Versión clásicaVersión móvil

Les monuments historiques de Damas

 | 
Jean Sauvaget

La ville musulmane

Texto completo

6. Mosquée des Omeyyades.

  • 1 K. A. C. Creswell, Early muslim Architecture.

1La Mosquée des Omeyyades a fait jusqu’ici l’objet de longues controverses auxquelles mettra sans doute fin, en apportant des relevés plus précis et une nouvelle interprétation des sources, un important travail actuellement sous presse1. Aussi nous bornerons-nous à présenter ici les données du problème que soulève l’origine de cet édifice, sans chercher à le résoudre autrement qu’à titre personnel, et en laissant à l’observateur le soin de se prononcer en faveur de l’une ou l’autre des hypothèses ayant cours aujourd’hui.

2Nous retracerons d’abord brièvement l’histoire des remaniements dont le Temple de Jupiter a été l’objet depuis l’avènement du Christianisme ; puis nous décrirons le monument, dans son état actuel, en faisant état des restaurations attestées par des inscriptions ou par les historiens. Des éléments d’appréciation étant ainsi donnés, nous exposerons les diverses théories qu’a fait naître l’origine delà mosquée; nous y joindrons les indications que nous avons cru pouvoir retirer personnellement de l’examen du monument et de l’étude des sources historiques.

***

3636. Prise de Damas par les Arabes. Certains chroniqueurs affirment que l’église qui avait succédé au Temple de Jupiter fît alors l’objet d’un partage qui dura jusqu’au règne du calife al-Walid (705) : les musulmans auraient établi une mosquée dans la partie orientale du vaisseau, tandis que les chrétiens se seraient trouvés confinés dans sa moitié occidentale.

Fig. 5. — La Mosquée des Omeyyades (vue du minaret n° 66).

  • 2 Le passage visé est le suivant :... in qua (civitate) Sarace-norum rex adeptus ejus principatnm ré (...)

4Une critique minutieuse des sources historiques a convaincu le prince Caetani, et après lui le plus grand nombre des orientalistes (R. P. Lammens, R. Hartmann), du caractère légendaire de cette tradition. Ce ne serait qu’une fraude pieuse, forgée par le traditionnaliste Ibn5Asâkir (mort en 1176), dans l’œuvre duquel elle apparaît pour la première fois, pour justifier la confiscation de l’église par al-Walid, confiscation faite en violation du traité accordé aux habitants de Damas lors de la conquête. Les partisans de cette théorie invoquent à son appui le témoignage de l’évêque gaulois Arculfe, qui visita Damas 30 ans après la prise de la ville par les Arabes2.

5Cette thèse est fortifiée par les contradictions des textes qui relatent le partage, et par le fait qu’on n’en retrouve pas mention dans les historiens antérieurs à Ibn’Asâkir.

6D’autres auteurs (R. Dussaud) continuent à considérer le partage de l’église comme un fait historique bien établi.

7Leur point de vue ne doit pas être rejeté, car on sait que des églises de Cordoue, Homs, et Dabil (Arménie) firent effectivement l’objet d’accommodements analogues. On ne peut toutefois alléguer à l’appui de cette théorie la mention du partage par l’andalou Ibrt Jobayr, qui visita la Syrie en 1184 : il a pu recueillir cette tradition de la bouche du fils d’Ibn’Asâkir, qui dirigeait alors le collège dans lequel le voyageur reçut l’hospitalité durant son séjour à Damas, et nous nous trouvons sans doute en présence de deux éditions d’un même texte.

8Si l’on admet, avec la majorité des orientalistes, que le partage est une légende, et qu’une mosquée existait à Damas antérieurement au règne d’Al-Walid, on devra chercher l’emplacement de celle-ci au Nord du Palais des califes omeyyades et immédiatement au Sud de l’église de Saint Jean, sur le site de Factuel Bazar des Orfèvres (es~Sâgha).

  • 3 L’inscription qui commémorait cette transformation, en caractères dorés sur fond d’azur, était pla (...)

9705*. Transformation de l’église en mosquée3. A son avènement, le calife al-Walid, fils de ’Abd al-Malik, désirant doter sa capitale d’une mosquée digne d’elle, essaya d’obtenir des Chrétiens la cession de l’église de Saint Jean-Baptiste. Sur leur refus, il confisqua purement et simplement le sanctuaire, et procéda en personne à la destruction de l’autel et à l’expulsion des moines qui avaient établi leurs cellules dans les tours de l’ancien temple. Au dire d’un auteur arabe, « les musulmans démolirent tout ce que les chrétiens avaient construit dans le carré qui formait l’édifice, autels, chambres, arcades, en sorte qu’il ne resta plus qu’une enceinte carrée », dans laquelle le calife fit élever une mosquée. On discute encore de la portée de ces travaux (v. ci-dessous.).

10715. Solaymân, frère et successeur d al-Walid, aménage une maqsoûra devant le mihrab.

11av. 788. Un abbasside gouverneur de Damas bâtit dans la cour un édicule à coupole destiné à recevoir le trésor de la province.

121005-6. On édifie dans la cour, devant le transept, une coupole abritant un jet d’eau.

131069. Au cours d’une lutte à main armée entre la populace de Damas et les troupes maghrébines au service des Fatimides, la mosquée est gagnée par un incendie allumé dans une maison voisine : le feu ne peut être maîtrisé, et le lendemain, au dire d’un chroniqueur, « il ne restait plus de la mosquée que les quatre murs ». De fait, les dégâts furent considérables (v. restauration de 1082).

141082-3*. Le vizir du prince seldjoukide Toutouch fait procéder à ses frais a la reconstruction de la coupole du transept (ainsi que des quatre piliers et des quatre arcs qui la portaient), de la toiture et de la maqsoûra. Deux des quatre inscriptions qui commémoraient ces travaux sont conservées au Musée National Syrien ; des fragments des deux autres existent dans les dépôts de la Mosquée des Omeyyades.

151089*. Réfection du mur Nord (partie orientale).

161109*. Réfection du mur Nord (partie occidentale).

17v. 1150. On place une horloge dans le vestibule de la porte orientale.

181166. Incendie de la porte orientale.

191174. Incendie de la Kallâsa et du minaret Nord.

201179*. Saladin fait refaire les placages de marbre de deux piliers de la coupole.

211202. Un tremblement de terre ébranle les murs de la mosquée.

221206. Pose du dallage de la cour (achevée en 1208).

231211. Réfection des vantaux delà porte Ouest; réparation de Yaqueduc et du bassin.

241214. Dallage du sanctuaire.

251216. Travaux de charpenterie à la coupole.

261238*. Ouverture, sous le portique Nord, d’une fenêtre donnant sur le mausolée d’al-Malik al-Kâmil.

271247. Incendie du minaret Sud-Est; il est rebâti deux ans plus tard ; en même temps, la colonnade qui s’étend devant la porte Ouest est remise en état.

281270*. Restauration de Baybars. — Les colonnes de la salle de prière sont nettoyées et leurs chapiteaux redorés ; ses placages de marbre et ses mosaïques restaurés. Le mur Nord de la salle de prière reçoit un placage de marbre. Démolition de l’arsenal qui occupait la cour.

291326 à 1328. Restauration de Tingiz.— Reconstruction du mur Sud de la salle de prière et fixation définitive de la place des mihrabs destinés aux différents rites. Regroupement de toutes les mosaïques de la salle de prière sur son mur Sud. Réfection de tous les placages de marbre de la salle de prière.

301333*. Restauration d’une fenêtre du portique Ouest.

311401. Prise de Damas par Tamerlan. — Des machines de guerre sont dressées dans la cour de la mosquée pour bombarder la Citadelle, tandis que le sanctuaire est transformé en lieu de débauche. Un incendie (accidentel, suivant certains auteurs ; allumé volontairement, suivant les autres) consume l’édifice : les dégâts semblent s’être limités aux portiques et au mobilier (v. restaurations suivantes).

321406*. Réfection des vantaux de la porte Nord.

331419*. Restauration des portiques Nord et Ouest ; réouverture des baies latérales de la porte Est et pose de leurs vantaux.

341430. Restauration de deux machhads.

351479. Incendie. — Destruction du minaret occidental, de Bâb az-Ziyâda, de la porte Ouest, du portique Ouest, et du portique Nord jusqu’à la Kallâsa.

361488*. Reconstruction du minaret Ouest.

37XVIe-XVIIe s. Construction de la partie supérieure du minaret Est.

381893. Incendie. — Destruction totale de la salle de prière.

391904-10. Reconstruction de la salle de prière et de la partie supérieure du minaret Nord. Pose d’un auvent et de placages de marbre blanc sur la façade Ouest.

401924. Remplacement de deux colonnes du portique Est.

411928-1930. Dégagement des mosaïques.

***

DESCRIPTION DE L’ÉDIFICE (fig. 6).

42A. — Bâb al-Barid (la Porte de la Poste). La porte est triple : sa baie centrale n’est autre que celle qui perçait, suivant son axe, la face Ouest du péribole du temple, tandis que les deux ouvertures latérales ont été ménagées à une époque postérieure, sans doute par désir de symétrie avec l’entrée orientale.

Fig. 6. — Mosquée des Omeyyades, état actuel. Les hachures indiquent la première période de construction (temple de Jupiter); la teinte noire, la seconde période de construction. Les additions postérieures et les parties remaniées ou ayant perdu l’aspect primitif sont en pointillé.

43Chacune de ces portes est fermée par des vantaux ornés de bronze repoussé : ceux de la baie centrale, de beaucoup les plus remarquables (xve s.), se sont conservés à peu près intacts. Les inscriptions qui chargent ceux des baies latérales indiquent qu’ils ont été fabriqués en 1416, sous le règne du sultan al-Moayyad Chaykh, sur l’initiative du gouverneur de Damas.

44B. — Un vestibule à colonnes, à droite et à gauche duquel s’étendent des salles qui sont des restes du temple païen, réunit Bâb al-Barid à la cour de l’édifice. Sa couverture en bois peint (xve s.) est portée par deux étages d’arcades. Les arcs supérieurs sont formés de baies jumelées en plein cintre, séparées par une colonnette. Les arcs inférieurs sont en plein cintre légèrement outrepassé et reposent sur des colonnes de granit rouge, par l’intermédiaire de chapiteaux corinthiens à imposte ; ces impostes sont recouverts de placages de marbre blanc et de porphyre rouge. Les deux colonnes les plus rapprochées de la porte ont été désaxées afin d’éviter que la colonnade n’apparaisse, à l’œil du spectateur placé dans la cour, déformée par la perspective. Les caractères de cette construction sont franchement byzantins.

45Les murs du vestibule ont reçu, à une date récente, un placage de marbre et de mauvaises faïences (xviiie s.), mais leur partie haute a conservé, comme les arcs qui portent la couverture, un revêtement de mosaïques en pâte de verre (technique byzantine) : des arbres et des constructions (parois verticales) et des rinceaux d’acanthe (douelles des arcs) s’y enlèvent sur un fond d’or. E. de Lorey, par les soins de qui elles ont été dégagées, décrit en ces termes le procédé suivant lequel elles ont été exécutées : « La surface murale destinée à recevoir les mosaïques est d’abord couverte d’une couche de mortier composé de chaux et de paille hachée, d’une épaisseur de 0 m. 01 à 0 m. 015 environ. Le nu de cet enduit est strié régulièrement à la truelle d’entailles rapprochées et formant une suite de chevrons renversés. Cette première couche a pour but de supprimer lès inégalités du mur et de présenter une surface adhérente égale à la seconde couche qui supporte les smaltes. Sur celle-ci, faite de mortier mou et composé de chaux pure et de sable, est tracée l’ébauche des sujets, en rouge pour les fonds et les parties claires, en noir pour les silhouettes et les parties sombres... L’or des fonds joue, çà et là, en zones de lumière, obtenues en inclinant en avant des rangées de smaltes selon un angle de 35°». — Sur le mur Sud du vestibule, une inscription, également en mosaïque, commémore les travaux effectués dans le sanctuaire, en 1270, sur l’ordre du sultan Baybars. — Dans les murs Nord et Sud, grilles de marbre blanc ajouré (décor géométrique).

46C. — Portique Ouest : Il est couvert par un plafond reposant vers l’Ouest sur un mur antique, et du côté de la cour sur deux rangées d’arcades superposées : les arcades supérieures sont semblables à celles du vestibule de Bâb al-Barid, mais le rez-de-chaussée comporte ici une alternance régulière de colonnes et de piliers. Le mur Ouest était revêtu, jusqu’à la hauteur de la naissance des arcs, d’un revêtement de marbre qui n’a laissé d’autre trace que ses trous de scellement. Au dessus, un vaste panneau de mosaïque (34 m. 50 X 7 m. 30) représente, au milieu d’une rangée d’arbres, qui se développe sur toute la longueur du panneau et occupe toute sa hauteur, des constructions échelonnées au bord d’un fleuve. Ces constructions se rattachent à deux types : les unes, aux murs nus, couvertes par des toits ou des terrasses, ressemblent aux maisons romaines (deuxième style pompéien) et byzantines ; les autres, d’un caractère plus irréel, souvent formées d’étoffes bariolées tendues sur des colonnettes de bois, reproduisent sans doute l’aspect des constructions légères que les Ptolémées faisaient élever pour leurs fêtes (tholoï). La juxtaposition de ces types disparates d’édifices semble dûe au fait que les mosaïstes ont utilisés des cartons anciens, légués par les décorateurs de l’époque hellénistique ; peut être même en ont-ils réglé la combinaison suivant le modèle que leur offrait la vallée du Baradâ en amont de Damas. Dans toutes ces constructions, qu’elles appartiennent à l’une ou l’autre des catégories, des disques de nacre disposés dans le cadre des baies, ou entre les colonnes, représentent schématiquement des lampes. Une belle bordure géométrique délimite le champ occupé par le panneau. — Les arcs sont également recouverts de mosaïque : le décor est formé de constructions et de rinceaux d’acanthe sortant de vases (face intérieure de la paroi) et de cornes d’abondance laissant échapper des feuilles d acanthe (douelles des arcs).

Fig. 7. — Mosquée des Omeyyades : inscription du xe siècle.

