Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe

 | 
André Bourgey
, 
Philippe Gorokhoff
, 
Michel Nancy
, 
et al.

Migration et marché de l’emploi des ingénieurs et architectes au Liban

Issal Saleh

Texte intégral

  • 1 Catherine Paix, La portée spatiale des activités de commandement économique au Liban, Tiers Monde, (...)
  • 2 Id., ibid.

1Etudier le marché de l’emploi des ingénieurs et architectes au Liban, c’est se heurter aux interrogations de deux problématiques ayant sous-tendu de nombreuses études parues depuis une dizaine d’années. D’une part, ces interrogations portent sur le rôle, la place et le développement du secteur tertiaire de commandement dans certains pays sous-développés ; d’autre part, elles sont relatives au transfert de technologie : « la spécificité du secteur tertiaire supérieur au Liban tient au fait que son essor actuel ne correspond pas seulement à une dépendance accrue de son économie par rapport aux pôles de domination mondiale, mais à une importante fonction d’intermédiaire entre ces derniers et d’autres espaces »1. Les activités de commandement sont « la fraction du tertiaire dont les décisions conditionnent le fonctionnement de l’économie et de la vie sociale, font partie des véritables moyens de la domination »2. Cette fonction de commandement est jouée par « les organismes du secteur privé qui impliquent un véritable contrôle sur le fonctionnement de l’économie nationale : grandes banques, grandes sociétés commerciales, grandes firmes de production primaire et secondaire, grands bureaux d’études qui contrôlent les innovations technologiques ».

  • 3 Voir notre prochain ouvrage : « Migrations et transferts de technologie au Moyen-Orient », à paraît (...)

2En 1975 (date de parution des articles cités) la catégorie des bureaux d’études ne revêtait pas l’importance qu’elle a prise dix années après le boom pétrolier. Aujourd’hui elle est une composante essentielle du tertiaire supérieur par sa contribution impressionnante aux projets de développement de la région3 ainsi que par le nombre élevé de cadres qu’elle draine, puisque, pour les trois plus grands seulement, le nombre de leurs ingénieurs et architectes s’élève à 800. Le développement de cette catégorie du tertiaire fut étroitement lié, au cours des trente dernières années, à celui d’une autre branche du tertiaire : le système d’enseignement en général et, plus particulièrement, les Ecoles d’ingénieurs ou Facultés de Génie. La place qu’ont pu prendre, dans le monde arabe, les écoles d’ingénieurs du Liban, est, en partie, due au développement différencié des systèmes d’enseignement dans ces pays et, en partie, à la différenciation des rôles des espaces dominés dans leurs relations avec les espaces de décision et dans leurs relations entre eux.

  • 4 Voir en particulier les contributions de l’équipe Judet-Perrin, de l’IREP, Grenoble.

3Les écoles d’ingénieurs du Liban alimentent aussi en cadres d’autres secteurs de l’économie et, plus particulièrement, les entreprises de construction dont les trois plus grosses emploient entre 900 et 1 000 ingénieurs et architectes. A cause de l’ambiguité de départ consistant à admettre, implicitement ou explicitement, l’hypothèse de neutralité de la technologie, les interrogations concernant les transferts de technologie ont conduit de nombreux auteurs ou organismes internationaux à identifier le terme « transfert » au terme « échange » et à éviter ainsi le délicat problème de la transformation-adaptation des rapports de domination. Sous cet angle, le transfert de technologie est partie intégrante du commerce de la technologie et le Liban y trouve naturellement sa place en tant que plaque tournante, avec un tertiaire adéquat. D’autres auteurs4 ont mis l’accent sur la nécessité de la création d’une capacité d’ingénierie dans les pays sous-développés, ou encore, sur l’importance de la formation technique supérieure, conçues toutes deux comme facteurs essentiels du transfert de technologie. Si, au Liban, ces deux conditions se trouvent réunies, il reste à montrer qu’elles sont réellement facteurs de transferts de technologie. En effet, assurer une capacité d’ingénierie, ou la formation d’un corps d’ingénieurs important, peut ne représenter qu’une variante du système de domination, c’est à dire une transformation-adaptation à des conditions nouvelles d’exploitation, la dépendance par la technologie étant un des aspects de cette transformation et, en tous cas, le contraire du transfert de technologie.

4Mais cette capacité d’ingénierie, matérialisée par la présence de bureaux d’études locaux et d’un corps d’ingénieurs relativement important, peut aussi être le champ de manifestations contradictoires où les facteurs de non-transfert et de transfert existent simultanément, et il nous faudra alors en apprécier l’évolution tendancielle. Le transfert de technologie ne peut être le fait d’initiatives individuelles, c’est à dire résultant de la migration individuelle des ingénieurs libanais. Il est nécessairement lié à ce que l’on peut appeler une migration collective, autrement dit à l’existence de bureaux d’études ou entreprises qui ont procédé à une accumulation collective, organisée, du savoir-faire et développé par eux-mêmes des traditions d’ingénierie suivant des normes internationales.

5Nous avons cherché à situer le marché de l’emploi des ingénieurs dans son contexte libanais pour bien le différencier de celui de pays industrialisés faisant partie des espaces de décision. Ces ingénieurs sont l’étalon commun aux entreprises de construction, aux bureaux d’études et aux écoles d’ingénieurs, représentant pour les deux premiers la mesure de la technicité qu’ils sont capables de mettre en œuvre pour la conception, la réalisation et l’exécution de projets divers et, pour le troisième, le produit d’une activité non directement productive (l’enseignement) et, une fois ce produit « réalisé » sur le marché du travail, le support, le transmetteur, le diffuseur d’une technicité (conçue comme accumulation de connaissances théoriques, techniques et pratiques).

6Le rôle joué par le Liban dans son contexte régional a rendu singulièrement complexes les déterminants du marché de l’emploi, nous amenant à tenir compte non seulement des facteurs internes (offre et demande locale, salaires locaux, formation locale d’ingénieurs), mais aussi des facteurs externes, (marché et salaires dans les pays de la région, formation d’ingénieurs libanais dans les pays occidentaux, etc.) ainsi que des luttes d’influence technologique dont l’issue joue un rôle essentiel dans l’exportation de la technologie.

7De plus, la crise libanaise de 1975 à 1984 a eu une telle influence sur le marché de l’emploi que certains résultats ou constatations tirés des enquêtes sur le terrain ne pourront être projetés qu’avec beaucoup de prudence. Par ailleurs le degré d’organisation poussé des bureaux d’études et des entreprises libanaises travaillant dans le monde arabe est un atout précieux pour l’étude du marché de l’emploi à travers une branche de l’économie utilisant un nombre important d’ingénieurs. L’émigration de cette catégorie professionnelle sera donc celle passant par la filière des bureaux d’études et des entreprises de construction. L’analyse des offres d’emploi dans les journaux locaux, celle des données de base fournies par les Facultés de Génie locales ainsi que par l’Ordre des ingénieurs et architectes du Liban, celle des listings de l’amicale des anciens de l’Université Américaine de Beyrouth, l’étude statistique des dossiers des demandeurs d’emploi auprès des bureaux d’études et des entreprises de construction importants ainsi que celle des curriculums des ingénieurs de ces sociétés, sont autant de champs d’enquêtes qui nous permettent d’avoir une vision plus précise de l’évolution de ce marché.

I. La formation d’ingénieurs et le marché de l’emploi

8C’est surtout après la deuxième guerre mondiale que se sont constituées la plupart des Facultés de Génie dans le monde arabe. Quelques unes seulement existaient avant les années 1940 : celle de l’Université du Caire créée en 1905, alors que l’Université elle-même ne l’a été que bien plus tard ; celle de l’Université Saint Joseph de Beyrouth, l’Ecole supérieure d’ingénieurs de Beyrouth, créée en 1913 conjointement par « l’Association lyonnaise pour le développement de l’enseignement supérieur et technique à l’étranger » et l’Université Saint Joseph ; l’Ecole supérieure d’ingénieurs d’Alger créée en 1925 pour les besoins locaux d’une population française importante ; la Faculté de Génie et d’Architecture de l’Université américaine de Beyrouth, qui n’a existé en tant que telle qu’après 1951, mais en fait, dès 1913, l’Université américaine (à cette époque, le « Syrian Protestant College ») dispensait à la Faculté des Arts et des Sciences des cours menant au diplôme d’ingénieur civil (ceci donc, simultanément avec l’Université Saint Joseph).

9Après la deuxième guerre mondiale, avec l’accession à l’indépendance de plusieurs pays de la région et le développement des besoins en ingénierie primaire, (c’est à dire celle relative au secteur de la construction) ont été créés la plupart des autres Facultés de Génie, écoles d’ingénieurs ou instituts divers menant au diplôme d’ingénieur, dans le monde arabe. Au Liban, l’Académie libanaise des Beaux Arts, institution privée existant depuis quelques temps déjà, fondait en 1943 la première école d’architecture du pays (jusque là, l’Université Saint Joseph et l’Université américaine ne produisaient que des ingénieurs civils). Ce n’est qu’en 1951 que l’Université américaine a commencé la formation de ce qu’on a appelé des ingénieurs-architectes, qui ne sont ni uniquement des ingénieurs, ni totalement des architectes, mais correspondent à un besoin local d’hommes à tout faire qui s’explique à cette époque par le manque d’architectes à proprement parler. Cette formation d’ingénieurs-architectes fut très rapidement arrêtée à l’Université américaine avec la création en 1963 d’une section d’architecture obtenant une certaine indépendance vis-à-vis des autres sections (génie civil, électricité, mécanique). Il est intéressant de noter toutefois que la création en 1963 de cette section d’architecture à l’AUB intervient juste un an après celle de l’Université arabe de Beyrouth, autre institution privée ouvrant en 1962 sa section d’architecture (deux ans après la fondation, en 1960, sous l’égide de l’Université d’Alexandrie d’Egypte, de l’Université elle-même). Quelques années plus tard, en 1966, l’Ecole supérieure d’ingénieurs de l’USJ créait à son tour une section d’ingénieurs-architectes, presque simultanément avec l’Université libanaise (la seule publique) qui, dans sa branche de l’Institut national des Beaux-Arts (INBA), optait pour l’ouverture d’une section d’architecture en 1965. Les deux universités arabe et libanaise n’ouvraient leurs sections d’ingénieurs (civil, mécanique, électrique) qu’en 1975 et 1980 respectivement. Enfin, l’Université du Saint Esprit, institution religieuse d’enseignement supérieur, créa, elle aussi, ensuite une section d’architecture. La Faculté de Génie de l’Université libanaise, la dernière en date, a créé, en plus de l’ouverture des sections travaux publics, électricité-électronique, mécanique, une section bâtiment-urbanisme qui formera une sorte d’ingénieur-architecte ayant capacité d’intervention en matière d’urbanisme. Ceci répond à un besoin croissant dans les pays arabes où l’urbanisation récente accélérée a entraîné une série de problèmes extrêmement sérieux dont la résolution devra mobiliser des urbanistes arabes « sentant » les solutions spécifiques à adopter en remplacement des bureaux d’études étrangers internationaux guidés essentiellement par la rentabilité de leurs interventions. L’Université américaine l’avait bien compris dès 1973 puisqu’on peut lire dans le rapport annuel de la Faculté de Génie que, « considering the early stage of specialization in which we find ourselves in the area... a Master’s degree combining Urban Planning and Urban Design would be the best contribution to be made to the area at the moment ». Ceci nous conduit en fait à réfléchir non seulement sur les raisons de l’existence de toutes ces institutions de formation d’ingénieurs et d’architectes au Liban mais même sur celles qui ont déterminé le choix des spécialisations au niveau du diplôme d’ingénieur.

  • 5 J. Ducruet, Rapport sur l’Université Saint Joseph, 1978.
  • 6 Institution — Enseignement, 1981-82. Publication de l’USJ.
  • 7 L’ESIB fait partie de la Faculté d’Ingénierie, elle-même une des facultés de l’Université Saint Jos (...)
  • 8 Interview de M. S. Catafago, mai 1982.
  • 9 American University of Beirut Catalogue, 1982.
  • 10 « The Liberal Arts and the Future of Higher Education in the Middle-East ». Publications de l’AUB, (...)

10Il est nécessaire, pour faire ressortir le rôle des universités locales dans la migration des cadres supérieurs, de présenter au moins quelques unes des déclarations des dirigeants à ce propos. : « Il serait souhaitable que les options de formation et les flux de diplômés trouvent leur pleine justification dans une étude précise des besoins au Liban et de la région en ingénieurs, en nombre et en spécialisation, pour les années à venir5. « L’Université Saint Joseph entend remplir au Liban et au Proche-Orient une double mission »...6. Pour le doyen de l’Ecole supérieure d’ingénieurs de Beyrouth (ESIB)7, « l’ESIB date de 1913 et a joué un rôle essentiel dans la phase de développement des pays arabes et du Liban... l’ESIB est appelée à jouer un rôle régional, actuellement. Elle ne s’intéresse pas qu’au Liban, mais aussi aux pays de la région »8. L’Université américaine ne semble pas tenir moins à sa vocation régionale arabe : « As early as 1913, the University recognized the need for engineering education and training in the Arab East and courses were offered in the School of Arts and Sciences... The objective of the Faculty of Engineering and Architecture is to graduate well-qualified engineers and architects who have received engineering or architectural education of the highest standard and who, at the same time, have particular knowledge of and training in the needs and problems of the Middle East »9. Cette citation de M. Elie Salem n’est pas moins significative : « By location, composition, and intention, AUB is fully qualified to play a leading role in the development of the Arab community. It is perhaps uniquely qualified to do this by virtue of its connexion with another culture that now plays a major international role ». Ziad Beydoun est encore plus élitiste lorsqu’il écrit que « ...the continuing role of AUB in the region remains an exceptional one.., the survival of AUB is for a long purpose, the purpose of continuing to produce leaders to meet the varied and rapidly changing needs of the region »10.

