Version classiqueVersion mobile

Les monuments historiques de Damas

 | 
Jean Sauvaget

La ville antique et byzantine

Texte intégral

La ville antique

1On ignore tout du site, de l’étendue et de la disposition de Damas avant l’époque romaine ; mais cette dernière a laissé des vestiges assez nombreux et suffisamment importants pour qu’on puisse restituer avec une apparence de certitude le plan suivant lequel la ville était ordonnée antérieurement à la conquête arabe (fïg. 1).

  • 1 L’existence d’une porte médiane sur le front Sud est douteuse.

2Jusqu’à la fin du iiie siècle de notre ère, l’enceinte formait un rectangle de 1 330 m. X 850 m., allongé parallèlement au Baradâ : la proximité du fleuve avait imposé au front Nord un tracé sinueux, mais les autres faces du rempart se développaient sans doute suivant des lignes rigoureusement droites. Il existait au moins 7 portes1, auxquelles ont succédé presque toutes les portes médiévales, et qui étaient réunies deux à deux par de larges rues à colonnades. L’artère principale, la « Voie Droite » mentionnée dans les Actes des Apôtres (IX, 11), traversait toute la ville de la porte orientale (n° 1) à la porte Ouest (n° 9) : elle correspondait au Soûq Midhat-Pacha et au Châri’ Soultâni actuels. Sa largeur totale atteignait 26 m. (dont 13 m. 60 pour la chaussée) ; la distance entre les colonnes qui soutenaient le toit des portiques latéraux, réservés aux piétons, était de 3 m. 50 environ. Des portes monumentales marquaient probablement les carrefours de ces avenues.

Fig. 1. — La ville antique. Les flèches indiquent les portes de l’enceinte médiévale (en pointillé).

3Il est plus malaisé de retracer exactement le réseau des rues secondaires.

4Le principal édifice de la ville était le Temple de Jupiter (n° 3). Sur le côté Sud de la Rue Droite, au lieu dit aujourd’hui Tallet en-Najjârin, les ruelles actuelles dessinent un demi-cercle (environ 120 m. de diamètre) qui marque peut-être l’emplacement d’un théâtre. L’alimentation en eau potable était assurée par un aqueduc (n° 4), pénétrant en ville par la porte Ouest.

5C’est sans doute à Septime Sévère et à ses successeurs (fin du iie s. et début du iiie s.) qu’il convient d’attribuer la réalisation de cette ordonnance, mais leurs travaux semblent s’être limités à une reconstruction de la ville sur un plan élaboré et déjà mis en œuvre à Y époque hellénistique.

6Au temps du Bas-Empire, vraisemblablement sous le règne de Dioclétien (fin du iiie s.), on éleva à l’Ouest de la ville une forteresse (n° 15) destinée au logement d’une cohorte : sa construction provoqua un déplacement du mur d’enceinte vers l’extérieur ; c’est ce dernier état du rempart antique (fig. 1) que nous retracent aujourd’hui, d’une manière approximative, les fortifications médiévales.

1. BAB CHARQI

7Porte romaine datant sans doute du temps de Septime Sévère et Caracalla (dernières années du IIe s. ou premières années du iiie s.). A l’origine, elle comportait une large baie centrale entre deux baies latérales plus petites (fïg. 2) : ces ouvertures correspondaient respectivement à la chaussée et aux deux portiques de la « Rue Droite ». Les deux baies du centre et du Sud ont été murées à l’époque musulmane et la baie Nord, que surmontent des restes de fortifications médiévales, est seule utilisée aujourd’hui.

Fig. 2. — Bâb Charqi : (façade extérieure restituée).

2. BAB SAGHIR

8« Bâb Châghoûr ».

9Porte romaine remaniée dans la seconde moitié du xiie s. par l’atabeg Noûr ad-Din.

3. Le temple de Jupiter

10L’origine du grand sanctuaire de Damas se perd dans la nuit des temps. Nous savons en effet que sous l’appellation tardive de « Jupiter Damascénien, très bon et très grand » se cache une antique divinité de l’Asie Antérieure, Hadad, dont le culte est déjà attesté à Damas au xe s. avant notre ère. Dieu de l’orage, dispensateur de la pluie et, par suite, des récoltes, Hadad était adoré dans toute la Syrie, à Hiérapolis, à Baalbek (Jupiter Héliopolitain), à Doliche (Jupiter Dolichenus), etc. Il avait pour parèdre Atargatis (l’étoile Vénus).

