Version classiqueVersion mobile

Homs et Hama en Syrie centrale

 | 
Mohamed Al-Dbiyat

Préface

Jean-François Troin

Texte intégral

1L'étude sur Homs et Hama de Mohamed al-Dbiyat est l'aboutissement d'une thèse dont l'histoire mouvementée s'apparente un peu à une "peau de chagrin". En effet, l'auteur s'était lancé dans une étude comparative et courageuse sur Tlemcen (Algérie), Tripoli (Liban) et Homs (Syrie) sous la direction de Jacques Besançon, professeur à l'Université de Tours et spécialiste du Machreq. Coopérant en Algérie, Mohamed al-Dbiyat avait entamé des enquêtes sur Tlemcen mais ayant dû quitter le pays, il se retrouva en Syrie, coupé de deux de ses terrains d'étude. En accord avec son directeur de thèse, il reconvertit son approche en la limitant à deux villes plus accessibles de son pays : Homs et Hama.

2A l'époque nous rediscutâmes d'une réorientation de la problématique vers la dualité de ces deux cités syriennes. S'agissait-il d'un bipôle ou d'un doublet urbain ? Formulation qui apparaît aujourd'hui, avec le recul, fort critiquable. Ne devait-on pas s'attaquer plutôt aux manifestations d'une concurrence urbaine et aux formes de polarisations respectives, qui sont aussi des formes d'affirmation différentes de ces deux agglomérations voisines ? Et ce sont bien ces aspects entremêlés de compétition et de partage que le travail de M. al-Dbiyat met en lumière, comme on le verra, allant bien au-delà du libellé de sa thèse et enrichissant grandement l'approche des rayonnements urbains.

3À partir de ce moment, J. Besançon a assuré un suivi constant de cette recherche à travers une dense correspondance, apportant au chercheur isolé une aide inappréciable, corrigeant avec soin textes et cartes. Partant en retraite et s'estimant avec une modestie exagérée non qualifié sur les problèmes humains du développement urbain, l'auteur du très remarquable L'homme et le Nil m'a demandé de prendre la direction de cette thèse, alors que je ne connaissais que superficiellement les villes syriennes.

4Mohamed al-Dbiyat s'est imposé ensuite un exil volontaire à Tours et dans le cadre du laboratoire URBAMA a exploité son matériel d'enquête, peaufiné pendant de longs mois sa rédaction et sa cartographie, apportant aux deux un soin égal, recentrant ses analyses et abandonnant des passages entiers qu'il avait déjà écrits. Avec ténacité et pendant de longs mois, il a poursuivi l'élaboration de ce gros travail qui fut présenté en soutenance devant l'Université de Tours le 13 mars 1992 où il obtint la plus haute mention accordée aux doctorats du nouveau régime des thèses.

5Cette étude méritait largement d'être publiée. Mais son volume, l'importance de l'appareil cartographique constituaient un gros handicap financier. Il faut donc tout particulièrement remercier l'IFEAD et son directeur d'avoir accepté d'accueillir ce travail dans cette prestigieuse collection. J'en suis personnellement pleinement heureux et tous les géographes se réjouiront de cet œcuménisme qui permettra de faire connaître cette œuvre, tant au Moyen Orient qu'à l'extérieur du monde arabe.

6L'ouvrage que l'on va lire nous permet de saisir avec précision les nuances de l'évolution et de la hiérarchisation de ces deux villes d'importance inégale à l'intérieur de l'armature urbaine syrienne. Leurs visages sont dessinés avec le plus grand soin, leurs spécificités apparaissent clairement, leurs enjeux pour l'avenir sont déduits avec finesse.

7Bien des traits les opposent. Leurs morphologies spatiales sont tout d'abord nettement opposées : à l'organisation étalée mais stricte de Homs corespond un aspect "mosaïque" de Hama, ville "coupée en deux", comme il est écrit. Ceci se retrouve dans le tissu commercial, plus cohérent à Homs, plus éclaté à Hama : les cartes soignées produites par l'auteur font nettement ressortir ces différences.

8Une fine étude démographique permet ensuite de nuancer les poids des armatures urbaines locales : l'émergence d'un ensemble de petites villes et les accroissements contrastés de population des petites localités semblent diminuer le rôle de Hama, vers laquelle l'exode rural ralentit plus fortement, et moins affecter la position de Homs, ce que l'étude des flux tertiaires viendra ultérieurement confirmer.

9Toute une série d'indices sont ensuite mis à contribution pour affiner cette évaluation des potentiels des deux cités, depuis les degrés d'évolution de la citadinité selon les communautés jusqu'aux réseaux de lignes de micro-bus desservant leurs territoires respectifs. Laissons au lecteur le plaisir de la découverte de ces multiples nuances qui permettent de dresser un tableau fort complet des avancées et des reculs des polarisations de chacune des deux villes, d'estimer leurs poids régionaux, d'affermir le portrait final des deux entités urbaines.

10Ainsi découvre t-on progressivement deux personnalités bien contrastées.

11Hama, restée spécialisée dans la collecte des produits ruraux, donc fort liée à son arrière-pays campagnard, attirant une main-d'œuvre résidant à l'extérieur et effectuant des mouvements pendulaires vers la ville employante, a plus de mal à s'affirmer. Moins active commercialement que sa voisine ou rivale, elle est vivement concurrencée par les petites villes de sa zone et peut donc plus difficilement prétendre au rôle de petite capitale régionale. Les événements dont elle fut le cadre en 1982 l'ont sans doute fortement affectée.

12Homs a pleinement bénéficié de ses fonctions de carrefour et des grands équipements publics dont elle a été dotée. De ce fait, sa force de rayonnement est solidement assurée et elle renforce nettement ses capacités "centralisatrices". Elle profite, de plus, de ses échanges avec le Liban pour conforter son rôle de plaque tournante régionale. S'il y a émergence d'un relais régional entre Damas et Alep, c'est bien là qu'il se situe, et le poids démographique de Homs ne peut que la consolider dans sa vocation de ville intermédiaire.

13Avec rigueur et exhaustivité, avec un souci constant de croisement de données multiples, l'auteur apporte ainsi une contribution essentielle à la compréhension de cet espace intérieur de la Syrie. Il parle modestement de "point de départ" ; c'est en réalité un aboutissement, solidement charpenté, où l'on puisera de façon fructueuse de nombreux aperçus et des résultats originaux.

14Si la thèse représente pour tout chercheur un moment et un mode privilégiés de progression scientifique, ce travail illustre parfaitement le chemin parcouru par son auteur depuis sa première étude sur Salamieh jusqu'à cette synthèse régionale qu'il livre aujourd'hui. Ce faisant, il a non seulement accompli des progrès personnels, mais il a, bien au-delà, contribué à faire progresser sensiblement la recherche et les connaissances géographiques sur une portion centrale de l'espace syrien. Qu'il en soit félicité et remercié !

Auteur

Professeur à l'Université de Tours (France) Laboratoire URBAMA

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search