Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communautés villageoises et migrations de main-d’œuvre au Moyen-Orient

 | 
Elisabeth Longuenesse
, 
Gilbert Beaugé
, 
Michel Nancy

Chapitre Premier. Tradition migratoire et crise de la société libanaise

Texte intégral

1Le développement récent de l’émigration libanaise en direction du Golfe et plus généralement des pays arabes, doit être resitué tout à la fois dans le contexte de la crise libanaise, crise politique grave mais aussi crise économique sans précédent, et dans celui de l’augmentation des revenus pétroliers après 1973, puis de la récession des années 80. Mais elle fait suite également à une longue tradition migratoire, vieille de plus d’un siècle, qui trouve ses origines dans les bouleversements qu’a connus la société libanaise dès le xixe siècle, avec la pénétration du capital étranger, et dont les fluctuations suivent les étapes de l’intégration du Liban central d’abord, puis de ses régions périphériques, au marché mondial. On peut distinguer trois grandes vagues successives d’émigration entrecoupées par des mouvements inverses d’immigration et correspondant chacune, semble-t-il, à des transformations profondes aussi bien des structures internes du pays que des modalités de son insertion dans le cadre international.

  • 1 IRFED, Besoins et possibilités du développement du Liban, Beyrouth, 1958, cité par B. Labaki, «°L’é (...)

2La première démarre au milieu du xixe siècle avec l’instauration du Moutassarrifiya qui amorce une période de relative prospérité économique parallèle au déclin de la petite production agricole et artisanale. Le mouvement s’accélérera surtout à partir de 1900 jusqu’à la veille de la première guerre mondiale, date du rétablissement de la domination ottomane et de l’entrée en guerre des puissances occidentales, pour atteindre un rythme de 15°000 départs par an en moyenne1. Il s’agit là véritablement de l’âge d’or du mouvement d’émigration libanais, essentiellement dirigé vers les deux Amériques.

3La deuxième phase couvre la période du mandat français (1920-1945). Le mouvement se poursuit à un rythme ralenti dans les années 20, mais chute après 1930 du fait de la crise économique mondiale puis de la guerre. Aux anciens pays de destination, s’ajoutent les pays de l’empire colonial français en Afrique.

4Après la seconde guerre mondiale, on assiste enfin à une reprise lente de l’émigration, qui s’accélèrera dans les années soixante-dix. Cette émigration change doublement de caractère : elle concerne de plus en plus le Liban périphérique (Nord, Sud et Bekaa) peu touchés lors des phases précédentes et s’oriente vers de nouveaux pays : l’Afrique et l’Australie dans les années cinquante et surtout les pays du Golfe, l’Irak et la Libye après 1970. Chacune de ces phases doit être resituée dans le cadre de l’évolution générale du pays.

Le cadre général.

5Le Liban se compose d’un étroit littoral sur lequel s’échelonnent, du nord au sud, les trois principales villes du pays : Tripoli, Beyrouth et Saïda. Ce littoral est surplombé par deux chaînes de hautes montagnes, le Mont-Liban et l’Anti-Liban, séparées par la haute vallée de la Bekaa. La physionomie physique du pays en a toujours fait un espace refuge ainsi qu’un lieu de communication et de brassage intense entre populations d’origines différentes. La présence de la mer en fait un lieu d’articulation naturel entre l’Orient et l’Occident extrêmement convoité de la part des populations voisines. Dès les périodes les plus anciennes, cet espace géographique et humain dont les frontières et les clivages territoriaux n’ont cessé de se recomposer a toujours constitué un lieu de cohabitation et d’échange entre communautés socio-confessionnelles distinctes, un carrefour commercial de toute première importance, ainsi qu’un enjeu stratégique pour les peuples de la région.

6Actuellement le pays, peuplé d’environ trois millions d’habitants répartis sur 10°500 km2 entre 17 communautés socio-confessionnelles officiellement reconnues, comprend quatre grandes régions administratives ou Mouhafazat (Liban Nord, Mont-Liban, Liban Sud et Bekaa) et 1°533 circonscriptions villageoises regroupées dans 24 cazas. Si la composition ethno-confessionnelle par village est relativement homogène, par contre la dispersion des villages selon cette caractéristique est relativement imprévisible même si certaines grandes tendances émergent.

