Desktop versionMobile Version

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Première partie : Peuplement et dynamique démographique en Syrie centrale

Chapitre III. La dynamique démographique et les mouvements migratoires en Syrie centrale

Volltext

1La croissance démographique se caractérise en Syrie par un taux annuel très élevé : 3,34 % entre 1970 et 1981. Il place la Syrie parmi les pays qui n'ont pas atteint le stade final de la transition démographique. Notre région ne fait pas exception, en dépit du fait qu'on y trouve des secteurs marqués par des taux faibles, voire, parfois, négatifs, en raison des mouvements migratoires. L'évaluation de ces derniers reste difficile ; en effet les recensements, et notamment le dernier (1981) qui constitue notre référence principale, ne font pas de distinction entre lieu de départ et lieu d'arrivée des populations enregistrées. Or ces données nous auraient été nécessaires pour mesurer l'effet et l'ampleur de ces mouvements en Syrie centrale dont ceux liés à l'exode rural. Nous ne pourrons donc que tenter une évaluation de ces mouvements. Ainsi nous commencerons par l'étude de la croissance démographique, pour comprendre ensuite le phénomène de l'émigration.

1 – UNE CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE RAPIDE

2La région centrale possède, comme toute la Syrie, un taux d'accroissement de sa population très important : il a atteint 3,86 % par an entre 1960 et 1970 et encore 3,51 % entre 1970 et 1981. En fait ces taux dépassent ceux enregistrés au niveau national pour les mêmes périodes (3,28 % et 3,34 %). Une certaine différence est perceptible entre les deux mohafaza-s (cf. tableau 27).

TABLEAU 27. Évolution de la population de Syrie centrale entre i960 et 1981 (en millions d'habitants)

TABLEAU 27. Évolution de la population de Syrie centrale entre i960 et 1981 (en millions d'habitants)

Sources : R.G.P. 1960, 1970, 1981.

3Ainsi, entre 1960 et 1970, la région de Hama s'est peuplée plus rapidement que celle de Homs : 4,71 % contre 3,13 %. La situation paraît avoir évolué inversement durant la période 1970-1981. C'est encore une conséquence des modifications de la carte administrative, qui ont eu lieu après le recensement de 1960 et par lesquelles la mohafaza de Hama avait annexé trois nahia-s : sa population s'accrut d'un coup de 51 099 personnes. Mais si on procède à un ajustement en déduisant les 44 192 habitants des nahia-s en 1960, alors le taux d'accroissement de la mohafaza de Hama passe de 4,71 % à 3,38 %, pour la période de 1960-1970. Certes il demeure supérieur à celui de Homs, mais dans des proportions relativement faibles que l'on attribue généralement au peuplement de la plaine du Ghab après son aménagement dans les années 60. Nous avons déjà noté l'importance de la population rurale dans la mohafaza de Hama par rapport à celle de Homs.

  • 1 Ce taux est enregistré à 2,5 % entre 1950 et 1960 par ML. Samman (1978).

4Ces forts taux d'accroissement en Syrie centrale, comme dans l'ensemble de la Syrie, prouvent que l'on est en phase intermédiaire dans la transition démographique : elle se caractérise par une baisse du taux de mortalité mais non par une baisse de celui de natalité, ce qui engendre une croissance accélérée ; le taux d'acroissement démographique est ainsi passé, pour toute la Syrie, de 2,2 % entre 1947 et 1960 (N.F. Khoury, 1975, p. 80) à 3,28 % entre 1960 et 1970 avant de monter jusqu'à 3,34 % pendant la période 1970-19811. Simultanément le taux de mortalité, qui était de 14,2 % en 1960, est descendu à 8,2 % vers 1981 (A.M. al-Akhras, 1989, p. 54), alors que la fécondité ne diminue pas significativement (cf. tableau 28).

TABLEAU 28. Taux de fécondité en Syrie et dans la région centrale selon les milieux urbains et ruraux en 1981

TABLEAU 28. Taux de fécondité en Syrie et dans la région centrale selon les milieux urbains et ruraux en 1981

Source : R.G.P. 1981.

5L'indice synthétique de fécondité (ISF) correspondait, en 1981, à 7,1 enfants par femme dans la mohafaza de Hama, soit un indice supérieur à celui de la Syrie (6,4) et à celui de la mohafaza de Homs (6,4). Plusieurs facteurs expliquent ce taux élevé, parmi lesquels :

  • L'importance d'une population féminine mariée jeune dans la mohafaza de Hama : 11,7 % des femmes mariées avaient moins de 20 ans en 1981 contre 10,7 % dans la mohafaza de Homs.

  • Le taux plus élevé de femmes analphabètes dans la mohafaza de Hama : 54 % contre 49 % dans celle de Homs en 1981 (cf. tableau 31).

  • La polygamie, même si elle est faible, reste plus importante dans la mohafaza de Hama : 3,1 % des hommes mariés sont polygames en 1981, alors qu'à Homs 2,4 % le sont.

  • La société à Hama possède une structure plus traditionnelle que celle de Homs, du fait de sa ruralité.

  • Enfin, peut-on envisager ici le comportement caractéristique de toute population hétérogène, où chaque communauté essaye de maintenir, voire augmenter son poids démographique ? Cela reste à vérifier dans notre région car les villes à majorité chrétienne se distinguent par des taux d'accroissement démographique inférieurs au taux national (Mhardeh et Sqalbiyeh).

6Ces divers facteurs ne sont pas uniquement significatifs de la mohafaza de Hama. Ils peuvent être généralisés, plus au moins, à l'ensemble de la Syrie, ce qui lui donne un ISF parmi les plus importants dans le monde (cf. tableau 29).

TABLEAU 29. Indice synthétique de fécondité en Syrie comparé à celui de quelques autres pays (arabes ou non arabes) pour les périodes 1980-1985 et 1988

TABLEAU 29. Indice synthétique de fécondité en Syrie comparé à celui de quelques autres pays (arabes ou non arabes) pour les périodes 1980-1985 et 1988

Sources : 1980-1985 : P. Fargues, 1988, p. 979 ; 1988 : Banque Mondiale, tab. 27, p. 252.

7On remarque une récente, quoique relativement modeste, tendance à la baisse, déjà notée par P. Fargues (1988, p. 975) pour les pays arabes. Elle est décelable en Syrie et dans notre région depuis 1960 (cf. tableau 30).

8Certes cette inclinaison est légère, mais elle existe et c'est cela qui importe dans la mesure où on peut y voir une transition démographique et le passage d'un régime démographique traditionnel (une mortalité et une fécondité élevées d'où il résulte un faible taux d'accroissement démographique) à un régime démographique "moderne" (D. Noin, 1983, p. 12) ; ce dernier se caractérise par une basse mortalité (autour de 10 %) et un ISF faible (environ 2 enfants/femme). Jusqu'en 1981 la diminution de l'ISF reste peu importante parce que la chute de la mortalité est plus rapide que celle de la fécondité. Cela est dû à l'amélioration des conditions sanitaires qui font baisser le taux de mortalité féminine notamment lors des accouchements ainsi que celui de mortalité infantile (enfants de moins d'un an surtout).

  • 2 Pour la Syrie en 1960 et 1970, source : M.L. Samman. 1978, p. 190-192. Pour la Syrie centrale entre (...)

TABLEAU 30. Évaluation de l'ISF entre 1960, 1970 et 1981, en Syrie et dans les mohafaza-s de Homs et Hama2

TABLEAU 30. Évaluation de l'ISF entre 1960, 1970 et 1981, en Syrie et dans les mohafaza-s de Homs et Hama2

Sources : R.G.P. 1960, 1970, 1981.

  • 3 « La théorie de la transition démographique est, avant tout, une théorie de la fécondité. »
  • 4 On notera ainsi la contradiction entre la vision malthusienne qui suppose que le développement écon (...)

9Si la Syrie a bénéficié de progrès médicaux certains, ils ne se sont pas accompagnés d'une évolution socio-économique suffisante pour passer à la seconde étape de la transition démographique, à savoir une baisse significative de la fécondité (J.-C. Chesnais, 1986, p. 103 et G. Tapinos, 1985). La diminution s'amorce cependant (cf. tableau 30) par la conjonction de plusieurs facteurs, parmi lesquels la scolarisation qui contribue à modifier les comportements, l'accès des femmes au monde du travail (même pour un nombre restreint), l'élévation de l'âge du mariage, la régression de la polygamie, le passage de la famille élargie à la famille restreinte dans les milieux urbains, la diffusion des moyens contraceptifs, enfin et surtout une situation économique peu favorable. Ce dernier facteur joue certainement un rôle déterminant, bien que l'on sache qu'il ne saurait tout expliquer tant les rapports entre les variables économiques et la fécondité sont complexes4, dans la mesure où il n'est pas envisageable d'en soustraire les mutations socio-culturelles. La révolution industrielle européenne s'est accompagnée d'un accroissement démographique important ; cependant, aujourd'hui, les pays industrialisés connaissent des taux de fécondités très bas. Cela tend à prouver que le progrès social conditionne largement le recul de la fécondité, celle-ci étant avant tout un comportement fortement marqué par les modèles sociaux.

10La lenteur avec laquelle le mouvement de baisse de la fécondité s'amorce en Syrie est à notre sens fortement marquée par ces modèles et, tout particulièrement, par le poids des croyances religieuses. Un dicton local permet d'en apprécier l'enracinement : chaque enfant naît et ses revenus naissent avec lui. La contraception est encore une pratique marginale, les interruptions volontaires de grossesse sont clandestines et la stérilité, vécue comme une marque infamante par les femmes, reste un drame. M.L. Samman (1978, p. 196) a constaté que la population chrétienne n'était pas moins nataliste, situation qu'il analyse soit comme un réflexe de minorité soit comme une contamination par le milieu ambiant. Nous noterons, cependant, que du point de vue des principes, l'islam comme la christianisme ont des positions semblables et relativement intransigeantes concernant les comportements natalistes.

11La fécondité est également plus élevée lorsque la population rurale domine. Dans les milieux ruraux l'enfant est encore considéré sous son rapport direct à la force de travail qu'il représente. L'instruction, de type scolaire, y est moins poussée que dans les milieux urbains, ainsi que tend à le montrer la persistance de l'analphabétisme dans les régions rurales, concernant surtout la population féminine (cf. tableau 31). Le taux d'analphabétisme féminin en zones rurales pour notre région est incomparablement supérieur à celui des hommes : plus de 60 % chez les femmes contre moins de 25 % chez les hommes.

