Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Communautés villageoises et migrations de main-d’œuvre au Moyen-Orient

 | 
Elisabeth Longuenesse
, 
Gilbert Beaugé
, 
Michel Nancy

Chapitre 4. La filière Kfar Rummân-Koweit

Elisabeth Longuenesse y Michel Nancy

Texto completo

1. KFAR RUMMAN : UN VILLAGE CHIITE AU SUD LIBAN

1Kfar Rummân est un gros village agricole, situé en plein cœur du Jabal Amel, à trois kilomètres au nord-est de Nabatiyeh. Le territoire du village couvre une superficie d’environ 22°000 donoms (2°200 hectares) dont approximativement un sixième de terres irriguées. Jusque dans les années cinquante, Kfar Rummân était dominé sans partage par la famille de Youssef « Bek » Zein, qui possédait plus de la moitié des terres du village. A partir du milieu des années cinquante, parallèlement à la montée de l’émigration, la contestation du pouvoir du bek a progressé, à travers le développement de l’activité et de l’influence du parti communiste, dont le candidat aux élections partielles de 1972 obtenait plus de voix que celui de Youssef bek. Durant ces trente dernières années, le village connaissait en effet de profondes transformations, tant dans son activité économique, que dans ses relations sociales et sa structure politique, transformations dont l’émigration a été un moment essentiel et un facteur important.

1. Le contexte géographique et historique.

2Le Jabal Amel, plus communément désigné aujourd’hui sous le nom de Sud Liban a toujours été dans l’histoire une région carrefour entre la Palestine, le Mont-Liban et Damas. Selon Mounzer Jaber, sa personnalité historique en tant que région s’est affirmée à partir du xvie siècle dans la lutte contre la domination des Emirs du Mont* Chapitre rédigé par E. Longuenesse et M. Nancy.

  • 1 Mounzer Jaber, Pouvoir et société au Jabal Amil de 1749 à 1920 dans la conscience des chroniqueurs (...)
  • 2 Ibid., pp. 38-39, et aussi Muhammad Jabir Al-Safâ’, Histoire du Jabal ‘Amil, Beyrouth, Dâr an-Nahâr (...)
  • 3 Mounzer Jaber, op. cit., p. 12 et pp. 184-185.
  • 4 Muhammad Jabir Al-Safâ’, op. cit., pp. 226-228.

3Liban1. Notons en passant que Kfar Rummân fut le lieu d’un épiode célèbre de cette histoire lorsqu’en 1771 les « Amélites » remportèrent une victoire extraordinaire à la bataille dite de Nabatiyeh-Kfar Rummân où, selon les historiens, trois à quatre mille « Métoualis », autre appellation des chiites, s’opposèrent héroïquement à 20°000 Druzes, dont la défaite fut sans doute due à la division de leurs chefs2. La richesse agricole de la région, grande productrice de blé, la rendait complémentaire du Mont-Liban qui du fait de la densité de sa population et de sa spécialisation ancienne en arbres fruitiers, mûriers et vignes était dépendant de l’extérieur pour son approvisionnement en céréales3. Toutefois, après une période d’autonomie, vers le milieu du xviiie siècle, le retour de la domination ottomane avec le gouverneur de Damas, Ahmad Pacha Jazzar marque la fin de la prospérité économique, le développement du désordre et de l’insécurité, en même temps que l’apparition de mouvements de résistance paysannes. Dans la seconde moitié du xixe siècle enfin, le développement de la culture du tabac, l’apparition de la propriété privée de la terre après la réforme foncière de 1858, puis l’ouverture de la route Beyrouth-Damas et les transformations économiques du Mont-Liban s’accompagnent de la pénétration de la région par la bourgeoisie beyrouthine et de la formation dans le sillon de celle-ci d’une bourgeoisie locale qui commence à concurrencer les familles de notables traditionnels, Assaad, Saab et Munkir. A partir de 1860, le Jabal Amel, jusqu’alors dépendant de Damas, est rattaché au vilayet de Beyrouth, et Saïda perd son rôle régional. Au début de ce siècle, la région est traversée contradictoirement par les courants favorables au mouvement nationaliste arabe (soutenus par la bourgeoisie beyrouthine et ses alliés locaux), la fidélité au pouvoir ottoman, et plus tard, l’alliance avec les Français. En avril 1920, une délégation de notables va féliciter le roi Fayçal à Damas et demande l’autonomie interne du Jabal Amel au sein du royaume de Syrie. Quelques jours plus tard, un massacre de chrétiens à Ein Ebel, donne le signal d’une expédition punitive française qui marquera la fin du mouvement d’unité avec la Syrie4. L’Etat du Grand-Liban est proclamé en août, par l’adjonction au Mont-Liban de 1921 de la plaine de la Békaa et de l’ancien vilayet de Beyrouth, dont dépendait le Jabal Amel qui devient mouhafazat du Sud-Liban.

4Lourdement grevé par la domination ottomane, puis par celle de la bourgeoisie beyrouthine, le Sud-Liban était depuis longtemps dans une situation de dépendance, pour une grande part à l’origine de son sous-développement actuel. Il ne s’y forma jamais véritablement de bourgeoisie locale forte, du fait du drainage des surplus vers Beyrouth accéléré avec le développement des cultures commerciales, particulièrement du tabac, dès le xixe siècle. La sous-représentation politique et sociale des Chiites, majoritaires au Liban-Sud, dans le système politique libanais après 1943, aggrava cette dépendance régionale, avec une double conséquence : l’exacerbation des conflits sociaux et l’appauvrissement progressif des agriculteurs.

2. Kfar Rummân et la famille Zein, structure socio-politique.

5La famille Zein est une des familles de « nouveaux notables » dont le nom apparaît d’abord avec le développement du mouvement de résistance à la fin du xviiie et au début du xixe siècle contre la tyrannie d’Ahmad Pacha al Jazzar. Puis, après 1860 et le mouvement de privatisation des terres qui a suivi la nouvelle législation ottomane, la domination économique de ces nouvelles familles prend la forme du rachat et de l’accaparement de terres et de villages entiers, par des moyens plus ou moins légitimes.

  • 5 Mounzer Jabir, op. cit., p. 202.

6Mounzer Jaber note que ces familles (parmi lesquelles il cite Zein, Usayrân, Bazzi, Farhât, al Amîn, Khalil) « se sont emparé de ces villages après s’être enrichies de diverses façons, dont la contre bande, surtout celle des animaux, et la mainmise sur les marchés commerciaux » : ainsi du Souk de Nabatiyeh, contrôlé par les Zein5.

7Selon la tradition locale, Ismaïl Zein, père de Youssef Bek, aurait été un important commerçant en grain, « chargé du ravitaillement de la Turquie, ayant trois ou quatre magasins et entrepôts à Saïda ». Il aurait acheté quatorze villages, répartis par la suite entre ses trois fils. Youssef, ayant hérité de Kfar Rummân, s’y installe vers 1910 et achète cinq autres villages (Sinay, Dmul, Shelbaal, Yahmurr, Hamra). Le souvenir des autres fils, qui ne jouèrent pas de rôle politique comme leur frère, semble s’être perdu ; ils ne s’installèrent pas dans leurs villages et ne s’illustrèrent sans doute pas par la même férocité que Youssef dans leurs rapports avec les paysans.

  • 6 Ibid., pp. 200-201.
  • 7 Mounzer Jabir, op. cit., p. 142.
  • 8 Respectivement de Nabatiyeh (en 1960, 1964, 1968 et 1972) Beyrouth (en 1968) et Saïda (en 1964).

8Au début du siècle, selon une source donnant les principaux propriétaires de 98 villages du Sud-Liban, la famille Zein était la seconde en importance après la famille Assaad pour le nombre de villages possédés : neuf sont cités (Kfar Rummân, Shelbaal, Dumayr, Chhûr, Sinay, Daskara, Dayr Ajlûn, Rûmîn et Basfûr) contre seize aux Assaad6. Quant à l’importance politique de la famille, il semble qu’elle ne remonte qu’à Youssef Zein, dont le nom est cité parmi les membres de la délégation du Jabal Amel partie féliciter le roi Fayçal en avril 19207. Il aurait donc à cette époque été actif dans le courant unitaire arabe au Jabal Amel. Ce qui ne l’empêche pas plus tard de jouer un rôle de premier plan durant le mandat français, comme député, puis président de la chambre. Après l’indépendance, trois de ses fils se lancent dans la politique et se font élire députés8. Seul Abd el-Latif ayant pris la relève de son père après la mort de celui-ci en 1962 et représentant la circonscription de Nabatiyeh, conserve son mandat et continue à jouer un rôle de premier plan, tandis que les autres se retirent de la vie politique. La présidence de la chambre passe cependant aux mains de Kamel al Assaad, et bien que candidat en 1981, Abd el-Latif ne réussit pas à la reprendre. Député sans discontinuer depuis 1960, ministre de l’agriculture en 69-70 sous le gouvernement de Rachid Karamé, il n’en demeure pas moins un personnage politique de premier plan dans le système libanais.

  • 9 Dominique Chevallier, La Société du Mont-Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe. (...)

9A Kfar Rummân, comme dans tous les villages libanais, les relations sociales se définissent d’abord comme relations entre familles, et la structure sociale comme structure socio-familiale. L’individu s’iden tifie d’abord comme appartenant à une famille définie par son nom, son importance numérique et son pouvoir économique. Enfin, la caractéristique de cette organisation sociale est d’être dominée par deux familles principales, en compétition pour le pouvoir à l’intérieur du village9. Toutefois, on va le voir, l’intrusion au début du siècle de la famille Zein dans le village, bouleverse sensiblement cette organisation sociale traditionnelle, et change les règles de la compétition pour le pouvoir. La présence du grand propriétaire dans le village permettra l’émergence d’une forte sensibilité politique, à l’intérieur des familles paysannes, rompant les jeux classiques d’alliances et d’oppositions.

  • 10 Ainsi Wissam Kdaih, La culture du tabac dans le Sud du Liban, Thèse de 3e cycle, Caen, 1979, cite l (...)
  • 11 Kâmel Sabbâh, L’exploitation de la terre dans la région de Nabatiyeh, Mémoire de magistère, Univers (...)
  • 12 Même quand ils ont quitté leur village depuis longtemps, la plupart des Libanais continuent à y êtr (...)

10La population de Kfar Rummân se répartit ainsi entre une trentaine de familles, d’importance très inégale, dont les trois plus anciennes, Daher, Abou Zeid et Ali Ahmad englobent à elles seules sans doute près des deux tiers de la population du village, tandis que les vingt-sept autres ne comptent que le tiers restant. Il est extrêmement difficile d’obtenir des précisions fiables sur la population exacte du village, car les évaluations données hésitent à englober tantôt l’une, tantôt l’autre des différentes catégories d’émigrés, ceux de Beyrouth, ou ceux de l’étranger, ceux qui sont partis depuis longtemps ou non, ceux qui viennent tous les week-ends, bien qu’ayant quitté le Sud depuis trente ans, ceux qui se sont dispersés dans les villages à à l’entour, mais conservent des champs sur le territoire de la commune, etc10. Tandis que Kâmil Sabbâh évaluait en 1980 à 3°500 la population résidant au village, après une enquête minutieuse, les estimations des habitants oscillaient entre 5°000 et 8°00011. Ce dernier chiffre est sans doute le plus proche de la population administrativement inscrite dans la commune, y compris donc la plupart des émigrés et à l’exception seulement de ceux qui, anciennement émigrés à Beyrouth, y ont transféré définitivement leur état-civil12 même s’ils conservent des liens avec leur village d’origine.

  • 13 Evaluation donnée par le fils du moukhtar, lui-même de la famille Daher.

11Les deux plus grandes familles du village, historiquement rivales, sont les Daher et les Abou Zeid ; la première semble aujourd’hui nettement plus importante, comptant près de deux fois plus de membres (1°500 à 2°000) et possédant deux fois et demi plus de terres (cf. infra) que la seconde. En outre, une troisième famille les suit sur le plan strictement numérique, les Ali Ahmad, dont l’effectif approche de 1°000, tandis qu’une demi-douzaine seulement dépasseraient la centaine13.

12Au moment où Youssef Zein rachète les terres du village (1910), les Daher sont sans doute déjà les plus importants. Le moukhtar, dont la fonction n’est guère plus qu’administrative, est depuis 50 ans Hussein Daher, aujourd’hui âgé de 80 ans. Mais la rivalité Daher-Abou Zeid s’est manifestée jusque dans les années cinquante. Rivalité alimentée, attisée par Youssef Zein, qui joue l’une contre l’autre, ayant intérêt à l’affaiblissement des deux. Elle semble s’être progressivement effacée avec la montée de l’opposition des paysans à la famille Zein, qui s’est accompagnée de l’unification des familles, et d’une profonde réorganisation liée aux transformations sociales à partir des années cinquantes. A cette époque, Youssef Zein tenta de créer une association de paysans, regroupant les petites familles, pour « œuvrer à l’intérêt commun ». Mais rapidement il transforma l’association en instrument de division ; il suscitait des bagarres : cinq hommes de la famille Daher furent ainsi l’objet d’agressions physiques de la part de membres de cette association. C’est alors que des représentants de la famille Daher allèrent trouver leurs ennemis traditionnels et leurs proposèrent de faire alliance contre les Zein, car, dirent-ils, « Youssef Zein commence par nous, mais ensuite c’est à vous qu’il s’en prendra ». Suite à cette alliance, eut lieu une véritable bataille rangée entre les paysans, avec à leur téte les deux familles Daher et Abou Zeid, et les hommes de Zein; cette bataille marqua la fin de la suprématie politique des Zein. Mais cette alliance des deux familles Daher et Abou-Zeid contre Youssef Zein ne put se réaliser que dans les années cinquante lorsque la baisse de la rente foncière et la multiplication des opportunités économiques extérieures commencèrent à transformer profondément le paysage social, en affaiblissant fortement la position de la famille du bek.

13Dès les années 1930, les conflits commencèrent à se multiplier. La domination du bek était particulièrement oppressante. Vivant au village, à la différence de la grande majorité des grands propriétaires, généralement citadins absentéistes, il ne manquait pas une occasion de rappeler son pouvoir aux paysans, de la manière la plus brutale, du droit de cuissage, pratiqué jusque dans les années cinquante, aux châtiments corporels les plus durs pour la moindre vétille, ou même aux raclées reçues par les fortes têtes en guise de leçon, pour qu’ils ne contestent pas son pouvoir. Incidents souvent à l’origine des premiers départs pour l’étranger au début du siècle (vers l’Amérique du Sud essentiellement à l’époque), et qui jalonnent l’histoire du village jusqu’à l’indépendance. Cependant, c’est la spoliation des droits des paysans sur leurs terres qui sera la source des conflits qui se multiplient dès les années trente puis surtout après l’indépendance. La faiblesse des paysans venait de leur incapacité à prouver des droits attestés par la tradition, mais inscrits nulle part. D’une part, la moindre demande d’assistance adressée au bek avait été l’occasion pour ce dernier de se faire céder une parcelle qu’ils étaient bien en mal de récupérer par la suite, d’autre part, le cadastrage de 1935 lui permit de pérenniser une appropriation imposée par la force, d’autant plus facilement qu’il avait le contrôle des instances d’arbitrage. L’histoire de la prise de conscience par les paysans de leurs droits bafoués est donc jalonnée de ces tentatives, généralement vouées à l’échec, de récupérer des terres autrefois à eux (voir plus loin).

14A partir des années 1950, les conflits prennent un caractère nouveau, une tournure de plus en plus politique. En 1953, Zein essaye de bloquer les passeports de trois jeunes gens qui veulent partir pour le Koweit : ceux-ci font intervenir un député, rival de Youssef Zein dans la région. En 1957, pour la première fois, un candidat communiste obtient de nombreuses voix aux élections : par mesure de rétorsion, le bek, propriétaire du réseau de distribution de l’eau qu’il a fait installer en 1924, coupe l’eau à dix-neuf familles accusées d’avoir mal voté, en prétendant qu’elles n’avaient pas payé ; par chance, quelques-uns des intéressés avaient eu l’idée de demander un reçu ; le tribunal leur donne raison. Enfin, en 1962, a lieu la première grève des ouvriers du tabac, à l’initiative des militants du parti communiste, qui réclament la réduction de la journée de travail de douze à huit heures.

15Cette politisation croissante de la résistance des villageois prend en effet la forme d’une implantation de plus en plus importante du parti communiste, au point qu’aux élections législatives partielles de 1974 son candidat obtient à Kfar Rummân 443 voix contre 440 au candidat appuyé par les Zein, 68 au candidat de Kamel al-Assaad et 50 au parti Baas. Selon un militant, le parti communiste aurait compté en 1981, 400 membres originaires de Kfar Rummân, dont environ la moitié d’émigrés, son influence étant très forte parmi ceux du Koweit ; enfin son influence est dominante dans la gestion municipale.

  • 14 Circonscription administrative correspondant à une sous-préfecture.
  • 15 Nom donné à la mosquée chez les chiites; fait aussi fonction de lieu de rassemblement.

16En 1974, un décret institue la municipalité de Kfar Rummân, ce qui aurait dû, en principe, être suivi de l’élection d’un conseil municipal ; du fait de la guerre, qui commence en 1975, et de la période de troubles qui dure jusqu’à maintenant, ces élections n’ont jamais eu lieu. Un fonctionnaire du caïmacamat14, nommé par le gouvernement, est chargé administrativement de la gestion des affaires municipales. En juillet 1978, les communistes sont à l’initiative de la création d’un « conseil populaire » de 12 membres, dont deux communistes ; à la suite de quoi, la famille Zein crée un contre-conseil pour faire échec au premier. En 1979, une assemblée à la husseiniyeh15 aboutit à la fusion des deux conseils, et à la constitution d’un nouveau conseil comprenant huit membres du premier, trois du second, et quatre nouveaux membres, considérés comme neutres. Ce compromis entérinait la baisse d’influence des Zein dans la vie du village, face à la montée de celle des communistes.

17Les membres du conseil appartiennent à une dizaine de familles, petites et grandes, du village ; la famille Daher y a trois représentants tandis que les Abou Zeid n’ent ont qu’un, mais il semble bien que cette répartition ne reflète plus un rapport de force entre les familles, les critères politiques ayant pris le dessus. Ceci ne signifie pas pour autant que le parti communiste lui-même ne soit pas traversé par l’effet de ces rapports de force.

  • 16 L’Armée du Liban arabe est issue de la scission, en 1976, des éléments pro-arabes de l’armée libana (...)

18L’activité du conseil est importante et il a à son actif un certain nombre de réalisations au profit de l’ensemble du village ; il est à l’origine en particulier de la construction d’une école complémentaire, grâce à des fonds collectés pour moitié auprès des émigrés d’Arabie Saoudite et du Koweit, mais aussi d’organisations politico-militaires (le parti communiste, le parti Baas, l’Armée du Liban arabe16, des villageois eux-mêmes, tandis qu’Abd el-Latif Zein a fourni une part des matériaux et que le premier ministre Sélim Hoss a accordé une petite subvention. D’autre part, il s’est occupé de tracer des chemins, réussissant à atténuer les dissensions entre villageois et a supervisé la construction de la route Nabatiyeh-Kfar Rummân. Ainsi, la guerre qui dure depuis 1975 a forcé les factions rivales au compromis, dans le contexte d’un rapport de force favorable au mouvement national et aux communistes (au moins jusqu’en 1981). Il est intéressant de constater que les décisions concernant la vie collective représentent le produit d’une situation trouble et complexe où chacun préserve un avenir incertain, espérant recueillir les fruits d’initiatives prises en fonction des situations sociales et politiques qui viendront.

3. Structure de la propriété foncière.

  • 17 Mounzer Jaber, op. cit., p. 195.

19L’appropriation privée de la terre au Jabal Amel date de la seconde moitié du xixe siècle, après que la nouvelle législation ottomane de 1858 ait instauré le droit de propriété. « Une minorité s’appropria alors d’immenses terres, profitant de sa situation privilégiée au sein de la hiérarchie sociale en tant que responsable du fisc auprès de l’Etat, d’autre part de l’aversion à l’égard de la possession des terres ancrée dans l’esprit des gens » (car associée à la soumission à l’impôt ou à l’enrôlement dans l’armée)17. Les notables faisaient inscrire à leur nom des terres appartenant aux paysans grâce à divers procédés d’intimidation, menaces ou promesses — comme la dispense du service militaire (par l’établissement de faux certificats de décès) ou l’effacement des dettes, l’utilisation des différents entre villageois, la distribution de blé à l’époque de la famine, etc. De cette époque date aussi le système de la propriété en « association » : lorsque le paysan n’arrive pas à payer l’impôt, le bek lui propose de payer à sa place en échange d’une part de propriété sur sa terre, lui donnant donc droit à une part équivalente du revenu de cette terre.

  • 18 D’après Hassan Amin Daher, fils du moukhtar.

20D’après une source villageoise, les impôts représentaient en moyenne 10 à 15 % de la récolte. Les paysans devaient les payer pour les terres dont ils avaient conservé la pleine propriété, tandis que pour les terres en association avec la famille Zein, le bek s’en chargeait; mais la majeure partie des terres étaient dans cette situation. Ainsi, la famille Daher (la plus importante du village), qui possédait 8°000 donoms, soit environ 800 ha en aurait aliéné de fait la moitié par ce procédé18. Mais dès l’indépendance, les paysans ont progressivement, soit partagé les terres en assocation, soit racheté la part anciennement appropriée par Youssef Zein. En 1935, celui-ci fit procéder au cadastrage de ses terres. 1°200 parcelles (‘iqâr) de taille variable sont délimitées, chacune subdivisée en 2°400 parts (sahm). C’est à ce moment-là, semble-t-il, que les paysans dont les terres sont inscrites en associations avec le bek commencent à prendre conscience de l’escroquerie dont ils ont été l’objet et que se manifestent les premiers conflits.

21C’est en 1960-61 que l’Etat libanais impose le cadastrage de l’ensemble du territoire national. Toutes les terres du village sont alors cadastrées; le nombre de parcelles s’élève à 3°200 iqâr dont le pourtour est délimité par des frontières naturelles (ruisseau, haies, dénivellation) et la plupart (2°600) portent un nom. Les propriétés individuelles sont définies comme comprenant un certain nombre de parts de telle parcelle, et délimitées les unes par les autres. A partir de cette date les transactions foncières se font donc sur le cadastre, alors qu’auparavant, elles étaient orales, deux témoins garantissant les déclarations et opérations des contractants devant notaire.

  • 19 Entretien avec Abd el-Aziz Zein, 1982.

22Sur l’ensemble de la superficie du village, la famille Zein possédait un peu plus de la moitié des terres dont 40 % en association avec les paysans19 répartis à peu près également en terres sèches et en terres irriguées. Le reste des terres se répartissait entre les villageois. Les trois familles les plus importantes, Daher, Abou Zeid et Ali Ahmad en détenaient la part la plus grande. Il semble que si les paysans sans terre étaient très peu nombreux, la plupart possédant au moins le lopin près de leur maison, la moitié la plus pauvre du village ne devait guère se partager plus de 10 % du total. D’après une source villageoise, la famille Daher, qui compterait environ un quart des habitants du village, posséderait entre le quart et le cinquième des terres, tandis que les deux autres familles les plus importantes numériquement, les Abou Zeid et les Ali Ahmad, seraient à peu près à égalité, tant du point de vue des effectifs que des terres possédées, qui représenteraient environ un douzième de la superficie du territoire du village. Mais au-delà de la richesse globale d’une « famille », il faudrait distinguer l’inégalité des individus et des familles nucléaires. En effet, la tendance semble être, comme ailleurs, à la nucléarisation des familles et à l’individualisation de la réussite, avec la disparition des dernières traces d’économie de subsistance. On cite fréquemment un cas d’enrichissement dans la famille Daher, celui de N.R., devenu depuis une dizaine d’années le deuxième propriétaire et exploitant après les Zein ; après s’être enrichi grâce à l’exploitation du tabac, mais aussi par des moyens moins avouables, il est aujourd’hui à la tête d’une exploitation de 500 donoms, dont 100 de vergers dans le Maydani. Compte tenu que sur les 22°000 donoms que compte le territoire du village, moins de 20 % sont encore exploités (y compris les terres irriguées qui représentent 1°500 à 2°000 donoms environ), N.R. est à la tête d’un huitième des terres cultivées du village.

23Inversement, les immenses propriétés des Zein, sont progressivement grignotées à partir des années 1960. La majeure partie perd toute valeur, avec le recul des cultures. Quelques parcelles propres à bâtir voient leur prix monter en flèche : ce sont celles-là, avec quelques terres encore propres à l’exploitation agricole, qui sont vendues, au risque de menacer à terme le pouvoir économique de la famille Zein.

  • 20 L’ensemble des terres de Youssef Zein couvrait 12°000 donoms, chacun des 16 enfants a hérité de 750 (...)

24En 1954, Youssef Zein avait partagé ses terres entre ses seize enfants (dix fils, six filles) à égalité. Après sa mort, survenue en 1962, deux d’entre eux ont revendu toute leur part pour éponger leurs dettes de jeu, les autres entre un et dix pour cent, soit au total à peine plus de 15 % (environ 1 800 donoms) de l’ensemble des terres de la famille. On peut estimer que leur part dans la propriété villageoise est alors passée de 55 % à un peu plus de 45 %. Mais si l’on considère que ceux qui n’ont vendu qu’une petite part l’ont choisie parmi les terrains les plus rentables, la part de la famille dans les terres effectivement valorisables (soit cultivables, soit à bâtir) a baissé beaucoup plus fortement20.

25Cela explique sans doute que lors de notre premier contact avec le village, on nous ait raconté que les terres du bek avaient diminué de moitié, ou même que sa part serait passée de 75 % à 25 % seulement de la superficie du territoire villageois. C’est sans doute la confusion entre terres exploitables et superficie totale, peut-être aussi entre puissance économique et influence politique qui, dans l’esprit des villageois, entraînait une telle surestimation des transformations de la propriété foncière.

