Version classiqueVersion mobile

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Première partie : Peuplement et dynamique démographique en Syrie centrale

Chapitre II. La répartition de la population en Syrie centrale et ses aspects démographiques

Texte intégral

1La répartition de la population peut être étudiée de plusieurs points de vue :

  • La répartition géographique qui met en évidence la variabilité de la densité selon les différentes sous-régions. C'est la traduction des potentiels de la mosaïque des milieux naturels, surtout commandés par les précipitations, et des milieux socio-culturels qui tiennent au mode d'implantation sur une base communautaire.

    • 1 Dans le recensement de la population en Syrie, on utilise le terme de "concentration humaine" pour (...)

    La répartition selon les localités ou par strate d'habitat1. L'étude de la population sous cet angle nous permettra de mieux comprendre, dans les chapitres qui suivent, la structure de l'armature urbaine.

  • La répartition entre populations urbaines et rurales caractérisée par l'augmentation de la première. Cette approche nous permettra aussi de bien cerner le phénomène urbain.

2Nous prendrons également en compte certains aspects démographiques sans toutefois prétendre en faire une étude exhaustive ; il s'agira seulement de mieux saisir les mouvements migratoires et les rapports ville-région, ainsi que de mieux situer nos deux villes.

1 – RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE ET DENSITÉ DE PEUPLEMENT : UNE HÉTÉROGÉNÉITÉ ÉVIDENTE ET UNE GRANDE DIFFÉRENCE ENTRE LES PARTIES OCCIDENTALE ET ORIENTALE

1.1 – INÉGALITÉ DE LA RÉPARTITION SPATIALE

3La Syrie centrale occupe, comme nous l'avons vu, le secteur méridional de la ma'moura qui regroupe la grande majorité de la population syrienne et qui forme une bande sud-nord. Outre l'importance du facteur historique, la répartition actuelle de la population est très dépendante de facteurs relatifs au milieu naturel : le climat et l'hydrologie. On constate que la plupart des agglomérations sont localisées dans la partie occidentale de notre région, à l'ouest de l'axe Homs-Hama (cf. fig. 6). Ce couloir de plaines est d'une part sans doute le mieux arrosé par les pluies, et d'autre part traversé par la vallée de l'Oronte bordée, également de plaines très importantes : la plaine de Qosseir, celles de Homs et de Hama, la plaine d'Acharneh et celle du Ghab.

4Le tableau 3 montre la concordance remarquable entre la hauteur des précipitations et la densité des peuplements.

TABLEAU 3. Répartition, en 1981, de la population selon les deux domaines pluviométriques séparés par l'isohyète des 350 mm

TABLEAU 3. Répartition, en 1981, de la population selon les deux domaines pluviométriques séparés par l'isohyète des 350 mm

Sources : R.G.P. 1981 ; Atlas climatique de la Syrie, 1977.

5Au-dessous de 350 mm de pluie par an, les cultures céréalières non irriguées sont très risquées. Il s'ensuit que l'ouest, moins aride, attire 82,9 % de la population totale de la Syrie centrale sur une superficie qui ne représente que 16 % du total, de sorte que la densité s'y élève à 157 hab./km2 alors qu'elle tombe à 6 hab./km2 dans les vastes territoires orientaux.

6Un autre facteur naturel joue un rôle dans la répartition de la population : l'existence d'une nappe phréatique accessible. C'est le cas de tout le secteur où se situent les agglomérations importantes, telle la zone située au nord de Hama (cf. fig. 6) où se trouvent des petites villes comme Taibet al-Imam (9 651 habitants en 1981) et Latamneh (6 901 habitants en 1981).

7Eau du ciel et eau souterraine conditionnent la productivité des terres. L'histoire du défrichement a enregistré à la fin du xixe siècle la réutilisation des plaines à l'est de Homs et de Hama à l'initiative des grands propriétaires citadins qui firent appel, en majorité, à des alaouites de la montagne. La plaine du Ghab n'a été peuplée que plus tardivement encore. On constate ici une dissymétrie : à l'est de l'Oronte les villages sont plus gros qu'à l'ouest et, installés au pied du Jabal Zaouiyé, ils sont plus anciens que ceux situés en face.

8Cette dissymétrie existait déjà avant les grands travaux qui ont complètement modifié la plaine du Ghab : en 1936, R. Thoumin notait que les alaouites n'ont pas traversé l'Oronte, et ce pour rester en contact avec leur foyer d'origine ou leur forteresse.

9La réoccupation de la steppe orientale (Hama, Salamieh, etc.) a tiré parti des installations d'époque romaine : les foggaras, très nombreuses dans la région, ont été remises en service par les ismaéliens dès leur arrivée dans la région de Salamieh en 1840. Elles sont actuellement inutilisées, ainsi que les petits cours d'eau qu'elles alimentaient, à cause des années de sécheresse et la surexploitation de la nappe phréatique par des pompages mécaniques ; comme nous le verrons plus loin, ce problème intervient dans les mouvements de populations contemporains et donc sur l'armature urbaine de la région

10La partie sud-est de la région est une zone subaride plutôt que semi-aride. L'insuffisance des pluies résulte de la barrière montagneuse constituée par l'Anti-Liban. Elle a découragé le peuplement sédentaire, sauf là où la nappe phréatique est importante : c'est le cas de l'agglomération de Qaryatein (9153 habitants) où l'eau souterraine affleure à la surface, ainsi qu'à Sadad (4 787 habitants) et à Mahin (5 197 habitants). Ces sites préfigurent l'oasis de Palmyre située à 150 km à l'est de Homs, la seule en Syrie qui possède une palmeraie. Elle rassemble aujourd'hui 18 122 habitants. Comme Sukhneh, elle ne subsiste que grâce aux relations étroites nouées avec les bédouins, ainsi que par sa vocation touristique et son rôle administratif de chef-lieu de mantiqa.

Fig. 6 — Répartition de la population agglomérée par localité en Syrie centrale en 1981

11Dans la partie occidentale de la région, surtout dans la mohafaza de Homs, le legs de l'histoire se manifeste clairement : cette région est habitée presque exclusivement par des chrétiens ; ainsi la nahia d'al-Nasserah abrite 35 121 habitants, tous chrétiens, répartis dans 40 villages.

12Quant à la partie sud-ouest de la région centrale, région frontalière avec le Liban, on y trouve des agglomérations assez importantes autour de la ville de Qosseir (14 801 habitants), chef-lieu d'une mantiqa. Sa population s'est accrue en raison de l'extension de l'économie de contrebande depuis le début de la guerre civile libanaise.

1.1.1 – L'incidence des gros villages sur la répartition de la population, notamment dans la mohafaza de Hama

13Si l'on prend en considération la taille des agglomérations ou des localités, comme dans le tableau 4, on constate que la proportion la plus élevée de la population est rassemblée dans des lieux qui comptent entre 500 et 2 000 habitants. Ce type de module regroupe 20 % de la population dans la mohafaza de Homs et 28,05 % dans celle de Hama. Dans ce dernier cas le pourcentage de cette catégorie de villages est supérieur au taux national, ce qui souligne l'importance du secteur agricole par rapport au cas de la mohafaza de Homs. En lisant le tableau 5 on remarque, en effet, que cette tranche constitue 40 % des villages de la mohafaza de Hama contre 39,35 % dans celle de Homs. Si on y ajoute l'ensemble des localités ayant de 2 000 à 5 000 habitants, on obtient 45,75 % de la population pour Hama contre 30,7 % pour Homs. Cette dissemblance correspond à l'importance de la ville de Homs, qui comprend à elle seule 43,1 % du total, contre 24,06 % pour la ville de Hama. Une autre conséquence est la répartition relativement plus homogène des catégories de localités dans le cas de Hama (cf. fig. 7). On remarque aussi l'émergence des localités qui entourent les villes de Homs et de Hama. Le voisinage d'un centre important permet à ces localités péri-urbaines de se développer et d'éponger en quelque sorte le surplus démographique de la ville-centre, surplus dû soit à la croissance de la population urbaine, soit aux apports de l'exode rural : les migrants y trouvent plus de facilité pour se loger tout en restant en étroite relation avec la ville principale.

TABLEAU 4. Répartition, en 1981, de la population selon la taille des localités dans les mohafaza-s de Homs et Hama comparée à l'ensemble de la Syrie

TABLEAU 4. Répartition, en 1981, de la population selon la taille des localités dans les mohafaza-s de Homs et Hama comparée à l'ensemble de la Syrie

Source : R.G.P. 1981.

Source : R.G.P. 1981.

Fig. 7 – Rapport entre le nombre et la taille des localités en 1981

TABLEAU 5. Répartition de la population agglomérée en 1981

TABLEAU 5. Répartition de la population agglomérée en 1981
  • 1 D'après leur statut administratif.

Note *1
Source : R.G.P. 1981.

