Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communautés villageoises et migrations de main-d’œuvre au Moyen-Orient

 | 
Elisabeth Longuenesse
, 
Gilbert Beaugé
, 
Michel Nancy

Chapitre 3. La filière Kaakour-Riyadh (Arabie Saoudite)

Gilbert Beaugé

Texte intégral

1Comparée à Kaakour, Zghorta était une grande ville, avec une population importante, des activités relativement différenciées et des partitions sociales d’autant plus marquées que le devenir de la ville a été associé plus tôt au devenir du pays par le biais de la participation des principaux clans à l’exercice du pouvoir central. L’histoire de l’émigration à Oman était liée à la trajectoire personnelle de l’un de ses habitants. Aujourd’hui la communauté zghortiote émigrée dans ce pays est extrêmement réduite : elle a pratiquement épousé le cycle d’expansion et de déclin de l’entreprise

2Kaakour est un petit village de montagne, dont la population est peu importante et qui très tard s’est cantonné dans des activités agricoles relativement en marge des activités urbaines et du pouvoir central. Le sentiment d’appartenance villageoise y est beaucoup plus fort, les clivages sociaux ne s’y expriment pas avec autant d’intensité et, lorsqu’ils s’expriment, les enjeux en sont différents. L’émigration dans le Golfe y est beaucoup plus importante relativement au volume de population globale et si l’amorce du mouvement est comparable dans les deux cas, en revanche son évolution y est différente : dans les deux cas, c’est l’initiative d’un individu qui dynamise le mouvement en épousant le jeu des solidarités familiales ou claniques, mais dans le cas des émigrés de Kaakour à Riyadh on observe très tôt une tendance à la différenciation des activités au sein même de la communauté en exil comme riposte à l’évolution des conditions générales de l’activité dans le pays d’accueil. Par voie de conséquence, la communauté émigrée à Riyadh à l’heure actuelle est encore importante et joue vis-à-vis du village un rôle beaucoup plus structurel que dans le cas précédant.

1. LE VILLAGE DE KAAKOUR

1. Présentation et origines.

3Situé à une trentaine de kilomètres au nord-est de Beyrouth, dans le Mont-Liban, le village de Kaakour relève du casa de Metn. Le village actuel épouse les contours en forme de croissant d’un surplomb rocheux de 1°200 mètres d’altitude qui constitue l’un des versants du fleuve Ja’amani, lequel délimite le territoire de la commune dans sa partie inférieure. Etroitement collé à la paroi rocheuse, le village se répartit inégalement de part et d’autre de l’unique rue centrale qui le traverse. Il surplombe des terrains s’étageant de façon abrupte en terrasses et ces terrains ne sont plus cultivés aujourd’hui qu’aux abords immédiats des habitations.

4Le village s’étend sur environ 180 hectares et l’on peut distinguer quatre zones principales nettement différenciées. Un tiers environ de la superficie est recouvert d’une forêt de pins pignons qui constituent aujourd’hui encore une des principales ressources du sol. Toutefois, au terme de nombreuses coupes, la part forestière a considérablement décru au cours des cinquante dernières années et n’occupe plus que 70 hectares, Une deuxième zone est constituée par le village proprement dit ainsi que par ses abords en terrasses, lesquels sont connus sous le nom de Jdar mot qui désigne d’une manière générale les terrains cultivés. Cette zone représente environ 40 hectares et, parmi les terrains cultivés, les terres irriguées représentent seulement 7 hectares. Une troisième zone comprend une succession de collines en pentes douces : accessibles et épousant la déclivité des sols, elles sont complantées de vignes, de figuiers ou d’oliviers et elles recouvrent une vingtaine d’hectares. Une dernière zone enfin, est constituée de terrains rocheux, abrupts et en friche. Faiblement valorisée, cette zone est connue sous le nom de Ksara qui signifie « petits morceaux ». Ces terrains sont impropres aussi bien aux cultures qu’à la construction et représentent environ une cinquantaine d’hectares.

5Les origines du village mêlent la fiction symbolique au réel. On raconte qu’un jour, se promenant dans le vallon, un berger trouva une pierre sur laquelle était écrit : « casser puis manger ». Il se saisit d’un outil pour briser cette pierre mais n’y parvint pas. Puis plus tard dans la soirée, il voulut casser un œuf dur sur la pierre mais, au lieu de l’œuf, c’est la pierre qui se brisa et il y trouva de l’or. On serait tenté de rechercher dans ce symbolisme de la pierre qui enrichit celui qui la trouve après lui avoir résisté, l’histoire en résumé du village de Kaakour qui signifie « la borne » en arabe. En effet, c’est d’abord en exil dans le Hauran syrien voisin, que les habitants du village apprendront le métier de tailleur de pierre et c’est également en tant que tailleurs de pierre que la plupart d’entre eux partiront ultérieurement en Arabie Saoudite trouvant là l’occasion, pour certain d’entre eux au moins, de s’enrichir.

  • 1 Dans l’étude qu’il a consacrée à la parenté en liaison avec la structure de la propriété foncière a (...)

6Quoi qu’il en soit, c’est avec l’arrivée sur les lieux des ancêtres des familles actuelles que l’histoire du village, véhiculée oralement sous formes de récits légendaires encore vivaces, présente des points de recoupement avec l’histoire générale du Liban. On raconte que le fondateur du village arriva de Tartej (casa de Jbail) où quatre frères de la famille Rkaiby avaient dû fuir, à la suite d’un conflit avec une communauté chiite de la région : le premier frère s’était dirigé vers Tripoli1, le second vers Batroun, le troisième vers le Kesrouan, et le dernier s’était installé dans le Metn sur le domaine des religieux de Deir Chomra près de Bikfaya. Celui qui s’était fixé dans le Kesrouan fut appelé Mazloum (l’opprimé) et c’est l’un de ses descendants qui, vers la fin du xviiie siècle, rejoint les émirs Billama de Salima, petit village situé sur l’autre versant du fleuve Ja’amani. Là, il commença à travailler pour eux en tant qu’ « associé » et fut rejoint quelque trente ans plus tard par l’un des descendants de la lignée qui s’était installée à Deir Chomra et qui, dans l’intervalle, avait pris le nom de Abou Antoun. A partir de cette période, et toujours pour le compte des émirs de Salima, ils commencèrent à travailler sur les terres de l’actuel village de Kaakour.

7Les Mazloum et les Abou Antoun constituent les deux principales familles clans du village. Avec eux, la troisième grande famille qui compose la population actuelle est la famille Achkar, arrivée dans le village au début du xixe siècle. Leur ancetre était originaire de Kartaba (Jbail) et issu de la famille Karam. Il s’était tout d’abord fixé à Marjaba près de Mrouje (Metn) où l’un de ses descendants, Soleiman Karam, éopusa une fille de Kaakour, Yasmine Abou Antoun qui, à la mort prématurée de son mari, rentra au village avec ses trois enfants en bas âge : Michel, Georges et Youssef. Seul le premier resta au village où il se maria et ses descendants connus jusqu’en 1940 sous le nom de leur aïeule Yasmine prendront à partir de cette date le nom de Achkar. Trois autres familles beaucoup moins nombreuses (une dizaine de membres chacune) et venues plus récemment (après 1970) compètent la population du village : il s’agit des Jardak, des Géries et des Karaki.

2. Structures socio-familiales et structures de pouvoir.

  • 2 Samir Mazloum, Rôle de l’institution paroissiale dans l’évolution d’un village libanais. Beyrouth, (...)

8La population actuelle du village (émigrés compris) est estimée à environ 1°300 personnes par le moukhtar qui ne retient dans son estimation que les chefs de « maison » (180 de façon précise) en établissant une moyenne de sept individus par maison. Cette population se répartit entre les trois familles clans que nous venons d’indiquer, chaque clan se subdivisant à son tour en jubb ou lignées. Un recensement effectué en 1970 par l’un des habitants du village2 donne une population de 910 personnes (tableau 1).

Tableau 1 Répartition de la population par Âges (en 1970) et selon les groupes familiaux (en 1970 et 1980).

Tableau 1 Répartition de la population par Âges (en 1970) et selon les groupes familiaux (en 1970 et 1980).

9La famille Abou Antoun comprend neuf jubbs : les jubbs Elia, Francis, Hanna, Maroun, Nader, Jabbour, Raphael, Daoud et Ghosn. La famille Mazloum en comprend cinq : les jubbs Richa, Ibrahim, Simon, Abou Daoud, et Tannous. La famille Achkar, deux seulement : les jubbs Michel et Soleiman. Les villageois affirment que de nos jours la notion de jubb n’a plus grande signification et ils la présentent volontiers comme un archaïsme auquel ne seraient plus sensibles que les anciens. Toutefois, chacun dans le village, y compris les plus jeunes, connaît très bien son jubb d’appartenance même s’il est décliné sur le mode ironique d’une survivance de pratiques anciennes. Par ailleurs, il semble bien que cette notion permette de mettre en évidence un certain nombre de régularités dans la logique des alliances matrimoniales et la gestion collective des parcours migratoires. Enfin, et de manière collective, l’affiliation fait l’objet d’une attention minutieuse et d’une « expertise » sociale qui ne s’est jamais affaiblie au cours du temps.

10La distribution de la population du village par quartier correspond à des regroupements par clans : ainsi le clan Mazloum occupe le centre du village et, à trois exceptions près, s’est regroupé autour de la rue principale. Les Abou Antoun se sont regroupés à la périphérie où ils occupent les extrémités est, ouest et sud. Les Achkar, les moins nombreux, sont dispersés parmi les Abou Antoun.

11De la même manière, à une structure bipolarisée de l’exercice du pouvoir la baladiyé (municipalité) d’un côté, le conseil des dix de l’autre, correspond sur chacun des pôles, un équilibre de représentation entre les trois familles. D’un côté, la baladiyé comprend huit membres élus avec à leur tête un président. Il s’agit d’une structure officielle, l’équivalent d’une mairie où le président en exercice, Adib Mazloum, a remplacé en 1978 son prédécesseur par consensus tacite de l’ensemble des villageois, la dernière élection officielle ayant eu lieu en 1964. La baladiyé comprend actuellement 5 membres de la famille Abou Antoun, 2 de la famille Mazloum et 1 de la famille Achkar. La baladiyé s’occupe de l’état civil, de la voirie, de l’éclairage, des questions foncières et du cimetière. Son budget pour 1978 était de 35°000 LL et il est passé pour 1980 à environ 150°000 LL, provenant surtout des impôts locaux prélevés sur chaque foyer et, dans une moindre mesure, des contributions de l’Etat.

12D’un autre côté, le conseil des dix, qui ne compte en fait que huit membres (4 Mazloum, 3 Abou Antoun, 1 Achkar), structure informelle de pouvoir, expression des rapports d’influence au sein de la communauté villageoise, dont le rôle est, semble-t-il, beaucoup plus important que celui de la baladiyé. Le conseil regroupe un certain nombre d’hommes jouissant d’une réputation de sagesse ou d’équité, ou qu’une compétence particulière liée au prestige ou au statut acquis à l’extérieur ou à l’intérieur du village placent en situation d’intervenir comme médiateurs ou arbitres dans les affaires internes. L’affaiblissement des contrôles exercés par l’appareil d’Etat central depuis 1976 a considérablement renforcé le rôle de ce groupe ainsi que son influence. La légitimité dont il dispose lui a permis, notamment pendant la période de conflits intenses, de prendre en main les destinées du village en imposant et en faisant respecter les décisions qu’il adoptait : alliance avec le village druze voisin pour observer communément une attitude de neutralité, organisation de réseaux d’approvisionnement, contrôle de la sécurité, etc. Ce groupe s’est notamment chargé de l’ouverture d’une école privée après la fermeture de l’école d’Etat. Plus généralement, et selon la nature des conflits qui surgissent à l’intérieur du village, l’un ou l’autre de ses membres, parfois plusieurs, seront délégués comme arbitres et, généralement, les décisions adoptée seront respectées par tous.

13Jusqu’à une période récente (1965) et aujourd’hui encore, quoique les enjeux ne soient plus les mêmes, le choix du natur constituait un aspect particulièrement décisif de l’activité de la baladiyé : chargé de veiller à la distribution des eaux d’arrosage non seulement entre les différents propriétaires du village, mais également entre les gens du village et ceux du village druze voisin, le choix du natur constituait un moment fort de la vie villageoise. La prééminence de sa fonction, dans une société où le rapport aux sols et particulièrement à l’eau joue un rôle de tout premier plan, tient en premier lieu à la complexité du régime foncier, à la rareté des ressources en eau d’arrosage et aux occasions de conflits qui y étaient associées.

3. Le régime foncier et le système d’irrigation.

14Nous avons vu que le village s’étendait sur environ 180 hectares, cette superficie étant à son tour divisée en 2°000 parcelles de valeur et de rendement inégaux selon leur localisation et donc leur usage. Sur ces 2°000 parcelles, seules 100 d’entre elles sont irrigables. Toutefois, les rapports à la terre ont connu au fil des années de nombreuses transformations.

15Pendant toute la première partie du xixe siècle, la totalité de l’espace villageois est la propriété exclusive des émirs Billama de Salima, grande famille féodale qui exercera une influence prépondérante sur les destinées du village. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du xixe siècle, que les émirs commenceront à vendre leurs terres à quelques riches commerçants de la côte, ce transfert de propriété ne modifiant en rien la situation des paysans qui, d’« associés » des émirs, deviendront « associés » de leur nouveaux maîtres. Le contrat d’association (sharika) qui prévalait au temps des émirs restera en vigueur de manière assez tardive jusqu’à ce que le mouvement de rachat des terres amorcé par les paysans aux alentours de 1910, avec les revenus de la première vague migratoire, soit entièrement accompli ou presque, aux alentours de 1945.

  • 3 Sur les contrats de métayage dans le Mont-Liban, cf. Cérès Wissa Wassef, Les structures agraires du (...)

16Dans son aspect le plus général ce contrat prévoyait que le propriétaire des sols avait la charge des semences en contrepartie de la moitié de la récolte non commercialisée lorsqu’il s’agissait d’agrumes, ou la moitié de la vente des cocons lorsqu’il s’agissait de la culture du murier. Les outils étaient à la charge du paysan3. Avec le rachat des terres, c’est également le contrôle de l’approvisionnement en eau qui est au cœur du mouvement d’autonomisation paysan. Pour l’irrigation, le village dispose d’une source (Ain el Keiri) dont le débit passe de 6°000 m3 par jour en hiver, à 600 m3 par jour en été, il en partage l’usage avec le village druze voisin de Za’raoun. D’abord propriété des émirs Billama, cette source a été acquise par l’archevêché de Chypre à Antélias avant de devenir la propriété du wakf de Kaakour. Jusqu’en 1930, l’eau était captée de nuit dans un réservoir puis, libérée le matin, elle servait à faire tourner un moulin à grains qui desservait l’ensemble de la région. Répartie ensuite selon un système de canaux épousant et délimitant les propriétés irrigables, elle était utilisée pour l’arrosage. Depuis 1930 le moulin ne fonctionnait plus que l’hiver et il s’est définitivement arrêté en 1965, l’eau a donc été utilisée de jour comme de nuit pour l’irrigation. L’eau étant considérée comme la propriété collective des habitants des deux villages, le système de sa répartition n’a cessé de s’affiner et de se complexifier donnant lieu à de nombreux conflits aussi bien entre les deux villages qu’à l’intérieur de chaque village. Finalement un accord est intervenu en 1920 dont les termes à peu de choses près, sont toujours en vigueur et respectés.

17Pour résumer les termes de cet accord, disons que, compte tenu du débit de la source, chaque propriétaire disposant de terrains accessibles dans le périmètre de distribution des eaux a droit à un temps d’irrigation proportionnel aux surfaces qu’il possède. La surveillance des vannes, les ouvertures et les fermetures de jour comme de nuit sont assurés en permanence de mai à octobre par le natur qui a la confiance des habitants des deux villages et qui est choisi en alternance dans l’un ou l’autre village. La règle qui prévaut depuis 1920 accorde une heure d’eau tous les huits jours pour une surface de 590 m2 et un cahier, régulièrement tenu à jour depuis cette date, permet au natur de connaître avec précision l’ensemble des opérations à effectuer ainsi que le nom des différents bénéficiaires. Disponible pour les années 1930 et 1980, ce cahier permet de se faire une idée de l’évolution de la propriété irrigable dans le village entre ces deux dates. Chaque propriétaire y est répertorié avec le temps d’arrosage qui lui est imparti ce qui permet, par déduction, de connaître avec précision les surfaces dont il dispose.

18En 1980, la surface totale irrigable entre les deux villages est de 12,4 hectares répartis en 7,3 hectares pour le village de Kaakour et 5,1 hectares pour le village de Za’raoun. Dans le seul village de Kaakour ces 7,3 hectares se divisent à leur tour en 153 parcelles de surfaces inégales. Les Mazloum possédent 22°590 m2 répartis sur 99 parcelles, les Abou Antoun 22°734 m2 répartis sur 42 parcelles, enfin les Achkar possèdent 4°415 m2 sur 5 parcelles uniquement. Ajoutons que les domaines wakfs totalisent 7°562 m2 sur 8 parcelles et que des propriétaires extérieurs au village contrôlent 15°752 m2 répartis sur 18 parcelles ce qui est une proportion extrêmement faible par rapport aux années 30 mais qui représente encore plus de 20 % de la surface totale irrigable.