  • 11 Rapport sur l’Université Saint Joseph de Beyrouth, 1978.
  • 12 Rapport sur l’USJ, op. cit.

11Mais l’on doit noter une différence sensible entre les politiques de formation de l’Université Saint Joseph et de l’AUB. En effet, les interventions des dirigeants de l’AUB, quant aux options fondamentales touchant à la migration des cadres, vanteront le plus souvent les mérites de cette migration sans tenir compte des effets sur l’économie libanaise. L’AUB est alors présentée comme ayant un rôle à jouer dans le monde arabe : elle doit lui fournir les cadres dont il a besoin et la migration est alors vue dans sa globalité, c’est à dire nécessaire et bénéfique à l’ensemble du monde arabe. Par contre, l’Université Saint Joseph, tout en se voulant une vocation arabe, met en avant, en priorité, son rôle local, spécifiquement libanais. On peut relever, à ce sujet, quelques interventions du recteur de l’USJ, J. Ducruet : « Des conventions ont été signées, pour permettre aux étudiants entrant en dernière année qui désireraient choisir une option utile au Liban... »11. « La faculté d’ingénieurs assure une préparation à la vie professionnelle adaptée au Liban... »12.

  • 13 J. Ducruet, Nouvelles universitaires, mémoire de l’USJ sur la crise de. l’enseignement supérieur, n (...)

12Les positions du recteur J. Ducruet sur la migration en tant que telles sont révélatrices : « si l’émigration est une donnée, même permanente, de l’histoire économique du Liban, elle ne peut en être le dynamisme. D’une part, déclarer que « le Liban est un exportateur d’hommes » ne définit pas une politique dont le Liban ait la maîtrise et traduit simplement, pour une très large part, l’absence d’une politique. D’autre part, il n’est pas normal que l’avenir des jeunes libanais dépende de plus en plus des possibilités d’accueil, de la politique d’emploi et de la volonté de développement national ou régional de pays étrangers ou voisins, alors qu’aucune possibilité d’accueil, aucune politique d’emploi et aucune volonté efficace de développement ne s’affirme dans un pays qui est le leur... »13.

  • 14 Interview de M. S. Catafago, mai 1982.

13En attendant donc une politique de développement aboutissant à l’utilisation de plus en plus large de potentialités humaines locales, la formation d’ingénieurs va répondre aux besoins des pays de la région. Le doyen de la Faculté de Génie de l’USJ est explicite : « Il y a une demande importante, dans les pays arabe, en ce qui concerne le génie civil, liée aux grands projets tels que ports, aéroports, adduction d’eau, ainsi que pour l’électronique, l’énergétique, l’économie de l’énergie, les télécommunications et nos programmes sont assez adaptés à toutes ces exigences... nous avons cherché à nous y adapter, qualitativement et quantitativement... nous cherchons à faire des ingénieurs qui vont s’intégrer rapidement dans les pays arabes... »14.

  • 15 Témoignages recueillis auprès d’ingénieurs de la première génération, diplômés entre 1920 et 1940.

14Cette dualité dans le discours des dirigeants de l’ESIB s’explique par le rôle effectif qu’ont exercé les cadres issus de la première école d’ingénieurs au Liban. En effet, les filières migratoires actuelles n’étant pas encore mises en place, ces ingénieurs se dirigeaient principalement vers l’administration ou l’entreprise privée de petite envergure dont le rayon d’action se limitait essentiellement au Liban. La quasi totalité des entreprises des années 1930-1950 était fondée par des ingénieurs issus de l’ESIB ou d’écoles françaises15. L’établissement des grands corps techniques de l’Etat à partir des années 1950 a drainé une part importante des ingénieurs de cette époque. L’ESIB, alors appelée ESI, avait donc très tôt prise sur l’économie locale et son expansion y était parfaitement intégrée.

15Les ingénieurs de l’AUB, promus bien plus tard, se sont heurtés à une administration naissante francophone ; intéressés par les offres des sociétés d’ingénierie étrangères, principalement anglophones, (Etats- Unis et Grande-Bretagne seuls à cette époque) qui dominaient déjà le marché de l’ingénierie de quelques pays du Golfe (plus particulièrement le Koweit), ils ont été tout naturellement canalisés par cette nouvelle filière de migration.

Tableau 1. Ingénieurs travaillant dans différents ministères libanais.

Tableau 1. Ingénieurs travaillant dans différents ministères libanais.

Sources : Documents d’origine administrative, 1982.

  • 16 L’échantillon de 159 ingénieurs étudié ici représente environ 30 % du nombre total d’ingénieurs tra (...)
  • 17 Voir « l’arbre généalogique » des bureaux d’études libanais, dans notre prochain ouvrage.

16L’examen des origines des diplômes et de l’ancienneté dans la fonction des ingénieurs travaillant actuellement dans différents ministères montre l’influence respective des universités dans la fonction publique libanaise (tabl. 1)16. On constate la différence sensible entre les pourcentages d’ingénieurs issus des deux universités : 33,3 % pour l’ESIB et 10,7 % pour l’AUB. D’autre part, les données sur l’ancienneté de l’emploi montrent que plus de 83,5 % des ingénieurs travaillant en 1982 dans les ministères concernés ont obtenu leur emploi avant 1970, plus de 62 % l’ont obtenu avant 1965, et, pourcentage relativement important, 20 % l’ont obtenu avant 1960. Peu d’ingénieurs, 16,5 %, ont été engagés après 1970. De très nombreux ingénieurs, ayant commencé leur carrière dans les organismes officiels, se sont orientés finalement vers l’entreprise privée17. Lorsque l’on fait le bilan des hauts postes de responsabilité dans l’administration on constate la part importante prise par les ingénieurs de l’ESIB.

17Avec la montée en investissement dans les pays arabes à partir des années 1970, l’ESIB avait déjà à son actif une longue période de contribution au développement de l’ingénierie et de l’administration locale, alors que les ingénieurs de l’AUB ont été tout de suite entraînés dans le boom économique des pays arabes, à travers les bureaux d’études et les entreprises locales montantes. En effet, avec la création en 1951 de la Faculté de Génie de l’AUB, vont être attirés des ingénieurs- enseignants de formation anglo-américaine, transportant dans leurs bagages les traditions d’association, de bureaux d’études multidisciplinaires, de travail de groupe avec répartition de tâches dans le domaine de l’ingénierie et ce à l’image des bureaux d’études ou entreprises existants aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne. Cette idée était nouvelle, ne correspondait pas à la filière classique établie depuis les années 1920. Elle était en tout cas concomittante aux prémices du développement des pays arabes pétroliers. Cette période a donc été celle de la création des premières entreprises de génie civil ou de bureaux d’études libanais ayant actuellement une envergure internationale.

18En 1952, c’est la fondation à Beyrouth, de la Consolidated Contracting Co. (CCC) par trois ingénieurs de l’Université américaine. La CCC employait, en 1980, 12 000 ouvriers dans les pays du golfe ainsi que plus de 400 ingénieurs. L’entreprise CAT, fondée en 1941 en Palestine, mais quittant celle-ci en 1948 pour le Liban, où les premières embauches d’ingénieurs furent faites dans les promotions de l’AUB, emploie entre 10 000 et 15 000 ouvriers selon les années.

19Un peu plus tard, en 1956, cinq ingénieurs, dont quatre professeurs de l’AUB, tous diplômés des Etats-Unis, fondent le premier bureau d’études pluridisciplinaire au Liban : Dar Al Handassa, qui, après une double scission en 1959 et 1970 donne naissance à trois bureaux d’études : Dar Al Handassa Chaïr, Dar Al Handassa Taleb et Associated Consulting Engineers, qui employaient en 1982 plus de 600 ingénieurs à eux trois.

  • 18 Echantillon quasi exhaustif si l’on ne considère que le groupe des grosses sociétés d’envergure rég (...)

20En 1959, quatre autres professeurs de l’Université américaine, tous diplômés des Etats-Unis aussi, fondent un autre bureau d’études du même type : Consolidated Engineering Co. (CEC), connu aujourd’hui sous le nom de Khatib et Alami. Ces entreprises, aussi bien que les bureaux d’études, se lançaient aussitôt à la conquête de contrats dans les pays du Golfe. Cela faisait partie de leur stratégie dès leur création. La structure de leur embauche en sera fortement marquée. En effet, l’observation des origines universitaires des diplômes des ingénieurs travaillant dans ces sociétés (tabl. 2) montre la très nette prédominance en nombre des ingénieurs diplômés de l’AUB (22,4 %) par rapport à ceux de l’ESIB (3,4 %) dans les six sociétés composant notre échantillon18.

  • 19 Académie libanaise des Beaux-Arts (école d’architecture libanaise d’expression française). Deux aut (...)

21Ces chiffres n’indiquent évidemment pas la supériorité d’une université sur une autre. Dans la mesure où notre échantillonnage est composé essentiellement de sociétés fondées par des ingénieurs de formation anglo-américaine (il n’existe pas au Liban de très grosses entreprises fondées par des ingénieurs de formation française) et dont plus de 80 % des travaux sont effectués à l’extérieur du Liban, principalement dans les pays arabes pétroliers, ces chiffres indiquent la prédominance d’un système (anglo-américain) sur un autre (français) dans les pays du Golfe. Pour appuyer cette hypothèse il suffit de noter les pourcentages d’ingénieurs diplômés des Etats-Unis et de la Grande- Bretagne (respectivement 14 % et 16 %) par rapport à ceux ayant obtenu leur diplôme en France (2,8 %). Ainsi les diplômés de l’ensemble anglo-américain représentent 52,4 % des ingénieurs travaillant dans ces six entreprises alors que ceux diplômés du système français, — ESIB, ALBA19, France —, en représentent seulement 6,6 %. Si nous ne considérons que la population libanaise parmi les ingénieurs de cet échantillon, les parts de l’AUB et de l’ESIB deviennent respectivement 46,5 % et 9,4 %. Les parts des systèmes anglo-américain et français deviennent respectivement 68,6 % et 14,6 %. L’impact des universités locales devient donc subordonné à celui des systèmes concurrents, donc des normes et des technologies concurrentes. La faible présence des ingénieurs de l’ESIB dans les grands bureaux d’études va avoir comme contrepartie une présence sensible de ceux-ci dans les bureaux d’études de moindre importance, très nombreux, dont le rôle économique d’ensemble au Liban, sera nettement plus important que celui des six importantes sociétés étudiées. D’autre part, le rôle des petites et moyennes entreprises et bureaux dans les pays du Golfe, ne sera pas non plus négligeable.

  • 20 Al Mohandess, revue de l’Ordre des ingénieurs et architectes au Liban, 1968.

22Les autres universités présentes au Liban sont peu représentées dans les six entreprises de cet échantillon : 1 % pour l’Université arabe de Beyrouth et 0,4 % pour l’ALBA, alors que l’Institut national des Beaux-Arts, école publique d’architecture, n’y a aucun diplômé. Ces derniers se retrouveront dans un échantillonnage plus large regroupant les bureaux d’études de petite et moyenne envergure20

Tableau 2. Nombre d’ingénieurs et architectes travaillant dans diverses société d’ingénieurs, répartis selon l’origine universitaire des diplômes.

Tableau 2. Nombre d’ingénieurs et architectes travaillant dans diverses société d’ingénieurs, répartis selon l’origine universitaire des diplômes.
  • 1 Pour l’entreprise CAT, les C.V. n’indiquent pas la nationalité.

Note 11

Source : Etabli par nous à partir des Curriculum Vitae fournis par les sociétés concernées.

  • 21 Beirut Arab University, A Presentation.

23Les responsables des écoles d’ingénieurs au Liban autres que l’ESIB et l’AUB tiennent un discours similaire à celui de ces dernières. L’Université arabe de Beyrouth fait preuve aussi d’un fort désir de vocation arabe : « Beirut Arab University serves not only Lebanon but nearly the whole Arab world »21, ou encore : « Beirut Arab University was founded in 1960 to meet the growing need of arab students for higher education... it is the only private Arab University which is ‘ingénieurs, répartis selon l’origine universitaire des diplômes. regional in the true sense of the word, and which accomodates students from all over the Arab world ». Le doyen de la Faculté d’Architecture de l’Université arabe va dans le même sens : « ...Beirut Arab University architectural graduates are entrusted with major building and construction projects in various countries in the Middle East. This also multiplies the challenges to further develop our academic and educational programme in order to incorporate environmental needs as contemporary scientific and technological capabilities ».

24Il ressort de ces citations que le système de formation d’ingénieurs et d’architectes au Liban, pris globalement, n’a pas cherché simplement à répondre aux besoins d’une économie locale mais s’est fixé dès le départ un cadre de développement : celui d’un système extraverti formant des ingénieurs, nationaux ou non, pour et en fonction des besoins de la région.

Tableau 3. Développement des Facultés de Géni et Écoles d’Architecture au Liban.