26Dans les années 1960, ceux qui rachetaient ces terres étaient des paysans enrichis grâce à la culture du tabac ; plus tard, et particulièrement dans la dernière période, avec le déclin du tabac et l’augmentation du prix de la terre, ces transactions ne sont à la portée que des émigrés ou du moins de la fraction d’entre eux qui a « réussi ». En effet, on a assisté, entre 1960 et 1980 à une augmentation moyenne du prix du terrain de 1 à 50, mais aussi à une différenciation accrue entre les différents types de terres, en fonction de la position des terrains (et non plus de leur fertilité), du fait d’une spéculation croissante sur les terrains à bâtir, peut-être renforcée par la situation de guerre ; ainsi, au centre du village, en bordure de route goudronnée, le prix du m2 atteignait en 1981 jusqu’à 125 ou même 150 LL. ; d’où une nouvelle source d’enrichissement pour certaines familles et redistribution des positions économiques dans le village.

4. Exploitations et cultures.

27Sur les 20 à 22°000 donoms du territoire de Kfar Rummân, entre 5 et 10 % sont irrigués : 1°200 donoms précisément selon Abd el-Aziz Zein, tandis que 2 à 3°000 donoms seraient encore terre communale (muchaa). Jusqu’au début des années cinquante, pas un mètre carré n’était laissé inculte. Aujourd’hui, moins de la moitié sont considérés comme cultivables, et si la totalité des terres irriguées sont effectivement exploitées, certaines estimations évaluent à 10 % maximum les terres sèches encore exploitées en 1982.

28Contenue dans un vallon, la plaine du Maydani, au bout de Kfar Rummân, la zone irriguée s’étend sur 3 km de long environ et sur 500 à 1°000 m de large selon les endroits (deux tiers dépendant de Kfar Rummân et un de la commune de Jarnak). Une grosse source située à l’extrémité nord du vallon, au débit de 4°000 m3/heure, alimente deux canaux, le canal est, et le canal ouest, longeant les deux rives, tandis qu’une rivière naturelle passe au milieu et va se perdre dans les terres à l’extrémité de la plaine. A la différence des canaux, la rivière n’est pas alimentée toute l’année; elle sert de trop-plein en période de grosses eaux et s’assèche en été. Les deux canaux, en dur, alimentent de petits canaux secondaires en terre qui traversent les champs de part en part, et que les paysans ouvrent à tour de rôle. Il faut à peu près huit jours pour que l’ensemble des terres soient irriguées et que revienne le tour du premier. Mais les besoins en eau diffèrent d’une culture à l’autre : le tabac se contente d’un arrosage tous les quinze jours, les tomates en ont besoin tous les cinq jours. Les paysans doivent alors s’entendre. Quand arrive le tour d’un paysan, il ouvre le passage donnant de l’eau au petit canal secondaire traversant son champ ; quand l’eau a traversé son champ de part en part, il referme : c’est le tour du suivant. Le tour peut arriver de jour ou de nuit. Les vergers sont arrosés à partir du 15 juin, tous les dix jours, toujours dans la journée, car ce sont des ouvriers salariés qui n’en occupent et on ne peut leur demander de venir la nuit.

29L’exploitation des terres se fait généralement selon un mode de faire-valoir direct pour les petits propriétaires, en fermage ou métayage pour les gros propriétaires. Les terres irriguées du Maydani sont essentiellement données en fermage. Les Zein afferment leurs orangeraies à des fermiers de Nabatiyeh pour des baux de cinq à dix ans. Leurs terres en sec sont pour moitié affermées, et pour moitié données en métayage, tandis qu’ils laissent cultiver quelques lopins par des paysans à qui n’est demandé aucune redevance. En 1982, les prix des fermages étaient approximativement et en moyenne de 200 LL./donom/an en terres irriguées, 100 LL./donom/an pour les terres sèches à bon rendement, et 50 LL. pour les terres sèches à bas rendement.

30Aujourd’hui, dans beaucoup de familles de petits propriétaires, les terres restées indivises au niveau des frères sont exploitées par l’un d’entre eux, qui en plus de celles de la famille, cultive quelques parcelles louées ; le partage du produit se fait à l’amiable et il arrive qu’il en prenne la plus grosse part. C’est le cas de la famille Q., dont nous présentons plus loin l’histoire.

31Enfin, notons que jusqu’au début des années 1950, les paysans se chargeaient eux-mêmes de la commercialisation de leurs produits, qu’ils allaient vendre sur le marché de Nabatiyeh. A partir de 1954, apparaissent des commerçants grossistes, originaires de Kfar Rummân ou de Nabatiyeh, qui font le tour des paysans pour leur acheter leurs produits et aller les revendre eux-mêmes au marché.

32Les cultures pratiquées sont variées : légumes et arbres fruitiers sur les terres irriguées, céréales, légumineuses (lentilles), oliviers, et tabac en terres sèches. Si les céréales occupaient, et occupent encore les superficies les plus importantes, le tabac n’en domine pas moins depuis longtemps l’économie du village, comme de la région de Nabatiyeh et du Sud-Liban.

  • 21 Hassan Boukhdoud, La plantation du tabac dans la région de Nabatiyeh, Mémoire de maîtrise d’histoir (...)
  • 22 Ibid., pp. 69-72.

33C’est à la fin du xixe siècle que la culture du tabac se développe sur une grande échelle au Liban. En 1920 déjà, 15 % des superficies cultivées dans la région de Nabatiyeh étaient occupées par le tabac21. Depuis 1883, et jusqu’en 1930 c’est une société française qui détient le monopole de l’exploitation du tabac. L’octroi des permis de culture est limité, et la culture est dominée par les grands propriétaires. En 1930, la suppression du monopole et la libération de la culture (désormais soumise uniquement à déclaration) fait faire un bond à la production. De nombreux petits paysans se mettent à la culture du tabac et les petites exploitations se multiplient. A cette époque deux usines de fabrication de cigarettes sont créées à Nabatiyeh, employant 40 et 25 ouvriers22. Mais en 1934, sous prétexte que le développement anarchique de la culture a provoqué une situation de crise et de concurrence exacerbée, les autorités mandataires rétablissent le monopole de la Régie. Les usines ferment. Les protestations des cultivateurs (Youssef Zein en tête !) iront jusqu’à provoquer des affrontements armés à Bint Jbeil ! Pendant la seconde guerre mondiale, les superficies cultivées baissent du fait du manque de main-d’œuvre, accentué par la pénurie de blé, qui entraîne un transfert de la main-d’œuvre, disponible vers la culture du blé. Mais elle remonte dès 1944 et surtout à partir de 1950, pour faire un bond spectaculaire au début des années 1960, tandis que le nombre de cultivateurs croît encore plus vite.

  • 23 Entretien avec Abd el Aziz Zein.
  • 24 W. Kdaih, op. cit., p. 303.

34A Kfar Rummân, le rôle de Youssef Zein est évident dans l’extension du tabac ; c’est pendant la seconde guerre mondiale que les superficies qu’il consacre au tabac font un bond en avant : entre 1942 et 1943, elles passent de 125 à 300 donoms23, représentant sans doute alors plus de la moitié du total au village. Dans les années 1960, les superficies cultivées par les paysans progressent ; elles dépasseront, avec celles des Zein, les 1°000 donoms vers 1970. Ainsi, alors que près des trois quarts des cultivateurs de tabac, des superficies et de la récolte sont enregistrés au Sud-Liban en 1971, la région de Nabatiyeh y occupe la part la plus importante, et Kfar Rummân parmi les cinq villages à la plus forte production (tabl. 1). Or, la part des plus grosses exploitations (plus de 10 et même de 20 donoms) y est nettement plus élevée que dans les autres régions du Liban24.

  • 25 Boukhdoud, op. cit., p. 107.

35Alors que précédemment les permis de culture du tabac étaient octroyés en proportion de la superficie de terres possédées par un exploitant, un décret de 1968 limite les licences délivrées25 à 50 donoms par exploitant. Du coup se développe un tarif spéculatif sur les licences qui s’intensifie dans les années 1960 avec les progrès de la culture du tabac : une licence pour un donom atteint alors jusqu’à 1°000 ou même 2°000 LL. à la vente, et 200 LL. à la location. Le Dr M., de K.R., qui avait acheté une licence pour dix donoms en 1962 pour 1°500 LL., renouvellera l’opération douze ans plus tard pour la somme de... 18°000 LL. Dans le même temps, la location passait de 100 LL. à 200 LL. le donom.

Tableau 1 Surfaces (s) cultivées en tabac (en donoms) et production (p) de tabac (en kg) A Kfar Rummân et dans les cinq premiers villages producteurs de tabac du secteur de Nabatiyeh.

Tableau 1 Surfaces (s) cultivées en tabac (en donoms) et production (p) de tabac (en kg) A Kfar Rummân et dans les cinq premiers villages producteurs de tabac du secteur de Nabatiyeh.

* n.d.: donnée non disponible

Source : H. DouKhdoud, cp. cit., p. 103-104

36A Kfar Rummân, à la veille de la guerre de 1975, 80 % de la population était employée tout ou partie de l’année dans la culture du tabac ; mais la majorité d’entre eux avaient une autre occupation puisque, selon un responsable politique, 20 °/b seulement travaillaient à temps plein dans l’agriculture. Mais aujourd’hui, le tabac est pratiquement abandonné. En 1981, il n’y avait guère plus de 50 donoms cultivés en tabac dans tout le village.

  • 26 K. Sabbah, op. cit., p. 66.
  • 27 Cf. H. Boukhdoud, op. cit., ch. 7 et W. Kdaih, op. cit., IIe partie, ch. 3.

37Du fait de l’importance de la main-d’œuvre mobilisée, hommes, femmes et enfants, pendant toute l’année, à la différence des autres productions agricoles, et de par les revenus monétaires qu’elle rapportait, la culture du tabac a joué un rôle essentiel dans la transformation des rapports sociaux à la campagne, dans l’intégration au marché national, dans le déclin des cultures de subsistance. En même temps, la faiblesse des revenus des ouvriers agricoles, mais aussi des plus petits exploitants (totalement dépendants de la Régie, rémunérés à la tâche, ils sont de quasi-prolétaires), a abouti à une paupérisation accélérée des masses paysannes. « Pour la première fois, les cultivateurs se transforment en ouvriers, travaillant pour un seul et même patron, la Régie, qui leur prend toute leur production, contre un salaire en argent... »26. En effet, c’est la Régie qui fixe la production réglementaire d’un donom, et qui achète la quantité qu’elle a donc préalablement imposée, au prix qu’elle détermine. Or, dans la pratique, les plus gros exploitants se voient accorder des quotas de production par donom pouvant atteindre le double de ceux des petits paysans. Ce qui fait que ces derniers sont contraints de vendre leur surplus à bas prix aux premiers qui les revendent à la Régie en s’appropriant la différence. Cette surexploitation des paysans explique la montée des luttes sociales chez les cultivateurs de tabac du Sud-Liban dans les années 1960-70, et leur radicalisation qui culmine lors de la révolte de janvier 197327.

38Dissolution du rapport paysan traditionnel à la terre et déclin de l’autosubsistance d’un côté, prolétarisation-paupérisation, de l’autre, ont été les facteurs déterminants de l’émigration rurale, vers Beyrouth dans un premier temps (dès les années trente), puis vers l’étranger. Toutefois la croissance des années soixante a temporairement eu l’effet inverse en mobilisant toute la population active, de sorte que l’on a pu constater dans la même période un net ralentissement de l’émigration. Mais celle-ci a repris de plus belle au début des années 1970, puis surtout à partir de 1975, lorsque l’état de guerre du pays s’est accompagné d’une chute brutale de la culture du tabac. Par contre, la guerre a relancé partiellement les cultures d’autosubsistance sur les parcelles les plus fertiles, permettant aux familles d’être autonomes.

5. L’enquête.

39Compte tenu de l’importance de la population du village et de l’impossibilité de faire une enquête exhaustive dans le peu de temps dont nous disposions, nous avons voulu tenter d’évaluer empiriquement l’importance de l’émigration. Pour cela, à partir des premiers contacts dans le village et des informations recueillies sur la structure socio-familiale, nous avons interrogé une quinzaine de personnes, appartenant à des familles différentes, en leur demandant de reconstituer, de proche en proche, l’arbre généalogique partant de leur grand-père et comprenant tous ses descendants vivants, en nous précisant lesquels, parmi leurs parents, avaient un jour travaillé à l’étranger, et l’activité de chacun, au Liban et hors du Liban. A partir de cette enquête, nous nous sommes retrouvés avec un échantillon d’environ 1 300 personnes, non représentatif au sens strict, mais dont nous avons supposé qu’il nous donnait une première approximation de la place du phénomène migratoire dans le village.

40Sur ces 1°300 personnes, 275 (21 %) étaient hors du Liban lors de l’enquête : 110 au Koweit, 90 en Arabie Saoudite, 23 à Abou Dhabi, 31 en Irak, le reste dispersé .entre Libye, Yémen et Côte d’Ivoire; parmi eux, 120 actifs, dont 32 à Koweit, 52 en Arabie Saoudite, 7 à Abou Dhabi, 18 en Irak. 162 (12 %) étaient à Beyrouth : mais il est vraisemblable que ce chiffre sous-estime l’émigration vers la capitale, beaucoup plus ancienne, et ayant touché des familles entières, qui n’ont plus de parents proches au village. Enfin, 170 sont d’anciens émigrés revenus, dont 55 seulement ont travaillé à l’étranger : nombreux sont les jeunes ayant été enfants à Koweit, ou même nés là-bas, mais revenus par la suite ; parmi ces anciens migrants en effet, la grande majorité des actifs et la quasi totalité des familles étaient au Koweit ; cependant quelques-uns sont rentrés de Libye ou d’Arabie Saoudite, ou même, mais plus rarement encore, ont travaillé dans deux pays successivement, le Koweit et la Libye, ou le Koweit et l’Arabie Saoudite.

41Les informations recueillies ne sont pas assez précises pour établir avec exactitude la part de chaque famille dans le mouvement migratoire, à chaque période, encore moins pour établir des corrélations entre telle ou telle position dans la configuration sociale du village et le départ. Cependant, il semble bien qu’aucune famille, quelle que soit sa taille et sa position, n’ait échappé au mouvement. N’oublions pas que l’émigration vers Koweit prend la relève d’un mouvement antérieur vers la Palestine, interrompu par la création de l’Etat d’Israël : dans notre « échantillon », nombreux sont ceux qui, émigrés dès les années 1950 avaient travaillé précédemment en Palestine, ou dont un parent l’avait fait. Ce mouvement vers la Palestine n’était d’une certaine manière que l’autre face du mouvement symétrique amorcé un peu plus tôt vers Beyrouth. Ce qui se passe donc à partir de 1950 n’est donc que l’amplification d’un phénomène antérieur. Il n’en est sans doute pas moins vrai pour autant que les facteurs politiques ont joué un rôle réel dans cette amplification. Mais la prise de conscience de l’oppression et l’apparition d’un mouvement de refus et d’opposition au bek, qui prend entre autres la forme de l’adhésion au parti communiste libanais est aussi un résultat de la transformation de la société villageoise et de son ouverture sur l’extérieur. La présence de militants parmi les premiers émigrés vers Koweit, si elle ne doit pas être surestimée, n’est tout de même pas due au hasard, et explique la forte influence du parti communiste dans l’émigration et le rôle de celle-ci dans les progrès de son implantation au village. Inversement, comme ailleurs, les familles les plus pauvres semblent avoir été parmi les dernières à « produire » des migrants. Alors qu’au début du siècle, l’exil avait souvent pour cause immédiate des conflits personnels avec le bek, après l’indépendance, les conflits ont pris un caractère politique et ont poussé certains villageois à partir non seulement pour échapper à leur situation difficile mais aussi pour fuir des pressions directes de la part des Zein et leurs alliés dans le village.

6. Histoire de la famille Q.

42A la fois exemplaire et limite, l’histoire de cette famille rassemble tous les éléments clefs de l’histoire du village : la gestion familiale de la terre, le rôle de la culture du tabac dans les transformations socio-économiques, la mobilisation politique, les étapes de l’histoire migratoire, et surtout, la force de la solidarité familiale. Exploitants moyens, propriétaires de la plupart des terres sur lesquelles ils travaillent, ils ont été de tout temps en conflit avec la famille Zein. Cette position en pointe dans les luttes sociales du village s’est traduite par un fort engagement politique à partir des années cinquante et surtout soixante. Enfin rares sont les hommes qui n’ont pas émigré, encore plus ceux qui n’ont jamais quitté Kfar Rummân, tandis que deux frères de cette famille ont successivement tenté leur chance dans tous les pays où l’on rencontre aujourd’hui des émigrés du village, sans pour autant réussir à s’enrichir.

  • 28 Voir D. Chevallier, op. cit., p. 274 sv. pour l’origine de ce terme.

43L’histoire, telle qu’on nous l’a racontée, commence avec Na’îm, petis-fils de l’ancêtre venu au xixe siècle de Baalbeck. Sans appartenir à une des deux familles dirigeantes du village, Na’îm était, au dire de son petit-fils, un personnage important dans la vie sociale du village, puisqu’il portait le titre de « cheikh chabâb », ce qui signifie quelque chose comme chef des paysans28. A une époque où le bek jouait les Daher contre les Abou Zeid et réciproquement, et les petites familles contre les grandes, Na’îm, et avec lui sa famille, n’ont jamais varié dans leur hostilité aux Zein.

44Dans les années 1940, il entra en conflit avec Youssef Bek pour une histoire de terre : ses quatre beaux-frères (il n’avait que des sœurs) étant partis en Amérique au début du siècle, Na’îm avait racheté à ses sœurs leur part de la terre familiale pour leur procurer l’argent liquide dont ils avaient besoin pour le voyage ; mais, revenus plus tard sans argent, ils avaient repris leurs terres (sans rien rembourser) et vers 1940, ils les vendirent à Youssef Zein qui les fit immédiatement enregistrer au cadastre à son nom. Le grand-père chercha alors à récupérer ses terres, ou tout au moins celles qu’il cultivait (soit environ 15 donoms) ; il entra en procès avec Zein ; mais la transaction avec les beaux-frères ayant été seulement orale, comme c’était autrefois l’usage, il ne put que perdre. A la suite de cette histoire son fils unique, Mohammad, quitta le village et loua des terres à Tamra, un village situé près du Litani, à une cinquantaine de kilomètres de Nabatiyeh, en laissant son père et sa mère au village ; au début de 1950, il quitta Tamra pour Zahrâni, beaucoup plus proche, où il prit 20 à 30 donoms en fermage, ce qui lui permit de reprendre l’exploitation des terres familiales avec l’aide de ses fils.

  • 29 1 moud = 10 kg.

45Quand il meurt, en 1954, (peu après son père, mort en 1952), Mohammad a un peu plus de 54 ans, son épouse, Adra, a aujourd’hui (au moment de l’enquête) 75 ans. Ils ont eu sept fils et une fille, qui ont entre 30 et 52 ans. Au début des années 1950, la famille exploite les terres héritées du grand-père, et celles apportées par la mère : en terres sèches, respectivement 50 donoms, répartis sur 11 parcelles, plus 20 donoms, répartis en 6 ou 7 parcelles, et en terres irriguées 6 donoms (dont un vient de la mère) en trois parcelles. Mohammad prenait en outre quelques donoms en métayage à deux propriétaires originaires de Nabatiyeh, versant 25 % du produit sur les plus mauvaises terres, et 50 % sur les terres irriguées. Enfin, il possédait une cinquantaine de têtes de bétail, surtout des vaches, mais aussi quelques chèvres et moutons, un cheval et un âne. Il cultivait principalement des céréales : blé (200 mouds29 par an), orge (500 mouds) en terres sèches, maïs (300 mouds) en terre irriguée, mais aussi des lentilles (100 mouds, en terres sèches), des légumes (pommes de terre, choux, tomates...) et quelques oliviers (2,5 donoms). Il essaya un peu le tabac à la fin des années 1940, en louant une licence, mais ce sont surtout ses fils qui le développèrent.

46Dès leur plus jeune âge, tous les enfants travaillent aux champs, tout en allant à l’école ou en suivant un apprentissage. En 1954, l’aîné, vingt-trois ans, travaille à temps plein dans l’agriculture avec son père : c’est lui qui prendra la relève ; le second est depuis un an à Koweit, ouvrier dans le bâtiment, tandis que le troisième, quinze ans, vient de rejoindre son frère : ayant travaillé entre 12 et 14 ans comme apprenti menuisier, il sera menuisier au Koweit ; les autres sont encore écoliers.

47Des six fils, seul l’aîné, Kamel, n’a jamais émigré. Resté paysan comme son père, il a repris l’exploitation sur les terres, maintenues indivises. Tous les autres partiront à un moment où à un autre ; deux sont encore en Arabie Saoudite, après un périple les ayant amenés successivement dans cinq pays à travers des péripéties innombrables.

48Ali, le second, ouvrier dans le bâtiment de 1953 à 1956 à Koweit, fait une tentative en Arabie Saoudite en 1956, mais n’y séjourne que deux mois et revient vite au pays. Il est barbier-cultivateur, et depuis 1969, fonctionnaire du ministère de l’agriculture, absentéiste depuis 1976. Marié avec une cousine, il a cinq enfants, dont une fille mariée à un homme de Merjayoun.

49Mahmoud est apprenti menuisier à 12 ans et travaille à son compte dans un petit atelier à 14 ans, tout en aidant son père aux champs. Il suit son frère dès 1954 au Koweit, où il travaille d’abord avec lui comme menuisier dans le bâtiment. Peu de temps après, il change de métier et travaille comme plombier, jusqu’à aujourd’hui. Il reste au Koweit jusqu’en 1970, avec quelques interruptions pour rentrer au pays, voir sa famille. En 1959, lors de l’un de ces congés, il se marie et emmène sa famille qui restera quatre ans avec lui; trois enfants naissent là-bas. En 1970, il rentre au pays, y reste un an et travaille à la fois aux champs avec ses frères et comme plombier. En 1972, il part en Libye entraîné par un ami du village voisin de Habbouche. Il n’y reste que six mois et revient encore pour six mois avant de repartir pour Abou Dhabi, premier de Kfar Rummân à s’y rendre. De là il repasse peu après à Koweit. Enfin, en 1976, il va en Arabie Saoudite, grâce à un entrepreneur saoudien rencontré à Koweit. Durant toute cette période, il retournait régulièrement une ou deux fois par an au village, pour des séjours d’un ou deux mois. Au moment où nous l’avons rencontré, en décembre 1981, il était rentré depuis trois mois et hésitait à repartir. Il venait d’installer une petite usine de parpaings avec deux de ses fils (de seize et vingt ans) et deux ouvriers de son village. L’invasion israélienne de juin 1982 a fait s’écrouler ses projets et il a dû repartir.

50Hassan, après avoir fait un apprentissage de mécanicien, suit Mahmoud en 1956. Il reste à Koweit jusqu’en 1965 successivement pompiste, chauffeur particulier puis camionneur à son compte. Il rentre définitivement en 1965 pour ne plus repartir ; il s’installe comme garagiste à Kfar Rummân. Marié lors d’une période de congé au village à la fin des années 1950, il avait emmené sa femme avec lui et trois de ses cinq enfants sont nés au Koweit. Aujourd’hui, il vit au village avec sa famille, occupé à plein temps par son garage et ne travaillant qu’occasionnellement dans les champs, seulement pour fournir la maison en légumes.

51Ahmad, bon élève, aurait voulu poursuivre ses études. Mais, considéré comme un agitateur, il est mis à la porte du collège en 1956. Il se décide alors, à 17 ans, à rejoindre ses deux frères au Koweit. Ali est déjà rentré; mais Mahmoud et Hassan sont encore là-bas. Il n’y restera que quatre ans. Il apprend le métier de plombier et travaille d’abord avec son frère Mahmoud, puis avec d’autre artisans du même village, entre autres Muslim D. qui par la suite connaitra une réussite spectaculaire et donnée en exemple par tous (cf. infra). Mais dès 1961, il revient au village. Il fait une brève tentative en Libye, mais n’y reste que trois mois, en 1965, puis à nouveau en 1972-74, où il travaille comme coffreur dans le bâtiment. Entre 1961 et 1972, il travaille surtout comme artisan plombier mais aussi comme ouvrier du tabac, ce qui lui permet de jouer un rôle actif en 1962, lors de la grève pour la réduction de la journée de travail. En 1974, il devient directeur du magasin coopératif qui vient d’être créé au village sous l’impulsion des communistes. Il y est toujours au printemps de 1983. Marié avec une femme de Kfar Rummân, après son retour de Koweit, ses cinq enfants sont nés au Liban.

52Hussein est le deuxième globe-trotter de la famille. Parti plus vieux que son frère Mahmoud, à vingt ans, il avait d’abord fait un détour par Beyrouth, où il travailla trois ans comme mécanicien dans un garage. Depuis vingt ans il n’a pratiquement jamais changé de métier, mais il ne cesse de se déplacer d’un pays à l’autre, n’ayant séjourné nulle part plus de cinq ans, avec toutefois de longues interruptions, pendant lesquelles il reprend son souffle chez les siens (en 1969-72 et 1978-80). De 1961 à 1966 au Koweit, de 1976 à 1969 à Abou Dhabi. En 1969, il essaye d’ouvrir un garage à Beyrouth, mais ça ne marche pas; il s’installe alors à Nabatiyeh; en 1972, il part pour la Libye; de 1973 à 1978, il se retrouve au Nigéria, où, après avoir été mécanicien, il achète un camion et devient transporteur à son compte en s’associant avec un Nigérian. En 1979, il est au Liban. En 1980, il repart, pour l’Arabie Saoudite où il rejoint son frère Mahmoud qui y est depuis 1976. Revenu en septembre 1981, il se marie, aimerait rester, fait même le projet d’ouvrir un magasin d’accessoires de voitures, mais pense qu’il va repartir. Lui aussi repartira pendant le terrible été 1982, comme son frère et comme des centaines de ses compatriotes.

