Version classiqueVersion mobile

Mouvements communautaires et espaces urbains au Machreq

 | 
Mona Zakaria
, 
Bachchâr Chbarou

Duwaka, une projection excentrée de la ville ancienne du Caire

Mona Zakaria

Texte intégral

1(Centre de documentation et d’études juridiques et sociales, Le Caire)

2Ces quelques lignes consacrées à un quartier périphérique de création récente dans l’agglomération du Caire sont fondées presque exclusivement sur nos observations dans la ville et sur le chantier lui-même : nous n’avons guère pu obtenir de documents officiels relatifs à cette entreprise. L’observation de Duwaka permet de poser quelques questions simples. Qui décide ? Qui décide pour qui, quand il s’agit de procéder à une opération de remodelage urbain ? Que valent, aux yeux des experts de tels remodelages, les modes d’habiter vécus, parfois depuis très longtemps, par la population affectée par la transformation ou le transfert ?

3L’expérience de Duwaka, entreprise voilà cinq ans dans l’agglomération du Caire, est fort représentative de l’un des modes d’intervention de l’Etat égyptien dans le domaine de l’habitat des classes pauvres. Son intérêt tient à ce qu’elle se distingue des expériences des « main settlements » ou des créations de « villes nouvelles » implantées dans le désert, au delà des marges de l’agglomération, et qui furent pendant les dix dernières années l’expression de la politique gouvernementale conduite pour répondre à la crise du logement. Dans le cas de Duwaka, on a choisi d’évacuer une partie de la vieille ville dégradée, surpeuplée, insalubre et d’en transférer la population dans un ensemble de bâtiments érigés à la périphérie est de la ville et construit suivant des normes architecturales simples, sinon sommaires, pour mettre des abris à la disposition des familles déplacées ; habitat pauvre pour les classes pauvres : on retrouve là le problème de fond de la crise du logement en Egypte.

4L’expérience de Duwaka peut être, de la sorte, considérée comme une réponse exemplaire aux besoins d’une partie de la population des vieux quartiers du Caire, de celle des quartiers de la ville traditionnelle en particulier qui correspondent au secteur historique de la ville, conservent des caractéristiques traditionnelles en termes d’architecture et d’urbanisme, mais assurent aujourd’hui des fonctions modernes. De la population de ces vieux quartiers, on peut dire à la fois qu’elle occupe la rue et se retrouve à la rue. Cela tient à plusieurs raisons.

  • 1 Voir, sur la question des biens mainmorte, Kamel T. BARBAR et Gilles KEPEL, Les waqfs dans l’Egypt (...)

5La première de ces raisons est la formidable crise du logement dont souffre l’Egypte, notamment depuis l’explosion démographique qui se fait sentir depuis la fin de la seconde guerre mondiale. La seconde raison en est la spéculation foncière qui se développe de telle façon que le terrain non bâti prend une valeur supérieure à celui du terrain bâti lui-même, surtout quand il s’agit de constructions anciennes ; cette spéculation s’est trouvée accélérée du fait des investissements qui ont suivi la période de la « politique d’ouverture économique » souvent désignée par le terme d’infitah. A ces facteurs socio-démographiques et économiques s’ajoutent diverses contradictions juridiques qui tiennent notamment à l’existence de terrains waqf, c’est à dire de propriétés de mainmorte à l’intérieur de ces zones1.

6Dans le cas de Duwaka, petit quartier situé à trois kilomètres environ de la vieille ville du Caire, la nécessité de créer une cité d’urgence pour reloger des habitants s’imposait : l’insalubrité était telle, les effondrements de bâtisses si fréquents dans la zone où vivait la population en question que le stade de l’habitat « en mauvais état » était dépassé... Ceci dit, la décision de créer une cité d’urgence, le choix du type de construction de cette cité, l’agencement des logements eux mêmes doivent être replacés dans un contexte plus large que celui des possibilités financières et des spécifications techniques : il faut aussi considérer le mode de vie des habitants de la vieille ville avant leur transfert et leur transplantation à Duwaka. La problématique urbanistique doit intégrer des variables culturelles et considérer en même temps que les impératifs de l’hygiène, du confort, etc., ce qu’est l’écologie des habitants de la vieille ville.