TABLEAU 31. Taux d'analphabétisme en 1981, en Syrie et dans les mohafaza-s de Homs et de Hama selon les milieux et le sexe (en % pour la population de plus de 10 ans)

TABLEAU 31. Taux d'analphabétisme en 1981, en Syrie et dans les mohafaza-s de Homs et de Hama selon les milieux et le sexe (en % pour la population de plus de 10 ans)

Source : R.G.P. 1981.

  • 5 Cette relation entre le chômage et la baisse de fécondité a été observée par Esterlin (1961) aux Ét (...)

12La réduction de la fécondité dans les milieux urbains est appréciable (cf. fig. 18). Elle découlerait d'un meilleur niveau de vie et d'une sensible évolution culturelle, sans oublier cependant les effets directs du chômage5 et ceux d'une crise aiguë du logement.

Fig. 18 — Comparaison des taux de fécondité entre milieu urbain et milieu rural dans les mohafaza-s de Homs et de Hama ainsi qu'en Syrie, selon l'âge des femmes en âge de procréer (en 1981)

13Les courbes de fécondité, en fonction de l'âge de la femme, pendant la période de pro-création sont similaires pour les trois ensembles étudiés, sauf le TGF en milieu rural dans la mohafaza de Hama qui apparaît plus élevé (cf. fig. 18) : ce serait un effet de la proportion de population rurale, importante dans la région de Hama, par opposition au caractère de citadinité plus affirmé ailleurs, ainsi que nous le verrons plus loin.

14La très faible fécondité pour les moins de 15 ans est liée au célibat de la majorité. Le maximum est atteint chez les femmes âgées de 25 à 29 ans. La baisse s'amorce à partir de l'âge de 30 ans.

15Il est certain que le rythme de la transition démographique en Syrie (ou dans les pays du Tiers-Monde) n'est pas identique à celui qui a été enregistré en Europe, mais « la transition démographique paraît bien être un phénomène général qui gagne peu à peu l'ensemble de l'humanité » (D. Noin, 1983, p. 43).

16Jusqu'à maintenant, cette croissance ne pose pas de problèmes sérieux et il existe même un courant qui « ne croit pas à l'existence d'un problème de croissance démographique en Syrie et pense que le pays est capable d'absorber cette croissance » (S. al-Kassem, 1989). Mais son poids commence pourtant à se faire sentir et attire toujours plus l'attention des planificateurs qui doivent résoudre les problèmes qu'elle pose.

1.1 – UNE TENDANCE À L'ACCROISSEMENT PLUS SENSIBLE DANS LA RÉGION DE HAMA QUE DANS CELLE DE HOMS

17Nous avons constaté l'importance de la croissance démographique dans l'ensemble de la région centrale. Cette croissance n'affecte pas uniformément les deux mohafaza-s qui connaissent des taux variables soit entre milieu rural et milieu urbain, soit à l'intérieur de chaque milieu.

18La figure 19, qui donne la cartographie des taux d'accroissement de chaque localité entre 1970 et 1981, montre clairement que ces variations sont liées en grande partie aux résultats d'une économie basée sur divers potentiels naturels. Il existe d'autres facteurs qui interviennent et bouleversent cette relation simple. Ainsi la sédentarisation des nomades a provoqué des taux d'accroissement très importants, supérieurs à 5,5 % par an, dans la partie orientale des deux mohafaza-s. Il s'agit pourtant d'une zone semi-aride, peu favorable au peuplement, où les bédouins sédentarisés continuent à pratiquer une transhumance hivernale et estivale. Cependant, en se sédentarisant dans cette zone ils ont bénéficié de l'acquisition de terres domaniales sur lesquelles ils ont pu pratiquer des cultures sèches, cela malgré des précipitations peu importantes. Aussi cette région présente une population instable, affectée par des mouvements saisonniers (les transhumances) ou permanents, qui alimentent l'exode rural dans la région.

  • 6 Le recensement de 1981 n'a pas donné de statistique au niveau des divisions administratives inférie (...)

19Mais d'un autre côté, la fécondité est très élevée chez les bédouins. En effet la procréation est pour eux un phénomène sacré à respecter, tant pour les humains que pour les animaux. On a estimé que chez eux l'indice de fécondité est de l'ordre de 7 à 7,5 enfants par femme en 19706. Les facteurs qui ont aidé ailleurs à la baisse de la fécondité, tels que la scolarisation ou le recul de la polygamie, n'ont pas encore affecté la société bédouine. Néanmoins, elle a bénéficié de facteurs qui ont fait baisser la mortalité et notamment des progrès sanitaires.

Fig. 19 — Taux de croissance de la population par localité entre 1970 et 1981

20La plaine du Ghab est la seconde région qui mérite attention car elle constitue une exception. Si la région orientale inclut des villages dont la croissance est très faible (moins de 1 % par an), la région occidentale, elle, connaît un taux d'accroissement supérieur à 2,5 %. L'explication n'est pas très aisée car la plaine offre les mêmes potentialités économiques à l'est et à l'ouest. Nous pensons que le secteur oriental qui a été peuplé plus précocement souffre d'une saturation au niveau du marché du travail touchant directement la nouvelle génération, laquelle est obligée d'émigrer. La population qui a colonisé l'ouest plus tardivement conserve une fécondité importante : 8 enfants par femme en 1970 dans la nahia de Shatha ce qui est nettement supérieur à celle de la nahia d'al-Ziyara sur la rive droite de l'Oronte pour laquelle on relevait 6,9 enfants par femme.

21Dans cette même nahia on constate des taux d'accroissement très négatifs qui sont descendus jusqu'à -7 % par an entre 1960 et 1970 : ainsi en a-t-il été du village de Qlaidyn dont la population est passée de 4 871 habitants en 1960 à 2 348 habitants en 1970, puis à 1 733 en 1981. Ce taux est toutefois remonté à -2,72 % entre 1970 et 1981 soit un ralentissement dans la décroissance.

  • 7 À titre de rappel, ce sont les dates des trois recensements généraux de la population syrienne.

22Méthodologiquement ces variations impliquent qu'on ne peut se baser sur la seule période de 1970-1981 pour bien comprendre l'évolution démographique de la Syrie centrale. Aussi nous avons eu recours à un autre moyen qui consiste à constituer une typologie reposant sur l'accroissement de la population par localité et sur ses variations entre deux périodes : 1960-1970 et 1970-19817.

23La figure 22 montre la typologie des modes de croissance démographique dans la région. Elle fait la synthèse des figures 20 et 21 représentant les modes de croissance par localité. De la sorte nous avons pu mettre en évidence six types de croissance démographique basés sur les évolutions entre 1960-1970 et 1970-1981 :

24– une croissance continue entre 1960 et 1981 qui englobe trois types :

251 - croissance accélérée ;

262 - croissance constante ;

273 - croissance se ralentissant ;

28– une croissance négative sujette à une mutation importante :

294 - passage de la croissance à la décroissance ;

305 - décroissance continue de 1960 à 1981 ;

316 - passage de la décroissance à la croissance.

  • 8 Cf. J.-P. Laborie (1979) dans son ouvrage Les petites villes. Il détaille cette typologie pour mieu (...)

32Nous aurions pu affiner encore la classification. On pourrait, par exemple, diviser le premier type en sous-types qui distingueraient les degrés de l'accélération. Nous avons trouvé que cette représentation simplifiée était suffisante pour le cas qui nous occupe8.

33Nous constatons que la croissance continue, avec ses trois types, est dominante en Syrie centrale. Les premières remarques que nous pouvons faire sont les suivantes :

  • La presque totalité des localités comptant plus de 1 000 habitants connaissent une croissance démographique continue, excepté quelques-unes principalement situées dans la mohafaza de Hama mais qui passent d'une décroissance à une croissance. Celles-ci ne représentent que 6,8 % des localités de plus de 1 000 habitants de cette mohafaza, et dans celle de Homs seulement 2,3 %. De plus, environ 34 % des localités dans les deux mohafaza-s, connaissent des taux supérieurs aux taux nationaux enregistrés durant les deux décennies entre 1960 et 1981 (cf. tableau 32).

  • A l'inverse les localités comptant moins de 500 habitants sont affectées par une régression de leur population : 39 % environ d'entre elles dans la mohafaza de Homs et 32 % dans celle de Hama présentent des taux négatifs.

  • 9 Pour ce schéma nous avons pris la localité principale sans prendre la population éparse ou les habi (...)

TABLEAU 32. Répartition des localités selon leur taille et leur taux d'accroissement démographique par rapport aux taux nationaux pour les périodes 1960-1970 et 1970-19819

TABLEAU 32. Répartition des localités selon leur taille et leur taux d'accroissement démographique par rapport aux taux nationaux pour les périodes 1960-1970 et 1970-19819

Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.

34Ces deux phénomènes nous amènent à nous demander si cela correspond à une cristallisation de l'armature urbaine dans la région, se manifestant par le développement des gros villages, ou s'il s'agit seulement d'une simple perte de population au profit du doublet urbain central ou celui d'autres villes syriennes. Ces questions seront examinées dans la troisième partie.

35Quant aux localités entre 500 et 1 000 habitants, elles grossissent plus rapidement dans la mohafaza de Hama que dans celle de Homs :

  • dans la première 40 % d'entre elles présentent des taux positifs et supérieurs aux taux nationaux contre 8,8 % seulement de taux négatifs ;

  • dans la seconde, seulement 22,8 % des localités concernées connaissent des taux positifs, contre 17,4 % qui ont des taux négatifs, soit de 1960 à 1970, soit de 1970 à 1981 ou bien encore pendant ces deux périodes. On retrouve ici les effets du caractère plus rural de la mohafaza de Hama.