14Quant à la distribution de la population agglomérée en Syrie centrale, on constate à travers la figure 7 et le tableau 5 l'absence dans la mohafaza de Homs de localités rassemblant entre 20 000 et 50 000 habitants : il n'existe donc pas de villes moyennes dans cette mohafaza. Dans celle de Hama il n'y pas non plus de ville autre que Hama ayant de 50 000 à 100 000 habitants et on note une seule ville dans la tranche 20 000-50 000 habitants, Salamieh. Ce phénomène n'a pas d'autre explication que la forte centralisation administrative et économique qui affecte l'ensemble de l'armature urbaine syrienne : pour l'ensemble de la Syrie, les villes moyennes ne regroupent que 5,15 % de la population totale contre 37,35 % pour les grandes villes. Nous reviendrons sur ce problème dans la troisième partie relative au déséquilibre dont souffre l'armature urbaine régionale.

1.1.2 - Le nomadisme, une réalité en régression continue

15On peut encore observer en Syrie centrale l'existence d'un mode de vie qui est de type semi-nomade, lié à l'élevage ovin, tandis que le grand nomadisme a pratiquement disparu du pays. Cette régression a commencé véritablement à partir de 1958 avec la promulgation d'une loi présidentielle « annulant toutes les législations tribales qui régissaient le statut des bédouins et les soumettant désormais au droit commun » (M.L. Samman, 1978, p. 46).

16Cette loi et l'interdiction des razzias ont accéléré le mouvement de sédentarisation encouragé par l'État, le nomadisme étant désormais considéré comme un « mode de vie archaïque » (ibid., p. 46).

17La population bédouine, caractérisée par son genre de vie, occupe la partie orientale de notre région où elle pratique quelques cultures céréalières à côté de l'élevage ovin, double activité qui la distingue des ruraux sédentaires. Les bédouins nomadisent pendant l'hiver et le printemps : ils quittent (au moins une partie d'entre eux) leurs villages pour aller vers les pâturages de la badia. La transhumance est actuellement facilitée par les transports motorisés. La plupart des bédouins possèdent soit un camion soit un tracteur qu'ils utilisent pour transporter la tente et l'eau nécessaire aux hommes comme aux bêtes. Lorsque la badia n'offre pas assez de nourriture aux moutons, la transhumance s'oriente vers l'ouest, vers les plaines de la vallée de l'Oronte, surtout le Ghab, où les moutons se nourrissent du chaume après la moisson, ou de ce qui reste sur les champs des cultures de printemps ou d'été, oignons, betteraves à sucre, coton ou encore maïs.

18Le dénombrement des bédouins dans notre région n'a pas été effectué depuis le recensement de l960. En 1970 ils ont été intégrés aux ruraux. En 1981 on n'est pas entré dans les détails : le recensement fournit leur répartition globale par mohafaza et prend en compte seulement les individus actifs, soit ceux âgés de plus de dix ans. Les autres données n'ont pas été publiées par mohafaza.

19En 1960 on recensait 32 298 bédouins en Syrie centrale dont 11 526 dans la région de Hama et 20 772 dans celle de Homs : ce chiffre correspond à l'importance de la zone aride et semi-aride dans la mohafaza de Homs.

  • 2 Pour réaliser cette estimation nous nous sommes hases sur la similitude de la structure d'âge des p (...)

20En 1981 on peut évaluer2 le nombre des bédouins à 8 600 en Syrie centrale dont 5 600 dans les limites de la mohafaza de Homs et 3 000 dans celle de Hama. De plus, on constate que notre région abrite 78,7 % de la population bédouine totale (11 000 individus en 1981). On sait également que 89,4 % de la population bédouine active travaille dans le secteur primaire et spécialement l'élevage ovin. Le mouvement de sédentarisation a transformé les bergers nomades en éleveurs. Il ne se contentent plus de pâturages naturels pour leurs troupeaux mais pratiquent de plus en plus la culture fourragère dans la zone marginale, à la lisière de la badia. Ils se convertissent à l'élevage intensif grâce à l'acquisition de terres domaniales et à la création de coopératives moutonnières (qui se substituent dans une certaine mesure à la tribu). L'État distribue des aliments pour le bétail par le canal de ces coopératives. Enfin, nous mesurerons l'importance du mouvement de sédentarisation par le taux d'accroissement élevé de la population dans la partie orientale de notre région.

1.2 – DENSITÉ DE LA POPULATION, UN AUTRE EFFET DU FACTEUR ÉCONOMIQUE

21L'étude de la densité de la population en Syrie centrale est complémentaire de celle de sa répartition. Elle facilite la comparaison entre les deux mohafaza-s et avec l'ensemble de la Syrie.

  • 3 Selon le rapport annuel de la Banque Mondiale en 1990, tab. I, p. 200. La comparaison avec l'Égypte (...)

22Ce pays est considéré comme relativement peu peuplé. La densité de sa population était de 63 habitants au km2 en 1988 contre 60 en Égypte, 40 en Iraq et 44 en Jordanie3. L'augmentation de cette densité a été rapide depuis 1921 comme le fait remarquer M.L. Samman (1978, p. 17) :

Sources : M.L. Samman (1978, p. 17). R.C.P. 1981 et Banque Mondiale pour 1988.

23Le tableau 6 met en relief les variations de densité à l'intérieur du pays. On constate que la mohafaza de Homs est parmi les moins peuplées ; cependant, cela est peu significatif dans la mesure où n'apparaissent pas les différences de superficie des territoires compris dans chacune des mohafaza-s,. Celle de Homs couvre 42 226 km2 soit 23 % de la superficie totale du pays. La grande majorité de cet espace administratif est faiblement peuplée compte tenu de l'aridité qui touche 90 % de sa superficie, notamment dans sa partie orientale.

  • 4 Dans le quotidien al-Thawra du 22/03/1990.

24Il faut donc se méfier quand on traite les données concernant les densités arithmétiques ou absolues à l'intérieur des frontières administratives. La comparaison ne peut être intéressante qu'à l'intérieur de régions homogènes, telles que les plaines, les régions montagneuses ou désertiques. Les subdivisions administratives sont très lacunaires compte tenu de cette hétérogénéité. En ce sens il semble que M. al-Wani (1990)4 se soit abusé en déduisant un peu directement des chiffres donnés par mohafaza, que la mohafaza de Homs était peu peuplée par rapport à la côte syrienne ; de même il donne une densité de 12 pour celle de Deir ez-Zor en la considérant comme la moins peuplée de Syrie. Pourtant il semble bien que la région de l'Euphrate soit aussi peuplée que celle de la côte.

TABLEAU 6. Densité, en 1981, de la population dans les mohafaza-s syriennes (habitant/km')

TABLEAU 6. Densité, en 1981, de la population dans les mohafaza-s syriennes (habitant/km')
  • * Le Grand Damas englobe la ville elle-même qui est considérée comme une mohafaza plus la mohafaza de (...)

Note **
Source : Annuaire statistique, 1990.

25Les mohafaza-s de Homs et de Hama s'étirent d'ouest en est sur plusieurs domaines climatiques, passant de l'humide à l'aride. L'extension des mantiqa-s et même des nahia-s est encore trop grande pour que l'on ait des territoires homogènes. En conséquence nous avons décidé de tabler sur les territoires communaux des villes et des villages ainsi qu'on peut les voir sur la figure 8. La comparaison avec la figure 9, qui représente la densité par nahia, met en évidence l'inexactitude de ce dernier procédé dans le cas exemplaire de la nahia de Homs. Sur la figure 9, celle-ci posséderait une densité supérieure à 300 habitants au km2, alors que, en mettant à part la population de la ville, il apparaît que les villages péri-urbains sont peu peuplés, et que certains d'entre eux comprennent à peine plus de 20 habitants au km2.

26Toutefois, la figure 9 met aussi en évidence les disparités de la densité entre les nahia-s de l'ouest et celles de l'est, qui sont une conséquence de la dégradation du potentiel naturel (cf. fig. 10). Les figures 8 et 9 localisent les deux secteurs où la densité est supérieure à 130 habitants au km2, à savoir :

  1. la vallée de l'Oronte depuis la frontière libanaise jusqu'au Ghab, où elle fléchit un peu en raison du caractère trop récent de la mise en valeur de cette plaine marécageuse ;

  2. la partie occidentale de la mohafaza de Homs caractérisée par l'appartenance chrétienne des habitants de la nahia d'al-Nasserah ; s'agit-il d'un attachement au territoire alors que cette région est montagneuse et ne possède pas de grandes richesses agricoles, exception faite des perspectives offertes par l'arboriculture ? ou est-ce dû à l'histoire d'un peuplement d'origine ancienne qui n'a jamais réellement été déraciné ?

27La densité absolue est beaucoup moins élevée dans la mohafaza de Homs que dans celle de Hama : 19 habitants au km2 contre 83 habitants au km2, mais si on ne prend en compte que l'étendue des terres cultivables, la situation s'inverse ; la densité agricole totale dans la mohafaza de Homs atteint 210 habitants au km2 (contre 160 à Hama) comme le présente le tableau 7.