7L’originalité de l’expérience de Duwaka ne tient donc pas seulement à ce qu’elle illustre une intervention étatique dans le vaste domaine du logement des classes pauvres, mais surtout à ce qu’elle fait apparaître des contradictions entre les conditions d’habitat et de logement proposées à cette population par la puissance publique et les traditions et habitudes que cette population vit et véhicule en se les transmettant depuis plusieurs générations. La vieille ville apparaît, dans ces conditions, pour ses habitants, comme le principal sinon le seul symbole représentatif d’une identité et d’une appartenance culturelles. La transplantation à Duwaka d’habitants de la vieille ville n’est pas simplement un changement de lieu, c’est aussi la mise en contact avec un modèle urbain aujourd’hui dominant en Egypte, mais qui n’est qu’une émanation ou un sous produit de l’Occident.

8Car la vieille ville n’est pas caractérisée seulement par la persistance du tissu urbain traditionnel (fig. 1) : elle est aussi le lieu où s’exercent les activités d’une communauté moins touchée que d’autres par la modernisation de l’espace et par ses conséquences sociales et socio-économiques. Dans le décor du tissu urbain traditionnel, la rue ou l’espace semi-public représente une extension réelle et pratiquée de l’espace privé. Dans ce cadre là, chaque unité d’habitat élémentaire, chaque logement, donne sur la rue, au sens spatial le plus immédiat, puisque la rue est un lieu d’information et de loisir utilisé par les femmes autant que par les hommes : par les femmes qui se réunissent en petites congrégations au seuil de leurs maisons, par les hommes qui se retrouvent et se rencontrent dans les cafés et dans les magasins. Qui plus est, les ateliers des artisans et les échoppes des commerçants occupent la rue, s’y étendent, en l’annexant à leurs activités : travail, étalage, marchandage poursuivis du delà des espaces privativement appropriés ; de même observera-t-on que les constructions récentes à usage commercial ont tendance, à la façon des Wikala traditionnelles, à s’étendre en empiétant sur les rues, les ruelles ou les impasses.

9Dans le tissu urbain traditionnel du Caire on peut donc observer une interférence spatiale entre habitat et lieu de travail qui s’exprime dans le modèle architectural du Rab’— bâtiment à usage d’habitation collectif— et de la Wikala comme dans leurs homologues modernes où les petites boutiques établies en rez de chaussée sont surmontées d’appartements aux étages ; mais ces logements eux-mêmes peuvent servir aussi bien et souvent en même temps de lieux d’habitation et d’entrepôts, de petits ateliers où l’on travaille surtout à la main mais où l’on dispose parfois d’un modeste parc de machines. Entremêlement donc des fonctions d’habitat et de travail. S’y ajoutent, ce qui est particulièrement sensible, et parfois pesant, dans la vie de chaque jour, les conséquences de l’entassement.

10Cet entassement de la population tient premièrement à la continuité des espaces bâtis : peu d’interstices séparant les maisons, lesquelles, bâties en contigüité, donnent sur des impasses et des ruelles irrégulièrement calibrées ; si l’on prend une vue à moyenne échelle de ces parties de la ville, les parcours extérieurs aux bâtiments semblent n’être que résiduels. L’irrégularité du maillage de ce tissu urbain et le prolongement des parcelles se résolvent en impasses et ruelles qui favorisent l’utilisation par leurs riverains, à des fins privées, des espaces qui paraissent destinés à la circulation publique. La calibre des rues est directement proportionné aux besoins de la circulation des piétons : les plus larges n’ont pas plus de 6 à 8 mètres. De telles rues ne sont donc point des zones de séparation réelle entre les immeubles qui les bordent, dans la mesure où ce sont plus que des relations à vue qui s’établissent et persistent d’un bord à l’autre. L’intimité qui en découle s’exprime dans la vie quotidienne des habitants et est traduite par quelques termes typiques, tel al Gira, qui désigne le voisinage mais aussi bien au sens matériel de la proximité qu’au sens moral et affectif que l’on retrouve dans le terme de al Wanasa qui exprime la chaleur et la cordialité confortable de la vie commune : ce sont finalement des obligations morales et matérielles réciproques qui lient entre eux les habitants bien plus que les circonstances locales.