1.1.1 — De 1960 à 1981, la croissance continue a été plus fréquente dans le secteur de Hama

36Globalement la Syrie centrale présente une croissance démographique continue avec ses taux annuels de 3,86 % pour la période 1960-1970 et 3,51 % pour la période 1970-1981. Ils dépassent les taux nationaux (3,28 % et 3,34 % pour les même périodes ; cf. tableau 27). Mais la région de Homs avec 3,7 % pour la période 1970-1980 contre 3,13 % pour la période 1960-1970 a présenté une croissance accélérée, tandis que celle de Hama a souffert d'un léger ralentissement, si on prend le taux réel de 3,38 % de la période 1960-1970, contre 3,31 % pour la période 1970-1981 (cf. supra 1. « Une croissance démographique rapide »). Cela s'explique par le fait que la région de Homs (et particulièrement la ville elle-même) attire plus d'immigrants que celle de Hama.

Fig. 20 — Typologie de la croissance démographique dans la mohafaza de Homs entre 1960 et 1981

Fig. 21 — Typologie de la croissance démographique dans la mohafaza de Hama entre 1960 et 1981

Fig. 22 — Typologie de la croissance annuelle entre 1960 et 1981

37L'analyse plus détaillée que nous avons effectuée au niveau des localités montre une certaine hétérogénéité des comportements à l'intérieur de chaque mohafaza comme l'indique la figure 22. C'est surtout le cas de la mohafaza de Homs notamment dans sa partie orientale. Cette région connaît des villages à croissance accélérée qui accueillent les nouveaux sédentarisés. Nous constatons le même phénomène dans la partie orientale de la mohafaza de Hama. Dans ces villages, les taux de croissance annuelle peuvent atteindre des valeurs très élevées.

38Toutefois, il s'agit des petites agglomérations qui rassemblent moins de 200 habitants. Certaines d'entre elles sont à situer dans le groupe des villages ayant de 200 à 500 habitants (cf. fig. 6). L'évolution du village d'Osmode, dans la mohafaza de Homs, est caractéristique : son taux de croissance est passé de -6,3 % (entre 1960 et 1970) à +18,8 % (entre 1970 et 1981), mais il ne comptait encore, en 1981, que 193 habitants. De même pour Rasm al-Abd : +2,9 % entre 1960 et 1970, +15,4 % entre 1970 et 1981 et une population de 214 habitants seulement en 1981. Les exemples de ce genre sont nombreux, d'où la faible densité de la population dans cette région (moins de 20 habitants/km ; cf. fig. 8).

39La sédentarisation explique aussi la croissance accélérée des villes de la steppe comme Palmyre dont le taux d'accroissement annuel est passé de 2,93 % entre 1960 et 1970 à 3,28 % entre 1970 et 1981. Il en a été de même pour Sukhneh : 3,5 % et 4,27 % pour les mêmes périodes.

40Les localités qui ont connu une croissance continue sont également nombreuses dans l'ouest de la région centrale où domine soit le mode à croissance accélérée soit celui à croissance constante. Ceci est dû aux progrès de l'agriculture dans les plaines de la vallée de l'Oronte ou au voisinage des centres urbains (Homs et de Hama principalement) offrant de meilleures perspectives d'emploi. Un phénomène équivalent affecte la partie sud-ouest de la mohafaza de Homs, zone frontalière où s'opèrent les échanges commerciaux clandestins avec le Liban.

41Quant au type de croissance ralentie, il se cantonne aux zones qui pratiquent la céréaliculture pluviale comme le territoire qui regroupe plusieurs localités au nord de la ville de Salamieh (cf. fig. 22), où les taux d'accroissement furent élevés entre 1960 et 1970, plus modestes après 1970. Zagrine (+12,6 % entre 1960 et 1970, +3,7 % seulement entre 1970 et 1981) ou Douaibeh (+18,8 % et +3,6 %) en sont un exemple. Cette augmentation a été rendue possible, au début, par la réforme agraire. Il en a été de même dans le nord-ouest de la mohafaza de Hama, là où avant 1960 dominait la grande propriété citadine. On peut, à cet égard, citer le cas de Zalaqiate, dans la mantiqa de Mhardeh, qui a affiché un taux de +9,8 % entre 1960 et 1970, taux qui est descendu ensuite à +2,8 %.

42En général, dans notre région, c'est le type à croissance continue qui domine. Les localités ayant souffert d'une diminution de leur population, ou même seulement du ralentissement de sa progression, ne le doivent qu'à l'exode rural.

43Ce comportement démographique propre à la Syrie centrale est bien mis en évidence par les figures 20 et 21. Il correspond, comme nous l'avons déjà signalé, au taux très élevé de la fécondité dans les milieux ruraux comme dans les milieux urbains.

1.1.2 — Les cas de mutation du comportement démographique

44On peut avoir à faire à deux cas de figure :

  • celui du passage d'une tendance décroissante à une tendance croissante :

  • ou l'inverse.

45En Syrie centrale, le premier mode d'inversion est le moins rare ; on le signale dans les régions orientales (zones de sédentarisation) et dans celles qui ont été affectées par un brusque développement agricole comme la plaine du Ghab ou la périphérie des centres urbains. Ainsi, Deir Baalbeh jouxte la ville de Homs au nord au point de faire partie de sa banlieue : le taux d'accroissement y est passé de -0,18 % à +6 %.

46Le second cas ne se rencontre qu'assez exceptionnellement et seulement dans la partie méridionale de la Syrie centrale, dans l'une comme dans l'autre mohafaza :

  • là où les années de sécheresse ont porté des coups sévères à une agriculture basée sur les cultures céréalières, la nappe phréatique ayant été gravement appauvrie ;

  • ou bien dans la partie occidentale montagneuse ;

  • ou enfin, là où ce qui maintient la population dans les campagnes relève plus du sentiment d'appartenance communautaire que des perspectives économiques (villages chrétiens dans l'ouest de la mohafaza de Homs).

1.1.3 – Le reflux démographique ne touche guère la Syrie centrale

47Les cas de décroissance persistante sont ici rarissimes. On n'en trouve que dans quelques villages éparpillés dans les deux mohafaza-s. L'évolution de leur démographie est dominée par l'exode rural pratiqué même dans une région agricole riche : c'est le cas du village d'al-Jdidé sévèrement touché entre 1960 et 1970 (-6,24 %) et revenu à la stabilité ensuite (-0,02 % entre 1970 et 1981, soit passage de 3 863 habitants à 3 852 habitants).

48En général les villages affectés par ce mode démographique ne possèdent pas une population importante : Rasheh comptait 50 habitants en 1981, avec un taux d'accroissement de -7,1 % entre 1970 et 1981 et -1,1 % entre 1960 et 1970. Cela a été également le cas de Mashta Deir Mama : 182 habitants en 1981,-3,5 % entre 1960 et 1970 et -1,29 % entre 1970 et 1981.

49Les villages dont le taux de croissance va s'amenuisant ne se rapprochent pas plus d'un stade d'équilibre entre peuplement et ressources que ceux qui ne cessent de perdre leur substance humaine. L'exode rural, en vigueur pourtant depuis longtemps, n'a pas fini d'y opérer encore des ponctions au profit soit des chefs-lieux de mohafaza, soit des centres urbains secondaires souvent plus proches.

1.2 – L'ÉVOLUTION DE LA DÉMOGRAPHIE DES VILLES : UNE CROISSANCE QUASIMENT CONTINUE

50Nous avons déjà évoqué la croissance démographique des villes en Syrie centrale (cf. tableau 10) et constaté que l'urbanisation y a été plus rapide que dans l'ensemble de la Syrie, surtout dans la mohafaza de Homs où le nombre de citadins s'élevait en 1981 à 50 % du total, contre 33,7 % dans la mohafaza de Hama et 46,9 % pour la Syrie toute entière. Les progrès de l'urbanisation résultent principalement de la croissance démographique propre des villes, de la promotion administrative de certaines localités devenues chefs-lieux de mantiqa-s et, bien entendu, des apports migratoires et de l'annexion de localités suburbaines par les villes importantes, notamment par Homs.

51En ce qui concerne la position des villes de la région centrale dans la typologie que nous avons adoptée, nous constatons que leur presque totalité se classe dans le groupe à croissance continue, avec quelques variations comme le montre la figure 23. On y voit que cinq des onze villes (cinq concernent la mohafaza de Hama et six celle de Homs) ont bénéficié, entre 1970 et 1981, d'un taux d'accroissement supérieur à celui constaté au niveau national (4.07 %) alors qu'aucune n'atteignait le taux national (4.98 % par an) dans la période antérieure.

52Les villes de la région de Homs grossissent plus rapidement que celles de Hama : quatre des cinq villes qui dépassent le taux national sont situées dans la mohafaza de Homs, à savoir : Homs. Mokharam Foukani. Qosseir et Rastan. Dans la circonscription de Hama on ne trouve que la ville de Salamieh (cf. tableau 33).

TABLEAU 33. Croissance des populations des villes de la région centrale et de la Syrie entre 1960. 1970 et 1981

TABLEAU 33. Croissance des populations des villes de la région centrale et de la Syrie entre 1960. 1970 et 1981

Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.

53En général, la population urbaine croît plus vite que la population totale, sauf dans quelques villes comme Mhardeh (1.9 % pour la période 1970-1981) ou Sqalbiyeh (2,65 %). La ville de Hama constitue un cas à part puisqu'elle a connu un accroissement faible, par rapport à Homs et aux autres chefs-lieux de mohafaza : 2,33 % entre 1970 et 1980. Nous pensons que cette relativement faible croissance correspond approximativement au croît démographique propre aux populations urbaines en l'absence de tout apport migratoire. En effet la ville de Hama ne bénéficie pratiquement pas des effets de l'exode rural et l'on sait que le taux de fécondité chez les citadins est inférieur au taux général, lequel se situait pour la période 1970-1981 à 3,34 %. La différence est de 1 %. L'impact d'une fécondité moins élevée en ville est particulièrement évident à Mhardeh ou Sqalbiyeh, cités majoritairement chrétiennes où la société est composée de familles restreintes.

54Pour notre part nous récusons l'analyse de P. Fargues (1986, p. 46), qui explique la croissance supérieure à la moyenne des villes de Salamieh et de Rastan par des transferts en provenance de Hama pendant les troubles de 1980.