TABLEAU 7. Densité agricole par régions en 1981

TABLEAU 7. Densité agricole par régions en 1981

Source : Annuaire statistique île la mohafaza de Homs (1984) ; en ce qui concerne Hama nous avons procédé à une estimation des terres cultivables à partir de la répartition des terres en cultures d'été et d'hiver.

28Ce tableau donne une image plus proche de la réalité. Toutefois, si le taux maximum est atteint par le secteur de Palmyre, c'est qu'il s'agit en fait d'une contamination du phénomène urbain : seule l'oasis, très circonscrite, est cultivable. Le taux élevé de la mantiqa de Massiaf s'expliquerait aisément par son climat humide, encore que la superficie en terres cultivables y soit limitée à cause du relief (Massif alaouite). Partout ailleurs, la densité est conditionnée par l'état réel du développement économique. Comme le découpage administratif souffre lui aussi d'une nette hétérogénéité, il convient par conséquent d'essayer d'évaluer le taux de la densité "économique" ; c'est la donnée de base pour toute intervention en matière d'aménagement du territoire (répartition des équipements, des routes, des services publics, etc.).

1.3 – LA RURALITÉ DE LA MOHAFAZA DE HAMA, POPULATIONS URBAINES ET POPULATIONS RURALES

29Distinguer les habitants d'un territoire pose des problèmes de critères et de méthode. Dans les pays du Tiers-Monde on perçoit une nette différence entre la ville et les villages, fondée sur le genre de vie et d'activités plus que sur le nombre d'habitants. La population rurale est liée aux activités agricoles. Toutefois on observe, dans des villages proches d'un centre urbain important, une population active qui travaille dans le secteur secondaire ou tertiaire de la ville voisine, ce qui n'empêche pas qu'elle soit recensée comme population rurale.

  • 5 Cité par M.L. Samman, 1978, p. 19.

30Ici, la distinction a été établie sur des critères qui ont varié avec le temps. Elle a été introduite pour la première fois en 1942 par le service foncier du ministère de l'économie nationale (I. Nouss, 1951)5 qui a défini comme urbaine toute localité comptant plus de 20 000 habitants.

31En 1960 ce critère a été abandonné (M.L. Samman, 1978, p. 19) : on a considéré comme urbains les seuls chefs-lieux des mohafaza-s et des mantiqa-s. En 1970 le critère numérique a été réintroduit à côté de ce critère qualitatif ; une localité a donc été considérée comme urbaine quand sa population dépassait 20 000 habitants même si elle ne détenait pas cette sorte de fonction administrative. Il en a été de même lors du recensement de 1981.

32Il s'ensuit des difficultés pour comparer les résultats des trois recensements. A vrai dire le problème n'est pas aigu pour la Syrie centrale car il n'y avait, en 1960, aucun centre urbain de plus de 20 000 habitants, hormis les deux villes principales, Homs et Hama. S'il existe un réel problème, il tient aux modifications de la carte administrative au cours de la période 1960-1981, car une localité est ipso facto considérée comme urbaine dès lors qu'elle devient un chef-lieu de mantiqa, même si sa population n'est pas très importante. Tel fut le cas de la ville de Mokharam Foukani qui comptait 2 170 habitants en 1970 et qui était néanmoins devenue chef-lieu après le recensement de 1960. On voit que le taux d'accroissement de la population urbaine n'est pas seulement lié au fait démographique, ce qui entraine l'apparition de disparités. Ainsi, la croissance de la population urbaine de Homs a atteint 4,6 % par an entre 1960 et 1970 tandis que celle de l'ensemble a été de 5,37 % (cf. tableau récapitulatif 9). La population urbaine dans notre région se répartissait en 1981 de la façon suivante :

Fig. 8 — Densité de la population par commune, en 1981

Fig. 9 – Répartition de la densité de la population par nahia, en 1981

Fig. 10 – Rapports entre densité de la population, relief et pluviométrie

33La population urbaine dans notre région se répartissait en 1981 de la façon suivante :

TABLEAU 8. Répartition, en 1981, des populations rurales et urbaines selon le sexe et les mohafaza-s (population en milliers)

TABLEAU 8. Répartition, en 1981, des populations rurales et urbaines selon le sexe et les mohafaza-s (population en milliers)

Source : R.G.P. 1981.

34La population urbaine dans la mohafaza de Homs était donc nettement plus importante que celle de Hama, ce qui laisse entrevoir une prédominance de Homs sur Hama.

TABLEAU 9. Répartition de la population urbaine selon la taille des villes, par mohafaza, en 1960, 1970 et 1981

TABLEAU 9. Répartition de la population urbaine selon la taille des villes, par mohafaza, en 1960, 1970 et 1981

U = population urbaine et Τ = population totale.
Sources : Recensements de 1960, 1970 et 1981, Annuaire statistique de la Syrie, 1985.

35Selon le tableau 9, la ville de Homs regroupe 346 871 habitants en 1981 contre 17 7208 pour Hama. Mais la population rurale est plus importante dans la mohafaza de Hama (cf. tableau 8) : elle s'élève à 66,30 % contre 50 %, ce qui correspond au rôle de l'agriculture dans la première. Comme nous l'avons déjà souligné, ce qui est remarquable, pour les deux mohafaza-s prises séparément et pour la région dans son ensemble, c'est que la majorité écrasante des citadins est concentrée dans ces deux seules villes. Elles regroupent en effet 80 % de la population urbaine (cf. fig. 11).

36Cela résulte de l'absence de villes moyennes ; la seule dans notre région est Salamieh (35 909 habitants en 1981). En fait la deuxième place est occupée par les petites villes qui représentent 14,76 % de la population urbaine de l'ensemble de la région centrale.

37Quant à la croissance de la population urbaine en Syrie centrale, elle connaît le même rythme rapide que celui constaté au niveau national où elle est passée de 36,9 % en 1960 à 43,4 % en 1970 puis à 46,9 % en 1981, soit un taux de croissance annuelle supérieur à celui de la population totale. Certes, après avoir atteint 4,98 % par an pour la période 1960-1970, il est redescendu à 4,07 % pour la période 1970-1981, tout en demeurant bien au-dessus du taux global (respectivement 3,28 % et 3,34 % — cf. tableau 9). Cette tendance au niveau national se retrouve dans la région centrale mais les deux mohafaza-s ont évolué différemment.

Fig. 11— Évolution relative des populations urbaines et rurales dans les deux mohafaza-s entre 1960 et 1981
Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.

  • 6 Nous avons procédé à des ajustements de données sur les populations entre le recensement de 1960 et (...)

38Si le taux d'accroissement de la population urbaine est supérieur au taux national dans la mohafaza de Homs (jusqu'à 5,37 % par an), celui de la mohafaza de Hama est resté même inférieur au taux d'accroissement global de l'ensemble de la population syrienne (cf. tableau 9) ; il reste également inférieur à celui de la mohafaza : 3,97 % par an pour la population urbaine (1960-1970) et 3,24 % (1970-1981) contre une augmentation globale de 4,71 % et 3,31 % pour les mêmes périodes. Ce phénomène peut être expliqué, pour la période 1960-1970, par une modification de la carte administrative qui joue sur la répartition des territoires. Après le recensement de 1960, la mohafaza de Hama a incorporé trois nahia-s dont la population (44 192 habitants en 1960) était constituée exclusivement de ruraux6.

39Mais la diminution du taux d'urbanisation pour la période 1970-1981 s'explique par la lenteur de l'accroissement de la ville de Hama : 2,33 % par an tandis que le taux national a atteint 3,34 %. De plus l'émergence de centres urbains suite à une promotion administrative, comme la ville de Mhardeh (12 816 habitants en 1981), a diminué la part de la ville de Hama : 78,6 % de la population urbaine de la mohafaza en 1970, puis seulement 71,4 % en 1981.

40Au total on notera que le taux d'urbanisation dans l'ensemble de la Syrie centrale (cf. fig. 12) est en progrès et cela malgré la diminution qui affecte la mohafaza de Hama. Cette croissance de la population urbaine n'est pas le résultat des seules promotions administratives, car la dernière du genre a eu lieu en 1975 avec la création de la mantiqa de Mhardeh, mais avant tout d'une dynamique démographique qui résulte soit de la croissance propre des populations urbaines, soit des apports des mouvements migratoires, comme nous le verrons dans le chapitre suivant.

TABLEAU 10. Croissance des villes de Syrie centrale entre 1960, 1970 et 1981

TABLEAU 10. Croissance des villes de Syrie centrale entre 1960, 1970 et 1981

Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.

Fig. 12 — Évolution des taux d'urbanisation en Syrie centrale et en Syrie (1960, 1970 et 1981)

2 – STRUCTURE DE LA POPULATION PAR ÂGE ET SEXE

41On évoque couramment la jeunesse de la population dans les pays du Tiers-Monde et leurs taux d'accroissement démographique très élevés par rapport aux taux très faibles des pays développés. La Syrie n'échappe pas à la règle. Elle en est plutôt le modèle typique comme le montre le tableau suivant :

TABLEAU 11. Taux annuel moyen d'accroissement démographique et classes d'âge en Syrie et quelques autres pays

TABLEAU 11. Taux annuel moyen d'accroissement démographique et classes d'âge en Syrie et quelques autres pays
  • * 1 : pays à revenu intermédiaire, tranche inférieure ;
    2 : pays à revenu intermédiaire, tranche supér (...)