Tableau 3. Développement des Facultés de Géni et Écoles d’Architecture au Liban.
  • 2 De 1917 à 1951 des cours menant au diplôme d’ingénieur civil se déroulaient au sein de la Faculté d (...)
  • 3 La formation d’ing. archit. est arrêtée en 1963 avec la création de l’Ecole d’Architecture. Source  (...)

Note *2
Note **3

Source : Établi par nous à partir des listes fournies par l’Ordre.

25De 1913 à 1982, il a été formé en tout au Liban, 7 595 ingénieurs de toutes spécialisations dont 5995 ingénieurs et architectes (spécialisations liées au secteur de la construction) et 1 600 ingénieurs agronomes (tabl. 3). Les ingénieurs libanais ayant obtenu le titre d’ingénieur civil, électricité, mécanique ou architecte sont 4 970 alors que 480 Libanais ont obtenu un diplôme d’ingénieur agricole. Sans compter les ingénieurs agricoles, l’AUB a formé 2 740 ingénieurs et architectes de toutes nationalités et l’ESIB 1 831 ingénieurs et ingénieurs-architectes. L’Académie libanaise des Beaux-Arts a formé, en 40 ans, 386 architectes alors que l’Institut national des Beaux-Arts, en 20 ans en a formé deux fois plus, et, ce qui est plus significatif encore, dans les trois années à venir seront diplômés 300 architectes à l’INBA, soit presqu’autant que de diplômés de l’ALBA depuis sa création. L’Université arabe, relativement récente quant à sa branche d’ingénierie, a formé en tout 225 ingénieurs et 270 architectes (tabl. 3).

26La demande d’emploi au Liban, pour cette catégorie professionnelle, sera donc déterminée quantitativement par le volume de la formation locale augmenté de l’apport des diplômés à l’étranger.

Tableau 4. Universités ou pays d’origine des diplômes des adhéren l’Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth.

Tableau 4. Universités ou pays d’origine des diplômes des adhéren l’Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth.

Source : Etabli par nous à partir des listes fournies par l’Ordre.

  • 4 inclus Us ingénieurs agricoles.
  • 5 dont 113 de Grande-Bretagne.

Note (1)4
Note (2)5

  • 22 Développement de la formation d’ingénieurs et de bureaux d’études ou d’entreprises de dimension moy (...)

27Dans notre échantillon, et sans tenir compte des nationalités des ingénieurs22, le nombre d’ingénieurs issus des écoles au Liban (AUB, ESIB, Université arabe, ALBA) atteint seulement 27,2 % du total d’ingénieurs employé par les six sociétés concernées (tabl. 2). Ainsi, en termes quantitatifs, les écoles d’ingénieurs au Liban jouent un rôle secondaire par rapport à l’ensemble des écoles étrangères (Pour une appréciation qualitative, il faudrait analyser la place spécifique dans les entreprises des ingénieurs issus des écoles au Liban, leur présence dans les postes de direction technique ou administrative, ce que nous ne ferons pas ici).

  • 23 Créé en 1952. (Il existe aussi l’Ordre des ingénieurs et architectes de Tripoli comptant en 1982 en (...)

28Les statistiques de l’Ordre des ingénieurs et architectes au Liban23 (échantillon nettement plus large que le précédent mais non directement relié à l’économie) fixent les places respectives des universités locales et étrangères sur le plan quantitatif (tabl. 4). Sur les 6005 ingénieurs et architectes inscrits à l’Ordre de Beyrouth jusqu’en décembre 1982, 3388 ont obtenu leurs diplômes dans des écoles d’ingénieurs au Liban, soit 56,4 % et 2617 dans des écoles étrangères, soit 43,6 %. Le nombre d’adhésions enregistrées de 1952 à décembre 1977 se monte à 1803 pour les ingénieurs formés à l’étranger, soit 45,4 % du total des adhérents à cette date.

29Si l’on considère la part des différents pays étrangers dans la formation d’ingénieurs libanais (tabl. 4), la France vient en tête avec 11,2 % du total inscrit à l’Ordre (25,7 % du total formé à l’étranger), suivie par les Etats-Unis avec 10 % du total inscrit (22,8 % du total formé à l’étranger). Les pays arabes et ceux de l’Est ont formé respectivement 7,3 % et 7,1 % des ingénieurs inscrits à l’Ordre (16,7 % et 16,4 % de ceux formés à l’étranger). adhérents diplômés de l’étranger ne descend que de 5,4 % (pour atteindre 40 % du total des nouveaux adhérents durant cette période) et ce, malgré les événements secouant le pays. Ces ingénieurs seront en majorité originaires du Liban et représenteront, pour un pourcentage négligeable, des ingénieurs libanais résidents de longue date à l’étranger et rentrant au pays.

Tableau 5. Pays d’obtention du baccalauréat des ingénieurs demandeurs l’emploi auprès de deux grands bureaux d’études libanais.

Tableau 5. Pays d’obtention du baccalauréat des ingénieurs demandeurs l’emploi auprès de deux grands bureaux d’études libanais.
  • 6 Libanais inclus.

Note 16

Source : Établi par nous à partir des formulaires remplis par les demandeurs d’emploi.

  • 24 Le tableau 6 est bâti sans tenir compte des différentes nationalités, mais la comparaison reste val (...)

30En effet, si l’on relève les pourcentages d’ingénieurs ayant obtenu leur baccalauréat au Liban parmi tous ceux ayant présenté une demande d’emploi dans deux gros bureaux d’études libanais (ACE et CEC) de janvier 1980 à décembre 1982 pour ACE, et de janvier 1979 à décembre 1982 pour CEC, on constate que plus de 97 % des demandeurs d’emploi de nationalité libanaise ont obtenu leur baccalauréat au Liban (tabl. 5), alors que 41,5 % seulement y obtenaient leur diplôme d’ingénieur (tabl. 6)24. Ainsi, 58,5 % des demandeurs d’emploi auprès de ces deux bureaux d’études, après avoir obtenu leur baccalauréat au Liban, ont voyagé dans le but de suivre des études menant au diplôme d’ingénieur, puis se sont présentés sur le marché de l’emploi au Liban même. Les chiffres sont presque les mêmes lorsque l’on considère toutes les nationalités, étant donné le faible pourcentage d’étrangers dans cet échantillon. Ainsi, a priori, la filière de migration bureaux d’études libanais-pays arabes n’est pas alimentée par les ingénieurs libanais dont la famille directe réside à l’étranger.

31Dans le champ de la demande d’emploi, l’approche en termes d’origine universitéaire des diplômés a été menée dans trois sociétés choisies parmi les six de l’échantillon (ACE, CEC, Dar Al Handassa, SOCEX, CCC, CAT) : ce sont les deux bureaux d’études ACE et CEC et l’entreprise de construction SOGEX (tabl. 6).

Tableau 6. Universités ou pays d’origine de d’emploi dans les trois sociétés CEC diplômes des ingénieurs demandeurs ACE, SOGEX en 1979-82 ou 1980-82.

Tableau 6. Universités ou pays d’origine de d’emploi dans les trois sociétés CEC diplômes des ingénieurs demandeurs ACE, SOGEX en 1979-82 ou 1980-82.
  • 7 Tirée du tableau 2, cette colonne représente les origines des diplômes des ingénieurs effectivement (...)
  • 8 C’est le rapport des pourcentages indiqués dans les deux dernières colonnes.

Note (1)7
Note (2)8

Source : Etabli par nous à partir des formulaires remplis par les demandeurs d’emploi auprès des sociétés

32Parmi les demandeurs d’emploi, 23,1 % sont issus de l’AUB et 7,1 % de l’ESIB. Ainsi, s’il est vrai que peu d’ingénieurs de l’ESIB sont employés dans les sociétés de notre échantillon, il est vrai aussi que peu d’ingénieurs ESIB y déposent une demande d’emploi. On ne peut donner comme explication une raison conjoncturelle du type que « les ingénieurs de l’ESIB sont de la région Est de Beyrouth et craignent de se présenter ou de travailler dans ces sociétés situées toutes dans la région ouest » puisque, comme nous le verrons plus loin, ces entreprises sont une plateforme de migration et n’emploient qu’une faible part de leurs ingénieurs au Liban. Les raisons seront plutôt de type structurel, étroitement liées aux luttes d’influence technologiques et universitaires.

33Les demandeurs d’emploi diplômés des Etats-Unis (26,6 %) ou de France (4,2 %) se présentent dans les mêmes proportions que celles obtenues lors de l’étude de la structure de l’emploi tel qu’il existe dans nos sociétés (tabl. 2). Pour cet échantillon, nous retrouvons donc, aussi bien au niveau de l’emploi existant que de la demande, la prédominance d’un système sur un autre.

34Les diplômés de l’étranger (58,5 % des demandeurs) concurrencent fortement ceux des universités au Liban (tabl. 6). Ceci se traduit par le fait que dans les six entreprises étudiées, 72,8 % des ingénieurs et architectes y travaillant effectivement, ont obtenu leurs diplômes à l’étranger (tabl. 2). La différence non négligeable entre ces deux chiffres montre même une tendance à la sélection au profit des diplômés des pays étrangers. Mais pour savoir si cette sélection touche d’une manière égale les diplômés des différentes universités nous avons introduit un ratio représentant le rapport, du pourcentage d’ingénieurs ayant déposé une demande d’emploi auprès des trois entreprises de l’échantillon CEC, ACE, et SOGEX, sur le pourcentage des ingénieurs effectivement employés dans les six entreprises de l’échantillon ACE, CEC, Dar Al Handassa, SOGEX, CCC, CAT.

  • 25 Nous n’avons pas pu obtenir ce chiffre à partir des données de base fournies par l’AUB, la national (...)

35Les ratios obtenus pour l’AUB et l’ESIB sont respectivement de 1 et 2 : il se présente un même pourcentage d’ingénieurs diplômés de l’AUB qu’il y en a d’effectivement employés, alors qu’il s’en présente, pour les diplômés de l’ESIB, deux fois plus que le pourcentage d’employés. Il y a donc une certaine sélection en défaveur des ingénieurs de l’ESIB. Ceux de l’Université arabe (BAU) sont encore plus nettement défavorisés, le ratio étant de 9,3. Les ratios concernant les diplômés d’Egypte ou de Grande-Bretagne sont faibles (respectivement 0,4 et 0,14) puisque ces ingénieurs suivent d’autres filières de migration et ne sont donc pas engagés directement à partir de Beyrouth. Ceci n’est évidemment vrai que dans la mesure où ces ingénieurs sont en majorité des Egyptiens (ou des Anglais) ou des Arabes non libanais. Dans le cas des diplômés d’Egypte, pour prendre un exemple, on observe (tabl. 2) que sur les 182 ingénieurs, seuls 19 sont de nationalité libanaise, soit 10,4 %. Les ingénieurs non libanais (Egyptiens ou autres Arabes) se retrouveront dans les entreprises libanaises après s’être déplacés dans les pays d’activité de ces entreprises. A partir de ces remarques, nous analysons le marché de l’emploi des ingénieurs selon leur nationalités25.

II Les nationalités et le marché de l’emploi

36Etant donné leur stratégie, les universités au Liban, et plus particulièrement l’AUB et l’Université arabe, accueillent un pourcentage important d’étrangers. L’ESIB, pour des raisons peut être extérieures à sa politique propre, accueillait un nombre d’étrangers sensiblement moins important avant 1975, et à l’heure actuelle, négligeable.

37Selon le tableau 3, part de Libanais dans les différentes spécialisations des Ecoles d’ingénieurs et d’architecture au Liban, l’AUB a formé en tout 62,6 % (24) de Libanais sur les 1713 ingénieurs liés au secteur de la construction et 30 % sur les 480 ingénieurs agricoles. L’examen des listings de l’association des anciens de l’AUB (Alumni) montre que sur les 1511 ingénieurs et architectes adhérents à cette association (non inclus les ingénieurs agricoles), les nationalités libanaise, syrienne, jordanienne et palestinienne forment plus de 90 % des ingénieurs promus de l’AUB (tabl. 7), avec 10,2 % de Syriens, 9,1 % de Jordaniens et 8,4 % de Palestiniens.

Tableau 7. Ingénieurs AUB adhérents à l’Alumni, selon leur nationalité.

Tableau 7. Ingénieurs AUB adhérents à l’Alumni, selon leur nationalité.

38L’Université arabe aura formé 72 % de Libanais, dans sa Faculté de Génie, sur les 225 ingénieurs diplômés et 64,5 % dans sa Faculté d’Architecture sur les 270 ingénieurs diplômés. Dans toutes les autres universités, les pourcentages d’étrangers sont plus faibles que 10 %. Le taux relativement élevé de diplômés étrangers de l’AUB jouera un rôle non négligeable dans l’établissement de filières de migration spécifiques à cette université. L’université sera un lieu de contacts étroits entre les différentes nationalités et particulièrement entre les Libanais, les Palestiniens et les Jordaniens. C’est de l’Université américaine que seront issues les plus grandes entreprises d’ingénierie au Liban et même dans le monde Arabe dans la mesure où, aussi bien ACE, Dar Al Handassa, CEC, que CCC seront toutes créées par des associations entre professeurs de l’AUB de nationalités libanaise, jordanienne ou palestinienne. Cela aura une influence certaine sur la composition en nationalités des entreprises de notre échantillon mais ne sera pas le seul déterminant de celle-ci.

Tableau 8. Répartition selon les nationalités des ingénieurs et architectes employés dans les gros bureaux d’études ou entreprises.

Tableau 8. Répartition selon les nationalités des ingénieurs et architectes employés dans les gros bureaux d’études ou entreprises.