11Les rapports entre riches et pauvres dans de tels quartiers sont fondés sur l’établissement de la protection morale et matérielle dont certains des habitants ont besoin. Ces rapports, outre qu’ils assurent la sécurité morale et psychologique de l’ensemble, contribuent à édifier et soutenir le sentiment d’appartenance immédiate à un quartier perçu comme distinct des autres. Une expression usuelle, telle que celle de Awlad Haratna, les gosses de notre impasse, illustre ce type de relations qui structurent la vie quotidienne : quelle que soit leur appartenance familiale, les enfants qui fréquentent la même impasse s’unissent et se regroupent en un ensemble dans lequel chacun reconnaît une originalité spécifique.

12Au delà de ces manifestations d’appartenance, le quartier est perçu comme un lieu sûr. La sécurité se manifeste à travers l’hospitalité et l’accueil accordés à chaque étranger qui se présente dans le quartier : cet étranger s’intègre en effet, ne serait-ce que momentanément, à une structure sociale perçue et pratiquée comme une communauté urbaine élémentaire. Les gestes quotidiens relevant des habitudes religieuses, la fréquentation des lieux consacrés à la prière et qui jalonnent le tissu urbain dont ils sont indissociables contribuent également au sentiment de sécurité morale qu’éprouvent les habitants puisqu’ils leur offrent la possibilité d’un recours constant à la puissance divine.

13Dans Le Caire d’aujourd’hui et dans le cadre de la vie quotidienne, la vieille ville symbolise donc, dans l’inconscient même de ses habitants, leur enracinement social et leur identification.

14Il parait difficile de considérer Duwaka, cité d’urgence destinée à des habitants de cette vieille ville, sans tenir compte de ce que la population intéressée rencontre des problèmes qui sont sociaux, culturels et portent sur la question importante de son identité.

15On ne peut dire que Duwaka, à trois kilomètres de la vieille ville, en soit éloignée ; mais elle en est séparée par l’important boulevard périphérique ouest de Saleh Salem et la « cité des morts » (nord) sur une des collines nord de Mukattam. Duwaka occupe un site qui est l’extension naturelle et immédiate d’une zone d’habitat spontané, Mansyat Nasir. Le choix de ce site, fait sur l’initiative du Ministère, a donc porté sur une zone où pouvait se développer, hors de tout contrôle formel, la zone de Mansyat Nasir. Ce site était occupé de fait par des groupes d’éboueurs, bien qu’elle appartînt au gouvernorat, lequel avait le choix entre la laisser progressivement envahir et digérer par l’habitat informel ou réaliser un projet immobilier destiné à l’usage de la même catégorie de population : laissez faire, poids des circonstances, logique de voisinage... Le choix se porta sur la construction d’une cité d’urgence avec le minimum de moyens. Et l’exécution du travail fut confié d’une part au gouvernorat du Caire et à l’armée, d’autre part.

16Le gouverneur du Caire fit appel à des entrepreneurs privés qui réalisèrent une partie du projet. Ces entrepreneurs se chargèrent du gros œuvre des unités d’habitation : préfabriqués sans crépi ni peinture en blocs de trois étages, où chaque logement comprend deux pièces et l’emplacement d’une cuisine donnant sur un espace de distribution, ceci sans portes intérieures ni installations sanitaires, puisque les points d’eau sont regroupés entre les blocs. La disposition interne des appartements ne prévoit aucune autre fonction que celle d’un dortoir ; chaque pièce ne peut en effet contenir qu’un lit ou un matelas : il est difficile d’imaginer qu’une famille de cinq ou six enfants puisse se réunir dans une de ces pièces. Il est important de souligner l’absence d’un espace central dans lequel les membres de la famille pourraient exercer une activité de type professionnel... Le même modèle architectural a été suivi par le service des constructions civiles de l’Armée, à la différence près que l’ouvrage, semble de meilleure qualité. Et l’Armée utilisa les briques sableuses comme un des matériaux de construction disponibles les moins coûteux.