Fig. 23 — Typologie de la croissance démographique des villes de Syrie centrale entre 1960 et 1981

55L'augmentation du taux de la ville de Rastan (1,4 % entre 1960-1970 puis 6,58 % entre 1970-1981) est due à sa promotion comme chef-lieu de mantiqa après le recensement de 1960. En outre cette ville a absorbé une partie de la population des hameaux qui se trouvent dans sa circonscription foncière. Ces hameaux sont de véritables villages : Bagha est passé de 2234 habitants en 1970 à 1 073 habitants en 1981 ; Talil de 2 202 habitants à 1 106 habitants. Dans leur ensemble ces "hameaux" qui avaient grossi très rapidement entre 1960 et 1970 (+17,9 %) se sont vidés par la suite (-4,8 %). C'est pour cela que Rastan a inversé son mode d'évolution : de la décroissance elle arrive à une croissance supérieure à celle de toutes les villes de la région. On ne saurait non plus oublier la proximité de Homs ainsi que le développement de l'agriculture consécutif à la construction du barrage sur l'Oronte (1958).

56La ville de Salamieh présente un certain nombre de similitudes avec le cas précédent : exception faite de toute promotion administrative, son taux de croissance dépasse la moyenne nationale (4,69 % l'an entre 1970 et 1981). En fait Salamieh absorbe un exode rural très important, surtout d'origine bédouine, car cette population cherche à acquérir des terres et désire s'installer à proximité de la ville. Sur ce point, nous sommes d'accord avec les conclusions de P. Fargues (1986, p. 44) qui note la relative absence de relations entre la taille des villes et leur taux de croissance démographique. Ainsi certaines petites villes grossissent plus vite que les "grandes" villes : Mokharam Foukani (+4,87 %) ne comptait encore que 3 655 habitants en 1981. Il en est de même pour Rastan et Salamieh face à Hama. Nous reviendrons plus loin sur le cas spécifique des petites villes.

57Quant aux deux principales villes de la région centrale, elles ont connu une évolution démographique rapide, surtout dans les années 70 ; cette période s'est caractérisée par un essor économique considérable accompagné d'un exode rural massif.

58Les données statistiques ne permettent de mesurer cette évolution qu'à partir de 1960, puisque antérieurement les évaluations procédaient d'estimations ou étaient basées sur les registres de l'état civil qui présentent, on le sait, beaucoup de lacunes. Toutefois, la comparaison reste relativement valable entre les deux villes qui ont évolué presque parallèlement jusqu'aux années 50. À partir de cette date, la ville de Homs a fait preuve d'un plus grand dynamisme démographique (cf. tableau 34).

TABLEAU 34. Évolution de la population des villes de Homs et de Hama du xiie siècle à 1981 (d'après les estimations et les recensements)

TABLEAU 34. Évolution de la population des villes de Homs et de Hama du xiie siècle à 1981 (d'après les estimations et les recensements)
  • 10 Nous n'avons pas pu consulter le rapport rédigé en 1960 par Doxiadis sur Homs.

Note 1010

59La concrétisation de ces données sur la figure 24 montre l'évolution très rapide de la population de Homs à partir de 1960, alors que Hama était plus peuplée que Homs vers 1864. Malgré le doute sur la fiabilité des données antérieures à 1950, on sait cependant que Hama était plus importante que Homs à la fin du xixe siècle, cette dernière n'étant alors qu'un centre subordonné, rattaché administrativement à Hama, chef-lieu de la division administrative de l'époque. On sait aussi que les grands propriétaires terriens, citadins de Hama, ont tiré beaucoup de profit de l'appropriation, directe et indirecte, des terres domaniales. Cela a engendré un développement économique important, surtout dans les activités commerciales.

60La période 1915-1940 se caractérise par une évolution urbaine ralentie ; c'est la période des guerres mondiales et des crises économiques. Dès la fin de la seconde guerre mondiale la situation se transforme et Homs bénéficie de la présence des camps militaires, présence qui encourage un mouvement migratoire vers la ville.

Fig. 24 – Évolution de la population des villes de Homs et de Hama du xiie siècle à 1981

61L'installation d'industries à Homs après 1955, dont une raffinerie de pétrole, a provoqué une croissance plus rapide qu'à Hama. Homs a absorbé une grande partie de l'exode rural qui a affecté la région centrale et le Massif alaouite. En conséquence, son taux d'accroissement a atteint 4,61 % entre 1960 et 1970 contre seulement 3,5 % pour Hama. Ces taux ont subi ensuite une décélération, très légère à Homs, mais forte à Hama : 2,33 % pour la période 1970-1981 contre 4,44 % encore pour Homs. Il est clair que la prééminence de Homs a tendance à s'affirmer de plus en plus et les problèmes politiques qu'a connus la ville de Hama depuis 1979, liés à la montée de l'intégrisme religieux, n'ont certainement fait qu'accentuer cette tendance.

2 – LES MOUVEMENTS MIGRATOIRES : LE RALENTISSEMENT DE L'EXODE RURAL VERS LES GRANDES VILLES, SURTOUT VERS HAMA

62Dès qu'on évoque l'urbanisation et son évolution, en Syrie comme ailleurs dans le Tiers-Monde, on rend l'exode rural responsable du rapide accroissement démographique des villes, de sorte que freiner l'exode rural reviendrait à stopper l'expansion urbaine... Cela paraît logique dans une certaine mesure. Mais la croissance démographique est élevée, nous l'avons vu, aussi bien dans les milieux urbains que dans les milieux ruraux où la fécondité n'est guère plus forte qu'en ville. Ensuite, le monde rural est-il capable d'absorber l'excédent démographique, dans l'état actuel de ses ressources ? Au contraire, l'exode rural n'est-il pas engendré à la fois par la croissance démographique dans les campagnes et par la mécanisation de l'agriculture ? Ou bien ne s'agit-il que du résultat de l'appauvrissement du monde rural qui chasse une main-d'œuvre dont l'économie urbaine en expansion a besoin, surtout dans les phases de développement accéléré (années 60 par exemple) ?

63L'étude des champs migratoires réintroduit le problème de la comparaison des données posé par des recensements qui ne sont pas conçus sur le même modèle. Celui de 1960 a intégré les lieux de naissance et les données ont été publiées au niveau de chaque mohafaza. Celui de 1970 ne mentionne que le lieu de résidence précédent, mais la mention du lieu de naissance a été supprimée. Par ailleurs, la publication des résultats de ce recensement fait état d'un croisement des données à partir des lieux de résidence actuel et précédent des populations enregistrées. Quant au recensement de 1981, il reconduit la méthodologie du recensement de 1970, mais sans procéder au croisement des données pour les lieux de résidence.

64Il existe un autre point de divergence entre le recensement de 1960 et les deux suivants. Il ne signale pas les centres urbains de la mohafaza, mis à part le chef-lieu. Ainsi la population d'un chef-lieu de mantiqa est incluse dans la population de l'ensemble de la mantiqa. En revanche, dans les recensements de 1970 et de 1981, les chefs-lieux de mantiqa l'ont l'objet d'un traitement séparé, ce qui permet donc de répartir un peu mieux la population urbaine sur tout le territoire de la mohafaza. Enfin, ils ajoutent également une série de données complémentaires concernant la durée de séjour des populations émigrées dans leur résidence connue au moment du recensement.

65Nous disposons d'une autre source pour l'état des mouvements migratoires. Le Bureau central de statistique (1989) a réalisé une étude de ces phénomènes à partir d'un échantillon de 8 000 familles (dont 50 % ayant émigré) en 1987. Mais les limites géographiques retenues représentent un inconvénient pour notre propre travail, dans la mesure où il s'agit des villes de Damas, Alep et Homs, considérées comme les plus attractives du pays. Ainsi donc nous ne pourrons compléter notre information sur l'une des deux villes de notre corpus.

  • 11 Ce type de méthode sert souvent de hase à l'estimation de l'accroissement démographique dans les ét (...)

66C'est pourquoi, l'étude des mouvements migratoires dans le cadre de notre région s'avère difficile surtout lorsqu'il s'agira d'établir des comparaisons entre Homs et Hama et de faire apparaître des différences entre ces villes et leur région. Pour les mêmes raisons, nous aurons recours parfois à des évaluations de la population migrante sur la base des différences entre le taux d'accroissement démographique global, enregistré au niveau national, et celui relatif aux localités étudiées. Ainsi pour de l'ensemble de la population urbaine11, on aboutira à une estimation de la part de l'accroissement naturel par rapport à la part de celui dû à l'exode rural.

67Les registres de l'état civil constituent une autre source d'informations, mais trop peu fiables pour être systématiquement utilisés.

2.1 – L'EXODE RURAL, UN FACTEUR ESSENTIEL DES MOUVEMENTS MIGRATOIRES EN SYRIE CENTRALE

68Les mouvements migratoires peuvent être un facteur efficace de redistribution de la population, notamment l'exode rural qui aboutit à transférer beaucoup de ruraux vers les villes (P. Signoles, 1985, p. 229). Mais cette redistribution est-elle due au seul excédent démographique ? Est-ce la conséquence de la disparité du développement économique, lequel est généralement plus important dans les villes ? P. Signoles (ibid., p. 280) est convaincu, à propos de la Tunisie, que la diversité des situations régionales est à l'origine de l'émigration et de la complexité de ses types. D'autre part, P. Fargues (1979, p. 44) précise, dans son étude sur la Syrie, « que c'est la pression des forces productives sur la population qui engendre l'exode rural ; l'accélération de la croissance démographique dans les campagnes aurait simplement pour effet d'accroître la population soumise à cette pression ».

69A nos yeux les facteurs qui engendrent les mouvements migratoires sont multiples et nous ne pouvons pas négliger le facteur démographique qui est étroitement lié au facteur économique dans le processus de la distribution des forces de production. En effet, dans une région où les ressources sont limitées et le taux d'accroissement de la population élevé, l'émigration est la seule solution pour une population démunie. Il est certain que l'intensification de l'économie peut jouer un rôle de ralentisseur : P. Fargues (1979) estime « que la terre limitée pousse à l'innovation technique dans l'occupation et l'exploitation des sols et permet la réalisation d"'économie d'échelle" dans les investissements ; les hauts rendements qui en découlent peuvent alors devenir un facteur dissuasif pour l'émigration » (p. 48).