7Les trois villages que nous avons retenus dans notre enquête sont respectivement situés au Liban Nord (Zghorta), dans le Mont-Liban (Kaakour), et au Liban Sud (Kfar Rummân). De ce point de vue on peut admettre qu’ils offrent un éventail de situations suffisamment large pour restituer, en partie au moins, la diversité des situations rencontrées. Toutefois, cette appréciation doit être nuancée : en effet depuis 1976 et le début des hostilités libanaises, on assiste avec l’affaiblissement des capacités de contrôle le l’appareil administratif central à un renforcement des logiques villageoises et communautaires qui tend à faire de chaque situation rencontrée une situation spécifique, au moins pour des secteurs entiers de la pratique sociale, même si, par ailleurs, un certain nombre de constantes s’imposent à l’ensemble du pays ou tout au moins à certaines de ses fractions (fig. 1).

Fig. 1 Localisation des lieux de l’enquête au Liban : Zghorta, Kaakour et Kfar Rummân.

8Cette tendance prend appui et renforce ce qui, de tous temps, caractérise la situation libanaise : le fait qu’il s’agisse d’une société extrêmement morcelée dans laquelle la localisation des communautés villageoises ou confessionnelles, s’opère par « enclaves » selon une mosaïque qui n’épouse qu’imparfaitement les regroupements territoriaux. Ainsi, l’histoire libanaise se confond avec le flux et le reflux des luttes d’influence intercommunautaires arbitrées selon les intérêts contradictoires et changeants des puissances internationales. En permanence, l’expression des solidarités et des antagonismes se fait, se défait et se refait au rythme des enjeux qui travaillent la collectivité et rares sont les périodes au cours desquelles l’appareil d’Etat central est parvenu à en contrôler entièrement l’expression.

Evolution de la société libanaise et histoire de l’émigration.

9Le xixe siècle est celui de tous les bouleversements au Proche Orient : enjeu stratégique dans le dépeçage de l’empire ottoman, tête de pont de la pénétration des capitaux occidentaux facilitée par d’anciennes relations avec les communautés chrétiennes d’Orient, le Liban connaît alors des transformations profondes avec le bouleversement des structures foncières et les révoltes paysannes, le développement des cultures commerciales, l’apparition des premiers centres industriels, l’autonomie du Mont-Liban et la création des deux Caïmacamats.

  • 2 W. R. Polk, The opening of South Lebaron : 1788-1840, Cambridge, Harvard University press, 1963.
  • 3 D. Chevallier, La société du Mont-Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, Paris, (...)

10Entre 1800 et 1840, mais surtout à partir de l’occupation égyptienne du Liban par Ibrahim Pacha, le pays s’ouvre à l’influence croissante de l’Occident2. Selon Dominique Chevallier, « avec environ 200°000 habitants et une moyenne de 250 habitants/m2 cultivable, la montagne atteint son point de saturation démographique dans les années 1830-1840 »3. Il faut attendre encore une vingtaine d’années pour que, sous la pression des nouvelles conditions économiques, cette rupture d’équilibre se traduise par un puissant mouvement d’émigration qui ira en s’amplifiant jusqu’au début de la première guerre mondiale.

  • 4 D. Chevallier, « Lyon et la Syrie en 1919 : les bases d’une intervention » Revue historique, Paris, (...)
  • 5 T. Touma, Paysans et institutions féodales chez les Druzes et les Maronites du Liban, Beyrouth, 197 (...)
  • 6 D. Chevallier, op. cit.
  • 7 B. Labaki, art. cit.
  • 8 C. Dubar et S. Nasr, Les classes sociales au Liban, Paris, 1976, p. 53.
  • 9 C. Issawi, The economic history of the Middle East : 1880-1914. A book of reading. Chicago, 1966, p (...)
  • 10 D. Chevallier, op. cit., p. 292.