Source : Curriculum Vitae des employés.

  • 9 Non inclus les ingénieurs de la filiale séoudienne de CEC.
  • 10 Le nombre d’ingénieurs travaillant dans ACE et indiqué dans le tableau 7 se monte à 169 alors que d (...)

Note 19
Note 210

  • 26 Ici, seules cinq sociétés composent notre échantillon, car nous n’avons pas obtenu la répartition p (...)

39Les trois nationalités, libanaise, jordanienne et palestinienne, représentent 53,1 % des ingénieurs et architectes employés dans ces entreprises26, avec des contributions respectives de 31,4 % ; 9,4 % et 12,3 % (tabl. 8).

40Dans ces sociétés les ingénieurs libanais sont donc fortement concurrencés par les ingénieurs étrangers représentant dans l’ensemble 68,6 % des 1283 ingénieurs employés dans CEC, ACE, Dar Al H., SOGEX et CCC. Cette concurrence est le reflet d’une triple tendance :

  • tendance à minimiser les coûts en main-d’œuvre à cause d’une concurrence de plus en plus sévère sur le plan de l’ingénierie, aboutissant à l’embauche de 8 % d’ingénieurs asiatiques (3,2 % de Pakistanais, 2,6 % d’Indiens, etc.) et de 34,5 % d’ingénieurs arabes (6,3 % d’Egyptiens ; 3,8 % de Syriens, etc.) autres que libanais, moins « chers » que les ingénieurs libanais) tabl. 8) ;

  • tendance à diversifier et maximiser la technicité, aboutissant à l’embauche de 23,4 % d’ingénieurs européens (1,2 % de Français ; 12,7 % d’Anglais, etc.) et américains (5,4 %). Ceci se traduit en fait par l’achat pur et simple ou la prise de participation dans des sociétés étrangères d’ingénierie (SOGEX en Allemagne, avec PEGEL, et aux Etats-Unis, avec Envirogenix ;

  • tendance à la diversification des marchés par élargissement de l’espace géographique d’intervention : Dar Al Handassa, en plus des « espaces classiques » du Golfe, s’installe au Nigéria, en Egypte... Toutes les autres sociétés suivent le même mouvement. Le résultat pour les ingénieurs libanais en sera une diversification des filières de migration et non pas nécessairement une croissance de la migration.

Tableau 9. Répartition selon les nationalités des demandeurs d’emploi auprès des bureaux d’études CEC et ACE.

Tableau 9. Répartition selon les nationalités des demandeurs d’emploi auprès des bureaux d’études CEC et ACE.

Source : Formulaires établis par les demandeurs d’emploi.

41Pour les demandeurs d’emploi auprès des deux bureaux d’études ACE et CEC, les pourcentages de Libanais sont nettement supérieurs à ceux des autres nationalités avec, en moyenne, 75 % des demandeurs libanais. Ensuite viennent les Palestiniens avec 9,2 % des demandeurs puis les Syriens avec 6,7 % (tableau 9).

42Les différences sensibles des pourcentages de demandeurs d’une même nationalité entre les deux bureaux d’études viennent, en partie, du fait que les ingénieurs, au courant des champs d’action respectifs des deux bureaux d’études et même peut être de leurs politiques sélectives d’embauche, iront en fonction de leur nationalité, préférentiellement dans l’un ou dans l’autre. Un facteur pouvant intervenir dans ce cas précis est le fait que la société mère de ACE se soit installée à Athènes du fait des événements au Liban, alors que CEC est restée à Beyrouth.

43Ainsi là encore nous retrouvons, en comparant les emplois effectivement occupés par les ingénieurs libanais (31,4 % des emplois, tabl. 8) à ceux visés par la demande (75 % de demandeurs libanais), une sélection en défaveur de ces derniers. Les Jordaniens sont faiblement demandeurs (3,3 %) alors qu’ils sont fortement représentés (12,3 %) dans les sociétés étudiées. L’emploi des Palestiniens (9,4 %) correspond à la demande (9,2 %). Les Jordaniens et Palestiniens bénéficient souvent d’un tissu de relations dans les pays du Golfe. Les Egyptiens n’apparaissent pas en tant que demandeurs alors qu’ils sont présents à 6,3 % dans les sociétés d’ingénierie (tabl. 8), puisque, nous l’avions indiqué, ils ont leurs propres filières de migration et seront engagés dans les pays d’activité de ces sociétés.

  • 27 Cf., note 3, supra.

44On peut noter, d’autre part, que la structure de la demande d’emploi chez CEC (et non chez ACE, installée à Athènes) correspond à celle de la formation d’ingénieurs de l’AUB, en terme de nationalités : comparaison des tableaux 7 et 9. Les différentes promotions se présenteront sur le marché de l’emploi local, comme filière immédiate, et ne chercheront d’autres filières de migration qu’après avoir été rejetées par la concurrence. Souvent, les sociétés offrant des emplois s’adresseront directement aux écoles d’ingénieurs pour embaucher leurs lots annuels de nouveaux diplômés. Des sociétés telles que Thomson, Schlumberger, Wang, etc. enverront même à l’AUB ou à l’ESIB des conférenciers qui, après une réunion de mise au point avec les futurs ingénieurs, procèderont à des interviews en vue de l’embauche. Les sociétés, locales ou non, contacteront aussi les étudiants par l’intermédiaire d’annonces affichées à l’Université ou par l’intermédiaire du corps professoral, qui, par son intégration dans Je secteur de l’ingénierie27, joue un rôle de transmissions entre ce secteur et l’Université. Que ce soit par les filières universitaires, les offres d’emploi dans les journaux, les emplois dans les sociétés d’ingénerie importantes, les promotions d’ingénieurs des facultés au Liban seront toutes vouées à la migration vers les pays du Golfe.

III. Pays de migration et marché de l’emploi

45Le Liban, plateforme de services, a aussi pour rôle d’être une plateforme de l’emploi. Il suffit de noter que les grandes sociétés d’ingénierie libanaises, même lorsqu’elles ont déplacé leur siège social en raison des événements gardent, comme un minimum vital, un bureau de recrutement à Beyrouth. Ainsi la SOGEX et la CCC, dont les maisons mères, autrefois installées à Beyrouth, ont été transférées respectivement à Paris et Athènes, gardent chacune une antenne à Beyrouth dont le rôle essentiel est le recrutement d’ingénieurs et de techniciens qualifiés. Pour le bureau d’études ACE réinstallé à Athènes aussi, le siège de Beyrouth jouera aussi bien un rôle d’ingénierie que de bureau de recrutement. D’autre part, on assiste, ces dernières années, à la naissance de nombreuses sociétés de services dont la fonction principale est de recruter ingénieurs et techniciens. La plupart embauchent pour les pays du Golfe pour le compte d’entreprises de construction qui n’utilisent pas de moyens plus directs. Parfois ces sociétés sont même chargées des premières interviews selon des normes fixées par les entreprises clientes.

  • 28 La même société peut être comptée plusieurs fois dans la mesure où elle affiche plusieurs annonces (...)

46Sur les 174 bureaux d’études, entreprises de construction ou industrielles28 ayant contacté les étudiants de l’AUB en 1980 et 1981, 43 étaient libanaises et avaient leur siège social au Liban, 58 autres, libanaises aussi, avaient leur siège social hors du Liban et 73 sociétés non libanaises avaient leur siège social à l’extérieur du Liban, la plupart dans les pays arabes. La majorité des emplois proposés le sont pour les pays du Golfe (tabl. 10). Seuls 29,5 % des emplois offerts le sont au Liban alors que 47 % concernent l’Arabie Saoudite, ces deux pays groupant ainsi 76,5 % de l’emploi. I1 y a donc une concentration géographique très poussée de l’offre d’emploi.

  • 29 Nous renvoyons au tableau 16 et non pas 11 car toutes les offres précisaient la spécialisation alor (...)

47Les panneaux universitaires ne sont évidemment pas le seul véhicule de l’offre. Les annonces dans les journaux, s’ils représentent aussi un moyen d’analyse, n’en donnent qu’une image partielle étant donné qu’elles seront le recours utilisé lorsque les relations personnelles dans les entreprises ne suffisent pas pour obtenir la main-d’œuvre recherchée. L’analyse des offres d’emploi touchant les ingénieurs parues dans un important quotidien local (Al Nahar), montre en tous cas que ce moyen n’est utilisé que depuis les années 1960 (tabl. 11). En effet une seule annonce proposant un emploi pour un ingénieur paraissait en 1962. Jusqu’en 1968, le nombre d’offres reste relativement faible : 61 offres en 1965 et 85 offres en 1968 (cf. tabl. 16, infra.). Ce n’est qu’à partir de 1972 avec le boom pétrolier, que l’offre croît sensiblement. De 1972 à 1981, l’offre moyenne annuelle relative aux ingénieurs et architectes est de 356 emplois (tabl. 16, infra29. Nous retrouvons là aussi, une ventilation similaire à celle obtenue à partir des annonces affichées à l’AUB, avec concentration des offres dans deux pays : le Liban et l’Arabie Saoudite regroupant respectivement 22 % et 42,4 % de celles-ci (tabl. 11). Les offres pour les autres pays arabes non pétroliers sont faibles. Les offres pour les pays eux-mêmes exportateurs de main-d’œuvre qualifiée et de techniciens et ingénieurs sont faibles aussi, sinon nulles (Jordanie, Egypte). Les Emirats arabes unis et le Koweit prennent une part importante d’ingénieurs, respectivement 12,7 % et 5,9 % des offres. Ainsi, à partir des deux échantillons d’offres d’emploi (Al Nahar et AUB), on note la forte influence de la structure du marché de l’emploi, par pays de destination, sur la stimulation à la migration des ingénieurs.

Tableau 10. Offres d’emploi selon pays de destination, affichées sur les panneaux de l’AUB (1980-1981).

Tableau 10. Offres d’emploi selon pays de destination, affichées sur les panneaux de l’AUB (1980-1981).
  • 11 « Moyen-Orient » est indiqué sans précision du pays.
  • 12 Il peut sembler paradoxal que l’on obtienne 157 emplois pour 174 sociétés. Cela est simplement dû a (...)

Note 111
Note 212

Source: Enquête personnelle

48Ces ingénieurs, en répondant aux offres d’emploi, s’adresseront à différents secteurs de l’économie, ayant chacun leurs propres ratios de migrations en fonction des activités menées au Liban ou dans les pays arabes du Golfe. Ainsi les ratios 22 % d’offres pour le Liban et 42,4 % pour l’Arabie Saoudite sont une moyenne entre plusieurs secteurs demandeurs, incluant évidemment le secteur de l’ingénierie. Il est intéressant de noter que si les ratios propres au secteur de l’ingénierie différent sensiblement de ceux obtenus à partir de Al Nahar, puisque nous relevons que 34 % des ingénieurs effectivement employés dans les entreprises ACE, CEC, Dar Al H. CCC, SOGEX sont expatriés en Arabie Saoudite (tabl. 12) contre 13 % travaillant au Liban même et 16,5 % dans les Emirats arabes unis, la ventilation reste la même que celle des deux échantillons d’offres d’emploi, l’Arabie Saoudite ayant la plus grande part d’emplois effectivement exercés suivie par le Liban et les Emirats arabes unis.

Tableau 11. Répartition par pays de destination (1), des offres d’emploi d’ingénieurs parues dans Al-Nahar entre 1962 et 1981

Tableau 11. Répartition par pays de destination (1), des offres d’emploi d’ingénieurs parues dans Al-Nahar entre 1962 et 1981

Source : Dépouillement du journal.

  • 13 Nous avons ventilé, selon les pourcentages et pour les pays indiqués sur le tableau 11, les offres (...)

Note 113

Tableau 12. Répartition par pays de migration des ingénieurs employés dans cinq grosses sociétés d’ingénierie

Tableau 12. Répartition par pays de migration des ingénieurs employés dans cinq grosses sociétés d’ingénierie

Source : Curriculum vitae.

  • 14 Y compris les ingénieurs de la filiale saoudienne.

Note 114

49La différenciation à l’intérieur du secteur de l’ingénierie est très nette. Les ingénieurs des entreprises CCC et SOGEX travaillant en très forte proportion en Arabie Saoudite alors qu’elles n’emploient aucun ingénieur au Liban (tabl. 12). Le fait qu’elles aient changé de siège social n’influe pas tellement sur cette constatation puisque dans leurs nouveaux sièges sociaux (Athènes pour la CCC, Paris pour la SOGEX), très peu d’ingénieurs sont employés, respectivement 25 et 40, la nature de leur travaux (exécution) exigeant la présence des ingénieurs sur les chantiers mêmes.

50Ainsi 35,2 % des ingénieurs de la CCC travaillent en Arabie Saoudite et 34 % dans les Emirats arabes unis (tabl. 12), alors que la SOGEX a 44,8 % de ses ingénieurs en Arabie Saoudite.

51Pour les bureaux d’études, la présence d’ingénieurs au siège social est, évidemment, nécessaire. La structure de leur répartition géographique sera donc différente de celle des entreprises de construction. Les ingénieurs de Dar Al Handassa seront à 40 % à Beyrouth mais quand même à 21,4 % en Arabie Saoudite pour les travaux de supervision, de suivi d’études... à 11,9 % au Nigéria, à 7,7 % en Jordanie. Le gros des ingénieurs de ACE sera dans le nouveau siège social d’Athènes (52,3 %). On en trouvera 14,8 % en Arabie Saoudite et 12,7 % au Bahrain. Il n’en reste que 8 % au Liban (tabl. 12).