53Khadra, septième enfant et seule fille de Mohammad, se trouve elle aussi indirectement impliquée dans le mouvement de migration puisque son mari, originaire d’un village voisin, travaille un an au Koweit comme chauffeur de poids lourds, circulant entre les différents pays du Golfe en 1964-65, puis émigré à nouveau brièvement en Libye en 1973-74 où il est ouvrier dans le bâtiment. Mais la famille ne quitte pas le village.

54Enfin Na’îm, qui n’avait que trois ans à la mort du père, a été deux ans au Koweit en 1977-79, ouvrier dans un garage. Il est aujourd’hui employé à la coopérative que dirige son frère. Il est marié et a deux enfants.

55Mahmoud, Hassan et Hussein se sont construit une maison grâce aux économies qu’ils ont réalisées en travaillant à l’étranger. Ahmad, Ali et Na’îm ne semblent pas avoir tiré grand profit de leur migration. Ahmad et Na’îm vivent encore, avec leur famille, dans la maison du père, aux côtés de leur mère et de la famille de Kamel, décédé en 1981. Quant à Ali, c’est la culture du tabac qui lui a permis de s’enrichir un peu dans les années 1960 et de s’installer de manière indépendante.

56A la mort du père, le fils aîné a 24 ans, le second a déjà émigré à Koweit depuis un an, le troisième le rejoint; il y a encore trois adolescents et un petit frère de quatre ans. C’est l’aîné qui prend la place du père et qui devient le chef de famille. C’est donc lui qui prend la responsabilité de l’exploitation familiale. Mahmoud est artisan menuisier, Hassan apprenti mécanicien, les autres sont écoliers. Mais tous aident leur frère aux champs, comme ils faisaient pour leur père. Aujourd’hui tous sont adultes, mariés et pères de famille ; ceux qui ont réussi à mettre de côté un peu d’argent se sont détachés du noyau familial pour s’installer de leur côté. Mais le frère aîné restera, car la maison du père est devenue la sienne, et il continuera d’accueillir sous son toit ses frères plus jeunes ou moins chanceux jusqu’à ce qu’à leur tour ils réussissent à voler de leurs propres ailes.

57La situation de cette famille est une bonne illustration de la très forte solidarité familiale qui domine encore les relations dans la société villageoise. Bien sûr, ils s’entraident dans l’émigration : Ali, parti en 1954 et ouvrier dans le bâtiment, accueille Mahmoud en 1956 et lui procure du travail comme menuisier dans le bâtiment ; Mahmoud, devenu ensuite plombier, apprend à son tour le métier à Ahmad, arrivé un an après lui ; mais cette entraide se manifeste aussi très fort au niveau des cousins plus éloignés, et de l’ensemble des émigrés de Kfar Rummân.

58Ce qui frappe au village, c’est à côté de la large cohabitation des frères et de leurs familles le maintien de l’indivision des terres paternelles (phénomène fréquent, peut-être renforcé par le déclin de l’agriculture) ; du coup tous y compris ceux qui ont émigré, quand ils rentrent pour un congé, participent au travail de la terre ; ceux qui ont un emploi ailleurs (Ali, barbier, Hassan, garagiste, Ahmed et Na’îm, employés à la coopérative) y consacrent un peu de temps le vendredi, ou en dehors de leurs heures de travail ; ils pourvoient ainsi aux besoins de leurs familles en légumes. Toutefois, seul l’aîné, Kamel, qui n’a pas d’autres sources de revenu, tire un revenu monétaire de l’exploitation familiale, et c’est ainsi que se fait le partage du produit. Ali, qui avait acheté plusieurs licences pour la culture du tabac dans les années 1960, en a tiré un profit qui lui a permis d’acheter 12 donoms de terres (10 à un des fils de Youssef Zein, deux à un autre propriétaire du village), qu’il a bonifiés et qu’il cultive maintenant en légumes, avec l’aide de sa femme et de ses enfants, et dont il tire un revenu supplémentaire qui, ajouté aux bénéfices de sa boutique et à son salaire au ministère fait de lui le riche de la famille. D’autres ont acheté un peu de terre qu’ils possèdent en propre, en sus de la propriété familiale indivise. Hassan et Kamel ont eux aussi acheté de la terre aux Zein vers 1970 : le premier dix donoms, sur lesquels il a installé son garage, et fait un peu de culture ; le second trois donoms, dont un de terre irriguée qui s’ajoutent à l’exploitation familiale et à ce qu’il prend en fermage ou en métayage et qui varie selon les périodes. Mahmoud, quant à lui, a investi l’argent gagné en émigration en achetant quatre à cinq donoms dans la perspective de les revendre plus tard.

59Comme dans l’ensemble du village, l’exploitation des terres a régressé et les plus éloignées, « celles où ne vas pas le tracteur » ont été abandonnées ; on ne fait plus de blé, presque que des légumes en partie pour couvrir les besoins de la famille. Le tabac, qui dominait dans les années 1960 et encore au début des années 1970, est en voie d’abandon. A ce propos, on peut se demander ce que serait devenue la culture du tabac sans la situation de guerre : il est probable qu’elle aurait continué à progresser et serait demeurée une activité agricole importante ; cela n’aurait sans doute pas pour autant évité une reprise de l’émigration.

2. KOWEIT : DÉMOCRATIE, PÉTROLE ET IMMIGRATION

  • 30 Cf. Melhem Chaoul, « Koweit et Bahrein ou l’ambiguïté de l’expérience démographique dans les sociét (...)

60Le Koweit a, parmi les pays du Golfe, une image « différente », celle d’un pays à tradition démocratique, à la vie politique intense, plus libéral et ouvert que les autres. Image non dénuée de vérité même si la dissolution du Parlement en 1976 lui a porté un sérieux coup, que les nouvelles élections tenues cinq ans plus tard, mais largement manipulées, n’ont pu complètement réparer. C’est que, sous l’influence sans doute d’une vieille bourgeoisie marchande, une constitution relativement démocratique était adoptée dès 1962, garantissant en particulier la liberté de la presse, ainsi que la liberté d’association (sinon celle de créer des partis) ; de sorte que, l’ancienneté de l’immigration arabe, particulièrement palestinienne, ayant contribué à répandre l’influence du nationalisme arabe et du nassérisme, l’opposition emporta vingt sièges de députés sur cinquante aux élections de 1964. En 1975, grâce à la naturalisation en masse de bédouins d’Arabie Saoudite et d’Irak, l’aristocratie régnante avait réussi à la réduire à quatre élus; mais une nouvelle opposition de jeunes députés indépendants apparut, pro-palestinienne, nationaliste, et surtout critique à l’égard de la politique pétrolière du gouvernement30.

  • 31 Les chiites constituent environ un tiers de la population, et sont en majorité d’origine iranienne (...)

61Depuis la dissolution d’août 1976, décidée à la faveur de la situation libanaise, qui avait permis d’agiter le spectre du chaos engendré par une démocratie anarchique, la scène politique n’a été troublée que par une brève période d’agitation chiite31 vite circonscrite durant l’été 1979. Le recul du mouvement nationaliste arabe dans l’ensemble de la région s’est fait sentir aussi ici. Ces dernières années ont vu en revanche apparaître la crainte croissante d’une extension de la guerre du Golfe, entre l’Irak et l’Iran ; sans parler des actions terroristes revendiquées par des groupes chiites extrémistes... Il n’en reste pas moins qu’une atmosphère de pluralisme politique et idéologique remarquable pour la région rend, pour de très nombreux Arabes résidant à Koweit, et particulièrement pour les intellectuels, la vie infiniment plus acceptable que dans les autres pays de la région.

Tableau 2 Evolution des effectifs et de la composition de la population À Koweït, (1957-1980).

Tableau 2 Evolution des effectifs et de la composition de la population À Koweït, (1957-1980).

Source : Annual Statistical Abstract, Koweit, 1983

62Petit pays de 17 280 km2, en grande partie désertique, le Koweit a une population réduite, qui a cependant connu une croissance vertigineuse dès les années 1950 du fait de l’immigration. De 70°000 personnes en 1944, elle passe à 200°000 en 1957 : à cette date les non Koweitiens sont déjà plus de 92°000 ! Elle approche du million dès 1975 et sans doute du million et demi en 1982, à la date de notre enquête (tabl. 2). Cette croissance démographique est principalement le fait de l’immigration : la population étrangère est multipliée par 8,5 entre 1975 et 1980 et passe de 92°000 à près de 800°000 personnes ; sa part dans la population totale dépasse 50 % dès 1965, et reste stable jusqu’en 1980, date à laquelle elle fait un nouveau bond et approche de 60 %. La structure démographique s’est profondément modifiée en vingt-cinq ans : tandis qu’en 1957 les hommes étaient près de quatre fois plus nombreux que les femmes, en 1975, ils ne le sont plus qu’une fois et demi ; en revanche, avec l’afflux des travailleurs asiatiques à la fin des années 1970, la tendance s’inverse à nouveau. D’autre part, en 1975, près de 30 % des étrangers résident à Koweit y sont nés, parmi lesquels 90 % d’Arabes. Mais cette progression baisse légèrement par la suite, parallèlement à la hausse du taux de masculinité et pour la même raison.

  • 32 Kamal Sayegh, Oil and Regional Development, 1968 et Annual Statistical Abstract, 1982.
  • 33 Jacqueline Ismael, Kuwait, Social development in historical perspective, Syracuse University Press, (...)

63C’est en 1938 que démarre la production du pétrole (en 1932 à Bahrein, mais dès 1905 en Iran) ; cependant, l’exportation ne commence qu’après la seconde guerre mondiale, en 1946. En 1948, l’industrie pétrolière (exploration, forage et exploitation proprement dite) emploie dix mille salariés ; ils ne sont plus que six mille en 1963 et deux mille sept cents en 197432; majoritairement koweïtiens à l’origine, ils étaient recrutés dans le prolétariat de l’industrie perlière mis au chômage par la ruine de celle-ci33 ; aujourd’hui, réduits à quelques centaines, ils constituent la frange privilégiée d’une population ouvrière constituée dans son immense majorité de travailleurs étrangers sous payés. Cependant, la progression rapide de la production et de l’exportation du pétrole (y compris et de plus en plus sous forme de produits raffinés) fournissait des revenus considérables à l’Etat dès les années 1950 (tabl. 3).

Tableau 3 Production et exportations de pétrole koweïtien 1946-1982 (en milliers de barils) .

Tableau 3 Production et exportations de pétrole koweïtien 1946-1982 (en milliers de barils) .

* année 1957

Source : Annual Statistical Abstract, 1976, 1983, Koweit

  • 34 Guillaumette Al-Alami, Aménagement de l’espace et mutations sociales au Koweit, Thèse de 3e cycle, (...)

64Très tôt, celui-ci se lance dans des projets de développement et la création d’une ville moderne : mise en place d’un réseau routier, d’un centre administratif et commercial, etc.; le premier plan d’urbanisme date de 195234. Dès le tournant des années cinquante, il favorise l’immigration, qui restera totalement libre jusqu’en 1961 (date de l’indépendance) : les premiers à venir furent Palestiniens et sud-libanais, chassés de Palestine (ces derniers étaient nombreux à y travailler, comme on le verra dans le cas de Kfar Rummân) par la création de l’Etat d’Israël (tabl. 4).

Tableau 4 Evolution de la composition de la population A Koweït par nationalités (1965-1980).

Tableau 4 Evolution de la composition de la population A Koweït par nationalités (1965-1980).

*n.d. : donnée non disponible

Source : Annual Statistical Abstract, Koweit, 1976, 1981, 1982

Tableau 5 Permis de séjours accordés entre 1971 et 1982.

Tableau 5 Permis de séjours accordés entre 1971 et 1982.

Source : Annual Statistical Abstract, Koweit, 1981, 1983

65Malgré la progression des travailleurs originaires d’Asie orientale dans les dernières années, les Arabes restent très largement majoritaires parmi la population étrangère. Notons que si les Palestiniens ont toujours été de loin les plus nombreux, leur part n’a cessé de croître, tandis que les Libanais voyaient la leur diminuer notablement entre 1965 et 1975 (tout en maintenant leur effectif en valeur absolue) : ces années correspondent en effet à un creux dans la vague migratoire libanaise, constatée à Kfar Rummân comme ailleurs, due à la relative prospérité qu’a connue le Liban à la fin des années soixante ; tandis que le déclenchement de la guerre civile entraîne une reprise de l’émigration, qu’atteste la remontée du nombre de permis de séjour délivrés à des Libanais entre 1975 et 1978 à Koweit (tabl. 5).

  • 35 F. Farah, F. Al-Salem, M.K. Al-Salem, « Alienation and expatriate Labor in Kuwait », Journal of Sou (...)
  • 36 Sur 6 891 mariages enregistrés en 1978, 75 concernaient des couples de Libanais, 30 des Libanais ép (...)

66Il n’en reste pas moins que la communauté libanaise, avec la plus longue durée moyenne de séjour — mis à part les originaires des pays du Golfe (6,9 années en 1976, contre 7,9 pour ces derniers mais 5,7 pour les Palestiniens35 — et une très forte proportion de ses membres nés sur place (près de 40 % en 1975 mais sans doute moins depuis, il est vrai, du fait de la nouvelle vague d’immigration), les nombreux mariages contractés sur place (dont une assez forte proportion avec d’autres nationalités, y compris des Koweitiens36, le faible taux de masculinité (114 en 1975, contre 142,5 en moyenne pour l’ensemble de la population étrangère), est une des plus anciennes et des plus enracinées dans le pays.

  • 37 Qui compte en 1980 pour 20 % environ de la population active, et 50 % des actifs hors secteurs des (...)
  • 38 Ibid.
  • 39 Cf. plus loin, note 47.
  • 40 A.S.A. 1982 ; malheureusement, des données plus récentes, concernant l’année 1981, et publiées dans (...)

67Comme ailleurs dans les pays du Golfe, la participation respective de la population koweitienne et étrangère à la vie économique est extrêmement inégale, et celle-ci repose d’abord et avant tout sur l’activité de la seconde. Alors que les Koweitiens représentent 38 % de la population en âge de travailler, ils ne comptent que pour 21,4 % des actifs en 1980; leur taux d’activité est de 64 % pour les hommes et 9,4 °/o pour les femmes (respectivement 92,5 % et 29,1 % chez les étrangers) ; depuis 1965, on note même un léger tassement de l’activité des hommes, tandis que celle des femmes progresse fortement. Encore plus significative toutefois est la participation relative aux différents secteurs d’activité : quasiment nulle dans le bâtiment37, extrêmement faible dans l’industrie et le commerce, elle remonte très fortement dans les secteurs des transports et des services, et particulièrement des « services sociaux », lesquels comprennent essentiellement les emplois gouvernementaux et l’administration publique : les trois quarts de la population active koweitienne se réfugient en 1980 dans ce secteur (les deux tiers seulement — ou déjà ! — en 1965) qui représente 40 % de l’emploi total38. Cela explique que, dans un contexte de progression générale de la salarisation et de recul numérique tant des travailleurs indépendants que des patrons, ce mouvement soit encore plus marqué chez les Koweitiens. A cela, s’ajoute qu’à poste égal, un Koweitien touchera souvent 50 % de plus que son collègue étranger : il suffit de le recruter à un échelon supérieur39. De fait, les différences de salaires moyens entre étrangers et Koweitiens sont tout à fait édifiantes ; en outre, on note que les écarts se sont creusés fortement entre 1967 et 1974 : le salaire ouvrier moyen était en effet en 1967 de 38 Dinars pour les non Koweitiens, contre 72 Dinars pour les Koweitiens, et passait respectivement à 50 et 200 Dinars en 197440. Comme par ailleurs, les étrangers payent des loyers fort élevés pour leurs logements, alors que les citoyens ont accès à la propriété à des prix dérisoires, enfin que malgré une égalité formelle devant l’accès aux soins médicaux et à l’éducation, fournis gratuitement par l’Etat, la priorité accordée aux citoyens et l’excès des besoins sur l’offre disponible oblige souvent les étrangers à s’adresser au secteur privé : on doit reconnaître que ce pays de cocagne l’est d’abord pour ses citoyens, tandis que, sauf pour une minorité, le sort des travailleurs étrangers est loin d’être toujours enviable. Accessoirement, et sur un tout autre plan, notons enfin que face à cette discrimination socio-économique, le droit pour les étrangers à adhérer au syndicat... après cinq années passées dans la même entreprise, ne s’accompagne même pas de celui de participer aux élections aux instances dirigeantes, alors encore moins, bien sûr, d’y être candidat.

  • 41 Art. cité, p. 13.

68Les seules données dont on dispose concernant la structure professionnelle par nationalités remontent à 1975 ; elles révèlent des spécialisations sous forme de dominantes : deux tiers des Iraniens et des Pakistanais sont ouvriers, mais aussi près de la moitié des Irakiens et des Libanais, soit plus que la proportion dans l’ensemble de la main d’œuvre étrangère ; d’un autre côté, les Palestiniens dominent dans la catégorie des postes à hautes qualifications, dont ils occupent plus du tiers (ce qui est dû en particulier à leur position largement prédominante dans l’enseignement), ainsi que dans l’administration publique, alors que les Libanais sont nettement plus nombreux que la moyenne dans les emplois commerciaux. Pour ce qui concerne ces derniers, on notera que parmi les ouvriers, la grande majorité d’entre eux sont qualifiés — ce qui signifie sans doute qu’un bon nombre sont des artisans — et que près du quart sont chauffeurs transporteurs. Farah, Salem et Salem notent que certains métiers sont étroitement associés à certaines nationalités ; par exemple, les charpentiers seront Pakistanais ou Syriens ; les grossistes en légumes, Iraniens ; les boulangers, Libanais ou Iraniens; les chauffeurs de taxis, bédouins ou Libanais, etc41. Mais dans ce domaine, la situation peut fluctuer selon les périodes, car la solidarité communautaire aidant, il peut suffire d’une réussite individuelle dans un secteur pour voir affluer les compatriotes (tabl. 6 et 7).

Tableau 6 Répartition de la main-d’œuvre non koweïtienne en 1975 selon son occupation.

Tableau 6 Répartition de la main-d’œuvre non koweïtienne en 1975 selon son occupation.

Source : Annual Statistical Abstract, Koweit, 19876

Tableau 7 Répartition des ouvriers libanais en 1975 selon leurs emplois.

Tableau 7 Répartition des ouvriers libanais en 1975 selon leurs emplois.

Source: A.S.A., Koweit, 1976

  • 42 Cf. supra.
  • 43 AS.A. 1983, tableau 120.

69Comme ailleurs dans les autres pays du Golfe, les étrangers, salariés, travailleurs indépendants ou entrepreneurs, sont soumis à l’institution du kafil42. Le kafil du salarié, étant soit son employeur, soit le kafil de son employeur, cela implique en principe l’impossibilité de changer de travail sans l’accord de ce dernier. Pratiquement, sans doute encore plus que dans d’autres pays du Golfe, la situation peut varier énormément d’un individu à l’autre, ou d’une entreprise à l’autre, comme on le verra dans le cas des gens de Kfar Rummân ; et la plus grande souplesse est de règle dans le secteur privé. Les entrepreneurs et hommes d’affaires, comme à Oman, ont le choix entre l’association avec un citoyen, ou le système du prête-nom. Notons que si, en 1975, dix-huit sociétés privées emploient 17°525 personnes, soit près de mille salariés en moyenne (dont neuf dans le bâtiment en emploient dix mille à elles seules), ce qui représente un degré de concentration relativement élevé, à l’autre bout de l’échelle, on trouve 12°000 établissements de un à neuf salariés, employant 40°000 personnes, soit moins de quatre en moyenne. Or, sur 23°603 établissements enregistrés, 7°387 sont à capital koweitien, 872 sont mixtes et 15°340 appartiennent à des étrangers, dont plus de la moitié à des Arabes. Ceux-ci sont massivement dans le commerce tandis que 1’ «industrie » (en fait ce terme désigne des ateliers de caractère artisanal pour l’essentiel) est dominée parles Asiatiques, sans doute des Iraniens pour une grande part43. C’est donc que l’immense majorité des entreprises artisanales fonctionne de la manière la plus officielle possible avec un kafil. Les artisans de Kfar Rummân illustrent bien cette situation.

3. KFAR RUMMAN A KOWEIT ET DANS LE GOLFE

1. Origine et développement de la filière.

70Les premiers départs pour Koweit datent vraisemblablement de 1951. Les premiers partis seraient Abdallah N., Ali Hassan A.Z. et Jamil F. Le premier est mort il y a quelques années à Koweit ; sa famille y est toujours et nous en parlerons plus loin. Le second, revenu à Kfar Rummân en 1962, après avoir acheté un terrain et fait construire une maison, est mort en 1964. Le troisième est revenu au Liban dans les années 1960, il est aujourd’hui concierge à Beyrouth. Les débuts de l’émigration sont associés, dans la mémoire des gens, à la fermeture de la Palestine et à l’impossibilité d’aller y chercher du travail à partir de 1948, ainsi qu’à la répression politique accrue après la création en 1949 d’une organisation du parti communiste au village.

71Au début des années 1950, le Koweit est un pays ouvert où il est très facile d’immigrer, et où la demande de main d’œuvre est très forte. Les Libanais du Sud, comme leurs cousins palestiniens, se saisissent de cette possibilité. Ce sont des hommes seuls qui partent, et qui n’ont aucun mal à trouver du travail : dans le bâtiment particulièrement, et dans toutes sortes de petits métiers de services. Ils font venir leurs frères, leurs beaux-frères, et très vite, avec un décalage de quelques années, commencent à arriver les familles. Ainsi, au fil des années, se constituent des ensembles familiaux qui s’entremêlent inextricablement par le jeu des alliances matrimoniales, au village et à Koweit. Enfin, les relations familiales se traduisent non seulement au début, mais tout au long de trente années de l’histoire de la communauté de Kfar Rummân à Koweit, et jusqu’à aujourd’hui, par des associations dans le travail, le recrutement des nouveaux par les anciens, etc.

72L’imbrication des relations familiales et de travail maximise les mécanismes d’entraide, renforce la cohésion du groupe, et permet d’intégrer rapidement les nouveaux venus.

  • 44 Cf. infra.

73Ainsi de la famille B. Trois frères partent ensemble en 1954, Ahmad, Jawdat et Hassan, tous trois ouvriers du bâtiment (coffreurs). Les deux premiers ne restent qu’un an ; Ahmad deviendra un personnage clef à Kfar Rummân44, tandis que Jawdat repartira en 1970 pour l’Arabie Saoudite. Hassan restera jusqu’en 1965. Moussa le rejoint en 1958, Mustapha et Ali en 1960. Ils ont respectivement vingt, vingt-cinq et seize ans à leur arrivée, et sont célibataires. Mustapha repart au bout de deux ans. Moussa et Ali vont chercher femme au Liban et reviennent avec leur jeune épouse. Leurs enfants sont tous nés à Koweit ; ils y sont encore ; Moussa est aujourd’hui mécanicien dans l’armée ; Ali, garagiste. Dix et quinze ans plus tard, c’est le tour de la nouvelle génération : Ghaleb, fils de Jawdat arrive en 1970 ; il est marié avec sa cousine, fille de Hassan ; ses trois enfants sont nés à Koweit ; Lutfi, fils de Mustapha, débarque en 1975 : il est accueilli par ses oncles et ... se marie avec la fille de l’un d’eux, Souad Moussa B. Deux gendres les rejoignent, originaires d’autres villages, mariés avec des filles d’Ahmad. Aujourd’hui les B. sont au nombre de vingt-trois, avec quatre foyers, vivant à une ou deux rues les uns des autres. Dans leur cas, l’endogamie familiale est très forte, une seule épouse vient de l’extérieur et il n’y a pas eu alliance matrimoniale avec d’autres familles de Kfar Rummân à Koweit.

74Chez les S., l’entraide ne se limite pas aux cousins mais englobe deux familles alliées. Comme chez les B., elle fonctionne sur la longue durée. Youssef S., arrivé à Koweit dès 1954, aide dès 1958 un beau-frère de sa femme, Muslim D. en lui apprenant le métier de plombier. Muslim D., dont nous reparlerons, aidera plus tard de nombreux villageois à son tour. Entre 1960 et 1966, Youssef fait venir cinq cousins. L’un d’entre eux s’associera avec un autre beau-frère de sa femme, venu cependant de son côté ; ensemble ils monteront une des premières entreprises de fer. Plusieurs, dont Youssef, repartent entre 1967 et 1970. Ce dernier revient dès 1972, et une nouvelle vague de cousins et neveux arrive en 1976 ; l’un d’eux se marie avec la sœur d’un des entrepreneurs de ferronnerie déjà cités. Aujourd’hui, parmi la douzaine d’oncles et de neveux, deux travaillent ensemble dans un garage, deux autres sont associés comme plombiers, quatre sont chauffeurs, un dernier est à la tête d’une entreprise de ferronnerie en association avec un beau-frère.

75On pourrait citer d’autres familles, et d’autres alliances. Certaines seront présentées dans les chapitres qui suivent. Par exemple, l’histoir d’Abdallah Ali N., arrivé dans les années cinquante ; marié avec une femme de la famille A.Z., il fait venir son beau-frère en 1960 ; son fils lui succède au magasin à sa mort, et associe ses intérêts à ceux de deux petits cousins de sa mère, arrivés après 1976, qui se marieront avec ses deux sœurs, etc.

