Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe

 | 
André Bourgey
, 
Philippe Gorokhoff
, 
Michel Nancy
, 
et al.

Stratégies d’entreprises et mobilisation de la force de travail au Moyen-Orient

Gilbert Beaugé

Texte intégral

  • 1 J.S. Birks, C.A. Sinclair, Arab manpower, the crisis of development, London : Croom Helm, 1980.

1Les tentatives d’explication actuellement dominantes du phénomène migratoire au Moyen-Orient1 reviennent toutes à séparer pays riches en capital faiblement peuplés et importateurs de main-d’œuvre et pays pauvres en capital très peuplés et exportateurs de main-d’œuvre.... Replacée dans le cadre d’une théorie de l’ajustement entre l’offre et la demande des principaux facteurs de la production, cette distinction est supposée fournir une approximation convenable des conséquences des mouvements de main-d’œuvre dans cette région du monde, tout en procurant les bases d’une anticipation et d’une prévision possible des flux dans le moyen terme.

  • 2 Riad Tabbarah, « Development with unlimited supply of capital : the arab experience », Population (...)

2Il est exact que la structure du peuplement paraît liée à la structure de la richesse ; rien n’indique par contre qu’il s’agisse d’une relation linéaire et irréversible. Ainsi Riad Tabbarah fait-il observer que le Yémen, un des principaux exportateurs de main-d’œuvre est également devenu, au cours de la période considérée, exportateur de capitaux : « ... the period 1974-77 witnessed an increase in these transfers from £ 140 millions (adding 20 per cent to net domestic product NDP) to £ 934 millions (a 58 per cent addition to NDP). During the same period, total consumption (private and government) increased more or less proportionately with NDP permitting virtually the entire increase in transfers ($ 721 mil.) to be used for increasing investment. Net domestic investment, however absorbed only 59 per cent (427 millions) of the increase in transfers while net capital outflow absorbed the remaining part, changing Yemen from a net importer of capital to a significant exporter. Indeed in 1977, Yemen exported 34 per cent (£ 276 millions) of the total funds available for investment and this happened when its per capita investment level (£ 109) was still in the mid range of levels obtained in less developed countries and when, more interestingly, per capita GNP (£ 508) was among the lowest found in the world »2 La notion de richesse en capital est dans ces conditions inopérante pour rendre compte des mouvements de main-d’œuvre. Mais c’est la notion même de capital qui semble faire défaut dans l’analyse : non seulement le capital n’apparaît pas dans cette région du monde comme le rapport social dominant, mais ce n’est qu’au prix d’une confusion et d’un amalgame hâtif entre le capital et la rente qu’une relation aussi sommaire entre l’offre et la demande en facteur de production semble avoir pu être suggérée.

  • 3 Gilbert Beaugé, Makram Sader, « The pattern of employment, migrations and labour in the Gulf count (...)

3C’est cette insuffisance que tentait de combler la distinction que nous avons proposée entre les différents marchés du travail3 : nous insistions sur la nécessité de différencier plusieurs sous-marchés de l’emploi en relation fonctionnelle les uns par rapport aux autres, et correspondant chacun à des formes spécifiques de mobilisation et de reproduction de la force de travail. D’un côté, le marché précapitaliste et le marché bureaucratico-tribal de l’emploi nous paraissaient renvoyer aux formes de la mobilisation de la main-d’œuvre nationale alternativement dans le secteur traditionnel et dans le secteur d’Etat (ou les secteurs contrôlés par l’Etat) ; d’un autre côté, le marché libre et le marché forcé nous paraissaient renvoyer aux formes de la mobilisation de la main-d’œuvre étrangère : dans le cas du marché « forcé » nous évoquions les contrats passés entre les Etats et certaines firmes multinationales, dont l’exemple coréen nous paraissait fournir le modèle le plus achevé ; dans le cas du marché « libre » nous faisions référence à l’embauche directe sur les lieux du travail (day to day workers) rendue possible, de manière exceptionnelle dans le Golfe, par des accords bilatéraux entre Etats, cas des Yéménites en Arabie Saoudite par exemple.

4Dans cette perspective, nous avons pu mettre en évidence que les mécanismes régissant l’allocation de la force de travail sur les différents marchés de l’emploi étaient difficilement réductibles aux seuls effets d’une loi générale de l’offre et de la demande entre pays pauvres et pays riches.

5Cependant la segmentation des différents marchés de l’emploi nous est de plus en plus apparue comme une des formes empiriques de l’articulation entre la rente et le profit. Ceci nous semble tenir au fait que le rapport salarial, c’est-à-dire l’antagonisme capital/travail, est loin d’être généralisé au Moyen-Orient et qu’il y progresse sous des formes transitoires, variables et multiples qui ont en commun de promouvoir au rang d’antagonisme principal l’opposition entre étrangers et ressortissants nationaux. Il fallait donc tenter de rendre compte de la complexité des rapports sociaux que met en évidence le phénomène migratoire dans les pays du Golfe et proposer un canevas théorique — au moins provisoire — qui permette à la fois de guider nos observations et de faciliter les comparaisons. Nous nous limitons ici à développer la manière dont la rente et le capital s’articulent dans la relation entre les Etats et les entreprises et ses conséquences sur les formes de la mobilisation de la main-d’œuvre

  • 4 Ce travail s’appuie pour l’essentiel sur des enquêtes avec Michel Nancy au Liban et en Arabie Saou (...)

6Dans une première partie, nous tentons de décrire les métamorphoses de la rente au terme de son prélèvement, afin de fixer les limites à l’intérieur desquelles s’opère son réinvestissement. Dans une deuxième partie, nous décrivons les stratégies des entreprises du bâtiment qui investissent dans le Golfe en indiquant que le cadre juridico-social à l’intérieur duquel ces stratégies prennent forme, apparaît comme une réponse transitoire aux contradictions auxquelles sont soumis les Etats. Nous essayons enfin de montrer dans une troisième partie que les formes de mobilisation de la force de travail au Moyen-Orient mettent au premier plan l’antagonisme « nationaux/étrangers » et correspondent à une période de transition qui diffère la bipolarisation des formations sociales du Golfe autour de l’antagonisme capital/travail. Nous sommes amenés dans cette partie, à partir de l’analyse d’un cas particulier, à préciser les modalités du recrutement et de l’embauche, à fournir des éléments sur le coût de la main-d’œuvre ainsi qu’à décrire les formes de la mise au travail. Nous en tirerons quelques hypothèses sur les mécanismes les plus généraux qui régissent l’exploitation de la force de travail immigrée4.

I. Les métamorphoses de la rente

7Récupérée en devises et répartie entre les différents pays producteurs de pétrole, la rente pétrolière se présente sous la forme d’une masse monétaire disponible ; la question qui se pose est celle de son utilisation. La seule description des « circuits de recyclage » de la rente paraît insuffisante pour caractériser les formes de redistribution et les dépenses qu’elle suscite si on se limite par là à signaler la multiplicité des usages sociaux auxquels on la destine : encore faut-il préciser les déterminants de chacun de ces usages, les rapports qu’ils entretiennent entre eux, ainsi que la structure des rapports sociaux qu’ils contribuent tout à la fois à reproduire et à transformer. Faute d’une telle démarche, on voit mal comment rendre compte des divers emplois de la rente autrement qu’en terme de volontarisme, de « tentations » ou d’« extravagance ».

8Tant que l’on traite des mécanismes d’appropriation de la rente on peut toujours, dans une certaine mesure, faire passer au second plan les différences existant entre les pays producteurs dans la mesure où, s’agissant d’imposer un accord sur les volumes et sur les prix aux autres partenaires de la division internationale de travail, ces différences ne jouent pas un rôle explicatif de premier plan : les termes du compromis suffisent à fixer l’ampleur du surplus.

9En revanche, ces différences passent au premier plan lorsqu’on considère l’usage que chacun fait de la fraction qui lui revient (5). Deux aspects, interpénétrés étroitement, déterminent l’affectation, l’ampleur et le rythme des dépenses :

  1. Contraintes de la division internationale du travail et des modalités d’insertion de chaque formation pétrolière au marché mondial, qui déterminent les tendances à la hausse ou à la baisse des principales affectations budgétaires — internes et externes — et s’imposent à l’ensemble des pays producteurs de pétrole comme caractéristiques extérieures de leur développement.
  2. Caractéristiques propres de chaque formation pétrolière, c’est-à- dire de la structure des rapports sociaux internes telle qu’elle transparaît en fin de compte dans la structure de l’Etat, qui fixent l’ampleur des différents registres de dépenses, principalement leur répartition entre dépenses productives et dépenses improductives. En effet, si les dépenses improductives apparaissent essentiellement comme des dépenses liées à la reproduction de la légitimité interne des Etats (welfare state), les dépenses productives, en revanche, apparaissent comme des facteurs de transformation de la cohésion sociale et des conditions qui sont à l’origine de la constitution des Etats.
  • 5 Sur les usages sociaux et les métamorphoses de la rente : Michel Chatelus, « Les pétrodollars et l (...)

10En toute rigueur, ces deux aspects renvoient, l’un à une typologie du rôle des pays pétroliers dans la division internationale du travail, l’autre à une typologie des rapports entre l’Etat et la société civile dont F. Halliday a déjà fourni les éléments5. De plus, ces deux aspects s’interpénètrent étroitement, en ce sens que la structure des rapports sociaux internes à chaque formation pétrolière est profondément déterminée par son mode d’insertion au sein du marché mondial, sans que l’opposition « interne/externe » puisse être saisie « à la frontière ».

11De la même manière que l’opposition entre prélèvement et usage de la rente, l’opposition entre marché mondial et structure des rapports sociaux internes ne peut apparaître que comme une distinction provisoire de méthode. Toutefois, ce sont ces deux contraintes combinées — externe et interne — qui déterminent ce qu’il est convenu d’appeler « les capacités d’absorption » des économies du Golfe, toute la difficulté consistant précisément à saisir cas par cas, pays par pays, la manière dont elles s’articulent et se reproduisent.

12Nous nous bornons ici à tenter de caractériser les formes de recyclage dans le cas des formations pétrolières du Golfe excédentaires (Arabie, Koweit, Oman), qui sont également celles qui mobilisent la main-d’œuvre étrangère sur la plus grande échelle et que nous désignons ainsi pour signifier que leur capacité de recyclage interne est inférieur au montant global de la fraction de rente qui leur revient. Il importe, en effet, de saisir les limites à l’intérieur desquelles s’opèrent les dépenses destinées à fonctionner comme investissements productifs en fonction de la manière dont se répartissent les dépenses globales.