52Pour le bureau d’étude CEC (auquel nous avons joint la filiale saoudienne) 48 % des ingénieurs se retrouvent en Arabie Saoudite, contre 20,6 % au Liban et 24,2 dans les Emirats arabes unis. Ainsi les grosses sociétés du secteur de l’ingénierie jouent un rôle important dans la migration, employant au total (pour les cinq sociétés étudiées ici) 87 % de leurs ingénieurs et architectes hors du Liban (tabl. 12). La corrélation entre les ventilations géographiques de l’offre d’emplois (Al Nahar, AUB) et de l’emploi existant (Dar Al H., ACE, CEC, CCC, SOGEX), assez forte, révèle quelques différences dues à la spécificité de l’activité dès que l’on étudie séparément les différentes branches (bureaux d’études ou entreprises de construction) du secteur de l’ingénierie. Nous pouvons avoir une vue plus globale de la migration des ingénieurs, quels que soient les secteurs où ils travaillent, à partir de l’analyse des adhérents à l’association des anciens de l’AUB.

53L’Alumni, institution disposant de responsables permanents, d’une administration spécifique, d’un système de gestion informatisé, d’un journal hebdomadaire, de réunions et congrès, d’un tissu de relations internationales, peut être considérée comme une antenne à l’écoute du monde arabe. Sur les 1511 ingénieurs et architectes adhérents en 1982, 945 ont laissé des adresses de travail mises sous fichier et actualisées périodiquement. Ces ingénieurs, à travers des filières diverses, se retrouvent principalement dans les pays arabes (tabl. 13, relatif aux années 1971 et 1982) : sur un total de 573 ingénieurs sortis de l’AUB adhérents en 1971, donc avant le boom pétrolier, et ayant alors laissé une adresse de travail, 53 % travaillaient au Liban, alors que pour ceux sortis en 1982 ce pourcentage tombait à 41 % avec les 945 ingénieurs répertoriés. Pour l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes, ce pourcentage croît sensiblement entre 1971 et 1982 (il passe respectivement de 6,5 % à 10,3 % et de 4 % à 13,8 %), alors qu’il diminue en pourcentage pour les autres pays arabes.

Tableau 13. Lieu de travail des ingénieurs et architectes issus de l’AUB adhérents à l’Alumni en 1971 et en 1982.

Tableau 13. Lieu de travail des ingénieurs et architectes issus de l’AUB adhérents à l’Alumni en 1971 et en 1982.

54L’écart important entre, d’une part, les 13 % d’ingénieurs travaillant au Liban et employés dans les gros bureaux d’études et entreprises de construction et, d’autre part, les 53 % d’ingénieurs travaillant aussi au Liban dans tous les secteurs (échantillon Alumni) montre bien les contributions, sensiblement différentes, à la migration, des diverses branches du secteur de l’ingénierie. Les petits et moyens bureaux d’études ou entreprises de construction ne seront pas de gros générateurs de migration malgré leur nombre important au Liban. En effet le nombre d’entreprises de construction enregistré au syndicat des entrepreneurs libanais est d’environ 500. On estime d’autre part à plus de 500 le nombre de groupements d’ingénieurs ou d’architectes se présentant comme ayant la capacité de contracter des études dans des domaines divers. Au ministère des Ressources hydrauliques et hydroélectriques seulement ont été préqualifïés pas moins de 110 bureaux d’études libanais affirmant pouvoir mener des études touchant à l’hydraulique. Ainsi le secteur de l’ingénierie au Liban se trouve caractérisé par une atomisation très poussée des entreprises et bureaux d’études dont l’aire d’action est surtout libanaise et par une concentration très forte de ceux dont l’essentiel du travail se fait à l’extérieur, dans les pays arabes du Golfe principalement. Mais avec, d’une part, la crise actuelle dans les pays du Golfe et le développement d’ingénieries, dans la plupart de ces pays (29), se dessinent deux tendances :

  • Pour les petits et moyens bureaux d’études et entreprises de construction libanais ayant réussi à s’implanter dans les pays du Golfe, le développement par des nationaux de sociétés équivalentes concurrentielles capables d’entreprendre des projets de construction ou d’études de petite envergure va se traduire par la diminution du nombre de projets, pouvant aboutir à la fermeture ou à des licenciements, créant ainsi un début de mouvement de retour des ingénieurs. Ce type de sociétés n’est pas sensiblement touché par la crise économique dans les pays du Golfe puisque celle-ci entraîne une baisse de l’investissement public, ce qui, dans ces pays de rente pétrolière, n’a pas un effet d’entraînement important sur l’investissement privé. Par contre la crise politique (guerre irako-iranienne) peut, elle, avoir un fort impact sur l’investissement privé dans la construction. La répercussion de la crise économique sur les petites entreprises viendra aussi du fait que celles-ci sont parfois des sous-traitantes des grandes entreprises de construction.

    • 30 Lorsque les sociétés libanaises, en plein essor économique des pays du Golfe, s’assuraient une acti (...)

    Pour les grandes entreprises de construction et les grands bureaux d’études, l’effet de la crise est direct. La baisse de l’investissement public va se traduire par un licenciement important et va renforcer la politique de restructuration et de redéploiement, entraînant l’ouverture de nouvelles branches ou filiales dans des pays négligés jusqu’ici, ou dont le marché de l’ingénierie n’a pas été suffisamment exploité30.

55On pourrait alors assister a une diversification des pays de migration, d’autant plus que la situation au Liban n’encourage pas le « retour au bercail », et donc, à une diminution des forts pourcentages obtenus pour l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis, et même pour le Liban si la crise devait durer. Les différentes nationalités d’ingénieurs ne seraient pas également touchées. En effet, il ne faut pas perdre de vue que, si les pourcentages d’ingénieurs émigrés dans les pays du Golfe et travaillant dans de grosses sociétés libanaises sont importants, ces pourcentages sont sensiblement plus faibles pour l’ensemble des ingénieurs tous secteurs et toutes nationalités confondues (échantillon Alumni). Les mouvements migratoires des ingénieurs Alumni sont déterminés par ceux des quatre nationalités dominantes (tabl. 14). Les ingénieurs libanais de l’Alumni travaillent à 46 % au Liban, à 12,5 % en Arabie Saoudite, à 16 % dans les Emirats arabes unis et à 5 % au Koweit. L’émigration des ingénieurs libanais aux Etats-Unis n’est pas négligeable : 8 %. On peut noter la remarquable concordance entre les migrations libanaises et palestiniennes pour tous les pays indiqués sur le tableau 14. La migration jordanienne se partage d’une manière égale entre le Liban (11,5 %), l’Arabie Saoudite (10,5 %), les Emirats arabes unis (9,5 %) et le Koweit (10,5 %). Seuls 32,5 % des ingénieurs jordaniens Alumni travaillent en Jordanie ou le marché de l’ingénierie est saturé en bureaux d’études de petite envergure.

Tableau 14. Destinations migratoires des ingénieurs diplômés de l’AUB et adhérents à l’Alumni.

Tableau 14. Destinations migratoires des ingénieurs diplômés de l’AUB et adhérents à l’Alumni.
  • 31 Professeur à la Faculté d’ingénierie de l’AUB, responsable du département de Génie civil.
  • 32 Professeur à l’AUB, ancien responsable du Département de Génie mécanique, interview de janvier 1983

56Le rôle dévolu historiquement à l’AUB, les conditions spécifiques de l’enseignement supérieur technique dans le monde arabe, les besoins pressants en cadres, l’expérience qu’ont et l’idée que se font, à propos des ingénieurs de l’AUB, les entreprises étrangères et arabes installées dans les pays arabes pétroliers, les normes utilisées liées à la suprématie américaine dans cette région sont autant de facteurs qui ont contribué au développement de la filière de migration AUB-monde arabe, celle-ci a été renforcée par les relations de l’Université avec ses « anciens », maintenues et même développées par une politique volontaire à travers un instrument dont l’efficacité est sans cesse accrue : l’Alumni. Cette dernière aura aussi pour rôle d’évaluer les besoins dans les différentes spécialisations relatives au métier d’ingénieur. On peut lire dans la contribution de M. Mohamad Mukaddam31 à la publication annuelle Campus 81 : « The Civil Engineering department plans to utilize the feedback from questionnaire surveys of its graduates who hold key positions in leading companies of the Middle East ». Cette démarche reflète une obsession chez les dirigeants de l’AUB : celle d’être toujours informé des besoins des pays arabes. Ceci participe d’une stratégie plus large consistant à modifier continuellement le rôle de l’Université en fonction de l’évolution des pays de la région et d’une crainte profonde, celle de voir l’AUB perdre son rôle dans le monde arabe. Cette inquiétude tient au développement des systèmes universitaires dans les différents pays de la région et plus particulièrement dans les pays pétroliers où la « mode » actuelle est à la construction, prise en charge par des sociétés internationales, d’universités et de facultés d’ingénieurs « clés en mains ». Le professeur Deeb32 le confirme en déclarant que l’AUB a pour but de donner une meilleure catégorie de diplômés qui puissent traiter les problèmes avec une approche plus moderne et un point de vue plus éclairé que celui des diplômés des autres universités. L’AUB veut produire maintenant des ingénieurs ayant une fonction générale et des spécialisations que les autres universités ne peuvent produire... »

57Le champ des spécialisations semblé donc un facteur à prendre en considération dans les mouvements migratoires des ingénieurs liés aux stratégies des universités.

IV. Les spécialisations et le marché de l’emploi

  • 33 Le terme de spécialisation est utilisé ici pour les différentes catégories d’ingénieurs (civil, méc (...)

58La structure des spécialisations33 est restée pratiquement figée pendant plus d’un demi siècle au Liban et est définie par ses cinq principales composantes : génie civil, mécanique, électrique, architecture et agronomie.

  • 34 Gildas Malivel Zakhia, Enquête sur Us industries du Mont Liban, Beyrouth, CNRS, 198.

59Jusqu’en 1977, les ingénieurs civils représentaient 51,2 % des 4091 ingénieurs et architectes inscrits à l’ordre de Beyrouth, les architectes 18,2 %, les ingénieurs en électricité 8,7 %, les ingénieurs agricoles 6,5 %, les ingénieurs mécaniques 6 %, les autres catégories d’ingénieurs représentant 9,2 % du total (tabl. 15). En 1982, la part prise par les ingénieurs civils décroît pour atteindre 48,6 % au profit des architectes (20,3 %), des ingénieurs en électricité (9,5 %) des ingénieurs mécaniques (6,4 %). La part du groupe « autres catégories » décroît jusqu’à 8,4 %, celle des ingénieurs agricoles restant stable (6,6 %). Ainsi en 1982 ces cinq spécialisations représentent 91,4 % du nombre total d’ingénieurs inscrits à l’Ordre de Beyrouth. Ce champ particulièrement étroit des spécialisations est celui nécessité en fait par le secteur de la construction. Le développement des spécialisations relatives à l’industrie, s’il avait pu marquer quelques pas au Liban dont l’économie était caractérisée par une industrialisation sensible avant la guerre civile, se heurte à des barrières sérieuses liées au caractère même de l’industrialisation locale. En effet, celle-ci est fondée principalement sur l’utilisation de machines importées, donc ne nécessitant pas de structure de recherche industrielle à l’amont. D’autre part, elle est servie, souvent, au niveau de la maintenance fine, par des techniciens experts étrangers. Enfin, elle ne demande pour la maintenance courante que des techniciens expérimentés locaux et seulement, à la rigueur, des ingénieurs mécaniciens ou électriciens34. Elle ne demande donc pas de spécialisations sophistiquées.

Tableau 15. Répartition par spécialisation des ingénieurs inscrits à l’Ordre de Beyrouth.

Tableau 15. Répartition par spécialisation des ingénieurs inscrits à l’Ordre de Beyrouth.

Source : Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth.

60Ceci est d’autant plus vrai pour les pays de la région. Mais le marché arabe, limitant le champ des spécialisations en est aussi le stimulant. En effet, les universités locales, visant à assurer la formation supérieure nécessaire au développement de cette région, ont tendance à adapter leurs programmes ou spécialités enseignées aux besoins de ces pays.

  • 35 Catalogue annuel, AUB « Campus », vol. 14, 1981.

61Selon le rapport annuel de la Faculté de Génie de l’Université américaine, en 1970, « The aim... is to provide advanced education in mechanical engineering to meet the growing needs brought about by the development of the area », ou encore, plus tard : « ...being in a rapidly developing area, the curriculum of the civil engineering department at AUB has to be often modified and revised to meet the region’s demands with increased revenues from petroleum production from the prolific oilfields in the Middle East, the giantic boom in civil construction... is expected to last for many more years. Then, we must be ready and prepared to fulfill our obligation to demands to our society in particular and the region in general... finally it is only by having best qualified and devoted faculty members coupled with most up to date computer facilities and laboratory equipment that the civil engineering department at AUB can effectively meet the challenge of the civil engineering in the Middle East »35.

  • 36 Interview, mai 1982.

