupés dans le souk al-Hal. Celui de Homs, éloigné du centre-ville, au nord (cf. fig. 36), regroupe 140 courtiers ou grossistes. Celui de Hama, proche de la gare routière, en regroupe 90. Par ailleurs, dans la zone commerciale pour ruraux, on trouve aussi des établissements spécialisés dans l'habillement ou les équipements spécifiques de ce type de clientèle, de la tente à la pioche.

146Dans le secteur à visée citadine sont proposés l'habillement moderne, les produits électroménagers, les équipements domestiques (meubles modernes). La même dichotomie affecte l'artisanat ou les services, le secteur des ruraux offrant des produits artisanaux traditionnels ainsi qu'une restauration plus modeste ("restaurants populaires") que celle recherchée par la clientèle citadine ("restaurants modernes" offrant une gamme plus variée de plats, voire des menus européens).

147Cette séparation à l'intérieur des centres commerciaux est plus marquée à Hama qu'à Homs. L'Oronte, qui traverse la ville, provoque une nette division spatiale : la partie qui se trouve au nord (cf. fig. 36), appelée "souk al-Hader", abrite la majorité des établissements destinés aux paysans et aux pasteurs. Plus loin, vers la périphérie, on trouve le marché quotidien des moutons. On y trouve aussi les courtiers pour les produits issus de d'élevage et les céréales, ainsi que les artisans spécialisés dans l'artisanat rural. La partie sud et sud-ouest, appelée "al-Souk", contient des activités plus proprement citadines. Mais l'ouverture de la ville de Hama vers les richesses agricoles à l'ouest et au sud (plaines irriguées du couloir de l'Oronte) tend à rendre ce souk multifonctionnel, avec des établissements pour les deux types de clientèle. La seule partie où la grande majorité des clients est citadine est le quartier Dabaghah (cf. fig. 36).

148Au centre-ville de Homs, c'est la rue de Hama qui sépare les deux secteurs. Elle part au nord de la place al-Chouhada (des Martyrs), orientée vers Hama. A l'est et au nord-est, la clientèle est rurale ; à l'ouest citadine. Au sud de la place al-Chouhada, il y a une zone tampon correspondant au centre commercial ancien, situé juste sur le flanc nord de la médina (cf. fig. 34). Il regroupe des commerçants et artisans traditionnels. Les premiers occupent le souk couvert (souk al-mouqbi). La rue Hamidiyeh, qui se dirige vers l'est en partant de la place al-Chouhada, rassemble dans sa partie proche du centre les activités destinées aux paysans et aux pasteurs, notamment les commerces de céréales et produits ovins. Cette rue conduit à la périphérie orientale où se tient le marché quotidien aux moutons. Plus à l'ouest, les rues commerçantes s'intéressent exclusivement aux citadins, telle la rue al-Moutannabi (Dablan), spécialisée dans la vente des vêtements modernes et des équipements de luxe (cf. fig. 34) et souvent considérée comme lieu de promenade.

  • 46 Nous avons déjà constaté ce phénomène à Salamieh, mais la division n'y est pas nette. Ce sont deux (...)

149Dans les deux villes, c'est la géographie qui explique cette ségrégation : les secteurs est et nord-est contiennent les souks destinés à une clientèle rurale car ils s'ouvrent sur un vaste espace qui va jusqu'aux steppes, au-delà de la zone des champs céréaliers. Cet espace ne possède pas de villes importantes qui puissent concurrencer visiblement Homs ou Hama ; il en est de même pour d'autres villes syriennes (Damas, Salamieh, Ma'aret al-No'aman, Alep...). La ségrégation est plus marquée dans les grandes que dans les petites et moyennes villes. Inversement, dans ces dernières on trouve des rues complètement spécialisées dans le commerce pour les ruraux46.

150Le partage du centre commercial en deux ne signifie nullement que les citadins ne font pas leurs courses dans les souks des ruraux. Ils viennent y acheter des produits de la campagne et des animaux. Cela ressemble, d'une certaine manière, aux marchés des villes européennes. On y rencontre des "néo-citadins", récemment installés en ville, qui conservent quelque temps leur mode de vie villageois.

151Enfin, beaucoup de professions libérales cherchent à s'installer dans les souks pour ruraux ou les rues commerçantes similaires, en particulier les médecins attirés par une clientèle potentielle.

152Un certain nombre d'activités qui s'installaient jadis à l'entrée des villes (notamment l'artisanat) se sont retrouvées, suite à l'extension urbaine, en plein centre, d'où la tendance actuelle à repousser, par exemple, l'artisanat vers l'extérieur. Cela se fait à Homs depuis longtemps, mais ce n'est, à Hama, qu'un mouvement récent.

Fig. 36 – Schéma de l'occupation économique des espaces urbains de Homs et de Hama (1990)

2.1.3 – Homs, pôle artisanal de la Syrie centrale

153L'artisanat, assurant la production de biens, et les services occupent la première place dans l'appareil économique des deux villes et concernaient en 1987, avec les activités de loisirs, 43 % de l'ensemble des établissements de Homs, et 40,8 % de ceux de Hama. Ce secteur manifeste un plus fort dynamisme que les autres branches d'activités : 3,38 % (Homs) et 2,13 % (Hama) (cf. tableau 58).

  • 47 Nous avons soustrait les établissements de loisirs qui s'élèvent à environ 258 établissements à Ham (...)

154En tout cas, même si elles ne sont pas les seules, ces villes constituent les principaux centres artisanaux de la Syrie centrale, malgré la réputation croissante d'autres villes comme par exemple Mhardeh pour la réparation des machines agricoles ou Salamieh. Homs possède un secteur artisanal plus développé que celui de Hama ; sa supériorité est à la fois quantitative et qualitative : le nombre des artisans y est presque double puisque l'on compte seulement 2 291 établissements47 à Hama contre 4 161 à Homs. L'artisanat de Homs est aussi le plus réputé, notamment dans le secteur des produits "modernes" : réparation des machines agricoles, des automobiles et autres véhicules ainsi que tous les autres domaines de la mécanique.

TABLEAU 60. Répartition des activités artisanales dans la zone de regroupement artisanal de Homs, en 1990

TABLEAU 60. Répartition des activités artisanales dans la zone de regroupement artisanal de Homs, en 1990

Source : Mairie de Homs, 1990.

  • 48 Hama est également concurrencée par Alep, capitale nordique qui attire, par ailleurs, une bonne par (...)
  • 49 Dépouillement à la mairie de Homs.
  • 50 Dépouillement à la mairie de Hama.
  • 51 Nous reviendrons sur ces questions spatiales dans le chapitre suivant.

155En conséquence, Homs est régionalement plus attractive que Hama48. À Homs, l'artisanat est d'ailleurs mieux organisé ; il jouit, depuis 1964, d'une zone industrielle spécifique, au nord de la ville, d'une superficie de 80 ha (cf. fig. 36). Là étaient installés 1 078 établissements en 199049, tandis que Hama n'a vu naître ce dispositif qu'en 1988, avec une zone moins étendue (40 ha prévus pour 1992 et 34 ha supplémentaires par la suite). N'étaient établis que 422 établissements en 199050, 64 îlots restant inoccupés51. Ce regroupement est de fait la réponse au phénomène de l'avancée progressive des artisans vers le centre-ville due à l'extension urbaine – s'ensuivent certains problèmes dont ceux de voisinage (bruit) et de pollution.

  • 52 Notamment pour des grossistes du centre commercial de Homs.
  • 53 Il existe une autre proposition concernant la création d'une zone artisanale au sud de la ville, à (...)

156Les zones artisanales ont été aménagées par les mairies, mais ce sont les occupants qui ont réalisé la construction des locaux. Conçus à l'origine par îlots pour un seul et même établissement, ils sont actuellement occupés diversement, le propriétaire initial louant ce qu'il n'occupe pas personnellement. Dans celle de Homs, appelée localement zone industrielle (ou mantiqa sina'aia), la répartition des établissements par activité est donnée par le tableau 60. On note la prééminence des artisanats relatifs à la mécanique (50,3 %) et aux matériaux de construction (20,7 %), qui exigeaient auparavant l'introduction en ville de nombreux poids lourds. Mais cette zone légale n'a pas suffi à répondre à tous les besoins, en dépit de son extension de 21 ha ajoutés à la superficie initiale (59 ha) qui a permis de loger 284 établissements de plus. Aussi assiste-t-on au développement d'une autre zone artisanale le long de la route qui mène à Salamieh, en passant par l'ancien centre suburbain de Deir Baalbeh. Toute la partie de cette route entre Homs et Deir Baalbeh (et même au-delà), est bordée de locaux commerciaux et artisanaux principalement consacrés à l'artisanat de production et aux services. Nous y avons compté environ 640 établissements dont 450 artisans (70 %), le reste étant voué aux équipements, à l'alimentation générale et au stockage52. Cette zone spontanée est considérée comme illicite et les autorités locales envisagent la fondation d'une zone légale, correctement aménagée, semblable à celle de la route de Hama. Elle serait située sur la même route (Homs-Salamieh) mais plus loin, à 10 km de la ville. Elle engloberait ainsi les locaux illicites53. La zone spontanée est aussi dynamique que l'officielle, d'autant qu'elle bénéficie d'une main-d'œuvre à bon marché venant du faubourg voisin et d'une situation géographique ouverte vers une région agricole assez active, au nord-est de Homs.

157Telles sont les principales zones artisanales de Homs, mais l'artisanat se développe aussi aux autres sorties de la ville, surtout à l'est où bourgeonne également un habitat informel.