19La surface moyenne des propriétés selon les familles est donc différente : elle est respectivement de 288 m2 pour les Mazloum, de 541 m2 pour les Abou Antoun, de 883 m2 pour les Achkar et de 875 m2 pour les propriétaires extérieurs au village. Elles nous permettent surtout de voir que la surface moyenne disponible par individu en 1980 selon les familles est extrêmement différente aussi : 47 m2 environ par personne pour les Mazloum, 34,4 m2 pour les Abou Antoun et 27,7 m2 pour les Achkar ce qui nous donne une idée des disparités qui existent entre familles mais également à l’intérieur de chaque famille.

20Si, par ailleurs, et sans entrer dans le détail, on suit l’évolution de la propriété irriguée entre 1930 et 1980, on observe un mouvement extrêmement net de réappropriation foncière par les habitants du village au détriment des propriétaires extérieurs au village et, à l’intérieur du village un mouvement de réappropriation comparativement plus net des Abou Antoun par rapport aux Mazloum et des Mazloum par rapport aux Achkar.

21Ce mouvement s’accompagne, semble-t-il, d’un accroissement des disparités de richesses à l’intérieur de chaque famille qui suit approximativement la même tendance : les jubbs les plus riches de chaque famille s’enrichissant davantage que les jubbs les plus pauvres et ceci de proche en proche. Or, ce mouvement de réappropriation foncière semble avoir été favorisé de deux façons différentes : dans une démarche comparative concernant les trois familles et pour s’en tenir à la seule logique villageoise dans son ensemble, il semble avoir été favorisé à la fois par l’implantation d’une manufacture de soie permettant de faire le lien entre le travail des hommes (la culture du mûrier) et le travail des femmes (la filature) et par l’histoire du mouvement migratoire antérieur aux années 1950.

4. La manufacture de soie et le mouvement migratoire.

22Dès 1905, construite par le patriarcat maronite d’Antélias avec l’aide des hommes du village, une manufacture de soie est implantée à Kaakour. Elle développe simultanément la culture du mûrier et le travail des femmes. La manufacture emploie une cinquantaine de femmes (2 rangées de 25 rouets) de six heures du matin à dix huit heures, du mois de mai au mois de novembre inclus. Avant 1914, les ouvrières touchaient un salaire journalier de base de 40 piastres modulé selon la qualité du produit obtenu, à une période où le kilo de farine coûtait 5 piastres et le kilo de viande 20 piastres. Elles étaient payées tous les samedis. Ce salaire s’élèvera de 40 à 125 piastres les deux dernières années qui précèderont la fermeture de la manufacture en 1945, période à partir de laquelle se développera la taille de la pierre.

23Dix ans plus tard, vers 1915, une invasion de sauterelles en dévastant le village et en le réduisant pratiquement à la misère poussera la moitié de la population (hommes et femmes) à émigrer vers le Hauran en Syrie ; long exode à pied au cours duquel 200 personnes mourront de faim ou de froid et qui conserve dans l’imaginaire villageois la valeur d’une date charnière : les événements du village sont encore datés aujourd’hui d’avant et d’après la catastrophe. En exil, certains apprendront la taille de la pierre, les autres se livreront aux travaux des champs. C’est également dans cette conjoncture que trois frères Abou Antoun se rendent à Rivadavia en Argentine où, tout au long des années qui suivront, ils seront rejoints par de nombreux villageois. Aujourd’hui, leurs descendants forment dans cette ville une communauté d’une centaine de personnes, dont le commerce constitue l’activité principale, et qui continue d’entretenir avec le village des rapports sporadiques. C’est l’amorce d’un lent mouvement de départ qui se poursuivra jusqu’autour des années 1950, faisant du « voyage » l’une des composantes essentielles de la mentalité villageoise. De retour d’exil, vers 1920, le village ne compte plus que 150 à 180 personnes réparties sur 25 foyers ou « maisons ». il en comptera 320 lors du premier recensement en 1932 et il ne semble pas que la population ait dépassé 500 personnes avant les années 1950.

24Parallèlement à ce mouvement de départs échelonnés en direction de l’Argentine, le travail de la manufacture emploie plus de la moitié des femmes du village et les hommes s’occupent de la terre, du bétail et de l’élevage du ver à soie dont les cocons sont revendus à la manufacture. Vers 1945, la production villageoise de cocons atteignait de 4 à 5°000 kilos par an selon les années pendant que la manufacture produisait environ 100 kilos de soie brute par mois. A cette période, les cocons étaient revendus de 5 à 10 LL le kilo et les villageois admettent qu’il leur fallait environ une quarantaine de mûriers pour produire 50 kilos de cocons ce qui nous donne une plantation de 4°000 mûriers sur l’ensemble du village, plantation dont il ne reste plus rien aujourd’hui.

25Cette implantation tardive de la manufacture de soie a de quoi surprendre si nous la comparons à ce qui s’est passé dans l’ensemble du pays. C’est à partir des années 1860 que le Liban devient pratiquement une succursale de l’industrie lyonnaise de la soie, ce rôle ayant commencé à décroître dès les années 1920. Dans le cas de Kaakour, nous avons donc un décalage qui très certainement doit être mis en rapport avec la division du travail hommes/femmes que la manufacture d’un côté, et le rapport à la terre de l’autre, permettait d’instaurer : c’est que d’emblée, dans le village s’instaure une structure particulière de paysannat ouvrier dans un rapport mutuel de destructuration-maintenance, rapport qui épouse la division sexuelle du travail. Ce rapport ne sera pas compromis par les fluctuations conjoncturelles de l’activité, il épousera au contraire le flux et le reflux des périodes de richesse ou de pauvreté tout en étant modulé, à la fois par le mouvement de réappropriation des sols, et par les départs vers l’étranger.

26En effet, durant toute la période de 1920 à 1950 on observe une amplification des départs outre-Atlantique ainsi qu’un processus lent mais efficace de réappropriation des sols : dans une situation de relatif isolement au moins vis-à-vis du reste du pays, où le surplus villageois ne provenait que des denrées agricoles commercialisées, du salaire des femmes et des envois de la communauté émigrée, la stratégie villageoise semble avoir été d’acquérir son autonomie en se réappropriant les sols.

27Or, tout se passe comme si ce mouvement de réappropriation avait suivi un double processus, à la fois interne et externe. Un processus externe où revenus de l’émigration et de la manufacture permettaient à la fois de conserver une relative indivision des parcelles tout en disposant du surplus nécessaire au rachat de nouvelles terres. Un processus interne où, parmi les terrains déjà acquis, les transferts de propriété se faisant avant tout par héritage selon un système d’alliances privilégiant le mariage avec la fille de l’oncle paternel, le résultat en était de conserver à l’intérieur de la lignée (le jubb) l’essentiel du patrimoine foncier.

28Il nous faut admettre sur ce plan et sans doute du fait que le départ vers l’étranger apparaît aussi comme une riposte à l’impossibilité de nouer des allances dans n’importe quelles conditions, que l’émigration s’insère étroitement dans le cadre des procédures que la communauté villageoise met en œuvre pour se reproduire et reproduire les conditions de son équilibre, le succès obtenu à l’étranger appelant à être sanctionné par un mariage contracté au sein même de la communauté, signe à la fois que celui qui s’y livre n’est pas parti en vain et que ceux qui l’ont mandaté bénéficient à leur tour du prestige et de l’aisance qu’il a su acquérir.

  • 4 R. Cresswell, op. cit., p. 54.

29Durant toute cette période, on observe donc un phénomène comparable à celui que R. Cresswell avait déjà mis en évidence et selon lequel : « le résultat (de ce système) est de garder à l’intérieur d’une même famille les biens de subsistance et !e produit du travail de ses membres, en sorte que ne diminue pas la part que chaque membre peut attendre des richesses familiales au fur et à mesure de l’augmentation numérique du groupe »4. Toutefois, aspect que Cresswell avait, semble-t-il, sous-évalué pour ne le verser qu’au compte des relations de parenté, l’émigration a joué dans ce processus un rôle régulateur de tout premier plan : même si les émigrés continuent à se pourvoir en femmes à l’intérieur du village et, pourrions-nous dire, précisément parce qu’ils continuent à le faire contribuant ainsi à reproduire le jeu des alliances internes tout en évitant que le partage apparaisse comme un jeu à somme nulle, ils diminuent d’un côté le nombre des prétendants à la valorisation des sols, tout en contribuant de l’autre, par des envois réguliers d’argent, à accroître le volume des biens ultérieurement voués à la redistribution. L’envoi d’argent étant ici le signe et la garantie que l’émigré bien qu’éloigné momentanément de la gestion directe des affaires familiales et villageoises conserve intacte sa prétention à y figurer de plein droit. Ce n’est qu’à partir de 1945, avec la fermeture de la manufacture et l’arrachage brutal des mûriers que le village tentera de trouver un nouvel équilibre fondé sur la culture des agrumes et des pommiers d’un côté, sur la taille de la pierre de l’autre.

2. LA PÉRIODE ACTUELLE ET L’AMORCE DU MOUVEMENT MIGRATOIRE VERS LE GOLFE

1. La période 1950-1960.

30De 1950 à 1970, le village connaît une période de relative prospérité, mais liée à des tendances trop contradictoires pour ne pas compromettre l’équilibre précaire sur quoi elle reposait. Durant toute cette période, on note un déclin en volume et en valeur de la production agricole dû à un retrait continu des hommes qui s’y emploient à plein temps alors que la fraction restante se consacre de plus en plus à la taille de la pierre et au bâtiment, le village profitant du boom économique qui, à partir des années 1955 jusqu’en 1975 va faire du Liban le centre de villégiature du Moyen Orient. Au cours de cette période, nombreux sont les chefs de familles qui constituent leur propre entreprise artisanale ou s’emploient comme maçons ou tailleurs de pierres dans les entreprises des environs, tentant alors de combiner les travaux de la terre avec ceux du bâtiment. Vers 1950, le village ne compte guère qu’une quinzaine de tailleurs de pierre et de maçons, alors qu’à la fin de la période, vers 1965, les trois quarts des hommes en âge de travailler se consacreront à cette activité.

31L’arrêt de la manufacture et l’ouverture d’une route goudronnée reliant le village à Baabdat ont pour conséquence d’orienter une bonne partie de la main-d’œuvre féminine devenue disponible vers cette ville où elles s’emploieront comme personnel de maison. Sur un autre plan, les mûriers devenus inutiles seront entièrement remplacés par des pommiers. Le premier autobus arrive en 1950, l’électricité en 1960 et il faudra attendre 1965 pour que l’eau potable à domicile se substitue au va et vient des femmes entre leurs maisons et la source. C’est également vers 1950 que les constructions en béton et à toits en terrasse remplacent les anciennes demeures aux toits de tuiles rouges comme signe extérieur de richesse. Entre 1950 et 1970, une cinquantaine de nouvelles maisons seront construites portant à 110 le nombre total de maisons du village. En 1950-55, la production de figues est encore de 10 tonnes par an en moyenne, celle de raisins de 100 à 150 tonnes, celle de pommes de 200 à 250 tonnes et l’essentiel des revenus villageois, outre la taille de la pierre, provient de leur commercialisation à l’extérieur. Dix ans plus tard cette production aura considérablement décru et c’est également la période au cours de laquelle on observe les premiers départs vers le Golfe.

2. L’amorce du mouvement migratoire en direction du Golfe.

32Pour toutes ces raisons, au début des années 1970, une trentaine d’hommes du village ont déjà émigré vers le Golfe, particulièrement à Riyadh où ceux qui, dans la période qui suivra, serviront de relais au mouvement des départs, se sont déjà installés depuis quatre ou cinq ans. Ce mouvement va s’amplifier entre 1970 et 1980 pour atteindre environ 200 personnes soit environ 65 % de la population masculine villageoise en âge de travailler au cours de la même période. Il s’accélère à partir de 1974 sous l’impulsion que lui donne le renchérissement du prix des produits pétroliers, puis à nouveau en 1976 avec le début des hostilités au Liban pour décroître à partir de 1978-80 avec la concurrence que commence à exercer la main- d’œuvre asiatique. A la date de l’enquête (1982) une centaine de villageois sont encore émigrés dans le Golfe, dont 80 d’entre eux dans la seul ville de Riyadh où ils exercent pratiquement tous des activités liées à la taille de la pierre. Du point de vue villageois, on peut dire que ce mouvement a été initié et précédé par les trois frères Najib, Adib et Elie Abou Antoun, les premiers à partir. Ce sont eux, en quelque sorte, qui ont indiqué la voie à suivre, eux également qui vont servir de « plaque-tournante » du mouvement.

33Les frères Najib, Adib et Elie Abou Autoun (jubb Elia) partent à Riyadh dans les années 1960 et s’y installent comme artisans tailleurs de pierres en ne disposant au tout début que de deux machines d’occasion qu’ils ont fait venir du Liban. Ces machines vont leur permettre de pratiquer de très bas prix par rapport aux tarifs locaux en vigueur : entre 60 et 65 Riais saoudiens le mètre carré posé. Leur expérience acquise au Liban dans les années 50, une pratique assidue de la société saoudienne mais également un effort soutenu de 15 heures de travail par jour leur permettent de conquérir progressivement un marché qui, en Arabie Saoudite, commence à peine à se dessiner. Ils sont rejoints dans les années 1965-68 par Camil, puis par Farid et Emile Abou Antoun (jubb Hanna) qui commencent par travailler avec eux et qui ne les quitteront qu’en 1975 pour créer eux-mêmes leur propre entreprise de taille de la pierre. Jusqu’en 1968, outre les villageois qu’ils emploient, mais à faible échelle, Najib et ses frères travaillent surtout avec des ouvriers yéménites qu’ils recrutent à la journée, seule force de travail disposant en Arabie Saoudite d’une mobilité journalière interentreprises dans la mesure où leur présence n’est pas assujettie au kafala. Coup sur coup, Najib et ses frères font la connaissance de nombreux notables et dignitaires saoudiens pour lesquels ils auront l’occasion de travailler (construction de villas, etc.) et qui leur feront rencontrer certains membres de la famille régnante. C’est également au cours de cette période (1965) alors que l’Arabie Saoudite édicte les premières règles qui vont régir l’emploi étranger dans le royaume, que Najib et ses frères font la connaissance de celui qui allait devenir leur kafil : un dignitaire de haut rang au sein de l’appareil d’Etat saoudien. Ils parviennent à le convaincre d’accorder son soutien à la création d’une usine de taille de pierres et, la qualité du travail accompli, le statut également de leurs premiers clients mais surtout les performances des équipements dont ils disposent désormais vont inciter les autorités de Riyadh à leur confier un vaste chantier de 120°000 m2 concernant les bâtiments publics de la ville.

34Les trois frères acceptent le marché à condition de disposer d’un volant permanent de 150 visas qui leur est accordé, et c’est véritablement à partir de cette période que se met en place la filière du recrutement villageois. Cette filière a évolué en trois phases bien différenciées.

35De 1969 à 1975, les trois frères Abou Antoun recruteront environ 120 artisans maçons, tous originaires du village, et qui se succéderont dans leur entreprise en alternant les périodes de travail et les périodes passées au village, selon un système de noria extrêmement caractéristique des migrations « tournantes ». L’emploi global au sein de l’entreprise Rock Factory ne dépassera jamais une soixantaine d’ouvriers et le complément de main-d’œuvre au cours de cette période est d’origine yéménite. L’unité de séjour paraît avoir été dictée par la durée moyenne d’un chantier sans que cela exclue des arrangements entre ouvriers pouvant se remplacer sur le même poste de travail.

36Entre 1975 et 1978, en même temps qu’une fraction de la main- d’œuvre villageoise est remplacée à la Rock Factory par une main- d’œuvre égyptienne ou turque, une partie de cette main-d’œuvre s’installe à son propre compte en continuant à employer des gens du village, l’autre partie s’installe comme artisans en employant des Yéménites pendant que la fraction restante amorce un mouvement de retour vers le village.

37En 1982, à la date de l’enquête, l’entreprise de Najib, Abid et Elie n’emploie plus que huit personnes du village sur un total de cinquante ouvriers, le reste des effectifs ouvriers étant composé d’Indiens, Pakistanais, Thailandais et Soudanais. Par contre, la tendance qui s’était amorcée au sein de l’entreprise dès 1975 s’est consolidée. D’un côté, des villageois ont monté leurs propres « affaires » soit en contrôlant la totalité du capital de leur entreprise, c’est le cas de Sagir et Camil Abou Antoun, soit en s’installant au nom d’une entreprise plus importante dont ils ont reçu délégation de pouvoir dans le traitement des marchés, c’est le cas des trois frères Farid, Emile et Elie. D’un autre côté, des regroupements de petits artisans travaillant au coup par coup, par « maisonnée », sous la direction du plus ancien d’entre eux. Toutefois, chacun exerce également pour son propre compte en embauchant des journaliers yéménites et s’occupe tout à la fois de la négociation des marchés et de leur réalisation. Ces regroupements fondés sur l’initiative individuelle mais également sur certaines formes de coopération concernant par exemple l’obtention de contrats permettent en grande partie d’expliquer le succès de ceux qui y participent.