Note **
Source : Banque Mondiale, Rapport sur le développement dans le monde en 1990. La pauvreté, p. 250.

42Se dégagent clairement de ce tableau les caractères communs aux pays arabes : ils possèdent tous un taux d'accroissement élevé (autour de 3 % par an) d'où l'importance de la tranche d'âge comprise entre 0 à 14 ans, laquelle regroupe plus de 45 % de la population totale. Cette même classe constitue moins de 20 % du total dans les pays industrialisés, résultat du faible taux d'accroissement démographique, lequel descend au-dessous de 1 %.

2.1 – STRUCTURE DE LA POPULATION DE SYRIE CENTRALE SELON LES ÂGES

43Notre région participe également au phénomène de la jeunesse de la population comme dans tous les pays en voie de développement. Elle se caractérise aussi par un taux d'accroissement démographique annuel très important, supérieur à 3 %, et une tranche d'âge de 0 à 14 ans qui dépasse les 45 % comme on le voit ci-dessous :

TABLEAU 12. Caractères démographiques de la population de Syrie centrale mohafaza de Hama

TABLEAU 12. Caractères démographiques de la population de Syrie centrale mohafaza de Hama

Source : R.G.P. 1981.

Fig. 13 — Pyramides des âges de la population des mohafaza-s de Homs et Hama en 1981

  • 7 Rappelons ici que le taux élevé de l'accroissement démographique pour la période de 1960-1970 s'exp (...)
  • 8 Nous avons préféré dresser les pyramides des âges par groupes d'âges quinquennaux car la représenta (...)

44Cette jeunesse de la population ainsi que le taux d'accroissement élevé assurent aux pyramides des âges des deux mohafaza-s une très large base7 (cf. fig. 13). Ces pyramides, qui représentent la population par groupes d'âges quinquennaux8, montrent une certaine différence entre la pyramide de la mohafaza de Homs et celle de Hama : la tranche 0/4 ans atteint dans le deuxième cas 19,7 % de la population totale contre 18,6 % dans le premier. Cela s'explique par le taux synthétique de fécondité qui est plus élevé dans la région de Hama, 7,1 enfants par femme (en 1981) au lieu de 6,3 pour Homs. Plusieurs facteurs sont à considérer : taux d'analphabétisme plus élevé, précocité du mariage, etc. (cf. p. 70). De toute façon les deux taux sont très élevés et les deux mohafaza-s se caractérisent de ce fait par la jeunesse de leur population.

2.2 – LA POPULATION URBAINE PAR CLASSE D'ÂGE RESSEMBLE PAR SA STRUCTURE À LA POPULATION TOTALE

45Le phénomène frappant en ce qui concerne la structure des deux populations urbaines par classe d'âge, c'est qu'elle ne diffère guère de celle des populations totales des mohafaza-s. La figure 14 le démontre. Par conséquent nous ne pouvons acquiescer à l'opinion des démographes qui considèrent que la population urbaine possède un taux d'accroissement démographique moins élevé que la population rurale, car la ville, quand elle bénéficie d'un exode rural important, peut présenter des caractères démographiques semblables à ceux des milieux ruraux. Le fait est plus clair dans la mohafaza de Homs que dans celle de Hama (cf. figure 14).

46Cependant des différences plus sensibles dans la répartition des classes d'âges entre le milieu urbain et le milieu rural apparaissent pour les tranches d'âges des populations en activité, c'est-à-dire entre 15 et 65 ans. La population active est en effet plus nombreuse dans les milieux urbains des deux mohafaza-s comme l'indiquent les figures 14 et 15. Cela est dû à l'apport des mouvements migratoires qui concernent des individus en âge de travailler, surtout entre 15 et 45 ans.

47La figure 15 permet également de constater que, dans les villes, cette tranche d'âge est aussi importante pour les deux sexes : ce qui implique que l'émigration en ville est plus familiale qu'individuelle.

48La comparaison entre les deux mohafaza-s fait apparaître une différence notable. Dans le cas de Hama tous les groupes d'âge entre 15 et 65 ans en milieu urbain sont relativement plus nombreux qu'en milieu rural, surtout parmi les hommes. Pour Homs, cette inégalité n'est claire que pour la tranche d'âge de 15 à 40 ans. Elle s'inverse en faveur du milieu rural pour les femmes entre 40 et 65 ans tandis que l'inégalité bénéficie au milieu urbain pour les hommes jusqu'à l'âge de 65 ans mais selon des proportions moins nettes. Ce phénomène mérite qu'on s'y attarde. La population urbaine dont il est question englobe toutes les villes de la mohafaza ; nous ne pouvons donc pas expliquer ce phénomène en nous basant sur les caractères des seules villes de Homs ou de Hama (faute de statistiques relatives à chaque ville). Cependant, pour nous, il traduit le caractère plus nettement urbain de la ville de Hama par rapport à la ville de Homs, et même par rapport aux autres villes comme Salamieh, Mhardeh, Massiaf. La ville de Homs reçoit plus de ruraux, par apport migratoire, que Hama. Cela corrobore les conclusions de notre analyse de la structure de la population par classes d'âge, puisque nous avons constaté le caractère rural des villes de la mohafaza de Homs à travers la faible différence qui existe entre milieu urbain et rural surtout pour les plus jeunes.

2.3 – LE RAPPORT HOMMES/FEMMES PENCHE EN FA VEUR DES HOMMES DANS LES MILIEUX URBAINS

49L'étude du taux de masculinité complète l'analyse de la structure par âge bien qu'il soit un critère simple. Son intérêt tient à sa signification quant à la croissance de la population et aux différences entre les milieux urbain et rural.

50Il est constaté que le « rapport de masculinité à la naissance est généralement de l'ordre de 105 naissances masculines pour 100 féminines » (G. Tapinos, 1985, p. 35). C'est bien le cas en Syrie, où il est de 107 pour les enfants de moins d'un an, et dans notre région également, comme le montre le tableau 13.

Fig. 14— Pyramides des âges des populations urbaine et rurale dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1981

Fig. 15 — Structure de la population : variation des milieux urbains par rapport aux milieux ruraux dans les mohafaza-s de Homs et de Hama

TABLEAU 13. Rapport de masculinité, en 1981, dans les mohafaza-s de Homs et de Hama ainsi qu'en Syrie

TABLEAU 13. Rapport de masculinité, en 1981, dans les mohafaza-s de Homs et de Hama ainsi qu'en Syrie

Source : R.G.P. 1981.

51Les démographes constatent aussi que, du fait de la plus forte mortalité des garçons en bas âge, le rapport de masculinité s'équilibre approximativement vers l'âge de 20 ans. Cette loi est valable pour l'ensemble de la Syrie comme pour la mohafaza de Homs. Mais le taux reste supérieur pour celle de Hama (cf. tableau 13). Le rapport entre les sexes s'équilibre vers l'âge de 21 ans en Syrie, puis redevient inégal pour la classe d'âge des 55-59 ans en raison du fort taux de mortalité chez les femmes en âge de procréation. C'est encore vrai chez les femmes âgées dont le taux de mortalité est aussi élevé, vu le rapport de masculinité pour la classe d'âge des 65-69 ans. A moins qu'il ne s'agisse là d'un défaut de recensement des femmes, absentes des registres de l'état civil, surtout dans les milieux ruraux ? Une telle situation était la règle il y a encore une vingtaine d'années, mais elle a presque disparu actuellement. Reste le problème posé par la brusque baisse du rapport de masculinité pour la classe d'âge de 70 à 74 ans. M.L. Samman (1978, p. 184) constatait déjà une tendance à la baisse à partir de l'âge de 75 ans avec l'apparition de "dents de scie" sur la courbe du rapport de masculinité pour le recensement de 1970.

Rapport de masculinité

Rapport de masculinité

52Il est un fait que, dans l'ensemble, le rapport de masculinité n'a pas connu de grandes variations au cours des trois derniers recensements. Il s'est toujours maintenu autour de 105. Il nous faut revenir à l'hypothèse des fausses déclarations d'âge qui engendrent les déséquilibres de ce rapport, analysé par tranche d'âges, surtout au-delà de 60 ans (cf. fig. 16). On constate aussi que le taux de masculinité, dans tous les milieux urbains, est supérieur à celui des milieux ruraux, notamment pour les 20-50 ans. Ce phénomène a été déjà constaté dans l'analyse démographique par classe d'âge et expliqué par l'apport migratoire d'une population en âge de travailler bénéficiant aux milieux urbains.