76Ces exemples montrent par ailleurs que la diversité des occupations des gens de Kfar Rummân, leur dispersion sur le marché du travail, qui s’est accru avec le temps, non seulement n’interdit pas une très forte cohésion du groupe — qui se traduit, on le verra, par un remarquable regroupement dans l’espace — mais, en multipliant les points d’ancrage et les possibilités de travail, facilite d’autant l’accueil des nouveaux arrivants qui, assurés de l’aide d’un proche, trouvent rapidement à s’employer. En d’autres termes, ce qui apparaît comme une certaine fermeture, un repli du groupe sur lui-même, accompagne, favorise même, un enracinement croissant dans la société d’accueil.

77En avril 1982, au terme de ce processus, la communauté de Kfar Rummân à Koweit avait une structure démographique remarquablement équilibrée. Regroupant un peu plus de quatre cents personnes, elle comptait cent onze hommes (dont soixante et onze mariés) ayant une activité professionnelle, dans les secteurs les plus variés, et deux cent quinze enfants à charge de tous âges, y compris une dizaine d’étudiants à l’étranger. Sur les soixante et onze familles, soixante quatre ont de un à huit enfants, et sept couples sont sans enfant. Enfin quatorze travailleurs sont mariés et ont laissé femmes et enfants au Liban, tandis qu’une quinzaine sont célibataires. Certains sont à Koweit depuis très longtemps ; nombre de jeunes y sont nés ou sont arrivés si petits qu’ils sont plus koweitiens que libanais. Certains s’y sont mariés et ont à leur tour des enfants. On peut non seulement parler d’une deuxième génération d’immi grés, mais même bientôt d’une troisième (tabl. 8).

  • 45 Il faudrait aussi y ajouter trois ou quatre jeunes nés au Koweit repartis avec leurs parents, puis (...)

78Plus du tiers sont à Koweit depuis plus de vingt ans, à quoi il faut ajouter une trentaine venus dans les années cinquante, repartis à la fin des années soixante, et revenus depuis cinq ou six ans45. D’autre part, la proportion des « dépendants » (femmes et enfants) par rapport aux actifs est beaucoup plus forte parmi les plus anciens migrants, ce qui n’est bien sûr pas surprenant, du fait que les immigrés les plus récents sont dans l’ensemble plus jeunes, mais aussi que les conditions imposées récemment à la venue des familles (niveau minimum de ressources) restreignent fortement les possibilités.

Tableau 8 La communauté de Kfar Rummân à Koweït (vers 1982) selon la chronologie des arrivées.

Tableau 8 La communauté de Kfar Rummân à Koweït (vers 1982) selon la chronologie des arrivées.

* parmi eux, deux hommes sont décédés à Koweit et leur famille est toujours là.

Certains de ces Libanais avaient fait un premier long séjour dans les années 1950 et 1960 puis étaient repartis, pour revenir plus tard, après une absence de cinq à quinze ans, l’un dès 1972 (avec sa femme et ses trois enfants), les autres après 1975 (trois chefs de familles et leurs dix-huit dépendants et trois travailleurs venus seuls). On a considéré dans ce tableau la date de leur seconde immigration, compte tenu qu’ils avaient perdu, par leur longue absence, tous les avantages d’une présence ancienne.

79A la différence des deux autres cas présentés dans ce volume, la structure de la population est donc équilibrée, et le nombre d’hommes seuls relativement faible. Cela est évidemment lié à l’ancienneté de l’émigration : en effet, non seulement la petite minorité d’hommes seuls est, sauf exception, constituée de migrants récents, mais le témoignage de plusieurs anciens migrants souligne que dans les années cinquante et encore soixante, la proportion des familles était beaucoup plus faible.

2. Activité économique et insertion des travailleurs sur le marché.

80L’enquête a été trop rapide pour pouvoir recueillir des données systématiques sur l’évolution de la structure des activités des années cinquante à aujourd’hui. Deux dimensions nous paraissent importantes à analyser : le type d’activité (ouvrier de production, employé, chauffeur, etc.) et le statut (patron, artisan, salarié de petites unités ou de grosses sociétés).

  • 46 Une première présentation de la situation des gens de Kfar Rummân sur le marché du travail a été fa (...)

81Aujourd’hui, ce qui frappe d’emblée est l’éparpillement et la diversité des situations (qui contrastent avec le fort regroupement dans l’espace du point de vue de l’habitat, ainsi que de la vie sociale), en même temps que l’importance du salariat46.

82Sur les cent quinze actifs recensés, une douzaine sont patrons d’entreprises petites ou moyennes, artisanales, industrielles ou commerciales, employant d’une demi-douzaine à une cinquantaine de personnes, une trentaine sont artisans à leur compte, travaillant seuls ou avec un associé, ou un à deux employés au maximum, tandis que plus des deux tiers sont salariés. Parmi ces derniers, un petit nombre sont employés par leurs compatriotes de Kfar Rummân tandis que les autres travaillent pour des entreprises extrêmement diverses, sociétés privées ou organismes publics, dans des secteurs d’activité allant du bâtiment à la santé, de la restauration aux emplois de bureau. Les informations recueillies, sans doute incomplètes et imprécises, permettent de proposer une esquisse de la population originaire de Kfar Rummân selon ses activités à Koweit (tabl. 9).

Tableau 9 Répartition des actifs originaires de Kfar Rummân À Koweït selon leur statut et selon leurs activités (en 1982).

Tableau 9 Répartition des actifs originaires de Kfar Rummân À Koweït selon leur statut et selon leurs activités (en 1982).

83La diversité des activités laisse apparaître des dominantes : l’automobile (chauffeurs, transporteurs et artisans liés à l’entretien de la voiture) fait travailler trente sept personnes, avec une forte dominante artisanale, soit un tiers du total ; les activités tournant autour du bâtiment occupent trente et une personne, soit presque autant, si l’on y inclut le travail du fer qui, à lui seul en occupe quatorze, dont onze dans des établissements tenus par des gens de Kfar Rummân ; tandis que le reste se répartit essentiellement entre diverses activités de caractère tertiaire. Notons, par comparaison avec la structure de la population active à Koweit, la surreprésentation des patrons et artisans par rapport aux salariés et la forte proportion des ouvriers de la production et des transports en regard du petit nombre d’emplois qualifiés (cf. tabl. 6, supra).

84Certaines activités ont-elles décliné ou progressé avec l’enracinement de la communauté à Koweit, en même temps qu’avec la transformation de la société koweitienne ? Il semble que le bâtiment ait employé beaucoup plus de gens dans les premières années, et que les salariés des services et de l’administration soient de plus en plus nombreux, particulièrement chez les jeunes. D’autre part, l’itinéraire des plus anciens migrants se caractérise par une grande mobilité professionnelle. Ceux qui sont à Koweit depuis plus de vingt ans, ont souvent eu trois ou quatre emplois successifs. Il n’est en outre pas rare de voir un salarié se mettre artisan à son compte, puis redevenir salarié ; on ne peut même pas déceler véritablement une tendance à passer du salariat au travail indépendant ou vice-versa, les mouvements se font dans les deux sens. Si le plus fréquent est de garder la même occupation en changeant d’employeur, ou de statut, il arrive aussi qu’un travailleur change complètement d’activité.

85Cette mobilité est parfaitement illustrée par l’histoire d’Abd el-Halim A. Z. De 1956 à 1973, il est successivement employé dans un garage, puis menuisier au ministère des P.T.T., puis chauffeur au ministère, qu’il quitte vers 1967; ensuite, il achète une camionnette et fait du transport de marchandises ; au bout d’un an, il change encore et se fait épicier ; encore un an, il vend son fonds de commerce et achète un camion ; finalement, après trois ans à son compte, il redevient salarié et travaille dans une petite entreprise commerciale ; il n’y reste guère plus d’un et rentre définitivement à Kfar Rummân en 1973.

86Quant à Abdou A., bien qu’arrivé un peu plus tard, il a changé dix fois de situation en 15 ans. Après quoi, il n’a plus bougé jusqu’à aujourd’hui. De 1961 à 1975, il travaille successivement dans un restaurant, puis dans un garage ; il apprend le métier de plombier, travaille dans un journal, devient contrôleur de bus, puis vendeur dans une boutique de prêt-à-porter, qu’il achète, puis revend ; il retrouve un emploi de vendeur dans une autre boutique de prêt-à-porter, puis dans une autre, enfin dans une boutique de parfum ; depuis 1975, il est directeur des ventes dans une grosse société commerciale employant deux cents personnes de treize nationalités différentes, et depuis 1977, il est gérant (au noir bien sûr : il ne peut avoir deux emplois déclarés) d’une boutique de prêt-à-porter où il fait travailler une employée pendant que lui-même est occupé à son bureau.

87Ces cas, et d’autres encore, montrent que la mobilité était beaucoup plus forte dans les années 1950 et 1960, à une époque où il était facile d’immigrer au Koweit et où l’offre de travail était grande par rapport à la demande, tandis que, depuis les années 1970, la situation s’est inversée. D’un côté le marché du bâtiment s’est retréci en se transformant : les métiers liés à la finition de la construction (plomberie, ferronnerie, décor intérieur, etc.) voyant leur part relative grandir ; de l’autre, ce sont les services et le commerce qui ont pris la première place. Dans le même temps, on assistait à une progression continue du salariat.

88Or, si l’on considère le statut et le type d’activité en rapport avec l’âge et l’ancienneté de l’émigration, on note une proportion nettement plus forte de salariés chez les plus jeunes, particulièrement chez ceux de la seconde génération : il y a donc non seulement adaptation aux mutations du marché du travail, mais aussi stratégie d’enracinement prenant la forme de la recherche d’emplois plus stables dans des entreprises plus importantes. Il est frappant de noter que si, parmi ceux qui sont arrivés après 1975 (dont les deux tiers ont moins de trente ans et la moitié moins de vingt-cinq ans), les deux tiers sont salariés (dont six chez un patron de Kfar Rummân) alors que ce n’est le cas que de 55 % de l’ensemble des actifs de la communauté, ce phénomène est encore plus net pour les jeunes de la seconde génération, puisque dix-neuf sur vingt-quatre sont salariés (dont trois femmes). Notons en outre que les quatre techniciens sont des jeunes, dont trois arrivés récemment, tandis que le quatrième est né au Koweit.

89L’histoire de la famille A., qui compte trente et une personnes, et cinq familles, donne une idée à la fois de la diversité des activités au sein d’une même famille et de l’évolution d’une génération à l’autre. Le premier arrivé est Ibrahim, qui fait partie du tout premier groupe d’émigrés de Kfar Rummân à Koweit, arrivé dès 1951. La famille est pauvre — le père avait d’abord été commerçant ambulant, avant de travailler comme manœuvre dans le bâtiment, et ils ne possédaient que quelques donoms de terre, exploités pour la consommation familiale, tandis que les oncles avaient déjà dû émigrer en Palestine durant la seconde guerre mondiale ; plus tard le père ira travailler à Beyrouth, mais il reviendra dès 1958 au village, chassé par la guerre civile, et ne le quittera plus jusqu’à sa mort. En 1982, il ne restait plus au village que la vieille mère.

90A Koweit, Ibrahim réussit assez vite à ouvrir un petit restaurant. Il fait alors venir ses deux frères, Moussa (en 1953), puis Abdou, déjà cité (1961), qu’il fait travailler avec lui. Au bout de quelques années, il abandonne le restaurant et travaille dans une société de construction où il est contremaître. En mai 1982, il était au chômage depuis un an et demi. Ses dix enfants sont nés au Koweit ; deux sont mariés ; une fille qui est partie à Beyrouth avec son mari, qui a déjà quatre enfants ; quatre autres fils travaillent, deux dans l’imprimerie, un dessinateur dans un bureau d’architecte, et un ouvrier forgeron chez un petit patron de Kfar Rummân. Enfin les quatre derniers sont à l’école.

91Son frère Moussa le suit donc dès 1953 ; après avoir travaillé avec Ibrahim, puis tâté de diverses occupations, il réussit à se faire embaucher comme chauffeur dans la police koweitienne dès 1961 ; il y est toujours. Lui aussi a eu dix enfants. Cinq filles sont mariées : l’une avec un ingénieur tunisien, les autres avec des hommes de Kfar Rummân ; l’une d’entre elles, dont le mari est dessinateur à la Koweit Oil Co, est elle-même employée de banque ; toutes sont restées à Koweit avec leur mari. Un fils est étudiant en architecture en Yougoslavie ; un autre, marié à Koweit avec une fille originaire de Nabatiyeh, a pu, à son tour, profiter de la filière ouverte par son cousin Mohammad (cf. supra), grâce à qui il a trouvé un emploi dans un journal faisant partie du même groupe de presse. Trois adolescentes sont écolières.

92Enfin, le troisième frère, Abdou, 43 ans, est arrivé en 1961. C’est lui que nous avons rencontré. Après une multitude d’emplois successifs (cf. supra), surtout de bureau — sauf une brève tentative comme plombier, mais ça ne s’improvise pas, et un intermède comme contrôleur d’autobus — il s’est stabilisé depuis 1975. Il est aujourd’hui directeur des ventes dans une importante société commerciale qui emploie deux cents personnes. Il touche 200 dinars, plus un pourcentage sur les ventes qui lui double son salaire. A côté de cela, il possède un fonds de commerce, sous le prête-nom d’un kafil koweitien, à qui il doit verser 90 dinars par an : son kafil est une femme qui possède près de deux cents boutiques dans Koweit ; elle est en même temps propriétaire du local et il lui verse 150 dinars de loyer par mois. Il paye 110 dinars une employée qui tient la boutique. Grâce à la nature de son emploi, qui l’amène à se déplacer fréquemment en ville pour voir les clients, il peut passer à la boutique dans la journée pour en suivre les affaires. Il a pour 8°000 dinars de vêtements en stocks. Mais le chiffre des ventes ne lui permet pratiquement pas de bénéfices, de sorte que s’il continue, c’est, dit-il, parce que ça lui coûterait encore plus cher de liquider ; et en fait, il n’est pas tout à fait perdant, car la valeur de sa boutique a triplé depuis 1977. Ses cinq enfants, nés au Koweit, sont tous d’âge scolaire.

93Tous, dans cette famille, sont donc aujourd’hui salariés, dont un seul (sur neuf) par un compatriote de Kfar Rummân; parmi eux quatre (trois frères et un cousin) sont dans la presse, le premier ayant fait recruter les autres. Leurs types d’emplois, autant que l’ancienneté de leur présence dans le pays, manifestent un fort enracinement dans la société d’accueil, renforcé par la disparition de tout lien familial au village d’origine. Il reste cependant des cousins à Beyrouth, et une fille, bien que née au Koweit, y est « retournée » avec son mari. Le processus de déracinement-intégration est donc contradictoire ; le mariage d’une fille avec un émigré tunisien et des autres avec des hommes originaires du village en révèle un autre aspect, sur lequel nous reviendrons.

94La famille N. donne un autre exemple de la diversification des activités et de la salarisation au niveau de la seconde génération, en même temps que du fonctionnement de la solidarité familiale, élargie aux beaux-frères, et de l’intégration des nouveaux arrivants par le mariage.

95Abdallah Ali N. est arrivé vers 1951-52, il n’en est pas à sa première expérience puisqu’il avait auparavant travaillé en Palestine, de 1942 à 1948 (déjà comme coiffeur ?). Il reprend en effet la même occupation à Koweit, après un intermède de trois ans au village. Mais au bout de quelques années, il devient commerçant, vend du ciment, puis du matériel métallique pour la construction (barres, éléments de charpente, etc.). C’est grâce à son aide que s’installent plusieurs ateliers de fabrication de charpentes métalliques, grilles et éléments ouvragés pour villas. En 1958, deux de ses frères le rejoignent. L’un ne restera que trois mois et ira s’installer à Beyrouth, où il est toujours avec sa famille. L’autre restera trois ans et repartira au village où il est cultivateur jusqu’à aujourd’hui.

96Quelques années après son installation, Abdallah fait venir sa femme et ses deux enfants ; six autres naîtront à Koweit. Ils avaient en 1982 entre quinze et trente deux ans. Ils ont tous fait des études secondaires à Koweit, et les deux plus jeunes sont encore à l’école. L’aîné des enfants, Ghassan, marié avec sa cousine (la fille de l’oncle resté au village) est employé au ministère de la santé ; il a trois enfants. De ses deux frères, l’un, Qays, étudie la médecine en Roumanie, tandis qu’Ali a repris le magasin du père, récemment décédé. Dalal, l’aînée des filles, a fait des études universitaires et travaille au ministère des P.T.T., tandis que ses deux sœurs, Ferial et Shihnaz, sont mariées avec deux frères, Abdallah et Mahmoud A.Z. qui travaillent en association avec Ali.

97L’histoire de Dalal est peu commune et en même temps révélatrice des possibilités d’intégration — mais aussi des limites qu’elle rencontre — des jeunes de la seconde génération dans un pays comme Koweit. Elle montre aussi un autre aspect du rôle de relais de Beyrouth dans cette émigration. Après avoir terminé ses études secondaires, Dalal obtient en effet une bourse pour s’inscrire à l’université où elle étudie le droit. Durant ses études, elle se lie d’amitié avec des condisciples koweitiennes, qu’elle continuera à voir après la fin de ses études. Elle décroche sa licence en 1977, à vingt quatre ans, et travaille d’abord trois mois dans une entreprise française; puis elle fait un stage dans un cabinet d’avocat « pour acquérir de l’expérience » ; d’abord non rémunérée, elle touche 100 dinars par mois pendant les trois derniers mois, ce qui, en 1978, était plutôt correct. Elle raconte que son patron, un avocat koweïtien, était secondé par un Syrien, autrefois personnage très haut placé dans son pays et qui, ne pouvant plaider lui-même, n’étant pas koweitien, n’en faisait pas moins tout le travail d’étude des dossiers, de préparation des plaidoiries, etc., pour son patron qui, seul apparaissait au tribunal. L’expérience ainsi acquise par Dalal lui sera utile et l’aidera à obtenir un poste au ministère des P.T.T. où elle entre fin 1978 grâce à l’intervention... d’un oncle syndicaliste et vice-président de la Confédération internationale des Syndicats arabes auprès d’un ami dirigeant de la Fédération syndicale koweitienne ! Très indépendante, elle est restée en contact avec ses amies koweitiennes, qu’elle préfère aux Libanaises « trop traditionnelles », mariées très jeunes et vite prisonnières de leur famille. Elle-même est fiancée avec un... beyrouthin.

98Ses deux jeunes sœurs, à l’inverse, donnent l’exemple de la voie normale pour une jeune libanaise à Koweit : sitôt le bac décroché, mariage et la vie familiale. Mais leur mariage est aussi typique d’une association dans le travail scellée par une alliance matrimoniale, qui a permis en même temps l’intégration de jeunes arrivés tardivement à Koweit.

99Abdallah et Mahmoud A.Z. sont en effet arrivés en 1976. Abdallah avait eu la chance de faire des études professionnelles avec une spécialisation en ferronnerie. Il arrive à Koweit après avoir obtenu son diplôme, sans expérience professionnelle, mais avec une qualification technique qu’aucun de ses compatriotes ne possède, ce qui lui donne un atout non négligeable sur le marché. Après avoir acquis l’expérience qui lui manquait en travaillant successivement chez son beau-frère, puis chez un autre compatriote, tous deux patrons d’une entreprise de travail du fer, puis en faisant des chantiers pour son propre compte, il lance sa propre affaire en 1979. Son frère Mahmoud, n’ayant ni la qualification, ni l’esprit d’entreprise de son cadet, après avoir comme lui acquis l’expérience chez l’un et chez l’autre, le rejoint en 1982. Dans cette aventure, les liens d’amitié tissés avec Ali, renforcés par un lien de parenté du côté de la mère de ce dernier, permettent une association fructueuse pour tous. Le mariage des deux frères avec les sœurs d’Ali ne fera que consolider ces liens.

100A la différence des frères A., la famille N., moins nombreuse à Koweit, garde de proches parents à Kfar Rummân : un frère d’Abdallah, Mohammad, ses fils et leurs nombreux enfants (sans parler des filles); mais en fait, la plus grande partie de la parentèle proche est maintenant à Beyrouth. Cela explique peut-être, malgré une émigration aussi ancienne et une situation économique assez proche, le maintien de liens avec le Liban, qui semblent avoir disparu dans le cas des A. Liens qui se sont concrétisés dans l’achat de terres par le père en 1970 : vingt quatre donoms dans le Maydani, pour la culture donc, puis, en 1980 encore, un donom au village par la mère, pour construire. Aussi, au village, connaît-on les N., tandis qu’on avait oublié les A. dans la liste des familles. Ce qui n’empêche pas Ali aussi de se sentir chez lui à Koweit plus qu’au Liban, où il s’ennuie.

101D’un côté donc, l’ancienneté de l’immigration, l’enracinement croissant qui l’accompagne, par le travail, le mode de vie, les relations sociales, sont loin d’être contradictoires avec le resserrement des liens communautaires ; bien plus, les contraintes politico-administratives imposées par le pays d’accueil, conjuguées avec les logiques sociales dominantes et la force des solidarités communautaires et familiales, font que c’est au prix d’une crispation du groupe, d’une quasi ghettoïsation, que cet enracinement se produit. De Vautre côté, la présence-absence au village, plus que de l’ancienneté de l’émigration, dépend du maintien des projets familiaux, qui entretiennent le souvenir de l’absent, qui lui permettent même parfois d’intervenir, directement ou indirectement, dans les affaires du village.

  1. Entrepreneurs, ouvriers, kafils. On a vu qu’un entrepreneur, quelle que soit la dimension de son entreprise, devait aujourd’hui obligatoirement avoir un kafil, garant institutionnel face aux autorités. Cela n’a pas toujours été vrai. L’obligation remonte à 1961, tandis qu’avant cette date, l’immigration était totalement libre. Même au début des années 1960, certains de nos migrants affirment que l’institution du kafil était formelle et ne constituait ni un frein à leur activité, ni encore moins un mode d’exploitation de leur travail. En fait, le système du parrainage, ou kafala, paraît fonctionner à Koweit de manière beaucoup plus souple, moins antagonique, qu’ailleurs dans d’autres pays du Golfe ; les arrangements mutuels sont fréquents, mais aussi les pratiques en principe illégales de kafils de complaisance, qui aboutissent à des situations terriblement compliquées.

102Rappelons le principe de l’institution. Une entreprise enregistrée au registre du commerce et de l’industrie doit l’être obligatoirement sous le nom d’un Koweitien ; dans le cas d’un établissement tenu par un étranger, ce dernier doit donc se trouver un prête-nom, le kafil. Une entreprise artisanale sans siège social, donc non soumise à enregistrement, échappe en principe à cette contrainte (c’est particulièrement le cas pour les petits entrepreneurs du bâtiment travaillant sur les chantiers, nous verrons que nombre d’artisans de Kfar Rummân ont été dans cette situation), mais l’artisan doit avoir malgré tout un kafil pour obtenir un permis de séjour qui ne lui sera accordé que s’il a un emploi et un employeur ; il est donc généralement déclaré employé de son kafil, parfois pour une activité fort éloignée de celle qui est réellement la sienne. Si, en principe, le kafil ne peut parrainer que des entreprises appartenant au même secteur d’activité que le sien (industrie, commerce, services), et, s’il est fonctionnaire, ne peut être kafil que d’employés à son service, on imagine facilement que ces règles sont très généralement enfreintes.

103Le cas d’Abdallah A. Z., beau-frère d’Ali N., que nous avons présenté au paragraphe précédent, est une parfaite illustration des diverses situations possibles et de l’imbroglio qui peut en résulter. Il est d’abord employé par son beau-frère (le mari de sa sœur, installé depuis 1964 dans le pays) et patron d’une petite entreprise où il fait travailler plusieurs villageois de Kfar Rummân, mais pour des raisons non élucidées, celui-ci n’a semble-t-il pas les appuis suffisants pour régulariser sa situation et lui faire obtenir une carte de séjour, et il doit ressortir tous les trois mois du pays. Au bout d’un an et demi, il change d’employeur, et c’est un autre villageois, Amin S., lui aussi patron d’une entreprise de métallurgie qui la lui fournit, sous couvert officiel d’un emploi de chauffeur chez son kafil. Mais très vite Abdallah préfère travailler à son compte, en prenant des contrats sur des chantiers. Il n’a pas d’atelier propre, il ne fait que la pose et la soudure de charpentes métalliques en passant de chantier en chantier, et continue à travailler sous le couvert d’Amin S. (ou plutôt de son kafil dont officiellement il est le chauffeur). Puis, s’était lié avec un Koweitien pour qui il avait travaillé (il lui avait fabriqué et posé la grille en fer forgé de sa villa), il lui demanda de bien vouloir lui servir de caution pour obtenir un prêt bancaire ; celui-ci lui propose alors un prêt personnel ; finalement, ils s’entendent pour reprendre en association une entreprise de fer, « al-Soroor Iron Construction Factory Co ». L’apport de chacun se répartit comme suit : le Libanais fournit ses machines et 6°000 Dinars; le Koweitien apporte 10°000 Dinars ; il est propriétaire du local. L’établissement étant au nom de ce dernier, ils se sont mis d’accord oralement et à l’amiable sur un partage des bénéfices attribuant 55 % à Abdallah et 45 % à son associé, qui touche en plus un loyer pour le local. Jusqu’à présent, la totalité des profits sont réinvestis.

104Dans ce cas, le partage des bénéfices apparaît relativement équitable. Or, la plupart des cas rencontrés lors de notre enquête, sous des formes diverses, semblent de ce type, avec parfois même un avantage pour l’associé étranger. Peut-on généraliser cette observation à l’ensemble des entrepreneurs et des entreprises étrangères à Koweit, quelle qu’en soit la taille et la nationalité, ou cette situation est-elle particulière à certains migrants, depuis longtemps implantés, originaires des pays arabes, et ayant réussi à tisser des relations d’amitié dans la population locale ? C’est ce qu’il faudrait chercher à préciser ; dans l’état actuel de nos informations, nous penchons toutefois plutôt pour la seconde hypothèse.