38Or, si l’on tente de voir ce qui s’est passé tout au long de cette période qui s’étend des années 1960 au début des années 1980, tout se passe comme si un processus en deux temps s’était mis en place.

39Dans un premier temps et sous l’initiative des trois frères Abou Antoun, un processus de recrutement se met en place, d’abord à l’intérieur de la famille puis très vite en dehors d’elle, qui permet à l’ensemble des villageois candidats au départ de bénéficier des possibilités nouvelles qu’offre le « boom » saoudien. Dans sa plus haute phase, ce mécanisme concerne plus de 65 % de la force de travail masculine en âge de travailler et les conditions qu’il crée sont telles qu’elles permettent de maximiser les intérêts de chacun en même temps que les intérêts communautaires.

40Dans un second temps, sous l’influence d’une concurrence accrue tant sur le marché du travail que sur le marché des appels d’offre on observe un processus de différenciation à l’intérieur même de la filière villageoise. Cette différenciation reporte sur un autre plan l’expression des solidarités collectives, mais il tend de plus en plus à opérer une partition entre ceux qui ont monté leur propre entreprise et qui continuent à employer de la main-d’œuvre villageoise. Cette possibilité est déterminée par un volume minimal de chiffre d’affaire qui permet de faire encore jouer la logique des rapports villageois ; ceux qui se sont constitués comme artisans et qui n’emploient que de la main-d’œuvre yéménite, et ceux, enfin, qui sont rentrés au village soit pour y rester définitivement, soit pour repartir à nouveau ailleurs et dans de nouvelles conditions.

41Avant d’analyser les effets de cette partition sur la reproduction des équilibres villageois, faisons tout d’abord observer qu’elle se manifeste comme dualité des destinées familiales en exil : en effet, sur les 80 villageois de Kaakour présents à Riyadh à la date de l’enquête, 18 d’entre eux travaillent avec les frères Farid, Emile et Elie, 14 chez Sagir et Camil, 8 enfin avec Najib soit 40 au total, alors que les autres (35) travaillent selon les formules de regroupement d’artisans que nous venons d’évoquer, trois d’entre eux seulement apparaissent comme des « isolés ».

42Or, de façon extrêmement caractéristique, cette partition correspond à quelques exceptions près à un clivage entre la famille Abou Antoun et la famille Mazloum (tableau 2). Or, cette partition n’existait pas de manière aussi marquée en 1975 et l’on a le sentiment qu’elle est le produit de deux stratégies de reproduction sociales nettement différenciées, à l’intérieur même de l’unité et des solidarités qui se manifestent au sein de la communauté.

Tableau 2 Répartition des émigrés de Kaakour à Riyadh selon la famille d’origine et selon la profession.

Tableau 2 Répartition des émigrés de Kaakour à Riyadh selon la famille d’origine et selon la profession.

43D’un côté, pour la famille Abou Antoun, tout se passe comme si la trajectoire de ses membres était liée à la capacité de certains d’entre eux à s’installer comme entrepreneurs tout en continuant à employer des villageois malgré le caractère peu propice du marché du travail. Affaiblissant du même coup l’antagonisme patrons ouvriers au bénéfice d’une redistribution plus élargie n’excluant pas le recours à la main-d’œuvre asiatique, cette stratégie fait la différence parmi les villageois qui resteront entre les Abou Antoun et les Mazloum.

44D’un autre côté, pour la famille Mazloum, reproduisant de jour en jour une situation de négociation de marché en tant que petits artisans, le regroupement par lieux d’habitat d’une population exclusivement composée de célibataires est déterminant dans la mesure où, permettant de conjoindre les efforts et les ressources de chacun, il permet du même coup d’échapper aux contraintes caractéristiques du travail artisanal, (incertitude sur les commandes), tout en maximisant les gains d’une installation « à son propre compte ».

45Cette situtation a été rendu possible à la fois par les conditions exceptionnelles de l’activité en Arabie Saoudite entre 1970 et 1980 mais également par la manière dont a évolué la stratégie communautaire dans son ensemble ainsi que la stratégie de chaque famille en particulier. Ce sont ces deux aspects que nous proposons maintenant d’examiner.

3. L’ARABIE SAOUDITE, LA DIVERSIFICATION INDUSTRIELLE ET L’IMMIGRATION

  • 5 Au sens strict, la rente pétrolière apparaît comme une ponction sur le profit réalisé dans d’autres (...)
  • 6 Cet aspect a longuement été développé ailleurs. (Gilbert Beaugé, « Le rôle de l’Etat dans les migra (...)
  • 7 Paul Vieille, « Pétrole et classe fonctionnelle : le cas de l’Arabie Saoudite », Peuples Méditerran (...)

46Jusqu’au début des années 1970, on peut dire que l’Arabie Saoudite a évolué selon une stricte logique rentière. La rente n’ayant pas besoin d’investissements pour se reproduire 5, la manière dont elle est captée dépend de la structure des rapports de force au sein de l’industrie pétrolière internationale, et la manière dont elle est dépensée sert principalement à renforcer la structure des rapports sociaux internes : c’est la mise en place du « Welfare State » saoudien dont la logique tend à faire dépendre la reproduction de segments de plus en plus nombreux de la société civile des seuls rapports qu’ils entretiennent avec l’Etat, ces rapports se nouant par le biais des redistributions improductives que celui-ci opère en leur direction6. Comme conséquence de cet aspect rentier de l’Etat, l’économie interne saoudienne est faiblement diversifiée, le secteur d’Etat y est pléthorique, le capital comme aspect particulier de la richesse sociale (salaires et profits) y est faiblement développé ou ne se développe que par « enclaves » en liaison avec le capital étranger, la consommation intérieure est massivement importée, et l’Etat apparaît comme l’agent à la fois de la dissolution et du maintien des communautés traditionnelles susceptibles de venir gonfler les rangs d’une offre potentielle de travail7.

47C’est cette logique qui, en partie au moins bascule avec le renchérissement du prix des produits pétroliers, en ce sens qu’elle se traduit à la fois par une série de transformations radicales dans l’agencement des rapports de force internationaux tout en imposant une recon-position des rapports sociaux intérieurs : dès cette période, le pays rencontre la nécessité de transformer une fraction importante de la rente dont il dispose en investissements productifs de manière à amorcer un cycle d’autonomie croissante vis-à-vis de ses seules exportations de brut et à jeter les bases de « l’après-pétrole ». Avec le renchérissement du prix des produit pétroliers, on peut dire que l’Arabie Saoudite entre dans une phrase de transition caractérisée par le passage d’une stricte économie rentière à un capitalisme rentier d’Etat. L’amorce de cette phase de transition soulève principalement deux problèmes. Celui de la mobilisation de cette fraction de la richesse rentière destinée à « fonctionner » comme capital. Sur ce plan, seul l’Etat en tant que tel et à l’exclusion des autres couches de la société dont la reproduction n’est pas encore liée à la transition au capitalisme, rencontre la nécessité d’investir. En effet, la transition au capitalisme constitue pour l’Etat la seule perspective de reproduction à la long terme dont il dispose. Sa stratégie va se déployer sur trois plans.

    1. Amorcer un cycle d’investissements lourds dans le domaine de la transformation des hydrocarbures en créant les conditions d’un contrôle progressif de ces investissements par le secteur « privé ». Il s’agit sur ce plan de favoriser l’émergence d’une classe d’entrepreneurs nationaux dont la reproduction cesse progressivement de dépendre du seul cycle rentier.

    2. Amorcer un cycle de « diversification » des activités industrielles du type « substitution d’importations » en aménageant, par toute une série de mesures juridiques extrêmement nombreuses et complexes, les conditions de l’investissement interne.

    3. Mobiliser massivement le capital étranger en prévoyant des formules de partenariat ou d’association favorisant un contrôle de ce capital par des ressortissants nationaux : le kafala comme rapport social spécifique est à l’articulation de ces trois exigences.

48Mais la transition au capitalisme soulève également le problème de la mobilisation de la force de travail nécessaire à la mise en valeur du capital. Sur ce plan l’Etat rencontre un problème extrêmement complexe : en effet, la mobilisation de la force de travail, c’est-à-dire l’instauration du rapport salarial comme rapport social dominant sur des bases internes, se heurte à la manière même dont l’Etat s’est constitué, particulièrement au fait que les redistributions improductives qu’il opère ont assuré dans la plupart des cas des niveaux de revenus supérieurs à ceux que procureraient des salaires compatibles avec un taux de profit moyen de transition. Or, l’Etat ne peut du jour au lendemain réduire le volume de ces redistributions sans remettre dangereusement en question les bases même sur lesquelles il s’est constitué.

49L’appel au capital et à la main-d’œuvre étrangère représentent les deux aspects d’une stratégie de transition amorcée par l’appareil d’Etat saoudien face aux contradictions qu’il lui faut affronter pour transformer les conditions sociales de sa reproduction à long terme.

1. La mobilisation du capital.

  • 8 Riadh Tabbarah, « Development with unlimited supply of capital : the arab experience », Population (...)

50Aucune statistique ne permet d’estimer avec précision l’ampleur et la répartition du capital étranger en Arabie Saoudite, pas plus que celle du capital saoudien à l’étranger. Ici comme ailleurs, l’absence de données tend à faire sous-estimer un phénomène structurel extrêmement massif et ceci d’autant plus que l’Arabie Saoudite étant souvent décrite et analysée comme une économie disposant « d’une offre illimitée en capital »8, l’idée qu’il lui faire appel de façon massive au capital étranger ne s’installe pas immédiatement dans les esprits. Bien que ces données ne permettent pas de saisir toute l’ampleur du mouvement d’investissement ni d’en proposer une répartition sectorielle convenable, l’étude du budget de l’Etat, permet de se faire une idée approchée du mouvement de « diversification industrielle ». Cette idée peut être complétée par l’évolution des dépenses sur le PIB entre 1970 et 1977.

51Tout d’abord, le budget de l’Etat est multiplié par 5 entre 1974, après le premier choc pétrolier, et 1981, au terme du second. En termes de dépenses, cet accroissement bénéficie surtout au secteur des ressources humaines, des subventions et des prêts accordés au secteur privé, à la santé et aux affaire sociales ainsi qu’au développement des ressources économiques. Il bénéficie beaucoup moins à l’aviation et à la défense, au secteur des infrastructures, à l’administration et à l’aide étrangère, mais surtout on observe une transformation des priorités et des hiérarchies de dépenses : l’aide au secteur privé qui représentait 2,1 % des dépenses en 1974 représente 10 % en 1981, et le développement des ressources économiques qui représentait 2,9 % des dépenses en 1974 en représente 7,9 % en 1981.

  • 9 SAMA, Annual Report 1979. (Cité par Ali D. Johany, The myth of the OPEC cartel : the role of Saudi (...)

52Sur un autre plan, et alors que le PIB est multiplié par 9 entre 1971 et 1977, les dépenses sur PIB destinées à l’accumulation du capital sont multipliées par 20 avec une initiative deux fois plus importante dans le cas du gouvernement que dans le cas du secteur privé (tableau 3). Toutefois on observe des disparités considérables par secteur : dans l’ordre, c’est le bâtiment et la construction (x 30) ainsi que les mines et carrières (x 20) dont le PIB s’accroît le plus rapidement, bien avant le pétrole (x 10) et le secteur gouvernemental (x 8)9. Une progression aussi spectaculaire, bien qu’étroitement localisée sur certain secteurs de l’activité, n’aurait pas pu se produire sans une mobilisation massive de la force de travail étrangère.

Tableau 3 Dépenses sur le PIB (en millions de rials saoudiens courants).

Tableau 3 Dépenses sur le PIB (en millions de rials saoudiens courants).

*erreurs et omissions comprises

Source : SAMA, statistical summary Damman 1979. cité par Donald M. Moliver et Paul J.Ab- bondante, The economy of Saudi Arabia, Praeger, New York 1980, p. 44.

2. La mobilisation de la force de travail.

53On peut admettre qu’entre 1963 et 1980 la population globale de l’Arabie Saoudite, nationaux et étrangers compris, passe d’environ 3 300°000 à un peu plus de 7 200°000 individus et que cette progression est principalement due à l’apport de population étrangère qui au cours de la même période passe d’environ 100°000 personnes à plusde 2 100°000. Cette progression se reflète dans l’évolution de la population active qui, au cours de la même période, nationaux et étrangers confondus, passe d’environ 720°000 travailleurs à plus de 3 200°000 mais avec des disparités considérables entre nationaux et étrangers : alors que la population active nationale double au cours de la période considérée et passe d’environ 600°000 à 1 200°000, la population active étrangère est multipliée par 30 et passe de 60°000 à environ 2°000 000 (tableau 4).

  • 10 Sur cet aspect cf. Gilbert Beaugé et Makram Sader, « The pattern of employment. Migration and Labou (...)

54L’ampleur de cette mutation est considérable et sans équivalent comparable, y compris dans les pays industrialisés. Toutefois, ce processus doit être nuancé en fonction de la répartition de la force de travail dans chacun des grands secteurs d’activité, et en fonction également de la composition nationale de la force de travail étrangère (tableau 5). En effet, dans chacun de ces secteurs, la notion de population active dissimule des processus de mise au travail distincts qui ne recoupent qu’exceptionnellement les mécanismes du travail salarié et, à l’intérieur du champ des activités salariées on observe des disparités extrêmement importantes selon l’origine nationale de la force de travail10.

Tableau 4 Population totale et population active de 1963 A 1980 (en milliers).

Tableau 4 Population totale et population active de 1963 A 1980 (en milliers).

Source : *Said Hitti, Georges Abed, “The economy and finance of Saudi Arabia” International monetary fund staff paper vol. 21, juillet 1974

**Central Planning Organisation

***J.S. Birks and C.A. Sinclair, Arab Manpower, Croom Helm, L.ondon 1980, table 5.13 p. 108

****Faysal al Salem, Ahmed Dhaher, /Expatriate labour in the Gulf/, Koweit, 1983, p. 25 (en arabe)

Tableau 5 Population active par secteurs d’activité (en milliers).

Tableau 5 Population active par secteurs d’activité (en milliers).

55Pour nous en tenir à la seule série de données homogènes dont nous disposions en ce qui concerne la ventilation de la population active par secteur d’activité, plusieurs remarques s’imposent.

  1. Tout d’abord, entre 1975 et 1980, quatre grands secteurs d’activité se dessinent. Il s’agit de l’agriculture qui n’apparaît que de façon exceptionnelle comme une activité capitalisée et ceci permet d’expliquer la proportion importante de nationaux qui y sont employés. Il s’agit également de l’emploi dans le secteur gouvernemental qui, pour les nationaux apparaît comme un secteur « refuge ». Du secteur de la construction et de celui des services qui, massivement, accueillent la main-d’œuvre étrangère. A eux seuls, ces secteurs mobilisent plus de 75 % de la population laborieuse et si l’on observe une stagnation des services ainsi qu’une diminution de l’agriculture, par contre on note une augmentation des effectifs gouvernementaux ainsi que des effectifs employés dans la construction.

  2. Le secteur pétrolier, celui de l’eau, du gaz et de l’électricité ainsi que celui des finances ne participent que médiocrement à l’emploi global : 5 % cumulé pour l’année 1979. Le secteur manufacturier reste stationnaire aux alentours de 4 % de l’emploi global. Les transports et les communications ainsi que le commerce et l’hôtellerie enregistrent une progression comparable à la progression globale de l’emploi.

  3. Enfin, en ce qui concerne la progression comparée de l’emploi national par rapport à l’emploi étranger, notons que la main-d’œuvre nationale s’accroît de 4,4 % pendant que la main-d’œuvre étrangère s’accroît de 37,5 %, et que cette augmentation bénéficie principalement au secteur de la construction (+ 60 %) et à l’agriculture (4-10 %) alors que dans tous les autres secteurs la progression de l’emploi national et étranger suit approximativement celle de l’emploi global, sauf dans celui des finances qui enregistre un faible recul des nationaux (cf. tableau 5). C’est dans ce contexte d’ensemble que s’insère l’émigration libanaise en Arabie Saoudite.

4. LES STRATÉGIES MIGRATOIRES

1. La stratégie du clan Abou Antoun.

56Nous avons vu que l’entreprise de Najib, Adib et Elie A.A. avait servi en quelque sorte de « plaque tournante » pour l’émigration villageoise vers Riyadh jusqu’autour des années 1975. L’année 1975, au cours de laquelle s’opère une première différenciation à l’intérieur de la communauté apparaît comme l’aboutissement d’un lent processus au terme duquel l’entreprise Rock Factory cesse de détenir le monopole de la pierre de taille en même temps que s’accentue la concurrence pour l’emploi dans l’ensemble des secteurs de l’activité.

57Dans un premier temps, l’Etat saoudien impose par décret une surface minimale de 30 à 40°% de la surface bâtie apparente des bâtiments et édifices publics de la ville en pierre blanche de Riyadh et ceci a pour effet, en même temps que de promouvoir les activités de l’entreprise, de susciter une concurrence accrue. Ce processus ne fera que s’amplifier à partir de 1978 et, si en 1981, la Rock Factory apparaît encore comme la première entreprise du royaume pour la taille et la pose de la pierre, on compte pour la seule ville de Riyadh de 100 à 120 entreprises différentes se livrant à la même activité. Simultanément, sous l’effet de la concurrence exercée par la main d’œuvre asiatique, on passe d’un système dominant de rémunération à la journée à un système dominant de rémunération à la tâche. Ceci a pour principal effet de faire chuter les prix de facturation du mètre carré posé pour lesquels les seuls coûts en main d’œuvre passent de 250 à 100 RS entre 1976 et 1979.