17Dans les deux cas, l’infrastructure fut négligée à l’exception de la route goudronnée qui relie Duwaka à une autostrade de desserte de la ville et des autobus publics. Aucun équipement n’avait été prévu pour localiser un marché ou pour faciliter les activités quotidiennes du quartier. Rien ne permet l’utilisation d’un espace semi-public. Rien ne permet de relier entre eux les blocs édifiés dans un site désertique.

18Dans ce cadre, les habitants devaient eux-mêmes prendre l’initiative d’améliorer leurs conditions de vie. Chacun commença par sa propre installation, en essayant d’utiliser des éléments de récupération pour les fenêtres : ici un guichet de cinéma, là du bois de caisses d’emballages ; certains en sont même arrivés à construire des balcons en forme aux appartements des étages en plantant au sol des piliers de bois, recréant de la sorte un espace de seuil de porte et récupérant une ouverture sur le ciel. Et un des phénomènes les plus remarquables est l’utilisation de la peinture à la chaux bleu-ciel sur les murs de Duwaka, comme on le fait dans les pièces des Haws de la vieille ville, ces grandes maisons habitées par plusieurs familles élémentaires logeant chacune dans une seule pièce ouverte sur une cour commune.

19Les vendeurs d’eau apparaissent à nouveau, mais utilisant cette fois des jarres en plastique et de petites charrettes, pour livrer l’eau nécessaire dans les appartements. Aussitôt installés les habitants ont commencé à établir leur propre salle de bains, soit dans le rez-de-chaussée soit au voisinage des blocs. Ces bains ne fonctionnent pas avec un système d’égoût, lequel n’avait pas été prévu, mais se déversent dans des puisards.

20Les femmes, ayant beaucoup moins d’activités dans leur nouveau cadre de vie, furent les premières à réagir aux nouvelles conditions de vie en triant tous les débris récupérables pour la construction que les camions déversent dans des décharges au voisinage : elles commencèrent ainsi à construire leurs propres installations entre les bâtiments et dans des petits espaces disponibles.

21De toute évidence, le comportement social a changé : cette population très accueillante dans le vieux tissu urbain sécurisant, devient très agressive dans ce nouveau cadre, ce qui est une réponse à la déficience de sa propre structure sociale. A Duwaka, les hommes deviennent individualistes au sens matériel et moral et se sentent arrachés à leur environnement d’origine.

***

22Quels enseignements tirer de ces quelques observations ? Un premier point parait positif : le loyer mensuel de ces logements s’élève à 2,5 livres égyptiennes (soit deux dollars au moment où nous écrivons) ; on a pour ce prix, un abri supérieur à celui d’une tente.

Le Caire : croquis de repérage. 1. Site original. —2. Nouvelle implantation. — 3. Route. — 4. Zone urbanisée. — 5. Zone cultivée (Delta). — 6. Désert.

23Ces logements, conçus selon le mode de l’habitat informel, en ont cependant les inconvénients. L’absence d’infrastructures ne facilite pas les conditions de vie des habitants ; elle pèse même sur leurs dépenses journalières, ne serait-ce que par la nécessité d’acheter de l’eau pour la maison et ses habitants. L’habitat informel représente donc une expression architecturale propre, le modèle urbain exprimant, quant à lui, les besoins. D’autre part, des lieux d’activités se créent à l’écart de l’habitat : petits commerces, cafés, etc.

24Duwaka est, enfin, une expérience encore récente : elle n’a commencé qu’en 1979 ; elle nous oblige aussi à regarder différemment le « monstre » informel du mode d’habitat. L’habitat informel est à tout le moins une expression urbaine non seulement familière à ses habitants mais qui parait appropriée à leurs besoins et à leurs moyens. Ne doit on pas suggérer que c’est par la mise en place d’infrastructures nécessaires à chacun des habitants comme au bon fonctionnement de la ville que l’informel pouvait être intégré au cadre formel ?

Notes

1 Voir, sur la question des biens mainmorte, Kamel T. BARBAR et Gilles KEPEL, Les waqfs dans l’Egypte contemporaine. Sans lieu (Le Caire) ni date (1981 ?), Centre d’études et de documentations économiques, juridiques et sociales. 102 p. (Dossiers du CEDEJ, 1).

© Presses de l’Ifpo, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search