Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Première partie : Peuplement et dynamique démographique en Syrie centrale

Chapitre I. Le peuplement de la Syrie centrale et la genèse des villes

Texte intégral

1La Syrie est un des pays où sont nées les premières civilisations urbaines ; elle est l'un des berceaux des phénomènes urbains. Plusieurs sites de villes anciennes ont été découverts tant dans l'intérieur que sur la côte. Ces faits ne signifient pas seulement qu'il y a eu invention des villes, mais aussi un peuplement très ancien et une ancienne mise en valeur des terres et des zones cultivables, surtout sur les bords des fleuves et près de la mer. Cette bande, plus ou moins large, entre mer et désert, est souvent appelée le "Croissant fertile".

2Les périodes antique, gréco-romaine, arabo-musulmane et ottomane sont les phases que nous allons plus particulièrement évoquer. La période mandataire (1921-1946), quant à elle, n'a pas laissé autant de traces qu'au Maghreb, du moins en ce qui concerne la création de villes coloniales. Nous y ferons cependant référence dans le cadre de l'étude de l'organisation administrative et des rapports fonciers.

1 - L'ANTIQUITÉ

3Les nombreux sites éparpillés dans notre région sont les témoins d'un peuplement qui remonte très loin dans l'Histoire. C'est entre autres, en Syrie, vers 8500-8000, qu'on a commencé à cultiver les premières céréales (blé-orge) et inventé l'art de la céramique (Atlas de l'histoire de l'humanité, 1987, p. 12). Les pays mésopotamiens furent particulièrement propices à la grande agriculture céréalière : « C'est l'entreprise d'immenses travaux de creusement de canaux qui a favorisé la propriété et le regroupement des populations sous un chef unique » (ibid., p. 12).

4Il faut attendre le Ve millénaire pour qu'apparaisse en Syrie des "Cités-États" qui émergent peu à peu des formes de regroupement humain et du processus de concentration du pouvoir. Il s'agit de principautés qui se partagent (et se disputent) le territoire en portions assemblées autour d'une ville devenue centre administratif et religieux. Cette division politique était sans doute liée à l'importance de la production agricole dans l'économie urbaine d'alors. Ce système de Cités-États, peuplées de populations sémites originaires d'Arabie du Nord, atteint son apogée à l'époque akkadienne, aux alentours de 2300 av. J.-C. Il formait un vaste empire qui s'étendait de la Méditerranée à l'Iran du Sud-Ouest. Vers l'an 2004 av. J.-C, les Amorites, autre peuple sémite dont le nom signifie "ceux qui habitent l'ouest" commencent à s'infiltrer dans la Mésopotamie. Ce peuple composé de tribus nomades, sous l'autorité de leur chef, Hammourabi, mit fin au règne des Cités-États vers 1750 av. J.-C. Les Amorites donnèrent au pays sa configuration définitive, organisée en royaume, avec Babylone pour capitale.

5À cette époque, la Syrie centrale ne disposait pas de Cités-États importantes ; seules existaient les trois petites cités de Qadesh à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de

  • 1 Alep n'existait pas encore comme ville importante ; c'est Kansarine, au sud de l'actuelle Alep, qui (...)

6Homs, Katna à dix-huit kilomètres au nord-ouest de Homs, et Tadmor devenue par la suite Palmyre. Homs et Hama n'étaient alors que de simples villages. C'est à Qadesh (actuellement Tal al-Nabi Mando) qu'eut lieu la bataille décisive où les Égyptiens, sous le règne de Ramsès II, repoussèrent les Hittites qui cherchaient à dominer la Syrie occidentale. En conséquence, l'occupation Hittite de la Syrie n'a pas dépassé Alep1.

7A la même époque, les Araméens, un autre peuple sémite, commencèrent à s'installer dans la partie occidentale de la Syrie et y fondèrent leurs premiers royaumes : à Damas, à Hamath-Soba (Homs) et Hamath (Hama). Dès lors, nos deux villes prirent de l'importance. Homs était la capitale d'un royaume araméen, comme l'atteste l'appellation "Soba" qui signifie "forteresse" en araméen ("Hamath" signifiant "chaud").

8Plus tard, vers 840 av. J.-C, les Assyriens, également d'origine sémitique, s'emparèrent de la région centrale. Ils régnèrent sur la Mésopotamie du Nord ; ils avaient Assour pour capitale. Ils étendirent leur domination sur l'Anatolie (Turquie) et l'Iran et par suite sur le Croissant fertile. Sous le règne assyrien, la région centrale prend de l'importance avec la présence des Phéniciens qui règnent sur la côte. La Syrie centrale se trouve en état de contrôler les échanges entre la côte (marchandises arrivant par voie maritime) et la Mésopotamie qui importait les produits stratégiques lui faisant défaut, en particulier les métaux et le bois.

9La Syrie centrale, ou "Syrie creuse" comme l'appellent certains historiens, devient donc une zone attractive. On assiste à l'installation massive de populations, les Assyriens faisant venir des milliers des leurs. Cependant, depuis la bataille de Qadesh entre Hittites et Égyptiens, la région n'a pas cessé de connaître d'autres guerres souvent très destructrices pour les villes. C'est également un lieu de passage pour ceux qui viennent du nord et pour ceux qui montent du sud : les Néo-Babyloniens sous Nabuchodonosor II (604-562) passèrent dans la région et firent du village de Rableh (situé au sud de Homs) leur caserne.