47Sur le mur du portique, quatre grilles de marbre ajouré.

48Sur les claveaux des arcs 1, 2 et 3 (côté de la cour), des marques d9appareillage peintes en rouge (lettres grecques).

49Le pilier 4 a sa face Sud recouverte de belles faïences (xvie-xviie s.) ; son placage de marbre, refait au xve s., comporte une dalle de marbre blanc à inscription (xe s., fïg. 7); au dessus de ce pilier (côté de la cour), un fragment de mosaïque datant du xive s.

50En 5, une porte antique avec vestiges d’inscription grecque.

51D. — Qoubbet el-Khazné (la Coupole du Trésor) : Petit édicule octogonal porté sur 8 tronçons de colonnes antiques et couvert par une coupole (fïg. 8). La construction relève de la technique byzantine (pierre de taille alternant avec des arases de brique). L’ancien revêtement de mosaïque a laissé quelques vestiges : à côté de la porte, un fragment du xive s. ; sur les deux faces tournées vers le Nord, un paysage de constructions avec un palmier chargé de dattes, et un panneau de rinceaux d’acanthe (xiiie s.).

52Au témoignage d’un historien arabe, cette coupole aurait été construite, avant 788, par un abbasside gouverneur de Damas : elle était destinée à abriter le trésor public, selon la coutume syrienne. Des édifices semblables, ayant la même destination, s’élevaient autrefois dans les grandes mosquées de Homs, de Manbij et de Hama.

53E. — Le Portique Nord : Une longue inscription sur plâtre, qui court tout le long du mur des portiques Nord et Ouest, commémore la réfection de la maçonnerie du portique Nord et des placages de marbre du portique Ouest, en 1416, par l’architecte ‘Ali, originaire d’Alexandrie. Cette restauration a laissé des traces visibles : les arcades du portique Nord ne comportent que des piliers, mais on retrouve, à ses deux extrémités, la même alternance que dans le portique Ouest ; ce fait» comme l’épaisseur variable des sommiers des arcs, indique clairement quelle était la disposition originelle. Dans les arcades supérieures, des piles carrées ont remplacé les colonnettes médianes. Le mur du portique a lui-même été rebâti, avec des matériaux antiques, en 1089 (partie orientale) et en 1109 (partie occidentale). A la suite de ces reconstructions, le décor primitif du portique a disparu, sauf un fragment de mosaïque à son extrémité Est (côté de la cour). Plusieurs piliers ont reçu, à une époque relativement récente (xviiie s ?) une ornementation de plâtre sculpté.

Fig. 8. — Mosquée des Omeyyades : la Coupole du Trésor.

54En 6 une porte donnait accès à un collège, aujourd’hui détruit, qui aurait tiré son nom (al-Kallâsa) du fait qu’il occupait l’emplacement où l’on préparait la chaux (kils) pendant la construction de la mosquée, sous le règne d’al-Walid. L’arc qui décharge le linteau de cette porte a reçu une clef de pierre noire qui constitue le plus ancien exemple daté (1109) de cette bichromie de l’appareil qui va prendre une place de plus en plus grande dans les monuments de Damas, au cours des siècles suivants.

55Les deux inscriptions en coufique fleuri qui surmontent cette porte sont caractéristiques des titres officiellement portés par les sultans seljoukides et leurs vassaux.

56Traduction des inscriptions : Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. Dieu et ses anges bénissent le Prophète : ô vous qui croyez, bénissez le et saluez le! (Coran, 33,56). — Le sultan glorifié, le plus grand roi des rois, le maître des peuples, le souverain de la nuque des Arabes et des Persans, majesté de la religion de Dieu, sultan de la terre de Dieu, défenseur des adorateurs de Dieu, auxiliaire du calife de Dieu, Ghiyât ad-Dounyâ wa ad-Din (Ressource du monde et de la religion), le défenseur de l’Islam et des musulmans, le protecteur de la dynastie dominatrice, l’auxiliaire de la foi brillante, le soutien de la communauté resplendissante, Aboû Chojâ5 Mohammad, fils de Malik-Châh, l’associé du Prince des Croyants (que Dieu glorifie ses victoires, qu’il élève sa lumière, qu’il affermisse son pouvoir, et qu’il double sa preuve !) a ordonné de restaurer la construction de ce mur (que Dieu le bénisse !), en l’année 503 (1109-10).

57Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. Seuls fréquentent les mosquées de Dieu ceux qui croient en Dieu et en le Dernier Jour, font la prière, versent l’aumône légale, et ne craignent que Dieu seul (Coran, 9, 18). Sous le Califat de la dynastie abbasside et le règne de notre maître l’imâm al-Moustazhir bi-Allâh, Prince des croyants, — l’émir, le général très auguste, le grand seigneur, Zahir ad-Din (Défenseur de la religion), l’appui de l’Islam, l’homme de confiance du gouvernement, l’honneur de la foi, la gloire de la communauté, le soutien des rois, l’appui des émirs, le chef des armées, l’heureux atabeg Aboû Sa’id Toghtegin, le glaive du Prince des Croyants, a ordonné de restaurer la construction de ce mur (que Dieu le bénisse !) en l’année 503 (1109-10).

58En 7, texte de restauration du mur Nord (1109).

59En 8, texte de restauration du mur Nord (1089).

  • 4 Ce mausolée est aujourd’hui détruit ; il n’en reste que le mihrab.

60En 9, fenêtre grillée donnant sur le mausolée d’al-Malik al-Kâmil Mohammad4, neveu de Saladin et sultan d’Egypte ; son ouverture (1238) provoqua parmi le peuple de Damas une vive agitation, qui ne se calma que lorsque le souverain régnant eût fait pendre l’un des meneurs à la grille même de la fenêtre.

61En 10, plusieurs inscriptions (actes de wakf ).

62G. — Madanet el-Aroûs (le Minaret de la Mariée). Bâti par al-Walid (705) : seule la partie inférieure date encore de l’époque omeyyade. La partie supérieure (moderne au dessus de la balustrade), avec sa corniche d’alvéoles, a été rebâtie, soit en même temps que le mur du portique Nord (1089 ou 1109), soit en 1174, après un incendie. A l’époque des Mamelouks, ce minaret servait de relais pour les signaux lumineux qui annonçaient au Caire l’apparition d une armée mongole sur les rives de l’Euphrate.

63H.— Bâb el-Amâra (autrefois appelée Bâb an-Nâtifâ-niyin). Ses vantaux, en bronze repoussé, ont été refaits en 1406.

64K. — Portique Est : Son seul intérêt est de conserver à la fois l’alternance de piliers et de colonnes déjà rencontrée au portique Ouest, et un fragment de mosaïque. On peut donc tenir pour assuré que cette ordonnance et ce mode de décor se retrouvaient sur chacun des portiques qui entourent la cour. Les arcades supérieures ont été refaites au xve s.

65L. — Edicule octogonal de style turc (xixe s.) : il a remplacé une coupole semblable à la Coupole du Trésor.

66M. — Bâb Jayroûn (la Porte de Jayroûn, nom d’origine encore obscure donné par les Arabes au propylée monumental de l’enceinte intérieure du temple de Jupiter) : les trois baies de la porte sont antiques ; les vantaux de celle du Nord, en bronze repoussé, sont contemporains de ceux de Bâb al-Barid (1416) ; ceux de la baie centrale sont partiellement conservés au Musée National Syrien.

67 N. — Vestibule de Bâb Jayroûn : Il a conservé en partie sa disposition originelle, identique à celle du vestibule de Bâb al-Barid. Ses mosaïques ont disparu, à l’exception d’un fragment, mais les placages de marbre de ses murs, bien que remaniés à diverses époques, sont les plus anciens de tous ceux que l’on voit encore dans la mosquée : ils sont formés, comme dans les églises byzantines, de plaques de marbre veiné disposées symétriquement, imitant la marqueterie (rem. particulièrement l’encadrement de la baie centrale). Deux fragments de marbre blanc sculpté (11 et 12), encastrés dans le mur au cours d’une réfection, sont les seules sculptures du viiie s. existant encore dans la mosquée : leurs fleurons sont comparables à ceux des sculptures omeyyades d’Espagne.

Fig. 8bis. — L’horloge de la Mosquée des Omeyyades (reconstitution schématique, d’après les sources arabes).

68Au xiie s. on plaça dans ce vestibule une horloge dont on a conservé une description (fig. 8 bis) : elle consistait en un coffre de cuivre jaune dont la face antérieure portait un grand demi-cercle, sous lequel s’ouvraient deux arcs plus petits percés d’ouvertures correspondant aux heures. Sous chacun de ces deux arcs se dressait un faucon de cuivre jaune, surmontant un vase du même métal. Chaque fois qu’une heure était écoulée, un volet venait fermer l’ouverture qui lui correspondait, et les oiseaux laissaient échapper de leur bec un poids de cuivre qui tombait dans le vase et le faisait résonner. La nuit, le mécanisme était différent : les heures étaient indiquées par des lampes placées derrière 12 ouvertures circulaires qui se trouvaient ménagées dans le demi-cercle supérieur, et qu’obturaient des vitres rouges. A la suite de l’installation de cet appareil, Bâb Jayroûn reçut le nom de Bah as-Süât (la Porte de l’Horloge).

69N. — La salle de prière occupe tout l’espace compris entre les salles antiques accolées aux murs Ouest et Est du péribole ; sa longueur atteint 136 m. Un transept la coupe exactement en son milieu.

70La partie orientale de sa façade sur la cour a été rebâtie, à une date indéterminée (sans doute en 1247, en même temps que le minaret Sud-Est) : on y retrouve la même superposition d’arcades que dans le reste de la cour, mais seulement des piliers. La partie occidentale a également été refaite, mais ici les dimensions différentes des sommiers des arcs indiquent qu’on retrouvait là, primitivement, une alternance de piliers et de colonnes. La façade du transept présente une ordonnance analogue ; elle a conservé, à sa partie supérieure, deux fragments de mosaïque (arbres et constructions) ; les 2 colonnes qui reçoivent les arcs du rez-de-chaussée étaient jadis en marbre vert.

71L’intérieur de la salle de prière a été complètement reconstruit après l’incendie de 1893, mais il reproduit exactement la disposition ancienne (à l’exception des arcades supérieures où des colonnettes ont remplacé les piliers carrés). La salle est couverte par trois toits à double pente, à charpente, reposant sur deux rangées de colonnes corinthiennes qui divisent l’espace couvert en 3 nefs de largeur sensiblement égale. Les fondations consisteraient en piliers carrés, supportant les colonnes, étrésillonnés par des arcs en plein cintre. — Dans le mur Sud de la salle, une série de fenêtres en plein cintre contribue à l’éclairage.

  • 5 Ces arcs sont déchargés chacun par 3 baies aveugles, en plein cintre, ménagées au dessus d’eux dan (...)

72Le transept est aussi couvert par un toit, perpendiculaire à ceux des nefs, mais en son milieu s’élève une coupole, portée par des arcs en plein cintre bandés entre des piliers5. Ces derniers, assez grêles à l’origine, avaient été renforcés par la suite, probablement en 1082-83, lorsque l’on reconstruisit la coupole. Les placages de marbre qui les ornaient ont aujourd’hui totalement disparu ; des restes importants en sont conservés au Musée National Syrien. Un panneau de mosaïque recouvre la paroi intérieure de la face Nord du transept ; le fragment de mosaïque (13) que l’on voit sur le pilier Nord-Est de la coupole ne date que du xiiie s. Il porte l’inscription suivante : « Les meilleures des créatures après le Prophète de Dieu (que Dieu le bénisse !) sont Aboû Bakr,’Omar,’Otmân et ’Ali (que Dieu soit satisfait deux tous !) ».

73La coupole actuelle, dune forme ridicule, ne reproduit pas l’aspect de la coupole ancienne (1082-83) : celle-ci était (comme dans les autres monuments de Damas) de forme ovoïde et légèrement brisée ; elle reposait sur 4 niches surmontées d’un tambour octogonal en pierre, percé de deux fenêtres sur chacune de ses faces. Ce dôme avait été doublé intérieurement d’une armature de bois, de forme sphérique, ornée de peintures et de dorures ; sur les deux autres travées du transept, deux coupoles de menuiserie, semblables à celle-ci, dissimulaient la charpente du toit. La coupole centrale porte, dans les textes arabes, le nom de Qoubbat an-Nasr (la Coupole de l’Aigle) : ce dernier terme est une traduction pure et simple du mot grec aétos qui désigne à la fois un aigle et un fronton, et qui dut être appliqué ici au transept tout entier.

74Le mihrab est ménagé dans la baie Ouest de la triple porte du mur Sud du péribole.

75En 14, un édicule (moderne dans l’état actuel). Au témoignage des traditions arabes, il surmonte une crypte carrée (3 coudées de côté) qui abriterait, enfermée dans un coffre, la tête de Saint Jean-Baptiste. Lors de la transformation en mosquée de l’église qui avait succédé au temple de Jupiter, l’emplacement de cette crypte fut marqué, dans la colonnade de la salle de prière, par un chapiteau d’une forme particulière.

76En 15, Bâb az-Ziyâda (la Porte ajoutée). Le linteau est formé d’une moulure décorée d’oves. Devant cette porte s’étendait jadis une colonnade, semblable à celles qui précèdent les autres entrées ; elle aboutissait au palais des califes omeyyades (al-Khadrâ, la Maison verte; au Sud de Factuel Bazar des Orfèvres) et à leur caserne de cavalerie (Dâr al-Khayl; à l’angle du Soûq es-Silâh et du Soûq el-Harir). Ce fait, joint au nom de la porte, prouve qu’elle fut ménagée à l’époque musulmane, pour l’usage du calife.

77O.— Madanet ‘Isa (le Minaret de Jésus). La base est formée par la tour antique qui surmontait l’angle du péribole ; le reste de la tour carrée a été rebâti en 1247 et restauré au xve s. ; le fût polygonal, avec couronnement en éteignoir, qui la surmonte, date de l’époque ottomane (xvie-xviie s.).