70Mais bien que cela soit vrai dans une certaine mesure, au moins sur le court terme, nous avons constaté que dans la plaine du Ghab, la terre la plus riche de Syrie centrale, certaines localités connaissent un faible taux d'accroissement démographique et constituent des foyers d'exode rural. Ce phénomène a été signalé par F. Métrai (1985) : le problème y est celui de l'arrivée sur le marché du travail d'une jeune génération, scolarisée, très nombreuse, et qui n'aura pas, dans sa très grande majorité, la possibilité d'accéder à la terre, étant donné le caractère indivisible des lots et l'âge relativement jeune de leurs parents. Artisanat et commerce locaux ne peuvent non plus les absorber tous. On voit alors réapparaître le recours aux remèdes traditionnels des campagnes surpeuplées : l'émigration vers le Golfe ou vers les villes.

2.1.1 — Les débuts du mouvement concernent surtout Homs en 1960

71Pour l'ensemble de la Syrie l'exode rural est la forme prédominante des mouvements migratoires, comme le montre le tableau 35 :

  • 12 Le recensement de 1960 n'est pas utilisable dans ce domaine en raison des changements de rubrique à (...)
  • 13 Excepté les bédouins et les résidents hors du pays.

TABLEAU 35. Les mouvements migratoires en Syrie en 1970 et 198112 (en milliers)13

TABLEAU 35. Les mouvements migratoires en Syrie en 1970 et 198112 (en milliers)13

Source : M. Mbayed, I. Ali, 1987, p. 5.

72C'est la fuite en masse des populations rurales qui explique l'évolution du taux d'urbanisation en Syrie entre 1970 et 1981, passé de 43,4 % à 46,9 % (cf. tableau 9). Cet exode existe et a pris de l'ampleur malgré les progrès de l'agriculture et la valorisation des produits agricoles. Mais ces progrès ont produit moins d'effets que ceux des villes (les chefs-lieux de mohafaza-s) où se concentrent presque toutes les activités industrielles. C'est vers ceux-ci, plus que vers les autres centres urbains, que s'est dirigée la majeure partie des migrants.

73L'exode rural n'a pris de l'ampleur en Syrie qu'au début des années cinquante et donc postérieurement à la proclamation de l'indépendance (1946). J. Weulersse (1946, p. 86 et 87) constatait, que les villes étaient « des corps étrangers "enkystés" dans le pays [...] et si l'on interroge des citadins sur l'origine de leur famille, bien rares sont ceux qui avouent une extraction campagnarde, surtout immédiate ». L'exode rural est ainsi relativement récent et lié au développement des activités secondaires et tertiaires dans les villes.

74Par rapport à l'ensemble des mohafaza- % syriennes, celles de Homs et de Hama présentent des taux faibles (ou négatifs) pour les échanges intérieurs de population comme le montre le tableau 36.

TABLEAU 36. Taux des mouvements migratoires dans les mohafaza-s de Homs et Hama en i960, 1970 et 1981 (en %)

TABLEAU 36. Taux des mouvements migratoires dans les mohafaza-s de Homs et Hama en i960, 1970 et 1981 (en %)

Sources : pour 1960, M. al-Wani, 1972, p. 11 ; pour 1970 et 1981, M. Mbayed et I. Ali, 1987, p. 10-11.

75L'attractivité de Homs à l'intérieur de sa mohafaza est sensible avec un solde de +1,9 % entre 1970 et 1981. Par contre celle de Hama se mesure encore négativement en 1981, malgré une légère régression de -0,3 % entre 1970 et 1981. Les pôles les plus attractifs de la Syrie sont toujours les mêmes, Damas et sa région qui présentaient des taux nets de migration très positifs : +11,4 % pour Damas en 1981, +12,1 % en 1970, et +12,7 % et +12,3 % pour sa région. Nous reviendrons sur la place de nos mohafaza-s dans l'ensemble syrien à l'occasion de l'étude de l'armature urbaine ; nous nous limiterons ici à analyser les mouvements migratoires à l'intérieur de la Syrie centrale.

76Dans ce cadre plus restreint, l'exode rural apparaît comme le mouvement le plus important (cf. tableau 37).

77En 1960 la ville de Homs était incontestablement déjà plus attractive que la ville de Hama. Elle regroupait à elle seule 30,9 % de la masse des migrants de Syrie centrale, contre 6,8 % pour Hama. De plus, l'influence de Homs dépassait les limites de sa mohafaza ; elle avait attiré presque la moitié des migrants de la mantiqa de Salamieh et plus de la moitié dans le cas de Massiaf qui avait envoyé 762 migrants à Homs contre 709 à Hama bien que Salamieh et Massiaf dépendent administrativement de Hama. Malheureusement nous ne pouvons pas connaître le rôle des autres villes de ces mohafaza-s car les statistiques ne le permettent pas mais nous pensons que leur correspond la masse qui était allée "dans le reste des deux mohafaza-s", du moins dans le cas de Homs. Dans celui de Hama, en effet, le Ghab avait drainé un nombre considérable de migrants : 19801 personnes s'étaient installées "dans le reste de la mohafaza" ce qui représentait 32,2 % des migrants, dont 75,6 % issus de la mohafaza de Hama.

TABLEAU 37. Répartition de la masse des migrants dans les mohafaza-s de Homs et de Hama en 1960

TABLEAU 37. Répartition de la masse des migrants dans les mohafaza-s de Homs et de Hama en 1960
  • 1 Le centre désigne la zone administrative de la ville qui a le statut de mantiqa.

Note *1
Source : R.G.P. 1960.

78Le tableau 38 met très nettement en évidence cette attraction. Homs seule possédait un solde positif et de plus assez important ; par contre Hama avait perdu une partie de ses habitants. Cela résultait du développement de l'industrie à Homs, vers la fin des années cinquinte, avec notamment la raffinerie de pétrole.

TABLEAU 38. Bilan migratoire en Syrie centrale en 1960

TABLEAU 38. Bilan migratoire en Syrie centrale en 1960

Source : R.G.P. 1960.

2.1.2 — Entre 1970 et 1981, la situation reste inchangée

  • 14 Nous avons été obligé d'avoir recours aux données concernant l'ensemble syrien pour 1981 car nous n (...)

79Les recensements de 1970 et 1981 affirment la persistance des mouvements migratoires en Syrie centrale et surtout de l'exode rural14.

80Les tableaux suivants font apparaître quelques particularités de ce que nous pouvons appeler une certaine mutation des mouvements migratoires :

  • * Taux calculé selon le rapport entre arrivées ou départs et la population totale de l'entité mesurée

TABLEAU 39. Bilan migratoire selon les chefs-lieux, les autres villes et la campagne dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1970 et 1981 (en %)*

TABLEAU 39. Bilan migratoire selon les chefs-lieux, les autres villes et la campagne dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1970 et 1981 (en %)*

Source : M. Mbayed et I. Ali, p. 10 et 11.

TABLEAU 40. Répartition des migrants à l'intérieur de la Syrie centrale, en 1970

TABLEAU 40. Répartition des migrants à l'intérieur de la Syrie centrale, en 1970

Source : R.G.P. 1970.

TABLEAU 41. Bilan migratoire de la Syrie centrale en 1970 par rapport à l'ensemble syrien et à la Syrie centrale

TABLEAU 41. Bilan migratoire de la Syrie centrale en 1970 par rapport à l'ensemble syrien et à la Syrie centrale
  • * Le total de l'ensemble syrien ne comprend pas les émigrants internes aux mohafaza-s, il ne s'agit p (...)

Note **
Source : R.G.P. 1970.

  • On s'aperçoit que l'exode rural a commencé, en 1981, à perdre l'intensité enregistrée en 1970, surtout dans la mohafaza de Homs où le solde migratoire est passé de -13,3 % en 1970 à -8,4 % en 1981. On constate aussi que la grande majorité des ruraux déplacés restent à l'intérieur de la Syrie centrale et s'installent dans les villes proches de leur lieu de départ, afin de ne pas s'éloigner de leurs terres qu'une partie de la famille continue à exploiter ou qui sont l'objet de cultures céréalières pluviales n'exigeant pas une présence permanente.

  • Le tableau 41 montre que 30296 émigrants d'origine rurale sur 43793 de la mohafaza de Homs sont restés dans la région centrale. Ils représentent donc 70 % du total des ruraux émigrés.

  • La régression de l'exode rural à partir de 1981 a été constatée dans la plupart des pays du Tiers-Monde. C'est vrai au moins en ce qui concerne les grandes villes, comme l'a analysé A. Prenant (1986, p. 521) dans le cas algérien, bien que ce recul n'ait pas empêché le bilan migratoire de rester positif.

  • La situation en Syrie est la même et correspond à la situation des grandes villes. Malgré cela l'exode se poursuit car le "push factor" est encore supérieur au "pull factor", selon une remarque de M. Santos (1971, p. 31) à propos des villes du Tiers-Monde.

  • La ville peut-elle continuer à être un réceptacle après avoir été un pôle d'attraction ? Pour nous, cette persistance explique le développement des petites villes de notre région, ce dont nous parlerons ultérieurement. Il est vrai que l'exode rural a aidé le développement industriel des villes par le fait qu'il a mis à la disposition du secteur secondaire une main d'œuvre abondante et relativement peu coûteuse. Mais pour que les grandes villes continuent d'être attractives il faudrait que leur économie continue de progresser. Or ce n'est pas le cas actuellement. On assiste alors à une réorientation de l'exode rural vers les petites villes dans la mohafaza de Hama. P. Fargues (1979) avait déjà noté ce phénomène.

  • Nous remarquons en lisant le tableau 39 que les centres urbains autres que Hama, dans sa mohafaza, ont connu en 1981 un renversement de situation par rapport à celle qui prévalait en 1970. Ils sont passés d'un solde migratoire de l'ordre de - 0,5 % à +1,6 % ; dans le même temps la comptabilité démographique de la mohafaza de Homs évoluait en sens inverse, passant d'un solde de + 9,5 % en 1970 à -1,9 % en 1981. Si l'attractivité de la ville de Homs s'est accrue (solde net de + 12,5 % en 1970 à + 15,1 % en 1981), les petites villes de sa mohafaza sont par contre toujours dépendantes du chef-lieu ; en revanche, celles de la mohafaza de Hama continuent à se développer grâce à leur implantation au cœur des zones agricoles productives. C'est le cas de Mhardeh, en contact avec un monde rural étendu, ou de Salamieh. Hama, elle, persiste dans son manque d'attractivité avec un solde migratoire négatif malgré une légère baisse du taux de 1981 (-4 %) par rapport au taux de 1970 (-6 %).