1. Les catégories de dépenses

13L’hétérogénéité des postes budgétaires d’un Etat à un autre, les transformations fréquentes de la ventilation des comptes officiels d’un seul Etat d’une période à une autre, l’extrême discrétion qui caractérise l’affectation de certains postes dans certains cas (les « dépenses non-classifiées » du Koweit, par exemple) rendent difficile toute tentative de comparaison qui s’attacherait aux données elles-mêmes, plutôt qu’aux tendances qu’elles permettent de dégager. Toutefois, sur la base des données dont nous disposons, une première catégorisation des dépenses peut être proposée, distinguant ici les dépenses productives des dépenses improductives, et, à l’intérieur des dépenses productives, celles qui participent directement au développement et celles qui n’y participent pas ou uniquement de manière indirecte.

14Trois types de dépenses improductives sont liées à la reproduction/ transformation des conditions sociales et politiques du rapport rentier :

  1. Les dépenses militaires, de défense nationale et de sécurité intérieure, comprennent également les dépenses du ministère de l’intérieur : garde nationale, aviation, troupes aux frontières, état civil et gouvernorats... Cette rubrique permet de regrouper toutes les dépenses concernant le contrôle direct des conditions sociales et politiques tant intérieures qu’extérieures du rapport rentier.
  2. Les dépenses liées à l’administration et au fonctionnement ordinaire de l’Etat comprennent les traitements des fonctionnaires ainsi que les frais de gestion de l’appareil administratif : cabinet royal, conseil des ministres, affaires étrangères, plan, renseignements, consultations, justice, affaires islamiques, pèlerinage, wakf, etc.
  3. Les dépenses de redistribution liée à l’économie de « bien-être » comprennent le budget de la santé et des affaires sociales, celui de la jeunesse, ainsi que les achats de terrains par les gouvernements en vue de leur redistribution ; ces dépenses concernent le contrôle indirect des conditions internes à la reproduction du rapport rentier.
  4. Dans certains cas, surtout quand il s’agit d’une aide échappant aux critères usuels de rentabilité, l’aide extérieure peut être considérée comme participant à la reproduction des conditions générales du rapport rentier, dans la mesure où elle s’accommode d’un renforcement du leadership politique de l’Etat qui la distribue.

15Dans tous les cas de figure, ces dépenses ont en commun d’être improductives, ce qui ne veut pas dire qu’elles ne soient pas fonctionnelles : au contraire, elles participent toutes à reproduire, à renforcer et à garantir la légitimité aussi bien extérieure qu’intérieure des Etats.

16En regard de ce type de dépenses, nous distinguons, deux types d’affectation productives :

  1. Les placements extérieurs concernent l’affectation des excédents budgétaires à l’étranger sous forme d’avoirs extérieurs, de prise de participation, de dépôts bancaires, etc. Ces dépenses productives, ne participent pas au développement économique du pays et contribuent à accroître sa dépendance vis-à-vis de l’extérieur.
  2. Les dépenses intérieures liées au soutien apporté au développement et aux investissements concernant l’évolution de l’appareil de production

17Quatre types de dépenses productives internes peuvent à leur tour être distinguées :

  1. Le développement des ressources humaines concerne le budget de l’enseignement scolaire, universitaire et technique, dans la mesure où ces dépenses peuvent être considérées comme une forme d’investissement à moyen terme.
  2. Les investissements d’infrastructure visant à l’aménagement par l’Etat des conditions générales de la production : routes, aéroports, ports, PTT, affaires rurales et municipales.
  3. Le développement des ressources économiques proprement dites concerne les investissements directs de l’Etat dans les secteurs de l’agriculture, des hydrocarbures, des resources minérales et hydrauliques, de l’électricité (barrages et irrigation) mais également dans les secteurs du commerce et de l’habitat.
  4. Enfin, les subventions ou les prêts accordés par l’Etat à l’ensemble des secteurs à des conditions avantageuses et pour soutenir l’initiative privée visent toujours un soutien à la production intérieure, une augmentation de la productivité et une réduction de la dépendance extérieure6.

18Si nous comparons de ce point de vue l’évolution des budgets des principaux Etats du Golfe au cours des dernières années, plusieurs remarques s’imposent :

  1. D’une part, une relative stabilisation des dépenses improductives à partir de 1976 allant de 20 % (salaires traitements et dépenses ordinaires) pour le Koweit à 40 % pour l’Arabie Saoudite (défense, administration et affaires sociales), succédant à une très forte hausse, entre 1973 et 1976, des salaires et des traitements administratifs ainsi que des budgets militaires, dont les seules fluctuations permettent d’expliquer les fluctuations de l’ensemble des dépenses improductives. Les autres postes improductifs s’alignent sur la progression générale des budgets.
  2. D’autre part, une hausse des excédents et des avoirs à l’étranger qui, après la baisse de 1977-78 principalement due à la dégradation des termes de l’échange entre pétrole brut et produits d’importation manufacturés, progressent à partir de 1979. Cette tendance est surtout marquée pour le Koweit où les excédents ayant atteint 52 % du budget global en 1975-76 mais 12 % en 1977-78 retrouvent en 1981-82 le niveau de 43 % ; elle l’est moins pour l’Arabie Saoudite.
  3. Enfin, une diminution à partir de 1978, pour l’ensemble des pays, des dépenses de développement et d’investissements qui, selon les pays, combine des tendances différentes : stabilisation des dépenses d’infrastructure (de 27,2 % à 26,3 % entre 1978 et 1981), légère hausse des investissements directs (de 7,5 à 7,9 %) et diminution des prêts et subventions à l’industrie (de 15,1 à 10 %) pour l’Arabie Saoudite ; diminution des dépenses d’investissement de 20 à 17 % pour le Koweit entre 1973 et 19817.

19Or, c’est précisément sur ces postes que se joue la mobilisation de la force de travail étrangère en même temps que s’opère la transformation de la rente en capital ; il nous faut donc approfondir la logique à laquelle ils sont soumis.

20Pour que la rente se transforme en capital, il faut que les activités dans lesquelles elle est susceptible de s’investir, de fonctionner comme capital, rapportent un taux de profit supérieur au taux d’intérêt mondial ; dans le cas contraire, comment n’alimenterait-elle pas les circuits financiers internationaux, on l’observe pour l’une au moins de ses fractions. Il faut également, pour une composition organique des capitaux et un taux de plus-value comparables, que le taux de profit soit inférieur à celui des capitaux investis dans les importations auxquels les investissements de « diversification » tentent de se substituer — déduction faite des coûts de transport —, car dans le cas contraire le pays devrait continuer à recourir aux importations ; or, dans ce cas, les flux d’investissements directs étrangers seraient pratiquement bloqués en même temps que la fraction de rente destinée à se convertir en capital s’orienterait vers des emplois différents.

  • 8 Cité par Michel Chatelus, « De la rente pétrolière au développement économique : perspectives et c (...)

21Seul l’Etat peut garantir à l’initiative privée un taux de profit supérieur à celui des capitaux étrangers investis dans les importations, et supérieur aussi au taux d’intérêt mondial. L’ensemble des mesures économiques et juriques adoptées par les Etats du Golfe entre 1965 et 1975 ne vise qu’à établir cette condition : loi sur l’industrie de mars 1965 (Koweit), décret royal 50 de 1962 (Arabie Saoudite), lois de 1974 (Oman), etc. qui visent à favoriser l’investissement local et étranger par l’octroi de prêts à taux très faible, l’exemption de l’impôt sur le revenu pour une période plus ou moins longue, des protections tarifaires pour les productions locales, l’aménagement de zones d’implantation pour des loyers symboliques, un traitement préférentiel des produits locaux dans les marchés d’Etat, une prise en charge des études de faisabilité, etc. Cela est clairement exprimé par le directeur de l’Industrial Bank of Koweit : « le but recherché est la diversification de notre économie... Si la rémunération de nos capitaux à l’étranger est supérieure à la rémunération de nos investissements intérieurs, nous acceptons la part de différence... »8. On peut alors se demander pourquoi le processus de diversification économique n’a pas rencontré le succès attendu.

22L’Etat ne peut, en effet, fournir ces garanties que de façon contradictoire. Les produits importés ne sont pas ceux sur lesquels on observe en Occident une érosion du taux de profit et la surenchère sur les parités d’échange entre importations et livraisons de brut alimente l’inflation mondiale par les prix et exerce une influence à la hausse sur les taux d’intérêt mondiaux, ce qui compromet les possibilités de diversification internes. D’autre part, la hausse des taux d’intérêt mondiaux n’est contrebalancée que par une hausse correspondante du taux de profit interne qui ne peut être obtenue — outre l’action spécifique des Etats — que par une intensification de l’exploitation de la force de travail ce qui entraîne la destructuration des rapports sociaux internes, ou accroît le volume de la main-d’œuvre étrangère. Dans chaque cas, l’Etat est placé en situation de contrebalancer, par des dépenses improductives accrues ou par un soutien artificiel des activités productives tournées vers le marché intérieur, le coût social des transformations de structure qu’impose la conversion de la rente en capital.

2. Les tendances de la diversification

23La transformation locale de la rente en capital, c’est-à-dire la constitution d’un rapport de production et de distribution capitaliste sur la base d’un taux de profit interne, se heurte d’un côté à la division internationale du travail et au taux d’intérêt mondial, de l’autre aux rapports sociaux internes qui sont à l’origine du prélèvement rentier avec des modalités différentes, fonction de la nature de l’Etat, soit de la structure de son assise sociale, et de la manière dont il favorise, ou non, l’initiative privée.

24Selon qu’il s’agit d’un Etat très peuplé et territorialement étendu plutôt que d’un Etat faiblement peuplé et restreint, les dépenses improductives seront plus élevées et la part des avoirs extérieurs dans les affectations productives plus restreintes, alors qu’inversement, du point de vue de l’initiative privée, il faudra dans tous les cas qu’un investissement au taux de profit interne rapporte davantage que le placement du même capital au taux d’intérêt mondial tout en étant aussi compétitif que le capital étranger investi dans les productions importées, s’il tente de s’y substituer en s’orientant vers le marché interne, et davantage s’il s’oriente à l’exportation.

25Dans les faits, cette péréquation sera arbitrée par l’Etat, compte tenu du rythme souhaité de la transformation des rapports sociaux notamment par la mise en place de dispositifs permettant l’association du capital étranger et de la rente locale.

26Selon des modalités variables par pays, mais qui toutes témoignent du même souci d’ancrage et de déploiement du rapport capitaliste dans des limites compatibles avec la reproduction des rapports sociaux dont l’Etat tire sa légitimité, les Etats adoptent des mesures juridiques et financières visant l’établissement d’un taux de profit interne attractif pour le capital étranger, mais visant surtout l’association de la fraction de rente redistribuée avec ce capital dans des conditions permettant à la première un contrôle progressif du second.

  • 9 Boutros Labaki, « Croissance industrielle et pétrole en Arabie Saoudite », André Bourgey (éd.), In (...)