11Elle est liée d’abord au développement considérable de la sériciculture et des filatures qui, sous l’influence de l’industrie et des manufactures lyonnaises, soumet le pays aux fluctuations de la conjoncture mondiale du marché de la soie. A la fin du xixe siècle, ce marché occupait 165°000 paysans à la culture du mûrier et à l’élevage du ver à soie ainsi que 12°000 ouvriers et ouvrières dans les filatures4. En 1895, on a pu estimer que plus de 45 % des revenus de la province du Mont-Liban étaient assurés par les revenus de la soie5. Ainsi, dans la montagne l’agriculture autarcique de subsistance cède de plus en plus le pas à la monoculture du murier orientée vers le marché, compromettant du même coup les équilibres sociaux et les structures féodales déjà fortement ébranlés par les révoltes paysannes et les réformes ottomanes. Cette évolution du marché de la soie et la concentration croissante de l’industrie textile aboutissent à la réduction massive du nombre des métiers à tisser entre 1860 et 19106. En 1913, la culture du murier qui s’est développée au détriment des autres cultures occupe plus de 40 % des superficies cultivables et représente environ 75 % des revenus provenant de la production de biens orientés vers le marché7 et à la même époque plus de 90 % de la production est orienté vers la France contre 25 %, vingt ans plus tard8. Cette dépendance accrue vis-à-vis du marché mondial conjuguée avec la poussée démographique que va connaître la montagne libanaise permet de comprendre le puissant mouvement d’exode qui s’amorce à partir des années 1860 et la manière dont il est entretenu. Malgré les difficultés d’évaluation exacte de la population touchée et des flux de départ, il est raisonnable de penser qu’il s’agit véritablement là d’une hémorragie sans précédent qui va durablement marquer l’évolution ultérieure du pays. Pour l’ensemble de la Grande Syrie (Liban compris) C. Issawi estime que c’est environ 330°000 Levantins qui émigrent vers le nouveau monde entre 1860 et 1914, dont les deux tiers après 1900, tandis qu’il rapporte l’évaluation d’un observateur de l’époque estimant à plus de 100°000, les émigrés de la seule province du Liban9, soit le quart de la population de la montagne. Dans le même temps, la croissance rapide de la capitale Beyrouth qui passe de 46°000 habitants en 1860 à 130°000 en 191410, mais surtout l’évolution « en dents de scie » de son peuplement, indique assez bien sa fonction de « relais » dans les mouvements de départs.

  • 11 C. Dubar et S. Nasr, op. cit., p. 32 et 60.
  • 12 B. Labaki, art. cit.
  • 13 Ibid.

12Dès cette période, les envois d’argent des émigrés constituent une ressource d’importance croissante pour le pays : « A la fin du siècle, on évalue entre 2,5 et 3,5 millions de francs les sommes transférées annuellement par les émigrés »11. Au début du siècle suivant on a pu les estimer à 4 ou 5 millions de francs par an12 et, à la veille de la première guerre mondiale, elles auraient représenté environ 41 % du revenu des populations du Mont-Liban13. Ces remises seront principalement utilisées dans l’achat de terrains cultivables, pour la construction et l’amélioration de l’habitat ainsi que pour le relèvement du niveau de vie. Elles contribueront à accélérer le mouvement de réappropriation des sols par lequel les paysans de la montagne s’émanciperont progressivement de la tutelle exercée par les grands propriétaires féodaux.

13L’entrée en guerre des Turcs au côté des puissances de l’axe allait marquer une nouvelle période. Le rétablissement de la domination ottomane en 1914, en instaurant le blocage des envois d’argent en provenance de l’étranger va puissament contribuer à ralentir puis stopper le mouvement des départs. La capitulation de l’Allemagne et les négociations entre puissances aboutiront à placer la Syrie et le Liban sous mandat Français (1919) et cette tutelle s’exercera jusqu’en 1943.

  • 14 Ibid.

14Le mandat voit le renforcement de l’emprise du capital étranger, particulièrement français, ainsi que le développement du déséquilibre et de l’échange inégal avec la métropole. La France poursuit les grands travaux d’infrastructure : multiplication des routes, élargissement du port de Beyrouth, etc. Succursales bancaires et établissements commerciaux s’installent en nombre. La décadence de l’artisanat s’accentue. Le démarrage du tourisme ainsi qu’une certaine croissance industrielle se dessinent, à laquelle contribuent de façon notable les investissements des émigrés. Les mouvements de départ reprennent, mais à un rythme beaucoup moins soutenu que dans la période antérieure ; jusqu’au début des années 1930 les départs s’échelonnent au rythme de 4°500 par an mais régressent de façon marquée à partir de 1930. Au total, ce sont environ 80°000 Libanais qui quittent le pays sous le mandat. Entre 1923 et 1938, on enregistre environ 65°000 départs répartis de la façon suivante : Brésil (13°500), Argentine (7°000), Sénégal (7°000), USA (3°500), Uruguay (3°500), Afrique anglophone (3°000), etc.14. Pour l’essentiel, le mouvement renforce les rangs des colonies établies dans la période précédente.