62Ces besoins évoluant avec ceux des différentes phases de développement économique et la phase de construction de l’infrastructure touchant à sa fin, les besoins nouveaux sont aussi ceux correspondant aux techniques industrielles de gestion moderne. M. Catafago, doyen de l’ESIB, le souligne (47) : « Il faudra que l’on s’adapte à la phase d’industrialisation des pays arabes. Nous avons tenu compte du fait que, dans les années à venir, il faudra introduire toutes les sciences concernant les chaînes de fabrication qui font appel à des domaines divers tels que l’automatisme et les microprocesseurs, bien que ces matières soient déjà introduites d’une manière ou d’une autre. Mais surtout, il va y avoir aussi de plus en plus un enseignement de la gestion, de la comptabilité, des sciences économiques »36.

  • 37 J. Ducruet, Rapport sur l’USJ, 1978.

63Si l’ESIB ouvre de nouvelles sections correspondant à ces besoins (la dernière année d’étude comporte huit sections : travaux publics, architecture, hydraulique, thermique, courants forts, courants faibles, économie, informatique), elle n’en reste pas moins prudente quant à l’adoption d’une politique d’alignement systématique sur les nouveaux besoins : « le nombre important d’ingénieurs liés à la construction... ne doit pas oblitérer le développement d’autres spécialisations indispensables à une certaine industrialisation du pays (le Liban) et à la modernisation de son agriculture. Faute d’un effort dans ces deux secteurs, l’économie libanaise resterait caractérisée par la prédominance écrasante d’un secteur commercial essentiellement orienté vers l’extérieur avec tout ce que cela comporte de dépendance économique et politique. Cela dit, il n’appartient pas à l’Université de brûler les étapes. Ce n’est pas parce que la Faculté d’ingénieurs jettera sur le marché libanais un grand nombre d’ingénieurs industriels spécialisés, en quête de travail, que des industries surgiront de terre ; si d’autres conditions ne sont pas remplies, une spécialisation prématurée ne ferait qu’accélérer l’émigration ». L’insistance de la Faculté d’ingénieurs sur une formation généraliste solide, marquée d’orientations susceptibles de se développer en spécialisations, reste donc réaliste37.

  • 38 Voir notre prochain ouvrage, cf. n. 3.

64C’est en général, le même discours que l’on retrouve chez les dirigeants des Facultés de Génie au Liban, ESIB, AUB ou Faculté de Génie de l’Université libanaise : répondre aux besoins du marché tel qu’il existe et en même temps fonder sa stratégie sur les besoins du marché tel qu’on les prévoit. Les contraintes et les contradictions viennent des difficultés dues à la transition « ingénierie primaire » — « ingénierie industrielle »38.

Tableau 16. Répartition par spécialisations demandées des offres d’emplois parues dans Al-Nahar (1962 à 1981).

Tableau 16. Répartition par spécialisations demandées des offres d’emplois parues dans Al-Nahar (1962 à 1981).

Source : Dépouillement de Al-Nahar (en 1962, un seul emploi d’ingénieur, dans une branche non spécifiée

  • 39 Et non pas le complément des 69 % car on a 11 % sous la catégorie « divers » et quelques points pou (...)

65Le marché, tel qu’il existe, peut être partiellement saisi à partir des offres d’emploi parues dans le Al-Nahar et spécifiant les spécialisations demandées. Un faible pourcentage de l’offre totale s’adresse à des spécialisations autres que celles liées au secteur de la construction. L’offre touche principalement les ingénieurs civils (31,1 %), les ingénieurs mécaniques (18,4 %), les ingénieurs électricité (12,4 %) et les architectes (7,1 %) (tabl. 16). Ces quatre catégories totaliseront donc à elles seules 69 % des offres d’emploi. En fait les offres s’adresseront à un nombre plus élevé d’ingénieurs des 4 catégories précédentes, mais à condition (pour l’ingénieur) d’avoir une spécialisation complémentaire plus poussée acquise soit au niveau des études, soit dans la vie professionnelle. Un ingénieur civil devra donc s’être spécialisé en structure (1,5 %), en routes (1,7 %), en ponts ou drainage ; un ingénieur mécanique devra s’être spécialisé en air conditionné (2,7 %) en sanitaire ; l’architecte devra parfois être urbaniste... Ainsi dans plus de 15 % des cas39 on recherchera des spécialistes, des ingénieurs ayant une expérience professionnelle dans une spécialisation restreinte bien déterminée ; mais cela ne signifie pas que les 69 % d’ingénieurs demandés en tant qu’ingénieurs civils, électricité, mécanique ou architectes ne doivent pas posséder une certaine expérience, soit en nombre d’années, soit dans un domaine particulier (cet aspect sera abordé dans le chapitre suivant). Si la structure des spécialisations telle qu’elle apparaît dans les tableaux 15 et 16 montre que l’offre d’emplois reste plus nuancée que la demande (ce qui est un résultat attendu puisque le recours à une annonce dans un journal, c’est souvent la recherche d’une spécialisation rare sur le marché) il n’en reste pas moins qu’une définition précise des besoins ne peut se faire en s’en tenant à ces données.

66En effet, les pourcentages obtenus pour les spécialisations dominantes montrent seulement que le secteur de la construction détermine largement le champ des spécialisations mais ne donnent pas d’idées sur les activités spécifiques à chaque spécialisation. Lorsqu’un ingénieur civil est demandé, il est censé tout faire, depuis le béton armé jusqu’aux systèmes de drainage, d’assainissement, en passant par le calcul de structures, les routes, etc., et cela vaut aussi pour l’ingénieur électricité ou mécanique.

67Ainsi l’analyse du champ des spécialisations doit être complétée par une étude du champ des activités spécifiques à chaque secteur, ce qui demande l’élargissement de l’enquête à d’autres secteurs de l’économie (industrie, petites entreprises électricité et mécanique), aussi bien que l’étude de l’expérience professionnelle de chaque ingénieur dans la société où il travaille, ce qui demande une codification de toutes les activités professionnelles et un traitement informatique des informations contenues dans les curriculum détaillés fournis par les entreprises. (Ce deuxième aspect sera traité par ailleurs pour 1 000 ingénieurs travaillant dans les sociétés du secteur de l’ingénierie primaire. Mais nous ne présentons ici que les données globales relatives au secteur de la construction).

68Si l’on étudie l’évolution de l’offre relative pour les quatre principales catégories, celles des ingénieurs mécanique et électricité ne sont pas marquées par une tendance précise, alors que celle des ingénieurs civils, après une croissance jusqu’en 1977 où 45,9 % des offres leur sont adressées, accuse une baisse sensible pour atteindre, en 1981, 21,5 % des offres. Les offres pour les architectes croissent légèrement et régulièrement de 1972 (3,9 %) à 1981 (8,9 %). Ainsi, globalement, les demandes en spécialisations de plus en plus poussées seraient faites surtout aux dépens des ingénieurs civils non spécialisés. Celle-là montre la même évolution que l’offre relative aux ingénieurs civils avec une baisse jusqu’en 1977 puis une remontée jusqu’en 1981 où elle atteint 44,2 % des demandes.

  • 40 On pourrait objecter que les demandes d’emploi (tableau 18) ont été étudiées sur la période 1979-19 (...)

69En regroupant, à partir du tableau 16, toutes les spécialisations censées être prises en charge par des ingénieurs civils, incluant donc les offres en spécialisations étroites, et en comparant, cette fois-ci, à la distribution des spécialisations des demandeurs d’emploi auprès des sociétés CEC, ACE, SOGEX (tabl. 18), on obtient les chiffres suivants : 38,5 % (52) des offres d’emploi s’adressent à des ingénieurs civils ; 48 % des demandes d’emploi sont faites par des ingénieurs civils40.

Tableau 17. Évolution de l’offre relative (construit à partir du tableau 16, dépouillement de Al-Nahar).

Tableau 17. Évolution de l’offre relative (construit à partir du tableau 16, dépouillement de Al-Nahar).

70La différence n’est pas négligeable et indique une certaine saturation sur le marché des ingénieurs civils, constatation allant dans le même sens que celle de la baisse relative de l’offre adressée à des ingénieurs civils.

71La composition de la demande d’emploi pour les ingénieurs civils est la même que celle des adhérents à l’Ordre des ingénieurs puisqu’on y retrouve 48,6 % d’ingénieurs civils. Pour les ingénieurs mécanique l’offre regroupée (obtenue à partir du tableau 16) s’élève à 24 % alors que la demande relative est de 16,2 % (tabl. 18). On aurait ici plutôt un manque relatif d’ingénieurs mécanique sur le marché, ce qui est en général reconnu par les responsables des bureaux d’études. Les statistiques de l’Ordre des ingénieurs confirment cette tendance puisqu’on y compte 6,4 % d’ingénieurs mécanique seulement. Quant aux ingénieurs électricité, au niveau de la demande d’emploi, ils représentent 18,6 % des demandeurs alors qu’au niveau de l’offre regroupée ils en représentent 16,2 %, ce qui indique un certain équilibre. Le fait que les pourcentages d’ingénieurs, aussi bien mécanique qu’électricité, inscrits à l’Ordre des ingénieurs soient nettement plus faibles que ceux apparaissant sur le marché montre une mobilité relativement grande de ceux-ci. Mais il ne faut pas imputer cette mobilité uniquement au fait que la demande étant forte, l’offre va s’y adapter. En effet si dans les grands bureaux d’études et entreprises la forme existante de l’emploi est celle d’ingénieurs à temps plein, donc ayant une activité relativement stable (40), il n’en est pas de même pour les nombreux bureaux d’études et entreprises de petite dimension. Les seuls emplois stables chez ces derniers sont ceux des architectes et ingénieurs civils alors qu’il sera fait appel aux ingénieurs mécanique et électricité pour des interventions ponctuelles, des contrats sur projet, en tant que consultants. Remis à une grande échelle, ce phénomène créera une masse flottante d’ingénieurs et faussera quelque peu les données du marché de l’emploi.

Tableau 18. Spécialisation des demandeurs d’emploi auprès de trois sociétés

d’ingénierie.

d’ingénierie.

Source : Formulaires remplis par les demandeurs.

72Enfin, les architectes, s’ils sont concernés à 7,1 % par les offres d’emplois, forment 13,4 % des demandeurs et 20,3 % des adhérents à l’Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth. Le grand nombre d’architectes versé sur le marché par le système d’enseignement libanais (environ 100/an ces deux dernières années uniquement pour les deux sections de l’INBA) et la faible demande, aussi bien sur le marché local que régional, font apparaître, ainsi d’ailleurs que pour les ingénieurs civils, une nouvelle forme de migration dans laquelle le mobile n’est plus la recherche d’un salaire meilleur mais simplement la recherche d’un travail.

Tableau 19. Répartition par spécialisation des offres d’emplois présentées à l’AUB (1980 et 1981).

Tableau 19. Répartition par spécialisation des offres d’emplois présentées à l’AUB (1980 et 1981).

73A titre de comparaison, l’analyse des offres d’emploi présentées par les sociétés, directement à l’administration de l’AUB (tabl. 19), montre une bonne concordance avec les offres parues dans Al-Nahar, du moins pour les ingénieurs civils et les architectes, et confirme, pour les ingénieurs électricité et mécanique, l’existence d’une offre supérieure à la demande.

74La structure des spécialisations telle qu’elle existe dans les gros bureaux d’études et entreprises libanais montre une répartition dans laquelle les ingénieurs civils occupent 55,3 % des emplois, les ingénieurs mécanique 21 %, les ingénieurs électricité 8,6 % et les architectes 10,5 % (tabl. 20). Ce fort pourcentage d’ingénieurs mécanique employés par ces sociétés vient de la nature des techniques mises en œuvre par les entreprises de construction qui, prises isolément (SOGEX et CCC), comptent 35,7 % d’ingénieurs mécanique alors que les bureaux d’études, pris isolément, en comptent seulement 9,3 % (tabl. 20).

75Les ingénieurs électricité et civils sont répartis d’une manière homogène entre les bureaux d’études et les entreprises de construction. On retrouvera évidemment plus d’architectes dans les bureaux d’études que dans les entreprises de contruction, respectivement 15 % et 5 %.

76Ainsi pour les ingénieurs civils et électricité on retrouve, employés dans les sociétés d’ingénierie, les mêmes pourcentages que dans l’Ordre des ingénieurs. Les ingénieurs mécanique, sont, en pourcentage nettement plus présents dans ces sociétés que dans l’Ordre des ingénieurs (21  % contre 6,4 %) alors que l’on observe la tendance inverse pour les architectes. Jusqu’ici nous n’avons guère abordé la définition des spécialisations et nous sommes contentés de considérer comme spécialisation celle d’être ingénieur mécanique ou électricité ou même architecte. Si cette démarche était valable il y a 15 à 20 ans, les ingénieurs étant alors capables de tout faire, mais leur pratique leur permettait de mieux faire certains travaux, — il y a trente ans rares étaient les immeubles de Beyrouth avec chauffage central ou air conditionné, ce qui rendait inutile la « spécialisation » —, il n’en va plus de même aujourd’hui : le champ des spécialisations s’est élargi et précisé. Les « sous-spécialisations » peuvent s’obtenir de plusieurs manières. Soit directement, dès l’école d’ingénieurs et l’on sera alors ingénieur télécommunications ou hydraulicien, et non plus ingénieur civil ayant suivi une option hydraulique. Soit toujours dès l’école d’ingénieurs, mais en suivant une année de cours supplémentaire : pour les ingénieurs de formation américaine, cela se traduit par l’obtention d’un « Master » à partir du « Bachelor of Engineering ». Soit enfin, dans la pratique professionnelle où l’ingénieur mécanique, deviendra, après plusieurs années d’expérience, un spécialiste de l’air conditionné, ou encore, pour un ingénieur civil, un spécialiste des routes ou de l’assainissement public....