78Selon certaines traditions musulmanes, c’est sur ce minaret que Jésus doit descendre, à l’approche du Jugement Dernier, pour aller combattre l’Antéchrist après avoir prié dans la Grande-Mosquée de Damas. Mais d’autres versions admettent que c’est un « Minaret Blanc » (al-Madanat al-Baydâ), voisin de Bâb Charqi (n°l), qui doit être le lieu de cette apparition : ce n’est donc sans doute qu’après la disparition de ce minaret, à une date inconnue, que la tradition aura été appliquée à celui de la mosquée des Omeyyades.

79P. — Madanet el-Gharbiyé (le minaret occidental) : Il est élevé sur une tour antique. Incendié en 1479, il fut rebâti en 1488, dans le style égyptien, par le sultan Qâyt-Bây.

***

THÉORIES SUR L’ORIGINE DU MONUMENT.

80Certains auteurs considèrent que la Mosquée des Omeyyades n’est pas autre chose qu’une église passée au culte musulman avec quelques modifications de détail.

  • 6 Inscription grecque dont on ne connaît qu’une traduction arabe.

81Nous savons en effet qu’en 379, sous le règne de Théodose, le Temple de Jupiter fut consacré au culte chrétien. Ce sanctuaire, qui fut placé à une date indéterminée sous le vocable de Saint Jean-Baptiste, aurait été restauré, au témoignage d’une inscription extrêmement suspecte6, par Arcadius.

82L’affectation du temple au culte chrétien est attestée par trois inscriptions grecques gravées en surcharge sur les linteaux de la triple porte qui s’ouvrait dans le mur Sud du péribole, soit :

83Porte Ouest : Dieu est terrible dans la grande assemblée des saints; il est redoutable pour tous ceux qui l’entourent (Psaume 88,8).

84Porte Centrale : + Ton règne, Ô Christ, est un règne éternel, et ta domination subsiste dans tous les siècles (Psaume 145, 13).

85Porte Est : L’aigle a orné son trône ; son règne....

86Ces trois inscriptions peuvent remonter au règne de Théodose, mais aussi être plus récentes.

87Ces faits, rapprochés du caractère nettement byzantin du monument, ont été le point de départ de la théorie qui identifie l’église de Saint Jean avec la Mosquée des Omeyyades.

88D’après K. Wulzinger et C. Watzinger, la transformation du temple en église s’effectua en deux étapes. Tout d’abord (sous Théodose) l’enceinte fut laissée en son état primitif ; on se borna à consacrer le naos au culte chrétien, et à graver sur la triple porte Sud les inscriptions qu’on y lit.

89A une date postérieure, sur laquelle nous ne sommes pas autrement renseignés, on abattit le naos, et on édifia le long du mur Sud du péribole une basilique à trois nefs, coupée par un transept ; l’érection de ce dernier nécessita l’obturation partielle de la triple porte Sud. L’autel s’élevait dans la partie orientale de la nef, immédiatement contre le transept et en avant de l’édicule qui contenait la tête de Saint Jean. Un portique à arcades (auquel un second portique, disparu sans laisser de traces, constituait un pendant au Sud et à l’extérieur du péribole) entourait la cour (fig. 9).

Fig. 9. — L’église Saint Jean, d’après Watzinger et Wulzinger (schéma).

90Seuls, quelques remaniements (érection de la coupole du transept, du minaret Nord) marquèrent la transformation en mosquée.

91R. Dussaud a adopté la même interprétation, à l’exception de quelques détails (fig. 9 bis) : c’est ainsi qu’il repousse l’utilisation comme église du naos du temple de Jupiter, car son orientation n’était pas conforme aux exigences du rituel. D’après cet auteur, le naos fut détruit sous Théodose, et on édifia alors contre le mur Sud du péribole une basilique sans transept, à laquelle la triple porte du Sud servait d’entrée.

92Par la suite, on coupa cette basilique par un transept à charpente apparente, et l’entrée se fit depuis lors par le côté Nord de l’église, c’est à dire par la cour : la triple porte du Sud fut alors partiellement murée.

Fig. 9 bis. — L’Eglise Saint Jean (d’après R. Dussaud) : à gauche, état primitif ; — à droite, second état.

93Al-Walid se borna à construire la coupole du transept et le minaret Nord, et procéda à quelques remaniements « qui n’ont pas affecté le plan d’ensemble de la basilique chrétienne ».

94Le R. P. Lammens croit aussi que la salle de prière de la mosquée n’est autre que la basilique de Saint Jean ; seule, la coupole est l’œuvre d’al-Walid, qui modifia aussi le décor de l’édifice.

95Au contraire, Thiersch admet sans hésitation que le monument actuel est une œuvre musulmane ; il voit dans sa disposition une imitation de l’Augusteion de Byzance, avec la Chalké de Justinien.

96J. Strzygowski en attribue aussi l’érection aux architectes d’al-Walid, mais il en rattache le plan aux monuments de la Perse.

***

OPINION PERSONNELLE

97La théorie d’après laquelle la mosquée actuelle ne serait autre que l’église de Saint Jean me paraît difficilement soutenable.

98Tout d’abord, elle oblige ses partisans, pour rendre compte des multiples contradictions et inconséquences qu’elle entraîne, à faire état de reconstructions hypothétiques, qui ne sont attestées ni par les sources, ni par des inscriptions, et qui viennent compliquer inutilement l’histoire déjà chargée du sanctuaire.

99D’autre part, l’église que l’on retrouve au prix de ces suppositions offre, de l’aveu même des auteurs qui soutiennent son existence, des caractères trop exceptionnels pour ne pas faire naître le doute : la longueur démesurée du vaisseau, la place du transept (dont l’axe, par ailleurs, ne coïncide pas avec celui de la triple porte que ses inscriptions désignent comme faisant partie de l’église), l’absence de toute baie face à l’autel, l’ordonnance du mur Nord, etc., sont incompatibles avec les traditions architecturales de la Syrie chrétienne.

100En outre, cette théorie ne tient pas compte de l’emplacement de l’édicule qui abrite la tête de Saint Jean. L’église étant placée sous le vocable de ce saint, la crypte qui le renferme nous indique probablement l’emplacement du maître-autel : l’axe de l’église n’aurait donc pas coïncidé avec celui de la salle de prière actuelle, mais bien avec la rangée de colonnes que chevauche l’édicule élevé au-dessus de cette crypte. Le vaisseau, auquel la triple porte Sud aurait servi d’entrée latérale, aurait eu une largeur totale d’une vingtaine de mètres, et ne se serait développé que sur une partie seulement du mur Sud du péribole. Il me paraît impossible de pousser plus loin la restitution.

101Les colonnades qui précèdent les entrées Nord et Ouest du péribole (celle qui précédait la porte Est a aujourd’hui disparu) semblent avoir appartenu également à l’église.

102Enfin, le monument témoigne d’une parfaite homogénéité, et il est impossible d’admettre qu’il a été bâti par remaniements successifs. Les différences d’appareillage du mur Sud de la salle de prière, sur lesquelles on a voulu se baser pour en attribuer la construction à l’époque byzantine, proviennent de réfections partielles, effectuées à l’aide des anciens matériaux ; elles ne constituent donc pas un critère parfaitement sûr. De même, le décor est en si complète harmonie avec la construction qu’il n’a pu être exécuté indépendamment d’elle. — On doit donc considérer l’édifice comme ayant été élevé d’un seul jet, et y voir, sans intervention possible d’un moyen terme, ou une église ou une mosquée : la première hypothèse nous paraissant inadmissible, nous optons pour la seconde.

103On ne saurait faire état contre cette théorie du caractère byzantin du monument, car il n’est ni plus ni moins accentué que dans d’autres édifices omeyyades (Qoubbat as-Sakhra de Jérusalem, par exemple) dont l’attribution n’a jamais soulevé l’ombre d’une discussion.

  • 7 Les tours Sud-Ouest et Sud-Est de l’ancien temple, qui ne portent pas de dénomination spéciale dan (...)

104D’autre part, le plan centré sur la cour, l’insistance avec laquelle l’architecte a souligné Y axe Nord-Sud, c’est-à-dire la direction de la Mecque (minaret7, ordonnance de la façade du transept, coupole), le décalage de cet axe jusqu’au milieu de la longueur du péribole nous paraissent établir d’une façon irréfutable que l’édifice a été élevé pour les besoins du culte musulman.

105Nous admettons donc qu’ai-Walid a effectivement fait raser l’église de Saint Jean-Baptiste, ne laissant debout que le péribole de l’ancien temple et les salles qui lui étaient accolées sur ses faces Ouest et Est. A l’intérieur de cette enceinte, ses architectes, sans aucun doute des chrétiens de Syrie, disposant (comme nous l’apprennent les papyrus arabes d’Egypte) d’une main-d’œuvre fournie par la corvée, et des décorateurs appartenant à des écoles locales (E. de Lorey) ou venus de Byzance (tradition arabe), ont élevé selon leurs procédés traditionnels (triple nef de la salle de prière, caractères byzantins de la construction), mais en tenant compte des besoins du culte musulman (salle de prière allongée parallèlement au mur Sud, axe Nord-Sud), une Mosquée dont il est aisé de restituer la disposition originelle, en partant des vestiges qui nous en ont été conservés par les restaurations postérieures (pl. 1).

L’enceinte fortifiée

A. LE MUR D’ENCEINTE

106Dans son état actuel, le mur d’enceinte est l’œuvre du Moyen-Age, aussi bien sous le rapport de sa construction que sous celui de son tracé. Il ne coïncide plus avec la muraille antique que sur une partie du front Nord située au bord du Nahr ‘Aqrabâ (de Bâb as-Salâm à l’angle Nord-Est de l’enceinte) et une partie du front Est contigüe à Bâb Charqi du côté du Sud ; de même, les portes, à l’exception de Bâb al-Faraj et Bâb an-Nasr qui sont des créations musulmanes, marquent l’emplacement des portes romaines. Partout ailleurs, le tracé de l’enceinte antique a été modifié progressivement sans qu’il soit possible, en l’absence d’inscriptions, d’indiquer les étapes successives de cette transformation. On peut cependant affirmer qu’elle était déjà achevée au xiie siècle, puisque l’enceinte comporte un grand nombre de tours semi-circulaires, type qui fut abandonné par les ingénieurs syriens dès les premières années du xiiie siècle. Les importantes restaurations de l’atabeg Noûr ad-Din (vers 1160) consacrèrent définitivement la nouvelle configuration de l’enceinte, qui ne subit pas d’autre modification au cours des siècles suivants qu’un léger déplacement d’une partie du front Nord : de Bâb al-Faraj à Bâb as-Salâm, le mur fut reporté jusqu’au bord du Baradâ dans la première moitié du xiiie siècle, mais l’ancienne muraille, qui s’était maintenue sur son emplacement antique, fut conservée en arrière de la nouvelle ligne de défenses, comme le prouve l’existence en ce point de portes doubles (nos 11 et 12) et d’une rue appelée encore aujourd’hui « entre les deux remparts » (Beyri es-Soûreyri).

107De nos jours, le mur d’enceinte n’est plus directement accessible que sur la moitié orientale de son périmètre, de Bâb as-Salâm (au Nord) à la rue Kharâb ej-Jdid (au Sud). La moitié occidentale est masquée par des constructions modernes.

108Partout où il demeure visible, on y reconnaît plusieurs périodes de construction. Le soubassement, qui comporte des blocs de grandes dimensions provenant de la muraille romaine, est antérieur aux travaux de Noûr ad-Din (milieu du xiie s.) C’est à ceux-ci et aux réfections du xiiie siècle qu’appartiennent les assises suivantes, réglées sur une hauteur de 50 à 60 cm. et généralement très soignées. Un appareil plus petit (20 à 30 cm.) indique les réparations de la période mamelouke (xive au xvie s.), tandis que celles qui ont été effectuées depuis la conquête ottomane se reconnaissent à leur maçonnerie de moellons bruts.

109Le rempart est presque partout dans un état de ruine très avancé et on n’en voit plus que le blocage grossier qui formait l’âme du mur, les parements de pierre de taille ayant été arrachés pour être employés sur les chantiers de construction de la ville. Là où il est relativement bien conservé, les multiples restaurations dont il a été l’objet lui ont enlevé tout aspect imposant.

110Le seul fragment important de la muraille qui mérite encore quelque attention est situé sur le front Nord : de Bâb as-Salâm à Bâb Toûmâ, le rempart, dont l’approche était interdite par le fleuve qui lui sert de fossé, s’est conservé à peu près intact ; on y voit même des restes de crénelage.

111Deux tours nous sont parvenues dans un état de conservation satisfaisant et constituent des documents d’un certain intérêt :

7. Tour de Noûr ad-Din*

112Tour semi-circulaire bâtie par Noûr ad-Din en 1173. Une inscription de dimensions inusitées, remarquable par l’élégance de ses caractères et des fleurons qui la décorent, commémore une réparation effectuée en 1300, sous le règne d’an-Nâsir Mohammad, par l’émir Aq-qoûch al-Afram, gouverneur de Damas.

8. Tour d’as-Sâlih Ayyoûb*

113Tour d’angle carrée, bâtie en 1248 par as-Sâlih Ayyoûb ; mâchicoulis continu dont il ne reste que les consoles.

114En dehors de ces deux tours et des portes fortifiées qu’on va énumérer, la valeur du mur d’enceinte est essentiellement d’ordre topographique : à ce point de vue, il présente un grand intérêt, puisqu’il délimite avec précision l’aire occupée par la ville antique et médiévale.

B. LES PORTES FORTIFIÉES

9. BAB JABIYA*

115Reconstruite par Noûr ad-Din (2e moitié du xiie siècle) ; remaniée au xiiie siècle.

10. Bâb Toûmâ

116Rebâtie en 1227 par an-Nâsir Dâwoûd, puis restaurée en 1333 par Tingiz, gouverneur de Damas. Le soubassement de la porte est antique ; les défenses médiévales (bretèches à mâchicoulis et crénelage) sont bien conservées.

117Devant cette porte, restes d’un pont romain franchissant le Baradâ (sous le pont moderne).