11C’est sans aucun doute à Hadad qu’était consacré l’autel dont le roi Achaz fit placer une reproduction dans le temple de Jérusalem (II Rois, XVI, 10 et suiv.), mais nous ignorons l’aspect que présentait alors le sanctuaire ; tout au plus peut-on supposer qu’il occupait l’emplacement sur lequel fut élevé à l’époque impériale, en l’honneur de Jupiter (à qui avait été assimilée la vieille divinité sémitique), le vaste ensemble architectural dont nous voyons encore les vestiges.

12Le Temple de Jupiter Damascénien comportait deux enceintes concentriques (fig. 3) :

  1. — Une enceinte extérieure, de plan légèrement trapézoïdal (380 m. X 310 m.) et orientée Est-Ouest, délimitant l’espace sacré (téménos). A l’intérieur de l’enceinte régnait une rangée de boutiques, adossées au mur et précédées d’un portique à colonnes qui abritait les passants contre les intempéries ; ce marché, dont le développement dépassait 1 200 m., appartenait au temple et bénéficiait à la fois, grâce à sa situation, de l’affluence des fidèles et du droit d’asile attaché au téménos. Les faces Ouest et Est de cette enceinte étaient percées, suivant leur axe, de propylées monumentaux ; les portes Nord et Sud étaient d’un type plus simple.
  2. L’enceinte intérieure (péribole), de 156 m. de long sur 97 m. de large, délimitait le temple proprement dit. Le mur, que suivait intérieurement un portique à colonnes, était orné de pilastres couronnés par une corniche de style égyptien.
    Aux quatre angles s’élevaient des tours : deux d’entre elles sont conservées sous les minarets Sud-Ouest et Sud-Est de la Mosquée des Omeyyades. Chaque face du péribole était percée d’une triple porte ; celle de l’Est, qui était l’entrée principale, était précédée d’un propylée dont la disposition rappelait celle des propylées occidentaux de l’enceinte extérieure. Les faces Ouest et Est du péribole étaient occupées par des salles, dépendances du sanctuaire.
  3. — A l’intérieur du péribole se dressait le naos, qui contenait la statue et le trésor du dieu ; il était orienté Nord-Sud selon les uns, Est-Ouest (ce qui paraît plus vraisemblable), selon d’autres. L’autel occupait certainement le point d’intersection des deux axes du péribole : il a disparu avec le naos, sans doute lors de la transformation du temple en église, sous le règne de Théodose (379 ap. J. C.).

Fig. 3. — Temple de Jupiter (plan restitué).

13Cet ensemble remarquable, dont le caractère syrien est très accusé (double enceinte, type des propylées occidentaux, appareil) fut vraisemblablement l’œuvre d’un même architecte. On admet que la construction en commença au début du IIIe s. de notre ère, sous Septime Sévère et Caracalla. La date d’achèvement des travaux, indiquée par plusieurs inscriptions grecques, se place dans la seconde moitié du iiie siècle.

14Par la suite, le marché devint insuffisant, malgré son importance : on le doubla alors, sur sa face Ouest et une partie de sa face Nord, d un nouveau bazar formé de deux rangées de boutiques, qui fut appelé le Gamma, parce qu’il reproduisait en plan la forme de cette lettre grecque ; il fut construit aux frais du temple, en l’année 339-340 ap. J. C.

15Les vestiges du temple encore visibles sont :