Tableau 20. Répartition par spécialisations des ingénieurs travaillant dans cinq sociétés d’ingénierie libanaises.

Tableau 20. Répartition par spécialisations des ingénieurs travaillant dans cinq sociétés d’ingénierie libanaises.
  • 15 Filiale saoudienne incluse.

Note 115

Source : C. V.

77L’expérience professionnelle, si elle est abordée à partir du thème, plus général, de la mobilité professionnelle, est un facteur de migration à ne pas négliger.

V. Mobilité professionnelle et marché de l’emploi

78La mobilité des ingénieurs est déterminée par plusieurs facteurs étroitement liés entre eux : offre d’emploi, années d’expérience, salaires. Elle influence directement le volume de la demande d’emploi et ne peut être négligée dans une étude sur la migration.

  • 41 Lorsque l’annonce indique « une année d’expérience » cela signifie aussi qu’elle concerne ceux ayan (...)

79Nous avons analysé précédemment l’offre à partir des annonces parues dans Al-Nahar. Le même échantillonnage nous donne la répartition des offres selon le nombre d’années d’expérience requis (tabl. 21). Les ingénieurs fraîchement promus ou ayant seulement une année d’expérience (toutes spécialisations confondues) sont faiblement concernés par les offres d’emploi : seuls 4,2 % des emplois sont offerts à des nouveaux diplômés et 2,5 % à ceux ayant une année d’expérience au moins41.

80On note par contre l’importance accordée par les offres aux ingénieurs ayant au moins cinq ans d’expérience : 32,3 % des emplois leur sont offerts. Car on considère en général que cet ingénieur a dépassé le stade de l’apprentissage et qu’il a un bagage suffisant pour supporter des responsabilités de direction de projet ou de chantier à partir de cinq ou six ans d’expérience. Il entre alors dans la catégorie du « senior staff » Il est souvent censé avoir acquis une expérience dans un domaine particulier. Ces années d’expérience correspondent à une spécialisation acquise dans la pratique professionnelle. La demande est forte aussi en ingénieurs ayant au moins trois années d’expérience : 19,2 % des offres d’emploi, il est admis que ces ingénieurs ont dépassé le seuil scolaire ; ils commencent à réagir en fonction de leur pratique professionnelle plutôt qu’en fonction de leur enseignement, ils ne peuvent encore diriger mais sont au moins directement opérationnels. Ils sont d’autant plus intéressants qu’ils n’ont pas encore de parti-pris sur le plan technique. Ils sont malléables. On peut profiter de ce qu’ils ont acquis de « bien » dans l’entreprise où ils travaillaient auparavant et en même temps les adapter aux méthodes de travail, aux techniques, aux normes de leur nouvelle entreprise. Les forts pourcentages relatifs à ces deux catégories d’ingénieurs ne sont donc pas fortuits. Ils suffit de noter la brusque chute des pourcentages pour les années d’expérience immédiatement supérieures : les offres passent à 7,8 % pour celles adressées à des ingénieurs ayant quatre années d’expérience, et à 5,4 % pour celles adressées aux ingénieurs ayant six années d’expérience.

Tableau 21. Répartition, selon le nombre d’années d’expérience requis, des offres d’emploi parues dans Al-Nahar.

Tableau 21. Répartition, selon le nombre d’années d’expérience requis, des offres d’emploi parues dans Al-Nahar.

Source : Al Nahar (Aucune offre en 1962).

81La demande est surtout composée d’ingénieurs fraîchement promus qui formont 52,8 % des demandeurs d’emploi (tabl. 22), toutes nationalités confondues, et 48,5 %, si l’on ne considère que la population libanaise. Les pourcentages d’ingénieurs ayant une certaine expérience et cherchant un emploi restent donc relativement importants et se montent à environ 47 % toutes nationalités confondues et à 51,5 % pour la population libanaise seule. Ceci montre une mobilité légèrement plus grande des ingénieurs libanais comparée à celle de l’ensemble des autres nationalités.

Tableau 22. Situation professionnelle des demandeurs d’emploi

Tableau 22. Situation professionnelle des demandeurs d’emploi

Source : Enquête personnelle.

82Parmi les ingénieurs libanais, 19,2 % des demandeurs d’emploi ont une à deux années d’expérience, 14,5 % entre trois et cinq et 17,8 % ont six années d’expérience ou plus. La répartition n’est pas très différente si l’on considère toutes les nationalités.

83Aussi cette mobilité touche d’une manière à peu près homogène toutes les catégories d’ingénieurs ayant déjà travaillé. Dans l’ensemble, 75 % des ingénieurs (toutes nationalités) étaient sans emploi au moment de présenter une demande d’emploi (tabl 22), parmi lesquels 52,8 % rapporté au total, de fraîchement diplômés (tabl. 23).

84Ceci entraîne la difficulté pour les nouveaux diplômés, soumis à la dure concurrence des expérimentés, de trouver un emploi, ce qui alimente les filières de migration ; mais, comme nous l’avions noté, avec pour objectif la recherche d’un salaire et non celui d’un meilleur salaire. Or étant donné les conditions économiques dans les pays du Golfe, les difficultés pour y émigrer vont en s’accentuant. Les ingénieurs s’orientent vers d’autres régions. Cela ne sera pas toujours possible et le chômage, au Liban, commence à toucher aussi ingénieurs et architectes. Confirmation de ce phénomène, l’accroissement sensible des ingénieurs se présentant aux concours des ministères, à des postes autrefois rejetés à cause des bas salaires offerts et aujourd’hui le terrain d’une concurrence ardue puisque, pour un ministère donné, le nombre d’ingénieurs présentés au concours en 1984 s’est élevé à 10 fois le nombre de postes offerts alors que, les années précédentes, il atteignait tout juste le dixième des postes offerts...

85Ce phénomène sera renforcé par les licenciements nombreux dans le secteur de la construction (plus de 100 ingénieurs et techniciens licenciés à Dar Al Handassa en 1983, autant chez Oger-Liban en 1984...) On note d’ailleurs que 46 % des demandeurs d’emploi ayant une certaine expérience travaillaient auparavant dans des entreprises de construction et 33,4 % dans des bureaux d’études (tabl. 24) ce qui porte à 79,4 % les demandeurs issus du secteur de la construction. Ces demandeurs ne viendront pas que du Liban. Les pays, lieux du travail passé ou présent, seront très divers. On note en effet que seuls 37,1 % des demandeurs ayant une expérience professionnelle exerçaient ou exercent au Liban, au moment où a été déposée la demande d’emploi. Les autres demandeurs viendront à 14,1 % de l’Arabie Saoudite, 12,2 % des Etats-Unis, à 5,9 % des Emirats arabes unis, à 20 % d’autres pays arabes (Irak, Syrie, Lybie, divers pays arabes) (tabl. 25). Les raisons invoquées pour lesquelles ces ingénieurs désirent changer d’emploi ou d’employeur sont évidemment très diverses mais confirment deux constatations précédentes : 23 % des ingénieurs ayant présenté une demande d’emploi donnent comme raison : « fin de contrat », ce qui montre l’importance relative des ingénieurs engagés sur projet ainsi que leur rôle non négligeable dans les mouvements migratoires. (tabl. 26). Cependant 12 % des demandeurs invoquent le salaire comme raison de changement d’emploi. Ainsi l’amélioration du salaire n’apparaît pas comme étant le mobile principal de la recherche d’un emploi. Les mobiles concernant la satisfaction dans le travail ou l’amélioration de la position au sein de la société sont évoqués respectivement par 21 % et 8,5 % des demandeurs d’emploi.

Tableau 23. Nombre d’années d’expérience des demandeurs d’emploi (au moment où est présentée la demande, dans les trois sociétés ACE, CEC, SOGEX).

Tableau 23. Nombre d’années d’expérience des demandeurs d’emploi (au moment où est présentée la demande, dans les trois sociétés ACE, CEC, SOGEX).
  • 16 Le nombre d’années est calculé non pas à partir de la date d’obtention du diplôme mais à partir de (...)

Note 116

86Tous ces ingénieurs contribuent à la différenciation en deux trajectoires bien distinctes des mobilités professionnelles de la catégorie d’ingénieurs libanais demandeurs d’emploi de celle d’ingénieurs effectivement employés dans l’échantillon ACE, CEC, Dar Al H. Pour les ingénieurs libanais demandeurs d’emploi auprès des sociétés ACE et CEC, la stabilisation se fait à quatre emplois à partir de la cinquième année d’expérience alors que pour les ingénieurs effectivement employés dans les trois sociétés ACE, CEC et Dar Al H., la stabilisation se fait à 2,5 emplois à partir de cinq ou six ans d’expérience. Les ingénieurs travaillant dans les gros bureaux d’études doivent donc ressentir un sentiment de sécurité dès leur embauche, ce qui se traduit par le fait, qu’à partir de cinq ans d’expérience ils soient 1,6 fois plus stables que les ingénieurs demandeurs d’emploi.

Tableau 24. Secteurs d’activités des demandeurs d’emploi ayant une expérience professionnelle.

Tableau 24. Secteurs d’activités des demandeurs d’emploi ayant une expérience professionnelle.

Source : Enquête personnelle.

Tableau 25. Pays où a été exercé le dernier emploi (ou emploi actuel) des demandeurs d’emploi ayant une expérience professionnelle.

Tableau 25. Pays où a été exercé le dernier emploi (ou emploi actuel) des demandeurs d’emploi ayant une expérience professionnelle.

Source : Enquête personnelle

Tableau 26. Raisons pour lesquelles les emplois ont été abandonnés (ingénieurs libanais).

Tableau 26. Raisons pour lesquelles les emplois ont été abandonnés (ingénieurs libanais).

Source : Enquête personnelle.

Tableau 27. Ancienneté des ingénieurs libanais employés dans ACE —CEC — Dar Al H. (Année 1982, échantillon presque exhaustif de 222 ingénieurs libanais).

Tableau 27. Ancienneté des ingénieurs libanais employés dans ACE —CEC — Dar Al H. (Année 1982, échantillon presque exhaustif de 222 ingénieurs libanais).

Source : Enquête personnelle.

87Il est caractéristique que la cinquième année d’expérience soit celle à partir de laquelle a lieu la stabilisation de l’emploi. En effet c’est aussi celle pour laquelle l’offre d’emploi est maximum puisque, nous l’avions indiqué, 32,3 % des offres d’emploi s’adressent à des ingénieurs ayant cinq années d’expérience et, au total, 54 % des offres sont adressées à des ingénieurs ayant cinq années ou plus d’expérience (tabl. 27).

88La stabilité des ingénieurs libanais employés dans les trois bureaux d’études ACE, CEC, Dar Al H. est largement confirmée par l’étude statistique de leur ancienneté (tabl. 27) où l’on note que seuls 9,5 % des ingénieurs y travaillent depuis moins de 3 ans, alors que 68 % ont 5 ans ou plus d’ancienneté. Les « vétérans », (10 ans et plus) représentent 29 % des ingénieurs libanais. Ces derniers joueront un rôle particulier dans l’entreprise. La stabilité des ingénieurs dans les gros bureaux d’études est beaucoup plus liée à un besoin de sécurité qu’à une satisfaction sur le plan du salaire. Il est connu que les petits bureaux d’études offrent des salaires plus élevés que les gros, en partie à cause du caractère plus aléatoire de l’emploi dans les petits bureaux et, en partie, à cause des responsabilités plus fortes qui y sont supportées par l’ingénieur.

89Enfin l’évolution moyenne des salaires ne peut être, elle même, un facteur de stabilité de l’emploi. En effet, le taux de croissance annuel moyen de ceux-ci, sur la période 1974-1982, est d’environ 13,6 % alors que le taux d’inflation sur la même période est de 19,2 %. Si, pour l’ingénieur libanais, la dégradation du pouvoir d’achat pouvait se traduire autrefois par la migration à travers des filières classiques, actuellement, il n’a d’autre choix que de « s’agripper » à l’emploi disponible en attendant des jours meilleurs ou de suivre de nouvelles filières pour une émigration plus lointaine.

CONCLUSION

90Cette étude est surtout une analyse statistique du marché de l’emploi relatif des ingénieurs à travers ses principaux déterminants la formation, les pays de migration, l’offre et la demande d’emploi, les spécialisations, les nationalités, les salaires, l’expérience professionnelle... Un tel marché ne peut apparaître comme un phénomène dynamique dans la mesure où il n’est qu’une composante d’une problématique plus élaborée dans laquelle les concepts de division internationale du travail et de transfert de technologie permettent seuls de lui donner sa vraie fonction dans une économie régionale où les migrations de cadres peuvent très bien être perçues comme un facteur d’intégration si les pôles sont des espaces économiques à vocation nationale, ou comme un facteur de dépendance lorsque ces espaces sont dominés et structurés en fonction des besoins d’autres espaces plus évolués. Une analyse plus fine sera abordée ultérieurement dans laquelle les entreprises d’ingénierie ne seront plus seulement perçues au travers de leur rôle dans la migration des cadres, mais surtout dans celui du développement de l’ingénierie primaire conçue comme courroie de transmission entre la technologie importée et le secteur local de la construction. Les besoins en cadres, et principalement en ingénieurs, liés aux besoins en infrastructure dans les pays arabes pétroliers, ont stimulé et modelé le développement des Facultés de génie des pays à « tradition universitaire ». Le Liban ajoué un rôle tout à fait particulier dans ce domaine et les écoles d’ingénieurs y ont été le premier jalon d’une filière de migration qui s’est lentement mise en place à partir des années 1960. Le secteur de l’ingénierie a rapidement, à partir des années 1970, été intégré dans cette filière, plus particulièrement dans sa composante principale représentée par les bureaux d’études et les entreprises de construction à vocation régionale.