  • 15 R. Rondot, Les institutions politiques du Liban : des communautés traditionnelles à l’Etat moderne,(...)

15Toutefois, ces départs sont plus que compensés par des mouvements inverses d’immigration en direction du Liban et en provenance de la Turquie surtout : Grecs orthodoxes, Kurdes (de Turquie mais aussi d’Irak et de Syrie) et surtout Arméniens à partir de 1922 (date de retrait des Français de Cilicie). Au cours de cette période, environ 100°000 grecs orthodoxes s’installent au Liban, mais une partie d’entre eux réémigrera à nouveau. En 1932, date du premier recensement officiel, sur 135°000 grecs orthodoxes de nationalité libanaise 57°000 avaient émigré. De la même manière, mais pour des raisons différentes, c’est environ 100°000 Arméniens qui arriveront dans le pays après le génocide de la communauté par les Turcs. Dans une proportion moindre, on note l’arrivée de 17°000 sunnites ainsi que de 9°000 chiites15.

  • 16 C. Dubar et S. Nasr, op. cit., p. 65.
  • 17 C. Paix, « La portée spatiale des activités tertiaires de commandement au Liban », Tiers Monde, 197 (...)
  • 18 C. Dubar et S. Nasr, op. cit., p. 93.

16Après s’être complètement tarie durant la seconde guerre mondiale, l’émigration reprend lentement pour s’accélérer dans les années 1960 et 1970, tandis que l’intégration de l’économie libanaise au marché mondial et son rôle de relais régional s’accentuent. « Au sortir de la dernière guerre mondiale, ayant obtenu de la France sa complète autonomie politique, le Liban a acquis les traits essentiels qui en font une formation sociale capitaliste périphérique d’un type particulier, lié essentiellement à sa position au sein du marché capitaliste mondial. C’est en effet à partir de cette époque que se développe rapidement le secteur hégémonique financier commercial qui constitue l’ossature de la formation sociale libanaise »16. Cette fonction-relais sera renforcée aussi bien par les politiques socialisantes des pays voisins (Egypte, Syrie, Irak) qui feront du Liban le refuge des bourgeoisies arabes que par le développement des économies pétrolières du Golfe dont les capitaux se placent à Beyrouth. L’économie libanaise se caractérise alors par la croissance accélérée du secteur tertiaire, particulièrement de l’activité du secteur bancaire et du commerce international17. Mais le Liban connaît aussi une certaine industrialisation lente, mais réelle, surtout après 1967, tendance qui en fait, relativement à sa population, le pays le plus industrialisé de la région. Inversement, un trait frappant de cette évolution, et qui intéresse particulièrement notre propos, est la transformation rapide de la société rurale et le déclin de la population active employée dans l’agriculture qui, entre 1959 et 1970 passe de 48,9 % à 18,9 % du total actif18.

  • 19 Ibid., p. 96.
  • 20 Cf. W. Kdaih, La culture du tabac dans le sud du Liban, Thèse de 3e cycle, Caen, 1979, 2 tomes.

17Parallèlement, on observe un déclin important de la culture du blé et un progrès rapide des cultures commerciales (tableau 1). Du coup, la couverture des besoins en céréales passe de 48°% en 1948-52 à 18 % en 1968-7019. La progression de la culture du tabac (tableau 2) participe également de cette tendance et concerne plus particulièrement le Sud Liban, pour lequel elle joue un rôle comparable à celui de la soie, cinquante ans plus tôt, dans le Mont-Liban : en 1971, près des trois quarts des cultivateurs des superficies cultivées en tabac et des récoltes sont enregistrés au Sud Liban20.

Tableau 1 Evolution des principales cultures au Liban : comparaison entre 1955 et 1972.