10L'apogée des civilisations sémites dans la région cesse avec l'invasion des Perses sous l'empereur Cyrus qui domine toute la Syrie vers 539 av. J.-C, tandis que « Babylone tombe au rang de simple chef-lieu d'une satrapie de l'empire achéménide. En Mésopotamie la vie continue mais comme assourdie par l'absence de toute autonomie politique » (Le Petit Mourre, Dictionnaire de l'histoire). Il faut attendre l'arrivée des Grecs pour qu'elle subisse une nouvelle mutation importante.

2 - L'OUVERTURE À L'OCCIDENT À L'ÉPOQUE CLASSIQUE (311-630)

11La domination perse sur l'ensemble de la Syrie s'achève en 330 av. J.-C, avec les conquêtes d'Alexandre le Grand. La Syrie passe, pour la première fois, de la domination des rois locaux ou orientaux à la domination de la civilisation occidentale. C'est du brassage de populations entre l'Orient et l'Occident que naquit la civilisation hellénistique forgée par les Séleucides, lesquels ont régné sur la Syrie après la mort d'Alexandre, en 323 av. J.-C. L'époque hellénistique fut un âge d'or pour les cités. Plusieurs villes furent créées pour le contrôle des voies de communication commerciales dans la région ; la plus importante en Syrie centrale était Apamée (vers 300 avant notre ère ; cf. J.-C. Balty, 1987). Construite sur un site stratégique dominant le Ghab, très marécageux à l'époque, cette ville reçut le nom de l'épouse du gouverneur séleucide, une princesse perse. Elle fut anéantie en 1157 par un tremblement de terre.

12L'époque séleucide se caractérise par la mise en place d'une structure administrative. La Syrie intérieure fut divisée en quatre régions : celles de Baalbek, Damas Homs et Hama. Les villes y conservèrent une certaine autonomie, décrite par J. Weulersse (1940, p. 88) : « L'empire séleucide apparaît ainsi comme un agrégat de cités autonomes, de dynasties locales et de tribus plus ou moins indépendantes. »

13En dehors des cités, affectées par l'hellénisme, le monde rural reste fidèle à ses traditions, à ses cultures et à ses langues : « La civilisation hellénistique fut avant tout citadine, elle dut laisser le plat pays aux indigènes. » (J. Weulersse, 1946, p. 57)

  • 2 Certains historiens utilisent le terme "arabe romanisé", cf. Dictionnaire de l'histoire.
  • 3 J. Beaujeu-Garnier et G. Chabot (1963, p.128) mentionnent dans leur Traité de géographie urbaine qu (...)

14En 64 av. J.-C. les Romains sous Pompée mirent fin à la domination séleucide et occupèrent toute la Syrie et ultérieurement toutes les côtes méditerranéennes jusqu'au Maghreb. C'est une phase très importante de l'histoire syrienne car les Romains introduisirent l'ordre et la paix. Les cités hellénistiques entrèrent sans difficulté dans le cadre de la province romaine dans la mesure où Rome n'apporta aucun principe nouveau dans leur organisation. La région bénéficia d'une stabilité certaine qui attira les tribus arabes, surtout pendant la deuxième moitié du iie siècle de notre ère. Celles-ci s'installèrent même dans les cités, comme Homs et Palmyre, qui bénéficiaient d'une certaine autonomie et contrôlaient un territoire grâce à leur statut de principautés protégées. Palmyre, déjà mentionnée sur les tablettes akkadiennes dès le xixe siècle av. J.-C. sous le nom de Tadmor (redevenu son nom actuel), s'est appelée ainsi à l'époque gréco-romaine. Elle bénéficiait d'une situation avancée dans le cœur du pays. Elle joua un rôle commercial très important comme étape sur la piste caravanière reliant le golfe Arabique et la Mésopotamie d'une part, à la côte méditerranéenne d'autre part. Palmyre devint également un bastion militaire contre toute menace provenant de l'est lorsque le prince arabe Odeinat (268), un allié de Rome, vainquit les Perses, prit le titre de roi de Palmyre et fonda une dynastie locale d'origine arabe2. tout en gouvernant au nom de Rome. Après son assassinat, c'est son épouse Zénobie qui lui succéda et fonda un royaume tadmorien indépendant et fort, qui s'étendit jusqu'à l'Anatolie au nord, et l'Égypte au sud. Mais l'existence de cet État fut brève car en 272 les Romains (sous Aurélien) s'emparèrent de Palmyre et la mirent à sac. Ils capturèrent Zénobie qui fut emmenée à Rome3.

  • 4 I.A. Moussly (1981. p. 116) mentionne qu'Alexandre a visité le barrage de Qattiné et a ordonné de l (...)