11. BAB AL-FARAJ*

118La porte est double : la porte intérieure, dont les montants sont ornés d’une belle moulure, date de 1239. La porte extérieure a été reconstruite au xve s. (à droite et à gauche, sur les sommiers de l’arc, fleurs de lis : fig. 10). Une grosse tour (xve s.), aujourd’hui occupée par un moulin, protégeait l’espace demeuré libre entre les deux portes.

Fig. 10. — Bâb al-Faraj : blason.

12. BAB AL-FARADIS

119« Bâb el-’Amâra ».

120La porte est double : la porte extérieure remonte au xiiie s. De la porte intérieure (xve s.), il ne reste plus qu’un arc.

13. Bâb as-Salâm*

121Reconstruite en 1243 : la plus pittoresque des portes de Damas.

122Traduction De L’inscription Du Linteau : Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. La bâtisse de cette porte (puisse-t-elle être d’un heureux augure !) a été restaurée sous le règne de notre maître le sultan al-Malik as-Sâlih, le seigneur très auguste, le docte, le pieux, le champion de la guerre sainte, l’assisté de Dieu, le vainqueur, le victorieux, Najm ad-Dounyâ wa ad-Din (Etoile du Monde et de la Religion), le sultan de l’Islam et des Musulmans, celui qui rend justice aux opprimés contre leurs oppresseurs, celui qui extermine les infidèles et les polythéistes, celui qui détruit les pervers et les rebelles, celui qui anéantit les fauteurs de troubles dans le pays, le glorificateur de l’Islam, la ressource de l’humanité, la pierre angulaire de la dynastie, la gloire de la communauté musulmane, la grandeur de la foi, le seigneur des rois et des sultans, Ayyoûb, fils d’al-Malik al-Kâmil, fils du sultan al- Malik al-’Adil Sayf ad-Din Aboû Bakr fils d’Ayyoûb, le défenseur du Prince des Croyants. Le travail a été effectué sous la direction du pauvre serviteur Ya’qoûb fils d’Ibrâhim fils de Moûsâ, en l’année 641 (1243).

14. BAB KAYSAN

123La porte datait du xive s. Elle a été démolie récemment et on a élevé sur son emplacement la « Chapelle de Saint Paul ».

C. La citadelle (n° 15.)

124«El-Qal’a»

125Pour entrer demander l’autorisation au Commandant d’Armes de la Citadelle. Pour voir l’entrée orientale, s’adresser au factionnaire de la Prison Civile, à côté du Banco di Roma ; de cette même rue, on pourra voir le donjon (Prison Prévôtale) qui ne se visite pas.

126La disposition actuelle de l’édifice (fig. 11) ne remonte pas au-delà du xiiie s., mais des vestiges antiques conservés à l’intérieur de son enceinte permettent de reconnaître l’agencement primitif de la forteresse romaine et byzantine à laquelle elle a succédé : celle-ci formait un carré de 120 mètres environ de côté, avec à chaque angle une tour percée de meurtrières et au milieu de chaque face une porte flanquée de deux saillants. L’ancienne tour d’angle Nord-Est est bien conservée ; les portes des côtés Nord et Est sont indiquées par les entrées de la citadelle médiévale.

127Nous savons peu de choses sur l’histoire de celle-ci jusqu’au xiiie s. : il est probable qu’elle conserva à peu près intacte la disposition du castrum romain.

128En 1206, le sultan d’Egypte al-Malilc al’Adil, frère de Saladin, décida de reconstruire la forteresse, dont les défenses ne cadraient plus avec les progrès de l’art militaire ; les princes de Syrie, ses vassaux, durent collaborer aux travaux, qui durèrent une dizaine d’années. Le rempart fut reporté en avant de tous les côtés ; les entrées furent renforcées, et on bâtit dans la partie Ouest de la nouvelle citadelle un palais qui servit de résidence aux souverains de Damas jusqu’à l’invasion des Mongols (1260). Lorsque ceux-ci s’emparèrent de la ville ils incendièrent le palais et démantelèrent les tours et les murailles ; Baybars fît réparer ces dégâts. Plus tard, Tamerlan démolit une partie du front Nord et du front Ouest avec ses machines de guerre. Sous la domination turque, la citadelle, laissée à l’abandon, tomba peu à peu en ruines ; son fossé est aujourd’hui comblé et des constructions modernes la masquent de toutes parts.

Fig. 11. — La citadelle La teinte noire indique les travaux d’al-Malik al-’Adil ; les constructions*antérieures et postérieures sont indiquées respectivement par des hachures croisées et des hachures.

129L’entrée actuelle (A), sur la face Ouest, correspond à l’ancienne « Porte Secrète » (Bâb as-Sirr), réservée à l’usage du souverain. Immédiatement à droite, dans la cour, un bâtiment (B) percé au rez-de-chaussée de baies en arc brisé est le dernier reste du Palais Royal : c’étaient les appartements du sultan et de sa famille. Deux des salles du rez-de-chaussée ont conservé l’enduit de plâtre décoré qui recouvrait leurs voûtes ; l’étage, formé de salles voûtées, comporte en façade une série d’arcs aveugles. L’étage supérieur a disparu. Devant ce bâtiment, un reste de dallage en mosaïque de marbre (C) provient peut-être des salles d’audience du palais.

Fig. 12. — La Citadelle (tour D).

130Un peu plus loin, deux belles tours (D et E), datant des premières années du xiiie s., sont demeurées presque intactes (fig.12). Elles se composent de trois salles voûtées superposées, défendues chacune par 5 meurtrières, et d’une plate-forme crénelée (20 meurtrières et 4 bretèches à mâchicoulis). Chaque tour forme un rectangle de 13 m. X 26 m. ; la hauteur des créneaux au fond du fossé était d’environ 25 m. La même disposition se retrouvait à l’origine dans toutes les tours de la forteresse, ainsi que la maçonnerie à bossages, dont l’épaisseur atteint 3 m. 40.

131En face de la tour D, à gauche, s’ouvre l’entrée Nord de la citadelle, qu’on appelait « la Porte de Fer » (Bâb al-Hadid). De la porte extérieure F (refaite au xve s.) à la porte intérieure G, le passage voûté ne décrivait pas moins de 5 coudes à angle droit ; une petite coupole servait à l’éclairage du couloir ; ce dernier ouvrait sur la cour par un grand arc trilobé, aujourd’hui à demi enterré. Un long hall voûté H, maintenant utilisé comme prison, réunissait directement l’entrée Nord à l’entrée Est, permettant de traverser la citadelle de part en part.

132Au fond de la cour, on voit encore le grand hall (J) dans lequel débouchait l’entrée orientale : c’est une salle carrée (20 m. X 20 m.) qu’éclairait une coupole soutenue par 4 grosses colonnes à chapiteaux corinthiens, provenant de quelque monument antique.

133L’entrée orientale sert aujourd’hui d’entrée à la Prison Civile et n’est plus accessible de la cour. La porte actuelle K ne date que de 1313 : on bâtit alors un mur entre les deux tours qui flanquaient l’entrée, et on y perça une baie surmontée d’un mâchicoulis. L’entrée primitive L (1213) est un des plus beaux portails à alvéoles qui existent en Syrie ; il a été vraisemblablement élevé par un architecte d’Alep ; sur son linteau et ses montants ont été gravés au xve s. des décrets relatifs à l’organisation de l’armée et à l’administration de la citadelle. Cette porte, moins menacée que la Porte de Fer puisqu’elle ouvrait vers la ville, est d’un dispositif plus simple : le couloir ne fait ici qu’un seul coude ; il abritait une petite mosquée dont les voûtes sont couvertes d’un beau décor de plâtre analogue à celui du palais.

134La tour qui occupait l’angle Nord-Est du rempart (M) servait sans doute de Donjon ; sa face Est a conservé une inscription du xiiie s., dans un beau cadre mouluré, et un joli mâchicoulis du début du xvie s.

16. Sarcophage de Fâtima*

135Dans le Cimetière de Bab Saghir.

136Cuve de pierre portant de splendides inscriptions coufiques de style fatimide (fig. 13) : verset du Coran et épitaphe d’une inconnue, Fâtima fille d’Ahmad as-Sibti (1048), qui appartenait peut-être à la famille de ‘Ali. Le mausolée lui-même est moderne.

Fig. 13. Sarcophage de Fâtima : fragment de l’inscription

17. MAUSOLÉE DE SAFWAT AL-MOLK

137Ce dernier reste du « Couvent des Paons » (Khânaqâh Tawoûsiya) est le mausolée qui abritait le tombeau du prince seldjoukide Doqâq, et celui de sa mère Safwat al-Molk (1110-1111). Construction en moellons et en briques; coupole centrale épaulée par deux demi-coupoles ; dans le mur Sud, décor lobé. Dans les niches des demi-coupoles, formules pieuses en caractères coufiques, peintes sur plâtre (le tracé à la pointe est encore visible sur l’enduit). Ce sont peut-être ces inscriptions, dont les hampes s’entrelacent en combinaisons géométriques, qui avaient valu à ce mausolée le nom de ((Coupole des Paons».

138Damas n’a pas conservé d’autre monument de l’époque seldjoukide.

18. Cénotaphe de Soukayna*

139Dans le cimetière de Bâb-Saghir.

140Cénotaphe de Soukayna, fille d’al-Hosayn, arrière petite-fille de Mahomet (première moitié du xiie siècle). La caisse, en bois de noyer, est décorée d’un riche entrelacs floral de style fatimide sur lequel s’enlèvent de grandes inscriptions en coufique tressé.

19. L’Hôpital de Noûr ad-Din* (fig. 14)

141« el-Mouristân ».

142L’édifice est aujourd’hui occupé par un orphelinat de fillettes musulmanes, ce qui en rend la visite à peu près impossible ; on ne peut généralement pénétrer que dans le vestibule.

143Un des hôpitaux les plus célèbres du monde musulman. Bâti en 1154 par Noûr ad-Din, il fut restauré en 1283, puis une seconde fois au xviiie s., mais ces réparations n’ont pas changé d’une manière notable l’aspect du monument.

144Le portait (A) forme saillie sur la façade ; il n’est pas certain que son décor d’alvéoles date de la construction primitive. La porte d’entrée est surmontée d’un fronton arraché à quelque monument antique, sur ses vantaux, des lames de fer et des clous dessinent un bel entrelacs géométrique (deux beaux heurtoirs) ; sur leur face intérieure, ces vantaux sont ornés de panneaux de bois sculpté d’un style et d’une exécution remarquables.

Fig. 14. — Hôpital de Noûr ad-Din (schema).

145A droite du portail, une jolie fontaine (B) élevée lors de la restauration de 1283.

146Le vestibule (C) est couvert par une coupole dalvéoles épaulée par deux demi-coupoles du même type ; les unes et les autres sont exécutées en mortier sur un bâti de bois et se rattachent à l’architecture musulmane de Mésopotamie.

147La porte qui donne accès à l’intérieur du monument (vantaux anciens) est surmontée de l’inscription suivante :

  • 8 Coran, 2, 264.
  • 9 Coran, 73,20.
  • 10 Coran, 93, 28.

Au nom de Dieu, etc... Ceux qui dépensent leurs richesses pour l’amour de Dieu, sans faire suivre leur geste de reproches ou de mauvais procédés, trouveront leur salaire auprès de leur Seigneur et n’auront pas lieu de craindre, car ils ne seront point inquiétés8. — Tout le bien que vous aurez fait en faveur de vos âmes, vous le retrouverez auprès de Dieu, car il est le meilleur et nul ne récompense plus largement9. — Le Prophète de Dieu (que Dieu le bénisse !) a dit : « Quand un homme meurt, son œuvre est anéantie, sauf sur trois points : une science dont d’autres peuvent tirer profit, un fils pieux qui prie pour lui et une œuvre charitable qui dure ». Le souverain, le défunt sultan, celui qui a combattu pour l’amour de Dieu, Noûr ad-Din Aboû al-Qâsim Mahmoûd fils de Zangi fils d’Aq-Sonqor (que Dieu sanctifie son âme !) fut un de ceux en qui Dieu, l’Exalté, le Très-Haut, a réuni toutes les qualités de l’univers. Une des conditions du wakf qu’il a lui-même témoigné avoir fondé est qu’il l’a constitué en faveur de l’hôpital qui est connu comme ayant été créé par lui et qu’il a destiné au traitement des pauvres et des gens dénués de ressources parmi les musulmans malades dont on espère la guérison ; et il implorait l’assistance de Dieu Très-Haut contre quiconque tenterait de changer les dépenses de son wakf et de les détourner de l’affectation qu’il leur avait assignée. Celui-là, il l’actionnera et lui fera son procès devant Dieu le jour où toute âme verra présents devant elle le bien et le mal quelle aura faits ; elle désirera alors qu’un espace immense la sépare de ses mauvaises actions10. Ce qui était tombé en ruines de la bâtisse et des wakfs de cet hôpital a été réparé sous le règne du sultan juste, al-Mansoûr Qalâwoûn, ancien mamelouk d’al-Malik as-Sâlih (que Dieu perpétue son pouvoir !). Les travaux ont été dirigés par celui qui a besoin de Dieu Très-Haut, 5Omar fils d az-Zab (?) ; que Dieu lui pardonne, ainsi qu’à ceux des musulmans qui l’ont aidé à restaurer ce wakf, que Dieu bénisse ! L’achèvement de la réparation a coïncidé avec la seconde décade du mois de Rabi’ II 682 (juillet 1283).

148La cour centrale (D) a chacun de ses côtés occupé par un iwân. C’est sous Yiwân principal (E) que se donnaient les consultations et les cours de médecine ; c’est là que se trouve Y inscription (aujourd’hui dissimulée par un plancher) qui commémore la fondation de l’hôpital ; elle est gravée au-dessus du mihrah, sur une table semi-circulaire en marbre blanc provenant de quelque couvent d’une ville conquise par Noûr ad-Din (table d’autel ou table de réfectoire) ; d’autres tables identiques sont encastrées dans les murs de la salle : l’une d’elles (F) porte l’esquisse d’un décor sculpté. A la cimaise régnait un bandeau de marbre blanc portant, en incrustation de stuc noir, des versets du Coran :

  • 11 Coran, 10, 58.
  • 12 Coran, 16, 71.
  • 13 Coran, 26, 78-80.

