Version classiqueVersion mobile

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Le cadre de l'étude

Texte intégral

  • 1 Selon la nomenclature des nationalistes syriens.

1Il nous semble important de montrer les limites de notre étude. En effet, la délimitation de la zone communément appelée Syrie centrale ne recouvre pas tout à fait la même réalité géographique pour tous les géographes syriens : le débat autour des divisions régionales de la Syrie n'est pas encore clos. Dans le passé et jusqu'à la première guerre mondiale, la Syrie centrale se localisait plus au sud : c'était la région de Damas, dans la mesure où la Syrie était alors la "Grande Syrie"1 ou Bilad al-Cham qui incluait, outre la Syrie actuelle, le Liban, la Jordanie et la Palestine. De leur côté, les historiens parlaient de la "Syrie creuse" pour désigner notre région d'étude, faisant référence au couloir de l'Oronte, limité à l'est par le plateau de Homs et les massifs montagneux de l'intérieur, à l'ouest par le Massif alaouite. Actuellement, les tentatives de division régionale sont peu nombreuses. A nos yeux, il y a deux essais intéressants :

  • 2 Elle avait par ailleurs été déjà proposée par l'auteur dans les années 1970, à l'occasion de ses c (...)

21 – La division régionale de la Syrie effectuée récemment par A.A. Salam (1990, p. 7)2. Cette division s'appuie sur les caractéristiques des milieux naturels qui justifient l'essentiel du découpage. A.A. Salam découpe la Syrie en huit régions distinctes (cf. fig. 1A) ; chaque région ainsi constituée est ensuite subdivisée en sous-régions, soit :

31. la région de la Jézireh et de l'Euphrate

  1. la haute Jézireh
  2. la basse Jézireh
  3. la vallée de l'Euphrate

42. le plateau d'Alep et du Chamiyé du Nord

  1. le plateau et la plaine d'Alep
  2. la cuvette de Jabboul
  3. le Chamiyé du Nord

53. le couloir de l'Oronte

  1. Homs et Hama
  2. le Ghab et le Jabal Zaouiyé
  3. le Kurd Dagh et l'Afrin

64. la côte et les montagnes côtières

  1. la côte et les plaines côtières
  2. les montagnes occidentales

75. la Syrie centrale

  1. A les montagnes centrales
  2. la cuvette d'el-Daou

87. les hautes montagnes

  1. l'Anti-Liban
  2. Zabadani
  3. Haramon

98. le Sud-Ouest

  1. le bassin de Damas
  2. le Golan
  3. le Hauran
  4. le Jabal al-Arab

Fig. 1 – Les découpages de la Syrie en régions géographiques

Fig. 2 – Les mohafaza-s de Homs et Hama (A) et leur découpage administratif (B)

10Nous constatons (figure 1A) que cette division précédemment décrite ne tient pas compte des limites administratives. A.A. Salam (1990, p. 10) critique ces dernières, tout particulièrement celles de la mohafaza de Homs qui sont « un exemple flagrant de l'incohérence pratique et scientifique entre ce qui existe et ce qui devrait être ».

11Nous ne tenterons pas ici de faire la critique ou l'analyse de la régionalisation en Syrie. Toutefois, nous ne partageons pas le point de vue de A.A. Salam car sa proposition est seulement valable du point de vue de la géographie physique, et devient, à notre sens, caduque du point de vue de la géographie humaine et surtout urbaine. L'exemple de Damas qui se trouve placée juste à la limite des régions 7 et 8 (ou encore l'exemple de Palmyre, placée entre les régions 5 et 6) montre déjà les inconvénients de son point de vue. Quant à notre région d'étude, elle ne souffre pas de ce mode de division puisqu'elle correspond aux sous-secteurs de Homs et de Hama, inclus dans la région de la vallée de l'Oronte, encore que le Ghab en soit exclu, étant considéré comme partie intégrante du Jabal Zaouiyé

122 – Avec la division proposée par B. Mohamed (1988, p. 65-77), le découpage régional de la Syrie prend un autre aspect (cf. fig. 1D) ; quoique l'auteur n'ait pas fait de commentaire sur la carte que nous reproduisons, il nous semble qu'il a fait intervenir d'autres critères que les facteurs physiques du milieu naturel. Il prend en considération les limites administratives existantes. Cette division répartit également la Syrie en huit régions distinctes :

  1. région de la Jézireh
  2. région de l'Euphrate
  3. région du Nord
  4. région de la badia (désert)
  5. région centrale
  6. région côtière
  7. région de Damas
  8. région du Sud

13Nous constatons que notre région d'étude est bien placée et sommes d'accord avec ce découpage. En ce qui concerne la région centrale, on constate qu'il a placé la partie sud de la mohafaza d'Idlib dans la région centrale ; or nous avons constaté, sur le terrain, que la plupart des relations de ce secteur se font en direction de la ville de Hama, excepté les relations administratives.

