Version classiqueVersion mobile

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Introduction*

Texte intégral

  • * Ce travail n'aurait pu aller jusqu'à son terme sans l'aide de personnes trop nombreuses pour être (...)
  • 1 Pour la transcription en français des noms propres des villes, nous avons choisi l'orthographe du (...)

1La géographie urbaine de la Syrie se limite aux deux principales villes : Damas, capitale du pays, et Alep, la seconde ville, capitale régionale de la Syrie du Nord. Ces deux agglomérations ont fait l'objet de plusieurs études, thèses, articles, etc. Les autres villes syriennes n'ont suscité que quelques analyses ponctuelles. Sans doute Damas et Alep rassemblent-elles la grande majorité du potentiel économique du pays ainsi qu'une partie importante de sa population : 54,7 % de la population urbaine et 25,7 % de la population totale en 1981. Depuis le début des années 70, d'autres villes commencent à prendre de l'importance. La région côtière se développe grâce à ses deux ports : Lattaqié créé durant l'antiquité hellénistique et Tartous, également site antique associé à la cité de Rouad ; enfin, plus récemment fut créé le port pétrolier de Banias1, à l'origine duquel on trouve un port croisé. Sur l'Euphrate, avec la construction du barrage de Tabqa, des villes grossissent et tout particulièrement celles de Raqqa et de Deir ez-Zor ; la première bénéficie du voisinage de grands travaux d'aménagement tandis que la seconde joue un rôle administratif au centre de la Jézireh qui est le lieu d'un essor économique rapide.

2C'est dans ce contexte que les villes de Syrie centrale, surtout Homs et Hama, ont commencé à retrouver de l'importance grâce à leur position centrale. La liaison Damas/Alep passe obligatoirement par ces deux villes et celle qui relie la côte emprunte la trouée que commande Homs. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si cette région centrale n'est qu'une zone "tampon" entre les aires géographiques dominées par Damas et Alep ou si elle possède un poids démographique et économique suffisant pour lui conférer une certaine autonomie.

3Les deux villes de Homs et Hama rassemblaient, en 1981, 12,3 % de la population urbaine syrienne, soit 5,8 % de la population totale du pays, mais si l'on tient compte de la population de leur mohafaza (département), ce pourcentage monte jusqu'à 17,1 %. Ce sont toutes deux de grandes villes : en 1981, Homs comprenait 346 871 habitants et Hama

4177 208 habitants. Actuellement, on estime leur population respectivement à 500 000 habitants et 225 000 habitants. Leur poids démographique n'est pas non plus négligeable dans la région centrale de la Syrie : elles y représentaient 80 % de la population urbaine (soit 34 % de la population totale) en 1981, car aucune des autres villes ne peut leur être comparée. Par exemple, la troisième ville, Salamieh, ne comptait alors que 35 909 habitants.

5Sur le plan économique, la région du centre de la Syrie est la plus riche du point de vue agricole. Elle bénéficie de la présence de l'Oronte (al-'Assi), la deuxième des rivières syriennes ; en outre, du point de vue des travaux d'aménagements hydrauliques et agricoles, on y a effectué des barrages, des canaux et, récemment, la plaine du Ghab (70 000 ha), qui n'était qu'un vaste marais dans les années 60, a été aménagée. Enfin, le passage obligatoire des oléoducs par Homs pour atteindre le terminal sur la côte méditerranéenne a déclenché depuis la fin des années cinquante une évolution importante du secteur industriel qui a débuté avec l'installation d'une raffinerie de pétrole à Homs. Elle s'est poursuivie depuis lors, surtout dans le domaine de l'agro-industrie.

6On ne peut manquer de signaler le poids commercial des deux villes, surtout grâce à leur position centrale et à la proximité d'une zone pastorale très importante qui produit une bonne partie de la richesse animale du pays : c'est la badia, jadis domaine des nomades et des semi-nomades ; actuellement, on y pratique l'élevage des ovins et caprins, dont les produits sont commercialisés par Homs et Hama.

7Une double question se pose : existe-t-il une seule capitale régionale de la Syrie centrale ou bien les deux villes remplissent-elles conjointement cette fonction, ce qui impliquerait une certaine complémentarité ? Les données démographiques apportent la réponse : c'est Homs qui domine. Il en va de même sur le plan économique, surtout en ce qui concerne l'industrie. Pourtant Hama a été, jusqu'à la fin du xixe siècle, la capitale régionale grâce à sa richesse agricole. Au début des années 50 les deux villes avaient presque la même population, soit environ 60 000 habitants.