O hommes ! Il vous est venu de votre Seigneur un avertissement et un remède pour (le mal) qui est dans vos cœurs11. — Il sort de leurs entrailles des liqueurs de couleurs variées (qui contiennent un remède pour les hommes)12. — C’est Dieu qui m’a créé et c’est lui qui me guide. C’est lui qui me nourrit et qui m’abreuve. C’est lui qui me guérit quand je suis malade...13.

149L’iwân Sud (G) est plus somptueusement décoré, vraisemblablement parce qu’il servait d’oratoire : le mihrab est formé par une table semi-circulaire de marbre blanc, sculptée de feuilles de vigne et de grappes de raisins sortant de cornes d’abondance. Au-dessus, une frise de marbre reproduit le même motif, interrompu dans l’axe de la salle par un cercle meublé d’une fleur de lis. Les murs sont revêtus d’une marqueterie de marbre, où figurent quatre tables de marbre, dont deux (de forme rectangulaire) provenant d’autels d’églises romanes.

150A droite de l’iwân Sud, une fenêtre (H) a conservé l’armature de plâtre d’un vitrail.

20. DAR AL-HADITH DE NOUR AD-DIN

151Bâti par Noûr ad-Din entre 1154 et 1174; ce serait la plus ancienne école de tradition prophétique du monde musulman. Construction en pierre et en brique (très dégradée) ; moulure autour de la porte ; mihrab fait d’une très belle conque antique.

21. Bain de Noûr ad-Din*

152« Hammâm el-Bzoûriyé ».

153Bain public bâti vers 1165 par Noûr ad-Din et constitué wakf par lui au profit de son collège funéraire (n° 22). Bain type remarquable par la proportion harmonieuse de ses coupoles.

22. MADRASA NOURIYA *

154Collège funéraire de Noûr ad-Din (1172). Le plan est ancien mais la presque totalité de l’édifice est récente dans son état actuel. Portail à clef pendante. Au fond de la cour, iwân avec voûte d’alvéoles. Bassin d’un type inusité. La partie la plus intéressante est la salle du mausolée, qui renferme le tombeau de Noûr ad-Din et qui est couverte par une coupole d’alvéoles de style mésopotamien semblable à celle de l’hôpital (n° 17). L’extrados de cette coupole (fig. 15) est visible des terrasses de l’édifice.

155La coupole accolée au portail du côté du Nord n’appartient pas à ce monument : c’est la madrasa Najibiya, collège funéraire de l’émir Aq-Qoûch an-Najibi, gouverneur de Damas, qui fit réparer les mosaïques de la Mosquée des Omeyyades sous le règne de Baybars (v. p. 17) et qui mourut en 1278.

Fig. 15. — Madrasa Noûriya : la coupole du mausolée.

23. MAUSOLÉE DE ZAYN AD-DIN

156« Sitt ech-Châm ».

157Mausolée dun émir inconnu, Zayn ad-Din fils de ‘Alâ ad-Din (1172). C’est le plus ancien exemple daté de coupole funéraire sur tambours à 8 et 16 côtés (type normal du mausolée jusqu’au xive s.).

24. MADRASA FARROKHCHAHIYA*

158Mausolée de Farrokh-Châh, neveu de Saladin et prince de Baalbeck (1183) ; la construction est caractéristique du xiie siècle ; à l’intérieur, de grands médaillons d’entrelacs floraux peints dans les niches d’angles de la coupole (fig. 16).

Fig. 16. — Madrasa Farrokhchâhiya : peintures de la coupole (bleu de cobalt).

159La coupole qui a été accolée à l’édifice du côté du Sud est le mausolée de Bahram-Châh, fils de Farrokh-Châh (1229-30) : c’est le type de la coupole funéraire du xiiie siècle.

25. MAUSOLÉE ANONYME

160« Soultân Hasan ».

161C’est sans doute la tourba Najmiya (2e moitié du xiie s.), dans laquelle furent enterrés plusieurs parents de Saladin : son frère Châhân-Châh, prince de Baalbeck, son fils al-Malik al-Mansoûr Hasan, et son cousin-germain Fath ad-Din, fils de Chirkoûh. Coupole à côtes bien conservée, typique de la construction du xiie s. ; à l’intérieur, curieuse frise de stuc et entrelacs géométriques peints dans les niches de la coupole.

26. Madrasa Châmiya Extra-Muros*

162Collège bâti par Sitt ach-Châm, sœur de Saladin (avant 1186). Les seules parties de l’édifice datant de la fondation sont le portail, le bassin et la salle de prière : le reste, restauré au xve s., demeure sans intérêt. La salle de prière, couverte par une voûte d’arêtes, conserve un des plus beaux ensembles de plâtre sculpté de Damas, et en tous cas le plus complet de tous : les bandeaux à entrelacs floral du mur Nord (fig. 17), le mihrab, les deux médaillons des murs Est et Ouest sont particulièrement remarquables. Au centre de la salle, 3 tombeaux anciens portant de très belles inscriptions : ils abritent les corps de Tourân-Châh, frère de Saladin et prince du Yémen, mort à Alexandrie en 1180 (tombeau Sud), de Nâsir ad-Din Mohammad, cousin-germain de Saladin et prince de Homs, mort en 1186 (tombeau central), et de Hosâm ad-Din Mohammad, fils de Sitt ach-Châm, mort en 1191 (tombeau Nord). Dans la seddé9 rampe ancienne en bois ; au-dessus du mihrab et dans les murs Ouest et Est, armature de vitraux anciens.

Fig. 17. — Madrasa Châmiya : décor de stuc sculpté (fragment).

27. Madrasa ‘Aziziya*

163Il n’en reste que le mausolée, couvert par une coupole à côtes sous laquelle se trouve le tombeau de Saladin. Le tombeau qui occupe le centre de la salle est moderne, mais Y ancien cénotaphe (1195) en bois sculpté est conservé à côté : le décor en est particulièrement brillant (entrelacs floraux (fig. 18) ; bandeau épigraphique se détachant sur un fond sculpté de pampres sortant de cornes d’abondance).

164Sur le mur Sud de la salle, revêtement de faïences du xviie s. Vitraux anciens (xviie s.).

Fig. 18. — Madrasa ‘Aziziya : détails du cénotaphe.

28. MAUSOLÉE ANONYME DU DAHDAH

165Jolie coupole funéraire anonyme, (fin du xiie s.) à la quelle était accolé un oratoire (fig. 19).

Fig. 19. — Mausolée anonyme du Dahdâh

29. Mausolée d’Ibn al-Moqaddam

166« Qabr Sayyidnâ Talha ».

167Mausolée d’un émir d’Alep, Ibrahim Ibn al-Moqaddam (mort en 1200). La construction est exécutée selon les méthodes de la Syrie du Nord ; au contraire, les grandes alvéoles qui portent la coupole sont ornées, suivant le procédé damasquin, de plâtre sculpté en parfait état de conservation (un des plus beaux ensembles de Damas).

30. BAIN D’OSAMA

168« Hammâm Sâmi ».

169Bain privé de l’émir Osâma al-Halabi (vers 1204) ; belles coupoles, dallages anciens (fig. 20 et 21).

Fig. 20. — Bain d’Osâma. 1 : Salle de déshabillage (apodyterium). — 2 : latrines. — 3-4 : Salles tièdes (tepidarium). — 5-6 : Salles chaudes (caldarium). — 7 ; étuve (sudatorium). — 8 : réservoir de vapeur. — 9 : chaudière.

31. MASJID FOLOUS

170« Jâmi’ Aboû Floûs ».

171Il n’en reste que le mihrab, orné d’un décor de plâtre sculpté (premières années du xiiie s.) comparable à ceux du jâmi’ Mozaffari (n° 90).

Fig. 21. — Bain d’Osâma. Coupe transversale montrant la disposition du foyer.

32. Madrasa ‘Adiliya

172Musée National Syrien.

173La construction en fut commencée par Noûr ad-Din, continuée par al-Malik a-’Adil (qui y fut enterré en 1218), et achevée après sa mort en 1222. Le monument appartient à l’école architecturale de la Syrie du Nord (fig. 23) ; son plan (fig. 22) reproduit avec quelques variantes celui de la madrasa Noûriya (n° 22). En A, le portail (clef pendante, deux coupolettes d’alvéoles, entrelacs géométrique, belle moulure en relief) ; en B, le mausolée d’al-Malik al- ’Adil, avec une vaste coupole sur glacis d’alvéoles ; en C, l’ancienne salle de prière ; en Z), l’iwân ; en F, les chambres des professeurs et des étudiants ; devant l’iwân, restes d’un beau dallage.

Fig. 22. — Madrasa ‘Adiliya.

Fig. 23. — Madrasa ‘Adiliya : Façade Est-

33. MADRASA ‘IZZIYA EXTRA-MUROS*

174Mausolée de l’émir Aybeg, gouverneur deSalkhad (1224). Il n’en reste que le portail, d’un type curieux, et la salle funéraire (fig. 24) ; fleurons peints sur la coupole ; à l’intérieur, beau médaillon de plâtre sculpté.

34. MAUSOLÉE DE MAHMOUD FILS DE ZANGI*

175Mausolée de Noûr ad-Din Mahmoûd fils de Zangi, prince de Qarqisiyâ (Circesium, au confluent du Khâboûr et de l’Euphrate), mort en 1227., et de son fils al-Malik az-’âfir Hosâm ad-Din, mort en 1238. Construction en pierre et brique. Mihrab avec décor passementé en pierre noire et rouge (un des deux seuls exemples de ce genre de décor connus à Damas).

35. JAMID AT-TAWBA*

176Mosquée bâtie en 1234 sur l’emplacement d’un lieu de débauche, d’où son nom : la Mosquée du Retour à Dieu. L’édifice est surtout intéressant par son plan, inspiré de celui de la Mosquée des Omeyyades. Beau portail à alvéoles (façade Est) ; dans la coupole du mihrab, armatures de vitraux.

Fig. 24. — Madrasa ‘Izziya Extra-Muros.

36. « Hammam el-Jôzé »

177Bain public de la première moitié du xiiie s., avec octogonale couverte par une coupole à côtes.

37. LATRINES PUBLIQUES

178Longue salle couverte par des voûtes et des coupoles à oculus assurant la ventilation du local. Bassins anciens (première moitié du xiiie s.).

38. MADRASA QILIJIYA*

179Collège funéraire de l’émir Sayf ad-Din Qilij, mamelouk de Noûr ad-Din (fondée en 1247, achevée en 1253 ; — incendiée par Tamerlan et restaurée en 1518). Les seuls restes du monument primitif sont : le portail (clef pendante), la façade (premier exemple à Damas d’appareil bichrome employé sur une façade entière), et la coupole du mausolée, d’un type insolite. Sur les linteaux des fenêtres, vers du fondateur :

Cette maison qui est la nôtre, et dans laquelle nous sommes, est la vraie maison, et tout excepté elle périra.
Construis donc, autant qu’il t’est possible, une maison vers laquelle tu seras sous peu transféré,
Et pratique le bien pour qu’il t’y tienne compagnie, comme un ami tient compagnie à son ami.

39. Jâmi’ Yelboghâ*

180Mosquée bâtie en 1264 sur la place du Marché aux Chevaux, restaurée en 1401, puis en 1443 par le gouverneur de Syrie Yelboghâ (d’où le nom de l’édifice), puis à nouveau au xviiie s.

181La disposition de l’ensemble est celle de la Mosquée des Omeyyades ; une coupole surmontait primitivement le mihrab. Portail Est à alvéoles (à côté, restes de décrets du xve s. relatifs à la vente des chevaux) ; portail Ouest couvert par une voûte curieuse. Dans la salle de prière, niches et fenêtres à alvéoles; sur le mur Sud, magnifiques bandeaux de plâtre sculpté (inscription coufique sur fond de rinceaux) rappelant ceux de la mosquée du sultan Hasan, au Caire ; vitraux anciens.

40. Madrasa Zâhiriya Intra-Muros*

182Bibliothèque Nationale.

183Collège funéraire du célèbre sultan Baybars et de son fils Baraka-Qân. A l’origine, c’était une maison particulière, celle dans laquelle habitait le père de Saladin. A la mort de Baybars, son fils en fit l’acquisition pour une somme de 60 000 dirhems, et la fit transformer en collège funéraire, mais on se borna à y élever un mausolée à coupole et un portail : l’iwân actuel et le bain qui est contigu au monument du côté du Nord sont sans aucun doute des restes de la maison primitive. Les travaux de reconstruction, commencés le 15 Octobre 1277, furent terminés en quelques mois.

184Façades Ouest et Sud ornées de grands médaillons gravés autour des oeils de bœuf du mausolée. Le portail à alvéoles, en pierre noire et jaune avec incrustation de marbre, est une œuvre particulièrement remarquable : il porte trois bandeaux d’inscriptions qui sont de véritables chefs d’œuvre de calligraphie arabe (les deux bandeaux supérieurs énumèrent les immeubles constitués wakf pour l’entretien de la fondation ; le bandeau inférieur donne la date de la construction). Dans l’angle gauche du portail, sur une alvéole, signature de l’architecte, Ibrâhim fils de Ghanâim, le même qui avait élevé à Damas le palais de Baybars.

185La porte du mausolée est entourée d’un beau décor géométrique gravé (polygones étoilés). Les murs de la salle funéraire sont revêtus de marqueteries de marbre polychrome, entourées de bandeaux sculptés de pampres et de cornes d abondance. Au dessus court une frise de mosaïque en pâte de verre, où des constructions et des arbres s’enlèvent sur un fond d’or (fig. 25) ; les tympans et les arcs des fenêtres sont également ornés de mosaïque (rinceaux d’acanthe sur fond d’or).

Fig. 25. — Madrasa Zâhiriya : détail de la frise de mosaïque (schéma).

186Mihrab d’une grande élégance, encadré par un vaste panneau d’incrustations de marbre. Au centre de la salle, fragment du cénotaphe de Baybars, en bois sculpté.

41. JAMID TINGIZ

187Ecole Militaire.

