Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Damas de 1075 à 1154

 | 
Roger Le Tourneau

Errata

Texte intégral

1Pages au lieu de lire

2page 5, ligne 4 al-Montaçir al-Mostançir

3 » 16, ligne 1 Annee Année

4 » 35, ligne 16 Abou Mohammad Abou-Mohammad

5 » 42, ligne 15 Annee Année

6 » 56, ligne 28 Boçra Boçrâ

7 » 65, ligne 16 Nochtegîn Nouchtegîn

8 » 65, n. 3 Nouchkatîn Nouchtegîn

9 » 77, n. 3 E. I., 635 E. I., I, 635

10 » 79, n. 3 p. 127 p. 126

11 » 87, ligne 1 et n. 1 Banyàs Bânyàs

12 » 87, ligne 18-19...la chute de Tripoli, la chute de Tripoli,

13Quand... quand...

14 » 87, ligne 25 mit la voile mit à la voile

15 » 101, ligne 17 ett ombèrent et tombèrent

16 » 106, ligne 10 al-isfahsallar al-isfahsallâr

17 » 117, lignes 13 sqq Banyàs Bânyàs

18 » 121, ligne 22, n.2 » »

19 » 123, n. 3 Tâyyi Tâyy

20 » 129, ligne 9 supprimer la virgule après : L’émir

21 » 132, ligne 11 ajouter une virgule après : que

22 » 139, ligne 4 ses Ses

23 » 143, ligne 4 virtualité virtualités

24 » 152, ligne 8 supprimer la virgule après : aussi

25 » 159, n. 5 La généalogie des Àrtoqides doit être rétablie comme suit : Ibrahim et Dâoud, fils de Sokmân, Solaïmân et Timortàch, fils d’il Ghâzî.

26 » 170, ligne 27 supprimer la virgule après : différend.

27 » 179, ligne 30 parenté le parentèle

28 » 203. n. 1 p. 123, n. 3 p. 194, n. 2

29 » 222, n. 1 après : Chohourâ ou Sohourâ

30 » 224, ligne 13 ajouter une virgule après : car » 225, ligne 21 ajouter en marge : 250 » 231, n. 2 27 17

31Avant après

32 » 254, ligne 15 Supprimer la note et la remplacer par celle-ci, dont je dois la teneur à M. N. Elisséeff, Secrétaire Général de l’Institut Français de Damas, à qui j’exprime ici ma bien vive reconnaissance pour l’aide qu’il m’a apportée au cours de l’impression de cet ouvrage : Il faut sans doute corriger al-Imâmiija en al-Amîniya. En effet Nu’aïmî (Dăris, éd. Emir Ja’far al-Hasanï, t. I, 177 et suiv.) indique que l’imâm Jamàl ad-dîn as-Salamï fut le premier professeur de l’école al-Amîniya. On trouve mention de cette école dans Sauvaire, Descr. de Damas, in J. A. (Mai- Juin 1894), p. 395 et suiv. et dans As’ad Talass, Mosquées de Damas, p. 89.

33 » 259, ligne 23 Rahit Ràhit

34 » 263, ligne 28 diwân diwàn

35 » 264, ligne 11 diwân diwân

36 » 269, n. 1 Al-Fâriqi Al-Fâriqî

37 » 274, ligne 7 Mohyi Mohyî

38 » 286, lignes sqq Mahdiya Mahdia

39 » 287, n. 1 143 1143

40 » 290 Au lieu de 3, 4, 5,6 les notes doivent être

41numérotées 1, 2, 3, 4.

42 » 290, ligne 24 Zenkân Zankân

43 » 294, ligne 22 ajouter : (1) après : jonction et placer p. 294, la note 1 de la p. 295 »

44 295, ligne 28 imam imâm

45 » 296, ligne 6 et n.2 M. Elisséeff, Secrétaire Général de l’Institut Français de Damas, a bien voulu me dire qu’il penchait pour l’interprétation de Gibb. Je ne puis mieux faire que de transcrire ici ses remarques fort pertinentes auxquelles je me rallie bien volontiers : « Personnellement je penche pour la solution de Gibb : en effet les bras du Baradâ dans la Ghouta ont rarement plus de 2 mètres de large, l’eau est peu profonde et le passage à gué ne présente aucune difficulté ; en revanche les clôtures transforment les environs immédiats de Damas en un véritable labyrinthe où le guet-apens est aisé. On conçoit donc que les Croisés aient voulu supprimer ces barrières pour éviter les surprises nocturnes. »

46 » 298, n. 2 Araïma ‘Araïma

47 » 300, ligne 25 Bâzabah Bouzabah

48 » 303, n. 2 181 184

49 » 309, ligne 12 parmis parmi

50 » 309, n. 4 116 166

51 » 310, ligne 10 diwân diwân

52 » 311, n. 1 li-din li-dîn

53 » 312, n. 3 al-A’wâj al-A’waj

54 » 321, lignes 15 sqq al-A’wâj al-A’waj

55 » 321, ligne 28 Moayyâd Moayyad

56 » 324, ligne 19 al Balkhî al-Balkhî

57 » 331, n. 4 an-No’man an-No’mân

58 » 332, ligne 7 n. 1 al-A’wàj al-A’waj

59 » 337, dern. 1 Abou-Ghalib Abou-Ghâlib

60 » 338, ligne 7 il II

61 » 339, ligne 28 défenseurs défendeurs

62 » 340, ligne 19 diwân diwân

63 » 343, ligne 9 Halle aux Fruits Halle aux Pastèques

© Presses de l’Ifpo, 1952

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540