158Hama ne connaît pas ce développement illicite, ou du moins pas à la même échelle. Certes, des artisans s'installent aux sorties de la ville, mais la zone industrielle aménagée est récente et encore capable de recevoir de nouveaux arrivants. De plus elle est bien située à la sortie est de la ville et bien reliée aux principales routes régionales (routes d'Alep, de Salamieh, de Homs) ainsi qu'à la zone occidentale grâce à une rocade qui assure la liaison entre les parties est et ouest.

  • 54 Il existe même sur le marché des vêtements prêts-à-porter de type traditionnel (comme la jalaba) qu (...)
  • 55 Une faroua (manteau en peau de mouton) coûtait chez l'artisan 300 L.S. en 1970 ; actuellement, elle (...)

159Quant à l'artisanat traditionnel, il est partout en déclin. Certaines activités ont disparu ou sont en train de disparaître, notamment celles qui sont liées à l'agriculture traditionnelle (travail du bois, des métaux) : cela résulte de la mécanisation de l'agriculture. D'ailleurs, d'après nos enquêtes menées auprès des artisans traditionnels, leurs revenus ne sont plus en mesure de répondre à l'élévation du coût et du niveau de la vie, d'autant que leurs produc-tions (notamment dans l'habillement) sont concurrencées par l'industrie locale ou les produits importés54, meilleur marché en raison de la hausse du prix des matières premières (cuir, bois, peaux de mouton, etc.)55.

160L'artisanat traditionnel qui survit se rattache aux habitudes vestimentaires des paysans, des pasteurs et des néo-citadins, ou à l'économie touristique. Mais, en ce domaine, Homs et Hama sont moins attractives que Damas ou Alep, principaux centres de l'artisanat traditionnel destiné aux touristes.

  • 56 Interview avec un artisan de Homs, 1990.

161Cependant, tout établissement de ce genre disparaît dès lors que le patron cesse son activité : la nouvelle génération ne s'intéresse plus à ces métiers ; elle se tourne, entre autres, vers l'artisanat "moderne" qui est plus rénumérateur et socialement mieux considéré56.

  • 57 Nous ne possédons pas les chiffres de 1978 relatifs à l'artisanat traditionnel à Homs.

162Aussi, à Hama, le nombre total des établissements voués à l'artisanat traditionnel est passé de 319 en 1978 à 186 en 1987. Ceux qui travaillent les peaux de mouton se maintiennent mieux que les autres (89 en 1978 et 74 en 1987) en raison des liens étroits entre Hama et le monde des pasteurs. Ce n'est pas le cas à Homs où d'une cinquantaine environ57 en 1970, ils sont passés à 16 en 1987. Ils sont regroupés dans les rues couvertes du souk al-Farra. Toujours à Homs, il y a encore 250 artisans traditionnels en 1987 avec des activités plus diversifiées que ceux de Hama. Ils occupent des îlots spécialisés surtout dans l'ancien centre commercial ou bazar (E. Wirth, 1971, p. 395). On y produit principalement des ustensiles en cuivre (souk al-Nahassin) destinés aux touristes (en 1987, 20 producteurs d'ustensiles en cuivre à Homs contre 7 à Hama).

163Enfin, les autorités locales essaient de soutenir ce secteur considéré maintenant comme patrimoine national. Mais, selon les artisans, il n'y a pas de mesures effectives susceptibles d'encourager la survivance des métiers traditionnels. La rénovation du centre-ville, en cours de réalisation, va entraîner la réduction du nombre des artisans, car les nouveaux locaux qui seront plus chers seront plus vite amortis avec le commerce de produits manufacturés notamment et celui des articles de luxe.

2.2 – HOMS : CITÉ INDUSTRIELLE

164L'industrialisation est généralement un des buts des gouvernements du Tiers-Monde, car l'industrie est à leurs yeux la seule issue pour sortir du sous-développement, par référence aux pays industrialisés. Les possibilités sont multiples : industrialisation destinée à se substituer aux importations, traitement préalable de la production minière ou agricole nationale destinée à l'exportation, etc.

165L'échec de l'industrialisation, dans plusieurs cas, est due à l'absence d'une interdépendance entre les pays du Tiers-Monde face à une interdépendance croissante entre les pays développés, ce qui alourdit encore le poids des monopoles sur les périphéries. Soulignons enfin les problèmes socio-culturels qui handicapent les processus de développement : l'industrialisation ne peut, seule, entraîner le progrès. Le développement intérieur suppose une remise en question de la division actuelle du travail au niveau international, car le sous-développement y résulte d'une relation dialectique entre facteurs externes et facteurs internes.

166Dans ses efforts d'industrialisation la Syrie connaît bon nombre de problèmes : manque de technologie, de matières premières, endettement, faible productivité, difficulté d'exportation vers des marchés dominés par une industrie plus avancée, sans parler des problèmes politiques.

167La Syrie possédait, avant la révolution industrielle, un artisanat de qualité. Depuis les débuts du xixe siècle, cet artisanat a souffert de la concurrence des marchandises manufacturées européennes. Les Ottomans, alors au pouvoir, ne s'intéressaient pas à l'introduction de l'industrie dans le pays, ou bien ils ne pouvaient pas, par absence de conditions objectives et subjectives : manque de ressources énergétiques (le charbon à l'époque), manque de cadres et de main-d'œuvre qualifiée (M. el-Hammadi, 1977, p. 269), manque d'infrastructures, insécurité. Mais le plus important, à notre sens, fut l'absence de volonté d'industrialisation chez les "féodaux" ou les grands propriétaires qui constituaient la classe dirigeante, car un tel processus leur aurait fait perdre leur poids politique et même économique.

168D'autre part, cette structure précapitaliste servait aussi le capitalisme européen. Ce dernier, dans une phase d'industrialisation accélérée, avait besoin de produits agricoles. Plus tard, il a contribué à la chute du pouvoir féodal pour lui substituer un pouvoir dominé par des commerçants et des intermédiaires, afin d'encourager les exportations vers les pays sous mandats : « c'est la classe des "compradors" qui est devenue la principale force dans le cadre de la classe dominante et, par conséquent, son rôle s'est accru au sein du pouvoir politique. » (S. Kile, 1988, p. 68)

169On constate qu'en 1931, du fait de la concurrence des produits importés, certaines activités ont fortement régressé, voire disparu : « Damas, Alep, Homs et Hama possédaient, avant la première guerre mondiale, 30 000 métiers à tisser à bras. En 1931, ce nombre fut réduit à 4 400. » (Hamide, cité par el-Hammadi, 1977, p. 270) Ou encore : « Il y avait, en 1931, 30 000 chômeurs à Alep, 14 000 à Damas, 9 400 à Hama et 5 200 à Homs », du fait de la fermeture de centaines d'ateliers artisanaux, (A. Hana, cité par É. Longuenesse, 1989, p. 341). Ce sont certainement les petites villes dont Homs et Hama faisaient alors partie qui ont été le plus affectées par cette concurrence extérieure.

170Nous avons déjà signalé le renforcement de la propriété foncière moyenne par les autorités mandataires pour faciliter le développement des cultures industrielles (notamment du coton) et pour assurer des matières premières aux industries de la métropole.

  • 58 Mais le siège de cette société était à Alep. C'est parce qu'on considérait Hama comme la "capitale (...)

171Pendant la deuxième guerre mondiale par contre, on assista à la création d'entreprises nouvelles et à la mécanisation des ateliers traditionnels du fait de la rupture des communications avec la métropole et de l'arrêt des échanges commerciaux. Toutefois, le point de départ de l'activité industrielle moderne en Syrie remonte à 1930, avec la création de la première société anonyme, la Société nationale des ciments et des matériaux de construction, à Damas. En 1945, il y avait 8 sociétés anonymes en Syrie : 4 à Damas, 3 à Alep et une à Hama, spécialisée dans l'industrie frigorifique58 (M. el-Hammadi, 1977, p. 275). Mais toutes étaient spécialisées dans les domaines de l'alimentation et du textile, exception faite de la cimenterie de Damas. Cette phase de l'industrialisation du pays (1920-1946) fut caractérisée par une croissance lente, la prédominance des petites entreprises et l'absence de secteur public.

  • 59 Les principales lois sont (el-Hammadi, 1977) :
    - décret législatif n° 139 de juin 1949 ;
    - loi n° 47 (...)

172L'industrialisation, toujours dominée par l'initiative privée, s'accéléra après l'accès du pays à l'indépendance, en 1946. Elle bénéficia des encouragements de l'État qui accorda des facilités : exemptions douanières pour l'importation des machines, exemption de l'impôt pendant 6 mois, franchises douanières en faveur des matières premières et des pièces détachées, crédits à faible taux d'intérêt pour une durée importante (5 ans à 3 %) et création de la banque industrielle59. En conséquence, le nombre des entreprises passa de 75 pendant la deuxième guerre mondiale à 393 en 1954. Parmi les sociétés anonymes (passées de 8 en 1945 à 77 en 1960) deux s'installèrent à Homs : la Société du sucre et des produits agricoles (en 1946) et la Société des teintureries techniques (en 1946 également) dont le siège était à Alep.

173Pendant cette période (1946-1960) l'industrie syrienne se caractérisa par la prédominance du textile (en 1956 celui-ci occupait 46 % du total) et de l'industrie alimentaire (32 % des établissements à la même date ; cf. el-Hammadi, 1977, p. 284). « L'industrialisation ne coïncide guère avec une stratégie de développement,... elle s'était effectuée sous le régime libéral au profit privé, en l'absence de tout contrôle direct efficace. » (idem, p. 277)

174C'est en 1961 que le secteur d'État démarre véritablement avec la mise au point du premier plan quinquennal (1961-1965) entraînant la nationalisation des principaux établissements industriels (trois sociétés industrielles) et des établissements bancaires ainsi que le transfert à l'État de 50 % du capital de 24 sociétés industrielles.