188Mosquée bâtie en 1317 par Tingiz, vice-roi de Syrie. La cour a été transformée. Dans la salle de prière, mihrab orné de mosaïque en pâte de verre (aujourd’hui recouverte de peinture) et blasons de Tingiz, peints sur la voûte des deux portes d’entrée (fig. 26). Belle façade noire et jaune avec deux portails à alvéoles. Sous la coupole funéraire, tombeau du fondateur avec mosaïque de marbre sur le soubassement. Minaret polygonal avec incrustations de faïence bleu turquoise (premier exemple damasquin de ce genre de décor).

Fig. 26. — Jâmi’ Tingiz : blason peint.

42. TOURBA KOUKABAIYA*

189« Cheykh Nihlâwi ».

190Mausolée de Sotayta, épouse de Tingiz (1329). Mausolée double avec portail à stalactites ; à l’intérieur, revêtement de plâtre sculpté (inscriptions et blasons de Tingiz).

43. MAUSOLÉE DE BAHADOUR-AD*

191Mausolée de l’émir Bahâdour-Ad, commandant de mille dans la garnison de Damas (1329) ; deux coupoles jumelées de type ayyoubide.

44. DAR AL-HADIT DE TINGIZ*

192Ecole de tradition prophétique bâtie en 1338-39 par Tingiz. Beau portail à stalactites ; intérieur remanié.

45. « Sebil el-Baridi »

193Très jolie fontaine avec voûte à stalactites. Blasons (anonyme ; dernières années du XIIIe s. ou début du xive s.).

46. TOURBA AFRIDOUNIYA

194« Jâmi’ el-’Ajami ».

195Ecole d’enseignement du Coran et mausolée du négociant persan Afridoûn el-’Ajami (mort en 1348). Plan cruciforme ; jolie façade en pierre noire et blanche, sous l’influence artistique de l’Egypte. Portail (sur la voûte, signature de l’architecte), fenêtres et pans coupés à stalactites. Dans le mihrab, chapiteaux francs.

47. Mausolée d’Arâq*

196« Sidi Soheyb ».

197Mausolée de l’émir Arâq, ancien gouverneur de Safad (1349). Mausolée double, avec adjonction de deux iwâns derrière les coupoles. Façade polychrome : appareil noir et blanc, avec incrustations de faïence bleu turquoise autour du portail (ce dernier à stalactites, avec décor passementé). Sous la coupole Nord, cénotaphe en bois sculpté.

198Dans la mosquée contigüe du côté du Sud, très beau cénotaphe en bois sculpté incrusté d’ivoire (milieu du xiiie s.).

48. « WELI CHAYBANI »

199Petit mausolée anonyme (xive s.), peut-être celui de l’émir Sayf ad-Din Ibn Ji’ân (mort en 1353). Portail à alvéoles avec blasons du fondateur; façade ornée d’incrustations de pierre noire. A l’intérieur, revêtement de plâtre sculpté (pampres chargés de grappes et décor à défoncement linéaire).

200Dans la façade, claires-voies antiques en basalte obturant les fenêtres.

49. « Hammam el-Ward »

201Beau bain public du xive s. avec coupoles sur alvéoles.

Fig. 27. — Jâmi’ Manjak : le minaret.

50. JAMI’ MANJAK

202Bâtie par l’émir Ibrâhim fils de Manjak (1368). Type de la grande-mosquée de l’époque mamelouke. Le minaret est le seul de Damas qui ait conservé l’assemblage de perches destiné à recevoir des lampes pendant le mois de Ramadan (fig. 27).

51. « MËDRÉSÉ QOUNOUCHLIYÉ »

203Petit mausolée anonyme à coupole (xive s.). Blason curieux.

52. « JAMID JOUBAN »

204Mausolée anonyme (xive s.) : il n’en reste plus que la façade ornée d’incrustations en pierre noire et de blasons.

53. KHANAQAH YOUNISIYA*

205« Jâmi’ et-Taoûsiyé ».

206Couvent bâti par l’émir Yoûnis, secrétaire du sultan Barqoûq (1382). Il n’en reste plus que la façade Est (portail à stalactites avec décor passementé) et la coupole funéraire (type remarquable ; à l’extérieur, fleurons peints).

Fig. 28. — Mausolée de Yachbak (?) : plan.

54. Mausolée de Yachbak (?)*

207« Jâmi’ et-Teynabiyé ».

208Mausolée d’un gouverneur de Damas, Yachbak (ou : Tanbak ?) al-Hasani ; date incertaine (1395, ou plus probablement : 1377). Le monument groupe deux salles à coupole (fig. 28) ; un mausolée (au Nord) et une salle de prière (au Sud). Belle façade avec portail à stalactites, décoration polychrome et blasons. Coupoles sur glacis d’alvéoles (fig. 29). Dans la salle de prière, armature d’un vitrail ancien (décor géométrique).

55. « Médrésé Rachidiyé »

  • 14 Identification proposée par M. L. MAYER, du Department of Antiquities de Jérusalem.

209Mausolée anonyme, peut-être celui d’Achaq-Timour, gouverneur de Damas (vers 1385)14. Semblable au n° 54; fleurons peints sur les coupoles.

56. « Sebil el-Khazné »*

210Fontaine élevée par l’émir Sayf ad-Din Jarkas, grand-chambellan de la province de Damas (1405) ; la moulure et son amortissement proviennent d’un monument des Croisés.

57. MASJID AL-AQSAB

211« JâmP es-Sâdât ez-Zeynabiyé ».

212Reconstruite en 1408 par Nâsir ad-Din Mohammad fils de Manjak. Grande-mosquée mamelouke du type courant avec minaret carré et dallage décoratif. Mihrab entouré de mosaïque de marbre avec incrustations de faïence bleu turquoise. Dans le mur Sud de la salle de prière, 4 disques de faïence des ateliers de Damas (décor bleu-gris, ou bleu-gris et vert, sur fond blanc). Dans la cour, chapiteaux antiques remployés.

Fig. 29. — Mausolée de Yachbak (?) : glacis d’alvéoles (la teinte noire indique les surfaces en encorbellement).

58. « HAMMAM ER-RIFADI »

213Bain mamelouk (xive-xve s.) d une composition curieuse et extrêmement pittoresque.

59. Jâmi’ at-Tawrizi*

214« Jâmi’ Teyroûzi ».

215Mosquée funéraire de Ghars ad-Din Khalil at-Tawrizi, grand-chambellan de la province de Damas (1420). Façade à assises noires et blanches, influencée par l’art mamelouk du Caire. La salle funéraire, placée dans l’axe du mihrab, est revêtue de carreaux de faïence du xve s., fabriqués à Damas dans le style local ; leur décor, exécuté en bleu de cobalt et vert sur fond blanc présente des traces d’influence chinoise (fig. 30). Dans la salle de prière, revêtement analogue (mur Sud), vitraux anciens et restes de plafonds peints. Minaret (1429) isolé de l’autre côté de la rue qui longe la façade.

Fig. 30. — Jâmi3 at-Tawrizi : carreaux de faïence.

60. Madrasa Jaqmaqiya*

216Collège funéraire de Jaqmaq, gouverneur de Damas, qui l’éleva sur l’emplacement d’un collège plus ancien incendié lors du pillage de Damas par Tamerlan ; il fut achevé en 1421. Plan original ; façades à décor polychrome. Sur les murs de la salle de prière et du mausolée, mosaïques de marbre et de nacre (fig. 31) ; bois et marbres sculptés (d’une exécution médiocre).

Fig. 31. — Madrasa Jaqmaqiya : détail des mosaïques du mihrab.

61. MAUSOLÉE ANONYME

217« Cheykh Hasan ».

218Mausolée double, peut-être celui de Tanbaq-Miq, gouverneur de Damas (1423).

219Sous la coupole Sud, tombeau d’Ahmet-Pacha, frère du grand-vizir Iyas-Pacha (1534)*.

62. MOSQUÉE DE BARS-BAY*

220« Jâmi’ el-Ward ».

221Mosquée funéraire de Bars-Bây, grand-chambellan de Damas (achevée en 1427), qui mourut en 1448. Le minaret, qui constituait la partie la plus intéressante de l’édifice, a été récemment démonté. A la porte d’entrée, heurtoirs anciens.

63. « Jâmi’ Hichâm »*

222La seule partie intéressante de l’édifice est son minaret, de forme octogonale, bâti par un chef de la chancellerie de Damas en 1427.

64. « Hammâm et-Teyroûzi »

223Bain public, bâti par le même émir que le n°59, et achevé en 1444. Belle composition caractéristique des bains du xve s.

65. MADRASA SABOUNIYA*

224Ecole d’enseignement du Coran et mausolée du commerçant Chihâb ad-Din Ahmad Ibn as-Sâboûni (fondée en 1459, achevée en 1464). Caractéristique de la dégénérescence de l’architecture sous les derniers mamelouks. Façade à incrustations noires et portail à stalactites ; minaret ; coupole ornée de fleurons peints. Boiseries anciennes. Heurtoirs.

66. « Madanet el-Qal’i »

225Beau minaret carré avec encorbellements de stalactites et incrustations de faïence bleue (vers 1470 ; inachevé).

67. « HAMMAM ES-SOULTAN »*

226Bain public bâti sur l’ordre du sultan Qâyt-Bây (1468-1496), don} les armoiries ornent le portail. Belle composition, portail à stalactites. Le seul bain de Damas qui ait conservé intactes sa façade et sa salle de déshabillage.

68. RESTES D’UN PALAIS MAMELOUK

227« Beyt el-’Ajlâni ».

228Façade intérieure d’une grande maison du xve s., élevée sur des soubassements plus anciens.

69. MADRASA SIBAIYA

229« Jâmi’ el-Kharrâtin ».

230Collège funéraire de Sibây, gouverneur de Damas, bâti de 1509 à 1515 avec des matériaux pris dans divers monuments plus anciens. Ensemble très bien conservé. Façade noire et blanche, avec portail à stalactites et minaret d’un style décadent. Dans la salle de prière et sous l’iwân postérieur, mosaïques de marbre et inscriptions coufiques (xie s.) sculptées sur des tables d’autel. Dans la cour postérieure, beau cadran solaire en marbre blanc.

70. AL-JAMP AL-JADID

231« Ej-Jâmi’ el-Mo’allaq ».

232Mosquée mamelouke (1519), partiellement restaurée en 1648, après que son minaret eût été renversé par la foudre. Le soubassement comporte une rangée de boutiques constituées wakf au profit de la mosquée.

71. Madrasa Solaymâniya

233Faculté de Médecine.

234Construite en 1554 par Soliman le Magnifique, sur l’emplacement d’un palais de Baybars appelé « le Palais Noir et Blanc » (al-Qasr al-Ablaq). La construction, faite d’après les plans du fameux architecte turc Sinan (l’auteur de la Suleymanié de Constantinople), dura environ 6 ans.

235L’édifice groupe une grande-mosquée et un couvent de derviches (fig. 32) ; il est tout entier bâti et décoré dans le style de Constantinople et ne se rattache aux traditions artistiques syriennes que par quelques détails. Son orientation vers la Mecque est défectueuse : ce fait, tout comme le désaxement de la porte Nord, est peut-être dû à une utilisation des fondations du palais de Baybars

Fig. 32. — Madrasa Solaymâniya : vue verticale (ombres conventionnelles).

236La mosquée (fig. 33) occupe le côté Sud de la cour; elle est couverte par une grande coupole sur pendentifs et flanquée de deux minarets polygonaux avec couronnement en éteignoir. Le portique qui précède la salle de prière est double (coupoles et auvent, portés par des arcs en carène reposant sur des colonnes de granit). Le décor de la façade et du mihrab est caractéristique de l’art turc.

Fig. 33. — Madrasa Solaymâniya : la mosquée.

237Les cellules des derviches (faces Ouest et Est de la cour) sont précédées elles aussi d’un portique à coupoles. Chacune d’elles est couverte par une coupole et pourvue d’une cheminée ; au dessus des baies, panneaux de faïence.

238Le côté Nord de la cour est occupé par les cuisines, des magasins, et deux grandes salles à coupoles servant de réfectoires pour les pauvres.

72. « Mastabet Sa’d ed-Din »

239Salle de réunion de la confrérie Jabbâwiya (vers 1560). Petit édifice de style turc, couvert par deux coupoles jumelées. Sous la coupole Sud, médaillon de stuc sculpté et très beaux panneaux de faïence (composition semblable à celle des tapis persans).

73. MADRASA SALIMIYA

240Collège construit en 1566 par le sultan Sélim, sous la direction d’un architecte persan. Belle composition : la cour est entourée par les chambres des étudiants et une grande mosquée (salle carrée à coupole). Contre la façade Nord, un souk, destiné sans doute à subvenir aux besoins des pèlerins de la Mecque, qui campaient dans la prairie à l’Est du n° 71 (aujourd’hui : le champ de courses).

74. « MAKTAB ES-SINANIYÉ »

241Ecole coranique de style turc (milieu du xvie s.) ; salle carrée couverte par une coupole sur pendentifs. Façade très gracieuse (les panneaux de faïence qui surmontaient les fenêtres ont disparu).

34. — Khân el-Harir : coupe suivant Taxe de l’entrée

75. « KHAN EZ-ZEYT »

242Khan du xvie s. : les boutiques ouvrent sous une galerie voûtée qui fait le tour de la cour ; à l’étage, cette galerie est couverte par 20 coupolettes. L’écurie a disparu.

76. « Khan al-Harir »*

243Grand khan bâti par Dervich-Pacha, gouverneur de Damas (1572). Très belle composition (fig. 34), témoignant d’un curieux mélange de traditions architecturales syriennes et turques. A l’étage, double série de chambres ouvrant sur un couloir couvert par des coupoles. Dans ce couloir, graffiti représentant des vaisseaux (fig. 35).

Fig. 35. — Khân el-Harîr. Graffito

77. Jâmi’ Dervich-Pacha

244« Jâmi’ ed-Derwichiyé ».

245Bâtie par le même pacha que le monument précédent, en 1571 (achevée en 1574). Mosquée de style turc (fig. 36). Dans la cour, la fontaine du mur Nord, et surtout dans la salle de prière, d’admirables panneaux de faïence (indiqués par des flèches sur le plan ; fig. 37). Vitraux anciens, marqueterie de marbre autour du mihrab.