Tableau 1 Evolution des principales cultures au Liban : comparaison entre 1955 et 1972.

Source : Recueil de statistiques libanaises

Tableau 2 Evolution de la culture du tabac au Liban depuis la restauration du monopole (1936).

Tableau 2 Evolution de la culture du tabac au Liban depuis la restauration du monopole (1936).

Source : Régie Libanaise des tabacs.

Tableau 3 Les effectifs de l’émigration libanaise dans le monde en 1960 (d’après Boutros Labaki, op. cit.).

Tableau 3 Les effectifs de l’émigration libanaise dans le monde en 1960 (d’après Boutros Labaki, op. cit.).
  • 21 C. Dubar et S. Nasr, op. cit., pp. 101-102.

18Durant cette période, l’émergence et l’extension des grandes exploitations capitalistes semble surtout s’effectuer par rachat des grands domaines féodaux ou appartenant à des propriétaires absentéistes, bien plus que par le déclin de la petite propriété paysanne. En effet, l’enquête « Population active au Liban » réalisée en 1972 par la direction centrale de la statistique, montre que 57 % de la main-d’œuvre agricole est encore composée en 1970 de travailleurs indépendants et d’aides familiaux. Ceci n’est évidemment pas étranger à l’importance de la double activité au Liban : en effet, 52 % des exploitants ont une activité principale non agricole, et cette proportion s’élève à 68 % au Mont-Liban et à 56 % au Liban Sud21. Si les campagnes, particulièrement dans les régions périphériques, connaissent un processus de prolétarisation réel, c’est sous la forme d’une dépendance accrue des petits producteurs à l’égard d’un marché contrôlé par les commerçants et les gros exploitants, bien plus que sous la forme d’une progression du salariat agricole.

  • 22 Ibid.

19Il reste néanmoins intéressant de noter la différenciation régionale de la structure de la propriété : selon les chiffres du ministère de l’agriculture, 90 % des habitants sont propriétaires au Mont-Liban, 70 % d’entre eux seulement au Sud Liban22.

20Les années 1950 et 1960 se caractérisent donc par le développement de la fonction-relais de l’économie libanaise, laquelle va de pair avec la tertiarisation de l’économie et le rôle croissant de Beyrouth comme place financière et pôle des échanges entre l’occident et le monde arabe. Cette évolution est à l’origine de mutations profondes de la structure sociale et de déplacements massifs de population qui s’accélèrent, aussi bien vers la capitale que vers l’étranger. Entre 1945 et 1960, les départs reprennent au rythme d’environ 3°000 par an en moyenne, pour passer à 8°500 entre 1960 et 1970, et à 10°000 entre 1970 et 1976. Vers 1960, les effectifs libanais dans le monde (première et seconde génération, ayant conservé la nationalité libanaise) étaient estimés à environ 1 200°000 personnes (tableau 3).

21La population libanaise résidente était alors évaluée à environ 1 500°000 personnes. Le poids de cette émigration se fait sentir aussi bien par le réseau extrêmement étroit des relations qui se sont maintenues entre les différentes communautés que par l’influence de la diaspora libanaise sur les affaires intérieures du pays.

22Parallèlement, le nombre des étrangers résidant au Liban ne cesse de croître, qu’il s’agisse des Palestiniens, dont le nombre augmente après chaque guerre, mais surtout après 1967, ou des travailleurs Syriens embauchés dans l’agriculture comme dans l’industrie. Au début des années 1970, les premiers sont évalués à 3 ou 400°000 sur l’ensemble du territoire, dont 175°000 à Beyrouth, tandis que les seconds, à peu près aussi nombreux, comprennent également un nombre important de travailleurs saisonniers. Dans l’ensemble des mouvements de population qui, pour des raisons diverses, traversent le Moyen Orient, le Liban apparaît encore comme un pays-relais où, comme en Jordanie, l’émigration entraîne en retour un phénomène d’immigration de remplacement.

  • 23 S. Birks et C. Sinclair, International migration and development in the arab region, Genève, ILO, 1 (...)
  • 24 Cité par B. Labaki, art. cit.
  • 25 I. Saad ed din et m. Abd el fadil, Intiqâl alamâla al arabîya, Beyrouth, Centre d’étude de l’Unité (...)