  • 60 Mais ce calcul ne prend pas en compte le taux d'inflation très important constaté pendant cette pér (...)

175La nationalisation de la totalité des sociétés industrielles a été prononcée en 1963 après l'arrivée du Parti Ba'ath au pouvoir. Plusieurs lois furent promulguées dans ce but, et le dernier décret fut celui n° 77 du 24 avril 1965. L'État, mettant la main sur 260 sociétés industrielles, possédait 77 % des capitaux investis dans l'industrie pour 6,1 % des établissements : cela montre que le secteur privé ne possédait plus que des petits établissements (67 % des établissements privés occupaient 1 à 4 salariés). Dès 1965, le secteur public monopolise l'exploitation des richesses du sous-sol et la production d'énergie électrique. Certaines industries de transformation sont le domaine exclusif de l'État : industries du ciment, du sucre, du tabac et l'égrenage du coton. Le processus d'industrialisation par l'État s'est poursuivi durant les différents plans quinquennaux (1965-1970, 1971-1975, 1976-1981, 1980-1985, 1986-1990) et Homs et Hama en ont largement bénéficié. L'industrie reçut une part importante des investissements, autour de 20 %, la part dévolue au secteur public dépassant les 90 %. La valeur de la production industrielle est passée de 2 001 millions de L.S. en 1965 à 55 994 millions de L.S. en 1987 (A.M. al-Akhras, 1989, p. 375)60.

  • 61 « En 1970, 40 % des salariés de l'industrie sont employés dans le secteur public, 60 % dans le priv (...)
  • 62 La production du pétrole brut est passée de 4,2 millions de tonnes en 1970 à 9 millions de tonnes e (...)

176Ce qui est important, c'est l'accroissement considérable de la main-d'œuvre dans le secteur public : 30 712 ouvriers en 1963, 137 941 en 1987 (idem, p. 375). Il est difficile d'évaluer le nombre de travailleurs du secteur privé car ce dernier inclut une bonne partie de l'artisanat61. Cette phase de l'industrialisation, sous l'égide du secteur national, se caractérise par le développement de l'industrie extractive et d'industries autres que le textile et l'alimentation. Ainsi s'intensifie l'exploitation des gisements, pétroliers dans le nord du pays et phosphatiers dans la région de Homs62. La part de l'industrie extractive dans la production intérieure nette passe de 2,2 % en 1970 à 12,3 % en 1980 ; la part totale de l'industrie atteint respectivement 21,2 % et 20,2 % (S. Khair, 1985, p. 250).

  • 63 Cette loi a été approuvée par l'Assemblée du Peuple et est entrée en application le 25/04/1991.

177La croissance de la production industrielle, considérable entre 1965 et 1980 (11,8 % par an), connaît un reflux important depuis 1980 : -1,4 % par an entre 1980 et 1988 (Banque Mondiale, 1990, p. 203). Depuis 1980, et surtout depuis 1985, l'industrie syrienne connaît beaucoup de difficultés, en particulier en ce qui concerne l'importation des matières premières et des pièces de rechange. En conséquence, on assiste simultanément à une libération progressive de l'économie qui laisse une place plus grande au secteur privé et même aux capitaux étrangers. Plusieurs lois et décrets sont allés dans ce sens : facilité des importations et exportations, facilités douanières... Tout cela rappelle les mesures prises par l'État syrien au lendemain de l'indépendance. La dernière loi en ce domaine est celle (n° 10 du 4 mai 199163) qui encourage l'investissement dans le secteur industriel privé et mixte à condition que le projet proposé entre dans le cadre du plan de développement. Elle définit les branches ouvertes aux investisseurs en insistant sur la production destinée à l'exportation. Elle accorde beaucoup d'avantages aux investisseurs : exonération d'impôts pendant 7 ans pour les sociétés mixtes (privé + État), 5 ans pour les sociétés privées, exonération des tarifs douaniers sur les matériels et machines importés, facilités d'exportation, etc.

  • 64 En 1981, 72 % des investissements du secteur privé sont allés dans le commerce et les services.

178L'État en attend une amélioration du secteur industriel car, jusqu'alors, les capitaux privés hésitaient à s'y investir, préférant investir dans le commerce, le foncier (bâtiments, logements, locaux commerciaux)64 et l'artisanat moderne ou la petite industrie qui échappent au contrôle de l'État (surtout le textile, et notamment le prêt-à-porter). Mais c'est une infrastructure considérable qu'il faut créer pour permettre un tel développement industriel. L'État a fait beaucoup d'efforts dans ce domaine : barrages et stations hydro-électriques (celle de Tabqa sur l'Euphrate), réseaux routiers et de chemins de fer... Malheureusement, la bureaucratie reste un handicap considérable pour un développement économique équilibré, avec de surcroît l'absence d'études sérieuses sur l'aménagement du territoire. Il n'est pas souhaitable que disparaisse le rôle de l'État. Celui-ci ne peut pas rester les mains croisées ou jouer au "veilleur de nuit de l'économie" (M. Szostak, 1983, p. 53). Son rôle est important dans la planification économique et dans la gestion des processus de développement, moyennant un choix anticipé des objectifs économiques et sociaux dont il est le seul à pouvoir assurer l'harmonie et l'application, selon les ressources et les moyens disponibles. Dans ce processus d'industrialisation étatique et privé, quels ont été le rôle et la place de Homs et de Hama ?

2.2.1 – Avant 1965 les capitaux sont investis dans l'industrie, ce dont bénéficie Homs

179Homs et Hama possédaient un artisanat renommé au début du siècle. Quand le pays subit la crise de 1920-1930, elle fut aussi sévère à Homs et Hama qu'à Damas et Alep. On l'a vu, le nombre des métiers à tisser de ces quatre villes chuta de 30 000 à 4 400 (1931), tandis que croissait celui des chômeurs pour atteindre 5 200 chômeurs à Homs et 9 400 à Hama.

180Toujours au début du siècle, il y avait 4 000 métiers en activité à Homs (I.A. Moussly, 1981, p. 292) qui occupaient 10 000 ouvriers. Leur production (soie ou vêtements) était exportée vers tous les pays voisins (Turquie, Égypte, Soudan, Yémen...). Vers 1950, il n'en subsistait plus que 750 environ (idem, p. 294). La situation avait évolué de la même manière à Hama, peut-être encore plus durement car elle était moins bien reliée à Tripoli, port d'exportation. La crise a contribué, en partie au moins, au développement de l'industrie textile en Égypte après 1931, qui a fait perdre à Homs et surtout à Hama un débouché important, notamment pour les articles de lingerie (el-bayad), à savoir draps et serviettes.

  • 65 D'après la même source, il y avait, avant la guerre, 15 000 métiers à Alep et 5 000 à Damas. En 193 (...)
  • 66 Enretien avec J. Gaulmier à Paris, en juillet 1991. Cet orientaliste a vécu à Hama entre 1929 et 19 (...)

181Selon d'autres sources, il y aurait eu, avant la première guerre mondiale, 2 000 métiers à bras à Hama et 8 000 à Homs, dont il ne restait respectivement en 1931 que 300 et 1 500 (C. Sanadiki, cité par E. Longuenesse, 1977, p. 27)65. Quels que soient les chiffres, on constate la gravité de la crise causée par la concurrence des productions étrangères et surtout européennes. Il en résulte que durant le Mandat (1920-1946), nos deux villes, à l'instar des autres villes syriennes, n'ont pas connu de réel développement industriel. Elles n'ont été dotées de l'électricité qu'en 1930, c'est-à-dire 25 ans après Damas et 20 ans après Alep (Dalati, 1969, p. 35). L'autorité mandataire encourageait plus la culture du coton dans la région que les investissements industriels (canal d'irrigation de Homs). Rappelons aussi que l'élite locale, qui possédait des capitaux, était celle des grands propriétaires fonciers qui n'avaient aucun intérêt à investir dans l'industrie ; leurs investissements allaient à la terre dans le but d'agrandir les propriétés. Ce fut par exemple le cas des notables de Hama qui ne désiraient aucunement l'introduction du progrès dans leurs "fiefs". J. Gaulmier66 constate qu'ils n'avaient guère apprécié la construction de la route goudronnée reliant Homs à Alep par Hama, car elle risquait de faciliter l'entrée des "étrangers" dans leur ville et modifier les relations des commerçants et notables avec les paysans et les pasteurs.

  • 67 Ces moulins ne fonctionnent plus maintenant. Ils étaient souvent associés aux norias, le même aména (...)

182Pendant toute la période mandataire, il n'est né dans les deux villes que de petites entreprises artisanales concernant surtout le textile et des minoteries qui bénéficiaient de la force hydraulique de l'Oronte et de la production locale de céréales. À la fin des années quarante (A. Moussa, 1985, p. 378)67, on estimait le nombre de moulins dans le voisinage de Hama à 31, et à une dizaine autour de Homs. D'autre part, la culture du coton avait engendré la multiplication des petites entreprises d'égrenage. En définitif, le Mandat a marqué l'histoire de la Syrie par la stagnation de l'économie et surtout de l'artisanat.

183La période suivante (1946 à 1965), où dominèrent les intérêts privés, n'a été bénéfique, en ce qui concerne Homs et Hama, que pour un nombre très limité d'entreprises industrielles, contrairement à d'autres parties de la Syrie et malgré les capitaux accumulés pendant la seconde guerre mondiale. « L'expérience des industriels, une confiance croissante en eux-mêmes et le goût du risque et d'entreprendre » (R.A. Hilan, 1969, p. 166) se sont conjugués à la croissance de la demande intérieure et à une inflation galopante : « l'indice des prix de détail des produits industriels est passé de 100 en 1938 à 1 554 en 1946 » (idem, p. 165). Les investissements n'ont en fait profité qu'à Damas et Alep. Les deux seuls établissements industriels alors créés dans nos deux villes l'ont été à partir d'Alep : la teinturerie de Homs en 1946 qui tirait avantage de l'Oronte et l'unité frigorifique de Hama en 1951, liée au marché aux moutons.