Fig. 36. — Jâmi’ Dervich Pacha : plan.

78. Mausolée de Dervich-Pacha

246Mausolée du même personnage (1579). Petit édifice octogonal couvert par une coupole; dans les angles de la salle, panneaux de faïence à décor naturaliste.

79. Jâmi’ Sinan-Pacha

247« JâmP es-Sinàniyé ».

248Mosquée bâtie de 1586 à 1591 par le grand-vizir Sinan-Pacha, vali de Damas. Style turc. Minaret revêtu de briques émaillées en vert. Panneaux de faïence (au dessus du portail, façade Ouest, portique, salle de prière). Dans la salle de prière, vitraux anciens ; sur les pendentifs de la coupole, décor de plâtre sculpté dans le style maghrébin.

Fig. 37. — Jâmi’ Dervich-Pacha : détails des faïences.

80. KHAN AL-GOUMROK

249Ancien khan de la douane. Galerie coudée à angle droit, couverte par 6 grandes coupoles sur pendentifs (xvie-xviie s.).

81. MASJID AL-QADAM

250Edicule octogonal (xvie s.) couvert par une coupole ; dans le mihrab une roche portant l’empreinte du pied de

251Mahomet. Au milieu de la salle, tombeau d’Ahmet-Pacha (1636), surmonté d’un énorme turban de pierre.

252C’est dans cet édifice que les pachas de Damas attendaient le rassemblement du pèlerinage de la Mecque.

82 « HAMMAM EL-QICHANI »

253Salle de déshabillage d’un bain public (xviie s.), transformée en souk. La façade (deux fenêtres à stalactites) et le mur Ouest sont ornés de panneaux de faïence fabriqués à Damas.

83. « HAMMAM EL-KHAYYATIN »

254Bain-type de l’époque ottomane (xviie s. ?).

84. KHAN SOLAYMAN-PACHA*

255La cour centrale, autour de laquelle s’ordonnent les boutiques, est couverte par deux grandes coupoles sur pendentifs (1732).

85. Maison d’Âs’ad-Pacha al-’Azm*

256« Bêt el-’Adm » — « Palais Azem » (Institut Français de Damas).

257Maison d’As^ad-Pacha, qui fut vali de Damas et chef du pèlerinage durant 14 années consécutives : elle fut élevée d’un seul jet (1749), mais certaines salles ont été remaniées et remises « au goût du jour » vers 1835.

258Son intérêt capital était de conserver intacte, et jusque dans ses moindres détails, la disposition traditionnelle d’une grande demeure syrienne, aussi cet intérêt a-t-il été quelque peu diminué par l’incendie (1925) qui détruisit une partie du monument.

259Suivant la coutume orientale, l’habitation comporte deux groupes de pièces absolument distincts : le barrâni (en turc : selamlik), destiné aux réceptions et au logement des hôtes, et le jouwâni (en turc : haremlik), sans communication directe avec l’extérieur, réservé à la vie familiale, aux femmes et aux enfants; d’importants communs viennent ici s’ajouter à ces deux divisions.

260L’édifice relève de la tradition architecturale syrienne : le plan général, l’ordonnance intérieure des salles, les revêtements de boiseries peintes et les plafonds à poutres apparentes, l’appareil polychrome, les incrustations de stuc coloré, les dallages de marbre, les voûtes du bain sont le produit d’une évolution de formules artistiques déjà attestées à Damas au xve s. Par contre, c’est à l’art turc qu’appartiennent le répertoire ornemental (détails des boiseries et des stucs, stalactites) et la forme donnée aux arcs.

261Légende du plan (pl. n) : ce plan donne l’état des lieux antérieur à l’incendie de 1925 et ne tient pas compte des remaniements contemporains.

2621 : porte d’entrée (fig. 38).

2632 : loge du portier.

2643 : mastaba (banquette de maçonnerie servant de siège).

Fig. 38. — Maison d’As’ad Pacha : la porte d’entrée.

SELAMLIK

265La cour centrale, avec ses orangers, son bassin surélevé, son iwân et la peinture claire dont ses murs ont été recouverts, reproduit parfaitement l’apparence qu’offre habituellement la maison de Damas. Cette partie de l’habitation à été presque complètement incendiée.

2664 : salle voûtée (logement de domestiques ?).

2675 : escalier conduisant aux chambres situées au dessus des pièces nos 4, 8 et 9.

2686 : W. C.

2697 : salle refaite au milieu du xixe s.

2708, 9 : chambres.

27110 : escalier des terrasses.

27211 : bassin.

27312 : cuisine pour la préparation du café.

27413 : W. C.

27514 : iwân (la décoration peinte a remplacé des incrustations de stuc coloré).

27615-16 : salles refaites au milieu du xixe s.

HAREMLIK

27717 : entrée du haremlik : couloir coudé, fermé par trois portes successives et pourvu d’un tour pour faire passer dans le selamlik les plateaux de nourriture préparés à la cuisine (n° 50). Voûte curieuse.

27818 : auvent reposant sur des poteaux.

27919 : puits.

28020-21 : chambres.

  • 15 Cette disposition se retrouve dans toutes les anciennes maisons de Damas : dans la partie surélevé (...)

28122 : grande salle de reception (qâ’a), endommagée par l’incendie. La partie centrale est dallée de marbres polychromes, autour d’un jet d’eau. Les trois ailes surélevées15 reproduisaient dans ses grandes lignes la disposition de la salle n° 36, mais les boiseries étaient remplacées par un revêtement de marbres polychromes, au dessus duquel régnait une corniche de bois peint (hadit en lettres d’or et bouquets de fleurs) ; les fenêtres hautes étaient garnies de vitraux colorés. Quatre plafonds peints (3 à poutres apparentes ; celui de l’aile Sud orné de caissons octogonaux) couvraient la salle ; celui qui surmontait la partie centrale était plus élevé que les autres. — Dans l’aile Sud, trois niches à stalactites flanquées de colonnettes : la niche axiale est ornée de faïences de Delft. Les volets des fenêtres et les vantaux de la porte portaient des entrelacs géométriques, rehaussés d’incrustations de nacre et d’ivoire. Sur la façade de la salle, inscription commémorative de sa fondation. 23: W. C. du bain 24: bain (détail fig. 39).

282a : salle de déshabillage et de repos, autrefois couverte par deux coupoles sur pendentifs.

283b : couloir d accès avec ouverture pour renforcer le tirage de la cheminée.

284c : bassins.

285d : salle tiède (salle de repos pendant l’hiver) ; conque à colonnettes et dallage de marbre. Voûte de stalactites.

286e : première salle chaude (en été : salle de sudation). Voûte de stalactites.

287f : étuve pour la sudation (g : arrivée de vapeur).

288h : cabinet de massage.

289i : cabinet de massage (j : arrivée de vapeur).

290k : chaudière (en ruines) avec foyer en sous-sol.

291l-m : petites pièces donnant directement accès de la salle de repos l’étuve.

Fig. 39. — Maison d’As’ad Pacha al-’Azm : détail du bain.

29225 : salle ornée de boiseries peintes (refaites au milieu du xixe s.) ; la niche axiale du mur Ouest a remplacé une cheminée.

29326 : escalier donnant accès à une pièce située au dessus de la salle 25 (boiseries peintes ; cheminée à hotte pyramidale).

29427 : iwân.

29528 : salle à boiseries peintes.

29629 : débarras (avec un étage).

29730 : petite salle de réception avec incrustations de stuc. Les boiseries peintes ont été retouchées au xixe s.

29831 : antichambre et escalier d’un appartement situé à l’étage au dessus des salles 32 et 33.

29932 : chambre (décor refait).

30033 : chambre (1750) : très beau plafond peint avec décor géométrique en relief; sur les boiseries peintes, natures mortes et vases de fleurs. Sur la corniche, inscriptions en vers.

30134 : distributeur d’eau.

30235 : W. C.

30336 : Chambre avec incrustations de stuc et boiseries peintes; deux beaux plafonds à poutres apparentes. Sur la corniche, inscriptions à la louange de Mahomet.

30437 : portique à colonnes, avec mastaba à chaque bout. Sur les douelles des arcs, incrustations de stuc. Chapiteaux à stalactites et à décor de feuillages.

30538 : chambre : boiseries peintes, plafond à décor géométrique en relief. Sur la corniche, les premiers vers de la Bourda (poème à la louange de Mahomet).

30639 : chambre (refaite).

30740 : chambre (refaite).

30841 : chambre (refaite), postérieurement divisée en deux par un plancher.

30942 : escalier des terrasses.

31043 : chambre à boiseries peintes.

31144 : magasin voûlé.

COMMUNS

31245 : couloir d’accès (voûté).

31346 : iwân (fermé, par la suite, au moyen d une cloison).

31447 : escalier des terrasses.

31548 : bassin. 49: W. C.

31650 : cuisine (avec cheminée A). 51-52: chambres.

31753 : celliers voûtés, surmontant une cave accessible par l’escalier 54.

31855 : écurie.

31956 : entrée de service du bain et dépôt de combustible.

320Au dessus de la porte et du couloir d’entrée s’élevait un pavillon (v. fig. 38) orné de belles boiseries: il a été entièrement détruit par l’incendie de 1925.

Es-Salhiyé

87. MADRASA DOMARIYA*

321Collège fondé par le cheykh Aboû ‘Omar Mohammad al-Jammâ’ili (mort en 1210) dans le couvent qu’avait bâti son père sur le penchant du Jabal Qâsiyoûn, après qu’il eût fui la Palestine lors de la prise de Jérusalem par les Croisés. Ce couvent fut la première construction élevée au flanc de la montagne.

322L’édifice comprend deux cours successives. La cour postérieure, autour de laquelle s’ordonnent une rangée de cellules et un iwân (consoles d’alvéoles), est sans doute un reste du couvent primitif. La cour antérieure correspondrait au collège d’Aboû ‘Omar ; les cellules sont à l’état de ruine, ainsi que la salle de prière (mihrab avec chapiteaux francs) ; la partie la mieux conservée est un portique à colonnes, refait au xve s. (chapiteaux d’alvéoles au xiiie s.), sous lequel coule le Nahr Yazid.

88. Tourba Khâtoûniya*

323« ej-JâmP ej-Jdid ».

324Mausolée de ‘Ismat ad-Din Khâtoûn, épouse de Noûr ad-Din, puis de Saladin (1182), transformé en mosquée en 1388. La salle funéraire a conservé son riche revêtement de plâtre sculpté. — Dans la salle de prière, chapiteaux francs.

89. MADRASA BADRIYA

325« Tourbat al-Badri ».

326Collège funéraire de Badr ad-Din Hasan, surnommé Lâlâ («le précepteur»), frère de lait de l’atabeg Noûr ad-Din et un de ses principaux émirs (fin du xiie s.). Mausolée avec coupole à côtes ayant conservé presque intact l’ensemble de peintures qui l’ornaient intérieurement: entrelacs floraux, inscriptions en coufique tressé et en naskhi, vases de fleurs et lampes.

90. Jamf Mozaffari*

327« Jâmi’ el-Hanâbila ».

328Grande-mosquée bâtie de 1202 à 1213, pour les Hanbalites de Damas, par Mo’affar ad-Din Gôkboûri, prince d’Irbil.

329La construction est pauvre, et tout l’intérêt du monument est dans son décor intérieur. Les arcades qui entourent la cour sont faites de colonnes et de chapiteaux antiques ; au dessus de chacune des portes d’entrée, sous le portique, bandeau d’acanthe sculpté dans le plâtre. Les sept portes de la salle de prière ont chacune un linteau de bois sculpté (décor à défoncement linéaire) ; deux d’entre elles sont encore surmontées de claires-voies en plâtre ajouré (décor floral). Dans la salle de prière, seddé et minbaren bois sculpté d’un beau style et en parfait état de conservation (pl. ni) ; mihrab à alvéoles avec chapiteaux et colonnettes d’angle provenant d’une église gothique (le chapiteau de gauche porte deux têtes martelées) ; 7 fenêtres ont conservé de beaux vitraux anciens.

330Sur le dossier du minbar, un panneau de bois sculpté porte cette inscription, qui est un extrait des formules prononcées pendant la khotba : « O mon Dieu, perpétue le pouvoir de notre maître l’imâm fils de l’imâm, celui qui possède le manteau, le bâton et le sabre (du Prophète), celui en dehors duquel les Musulmans n’ont ni imâm ni calife, Aboû al-’Abbâs Ahmad (que Dieu prolonge ses jours !). Que Dieu nous conserve sa grâce et son appui en faisant vivre al-Malik al-’Adil Sayf ad-Dounyâ wa ad-Din, l’ami du Prince des Croyants, Aboû Bakr fils d’Ayyoûb (que Dieu prolonge ses jours et déploie ses étendards dans les deux horizons !)».

91. MADRASA JAHARKASIYA*

331Mausolée de Jaharkâs, mamelouk influent de Saladin, et de son fils (1211). Salle de prière (boiseries anciennes) et deux coupoles funéraires accolées. Tombeaux anciens,

92. MAUSOLÉE DE MITQAL*

332Mausolée de l’émir Sâbiq ad-Din Mitqâl, huissier de Saladin (1224). Salle carrée couverte par une voûte d’arêtes. Au centre de la salle, tombeau du fondateur, chargé d’inscriptions.