105Citons encore quelques cas allant dans ce sens, et illustrant des types de situations différentes. Ali N. ne paye que le loyer de son magasin, dont le propriétaire est son kafil : il est vrai que son père était déjà dans les lieux depuis l’époque où le kafil n’était pas encore obligatoire ; c’est aussi le cas d’Ali B., mécanicien, depuis 1960 au Koweit ; quant à Abdou A., dont nous avons déjà parlé, il paye, en sus de son loyer, 90 dinars de redevance annuelle (l’équivalent de 60°% d’un mois de loyer) à son kafil-propriétaire. Abdullatif A. Z., camionneur artisan, a deux kafils, l’un qui signe sa carte de résidence, l’autre propriétaire légal de son camion ; aucun n’exige rien de lui en échange de leur caution. Muslim D., dont la situation est analogue à celle de Barbar T. à Oman, est officiellement directeur salarié d’une section d’une société koweitienne aux activités multiples ; mais cette section fonctionne pratiquement comme une filiale, au capital de laquelle il participe à 55 % ; il partage les bénéfices avec son partenaire (officiellement son patron et kafil) proportionnellement à sa participation et ne lui verse aucune redevance supplémentaire, à la différence de Barbar T. à Oman qui doit céder 30 % de sa part de profit.

106Dans tous ces cas, il s’agit de migrants présents depuis longtemps à Koweit ; on peut donc supposer qu’ils ont soit réussi à prolonger une situation ancienne datant de l’époque où l’institution du kafil était formelle, ou même n’existait pas, soit bénéficié de relations d’amitié élaborées depuis longtemps avec des gens du pays.

107En revanche, on ne peut le dire d’Abdallah Ch., arrivé en 1977 : associé à un Koweitien pour une affaire d’import-export de mobilier de bureau, dans laquelle ce dernier détient 25 % du capital (mais est déclaré comme détenant 51 % du fait des contraintes de la loi), il a obtenu un arrangement lui permettant de s’approprier la quasi-totalité des bénéfices grâce à un subterfuge ajoutant à un salaire de directeur exorbitant des « frais de publicité » fictifs qu’il empoche lui-même, tandis que son associé-kafil touche une simple redevance annuelle. Ce cas est sans doute exceptionnel, et des exceptions de ce type existent vraisemblablement dans tous les pays du Golfe. Abou Hatem, ancien du Koweit, aujourd’hui entrepreneur en Arabie Saoudite, a aussi un kafil à qui le lient des relations d’amitié et qui ne lui demande aucune redevance en échange de ses services : il a fait sa connaissance à Koweit.

108Mais nous n’avons rencontré aucun autre cas de ce type dans nos enquêtes à Oman et en Arabie Saoudite. L’ancienneté de l’immigration à Koweit et la taille des entreprises sont à l’évidence des facteurs décisifs favorisant un certain type de relation entre kafil et protégé. Cela montre combien le rapport de kafala est un rapport flottant où la dimension humaine joue un rôle décisif, mais aussi le contexte socio-politique et les rapports de force d’ensemble entre étrangers et nationaux.

109La situation des salariés d’Abdallah A. Z. illustre d’autres possibilités ouvertes par la souplesse du fonctionnement de l’institution. Elle nous introduira du même coup à la question du salariat. L’entreprise a trois types d’activités : montage de charpentes métalliques, encadrement d’aluminum, ferronnerie d’art (balustrades et grilles de villas). Une partie du travail se fait à l’atelier, l’autre (la pose), sur les chantiers. Au moment de l’enquête, Abdallah faisait travailler quinze ouvriers, au statut variable.

110Trois étaient originaires de Kfar Rummân : son frère, qu’il venait d’associer à l’affaire, en lui attribuant 20 % des bénéfices, en plus d’un salaire de 300 D.K. par mois ; le cousin de sa femme (fils de la tante paternelle de celle-ci), travaillait avec lui depuis un an ; âgé de dix-huit ans, sans qualification, il touchait 180 D.K. par mois; enfin Ali Abd el K. M., chez lui depuis deux ans, touchait 250 D.K. par mois ; selon les besoins, ils travaillaient tantôt à l’atelier, tantôt sur les chantiers. Le premier faisait fonction de contremaître. Tous les trois avaient pour kafil A.S., le kafil-associé d’Abdallah.

111Un Tunisien, forgeron très hautement qualifié, travaillait depuis deux ans et demi avec Abdallah ; payé à la tâche, travaillant à l’occasion pour d’autres patrons, il arrivait à gagner en moyenne 400 D.K. par mois. Il avait travaillé en Libye et en Irak, avait voyagé eu Europe (France, Italie) et Moyen-Orient (Syrie, Iran), il avait un frère ouvrier en France. Il séjournait officiellement à Koweit en tant que chauffeur d’une Koweitienne qui lui avait ainsi fourni sa carte de résidence pour 600 D.K.

112Un Syrien qui travaillait précédemment avec lui, lorsqu’il faisait des chantiers, était resté à son service après la création de l’entre prise. Son kafil était celui d’Abdallah. Soudeur, il gagnait 200 D.K. ; mais il venait de le quitter, à la recherche d’un meilleur salaire, dans une période de hausse de la demande. Abdallah avait été contraint d’augmenter le salaire qu’il proposait à son remplaçant, un Turc, qui avait réclamé 210 D.K., mais qui serait licencié dès que l’on aurait plus besoin de lui.

113Trois Pakistanais ont été recrutés en janvier 1981 sur le marché local ; ils avaient un autre kafil qu’Abdallah ne connaissait pas ; l’un était forgeron et touchait 200 D.K., les autres, sans qualification, touchaient 125 D.K et 150 D.K., et travaillaient sur les chantiers.

114Enfin, en fonction de ses contrats, l’entreprise avait recours à une équipe de sept ouvriers iraniens en signant des contrats à la tâche avec le chef du groupe qui se chargeait de verser des salaires aux autres. Il s’agissait en fait d’un petit entrepreneur sous-traitant ayant son propre kafil, travaillant sur les chantiers un peu comme le faisait Abdallah à ses débuts.

115Les différences de salaires (mis à part le groupe des Iraniens dont on ne sait rien de plus, mais qui ne sont probablement pas plus mal payés que les Pakistanais) ne paraissent que faiblement significatives d’une nationalité à l’autre et dépendent surtout de la qualification : le petit cousin non qualifié gagne 130 D.K., tandis que le manœuvre pakistanais touche 125 D.K. ; deux se détachent, pour des raisons spécifiques évidentes : l’ouvrier tunisien, surpayé du fait de sa qualification, et le frère d’Abdallah, qui est... le frère du patron et a une position de direction.

116En pratique, un salarié dont le kafil est différent de celui de son patron devient indépendant de ce dernier ; à partir du moment où son kafil lui permet de travailler où bon lui semble, il n’en est pas non plus prisonnier ; il se retrouve dans la situation de « liberté » sur le marché du travail que l’institution du kafala a pour fonction de limiter mais on voit que celle-ci peut très bien être contournée. La dépendance plus grande du patron à l’égard du marché du travail local due à l’affaiblissement de l’institution du kafala explique l’atténuation du facteur de la nationalité dans la détermination des salaires.

  1. Salariés à Koweit. La population active à Koweit est, on l’a vu, très fortement salarisée : entre 1965 et 1980, la part des salariés est passée de 81,6 % à 88 %. Le mouvement a été le plus fort chez les Koweitiens : ils passent de 77,6 % à 90,1 °/o de salariés tandis que les non-Koweitiens passaient dans le même temps de 81,6 % à 88 %.

117Le décalage est très fort entre la structure socio-économique de la population originaire de Kfar Rummân et la population globale : si les salariés y sont majoritaires, ils n’atteignent pas 60 %, tandis que les artisans et patrons, qui atteignent tout juste 10 % dans la population active totale (11,5 °/o chez les non-Koweitiens, pour 5,5 % chez les Koweitiens) constituent plus de 40 % chez eux.

118Parmi les salariés de Kfar Rummân, on a distingué ceux qui sont employés par leurs compatriotes, et les autres. Les relations de travail sont en effet assez différentes d’un cas à l’autre. Les premiers ne se distinguent pas toujours très nettement des associés : particulièrement quand il s’agit de frères, ou de cousins, qui seront généralement associés directement à la marche de l’affaire, toucheront parfois une part des bénéfices, et en tout cas, se sentiront moralement solidaires de leur patron. C’est le cas par exemple de Mahmoud A. Z., précédemment cité, employé par son frère Abdallah comme contremaître, et payé 300 D.K., ce qui est un salaire relativement élevé, à quoi s’ajoute une participation (20 %) aux bénéfices de l’entreprise. Abdallah emploie encore un jeune cousin et un autre compatriote. Citons encore Muslim D., qui a associé son frère Salim à son affaire, tandis que leur jeune frère est salarié ; il emploient encore six autres Libanais, dont un cousin, deux parents par alliance (le mari de la sœur de Salim, et celui de sa belle-sœur — la sœur de sa femme —, et encore un autre compatriote de Kfar Rummân). Ces derniers ont tout naturellement des postes de responsabilité : directeur des ventes pour l’un, responsable des entrepôts pour les trois autres (avec dix-huit manutentionnaires égyptiens, trois chauffeurs syriens et deux gardiens indien et pakistanais sous leurs ordres). Jamil Gh., qui a une entreprise de fer, a employé nombre de ses compatriotes à leur arrivée, avant qu’ils ne s’installent à leur compte (comme Abdallah Abou Z.) ; deux sont encore chez lui, dont un jeune fils d’Abdou A. (cf. supra). Mohammad Jamil D., entrepreneur en décor intérieur, immigré de la deuxième génération, fait travailler son frère, Hassan, mi-associé, mi-salarié. Ahmad Hassan B., depuis 1956, à Koweit, petit entrepreneur en bâtiment, avec cinq ou six ouvriers permanents et des journaliers, a associé son frère, arrivé après lui (venu en 1960, reparti, puis revenu) et emploie Ali R., vingt-trois ans, arrivé en 1978 à Koweit, peintre en bâtiment; quatre jeunes cousins, vitriers, arrivés à la fin des années 1970, sont artisans et travaillent occasionnellement avec eux.

119Au total, c’est une douzaine de travailleurs qu’on a recensés dans cette situation, dont cinq frères de leur patron et quatre ou cinq parents plus éloignés. Tous sont ouvriers, sauf un ; ils ont des postes de responsabilité, sont en général mieux payés que les autres ouvriers, et conçoivent manifestement, sauf exception, leur situation comme transitoire, avant de se mettre à leur compte. Ajoutons cependant qu’à la différence de la plupart des ouvriers des autres nationalités (cf. infra), recrutés en fonction des besoins de l’entreprise et licenciables à merci, ils sont stables, ce qui se traduit en particulier par le fait qu’ils ont toujours pour kafil celui de l’employeur (de l’entreprise).

  • 47 N. Dalal, qui travaille au Ministère des P.T.T. (cf. plus haut) nous a décrit la situation dans son (...)

120Les autres salariés de Kfar Rummân sont employés dans des entreprises généralement beaucoup plus importantes. On a vu que onze d’entre eux sont employés par l’Etat (essentiellement dans divers ministères, un dans l’armée, un par la municipalité de Koweit, et deux à la Koweit Oil). Les autres sont salariés dans des sociétés privées. Leurs situations sont très diverses. Nous en avons évoqué quelques-unes plus haut en exposant l’histoire des familles N. et A. Si ceux du secteur public côtoient des salariés koweitiens — et en tirent une évidente frustration, du fait des privilèges accordés à ces derniers47 — il semble que ce soit très exceptionnellement le cas dans les sociétés privées, même koweitiennes. Ainsi, Mohammad Ali D. est dessinateur dans une très grosse société d’études d’architectes : basée à Koweit, où elle a environ 500 salariés, la société a un bureau à Londres et un autre à Bahrein ; elle appartient à deux hommes d’affaires koweitiens associés, l’un architecte, l’autre ingénieur ; à part quatre directeurs koweitiens, les salariés (250 ingénieurs, architectes et urbanistes, et 250 administratifs et dessinateurs) sont Palestiniens (cinquante à soixante), Egyptiens (une cinquantaine) à côté de quelques Irakiens (dix à quinze), Libanais (cinq) et Yéménites (trois ou quatre), et pour le reste Indiens et Pakistanais (les trois quarts). Mohammad gagne 360 D.K. par mois, mais il travaille aussi au noir chez lui le soir, ce qui lui permet en moyenne d’accroître son revenu mensuel de 100 D.K./mois. Abdou A. (voir plus haut) est directeur des ventes depuis 1975 dans une société commerciale dont les patrons sont... omanais : c’est une entreprise familiale, gérée conjointement par cinq frères, comprenant une section de production avec une usine textile, et différentes branches commerciales (tissus, prêt-à-porter, parfums) ; quatre directeurs sont libanais ; les sous-directeurs sont libanais, syriens et indiens ; soixante-dix ouvriers indiens et égyptiens travaillent dans les entrepôts ; cent trente sont employés dans les services administratifs et commerciaux ; on trouve parmi eux treize nationalités : une employée grecque, un Anglais, deux techniciens japonais, trois Irakiens, deux Iraniens, quatre Jordaniens, quatre Syriens, cinq Palestiniens, quinze Libanais, trois Pakistanais, trente Indiens, et soixante Egyptiens. On a vu que grâce au pourcentage sur les ventes qui lui doublait son salaire, Abdou arrivait à gagner 400 D.K./mois. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir une deuxième occupation au noir, qui, il est vrai, ne semble pas lui rapporter grand chose.

121Bien que la brièveté de l’enquête ne nous ait pas permis de recueillir plus de précisions sur l’emploi et les salaires des gens de Kfar Rummân à Koweit, il nous semble pouvoir affirmer que défavorisés par rapport aux Koweitiens, les Libanais demeurent favorisés par rapport aux autres nationalités, étant, avec les Palestiniens, dans les catégories relativement les mieux payées, d’autant qu’ils sont plus souvent à des postes de direction ou de responsabilité.

122Il reste en effet à dire un mot des salariés non libanais employés dans les entreprises dirigées par des patrons originaires de Kfar Rummân. On a rapporté plus haut dans le détail l’exemple de l’entreprise d’Abdallah A. Z. à propos de la discussion sur les kafils. Elle révélait à la fois la multiplicité des nationalités, même à petite échelle, la faible différenciation des salaires par nationalité, et la diversité des relations de travail et des formes de rémunération (à la tâche, à l’heure, au mois) ainsi que des situations juridiques (multiplicité des kafils).

123Michel Nancy a déjà cité, ailleurs, d’autres cas. Mohammad Jamil D. travaille avec son frère et trois ouvriers palestiniens permanents et embauche en fonction des chantiers, des ouvriers, Palestiniens, Libanais, Iraniens, Syriens. Muslim D., moins dépendant des aléas du marché pour ce qui concerne ses besoins en personnel, puisqu’il gère une société commerciale (vente de matériel sanitaire) a régularisé la situation de tous ses employés : tous ont pour kafil celui de la société : en revanche, il lui arrive, pour rendre service, avec l’accord de son patron koweitien, personnage suffisamment puissant, qui accepte sur sa demande de jouer les kafils de complaisance, de déclarer des employés fictifs qui peuvent, munis de leur autorisation de séjour obtenue grâce à cela, aller chercher du travail ailleurs. Par ailleurs, les fonctions et les salaires de ses employés paraissent plus prédéterminés par la nationalité que dans le cas précédent : sept Libanais et deux Palestiniens se partagent les postes de responsabilité et de vendeurs et sont payés en fonction de leur expérience et de leur ancienneté entre 200 et 400 D.K., trois Syriens sont chauffeurs et touchent entre 200 et 300 D.K., un Egyptien, bien qu’occupant le poste de comptable n’est payé que 200 D.K., les manutentionnaires et gardiens des entrepôts. Pakistanais et Indiens gagnent moins de 100 D.K.

124La situation est analogue dans la société d’import-export d’Abdallah Ch. : le chef comptable, Egyptien, dans la maison depuis plus d’un an, touche un salaire de 250 D.K., alors que son prédécesseur — Libanais — était payé... 450 D.K. et que les vendeurs libanais et palestiniens gagnent de 250 à 350 D.K. (plus un pourcentage sur les ventes) tandis que l’ingénieur égyptien touche 300 D.K. et ses deux assistants, un technicien pakistanais et un égyptien, touchent respectivement 150 et 170 D.K. !

125Si l’on examine les nationalités des employés des différentes entreprises citées depuis le début, on relève la présence de travailleurs originaires d’Asie du Sud-Est, ainsi que, pour les plus petites d’entre elles, de travailleurs égyptiens; mais aussi qu’Egyptiens et Sud-Asiatiques sont souvent employés aux mêmes postes peu qualifiés et sous-payés : ils se partagent par exemple les emplois de manutentionnaires dans la société omanaise où travaille Abdou A. ; de même Muslim D. a-t-il remplacé des Baloutches par des Egyptiens pour le même travail, parce que, dit-il, les premiers travaillaient moins bien ; le fait qu’ils soient payés 50 % moins cher n’a pas été suffisant pour les garder.

126Tout ceci suggère l’hypothèse, qu’une enquête plus poussée devrait vérifier, que dans le secteur de la petite production, le recrutement de main-d’œuvre se fait de manière plus ponctuelle, donc sur le marché local, et non par le biais d’agences de recrutement, dont la procédure plus lourde ne convient qu’aux entreprises d’une certaine taille, recrutant un nombre important de travaileurs à la fois : ce qui expliquerait tant la moindre présence d’Asiatiques dans les plus petites entreprises, que la multiplicité des kafils.

127On peut aussi voir une corrélation entre le mode de recrutement (et le degré de dépendance à l’égard du kafil) et le mode de différenciation des salaires. Le recrutement de salariés originaires du même village passe par le canal des relations familiales et communautaires, et le salaire reflète la position du salarié par rapport au patron ; la nature et la force des liens interpersonnels expliquent le caractère que prendront les relations de travail. Le recrutement, en fonction des besoins ponctuels, sur le marché local, de travailleurs plus ou moins qualifiés, ayant leur propre kafil, répond pour l’essentiel à une logique de l’offre et de la demande ; les salaires seront alors fonction de l’état de ce marché et de la position de force relative des travailleurs sur ce marché à tel ou tel moment, beaucoup plus que de la nationalité ; pour autant, toutes les nationalités ne sont pas représentées sur ce marché : cette situation impliquant pour les travailleurs d’avoir trouvé un kafil assez complaisant pour le lui permettre explique que ceux-ci soient plutôt originaires des pays limitrophes, et/ou anciennement arrivés dans le pays ; mais on peut aussi, à l’inverse trouver dans cette situation des travailleurs surexploités par un kafil profitant de leur faiblesse : ce ne peut être le cas que de travailleurs non qualifiés qui en outre, récemment immigrés et originaires des pays d’Asie du Sud-Est (particulièrement l’Inde et le Pakistan) n’auront aucun moyen d’établir des relations personnelles leur permettant d’améliorer leur situation ; ces travailleurs seront souvent plus exploités par un intermédiaire de leur pays que par le kafil même. Enfin, dans le cas de recrutements par l’intermédiaire d’agences, qui vont les chercher dans leur pays, de travailleurs embauchés sur contrat à durée définie, les salaires dépendront de leur niveau sur le marché international.

128Le recrutement de telle ou telle catégorie, dépendra tout à la fois de la taille de l’entreprise, de son type d’activité, de la position sur le marché, de ses relations avec son kafil.

3. Une communauté à Koweit.

129On a déjà signalé la structure démographique relativement équilibrée de la communauté de Kfar Rummân, avec le grand nombre de familles et d’enfants, du fait de l’ancienneté de la présence à Koweit. Vingt-huit jeunes, nés à Koweit ou arrivés enfants avec leurs parents, s’y sont mariés et ont déjà des enfants ; fait remarquable toutefois, ce sont vingt-deux familles, pour six garçons seulement : les filles se marient beaucoup plus jeunes... et n’épousent pas les fils d’immigrés de leur communauté ; quatre sont mariées avec des étrangers (deux Koweitiens, un Tunisien, un Egyptien), cinq avec des Libanais non originaires de Kfar Rummân (un druze d’Aley, un Tripolitain, un homme de Zahlé, deux d’autres villages du Sud ; une sixième mariée aussi avec un homme du Sud-Liban est repartie à Abou Dhabi, tandis que ses parents sont toujours à Koweit) ; une douzaine sont mariées avec des hommes originaires de Kfar Rummân récemment immigrés, qui ont ainsi pu prendre femme à Koweit grâce à la présence de familles anciennement immigrées. Quant aux six garçons mariés, deux ont choisi des filles de Libanais du Sud installés à Koweit depuis toujours (l’une originaire de Khyam, l’autre de Nabatiyeh), trois ont épousé des filles de Kfar Rummân (dont deux cousines)... qu’ils sont allés chercher au Liban. Ajoutons là encore le cas d’un jeune venu enfant à Koweit avec son père, marié avec une Irakienne, et reparti, pour suivre son père en Arabie Saoudite, après avoir envoyé sa femme... au Liban !

130Exogamie du point de vue strict de la communauté des résidents de Kfar Rummân à Koweit, mais forte endogamie à l’intérieur de la communauté villageoise transcendant la frontière de l’émigration ; fausse exogamie donc qui permet un élargissement du groupe tout en préservant son identité, les mariages avec des jeunes venus du village sont de loin les plus nombreux et permettent tant la reproduction du groupe que l’intégration rapide des nouveaux immigrants.

131Toutefois, si l’on compare les mariages au sein du groupe de Koweit à ceux de notre échantillon recensé au village on note que l’exogamie villageoise est plus forte à Koweit qu’au Liban, surtout du fait des mariages contractés avec des non Libanais. En d’autre termes, si l’exogamie villageoise est plus forte au Liban, elle reste toutefois dans les limites d’une endogamie non seulement nationale, mais même régionale (les mariages hors de Kfar Rummân sont presque tous contractés avec des jeunes originaires des villages de la région de Saida) à l’inverse de ce qui se passe à Koweit. Dans ce dernier cas, les mariages avec des non Libanais peuvent alors être interprétés comme l’amorce d’une intégration de la communauté à Koweit et de non enracinement dans le pays ; processus qu’il ne faut sans doute pas surestimer cependant, en se rappelant que l’épouse est d’emblée intégrée à son groupe d’adoption par le fait de son mariage et devra suivre son mari en Tunisie, en Egypte ou au Liban s’il retourne chez lui, mais qui ne nous paraît pas devoir être négligé pour autant, dans l’analyse de l’évolution de la société koweitienne et de la place des immigrants dans cette société.

  • 48 Cf. Ph. Gorokhof, Les Palestiniens au Koweit, Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe (...)

132Le processus contradictoire de repli sur soi/ouverture sur l’extérieur se manifeste de diverses façons dans les différents aspects de la vie de la communauté. Ainsi de l’habitat. Les gens de Kfar Rummân habitent quasiment tous à l’intérieur d’un périmètre de trois ou quatre pâtés de maisons, au cœur du quartier de Hawalli. Ce quartier, au sud-est de la ville de Koweit, est composé d’immeubles déjà anciens, construits dans les années 1950, majoritairement habités par les Palestiniens ; avec le quartier voisin de Nugra, il englobait à la fin des années 1970 la moitié de la population palestinienne de Koweit, soit 175°000 personnes48. Les quelques exceptions à ce regroupement dans l’espace sont intéressantes car tout à fait significatives : soit elles expriment le rejet d’un individu par le groupe, ou son refus de se soumettre à ses règles ; soit elles reflètent une position de force permettant de s’autonomiser.

133Hassan S. est dans le premier cas. A Koweit depuis 1952, il a été marié trois fois, d’abord avec une Irakienne, qu’il répudie et qui repart avec son fils en Irak, puis avec une fille du village, dont il a trois fils; il la répudie à son tour, mais ce faisant s’exclut du groupe; il est marié aujourd’hui avec une Egyptienne, dont il a eu quatre enfants ; mais, tandis que sa deuxième femme et ses trois fils suscitent pitié et admiration, et sont sous la protection de la communauté, lui-même est rejeté au point que même son frère, résident lui aussi à Koweit depuis les années 1950, prétend ignorer où il se trouve.

134Le cas d’Abdallah Ch. est plus ambigu : arrivé en 1977 à Koweit avec un capital qui lui a permis de lancer une fructueuse affaire, mais qu’il aurait acquis par des moyens douteux à en croire la rumeur villageoise, il est à la fois rejeté par le groupe et ne veut rien avoir à faire avec lui ; il habite un logement luxueux avec ses deux frères et son épouse dans un riche quartier cosmopolite.

135En revanche Muslim D. a statut de notable dans la communauté de Kfar Rummân. A la tête d’une affaire florissante, il a souvent l’occasion d’aider les villageois et le fait sans hésiter. De même il finance largement les réalisations sociales du village (école, hôpital), où il s’est fait construire une grande maison. A Koweit, il s’est aussi fait construire une luxueuse villa, dans un quartier résidentiel koweitien, et fait chaque année une grande fête pour réunir tous les villageois. Il est remarquable qu’au village on lui attribue la nationalité koweitienne, alors qu’il ne l’a pas, mais aussi qu’à Koweit, malgré l’estime et le respect qu’on lui porte, les sentiments à son égard paraissent mitigés.