  • 68 Alep était la "capitale de l'or blanc" en raison de l'extension de cette culture dans la région de (...)

184Cette atonie signifie-t-elle qu'il n'y avait pas eu de retombées financières à Homs et à Hama du boom de la guerre ? Certainement pas ; les grands propriétaires de la région centrale n'avaient pu manquer de profiter de l'augmentation du prix des céréales achetées par les Alliés. Mais ils n'ont guère eu l'envie d'investir dans l'industrie. Toutefois, le nombre des établissements d'égrenage du coton était, en 1960, dix fois plus grand dans la mohafaza de Hama (484) que dans celle de Homs (47), ce que ne justifiaient pas les tonnages récoltés (18 900 tonnes contre 9 000 tonnes). Il s'agissait de très petites entreprises dont la majeure partie avaient été créées par des capitalistes non autochtones, principalement des Alépins68.

  • 69 Entretien avec M. Outhman, Directeur de la direction des statistiques de Hama, en 1988.

185Néanmoins, et c'est ce qui fera la différence entre les deux villes, les latifundiaires de Homs ont commencé au cours des années cinquante à investir dans l'industrie, mais strictement celle du textile. En 1960, il y avait déjà à Homs 22 établissements textiles (2 en 1951), contre 16 entreprises de production alimentaire (Direction de l'industrie de Homs, 1990). Dans le même temps, les "féodaux" hamaouis ne s'attachaient qu'à la terre, dépensaient leurs revenus dans la construction de villas, ou bien les gaspillaient dans des dépenses somptuaires. « Tout cela est dû à la mentalité "fantaisiste" du féodal hamaoui », disait M. Outhman69. Aux yeux de ces notables, l'industrie engendre l'anarchie dans la ville, sous-entendu par l'arrivée des immigrants d'origine rurale.

  • 70 Cette définition, dans les statistiques, comprend l'industrie et l'artisanat, et nous allons voir l (...)
  • 71 En 1954, la mohafaza de Homs produisait déjà 25 000 tonnes de betteraves, tandis que Hama ne connai (...)
  • 72 Maintenant, tout le pétrole raffiné est syrien, acheminé depuis les gisements du Nord syrien (Roume (...)

186On constate qu'en 1960, à Homs, la population active travaillant dans l'industrie de transformation70 comptait 9525 personnes, soit 29,3 % du total contre 4 285 à Hama (21,2 %). C'est parce que Homs avait été choisie pour l'implantation d'une raffinerie de sucre (1948) avec l'appui des commerçants homsiotes. Ce fut la première raffinerie de sucre du pays. Elle introduisit la culture de la betterave à sucre en Syrie centrale71. Elle disposait d'une capacité de raffinage de 1 200 tonnes par jour et occupait 1 200 ouvriers, en partie des saisonniers (300 ouvriers pendant 128 jours). Elle constitue de nos jours un petit complexe qui comprend, outre la raffinerie, une unité de production d'alcool, une savonnerie, une unité de production de boulangerie et une huilerie traitant les graines de coton. La société a été nationalisée en 1965. La deuxième unité industrielle, créée à Homs avant 1965, fut la raffinerie de pétrole. Elle constitue, en Syrie, la première unité industrielle de cette taille faite par l'État, à proximité du lac de Qattiné et du pipe-line qui appartenait à l'époque à l'I.P.C. et écoulait le brut irakien vers Tripoli et Banyas. La raffinerie a été construite par une société tchécoslovaque (Tecno-Export) et a commencé à produire en 1959. Au début, elle utilisait du brut irakien (1 million de tonnes par an) remplacé peu à peu par du brut syrien à partir de 1965. Après de successifs agrandissements, elle a atteint une capacité de 5 à 6 millions de tonnes par an. Ayant démarré avec 2 000 employés, elle occupe actuellement 2 770 employés72.

187L'environnement géographique est des plus favorables (au centre de la Syrie, près d'un gisement urbain de main-d'œuvre...), mais la raffinerie, située à 7 km à l'ouest de la ville, constitue une grave source de pollution pour Homs qui se trouve juste sous le vent. Quoi qu'il en soit, les deux unités industrielles (raffinerie de sucre et raffinerie de pétrole) ont conféré un grand dynamisme à la ville. Elles ont induit beaucoup d'activités et attiré de la main-d'œuvre. C'est là que l'État a créé, en 1968, l'institut de pétro-chimie et plus tard, une nouvelle université. La raffinerie de sucre a entraîné des activités diverses : fabriques de boissons alcoolisées, pâtisseries, savonneries, etc. En 1960, il y avait dans la mohafaza de Homs 63 établissements produisant des boissons alcoolisées contre 23 seulement dans la mohafaza de Hama. On signalera également :

  • l'usine de teinture, première unité industrielle édifiée à Homs en 1946, avec 200 employés ; après sa nationalisation, elle devient un complexe teinturerie-filature qui emploie au total 1 230 personnes ;

  • la laiterie, créée en 1960, nationalisée en 1965, qui emploie encore environ 40 personnes ;

  • trois minoteries mécanisées, nées successivement en 1948, 1950 et 1952, puis nationalisées en 1965 ; elles fournissent du travail à environ 150 employés ; en 1981, une quatrième est venue s'ajouter, soit au total 250 employés.

  • 73 Les données concernant la période antérieure à la nationalisation sont mal connues et peu fiables.

188Jusqu'en 1965, toutes les usines de Homs furent construites au nord, à 5 km environ du centre, sauf la raffinerie de pétrole qui se trouve à l'ouest. La ville ne possède toujours pas de zone industrielle proprement dite. En 1965, les principales industries employaient environ 3 590 personnes73.

189Hama, quant à elle, ne possédait que trois gros établissements importants pour la période 46-65 :

  • l'huilerie traitant des graines de coton livrées par plusieurs entreprises d'égrenage (484 en 1960, dans la mohafaza de Hama) ; fondée en 1951 par des industriels d'Alep et nationalisée en 1965, elle emploie 150 ouvriers environ ;

  • la cimenterie édifiée en 1961 à Kafr Buhum (à 6 km au sud-ouest de la ville) qui employait environ 260 personnes à la veille de sa nationalisation ;

  • l'usine de porcelaine (1959) qui en employait environ 300.

190Sans commune mesure avec celui de Homs, le secteur industriel de Hama ne comptait donc que 700 employés. Il ne pouvait engendrer qu'un faible dynamisme économique. Ainsi voit-on qu'au début de l'indépendance, seule la bourgeoisie de Homs, encouragée par la conjoncture et favorisée par divers facteurs géographiques, avait d'elle-même trouvé le chemin du développement. Homs était devenue la troisième ville du pays, loin devant sa rivale, Hama.

2.2.2 – Ultérieurement, l'État planifie le développement industriel mais Homs reste en tête

191Avec l'instauration d'un système socialiste en Syrie, en 1963, consécutif à l'arrivée du Parti Ba'ath au pouvoir, l'industrialisation est devenue une tâche prioritaire du secteur public. En 1965, l'État a mis la main sur la totalité des entreprises (environ 260) dont la grande majorité se trouvaient à Damas et à Alep (73 %), Homs et Hama n'en possédant que 18,8 %.

192La différence est éclatante entre la région centrale et les deux mohafaza-s de Alep et Damas. Bien entendu, s'agissant d'industries au sens strict dans tous les cas, la plupart sont localisées aux chefs-lieux des mohafaza-s, sauf en ce qui concerne les usines d'égrenage du coton, les cimenteries et les centrales électriques. Ainsi parmi les 17 entreprises d'égrenage, toutes ne se trouvaient pas dans la ville de Hama : il y en avait deux à Salamieh. Une restructuration en ramena le nombre à 4 : deux à Hama, une à Salamieh et une à Mhardeh. Le tableau 61 montre, en outre, que l'industrie dans la mohafaza de Homs était plus diversifiée que dans celle de Hama.

TABLEAU 61. Répartition des entreprises nationalisées en Syrie, entre 1963 et 1965, par activité et mohafaza

TABLEAU 61. Répartition des entreprises nationalisées en Syrie, entre 1963 et 1965, par activité et mohafaza
  • * Nous avons procédé à l'actualisation de ces résultats en tenant compte de la cimenterie (1961) et d (...)

Note **
Source : J. Cornand, 1991, p. 36.

  • 74 Après le "mouvement de redressement" du président H. al-Assad, qui a eu lieu le 16 novembre 1970.
  • 75 Cela est, par ailleurs, l'enjeu politique principal de l'État.

193Jusqu'en 1964, la majeure partie des investissements avaient été le fait du secteur privé : en 1958, la part de celui-ci dans l'investissement industriel s'était élevé à 74 %, en 1963 à 68 %, en 1965 à 47 % et à 19 % seulement en 1967. Depuis 1970, la tendance s'est renversée avec l'ouverture économique progressive de l'État74 et la part du secteur privé a commencé à augmenter. En 1972, elle atteignait 41,2 % (cf. fig. 37). Sur le graphique, il apparaît que la chute de participation du secteur privé, en 1960, coïncide avec l'union avec l'Égypte – et les débuts de l'application du système égyptien–, et le commencement de la nationalisation. Après la rupture de l'unité, elle remonta jusqu'en 1964. Ensuite, la chute a repris avec les mesures de nationalisation (1964-1965). Les graphismes inversés des courbes qui représentent les deux secteurs (public et privé) s'expliquent par les changements successifs de la politique de l'État, encourageant ou décourageant l'initiative privée75.