58Pour une très large part, cette évolution a été à l’origine de la différenciation de la communauté villageoise dans la mesure où elle a imposé une transformation radicale dans la gestion du personnel et des grands chantiers. Sur un autre plan, et sur des chantiers de moindre importance, elle a favorisé l’essor du petit artisanat. C’est cette double tendance que semble avoir épousée la communauté émigrée de Kaakour à Riyadh.

  1. L’entreprise de Najib, Adib et Elie. Caractéristique d’une intégration verticale de la filière « pierre de taille », l’entreprise Najib, Adib et Elie A.A. couvre l’ensemble des activités d’extraction (carrières) d’usinage (taille) ainsi que de pose et de finition (réalisation des chantiers).

59Il existe à Riyadh quatre qualités différentes de pierre dont le prix de facturation aux différentes étapes de la production varie en fonction de la nature du matériau de base (marbre, pierre blanche, pierre jaune) et de la complexité des opérations d’usinage (taille simple, taille nécessitant des passages répétés en machine, etc.). Le seul prix du matériau usiné tel qu’il est facturé oscille selon un éventail de prix allant de 120 à 320 RS./m2 sauf cas relativement exceptionnel d’importation de matériaux non disponibles sur place comme le marbre de Carrare, etc. Quelle que soit la qualité du matériau et la complexité des opérations d’usinage, en 1981 la pose était facturée 100 RS/m2.

60Actuellement, l’entreprise gère l’exploitation de six carrières situées dans un périmètre de 70 à 120 km de Riyadh. Le seul travail d’extraction mobilise en permanence une vingtaine d’ouvriers (4 contremaîtres, 2 chauffeurs, 2 grutiers, une dizaine de manœuvres au marteau-piqueur) dont la rotation sur les sites s’organise en fonction de la demande et des impératifs de gestion de stocks. Pour acheminer la pierre brute vers l’usine ainsi que l’eau nécessaire à l’extraction, l’entreprise dispose de trois camions bennes, de deux camions citernes et de deux camions « tout venant ». Toute qualité de matériaux confondue, la production moyenne de l’ensemble des carrières est de 120 m3 par jour.

  1. L’usinage de la pierre. Une fois extraite, la pierre est acheminée vers l’usine de taille de Riyadh. Le traitement, c’est-à-dire la taille de la pierre, se décompose en plusieurs phases que l’on peut regrouper en deux opérations principales : le traitement « de gros » qui s’applique indistinctement à l’ensemble des matériaux bruts, le traitement « de détail » qui s’applique à une partie seulement des matériaux en fonction des formes, des gabarits ou des dessins que l’on souhaite obtenir.

61La première phase consiste à découper les blocs de pierre en tranches d’épaisseurs différentes et cette phase est assurée par trois machines qui varient selon leur degré d’automatisation et leur usage, compte tenu de caractéristiques physiques du matériau (pierre dure/pierre tendre). La capacité de traitement cumulé de ces trois machines est d’environ 75 à 85 m3/jour. Leur valeur nominale cumulée à la date d’achat (1970-73) est d’environ 220°000 RS amortie sur une base théorique de 10 % par an. Toutefois, ce taux qui nous donne une période d’amortissement théorique d’une dizaine d’années ne correspond pas au taux réel d’amortissement dans la mesure où existe à Riyadh un marché de l’équipement industriel d’occasion dont le taux de revalorisation vis-à-vis du matériel neuf est supérieur, pour certaines catégories de machines, à leur taux d’obsolescence. Ainsi, la valeur du matériel d’équipement augmente au fur et à mesure de son usage. Dans le cas des machines que nous venons d’indiquer, elles ont été achetées au Liban, elles tournent en continu tout au long de la journée et sont desservies par deux ouvriers indiens.

62La deuxième phase consiste à découper le produit de la première opération en blocs de format standard (100 x 80 cm). Cette phase est assurée par deux machines achetées en 1970 pour un prix cumulé de 36°000 RS. Leur capacité moyenne de traitement journalier est de 60 à 100 m2 par jour. La troisième phase, le polissage de la pierre, est assuré par trois machines. Deux ont été achetées en 1971 (valeur : 12°000 RS) et l’autre en 1981 (valeur : 20°000 RS). Leur capacité de traitement est d’environ 200 m2 par jour. Ces deux dernières phases sont accomplies en alternance par quatre ouvriers indiens et elles mettent un terme au traitement « de gros ». Les phases ultérieures, concernant le traitement « de détail » ne s’appliquent qu’à une fraction seulement de la production qui a été dégrossie : elles concernent la découpe en cubes, la découpe des frontons et des corniches, les pierres d’angles, le chanfreinage, les arrondis, etc.

63Le traitement final « de détail » est assuré par une dizaine de machines dont l’achat s’échelonne de 1968 à 1976. La valeur cumulée de ces équipements à leur date d’achat est de 210°000 RS et leurs capacités de traitement journalier sont extrêmement variables : il dépend considérablement des commandes en provenance des différents chantiers. Ces machines sont desservies en alternance par quatre ouvriers indiens qui se relaient d’une machine sur l’autre.

64Au terme de l’usinage proprement dit, une dernière phase du traitement concerne le concassage des retombées ou déchets, qui est assuré par trois machines : un concasseur qui produit 10 m3 de sable ainsi que 10 m3 de cailloux par jour (18°000 RS en 1968), plus deux machines à produire de la poudre à plâtre d’une capacité de 5 à 6 m3 par jour chacune. La première a été achetée en 1969 pour 7°000 RS, la seconde en 1976 pour 12°000 RS. Le sable est revendu 25 RS les 50 kilos, les cailloux 20 RS le m3 et la poudre à 50 RS le m3.

65L’usine produit chaque jour de 200 à 300 m2 de pierres toutes catégories confondues. Le quart de cette production est directement commercialisée sur le marché local ou à l’exportation, le reste alimente les chantiers que l’entreprise réalise elle-même.

66L’usine se complète par un atelier mécanique et par des bureaux administratifs. Jusqu’en 1978, l’entretien du parc machine était confié en sous-traitance mais depuis cette date, l’entreprise a ouvert son propre atelier qui emploie en permanence huit ouvriers mécaniciens, tous Thaïlandais. Le parc machine et le parc véhicule (camions, autobus, jeeps, voitures, grues, compresseurs, bétonnières, élévateurs, etc.) comprend une trentaine d’unités d’une valeur globale estimée à 700°000 RS. L’administration, la comptabilité et les ventes mobilisent trois Libanais en dehors du directeur lui-même et de son fils. Les équipements sont modestes et largement amortis depuis leur entrée en fonction. Deux gardiens soudanais assurent de nuit la sécurité des installations. L’autre versant des activités de l’entreprise comprend les chantiers de pose.

  1. Les chantiers. L’entreprise distingue deux types de chantiers. Les grands chantiers, c’est-à-dire les chantiers de plus de 40°000 m2, s’échelonnent sur plusieurs années et nécessitent une mobilisation importante de moyens et de main d’oeuvre. De 1970 à 1976, plusieurs grands chantiers ont été réalisés de cette façon, notamment à Jeddah (Palais Al Hamra : 5 ans), à Taef (Assemblée des ministres : 5 ans), à Riyadh (Palais de réception des invités royaux : 2 ans), mais également à la Mecque, Dammam, Abha El Koubar, etc. Chaque chantier mobilise en moyenne et en permanence 50 ouvriers.

67Depuis 1976, l’entreprise est chargée de réaliser le revêtement en pierre de taille de l’université de Riyadh pour un montant de 10 millions de RS. Ce projet se réalise en sous-traitance avec une entreprise allemande qui est chargée du gros œuvre. Il porte sur 10°000 m2 et mobilise en permanence 60 ouvriers et a occasionné la construction d’une nouvelle usine de taille d’un coût global de 1.2 millions de RS.

68Par ailleurs, l’entreprise réalise de nombreux chantiers de moindre importance (villas, immeubles, etc.) d’une moyenne de 1°000 m2 chacun et d’une durée de 4 à 5 mois, confiés à des équipes de 3 à 4 ouvriers. Entre 1968 et 1980, l’entreprise avait réalisé de 2 à 3°000 villas et, depuis le début de l’année en cours à la date de l’enquête (mars) 150 villas avaient été terminées ou étaient encore en chantier. Pour donner un ordre de grandeur des coûts et profits réalisés par l’entreprise sur une villa privée de 800 m2 recouverte de pierres de taille facturées à 75 RS le m2, le montant global du devis s’élevait à 160°000 RS et se décomposait en matériaux : 60°000 RS, salaires : 60°000 RS. Le projet avait mobilisé en permanence 4 ouvriers pendant 2 mois.

  1. La force de travail : coûts et salaires. Nous avons déjà indiqué l’évolution des effectifs jusqu’en 1980. A la date de l’enquête, l’entreprise employait 103 personnes (tabl. 6). Par ailleurs, les salaires mensualisés, c’est-à-dire les salaires des ouvriers des carrières et de l’usine évoluaient dans une fourchette allant de 1°000 à 6°000 RS par mois variables selon la nationalité et les emplois occupés (tab. 7). Les ouvriers thaïlandais, soudanais, syriens étaient logés et nourris, les ouvriers indiens, turcs et libanais uniquement nourris et tous, pour 25 jours de congé annuel, disposaient d’un billet aller/retour (Riyadh-Bombay : 1°100 RS). Les ouvriers travaillant sur les chantiers étaient rémunérés à la tâche, c’est-à-dire au mètre carré posé, sur une fourchette allant de 50 à 80 RS/m2 pour les Libanais et de 40 à 65 RS/m2 pour les Thaïlandais.

69Or, dès 1973, avant même que ne s’accuse la concurrence sur les marchés de la construction, un certain nombre de villageois travaillant dans le cadre de la Rock Factory prennent l’initiative de s’installer à leur compte reproduisant, avec un temps de décalage, la démarche qui avait été celle de Najib, Abid et Elie : il s’agit des frères Camil et Sagir A.A. d’un côté, des frères Elie, Farid et Emile A.A. de l’autre. Dans les deux cas, il s’agit de frères qui s’associent pour monter leur propre affaire. Dans les deux cas, ils sont issus du clan Abou Antoun. Dans les deux cas enfin, et au détail près, ils profitent des mêmes circonstances d’ensemble que celles que nous venons de décrire pour la Rock Factory.

Tableau 6 Répartition de la main-d’œuvre par emplois (vers 1980).

Tableau 6 Répartition de la main-d’œuvre par emplois (vers 1980).

Tableau 7 Evaluation des salaires accordés suivant les emplois (vers 1980).

Tableau 7 Evaluation des salaires accordés suivant les emplois (vers 1980).

70En revanche, et quoique ces initiatives soient internes au clan Abou Antoun, leurs stratégies d’embauche ont été un peu différentes, témoignant dans l’un et l’autre cas de préoccupations davantage centrées sur l’espace villageois : c’est sans doute que, plus tardive donc ayant moins eu le temps de se déployer sur le terrain saoudien à une période où les coudées étaient beaucoup plus franches, la perspective d’une installation définitive ne se pose pas pour eux dans les mêmes termes que pour Najib et ses frères.

  1. L’entreprise de Sagir et Camil. Le grand-père de Sagir et Camil avait déjà émigré en Syrie (1890-1914) où il s’était installé comme commerçant. Leur père Khalil également : entre 1920 et 1930, il travaille comme journalier en Syrie. Dans le village, il possède le moulin à farine et travaille comme maçon à la tâche jusqu’autour des années 1960, il est maintenant à la retraite. Il a trois filles ainsi que deux fils : Sagir et Camil.

71Camil (44 ans) commence à travailler au village en 1957 comme maçon salarié puis monte une petite affaire artisanale en association avec son frère. A cette période, ils habitent encore tous les deux dans la maison de leur père. C’est en 1965 que Camil se rend à Riyadh où il travaille un temps avec Najib (15 mois). Il quitte ce dernier après avoir rencontré un compatriote libanais qui, bénéficiant de circonstances exceptionnelles qui ne dureront pas, exerce lui-même la fonction de kafil. En association, ils montent une usine pour la taille de la pierre, et Camil en profite pour faire venir son frère Sagir qui arrive à Riyadh en 1967. L’entreprise connaît un début de prospérité mais les deux frères se séparent de leur associé pour relancer l’affaire. Ils dirigent l’usine conjointement depuis 1973. Les deux frères ont fait venir leur famille à Riyadh. Camil a trois enfants dont l’aîné (8 ans) est scolarisé au Liban à l’école Saint-Joseph d’Antélias. Tous les deux font de fréquentes visites au village. Ils y passent en moyenne de trois à quatre mois par an.

72L’entreprise de Sagir et Camil emploie en moyenne de 40 à 70 personnes. La majorité des ouvriers sont d’origine asiatique mais, depuis 1975, une trentaine de villageois y ont exercé des fonctions de contremaître. Depuis cette date cinq d’entre eux ont quitté l’entreprise et sont rentrés définitivement au village, quatre autres l’ont quitté mais sont resté à Riyadh pour s’installer comme artisans et une quinzaine y travaillent encore. Tous appartiennent au clan Abou Antoun à l’exception de deux d’entre eux et, par groupe de deux ou trois (frères, père/fils...) ils appartiennent aux cinq principales lignées (jubb) du clan (fig. 1).

Fig. 1 Les principales lignées villageoises auxquelles appartiennent les émigrés étudiés.

73Il convient très certainement de discerner dans cette stratégie d’embauche le souci de Sagir et Camil d’exercer, par une répartition habile à l’intérieur de l’entreprise des représentants de chaque lignée, une influence fédérative à l’intérieur du clan qui trouve son principe et son application à l’intérieur même du village. Par les circuits de diffusion d’informations qu’elle rend possible, mais également par la nature des liens qu’elle permet d’entretenir entre la communauté de travail et le village, cette stratégie témoigne de la volonté des deux frères de s’affirmer comme leaders potentiels des remaniements de pouvoir que l’expérience migratoire rendra inévitable. Pour ceux qui continuent à travailler dans le cadre de l’entreprise malgré la concurrence asiatique et alors que leur installation comme artisan offrirait sans doute des espérances de gains beaucoup plus élevées, il s’agit de mettre à profit les possibilités d’entente avec le patron notamment dans une gestion plus souple des allées et venues entre l’Arabie Saoudite et le village sans courir les risques d’une activité « à son propre compte ».

Fig. 2 Aboud et ses fils : les relations de parenté de Sagir et Camil.

74L’exemple de Aboud (57 ans) et de ses deux fils Farid et Samir (fig. 2) est tout à fait significatif : après avoir travaillé pendant huit mois chez Najib en 1974 pour un salaire journalier de 70 RS, Aboud revient au village puis retourne à nouveau à Riyadh en 1977 accompagné de ses deux fils. Tous les trois travaillent alors chez Sagir et Samil. Aboud travaille maintenant pour un salaire de 40 à 60 RS/m2 et, la concurrence asiatique s’étant déjà fait sentir, il rentrera définitivement au bout de six mois après avoir passé « le relais » à ses enfants. Ses deux fils qui, avant de partir à Riyadh étaient tous les deux coiffeurs au village continuent à y travailler en alternant leur présence, chacun passant en moyenne six mois au village et six mois à Riyadh. Ils gagnent en moyenne 90 RS par jour et envoient chacun entre 1°200 et 1°500 RS par mois à la famille, ce qui est le minimum que nous ayons enregistré. Du point de vue de Sagir et Camil, il s’agit tout à la fois de renforcer la cohésion familiale en mobilisant au mieux les relations qui transitent par les femmes (leurs sœurs) tout en soutenant ceux parmi leurs alliés directs qui se sont installés à leur compte. La position de relatif isolement de la famille provenant de sa faiblesse numérique en hommes est ici compensée par une stratégie d’alliance particulièrement habile qui tend à diversifier au maximum les points d’ancrage et de soutien possible : ainsi, Sagir s’est marié à l’intérieur du clan, son frère Camil a trouvé une femme parmi les Mazloum et leurs deux sœurs Knefle et Yasmine avec Aboud, donc un homme qui appartient au clan, et avec un membre de la famille Jardak (fig. 2).

75Si dans le système de la parenté libanaise, une femme est d’autant plus convoitée qu’elle dispose de frères plus nombreux tout à la fois garants de son « honnêteté » et susceptible de devenir des alliés potentiels, inversement, le succès social des hommes peut très bien se combiner avec un nombre accru de femmes par qui transiteront toutes les formes d’alliances entre frères et beau-frères qui sont au principe même de l’entreprise familiale et dont on peut repérer les effets tout au long des initiatives prises pendant la période d’émigration.

