Version classiqueVersion mobile

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Première partie : Peuplement et dynamique démographique en Syrie centrale

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Les deux villes, Homs et Hama, sont parmi les villes les plus anciennes de la Syrie. Leur naissance remonte à des millénaires, de même que leur rivalité. Celle-ci a été soit exploitée, soit renforcée par les dirigeants autochtones ou étrangers. Le leadership de la province centrale est passé de l'une à l'autre de ces deux villes, au gré des dynasties ou des empires.

2Leur localisation, à la limite entre une région de peuplement sédentaire (la ma'moura) et une région parcourue par les pasteurs nomades et semi-nomades (la badin), leur accorda un rôle stratégique dans le contrôle administratif, économique ou militaire de la Syrie centrale, surtout pendant les périodes d'insécurité, notamment avant la deuxième moitié du siècle.

3Cette région était d'autant plus difficile à contrôler que le monde rural était peuplé d'une mosaïque de communautés et de confessions, auxquelles s'ajoutaient diverses tribus bédouines.

4Les conditions géographiques ont favorisé le développement du secteur agricole dans la région occidentale où la densité de la population rurale est nettement plus élevée que dans la partie orientale, exclusivement propice à l'élevage ovin extensif.

5Les activités agricoles restent dominantes dans la région, mais le développement surtout dans les chefs-lieux administratifs - des autres secteurs d'activités (tels que le commerce, l'artisanat, les services et l'industrie) a donné lieu à une mutation structurelle de la population active (régression du secteur primaire, surtout dans la mohafaza de Homs), avec une différenciation entre les structures d'activités des milieux urbains et ruraux, et l'arrivée des femmes dans le monde du travail. Ces transformations n'ont pas évité l'émergence du chômage urbain ou celle des petits métiers.

6La poussée démographique, généralement constatée dans toute la région, est duc à une fécondité qui reste importante et à une baisse du taux de mortalité, surtout infantile, grâce à l'amélioration des conditions sanitaires. Quant à la fécondité importante, elle est due, en grande partie, aux comportements sociaux ou à des caractéristiques des sociétés traditionnelles qui persistent encore : mariage précoce des filles, taux élevé d'analphabétisme notamment en milieu rural et chez les femmes, polygamie, attachement à la famille nombreuse, etc. Tout cela concerne le milieu rural comme le milieu urbain (par exemple la ville de Hama), ce qui explique la lenteur de la transition démographique constatée dans la région.

7Par ailleurs, les aléas climatiques, marqués par des périodes durables de sécheresse, et la concentration des activités économiques en ville ont accéléré le rythme de la croissance démographique urbaine, par le fait de l'exode rural.

8A ce stade, les deux villes sont déjà marquées par une différence importante. Homs est plus dynamique en matière de démographie et elle est plus attractive en matière d'exode rural tandis que Hama est une ville répulsive qui accuse une croissance démographique ralentie, inférieure au taux régional, voire national. Elle reste à l'abri de l'exode rural pour des raisons sociales plutôt qu'économiques, car Hama est réputée pour sa société traditionnelle fermée sur elle-même. Il s'ensuit que le brassage des populations, d'origines communautaires différentes, est plus avancé à Homs qu'à Hama. Ce l'acteur va jouer un rôle déterminant sur les dynamismes économiques ou urbanistiques, ce que nous constaterons dans les chapitres qui suivent.

9Mais Homs n'est pas la seule ville régionale dont la démographie croît rapidement. Elle n'est plus la seule à faire évoluer l'urbanisation. D'autres villes, petites ou moyennes, viennent la rejoindre en matière d'attractivité de l'exode rural, participant ainsi à l'urbanisation de la Syrie centrale : c'est ainsi que la grande ville n'est plus le pivot des mouvements migratoires. Ces phénomènes nous fourniront des éléments nouveaux pour comprendre la formation du réseau urbain régional, dont la ville de Homs tente d'assurer la domination et qui sera traitée dans la dernière partie.

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search