Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communautés villageoises et migrations de main-d’œuvre au Moyen-Orient

 | 
Elisabeth Longuenesse
, 
Gilbert Beaugé
, 
Michel Nancy

Introduction

Texte intégral

1Dans la littérature déjà abondante concernant les migrations de main-d’œuvre au Moyen Orient, il est curieux de constater le nombre restreint (pour ne pas dire l’absence) d’études proprement anthropologiques.

2On nous a habitués à l’établissement de séries statistiques concernant les flux de population, aux études concernant l’influence des mouvements de main-d’œuvre sur l’emploi ou le développement, aux rapports d’experts visant à établir une relation entre le mouvement migratoire et tel ou tel autre aspect de chaque économie nationale prise séparément (balance des paiements, investissements, croissance..). C’est beaucoup plus rarement que l’on a tenté de saisir ce phénomène à la fois à son point d’origine et à son point d’aboutissement, comme structure des rapports s’établissant entre espace social d’origine et espace social d’arrivée, ou si l’on veut comme unité des trajectoires et des parcours migratoires.

3Faut-il attribuer à la manière dont les migrations ont été constituées comme objet d’étude spécifique et aux enjeux économiques et politiques qui y sont impliqués, la préséance de certaines disciplines par rapport à d’autres ? Toujours est-il que l’on ne s’est guère encore intéressé aux mécanismes proprement anthropologiques qui, poussant un groupe d’individus à s’expatrier, leur permettait de s’insérer dans le pays d’immigration, de s’adapter aux conditions du marché du travail, imposant des contraintes spécifiques, et plus largement d’une société à la fois fort différente et en pleine mutation, d’organiser et de maîtriser la poursuite et le développement du mouvement migratoire, enfin de gérer les relations avec le village d’origine et les conditions d’un éventuel retour.

4Or, il semble que nous tenions là un angle d’approche extrêmement fécond : dans la mesure où la notion de filière migratoire permet de restituer l’unité d’un processus, tel du moins que ces agents y apparaissent comme des protagonistes actifs, elle est irremplaçable. De plus, au niveau même où le phénomène se constitue et prend forme, elle permet de comprendre que dans le cadre des déterminismes globaux à l’intérieur desquels s’inscrit le phénomène, la migration est d’abord l’affaire d’une communauté singulière qui, face à un événement qui vient perturber ses équilibres fondamentaux doit trouver en elle-même et forger les solutions pour y faire face.

5Ce travail constitue une première tentative pour combler cette lacune et fournir des informations sur la manière dont le mouvement migratoire se constitue et la façon dont il évolue et se transforme aux deux pôles de la chaîne migratoire : dans le cadre du village d’abord où il s’agira de saisir et d’analyser les conditions qui prédisposent au départ, mais également les mécanismes d’amorce et d’amplification du mouvement, dans le pays d’accueil ensuite, où il s’agira de voir comment les structures organisationnelles de la communauté en exil tentent de fournir une réponse aux problèmes villageois.

6Ce travail s’organise donc autour d’un parti-pris méthodologique centré sur l’analyse des solutions qu’une communauté apporte aux déséquilibres qu’introduit l’émigration et dont il importe maintenant de développer brièvement l’argument.

7On admet communément, dans une perspective « économiste », que les réseaux par lesquels se consistuent le marché et l’offre de travail ne jouent qu’un rôle secondaire dans les fonctions qu’ils remplissent, allant même jusqu’à considérer que l’offre de travail, quelle que soit son origine, est parfaitement substituable sur les postes occupés compte tenu d’une demande globale fixée en volume et en qualifications. Si ce point de vue, compte tenu du degré d’approximation souhaité, est à la rigueur acceptable du point de vue des pays importateurs de main-d’œuvre, en revanche, il est radicalement inopérant du point de vue des pays exportateurs et plus particulièrement du point de vue des communautés d’origine et des migrants : dans ce cas il ne fait que traduire la domination qu’un point de vue exerce sur l’autre et interdit dans la pratique, de saisir les régularités d’ensemble ainsi que les réponses particulières que ces communautés donnent à la situation. En outre, son caractère restrictif empêche de penser plus globalement la place des groupes migrants dans la société, à un bout comme à l’autre de la chaîne migratoire.