15En Syrie, la période romaine se caractérisa par un développement de l'occupation humaine et la fondation de nombreux villages y compris le long du limes (cf. fig. 4) ; ici les villes furent d'abord des centres militaires. La région de l'Oronte connut à cette époque un développement agricole et humain notable grâce à la construction d'un barrage au débouché du lac de Qattiné4, ainsi que d'autres aménagements hydrauliques comme la construction des norias (surtout à Hama), encore que certains historiens attribuent l'édification des premières norias aux Séleucides, voire aux Araméens (I. al-Azem, 1961, p. 17). Les Romains ont introduit de nouveaux modes d'organisation agraire comme la division des terres cultivables en îlots (litnitatus appelés aussi heridias ; cf. M.M. Moussly, 1984, p. 24) d'une superficie de 50 hectares.

Fig. 4 — Extension de l'Empire assyrien, hellénistique, et tracé du limes romain

Fig. 5 — Organisation administrative de l'Empire romain. Le diocèse d'Orient (à partir de Dioclétien, 284-305)

  • 5 Aujourd'hui, Larrissa est devenue Cheizar ; Épiphania. Hama ; Aréthuse, Rastan ; Émèse, Homs ; Raph (...)

16Les Romains innovèrent dans d'autres domaines, notamment l'administration, améliorant ce qui avait été amorcé à l'époque séleucide. Cette organisation perdura à l'époque du Bas Empire ou Empire byzantin et survécut en Orient après l'effondrement de l'Empire occidental en 476. A partir du iiie siècle l'empereur Dioclétien procéda au découpage de l'empire en quinze grands diocèses ; chacun d'entre eux était subdivisé en provinces et chaque province en cités (cf. fig. 5 et Atlas de l'histoire de l'humanité, p. 60). A l'époque byzantine, on constate aussi le renforcement du rôle religieux des cités, surtout après 313, année où Constantin et Luinus accordèrent la liberté de culte à tous les habitants de l'Empire. Celui-ci devient officiellement chrétien vers 361 sous le règne de Théodore Ier. On note que vers 325, Apamée, Larrissa, Épiphania, Aréthuse, Émèse, Rapha5 et Palmyre possédaient des églises dont le clergé fut représenté au concile de Nicée (en Turquie ; Atlas de l'antiquité chrétienne, 1960). Vers 512-518, Apamée et Émèse devinrent des métropoles de l'Église monophysite et Salamieh un évêché monophysite.

17Enfin, on assiste à l'époque romaine au développement remarquable d'un réseau routier militaire qui rendit de grands services aux commerces locaux et lointains (cf. infra., chapitre VI 2.1)

3 - LA PÉRIODE ARABO-MUSULMANE : POURSUITE DU PEUPLEMENT D'ORIGINE ARABE APRÈS SON RECUL DURANT LA PÉRIODE GRÉCO-ROMAINE

  • 6 Le Bilad al-Cham comprenait la Syrie dans ses limites actuelles, le Liban, la Palestine, la Jordani (...)

18La victoire des Arabes musulmans lors de la bataille de Yarmouk (636) a mis fin à la domination romaine sur la Syrie ; deux ans après les Arabes occupaient déjà Antioche. On considère généralement que la prise de Homs porta un coup fatal aux Romains, compte tenu de la position stratégique qu'occupait cette ville depuis l'époque byzantine. Ce serait d'ailleurs pour cette même raison que Homs fut choisie par les Arabes comme chef-lieu d'un djounde (province) dont les limites arrivaient à l'extrémité nord de la Syrie de l'époque. Hama fut alors rattachée à Homs. Les tribus arabes ne cessèrent d'affluer en Syrie ou Bilad al-Cham6. De ce fait apparurent de meilleurs rapports de complémentarité entre les citadins et les nomades : ces deux types de population eurent désormais la même origine. L'urbanisation se développa car l'Islam était une religion issue des milieux citadins. Ses conquêtes se traduisirent par le développement accéléré des villes existantes, car comme le dit fort bien X. de Planhol (1968, p. 30) : « La ville suppose non seulement une vie de relations lointaines qui constituent la source de sa fortune, mais aussi une base agricole proche qui est le support indispensable à sa subsistance et lui apporte en face des vicissitudes commerciales une certitude de survie [...]. Or dans toute une catégorie de déserts la vie sédentaire apparaît inconciliable avec la présence de nomades. »

19Le prophète Mohamed, lui-même, n'a-t-il pas dit selon un hadith : « Les biens se trouvent où les pieds se bousculent. » Ce qui est une incitation à s'installer en ville.

20Les nomades ne disposant que d'une économie marginale, les rapports de force ont fini par s'établir à l'avantage des citadins. Depuis cette époque on assiste à des relations étroites entre les citadins de Homs et Hama d'une part, et les nomades des steppes orientales d'autre part. C'est un phénomène spécifique que l'on ne retrouve pas dans les autres villes syriennes. Il s'explique par l'importance des pâturages dans la région centrale-orientale. Palmyre ainsi que les petites villes et les villages qui l'entourent, tels Sukhneh et el-Kowm qui avaient à l'époque du royaume de Tadmor des postes militaires assurant la protection de la capitale (el-Mandar), ne fonctionnent plus dès lors et jusqu'à maintenant que pour et par les nomades (F. Métrai, 1989).