3 - LA POPULATION ACTIVE ET SA RÉPARTITION PAR SECTEUR D'ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE

3.1 - CARACTÈRES DE LA POPULATION ACTIVE

TABLEAU 14. Répartition de la population entre trois groupes d'âge : moins de 10 ans, de 10 à 65 ans et plus de 65 ans en Syrie entre 1970 et 1981

TABLEAU 14. Répartition de la population entre trois groupes d'âge : moins de 10 ans, de 10 à 65 ans et plus de 65 ans en Syrie entre 1970 et 1981

Sources : R.G.P. 1970 et 1981.

Fig. 16 — Rapport de masculinité en Syrie et dans les mohafaza-s de Homs et de Hama, selon les groupes d'âge quinquennaux en 1981

53Deux caractères principaux marquent la population active syrienne. C'est d'abord la prééminence du secteur primaire, qui occupait 40,76 % de la population active en 1981, et ensuite la modicité de la population active par rapport à la population totale : 23,60 %, en 1981. Ce dernier aspect avait déjà été souligné par Y. Halbaoui (1963) : « la population active représente 24,5 % de la population totale ce qui dénote le taux d'activité le plus faible enregistré dans le monde. »

  • 9 C'est pour cette raison que nous ne considérerons que les données des recensements de 1970 et 1981.

54Lors du recensement de 1970 ce taux égalait 24 % de sorte que la tendance était en régression. Toutefois il faut faire attention lorsque l'on compare les trois recensements de 1960, 1970 et 1981 ; il convient de distinguer entre le premier et les deux suivants. En effet celui de 1960 retient par "population active" l'ensemble de la population âgée de plus de 6 ans ; pour les deux autres ce critère a été relevé à 10 ans. Certains chercheurs syriens et auteurs ont comparé ainsi des données qui ne pouvaient l'être9.

  • 10 Et non pas entre 15 et 65 ans, tranche de population qui sert à évaluer la population en âge d'être (...)

55Il est plus pertinent de s'intéresser au rapport entre population active et population en âge d'activité, c'est-à-dire dans le cas de la Syrie entre 10 et 65 ans, en raison du nombre relativement élevé des enfants de moins de 10 ans10.

56La jeunesse de la population engendre un faible taux d'activité et impose une lourde charge aux actifs de la population.

TABLEAU 15. Rapports entre la population active, la population totale et la population en âge de travailler, en 1970 et en 1981

TABLEAU 15. Rapports entre la population active, la population totale et la population en âge de travailler, en 1970 et en 1981

Sources : R.G.P. 1970 et 1981.

57Selon les tableaux 14 et 15, le taux d'activité de la population syrienne n'a pas connu d'amélioration, mais plutôt une légère diminution. On peut estimer cependant qu'il est resté approximativement stable, en raison d'une croissance importante de l'activité économique et cela malgré une progression soutenue de la démographie (3,34 % pour la période 1970-1981). Ce taux demeure faible du fait que les femmes exercent peu d'activités rémunérées : 10,7 % de la population active en 1970 et seulement 8,6 % en 1981. Nous allons maintenant analyser le problème en ce qui concerne notre région.

58En Syrie centrale, la situation n'est pas foncièrement différente de celle de l'ensemble du pays comme cela apparaît dans le tableau 16 :

  • 11 Nous avons considéré, ici, que la population en âge de travailler correspondait au total des habita (...)

TABLEAU 16. Taux d'activité dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1970 et 198111

TABLEAU 16. Taux d'activité dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1970 et 198111

59Nous constatons que par rapport à la population totale le taux d'activité est plus élevé dans la mohafaza de Hama que dans celle de Homs ; il est également supérieur à celui de l'ensemble de la Syrie centrale ou celui de la Syrie. En 1970, ces taux s'étaient établis respectivement à 26,1 %, 24 % et 25 %. C'est la conséquence du développement du secteur agricole. L'inégalité subsiste lorsqu'on calcule le taux d'activité par rapport à la population de plus de 10 ans : 38,7 % en 1981 à Hama, 35,6 % à Homs et 36,34 % en Syrie. Cependant le taux d'accroissement annuel de la population active est moins fort à Hama qu'à Homs ou dans le reste du pays : pour la période 1970-1981, on note respectivement 2,64 %, 3,47 % et 2,84 %, sans que cela résulte de la diminution effective de la population active.

3.2 - COMPARAISON ENTRE LES POPULATIONS ACTIVES URBAINE ET RURALE

60Pris sous cet angle, les taux de population active rapportés tant à la population totale qu'à celle des plus de 10 ans ne diffèrent guère (cf. tableau 17).

TABLEAU 17. Répartition, en 1981, de la population active selon les milieux urbains et ruraux en Syrie centrale (en %)

TABLEAU 17. Répartition, en 1981, de la population active selon les milieux urbains et ruraux en Syrie centrale (en %)
  • 12 Nous n'avons pas pu procéder à une comparaison entre les recensements de 1970 et de 1981 car le pre (...)

Source : R.G.P. 1981.12

61En ce qui concerne la mohafaza de Hama, la différence est liée à l'importance du secteur agricole et corollairement à une participation plus importante des femmes aux travaux agricoles - comparée au taux d'activité féminine en zone urbaine - , et cela bien que cette participation demeure dans tous les cas très faible.

TABLEAU 18. Taux d'activité, en 1981, par sexe et milieux, par rapport à la population active (âgée de plus de 10 ans) en Syrie centrale

TABLEAU 18. Taux d'activité, en 1981, par sexe et milieux, par rapport à la population active (âgée de plus de 10 ans) en Syrie centrale

Source : R. G.P. 1981.

62Ces bas niveaux du travail féminin s'expliquent par les facteurs socio-culturels syriens qu'on retrouve dans la plupart des pays musulmans. C'est aussi un effet de la crise de l'emploi d'où il résulte qu'une priorité est accordée au recrutement des hommes, ceux-ci étant considérés comme les chefs de famille. En conséquence en bien des domaines, particulièrement celui de la production, il n'y a pas encore d'emplois féminins. Le commerce de détail lui-même ne s'est ouvert aux femmes que récemment. En revanche, pour les travaux agricoles on a recours traditionnellement à la main d'œuvre féminine.

3.3 - RÉPARTITION DE LA POPULATION ACTIVE PAR BRANCHES D'ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES

3.3.1 - Modalités de la division adoptée. Peut-on éviter la division tripartite classique ?

63Classiquement on répartit la population active en trois secteurs d'activité : primaire, secondaire et tertiaire. L'idée en a été lancée en 1934 par A. Fischer et reformulée en 1951 par G. Clark dans son ouvrage intitulé Les conditions du progrès économique. Ce mode de classement, utile sur le plan descriptif, pose divers problèmes, surtout pour la classification du secteur de la construction, inclus ordinairement dans le secteur secondaire. A. Bailly préfère placer la branche des transports dans le secteur secondaire et il critique le caractère hétérogène du secteur tertiaire.

64Dans l'état actuel des choses, ces problèmes méthodologiques n'ont pas été résolus, notamment l'hétérogénéité du secteur tertiaire. Ce qui est important, à notre avis, c'est la facilité à comparer qu'offre cette division tripartite quand il est question de faire des comparaisons entre régions ou pays, car ce classement est le seul à être appliqué presque partout.

65Enfin il ne faut pas oublier que le secteur tertiaire est généralement considéré comme un indicateur de l'urbanisation, voire du développement.

66De leur côté, Bailly et Maillat (1988, p. 86) proposent une autre classification des branches d'activité : ils créent quatre grands secteurs, chacun d'eux englobant des sous-secteurs. Cette division se présente comme suit :

  1. fabrication

  1. ressources physiques

  2. bâtiment, génie civil

  3. biens manufacturés

  1. circulation

  1. flux physiques et des personnes

  2. flux d'information

  3. flux financiers

  1. distribution

  1. individuelle (hébergement, restauration, commerce de détail, services personnels)

  2. collective (santé, éducation, culture, loisirs, sports)

  1. régulation

  1. publique

  2. privée

  3. internationale

67Dans ce cadre-là, l'agriculture rejoint le domaine de la fabrication. Nous sommes d'accord avec cette proposition car l'agriculture a évolué et n'est plus dépendante, exclusivement, des facteurs naturels. Les agriculteurs interviennent de plus en plus dans les processus de la production : culture sous serres, culture irriguée, élevage intensif, etc. Mais le problème qui se pose actuellement concerne les statistiques qui ne sont pas adaptées à une lecture quadripartite, surtout en ce qui concerne notre étude. Cette division reste d'ailleurs discutable et devrait être adaptée à la situation économique de chaque pays. Par exemple, dans un pays sous-développé, peut-on parler vraiment d'un secteur relatif au flux de l'information ?

68Dans notre cas, nous allons étudier la population active de Syrie centrale à travers deux modes de répartition : celui qui suit le plan de publication des recensements classant la population active en neuf branches d'activités, et la répartition classique, c'est-à-dire la division tripartite, afin de faciliter les comparaisons géographiques et diachroniques.