23C’est à partir des années 1960 que le mouvement migratoire en direction des pays pétroliers se met en place. Amorcé légèrement plus tôt pour le Koweit (1950), il ne démarre qu’un peu plus tard vers la Libye, l’Irak et la Jordanie (1970). Ce mouvement est d’un type radicalement nouveau par rapport aux précédents : ce qui souligne l’originalité de cette période vis-à-vis des périodes précédentes, c’est qu’il s’agit d’un mouvement « tournant » qui touche l’ensemble des catégories socio-professionnelles, depuis l’entrepreneur jusqu’aux ouvriers. Les durées moyennes de séjour sont beaucoup plus brèves, de l’ordre de 15 à 18 mois, et les allées et venues beaucoup plus fréquentes si bien que le stock des migrants pour une période donnée est beaucoup moins important que le volume des flux concernés. Pour 1975, Birks et Sinclair évaluent ce stock à environ 50°000 personnes, principalement réparties entre l’Arabie Saoudite, la Libye et le Koweit23. Si ce chiffre n’est pas déjà en-dessous de la réalité pour cette date, il est certain que les années de guerre le multiplient au moins par trois ou quatre. Pour la même année, le BIT suggère le chiffre de 100°000 personnes. En 1979, une enquête de l’Université américaine de Beyrouth auprès des ambassades des pays concernés24 avance le chiffre de 210°000 alors que I. Saad Ed Din et M. Abd El Fadil pour 1980, sans compter l’Irak, évaluent les départs à environ 62°00025. L’ensemble de ces données pêche sans doute plutôt par défaut que par excès.

24En effet, les chiffres de Birks et Sinclair donnent un taux de présence permanente à l’étranger de l’ordre de 6 % pour 1979 alors que, dans certains villages, comme nous aurons l’occasion de le montrer, ce taux peut atteindre jusqu’à 65 % de la population active. Par ailleurs, et malgré les difficultés d’interprétation des données dont nous disposons au-delà de 1976, on peut admettre que la population active du Liban a décru de plus du tiers entre 1970 et 1980. Pour la période qui précède la guerre, il est tout à fait raisonnable d’admettre un stock permanent de 100°000 émigrés sur un volant tournant d’environ le double. A partir de l’entrée du pays en guerre, le phénomène devient beaucoup plus difficile à cerner et il est extrêmement périlleux de prétendre départager les effets du mouvement migratoire en lui même des déplacements de populations et des réductions d’activité dues aux effets de la guerre.

  • 26 L’Economiste arabe, 15-5-1979.

25Une estimation de l’Economiste arabe pour la période 1975-1977, c’est-à-dire en pleine période de troubles, donne 625°000 départs contre 350°000 retours, soit un solde négatif de 270°000 personnes pour cette seule période26. Par ailleurs, les estimations de stocks à l’étranger nous donnent des chiffres en progression constante. Il nous faut donc admettre que la période de guerre a plus que doublé les effectifs libanais à l’étranger, les portant en toute hypothèse aux alentours de 300°000 en 1982 en même temps qu’elle accélèrait le rythme des rotations, portant l’ensemble de la population touchée en flux aux alentours de 500°000 soit environ de 15 % de la population globale du pays, chiffre qui paraît tout à fait compatible avec ce qu’il nous a été le plus communément donné d’observer sur nos terrains d’enquête.

  • 27 A. Dagher, « La grande détresse de l’économie libanaise », Le Monde Diplomatique, janvier 1985.
  • 28 Labaki, art. cit.

26La relative prospérité des années 1960 s’était accompagnée d’une polarisation sociale accrue qui s’est traduite d’un côté par une montée du chômage, de l’autre par une intensification des luttes sociales qui culmineront en 1973-74, à la veille de la guerre civile. En 1970, le nombre des chômeurs est estimé à 8,1 % de la population active, il dépasse 15 % en 1974. Malgré l’augmentation considérable de l’émigration, le taux de chômage atteint 20 % en 1978 et 34 % en 198227. D’après certaines sources, la population active aurait décru de plus du tiers entre 1970 et 1980 passant de 843°000 à 526°000 personnes28. Ceci est principalement dû à la destruction de l’appareil de production, surtout dans la région de Beyrouth, ainsi qu’au ralentissement des unités ayant subsisté, lesquelles ne dépassent guère 10 à 40 % de leur capacité de production. Dans le même temps, conséquence à la fois de la baisse des activités et du développement des consommations du fait de l’émigration et de l’argent de la guerre, l’inflation s’accélère et la spéculation immobilière prend des dimensions inconnues jusqu’alors : l’indice des prix à la consommation passe de 100 à 327 entre 1975 et 1982.