21À l'époque des Omeyyades (640-750) on constate une certaine différence quant à l'origine tribale des populations qui s'installèrent alors en Syrie. Dans le nord du Bilad al-Cham, il s'agit de membres de la tribu Kilab, tandis qu'au sud s'implantèrent ceux de la tribu Kalb. Les premiers sont originaires du Najd, situé au nord de l'Arabie (ce sont des Quaissites), tandis que les seconds sont issus du Yémen. Cette différence d'origine engendra des rivalités entre les villes et les régions, et notamment entre nos deux villes. Hama était habitée par les Kilab et Homs par les Kalb. Ce fut Alep, cependant, qui devint la capitale du nord de la Syrie vers 661, tandis que Damas régentait le sud, tout en servant de résidence à la dynastie omeyyade. Il s'ensuivit que l'autorité de Damas eut toujours du mal à s'imposer dans le nord du pays.

22L'ensemble des villes syriennes perdirent leur poids politique pendant la période dominée par les Abbassides qui, après l'élimination de la dynastie des Omeyyades en 750, transférèrent la capitale de l'empire musulman vers le centre du Califat, à Baghdad. La ville d'Alep devint un centre important grâce à sa situation comme avant-garde face aux Byzantins en Anatolie. Homs et Hama lui furent subordonnées vers 924.

23À l'époque des Hamdanides, la Syrie centrale devient un champ de bataille où s'opposent les puissances du nord à celle du sud, ce dernier étant sous la domination des Fatimides qui avaient pris Le Caire pour capitale. Peu à peu, vers le xie siècle, Hama récupère une certaine importance, bien que toujours subordonnée à Alep, en raison notamment de sa position géographique proche des limites de la principauté du Nord syrien. Par la suite, et ce jusqu'à l'arrivée des Ottomans, la Syrie toute entière est affectée par les luttes incessantes entre les différentes principautés, dissensions qui favorisèrent les croisades occidentales.

  • 7 Les croisades édifièrent le Krak des Chevaliers à 50 km à l'ouest de Homs. Le nom actuel donné au K (...)

24Les Croisés ont occupé la côte du Levant jusqu'en Palestine et ont tenté de prendre des positions stratégiques dans l'intérieur (par exemple le Krak des Chevaliers). Ils réussirent même, par deux fois, à prendre Homs, vers 1116 et vers 11267, mais ce ne fut pas durable car la région était sous la domination des Ayyoubides, puis sous celle des Mamelouks (1260). Durant cette longue et sombre période de l'histoire syrienne, régnait une insécurité générale qui provoqua des replis de populations vers les montagnes généralement plus sûres et tout particulièrement vers le Massif alaouite. Ce fut le cas des chiites qui forment aujourd'hui les populations alaouites et ismaéliennes.

25Ces déchirements de la Syrie, divisée en principautés rivales, facilita également l'invasion des Ottomans qui vainquirent facilement les Mamelouks en 1516. Pour la première fois la capitale du Califat fut transférée hors du monde arabe : Constantinople fut désormais la capitale de l'Empire. Les Ottomans imposèrent une nouvelle division administrative en Syrie sur la base des wilaya-s (provinces), de sorte que la région centrale fut rattachée à la wilaya de Tripoli. Vers 1725, Homs et Hama furent englobées dans l'aire de Damas.

  • 8 Norman Lewis. Nomads and Settlers in Syria and Jordan, 1800-1980, 1987.

26De 1831 à 1840, notre région connut d'autres problèmes dus à l'arrivée des troupes de Mohamed Ali venant d'Égypte. Une nouvelle vague de citadins émigrèrent alors vers les massifs montagneux. Une fois la Syrie reprise en main par les Ottomans, le sultan Abdul Magid II, soucieux de protéger la ma'moura contre les incursions des nomades bédouins soutenus par les Égyptiens, promulgua en 1839 un "firman" (loi) : serait exempté du service militaire et du paiement des impôts tout sujet qui s'installerait à l'est de l'Oronte et participerait à la construction de villages. C'était en somme revenir à la politique romaine du limes. En conséquence, Hama devint le chef-lieu d'un liwa et Homs lui fut rattachée en 1867 (I.A. Moussly, 1981, p. 149). A partir de 1840, on assista à un repeuplement notable de la Syrie centrale et à la renaissance de villages et villes comme Salamieh (M. al-Dbiyat, 1980) ; les nouveaux sédentaires, ruraux ou citadins, étaient soit d'origine alaouite ou Ismaélienne et venaient du Massif alaouite, soit des bédouins qui abandonnaient leur mode de vie nomade. On trouvait aussi des populations étrangères à la Syrie tels que les Tcherkesses qui, fuyant la Russie tsariste après l'échec de leurs révoltes, créèrent plusieurs villages en Syrie centrale : ce mouvement s'accéléra en raison de la constitution de grandes propriétés citadines favorisées par la promulgation des lois foncières de 1858. Les grands propriétaires (les aghas), surtout ceux de Hama, firent appel aux Alaouites de la montagne pour la mise en valeur des terres qu'ils s'étaient appropriées. X. de Planhol (1968, p. 101) le rappelle : « La colonisation de la ma'moura, des steppes de l'Est, de Homs et Hama et au sud-est d'Alep jusqu'à l'Euphrate et Meskené, s'est faite sous la direction des aghas de Hama qui ont appelé volontiers cette main-d'œuvre frustre et peu exigeante. »8

  • 9 On assiste au début de l'époque du Mandat à une tentative de remplacement de la wilaya par un État (...)