8Réintroduire le point de vue des communautés émigrées dans l’analyse, c’est d’une certaine manière, aller à l’encontre des présupposés de l’expertise économique dominante et tenter de discerner sous le poids des déterminismes qui s’exercent sur les migrants la part d’initiative qu’ils préservent, les stratégies qu’ils élaborent et la manière dont ils tentent, souvent avec succès, de tourner à leur avantage une situation qui paraissait leur échapper.

9La présentation des études de terrains que l’on trouvera dans les chapitres qui suivent est sous-tendue par la volonté de prendre en compte simultanément, et à l’intérieur de la même analyse, les deux registres sur lesquels se joue le devenir du mouvement migratoire : celui de la société globale et des rapports qui s’établissent entre formations sociales distinctes, celui des communautés et des rapports qui s’établissent entre la fraction de la communauté en exil et la fraction restée au village. D’un côté, et du point de vue de la communauté villageoise, l’émigration apparaît bien comme une riposte collective et transitoire aux problèmes qu’elle rencontre devant lui permettre, dans les conditions bien précises qui sont celles des départs vers le Golfe, de contrôler tout à la fois sa situation en exil, et les conditions de sa reproduction au pays. D’un autre côté, et du point de vue de la société globale, les migrants s’insèrent de manière radicalement différente au sein de formations sociales que tout, par ailleurs, contribue à opposer. Malgré leur situation contradictoire, présents / absents, exclus / intégrés, à chacun des bouts de la chaîne migratoire, ils jouent un rôle décisif de part et d’autre, dans les processus globaux de reproduction/transformation des formations sociales concernées.

10Sans doute ce double aspect doit-il beaucoup à la situation libanaise actuelle dans laquelle l’affaiblissement considérable de l’Etat s’est traduit, entre autres, par un regain de vitalité des collectivités locales et, pourrait-on dire, par une réappropriation de certaines des fonctions jusqu’alors assurées par l’appareil administratif central : exercice des fonctions de sécurité civile mais aussi sociale, contrôle de certains aspects de la justice et de l’éducation, resserrement des liens familiaux et villageois, etc. Mais il doit également beaucoup à l’élaboration de nouvelles stratégies collectives de reproduction relativement bien différenciées d’un village à l’autre selon sa situation particulière dans l’ensemble libanais, son histoire propre et l’histoire des familles ou des individus qui composent ces communautés.

11Il doit également à la structure sociale particulière des pays du Golfe et au mode d’appropriation et de redistribution de la rente pétrolière qui contribue à renforcer les logiques communautaires. On est frappé de constater que, dans des contextes au premier abord aussi radicalement différents, les mécanismes de reproduction sociale ont des effets analogues expliquant le regain des solidarités villageoises et communautaires.

12Les enquêtes présentées dans cet ouvrage ont été réalisées dans le cadre du CERMOC pour l’essentiel durant l’hiver et le printemps 1981-1982. Au Liban d’abord, grâce à plusieurs brefs séjours respectivement à Zghorta, Kaakour et Kfar Rummân, puis à Mascate, Riyadh et Koweit ensuite où les auteurs ont pu passer une dizaine de jours chaque fois, accueillis par les communautés d’émigrés qui, prévenus de leur arrivée, leur ont grandement facilité la tâche. Au regard de nos ambitions, et plus encore des pratiques habituelles de l’anthropologue, on dira que cela fait bien peu de temps. Précisons toutefois que si la durée de nos séjours dans le Golfe a été limitée par le coût élevé des missions dans cette région du monde, le terrain était en revanche suffisamment préparé sur le versant libanais de l’enquête pour que nous puissions en tirer un profit maximal. D’un autre côté, au Liban, les séjours sur le terrain au sens strict, avaient été précédés et s’entrecoupaient de nombreux contacts et entretiens à Beyrouth même, et s’appuyaient sur une connaissance de longue date de la réalité libanaise. Ceci ne nous empêche pas d’être conscients des limites de notre travail, d’autant plus que la guerre de l’été 1982, l’occupation israélienne et les troubles de la montagne nous ont interdit d’effectuer les compléments d’enquêtes que nous avions prévus en 1982-83 (particulièrement dans le sud, à Kfar Rummân). Malgré ces insuffisances et compte tenu de la rareté des travaux de terrains sur cette question et dans cette région, il nous a semblé utile d’en publier les résultats.