  1. L’initiative des frères Farid, Emile et Elie. Le cas des frères Farid, Emile et Elie A.A. offre l’exemple d’une variante dans les stratégies adoptées au cours de l’émigration. L’entreprise Assib est une importante entreprise saoudienne de construction et de commerce. La seule branche de la construction emploie une centaine d’ouvriers répartis sur plusieurs départements : Farid, Emile et Elie sont respectivement directeur, chef de chantier et comptable du département s’occupant de la taille de la pierre et ils sont en contrat d’exclusivité avec l’entreprise Assib tout en jouissant à l’intérieur de l’entreprise d’une autonomie d’initiative et de décision relativement importante.

76Le premier à venir à Riyadh, Farid arrive en 1968. Il est suivi deux ans plus tard par son frère Emile et tous les deux travaillent chez Najib jusqu’en 1976-77. Elie ne viendra que plus tard en 1975, et travaillera 28 mois pour une compagnie saoudienne avant de rejoindre ses frères qui, dans l’intervalle, s’étaient installés à leur propre compte. En 1975, Farid qui connaissait le kafil de l’entreprise Assib depuis 5 ans se met d’accord avec lui pour monter et lancer la branche de la pierre taillée : il a toute latitude de gestion et de recrutement.

77Depuis 1975, une quarantaine de villageois ont travaillé dans l’entreprise. Actuellement, il n’y en a plus que 18 dont 11, sur la douzaine d’ouvriers que comprend la branche, affectés à la pierre de taille. Les 7 autres se répartissent entre la maçonnerie et les charpentes. Là encore, et de façon extrêmement significative, nous ne rencontrerons dans la branche de la pierre que des membres du clan Abou Antoun, les autres et principalement les Achkar, se répartissant dans les autres branches d’activité qui sont également celles qui ont connu les départs les plus nombreux.

78Si, comme dans le cas précédent, des relations étroites de parenté unissent la plupart des villageois en même temps que s’opère une répartition équilibrée par lignées, par contre, la répartition par secteurs d’activité, sur lesquels s’exerce une compétence inégale pour l’emploi, fait mieux apparaître le principe du recrutement et celui de la sélection pour le retour.

2. La stratégie du clan Mazloum.

79Dans la ville de Riyadh, les Mazloum représentent encore une vingtaine d’individus installés comme artisans. Aucun n’a fait venir sa famille, et, de manière très caractéristique, ils se sont regoupés par « maisonnées ». On compte de cette manière six regroupements plus ou moins stables comprenant de trois à douze individus chacun, placés sous l’autorité de l’un d’entre eux, généralement le plus âgé. II s’agit essentiellement de membres du clan Mazloum ayant travaillé dans l’une des trois entreprises que nous venons d’évoquer ou de familles alliées aux Mazloum : Jardak ou Karaki. Ainsi on parlera de la « maison » Mansour, du nom de celui qui en apparaît comme le porte-parole (12 personnes) ; de celle d’Antoine (7), de Michel (3), de la maison d’Edward (3), de la maison de « ceux qui travaillent pour le prince » (7) et enfin de la maison Géries (6), les seuls parmi les artisans à appartenir au clan Abou Antoun. La mobilité relativement élevée de cette catégorie explique que le total de ceux que nous avons recensés ne soit pas identique à celui des présents.

80Il n’est pas sans intérêt d’analyser davantage le mode de fonctionnement interne de ces « maisonnées ». Nous nous limiterons ici à prendre trois exemples : la maison Mansour, celle d’Antoine et celle de William. Ces trois exemples nous fournissent un éventail complet des conditions de travail qui, entre les entrepreneurs et les simples ouvriers, définissent la situation des artisans.

  1. La maison Mansour regroupe une douzaine de personnes, tous célibataires, principalement autour des fils (ou des neveux) de Mansour M. ainsi que des trois frères Jardak (Amin, Khalil et Charbel) alliés au clan Mazloum par alliance directe. Tous les membres du groupe sont au moins cousins par alliance (fig. 3) et l’évolution du groupe est caractéristique d’un processus d’autonomisation et de division progressive du travail entre ses membres.

Fig. 3 La « maison » Mansour, de la lignée Abou Daoud.

81C’est autour de Mansour M. (jubb Abou Daoud) 50 ans, marié, 6 enfants, que se constitue le noyau stable du regroupement. Parti tardivement en 1976 à cause de la guerre au Liban, Mansour commence par travailler seul à Dammam où il rencontre son premier kafil. Il restera 18 mois de suite à Dammam, rentrera au village où il fera un séjour de 6 mois, puis reviendra à Riyadh en 1978. Là, il rejoint son fils Afif, trouve un nouveau kafil et recommence à travailler comme maçon en gérant directement les demandes qui lui sont adressées. Son fils Afif était déjà à Riyadh dès 1976 où il était arrivé en même temps que son cousin Rawfic. Le premier, 28 ans, marié, avait déjà travaillé un an comme plombier dans une entreprise saoudienne. Il avait passé 6 mois au village puis était retourné à Riyadh en 1978. Depuis cette date, il s’occupe de l’intendance du palais d’un émir, fils d’Ibn Saoud, et a abandonné le travail de la pierre. Le second, 27 ans, en Arabie Saoudite depius 1976, travaille comme électricien depuis 1978 après avoir changé plusieurs fois de kafil et entrecoupé son séjour de fréquents voyages au Liban. Jean (18 ans), frère cadet de Afif, fils de Mansour, les rejoint en 1980 et travaille depuis cette date comme bétonnier.

82Le groupe est également composé des trois frères Amin, Khalil et Charbel Jardak, respectivement 28, 20 et 19 ans qui tous les trois ont le même kafil et sont présents à Riyadh depuis 1978. Amin est maçon, ses deux autres frères sont plombiers. Dès le départ ceux-ci sont rejoints par Tony Fouad (30 ans) qui travaillait d’abord chez Najib puis qui, après un séjour de 6 mois au village, a changé de kafil prenant le même que celui de Mansour. C’est également le cas de Brahim (27 ans) en Arabie Saoudite depuis 1977 et qui, depuis cette date, a toujours conservé le même kafil.

83Chaque sous-groupe, à l’intérieur de la « maison » fonctionne selon un modèle comparable qui n’interdit pas que de nouveaux regroupements surgissent selon les chantiers à traiter et les circonstances : chacun, en liaison avec son propre kafil, négocie ses propres chantiers dont il est seul responsable et qu’il réalise en employant une main-d’œuvre yéménite à la journée. Deux possibilités se présentent alors. Soit l’artisan lui-même a trouvé et négocié le contrat : dans ce cas il verse à son kafil une somme forfaitaire comprise entre 10 et 15 % du montant global du devis ; les gains obtenus dans ces conditions dépendent toujours de la tournure de la négociation, mais il s’agit de la situation la plus avantageuse pour l’artisan. Soit le kafil lui- même trouve le chantier, le négocie et le confie ensuite à l’artisan : dans ce cas celui-ci est rémunéré à la tâche, c’est-à-dire au mètre carré posé ; dans ce cas, l’artisan est rémunéré directement par le kafil qui touche le montant global du devis sur la base de 50 a 70 RS/m2 et il effectue environ de 6 à 7 m2 par jour en ayant à son tour la possibilité de sous-traiter une partie de la tâche avec de la main-d’œuvre yéménite qu’il rémunère à un taux inférieur au sien à condition de s’occuper lui-même et directement du chantier. Dans ces conditions, il peut compter, en travaillant beaucoup, sur un revenu mensuel moyen de 6 à 7°000 RS, soit le salaire d’un ingénieur libanais travaillant pour le compte d’une entreprise comme salarié.

84Sur ces revenus, et dans le cas de la « maison » Mansour, chacun transfère environ 2°000 RS/mois à la famille restée au village, 1°000 RS sont consommés sur place (700 pour la nourriture et 300 pour le logement) 2°500 à 3°000 RS sont épargnés.

85En ce qui concerne les chantiers, il s’agit toujours de contrats de moyenne importance (600 à 1 200 m2) réalisés pour des particuliers (villas, petits immeubles, murs de soutènement, etc.) dont la réalisation n’excède jamais plus de 4 à 5 mois et les artisans se fournissent en matériaux, dans des conditions préférentielles, soit chez Najib, soit chez Sagir et Camil.

  1. La maison Antoine regroupe sept personnes dont six au moins en relation étroite de parenté (fig. 4). Le premier à venir fin 1975 et l’initiateur du regroupement est Charbel, 22 ans, qui travaille d’abord dans l’entreprise de Najib. Pendant deux ans, et dans le cadre de son travail, il va s’employer à compenser une venue tardive par une stratégie particulièrement habile de contacts et de relations. Construisant une villa pour le compte du directeur d’une importante entreprise saoudienne d’import-export, il lui demandera de devenir son kafil et celui-ci acceptera : désormais il traite directement avec son kafil pour son propre compte et obtient de lui six visas : « afin de faire venir les siens » (jubb Semaan). De cette manière, il fait venir simultanément son frère Assad (27 ans, marié, une fille), ses cousins germains Fouad et Barbar, leur père Rachid (44 ans) ainsi que leur oncle, Antoine (48 ans) le frère de Rachid. Il s’installent tous les six avec Elias Salim, un cousin au deuxième degré. Tous les sept ont donc le même kafil et, celui-ci s’étant engagé à leur procurer en permanence du travail, ils ne font donc que réaliser des chantiers. Le kafil fonctionne vis-à-vis d’eux comme un quasi employeur à la différence près qu’il ne les salarie pas, mais traite avec Antoine le montant global de chaque chantier que celui-ci répartit ensuite collectivement. Par ailleurs, les membres de la « maison » aiguillent sur le kafil les demandes qui leur parviennent directement et de façon individuelle. Selon les besoins de chaque chantier, ceux-ci se font aider à la journée par trois ou quatre maçons yéménites qu’ils rétribuent eux-mêmes sur la base de 100 RS/jour.

Fig. 4 La « maison » Antoine.

86Les calculs concernant le montant global d’un chantier s’effectuent au mètre carré, et les membres de la « maison » admettent que pratiquement ils travaillent à la tâche sur la base de 50 à 60 m2 par mois et par ouvrier, ce qui représente un revenu mensuel moyen d’environ 4°000 RS, en comptant les périodes de congé et de séjour au village qu’ils gèrent eux-mêmes en fonction des exigences de la tâche et des perspectives de retour. Antoine effectue des envois d’argent réguliers au Liban selon les besoins de sa famille et place le reste dans une banque saoudienne. Charbel épargne « pour se marier » et a déjà construit une maison à Kaakour en association et en copropriété avec son frère Assad. Tous les deux envisagent d’en construire une deuxième afin d’être indépendants l’un de l’autre,

  1. La maison William. La stratégie de William et de son frère Raymond est encore différente. Epoux de Asma, sœur d’Elie et de Najib, William arrive à Riyadh en 1971. Raymond, son frère, marié avec la cousine de Malek, le gendre de Sagir, n’arrivera que deux ans plus tard. Ils travailleront tous les deux avec Najib jusqu’en 1979, dirigeant notamment une équipe de 80 maçons à l’université de Riyadh. Tout au long de cette période, William apprend le métier à une centaine de villageois qui passeront par l’entreprise.

87En 1979, William rentre au village où il a l’intention de rester définitivement pendant que Raymond fait la connaissance du directeur d’une chaîne de grands magasins qui accepte de devenir son kafil et qu’il parvient à convaincre d’aller rechercher Willam afin de monter une affaire commune. A partir de cette date, et en collaboration avec leur kafil à qui ils versent 10 % du montant de leur chiffre d’affaire en contrepartie des contrats que celui-ci leur garantit, William et Raymond travaillent à leur compte. Lorsque nous les rencontrons, ils ont en projet un lotissement de 25 villas (6°000 m2) sur une durée de six mois et sur lequel ils envisagent d’employer en permanence huit ouvriers maçons, recrutés en dehors des rangs de la communauté, mais encadrés par un membre du village.

88C’est là que réside la spécificité de la stratégie de William et de son frère : ils n’emploient des gens du village qu’à des fonctions d’encadrement, le reste de la main-d’œuvre étant yéménite ou asiatique selon les exigences de chaque chantier. C’est d’ailleurs ce qui permet de comprendre que les relations de parenté à l’intérieur de la « maison » soient beaucoup plus réduites, les considérations de compétence et de technicité l’emportant sur toutes autres considérations.

89Sur le projet que nous venons d’indiquer, William et Raymond ne s’occupent que de la gestion du contrat et du suivi de chantier, revendant 300 RS le mètre carré posés, un matériau qu’ils ont acheté 100 RS/m2 à la Rock Factory et sur lequel les coûts en main-d’œuvre représentent 120 RS/m2, ce qui représente un profit brut d’environ 35 %.

90De la même manière, et afin de réaliser le palais d’un prince de haut rang, ils ont sollicité le concours de Henri et Elie M. deux frères ayant également travaillé dans l’entreprise de Najib. Dans ce cas, Henri et Elie interviennent directement sur le chantier qu’ils dirigent avec l’aide d’une main-d’œuvre yéménite d’appoint qui se limite à préparer le ciment et les pierres. Compte tenu du travail exceptionnellement soigné qui leur est demandé, Henri et Elie touchent 150 RS/m2 (alors que le tarif normal est de 70) mais, en revanche, il ne font pas plus de trois ou quatre mètres carrés par jour. Henri et Elie ne sont à Riyadh que de façon temporaire, le temps que prendra la réalisation du chantier. Ils y sont afin de pouvoir payer le groupe électrogène de l’usine de pierre qu’ils ont créée au village et dont ils partagent le capital pour moitié. En effet, malgré les difficultés qu’Henri et Elie rencontrent auprès des pouvoirs publics libanais pour leur approvisionnement en énergie, malgré également les difficultés dues à la situation de guerre, les deux frères ont décidé de lancer une unité de production autonome qui, pour l’instant, reste sous bâches. Avant de travailler pour William, Elie avait travaillé pour Najib de 1971 à 1980, d’abord comme simple tailleur à la tâche, puis en prenant 10 RS au m2 posé par les équipes qu’il dirigeait.

3. Les isolés.

91Enfin, on dénombre quelques « isolés » soit que leur travail ne les associe pas directement au bâtiment et à la taille de la pierre, c’est le cas de Elie A. installé à Riyadh comme bijoutier, soit, qu’associés au bâtiment, ils exercent des fonctions de représentation exigeant d’eux une très forte mobilité, c’est le cas de Adel A., soit encore qu’ils aient préféré tenter leur chance seuls en dehors des réseaux de solidarité et d’entraide villageoise, c’est le cas de Adel M.

92Le cas de Adel M. est tout à fait caractéristique d’un parcours en marge des régulations communautaires : il allie une très forte mobilité à une diversification poussée du champ de ses activités. Entre 1966 et 1977, Adel, 40 ans, exerce comme instituteur dans l’école du village ainsi que chez les sœurs du rosaire dans un village voisin. A cette époque et comme instituteur, il gagne environ 800 LL/mois et à la mort de son père il hérite de 10°000 m2 de terrain en friche mais susceptible, ultérieurement, de devenir terrain à bâtir. C’est par l’intermédiaire d’un ami libanais, extérieur au village, qu’en 1977, il se rend à Riyadh où, entre 1977 et 1980, il passera en tout 30 mois. Il travaille d’abord comme salarié d’un entrepreneur saoudien tout en essayant par ailleurs de sous-traiter de menus travaux de maçonnerie : cet épisode durera deux mois. Il est embauché ensuite comme contremaître par Najib qui lui laisse toute latitude pour initier, à côté de son travail, des activités annexes d’autant plus lucratives que le champ relationnel dont il dispose lui permet rapidement d’en démultiplier les effets. Il quitte Najib assez rapidement après s’être entendu avec un ressortissant saoudien qui lui confie la gestion de ses opérations immobilières : ce poste va lui permettre de donner la pleine mesure de son savoir-faire social. Le réseau très étroit qu’il entretient avec les milieux cosmopolites de Riyadh, sachant toujours repérer les occasions d’apparaître comme un intermédiaire dans les transactions auxquelles il est associé, lui permet de « gérer » et de réactiver en permanence un réseau à l’intérieur duquel le moindre service rendu ou accepté n’est que l’amorce d’une relation d’affaire plus poussée et réciproquement. Durant ces trente mois, tout en restant relativement discret sur la nature exacte de ses activités, il réussi à épargner 540°000 LL et rentre au village pour se marier. Entre août et novembre 1981, il ne travaille pas mais se rend 15 jours en Arabie Saoudite pour renouveler son visa et mettre en place les conditions d’un nouveau séjour à Riyadh qu’il envisage de faire avec sa femme. Avant de repartir, il vient d’accepter au village la réalisation d’un petit chantier sur lequel il emploie de trois à six ouvriers : il admet que cette activité lui rapporte environ 5°000 LL/mois, « de quoi attendre ».

93En revanche, être « isolé » peut également apparaître comme le résultat d’un processus d’isolement. Dans ce cas les perspectives s’inversent et ce qui se présentait comme une condition de succès, se présente alors comme la cause et/ou la conséquence d’un échec.