27Finalement, la Syrie fut confiée à la France - période du Mandat -, après le démembrement de l'Empire ottoman en 1920. Le Mandat dura jusqu'en 1946. Cette courte période n'a pas eu de conséquences notables sur le peuplement de la Syrie et tout particulièrement dans la région que nous étudions. Mais apparut alors un autre type d'organisation administrative, marqué par une centralisation plus accentuée : on supprima la wilaya9, les liwa-s ou sandjak-s devinrent des mohafaza-s, subdivisées en caza-s, eux-mêmes divisés en nahia-s. Cette hiérarchie du découpage administratif existe encore aujourd'hui.

28L'aménagement du Ghab, terminé en 1967, marquera la dernière grande étape du peuplement de la Syrie centrale. Simultanément le mouvement de sédentarisation des nomades s'est poursuivi : il existe de moins en moins de vrais nomades, devenus plutôt semi-nomades, c'est-à-dire des bédouins sédentarisés qui pratiquent la transhumance pendant l'hiver dans les steppes de la région et exceptionnellement en été, durant les années sèches ; ils viennent alors avec leurs moutons dans la région du Ghab. Il s'agit donc plus d'une évolution de leur mode de vie que d'un apport neuf de population.

4 - MODE DE GROUPEMENT DE LA POPULATION, POPULATIONS RURALES ET CONSERVATION DE L'HÉTÉROGÉNÉITÉ COMMUNAUTAIRE

29Il ne s'agit pas ici d'une étude sociologique. Ce n'est pas notre domaine ni vraiment le but de notre recherche. Cependant, pour comprendre certains phénomènes étudiés dans les chapitres à venir, tels les mouvements de population, se pose d'abord le problème des groupements géographiques selon les affinités confessionnelles ou ethniques.

30Il reste difficile d'ignorer la complexité de l'histoire de la Syrie. Les développements un peu rapides des chapitres précédents ont pu n'en donner qu'une idée partielle, mais elle est omniprésente. De la campagne aux steppes, des villages aux villes, les hommes ont sillonné depuis toujours le pays : « Toutes ces terres ont été retournées mille et mille fois, ces champs moissonnés par d'innombrables générations, ces montagnes pâturées et déboisées sans relâche depuis des millénaires. Il n'est pas de sommet, si inaccessible soit-il, pas de gorge si sauvage, où l'on ne trouve trace matérielle de l'occupation de l'homme, et cette omniprésence du passé est telle qu'elle finit par obséder. » (J. Weulersse, 1946, p. 56)

31Depuis le xiie siècle, il n'y a plus eu création de villes nouvelles en Syrie ; toute localité existante a comme base un établissement plus ancien. Par ailleurs la Syrie n'était pas habitée uniquement par des citadins et des nomades, comme souvent l'imaginent les étrangers. C'était un pays fondamentalement rural où la majorité de la population était occupée aux activités agricoles. On trouve les traces d'une occupation humaine ancienne dans tous les espaces ruraux de notre région, notamment sous forme de "tells" qui sont des buttes artificielles constituées de débris accumulés par une très longue occupation humaine. La plupart de ces tells sont associés à un village ou à une ville, édifiés sur leurs flancs ou à leur pied.

32La succession de plusieurs civilisations orientales et occidentales, souvent à la suite d'invasions comme nous avons pu le voir déjà, affectait essentiellement les cités tandis que le monde rural restait presque indemne, les changements s'y propageant très lentement. Toutefois rien ne pouvait rester indifférent à ce brassage formidable de cultures et de traditions, ceci d'autant plus que le Proche-Orient a été le berceau des trois principales religions monothéistes, le judaïsme, le christianisme et l'islam, à quoi il faut ajouter la différence de mode de vie des citadins aux nomades. Tous ces facteurs n'ont pu manquer d'interférer sur le mode de répartition de la population.

  • 10 Pour plus de détails sur ces questions on se référera aux travaux de J. Weulersse déjà cités (1940 (...)

33C'est essentiellement à partir du xie siècle que s'opéra le cloisonnement de la population en fonction des origines ethniques ou des appartenance religieuses. Ce fut également une époque d'insécurité persistante, notamment durant les Croisades, puis l'invasion mongole. Se constituèrent alors plusieurs principautés qui se livrèrent entre elles d'interminables guerres. Il convient de s'arrêter un instant sur les causes de cette division en groupes trop souvent en conflit. Il y a d'abord l'existence de populations confessant le judaïsme et le christianisme. Ensuite, le conflit relatif au califat dès l'époque d'Ali a scindé l'islam en deux branches : les sunnites, fidèles à la "sunna" (tradition) et les chiites, partisans d'Ali. Plus tard, les chiites se sont eux-mêmes divisés en plusieurs sectes en fonction de celui qu'il considèrent comme le chef suprême dans la descendance d'Ali : les ismaéliens s'arrêtent au septième imam, tandis que les alaouites vont jusqu'au douzième imam. De ces grandes sectes en naissent d'autres, comme celle des druzes, dérivée de l'ismaélisme10.