14Cette division est en rapport avec les zones de sédentarité ou ma'moura (cf. fig. 1C). De toute façon, les limites administratives sont difficiles à éviter dans une étude géographique de la Syrie, car leur existence pèse considérablement dans un système centralisé comme celui de la Syrie où l'État reste l'acteur majeur, et ceci dans tous les domaines socio-économiques. Les chefs-lieux des mohafaza-s monopolisent les décisions et attirent presque la totalité des activités industrielles. Ce sont donc des pôles d'attraction pour les migrations de population à l'intérieur de la Syrie. Il s'ensuit que les villes de Homs et de Hama ne peuvent pas être considérées indépendamment de l'ensemble de la région que A.A. Salam appelle la « région centrale » et que B. Mohamed inclut dans la badia. Certes, Palmyre a noué des relations étroites avec Homs, mais les deux auteurs estiment à juste raison qu'elle appartient à un secteur différent : il serait logique de constituer autour de Palmyre une mohafaza séparée, mais on sait qu'en Syrie il n'est guère envisageable de modifier la carte administrative.

15Par conséquent, notre étude prendra en compte l'ensemble des territoires inclus dans les limites administratives : d'une part, pour une raison pratique tenant à la disponibilité des données statistiques, présentées souvent par mohafaza ; d'autre part, parce que les chefs-lieux sont incontestablement des pôles d'attraction. Le découpage administratif en Syrie centrale est ancien, à ceci près que les trois nahia-s du Ghab Nord ont été rattachées, dans les années 60, à la mohafaza de Hama, à savoir celle de Shatha enlevée à la mohafaza de Lattaqié et celles d'al-Ziyara et Qala'at al-Madiq précédemment incluses dans la mohafaza d'Idlib. Il s'agissait de faire de l'ensemble du Ghab une unité administrative consécutivement aux travaux d'aménagement et à la création de l'Office de la plaine du Ghab (cf. fig. 2).

16La figure 2B, qui sera la base des cartes et figures présentées tout le long de cette étude, ne prend pas en compte l'intégralité de la zone steppique orientale. En effet, tout ce secteur appartient au domaine pastoral et n'est habité — excepté Palmyre et Sukhneh — que par des semi-nomades. Nous estimons qu'il n'est pas indispensable d'inclure Palmyre et sa badia dans le champ d'étude des rapports entre Homs et Hama, d'une part, et l'ensemble de la région centrale, d'autre part. Il s'ensuit que cartographiquement, cette dernière correspond approximativement au découpage proposé par B. Mohamed, à condition toutefois d'en exclure la partie sud de la mohafaza d'Idlib, comme à celui de A.A. Salam, si l'on y ajoute le Ghab.

17Au total, il s'agit d'une région étendue qui représente, avec ses 51 087 km2 (8 861 km2 pour la mohafaza de Hama et 42 226 km2 pour celle de Homs), 27,6 % de la superficie totale de la Syrie. Toutefois, seulement 16,6 % en sont cultivables, donc habitables : seule cette partie utile sera présentée au cours de cette étude. L'extension de notre région implique une diversité des milieux géographiques (cf. fig. 3) ; cela tient d'abord à l'aridité qui croît vers l'est où les précipitations ne dépassent pas 250 mm (cf. fig. 1C), bien qu'à l'ouest on ne soit guère éloigné de la mer. Le rôle de barrière joué par les massifs occidentaux (Massif alaouite et Mont Liban) est évident. Simultanément, l'Histoire a vu s'installer ici, successivement, des populations d'origines et de cultures différentes. Il en résulte que loin d'apparaître comme une entité géographique homogène, notre région est en fait une mosaïque complexe à tous points de vue : naturels, sociaux, économiques et modes de vie.

Fig. 3 — Le relief de la Syrie centrale

Notes

1 Selon la nomenclature des nationalistes syriens.

2 Elle avait par ailleurs été déjà proposée par l'auteur dans les années 1970, à l'occasion de ses cours à l'université de Damas où nous étions étudiant à l'époque.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les découpages de la Syrie en régions géographiques
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3651/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 857k
Légende Fig. 2 – Les mohafaza-s de Homs et Hama (A) et leur découpage administratif (B)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3651/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 3 — Le relief de la Syrie centrale
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3651/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search