  • 29 A. Bourgey, « La guerre et ses conséquences géographique au Liban », Annales de Géographie, 521, ja (...)
  • 30 A. Dagher, art. cit.

27Dans ce contexte, l’émigration joue un rôle de plus en plus important pour faire vivre les familles libanaises mais aussi, jusqu’en 1982 tout au moins, pour maintenir à flot l’économie du pays. Les remises sont multipliées par dix entre 1971 et 1981 passant de 884 à 8 640 millions de L.L.29. En 1980, elles représentaient 55 % du PIB30.

Notes

1 IRFED, Besoins et possibilités du développement du Liban, Beyrouth, 1958, cité par B. Labaki, «°L’économie politique de l’émigration libanaise°», Le commerce du Levant, 2 et 9 février 1981.

2 W. R. Polk, The opening of South Lebaron : 1788-1840, Cambridge, Harvard University press, 1963.

3 D. Chevallier, La société du Mont-Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, Paris, 1971, Librairie orientaliste.

4 D. Chevallier, « Lyon et la Syrie en 1919 : les bases d’une intervention » Revue historique, Paris, oct. déc. 1960, pp. 275-320.

5 T. Touma, Paysans et institutions féodales chez les Druzes et les Maronites du Liban, Beyrouth, 1971, tome I, p. 373.

6 D. Chevallier, op. cit.

7 B. Labaki, art. cit.

8 C. Dubar et S. Nasr, Les classes sociales au Liban, Paris, 1976, p. 53.

9 C. Issawi, The economic history of the Middle East : 1880-1914. A book of reading. Chicago, 1966, pp. 269-270.

10 D. Chevallier, op. cit., p. 292.

11 C. Dubar et S. Nasr, op. cit., p. 32 et 60.

12 B. Labaki, art. cit.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 R. Rondot, Les institutions politiques du Liban : des communautés traditionnelles à l’Etat moderne, Paris, IEOC, 1947.

16 C. Dubar et S. Nasr, op. cit., p. 65.

17 C. Paix, « La portée spatiale des activités tertiaires de commandement au Liban », Tiers Monde, 1975, tome XVI, n° 61.

18 C. Dubar et S. Nasr, op. cit., p. 93.

19 Ibid., p. 96.

20 Cf. W. Kdaih, La culture du tabac dans le sud du Liban, Thèse de 3e cycle, Caen, 1979, 2 tomes.

21 C. Dubar et S. Nasr, op. cit., pp. 101-102.

22 Ibid.

23 S. Birks et C. Sinclair, International migration and development in the arab region, Genève, ILO, 1980.

24 Cité par B. Labaki, art. cit.

25 I. Saad ed din et m. Abd el fadil, Intiqâl alamâla al arabîya, Beyrouth, Centre d’étude de l’Unité Arabe, 1983, pp. 70-71.

26 L’Economiste arabe, 15-5-1979.

27 A. Dagher, « La grande détresse de l’économie libanaise », Le Monde Diplomatique, janvier 1985.

28 Labaki, art. cit.

29 A. Bourgey, « La guerre et ses conséquences géographique au Liban », Annales de Géographie, 521, janvier-février 1985, pp. 1-37.

30 A. Dagher, art. cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Localisation des lieux de l’enquête au Liban : Zghorta, Kaakour et Kfar Rummân.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Tableau 1 Evolution des principales cultures au Liban : comparaison entre 1955 et 1972.
Légende Source : Recueil de statistiques libanaises
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3601/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 2 Evolution de la culture du tabac au Liban depuis la restauration du monopole (1936).
Légende Source : Régie Libanaise des tabacs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3601/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 3 Les effectifs de l’émigration libanaise dans le monde en 1960 (d’après Boutros Labaki, op. cit.).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3601/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Presses de l’Ifpo, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540