3.3.2 - Répartition de la population active : importance du secteur primaire dans la mohafaza de Hama par rapport à celle de Homs

69La répartition de la population active en Syrie centrale selon les branches d'activités accorde la primauté à l'activité agricole (cf. tableau 19). Cette place est évidente, mais plus dans la mohafaza de Hama que dans celle de Homs. Cependant cette dernière prend l'avantage dans le domaine de l'industrie qui occupe 16,4 % de la population active (contre 12,67 %) et apparaît supérieur au taux national (15 %). Cela s'explique par l'existence d'implantations industrielles importantes, comme une raffinerie de pétrole qui emploie à elle seule plus de 5 000 travailleurs. Homs bénéficie d'un développement industriel depuis 1970, impulsé par l'État, favorisé par sa position centrale dans la région et par les relations faciles qu'elle a avec la côte et les ports (Tartous et Lattaqié) (cf. fig. 3).

70Ce regroupement des activités économiques en trois ensembles dans le tableau 20 nous facilitera l'étude de l'évolution et les comparaisons. On constate la nette régression du secteur primaire, en particulier dans la mohafaza de Homs : il est descendu de 45,86 % en 1960 à 22,60 % en 1981.

  • 13 Nous attirons l'attention sur le point concernant la différence de méthodologie entre le recensemen (...)

71Dans la mohafaza de Hama, il est passé de 60 % en 1960 à 67,56 % en 1970 ; il est finalement tombé à 40,75 % en 1981. Cette croissance inattendue entre 1960 et 1970 s'explique par la colonisation des plaines du Ghab après 1960 et par la réforme administrative, déjà signalée, qui a permis le rattachement à la mohafaza de populations rurales importantes13.

TABLEAU 19. Répartition, en 1981, de la population active (plus de 10 ans) selon les branches d'activité dans les mohafaza-s de Homs et de Hama, et en Syrie

TABLEAU 19. Répartition, en 1981, de la population active (plus de 10 ans) selon les branches d'activité dans les mohafaza-s de Homs et de Hama, et en Syrie

Source : R.G.P. 1981.

TABLEAU 20. Évolution, entre 1960, 1970 et 1981, de la population active selon les secteurs d'activité économique et par sexe (en %)

TABLEAU 20. Évolution, entre 1960, 1970 et 1981, de la population active selon les secteurs d'activité économique et par sexe (en %)

Sources : R.G.P. 1960, 1970, 1981.

72La chute après 1970 est due à la rapide croissance des autres secteurs (comme l'illustrent la figure 17 et le tableau 20) et à l'incapacité pour l'agriculture d'absorber l'excédent démographique rural ; ceci d'autant plus qu'une partie de la main d'œuvre s'y est trouvée libérée en raison des progrès de la mécanisation agricole.

73D'après la figure 17 et le tableau 21 la prédominance du secteur primaire est donc évidente et ce malgré une diminution entre 1970 et 1980 au profit des autres secteurs. Dans la mohafaza de Homs la régression a été nettement plus accentuée ; après une période de faible croissance entre 1960 et 1970 il y a eu un recul de -2,92 % entre 1970 et 1981 : effets de l'exode rural vers les régions urbaines, soit dans le cadre de la mohafaza, soit vers le reste du pays, et principalement vers Damas.

TABLEAU 21. Évolution de la population active selon les secteurs d'activité économique entre 1960 et 1981

TABLEAU 21. Évolution de la population active selon les secteurs d'activité économique entre 1960 et 1981
  • * sans les chômeurs qui n'ont jamais travaillé.

Note **
Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.

3.3.3 -Le secteur secondaire : une évolution remarquable en Syrie centrale après 1970

74Notre région n'a pas connu d'évolution notable dans le domaine de l'industrie avant 1963, c'est-à-dire avant la "socialisation" de l'économie consécutive à l'arrivée du parti Ba'ath au pouvoir. Jusque-là il n'existait que quelques unités industrielles dans la région, localisées surtout à Homs où le secteur privé avait investi plus qu'à Hama. Le secteur secondaire est ainsi passé à Homs de 22 % en 1960 à 34,20 % en 1981, tandis que dans le même temps à Hama il était de 12,4 %, puis avait doublé en 1981 (24,86 %), en dépit de quoi il demeurait en retard par rapport à Homs. La rapidité de la croissance y est pourtant remarquable : 6,2 % de plus par an entre 1960 et 1970, et 8,8 % entre 1970 et 1981, contre 4,47 % et 6,43 % pour Homs.

TABLEAU 22. Répartition de la population active (plus de 10 ans) selon les secteurs d'activité économique à Homs, à Hama et en Syrie en 1981 (en %)

TABLEAU 22. Répartition de la population active (plus de 10 ans) selon les secteurs d'activité économique à Homs, à Hama et en Syrie en 1981 (en %)

Source : R.G.P. 1981.

Fig. 17- Évolution de la population active répartie par mohafaza et selon les secteurs d'activité économique en 1960, 1970 et 1981

75Géographiquement le secteur secondaire est évidemment plus présent dans les villes que dans les campagnes, surtout dans le cas de la région de Homs (cf. tableau 22), ce qui ne signifie pas que les secondes en soient dépourvues : elles retiennent le tiers des actifs du secteur secondaire de la mohafaza de Homs et près de la moitié de celle de Hama (11 % contre 13,9 % dans le milieu urbain en 1981).

76Il faut apporter quelques retouches à ce tableau. Les ruraux engagés dans le secteur secondaire, et notamment dans l'industrie, ne travaillent pas sur leur lieu de résidence : c'est une population mobile. Cela explique d'une part l'importance des ruraux dans le secondaire et d'autre part l'évolution importante des actifs du secteur secondaire dans la mohafaza de Hama : une grande partie de ces actifs travaille dans les unités industrielles localisées dans le district de Homs. Ce phénomène s'est surtout développé depuis les années 70 grâce à l'amélioration des transports interurbains. Il convient de souligner le fait que le secteur secondaire se caractérise par une participation des actifs féminins plus faible encore que dans les autres secteurs : 3,03 % en 1981 dans la région de Homs et seulement 1,73 % dans celle de Hama. En revanche, la proportion des femmes actives est beaucoup plus élevée dans le secteur primaire, surtout dans la région de Hama où elle atteint 9,5 %.

TABLEAU 23. Répartition de la population active (plus de 10 ans) selon les secteurs d'activité économique et par sexe dans les milieux urbains et ruraux pour les mohafaza-s de Homs et Hama en 1981 (en %)

TABLEAU 23. Répartition de la population active (plus de 10 ans) selon les secteurs d'activité économique et par sexe dans les milieux urbains et ruraux pour les mohafaza-s de Homs et Hama en 1981 (en %)

Source .R.G.P. 1981.

3.3.4 - Changements notables dans le secteur tertiaire, surtout dans la région de Homs

77La Syrie, comme le Tiers-Monde en général, connaît un développement rapide du secteur tertiaire particulièrement dans les villes. Ce phénomène, qui touche également notre région, a été renforcé par l'implication de l'État dans une économie "socialiste", laquelle a favorisé un essor important du secteur public, partie prenante du secteur tertiaire. Il s'est développé soit directement par le gonflement des effectifs de l'administration, soit par l'importance accordée aux services publics, soit en raison du recrutement massif des diplômés. Ce rôle directeur de l'État a conduit les capitaux privés à s'investir dans le commerce, les services et le petit artisanat, c'est-à-dire dans des activités qui échappent au contrôle de l'État.

78Ce sont les principales raisons pour lesquelles le secteur tertiaire connaît un taux d'accroissement important : 7,54 % par an dans la région de Homs entre 1970 et 1981 et 8,14 % dans celle de Hama (cf. tableau 21) qui contrastent avec les faibles taux de la période 1960-1970 (respectivement 1,82 % et 1,97 %). Au total ces changements ont affecté la part de la population active engagée dans le tertiaire : 32,10 % en 1960, 27,58 % en 1970 puis 43,20 % en 1981 pour la région de Homs ; 27,90 %, 19,42 % et 34,39 % pour celle de Hama (cf. tableau 20). L'évolution quelque peu erratique s'explique par la méthodologie des statistiques concernant la classification des branches d'activité : entre 1960 et 1970 plusieurs activités artisanales sont passées du secteur tertiaire au secteur secondaire. Par ailleurs, la participation des femmes dans le tertiaire est plus importante que dans le secondaire surtout en ville (cf. tableau 23). Elle a atteint 4,37 % pour la région de Homs en 1981. Dans l'ensemble le taux varie selon qu'il s'agit du milieu urbain (3,49 %) ou rural (0,88 %). Le phénomène se répète dans la région de Hama : 3,26 % au total, 2,65 % en milieu urbain contre 0,65 % en milieu rural. Cette disparité est due au nombre plus important de femmes qui travaillent dans les services publics (administration, santé, enseignement, etc.). C'est ce que montre le tableau suivant qui détaille la répartition de la population active entre les différentes branches d'activités.

TABLEAU 24. Répartition de la population active selon les branches d'activités, le sexe et les milieux (urbains et ruraux) dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1981 (en %)

TABLEAU 24. Répartition de la population active selon les branches d'activités, le sexe et les milieux (urbains et ruraux) dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1981 (en %)

Source : R.G.P. 1981.