333TRADUCTION DES INSCRIPTIONS : a) Face Est : « Dis-leur : « Cette mort que vous fuyez vous atteindra, puis vous serez renvoyés devant Celui qui connaît les choses cachées et les choses visibles, et il vous rappellera vos œuvres (Coran, 62, 8).... en qualité de wakf, sous la surveillance de... — Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux. Que Dieu ait pitié de celui qui (implorera sa miséricorde en faveur d’al-Malik an-Nâsir), le conquérant de Jérusalem. J’étais à son service... le jour de Hattin, et à la prise de Saint Jean d’Acre et d’Asçalon....,

334b) Face Ouest : Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux. Leur Seigneur leur annonce la bonne nouvelle de sa miséricorde, de son agrément, et de jardins où ils trouveront des délices éternelles (Coran, 9, 21). Le serviteur qui a besoin (de la miséricorde) de son Seigneur, celui qui a fait la guerre sainte pour Famour de Dieu, l’ornement du pèlerinage et des deux sanctuaires. Sâbiq ad-Din Mitqâl, huissier d’al-Malik an-Nâsir (que Dieu lui fasse miséricorde !) s’est chargé de l’érection de ce mausolée (que Dieu le bénisse !), à titre d’œuvre pie, pour qu’il devienne le lieu de sa sépulture... Il espère obtenir ainsi la récompense et la miséricorde de Dieu, son agrément et son pardon,... l’indulgence divine et... la grâce... Quiconque... ce tombeau, ou bien le changera, ou le modifiera, ou le diminuera, ou effacera une de ses sculptures, ou tentera de s’approprier quelque chose qui relève de lui, ou fera exécuter un travail qui nécessitera son amoindrissement, ou essaiera de... ce tombeau, soit en paroles, soit en actes, celui-là que Dieu le..., que Dieu le poursuive (?), que Dieu le fasse périr, que Dieu lui réclame son droit le jour où ne serviront ni richesses, ni famille, si ce n’est à ceux qui viendront à Dieu avec un cœur pur (Coran 26, 88-89) et qu’il soit, après cela, maudit de Dieu, des anges, et de tous les hommes.

93. MAUSOLÉE D IBN SALAMA *

335Il abritait la tombe d’un inconnu, Aboû ‘Abd Allâh al-Hasan Ibn Salâma (1213). Belle coupole à côtes, type du mausolée du xiie s. et du premier quart du xiiie s.

94. MAUSOLÉE D’AL-FARANTI *

336Mausolée du cheykh DAli al-Faranti (1224) : petite coupole ornée intérieurement de plâtre sculpté. Le couronnement (boules de cuivre et croissant) est conservé.

95. Madrasa Roukniya*

337Collège funéraire de l’émir Roukn ad-Din Mangouverich gouverneur de l’Egypte au nom d’al-Malik al-’Adil (1224).

338Le monument comprend une mosquée et un mausolée accolés. Belle façade ornée de décors géométriques (fig. 40) et d’inscriptions en coufique carré, sur les linteaux des fenêtres et le portail. Contrairement à l’habitude, la cour de la mosquée est couverte par une coupole (effondrée), supportée par des arcs curieux, d’un effet pittoresque. La salle de prière est sans intérêt. Sous la coupole funéraire, tombeau du fondateur.

Fig. 40. — Madrasa Roukniya : décor géométrique de la façade.

339Inscription des Fenêtres du Mausolée : Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux. Le serviteur qui a besoin de la miséricorde de son Seigneur, le combattant, le champion de la guerre sainte, Roukn ad-Din Mangouverich, mamelouk d’al-Malik al-3Adil et d’al-Malik al-Mo’azzam, a constitué waqf cette coupole pour y être enseveli. Il a constitué waqf pour son entretien, pour l’huile, les chandelles, les nattes, le traitement d’un gardien et de lecteurs du Coran, ce qui va être énuméré, soit : la totalité de la maison située en dedans de Bâb al-Farâdis, au sud de la madrasa Falakiya, et connue autrefois sous le nom de.,. ; le 1/6 de deux boutiques dans le Souk des Vanniers ; la totalité du jardin qui... 2/3... ; les 9 maisons voisines du jardin du côté de l’Ouest ; le 1/6 de la totalité du jardin situé dans les terres d’an-Nayrab et connu sous le nom du fondateur ; le 1/6 du jardin, du pavillon de plaisance et du moulin situés dans les terres d’an-Nayrab, et connus autrefois sous le nom du cadi al-Bahja ; tout cela ainsi qu’il est consigné en détail dans l’acte de constitution du waqf. Il est illicite pour quiconque croit en Dieu le Tout-Puissant de changer ces dispositions ou de les dénaturer. Quiconque les modifiera après en avoir eu connaissance commet un crime qui retombera sur ceux qui limiteront, car Dieu entend et sait tout (Coran 2, 177)... (en l’année) 621 (1224).

Fig. 41. — Madrasa Mâridâniya : façade Sud.

96. Madrasa Mâridâniya

340Collège funéraire d’Akhchâwrâ - Khâtoûn, épouse d’al-Malik al-Mo’azzam (achevé en 1227). Extérieur pittoresque (fig. 41), malheureusement défiguré par des constructions modernes. A la porte d’entrée (façade Nord), très beau linteau de bois sculpté. Dans la salle de prière, 16 panneaux de bois sculpté sur les vantaux de la porte (décor à défoncement linéaire, fig. 42) et 3 vitraux anciens dans les pignons. Dans la cour, dallage décoratif.

97. MAUSOLÉE NON IDENTIFIÉ16

  • 16 L’inscription, en très petits caractères, est gravée sur le linteau de la fenêtre Sud, à plus de 5 (...)

341Coupole à côtes d’un type inusité (premier quart du xiiie s.) intérieurement revêtue de plâtre sculpté ; restes importants de vitraux ; blasons sur la façade.

98. MADRASA ATABAKIYA

342« Jâmi’ et-Tâbtiyé ».

343Collège funéraire de la princesse Târkàn-Khâtoûn, fille d’un souverain de Mossoul et épouse d’al-Malik al-Achraf Moûsâ (morte en 1242). Beau portail à alvéoles.

99. Madrasa Sâhibiya

344« Medreset es-Sâhbé ».

345Collège funéraire bâti entre 1233 et 1245 par Rabi’a-Khâtoûn, sœur de Saladin et épouse de Gôkboûri, prince d’Arbèles (y. n° 90). La seule madrasa de Damas dont le plan (fig. 43) se soit conservé intégralement. Façade dans le style de la Syrie du Nord ; beau portail à alvéoles ; décors géométriques gravés sur les linteaux de la porte et des fenêtres ; au fond de la cour, salle de prière ; deux iwâns ; salles de cours ; mausolée (coupole effondrée) ; latrines.

Fig. 42. — Madrasa Mâridâniya : détail des vantaux.

Fig. 43. — Madrasa Sâhibiya : plan.

100. Mâristân d’al-Qaymari *

346Hôpital bâti de 1248 à 1258 par l’émir Sayf ad-Din Aboû al-Hasan (de la puissante famille kurde des Qaymari, qui livra Damas aux troupes du sultan d’Egypte pendant l’invasion mongole de 1260).

347L’un des plus remarquables monuments de Damas, tant par sa disposition, où Ton reconnaît un développement du plan de l’Hôpital de Noûr ad-Din (n° 19, fig. 14), que par sa décoration. Portail à alvéoles avec inscriptions et colonnettes d’angle (un seul chapiteau conservé). La voûte de Y iwân est revêtue de plâtre sculpté : deux vastes médaillons (décor floral avec survivance de décor à défoncement linéaire et bordure d’acanthe) et une longue inscription d’une rare élégance (formules pieuses), dont les lettres s’enlèvent en rouge sur fond vert ; sur le mur de fond de l’iwân, restes d’inscriptions peintes (fleurons verts).

101. TOURBA HAFIZIYA

348« Sitti Hâfiza ».

349Mausolée d’Arghoûn al-Hâfi’iya, affranchie d’al-Malik al-’Adil (morte en 1250). Charmant édifice à coupole, au milieu des jardins.

350Il abritait autrefois le cénotaphe en bois sculpté d’une princesse seljoukide d’Asie Mineure (transporté depuis au Musée National Syrien).

102. MADRASA MORCHIDIYA *

351Collège funéraire de Khadija-Khâtoûn, fille d’al-Malik af-Mo’azzam ‘Isâ (1252). Salle de prière et mausolée revêtus de plâtre mouluré. Le seul minaret du xiiie s. existant encore à Damas.

103. TOURBA QAYMARIYA*

352Coupole sur glacis (1256) abritant le tombeau de l’émir Sayf ad-Din al-Qaymari, le fondateur de l’hôpital (n° 100), et celui de son fils Mohammad, mort en bas-âge (1260) ; ce dernier tombeau est recouvert d’inscriptions et d’ornements (fig. 44).

Fig. 44. — Tourba Qaymariya : détail du petit tombeau.

104. TOURBA ’ADILIYA EXTRA-MUROS

353« Sitti Khâtoûn ».

354Mausolée anonyme, très probablement celui d’al-Malik al-’Adil Ketboghâ, ancien prisonnier mongol qui fut sultan d’Egypte durant 22 mois (1294-1296) et mourut comme gouverneur de Hama en 1303.

355Mausolée double avec minaret de briques, portail à alvéoles et façade ornée d’incrustations de pierre noire.

105. Tourba Takritiya

356« Medresé Taboutlouk ».

357Mausolée de Taqiy ad-Din at-Takriti, qui fut vizir du sultan Qalâwoûn (mort en 1299).

358Le monument groupe une coupole funéraire (à droite) et une petite salle de prière (à gauche). La bâtisse suit les traditions syriennes (portail à alvéoles, beaux décors géométriques au dessus des fenêtres) mais l’ornementation de la salle de prière a été exécutée par un artiste originaire d’Andalousie : les sculptures du revêtement de plâtre appartiennent à un style voisin de celui de l’Alhambra de Grenade.

106. « QOUBBAT AN-NASR »

359Edicule carré (xive s.) couvert par une coupole et percé d’une baie brisée sur chaque face. L’édifice est anonyme, et sa destination douteuse (monument commémoratif ?).

107. MAUSOLÉE DE L’ÉMIR KATCHKAR *

360Coupole centrale épaulée par deux berceaux latéraux (1322). Restes d’une frise en plâtre sculpté (coufique ornemental).

108. MAUSOLÉE ANONYME

361« Nebi Yoûnes ».

362Jolie coupole sur glacis d’alvéoles (xive s.).

109. MAUSOLÉE DE MOHIY AD-DIN *

363« Cheykh Mahiddin ».

364Mosquée bâtie en 1518 par le sultan Selim sur la tombe du célèbre mystique Mohiy ad-Din Ibn al-A’râbi (mort en 1240).

365Le minaret est dans le style syrien de la fin de l’époque mamelouke ; au contraire, la salle de prière, couverte par une grande coupole sur pendentifs et ornée de faïences, est dans le style turc de Constantinople. Le tombeau du saint est protégé par une grille d’argent (début du xixe s,) ; à côté est le tombeau du célèbre émir Abd el-Kader.

110. CANTINE (’imaret) DU SULTAN SOLIMAN *

366Salle rectangulaire couverte par deux coupoles jumelées et entourée de pièces de service, destinée à la distribution gratuite d’aliments aux indigents. Bâtie en 1552 par le sultan Soliman, sur les plans de Sinan, et restaurée en 1554 après un incendie.

367Le seul monument de ce type existant en Syrie.

Notas

1 K. A. C. Creswell, Early muslim Architecture.

2 Le passage visé est le suivant :... in qua (civitate) Sarace-norum rex adeptus ejus principatnm régnât et ibidem in honorem sancti Johannis Baptistae grandis fundata ecclesia est. Quaedam etiam Sarace-norum ecclesia incredulorum et ipsa in eadem civitate, quam ipsi fréquen-tant, fabricata est. (... dans laquelle (ville) le roi des Sarrasins, après s’en être emparé, exerce le pouvoir. Une grande église a été fondée là, en l’honneur de Saint Jean Baptiste. On y a aussi élevé une certaine église des Sarrasins infidèles, qui est située dans la même ville, et qu’ils fréquentent).

3 L’inscription qui commémorait cette transformation, en caractères dorés sur fond d’azur, était placée au dessus du mihrab : elle a été détruite par le calife abbaside al-Mâmoûn. Les historiens arabes nous en ont conservé le texte, qui apparaît, par comparaison avec les autres inscriptions omeyyades, comme suffisamment correct pour qu’on puisse en faire état : « Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. Dieu ! Il n’y a d’autre dieu que Lui, le Vivant, l’Eternel ; ni l’assoupissement ni le sommeil n’ont de prise sur Lui (Coran, 2, 256). Il n’y a pas d’autre dieu que le Dieu unique, qui n’a pas d’associé ; nous ne servons que lui : Dieu seul est notre seigneur. Notre religion, c’est l’Islam ; notre prophète, c’est Mahomet (que Dieu le bénisse 1). — Le serviteur de Dieu, al-Walid, Prince des Croyants, a ordonné de construire cette mosquée et de détruire l’église qu’elle renfermait, au mois de Dhoû al-Qa’da, l’an 86 (Nov.-Décembre 705) ».

4 Ce mausolée est aujourd’hui détruit ; il n’en reste que le mihrab.

5 Ces arcs sont déchargés chacun par 3 baies aveugles, en plein cintre, ménagées au dessus d’eux dans la maçonnerie.

6 Inscription grecque dont on ne connaît qu’une traduction arabe.

7 Les tours Sud-Ouest et Sud-Est de l’ancien temple, qui ne portent pas de dénomination spéciale dans la tradition arabe, semblent avoir été simplement laissées en leur état primitif lors des travaux d’al-Walid. Le seul minaret qui doive être pris en considération est le minaret Nord, bâti de toutes pièces lors de la transformation de l’église en mosquée.

8 Coran, 2, 264.

9 Coran, 73,20.

10 Coran, 93, 28.

11 Coran, 10, 58.

12 Coran, 16, 71.

13 Coran, 26, 78-80.

14 Identification proposée par M. L. MAYER, du Department of Antiquities de Jérusalem.

15 Cette disposition se retrouve dans toutes les anciennes maisons de Damas : dans la partie surélevée Qatabê), des tapis sont étendus sur le sol et un divan est disposé le long des murs. Avant de franchir la marche pour monter sur les tapis, on enlève ses babouches qui demeurent dans la partie en contrebas (tozôr).

16 L’inscription, en très petits caractères, est gravée sur le linteau de la fenêtre Sud, à plus de 5 m. au dessus du sol : l’utilisation du monument comme maison d’habitation ne laisse pas le loisir de la déchiffrer.

© Presses de l’Ifpo, 1932

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.

Comprar

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search