27Pratiquement, cette contradiction est affrontée en deux temps : en témoigne l’évolution des activités industrielles dans le Golfe. On observe dans tous les Etats du Golfe9 une bipolarisation des activités industrielles hors pétrole.

28D’une part, des activités orientées vers l’exportation, liées à la réappropriation des segments en aval de l’activité pétrolière (sidérurgie, raffinage, pétrochimie, etc.) : activités à très forte composition organique des capitaux, faiblement créatrices d’emplois et sur lesquelles s’exerce l’érosion du taux de profit à l’échelon mondial ; ces activités sont presque entièrement contrôlées par les Etats en association avec le capital étranger.

29D’autre part, des activités liées aux substitutions d’importations, dont le taux de profit est artificiellement soutenu par les Etats ; elles sont presque entièrement concédées au secteur privé national ou étranger et se heurtent à la fois à l’étroitesse du marché intérieur et au faible effet d’entraînement des activités situées en amont, seules les activités situées en amont des infrastructures industrielles et civiles bénéficient de ces effets (cimenteries, matériaux de construction, etc.).

30La mise en place des infrastructures industrielles et civiles à très forte composante en main-d’œuvre constitue enfin un secteur à rentabilité élevée, générateur de profits importants mais peu durables et dont on observe le net ralentissement depuis 1980.

31Cette bipolarisation apparaît également dans la structure des activités industrielles entre un petit nombre de grandes entreprises employant proportionnellement beaucoup de main-d’œuvre et un nombre élevé de petites entreprises dépassant rarement le stade de l’artisanat ou de la manufacture.

32La diversification des activités industrielles s’opère donc sur des franges étroites et limitées qui correspondent à la double contrainte interne et externe qui s’y oppose. Ces contraintes, arbitrées par l’Etat fixent l’ampleur de la mobilisation de la force de travail, mais également les modalités de la répartition de cet emploi entre nationaux et étrangers. D’un point de vue interne, il s’agit de redistribuer les bénéfices de la rente et de procéder à un partage qui apparaît comme la contrepartie de la manière dont les différentes communautés se sont destituées de leurs prérogatives anciennes en faveur de l’Etat ; mais il s’agit également de promouvoir la diversification des sources nationales de revenus. D’un point de vue externe, et sans compromettre les alliances internationales sur lesquelles reposent les économies des pays du Golfe, il s’agit de parvenir à une nouvelle division internationale du travail qui rompe la dépendance vis-à-vis des seules exportations pétrolières.

33Nous avons là une situation caractérisée par de multiples contradictions. La diversification des sources nationales de revenu, c’est-à-dire l’affaiblissement relatif de la rente prélevée à l’extérieur au bénéfice d’un profit généré sur place, qui exigerait que se constitue une classe « capitaliste » mais également une classe ouvrière « dépossédée », évolution qui contredit le principe d’une légitimité de l’Etat fondée sur le réseau des allégeances multiples qu’il coordonne par les redistributions massives qu’il opère....

34D’un autre côté, la rupture de la dépendance vis-à-vis des seules exportations pétrolières exigerait une rupture fondamentale avec les présupposés du marché mondial, ce que l’interpénétration des économies du Golfe avec les économies industrielles occidentales ne permet pas de réaliser, sinon dans les limites de la convergence de leurs intérêts respectifs... Enfin, les perspectives ouvertes par la diversification ne sont, au mieux, susceptibles que d’offrir aux franges sociales qui en accepteraient les présupposés un rôle de relais secondaire dans le redéploiement de la division internationale du travail...

  • 10 Nous empruntons cette notion de « prébende » à J. Hannoyer et M. Seurat, Etat et secteur public in (...)

35Dans le registre des perspectives d’emploi ces contradictions se traduisent de trois manières. D’abord, par la généralisation d’une économie de « bien-être » et une politique de redistribution massive de la rente qui accentue le processus de destructuration des modes de production antérieurs mais s’oppose à une mobilisation de la force de travail interne. (Elle se traduit à la fois par un gonflement des emplois improductifs, particulièrement dans le secteur d’Etat, et par la mise sous tutelle, sous assistance, d’une large frange inactive de la population : l’emploi dans le secteur d’Etat apparaît comme un privilège, une « prébende »10 et le fait d’en disposer s’assimile à l’exercice d’une fonction médiatrice entre l’Etat et les communautés nationales). Ensuite, par un recours massif à l’immigration qui, sur la presque totalité des postes productifs vient satisfaire une demande de travail limitée en hausse par les limites du processus de diversification, lorsqu’il s’agit de pays disposant de larges étendues propices au déploiement industriel (Arabie Saoudite) ou par les limites que rencontre le maintien de la paix sociale dans le cas des « Etats-cités » (Emirat arabes unis où le taux de population étrangère peut atteindre 80 %). Enfin, sur une mince frange de la population nationale, les Etats tentent de promouvoir la constitution d’une classe d’entrepreneurs privés ne tirant pas l’essentiel de leurs revenus du capital dont ils disposent ou disposant de leurs capitaux par l’intermédiaire de l’Etat, ce qui permet d’amorcer un processus d’accumulation primitive tout en préservant les équilibres sociaux qui garantissent la pérennité de l’Etat.

36Ainsi, qu’il s’agisse du capital ou de la main-d’œuvre, ces situations concourent, à une mobilisation massive, mais temporaire, d’une force de travail étrangère soumise à une intensification de l’antagonisme capital/travail au-delà de seuils difficilement franchissables dans les pays occidentaux du fait de leur tradition de luttes et d’avantages ouvriers acquis, à la mise en place de structures de transition visant la transformation en capital de la fraction de rente redistribuée localement dont, la principale, l’institution du « kafala », est à l’articulation entre capital étranger et rente locale.

37C’est ce qui explique la nécessité ainsi que les formes de la mobilisation des capitaux et de la main-d’œuvre étrangers dans le Golfe.

II. Stratégies d’entreprises et articulations rente/profit

1. Les deux moments de l’initiative d’État

  • 11 Paul Vieille, « Pétrole et classe fonctionnelle : le cas de l’Arabie Saoudite », Peuples Méditerra (...)

38La situation créée au lendemain de 1973 par la réappropriation du surplus pétrolier impose aux Etats du Golfe la conversion d’une fraction de ce surplus en capital — ce qui suppose la mise en place des condition d’exercice du rapport capitaliste — mais aussi la reproduction des rapports sociaux qui sont à l’origine de la manière dont l’Etat s’est constitué — ce qui suppose des limites à la généralisation du rapport capitaliste.... Contradiction exposée par Paul Vieille dans le concept de la classe fonctionnelle « gestionnaire d’une formation sociale pour le compte de la classe dominante : la bourgeoisie mondiale »11

  • 12 Ibidem., p. 186.

39Pour les franges « modernistes » liées au fonctionnement de l’Etat et pour les fractions du capital privé auxquelles ces franges sont associées, il s’agit d’échapper — au moins partiellement — au cycle de la dépendance pétrolière qui se manifeste dans la spirale des prix comparés du brut et des produits d’importation en amorçant un cycle d’investissement susceptible de déboucher sur le contrôle du marché intérieur il s’agit donc de rompre la logique de ce que l’on a appelé « les capacités de dépenses » pour engager un cycle de « capacités d’investissements ». Un tel objectif, en imposant une rupture radicale avec le marché mondial, c’est-à-dire avec les conditions mêmes qui sont à l’origine de la constitution de cette frange comme gestionnaire du rapport capitaliste, ne peut être atteint que partiellement. Il suppose de surcroît, une mobilisation plus rapide et plus intense du capital et de la main-d’œuvre qui ne peut être obtenue sur des bases internes et dont seul l’Etat peut avoir l’initiative, dans la mesure où, impliquant un calcul sur le long terme, la généralisation du rapport de production capitaliste entre structurellement en contradiction à la fois avec les intérêts immédiats de l’initiative privée locale et avec ceux du capital étranger : « le développement de la bourgeoisie Saoudite est limité à la fois par le fait qu’elle est bourgeoisie périphérique, maintenue dans des activités de seconde zone, de distribution intérieure et de production d’accompagnement, et parce qu’elle n’est pas la classe dominante intérieure et que les institutions du pays ne sont pas ses institutions : des institutions bourgeoises. Or, ces limitations ont les mêmes origines que sa fortune : elle est déterminée dans son existence et sa nature par le pétrole, c’est-à-dire d’une part par la bourgeoisie mondiale (....) d’autre part par la classe intérieure qui, historiquement, a bâti son pouvoir sur les ressources qu’elle pouvait se procurer à l’extérieur »12.

40Du point de vue des « Etats-Clans » du Golfe, il s’agit donc de ne pas se couper de l’investissement étranger tout en contrôlant l’émergence d’une classe d’entrepreneurs privés susceptibles de prendre partiellement le relais dans la division internationale du travail. Il s’agit aussi de ne pas compromettre aux deux pôles du rapport de production capitaliste (travail et capital) les conditions sociales qui sont à l’origine de sa constitution comme clan dominant. Pour cela, favoriser les conditions d’une mobilisation de la force de travail étrangère en différant le recrutement de la main-d’œuvre nationale, mais aussi contrôler étroitement la transformation de la rente en capital.

41Les conditions juridiques et économiques particulières de la mobilisation du capital et de la main-d’œuvre, qui marquent les initiatives de l’Etat en ce domaine, constituent les deux moments transitoires par lesquels s’effectue la transformation de la rente en capital. Il s’agit d’une part de la logique du « sponsorship » ou kafala, qui, aux deux pôles du rapport de production capitaliste, constitue un rapport social original à l’articulation de la rente, du capital et des salaires. Il s’agit, sur un autre plan, de la logique même des appels d’offre par laquelle s’opère le contrôle de la demande en investissements. Caractéristiques d’une période de transition, ou d’une période de passage d’une économie strictement rentière à une économie capitaliste dépendante, ces deux moments de l’initiative d’Etat fixent à la fois le cadre de la stratégie des entreprises dans le Golfe et les conditions de mobilisation de la main-d’œuvre étrangère.

2. Le kafala et les appels d’offres

42Dans la plupart des pays du Golfe les dispositions légales interdisent aux étrangers de posséder plus de 50 % du capital d’une affaire et leur impose de s’associer avec au moins un partenaire détenteur de la nationalité en même temps que de recourir à la médiation d’un kafîl (sponsor ou garant). Le kafîl représente donc une tutelle, une sorte de garantie ou de caution, une instance de médiation entre le pouvoir et les étrangers. Dans la pratique, le partenaire peut se confondre avec le kafîl lorsqu’il s’agit d’un entrepreneur mais sans que cela soit nécessaire et l’on observe, suivant les pays et les périodes, l’adoption de mesures visant à réglementer l’exercice de cette fonction. En droit, n’importe quel ressortissant jouissant de la nationalité peut se constituer comme kafîl ; en fait l’exercice de cette fonction répond à des critères de recrutement qui épousent étroitement la structure du pouvoir et de l’influence sociale.