34Ce sont les sunnites, majoritairement présents parmi les musulmans syriens, qui dominent le monde citadin tandis que les autres sectes se partagent les massifs montagneux et certaines zones rurales.

  • 11 La France a même essayé alors de créer un État alaouite.

35Dès la fin du xixe siècle on assista à une migration de population de la montagne vers les plaines de l'Oronte et vers les terres nouvellement mises en valeur par les propriétaires de Hama et Homs dans l'est de notre région, migration qui s'explique surtout par le surpeuplement des massifs montagneux et l'insuffisance des niveaux de vie au moment où dans la plaine la sécurité était revenue. Ce mouvement s'intensifia sous le Mandat français11. Une fois l'indépendance acquise, les villes ont ouvert leurs portes aux ruraux mais avec parfois une certaine réserve : ce fut le cas de Hama.

36Il faut distinguer entre l'arabité et l'Islam ; si tous les Syriens sont arabophones, ils ne sont pas tous musulmans. Quoique J. Weulersse (1946, p. 77) ait estimé que les chrétiens eux-mêmes sont "socialement islamisés", cela confirme seulement que la quasi-totalité de la population provient d'une même souche arabe et qu'elle est attachée à la création d'une nation, inscrite dans un territoire défini hors de toute référence religieuse. C'est la raison pour laquelle les chrétiens orientaux sont plus proches culturellement de l'Islam que les chrétiens occidentaux. Il en va de même pour les juifs. Le brassage intercommunautaire a été plus effectif dans les villes que dans les campagnes car celles-ci sont plus coutumières de la ségrégation par village, voire par région entière.

TABLEAU 1. Répartition estimée de la population syrienne selon les religions entre 1946 et 1955

TABLEAU 1. Répartition estimée de la population syrienne selon les religions entre 1946 et 1955

Source : Annuaire statistique de la Syrie, 1955.

  • 12 À ce propos on se reportera aux travaux de E. Wirth, 1971 : il a dressé une carte générale de la ré (...)

37Ainsi les chrétiens sont-ils regroupés dans l'ouest de la mohafaza de Homs. Les villages alaouites s'alignent sur la bordure ouest de la plaine du Ghab, au pied du Massif alaouite, tandis que dans l'est de notre région existent des villages tantôt alaouites, tantôt ismaéliens, autour de Salamieh. Il s'agit donc d'un regroupement de type confessionnel, mais il en existe aussi à base tribale pour les bédouins sédentarisés : dans ce cas, chaque village est habité par des bédouins appartenant à une seule tribu ; ces tribus sont généralement rattachées aux Maoualis, aux Hadidins ou aux Faouaras12. On les rencontre surtout dans l'est en lisière de la ma'moura, à Palmyre et les villages de son secteur. Enfin on trouve quelques villages principalement composés de Tcherkesses au nord et au sud de Salamieh, ou de Turkmènes autour de Hama : l'implantation des uns et des autres a été encouragée par les autorités ottomanes au xixe siècle. Il existe aussi des implantations kurdes moins évidentes. Ceux-ci sont arrivés dans la région centrale vers le xie siècle, à l'époque des Ayyoubides (dynastie d'origine kurde) afin de lutter contre les Croisés installés dans la trouée de Homs (Krak des Chevaliers).

38La disparité du peuplement rural et la domination sunnite dans les deux villes de Homs et Hama ont conduit à des rapports particuliers entre ces villes et leur région. Pour J. Weulersse (1946, p. 86) la ville prélève plus qu'elle ne donne : « En Orient la ville apparaît comme un corps étranger "enkysté" dans le pays, comme une création imposée à la campagne qu'elle domine et exploite. C'est le résultat d'une longue tradition historique. L'essor de la vie urbaine s'est effectué ici non par une concentration spontanée des forces autochtones, mais par une implantation artificielle provoquée par des maîtres étrangers. »

  • 13 J. Weulersse (1946, p. 87) évoque ce phénomène en disant que Hama est une ville arabe entourée par (...)
  • 14 Que nous étudierons plus loin.

39Les villes, à majorité sunnite, sont entourées par des minorités chiites ou bédouines et des îlots chrétiens, encore qu'il existe depuis toujours, dans la ville de Homs et celle de Hama, des quartiers totalement chrétiens13. À la proclamation de l'Indépendance on assiste à une invasion des villes par des immigrants appartenant à toutes les communautés, invasion liée au développement du secteur industriel qui a fait appel à de la main-d'œuvre sans référence communautaire. Ce n'était pas le cas lorsque l'activité commerciale dominait et qu'elle était entre les mains de l'aristocratie citadine : il y avait plus de commerçants que d'artisans et ces derniers travaillaient pour satisfaire aux besoins de la ville plutôt qu'à ceux des campagnes, en raison de la pauvreté qui frappait le monde rural et des insuffisances des réseaux de transports. L'évolution s'est accélérée grâce aux aménagements hydro-agricoles et à l'amélioration du réseau routier. Le tissu urbain connut un brassage social et communautaire14 très important malgré les habitudes de ségrégation.

  • 15 P. Léon, 1865, p. 182.