81Le tableau 41 nous indique que Hama, en 1970, avait perdu 8340 habitants (dont 850 sont restés en Syrie centrale). Ils ont choisi d'autres mohafaza-s pour s'installer. Cela s'explique par une spécificité socio-culturelle : Hama a toujours été une ville fermée aux ruraux ; c'est une règle que l'aristocratie hamouite continue d'observer. Fondée sur de grandes propriétés terriennes, avant la réforme agraire, elle considère toujours que les ruraux doivent rester à la terre.

82D'une façon générale, les émigrants issus des villes, surtout de Homs et de Hama, ne vont pas vers d'autres villes de la région : ils se dirigent soit vers Damas, soit vers Alep.

83Par ailleurs, le mouvement de sédentaristation des nomades, en particulier après 1960, a influé sur l'exode rural car cette sédentarisation s'est effectuée dans la zone marginale, à l'est des deux mohafaza-s. Nous avons déjà souligné son importance sur la croissance démographique des localités qui ont accueilli ce type de peuplement. C'est un mouvement migratoire de zone rurale à zone rurale. Il n'a pas été enregistré par les recensements, d'où l'impossibilité de l'évaluer. La plupart des immigrants dans les zones rurales sont d'origine bédouine.

84On sait, d'autre part, qu'un exode rural important dans certaines localités a été contre-balancé par des arrivées de nomades, comme dans le sud-est de la mohafaza de Homs où se trouve une communauté chrétienne, ou bien dans l'est de la mohafaza de Hama, pour les villes qui abritent une population Ismaélienne. Il se produit aussi une sédentarisation autour des petites villes comme Mokharam Foukani, dans les villes moyennes telles que Salamieh, et même dans les chefs-lieux de mohafaza, mais elle est d'une importance moindre comparée à celle des petites villes et des zones rurales.

85Le taux d'accroissement élevé de la population dans certaines localités situées à l'est des deux mohafaza-s ne signifie pas que cette zone ne connaît pas d'exode rural. C'est plutôt le contraire, car les territoires marginaux et ceux où ne se pratiquent que les cultures céréalières sèches sont les principales zones de l'exode rural.

2.1.3 – Le temps de résidence des migrants au lieu de leur recensement

86La durée d'émigration est une indication intéressante surtout lorsque les statistiques incluent les résidences successives d'un émigrant, ce qui permet d'analyser les étapes des mouvements migratoires. Malheureusement les recensements en Syrie n'enregistrent que la date de l'installation dans la résidence au jour du comptage. Cette indication nous permet pourtant de connaître les variations de l'intensité des flux migratoires en Syrie centrale à travers le temps. Le tableau 42 et la figure 25 nous apprennent qu'en 1970, près de 74 % des migrants résidant dans la mohafaza de Homs s'étaient déplacées au cours des 10 années précédentes. 71 % avaient agi de même dans la mohafaza de Hama. Également, 73 % des personnes ayant émigré depuis moins de 10 ans dans la mohafaza de Homs s'étaient déplacés au cours des cinq années précédant le recensement de 1970 et 77 % dans la mohafaza de Hama. Autrement dit, ces migrations internes ont pris plus d'ampleur à partir de 1960 et se sont particulièrement intensifiées à partir de 1965. M.L. Samman (1978, p. 218) a fait la même conclusion au niveau de l'ensemble de la Syrie.

87Pour la Syrie centrale, cette accélération est corrélative au développement planifié de l'économie et de l'administration, consécutif à l'arrivée du Parti Ba'ath au pouvoir. Il convient de souligner l'importance des migrations dans le cadre du milieu rural (mohafaza de Hama ; cf. fig. 25) qui s'étaient produites au cours de l'année ayant précédé le recensement de 1970 et moins de 5 ans avant celui de 1981 : elles traduisent l'extension et l'intensification de l'agriculture à la fin des années 60 et au début des années 70, notamment dans la plaine du Ghab.

88On remarque l'augmentation des résidents arrivés depuis moins de cinq ans dans les centres urbains, autres que Homs et Hama (surtout dans la mohafaza de Hama) : elle correspondrait à une récente amélioration de l'attractivité des ces petites villes à l'inverse des chefs-lieux qui connaissaient une relative régression (cf. fig. 25).

Fig. 25 – Évolution de la durée de résidence "actuelle" des migrants dans les mohafaza-s de Homs et Hama, entre 1970 et 1981, selon le lieu et la durée de résidence

TABLEAU 42. Répartition des migrants selon le lieu et la durée de leur résidence en 1970 et en 1981 dans les deux mohafaza-s

TABLEAU 42. Répartition des migrants selon le lieu et la durée de leur résidence en 1970 et en 1981 dans les deux mohafaza-s

Sources : R.G.P. 1970 et 1981.

89Ce tableau ne prend pas en compte les migrants dont la durée de résidence "actuelle" n'est pas précisée. Ils ont été assez nombreux, surtout en 1981, et on les retrouvera dans les tableaux concernant les caractères démographiques.

  • 15 Étant donné que le point culminant enregistré pour les durées supérieures à 10 ans résulte d'un cum (...)

90Les courbes indiquent la persistance des déplacements car il n'y a pas simplement translation du sommet de la courbe de 1970 relative aux migrants de 1-4 ans15 enregistré vers la courbe de 1981. Cela ne se produit que dans le cas des chefs-lieux de mohafaza-s qui ont connu par ailleurs une régression du pourcentage des émigrés résidents depuis moins d'un an. À Homs ce pourcentage est passé de 16 % en 1970 à 5,4 % en 1981 ; à Hama, de 19 % à 7,1 %.

  • 16 Ce point a été confirmé lors de l'interview avec le directeur du Bureau de statistiques de Homs en (...)

91En regard, la même catégorie de migrants dans la mohafaza de Homs n'a été affectée que par une légère augmentation : de 25,9 % en 1970 à 27,3 % en 1981. Encore cela est-il dû plus à la sédentarisation des bédouins qu'au tarissement de l'exode rural, puisque le nombre total de migrants est passé de 81 175 à 91 023 (ces chiffres incluent ceux dont la durée de résidence est restée indéterminée). Dans la mohafaza de Hama, la totalité de cette même catégorie de migrants a diminué sensiblement : de 41 948 à 36 267. Mais on doit bien reconnaître que ces enregistrements sont peu fiables, ce qui ne nous autorise pas à persévérer dans notre tentative d'interprétation. C'est ainsi qu'ont été classés comme migrants de simples travailleurs saisonniers. Or ils ne constituent pas une rareté, notamment dans les plaines agricoles irriguées, surtout le Ghab : beaucoup de métayers y viennent lors de la saison des grands travaux agricoles. Il faut rappeler que les deux recensements ont eu lieu durant le mois de septembre, période de la cueillette du coton. C'est aussi le moment où les semi-nomades envahissent ces plaines avec leurs troupeaux de moutons. Les uns et les autres ont donc pu être recensés sans ête distingués de la population locale16.

2.2 – LES MIGRANTS, LEURS CARACTÈRES ET LEUR RÔLE DANS L ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE.

2.2.1 – Les migrants sont jeunes

Répartition par groupes d'âge

92Nous avons déjà constaté que le poids de la classe d'âge des 25 à 49 ans en ville est supérieur à celui des campagnes, conséquence de l'exode rural. En ce qui concerne la structure par âge des migrants, nous ne possédons que des données relatives au recensement de 1970 car celles de 1981 n'ont été publiées qu'au niveau national et non pas régional. Il ne semble pas qu'il y ait eu de grands changements entre ces deux recensements : la prééminence des travailleurs (entre 20 et 50 ans surtout) dans la composition du groupe de migrants est partout évidente que ce soit en Syrie ou ailleurs. La situation en Syrie centrale ne fait pas exception à la règle, comme le montre le tableau 43.

TABLEAU 43. Répartition des migrants selon les groupes d'âge par rapport à la population totale dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1970 (en %)

TABLEAU 43. Répartition des migrants selon les groupes d'âge par rapport à la population totale dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1970 (en %)

Source : R.G.P. 1970.

93Les jeunes adultes étaient donc largement majoritaires : 49,91 % d'entre eux avaient entre 20 et 49 ans, contre 30,03 % pour la population totale de la mohafaza de Homs. La situation était similaire pour celle de Hama : 46,93 % contre 29,19 %.

94Les proportions s'inversent en ce qui concerne les moins de 19 ans : 36,5 % chez les populations migrantes (les deux sexes confondus) contre 59,14 % pour l'ensemble de la population de la mohafaza de Homs. Avec la mohafaza de Hama on trouve respectivement 38,7 % et 60,2 %. Deux phénomènes concourent à expliquer cette situation : d'abord la migration concerne les individus en pleine force productive ; ensuite les déplacements de main d'œuvre sont alors nouveaux. Rappelons que ces données concernent l'année 1970, date à laquelle l'exode rural n'en est qu'à ses débuts.

95La figure 26 fait apparaître le fait que les migrants entre 30 et 44 ans étaient les plus nombreux : 25,82 % de la population migrante contre 14,44 % de la population totale de la mohafaza de Homs ; pour la mohafaza de Hama, respectivement 24,12 % et 13,79 %.

Une migration à caractère familial

96Les hommes n'étaient pas beaucoup plus nombreux que les femmes. Ils ne représentaient que 51,5 % des migrants dans la mohafaza de Homs en 1970, 51 % en 1981. Il en allait de même pour Hama (50,28 % en 1970) sauf qu'en 1981 l'apport féminin avait légèrement progressé avec 50,4 % du total des migrants.

97Le rapport de masculinité, autre mode de calcul, donne le même schéma : 106 en 1970 chez les migrants, 104 pour la population totale dans les mohafaza-s de Homs. En 1981 l'écart s'est resserré : 104 pour les migrants contre 105. Dans la mohafaza de Hama on notait en 1970, 101 chez les migrants contre 104 et, en 1981,98 contre 105.

98Il est donc clair que les migrations ont un caractère familial ; le migrant se marie avec une femme de même origine géographique, soit avant son départ, soit après, quand il est assuré d'avoir un emploi dans son nouveau lieu de résidence. Il en résulte une certaine résistance à l'intégration de l'immigré dans les milieux urbains, du moins pour la première génération de l'exode rural.