94L’itinéraire migratoire des Achkar, si l’on fait exception de ceux de ses membres qui, bénéficiant d’un soutien par alliance avec l’un ou l’autre clan sont parvenus à se maintenir, est tout à fait exemplaire d’un effet d’isolement et de dispersion. Dans les années 50, Loris Achkar, le père de Youssef, Elias et Michel travaillait en alternance sur ses terres et comme maçon employé à la journée. Il possédait 50°000 m2 de forêt de pins ainsi que 2°000 m2 de terres irrigables ce qui, dans le village, le situait à un rang tout à fait honorable. Pour l’essentiel, ces biens provenaient d’allées et venues extrêmement fréquentes entre le village et le Hauran (Syrie) effectuées à une période (1930-1945) où les départs vers le Golfe n’étaient pas encore à l’ordre du jour. Actuellement retraité, il fait partie du « conseil des dix » et occupe donc une posture éminente à l’intérieur du village. Les destinées de ses trois fils sont exemplaires. Le premier, Youssef part définitivement au Mexique dans les années 50 rejoindre certains membres de la famille qui s’y étaient rendus dans la période antérieure. Il s’installe comme commerçant et y vit encore. Le deuxième, Elias, s’occupe de l’autobus du village et conserve cette fonction jusqu’à la période actuelle. Il ne quittera jamais le village. Seul le troisième, Michel partira à Taef en 1976 où il commence par rester 8 mois. Il trouve rapidement un kafil, et c’est le mari de sa nièce, extérieur au village, qui lui procure un visa. Ensuite, en 1977, il revient au village pour se marier, y reste 4 mois et repart à Taef pour un an.Là, il travaille à la tâche dans une entreprise saoudienne de 30 salariés où il est le seul originaire du village. Il réalise entre 5 et 8 m2 par jour à raison de 50 RS/m2. Ayant eut un accident de voiture, il restera hospitalisé pendant 5 mois à sa charge et devra rentrer au village. Sur la période passée dans le Golfe, Michel a épargné entre 100 et 120°000 LL qu’il a en partie dépensé pour se marier et s’équiper en ménage, le reste étant placé à la banque. Autodidacte, il exerce actuellement comme journaliste et collabore à de nombreuses revues publiées à Beyrouth et dans le monde arabe. Séparé de ses frères, privé d’un soutien communautaire et frappé par un accident, Michel ne peut se maintenir dans l’émigration et doit abandonner.

95C’est également le cas de Georges Fouad A.A. qui cumule le double handicap d’un mauvais aiguillage au départ et d’un relatif isolement villageois que viennent encore agraver des charges de familles importantes. Marié, 30 ans, mais sans enfants, Georges Fouad est l’aîné de 4 frères et de 5 sœurs. Son père qui possède 10°000 m2 de forêt passe un an en Libye vers 1965, pendant que Georges travaille au village avec ses oncles. Lorsque son père rentre de Libye, il y part à son tour, rejoint les amis de son père et y travaille de 1969 à 1971. Ensuite il rentre au village de 1972 à 1974. En 1974, il part à Riyadh avec son frère François à partir d’une annonce publiée par un bureau de placement de Beyrouth. Il travaille pendant trois ans dans une grande entreprise saoudienne d’import-export mais son frère rentre au bout de deux ans. Sur les 500 employés de l’entreprise, il y a une dizaine de Libanais, mais aucun villageois. Il partage avec eux un logement fourni par l’entreprise et dispose d’un contrat annuel renouvelable ainsi que d’un billet aller-retour Riyadh-Beyrouth par an. Il est également nourri par l’entreprise. Mensualisé à 2 500 LL/mois, il peut également compter sur des bonus irréguliers qui en moyenne s’élèvent à 1°000 LL/mois. Sur place, il dépense environ de 200 à 300 LL/mois et envoie par la banque, tous les deux mois, de 3°000 à 3°500 LL qui passent entièrement dans l’entretien de la famille. Ne pouvant épargner, il abandonne en 1978 pour rentrer au village où il vit depuis en même temps que sa femme et ses frères dans la maison de son père. Sur place il a des activités intermittentes de maçon où « de n’importe quoi ». Comme il le dit lui-même, « il essaye de se débrouiller ».

4. Evolution du processus migratoire.

96C’est en 1975-77, avec environ 200 villageois présents à Riyadh, que l’émigration des gens de Kaakour vers l’Arabie Saoudite atteint son apogée. A partir de 1978-80 tout se passe comme si, à partir du recrutement relativement indifférencié qui avait été opéré par Najib dans la période antérieure, un double processus de sélection s’était mis en place.

97D’un côté, certains membres du clan Abou Antoun ayant monté leur propre entreprise continuent à employer de la main-d’œuvre villageoise, mais emploient de plus en plus de main-d’œuvre asiatique. Un processus de substitution de l’une à l’autre s’est opéré, imposé par l’évolution des conditions générales de l’activité dans le Golfe.

98Dans ce cas, la main-d’œuvre villageoise qui reste appartient massivement et à quelques exceptions près au clan Abou Antoun.

99De l’autre, et toujours à quelques exceptions près, compréhensibles si l’on tient compte du jeu des alliances entre familles, les membres du clan Mazloum qui ont renoncé à rentrer définitivement au village, se sont installés comme artisans en employant presque exclusivement de la main-d’œuvre yéménite.

100Ce double mécanisme a massivement pénalisé les membres du clan Achkar qui présente le rapport arrivée/départ le plus élevé ainsi que certains membres de l’un ou l’autre des deux autres clans qui, pour une raison ou pour une autre, se sont trouvés engagés dans un processus d’isolement progressif. Quelle que soit la formule adoptée par les artisans (si l’on regroupe sous ce terme l’ensemble de ceux qui, sans être véritablement des entrepreneurs au sens où le capital dont il disposent est extrêmement réduit, sans être non plus des salariés, au sens où ils ne perçoivent un salaire que de façon exceptionnelle) on voit que dans tous les cas elle consiste à opérer des montages et à construire des situations qui permettent de contrôler les exigences qui apparaissent aux deux bouts de la chaîne migratoire : les conditions d’existence dans le village et les conditions de travail dans le Golfe.

101Dans un cas, il s’agit de maximiser ses revenus ce qui reste malgré tout la motivation principale des émigrés dans le Golfe, dans l’autre cas il s’agit d’optimiser les conditions du retour ce qui implique, dans l’un et l’autre cas de gérer au mieux les marges d’initiative dont on dispose. Si l’on fait exception des quelques gros entrepreneurs dont le succès désormais est assuré sur chacun des pôles du parcours migratoire, cette préoccupation s’impose aussi bien à ceux parmi les Abou Antoun qui sont salariés de ces entreprises qu’à ceux parmi les Mazloum qui se sont installés comme artisans, chacun par des moyens différents essayant d’accroitre sa marge d’initiative et de contrôle : les premiers par un rapport privilégié avec le patron, les seconds par une gestion habile des conditions générales de l’activité.

102Dans un premier temps, et sous la seule impulsion des entrepreneurs, le jeu des solidarités porte sur le recrutement préférentiel à l’intérieur du village et sur la possibilité laissée à certains de s’engager, pour leur propre compte, dans des activités annexes tout en contribuant à renforcer l’espace relationnel dont tout le monde, à un moment ou à l’autre, est susceptible de bénéficier. C’est la période d’expansion du mouvement.

103Dans un second temps, sous la pression des conditions d’ensemble de l’activité (concurrence sur le marché du travail, ressemement des contrats, etc.) les solidarités que nous venons d’évoquer cessent de porter sur l’ensemble de la communauté pour ne plus se manifester qu’à l’intérieur d’un clan, celui auquel appartiennent les entrepreneurs. Par contre, les solidarités inter-clans prennent une autre tournure apparaissant désormais comme une coopération entre entrepreneurs et artisans.

104Au niveau le plus général, les mêmes conditions qui ont favorisé le retour de certains villageois (la main-d’œuvre asiatique) apparaissent alors comme un facteur favorable à une nouvelle répartition des tâches entre artisans et entrepreneurs. Les Yéménites étant payés plus cher mais à la journée et n’ayant pas besoin de carte de travail ni de visas, alors que les Thaïlandais sont payés moins cher mais doivent être logés et nourris, l’emploi des Yéménites par les artisans leur permet d’avoir accès à toute une frange de marché exigeant une souplesse d’exécution que ne peuvent obtenir les grosses entreprises. Cette souplesse donne aux artisans un avantage comparatif qui favorise une répartition des marchés entre eux et les entrepreneurs et sur laquelle la solidarité inter-clans se manifeste pleinement. Cet aspect est renforcé par le fait qu’il est de règle parmi les artisans de se fournir en matériaux à la Rock Factory à des tarifs préférentiels de 10 à 25 % moins cher que les tarifs normaux en vigueur. Sur un autre plan, l’organisation des artisans par « maisons » favorise une division du travail de négociation et de prospection, chacun n’hésitant pas, à charge de revanche, à faire bénéficier chaque autre des occasions de chantier ou de profit qui lui sont offertes et réciproquement. En effet, dans une situation où les occasions de profit dépendent aussi bien du réseau relationnel dont chacun dispose, c’est-à-dire de l’étendue et de la précision de son savoir-faire social, que de ses compétences strictes en tant que tailleur de pierre, la socialisation des « contacts » est tout aussi importante et décisive que la socialisation des compétences. Si la possibilité de disposer d’un soutien communautaire constitue avec l’aptitude à savoir jouer d’un champ relationnel complexe, un facteur indéniable de succès, en revanche nombreux sont ceux pour qui l’expérience de l’émigration s’est soldée par un échec : c’est qu’à lui seul le soutien communautaire ne saurait se substituer à l’initiative des membres de la communauté, risquant dans certains cas de compromettre le succès de tous. En effet, le jeu des solidarités communautaires s’inscrit dans un système d’échange de services et de contre-services où rien n’est concédé ou obtenu contre rien et où seule la garantie pour celui qui accorde de faire de celui qui reçoit son obligé reproduit de jour en jour les conditions même du succès de ceux qui y participent. S’agissant d’une relation externe dans un cas, interne dans l’autre, on comprend que les rapports avec le kafil d’un côté, les rapports de parenté et d’alliance de l’autre apparaissent comme les deux pôles principaux autour desquels s’articulent les parcours migratoires. Il s’agit dans un cas de ne pas renoncer à ce à quoi la communauté seule ne saurait pourvoir ; il s’agit dans l’autre de maximiser ce que les efforts conjoints de tous permettent d’obtenir.

105Ainsi l’une des préoccupations constantes des villageois émigrés à Riyadh consiste à faire la connaissance d’un kafil avec lequel ils puissent s’entendrent de manière à tirer avantage d’une législation des activités qui, pour être de plus en plus précise, laisse encore intactes toutes les possibilités et les ressources qu’offre un rapport interpersonnel « de qualité » où les perspectives d’« arrangements » mutuels l’emportent toujours, et de loin, sur les exigences de la loi. Ce rapport étant extrêmement instable et toujours à renégocier on comprend les changements fréquents de kafil pour la plupart des émigrés. On comprend également l’extrême discrétion qui porte sur les activités « secondaires » de chacun et sur lesquelles il est très difficile de recueillir plus que des généralités. Faisant précisément l’objet d’une négociation de personne à personne entre le kafil et l’émigré, elles sont donc « confidentielles », mais tout nous porte à penser que dans de nombreux cas elles représentent plus que l’essentiel des revenus disponibles ou déclarés.

106Sur ce plan deux usages distincts viennent se télescoper : en effet, s’il est fréquent au Liban et même s’il est de règle que la plupart des hommes adultes exercent plusieurs activités différentes simultanément (la notion de service ou d’intermédiaire ayant acquis dans ce pays une extension difficilement imaginable dans la plupart des pays occidentaux) en revanche cette possibilité est théoriquement interdite par la législation saoudienne en vigueur. Toutefois, rares sont ceux qui sur ce plan ne parviennent pas à une « accommodation » avec leur kafil, l’objet de l’arrangement portant précisément sur la part qui reviendra à l’un et à l’autre. Evidemment, la possibilité pour l’émigré de changer de kafil, et de négocier avec un autre des conditions plus avantageuses, constitue pour les deux parties la limite fixée aux possibilités de s’entendre.

  • 11 Samir Mazloum, op. cit., p. 37.

107Dans ces circonstances, on comprend bien que la règle qui prévaut au sein des « regroupements » d’artisans soit celle de « chacun son propre kafil » : il s’agit en effet de démultiplier avec certains les possibilités que l’on n’est pas en mesure d’obtenir avec d’autres. En revanche lorsque ce n’est pas le cas, et qu’un « regroupement » dépend d’un seul kafil, on observe au sein du regroupement une division technique du travail beaucoup plus poussée et ceci d’autant plus que cette division s’inscrit dans les perspectives de retour de nombreux artisans qui estiment qu’au village le nombre de tailleurs de pierres a atteint un seuil qu’il serait inopportun de reculer. Ils deviennent alors électriciens, maçons, plombiers ou charpentiers. Dans la plaquette qu’il avait consacrée au village, le père Samir Mazloum faisait observer en 1970 que : « l’absence de certains métiers (conduisait à ce que) les travaux de finition soient confiés à des artisans de l’extérieur (alors que) on se serait attendu à rencontrer à Kaakour au moins tous les corps de métier proches du bâtiment »11. En 1980, la situation a considérablement évolué et ce n’est pas l’un des moindres effets de l’émigration vers le Golfe que d’avoir suscité une division accrue du travail du bâtiment à l’intérieur même de la communauté villageoise.

108Sur un autre plan, interne celui-là, les relations de parenté, particulièrement les relations entre frères et entre beaux-frères, constituent la garantie la plus sûre que tout ce qui est engagé comme capital de confiance ou capital matériel ne le sera jamais en vain. Susceptible d’être arbitré de façon interne et selon des règles familières à chacun, cette relation garantit que ceux qui y participent le font « d’un seul cri » ou si l’on veut, qu’appartenant à la même famille, ils seront à l’abri des vicissitudes que ne manqueront pas de faire surgir les aléas des situations d’exil. Celui qui passerait outre se verrait aussitôt condamné à ne plus pouvoir tenter sa chance que seul et en tout cas à un isolement qui compromettrait définitivement son projet social.

109Sans doute doit-on considérer que les relations entre beaux-frères, beaucoup plus que les simples relations entre frères ou entre père et fils sont de nature à maximiser ce que chacun est en mesure d’attendre du jeu des solidarités entre jubbs ou lignées. Parce qu’elle conjoint la proximité et le loyalisme que l’on peut attendre d’un allié tout en établissant la distance que l’on peut difficilement établir entre frères, ne serait-ce que parce que dans ce cas, toute opération vouée au partage est également vouée à apparaître comme une opération « à somme nulle », les relations entre beaux-frères apparaissent comme la clé de voûte du succès social et l’enjeu des stratégies de reproduction que chaque famille ou lignée met en œuvre.

110Dans ces conditions et sous cet aspect, l’échec du parcours migratoire peut également apparaître comme un échec des stratégies matrimoniales et ceci d’autant plus que dans bien des cas, c’est du succès du parcours que dépend la possibilité de se marier et de se marier dans des conditions qui tout à la fois témoignent de ce succès et l’accomplissent. Inversement, il est facile de voir que l’échec du parcours migratoire peut réduire celui qui le subit au célibat pour peu que les circonstances s’y prètent. Si l’importance de la lignée en hommes apparaît bien comme un facteur permissif du succès dès le moment où l’un d’entre eux a réussi, à l’inverse elle apparaît comme un handicap supplémentaire lorsque, n’étant pas parvenus a franchir le seuil du petit artisanat sans disposer par ailleurs des soutiens sociaux nécessaires, les difficultés rencontrées dans l’émigration renforcent alors et amplifient celles rencontrées avant le départ. Dans ce cas, le célibat sanctionne un échec à la fois sur le plan du travail et sur celui de la parenté, les membres de la famille étant dès lors tentés par une logique individualiste qui en premier lieu s’exerce à l’encontre de leurs frères : c’est très exactement le cas des six fils de Latouf qui, successivement ont dû renoncer à la fois au « voyage » et au mariage.

111A l’inverse on saisit beaucoup mieux la nature des contrôles extrêmement étroits que la famille restée au village (pères ou oncles) exerce sur le lien du mariage. Soumis à dure épreuve par l’expérience de la séparation même temporaire tout en étant la clé de voûte des démarches entreprises par tous, il importe en premier lieu d’en sauvegarder la consistance. Malgré une situation propice à un relâchement des rapports entre époux, il est tout à fait remarquable de noter l’absence quasi totale de séparation, du moins à notre connaissance, dans une communauté dont la religion par ailleurs interdit le divorce. Réciproquement, faire venir sa famille avec soi (femme et enfants) tout en déléguant sur le reste de la parentèle la gestion de ses affaires « au pays » constitue un signe et une conséquence évidente pour tous du succès que l’on a rencontré.

112Ces quelques remarques vont nous permettre de mieux saisir la manière dont se formulent et s’élaborent les projets de retour à l’intérieur de la communauté émigrée à Riyadh.

5. MIGRATIONS TOURNANTES ET PROJETS DE RETOUR

113Si l’on fait exception de cette mince frange d’entrepreneurs vivant avec leurs familles dans le Golfe et gérant un espace de mobilité beaucoup plus étendu que les simples allers et retours entre le village et Riyadh, éventuellement préoccupés d’étendre leurs activités en Europe, la durée moyenne des séjours pour les autres villageois est extrêmement faible : au cours des quatre dernières années, elle est de l’ordre de 13 mois, entrecoupés d’un ou plusieurs séjours au village de un à quatre mois. Cette mobilité fait l’objet d’une gestion collective qui tient compte à la fois des contraintes des situations de travail dans le Golfe et des projets de retour, au moins si l’on entend par là la manière dont les situations de travail s’articulent sur la situation villageoise.