40La dichotomie ville-campagne s'expliquait aussi par le relativement petit nombre de citadins : en 1864 une ville de 20 000 habitants comme Homs, ou de 50 000 habitants comme Hama15, pouvait vivre de manière plus ou moins autonome d'autant qu'elle possédait aux alentours immédiats des terres fertiles. C'était vrai de Homs et Hama et de la plupart des villes syriennes. Leurs activités commerciales reposaient sur le commerce lointain. La situation devint toute autre lorsque les villes atteignirent 200 000 habitants pour Hama ou presque 500 000 pour Homs. On regrettera de ne posséder aucune donnée plus précise sur les populations des villes dans le passé : tous les chiffres sont des estimations faites par des voyageurs ou des géographes-voyageurs, regroupés ici dans le tableau 2, dressé par Irina Smilianiskaya(1989,p. 166).

TABLEAU 2. La population des grandes villes (en milliers)

TABLEAU 2. La population des grandes villes (en milliers)
  • 1 R.G.P 1981.

Note *1

41La lecture de ce tableau, malgré sa fiabilité toute relative, montre que les villes de notre région demeurèrent longtemps peu nombreuses et faiblement peuplées ; l'une d'entre elles, Apamée, a même fini par disparaître. On note aussi que Hama dépassait Homs sous la domination ottomane : elle était alors le chef-lieu de la province centrale. Elle servait également de lieu de rassemblement des pèlerins venus du nord qui se rendaient à La Mecque. C'était aussi à partir de Hama qu'était organisé le contrôle sur les bédouins nomades de toute la Syrie centrale, lesquels menaçaient souvent la ma'moura.

42Il est donc certain que les facteurs historiques ont joué un rôle important dans les modes de regroupement de la population. Par ailleurs, les causes économiques n'étaient jamais absentes : les grands propriétaires terriens de Hama et de Homs étaient sunnites et le commerce dans les grandes villes a toujours été entièrement contrôlé par cette communauté. Il en allait plus ou moins de même pour l'artisanat où toutefois les chrétiens avaient trouvé une certaine place de même que dans les services. Pour le reste, les minorités vivaient essentiellement sur les territoires les plus pauvres, offrant peu de possibilités de développement économique. Tel était le cas du Massif alaouite ou encore des plaines non irrigables, notamment celles des ismaéliens autour de Salamieh ou des steppes dédaignées par les bédouins nomades. En outre, les mondes rural et pastoral étaient placés sous la domination économique et politique des citadins.

43Cependant, il convient de noter que la prééminence sunnite en ville va en s'affaiblissant à partir des années 60. Est-ce le résultat d'une politique qui a voulu ignorer les appartenances confessionnelles ou ethniques ? Ou bien le fait que les cités ont perdu, au profit de l'État, la majeure partie de leur autorité politique ? On trouvera une élément de réponse dans le fait que l'exode rural, qui a joué surtout en faveur de Homs, a bouleversé les équilibres traditionnels et continue à le faire. On assiste actuellement à l'émergence d'un sentiment d'appartenance à sa région ou à sa ville, voire à l'ébauche d'un patriotisme syrien. La question est de savoir si ces solidarités nouvelles contribueront à oblitérer les clivages communautaires ou tribaux.

CONCLUSION

44Comme conclusion de ce bref historique relatif au peuplement et à la genèse des villes de la Syrie centrale, on peut tirer les remarques suivantes :

  • Le poids du passé n'est pas négligeable, que ce soit dans l'évolution du peuplement de la région, dans les modes de regroupement de ses composantes ou dans la constitution des villes. Cependant, ce qui est remarquable, c'est que l'implantation des sédentaires n'a jamais débordé une limite orientale qui se confond approximativement avec l'isohyète des 200 mm (moyenne annuelle). Cette limite englobe les espaces où les cultures pluviales sont possibles. L'administration romaine s'y était arrêtée et y avait édifié une série d'installations militaires (limes) dont subsistent les ruines, comme le Qasr Isyrié (à 90 km à l'est de Salamieh). Seize siècles plus tard, les Ottomans essayèrent à leur tour de fixer et de surveiller la frontière entre la ma'moura, dominée par des fellahs et des citadins, et la badia, domaine des nomades moutonniers. Aujourd'hui, l'État s'y intéresse lui-aussi en mettant en œuvre un programme de boisement dit "barrière verte" qui est soutenu par la FAO, mais qui ne se réalise que très lentement.

    • 16 Cité par P. Varb, 1983, p. 143.

    Il a toujours existé, entre Homs et Hama, une rivalité pour accaparer les fonctions de centre administratif de la Syrie centrale. Le leadership est passé de l'une à l'autre au gré des dynasties ou des empires qui gouvernaient le pays. La rivalité est une attitude compréhensible surtout quand deux villes ne sont pas très distantes l'une de l'autre : 45 km seulement les séparent. Elle remonte à une haute antiquité ; à l'époque des "Cités-États", Platon la mentionnait déjà : « Chaque ville est en guerre naturelle avec toute autre ville. »16

    • 17 Beaucoup d'histoires drôles sur Homs et Hama circulent en Syrie.