194L'évolution du volume global des investissements industriels, surtout depuis 1974, s'explique par les aides financières que la Syrie a pu obtenir après la guerre de 1973. La période entre 1974 et 1981 est la phase principale de création et diffusion de l'industrie dans le pays, donc dans la région centrale, notamment à Hama qui connut alors une véritable poussée industrielle. De 1970 à 1976, Hama a bénéficié de la création de 13 unités industrielles, dont 9 après 1974 (cf. tableau 62). Dans le même temps, Homs n'a vu se créer que trois unités nouvelles ; mais parmi celles qui existaient déjà certaines se sont agrandies ou rénovées, telle la raffinerie de pétrole. Notons toutefois la création d'une usine de fabrication de couvertures à l'initiative du Ministère de la Défense (1977), au nord-est de Homs, et qui emploie environ 1 200 personnes.

TABLEAU 62. Principales unités industrielles du secteur public à Homs et Hama (jusqu'en 1989)

TABLEAU 62. Principales unités industrielles du secteur public à Homs et Hama (jusqu'en 1989)

Fig. 37 – Évolution de la valeur des investissements dans l'industrie en Syrie, entre 1958 et 1981, et part des secteurs privé et public dans cet investissement (en millions de L.S.)
Source : S. al-Naboulsi, 1984.

195La création de nouvelles usines par l'État a cessé en 1976 à Hama et en 1979 à Homs, c'est-à-dire à la fin des années 70 qui virent les grands investissements publics dans l'industrie (cf. tableau 62). De types variés, ils représentaient en majorité un intérêt national, comme le complexe métallurgique et l'usine de pneus à Hama, les usines d'engrais à Homs et les filatures dans les deux villes. Ces usines sont de grande ampleur et emploient une main-d'œuvre considérable, certaines dépassant les 1 000 employés (tableau 62). Inversement, les unités d'intérêt régional traitant des produits locaux, notamment dans l'agro-industrie, ne font pas appel à autant de personnel : la laiterie de Homs (40 employés), l'usine de distillation d'alcool et de vinification de Homs (60 employés), les minoteries des deux villes, la société générale de la laine de Hama (304 employés), la plus importante après l'usine d'extraction et de raffinage du sucre de Homs.

  • 76 Le chiffre des salariés ne comprend pas ceux occupés dans la production et le transport du pétrole (...)

TABLEAU 63. Répartition géographique des établissements industriels par centres urbains, en 197276

TABLEAU 63. Répartition géographique des établissements industriels par centres urbains, en 197276

Source : el-Hammadi, 1977, p. 307.

196Cet accès à l'industrialisation a accru le nombre total des travailleurs dans l'industrie du secteur étatique. A Hama, il est passé d'environ 700 personnes en 1965 à 7 367 en 1989 (dont 4 430 après 1972 ce qui représente 43 % du total). Le décalage entre les deux villes s'en est trouvé réduit, quoique le rapport demeure en faveur de Homs : 5 pour 1 jusqu'en 1965, puis 1,4 pour 1 en 1989. Les créations d'industries, ou la modernisation et l'extension des unités existantes, après 1965 et surtout après 1972, correspondent à deux phénomènes principaux :

  • Ce fut d'abord la volonté de l'État de répartir de manière plus homogène les nouvelles unités industrielles dans le pays car la situation vers 1972 était, très nettement, en faveur de Damas et Alep. Même si Homs occupait la troisième place, elle demeurait très loin des deux premières, comme on le voit sur le tableau 63 : une forte concentration des établissements industriels dans les deux villes principales (ou mohafaza-s). Hama ne venait qu'en cinquième position, derrière Lattaqié.

    • 77 Briser le pouvoir de l'aristocratie foncière, à Hama et en Syrie, a aussi été un des buts de la réf (...)

    L'autre motivation, aussi importante que la première, fut la volonté du pouvoir de briser la puissance traditionnelle des notables ou commerçants de Hama77.

  • 78 D'autre part, il est grave de lancer de telles phrases sans aucune analyse socio-économique.
  • 79 Interview effectuée lors de notre enquête directe à l'usine, en novembre 1990.

197Cette ville, à la différence des autres grandes villes syriennes, est mono-confessionnelle (sunnite) et ne possède pas une population importante de ruraux récemment immigrés, comme Homs ou Damas. Nous ne sommes pas d'accord avec M. el-Hammadi (1977, p. 659-660), qui disait : « Hama est la ville la plus conservatrice de la Syrie... Les conditions sociales, en effet, constituaient une forte raison qui avait mis en retard l'industrialisation de la ville »78. Cette position semble assez exagérée. On peut critiquer la classe dominante, mais non pas l'ensemble de la ville car, à Hama, il existait aussi des forces qui désiraient le changement et qui formaient la base du Parti socialiste (déjà cité) ou d'autres mouvements sociaux. Mais nous sommes d'accord, dans une certaine mesure, avec le deuxième volet de la citation. L'État a voulu, par la création d'industries à Hama, constituer une classe ouvrière capable de s'opposer à la domination de la bourgeoisie traditionnelle. Il a donc encouragé le recrutement des ouvriers dans les villes proches et la campagne environnante et nous ne croyons pas à l'explication du directeur de recrutement de l'entreprise de filature de Hama (fondée en 1969) qui disait : « Au début, nous avons prié les Hamaouis de venir travailler. Maintenant, c'est l'inverse mais c'est trop tard. »79

  • 80 Nous préférons être brefs dans cette analyse car le sujet est large et trop compliqué, notamment ap (...)

198Il est vrai que cela peut être exact en partie, pour la main-d'œuvre féminine, mais il ne faut pas oublier qu'à cette époque-là le commerce était prospère en Syrie. Le refus de l'industrialisation était plutôt une opposition de la société urbaine à la tentative de main-mise de l'État. Depuis, les crises entre la classe dominante à Hama et le pouvoir en place n'ont pas cessé, notamment en 1964 et en 1982. Or l'opposition à l'industrialisation après 1963 diffère de celle constatée entre 1946 et 1963, car c'est depuis 1963 que les grands propriétaires ont perdu leur force économique du fait de la réforme agraire80.

  • 81 Enquête personnelle directe, avril 1989-1990.
  • 82 Nous y reviendrons dans la troisième partie, à travers l'étude des relations interurbaines en Syrie (...)

199On peut alors comprendre pourquoi la plupart des usines de Hama comptent une bonne proportion d'employés d'origine rurale ou venus des villes voisines, notamment de Salamieh. Par exemple, dans l'entreprise de filature qui employait 1 900 travailleurs en 1989, il y en avait 33 % étrangers à Hama. Dans l'usine de pneus (fondée en 1976), il y en avait 40 %, avec une majorité de Salamieh (33 % des 1 439 employés en 1989)81. En conséquence, les usines de Hama se chargent du ramassage des employés, même de ceux qui habitent à Salamieh, distante de 33 km, alors que celles de Homs n'assurent que les trajets entre la ville et le lieu de travail82. Cela montre bien que les responsables des établissements implantés à Hama ont volontairement recherché de la main-d'œuvre hors de la ville.

200Quant à la localisation des établissements, il n'y a pas eu création de zones industrielles, ni à Homs, ni à Hama. Les usines ont été implantées dans le voisinage de Hama : vers le nord (complexe métallurgique), vers l'est (usine de pneus), vers le sud (société de filature, société de laine et usine de porcelaine). Toutes sont peu éloignées de l'Oronte qui est leur fournisseur principal en eau et le réceptacle de leurs effluents.

201À Homs, les nouvelles usines, surtout les plus importantes (fabrique d'engrais), se sont installées près du lac de Qattiné, ce qui a finalement engendré la création d'une véritable zone industrielle qui profite des eaux du lac, du réseau routier proche, des voies ferrées et des ressources énergétiques (électricité de la centrale du lac ou produits de la raffinerie de pétrole).

202L'absence de projet de zone industrielle dans les deux villes traduit l'absence d'un programme rationnel d'industrialisation – ce qui fait que les usines se sont égrenées dans le temps – et de l'absence d'une prise en compte de leur présence dans le schéma urbain directeur de la ville. On a donc obtenu un éparpillement dans l'espace suburbain des deux villes, notamment à Hama, qui pose aujourd'hui des problèmes liés à l'extension de la ville (cf. chapitre suivant). L'industrialisation accélérée dans le secteur d'État a entraîné aussi une poussée industrielle dans le secteur privé mais tardive et encouragée par le gouvernement des années 70 : « une économie nationale dirigée et la stricte planification condamnent le pays à la stagnation économique, tandis qu'au contraire le capitalisme, par le jeu de la concurrence, est susceptible de donner une nouvelle impulsion à l'économie. » (A.G. Sammarbakhsh, 1978, p. 236)

  • 83 Le dépouillement n'était pas possible pour différentes raisons : manque d'organisation, manque de v (...)

203Cette politique, qui se poursuit jusqu'à maintenant, a porté ses fruits. En 1970, le nombre total des petites entreprises privées dans la mohafaza de Homs était de l'ordre de 333 unités, dont la grande majorité concernait le textile (62,7 %), après quoi venaient l'alimentation (13,8 %) et la construction (12,6 %). En 1989, il était monté à 1 714 entreprises, plus diversifiées, comme le montre le tableau 64. Le textile domine encore dans la mohafaza de Homs : 38,7 % de l'ensemble, contre 5,2 % pour Hama. Son rapide développement ces dernières années est évident surtout dans le domaine de l'habillement. Certes, les statistiques concernent l'ensemble des mohafaza-s et on ne peut déterminer la part de chaque ville dans ces ensembles que d'une manière approximative : 30 % des établissements de la mohafaza de Hama se trouvent hors de la cité ; ce taux atteint 20 % pour Homs83. Toutefois, les entreprises qui ne se situent pas dans le chef-lieu de la mohafaza sont plus petites. Nous avons préféré présenter un tableau général, au niveau de la mohafaza.