114En effet, dans la mesure où la notion de « projet de retour » suggère l’accomplissement au terme d’un retour définitif de projets sociaux formulés en cours de migration, elle échoue à restituer le caractère incertain, jamais définitif de décisions prises à un moment et contredites à l’autre. Dans la mesure où elle tend à dissocier dans le temps deux phases distinctes du parcours migratoire, elle ne restitue pas le caractère contemporain et simultané des activités engagées de part et d’autre, les unes déterminant les autres et réciproquement. Il n’est pas rare en effet que la décision de prolonger le séjour soit dictée par des objectifs de réinsertion et inversement.

115Deux tendances générales mais contradictoires constituent ici le cadre des décisions adoptées : le recul du niveau d’activité dans le Golfe qui exerce une pression au retour, la situation de guerre au Liban qui exerce une pression au prolongement des séjours. Il n’est pas exagéré de dire que plus de la moitié des émigrés aujourd’hui présents à Riyadh rentreraient au village si l’activité économique du pays reprenait « normalement ». Ceci nous conduit à souligner la spécificité du fait de guerre et son influence sur le mouvement migratoire ; elle se traduit de deux manières différentes.

  1. Ceux, relativement peu nombreux en définitive (une vingtaine dans le cas de Kaakour sur 80) pour qui le retour se traduit par un projet d’investissement productif n’ont cessé depuis 1978 d’en différer l’échéance, approfondissant au contraire une logique d’intégration dans le Golfe dont il y a lieu de penser que, le moment venu, elle retardera d’autant un retour définitif. Cette logique admet des exceptions que nous soulignerons par la suite : elles proviennent du fait qu’en dépit de la situation de guerre et compte tenu de la de la mono-spécialisation villageoise (la taille de la pierre) la compétition pour le retour est d’ores et déjà engagée.

  2. Pour ceux qui n’ayant pas franchi le seuil d’une épargne susceptible de se transformer en investissement productif, le caractère intermittent de la crise libanaise favorise la gestion d’une alternance entre les périodes passées dans le Golfe et les périodes passées au village. Cette alternance rappelle assez l’alternance caractéristique de la période antérieure entre l’agriculture et le bâtiment : aujourd’hui elle ne s’effectue plus entre deux activités mais au sein de la même activité entre les lieux où on l’exerce ; mais, dans le fond, la logique est identique.

116En effet, pour la grande majorité des émigrés villageois, y compris ceux qui se sont engagés dans une logique d’investissement, la construction d’une maison au village absorbe une part importante des revenus de l’émigration. Ce type de recyclage nourrit une demande interne en travail villageois qui pour partie échappe à la logique du salariat dans la mesure où elle donne lieu à des modes de coopération entre proches qui, alternativement et de façon progressive, participent à la construction de la maison de l’un ou de l’autre. Cette logique nous donne un mode de progression du bâtiment extrêmement caractéristique, par tranches successives, l’achèvement d’une maison pouvant très communément s’étaler sur trois ou quatre ans, cette progression étant entièrement intégrée dans la gestion des périodes d’absence ou de présence dans le Golfe. Nous aborderons donc dans l’ordre la dynamique de la construction et des dépenses de consommation puis celle des investissements productifs.

1. La construction.

117Pour l’instant, l’effet le plus massif et le plus directement perceptible de l’émigration concerne la construction d’immeubles ou de maisons individuelles. Dans l’un et l’autre cas, il s’agit de logiques tout à fait distinctes dont les effets sont radicalement différents. A l’heure actuelle, on compte deux immeubles de cinq ou six étages chacun et de deux appartements par étage, ce qui peut paraître insignifiant mais ne s’était jamais observé jusqu’à maintenant. Il s’agit d’immeubles à vocation locative construits par un des trois entrepreneurs émigrés à Riyadh. Dans tous les autres cas, il s’agit soit de maisons individuelles nouvellement construites, soit de nouveaux étages ayant été rapportés sur des maisons déjà existantes. Depuis 1975, c’est environ une cinquantaine de maisons qui ont été construites de cette façon, ce qui nous donne un taux relativement élevé compte tenu du volume du courant migratoire.

118Dans tous les cas, il s’agit d’une construction échelonnée, progressive, momentanément abandonnée puis reprise au gré de l’alternance des départs et des retours. Ce processus imprime d’ailleurs au village, comme à l’ensemble des villages libanais aujourd’hui, ce caractère particulier de chantier permanent qui frappe au premier abord : on commence par le gros œuvre, on arrête les travaux pendant six ou huit mois et ensuite on échelonne le passage des différents corps de métier au fur et à mesure de l’épargne disponible si bien que l’on ne termine réellement une construction que quatre ou cinq ans plus tard. Il est extrêmement fréquent que deux ou plusieurs frères ou alliés s’associent entre eux pour construire en alternance la maison de l’un et/ou de l’autre ou, plus simplement, pour rajouter des étages supplémentaires à la maison du père. Dans ce cas, et par adjonctions successives sur lesquelles d’ailleurs sont déjà prévues les adjonctions ultérieures, chacun dispose progressivement de l’espace qu’il souhaite. De manière significative, aucune maison construite après 1970 ne présente un toit incliné en tuiles : il s’agit de la terrasse en béton, aux ferraillages apparents, propices aux développements ultérieurs des besoins en habitat. Un peu comme s’il s’agissait tout à la fois de préserver la colocalité de la famille élargie compromise par les nouvelles conditions d’existence tout en favorisant l’indépendance relative de la famille nucléaire que celles-ci imposent, cet aspect tranche avec les constructions faites dans les années 50 et qui apparaissaient comme des retombées du mouvement d’émigration vers le Mexique.

119La physionomie du nouvel habitat villageois et les conséquences que cela entraîne sur la nature des rapports sociaux à l’intérieur du village paraissent dépendre étroitement de trois aspects : les conditions généralles de la construction dans le pays et la façon dont ces conditions ont évolué depuis 1976, c’est-à-dire depuis le début des hostilités au Liban, les conditions locales de l’accès aux terrains, les formes de coopération et de division du travail qui apparaissent lors de la construction. Ces trois aspects entretiennent entre eux des rapports étroits qu’il s’agit de mettre en évidence.

  1. D’après les quelques indications que nous avons pu recueillir, le coût de construction d’une maison de deux étages (2 appartements d’environ 120 m2 chacun) oscillait en 1982 entre 500 et 800°000 LL, soit l’équivalent de l’espérance d’épargne moyenne d’un artisan placé dans de bonnes conditions, pendant deux ans. Bien entendu, cette appréciation doit être modulée en hausse ou en baisse selon les conditions de travail de chacun, la manière dont il s’organise et la structure finale des coûts, particulièrement des coûts en main d’œuvre. Par ailleurs, la qualité des finitions et du second œuvre (carrelage, sanitaire, etc.) peut très bien multiplier ces coûts de façon considérable : support de prestige et témoignage permanent du succès ou du demi succès du parcours migratoire, la construction d’une maison donne lieu en effet à toute une logique de la surenchère et du défi ostentatoire qui a tout autant pour fonction de souligner la position prééminente ou subalterne de celui qui l’occupe, que de répondre à des « besoins » stricts en logement.

120Mais cet usage massif de l’épargne migratoire dans la construction serait en lui-même incompréhensible s’il ne correspondait, par ailleurs, à de toutes autres déterminations : en effet, compte tenu de la situation de guerre, et du caractère aléatoire des investissements productifs qui, pour être rentables exigeraient un arrêt définitif ou presque des séjours dans le Golfe, cette façon de faire permet de lutter contre la dégradation du pouvoir d’achat de l’épargne. D’un côté en effet, les intérêts bancaires susceptibles de drainer l’épargne sont inférieurs au taux d’inflation portant sur les matériaux de construction et inférieurs également à la spéculation sur le prix des terrains à bâtir ; d’un autre côté, l’espérance moyenne d’épargne dans le Golfe, sur une période de temps donnée diminue, en même temps qu’augmente le prix de la main d’œuvre au Liban. Ceci permet de mettre à profit les combinaisons multiples de regroupements, d’association ou d’entraide portant sur une mise à disposition mutuelle de la force de travail de chacun en permettant de faire l’économie des coûts en main d’œuvre qui, dans cette activité, peuvent représenter jusqu’à 45 % des coûts finaux. Ainsi, le manque à gagner provenant du fait que l’on travaille bénévolement au village, plutôt que pour soi dans le Golfe, sachant que le moment venu la situation s’inversera, est inférieur aux coûts qu’auraient représenté pour chacun le fait de rémunérer de la main d’œuvre, le résultat étant identique.

  1. Toutefois, la physionomie du nouvel habitat dépend également des conditions d’accès au terrain. De manière extrêmement caractéristique cet accès donne lieu à une double spéculation difficilement arbitrée par la municipalité. D’un côté, et alors que le mètre carré de terrain coûtait 10 piastres en 1955, le mètre carré non constructible coûte aujourd’hui entre 50 et 60 LL pendant que le mètre carré constructible est passé de 25 à 150 LL entre 1979 et 1982. D’un autre côté, on observe un blocage des ventes de la part de certains propriétaires qui spéculent à la hausse au fur et à mesure que la demande augmente. Ceci a deux effets principaux.

121Les transactions ont tendance à se limiter aux seuls membres du même clan ou à porter sur des terrains encore détenus par des propriétaires extérieurs au village. Ainsi, la plupart des terres acquises par les Mazloum l’ont été au-dessus de l’unique route goudronnée qui traverse le village et sont donc regroupées, reproduisant en quelque sorte la co-localité de clan, par le simple fait que c’est l’un d’entre eux qui représente au village les intérêts de la famille Akl et traite en son nom des achats et des ventes. (Il s’agit d’une famille extérieure de grands propriétaires fonciers.)

122Sur un autre plan, la municipalité est dans l’impossibilité d’exproprier pour « utilité publique » afin de construire de nouvelles voies de passage. En effet, ceci aurait pour effet de pénaliser les propriétaires situés aux abords immédiats de l’unique voie de passage, il s’agit des terrains les plus valorisés, irrigués et constructibles et ils sont nombreux car dans ce cas la propriété est plus morcelée et les surfaces moyennes moins importantes. Par ailleurs, en ménageant des voies d’accès, cette démarche aurait pour effet de revaloriser les terrains périphériques sans établir de compensation entre les deux catégories de propriétaires, l’une et l’autre se regroupant au sein de clans ou de lignées distinctes.

123Progressivement, les terrains irrigables, à vocation agricole, deviennent des terrains à bâtir et l’on observe une concentration du bâti dans les zones déjà les plus bâties. Sauf cas exceptionnels, d’ailleurs liés, à des projets d’investissement agricole, les achats de terrains se réduisent à l’achat de terrains constructibles ou de terrains agricoles destinés à la construction.

  1. Le troisième aspect concerne les formes de coopération dans la construction et la manière dont elles s’articulent sur les situations de travail dans le Golfe. Nous avons vu que les conditions générales de l’activité aussi bien dans le Golfe qu’au Liban, favorisaient les échanges de services mutuels en travail ainsi qu’une gestion des alternances de séjour et d’activité. Les formes d’entraide et de regroupement que l’on observe d’un côté reproduisent ou prolongent les formes d’entraide ou de regroupement que l’on observe de l’autre.

124De la même manière que dans le Golfe, le travail et l’épargne demeurent fondamentalement une affaire de famille ou de lignée, cette attitude se manifeste au village dans l’aménagement des conditions de la reproduction familiale comme division des charges et des responsabilités et comme partage des contributions et des rétributions de chacun. Cette coopération oscille entre deux formes extrêmes.

125Soit comme principe de partition entre ceux qui sont partis et ceux qui sont restés ou, entre ceux qui, dans l’émigration, envoient de l’argent et ceux qui, restés au village, y gèrent son usage. Cette formule combine généralement la possibilité pour ceux qui sont restés d’une rétribution locale significative, dans l’administration ou ailleurs, et d’un temps libre relativement important, en même temps que l’impossibilité pour ceux qui sont partis de contrôler eux-mêmes leur rythme d’activité. C’est le cas de la plupart de ceux qui, travaillant comme ouvriers dans de grandes entreprises, ne disposent que d’un mois de congé par an, mais disposent par ailleurs d’un revenu qui les met désormais sur un pied d’égalité avec ceux qui sont restés.

126Soit, et pour les familles comptant davantage d’émigrés qui, mieux que d’autres, sont parvenus à façonner leurs propres conditions de travail, notamment en s’installant comme artisans, la division des tâches de part et d’autre passe essentiellement par la gestion de la rotation de leurs membres : la progression et le rythme d’avancement des chantiers ainsi que les espérances de gains sur un plan, dictent la progression des projets ainsi que le rythme des dépenses sur l’autre.

127L’exemple des trois fils d’Elias A.A., Afif, Antoine et Abdallah, est caractéristique du premier aspect ; celui des membres du clan Jardak, caractéristique du second.

128En 1969, Afif, l’aîné de Elias, est inspecteur à la Sûreté Générale. En 1974, il passe un diplôme de lettres arabes à l’université libanaise puis devient administrateur du conservatoire national de musique. Avec le début des hostilités au Liban (1976), il obtiendra un congé sans solde de l’administration et partira en Arabie Saoudite accompagné de ses deux plus jeunes frères, Antoine et Abdallah. Ces deux derniers se rendent directement à Riyadh où ils commencent à travailler dans l’entreprise de Sagir et Camil. En 1980, ils reviendront six mois d’affilée au village puis repartiront, n’entrecoupant plus leur travail dans le Golfe que de brefs séjours au village en été et à l’occasion des congés. Aujourd’hui, ils sont encore à Riyadh. Parallèlement, entre 1976 et 1980, Afif fera quatre séjours dans le Golfe de trois à huit mois chacun et rentrera définitivement pour ne pas perdre le poste qu’il occupe dans l’administration et qui est à nouveau rémunéré. Il commence par se rendre à Djeddah où il travaille pour une entreprise saoudienne avec laquelle il a été mis en contact par l’intermédiaire d’un de ses amis de Saïda. Là, il travaille la nuit en tant que responsable de l’approvisionnement de la compagnie mais abandonne rapidement cette situation dans laquelle il se trouve isolé et ne gagne guère plus qu’au Liban. Il rejoint ses deux frères à Riyadh dans l’entreprise Sagir et Camil où il dirige une équipe de 15 ouvriers. Il touche alors 3°000 LL/mois plus des primes de 2 à 4°000 LL qu’il obtient selon la rapidité des travaux. Il réalise de cette manière trois chantiers puis renonce définitivement à se maintenir dans l’émigration. N’ayant pas beaucoup économisé, préférant garder les possibilités que lui offre son poste dans l’administration, il admet que dans son cas le travail en Arabie Saoudite n’est plus suffisamment intéressant compte tenu des privations qu’il comporte. Au village, il exerce des fonctions de conseil et s’occupe également de la gestion des affaires familiales : avec ses deux frères et à parts égales, ils ont acheté du terrain à faible prix en prévision de la demande ultérieure en terrains à bâtir, il suit de particulièrement près les décisions de la municipalité concernant l’aménagement des voiries. Par ailleurs, les trois frères construisent en commun une maison dont Afif gère pratiquement seul l’avancement. Entre 1980 et 82, ils ont dépensé 300°000 LL uniquement dans le béton et les matériaux, cinq personnes y ont déjà travaillé pendant un an, chacun connaissant exactement les apports et les contributions de chaque autre.

129Parce que la famille Jardak est numériquement peu importante, que son arrivée au village est tardive et qu’une stratégie d’alliance différenciée lui a permis de bénéficier des effets d’entraînement exercés par les deux principaux clans du village tout en se tenant à égale distance des uns et des autres, son parcours migratoire est particulièrement significatif. Originaire de Aïn Sendiane, la famille Jardak ne possède pas de terre et vit un peu en retrait des affaires villageoises. Arrivés à Kaakour en 1946, Hanna et Issa Jardak, deux frères, se marient l’un avec Sagina, sœur de Camil et Sagir, l’autre avec Jamal, fille d’Eliaz Mazloum (fig. 5).

Fig. 5 La famille Jardak (voir aussi fig. 3, supra).

130Le premier frère, Hanna, passe un an à Riyadh en 1967, il y passe encore deux ans entre 1968 et 1971, quatre ans entre 1972 et 1977, quatre ans enfin entre 1978 et 1982. Avec l’aide de Camil et Sagir, il a monté une petite entreprise et construit sa maison à côté de celle de son frère, Issa. Il n’a pour l’instant que des enfants en bas âge. Le second frère, Issa, 50 ans a huit enfants (6 garçons et 2 filles). Ses séjours dans le Golfe ont été plus morcelés : il passe six mois à Riyadh en 1971, 13 mois entre 1972 et 1973, 18 mois entre 1974 et 1975, 18 mois encore entre 1977 et 1978 et pour finir, il passe 10 mois entre 1979 et 1980. Actuellement il est au village où il a construit sa maison qui a absorbé l’essentiel de son épargne soit 500°000 LL en 1978. Il ne partira plus et ce sont ses fils qui ont pris la relève.

