Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communautés villageoises et migrations de main-d’œuvre au Moyen-Orient

 | 
Elisabeth Longuenesse
, 
Gilbert Beaugé
, 
Michel Nancy

Avant Propos

Texte intégral

1Le présent volume propose les résultats d’une série d’enquêtes organisées, voilà quelques années déjà, par le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain, à propos de l’émigration libanaise, un thème déjà envisagé sous d’autres angles dans de précédentes publications de ce Centre : Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe, Beyrouth, 1985, Industrialisation et changements sociaux dans l’Orient arabe, Beyrouth, 1982, ou Ph. Fargues, Réserves de main d’œuvre et rente pétrolière : étude démographique des migrations de travail vers les pays arabes du Golfe, Beyrouth, 1980.

2Il paraît vraisemblable, la rente pétrolière perdant de son importance et affectée désormais dans une proportion accrue au service de la dette extérieure des Etats qui en ont tiré parti, que le temps des grandes migrations de travail polarisées par l’exploitation du pétrole et l’utilisation de ses revenus est, aujourd’hui, passé. Le moment du retour est venu, pour une partie au moins des foules d’ouvriers et des escouades d’ingénieurs, d’entrepreneurs, et de cadres qui s’étaient rassemblés dans les états pétroliers comme dans un nouveau monde.

3Les enquêtes utilisées pour composer ce volume sont un peu antérieures à ce revirement de la conjoncture régionale. Mais elles venaient à point. Pour mettre en évidence les filières migratoires orientant des communautés villageoises libanaises vers des affaires et des chantiers lointains. Mais aussi pour examiner quels rouages, sur place, permettent d’associer le savoir faire et l’esprit d’entreprise importés à l’entregent que le privilège de leur nationalité rend les hôtes de ces émigrés capables d’exercer. Les expatriés libanais, allant de leurs villages aux lieux de leur travail étranger et en revenant, changeant de route ou de métier, faisant souvent fructifier leurs affaires, constituent le sujet de ces études. Mais c’est un intermédiaire, ou un go between, qui, en chaque lieu d’immigration, parce qu’il se confond avec une institution médiatrice d’un recours obligatoire pour l’étranger, est le personnage central de ce livre.

4Pas d’autorisation de travailler dans ces pays du Golfe, pas d’autorisation d’y investir non plus, sans recourir au truchement d’un de leurs citoyens. On comprendra donc aisément que ce personnage qui, pour prix d’un patronage à l’ancienne, prélève de diverses façons sur sa clientèle étrangère une partie des gains qu’elle amasse, est l’élément nécessaire d’un système qui permet de tirer parti de la trésorerie locale en mobilisant la main d’œuvre disponible dans des bassins beaucoup plus peuplés. Mais qui permet aussi de s’assurer immédiatement une rente sur les capitaux investis par des étrangers ou d’extraire directement une plus value du travail de la main d’œuvre d’importation.

5Dans un tel système, et si on les compare aux armées de travailleurs non qualifiés importés des réserves d’Asie, les Libanais ne sont pas les plus mal placés. Le produit de leur travail les fait vivre ; il entretient leurs familles, agrandit leurs maisons, embellit ou équipe leurs villages ; il facilite aussi l’extension ou la multiplication de leurs affaires. Mais ces enquêtes révèlent à point nommé qu’il n’y a pas là, pour la plupart, l’occasion de s’enrichir beaucoup et que, sauf exception, les expatriés continuent de penser qu’il n’est de joie qu’au village d’origine.

6Et la solidité des liens villageois, démontrée par les va-et-vient des émigrés aussi bien que par leurs stratégies matrimoniales, suffirait à justifier la méthode suivie pour l’enquête : considérer le village dont les réseaux de solidarité lignagère servent de support aux filières migratoires, puis retrouver les villageois à l’étranger. Une autre démarche, telle que délimiter un échantillon stratifié, aurait conduit, par souci de la rigueur statistique, à négliger une des dimensions sociales du phénomène et à sous-estimer finalement une des institutions durables du Liban. Et c’est peut-être une des leçons majeures de ces enquêtees que celle qui montre comme chaque village résiste, malgré le décroit démographique des campagnes, malgré la crise des productions agricoles, tandis que le Liban tout entier se délabre à chaque nouvelle étape de la guerre qui le ronge.

© Presses de l’Ifpo, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540