43Si le kafîl s’impose sans détour possible à l’ensemble des entrepreneurs étrangers par le biais de la déclaration des sociétés au registre de l’industrie et du commerce, il s’impose de même à l’ensemble des travailleurs sous peine de se retrouver en situation illégale et le choix du kafîl doit même, dans ce cas, précéder leur arrivée dans le pays ; n’y échappent que les travailleurs bénéficiant d’accords bilatéraux de libre circulation (Yéménites en Arabie Saoudite, par exemple).

44Le kafîl est le répondant des étrangers qu’il garantit et dont il assure les autorisations de séjours et de travail, ou l’insertion sur les marchés contractuels de la main-d’œuvre.

45Dans un cas comme dans l’autre, cette prestation s’accommode d’un prélèvement dont le montant varie d’une situation à l’autre : réglementée dans le cas des travailleurs et correspondant à des barèmes relativement fixes, elle est fluctuante dans le cas des entreprises, selon les services rendus.

46Le kafala, comme rapport social singulier, permet d’opposer globalement les nationaux aux étrangers en se situant de part et d’autre du rapport capitaliste : du côté du travail, en autorisant un contrôle des flux et de la mobilité entre entreprises, mais également du côté du capital, en autorisant un contrôle des activités commerciales et industrielles. Situé de part et d’autre de ce rapport, à son articulation, le kafala a des significations différentes.

  1. Dans le cas des ouvriers, que le kafîl de l’ouvrier soit celui de la société qui l’emploie (formule qui se généralise dans les grandes entreprises) ou qu’il s’agisse d’un kafîl « autonome » spécialisé dans le recrutement (formule préférée des petites et moyennes entreprises), et si l’on fait abstraction de l’éventail des situations intermédiaires qui, dans une situation faiblement réglementée visent à maximiser les avantages respectifs de l’entrepreneur et du kafîl au détriment de l’ouvrier, le kafala prend la forme d’un prélèvement estimé à deux ou trois mois de salaire, en contrepartie de la garantie et de l’organisation du voyage et de l’embauche. La division technique des tâches entre le kafîl et les agences de recrutement ne doit pas faire oublier que les agences elles-mêmes ne pourraient fonctionner sans la caution d’un kafîl : quel que soit le prélèvement opéré par une agence de recrutement et quelle que soit la responsabilité alors déléguée par le kafîl, ce dernier est toujours formellement responsable de l’emploi et de la présence légale du travailleur étranger dans le pays, ce qui permet de contrôler la logique de ses emplois sucessifs ou simultanés, généralement interdits. Quels que soient les combinaisons et trafics auxquels ce système peut donner lieu, il importe ici de mettre en évidence sa structure la plus générale. Le kafala apparaît surtout comme une délégation par l’Etat à la société civile du contrôle et de la gestion de l’immigration ouvrière étrangère en contrepartie d’un prélèvement directement opéré sur le salaire ouvrier : il diffère sur la relation entre kafîl et entrepreneurs les ajustements au coup par coup des besoins en main-d’œuvre dans la mesure où, imposant des formes précises de reproduction de la force de travail, il se situe en marge des mécanismes qui régissent d’ordinaire, librement, l’offre et la demande en main-d’œuvre. Mais c’est surtout sur le pôle du capital que le rapport de kafala acquiert toute sa signification.
  2. Dans le cas des entrepreneurs, toute la difficulté consistant, du point de vue des Etats, à mobiliser le capital étranger sans renoncer au contrôle national des investissements susceptible de favoriser l’émergence d’un capital local, rares sont les situations dans lesquelles la clause de 50 % du capital est respectée. Dans le cas le plus simple, lorsque le kafîl ne participe pas financièrement au capital de la société, celle-ci est déclarée conformément à la loi et le kafîl ne perçoit en fait qu’un montant fixé d’un commun accord sur les bénéfices, ou parfois le chiffre d’affaire, correspondant à la rémunération de ses services ou de son titre. Dans le cas où le kafîl ne participe pas au capital de la société, il peut prélever simplement à titre de « garant » 3 à 5 % des bénéfices de la société ; s’il s’emploie activement à lui faire obtenir des contrats et à favoriser son expansion, il prélève 30 à 35 % des bénéfices. Tout un éventail de situations possibles, ignorées ou tacitement admises par l’Etat, visent à équilibrer la position de chaque partenaire sur la base négociée de leurs apports respectifs et, dans la pratique — mais sans que cela soit nécessaire — partenaire et kafîl tendront à se confondre. Il n’est pas rare que, même sans participation initiale au capital, la fraction de garantie prélevée par le kafîl soit réinvestie par lui au titre d’une participation au capital ; pour autant qu’on en puisse juger, il s’agit d’une modalité particulièrement importante d’accumulation primitive du capital local ; dans ce cas, en plus de la fraction correspondant à ses prestations au titre de kafîl (obtention de contrats et de chantiers, couverture bancaire, prêts à taux avantageux, etc.) le kafîl, devenu également partenaire, percevra une fraction supplémentaire correspondant au montant réel de sa participation.

47Ce rapport oscille donc de la situation de droit préconisée par la loi, mais où les flux d’investissement étrangers seraient extrêmement réduits, à la situation de fait dans laquelle le kafîl déclaré propriétaire de plus de 50 % du capital n’intervient ni financièrement ni socialement dans les affaires de la compagnie et se contente d’apparaître comme un « prête-nom ». Rapport social fluctuant d’une situation à l’autre : son évolution dépend des contradictions qu’il recèle et de la riposte que chacun des partenaires est susceptible de lui apporter. C’est dans le cas du bâtiment et des travaux publics qu’il apparaît avec le plus de netteté.

48Le rapport se présente au moins formellement comme un compromis entre un code d’honneur hérité de la période pré-marchande, encore extrêmement vivace dans le Golfe, la parole donnée suffisant à garantir un contrat, et les règles qui régissent de manière impersonnelle le fonctionnement des sociétés à participation. Cette survivance est décisive si l’on veut comprendre à la fois la manière dont le rapport se maintient et celle dont il est susceptible de se dégrader : en effet, la parole donnée ne suffirait pas à garantir la pérennité de ce rapport s’il ne correspondait pas à des intérêts convergents de l’entrepreneur et du kafîl ; mais on ne comprendrait pas qu’il puisse se maintenir, lorsque ces intérêts Cessent de converger, sans faire appel à une parole qui ne signifie rien en elle-même si on ne la rapporte pas aux conditions sociales spécifiques dans lesquelles elle est donnée ou reprise... Nous nous trouvons là en présence d’un rapport qui associe indissolublement les éléments sociaux, juridiques et économique en un tout— caractéristique des sociétés du Golfe — et qui ne pourrait être dissocié que de manière arbitraire, ce que pourtant nous nous proposons.

49Ce rapport, orienté vers le contrôle des investissements étrangers par les nationaux contient d’abord une contradiction interne facile à mettre en évidence à partir d’un exemple fictif. Soit un entrepreneur étranger disposant d’un capital initial investi dans le Golfe à un taux de profit local donné ; il reverse à son kafîl une fraction des profits réalisés à un taux de garantie constant ; l’un et l’autre réinvestissent dans l’affaire la fraction des bénéfices qui leur revient. Observons tout d’abord que les investissements directs étrangers n’auraient pas lieu d’être si, en plus du profit moyen d’entreprise, déduction faite des frais de délocalisation, du prélèvement de garantie et de la fraction revenant au titre de la participation, le capital investi ne rapportait pas davantage que l’espérance moyenne de profit dans le pays d’origine. Pour un capital initial investi de 100, le taux de profit local est de 20 % et le taux de garantie de 25 % des profits ; la première année, la participation nationale au capital est nulle et on peut vérifier que le taux de profit d’origine doit être inférieur à 15 % pour que le capital soit investi. Au terme du premier exercice le profit est de 20 réparti entre entrepreneur 15 et kafîl 5 ; si l’un est l’autre réinvestissent la fraction du profit qui leur revient au terme du premier exercice, le capital global est de 120, 115 pour l’entrepreneur étranger (96 %) et 5 pour le kafîl (4 %). Au terme du second exercice, le kafîl prélève 4 % au titre de sa participation au capital, plus 25 % au titre de la garantie.... Au terme de la septième année, le kafîl prélèvera plus de la moitié des profits, alors que le taux d’origine devra être inférieur à 13,3 % pour que la capital continue à être investi sur place et il faudra douze ans au kafîl pour être majoritaire dans le capital, alors que le taux de profit minimal extérieur sera tombé à 11,3 %. Le rythme et l’ampleur de la tendance à la baisse du taux de profit du capital étranger dépendent à la fois du taux de profit local et du taux de garantie ; le maintien des investissements dépendra du rapport qui va s’établir entre ces deux variables et l’évolution du taux de profit extérieur. Or, si le capital étranger peut très bien accepter de rester investi sur place — même minoritairement — à condition que son espérance de profit soit supérieure au taux de profit extérieur, il acceptera moins bien que son propre effort de capitalisation soit confisqué... Inversement, si l’Etat hôte et le kafîl ont intérêt à attirer les investissements tout en les contrôlant, le rapport entre taux de profit local et taux de garantie doit être tel qu’il autorise un contrôle du capital étranger sur une période compatible avec le maintien de sa rémunération à un taux supérieur au taux extérieur. Dans la pratique, et toutes choses égales d’ailleurs, cette condition ne peut être remplie que de deux manières différentes qui permettent de caractériser la structure des rapports sociaux dont le kafala est l’enjeu ; elle peut être obtenue par une hausse du taux de profit local ou par une réduction du taux de garantie. Ces deux mécanismes sont liés.

50Le taux de profit local ne peut s’accroître que de deux manières : par une réduction des coûts unitaires et principalement, dans le Golfe, par une réduction des coûts de main-d’œuvre, puis par une réduction des coûts en capital fixe. Il peut également être accru par une surévaluation structurelle des prix du marché (facturation des contrats, devis des chantiers, etc.). Toutefois, pour être intelligible, cette seconde hypothèse doit apparaître comme une donnée « structurelle » du fonctionnement des économies du Golfe et non comme une « extravagance » que rendrait possible l’offre « illimitée » en capital. Cette évolution requiert l’adhésion à la fois de la société locale et des entrepreneurs étrangers, ce qui permet d’expliquer les formes particulièrement dures que prend l’exploitation de la force de travail étrangère dans le Golfe même si — conjoncturellement — les formes de gestion de la force de travail par les Etats entrent en contradiction avec les intérêts du capital.