    Il est vraisemblable que l'appartenance tribale originelle des habitants ait joué un rôle à l'époque islamique, mais cette rivalité préexistait. Nous considérons que les causes de cette rivalité sont plus d'ordre économique que directement communautaire et religieux, notamment à la fin du xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle où l'influence des grands propriétaires terriens fut plus marquante à Hama qu'à Homs. On retrouve cette opposition séculaire entre les deux cités aussi bien dans la littérature (J. Gaulmier, 1932 ; cf. annexe Π, 5) que dans l'humour populaire17.

  • Les rapports de force entre nomades et sédentaires ont généralement tourné à l'avantage des citadins, et ce fort loin à l'est de notre région. En revanche, la plupart des ruraux sont demeurés à la merci des bédouins nomades et de leurs troupeaux qui dévastaient les cultures surtout pendant les périodes de troubles. Cette insécurité n'a guère encouragé un habitat dispersé, rare dans la partie orientale de notre région et plus généralement dans le plat-pays. Contribuaient également à cela les facteurs climatiques et les clivages communautaires, dans la mesure où un habitat groupé est plus facile à défendre.

  • Les facteurs religieux, tribaux et ethniques ont ainsi joué un rôle primordial dans l'aspect "mosaïque" de la répartition de la population, mais les communautés ne vivent plus dans l'isolement comme jadis. Selon M.L. Samman (1978, p. 11) « l'éclatement de leurs noyaux géographiques est la meilleure preuve de leur renoncement au conservatisme ».

  • 18 Ibid., p. 13.

45On assiste donc actuellement à un brassage de communautés, principalement dans les villes et les gros villages, dû en grande partie aux mouvements migratoires dont nous verrons l'ampleur et l'impact dans les chapitres qui suivent. M.L. Samman a raison d'affirmer que « de nos jours ce n'est plus par l'étude des races, des religions, des nationalités que l'on peut faire apparaître les distinctions concrètes qui différencient et séparent les hommes, mais c'est par les niveaux de vie, les conditions sanitaires, le niveau d'instruction... »18.

Notes

1 Alep n'existait pas encore comme ville importante ; c'est Kansarine, au sud de l'actuelle Alep, qui était la ville la plus importante dans la région du Nord.

2 Certains historiens utilisent le terme "arabe romanisé", cf. Dictionnaire de l'histoire.

3 J. Beaujeu-Garnier et G. Chabot (1963, p.128) mentionnent dans leur Traité de géographie urbaine que Palmyre a été à nouveau détruite par les Arabes en 744. Cela peut être une deuxième destruction.

4 I.A. Moussly (1981. p. 116) mentionne qu'Alexandre a visité le barrage de Qattiné et a ordonné de l'entretenir.

5 Aujourd'hui, Larrissa est devenue Cheizar ; Épiphania. Hama ; Aréthuse, Rastan ; Émèse, Homs ; Rapha, Marmarita.

6 Le Bilad al-Cham comprenait la Syrie dans ses limites actuelles, le Liban, la Palestine, la Jordanie. Le mot cham signifie "nord" en arabe ancien en opposition à yemen qui, lui, veut dire "sud".

7 Les croisades édifièrent le Krak des Chevaliers à 50 km à l'ouest de Homs. Le nom actuel donné au Krak et au village qui l'entoure est Qalaat al-Hosn. Il est rattaché à la mohafaza de Homs.

8 Norman Lewis. Nomads and Settlers in Syria and Jordan, 1800-1980, 1987.

9 On assiste au début de l'époque du Mandat à une tentative de remplacement de la wilaya par un État (cf. infra, chapitre II 3.1).

10 Pour plus de détails sur ces questions on se référera aux travaux de J. Weulersse déjà cités (1940 et 1946), ceux de R. Laoust. 1977, Les schismes dans l'Islam, ceux de H. Corbin, 1964, Histoire de la philosophie islamique, et notre thèse de troisième cycle.

11 La France a même essayé alors de créer un État alaouite.

12 À ce propos on se reportera aux travaux de E. Wirth, 1971 : il a dressé une carte générale de la répartition des tribus bédouines au Proche-Orient et en Arabie du Nord (p. 268 bis). On trouve d'autres renseignements dans les travaux de N. Lewis (1987) et de A.W. Zakaria (1945, 1947).

13 J. Weulersse (1946, p. 87) évoque ce phénomène en disant que Hama est une ville arabe entourée par des Alaouites. Nous ne souscrivons pas à ce point de vue car les Alaouites sont aussi des arabes.

14 Que nous étudierons plus loin.

15 P. Léon, 1865, p. 182.

16 Cité par P. Varb, 1983, p. 143.

17 Beaucoup d'histoires drôles sur Homs et Hama circulent en Syrie.

18 Ibid., p. 13.

Notes de fin

1 R.G.P 1981.

Table des illustrations

Légende Fig. 4 — Extension de l'Empire assyrien, hellénistique, et tracé du limes romain
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 5 — Organisation administrative de l'Empire romain. Le diocèse d'Orient (à partir de Dioclétien, 284-305)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre TABLEAU 1. Répartition estimée de la population syrienne selon les religions entre 1946 et 1955
Légende Source : Annuaire statistique de la Syrie, 1955.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre TABLEAU 2. La population des grandes villes (en milliers)
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3654/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter