Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Damas de 1075 à 1154

 | 
Roger Le Tourneau

Introduction

Full text

  • 1 Elles sont rassemblées dans l’Introduction d’Amedroz (voir note suiv.) et par Cl. Cahen dans sa Sy (...)
  • 2 History of Damascus 363-555 a. h. by Ibn al-Qalânisî from the Bodleian MS. Hunt. 125. being a cont (...)
  • 3 The Damascus Chronicle of the Crusades, extracted and translated from the chronicle of Ibn al-Qalâ (...)

1Ibn al-Qalânisî n’est pas un inconnu ; nous possédons sur sa vie quelques indications biographiques1 ; sa chronique a été éditée2 et une traduction partielle en anglais en a été faite3. Le titre même de cette traduction indique l’esprit dans lequel elle a été entreprise ; l’auteur a tiré de la chronique d’Ibn al-Qalânisî tous les précieux renseignements qu’elle pouvait fournir sur l’arrivée des Croisés, leur établissement en Orient et la politique générale des Musulmans à leur égard ; le reste était hors de son propos. L’utilité d’un tel travail n’est d’ailleurs plus à démontrer : les fragments ainsi traduits ont été employés en France, par René Grousset dans son Histoire des Croisades et par bien d’autres.

2Mais il est une autre façon d’envisager les choses. Pour Ibn al-Qalânisî l’intrusion des Francs dans la politique orientale constitue certes un événement d’importance et sur lequel il insiste ; cependant l’objet principal de son intérêt n’est pas là. Le centre de ses préoccupations, c’est la ville de Damas, à laquelle il revient sans cesse et sur laquelle il possède une documentation de première main, puisqu’il y a occupé des situations en vue et a sans doute été mêlé de très près, au moins pour les quarante ou cinquante dernières années de sa vie, aux événements qu’il rapporte. Lorsque sur les conseils de mon regretté maître Jean Sauvaget, professeur au Collège de France, j’ai entrepris ce travail, j’ai donc choisi, dans l’œuvre d’Ibn al-Qalânisî, la période de l’histoire de Damas qui s’étend de l’année 468/1075, date de la prise de la ville par les Turcs, à l’année 549/1154 où Nour ad-dîn, déjà maître d’Alep, s’empare de Damas et met fin au pouvoir des dynastes Bourides.

3Lorsque le Turc Atsiz réussit à prendre pied en Syrie et à Damas, la ville était bien éprouvée : délaissée par les Abbasides après sa splendeur omaiyade, elle était tombée à partir de 379/989 sous la dépendance des Fatimides qui commençaient à s’installer en Egypte ; pendant un peu moins d’un siècle, elle avait été soumise à des gouverneurs éphémères, assistés de troupes berbères pillardes, mais qui néanmoins devaient sans cesse faire face à des révoltes parfois graves. Atsiz pouvait donc faire figure de libérateur lorsqu’il chassa les derniers représentants des Fatimides, mais il ne libérait qu’une ville exsangue.

  • 4 Cf. infra, p. 4 et 5.

4En fait Atsiz et ses Turcs semblent s’être montrés aussi durs que les Fatimides et leurs Berbères, puisque très vite la population de Damas l’exécrait et souhaitait sa défaite en face des Egyptiens4. Au bout de trois ans, le pouvoir passait au Seljouqide Tâj ad-daula Toutouch qu’Atsiz avait appelé à la rescousse contre un retour offensif des Egyptiens. C’était un chef énergique qui semble avoir fait régner l’ordre et la paix dans la ville ; mais Ibn al-Qalânisî ne s’étend guère sur cette période qu’il a vécue trop jeune.

  • 5 Sur ce terme, voir infra, p. 33, n. 2.

5Toutouch fut vaincu et tué en 488/1095 par un autre Seljouqide, son neveu Barkiyâruq, sultan de Bagdad ; mais les fils du défunt, Rodwân et Doqâq, se partagèrent une partie des possessions syriennes de leur père ; Rodwân s’installa à Alep et Doqâq à Damas où il bénéficia aussitôt du concours de son atâbeg5, le Turc Tughtegîn qui portait le surnom honorifique de Zahîr ad-dîn. D’entrée de jeu, Zahîr ad-dîn apparaît comme le véritable maître de Damas, un maître habile et énergique à la fois, très populaire au dire d’Ibn al-Qalânisî et qui, louvoyant entre les Fatimides, les Abbasides et les Seljouqides de Bagdad, les Francs qui apparaissent en 1097 et l’innombrable cohorte des petits princes arabes et turcs, fait régner dans sa ville l’ordre et la prospérité. Doqâq mort en 497/1104, Zahîr ad-dîn prend le pouvoir à son propre compte et fonde la dynastie des Bourides, qui durera vaille que vaille jusqu’à la prise de Damas par le Zengide Nour ad-dîn en 1154. C’est l’histoire de la ville sous ses premiers maîtres turcs et sous cette dynastie que relate l’extrait dont je présente ci-dessous la traduction, l’histoire d’un redressement progressif entre l’état d’abaissement qu’a connu Damas sous la domination fatimide et l’éclat que lui redonneront Nour ad-dîn et ses successeurs.

6C’est donc une période de transition pour la ville de Damas, mais d’une singulière importance, car des forces considérables s’affrontent autour d’elle. Trois forces principales sont d’abord en jeu, celle des Turcs de Bagdad et d’Orient, celle des Fatimides et celle des Croisés, une quatrième prend de l’importance à partir du second quart du xiie siècle, celle des Zengides, qui finalement aura raison de Damas.

  • 6 Voir infra, notamment p. 90 et 136 et suiv.

7Après avoir conquis le Khorâsân et la Perse, à partir de 1035, les Turcs Seljouqides, sous le commandement de Tughrilbeg, sont parvenus à Bagdad en 1055 ; leur chef a porté le titre de Soltân al-mo’azzam et est devenu le bras séculier et en même temps le maître du calife abbaside al-Mostançir. De là, ils rayonnent vers l’Anatolie, que leur livre la bataille de Mantzikert (19 Août 1071), puis vers la Syrie et vers l’Egypte où ils se heurtent à la puissance fatimide. Comme ils ne réussiront pas à s’emparer de la Palestine, c’est Damas qui sera leur possession la plus avancée en direction de l’Egypte, puis de la partie essentielle du territoire franc, le royaume de Jérusalem. On conçoit donc que le Sultan de Bagdad s’intéresse de très près aux affaires de Damas et qu’à plusieurs reprises le maître de Damas soit obligé de justifier sa conduite devant le Calife et le Sultan6.

  • 7 Ibid., p. 6.
  • 8 Ibid., p. 41.
  • 9 Vie d’al-Afdal in Ibn Khallikan, Wafayât al-a’yân, trad. de Slane(Ibn Khatlikan’s Biographical dic (...)
  • 10 Voir infra, notamment p. 62, 117 et suiv., 163 et 208.

8Les Fatimides, établis en Egypte depuis 969 et visant à détruire le califat abbaside, se sont efforcés de conquérir la Syrie et y ont presque entièrement réussi au milieu du xie siècle. Puis ils ont dû céder du terrain devant l’offensive turque et aussi en raison d’une grave crise interne qui les affaiblit pendant le troisième quart du xie siècle. Néanmoins ils réussissent à briser l’offensive turque aux portes de l’Egypte7, à reconquérir Jérusalem en 10988 et à tenir la plupart des places côtières de Palestine et de Syrie jusqu’à Jobaïl, entre Beyrouth et Tripoli. En effet, si le vizir al-Afda9 ne parvint pas à redonner une force suffisante à l’armée égyptienne pour jeter les Croisés à la mer et reprendre l’offensive sur terre contre les Turcs, il maintint la flotte dans une situation très forte et put ainsi conserver pendant longtemps la plupart des places côtières de la Syrie méridionale. Mais, comme les forces armées égyptiennes n’étaient pas en mesure de soutenir l’action de la flotte, les Fatimides eurent recours aux maîtres de Damas en plusieurs occasions10.

  • 11 Ibid., p. 37.
  • 12 Ibid., p. 332.

9Il faut d’ailleurs noter que l’influence égyptienne restait grande même à l’intérieur du pays, puisqu’en 1097 Alep se rangeait pendant quelque temps sous l’obédience égyptienne11. Même après la mort d’al-Afdal et en dépit des difficultés intérieures que connut l’Egypte, la flotte égyptienne conserva un grand poids et permit à la garnison d’Ascalon de résister aux Francs jusqu’en 115312. Les maîtres de la politique de Damas furent donc pendant longtemps obligés de tenir le plus grand compte du facteur fatimide.

  • 13 Ibid., p. 88, 89, 105, 132.

10Les Croisés, de leur côté, ont très rapidement débordé Damas par l’Ouest pour s’installer en Terre Sainte. Dès 1099 et surtout à mesure que l’emprise franque s’affirme sur la côte, le territoire de Damas est bordé à l’Ouest et au Sud par le comté de Tripoli et le royaume de Jérusalem. Voisinage bien délicat ; d’un côté les Damascains, en tant que musulmans, n’ont pas à hésiter sur la conduite à tenir : les Francs sont leurs ennemis, comme ceux de tout l’Islam. Mais d’autre part, les nécessités économiques obligent à une certaine circonspection car les Francs tiennent à leur merci deux des régions qui ravitaillent normalement Damas : le Hauran et la Beqâ. Aussi Zahîr ad-dîn négocie-t-il à plusieurs reprises des accords économiques aves les Francs, surtout à propos de la Beqâ’ et des régions avoisinantes13 ; accords éphémères que les deux partis violent tour à tour, mais auxquels ils reviennent sans cesse, poussés par la nécessité. C’est l’une des raisons qui valent tant d’ennemis à Zahîr ad-dîn ; les gens de Bagdad comprennent mal son attitude ambiguë et certains ne se font pas faute de l’accuser de trahison envers l’Islam.

  • 14 Ibid., p. 294 et suiv.
  • 15 Ibid., p. 256 et 313 et suiv.
  • 16 Ibid., notamment p. 321 et 339.

11Puis, à mesure que passent les années et que la menace des Zengides se fait plus pressante, les Bourides, nonobstant la tentative des Francs pour s’emparer de Damas lors de la seconde Croisade14, n’hésitent pas à s’allier avec eux contre Imâd ad-dîn, puis contre Nour ad-dîn15 ; mais la population n’approuve pas cette politique, admettant difficilement une alliance avec les Chrétiens contre un Nour ad-dîn surtout, dont la piété et le zèle musulman sont exemplaires. A plusieurs reprises, Ibn al-Qalânisî analyse cet état d’esprit de ses compatriotes, comme quelqu’un qui le connaît par le dedans16.

  • 17 Sur ce personnage, cf. E. I., IV, 1294.
  • 18 Sur ces événements, voir Ibn al-Athir, Histoire des Atabecs de Mossoul, in R. H. Or., II (2), 45 e (...)
  • 19 Voir infra, p. 222.
  • 20 Ibid., p. 256 et suiv.
  • 21 Ibid., p. 311.
  • 22 Ibid., p. 314.
  • 23 Sur le sens de ce mot, voir infra, p. 5, n. I.
  • 24 Ibid., p. 318.
  • 25 Ibid., p. 325.

12Enfin, dans le second quart du xiiie siècle, le pouvoir des Zengides se développe dans la région de Mossoul puis d’Alep, menaçant Damas par le Nord-Est et par le Nord. Imâd ad-dîn Zengî17 était le fils d’un mam-louk turc de l’entourage de Malik-châh ; nommé gouverneur de Wasît en 1122, puis préfet (chihna) d’Iraq en 1126, il fut envoyé à Mossoul en 1127 après l’assassinat du gouverneur Aq Sonqor al-Borsoqî et la mort de son fils Mas’oud18. De là il étendit aussitôt son influence sur Alep, sur la Djéziré, puis sur le Diydr Bakr. Peu après une occasion se présentait à lui d’ajouter Damas à ses possessions. Le prince Bouride Chams al-molouk avait ameuté contre lui par ses excès une grande partie de l’élite damascaine et, sentant son pouvoir mal assuré, faisait appel à son puissant voisin du Nord et se déclarait prêt à lui livrer Damas plutôt que de s’en laisser déposséder par ses ennemis. Zengî se prépara en hâte, point assez vite cependant, car Chams al-molouk était assassiné au début de Février 1135 et le pouvoir passait à son frère Chihâb ad-dîn. Zengî tenta cependant de prendre par les armes la proie qui lui échappait et il y eût probablement réussi sans l’intervention du Calife qui lui donna l’ordre de se retirer19. La paix régna quelque temps et fut scellée par un mariage entre Imâd ad-dîn et la mère du nouveau maître de Damas ; mais elle ne dura pas, car, Chihâb ad-dîn ayant été assassiné le 23 Juin 1139, sa mère poussa Imâd ad-dîn à s’emparer de Damas : la chose semblait d’autant plus facile que le nouveau souverain, Jamâl ad-dîn, mourait peu après ; c’est alors que les dirigeants de Damas firent appel aux Francs20 et que Imâd ad-dîn fut obligé de remettre l’exécution de son projet à plus tard ; il fut assassiné le 14 Septembre 1146. Son commandement se trouva alors partagé entre ses deux fils, Saïf ad-dîn à qui échut Mossoul et Nour ad-dîn qui devint maître d’Alep. Celui-ci vécut d’abord en bonne intelligence avec ses voisins de Damas ; mais sa politique de champion de l’Islam l’amena, au début de 1150, à demander l’aide de l’armée damascaine21. Or quelques mois auparavant, Damas avait conclu une trêve de deux ans avec les Francs et, d’autre part, l’émir Bouride Mojîr ad-dîn était peu disposé à favoriser les entreprises d’une famille qui avait déjà tenté de s’emparer de Damas. Mojîr ad-dîn refusa donc l’aide qui lui était demandée, mais accepta quelques semaines après22 de faire dire la khotba23 du vendredi au nom de Nour ad-dîn. Dans ces conditions, le statu quo ne pouvait durer bien longtemps. De fait, Nour ad-dîn investit Damas au début de Mai 115124 ; seule, l’arrivée des Francs l’oblig’a à se retirer au début de Juin, mais il organisait de loin le blocus économique de la ville en arrêtant les exportations de grain faites de la Syrie du Nord à destination de Damas, et l’on peut supposer qu’il avait sur place des agents de propagande qui profitaient des divisions de l’opinion publique, tant et si bien qu’à la fin d’Octobre 1151, Mojîr ad-dîn se rendait à Alep et s’y reconnaissait le représentant de Nour ad-dîn à Damas25 : autant dire que la dynastie Bouride agonisait. La situation se prolongea ainsi jusqu’au mois d’Avril 1154, parce que Nour ad-dîn répugnait à verser inutilement le sang des Musulmans et préférait laisser le fruit mûrir : il savait bien que la zizanie ne faisait que croître entre Mojîr ad-dîn et ses principaux collaborateurs et pensait que les difficultés économiques, la répugnance à s’allier avec les Francs, la lassitude de tant d’instabilité politique amèneraient la population damascaine à souhaiter sa venue. Son calcul était juste : la ville tomba presque sans résistance le 25 Avril 1154.

13Cette rapide revue de quelques uns des événements rapportés par Ibn al-Qalânisî permet donc de constater qu’au cours de la période considérée, Damas, soumise à l’influence de tant de forces discordantes, fut bien l’un des points névralgiques du Proche-Orient.

***

14La chronique d’Ibn al-Qalânisî nous fournit en outre quelques renseignements, moins nombreux que nous ne le souhaiterions, sur la vie interne de Damas pendant cette période.

  • 26 Ibid., p. 208.
  • 27 Ibid., p. 270.
  • 28 Ibid., p. 244.

15On trouve peu d’indications sur le développement des constructions parce que, sous la dynastie Bouride, la ville ne se développe guère : elle se contente de se reconstituer lentement pour s’épanouir à nouveau sous les Ayyoubides. Les seules constructions expressément mentionnées sont celles de Chams al-molouk dans la Citadelle26 et l’édification d’une mosquée par l’émir kurde Mojâhid ad-dîn à l’extérieur de la porte des Jardins (Bab al-Farâdis)27. D’autres édifices sont cependant mentionnés, mais sans indication de date, telle la Coupole des Roses (Qobbat al-Ward) dans la citadelle28.

16La vie religieuse n’appelle pas beaucoup plus de remarques ; l’orthodoxie règne à peu près sans partage, même au moment où la secte des Bâtiniya prend quelque influence, car cette secte apparaît à Damas sous un jour beaucoup plus politique que religieux.

  • 29 Ibid., p. 291, à propos de la mort du cheikh Abou-l-Fath Naçr Allah al-Maçîçî.
  • 30 Ibid., p. 336, à propos de la mort de l’Imâm Borhân ad-dîn Abou-1-Hasan Alî al-Balkhî.
  • 31 Ibid., p. 316, à propos de la mort du Cadi Bahâ ad-dîn ‘Abd al-Malik al-Hanbalî.
  • 32 Ibid., p. 300.

17On peut donc seulement noter la coexistence de plusieurs « rites » orthodoxes : rite chafiite, dont Ibn al-Qalânisî signale la disparition en 114729, rite hanifite30 et peut-être hanbalite31. En une occasion l’auteur nous montre les docteurs de ces rites entrant en conflit32, mais il ne semble pas que l’affaire ait été grave.

  • 33 Ibid., notamment p. 118 et 203.
  • 34 Ibid., p. 101.
  • 35 Ibid., p. 5.
  • 36 Il en fait mention à propos de la mort de Zahir ad-dîn lorsqu’il passe en revue son œuvre et ses m (...)
  • 37 Au cours de la visite faite à Bagdad par Zahîr ad-dîn au printemps de 1116 ; Ibid., p. 176.
  • 38 Ibid., p. 341.

18L’activité économique donne lieu à des indications plus intéressantes, mais encore bien incomplètes : rien sur l’industrie, peu de choses sur le commerce, sauf pour déplorer les entraves qu’il subit du fait des Francs et sur terre33 et sur mer34. La préoccupation essentielle d’Ibn al-Qalânisî et des responsables, c’est le ravitaillement de la cité. A peine Atsiz s’est-il emparé de Damas qu’il distribue de quoi semer aux paysans du Marj et de la Ghouta et les oblige à travailler à la culture et aux labours35. L’une des causes du succès de la dynastie Bouride réside à n’en pas douter dans les mesures prises par Zahîr ad-dîn pour faire mettre en culture le plus de terres possible autour de Damas. Ibn al-Qalânisî ne précise pas la date de cette législation36, mais il est raisonnable de la situer au début du « règne » de ce prince, car l’intérêt de la ville et celui de la dynastie naissante s’accordaient trop bien pour qu’on ne perdît pas de temps. Elle consistait à restituer à d’anciens propriétaires des terres qui leur avaient été extorquées de manière ou d’autre, à abolir des droits abusifs établis dans les mêmes conditions, à assurer aux possesseurs légitimes la jouissance de leurs biens à l’abri de toute contestation, bref à apurer la situation foncière des environs de Damas. Par la suite il obtint de Bagdad37 l’autorisation de vendre les terres qui se trouvaient sans possesseur connu, en précisant que les revenus fiscaux tirés de ces terres, une fois qu’elles seraient remises en culture, seraient affectés aux troupes qui menaient la Guerre Sainte. C’est la même préoccupation (on pourrait presque parler de hantise) qui amène Ibn al-Qalânisî à noter avec soin quantité de phénomènes atmosphériques qui, presque tous, influent dans un sens ou dans l’autre sur les récoltes. J’ai déjà noté l’importance que les autorités damascaines ont toujours attachée aux régions agricoles plus lointaines, comme le Hauran et la Beqâ, où Damas trouve une partie de sa subsistance. Enfin, lorsque Nour ad-dîn voudra porter un coup décisif, il interrompra le trafic des céréales entre la Syrie du Nord et Damas38.

19On comprend aisément le caractère impérieux de ce souci du ravitaillement, s’agissant d’une ville dont la consommation dépasse les possibilités de son voisinage immédiat, dans des circonstances qui rendent péniblement incertaines les communications par terre ou par mer. On s’explique aussi que Damas, dominée par ce besoin vital, n’ait pu, sous la dynastie Bouride, que se remettre très lentement de la décadence qu’elle avait subie sous l’occupation fatimide.

20Comme il est normal c’est sur la vie politique à Damas que les renseignements fournis par Ibn al-Qalânisî, sont de loin les plus nombreux.

  • 39 Sur le sens de ce mot, voir infra, p. 33, n. 2.
  • 40 C’est ce que fit Zahîr ad-dîn, après que Doqâq, et son jeune héritier eurent disparu à quelques se (...)

21Pendant toute la période considérée, Damas est soumise à l’autorité d’un prince turc, Seljouqide d’abord, puis Bouride, qui reçoit l’investiture du Calife et du Sultan de Bagdad et doit tenir compte de leur politique générale. Selon un usage fréquent, ce prince est parfois assisté d’un atâbeg39 c’est le cas pour le roi Doqâq, dont l’atâbeg est Zahîr ad-dîn, puis pour le dernier prince de la dynastie Bouride, Mojîr ad-dîn, qui bénéficie de la tutelle de Moin ad-dîn jusqu’à la mort de celui-ci en 1149. Dans les deux cas, le pouvoir réel est exercé par l’atâbeg qui, si les circonstances s’y prêtent, est fort bien placé pour substituer sa propre dynastie à celle de son pupille40.

  • 41 On trouvera quelques indications sur ces différentes dignités dans les notes qui accompagnent le t (...)
  • 42 Voir infra, notamment p. 309.

22Autour du souverain gravitent quelques hauts dignitaires avec lesquels il lui faut perpétuellement compter : ce sont le chihna, le vizir, le hâjib, le raïs et les chefs militaires sallâr, içfahsallâr et émirs41. Ces termes sont connus pour être employés par tous les chroniqueurs qui ont traité de cette époque, mais la réalité précise à laquelle ils correspondent nous échappe en partie : les indications données à cet égard par Ibn al-Qalânisî, ne nous permettent guère de la serrer de plus près. Les termes de sallâr et içfahsallâr désignent de hautes dignités militaires, cela n’est pas douteux, mais il n’est pas possible d’affirmer qu’ils soient appliqués en même temps à des commandements précis. Les termes de chihna, hâjib, vizir et raïs paraissent plutôt attachés à des dignités civiles mais il est impossible de préciser les attributions respectives de ces personnages. Tout au plus peut-on affirmer que le raïs tient en général sous son influence les milices populaires (ahdâth) signalées à Alep et à Damas42, sans toutefois que l’on puisse exactement définir cette influence ni en marquer nettement les limites.

  • 43 Ibid., p. 183.
  • 44 Ibid., p. 169 et 181.
  • 45 Ibid., p. 309 et suiv.

23L’impression d’ensemble qui se dégage du récit d’Ibn al-Qalânisî est que les charges en question ne correspondent pas à des institutions stables, mais que leur valeur respective dépend de ceux qui les tiennent. A de certains moments la prépondérance paraît revenir au chihna Tousof b. Fîrouz qui est en même temps hâjib43 ; à d’autres c’est le vizir al-Mazdaqânî qui semble exercer la plus grande influence44 ; plus tard, le raïs Moayyad ad-dîn mène le jeu45. On est ainsi amené à conclure, pour la période considérée, qu’il s’agit de dignités plutôt que de fonctions et que leur importance varie avec l’activité et l’efficience de ceux qui en sont investis.

  • 46 C’est ainsi que Çafwat al-molk, épouse de Zahîr ad-dîn, fait beaucoup pour l’accession au pouvoir (...)
  • 47 Ibid., notamment p. 215, 232, 264, 291, 333.
  • 48 Ibid., p. 256.

24On discerne mieux les forces politiques qui s’exercent à Damas. La plus constante est celle de l’aristocratie qui occupe les charges dont il vient d’être question : aristocratie mêlée où s’affrontent souvent Turcs, autochtones, Arabes, affranchis, et où les femmes, au moins celles de la famille régnante, jouent parfois un rôle important46. Les membres de cette aristocratie s’appuient surtout sur les garnisons des villes provinciales : Palmyre, Baalbek, Çarkhad, Boçrâ entre autres, deviennent à maintes reprises les apanages de grands personnages en rivalité avec le pouvoir central47. Ces conflits d’ambition se déchaînent surtout après la mort de Tâj al-molouk Bourî, fils de Zahîr ad-dîn ; ils s’apaisent un moment sous la menace de ‘Imâd ad-dîn48, mais renaissent de plus belle ensuite et facilitent grandement la tâche de Nour ad-dîn.

  • 49 Ibid., p. 230 et suiv.

25Au milieu de toutes ces discordes, l’armée reste étrangement passive et loyale envers le pouvoir établi. Pourtant en une occasion, la garde turque de l’atâbeg, à l’instigation de son chef l’émir Bazwâj, entre en rébellion ouverte et oblige le prince Chihâb ad-dîn à lui donner satisfaction49.

  • 50 Ibid., p. 309 et suiv.
  • 51 Ibid., p. 35, 295, 323, 341.

26La milice populaire (ahdâth) est plus active. Composée d’éléments citadins, elle échappe à l’influence de l’aristocratie turque et n’obéit qu’à certaines grandes familles locales parmi lesquelles sont pris les raïs de la ville ; son rôle est particulièrement net dans les événements de l’année 114950, où le raïs Moayyad ad-dîn la soulève contre le prince Mojîr ad-dîn et provoque une émeute populaire. D’autre part cette milice participe en plusieurs occasions à la défense de la cité51. C’est donc une force avec laquelle les Turcs doivent composer.

  • 52 Ibid., p. 126 et suiv.
  • 53 Ibid., p. 169 et suiv.

27Restent les Bâtiniya, plus connus sous le nom d’Assassins, qui ont tellement fait parler d’eux, à cette époque, dans tout l’Orient musulman. Comme bien d’autres villes, Damas a été le théâtre de leurs exploits : ils assassinaient l’émir Maudoud le 2 Octobre 1113 dans la cour de la Grande Mosquée52 ; mais rien ne prouve qu’à ce moment-là ils aient été solidement établis à Damas, puisque le meurtrier ne put être identifié : c’était probablement un étranger arrivé depuis peu. Quelques années plus tard, en 112653, ils sortirent de la clandestinité à Damas ; la vieillesse et peut-être la lassitude de Zahîr ad-dîn leur facilitait sans doute la tâche, mais cette brusque irruption au grand jour devait être aussi la conséquence d’une nouvelle tactique combinée par le comité central des Assassins et le fruit d’un lent travail souterrain, car ils trouvèrent d’emblée un allié puissant en la personne du vizir al-Mazda-qânî : on ne peut pas supposer qu’un aussi puissant personnage ait pu être gagné tout d’un coup à la cause sans une longue et savante préparation. D’ailleurs, les Bâtiniya obtenaient bientôt une place forte à eux, Bânyds, cession que n’aurait jamais consentie Zahîr ad-dîn s’il ne se fût trouvé en présence d’une force redoutable. Enfin les Bâtiniya firent tout de suite régner à Damas une atmosphère de délation et de terreur, preuve qu’ils pouvaient compter dans la ville sur des partisans bien organisés.

28Leur originalité résidait cependant en ce qu’ils s’appuyaient moins sur des éléments citadins que sur des ruraux pour lesquels Ibn al-Qalânisî n’a pas de mots assez méprisants. Il s’agirait donc d’un mouvement à la fois religieux et social, d’une tentative de révolte agraire qui scandalisait la bourgeoisie damascaine autant qu’elle lui faisait peur. Le triomphe des Bâtiniya dura

  • 54 Ibid., p. 179 et suiv.