51La question de la réduction du taux de garantie est plus complexe. Connaissant les surprofits déjà réalisés par l’exploitation de la force de travail, on ne comprendrait pas que des entreprises puissent verser jusqu’à 40 % des profits réalisés sous forme de garantie, plutôt que d’y souscrire sur sa frange minimale obligatoire, si les profits réalisés de cette manière n’étaient pas supérieurs à ceux réalisés dans l’hypothèse contraire. Tout indique là que nous avons affaire à la rémunération d’un service qui n’aurait pas lieu d’être si la concurrence entre les entreprises était une concurrence par les coûts, c’est-à-dire si les marchés étaient concédés au critère optimal du moindre coût à qualité identique. C’est donc du côté de la fonction de kafîl mais également du côté de la structure des marchés qu’il faut chercher une explication. Le cas du bâtiment et des travaux publics est, à cet égard, significatif.

52Les bilans d’activité du BTP par pays reflètent au cours des dernières années, une structure comparable à celle des marchés ; la répartition se fait par tiers entre marchés publics (édifices publics, routes, infrastructures, aéroports, hôpitaux, casernes, complexes résidentiels, etc.) qui, alimentés par des appels d’offre publics, directement impulsés par les Etats apparaissent comme une forme de redistribution interne de la rente pétrolière destinée à fonctionner comme capital ; marchés industriels (bâtiments industriels, hangars, entrepôts, ateliers, etc.) visant des équipements constituant du capital fixe, entrant dans un calcul d’amortissement et généralement confiés en sous-traitance par une firme à l’une de ses filiales, sous forme de demande « captive » ; marchés des consommation privée (villas, immeubles à usage locatif ou résidentiel, etc.) alimentés par la demande privée, produisant des immeubles entrant dans le calcul des coûts de reproduction de certaines catégories de main-d’œuvre.

53Or, les entreprises du bâtiment opérant dans le Golfe ne disposent qu’inégalement de l’accès à ces différents marchés et l’analyse de quelques bilans d’activités accessibles nous indique que le fonctionnement de ces entreprises se caractérise par des écarts considérables de perte et de profit d’un chantier à l’autre ce qui paraît interdire le calcul d’un profit moyen annuel, nous incitant à rechercher les mécanismes de ces écarts par catégorie de marchés, par un turn-over relativement rapide du capital et de la main-d’œuvre, et par une fréquence relativement élevée des créations d’entreprise et des dépôts de bilans par rapport au volume global d’activité.

54L’ensemble de ces observations porte donc à faire l’hypothèse que la manière dont se constitue le profit dans le bâtiment et les travaux publics correspond à des logiques extrêmement fractionnées et cloisonnées, renvoyant chacune à des modalités particulières de l’articulation entre la rente et le capital et pour lesquelles le rôle du kafîl est tout à fait prépondérant.

55Les marchés publics apparaissent comme des marchés « soutenus » alimentés à un taux de profit supérieur à celui qui prévaut dans les conditions privées dont la fraction excédentaire fait l’objet d’un rapport de force entre entrepreneurs étrangers et kafîl pour la fixation du taux de garantie ; cette surévaluation correspond à une convergence des intérêts de l’Etat, qui souhaite attirer les investissements étrangers et opérer une redistribution interne orientée vers la production tout en favorisant un contrôle « national » des investissements, et des intérêts de l’entrepreneur étranger tant que la fraction des profits d’entreprise prélevée au titre de la garantie reste inférieure à la rémunération « normale » du capital ; elle correspond aussi aux intérêts du kafîl, dans la mesure où, pour toute une frange des sociétés du Golfe, elle apparaît comme une des voies possibles de la diversification de leurs revenus.

56La part revenant au kafîl apparaît alternativement comme une fraction de la rente redistribuée par l’Etat par le biais des adjudications publiques ou comme un prélèvement sur les profits d’entreprise ; cela tient à la manière même dont s’opèrent les appels d’offre, aux modalités d’accès aux adjudications publiques ainsi qu’à la façon dont se règlent les rapports entre kafîl et entrepreneurs.

57En bloquant le jeu de la concurrence par les coûts, le rôle du kafîl est déterminant dans l’obtention des marchés. D’une part, il intervient efficacement dans le processus de classification de l’entreprise selon des normes d’acceptabilité permettant, en principe, aux entreprises de la même catégorie de se situer à égalité dans la compétition pour les marchés. D’autre part, il intervient directement, ou par personne interposée, pour faire obtenir à telle compagnie des contrats qui, sans son intervention, auraient été passés avec des concurrents. Rémunéré en raison de son aptitude à négocier des contrats pour le compte de l’entreprise à partir des solidarités qu’il mobilise dans la société locale ou l’appareil d’Etat, le kafîl est d’autant plus porté à s’intéresser à la marche de l’entreprise que la fraction lui revenant est plus importante. Toutefois, ce rapport demeure précaire : si l’association réussit, c’est-à- dire si les profits augmentent, le kafîl tente d’accroître sa rémunération en augmentant ses prises de participation ou, n’y parvenant pas, réduit ses « services ». En revanche, si l’affaire périclite, il tente de revendre ses parts mais se heurte au comité directeur. Du point de vue du kafîl, toujours susceptible de faire jouer la loi à son avantage, sans toutefois la souhaiter, car un arbitrage en sa faveur équivaudrait, avec le dépôt de bilan, à un amoindrissement de son crédit social, il va s’agir de hausser le montant de sa rétribution au moins au niveau où l’Etat a dû hausser les espérances de surprofit pour attirer les capitaux, sans toutefois compromettre le profit moyen. Du point de vue de l’entrepreneur, il va s’agir de maximiser la fraction de rente, qui augmentera d’autant ses surprofits possibles.

58En regard des marchés d’Etat, qu’il s’agisse du marché de la consommation privée (villas, immeubles, etc.) ou du marché de la consommation productive (bâtiments industriels), tout porte à penser que se définit un taux de surprofit moyen caractéristique d’une régulation des marchés par les coûts et déterminé par le rapport de force entre capital et travail, en ce qui concerne le taux d’exploitation de la force de travail qui, dans une activité à forte composante de main-d’œuvre, intervient comme composante principale du coût final, et par le rapport de force entre capitalistes en ce qui concerne la fixation du coût des infrastructures industrielles. Dans l’un et l’autre cas, ces deux rapports de force trouvent en partie une solution en instituant des situations qui échappent aux contraintes caractéristiques de l’offre et de la demande. Le prix élevé des loyers, qui résulte du caractère spéculatif du marché du bâtiment et qui, toutes choses égales d’ailleurs, augmenterait d’autant la valeur de la force de travail si le marché du logement était soumis à l’offre et à la demande, est en partie tourné par les entreprises qui prennent totalement en charge la reproduction restreinte de la force de travail (logement et nourriture pendant la durée des séjours). Inversement, le coût des équipement industriels, dont l’amortissement réduirait d’autant le profit, est en partie tourné par un développement considérable de la sous-traitance et de la demande « captive » qui par le système des facturations intrafirmes, permet une réduction considérable des coûts d’installation. Si nos hypothèses sont exactes, nous aurions là une ébauche d’explication de ce que Elisabeth Longuenesse appelle, plus haut, « les conditions exceptionnelles du marché local ».

59Dans tous les cas, il importe de saisir que la logique du marché est profondément surdéterminée par la nature des rapports sociaux à l’intérieur desquels elle s’inscrit et que la nature même de l’Etat interdit en quelque sorte qu’il puisse en être autrement : plus qu’une régulation par les coûts, la passation d’un marché traduit l’équilibre des rapports de pouvoirs qui le rendent possible. En effet, le mode de recrutement des agents de l’Etat, qui fournit la majorité des kafîl, est conçu, à tous les niveaux de la pyramide administrative comme la réalisation d’un équilibre de représentation dans un système de places et de positions qui traduit un compromis entre toutes les fractions de la société civile « nationale ». Dans des sociétés plurisegmentaires très hiérarchisées, l’Etat reproduit de proche en proche le jeu des allégeances et des loyalismes anciens et subordonne, au moins partiellement, la logique du profit à celle de l’ordre social qui le garantit.

60Ainsi, de part et d’autre du rapport salarial, du côté du capital, mais aussi du côté du travail, de part et d’autre également, du rapport rentier, sur le pôle où la rente est prélévée, mais aussi sur celui où elle est redistribuée, se constitue dans le Golfe, non pas une classe de kafîl, car il s’agit d’un rapport social transitoire, mais la bipolarisation des sociétés autour de la rente et du capital, à travers la promotion des antagonismes entre appartenances nationales comme antagonismes dominants. Les kafîl liés à l’investissement étranger se constitueront en bourgeoisie nationale au fur et à mesure que s’approfondira l’emprise des milieux d’affaires sur les investissements étrangers et que s’amenuisera la rente comme source principale de revenus. Les kafîl liés à la présence ouvrière étrangère disparaîtront au fur et à mesure que s’approfondira le rapport salarial comme rapport social dominant, c’est-à-dire au fur et à mesure que la gestion du capital se substituera à la gestion de la rente comme fondement de la nature de l’Etat.

61Si dans un cas, l’enjeu consiste à favoriser la conversion de la rente en capital tout en essayant de promouvoir la formation d’une classe d’entrepreneurs nationaux privés, débarrassés du « réflexe » rentier, dans l’autre, il consiste à déléguer à la société civile la gestion momentanée de la présence ouvrière étrangère, en essayant dans chaque cas de favoriser le passage d’une économie de rente à une économie capitaliste. Cette situation définit le cadre général dans lequel se déploient les stratégies d’entreprises. Les conséquences de cette situation sont nombreuses, mais nous n’abordons ici que celles qui ont une influence directe sur la gestion de la force de travail, particulièrement la logique de la sous-traitance. Nous le ferons à partir d’un cas particulier, à Oman, qui permet aussi d’éclairer la dynamique de la création d’entreprises dans le Golfe.

3. Création d’entreprises et logique de la sous-traitance

  • 13 Les lecteurs qui ne seraient familiers ni du Golfe ni des engins de génie civil voudront bien lire (...)

62X est arrivé à Oman comme contremaître principal dans la Compagnie de Z., Libanais aussi, mais installé dans le pays depuis de nombreuses années et à la tête d’une entreprise florissante employant jusqu’à 1500 ouvriers. Il y a travaillé cinq mois avant que Z, au lieu de continuer à le salarier, ne lui confie en sous-traitance un projet d’aménagement routier qui dure trois mois et sur lequel il touche 10 % du montant du contrat. Au terme de ce projet, X, Z, et son frère, associés à un ressortissant omanais qui participe au capital, créent une entreprise spécialisée dans l’aménagement des camps et l’ouverture de voies de passage. Z, directeur général, apporte un « roller » et un « bulldozer », Za. son frère, un « shovel » ainsi qu’un « excavator » venus par camion du Liban, Y, l’associé omanais, un camion et un « shovel » ; X est alors directeur technique de l’entreprise13. La valeur totale des machines de cette période est de 103 000 Ro, l’entreprise emploie peu de main- d’œuvre (3 chauffeurs, 1 mécanicien) et dure cinq mois, avant que des conflits internes n’aboutissent au dépôt de bilan : sur cinq mois, le turn-over du capital est de 400 000 Ro et les profits de 126 000 Ro. Ensuite, X et Z fondent une autre société, toujours en association avec un ressortissant omanais, mais qui, dans ce cas, ne participe pas au capital : directeur d’un établissement commercial et secrétaire général d’un départment au ministère des wakf, il se contente de procurer des contrats à l’entreprise et de prélever 15 % sur les bénéfices, mais ne s’occupe pas de la gestion interne de l’entreprise, quoi que, conformément à la loi, les machines soient déclarées à son nom ; au terme d’une année de travail, l’entreprise dépose son bilan ; on procède au partage des machines : X se sépare de Z et conserve un « bulldozer » d’une valeur de 24 000 Ro.