79Les femmes représentent donc seulement 9,61 % des actifs dans la mohafaza de Homs, 14,82 % dans celle de Hama, dont 3,8 % travaillant dans les services sociaux et collectifs à Homs et 2,34 % à Hama.

80Les tableaux 23 et 24 soulignent l'importance du secteur tertiaire, en particulier dans la région de Homs (cf. aussi fig. 17). Ils montrent aussi qu'il est plus présent dans les milieux urbains que dans les milieux ruraux. Mais l'évolution du secteur tertiaire ne correspond pas exactement et seulement au développement des services sociaux ou de ceux consacrés à l'information ou aux transports. Ce secteur regroupe beaucoup de petits métiers, présents dans tous les pays du Tiers-Monde. C'est un secteur refuge pour une population urbaine ou rurale en quête de travail, ce qui conduit à la prolifération des petits métiers en particulier en ville. Donc il faut distinguer entre secteur tertiaire "moderne" et secteur tertiaire "primitif" ou secteur "non structuré" selon la terminologie de P. Signoles (1985, p. 48). Il existe de plus tout un vaste secteur informel, que nous n'avons pas pu mesurer, mais très actif dans la région de Homs où il est soutenu par la floraison de la contrebande en raison de la proximité du Liban. Il s'est développé après le déclenchement de la guerre civile qui déchire ce pays et il contribue à la nette croissance du secteur tertiaire qui inclut la rubrique des "activités indéterminées" lesquelles occupaient 4,92 % de la population active en 1981 (cf. tableau 24). S'y ajoutent les petits métiers qui naissent en milieu urbain ; ce sont les "métiers de la misère", comme le petit commerce, les vendeurs de rue et certaines formes de service. Aussi, le grand nombre de travailleurs dans ce "secteur-refuge" n'est qu'une manifestation du chômage déguisé.

81L'analyse de la population active en fonction des revenus, surtout lorsqu'il s'agit d'économies urbaines, devrait acquérir plus de validité. Malheureusement nous avons rencontré beaucoup d'obstacles tout au long de notre enquête sur les revenus, et les déclarations des intéressés sont souvent loin de la vérité, soit parce qu'ils trichent avec les services fiscaux, soit parce que les essais d'enquêtes directes tels que nous les avons menés ont été inefficaces, en raison sans doute de la méfiance des commerçants. Nous avons donc été contraints de nous contenter des statistiques officielles.

3.4 - LE CHÔMAGE, UNE RÉALITÉ TROP PEU ÉTUDIÉE

82En Syrie, le problème du chômage n'est pas autant évoqué que dans les pays développés. Pourtant il existe, plus important et plus grave, car les chômeurs n'y bénéficient d'aucune aide sociale. Ce phénomène est mal mesuré et les statistiques officielles, pour des raisons sociales et politiques, minimisent largement son impact.

  • 14 C'est vrai que les femmes au foyer ne sont jamais considérées comme des femmes actives ; mais cette (...)

83Dans notre région il revêt deux aspects : soit sous sa forme habituelle, soit sous celle du sous-emploi en particulier dans les milieux ruraux. Son origine réside dans l'incapacité des villes à offrir des emplois à une population qui croît trop vite et dans un système scolaire mal adapté aux besoins du pays et qui lance chaque année une masse considérable de demandeurs d'emploi sur un marché du travail presque saturé, notamment dans le domaine hypertrophié de la fonction publique. Le chômage est plus impressionnant chez les femmes (nous avons déjà constaté le faible taux de participation des femmes dans les différents secteurs d'activité économique), mais les femmes au foyer ne sont pas considérées comme étant au chômage, puisque les statistiques les classent parmi la population non active. Ainsi a-t-on pu lire dans le quotidien al-Thawra sous la plume de M. al-Wani (1989) : « Quant aux individus qui sont classés hors de la force de travail, ce sont ceux qui ne participent à aucune activité productive comme les étudiants, les femmes au foyer, les gens qui n'ont pas besoin de travailler et ceux qui s'y refusent. »14

84En prenant l'exemple de la mohafaza de Hama, on constate qu'en 1981 il y avait 230 519 femmes de plus de 10 ans dont 63,30 % étaient considérées comme femmes au foyer et 11,5 % comme femmes actives (dont 2,5 % en chômage). Ce choix méthodologique devrait être remis en question dans la mesure où les femmes représentent une force de travail à prendre en compte.

85En 1981, le taux de chômage par rapport à la population active a connu une légère baisse par rapport aux années précédentes comme le montre le tableau 25.

TABLEAU 25. Évolution du taux de chômage entre 1960, 1970 et 1981 dans les mohafaza-s de Homs et Hama ( % de la population active)

TABLEAU 25. Évolution du taux de chômage entre 1960, 1970 et 1981 dans les mohafaza-s de Homs et Hama ( % de la population active)

Source : R.G.P. 1960. 1970 et 1981.

86Ces chiffres englobent les actifs qui étaient au chômage, ceux qui n'avaient jamais travaillé comme ceux qui avaient déjà travaillé.

87Le taux de chômage a régressé de façon assez sensible depuis 1960 : il est passé de 11,94 % à 3,79 % en 1981 et, entre 1970 et 1981, cette régression a été plus flagrante dans la mohafaza de Homs que dans celle de Hama. Cela s'explique par la création d'un plus grand nombre d'emplois dans la première que dans la seconde (cette question fera l'objet d'un chapitre dans la seconde partie).

88Il apparaît que le chômage est, en général, plus important dans les milieux ruraux, sauf en ce qui concerne la région de Homs où 57,03 % des chômeurs sont dans les villes alors que pour Hama 64,22 % des chômeurs sont dans les campagnes (cf. tableau 26).

TABLEAU 26. Répartition des chômeurs entre ville et campagne et selon le sexe (Homs, Hama et Syrie, en 1981) (en %)

TABLEAU 26. Répartition des chômeurs entre ville et campagne et selon le sexe (Homs, Hama et Syrie, en 1981) (en %)

Source : R.G.P. 1981.

89Quelle que soit la validité des données, on doit bien admettre que le taux de progression du chômage (1970-1981) qui est de 0,06 % l'an pour la région de Hama et 0,01 % pour celle de Homs, est sans commune mesure avec le taux d'accroissement de la population dans les deux mohafaza-s (respectivement 3,7 % et 3,31 % - cf. tableau 9).

90Il n'en reste pas moins que le problème du chômage existe dans notre région comme dans toute la Syrie, mais nous ne disposons d'aucune étude valable. Pourtant il n'a pu que s'aggraver ces dernières années, surtout dans les villes, du fait de l'accroissement démographique très important (3,34 % par an entre 1970 et 1981) et de l'exode rural qui n'a fait que transformer le sous-emploi rural en chômage urbain. Ce transfert a été justement souligné par P. Signoles (1985, p. 192), à propos de la Tunisie : « Les villes ont donc certainement épongé, par le biais de l'exode rural, une partie du sous-emploi agricole. Mais outre qu'il en est résulté une assez forte progression du chômage urbain, elles ne sont pas parvenues à limiter l'intensité de la crise sociale dans les campagnes. »

CONCLUSION

91Les questions géo-démographiques précédemment abordées ont mis en évidence l'inégale répartition du peuplement, principalement rassemblé dans le couloir de l'Oronte et autour des deux villes importantes, Homs et Hama. Le développement économique régional est conditionné par le peuplement et aussi par le rapport entre ville et campagne : c'est ainsi que la région de Homs a évolué plus vite que celle, pourtant proche, de Hama.

92Toutefois les migrations de populations s'effectuent essentiellement des campagnes vers les chefs-lieux de mohafaza, lesquels possèdent la plupart des établissements industriels, en raison d'un système administratif centralisateur. Homs et dans une mesure moindre Hama ont bénéficié du développement de leur secteur secondaire et de leur secteur tertiaire, aux dépens d'un secteur primaire en régression. Il est clair que la mécanisation de l'agriculture joue un rôle en libérant une partie de la main d'œuvre. Pourtant, la Syrie centrale demeure un foyer de production agricole essentiel, comme la région de l'Euphrate. Il y aura donc lieu de nous intéresser aux problèmes de structure dans le domaine du secteur primaire.

93En règle générale la participation des femmes aux activités économiques reste très faible malgré les progrès notables de la scolarisation : l'école est obligatoire au niveau primaire. Ce qui n'empêche pas les traditions socio-culturelles de rester déterminantes. C'est avec raison qu'on considère le travail féminin (taux de participation des femmes aux activités économiques) comme un critère des progrès réalisés.

94Enfin la floraison de petits métiers urbains, bien qu'elle soit spontanée, n'est pas une solution à la résorption du chômage dont le volume est encore mal connu. Ces pratiques économiques engendrent un secteur tertiaire disproportionné dont la contribution à l'économie nationale reste minime. Ce phénomène s'est trouvé aggravé par la pratique du double emploi qui est souvent inévitable pour atteindre un niveau de vie correct. L'étude de l'économie urbaine dans la seconde partie permettra d'y voir un peu plus clair.