29peu ; leur succès fut d’abord compromis par la mort de leur chef Bahrâm, qui, peut-être pour mieux assurer sa popularité auprès de ses meilleurs partisans, les paysans, s’attira l’inimitié des Arabes du Wâdî at-Taïm et tomba sous leurs coups54. Puis Tâj al-molouk Bourî, fils et successeur de Zahîr ad-dîn, profita de leur affaiblissement pour faire assassiner leur principal soutien, le vizir al-Mazdaqânî, le 4 Septembre 1129. Ce fut le signal d’un massacre général des Bâtiniya auquel se rua la populace de Damas, par zèle religieux, on veut le croire, mais probablement par rancœur de citadins contre un parti surtout rural.

  • 55 Ibid., p. 343.

30On est surpris de ne pas pouvoir compter ce qu’on pourrait appeler la bourgeoisie damascaine parmi les forces en présence. A aucun moment les intellectuels et les commerçants qui la composent ne semblent peser d’un poids quelconque sur les évènements, sauf peut-être lorsque Nour ad-dîn entre en scène et que son zèle religieux, sa modération et son habileté lui valent la sympathie des « honnêtes gens », par ailleurs inquiets des troubles que provoque la situation incertaine où se débat Damas. Le lendemain de son entrée dans la ville, c’est bien les lettrés et les marchands qu’il convoque et auxquels il adresse une allocution rassurante55. On a donc l’impression d’une classe sociale tenue à l’écart par les Bourides et qui, au demeurant, était trop paisible, trop amie de l’ordre pour entrer en opposition ouverte contre le pouvoir ; elle a subi son éclipse en silence mais a vu arriver avec satisfaction un prince qui s’intéressait à elle et paraissait lui permettre un nouvel épanouissement.

31Ibn al-Qalânisî, bien que mêlé de très près à tous ces événements, les rapporte avec un souci d’objectivité digne d’éloge. Certes ses préférences transparaissent et il ne serait pas humain qu’il en fût autrement ; c’est un aristocrate qui déteste les mouvements et les violences populaires, un pieux musulman qui voit avant tout dans les Francs des ennemis de sa religion. Mais c’est aussi un historien soucieux d’exactitude et généralement maître de ses propres réactions. Si bien que le mérite de son œuvre ne vient pas seulement de ce qu’il a été un témoin bien placé, mais aussi de ce qu’il s’est montré un témoin clairvoyant et serein.

***

32Grâce à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes de Paris, j’ai pu avoir à ma disposition, pendant les derniers mois de mon travail, le microfilm de l’unique manuscrit d’Ibn al-Qalânisî. L’examen de ce document m’a permis de corriger en plusieurs endroits un texte imprimé qui n’est pas sans défaut et de vérifier l’exactitude de nombreuses corrections proposées par H. A. R. Gibb, qui n’avait pas eu la bonne fortune de consulter le manucsrit mais avait suppléé à cette lacune par sa profonde connaissance de la langue arabe. En raison du médiocre matériel de lecture dont je disposais, et aussi de l’état de ma vue, il ne m’a pas été malheureusement possible de procéder à une lecture complète du document qui était mis à ma disposition.

  • 56 Paris — Société d’édition Les Belles Lettres, 1945.

33Je me suis conformé aux règles de transcription et de traduction fort judicieuses, proposées par MM. R. Blachère et J. Sauvaget dans leurs Règles pour éditions et traductions de textes arabes56. J’ai réduit les notes au minimum et me suis efforcé de limiter mes références à des ouvrages en langue européenne, puisqu’une traduction est par définition destinée à des non-arabisants.

34Enfin j’ai l’agréable devoir d’exprimer ma reconnaissance à mes collègues et amis, Pérès, professeur à la Faculté des Lettres d’Alger, Canard, professeur à la Faculté des Lettres d’Alger, Ibnou Zekri, directeur de la Médersa d’Alger, Ould Rouis, professeur à la Médersa d’Alger, et Ahmed Lakhdar, professeur agrégé au Lycée Bugeaud, pour les indications diverses qu’ils ont bien voulu me fournir. Je les prie de trouver ici l’expression de ma très vive gratitude.

35ALGER, Décembre 1949

36P. S. — Je serais bien ingrat si je n’exprimais, pour terminer, ma très vive reconnaissance à mon ami Henri Laoust, directeur de l’Institut Français de Damas, qui a bien voulu accueillir ce travail dans sa remarquable collection, et à M. Nikita Elisséeff, Secrétaire Général du même Institut, qui a veillé à l’impression de cet ouvrage avec une parfaite sollicitude et a bien voulu me faire profiter, sur plus d’un point, de sa vaste érudition et de sa grande connaissance de la Syrie.