63Par la suite, X, cumule les emplois de salarié et de petit entrepreneur en sous-traitance. Contremaître général de l’entreprise A, il prend en sous-traitance un chantier routier que la société Z a négocié avec la Cie pétrolière Elf : le chantier dure 35 jours, le contrat Elf/Z est de 150 000 Ro, le contrat X/Z de 10 000 pour la moitié des travaux ; X intervient avec un chauffeur qu’il rémunère lui-même ainsi qu’avec son « bulldozer » ; son bénéfice est de 25 000 Ro, soit le double de son salaire mensuel dans l’entreprise. A. Par la suite, X loue son « bulldozer » à une société qui installe un « pipeline » à 350 km de la capitale, mais sous le nom de Z, qui ne prend aucune commission ; il le loue avec chauffeur pendant quatre mois, au tarif de 4 700 Ro/mois, dans la région désertique, le chauffeur est payé 20 % en plus de son salaire de base et ses heures supplémentaires comptées double ; le salaire mensuel du chauffeur est de 120 Ro/mois à quoi ajouter 20 Ro/mois de « food allowance ». L’entretien de la machine revient à 9 000 Ro/an et le kafîl de la société Z prélève 7,5 % sur l’ensemble des bénéfices nets de l’opération. X calcule que les bénéfices de cette opération correspondent pour lui à l’équivalent de son salaire annuel.

64Dix huit mois plus tard X crée sa propre entreprise : avec R son associé, ils négocient leur entrée à la section machine de la société S, société commerciale omanaise au nom de la famille royale et au capital de 500 000 Ro ; R possède une pelleteuse sur chenilles (16 000 Ro) et X un bulldozer (25 000 Ro) ; ils accordent 35 % des bénéfices à la société qui, par ailleurs, leur facilite l’obtention de prêts bancaires à taux préférentiels ; au bout de deux mois X acquiert un « bulldozer » d’occasion (32 500 Ro), puis un camion ainsi qu’un « trailor ». Dès cette période il emploie en permanence cinq ouvriers indiens. Il achète ensuite en Arabie Saoudite deux autres bulldozers, puis en août 1981, six remorques et trois têtes de traction d’occasion au Liban pour 106 000 LL. il admet en mars 1982 qu’il pourrait revendre une seule de ces têtes à ce prix... Dès cette date, son entreprise est lancée : il obtient des contrats avec une société américaine de prospection pétrolière ainsi qu’avec le ministère de l’équipement (entretien et maintenance), pour développer son affaire et accéder à des appels d’offre plus importants, les normes d’équipements omanaises lui imposent la construction d’un camp ouvrier : par l’intermédiaire de son kafîl, le gouvernement lui accorde 20 000 m2 de terrain qu’il loue pour la somme symbolique de 200 Ro/mois avec le droit d’y construire des baraquements en dur ainsi que des hangars pour le matériel.

65En 1982, X emploie 16 ouvriers indiens en permanence. Il admet que sur une année le seul bulldozer travaille environ 4 à 5 mois et lui permet à lui seul de couvrir l’ensemble des dépenses en personnel, salaires compris. Ce bulldozer est alors d’une valeur de 35 000 Ro, ce qui permet de prendre la mesure de la composition organique du capital du bâtiment dans le Golfe. Le kafîl de X que celui-ci décrit comme une homme « intègre, généreux et juste », l’aide par son influence, mais ne participe pas à la gestion technique de l’affaire ; X reconnaît que « c’est une question de confiance » entre eux et que « 35 % des bénéfices pour les services rendus, ce n’est pas trop », il réinvestit la totalité des bénéfices sur place et admet qu’il lui faudra encore quatre ou cinq ans avant de remonter sa propre affaire au Liban, « si les événements le lui permettent ».

66Cet exemple est caractéristique de la dynamique du capital dans le Golfe. Face à la précarité des conditions institutionnelles et juridiques du capital et face à la tendance à la baisse du taux de profit propre, le capital va tenter de trouver des opportunités de profit spéculatif en s’investissant dans des domaines ou des secteurs ne nécessitant pas de matériel ou des immobilisations dépréciables à long terme et surtout, en recherchant des investissements rapidement réalisables par un retrait annuel des bénéfices et par la diversification de ses points d’emploi. La surévaluation tendancielle du capital-machine, qui tient surtout à ce que le matériel d’équipement n’est pas produit localement, et la sous- évaluation structurelle de la valeur de la force de travail concourent à définir les conditions d’une rotation extrêmement rapide du capital et de la main-d’œuvre. C’est le système d’« immediate profit making » qui, en l’absence même de clauses restrictives sur le rapatriement des profits favorise tout un jeu de sous-traitance par segment du procès de travail destiné à diversifier les sources de profit simultanées en mettant les entreprises à l’abri des à-coups conjoncturels mais surtout à différer la mainmise du capital national sur les investissements. Il s’agit dans cette perspective de démultiplier les opportunités de profit simultanées sans accroître le capital initial de manière à atténuer l’effet du temps sur les bilans comptables, sans toutefois renoncer aux surprofits susceptibles d’être dégagés par des investissements lourds à moyen terme. Une partie du jeu des solidarités communautaires d’une fraction des immigrés étrangers à Oman porte sur ces échanges de services mutuels (passation de contrats, sous-traitance, reprise des excédents ou des déficits, « location » de main-d’œuvre, etc.) exigeant la loyauté exacte que seul peut garantir le fait d’être étranger dans un pays et d’y être pour maximiser ses gains en un minimum de temps. Dans la plupart des entreprises libanaises à Oman, l’encadrement technique et administratif était assuré par des Libanais ayant fait l’objet d’une mobilisation villageoise, chacun susceptible à son tour de lancer une affaire à son propre compte et de contribuer à stabiliser celle du partenaire immédiat, définissant ainsi un réseau de complicités et d’entraide trouvant ses origines et ses prolongements dans le village.

67Ces formes transitoires de « capitalisme sauvage » seraient inconcevables si le capital ne parvenait pas à limiter au maximum, ses coûts, particulièrement les coûts en main-d’œuvre. Il y parvient avec le soutien des Etats, en initiant des politiques d’emploi fondées sur une très forte mobilité de la force de travail et un contrôle minutieux des dépenses ainsi que des formes d’organisation du travail associant étroitement les modalités de la division technique des tâches et les formes de reproduction de la force de travail dans l’entreprise.

III. Formes de la mobilisation et de la reproduction de la force de travail

68Dans une large mesure, les conditions d’exercice du rapport capitaliste transfèrent sur la force de travail la charge de l’effort de construction dans le Golfe tandis que l’antagonisme nationaux/étrangers est promu au rang de contradiction principale de l’évolution sociale....

69S’il est possible de le mettre en évidence au niveau des mouvements d’ensemble du capital et de la main-d’œuvre, les mécanismes concrets, par lesquels le capital et le travail se mélangent, c’est-à-dire la structure particulière de leurs rapports sociaux, ne peuvent être saisis qu’au niveau des entreprises qui apparaissent ainsi comme les unités sociales élémentaires de la mobilisation et de la reproduction de la force de travail. Qu’il s’agisse des contraintes externes du développement selon la division internationale du travail ou du rôle des Etats dans la reproduction/diversification du rapport rentier, l’entreprise est le lieu privilégié de la gestion des conditions particulières de la génération des profits ; caractéristique des formes les plus générales de la mobilisation de la force de travail dans le Golfe, l’entreprise contrôle simultanément la mise au travail et la reproduction de la main-d’œuvre hors travail, ce que totalise de la manière la plus spectaculaire l’institution des camps de travail ; il convient donc d’en saisir les mécanismes et les rouages au niveau le plus concret de la vie des entreprises.

1. Exemple de l’entreprise K

70Ancienneté de son implantation, évolution de ses effectifs, structure de ses marchés, importance de son chiffre d’affaires, transformation des rapports de pouvoir dans son comité directeur : l’Entreprise K. est exemplaire de l’évolution du capital étranger investi dans le Golfe dans les activités de construction. Libanaise, la société s’implante à Oman dans les années 1970, début de la période de prospérité que connaît le pays avec renchérissement des produits pétroliers. Bénéficiant d’emblée de soutiens puissants au sein de l’appareil d’Etat, cette société à participation au capital entièrement versé, va, avec des fluctuations annuelles d’effectifs assez importantes, connaître une période de prospérité jusqu’en 1977, puis, on observe une décroissance régulière du profit, qui passe de 98 à 35 000 Ro (20 %) et que le montant des revenus des contrats diminue de moitié. L’année 1980 au cours de laquelle les effectifs sont multipliés par deux dans la même proportion que le capital fixe, alors que les revenus extérieurs sont multipliés par quatre, se solde par un bilan négatif qui se reproduit l’année suivante pour atteindre — 1 076 000 Ro malgré une réduction considérable des effectifs et un maintien des revenus extérieurs. L’équilibre est rétabli par une augmentation du capital social qui entraîne à la date de l’enquête (mars 1982) la perte de contrôle du capital d’origine. Tout se passe comme si le rythme de dépréciation du capital fixe n’était pas parvenu à compenser le rythme d’exploitation de la force de travail : malgré une augmentation de 200 % des effectifs ouvriers entre 1977 et 1979, la part des salaires dans le total des dépenses au cours de la même période diminue de 25 à 16 % alors qu’entre 1980 et 1982, pour un montant de revenus comparable, les effectifs ouvriers diminuent de moitié. Ce qui serait impossible sans une politique de main-d’œuvre sévère fondée sur un recrutement direct, une rotation rapide et une compression maximale des coûts.

  • 14 Le montant des salaires indirects comprenait : les heures supplémentaires et les primes de product (...)