  1. les restes des propylées Est de l’enceinte extérieure, soit : les deux montants de la porte centrale, formés par deux monolithes d’une taille colossale (l’exhaussement du sol à cet endroit atteint 3 m.), le linteau sculpté de la porte latérale Sud2, les deux colonnes engagées entre lesquelles s’ouvrait l’entrée.
  2. un reste important de la colonnade du marché, comprenant 16 colonnes dans la rue Badraqiyé : toutes sont empâtées dans les maisons modernes et aucune d’elles n’a conservé son chapiteau. La colonne 2, en partant du Nord au Sud (elle sert de linteau à la Médrésé Badraqiyé), porte une inscription grecque indiquant qu’elle fut offerte au sanctuaire par un particulier, un second personnage s’étant chargé de la transporter à pied d’œuvre. La colonne n° 10 porte également une inscription grecque très mutilée, dont la teneur devait être analogue.
  3. Un reste du mur d enceinte du marché (façade Est du hammam Sâmi, n° 30).
  4. Les propylées occidentaux, connus aujourd’hui sous le nom impropre de « l’Arc de Triomphe ». Ils se composent de 4 colonnes monolithes, d’ordre corinthien (haut, totale, y compris la base et le chapiteau : 11 m. 90 env.), et de deux demi-colonnes adossées à des piliers3, portant un fronton triangulaire allégé en son centre d’un arc en plein cintre qui repose sur les deux colonnes médianes. Ce dispositif, qui permettait d’élargir l’entrecolonnement central grâce à la suppression de l’architrave, apparaît comme spécifiquement syrien. La décoration du fronton, complètement désagrégée sur la face Ouest, est encore bien conservée sur la face Est.
  5. L angle Sud-Ouest du Gamma, orné de pilastres. L’inscription qui en commémorait la fondation a été transportée au Musée National Syrien.
  6. La porte Sud du marché (moulure chargée d’oves).
  7. Le péribole, qui sert aujourd’hui de mur extérieur à la Mosquée des Omeyyades. La seule de ses faces qui soit presque complètement dégagée (face Ouest) est précisément celle qui a le mieux conservé l’ordonnance antique (pilastres à corniche égyptienne, triple porte).

16La face Sud a la partie inférieure de sa maçonnerie entièrement masquée par des boutiques ; du toit de ces dernières on peut cependant voir un fragment de la triple porte (fronton de la baie centrale, avec un décor d’acanthes en bon état de conservation). C’est sur cette même face que les tours qui s’élevaient aux angles du péribole (sous les minarets actuels) sont visibles dans les meilleures conditions.

17L entrée monumentale constitue à peu près tout l’intérêt de la face Est : sa partie Sud, très abîmée, est à peu près complètement dérobée aux regards par des constructions adventices, mais il subsiste encore de sa partie Nord une ante remarquablement bien conservée, ornée de feuilles d’acanthe oscillant sous l’action du vent.

18La face Nord du péribole a été complètement refaite au Moyen-Age.

19Pour l’histoire du temple aux époques byzantine et musulmane, voir n° 6 (Mosquée des Omeyyades).

4. L’AQUEDUC ROMAIN.

20Un fragment important de l’aqueduc romain s’est conservé dans le quartier d’el-Qanawât (l’aqueduc), qui lui doit son nom ; les arches en sont enterrées aujourd’hui sur presque toute leur hauteur.

21Cet aqueduc alimente encore en eau courante une partie des quartiers situés à l’intérieur de l’ancienne enceinte.

5. CHAPELLE DE SAINT ANANIE.

22« Hanâniyâ ».

23Des fouilles exécutées en 1921 contre le mur occidental de la petite crypte qui marque l’emplacement traditionnel de la maison d’Ananie, qui rendit la vue à Saint Paul, ont mis au jour des vestiges antiques (fïg. 4).

Fig. 4.— Chapelle de Saint Ananie : plan des vestiges anciens.

24Il s’élevait là un temple, dont il ne reste qu’un exèdre (mur Sud) et deux petits autels a et b : l’un est orné d’un bœuf et d’un chêne sculptés ; le second porte une inscription grecque indiquant qu’il était consacré « au dieu céleste, national et maître », dénomination sous laquelle il faut reconnaître Hadad, la grande divinité de Damas.

25A ce temple avait succédé une église : on doit sans doute l’identifier avec l’Eglise Cruciforme (al-Kanisat al-Mousallaba), qui fut détruite et transformée en mosquée sous le règne de Saladin. Ses vestiges sont sans doute réduits au mur d’enceinte, car les 4 colonnes dont on voit encore les bases semblent n’avoir pris leur place actuelle que lors de la transformation du monument en mosquée.

Notes

1 L’existence d’une porte médiane sur le front Sud est douteuse.

2 Il est engagé dans une boutique moderne.

3 Les colonnes Sud sont seules dégagées aujourd’hui.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — La ville antique. Les flèches indiquent les portes de l’enceinte médiévale (en pointillé).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 2. — Bâb Charqi : (façade extérieure restituée).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3620/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Légende Fig. 3. — Temple de Jupiter (plan restitué).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3620/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 821k
Légende Fig. 4.— Chapelle de Saint Ananie : plan des vestiges anciens.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3620/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 924k

© Presses de l’Ifpo, 1932

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search