37ALGER, Avril 1952

Notes

1 Elles sont rassemblées dans l’Introduction d’Amedroz (voir note suiv.) et par Cl. Cahen dans sa Syrie du Nord à l’époque des Croisades, 38-40. Né en 465/1073 et mort en 555/1160, Ibn al-Qalânisî fut par deux fois raïs de Damas (sur ce terme, voir infra, p. 35, n. 3).

2 History of Damascus 363-555 a. h. by Ibn al-Qalânisî from the Bodleian MS. Hunt. 125. being a continuation of the history of Hilâl as-Sâbi ; edited with extracts from other historiés and Summary of contents by H. F. Amedroz, Leyden, 1908.

3 The Damascus Chronicle of the Crusades, extracted and translated from the chronicle of Ibn al-Qalânisî by H. A. R. Gibb, professeur of Arabic in the University of London, London, 1932.

4 Cf. infra, p. 4 et 5.

5 Sur ce terme, voir infra, p. 33, n. 2.

6 Voir infra, notamment p. 90 et 136 et suiv.

7 Ibid., p. 6.

8 Ibid., p. 41.

9 Vie d’al-Afdal in Ibn Khallikan, Wafayât al-a’yân, trad. de Slane(Ibn Khatlikan’s Biographical dictionary, transl. from the Arabic by B. Mac Guckin de Slane, 4 vol. ; Londres-Paris, 1843-1871), I, 612.

10 Voir infra, notamment p. 62, 117 et suiv., 163 et 208.

11 Ibid., p. 37.

12 Ibid., p. 332.

13 Ibid., p. 88, 89, 105, 132.

14 Ibid., p. 294 et suiv.

15 Ibid., p. 256 et 313 et suiv.

16 Ibid., notamment p. 321 et 339.

17 Sur ce personnage, cf. E. I., IV, 1294.

18 Sur ces événements, voir Ibn al-Athir, Histoire des Atabecs de Mossoul, in R. H. Or., II (2), 45 et suiv.

19 Voir infra, p. 222.

20 Ibid., p. 256 et suiv.

21 Ibid., p. 311.

22 Ibid., p. 314.

23 Sur le sens de ce mot, voir infra, p. 5, n. I.

24 Ibid., p. 318.

25 Ibid., p. 325.

26 Ibid., p. 208.

27 Ibid., p. 270.

28 Ibid., p. 244.

29 Ibid., p. 291, à propos de la mort du cheikh Abou-l-Fath Naçr Allah al-Maçîçî.

30 Ibid., p. 336, à propos de la mort de l’Imâm Borhân ad-dîn Abou-1-Hasan Alî al-Balkhî.

31 Ibid., p. 316, à propos de la mort du Cadi Bahâ ad-dîn ‘Abd al-Malik al-Hanbalî.

32 Ibid., p. 300.

33 Ibid., notamment p. 118 et 203.

34 Ibid., p. 101.

35 Ibid., p. 5.

36 Il en fait mention à propos de la mort de Zahir ad-dîn lorsqu’il passe en revue son œuvre et ses mérites : Ibid., p. 176 et suiv.

37 Au cours de la visite faite à Bagdad par Zahîr ad-dîn au printemps de 1116 ; Ibid., p. 176.

38 Ibid., p. 341.

39 Sur le sens de ce mot, voir infra, p. 33, n. 2.

40 C’est ce que fit Zahîr ad-dîn, après que Doqâq, et son jeune héritier eurent disparu à quelques semaines d’intervalles ; Ibid., p. 55-57.

41 On trouvera quelques indications sur ces différentes dignités dans les notes qui accompagnent le texte.

42 Voir infra, notamment p. 309.

43 Ibid., p. 183.

44 Ibid., p. 169 et 181.

45 Ibid., p. 309 et suiv.

46 C’est ainsi que Çafwat al-molk, épouse de Zahîr ad-dîn, fait beaucoup pour l’accession au pouvoir de son mari (voir notamment infra, p. 150), que la mère de Chams al-molouk dirige le complot qui provoque la chute de son fils (Ibid., p. 219 et suiv.), que la princesse Zomorrod incite ‘Imâd ad-dîn à marcher contre Damas (Ibid., p. 252).

47 Ibid., notamment p. 215, 232, 264, 291, 333.

48 Ibid., p. 256.

49 Ibid., p. 230 et suiv.

50 Ibid., p. 309 et suiv.

51 Ibid., p. 35, 295, 323, 341.

52 Ibid., p. 126 et suiv.

53 Ibid., p. 169 et suiv.

54 Ibid., p. 179 et suiv.

55 Ibid., p. 343.

56 Paris — Société d’édition Les Belles Lettres, 1945.

© Presses de l’Ifpo, 1952

Terms of use: http://www.openedition.org/6540