71a. Le recrutement du personnel de l’entreprise s’est opéré de deux manières différentes selon qu’il s’agissait du personnel d’encadrement (ingénieurs, contremaîtres, administration) ou de la main-d’œuvre. Le personnel d’encadrement d’origine libanaise avait été recruté selon un système de cooptation privilégiant la qualité des relations interpersonnelles entre ses membres sur la base d’une origine villageoise commune. Efficace, ce système a permis le maintien de la cohésion de l’encadrement avant que le recrutement ne soit progressivement diversifié du côté indien et pakistanais, ce qui a permis, à partir de 1979, une réduction des coûts d’administration. Toutefois, la majorité de la main-d’œuvre non qualifiée et qualifiée est d’origine asiatique (Pakistanais, Iraniens, mais surtout Indiens). L’entreprise emploie également un volant de travailleurs omanais fixé par un quota officiel et les considère comme une charge dans la mesure où l’absentéisme de cette catégorie de travailleurs est élevé et leur service réduit. Les travailleurs indiens qui constituent la majorité des effectifs ouvriers viennent principalement des deux Etats de l’Inde dont les revenus par habitant et le niveau d’éducation sont les plus élevés (Penjab, Kerala) ; leur recrutement a été assuré en recourant aux services d’agences indiennes de recrutement, l’entreprise se conformant aux usages de la plupart des entreprises installées en Oman. Chaque entreprise désirant recruter des travailleurs indiens s’adresse à une agence en lui faisant parvenir une délégation de pouvoir attestée par le consulat de l’Inde à Oman et à un descriptif du nombre et de la qualification des ouvriers demandés, leurs salaires de base et avantages proposés (nourriture, logement, voyages) avec un contrat de travail type précisant la durée minimale du séjour. L’agence procède alors à la sélection des ouvriers et en soumet les termes au Regional Passport Office de l’Etat concerné pour approbation. L’entreprise doit alors verser une garantie bancaire de 40 000 riais saoudiens pour 100 ouvriers recrutés à l’Office régional concerné : cette provision en cas de litige entre l’ouvrier et l’entreprise est récupérée en fin de contrat. En principe les frais dépendent de la négociation entre l’entreprise et l’agence et sont supportés par moitié par l’entreprise et l’ouvrier ; à la date de l’enquête, ces frais de recrutement représentaient une somme forfaitaire de 10 Ro par ouvrier recruté, les frais de visa, de carte de travail et de séjour, soit environ 20 Ro par ouvrier, prise en charge de la moitié du billet d’avion, l’autre moitié étant prise en charge par l’ouvrier, soit, pour le trajet Bombay-Muscat, 80 Ro. Nous pouvons admettre que le recrutement d’un ouvrier indien revenait à l’entreprise à 100 Ro, ce qui représentait en moyenne deux mois de salaire qu’elle lui verserait. Du côté ouvrier il en allait autrement : si les frais de recrutement sont en principe partagés à égalité entre l’entreprise et l’ouvrier, l’offre élevée de travail aux Indes entraînait de la part des agences de recrutement des demandes de commission qui, d’après les estimations que nous avons pu établir, pouvaient très communément s’élever jusqu’à 6 500 roupies, c’est-à-dire 250 Ro, soit l’équivalent de quatre mois de salaire ouvrier moyen à Oman14. Les ouvriers, attendus à leur descente d’avion par un représentant de l’entreprise, sont directement conduits au camp. Ils sont logés sous des tentes et subviennent à leur nourriture dans le cas le cas le plus général. Dans certains cas, et au fur et à mesure qu’ils se rapprochent de la direction, leur nourriture est prise en charge par l’entreprise qui en retient le montant correspondant sur leur salaire.

72Cette modalité de recrutement prévoit des clauses de renvoi de trois mois après la date d’embauche si l’ouvrier ne donne pas satisfaction, ce qui semble correspondre à un délai au-dessous duquel ni l’entreprise ni l’ouvrier n’y ont intérêt. Dans l’hypothèse moins probable d’un recrutement direct par le biais des réseaux de connaissance des ouvriers déjà employés, l’ouvrier n’aura rien à payer : son recrutement sera entièrement pris en charge par l’entreprise qui le renverra à ses frais s’il ne donne pas satisfaction. Les coûts de ces deux démarches étant à peu près équivalents pour l’entreprise, celle-ci préferera recourir aux services d’une agence, car le « déchet » est moins important. Evalué à 5 % dans le premier cas, il serait de 50 % dans le second.

  • 15 Les journées payées mais non travaillées comprenaient : jours fériés officiels, congés annuels cal (...)
  • 16 Les journées payées mais non travaillées comprenaient : jours fériés officiels, congés annuels cal (...)

73b. Coûts en main-d’œuvre : salaires directs et salaires indirects. A la date de l’enquête, les ouvriers travaillaient 8 heures par jour, six jours par semaine, pour un salaire journalier moyen de base de 2,25 Ro, toutes catégories de qualification et d’ancienneté confondues auquel s’ajoutaient les heures supplémentaires qui oscillaient entre 10 et 20 % du total des heures travaillées...A ce salaire direct de base, versé sur la base de 30jours par mois, ce qui équivalait à une quasi mensualisation, il faut ajouter des charges salariales de deux types : journées payées mais non travaillées15, charges patronales16 et salaires indirects nourriture, logement, etc.(15). Le nombre total de journées travaillées par an et par personne parmi le personnel ouvrier indien à la date de l’enquête était de 267, soit un taux d’activité moyen de 0,73, à la charge de l’entreprise puisque ces journées étaient payées.

74Si nous homogénéisons l’ensemble des données concernant les coûts de la force de travail indienne logée dans des tentes et touchant la prime de nourriture, c’est-à-dire n’utilisant pas les services de la cantine, faisant la somme du coût des journées payées mais non travaillées, des charges patronales obligatoires, et des salaires indirects nous obtenons, par ouvrier, un coût journalier moyen de base de la main-d’œuvre égal à 2,88 Ro. Ce coût représente un coût fixe quel que soit le nombre de journées travaillées par an : l’entreprise doit y faire face même si les ouvriers ne travaillent pas. A ce coût et lorsque les ouvriers travaillent, l’entreprise ajoute en outre le montant du salaire journalier de base, soit 2,25 Ro qui représente la rémunération normale de la force de travail et qui revient entièrement à l’ouvrier, ce qui porte le coût global journalier de la force de travail indienne non qualifiée à environ 5,13 Ro/jour.

75Or, pour la même année 1981, et sur l’ensemble des chantiers de l’entreprise les spécifications des contrats témoignent que la même catégorie de main-d’œuvre est facturée à 7,58 Ro/jour, ce qui donne, non pas une estimation du taux d’exploitation de la force de travail (taux de plus value) car, pour y parvenir il faudrait inclure dans le calcul une appréciation des bilans de l’entreprise par chantiers, mais ce que par défaut, nous appellerons son taux de valorisation, soit environ 48 %. Ces calculs apparaissaient toutes catégories de qualification et d’ancienneté confondues. Or ces résultats sont le fruit de deux tendances qui se renforcent réciproquement : un processus massif de déqualification/ surqualification de la force de travail, une rotation extrêmement rapide de la main-d’œuvre. Nous nous bornons à signaler simplement le premier processus en indiquant que si à l’un des pôles du recrutement, l’encadrement, on observe une surqualification de la force de travail qui se traduit par un relèvement du taux de rémunération de la main- d’œuvre arabe vis-à-vis de la main-d’œuvre asiatique à compétence égale, à l’inverse, au pôle opposé, les manœuvres, on observe et dans les mêmes conditions une sous-rémunération de la main-d’œuvre pakistanaise vis-à-vis de la main-d’œuvre indienne. Ceci paraît lié au fait que la « qualification » loin de traduire la seule technicité d’une compétence s’inscrit également dans le système de la division des pouvoirs et des responsabilités au sein de l’entreprise qui, elle même, épouse les clivages par nationalités. Mais ce taux relativement élevé de valorisation de la force de travail est également lié à une rotation relativement rapide du personnel.

76c. La rotation du personnel. Plusieurs éléments du coût de la force de travail fournissaient déjà un indice du taux de rotation. Le recrutement d’un travailleur indien revenant en moyenne à l’entreprise à 100 Ro est comptabilisé en coût annuel à 40 Ro, ce qui semble indiquer pour cette catégorie un taux de rotation approximatif d’environ 2,75 soit une durée moyenne de séjour dans l’entreprise de 4 mois. Toutefois, la mobilité de la main-d’œuvre est beaucoup mieux saisie à partir des listings de gestion du personnel qui, à une date donnée, consignent la date d’entrée de chaque ouvrier, sa qualification et son salaire, données disponibles au 31 décembre des années 1977, 1979 et 1981, c’est-à-dire dans l’intervalle de périodes au cours desquelles les effectifs globaux de l’entreprise passent successivement de 369 individus à 1104 et de 1104 à 639, soit une période au cours de laquelle les effectifs augmentent de 200 % puis diminuent de 42 %. On peut donc éliminer l’influence sur la rotation du personnel des conjonctures d’embauche et de débauche : pour chaque période, l’ensemble des effectifs est réparti en fonction de sa date d’entrée, ce qui donne un taux de rotation par « génération » de recrutement

77Le montant supérieur (126) des ouvriers recrutés en 1977 au 31 déc. 1979 par rapport aux ouvriers recrutés en 1977 au 31 décembre 1977 s’explique par une pratique de débauche/réembauche ; mais le renouvellement des effectifs par génération en période d’emploi croissant se situe dans une fourchette allant de 35 à 50 % et cette tendance se maintient en période d’emploi décroissant, ce qui semble indiquer que, indépendemment de la conjoncture de l’emploi une génération ouvrière est entièrement renouvelée selon les périodes traversées en 24 à 36 mois Toutefois, ce renouvellement est sélectif puisqu’il s’effectue par tranche, opérant de cette manière un écrémage des éléments donnant le plus de satisfaction dont la durée de séjour est augmentée d’autant. Avec un taux de valorisation de la force de travail particulièrement élevé, nous rencontrons ici, le second aspect le plus déterminant de la mobilisation de la force de travail étrangère par les entreprises du Golfe. Ceci permet de formuler quelques hypothèses sur les mécanismes les plus généraux qui sous-tendent l’exploitation de la main-d’œuvre immigrée dans cette région.

Tableau 1 .Taux de rotation de la main-d’œuvre par générations de recrutement

Tableau 1 .Taux de rotation de la main-d’œuvre par générations de recrutement

2. La mobilisation de la force de travail immigrée dans le Golfe

78De ce qui précède, on peut tirer l’hypothèse que l’exploitation de la force de travail indienne dans le Golfe correspond à deux mécanismes distincts qui conjuguent leurs effets.