91De par leur extraversion, aussi bien les Universités que les entreprises du secteur de la construction vont subir durement les contrecoups de la baisse d’investissement des pays de la région. Ceci se traduira pour les Facultés de génie au Liban par l’exacerbation d’une contradiction essentielle, celle du passage de l’ingénierie primaire à l’ingénierie industrielle. Les Universités au Liban chercheront de nouveaux créneaux dans la formation d’ingénieurs alors que les Universités de la région remplissent les créneaux classiques relatifs au secteur de la construction.

92Pour les entreprises et les bureaux d’études la concurrence conduira à minimiser les coûts en main d’œuvre aboutissant à l’embauche d’ingénieurs asiatiques ou arabes non libanais (42,5 %), à diversifier et maximiser la technicité aboutissant à l’embauche d’ingénieurs européens ou des Etats-Unis (29 %), à rechercher enfin la diversification des marchés par élargissement des espaces d’intervention. La structure de la migration des ingénieurs s’en trouvera bouleversée, elle se développera à partir d’une nouvelle base : le chômage, phénomène récent pour cette catégorie professionnelle.

Notes

1 Catherine Paix, La portée spatiale des activités de commandement économique au Liban, Tiers Monde, 1972.

2 Id., ibid.

3 Voir notre prochain ouvrage : « Migrations et transferts de technologie au Moyen-Orient », à paraître.

4 Voir en particulier les contributions de l’équipe Judet-Perrin, de l’IREP, Grenoble.

5 J. Ducruet, Rapport sur l’Université Saint Joseph, 1978.

6 Institution — Enseignement, 1981-82. Publication de l’USJ.

7 L’ESIB fait partie de la Faculté d’Ingénierie, elle-même une des facultés de l’Université Saint Joseph.

8 Interview de M. S. Catafago, mai 1982.

9 American University of Beirut Catalogue, 1982.

10 « The Liberal Arts and the Future of Higher Education in the Middle-East ». Publications de l’AUB, 1979.

11 Rapport sur l’Université Saint Joseph de Beyrouth, 1978.

12 Rapport sur l’USJ, op. cit.

13 J. Ducruet, Nouvelles universitaires, mémoire de l’USJ sur la crise de. l’enseignement supérieur, no 51-52, mars 1971.

14 Interview de M. S. Catafago, mai 1982.

15 Témoignages recueillis auprès d’ingénieurs de la première génération, diplômés entre 1920 et 1940.

16 L’échantillon de 159 ingénieurs étudié ici représente environ 30 % du nombre total d’ingénieurs travaillant dans l’ensemble des ministères libanais. Chaque sous-total représente plus de 80 % des ingénieurs effectivement employés dans les ministères respectifs indiqués sur le tableau. (Données recueillies en 1982).

17 Voir « l’arbre généalogique » des bureaux d’études libanais, dans notre prochain ouvrage.

18 Echantillon quasi exhaustif si l’on ne considère que le groupe des grosses sociétés d’envergure régionale. Seule Oger Liban en est exclue. Ces six sociétés sont presque toutes nées au Liban et se sont développées grâce au marché arabe de l’ingénierie. (Cf. notre prochain ouvrage).

19 Académie libanaise des Beaux-Arts (école d’architecture libanaise d’expression française). Deux autres écoles d’architecture d’expression française ne sont pas représentées ici.

20 Al Mohandess, revue de l’Ordre des ingénieurs et architectes au Liban, 1968.

21 Beirut Arab University, A Presentation.

22 Développement de la formation d’ingénieurs et de bureaux d’études ou d’entreprises de dimension moyenne.

23 Créé en 1952. (Il existe aussi l’Ordre des ingénieurs et architectes de Tripoli comptant en 1982 environ 1080 adhérents). Les adhésions ont un caractère obligatoire pour les ingénieurs travaillant au Liban, mais ne regroupent pas pour autant tous les ingénieurs travaillant au Liban.

24 Le tableau 6 est bâti sans tenir compte des différentes nationalités, mais la comparaison reste valable étant donné le très faible pourcentage d’étrangers ayant présenté une demande d’emploi.

25 Nous n’avons pas pu obtenir ce chiffre à partir des données de base fournies par l’AUB, la nationalité n’étant pas systématiquement indiquée pour les différentes promotions. Nous avons pu simplement établir, pour quelques promotions d’avant 1975, que les pourcentages moyens des différentes nationalités étaient de 58 % pour les Libanais, 10 % pour les Jordaniens, 7 % pour les Palestiniens et 8 % pour les Syriens alors que pour les promotions d’après 1975, ceux-ci devenaient respectivement : 77 %, 3 %, 4 % et 7,5 %. Nous avons donc choisi d’utiliser les pourcentages obtenus à partir des listings de l’amicale des anciens de l’AUB, représentant une moyenne entre les promotions d’avant et d’après 1975, d’où le chiffre de 62,6 %.

26 Ici, seules cinq sociétés composent notre échantillon, car nous n’avons pas obtenu la répartition par nationalité pour l’entreprise CAT.

27 Cf., note 3, supra.

28 La même société peut être comptée plusieurs fois dans la mesure où elle affiche plusieurs annonces offrant des emplois différents.

29 Nous renvoyons au tableau 16 et non pas 11 car toutes les offres précisaient la spécialisation alors que certaines ne précisaient pas le pays de destination. L’échantillon établi en fonction des spécialisations est donc plus complet que celui établi en fonction des pays de destination.

30 Lorsque les sociétés libanaises, en plein essor économique des pays du Golfe, s’assuraient une activité continue. Ce n’est plus le cas ces dernières années où la crise pousse les bureaux d’études et surtout les entreprises à engager une masse d’ingénieurs et d’ouvriers pour un projet bien déterminé et à licencier dès la fin de celui-ci.

31 Professeur à la Faculté d’ingénierie de l’AUB, responsable du département de Génie civil.

32 Professeur à l’AUB, ancien responsable du Département de Génie mécanique, interview de janvier 1983.

33 Le terme de spécialisation est utilisé ici pour les différentes catégories d’ingénieurs (civil, mécanique...). Il sera utilisé ailleurs pour définir, au sein d’une catégorie donnée, les différentes options (hydraulique, structure, etc.).

34 Gildas Malivel Zakhia, Enquête sur Us industries du Mont Liban, Beyrouth, CNRS, 198.

35 Catalogue annuel, AUB « Campus », vol. 14, 1981.

36 Interview, mai 1982.

37 J. Ducruet, Rapport sur l’USJ, 1978.

38 Voir notre prochain ouvrage, cf. n. 3.

39 Et non pas le complément des 69 % car on a 11 % sous la catégorie « divers » et quelques points pour des catégories de spécialisation générale et non étroite.

40 On pourrait objecter que les demandes d’emploi (tableau 18) ont été étudiées sur la période 1979-1982 alors que les offres le sont sur la période 1961-1981. On vérifiera aisément que, même en considérant seulement les offres faites pour la période 1977-1981, on obtient le même résultat que celui indiqué ici.

41 Lorsque l’annonce indique « une année d’expérience » cela signifie aussi qu’elle concerne ceux ayant plus d’une année d’expérience.

Notes de fin

1 Pour l’entreprise CAT, les C.V. n’indiquent pas la nationalité.

2 De 1917 à 1951 des cours menant au diplôme d’ingénieur civil se déroulaient au sein de la Faculté des Arts et des Sciences. Mis à part quelques diplômes délivrés de 1917 à 1945, les lires promotions datent plutôt de 1945.

3 La formation d’ing. archit. est arrêtée en 1963 avec la création de l’Ecole d’Architecture. Source : Etabli par nous à partir des données de base fournies par les universités.

4 inclus Us ingénieurs agricoles.

5 dont 113 de Grande-Bretagne.

6 Libanais inclus.

7 Tirée du tableau 2, cette colonne représente les origines des diplômes des ingénieurs effectivement employés dans l’échantillon des sociétés d’ingénierie.

8 C’est le rapport des pourcentages indiqués dans les deux dernières colonnes.

9 Non inclus les ingénieurs de la filiale séoudienne de CEC.

10 Le nombre d’ingénieurs travaillant dans ACE et indiqué dans le tableau 7 se monte à 169 alors que dans le tableau 2 il est égal à 96. Cette différence vient simplement du fait que les Curriculum Vitae indiquant les nationalités n’indiquent pas toujours les universités d’origine des diplômes.

11 « Moyen-Orient » est indiqué sans précision du pays.

12 Il peut sembler paradoxal que l’on obtienne 157 emplois pour 174 sociétés. Cela est simplement dû au fait que de nombreuses offres ne précisent pas le pays d’exercice de l’emploi.

13 Nous avons ventilé, selon les pourcentages et pour les pays indiqués sur le tableau 11, les offres d’emploi proposées, sans précision, pour les « Pays du Golfe » ou « Pays arabes ». L’influence sur les pourcentages initiaux a été négligeable.

14 Y compris les ingénieurs de la filiale saoudienne.

15 Filiale saoudienne incluse.

16 Le nombre d’années est calculé non pas à partir de la date d’obtention du diplôme mais à partir de l’expérience professionnelle réelle indiquée par les demandeurs sur les formulaires.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Ingénieurs travaillant dans différents ministères libanais.
Légende Sources : Documents d’origine administrative, 1982.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Tableau 2. Nombre d’ingénieurs et architectes travaillant dans diverses société d’ingénieurs, répartis selon l’origine universitaire des diplômes.
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Tableau 3. Développement des Facultés de Géni et Écoles d’Architecture au Liban.
Légende Note *2Note **3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Tableau 4. Universités ou pays d’origine des diplômes des adhéren l’Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth.
Légende Source : Etabli par nous à partir des listes fournies par l’Ordre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Tableau 5. Pays d’obtention du baccalauréat des ingénieurs demandeurs l’emploi auprès de deux grands bureaux d’études libanais.
Légende Note 16
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Tableau 6. Universités ou pays d’origine de d’emploi dans les trois sociétés CEC diplômes des ingénieurs demandeurs ACE, SOGEX en 1979-82 ou 1980-82.
Légende Note (1)7Note (2)8
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Tableau 7. Ingénieurs AUB adhérents à l’Alumni, selon leur nationalité.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 8. Répartition selon les nationalités des ingénieurs et architectes employés dans les gros bureaux d’études ou entreprises.
Légende Source : Curriculum Vitae des employés.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Tableau 9. Répartition selon les nationalités des demandeurs d’emploi auprès des bureaux d’études CEC et ACE.
Légende Source : Formulaires établis par les demandeurs d’emploi.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Tableau 10. Offres d’emploi selon pays de destination, affichées sur les panneaux de l’AUB (1980-1981).
Légende Note 111Note 212
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 11. Répartition par pays de destination (1), des offres d’emploi d’ingénieurs parues dans Al-Nahar entre 1962 et 1981
Légende Source : Dépouillement du journal.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Tableau 12. Répartition par pays de migration des ingénieurs employés dans cinq grosses sociétés d’ingénierie
Légende Source : Curriculum vitae.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Tableau 13. Lieu de travail des ingénieurs et architectes issus de l’AUB adhérents à l’Alumni en 1971 et en 1982.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 14. Destinations migratoires des ingénieurs diplômés de l’AUB et adhérents à l’Alumni.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau 15. Répartition par spécialisation des ingénieurs inscrits à l’Ordre de Beyrouth.
Légende Source : Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Tableau 16. Répartition par spécialisations demandées des offres d’emplois parues dans Al-Nahar (1962 à 1981).
Légende Source : Dépouillement de Al-Nahar (en 1962, un seul emploi d’ingénieur, dans une branche non spécifiée
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Tableau 17. Évolution de l’offre relative (construit à partir du tableau 16, dépouillement de Al-Nahar).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre d’ingénierie.
Légende Source : Formulaires remplis par les demandeurs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 19. Répartition par spécialisation des offres d’emplois présentées à l’AUB (1980 et 1981).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 20. Répartition par spécialisations des ingénieurs travaillant dans cinq sociétés d’ingénierie libanaises.
Légende Note 115
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 21. Répartition, selon le nombre d’années d’expérience requis, des offres d’emploi parues dans Al-Nahar.
Légende Source : Al Nahar (Aucune offre en 1962).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Tableau 22. Situation professionnelle des demandeurs d’emploi
Légende Source : Enquête personnelle.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 23. Nombre d’années d’expérience des demandeurs d’emploi (au moment où est présentée la demande, dans les trois sociétés ACE, CEC, SOGEX).
Légende Note 116
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Tableau 24. Secteurs d’activités des demandeurs d’emploi ayant une expérience professionnelle.
Légende Source : Enquête personnelle.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 25. Pays où a été exercé le dernier emploi (ou emploi actuel) des demandeurs d’emploi ayant une expérience professionnelle.
Légende Source : Enquête personnelle
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Tableau 26. Raisons pour lesquelles les emplois ont été abandonnés (ingénieurs libanais).
Légende Source : Enquête personnelle.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 27. Ancienneté des ingénieurs libanais employés dans ACE —CEC — Dar Al H. (Année 1982, échantillon presque exhaustif de 222 ingénieurs libanais).
Légende Source : Enquête personnelle.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3381/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540