  • 84 Les activités métallique et mécanique se définissent officiellement, pour la première, autour de la (...)

TABLEAU 64. Répartition des entreprises privées par branche d'activité dans les mohafaza-s de Homs et Hama, en 198984

TABLEAU 64. Répartition des entreprises privées par branche d'activité dans les mohafaza-s de Homs et Hama, en 198984

Sources : Direction de l'industrie de Hama et de Homs ; enquête personnelle, 1990.

204Nous avons constaté sur le terrain la modicité des entreprises privées implantées dans les localités urbaines, notamment celles de la mohafaza de Homs. D'autre part, nous avons remarqué qu'à Hama l'alimentation occupe la première place (36,5 % du total des entreprises et 29,6 % des ouvriers) grâce aux petites minoteries mécanisées (150 au total). Dans les activités consacrées à la mécanique, on constate que les fabriques de carrelage ont une place notable dans les deux mohafaza-s : 71 % des activités mécaniques dans celle de Hama et 56 % dans celle de Homs. Par ailleurs, la distinction entre artisanat et usines est très délicate en Syrie. Il peut arriver que certaines activités considérées comme entreprises industrielles redeviennent artisanales selon les critères de classification adoptés par le Ministère de l'Industrie ; ce fut le cas des menuiseries, en 1985, d'où la difficulté d'analyser l'évolution de ce secteur.

205Enfin, en dépit de leur nombre, les entreprises privées occupaient moins de monde que le secteur public avec un taux moyen par entreprise de 3,8 ouvriers à Homs et 3,7 à Hama ; dans cette mohafaza, par exemple, seules 14 entreprises sur 826 employaient plus de 10 personnes. Dans l'ensemble, l'impact de l'industrie privée a commencé à se faire sentir seulement ces dernières années : sur le marché local, on trouve beaucoup de produits fabriqués en Syrie (habillement, montage des appareils électro-ménagers...). Pourtant, les détenteurs de capitaux privés hésitent encore à investir, en particulier dans de grandes entreprises. Ils cherchent les secteurs les plus rentables, comme l'alimentation (boulangerie mécanisée) et l'habillement : ce sont « les besoins de tous les jours », disait un nouvel investisseur. Notons enfin la montée de la concurrence dans ces domaines qui fera certainement changer les orientations d'un secteur privé en pleine mutation.

206Quant à leur localisation, les entreprises privées sont situées en majorité dans les zones de regroupement de l'artisanat des deux villes, ou réparties dans le tissu urbain : centre commercial, quartiers d'habitation, faubourgs, zones suburbaines et même quartiers illicites. C'est le cas pour Homs, dont la zone artisanale est saturée. Cette industrialisation assez importante dans les villes de Homs et Hama est certainement une chose très positive pour la vie économique de la Syrie centrale, bien que presque toutes les unités industrielles se soient installées dans les seuls chefs-lieux entraînant un déplacement de la population active vers les deux villes (nous y reviendrons).

  • 85 L'environnement social a déjà été envisagé et il sera plus précisément abordé dans les chapitres qu (...)
  • 86 Ainsi le proverbe syrien local qui dit « Le vent occidental me réjouit le cœur, et le vent oriental (...)

207Mais toutes les retombées de l'industrialisation ne sont pas bénéfiques. Les établissements industriels produisent des nuisances pour l'environnement et pour les villes85. La pollution affecte actuellement les alentours de Homs, la ville elle-même et l'Oronte. Homs est considérée comme la ville la plus polluée de Syrie. Les usines les plus toxiques et nuisantes sont concentrées autour du lac de Qattiné, à l'ouest de la ville (7 km) : raffinerie de pétrole et 3 usines d'engrais (nitrate et phosphate). Or, le vent dominant est celui d'ouest (plus de 70 % du temps) à cause de la trouée de Homs, aussi les gaz qui s'échappent des cheminées de ces usines vont directement vers la ville86. L'autre pollution, plus grave, est celle des eaux de l'Oronte. Ici, toutes les usines sont coupables, aussi bien celles près du lac que celles qui s'alignent dans la vallée jusqu'à Mhardeh (centrale électrique), en passant par les usines du nord de Homs et celles de Hama. Toutes rejettent leurs eaux usées et pleines de déchets chimiques dans l'Oronte.

  • 87 La télévision syrienne consacre une heure par semaine aux problèmes de l'environnement.
  • 88 Plusieurs dossiers existent au Ministère de l'Environnement, sollicitant l'autorisation de créer de (...)

208Le déplacement des usines étant une chose inenvisageable, il reste à réduire leurs effets nuisibles : station de traitement avec recyclage des eaux (une seule usine dans la région utilise ces procédés, la sucrerie de Tal Salhab, dans le Ghab). La prise de conscience d'avoir à protéger l'environnement naturel se propage rapidement en Syrie. L'État a récemment créé un Ministère de l'Environnement, avec des bureaux attachés à la direction de chaque mohafaza. La presse, la télévision87 accordent de plus en plus d'attention à ces questions, et on assiste même à des tentatives de création d'associations privées pour la protection de la nature88.

209L'Oronte et ses deux villes principales, Homs et Hama, attirent les industries (publiques et privées) et les hommes. Ainsi, s'ajoute au déséquilibre démographique régional (croissance accélérée du taux de l'urbanisation, exode rural, etc.) celui du cadre naturel.

CONCLUSION

210L'agriculture, par le truchement de la propriété citadine, notamment à Hama, a contribué à l'accumulation de capitaux dans nos deux villes qui tiraient également des profits du commerce local ou lointain, ainsi que d'un puissant artisanat traditionnel.

211Ces deux villes ont souffert d'une période de stagnation économique, de la fin du xixe siècle jusqu'au milieu du xxe siècle, en raison de la concurrence des marchandises européennes et de la politique économique des autorités mandataires. Après 1946, on a assisté à des tentatives de modernisation de l'économie urbaine. Ces tentatives furent l'œuvre du secteur privé jusqu'en 1963, et le développement d'un artisanat moderne et de l'industrie a été plus net à Homs qu'à Hama. Il a continué alors à être plus rapide et plus important à Homs, car il a bénéficié, outre d'une population plus nombreuse, d'une situation géographique privilégiée. Avec l'intervention de l'État dans l'économie, notamment après 1963, la situation s'est quelque peu modifiée en faveur de Hama.

212Le commerce reste le domaine du privé, bien que l'État contrôle le commerce extérieur et qu'il intervienne dans celui de gros et de détail, à travers les coopératives de consommation et les produits subventionnés (sucre, thé, café, riz, huile). Le rôle de l'État, dans ce domaine, est peu significatif ; c'est pour cela que nous ne l'avons pas évoqué, d'autant plus que la structure commerciale étatique est faite sur le modèle de l'organisation administrative. Donc le commerce et l'artisanat restent les domaines exclusifs des intérêts privés, bien que la distribution des biens de consommation ou des matières premières pour l'artisanat (bois, métaux, pièces...) demeure sous contrôle de l'État. Il en résulte que ces deux branches d'activités connaissent parfois des problèmes de stagnation ou de restriction qui influent fortement sur leur dynamisme.

213Ces deux secteurs d'activités possèdent plus d'ampleur à Homs qu'à Hama, du fait soit de leur importance numérique (cf. tableau 58), soit de la qualité des services qu'ils offrent : Homs est plus réputée par son artisanat et son commerce de gros, bien que Hama l'emporte dans la commercialisation des produits ruraux, notamment les produits ovins. Le développement plus important à Homs de certains types de commerce (équipements domestiques et commerce de luxe) lui a conféré des caractères plus citadins. De plus, Homs est le siège de l'artisanat de service pour toute la Syrie centrale, grâce à sa zone de regroupement artisanal.

214Par ailleurs, ces deux secteurs ont connu un réel essor pendant les années 80 et après l'arrêt de l'industrialisation du secteur public dans les deux villes, car ce sont les secteurs refuges pour le chômage urbain (petit commerce des "vendeurs des rues" et petit artisanat). Ce phénomène est déjà bien répandu, encore plus à Homs qu'à Hama.

215Depuis 1965, pour ces deux villes, l'industrialisation a progressé dans les secteurs public et privé. A partir des années 80, c'est le privé qui s'est imposé, avec l'encouragement de l'État. Mais le développement a été plus rapide à Homs qu'à Hama. Or Homs a continué, pendant toutes les phases du développement économique, d'être le centre principal de l'industrie, du commerce, des services et de l'artisanat de la Syrie centrale. La concentration des activités économiques et des services publics dans les deux chefs-lieux de mohafaza associée à un réseau urbain très lâche, constitue un poids régional considérable et joue un grand rôle dans les relations entre les deux villes d'une part, et les autres villes ou villages de Syrie centrale d'autre part (cf. troisième partie). Tout cela n'a pas été sans répercussions sur l'espace urbain des deux villes. La croissance urbaine, le problème de l'habitat non planifié et la morphologie urbaine dans son ensemble ne sont-ils que les reflets de cette concentration des activités et des hommes dans les deux villes ? Ainsi, trouvons-nous intéressant d'aborder le phénomène urbain, à Homs et à Hama, dans le cadre de cette étude.

Notes

1 Appelée aussi "trouée du Akkar" ou "trouée de Tripoli".

2 Cette superficie connaît beaucoup de fluctuations selon les années. Elle peut atteindre 10 000 ha quand l'Oronte apporte une quantité d'eau suffisante.

3 Pour une description complète du Ghab, avant son aménagement, voir le travail de R. Thoumin déjà cité. Et pour la période actuelle (après l'aménagement du Ghab), voir celui de F. et J. Métrai (1979).