136Enfin, citons, pour terminer, les frères Khalil et Jamil Daher, à Koweit depuis 1951 et 1955 respectivement. L’un d’abord boulanger pendant treize ans en association avec un Irakien, aujourd’hui propriétaire de trois camions et faisant travailler un ouvrier, a un fils entraîneur de football à l’hôtel Sheraton et une fille mariée avec un footballeur... koweitien ; son autre fille est mariée avec un Libanais du Sud, un fils est étudiant au Canada, les deux derniers sont à l’école. Jamil a été chauffeur d’un cheikh de 1955 à 1970, puis est devenu intendant des voitures à la municipalité de Koweit ; parmi ses sept enfants, un fils est marié avec une fille du village, et deux filles respectivement avec un Druze d’Aley et avec un chiite de Tyr ; son originalité est d’avoir acheté du terrain et bâti une maison, non pas au village, mais à... Alexandrie, où il s’était souvent rendu avec son patron. Tous les deux, parfaitement intégrés à la communauté de leur village, habitent cependant en dehors du quartier des gens de Kfar Rummân ; ils n’en sont, il est vrai, éloignés que de quelques rues.

137Là encore, le processus est contradictoire : vivre en dehors du groupe peut être synonyme d’exclusion, mais aussi de son contraire, s’accompagner de relations plus étroites avec la société extérieure, mais sans que cela exclue un renforcement des liens avec les villageois. Réflexe de protection du groupe, le fait de résider dans un étroit périmètre n’empêche pas une certaine intégration à la société locale : bien plus, un enracinement solide dans le groupe en est en fait le plus sûr relais.

138Les conditions matérielles de logement favorisent les plus anciennement arrivés. Les logements comptent le plus souvent trois à quatre pièces où habitent, dans des conditions parfois difficiles, des familles souvent nombreuses. Or, la réglementation sur les loyers, sans les bloquer comme au Liban au montant fixé une fois pour toutes dans le contrat initial, en régit strictement l’augmentation. De sorte qu’un même appartement reviendra à 45 D.K. pour une famille installée depuis quinze ou vingt ans, mais à 75 ou même 150 D.K. à des immigrés arrivés après 1970 ou 1975, et que la part du revenu consacré au loyer sera très variable : les N., qui occupent leur logement depuis vingt-cinq ans et ont deux actifs dans la famille (Dalal, employée au ministère des P.T.T., et Ali, qui tient la boutique de matériaux en fer), donc des revenus de plus de 500 D.K. par mois pour cinq personnes, ne payent que 45 D.K. de loyer, à quoi s’ajoutent des charges de 30 à 40 D.K. par mois. Le beau-frère d’Ali, Abdallah Abou Z., arrivé en 1976, doit un loyer de 150 D.K. pour un logement analogue; mais ses revenus sont largement suffisants pour qu’il soit à son aise. Ce n’est en revanche pas le cas d’Abdullatif A. Z. qui, par sa malencontreuse absence de 1971 à 1977, a perdu le bénéfice de son ancien loyer et doit consacrer presque la moitié (150 D.K.) de son revenu mensuel très irrégulier (entre 300 et 450 D.K. selon les mois) pour payer son logement, alors qu’il a cinq enfants, dont quatre scolarisés dans le privé (cf. infra). Du coup, il arrive que plusieurs familles cohabitent : c’est le cas de Youssef et Ahmad B., (qui par ailleurs travaillent ensemble, comme petits entrepreneurs en bâtiment), qui avec femmes, enfants, plus un jeune beau-frère qui a, heureusement, laissé sa femme au village, se serrent à quinze dans un cinq pièces ; plus souvent, un travailleur célibataire sera hébergé par un frère ou un cousin et sa famille ; ou bien encore plusieurs célibataires (généralement trois ou quatre) partageront un appartement ; quelques fois avec des jeunes originaires d’autres villages ou du Sud.

139Ainsi, la plus grande difficulté à se loger pour les immigrés les plus récents, qui doivent y consacrer une part beaucoup plus importante de leurs revenus, s’oppose à la situation relativement plus favorisée des plus anciens. Cette amélioration de leur situation matérielle, qui pourrait leur permettre d’envisager un retour au village dans de meilleures conditions, aboutit cependant plus souvent à un enracinement croissant dans le pays. D’autant plus que la présence des familles et les contraintes de l’éducation des enfants vont un peu plus dans ce sens.

140Le fait que plus de la moitié de la communauté soit composée d’enfants et de jeunes, et le tiers d’enfants d’âge scolaire, est lourd de conséquences. En effet, qu’ils soient scolarisés dans les écoles de l’Etat ou dans celles du secteur privé, ils côtoient des enfants de toutes origines et suivent les mêmes programmes, qui leur apprennent que « Koweit est la perle du Golfe », comme nous l’a affirmé avec conviction l’un de ces jeunes gens.

141En 1975-76, pour 107 363 enfants koweitiens scolarisés dans le primaire et le secondaire, on comptait 126°469 étrangers, dont plus du tiers dans les écoles privées ; notons que sur 80°000 étrangers dans les écoles publiques, près de la moitié étaient Palestiniens, pour... 3 159 Libanais. En 1982-83, la part des enfants étrangers s’est fortement accrue, puisqu’ils sont plus nombreux que les Koweitiens dans le seul enseignement public : 165 233 non Koweitiens pour 148°422 Koweitiens, à quoi il faut encore ajouter 7°800 enfants scolarisés dans les écoles privées. Bien sûr, du fait de la ségrégation dans l’espace des différentes nationalités, même dans les écoles publiques, les enfants ne rencontrent guère de petits Koweitiens ; ils se mélangent par contre fréquemment à d’autres Arabes, particulièrement des Palestiniens. Reste à rappeler l’écrasante domination numérique des Egyptiens parmi les enseignants, suivis, loin derrière, par les Palestiniens, plus nombreux en revanche dans l’enseignement technique.

142Pour en revenir aux enfants de Kfar Rummân, sans avoir de données précises, près de la moitié sont sans doute scolarisés dans l’enseignement public. Depuis 1975, la législation n’autorise plus que les enfants nés au Koweit, ou arrivés avant 1970, à en bénéficier. Dans ce cas seulement, ils bénéficient de la gratuité de l’enseignement, y compris la fourniture des livres scolaires. Cependant, même les enfants scolarisés dans le secteur privé peuvent bénéficier éventuellement d’une aide de l’Etat, qui verse une allocation couvrant la moitié des frais d’inscription, sauf si l’enfant redouble. Il reste que, l’enseignement étant fondé sur l’apprentissage de l’anglais dès les petites classes (alors qu’au Liban, rappelons-le, c’est le français qui domine), certains parents hésitent à scolariser leurs enfants au Koweit, et préfèrent parfois, quand ils le peuvent, retourner au Liban dès que les enfants atteignent l’âge scolaire, ou même les renvoyer avec leur mère, ou auprès d’oncles ou de grands-parents restés au village. D’où une valse hésitation qui complique encore plus les choses.

143Ainsi, Abdou A., installé depuis 1961 à Koweit, a préféré renvoyer sa famille en 1972 au Liban ; mais au bout de trois ans, il n’a plus supporté d’être seul, et les a fait revenir près de lui : résultat, tous sont dans des écoles privées, ce qui lui revient à 700 D.K. par an. Abdulatif Abou Z., bien que venu très tôt, dès 1956, a dû, lui aussi, du fait de son retour à Kfar Rummân entre 1971 et 1977, mettre ses enfants dans le privé ; pour la plus petite, née au Koweit, il a cependant obtenu de pouvoir bénéficier de l’école publique ; pour les deux plus grandes, il doit payer deux fois 120 D.K., dont la moitié prise en charge par l’Etat ; quant à l’aînée, qui est déjà au collège et a redoublé une classe, elle lui coûte 145 D.K. En revanche, Ahmad S. lui, n’a pas bougé depuis 1959 et a pu mettre tous ses enfants dans le système public : il affirme même que le problème qu’aurait posé la réinsertion de ses enfants dans le système scolaire libanais l’a découragé de retourner au Liban.

144Rares sont ceux qui poussent leurs études au-delà du secondaire. Les garçons cherchent un emploi et les filles se marient. L’accès à l’université est rendu plus difficile par l’imposition de quotas : 50 % des places réservées à l’entrée aux Koweitiens, 25 % aux Arabes du Golfe, 25 % aux autres. Ceci alors qu’on a vu que la population scolaire est composée aujourd’hui en majorité de non Koweitiens (parmi lesquels les Arabes du Golfe ne comptent que pour un infime pourcentage). Alors ceux qui le peuvent envoient leurs enfants étudier à l’étranger ; aujourd’hui, huit familles de Koweit ont des étudiants à l’étranger : deux frères sont à Moscou, étudiants en histoire et science politique pour l’un, en médecine pour le second ; le frère de Dalal N. et la fille de Youssef S. étudient la médecine en Roumanie ; deux garçons dont le père est chauffeur à la K.O.C. sont aux U.S.A. ; un autre est au Canada, un à Londres, futur ingénieur, un dernier fait de l’architecture en Yougoslavie, tandis qu’une fille étudie la gestion à l’Université de Basra, en Irak, toute proche. Après leurs études, où ces jeunes vont-ils travailler ? Vont-ils revenir à Koweit, retourner au Liban, ou rester dans le pays de leurs études ? Au Canada, où a pris pied un petit groupe de Kfar Rummân, ils ont quelque chance de pouvoir rester ; ailleurs, c’est plus difficile, dans les pays socialistes, tout à fait exceptionnel.

145L’éducation, comme le logement, coûte moins cher au plus anciens. Ceux-ci bénéficient pour leurs enfants de l’accès aux écoles de l’Etat, gratuitement. Enfin, le système scolaire étant fondé sur l’apprentissage de l’anglais, la scolarisation des enfants contribue à fixer les migrants dans le pays. Mais l’accès aux écoles publiques koweitiennes n’ouvre pas pour autant les portes de la société koweitienne : le regroupement géographique fait que l’enfant retrouvera en classe le fils de son voisin, originaire de la même région, du même pays que lui ; loin de sortir du ghetto, il y est enfermé un peu plus. En outre, tant que l’intégration juridique, que ce soit par la naturalisation, ou par l’accès aux mêmes droits et privilèges que les nationaux, leur sera refusée, la scolarisation n’offre aucune possibilité supplémentaire sur le marché du travail, aucune chance nouvelle d’intégration.

146Sur un autre plan, le fait que la langue de culture, l’arabe classique, soit la même pour tous les immigrés arabes, comme pour les Koweitiens, devrait être un obstacle de moins à l’intégration socioculturelle de ces immigrés. Il est évident que cela facilite la tâche des enseignants : c’est aussi ce qui permet de recourir à des enseignants étrangers, originaires de pays arabes. Mais d’un autre côté, n’ayant pas à acquérir une compétence linguistique nouvelle ni à faire l’effort d’accéder à une culture fondamentalement différente de la leur, les migrants arabes peuvent maintenir d’autant plus facilement et sans déchirement leur identité d’origine. Une plus faible distance avec la société d’accueil n’est pas la garantie d’une intégration plus rapide, bien au contraire.

4. Diversification du mouvement migratoire.

  • 49 M. Nancy, art. cité.

147A travers les histoires de familles et d’individus, on a entrevu l’importance de l’émigration de Kfar Rummân vers d’autres pays que Koweit, et plus particulièrement vers l’Arabie Saoudite49. Cette évolution, qui s’est amplifiée à partir des années 1970, s’est appuyée en partie sur l’expérience koweitienne, tout en profitant des possibilités offertes par l’appel croissant de main-d’œuvre de la part de nouveaux pays. Il est intéressant de retrouver, en fonction de la situation dans les différents pays concernés, certaines caractéristiques de l’émigration de Kfar Rummân à Koweit.

  • 50 Bien que ces quotas aient été fixés dès 1970, sur 5 832 étudiants inscrits à l’Université de Koweit (...)

148C’est surtout à partir de l’enquête dans le village que l’on a pu mesurer l’importance de l’émigration vers les autres pays. Le recensement, à partir de douze noyaux familiaux (représentant au total, rappelons-le, plus d’un millier de personnes, soit environ un cinquième du village) des parents ayant émigré à une période quelconque de leur vie active, a ainsi donné une idée approximative (l’échantillon ainsi constitué, malgré son importance, n’ayant aucune prétention à une quelconque représentativité statistique) des périodes, de la direction et des caractéristiques des autres courants d’émigration. Ils concernent principalement quatre pays : l’Arabie Saoudite, Abou Dhabi, la Libye et l’Irak50. Pour une part, il s’agit bien d’un redéploiement à partir même de Koweit. Certains cependant partent du village ; les séjours sont parfois très courts (c’est surtout le cas de la Libye), la présence des familles est d’autant moins importante que le démarrage de la nouvelle filière est plus récent, et les séjours courts.

149L’itinéraire de Hussein Q., déjà évoqué (cf. supra) avec l’histoire de sa famille, donne une illustration extrême, mais caractéristique, de la mobilité de certains migrants, qui suit l’apparition successive de nouvelles opportunités.

150Son parcours migratoire est l’histoire d’une vie; commencé en 1961, il s’est poursuivi jusqu’en 1981, à travers une demi-douzaine de pays. Son histoire, bien qu’exceptionnelle, donne un exemple de la complexité et de la multiplicité du mouvement d’émigration parti de Kfar Rummân.

151Né en 1941 et sixième enfant de la famille Q., Hussein part dès l’âge de 15 ans, en 1956, d’abord pour Beyrouth, où il est apprenti-mécanicien. En effet, le départ pour Beyrouth, a représenté pour un certain nombre de villageois une transition avant l’émigration vers l’étranger. Pendant trois ans, il acquiert une qualification qu’il saura utiliser plus tard, tout au long de son parcours migratoire. Un retour de deux ans au village (1959-61) lui permet de parfaire son apprentissage; à cette date, la filière de l’émigration vers Koweit est déjà en place depuis quelques années et la présence de ses frères là-bas lui assure de trouver facilement un travail. Il part donc en 1961, et trouve à s’employer comme mécanicien. Il reste à Koweit jusqu’en 1967, entrecoupant son séjour de longs intermèdes au village (au total environ deux ans sur la période 1961-67). Puis il cherche à partir ailleurs. Mais ses demandes de visa tant à l’ambassade de Grande Bretagne qu’à l’ambassade des Etats-Unis à Koweit sont refusées. Il décide alors de partir clandestinement avec un groupe rencontré sur le port de Koweit, qui lui propose de passer à Dubaï. Son séjour dans l’émirat est bref (quatre mois), mais lui permet de passer à pied à Abou Dhabi. Il y travaille neuf mois, sans permis de séjour... aux douanes, comme mécanicien. Pour régulariser sa situation, il fait un aller et retour Liban-Abou Dhabi; il reste encore jusqu’à 1970. De 1970 à 1972, il revient au Liban et installe un garage à Nabatiyeh. Pendant cette période, il essaie de partir au Canada et en Australie, sans succès. En 1972, grâce à un parent de Kfar Tibnit village proche de Kfar Rummân, il part pour la Libye, avec un visa de tourisme; profitant de la présence d’une importante communauté libanaise, il réussit à y travailler dans un garage pendant un an. Mais les conditions dans le pays se font de plus en plus dures. Il décide alors de tenter sa chance au Nigéria. Il s’y rend par voie de terre, à travers le désert; après une série de péripéties plus ou moins rocambolesques, il parvient à Lagos, où il retrouve des compatriotes du Sud-Liban. Il lui faut neuf mois pour régulariser sa situation et obtenir permis de travail et autorisation de séjour. Par chance, il entre au service d’un important personnage, comme gérant d’un parc de camions. En 1976, il le quitte et se fait embaucher par une société palestino-libanaise à Port-Harcourt, puis par un groupe européen; finalement il achètera un camion et se mettra à son compte; en 1978, il vend son camion et rentre au Liban, peu avant la première invasion israélienne du Sud Liban. La guerre l’empêche de réaliser son projet de rouvrir un garage. Malgré tout, il commence la construction d’une maison avec les économies rapportées du Nigéria; ce qui l’oblige à repartir à nouveau, celles-ci ne suffisant pas. En 1980, il tente sa chance en Arabie Saoudite, grâce à un de ses frères; cette fois c’est dans le bâtiment qu’il trouve d’abord du travail, mais très vite, il change, pour aller travailler dans le garage géré par son frère. Au bout d’un an, il rentre au village pour se marier. Au moment de l’enquête, au printemps 1982, il envisageait de repartir à Koweit, mais les difficultés administratives le faisaient hésiter.

152Ses meilleurs souvenirs restaient ceux de son premier séjour à Koweit, avec ceux du Nigéria. Il rêve toujours de s’installer définitivement à Kfar Rummân, et d’y ouvrir un garage et un magasin d’accessoires de voitures. Les événements qui se sont succédés depuis l’été 1982, ne lui auront malheureusement pas permis de commencer à en imaginer la réalisation. A quarante-deux ans, il a à l’évidence connu une histoire plus mouvementée que l’immense majorité de ses semblables. En vingt ans (de 1961 à 1981) il a travaillé dans six pays différents (Koweit, Abou Dhabi, Dubaï, Libye, Nigéria, Arabie Saoudite) avec de longs retours au Liban. Son itinéraire n’en reflète pas moins d’une certaine manière les possibilités qui se sont offertes successivement au long de cette période, dans les différents pays de la région (en y ajoutant le Nigéria, où Kfar Rummân est peu représenté, mais où les gens du Sud Liban sont nombreux) ainsi que les modalités de l’émigration et de l’insertion qui les caractérisent. Dans chaque cas, même quand il est entré clandestinement, il s’est appuyé sur l’aide de parents ou de compatriotes, non seulement de son village, mais de sa région. La perméabilité des frontières et le réseau des solidarités lui ont permis de passer d’un pays à l’autre sans trop de problèmes.

153Les quatre principaux pays vers lesquels s’est (ré)-orientée l’émigration en provenance de Kfar Rummân à partir surtout des années 1970, que Hussein à successivement expérimentés, sauf l’Irak, n’ont pas la même importance dans cette histoire, du fait même des conditions de vie et de travail qu’y trouvent les étrangers, et des circonstances de leur immigration. Nous allons les passer rapidement en revue, en dégageant la particularité de chaque situation.

    1. La Libye. Sauf quelques cas isolés de départs vers l’Arabie Saoudite avant 1974, c’est la Libye qui serait apparue au début des années 1970 comme la première possibilité nouvelle d’émigration après Koweit. Pourtant, pratiquement, il s’est le plus souvent agi d’une étape dans un parcours migratoire : beaucoup de ceux qui y sont allés venaient du Koweit, presque autant ont été ailleurs après, en général en Arabie Saoudite. D’où la brièveté des séjours : six mois à deux ans au maximum. Sur la douzaine de familles auprès desquelles a porté l’enquête au village, la moitié avait un parent ayant un jour ou l’autre tenté sa chance en Libye entre 1971 et 1976. Une seule famille cependant s’y était installée, et y était encore au moment de l’enquête. Tous (sauf un tôlier) avaient travaillé dans le bâtiment (y compris dans des métiers annexes avec quelques électriciens) : on retrouve la caractéristique du marché de l’emploi dominé par le secteur du B.T.P. de la première phase de valorisation des revenus du pétrole, qui était celle de Koweit dans les années 1950 et 1960, puis des autres pays du Golfe et de la Libye dans les années 1970.

    2. Abou Dhabi paraît une excroissance de l’émigration vers Koweit, et semble concerner d’abord un noyau familial autour de deux frères, venus du Koweit, le fils de l’un d’eux, et deux de leurs neveux, arrivés entre 1973 et 1981, et travaillant ensemble dans un restaurant; avec trois épouses et onze enfants, ils constituaient à eux seuls un groupe de dix-neuf personnes. Une autre famille, autour d’un ouvrier du bâtiment, un jeune employé dans un laboratoire, un mécanicien, un plombier, ces deux derniers venus de Koweit, puis repartis ailleurs, confirmaient cette impression, malgré un contexte social pourtant très différent, d’une reproduction sur un échantillon réduit (mais incomplet, rappelons-le) du caractère à la fois familial et diversifié de la situation des gens de Kfar Rummân à Koweit. Peut-être est-ce la proximité géographique ? Ou simplement les hasards de la fortune et d’un premier contact que l’enquête aurait peut-être révélé si elle avait été poussée plus loin dans cette direction...

    3. L’émigration vers l’Arabie Saoudite semble aujourd’hui avoir véritablement pris le relais de celle du Koweit. Parmi les familles sur lesquelles a porté l’enquête au Liban, toutes ont plusieurs émigrés en Arabie Saoudite, tandis que trois (sur douze) n’en ont pas ou plus (au Koweit). Sur les 274 émigrés recensés, dont 120 actifs, 110 sont au Koweit (dont 32 actifs) tandis que 90 sont en Arabie Saoudite (dont 52 actifs). Non seulement les gens de Kfar Rummân en Arabie Saoudite sont déjà presque aussi nombreux en 1981 que ceux qui sont au Koweit, mais surtout le rapport travailleurs-familles y est inversé. La différence de situation ne s’arrête cependant pas là : si le plus grand nombre de ces émigrés (au moins un tiers) se trouvent à Riyadh, la taille du pays fait qu’ils sont extrêmement dispersés, répartis entre la région orientale (Dahran, Dammam, Khubar), le nord (Tabouck) et l’ouest (Djeddah). Enfin, comme en Libye, ils travaillent principalement dans le bâtiment et les métiers annexes, auxquels il faut cependant déjà ajouter quelques emplois dans les services (restauration, commerce) et l’artisanat lié à l’automobile (mécanique, tôlerie, peinture). Arrivés principalement entre 1975 et 1980, ils ont profité de la multiplication des grands chantiers. Un gros entrepreneur en bâtiment, qui avait longtemps travaillé à Koweit, a peut-être joué un rôle analogue à celui de Simon K. à Oman, et montré la voie en s’installant à Dammâm et en faisant travailler quelques parents et villageois. Il avait d’ailleurs fait la connaissance de son kafil saoudien... à Koweit. Malgré la dispersion géographique, les logiques familiales apparaissent clairement, avec les regroupements de frères dans un métier, une entreprise, une ville; mais aussi, l’importance des relations d’alliance, décidément une constante des solidarités en émigration. Ainsi des deux frères Jawdat et Mustafa S.B. (frères d’Ahmad S.B. dont on reparlera plus loin) avec les deux fils du premier et un gendre, coffreurs à Dammam et Dahran; de Hani A.Z. à Tabouk avec deux cousins (fils de sa tante paternelle) et un beau-frère, ouvriers dans le bâtiment sauf le dernier, verrier; les frères N., dont une tante était à Riyadh avec son mari depuis 1960, et qui sont venus la rejoindre, ainsi qu’un cousin, etc.

    4. C’est en Irak, bien que les premières installations n’y datent que de 1976 et surtout 1980, que l’on trouve déjà le noyau le plus important après celui d’Arabie Saoudite, avec à la date de l’enquête déjà dix-huit actifs et trois familles totalisant treize personnes, pour l’échantillon enquêté au village. Cette petite communauté a la particularité non seulement d’être concentrée sur Bagdad mais surtout d’être dominée par deux familles alliées. En 1976, Abdallah S. et sa femme Maryam Ch. ouvrent un restaurant à Bagdad et y emploient le jeune frère de cette dernière. En 1980, celui-ci, avec l’aide de son père qui lui envoie de l’argent, rachète le restaurant et fait venir l’un de ses frères pour le gérer avec lui. Abdallah S. de son côté rachète un restaurant de standing supérieur. En 1981, les parents rejoignent leurs enfants et s’associent à leur tour à l’entreprise. Ils sont alors cinq, un père et ses deux fils d’une part, leur sœur et son mari d’autre part, à travailler dans ces deux restaurants, où ils ont pu faire travailler quelques uns des villageois qui les ont suivis en Irak. Par ailleurs, trois cousins et un gendre sont venus successivement entre 1980 et 1982 profitant de la situation de leurs parents pour ensuite trouver du travail comme mécanicien, plombier, pâtissier... Une réussite aussi rapide et spectaculaire a sans doute été facilitée par les conditions particulières de l’Irak, où l’institution du kafil n’existe pas, où les ressortissants de pays arabes peuvent immigrer en toute liberté, et ont les mêmes droits que les Irakiens à ouvrir une affaire ou installer un commerce à leur nom propre. Cette facilité d’immigration explique sans doute que la plupart sont venus directement de Kfar Rummân à la différence des autres pays pour lesquels un nombre important avaient déjà été à Koweit précédemment.

  • 51 On a rencontré aussi le Yémen, l’Egypte, le Nigéria: mais il s’agit de cas isolés.

154Ainsi, de 1950 à 1960, l’émigration se dirige uniquement vers Koweit. A partir des années 1960 se dessine un premier mouvement vers l’Arabie Saoudite, qui ne se développera vraiment qu’après 1970, autant à partir de Koweit qu’à partir du Liban. Parmi les migrants ou anciens migrants passés de Koweit en Arabie, ce sont les familles parties le plus tôt qui se déplacent à nouveau. Elles s’installent alors souvent avec leurs familles. Sur une communauté d’environ 400 personnes à Koweit, près du quart semble-t-il ira en Arabie. Les liens tissés à partir de Koweit avec des kafils ou entrepreneurs saoudiens ont sans doute joué un grand rôle dans la réorientation de l’émigration vers ce pays, où les gens de Kfar Rummân ont posé des jalons solides. Malgré cela, la dispersion géographique et les conditions de vie difficiles ont interdit jusqu’à présent la reconstitution d’une communauté équivalente à celle de Koweit. Tandis que dans les autres pays, la brièveté du séjour, l’immigration trop récente, la trop petite taille du groupe, ou l’absence de familles, rendent la position des migrants plus fragile. Dans tous les cas, sauf celui de la Libye, trop éloignée51 il est remarquable de noter l’importance de la relation avec la communauté du Koweit, qui joue le rôle de seconde patrie.