79D’une part, les entreprises du Golfe peuvent jouer sur les différentiels de salaires directs entre les pays du Golfe et l’Inde ou le Pakistan qui, selon les emplois sont de trois à cinq fois supérieurs dans un cas que dans l’autre, ce qui permet de rendre compte du volume soutenu de l’offre de travail indienne uniquement modulée, sur ce plan, par la demande arabe en travail non qualifié dont le recrutement local est différé en raison des impératifs qui s’opposent à la destructuration des équilibres sociaux qui sont à l’origine de la constitution des Etats. Ce mécanisme ne joue pas avec la même amplitude pour la force de travail arabe qui, sur ce plan, doit être différenciée selon son origine par pays et selon les emplois. Voilà, en partie au moins, l’explication de la substitution de l’encadrement arabe par un encadrement d’origine asiatique accru au cours des dernières années.

80D’autre part, tout témoigne de ce que les entreprises font des économies considérables sur les salaires indirects qui, même si l’on ne tient pas compte du fait qu’ils sont comptabilisés comme coûts internes, ne couvrent que la reproduction immédiate de la force de travail sans tenir compte de la reproduction élargie du travailleur et de sa famille. Or, d’après les estimations que nous avons pu établir, il n’est pas rare qu’un travailleur indien ait plus d’une dizaine de personnes à sa charge. Ceci permet d’ailleurs de comprendre qu’en général ces travailleurs préfèrent recevoir la prime de nourriture, sur laquelle ils sont encore capables d’épargner, plutôt que de fréquenter les cantines d’entreprise dont les coûts viennent en déduction de leur rémunération directe.

81Si ces hypothèses sont exactes, l’évolution des flux migratoires en direction du Golfe devrait se traduire assez rapidement par une importante réduction des flux d’origine arabe réduits à quelques pays seulement de la périphérie arabe du Golfe (Liban, Jordanie, Egypte, Yémen) et par le maintien ou l’amplification des flux d’origine asiatique (Pakistan, Inde, Thaïlande, Corée) qui paraît correspondre également à une diversification parallèle de la division internationale du travail et des flux de capitaux. Or, il semble bien pour l’instant que l’effort de « diversification » industrielle des pays du Golfe se heurte à un obstacle que ne permettent pas de franchir les conditions actuelles de la transformation de la rente en capital : il se heurte à la fois aux conditions internes qui sont à l’origine de la constitution des Etats et qui interdisent que le capital, c’est-à-dire le salariat, apparaisse comme le rapport social dominant au Moyen-Orient. Jusqu’à ce jour, cette logique semble avoir été poussée en un point où des déséquilibres sociaux pourraient survenir non pas de l’extension interne du salariat, très faiblement amorcée, mais de l’accroissement des tensions entre nationaux et étrangers.

82Mais l’effort de « diversification » se heurte également aux conditions externes qui dictent à la fois le rôle et la place des pays du Golfe au sein de la division internationale du travail et qui, pour l’instant du moins, ne permettent pas à ces pays d’aller au-delà d’une industrialisation par substitution aux importations contrairement d’ailleurs à ce que l’on observe pour certaines économies de la périphérie asiatique, qui fournissent déjà, et fourniront de plus en plus, l’essentiel des effectifs immigrés dont les pays du Golfe auront besoin.

83Ainsi, ce n’est qu’en resituant les économies du Moyen-Orient dans le cadre de la division internationale du travail et en faisant le va et vient entre les conditions externes et les conditions internes du développement et de la mise en valeur du capital que l’on peut convenablement approcher les mouvements de main-d’œuvre au Moyen-Orient. La difficulté dans cette démarche vient de ce que l’opposition interne/ externe ne passe pas, ou de manière imparfaite seulement « aux frontières » : chacun de ces aspects est profondement déterminé par l’autre.

IV. Conclusions

84Les deux manières principales d’aborder la question des migrations de main-d’œuvre au Moyen-Orient en particulier et d’une façon générale à l’échelon international mettent en relief le caractère structurel des mouvements internationaux de main-d’œuvre ; mais l’une et l’autre divergent sur l’analyse des causes et des conséquences auxquels ils correspondent.

85La première traite des flux de main-d’œuvre pays par pays comme d’un mécanisme d’ajustement marchand entre une offre et une demande en travail, compte tenu des disparités internationales de salaires et réduisent chacun des pays à la simple logique d’un marché indépendamment des mécanismes qui le sous-tendent. Nous avons montré ailleurs qu’en autonomisant les pays du Golfe du reste du monde et en faisant de la demande en travail un simple mécanisme d’ajustement, cette méthode ignorait à la fois les déterminants externes et internes des mouvements de main-d’œuvre. Or, c’est précisement la structure de l’Etat qui, au moins dans cette région du monde, modifie entièrement le fonctionnement des mécanismes de marché tout en se situant au cœur des déterminants internes et externes.

86La seconde méthode considère que les économies du Golfe font partie d’une totalité, l’économie mondiale, dont elles subissent les contraintes et qu’elles déterminent à leur tour et que la pénétration progressive du capital s’opère sur la base de rapports sociaux préêtablis (le prélèvement et la redistribution de la rente) qui tendent tout à la fois à se reproduire et à se transformer.

87C’est cette méthode que nous avons adoptée. Nous avons tenté d’abord de resituer les économies du Golfe dans la division internationale du travail en essayant de cerner la spécificité des économies du Golfe autour de la notion de rente et d’Etat rentier. En soulignant l’ampleur mais également les limites du prélèvement et de la redistribution rentière, nous avons défini le cadre à l’intérieur duquel pouvait avoir lieu la « diversification » industrielle qui seule permet de rendre compte de l’appel à la main-d’œuvre étrangère. Dans les deux dernières parties nous avons tenté de montrer que la transformation progressive de la rente en capital dictait à la fois la logique de l’investissement et de la mobilisation de la force de travail dans le Golfe. Puis nous avons centré notre analyse sur le rapport entre l’Etat et les entreprises en soulignant que la transformation de la rente en capital se jouait pour l’essentiel autour d’un rapport social transitoire et singulier : le kafala. Situant les étrangers de part et d’autre de la rente, mais également de part et d’autre du capital, qui apparaît, du coup, comme un rapport social dépendant, le kafala prépare la bipolarisation des sociétés du Golfe autour du capital, tout en faisant apparaître momentanément l’antagonisme nationaux/étrangers comme la contradiction sociale dominante. Enfin nous avons centré notre analyse sur les rapports entre l’entreprise et les ouvriers, en essayant de montrer comment les formes de la mobilisation de la force de travail (recrutement, rotation, coûts de la main-d’œuvre) permettaient, en partie au moins, d’expliquer la stratégie des entreprises. Cette seconde manière d’envisager le problème des migrations de main-d’œuvre, nous paraît plus rigoureuse que la précédente. L’origine de la problématique étant différente, ses conclusions le sont également. Dans le cadre de la première problématique, on était conduit à considérer les mouvements de main-d’œuvre comme favorables au développement de la région arabe dans son ensemble. Il est clair, dans la perspective que nous avons adoptée, que l’appauvrissement des uns (les pays exportateurs) est à la fois la condition et le résultat de l’enrichissement des autres (les pays importateurs).

Notes

1 J.S. Birks, C.A. Sinclair, Arab manpower, the crisis of development, London : Croom Helm, 1980.

2 Riad Tabbarah, « Development with unlimited supply of capital : the arab experience », Population Bulletin of ECWA, janvier 1982. (C’est nous qui soulignons).

3 Gilbert Beaugé, Makram Sader, « The pattern of employment, migrations and labour in the Gulf countries ». Conference on international migrations in the arabe world — Nicosie, (Chypre), 1981, Population Bulletin of ECWA, 1982, pp. 85-103

4 Ce travail s’appuie pour l’essentiel sur des enquêtes avec Michel Nancy au Liban et en Arabie Saoudite, avec Elisabeth Longuenesse au Liban et à Oman, et avec Alain Roussillon dans les pays exportateurs de main-d’œuvre : Egypte et Jordanie.

5 Sur les usages sociaux et les métamorphoses de la rente : Michel Chatelus, « Les pétrodollars et le système mondial capitaliste », Mondes en développement, 1, 1975, pp. 101-121.
Paul Bonnenfant, « Utilisation des recettes pétrolières et stratégie des groupes sociaux en péninsule arabique », Maghreb-Machrek, 82, Paris, 1978.

6 Fred Halliday, Labour migration in the Middle East, Merip Reports, 58, août 1977, pp. 3-17.

7 Se reporter, à ce propos, à la composition des recettes et des dépenses des budgets de l’Arabie Saoudite ou du Koweit tels qu’ils peuvent être recomposés à partir de Fiches du Monde arabe, Beyrouth.

8 Cité par Michel Chatelus, « De la rente pétrolière au développement économique : perspectives et contradictions de l’évolution économique dans la péninsule », Paul Bonnenfant (éd.) La péninsule arabique aujourd’hui, CEROAC/CNRS, 1982, p. 98.

9 Boutros Labaki, « Croissance industrielle et pétrole en Arabie Saoudite », André Bourgey (éd.), Industrialisation et changements sociaux dans l’Orient arabe, Beyrouth, 1982, pp. 283-314.

10 Nous empruntons cette notion de « prébende » à J. Hannoyer et M. Seurat, Etat et secteur public industriel en Syrie, Beyrouth, CERMOC, 1979.

11 Paul Vieille, « Pétrole et classe fonctionnelle : le cas de l’Arabie Saoudite », Peuples Méditerranéens, 1, 1977, pp. 153-192.

12 Ibidem., p. 186.

13 Les lecteurs qui ne seraient familiers ni du Golfe ni des engins de génie civil voudront bien lire rouleau compresseur, lame niveleuse, pelle mécanique et excavatrice.

14 Le montant des salaires indirects comprenait : les heures supplémentaires et les primes de production, (calculé sur la base du salaire horaire x 1,25, le montant des heures supplémentaires était évalué pour 1981 à 15 % de la masse horaire ouvrée), les préavis (peu utilisés par les ouvriers licenciés pour chercher un autre travail, ils sont comptabilisés par l’entreprise comme rémunération indirecte), l’allocation de nourriture comprenant le coût des aliments distribués, l’amortissement des salaires du personnel de cuisine, etc., soit un total de rémunérations indirectes par ouvrier indien et par an de 357 Ro soit 0,98 Ro/jour.

15 Les journées payées mais non travaillées comprenaient : jours fériés officiels, congés annuels calculés à l’ancienneté, congés maladie (accidents du travail, maladies non occasionnées par le travail), congés d’intempérie, de ramadan et congés occasionnels, congés hebdomadaires (vendredis), soit un total équivalent à 98 jours par an.

16 Les journées payées mais non travaillées comprenaient : jours fériés officiels, congés annuels calculés à l’ancienneté, congés maladie (accidents du travail, maladies non occasionnées par le travail), congés d’intempérie, de ramadan et congés occasionnels, congés hebdomadaires (vendredis), soit un total équivalent à 98 jours par an.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 .Taux de rotation de la main-d’œuvre par générations de recrutement
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

© Presses de l’Ifpo, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540