4 Le timar signifie une propriété conditionnée par un service militaire en contrepartie.

5 Le Parti socialiste s'est uni au Parti Ba'ath arabe, en 1953, pour créer le Parti Ba'ath arabe socialiste, lequel gouverne le pays depuis le 8 mars 1963.

6 Pour plus de détails sur cette question, voir : M. al-Dbiyat, 1980, p. 118-125 ; Asie française, 1933, p. 135 ; J. Weulersse, 1946, p. 121-132.

7 Cette politique mandataire a bien réussi dans le nord-est du pays, dans la région de la Jézireh. En 1946, la Jézireh a produit 3 686 tonnes de coton, contre 700 tonnes seulement en Syrie centrale (dont 674 tonnes dans la mohafaza de Hama, cf. B. Khader, 1978, p. 273).

8 Les limites administratives du caza (mantiqa) de Hama s'étendaient, à l'époque, sur la mantiqa de Mhardeh et sur une partie de celle c'e Sqalbiyeh.

9 Le sultan Abdul Hamid II, I842-19I8, possédait à lui seul I 100 villages en Syrie, la plupart situés dans les mohafaza-s d'Alep, Hama et Homs.

10 Cité par B. Khader. 1978. p. 231.

11 Son travail très important et unique en son genre sur la vie paysanne dans l'ensemble du Proche-Orient, concerne une période durant laquelle la domination de la grande propriété atteint son apogée.

12 Cette loi fut promulguée sept mois après l'acte d'union syro-égyptienne. Il s'agissait d'étendre à la "province syrienne" la politique agraire pratiquée en Égypte par Nasser.

13 D'une manière générale, les limites administratives ont respecté l'origine des propriétés du village... Nous reviendrons sur ce point dans l'analyse du cadre administratif.

14 Certains estiment que cette différence de comportement résulte de l'origine non arabe des propriétaires de Hama.

15 Recensement agricole de 1981, relatif à la mohafaza de Hama, tableau n° 5.

16 La transhumance d'été ou d'hiver est très pratiquée dans le pays et depuis longtemps.

17 La race de moutons dont il s'agit là, appelée localement "awas" et semblable à la race "karakuf, constitue une des variétés de moutons de l'Asie centrale.

18 Nous avons eu recours à ce procédé lors de notre étude de la région de Salamieh. Les résultats avaient été relativement acceptables, vu que l'espace était moins vaste et que les données concernaient une seule ville. Voir M. al-Dbiyat, op. cit., p. 181.

19 F.A.O. = Food and Agriculture Organization.

20 Il faut signaler que les autorisations de culture dans les steppes se sont multipliées ces dernières années. Cela a provoqué beaucoup de critiques, surtout devant la menace de désertification de la badia, en particulier après 1988.

21 Enquête directe personnelle, en mars 1990, auprès des courtiers de chaque marché.

22 Malheureusement, nous n'avons pas pu avoir de chiffres concernant les différents types d'associations car ils ne sont connus que par les individus concernés.

23 Ce type d'association est appelé localement "cherkete azme".

24 La légalisation s'effectue chez le notaire. Ces actes ne signalent souvent qu'une certaine somme d'argent, sous forme de dépôt dans les mains du pasteur, que le citadin peut exiger au moment voulu.

25 Caravansérails.

26 Likhatchi, Souvenirs de voyages, Moscou. Cité par I. Smilianiskaya, 1989, p. 170.

27 Al-Boustani, Da'irat al-ma'aref (Encyclopédie), Beyrouth. Cité par S. Mehli, 1963, p. 32.

28 I.P.C. : Irak Petroleum Company ; elle a été nationalisée en 1972 et est appelée depuis la "compagnie syrienne de transport du pétrole brut".

29 La croissance démographique des villes européennes au xviiie siècle a beaucoup contribué à la réussite de la révolution industrielle, qui a mis fin au mode de production féodale.

30 Notre demande auprès du Ministre des Finances, pour l'obtention des données sur le secteur tertiaire dans les villes de Homs et Hama, a été refusée.

31 Bled est un mot utilisé généralement pour désigner le village, surtout au Maghreb. En Syrie, il désigne aussi les lieux résidentiels. Il est prononcé un peu différemment (balad). Dans l'administration, on emploie le mot baldah pour désigner le gros village.

32 Nous reviendrons sur ce point dans l'étude du réseau urbain : voir IIIe partie.

33 Nous nous sommes contenté du recensement de 1970 car celui de 1981 n'a pas fait la distinction entre Homs et Hama, d'une part, et les autres villes de Syrie centrale, d'autre part.

34 Enquête personnelle auprès de la Chambre de commerce de Homs, 1990. A noter que l'enregistrement est renouvelable annuellement et que les statistiques sont relatives à l'ensemble de la mohafaza. La Chambre de commerce joue un rôle plus syndical qu'économique.

35 Enquête par échantillon dans quelques rues commerçantes importantes.

36 Par exemple, pour acheter de bons vêtements pour une mariée, c'est à Homs que les gens font leurs achats.

37 Nous y reviendrons dans l'étude du rayonnement du commerce des deux villes.

38 Nous avons déjà constaté ce phénomène dans le cadre de notre recherche sur Salamieh : voir M. al-Dbiyat, 1911.

39 Décret n° 76 du 20/04/1965.

40 Enquête directe, printemps 1990.

41 Le quatrième marché de moutons en Syrie centrale est celui de Palmyre, mais il ne fonctionne vraiment qu'en hiver, quand les pasteurs sont au voisinage de l'oasis (transhumance). Ailleurs, il n'existe que des marchés hebdomadaires (Ma'aret al-No'aman et Khan Cheikhoun).

42 J.-F. Troin considère qu'une ville est sous-équipée quand ce ratio est supérieur à 30. Entre 16 et 30, elle est équipée normalement et est suréquipée à moins de 16. Voir J.-F. Troin, "Essai méthodologique pour une étude des petites villes en milieu sous-développé : les structures commerciales urbaines du Nord marocain", Ann. Géog. n° 441, 1971, p. 518. Notre calcul est basé sur un ajustement de la population des deux villes à partir du recensement de 1981 et du taux d'accroissement de la population (+3,34 %) entre 1970 et 1981.

43 Ils sont souvent matraqués par la police et leurs marchandises couramment confisquées, mais ils ne disparaissent pas ! Peut-être parce qu'ils remédient à une certaine pénurie dont l'État ne sait pas venir à bout, par exemple pour les produits alimentaires dont l'importation légale est très limitée.

44 Comme il est de coutume de l'appeler localement au sein des services techniques des mairies.

45 Société générale syrienne d'études et consultations techniques, op.cit., p. 48.

46 Nous avons déjà constaté ce phénomène à Salamieh, mais la division n'y est pas nette. Ce sont deux rues commerçantes qui sont spécialisées, plus que les autres rues, dans la vente des produits ruraux : rue al-Thawra et rue Ikhwan al-Saffa (cf. M. al-Dbiyat, 1991, p. 48).

47 Nous avons soustrait les établissements de loisirs qui s'élèvent à environ 258 établissements à Hama et 390 à Homs (vendeurs de cassettes audio et vidéo, de jouets, d'articles de sport, etc.).

48 Hama est également concurrencée par Alep, capitale nordique qui attire, par ailleurs, une bonne partie de la clientèle de la Syrie centrale.

49 Dépouillement à la mairie de Homs.

50 Dépouillement à la mairie de Hama.

51 Nous reviendrons sur ces questions spatiales dans le chapitre suivant.

52 Notamment pour des grossistes du centre commercial de Homs.

53 Il existe une autre proposition concernant la création d'une zone artisanale au sud de la ville, à la sortie vers Palmyre et Damas. Aucune solution n'a encore été choisie aujourd'hui (1991).

54 Il existe même sur le marché des vêtements prêts-à-porter de type traditionnel (comme la jalaba) qui viennent de l'étranger, notamment de la Corée du Sud.

55 Une faroua (manteau en peau de mouton) coûtait chez l'artisan 300 L.S. en 1970 ; actuellement, elle coûte entre 3 000 et 5 000 L.S.

56 Interview avec un artisan de Homs, 1990.

57 Nous ne possédons pas les chiffres de 1978 relatifs à l'artisanat traditionnel à Homs.

58 Mais le siège de cette société était à Alep. C'est parce qu'on considérait Hama comme la "capitale de la production ovine" qu'on y implanta cette usine.

59 Les principales lois sont (el-Hammadi, 1977) :
- décret législatif n° 139 de juin 1949 ;
- loi n° 47 du 7 août 1952 ;
- loi n° 52 du 13 septembre 1952 ;
- loi n° 103 du 27 septembre 1952 ;
- loi n° 609 du 28 décembre 1952 ;
- loi n° 177 enl958.
Pour plus de précisions, voir el-Hammadi (1977) et les travaux de É. Longuenesse (1977, 1979, 1980, 1985, 1989) et J. Cornand (1991).

60 Mais ce calcul ne prend pas en compte le taux d'inflation très important constaté pendant cette période : 8,3 % entre 1965 et 1980 et 12,9 % entre 1980 et 1988 (Banque Mondiale, 1990, p. 201).

61 « En 1970, 40 % des salariés de l'industrie sont employés dans le secteur public, 60 % dans le privé. Il faut tout de suite préciser ici que le terme "industrie" est employé dans les statistiques syriennes avec un sens très large, tellement large qu'il inclut une grande partie de l'artisanat ; les deux tiers des ouvriers du privé sont donc, dans leur immense majorité, employés dans des entreprises de moins de 10 ouvriers. » (É. Longuenesse, 1979, p. 252)

62 La production du pétrole brut est passée de 4,2 millions de tonnes en 1970 à 9 millions de tonnes en 1985, puis à 20 millions de tonnes en 1989. Quant au phosphate, sa production est passée de 0,5 million de tonnes en 1976 à 1,2 en 1979 et 2,2 en 1989.