131L’aîné des fils de Issa, Amin, 25 ans, célibataire part pour Riyadh en 1977 après avoir appris le métier de plombier/chauffagiste avec un artisan d’un village voisin. Il y part avec son frère Khalil et tous les deux travaillent chez leur oncle Hanna, où ils seront rejoints en 1979 par leur troisième frère, Charbel. Au bout de quelque temps, les trois frères quittent leur oncle afin de s’installer comme artisans. Khalil et Charbel sont tous les deux maçons, Amin est plombier et tous les trois ont un kafil différent. Ils habitent ensemble. Amin emploie entre quatre et huit ouvriers, dont éventuellement ses frères lorsque ceux-ci n’ont pas trouvé de travail. Il les recrute et rémunère lui-même et il s’agit en général de trois ou quatre villageois que complète un volant de main d’œuvre égyptienne ou yémé- nite. Selon la manière dont il les emploie, il paye ses ouvriers de 25 à 30 RS/heure, ou alors de 200 à 250 RS/jour ou encore 6°000 RS/mois et trouve lui-même ses propres chantiers en mobilisant le réseau relationnel communautaire. N’étant pas en compétition avec les autres villageois, et le travail de la plomberie succédant à celui de la pierre, les choses en sont facilitées d’autant. Il verse à son kafil une somme forfaitaire de 10°000 RS/an et selon les circonstances, il achète lui-même les matériaux ou c’est le commanditaire de l’ouvrage qui s’en charge. Il réalise en moyenne une douzaine de villas par an et admet que sur un devis moyen de 20 à 2°500 RS par villa, les coûts en main d’œuvre représentent 6 à 8°000 RS. Il a acheté lui-même les outils nécessaires à son travail ainsi qu’à celui de ses ouvriers et cela représente un investissement de 15 000 RS. Il loue deux appartements dans Riyadh : un appartement vide qu’il a meublé et dont il partage le loyer avec ses frères et d’autres villageois ; un appartement meublé pour ses ouvriers qui lui revient 14°000 RS/an. Il prend également en charge les frais médicaux de ses ouvriers et nous déclare un revenu annuel d’environ 150°000 RS dont il dépense le tiers sur place. Il envoie le reste à son père ou le confie à la banque et admet réaliser une épargne de 70 à 100°000 LL/an. Depuis 1979, après avoir contribué à construire la maison de son père, il a dépensé 200°000 LL pour élever un étage supplémentaire qui lui sera réservé. Il y collabore avec ses frères en alternant ses périodes d’absence et les leurs, de manière à ce que son travail à Riyadh continue à s’accomplir tout en faisant progresser son appartement. Ultérieurement, il participera à la construction des maisons de ses frères.

132Si l’on fait exception des cas, assez peu nombreux finalement, où la construction d’une maison s’accompagne d’investissements productifs, la plupart des émigrés de Kaakour à Riyadh se trouvent dans une logique où l’essentiel de l’épargne qu’ils réalisent passe dans la construction au fur et à mesure qu’elle est réalisée et selon le système de rotation et d’alternance que nous venons d’indiquer. Seuls échappent véritablement à ces calculs et à ces circuits ceux qui, disposant de revenus importants, ont intérêt à confier la construction de leur demeure à des villageois qu’ils rémunèrent sur place. Ainsi, Najib et Elie ont confié la construction de leur maison à des membres de la famille Achkar en les rémunérant. De la même manière, Sagir et Camil ont fait construire un immeuble à vocation locative dans des conditions comparables, mais dans ce cas il s’agit davantage d’un investissement spéculatif que d’une dépense de consommation. A l’heure actuelle, l’immeuble n’a pas encore été loué, et il est trop tôt pour s’interroger sur les effets que pourra entraîner la location sur la structure des rapports sociaux. Toutefois, cet aspect nous permet d’aborder la logique des investissements qui commencent à être réalisés avec les revenus issus de l’émigration.

2. Les projets d’investissement.

  • 12 Selon une logique assez comparable à celle que décrit Nader Fergany dans le cas du Yémen, « The aff (...)

133Si la construction absorbe le gros de l’épargne provenant des revenus de l’émigration, c’est que la situation de guerre ne permet pas, du moins pour l’instant, un mouvement de retour orienté vers de nouvelles activités. Pour le moment, la plupart de ceux qui sont rentrés y ont été poussés, sans que ceux qui sont restés soient disposés à rentrer. D’un côté, l’évolution de la situation générale au Liban freine puissamment les perspectives de retour. Nombreux sont ceux qui actuellement se maintiennent dans le Golfe en admettant que la situation qui prévalait au moment où ils s’y étaient installés est révolue, que l’essentiel des « places » ou des « créneaux » d’activité qui étaient à occuper sont désormais pourvus et que les avantages comparatifs de l’émigration ont cessé de jouer12. Ils s’y maintiennent uniquement parce qu’il leur est difficile d’envisager le démarrage d’une activité au Liban. Toutefois, et en dépit de cet aspect, il est frappant de voir comment, peu à peu et de façon progressive, un certain nombre de projets se sont mis en place et, pour certains, ont commencé à fonctionner. Parmi ceux qui sont restés et qui, ayant franchi le seuil d’une épargne susceptible de se transformer en investissement, disposent d’une capacité d’initiative dont les autres sont privés, on observe un mouvement d’hésitation entre d’une part continuer à investir sur place ou à l’étranger et perdre progressivement de vue les enjeux villageois, et d’autre part, mettre en place les conditions d’un retour éventuel sans toutefois compromettre ce qui, précisément a assuré le succès de leur démarche : l’investissement dans le Golfe. Les entrepreneurs illustrent parfaitement chacun des termes de cette alternative.

134Najib, Adib et Elie évoquent régulièrement les possibilités d’un retour éventuel qui par ailleurs n’intéresse que faiblement leurs fils beaucoup plus orientés vers l’Europe occidentale et les Etats-Unis que vers le village : pour eux, si le village représente encore un lieu d’attache et de retour périodique, il n’est plus considéré comme un lieu de travail et d’initiatives sociales. En pratique, l’essentiel de l’épargne des trois frères est réinvesti localement à Riyadh dans la construction d’une nouvelle usine qui triplera les capacités de la première en différant d’autant les possibilités de retour, celui-ci étant d’autant plus et mieux valorisé dans le discours quotidien, que ses probabilités se réduisent de jour en jour.

135Sagir et Camil ont, semble-t-il, une stratégie plus nuancée. D’un côté, ils envisagent la création d’une usine de taille, analogue à celle dont ils sont propriétaires à Riyadh, mais localisée en dehors du village, à Beyrouth Est. Pour cela ils disposent de fonds propres et n’hésiteront pas lorsque la situation leur paraîtra opportune à contracter des emprunts bancaires. Pour eux, l’arrêt des hostilités libanaises devrait correspondre à un large mouvement de reconstruction qu’il s’agit de ne pas laisser passer. D’un autre côté, et en association avec des cousins, ils ont acquis la propriété d’un restaurant libanais à Paris dont le chiffre d’affaire « est comparable à celui qu’on réalise dans le bâtiment ».

136Enfin, c’est avec Farid, Emile et Elie que l’on a l’exemple le plus marquant d’un parcours orienté vers un retour actif au village. Les trois frères n’ont pas de projet commun, chacun d’entre eux a son projet propre et dans tous les cas il dépend de l’évolution de la situation libanaise. Farid envisage de créer un musée de sculptures et de peintures, alors qu’Emile de son côté, a déjà entièrement prévu et programmé les conditions d’un retour à la terre, mais d’un retour dans des conditions beaucoup plus rentables. Favorisé par le fait que la famille possède de nombreux terrains au village, Emile dispose d’un plan de valorisation des sols qu’il envisage de coupler avec un élevage de veaux importés. A l’intérieur du périmètre du village, il a déjà fait creuser un puit artésien d’une capacité de 120 m3 d’eau par jour et se rend régulièrement en Europe, dans les différents salons de l’agriculture. Il nous fait observer que la dépendance alimentaire du Liban vis-à-vis de l’étranger ne cessant d’augmenter, il y aura place dans quelques années au Liban pour une agriculture moderne et compétitive.

137Ce qui nous frappe le plus chez ces entrepreneurs, c’est qu’aucun d’entre eux n’envisage de créer ou de remonter une usine de taille au village. Soit que le marché du village et de ses environs paraisse sous dimensionné, et dans ce cas on lui préfèrera le marché de Riyadh ou de Beyrouth, soit que les activités du bâtiment leur paraissent déjà beaucoup trop concurrentielles et dans ce cas on anticipera sur l’évolution d’autres secteurs d’activité comme l’agriculture, dans tous les cas on envisage d’abandonner la taille de la pierre si elle doit se réduire aux seules dimensions de l’activité villageoise. En revanche, et sans doute ceci est-il lié à cela, c’est chez les artisans que l’on rencontre ce projet et qu’il est le plus clairement formulé, même si ses perspectives objectives semblent précaires. Parmi les artisans émigrés à Riyadh, le projet de création d’une usine de taille de la pierre dans le village ou aux alentours du village (Khalé) nous a été formulé par trois fois et chaque fois de façon convaincante.

138L’exemple le plus caractéristique est celui de Assad et de ses deux fils : disposant au village d’une petite unité artisanale, ils ont effectué de nombreux séjours à Riyadh entre 1975 et 1980 et ceci uniquement dans la perspective d’accroître leur capacité de travail et de traitement sur place. Ils n’ont jamais complètement abandonné leurs activités dans le cadre du village et l’on peut dire que l’émigration n’a constitué qu’un appoint, subordonné à ce qu’ils entreprenaient au village. Ainsi, ils ont suffisamment épargné pour acquérir du terrain et de nouvelles machines et dans un temps beaucoup plus bref que s’ils n’étaient pas partis. Parallèlement, ils envisagent de monter une unité de fabrication de meubles pour une valeur de 1 million de LL.

139L’exemple de Henri et Elie est également significatif : sans attendre que la situation générale le permette, ils ont créé une unité de taille de la pierre et ouvert une carrière dans les environs proches du village. Comme nous l’avons déjà indiqué, lorsque nous les avons rencontrés à Riyadh, ils y travaillaient afin de se payer un groupe électrogène devant leur permettre de surmonter les pénuries en énergie.

140Toutefois, même si le travail de la pierre représente et continuera vraisemblablement à représenter l’essentiel de l’activité villageoise, on ne peut pas dire qu’il absorbe la totalité des projets d’investissement lié au retour. Au contraire, on observe une relative différenciation des tâches qui s’exerce dans le sens d’une division technique du travail beaucoup plus large. On pourrait sur ce plan multiplier les exemples ; ils portent sur une quinzaine de villageois qui tous, d’une manière ou d’une autre, tentent de relancer leurs activités dans un strict cadre villageois après une période passée dans l’émigration.

141Walid, 30 ans, a travaillé chez Camil et Sagir entre 1974 et 1975. Actuellement, il travaille pour son propre compte directement en liaison avec son kafil. Au fur et à mesure, il a acheté des coupes de bois à Kaakour et dans ses environs en attendant une reprise des activités pour s’installer comme charpentier.

142Salhab et Charbel Achkar, deux frères, ont acheté un magasin de fournitures sanitaires (baignoires, lavabos, etc.) en 1980 à Bikfaiya, localité située à proximité du village.

143Elias Géries, 24 ans, en Arabie Saoudite depuis 1976, envisage l’achat d’un bulldozer ainsi que de deux ou trois camions d’occasion. Il souhaite s’associer avec l’un de ses cousins pour monter une unité de fabrication de parpaings et restera encore deux ou trois ans à Riyadh afin d’y parvenir. Il est célibataire, ne fait pas construire et continue à habiter chez son père. Le séjour dans le Golfe n’est pour lui qu’un moyen du succès dans le village à quoi il subordonne tout le reste.

144Depuis 1977, date de leur premier départ, Assad et Charbel, respectivement 25 et 23 ans, passent en alternance six mois à Riyadh et six mois au village. Le premier, avec le concours de son père, a construit un étage supplémentaire à la maison de famille puis s’est marié. Le second, économise pour monter un commerce en participation avec son frère : « n’importe quoi, pourvu que ça se vende bien ».

145D’une façon générale, ce qui frappe, c’est la relative cohésion dont témoignent l’ensemble de ces projets. Loin de favoriser un éclatement de l’espace villageois, tout se passe au contraire comme si l’expérience migratoire renforçait chez les émigrés la volonté d’un retour au village et simultanément celle de promouvoir le village comme un centre d’initiatives groupées et coordonnées. Même si par ailleurs l’émigration a pour effet d’amplifier les disparités économiques et sociales qui existaient avant le départ, dans une très large mesure, les projets de retour restent centrés sur l’espace villageois. Ceci sans doute a été favorisé par le caractère clairement temporaire que les mouvements de travail en direction du Golfe avaient acquis dès le départ.

Notes

1 Dans l’étude qu’il a consacrée à la parenté en liaison avec la structure de la propriété foncière au Liban, R. Cresswell signale dans le village de Boqsmaya au nord de Tripoli une lignée Mazloum qui pourrait bien descendre du frère de celui qui fonda le village de Kaakour. R. Cresswell, « Parenté et propriété foncière dans la montagne libanaise », Etudes rurales, 40, pp. 3-70.

2 Samir Mazloum, Rôle de l’institution paroissiale dans l’évolution d’un village libanais. Beyrouth, Institut des sciences sociales, 1971. Dactyl. 62 p. plus biblio.

3 Sur les contrats de métayage dans le Mont-Liban, cf. Cérès Wissa Wassef, Les structures agraires du Mont-Liban, Maghreb-Machrek, 65, 1974, pp. 3°645.

4 R. Cresswell, op. cit., p. 54.

5 Au sens strict, la rente pétrolière apparaît comme une ponction sur le profit réalisé dans d’autres secteurs d’activité que le secteur pétrolier à l’échelon international et elle ne dépend donc pas directement de la dynamique du capital. En ce sens il est nécessaire de la distinguer des transferts de valeur de pays à pays quels qu’en soient les origines. Parler de rente à propos des migrations internationales n’a strictement aucun sens.

6 Cet aspect a longuement été développé ailleurs. (Gilbert Beaugé, « Le rôle de l’Etat dans les migrations de travailleurs et la “ diversification ” économique des pays de la péninsule arabe », Tiers Monde, 103, 1985.

7 Paul Vieille, « Pétrole et classe fonctionnelle : le cas de l’Arabie Saoudite », Peuples Méditerranéens, 1977.

8 Riadh Tabbarah, « Development with unlimited supply of capital : the arab experience », Population bulletin of ECWA, janvier 1982, pp. 1-28.

9 SAMA, Annual Report 1979. (Cité par Ali D. Johany, The myth of the OPEC cartel : the role of Saudi Arabia, New York, Wiley & Sons, 1980.

10 Sur cet aspect cf. Gilbert Beaugé et Makram Sader, « The pattern of employment. Migration and Labour in the Gulf countries », Population bulletin of ECWA, 21 dec. 1981, pp. 85-103.

11 Samir Mazloum, op. cit., p. 37.

12 Selon une logique assez comparable à celle que décrit Nader Fergany dans le cas du Yémen, « The affluent years are over : emigration and development in the Yemen Arab Republic » Migration for employment project, Genève, Working paper, n° 50, ILO, 1980, 37 p.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 Répartition de la population par Âges (en 1970) et selon les groupes familiaux (en 1970 et 1980).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3603/img-1.jpg
Fichier image/, 60k
Titre Tableau 2 Répartition des émigrés de Kaakour à Riyadh selon la famille d’origine et selon la profession.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3603/img-2.jpg
Fichier image/, 64k
Titre Tableau 3 Dépenses sur le PIB (en millions de rials saoudiens courants).
Légende *erreurs et omissions comprises
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3603/img-3.jpg
Fichier image/, 160k
Titre Tableau 4 Population totale et population active de 1963 A 1980 (en milliers).
Légende Source : *Said Hitti, Georges Abed, “The economy and finance of Saudi Arabia” International monetary fund staff paper vol. 21, juillet 1974
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3603/img-4.jpg
Fichier image/, 60k
Titre Tableau 5 Population active par secteurs d’activité (en milliers).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3603/img-5.jpg
Fichier image/, 108k
Titre Tableau 6 Répartition de la main-d’œuvre par emplois (vers 1980).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3603/img-6.jpg
Fichier image/, 64k
Titre Tableau 7 Evaluation des salaires accordés suivant les emplois (vers 1980).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3603/img-7.jpg
Fichier image/, 52k
Légende Fig. 1 Les principales lignées villageoises auxquelles appartiennent les émigrés étudiés.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3603/img-8.jpg
Fichier image/, 52k
Légende Fig. 2 Aboud et ses fils : les relations de parenté de Sagir et Camil.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3603/img-9.jpg
Fichier image/, 44k
Légende Fig. 3 La « maison » Mansour, de la lignée Abou Daoud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3603/img-10.jpg
Fichier image/, 36k
Légende Fig. 4 La « maison » Antoine.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3603/img-11.jpg
Fichier image/, 32k
Légende Fig. 5 La famille Jardak (voir aussi fig. 3, supra).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3603/img-12.jpg
Fichier image/, 48k

© Presses de l’Ifpo, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540