Version classiqueVersion mobile

Des banlieues à la ville

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Caecilia Pieri

III. La place de la culture et de la mémoire dans les dynamiques locales

Privilégier l’action municipale en direction du public jeune

Promoting the municipal action in the interest of a young and underprivileged public

تعزيز النشاط البلدي وتوجيهه نحو الجمهور الذي يصعب الوصول إليه

Magali Herbet

Résumé

L’intervention explique comment un théâtre, subventionné avec des fonds publics, remplit une véritable mission de service public. L’équipe du théâtre travaille pour et avec les populations locales, en particulier celles qui sont en grande difficulté sociale et économique : les milieux fermés comme les prisons ou les maisons de retraite, les habitants des quartiers difficiles, séparés du centre-ville par une forêt et bien souvent éloignés, voire écartés de la culture. C’est une action que l’on peut donc qualifier non seulement comme culturelle, mais aussi pédagogique et sociale.

Entrées d'index

فهرس الكلمات المفتاحية :

مسرح, نشاطٌ ثقافي وتربوي واجتماعي

Texte intégral

Une activité de lecture pour public jeune au Théâtre Jean Arp de Clamart

Une activité de lecture pour public jeune au Théâtre Jean Arp de Clamart

M. Herbet

1Mon intervention de ce soir se concentre sur le théâtre comme outil de l’action publique. En France, 70 à 80 % des théâtres sont des scènes publiques : il n’existe pratiquement pas de fondations privées, pas de mécénat, pas de donations. La pratique du théâtre repose donc presque exclusivement sur des fonds de l’État. Le théâtre Jean Arp de Clamart, par exemple, reçoit 80 % de son budget de la municipalité – qui est de 2 millions d’euros. Le complément provient d’une part du département des Hauts-de-Seine dans le cadre d’une convention triennale d’objectifs, et d’autre part de la région Île-de-France, dans le cadre des permanences artistiques dont a parlé M. Marquaille. Ces permanences budgétaires publiques sont nécessaires pour que puisse s’implanter réellement une compagnie dans de bonnes conditions, sur un territoire donné et pour une période de trois ans. Enfin, le théâtre Jean Arp est aussi subventionné par l’État, et la particularité de cette convention est d’être dédiée au développement d’un théâtre de marionnettes et d’objets : ces disciplines sont généralement méconnues et confinées au domaine de l’enfance, alors que nous prouvons par notre action que cela n’a pas lieu d’être.

2Dans le modèle français, on ne fonctionne donc qu’avec des fonds publics subventionnant tous les niveaux. Cela entraîne des implications et des engagements : puisqu’on reçoit des financements locaux pour exercer une mission de service public, on nous demande de travailler pour et avec les populations locales. Par exemple, en tant que responsable de l’action culturelle – qui concerne tout ce qu’on peut faire autour des spectacles (stages, rencontres, répétitions publiques...) –, j’essaye d’amener à la culture les populations qui n’y ont pas accès d’habitude. En effet, on ne rentre pas dans un théâtre de manière spontanée ou habituelle : en France, 20 % de la population seulement se rend au théâtre régulièrement. À Clamart, les quartiers plutôt bourgeois sont rattachés au centre-ville, tandis que ceux qui regroupent des populations en grande difficulté sociale et économique sont bien souvent éloignés, voire écartés de la culture ; ces quartiers difficiles sont même séparés du centre-ville par une forêt... Entre les deux types de quartiers, la coupure est donc triple : géographique, sociale et économique.

3L’une des innovations proposées par le théâtre Jean Arp est ce qu’on appelle le « théâtre en appartement ». Avec un ou deux comédiens, on crée des pièces écrites qui nécessitent très peu de décors et dont les textes sont accessibles à tous. Ces pièces, nous nous déplaçons pour aller les jouer chez les gens eux-mêmes, en essayant de toucher un public familial qui ne va jamais au théâtre parce qu’il n’a aucun accès spontané à la culture. Cela constitue une véritable action sociale qui n’est possible que grâce aux partenariats entre les différents services publics, essentiels pour le travail de démocratisation culturelle mené dans ces quartiers difficiles. Pour le théâtre en appartement par exemple, nous travaillons avec les assistantes sociales, les centres socioculturels et l’office des HLM, car toutes ces personnes des différents services sociaux connaissent les familles chez qui nous nous rendons.

4Au théâtre Jean Arp, nous disposons de 1 000 à 1 500 heures d’action culturelle par an, ce qui est beaucoup. La moitié de ce contingent d’heure est dévolue au milieu scolaire, de la maternelle au lycée, car pour nous, le public de demain, ce sont les jeunes. Au-delà de notre but proprement culturel, nous intervenons dans le parcours éducatif de l’élève, par exemple en permettant à des élèves déscolarisés de retrouver le chemin de l’école « classique » ou bien de se valoriser d’une autre façon, par le biais de projets culturels. Par ailleurs, nous travaillons aussi dans des milieux fermés comme les prisons et les maisons de retraite où la culture ne va pas. Notre action pourrait donc être qualifiée, sur un même plan, d’action culturelle, mais aussi d’action pédagogique et sociale.

Auteur

Responsable de l’action culturelle au théâtre Jean Arp de la Ville de Clamart

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search