13La méthode suivie, le recensement des émigrés actuels ou anciens et la conduite des entretiens avec un certain nombre d’entre eux, a été modulée et adaptée au fur et à mesure de l’avancement de l’enquête et en fonction des situations rencontrées. Si, pour les émigrés zghortiotes en Oman et kaakouriens à Riyadh, étant donné leur nombre relativement peu élevé, nous avons pu obtenir un certain nombre d’informations de base sur la quasi totalité des individus ayant émigré à un moment de leur histoire, en revanche, pour Kfar Rummân cela était tout à fait impossible à envisager du fait de l’ancienneté, de l’importance et de la diversification récente du mouvement ; nous avons donc procédé à un sondage aléatoire en repérant, à partir d’entretiens approfondis avec un certain nombre de personnes choisies au hasard de nos rencontres ou des contacts dont nous disposions, le nombre des émigrés et la manière dont le mouvement migratoire avait été géré, dans une quinzaine de familles élargies nous donnant un éventail à peu près représentatif de l’ensemble des situations (chapitre 4). Inversement, si le rôle de l’émigration dans les transformations de la société villageoise a pu être abordé de façon satisfaisante à Kaakour, où un certain nombre d’entretiens avec des personnalités locales et le dépouillement de documents originaux concernant essentiellement la structure foncière, nous ont permis de reconstruire dans ses grandes lignes l’histoire sociale du village (chapitre 3), le cas de Zghorta se présentait de façon tout à fait différente : sa dimension de petite ville d’une part, l’importance des facteurs politiques dans son évolution récente d’autre part, le caractère particulier de l’émigration enfin, dans la mesure où elle s’articulait autour d’un homme et d’une famille, ont nécessairement réduit les possibilités d’analyse des effets spécifiques de l’émigration sur l’évolution de la communauté (chapitre 2).

14D’un autre côté, si dans les pays d’immigration, nous avons pu recenser de manière exhaustive la totalité des membres du groupe, leur situation respective et leurs activités, les différences d’un cas à l’autre, tant du point de vue de l’insertion économique que des modes de vie et d’organisation, impliquaient des types d’interrogation adaptés à chaque cas.

15Tout ceci explique que la présentation des trois enquêtes ne soit pas strictement parallèle et mette l’accent chaque fois sur tel ou tel aspect plutôt que sur tel autre. Pour chaque monographie, nous avons essayé d’organiser l’exposé en suivant en gros le mouvement pendulaire des émigrés eux-mêmes : nous sommes partis de la présentation du village d’origine et du contexte socio-historique de l’émigration, avant de suivre les émigrés dans le Golfe ; après une brève présentation du pays d’immigration, nous avons tenté de décrire et d’analyser l’organisation de la communauté à l’étranger et ses relations avec la société d’accueil, pour revenir, à l’occasion des retours définitifs ou périodiques, au Liban et à l’examen des relations entre les deux bouts de la chaîne migratoire.

16La diversité des cas envisagés qui tous, d’une manière ou d’une autre, témoignent d’un dynamisme communautaire extrêmement fort, fait l’intérêt de notre recherche et autorise peut être un début de réflexion plus générale visant à rendre compte des déterminations profondes du phénomène migratoire dans la région.

17Le dernier chapitre (chapitre 5) essaiera de formaliser et d’articuler les différents niveaux d’analyse et de faire le point sur les résultats obtenus et les hypothèses que l’on peut en tirer pour des recherches ultérieures.

18Il nous reste à préciser que le travail de terrain a été réparti entre les auteurs par groupes de deux, de la façon suivante : la filière Zghorta-Oman a été étudiée par Gilbert Beaugé et Elisabeth Longuenesse, la filière Kaakour-Riyadh par Gilbert Beaugé et Michel Nancy et la filière Kfar Rummân-Koweit par Elisabeth Longuenesse et Michel Nancy. Sans entrer dans le détail des modes d’écriture, disons que chaque signataire est plus particulièrement responsable du ou des chapitres qu’il a signé, l’ensemble ayant fait l’objet d’une relecture critique des trois auteurs.

19Avant d’entrer dans le vif du sujet, nous tenons ici à remercier tous nos amis de Zghorta, Kaakour, Kfar Rummân et Beyrouth sans lesquels nous n’aurions jamais pu mener ce travail à bien.

© Presses de l’Ifpo, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540