Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communautés villageoises et migrations de main-d’œuvre au Moyen-Orient

 | 
Elisabeth Longuenesse
, 
Gilbert Beaugé
, 
Michel Nancy

Conclusion générale

Texte intégral

1Comme nous l'avons déjà indiqué, l'ensemble des études sur les migrations au Moyen-Orient porte davantage sur les flux de population concernant chacune des économies nationales prises séparément que sur les mécanismes proprement sociologiques ou anthropologiques, à l'origine d'un processus complexe. La notion de filière se trouve au centre de la problématique que nous avons retenue. Ce choix impliquait nécessairement de s'intéresser en priorité aux individus, aux familles et aux communautés villageoises plutôt qu'aux Etats concernés par ces mouvements de population. Ces études témoignent de trois phases bien distinctes de l'émigration libanaise vers le Golfe.

2Pour ces trois villages l'incitation au départ est identique. La logique du mouvement rend compte d'une double nécessité : partir pour réaliser ailleurs ce qui dans le village n'était plus possible, mais également mettre en place les conditions d'un retour éventuel. En regardant de plus près chaque situation, trois réflexions s'imposent.

3En premier lieu l'émigration transforme en profondeur le rapport à la société d'origine. Dans le détail, les rapports à la terre, les structures familiales et les rapports de pouvoir sont autant d'éléments qui se sont transformés sous l'effet des départs.

4La deuxième remarque concerne les stratégies adoptées dans les pays d'arrivée. Dans les trois cas, les premiers à partir peuvent être considérés comme des pionniers et des promoteurs. Après avoir développé des marchés (pierre de taille en Arabie, fer à Koweit, bâtiment en Oman) ils se sont appuyés sur les solidarités villageoises et le clientélisme pour assurer le développement de leurs entreprises. Cependant, ce type de stratégie, en apparence équilibré, s'est montré sélectif. Dans un second temps, avec l'arrivée d'une force de travail moins chère, une sélection s'opère : certains retournent au village, alors que d'autres connaissent une situation de salariés, dégradée par rapport à la première période.

5La troisième remarque concerne la spécificité du phénomène dans les pays du Golfe. Elle se manifeste à trois niveaux.

6Dans les trois cas étudiés, presque aucune entreprise créée par les migrants n'emploie de nationaux. Le Koweitien, le Saoudien et l'Omanais ne représentent pas une concurrence pour le travailleur étranger. Cette situation tout à fait originale permet de comprendre comment et pourquoi des migrants peu ou pas qualifiés ont pu s'insérer dans le marché du travail et devenir souvent des entrepreneurs. La division régionale du travail au Moyen-Orient renvoie à quelque chose de nouveau : la concurrence pour l'emploi dans ces sociétés rentières ne joue qu'entre travailleurs étrangers. A l'intérieur d'un système dominé par l'importance des relations interpersonnelles (en particulier avec les kafils), les Libanais ont, avec prudence et intelligence, su tisser des liens tout à fait particuliers avec la société d'accueil. Les entrepreneurs que nous avons rencontrés ont fait essentiellement deux choses : répondre au bon moment aux besoins sociaux et économiques des pays d'arrivée, promouvoir des créneaux économiques presque inexistants et les développer au profit de la communauté villageoise. La conjoncture économique qui avait favorisé ce type de développement touche à sa fin, et l'ensemble des réseaux et filières mis en place rencontre actuellement des difficultés. Le rétrécissement des termes du marché pétrolier et la venue en masse de travailleurs asiatiques a profondément transformé le marché du travail.

7Dans les trois cas étudiés, c'est le caractère communautaire et villageois des solidarités qui s'impose. La plupart du temps les migrants se sont appuyés sur le groupe pour obtenir un premier emploi et parmi les entrepreneurs, on observe un processus d'entraide « en cascade » qui épouse les contours des relations entre gendres et beaux-frères. Les liens avec les sociétés de départ sont restés vivaces et les modalités de la reproduction élargie en exil sont telles que les logiques d'appartenance communautaires se renforcent au lieu de s'affaiblir.

8Enfin, dans les trois cas, les conditions juridiques et légales de la présence des étrangers dans le Golfe en leur interdisant d'envisager une présence durable et définitive tendent à éterniser un statut d'incertitude et de précarité que ne compensent plus quelques succès, il est vrai spectaculaires. A la merci de la conjoncture et du bon vouloir des kafils, ils peuvent à tout moment être expulsés sans pouvoir, par ailleurs, accéder à la propriété.

9Ces trois points renvoient à la situation elle-même particulière du Liban, pour définir les deux termes d'une contradiction qui ne cesse de s'aiguiser.

10Dans un système qu'Albert Dagher définit par l'emprise croissante du capital commercial et bancaire et par « l'alliance hégémonique » entre ce capital et les seigneurs de la guerre, caractérisé d'un côté par l'absence quasi totale d'intervention de l'Etat et de l'autre par un libéralisme sauvage et une perméabilité absolue aux fluctuations du marché mondial, l'émigration est de plus en plus considérée comme une solution normale à des difficultés individuelles ou familiales dont la dimension sociale est totalement absente. Elle nous apparaît comme une manifestation particulièrement révélatrice de cette extraversion de la société libanaise dont on croyait qu'elle faisait sa force et dont on commence à s'apercevoir qu'elle est peut être aussi et d'abord à l'origine de ses problèmes actuels.

11Ce qui apparaissait comme une solution individuelle temporaire, se transforme progressivement en une donnée de structure qui s'aggrave avec l'approfondissement de la crise politique. Avec la guerre qui se prolonge, de plus en plus nombreux sont les Libanais qui quittent leur pays sans perspectives de retour ou qui, partis pour peu de temps, voient s'éloigner définitivement la possibilité de rentrer. Depuis 1975, on a pu estimer à environ 400°000 le bilan de l'exode des Libanais entre migrations temporaires et départs définitifs. La population totale du pays aurait décru, passant de 2 800°000 habitants à un peu plus de 2 450°000. Parmi ces départs, la moitié représenterait le solde migratoire vers les pays arabes, l'autre moitié le solde des départs vers les pays occidentaux et l'Australie. Le mouvement migratoire apparaît à la fois comme une cause et une conséquence des mutations en profondeur que connaît la société libanaise : d'un côté, il est déterminé par l'ensemble des contradictions qui traversent le corps social, d'un autre, il contribue à les approfondir. En même temps que la guerre avec son cortège de conséquences, destruction de l'économie, décentralisation et repli régional, fuite vers les solutions individuelles et familiales, il contribue à renforcer les logiques de solidarités villageoises et communautaires.

© Presses de l’Ifpo, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540