63 Cette loi a été approuvée par l'Assemblée du Peuple et est entrée en application le 25/04/1991.

64 En 1981, 72 % des investissements du secteur privé sont allés dans le commerce et les services.

65 D'après la même source, il y avait, avant la guerre, 15 000 métiers à Alep et 5 000 à Damas. En 1931, Damas en comptait 550 et Alep seulement 2 000.

66 Enretien avec J. Gaulmier à Paris, en juillet 1991. Cet orientaliste a vécu à Hama entre 1929 et 1932 où il travaillait comme professeur de lycée. Il considère que Hama représentait à l'époque un vrai Tiers-État dominé par les notables.

67 Ces moulins ne fonctionnent plus maintenant. Ils étaient souvent associés aux norias, le même aménagement servant ainsi aux deux systèmes.

68 Alep était la "capitale de l'or blanc" en raison de l'extension de cette culture dans la région de l'Euphrate. Nous ne possédons pas de chiffres sur les investissements des industriels alépins dans la région centrale. D'autre part, presque toute la production cotonnière brute ou semi-manufacturée était commercialisée par les commerçants d'Alep.

69 Entretien avec M. Outhman, Directeur de la direction des statistiques de Hama, en 1988.

70 Cette définition, dans les statistiques, comprend l'industrie et l'artisanat, et nous allons voir la grande différence entre ces données et celles relatives à l'industrie.

71 En 1954, la mohafaza de Homs produisait déjà 25 000 tonnes de betteraves, tandis que Hama ne connaissait pas encore cette culture. En 1984, les productions respectives atteignirent 570 769 tonnes et 203 115 tonnes. La région du Ghab possédait alors sa propre raffinerie (1982) édifiée à proximité de la ville de Tal Salhab.

72 Maintenant, tout le pétrole raffiné est syrien, acheminé depuis les gisements du Nord syrien (Roumeilan et Deir ez-Zor) par un pipe-line installé en 1968.

73 Les données concernant la période antérieure à la nationalisation sont mal connues et peu fiables.

74 Après le "mouvement de redressement" du président H. al-Assad, qui a eu lieu le 16 novembre 1970.

75 Cela est, par ailleurs, l'enjeu politique principal de l'État.

76 Le chiffre des salariés ne comprend pas ceux occupés dans la production et le transport du pétrole brut. D'autre part, nous pensons que ces données ont été établies par mohafaza car, en 1989, il n'y avait à Hama que 14 établissements ; pourtant, la plupart des usines à Hama ont été créées après 1972.

77 Briser le pouvoir de l'aristocratie foncière, à Hama et en Syrie, a aussi été un des buts de la réforme agraire en 1958 et de sa radicalisation après 1963 (cf. supra, "stucture de la propriété foncière").

78 D'autre part, il est grave de lancer de telles phrases sans aucune analyse socio-économique.

79 Interview effectuée lors de notre enquête directe à l'usine, en novembre 1990.

80 Nous préférons être brefs dans cette analyse car le sujet est large et trop compliqué, notamment après les conflits entre le pouvoir et les Frères musulmans de Hama, en 1982.

81 Enquête personnelle directe, avril 1989-1990.

82 Nous y reviendrons dans la troisième partie, à travers l'étude des relations interurbaines en Syrie centrale.

83 Le dépouillement n'était pas possible pour différentes raisons : manque d'organisation, manque de volonté de collaboration...

84 Les activités métallique et mécanique se définissent officiellement, pour la première, autour de la production de l'électro-ménager, des citernes, des bidons et des équipements construits en métal, la seconde autour de la production des éléments d'huisserie métallique et des matériaux de construction (fer à béton). Quand au textile, il englobe le tissage et la production de vêtements (prêt-à-porter).

85 L'environnement social a déjà été envisagé et il sera plus précisément abordé dans les chapitres qui suivent (chapitres V et VI).

86 Ainsi le proverbe syrien local qui dit « Le vent occidental me réjouit le cœur, et le vent oriental dessèche mes artères » n'est plus utilisé à Homs. Toujours à propos de la pollution, au cous de nos interviews parmi les ouvriers et fonctionnaires qui viennent travailler à Homs et rentrent chez eux, dans leurs villes (Salamieh, Massiaf) ou leurs villages, beaucoup ont affirmé préférer faire les trajets plutôt qu'habiter à Homs.

87 La télévision syrienne consacre une heure par semaine aux problèmes de l'environnement.

88 Plusieurs dossiers existent au Ministère de l'Environnement, sollicitant l'autorisation de créer de telles associations, notamment ceux présentés entre autres par des gens de Homs, de Damas et de Lattaqié (car la côte syrienne n'est pas à l'abri de la pollution croissante).

Notes de fin

* Nous avons procédé à l'actualisation de ces résultats en tenant compte de la cimenterie (1961) et de la production de mosaïques (1959)

1 L. S. : Livre syrienne

Table des illustrations

Légende Fig. 27 – Répartition des norias sur l'Oronte
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre TABLEAU 45. Répartition des précipitations selon les principales stations météorologiques en Syrie centrale entre 1950 et 1988
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 28 – Plaines du Ghab et d'Acharneh (A), et occupation des sols en Syrie centrale (B)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre TABLEAU 46. Utilisation du sol en Syrie centrale (1984)
Légende Source : Annuaire des statistiques agricoles de Syrie, 1984.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre TABLEAU 47. Utilisation des terres cultivables en Syrie centrale (1984)
Légende Source : Annuaire des statistiques agricoles de Syrie, 1984, p. 28 et 30.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre TABLEAU 48. Répartition des principales cultures et de l'arboriculture en Syrie centrale
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre TABLEAU 49. Structure de la propriété foncière de Syrie centrale, selon les villages en 1912
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU 50. Structure de la propriété foncière en Syrie centrale en 1945
Légende Source : A. Yassine, op. cit., p. 20.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre TABLEAU 51. Structure de la propriété foncière en Syrie centrale en 1955
Légende Source : A. Yassine. op. cil.. p. 35.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 29 – Constitution des latifundia dans le caza de Hama depuis un demi-siècle8Source : Asie française. 1933. p. 133.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre TABLEAU 52. Taille des propriétés expropriées en Syrie centrale entre 1958 et 1963
Légende Source : Dépouillement des données fournies par les services de la réforme agraire de Hama et de Homs, réalisé en 1990.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre TABLEAU 53. Répartition des terres expropriées en Syrie centrale, selon les principales villes
Légende Source : Dépouillement personnel des données fournies par les services de la réforme agraire de Hama et de Homs, réalisé en 1990.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 30 – Les propriétés citadines ventilées par villages, lesquels appartenaient en totalité ou partiellement aux latifundiaires de Hama ou de Homs
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre TABLEAU 54. Structure de la propriété foncière dans les mohafaza-s de Homs et de Hama, en 1981
Légende Source : Recensement agricole de 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 31 – Structure de la propriété foncière en Syrie centrale, en 1981Source : Recensement agricole, 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre TABLEAU 55. L'évolution de l'effectif ovin en Syrie centrale par rapport à l'effectif national entre 1955 et 1984
Légende Sources : Annuaires statistiques. 1955. 1960 et 1984.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 32 – Homs, carrefour de communications
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre TABLEAU 56. Structure du PNB selon les secteurs de production (cours en 1985)
Légende Source : Annuaire statistique, 1990.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre TABLEAU 57. Répartition des crédits alloués par les banques spécialisées selon les branches d'activité économique en Syrie (1975, 1985 et 1989)
Légende Note *1Source : Annuaire statistique, 1990.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre TABLEAU 58. Répartition des activités commerciales, artisanales et de services à Homs et à Hama en 1978 et 1987
Légende Sources : Mairie de Hama, registre des patentes cl rapport justificatif de l'aménagement de Hama (mohafaza) ; Mairie de Homs. LA. Moussly, 19X1. p. 332. S. Mchli. 1963, cl Société générale syrienne d'études et consultations techniques, Organisation cl élude du centre-ville de Homs. 19X9. 70 p.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre TABLEAU 59. Évolution du nombre des établissements commerciaux, artisanaux et de services.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 33 – Évolution des activités commerciales, artisanales et de services par branche d'activité, entre 1978 et 1987, à Homs et à HamaSources : Mairies et registres des patentes de Homs et de Hama.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 34 – Les fonctions du cœur commercial de Homs en 1990
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Légende Fig. 35 – Les fonctions des centres commerciaux de Hama en 1990
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 36 – Schéma de l'occupation économique des espaces urbains de Homs et de Hama (1990)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre TABLEAU 60. Répartition des activités artisanales dans la zone de regroupement artisanal de Homs, en 1990
Légende Source : Mairie de Homs, 1990.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre TABLEAU 61. Répartition des entreprises nationalisées en Syrie, entre 1963 et 1965, par activité et mohafaza
Légende Note **Source : J. Cornand, 1991, p. 36.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre TABLEAU 62. Principales unités industrielles du secteur public à Homs et Hama (jusqu'en 1989)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Légende Fig. 37 – Évolution de la valeur des investissements dans l'industrie en Syrie, entre 1958 et 1981, et part des secteurs privé et public dans cet investissement (en millions de L.S.)Source : S. al-Naboulsi, 1984.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre TABLEAU 63. Répartition géographique des établissements industriels par centres urbains, en 197276
Légende Source : el-Hammadi, 1977, p. 307.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre TABLEAU 64. Répartition des entreprises privées par branche d'activité dans les mohafaza-s de Homs et Hama, en 198984
Légende Sources : Direction de l'industrie de Hama et de Homs ; enquête personnelle, 1990.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3659/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search