Notes

1 Dans le recensement de la population en Syrie, on utilise le terme de "concentration humaine" pour désigner toute localité ou population agglomérée.

2 Pour réaliser cette estimation nous nous sommes hases sur la similitude de la structure d'âge des population bédouine et rurales. Cela nous donne 37 % pour la tranche des moins de dix ans (non actifs).

3 Selon le rapport annuel de la Banque Mondiale en 1990, tab. I, p. 200. La comparaison avec l'Égypte doit être pondérée par l'existence des grandes superficies désertiques égyptiennes.

4 Dans le quotidien al-Thawra du 22/03/1990.

5 Cité par M.L. Samman, 1978, p. 19.

6 Nous avons procédé à des ajustements de données sur les populations entre le recensement de 1960 et celui de 1970 quand cela nous a semblé indispensable, surtout dans l'étude de l'évolution de la population et sa typologie.

7 Rappelons ici que le taux élevé de l'accroissement démographique pour la période de 1960-1970 s'explique par l'annexion de trois nahia-s à la mohafaza de Hama : nahia-s d'al-Ziyara et de Qala'at al-Madiq (qui appartenaient à la mohafaza d'Idlib) et de Chatha (qui appartenait à Lattaqié).

8 Nous avons préféré dresser les pyramides des âges par groupes d'âges quinquennaux car la représentation par année d'âge montre des anomalies importantes relatives aux fausses déclarations lors des recensements. Ces déclarations, surtout en ce qui concerne le sexe féminin, donnent des âges qui se terminent souvent soit par 0, soit par 5, c'est-à-dire par des chiffres arrondis... Ce phénomène est en voie de disparition avec l'évolution de l'inscription à l'état civil. Cette tendance a déjà été constatée entre les recensements de 1970 et 1981.

9 C'est pour cette raison que nous ne considérerons que les données des recensements de 1970 et 1981.

10 Et non pas entre 15 et 65 ans, tranche de population qui sert à évaluer la population en âge d'être active.

11 Nous avons considéré, ici, que la population en âge de travailler correspondait au total des habitants ayant plus de 10 ans.

12 Nous n'avons pas pu procéder à une comparaison entre les recensements de 1970 et de 1981 car le premier ne distingue pas les milieux urbains et ruraux.

13 Nous attirons l'attention sur le point concernant la différence de méthodologie entre le recensement de 1960 et les deux autres car dans celui de 1960 la population active regroupait toute la population âgée de plus de 6 ans (sans les bédouins) tandis que les autres recensements la prennent en compte à partir de l'âge de 10 ans (y compris les bédouins). Dans tous les cas les chômeurs qui n'ont jamais travaillé ne sont pas inclus dans les données du tableau.

14 C'est vrai que les femmes au foyer ne sont jamais considérées comme des femmes actives ; mais cette classification fausse la question du chômage : une femme au chômage est généralement considérée comme une femme au foyer. En effet la quantification ne se base pas sur les chiffres de demandeurs d'emploi, un système qui n'existe pas en Syrie, mais sur des déclarations.

Notes de fin

* Le Grand Damas englobe la ville elle-même qui est considérée comme une mohafaza plus la mohafaza de la région de Damas : la densité dans la première est pour la même année de 9 425 hab./km2, tandis qu'elle est dans la seconde de 53 hab./km2.

* 1 : pays à revenu intermédiaire, tranche inférieure ;
2 : pays à revenu intermédiaire, tranche supérieure ;
3 : pays à revenu élevé.

* sans les chômeurs qui n'ont jamais travaillé.

1 D'après leur statut administratif.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 3. Répartition, en 1981, de la population selon les deux domaines pluviométriques séparés par l'isohyète des 350 mm
Légende Sources : R.G.P. 1981 ; Atlas climatique de la Syrie, 1977.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 6 — Répartition de la population agglomérée par localité en Syrie centrale en 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre TABLEAU 4. Répartition, en 1981, de la population selon la taille des localités dans les mohafaza-s de Homs et Hama comparée à l'ensemble de la Syrie
Légende Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre TABLEAU 5. Répartition de la population agglomérée en 1981
Légende Note *1Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Sources : M.L. Samman (1978, p. 17). R.C.P. 1981 et Banque Mondiale pour 1988.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre TABLEAU 6. Densité, en 1981, de la population dans les mohafaza-s syriennes (habitant/km')
Légende Note **Source : Annuaire statistique, 1990.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre TABLEAU 7. Densité agricole par régions en 1981
Légende Source : Annuaire statistique île la mohafaza de Homs (1984) ; en ce qui concerne Hama nous avons procédé à une estimation des terres cultivables à partir de la répartition des terres en cultures d'été et d'hiver.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 8 — Densité de la population par commune, en 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Légende Fig. 9 – Répartition de la densité de la population par nahia, en 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 10 – Rapports entre densité de la population, relief et pluviométrie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre TABLEAU 8. Répartition, en 1981, des populations rurales et urbaines selon le sexe et les mohafaza-s (population en milliers)
Légende Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre TABLEAU 9. Répartition de la population urbaine selon la taille des villes, par mohafaza, en 1960, 1970 et 1981
Légende U = population urbaine et Τ = population totale.Sources : Recensements de 1960, 1970 et 1981, Annuaire statistique de la Syrie, 1985.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 11— Évolution relative des populations urbaines et rurales dans les deux mohafaza-s entre 1960 et 1981Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre TABLEAU 10. Croissance des villes de Syrie centrale entre 1960, 1970 et 1981
Légende Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 12 — Évolution des taux d'urbanisation en Syrie centrale et en Syrie (1960, 1970 et 1981)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre TABLEAU 11. Taux annuel moyen d'accroissement démographique et classes d'âge en Syrie et quelques autres pays
Légende Note **Source : Banque Mondiale, Rapport sur le développement dans le monde en 1990. La pauvreté, p. 250.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre TABLEAU 12. Caractères démographiques de la population de Syrie centrale mohafaza de Hama
Légende Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 13 — Pyramides des âges de la population des mohafaza-s de Homs et Hama en 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 14— Pyramides des âges des populations urbaine et rurale dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 15 — Structure de la population : variation des milieux urbains par rapport aux milieux ruraux dans les mohafaza-s de Homs et de Hama
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre TABLEAU 13. Rapport de masculinité, en 1981, dans les mohafaza-s de Homs et de Hama ainsi qu'en Syrie
Légende Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Rapport de masculinité
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre TABLEAU 14. Répartition de la population entre trois groupes d'âge : moins de 10 ans, de 10 à 65 ans et plus de 65 ans en Syrie entre 1970 et 1981
Légende Sources : R.G.P. 1970 et 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 16 — Rapport de masculinité en Syrie et dans les mohafaza-s de Homs et de Hama, selon les groupes d'âge quinquennaux en 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre TABLEAU 15. Rapports entre la population active, la population totale et la population en âge de travailler, en 1970 et en 1981
Légende Sources : R.G.P. 1970 et 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre TABLEAU 16. Taux d'activité dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1970 et 198111
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre TABLEAU 17. Répartition, en 1981, de la population active selon les milieux urbains et ruraux en Syrie centrale (en %)
Légende Source : R.G.P. 1981.12
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre TABLEAU 18. Taux d'activité, en 1981, par sexe et milieux, par rapport à la population active (âgée de plus de 10 ans) en Syrie centrale
Légende Source : R. G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre TABLEAU 19. Répartition, en 1981, de la population active (plus de 10 ans) selon les branches d'activité dans les mohafaza-s de Homs et de Hama, et en Syrie
Légende Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre TABLEAU 20. Évolution, entre 1960, 1970 et 1981, de la population active selon les secteurs d'activité économique et par sexe (en %)
Légende Sources : R.G.P. 1960, 1970, 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre TABLEAU 21. Évolution de la population active selon les secteurs d'activité économique entre 1960 et 1981
Légende Note **Sources : R.G.P. 1960, 1970 et 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre TABLEAU 22. Répartition de la population active (plus de 10 ans) selon les secteurs d'activité économique à Homs, à Hama et en Syrie en 1981 (en %)
Légende Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 17- Évolution de la population active répartie par mohafaza et selon les secteurs d'activité économique en 1960, 1970 et 1981
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre TABLEAU 23. Répartition de la population active (plus de 10 ans) selon les secteurs d'activité économique et par sexe dans les milieux urbains et ruraux pour les mohafaza-s de Homs et Hama en 1981 (en %)
Légende Source .R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre TABLEAU 24. Répartition de la population active selon les branches d'activités, le sexe et les milieux (urbains et ruraux) dans les mohafaza-s de Homs et Hama en 1981 (en %)
Légende Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre TABLEAU 25. Évolution du taux de chômage entre 1960, 1970 et 1981 dans les mohafaza-s de Homs et Hama ( % de la population active)
Légende Source : R.G.P. 1960. 1970 et 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre TABLEAU 26. Répartition des chômeurs entre ville et campagne et selon le sexe (Homs, Hama et Syrie, en 1981) (en %)
Légende Source : R.G.P. 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3655/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search