Version classiqueVersion mobile

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Première partie : Peuplement et dynamique démographique en Syrie centrale

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Le peuplement de la Syrie remonte à la préhistoire. Des recherches ont trouvé des traces d'occupation par l'homo sapiens et l'homo sapiens sapiens. L'agriculture y a été inventée il y a plus de 8 000 ans, ce qui n'est pas sans rapport avec le potentiel naturel : un climat peu rigoureux, l'existence de rivières, précieuses dans une région à tendance aride, des plaines assez bien arrosées par les pluies, des pâturages favorables à l'élevage ovin, etc. Certes, les aléas climatiques existent avec des sécheresses qui peuvent s'étendre sur plusieurs années consécutives, ce qui donne lieu à certains mouvements migratoires. On note aussi, depuis toujours, une confrontation entre le monde sédentaire et le monde nomade, notamment dans les plaines de l'Oronte qui constituent un espace convoité par les éleveurs de troupeaux ovins. Les historiens ont pris l'habitude d'appeler les territoires des sédentaires la ma'moura et ceux des nomades la badia, domaine des bédouins (steppes semi-désertiques plutôt que vrais déserts). Dans la ma'moura, l'urbanisation est très ancienne, depuis l'âge des "Cités-États" : « Le Proche-Orient est singulièrement le pays du Croissant fertile, sans doute le berceau de la vie agricole et de la civilisation urbaine » (X. de Planhol, 1968, p. 71).

2Dans la partie de la ma'moura qui se situe à l'intérieur de notre région se trouvent des villes qui, depuis la plus haute antiquité, sont demeurées des centres importants tels que Homs (jadis Émèse) et Hama (Épiphania). On connaît d'autres villes qui ont disparu ou sont en ruine (Apamée), d'autres encore qui ont perdu leur rôle politique (Palmyre). Certaines sont redevenues de simples villages (Tal al-Nabi Mando, l'ancienne Qadesh) ou sont aujourd'hui renaissantes (Salamieh).

3L'évolution démographique dans notre région n'a pas cessé de connaître des changements de grande ampleur : émergence des petites villes, mouvement de sédentarisation, migrations, taux d'accroissement annuel élevé dépassant souvent le taux national (3,34 % entre 1970 et 1981). Ceux-ci engendrent une dynamique démographique qui affecte particulièrement la population urbaine. De plus, quand les ressources économiques sont limitées, c'est l'émigration qui apparaît comme seule solution pour une population rurale frustrée qui cherche à trouver refuge dans les villes, "miroirs aux alouettes". Mais la capacité d'accueil des villes régionales n'est pas toujours en rapport avec l'importance quantitative des arrivées. On assiste alors à une certaine saturation des villes, surtout dans le cas de Homs. C'est une hypothèse que nous engageons dès maintenant et que nous essaierons de vérifier au cours des chapitres qui suivent. La forte croissance démographique constatée autour du bipôle et le mouvement pendulaire important des travailleurs vers les villes nous ont convaincu de l'importance de cette question.

4Dans cette première partie, nous essaierons d'analyser tous les phénomènes concernant la population de Syrie centrale, de ses origines à ses mutations démographiques récentes. Pour y arriver, nous utiliserons les trois derniers recensements généraux de la population syrienne - ceux de 1960, 1970 et 1981. Malgré certaines de leurs lacunes, voire des discordances méthodologiques, ils constituent une source unique pour l'étude de la population syrienne car les registres de l'état civil, autre source de données démographiques, ne peuvent pas être considérés comme une référence fiable pour les chercheurs. A la différence du recensement général de la population qui compte la population existant sur place à un moment précis, les registres de l'état civil donnent le chiffre de la population enregistrée, y compris les personnes qui habitent depuis longtemps ailleurs. Il convient de signaler, enfin, les lacunes concernant les enregistrements des nouveau-nés et personnes décédées.

5Par ailleurs, nous avons jugé indispensable, pour comprendre certains phénomènes comme ceux relatifs au dynamisme de la population urbaine, d'évoquer le passé. Ce sera l'objet du premier chapitre, car négliger l'histoire, c'est risquer de mal appréhender le présent (voire le futur, même si l'objet du présent travail n'est pas de faire de la divination), notamment dans une région qui, comme la nôtre, se caractérise par une mosaïque communautaire. Il ne s'agit pas d'une analyse historique, mais simplement de l'évocation du peuplement de la Syrie centrale à travers l'histoire.

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search