2.2.2 – Répartition des migrants par secteur d'activité économique

99Le type de profession exercée par les migrants est enregistré par les recensements de population dans leur lieu de résidence. Mais nous n'avons aucun renseignement sur leurs activités antérieures. Nous estimons que la grande majorité est issue du milieu rural au sein duquel l'activité agricole est dominante. Or le monde rural se caractérise par un fort sous-emploi.

100Quant aux types de professions dans le lieu de résidence "actuel", ils se présentent ainsi :

TABLEAU 44. Répartition des migrants selon les branches d'activités économiques dans les mohafaza-s de Homs et Hama (actifs de plus de 10 ans) en 1981

TABLEAU 44. Répartition des migrants selon les branches d'activités économiques dans les mohafaza-s de Homs et Hama (actifs de plus de 10 ans) en 1981

Source : R.G.P. 1981.

101Les actifs employés dans l'agriculture représentent 7,53 % des migrants dans la mohafaza de Homs (contre 21,5 % pour la population total ; cf. tableau 19) : il est bien clair que la grande majorité des migrants sont installés en ville. La preuve en est fournie par la proportion de ceux d'entre eux qui travaillent dans les services sociaux et collectifs, soit Homs). Par contre à Hama la situation est différente : 28,3 % des migrants travaillent dans l'agriculture (contre 23,26 % en moyenne pour la mohafaza) : cela signifie que les migrants installés dans les villes autres que Hama continuent de travailler la terre. Par exemple à Salamieh on trouve beaucoup de métayers originaires d'autres régions. Néanmoins la participation des travailleurs migrants aux services sociaux et collectifs est supérieure à celle des autochtones. Si la moyenne globale pour la mohafaza est de 19.8 % celle des migrants atteint 23.8 %.

Fig. 26 – Pyramides des âges de la population totale et des migrants des mohafaza-s de Homs et Hama en 1970

102Il y a donc tout un groupe de migrants qui sont fonctionnaires. C'est bien ce qu'a révélé l'enquête sur les migrations intérieures en Syrie, réalisée en 1987 (Bureau central des statistiques, 1989), et qui n'avait étudié que les cas de Damas, Alep et Homs.

103Au cours de cette étude les résultats suivants ont été obtenus en réponse à la question « Pourquoi êtes-vous venus à Homs ? » :

  • 30.3 % s'étaient installés à Homs pour exercer dans la fonction publique ;

  • 21.6 % parce qu'ils estimaient qu'à Homs il existait de réelles possibilités de travail ;

  • 3,6 % pour faire des études ;

  • 7.8 % parce qu'à Homs étaient déjà installés des parents ;

  • 4 % parce que Homs était peu distante de leur lieu de départ.

104Contrairement à ce qu'on aurait pu penser, le secteur industriel n'a pas exercé beaucoup d'attrait sur les migrants, lesquels y étaient employés à raison de 17,65 % contre 16,44 % en moyenne pour la mohafaza de Homs. Dans celle de Hama leur part est même plus limitée (13,7 % contre 15 %). Mais si nous prenons en considération le fait qu'une partie importante des actifs dans l'industrie effectue le mouvement pendulaire entre les villages proches et la ville nous pouvons estimer que le contingent des migrants parmi les travailleurs de l'industrie est en réalité beaucoup plus important.

105De fait, les migrants travaillent principalement dans la construction. C'est particulièrement le cas dans la mohafaza de Homs : 19,5 % contre 16,8 % pour l'ensemble de la population. C'est en effet un secteur qui n'exige guère de qualification.

106Autre secteur attractif, le commerce ; dans la mohafaza de Homs 8 % des migrants sont employés dans les établissements commerciaux, la restauration et l'hôtellerie (contre 7,96 % pour la population totale). En réalité nous pensons que c'est plus dans le secteur informel que travaillent les migrants, phénomène que nous avons déjà souligné.

107Reste à répondre à la question : de quelle manière l'économie de marché règle-t-elle l'exploitation de la force de travail dans cet ensemble social hétérogène fortement marqué par les anciens clivages et sans doute par d'anciennes règles dans les rapports d'exploitation ?

2.3 – LES PRINCIPA UX FOYERS ET LES CAUSES DE L'EXODE RURAL

108D'une manière générale ce sont les ruraux qui sont attirés par les villes de la région centrale de par l'effet de proximité. En revanche, les migrations plus lointaines concernent plutôt les citadins de Homs et de Hama, attirés surtout par Damas. Les autres villes de la Syrie centrale envoient leurs migrants aussi bien vers les deux chefs-lieux que vers les autres villes syriennes, mais Homs reste quand même le principal pôle d'attraction de cette région Cela a été démontré dans les paragraphes précédents, qu'il s'agisse des migrants issus des milieux ruraux ou des petites et moyennes villes.

109Les principales zones qui alimentent l'émigration sont celles qui souffrent de facteurs répulsifs, c'est-à-dire celles où le développement de l'agriculture est entravé par l'aridité. Ce sont des secteurs où seule peut être pratiquée la céréaliculture pluviale et qui n'arrivent pas à absorber une croissance démographique importante. Cela concerne presque toute la partie orientale de la région, celle qui reçoit en moyenne moins de 300 mm de précipitations par an et qui possède un taux d'accroissement de la population élevé en raison de la sédentarisation des bédouins.

110Les zones agricoles fertiles, pour leur part, ne sont pas exemptes d'émigration car la situation démographique y est similaire ; la superficie des terres n'étant pas extensible, elles ne peuvent pas absorber un peuplement croissant. Dans presque toute la région centrale la taille moyenne des ménages dépasse 6 membres et atteint même 7 dans les milieux ruraux. Elle s'est établie dans la mohafaza de Homs à 6,5 en 1981, et dans celle de Hama à 6,7. Dans les régions mises en valeur depuis longtemps, les petites exploitations résultent de la division de la terre entre les héritiers. Les lots (2,5 ha) qui ont fait l'objet d'attribution après la réforme agraire ou ceux obtenus grâce à l'aménagement du Ghab sont trop exigus pour répondre aux besoins de la nouvelle génération née sur place, surtout en l'absence d'autres activités dans les villages.

  • 17 Publication en cours, journées de l'AFEMAM, Tours, 4-6 juillet 1991.

111Quand la ville est proche, les ruraux peuvent effectuer des mouvements pendulaires. Ce phénomène a pris de l'ampleur avec le développement des réseaux routiers et des transports en commun. Mais en général l'émigration définitive touche toutes les campagnes de Syrie centrale. Les changements qui s'y font jour concernent seulement la direction qu'elle emprunte, de plus en plus souvent celles des petites villes, un phénomène que A. Prenant (1991)17 appelle « l'urbanisation sur place ». Cela peut signifier que les grandes villes commencent à être saturées. Il n'empêche que celles-ci, surtout Homs, continuent d'attirer les ruraux : la ville devient un réceptacle plutôt qu'un pôle d'attraction. D'ailleurs, habiter en ville est considéré aussi comme une promotion sociale. Ainsi s'explique le départ de la grande majorité de la génération scolarisée des campagnes vers les villes. L'édification d'un lycée, par exemple, ne peut pas être vraiment considérée comme un service public capable de fixer sur place les populations rurales. On ne peut oublier les facteurs d'ordre psychologique : que fait un jeune campagnard lorsqu'il a passé en ville son service militaire (30 mois) ou une partie de ses études secondaires ou supérieures ?

112Il faut encore insister sur l'inégalité du développement entre le monde rural et la ville. Les mutations de l'agriculture par le moyen de la mécanisation ont eu pour effet secondaire de libérer une main-d'œuvre et de créer un sous-emploi dans les milieux ruraux. Sans doute certaines zones agricoles récemment aménagées, comme la région de l'Euphrate, ont-elles attiré une population importante, mais la mise en valeur de ces territoires est lente et bien incapable d'absorber en temps voulu le sous-emploi chronique en Syrie.

113Nous ne pensons donc pas que l'exode rural soit cause d'une régression du secteur agricole en Syrie, comme le proclament les médias syriens (S. Kamel, 1989). Par ailleurs, compte tenu du caractère familial des migrations internes, les retombées démographiques sur les foyers de départ sont très limitées. En effet, l'emploi occupé par l'immigré en ville n'est généralement pas très rénumérateur car c'est souvent dans le secteur informel que trouve à se caser le nouvel arrivant. On assiste alors à une floraison des petits métiers, surtout des petits commerces. En conséquence, les immigrés restent marginalisés économiquement et socialement, voire spatialement quand ils sont obligés d'habiter les quartiers spontanés. L'habitat illicite prend une certaine ampleur dans toutes les villes de Syrie centrale, et notamment à Homs.

CONCLUSION

114La Syrie centrale est affectée par une évolution démographique très importante. Presque toute la région se caractérise par une croissance démographique continue qui va s'accélérant. Cela résulte, comme nous l'avons vu, du maintien d'une fécondité élevée, alors que, parallèlement, le taux de mortalité régresse grâce au développement des services médicaux. Le passage à un « régime démographique moderne », comme l'appelle D. Noin (1983), ne peut pas être obtenu sans une profonde évolution socio-culturelle laquelle n'est pas aussi rapide que l'évolution technique, facile à importer. C'est un lourd héritage qui exigera beaucoup d'efforts d'autant que les analphabètes sont encore très nombreux (32,1 % dans la mohafaza de Homs et 36,5 % dans celle de Hama), surtout parmi la population féminine et dans le monde rural. De plus, il existe certains comportements de groupe -notamment de type "communautaire" - dans cette région qui accueille une mosaïque de populations ; à cela s'ajoute la résurgence de rapports sociaux archaïques qu'on croyait disparus. D'autre part, la participation de la femme au travail reste très faible (moins de 15 % de la population active). Ces facteurs agissent conjointement sur la croissance démographique, croissance dont le problème n'a jamais vraiment été posé sérieusement en Syrie, sauf ces dernières années quand il est devenu alarmant. L'inquiétude n'a pourtant pas permis de mettre en œuvre une vraie politique démographique dans la mesure où les fondements des comportements socio-démographiques existants ne sont pas réellement pris en compte.

115La croissance démographique est plus forte dans les villes (surtout à Homs) qu'à la campagne parce que les populations urbaines accueillent, outre leur propre croît, les migrants fournis par l'exode rural, lequel touche toutes les zones rurales de la Syrie centrale, qu'elles soient riches ou pauvres. Depuis les années 50, Homs a connu une croissance démographique plus importante que celle de Hama. En 1991. sa population représente le double de celle de Hama. Homs subit le contrecoup de son attractivité face à la répulsivité de sa concurrente. Longtemps elle a été l'une des seules villes à effectuer une ponction démographique considérable dans la population rurale de la région et même plus loin, notamment dans les massifs côtiers. Mais depuis un certain temps, on enregistre une attractivité plus marquée des petites et moyennes villes. En effet, Homs, seule grande ville de la région, commence à être saturée.

116Toutefois, l'économie des petites villes de la région ne leur permet en aucun cas d'avoir la même influence que Homs. Certaines de ces villes sont attractives, mais restent dépendantes des deux pôles économiques. Elles forment des centres à vocation plutôt résidentielle, ce qui en fait de véritables cités dortoirs. Le développement de ce phénomène intensifie lui aussi les mouvements migratoires pendulaires.

117Nous ne pensons pas que l'exode rural ait des conséquences négatives sur le développement du secteur agricole, car il ne manque pas de main-d'œuvre, comme dans certains pays industrialisés. Le risque réside plutôt dans un retard de l'évolution sociale des foyers de départ, dans la mesure où ceux qui abandonnent les campagnes sont des jeunes scolarisés et instruits. Néanmoins, le fait qu'ils s'installent maintenant de plus en plus dans les petites villes peut constituer pour celles-ci une chance de développement plus rapide. Enfin la prééminence de Homs sur Hama nous incite à parler plutôt de doublet urbain que de bipôle, comme nous le venons par la suite.

Anmerkungen

1 Ce taux est enregistré à 2,5 % entre 1950 et 1960 par ML. Samman (1978).

2 Pour la Syrie en 1960 et 1970, source : M.L. Samman. 1978, p. 190-192. Pour la Syrie centrale entre 1960 et 1970, faute de statistiques disponibles nous avons procédé à une estimation.

3 « La théorie de la transition démographique est, avant tout, une théorie de la fécondité. »

4 On notera ainsi la contradiction entre la vision malthusienne qui suppose que le développement économique stimule la fécondité, et la vision transitionnelle qui pense à une relation inverse entre l'industrialisation et la fécondité (cf. J.-C. Chesnais, p. 5).

5 Cette relation entre le chômage et la baisse de fécondité a été observée par Esterlin (1961) aux États-Unis (cité par A. Garcia Ballesteros, 1988).

6 Le recensement de 1981 n'a pas donné de statistique au niveau des divisions administratives inférieures à la mohafaza : c'est la raison pour laquelle certaines données ne feront référence qu'au recensement de 1970.

7 À titre de rappel, ce sont les dates des trois recensements généraux de la population syrienne.

8 Cf. J.-P. Laborie (1979) dans son ouvrage Les petites villes. Il détaille cette typologie pour mieux classer les petites villes en France.

9 Pour ce schéma nous avons pris la localité principale sans prendre la population éparse ou les habitants des fermes qui sont recensés à part.

10 Nous n'avons pas pu consulter le rapport rédigé en 1960 par Doxiadis sur Homs.

11 Ce type de méthode sert souvent de hase à l'estimation de l'accroissement démographique dans les études relatives à l'aménagement urbain dans certains pays. Nous pensons au plan d'urbanisme directeur algérien, par exemple, dont la méthode est directement inspirée de celle des plans d'urbanisme français réalisés dans les années 50-70.

12 Le recensement de 1960 n'est pas utilisable dans ce domaine en raison des changements de rubrique à partir de 1970. Voir à ce propos M.L. Samman, 1978.

13 Excepté les bédouins et les résidents hors du pays.

14 Nous avons été obligé d'avoir recours aux données concernant l'ensemble syrien pour 1981 car nous n'avons pas pu obtenir celles qui permettent d'en séparer la Syrie centrale.

15 Étant donné que le point culminant enregistré pour les durées supérieures à 10 ans résulte d'un cumul.

16 Ce point a été confirmé lors de l'interview avec le directeur du Bureau de statistiques de Homs en septembre 1990.

17 Publication en cours, journées de l'AFEMAM, Tours, 4-6 juillet 1991.

Endnoten

* Taux calculé selon le rapport entre arrivées ou départs et la population totale de l'entité mesurée.

* Le total de l'ensemble syrien ne comprend pas les émigrants internes aux mohafaza-s, il ne s'agit pas donc d'une addition à partir du tableau.

1 Le centre désigne la zone administrative de la ville qui a le statut de mantiqa.

Abbildungsverzeichnis

Titel TABLEAU 27. Évolution de la population de Syrie centrale entre i960 et 1981 (en millions d'habitants)
Bildunterschrift Sources : R.G.P. 1960, 1970, 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 148k
Titel TABLEAU 28. Taux de fécondité en Syrie et dans la région centrale selon les milieux urbains et ruraux en 1981
Bildunterschrift Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 456k
Titel TABLEAU 29. Indice synthétique de fécondité en Syrie comparé à celui de quelques autres pays (arabes ou non arabes) pour les périodes 1980-1985 et 1988
Bildunterschrift Sources : 1980-1985 : P. Fargues, 1988, p. 979 ; 1988 : Banque Mondiale, tab. 27, p. 252.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 104k
Titel TABLEAU 30. Évaluation de l'ISF entre 1960, 1970 et 1981, en Syrie et dans les mohafaza-s de Homs et Hama2
Bildunterschrift Sources : R.G.P. 1960, 1970, 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 80k
Titel TABLEAU 31. Taux d'analphabétisme en 1981, en Syrie et dans les mohafaza-s de Homs et de Hama selon les milieux et le sexe (en % pour la population de plus de 10 ans)
Bildunterschrift Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 136k
Bildunterschrift Fig. 18 — Comparaison des taux de fécondité entre milieu urbain et milieu rural dans les mohafaza-s de Homs et de Hama ainsi qu'en Syrie, selon l'âge des femmes en âge de procréer (en 1981)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 220k
Bildunterschrift Fig. 19 — Taux de croissance de la population par localité entre 1970 et 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 1,4M
Titel TABLEAU 32. Répartition des localités selon leur taille et leur taux d'accroissement démographique par rapport aux taux nationaux pour les périodes 1960-1970 et 1970-19819
Bildunterschrift Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 428k
Bildunterschrift Fig. 20 — Typologie de la croissance démographique dans la mohafaza de Homs entre 1960 et 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 520k
Bildunterschrift Fig. 21 — Typologie de la croissance démographique dans la mohafaza de Hama entre 1960 et 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 564k
Bildunterschrift Fig. 22 — Typologie de la croissance annuelle entre 1960 et 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 988k
Titel TABLEAU 33. Croissance des populations des villes de la région centrale et de la Syrie entre 1960. 1970 et 1981
Bildunterschrift Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 408k
Bildunterschrift Fig. 23 — Typologie de la croissance démographique des villes de Syrie centrale entre 1960 et 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 244k
Titel TABLEAU 34. Évolution de la population des villes de Homs et de Hama du xiie siècle à 1981 (d'après les estimations et les recensements)
Bildunterschrift Note 1010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 412k
Bildunterschrift Fig. 24 – Évolution de la population des villes de Homs et de Hama du xiie siècle à 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 120k
Titel TABLEAU 35. Les mouvements migratoires en Syrie en 1970 et 198112 (en milliers)13
Bildunterschrift Source : M. Mbayed, I. Ali, 1987, p. 5.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 168k
Titel TABLEAU 36. Taux des mouvements migratoires dans les mohafaza-s de Homs et Hama en i960, 1970 et 1981 (en %)
Bildunterschrift Sources : pour 1960, M. al-Wani, 1972, p. 11 ; pour 1970 et 1981, M. Mbayed et I. Ali, 1987, p. 10-11.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Titel TABLEAU 37. Répartition de la masse des migrants dans les mohafaza-s de Homs et de Hama en 1960
Bildunterschrift Note *1Source : R.G.P. 1960.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-18.jpg
Datei image/jpeg, 384k
Titel TABLEAU 38. Bilan migratoire en Syrie centrale en 1960
Bildunterschrift Source : R.G.P. 1960.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-19.jpg
Datei image/jpeg, 196k
Titel TABLEAU 39. Bilan migratoire selon les chefs-lieux, les autres villes et la campagne dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1970 et 1981 (en %)*
Bildunterschrift Source : M. Mbayed et I. Ali, p. 10 et 11.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-20.jpg
Datei image/jpeg, 296k
Titel TABLEAU 40. Répartition des migrants à l'intérieur de la Syrie centrale, en 1970
Bildunterschrift Source : R.G.P. 1970.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-21.jpg
Datei image/jpeg, 392k
Titel TABLEAU 41. Bilan migratoire de la Syrie centrale en 1970 par rapport à l'ensemble syrien et à la Syrie centrale
Bildunterschrift Note **Source : R.G.P. 1970.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-22.jpg
Datei image/jpeg, 284k
Bildunterschrift Fig. 25 – Évolution de la durée de résidence "actuelle" des migrants dans les mohafaza-s de Homs et Hama, entre 1970 et 1981, selon le lieu et la durée de résidence
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-23.jpg
Datei image/jpeg, 404k
Titel TABLEAU 42. Répartition des migrants selon le lieu et la durée de leur résidence en 1970 et en 1981 dans les deux mohafaza-s
Bildunterschrift Sources : R.G.P. 1970 et 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-24.jpg
Datei image/jpeg, 684k
Titel TABLEAU 43. Répartition des migrants selon les groupes d'âge par rapport à la population totale dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1970 (en %)
Bildunterschrift Source : R.G.P. 1970.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-25.jpg
Datei image/jpeg, 176k
Titel TABLEAU 44. Répartition des migrants selon les branches d'activités économiques dans les mohafaza-s de Homs et Hama (actifs de plus de 10 ans) en 1981
Bildunterschrift Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-26.jpg
Datei image/jpeg, 344k
Bildunterschrift Fig. 26 – Pyramides des âges de la population totale et des migrants des mohafaza-s de Homs et Hama en 1970
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3656/img-27.jpg
Datei image/jpeg, 419k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search