8C'est à partir de ces constats que nous entamerons notre analyse. Nous chercherons à définir les processus d'évolution propres à chacune de ces deux villes et leurs mutations successives, pour pouvoir répondre objectivement à la première question : s'agit-il d'un bipôle fonctionnel ou d'un doublet peu viable ? Il conviendra en outre de prendre en considération l'armature urbaine régionale dans son ensemble, car d'autres villes existent dans la Syrie centrale. Pour y parvenir, cette étude sera divisée en trois parties :

9- La première partie essayera d'analyser le poids démographique de la région et celui propre à ses villes, après avoir brièvement évoqué l'origine du peuplement. En effet, l'histoire des deux villes est nécessaire à la compréhension du mode de développement récent, qui se situe dans le cadre d'une mosaïque de communautés. Cette hétérogénéité a pesé considérablement dans le passé (et encore aujourd'hui) sur les processus du développement urbain. Nous partageons les opinions d'A. Bailly et de D. Maillat (1988, p. 67) qui déclarent que « les modes de production régionaux ne se développent pas dans des univers abstraits, mais dans des milieux produits par l'histoire, et où les aspects culturels, sociaux, organisationnels et techniques sont en concordance ».

10L'étude de la structure de la population, dans la région ou dans ses villes, nous permet de mieux comprendre la dynamique démographique que connaît la Syrie centrale, dynamique qui sera plus claire grâce à l'analyse des mouvements migratoires (surtout ceux liés à l'exode rural) qui permet, par ailleurs, de dégager les facteurs jouant un rôle important dans la modélisation de l'armature urbaine régionale.

11- La deuxième partie essayera de soupeser le poids économique de chaque ville et, notamment, l'articulation secteur public / secteur privé, dans un État "socialiste" dans lequel le secteur étatique est le principal acteur mais où l'initiative privée n'est pas absente. Les relations de l'un à l'autre ont engendré des différenciations importantes dans l'évolution économique de chaque ville, et corollairement des effets sur l'expansion urbaine. Dans cette seconde partie, il conviendra de procéder à une étude de ces espaces, produits de la double dynamique de la démographie et du développement économique, mais sans pour cela faire une étude très détaillée de phénomènes urbains non indispensables à notre étude. Nous retiendrons seulement des aspects de la structure urbaine étroitement liés au rôle régional des deux villes étudiées comme, par exemple, la croissance urbaine.

12- La troisième partie, enfin, étudiera le réseau urbain régional et sa place dans le système urbain national. Il s'agira de faire le point sur la situation de chacune des deux villes afin de répondre aux questions posées. Mais également nous essaierons, à travers l'analyse du réseau urbain, de comprendre la dynamique évidente de certaines petites villes de Syrie centrale qui connaissent une évolution rapide et commencent à prendre leur place dans l'armature urbaine régionale qu'elles contribuent à étoffer.

13Les bases de données de cette étude sont les statistiques officielles, surtout les trois derniers recensements généraux de la population (R.G.P.) : 1960, 1970 et 1981. Plusieurs phénomènes ne pouvaient être étudiés sans le recours aux enquêtes directes et indirectes, notamment les flux des hommes et des matériaux qui sont à la base de l'étude de l'armature urbaine.

14Enfin la conclusion générale abordera les résultats ou les questions ayant émergé au cours de ce travail. Quatre points y seront évoqués :

  • le problème de l'évolution du bipôle Homs-Hama et sa transformation en simple doublet urbain résultant actuellement d'une croissance différentielle en faveur de la ville de Homs ;
  • le fait que Homs et Hama ne sont pas des cas isolés et sont comparables à d'autres cas connus dans le monde arabe ;
  • une réflexion sur certains critères de l'urbanité qui pourra aider à comprendre le passage du rural à l'urbain au travers de l'émergence des petites villes dans la région ;
  • l'état actuel des rapports ville-campagne en Syrie, notamment avec la généralisation de l'économie de marché dans le pays.

Notes

1 Pour la transcription en français des noms propres des villes, nous avons choisi l'orthographe du Nouvel Atlas historique et géographique, Bordas, 1973.

Notes de fin

* Ce travail n'aurait pu aller jusqu'à son terme sans l'aide de personnes trop nombreuses pour être ici toutes citées.
J'adresse tout particulièrement mes remerciements les plus chaleureux à Jacques Besançon, mon directeur de thèse de troisième cycle, pour son efficace et patiente relecture, ainsi qu'à Jean-François Troin, ancien directeur d'URBAMA, qui a accepté de diriger cette thèse, pour la richesse de son écoute et la fécondité de ses remarques.
Un grand merci à Pierre Signoles : le dialogue avec lui a été bien au-delà des lectures. J'ai également beaucoup apprécié l'accueil qu'il m'a réservé au sein d'URBAMA, laboratoire dont il est l'actuel directeur.
Je voudrais également adresser mes remerciements à Jacques Langhade, directeur de l'IFEAD, pour avoir accepté cet ouvrage dans les collections de l'Institut, ainsi que pour l'accueil qu'il m'a offert en tant que chercheur puis comme pensionnaire scientifique à l'Institut.
Je n'aurais garde d'oublier de remercier Mme Marie-Christine Dumas, qui s'est chargée de relire le texte, et Jacques Picard, responsable des publications à l'IFEAD, ainsi que toute l'équipe qui a participé à la réalisation technique de cet ouvrage : Lina Khanmé, pour la partie graphique et photographique, Nadima Kreimed et les autres membres de l'Institut.
Les amis ne sont évidement pas oubliés. Qu'ils soient tous remerciés.

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search