155C’est peut-être ce relais koweitien, qui joue le rôle de tremplin, et qui explique, paradoxalement, la double dispersion géographique et professionnelle des émigrés de Kfar Rummân en Arabie Saoudite, tellement à l’opposé de la situation des émigrés de Kaakour : ayant l’expérience, avec Koweit, d’une société, d’un type de relations sociales (particulièrement avec les kafils) foncièrement de même nature (même si la société koweitienne est plus urbanisée, plus ouverte, et relativement plus démocratique) que celle d’Arabie Saoudite, ils ont su mettre cette expérience à profit, trouver les bons créneaux, adapter des stratégies individuelles, d’autant plus facilement, que certains contacts avaient été noués à partir de Koweit même.

  • 52 Cf. M. Nancy, art. cité.

156Unité, stabilité, diversité, on a pu ainsi définir les caractères dominants de l’émigration de Kfar Rummân à Koweit52. L’unité, ou la forte cohésion du groupe, qui se manifeste à travers la forte solidarité des membres du groupe, familiale et villageoise; l’entr’aide fonctionne des années 1950 à aujourd’hui; c’est elle qui permet l’intégration rapide des nouveaux arrivants. La stabilité, à travers la durée, sur trois décennies, est renforcée par le caractère familial de l’émigration; le regroupement dans un même quartier, puis la scolarisation des enfants, contribuent à fixer le groupe, tandis que les mariages intravillageois facilitent sa reproduction élargie. D’un autre côté, une telle stabilité a permis de tisser un réseau de relations professionnelles solides, souvent basées sur l’amitié, avec certains kafils; enfin, les relations avec d’autres communautés migrantes se sont parfois traduites par des mariages. La diversité des secteurs d’activité enfin, a multiplié les ancrages, donc les possibilités d’insertion, ce qui a contribué à renforcer la stabilité et l’enracinement du groupe, mais aussi sa cohésion et son unité.

157Ces trois aspects caractérisent le mode contradictoire d’intégration de la communauté à Koweit, s’appuyant à la fois sur une stratégie d’insertion sur le marché du travail et sur un certain repli sur soi, mais surtout, sur la solidarité du groupe.

158Si l’on ne retrouve que partiellement ces trois traits dans les autres pays d’émigration, du fait tant des circonstances spécifiques de chacun que de l’absence de tradition sur une longue durée, un trait au moins paraît constant : la diversité d’ancrage professionnel, qui s’accompagne de fortes stratégies familiales; on la retrouve ainsi particulièrement en Arabie Saoudite et en Irak; mais tandis qu’en Irak, elle reste dans le cadre d’un regroupement géographique dans la capitale, en Arabie Saoudite, elle se traduit en outre par un éclatement relatif dans l’espace. Il semblerait ainsi que si la forte solidarité villageoise est un trait commun à nos trois exemples libanais, son mode de fonctionnement soit chaque fois particulier : dans ce cas, elle passe non pas par la spécialisation professionnelle (comme à Kaakour), ni par le regroupement autour d’un entrepreneur (comme à Zghorta), mais bien au contraire par la non spécialisation et une démultiplication des secteurs et des possibilités d’emplois. D’où une moindre différenciation sociale au sein de la communauté migrante. Si l’importance numérique du groupe n’y est sans doute pas étrangère, on peut s’interroger aussi sur le rôle des spécificités de la communauté villageoise de départ dans ce phénomène. Nous y reviendrons.

4. KOWEIT-KFAR RUMMAN. LE VILLAGE ET SON ÉMIGRATION

159Nous avons déjà exposé la situation de la communauté de Kfar Rummân à Koweit, ses conditions de travail, ses difficultés, en même temps que, sur la longue durée, sa relative intégration. Ce que nous examinerons ici c’est d’une part les liens maintenus avec le village d’origine, leur importance, leur nature, et d’autre part les perspectives de retour, tant à travers l’expérience de ceux qui sont effectivement rentrés, après une absence plus ou moins longue, qu’à travers les récits et les espoirs de ceux qui sont encore à Koweit.

160On est parti de l’hypothèse que le relâchement des liens devait être accentué par l’ancienneté de l’émigration, mais plus encore lié à la présence de la famille; inversement on pouvait supposer que cette présence devait rendre les projets de retour plus vagues. Pourtant, certains sont rentrés après vingt ans de présence au Koweit avec leur famille, tandis que d’autres, qui ne l’ont jamais fait venir, sont toujours là. Il y a en effet toujours conjonction de déterminations collectives et de dimensions psychologiques personnelles dans les choix opérés par les individus. Une fois encore, on constate que le processus de déracinement est complexe et contradictoire, en même temps que l’intégration-marginalisation dans la société d’accueil. On ne peut que dégager des tendances en essayant d’éclairer des spécificités, et en prenant garde de ne pas chercher à tout prix des mécanismes simples derrière une réalité nécessairement complexe. C’est aussi ce qu’il faudra garder en mémoire en analysant les effets et la signification de l’émigration du point de vue de la société villageoise.

1. Relations des émigrés avec les familles au Liban.

161Sur les 404 personnes originaires de Kfar Rummân recensées à Koweit, 115 sont des adultes actifs, dont quatre femmes, et 71 sont présents avec une famille comprenant généralement au moins un enfant.

  • 53 Au moment de notre passage à Koweit, on nous a cité le cas aberrant d’un émigré qui, après avoir tr (...)

162Quatorze seulement ont laissé leur femme et leurs enfants au Liban (généralement au village, dans deux cas seulement à Beyrouth). La plupart sont relativement jeunes (moins de 35 ans) et venus récemment (après 1975) ; le plus âgé (il a plus de 50 ans) est arrivé en 1976, avec son fils, célibataire, rejoignant deux de ses neveux, installés depuis 1957 à Koweit, où ils se sont mariés et où sont nés leurs enfants, tandis qu’un autre est venu à la mort de son frère et se trouve donc soutien de deux familles, l’une au village, la sienne, l’autre au Koweit, celle de son frère décédé ! Quatre sont seuls, alors que leur émigration est beaucoup plus ancienne. L’un, employé dans un palais de l’émir, est à Koweit sans discontinuer depuis près de 20 ans au moment de l’enquête. Malgré son emploi stable, qui en outre ne lui permet pas de prendre des vacances plus d’une fois par an, il a laissé sa famille, avec trois enfants, au village. Les trois autres ont intercalé leurs séjours à l’étranger de longues périodes de retour : ainsi, Jamîl S., 38 ans, a été à Koweit avec sa famille de 1962 à 1967, puis est retourné au Liban; reparti seul entre 1976 et 1978, il revient passer un an, puis repart en 1979; il est chauffeur routier dans une compagnie de transports internationaux, ce qui lui permet de faire des apparitions chez lui assez fréquemment. Ali Gh., plombier, a été au Koweit de 1955 à 1967, puis à nouveau à partir de 1977; son cousin Neemeh Gh. y a séjourné de 1953 à 1965, a fait une expérience à Qatar en 1977-78 et s’est retrouvé à Koweit à partir de 1980, avec ses deux frères plus jeunes et leurs familles. On a déjà dit ce que sont les problèmes posés par la scolarisation des enfants, du fait des différences de système (essentiellement de langue) entre le Liban et Koweit; il est donc assez facile à comprendre qu’à partir d’un certain moment, les enfants grandissant et commençant leur scolarité dans le système libanais, une émigration à épisodes ou tardive, exclut la venue des familles53 au delà des restrictions apportées par la législation.

163Ces travailleurs ayant laissé femme et enfants au pays devront donc envoyer des sommes importantes pour les faire vivre, avant de pouvoir former d’autres projets, et essaieront de s’y rendre le plus souvent possible pour retrouver les leurs. Notons cependant que sur les quatorze, huit ont un parent proche résidant depuis très longtemps avec leur famille à Koweit (frère, oncle paternel ou maternel, neveu) ce qui limite leur isolement.

  • 54 Pour les deux derniers, nous n’avons pu avoir leur date d’arrivée.

164Une autre catégorie est proche de celle-ci : celle des travailleurs célibataires (à l’exclusion des émigrés de la seconde génération, déjà nombreux à être arrivés à l’âge adulte donc actifs); s’ils n’ont pas les mêmes obligations familiales, le fait d’être seuls ne les pousse cependant guère à s’enraciner dans le pays. On en a recensé seize (parmi lesquels une femme de 37 ans), dont dix ont moins de 25 ans au moment de l’enquête. Quatre sont arrivés en 1976, trois en 1977, deux en 1978, un en 1979, un en 1981; un, arrivé enfant avec ses parents en 1960, a préféré rester quand ceux-ci sont repartis treize ans plus tard54. Or, sur les seize, onze ont de la famille extrêmement proche à Koweit, qui généralement les a aidés à venir : deux frères sont employés par leur aîné, qui est là avec sa femme, trois ont un frère installé depuis plus longtemps avec sa famille, un autre a deux frères avec leurs familles, un troisième un frère et un oncle, un quatrième un frère et deux oncles, tous trois mariés, un autre encore est venu avec son père rejoindre deux cousins, un dernier a un oncle, toujours avec les familles; la seule femme dans cette situation habite chez sa sœur mariée et mère de cinq écoliers, installée là avec son mari depuis 1961. Il n’en reste donc que quatre qui soient véritablement sans famille sur place; trois d’entre eux travaillent avec des artisans de leur village : un métallurgiste, un peintre en bâtiment, un tôlier.

165Reste enfin la catégorie de loin la plus nombreuse, ceux qui sont là avec leur famille : pour 64 familles, on comptait 215 enfants (sans compter une vingtaine de filles et cinq fils déjà mariés, dont un certain nombre ont déjà des enfants), dont plus de la moitié scolarisés dans le système éducatif local. Or, bien que certains aient tenté l’expérience, la reconversion dans le système libanais pose des problèmes importants, dont le moindre n’est évidemment pas celui de la langue (l’anglais ou le français), de sorte qu’une fois un enfant arrivé à l’âge scolaire, le choix de rester ou de repartir porte sur le long terme, ce qui a évidemment des conséquences sur l’ensemble de la stratégie familiale.

166De ces trois catégories d’émigrés, on peut penser que les relations entretenues avec le village et les parents varieront de l’une à l’autre en fonction de la situation familiale, tant du point de vue de leur nature que de leur fréquence. On va voir que c’est effectivement le cas, tout au moins en règle générale. Car cela n’empêche pas que d’autres facteurs interviennent parfois en sens contraire, obligeant à relativiser cette règle. Nous examinerons donc les comportements des migrants sur deux points essentiels des relations matérielles entretenues avec le pays d’origine : les retours périodiques, et les envois d’argent.

  • 55 Rappelons le cas, peu ordinare, de la fille aînée, Dalal; qui approche de la trentaine, est toujour (...)

167Bien que nous n’ayons questionné qu’un petit nombre de migrants sur ce point, la corrélation entre l’absence de la famille et la fréquence des retours paraît manifeste. Parmi les exemples illustrant ce fait, relevés chez les personnes interviewées, citons Ahmad Kh. S. qui, en 23 ans, de 1959 à 1982, résidant au Koweit avec sa famille, n’est pas revenu une seule fois; à l’inverse, Mahmoud A. Z., émigré entre 1953 et 1966 sans sa famille (avec deux interruptions d’un an et demi et de huit mois), revenait chaque année ; les enfants N., qui sont presque tous nés au Koweit, et dont le père est mort récemment sans être rentré dans son pays, ne vont que très rarement au Liban, où ils ne se sentent pas chez eux55; Mohammad Jamil A., aujourd’hui en Arabie Saoudite, a été au Koweit de 1956 à 1974, avec sa famille entre 1961 et 1970 (ses enfants y sont nés) : entre 1970 et 1974, seul, il s’efforçait de revenir une ou deux fois l’an; depuis 1976 qu’il est à Riyadh, il revient deux mois tous les six ou sept mois (il est employé par son oncle !) ; Mohammad Ali D., qui partait quinze jours à deux mois par an chaque année depuis son arrivée à Koweit en 1976, n’a pas bougé depuis deux ans, depuis la naissance de son fils.

168Bien sûr, l’ancienneté dans le pays, l’âge, sont aussi des facteurs freinant la mobilité, ainsi que les contraintes du travail salarié dans une grosse société, et les faibles salaires : rappelons que la majorité absolue de nos villageois sont dans ce cas. Inversement, certaines activités, certaines situations, expliquent que la présence de la famille n’est pas nécessairement et dans tous les cas un frein aux fréquents va-et-vient. Abdallah A.Z., 24 ans, arrivé en 1975, marié, un enfant, patron d’un atelier de fer, dit aller au Liban de deux à cinq fois par an selon son humeur : il est maître de son temps et en a les moyens. Mais il y a plus : c’est qu’il a trouvé une filière pour revendre au prix fort au Liban du matériel en surplus, non utilisé en fin de chantier; il profite donc de cette conjonction de ses intérêts professionnels et familiaux. C’est aussi le cas des chauffeurs qu’il emploie à l’occasion pour le transport vers le Liban de ce matériel. Mais il reste qu’il s’agit de cas exceptionnels.

169Les envois d’argent semblent en général assez faibles, même si tous ceux qui le peuvent paraissent se plier à ce qui est clairement ressenti comme une obligation, en versant quelque chose aux parents, y compris quand ils ont émigré depuis très longtemps. Ceux qui sont là sans leur famille, restée au Liban, qui partagent un appartement à plusieurs, mais le payent cher, en étant généralement salariés, peuvent envoyer en moyenne entre 50 et 100 D.K. (800 à 1°600 L.L.) par mois, qui serviront à faire vivre la famille au pays. Les célibataires enverront l’argent à leurs parents, mais en mettront une partie plus ou moins importante de côté pour eux-mêmes, dans la perspective de se construire une maison. Dans ce cas, si le fait d’être seul limite les dépenses sur place, donc permet de mettre des sommes plus importantes de côté, cet « avantage » est en fait largement contrebalancé par les loyers plus élevés qu’ils ont à payer du fait que, sauf exception, ils sont là depuis peu de temps. D’où la nécessité de partager un logement à plusieurs, mais aussi des conditions d’existence d’autant plus inconfortables. Dans ces conditions, la décision de faire venir la famille (outre qu’elle est rendue de plus en plus difificile par les contraintes administratives imposées par les autorités) tout en améliorant évidemment les conditions de vie, au moins sur le plan psychologique, représente une charge d’autant plus lourde que le coût de la vie est infiniment plus élevé à Koweit qu’au Liban, et a fortiori qu’à Kfar Rummân.

170De fait, ceux qui sont là avec leur famille auront une capacité d’épargne proportionnelle à la durée de leur séjour. Pour ceux qui sont à Koweit depuis peu de temps, dont le loyer représente 15 à 30 % du revenu, qui ont cinq ou six enfants à nourrir, des frais de scolarité à payer, il n’est guère possible de soustraire plus de quelques pour cent du revenu à la consommation de la famille. Ahmad S., qui arrive à gagner avec son camion 300 à 360 D.K. par mois, paye 45 D.K. de loyer à quoi il faut aujouter une quinzaine de D.K. de charges diverses, a deux écoliers dans le secteur public pour lesquels il n’a à payer que les fournitures, et deux fils étudiants à Moscou boursiers, donc pratiquement plus à sa charge : il ne peut guère envoyer que 200 LL par mois à sa mère (soit 13 D.K., ce qui représente 4 % de son revenu) ; mais il a aussi participé au financement de l’école et de l’hôpital (voir plus loin). Alors, bien sûr, Abdullatif A.Z., qui a quatre enfants à charge dont trois dans le secteur privé, et paye 150 D.K. de loyer, pour 300 à 450 D.K. de revenus selon les mois, ne peut absolument plus rien mettre de côté : autrefois, il envoyait de l’argent à ses parents, en 1968-69, il avait commencé à se faire construire une maison ; aujourd’hui, ses revenus lui suffi sent tout juste pour vivre en comptant très juste. En revanche, Abdallah A.Z., dont l’entreprise de fer est florissante et dont on a vu qu’il pouvait se permettre plusieurs voyages par an au Liban, envoie 1°000 L.L. (plus de 60 D.K.) par mois à sa famille, et a fait un gros versement (5°000 L.L.) pour l’hôpital de Nabatiyeh en 1981.

171Importance des remises et fréquence des allers et retours ne coïncident pas cependant de manière absolue. Certes, ceux qui ont femme et enfant au pays leur enverront régulièrement de l’argent et tendront à aller les voir le plus souvent possible. D’autre part, la faiblesse des moyens matériels limitera l’un et l’autre, tandis que les plus aisés pourront se permettre de plus nombreux voyages autant que d’envoyer des sommes plus importantes.

172Mais il est d’autres formes de remises : on peut en effet envoyer de l’argent non seulement pour faire vivre la famille, mais aussi pour construire une maison, et enfin pour participer à des investissements collectifs. Plus un émigré aura des moyens importants, plus la part de ce qu’il consacrera à l’un ou l’autre type d’investissement pourra être importante. C’est alors que l’ancienneté de l’émigration, mais aussi, et surtout, la réussite professionnelle redeviendront déterminants. L’émigré n’attendant pas d’avoir accumulé la somme totale nécessaire à la construction d’une maison pour démarrer les travaux, le degré d’avancement de ceux-ci est proportionnel à la durée de son absence. En revanche, le degré de sa réussite professionnelle se traduira par la dimension du projet : les deux plus belles villas du village ont été construites par les deux entrepreneurs dont la réussite est citée en exemple par tous, et qui sont absents depuis plus de vingt ans chacun. Si envoyer de l’argent à sa famille est une manière de rester présent au village, construire l’est d’autant plus que la maison est un signe visible de tous, même quand son propriétaire ne vient qu’une fois l’an. La longueur de l’absence n’est donc pas nécessairement synonyme de rupture progressive des liens ; il faut que d’autres facteurs interviennent : la disparition de tout parent proche au village, l’incapacité absolue de participer matériellement à aucun projet, familial ou villageois, ou encore le choix délibéré d’investir ailleurs ; il semble bien que seul le premier facteur soit rédhibitoire, du moins dans les conditions actuelles de l’émigration vers les pays arabes, mais bien souvent, les liens avec le pays d’origine sont maintenus en étant simplement déplacés sur Beyrouth.

173Nous reviendrons sur cette présence-absence des émigrés au village. Mais voyons d’abord dans quelles conditions se présentent les retours définitifs au pays.

2. Le retour définitif au pays.

174L’émigration de Kfar Rummân vers Koweit est une émigration ancienne, de longue durée. Les conditions de vie dans le pays, la présence des familles, font que la question du retour se pose en des termes assez différents de ce que l’on a vu à propos de l’Arabie Saoudite et d’Oman. Pourtant, il faut distinguer plusieurs catégories d’émigrés, et ne pas oublier que nombreux sont ceux à n’être restés que quelques années au Koweit. Ainsi, dans notre échantillon villageois, sur 46 anciens émigrés (actifs) du Koweit revenus au pays, 20, soit près de la moitié, ne sont pas restés plus de cinq ans à Koweit, tandis que 16 ont dépassé 10 ans (dont trois plus de 20 ans) : notons que 16 familles y ont séjourné avec eux, regroupant 90 enfants, la plupart nés là-bas, les autres y ayant vécu petits.

175Parmi ceux qui sont encore à Koweit, sur un total de 87 chefs de famille, ou célibataires venus seuls, pour lesquels on a pu connaître la date d’arrivée, 42 sont là depuis 1975 seulement, 39 sont arrivés avant 1965, six entre 1966 et 1974. On trouve donc des, cas d’émigration de longue durée et de courte durée tant parmi ceux qui sont rentrés que parmi ceux qui sont toujours à Koweit. La présence de la famille est toutefois plus exceptionnelle pour les séjours les plus courts, quelle que soit l’époque, c’est-à-dire autant dans les années cinquante qu’aujourd’hui. Mais le nombre important des familles nombreuses rentrées au pays après un séjour de dix, quinze, ou même vingt ans, à Koweit, montre que malgré tout ce qui contribue à faciliter la vie des immigrés les plus anciennement installés, et à les enraciner un peu plus dans le pays, le retour reste toujours possible. Nous allons présenter successivement la situation des émigrés revenus au village, puis les perspectives de ceux qui étaient encore à Koweit au moment de l’enquête (mai 1982).

  1. Dans notre échantillon de Kfar Rummân, deux périodes de gros départs pour Koweit se détachent : les années 1950, puis la période après 1975, où une partie des départs sont des seconds départs, après une première expérience d’émigration, soit déjà à Koweit, soit ailleurs (quelques-uns en Libye, d’autres en Arabie, en particulier). A l’inverse, assez logiquement, si l’on trouve des exemples de retour dès 1954, c’est entre 1964 et 1973 qu’ils sont les plus nombreux (vingt-huit sur quarante-six). Il y a corrélation entre la très forte poussée de la culture du tabac entre 1962 et 1971 et le ralentissement de l’émigration; non que les émigrés reviennent cultiver le tabac eux-mêmes : il semble qu’assez peu l’aient effectivement fait. Leur retour participe du mouvement plus général de prospérité que connaît le Liban à la fin des années soixante et au tournant des années 1970, qui provoquera par contre-coup une polarisation sociale accrue, à l’origine des mouvements sociaux de 1972-73, et pour une grande part de la guerre civile qui commence en 1975. Dans leur majorité, en effet, les émigrés revenus retrouvent des activités de type artisanal où dominent toutes les professions tournant autour de l’automobile : mécaniciens, tôliers, garagistes, pompistes, chauffeurs ; quelques-uns travaillent dans le bâtiment (plombiers ou électriciens); d’autres sont employés ; entre 10 et 20 % sont revenus à la culture du tabac, mais aussi des légumes, etc.

176L’émigration contribue ainsi à une évolution générale non seulement au Sud-Liban, mais dans tout le pays : l’agriculture devient une activité secondaire, remplacée par une multitude de métiers artisanaux créés par le développement de la consommation, autour de la voiture et du bâtiment essentiellement. Ailleurs, les petits emplois publics administratifs et de service emploient enfin une main d’œuvre croissante ; mais à Kfar Rummân leur part semble assez faible. L’argent ramené avec soi en rentrant est avant tout utilisé à construire une maison : c’est le projet minimum de tous les émigrés, souvent réalisé (à condition d’être parti assez longtemps), critère minimum de succès de l’opération. Quelques-uns achètent une machine, installent un atelier.

177A voir les émigrés revenus au village, il ne semble pas que l’émigration les ait beaucoup enrichis. Ceux qui ont vraiment réussi... sont toujours émigrés, à Koweit ou ailleurs, en Arabie Saoudite, en Irak. Est-ce à dire que ce sont les plus pauvres qui rentrent ? Là encore, les processus sont complexes et de multiples facteurs peuvent intervenir dans les choix des individus et des familles, dans la détermination de leurs aspirations et des objectifs qu’ils se fixent, en fonction tant de leur situation avant de partir qu’après. Il faut distinguer les retours sur le court terme et sur le long terme, et plus encore la conjoncture villageoise et libanaise. Si les années soixante ont été une période de retour, depuis 1976, la situation de guerre bloque tous les projets : mais tandis que les entrepreneurs n’ont aucune perspective d’investissement au pays, les simples travailleurs peuvent effectivement tenter de retrouver du travail au village.

  1. Vus de Koweit, les projets de retour, quand ils existent, ont souvent un petit air d’utopie, surtout depuis l’été 1982. A vrai dire, ils semblent bien rares. Sauf cas extrême, comme celui d’Abdullatif A.Z., déjà cité, qui, travaillant sur contrat en intérimaire, n’est même pas sûr de son sort d’un mois sur l’autre, et ne pourrait tenir sans travail, même pour une très brève période, avec ses 150 dinars de loyer et ses cinq enfants ; la plupart de ses compatriotes, anciennement ou récemment immigrés, du moment qu’ils ont un bon emploi, n’envisagent pas de retourner au pays pour l’instant. La perspective de retour se réduit donc à un espoir lointain de pouvoir l’envisager, tandis qu’est apparue une « seconde génération » qui n’envisage plus de vivre ailleurs qu’au Koweit.

178Quelques-uns échafaudent, malgré tout, des projets : l’un, dessinateur topographe, rêve de monter un petit bureau d’études avec ses frères quand ils auront fini leurs études d’ingénieurs (l’un à Moscou, l’autre à Prague, le troisième à Beyrouth, tandis qu’un quatrième est technicien et travaille à Koweit avec lui), l’autre de monter une fabrique de parpaings avec un frère et un neveu, etc. Ces projets ont le plus souvent une dimension familiale.

179Mais si les circonstances repoussent les perspectives de retour à un délai indéterminé, elles s’accompagnent d’un renforcement des liens des émigrés avec le village, du fait des difficultés économiques qu’entraînent la guerre et l’occupation, donc de la dépendance croissante à l’égard de l’aide des émigrés.

3. L’émigration vue de Kfar Rummân.

180Non seulement par les remises familiales mais par bien d’autres aspects, les émigrés sont présents au village et l’émigration bouleverse le paysage social. En effet, au-delà de la dimension individuelle ou même familiale de l’émigration et de ses retombées, c’est au niveau du village tout entier qu’il faut en envisager les effets, tant économiques que sociaux. Les limites de l’enquête font toutefois que les données manquent pour les mesurer de façon précise et fine; en outre, si l’émigration est un facteur massif de l’évolution sociale du village, elle reste un facteur parmi d’autres, qu’il est souvent difficile d’isoler.

181On a déjà noté le recul de l’agriculture et le développement de certains métiers artisanaux liés au bâtiment et à l’automobile. Il faut souligner la transformation du paysage villageois avec le développement de la construction : d’une certaine manière, c’est à une urbanisation du village qu’on assiste, tant par la transformation des activités que des modes de vie et de consommation ; mais une urbanisation tronquée de sa dimension productive. Une telle évolution n’est bien évidemment pas spécifique de Kfar Rummân et participe d’une mutation de l’ensemble de la société libanaise dont il faut chercher la source dans le rôle du Liban au Proche-Orient, de sa fonction de relais de l’Occident dans la région. L’émigration n’y a pas moins sa part, d’abord, comme il a été dit plus haut, par le caractère des projets individuels et familiaux qu’elle détermine, projets consumatoires plus que productifs, mais aussi par les transformations qu’elle fait, subir à la structure de la propriété foncière, de manière souvent invisible.

182En effet, on a vu dans la première partie que les transformations de la propriété foncière, sans être aussi massives que le disait la rumeur publique, n’en étaient pas moins importantes, mais aussi que, plus encore que les transferts de propriété à proprement parler, c’est l’évolution inégale de la valeur sur le marché des différents terrains qui est à souligner, et qui a contribué à d’importants déplacements d’influence et de rapports de force. Autrefois, tant que l’agriculture restait l’activité dominante et la première source de revenus, les terres irrigables du Maydani étaient les plus chères. Aujourd’hui les terres du village valent jusqu’à deux à trois fois plus : dans le premier cas le prix du mètre carré tourne autour de 30 à 40 livres (en 1982), tandis qu’au village, le prix le plus bas est de 50 livres (pour une parcelle située à l’écart de la route) et monte jusqu’à 100 ou même 150 livres. On nous a cité maint exemple de terrains valant une ou deux livres au début des années 1960 et vendues plus de 100 livres récemment. Du coup, la spéculation sur les terrains à bâtir devient source d’enrichissement : ainsi, Ahmad S. B., appartenant à une des quelques familles sans terre du village, donc d’origine très modeste, est aujourd’hui un personnage influent au village, membre du Comité de village, estimé tant des communistes que des Zein dont il fréquente régulièrement la maison le dimanche, et doit certainement son influence au flair qui lui a fait investir le peu qu’il possédait dans la terre à une époque où elle ne « valait » rien ; en 1950, il achète mille mètres carrés (un peu plus d’un donom) dans le village à 25 piastres (un quart de livre) le mètre carré : il les revendra 17 livres le mètre carré en 1973. Jusqu’à cette date, il gagnait sa vie comme ouvrier coffreur sur les chantiers, comme ses frères ; fils et petits-fils de maçons, ils poursuivaient, compte tenu de l’évolution des techniques dans le bâtiment, une tradition familiale. A partir de 1973 — et des 17°000 livres gagnées à la suite de cette première transaction fructueuse — il devient agent foncier, faisant fonction d’intermédiaire dans l’achat et la vente de terrains (essentiellement à bâtir). En 1982, il possède cinquante donoms à Kfar Rummân, valant 15 à 80 livres le mètre carré selon leur position, et autant répartis entre Kfour, Habbouche et Ain bou Souar, valant de 2 à 100 livres. Ses terrains de Kfar Rummân, il dit les avoir achetés à certains des fils de Youssef Zein ou à des paysans qui les avaient précédemment achetés aux Zein. Il a des projets : planter une vigne, construire des locaux commerciaux. Il occupe aujourd’hui une position stratégique dans le village ; il gère les intérêts de plusieurs émigrés influents (particulièrement Muslim D. du Koweit, et Abou Hatem, entrepreneur en Arabie) mais est aussi l’homme de confiance de la famille Zein ; il est membre du Comité populaire, et l’ami des communistes. Il est certainement le type du nouveau notable, produit par la profonde transformation des structures économiques des dix ou vingt dernières années. N’ayant émigré lui-même que très peu de temps (un an en 1954) — mais la plupart de ses frères, fils et neveux l’ont fait et beaucoup sont encore à Koweit et en Arabie Saoudite, tous ou presque tous dans le bâtiment — son enrichissement et sa nouvelle position sociale ne sont pas directement l’effet de l’émigration : il est clair toutefois qu’ils le sont indirectement comme résultat de l’importance nouvelle de sa fonction du fait des transformations de la propriété foncière. Intermédiaire entre les émigrés (ou du moins les plus riches, ceux qui comptent) et le village, représentant les intérêts des nouveaux puissants, ceux qui se sont enrichis en émigration, et dont l’influence, peut-être politique à l’origine, est clairement économique aujourd’hui, il joue aussi un rôle de médiateur entre les Zein, et les villageois, achetant les terres des premiers, et les revendant aux seconds. La terre est décidément plus que jamais la source du pouvoir — même si la terre agricole a cédé le pas aux terrains à bâtir — et la fonction d’Ahmad S. B. le situe au nœud du transfert de pouvoir de l’ancienne famille dominante vers les nouvelles.

183Mais l’influence de ces nouvelles familles, de ces nouveaux notables, est aussi morale, par la manière dont ils investissent leurs richesses ; elle ne saurait se consolider, face à l’ancien maître, sans cette dimension morale.

  • 56 Le reste provient des sources suivantes : 5°000 L.L. versées par les habitants du village, 50°000 L (...)
  • 57 Le secours populaire a publié en octobre 1981 une brochure présentant l’état du projet et donnant l (...)

184L’émigration et les émigrés sont présents d’autres manières encore dans la vie du village : envois d’argent à la collectivité et contributions au développement du village et au bien-être de ses habitants ; une école complémentaire a ainsi été construite grâce à une souscription lancée par les villageois, qui a rapporté quatre cent mille livres, dont plus de la moitié collectée auprès des émigrés d’Arabie Saoudite et de Koweit (qui versent respectivement 110°000 et 100°000 livres)56 ; et le Secours populaire libanais est d’autre part en train de construire un hôpital situé au carrefour de Kfar Rummân, à l’entrée de Nabatiyeh, pour lequel des fonds très importants ont été récoltés tant au Liban qu’au Koweit57

185A l’occasion de ces deux initiatives, on doit noter le rôle du parti communiste : c’est lui qui est derrière le Secours populaire pour l’hôpital, ce sont ses membres qui se sont occupé de la collecte pour l’école à Koweit ; mais aussi la contribution particulière des deux riches émigrés que nous avons déjà rencontrés : Muslim D., qui a contribué pour 50°000 L.L. à l’hôpital (tandis que huit autres petits entrepreneurs faisaient don de 5°000 livres chacun) et d’Abou Hatem, qui s’est chargé de collecter l’argent des émigrés en Arabie Saoudite et de le transmettre pour la construction de l’école.

  • 58 Il forme le projet, nous a-t-on dit, de construire une école privée. Surprenant de la part d’un com (...)

186Ces deux noms reviennent souvent dans les conversations quand on parle des émigrés : on les cite comme symboles de la réussite, parce qu’ils sont très riches certes ; mais aussi parce qu’ils ont mis leur réussite au service de la collectivité. Plus qu’aucun autre, ils sont présents dans leur absence même : par la maison luxueuse qu’ils sont en train de se faire construire, chacun de son côté, symbole de leur nouvelle influence, parce qu’ils investissent en achetant terrains et boutiques, par la contribution financière éminente aux projets du village déjà cités, et aussi par l’aide qu’ils apportent aux nouveaux émigrés, en les employant dans leur entreprise, ou en leur trouvant du travail. L’un d’entre eux est communiste, et parfois surnommé le millionnaire rouge58 ; le second l’a été, semble-t-il, ne l’est plus, mais a gardé l’estime de ses anciens camarades.

187Ce rôle du parti communiste dans l’émergence de nouveaux notables, dont le pouvoir et l’influence sont fondés à la fois sur la réussite économique individuelle, et sur le rôle dans la promotion collective du village et des villageois, est intéressant à analyser. Il illustre de manière tout à fait éclairante l’ambiguïté fondamentale des mouvements socio-politiques libanais, tous à base et à enracinement communautaire. D’un autre côté certes, l’influence des nouveaux notables est aussi celle du parti communiste. Du fait de son rôle dans la mobilisation des paysans, son influence croissante au village dès les années 1950 s’est transférée dans l’émigration. Du fait de cette influence, il était naturel que les nouveaux notables émergeant en émigration s’appuient sur lui pour assurer la leur propre ; dans le cas contraire, ils ne pouvaient que se marginaliser. Du coup, l’émigration, tout en favorisant cette émergence, non seulement contribue au recul des anciennes familles dominantes, dont le pouvoir était fondé sur la propriété foncière agricole et l’exploitation des paysans, mais contribue aussi au développement de mouvements politiques dépassant particularismes locaux et solidarités villageoises. Mais au cours du processus, l’enracinement social du mouvement change de nature, et tout autant (ou plus ?) que l’intérêt des masses déshéritées, il représente celui des nouveaux riches face aux anciens ; tandis que, pour garder son audience populaire, il se trouve vite prisonnier des logiques de clientèlisme et de la solidarité communautaire.

Conclusion

188Au terme de cette troisième et dernière étude de cas, il nous semble que son originalité tient à deux aspects : les modalités spécifiques et contradictoires de l’enracinement dans le pays d’accueil conjugué au rôle croissant de l’émigration dans le village de départ, sur la longue durée ; la stratégie de non spécialisation et de diversification professionnelle (et dans une certaine mesure, géographique), avec en corollaire, l’affaiblissement de la polarisation sociale en émigration.

189Le premier aspect renvoie à la spécificité d’une immigration arabe dans un pays arabe, et nous amène à nous interroger sur les ressemblances et les dissemblances avec d’autres immigrations de longue durée dans d’autres régions du monde. Dans ce cas, malgré un contexte apparemment favorable sur le plan culturel, la durée de l’immigration, si elle aboutit à un certain enracinement dans le pays, avec une auto-reproduction de la communauté immigrée, ne signifie pas pour autant une véritable intégration du groupe : or, si cet état de chose tient évidemment au refus opposé par les autorités du pays (et par la société toute entière) d’accorder des droits égaux aux travailleurs et aux familles d’origine étrangère, afin de préserver les privilèges d’une minorité, il semble aussi que ce qui apparaissait comme un facteur favorable (la proximité culturelle) contribue en réalité au maintien des particularismes, du fait même que ceux-ci n’opposent pas d’obstacles pratiques essentiels à la co-existence quotidienne. Ce qui facilite aussi le maintien des liens avec le pays de départ. D’un autre côté, ce maintien de relations étroites, bien plus, cette dépendance croissante du village à l’égard de son émigration, l’importance de celle-ci, tant sur le plan matériel, que symbolique (accentuée par la dimension politique), contribue en retour au maintien de l’identité en émigration. Si l’extraversion de l’économie libanaise a favorisé une telle dépendance, la situation de guerre ne pouvait qu’aggraver les choses.

190Le second aspect frappe par opposition aux deux cas précédents. En effet, tout se passe comme si l’absence de spécialisation et la diversification professionnelle permettait, dans le cas de Kfar Rummân, de maximiser les mécanismes de solidarité communautaire, en évitant à peu près totalement la manifestation de contradiction entre les intérêts des différents membres du groupe. Par ailleurs, le fait que les deux plus importants entrepreneurs se situent dans la mouvance du parti communiste, pourrait signifier que cette convergence idéologico-politique joue aussi dans le même sens, d’autant plus que le clivage principal dans le village reste jusqu’à présent celui qui oppose la famille du bek et les villageois (et qui renvoie à un clivage libanais entre la vieille garde des notabilités politiques traditionnelles et la nouvelle élite qui s’est constituée autour des partis politiques). On pourrait donc suggérer l’hypothèse que la nature des clivages sociaux dans la communauté de départ explique pour une grande part les modalités de structuration de la communauté en émigration.

Notas

1 Mounzer Jaber, Pouvoir et société au Jabal Amil de 1749 à 1920 dans la conscience des chroniqueurs chiites et dans un essai d’interprétation, Thèse de 3e cycle, Paris, 1978, p. 12.

2 Ibid., pp. 38-39, et aussi Muhammad Jabir Al-Safâ’, Histoire du Jabal ‘Amil, Beyrouth, Dâr an-Nahâr li-l-nashr, pp. 125-132 (en arabe).

3 Mounzer Jaber, op. cit., p. 12 et pp. 184-185.

4 Muhammad Jabir Al-Safâ’, op. cit., pp. 226-228.

5 Mounzer Jabir, op. cit., p. 202.

6 Ibid., pp. 200-201.

7 Mounzer Jabir, op. cit., p. 142.

8 Respectivement de Nabatiyeh (en 1960, 1964, 1968 et 1972) Beyrouth (en 1968) et Saïda (en 1964).

9 Dominique Chevallier, La Société du Mont-Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe. Paris, 1971, p. 72.

10 Ainsi Wissam Kdaih, La culture du tabac dans le Sud du Liban, Thèse de 3e cycle, Caen, 1979, cite les chiffres suivants pour la population du Caza de Nabatiyeh en 1973 (vol. 2, p. 221) :

  • population totale enregistrée 92 425

  • population résidente 56 207 (60,1 %)

  • population émigrante : Beyrouth 29 048 (28,5 %)

Outre-Mer 7170 (7,8°%)

mais précise que « les émigrants vers les pays arabes producteurs de pétrole n’ont pas été pris en considération car, souvent, leur voyage ne dure en moyenne que six mois à trois ans, après quoi l’émigrant retourne dans son village » ; or cette dernière assertion nous paraît, comme nous le montrerons par la suite, contraire à la réalité, étant donnée l’ancienneté de l’émigration vers Koweit, et son caractère familial, au moins pour le village de Kfar Rummân.

11 Kâmel Sabbâh, L’exploitation de la terre dans la région de Nabatiyeh, Mémoire de magistère, Université libanaise, Faculté des Lettres (section I), juin 1979 (en arabe), p. 30 et carte p. 155.

12 Même quand ils ont quitté leur village depuis longtemps, la plupart des Libanais continuent à y être administrativement inscrits et en particulier à y voter.

13 Evaluation donnée par le fils du moukhtar, lui-même de la famille Daher.

14 Circonscription administrative correspondant à une sous-préfecture.

15 Nom donné à la mosquée chez les chiites; fait aussi fonction de lieu de rassemblement.

16 L’Armée du Liban arabe est issue de la scission, en 1976, des éléments pro-arabes de l’armée libanaise, sous la direction du lieutenant Ahmad al-Khatîb.

17 Mounzer Jaber, op. cit., p. 195.

18 D’après Hassan Amin Daher, fils du moukhtar.

19 Entretien avec Abd el-Aziz Zein, 1982.

20 L’ensemble des terres de Youssef Zein couvrait 12°000 donoms, chacun des 16 enfants a hérité de 750 donoms. Ce que chacun a vendu se répartit à

peu près de la façon suivante :

Ismaïl et Mohammad ont tout vendu 1°500 d.

Tal’at, Rif’at et Jawdat ont vendu chacun 10 % 225 d.

Abd el-Aziz, Izzat et Abd el-Majid, chacun 1 % 22,5 d.

Abd el-Karim a vendu 3% 22,5 d.

les six familles, chacune 1 %, 45 d.

Abd el-Latîf (le député) est le seul à n’avoir rien vendu. Le total

des ventes s’élève donc à 1°815 d.

Sur les 22°000 donoms du village, un maximum de 4°000 sont aujourd’hui exploités, dont 2°200 au plus appartenaient aux Zein avant qu’ils ne commencent à vendre. Tous, sauf les deux premiers, qui ont tout vendu, ont choisi de vendre des parcelles parmi celles ayant une haute valeur, donc parmi ces mêmes 2°200 d. La part des Zein dans les bonnes terres est passée de 2°200 à 1°616, 2°200 moins 4/ 22 x 1 500 (la part de bonnes terres vendues par les deux premiers) moins 315 (toutes les terres vendues par les autres) ; soit de 55 % à 40 %. Or, nous n’avons tenu compte dans ce calcul que des terres agricoles, et pas des terres anciennement agricoles et transformées en terrains à bâtir, dont a part dans l’ensemble en terres de superficie est encore plus faible, mais en

valeur beaucoup plus importante, ce qui fait baisser sans doute encore un plus la part des Zein.

21 Hassan Boukhdoud, La plantation du tabac dans la région de Nabatiyeh, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Provence, juin 1975, p. 52. Pour ce qui concerne Kfar Rummân, Abd el Aziz Zein raconte que c’est un fermier iranien qui a introduit la culture du tabac sur les terres de la famille vers 1927. A la suite de cette première expérience, Youssef Zein aurait fait venir douze familles de Bulgarie, et les aurait réparties dans ces différents villages, afin de développer cette culture. Boukhdoud (op. cit., p. 50) parle d’un Arménien qui aurait expérimenté une nouvelle semence bulgare. Cette seconde version paraît plus vraisemblable et expliquerait le recours à des cultivateurs bulgares.

22 Ibid., pp. 69-72.

23 Entretien avec Abd el Aziz Zein.

24 W. Kdaih, op. cit., p. 303.

25 Boukhdoud, op. cit., p. 107.

26 K. Sabbah, op. cit., p. 66.

27 Cf. H. Boukhdoud, op. cit., ch. 7 et W. Kdaih, op. cit., IIe partie, ch. 3.

28 Voir D. Chevallier, op. cit., p. 274 sv. pour l’origine de ce terme.

29 1 moud = 10 kg.

30 Cf. Melhem Chaoul, « Koweit et Bahrein ou l’ambiguïté de l’expérience démographique dans les sociétés arabes contemporaines », L’Afrique et l’Asie modernes, n° 128, 1er trimestre 1982, pp. 2°042.

31 Les chiites constituent environ un tiers de la population, et sont en majorité d’origine iranienne récente.

32 Kamal Sayegh, Oil and Regional Development, 1968 et Annual Statistical Abstract, 1982.

33 Jacqueline Ismael, Kuwait, Social development in historical perspective, Syracuse University Press, New York, 1982, ch. 3.

34 Guillaumette Al-Alami, Aménagement de l’espace et mutations sociales au Koweit, Thèse de 3e cycle, Montpellier, 1979, ch. 2.

35 F. Farah, F. Al-Salem, M.K. Al-Salem, « Alienation and expatriate Labor in Kuwait », Journal of South Asian and Middle Eastern Studies, IV, 1, 1980, p. 17.

36 Sur 6 891 mariages enregistrés en 1978, 75 concernaient des couples de Libanais, 30 des Libanais épousant des non Libanais (dont six Koweitiennes) et 66 des Libanais épousant des non Libanais (dont onze Koweitiens). Cf. AS.A. 1980.

37 Qui compte en 1980 pour 20 % environ de la population active, et 50 % des actifs hors secteurs des services. Cf. A.S.A. 1982.

38 Ibid.

39 Cf. plus loin, note 47.

40 A.S.A. 1982 ; malheureusement, des données plus récentes, concernant l’année 1981, et publiées dans l’annuaire statistique de 1983, excluent le secteur d’Etat d’une part, et les plus petites entreprises (moins de 10 employés) d’autre part, de sorte que l’on ne peut les comparer aux précédentes : les écarts de salaires y apparaissant beaucoup moins importants, on ne peut qu’en conclure que c’est sans doute avant tout le secteur d’Etat qui fait la différence.

41 Art. cité, p. 13.

42 Cf. supra.

43 AS.A. 1983, tableau 120.

44 Cf. infra.

45 Il faudrait aussi y ajouter trois ou quatre jeunes nés au Koweit repartis avec leurs parents, puis revenus seuls adultes.

46 Une première présentation de la situation des gens de Kfar Rummân sur le marché du travail a été faite par Michel Nancy dans son article déjà cité ; nous y renvoyons le lecteur. Nous en reprendrons certains éléments tout en développant ici les aspects que l’article avait volontairement laissés de côté.

47 N. Dalal, qui travaille au Ministère des P.T.T. (cf. plus haut) nous a décrit la situation dans son entreprise. Le ministère fait travailler entre quinze ou vingt mille employés, dont trois mille dans les services centraux. Sur ces trois mille, environ le quart est constitué de Koweitiens (dont une majorité de femmes) ; parmi les trois-quarts restant 80 % sont Palestiniens ; les autres sont Egyptiens, quelques-uns sont Libanais. Dalal est sous la direction d’un Egyptien, qui doit bientôt être remplacé par un Koweitien; dans sa section (Questions juridiques) travaillent avec elle six Koweitiens (trois femmes et trois hommes) et un Palestinien ; sept sont licenciés en droit, et deux secrétaires ont le niveau du baccalauréat. Les salaires s’échelonnent entre 200 et 400 D.K. en fonction de la qualification et de la nationalité : avec sa licence en droit, Dalal a commencé à 145 D.K. au 7e échelon, tandis que son équivalent koweitien était pris au 5e échelon, à 200 D.K. Elle gagne aujourd’hui 200 D.K. comme les deux secrétaires, qui ne sont pas diplômées de l’enseignement supérieur ; le patron de la section, Egyptien, touche 300 D.K., tandis que deux Koweitiennes récemment recrutées, l’une licenciée en droit, l’autre en gestion, l’ont été d’emblée au 4e échelon et sont payées 400 D.K.

48 Cf. Ph. Gorokhof, Les Palestiniens au Koweit, Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe, Beyrouth, Cermoc, 1985.

49 M. Nancy, art. cité.

50 Bien que ces quotas aient été fixés dès 1970, sur 5 832 étudiants inscrits à l’Université de Koweit en 1975-76, on comptait 48 % de Koweitiens, 15,6 % de ressortissants des pays du Golfe et de la Péninsule, 32 % des autres pays arabes et 4% d’ailleurs (A.S.A. 1976).

51 On a rencontré aussi le Yémen, l’Egypte, le Nigéria: mais il s’agit de cas isolés.

52 Cf. M. Nancy, art. cité.

53 Au moment de notre passage à Koweit, on nous a cité le cas aberrant d’un émigré qui, après avoir travaillé pendant deux ans en Arabie Saoudite, était passé en 1981 à Koweit où résidait son frère depuis 1976 et qui était au chômage depuis cette date (donc depuis plus d’un an) tandis que sa femme et ses trois enfants étaient restés à Beyrouth

54 Pour les deux derniers, nous n’avons pu avoir leur date d’arrivée.

55 Rappelons le cas, peu ordinare, de la fille aînée, Dalal; qui approche de la trentaine, est toujours célibataire et prétend avoir plus d’amies koweitiennes que libanaises (cf. p. 163, supra).

56 Le reste provient des sources suivantes : 5°000 L.L. versées par les habitants du village, 50°000 L.L. de subvention du Premier ministre Sélim al-Hoss, 55°000 L.L. versées sous forme de dons en nature par Abdullatif Zein, 25°000 L.L. de matériel en fer données par l’Armée du Liban arabe, 10°000 L.L. du P.C.L. (Parti communiste libanais) et 10°000 du Parti Baas ; d’autre part le terrain, situé à l’entrée du village, a été donné par les héritiers de Youssef Zein ainsi que cinq villageois de différentes familles. L’école n’était pas tout à fait terminée mais déjà en service au printemps 1982, avec 200 élèves.

57 Le secours populaire a publié en octobre 1981 une brochure présentant l’état du projet et donnant la liste des souscripteurs, les montants versés et un détail de leur utilisation. Sur un budget de 2 246°000 L.L., 1 378°000 L.L. proviennent de la souscription réalisée à Koweit. Les plus gros souscripteurs sont-un prince de la famille Sabah (qui verse 7°000 D.K., soit plus de de 100°000 L.L.), le kafil koweitien de Muslim D. (75°400 L.L.) et son associé (50°000 L.L.), tandis que Muslim D. et son frère versent eux aussi 50°000 L.L. et huit petits entre preneurs de K.R. 5°000 L.L. chacun. Les autres souscripteurs de K.R. versent de 10 D.K. à 100 D.K. chacun, et leur contribution d’élève à près de 60°000 D.K.

58 Il forme le projet, nous a-t-on dit, de construire une école privée. Surprenant de la part d’un communiste ? Il est difficile d’en juger... sans avoir la version de l’intéressé, sans connaître la manière dont il conçoit son projet.

Índice de ilustraciones

Título Tableau 1 Surfaces (s) cultivées en tabac (en donoms) et production (p) de tabac (en kg) A Kfar Rummân et dans les cinq premiers villages producteurs de tabac du secteur de Nabatiyeh.
Leyenda * n.d.: donnée non disponible
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3604/img-1.jpg
Archivo image/, 76k
Título Tableau 2 Evolution des effectifs et de la composition de la population À Koweït, (1957-1980).
Leyenda Source : Annual Statistical Abstract, Koweit, 1983
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3604/img-2.jpg
Archivo image/, 76k
Título Tableau 3 Production et exportations de pétrole koweïtien 1946-1982 (en milliers de barils) .
Leyenda * année 1957
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3604/img-3.jpg
Archivo image/, 68k
Título Tableau 4 Evolution de la composition de la population A Koweït par nationalités (1965-1980).
Leyenda *n.d. : donnée non disponible
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3604/img-4.jpg
Archivo image/, 116k
Título Tableau 5 Permis de séjours accordés entre 1971 et 1982.
Leyenda Source : Annual Statistical Abstract, Koweit, 1981, 1983
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3604/img-5.jpg
Archivo image/, 88k
Título Tableau 6 Répartition de la main-d’œuvre non koweïtienne en 1975 selon son occupation.
Leyenda Source : Annual Statistical Abstract, Koweit, 19876
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3604/img-6.jpg
Archivo image/, 112k
Título Tableau 7 Répartition des ouvriers libanais en 1975 selon leurs emplois.
Leyenda Source: A.S.A., Koweit, 1976
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3604/img-7.jpg
Archivo image/, 80k
Título Tableau 8 La communauté de Kfar Rummân à Koweït (vers 1982) selon la chronologie des arrivées.
Leyenda * parmi eux, deux hommes sont décédés à Koweit et leur famille est toujours là.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3604/img-8.jpg
Archivo image/, 76k
Título Tableau 9 Répartition des actifs originaires de Kfar Rummân À Koweït selon leur statut et selon leurs activités (en 1982).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3604/img-9.jpg
Archivo image/, 114k

© Presses de l’Ifpo, 1986

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540